Navigation – Plan du site

AccueilNuméros132-1Le projet ANR CaecinaL’évolution de la langue étrusqueInterférence et convergence

Le projet ANR Caecina
L’évolution de la langue étrusque

Interférence et convergence

Le problème de l’emprunt des suffixes. À propos des suffixes étr. ‑θe/‑te et lat. ‑t(i)
Gilles van Heems
p. 145-155

Résumés

L’article s’intéresse à l’un des rares cas d’emprunts de morphèmes attestés entre l’étrusque et le latin, celui des suffixes ‑θe et ‑t(i)‑, dont la proximité phonétique et sémantique implique une probable origine commune. On y reprend l’ensemble des données étrusques concernant le suffixe ‑θe/‑te et latines concernant le suffixe ‑t(i)‑, éclairées par les données sabelliques, afin de déterminer le sens éventuel de l’emprunt et ce que ce type d’emprunt morphologique a à nous dire sur le bilinguisme des populations de l’Italie centrale au Ier millénaire av. J.-C.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Penser les contacts de langues dans l’Italie préromaine aujourd’hui, ici même.
  • 2 Trombetti 1928, p. 49 (qui lie déjà le suffixe étrusque à ce qui est pour lui la désinence de loc. (...)
  • 3 Steinbauer 1999, p. 126-127, qui penche pour une origine italique du suffixe.
  • 4 Rix 1963, p. 310 ; Rix 1972, p. 733 ; Rix 1995, p. 85 sq. ; Hadas-Lebel 2009, p. 198-199.
  • 5 Leumann – Hofmann – Szantir 1977, p. 345-346 ; Weiss 2009, p. 316-317.
  • 6 Poccetti 2011, p. 162-163 ; Massarelli 2009, p. 153-156.
  • 7 Nous nous permettons de renvoyer à van Heems 2009 et 2011.

1Comme je le rappelai dans l’article précédent1, les savants qui se sont intéressés aux contacts entre l’étrusque et les autres langues de l’Italie préromaine ont longtemps privilégié, voire exclusivement considéré les phénomènes d’emprunt lexical, laissant de côté – sans doute « faute de combattants », mais aussi parce qu’ils sont de toute évidence bien plus difficiles à repérer et à interpréter – les emprunts d’autres traits linguistiques, et en particulier les cas d’emprunts morphologiques, malgré leur intérêt notoire. L’une des rares exceptions à cette tendance de la recherche est néanmoins offerte par le suffixe d’adjectifs ethniques ‑θe/‑te, repéré depuis longtemps2 et rapproché depuis tout aussi longtemps du suffixe latin de même fonction ‑ās, ‑ātis (avec ses variantes vocaliques : ‑ītis, ‑ētis, ‑ĭtis). Si ce rapprochement est admis par tous, il n’a toutefois pas reçu la même interprétation : si l’on schématise, on peut presque dire – même s’il y a des exceptions3 – que pour les étruscologues (Rix et al.4) le suffixe latin dérive de l’étrusque, dont il constitue indéniablement un emprunt, tandis que les latinistes (Leumann, Weiss5) reconnaissent certes qu’il y a emprunt, mais en inversent le sens (lat. ‑ti‑ > étr. ‑θe/‑te) – comme si l’adhésion à l’une ou l’autre « opinion », n’était que le fruit d’une sorte de rapport de préférence subjective du savant à son objet d’étude – si bien que certains, plus sages peut-être, préfèrent ne pas se prononcer (Poccetti, Massarelli6). Il me semble que le sort de ce petit suffixe peut faire figure d’excellente arène, à la fois pour juger des difficultés et obstacles qui pèsent sur ce type de tâche, mais aussi pour tenter d’affiner notre perception et notre évaluation de la nature, de la profondeur et des effets qu’ont eus les contacts attestés au Ier millénaire entre les différentes langues de l’Italie centrale. Car si l’on peut exclure a priori l’hypothèse d’une simple homophonie et postuler qu’on a affaire à un phénomène d’interférence linguistique, il faut néanmoins avoir conscience que l’emprunt (quelles que soient la langue-source et la langue-cible), pour obvie qu’il soit, ne peut être le seul modèle possible : d’autres types d’interaction linguistique peuvent avoir agi – je pense en particulier à des phénomènes de convergence, bien connus des linguistes, mais qui pourtant n’ont jamais été pris en compte par ceux qui se sont intéressés à ces phénomènes dans l’Italie du Ier millénaire7. L’enjeu de l’origine de ces suffixes est d’importance, puisque l’intégration dans une langue d’éléments morphologiques tirés d’une autre langue ne repose pas sur les mêmes mécanismes que l’emprunt d’éléments lexicaux et ne peut se faire que dans le cadre de contacts interlinguistiques suffisamment profonds. Le cas du rapport entre ces deux suffixes a donc pour moi le mérite de nous forcer à sortir du simple niveau lexical, qui du point de vue du bilinguisme des communautés concernées n’apporte en réalité que peu d’informations, et à proposer un cadre historique susceptible de rendre possible ce type de transfert morphologique. J’entends par conséquent reprendre rapidement les éléments du dossier, exposer les limites des arguments avancés dans l’un et l’autre sens, et tenter d’avancer à la fois sur la méthode et sur les résultats qu’on est en droit d’attendre, afin d’offrir en quelque sorte une illustration méthodique de ce que j’ai avancé dans le précédent article.

Étude des attestations

2Cet examen préalable et indispensable permettra de préciser à la fois la période d’attestation de ces deux suffixes, leur intégration dans le système morphosyntaxique de ces deux langues, leurs fonctions sémantiques et leur productivité respectives.

Latin

  • 8 Leumann – Hofmann – Szantir 1977, p. 98 et 395 sq. ; Weiss 2009, loc. cit.
  • 9 Pour une vision opposée, cf. Richler-Béguelin 1986, § 36, p. 53-54, que l’on pondérera à la lumièr (...)

3En latin, la diffusion du suffixe ‑ti‑ et sa morphologie sont bien connues, et il suffira de répéter des éléments bien établis et facilement accessibles8. Suffixe dénominatif attesté principalement sous la forme ‑āti‑ (mais aussi ‑īti‑, ‑ēti‑, ‑ĭti‑, ‑ti‑), il sert à former des dérivés ayant pour l’essentiel des fonctions d’adjectifs ethniques. Ainsi, le gros des formes provient-il de toponymes (noms de cités et de régions) : Arpīnās (attesté dès Caton) < Arpīnum, Fīdēnātes < Fīdēnae ; Samnīs (Caton) < Samnium ; Picentēs < Picēnum, etc. Sous la forme ‑āt‑ (nom. arch. m. f. ‑ātis, n. ‑āte, nom. class. ‑ās – généralement tenu pour une forme syncopée de la première et probablement oxyton9 –, gén. ‑ātis,), il est clairement productif, comme tend à le montrer son extension à des bases non toponymiques et, peut-être, son élargissement sémantique :
– sur des bases pronominales :
cūiās « de quel pays ? » (Plaute nom. quōiātis) < cūius (quōius)
nostrās (Caton) « de notre pays » < noster
– sur des bases adjectivales et nominales :
infimās (Plaute infimātis) « de basse condition » < infimus, a, um
optimās (Ennius) < optimus, a, um
Penātēs (Naevius) < penus, ‑ī/‑ūs, m.

