Navigation – Plan du site

AccueilNuméros133-2Italia Picta : Savoirs, contacts ...La question du multilinguisme dan...

Italia Picta : Savoirs, contacts et interconnaissance dans la péninsule italienne (Ve-IIe s. av. n. è.)

La question du multilinguisme dans l’Italie médiorépublicaine : terminologie et formulaires des Tables Eugubines

Emmanuel Dupraz
p. 307-320

Résumés

Le présent article prend en compte deux substantifs attestés comme termes institutionnels à la fois en ombrien dans les Tables Eugubines et en latin à Rome, populus et puplum/poplo « peuple-en-armes » ainsi que tribus et trifu/trifo « tribu (uel sim.) ». Il analyse l’histoire des deux termes et des institutions ainsi désignées dans les deux cités, en mettant en évidence la spécificité de chacune de celles-ci dans le cadre d’une κοινή linguistique antérieure à la conquête romaine où le modèle romain n’est pas l’unique source d’innovation, ni terminologique, ni institutionnelle.

Haut de page

Notes de l’auteur

Cet article est dédié à la mémoire de mon oncle Jean Murard (1920-2016).

Texte intégral

  • 1 Conformément à la convention des études sabelliques, les formes ombriennes en alphabet épichorique (...)

1Pour aborder la question du multilinguisme en Italie du Ve au IIIe siècle avant notre ère, nous souhaitons analyser la terminologie présente dans le texte ombrien1 des Tables Eugubines, en la comparant principalement à celle des sources latines de la même époque. Nous souhaitons montrer qu’il existe une κοινή linguistique à l’échelle de l’Italie centro-méridionale : les variétés officielles des langues différentes employées dans cette aire géographique présentent des points de contact importants ; ceux-ci ne peuvent pas être ramenés à de simples emprunts, par exemple au latin des prêtres et magistrats de la cité de Rome, mais renvoient à une élaboration polycentrique et parallèle.


  • 2 Pour l’histoire des textes gravés sur les Tables Eugubines, en particulier les descriptions du pia (...)

2On appelle Tables Eugubines sept tables de bronze retrouvées à Gubbio (Iguuium), gravées entre la fin du IIIe et la fin du IIe siècle avant notre ère approximativement2, dont le texte contient des descriptions de rituel ainsi que des réglementations valables pour les Frères Atiedii, la confrérie chargée de mettre en œuvre les rituels. Les descriptions ont une visée communicative injonctive : elles sont rédigées fondamentalement à l’impératif futur et elles décrivent les rituels tels que les officiants doivent les exécuter. Les réglementations, quant à elles, prescrivent des actes qui n’appartiennent pas directement aux rituels. Les différents textes peuvent être énumérés comme suit :

  • rituel dit de piaculum : deux versions de la description, la plus courte en I a 1 à I b 9 (alphabet ombrien), la plus longue en VI a 1 à VI b 47 (alphabet latin)
  • rituel dit de lustratio : deux versions de la description, la plus courte en I b 10 à I b 44 (alphabet ombrien), la plus longue en VI b 48 à VII a 54 (alphabet latin)
  • rituel compensatoire (en cas de formule mal prononcée)3 : II a 1 à II a 14 (en alphabet ombrien)
  • rituel dit des huntia : II a 15 à II a 43 (alphabet ombrien)
  • rituel dit des seme: nies: tekuries : II b 1 à II b 29 (alphabet ombrien)
  • rituel de Nouvel An4 : III 1 à IV 33 (alphabet ombrien)
  • réglementations pour la confrérie : V a 1 à V a 13 (alphabet ombrien), V a 14 à V b 7 (alphabet ombrien), V b 8 à V b 18 (alphabet latin), VII b 1 à VII b 4 (alphabet latin).
  • 5 C’est-à-dire en fait à l’apparition de l’écriture elle-même à Iguuium, datée par Maggiani – Nardo (...)

3Les deux versions du piaculum et de la lustratio sont deux adaptations indépendantes d’un même archétype qui contenait déjà la description du piaculum puis celle de la lustratio. Cet archétype (deuxième moitié du IIIe siècle avant notre ère ?) est à son tour issu de la réunion et de l’adaptation de deux textes indépendants plus anciens, l’un relatif au piaculum (début du IIIe siècle avant notre ère ?), l’autre à la lustratio (première moitié du IIIe siècle avant notre ère ?). Comme le prouve le cas particulier du piaculum et de la lustratio où l’existence de deux versions différentes permet des aperçus directs sur la préhistoire des descriptions, les textes gravés sur bronze renvoient à une tradition écrite qui remonte au IIIe siècle avant notre ère5, incessamment reprise et modifiée. Divers éléments de ces descriptions sont probablement issus d’une tradition orale encore plus ancienne.


4La κοινή linguistique que nous souhaitons mettre en évidence apparaît dans deux types différents de phénomènes dont nous souhaitons fournir une illustration à partir des corpus latin et ombrien :

  • il existe des concepts communs, auxquels correspondent des lexèmes précis employés comme termes techniques dans les variétés officielles des deux langues, soit que ces lexèmes soient apparentés ou identiques étymologiquement, soit que chaque langue utilise pour le concept concerné deux lexèmes sans lien étymologique ; symétriquement il existe des cas où des lexèmes apparentés génétiquement sont employés comme termes techniques pour deux concepts nettement différents.
  • au niveau non plus des lexèmes, mais à celui des syntagmes ou même des énoncés complets, il existe des parallélismes nets entre langues différentes, qui s’expliquent par l’existence non seulement d’unités lexicales et concepts rituels ou juridiques, mais aussi de modes de rédaction à une échelle plus vaste, dans une variété de langue partagée par toute l’aire linguistique concernée, employée dans les textes officiels ; ces parallélismes formulaires au niveau de la syntaxe et de la stylistique peuvent mettre en œuvre des lexèmes apparentés ou non apparentés étymologiquement.
  • 6 Nous nous permettons cependant de renvoyer à deux études que nous avons publiées sur des formulair (...)

5La richesse terminologique et stylistique des Tables Eugubines est telle qu’une étude complète de ce texte s’étendrait au-delà des limites d’un simple article. Nous nous limitons ici à un petit nombre d’exemples bien définis destinés à mettre en valeur la précision de la langue officielle en Italie centro-méridionale à l’époque républicaine, et sa diversité dans le cadre d’un ensemble de sociétés en contacts étroits. Notre enquête porte sur des termes techniques liés aux institutions et aux pratiques rituelles. Nous prenons donc en compte à la fois des données qui relèvent de la linguistique historique, pour ce qui est des signifiants et des signifiés, et des éléments qui ressortissent à l’histoire des religions et des institutions, du point de vue du référent. Dans le cadre du présent article, nous nous limitons à des unités lexicales et renonçons à illustrer les éléments qui indiquent une stylistique commune à l’intérieur de la langue officielle partagée. Ces éléments formulaires sont significatifs d’une pratique rédactionnelle commune, mais ils ne sont pas directement liés au fonctionnement des institutions6.


  • 7 Ce point a été bien mis en valeur par exemple par Palmer 1970, p. 41-43, Prosdocimi 19912, p. 479- (...)

6Il existe de nombreux cas dans lesquels l’ombrien et le latin emploient un seul et même terme technique pour désigner une institution identique, au moins à l’origine. Un exemple bien étudié est celui du substantif populus (lat.), puplum/poplo (ombrien), qui désigne dans les deux cités de Rome et d’Iguuium l’ensemble des citoyens en armes, l’armée rangée sous le commandement d’un magistrat7.

  • 8 À propos de la lustratio ombrienne et de ses points de contact avec le lustrum à la fin du census (...)
  • 9 Version courte : I b 10 (quasi-titre, cf. infra), I b 40 (transition, cf. infra). Version longue : (...)

7Dans les Tables Eugubines, puplum/poplo est attesté trente-sept fois. La plupart des attestations se trouvent dans la description du rituel dit de lustratio, lequel présente des correspondances étroites avec le lustrum romain, la cérémonie qui a lieu à la fin du census et réunit les citoyens comme membres de l’armée, sur le Champ de Mars8. C’est le cas de trente-et-un des trente-sept exemples9.

  • 10 Les deux syntagmes coordonnés popler. anferener « populi circumferendi » et ocrer. pihaner « urbis (...)
  • 11 Sur la fonction protectrice d’un rituel de lustratio, qui délimite un espace et fonde l’unité du g (...)

8Une trente-deuxième attestation du lexème, en VI a 18 et 19 dans la version longue du piaculum, fait elle aussi référence à la lustratio dont la description suit : elle contient la formule esisco. esoneir. seueir / popler. anferener. et. ocrer. pihaner « dans tous (?) ces rituels de porter [les victimes] autour du peuple-en-armes et de purifier la ville »10. Cette formule renvoie en effet aux deux rituels successivement décrits, la lustratio citée la première et le piaculum cité en deuxième quoique décrit le premier. La désignation ombrienne du rituel de lustratio est donc métonymique. Elle fait référence à l’un des actes rituels pour renvoyer à l’ensemble de la cérémonie, en l’occurrence le parcours des prêtres accompagnés des futures victimes autour du peuple-en-armes, afin de délimiter un espace protégé par les dieux dans lequel se trouve le peuple-en-armes11. Le rituel de lustratio contient d’autres opérations, notamment des sacrifices, en plus de ce parcours qui donne son nom à l’ensemble.

9La métonymie n’apparaît pas de la même façon, en revanche, dans ce qui constitue le trente-troisième exemple du lexème puplum/poplo. En VII b 3, dans la courte réglementation qui suit le texte de la version longue de la lustratio et qui explicite des mesures à prendre à l’occasion de celle-ci, au-delà du déroulement du rituel proprement dit, la proposition subordonnée appei. arfertur. atiersir. poplom. andersafust « quand l’*adfertor [désignation d’un officiant] Atiedius [membre de la confrérie Atiedia] aura porté [les victimes] autour du peuple-en-armes » ne renvoie pas à l’ensemble de la cérémonie de lustratio, mais bien au moment précis de celle-ci où a lieu la circumambulation autour du peuple-en-armes, comme moment de référence pour la chasse aux vaches qui fait l’objet de la réglementation. Cependant cette subordonnée sert aussi à indiquer explicitement que la réglementation VII b 1 - VII b 4 porte sur la lustratio, dont la circumambulation est décidément un moment décisif. Au total, les deux attestations VI a 19 et VII b 3 montrent que le rituel de lustratio est désigné comme « acte de porter [les victimes] autour du peuple-en-armes », y compris dans d’autres textes que la description de ce rituel proprement dite.

