Navigation – Plan du site

AccueilNuméros132-1Le projet ANR CaecinaLes contacts maritimesCastrum Novum

Le projet ANR Caecina
Les contacts maritimes

Castrum Novum

L’exploration d’une colonie romaine
Veronica Cicolani, Flavio Enei, Sara Nardi Combescure et Grégoire Poccardi
p. 125-135

Résumés

Le projet franco-italien est né en 2010 pour étudier les vestiges de la colonie romaine de Castrum Novum. En 2010, les recherches se sont concentrées sur les vestiges d’un balneum et d’un édifice identifié comme une probable domus, qui a fait l’objet de plusieurs modifications au cours des siècles ; l’étude du mobilier découvert à l’intérieur de son portique indique le déroulement d’activités liées au commerce du poisson. La réalisation d’une coupe stratigraphique de plus de 250 m de longueur, située au niveau de la falaise littorale, a permis par ailleurs de documenter les vestiges de la partie méridionale de la ville romaine et les restes d’un établissement protohistorique. À partir de 2015, les fouilles se sont déroulées à l’intérieur du castrum médio-républicain, sur la colline jouxtant le cap Linaro (Santa Marinella), au km 64,400 de la via Aurelia ; elles ont permis de mettre au jour une partie de l’habitat, ainsi qu’un édifice théâtriforme.

Haut de page

Notes de l’auteur

Avec la collaboration de Jordan Boucard, Hugo Cador et Stefano Giorgi.

Texte intégral

  • 1 Voir à ce propos Haack 2011, p. 4-6. Il s’agit d’une mission associant les universités de Lille, d (...)
  • 2 Voir en particulier Gianfrotta 1972 et Enei – Nardi Combescure – Poccardi 2016.
  • 3 Rut. Nam., 1, 216-248 ; Itin. Anton. Aug., 498-499. L’histoire et l’archéologie des ports et des m (...)

1La mission de fouille archéologique de Castrum Novum a été créée en 2010 par une équipe franco-italienne afin de relancer l’étude historique et archéologique de la colonie romaine de Castrum Novum, fondée probablement en 264 av. J.-C.1. Elle se trouve juste au nord du Capo Linaro, dans les territoires de l’ancienne cité étrusque de Caere (Cerveteri) et du village actuel de Santa Marinella, à environ 50 km au nord-ouest de Rome. Nous disposons de peu de sources littéraires sur la ville2 ; toutefois, l’Itinerarium Maritimum (IVsiècle), le De reditu suo de Rutilius Namatianus, rédigé entre 415 et 418, ainsi que la Tabula Peutingeriana nous permettent d’entrevoir la configuration des lieux (fig. 1)3. Le premier, en particulier, mentionne l’existence d’une positio, un havre où on pouvait tirer les embarcations à terre tandis que le deuxième fournit une image de la ville détruite en partie par la mer et ceinte d’une muraille en mauvais état de conservation.

Fig. 1 – Tabula Peutingueriana (segmentum 5).

Fig. 1 – Tabula Peutingueriana (segmentum 5).

https://www.hs-augsburg.de/​~harsch/​Chronologia/​Lspost03/​Tabula/​tab_or04.html

  • 4 Cette opération, financée par l’UMR 8546 du CNRS (AOrOc), et menée sous la direction de S. Campana (...)

2Depuis 2010, sept sondages ont été ouverts, dont deux dans le secteur extra-urbain de la colonie, au lieu-dit Le Guardiole (zone A), et cinq dans le secteur urbain (Zone D), ce qui correspond au Casale Alibrandi (fig. 2). Dans cette dernière zone, une prospection magnétométrique réalisée en novembre 2011 avait permis de donner une première image du sous-sol que la fouille a confirmée et amplifiée par la mise au jour d’un tronçon de la muraille du castrum, de vestiges d’habitation datant des premiers temps de la colonie, des fondations d’un édifice semi-circulaire (IIe siècle apr. J.-C.) et d’une série de sépultures située immédiatement à l’extérieur de la muraille4. En parallèle, une vaste opération de documentation graphique, photographique et photogrammétrique a permis d’analyser les vestiges archéologiques visibles le long du littoral à partir de la Torre Chiaruccia jusqu’au Casale Alibrandi (zone B). L’exploration sous-marine (Zone C) menée au nord du Capo Linaro a conduit à la découverte de mobilier qui indique une longue fréquentation de l’escale maritime, de l’âge du Bronze jusqu’aux IVe-Ve siècles (fig. 3).

Fig. 2 – Plan aérophotographique du site de Castrum Novum – commune de Santa Marinella.

Fig. 2 – Plan aérophotographique du site de Castrum Novum – commune de Santa Marinella.

V. Picard, CNRS IRAA USR 3155 du CNRS, UPPA.

Fig. 3 – Vue zénithale de l’ensemble des zones B et D du site de Castrum Novum.