4On notera que pour ces deux derniers exemples la valeur de provenance ou de localisation est moins nette et ne l’est en tout cas pas en synchronie pour un locuteur moyen. Les attestations les plus anciennes de ce suffixe ne remontent qu’aux débuts de la documentation littéraire, ce qui ne permet pas de savoir ce qu’il en était de ce suffixe avant le IIIe siècle.

5L’enjeu majeur est de tirer au clair le rapport qu’entretient ce morphème avec, d’une part, le suffixe de noms d’action et d’agent indo-européen ‑ti‑, extrêmement productif dans cette langue, et, d’autre part, des formes comparables dans d’autres langues indo-européennes occidentales, à savoir les langues sabelliques et le celtique. De la claire analyse de ces deux points peuvent dépendre en effet les conclusions de notre enquête.

6Pour le deuxième point, on signalera :
1) les couples saipinaz (< *saipinat‑) (ST Cm 14) : saipins (ST Lu 18), lúvkanateís (ST Fr 2) : λουκανομ (ST nLu 1), où l’on retrouve l’opposition entre deux suffixes ethniques bien répandus en Italie en général et en latin en particulier, ‑ti‑ et ‑no‑ ;
2) la forme ναμαυσατις du gaulois, telle qu’attestée dans une inscription de dédicace de nemeton retrouvée à Vaison (RIG I, G-153, IIe-Ier s. av. J.-C.), dans laquelle ce mot a clairement une valeur ethnique : « de Nîmes ».

  • 10 Lambert 1994, p. 58-59.

7La présence de ce suffixe hors d’Italie avec une fonction d’ethnique est l’argument principal avancé par ceux qui y voient un suffixe indo-européen. On fera néanmoins remarquer que de l’avis de P.-Y. Lambert10, l’influence du latin a rendu méconnaissable en celtique les noms d’action et d’agent en ‑ti‑ et peut expliquer l’existence de la forme ναμαυσατις, qui reste isolée et qui par conséquent ne pourrait être le reflet que d’une interférence avec le latin. De même, pour expliquer les formes osques, on peut émettre les mêmes hypothèses que celles qui sont formulées à propos du latin et de l’étrusque – après tout l’étrusque aurait pu emprunter le morphème à une langue sabellique plutôt qu’au latin, ou le suffixe aurait pu passer en latin par l’intermédiaire d’un parler sabellique… Vu l’état des attestations, l’argument que ce suffixe de formation d’ethnique soit hérité ne s’impose pas, d’autant moins que la présence en latin comme dans les autres langues indo-européennes d’un suffixe formellement très proche intervenant dans la formation de plusieurs classes de substantifs a pu influencer la forme qu’a prise dans ces langues un suffixe emprunté à une langue non indo-européenne. Il est donc d’autant plus crucial d’examiner avec soin et isolément les données étrusques.

Étrusque

8Grâce à l’imposant onomasticon étrusque, le suffixe ‑θe/‑te peut être considéré comme l’un des suffixes de cette langue que l’on connaît le mieux, tant du point de vue de sa morphologie, que de ceux de sa diffusion ou de ses emplois sémantiques. On peut compter sur quelques récentes études qui offrent une base solide (malgré quelques ajustements importants à faire dans l’établissement du catalogue de formes à retenir) pour mener une étude exhaustive des formes suffixées en ‑θe/‑te.

  • 11 Toutes les cités d’Étrurie propre, mais aussi la Campanie et peut-être Rome, si l’on est en droit (...)
  • 12 Massarelli, loc. cit., p. 154.
  • 13 Ibid., p. 154-155.
  • 14 Ce qui n’est peut-être pas le cas du suffixe ‑(a)ne. La comparaison entre le nombre d’occurrences (...)
  • 15 Voir, dernièrement sur cette forme, Thuillier 2009.

9On constate ainsi que ce suffixe est pan-étrusque11 – la surreprésentation des cités d’Étrurie septentrionale n’est qu’un effet de distorsion dû à la répartition du corpus étrusque12 –, qu’il est employé, comme d’ailleurs la plupart des suffixes de formations d’anthroponymes ethniques13, dès l’époque archaïque et que, au vu du grand nombre de formes qu’il sert à produire (une soixantaine, dont la plupart ont une étymologie claire), il doit être productif14. Ces formes en ‑θe/‑te sont dans la quasi-totalité de leurs emplois des anthroponymes (essentiellement des gentilices ou des cognomina), si bien qu’on peut légitimement se demander si ces formes pouvaient aussi et/ou à l’origine constituer une classe d’adjectifs (sous-type : adjectifs ethniques). Certaines occurrences le laissent présumer, telles que celles de latiθe (var. latite, laθite)15, qui, dans certaines inscriptions, ont clairement ou très probablement une fonction cognominale :

ET2 Cl 1.411
vel. ane. latiθe. arnθal
ET2 Cl 1.1157
vel : pumpu : latiθe :

10Dans ces textes, latiθe ne désigne sans doute pas l’origo stricto sensu du défunt – l’origo n’étant pas un élément constitutif de la nomenclature étrusque, du moins telle qu’elle nous est reflétée dans les épitaphes – mais doit faire partie de ces cognomina signifiants de l’onomasticon étrusque. En revanche, dans le cas célèbre de la légende apposée au-dessus d’un des lutteurs de la tombe des Augures :

ET2 Ta 7.5
latiθe

  • 16 Ibid., p. 877-878.

11il est probable qu’on ait affaire à un sobriquet servant, comme l’a proposé récemment J.-P. Thuillier16, de « nom de scène » à cet artiste des jeux sportifs (très certainement une vedette de l’époque). En toute rigueur, on ne peut distinguer ici entre un emploi purement anthroponymique (mais indirect : M. LeLatin) et un emploi adjectival, désignant le personnage génériquement comme « un Latin » (parmi d’autres), mais le contexte de l’inscription rend très probable le fait que les adjectifs en ‑θe/‑te aient bien été à l’origine des adjectifs ethniques (spécialisés, néanmoins, dans la désignation d’individus) et explique leur utilisation dans le cadre d’une désignation anthroponymique.

  • 17 En l’état de nos connaissances, il est difficile de distinguer entre formes d’ethniques et de ktét (...)
  • 18 Il s’agit, respectivement, des types (je cite les formes disponibles les plus anciennes) *sapina, (...)
  • 19 Si l’on suit l’hypothèse proposée par Poccetti 1997.
  • 20 Inversement, on sera plus prudent avec la forme latinie (et var.), qui a tout l’air d’être un gent (...)

