Navigation – Plan du site

AccueilNuméros132-1Le projet ANR CaecinaL’évolution de la langue étrusquePenser les contacts de langues da...

Le projet ANR Caecina
L’évolution de la langue étrusque

Penser les contacts de langues dans l’Italie préromaine aujourd’hui

Gilles van Heems
p. 137-144

Résumés

Ce texte se veut une introduction générale aux problèmes spécifiques posés par la linguistique de contact lorsqu’on tente d’appliquer ses principes et méthodes aux langues à corpus de l’Italie préromaine. Il dresse un état des lieux et ouvre des perspectives dans ce domaine.

Haut de page

Texte intégral

1C’est aussi – et peut-être même d’abord – dans le domaine de la langue et des inscriptions que l’on peut observer avec quelque peu de détail les complexes jeux d’influence que les langues de l’Italie préromaine ont exercés les unes sur les autres tout au long de leurs périodes d’existence (durant la période documentaire, mais aussi pour la période pré-documentaire). Il était donc inévitable d’aborder, dans le cadre du programme CAECINA, le thème des contacts entre l’étrusque et les langues qui l’entourent. Or, comme on le sait, ce sujet du contact entre les langues est aussi ancien ou presque que l’étude scientifique des langues du monde : il suffira de rappeler, historiquement, que dès les années 1870 – si l’on admet que la Wellentheorie développée par J. Schmidt (1872), à contre-courant de la Sprachbaumtheorie alors dominante, représente la première systématisation scientifique de l’effet linguistique du contact entre deux langues – le contact interlinguistique a été reconnu comme un facteur du changement linguistique à la fois distinct et concurrent de l’héritage généalogique.

  • 1 Conway 1892 ; Deecke 1883 ; Ernout 1929 ; Ernout 1952.
  • 2 On citera la fameuse étude d’E. Fiesel sur l’adaptation des noms mythologiques grecs en étrusque, (...)

2De fait, sur le versant italien on constate que cette thématique intervient dès les origines de la linguistique étrusco-italique et qu’on lui confie alors deux tâches : déterminer d’abord quel rôle les langues voisines du latin, et notamment l’étrusque, ont eu dans la formation du latin (Conway, Deecke, Ernout), dans une perspective qui est alors encore largement latino-centriste1 ; mieux comprendre ensuite les témoignages conservés de ces langues fragmentaires ou Restsprachen que sont les langues de l’Italie préromaine hors le latin et le grec. On ne s’en étonnera d’ailleurs guère : une telle précocité trouve son explication naturelle dans le fait que les éléments alloglottes sont ceux que l’on est en mesure de repérer le plus immédiatement dans ces langues souvent obscures, voire, dans certains cas, les seuls qu’on puisse véritablement comprendre2 ; pas plus qu’on ne s’étonnera que, depuis le temps des pionniers, les études consacrées aux effets du contact linguistique sur l’étrusque (ou à partir de l’étrusque) se soient enchaînés sans discontinuer.

  • 3 Le lecteur pourra se faire une idée (très partielle) de cette richesse en consultant l’orientation (...)
  • 4 Sur cette question, van Heems 2009, 2016 et 2017.

3Dans un tel cadre, balisé par de nombreuses et importantes contributions3, il s’agissait d’explorer une voie qui s’est révélée particulièrement féconde dans l’étude de la langue étrusque, celle de l’application des méthodes et des concepts élaborés par ce secteur de la linguistique générale qu’est la linguistique de contact (contact linguistics) et ses nombreuses ramifications4.

L’Italie étrusque sous le regard du linguiste

4En réalité, il faut bien avoir conscience que la question des contacts entre les langues est consubstantielle à toute réflexion sur la langue. Car au rebours de ce qui se passe dans nos sociétés contemporaines, où tend à s’imposer un modèle de société monolingue, fondée sur l’utilisation d’une langue unique et pratiquée normalement par l’ensemble des habitants d’un État, une langue, en particulier dans l’Antiquité, est par nature toujours en contact avec d’autres langues (ne serait-ce que d’autres variétés d’un même continuum linguistique). Et c’est par rapport à ces dernières qu’elle se définit. D’ailleurs les spécialistes de linguistique historique savent mieux que tous autres que la condition même d’exercice de cette discipline dépend, in fine, de l’existence de contacts culturels et linguistiques qui ont permis l’adoption de systèmes d’écritures.

  • 5 Nichols 1992.
  • 6 Sur cette lecture et ses implications sur l’histoire linguistique de l’Italie, voir Luján 2011, p. (...)