Fig. 3 – Vue zénithale de l’ensemble des zones B et D du site de Castrum Novum.

G. Poccardi (Photographie T. Nicq, Halma UMR 8154, Lille).

Zone A (Le Guardiole) : les infrastructures liées à la positio de Castrum Novum

  • 5 Gianfrotta 1972, p. 110-115.
  • 6 Nous renverrons à ce propos à Nardi Combescure 2013.

3Des fouilles réalisées dès 1972, sous la direction de G. Colonna, avaient mise au jour deux édifices attribués à tort à une villa romaine5. Ces vestiges archéologiques ont été à nouveau fouillés de 2010 à 2015. Il s’agit en réalité de deux constructions qui semblent avoir fonctionné ensemble : un balneum et une taverne, dont les liens avec l’activité du port de Castrum Novum semblent évidents6.

Le balneum

4En ce qui concerne le balneum, il se compose d’une pièce (A2 du plan) à l’origine recouverte par un sol en mosaïque avec un bassin, flanqué d’un canal ; d’un tepidarium (A3 du plan) avec les traces des suspensurae de son hypocauste ; de deux praefurnia (un à l’extérieur de la pièce A3 et l’autre situé dans la pièce A6) ; d’un caldarium avec tubuli en terre cuite fixées aux murs (A7 du plan) ; d’une citerne (A9 du plan) ; d’une forica (A5 du plan) avec sol en opus spicatum.

  • 7 CIL XV, 1109 ; 1110, 1-5 ; 1110, 6 = CIL XI, 6672, 67 ; 1110, 7-8.
  • 8 Haack 2014.

5Il semble que ce complexe ait fonctionné entre le IIe et le Ve siècle, chronologie établie en particulier grâce aux estampilles sur bipedales qui couvraient un des canaux de chauffe, comportant le texte CN(aei) DOMIT(i) APRILIS (milieu du Ier et début du IIe siècle)7 et au fragment d’un tuyau de plomb, portant une inscription très mutilée [- - -]DI[- - -] L(V)NENSIS [- - -]. Seul le cognomen « Lunensis » est lisible, ce qui laisse envisager plusieurs hypothèses, parmi lesquelles celle du sénateur M. Clodius Lunensis, consul suffect en 105 apr. J.-C., ou celle du nom d’un plumbarius domesticus8 Nombreux sont également les tessons de céramique africaine (IIe-Ve siècles). L’abandon du complexe a été suivi par une activité de démolition, de tri et de récupération des matériaux de construction à l’intérieur d’une ancienne citerne qui date, au plus tard, du Ve siècle (fig. 4).

Fig. 4 – Vue du balneum de Le Guardiole.

Fig. 4 – Vue du balneum de Le Guardiole.

F. Enei.

La taverne

6Il s’agit d’un édifice de plan quadrangulaire qui ouvrait directement sur une via glareata par l’intermédiaire d’un portique de 3 m de long, dont ne nous restent que les fondations. L’édifice présente un plan régulier composé de 14 pièces centrées autour d’un atrium. Certains espaces ont pu être identifiés, comme la pièce 10 où ont été découverts une aiguille pour les filets de pêche, un hameçon en bronze, de nombreux coquillages de mollusques bivalves et un poids de balance, qui permettent d’identifier la salle comme un lieu assigné à la vente de poissons et de crustacés, élevés dans les viviers situés à proximité. Dans la pièce 2, la découverte d’un grand poids de balance en marbre, d’un crochet, de clous, d’un filtre en plomb, de monnaies et des coquilles de mollusques marins pourrait témoigner d’une activité de transformation du poisson et de sa vente. Enfin, l’édifice comporte un balneolum destiné aux clients de cet établissement.

  • 9 Stasolla 2018, p. 67-82.
  • 10 AA.SS. Mai VI, p. 71 ; sur Sentias, voir Susi 2000, p. 11-28.
  • 11 Nardi Combescure, sous presse.

7La localisation de cette zone devant la baie du Capolinaro semblerait indiquer que la fonction du balneum et de la taverne était principalement liée à l’escale portuaire, et a pu servir de relais temporaire pour les voyageurs en transit à Castrum Novum, comme le suggère le cas du balneum d’époque sévérienne récemment retrouvé dans la localité de Columna-Porto Canale, à quelques kilomètres au nord de Castrum Novum9. Ce dernier était également situé à proximité d’une escale anonyme d’époque romaine, connue plus tard comme le portu qui appellatur Columnae, in finibus Cantum-Cellae, grâce à une hagiographie qui indique qu’il s’agissait du port où aurait débarqué Sentias10. L’abandon des deux complexes (Guardiole et Columna-Porto Canale), entre le IVe et le Ve siècle, se signale, dans les deux cas, par la présence de sépultures11.

Zone D (Casale Alibrandi) : le secteur du castrum

  • 12 Voir note 4.