  • 12 Sur les formules de début des descriptions de rituels, qui remplissent une partie des fonctions d’ (...)
  • 13 En revanche, dans les transitions I b 40 et VII a 46, le syntagme puplu: ateřafust/poplo. andirsaf (...)
  • 14 Au total, le syntagme « porter [les victimes] autour de [quelqu’un, ici le peuple-en-armes] » appa (...)

10Cette désignation métonymique est également employée dans le texte de la lustratio lui-même. Dans le premier énoncé de la description de la lustratio, aussi bien dans la version courte que dans la version longue, la subordonnée pune: puplum: aferum: heries (I b 10) / pone. poplo. afero. heries (VI b 48) « quand tu voudras porter [les victimes] autour du peuple-en-armes »12 fait référence à la décision de procéder à la lustratio dans son ensemble. Comme en VI a 19 (et à un moindre degré en VII b 3), la lustratio est désignée de manière métonymique par une formulation qui littéralement13 se rapporte au seul parcours des prêtres et des victimes autour du peuple-en-armes14.

11Les quatre dernières occurrences de puplum/poplo se trouvent dans la description du rituel du piaculum (version courte : I b 2, I b 5 ; version longue : VI b 43, VI b 45). Dans les deux passages parallèles, l’un dans la version courte, l’autre dans la version longue, il s’agit de faire des sacrifices dans l’intérêt du puplum/poplo. Le lien avec la notion de « peuple-en-armes » apparaît nettement pour le premier des deux sacrifices : en I b 2 comme en VI b 43 la divinité honorée est Mars, qui porte en l’occurrence l’épithète obscure de huřie/horse.


12Un point que nous souhaitons mettre en évidence est que puplum/poplo s’emploie toujours pour renvoyer au peuple-en-armes de la cité d’Iguuium, et jamais pour celui des cités et autres entités politiques qui sont citées comme ennemies d’Iguuium.

  • 15 Formule poplom. totar. iiouinar « le peuple-en-armes de la cité d’Iguuium » dans les textes de pri (...)
  • 16 Formule poplom. totar. iiouinar « le peuple-en-armes de la cité d’Iguuium » dans le corps de la de (...)
  • 17 Dans tous les exemples où puplum/poplom est déterminé par le génitif totar. iiouinar, la formule p (...)
  • 18 C’est le cas en VI b 54, VI b 55 et VI b 55. Cf. Dupraz 2012, p. 44-47 et p. 66-67. Il s’agit d’un (...)

13De fait, le lexème puplum/poplo est très souvent déterminé par le syntagme au génitif totar. iiouinar « de la cité d’Iguuium », soit dans des formules de prière qui doivent être prononcées dans l’intérêt du peuple-en-armes d’Iguuium15, soit dans le corps de la description qui inclut ces textes de prière16. Dans ces dernières occurrences le syntagme complet comprenant le génitif totar. iiouinar doit d’ailleurs être interprété comme une formule figée. C’est en fait une citation extraite des prières et appels eux-mêmes, tels qu’ils doivent être prononcés par l’officiant17. En outre, dans les exemples peu nombreux où le génitif totar. iiouinar fait défaut, il se trouve parfois un démonstratif exophorique proximal qui fait référence à « ce peuple-en-armes-ci », celui d’Iguuium18. Les rares exemples qui ne contiennent ni détermination totar. iiouinar ni démonstratif proximal sont précisément ceux où il est fait référence à l’ensemble du rituel de lustratio (I b 10, VI a 19, VI b 48 et aussi VII b 3) ou du moins à la phase de circumambulation (I b 40 et VII a 46), c’est-à-dire qu’ici aussi il est fait référence sans ambiguïté au peuple-en-armes de la cité d’Iguuium.

  • 19 Liste des exemples : VI b 59 et 60, VII a 13, VII a 48.
  • 20 Liste des exemples : VI b 62, VII a 14 et 15, VII a 28, VII a 50.
  • 21 Comme le souligne Prosdocimi 1978a, p. 45, les deux groupes nerus et iouies doivent désigner deux (...)

14Le seul puplum/poplo pris en compte par les Tables Eugubines est donc le « peuple-en-armes » de la cité d’Iguuium elle-même. Ce fait est d’autant plus significatif qu’une liste des ennemis est fournie à plusieurs reprises dans la description du rituel de la lustratio (voir plus bas). Les ennemis sont désignés notamment comme « cités » (lexème totar) et comme « triplicité, tribu » (lexème trifu/trifo, voir plus bas), deux désignations qui sont aussi employées pour la cité d’Iguuium elle-même, mais ils ne le sont jamais comme puplum/poplo. De même, le rituel de lustratio mentionne aussi bien pour les collectivités ennemies19 que pour la cité d’Iguuium20 les subdivisions suivantes : nerus. sihitir. anśihitir. iouies. hostatir. anostatir « les chefs (?) équipés de ceinturons (?) [et] non équipés de ceinturons (?) [et] les jeunes équipés de lances [et] non équipés de lances »21.

  • 22 Le verbe employé pour désigner le lâcher, tursituto, est apparenté étymologiquement au latin terrē (...)
  • 23 Sur le principe similia similibus dans les défixions latines, c’est-à-dire sur le fait que les rit (...)
  • 24 Sur le lâcher des jeunes vaches et sa pertinence dans le rituel cf. Dupraz 2009b, en particulier p (...)

15La décision de réserver puplum/poplo à la communauté d’Iguuium, alors que de nombreuses autres désignations sont employées pour la cité comme pour ses ennemis et pour les composantes de l’une comme pour les composantes des autres, est selon nous un choix délibéré. Ce choix coïncide avec le fait que le rituel de la lustratio comprend un lâcher de jeunes vaches, qui doivent être rattrapées par les citoyens, c’est-à-dire les membres du peuple-en-armes ; les trois premières vaches rattrapées sont ensuite sacrifiées. Le lâcher des vaches22, conformément au principe similia similibus attesté aussi dans les défixions23, décrit de manière métaphorique ce que les officiants attendent du rituel : ils espèrent que les batailles à venir ressembleront à la poursuite de vaches, animaux de sexe féminin, jugés inaptes à la guerre contre l’armée de la cité. Ainsi, il y a un seul puplum/poplo, qui se met en scène comme affronté à des animaux femelles, c’est-à-dire probablement, dans l’esprit des officiants, de manière dénigrante, des femmelettes24.

  • 25 Cf. Valditara 1989, p. 201-224 pour les données latines qui indiquent que populus désigne originel (...)
  • 26 La formule fétiale de déclaration de guerre aux Latins citée par Tite-Live (1, 32, 13), au contrai (...)
  • 27 À cette hypothèse peut tout de même être opposé le fait que les Tables Eugubines mentionnent puplu (...)

16Les Tables Eugubines documentent donc de manière détaillée la notion de puplum/poplo « peuple-en-armes », telle qu’elle est attestée avec emploi du même lexème en latin. Le substantif latin populus a cependant connu une évolution sémantique : le signifié « peuple-en-armes », qui est documenté par exemple par le titre de magister populi, « commandant de l’armée »25, n’est plus le sens courant du latin classique, ni même celui du latin contemporain de la gravure des Tables Eugubines, où populus désigne l’ensemble des citoyens romains26. Il est juste d’ajouter qu’en ombrien à la date de la gravure des Tables Eugubines le lexème puplum/poplo pouvait avoir dans d’autres contextes non documentés un signifié différent de celui qui est attesté dans les Tables, à savoir un signifié plus récent, peut-être plus proche de celui qu’a populus en latin classique - mais il s’agit là d’une simple hypothèse27.


  • 28 Pour l’opposition entre les deux espaces cf. Dupraz 2009b avec bibliographie antérieure.
  • 29 Liste des attestations : I b 16 et 17 (version courte) ; VI b 53 et 54, VI b 58, VI b 59, VII a 11 (...)
  • 30 Il convient cependant de remarquer que le noyau de cette liste remonte nécessairement à une époque (...)

17Au puplum/poplo de la cité d’Iguuium et à la cité d’Iguuium sont opposés dans le rituel de lustratio une série d’ennemis au moins potentiels, décrits comme occupant l’espace extérieur, celui qui ne reçoit pas de protection grâce au rituel, mais qui au contraire est représenté comme destiné à recevoir les coups des divinités invoquées28. Les ennemis sont présentés dans une liste qui est répétée dans plusieurs passages de la description de la lustratio : totam. tarsinatem. trifo. tarsinatem. tuscom. naharcom. iabuscom. nome « la cité de Tadinum, la tribu de Tadinum, le nom étrusque, naharque, iabusque »29. Nous ne souhaitons pas examiner ici l’identification des communautés en question ni la pertinence historique de ce choix d’ennemis30, mais seulement analyser le fonctionnement du lexème trifu/trifo que nous traduisons conventionnellement par « tribu ». Nous cherchons dans la présente section à montrer que l’identité étymologique de trifu/trifo avec le latin tribus, qui nous semble certaine, s’accompagne d’une différence de fonctionnement très importante. Dans le cas de ce lexème, il semble que dans la κοινή centro-italique que nous analysons, les contacts aient été moins étroits, et qu’un même substantif ait reçu des emplois institutionnels nettement différents selon les communautés, en dépit d’une parenté étymologique et sémantique qui devait être encore perceptible en synchronie.

  • 31 Cf. le bilan proposé par Ampolo 1988, p. 170.
  • 32 Cf. Weiss 2007, p. 369-376 et 2010, p. 189-200.

18À Rome la notion de tribus semble avoir désigné originellement les trois subdivisions entre lesquelles étaient répartis initialement les citoyens romains, peut-être sur une base territoriale31. L’étymologie du lexème tribus concorde avec cette notion de triplicité : il est très probable en effet que tribus est un composé dont le premier élément est le numéral *tri- « trois ». La reconstruction la plus récente y voit un composé *tri-dhh1u-32, dont le signifié pouvait être « tripartite thing » ou « result of a tripartite rendering », « third », c’est-à-dire « entité dont la structure est liée à une triplicité ».

