Navigation – Plan du site

AccueilNuméros133-2Italia Picta : Savoirs, contacts ...Les territoires des possibles

Italia Picta : Savoirs, contacts et interconnaissance dans la péninsule italienne (Ve-IIe s. av. n. è.)

Les territoires des possibles

Savoirs romains et processus coloniaux dans la péninsule italienne à l’époque républicaine
Audrey Bertrand
p. 361-379

Résumés

L’article cherche à identifier ce que l’État romain savait des différents territoires où il envoya des colons entre le IVe s. et le début du IIe s. en Italie, sans s’interdire d’intégrer à la réflexion des exemples antérieurs. Ouvrant l’argumentation, l’étude de la colonia latina d’Alba Fucens en 303 permet d’interroger le degré de familiarité de Rome avec le territoire des Èques qui avaient à maintes reprises affronté l’Vrbs depuis deux siècles. Il se prolonge dans l’analyse sur le temps long des réactions de la plèbe face aux projets coloniaux et plus spécifiquement de la place des débats relatifs à la méconnaissance ou l’éloignement des zones concernées. Enfin, le faible développement de plusieurs sites coloniaux – tel que documenté par l’archéologie – permet de questionner la connaissance que le Sénat avait des territoires colonisés et plus largement les modes d’acquisition et d’exploitation par l’État romain des savoirs potentiellement à sa disposition.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ainsi, Sheldon 2009, 74. Pfeilschifter 2006 présente une vision plus nuancée : l’historien estime (...)
  • 2 Parmi de nombreux éléments qui permettent de lire les colonies comme des interfaces entre Rome et (...)
  • 3 Voir infra la présentation du cas d’Alba Fucens.
  • 4 La colonie d’Ariminum, fondée à la limite septentrionale de l’ager Gallicus en 268, se positionne (...)
  • 5 Cic., Sur la loi agraire, 2, 73.

1La colonisation romaine a-t-elle été un instrument à disposition des Romains pour mieux connaître la péninsule italienne ? La question a déjà été posée, en lien avec des interrogations sur les objectifs stratégiques des nombreuses fondations coloniales à mettre au crédit de Rome, pendant et après la conquête de l’Italie. La dimension de contrôle, de surveillance, associée à toute fondation coloniale ou presque, qu’il s’agisse des coloniae ciuium romanorum ou des coloniae Latinae, implique que les colonies aient aussi pu être utilisées comme des centres de renseignement par le Sénat romain1. En outre, par leur implantation géographique, les colonies ne pouvaient fonctionner autrement que comme des lieux de mise en contact entre les citoyens romains qui avaient quitté Rome et les populations indigènes de la péninsule2. Ce rôle pionnier des colonies apparaît d’autant plus marqué que les sources littéraires présentent des séquences chronologiques suggestives, où les colonies apparaissent comme les instruments de la prise en main d’un territoire conquis et se caractérisent par leur quasi contemporanéité de la fin des opérations militaires3. Une fois les armes déposées, voire avant même qu’elles le soient tout à fait, l’envoi de colons par le Sénat romain ouvre la voie à une exploration du territoire vaincu, à sa soumission, et offre pour l’avenir une base-arrière pour la conquête de nouvelles régions4. On retrouve ici un aspect de la colonisation bien connu, dont Cicéron a assuré la popularité par sa formule célèbre : les colonies sont les propugnacula imperii, des « défenses avancées de la domination romaine »5.

  • 6 Par exemple Liv., 39, 55, 7 à propos des fondations de Mutina et Parma.

2On s’est en revanche moins intéressé à ce que Rome connaissait des territoires où elle décidait d’envoyer des colons. De quels types de savoirs – géographiques, politiques, militaires, sociaux – disposait-elle lorsqu’elle entreprenait la fondation d’une colonie dans une région à peine conquise, parfois distante de plusieurs centaines de kilomètres de l’Vrbs ? Les sources littéraires offrent le plus souvent un aperçu très condensé du processus colonial où sont au mieux signalés le nom de la colonie, le nombre de colons destinés à la rejoindre, la surface des lots qu’ils recevraient et le nom des triumvirs fondateurs6. Très rarement apparaissent d’autres indications, relatives, par exemple, aux motivations de la déduction coloniale, aux caractéristiques de sa localisation, ou encore aux réactions que le processus pouvait susciter tant au sein de la population romaine que chez les ennemis vaincus. La concision des auteurs antiques cache ainsi ce qui devait rendre singulière chaque aventure coloniale : la découverte d’un territoire spécifique, l’entrée en contact avec un nouveau peuple, l’adaptation à un milieu différent, aux ressources potentielles qu’il offrait, et la nécessité de composer avec tout cela pour faire vivre la colonie. Quelle part d’inconnu devaient accepter les fondateurs et les colons ? Peut-on déterminer le degré de familiarité que Rome avait avec les territoires qu’elle destinait à accueillir des colonies ? Les réponses à ces questions nous restent en grande partie inaccessibles et il faudra donc, plus modestement, s’interroger sur les moyens par lesquels Rome était susceptible d’entrer en possession d’informations en amont des déductions. L’enquête procédera en plusieurs étapes. Envisagé pour ouvrir la réflexion sur la familiarité des Romains avec les territoires concernés par les déductions coloniales, l’exemple d’Alba Fucens incite à élargir le panorama aux conditions générales dans lesquelles se déroulait le processus colonial à Rome et aux informations à disposition des citoyens invités à quitter Rome pour des contrées plus ou moins lointaines. L’examen des devenirs coloniaux, parfois marqués par l’atonie des établissements fondés, permettra en outre de s’interroger plus largement sur les moyens qu’avait Rome de connaître ce qu’elle n’avait pas encore conquis.

L’aventure coloniale : premiers contacts ?

  • 7 Nous renvoyons à la fig. 1 en fin d’article pour la localisation des différents sites mentionnés t (...)
  • 8 Liv., 10, 1 et Vell., 1, 14. Sur les problèmes de datation de la fondation, voir Liberatore 2004, (...)
  • 9 Liv., 6, 2, 14 et 6, 4, 8 ; Plu., Cam., 33, 1 et 35, 1 ; D.S., 14, 117, 4.
  • 10 Liv., 9, 45, 5-18. D.S, 20, 101, 5.
  • 11 P. Sempronius P.f C.n. Sophus an. CDXLIX co(n)s(ul) [[L]] de Aequeis VII k Oct. ann. CDXLIX, Inscr (...)
  • 12 Coarelli 1988, p. 42.
  • 13 Liv., 10, 1, 7-9.
  • 14 Respectivement, Liv., 10, 1, 7-9 et Liv., 10, 9, 7.
  • 15 Liv., 10, 13, 1.

3Le récit annalistique offre de nombreux épisodes marqués par la précocité de l’installation des colons dans une zone de conquête, qui transmettent l’impression nette que les colonies sont fondées dans des espaces encore inexplorés et largement inconnus des Romains7. La colonisation d’un territoire suit souvent très rapidement les opérations militaires et les colonies se présentent ainsi comme le premier contact durable que Rome établit avec une zone à peine sortie des affrontements armés. Plus encore, la fondation coloniale n’attend souvent pas la pacification complète et se lit comme un geste immédiat et nécessaire pour tenir ce qui n’est en réalité encore guère acquis. C’est parfois une quasi-contemporanéité que suggèrent les auteurs. Le cas d’Alba Fucens, colonie latine fondée sur le territoire des Èques en 303 en est une illustration8. Selon Tite-Live, c’est après une longue période de paix que les Romains décidèrent la reprise des hostilités contre ce peuple. Depuis la guerre romano-èque de 389-3889, aucun affrontement ne les avait plus opposés. Néanmoins, convaincus que les Èques avaient apporté leur soutien militaire aux Samnites durant la deuxième guerre samnite, les Romains s’engagent dès 304 dans la soumission de leur territoire. La campagne dure cinquante jours et se solde par la destruction de trente-et-un oppida ainsi que par le massacre d’une grande partie de la population10. Le consul P. Sempronius triomphe la même année de Aequeis11. Si l’historiographie a remis en cause la chronologie livienne traditionnelle et proposé de placer en 308 la décision romaine d’attaquer les Èques et en 307 celle de fonder Alba Fucens, l’enchaînement événementiel ne change pas : les opérations militaires à peine terminées – au cours de l’année 308 – l’année suivante est consacrée d’une part à la fondation de la colonie et d’autre part à la construction de la uia Valeria qui doit traverser les Apennins pour rejoindre la côte adriatique12. La révolte des indigènes en 302, qui s’en prennent directement à la nouvelle colonie et sont repoussés par les habitants eux-mêmes, renforce l’impression générale : la fondation s’est faite dans un contexte hostile et peu pacifié et, selon l’expression de Tite-Live, Alba Fucens se dresse comme une citadelle (arx) face aux ennemis13. La pacification complète de la zone requiert d’ailleurs encore deux interventions romaines, celle du dictateur C. Iunius Bubulcus en 302 et celle de M. Valerius Corvus en 30014. À la différence de Carseoli fondée en 29815, et qui ne se trouve qu’à une trentaine de kilomètres à vol d’oiseau à l’ouest de celle-ci, Alba Fucens semble bien avoir offert le premier point d’appui à la possibilité de l’exploration et de la connaissance de zones qui entraient sous domination romaine.

  • 16 CIL VI, 1302. Également, Liv., 2, 32, 5 et D.H., 2, 72, 2. Voir Saulnier 1980, p. 175-176 pour la (...)
  • 17 Str., 5, 3, 4.
  • 18 Liv., 9, 45, 5.
  • 19 Sur les rapports romano-èques aux Ve et IVe s., voir en dernier lieu Firpo 2004. Il convient de ne (...)
  • 20 Le territoire èque s’étendrait de la vallée de l’Aniene au sud-ouest, à la vallée du Salto au nord (...)
  • 21 Liv., 2, 43, 2 ; 3, 2, 6 ; 3, 23, 4-7 ; 3, 25, 6-9 ; 3, 28, 10 ; 3, 30, 1-3 ; 3, 30, 8 ; 3, 42, 5  (...)
  • 22 Par exemple : Liv., 2, 48, 4 ; 2, 60, 1-2 ; 3, 3, 10 ; 3, 25, 6-9 ; 4, 55, 8 ; 5, 28, 6 ; 6, 4, 7- (...)
  • 23 Bien que Tite-Live présente la situation comme exceptionnelle, c’est le cas en 475 lorsque Latins (...)

4Cette déduction coloniale ne constitue certes pas le premier contact de l’Vrbs avec les Èques, loin s’en faut, mais la longue histoire des relations romano-èques ne vient pas remettre en cause ce qu’a pu être le rôle d’Alba Fucens dans la possibilité offerte aux Romains de connaître cette portion des Apennins. La tradition attribuait à un roi èque, Ferter Resius, la transmission aux Romains du ius fetiale16 ; Tarquin l’Ancien était censé avoir détruit leurs cités17. Au-delà de ces mentions peu exploitables, de nombreux épisodes postérieurs témoignent de contacts répétés entre Rome et les Èques, qualifiés par Tite-Live de « ueteres hostes »18. Le Ve siècle est marqué par un conflit permanent entre Èques et Volsques d’un côté et Rome de l’autre, qui se traduit par de multiples raids ou pillages des deux peuples sur la campagne latine, qu’aucune victoire romano-latine ne parvient à faire cesser définitivement avant 38919. L’annalistique rapporte les réponses militaires ponctuelles des Romains et les interventions répétées opérées dans le territoire èque, même si aucune n’aboutit à la conquête proprement dite de celui-ci. Ces multiples incursions romaines en territoire èque peuvent-elles être envisagées comme ayant été le terreau d’une familiarité croissante avec celui-ci ? Il est probable qu’alors le contact des Romains avec le territoire èque se soit limité aux franges occidentales de celui-ci, qui confinaient avec les cités de Tusculum et de Praeneste. Le cœur de la région occupée par le peuple èque ne semble en effet jamais avoir été atteint par les Romains à cette époque20 ; la répétition des raids, année après année ou presque, est un premier indice que les armées de l’Vrbs ne détruisirent jamais les bases-arrières èques et que leur pénétration en territoire ennemi ne dépassa pas les monts Simbruins. Un examen des mentions faites par Tite-Live des conflits romano-èques depuis le début du Ve s. le confirme ; les seuls toponymes précis fournis par l’historien dessinent une zone restreinte à une région située au pied et à l’ouest des monts Praenestini et des monts Simbruins : Bolae, Labici, le mont Algide, Corbio, Verrugo, Ortona, Tusculum, Caruentum21. L’entrée de l’actuelle vallée du Sacco, qui relie le Latium à la Campanie, constitue le terrain d’affrontement romano-latino-èque privilégié. À plusieurs reprises, Tite-Live signale que la victoire romaine est suivie d’opérations de pillages sur le territoire èque ; dans ces cas cependant, aucun nom géographique n’apparaît et les formules de l’annaliste ne désignent probablement pas autre chose que des pillages ponctuels, eux aussi limités géographiquement aux campagnes èques frontalières22. Autrement dit, rien n’indique que la pression constante que le nomen Aequum fit peser sur ses voisins ait amené les Romains à s’avancer au cœur même du territoire de ce peuple, c’est-à-dire à l’est et au nord des monti Simbruini. En outre, malgré la vision romano-centrée que proposent les sources romaines, la réponse aux attaques volsques et èques ne fut sûrement pas toujours, ni exclusivement, le fait de Rome. Les cités latines étaient elles aussi partie prenantes de ce conflit, et bien souvent au premier plan23.