8En septembre 2015, le projet Castrum Novum a élargi son domaine d’enquête à la partie urbaine de la colonie, sur la colline nommée Casale Alibrandi, où se sont déroulées, à la fin du XVIIIe siècle, les fouilles archéologiques soutenues par le pape Pie VI12.

L’enceinte médio-républicaine

  • 13 Nardi Combescure, sous presse

9Le mur d’enceinte, qui avait déjà attiré la curiosité des fouilleurs des XVIIIe et XIXe siècles, avait été déjà repéré lors de la prospection géomagnétique réalisée en novembre 2011 par l’équipe de l’université de Sienne, avant d’être mise au jour par les opérations de fouilles. Il est construit en opus quadratum appareillé en blocs taillés en forme de parallélépipèdes (1,20 × 0,56 × 0,56 m. soit 4 × 2 × 2 pieds romains) et disposés en assises horizontales alternant des panneresses et des boutisses. Large de 2,80 m, il a été fouillé, sur sa partie méridionale, sur une longueur de 105 m. pour 120 m. estimés (fig. 5). À l’occasion de la dernière campagne, en septembre 2017, l’angle sud-est de l’enceinte du castrum a été mis au jour. Du fait de la petite taille de ce castrum, l’enceinte ne possédait pas d’agger, c’est-à-dire de levée de terre renforçant le système défensif comme dans les autres castra connus comme Ostie, Minturnes ou Pyrgi : ici, l’habitat venait s’accoler directement à la partie interne des remparts. La découverte de plusieurs sépultures placées immédiatement à l’extérieur des remparts montre que la muraille, au moins à partir du IIe siècle apr. J.-C., avait perdu ses fonctions13..

Fig. 5 – La partie méridionale de l’enceinte médio-républicaine depuis l’est.

Fig. 5 – La partie méridionale de l’enceinte médio-républicaine depuis l’est.

F. Enei.

Le sondage D1 : habitat républicain

10Le premier sondage se situe à l’emplacement où une fouille clandestine avait atteint l’intérieur d’une citerne voûtée de plan rectangulaire et d’un puits en pierres apparentes grossièrement équarries. Ces deux structures faisaient partie d’un édifice plus vaste s’appuyant directement sur la muraille du IIIe siècle av. J.-C., dont huit pièces ont été dégagées. Les techniques de construction éclairent le phasage de ce secteur : appareil irrégulier ou fruste mettant en œuvre des moellons de scaglia et de pietraforte à peine équarris. Les assises ne sont pas bien différenciées et les moellons sont liés à l’argile. Au moment de la construction de la citerne et du puits, au début de l’Empire, quatre pièces ont été délaissées, tandis que les autres ont été réaménagées. Le mobilier recueilli dans les parties plus anciennes (amphores gréco-italiques, céramique à vernis noir et commune) confirme une datation de l’époque de la fondation de la colonie. Au contraire, le secteur plus récent a livré de nombreux tessons de céramique sigillée africaine, ainsi que des traces du décor des pièces qui, à l’origine, étaient évidemment peintes et pavées avec des mosaïques composées des tesselles noires et blanches. La découverte la plus remarquable du sondage 1 demeure celle du tronçon est-ouest du rempart.

Le sondage D2 : un petit édifice de type théâtral

11Le secteur de ce sondage ne semble pas avoir été touché par les fouilles des XVIIIe et XIXe siècles, mais par des fosses creusées récemment. Il se situe dans le secteur septentrional de la ville, sur un relief attenant au tronçon nord-sud du rempart. Les vestiges actuellement recensés permettent de reconnaître une série de structures bâties, qui témoignent de trois phases d’occupation et d’une phase d’abandon et de spoliation dont la chronologie reste à établir.

12La première phase est attestée par un bassin de forme rectangulaire, revêtu d’un béton hydraulique bleu clair à l’intérieur et d’un décor peint à l’extérieur. Même s’il n’a été pas fouillé dans sa totalité, et qu’aucune trace d’adduction d’eau n’a été repérée, tout indique qu’il s’agissait d’un bassin d’agrément. À une époque imprécise, sûrement antérieure au IIe siècle, le bassin semble être intégré dans une structure dont la vocation demeure à éclaircir. Son décor extérieur est couvert par un sol épais en cocciopesto qui s’étale de part et d’autre du bassin.

13Les structures ainsi décrites ont été détruites lors de la construction, autour du IIe siècle, de quatre murs épais d’1 m, disposés en radier, de direction est-ouest, en connexion avec un cinquième mur, de direction nord-sud. Une prospection géo-radar réalisée en septembre 2015 par l’équipe de M. Anzidei (Istituto Nazionale di Geofisica e Vulcanologia di Roma) a permis de repérer à l’est un espace semi-circulaire (B) qui pourrait correspondre à l’orchestra d’un édifice théâtriforme (fig. 6).

Fig. 6 – Le petit édifice de type théâtral.

