Navigation – Plan du site

AccueilNuméros132-1Le projet ANR CaecinaSociétés étrusque et celteLes Étrusques de Felsina entre At...

Le projet ANR Caecina
Sociétés étrusque et celte

Les Étrusques de Felsina entre Athènes et La Tène

Linda Papi
p. 81-94

Résumés

Cette contribution souhaite susciter une réflexion sur le rôle de la stratification sociale des communautés italiques protohistoriques, à travers la lecture du mobilier funéraire et des associations entre éléments d’importation et éléments de tradition locale. Qu’on la considère comme le résultat des réseaux commerciaux ou des mariages exogamiques, la mobilité révèle la circulation entre groupes culturels différents, en produisant des transferts matériels et immatériels qui impliquent des processus d’intégration, d’acculturation et d’assimilation. Au Ve siècle av. J.-C., Felsina offre un terrain d’étude optimal pour ce type d’enquête. La recherche est centrée sur les objets laténiens de la nécropole Arnoaldi de Bologne et sur leur intégration dans le mobilier funéraire, en particulier leur rapport avec les importations attiques.

Haut de page

Texte intégral

1Cette contribution s’insère dans le contexte plus ample d’une recherche doctorale visant à mettre en relief les associations des artefacts de modèle nord-alpin intégrés dans les contextes funéraires des principales civilisations de l’Italie du Nord-Ouest au Vsiècle av. J.-C., avec l’objectif de reconnaître, si possible, des phénomènes récurrents dans les modalités de composition des assemblages. La composition des mobiliers funéraires d’une nécropole, la relation entre chaque élément tout comme le rapport spatial des sépultures entre elles reflètent des intentions qui renvoient directement aux modes de vie effectifs de la population. La qualité du mobilier, les objets qui le composent et la place occupée par la sépulture sont des éléments dépendant du statut social du défunt et de sa volonté de le manifester à la communauté. En plus des objets, les thèmes narratifs et iconographiques qui décorent la surface du mobilier – qu’il soit céramique ou métallique, produit localement ou importé – constituent le miroir d’un ensemble de choix complexes et stratifiés, dépassant souvent les frontières dites « culturelles » de la population. Quelle que soit la nature de leurs contacts, les relations entre différentes entités culturelles produisent des changements qui influencent les caractéristiques propres des communautés qui interagissent de la sorte. La difficulté principale de l’étude de la documentation archéologique du siècle dernier est souvent qu’elle ne permet de suivre que de façon imparfaite les résultats de ces contacts, dont la mise en évidence est soumise à l’état parfois très fragmentaire des données.

  • 1 Diod., 14, 113-117 ; Polyb., 2, 18, 2 ; Liv., 5, 35-55.
  • 2 Buchsenschutz et al. 2015, p. 151.
  • 3 Buchsenschutz et al. 2015, p. 199.

2La tradition historiographique fait des années 390-386 av. J.-C. le moment des migrations celtes vers la péninsule italique1. Néanmoins, les sources archéologiques montrent que le déplacement des individus de provenance nord-alpine apparaît déjà au cours du siècle précédent2. Dès les années 1970, la recherche archéologique s’est attachée à comprendre la nature de ces premières fréquentations en Italie septentrionale, ainsi que l’identité des premiers groupes originaires du nord des Alpes3. La présence de matériel de typologie tardo-hallstattienne et laténienne dès une époque précédent les invasions celtiques du IVe s. av. J.-C. a mené plusieurs spécialistes à identifier les traces d’une présence celtique antérieure à la culture de La Tène.

  • 4 Sassatelli 2008, p. 328 ; Sassatelli 2013, p. 398.

3Les objets métalliques liés aux activités quotidiennes, retrouvés en dehors du territoire d’origine, sont une aide précieuse pour ce type d’enquête car ils sont porteurs d’identités régionales. Pourtant, il est évident que les témoignages de culture laténienne retrouvés loin du foyer d’origine ne sont pas systématiquement interprétables comme des marqueurs d’appartenance à une entité culturelle précise. Le cas de l’Italie du Nord-Ouest est à cet égard révélateur. La présence d’éléments nord-alpins intégrés dans les contextes funéraires indigènes de l’Italie septentrionale a souvent conduit à s’interroger sur l’appartenance du défunt à la culture celtique plutôt qu’italique4. De nos jours encore, la définition d’une culture au prisme de ses productions matérielles est un thème qui génère des réflexions théoriques sur la structuration territoriale et sur l’ethnicité, car :

  • 5 Bourdin 2012, p. 64-65.

La culture matérielle n’est pas en elle-même la traduction de l’identité ethnique, mais on ne peut pas nier l’existence de liens entre l’ethnicité et certains artefacts. Dans certains cas, des artefacts, porteurs d’une charge symbolique, peuvent être investis d’une valeur de reconnaissance. Chaque groupe sélectionne un ou plusieurs traits culturels pour fonder son identité, mais ces choix peuvent varier dans le temps et dans l’espace.[…] La documentation archéologique n’indique pas à elle seule l’identité ethnique des populations mais ce sont les archéologues qui interprètent cette documentation et proposent des identifications5.

4Interroger le matériel d’un contexte funéraire permet d’en tirer différentes informations en fonction de la catégorie d’appartenance, de son traitement, de la place occupée par rapport au reste de l’ensemble et au corps du défunt. La valeur d’un objet est strictement liée à ces facteurs. De même, la destination du matériel est une caractéristique imprescriptible. Le mobilier funéraire, s’agissant d’un dépôt intentionnel destiné à accompagner le défunt, est sélectionné au moment de son installation. Il sous-tend un choix volontaire de la part de celui qui le dépose dans la sépulture, choix qui s’inscrit dans la logique culturelle et sociale de la communauté : tous les éléments d’un même ensemble répondent à une intention précise. En général, les assemblages à destination sépulcrale sont conformes à certaines normes codifiées qui permettent d’obtenir des indications de genre, d’âge ou de statut social. Ces paramètres, parfois rigides, sont les suivants : selon la tradition de l’archéologique funéraire, l’absence de correspondance d’un mobilier aux « codes » d’une civilisation donnée exclut ainsi l’appartenance de l’individu concerné à celle-ci. Dans une nécropole caractérisée par le rituel de l’inhumation, une tombe à crémation peut ainsi indiquer la présence d’un individu étranger à la communauté. Une tombe orientée selon un axe longitudinal différent des autres sépultures témoigne de la volonté de l’individu de se distinguer du reste de la société. Si une tombe est aménagée pour plusieurs défunts, ces derniers appartiennent au même groupe familial. Quand le mobilier funéraire présente des éléments externes à la tradition de la communauté, le défunt est considéré un étranger ou en relation matrimoniale avec un étranger.

5Plutôt que de tenter d’associer des « appartenances ethniques » aux composantes des ensembles funéraires, nous préférons mettre en relief les modalités d’assemblage des mobiliers pour parvenir à l’interprétation – lorsque c’est possible – des différents niveaux de stratification sociale des communautés réceptrices. Souvent, un artefact d’importation permet d’évaluer la place des classes émergentes dans l’évolution de la société et la perception différente d’une catégorie d’objets au sein des communautés indigènes. Ainsi, la question de la manifestation du rang permet de démontrer l’implication du mobilier d’importation dans ce genre de problématique. Est-il possible de penser que les objets de modèle nord-alpin peuvent aussi jouer un rôle dans ce type de phénomène ?

Un exemple issu de Felsina

  • 6 C’est le cas de la série de fibules tardo-hallstattiennes et laténiennes découverte dans l’habitat (...)
  • 7 Peyre 1992, p. 33.