  • 24 Sur cette colonie voir Salmon 1937, qui propose une date de fondation aux alentours de 420-415.
  • 25 Liv., 5, 29, 3 : Vitelliam coloniam in suo agro Aequi expugnant.
  • 26 Liv., 2, 39, 3-4.
  • 27 Liv., 5, 29, 4.

5Un site particulier doit être analysé pour continuer de déterminer le degré de familiarité des Romains avec le territoire èque en amont de la déduction d’Alba Fucens. Il s’agit de la colonie de Vitellia, qui aurait été fondée dans le dernier quart du Ve s.24. Bien que l’on ne sache rien ou presque de cette cité, Tite-Live fournit deux éléments de réflexion : elle se trouvait selon lui en territoire èque et fut détruite par les Èques en 39325. Des doutes demeurent quant à sa localisation exacte : lors de la campagne militaire menée par Coriolan pour le compte des Volsques, Tite-Live cite Vitellia parmi les centres latins dont celui-ci s’empara alors qu’il rejoignait la via Latina pour marcher sur Rome, simultanément à Trebium, Labici et Pedum26. Nous sommes donc ici encore dans la zone située immédiatement à l’est du mont Algide, sur laquelle les Èques feront pression tout au long du Ve siècle. La colonie de Vitellia, quelle que soit sa date de fondation, apparaît ainsi comme un dispositif de contrôle d’une voie de passage empruntée par les Èques. Elle se situe moins en territoire èque qu’aux limites de celui-ci, comme le suggère enfin le fait que les colons attaqués en 393 aient pu facilement se réfugier à Rome27.

  • 28 Liberatore 2004, p. 17-18 avec bibliographie antérieure.
  • 29 Il est certain que le récit annalistique n’offre qu’une vision partielle des contacts qui pouvaien (...)

6Au travers de l’exemple d’Alba Fucens, la méconnaissance romaine du territoire èque en amont de la déduction apparaît très probable. Dans cette perspective, la découverte récente de témoignages archéologiques relatifs à un établissement indigène antérieur à la colonie, et à l’emplacement duquel celle-ci se serait installée, n’est pas pour surprendre. Suspectée depuis longtemps28, l’existence de cet habitat èque aurait offert un contexte favorable à l’installation rapide des colons. Réoccuper partiellement un site déjà occupé était pour les Romains une solution simple et sans doute pertinente pour s’inscrire de manière efficace au sein du nouvel espace conquis en l’absence d’une image précise et fine de l’environnement à exploiter et à contrôler. De cette présentation du cas d’Alba Fucens, l’on infère que la situation de relative ignorance dans laquelle se trouvaient les Romains lorsqu’ils devaient fonder une colonie a dû se présenter à plusieurs reprises durant les premiers temps de la conquête. Cette méconnaissance ne peut certes d’emblée être envisagée comme une règle; seules des études au cas par cas pourraient constituer à terme un cadre plus général, chronologiquement et géographiquement nuancé, sur cette question29. On peut cependant légitimement retenir que les colons inscrits pour tenter l’aventure hors de Rome s’apprêtaient souvent à s’aventurer en terre inconnue.

Des contrées méconnues ou inhospitalières ?

  • 30 Par exemple Bandelli 1999.
  • 31 Liv., 4, 47, 6-7.
  • 32 Voir Lanfranchi 2015, § 38 à 46.

7Déterminer ce que l’État romain savait des territoires qu’il colonisa, sous forme de fondations coloniales ou d’assignations viritanes, demeure difficile d’accès, comme le sont les informations dont disposaient potentiellement les citoyens candidats au départ. Ceux-ci pouvaient-ils se représenter, d’une manière ou d’une autre, la distance qui séparait Rome de leur futur lieu d’installation, les paysages qu’ils découvriraient, les peuples qu’ils côtoieraient ? Avant de tenter un inventaire de ce que le Sénat pouvait connaître des contrées soumises au processus colonial, une analyse des réactions suscitées par les différents projets coloniaux d’époque républicaine est susceptible d’offrir quelques éléments de réflexion. L’historiographie a largement mis en avant l’idée selon laquelle les tribuns de la plèbe, au moins jusqu’à la prise de Véies, furent généralement hostiles aux fondations de colonies, auxquelles ils préféraient les assignations viritanes30. La longue histoire du phénomène colonial tracerait ainsi une séparation relativement nette entre d’un côté la plèbe qui aurait cherché à obtenir des assignations viritanes proches de Rome et, de l’autre, le Sénat qui aurait privilégié les fondations de colonies pour tenter de répondre aux revendications agraires de la plèbe et/ou renforcer la présence romaine dans les territoires conquis. Les raisons avancées pour justifier cela seraient d’ordre juridique et géographique. D’abord, Rome ne fonda que des colonies latines jusqu’en 338 : partir dans une colonie signifiait donc pour un plébéien devoir renoncer à sa citoyenneté romaine. Les événements de 417 relatifs à Labicum seraient une illustration de cette question juridique. Au lendemain de la victoire du dictateur Q. Servilius Priscus sur les Èques et les Labicans, le Sénat propose d’établir une colonie à Labicum. Selon Tite-Live, l’objectif de celui-ci n’est autre que de prendre de vitesse les tribuns de la plèbe dont on pense qu’ils se seraient empressés de demander une distribution du territoire de la cité31. Ensuite, la localisation lointaine des colonies, contrairement à la possibilité de recevoir des terres plus proches sur l’ager publicus, aurait été un autre argument pour que les tribuns de la plèbe aient régulièrement fait pression afin d’obtenir des assignations viritanes plutôt que des déductions coloniales. Même s’il a été montré d’une part qu’une opposition trop nette entre déductions coloniales et assignations viritanes n’était guère pertinente, au moins pour la période alto-républicaine, et d’autre part que la politique tribunitienne ne fut pas aussi monolithique en manière de colonisation32, la mise en série des projets coloniaux permet de s’interroger sur la place de l’éloignement des territoires et de la familiarité potentielle avec eux dans les débats afférents. L’inconnu était-il le plus petit dénominateur commun des colonies aux yeux des Romains ?

  • 33 D.H., 9, 59, 1-2 et Liv., 3, 1, 4-7.

8Les polémiques qui entourèrent la déduction d’Antium en 467 offrent un observatoire de ces enjeux33. Selon Tite-Live, l’année 467 s’ouvre sur le mécontentement de la plèbe qui réclame des distributions de terres. Deux camps s’opposent : d’un côté, les tribuns de la plèbe, encouragés par l’élection au consulat de Ti. Æmilius présenté comme un partisan de la plèbe, de l’autre, les sénateurs. Les premiers souhaitent des distributions de terres à proximité de Rome, alors que les seconds, au premier rang desquels les propriétaires terriens (possessores), s’y opposent. La solution apportée par Q. Fabius, collègue de Ti. Æmilius au consulat, contente les deux partis selon Tite-Live : la déduction d’une colonie à Antium, sur le territoire volsque, offre la possibilité de donner des terres aux plébéiens sans léser les possessores. Deux éléments particulièrement intéressants sont à relever : d’une part, Tite-Live corrèle l’intelligence de la solution apportée par le consul à la situation géographique spécifique de la future colonie ; proche de Rome et au bord de la mer, elle ne peut que rencontrer les attentes plébéiennes. D’autre part, le semi-échec de la déduction – eu égard au faible nombre de citoyens qui s’inscrivirent pour rejoindre la nouvelle colonie – est attribué lui aussi à la géographie : même si Antium n’était que peu distante de l’Vrbs, elle l’était encore trop aux yeux des plébéiens. Cet épisode met en relief l’un des traits récurrents de la perception des colonies, leur éloignement : au minimum, plusieurs jours de marche les séparent de Rome et les territoires d’accueil ne doivent guère être familiers aux colons. On doit certes garder une distance critique face à l’interprétation livienne des événements rapportés. Il n’est pas exclu que l’annaliste prête aux citoyens susceptibles de rejoindre la colonie des sentiments qui ne leur appartiennent pas. Retenons cependant qu’il voit dans l’éloignement un motif pertinent pour expliquer le déroulement de la colonisation à Antium. Il ne fait ni de la perte de la citoyenneté, ni du voisinage des ennemis des freins possibles à l’empressement à partir dont les citoyens sans terre auraient dû faire preuve.

  • 34 Liv., 5, 24, 4.
  • 35 Liv., 5, 24, 9.
  • 36 Liv., 5, 30, 8 et D.S., 14, 102, 4.

9L’histoire de la colonisation d’époque alto-républicaine offre plusieurs exemples du mauvais accueil que purent recevoir des projets coloniaux. En 395, face à l’agitation de la plèbe, le Sénat propose l’établissement d’une colonie sur le territoire volsque, où 3000 citoyens seraient envoyés pour recevoir chacun trois jugères et 7/1234. La plèbe accueille très mal la proposition, qu’elle assimile à une volonté des sénateurs de reléguer au loin les citoyens alors même qu’est disponible le territoire de Véies. Tite-Live expose les deux termes de l’alternative en l’inscrivant avant tout dans une dimension géographique fondée sur l’opposition entre « relegere » d’un côté et « in conspectu » de l’autre35. L’attrait de Véies est confirmé a posteriori puisqu’en 392, le Sénat organise le partage du territoire de Véies à raison de 7 jugères par colons, sans que l’on connaisse le nombre d’individus concernés36. Cette mesure est présentée par l’historien padouan à la fois comme une récompense accordée par le Sénat à la plèbe, après que celle-ci avait rejeté le projet d’émigrer dans la cité étrusque, et comme un moyen de l’amadouer afin qu’elle ne s’oppose pas aux élections consulaires.

  • 37 Liv., 8, 11, 13-14. Le texte de Tite-Live reste peu clair quant au rôle du territoire privernate d (...)
  • 38 Liv., 9, 26, 1-5.
  • 39 Liv., 9, 26, 3 : Lucerini ac Samnites ad internecionem caesi ; eoque ira processit ut Romae quoque (...)
  • 40 Liv., 9, 26, 4 : Praeter odium, quod exsecrabile in bis captos erat, longinquitas quoque abhorrere (...)

10Jusqu’à la prise de Véies, qui marque un tournant dans la question agraire à Rome, les événements relatifs à la déduction de la colonie d’Antium en 467 et au projet de 395 d’établir une colonie sur le territoire volsque sont les seuls où apparaît clairement la question de l’éloignement géographique. Elle réapparaît de manière plus furtive avec la guerre latine. En 340, alors que les territoires latins et campaniens sont soumis à des confiscations et que le Sénat procède à des distributions de terres, une corrélation est explicitement établie entre la superficie des lots attribués et leur distance à Rome. Les colons établis dans le Latium reçoivent 2 jugères et ¾ alors que ceux recevant des terres dans l’ager Falernus, en Campanie, obtiennent une superficie de 3 jugères37. En 314, la déduction d’une colonie à Luceria, en Apulie, offre le dernier exemple clair de l’impact de l’éloignement géographique dans l’appréciation d’un projet colonial38. Le contexte de la fondation est dramatique puisque la garnison romaine qui y était présente a été livrée aux Samnites par les habitants de Luceria. Après avoir facilement repris la ville, l’armée romaine aurait procédé à l’exécution systématique de tous les soldats samnites et des habitants. Le récit de Tite-Live laisse entrevoir que des débats se sont alors engagés quant au sort à réserver à la ville puisque certains sénateurs auraient suggéré de la raser39. La proposition du Sénat de fonder une colonie à Luceria se comprend néanmoins aisément au regard de sa localisation stratégique dans le contexte de la deuxième guerre samnite. Elle semble avoir toutefois suscité des réactions négatives parmi la population pour trois raisons : la haine qu’inspirait la cité, son éloignement géographique et la dangerosité de son environnement immédiat. Il est à noter que l’annaliste utilise un vocabulaire similaire à celui qu’il avait adopté pour exprimer le sentiment de la plèbe face au projet d’une colonie en territoire volsque en 395 : le départ potentiel pour Luceria est vécu comme un exil, une « relégation »40.

  • 41 Liv., 2, 31, 4.
  • 42 Plu. Cor., 13, 3. Voir infra.
  • 43 Liv., 2, 41, 4-9.
  • 44 Liv., 6, 16, 5.
  • 45 Un épisode voisin a lieu en 339, en lien avec la distribution de terres dans le Latium et sur l’ag (...)
  • 46 Liv., 10, 20, 1-2.
  • 47 Liv., 10, 21, 8-10.
  • 48 Cf. supra.
  • 49 D.H., 7, 13, 5 et Plu. Cor., 13, 3. Tite-Live (2, 34, 6) mentionne le renforcement de la colonie d (...)
  • 50 D.H., 7, 13, 5 et Plu. Cor., 13, 3.
  • 51 Gargola 1995, p. 64, n. 70. L’auteur estime que le recrutement des colons devait se faire la plupa (...)