5Si l’on peut convenir que la situation linguistique de l’Italie du Ier millénaire av. J.-C. peut être rapprochée des spread zones de J. Nichols5, et qui fait que l’étrusque, malgré sa large diffusion (géographique et documentaire) dans la Péninsule, reste une langue minoritaire6, la question centrale que doit se poser le linguiste est celle du repérage et de la correcte interprétation d’un trait linguistique identifié dans deux langues – surtout lorsque les deux langues concernées sont apparentées l’une à l’autre. Le problème de la distinction entre trait hérité et trait acquis a occupé, historiquement, les « glottologues » au moment où l’urgence scientifique était de déterminer la place respective des groupes latino-falisque et sabellique dans le Sprachbaum des langues indoeuropéennes d’Italie, et a donné lieu à l’élaboration de deux modèles principaux et opposés l’un à l’autre, celui du Sprachbaum, ou arbre généalogique, contre celui du Sprachbund, ou aire d’affinités linguistiques. Or ce dernier modèle, largement délaissé aujourd’hui, mérite d’être réactivé pour comprendre la situation linguistique de l’Italie centrale au Ier millénaire, à la lumière des nouveaux apports de la recherche : la koinè culturelle que forment ces peuples au Ier millénaire implique-t-elle une forme préexistante ou résultante de koinè linguistique ? Cette communauté interlinguistique investit-elle seulement l’Italie centrale, ou concerne-t-elle d’autres parties de l’Italie – comme l’Italie du Sud, avec le contact entre les communautés grecques et oscophones –, ou l’Italie septentrionale ? Ces dernières zones pourraient-elles faire figure d’autres aires linguistiques ? Le postulat que l’Italie centrale forme un Sprachbund a également des conséquences sur notre approche de l’histoire linguistique de la Péninsule sur le temps long : quels rapports faut-il postuler à l’époque pré-documentaire, pour expliquer l’existence éventuelle d’une aire culturelle à l’époque historique ? Et, inversement, la situation linguistique que l’on peut reconstruire pour l’époque pré-documentaire permet-elle de conclure à l’existence d’un Sprachbund en Italie centrale à l’époque historique ?

Problèmes propres aux langues fragmentaires

6L’obstacle majeur à un tel projet est posé, on s’en doute, par les conditions mêmes d’attestation de ces langues fragmentaires : ces contraintes propres aux Restsprachen ne sont pas sans lourdement compromettre la possibilité même d’appliquer à ces langues des modèles qui ont été élaborés à partir des langues vivantes. Les contraintes principales, à côté de celle qui concerne l’ensemble des langues historiques, à savoir la disparition de leurs locuteurs naturels et le caractère irrémédiablement fini et écrit du corpus de textes disponibles, sont les deux suivantes : 1) la contraction chronologique de nos sources, puisque les langues de l’Italie préromaine ne nous sont connues qu’à travers une fenêtre temporelle relativement étroite, les VIIIe-Ier siècles av. J.-C. pour les plus « chanceuses » d’entre elles ; 2) la partialité et les lacunes de notre documentation, qui font que nous ne pouvons appréhender les situations de bilinguisme et de contacts interculturels et interlinguistiques entre les sociétés de l’Italie préromaine qu’à travers les traces et les résultats qu’elles ont produits dans les documents à notre disposition.

  • 7 Agostiniani 1998.
  • 8 Voir, entre autres nombreux exemples, Trombetti 1928, p. 45.
  • 9 Voir dernièrement Aikhenvald – Dixon 2007.

