Navigation – Plan du site

AccueilNuméros133-1VariaRemarques sur quelques gouverneur...

Varia

Remarques sur quelques gouverneurs de Maurétanie césarienne de la période sévérienne

Xavier Dupuis et Zheira Kasdi
p. 249-263

Résumés

Un nouvel examen des dossiers épigraphiques de plusieurs procurateurs-gouverneurs de Maurétanie césarienne sous Caracalla permet de préciser leur chronologie. Il s’avère par exemple que Q. Munatius Celsus était probablement en poste à la fin de 213 plutôt qu’en 211-212, et Q. Sallustius Macrinianus l’était vers 214 et non entre 198 et 211. L’ensemble du dossier met surtout en évidence un renouvellement rapide des gouverneurs entre la fin du règne de Septime Sévère et celui de Caracalla, puisqu’on en connaît au moins six ou sept entre 204 et 217. S’il est difficile d’expliquer précisément les raisons, assurément politiques, de cette situation, elle contraste nettement avec celle des années 195-205, pendant lesquelles deux gouverneurs, C. Octavius Pudens et P. Aelius Peregrinus, sont certainement restés en poste plus de trois ans.

Haut de page

Texte intégral

1Bien qu’incomplète, la liste des gouverneurs de la province de Maurétanie césarienne est fournie et continue encore de s’enrichir au gré des découvertes archéologiques et épigraphiques. Si l’identité de nombreux procurateurs équestres est parfaitement attestée, la durée de leur charge est moins bien assurée pour certains d’entre eux et plus particulièrement en ce qui concerne les gouverneurs en activité durant la période qui couvre le règne conjoint de Septime Sévère et de ses fils, puis celui de Caracalla. Pourtant, certains dossiers de cette époque méritent d’être repris à la lumière d’un examen plus attentif de la documentation. La relecture des sources permet d’apporter des précisions chronologiques et de proposer de nouvelles interprétations en ce qui concerne la durée et la datation de certaines procuratèles de gouvernement.

Le dossier de Q. Munatius Celsus

  • 1 CIL VIII, 22616, 22617 et 22618 ; AE, 1912, 173 ; CIL VIII, 7001 = ILAlg, II, 1, 570 (le texte n’e (...)
  • 2 CIL XV, 7497 : Q. Munati Celsi, | Formianus fec(it) ; voir PIR2 M 720 et 721.

2Quatre documents de Maurétanie césarienne, trois bornes milliaires de la route Lucu (Timziouine) – Kaput Tasaccora (Sidi Ali ben Youb) et une inscription de Sidi Hosni, ainsi qu’un texte de Cirta en Numidie, mentionnent le premier des procurateurs attestés sous Caracalla, Q. Munatius Celsus1. C’est probablement lui, ou son fils homonyme, dont le nom figure sur l’estampille d’un tuyau de plomb trouvé à Rome2.

  • 3 Gsell 1911, f. 26, n° 103.
  • 4 Grenier 1904, p. 223-224, n° 5.
  • 5 Comme le montrent ses copies de quatre textes de Ras el Oued (ex Tocqueville), reprises aux p. 215 (...)

3Un texte méconnu, un milliaire provenant de Kherbet bou Derbala3 à l’est de la Maurétanie césarienne, permet semble-t-il d’enrichir son dossier (fig. 1). Il a été publié en 1904 par A. Grenier4, d’après une copie de M. Meurisse présentant « de grosses difficultés » qui, au vu d’autres relevés du même auteur repris dans l’article, résultaient probablement davantage du mauvais état de la pierre ou de problèmes divers que de la négligence ou de l’incompétence du copiste5. Son éditeur en proposait la restitution suivante :

  • 6 L’éditeur n’a pas restitué la dernière ligne. S’il s’agit bien de la fin du texte on suggérerait v (...)

[Imp(erator) Ca]es(ar) [M.] A[urelius | Anton(inus) Pius F(elix) Aug(ustus) - - - Britan]nicus maxim[us | trib(uniciae) pot(estatis)] XV[I], co(n)s(ul) IIII, | miliaria |5 [com]mean[tibus | in]nou[auit], | M[- - -]6.

Fig. 1 – Le milliaire de Kherbet bou Derbala (d’après Grenier 1904, p. 223).

Fig. 1 – Le milliaire de Kherbet bou Derbala (d’après Grenier 1904, p. 223).
  • 7 Sur les erreurs et irrégularités qui affectent les puissances tribuniciennes de Caracalla, voir Ma (...)
  • 8 Cagnat 1919, p. CCXV, n° 3. Il s’agit d’une borne du 7e mille, dont seule subsiste la fin : - - - (...)

4L’attribution à Caracalla est sûre, même s’il est difficile d’intégrer précisément les vestiges de la première ligne dans la restitution ; de même on peut hésiter l. 2 entre [Britan]nicus et [Germa]nicus maxim[us]. Par ailleurs la correction de XV en XVI, en théorie tout à fait justifiée (la 16e année tribunicienne couvre en effet la période allant du 10 décembre 212 au 9 décembre 213 et Caracalla exerça son 4e consulat à partir du 1er janvier 213), ne s’impose pas, car plusieurs textes donnent la séquence TRIB POT XV COS IIII7. Outre ceux de Sidi Hosni, d’Aïn el Hadid et de N’gaous, sur lesquels nous reviendrons, il faut également signaler CIL VIII, 4196 et 4197 à Verecunda (Markouna) près de Lambèse, une borne des environs de Cohors Breucorum (Tagremaret) en Césarienne8, ou encore CIL II, 1671 = II2/5, 77 à Tucci en Bétique et CIL III, 314 = IAnkara, 77 à Ankara en Galatie. Même s’ils comportent bien une « erreur », ces documents montrent surtout que pendant la seconde moitié de 212, à l’annonce de la désignation de Caracalla à son 4e consulat, on en a parfois anticipé l’exercice effectif, en « confondant » élection et prise de fonction. À la 4e ligne, la lecture miliaria, en accord avec la copie, est effectivement séduisante, mais aux deux suivantes, la restitution de la formule [com]mean[tibus in]nou[auit] suppose non seulement de multiples corrections, mais aussi des lacunes très courtes, alors qu’elles paraissent plus longues aux l. 1-3. Dans la mesure où plusieurs inscriptions placent le gouvernement de Q. Munatius Celsus pendant la 15e puissance tribunicienne de Caracalla, il est au contraire préférable de reconnaître son gentilice, presque intégralement conservé, dans ce qui subsiste de la l. 5. On pourrait alors restituer à la 6e ligne [procurator] prou(inciae), mais cette formule ne paraît pas attestée sur les milliaires maurétaniens qui privilégient en général proc(urator) suus ou Aug(usti) nostri ; peut-être y avait-il simplement PROC en supposant des difficultés de lecture. Sans tenir compte des infimes vestiges de la l. 1, on peut donc proposer une restitution plus précise de cette borne :

  • 9 Bien évidemment les passages à la ligne et les abréviations ne sont donnés qu’à titre indicatif, e (...)

[Imp(erator) Caes(ar) M. Aurelius Anton(inus) Pius Felix Aug(ustus) Parthicus maximus, | Britan- ou Germa]nicus maxim[us, | trib(uniciae) pot(estatis)] XV, co(n)s(ul) IIII, | [p(ater) p(atriae)], miliaria |5 [restituit, ou noua posuit, per Q.] Munati[um | Celsum, u(ir) e(gregium),] proc(uratorem) [- - -]9.

5Ce nouveau texte incite surtout à reprendre l’examen du dossier de Q. Munatius Celsus, notamment le problème de la date de son passage en Maurétanie césarienne. En effet si, dans la rapide notice qu’il lui consacre, B. E. Thomasson, suivi par D. Faoro, l’a placé en 211-212 sur la foi de multiples mentions de la 15e puissance tribunicienne de Caracalla, un examen attentif des documents suggère une datation légèrement différente.

  • 10 Mastino 1981, p. 53-54 ; Kienast – Eck – Heil 2017, p. 156-157. La date est donnée précisément par (...)
  • 11 Mastino 1981, p. 41 ; Kienast – Eck – Heil 2017, p. 157.
  • 12 Charbonnel – Demougin 1976, p. 560-562.

6On peut d’abord revenir sur l’inscription de Cirta, CIL VIII, 7001 = ILAlg, II, 1, 570 (fig. 2). Sa mutilation (il manque plus du tiers du texte à gauche) n’en gêne heureusement pas la compréhension. Même si elle ne peut être datée précisément, elle est évidemment antérieure à la mort de Caracalla le 8 avril 217, et postérieure à l’octroi du surnom triomphal Germanicus maximus, au début de l’automne 21310. Le texte attribue à Caracalla une quatrième salutation impériale qui ne semble pas officielle mais apparaît sur quelques documents11, alors que la restitution de la mention du quatrième consulat revêtu le 1er janvier 213 s’impose. En revanche, Caracalla ayant été successivement investi de ses 16e, 17e, 18e, 19e et 20e puissances tribuniciennes entre l’automne 213 et sa mort, il est impossible d’en restituer le nombre précis ; ni la 18e proposée par G. Wilmanns, ni la 16e, par H.-G. Pflaum, ne s’imposent donc. Les quatre dernières lignes du texte donnent un certain nombre d’informations intéressantes sur le personnage. Comme le prouve l’expression e(gregiae) m(emoriae) u(ir), il était mort au moment où son fils homonyme, chevalier romain et a militiis, dépensa 12 000 sesterces – auxquels il ajouta un montant indéterminé –, très probablement pour ériger une statue de Caracalla en exécution des volontés de son père. Au vu de ces éléments, son origine cirtéenne est donc avérée et il est possible qu’il ait eu pour lointain descendant Munatius Flauianus, riche propriétaire terrien cirtéen sous Probus, ou Munatius Felix, curateur de Cirta en 303, qui saisit les biens de l’église locale en application de l’édit de persécution de Dioclétien12. Le texte montre que la mort de Celsus est assez largement antérieure au mois d’avril 217 puisque son testament avait été ouvert et ses volontés accomplies avant cette date. Sur la foi de ce seul document, il apparaît en tout cas difficile de la placer après le printemps de l’année 215.