11D’autres épisodes des périodes alto- et médio-républicaines s’avèrent plus difficiles à mobiliser, notamment parce que les motifs invoqués par la plèbe pour manifester son mécontentement face à un projet de colonie ou d’assignations viritanes apparaissent variables. En 494, l’envoi de colons à Vélitres à la suite de la victoire romaine sur les Volsques ne suscite pas de réaction négative de la part de la plèbe, mais bien plutôt du Sénat qui accuse le dictateur M’. Valerius Volusius de chercher à séduire celle-ci41. Deux ans plus tard néanmoins, lorsqu’un renforcement de colons s’avère nécessaire, le Sénat rencontre une forte hostilité de la part des citoyens romains, fondée sur le refus de rejoindre une cité marquée par la peste et où il faudrait cohabiter avec l’ennemi42. En 486, le consul Sp. Cassius veut organiser la distribution d’une grande partie du territoire des Herniques : la plèbe manifeste alors son hostilité au projet parce que les alliés en seraient eux aussi bénéficiaires, ce qui sous-entend donc en creux que celui-ci répondait à ses attentes43. Un tel schéma historique renvoie aux débats qui agitèrent Rome à l’époque des Gracques et invite à la prudence. Cependant, Tite-Live évoque, un siècle plus tard, le cas de Satricum qui présente des similitudes. Alors que le dictateur Cornelius Cossus célèbre un triomphe sur les Volsques, le Sénat, pour calmer la plèbe mécontente de l’emprisonnement de M. Manlius Capitolinus, projette la déduction d’une colonie de 2000 citoyens à Satricum assortie de lots de deux jugères et demi44. La plèbe s’estime bafouée par cette proposition en raison de la faiblesse du nombre de bénéficiaires et de la superficie allouée à chacun. Manifestement, les citoyens romains ne contestent pas tant l’idée d’une fondation coloniale que le fait de la limiter à un nombre trop restreint d’entre eux, ce qui souligne qu’elle répondait en partie à leurs attentes45. En 296, deux colonies sont fondées sur le littoral campanien : Minturnae et Sinuessa. Elles suivent chronologiquement un raid samnite en Campanie, qui avait vu les territoires de Vescia et de Calès particulièrement touchés, ainsi que l’ager Falernus46. La localisation des deux nouvelles colonies répond à la volonté de sécuriser la région face à de potentielles futures attaques du voisin samnite. Tite-Live note alors que les triumvirs nommés par le préteur pour déduire les colonies firent face à des difficultés pour trouver des citoyens désireux de s’inscrire sur les listes car ceux-ci ne souhaitaient pas partir « en territoire ennemi » (infesta regio)47. Dans ce cas-là, la peur du danger samnite explique manifestement la réticence des citoyens romains à partir, et non celle de se confronter à un territoire lointain et inconnu, la région ayant par ailleurs déjà reçu plusieurs colonies (Cales en 334 ; Suessa Aurunca en 313). Si l’on part du principe qu’une source littéraire est plus susceptible de nous renseigner sur l’extraordinaire que sur l’ordinaire d’une procédure, sur un dysfonctionnement plutôt que sur un déroulement conforme aux usages, constatons qu’il s’agit là du troisième épisode où des difficultés de recrutement sont explicitement mentionnées, après celui d’Antium en 46748 et celui de Vélitres en 49249, moins exploitables en raison de leur ancienneté. Cette mention rapide est-elle le signe que la norme était qu’on n’avait d’ordinaire aucune difficulté à trouver des individus désireux de partir s’installer dans une colonie une fois que le projet avait été adopté ? L’épisode a le mérite de poser la question des modalités de recrutement des colons et plus précisément de la possibilité d’un enrôlement forcé, qui serait un indice fort de la réticence des citoyens à partir et du caractère inconnu et exotique que pouvaient revêtir à leurs yeux les régions-cibles. Les sources littéraires n’en ont laissé que peu de traces. Ce type de procédure apparaît uniquement dans le cas du renforcement de Vélitres en 492 : selon Denys d’Halicarnasse et Plutarque, face au manque de volontaires d’une part, et face au refus de ceux qui s’étaient déjà inscrits à partir, les citoyens tirés au sort se virent contraints de quitter Rome sous peine de condamnations50. L’aspect militaire de la procédure, particulièrement lisible ici, se retrouve dans la formule « nomen dare », utilisée par plusieurs auteurs pour décrire le recrutement des colons et également utilisée dans le cadre de la conscription militaire51.

  • 52 Liv., 4, 11, 3-6.
  • 53 Liv., 4, 47, 6-7. En 416, les tribuns de la plèbe Sp. Maecilius et M. Metilius proposent effective (...)
  • 54 Liv., 6, 5, 1-5.
  • 55 Liv., 6, 6, 1.
  • 56 Liv., 6, 21, 1.

12Les fondations coloniales suscitèrent aussi parfois l’adhésion de la plèbe. En 442, la déception des plébéiens n’est due qu’au fait que les Rutules aient été largement favorisés lors de la déduction de la colonie d’Ardée et que les citoyens romains aient dû se contenter des lots restants52. En 417, si la proposition du Sénat d’établir une colonie à Labicum semble n’être qu’une manœuvre pour court-circuiter la proposition attendue des tribuns de procéder à la distribution du territoire de la cité, la zone géographique concernée est bien la même53. En 387, les victoires récentes de Camille sur les Volsques permettent aux tribuns de la plèbe d’envisager une loi agraire prévoyant le lotissement du pays pontin, c’est-à-dire la région s’étendant entre Antium au nord et le promontoire du Circeo au sud. Selon Tite-Live, la proposition n’attire guère la plèbe dans un premier temps, occupée à reconstruire ses habitations avec l’aide de l’État romain54. L’année d’après, le tribun L. Sicinius défend le projet qui, cette fois, semble rencontrer l’intérêt de la plèbe, même s’il n’aboutit pas55. En 383, le récit de Tite-Live évoque une situation encore différente : le Sénat, désireux d’obtenir les suffrages de la plèbe pour entrer en guerre contre Vélitres, lui offre en monnaie d’échange le lotissement du pays pontin et la déduction d’une colonie à Nepet et rencontre un franc succès puisque toutes les tribus votent en faveur de la campagne militaire56.

  • 57 Cf. supra.
  • 58 Liv., 6, 16, 6.

13Ce panorama des entreprises coloniales des débuts de la République jusqu’aux premières décennies du IIe s., centré sur les réactions qu’elles suscitèrent dans la plèbe, révèle que l’éloignement géographique d’une colonie, ou du lieu prévu pour des distributions de terres, pouvait être l’un des arguments mobilisés afin d’expliquer ou de justifier la réticence des citoyens romains à partir, ou plus généralement les réactions négatives qui se faisaient jour. Inversement, la proximité d’un lieu de fondation ou de distributions de terres valorisait tout projet colonial. Se dégage donc l’impression que la distance à Rome était l’un des éléments de la grille au travers de laquelle les citoyens romains évaluaient les projets coloniaux. Parallèlement, ceux-ci sont aussi jugés à l’aune du nombre de bénéficiaires retenu, de la superficie des lots attribués et de la dangerosité potentielle du futur voisinage. De quoi témoigne la relative simplicité de ces critères, tels qu’ils nous apparaissent ? Le filtre livien est ici difficilement contournable et on peut le suspecter d’imputer aux réactions de la plèbe des motivations anachroniques, qui néanmoins lui semblent pouvoir justifier l’enchaînement des événements qu’il relate. Il est probable en tout cas que la distance à Rome, le nombre de colons, la surface des terres, et la situation plus ou moins pacifiée de la zone aient constitué les seules informations à disposition des citoyens ; les caractéristiques propres de la région où ils étaient susceptibles de se rendre leur restaient inconnues, peut-être parce qu’elles l’étaient en grande partie de ceux qui auraient pu les en informer. Notons que de manière exceptionnelle sont mentionnées des informations relatives à la future colonie : la proximité de la mer est précisée pour Antium, et présentée comme une « position avantageuse », ainsi que la richesse de Véies57. On peut y voir le signe que les caractéristiques intrinsèques d’un lieu de fondation n’étaient donc pas indifférentes. Dans les deux cas, il s’agit de cités très proches de Rome et donc bien connues. De telles considérations n’étaient pas nécessairement possibles lorsque les territoires concernés n’étaient pas aussi familiers aux Romains. Sans nul doute Tite-Live propose-t-il une vision très réductrice des débats qui ont entouré les différents projets coloniaux entre le début du Ve s. et le milieu du IIe s. Discutait-on de la richesse des terres qui seraient distribuées ? De la topographie des sites retenus où envoyer les colons ? De la clémence ou de la sévérité du climat ? Était-il indifférent pour un citoyen romain de savoir que la colonie d’Alba Fucens, par exemple, se trouvait à près de 1000 m d’altitude ? Il est ici nécessaire de rappeler les limites de notre documentation et du récit livien : les débats relatifs aux entreprises coloniales sont essentiellement présentés au prisme d’autres questions de politique intérieure. La fondation de la colonie de Satricum en 385 l’illustre très bien : Tite-Live ne la relate qu’en lien avec l’emprisonnement de M. Manlius Capitolinus et de l’agitation qu’il a suscitée au sein de la plèbe. Ainsi, la réaction négative de la plèbe face à ce projet n’est-elle à nos yeux que le résultat d’enjeux externes à la problématique proprement coloniale58. Beaucoup d’éléments de réponse demeurent hors de portée au vu des informations transmises par les sources. Il est difficile de faire la part entre la peur que suscite l’idée de rejoindre une région probablement inconnue, et sur laquelle peu de renseignements sont disponibles d’un côté et, de l’autre, la réticence quasi naturelle que provoque l’exil loin de la cité natale. On reste ainsi en partie perplexe face aux réactions différenciées que suscitèrent la fondation de Calès d’une part (334) et celles de Minturnae et Sinuessa (296) de l’autre, évoquées plus haut. La première est présentée par Tite-Live comme une mesure du Sénat apte à rencontrer l’adhésion de la plèbe alors que quarante ans plus tard les triumvirs peinent à recruter des colons pour rejoindre Minturnae et Sinuessa. Dans les deux cas, la zone géographique concernée est la même et, dans les deux cas, les fondations font suite à des épisodes guerriers. L’argument avancé par l’annaliste pour rendre compte de la réticence des citoyens romains au début du IIIe s. évoque la proximité des colonies avec l’ennemi. Celui-ci n’était cependant pas plus éloigné en 334. L’exiguité des lots de terre proposés à Minturnae et Sinuessa a sans doute contribué à rebuter les citoyens tentés de quitter Rome.

Futurs incertains

  • 59 Liv., 34, 45, 1.
  • 60 Liv., 39, 23, 3.
  • 61 Fracchia – Gualtieri 2015, § 26.
  • 62 Salmon 1969, p. 51.
  • 63 Cic. Sur la loi agraire, 2, 71 : « Quant à vous, Quirites, si vous voulez m’en croire, conservez l (...)
  • 64 Fracchia – Gualtieri 2015, § 26 « un altro fattore potrebbe essere, come Sipontum, l’ubicazione ge (...)
  • 65 Le cas n’est avéré ni pour Sipontum, ni pour Buxentum mais le phénomène est connu. Ainsi le poète (...)

14Aux éléments de réflexion fournis par les événements qui précèdent les entreprises coloniales s’ajoutent les informations que l’on peut extraire des lendemains des fondations. À plusieurs reprises, les sources évoquent le devenir malheureux de certaines colonies : quels enseignements tirer des difficultés, voire de l’échec d’une colonie ? Cela peut-il être lu comme le signe d’une méconnaissance du territoire investi par les Romains, d’un manque de familiarité avec les spécificités de la zone choisie pour recevoir les colons ? Parmi les épisodes les plus marquants, le cas des colonies de Buxentum et Sipontum, toutes deux déduites en 194, en même temps que Puteoli, Salernum, Liternum, Volturnum, Tempsa et Croton59, se distingue par le caractère dramatique du constat transmis par Tite-Live. En 186, lors de son enquête en territoire italien consécutive à l’affaire des Bacchanales, le consul Sp. Postumius avait pu constater que les deux cités étaient abandonnées, soit moins de dix ans après leur fondation60. Leurs abandons respectifs peuvent-ils être mis sur le compte d’une connaissance insuffisante ou superficielle des spécificités du territoire et d’erreurs commises de ce fait par les fondateurs lors de l’installation des colons ? Dans les deux cas en effet, des raisons d’ordre environnemental ont été avancées par les archéologues pour tenter d’expliquer la situation rencontrée par le magistrat romain : l’ensablement des fleuves à l’embouchure desquels furent fondées Sipontum et Buxentum aurait été un frein majeur à leur développement initial61. On lirait ainsi dans l’échec de ces deux fondations le résultat de l’inadéquation entre le terrain d’accueil et les modalités de la colonisation, consécutive à une mauvaise évaluation des potentialités de la région62. Cent trente ans plus tard, Cicéron rappelle encore le caractère inhospitalier de Sipontum, marquée par l’aridité, alors qu’il s’oppose aux projets coloniaux de César défendus par Rullus63. Il serait bien entendu naïf d’imputer à une cause unique le destin malheureux de ces deux colonies. Outre le phénomène d’ensablement des fleuves, la question de l’isolement de ces deux sites par rapport aux grandes voies de communication romaines a également été soulevée64, ainsi que d’autres facteurs plus difficilement repérables : par exemple, comment attester que tous les adscripti avaient bel et bien rejoint la colonie et que certains n’avaient pas profité de l’opération pour recevoir la citoyenneté romaine sans pour autant quitter leur domicile65 ?

