Navigation – Plan du site

AccueilNuméros133-2VariaArchéologie des domaines impériaux

Varia

Archéologie des domaines impériaux

Recherches à Henchir Hnich (région du Krib, Tunisie), site de découverte de la lex Hadriana de agris rudibus
Ali Chérif, Yolanda Peña Cervantes, Hernán González Bordas, Eva Zarco Martinez, Felix Teichner, Fatma Haddad, Macarena Bustamante, Riadh Smari, Florian Josef Hermann, David Ulrich Kiesow et Juan José Marmol Marco
p. 457-486

Résumés

Cet article présente les résultats d’une mission archéologique effectuée en juin 2019 par une équipe internationale sur le site d’Henchir Hnich, lieu de provenance de la première copie de la lex Hadriana de agris rudibus. L’étude de ce site, identifié de façon certaine comme un établissement rural dépendant d’un domaine impérial, s’inscrit dans un projet plus vaste consacré à l’archéologie des propriétés impériales en Afrique proconsulaire. Les travaux ont confirmé, d’un côté, certaines observations faites lors des premières visites accomplies entre 2013 et 2017, comme l’identification du bâtiment principal en tant que torcularium. D’un autre côté, ils ont apporté de nouvelles données d’importance, notamment l’identification de la séquence chronologique d’occupation du site, la détection de trois bâtiments de grandes dimensions et la trouvaille, entre autres inscriptions, d’un terminus séparant le domaine impérial d’un domaine privé.

Haut de page

Notes de l’auteur

Les travaux de terrain développés sur le site d’Henchir Hnich en juin 2019 ont été financés par le ministère de la Culture et du Sport du gouvernement espagnol dans le cadre de l’appel « Convocatoria de Excavaciones Arqueológicas en el Exterior » avec le soutien de la fondation Palarq, la faculté de Géographie et d’Histoire de l’UNED (Universidad Nacional de Educación a Distancia, Madrid), de l’INP (Institut National du Patrimoine de Tunis), du projet ERC Patrimonium de l’Université de Bordeaux-Montaigne (UBM), de l’Universität Marburg (UM) ainsi que de l’Université de Grenade. Ces travaux font partie du projet de recherche « Arqueología de los dominios imperiales. Intervenciones arqueológicas en el yacimiento de Henchir Hnich (El Krib, Túnez), lugar de hallazgo de la lex Hadriana de rudibus agris ».

Texte intégral

Introduction

  • 1 Pour une présentation préliminaire du site, voir González Bordas – Chérif 2018, p. 1433-1434.
  • 2 Sur les références à ce règlement dans d’autres inscriptions, ainsi que sur les liens avec d’autre (...)

1Henchir Hnich, site archéologique inédit situé dans le secteur de l’oued Ellouz, à 3,5 km à l’ouest de l’antique municipium Mustitanum (fig. 1)1, a été choisi, par ses caractéristiques, comme point de départ d’un projet de recherche sur les domaines impériaux en Afrique proconsulaire, particulièrement dans la vallée de la Mejerda, après avoir livré le seul exemplaire de la lex Hadriana de agris rudibus jusqu’à présent connu2. Nous avons jugé utile, avant de passer à la présentation des résultats obtenus lors de la première campagne effectuée sur le site d’Henchir Hnich, de justifier le choix de la problématique traitée et de rappeler les étapes de l’avancement de l’enquête, encadrée par une convention signée entre l’INP et l’UNED.

Le choix de la thématique 

  • 3 La tendance vers l’étude des paysages ruraux au cours des dernières décennies est maintenant docum (...)
  • 4 Grira 1997 ; Chérif 2002-2003. On ajoutera aussi des travaux particuliers consacrés à des domaines (...)
  • 5 De Vos Raaijmakers – Maurina 2019. Cette publication fournit les résultats issus des fouilles entr (...)
  • 6 Un autre projet de recherche a été lancé en 2020 par Samira Sehili (Institut National du Patrimoin (...)

2Entreprendre des travaux archéologiques méthodiques et pluridisciplinaires sur un site identifié comme une dépendance d’un domaine impérial est une investigation très peu courante dans la recherche scientifique en Tunisie. Il s’agit là d’une branche essentielle dans le domaine de l’archéologie rurale3. Les grands projets archéologiques mis en place et inscrits dans des campagnes de recherches internationales ont plutôt concerné des centres urbains majeurs : Ammaedara, Althiburos, Mactaris, Sufetula, Uthina, Uchi Maius, Thugga... Nous disposons d’enquêtes consacrées aux domaines impériaux (situés à l’intérieur de la Zeugitane) ou privés (exclusivement en Tunisie), mais réalisées essentiellement à partir des données recueillies lors de prospections pédestres4. Récemment, M. de Vos Raaijmakers et B. Maurina ont publié les fouilles stratigraphiques effectuées dans une ferme byzantine établie à Aïn Wassel5, site rural reconnu depuis longtemps comme faisant partie d’un domaine impérial après la découverte sur les lieux, par Louis Carton, de l’une des grandes inscriptions agraires d’Afrique. Il s’agit là de la seule approche archéologique d’un centre de domaine impérial situé en Tunisie appuyée sur les résultats de fouilles méthodiques6.

3La découverte récente de la lex Hadriana à Henchir Hnich, nous a offert l’opportunité de monter un projet de recherches archéologiques multidisciplinaires semblable à celui d’Aïn Wassel. Cette enquête contribuera sans doute à combler, autant que faire se peut, les lacunes documentaires encore considérables sur l’organisation de l’espace rural d’une façon générale, et plus particulièrement sur l’histoire sociale et économique des propriétés impériales.

Fig. 1 – Localisation d’Henchir Hnich dans la vallée de l’oued Ellouz et dans la région de Mustis.

Fig. 1 – Localisation d’Henchir Hnich dans la vallée de l’oued Ellouz et dans la région de Mustis.

Les étapes de la mise en place du projet

  • 7 Ces premières missions ont donné matière à une présentation faite dans la maison de culture du Kri (...)
  • 8 En l’état actuel de la prospection, trois sites ont été repérés. Voir González Bordas – Chérif 201 (...)
  • 9 Cf. infra, n. 40.
  • 10 C’est au cours de cette mission que le cippe de la lex Hadriana a été transporté aux réserves du s (...)
  • 11 La première conférence, donnée le 21 septembre 2017, s’inscrit dans le cadre du séminaire Ausonius (...)
  • 12 Voir les résultats issus du recours à la modélisation 3D dans la nouvelle édition de l’inscription (...)
  • 13 La table ronde, dont les travaux ont été coordonnés par Alberto Dalla Rosa, a pour thème : « La le (...)

4Après la découverte d’Henchir Hnich et de la lex Hadriana le 6 juillet 2013, l’intervention s’est limitée à des missions de prospection effectuées dans un cadre restreint par Ali Chérif7 ; elles ont couvert, outre le site objet du présent rapport, d’autres champs de ruines situés dans la vallée de l’oued Ellouz8. En 2017, suite à une coordination initiée par Samir Aounallah et Jérôme France, une collaboration a été établie entre Ali Chérif et Hernán González Bordas (UBM) en vue d’assurer l’étude et l’édition des quatre documents épigraphiques découverts sur le site : la lex Hadriana et trois pierres tombales (deux stèles et un cippe)9. Une mission de travail sur le terrain a été programmée du 6 au 13 mars 2017, ayant comme principal objectif d’entamer le déchiffrement du texte de la lex Hadriana10. Les premiers résultats ont été présentés dans deux conférences données au centre Ausonius à Bordeaux et à l’Institut national du patrimoine à Tunis11. Au-delà de l’état fragmentaire du monument, la forte érosion qui touche les faces II et III du texte a imposé le recours à la modélisation 3D pour pouvoir récupérer le plus possible de lettres et de mots. C’est ainsi que nous avons fait appel au pôle 3D d’Huma-Num d’Ausonius, plus précisément à Florent Comte qui a déjà eu l’occasion de travailler avec H. González Bordas sur l’inscription de Lella Drebblia, dans le cadre du projet LabEx Rus Africa12. Même si les premiers modèles 3D créés n’ont pas apporté une totale satisfaction, ils ont permis une certaine amélioration dans la lecture du texte, et par conséquent l’interprétation de certaines données de son contenu. Ce nouveau stade d’avancement dans notre recherche a été présenté à Bordeaux le 16 octobre 2018 à l’occasion de la table ronde organisée à l’UBM autour de la nouvelle inscription d’Henchir Hnich13. Depuis, de nouveaux modèles, plus précis et limités à des zones restreintes des surfaces, ont été créés et analysés. L’editio princeps de l’inscription contenant la lex Hadriana, qui sera publiée dans des brefs délais, profitera des progrès ainsi enregistrés dans le déchiffrement et la compréhension du texte tout comme de l’étude approfondie du contexte archéologique de cette découverte.