Fig. 6 – Le petit édifice de type théâtral.

M. Anzidei, Istituto Nazionale di Geofisica e Vulcanologia di Roma.

  • 14 Sear 2006, p. 25 et 40.
  • 15 Boucard – Cador 2016, p. 100-105.

14Le plan des vestiges semble en effet indiquer la présence d’un édifice semi-circulaire sans doute couvert dont le diamètre de la cavea serait d’environ 25 mètres de diamètre. La présence d’une cavea peut caractériser aussi bien les théâtres publics ou privés que les odea ou les auditoria14. Dans les centres moins peuplés, comme à Castrum Novum, un seul édifice aurait pu assurer ces différentes fonctions. On note la présence des tuiles et briques portant des timbres, épigraphiques et anépigraphiques qui datent des IIe et IIIe siècles15. Même si les éléments dont nous disposons sont peu nombreux, le plan de l’édifice fouillé pendant la campagne 2015 pourrait se rapporter au scaenarium, mentionné dans une inscription de Castrum Novum (CIL XI, 3583).

Le sondage D5 : habitat tardo-républicain et récupérations impériales

  • 16 Benelli et al. 2017.

15Les structures dégagées se trouvent dans la continuité des salles explorées dans le sondage 1 lors de la campagne de fouille de septembre 201516. Sept pièces relatives aux édifices d’époque républicaine ont été mises au jour (fig. 7). Le mobilier découvert, en particulier la céramique, témoigne d’une longue période de fréquentation, dont les phases les plus récentes ont été endommagées par les activités de spoliation et les travaux agricoles.

Fig. 7 – Plan du sondage 5.

Fig. 7 – Plan du sondage 5.

V. Picard, CNRS IRAA USR 3155 du CNRS, UPPA.

16Les fonctions des différentes pièces ne sont pas encore définies précisément, sauf pour l’une d’entre elles, dans laquelle un aménagement en tuiles ainsi que de la céramique culinaire semble indiquer une fonction de cuisine. La céramique à vernis noir (en cours d’étude) a été retrouvée en quantité relativement importante dans certaines unités stratigraphiques, confirmant ainsi l’occupation du site dès l’époque républicaine. Ces espaces connaissent une phase de réaménagement à l’époque impériale avec l’installation de sols en opus spicatum et en cocciopesto. Deux fragments de sigillée africaine D ont été également retrouvés dans les couches plus récentes, ainsi que douze monnaies provenant principalement du remplissage des fosses datant du règne de l’empereur Aurélien (270/275).

Le secteur extra-muros méridional : zone B et sondages D3 et D6

17L’exploration du site s’est étendue au sud du noyau primitif par l’étude des structures émergentes de la falaise côtière taillée par l’érosion marine et de l’ouverture de deux sondages D3 et D6.

Zone B : la stratigraphie côtière

18Il s’agit d’un secteur de la côte formé d’une falaise taillée par l’érosion marine, situé entre le Capo Linaro, au sud et l’emplacement du castrum médio-républicain, au nord. De cette falaise émerge, sur plus de 250 m, des vestiges archéologiques de différentes époques (fig. 8).

Fig. 8 – Vue photogrammétrique des trois quarts nord de la partie romaine (secteur 2) de la coupe stratigraphique.

Fig. 8 – Vue photogrammétrique des trois quarts nord de la partie romaine (secteur 2) de la coupe stratigraphique.

V. Picard, CNRS IRAA USR 3155 du CNRS, UPPA et T. Nicq, CNRS, Halma, UMR 8154, Lille.

  • 17 Gianfrotta 1972, p. 87-91.

19Dans la portion la plus au sud, proche du Capo Linaro, on note, sur une cinquantaine de mètres, la présence de niveaux d’occupation de l’âge du Fer ; dans la partie au nord, empiétant en partie sur les espaces périphériques de l’établissement protohistorique, on voit émerger, sur plus de 150 m de long, les structures de la partie méridionale de la ville romaine d’époque impériale. L’existence même de cette falaise abritant des vestiges archéologiques implique que nous sommes en présence d’une côte en régression et que le littoral antique était situé plus à l’ouest, ayant reculé d’environ une centaine de mètres depuis l’époque romaine. Elle a été rapidement étudiée par P.A. Gianfrotta, mais n’a jamais été analysée comme document spécifique de manière scientifique17.

20Depuis 2010, ce remarquable document a fait l’objet d’une étude continue. Il a impliqué la mise en place d’une méthodologie d’étude particulière. Le premier travail a été de le diviser en deux secteurs : le premier, au sud concerne les niveaux protohistoriques ; le second, au nord, les vestiges de l’agglomération romaine. Comme déjà signalé, cela ne signifie pas qu’il y ait une frontière franche entre les deux occupations, les fondations des édifices de la partie la plus méridionale de l’agglomération d’époque romaine, ont en effet empiété sur les niveaux périphériques de l’établissement protohistorique sans toutefois qu’il y ait de continuité chronologique entre les deux périodes d’occupation.