  • 66 Liv., 31, 49, 6.
  • 67 Liv., 32, 2, 6.
  • 68 Liv., 40, 34, 2 et Liv., 43, 17, 1. Il vaut de noter que l’action de T. Annius Luscus, rappelée da (...)
  • 69 Liv., 43, 1, 1-12.
  • 70 Matteazzi 2014, p. 334, avec références bibliographiques complètes.
  • 71 Liv., 2, 21, 7.
  • 72 D.H., 7, 12 et 13 et Liv., 2, 34, 6.
  • 73 Liv., 6, 30, 9.

15Les cas d’abandon restent exceptionnels, tout au moins ceux que les textes font connaître. Cependant, d’autres types de témoignages sont susceptibles d’être mis à contribution. Le premier concerne les divers renforcements de colonies signalés dans les sources. Pour l’époque médio-républicaine, beaucoup d’entre eux sont à relier au contexte de la deuxième guerre punique : Venusia en 20066, Narnia et Cosa en 19967. On peut cependant noter le cas plus spécifique d’Aquileia : en 169, soit douze ans après la première fondation, T. Annius Luscus procède à un renforcement de la colonie et y conduit 1500 nouvelles familles68. Le renforcement fait suite à une requête des colons eux-mêmes, comme cela est aussi signalé pour Narnia et Cosa69. Les ambassadeurs qui se présentent devant le Sénat évoquent en des termes assez vagues les difficultés rencontrées. La faiblesse démographique de la colonie est mise en cause, ainsi que le contexte hostile auquel elle fait face : installée dans la partie orientale du territoire des Vénètes, la colonie se trouve aux portes du territoire des Carni. Les ambassadeurs signalent aussi le voisinage des Istriens et des Illyriens et l’absence de fortifications, dont la construction avait de nouveau été différée en 171. Cependant, aucune attaque spécifique n’est mentionnée par l’ambassade venue d’Aquileia ; d’autres facteurs peuvent-ils être invoqués pour expliquer les difficultés rencontrées par la colonie lors de ses dix premières années d’existence ? L’isolement a ici aussi pu être un élément déterminant : tout au long du IIe s., le Sénat s’efforce de consolider le réseau viaire de l’arc nord-adriatique. En 158, M. Æmilius Lepidus a probablement été le promoteur d’une route reliant Aquileia à Bononia, en 153, T. Annius Luscus a lui aussi amélioré la communication entre Patauium et Aquileia, alors qu’entre 132 et 128, Popillius Laenas et T. Annius Rufus furent à l’origine de la construction d’une route reliant Ariminum à Aquileia le long de la côte adriatique70. Le soin apporté par les Romains à la densification du réseau viaire de la région nord-adriatique visait d’autres objectifs que le seul désenclavement d’Aquileia : il s’agissait avant tout de prendre le contrôle du territoire en favorisant la circulation des armées. Néanmoins, il témoigne en creux des carences antérieures. La nécessité du renforcement démographique d’Aquileia traduirait un possible sous-dimensionnement de la colonie et l’incapacité de celle-ci à survivre isolée, en quasi-autarcie, dans un contexte d’accueil dont les spécificités avaient été mal évaluées par les fondateurs. Des exemples antérieurs, moins bien connus, peuvent être mentionnés. En 495, la colonie de Signia demande et obtient un renforcement de colons, sans que les raisons ne soient connues71. Trois ans plus tard, la colonie de Vélitres aurait à son tour bénéficié d’un apport de colons supplémentaires, en lien avec une épidémie particulièrement meurtrière qui avait décimé la population et dans un contexte d’agitation plébéienne à Rome72. En 379 enfin, les habitants de la colonie de droit latin Setia demandent au Sénat, qui le leur accorde, un supplément de colons (ipsis querentibus penuriam hominum)73.

  • 74 Liv., 27, 9, 7-14.
  • 75 Liv., 27, 38, 4-5. Les colonies concernées sont Ostia, Antium, Terracina, Minturnae, Sinuessa, Sen (...)
  • 76 Liv., 36, 3, 6. Les colonies concernées sont : Ostia, Fregenae, Castrum Nouum, Pyrgi, Antium, Terr (...)
  • 77 Liv., 37, 46, 9-11.
  • 78 Les cas de Cremona et Placentia présentent une densité d’événements importante entre 206 et 190, c (...)

16D’autres types de demandes portées par des colonies devant les autorités romaines pourraient elles aussi fournir un observatoire afin d’évaluer la situation de ces cités. Deux séries se placent durant la deuxième guerre punique : il s’agit d’une part des douze colonies latines qui en 209 se présentent devant les consuls pour exprimer leur refus d’augmenter leur participation financière et humaine à la guerre74 et, d’autre part, des sept colonies de citoyens Romains qui deux ans plus tard refusent elles aussi de fournir des soldats en raison des exemptions dont elles bénéficient75. Ces deux épisodes traduisent probablement des situations critiques et celles-ci sont avant tout à mettre sur le compte de la présence carthaginoise en Italie. En 191, alors que le Sénat se prépare à la guerre contre Antiochus, huit coloniae ciuium Romanorum font de nouveau valoir des exemptions, rappelant que leurs citoyens ne sont pas tenus de servir dans la flotte76. La requête des colonies s’interprète alors difficilement comme le signe de situations problématiques, on y lit plutôt la démarche attendue de cités cherchant à faire valoir leurs privilèges, même si une décennie seulement s’était écoulée depuis le départ d’Hannibal. Les autres plaintes transmises par les sources concernent Placentia et Cremona et se placent en 19077. Dans les deux cas, le renforcement demandé par les deux colonies se justifie par un contexte spécifique : les conséquences de la guerre, le voisinage des Gaulois et les maladies sont responsables du dépeuplement78. Le Sénat répond favorablement à la requête des ambassadeurs en envoyant 3000 familles de colons supplémentaires dans chaque colonie.

  • 79 Pour le IIe s., le recensement du matériel compte des fragments de Campana A, une amphore de la pr (...)
  • 80 Il faut bien sûr noter que la continuité d’occupation du site de la colonie, et le développement t (...)
  • 81 Sur l’histoire des fouilles, voir Mazzei 1999.
  • 82 Mazzei – Fabbri 1999, p. 113.

17Les sources littéraires révèlent à partir de plusieurs exemples les difficultés rencontrées par certaines colonies et il est parfois possible de les attribuer à une méconnaissance des territoires où furent envoyés les colons et, par conséquent, à une possible inadaptation des formes de la colonisation au contexte d’accueil. L’archéologie offre elle aussi des aperçus parfois suggestifs de l’atonie qui caractérise les premières décennies qui suivent la fondation d’un établissement colonial, voire parfois le premier siècle. Cas exceptionnels puisque connus tant par l’archéologie que par les textes, Buxentum et Sipontum illustrent de nouveau le développement laborieux de certains établissements coloniaux. Les fouilles conduites depuis plus de quarante ans sur le site de Roccagloriosa-Buxentum ont montré que la colonie ne se développe urbanistiquement et économiquement qu’au cours du Ier s. av. n.è.79. Ce n’est ainsi qu’à partir de la moitié du Ier s. qu’elle commence d’apparaître à nos yeux grâce à des inscriptions mentionnant un forum, un macellum et un duovir, ainsi qu’aux témoignages archéologiques permettant de reconstituer d’une part un centre urbain d’environ 6 hectares, doté d’un forum autour duquel s’organise le réseau viaire, et qui révèlent d’autre part la croissance économique du territoire80. La colonie de Sipontum, fondée en 194 et refondée en 185, a bénéficié d’enquêtes archéologiques plutôt tardives, qui laissent aujourd’hui encore une grande partie de son histoire dans l’ombre81. Néanmoins, les données disponibles permettent d’établir que la refondation de 185 a pu s’accompagner d’un déplacement sensible du site d’implantation afin d’éviter les zones les plus insalubres82. Le site côtier choisi pour la déduction coloniale en 194 diffère en effet de l’habitat indigène qui se trouvait plus à l’intérieur des terres (masserie Cupola et Beccarini). Lors de la refondation qui intervient neuf ans plus tard, la colonie s’installe sur une éminence qui domine cette fois la lagune. On est ainsi tenté d’imputer à une mauvaise lecture du territoire et à une méconnaissance des triumvirs fondateurs de ses spécificités l’échec de la première fondation.

  • 83 Gros – Torelli 2007, p. 187.
  • 84 Voir Angeletti 2006 et sur les uillae tardo-républicaines voir plus spécifiquement Lapenna 1996.
  • 85 Pour une présentation complète des données relatives à la colonie d’Aesis voir Bandelli 2005.
  • 86 Mentionnons que le fait que la via Flaminia n’ait pas inclus Sena Gallica dans son parcours n’a sû (...)
  • 87 Alfieri – Ortolani 1978.
  • 88 Sur les éléments les plus significatifs de cette quasi invisibilité, voir Lepore 2014, p. 234-235.
  • 89 Caes., BC, 1, 11, 4 et Cic., Ad. fam., 16, 12, 2.
  • 90 À ce titre, le tracé de la via Flaminia, ouverte en 220, s’avère particulièrement intéressant car (...)

18Un tour d’horizon complet de ce que deviennent les colonies d’époque républicaine dix, cinquante ou cent ans après leur fondation est hors de portée. L’historiographie a cependant déjà pu souligner le développement limité de plusieurs sites coloniaux, voire, parfois, leur atonie pérenne. Un tel constat a été formulé, sur la base d’arguments archéologiques, pour Pyrgi, Alsium ou Fregenae83. Il peut l’être pour d’autre sites dont la croissance ne semble commencer que près d’un siècle après la fondation. Le cas de Castrum Nouum (Picénum), déduite aux alentours de 290 est suggestif à cet égard : les récentes fouilles qui y ont été conduites ont montré que la colonie commence à « exister » à partir de la toute fin du IIIe s., soit près d’un siècle après sa fondation. Le matériel amphorique (Lamboglia 2 et Dressel 6) utilisé pour la construction de nombreux édifices permet de dater du IIe s. le développement urbanistique de la cité, alors qu’un réseau de uillae témoigne d’une exploitation du territoire à partir de la période tardo-républicaine84. Plus au nord sur la côte adriatique, Sena Gallica et Aesis offrent un profil également peu dynamique. Bien que la continuité d’habitation des deux sites puisse expliquer en partie la pauvreté des vestiges archéologiques mis au jour, ceux‑ci se caractérisent aussi par une récolte épigraphique particulièrement indigente et rien ne laisse penser que ces deux colonies aient jamais réussi à devenir des centres majeurs à l’échelle locale85. Ces constats ne peuvent être que le résultat de facteurs multiples. Bien des éléments entreraient en ligne de compte pour expliquer l’échec relatif d’une fondation coloniale ; parmi eux, la maigre connaissance des ressources d’un territoire et du contexte environnemental et, partant, une mauvaise adaptation des formes de la colonisation à ces paramètres, a pu jouer un rôle. Ainsi, le contexte morpho-géologique de Sena Gallica mérite d’être présenté : la colonie s’est implantée le long d’une portion de littoral caractérisée par la présence d’une lagune côtière dont la fermeture progressive rendait le contexte d’habitation insalubre. Le site offrait sans conteste des potentialités stratégiques de premier ordre aux yeux des Romains, en matière de défense surtout : la colonie fut installée sur un plateau alluvial formé à la confluence entre le fleuve Misa et son affluent le Fosso Sant’Angelo86. Ces conditions peu avantageuses pour le développement d’un habitat ont marqué l’histoire de la cité puisqu’à la fin du XVIe s. elles contraignent le duc Guidobaldo II Della Rovere à effectuer des travaux d’assainissement87. Entre ces deux dates, la quasi invisibilité de la colonie peut être lue comme un signe de l’atonie qui la caractérise88 : outre l’indigence du corpus épigraphique, déjà soulignée, le silence des sources littéraires à son égard est significatif. Elle n’est par exemple mentionnée ni par César ni par Cicéron lorsqu’ils rapportent les premiers événéments successifs au passage du Rubicon, alors que les cités voisines le sont (Ariminum, Pisaurum, Fanum Fortunae et Ancona)89. Les recherches les plus récentes sur la colonie viennent renforcer l’hypothèse d’un site mal choisi, trop vite peut-être, et que l’État romain aurait délaissé au profit d’Ariminum fondée une vingtaine d’années plus tard90.

  • 91 Liv., 41, 27. Pour une étude détaillée de ce passage, nous renvoyons à Bertrand 2015, p. 47-48, 11 (...)
  • 92 La corruption du passage empêche de proposer une liste certaine des aménagements qui concernèrent (...)
  • 93 Torelli 1983, 244.
  • 94 RE, VII, 1, 240-241, 246-248 et 268-269.
  • 95 Liv., 39, 23, 3.