5Dès les premières prospections, le soupçon que le bâtiment de provenance de l’inscription contenant la lex Hadriana correspondait à une huilerie a traversé nos esprits. De même, le texte de la lex Hadriana présente des mentions de bâtiments et des activités agricoles liées à l’olivier ainsi qu’à d’autres cultures. À partir de ces éléments, la possibilité de travailler avec des spécialistes en installations oléicoles antiques a été sérieusement prise en compte. Très intéressée par ce projet, Yolanda Peña a accepté d’y collaborer et a proposé la participation de Felix Teichner pour s’occuper des prospections géophysiques. De cette façon s’est accrue l’équipe internationale (tunisienne, française, espagnole et allemande) menant les travaux archéologiques sur le site d’Henchir Hnich.

6Après les premiers contacts, une mission exploratoire a été jugée indispensable. Effectuée au mois de janvier 2019, cette visite a eu pour objectif la connaissance du site par les nouveaux membres en vue d’asseoir un plan de travail préliminaire et de mesurer les besoins matériels à préparer pour la première mission.

La première mission

  • 14 Cet accord, qui durera 4 ans, « a pour objet de mener une enquête archéologique liée au site d’Hen (...)

7Cette première campagne a été accomplie entre le 10 et le 17 juin 2019 par une équipe tuniso-européenne composée de 10 personnes entre chercheurs et doctorants, conformément aux dispositions de la convention de collaboration signée quelques jours plus tard, le 27 juin 2019, entre l’Institut national du patrimoine de Tunisie et l’Universidad Nacional de Educación a Distancia d’Espagne14. Les deux premiers jours ont été consacrés au nettoyage du site, notamment du bâtiment rectangulaire où a été trouvée la lex Hadriana. Outre le désherbage, on a procédé aussi à une récupération des pierres libres (hors structures) qui ont été par la suite déposées à la limite du site. La surface archéologique étant suffisamment dégagée, l’équipe a entamé la prospection géophysique et le relevé topographique. Simultanément, une collecte systématique de la céramique de surface a été opérée. Une partie de l’équipe s’est intéressée à la prospection archéologique des alentours de la colline, notamment dans la zone méridionale et le long des côtés d’un petit ruisseau où a été découvert le terminus dont il sera question plus loin. Toutes ces étapes ont été documentées à travers une couverture photographique nécessaire pour la publication des travaux et pour la création d’un corpus informatisé des vestiges archéologiques.

  • 15 C’est un agréable devoir de remercier vivement tous ceux qui ont contribué au bon déroulement de n (...)

8Dans les pages qui suivent, nous proposons un premier état des résultats auxquels nous sommes parvenus au terme de cette campagne15.

Prospection systématique pédestre : Composantes et hypothèse d’évolution chronologique du site

Aperçu général sur les principales composantes du site

9Comme il a été évoqué, lors de la campagne archéologique menée en 2019, nous avons effectué sur le site d’Henchir Hnich une prospection systématique traditionnelle, une prospection géophysique ainsi qu’un nettoyage des éléments structuraux émergents afin de les documenter et les géoréférencer. Les résultats nous ont permis de définir le site comme un établissement rural plus étendu que nous ne le pensions à l’origine. Y ont été localisés une huilerie, deux grands bâtiments, dont la fonction et la chronologie sont encore indéfinies, ainsi que diverses structures et espaces indiquant une succession de constructions qu’il faudrait mettre en rapport avec différentes phases d’occupation.

10La prospection pédestre de surface a été réalisée essentiellement sur la colline d’Henchir Hnich, une élévation rocheuse d’une superficie d’un demi-hectare et dont le pic se trouve à 577 mètres au-dessus du niveau de la mer. Cette enquête a également été étendue à une autre colline située seulement à 150 m au nord de l’emplacement central du site. Par suite de la trouvaille sur cette élévation et en contrebas de son versant occidental de deux pierres tombales en 2013, elle a été interprétée comme une zone de nécropole.

  • 16 La délimitation de ces zones de prospection pour la collecte et le catalogage des matériaux de sur (...)

11Cette prospection a été réalisée en divisant le site en huit zones16 couvrant une superficie de 2,13 ha (fig. 2), pour faciliter la collecte et le catalogage des matériaux de surface. Les limites de la prospection ont été conditionnées par la culture des céréales qui s’étend aux alentours de la colline et qui nous a obligés à prospecter exclusivement l’espace non cultivé. On sait que le gisement s’étend jusqu’à 20 mètres au moins au nord du bâtiment A, en dehors de l’espace étudié dans cette première campagne grâce aux structures observables en surface, parmi lesquelles se détache un bloc d’ancrage correspondant vraisemblablement à l’élément supérieur de la partie postérieure d’un pressoir. D’après l’enquête orale menée auprès des paysans, un contrepoids gisait autrefois près de ce bloc, mais il a été complètement débité.

12Face à la quantité relativement réduite du matériel céramique collecté en surface, la présence de pierre est beaucoup plus abondante. Il s’agit principalement de pierres de taille en calcaire, ainsi que de blocs de grès dont la présence est justifiée non seulement par l’effondrement présumé des murs, mais aussi par l’importante activité d’épierrement de la colline pour faciliter le pâturage du bétail. Dans le développement de la prospection de surface, des vestiges de structures situées in situ ont également été documentés. Ce sont, en général, des pierres de taille en calcaire qui marquent l’orientation des murs. Nous avons inventorié douze de ces structures de surface qui s’étalent sur le versant oriental du site.

  • 17 Bonifay 2004, p. 440, fig. 248, 2.

13En dehors de la présence isolée de pierres de taille, le nettoyage effectué a permis d’identifier le bâtiment où fut trouvée l’inscription contenant la lex Hadriana, situé dans la partie inférieure de la colline (zone E), comme une huilerie. Au sud-ouest de ce bâtiment (bâtiment A), une concentration de structures murales d’orientations différentes a été localisée après le nettoyage des surfaces (bâtiments B et C), mais à ce stade de l’exploration archéologique leur usage demeure imprécis (cf. fig. 11). Il est également intéressant de noter la localisation de fragments d’opus signinum, une technique de revêtement mural ou de pavement, qui peut indiquer ici la présence éventuelle de citernes, de thermes mais aussi de tout autre type de bâtiments. Les nettoyages effectués ont aussi révélé la présence de quelques fragments de céramique architecturale, principalement de tegulae, ce qui dénote, bien évidemment, l’existence d’édifices. Les fragments de tuiles recueillis proviennent l’un du sommet de la colline principale (zone G), le deuxième de la zone D, ramassé en état de remploi, et le troisième de la zone A. Ces fragments présentent des caractéristiques typiques de la production africaine avec une face parcourue de cannelures relativement profondes17.

  • 18 De prochaine publication par les soins d’A. Chérif et H. González Bordas.

14Sur la question des composantes du site, le texte de la lex Hadriana contient des informations sur des bâtiments qui ont probablement existé à Henchir Hnich. En effet, la première face de cette inscription mentionne les bâtiments qui peuvent être construits à l’intérieur des parcelles occupées par les colons partiaires dans les domaines impériaux. En attendant l’editio princeps18, on peut affirmer qu’il s’agit tout d’abord de fermes composées de différentes parties. Parmi elles, le texte, fragmentaire, parle au moins de l’entrée, uestibulum, de la cour intérieure, c(o)hors et d’un espace dédié au bétail. Il est question probablement aussi du torculum, sans qu’on puisse pour l’instant déterminer si celui-ci est mentionné comme une partie de la ferme ou comme une annexe.

Fig. 2 – Henchir Hnich. Répartition du site en huit zones.

Fig. 2 – Henchir Hnich. Répartition du site en huit zones.

Présentation du matériel céramique

  • 19 Cependant, les fiches techniques présentées ci-après concernent 16 tessons renvoyant à des formes (...)

15Un ramassage de la céramique a concerné les zones prospectées pour une identification préliminaire des principales séquences d’occupation du terrain. Le matériel récolté est en nombre restreint : 194 tessons dont 18 sont datables19, à quoi s’ajoute une lampe presque complète. La dispersion de la céramique sur le site est dense au niveau du sommet de la colline et de son versant nord (zones A et G) et au niveau de la petite zone D. Sur les versants ouest (zone B) et sud (zone C), le matériel représente 23 % de la totalité des tessons ramassés. La présence du matériel céramique devient plus faible dans les zones E et F avec seulement 10 % de la totalité des fragments recueillis (fig. 3).

Fig. 3 – Répartition des pourcentages du matériel céramique ramassé dans les différentes zones de la colline principale.

Fig. 3 – Répartition des pourcentages du matériel céramique ramassé dans les différentes zones de la colline principale.
  • 20 L’inhumation en jarres est assez fréquente en Afrique du Nord : elle est attestée entre autres dan (...)

16Dans l’autre partie du site qui s’étend au nord de la colline principale, interprétée comme une nécropole en raison de la présence de deux pierres tombales (zone H), le matériel documenté en surface correspond exclusivement à des fragments de panses d’amphores. Ce type de matériel est à mettre en rapport avec un probable usage funéraire, lequel est bien attesté dans d’autres nécropoles romaines de Tunisie20.