7Or une telle analyse menée dans une perspective translinguistique est fondamentalement ambiguë, pour deux raisons fondamentales :
1) l’ambivalence des traits analysés : même pour les éléments lexicaux visiblement empruntés par l’étrusque ou à l’étrusque, il n’est pas toujours simple ni possible de déterminer d’où vient le mot. On citera l’emblématique histoire du nom du vin en étrusque : longtemps tenu, à cause de l’homographie quasi exacte avec lat. uinum, pour un emprunt à cette langue, l’étr. vinum a fini par être à juste titre considéré comme l’étymon du mot latin (et lui-même comme un emprunt direct au gr. *Ϝοῖνος) grâce à L. Agostiniani7. Et ce travail est d’autant plus difficile que la proximité généalogique de certaines de ces langues rend encore plus méconnaissables les phénomènes d’emprunts et donc leur correcte analyse : si l’on reconnaît, par exemple, que le suffixe étr. ‑ie, employé surtout pour former des anthroponymes masculins, résulte de l’acclimatation morpho-phonétique en étrusque du suffixe *‑yo‑ des langues indoeuropéennes – c’est d’ailleurs l’un des acquis les plus anciens de l’étruscologie linguistique8 –, il est en toute objectivité impossible de déterminer à quelle langue ou à quel groupe linguistique ce suffixe a été emprunté (latino-falisque ? Sabellique ? Une autre langue ?). La ressemblance structurelle (héritée ou acquise) est d’ailleurs un élément qui a une incidence toute particulière sur notre appréhension des phénomènes d’interférences linguistiques : comme l’ont prouvé de nombreux travaux9, la proximité structurelle entre deux langues facilite le passage d’un trait linguistique d’une langue donnée à l’une ou plusieurs de ses voisines, l’idée fondamentale étant que deux langues géographiquement proches partagent certains traits, tout particulièrement quand il s’agit de langues non apparentées et que ces traits sont caractéristiques d’une des deux familles.
2) la difficulté de reconstruire avec précision les facteurs historiques (entendons par là essentiellement sociolinguistiques) qui ont rendu possibles les changements linguistiques induits par le contact. Car – et c’est certainement l’apport le plus important des études de linguistique générale consacrées à ces questions - ces facteurs sont essentiels pour comprendre à la fois les mécanismes de l’interférence linguistique et prédire la forme et le degré de ce phénomène.

Facteurs sociaux et culturels

8Je crois que l’utilité majeure, pour l’antiquisant, de ces travaux issus de l’observation de phénomènes d’interférences in fieri ou dans des langues modernes à corpus non limités, réside précisément dans leur vocation prédictive : puisqu’on dispose de modèles capables d’inférer, dans une certaine mesure, les effets d’une situation de contact interlinguistique, alors nous pouvons, à rebours, nous en servir pour tenter de reconstituer les conditions socio-culturelles qui ont rendu possibles les phénomènes d’interférence observés dans notre documentation – conditions, qui on le verra, sont réunies en Italie dès l’époque des premières attestations écrites, voire probablement à l’époque prédocumentaire.

  • 10 Fondamentaux à ce sujet sont : Thomason – Kaufman 1988 ; Thomason 2000 et 2001. Pour une applicati (...)

9Des quatre facteurs fondamentaux du changement linguistique induit par le contact, tels que les spécialistes du champ ont pu les reconstruire10, trois sont en effet sociolinguistiques :
1) la durée du contact entre les langues concernées : plus celle-ci est longue, plus nombreuses les interférences risquent d’être ;
2) le nombre de locuteurs bilingues et les rapports de force démographiques entre les communautés linguistiques concernées sur un territoire donné ;
3) les rapports de force sociolinguistiques (phénomènes de diglossie, prestige de la langue-source, etc.)
4) la distance typologique (plus cette dernière est élevée, moins faciles seront les emprunts).

  • 11 Voir, par exemple, Aikhenvald – Dixon 2007, p. 26-36.

10Si les travaux des spécialistes ont permis, bien entendu, de raffiner constamment cette approche et d’allonger la liste des facteurs linguistiques intervenant dans l’interférence interlinguistique11, il faut toutefois avoir conscience des limites de ces approches pour les spécialistes de langues anciennes : bon nombre de ces facteurs qui peuvent être mis en évidence à partir de corpus linguistiques contemporains sont invérifiables dans la documentation disponible au spécialiste des langues de l’Italie préromaine.

Le problème de l’emprunt

  • 12 On se référera d’abord aux travaux pionniers d’A. Ernout : Ernout 1929 et 1952. Parmi les contribu (...)

11L’histoire de nos disciplines, comme je le rappelais pour commencer, montre que le phénomène de l’interférence linguistique a d’abord et surtout été observé sous l’œil de l’emprunt lexical12. Bien des raisons peuvent expliquer un tel tropisme. On soulignera en particulier la pression « herméneutique » qui s’impose au spécialiste de ce champ disciplinaire : pour nombre d’entre eux l’« urgence immédiate » est d’abord d’offrir une interprétation correcte du contenu de nos inscriptions aux historiens et aux archéologues, la description linguistique de ces langues étant clairement considérée comme d’importance secondaire ou ancillaire. Une autre cause profonde de cet attrait pour l’emprunt lexical est plus nettement linguistique, et liée à la transparence des formes empruntées : celles-ci sont en effet bien plus aisées à repérer, à analyser et à interpréter que les emprunts phonétiques, morphologiques ou syntaxiques ou même que le fonds lexical indigène de certaines langues comme l’étrusque. Mais en réalité l’emprunt lexical n’est qu’un épiphénomène – le plus évident et peut-être le moins significatif, car il est universel et surtout extrêmement ambivalent quant à ses causes – de l’interférence linguistique. Or si l’on veut aujourd’hui progresser dans notre claire compréhension des phénomènes d’interférence interlinguistique, il faut absolument aborder ce thème dans sa globalité et prendre en compte tous les effets de l’interférence (ou plus exactement des interférences) mutuelle(s) entre les langues de l’Italie préromaine. Car une même situation socio-linguistique peut avoir des effets linguistiques divers (puisque les langues concernées sont différentes) et inversement un phénomène pris isolément peut recevoir différentes interprétations.