21Pour des raisons liées à la morphologie des lieux, le secteur de la ville romaine a été lui-même divisé en 4 sous-secteurs. Du nord vers le sud, on rencontre les sous-secteurs 1 (la casemate), 2 (les palafittes nord), 3 (le canal moderne) et 4 (les palafittes sud). Du nord vers le sud, on peut y observer la trace de l’aménagement d’un espace à ciel ouvert, peut-être l’emplacement d’une place ; et des niveaux de constructions privées (maisons) et publiques (espace souterrain avec puits de captage, thermes), sous lesquels sortent six canalisations dont quatre sont des égouts. Hormis la trace de quelques tombes, il semble que la limite méridionale de la ville impériale s’achève au niveau d’un complexe balnéaire.

22Ce document a représenté, de par sa nature, un défi technique pour permettre de réunir l’ensemble des données, et a impliqué la mise en place d’une méthodologie qui a été, à ses débuts, plutôt empirique.

23Les opérations réalisées peuvent se résumer ainsi :
– nettoyage de la végétation sur la stratigraphie et le déblaiement des pierres et du sable aux pieds des structures émergentes.
– dessin de relevés des structures et des niveaux archéologiques et couverture photographique.
– prise de points topographiques (N. André, puis V. Picard) avec la création d’une trame topographique placée sur les structures apparentes ou émergentes de la stratigraphie. Or, les points de référence ont dû être placés sur la via Aurelia moderne (SS1), invisible depuis la plage. La présence de la mer a souvent perturbé la mise en place des instruments de relevé, qui ont été installés soit aux extrémités du secteur, comme sur la petite casemate ou sur les palafittes, de manière à disposer ainsi d’un certain recul et à pouvoir viser aussi bien les points de référence situés au-dessus que les points choisis sur la coupe. Ces solutions n’ont cependant jamais été simples, en raison de l’instabilité des lieux d’implantation, due en particulier aux aléas climatiques (vents et houles marines).
– relevé photogrammétrique (A. Lureau, puis T. Nicq) : les palafittes qui, tout en assurant une certaine protection contre la houle marine, ont compliqué le relevé photographique de la stratigraphie. La photogrammétrie a permis de contourner l’obstacle et d’obtenir une image tridimensionnelle du document.

24L’étude de cette stratigraphie côtière a permis :
– de confirmer que la ville avait été implantée selon les points cardinaux : à l’exception de l’égout no 2, toutes les structures sont axées soit est/ouest, soit nord/sud ;
– de constater que la majorité des structures apparentes avait été construite en opus reticulatum mixtum à chaînage de briques, comme on le note dans l’abside de la baignoire du probable caldarium des thermes du sous-secteur 4, ce qui suggère que ce quartier a été aménagé au début du IIe siècle, probablement à la suite de la construction du port de Centumcellae, qui eut des répercussions sur le développement de la colonie ;
– de déterminer les niveaux antiques de circulation par la présence des sols ;
– de préciser les caractéristiques des structures bâties en fonction de la qualité de la construction : fondations faibles ou fortes, qualité des mortiers et des parements, résistance à l’érosion marine, présence de sol en mosaïque ou des niveaux d’abandon abritant ou non des briques et des tuiles, permettant de déterminer si nous sommes en présence d’un espace bâti ou à ciel ouvert, etc. ;
– de fixer la limite méridionale de l’agglomération, indiquée par la présence des thermes et de quelques tombes tardives ;
– d’avancer l’hypothèse de la présence d’une petite place ou d’une grande cour à ciel ouvert au nord de la section (dont on retrouverait les traces dans le sondage D6 et les prospections géophysiques, par magnétomètre et géoradar).

25Les défis de cette stratigraphie sont donc multiples. Certains points demeurent encore obscurs comme la possibilité de déterminer la longueur ou la largeur d’un îlot urbain du quartier méridional d’époque médio-impériale. La présence de la via Aurelia moderne (ss1) qui sépare matériellement la falaise du site archéologique proprement dit, du Luogomare G. Marconi et de l’urbanisation en général, empêchent toute vérification planimétrique par la fouille. De plus, il s’agit d’un document en constante évolution en liaison avec le phénomène de l’érosion marine, plus ou moins rapide selon les secteurs, qui doit être étudié en tant que telle, mais aussi en relation avec les structures encore visibles en mer.

Sondage D3, extra-muros

26La zone dite extra-muros, située au sud de l’habitat, est en cours de fouille depuis 2015. Elle a fait l’objet de deux sondages, D3 et D6, qui permettent de réfléchir à la fois sur les aménagements extérieurs au centre urbain et sur liens entre le castrum et la partie septentrionale de la stratigraphie côtière.

  • 18 Archivio fotografico, Museo Villa Giulia, S. Marinella, negativi n. 177423-177431.