19La sollicitude romaine envers les colonies est un dernier point à examiner. À ce titre, c’est sur un passage de Tite-Live qu’il convient de s’arrêter. Dans un célèbre épisode de la vie politique romaine daté de 174, les deux censeurs s’affrontent au sujet de travaux qu’ils entendent mettre en adjudication91. Alors que Q. Fulvius Flaccus et A. Postumius Albinus s’accordent sur la construction de remparts et de boutiques à Calatia et Auximum, Q. Fulvius Flaccus entreprend seul la seconde série de travaux à la suite du désaccord de son collègue : un temple de Jupiter à Pisaurum et à Fundi, un aqueduc et le pavage d’une rue à Potentia, des habitations dans les faubourgs de Sinuessa, un réseau d’égouts et des enceintes dans plusieurs de ces villes, d’autres boutiques ainsi que des portiques et des arcs dans un nombre indéterminé de ces villes92. Cette série d’opérations édilitaires a depuis longtemps été interprétée comme le signe de l’absence des ressources de l’évergésie locale en contexte colonial et, partant, de la difficulté de ces cités à se doter des infrastructures utiles à la vie quotidienne93. Il est peu surprenant que Pisaurum et Potentia nécessitent des travaux d’aménagement dix ans seulement après leur fondation, et encore moins si l’on considère que le censeur Q. Fulvius Flaccus n’est autre que le frère de M. Fulvius Flaccus l’un des triumvirs fondateurs de ces deux colonies94. La date de 174 n’est pas indifférente ici, puisqu’elle coïncide avec le retour à Rome du consul Sp. Postumius qui avait fait connaître l’abandon de deux colonies dix ans seulement après leur fondation95. Cette information provoqua-t-elle une prise de conscience chez les élites romaines de la fragilité des établissements coloniaux ? C’est une hypothèse qui trouve une certaine crédibilité dans le commentaire laconique que livre Tite-Live au terme du récit de la censure de 174. Alors que les travaux ont concerné des cités aux statuts juridiques variés – Fundi est un municipe – l’annaliste souligne que l’action de Q. Fulvius Flaccus lui valut la grande reconnaissance des colons (cum magna gratia colonorum), révélant ainsi peut-être la situation critique que ceux-ci rencontraient.

20Les futurs incertains des colonies, entendus comme les symptômes d’une croissance ralentie ou de l’absence de développement, fournissent des éléments de réflexion ponctuels qui montrent que les Romains ne devaient pas toujours disposer d’une connaissance approfondie des territoires où ils envoyaient des colons et que le temps imparti aux commissions triumvirales pour préparer l’installation des colons ne suffisait pas nécessairement à combler ces lacunes. Aridité, ensablement des fleuves, insalubrité apparaissent çà et là et expliquent peut-être, au milieu d’autres facteurs, que telle ou telle colonie ait eu des difficultés à se développer. Le choix de l’implantation d’une colonie était certes au croisement de plusieurs exigences qui pouvaient contraindre fortement les possibilités offertes à la commission triumvirale : outre la nécessité de libérer des terres – dans le cadre de négociations avec la population indigène – il fallait également définir un site facilement défendable : les considérations stratégiques ont pu primer sur tout autre élément et pousser les magistrats à privilégier un emplacement dont les caractéristiques environnementales n’étaient pas les plus favorables.

La « base des données » romaine

  • 96 Claudia Moatti propose un large panorama des multiples sources de connaissance des Romains (1997, (...)
  • 97 Sur ce sujet, nous renvoyons notamment aux analyses de François Cadiou qui a montré que le savoir (...)

21Nous avons jusqu’à présent récolté divers indices dont nous avons estimé qu’ils pouvaient témoigner du degré de connaissance très relatif que les Romains avaient des territoires sur lesquels ils décidaient d’envoyer des colons. Afin de proposer une vision sinon complète du moins plus équilibrée des savoirs potentiels dont ils disposaient, il s’agira de s’interroger ici sur les différentes sources de connaissances qui s’offraient aux Romains dans le cadre d’une fondation coloniale. L’objectif n’est pas de faire le point sur les connaissances géographiques des Romains à l’aube de la conquête de l’Italie96, mais de déterminer de manière plus circonscrite les ressources dont disposait le Sénat, ou la commission triumvirale, pour installer des colons dans un environnement apte à favoriser le développement de la colonie. La réflexion restera en partie théorique puisqu’il ne s’agira pas de débusquer systématiquement la mise en œuvre effective de ses ressources, un aspect auquel les sources ne donnent accès que de manière très fugace. Celles-ci n’autorisent pas non plus à révéler une volonté systématique de puiser dans une « base de données » sur l’Italie que l’Etat romain aurait progressivement construite97.

  • 98 Sur cet aspect, on peut se référer aux travaux d’Élizabeth Deniaux (1983).
  • 99 Sur ce sujet, nous nous permettons de renvoyer à des recherches personnelles à paraître (Bertrand (...)
  • 100 Moatti 1994, p. 70.
  • 101 Moatti 1997, p. 66.
  • 102 Sur les liens entre géographie et pompa triumphalis, voir Cadiou 2010. Malgré la variété des types (...)
  • 103 Moatti 1997, p. 67.
  • 104 Idem.

22Issu de la victoire militaire, le processus colonial se déroule en lien étroit avec les artisans de la conquête. Fonder une colonie signifiait être en capacité d’offrir des terres à ses soldats ou à des citoyens et, à terme, de se constituer une clientèle98. À ce titre, le général qui avait permis à Rome d’augmenter son territoire ne pouvait laisser lui échapper totalement les différentes opérations qui conduisaient à y installer des citoyens romains99. Deux aspects sont à envisager. Le premier concerne l’acquisition de nouveaux savoirs géographiques au cours des opérations militaires, et, le second, leur possible exploitation dans la phase de colonisation. L’accroissement des connaissances géographiques avait été rendu possible par les conquêtes romaines et les Modernes ont souligné que Rome « ne progress[ait] dans la connaissance d’un lieu qu’au fur et à mesure qu’[elle] le soumettait »100. Le rôle déterminant attribué à la conquête militaire dans les progrès de la science géographique trouve des traductions particulièrement spectaculaires dans nos sources. La pumpa triumphalis a pu être décrite comme un « cours de géographie populaire »101 en raison des différents types de représentations figurées (villes, peuples, fleuves…) que le général triomphateur faisait défiler dans les rues de la Ville102. Ce qu’on a appelé les « archives de la conquête »103 témoigne également de l’accroissement du savoir concomitant et consécutif aux conquêtes. Tout à la fois les litterae et les commentarii œuvraient à enrichir la masse d’informations dont Rome disposait sur les territoires parcourus par ses armées104. Reste à savoir si cette collecte de données était susceptible d’être exploitée en tant que ressource collective à disposition des différents magistrats destinés à agir sur les nouveaux territoires conquis dans le cadre de la colonisation.

  • 105 Sur cet aspect, voir Berrendonner 2001, p. 101-104 et sur le caractère d’exemplarité de M’. Curius (...)
  • 106 Inscr. It., XIII, 1, p. 544-545
  • 107 Flor., 1, 15, 3 ; D.C., 8, 37, 1 ; Vir. Ill. 33 ; Oros. 3, 22, 11.
  • 108 Plin. NH, 18, 4, 18 ; Colum., R., 1, pr. 14 et 1, 3, 10 ; Front. Strat., 4, 3, 12 ; Vir. Ill. 33 ; (...)
  • 109 Smith 2014, p. 130-131 pour une courte synthèse sur ces questions.
  • 110 Plu., Apophtegme de Curius, 1-2 ; De Vir. ill., 33.
  • 111 Colum. R., 1.pr. 14 ; Sen., Ben., 7, 7, 5.
  • 112 Val. Max., 4, 3, 5 ; Front. Strat., 4, 3, 12.
  • 113 Val. Max., 4, 3, 5 ; Colum., R., 1.3.
  • 114 Seul Frontin identifie clairement les bénéficiaires des distributions avec les soldats, ce qui ind (...)
  • 115 Pina Polo 2011, p. 170-171, avec bibliographie antérieure.
  • 116 Buonocore – Firpo 1998, p. 565-566 cité par Smith 2014, p. 131.

23Le général victorieux pouvait notamment être impliqué lui-même directement dans les opérations de distributions de terres. Il y avait alors un lien direct entre d’un côté les connaissances acquises par un magistrat lors de ses actions militaires et de l’autre les opérations coloniales qu’il prenait en charge. Le cas de M’. Curius Dentatus en est un exemple. La troisième guerre samnite se conclut en 290 avec les confiscations territoriales effectuées en Sabine à la suite des victoires de celui-ci. Si l’historicité du personnage n’a jamais été questionnée, ce sont en revanche ses différentes actions qui ont fait l’objet de constructions historiographiques nombreuses au fil du temps105. Consul en 290, il obtient deux triomphes pour ses victoires contre les Samnites et les Sabins et une ovation sur les Lucaniens106. Deux aspects majeurs émergent de la tradition littéraire à son sujet : l’ampleur des confiscations de terres opérées par le général d’une part107, la frugalité du personnage et le caractère exemplaire de sa conduite d’autre part108. Les modalités opérations de partage restent complexes à comprendre, tant sont nombreuses les incertitudes avec lesquelles il faut composer si l’on veut préciser le rôle joué par M’. Curius Dentatus : localisation géographique exacte des confiscations, date, étendue, nombre et identités des bénéficiaires, statut juridique accordé aux Sabins109. Si l’on considère l’ensemble des sources à disposition sur les distributions de terre consécutives aux victoires du général plébéien, on constate d’abord que seuls deux auteurs lui en attribuent clairement la responsabilité, l’Auctor de Viris illustribus et Plutarque110 ; selon ces auteurs, ce fut M’. Curius Dentatus qui donna des terres au populus et décida également de ne pas se réserver un lot plus étendu. Les autres sources à disposition restent vagues111, ou évoquent le rôle du Sénat112. Lorsqu’il s’agit d’évoquer le refus du triomphateur de recevoir une surface de terre plus importante que ses concitoyens, Valère-Maxime évoque le Sénat, alors que Columelle évoque un présent du populus113. Que les bénéficiaires aient été les soldats du général114, ou des soldats et des civils dans le cadre d’une action plus vaste ayant compris aussi le draînage du lac Fucin115, que M’. Curius Dentatus ait donc agi en vertu de son imperium militum ou en tant que consul, il semble bien avoir été à la manœuvre même si les modalités exactes de sa participation demeurent hors de portée. Il n’est sans doute pas utile de lire les processus de colonisation consécutifs à la troisième guerre samnite comme un projet de M’. Curius Dentatus mené contre le Sénat, ou du Sénat sans l’implication aucune du général victorieux. La figure de héros plébéien ne correspond pas nécessairement à l’ensemble de sa carrière116. On aurait donc ici une politique de colonisation pour lesquelles l’un des artisans principaux possédaient par son expérience de terrain des savoirs pertinents.

  • 117 Liv., 38, 2 ; Liv., 39, 55, 7‑8 et Liv., 41, 13, 4‑5.
  • 118 MRR, 1, p. 409-410 et Liv., 42, 4, 3-4.
  • 119 Weigel 1985. Pour les exemples qui suivent, voir p. 226-229.
  • 120 Liv., 2, 63, 5 et 65, 3, ; D.H., 9, 56 et 9, 59, 2.
  • 121 Liv., 8, 16, 13-14 et 8, 16, 1-2.
  • 122 Liv., 37, 57, 7-8.
  • 123 Liv., 31, 21 et 34, 22, 1-3.
  • 124 Liv., 37, 46, 10-11
  • 125 Liv., 34, 46, 1 et Liv., 37, 2, 6.

24Un processus voisin se lit au travers du cas de M. Aemilius Lepidus. Vainqueur en Ligurie en 187, constructeur de la via Aemilia qui relie Placentia à Ariminum, il est membre des commissions triumvirales chargées de procéder aux fondations de Mutina, Parma (183) et Luna (177), colonies situées toutes trois dans le rayon d’action qu’il avait investi durant sa campagne militaire117. Sans pouvoir faire la part entre la pression exercée par M. Aemilius Lepidus appartenir aux magistrats fondateurs des colonies et en retirer les bénéfices afférents d’un côté et la volonté de confier ce type de charge à un individu qui possédait une certaine familiarité avec les lieux de l’autre, il est certain que le Sénat a pu trouver quelque avantage à exploiter les connaissances géographiques du personnage dans le cadre du processus colonial à l’œuvre. L’expérience du terrain que lui avaient conférée les opérations militaires en Ligurie furent sans doute exploitées en 177 lorsque M. Aemilius Lepidus fut chargé de déduire des colons à Luna. Les deux premières déductions coloniales qu’il avait conduites, à Mutina et à Parma, étaient en relation directe elles aussi avec un savoir acquis sur le terrain puisque le consul de 187 avait supervisé les travaux de la uia Aemilia. En 173, deux ans après son second consulat, il fut de nouveau impliqué dans des distributions de terres en Ligurie, en tant que membre des decemuiri agris dandis assignandis118. Cela peut être confirmé par une étude plus large des fondateurs de colonie et triumuiri coloniae deducendae : un approche prosopographique de ces individus, telle qu’elle a été conduite par R. Weigel, montre qu’ils avaient pour la majorité d’entre eux une connaissance personnelle des lieux où ils se rendaient pour fonder une ou plusieurs colonies119. Cette familiarité trouvait ses racines dans la conduite de guerres antérieures ou dans l’exercice de charges diverses dans la région intéressée par la déduction. En 467, les deux fondateurs de la colonie d’Antium correspondent à ce profil : il s’agit de T. Quinctius Capitolinus Barbatus et A. Verginius. Le premier avait été l’artisan de la victoire contre Antium en 468 et le second avait dirigé des manœuvres militaires dans la même région l’année précédente120. K. Duilius, l’un des fondateurs de la colonie de Cales en 334, avait été consul en 336 et combattu à ce titre contre les Ausones et les Sidicins121. L. Valerius Flaccus, membre de la commission triumvirale chargée de la déduction de Bononia en 189122, avait à son actif une longue expérience dans la région : il combattit les Boïens à deux reprises en 200 et en 195123 , puis fut chargé de conduire le renforcement des colonies de Placentia et Cremona en 190124. En 186, M. Tuccius participe à la refondation des colonies de Sipontum et Buxentum : préteur en 190, il avait reçu l’Apulie et le Bruttium125.