  • 13 Sur la question, voir la synthèse proposée par Bakker 2003.

12Aussi la première tâche qui incombe au linguiste est-elle de distinguer entre les différentes manifestations que peut revêtir l’interférence linguistique dans notre documentation. Or celles-ci sont éminemment variables et variées : on peut ainsi isoler les emprunts stricto sensu, qui peuvent concerner n’importe quel élément linguistique (lexème, phonème, morphème, accent, etc.) des calques sémantiques et syntaxiques, du code-switching et du code-mixing, mais aussi des phénomènes plus ou moins aboutis d’assimilation linguistique, voire, dans des cas bien particuliers, de genèse de langues mixtes (lingua franca, pidgins, créoles) – ce que notre documentation, puisque par nature une lingua franca, qui ne sert qu’à des fins de communication immédiate entre deux communautés de locuteurs, n’est a priori pas destinée à laisser des traces écrites durables, ne devrait pas permettre de vérifier ou alors de manière très périphérique. Il est donc possible que divers types de langues mixtes aient existé dans l’Antiquité – d’ailleurs certaines sources pourraient se laisser interpréter dans ce sens –, mais elles n’ont pas dû laisser de traces13.

Bilinguisme et changement linguistique

  • 14 Thomason – Kaufman 1988.

13Là encore, les théories développées à partir des situations contemporaines et in fieri de contact de langues peuvent, grâce à leur intention prédictive, offrir à l’antiquisant des pistes de recherche féconde. Ainsi, l’échelle de l’emprunt élaborée par Thomason et Kaufman en 198814 peut offrir un cadre utile, tant qu’on n’en reste pas prisonniers, pour essayer d’évaluer la profondeur du bilinguisme entre les communautés linguistiques en contacts de l’Italie préromaine.

14On rappellera que cette échelle comporte cinq degrés, qui soulignent combien il est illusoire de vouloir se fonder sur le seul emprunt lexical pour tenter d’aborder la question du bilinguisme :

151) Casual contact : lexical borrowing only
À ce stade, on n’observe que des emprunts lexicaux, limités aux parties du discours signifiantes (ce qui exclut, donc, les mots fonctionnels), qui s’expliquent par des raisons culturelles et/ou fonctionnelles (arrivée de nouvelles technologies, de nouveaux concepts ou de nouveaux objets). On notera qu’à ce stade c’est surtout le vocabulaire non basique qui est concerné : le vocabulaire de base résiste mieux aux phénomènes d’interférence.

162) Slightly more intense contact: slight structural borrowing.
À ce stade, les emprunts structurels apparaissent, mais restent faibles et superficiels : l’emprunt de mots fonctionnels se limite aux conjonctions et aux particules adverbiales et l’emprunt de traits phonologiques et syntaxiques est limité : ainsi, les phonèmes empruntés sont exclusivement réservés aux lexèmes d’emprunt, et les modifications structurelles induites sont très faibles.

173) More intense contact: slightly more structural borrowing.
On reconnaît ce stade au fait que les emprunts structurels y sont un peu plus forts : ainsi, la langue-cible peut emprunter des adpositions et abstraire des mots empruntés des affixes dérivationnels pour les utiliser pour sa propre création lexicale ; on notera aussi que les pronoms personnels et démonstratifs, ainsi que les numéraux de rang bas, qui appartiennent au vocabulaire de base, ont plus de chances d’être adoptés dans ce type de situations que dans les deux précédentes ; en ce qui concerne le système phonologique et la syntaxe, enfin, on remarquera également deux points intéressants : 1) des traits prosodiques ou concernant la structure syllabique sont alors susceptibles d’être empruntés ; 2) de légers changements syntaxiques peuvent intervenir, tels que l’emprunt de postpositions dans des langues ne connaissant que des prépositions.