12La question n’est pas oiseuse, car il s’agit de percevoir les spécificités de ces formes par rapport aux autres formations de l’étrusque marquant l’origine ethnique ou géographique17, à savoir les adjectifs en ‑aχ (type rumaχ), les formes apparemment fléchies (ablatif) en ‑als (type truials), les gentilices en ‑ane, et d’autres formes, moins fréquentes dans ces emplois (adjectifs et/ou formations anthroponymiques en ‑na, en ‑ce, voire simplement en ‑e18), pour lesquelles la fonction d’ethnique est postulée par l’étymologie de la base, et non par un quelconque procédé de dérivation lexicale (type creice « Grec », kursike « Corse », feluske « Falisque ? »19), qui peuvent d’ailleurs n’avoir qu’une pure fonction onomastique20 (cf. tabl. 1).

suffixe nature ex.
‑θe/-te Adj. ethnique [+humain] *kaiseriθe (« Cérite »)
‑aχ Adj. géographique (ktétique ?) ; rapport avec les adj. en ‑ac (type neθσrac) ? rumaχ (« Romain »), velznaχ (« Volsinien »)
‑als Flexion nominale (abl.) truials (« de Troie »)
‑na Adj. dérivatif σ́uθrina, σ́utrina (« habitant de Sutri »)
‑ce Adj. ethnique (gr. ‑κός, lat. ‑cus) kursike (« Corse »), creice (« Grec »), feluske (« Falisque [?] »)
‑e Adj. ethnique *kalapre‑ (« Calabrais »), cale (« Gaulois » [?]), umre (« Ombrien »)
‑ne Adj. ethnique (lat. ‑no‑) campane (« Campanien »), latine (« Latin »)
  • 21 L’existence de deux suffixes de dérivation ‑ac et ‑ est établie au moins depuis l’étude de A. Ma (...)

13Un indice morphologique important, pour correctement analyser ces formes, est offert par la finale en ‑e de nombre de ces formes : celle-ci les marque spécifiquement comme des désignations d’humains de sexe masculin, ce qui permet de comprendre pourquoi ces adjectifs se sont spécialisés dans des emplois anthroponymiques (contrairement à ceux en ‑aχ, qui, morphologiquement et si l’on en croit leur rapport formel avec le morphème de dérivation en ‑ac, doivent pouvoir indifféremment marquer des animés et des inanimés21).

  • 22 L’existence de la forme curtun (attestée dans la dédicace ET2 Co 4.6) n’est pas forcément gênante  (...)

14Le suffixe étrusque ‑θe/‑te permet, en tous les cas, de dériver des gentilices, des noms individuels et probablement des adjectifs à partir d’une base toponymique, apparemment sans morphème intermédiaire, du moins pour les formes en ‑a‑ et en ‑u‑ :
*manθva « Mantoue » > manθvate
*nula « Nola » > nulaθe
*curθu « Cortone » > curθute22

  • 23 Belfiore 2011.
  • 24 Sur cette forme, cf. Rix 1972, p. 733 ; de Simone 2005, p. 230.

15Pour expliquer la voyelle présuffixale des ethniques en ‑i‑, en revanche, on a postulé – je renvoie principalement aux travaux de C. de Simone sur la question –, qu’elle résultait de la réduction du morphème ‑ie, qui passe régulièrement, soit en composition, soit par l’effet de la syncope, à ‑i ; on aurait ainsi *velχie « Vulci » > *velχie-te > velχite, *velθrie « Volterra » > *velθrie‑ti > velθriti. Une telle explication – que l’absence d’attestations, pour le moment, des formes d’absolutifs de ces poléonymes ne permet pas de vérifier – implique néanmoins que pour rendre compte de la forme archaïque kaiseriθesi on admette un effet « sélectif » de la syncope, à savoir qu’elle frappe prioritairement le morphème dérivatif en composition (sur le modèle ‑ie‑na > ‑ina), puisque dans cette inscription, les voyelles posttoniques ne sont pas syncopées23 (comp. celeniarasi, kaiseriθesi). La seule forme qui ne cadre pas avec ce schéma est tarχvetenas (ET2 Vs 1.3, Orvieto, fin VIe-début Ve s.), qui oblige à poser la base *tarχvete. Or la présence de ‑e‑ avant le suffixe pose problème, dans la mesure où, si l’on admet que cette forme, et plus généralement le nom étrusque de Tarquinia, sont issus du théonyme tarχu – dont dérive par ailleurs le nom le mieux répandu de cette cité, *tarχna – on ne voit pas comment justifier le passage ‑u‑ > ‑e‑24. Faut-il poser un dérivé *tarχve (< *tarχu‑ie ?), avec chute, régulière en étrusque méridional, de /j/ intervocalique ? Ou *tarχva (< *tarχu-va ? Avec altération présyncopale du timbre) ? Ou bien la voyelle -e- est-elle, plus simplement, une béquille graphique (servant à la notation d’un glide) ? Nous ne saurions trancher, en l’état de la documentation.

  • 25 On peut également citer la forme σeiante et var., rapprochées par certains de Saena, mais un tel r (...)

16Dans tous les cas, la voyelle présuffixale, originale et/ou issue d’une réduction, ne subit généralement pas les effets de la syncope (on a bien la forme tarχnte < tarχna « Tarquinia », mais c’est le seul exemple sûr25). Ce phénomène doit recevoir une explication : traditionnellement, on le justifie soit en postulant un trait de longueur vocalique de ces voyelles qui leur permet de résister à la syncope (ce qui peut se comprendre pour le ‑i‑ [i :], s’il est bien issu de la réduction de la diphtongue ‑ie /je/, mais qui est plus difficile à admettre pour les voyelles thématiques ‑a‑ et ‑u‑, qui semblent bien originelles), soit par une raison morphologique (maintien de la voyelle thématique dans la composition : gén. velus, pert. velusi et non *velsi). Mais je me demande s’il ne faut pas revoir cette explication.

  • 26 Poccetti 2011.

17On note en outre que les bases toponymiques employées sont majoritairement des poléonymes – ce qui n’est pas étonnant pour des formes passées dans l’onomastique personnelle à cause de leur capacité à indiquer l’origine géographique et/ou ethnique de leur porteur –, même si certaines formes, comme latiθe < Latium ou sulqite < Σολκοί (si l’on admet l’hypothèse de G. Colonna), nous apprennent que ce suffixe de formation pouvait sans doute s’adjoindre à toutes sortes de noms propres « géographiques ». Enfin, on notera que parmi ces bases, les noms de cités ou régions non étrusques sont nombreuses, mais qu’on ne manque pas néanmoins de bases proprement étrusques. En tous les cas, on se gardera de prendre cette surreprésentation des bases empruntées comme un argument en faveur de la thèse d’un emprunt du suffixe par l’étrusque au latin : il est attendu que les anthroponymes ethniques soient majoritairement composés de formes connotant une origine étrangère, puisqu’ils s’expliquent comme des désignations d’allogènes insérés dans la communauté26 (ainsi un latiθe doit désigner à l’origine un Latin installé en Étrurie ou éventuellement un Étrusque qui avait établi des liens avec le Latium, tandis que les natifs de la communauté portent plutôt des gentilices patronymiques).

