Navigation – Plan du site

AccueilNuméros133-2Italia Picta : Savoirs, contacts ...Une prosopographie des Italiques ...

Italia Picta : Savoirs, contacts et interconnaissance dans la péninsule italienne (Ve-IIe s. av. n. è.)

Une prosopographie des Italiques à travers les sources littéraires romaines : quels enseignements ?

Robinson Baudry et Clément Bur
p. 289-305

Résumés

Cet article analyse l’apport des sources littéraires à la connaissance des Italiques. Il se concentre sur la région des Abruzzes, dans laquelle une recherche prosopographique a permis de recenser vingt Italiques ayant vécu entre le début du Ve siècle av. J.-C. et la Guerre Sociale. Il examine d’abord les contextes et les motifs d’apparition de ces noms dans les sources littéraires. Des noms apparaissent dans deux contextes très différents : lors de guerres où ces peuples servirent comme alliés de Rome et où certains de leurs plus illustres représentants auraient fait assaut de uirtus ; lors de la Guerre Sociale, en raison de l’âpreté du conflit et de l’entretien de la mémoire familiale par ceux qui parvinrent à intégrer l’aristocratie romaine une ou deux générations plus tard. L’analyse porte ensuite sur la répartition des occurrences en fonction des types de sources littéraires, s’arrêtant en particulier sur la surreprésentation des occurrences chez Orose et par Silius Italicus et sur leur sous-représentation chez les auteurs de langue grecque. Il aborde enfin le regard que ces Italiques des Abruzzes portaient sur Rome.

Haut de page

Texte intégral

1Le projet Italia Picta a, dès l’origine, comporté un volet prosopographique. La définition de cette enquête a été l’objet de discussions lors de la rencontre organisée au printemps 2012. Il s’agissait de disposer d’une base documentaire intégrant l’ensemble des Italiens et la recherche de l’exhaustivité était affirmée au principe même de l’enquête, comme dans toute étude prosopographique en histoire romaine.

  • 1 Que penser par exemple d’Acron, roi de Caenina, tué par Romulus (Val. Max., 3, 2, 3) ou du sabin Pe (...)

2La borne aval de l’étude ne fait pas difficulté : il s’agit de la Guerre Sociale, véritable rupture dans l’histoire de l’Italie. La borne amont est plus arbitraire. Nous avons retenu le début de la République : de fait le corpus documentaire ne comprend que très peu de noms remontant à une époque antérieure et leur historicité est par ailleurs douteuse1. Ces derniers peuvent éventuellement être inclus, en ce qu’ils nous disent quelque chose sur ce que les Romains ou sur ce que les peuples italiens pensaient de leur origine.

  • 2 Farney 2007.

3Nous ne nous sommes penchés que sur les Italiens de la seule Péninsule, excluant ceux qui étaient installés sur d’autres terres de l’empire et qui laissèrent parfois des traces, épigraphiques notamment, comme les Rhomaioi des inscriptions de Délos. Nous avons également exclu les Italiens ayant obtenu la citoyenneté romaine, ce qui n’irait pas de soi si notre objet portait sur l’identité des Italiens devenus romains à l’instar du récent travail de G.D. Farney2. On le sait : le changement de statut juridique n’implique pas la disparition de ce possible ancrage identitaire, sans compter que certains devinrent peut-être citoyens au cours de leur vie, sans que l’on sache précisément quand, et qu’il ne faut pas ignorer les effets de mode et les volontés d’imiter le modèle romain. Cependant, le statut juridique est un élément pratique de distinction pour réduire le corpus étudié et se concentrer sur ceux « devant » vivre principalement dans leur région d’origine, ou du moins qui s’investissaient dans la vie locale et ne pouvaient pas participer directement aux affaires publiques romaines. Pour des raisons pratiques plus que scientifiques, nous éliminons ainsi la question des deux patries pour nous concentrer sur ceux qui n’en ont, pour le moment, qu’une seule.

4Il nous a paru prudent de commencer par une région-test et notre choix s’est porté sur les Abruzzes. Qu’entendre par là ? Une région définie par les peuples qui y vivent et qui ne constituent pas un ensemble homogène, puisque l’on y trouve un groupe formé des Péligniens, des Prétutiens, des Vestins et des Marrucins, mais aussi les Èques, les Marses et les Frentans (fig. 1).

Fig. 1 – Carte de l’Italie centrale (d’après Humbert 1978, Annexes, carte V).

Fig. 1 – Carte de l’Italie centrale (d’après Humbert 1978, Annexes, carte V).
  • 3 Voir entre autres Bourdin 2012 ; Dupraz 2009 et 2010.
  • 4 Voir aussi de manière plus générale Poccetti 2009.

5Cette région a été l’objet d’un important renouvellement historiographique, par exemple avec les travaux de Stéphane Bourdin ou d’Emmanuel Dupraz3. L’approche de ce dernier, par l’enquête onomastique, a notamment permis de réinterroger certains témoignages littéraires4. Par ailleurs, la mise au jour, au cours des dernières décennies, d’un important matériau épigraphique permettait non seulement de disposer d’un corpus étoffé et significatif, mais aussi d’évaluer l’historicité des noms figurant dans la documentation littéraire. À cela s’ajoute le fait qu’il s’agit d’une région plus « neutre », c’est-à-dire que les peuples y vivant sont moins connus que d’autres et souffrent de moins de clichés aux yeux de l’historien moderne.

6Quelques résultats apparaissent et méritent d’être discutés. Le corpus littéraire a livré vingt noms, dont un seul est aussi connu par les monnaies de la Guerre Sociale, Q. Poppaedius Silo. De ces Italiques, nous ne connaissons le plus souvent que des éléments de leur nomenclature, à examiner selon une approche onomastique. Le statut social est parfois souligné, surtout dans un contexte littéraire. On y mentionne la qualité de princeps, de dux, la place dans l’organisation militaire, autant d’éléments qui disent la notabilité. Aussi faut-il s’interroger sur les raisons qui poussèrent tel ou tel auteur à nommer un Italique : pourquoi s’en donner la peine ? où trouver le nom ? quelle tradition ou quelle source l’avait conservé ?

Le regard de Rome

7Il peut sembler paradoxal de revenir sur le thème bien connu du regard de Rome, alors que l’une des finalités de cette enquête était précisément de faire apparaître des individus négligés par une histoire romano-centrée. La lecture des sources littéraires nous a cependant conduits à nous demander pourquoi les auteurs anciens citent le nom de certains Italiens, alors que dans la plupart des cas, ces derniers ne sont évoqués que de façon générique et anonyme, par catégories ethniques, que ce soit lorsqu’ils combattent Rome ou lorsqu’ils servent comme alliés à l’intérieur de l’armée romaine, répartis par contingents ethniquement et juridiquement homogènes. L’apparition d’un nom dans une source est donc en elle-même problématique.

  • 5 Gracchus Cloelius (D.H., 10, 22, 4 ; Liv., 3, 25, 5 et De uir. ill., 17, 1) et Cluilius (Liv., 4, 9 (...)
  • 6 Pour ne citer que quelques exemples de campagnes contre les Èques ou de manœuvres diplomatiques : e (...)
  • 7 Dans les livres 2, 3 et 4 de son Histoire romaine, Tite-Live évoque trois Étrusques (Liv., 2, 15, 7 (...)

8S’interroger sur les conditions d’apparition des noms des Italiques, c’est d’abord mettre au jour des contextes favorables. En ce domaine, y a-t-il une spécificité de la région des Abruzzes par rapport au reste du corpus ? Il n’est guère question des peuples de cette région et, a fortiori, d’individus qui en feraient partie, avant la conquête romaine. On peut relever une exception, au moment des guerres contre les Volsques et les Èques, au début du Ve siècle avant J.-C. Tite-Live, mais aussi Denys d’Halicarnasse et le De Viris illustribus livrent en effet deux noms d’Èques5. Mais il faut souligner que ces conflits occupaient alors le devant de la scène militaire6. Rappelons que, pour cette même période, les noms d’Italiens sont encore très peu nombreux dans le corpus littéraire : quelques Étrusques et Sabins, de rares Volsques, et un Campanien7. Et cette rareté tranche d’autant plus avec la longue litanie des noms de consuls et dictateurs rapportés dans leur intégralité grâce aux Fastes, renforçant l’impression de désintérêt des auteurs latins (et grecs) pour les adversaires de Rome.

  • 8 Bourdin 2012, p. 221-224.
  • 9 Liv., 9, 45, 18.
  • 10 Sur la résistance des Èques et sur la violence de la riposte romaine, voir Humbert 1978, p. 217-219 (...)
  • 11 Voir en dernier lieu Bourdin 2012, p. 322-340 avec la bibliographie.
  • 12 Exemple de l’alliance entre Volsques et Èques pour le Ve siècle : D.H., 8, 16, 2 et Liv., 2, 64, 8- (...)
  • 13 Bourdin 2012, p. 341-355.
  • 14 Voir la recension des magistratures des peuples d’Italie centrale dans Bourdin 2012, p. 1029-1030. (...)
  • 15 Sur ce dernier, voir Flor., 1, 11 et Vir. Ill., 30, 1. Sur le rapprochement entre ces individus, vo (...)
  • 16 Contra Bourdin 2012, p. 349 le considère comme une figure historique.
  • 17 Voir entre autres Moatti 1997, p. 74-81.

9De façon plus singulière, pour les peuples des Abruzzes, aucun nom n’apparaît dans le contexte des guerres de conquête de la fin du IVe siècle et du début du IIIe siècle av. J.-C. À ce stade des relations avec Rome, ces peuples continuent à être perçus comme des ensembles collectifs et indifférenciés8. Tite-live signale ainsi en une seule phrase la paix nouée avec les Péligniens, les Marses, les Marrucins et les Frentans alors qu’il dut y avoir des traités distincts9. Le soulèvement des Marses à la suite de la fondation de la colonie de Carseoli sur leur territoire ne donne pas davantage lieu dans le récit livien à la mention d’un chef marse. La révolte n’est en réalité citée que parce qu’elle conduisit à la désignation d’un dictateur (Liv., 10, 3, 2-3). La différenciation se fait alors entre les peuples et non à l’intérieur de ces derniers. L’âpreté des combats avec certains de ces peuples aurait pu justifier que tel ou tel général sorte de l’anonymat, et ce d’autant plus que les sources ne manquent pas (les neuvième et dixième livres de l’Histoire romaine de Tite-Live, en particulier)10. Les peuples des Abruzzes sont toutefois loin de constituer une exception et le silence des sources est donc justiciable d’éléments d’explications plus généraux. L’organisation politique des peuples italiques a pu peser. Ces peuples se rassemblaient sous forme de ligues militaires, mais des paix séparées étaient aussi jurées avec Rome, négociées par des représentants du sous-groupe11. En outre ces ligues militaires se dotaient sans doute d’une assemblée qui prenait les décisions et, si le commandement suprême de la ligue était probablement unique12 et passait d’un représentant à un autre13, les magistratures de chaque groupe ethnique étaient vraisemblablement annuelles et, le plus souvent, collégiales14. Tout cela n’a peut-être pas permis à des individus de se singulariser et de voir leurs noms transmis. Dans ce contexte particulier, l’exception est constituée par les Samnites, dont certains noms sont connus, mais à la faveur d’un événement exceptionnel et hautement traumatique, les Fourches Caudines. Les sources donnent ainsi le nom du général ayant piégé les troupes romaines et imposé ensuite le passage sous le joug, Gaius Pontius. Sa mémoire fut peut-être conservée par ses descendants, parmi lesquels on pourrait compter Pontius Telesinus15. En revanche, Herennius Pontius, le vieillard qui avait bien cerné le caractère romain et qui ne fut pas écouté par Gaius Pontius, n’est peut-être pas historique et servirait plutôt à la dramatisation du récit, dramatisation dont l’objectif serait d’atténuer l’humiliation subie16. Ce silence s’explique peut-être aussi par le fait que les Romains ne commencèrent à écrire leur histoire qu’au cours du IIIe siècle, et que leur curiosité pour l’histoire des autres peuples, née de la conquête du monde méditerranéen, n’en était encore qu’à ses balbutiements17.