184) Strong cultural pressure : moderate structural borrowing
À ce stade, les emprunts concernent des traits structurels majeurs de la langue-cible, qui toutefois n’occasionnent qu’un changement typologique mineur.

195) Very strong cultural pressure : heavy structural borrowing
Contrairement au stade précédent, les emprunts concernant des traits structurels majeurs de la langue-cible provoquent un bouleversement typologique tel que la disparition définitive de la langue-cible en tant qu’unité linguistique autonome est proche.

20Si l’on doit rester prudent avec ces modèles – et l’un des rôles du spécialiste de linguistique ancienne est précisément de sonder l’intérêt et les limites de ces modèles, qui ne s’adaptent qu’imparfaitement à nos terrains d’enquête –, il convient de penser la langue comme un bien culturel susceptible d’être l’objet de transferts, dans des modalités que l’histoire culturelle et sociale a bien mis en évidence.

Contacts de langues, normalisation et conscience linguistique

  • 15 van Heems 2016, p. 116-117.

21Une dernière série de remarques doit avoir trait au rôle que le contact interlinguistique peut avoir dans l’émergence d’une conscience linguistique à l’intérieur d’une communauté de locuteurs donnée. Car une langue se construit nécessairement par réaction par rapport à une ou plusieurs autres langues – quel que soit le type de réaction : de l’acceptation de sa ressemblance avec tel idiome déjà constitué de manière autonome, qu’il lui soit apparenté ou non, au rejet de toute convergence avec lui, là encore, quel que soit le degré de parenté entre les deux idiomes. Quiconque s’intéresse à l’histoire linguistique de l’Italie préromaine aurait ainsi grand intérêt à utiliser les notions élaborées pour réfléchir aux phénomènes de normalisation et de standardisation linguistique dans les idiomes contemporains, de langue par distance (Abstandsprache), langue par élaboration (Aufbausprache) et langue-toit (Dachsprache)15. On peut considérer dans cette perspective l’histoire du latin de Rome qui, à partir du IVe siècle (mais sans doute déjà, plus modérément, avant), fait clairement des choix de normalisation qui s’opposent aux pratiques privilégiées dans les autres dialectes latins et contribuent ainsi à lui donner son identité. Cette construction identitaire du latin médio-républicain, qui ne sera parachevée qu’à l’époque classique, se fait, de manière intéressante, non pas par opposition à des langues comme l’étrusque ou le grec, qui, par leur étrangeté évidente (Abstandsprache), ne menacent pas l’identité linguistique des Romains – le grec d’ailleurs devient à l’époque républicaine le modèle assumé du latin –, mais par opposition aux autres dialectes du Latium et au falisque (Ausbausprache) : la normalisation du latin de Rome, qui se fait par élaboration, procède par l’exclusion de traits considérés comme déviants, qui pourtant sont attestés dans les autres dialectes latins, et parallèlement par la constitution d’une polarisation sociolinguistique stigmatisant par le qualificatif de rusticus les variétés extra-urbaines et réservant le qualificatif connoté positivement urbanus au seul latin de Rome.

Orientation bibliographique

1. Contacts de langues, interférences linguistiques et linguistique historique

22A.Y. Aikhenvald, R.M.W. Dixon, Introduction, dans Id. (dir.), Grammars in contact. A cross-linguistic typology, Oxford, 2007, p. 1-66.
P. Bakker, Mixed languages as autonomous systems, dans Y. Matras, P. Bakker (dir.), The mixed language debate. Theoretical and empirical advances, Berlin-New York, 2003, p. 107-150.
N. Boretzky, Kreolsprachen, Substrate und Sprachwandel, Wiesbaden, 1983.
L. Deroy, L’Emprunt linguistique, Paris, 1956.
R.W. Dixon, The rise and fall of languages, Cambridge, 1997.
E. Haugen, Dialect, language, nation, dans American Anthropologist, 68, 1966, p. 922-935.
L. Johanson, Contact-Induced change in code-copying framework, dans M. C. Jones, E. Esch (dir.), Language change. The interplay of internal, external and extra-linguistic factors, Berlin, 2002, p. 285-313.
H. Kloss, Abstand Languages and Ausbau languages, dans Anthropological Linguistics, 9, 1967, p. 29-41.
H. Kloss, Abstandsprachen und Ausbausprachen, dans J. Göschel et al. (dir.), Zur Theorie des Dialekts : Aufsätze aus 100 Jahren Forschung, Wiesbaden, 1976, p. 301-322.
E.R. Luján, Conclusiones, dans C. Ruiz Darasse, E.R. Luján (dir.), Contacts linguistiques dans l’Occident méditerranéen antique, Madrid, 2011, p. 257-268.
J. Nichols, Linguistic diversity in space and times, Chicago-Londres, 1992.
R. Nicolaï, La traversée de l’empirique. Essai d’épistémologie sur la construction des représentations de l’évolution des langues, Paris, 2000.
R. Nicolaï, La force des choses ou l’épreuve nilo-saharienne : questions sur les reconstructions archéologiques et l’évolution des langues, Cologne, 2003.
S. Thomason, Linguistic areas and language history, dans D. Gilbers, J. Nerbonne, J. Schaeken (dir.), Languages in contact, Amsterdam, 2000, p. 311-327.
S. Thomason, Language contact: An introduction, Washington, 2001.
S. Thomason, T. Kaufman, Language contact, creolization, and genetic linguistics, Berkeley, 1988.
P. Trudgill, Dialects in Contact, Oxford, 1986.
P. Ureland (dir.), Die Leistung der Strataforschung und der Kreolistik : typologische Aspekte der Sprachkontakte, Actes du colloque (Mannheim, 1982), Tübingen, 1982.
U. Weinreich, Languages in contact: Findings and problems, New York, 1953.
U. Weinreich, Is a structural dialectology possible?, dans Word, 10, 1954, p. 388-400.