Rapports entre les deux suffixes

  • 27 Cf. Bonnet 2001, p. 27 sq., à propos des nombreux ethniques du latin empruntés au grec (type Athen (...)

18Il faut en venir maintenant à l’hypothèse que la proximité formelle entre ces deux suffixes s’explique par un emprunt. Cette hypothèse est d’autant plus crédible que du point de vue typologique les ethniques forment une catégorie de mots très fréquemment empruntés (la seule condition est que la base reste claire ; à ce titre, le suffixe peut lui aussi être emprunté)27. Démêler les rapports entre ces suffixes et déterminer, si jamais un tel résultat est à notre portée, ce qui est loin d’être sûr, lequel a la priorité chronologique et étymologique, sachant que les deux séries de données ne sont ni superposables ni directement comparables, n’est pas chose aisée. Voyons d’abord brièvement quels arguments ont été mis en avant par les deux « parties ».

19L’hypothèse de la priorité latine et de l’emprunt par l’étrusque du suffixe latin (ou éventuellement italique) repose principalement sur un argument comparatiste, à savoir la présence du suffixe en osque, langue dans laquelle il est de toute évidence parfaitement intégré du point de vue morphologique, et en celtique continental à date ancienne (le fameux ναμαυσατις du gaulois). Il s’agirait ainsi d’un suffixe hérité en latin, qui ne peut donc résulter d’un emprunt. Il me semble que plusieurs objections peuvent être formulées à l’encontre de cette analyse, à commencer par la pétition de principe selon laquelle un suffixe attesté dans des langues apparentées ne peut être emprunté – les travaux consacrés aux contacts de langues ont même plutôt tendance à démontrer qu’un trait linguistique d’une langue-source est d’autant plus susceptible d’être emprunté qu’il existe dans la langue-cible des traits typologiquement et structurellement affins – ou par l’interprétation que l’on peut donner de gaul. ναμαυσατις. Mais surtout la productivité du suffixe indo-européen ‑ti‑ en latin, qui est à l’origine de différentes classes de substantifs (parisyllabiques, type classis, et imparisyllabiques, type mēns, fōns + adv. statim) peut avoir agi par analogie sur l’adaptation du suffixe ‑(ā)s, (ā)tis.

  • 28 On le trouve en effet déjà chez Trombetti (cf. Trombetti 1928, p. 49).

20Ceux qui, inversement, veulent voir dans le suffixe latin un emprunt au suffixe ‑θe/‑te mettent principalement en avant, – outre ceux liés à son ancienneté, à sa diffusion et à sa productivité, qui ne me semblent aucunement dirimants – un argument étymologique de poids, à savoir le rapport entre les noms en ‑θe/‑te et la postposition étr. ‑θi/‑ti (var. ‑θ, ‑t) servant à la localisation dans l’espace (= loc. inessif, quand le cas régi est le loc. ; mais, selon le cas régi, il est possible que cette postposition puisse exprimer d’autres fonctions). C’est H. Rix qui a suivi cette voie de la manière la plus aboutie, mais le rapprochement est ancien28. Tout porte en effet à croire qu’on a affaire à un morphème en dentale ‑θ/t‑ impliquant une localisation dans l’espace, auquel s’adjoint un morphème vocalique (dans un cas le ‑i – de locatif ? – dans l’autre le ‑e des noms [+animés/humains] [+ sexe masculin]).

21Pour tenter d’aller plus loin et de dépasser l’aporie, il faudrait, du côté des données étrusques, mieux comprendre la nature et les causes de l’alternance ‑θ/t‑ dans le suffixe ‑θe/‑te (alternance qu’on retrouve dans la graphie de la postposition) – ce qui n’est pas chose aisée, compte tenu des problèmes que pose « l’orthographe » (ou plutôt l’absence d’orthographe, i.e. de norme orthographique fixe) en étrusque. Car si l’on peut prouver que la dentale aspirée est originelle dans ce suffixe, on aurait un bon argument pour poser que le suffixe étrusque n’est pas emprunté au latin.

22Une fois écartée l’hypothèse, peu probable, d’une répartition fonctionnelle (il n’y a apparemment pas de différence d’emplois entre les formes en ‑θe et celles en ‑te ; une même base peut recevoir, indifféremment semble-t-il, l’un ou l’autre suffixe : amriθe ~ amrite, urinaθ‑na ~ urinate, latiθe ~ latite), il ne reste pas beaucoup de moyens de justifier cette alternance : si des phénomènes de dissimilation peuvent intervenir (par ex. latiθe : laθite), la présence d’une occlusive aspirée dans la base semble certes impliquer la sélection du suffixe ‑te plutôt que ‑θe, mais l’inverse n’est pas vrai, et les données sont trop peu nombreuses pour écarter d’autres hypothèses ; de fait on soulignera que le jeu d’oppositions
          aχrate, curθute, manθvate : amriθe, nulaθe
qui semblent n’admettre qu’une seule occlusive aspirée, peut être aisément contredit par les contre-exemples
          atinate, kaviate

23On ne peut non plus établir une priorité chronologique d’une des deux variantes sur la seule base de nos attestations : quand on observe les antiquissima étrusques, à savoir kaiseriθesi du bloc de Saturnia (formé sur *kaiseri « Caere »), qui remonte aux dernier quart du VIe siècle, kaviates de Crocifisso del Tufo (formé sur *kavi(a) : lat. Gabii ?) du même horizon chronologique ou de peu postérieur, tarχvete-nas, de la même nécropole, et silqete‑nas de la tessère d’hospitalité de Sant’Omobono (*silqe : Σολκοί ?), remontant au VIe s., on constate que les deux « variantes » sont déjà bien établies. On ajoutera, à propos des deux dernières formes, qu’elles sont sur-marquées au moyen du morphème ‑na : il n’est pas impossible que nous ayons là affaire à un mode de formation de gentilices typiquement archaïque (on connaît également les formes à désignation géographique ahvricina, kalaprena ou turσikina), indiquant peut-être que ces adjectifs, du moins à certaines phases de la langue, ne pouvaient pas toujours être employés tels quels pour former des gentilices. Aussi est-il impossible, sur la base de la documentation, de poser que la forme avec dentale aspirée est plus ancienne que celle avec dentale non aspirée. De même, la voie d’une répartition diatopique semble elle aussi exclue à la lumière des attestations (les formes en ‑θ‑ ne sont pas plus méridionales que septentrionales).