  • 18 Sur la formula togatorum, voir Toynbee 1965, p. 424-437 ; Brunt 1971, p. 545-548, qui évoque rapide (...)
  • 19 Sur les différentes formes de ce nom, liées à la diversité des leçons des manuscrits, et le choix d (...)

10En fait, le plus souvent, les noms apparaissent quand ces peuples sont alliés de Rome. L’existence de liens structurés avec Rome (en particulier en vertu de la formula togatorum, qui supposait des échanges entre les consuls et les magistrats des socii chargés d’y pourvoir), et notamment avec certaines familles de l’aristocratie, a rendu possible ce phénomène de transmission du nom18. L’exercice de fonctions officielles dans le cadre des unités auxiliaires de l’armée romaine a également dû peser. C’est ainsi que Vibius Accaeus (et non Acceus ou Aceus comme l’a montré E. Dupraz19), dont le souvenir est évoqué par Tite-Live puis par Valère Maxime, était le « préfet » de la « cohorte des Péligniens » lors de la Seconde Guerre Punique :

Liv., 25, 14, 4-13 : Proxima forte hosti[um] erat cohors Paeligna, cuius praefectus Vibius Accaeus arreptum uexillum trans uallum hostium traiecit. 5 Exsecratus inde seque et cohortem si eius uexilli hostes potiti essent, princeps ipse per fossam uallumque in castra inrupit. 6 Iamque intra uallum Paeligni pugnabant, cum altera parte Valerio Flacco tribuno militum tertiae legionis exprobrante Romanis ignauiam, qui sociis captorum castrorum concederent decus, T. Pedanius princeps primo centurio, 7 cum signifero signum ademisset : « Iam hoc signum et hic centurio, inquit, intra uallum hostium erit ; sequantur qui capi signum ab hoste prohibituri sunt. » (…) 13 Et donati quorum opera castra hostium capta erant, ante alios Accaeus Paelignus et <T.> Pedanius, princeps tertiae legionis.
Une cohorte de Péligniens se trouvait être la plus proche de l’ennemi ; son préfet, Vibius Accaeus, saisissant l’étendard, le jeta de l’autre côté du retranchement ennemi. 5 Puis, appelant la malédiction divine sur lui et sur sa cohorte si les ennemis s’emparaient de ce drapeau, il passe, le premier, le fossé et le retranchement, et se précipite dans le camp. 6 Et déjà les Péligniens combattaient à l’intérieur du retranchement, quand, de l’autre côté, comme Valerius Flaccus, tribun militaire de la troisième légion, reprochait leur lâcheté aux Romains, qui abandonnaient à des alliés l’honneur de prendre le camp, T. Pedanius, premier centurion des principes, 7 arrachant l’enseigne au porte-enseigne, s’écria : « Dans un instant, l’enseigne et le centurion que voici seront à l’intérieur du retranchement ennemi ; qu’ils me suivent, ceux qui veulent empêcher leur enseigne de tomber aux mains de l’ennemi ». (…) 13 On récompensa aussi les hommes dont l’action avait permis de prendre le camp ennemi, et tout d’abord le Pélignien Accaeus et <Titus> Pedanius, centurion des principes de la troisième légion (trad. F. Nicolet-Croizat, CUF, 1992, modifiée).

Val. Max., 3, 2, 20 : Ceterum ut humanae uirtutis actum exequamur, cum Hannibal Capuam in qua Romanus exercitus erat obsideret, Vibius Accaeus Paelignae cohortis praefectus uexillum trans Punicum uallum proiecit, se ipsum suosque commilitones, si signo hostes potiti essent, exercratus et ad id petendum subsequente cohorte primus impetum fecit. Quod ut Valerius Flaccus tribunus tertiae legionis aspexit, conuersus ad suos : « Spectatores, inquit, ut uideo, alienae uirtutis huc uenimus. Sed absit istud dedecus a sanguine nostro, ut Romani gloria cedere Latinis uelimus. Ego certe aut speciosam optaui mortem aut felicem audaciae exitum. Vel solus praecurrere paratus sum ». His auditis Pedianus centurio conuulsum signum dextra retinens : « Iam hoc, inquit, intra hostile uallum mecum erit. Proinde sequantur qui id capi nolunt », et cum eo in castra Poenorum irrupit totamque secum traxit legionem. Ita trium hominum fortis temeritas Hannibalem, paulo ante spe sua Capuae potitorem, ne castrorum quidem suorem potentem esse passa est.
Mais nous allons montrer ce que fait la valeur d’un simple mortel : quand Hannibal assiégeait Capoue où se trouvait une armée romaine, Vibius Accaeus, qui commandait une cohorte de Péligniens, lança son drapeau par-dessus le retranchement punique et prononça sur lui-même et sur ceux qui l’accompagnaient une exécration, pour le cas où l’ennemi s’emparerait de l’étendard ; pour aller le chercher en se faisant suivre de sa cohorte, il s’élança le premier. Quand Valerius Flaccus, tribun de la troisième légion, s’en aperçut, il se tourna vers les siens pour leur dire : « À ce que je vois, c’est pour contempler la valeur de gens qui ne sont pas des nôtres que nous sommes venus ici. Mais qu’on épargne à notre sang le déshonneur qui ferait que les Romains que nous sommes accepteraient de céder leur part de gloire aux Latins. Pour moi dans tous les cas, le choix que j’ai fait, c’est une belle mort ou une heureuse issue à mon ardeur. Même si je suis seul, je suis prêt à m’élancer le premier. » En l’entendant le centurion Pedanius arracha l’étendard de terre et, le prenant dans sa main, dit : « Voilà maintenant qui viendra avec moi à l’intérieur du retranchement ennemi ; donc que me suivent ceux qui refusent de le laisser prendre » ; avec lui il entra dans le camp des Puniques et entraîna toute la légion derrière lui. Ainsi la témérité pleine de courage de trois hommes n’a pas permis à Hannibal, qui peu avant se voyait maître de Capoue, de garder même son camp en sa possession (trad. R. Combès, CUF, 1995).

  • 20 Voir notamment Liv., 39, 41, 1-4 ; Plu., Cat. Ma., 17, 1 Sur les relations entre Caton et Valerius (...)

11Dans le cas de Vibius Accaeus, ce n’est pas tant son grade, mais sa bravoure qui justifie que son nom soit cité. En effet, son acte suscita l’émulation chez les Romains et fit de lui un exemplum. Il est d’ailleurs curieux que Valère Maxime ne le présente pas parmi les exemples étrangers, comme si, par son courage et son dévouement pour Rome, alors en grande difficulté, il méritait une intégration symbolique. Et pourtant, Valère Maxime place dans la bouche du tribun militaire Valerius Flaccus l’expression aliena uirtus. En réalité, c’est parce que cette uirtus se trouve illustrée par un peuple étranger et non parce qu’elle serait intrinsèquement différente de l’axiologie romaine. Cette alliance de mots doit susciter l’indignation des soldats et les inciter à imiter l’exemple des Péligniens, stratagème qui s’avère payant. Sa fonction est la même dans le récit : les Romains se doivent de surpasser les alliés et c’est ce qu’ils font. En outre, le tribun militaire Valerius Flaccus était peut-être le futur consul de 195, connu pour les liens qui l’unissaient à Caton20. Cela suffit-il à suggérer que l’épisode aurait figuré dans les Origines de ce dernier ? Ou qu’il aurait utilisé cette anecdote dans des discours au cours de sa carrière pour attester son courage et sa capacité à mener des hommes au combat ?

  • 21 Brunt 1971, p. 420. Sur la part de réélaboration mythique dans les épisodes littéraires mettant en (...)
  • 22 Il s’agit du Campanien Decius, chef de la garnison envoyée par les Romains à Rhegion vers 280-270 ( (...)

12Pour ces raisons, mais aussi du fait du nombre de sources qui s’y rapportent (Tite-Live et Silius Italicus), la Seconde Guerre Punique constitue un moment fécond. Un autre élément a constitué un facteur favorable : la volonté de certaines cités ou de certains peuples de faire oublier leur défection au moyen de l’invention d’épisodes mettant en exergue l’héroïsme de tel ou tel des leurs. Ce facteur n’a cependant joué qu’à titre marginal dans le cas des Abruzzes, dont les peuples sont classés parmi les alliés fidèles à Rome21. Cette raison et la moindre difficulté de la conquête des Abruzzes déjà signalée expliquent peut-être en partie pourquoi les personnes émanant de cette région sont sous-représentées par rapport à d’autres peuples, tels que les Campaniens. Tite-Live, notre source la plus riche, ne mentionne que cinq Italiques des Abruzzes sur les 57 noms qui apparaissent dans l’ensemble de son œuvre, tandis que les deux seuls Italiens signalés par Polybe sont campaniens d’après notre recension22.

  • 23 Sur le nom Salvius, voir Dupraz 2009, p. 326

13Nous avons conservé le nom d’un second Pélignien, dénommé Salvius23, dans un contexte militaire, ce qui suggère qu’il était probablement préfet de cohorte :

Plu., Aem., 20, 1-6 : Τῶν δὲ Ῥωμαίων, ὡς ἀντέστησαν τῇ φάλαγγι, μὴ δυναμένων βιάζεσθαι, Σάλουιος ὁ τῶν Πελιγνῶν ἡγούμενος ἁρπάσας τὸ σημεῖον τῶν ὑφ' αὑτὸν εἰς τοὺς πολεμίους ἔρριψε. Tῶν δὲ Πελιγνῶν (οὐ γάρ ἐστιν Ἰταλοῖς θεμιτὸν οὐδ' ὅσιον ἐγκαταλιπεῖν σημεῖον) ἐπιδραμόντων πρὸς ἐκεῖνον τὸν τόπον, ἔργα δεινὰ καὶ πάθη παρ' ἀμφοτέρων ἀπήντα συμπεσόντων. Oἱ μὲν γὰρ ἐκκρούειν τε τοῖς ξίφεσι τὰς σαρίσας ἐπειρῶντο καὶ πιέζειν τοῖς θυρεοῖς καὶ ταῖς χερσὶν αὐταῖς ἀντιλαμβανόμενοι παραφέρειν· οἱ δὲ τὴν προβολὴν κρατυνάμενοι δι' ἀμφοτέρων, καὶ τοὺς προσπίπτοντας αὐτοῖς ὅπλοις διελαύνοντες, οὔτε θυρεοῦ στέγοντος οὔτε θώρακος τὴν βίαν τῆς σαρίσης, ἀνερρίπτουν ὑπὲρ κεφαλῆς τὰ σώματα τῶν Πελιγνῶν καὶ Μαρρουκινῶν, κατ' οὐδένα λογισμὸν ἀλλὰ θυμῷ θηριώδει πρὸς ἐναντίας πληγὰς καὶ προὖπτον ὠθουμένων θάνατον. Oὕτω δὲ τῶν προμάχων διαφθαρέντων, ἀνεκόπησαν οἱ κατόπιν αὐτῶν ἐπιτεταγμένοι, καὶ φυγὴ μὲν οὐκ ἦν, ἀναχώρησις δὲ πρὸς ὄρος τὸ καλούμενον Ὀλόκρον, ὥστε καὶ τὸν Αἰμίλιον ἰδόντα, φησὶν ὁ Ποσειδώνιος, καταρρήξασθαι τὸν χιτῶνα, τούτων μὲν ἐνδιδόντων, τῶν δ' ἄλλων Ῥωμαίων διατρεπομένων τὴν φάλαγγα, προσβολὴν οὐκ ἔχουσαν, ἀλλ' ὥσπερ χαρακώματι τῷ πυκνώματι τῶν σαρισῶν ὑπαντιάζουσαν πάντοθεν ἀπρόσμαχον.
Comme les Romains, quand ils furent en face de la phalange, ne parvenaient pas à la rompre, Salvius, chef des Péligniens, saisit l’enseigne de sa troupe et la jeta au milieu des ennemis. Alors les Péligniens (car, pour les Italiens, c’est un crime et une impiété d’abandonner leur enseigne) se précipitent vers cet endroit, et il se produit une mêlée où l’on donne et reçoit des coups terribles de part et d’autre. Les uns s’efforçaient d’écarter les sarisses avec leurs épées, de les abaisser avec leurs boucliers et de les détourner en les empoignant même avec leurs mains ; les autres affermissaient leurs piques avec les deux mains et transperçaient les assaillants à travers leur armure même, car ni leur bouclier ni leur cuirasse ne pouvait les protéger contre la force de la sarisse, et ils culbutaient, la tête la première, les corps des Péligniens et des Marrucins, qui, sans rien calculer, se précipitaient avec une ardeur sauvage au-devant des coups et d’une mort certaine. Ainsi, les combattants du premier rang une fois tués, ceux qui étaient rangés derrière eux furent repoussés : ce ne fut pas une fuite mais un recours vers le mont appelé Olocron. À ce moment, dit Posidonios, Paul Émile déchira sa tunique, en voyant les Péligniens fléchir et les autres Romains se détourner devant cette phalange, qui n’offrait aucune prise et s’avançait avec la masse compacte des sarisses formant un retranchement inaccessible de toutes parts (trad. R. Flacelière et E. Chambry, CUF, 1966).