Fig. 2 – L’inscription de Cirta (d’après Renier 1855-1858, n° 1834).

Fig. 2 – L’inscription de Cirta (d’après Renier 1855-1858, n° 1834).
  • 13 Fabre 1912, p. 127.
  • 14 Thomasson 1996, p. 211, n° 29 b.

7Les documents provenant de Maurétanie césarienne soulèvent pour leur part plusieurs problèmes. Il faut d’abord noter que le texte de Sidi Hosni (ex Waldeck–Rousseau), publié en 1912 par S. Fabre13, a toujours été mal présenté par la suite. La notice de l’AE, 1912, 173 en reproduit en effet les lignes 5-6 de la façon suivante : TRIB POT XV COS | III, alors que B. E. Thomasson14, probablement par une simple inadvertance, a amputé d’une unité le nombre des consulats indiqué par L’Année épigraphique. Or la publication originale (fig. 3) donne le texte suivant :

Imp(erator) Caes(ar) [M. Aur(elius)] | Anton(inus) Pius Fel(ix) | Aug(ustus) Part(hicus) max(imus) Bri(tannicus) | ma[x(imus) Ge]rm(anicus) max(imus), |5 trib(unicia) pot(estate) XV, co(n)s(ul) | IIII, per Celsum, | proc(uratorem) [Aug(usti) n(ostri) ou suum], re[stitu]it.

Fig. 3 – L’inscription de Sidi Hosni (d’après Fabre 1912, p. 127).

Fig. 3 – L’inscription de Sidi Hosni (d’après Fabre 1912, p. 127).
  • 15 Il n’est en revanche pas totalement sûr qu’il s’agisse d’un milliaire, comme le pensait son éditeu (...)
  • 16 Pour la date de l’octroi de ce surnom triomphal, supra, n. 10.

8Il s’agit d’une dalle haute de 0,40 m de et large de 0,48 m, la hauteur des lettres allant de 3 à 5 cm15. La copie semble précise, le nombre des consulats est surligné et est confirmé par la traduction : « consul pour la quatrième (fois) ». Quelle que soit l’origine de l’erreur de L’Année épigraphique, il faut surtout noter que le texte présente la même séquence, TRIB POT XV COS IIII, que le milliaire de Kherbet bou Derbala et d’autres documents. Cependant l’incohérence chronologique majeure reste la présence du surnom triomphal Germanicus maximus, reçu par Caracalla en octobre 213 après sa victoire sur les Alamans16. Il est en effet totalement impossible de faire coïncider la 15e puissance tribunicienne, revêtu du 10 décembre 211 au 9 décembre 212, avec ce surnom triomphal dont l’octroi n’est pas antérieur à l’automne 213.

9Deux des bornes milliaires de la route reliant Lucu à Kaput Tasaccora (CIL VIII, 22616 et 22618), posent exactement le même problème. Leur texte est identique, à l’exception du nombre des milles, respectivement les 20e et 19e depuis Kaput Tasaccora. Malgré quelques mutilations elles se lisent sans difficulté :

  • 17 Le texte repris ici est celui de CIL VIII, 22616, établi, comme celui de l’autre borne, à partir d (...)

Imp(erator) [Caes(ar) M. Au]|reliu[s Antoninus | P]ius [Fel(ix) Aug(ustus) Part(hicus)] | max(imus) Brit(annicus) m[ax(imus)] |5 German(icus) max(imus), | p(ater) p(atriae), tr(ibunicia) p(otestate) XV, co(n)s(ul) III, | a Kaput Tasac(cora)| m(ilia) p(assum) XX, | curante Q. Mu|10nat(io) Celso, u(iro) e(gregio), | proc(uratore) Aug(usti) n(ostri)17.

  • 18 Salama 1955, p. 347, n. 78, et p. 352, n. 103-104.
  • 19 I. Altaua, 4. Reprenant CIL VIII, 22622, il a préféré lire aux l. 6-8 TRIB | POT XV, COS | III, IM (...)
  • 20 Mastino 1981, p. 54 ; également p. 106 (où la date de 212 est suivie d’un ?) et 120-121, n. 1 (« S (...)
  • 21 Mastino 1981, p. 54, n. 206.

10Dans ces deux documents, la datation qui peut paraître la plus évidente et qui s’est donc imposée sans discussion, l’année tribunicienne 211-212, parfaitement compatible avec l’indication du 3e consulat exercé en 208, suppose là aussi une anticipation de 10 à 22 mois environ de la mention de la victoire germanique. La difficulté est de taille, même si aucun des éditeurs ne la signale. P. Salama, qui l’avait bien vue, a préféré pour sa part considérer que les surnoms triomphaux n’ont pas été indiqués avec une grande précision et qu’il convenait donc de suivre les indications données par les puissances tribuniciennes18. J. Marcillet-Jaubert a suivi son avis en éditant une borne milliaire d’Altaua (Ouled Mimoun) présentant la même séquence19. Sans prendre nettement parti, A. Mastino ne semble en revanche pas accorder une grande valeur à ces documents : il note en effet que, dans un nombre assez important de textes, le surnom triomphal Germanicus maximus n’apparaît pas avant la fin de 213, « à l’exception de quelques attestations attribuées sans certitude à 212 »20. Ensuite, dans la liste qu’il en donne en note, il précise qu’exception faite des deux milliaires ci-dessus, du texte de Sidi Hosni, auxquels il ajoute le document d’Altaua, toutes les références concernent en réalité des textes regravés, fragmentaires ou mal restitués21.

  • 22 Salama 1955, p. 352-354, non repris par l’AE. Il ne semble pas s’agir d’un milliaire et P. Salama (...)

11On peut cependant ajouter deux ou trois documents à cette courte liste. Le premier, publié par P. Salama, provient des environs d’Aïn el Hadid (ex Martimprey) en Maurétanie césarienne (fig. 4)22. Il s’agit d’une dalle en calcaire de mauvaise qualité, haute de 0,63 m, large de 0,47 m et épaisse de 0,19 m ; les lettres mesurent 5 cm de hauteur. La mise en page a tenu compte des défauts du matériau, ce qui explique le retrait du début de la l. 3, et l’espace qui suit MAX à la l. 4 puis le grand uacat entre GE et RMANI ensuite. Le texte comporte de nombreuses ligatures (RE, LI et VS l. 1 ; NT, NI PI, LI et AV l. 2 ; HI et RI l. 3 ; RI l. 5), l. 4, le X de MAX est plus petit et l. 6, le nombre IIII semble surligné. Exactement comme à Sidi Hosni, le surnom Germanicus maximus est associé à la 15e puissance tribunicienne et au 4e consulat de Caracalla :

Imp(erator) Caesar M. Aurelius | Antoninus Pius Felix Au(gustus) | Parthicus max(imus) Brit(annicus) | max(imus) Germani|5cus max(imus), p(ater) p(atriae), trib(unicia) | pot(estate) XV, co(n)s(ul) IIII.

Fig. 4 – L’inscription d’Aïn el Hadid (d’après Salama 1955, p. 352).

Fig. 4 – L’inscription d’Aïn el Hadid (d’après Salama 1955, p. 352).

12Ensuite, il faut signaler une borne du 4e mille d’une route des environs de Niciuibus (N’gaous) au sud-ouest de la Numidie (fig. 5) :

  • 23 Gsell 1902, p. CXLII, d’après une copie de Jacquetton.

[Imp(eratori) Caes(ari) M. Aurelio Seuero Antonino Pio Felici Aug(usto) Parthico maximo Britannico maximo Germanico] | maxim[o], pont[ifi]|ci maximo, tri|buniciae potesta|tis XV, imp(eratori) III, co(n)[s(uli)] |5 IIII, p(atri) p(atriae), proco(n)s(uli). | IIII23.

Fig. 5 – Le milliaire de N’gaous (d’après Gsell 1902, p. CXLII).

Fig. 5 – Le milliaire de N’gaous (d’après Gsell 1902, p. CXLII).

13On peut évidemment discuter le détail des restitutions du début du texte, totalement disparu. Cependant la présence de maxim[o] avant l’indication du grand pontificat montre que les surnoms triomphaux étaient indiqués, et surtout la séquence IMP III COS IIII, parfaitement lisible, nous place au plus tôt à l’automne 213, puisque Caracalla reçut précisément sa 3e salutation impériale à la suite de sa victoire germanique. Cela justifie la restitution du surnom Germanicus maximus et montre que, selon toute vraisemblance, le nombre des puissances tribuniciennes comporte une faute, antique ou moderne, comme St. Gsell l’avait bien vu.

14Enfin, au vu de cette série de documents, tout porte à croire que ce surnom triomphal figurait également sur la borne de Kherbet bou Derbala, même si sa mutilation en interdit une restitution trop précise.