17Le faciès documenté se compose de plusieurs classes de céramique. La plus grande partie est constituée d’amphores, mais avec une présence notable de céramique fine et de productions à usage quotidien commune et culinaire ; les lampes et la céramique architecturale sont nettement minoritaires.

Catalogue (fig. 4 et 5)

Zone A

N° Inv. US 1000A. 2

18Catégorie : Sigillée africaine A.
Dimensions : H. 3 cm ; D. 11 cm.
Bol à bord épaissi légèrement rentrant. Le vernis rouge orange est très usé. La pâte est de couleur rouge orange très épurée.
Type : Hayes 14B.
Datation : Deuxième moitié du IIe siècle apr. J.-C.
Bibliographie : Hayes 1972, fig. 6, n° 8, p. 39.

N° Inv. US 1000A. 1

19Catégorie : Sigillée africaine D.
Dimensions : H. 1,4 cm ; D. 20 cm.
Plat à marli pendant vers le bas, le vernis est rouge orange étalé sur la surface extérieure de la paroi. La pâte est de couleur rouge orange à texture moyennement épurée.
Type : Atlante XLVI.
Datation : VIe – VIIe siècles.
Bibliographie : Atlante I, tab. XLVI, n° 9, p. 101.

N° Inv. US 1000A. 3

20Catégorie : Céramique culinaire.
Dimensions : H. 1 cm ; D. 17 cm.
Marmite à bord aplati et paroi rectiligne. Sa surface est de couleur rouge orange. La pâte est rouge orange à texture sablonneuse.
Type : Sidi Jdidi 5.
Datation : IIIe - deuxième moitié du IVe siècle, jusqu’à la deuxième moitié du Ve siècle.
Bibliographie : Mukai 2016, fig. 14, n° 3, p. 29.

N° Inv. US 1000A. 4

21Catégorie : Céramique commune.
Dimensions : H. 5 cm ; D. 24 cm.
Cruche à bord en bandeau. La surface est rouge à orange brute. La pâte est de couleur rouge orange à texture granuleuse (grains de sable et de fer).
Type : Nacef 2015, type 35.
Datation : Fin IIe siècle apr. J.-C.
Bibliographie : Nacef 2015, fig. 64, n° 6, p. 75.

Zone B

N° Inv. US 1000B. 1

22Catégorie : Amphore.
Dimensions : H. 4 cm ; D. 10 cm.
Bord à section triangulaire. La surface est beige. La pâte est rouge brune, compacte, les inclusions de sable et de fer sont visibles.
Type: Thugga III, n° K117.
Datation : Époque augustéenne - milieu Ier siècle apr. J.-C.
Bibliographie : Thugga III, fig. 55, n° K117, p. 250.

N° Inv. US 1000B. 2

23Catégorie : Céramique commune.
Dimensions : H. 2 cm ; D. 16 cm.
Bol à marli courbe. La paroi est incurvée. La surface est crème. La pâte est de couleur beige, compacte, des grains de calcaire sont visibles.
Type : Forme Uzita 5.
Datation : Première moitié du IIIe siècle apr. J.-C.
Bibliographie : Bonifay 2004, fig. 134, n° 3, p. 249.

N° Inv. US 1000B. 3

24Catégorie : Céramique commune.
Dimensions : H. 1,8 cm ; D. indéterminé.
Bol à bord à section quadrangulaire marqué par un sillon en creux sur sa face extérieure. Sa surface est grise. La pâte est beige rosâtre à texture granuleuse.
Type : Fulford 32.1
Datation : Ve siècle apr. J.-C.
Bibliographie : Fulford 1984, fig. 64, n° 32.1, p. 174.

Zone D

N° Inv. US 1000D. 1

25Catégorie : Sigillée africaine A.
Dimensions : H. 3,5 cm ; D. 24 cm.
Bol à bord non différencié de la paroi. Le vernis orange, étalé sur la totalité du fragment, est très usé. La pâte est de couleur rouge orange, très épurée.
Type : Hayes 14A.
Datation : Milieu IIe siècle apr. J.-C.
Bibliographie : Hayes 1972, fig. 6, n° 4, p. 39.

N° Inv. US 1000D. 2

26Catégorie : Sigillée africaine C.
Dimensions : H. 1,5 cm ; D. 20 cm.
Plat à bord aminci non différencié de la paroi évasée. Le vernis est rouge orange fin couvrant la totalité du fragment. La pâte est de couleur orange, très épurée.
Type : Hayes 50.
Datation : 230/240 - 325 apr. J.-C.
Bibliographie : Hayes 1972, fig. 12, n° 7, p. 69.

N° Inv. US 1000D. 3

27Catégorie : Céramique culinaire.
Dimensions : H. 1 cm ; D. 33 cm.
Plat à bord aplati légèrement pendant vers le bas. La surface est de couleur rouge orange. La pâte est rouge orange à texture granuleuse : les inclusions de quartz et de fer sont visibles.
Type : Sidi Jdidi 5.
Datation : IIIe - deuxième moitié du IVe siècle jusqu’à la deuxième moitié du Ve siècle.
Bibliographie : Mukai 2016, fig. 14, n° 3, p. 29.

N° Inv. US 1000D. 4

28Catégorie : Céramique culinaire.
Dimensions : H. 1,4 cm ; D. 30 cm.
Couvercle à bord épaissi marqué par des cannelures sur sa face extérieure. Sa surface est grisâtre. La pâte brune friable à texture sablonneuse.
Type : Sabratha 101.
Datation : Fin Ier siècle av. J.-C. - première moitié du Ier siècle apr. J.-C.
Bibliographie : Sabratha I, fig. 39, n° 101, p. 150.

Zone E

N° Inv. US 1000E. 1

29Catégorie : Céramique commune.
Dimensions : H. 3,7 cm ; D. 13 cm.
Cruche à bord à section bifide. Le col est orné par un décor en peigne. Sa surface est grisâtre. La pâte est de couleur rouge brun, compacte.
Type : De Vos Raaijmakers – Maurina 2019, n° 90.
Datation : VIIe siècle.
Bibliographie : De Vos Raaijmakers – Maurina 2019, fig. 3.52, n° 90, p. 226.

N° Inv. US 1000E. 2

30Catégorie : Céramique commune.

31Dimensions : H. 1,9 cm ; D. 21 cm.
Bol à bord en cravate épousant la paroi incurvée. La surface est crème. Pâte grise compacte.
Type : Fulford 6.1.
Datation : Période impériale.
Bibliographie : Fulford 1984, fig. 76, n° 6.1, p. 200.

Zone F

N° Inv. US 1000F. 1

32Catégorie : Céramique commune.
Dimensions : H. 2,5 cm ; D. 19 cm.
Bol à bord effilé. La paroi est évasée. Surface brune. Pâte rouge brun fruste à texture granuleuse.
Type : Althiburos II, n° 260015/260050-98.
Datation : Début/milieu VIe siècle.
Bibliographie : Althiburos II, fig. 4.32, n° 260015/260050-98, p. 172.

N° Inv. US 1000F. 2

33Catégorie : Lampe.
Dimensions : D. 73 mm ; H. 27 mm ; D. fond. 40 mm.
Bec rond séparé du réservoir par une ligne incisée. Bandeau lisse. Disque orné d’un décor en relief représentant un croissant de lune couronné d’une étoile à cinq pointes. Fond plat dégagé par un sillon abritant un timbre de C·CLO·SVC. Anse forée ornée de deux sillons. Vernis marron mat très usé. Pâte beige compacte.
Type : Deneauve VII / sous type 1.
Datation : Première moitié / milieu du IIe siècle apr. J.-C.
Bibliographie : Bonifay 2004, fig. 177, n° 6, p. 317.

Zone G

N° Inv. US 1000G. 1

34Catégorie : Sigillée africaine A.
Dimensions : H. 1,4 cm ; D. indéterminé.
Bol à bord arrondi marqué par une cannelure sur sa face intérieure. Vernis rouge opaque étalé sur la totalité du fragment. Pâte rouge orange très épurée.
Type : Hayes 4.
Datation : Fin Ier apr. J.-C. - début IIe siècle apr. J.-C.
Bibliographie : Hayes 1972, fig. 2, n° 1, p. 25.

N° Inv. US 1000G. 2

35Catégorie : Céramique commune
Dimensions : H. 2,7 cm ; D. 15 cm.
Bol à listel à lèvre arrondie. Paroi incurvée. Listel prenant naissance de la partie médiane de la paroi. Surface crème. Pâte beige à texture légèrement granuleuse.
Type : Fulford 11.3.
Datation : 500-575-600 apr. J.-C.
Bibliographie: Fulford 1984, fig. 77, n° 11.3, p. 202.

Fig. 4 – Henchir Hnich. Colline principale. Matériel céramique des zones A, B et D (dessins F. Haddad).

Fig. 4 – Henchir Hnich. Colline principale. Matériel céramique des zones A, B et D (dessins F. Haddad).

Fig. 5 – Henchir Hnich. Colline principale. Matériel céramique des zones E, F et G (dessins F. Haddad).

Fig. 5 – Henchir Hnich. Colline principale. Matériel céramique des zones E, F et G (dessins F. Haddad).