Frontin., Strat., 2, 8, 4-5 : M. Furius Camillus tribunus militum consulari potestate, cunctante exercitu, arreptum manu signiferum in hostes Volscos et Latinos traxit ; ceteros puduit non sequi. Saluius Pelignus bello Persico idem fecit.
M. Furius Camillus, alors qu’il était tribun militaire à pouvoir consulaire et que son armée se tenait en retrait, saisit un porteur d’enseigne par la main et l’entraîna dans les rangs des ennemis volsques et latins ; pris de honte, les autres le suivirent. Le Pélignien Salvius en fit de même lors de la guerre contre Persée. 

Liv., 44, 41, 9 ; 42, 8 : Qui si uniuersa acie in frontem aduersus instructam phalangem concurrissent, quod Paelignis principio pugnae incaute congressis aduersus caetratos euenit, induissent se hastis nec confertam aciem sustinuissent […] Ex uictoribus ceciderunt non plus centum, et eorum multo maior pars Paeligni ; uolnerati aliquanto plures sunt.
Si nos soldats, avançant en formation massive, s’étaient lancés de front à l’assaut de la phalange rangée en bataille, comme le firent imprudemment les Péligniens chargeant les caetrati, ils se seraient empalés sur les piques et n’auraient pas tenu devant la ligne serrée de l’adversaire […] Chez les vainqueurs, il n’y eut pas plus de cent pertes, et la majeure partie d’entre elles, de loin, c’étaient des Péligniens ; il y eut sensiblement davantage de blessés (trad. P. Jal, CUF, 1976).

  • 24 Dupraz 2010, p. 140-145 contra Nicolet-Croizat 1992, p. 109.
  • 25 Ov., Fast., 3, 114 ; Liv., 10, 4.

14L’épisode rappelle fortement celui de Vibius Accaeus au point que certains ont pu considérer qu’il s’agissait d’un doublet ou que les deux seraient inventés, à tort selon E. Dupraz24. En effet, on constate des différences importantes puisqu’en 212 les Romains reprennent courage à la vue des Péligniens tandis qu’en 168 leur sacrifice est exploité par Paul Émile pour gagner un avantage contre les Macédoniens. En outre, si Vibius survit et est récompensé, Salvius semble, lui, avoir trouvé la mort. L’historicité des deux épisodes ne peut donc être écartée, et ce d’autant moins qu’E. Dupraz propose un rapprochement avec un épisode plus tardif, dont l’historicité est encore davantage tangible, survenu en 49 av. J.-C. lors des combats entre pompéiens et césariens en Afrique, et il faut peut-être y voir l’indice d’un modèle de comportement religieux et militaire, commun à d’autres peuples italiques25.

15La place des Péligniens dans ces deux récits paraît donc essentiellement fonctionnelle : Vibius Accaeus et Salvius servent à rappeler aux Romains leur antique uirtus, qui doit s’actualiser dans des comportements militaires spécifiques. Le regard romain estompe donc la probable spécificité du comportement pélignien plus qu’il ne l’exacerbe.

16En amont de la Seconde Guerre Punique, il faut peut-être ajouter un cas d’allié issu d’un peuple des Abruzzes lors de la guerre contre Pyrrhus :

D.H., 19, 12, 1-5 (Pittia, 19 frg. R) : Ἀνήρ τις Ὀβλάκος ὄνομα, Οὐλσίνιος ἐπίκλησιν, τοῦ Φερεντανῶν ἔθνους ἡγεμών, ὁρῶν τὸν Πύρρον οὐ μίαν ἔχοντα στάσιν, ἀλλὰ πᾶσι τοῖς μαχομένοις ὀξέως ἐπιφαινόμενον, [...] καί τι καὶ νεανιευομένου περὶ τῆς ἑαυτοῦ ῥώμης, ὡς εἰ καὶ συνέλθοι πρὸς ἕνα μόνος οὐκ ἄπεισιν ὀπίσω χαίρων, λαβὼν ὃν ἀνέμενε καιρὸν ὁ Φερεντανὸς Ὀβλάκος ἐλαύνει σὺν τοῖς περὶ αὐτὸν εἰς μέσην τὴν βασιλικὴν ἴλην.
Un homme nommé Oblacus, surnommé Volsinius, chef du peuple des Ferentins, s’aperçut que Pyrrhus ne se tenait pas en un même lieu, mais faisait de brusques apparitions parmi les combattants […] Et même, faisant un peu le bravache sur sa propre force, Pyrrhus ajoutait que même si l’autre venait l’affronter seul à seul, il ne repartirait pas indemne, quand le Ferentin Oblacus, saisissant l’occasion qu’il attendait, s’élance avec les siens au milieu de l’escadron royal.

Flor., 1, 13, 7 : Apud Heracleam Campaniae fluuiumque Lirim Laeuino consule prima pugna, quae tam atrox fuit, ut Ferentaneae turmae praefectus Obsidius, inuectus in regem, turbauerit coegeritque proiectis insignibus proelio excedere.
Près d’Héraclée et du Liris, fleuve de Campanie, eut lieu avec le consul Laevinus la première bataille : elle fut si terrible qu’Obsidius, commandant un escadron de Férente, s’élançant sur le roi, le bouscula et le força à quitter le combat, après avoir jeté ses insignes royaux (trad. P. Jal, CUF, 1967).

  • 26 Zonar., 8, 3, 8 propose un récit de cette bataille, mais sans nommer ce personnage, auquel il fait (...)

Plu., Pyrrh., 16, 12 ; 16, 16 : Ἔνθα δὴ Λεοννάτος ὁ Μακεδὼν ἄνδρα κατιδὼν Ἰταλὸν ἐπέχοντα τῷ Πύρρῳ καὶ τὸν ἵππον ἀντιπαρεξάγοντα καὶ συμμεθιστάμενον ἀεὶ καὶ συγκινούμενον, […] Ἀμφοτέρων δὲ τῶν ἵππων πεσόντων, τὸν μὲν Πύρρον οἱ φίλοι περισχόντες ἀνήρπασαν, τὸν δ' Ἰταλὸν μαχόμενον διέφθειραν. Ἦν δὲ τῷ γένει Φρεντανός, ἴλης ἡγεμών, Ὄπλακος ὄνομα.
À ce moment, le Macédonien Leonnatos aperçut un Italien qui se dirigeait vers Pyrrhos, poussait son cheval contre lui et suivait tous ses déplacements et ses mouvements […] Les deux chevaux tombent, ses amis entourent Pyrrhos, l’enlèvent et tuent l’Italien qui continuait à combattre. Cet homme était originaire du pays des Frentaniens, il commandait un escadron et s’appelait Oplacus (trad. R. Flacelière et E. Chambry, CUF, 1971)26.

  • 27 Pittia 2002, p. 335.
  • 28 Jal 1967, p. 33 ; Pittia 2002, p. 335.
  • 29 Humbert 1978, p. 213 à propos de Ferentinum.
  • 30 Val. Max., 5, 4, ext. 7.

17L’historicité de celui qu’il faudrait plus probablement appeler Oblacus Volsinius, si l’on suit Denys d’Halicarnasse, se révèle problématique. Son héroïsme exemplaire suggère d’en faire un personnage fictif27, même s’il n’est pas exclu qu’ici comme ailleurs la trame narrative attestée dans les sources se soit appuyée sur un mythe local qui, à l’origine, était peut-être séparé du contexte de la guerre contre Pyrrhus. La question de son origine demeure également discutée : faut-il y voir un individu issu de la cité de Ferentinum, dans le Latium28, ou un membre du peuple des Frentani ? Le passage de Florus va dans le sens de la première hypothèse, tandis que ceux de Denys et de Plutarque sont plus ambigus, en raison des incertitudes liées à la translittération grecque des ethniques latins. Le contexte historique ne permet pas de trancher : à cette date, les deux cités sont soumises à Rome29. Son statut social ne fait, en revanche, pas difficulté : notable local, il commandait un escadron (turma) constitué de membres de sa cité. Le récit proposé par les trois sources est cohérent et ne présente guère de divergences, si l’on fait exception de la dénomination du protagoniste principal, et paraît donc dériver d’une source commune difficile à identifier. En revanche, là encore, c’est la bravoure, ou plutôt la manifestation d’une bravoure toute romaine, qui justifie la préservation du nom devenu exemplum uirtutis. On peut sans doute tirer les mêmes conclusions pour le Vestin Pulto qui, lors de la Guerre Sociale, parvint à arracher son père prisonnier des mains des Romains alors que ceux-ci menaçaient de le tuer s’il n’ouvrait pas les portes de sa cité, Pinna30. C’est à nouveau le courage qui permit au jeune homme d’éviter un choix cornélien qui explique que Valère Maxime, qui est le seul à relater l’épisode, en ait fait un exemple.

  • 31 Cic., Phil. 12, 27 ; D.S., 37, frg. 19 et 22 et 37, 2 ; Liv., Per., 73, 9 et 76, 6 ; Val. Max., 3, (...)
  • 32 Causa fuit iustissima écrit-il (Vell., 2, 15, 2). Sur Velleius Paterculus et la question italienne, (...)
  • 33 On se reportera aux analyses de J. Hellegouarc’h dans l’introduction à son édition d’Eutrope pour l (...)

18La Guerre Sociale constitue un autre temps fort de l’apparition de noms d’Italiens, notamment des Abruzzes. Les généraux italiens apparaissent ainsi nommément chez Cicéron, Diodore de Sicile, Tite-Live, Velleius Paterculus, Valère Maxime, Sénèque, Plutarque, Florus, Appien, Eutrope, et encore chez Orose31. Cela dénote le souci des auteurs de citer les noms des chefs italiens, et certains donnent même des listes, à l’instar de Velleius Paterculus, qui se distingue par son soutien à la cause des Italiens32, ou d’Eutrope, connu pour son souci des faits précis33 :

Vell., 2, 16, 1 : Italicorum autem fuerunt celeberrimi duces Silo Popaedius, Herius Asinius, Insteius Cato, C. Pontidius, Telesinus Pontius, Marius Egnatius, Papius Mutilus.
Les chefs les plus illustres des Italiens furent Silo Popaedius, Herius Asinius, Insteius Cato, C. Pontidius, Telesinus Pontius, Marius Egnatius, Papius Mutilus (trad. J. Hellegouarc’h, CUF, 1982).