  • 33 Cf. Täubler 1930, p. 3-4. Études plus récentes : Momigliano 1969, p. 323-327, Poultney 1959, p. 27 (...)
  • 34 L’argument vaut également pour les deux attestations de trifu/trifo au-delà de la formule renvoyan (...)

19Il est connu d’autre part que le lexème ombrien trifu/trifo n’a pas du tout le même signifié que tribus « tribu » en latin. Deux arguments, depuis l’étude pionnière de Täubler en 193033, ont sans cesse été mis en évidence dans ce sens. Le premier se rapporte à la formule renvoyant aux ennemis dans les deux versions de la lustratio, citée plus haut34. Les deux syntagmes nominaux en asyndète totam. tarsinatem et trifo. tarsinatem renvoient à la cité de Tadinum dans son ensemble. Il est probable que ce n’est pas exactement le même référent qui est visé et que les deux substantifs tuta/totam « cité » et trifu/trifo « tribu » n’ont pas tout à fait le même signifié, mais, sous deux perspectives différentes, les deux syntagmes visent sans aucun doute l’ensemble de la cité.

20Le second argument est tiré de deux passages de Tite-Live (31, 2, 6 et 33, 37, 1), qui font référence au trajet d’une armée parcourant l’Ombrie respectivement en 201 et 196 avant notre ère. Dans les deux passages est traversée une tribum Sapiniam, et, en 31, 2, 6, la formulation de Tite-Live implique que ce groupe nominal correspond à un usage linguistique qui n’est pas le sien (per Vmbriam, qua tribum Sapiniam uocant « au travers de l’Ombrie, par ce qu’on appelle la tribu Sapinia »). L’interprétation courante de ces deux passages est que tribum Sapiniam est l’adaptation en latin, probablement de la part de la source de Tite-Live déjà, d’une désignation indigène. Or l’emploi de tribum Sapiniam comme lieu par où l’on passe implique qu’au moins dans le contexte des deux énoncés liviens c’est un territoire au sens matériel du terme qui est visé. L’interprétation traditionnelle de trifu/trifo en ombrien est donc celle de « territoire d’une cité, au sens matériel ». Si cette interprétation est correcte, alors dans la formule en asyndète totam. tarsinatem. trifo. tarsinatem « la cité de Tadinum, la tribu de Tadinum » le second syntagme nominal envisage la cité comme occupant un territoire précis, un domaine précis dans l’espace.


21L’argumentation pose deux problèmes cependant, qui font qu’elle nous semble devoir être rejetée. D’une part, les deux passages liviens témoignent sans aucun doute d’un usage contextuel de tribum Sapiniam pour renvoyer à un territoire, comme le démontre la sémantique de la prédication, où le syntagme est employé comme lieu par où l’on passe. Mais il peut tout à fait s’agir d’une métonymie occasionnelle. En latin il est possible d’écrire [...] eos plane non solum ex agris, uerum etiam ex ciuitatibus suis profugisse « [...] qu’ils ont sans aucun doute fui non seulement de leurs terres, mais aussi de leurs cités », comme le fait Cicéron (In C. Verrem orationes sex, II, 3, 52, 121). Cependant cīuitās, employé ici contextuellement et par métonymie pour renvoyer à un espace physique, désigne sémantiquement d’une manière générale un groupe d’hommes, l’ensemble des citoyens. En d’autres termes, les passages liviens sont décisifs pour établir la référence contextuelle de tribum Sapiniam, mais ils ne disent rien du sémantisme même de ce syntagme au-delà du contexte où il apparaît chez Tite-Live.

  • 35 Version brève : enumek: etuřstamu: tuta tařinate: trifu: / tařinate: turskum: naharkum: numem: iap (...)
  • 36 Ce point a déjà été mis en évidence par Rix 2000, p. 205-206.
  • 37 À titre d’exemple, voici le texte de VI b 58 à VI b 60 : totam. tarsinatem. trifo. tarsinatem. tus (...)

22D’autre part, la formule qui désigne l’ensemble des ennemis dans les Tables Eugubines est employée dans deux contextes où il s’agit d’expulser tout étranger qui se trouverait au milieu du peuple-en-armes d’Iguuium au début de la lustratio35. Dans la version brève, l’emploi de la formule à l’accusatif comme objet du verbe « expulser » peut être considéré comme une formulation abrégée, indiquant à l’officiant qu’il doit prononcer la formule qui est citée in extenso dans la version longue, au discours direct. Dans celle-ci, la formule désignant les ennemis figure au génitif partitif, et elle détermine pis « qui, quiconque ». En d’autres termes, le substantif trifu/trifo, employé dans une construction partitive, désigne un tout dont il s’agit d’extraire une partie ; or cette partie est un être humain, « quiconque [serait resté parmi le peuple-en-armes d’Iguuium] ». Le tout auquel renvoie trifu/trifo n’est donc pas un territoire, mais un ensemble d’êtres humains dont il est possible d’extraire de manière partitive tout être humain qui serait resté parmi les citoyens d’Iguuium36. De même, dans des textes de prière, l’officiant demande à la divinité de mettre en fuite et d’abattre (VI b 58, VI b 59, VII a 47, VII a 48) ou du moins de nuire (VII a 11, VII a 12) aux ennemis, parmi lesquels est une nouvelle fois citée trifo. tarsinatem37. Les prédicats verbaux à l’impératif futur impliquent que leur objet, parmi lesquels trifo. tarsinatem, est un être humain ou un groupe d’êtres humains. En d’autres termes, trifu/trifo renvoie dans les Tables Eugubines à un groupe d’êtres humains, comme tuta/totam. La différence ne peut pas être celle qui oppose un ensemble de citoyens au territoire de la cité au sens matériel du terme.


  • 38 Pace Coli 1973, p. 852-853 qui indique explicitement qu’à son avis la désignation tribus ou trifu/(...)

23Puisque, sur la base d’une étymologie qui nous semble transparente et qui a une justification encore à date historique dans les trois plus anciennes tribus romaines38, nous admettons que le lexème trifu/trifo suppose un lien étymologique avec la notion de triplicité, il est nécessaire d’expliquer en quoi dans les Tables Eugubines et plus largement en ombrien ce substantif peut faire référence comme tuta/totam à toute une cité comme ensemble d’êtres humains, sans que la notion de triplicité apparaisse explicitement, et aussi quelle différence entre trifu/trifo et tuta/totam justifie l’emploi de la paire asyndétique totam. tarsinatem. trifo. tarsinatem.

  • 39 Pour cette analyse de la tribu ombrienne comme subdivision originellement valable à l’échelle d’un (...)

24L’interprétation la plus courante de l’emploi du lexème trifu/trifo en ombrien pour désigner un référent voisin de « cité », dût-il s’agir d’un « territoire » au sens matériel, est que trifu/trifo indique qu’à une date ancienne l’Ombrie était partagée en trois. Ainsi comprise, la trifu/trifo serait un ancien « tiers » du peuple ombrien, même si à date historique les cités ombriennes sont plus nombreuses que trois, de même que les tribus de l’État romain dès l’époque royale. Ainsi, à l’échelle du peuple ombrien, la trifu/trifo serait originellement une entité territoriale comparable à la tribus romaine à l’échelle de la cité de Rome39.

  • 40 Ce point est souligné à juste titre par Prosdocimi 1978a, p. 41.
  • 41 Cf. Bourdin 2012, p. 352-355.

25Cette interprétation pose des problèmes qui nous paraissent considérables : rien n’indique qu’à une quelconque période les Ombriens aient pu être divisés en trois40 ; au reste l’existence institutionnelle des peuples comme collectivités englobant l’équivalent de plusieurs des cités postérieures, à date ancienne, est très incertaine41.


  • 42 L’interprétation du syntagme ahtisper: eikvasatis « pour les actes des cérémonies [rituelles] » es (...)

26Une autre hypothèse est possible pour expliquer les attestations de tribus ou trifu/trifo relativement à des entités politiques ombriennes, sachant que ces substantifs ne désignent très probablement pas un simple « territoire ». Nous souhaitons ici faire intervenir une donnée jusqu’ici non prise en compte : dans les Tables Eugubines, le lexème trifu/trifo apparaît dans deux contextes, 1) la liste des ennemis (huit occurrences, cf. supra) et 2) une formule renvoyant à la cité d’Iguuium elle-même, attestée dans le rituel de Nouvel An des Tables III et IV. Cette formule, présente une première fois de III 23 à III 25 et une deuxième fois de III 28 à III 30, est composée de deux paires en asyndète qui renvoient aux bénéficiaires médiats du rituel. En voici le texte : fratrusper: / atiieřies: ahtisper: eikvasatis: tutape: iiuvina / trefiper: iiuvina « pour les frères Atiedii, pour les actes des cérémonies, pour la cité d’Iguuium, pour la tribu d’Iguuium ». La première paire renvoie apparemment à la confrérie en charge des rituels décrits dans les Tables Eugubines42, la seconde, à la cité et à la tribu d’Iguuium. Ceci montre déjà que la paire totam - trifo peut s’appliquer à la cité (ennemie) de Tadinum de la même manière qu’à celle d’Iguuium, contrairement à puplum/poplo que les rédacteurs des Tables ont fait le choix d’employer seulement pour la communauté d’Iguuium.

  • 43 Pour l’interprétation d’ukre comme désignation de la « ville » et non de la « citadelle », cf. les (...)
  • 44 Avant même le commencement du rituel, un piaculum a lieu dans le « bois sacré » (III 3), sans dout (...)