2. Emprunts, convergences, interférences et normalisation linguistique en Italie centrale

23T.N. Adams, Bilingualism and the Latin language, Cambridge, 2003.
L. Agostiniani, Le « Iscrizioni parlanti » dell’Italia antica, Florence, 1982.
L. Agostiniani, Sull’origine del nome del vino in etrusco e nelle altre lingue dell’Italia antica, dans Do-ra-qe pe-re. Studi in memoria di Adriana Quattordio Moreschini, Pise, 1998, p. 1-13.
G. Bakkum, The Latin dialect of the Ager Faliscus: 150 years of scholarship, Amsterdam, 2009.
E. Benelli, Le iscrizioni bilingui etrusco-latine, Florence, 1994.
G. Bonfante, Etruscan words in Latin, dans Word, 36, 1985, p. 203-210. 
G. Breyer, Etruskisches Sprachgut im Lateinischen unter Ausschluß des spezifisch onomastischen Bereich, Louvain, 1993.
J. Clackson, G. Horrocks, The Blackwell history of the Latin language, Malden-Oxford, 2007.
R. Conway, On the change of d to l in Italic, dans IndogermF, 2, 1893, p. 157-167.
M. Cristofani, Contatti fra Lazio ed Etruria in età arcaica : documentazione archeologica e testimonianze epigrafiche, dans Alle origini del latino, Actes du colloque (Pise, 1980), Pise, 1982, p. 27-42.
C. de Simone, Die griechischen Entlehnungen im Etruskischen, Wiesbaden, 1968-1970.
C. de Simone, Etrusco Acvilna - latino Aquilius. Un problema di intercambio onomastico, dans La Parola del Passato, 44, 1989, p. 263-280.
C. de Simone, Gli Etruschi e Roma : evidenza linguistica e problemi metodologici, dans Gli Etruschi e Roma, Actes du colloque (Rome, 1979), Rome, 1981, p. 93-103.
C. de Simone, Gli imprestiti etruschi nel latino arcaico, dans E. Campanile (dir.), Alle origini di Roma, Actes du colloque (Pise, 1987), Pise, 1988, p. 27-41.
G. Devoto, Storia della lingua di Roma, Rome, 1940.
A. Ernout, Les éléments étrusques du vocabulaire latin, dans BSL, 30, 1929, p. 82-124.
A. Ernout, Aspects du vocabulaire latin, Paris, 1952.
E. Fiesel, Namen des griechischen Mythos im Etruskischen, Göttingen, 1928.
R. Giacomelli, Problemi di storia linguistica del latino dialettale I. Ricerche falische, Florence, 1978.
R. Giacomelli, Written and spoken language in Latin‑Faliscan and Greek‑Messapic, dans JIES, 7, 1979, p. 149‑175.
M.-L. Haack, Langue et religion : le cas étrusque, dans Res Antiquae, 3, 2006, p. 337-350.
J. Hadas-Lebel, Le Bilinguisme étrusco-latin, Louvain, 2004.
P. Martino, Il problema dei semitismi antichi in latino, dans L’Italia e il Mediterraneo antico, Actes du colloque (Fisciano-Amalfi-Raito, 1993), Pise, 1995, p. 65-117.
A. Mullen, Introduction : Multiple languages, multiple identities, dans A. Mullen, P. James (dir.), Multilingualism in the Graeco-Roman worlds, Cambridge, 2012, p. 1-34.
R. Müller, Sprachbewußtsein und Sprachvariation im lateinischen Schrifttum der Antike, Munich, 2001.
V. Orioles, Lega linguistica italica e palatalizzazione, dans Incontri Linguistici, 16, 1993, p. 71-78.
V. Pisani, Zur Sprachgeschichte Altitaliens, dans RhM, 97, 1954, p. 47-68.