27Le sondage D3 a été implanté au sud de l’enceinte médio-républicaine, parallèlement à l’actuelle route nationale, la via Aurelia, en se fondant sur la présence d’une petite portion de dallage en pierres polygonales mis au jour fortuitement en 1995, lors de l’installation d’une importante canalisation d’eau sous pression. Lors de ces travaux, la Soprintendenza Archeologica per l’Etruria Meridionale n’avait réalisé qu’un rapide diagnostic et quelques prises de vue18. L’ouverture du sondage a permis de dégager sur une surface plus étendue ce dallage irrégulier constitué de blocs de pierre locale, de quelques blocs en calcaire non local et de dalles en marnes friables de couleur ocre, délimités à l’est par un gradin et au nord-est par un alignement de blocs irréguliers posés de chant, faisant office de délimitation. Étant donné l’absence de traces de roues de chars, l’allure irrégulière du dallage et la présence d’un édifice dont le seuil bute contre sa marge méridionale, cet aménagement ne semble pas correspondre à une véritable voie. Son orientation différente par rapport au maillage urbain mis au jour jusqu’à présent conforterait cette interprétation (fig. 9). Cette aire de circulation piétonne, située à quelques mètres seulement du tronçon sud-est de l’enceinte républicaine, a été délaissée au cours de l’époque impériale, comme l’indiquent les épais niveaux de remblais remaniés contenant essentiellement du mobilier de cette période (amphores, sigillées africaines, monnaies d’époques médio- et tardo-impériales). La composition du mobilier (céramiques, faune, petits fragments d’éléments d’architecture en marbre, balsamaires en verre, stylets en os) est cohérente avec le mobilier découvert dans les niveaux plus récents et d’abandon du castrum.

Fig. 9 – Vue zénithale du sondage D3.

Fig. 9 – Vue zénithale du sondage D3.

T. Nicq, CNRS, Halma UMR 8154, Lille.

28Les élargissements successifs du sondage vers le sud et l’est ont permis en outre de mettre en évidence la présence de plusieurs tronçons de murs (M5, M6, M7, M8 et M9) définissant au moins deux édifices successifs, fortement endommagés par une tranchée moderne (US 23), et une série de fosses se suivant le long de la limite occidentale du sondage, dont la nature demeure incertaine. La présence de plaquettes en marbre blanc découvertes le long des structures M6 et M8, sur leurs faces internes, suggère l’existence d’un édifice aux parements soignés dont la fonction doit encore être déterminée. Entre les murs M5 et M6, et à l’est de ce dernier, quelques tessons de céramique à vernis noir fournissent le premier indice d’une occupation plus ancienne de ce secteur extra-muros, du moins pour l’un des édifices méridionaux. Cette portion du sondage D3, aujourd’hui en cours de fouille, a été également remaniée puis délaissée vers la fin de l’époque impériale, comme l’indique la composition du mobilier des niveaux supérieurs.

Sondage D6, extra-muros

29En 2016, un second sondage, D6, aux dimensions limitées que celles du sondage D3, et situé plus au sud a été implanté afin de vérifier ce que nous avions constaté dans la partie la plus septentrionale de la stratigraphie côtière et sur les images des prospections géophysiques de 2011 et 2015, c’est-à-dire une absence de structures visibles, suggérant l’hypothèse d’un espace non bâti de grandes dimensions qui pourrait faire penser à une place. Le résultat de ce sondage semble confirmer que le lieu ne possédait pas de structures bâties, mais un sol de circulation posé sur un remblai probablement tardif (IVe siècle), épais d’environ 1 m. L’élargissement du sondage D3 vers le sud devrait confirmer ces données.

La zone C : le secteur maritime

30L’ensemble de ces recherches est complété par l’étude des vestiges conservés en mer, et en particulier celle des importants viviers situés en face du lieu-dit Le Guardiole. La baie de Castrum Novum recèle encore un abondant matériel archéologique, en grande partie pillé, dont les restes d’un navire d’époque romaine, aujourd’hui disparu.

  • 19 Gran-Aymerich – Dominguez-Arranz 2011.

31La chronologie et le contexte de l’abandon de l’ancienne colonie seront mieux cernés avec la poursuite de la recherche, en particulier avec l’étude de la céramique sigillée du site. Une analyse préliminaire du mobilier tardif semble dater du Ve siècle les derniers produits d’importation africaine, ce qui contraste avec les résultats obtenus au cours de prospections effectuées dans l’ensemble du territoire situé entre Pyrgi et Centumcellae. En revanche, la fourchette chronologique proposée s’accorde avec celle issue de l’étude de la céramique et des amphores trouvées en mer. Il est encore tôt pour tirer une conclusion, mais dès le VIe siècle, un nouvel habitat s’installe dans l’arrière-pays, sur la colline de la Castellina del Marangone19 : la revitalisation de l’ancien centre étrusque, interprété par certains comme le Castrum Vetus, a dû entraîner le dépeuplement progressif de la colonie romaine.