6Le domaine étrusco-padan est l’interlocuteur privilégié du réseau d’échanges entre la Méditerranée et les sociétés nord-alpines. L’Étrurie padane est aussi protagoniste des premiers pas de l’archéologie celtique en Italie : à l’occasion du Ve Congrès international d’archéologie tenu à Bologne en octobre 1871, Gabriel De Mortillet avait reconnu les traces archéologiques d’une présence celtique dans le centre étrusque de Marzabotto, par le biais de la comparaison entre une fibule en argent, une épée et une lance en fer, et les parures métalliques et les armes découvertes en Champagne. La question de la celtisation en Italie du Nord concerne directement cette région, où les quelques vestiges de tradition laténienne provenant des nécropoles Arnoaldi et Certosa de Bologne – parmi d’autres6 – témoignent d’un apport celtique remontant au Ve siècle av. J.-C.7.

  • 8 La première découverte archéologique sur le terrain Arnoaldi remonte à 1836, alors que le début de (...)
  • 9 Zannoni 1876-1884 ; Pellegrini 1912 ; Vitali 1992 ; Macellari 2002.

7Bologne est ainsi un site fouillé depuis longtemps : plus d’un siècle s’est écoulé depuis les premières fouilles des nécropoles étrusques de Felsina8. La lecture des rapports de fouilles de G. Gozzadini et d’E. Brizio, et celle de la publication exhaustive de R. Macellari9, permet de reconsidérer l’organisation des éléments qui constituent l’ensemble du mobilier funéraire, qui nous fournit un point de départ pour isoler le niveau de prestige de la population à travers les modalités d’agrégation spatiale des sépultures.

  • 10 La nécropole Arnoaldi est articulée en quatre groupes de sépultures. Le premier groupe date de la (...)

8Parmi les concentrations topographiques de sépultures qui composent le contexte funéraire de Bologne, nous nous arrêterons plus particulièrement sur le deuxième secteur de la nécropole Arnoaldi10, vaste surface de 1500 m2 occupée par 124 tombes, où les premières traces de fréquentation remontent au Villanovien IV C voire au deuxième quart du VIe siècle av. J.-C. ; dès le milieu du Vsiècle av. J.-C. on retrouve ici les témoignages de tradition laténienne les plus anciens de la région bolonaise, ce qui nous permet d’établir une continuité chronologique couvrant les phases de LT A à LT B2/C. Si l’on considère la présence des objets de type La Tène ancien dans la nécropole Arnoaldi, le dossier est indiscutablement réduit, puisqu’il est limité aux tombes 127 et 128 du deuxième groupe. Néanmoins, l’analyse des modalités d’association et d’assemblage de ces objets constitue un terrain d’étude qui peut être davantage exploité. L’étude typologique et stylistique du mobilier de ces deux tombes nous permet d’identifier la coexistence de trois horizons culturels : un ensemble métallique de tradition laténienne, de la céramique attique d’importation et des éléments de tradition locale constitués par des objets du quotidien (céramique locale, objets d’usage vestimentaire, éléments de jeu et vaisselle métallique).

  • 11 Vitali 1992, p. 112-113 ; Macellari 2002, p. 294-297 ;
  • 12 Parmi les kylikes, une est comparable aux exemplaires du Peintre d’Erétrie retrouvés à Spina (Beaz (...)
  • 13 Des anneaux de ceinture similaires proviennent de Brembate Sotto, Este, Gazzo Veronese et S. Polo (...)
  • 14 La référence évidente au domaine guerrier est assez rare à Felsina au Ve siècle av. J.-C. Des renv (...)
  • 15 Macellari 2002, p. 298-304 ; Vitali 1992, p. 114-117.
  • 16 Sur la diffusion des productions du Peintre d’Orléans en Étrurie padane, Beazley 1963, p. 823 ; Be (...)
  • 17 Govi – Sassatelli 2004, p. 227-266.

9Il nous faut d’abord rappeler la composition des mobiliers (fig. 1). La tombe 127 est une inhumation en fosse carrée datée du début du dernier quart du Ve siècle av. J.-C.11. Son riche mobilier est composé de deux kylikes attiques à figures rouges de type B12 (430-420 av. J.-C.), d’un kantharos attique de type Saint-Valentin (troisième quart du Ve siècle av. J.-C.), d’un skyphos glaux attique à figures rouges de type B, de deux coupes et d’un bol attique à vernis noir. Parmi les objets métalliques, il comporte un ensemble composé d’une pointe de lance en fer, d’une pointe de javelot en fer et d’une agrafe de ceinture ajourée laténienne de type à fleur de lotus en bronze. L’agrafe est associée à trois anneaux de ceinture en bronze13, appartenant au système de suspension de l’épée celtique14. Trois dés en os, deux exemplaires d’aes rude et des fragments d'un pied de meuble en bronze sont également présents. La tombe contiguë (t. 128) a elle aussi restitué des objets relatifs aux trois horizons culturels qui nous intéressent ici15. On y retrouve donc un ensemble en fer de tradition laténienne composé d’une lame d’épée, d’une pointe de lance à arête médiane, d’un embout de lance et de quatre anneaux de ceinture. Parmi les objets d’importation attique sont conservés un rhyton en forme de tête de bélier à figures rouges du Peintre d’Orléans16 (460-450 av. J.-C.), un cratère à volutes à figures rouges avec une scène d’amazonomachie attribué au Peintre des Niobides17 (460-450 av. J.-C.), une kylix à figures rouges de type B de l’atelier du Peintre de Penthésilée (460-450 av. J.-C.), un skyphos à vernis noir de type A (deuxième quart du Ve siècle av. J.-C.) et un petit kantharos à figures rouges, aujourd’hui disparu. Comme la précédente, cette inhumation est datée du troisième quart du Ve siècle av. J.-C. Les deux tombes contiennent des grains en or : bien qu’elles aient été pillées ab antiquo, et que la disposition du matériel soit inconnue, nous pouvons facilement supposer que la composition initiale était d’un remarquable niveau de richesse.

Fig. 1 – Bologne, Arnoaldi, t. 127 et 128. Principaux objets du mobilier.

Fig. 1 – Bologne, Arnoaldi, t. 127 et 128. Principaux objets du mobilier.

– Matériel de tradition attique : 1. Skyphos glaux, 2-3. Kylikes, 4. Kantharos de type Saint Valentin, 10. Cratère à volutes, 11. Rhyton, 12. Kylix.
– Matériel de tradition étrusque : 5. Pied de meuble, 6. Dé, 13. Dé et pions, 14. Stèle, 15. Pied de meuble.
– Matériel de tradition laténienne : 7. Pointe de lance, 8. Anneaux de ceinture, 9. Agrafe de ceinture, 16. Pointe de lance, 17. Anneaux de ceinture.

D’après Macellari 2002, planches 32-34, 193-199, modifiées.

  • 18 De Marinis 1981, p. 174-175 ; Frey 1987, p. 12 ; Macellari 2002, p. 296 ; Bondini 2003, p. 86-87 e (...)
  • 19 Peyre 1992, p. 7-45 ; Sassatelli 1990, p. 95.

10Revenons sur la présence de l’agrafe laténienne de type à fleur de lotus de la tombe 127 (fig. 2). Le type à fleur de lotus, de probable origine marnienne, demeure en effet très rare en Italie : le corpus des agrafes comprend un autre exemplaire provenant de la tombe Melegnano 1928 (culture de Golasecca), un exemplaire d’Este (Nazari) et un dernier de Montebello Vicentino, sans provenance18. Nous ne sommes en mesure ni de confirmer l’appartenance des défunts des sépultures 127 et 128 au groupe culturel celtique ni de choisir de manière assurée entre une interprétation de la présence des objets laténiens comme résultant d’une importation ou bien d’un processus de mobilité individuelle19. Cependant, il va de soi que les objets de tradition laténienne sont associés à un riche mobilier comportant un prestigieux ensemble de céramique d’importation et que les tombes sont situées dans un secteur de la nécropole où la concentration de céramique attique est remarquablement élevée, notamment le cratère à volutes de la tombe 128 sur lequel on reviendra plus tard.

Fig. 2 – Bologne, Arnoaldi, t. 127. Agrafe de ceinture ajourée de type à fleur de lotus et anneaux de ceinture. Bronze.

Fig. 2 – Bologne, Arnoaldi, t. 127. Agrafe de ceinture ajourée de type à fleur de lotus et anneaux de ceinture. Bronze.