15Il existe donc en Afrique cinq textes épigraphiques (les deux de la route LucuKaput Tasaccora, ceux de Sidi Hosni, Altaua et Aïn el Hadid), et probablement six voire sept (à N’gaous et à Kherbet Bou Derbala), qui associent la 15e puissance tribunicienne, qui s’achève le 9 décembre 212, au surnom triomphal Germanicus maximus, reçu par Caracalla à l’automne 213. Dans quatre cas il est fait mention du 4e consulat exercé en 213, dans deux ou trois du 3e qui remonte à 208. Comme nous l’avons vu, on peut expliquer la séquence TRIB POT XV COS IIII seule, en supposant que dans quelques cas on a attribué à Caracalla un consulat qu’il ne devait revêtir que dans les mois ou semaines qui suivaient. Il paraît en revanche impossible d’imaginer qu’on ait anticipé, de 10 mois au moins, la victoire germanique de l’automne 213. La conclusion qui s’impose est qu’il y a eu une erreur sur le nombre des puissances tribuniciennes et parfois des consulats (lorsqu’il s’agit du troisième). Les deux milliaires de la route Lucu - Kaput Tasaccora, comme le texte de Sidi Hosni et les autres, ne datent donc nullement, à notre avis, de l’année tribunicienne 211-212, mais ne sont certainement pas antérieurs à l’automne 213.

16L’examen du dossier impose alors de rabaisser légèrement la date du passage de Q. Munatius Celsus en Maurétanie césarienne : si, comme nous le croyons, il faut accorder toute sa valeur à la présence de Germanicus maximus, il est évident que Celsus était encore en poste à la fin de 213. Il faut donc corriger la datation communément admise, la vraisemblance permettant alors de supposer qu’il n’a pas quitté ses fonctions avant le printemps ou l’été 214, le texte de Cirta montrant qu’il est mort peu après cette date.

  • 24 P. Aelius Peregrinus Rogatus de 200 à 203/204 ou T. Aelius Decrianus de 217-218 à 222-223 par exem (...)
  • 25 Demaeght 1894a, p. 315, qui note aussi que la forme des bornes change : quadrangulaires sur le tro (...)
  • 26 Kienast – Eck – Heil 2017, p. 162-164, et surtout Salama 1964, tableau entre les p. 340-341. Dans (...)
  • 27 Même si IMP CAES est employé pour Septime Sévère et Caracalla Augustes (CIL VIII, 22602/4 et 22611 (...)
  • 28 Demaeght 1894a, p. 316.
  • 29 Cela peut en apparence s’expliquer aisément puisqu’il s’agit du catalogue du musée d’Oran, où CIL (...)
  • 30 Demaeght 1895, p. 65-67, n° 1213-1214. Après avoir repris la borne du 20e mille, il ajoute : « A c (...)
  • 31 Soit T. Aelius Decrianus, abondamment attesté (PIR2 A 167 ; Pflaum 1960–1961, 3, p. 1097 ; Thomass (...)

17Un des documents du dossier, CIL VIII, 22617, pourrait permettre de penser que Celsus avait pris ses fonctions en Maurétanie au plus tard vers la fin de 210. Il s’agit d’une autre borne du 20e mille de la route LucuKaput Tasaccora, sur laquelle subsistaient les vestiges des noms de Septime Sévère, de Caracalla et de leur procurateur (fig. 6). Un examen attentif fait là encore apparaître divers problèmes. On peut certes admettre que Celsus soit resté trois à quatre ans en poste, de 210 à 214 environ, ce qui n’est pas sans exemple24 ; par ailleurs, nous connaissons mal les gouverneurs de Césarienne pendant les dernières années du règne de Septime Sévère. Il n’est pas impossible non plus que le même procurateur ait fait ériger à deux reprises des bornes sur la même route et au même emplacement, tant parce que nous nous trouvons aux limites d’un secteur routier, à un point où la numérotation changeait d’origine25, que parce que la disparition de Septime Sévère en février 211 avait créé une nouvelle situation politique. Le mauvais état de la pierre peut également expliquer bien des choses et il n’est pas exclu qu’outre le nom de Geta, martelé en 211-212, ceux de son père et de son frère aient accidentellement disparu, à la seule exception d’IMP CAES et des cognomina Seuerus et Antoninus, seuls conservés. Toutefois, en faisant abstraction de la fin du texte, la copie des l. 1 à 4 évoque une autre situation, postérieure de quelques années. On sait en effet que Macrin et Diaduménien, dans un souci de légitimation, avaient repris les surnoms Seuerus et Antoninus, qui furent seuls respectés lorsque leur mémoire fut condamnée et leurs noms martelés comme le montrent nombre d’inscriptions26. Même si l’argument n’est pas définitif, le singulier IMP CAES27, et la présence des seuls cognomina Seuerus et Antoninus, incitent donc plutôt à penser qu’il s’agit d’une borne de Macrin Auguste et Diaduménien César, érigée entre mai 217 et mai 218 et martelée après leur élimination en juin 218. Évidemment les noms de Munatius Celsus apparaissent aux l. 7-8, mais on peut se poser la question de savoir ce qu’il en était réellement. Le texte complet de ce milliaire ne figure en effet que dans un seul des trois articles que L. Demaeght a publiés en 1894 et 1895. Il y signale la présence, à côté de la borne du 20e mille, de « deux autres, demi-cylindriques, dont les inscriptions sont très frustes », avant de reproduire ce « qu’on peut encore lire » sur l’une d’elles (fig. 7)28. De façon étonnante il n’en signale même pas l’existence dans un article publié la même année29, ni n’en donne le texte dans un troisième daté de 189530. Ces hésitations incitent à penser que le texte publié en 1894 était moins bien établi qu’il n’y paraît, et devait en fait être quasi illisible ; le contraste entre les descriptions – « très frustes », « presque entièrement rongées par le temps » –, et la relative netteté de la copie publiée, est d’ailleurs frappant. On peut songer à diverses explications (un milliaire palimpseste ou portant deux inscriptions distinctes confondues par Demaeght, voire une borne mise au rebut et réutilisée en 217 puis martelée en 218), mais la lecture du nom de Q. Munatius Celsus peut aussi résulter d’une simple erreur, provoquée par le mauvais état de la pierre et entraînée par la présence de son nom sur la borne voisine. Il faudrait alors attribuer CIL VIII, 22617 à un procurateur en fonction en 217-21831. Dans ces conditions il paraît prudent de ne pas tenir compte de ce document et de l’écarter du dossier. Nous ignorons donc la date d’entrée en fonction de Q. Munatius Celsus ; en revanche, il paraît sûr qu’il était encore en poste à la fin de l’année 213, voire au début de 214, comme le prouvent les deux bornes de la route LucuKaput Tasaccora et le texte de Sidi Hosni.

Fig. 6 – La borne du 20e mille (d’après CIL VIII, 22617).

Fig. 6 – La borne du 20e mille (d’après CIL VIII, 22617).

Fig. 7 – La borne du 20e mille (d’après Demaeght 1894a, p. 316).

Fig. 7 – La borne du 20e mille (d’après Demaeght 1894a, p. 316).

Q. Sallustius Macrinianus : un gouverneur de Caracalla ?

  • 32 PIR2 S 66 ; Pflaum 1960-1961, 2, p. 602 n° 227 ; Christol – Magioncalda 1989, p. 45, 47, 63-64, 13 (...)
  • 33 CIL VIII, 9371 (ILS, 1355) Q(uinto) Sallustio Mac[ri]niano, proc(uratori) Aug(usti)| utriusq(ue)(...)

18En l’état actuel des sources, la procuratèle de Q. Sallustius Macrinianus32 en Césarienne n’est attestée que par une inscription de Caesarea gravée sur deux blocs jointifs et conservée au Musée de Cherchell (fig. 8 et 9)33. Sallustius Macrinianus y est honoré aux côtés de son fils et son petit-fils, tous deux admis dans l’ordre sénatorial, par Anullius Geta. Cet ancien préfet de l’ala Parthorum leur rend hommage pour avoir fait preuve d’une singulière bienveillance à son l’égard, ob insignem [eo]rum erga se humanitatem (l. 6-7).

Fig. 8 – Photographie couleur des deux blocs de l’inscription de Q. Sallustius Macrinianus (photo Christa Landwehr).

Fig. 8 – Photographie couleur des deux blocs de l’inscription de Q. Sallustius Macrinianus (photo Christa Landwehr).

Fig. 9 – Photographie noir et blanc de l’inscription de Q. Sallustius Macrinianus antérieure à son dépôt dans la cour du musée de Cherchell (photo EpiCherchell : http://ccj-epicherchel.huma-num.fr/​).

Fig. 9 – Photographie noir et blanc de l’inscription de Q. Sallustius Macrinianus antérieure à son dépôt dans la cour du musée de Cherchell (photo EpiCherchell : http://ccj-epicherchel.huma-num.fr/​).
  • 34 Pflaum 1960-1961, 2, p. 603 ; Christol – Magioncalda 1989, p. 21, 30 ; Thomasson 1996, p. 209 n° 2 (...)
  • 35 Renier 1859, p. 49 n° 3.
  • 36 Kienast – Eck – Heil 2017, p. 157 et 160.
  • 37 ILS, 1365.
  • 38 Pallu de Lessert 1896, p. 500 ; Pflaum 1960-1961, 2, p. 603 n° 2 indique que « les deux derniers g (...)