36L’étude préliminaire de ces échantillons de céramique de surface permet quelques réflexions et observations. C’est un matériel hétérogène du point de vue de sa composition, marqué par l’usage des productions locales et/ou régionales mais qui comprend aussi, de façon minoritaire, de la céramique importée.

  • 21 Chelbi 2008, p. 234.
  • 22 Chelbi 2008, p. 235.

37La céramique à vernis noir est extrêmement rare. Seul un tesson a été identifié. Il s’agit probablement d’une imitation de la campanienne A moyenne21. Ce fragment à vernis noir est un produit local ou régional, il se caractérise par un vernis noir à grisâtre, peu adhérent tandis que la pâte est de couleur rosâtre à texture granuleuse (fig. 6). Il appartient vraisemblablement à la série des vaisselles produites après la destruction de Carthage et dont le déclin commence à partir du Ier siècle av. J.-C.22.

Fig. 6 – Henchir Hnich. Zone G. Tesson de céramique à vernis noir.

Fig. 6 – Henchir Hnich. Zone G. Tesson de céramique à vernis noir.

38Il est à signaler l’absence des productions italiques du Ier siècle av. J.-C. Un fragment de bord d’amphore de type Dressel 2/4 date de la première moitié du Ier siècle apr. J.-C et marque l’apparition des productions importées sur le site d’Henchir Hnich. Ces productions sont attestées aussi avec quelques fragments de panses d’amphores italiques.

39À partir de la fin du Ier siècle apr. J.-C. et au début du IIe siècle, on distingue le développement des productions africaines parmi ce lot de matériel étudié. On note la présence de quelques formes précoces de sigillée africaine A (Hayes 4, Hayes 14A et 14B) dont la datation ne dépasse pas la fin du IIe siècle apr. J.‑C. et le début du IIIe siècle. Il est difficile dans l’état actuel de la recherche de proposer des hypothèses en rapport avec l’atelier de production. Cependant, on remarque que les caractéristiques de la pâte et la technique de l’engobage sont presque communes pour les fragments étudiés.

40La sigillée africaine C est représentée par un seul fragment de plat type Hayes 50B et la D est attestée par un seul fragment de plat type Atlante XLVI.

  • 23 Bailey 1980, p. 93-94 attribue à un atelier local la production d’une lampe signée CCLOSVC, conser (...)

41Une lampe de type Deneauve VII-sous type 1 trouve des parallèles à Pupput, et date du IIe siècle apr. J-C. L’exemple attestée porte sur son fond le sigillum C(aius) CLO(dius) SVC(cessus) et au centre du discus un croissant de lune couronné d’une étoile à cinq pointes symbolisant l’association d’Isis et Sélène (cf. fig. 5). En ce qui concerne l’officina de provenance, elle peut être localisée au nord de l’Italie, avec la présence éventuelle d’une succursale en Afrique du Nord23.

42La céramique culinaire est minoritaire. On note l’identification de quelques fragments de marmites type Sidi Jdidi 5, diffusées surtout au cours des IVe et Ve siècles. Quant à la céramique commune, elle est représentée par un répertoire de formes assez varié avec une prédominance des formes standard tardives attestées surtout à Carthage à partir du Ve siècle et jusqu’au VIIe siècle.

43Les amphores constituent la classe la mieux représentée parmi ce matériel de surface. L’abondance des fragments de panses sur la colline principale semble être en rapport avec la présence de l’huilerie. Il est cependant difficile d’en déduire les caractéristiques du faciès en l’absence de fragments identifiables. En outre, une abondance notable de panses d’amphores africaines a été relevée dans la zone H, identifiée comme un espace funéraire.

Séquences chronologiques sur le site

  • 24 Chérif – González Bordas 2020, p. 214.

44Bien que les inscriptions découvertes soient datables du IIe siècle apr. J.-C.24, le matériel céramique permet quant à lui de dessiner un spectre chronologique nettement plus large partant du milieu du IIe siècle av. J.-C. jusqu’au VIIe siècle apr. J.-C. (fig. 7).

Fig. 7 – Chronologie du matériel céramique ramassé dans les différentes zones de la colline principale.

Fig. 7 – Chronologie du matériel céramique ramassé dans les différentes zones de la colline principale.
  • 25 Tout le secteur du site d’Henchir Hnich est situé à l’extérieur de la Fossa Regia, donc dans l’anc (...)

45Les datations proposées suite à cette étude nous montrent que les lieux ont été occupés depuis au moins le milieu du IIe siècle av. J.-C. Cette fréquentation précoce au cours de la période préromaine, c’est-à-dire au moment où toute la région autour de Mustis, y compris la vallée de l’oued Ellouz, dépendait du royaume de Massinissa25, est tout à fait probable mais encore sporadique et très peu documentée, puisqu’elle repose sur un fragment amorphe de vernis noir local qui date de la période 150-100 av. J.-C.

46Après un hiatus de moins d’un siècle, un bord de couvercle de type Sabratha 101 et un bord d’amphore italique attestent à nouveau l’occupation à la charnière du Ier siècle av. J.-C. et Ier siècle apr. J.-C. Un second hiatus marqua pratiquement toute l’époque flavienne et les témoignages ne réapparaissent qu’à la fin de cette période avec deux bords de bols en sigillée africaine A type Hayes 4 datable de la fin Ier apr. J.-C. ou du début du IIe siècle apr. J.-C.

47Cette discontinuité chronologique dans la documentation ne semble pas témoigner d’une succession de phases d’abandon et de réoccupation ; il est plus prudent d’expliquer ces interruptions par un manque de matériel archéologique, en l’occurrence céramique, relatif à ces décennies. Rappelons que les résultats exposés sont exclusivement documentés à partir d’un contexte d’exploration en surface et que seuls des fouilles et des sondages stratigraphiques pourront nous fournir des repères plus assurés sur les différentes phases d’occupation.

  • 26 Les dates du début de l’occupation intensive du site correspondent à un moment immédiatement posté (...)

48À partir de la fin du Ier siècle apr. J.-C. et surtout au début du IIe siècle26, on constate que l’occupation commence à s’intensifier et qu’elle atteint son apogée aux IIe et IIIe siècles. C’est au cours de cette période qu’on placera notamment la lampe portant le timbre CCLOSVC. En outre, la présence d’une occupation importante pendant le Haut-Empire est confortée par l’épigraphie documentée sur le site, que ce soit par l’inscription contenant la lex Hadriana que par les épitaphes.

49Après une raréfaction du matériel céramique datant du IVe siècle, l’occupation se poursuit sur la colline d’Henchir Hnich avec plus d’intensité tout au long des Ve et VIe siècles apr. J.-C., coïncidant ainsi avec l’apogée de la commercialisation de l’huile d’olive africaine.

  • 27 La pâte est beige compacte à texture granuleuse. Cette production apparait dès le Ve siècle apr. J (...)
  • 28 Cette disparition du matériel céramique se poursuit jusqu’à la période du Protectorat. De nombreux (...)

50Enfin, plusieurs tessons de sigillée africaine D et de céramique commune recueillis dans les zones A, E, F et G, et présentés ci-dessus, auxquels on ajoutera un fragment de col de cruche à décor géométrique rouge brun appliqué sur une surface beige27 (fig. 8), sont à situer dans le courant du VIIe siècle et constituent de la sorte le terminus ante quem de la fréquentation du site. Jusqu’ici, aucun tesson de céramique d’époque médiévale n’a été repéré28. Le VIIe siècle semble correspondre, en l’état actuel de la documentation, à l’arrêt de l’occupation d’Henchir Hnich. Faut-il conclure à l’abandon du site à l’orée de l’Antiquité tardive ? Nous préférons laisser en suspens cette question, qui se pose d’ailleurs pour de nombreux autres sites de la région, en attendant l’apport des missions futures.

Fig. 8 – Henchir Hnich. Zone G. Tesson de col de cruche à décor linéaire.

Fig. 8 – Henchir Hnich. Zone G. Tesson de col de cruche à décor linéaire.

51Ces remarques sur la chronologie de l’occupation du site d’Henchir Hnich demeurent préliminaires et elles reposent seulement sur un matériel issu uniquement d’une récolte de surface. Bien que le nombre de fragments soit limité, notre étude n’a pas manqué d’exposer la variété typologique de cette céramique, l’identification des différentes productions et la présentation de séquences chronologiques préliminaires. Les missions futures permettront d’enrichir encore ce dossier, de raffiner les datations proposées, particulièrement le terminus post quem témoigné jusqu’ici par le seul tesson à vernis noir, et de répondre entre autres aux questions des hiatus et de l’occupation post-antique.

Nettoyage des structures émergentes : l’huilerie et les structures au sud-est de la colline

  • 29 Un plan préliminaire de ce bâtiment a été publié dans Chérif – González Bordas 2020, fig. 3, p. 20 (...)