Eutr., 5, 3, 2 : Duces autem aduersus Romanos Picentibus et Marsis fuerunt T. Vettius, Hieris Asinius, T. Herennius, A. Cluentius.
Contre les Romains, les Picentins et les Marses eurent comme chefs T. Vettius, Hierius Asinius, T. Herennius et A. Cluentius (trad. J. Hellegouarc’h, CUF, 1999).

  • 34 Sur l’organisation des peuples italiens, voir notamment Salmon 1958, p. 159-184 ; Briquel 1996, p.  (...)
  • 35 Sur le denier de Q. Poppaedius Silio et sur ceux C. Papius Mutilus, voir Grueber 1910, p. 329-335 ; (...)
  • 36 Sur cet ouvrage, voir notamment Frassinetti 1972, p. 78-113 ; Rawson 1979, p. 327-346 ; Chassignet (...)
  • 37 Cic., Phil., 12, 27.
  • 38 Farney 2007, p. 220-228.
  • 39 Farney 2007, p. 221-222. Sen., Contr. 4, praef., 4-5.
  • 40 Wiseman 1971, n° 205 contra Deniaux 1979, p. 632-633.
  • 41 Serv., ad Aen., 9, 587.
  • 42 D.C., 48, 41, 1 cf. Syme 1967, p. 93 et p. 524 n. 74 ; H. Nesselhauf, RE, 22/1, 1953, col. 78-81 s. (...)
  • 43 Wiseman 1971, p. 273 n° 483.
  • 44 Cic., Phil., 12, 27. Cf. Salmon 1967, p. 329 n. 2 suivi par Wiseman 1971, p. 34.

19Faut-il voir dans cette exhaustivité la volonté de rendre compte de la forme fédérale prise par l’organisation des Italiens en attribuant un chef à presque chaque peuple belligérant (douze au total, d’après la tradition transmise par Appien) un chef34 ? Si la liste des chefs italiens de la Guerre Sociale, parmi lesquels seuls Q. Poppaedius Silo et C. Papius Mutilus sont attestés par des monnaies35, connut quelques variantes et n’excluait pas l’ajout de personnages secondaires, elle semble néanmoins avoir été bien connue, et ce jusqu’à la fin de l’Empire, contrairement à ce que l’on constate pour les généraux italiens qui combattirent lors de la conquête trois siècles plus tôt. On peut imaginer qu’elle fut rapidement constituée par les historiens anciens, peut-être par L. Cornelius Sisenna, dont les Historiae, qui portaient sur la période allant de 91 à 78 av. J.-C., furent publiées peu de temps après les événements36. En outre, au moment de la guerre, les liens avec Rome étaient déjà anciens et la période assez proche de l’élaboration de l’essentiel de la documentation pour que le processus d’oubli n’ait pu faire son œuvre. Cicéron rapporte ainsi dans les Philippiques avoir assisté à un entretien entre le consul Cn. Pompeius et P. Vettius Scato, le chef des Marses à ses dires, au cours duquel ce dernier aurait prononcé un bon mot37. Si quelque quarante années après les événements, Cicéron rapporte précisément les faits, y compris le nom et le statut de Scato, ce n’est peut-être pas seulement parce qu’il en a été témoin. On sait avec quel soin Cicéron fit campagne auprès des Italiens lorsqu’il brigua le consulat, ravivant peut-être le souvenir de héros italiens pour se gagner les suffrages de leurs descendants. En effet, à l’issue de la Guerre Sociale, l’octroi de la citoyenneté a pu aider les Italiens, et plus particulièrement les notables qui avaient pu s’illustrer lors des opérations, à sortir de l’anonymat. Les nécessités de la vie politique obligeaient désormais les aristocrates romains à se préoccuper de leurs voisins et à rechercher leur soutien, ce qui imposait de connaître au minimum leur nom et leur origine. Un autre facteur similaire a pu jouer : des descendants des chefs de la Guerre Sociale se sont intégrés à l’aristocratie romaine et certains, selon G.D. Farney38, auraient jugé opportun de mettre en avant les exploits de leurs ancêtres. Tel est le cas, s’agissant des Marrucins, des Asinii Polliones : comme le rappelle G.D. Farney, C. Asinius Pollio (cos. 40) honora la mémoire de son grand-père en prénommant l’un de ses fils Herius39. Il est également possible que T. Herennius, chef picentin ou marse durant la Guerre Sociale, ait été un ancêtre de M. Herennius Picens consul suffect en 34 av. J.-C. et de son fils, homonyme, consul suffect en 1 ap. J.‑C.40. Ces derniers avaient tout intérêt à entretenir le souvenir de leur ancêtre qui avait montré sa détermination en mettant un enfant dans la ligne de bataille41. De même, on trouve un Poppaedius Silo, petit-fils du grand général marse Q. Poppaedius Silo, qui commande des troupes durant la guerre civile vers 3942. Il tira peut-être profit de la réputation de son grand-père pour profiter des possibilités d’ascension offertes par cette période de troubles et de turn-over dans l’aristocratie. Enfin, Scato, proconsul de Crète et Cyrénaïque entre 23 et 1243, pourrait être un descendant de P. Vettius Scato, chef picentin ou marse qui avait peut-être une relation d’hospitalité avec Pompeius Strabo44.

  • 45 Eutr., 5, 3, 2 et Serv. ad Aen., 9, 587.
  • 46 Münzer, RE, 8/1, 1912, col. 665 s. v. Herennius [15], suivi par Syme 1967, p. 94 (1ère éd. angl. 19 (...)

20Toutefois, les noms n’étaient pas toujours bien transmis. Dans le cas de Q. Poppaedius Silo, on trouve le nomen dans les sources sous la forme Popedius, Poppaedius, Pompedius, Pompaedius, et il ne faut sans doute pas y voir la faute des seuls copistes. Les différents degrés d’intégration dans la communauté civique romaine à l’issue du conflit pourraient expliquer la meilleure transmission d’un nom désormais romanisé. De même l’origine n’est pas toujours conservée ou alors présentée de manière confuse, sans doute pour cacher une méconnaissance. T. Herennius, cité par Eutrope et par Servius dans son commentaire de l’Énéide, était picentin ou marse sans que l’on puisse vraiment trancher45. Si l’on opte parfois pour une origine picentine, c’est parce que l’on veut en faire un ancêtre du consul suffect de 34 av. J.-C., Herennius Picens46. Si l’origine fonctionnait parfois comme un principe d’identité, comme le révèlent certains cognomina, la précision n’était pas de rigueur chez les auteurs anciens qui se contentaient de signaler l’origine italienne de manière indistincte maintenant que ces peuples avaient obtenu la citoyenneté romaine.

  • 47 App., BC, 1, 175.
  • 48 Brunt 1971, p. 87.
  • 49 Val. Max., 3, 1, 2 ; Plu., Cat. Mi.., 2, 1-2. Cf. H. Nesselhauf, RE, 22/1, 1953, col. 78-81 s. v. P (...)
  • 50 Plu., Cat. Min., 2, 1-2 ; Val. Max., 3, 1, 2 ; Vir. Ill., 80, 1 ; cf. Salmon 1967, p. 336 et Wisema (...)
  • 51 Vir. Ill., 80, 1 repris par Salmon 1967, p. 349
  • 52 Flor., 2, 6, 10 ; cf. Salmon 1967, p. 75 n. 1 et 336 n. 3 et Dart 2010, p. 126.
  • 53 D.S., 37, frg. 19.
  • 54 D.S., 37, 2, 2 (Testimonium de Photius) ; Flor., 2, 6, 6 ; App., BC, 1, 181.
  • 55 D.S., 37, 2, 4 (Testimonium de Photius).
  • 56 Grueber 1910, p. 329 n. 1.
  • 57 Plu., Mar., 33, 4 et Moralia 202d.
  • 58 D.S., 37, frg. 22.
  • 59 Badian 1967, p. 234 n. 5 et Salmon 1967, p. 363 n. 3.
  • 60 App., BC, 1, 197-198
  • 61 Liv. Per., 76, 6 ; App., BC, 1, 230 ; Oros., hist., 5, 18, 25.
  • 62 Cornelius Sisenna frg. 93 Chassignet (ap. Non., p. 565, 12 L.) = frg. 105 Cornell (cf. Cornell, vol (...)
  • 63 Grueber 1910, p. 329.

21Toujours est-il que les noms de personnes des Abruzzes y sont bien représentés (huit occurrences, mais certaines sont suspectes). Ce n’est pas pour nous étonner lorsque l’on songe que les Italiens avaient choisi Corfinium, l’une des cités des Péligniens, pour établir leur capitale et si l’on se souvient que quatre des douze peuples ou cités mentionnés par Appien (Marses, Péligniens, Vestins, Marrucins) proviennent des Abruzzes47. Tous ces éléments reflètent le fait bien connu que ces peuples, avec les Samnites, furent ceux qui luttèrent avec le plus d’acharnement contre Rome lors de ce conflit48. C’est peut-être ce qui explique que le souvenir de Q. Poppaedius Silo, le grand général marse, soit si bien entretenu. Avant la Guerre Sociale, il est déjà une personnalité importante chez les Marses et au-delà en Italie puisque c’est lui qui est délégué pour demander la citoyenneté aux Romains49 et qu’il met alors à profit ses relations avec M. Livius Drusus dont il est l’hôte50. L’auteur du de Viris illustribus parle de princeps Marsorum pour cette période51. Partisan résolu de la cause des Italiens, les sources le présentent comme l’un des initiateurs de la révolte, prêt à tout pour obtenir la citoyenneté romaine52, y compris à marcher sur Rome et à menacer le Sénat53. Il fut l’un des deux grands chefs des Italiens durant la Guerre Sociale54 et il devint même le chef unique à la fin de la guerre du fait de ses capacités55. À ce titre, il est surprenant qu’on n’ait conservé qu’une seule monnaie le célébrant alors qu’on en a retrouvé beaucoup pour C. Papius Mutilus56. En guerre contre Rome, il n’hésite pas à défier Marius qu’il connaissait peut-être déjà auparavant57, et cela ne paraît pas être une bravade. En effet, alors que ses troupes fraternisent avec les Romains, il discute calmement avec Marius58, mais la négociation pour la citoyenneté est sans doute une invention59. Si la tradition a retenu sa ruse, puisqu’il tendit une embuscade en faisant croire à sa reddition60, il meurt néanmoins au combat61, comme la plupart des autres généraux dont le nom fut conservé. Cette mort héroïque confortait toutefois la réputation de bravoure des Marses. Un fragment de L. Cornelius Sisenna, qui indique simplement : Popaedius, opinione frustrant, pourrait être tiré d’un récit des événements antérieur à sa mort62, signe que son rôle était souligné par tous les historiens ayant traité de la Guerre Sociale. Il pouvait tenir le rôle d’Hannibal pour la Guerre Sociale, le grand stratège au destin tragique, mais à la différence d’Hannibal, Silo luttait pour la citoyenneté romaine et semblait proche des valeurs romaines. En effet, la seule monnaie portant son nom est en latin, à la différence des monnaies de son collègue C. Papius Mutilus63. Est-ce le signe d’une romanisation accomplie et donc d’un plus grand désir d’obtenir la citoyenneté ? ou parce que, depuis le IVe siècle, l’alphabet latin était utilisé pour noter les dialectes de l’osque septentrional dans les Abruzzes, alors que dans le Samnium et en Campanie, l’osque « standard » était noté dans l’alphabet dit « national » ? Q. Poppaedius Silo incarnerait ainsi l’ambivalente détermination des Italiques, résolus à obtenir la citoyenneté au point de porter les armes avec énergie contre la cité qu’ils voulaient intégrer. Les liens personnels bien connus de Silo avec de nobles romains renforçaient la dimension fratricide du conflit.

22On constate donc une conjonction de facteurs expliquant que la majorité des noms d’Italiques des Abruzzes conservés soit liée à la Guerre Sociale : proximité des sources parvenues jusqu’à nous avec l’événement, octroi de la citoyenneté, mémoire entretenue par les descendants désormais intégrés à l’aristocratie romaine, et une âpreté des combats plus grande que lors de la conquête des siècles précédents.