19Depuis les premières éditions, il est communément admis que le texte de Cherchell date des années 198-21134. Cette datation ne repose que sur un seul élément : une mention des trois Augustes, à travers l’abréviation AVGGG, à la fin de la l. 1. Découverte lors des fouilles des thermes effectuées avant l’hiver 1859, c’est à L. Renier que revient la première publication accompagnée d'un dessin (fig. 10)35. D’après lui, un deuxième G après AVG avait été martelé, ce qui lui permit de conclure que l’inscription remontait au règne simultané de Caracalla et de Geta soit entre février et décembre 21136. À son tour G. Wilmanns procéda à la lecture de la pierre pour le CIL. En plus de restituer les lacunes de la dernière ligne et l’identité du dédicant, il signala un autre G endommagé juste après AVG ainsi que le martelage d’un troisième en fin de mot. Il restitua alors PROC AVGG̣[G] et cette lecture, immédiatement reprise par H. Dessau37, a été depuis adoptée par les historiens38. Un passage à Cherchell et la consultation de photographies de la pierre ont permis de vérifier l’inscription. Le premier constat porte sur l’état des pierres. Elles n’ont, certes, pas trop été endommagées mais le matériau utilisé, un calcaire très poreux, fait apparaître de nombreuses aspérités sur chacune des faces. Une cavité apparaît tout en bas du champ épigraphique ainsi qu’une plus petite au début de la dernière ligne du texte. Des creux sont également visibles dans la première partie des l. 1 et 3. La seconde observation porte sur la fin de la première ligne : on ne parvient pas à y reconnaître les marques d’un martelage quel qu’il soit, ni les traces d’un second G, comme en témoigne le détail de la photographie (fig. 11). Il y a bien un espace après AVG mais il n’indique en rien que deux ou trois G ont été gravés. On constate en effet un léger creux, d’ailleurs assez éloigné du premier G, bien visible celui-ci, mais qui trouve son origine dans la surface âpre et irrégulière de la pierre. Cet état se constate à d’autres endroits sur le monument. Il n’y a, vraisemblablement, jamais eu de lettres supplémentaires qui auraient été effacées et il faut simplement lire PROC AVG à la fin de la première ligne. Ainsi, l’année 211 ne constituerait plus un terminus ante quem et Sallustius Macrinianus aurait été en poste non plus sous le règne d’un collège impérial mais celui d’un unique empereur.

Fig. 10 – Copie de l’inscription de Cherchell (d’après Renier 1859, p. 49 n° 3).

Fig. 10 – Copie de l’inscription de Cherchell (d’après Renier 1859, p. 49 n° 3).

Fig. 11 – Détail de l’inscription de Cherchell (angle supérieur droit, photo EpiCherhell : http://ccj-epicherchel.huma-num.fr/​).

Fig. 11 – Détail de l’inscription de Cherchell (angle supérieur droit, photo EpiCherhell : http://ccj-epicherchel.huma-num.fr/​).
  • 39 Il s’agit d’une lettre que Sallustius Macrinianus adressa aux stratèges des nomes (SB XVIII, 13175 (...)
  • 40 CIL VIII, 9366.
  • 41 Christol – Magioncalda 1989, p. 102-103, p. 119 n° 577, p. 184-185 n. 35 ; Magioncalda 2006, p. 17 (...)

20Le cursus de Q. Sallustius Macrinianus est peu documenté. On sait, grâce à un papyrus égyptien, que sa carrière l’amena à Alexandrie où il occupa le poste centenaire de procurateur des greniers de Neapolis, au moins jusqu’à la fin de l’année 19439. Le document de Caesarea précise qu’il fut proc(urator) Aug(usti) utriusq(ue) prou(inciae) Mau[re]taniae (l. 2). La formule utriusque Mauretaniae se retrouve presque à l’identique dans un hommage adressé à un autre gouverneur dans la capitale provinciale40 : Cn. Haius Diadumenianus, procurator Aug(ustorum) utr[ar]umque Mauritaniarum Tingitanae [et Caes(ariensis)]. Les travaux de M. Christol et A. Magioncalda41 ont démontré que l’usage du pronom uterque dans ces exemples indiquait que les procurateurs équestres avaient été, dans un premier temps, en poste en Tingitane, puis, tout de suite après, en Césarienne. Ainsi, conformément aux échelons provinciaux, Sallustius Macrinianus a gouverné la Maurétanie tingitane puis la Maurétanie césarienne. Dès lors, si l’on admet que ce procurateur-gouverneur fut en poste en Césarienne alors qu’il n’y avait qu’un seul empereur sur le trône et en vertu de la documentation, on peut envisager les limites chronologiques de sa charge.

  • 42 Deux exemples montrent que cette procuratèle était immédiatement suivie d’un poste ducénaire, ceux (...)
  • 43 PIR² N 245 ; Thomasson 1996, p. 207 n° 23 ; Faoro 2011, p. 334 n° 20.
  • 44 Thèse de Zh. Kasdi, « Mauretania Caesariensis : prosopographie et aspects administratifs, judiciai (...)
  • 45 Kasdi 2016.

21Une première éventualité repose sur une carrière parcourue durant le règne de Septime Sévère. L’avancement à la procuratèle de Maurétanie césarienne n’aurait pu alors avoir lieu qu’après la charge centenaire de procurateur de Neapolis42 et avant que Septime Sévère ne s’associe ses fils, soit entre 195 et 198. Ce laps de temps intègre le fait que Sallustius Macrinianus a successivement été à la tête de la Tingitane et de la Césarienne. Or, en ce qui concerne la Césarienne, cela paraît impossible. On sait en effet que Cn. Nunnius Martialis dirigea la province en décembre 194/été 19543 et depuis la découverte de la dédicace d’El Bayadh, on sait également que C. Octauius Pudens Caesius Honoratus était en poste entre 196 et 198 au moins44. Ce dernier étant en charge des opérations du census dans la province, il n’est pas impossible que sa procuratèle se soit poursuivie jusqu’en 199 voire 200, date à laquelle lui succéda P. Aelius Peregrinus Rogatus jusqu’en 203/20445. Ce n’est donc pas sous Septime Sévère que Sallustius Macrinianus gouverna la Césarienne et il faut envisager le gouvernement à une date plus tardive.

  • 46 Magioncalda 2006, p. 1749, 1752 et 1757.
  • 47 Pflaum 1982, p. 144.
  • 48 Magioncalda 2006, p. 1755-1756.

22À la lumière de la documentation et avec précaution, A. Magioncalda proposa de replacer le gouvernement de Q. Sallustius Macrinianus en Tingitane entre celui de [-]te[- - -]us en 203/204 et 205/206 et celui de l’anonyme de Tamuda en 210-211, c’est-à-dire entre 207 et 20946. Selon elle, Q. Munatius Celsus étant en poste dans la province voisine en 212, Sallustius Macrinianus aurait été nommé à la tête de la Césarienne après M. Aurelius Heraclitus. Se ralliant à l’avis de H.-G. Pflaum47, elle suggéra que ce procurateur équestre aurait pu assurer le gouvernement de la Césarienne en 207-209 et Sallustius Macrinianus aurait occupé la charge entre 209 et 211. Or Geta est toujours associé au pouvoir à cette époque. Il semblerait donc que Macrinianus ait été en poste dans les Maurétanies à une date plus tardive encore, entre 211 et 217. En Tingitane, l’anonyme de Tamuda et la présence de M. Aurelius Sebastenus en 215-217 imposent qu’on limite cette date aux années 211/212-214/215. Par défaut, A. Magioncalda a choisi de placer le procurateur L. Aelius Ianuarius dans ces bornes chronologiques48. On ne dispose d’aucune source allant explicitement dans ce sens, d’autant plus qu’à la relecture des pièces du dossier, le passage même de ce chevalier en Césarienne paraît douteux.

L. Aelius Ianuarius : un gouvernement non avéré

  • 49 Wagner 1983, p. 114-116, photo 8.5c, copie 8.3c (AE, 1984, 920) ; Ojeda Torres 1993, p. 158 ; Spei (...)
  • 50 Avant cette découverte, les nomina de ce chevalier n’étaient que partiellement connus. Les copies (...)
  • 51 CIL II, 4135 = II2/14, 1002 (ILS, 1365) = RIT, 154.

23On ne connaît L. Aelius Ianuarius qu’à travers deux inscriptions. La plus ancienne est une borne milliaire découverte près de Zeugma qui, sans difficulté de lecture, permet de fixer non seulement son gouvernement en Osrhoène rattachée à la Coelé Syrie en 20549 mais également d’établir définitivement son identité50. Bien moins conservé, le second document est un fragment d’inscription honorifique qui révèle des étapes de la carrière d’Aelius Ianuarius51. Le voici tel qu’il apparaît dans le CIL :

[L(ucio)] Ael(io) Ianuario, | [u(iro) p(erfectissimo), p]roc(uratori) hereditat[i|um], proc(uratori) Hosdroe[n(ae)] (!) | Syriae Coeles, | [proc(uratori)] uect(igalis) Illyric[or(um), |5 proc(uratori)] prou(inciae) Hispa[n(iae) | Cite]rioris Tarrac(onensis), | [prae]sidi prou(inciae) Ting[it(anae), | praes]idi prou(inciae) Mau[r(etaniae) | Caes(ariensis), - - -]|10 - - -.

  • 52 La photographie est également consultable en libre accès sur l’Epigraphik-Datenbank Clauss/Slaby : (...)
  • 53 Notons aussi qu’il n’est pas autrement attesté en Tingitane. Pflaum 1960-1961, 2, p. 893, avait su (...)
  • 54 Quand bien même Aelius Ianuarius aurait occupé ce poste, étant donné que le gouvernement de l’Osrh (...)