52Dans la partie inférieure du versant oriental de la colline, se trouve un bâtiment présentant des murs fortement arasés qui affleuraient à peine le sol, et ce en raison de processus érosifs combinés à une extirpation des pierres. C’est dans ce bâtiment qu’a été trouvée l’inscription contenant la lex Hadriana qui donne lieu à ce projet (fig. 9)29. Le défrichage et le nettoyage des surfaces entrepris lors de la campagne 2019 nous ont permis de délimiter complètement le sol de ce bâtiment et de déterminer sa fonctionnalité en tant qu’espace de transformation de produits agricoles, notamment l’huile d’olive.

53Il s’agit d’un bâtiment orienté nord-sud, s’étendant sur une superficie de 210 m2 ; il est divisé en trois espaces qui s’adaptent aux irrégularités de la colline. L’espace occidental est divisé en trois salles (A, B et C), tandis que l’espace central se développe en plan ouvert (E), avec uniquement la présence d’une petite pièce dans son angle nord-ouest (D). De son côté, l’espace oriental, plus court que les deux précédents, apparaît sans répartition interne (F) (fig. 9 et 10.3).

Fig. 9 – Henchir Hnich. Colline principale. Relevé des structures documentées lors du nettoyage.

Fig. 9 – Henchir Hnich. Colline principale. Relevé des structures documentées lors du nettoyage.
  • 30 Malgré l’importance de l’huile dans la région, les grandes inscriptions agraires promouvaient égal (...)
  • 31 On constate, dans cette province, une technologie oléicole d’une grande homogénéité et durabilité (...)
  • 32 Il s’agissait originairement d’un bloc de 126 cm de hauteur, de 70,3 cm de largeur (corniche) et d (...)
  • 33 Le remploi d’inscriptions comme éléments de pressage et de collecte d’huile est relativement coura (...)

54Au vu des structures, des unités sédimentaires et des éléments de construction localisés après le nettoyage superficiel, nous pouvons proposer, avec beaucoup de vraisemblance, les hypothèses interprétatives et chronostratigraphiques suivantes. Dans l’attente des prochaines campagnes qui serviront à le confirmer, la configuration du bâtiment A semble répondre à une seule phase de construction, bien que des aménagements postérieurs aient été détectés. Ces aménagements indiqueraient une utilisation prolongée de l’ensemble qui conserverait en tout cas sa fonction d’huilerie30. L’interprétation de sa fonction est déterminée par sa configuration planimétrique et constructive ainsi que par la découverte de trois éléments en pierre caractéristiques des huileries de l’Afrique proconsulaire31. Le premier d’entre eux est l’inscription contenant la lex Hadriana, réutilisée comme contrepoids d’une presse à levier et treuil (fig. 10.1). Le bloc parallélépipédique original32 a été recoupé sur une de ses faces afin de fournir une superficie d’appui stable. Sur ses petits côtés, deux encoches en queue d’aronde ont été faits afin de fixer le tour d’une presse à levier (fig. 10.2)33.

55On trouve également, en partie conservée sur le mur de fermeture est, une pierre d’ancrage de la tête du prelum. Ce bloc, réalisé dans du grès, fait 130 cm de long, 45 cm de haut et 35 cm de large (fig. 10.4), présente un ancrage unique en forme de queue d’aronde ayant 22 cm de hauteur, 21 cm de largeur maximale et 15 cm de largeur minimale. Il devait être placé au niveau de circulation de la zone de pressurage, en formant une niche ouverte sur le mur arrière (est) du bâtiment. L’encoche aménagée en son milieu permettait d’ancrer un montant en bois cannelé sur lequel était emboîtée, par moyen d’aiguilles, la tête du prelum, qui pouvait monter et descendre selon les besoins de pressage (fig. 10.1). Cette pierre d’ancrage apparaît légèrement déplacée de sa position d’origine et marque un développement ouest-est de la presse à levier et treuil, la surface de broyage se localisant dans l’espace F et la zone d’actionnement du tour qui permet de soulever et d’abaisser le prelum, dans l’espace E. Dans ce dernier espace, alignée avec le bloc d’ancrage postérieur, a été trouvée l’inscription contenant la lex Hadriana.

56Le troisième élément de pierre qui permet d’interpréter le bâtiment en tant qu’huilerie est constitué d’un fragment d’un bassin de décantation dont la forme est typique de cette région de l’empire. Il s’agit d’un conteneur en calcaire dont le fond n’est que très partiellement conservé. Le réceptacle est de 45 cm de large sur une longueur préservée de 70 cm et une hauteur ne dépassant pas 7 cm (fig. 10.5). Il semble avoir été déplacé de son emplacement d’origine, puisqu’il a été localisé en surface à l’extérieur du bâtiment, du côté est. Par sa petite taille, il doit être, sans aucun doute, en lien avec le processus de décantation de l’huile. Originairement, ce bassin était placé dans l’espace E au contact de la zone de pressage (F).

57Dans la conformation d’origine du bâtiment, deux appareils de construction ont été détectés qui correspondent à des besoins fonctionnels. De cette façon, un corps initial, formé par les compartiments ouest et central, est configuré. Il est délimité par des murs périmétraux avec des plinthes en maçonnerie de calcaire et mortier de chaux, de 55 à 60 cm de large (cf. fig. 9). Ce sont des murs d’emplekton présentant de la maçonnerie, sculptée sur leurs côtés, ainsi qu’un remplissage central fait avec des pierres calcaires de petite taille et irrégulières. Cette technique de construction se retrouve sur les murs d’enceinte 1101, 1102, 1100 et 1103, qui viennent clore l’espace formé par les compartiments ouest et central. Bien que la courte durée de la campagne n’ait pas permis de déterminer comment les angles nord-ouest et sud-est étaient configurés, tout semble indiquer que ces murs ont été construits au même moment. Du point de vue de la technique de construction, ils sont similaires. Pour l’angle sud-ouest, ces structures s’emboîtent indubitablement, et cela semble être aussi le cas au niveau de l’angle sud-est. À ce corps central s’ajoute le mur de séparation longitudinal nord-sud (1104) qui s’appuie clairement sur les murs 1100 et 1102, bien qu’il présente la même technique de construction que ceux-ci. Les murs 1106 et 1105 présentent une technique constructive analogue. Axés est-ouest, ils cloisonnent les pièces A, B et C du compartiment ouest et viennent s’appuyer sur les murs 1104 et 1101.

58Les murs qui composent l’espace F (1112, 1111 et 1110) sont également attachés à ce corps central. Ils présentent tous les trois une technique de construction similaire, mais qui diffère de celle utilisée dans le reste de l’ensemble. Cette différence constructive vise à fournir une consistance plus solide à une zone de l’huilerie qui supporte des pressions verticales intenses, car elle abrite la zone de pressage et le mécanisme d’ancrage postérieur des presses à levier, où retentit toute la force exercée par la zone d’actionnement. La largeur du mur postérieur de la salle de pressage est également conditionnée par le système de fixation de la tête du prelum utilisé dans cette région africaine. La tête est placée à l’intérieur d’une niche quadrangulaire à l’aide d’une poutre verticale en bois qui est fixée à l’aide d’une queue d’aronde faite sur un bloc d’ancrage en pierre.

  • 34 On connaît bien les maies des huileries de la région, toutes homogènes et en pierre sur une prépar (...)

59De cette façon, les murs 1110 et 1111 qui viennent clore l’espace F sur ses côtés nord et est sont plus épais que le reste des structures de l’huilerie. En effet, ils peuvent atteindre jusqu’à un mètre d’épaisseur sur certains points. On sait que les deux structures ont été construites en même temps en raison de leur enclenchement dans l’angle nord-est. Elles sont constituées de grands blocs de grès agissant en tant que des fermetures latérales d’un noyau formé de copeaux de calcaire avec du mortier de chaux. Sur ces fondations étaient disposés les gros blocs de grès, actuellement déplacés au-dessus du mur 1111 et à l’extérieur sud, y compris l’élément d’ancrage qui permettait de fixer la tête du levier d’une presse à son extrémité distale. De son côté, le mur 1112, bien que moins épais (environ 55 cm), présente la même technique de construction que les murs 1110 et 1111, en conservant en position primaire certaines de ses dalles de grès. Cet espace de pressage était à l’origine pavé par moyen de grandes dalles de pierre, similaires à celle qui a été déplacée dans la zone centrale du complexe (1122) mais qui ont complètement disparu. Elles étaient disposées sur le niveau de construction conservé à l’intérieur de la salle F. Ce niveau de construction (1118) constitue la fondation du pavage de la salle, en guise de rudus, et est composé de pierres calcaires de moyenne taille disposées à plat34.

60En ce qui concerne les unités structurales composant l’espace D, elles présentent des particularités constructives qui pourraient suggérer que leur aménagement fut postérieur à l’installation d’origine. Cet espace est délimité au sud par le mur 1107, qui comprend un seuil (1114), partiellement conservé. Le mur 1107 s’appuie sur le mur 1113. En ce qui concerne la fermeture est de la salle D, on trouve ce qui semble être une structure double (1109 et 1108) orientée nord-sud. Elle repose sur les murs 1100 et 1107. Dans aucun de ces cas n’a été décelée l’utilisation de mortier de chaux. On trouve plutôt un travail de maçonnerie de pierres calcaires entremêlées avec de la terre.