  • 126 Liv., 32, 29, 3-4. Il s’agit des colonies de Puteoli, Buxentum, Liternum, Salernum, Volturnum.
  • 127 Liv., 34, 45, 1-2. Des citoyens latins qui s’étaient fait inscrire pour les colonies de Puteoli, S (...)
  • 128 Moatti 1993, p. 10.
  • 129 Moatti 1993, p. 82-88. L’auteure montre que si la conquête d’un territoire s’accompagnait de la co (...)
  • 130 Ces délais ne sont pas toujours mentionnés par les sources et il est donc difficile de déterminer (...)

25On ne peut affirmer avec certitude que la connaissance du terrain ait été un critère déterminant dans le choix des individus chargés d’aller fonder une colonie. Néanmoins, la récurrence que révèle la mise en série des fondations coloniales entre 467 et 169 suggère que cet élément n’était pas indifférent, d’autant plus qu’à une expérience directe du terrain s’ajoutaient probablement des liens établis avec les élites et les communautés indigènes qui ne pouvaient que faciliter les opérations. Cette volonté d’exploiter des ressources personnelles dans la fondation de colonies révèle ainsi la conscience qu’avait l’État romain de la nécessité d’une bonne appréhension des territoires destinés à recevoir des distributions de terres ou des colonies. On peut aussi lire en ce sens les délais qui existaient entre la décision de fonder une colonie et l’envoi effectif des colons. L’exemple le mieux connu est celui des cinq colonies de 197 proposées par le tribun C. Acilius126 : Tite-Live signale que les triumvirs reçurent leurs pouvoirs pour trois ans et les colonies ne furent effectivement déduites qu’en 194127. Ce laps de temps permit aux triumvirs de procéder aux opérations nécessaires avant l’arrivée des colons, qui impliquaient un travail très lourd de délimitation, de centuriation et d’assignation, où les procédures de confiscation et d’indemnisation et de déplacement des populations requéraient sans aucun doute beaucoup de temps128. La décision de fonder une colonie à tel ou tel endroit s’appuyait essentiellement sur l’existence de domaines appartenant à l’ager publicus mais, comme l’a montré C. Moatti, il est exclu que la République ait eu à disposition des informations précises sur ces territoires dont elle n’avait au mieux qu’une localisation géographique grossière et une estimation quantitative129. Les délais accordés aux commissions triumvirales pour fonder les colonies révèlent non seulement la complexité des opérations de terrains nécessaires à l’installation des colons mais elles soulignent aussi le faible degré d’information dont disposait l’État romain sur les territoires qu’elle avait conquis et en partie confisqués130.

Conclusion

26La colonisation d’époque républicaine est l’un des aspects les plus visibles de la conquête de l’Italie. Elle mit en contact – sous des modalités diverses – des citoyens romains avec des peuples et des territoires étrangers, et a sans nul doute fortement contribué à une connaissance accélérée de l’Autre. Ce fut souvent de manière violente au départ, dans un contexte pacifié à plus long terme. L’ambition initiale était de renverser la perspective : non pas se demander comment les colonies ont contribué à la création d’une Italie « romaine » et mieux connue par les Romains, mais plutôt déceler ce que Rome pouvait connaître des territoires où elle décida, très tôt, d’envoyer des colons et de fonder de nouvelles cités. Cette enquête doit à terme bénéficier d’une double échelle d’analyse. Une échelle globale, celle adoptée ici, qui a permis d’interroger non tant le degré de familiarité que l’État romain avait de telle ou telle zone en amont de la conquête, que la nature et les sources des savoirs dont il disposait. Que le populus romain ait pu marquer ses réticences à plusieurs reprises à l’égard de projets coloniaux trop éloignés géographiquement peut être interprété comme le signe que devenir colon était avant tout un saut dans l’inconnu. Pourtant, les recrutements forcés furent rares si l’on en croit les sources, voire inexistants. Par ailleurs, la réflexion se heurte à une limite difficilement franchissable. La fiabilité des savoirs dont a pu disposer le Sénat lorsqu’il engageait le processus colonial reste pour nous une inconnue. Rien ne nous assure que les informations récoltées par différents biais étaient efficacement exploitables, si tant est que la volonté de le faire ait existé.

27La double visibilité des colonies – à la fois dans les sources littéraires comme marqueurs immédiats de la conquête et dans l’événement archéologique qu’elles peuvent représenter dans un espace donné – apparaît comme un obstacle à dépasser pour remonter le fil des multiples mises en contact de Rome avec les peuples et les territoires de la péninsule avant l’implantation coloniale et souligne la nécessité d’enrichir l’approche synthétique d’enquêtes analytiques complémentaires, attentives au contexte spécifique de chaque colonie, aux rôles des gentes impliquées, aux circulations individuelles d’une cité ou d’un peuple à l’autre, qu’elles soit commerciales, migratoires, militaires. Elles se présentent comme une voie pour prolonger la réflexion sur l’intelligence romaine des réalités géographiques, économiques, culturelles d’une péninsule avec laquelle Rome avait tissé bien avant de la conquérir des liens au long cours.

Fig. 1 – Carte de localisation des principaux sites mentionnés dans l’article (DAO : S. Destephen).

Fig. 1 – Carte de localisation des principaux sites mentionnés dans l’article (DAO : S. Destephen).
Haut de page

Bibliographie

Alfieri – Ortolani 1978 = N. Alfieri, M. Ortolani, Sena Gallica, dans S. Anselmo (dir.), Una città adriatica: insediamenti, forme urbane, economia, società nella storia di Senigallia, Jesi 1978, p. 22-70.

Angeletti 2006 = G. Angeletti, Giulianova archeologica, dans L. Franchi dell’Orto (dir.), Teramo e la valle del Tordino, Documenti dell’Abruzzo teramano, vol. VII.1, Teramo, 2006, p. 174-179.

Bandelli 1999 = G. Bandelli, Le comunità urbane: agitazioni plebee e colonizzazione federale dal foedus Cassianum alla guerra latina, dans E. Hermon (dir.), La question agraire à Rome : droit romain et société. Perceptions historiques et historiographiques, Côme, 1999, p. 91-98.

Berrendonner 2001 = Cl. Berrendonner, La formation de la tradition sur M’. Curius Dentatus et C. Fabricius Luscinus : un homme nouveau peut-il être un grand homme ?, dans M. Coudry, Th. Späth (dir.), L’invention des grands hommes de la Rome antique. Die Konstruktion der großen Männer Altroms, Paris, p. 100-104.

Bertrand 2015 = A. Bertrand, La religion publique des colonies dans l’Italie républicaine et impériale, Rome, 2015.

Bertrand à paraître = A. Bertrand, Spoils, land and colonization from the Latin War to the end of the Third Samnite War, dans M. Helm, S. Roselaar (dir.), Spoils in the Roman Republic – Boon and Bane, Stuttgart, à paraître.

Bourdin 2012 = S. Bourdin, Les peuples de l’Italie préromaine : identités, territoires et relations inter-ethniques en Italie centrale et septentrionale (VIIIe-Ier s. av. J.-C.), Rome, 2012.

Buonocore – Firpo 1998 = M. Buonocore, G. Firpo, Fonti latine e greche per la storia dell'Abruzzo antico, II,2, L'Aquila, 1998.

Cadiou 2006 = F. Cadiou Renseignement, espionnage et circulation des armées romaines : vers une géographie militaire de la péninsule ibérique à l’époque de la conquête, dans G. Cruz Andreotti, P. Le Roux et P. Moret (dir.), La invención de una geografía de la Península Ibérica, I : La época republicana. Actes du colloque tenu à la Casa de Velázquez, Madrid, les 3 et 4 mars 2005, Malaga, 2006, p. 135-152.

Cadiou 2010 = F. Cadiou, Géographie et pompa triumphalis à Rome, dans Geografia e politica in Grecia e a Roma. II Conferenza di ricerca (Villa Vigoni, 5-8 ottobre 2009), Geographia Antiqua, 19, 2010, p. 141-150.

Coarelli 1988 = F. Coarelli, Colonizzazione e viabilità, dans Dialoghi di archeologia, 3e sér., 6, 2, 1988, p. 35-48. 

D’Ercole 2002 = M.C. D’Ercole, Importuosa Italiae litora. Paysage et échanges dans l’Adriatique méridionale à l’époque archaïque, Naples-Bonn, 2002.

D’Ercole – Martellone 2004 : V. d’Ercole, A. Martellone, Gli Equi prima della conquista romana, dans S. Lapenna (dir.), Gli Equi tra Abruzzo e Lazio, s.l., 2004, p. 31-42.

David 2006 = J.-M. David, Les fondateurs et les cités, dans L. Capogrossi Colognesi, E. Gabba (dir.), Gli statuti municipali, Pavie, 2006, p. 723‑741.

Deniaux 1983 = É. Deniaux, Le passage des citoyennetés locales à la citoyenneté romaine et la constitution de clientèles, dans Les « Bourgeoisies » municipales italiennes aux IIe et Ier siècles av. J.C., Paris-Naples, 1983, p. 267‑277.

Firpo 1994 = G. Firpo, La cronologia delle guerre sannitiche, dans Ævum, 68, 1994, p. 33-49

Firpo 2004 = G. Firpo, Gli Equi nelle fonti, dans S. Lapenna (dir.), Gli Equi tra Abruzzo e Lazio, s.l., 2004, p. 85-88.

Fracchia – Gualtieri 2015 = H. Fracchia, M. Gualtieri, Dal territorio di Roccagloriosa all’Ager Buxentinus, dans MEFRA, 127-2, 2015, http://journals.openedition.org/mefra/3075.

Gagliardi 2015 = L. Gagliardi, Fondazione di colonie romane ed espropriazioni di terre a danno degli indigeni, dans MEFRA, 127-2, 2015, consulté le 20 septembre 2020, http://journals.openedition.org/mefra/2869.

Gargola 1995 = D. J. Gargola, Lands, laws and gods. Magistrates and ceremony in the regulation of public lands in republican Rome, Chapel Hill-Londres, 1995.

Gros – Torelli 2007 = P. Gros, M. Torelli, Storia dell’urbanistica. Il mondo romano, Rome-Bari, 2007 (1re éd. 1988).

Kremer 2006 = D. Kremer, Ius latinum, le concept de droit latin sous la République et l’Empire, Paris, 2006.

Lanfranchi 2015 = Th. Lanfranchi, Les confiscations à l’époque alto-républicaine. Entre conquête romaine, colonisation et législation tribunitienne, dans A. Bertrand (dir.), Expropriations et confiscations en Italie et dans les provinces : la colonisation sous la République et l’Empire, dans MEFRA, 127-2, 2015, http://journals.openedition.org/mefra/2929.

Lapenna 1996 = S. Lapenna, Villa romana, Tortoreto, località Muracche, dans L. Franchi dell’Orto (dir.), Le valli della Vibrata e del Salinello, Documenti dell’Abruzzo teramano IV, 1, Pescara, 1996, p. 367-397.

Lepore 2014 = G. Lepore, La colonia di Sena Gallica: un progetto abbandonato?, Hoc quoque laboris praemium. Scritti in onore di Gino Bandelli, Trieste, 2014, p. 219-242. 

Lepore 2014 = G. Lepore, L’origine della colonia di Sena Gallica, dans G. Paci (dir.), Epigrafia e archeologia nel territorio marchigiano, in memoria di Lidio Gasperini, Tivoli, 2014, p. 297-322.

Liberatore 2004 = D. Liberatore, Alba Fucens. Studi di storia e di topografia, Bari, 2004.

Matteazzi 2014 = M. Matteazzi, Dinamiche di occupazione della pianura litorale a sud della città di padova (italia) in epoca romana: scelte insediative e uso del territorio, dans L. Mercuri et al. (dir.), Implantations humaines en milieu littoral méditerranéen. Actes des rencontres, 15-17 octobre 2013, Antibes, 2014, p. 329-340.

Mazzei 1999 = M. Mazzei (dir.), Siponto antica, Foggia, 1999.

Mazzei – Fabbri 1999 = M. Mazzei, M. Fabbri, Il quadro urbano, dans Mazzei 1999, p. 113-123.

Moatti 1993 = Cl. Moatti, Archives et partage de la terre dans le monde romain (IIe s. av-Ier s. apr.J.-C.), Rome, 1993.

Moatti 1997 = Cl. Moatti, La raison de Rome : naissance de l'esprit critique à la fin de la République (IIe-Ier siècle avant Jésus-Christ), Paris, 1997.

MRR = Th.R.S. Broughton, The magistrates of the Roman Republic, New York, 1951-1952, 2 vol.

Negri 1995 = G. Negri, Aspetti giuridici delle deduzioni coattive nella fondazione di colonie latine, dans M. Sordi (dir.), Coercizione e mobilità umana nel mondo antico, Milan, 1995, p. 149-159. 

Pasco-Pranger 2015 = M. Pasco-Pranger, Finding examples at home: Cato, Curius Dentatus, and the origins of Roman literary exemplarity, dans Classical Antiquity, 34-2, 2015, p. 296-321.

Pfeilschifter 2006 = R. Pfeilschifter, ‘How is the Empire ?’ Roms Wissen um Italien im dritten und zweiten Jahrhundert v. Chr., dans M. Jehne, R. Pfeilschifter (dir.), Herrschaft ohne Integration? Rom und Italien in republikanischer Zeit, Francfort-sur-le Main, 2006, p. 111-137.