27Par ailleurs, il est selon nous significatif que trifu/trifo s’applique à Iguuium seulement dans un texte, celui du rituel de Nouvel An des Tables III et IV. Autant tuta/totam est employé, fréquemment, dans plusieurs descriptions de rituels, à propos d’Iguuium (cf. supra), autant trifu/trifo est limité à ce seul rituel. Or ceci coïncide avec le fait qu’une division en trois apparaît nettement dans la description du rituel de Nouvel An, et uniquement dans celle-ci. Ce rituel commence dans le « lieu de réunion » de la confrérie Atiedia, kumnakle (III 7 et III 8), dont nous savons par le règlement V a 14 à V b 7 qu’il se trouve ukre « en ville » (V a 15 et 16)43. Il continue dans un espace extra-urbain auquel on parvient par un trajet sur la via: mersuva (III 11), désignation d’une « route » (via) ; cet espace est désigné comme arven « champ » (III 11, III 13). La plupart des opérations rituelles sont mises en œuvre ensuite dans un troisième lieu, vuku « bois sacré » (III 20, III 21, III 21)44.

  • 45 Sur cette tripartition à la fois spatiale et juridique à Rome cf. Scheid 1993b, p. 19-20 et Brique (...)

28Dans un pareil contexte, il nous semble pertinent que la cité d’Iguuium soit désignée aussi comme trifu/trifo. La cité de Rome comme collectivité comprend trois espaces qui possèdent chacun un statut juridique et religieux précis, à savoir la ville, délimitée par le pomerium, la « campagne » (ager) comme espace où sont pleinement licites les activités humaines, et l’espace qui appartient uniquement aux divinités, celui des bois sacrés45. Le fait que le rituel de Nouvel An ait lieu successivement en ville, puis dans un « champ » qui renvoie à une catégorie voisine de celle du substantif latin ager, et enfin dans un lucus « bois sacré », indique que les trois catégories juridiques existaient aussi à Iguuium. Selon nous, trifu/trifo désigne la « cité » comme organisme de droit, réunissant les citoyens et leurs dieux et leur assignant chacun leur place et leur rôle dans les trois espaces qu’elle occupe. Encore une fois, nous ne pensons pas que trifu/trifo renvoie à l’espace triple lui-même, mais à « l’entité divisée en trois » qui occupe les trois espaces, à savoir la cité et les dieux auxquels les citoyens sont subordonnés.

  • 46 Le terme tribriçu/tribrisine attesté dans les Tables Eugubines (V a 9, VI a 54) pour désigner une (...)

29Si ces hypothèses sont justes, la notion de trifu/trifo ou tribus < *tri-dhh1u- « entité dont la structure est liée à une triplicité » est un héritage italique commun. Mais ce concept, appliqué secondairement à des entités juridiques, a servi dans chaque collectivité ou dans chaque région à désigner des régimes de droit tout à fait différents. À Rome, il semble que tribus désigne originellement trois subdivisions de la cité. À Iguuium et probablement dans toute l’Ombrie, trifu/trifo semble avoir désigné la cité elle-même comme collectivité occupant trois types d’espaces distingués sur la base de leur statut juridique et religieux. La très nette différence entre l’emploi ombrien et l’emploi latin exclut à notre avis un emprunt récent du substantif, dans un sens ou dans l’autre. Elle indique aussi que l’évolution sémantique dans chacune des deux aires est autonome : elle n’est pas motivée par des contacts avec l’autre région. D’autre part, la possibilité, à partir de données attestées, de trouver une explication dans chacune des deux aires, latine et ombrienne, pour l’emploi du lexème tribus ou trifu/trifo, lequel comporte étymologiquement une forme liée au numéral « trois », renvoie à un terme institutionnel très ancien46, mais aussi très abstrait, susceptible d’applications fort diverses. Ce qui est ancien et hérité est la notion de partage en trois et le lexème qui y renvoie. Mais le choix de désigner par ce substantif soit la totalité comme composée de trois segments, soit chacun de ces segments, et le principe selon lequel les segments sont découpés, sont plus récents : chaque cité (ou région ?) a élaboré sa propre règle de division en trois et son propre signifié institutionnel pour *tri-dhh1u-.


30Le bref exposé qui précède tente d’illustrer, par l’analyse des emplois des deux termes institutionnels puplum/poplo et trifu/trifo, un type de multilinguisme qui a dû exister dans l’Italie centrale médio-républicaine et même dans celle des époques antérieures. Il existe en effet une riche terminologie institutionnelle commune entre les Tables Eugubines et ce que nous savons de la Rome archaïque. La notion de « peuple-en-armes » semble avoir eu un fonctionnement institutionnel identique à Iguuium et à Rome, y compris lors de rituels civiques importants comme la lustratio des Tables Eugubines et la cérémonie de la fin du census à Rome. Le terme choisi pour renvoyer à cette institution est le même dans les deux aires.

31Cette identité étymologique et institutionnelle n’exclut pas des variations dans le déroulement des rituels. Ainsi, le refus d’employer le lexème puplum/poplo pour désigner les peuples ennemis, alors que les désignations des ennemis d’Iguuium sont à bien des égards parallèles stylistiquement et lexicalement à celles des composantes de la cité d’Iguuium, renvoie selon nous à une particularité du rituel, qui est que les ennemis sont par ailleurs représentés métaphoriquement comme des vaches femelles. D’autre part, absolument rien n’indique que le terme institutionnel puplum/poplo soit en ombrien un emprunt à un quelconque modèle latin, ou qu’il présente des traits inspirés de ce modèle (le caractère exceptionnellement riche et précis des Tables Eugubines suffit à expliquer pourquoi leur témoignage est unique en sabellique).


32Un cas légèrement différent et plus intéressant, selon nous, est représenté par le substantif trifu/trifo « tribu ». L’étymologie de ce lexème et du terme institutionnel latin tribus renvoie d’une manière qui nous semble sûre à la notion de « triplicité ». De fait, aussi bien à Iguuium que dans la Rome archaïque, la « tribu » semble un découpage de la cité qui repose sur la notion de triplicité. À Rome, les tribus sont les trois subdivisions de la cité archaïque. À Iguuium, selon nous, il est possible d’identifier d’après le rituel des Tables III et IV une tripartition de la cité, sur un modèle différent. C’est la cité elle-même, comme ensemble formé par les trois composantes concernées, qui est désignée comme trifu/trifo. Les composantes en question sont la ville, l’ager et l’espace des dieux, notamment les bois sacrés. Il s’agit de trois composantes définies par leur statut religieux bien plus que par leur extension territoriale. La trifu/trifo est, pour être précis, l’ensemble formé par la collectivité et par ses dieux, qui occupent conjointement un domaine triple.

33Ce qui est hérité de l’italique commun est un lexème *tri-dhh1u-. Mais il n’est pas hérité comme terme institutionnel doté d’un signifié précis. L’institution ainsi désignée n’est pas la même à Rome et à Iguuium. Le lexème abstrait, qui devait originellement pouvoir désigner toute « entité dont la structure est liée à une triplicité » a secondairement été employé comme terme institutionnel, dans le cadre d’élaborations politiques autonomes à l’intérieur d’une vaste aire géographique où les contacts ne semblent pas, sur ce point, avoir mené à des évolutions parallèles. La cité d’Iguuium (ou les diverses cités ombriennes) et celle de Rome, dans le cadre de ces expériences politiques indépendantes, quoique reliées par des réflexions parfois communes, ont appliqué le vieux substantif abstrait à des réalités institutionnelles bien distinctes, et cela à une date probablement nettement antérieure à la gravure des Tables Eugubines telles que celles-ci sont conservées.


34En Italie centrale, dans la première moitié du Ier millénaire avant notre ère et jusqu’à la conquête romaine et la généralisation des modèles romains, il y a donc probablement des sociétés dont tous les membres ne sont sans doute pas multilingues, mais dont au moins une partie des citoyens connaît d’autres langues et a voyagé dans d’autres collectivités que la leur propre. À l’issue de cette histoire partagée, qui elle-même prolonge les contacts préhistoriques au moins à l’intérieur des populations de langue italique, apparaissent des termes institutionnels et même des traits stylistiques de composition caractéristiques des textes officiels, émis par une autorité publique. Tous ces phénomènes sont issus d’une longue élaboration dans une κοινή qui n’est pas encore structurée autour d’un pôle central.

35En particulier, il nous semble que l’étude de détail du texte des Tables Eugubines est loin d’être achevée, et qu’un examen renouvelé du fonctionnement des rituels ombriens et de la composition des textes qui les décrivent, tel que celui que nous venons d’effectuer à propos de puplum/poplo et de trifu/trifo, serait utile pour préciser encore la nature et la richesse de la κοινή linguistique d’Italie centrale, telle qu’elle est apparue sans doute bien avant la mise en place de la domination romaine.

Haut de page

Bibliographie

Adiego 2001 = I.-J. Adiego, Osco TRÍBUF PLÍFRÍKS, dans Glotta, 77, 2001, p. 1-6.

Ampolo 1988 = C. Ampolo, La Nascita della città, dans A. Momigliano, A. Schiavone (dir.), Storia di Roma, I, Roma in Italia, Turin, 1988, p. 153-180.

Bourdin 2012 = St. Bourdin, Les Peuples de l’Italie préromaine : identités, territoires et relations inter-ethniques en Italie centrale et septentrionale (VIIIe-Ier s. av. J.-C.), Rome, 2012.

Bradley 2000 = G. Bradley, Ancient Umbria. State, culture, and identity in central Italy from the Iron Age to the Augustan era, Oxford, 2000.

Briquel 1993 = D. Briquel, Les voix oraculaires, dans O. de Cazanove, J. Scheid (dir.), Les bois sacrés. Actes du colloque international organisé par le Centre Jean-Bérard et l’École pratique des hautes études (Ve section) - Naples, 23-25 novembre 1989, Naples, 1993, p. 77-90.

Calzecchi-Onesti 1981 = G. Calzecchi-Onesti, Ocr- ed acr- nella toponomastica dell’Italia antica, dans Studi etruschi, 49, 1981, p. 165-189.

Coli 1973 [1964] = U. Coli, L’organizzazione politica dell’Umbria preromana, dans U. Coli, Scritti di diritto romano, 2, Milan, 1973, p. 837-860 [première publication dans Problemi di storia e archeologia dell’Umbria. Atti del primo convegno di studi umbri in Gubbio, 26-31 maggio 1963, Gubbio, 1964, p. 133-159].

Dumézil 19742 = G. Dumézil, La Religion romaine archaïque avec un appendice sur la religion des Étrusques, Paris, 19742.