Quelles sources ?

23Le questionnement doit également prendre en considération la nature des sources dans lesquelles les personnes apparaissent, ainsi que l’origine de leurs auteurs. L’analyse de la répartition par type de sources littéraires permet, passé le rappel de certaines évidences, de mettre au jour quelques singularités remarquables.

  • 64 Vingt noms de Campaniens sont ainsi attestés dans le corpus livien, la plupart des occurrences ayan (...)
  • 65 D’après M.-P. Arnaud-Lindet 1990, p. XXV-XXVI, Orose a essentiellement utilisé Tite-Live pour la pa (...)

24Dans les sources historiques, les récits très abrégés, tels que l’Histoire romaine de Velleius Paterculus, l’œuvre de Florus, les Periochae ou le De uiris illustribus, qui dérivent, pour les trois derniers d’entre eux, de l’Histoire romaine de Tite-Live, permettent d’opérer une hiérarchie, en distinguant les figures les plus importantes des acteurs secondaires. Les personnes des Abruzzes n’y figurent qu’à titre marginal. Les récits plus développés, tels que ceux de Tite-Live, de Polybe, de Denys d’Halicarnasse ou de Dion Cassius, ne leur donnent guère plus d’importance, alors qu’il en va autrement s’agissant d’autres peuples (les Campaniens chez Tite-Live, en particulier)64. Un auteur fait exception, Orose, au sujet de la Guerre Sociale, qui cite deux personnages qui ne sont attestés chez aucun autre auteur : le Marse Fraucus et un dénommé Obsidius, qui était un Vestin ou un Marrucin, deux individus qui seraient pourtant des imperatores. L’historien, qui tire peut-être son information de Tite-Live65, évoque leur mort, aux côtés de leurs hommes, lors de batailles menées contre Rome :

Oros., hist., 5, 18, 18 : Decem et octo milia Marsorum in ea pugna cum Frauco imperatore suo caesa sunt, capta tria milia.
Dans cette bataille, dix-huit mille Marses furent massacrés avec leur général en chef Fraucus, trois mille furent faits prisonniers (trad. M.-P. Arnaud-Lindet, CUF, 1991).

Oros., hist., 5, 18, 25 : Marrucini Vestinique Sumpicio legato Pompei persquente uastati sunt. Poppaedius et Obsidius, Italici imperatores, ab eodem Sulpicio apud flumen Theanum horribili proleio oppressi et occisi sunt.
Les Marrucins et les Vestins poursuivis par Sulpicius, légat de Pompée, furent exterminés ; les généraux italiens Poppédius et Obsidius furent écrasés dans un terrible combat et tués par ce même Sulpicius près du fleuve Théanum (trad. M.‑P. Arnaud-Lindet, CUF, 1991).

25On retrouve là ce qu’on évoquait plus haut, à savoir que bien souvent les Italiques ne sont signalés qu’en tant qu’exemples de bravoure, et ici de détermination face aux Romains. Pour Orose s’ajoute peut-être aussi un autre objectif. En effet, ce faisant, il rendait concrètes une affirmation et une interrogation formulées dans la préface du Livre V :

Oros., hist., 5, 1, 1 : Victoriae Romanae multarum gentium et ciuitatum strage crebrescunt.
Les victoires romaines s’étendent par le carnage de bien des peuples et des cités (trad. M.-P. Arnaud-Lindet, CUF, 1991)

Oros., hist., 5, 1, 7 : Ipsa postremo dicat Italia : cur per annos quadringentos Romanis utique suis contradixit obstitit repuganuit, si eorum felicitas sua infelicitas non erat Romanosque fieri rerum dominos bonis communibus non obstatabat.
Enfin, que parle l’Italie elle-même : pourquoi, pendant quatre cents ans, s’opposa-t-elle aux Romains qui, de toute façon faisaient partie des siens, pourquoi se tourna-t-elle contre eux, pourquoi leur résista-t-elle, si leur fortune n’était pas sa propre infortune et s’il ne faisait pas obstacle au bien commun que les Romains devinssent les maîtres des affaires ? (trad. M.-P. Arnaud-Lindet, CUF, 1991).

26Orose avait donc intérêt à citer les noms de généraux italiens morts, dont la mention donnait plus de consistance à des épisodes destinés à signifier la résistance acharnée des Italiens et le caractère mortifère de la domination romaine.

  • 66 Liv., 3, 25, 5 avec D.H., 10, 22, 4 sq. et De uir. ill., 17, 1.
  • 67 Liv., 4, 9, 12.
  • 68 Münzer 1900, p. 109 ; Ogilvie 1965, p. 439.
  • 69 Ranouil 1975, p. 154-155.

27Ces textes ne sont toutefois pas exempts d’erreurs, volontaires ou non. Tite-Live présente par exemple Gracchus Cloelius comme le chef des Èques en 45866, mais, au livre suivant, il rapporte qu’en 443 av. J.-C., les Volsques avaient pour général un Èque portant le nom de Cluilius67. Comme on ne sait rien de Gracchus et qu’il est le seul nom transmis pour cette guerre, il est possible qu’il s’agisse d’un doublon68, à moins que sa mention reflète le goût pour l’étiologie des auteurs anciens. En effet, il y avait peut-être un rapport qui nous échappe avec les Cloelii patriciens, qui sont attestés dans les Fastes consulaires dès 498 et qui étaient originaires du Latium69. Ce doublon, rendu probable par l’inconsistance du personnage, s’expliquerait par la volonté de Tite-Live d’étayer le thème de la rupture de la fides, tandis qu’il s’agit pour Denys d’Halicarnasse de trouver un orateur susceptible de tenir, dès cette époque, le discours attendu sur l’impérialisme romain.

28Dans le corpus poétique, le contraste entre Silius Italicus, qui, de façon attendue, cite un grand nombre d’Italiques, et les autres sources, qui ne citent aucun de ceux évoqués par le poète, est remarquable. Une première raison tient aux nécessités du genre épique : Silius Italicus insiste sur les combats singuliers (les « aristies ») et ne manque pas, à chaque fois, de donner les noms des différents protagonistes. On peut citer le cas de Solimus et Satricus :

Sil. It., 9, 67-82 ; 126-128 : Xanthippo captus Libycis tolerarat in oris / seruitium Satricus, mox inter praemia regi / Autololum dono datus ob uirtutis honorem. / Huic domus et gemini fuerant Sulmone relicti / matris in uberibus nati, Mancinus et una / nomine Rhoeteo Solimus ; nam Dardana origo / et Phrygio genus a proauo, qui, sceptra secutus / Aeneae, claram muris fundauerat urbem / ex sese dictam Solimon : celebrata colonis / mox Italis, paulatim attrito nomine, Sulmo. / At tum barbaricis Satricus cum rege cateruis / aduectus, quo non spretum, si posceret usus, / noscere Getulis Latias interprete uoces. / Postquam posse datum Peligna reuisere tecta / et patrium sperare larem, ad conamina noctem / aduocat ac furtim castris euadit iniquis […] Carthaginis ille / captiuus, patrias nunc primum aduectus in oras, / ille ego sum Satricus, Solimi genus.
Un prisonnier de Xantippe, qui avait subi l’esclavage aux rives de la Libye, Satricus, fut bientôt, entre autres récompenses, offert au roi des Autololes pour honorer son courage. L’homme avait laissé à Sulmone demeure et jumeaux au sein de leur mère, Mancinus et, avec lui, portant un nom rhoetéen, Solymus ; car, d’origine dardanienne, la famille était issue d’un ancêtre phrygien, qui avait suivi le sceptre d’Énée et fondé les remparts de la cité appelée de son nom Solymon : par suite de l’afflux immédiat des colons italiens, ce nom s’usa peu à peu, devenant Sulmo. Alors donc, Satricus avait été amené avec les hordes du roi barbare : les Gétules ne dédaignaient pas, si le besoin s’en présentait, d’apprendre la langue latine par son truchement. Dès que la possibilité lui fut offerte d’espérer revoir les toits des Pélignes et le lare de ses pères, pour son dessein il invoque la nuit et, furtif, s’évade du camp détesté […] Ce prisonnier de Carthage, ramené en ce jour, pour la première fois en son pays natal, oui c’est moi, Satricus, le fils de Solyme (trad. J. Volpilhac-Lenthéric, M. Martin, P. Miniconi et G. Devallet, CUF, 1984).

  • 70 Dupraz 2010, p. 145-150.
  • 71 Ov., Fast., 4, 79-81. Cf. Schur 1931, p. 728 ; Schilling 1993, p. 109.

29L’historicité de ce personnage, de son épouse et de ses fils, est suspecte. Non seulement le poète est le seul à mentionner ces deux personnages, mais en outre le nom du premier est celui du fondateur légendaire de Sulmo et le nom du second évoque la cité de Satricum, sur les rives du Liris. Le récit paraît surtout motivé par le désir de satisfaire aux topoï du genre épique. Le principal est celui de la confusion d’identité, qui se dissipe sous la forme d’une reconnaissance tardive et tragique. La guerre conduit un père à s’emparer des dépouilles de l’un de ses fils et à mourir sous les coups de son autre fils. Pour motiver cette coïncidence invraisemblable, Silius Italicus fournit quelques détails historiques. Plusieurs questions se posent. Pourquoi le poète a-t-il choisi de faire de ces personnages des habitants de la cité de Sulmo ? A-t-il inventé entièrement l’anecdote ou s’est-il inspiré d’une tradition, locale ou romaine ? E. Dupraz estime que le poète, qui n’a pas de lien attesté avec le peuple des Péligniens, se serait inspiré d’un mythe élaboré par ces derniers. Il distingue différentes strates temporelles : la plus ancienne, sur le changement de camp du père, qui conduit à l’infanticide et au parricide70. Le passage relatif aux origines prestigieuses de la cité était vraisemblablement inspiré d’un récit de fondation. La cité de Sulmo, et par voie de conséquence ses personnages les plus éminents qui prétendaient descendre de son fondateur, se trouvait honorée d’une origine troyenne, également attestée chez Ovide, qui en était originaire et qui est vraisemblablement l’auteur de cette tradition71. On le voit, le choix des noms sert donc à rendre le récit plus vivant et à lui donner de la profondeur. En outre, les noms des peuples sont parfois utilisés comme noms personnels pour en faire une sorte d’idéal-type dont les contours nous échappent.

  • 72 Sil. It., 17, 451-471. Salomies 1987, p. 73 et 2008, p. 22 ; Dupraz 2009, p. 325‑326.
  • 73 Dupraz 2009, p. 325.
  • 74 Voir aussi le cas du héros falisque Halesus, pour lequel Virgile s’inspirerait d’une tradition anci (...)
  • 75 Contra Drumann – Groebe 1902, p. 2 et André 1949, p. 9, qui, sans discussion, en acceptent l’histor (...)
  • 76 Liv., Per., 73, 9 ; Vell., 2, 16, 1 ; Eutr., 5, 3, 2. Cf. E. Klebs, RE, 2/2, 1896, col. 1583 s. v.  (...)
  • 77 Catul., 12, 1.
  • 78 Sil. Ital., 9, 117-118.
  • 79 Ainsi Cf. Fr. Münzer, RE, 8/1, 1912, col. 685 s. v. Herius ; Van Wonterghem 1975, p. 15-16.