24Aussi me demandé-je s’il ne serait pas plus simple de rendre compte de cette alternance phonétique par des raisons d’ordre prosodique. On pourrait ainsi poser que l’hésitation entre /th/ et /t/ est due à la présence d’un accent secondaire qui neutralise ainsi la distinction phonématique (avec émergence d’une dentale intermédiaire entre l’aspirée et la non-aspirée : dentale palatale ou autre, qui pose un problème de notation). Cette hypothèse aurait le mérite supplémentaire d’expliquer également pourquoi la plupart des gentilices ethniques en ‑θe/‑te ne subissent pas les effets de la syncope, mais conservent intacte, dans la plupart des cas, la voyelle présuffixale (/a/, /i/, /u/, peut-être /e/). Cette possibilité et, surtout, le rapport de ce suffixe avec la postposition locale ‑θi sont de bons arguments en faveur de l’étruscité de ce suffixe – sans avoir néanmoins valeur absolument probante, il faut bien le reconnaître, car on peut poser une réfection du suffixe ‑te hérité du latin ou du sabellique à partir de la postposition. On aurait ainsi affaire à un suffixe isofonctionnel, mais néanmoins très différent du suffixe ‑aχ de formation d’adjectifs ethniques (cf. rumaθe/rumate : rumaχ), le premier, formé sur la base d’un ‑θ/t‑ spatialisant, servant à créer des anthroponymes (suff. ‑e), marquant l’appartenance par la localisation dans l’espace (rumaθe : « celui qui habite à Rome ») ou encore par la provenance (rumaθe : « celui qui vient de Rome »), le second formant de véritables adjectifs (marquant peut-être plutôt l’appartenance ; rumaχ : « Romain : qui appartient à Rome ou qui est en rapport avec Rome » ; le rapport serait ainsi étroit avec la classe d’adj. en ‑ac, neθσrac : « relatif à l’haruspicine », au point qu’on pourrait se demander s’il ne s’agit pas d’un même suffixe ‑aχ/‑ac, avec alternance aspirée/non aspirée comparable à celle que l’on constate pour le suffixe ‑θe/‑te.

Les mécanismes de l’emprunt morphologique

Sauver l’emprunt

  • 29 De Simone 1999.Sur le nom étrusque de Caere, voir aussi de Simone 1976 ; Maggiani 1999, p. 59-61 ; (...)
  • 30 ET2 Cl 1.827.
  • 31 ET2 AT 0.13.
  • 32 Scholia ver., ad Verg. Aen., 10, 183 : Flaccus primo Etruscarum : Agylla, inquit, ab Etruscis [con (...)

25Pour autant, ce n’est pas parce que de bonnes raisons soutiennent l’hypothèse que le suffixe ‑θe/‑te est bien autochtone en étrusque, que l’on peut prouver que le suffixe correspondant latin ‑ti‑ (et son avatar sabellique) provient de cette langue. Car on sait depuis longtemps, grâce aux nombreux travaux consacrés à la linguistique des contacts, que l’emprunt d’un suffixe alloglotte dans une langue donnée passe nécessairement par l’emprunt de mots étrangers comportant un suffixe spécifique, qui est ensuite isolé (et éventuellement refonctionnalisé, et bien souvent spécialisé). Par conséquent, il faudrait savoir quel mot ou groupe de mots étrusques comportant ce suffixe est passé en latin, et a permis que soit isolée sa finale et forgé le morphème latin correspondant – ce qui, compte tenu du déséquilibre de notre connaissance de l’étrusque par rapport au lexique latin, n’est pas nécessairement réalisable. On peut néanmoins postuler que les ethniques tirés de cités étrusques avec lesquelles les Latins et les Romains étaient en contact, et en particulier celui qui désigne les Cérites, habitants d’une cité avec laquelle les Romains ont établi des contacts et de très bons rapports dès l’époque archaïque, pourraient avoir constitué ce contingent d’emprunts, à partir duquel a été isolé le suffixe de formation d’ethniques ‑ti‑. Car le nom, ou plutôt les noms des habitants de Caere en latin, laissent entrevoir une stratification intéressante et éminemment complexe. De fait, la poignée de formes transmises par la documentation étrusque, punique et latine, pas toujours compatibles les unes avec les autres, ne se laisse pas ranger dans un tableau cohérent, qui fasse l’unanimité, comme l’ont montré les contributions les plus récentes sur la question, en particulier celles, fondamentales, de C. de Simone29. Pour ma part, je laisserai de côté le problème posé par les formes étrusques – on dispose pour le moment des formes *kaiseri (< kaiseriθesi), *caisri (< caisriva[), ceizra, cezrtle30, caisrs31 – ou puniques (l’unique forme KJŠRJ, attestée sur la lamelle de Pyrgi, sur la vocalisation de laquelle on peut hésiter : kajsarje, kajseraje, etc.). De même, je ne traiterai pas des deux formes latines les plus problématiques, Caere et Cisra32, ni de la forme grecque ῎Αγυλλα, mais ne m’interrogerai que sur les désignations latines des habitants de cette cité étrusque.

26En latin, quatre formes ont été employées pour désigner une personne ou un objet en lien (même métaphorique) avec la ville de Caere :

          Caerēs, ‑itis
          Caerēs, ‑ētis
          Caerētānus, a, um
          Caritānus, a, um

  • 33 Caerētānus passe dans le grec impérial : Καιρετανός (Strabon), Καιρητανός (Denys d’Halicarnasse) ; (...)

27Une fois éliminés les deux derniers, bien plus tardifs et clairement secondaires (il s’agit d’adjectifs re-caractérisés en ‑āno‑ à partir des deux premières formes)33, on fera remarquer que ces deux formes originelles sont caractérisées par une hésitation sur la longueur et le timbre de la voyelle présuffixale, tantôt ‑ē‑, tantôt ‑ĭ‑.

  • 34 Prisc., Gramm., 2, 134, 2 (teste Capro) sic dictum est olim Quiritis pro Quiris et Caeritis vel Ca (...)
  • 35 CIL XI, 3595, 3601, 3604, 3605 (Ier siècle apr. J.-C.).
  • 36 Le nom de Préneste (lat. Praenestĕ, is, f.) n’est qu’apparemment convergent : il est du genre fémi (...)
  • 37 Sur le détail des formes et des attestations, nous renvoyons à l’entrée consacrée à ce mot dans le (...)