D’après Frey 1987, p. 13, fig. 3.

11Pourtant, la présence des importations attiques n’est pas une singularité propre aux tombes 127 et 128 : parmi les 124 contextes du deuxième groupe de la nécropole, un tiers au moins présente un ou plusieurs vases attiques figurés. La typologie et la quantité des importations attiques nous permettent d’élaborer une carte quantitative relative au deuxième groupe qui tient compte de trois niveaux de concentration différents :
– tombes contenant un ou deux vases attiques, dont un figuré ;
– tombes avec deux vases attiques figurés ;
– tombes avec trois vases attiques figurés ou plus.

12L’analyse de la carte de densité montre une agrégation spatiale localisée des tombes du dernier niveau, auquel appartiennent les tombes 127 et 128. Une enquête plus approfondie de la composition des assemblages des tombes du troisième niveau révèle qu’il s’agit de contextes ayant un mobilier de prestige, regroupés dans le secteur central de la nécropole où nous avons isolé deux noyaux différents (fig. 3).

Fig. 3 – Carte de distribution des importations attiques.

Fig. 3 – Carte de distribution des importations attiques.

D’après Macellari 2002, modifié.

  • 20 Ce très riche mobilier contient de la vaisselle en bronze : un stamnos, deux situles, quatre kyath (...)
  • 21 Il s’agit de deux stèles à décor figuré et d’une stèle à décor incisé. La stèle no 91 représente p (...)
  • 22 Macellari 2002, p. 316-319.
  • 23 La tombe 129 accueille les squelettes d’un individu adulte, probablement féminin, et d’un enfant. (...)

13Le premier noyau comprend les tombes 110, 127, 128, 129 et 132 : elles sont datées entre la moitié du Ve et la moitié du IVe siècle av. J.-C. L’une d’elles est la tombe 110, dite « des amphores panathénaïques », dont l’ensemble attique contient une kylix attique à figures rouges de type B du Peintre de l’Agora P 5192 (450 av. J.-C.) et un couple d’amphores panathénaïques du Peintre d’Achille portant l’inscription votive ton Athenethen athlon (445-435 av. J.-C.)20. La tombe, signalée par trois stèles21, est clairement associée topographiquement à la tombe 127. À côté de la tombe 128, la tombe 132 contient une kylix à figures rouges de type B du Peintre de Penthésilée (460-450 av. J.-C.), un skyphos à figures rouges (450 av. J.-C.), un probable skyphos de type Saint-Valentin, et deux cratères à colonnettes à figures rouges du Peintre de Nausicaa (milieu du Vsiècle av. J.-C.)22. On y retrouve les dés et les pions présents dans les tombes 127 et 128, qui sont d’ailleurs alignées sur le même axe. Derrière la tombe 127, vers le nord, on trouve la tombe 129, avec deux fragments de kylix attique, une œnochoé à vernis noir à embouchure trilobée (deuxième quart du Ve siècle av. J.-C.), un cratère à colonnettes à figures rouges du Peintre de Providence (470-460 av. J.-C.) et un alabastron à décor réticulaire de l’atelier du Peintre d’Emporion (470 av. J.-C.). La tombe, signalée par une stèle, est datée du deuxième quart du Ve siècle av. J.-C.23 Le groupe de sépultures décrites ici forme une série homogène que nous avons définie comme « premier quartier noble ».

14Le « deuxième quartier » s’étend au sud-est du premier mais sa limite méridionale est moins définie, du fait de la destruction irréversible de plusieurs contextes après l’édification de la casa colonica. Les tombes qui constituent le deuxième quartier (80, 86, 88, 96, 118, 119 et 120) sont semblables aux précédentes tant par le niveau de prestige que par la composition du mobilier mais la chronologie est plus variée, allant de la fin du VIe à la fin du IVe siècle av. J.-C.

  • 24 Ibid., p. 259-266.
  • 25 La surface externe d’une des kylikes est décorée dans le style du Peintre de Splanchnoptès (ibid., (...)
  • 26 Le prestige de cette tombe est confirmé par la présence de six stèles funéraires qui nous permette (...)
  • 27 Ibid., p. 267-274 ; Beazley 1956, p. 573.
  • 28 La seule stèle d’attribution certaine est la no 98 du catalogue de Ducati. Elle présente un décor (...)
  • 29 Dont une fibule de type Benvenuti 111.
  • 30 Macellari 2002, p. 255-258.
  • 31 Macellari 2002, p. 178-182.
  • 32 Beazley 1963, p. 1096-1100 ; Beazley 1971, p. 450.
  • 33 L’usage de déposer les cendres du défunt directement sur le fond de la fosse est également observa (...)
  • 34 La tombe 88 était signalée par la stèle aniconique n° 103, du milieu du Ve siècle av. J.-C. La pré (...)
  • 35 Pour le mobilier de la tombe 96, voir Macellari 2002, p. 199-207.
  • 36 La classe des cratères à volutes à vernis noir et frise figurée sur le col a été présentée par A.  (...)

15Ce quartier comprend la tombe 119, dite « des objets en plomb »24, qui contient un ensemble d’importations attiques composé de deux kylikes à figures rouges de type B du Peintre de Véies (460-450 av. J.-C.)25, d’un skyphos à figures rouges du Peintre d’Amphitrite (460-450 av. J.-C.) et d’un cratère à volutes à figures rouges du Peintre de Boréas (460-450 av. J.-C.)26. On trouve à proximité la tombe du candélabre (t. 120) et la tombe des fibules en argent (t. 118). L’ensemble attique de la tombe 120 est composé d’une amphore à figures rouges à col distinct et couvercle du Peintre de Bologne 228 (460 av. J.-C.), d’un skyphos de type A à figures rouges de l’atelier du Peintre de Penthésilée (470-450 av. J.-C.), d’une œnochoé à figures noires du Peintre des demi-palmettes (480-470 av. J.-C.), d’une œnochoé à vernis noir en forme de tête féminine du groupe de Cook (470 av. J.-C.) et d’une troisième œnochoé à vernis noir à embouchure trilobée. L’ensemble, chronologiquement cohérent, peut être daté autour de 460 av. J.-C.27. La tombe était probablement signalée à l’origine par deux stèles et un cippe funéraire28. La tombe 118, qui se trouve au nord-est du premier quartier et dont le mobilier a été pillé, n’a livré au moment de la fouille qu’un cratère à colonnettes à figures rouges du Peintre d’Alkimachos (460-450 av. J.-C.), deux fibules à arc serpentiforme en argent29 et deux fibules Certosa en bronze, variante X tessinoise de Teržan. Le contexte est daté du milieu du Ve siècle av. J.-C.30. À côté de la tombe 120, la tombe 86 est une inhumation féminine datable de 425 av. J.-C.31. Les importations attiques sont un skyphos de type Saint-Valentin (troisième quart du Ve siècle av. J.-C.), un skyphos à figures rouges (deuxième quart du Ve siècle av. J.-C.), un rhyton en forme de tête d’agneau à figures rouges du Peintre d’Orléans (460-450 av. J.-C.), une œnochoé à figures rouges du Peintre de Shuvalov (425-420 av. J.-C.) et une hydrie à figures rouges du Peintre de Naples, dont la production est bien attestée en Étrurie padane (440-430 av. J.-C.)32. À l’ouest de la tombe 86, la tombe 80 est une crémation masculine de la fin du VIe siècle av. J.-C. Les cendres sont déposées sur le fond de la fosse, comme dans le cas des autres tombes de personnages éminents de Bologne33. Son assemblage céramique est cohérent avec la tradition tardo-archaïque attique à figures noires : une eye-cup à figures noires de type Bloesch A1 (510 av. J.-C.), une amphore à col distinct à figures noires avec couvercle du Groupe de Bologne 16 (520-510 av. J.-C.) et une olpé à figures noires du Peintre de Rhodes 13472 (510-500 av. J.-C.). Les vases attiques de la tombe 80 sont disposés en arc de cercle autour de l’amphore, selon une position qu’on retrouve dans la tombe 96, où la vaisselle métallique entoure la situle figurée. La tombe 88, plus à l’ouest, renferme un cratère à volutes à figures rouges du Peintre des Niobides, dont la production est largement attestée en Étrurie padane (475-465 av. J.-C.), un cratère en cloche à figures rouges du Peintre de Polydektès (450-440 av. J.-C.), une œnochoé à embouchure trilobée à vernis noir (milieu du Vsiècle av. J.-C.) et un skyphos à vernis noir de type A, similaire à l’exemplaire P 17677 de l’Agora d’Athènes (480 av. J.-C.)34. La tombe 96, dite aussi « de la situle Arnoaldi », plus à l’est, constitue la limite méridionale actuelle du deuxième noyau. La situle éponyme se trouve au centre de la fosse et présente une iconographie complexe, articulée sur plusieurs registres35. La situle en bronze, qui occupe la place centrale de la fosse, est entourée par trois kyathoi et une passoire en bronze. Parmi les importations attiques on retrouve un ensemble qui comprend un cratère à volutes à figures noires dont le décor est réparti sur deux registres superposés36, proche du Groupe de Golvol (510 av. J.-C.), une olpé à figures noires du Dot-Ivy Group (fin du VIe siècle av. J.-C.) et une coupe à vernis noir (dernier quart du Ve siècle av. J.-C.). L’autre ensemble, positionné dans l’angle opposé de la fosse, est formé d’une amphore à figures noires du Peintre de Rycroft (510-500 av. J.-C.), d’une kylix de type eye-cup à figures noires (500 av. J.-C.), d’un cratère en calice à figures rouges (390-370 av. J.-C.) et d’une kylix à figures rouges de type B (390-370 av. J.-C.). Les deux ensembles de ce mobilier exceptionnellement riche sont déposés séparément dans la sépulture.