30À cela s’ajoute un goût pour l’étymologie des noms de lieux, mais aussi pour les considérations généalogiques, réelles ou inventées. Silius Italicus est ainsi le seul à mentionner Herius, sans doute Asinius puisque ce prénom était fréquemment utilisé dans cette gens72. E. Dupraz accepte l’historicité de cet anthroponyme au motif qu’il est attesté, sous la forme d’un prénom chez trois Asinii du Ier siècle av. J.-C. : le père, le frère et l’un des fils du fameux Asinius Pollion73. Il n’est pas exclu que le processus ait été l’inverse de ce qu’E. Dupraz décrit : le choix de cet élément onomastique et la mention de l’origine du personnage suffisaient en effet à l’identifier comme un ancêtre fictif des Asinii, également originaires de la cité de Téate. La mention de ce seul élément onomastique ne traduit donc pas nécessairement la dépendance du poète ou de sa source à l’égard d’une tradition locale74, mais peut tout aussi bien relever de la volonté de Silius Italicus, ou de sa source, de donner une profondeur historique aux Asinii et de peupler son récit d’ancêtres imaginaires des grandes familles de l’époque impériale. On ignore si, en l’occurrence, la tradition fut forgée de toutes pièces ou si elle se fonde sur des revendications émanant des Asinii75. L’intérêt historique de l’extrait est de confirmer l’importance du lien entre cette famille et la cité des Marrucins, dont l’historicité est bien attestée, que ce soit par Herius Asinius, magistrat local et grand-père d’Asinius Pollion76 ou par le passage de Catulle, dans lequel le poète appelle le frère de Pollion Marrucine Asini77. Le choix du nom Acca, la mère des deux protagonistes78, qui se trouve être le gentilice d’une famille importante de Corfinium, suggère de même que le mythe a été réélaboré en relation avec cette dernière. On ne peut donc exclure une invention de Silius Italicus, qui chercherait à établir une continuité légendaire entre des protagonistes fictifs de l’époque de la guerre d’Hannibal et les grandes familles aristocratiques de l’époque impériale, en l’occurrence celle des Asinii Polliones. Tout cela expliquerait pourquoi les individus mentionnés par Silius ne le sont généralement pas dans les autres sources et justifie que les historiens modernes rejettent généralement leur historicité79.

  • 80 Val. Max., 3, 2, 20 ; 3, 1, 2 ; et 5, 4, ext. 7.

31Dans les sources antiquaires, on trouve trois exemples chez Valère Maxime : le Pélignien Vibius Accaeus, le chef marse Q. Poppaedius Silo et le Vestin Pulto qu’il est le seul à mentionner80. On observe que Valère Maxime classe les Italiens d’une façon qui n’a rien de systématique : Vibius Accaeus se trouve dans les exemples romains, tandis que Pulto figure parmi les exemples étrangers. Silo offre quant à lui un prétexte au jeune Caton pour manifester sa détermination et prodigue son éloge. Les deux Italiques venant des Abruzzes se trouvent ainsi répartis dans l’une et l’autre catégorie, mais cela découle peut-être d’une méconnaissance de leur origine précise. À propos de Vibius Acceus, Valère Maxime semble ainsi hésiter entre pélignien et latin (Vibius Accaus Paelignae cohortis praefectus au début du récit et ut Romani gloria cedere Latinis uelimus clame le tribun romain pour exhorter ses troupes). On peut s’étonner en revanche qu’il qualifie Q. Poppaedius Silo de Latii principe alors qu’il était le principal général italique de la Guerre Sociale, que dans cet épisode Silo vient réclamer la citoyenneté romaine et que les autres sources le présentent toutes comme Marse. Peut-être que ce qualificatif renvoyait non à une origine, mais à son appartenance à une colonie latine. Toujours est-il que l’important pour Valère Maxime est d’en faire un Italien, peu importe l’origine exacte, comme si l’entrée dans la ciuitas avait rendu caduques les distinctions antérieures.

  • 81 Sur Asinius Pollion, voir André 1949 ; Zecchini 1982, p. 1265-1296 ; Morgan 2000, p. 51-69 et les n (...)
  • 82 F. Münzer, RE, 4/1, 1900, col. 111 [1] s. v. L. Cluentius et RE suppl. 3, 1918, col. 254 s. v. Clue (...)

32L’origine italique pesait-elle ? Seul un auteur est connu pour être originaire des Abruzzes, Asinius Pollion, mais ce dernier écrit sur la période des guerres civiles et n’a donc pas de raison de livrer des noms d’Italiques81. En revanche, les relations familiales pourraient tout autant jouer un rôle. L. Cluentius (A. Cluentius, chez Eutrope), le chef italique de la Guerre Sociale, picentin ou marse, pourrait être de la famille d’A. Cluentius Habitus, le client de Cicéron, de Larinum82, mais l’hypothèse est fragile en raison de l’éloignement géographique.

  • 83 D.H., 10, 22, 4 sq. ; Liv., 3, 25, 5 et De uir. ill., 17, 1.
  • 84 D.H., 19, 12, 1-5 (Pittia, 19 frg. R) ; Flor., 1, 13, 7 ; Plu., Pyrrh., 16, 12-16.
  • 85 Plu., Aem., 20, 1-6 pour Salvius.
  • 86 Le campanien Decius (Plb., 1, 7, 7) et l’esclave Spendios (Plb., 1, 69-70 et 76-86), cf. note n° 22
  • 87 Voir Gabba 1956, p. 79-88, suivi par Briquel 1996, p. 109.
  • 88 Pour les Abruzzes : Q. Pop(p)aedius (App., BC, 1, 40 ; 1, 44 ; 1, 53) ; Herius Asinius (App., BC, 1 (...)
  • 89 Bourdin 2012, p. 34.

33On pouvait s’attendre à une sous-représentation des Italiques chez les auteurs grecs, et c’est bien le cas : d’après notre recension les sources grecques fournissent une quarantaine de noms sur environ 250. Les Abruzzes ne font pas exception. On ne relève que deux références chez Denys d’Halicarnasse et dans les deux cas le témoignage n’est pas isolé (on trouve un pendant chez Tite-Live (Gracchus Cloelius)83 et un autre chez Florus et Plutarque (Oblacus Volsinius84). On trouve deux attestations chez Plutarque, dont l’une (relative à Salvius), tirée de la Vie de Paul-Emile, est isolée85. L’autre, en revanche, tirée de la vie de Pyrrhus, trouve deux parallèles : il s’agit d’Oblacus Volsinius que l’on vient d’évoquer. Singulièrement, aucune attestation n’a été décelée chez Polybe, lequel ne cite en tout et pour tout que deux Italiens, des Campaniens86, alors même qu’il connaissait l’Italie et fournit dans le livre III de nombreux renseignements sur les peuples italiques, qu’il était contemporain d’une partie des faits décrits et qu’il était intégré à un cercle d’aristocrates connus pour leurs relations avec les élites italiques. La moisson n’est pas bien meilleure pour Diodore de Sicile : un seul nom des Abruzzes, le Marse Q. Poppaedius Silo, général bien connu de la Guerre Sociale, pour sept noms d’Italiens au total (trois Samnites, deux Lucaniens et un Mamertin/Campanien). Enfin si Appien cite un grand nombre d’Italiques (4 pour les Abruzzes, 15 en dehors), sans doute parce qu’il fournit un des récits les plus détaillés de la Guerre Sociale et qu’il utilise Asinius Pollion87, il se soucie assez peu de donner leur origine, probablement parce que ces précisions n’intéressaient guère ses lecteurs qui étaient principalement des Grecs88. Les auteurs grecs avaient certes un intérêt ethnographique pour l’Italie, mais ils n’allèrent pas jusqu’à relater le nom de ceux qu’ils considéraient comme des Barbares89. Ils étaient également confrontés à un problème de sources, tous n’étant pas capables de lire le latin, alors même que les auteurs romains mentionnaient déjà peu d’Italiques, et encore moins les langues italiques.

Quel regard des Italiques ?

34Cette interrogation sur les conditions d’apparition des noms et sur le contenu des faits et des jugements associés à ces derniers pose la question de l’origine de ce matériau. Peut-on imaginer que les écrivains romains, grecs ou latins, se soient réapproprié un matériau indigène ?

  • 90 Sil. It., 9, 67-177.
  • 91 Dupraz 2010, p. 145-150.

35Il en irait ainsi de l’épisode mettant aux prises des Péligniens au moment de Cannes, longuement narré par Silius Italicus et cité ci-dessus90. Selon la lecture que propose E. Dupraz, qui refuse d’y voir le résultat de l’invention du poète, il s’agirait de la réélaboration historique, par les Péligniens, de l’un de leurs anciens mythes91. Le lien avec l’histoire permet d’exprimer « une identité pélignienne par opposition à l’identité romaine ».

  • 92 Liv., 25, 14, 4-13 et Val. Max., 3, 2, 20.
  • 93 Dupraz 2010, p. 142.
  • 94 Plu., Aem., 20, 4 cité ci-dessus.
  • 95 Liv., 44, 41, 9.
  • 96 Dupraz 2010, p. 143.
  • 97 Serv., ad Aen., 9, 587.

36Revenons aussi sur l’épisode de Vibius Accaeus déjà cité92. Si l’on suit les analyses d’E. Dupraz, il faudrait y voir la trace d’une tradition indigène soucieuse de mettre en avant la spécificité du mode de combat pélignien, en l’occurrence : « lancer les enseignes au milieu des ennemis pour s’obliger religieusement à aller les récupérer »93. Davantage que les récits de Tite-Live et de Valère Maxime relatifs à Vibius Accaeus, le passage de Plutarque sur Salvius paraît accréditer l’hypothèse d’E. Dupraz, dans la mesure où le biographe évoque leur « ardeur sauvage »94. Ce point de vue est cohérent avec le passage général de Tite-Live, qui stigmatise l’imprudence des Péligniens et oppose ici nettement leur façon de combattre à celle des Romains95. Selon E. Dupraz, cet usage militaire s’opposerait à la façon de combattre des Romains, plus organisée et disciplinée. L’idée d’une « rivalité identitaire »96 pourrait ici être défendue. E. Dupraz y voit une réélaboration de l’affrontement entre les deux peuples lors de la guerre de conquête, ce qui est purement conjectural. Le passage extrêmement concis de Frontin, dont le contenu est cohérent avec la version de Plutarque, fragilise quelque peu cette hypothèse dans la mesure où il lui trouve un précédent romain. Le récit de Valère Maxime montre de même une imitation des Romains. Il en ressort que certains auteurs romains y voyaient l’expression d’une tradition romaine et, loin de postuler une relation d’altérité radicale entre Péligniens et Romains, vont jusqu’à imaginer une relation de rivalité mimétique. Les Péligniens, tels qu’ils sont présentés dans les sources latines, paraissent avoir été les dépositaires des valeurs romaines traditionnelles et servent à rappeler aux Romains leurs antiques vertus. Les deux récits ont pu dériver, directement ou, plus probablement, indirectement, d’une source commune, dont les auteurs anciens firent un usage différent, du fait des contraintes propres à la nature de leur ouvrage. Le noyau indigène est ici à ce point transformé qu’il paraît difficile à saisir. On peut également s’interroger sur l’allusion de Servius dans son commentaire à l’Énéide où l’on voit T. Herennius, commandant italique lors de la Guerre Sociale, mettre un enfant dans la ligne de bataille97 : s’agissait-il d’une pratique archaïque mal comprise par les Romains ? de la preuve de leur jusqu’au-boutisme ? ou d’une invention visant à déconsidérer l’adversaire ?

Conclusion

  • 98 Farney 2007, passim et Bourdin 2012, p. 761-778.
  • 99 Farney 2007, p. 197-198.

37Il ressort de ce premier inventaire des seules sources littéraires que l’Italique peut n’être qu’un nom et n’avoir de fonction que littéraire ; il peut n’être que le reflet de son peuple et, dans ce cas, le reflet, généralement inversé, de Rome. Chacun des Italiques recensés pourrait ainsi illustrer les caractéristiques propres à son peuple, du moins telles que les Romains les voyaient, recensées récemment par G.D. Farney et St. Bourdin98. Pourtant, les clichés sur certains peuples ne semblent pas issus de généralisations à partir d’histoires individuelles et sont même rarement illustrés par des exemples précis. Si les Marses sont connus pour leur frugalité et leur courage ainsi que pour leur relation spéciale avec le divin (les charmeurs de serpents et les herboristes, à l’instar des haruspices étrusques)99, aucun nom dans nos sources ne vient illustrer l’un ou l’autre de ces stéréotypes malgré le goût des Romains pour de telles anecdotes. La mention des Italiques est donc rare et relève plus des ressorts dramatiques ou moralistes du récit que du désir de transmettre leur mémoire ou d’informer. Enfin on perçoit parfois la trace d’un matériau indigène, mais réapproprié. Est-ce particulier aux Abruzzes ? Cette région ne fut au cœur des préoccupations romaines que durant la Guerre Sociale, comme le montre la meilleure conservation des noms des généraux issus de ces peuples.