28Ce n’est pas la seule variation qu’on observe dans ce groupe de formes : d’après Priscien34, en effet, il existait deux formes de nominatif, Caeritis et Caerētis, respectivement proparoxytone et paroxytone, en concurrence avec la forme syncopée Caerēs, qui devait être dès l’origine, du moins si l’on projette les normes de l’accentuation tardive des formes type Arpinās, oxytone – ce qui est courant, comme on l’a vu, pour les autres adjectifs en ‑s, ‑tis. Mais on notera que Caerēs reste la seule forme attestée, en particulier par l’épigraphie (cf. la formule populus(que) Caeres35). Le passage Caeritis, Caerētis > Caerēs, sans doute prédocumentaire, ne pose pas de difficulté, au contraire de l’hésitation entre ‑ē‑ et ‑ĭ‑, qui reste totalement isolée et ne semble pas recevoir d’explication évidente. De fait, les formes en ‑ĭ‑ et les formes en ē sont employées à la même période (époque augustéenne). On notera que le poléonyme lui-même, en latin, Caere (avec ‑ĕ) a une flexion qui n’entre dans aucun paradigme existant36, et qu’il emprunte d’ailleurs aux deux séries de gentilés certaines formes de cas obliques (gén. Caeritis et abl. Caerēte « de Caeré » employés par Virgile, à côté de l’abl. Caere attesté chez Festus et par l’épigraphie37 ; cf. tab. 2).

N Caere
Acc. Caere, Caeren (Justin)
G. Caeritis (Virg.)
D.
Abl. Caere Caerete (Virg.)
Loc. Caere

29Il reste à expliquer cette variation et en particulier l’hésitation sur la longueur et le timbre de la voyelle présuffixale. On pourrait proposer, à titre d’hypothèse, que étr. arc. *kaiseri(e)θe /ˈkajseriˌt(h)e/, réc. *kaisriθe /ˈkajsriˌt(h)e/ [ˈkajzriˌTe] ait été l’un des premiers ethniques étrusques empruntés, à partir duquel a été extrait le suff. ‑t‑ (< étr. ‑θ/t‑) et que ce suffixe extrait ait été à son tour refait sur le modèle du morphème nominal ‑ti‑ de noms d’action. L’hésitation morphologique entre formes à voyelle longue (accentuées) et formes à voyelle brève (atones) (‑ēt‑ vs. ‑it‑) pourrait ainsi s’expliquer principalement par l’ancienneté de l’intégration de cette forme dans le lexique latin – en postulant une arrivée à une période où le latin n’avait pas réglé le problème de longueur de la voyelle présuffixale. Un indice en ce sens est fourni par le fait que les formes avec ‑ĭ‑ sont moins bien établies et surtout utilisées au pl. dans la désignation des habitants de la cité (Caeritēs) ; elles pourraient ainsi être plus anciennes que les formes toniques, elles-mêmes refaites à une époque où le latin avait désormais normalisé la formation des ethniques en s, tis (‑āt‑, ‑ēt‑, ‑īt‑).

  • 38 Sur cette échelle, voir l’encadrement théorique proposé dans ce même volume, Penser les contacts d (...)

30Dans tous les cas, ce phénomène (emprunt d’ethniques alloglottes, isolement de son suffixe et réutilisation par la langue-cible) est remarquable, car il implique des contacts linguistiques prolongés entre les deux communautés (niveau 2 ou plus probablement 3 de l’échelle Thomason-Kaufman : more intense contact38.

Convergences et formations parallèles ?

  • 39 Voir van Heems 2011 pour un problème d’« emprunt » phonétique.
  • 40 Nicolaï 2000 et 2003.
  • 41 Je renvoie à nouveau à l’encadrement théorique proposé dans ce volume.

31On le voit, peut-être avec amertume, mais le problème de l’origine première des suffixes étr. ‑θe/‑te et lat. ‑s, ‑tis est inextricable, car même si l’on peut avancer de bons arguments dans un sens ou dans l’autre – plutôt dans le sens étr. > lat. si l’on admet ce que j’écris ici –, les données tant étrusques que latines (pour ne pas parler des données sabelliques, qui nous interdisent de dire quoi que ce soit au-delà de la simple description des formes concernées) restent trop fragmentaires pour que l’on puisse être absolument catégorique. Mais pourrait-il en aller autrement ? Si l’aporie est inéluctable – sur ce point comme dans d’autres de la question des emprunts non lexicaux entre les langues de l’Italie préromaine39 – c’est bien peut-être que la question est mal posée et que nous devrions changer de paradigme : dans une région qui a toutes les caractéristiques d’un Sprachbund ou aire linguistique, la recherche d’emprunts, c’est-à-dire de transferts d’éléments linguistiques historiquement bien délimités entre une langue-source et une langue-cible bien précises est-elle pertinente ? Il faut plutôt substituer à ce modèle celui d’interférences induites par une sorte d’osmose, due à des contacts prolongés et des interactions linguistiques tous azimuts, selon des modalités que la linguistique aréale a bien pu mettre en évidence pour des situations contemporaines40. Réactiver la vieille idée41 que l’Italie centrale forme une aire d’affinités linguistiques a l’immense mérite d’abord de nous débarrasser de l’épineuse (et finalement oiseuse) question de qui est à l’origine de quoi en matière d’« emprunts » linguistiques (mais le terme est inadéquat dès lors qu’on ne parle plus d’emprunts lexicaux), pour lui substituer le concept de convergences linguistiques, capable de mieux rendre compte des nombreuses isoglosses interlinguistiques qu’ont en partage les langues de l’Italie centrale du Ier millénaire. Ces convergences sont à la fois un signe et un moteur de la fameuse koinè culturelle que forment ces peuples dès l’époque pré-documentaire.

32On le voit, il n’y a pas d’argument dirimant en faveur de l’étymologie de ce suffixe dans les langues de l’Italie centrale : on pourra être plus ou moins sensible à certains indices, mais ils ne constituent en aucun cas une « preuve » linguistique. On pourra en revanche rendre compte de cette extrême difficulté, pour le savant d’aujourd’hui, à démêler l’écheveau étymologique des formes éparses que la philologie et l’épigraphie nous ont transmises : de tels points de convergence, de tels emprunts extra-lexicaux, ne se peuvent comprendre que si l’on postule un contact interlinguistique à la fois très étroit et très long entre l’étrusque et les langues qui l’entourent, précédant de beaucoup la phase documentaire de ces langues. Une telle proximité culturelle et linguistique rend à son tour possibles les nombreux transferts culturels, conscients ou non, voulus ou non, qui constellent l’histoire de l’Italie préromaine jusqu’à ce que Rome unisse ces divers peuples et ces diverses langues en un seul et même ensemble.

Haut de page

Bibliographie

Belfiore 2011 = V. Belfiore, Problemi di vocalismo etrusco arcaico. La geminazione di <ii>, dans G. van Heems (dir.), La variation linguistique dans les langues de l’Italie préromaine, Lyon, 2011, p. 24-39.

Bonnet 2001 = G. Bonnet, Les ethniques étrangers en latin, dans C. Moussy (dir.), De lingua Latina novae quaestiones, Louvain, 2001, p. 27-38.