Dupraz 2009 = E. Dupraz, Expulser l’autre. À propos d’un rituel ombrien (TI VI b 52 à VII a 2), dans Res antiquae, 6, 2009, p. 71-91.

Dupraz 2011 = E. Dupraz, Osservazioni sulla coesione testuale nei rituali umbri: il caso delle Tavole I e II a, dans Alessandria, 5, 2011, p. 49-66.

Dupraz 2012 = E. Dupraz, Sabellian demonstratives. Forms and functions, Boston-Leyde, 2012.

Dupraz 2014 = E. Dupraz, Zur italischen Rechtssprache: über einige juristische Formeln im Umbrischen und im Lateinischen, dans Linguarum uarietas, 3, 2014, p. 73-94.

Dupraz 2015 = E. Dupraz, Scheucht die Tiere weg! Zu einem faliskischen und einem iguvinischen Opfer, dans Würzburger Jahrbücher für die Altertumswissenschaft, Neue Folge, 39, 2015, p. 253-269.

Dupraz 2018 = E. Dupraz, Die zweifache Vogelschau bei der umbrischen lustratio und dem römischen census, dans Würzburger Jahrbücher für die Altertumswissenschaft, Neue Folge, 42, 2018, p. 19-63.

Hadas-Lebel 2015 = J. Hadas-Lebel, Questions de terminologie institutionnelle sabellique : « nation », « peuple », « cité » et « ville » en osque, ombrien et sud-picénien, dans Bulletin de la Société de linguistique de Paris, 110, 1, 2015, p. 237-288.

Imag. Ital. = M.H. Crawford et al. (éd.), Imagines italicae. A corpus of Italic Inscriptions, 3 vol., Londres, 2011.

Kropp 2008 = A. Kropp, Magische Sprachverwendung in vulgärlateinischen Fluchtafeln (defixiones), Tübingen, 2008.

Lemaréchal 1998 = A. Lemaréchal, Études de morphologie en f(x,...), Louvain-Paris, 1998.

Leumann 19775 = M. Leumann, Lateinische Laut- und Formenlehre, Munich, 19775.

Maggiani – Nardo 2014 = A. Maggiani, A. Nardo, Le città umbre e la scrittura, dans Gli Umbri in età preromana. Atti del XXVII Convegno di studi etruschi ed italici - Perugia - Gubbio - Urbino - 27-31 ottobre 2009, Pise-Rome, 2014, p. 391-411.

Matasović 2009 = R. Matasović, Etymological dictionary of Proto-Celtic, Boston-Leyde, 2009.

Meiser 1986 = G. Meiser, Lautgeschichte der umbrischen Sprache, Innsbruck, 1986.

Momigliano 1969 [1933] = A. Momigliano, Tribù umbro-sabelle e tribù romane, dans A. Momigliano, Quarto contributo alla storia degli studi classici e del mondo antico, Rome, 1969, p. 323-327 [première publication dans Bullettino della Commissione archeologica comunale, 60, 1933, p. 228-232].

Palmer 1970 = R. Palmer, The archaic community of the Romans, Cambridge, 1970.

Pighi 1954 = G. B. Pighi, I nomi delle divinità umbre, dans Rivista di filologia e di istruzione classica, 82, 1954, p. 225-261.

Poultney 1959 = J.W. Poultney, The Bronze Tables of Iguvium, Baltimore, 1959.

Prosdocimi 1978a = A.L. Prosdocimi, Il Lessico istituzionale italico. Tra linguistica e storia, dans La Cultura italica. Atti del convegno della Società italiana di glottologia, Pise, 1978, p. 29-74.

Prosdocimi 1978b = A.L. Prosdocimi, L’umbro, dans A. L. Prosdocimi (dir.), Popoli e civiltà dell’Italia antica, 6, Lingue e dialetti, Rome, 1978, p. 585-788.

Prosdocimi 1984 = A.L. Prosdocimi, Le Tavole Iguvine, 1, Florence, 1984.

Prosdocimi 19912 = A.L. Prosdocimi, Le religioni degli Italici, dans Italia omnium terrarum parens. La civiltà degli Enotri, Choni, Ausoni, Sanniti, Lucani, Brettii, Sicani, Siculi, Elimi, Milan, 19912, p. 475-545.

Prosdocimi 2009 = A.L. Prosdocimi, Il ciclo lustrale (TI VIb 48 - VIIa = I b 10 - 45; VIIb) - appunti 1978-2009, dans A. Ancillotti, A. Calderini (dir.), La Città italica. Atti del II Convegno internazionale sugli antichi Umbri - Gubbio, 25-27 settembre 2003, Pérouse, 2009, p. 199-402.

Prosdocimi 2015 = A.L. Prosdocimi, Le Tavole Iguvine, 2, Florence, 2015.

Rey-Debove 19972 = J. Rey-Debove, Le Métalangage. Étude linguistique du discours sur le langage, Paris, 19972.

Rix 1985 = H. Rix, Descrizioni di rituali in etrusco e in italico, dans A. Quattordio Moreschini (dir.), L’etrusco e le lingue dell’Italia antica. Atti del convegno della Società italiana di glottologia - Pisa, 8 e 9 dicembre 1984, Pise, 1985, p. 21-37.

Rix 1995 = H. Rix, Il Latino e l’etrusco, dans Eutopia, 4, 1, 1995, p. 73-88.

Rix 2000 = H. Rix, «Tribù», «stato», «città» e «insediamento» nelle lingue italiche, dans Archivio glottologico italiano, 85, 2, p. 196-231.

RS = M. H. Crawford (éd.), Roman statutes, 2 vol., Londres, 1996.

Rüpke 1990 = J. Rüpke, Domi militiae. Die religiöse Konstruktion des Krieges in Rom, Stuttgart, 1990.

Scheid 1993a = J. Scheid, Lucus, nemus. Qu’est-ce qu’un bois sacré ?, dans O. de Cazanove, J. Scheid (dir.), Les bois sacrés. Actes du colloque international organisé par le Centre Jean-Bérard et l’École pratique des hautes études (Ve section) - Naples, 23-25 novembre 1989, Naples, 1993, p. 77-90.

Scheid 1993b = J. Scheid, Étude d’un cas : le lucus deae Diae à Rome, dans O. de Cazanove, J. Scheid (dir.), Les bois sacrés. Actes du colloque international organisé par le Centre Jean-Bérard et l’École pratique des hautes études (Ve section) - Naples, 23-25 novembre 1989, Naples, 1993, p. 145-157.

Scheid 2005 : J. Scheid, Quand faire c’est croire. Les rites sacrificiels des Romains, Paris, 2005.

Sisani 2001 = S. Sisani, Tuta ikuvina. Sviluppo e ideologia della forma urbana a Gubbio, Rome, 2001.

Sisani 2009 = S. Sisani, Vmbrorum gens antiquissima Italiae. Studi sulla società e le istituzioni dell’Umbria preromana, Pérouse, 2009.

Täubler 1930 = E. Täubler, Die umbrisch-sabellischen und die römischen Tribus, Heidelberg, 1930.

Untermann 2000 = J. Untermann, Wörterbuch des Oskisch-Umbrischen, Heidelberg, 2000.

Valditara 1989 = G. Valditara, Studi sul magister populi, dagli ausiliari militari del rex ai primi magistrati repubblicani, Milan, 1989.

Versnel 1975 = H.S. Versnel, Sacrificium Lustrale: The death of Mettius Fufetius (Livy I, 28), dans Mededelingen van het Nederlands Instituut te Rome, 2, 37, 1975, p. 97-115.

Vetter 1953 = E. Vetter, Handbuch der italischen Dialekte, 1, Texte mit Erklärung, Glossen, Wörterverzeichnis, Heidelberg, 1953.

Vine 2004 = B. Vine, New thoughts on an old curse (Tab. Ig. VIb 60/VIIa 49), dans A. Hyllested et al. (dir.), Per Aspera ad asteriscos. Studia Indogermanica in honorem Jens Elmegård Rasmussen sexagenarii Idibus Martiis anno MMIV, Innsbruck, 2004, p. 615-626.

Watkins 1995 = C. Watkins, How to kill a dragon. Aspects of Indo-European poetics, New York, 1995.

Weiss 2007 = M. Weiss, Cui bono ? The beneficiary phrases of the Third Iguvine Table, dans A. Nussbaum (dir.), Verba docenti. Studies in historical and Indo-European linguistics presented to Jay H. Jasanoff by students, colleagues, and friends, Ann Arbor-New York, 2007, p. 365-378.

Weiss 2010 = M. Weiss, Language and ritual in Sabellic Italy. The ritual complex of the third and fourth Tabulae Iguvinae, Boston-Leyde, 2010.

Haut de page

Notes

1 Conformément à la convention des études sabelliques, les formes ombriennes en alphabet épichorique sont notées en gras, les formes ombriennes en alphabet latin le sont en italiques. Nous n’examinons pas ici la signification des lexèmes dont l’analyse est controversée, lorsque cette signification exacte est sans pertinence pour notre propos.

2 Pour l’histoire des textes gravés sur les Tables Eugubines, en particulier les descriptions du piaculum et de la lustratio, cf. Rix 1985, p. 27-34 et Dupraz 2011, p. 54-65. Pour la datation des Tables, cf. également Prosdocimi 1984, p. 151-161, Maggiani apud Prosdocimi 1984, p. 232-237, Sisani 2001, p. 240-243, ainsi que Maggiani – Nardo 2014, p. 393-404, avec des propositions légèrement divergentes.

3 Pour l’analyse du rituel II a 1 à II a 14 comme compensatoire d’une erreur commise dans l’énonciation d’une formule, cf. Weiss 2010, p. 40-44 et déjà Pighi 1954, p. 244.

4 Pour l’analyse du rituel des tables III et IV comme cérémonie de Nouvel An, cf. Weiss 2010, p. 217-244. Les arguments proposés par Weiss sont d’une valeur inégale. La possibilité d’analyser sans difficulté les trois formes théonymiques puemune, pupřike et vesune comme liées étymologiquement à la notion de cycle et plus précisément d’année est le meilleur d’entre eux. Nous revenons sur cette question dans une monographie sur les Tables Eugubines, à paraître.