Le rôle des importations

  • 37 La Genière 2006, p. 9-15.

16L’analyse des contextes proches aux tombes 127 et 128 fait ressortir la forte présence de vases attiques de banquet : les kylikes, les skyphoi, les cruches et les cratères issus des ateliers athéniens sont parmi les objets que l’on retrouve plus fréquemment. En ce qui concerne les productions attiques de manière générale, parmi les acheteurs de vases beaucoup étaient Athéniens ou résidents en Attique. Pourtant, la distance géographique n’annule pas le rôle du client : les artisans d’Athènes décorent des vases selon les exigences des populations étrangères qui, à travers les images, expriment les valeurs idéologiques et sociales d’une société qui adopte le style hellénisant37.

17Revenons au cas de la nécropole Arnoaldi. Si l’on observe toutes les tombes du deuxième groupe, et pas seulement les deux noyaux centraux, on note la forte présence du cratère attique représenté par vingt-huit vases. La forme qui prévaut est celle du cratère à colonnettes avec onze exemplaires. Les autres formes sont le cratère à volutes (six exemplaires) et le cratère en cloche (six exemplaires), suivis par le cratère en calice (cinq exemplaires).

  • 38 Pour le mobilier de la tombe 79, Macellari 2002, p. 162 ; pour la tombe 84, ibid., p. 174.

18D’après l’analyse de la répartition topographique des sépultures à cratère, on remarque la concentration topographique des cratères à volutes exactement dans les deux noyaux isolés précédemment. Les contextes qui ont livré les cratères à volutes sont les tombes 79, 84, 88, 96, 119 et 128 (fig. 4-5)38. Quatre d’entre elles viennent d’être décrites dans les pages précédentes. Les deux tombes restantes sont concentrées dans le même endroit mais présentent un mobilier fortement incomplet : la tombe 79 a livré un cratère à volutes à figures noires du Groupe de Golvol (520-510 av. J.-C.), associé à une kylix à figures noires de type Bloesch C (dernier quart du VIe av. J.-C.). Le cratère à volutes de la tombe 84 est un exemplaire à figures rouges attribué au Peintre du Dinos par J.D. Beazley (420-410 av. J.-C.). Les fragments ont été retrouvés isolés, comme dans le cas d’autres tombes détruites durant les travaux de réaménagement de la surface à l’époque moderne.

Fig. 4 – Carte de distribution des cratères attiques.

Fig. 4 – Carte de distribution des cratères attiques.

D’après Macellari 2002, modifié.

Fig. 5 – Carte de distribution des cratères à volutes.

Fig. 5 – Carte de distribution des cratères à volutes.

D’après Macellari 2002, modifié.

  • 39 Bien qu’il s’agisse d’un petit groupe de tombes, les réflexions qu’il a suscité sont intéressantes (...)
  • 40 Le combat, le départ pour la guerre, la parade du cavalier et la scène d’amazonomachie ou de centa (...)
  • 41 Pour une première réflexion sur le rapport entre les thèmes des stèles et la céramique attique du (...)

19Les six cratères à volutes proviennent de tombes qui se distinguent par une série de traits communs39. D’abord, les cratères sont associés à la vaisselle de banquet (kylikes et skyphoi) selon la logique fonctionnelle du symposion. Sur les cratères à volutes, le thème privilégié est celui du combat, sous ses nombreuses déclinaisons40. Les vases qui les accompagnent peuvent leur être comparés d’un point de vue iconographique, car certaines représentations sont récurrentes sur tout l’ensemble de la vaisselle de banquet : les cratères et la vaisselle associée sont unis par la logique thématique de la narration des décors figurés, qui propose une sorte de récit culturel. Les compositions que l’on retrouve sur le reste des vases sont le thème dionysiaque, la scène de palestre et la représentation des personnages mythologiques, en particulier Héraklès. Entre autres aspects, les stèles funéraires qui marquent ces tombes – quand elles sont présentes – représentent le thème du voyage du défunt vers l’au-delà, selon les canons de la tradition étrusque41.

20Si l’on observe les thèmes iconographiques illustrés sur l’ensemble des vases des six tombes avec le cratère à volutes, on s’aperçoit que celui du combat est le plus représenté car il apparaît onze fois sous différentes formes. Le thème dionysiaque apparaît cinq fois, tout comme les représentations mythologiques. Les scènes de palestre sont représentées quatre fois ; la scène de banquet est représentée seulement sur le skyphos de la tombe 119. Le tableau suivant résume les conclusions de l’analyse.

Tab. 1 – Tombes à cratère à volutes : les thèmes iconographiques.

Scènes de combat
Départ pour la guerre Cratère à volutes (t. 119) Amphore (t. 96)
Centauromachie/amazonomachie Cratère à volutes (t. 88) Cratère à volutes (t. 128)
Scène de combat Olpé (t. 96)
Guerriers et quadrige Cratère à volutes (t. 79 et 96) Eye-cup (t. 96)
Parade de cavalier Kylix (t. 128)
Thème dionysiaque
Dionysos et son thiase Cratère à volutes (t. 79) Cratère en calice (t. 96)
Dionysos Eye-cup (t. 96)
Dionysos et Ariadne Amphore (t. 96)
Dionysos et Déméter Cratère à volutes (t. 84)
Scènes mythologiques
Satyre (?) Kylix (t. 79)
Retour d’Héphaïstos Cratère à volutes (t. 84)
Héraklès et Pholos Cratère à volutes (t. 88)
Héraklès et le lion de Némée Cratère à volutes (t. 96)
Persée et Polydektès Cratère en cloche (t. 88)
Scènes de palestre
Athlètes Kylix (t. 119) Kylix (t. 96)
Scène de palestre Kylix (t. 119) Rhyton (t. 128)
Scène de banquet
Banquet Skyphos (t. 119)
  • 42 Pour la tombe 740, Aurigemma 1965, p. 9-11, pl. 5-9 ; pour la tombe 128, Aurigemma 1960, p. 46-62, (...)
  • 43 Les cratères à volutes semblent être absents dans les contextes d’habitat ainsi que dans le mobili (...)
  • 44 Voir le Mont Lassois, Châtillon-sur-Seine, la Heuneburg. Le célèbre cratère à volutes de la tombe (...)
  • 45 La Genière 2014 ; Tsingarida 2014, p. 61-75.
  • 46 Par exemple le miroir provenant de Chiusi représentant Minerve, Turan et les Dioscures, conservé a (...)
  • 47 Dans ces cas, les cratères sont associés à des coupes monumentales. L’ensemble, comparable au nive (...)
  • 48 Verger 2014, p. 253-278.