Haut de page

Bibliographie

Benelli et al. 2017 = E. Benelli, F. Enei, S. Nardi-Combescure, G. Poccardi, J. Boucard, H. Cador, V. Cicolani, F. De Angelis, Castrum Novum (Santa Marinella, prov. de Rome), Chronique des activités archéologiques de l’École française de Rome, 2017 [en ligne] : http://cefr.revues.org/1692

Boucard – Cador 2016 = J. Boucard, H. Cador, Les estampilles sur briques à l’époque romaine en Etrurie méridionale : étude d’un petit corpus provenant du sondage D2 sur le site de Castrum Novum (Santa-Marinella, Italie), dans F. Enei, S. Nardi Combescure, G. Poccardi (dir.), Castrum Novum. Storia e archeologia di una colonia romana nel territorio di Santa Marinella, Quaderno 3, Santa Marinella, 2016, p. 101-105.

Cipriani 1971-1972 = I. Cipriani, Scavi archeologici a Castrum Novum alla fine del XVIII secolo, dans RPAA (Serie III), 44, 1971-1972, p. 305-327.

Enei – Nardi Combescure – Poccardi 2016 = F. Enei, S. Nardi Combescure, G. Poccardi (dir.), Castrum Novum 3. Storia e archeologia di una colonia romana nel territorio di Santa Marinella, Santa Marinella, 2016.

Gianfrotta 1972 = P.A. Gianfrotta, Forma Italiae VII - Castrum Novum, Rome, 1972.

Gran-Aymerich – Dominguez-Arranz 2011 = J. Gran-Aymerich, A. Dominguez-Arranz (dir.), La Castellina a sud di Civitavecchia. Origini ed eredità. Origines protohistoriques et évolution d’un habitat étrusque, Rome, 2011 (Bibliotheca Archaeologica, 47).

Haack 2011 = M.L. Haack, Castrum Novum. Le notizie storiche, dans F. Enei, M.L. Haack, S. Nardi-Combescure, G. Poccardi, Castrum Novum 1. Storia e archeologia di una colonia romana nel territorio di Santa Marinella, Santa Marinella, 2011, p. 4-6.

Haack 2014 = M.L. Haack, Zona A, settore 1 : le balneum delle Guardiole. Les inscriptions découvertes lors de la campagne 2013, dans F. Enei, M.-L. Haack, S. Nardi-Combescure, G. Poccardi et al., Castrum Novum (Santa Marinella, prov. de Rome), Chronique des activités archéologiques de l’École française de Rome, 2014 [en ligne] : http://cefr.revues.org/1188

Nardi Combescure 2011 = Sara Nardi Combescure, La storia delle ricerche, dans F. Enei, M.-L. Haack, S. Nardi-Combescure, G. Poccardi, Castrum Novum 1. Storia e archeologia di una colonia romana nel territorio di Santa Marinella, Santa Marinella, 2011, p. 7.

Nardi Combescure 2016 = S. Nardi Combescure, Vers une interprétation du site archéologique des Guardiole, dans F. Enei, S. Nardi Combescure, G. Poccardi (dir.), Castrum Novum. Storia e archeologia di una colonia romana nel territorio di Santa Marinella, Quaderno 3, Santa Marinella, 2016, p. 148-152.

Nardi Combescure, sous presse = S. Nardi Combescure, Castrum Novum (Santa Marinella, Rome). Les sépultures autour du castrum : un premier regard, dans Temporis Signa, sous presse.

Sear 2006 = F. Sear, Roman theatres, Oxford, 2006.

Stasolla 2018 = F.R. Stasolla, Molti territori, molti attori : la complessità delle dinamiche di popolamento lungo il tratto laziale della via Aurelia, dans C. Citter, S. Nardi Combescure, F.R. Stasolla (dir.), Entre la terre et la mer. La via Aurelia et la topographie du littoral du Latium et de la Toscane, actes du colloque (Paris, 14-15 juin 2014), Rome, 2018 (Percorsi, Strutamenti e Temi di Archeologia, 1), p. 67-82.

Susi 2000 = E. Susi, I culti farfensi nel secolo VIII, dans S. Boesch Gajano, E. Petrucci (dir.), Santi e culti del Lazio. Istituzioni, società, devozioni, Rome, 2000, p. 61-68.

 

Haut de page

Notes

1 Voir à ce propos Haack 2011, p. 4-6. Il s’agit d’une mission associant les universités de Lille, de Picardie ainsi que l’UMR 8564 du CNRS – Ens, Paris (AOrOc), et le Gruppo Archeologico del Territorio Cerite (GATC). Nous voudrions aussi y associer, pour son aide précieuse, la dott.ssa R. Zaccagnini (Soprintendenza Archeologica. Provincia di Viterbo e Etruria Meridionale).