  • 100 Imag. Ital. 1, p. 132-133 Tuder 2. Voir aussi Rocca 1996, p. 111-116.

38Bien sûr les sources littéraires condamnent l’historien à examiner avant tout le regard des Romains. Ne s’intéressant qu’aux élites, et avec parcimonie, elles ne permettent de saisir qu’à la marge la complexité des sociétés italiques, à la différence des sources épigraphiques. Ainsi l’inscription du Mars de Todi, retrouvée en 1835 et datée de 400 environ, illustre par exemple le métissage culturel au sein de ces peuples100. Le dédicataire s’appelait Ahal Trutitis : un nom gaulois écrit en langue et alphabet ombriens tandis que la statue en bronze semble provenir d’ateliers étrusques. À l’évidence, l’approche prosopographique ne saurait permettre à elle seule de faire l’histoire d’une région déterminée. Il s’agit simplement de mettre à la disposition de la communauté scientifique un instrument de travail que nous espérons encore plus utile lorsque le reste des régions italiennes aura été examiné et que la documentation épigraphique sera dépouillée.

Haut de page

Bibliographie

André 1949 = J. André, La vie et l’œuvre de C. Asinius Pollion, Paris, 1949. 

Arnaud-Lindet 1990 = M.-P. Arnaud-Lindet, Orose. Histoires (contre les Païens), I, Livres I-III, Paris, 1990. 

Astin 1978 = A.E. Astin, Cato the Censor, Oxford, 1978. 

Badian 1967 = E. Badian, Foreign Clientelae (264-70 B.C.), Oxford, 1967.

Bourdin 2012 = St. Bourdin, Les peuples de l’Italie préromaine : identités, territoires et relations inter-ethniques en Italie centrale et septentrionale (VIIIe-Ier s. av. J.-C.), Rome, 2012.

Briquel 1994 = D. Briquel, Haleso, eroe campano (Virgilio, Eneide 7, 723-730) e i Falisci, coloni calcidesi (Giustino 20, 1, 13), dans L. Braccesi (dir.), Hesperìa, 4. Studi sulla grecità d’Occidente, Rome, 1994, p. 83-94.

Briquel 1996 = D. Briquel, Le taureau sur les monnaies des insurgés de la guerre sociale : à la recherche d’un symbole pour l’Italie, dans REL, 74, 1996, p. 108-125. 

Briscoe 2013 = J. Briscoe, L. Cornelius Sisenna, dans T. Cornell (dir.), The fragments of the Roman historians, I, Introduction, Oxford, 2013, p. 305-319. 

Brunt 1971 = P.A. Brunt, Italian manpower, 225 B.C. - A.D. 14, Oxford, 1971.

Chassignet 2004 = M. Chassignet, L’annalistique romaine, t. 3, L’annalistique récente. L’autobiographie politique (fragments), Paris, 2004, p. XXXVIII-XLIX.

Dart 2010 = C.J. Dart, Quintus Poppaedius Silo dux et auctor of the Social War, dans Athenaeum, 98, 2010, p. 111-126.

Deniaux 1979 = E. Deniaux, À propos des Herennii de la République et de l’époque d’Auguste, dans MEFRA, 91-2, 1979, p. 623-650.

Drumann – Groebe 1902 = W. Drumann, P. Groebe, Geschichte Roms in seinem Übergange von der republikanischen zur monarchischen Verfassung, Leipzig, 1902.

Dupraz 2009 = E. Dupraz, Hypothèses sur les origines du système gentilice en pays nord-osque, dans Poccetti 2009, p. 319-339.

Dupraz 2010 = E. Dupraz, Être Pélignien, dans REA, 112, 2010, p. 135-152.

Farney 2007 = G.D. Farney, Ethnic identity and aristocratic competition in republican Rome, Cambridge, 2007.

Frassinetti 1972 = P. Frassinetti, Sisenna e la guerra sociale, dans Athenaeum, 50, 1972, p. 78-113.

Gabba 1956 = E. Gabba, Appiano e la storia delle guerre civili, Florence, 1956.

Gabba 1962 = E. Gabba, Italia e Roma nella storia di Velleio Patercolo, dans Critica Storica, I, 1962, p. 1-9.

Gabba 1967 = E. Gabba, Appiani Bellorum civilium liber primus, Florence, 1967.

Grueber 1910 = H.A. Grueber, Coins of the Roman Republic in the British Museum, II, Oxford, 1910.

Humbert 1978 = M. Humbert, Municipium et ciuitas sine suffragio. L’organisation de la conquête jusqu’à la Guerre Sociale, Rome, 1978.

Imag. Ital. = M.H. Crawford et al., Imagines italicae. A Corpus of Italic inscriptions, 3 vol., Londres, 2011.

Jal 1967 = P. Jal, Florus. Œuvres – tome I, Paris, 1967.

Letta 1979 = C. Letta, Magistrature italiche et magistrature municipali: continuità o frattura?, dans E. Campanile, C. Letta (dir.), Studi sulle magistrature indigene e municipali in area italica, Pise, 1979.

Marandino 1975 = R. Marandino, La iustissima causa Italicorum in Velleio Patercolo, dans Annuario del Liceo-Ginn. F. De Sanctis di S. Angelo dei Lombardi (Avellino), 1975, p. 3-11.

Moatti 1997 = C. Moatti, La raison de Rome : naissance de l’esprit critique à la fin de la République, Paris, 1997.

Morgan 2000 = L. Morgan, The autopsy of C. Asinius Pollio, dans JRS, 90, 2000, p. 51-69.

Nicolet-Croizat 1992 = F. Nicolet-Croizat, Tite-Live. Histoire romaine. Tome XV, livre XXV, Paris, 1992.

Ogilvie 1965 = R.M. Ogilvie, A Commentary on Livy. Books 1-5, Oxford, 1970 (1ère éd. 1965).

Pittia 2002 = S. Pittia, Fragments d’historiens grecs : autour de Denys d’Halicarnasse, Rome, 2002.

Poccetti 2009 = P. Poccetti (dir.), L’onomastica dell’Italia antica. Aspetti linguistici, storici, culturali, tipologici e classificatori, Rome, 2009.

Ranouil 1975 = P.-C. Ranouil, Recherches sur le patriciat : 509-366 avant J.-C., Paris, 1975.

Rawson 1979 = E. Rawson, L. Cornelius Sisenna and the early first century B.C., dans CQ, 29, 1979, p. 327-346.

Rocca 1996 = G. Rocca, Iscrizioni umbre minori, Florence, 1996

Salmon 1958 = E.T. Salmon, Notes on the Social War, dans TAPhA, 89, 1958, p. 159-184.

Salmon 1967 = E.T. Salmon, Samnium and the Samnites, Cambridge, 1967.

Salomies 1987 = O. Salomies, Die römischen Vornamen: Studien zur römischen Namengebung, Helsinki, 1987.

Salomies 2008 = O. Salomies, Les prénoms italiques : un bilan de presque vingt ans après la publication de Vornamen, dans P. Poccetti (dir.), Les prénoms de l’Italie Antique, Pise-Rome, 2008, p. 15‑38.

Schilling 1993 = R. Schilling, Ovide. Les Fastes, tome II, livres IV-VI, Paris, 1993.

Sydenham 1952 = E.A. Sydenham, The coinage of the Roman Republic, Londres, 1952.

Syme 1967 = R. Syme, La Révolution romaine, Paris, 1967 (traduit de l’anglais par R. Stuveras, 1952²).

Toynbee 1965 = A.J. Toynbee, Hannibal’s legacy. The Hannibalic War’s effects on Roman Life, I, Rome and her neighbours before Hannibal’s entry, Londres, 1965.

Van Wonterghem 1975 = F. Van Wonterghem, Antiche genti peligne, Sulmona, 1975.

Wiseman 1971 = T.P. Wiseman, New men in the Roman Senate, Londres, 1971.

Zecchini 1982 = G. Zecchini, Dall’attività politica alla riflessione storiografica, dans ANRW, II, 30-2, p. 1265-1296. 

Haut de page

Notes

1 Que penser par exemple d’Acron, roi de Caenina, tué par Romulus (Val. Max., 3, 2, 3) ou du sabin Petronius qui avait corrompu le duumvir M. Atilius pour recopier le livre sur les secrets des cultes civiques sous Tarquin (Val. Max., 1, 1, 13) ?

2 Farney 2007.

3 Voir entre autres Bourdin 2012 ; Dupraz 2009 et 2010.

4 Voir aussi de manière plus générale Poccetti 2009.

5 Gracchus Cloelius (D.H., 10, 22, 4 ; Liv., 3, 25, 5 et De uir. ill., 17, 1) et Cluilius (Liv., 4, 9, 12).

6 Pour ne citer que quelques exemples de campagnes contre les Èques ou de manœuvres diplomatiques : en 494 (D.H., 2, 45, 1 et 77, 2 et Liv., 2, 32, 1) ; 485 (Liv., 2, 42, 1-2) ; 482 (D.H., 8, 91, 1) ; 481 (D.H., 9, 1, 2) ; 479 (Liv., 2, 48, 1) ; 471 (Liv., 2, 58, 4) ; 470 (Liv., 2, 62, 1-3) ; 467 (D.H., 9, 59, 4 et Liv., 3, 1, 8) ; 466-465 (D.H., 9, 60-61 et Liv., 3, 3, 6) ; 464 (D.H., 9, 62-63 ; Liv., 3, 4) ; 463 (D.H., 9, 67, 4-5 et Liv., 3, 6, 5) ; 461 (Liv., 3, 10, 8-9) ; 459 (D.H., 10, 20, 5) ; 458 (D.H., 10, 22, 5 et Liv., 3, 25) ; 457 (D.H., 10, 26, 4 et Liv., 3, 30, 3) ; 455 (D.H., 10, 43, 1 et Liv., 3, 31, 3) ; 449 (D.H., 11, 21, 3-6 et 11, 23 ; Liv., 3, 41-42).

7 Dans les livres 2, 3 et 4 de son Histoire romaine, Tite-Live évoque trois Étrusques (Liv., 2, 15, 7 ; 4, 17), un Campanien (Liv., 2, 34, 4), deux Sabins (Liv., 2, 16, 4 ; 3, 15, 5) et deux Volsques (Liv., 2, 35, 7 ; 4, 28, 3).

8 Bourdin 2012, p. 221-224.

9 Liv., 9, 45, 18.

10 Sur la résistance des Èques et sur la violence de la riposte romaine, voir Humbert 1978, p. 217-219.

11 Voir en dernier lieu Bourdin 2012, p. 322-340 avec la bibliographie.

12 Exemple de l’alliance entre Volsques et Èques pour le Ve siècle : D.H., 8, 16, 2 et Liv., 2, 64, 8-9.

13 Bourdin 2012, p. 341-355.

14 Voir la recension des magistratures des peuples d’Italie centrale dans Bourdin 2012, p. 1029-1030. Précisons toutefois que, selon Letta 1979, p. 83-86, cette collégialité ne serait pas originelle mais le résultat de l’influence de Rome. Sur la collégialité, voir l’article de Th. Lanfranchi dans ce dossier, en particulier le §3.3 et la conclusion.

15 Sur ce dernier, voir Flor., 1, 11 et Vir. Ill., 30, 1. Sur le rapprochement entre ces individus, voir Bourdin 2012, p. 348.