24Le texte est incomplet, rogné sur les deux côtés, la partie inférieure a également disparu. On ignore donc dans quel contexte et par qui a été élevé ce monument connu depuis la fin du XVe siècle. Nombreux sont les érudits du XVIe siècle intéressés par l’épigraphie à avoir relevé ce document. Pour sa notice du CIL Emil Hübner eut recours aux travaux de ces savants. L’impossible accès aux archives et le manque d’informations claires dans la chaîne de lecture et de transmission de ce texte ne permet pas de cerner qui, parmi eux, a bien vu la pierre. On sait seulement, d’après le CIL qu’Antonio Agustìn, archevêque de Tarragone, Antoine de Povillon qui figure parmi le cercle d’amis de ce dernier ainsi que Jacopo Strada lisaient, à leur époque, les lettres MAV au bout de la ligne 9. L’éditeur du CIL proposa alors de compléter MAV[r(etaniae) | Caesariensis ---] ce qui, dès lors, s’est imposé comme une évidence et fut largement relayé dans les travaux scientifiques. On considéra alors, à la lumière de ce document, qu’Aelius Ianuarius avait occupé cinq postes : le gouvernement de l’Osrhoène, la gestion des douanes de l’Illyricum, la procuratèle d’Espagne citérieure, le gouvernement de la Tingitane puis celui de la Césarienne. Pourtant, il n’est pas du tout certain qu’il ait été un jour gouverneur de Maurétanie césarienne. À la réédition de l’inscription dans les RIT, G. Alföldy a pris soin de joindre une photographie qui montre bien l’état dégradé de la pierre, particulièrement sur la partie droite52. La dernière ligne est très difficile à lire et il est impossible de reconnaître les lettres MAV, tout comme on ne distingue qu’un T à la fin de la ligne précédente. On reconnaît d’ailleurs davantage un N à la place d’un M à la fin du texte. La partie inclinée de la lettre N et le fût qui suit sont clairement visibles. Il n’y a pas une seconde diagonale qui pourrait indiquer la gravure d’un M. D’autre part, la façon dont sont mentionnées la procuratèle de Tingitane et la soi-disant procuratèle de Césarienne est curieuse. En effet, d’après les différentes lectures, ce sont les formules [prae]sidi prou(inciae) Ting[itanae] puis [praesi]di prou(inciae) Mau[ret(aniae) Caesariensis] qui auraient été copiées, Mauretaniae n’ayant pas été gravé devant Ting[itanae]. Cette anomalie renforce encore le doute autour de cette restitution. Rappelons enfin qu’aucun document en provenance de la Césarienne n’y atteste la présence d’Aelius Ianuarius et que, jusqu’à présent, l’inscription de Tarragone constituait l’unique source relative à son passage à la tête de cette province53. Finalement, aucun fondement sérieux ne permet de confirmer, ni même d’envisager, un gouvernement de la Maurétanie césarienne et, à ce titre et en l’absence de preuve tangible, il est plus sage d’écarter L. Aelius Ianuarius de la liste des procurateurs-gouverneurs de cette province54.

  • 55 AE, 1929, 136 = 1955, 56.
  • 56 Entre le poste centenaire de gouverneur de Dacie inférieure en 138 et la préfecture du prétoire en (...)

25Quoi qu’il en soit, rien n’interdit d’inverser l’ordre des procuratèles en ce qui concerne Aelius Ianuarius et Q. Sallustius Macrinianus en Tingitane. Dans le cas où Aelius Ianuarius aurait bien gouverné la Tingitane, il est impossible d’attribuer une date précise à sa fonction. Ainsi, rien ne s’oppose à ce que Sallustius Macrinianus ait pu diriger cette province de 211/212 à 213, puis la Maurétanie césarienne en 213/214 puisque M. Antonius Sabinus est attesté entre la seconde moitié de 214 et la seconde moitié de 21555. La nomination de Sallustius Macrinianus à la direction de la Césarienne pourrait, éventuellement, s’expliquer par la disparition soudaine de son prédécesseur, Q. Munatius Celsus, décédé alors qu’il était en poste, peut-être à la fin de l’année 213. La nécessité a fait qu’on le dépêcha en Césarienne. Le pouvoir central aurait donc opté pour une solution rapide et pragmatique. On ignore combien de temps le chevalier resta à son poste de procurateur des greniers de Neapolis. S’il le quitta en 194/195, environ dix-huit années se seraient écoulées entre celui-ci et la procuratèle de Maurétanie césarienne en 214. Si la procuratèle centenaire donne bien directement accès à une charge ducénaire, ce délai paraît long mais pas impossible56.

  • 57 PIR² A, 1521 ; Pflaum 1960-1961, 2, p. 684 n° 253 ; Christol – Magioncalda 1989, p. 16 n. 54, 22, (...)
  • 58 AE, 1927, 24 (4 fragments d’une plaque de marbre blanc. 0,25 x 0, 47 x 0,025 m. Hdl. 5,5 cm) : M(a (...)
  • 59 Drobeta, IDR, II, 15.
  • 60 IOSPE, I, 3, 4.
  • 61 Pflaum 1960-1961, 2, p. 687.
  • 62 Pflaum 1982, p. 144 avance « entre 198 et 209 probablement vers 207-209 ». 

26La présence bien attestée de Q. Munatius Celsus à la fin de 213, et celle possible de Q. Sallustius Macrinianus en 214, appellent l’attention sur un autre gouverneur de la fin du règne conjoint de Septime Sévère, Caracalla et Geta, M. Aurelius Heraclitus57. La durée de sa procuratèle est également très hypothétique. Les sources – un fragment d’inscription honorifique de Caesarea (Maurétanie)58, une dédicace de Dacie59 et un rescrit impérial de 201, évoquant une exemption fiscale concernant les habitants de Tyras en Mésie inférieure60 – ne permettent pas d’en déterminer de façon précise les limites. Ayant exercé la charge centenaire de procurateur des douanes dans la partie orientale de l’Illyricum en 201, si son avancement s’est fait dans des conditions ordinaires, M. Aurelius Heraclitus aurait alors revêtu deux ou trois procuratèles ducénaires avant d’arriver en Maurétanie61 et une dizaine d’années se serait donc écoulée entre les deux postes connus. Étant donné que Q. Munatius Celsus gouverne la province en 213, que Q. Sallustius Macrinianus y est peut-être placé en 214 et que M. Antonius Sabinus est attesté en fin 214/fin 215 sur un milliaire de Souagi, Aurelius Heraclitus pourrait avoir gouverné la Césarienne durant la période comprise entre 208 et 21262. Ainsi, ces procurateurs pourraient s'être succédés à la tête de la Césarienne dans l’ordre suivant :

  • M. Aurelius Heraclitus : entre 208 et 212 ;
  • Q. Munatius Celsus : fin 213 (début 214 ?) ;
  • Q. Sallustius Macrinianus : en 214 ? (été/hiver 214 ?) ;
  • M. Antonius Sabinus : décembre 214 - décembre 215 (215 ?).
  • 63 PIR² N 62 ; Pflaum 1960-1961, 3, p. 1108 ; Pflaum 1982, p. 144 ; Thomasson 1996, p. 212, n° 32 ; F (...)
  • 64 PIR² H 8 ; Pflaum 1960-1961, 2, p. 772 n° 227 ; Pflaum 1982, p. 143 ; Magioncalda 1989, p. 21, 30, (...)
  • 65 AE, 1957, 180.
  • 66 Voir note 10.
  • 67 CIL VIII, 9366.
  • 68 AE, 1960, 102 = IAM, II, 354.
  • 69 PIR² A 231 ; Pflaum 1960-1961, 2, p. 621 n° 233 ; Thomasson 1996, p. 207 n° 24 ; Faoro 2011, p. 31 (...)

27Bien qu’il soit impossible de déterminer fermement les dates de prise et de sortie de fonction pour chacun de ces gouverneurs et que l’ordre de passage à la tête de la province reste une hypothèse en l’absence de nouveaux documents susceptibles de la confirmer, il apparaît néanmoins, au terme de cette présentation, que les procurateurs de Césarienne ont été renouvelés à un rythme soutenu, au bout de deux voire d’une année, sur la période comprise entre la fin de règne du collège impérial et celui de Caracalla. Ce constat est renforcé par l’existence de deux autres procurateurs-gouverneurs de la province à cette époque. Il s’agit de P. Neratius [- - -]phorus63 et de Cn. Haius Diadumenianus64. Le premier est connu uniquement par une inscription très mutilée d’Aïoun Sbiba65. Le texte, une dédicace pour le salut de Caracalla et Julia Domna où figure la mention Germanicus maximus66, place le monument entre octobre 213 et avril 217. Cn. Haius Diadumenianus est attesté sur une inscription honorifique mutilée de Cherchell67 qui précise qu’il a été proc(urator) Augg[g](ustorum) u[t]r[ar]umque Mauritaniarum (!) Tingitana[e et Caes(ariensis)]. Sa procuratèle de Maurétanie tingitane est connue et datée de 202 grâce à une dédicace de Volubilis68. Le document de Caesarea indique qu’il fut successivement gouverneur de Tingitane et de Césarienne mais on ignore quel laps de temps s’est écoulé entre les deux. On sait qu’en 202, la Césarienne est gouvernée par P. Aelius Peregrinus Rogatus69. Ce dernier est en poste de 200 à 203/204. Par conséquent, Haius Diadumenianus a occupé la charge de gouverneur de Césarienne entre 204 et 211, ce qui permet de compléter le tableau comme suit :

  • Cn. Haius Diadumenianus : entre 204 et 211 ;
  • M. Aurelius Heraclitus : entre 208 et 212 ;
  • Q. Munatius Celsus : fin 213 (début 214 ?) ;
  • Q. Sallustius Macrinianus : en 214 ? (été/hiver 214 ?) ;
  • M. Antonius Sabinus : décembre 214 - décembre 215 (215 ?) ;
  • P. Neratius [---]phorus : entre 213 et 217.
  • 70 Kasdi – Slimani 2019.