Pina Polo 2011 = F. Pina Polo, The consul at Rome: the civil functions of the consuls in the Roman Republic, Cambridge, 2011.

Roccogliorosa II = M. Gualtieri, H. Fracchia, Roccagloriosa II : l’oppidum lucano ed il territorio, Naples, 2001.

Roselaar 2010 = S.T. Roselaar, Public Land in the Roman Republic. A Social and Economic History of ager publicus in Italy, 396-89 BC, Oxford, 2010.

Roselaar 2011 = S.T. Roselaar, Colonies and processes of integration in the Roman Republic, dans MEFRA, 123-2, 2011, p. 527-555.

Salmon 1937 = E.T. Salmon, The Latin Colonies at Vitellia and Circeii, dans The Classical Quarterly, 31-2, 1937, p. 111-113.

Salmon 1969 = E.T. Salmon, Roman Colonization under the Republic, New York-Londres, 1969.

Saulnier 1980 = Chr. Saulnier, Le rôle des prêtres fétiaux et l'application du ‘ius fetiale’ à Rome, dans Revue historique de droit français et étranger, 58-2, 1980, p. 171-199.

Sheldon 2009 = R.M. Sheldon, Renseignement et espionnage dans la Rome antique, Paris, 2009. 

Smith 2014 = Chr. Smith, The Sabines: Historical Perspective, dans M. Aberson, M.C. Biella, M. di Fazio et M. Wullschleger (dir.), Entre archéologie et historie: dialogues sur divers peuples de l’Italie préromaine, Berne, 2014, p. 127-136.

Tarpin 2014 = M. Tarpin, Strangers in Paradise. Latins (and some other non-Romans) in colonial context: a short story of territorial complexity, dans T. Stek, J. Pelgrom (dir.), Roman Republican Colonization. New perspectives from archaeology and ancient history, Rome, 2014, p. 160-191.

Torelli 1983 = M. Torelli, Edilizia pubblica in Italia centrale tra guerra sociale ed età augustea : ideologia e classi sociali, dans Les « Bourgeoisies » municipales italiennes aux IIe et Ier siècles av. J.‑C., Paris-Naples, 1983, p. 241-250.

Weigel 1985 = R.D. Weigel, Roman colonial commissioners and prior service, dans Hermes, 113, 1985, p. 224-231.

Zaccaria 1996 = C. Zaccaria, Notiziario epigrafico. Aquileia. Novità epigrafiche dal Foro (La base di T. Annius Luscus), dans Aquileia nostra, 67, 1996, col. 179‑188.

Haut de page

Notes

1 Ainsi, Sheldon 2009, 74. Pfeilschifter 2006 présente une vision plus nuancée : l’historien estime que les colonies étaient des sources d’information contingentes sur l’Italie, au sens où elles étaient amenées à être en relation avec Rome à différentes occasions (renforcements, ambassades), mais que le lien était fragile. Ce n’est qu’en période de crise qu’elles pouvaient être utilisées par les Romains comme des centres de collecte d’information.

2 Parmi de nombreux éléments qui permettent de lire les colonies comme des interfaces entre Rome et les peuples de l’Italie, on peut évoquer les différentes modalités de la présence de membres de la population indigène. Sur cette question, voir par exemple Roselaar 2011 et Gagliardi 2015.

3 Voir infra la présentation du cas d’Alba Fucens.

4 La colonie d’Ariminum, fondée à la limite septentrionale de l’ager Gallicus en 268, se positionne comme un verrou entre les territoires dominés par les Boïens au nord et ceux conquis par Rome au début du IIIe s. Liv., Per., 15, 5 ; Vell., 1, 14, 7 ; Eutr., 2, 7.

5 Cic., Sur la loi agraire, 2, 73.

6 Par exemple Liv., 39, 55, 7 à propos des fondations de Mutina et Parma.

7 Nous renvoyons à la fig. 1 en fin d’article pour la localisation des différents sites mentionnés tout au long de cette étude.

8 Liv., 10, 1 et Vell., 1, 14. Sur les problèmes de datation de la fondation, voir Liberatore 2004, 13-15.

9 Liv., 6, 2, 14 et 6, 4, 8 ; Plu., Cam., 33, 1 et 35, 1 ; D.S., 14, 117, 4.

10 Liv., 9, 45, 5-18. D.S, 20, 101, 5.

11 P. Sempronius P.f C.n. Sophus an. CDXLIX co(n)s(ul) [[L]] de Aequeis VII k Oct. ann. CDXLIX, Inscr. It., XIII, 1, p. 543. Soulignons que Tite-Live ne distingue pas entre les deux consuls de l’année puisqu’ils auraient été tous deux présents durant les affrontements et le triomphe n’est pas attribué précisément à l’un ou à l’autre. Diodore de Sicile ne fait mention que du consul Sempronius lors de la campagne contre les Èques et lui attribue logiquement le triomphe (D.S., 20, 101, 5).

12 Coarelli 1988, p. 42.

13 Liv., 10, 1, 7-9.

14 Respectivement, Liv., 10, 1, 7-9 et Liv., 10, 9, 7.

15 Liv., 10, 13, 1.

16 CIL VI, 1302. Également, Liv., 2, 32, 5 et D.H., 2, 72, 2. Voir Saulnier 1980, p. 175-176 pour la présentation de la variété des hypothèses romaines sur l’origine du ius fetiale ainsi que des rites et du collège des fétiaux.

17 Str., 5, 3, 4.

18 Liv., 9, 45, 5.

19 Sur les rapports romano-èques aux Ve et IVe s., voir en dernier lieu Firpo 2004. Il convient de ne pas surestimer la valeur historique du récit de Tite-Live sur les multiples incursions romaines en territoire èque au Ve. s. S. Bourdin (Bourdin 2012, p. 141) estime que « la contre-offensive romaine commence en 414 avec la conquête de Bolae puis celle de Liphlos en 389-388. » (resp. Liv., 4, 49 et D.S. 14, 102, 4).

20 Le territoire èque s’étendrait de la vallée de l’Aniene au sud-ouest, à la vallée du Salto au nord et au lac Fucin à l’est (D’Ercole – Martellone 2004, p. 31). Stéphane Bourdin propose de situer autour du Mont Algide la principale base d’action des Èques au cours du Ve siècle (Bourdin 2012, p. 141). Cela renforce l’idée que les armées romaines et latines n’ont guère dû s’aventurer beaucoup plus à l’est de la vallée del Sacco durant cette période et que les affrontements restaient localisés aux confins de la plaine latine et de la vallée del Sacco.

21 Liv., 2, 43, 2 ; 3, 2, 6 ; 3, 23, 4-7 ; 3, 25, 6-9 ; 3, 28, 10 ; 3, 30, 1-3 ; 3, 30, 8 ; 3, 42, 5 ; 3, 70, 1-11 ; 4, 49, 1 et 3-9 ; 4, 55, 4 ; 5, 16, 2 ; 5, 28, 5-10 ; 6, 2, 13.

22 Par exemple : Liv., 2, 48, 4 ; 2, 60, 1-2 ; 3, 3, 10 ; 3, 25, 6-9 ; 4, 55, 8 ; 5, 28, 6 ; 6, 4, 7-8.

23 Bien que Tite-Live présente la situation comme exceptionnelle, c’est le cas en 475 lorsque Latins et Herniques ripostent à la coalition volsco-èque sans demander l’aide de Rome (Liv., 2, 53, 4-5).

24 Sur cette colonie voir Salmon 1937, qui propose une date de fondation aux alentours de 420-415.

25 Liv., 5, 29, 3 : Vitelliam coloniam in suo agro Aequi expugnant.

26 Liv., 2, 39, 3-4.

27 Liv., 5, 29, 4.

28 Liberatore 2004, p. 17-18 avec bibliographie antérieure.

29 Il est certain que le récit annalistique n’offre qu’une vision partielle des contacts qui pouvaient s’établir entre un territoire étranger et Rome, ou plus exactement des individus présents à Rome. Échanges commerciaux, migrations, mercenariat méritent de participer pleinement à la réflexion. Une telle enquête doit cependant se faire au cas par cas afin de proposer un panorama exhaustif de l’ensemble des canaux par lesquels une région éloignée de Rome a pu lui devenir peu à peu moins étrangère antérieurement à la conquête militaire. Un tel travail est en cours pour la colonie de Sena Gallica et il fera l’objet d’une publication prochaine.

30 Par exemple Bandelli 1999.

31 Liv., 4, 47, 6-7.

32 Voir Lanfranchi 2015, § 38 à 46.

33 D.H., 9, 59, 1-2 et Liv., 3, 1, 4-7.

34 Liv., 5, 24, 4.

35 Liv., 5, 24, 9.

36 Liv., 5, 30, 8 et D.S., 14, 102, 4.

37 Liv., 8, 11, 13-14. Le texte de Tite-Live reste peu clair quant au rôle du territoire privernate dans cette distribution puisque son texte laisserait entendre que les colons reçurent 2 jugères dans le Latium, complétés par ¾ de jugères sur le territoire privernate. L’idée de lots séparés physiquement n’a guère de sens. Sur cette question voir Roselaar 2010, 301, note 16 avec bibliographie antérieure. Elle suggère qu’il y eut des lots de 2 jugères dans le Latium, et de 2 jugères ¾ sur le territoire de Priuernum.

38 Liv., 9, 26, 1-5.

39 Liv., 9, 26, 3 : Lucerini ac Samnites ad internecionem caesi ; eoque ira processit ut Romae quoque, cum de colonis mittendis Luceriam consuleretur senatus, multi delendam urbem censerent.

40 Liv., 9, 26, 4 : Praeter odium, quod exsecrabile in bis captos erat, longinquitas quoque abhorrere a relegandis tam procul ab domo ciuibus inter tam infestas gentes cogebat.

41 Liv., 2, 31, 4.

42 Plu. Cor., 13, 3. Voir infra.

43 Liv., 2, 41, 4-9.

44 Liv., 6, 16, 5.

45 Un épisode voisin a lieu en 339, en lien avec la distribution de terres dans le Latium et sur l’ager Falernus l’année précédente. La plèbe se plaint de la manière parcimonieuse (maligne) avec laquelle les distributions ont été faites. Tite-Live suggère cependant que la plèbe est instrumentalisée par le consul Ti. Aemilius Mamercinus à qui le Sénat refuse le triomphe (Liv., 8, 12, 9-12).

46 Liv., 10, 20, 1-2.

47 Liv., 10, 21, 8-10.

48 Cf. supra.

49 D.H., 7, 13, 5 et Plu. Cor., 13, 3. Tite-Live (2, 34, 6) mentionne le renforcement de la colonie de Vélitres sans évoquer cependant ni des difficultés de recrutement, ni le recours à une procédure d’enrôlement forcé.

50 D.H., 7, 13, 5 et Plu. Cor., 13, 3.

51 Gargola 1995, p. 64, n. 70. L’auteur estime que le recrutement des colons devait se faire la plupart du temps sur la base du volontariat mais que l’expression nomen dare introduit la possibilité de l’éventualité contraire. Si E. T. Salmon (1969, p. 24) affirme qu’un enrôlement forcé existait aussi dans le processus colonial, il n’en donne pas d’exemple. C. Moatti estime que le volontariat était la norme mais qu’il « n’était parfois qu’une fiction juridique » sous la République et l’illustre avec le cas du renforcement de Vélitres (Moatti 1993, p. 12-13). G. Negri a souligné que dans le cas de la déduction d’une colonie latine enrôler de force un citoyen romain signifiait lui retirer sa citoyenneté romaine et y voit une impossibilité juridique (Negri 1995).

52 Liv., 4, 11, 3-6.

53 Liv., 4, 47, 6-7. En 416, les tribuns de la plèbe Sp. Maecilius et M. Metilius proposent effectivement une loi pour redistribuer les terres confisquées aux Labicans mais leurs collègues, corrompus par le Sénat, s’opposent au projet (Liv., 4, 48).

54 Liv., 6, 5, 1-5.

55 Liv., 6, 6, 1.

56 Liv., 6, 21, 1.

57 Cf. supra.

58 Liv., 6, 16, 6.

59 Liv., 34, 45, 1.

60 Liv., 39, 23, 3.

61 Fracchia – Gualtieri 2015, § 26.

62 Salmon 1969, p. 51.

63 Cic. Sur la loi agraire, 2, 71 : « Quant à vous, Quirites, si vous voulez m’en croire, conservez la possession des biens dont vous jouissez : votre crédit politique, votre liberté, vos suffrages, votre dignité, votre ville, votre forum, vos jeux, vos jours de fêtes et tous vos autres avantages, à moins que vous ne préfériez renoncer à tout cela et à la splendeur de votre patrie pour vous installer, sous la conduite de Rullus, dans l’aridité de Siponte ou dans la pestilence du territoire de Salpis ». (trad. A. Boulanger). On doit bien sûr tenir compte du contexte d’énonciation qui conduit Cicéron à forcer le trait. L’aridité de la Daunie reste cependant une de ses caractéristiques majeures aux yeux de ceux qui la connaissent, dont Horace (voir Hor., Sat. 1, 5, 88-90 ; Od. 3, 30, 11 ; Ep, 3, 15-16). Sur les évolutions du territoire de Sipontum voir D’Ercole 2002, p. 37-88 : l’auteur souligne les variations importantes des conditions géographiques, en lien avec l’évolution des lagunes côtières, et la richesse de l’immédiat arrière-pays de Sipontum. À la fin du IIe s., le témoignage d’Artémidore d’Éphèse, sur lequel s’appuie Strabon (6, 3, 9), signale que le port de Sipontum permettait l’exportation de grandes quantités de blé.