  • 35 L’espace de pressage documenté dans cette huilerie de 9 mètres de long permet de supposer l’existe (...)

61Hormis l’absence de mortier, l’organisation du fonctionnement de l’huilerie semble exclure que la salle D faisait partie du plan d’origine du bâtiment. Si l’on observe l’articulation fonctionnelle de l’espace, le pressage serait effectué dans la salle F, comme le suggèrent la technique de construction de ses murs d’enceinte, la robustesse de son aménagement interne (1118) et la présence d’un bloc d’ancrage (1120) en lien avec le mur de fermeture est (1111). Selon le schéma montré par la structure de cette pièce, le prelum de la presse à levier était orienté est-ouest, son extrémité étant emboîtée dans le mur de fermeture de la pièce. Il aurait une longueur estimée d’environ 7,5 m. Cette structure en bois était située dans une niche ouverte dans ce mur de fermeture, ce qui justifierait l’importante largeur de celui-ci ainsi que la solidité de sa construction. La surface (27,7 m2) et la longueur (9 x 2,7 m) de cet espace de pressage laissent déduire la présence d’au moins deux de ces presses à levier et treuil. Elles étaient actionnées depuis l’espace central du bâtiment (E), dont le niveau de circulation d’origine devait nécessairement être inférieur au niveau actuel35.

62Cette différence de niveau entre la zone de pressage et la zone d’actionnement peut laisser penser que les niveaux d’utilisation associés à la première phase de construction se trouveraient en dessous du niveau actuellement préservé. Par conséquent, le niveau de préparation du sol 1117, situé dans l’espace E, appartiendrait à une deuxième phase d’utilisation tout comme la construction de la salle D. Si ce raisonnement est correct, l’accumulation de pierres (1116), parmi lesquelles se trouvait l’inscription contenant la lex Hadriana, serait en lien avec le niveau d’amortissement de la dernière des phases d’utilisation de l’huilerie. Cette séquence chronologique expliquerait l’apparition de cette inscription réutilisée comme contrepoids d’une presse à levier à une époque tardive (IVe ou Ve siècle apr. J.-C.) où le règlement ne serait plus en vigueur. Bien entendu, cette hypothèse doit nécessairement être testée par un sondage dans la zone centrale de la salle D. Il permettrait de confirmer l’existence d’un niveau d’utilisation antérieur au niveau actuellement documenté, et donc d’une phase d’utilisation de l’huilerie antérieure au remploi de l’inscription.

63De cette façon, si notre hypothèse de départ se confirme, on trouverait une première phase de construction dans laquelle le bâtiment présenterait déjà son articulation tripartite en lien aux activités oléicoles. Elle serait suivie d’une restructuration ultérieure, à caractère ponctuel, qui n’altérerait pas la fonctionnalité oléicole de l’installation. Pour ces phases d’utilisation et leur datation, il faudra attendre les prochaines campagnes.

64Au sud-ouest du bâtiment interprété comme une huilerie, ainsi que dans la zone inférieure du versant est, le défrichement et le nettoyage superficiel opérés ont permis de localiser une concentration de structures (bâtiments B et C). Cet espace est configuré par des alignements de murs dont l’orientation diffère de celle de l’huilerie (cf. fig. 9). Ces structures sont à peine perceptibles après le nettoyage effectué pendant cette campagne et doivent être soumises à un nettoyage plus intense afin de déterminer avec certitude leur technique de construction et le rapport qui aurait pu exister entre elles. La différence d’orientation de ces murs dénonce des phases chronologiques différentes.

65Ce que l’on peut entrevoir dans l’état actuel de ces alignements de murs, c’est qu’un enduit de maçonnerie en calcaire a été utilisé et qu’il n’y a pas de trace d’utilisation de mortier de chaux. Au total, huit structures ont été détectées qui semblent constituer au moins deux espaces indépendants, présentant des orientations de murs différentes. Ainsi, les murs 1200 et 1201 forment l’angle sud-ouest d’un espace de taille indéfinie, auquel on accède par un seuil situé dans la paroi 1201, équipé d’un trou pour recevoir le dispositif de fixation du battant d’une porte. Ces alignements de murs ont la même orientation que le bâtiment C, localisé grâce à la prospection géophysique (voir ci‑dessous).

66De leur côté, les murs 1207, 1203 et 1206 ainsi que les pierres de taille 1204 et 1208 semblent constituer un espace allongé d’environ 6 m sur 2,6 m. Ces structures semblent également être en lien avec le mur 1205. Ces murs ont une orientation similaire à celle du bâtiment B, discerné également grâce à la prospection géophysique dont les résultats seront exposés par la suite.

Fig. 10 – 1. Reconstruction idéale du pressoir d’Henchir Hnich ; 2. Cippe contenant la lex Hadriana remployé en tant que contrepoids ; 3. Orthophotographie de l’huilerie ; 4. Bloc d’ancrage pour la fixation postérieure du prelum ; 5. Bassin en pierre pour la décantation de l’huile.

Fig. 10 – 1. Reconstruction idéale du pressoir d’Henchir Hnich ; 2. Cippe contenant la lex Hadriana remployé en tant que contrepoids ; 3. Orthophotographie de l’huilerie ; 4. Bloc d’ancrage pour la fixation postérieure du prelum ; 5. Bassin en pierre pour la décantation de l’huile.

Prospection géophysique : les bâtiments b et c

67Comme il a déjà été évoqué, une prospection géophysique a également été réalisée lors de la campagne 2019. Cette prospection s’est concentrée sur le versant est du site par moyen de deux méthodes prospectives complémentaires : la géomagnétique et la résistivité.

  • 36 Kearey – Brooks – Hill 2002, p. 208; Brito-Schimmel – Carreras 2005; Peña 2011.
  • 37 Une équipe standard de détecteurs a été utilisé comptant avec une équipe MAGNETO® ARCH de l’entrep (...)

68La géomagnétique (Géomagnétique / MAG) est normalement utilisée pour prospecter de grandes surfaces, car elle permet une collecte de données très rapide. Cette méthode étudie la structure souterraine sur la base des différences entre le champ magnétique terrestre et les caractéristiques magnétiques locales spécifiques de la zone d’étude36. La compilation de ces différences et leur traitement ultérieur permettent d’élaborer des modèles des anomalies détectées dans le sous-sol, dont la nature peut être archéologique (vestiges de bâtiments, infrastructures routières et d’approvisionnement en eau, installations industrielles, etc), naturelle (anciens canaux de fleuves) ou causées par des interventions modernes sur le paysage. Cette méthodologie de recherche géomagnétique37 n’a pu être appliquée que sur une superficie de 2.420 m² du site d’Henchir Hnich. En effet, le blé n’ayant pas encore été récolté lors de la campagne de juin 2019, il n’a pas été possible d’intervenir dans les environs immédiats de cette superficie.

  • 38 Brito-Schimmel – Carreras 2005 ; Peña 2011.
  • 39 Dans ces travaux, le résistimètre "LGM 4Point light mC" avec une résolution de 0,5 x 0,5 m a été u (...)

69De son côté, la géoélectrique (Résistivité ou RES) mesure la résistivité du sous-sol. Ce système de prospection est basé sur la capacité du sol, qui doit avoir une humidité suffisante, à être électriquement conducteur38. Sa conductivité dépend directement de la quantité d’eau capillaire (= humidité du sol) et des sels qui y sont dissous (électrolytes). De cette façon, un courant est injecté dans le sous-sol (= méthode active) où la différence de potentiel est mesurée aux électrodes de potentiel. Ce critère permet de tirer des conclusions sur la résistance spécifique apparente, à partir d’images bidimensionnelles du sous-sol entre les électrodes de mesurage. En raison de sa tendance à des contrastes élevés, l’existence de structures (murs, trottoirs, fondations, etc.) devient visible. Cette méthodologie a été utilisée sur une superficie totale de 2 666 m²39.

70Les lectures fournies par la Résistivité et la Géomagnétique dans chacune des zones étudiées ont ensuite été traitées et géoréférencées dans QGIS 2.18.16, sur la base des mesures d’une station totale. Cela a permis la visualisation et l’interprétation des données dans leur contexte spatial.

71Grâce à ces techniques de prospection, diverses anomalies ont été détectées sur l’ensemble du site. Elles sont très probablement d’origine anthropique, s’agissant notamment de vestiges de murs ou de fondations de ceux-ci. La plupart de ces anomalies linéaires se trouvent dans la zone sud-est de la colline d’Henchir Hnich. Ainsi, dans la partie centrale de la zone étudiée, une série de structures ont été identifiées (marquées en bleu sur la fig. 11) présentant approximativement la même orientation, qui est à son tour différente de celle du bâtiment interprété comme huilerie (Bâtiment A). Il convient de souligner la localisation d’un grand bâtiment de 25,5 x 14,5 m, dans lequel sont visibles différentes structures de cloisonnement interne (bâtiment B). Dans sa partie nord, on entrevoit jusqu’à six pièces quadrangulaires de 3 à 4 m de côté, alors que sur son extrémité sud-ouest un espace ouvert de 11 sur 10,5 m semble se dessiner. À l’extérieur de ce bâtiment, à la fois au sud et au nord, de possibles structures de murs conservant une orientation à peu près similaire au grand bâtiment central ont également été identifiées. Certaines de ces structures ont été localisées en surface au sud de l’huilerie (voir ci-dessus). De cette façon, les murs 1207, 1206, 1203 et 1205 présenteraient la même orientation que le bâtiment B et leur construction pourrait être contemporaine.