M.L. Porzio Gernia, Gli elementi celtici del latino, dans E. Campanile (dir.), I Celti d’Italia, Actes du colloque (Pise, 1980), Pise, p. 97-120.
P. Poccetti, Anthroponymes et toponymes issus d’ethniques et noms géographiques étrangers dans la Méditerranée archaïque, dans E. Luján, C. Ruiz Darasse (dir.), Contacts linguistiques dans l’Occident méditerranéen antique, Madrid, 2011, p. 162-163.
P. Poccetti, Aspetti e problemi della diffusione del latino in area italica, dans E. Campanile (dir.), Caratteri e diffusione del latino in età arcaica, Pise, p. 73-96.
P. Poccetti, Identità e identificazione del latino, dans P. Poccetti, D. Poli, C. Santini (dir.), Una Storia della lingua latina, Rome, 1999, p. 9-171.
A.L. Prosdocimi, Filoni indoeuropei in Italia. Riflessioni e appunti, dans L’Italia e il Mediterraneo antico, Actes du colloque (Fisciano-Amalfi-Raito, 1993), Pise, 1995, p. 7-167.
A.L. Prosdocimi, Sui primordi dell’indoeuropeo in Italia, dans Incontro di studi in memoria di Massimo Pallotino, Pise-Rome, 1999, p. 63-83.
H. Rix, Il latino e l’etrusco, dans Eutopia, 4-1, 1995, p. 73-88.
J. Stuart-Smith, Phonetics and philology: Sound change in Italic, Oxford, 2004.
O. Szemerényi, The origin of Roman drama and Greek tragedy, dans Hermes, 103, 1975, p. 300-332.
G. van Heems, À propos de l’échange graphique f-/h- en étrusque : emprunts ou innovations parallèles ?, dans E. Luján, C. Ruiz Darasse (dir.), Contacts linguistiques dans l’Occident méditerranéen antique, Madrid, 2011, p. 173-194.
G. van Heems, Vers une koinè italienne ? La langue latine au contact de ses voisines : questions de méthode et réflexions autour du cas du « bilinguisme » étrusco-latin, dans M. Aberson et al. (dir.), L’Italia centrale e la creazione di una koiné culturale ? I percorsi della « romanizzazione », Actes du colloque (Rome, 2014), Berne-Berlin-Bruxelles-Francfort-New York, 2016, p. 105-119.
R. Wallace, Zikh Rasna. A manual of the Etruscan language and inscriptions, New York, 2008, p. 129-131.
M. Watmough, Studies in the Etruscan loanwords in Latin, Florence, 1997.

Haut de page

Bibliographie

Agostiniani 1998 = L. Agostiniani, Sull’origine del nome del vino in etrusco e nelle altre lingue dell’Italia antica, dans Do-ra-qe pe-re. Studi in memoria di Adriana Quattordio Moreschini, Pise, 1998, p. 1-13.

Aikhenvald – Dixon 2007 = A.Y. Aikhenvald, R.M.W. Dixon, Introduction, dans A.Y. Aikhenvald, R.M.W. Dixon (dir.), Grammars in contact. A cross-linguistic typology, Oxford, 2007, p. 1-66.

Bakker 2003 = P. Bakker, Mixed languages as autonomous systems, dans Y. Matras, P. Bakker (dir.), The mixed language debate. Theoretical and empirical advances, Berlin-New York, 2003, p. 107-150.

Breyer 1993 = G. Breyer, Etruskisches Sprachgut im Lateinischen unter Ausschluß des spezifisch onomastischen Bereich, Louvain, 1993.

Conway 1892 = R. Conway, On the change of d to l in Italic, dans IndogermF, 2, 1893, p. 157-167.

Deecke 1883 = W. Deecke, Etruskische Forschungen VI. Die etrusckischen Bilinguen, dans W. Deecke, C. Pauli, Etruskische Forschungen und Studien V, Stuttgart, 1883.