Colonna 1981 = G. Colonna, Quali Etruschi a Roma?, dans J. Heurgon et al. (dir.), Gli Etruschi e Roma. Incontro di studio in onore di Massimo Pallottino, Rome, 1981, p. 159-172.

Colonna 2004 = G. Colonna, I Greci di Caere, dans G.M. Della Fina (dir.), I Greci in Etruria, AnnFaina 11, 2004, p. 69-87.

Cristofani 1990 = M. Cristofani (dir.), La grande Roma dei Tarquini, catalogue de l’exposition (Rome, 1990), Rome, 1990.

De Simone 1976 = C. De Simone, Ancora sul nome di Caere, SE 44, 1976, p. 163-184.

De Simone 1988 = C. de Simone, Gli imprestiti etruschi nel latino arcaico, dans E. Campanile (dir.), Alle origini di Roma, Actes du colloque (Pise, 1987), Pise, 1988, p. 27-41.

De Simone 1999 = C. de Simone, Kaiseri: in che forma il nome di Caere più antico?, AION(ling), 21, 1999, p. 211-222.

De Simone 2005 = C. de Simone, Sull’origine e funzione della voce etrusca tarχianêsi della Tabula Cortonensis: i nomi etruschi in tarχ‑, dans Mediterranea, 2, 2005, p. 219-242.

ET2 = G. Meiser et al. (dir.), Etruskische Texte2, Hambourg, 2014.

Flobert 1989 = P. Flobert, Recension, dans REL, 67, 1989, p. 261-264.

Hadas-Lebel 2009 = J. Hadas-Lebel, Anthroponymes toponymiques et toponymes anthroponymiques : liens entre lieux et personnes dans l’onomastique étrusque, dans P. Poccetti (dir.), L’onomastica dell’Italia antica : aspetti linguistici, storici, culturali, tipologici e classificatori, Rome, 2009, p. 195-217.

Lambert 1994 = P.-Y. Lambert, La Langue gauloise. Description linguistique, commentaire d’inscriptions choisies, Paris, 1994.

Leumann – Hofmann – Szantir 1977 = M. Leumann, J.B. Hofmann, A. Szantir (dir.), Lateinische Grammatik. Vol I : Laut‑ und Formenlehre, Munich, 1977.

Maggiani 1996 = A. Maggiani, Appunti sulle magistrature etrusche, dans SE, 62, 1996, p. 95-138.

Maggiani 1999 = A. Maggiani, Nuovi etnici e toponimi etruschi, dans Incontro di studi in memoria di Massimo Pallottino, Pise-Rome, 1999, p. 47-61.

Massarelli 2009 = R. Massarelli, Toponomastica etrusca ed epigrafia, dans AION(ling), 31, 2009, p. 145-180.

Nicolaï 2000 = R. Nicolaï, La traversée de l’empirique. Essai d’épistémologie sur la construction des représentations de l’évolution des langues, Paris, 2000.

Nicolaï 2003 = R. Nicolaï, La force des choses ou l’épreuve nilo-saharienne : questions sur les reconstructions archéologiques et l’évolution des langues, Cologne, 2003.

Pallottino 1936 = M. Pallottino, Elementi di lingua etrusca, Florence, 1936.

Poccetti 1997 = P. Poccetti, Etrusco feluske = faliscus? Note sull’iscrizione della stele arcaica di Vetulonia, dans SE, 63, 1997, p. 281-290.

Poccetti 2011 = P. Poccetti, Anthroponymes et toponymes issus d’ethniques et noms géographiques étrangers dans la Méditerranée archaïque, dans C. Ruiz Darasse, E.R. Luján (dir.), Contacts linguistiques dans l’Occident méditerranéen antique, Madrid, 2011, p. 145-171.

Poccetti 2012 = P. Poccetti, Personal names and ethnic names in Archaic Italy, dans T. Meißner, J.L. García Ramón, P. Poccetti (dir.), Personal Names in the Western Roman World, Berlin, 2012, p. 59-83.

Richler-Béguelin 1986 = M.-J. Reichler-Béguelin, Les noms latins du type mēns. Étude morphologique, Bruxelles, 1986.

Rix 1963 = H. Rix, Das etruskische Cognomen: Untersuchugen zu System, Morphologie und Verwendung der Personennamen auf den jüngeren Inschiften Nordetruriens, Wiesbaden, 1963.

Rix 1972 = H. Rix, Zum Ursprung des römisch-mittelitalischen Gentil-namensystems, dans ANRW, I, 2, Berlin-New York, 1972, p. 700-758.

Rix 1995 = H. Rix, Il latino e l’etrusco, dans Eutopia, 4, 1995, p. 73-88.

Steinbauer 1999 = D. Steinbauer, Neues Handbuch des Etruskischen, St. Katharinen, 1999.

ST = H. Rix (dir.), Sabellische Texte. Die Texte des Oskischen, Umbrischen und Südpikenischen, Heidelberg, 2002.

Thuillier 2009 = J.-P. Thuillier, Un pugiliste serviteur de deux maîtres. Inscriptions « sportives » d’Étrurie, dans S. Bruni (dir.), Etruria e Italia preromana. Studi in onore di Giovannangelo Camporeale, Pise-Rome, 2009, p. 877-880.

Trombetti 1928 = A. Trombetti, La Lingua etrusca: grammatica, testi con commento, saggi di traduzione interlineare, lessico, Florence, 1928.

Van Heems 2009 = G. van Heems, Régler l’usage linguistique : réflexions préliminaires sur l’apport de la linguistique générale aux recherches sur l’étrusque et les langues de l’Italie préromaine, dans MEFRA, 121-1, 2009, p. 5-20.

Van Heems 2011 = G. van Heems, À propos de l’échange graphique f-/h- en étrusque : emprunts ou innovations parallèles ?, dans C. Ruiz Darasse, E. Luján (dir.), Contacts linguistiques dans l’Occident méditerranéen antique, Madrid, 2011, p. 173-194.

Wallace 2008 = R.E. Wallace, Zikh Rasna. A manual of the Etruscan language and inscriptions, Ann Arbor-New York, 2008.

Weiss 2009 = M. Weiss, Outline of the historical and comparative grammar of Latin, Ann Arbor-New York, 2009.

Haut de page

Notes

1 Penser les contacts de langues dans l’Italie préromaine aujourd’hui, ici même.

2 Trombetti 1928, p. 49 (qui lie déjà le suffixe étrusque à ce qui est pour lui la désinence de loc. ‑θi et y voit un suffixe très largement diffus en Europe) ; voir aussi Pallottino 1936, p. 33.