72Au sud de l’huilerie, ont été discernées les limites d’un autre grand bâtiment (bâtiment C). Il présente une orientation nettement différente des structures marquées en bleu et de celles de l’huilerie elle-même. Marqué en vert sur le plan (fig. 11) il possède une extension minimale de 15 sur 11 m. Son identification reste très partielle, car il n’a pas été possible de détecter sa compartimentation interne ni sa limite sud-est. Ce bâtiment correspond aux murs 1200 et 1201 identifiés en surface lors des travaux de nettoyage (voir ci-dessus).

73En plus de ces deux bâtiments, identifiés de façon plutôt assurée, la prospection géophysique a permis de délimiter d’autres structures dont l’interprétation est moins certaine. Marquées en magenta sur le plan, deux structures approximativement circulaires ont été identifiées au nord du bâtiment central en bleu. Elles correspondent à une concentration intense de pierre magnétisée (fig. 11). Leur interprétation devra attendre les sondages des prochaines campagnes. Également marqués en magenta, deux alignements apparaissent dans la partie nord-ouest de la zone prospectée et coïncident dans leur orientation avec l’une des pierres de taille documentées dans la prospection pédestre, qui semblent également suivre l’orientation de l’huilerie.

74Enfin, en turquoise, ont été marquées une série d’altérations magnétiques documentées juste à l’extérieur de l’huilerie. Elles peuvent être liées à l’effondrement de ses murs périmétraux. Néanmoins, au vu des résultats, il ne peut être exclu qu’il existe d’autres structures constructives en lien avec ce bâtiment, sur son côté ouest (fig. 11).

75La prospection géophysique a donc permis d’identifier deux bâtiments (B et C) aux orientations différentes, ainsi que des structures qui peuvent être en lien, selon leurs orientations, avec le bâtiment interprété comme une huilerie (bâtiment A). L’identification de ces bâtiments est partiellement étayée par le repérage en surface d’alignements de murs qui en font partie, mais elle doit être vérifiée par des sondages archéologiques.

76Du point de vue chronologique, compte tenu de leur orientation, on peut proposer comme hypothèse que les trois bâtiments identifiés appartiennent à différentes phases de construction. Néanmoins, les bâtiments A et B peuvent avoir fonctionné simultanément, tandis que le C entre en collision avec ces bâtiments et doit appartenir à une phase d’occupation nécessairement différente de celle des autres. Ces identifications seront vérifiées lors des futures campagnes, par le moyen d’un nettoyage plus intensif et d’interventions en profondeur.

Fig. 11 – Résultats de la prospection géophysique.

Fig. 11 – Résultats de la prospection géophysique.

Les nouvelles inscriptions

  • 40 On trouvera une présentation préliminaire de la grande inscription et une édition des épitaphes da (...)
  • 41 À la fin de la mission, toutes les inscriptions ont été transportées dans une maison du village de (...)

77Le site d’Henchir Hnich a déjà livré, en plus du cippe de la lex Hadriana, trois pierres tombales40. Le nettoyage de la surface archéologique et la vérification des blocs et des petites pierres libres de toute structure, ainsi que l’exploration des alentours de la colline, nous ont permis de découvrir quatre autres inscriptions sur pierre : un terminus et trois inscriptions funéraires fragmentaires41.

Une borne-limite opisthographe

  • 42 Coordonnées UTM : X : 509127.805 ; Y : 4022164.184.

78- Support : stèle en pierre calcaire locale. La partie conservée est fracturée en bas, mais le texte n’a été aucunement touché. La borne était originellement fichée dans le sol.
- Dimensions (en cm) : H. 58 ; Larg. 44,5 ; Ép. 18.
- Conditions de découverte : trouvée dans le lit d’un ruisseau qui coule au sud de la colline, à 80 mètres en contrebas du bâtiment A42. On peut considérer la borne comme étant in situ même si la possibilité d’un déplacement de quelques mètres ou dizaines de mètres n’est pas à écarter.
- Texte : lettres en capitales régulières et bien gavées. Hauteur des lettres (en cm) : 5,5 – 6. Les textes présentent des interpunctions servant à séparer des mots et à indiquer la fin de ligne. En voici la transcription, développement et traduction :

79Face A (fig. 12) :

CAES·

  • 43 On préfère restituer le mot générique agri précédant Caesaris (voir Varro, Ling., 4, 8, mais on au (...)

(Terminus agrorum)43 Caes(aris).

« (Borne-limite des terres) du César ».

Fig. 12 – La borne-limite : face A

Fig. 12 – La borne-limite : face A

80Face B (fig. 13) :

Q·P·F·

(Terminus fundi) Q(uinti) P(---) F(---)

« (Borne-limite du domaine) de Quintus P(---) F(---) ».

Fig. 13 – La borne-limite : face B.

Fig. 13 – La borne-limite : face B.
  • 44 Cette propriété privée jouissait, bien évidemment, d’un statut d’extraterritorialité et donc elle (...)

81Le mot Caes(aris) fait référence à la figure de l’empereur en général. Il indique ici que les terres qui s’étendaient depuis cette partie de l’inscription vers le nord étaient la propriété de l’empereur. Autrement dit, il s’agissait de domaines impériaux, des biens du patrimonium gérés par le fisc. Sur la face opposée du terminus les lettres QPF correspondent aux initiales des tria nomina d’un propriétaire privé, par conséquent les terres qui s’étendaient au sud de cette borne et de ce ruisseau constituaient un domaine privé44. QPF était sûrement quelqu’un de puissant, dont la mention des seules initiales suffisait à le faire reconnaître par les acteurs des grands domaines, par le reste de la population rurale de ces contrées, tout comme par les habitants et l’administration de Mustis.

  • 45 González Bordas – Chérif 2018, p. 1432-1433.

82Cette borne-limite permet d’aborder l’organisation territoriale dans la zone située à l’ouest de Mustis, et plus particulièrement dans le secteur de la vallée de l’oued Ellouz. Elle apporte en effet une réponse à une question que nous avons déjà posée45 : cette vallée de l’oued Ellouz constitue-t-elle un bloc homogène de terres impériales ? Cette découverte nous montre que telle n’était pas la situation, car une propriété privée au moins, celle de QPF, fut taillée partiellement ou entièrement dans des terres incluses dans cette vallée. La face inscrite avec Caes(aris) confirme une fois encore – en plus de l’indication explicite dans le texte de la lex Hadriana – qu’une portion de ces terres a été organisée en domaine impérial, celle qui s’étend du petit ravin anonyme vers le nord. Mais jusqu’à quelle limite ?

  • 46 Dans les traités des gromatici, des éléments prédominants du paysage, notamment les montagnes, son (...)

83La naissance de l’oued Ellouz se situe à 2,5 km environ de la borne. Faut-il conclure que c’est cette partie septentrionale de la vallée, qui fait 400 ha à peu près (en acceptant une délimitation à l’est par Jbel Joui et à l’ouest par Jbel Jouaouda), qui correspond au domaine impérial d’Henchir Hnich ? L’hypothèse est envisageable. En effet, la ville d’Uchi Maius, située à 6,5 km à vol d’oiseau au nord d’Henchir Hnich, devait sans doute disposer d’une étendue territoriale vers le sud, donc en direction de notre domaine. Il est par conséquent possible que les hauteurs qui donnent naissance à l’oued Ellouz aient constitué une limite naturelle entre les deux territoires de statut juridique différent46. Dans ce cas, cette étendue laisserait possible l’existence de frontières communes avec les cités voisines d’Uchi Maius, Uchi Minus (à 5,5 km à vol d’oiseau vers l’ouest) et surtout Mustis.

84Quant à la face B de la borne inscrite avec les litterae singulares QPF interprétées comme les initiales des tria nomina d’un individu, deux questions : son identité et le site archéologique correspondant au centre de gestion de son domaine.

  • 47 Les initiales QPF n’ont pas été suivies des lettres CV (clarissimus uir) comme dans d’autres borne (...)
  • 48 Notamment l’index nominum du CIL, VIII, les deux tables générales de l’Année épigraphique (1888-19 (...)
  • 49 Q. Pacilius Felix (CIL VIII, 3953 : Lambèse) ; Q. Pacuvius Felix (cf. infra, n. 53) ; Q. Papius Fo (...)
  • 50 On n’a pas retenu quatre personnes qui portent un quatrième nom en plus des trois correspondant au (...)
  • 51 CIL VIII, 16409= ILTun, 1565: D(iis) M(anibus) s(acrum). | Q(uintus) Papiu[s] | Fortuna|tus pius | (...)
  • 52 Sur le site, voir De Vos Raaijmakers – Attoui 2013, p. 96-97, site n° 214.
  • 53 CIL VIII, 15325: D(iis) M(anibus) s(acrum). | Q(uintus) Pacu|uius Fe|lix Satu|riani fil(ius) | p(i (...)