Ernout 1928 = A. Ernout, Les éléments étrusques du vocabulaire latin, dans BSL, 30, 1929, p. 82-124.

Ernout 1952 = A. Ernout, Aspects du vocabulaire latin, Paris, 1952.

Fiesel 1928 = E. Fiesel, Namen des griechischen Mythos im Etruskischen, Göttingen, 1928.

Hadas-Lebel 2004 = J. Hadas-Lebel, Le Bilinguisme étrusco-latin, Louvain, 2004.

Luján 2011 = E.R. Luján, Conclusiones, dans C. Ruiz Darasse, E.R. Luján (dir.), Contacts linguistiques dans l’Occident méditerranéen antique, Madrid, 2011, p. 257-268.

Thomason 2000 = S. Thomason, Linguistic areas and language history, dans D. Gilbers, J. Nerbonne, J. Schaeken (dir.), Languages in contact, Amsterdam, 2000, p. 311-327.

Thomason 2001 = S. Thomason, Language Contact: An Introduction, Washington, 2001.

Thomason – Kaufman 1988 = S. Thomason, T. Kaufman, Language contact, creolization, and genetic linguistics, Berkeley, 1988.

Trombetti 1928 = A. Trombetti, La lingua etrusca, Florence, 1928.

van Heems 2009 = G. van Heems, Régler l’usage linguistique : réflexions préliminaires sur l’apport de la linguistique générale aux recherches sur l’étrusque et les langues de l’Italie préromaine, dans MEFRA, 121-1, 2009, p. 5-20.

van Heems 2016 = G. van Heems, Vers une koinè italienne ? La langue latine au contact de ses voisines : questions de méthode et réflexions autour du cas du « bilinguisme » étrusco-latin, dans M. Aberson et al. (dir.), L’Italia centrale e la creazione di una koiné culturale ? I percorsi della « romanizzazione », Actes du colloque (Rome, 2014), Berne-Berlin-Bruxelles-Francfort-New York, 2016, p. 105-119.

van Heems 2017 = G. van Heems, L’étruscologie linguistique aujourd’hui : brèves réflexions, dans Mediterranea, 14, 2017, p. 167-174.

van Heems sous presse = G. van Heems, Latinization of Italy, dans F. De Angelis, M. Maiuro (dir.), Oxford Handbook of Pre-Roman Italy, Oxford, sous presse.

Watmough 1997= M. Watmough, Studies in the Etruscan Loanwords in Latin, Florence, 1997.

 

Haut de page

Notes

1 Conway 1892 ; Deecke 1883 ; Ernout 1929 ; Ernout 1952.

2 On citera la fameuse étude d’E. Fiesel sur l’adaptation des noms mythologiques grecs en étrusque, qui fit longtemps date (Fiesel 1928).

3 Le lecteur pourra se faire une idée (très partielle) de cette richesse en consultant l’orientation bibliographique proposée en annexe.

4 Sur cette question, van Heems 2009, 2016 et 2017.

5 Nichols 1992.

6 Sur cette lecture et ses implications sur l’histoire linguistique de l’Italie, voir Luján 2011, p. 261-262.

7 Agostiniani 1998.

8 Voir, entre autres nombreux exemples, Trombetti 1928, p. 45.

9 Voir dernièrement Aikhenvald – Dixon 2007.

10 Fondamentaux à ce sujet sont : Thomason – Kaufman 1988 ; Thomason 2000 et 2001. Pour une application de ces concepts à l’Italie préromaine, voir van Heems 2016, en part. p. 114-116.

11 Voir, par exemple, Aikhenvald – Dixon 2007, p. 26-36.

12 On se référera d’abord aux travaux pionniers d’A. Ernout : Ernout 1929 et 1952. Parmi les contributions plus récentes, on citera les plus amples : Breyer 1993 ; Watmough 1997 ; Hadas-Lebel 2004.

13 Sur la question, voir la synthèse proposée par Bakker 2003.

14 Thomason – Kaufman 1988.

15 van Heems 2016, p. 116-117.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles van Heems, « Penser les contacts de langues dans l’Italie préromaine aujourd’hui », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité, 132-1 | -1, 137-144.

Référence électronique

Gilles van Heems, « Penser les contacts de langues dans l’Italie préromaine aujourd’hui », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En ligne], 132-1 | 2020, mis en ligne le 24 novembre 2020, consulté le 26 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/mefra/10158 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mefra.10158

Haut de page

Auteur

Gilles van Heems

Université Lumière – Lyon 2, UMR 5189 HiSoMA — gilles.van-heems@mom.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search