21Ce tableau, même s’il ne se fonde que sur un ensemble documentaire réduit et sur des sources lacunaires, met cependant en évidence un choix iconographique dans la composition du mobilier d’importation. Toutes les tombes renvoient à l’iconographie du combat, à exception de la tombe 84 où le cratère est le seul élément restant. Par ailleurs, des thèmes similaires proviennent également des quelques cratères à volutes de la nécropole de Spina-Valle Trebba : on y retrouve le départ du guerrier (t. 740) et les thèmes dionysiaques (t. 128 et 381)42. Toutes les tombes présentent un mobilier important, indice du rang du défunt. En effet le cratère à volutes, perçu comme le vase de prestige par excellence, revêt une importance qui va bien au-delà de ses remarquables caractéristiques stylistiques, et qui peut être comprise grâce au contexte dans lequel son dépôt s’inscrit. Destiné souvent aux espaces votifs, il apparaît dans certains contextes funéraires d’horizons culturels divers, qui ont comme dénominateur commun le niveau de richesse de l’ensemble du mobilier43. Bien qu’elle soit sporadique, la présence des cratères à volutes sur certains sites hallstattiens au nord des Alpes44 – loin, par conséquent, du cadre géographique grec – nous permet de nous interroger sur l’importance de l’élite qui habitait les sites concernés, et sur les raisons culturelles qui peuvent justifier les échanges entre Grecs et non-Grecs, ainsi que sur le choix d’une forme vasculaire plutôt qu’une autre45. Le cratère à volutes est aussi connu en Étrurie tyrrhénienne, soit directement, soit par des représentations iconographiques : pensons simplement à la décoration pariétale de la tombe de la Chasse et de la Pêche, ou à celle de la tombe des Lionnes de Tarquinia, ou encore aux figures incisées sur le revers de certains miroirs étrusques en bronze46. En contexte étrusque, d’autres exemples de cratères à volutes associés au mobilier funéraire proviennent de la tombe à Foiano della Chiana près d’Arezzo en Étrurie du Nord, et de la tombe VP 18 C de Spina-Valle Pega, en Étrurie padane47. Enfin, pour mentionner un exemple issu du contexte méditerranéen, les cratères à volutes en bronze de la nécropole de Trebenište, au nord du lac d’Ohrid en Macédoine (t. I et VIII), associés à des objets en tôle d’or, montrent combien cette classe de matériel est associée à un mobilier dont toutes les composantes sont liées à la manifestation du rang48.

Quelques comparaisons

  • 49 Macellari 2002, p. 176.
  • 50 Le premier aménagement de cette nécropole se trouve au nord-est, avec des tombes du premier quart (...)

22On notera que les tombes du second quartier sont placées autour de la tombe 85, qui a livré le vase attique le plus ancien de la nécropole, ainsi que la plus ancienne représentation de la figure héroïque de Felsina49. Il s’agit d’une amphore à doppia tecnica, datée de 530-520 av. J.-C., de l’Atelier des Peintres d’Andokidès et de Lysippidès. Fouillée au cours du mois de mars 1879, cette tombe à crémation n’a livré qu’une amphore. La tombe se trouve près de la voie funéraire, une place qui caractérisait, au cours de la période d’occupation la plus ancienne de la nécropole, les tombes de rang élevé, parfois indiquées par des cippes en pierre. D’un point de vue chronologique, les tombes aux importations attiques couvrent la phase tardo-archaïque et classique (fig. 6)50. Le détail de la répartition chronologique des tombes contenant les importations attiques est le suivant :
Phase archaïque : tombes 1, 5, 79-81, 85, 98.
Phase classique : tombes 18, 22, 26, 73-78, 82, 84, 86, 88, 91, 94, 96-97, 104, 110, 118-121, 125, 127-134, 138, 141, 145, 147-148, 151-152.

Fig. 6 – Les phases chronologiques.

Fig. 6 – Les phases chronologiques.

D’après Macellari 2002, modifié.

  • 51 Pour la description du mobilier, Zannoni 1876-1884, p. 383-384 et Vitali 1992, p. 101-102, pl. 2 ; (...)
  • 52 Aurigemma 1960, p. 191-193, fig. 219-222.

23On remarque que les mobiliers présentent parfois un écart chronologique remarquable dans les éléments qui le composent. Un cas frappant est celui de la tombe 96 : son mobilier, disposé en deux ensembles micro-topographiques distincts, mélange des composantes plus anciennes (fin du VIe s. av. J.-C.) et d’autres plus récentes (370 av. J.-C). On signale aussi que la coexistence d’importations attiques, d’éléments laténiens et d’éléments locaux correspond à une configuration que l’on retrouve selon des modalités similaires dans nombreux contextes du monde étrusco-padan et vénète. En ce qui concerne le domaine étrusco-padan, en plus que la nécropole Arnoaldi, la nécropole de la Certosa livre des exemples remarquables. La tombe 371 de la Certosa, une inhumation qui date de la première moitié du Ve s. av. J.-C., présente un mobilier composé de fragments d’une amphore attique à figures noires, d’une kylix à figures rouges actuellement disparue, de la céramique de tradition locale (un bol et un plat avec des signes alphabétiques graffiti au-dessous du pied) et de deux Doppelpaukenfibeln en bronze de type Mansfeld dP4 en correspondance du bras du défunt51. Des fibules en tout point similaires proviennent de la tombe 5 de Spina-Valle Trebba52. Dans ce cas, les fibules tardo-hallstattiennes s’associent à un rhyton en tête de bélier à figures rouges du Peintre d’Érétrie (450-420 av. J.-C.) entièrement reconstitué. Le rhyton représente une scène de danse dionysiaque réunissant Satyres et Ménades et est le fruit d’un travail soigné.

  • 53 Favaretto 1976, p. 49.
  • 54 Cette tombe date de la transition entre les périodes Este III et Este IV. Calzavara Capuis – Chiec (...)
  • 55 Fogolari – Frey 1965, p. 283-288, fig. 17-18.
  • 56 Le siècle d’écart entre les vases du Ve siècle (kantharos et kylix) et le skyphos soulève le probl (...)

24Dans le domaine vénète, la coexistence d’importations attiques et d’éléments de modèle nord-alpin intégrés dans un mobilier de tradition locale se retrouve dans les tombes Este-Capodaglio 31, Gazzo Veronese-Dosso del Pol 3 et Este-Casa Ricovero 226. En particulier les tombes Capodaglio 31 et Dosso del Pol 3 présentent l’association de l’agrafe de ceinture laténienne avec de la céramique attique, comme dans la nécropole Arnoaldi. La tombe Este-Casa Ricovero 226, qui accueille plusieurs crémations en accord avec le costume vénète, contient un pied de kylix attique rapporté au type Bloesch C53 employé comme couvercle d’une urne cinéraire en céramique à bandes rouges et noires de tradition locale. De la même tombe provient une série de fibules laténiennes en bronze et fer ainsi qu’une paire de boucles d’oreille en argent de goût celtisant54. La tombe Este-Capodaglio 3155 présente une agrafe de ceinture laténienne associée à un kantharos attique de type Saint-Valentin (Ve s. av. J.-C.), un fond de kylix et un skyphos attique à figures rouges avec une anse rompue intentionnellement, daté au plein IVe s. av. J.-C. et dont l’appartenance à la tombe 31 demeure douteuse56. L’agrafe ajourée laténienne s’accompagne à la ceinture vénète et l’analyse du mobilier montre qu’il s’agit d’un personnage de haut niveau social. La tombe numéro 3 de Gazzo Veronese, localité Dosso del Pol, montre l’association entre une agrafe de ceinture laténienne rapportée au type à palmette en fer, cinq anneaux de ceinture et un skyphos glaux attique, dont une anse est rompue intentionnellement selon un usage qui semble être répandu dans le milieu vénète. Un anneau et une fibule Certosa en bronze intègrent le mobilier, qui date de la fin du Ve s. av. J.-C. Dans ces cas, les éléments nord-alpins ne semblent pas indiquer l’appartenance de l’individu à cette culture.