28D’autre part, l’inscription d’un milliaire récemment découvert révèle l’existence d’un gouverneur totalement inconnu jusqu’à présent : Claudius Pyrrhus. Le texte précise qu’il a dirigé la province sous le règne de Macrin et Diaduménien, entre mai 217 et mai 21870. Le principat de Macrin est court. Il débute en avril 217 et ne va pas au-delà du mois de juin 218. Or, un autre procurateur-gouverneur, T. Aelius Decrianus, est également attesté durant ce règne et après, entre 217 et 222/223 au moins. Claudius Pyrrhus a vraisemblablement été son prédécesseur et il est possible que ce dernier ait été en poste avant l’arrivée de Macrin au pouvoir, lorsque Caracalla régnait encore.

  • 71 Un autre gouverneur pourrait être inséré dans cette liste mais l’impossibilité de le dater fermeme (...)

29Ainsi, sur une douzaine d’année, entre six et sept gouverneurs se sont succédés à la tête de la Césarienne, ce qui implique nécessairement des procuratèles limitées dans le temps71. Comment expliquer cette fréquence dans le changement de direction de la province ? Si la nomination de Q. Sallustius Macrinianus pourrait avoir été imposée par la disparition de Q. Munatius Celsus laissant la procuratèle de Césarienne vacante, il paraît peu probable que l’urgence ou l’instabilité de la province aient dicté une telle rotation. Il semblerait en revanche que cette alternance soit le résultat d’une pratique administrative. S’agissait-il de limiter dans le temps la présence des chevaliers dans la province ? Ou bien la succession de ces gouverneurs reflète-t-elle un moment particulièrement intense de promotion de fidèles chevaliers par l’empereur ? Quoi qu’il en soit, ce dossier prouve que le gouvernement de la Césarienne pouvait ne durer que quelques mois. Si, au regard de la répétition, le renouvellement de gouverneurs ne semble pas avoir engendré de problèmes significatifs en termes d’administration et de gestion de la province, il n’est pas exclu qu’il ait pu causer quelques désagréments chez les administrés habitués à une certaine stabilité de la fonction sous le règne de Septime Sévère, stabilité incarnée par les procuratèles de C. Octauius Pudens et de P. Aelius Peregrinus : toutes deux avaient duré trois années au moins et cinq années au plus.

Haut de page

Bibliographie

Ben Abdallah – Ladjimi Sebaï 2003 = Z. Ben Abdallah, L. Ladjimi Sebaï, Du nouveau sur la carrière de Q. Agrius Rusticianus, procurateur du tractus de Carthage, à travers une nouvelle inscription de Pheradi Maius (Hr. Fradis ou Hr. Sidi Khalifa - Tunisie), dans Itinéraires de Saintes à Dougga. Mélanges offerts à Louis Maurin, Bordeaux, 2003, p. 263-268.

Cagnat 1919 = R. Cagnat, Rapport, dans BCTH, 1919, p. CCXIV-CCXV.

Carcopino 1940 = J. Carcopino, La fin du Maroc romain, dans MEFR, 57-1, 1940, p. 349-448.

Charbonnel – Demougin 1976 = N. Charbonnel, S. Demougin, Un marché en Numidie au IIIsiècle après J.-C., dans RD, 54-4, 1976, p. 559-568.

Christol 2019 = M. Christol, Le pouvoir romain et les tribus de Maurétanie Césarienne, dans J. Scheid, M. Zink (dir.), Les sociétés tribales en Afrique du Nord. IXe Journée d’études nord-africaines, Paris, 2019, p. 45-57.

Christol – Magioncalda 1989 = M. Christol, A. Magioncalda, Studi sui procuratori delle due Mauretaniae, Sassari, 1989.

Christol – Salama 2001 = M. Christol, P. Salama, Une nouvelle inscription d’Aïoun-Sbiba, concernant l’insurrection maurétanienne dite de 253 : M(arcus) Aurelius Victor, gouverneur de la Maurétanie Césarienne, dans CCG, 12, 2001, p. 253-267.

Demaeght 1894a = L. Demaeght, Notice sur la voie romaine de Lucu (Timziouïn) à Caputtasacora (Tenira), dans BCTH, 1894, p. 311-318.

Demaeght 1894b : L. Demaeght, Catalogue raisonné des objets contenus dans le Musée municipal d’Oran, dans BSGAO, 14, 1894, p. 187-282.

Demaeght 1895 = L. Demaeght, Inscriptions inédites de la Maurétanie Césarienne. Voie de Lucu à Kaputtasaccora, dans BSGAO, 15, 1895, p. 63-67.

Euzennat 1994 = M. Euzennat, Le clipeus de Tamuda (Maroc) : imagines impériales et serment militaire, dans Y. Le Bohec (dir.), L’Afrique, la Gaule, la religion à l’époque romaine. Mélanges à la mémoire de Marcel Le Glay, Bruxelles, 1994, p. 111-115.

Fabre 1912 = S. Fabre, Une nouvelle inscription à Waldeck-Rousseau, dans BSGAO, 32, 1912, p. 127.

Faoro 2011 = D. Faoro, Praefectus, procurator, praeses : genesi delle cariche presidiali equestri nell’alto impero romano, Firenze, 2011.

Grenier 1904 = A. Grenier, Inscriptions d’Algérie et de Tunisie, dans BCTH, 1904, p. 215-240.

Gsell 1902 = St. Gsell, Envoi, dans BCTH, 1902, p. CXL-CXLIV.

Gsell 1911 = St. Gsell, Atlas archéologique de l’Algérie, Alger-Paris, 1911.

Kasdi 2016 = Zh. Kasdi, P. Aelius Peregrinus Rogatus et le gouvernement de la province de Maurétanie césarienne, dans CCG, 27, 2016, p. 325-360.

Kasdi – Slimani 2019 = Zh. Kasdi, S. Slimani, Un nouveau gouverneur de la province de Maurétanie césarienne, dans ZPE, 212, 2019, p. 280-286.

Kienast – Eck – Heil 2017 = D. Kienast, W. Eck, M. Heil, Römische Kaisertabelle. Grundzüge einer römischen Kaiserchronologie, Darmstadt, 2017.

Magioncalda 2006 = A. Magioncalda, I procuratori-governatori delle due Mauretaniae: aggiornamenti (1989-2004) e nuove ipotesi, dans L’Africa romana. Mobilità delle persone e dei popoli, dinamiche migratorie, emigrazioni ed immigrazioni nelle province occidentali dell’Impero romano. Atti del XVI convegno di studio. Rabat, 15-19 dicembre 2004, 17-3, 2006, p. 1737-1757.

Mastino 1981 = A. Mastino, Le titolature di Caracalla e Geta attraverso le iscrizioni (indici), Bologne, 1981.

Mastino 1990 = A. Mastino, Un decurione dell’ala III Asturum praepositus castelli Tamudensis, in una nuova dedica a Giove nel dies natalis di Settimio Severo, dans MEFRA, 102-1, 1990, p. 247-270. 

Ojeda Torres 1993 = J.M. Ojeda Torres, El Servicio administrativo imperial ecuestre en la Hispania romana durante el alto imperio, Séville, 1993.

Pallu de Lessert 1896 = Cl. Pallu de Lessert, Fastes des provinces africaines (Proconsulaire, Numidie, Maurétanies), sous la domination romaine, Paris, 1896.

Pflaum 1960-1961 = H.-G. Pflaum, Les carrières procuratoriennes équestres sous le Haut-Empire romain, Paris, 1960-1961.

Pflaum 1982 = H.-G. Pflaum, Les carrières procuratoriennes équestres sous le Haut-Empire romain. Supplément, Paris, 1982.

Poulle 1890 = A. Poulle, Inscriptions diverses de la Numidie et de la Mauritanie sétifienne, dans RSAC, 26, 1890, p. 305-422.

Renier 1855-1858 = L. Renier, Inscriptions romaines de l’Algérie, Paris, 1855-1858.

Renier 1859 = L. Renier, Inscriptions de l’Algérie, dans Bullettino dell’Instituto di corrispondenza archeologica, 1859, p. 48-54.

Salama 1955 = P. Salama, Nouveaux témoignages de l’œuvre des Sévères dans la Maurétanie césarienne. Deuxième partie. Fondation d’un oppidum en 203, dans Libyca, 3-2, 1955, p. 329-367.

Salama 1964 = P. Salama, L’empereur Macrin « Parthicus maximus », dans REA, 66, 1964, p. 334-352.

Salama 1966-1967 = P. Salama, La voie romaine de la vallée de la Tafna, dans BAA, 2, 1966-1967, p. 183-217.

Speidel 2007 = M.A. Speidel, Ein Bollwerk für Syrien. Septimius Severus und die Provinzordnung Nordmesopotamiens im dritten Jahrhundert, dans Chiron, 37, 2007, p. 406-433.

Thomasson 1996 = B.E. Thomasson, Fasti Africani. Senatorische und ritterliche Amtsträger in den römischen Provinzen Nordafrikas von Augustus bis Diokletian, Stockholm, 1996.

Wagner 1983 = J. Wagner, Provincia Osrhoenae. New archaeological finds illustrating the military organisation under the Severan dynasty, dans St. Mitchell (dir.), Armies and frontiers in Roman and Byzantine Anatolia. Proceedings of a colloquium held at University College, Swansea in April 1981, 1983, p. 103-129.