5 C’est-à-dire en fait à l’apparition de l’écriture elle-même à Iguuium, datée par Maggiani – Nardo 2014, p. 399-400 de la fin du IVe siècle avant notre ère sur la base des modèles étrusques utilisés dans l’élaboration de l’alphabet local (cette datation est indépendante de celle des versions anciennes du piaculum et de la lustratio, qui repose sur la reconstruction interne ; la coïncidence de datation ne relève pas d’un cercle vicieux herméneutique). Il s’agit là d’un fait fondamental : presque dès son apparition, l’écriture a été utilisée à Iguuium dans des descriptions de rituel mises au point par les Frères Atiedii.

6 Nous nous permettons cependant de renvoyer à deux études que nous avons publiées sur des formulaires employés dans les Tables Eugubines et plus généralement dans les inscriptions sabelliques : ces formulaires présentent des points communs avec des formulaires de la variété de latin employée dans les textes officiels, sans pour autant pouvoir être considérés comme de simples emprunts.

Aussi bien les Tables Eugubines que les textes épigraphiques latins officiels de l’époque républicaine emploient des subordonnées à l’indicatif futur antérieur, introduites en ombrien par ape/ape « lorsque » ou pune/pone « lorsque », en latin par ubi « dès que, lorsque ». Ces subordonnées renvoient à des actions qui ont été prescrites à l’impératif futur dans le contexte antérieur. La subordonnée temporelle elle-même détermine une proposition principale qui est une nouvelle injonction à l’impératif futur. La subordonnée temporelle a la valeur d’une transition entre opérations successives : une fois que telle action, prescrite dans le contexte antécédent, aura été accomplie, alors l’officiant ou le magistrat devra accomplir telle autre action. L’emploi de ce moyen lourd, mais explicite, pour indiquer nettement et sans controverse possible la succession chronologique de deux opérations, est un trait formulaire des Tables Eugubines et du latin officiel d’époque républicaine, qui renvoie plus à une élaboration commune ancienne qu’à un simple emprunt tardif. Cf. Dupraz 2014.

Un trait formulaire tout aussi précis, attesté non seulement en ombrien et en latin mais aussi en osque, est l’accumulation de démonstratifs en tête d’énoncé, rangés dans un ordre précis. Par souci d’éviter toute ambiguïté, les textes officiels des trois langues contiennent en effet de nombreux anaphoriques qui renvoient au contexte antérieur. Lorsque le même énoncé commence par deux démonstratifs anaphoriques successifs, ce qui est un choix fréquent, celui qui a la forme la plus lourde, notamment parce qu’il est employé dans un groupe prépositionnel ou comme adjectif, est employé en deuxième. Voici trois exemples empruntés aux trois langues : izic post eizuc (« celui-ci après ceci ») dans la loi osque de Bantia Imag. Ital., 3, p. 1437-1445 Lucania/BANTIA 1, ligne 29 ; eřek / 33ures: punes « [quant à] celui-ci, de ce pune [liquide sacrificiel] » en IV 32 et 33 dans les Tables Eugubines ; is in ea decuria « celui-ci dans cette décurie » dans la lex Cornelia de XX quaestoribus CIL I2 587, colonne I, ligne 37 = RS, 1, p. 293-300, n° 14, table 8, colonne I, ligne 37. Pour ce mode de composition des énoncés, cf. Dupraz 2012, p. 160, p. 200, p. 210-211 et p. 219-220. Ici non plus rien ne permet de supposer qu’il s’agit d’un formulaire d’origine romaine emprunté en osque et en ombrien. L’élaboration de ce trait stylistique a eu lieu à une date probablement ancienne, sans qu’il soit possible de déterminer exactement comment il s’est diffusé.

7 Ce point a été bien mis en valeur par exemple par Palmer 1970, p. 41-43, Prosdocimi 19912, p. 479-480 et p. 492-493 et Untermann 2000, p. 610-611, qui font la liste des indices textuels indiquant que le rituel ombrien de lustratio implique le "peuple-en-armes" et a une fonction de protection de l’armée de la cité. L’étymologie probable du lexème puplum/poplo concorde avec cette analyse. Cf. Rix 1995, p. 82-83 et Rix 20012, p. 469 (< *pe-pl(h1)l-ó- « groupe de brandisseurs de lances », racine *pelh1- « in Schwung bringen »).

8 À propos de la lustratio ombrienne et de ses points de contact avec le lustrum à la fin du census romain, qui lui aussi concerne les citoyens comme membres de l’armée, cf. Dupraz 2018, avec bibliographie antérieure.

9 Version courte : I b 10 (quasi-titre, cf. infra), I b 40 (transition, cf. infra). Version longue : VI b 48 (quasi-titre, cf. infra), VI b 54, VI b 54, VI b 55 (expulsion des étrangers, cf. infra), VI b 61 (parcours des prêtres et des victimes autour du peuple-en-armes, cf. infra), VII a 3 (premier sacrifice, cf. infra), VII a 6, VII a 9, VII a 10, VII a 14, VII a 15, VII a 16, VII a 17, VII a 18, VII a 21, VII a 24, VII a 26, VII a 27, VII a 27, VII a 29, VII a 30, VII a 31, VII a 32, VII a 35, VII a 37 (deuxième sacrifice, cf. infra), VII a 41 (troisième sacrifice, cf. infra), VII a 46 (transition, cf. infra), VII a 50, VII a 53 (quatrième sacrifice avec lâcher de vaches, cf. infra). Prosdocimi 2009, p. 249 et 2015, p. 291 a montré de manière largement convaincante que le quatrième sacrifice, qui inclut un lâcher de jeunes vaches (voir infra), quoique décrit en quatrième, n’a pas nécessairement lieu après la triade précédemment décrite.

10 Les deux syntagmes coordonnés popler. anferener « populi circumferendi » et ocrer. pihaner « urbis piandae » se composent tous deux d’un gérondif au génitif anferener et pihaner et de l’objet de ce gérondif, avec, comme en latin, accord adjectival du gérondif avec son objet popler et ocrer, lequel prend le cas génitif du gérondif. Le lexème verbal dont anferener « circumferre, porter [quelque chose] autour de [quelque chose] » est le gérondif transformé en adjectif est un composé de « porter » et d’un préverbe *am- « autour ». Il se construit avec un accusatif, qui complète sémantiquement le préverbe et non le verbe *bher-e/o-. L’objet de « porter », qui peut être identifié grâce à la description qui est donnée de l’action, à savoir les victimes animales, n’apparaît pas. Une telle construction dans laquelle l’objet d’un composé est sémantiquement celui du préverbe et non celui du verbe de base (« porter [quelque chose qui n’est pas explicité, à savoir les victimes] autour du peuple-en-armes ») s’appelle un applicatif. Cf. Lemaréchal 1998, p. 187-189. En latin, telle peut par exemple être la construction de circumdare « mettre [quelque chose] autour de [quelque chose] », lorsque l’objet du verbe est sémantiquement celui de circum, c’est-à-dire renvoie à l’entité autour de laquelle un référent est mis.

11 Sur la fonction protectrice d’un rituel de lustratio, qui délimite un espace et fonde l’unité du groupe qui s’y trouve et qui bénéficie de la protection obtenue grâce au rituel, cf. Dumézil 19742, p. 241, Versnel 1975, p. 98-104, Rüpke 1990, p. 144-146 et Scheid 2005, p. 148.

12 Sur les formules de début des descriptions de rituels, qui remplissent une partie des fonctions d’un titre au sens contemporain du terme, cf. Dupraz 2011, p. 50-52 et Dupraz 2014, p. 84. Celle qui se trouve au début de la lustratio renvoie sémantiquement au contenu de l’ensemble du texte qui suit, au moyen d’une métonymie, puisque littéralement la formule renvoie seulement à l’une des opérations prescrites plus loin dans le texte, la circumambulation. Contrairement à un titre au sens contemporain du terme, en revanche, il ne s’agit pas d’un syntagme isolé et figé, car ce quasi-titre est intégré syntaxiquement dans le texte de la description, se trouvant dans une subordonnée au début du texte (contrairement par exemple à Le Rouge et le noir qui apparaît sans connexion syntaxique avec le texte même du roman de Stendhal).

13 En revanche, dans les transitions I b 40 et VII a 46, le syntagme puplu: ateřafust/poplo. andirsafust « quand il aura porté [les victimes] autour du peuple-en-armes » est employé au sens littéral dans une subordonnée qui renvoie bel et bien à l’opération même de porter les victimes autour du peuple-en-armes. Il s’agit d’indiquer ce qui doit être fait après que cette action de « porter autour » aura été accomplie, c’est-à-dire d’introduire à l’intérieur de la description de la lustratio une opération qui suit celle de « porter autour ».

14 Au total, le syntagme « porter [les victimes] autour de [quelqu’un, ici le peuple-en-armes] » apparaît comme désignation métonymique de l’ensemble du rituel aussi bien au début de la description de la lustratio que dans d’autres textes que cette description, pour faire référence à la lustratio. Comme nous l’avons indiqué ci-dessus, il ne s’agit pas d’un titre, dans la mesure où il ne s’agit pas d’un syntagme isolé, figé, détaché du texte auquel il renvoie. Mais, du point de vue sémantique, ce syntagme qui renvoie par métonymie à tout le contenu du texte fonctionne bien comme un titre : Le Rouge et le noir, lui aussi, peut figurer soit immédiatement avant le texte du roman, soit dans n’importe quel contexte étranger au roman, pour faire référence à celui-ci. Cf. la distinction établie par Rey-Debove 19972, p. 273-276 entre un titre contextuel employé immédiatement avant un texte pour désigner celui-ci et un titre non contextuel renvoyant au texte dans n’importe quel contexte linguistique où le texte concerné ne suit plus le titre.

15 Formule poplom. totar. iiouinar « le peuple-en-armes de la cité d’Iguuium » dans les textes de prière de la lustratio (version longue) : VI b 61, VII a 10, VII a 14, VII a 15, VII a 16, VII a 17, VII a 18, VII a 21, VII a 26, VII a 27, VII a 27, VII a 29, VII a 30, VII a 31, VII a 32, VII a 35, VII a 50.