  • 57 Tsingarida 2014, p. 61-75.
  • 58 La Genière 1989, p. 274 ; Vitali 2014, p. 124.

25Comme on l’observe pour le domaine vénète, les objets de modèle laténien, en large part des agrafes de ceinture ajourées, sont souvent intégrés dans les mobiliers féminins de la classe émergente. Au-delà des agrafes, rien n’indique qu’il s’agisse de défunts de culture nord-alpine. Au contraire, les mobiliers sont essentiellement de tradition locale, avec la présence de la ceinture vénète en bronze repoussé qui accompagne l’agrafe laténienne. Le prestige des tombes vénètes se manifeste par la grande qualité des éléments du mobilier et la présence d’objets externes à la culture locale, comme on observe pour les tombes 127 et 128 de la nécropole Arnoaldi. Les contacts prolongés et la mixité des populations ont conduit à une connaissance approfondie des mythes grecs chez les élites italiques. Les beaux vases des ateliers athéniens déposés dans les tombes deviennent donc un support privilégié pour répondre aux exigences de l’élite locale. Il est évident que les vases attiques de certains mobiliers funéraires de Bologne répondent à des choix précis : l’étude de ces vases et de leur contexte montre que la forme et la scène représentée découlent, selon toute vraisemblance, de la volonté de mettre en valeur les caractéristiques de la classe émergente. L’ensemble de ces éléments suggère l’existence d’une élite cherchant à « utiliser les produits “exotiques” pour parvenir à une forme de reconnaissance sociale »57, et souhaitant maintenir son prestige à travers un emplacement funéraire qui reflète son niveau de noblesse, dans le contexte d’une société sensible à la tradition iconographique grecque et extra-méditerranéenne58.

Haut de page

Bibliographie

Aurigemma 1960 = S. Aurigemma, La necropoli di Spina in Valle Trebba. Parte prima, Rome, 1960.

Aurigemma 1965 = S. Aurigemma, La necropoli di Spina in Valle Trebba. Parte seconda, Rome, 1965.

Beazley 1956 = J.D. Beazley, Attic black-figure vase-painters, Oxford, 1956.

Beazley 1963 = J.D. Beazley, Attic red-figure vase-painters, Oxford, 1963, 2e éd.

Beazley 1971 = J.D. Beazley, Paralipomena. Additions to attic black-figure vase-painters and to attic red-figure vase-painters, Oxford, 1971.

Bondini 2003 = A. Bondini, I ganci di cintura traforati del Veneto: proposta di lettura iconografica, dans D. Vitali (dir.), L’immagine tra mondo celtico e mondo etrusco-italico. Aspetti della cultura figurativa nell’antichità, Bologne, 2003, p. 85-112.

Bondini 2005 = A. Bondini, I materiali di Montebello Vicentino. Tra cultura veneto-alpina e civiltà di La Tène, dans D. Vitali, Studi sulla media e tarda età del ferro nell’Italia settentrionale, Bologne, 2005 (Studi e Scavi, 12), p. 215-324.

Buchsenschutz et al. 2015 = O. Buchsenschutz, M.B. Chardenoux, K. Gruel et al., L’Europe celtique à l’Âge du Fer (VIIIe-Ier siècles), Paris, 2015.

Cerchiai – Sassatelli 2014 = L. Cerchiai, G. Sassatelli, Le stele felsinee: invenzione e uso dell’immaginario tra artigiani e committenza, dans AnnFaina, 21, 2014, p. 187-219.

De Marinis 1981 = R.C. De Marinis, Il Periodo Golasecca III A in Lombardia, dans M. Tizzoni (dir.), La Cultura tardo La Tène in Lombardia, Bergame, 1981 (Studi Archeologici, 1), p. 41-282.

De Marinis 1987 = R.C. De Marinis, Fibule tardohallstattiane occidentali dell’abitato etrusco del Forcello (Bagnolo S. Vito), dans D. Vitali (dir.) Celti ed Etruschi nell’Italia centro-settentrionale dal V secolo a.C. alla romanizzazione, Atti del colloquio internazionale, Bologne, 1985, p. 89-99.

Calzavara Capuis – Chieco Bianchi 1985 = L. Calzavara Capuis, A.M. Chieco Bianchi, Este I. Le necropoli Casa di Ricovero, Casa Muletti Prosdocimi e Casa Alfonsi, Rome, 1985 (Monumenti Antichi, 2).

Frey 1987 = O.H. Frey, Sui ganci da cintura celtici e sulla prima fase di La Tène nell’Italia del Nord, dans D. Vitali (dir.) Celti ed Etruschi nell’Italia centro-settentrionale dal V secolo a.C. alla romanizzazione, Atti del colloquio internazionale, Bologne, 1985, p. 9-22.

Favaretto 1976 = I. Favaretto, Aspetti e problemi della ceramica greca di Este, dans SE, 44, 1976, p. 43-67.

Fogolari – Frey 1965 = G. Fogolari, O.H. Frey, Considerazioni tipologiche sul II e il III periodo atesino, dans SE, 33, p. 237-293.

Govi 1999 = E. Govi, Le ceramiche attiche a vernice nera di Bologna, Bologne, 1999.

Govi – Sassatelli 2004 = E. Govi, G. Sassatelli, Ceramica attica e stele felsinee, dans I Greci in Adriatico, 2, Rome, 2004 (Hesperia, 18), p. 227-266.

La Genière 1989 = J. de La Genière, Des usages du cratère, dans P. Rouillard, M. C. Villenueva-Puig (dir.), Grecs et Ibères au IVsiècle av. J.-C. Commerce et iconographie, Actes de la Table ronde tenue à Bordeaux les 16-18 décembre 1986, Paris, 1989, p. 271-277.

La Genière 2006 = J. de La Genière (dir.), Les clients de la céramique grecque. Actes du Colloque de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Paris, 2004, Paris, 2006 (Cahiers du CVA, 1).

La Genière 2014 = J. de La Genière (dir.), Le cratère à volutes. Destination d’un vase de prestige entre Grecs et non-Grecs, Actes du Colloque international du CVA, Paris, 2012, Paris, 2014 (Cahiers du CVA, 2).

Macellari 2002 = R. Macellari, Il sepolcreto etrusco nel terreno Arnoaldi di Bologna: 550-350 a.C., Bologne, 2002 (Cataloghi delle collezioni del Museo civico archeologico di Bologna).

Mansfeld 1973 = G. Mansfeld, Die Fibeln der Heuneburg, 1950-1966: ein Beitrag zur Geschichte der Späthallstattfibel, Berlin, 1973.

Pellegrini 1912 = G. Pellegrini, Catalogo dei vasi greci dipinti nelle necropoli felsinee, Bologne, 1912.

Peyre 1992 = Ch. Peyre, L’historiographie gréco-romaine et la celtisation de Bologne étrusque, dans D. Vitali, Tombe e necropoli galliche di Bologna e del territorio, Bologne, 1992, p. 7-45.

Rolley 1988 = C. Rolley, Importations méditerranéennes et chronologie ; à propos de deux tombes du Châtillonnais, dans Bulletin Archéologique et Historique du Châtillonnais, 1988, p. 7-10.

Sassatelli 1983 = G. Sassatelli, Le stele felsinee con «celtomachie», dans Popoli e facies culturali celtiche a nord e a sud delle Alpi dal V al I secolo a.C., Milan, 1983, p. 167-191.

Sassatelli 1990 = G. Sassatelli, La situazione in Etruria Padana, dans Crise et transformation des sociétés archaïques de l’Italie antique au Ve siècle av. J.-C. Actes de la table ronde de Rome (19-21 novembre 1987), Rome, 1990 (CEFR, 137), p. 51-100.