Haut de page

Notes

1 CIL VIII, 22616, 22617 et 22618 ; AE, 1912, 173 ; CIL VIII, 7001 = ILAlg, II, 1, 570 (le texte n’est connu que par une copie d’A. Delamare dans Renier 1855-1858, n° 1834). Sur ce gouverneur, voir PIR2 M 721 ; Thomasson 1996, p. 211, n° 29 ; Faoro 2011, p. 338, n° 28.

2 CIL XV, 7497 : Q. Munati Celsi, | Formianus fec(it) ; voir PIR2 M 720 et 721.

3 Gsell 1911, f. 26, n° 103.

4 Grenier 1904, p. 223-224, n° 5.

5 Comme le montrent ses copies de quatre textes de Ras el Oued (ex Tocqueville), reprises aux p. 215-222 du même article, qui indiquent très précisément les ligatures et les particularités de la ponctuation.

6 L’éditeur n’a pas restitué la dernière ligne. S’il s’agit bien de la fin du texte on suggérerait volontiers m(ilia) [p(assuum) - - -].

7 Sur les erreurs et irrégularités qui affectent les puissances tribuniciennes de Caracalla, voir Mastino 1981, p. 40 et p. 106 pour cette séquence particulière, avec une liste complétée ici.

8 Cagnat 1919, p. CCXV, n° 3. Il s’agit d’une borne du 7e mille, dont seule subsiste la fin : - - - [pontifex ma]|xim(us), p(ater) p(atriae), | trib(unicia) potes(tate) XV, | co(n)s(ul) IIII. | M(ilia) p(assuum) VII.

9 Bien évidemment les passages à la ligne et les abréviations ne sont donnés qu’à titre indicatif, et d’autres formulations sont possibles, le nom du procurateur pouvant aussi être au nominatif, ou à l’ablatif précédé de curante. On ne peut déterminer s’il s’agissait d’une restauration ou d’un nouveau bornage ; de multiples formules sont attestées en Maurétanie césarienne au IIIe siècle pour ce type de travaux, par exemple miliaria noua posuit (CIL VIII, 10468 sous Sévère Alexandre), ou miliaria dilapsa restituit (AE, 1929, 136 = 1955, 56 sous Caracalla).

10 Mastino 1981, p. 53-54 ; Kienast – Eck – Heil 2017, p. 156-157. La date est donnée précisément par les Actes des frères arvales qui mentionnent le « salut et la victoire germanique » de Caracalla, et l’octroi de sa 3e salutation impériale, le 6 octobre 213 (CIL VI, 2086 = CFA, 99a ; CIL VI, 2103 = CFA, 99b).

11 Mastino 1981, p. 41 ; Kienast – Eck – Heil 2017, p. 157.

12 Charbonnel – Demougin 1976, p. 560-562.

13 Fabre 1912, p. 127.

14 Thomasson 1996, p. 211, n° 29 b.

15 Il n’est en revanche pas totalement sûr qu’il s’agisse d’un milliaire, comme le pensait son éditeur suivi par Salama 1955, p. 352 et n. 103.

16 Pour la date de l’octroi de ce surnom triomphal, supra, n. 10.

17 Le texte repris ici est celui de CIL VIII, 22616, établi, comme celui de l’autre borne, à partir d’une révision de St. Gsell qui a revu les pierres au musée d’Oran et précisé les copies de Demaeght 1894a, p. 315-316 ; 1894b, p. 261-263, n° 140-141 ; 1895, p. 65-67, n° 1213-1214. Pour l’essentiel L. Demaeght avait mal déchiffré le gentilice du procurateur, qu’il lisait Annatio.

18 Salama 1955, p. 347, n. 78, et p. 352, n. 103-104.

19 I. Altaua, 4. Reprenant CIL VIII, 22622, il a préféré lire aux l. 6-8 TRIB | POT XV, COS | III, IMP II, là où les éditeurs du CIL voyaient aux l. 7-8 la mention du 4e consulat suivie de m(ilia) p(assuum) II.

20 Mastino 1981, p. 54 ; également p. 106 (où la date de 212 est suivie d’un ?) et 120-121, n. 1 (« Sono… riferite… al 212, ma solo dubitativamente »).

21 Mastino 1981, p. 54, n. 206.

22 Salama 1955, p. 352-354, non repris par l’AE. Il ne semble pas s’agir d’un milliaire et P. Salama pense à une inscription provenant d’une fortification. Le site correspond à l’un de ceux signalés par Gsell 1911, f. 33, Additions et corrections, n° 32.

23 Gsell 1902, p. CXLII, d’après une copie de Jacquetton.

24 P. Aelius Peregrinus Rogatus de 200 à 203/204 ou T. Aelius Decrianus de 217-218 à 222-223 par exemple (Thomasson 1996, p. 207-209, n° 24, et p. 212-214, n° 33).

25 Demaeght 1894a, p. 315, qui note aussi que la forme des bornes change : quadrangulaires sur le tronçon numéroté depuis Lucu, elles sont cylindriques sur celui qui dépendait de Kaput Tasaccora ; voir également Demaeght 1895, p. 64-65.

26 Kienast – Eck – Heil 2017, p. 162-164, et surtout Salama 1964, tableau entre les p. 340-341. Dans un autre article du même auteur, Salama 1966-1967, p. 205, photos C et D, et p. 207, photos G et H, on trouvera des photographies de plusieurs bornes de ces deux empereurs provenant de Maurétanie césarienne et présentant exactement les mêmes martelages.

27 Même si IMP CAES est employé pour Septime Sévère et Caracalla Augustes (CIL VIII, 22602/4 et 22611), le singulier serait ici plus étonnant puisqu’il y avait vraisemblablement trois empereurs, Geta étant Auguste depuis l’automne 209 ; dans l’hypothèse d’une borne de Macrin Auguste et Diaduménien César, il se justifie au contraire parfaitement.

28 Demaeght 1894a, p. 316.

29 Cela peut en apparence s’expliquer aisément puisqu’il s’agit du catalogue du musée d’Oran, où CIL VIII, 22616 et 22618 avaient été transportées dès leur découverte (Demaeght 1894b, p. 261-263, n° 140-141) ; la troisième, certainement trop endommagée, avait été laissée sur place. Mais il précise p. 263 : « Cette inscription et la précédente [CIL VIII, 22616 et 22618] sont les seuls documents découverts jusqu’ici qui mentionnent le procurateur Q. Annatius Celso [sic] ».

30 Demaeght 1895, p. 65-67, n° 1213-1214. Après avoir repris la borne du 20e mille, il ajoute : « A côté de cette borne, nous en avons trouvé deux autres, demi-cylindriques, dont les inscriptions sont presque entièrement rongées par le temps » (Demaeght 1895, p. 65). Il est très étonnant qu’elle n’ait pas été publiée dans cet article, précisément consacré aux nouveautés épigraphiques de la Maurétanie césarienne et où figure également CIL VIII, 22615, trouvée à 1500 m de la borne du 20e mille.

31 Soit T. Aelius Decrianus, abondamment attesté (PIR2 A 167 ; Pflaum 1960–1961, 3, p. 1097 ; Thomasson 1996, p. 212-214, n° 33 ; Faoro 2011, p. 340-342, n° 32), soit son prédécesseur, Claudius Pyrrhus, connu par une découverte récente (Kasdi – Slimani 2019).

32 PIR2 S 66 ; Pflaum 1960-1961, 2, p. 602 n° 227 ; Christol – Magioncalda 1989, p. 45, 47, 63-64, 133 ; Thomasson 1996, p. 209 n° 26 ; Faoro 2011, p. 337 n° 27.

33 CIL VIII, 9371 (ILS, 1355) Q(uinto) Sallustio Mac[ri]niano, proc(uratori) Aug(usti)| utriusq(ue) prou(inciae) Mau[re]taniae, praesidi suo, et | Q(uinto) Saḷḷụṣṭịọ Ṃạc̣[ri]ṇịạṇọ, c(larissimo) u(iro), filio eius, | commilito[ni] rarissimo, et | Q(uinto) Sallustio Macṛ[in]iano, c(larissimo) p̣̣(uero), nepoti eius, | ob insignem [eo]rum erga se hu|manitatem, [- ?] Anullius Geta | ex praef(ecto) [al]ae Parthorum. Les lettres entre crochets obliques sont ligaturées. (1,10 x 0,62 m env. Hdl. 5 cm). Une dédicace en 4 fragments (CIL VIII, 20246) en provenance de Satafis (Aïn el Kebira), adressée aux dii omnipotentes, mentionne un Sallustius PROC(- - -) mais rien ne permet d’affirmer qu’il s’agit là du même personnage. Il pourrait s’agir d’un procurateur privé, et on ne peut exclure que PROC(- - -) soit en fait l’abréviation d’un cognomen. Les photographies sont publiées avec l’aimable autorisation de l’équipe du programme EpiCherchell. Qu’elle en soit chaleureusement remerciée.

34 Pflaum 1960-1961, 2, p. 603 ; Christol – Magioncalda 1989, p. 21, 30 ; Thomasson 1996, p. 209 n° 26 ; Faoro 2011, p. 337 n° 27 (qui le place en 205-207).

35 Renier 1859, p. 49 n° 3.

36 Kienast – Eck – Heil 2017, p. 157 et 160.

37 ILS, 1365.

38 Pallu de Lessert 1896, p. 500 ; Pflaum 1960-1961, 2, p. 603 n° 2 indique que « les deux derniers g. de Auggg. ont été martelés » ; Christol – Magioncalda 1989, p. 21, 30, 133, 151, 185 n. 35 ; Thomasson 1996, p. 209 n° 26 ; Faoro 2011, p. 337 n° 27. J. Carcopino (1940, p. 360 n. 4) ne signale ni la restitution ni l’éventuel martelage.