3 Steinbauer 1999, p. 126-127, qui penche pour une origine italique du suffixe.

4 Rix 1963, p. 310 ; Rix 1972, p. 733 ; Rix 1995, p. 85 sq. ; Hadas-Lebel 2009, p. 198-199.

5 Leumann – Hofmann – Szantir 1977, p. 345-346 ; Weiss 2009, p. 316-317.

6 Poccetti 2011, p. 162-163 ; Massarelli 2009, p. 153-156.

7 Nous nous permettons de renvoyer à van Heems 2009 et 2011.

8 Leumann – Hofmann – Szantir 1977, p. 98 et 395 sq. ; Weiss 2009, loc. cit.

9 Pour une vision opposée, cf. Richler-Béguelin 1986, § 36, p. 53-54, que l’on pondérera à la lumière des considérations de Flobert 1989.

10 Lambert 1994, p. 58-59.

11 Toutes les cités d’Étrurie propre, mais aussi la Campanie et peut-être Rome, si l’on est en droit de faire remonter le gentilice silqetenas de la tessère d’hospitalité de Sant’Omobono (ET2 La 2.3) à un ethnique en ‑te (*silqete : voir Colonna 1981, p. 171, qui propose d’y voir un nom formé sur l’ethnonyme des Σολκοί de Sardaigne ; contra de Simone 1988, p. 32 ; Cristofani 1990, p. 21, n. 1.6 ; mais Poccetti 2012, p. 64, accepte cette étymologie).

12 Massarelli, loc. cit., p. 154.

13 Ibid., p. 154-155.

14 Ce qui n’est peut-être pas le cas du suffixe ‑(a)ne. La comparaison entre le nombre d’occurrences de ces deux suffixes est d’ailleurs pour certains l’indice que l’un est proprement étrusque (‑θe/‑te), tandis que l’autre (‑(a)ne) est emprunté (cf. Hadas-Lebel 2009, p. 198-199).

15 Voir, dernièrement sur cette forme, Thuillier 2009.

16 Ibid., p. 877-878.

17 En l’état de nos connaissances, il est difficile de distinguer entre formes d’ethniques et de ktétiques en étrusque, même si une finale en ‑e oriente clairement vers le premier type).

18 Il s’agit, respectivement, des types (je cite les formes disponibles les plus anciennes) *sapina, *hurtina, *kalaprena ; *feluske (?), kursike ; *kalapre, cale, *umre. Toutes ces formes mériteraient d’être commentées, pour souligner en particulier combien les ethniques sont souvent, comme le veut la norme, des formes empruntées ou comment ces formes d’emprunt, surtout à l’époque archaïque, ont été morphologiquement intégrées en étrusque (inclusion dans la classe des adj. en ‑na ou sur-caractérisation en ‑na des gentilices ethniques, cf. *kalapre (⇔ lat. calabro‑) : *kalaprena).

19 Si l’on suit l’hypothèse proposée par Poccetti 1997.

20 Inversement, on sera plus prudent avec la forme latinie (et var.), qui a tout l’air d’être un gentilice secondairement dérivé d’un ethnique.

21 L’existence de deux suffixes de dérivation ‑ac et ‑ est établie au moins depuis l’étude de A. Maggiani sur les magistratures étrusques (Maggiani 1996, p. 101 sq.), bien que le rapport exact qui unit les deux reste difficile à saisir (voir, p. ex., Wallace 2008, p. 53). L’hypothèse formulée ici – à savoir que les ethniques en ‑ peuvent désigner indifféremment des animés et des inanimés ne peut toutefois être confirmée ou infirmée, en raison d’un trop petit nombre d’occurrences.

22 L’existence de la forme curtun (attestée dans la dédicace ET2 Co 4.6) n’est pas forcément gênante : si l’on ne veut pas admettre une forme abrégée (un gén. *curtunal, ou un dérivé quelconque du type *curtuna) – ce qui semble la solution la plus raisonnable –, il faut alors postuler un poléonyme alternant en ‑u/‑un (sur le modèle aplu/aplun « Apollon »).

23 Belfiore 2011.

24 Sur cette forme, cf. Rix 1972, p. 733 ; de Simone 2005, p. 230.

25 On peut également citer la forme σeiante et var., rapprochées par certains de Saena, mais un tel rapprochement peu sûr ; la forme χeritna, rapprochée généralement de χerite « Cérite », est soit une forme qui n’a rien à voir avec Caere, soit un ethnique reformé à partir d’une base latinisée ou hellénisée (voir infra, sur l’épineuse question de la désignation des habitants de Caere).

26 Poccetti 2011.

27 Cf. Bonnet 2001, p. 27 sq., à propos des nombreux ethniques du latin empruntés au grec (type Atheniensis / Athenaeus / Atticus).

28 On le trouve en effet déjà chez Trombetti (cf. Trombetti 1928, p. 49).

29 De Simone 1999.Sur le nom étrusque de Caere, voir aussi de Simone 1976 ; Maggiani 1999, p. 59-61 ; Colonna 2004, p. 84-87 ; Colonna dans REE 74, 2008, n. 47, p. 287).

30 ET2 Cl 1.827.

31 ET2 AT 0.13.

32 Scholia ver., ad Verg. Aen., 10, 183 : Flaccus primo Etruscarum : Agylla, inquit, ab Etruscis [conditoribus scili]cet nominata est Cisra, quod esset Tiberis Etruscis primus agris subiectus.

33 Caerētānus passe dans le grec impérial : Καιρετανός (Strabon), Καιρητανός (Denys d’Halicarnasse) ; quant à Caritānus il est extrêmement tardif.

34 Prisc., Gramm., 2, 134, 2 (teste Capro) sic dictum est olim Quiritis pro Quiris et Caeritis vel Caeretis pro Caeres, qui tamen nominativi nunc in usu non sunt.

35 CIL XI, 3595, 3601, 3604, 3605 (Ier siècle apr. J.-C.).

36 Le nom de Préneste (lat. Praenestĕ, is, f.) n’est qu’apparemment convergent : il est du genre féminin et présente une flexion régulière, là où Caere est n. et fait appel au supplétisme.

37 Sur le détail des formes et des attestations, nous renvoyons à l’entrée consacrée à ce mot dans le ThLL.

38 Sur cette échelle, voir l’encadrement théorique proposé dans ce même volume, Penser les contacts de langues dans l’Italie préromaine aujourd’hui, article précédent.

39 Voir van Heems 2011 pour un problème d’« emprunt » phonétique.

40 Nicolaï 2000 et 2003.

41 Je renvoie à nouveau à l’encadrement théorique proposé dans ce volume.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles van Heems, « Interférence et convergence », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité, 132-1 | -1, 145-155.

Référence électronique

Gilles van Heems, « Interférence et convergence », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En ligne], 132-1 | 2020, mis en ligne le 07 décembre 2020, consulté le 26 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/mefra/10191 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mefra.10191

Haut de page

Auteur

Gilles van Heems

Université Lumière-Lyon 2, UMR 5189 HiSoMA — gilles.van-heems@mom.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search