Sassatelli 2008 = G. Sassatelli, Celti ed Etruschi nell’Etruria Padana e nell’Italia settentrionale, dans D. Vitali, S. Verger (dir.), Tra mondo celtico e mondo italico. La necropoli di Monte Bibele, Atti della Tavola Rotonda, Roma, 1997, Bologne, p. 323-348.

Sassatelli 2010 = G. Sassatelli, Atene e l’Etruria padana, dans E. Govi (dir.), Dal Mediterraneo all’Europa. Conversazioni adriatiche, Rome, 2010, p. 153-171.

Sassatelli 2013 = G. Sassatelli, Etruschi, Veneti e Celti in area padana. Relazioni culturali e mobilità individuale, dans G. Della Fina (dir.), Mobilità geografica e mercenariato nell’Italia preromana, Atti del XX Convegno Internazionale di Studi sulla Storia e l’Archeologia dell’Etruria (Orvieto 2012), Rome, p. 397-427.

Tsingarida 2014 = A. Tsingarida, Entre Grecs et non-Grecs. Quelques usages du cratère à volutes en Méditerranée archaïque, dans Le cratère à volutes. Destination d’un vase de prestige entre Grecs et non-Grecs, Actes du Colloque international du CVA, Paris, 2012, Paris, 2014 (Cahiers du CVA, 2), p. 61-73.

Verger 2007 = S. Verger, Les Étrusques, l’Italie du Nord et l’Europe transalpine (XIe-Ve siècle av. J.-C.), dans DossAParis, 322, 2007, p. 94-101.

Verger 2014 = S. Verger, Cratères à volutes et manifestation du rang dans la nécropole aristocratique de Trebenište (FYROM), dans Le cratère à volutes. Destination d’un vase de prestige entre Grecs et non-Grecs, Actes du Colloque international du CVA, Paris, 2012, Paris, 2014 (Cahiers du CVA, 2), p. 253-278. 

Verger – Kermorvant 1994 = S. Verger, A. Kermorvant, Nouvelles données et hypothèses sur la topographie de la ville étrusque de Marzabotto, dans MEFRA, 106-2, 1994, p. 1077-1094.

Villard 1988 = F. Villard, Des vases grecs chez les Celtes, dans J.-P. Mohen (dir.), Les Princes celtes et la Méditerranée, Paris, 1988, p. 333-341.

Vitali 1992 = D. Vitali, Tombe e necropoli galliche di Bologna e del territorio, Bologne, 1992.

Vitali 2014 = D. Vitali, Danza e banchetto sulle stele funerarie felsinee, dans NotABerg, 21, 2014. p. 119-146.

Zannoni 1876-1884 = A. Zannoni, Gli scavi della Certosa, Bologne, 1876-1884.

 

Haut de page

Notes

1 Diod., 14, 113-117 ; Polyb., 2, 18, 2 ; Liv., 5, 35-55.

2 Buchsenschutz et al. 2015, p. 151.

3 Buchsenschutz et al. 2015, p. 199.

4 Sassatelli 2008, p. 328 ; Sassatelli 2013, p. 398.

5 Bourdin 2012, p. 64-65.

6 C’est le cas de la série de fibules tardo-hallstattiennes et laténiennes découverte dans l’habitat de Bagnolo San Vito.

7 Peyre 1992, p. 33.

8 La première découverte archéologique sur le terrain Arnoaldi remonte à 1836, alors que le début des fouilles date de 1871.

9 Zannoni 1876-1884 ; Pellegrini 1912 ; Vitali 1992 ; Macellari 2002.

10 La nécropole Arnoaldi est articulée en quatre groupes de sépultures. Le premier groupe date de la fin du VIIIe siècle à la seconde moitié du VIe siècle av. J.-C., avec une reprise dans la première moitié du IVe siècle av. J.-C. Le troisième groupe, de surface plus réduite, a livré des tombes relativement modestes qui datent du deuxième quart du Ve siècle jusqu’au milieu du IVe siècle av. J.-C. Le quatrième groupe, mal documenté, présente des monuments funéraires en plus des sépultures, et est fréquenté de la phase orientalisante jusqu’au premier quart du IVe siècle av. J.-C.

11 Vitali 1992, p. 112-113 ; Macellari 2002, p. 294-297 ;

12 Parmi les kylikes, une est comparable aux exemplaires du Peintre d’Erétrie retrouvés à Spina (Beazley 1963, p. 1247-1258 ; Beazley 1971, p. 469-470).

13 Des anneaux de ceinture similaires proviennent de Brembate Sotto, Este, Gazzo Veronese et S. Polo d’Enza (loc. Servirola).

14 La référence évidente au domaine guerrier est assez rare à Felsina au Ve siècle av. J.-C. Des renvois ultérieurs à une connotation militaire sont évoqués par les armes des tombes 180 et 253 de la nécropole de la Certosa et par la représentation de guerriers armés sur la surface de la situle Arnoaldi (tombe 96).

15 Macellari 2002, p. 298-304 ; Vitali 1992, p. 114-117.

16 Sur la diffusion des productions du Peintre d’Orléans en Étrurie padane, Beazley 1963, p. 823 ; Beazley 1971, p. 421.

17 Govi – Sassatelli 2004, p. 227-266.

18 De Marinis 1981, p. 174-175 ; Frey 1987, p. 12 ; Macellari 2002, p. 296 ; Bondini 2003, p. 86-87 et 2005, p. 304-305.

19 Peyre 1992, p. 7-45 ; Sassatelli 1990, p. 95.

20 Ce très riche mobilier contient de la vaisselle en bronze : un stamnos, deux situles, quatre kyathoi, une passoire, un plat et un candélabre. L’ensemble métallique est regroupé dans un angle de la fosse, selon une pratique qu’on retrouve dans la tombe 96 (Macellari 2002, p. 228-233). Sur la présence des amphores panathénaïques inscrites dans les contextes d’Étrurie padane, Beazley, Paralipomena, p. 177 ; Beazley 1963, p. 214.

21 Il s’agit de deux stèles à décor figuré et d’une stèle à décor incisé. La stèle no 91 représente probablement une scène de celtomachie, la no 80 représente un guerrier armé. La stèle no 81 est entièrement décorée d’une palmette incisée à quinze pétales.

22 Macellari 2002, p. 316-319.

23 La tombe 129 accueille les squelettes d’un individu adulte, probablement féminin, et d’un enfant. Les autres tombes bisomes, dont une déposition d'enfant qu’on retrouve dans le deuxième secteur Arnoaldi, sont la tombe 7 et la tombe 52, accompagnées d’un mobilier beaucoup plus modeste. Pour la description du riche mobilier de la tombe 129, Macellari 2002, p. 305-309.

24 Ibid., p. 259-266.

25 La surface externe d’une des kylikes est décorée dans le style du Peintre de Splanchnoptès (ibid., p. 263).

26 Le prestige de cette tombe est confirmé par la présence de six stèles funéraires qui nous permettent de supposer la présence d’autres tombes superposées (t. 119bis et 119ter) dont le mobilier sans contexte interdit toute enquête plus approfondie.

27 Ibid., p. 267-274 ; Beazley 1956, p. 573.

28 La seule stèle d’attribution certaine est la no 98 du catalogue de Ducati. Elle présente un décor rendu par une palmette incisée à onze pétales qui départent d’une volute double. La deuxième stèle et le cippe aniconique sont connus seulement à travers les anciens cahiers de fouille. La documentation mentionne aussi une tête de kouros en marbre d’Olympie datée autour de 500 av. J.-C. L’appartenance de cette tête au mobilier funéraire est douteuse : elle pourrait se rattacher plutôt à une partie de l’aménagement de la surface externe de la nécropole : Verger – Kermorvant 1994, p. 1084 ; Macellari 2002, p. 274.