2 Voir en particulier Gianfrotta 1972 et Enei – Nardi Combescure – Poccardi 2016.

3 Rut. Nam., 1, 216-248 ; Itin. Anton. Aug., 498-499. L’histoire et l’archéologie des ports et des mouillages du tronçon de littoral situé entre Santa Severa et Corneto ont fait l’objet du mémoire d’habilitation à diriger des recherches de Sara Nardi Combescure, soutenu en décembre 2017 et dont la publication est prévue en 2020 (Entre la terre et la mer. Ports et mouillages sur le littoral tyrrhénien entre Santa Severa et Corneto du Ve au XVe siècle. Textes et archéologie, université de Paris-Nanterre).

4 Cette opération, financée par l’UMR 8546 du CNRS (AOrOc), et menée sous la direction de S. Campana et F. Pericci (université de Sienne, ATS s.r.l), a montré l’existence de structures imposantes, relatives à un habitat dont l’urbanisme rappelle celui des castra des colonies romaines d’époque médio-républicaine. En ce qui concerne les premières campagnes de fouilles archéologiques menées sur le castrum aux XVIIIe et XIXe siècles, nous disposons des travaux de I. Cipriani (1971-1972, p. 305-327) ainsi que Nardi Combescure 2011, p. 7.

5 Gianfrotta 1972, p. 110-115.

6 Nous renverrons à ce propos à Nardi Combescure 2013.

7 CIL XV, 1109 ; 1110, 1-5 ; 1110, 6 = CIL XI, 6672, 67 ; 1110, 7-8.

8 Haack 2014.

9 Stasolla 2018, p. 67-82.

10 AA.SS. Mai VI, p. 71 ; sur Sentias, voir Susi 2000, p. 11-28.

11 Nardi Combescure, sous presse.

12 Voir note 4.

13 Nardi Combescure, sous presse

14 Sear 2006, p. 25 et 40.

15 Boucard – Cador 2016, p. 100-105.

16 Benelli et al. 2017.

17 Gianfrotta 1972, p. 87-91.

18 Archivio fotografico, Museo Villa Giulia, S. Marinella, negativi n. 177423-177431.

19 Gran-Aymerich – Dominguez-Arranz 2011.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Tabula Peutingueriana (segmentum 5).
Crédits https://www.hs-augsburg.de/​~harsch/​Chronologia/​Lspost03/​Tabula/​tab_or04.html
Titre Fig. 2 – Plan aérophotographique du site de Castrum Novum – commune de Santa Marinella.
Crédits V. Picard, CNRS IRAA USR 3155 du CNRS, UPPA.
Titre Fig. 3 – Vue zénithale de l’ensemble des zones B et D du site de Castrum Novum.
Crédits G. Poccardi (Photographie T. Nicq, Halma UMR 8154, Lille).
Titre Fig. 4 – Vue du balneum de Le Guardiole.
Crédits F. Enei.
Titre Fig. 5 – La partie méridionale de l’enceinte médio-républicaine depuis l’est.
Crédits F. Enei.
Titre Fig. 6 – Le petit édifice de type théâtral.
Crédits M. Anzidei, Istituto Nazionale di Geofisica e Vulcanologia di Roma.
Titre Fig. 7 – Plan du sondage 5.
Crédits V. Picard, CNRS IRAA USR 3155 du CNRS, UPPA.
Titre Fig. 8 – Vue photogrammétrique des trois quarts nord de la partie romaine (secteur 2) de la coupe stratigraphique.
Crédits V. Picard, CNRS IRAA USR 3155 du CNRS, UPPA et T. Nicq, CNRS, Halma, UMR 8154, Lille.
Titre Fig. 9 – Vue zénithale du sondage D3.
Crédits T. Nicq, CNRS, Halma UMR 8154, Lille.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Veronica Cicolani, Flavio Enei, Sara Nardi Combescure et Grégoire Poccardi, « Castrum Novum », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité, 132-1 | -1, 125-135.

Référence électronique

Veronica Cicolani, Flavio Enei, Sara Nardi Combescure et Grégoire Poccardi, « Castrum Novum », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En ligne], 132-1 | 2020, mis en ligne le 07 décembre 2020, consulté le 26 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/mefra/10113 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mefra.10113

Haut de page

Auteurs

Veronica Cicolani

UMR 5140, CNRS-UPV labex ArcHiMedE — veronica.cicolani@gmail.com 

Articles du même auteur

Flavio Enei

Polo Museale Civico del Castello di Santa Marinella — fenei@comune.santamarinella.rm.it

Sara Nardi Combescure

Université de Picardie, CRAE, UMR 8546-AOrOc, CNRS, ENS-PSL — sara.nardi-combescure@u-picardie.fr

Grégoire Poccardi

Université de Lille, UMR 8164-HALMA — gregoire.poccardi@univ-lille.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search