16 Formule poplom. totar. iiouinar « le peuple-en-armes de la cité d’Iguuium » dans le corps de la description de la lustratio (version longue) : VII a 3, VII a 6, VII a 9, VII a 24, VII a 37, VII a 41, VII a 53. De même dans le corps de la description du piaculum : I b 2, I b 5 (version courte) ; VI b 43, VI b 45 (version longue).

17 Dans tous les exemples où puplum/poplom est déterminé par le génitif totar. iiouinar, la formule poplom. totar. iiouinar « le peuple-en-armes de la cité d’Iguuium » est en outre employée en asyndète à totam. iiouinam « [et] la cité d’Iguuium » à l’intérieur d’un seul et même énoncé (version brève du piaculum : I b 2, I b 5 ; version longue du piaculum : VI b 43, VI b 45 ; version longue de la lustratio : VI b 61, VII a 3, VII a 6, VII a 9, VII a 10, VII a 14, VII a 16, VII a 17, VII a 18, VII a 21, VII a 24, VII a 26, VII a 27, VII a 27, VII a 30, VII a 31, VII a 32, VII a 35, VII a 37, VII a 41, VII a 50, VII a 53) ou bien dans un énoncé parallèle syntaxiquement à un autre énoncé qui contient totam. iiouinam (version longue de la lustratio : VII a 15, VII a 29). Sur le lien institutionnel entre poplom. totar. iiouinar et totam. iiouinam, le peuple-en-armes et la cité dont le peuple-en-armes est l’armée, cf. en dernier lieu Valditara 1989, p. 225-232.

Au total, dans les Tables Eugubines, le lexème puplum/poplo apparaît systématiquement dans la formule double poplom. totar. iiouinar « le peuple-en-armes de la cité d’Iguuium » + totam. iiouinam « la cité d’Iguuium », qui indique les bénéficiaires médiats du rituel, sauf dans le contexte de l’expulsion des étrangers (VI b 54, VI b 54 et VI b 55, voir infra) et dans les exemples où figure la formule popler. anferener et ses variantes pour renvoyer à l’ensemble du rituel de lustratio (I b 10, VI a 19, VI b 48 et aussi à un moindre degré VII b 3) ou du moins à la circumambulation autour du peuple-en-armes comme phase décisive de la lustratio (I b 40, VII a 46). Nous ne distinguons pas dans le présent article entre les occurrences où les deux groupes nominaux figurent à l’accusatif, au datif, au génitif ou à l’ablatif régi par -per/-per « dans l’intérêt de ». Nous appelons bénéficiaire médiat du rituel le groupe qui obtient en échange des sacrifices la protection ou le soutien des divinités.

18 C’est le cas en VI b 54, VI b 55 et VI b 55. Cf. Dupraz 2012, p. 44-47 et p. 66-67. Il s’agit d’un passage où les étrangers éventuellement présents lorsque le peuple-en-armes se rassemble pour la lustratio sont chassés et menacés de châtiment s’ils restent parmi le puplum/poplo d’Iguuium. En effet, le peuple-en-armes d’Iguuium, bénéficiaire médiat de la protection divine grâce à l’efficacité du rituel, ne doit pas contenir d’étrangers.

19 Liste des exemples : VI b 59 et 60, VII a 13, VII a 48.

20 Liste des exemples : VI b 62, VII a 14 et 15, VII a 28, VII a 50.

21 Comme le souligne Prosdocimi 1978a, p. 45, les deux groupes nerus et iouies doivent désigner deux classes opposées de citoyens-soldats en paire asyndétique, dont le regroupement forme la totalité de l’armée. Les deux épithètes employées pour chacun des deux groupes doivent opposer les nerus en armes (« équipés de ceinturons (?) ») aux nerus non mobilisés (« non équipés de ceinturons (?) »), et de même les iouies en armes (« équipés de lances ») aux iouies non mobilisés (« non équipés de lances »). Les deux substantifs nerus et iouies désignent les deux moitiés complémentaires du peuple-en-armes, et les deux paires d’adjectifs sihitir. anśihitir et hostatir. anostatir désignent les deux états opposés décrits en latin comme domi militiaeque, c’est-à-dire l’ensemble du temps civique. De la même façon, lors de la convocation de l’armée centuriate à Rome à la fin du census, sont convoqués les citoyens armatos priuatosque « soldats et civils » (Varron, De Lingua Latina, VI, 86). Sur la cérémonie de fin du census romain comme parallèle à la lustratio ombrienne et réunissant elle aussi le peuple-en-armes de la cité de Rome, cf. Dupraz 2018. Sur l’emploi de formules binaires ou mérismes réunissant les deux moitiés d’une totalité, comme trait de la langue poétique indo-européenne, et plus tard des variétés recherchées des langues indo-européennes anciennes attestées, cf. Watkins 1995, p. 41-49.

22 Le verbe employé pour désigner le lâcher, tursituto, est apparenté étymologiquement au latin terrēre « terrifier » et au théonyme ombrien tursa « Terrifiante », qui est le nom d’une des divinités de la guerre auxquelles sont destinés les sacrifices effectués lors de la lustratio. Cf. Untermann 2000, p. 775-777. Le lâcher, littéralement le « terrifier », des vaches est bien l’analogon d’une opération militaire.

23 Sur le principe similia similibus dans les défixions latines, c’est-à-dire sur le fait que les rituels de défixion, comme le rituel ombrien de lustratio, mettent en scène un analogon de ce que les officiants espèrent voir devenir réalité grâce à l’efficacité du rituel, cf. Kropp 2008, p. 86-92.

24 Sur le lâcher des jeunes vaches et sa pertinence dans le rituel cf. Dupraz 2009b, en particulier p. 89, et Dupraz 2015, p. 262-264.

25 Cf. Valditara 1989, p. 201-224 pour les données latines qui indiquent que populus désigne originellement l’armée des citoyens, plus précisément l’infanterie, et que magister populi est le titre d’un commandant de l’armée des citoyens et plus précisément de l’infanterie. Plus anciennement, cf. Coli 1973, p. 851-852.

26 La formule fétiale de déclaration de guerre aux Latins citée par Tite-Live (1, 32, 13), au contraire, oppose explicitement les populi Priscorum Latinorum hominesque Prisci Latini « peuples-en-armes des Anciens Latins et individus [qui font partie des] Anciens Latins » au populum Romanum Quiritium « peuple-en-armes romain des Quirites ». Il est probable que populus a ici le sens de « peuple-en-armes » ou plus précisément d’« infanterie ». Cf. Valditara 1989, p. 209-210. La formule romaine se distingue donc des formules de lustratio employées à Iguuium, en ce qu’elle reconnaît l’existence d’armées régulières (populi) chez les ennemis.

27 À cette hypothèse peut tout de même être opposé le fait que les Tables Eugubines mentionnent puplum/poplo comme bénéficiaire médiat du rituel presque uniquement à l’occasion de la lustratio (et aussi en I b 2 et I b 5, en VI b 43 et VI b 45 dans le cadre du piaculum, comme nous l’avons signalé). Le bénéficiaire médiat attesté dans le plus grand nombre de rituels est la tuta/totam d’Iguuium, attestée comme telle dans le piaculum (version courte : I a 5, I a 8, I a 12, I a 15, I a 19, I a 21, I a 25, I a 29, I a 31 et 32, I b 2, I b 5 ; version longue : VI a 5, VI a 18, VI a 23, VI a 24, VI a 25, VI a 29, VI a 30, VI a 31, VI a 31, VI a 32, VI a 33, VI a 34, VI a 35, VI a 39, VI a 39, VI a 40, VI a 41, VI a 41, VI a 42, VI a 43, VI a 45, VI a 49, VI a 49, VI a 50, VI a 51, VI a 52, VI a 53, VI a 53, VI a 55, VI a 58, VI b 1, VI b 3, VI b 6, VI b 7, VI b 7, VI b 9, VI b 10, VI b 11, VI b 12, VI b 13, VI b 14, VI b 15, VI b 19, VI b 22, VI b 26, VI b 26, VI b 28, VI b 31, VI b 32, VI b 32, VI b 33, VI b 34, VI b 34, VI b 35, VI b 43, VI b 45), dans le rituel des tables III et IV (III 24, III 29 et 30) et dans la lustratio elle-même (version courte : I b 13 ; version longue : VI b 51, VI b 62, VII a 3, VII a 6 et 7, VII a 9, VII a 10, VII a 14, VII a 16, VII a 16, VII a 18, VII a 19, VII a 21 et 22, VII a 24, VII a 26, VII a 27 et 28, VII a 29, VII a 30, VII a 31, VII a 32, VII a 35, VII a 37, VII a 41, VII a 50, VII a 53 - dans la plupart de ces exemples, puplum/poplo apparaît conjoint à tuta/totam, comme nous l’avons indiqué). À Rome, à l’époque républicaine, c’est le populus Romanus qui est le bénéficiaire médiat le plus courant dans les rituels de la cité, comme le soulignent à juste titre Coli 1958, p. 69 et Hadas-Lebel 2015, p. 248-249. Ainsi, il semble que tuta/totam a des emplois comparables à une partie de ceux de populus en latin à l’époque républicaine. Par voie de conséquence puplum/poplo, soumis contrairement à populus à la concurrence de tuta/totam, n’a certainement pas élargi son signifié autant que populus.

En revanche l’emploi au locatif tote « dans la cité » dans une proposition qui fait référence à des fautes rituelles commises (VI a 26, VI a 36, VI a 46, VI b 29) nous paraît plus proche de ce qui est attesté pour le latin cīuitās « cité » que pour populus « peuple ». Les deux lexèmes tuta/totam et cīuitās, contrairement à populus, tout en désignant des groupes d’êtres humains, s’emploient aussi métonymiquement pour désigner l’espace occupé par ceux-ci. Au total, l’institution désignée par tuta/totam partage une partie des propriétés distributionnelles, c’est-à-dire une partie des contextes d’emploi de populus et une partie de ceux de cīuitās tels que ces deux lexèmes sont employés en latin républicain.

28 Pour l’opposition entre les deux espaces cf. Dupraz 2009b avec bibliographie antérieure.

29 Liste des attestations : I b 16 et 17 (version courte) ; VI b 53 et 54, VI b 58, VI b 59, VII a 11 et 12, VII a 12, VII a 47, VII a 47 et 48 (version longue).