16 Contra Bourdin 2012, p. 349 le considère comme une figure historique.

17 Voir entre autres Moatti 1997, p. 74-81.

18 Sur la formula togatorum, voir Toynbee 1965, p. 424-437 ; Brunt 1971, p. 545-548, qui évoque rapidement, à partir de Plb., 5, 21, 4, le rôle des magistrats alliés dans la procédure.

19 Sur les différentes formes de ce nom, liées à la diversité des leçons des manuscrits, et le choix de Vibius Accaeus voir Dupraz 2009, p. 325, n. 19.

20 Voir notamment Liv., 39, 41, 1-4 ; Plu., Cat. Ma., 17, 1 Sur les relations entre Caton et Valerius Flaccus, mais sans référence à cet épisode, on se reportera à Astin 1978, p. 9-10 ; 23-25.

21 Brunt 1971, p. 420. Sur la part de réélaboration mythique dans les épisodes littéraires mettant en scène la fidélité des Péligniens, voir Dupraz 2010, p. 135-152.

22 Il s’agit du Campanien Decius, chef de la garnison envoyée par les Romains à Rhegion vers 280-270 (Plb., 1, 7, 7) et de Spendios, esclave campanien, transfuge des Romains passé du côté carthaginois à l’origine de la guerre des mercenaires avec Matho en 241-238, qui meurt crucifié (Plb., 1, 69-70 et 76-86).

23 Sur le nom Salvius, voir Dupraz 2009, p. 326

24 Dupraz 2010, p. 140-145 contra Nicolet-Croizat 1992, p. 109.

25 Ov., Fast., 3, 114 ; Liv., 10, 4.

26 Zonar., 8, 3, 8 propose un récit de cette bataille, mais sans nommer ce personnage, auquel il fait peut-être allusion lorsqu’il évoque un individu ayant tué Mégaclès alors qu’il pensait tuer Pyrrhus.

27 Pittia 2002, p. 335.

28 Jal 1967, p. 33 ; Pittia 2002, p. 335.

29 Humbert 1978, p. 213 à propos de Ferentinum.

30 Val. Max., 5, 4, ext. 7.

31 Cic., Phil. 12, 27 ; D.S., 37, frg. 19 et 22 et 37, 2 ; Liv., Per., 73, 9 et 76, 6 ; Val. Max., 3, 1, 2 ; Sen., ben. 3, 23, 5 ; Plu., Cat. Mi., 2, 2-3 et Moralia, 202 D ; Flor., 2, 6 ; App., BC, 1, 40-44 et 50-53 ; Eutr., 5, 3, 2 ; Oros., hist., 5, 18, 23-25.

32 Causa fuit iustissima écrit-il (Vell., 2, 15, 2). Sur Velleius Paterculus et la question italienne, voir Gabba 1962, p. 1-9 ; Marandino 1975, p. 3-11.

33 On se reportera aux analyses de J. Hellegouarc’h dans l’introduction à son édition d’Eutrope pour la CUF, p. XLIII-XLV.

34 Sur l’organisation des peuples italiens, voir notamment Salmon 1958, p. 159-184 ; Briquel 1996, p. 109, qui voit dans Asinius Pollion la source probable d’Appien.

35 Sur le denier de Q. Poppaedius Silio et sur ceux C. Papius Mutilus, voir Grueber 1910, p. 329-335 ; Sydenham 1952, n° 634 ; 635-641, qui présentent aussi le denier d’un Numerius Lucilius (Grueber 1910, p. 333 ; Sydenham 1952, n° 642), dont la translittération et, partant, l’identification ne sont pas assurées, ainsi que l’aureus d’un Minius Ieius Minii (f.) (Grueber 1910, p. 334-335 ; Sydenham 1952, n° 643), personnage pas autrement connu, qui, selon l’hypothèse de Grueber, reprise par Sydenham, aurait participé à l’ambassade auprès de Mithridate.

36 Sur cet ouvrage, voir notamment Frassinetti 1972, p. 78-113 ; Rawson 1979, p. 327-346 ; Chassignet 2004, p. XXXVIII-XLIX ; Briscoe 2013, p. 305-319.

37 Cic., Phil., 12, 27.

38 Farney 2007, p. 220-228.

39 Farney 2007, p. 221-222. Sen., Contr. 4, praef., 4-5.

40 Wiseman 1971, n° 205 contra Deniaux 1979, p. 632-633.

41 Serv., ad Aen., 9, 587.

42 D.C., 48, 41, 1 cf. Syme 1967, p. 93 et p. 524 n. 74 ; H. Nesselhauf, RE, 22/1, 1953, col. 78-81 s.v. Poppaedius ; Salmon 1967, p. 389 et Wiseman 1971, p. 253-254 n° 339.

43 Wiseman 1971, p. 273 n° 483.

44 Cic., Phil., 12, 27. Cf. Salmon 1967, p. 329 n. 2 suivi par Wiseman 1971, p. 34.

45 Eutr., 5, 3, 2 et Serv. ad Aen., 9, 587.

46 Münzer, RE, 8/1, 1912, col. 665 s. v. Herennius [15], suivi par Syme 1967, p. 94 (1ère éd. angl. 1939) et Wiseman 1971, n° 205

47 App., BC, 1, 175.

48 Brunt 1971, p. 87.

49 Val. Max., 3, 1, 2 ; Plu., Cat. Mi.., 2, 1-2. Cf. H. Nesselhauf, RE, 22/1, 1953, col. 78-81 s. v. Poppaedius.

50 Plu., Cat. Min., 2, 1-2 ; Val. Max., 3, 1, 2 ; Vir. Ill., 80, 1 ; cf. Salmon 1967, p. 336 et Wiseman 1971, p. 34.

51 Vir. Ill., 80, 1 repris par Salmon 1967, p. 349

52 Flor., 2, 6, 10 ; cf. Salmon 1967, p. 75 n. 1 et 336 n. 3 et Dart 2010, p. 126.

53 D.S., 37, frg. 19.

54 D.S., 37, 2, 2 (Testimonium de Photius) ; Flor., 2, 6, 6 ; App., BC, 1, 181.

55 D.S., 37, 2, 4 (Testimonium de Photius).

56 Grueber 1910, p. 329 n. 1.

57 Plu., Mar., 33, 4 et Moralia 202d.

58 D.S., 37, frg. 22.

59 Badian 1967, p. 234 n. 5 et Salmon 1967, p. 363 n. 3.

60 App., BC, 1, 197-198

61 Liv. Per., 76, 6 ; App., BC, 1, 230 ; Oros., hist., 5, 18, 25.

62 Cornelius Sisenna frg. 93 Chassignet (ap. Non., p. 565, 12 L.) = frg. 105 Cornell (cf. Cornell, vol. 2, p. 652-653, et vol. 3, p. 407). Chassignet 2004, p. 217 n. 93.1 pense cependant que ce fragment fait allusion à la mort de Silo.

63 Grueber 1910, p. 329.

64 Vingt noms de Campaniens sont ainsi attestés dans le corpus livien, la plupart des occurrences ayant trait à la Seconde Guerre Punique.

65 D’après M.-P. Arnaud-Lindet 1990, p. XXV-XXVI, Orose a essentiellement utilisé Tite-Live pour la partie de son ouvrage portant sur la période antérieure au principat d’Auguste, ne recourant que ponctuellement à d’autres auteurs tels que Florus et Eutrope.

66 Liv., 3, 25, 5 avec D.H., 10, 22, 4 sq. et De uir. ill., 17, 1.

67 Liv., 4, 9, 12.

68 Münzer 1900, p. 109 ; Ogilvie 1965, p. 439.

69 Ranouil 1975, p. 154-155.

70 Dupraz 2010, p. 145-150.

71 Ov., Fast., 4, 79-81. Cf. Schur 1931, p. 728 ; Schilling 1993, p. 109.

72 Sil. It., 17, 451-471. Salomies 1987, p. 73 et 2008, p. 22 ; Dupraz 2009, p. 325‑326.

73 Dupraz 2009, p. 325.

74 Voir aussi le cas du héros falisque Halesus, pour lequel Virgile s’inspirerait d’une tradition ancienne selon Briquel 1994.

75 Contra Drumann – Groebe 1902, p. 2 et André 1949, p. 9, qui, sans discussion, en acceptent l’historicité.

76 Liv., Per., 73, 9 ; Vell., 2, 16, 1 ; Eutr., 5, 3, 2. Cf. E. Klebs, RE, 2/2, 1896, col. 1583 s. v. Asinius [5].

77 Catul., 12, 1.

78 Sil. Ital., 9, 117-118.

79 Ainsi Cf. Fr. Münzer, RE, 8/1, 1912, col. 685 s. v. Herius ; Van Wonterghem 1975, p. 15-16.

80 Val. Max., 3, 2, 20 ; 3, 1, 2 ; et 5, 4, ext. 7.

81 Sur Asinius Pollion, voir André 1949 ; Zecchini 1982, p. 1265-1296 ; Morgan 2000, p. 51-69 et les notices de Groebe, RE, 2/2, 1896, col. 1589-1602 s. v. Asinius [5] et de K.-L. Elvers, Neue Pauly, 2, 1997, col. 82-83, s. v. Asinius [I 4].

82 F. Münzer, RE, 4/1, 1900, col. 111 [1] s. v. L. Cluentius et RE suppl. 3, 1918, col. 254 s. v. Cluentius, un rapprochement repris, à titre d’hypothèse, par Gabba 1967, p. 150.

83 D.H., 10, 22, 4 sq. ; Liv., 3, 25, 5 et De uir. ill., 17, 1.

84 D.H., 19, 12, 1-5 (Pittia, 19 frg. R) ; Flor., 1, 13, 7 ; Plu., Pyrrh., 16, 12-16.

85 Plu., Aem., 20, 1-6 pour Salvius.

86 Le campanien Decius (Plb., 1, 7, 7) et l’esclave Spendios (Plb., 1, 69-70 et 76-86), cf. note n° 22.

87 Voir Gabba 1956, p. 79-88, suivi par Briquel 1996, p. 109.

88 Pour les Abruzzes : Q. Pop(p)aedius (App., BC, 1, 40 ; 1, 44 ; 1, 53) ; Herius Asinius (App., BC, 1, 40) ; Vetius Scato (App., BC, 1, 40 ; 1, 41 ; 1, 43) ; Lucius Cluentius (App., BC, 1, 50).

89 Bourdin 2012, p. 34.

90 Sil. It., 9, 67-177.

91 Dupraz 2010, p. 145-150.

92 Liv., 25, 14, 4-13 et Val. Max., 3, 2, 20.

93 Dupraz 2010, p. 142.

94 Plu., Aem., 20, 4 cité ci-dessus.

95 Liv., 44, 41, 9.

96 Dupraz 2010, p. 143.

97 Serv., ad Aen., 9, 587.

98 Farney 2007, passim et Bourdin 2012, p. 761-778.

99 Farney 2007, p. 197-198.

100 Imag. Ital. 1, p. 132-133 Tuder 2. Voir aussi Rocca 1996, p. 111-116.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Carte de l’Italie centrale (d’après Humbert 1978, Annexes, carte V).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Robinson Baudry et Clément Bur, « Une prosopographie des Italiques à travers les sources littéraires romaines : quels enseignements ? », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité, 133-2 | 2021, 289-305.

Référence électronique

Robinson Baudry et Clément Bur, « Une prosopographie des Italiques à travers les sources littéraires romaines : quels enseignements ? », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En ligne], 133-2 | 2021, mis en ligne le 31 décembre 2021, consulté le 24 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/mefra/12055 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mefra.12055

Haut de page

Auteurs

Robinson Baudry

Université de Nanterre, UMR 7041 ArScAn, équipe ESPRI - r.baudry@parisnanterre.fr

Clément Bur

INU Champollion Albi, EA 4601 PLH-ERASME - clement.bur@univ-jfc.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search