64 Fracchia – Gualtieri 2015, § 26 « un altro fattore potrebbe essere, come Sipontum, l’ubicazione geografica assolutamente marginale rispetto alle vie principali romane ».

65 Le cas n’est avéré ni pour Sipontum, ni pour Buxentum mais le phénomène est connu. Ainsi le poète messapien Ennius reçoit-il la citoyenneté romaine en étant inscrit sur la liste des colons de Pisaurum ou de Potentia par Q. Fulvius Nobilior en 186 (Cic., Brut., 79 et Cic., Pro Arch., 22). On imagine mal qu’il ait effectivement rejoint l’une ou l’autre de ces colonies.

66 Liv., 31, 49, 6.

67 Liv., 32, 2, 6.

68 Liv., 40, 34, 2 et Liv., 43, 17, 1. Il vaut de noter que l’action de T. Annius Luscus, rappelée dans l’inscription AE, 1996, 685 trouvée sur le forum de la colonie, a largement dépassé le cadre suggéré par le texte de Tite-Live puisque l’inscription honorifique rappelle qu’il a procédé à la construction et à la dédicace d’un temple, qu’il a donné ses lois à la colonie et qu’il a choisi trois fois les membres du sénat. Cela s’apparente donc plus à une refondation qu’à un simple renforcement du contingent. Zaccaria 1996, col. 181 estime que les lois évoquées sont celles du temple ; contra David 2006, p. 725 suivi par Kremer 2006, p. 58.

69 Liv., 43, 1, 1-12.

70 Matteazzi 2014, p. 334, avec références bibliographiques complètes.

71 Liv., 2, 21, 7.

72 D.H., 7, 12 et 13 et Liv., 2, 34, 6.

73 Liv., 6, 30, 9.

74 Liv., 27, 9, 7-14.

75 Liv., 27, 38, 4-5. Les colonies concernées sont Ostia, Antium, Terracina, Minturnae, Sinuessa, Sena Gallica, Alsium.

76 Liv., 36, 3, 6. Les colonies concernées sont : Ostia, Fregenae, Castrum Nouum, Pyrgi, Antium, Terracina, Minturnae, Sinuessa.

77 Liv., 37, 46, 9-11.

78 Les cas de Cremona et Placentia présentent une densité d’événements importante entre 206 et 190, comme l’a étudié M. Tarpin (2014, part. p. 164-166). Après une attaque des Gaulois en 206 (Liv. 28, 11, 11), une partie des colons se retrouve en captivité alors que d’autres ont fui un peu partout en Italie. La réintégration des colons s’étale sur plusieurs années : 206, 200 (Liv., 31, 21, 18), 198 (Liv., 32, 26, 3) et 197 (Liv., 33, 23, 6). Entre 206 et 190, on imagine mal que les deux colonies aient pu commencer à prospérer.

79 Pour le IIe s., le recensement du matériel compte des fragments de Campana A, une amphore de la première moitié du IIe s., des fragments de sigillée italique et un fragment de Dr 1. Fracchia et Gualtieri 2015, § 25.

80 Il faut bien sûr noter que la continuité d’occupation du site de la colonie, et le développement touristique important qui le caractérise actuellement, ont été des freins à son étude systématique. Néanmoins, les recherches archéologiques menées sur le territoire confirment le constat très pessimiste sur le premier siècle de vie de la colonie. En effet, comme l’ont montré les recherches conduites par Helena Fracchia et Maurizio Gualtieri dans la zone comprise entre le cours des fleuves Mingardo et Bussento, une série d’indices confirme que la « naissance » de la colonie au cours du Ier s. n’est pas un effet de sources : utilisation de techniques de construction romaines sur le territoire, croissance des établissements ruraux, apparition de nouveaux sites le long de la côte et dans la vallée intérieure du Mingardo, intensification de activités du port. Cette croissance tardive mais réelle est avant tout mise en relation avec le raccordement du territoire colonial au réseau viaire du Vallo di Diano et à la via Popilia Annia (voir Fracchia – Gualtieri 2015, § 29-35 et Roccagloriosa II, part. p. 129-135 et 149-153).

81 Sur l’histoire des fouilles, voir Mazzei 1999.

82 Mazzei – Fabbri 1999, p. 113.

83 Gros – Torelli 2007, p. 187.

84 Voir Angeletti 2006 et sur les uillae tardo-républicaines voir plus spécifiquement Lapenna 1996.

85 Pour une présentation complète des données relatives à la colonie d’Aesis voir Bandelli 2005.

86 Mentionnons que le fait que la via Flaminia n’ait pas inclus Sena Gallica dans son parcours n’a sûrement pas aidé au développement de la colonie.

87 Alfieri – Ortolani 1978.

88 Sur les éléments les plus significatifs de cette quasi invisibilité, voir Lepore 2014, p. 234-235.

89 Caes., BC, 1, 11, 4 et Cic., Ad. fam., 16, 12, 2.

90 À ce titre, le tracé de la via Flaminia, ouverte en 220, s’avère particulièrement intéressant car il rejoint la côte adriatique à la hauteur de Fanum Fortunae, c’est-à-dire à environ 20 km au nord de Sena Gallica, qu’il laisse donc de côté. Cette relative marginalisation peut être lue tout à la fois comme un symptôme de la modestie de la colonie et un facteur aggravant. G. Lepore a ainsi formulé l’hypothèse selon laquelle Sena Gallica aurait été un « projet abandonné » (Lepore 2014, p. 312-317). L’auteur s’appuie sur les recherches archéologiques menées à partir de 2010. Elles ont notamment montré que la colonie répond, dans sa morphologie, moins aux canons des colonies maritimes qu’à ceux des colonies latines. Sa surface estimée est d’environ 18 hectares et le territoire assigné à la colonie aurait pu s’étendre jusqu’au bassin du fleuve Cesano au nord et au bassin du fleuve Esino au sud. La possibilité et la décision de fonder une colonie plus au nord en 268 à Ariminum auraient rendu obsolète le site de Sena Gallica qui ne se trouvait plus en position de base-arrière privilégiée de la conquête de la Gaule Cisalpine.

91 Liv., 41, 27. Pour une étude détaillée de ce passage, nous renvoyons à Bertrand 2015, p. 47-48, 118-126 et 275-278 avec bibliographie antérieure.

92 La corruption du passage empêche de proposer une liste certaine des aménagements qui concernèrent précisément telle ou telle ville. Ce point n’est pas décisif ici puisqu’il s’agit avant tout de souligner la sollicitude d’un censeur envers les colonies, qui forment la majeure partie des cités mentionnées.

93 Torelli 1983, 244.

94 RE, VII, 1, 240-241, 246-248 et 268-269.

95 Liv., 39, 23, 3.

96 Claudia Moatti propose un large panorama des multiples sources de connaissance des Romains (1997, p. 59-74) : la présence d’étrangers à Rome, les voyages de Romains et d’Italiens hors de la péninsule (voyageurs, étudiants, commerçants, ambassadeurs, soldats), les conquêtes et les explorations qu’elles permirent, les travaux des géographes grecs et les modes d’accumulation et de conservation existants (acta triumphorum, litterae, commentarii, traités, décrets). Cette « ouverture au monde » augmenta la culture géographique des Romains. Elle reste cependant « exploratoire » (Moatti 1997, p. 70-71).

97 Sur ce sujet, nous renvoyons notamment aux analyses de François Cadiou qui a montré que le savoir géographique restait largement inexploité par les généraux romains dans le cadre de la conquête de la péninsule ibérique. Sans préjuger de la possible curiosité intellectuelle des aristocrates romains, F. Cadiou souligne par exemple l’absence d’élaboration de cartes préalables aux campagnes militaires malgré les ressources fournies par la science géographique hellénistique (Cadiou 2006). Dans la perspective que nous adoptons ici, ces cartes seraient partie intégrante d’une « base de données » abstraite, mais réelle, à laquelle les hommes de pouvoir romains avaient potentiellement accès.

98 Sur cet aspect, on peut se référer aux travaux d’Élizabeth Deniaux (1983).

99 Sur ce sujet, nous nous permettons de renvoyer à des recherches personnelles à paraître (Bertrand à paraître).

100 Moatti 1994, p. 70.

101 Moatti 1997, p. 66.

102 Sur les liens entre géographie et pompa triumphalis, voir Cadiou 2010. Malgré la variété des types de représentation figurées que les sources permettent de dénombrer, l’auteur insiste sur le caractère non savant de cette géographie en action qui vise avant tout à mettre sous les yeux des spectateurs les exploits du général ainsi que la quantité et la variété des lieux soumis. En ce sens, les images des cortèges triomphaux ne peuvent en aucun cas être conçus comme des moyens de diffusion d’un savoir géographique, quand bien même celui-ci progressait au fur et à mesure que les armées romaines avançaient.

103 Moatti 1997, p. 67.

104 Idem.

105 Sur cet aspect, voir Berrendonner 2001, p. 101-104 et sur le caractère d’exemplarité de M’. Curius Dentatus, Pasco-Pranger 2015.

106 Inscr. It., XIII, 1, p. 544-545

107 Flor., 1, 15, 3 ; D.C., 8, 37, 1 ; Vir. Ill. 33 ; Oros. 3, 22, 11.

108 Plin. NH, 18, 4, 18 ; Colum., R., 1, pr. 14 et 1, 3, 10 ; Front. Strat., 4, 3, 12 ; Vir. Ill. 33 ; Plu., Apophtegme de Curius, 1-2 et Crass., 2, 9-10.

109 Smith 2014, p. 130-131 pour une courte synthèse sur ces questions.

110 Plu., Apophtegme de Curius, 1-2 ; De Vir. ill., 33.

111 Colum. R., 1.pr. 14 ; Sen., Ben., 7, 7, 5.

112 Val. Max., 4, 3, 5 ; Front. Strat., 4, 3, 12.

113 Val. Max., 4, 3, 5 ; Colum., R., 1.3.

114 Seul Frontin identifie clairement les bénéficiaires des distributions avec les soldats, ce qui indiquerait alors que M’. Curius Dentatus avait agi en vertu de son imperium militum.

115 Pina Polo 2011, p. 170-171, avec bibliographie antérieure.

116 Buonocore – Firpo 1998, p. 565-566 cité par Smith 2014, p. 131.

117 Liv., 38, 2 ; Liv., 39, 55, 7‑8 et Liv., 41, 13, 4‑5.

118 MRR, 1, p. 409-410 et Liv., 42, 4, 3-4.

119 Weigel 1985. Pour les exemples qui suivent, voir p. 226-229.

120 Liv., 2, 63, 5 et 65, 3, ; D.H., 9, 56 et 9, 59, 2.

121 Liv., 8, 16, 13-14 et 8, 16, 1-2.

122 Liv., 37, 57, 7-8.

123 Liv., 31, 21 et 34, 22, 1-3.

124 Liv., 37, 46, 10-11

125 Liv., 34, 46, 1 et Liv., 37, 2, 6.

126 Liv., 32, 29, 3-4. Il s’agit des colonies de Puteoli, Buxentum, Liternum, Salernum, Volturnum.

127 Liv., 34, 45, 1-2. Des citoyens latins qui s’étaient fait inscrire pour les colonies de Puteoli, Salernum et Buxentum demandaient en 194 – alors que les colonies n’étaient pas encore fondées – à jouir des privilèges de leur nouvelle (mais encore virtuelle) citoyenneté romaine, ce que le Sénat refusa (Liv., 34, 42, 6). Un délai de trois ans est également prévu pour les commissions triumvirales chargées en 194 de fonder deux colonies, l’une dans le Bruttium et l’autre sur le territoire de Thurii (Liv., 34, 53, 12).

128 Moatti 1993, p. 10.

129 Moatti 1993, p. 82-88. L’auteure montre que si la conquête d’un territoire s’accompagnait de la confiscation d’une partie des terres des peuples vaincus, la République n’avait pas les moyens d’établir immédiatement un cadastre de celles-ci et que seules les informations peu précises contenues dans le traité conclu avec les vaincus étaient à sa disposition. Ainsi, ce n’est que dans la perspective d’une opération administrative spécifique que l’État faisait procéder à l’établissement d’un cadastre. Le cas de l’ager Campanus est particulièrement clair à ce titre.

130 Ces délais ne sont pas toujours mentionnés par les sources et il est donc difficile de déterminer s’ils étaient systématiques. Par exemple, lors des déductions de 194, aux cinq colonies prévues dès 197 s’en ajoutent trois (Sipontum, Tempsa, Croton) dont Tite-Live semble affirmer qu’elles furent fondées sans délai (Liv., 34, 45, 3-5).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Carte de localisation des principaux sites mentionnés dans l’article (DAO : S. Destephen).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Audrey Bertrand, « Les territoires des possibles », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité, 133-2 | 2021, 361-379.

Référence électronique

Audrey Bertrand, « Les territoires des possibles », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En ligne], 133-2 | 2021, mis en ligne le 31 décembre 2021, consulté le 24 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/mefra/12210 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mefra.12210

Haut de page

Auteur

Audrey Bertrand

Université Gustave Eiffel, Laboratoire Analyse comparée des pouvoirs - EA 3350 – audrey.bertrand@univ-eiffel.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search