39 Il s’agit d’une lettre que Sallustius Macrinianus adressa aux stratèges des nomes (SB XVIII, 13175, col. 4, l. 3 et 9), datée du 28 octobre au 26 novembre 194.

40 CIL VIII, 9366.

41 Christol – Magioncalda 1989, p. 102-103, p. 119 n° 577, p. 184-185 n. 35 ; Magioncalda 2006, p. 1749-1752.

42 Deux exemples montrent que cette procuratèle était immédiatement suivie d’un poste ducénaire, ceux de C. Iulius Celsus (Pflaum 1960-1961, 1, p. 253, n° 106 bis (135)) qui, après la procuratèle de Neapolis et du mausolée d’Alexandre, évolue au poste de procurateur de l’impôt du vingtième sur les héritages à Rome, et de Sex. Cornelius Dexter (Pflaum 1960-1961, 1, p. 323 n° 137) qui, après la même fonction avance sur place, à Alexandrie, à la charge de iuridicus après 139.

43 PIR² N 245 ; Thomasson 1996, p. 207 n° 23 ; Faoro 2011, p. 334 n° 20.

44 Thèse de Zh. Kasdi, « Mauretania Caesariensis : prosopographie et aspects administratifs, judiciaires et militaires du gouvernement de la province de Maurétanie césarienne » soutenue en 2017 à l’université de Paris 1, p. 139 sq.

45 Kasdi 2016.

46 Magioncalda 2006, p. 1749, 1752 et 1757.

47 Pflaum 1982, p. 144.

48 Magioncalda 2006, p. 1755-1756.

49 Wagner 1983, p. 114-116, photo 8.5c, copie 8.3c (AE, 1984, 920) ; Ojeda Torres 1993, p. 158 ; Speidel 2007, p. 418-421. La notice de Pflaum (1982, p. 95 n° 342) a été publiée avant l’article de Wagner.

50 Avant cette découverte, les nomina de ce chevalier n’étaient que partiellement connus. Les copies du XVIe siècle hésitaient entre Ael(ius) et Aur(elius). H.-G. Pflaum (1960-1961, 2, p. 892) décida de suivre la plus ancienne, celle de Petrus Apianus et, depuis, le chevalier fut retenu en tant qu’[Aur]el(ius) Ianuarius. Toutefois, la découverte du milliaire est venue contredire cette lecture et révéler également son praenomen : il s’agit bien de L. Aelius Ianuarius.

51 CIL II, 4135 = II2/14, 1002 (ILS, 1365) = RIT, 154.

52 La photographie est également consultable en libre accès sur l’Epigraphik-Datenbank Clauss/Slaby : EDCS-05503167.

53 Notons aussi qu’il n’est pas autrement attesté en Tingitane. Pflaum 1960-1961, 2, p. 893, avait suggéré que le séjour du procurateur en Tingitane n’avait pas duré très longtemps étant donné que « la pierre de Tarraco, élevée peu après sa sortie de charge, mentionne déjà son poste suivant en Maurétanie césarienne ». Mais rien ne s’oppose à l’idée que l’on soit en présence d’un hommage rendu bien après son passage en Citérieure, par exemple pour le remercier d’un bienfait quelconque rendu à un notable de Tarraco qui était son client.

54 Quand bien même Aelius Ianuarius aurait occupé ce poste, étant donné que le gouvernement de l’Osrhoène remonte à l’année 205 et qu’il exerce quatre charges après, le gouvernement de la Césarienne n’aurait pu être exercé qu’à partir de la fin du règne de Caracalla si l’on tient compte des délais de départ des gouverneurs, étroitement liés à l’arrivée de leur successeur, mais également de la durée des déplacements et du fait que ces chevaliers rentraient chez eux de temps à autre.

55 AE, 1929, 136 = 1955, 56.

56 Entre le poste centenaire de gouverneur de Dacie inférieure en 138 et la préfecture du prétoire en 165, T. Flauius Constans voit s’écouler 27 années (Pflaum 1960-1961, 1, p. 349 n° 149).

57 PIR² A, 1521 ; Pflaum 1960-1961, 2, p. 684 n° 253 ; Christol – Magioncalda 1989, p. 16 n. 54, 22, 46, 65, 134 ; Thomasson 1996, p. 211 n° 28 ; Faoro 2011, p. 336 n° 26.

58 AE, 1927, 24 (4 fragments d’une plaque de marbre blanc. 0,25 x 0, 47 x 0,025 m. Hdl. 5,5 cm) : M(arco) Aurelio Hera[clito, u(iro) e(gregio) ?, proc(uratori) Augg(ustorum)] | nostrorum, praes[idi prouinciae Mauretaniae] | Caesariensis, proc[uratori - - -] |- - -.

59 Drobeta, IDR, II, 15.

60 IOSPE, I, 3, 4.

61 Pflaum 1960-1961, 2, p. 687.

62 Pflaum 1982, p. 144 avance « entre 198 et 209 probablement vers 207-209 ». 

63 PIR² N 62 ; Pflaum 1960-1961, 3, p. 1108 ; Pflaum 1982, p. 144 ; Thomasson 1996, p. 212, n° 32 ; Faoro 2011, p. 345 n° 2. Son surnom est incertain. D’après une révision communiquée par P. Massiéra, P. Salama conclut « on lit certainement [---]PHORVS, d’où la restitution [Phos]phorus » (Christol – Salama 2001, p. 259, n. 23). La lecture est difficile et la restitution non assurée.

64 PIR² H 8 ; Pflaum 1960-1961, 2, p. 772 n° 227 ; Pflaum 1982, p. 143 ; Magioncalda 1989, p. 21, 30, 63-64, 102-103, 119-120, 133, 150-151 ; Thomasson 1996, p. 209 n° 25 ; Faoro 2011, p. 335 n° 24.

65 AE, 1957, 180.

66 Voir note 10.

67 CIL VIII, 9366.

68 AE, 1960, 102 = IAM, II, 354.

69 PIR² A 231 ; Pflaum 1960-1961, 2, p. 621 n° 233 ; Thomasson 1996, p. 207 n° 24 ; Faoro 2011, p. 311 n° 16 et p. 335 n° 23.

70 Kasdi – Slimani 2019.

71 Un autre gouverneur pourrait être inséré dans cette liste mais l’impossibilité de le dater fermement impose une certaine réserve. Q. Agrius Rusticianus est connu pour avoir assuré, simultanément, le remplacement du gouverneur de Césarienne et du procurator gentium de la province. Ces deux responsables auraient disparu en conséquence de l’élimination des partisans de Geta, si l’on admet que la documentation d’Agrius Rusticianus remonte à l’époque de Caracalla (Christol 2019). Toutefois, cette datation largement retenue (Pflaum 1960-1961, 2, p. 790 n° 305 ; Ben Abdallah – Ladjimi Sebaï 2003 ; Christol 2019 : « Mais ce n’est qu’une conjecture », p. 49) n’est pas certaine. Si le gouvernement de la province par intérim avait bien eu lieu à la fin de l’époque de Caracalla, il s’agirait d’une preuve supplémentaire du rythme effréné des nominations à la tête de la province. Mais la carrière est difficile à dater. Elle pourrait être postérieure à l’époque sévérienne.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Le milliaire de Kherbet bou Derbala (d’après Grenier 1904, p. 223).
Titre Fig. 2 – L’inscription de Cirta (d’après Renier 1855-1858, n° 1834).
Titre Fig. 3 – L’inscription de Sidi Hosni (d’après Fabre 1912, p. 127).
Titre Fig. 4 – L’inscription d’Aïn el Hadid (d’après Salama 1955, p. 352).
Titre Fig. 5 – Le milliaire de N’gaous (d’après Gsell 1902, p. CXLII).
Titre Fig. 6 – La borne du 20e mille (d’après CIL VIII, 22617).
Titre Fig. 7 – La borne du 20e mille (d’après Demaeght 1894a, p. 316).
Titre Fig. 8 – Photographie couleur des deux blocs de l’inscription de Q. Sallustius Macrinianus (photo Christa Landwehr).
Titre Fig. 9 – Photographie noir et blanc de l’inscription de Q. Sallustius Macrinianus antérieure à son dépôt dans la cour du musée de Cherchell (photo EpiCherchell : http://ccj-epicherchel.huma-num.fr/​).
Titre Fig. 10 – Copie de l’inscription de Cherchell (d’après Renier 1859, p. 49 n° 3).
Titre Fig. 11 – Détail de l’inscription de Cherchell (angle supérieur droit, photo EpiCherhell : http://ccj-epicherchel.huma-num.fr/​).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Xavier Dupuis et Zheira Kasdi, « Remarques sur quelques gouverneurs de Maurétanie césarienne de la période sévérienne », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité, 133-1 | 2021, 249-263.

Référence électronique

Xavier Dupuis et Zheira Kasdi, « Remarques sur quelques gouverneurs de Maurétanie césarienne de la période sévérienne », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En ligne], 133-1 | 2021, mis en ligne le 01 juin 2021, consulté le 16 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/mefra/11575 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mefra.11575

Haut de page

Auteurs

Xavier Dupuis

UMR 7041 ArScAn THEMAM – xavierdupuis@hotmail.com

Zheira Kasdi

UMR 8210 ANHIMA - kasdizheira@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search