29 Dont une fibule de type Benvenuti 111.

30 Macellari 2002, p. 255-258.

31 Macellari 2002, p. 178-182.

32 Beazley 1963, p. 1096-1100 ; Beazley 1971, p. 450.

33 L’usage de déposer les cendres du défunt directement sur le fond de la fosse est également observable dans d’autres contextes étrusco-padans contenant des importations attiques à figures noires, comme la tombe Arnoaldi 85 ou les tombes 51, 206 et 318 de la Certosa. Pour les tombes Arnoaldi 85 et 96, voir infra ; pour la nécropole de la Certosa, Govi 1999 ; pour une description exhaustive du mobilier de la tombe 80, Macellari 2002, p. 165-169.

34 La tombe 88 était signalée par la stèle aniconique n° 103, du milieu du Ve siècle av. J.-C. La présence de deux alabastra plaide en faveur d’une connotation féminine de cette tombe, comme pour les tombes 119 et 128, où l’on retrouve soit un niveau de richesse élevé, soit la présence du cratère à volutes (ibid., p. 186 sq.). Sur la diffusion des skyphoi attiques à figures noires dans les nécropoles de Bologne, Govi 1999 ; pour la description du mobilier de la tombe 88, Macellari 2002, p. 184-188.

35 Pour le mobilier de la tombe 96, voir Macellari 2002, p. 199-207.

36 La classe des cratères à volutes à vernis noir et frise figurée sur le col a été présentée par A. Tsingarida lors du récent colloque du CVA consacré aux cratères à volutes. Cette production est connue principalement dans des contextes grecs, avec de rares attestation en Étrurie – dont deux exemplaires dans la nécropole Arnoaldi – et au nord des Alpes, dans le domaine hallstattien occidental (Tsingarida 2014, p. 61-75).

37 La Genière 2006, p. 9-15.

38 Pour le mobilier de la tombe 79, Macellari 2002, p. 162 ; pour la tombe 84, ibid., p. 174.

39 Bien qu’il s’agisse d’un petit groupe de tombes, les réflexions qu’il a suscité sont intéressantes. La question des importations de vases attiques dans le monde étrusque est étroitement liée à la compréhension du sens des décors figurés, à l’usage et à la valeur attribuée à ces derniers par la population étrusque. Ces problèmes ont déjà été soulevés par J.D. Beazley ; les études récentes montrent la cohérence de certains contextes étrusques contentant de la céramique attique figurée, très souvent associée à des matériaux et à des iconographies de production étrusque (Govi – Sassatelli 2004, p. 227-266 ; Sassatelli 2010, p. 160 ; Cerchiai – Sassatelli 2014, p. 187-219).

40 Le combat, le départ pour la guerre, la parade du cavalier et la scène d’amazonomachie ou de centauromachie (Sassatelli 1983, p. 174-175 ; Vitali 2014, p. 119-146).

41 Pour une première réflexion sur le rapport entre les thèmes des stèles et la céramique attique du mobilier, Cerchiai – Sassatelli 2014, p. 196-197 et p. 207.

42 Pour la tombe 740, Aurigemma 1965, p. 9-11, pl. 5-9 ; pour la tombe 128, Aurigemma 1960, p. 46-62, pl. 19-48 ; pour la tombe 381, ibid., pl. 78-80, pl. 97-100).

43 Les cratères à volutes semblent être absents dans les contextes d’habitat ainsi que dans le mobilier des nécropoles attiques archaïques et classiques connues, qui se caractérisent par des ensembles très simples. En revanche, on en relève une diffusion importante dans les contextes votifs ou funéraires, où ils apparaissent comme des monuments de surface, ou manipulés lors de cérémonies rituelles (Tsingarida 2014, p. 61-75).

44 Voir le Mont Lassois, Châtillon-sur-Seine, la Heuneburg. Le célèbre cratère à volutes de la tombe princière de Vix, en Bourgogne, est l’un des deux principaux vases métalliques grecs archaïques d’importation découverts dans le domaine hallstattien occidental, avec le chaudron provenant de la tombe de Hochdorf (Rolley 1988, p. 7-10 ; Villard 1988, p. 333-341 ; Verger 2007, p. 99).

45 La Genière 2014 ; Tsingarida 2014, p. 61-75.

46 Par exemple le miroir provenant de Chiusi représentant Minerve, Turan et les Dioscures, conservé aux Staatliche Museen de Berlin : CSE Bundesrepublik Deutschland 4, 28.

47 Dans ces cas, les cratères sont associés à des coupes monumentales. L’ensemble, comparable au niveau de dimensions, présente aussi une unité thématique et iconographique (Tsingarida 2014, p. 61-75).

48 Verger 2014, p. 253-278.

49 Macellari 2002, p. 176.

50 Le premier aménagement de cette nécropole se trouve au nord-est, avec des tombes du premier quart du VIe siècle av. J.-C., et se poursuit vers le centre. À l’époque protohistorique, le deuxième groupe de la nécropole Arnoaldi était vraisemblablement plus étendu vers le sud, comme l’ont confirmé les nombreux vestiges hors contexte provenant des quelques tombes détruites pour la construction de la casa colonica : la récupération de ce matériel sporadique montre que la surface accueillait des tombes très riches, contenant des importations attiques, en particulier à la limite méridionale, dans les environs du second quartier.

51 Pour la description du mobilier, Zannoni 1876-1884, p. 383-384 et Vitali 1992, p. 101-102, pl. 2 ; pour les fibules tardo-hallstattiennes, Mansfeld 1973, p. 89 et De Marinis 1987, p. 97.

52 Aurigemma 1960, p. 191-193, fig. 219-222.

53 Favaretto 1976, p. 49.

54 Cette tombe date de la transition entre les périodes Este III et Este IV. Calzavara Capuis – Chieco Bianchi, p. 241-244, pl. 155-156.

55 Fogolari – Frey 1965, p. 283-288, fig. 17-18.

56 Le siècle d’écart entre les vases du Ve siècle (kantharos et kylix) et le skyphos soulève le problème de l’effective appartenance de ce dernier au mobilier, question par ailleurs déjà soulevée par G. Fogolari et O.H. Frey. Fogolari – Frey 1965, p. 245.

57 Tsingarida 2014, p. 61-75.

58 La Genière 1989, p. 274 ; Vitali 2014, p. 124.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Bologne, Arnoaldi, t. 127 et 128. Principaux objets du mobilier.
Légende – Matériel de tradition attique : 1. Skyphos glaux, 2-3. Kylikes, 4. Kantharos de type Saint Valentin, 10. Cratère à volutes, 11. Rhyton, 12. Kylix.– Matériel de tradition étrusque : 5. Pied de meuble, 6. Dé, 13. Dé et pions, 14. Stèle, 15. Pied de meuble.– Matériel de tradition laténienne : 7. Pointe de lance, 8. Anneaux de ceinture, 9. Agrafe de ceinture, 16. Pointe de lance, 17. Anneaux de ceinture.
Titre Fig. 2 – Bologne, Arnoaldi, t. 127. Agrafe de ceinture ajourée de type à fleur de lotus et anneaux de ceinture. Bronze.
Crédits D’après Frey 1987, p. 13, fig. 3.
Titre Fig. 3 – Carte de distribution des importations attiques.
Crédits D’après Macellari 2002, modifié.
Titre Fig. 4 – Carte de distribution des cratères attiques.
Crédits D’après Macellari 2002, modifié.
Titre Fig. 5 – Carte de distribution des cratères à volutes.
Crédits D’après Macellari 2002, modifié.
Titre Fig. 6 – Les phases chronologiques.
Crédits D’après Macellari 2002, modifié.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Linda Papi, « Les Étrusques de Felsina entre Athènes et La Tène », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité, 132-1 | -1, 81-94.

Référence électronique

Linda Papi, « Les Étrusques de Felsina entre Athènes et La Tène », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En ligne], 132-1 | 2020, mis en ligne le 25 novembre 2020, consulté le 26 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/mefra/10007 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mefra.10007

Haut de page

Auteur

Linda Papi

UMR 8546-AOrOc, CNRS/PSL, EPHE – linda.papi@etu.ephe.psl.eu

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search