30 Il convient cependant de remarquer que le noyau de cette liste remonte nécessairement à une époque antérieure à la mise en place de la domination romaine, donc au plus tard au IIIe siècle avant notre ère. Même si la liste a pu être remaniée, ce que nous n’examinons pas ici, les références aux Étrusques et à la cité ombrienne de Tadinum sont explicables avant que la domination romaine ne mette fin à tout conflit possible avec ceux-ci, mais deviennent des reliques figées après que Rome a imposé son ordre à la région. Ce point est souligné à juste titre par Valditara 1989, p. 232.

31 Cf. le bilan proposé par Ampolo 1988, p. 170.

32 Cf. Weiss 2007, p. 369-376 et 2010, p. 189-200.

33 Cf. Täubler 1930, p. 3-4. Études plus récentes : Momigliano 1969, p. 323-327, Poultney 1959, p. 274, Coli 1973, p. 852-853, Prosdocimi 1978a, p. 39-44 et 1978b, p. 624-625, Ampolo 1988, p. 170-172, Bradley 2000, p. 181-182, Sisani 2009, p. 132-133, Bourdin 2012, p. 368 et p. 396-397.

34 L’argument vaut également pour les deux attestations de trifu/trifo au-delà de la formule renvoyant aux ennemis, que nous examinons infra.

35 Version brève : enumek: etuřstamu: tuta tařinate: trifu: / tařinate: turskum: naharkum: numem: iapuzkum: numem « Alors expulse la cité de Tadinum, la tribu de Tadinum, le nom étrusque, naharque, le nom iabusque » (I b 16 et 17). Version longue : eso. eturstahmu. pis est. totar / tarsinater. trifor. tarsinater. tuscer. naharcer. iabuscer. nomner. eetu. ehesu. poplu « Qu’il [l’officiant] expulse ainsi [les étrangers] : ‘qui est de la cité de Tadinum, de la tribu de Tadinum, du nom étrusque, naharque, iabusque, qu’il s’en aille hors de ce peuple-en-armes-ci’ » (VI b 53 et 54).

36 Ce point a déjà été mis en évidence par Rix 2000, p. 205-206.

37 À titre d’exemple, voici le texte de VI b 58 à VI b 60 : totam. tarsinatem. trifo. tarsinatem. tuscom. naharcom. iabuscom. nome / totar. tarsinater. trifor. tarsinater. tuscer. naharcer. iabuscer. nomner. nerf. śihitu. anśihitu. iouie. hostatu / anhostatu. tursitu. tremitu hondu. holtu. ninctu. nepitu. sonitu. sauitu. preplotatu. preuilatu « [...] la cité de Tadinum, la tribu de Tadinum, le nom étrusque, naharque, iabusque, de la cité de Tadinum, de la tribu de Tadinum, du nom étrusque, naharque, iabusque, les chefs (?) équipés de ceinturons (?) [et] non équipés de ceinturons (?) [et] les jeunes équipés de lances [et] non équipés de lances, terrifie[-les], effraye[-les], balaye[-les] (?), fauche[-les] (?), assaille[-les] (?), tue[-les] (?), frappe[-les], blesse[-les], foule[-les] aux pieds, couvre[-les] de liens. » Nous suivons les interprétations proposées par Vine 2004, p. 620-625 et par Dupraz 2009b, p. 74-75. Si le détail est parfois incertain, l’interprétation d’ensemble comme prière destinée à causer des dommages à des êtres humains est sûre.

38 Pace Coli 1973, p. 852-853 qui indique explicitement qu’à son avis la désignation tribus ou trifu/trifo n’est pas liée étymologiquement au nombre trois. Le rapprochement qu’il propose avec la base *treb- « settlement », attestée en celtique et aussi en italique, est cependant à rejeter, car -f-/-f- ombrien ne peut s’expliquer à partir d’une sonore simple. Pour la base *treb- en italique et en celtique cf. Matasović 2009, p. 388-389 et Untermann 2000, p. 759-763. Pour les origines d’-f-/-f- en ombrien cf. Meiser 1986, p. 73-78.

Poccetti 2002-2003, p. 311-313, pour sa part, considère à juste titre qu’à Gubbio le signifié de trifu/trifo n’est pas explicitement lié à la notion de triplicité. Il met aussi en doute, ce qui nous semble arbitraire, l’existence de trois « tribus » initiales à Rome. Au total, il conclut que l’étymologie est fort incertaine et ajoute que le lexème ombrien peut être soit emprunté au latin soit du moins influencé par le modèle latin ou bien dans sa forme ou bien dans son contenu. Cette dernière hypothèse nous paraît contradictoire avec la remarque proposée par Poccetti lui-même qu’il y a un écart entre le signifié ombrien de trifu/trifo et celui du substantif latin tribus. Il n’est pas du tout probable que l’institution et le lexème ombrien doivent quelque chose à un modèle latin. D’autre part la possibilité d’expliquer étymologiquement trifu/trifo et tribus à partir de la notion de triplicité, laquelle est par ailleurs nettement attestée pour le fonctionnement de tribus dans la Rome archaïque, rend sûre à nos yeux l’étymologie proposée par Weiss.

Nous n’examinons pas dans le présent article les problèmes posés par le terme institutionnel latin tribūnus « tribun » et osque tríbuf « tribun (?) » (sur cette question, voir l’article de Th. Lanfranchi dans ce même volume, infra). Même s’il s’agissait en latin, en osque ou dans les deux langues originellement d’un dérivé de tribus ou de son correspondant osque, ce qui n’est pas du tout certain surtout pour l’osque, il ne s’ensuit pas que ce dérivé donne des informations directes sur le sémantisme du terme de base tribus, car le dérivé a pu évoluer sémantiquement de manière indépendante de tribus. Pour reconstituer l’histoire de tribus et trifu/trifo nous nous fions seulement à l’étymologie et au fonctionnement attesté de tribus dans la Rome la plus ancienne. À propos de tribūnus « tribun » et osque tríbuf « tribun (?) » cf. Adiego 2001 et Poccetti 2002-2003.

39 Pour cette analyse de la tribu ombrienne comme subdivision originellement valable à l’échelle d’un peuple englobant plusieurs des cités ultérieures, cf. Täubler 1930, p. 16, Momigliano 1969, p. 324 (qui considère que la tribu romaine, comme institution, est d’origine étrusque et qu’à Rome la désignation héritée de tribus a servi secondairement à désigner une circonscription étrusque), Poultney 1959, p. 274 (avec de vives réserves), Ampolo 1988, p. 171, Rix 2000, p. 205-206. De nombreux autres auteurs ne prennent pas en compte l’étymologie de tribus et trifu/trifo et n’examinent pas le sémantisme de ce lexème au-delà du signifié de « territoire » qu’ils acceptent pour lui : cf. Prosdocimi 1978a, p. 39-44 et 1978b, p. 624-625, Bradley 2000, p. 181-182, Sisani 2009, p. 132-133, Bourdin 2012, p. 368 et p. 396-397.

40 Ce point est souligné à juste titre par Prosdocimi 1978a, p. 41.

41 Cf. Bourdin 2012, p. 352-355.

42 L’interprétation du syntagme ahtisper: eikvasatis « pour les actes des cérémonies [rituelles] » est controversée. Cf. en dernier lieu Weiss 2007, p. 366-369 et 2010, p. 183-189 ainsi que Dupraz 2015, p. 82.

43 Pour l’interprétation d’ukre comme désignation de la « ville » et non de la « citadelle », cf. les remarques décisives de Calzecchi-Onesti 1981, p. 172, 186 et 189 ainsi que de Rix 2000, p. 224-228. La signification de kumnakle comme « lieu de réunion » et non comme « assemblée » est soulignée par Vetter 1953, p. 207, 221 et 392, Poultney 1959, p. 202, Prosdocimi 1978b, p. 725 et p. 771 et Untermann 2000, p. 415. Le lexème est attesté trois fois, toujours au locatif, ce qui renvoie en soi plutôt à un nom de lieu qu’à un nom de procès. D’autre part, ce substantif présente le suffixe *-klo-, qui, au moins en latin, sert à constituer surtout des désignations d’instruments ou de lieux. Cf. Leumann 19775, p. 312-314.

44 Avant même le commencement du rituel, un piaculum a lieu dans le « bois sacré » (III 3), sans doute destiné à régulariser préventivement le manquement que constitue l’entrée des officiants dans le bois sacré pour effectuer le rituel. Sur cette catégorie de piacula liés spécifiquement aux luci, dans la pratique cultuelle romaine, cf. Scheid 1993a, p. 148-150. Ce piaculum ne s’explique que si vuku désigne bien un « bois sacré » < *lowko- et non un « temple » < « demeure », *woyko-. Phonétiquement, les deux analyses de vuku seraient possibles. Cf. Untermann 2000, p. 439-440 avec bibliographie antérieure.

45 Sur cette tripartition à la fois spatiale et juridique à Rome cf. Scheid 1993b, p. 19-20 et Briquel 1993, p. 88-90.

46 Le terme tribriçu/tribrisine attesté dans les Tables Eugubines (V a 9, VI a 54) pour désigner une "triade" de sacrifices ou de victimes est probablement une formation plus récente, quelle qu’en soit l’étymologie exacte (composé *tri-plek-iyōn- ?). À ce sujet cf. Untermann 2000, p. 763-764 et Weiss 2010, p. 116-117.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuel Dupraz, « La question du multilinguisme dans l’Italie médiorépublicaine : terminologie et formulaires des Tables Eugubines », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité, 133-2 | 2021, 307-320.

Référence électronique

Emmanuel Dupraz, « La question du multilinguisme dans l’Italie médiorépublicaine : terminologie et formulaires des Tables Eugubines », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En ligne], 133-2 | 2021, mis en ligne le 31 décembre 2021, consulté le 25 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/mefra/12104 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mefra.12104

Haut de page

Auteur

Emmanuel Dupraz

Université libre de Bruxelles et École pratique des hautes études (Université Paris Sciences et Lettres, PSL) - Emmanuel.Dupraz@ulb.be

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search