85Pour ce qui est du premier point, le propriétaire recherché doit être lié de très près à la région où nous sommes ; il peut correspondre à un notable de l’une des cités proches (Mustis, Uchi Maius, Thacia, Aunobari, Thugga)47. Le dépouillement des listes onomastiques africaines48 a permis de relever douze49 porteurs des initiales QPF50. En tenant compte du critère évoqué, seuls deux personnages pourraient être identifiés avec le propriétaire recherché : un Q. Papius Fortunatus, enterré à Sidi Titouhi, sur le territoire de Mustis (cf. fig. 1), à 8,5 km à vol d’oiseau au sud-est d’Henchir Hnich51 ; et un Q. Pacuvius Felix connu par son épitaphe trouvée à Henchir Damous52, à 10 km à vol d’oiseau au nord-est d’Henchir Hnich et à 3 km à l’ouest de Dougga (fig. 1)53.

  • 54 Dont 11 sont recensées dans CIL, VIII, Index nominum, p. 53. On consultera pour les autres attesta (...)
  • 55 ILTun, 1559,2 (cippe à deux cantons) : (canton de gauche) D(iis) M(anibus) s(acrum). | Attia | Sat (...)
  • 56 Henchir el-Krouabi (ou El-Akrouabi), à 1,8 km au sud-sud-est de Sidi Khlifa, centre du Fundus Turr (...)
  • 57 Khanoussi – Maurin 2002, n° 938 : D(iis) M(anibus) s(acrum). | Papius | Felix | Degmulus | pius ui (...)
  • 58 CIL VIII, 26048 (stèle à deux cantons) : (canton de gauche) D(iis) M(anibus) s(acrum). | G(aius !) (...)
  • 59 Lassère 1977, p. 186.

86Le gentilice Papius est très peu attesté en Afrique, où est concentré en Proconsulaire et en Numidie avec 30 occurrences54. Outre Q. Papius Fortunatus, ce nom est porté dans la région de Thugga-Mustis par cinq autres individus : un à Mustis55, un à Henchir el-Krouabi56, un autre à Thugga57 et deux à Thubursicum Bure58. Ce gentilice est surtout « fréquent en Campanie, dans le Samnium et chez les Volsques »59.

  • 60 CIL VIII, Index nominum, p. 53 (15 occurrences). Un [Pa]cuvius Honoratus mentionné dans une inscri (...)
  • 61 Khanoussi – Maurin 2002, p. 661.
  • 62 Ibba 2006, p. 36 et 440. À propos des Pacuuii, voir les textes n° 8, 16, 266 et 267.

87Le gentilice Pacuuius est lui aussi peu fréquent dans les provinces africaines : 20 attestations regroupées également en Proconsulaire et en Numidie60. On remarque une nette concentration à Dougga où des Pacuuii « sont attestés comme notables (…) de la fin du Ier siècle à la fin du second pour les inscriptions datées »61. Des Pacuuii sont installés à Uchi Maius mais sont probablement originaires de Thugga62.

  • 63 Sur la famille des Catapaliani, voir Khanoussi – Maurin 2000, p. 199-203.
  • 64 On connaît à Bir Tersas, à 9 km environ au nord-est de Dougga, le domaine de C. Passienius Septimu (...)
  • 65 Sur ces différents gentilices, voir Khanoussi – Maurin 2002, p. 662-663 ; Ibba 2006, p. 441-442 (P (...)
  • 66 On consultera sur la gens Pullaiena, Bonello Lai 2002. Des membres de cette gens, Titinius Pupianu (...)

88On peut conclure que l’identification du propriétaire QPF avec Q. Papius Fortunatus ou Q. Pacuvius Felix est une hypothèse envisageable. Rappelons que dans ce même secteur, non loin de la voie Carthage-Théveste, s’élève encore partiellement à Henchir Lamsane (fig. 14) le mausolée du chevalier C. Iulius Annius Maximus Catapalianus, dont la famille est originaire de Thugga63. Ce tombeau, qui est à l’écart des villes voisines, est l’indice d’un domaine privé. Quoi qu’il en soit, aucune identification certaine n’est pour le moment possible, car d’autres personnages portant d’autres gentilices beaucoup plus représentés dans l’onomastique de notre région, pourraient avoir existé et possédé le domaine de l’oued Ellouz. Nous pensons surtout à des noms comme Passienus-Passienius64, Pompeius, Pomponius, Pontius65 et surtout Pullaienus66.

  • 67 González Bordas – Chérif 2018, p. 1430-1432, site n° 2.
  • 68 Voir sur cette limite Chérif, à paraître.
  • 69 Situé l’un à 3,2 km à vol d’oiseau au sud d’Henchir Hnich (voir González Bordas – Chérif 2018, p.  (...)

89Quel était par ailleurs le centre de gestion du domaine de QPF ? Les prospections effectuées dans la partie méridionale de la vallée de l’oued Ellouz, en gros entre le site d’Henchir Hnich et la voie Carthage-Théveste, ont permis d’inventorier, en plus du domaine privé des Catapaliani, cinq autres sites archéologiques (fig. 14). Le centre du domaine correspondait sans doute à l’un d’entre eux, et le plus probable est qu’il s'agisse de l’un des deux sites les plus proches de la borne. Le premier est un champ de ruines anonyme situé à 1,2 km environ à vol d’oiseau au sud-ouest d’Henchir Hnich67, le second, portant le nom de Ghandoussi, se trouve à 1,5 km vers le sud-est. Plus au sud-est, s’étend le site d’Henchir el-Gammoudi qui pourrait dépendre du territoire mustitain mais il n’est pas exclu qu’il s’agisse d’une localité indépendante (un autre domaine privé ?). À quelques dizaines de mètres de ce site, plusieurs bornes-milliaires marquaient le mille 92 sur la voie Carthage-Théveste. Cet emplacement correspond à la limite des publica Mustitanorum en direction de Sicca Veneria68. Il est peu probable que les deux autres sites archéologiques69 soient concernés par cette limitatio, à moins que le domaine de QPF ne s’étende sur toutes les terres sur lesquelles sont implantés ces établissements ruraux, mais une telle organisation nous semble plus difficile car la superficie atteindrait dans ce cas les 800 ha environ, ce qui ferait de ce domaine un véritable latifundium dans une région où pullulent les cités et les domaines agricoles privés et impériaux.

  • 70 Il est probable que les terres de QPF aient été exploitées, au moins en partie, par des colons par (...)

90Dans la petite vallée de l’oued Ellouz, où se trouve Henchir Hnich, des terres non exploitées existaient comme l’illustre le titre de la lex Hadriana : « Lex Hadriana de agris rudibus et iis qui ante decem annos omissi sunt excolendis ». Le domaine privé de QPF, étant contigu au domaine impérial, connut probablement des circonstances similaires d’abandon ou de non exploitation des terres, mais on ignore si des solutions similaires furent mises en place par ce propriétaire privé70.

Fig. 14 – Les sites archéologiques situés au sud d’Henchir Hnich.

Fig. 14 – Les sites archéologiques situés au sud d’Henchir Hnich.

Trois épitaphes fragmentaires

a. Fragment 1 (fig. 15)

91- Support : fragment de stèle taillé dans du grès, brisé de tous côtés. 
- Dimensions (en cm) : H. 18,3 ; L. 23 ; Ép. 9.
- Conditions de découverte : trouvé dans un tas de pierres sur le versant sud de la colline d’Henchir Hnich, à 30 mètres du sommet. Le tas de pierres a été fait il y a peu d’années lors d’un épierrement partiel de la colline pour faire pâtre les bêtes. D’autres pierres similaires par sa couleur et taille, mais sans gravure, ont été retrouvées dans le même tas, mais il est impossible de savoir si elles faisaient partie de l’inscription.
- Texte : écriture très irrégulière. Hauteur des lettres (en cm) : 4,2.

--- | [---]+[--- | a]ṇnis | LXXX̣[---] | Ḥ(ic) ṣ(itus |a) [e(st)]

« … un tel ou une telle a vécu 80 ? ans. Il|Elle gît ici ».

Fig. 15 – L’épitaphe fragmentaire n° 1.

Fig. 15 – L’épitaphe fragmentaire n° 1.

b. Fragment 2 (fig. 16)

92- Support : fragment de stèle taillé dans du grès, brisé de tous côtés. 
- Dimensions (en cm) : H. 16,5 ; L. 14,4 ; Ép. 11.
- Conditions de découverte : les mêmes que le fragment précédent.
- Texte : écriture très irrégulière ; elle sort de la case d’écriture et les lettres ne suivent pas toutes la même orientation. Le A n’a pas de trait horizontal et le trait qui va de la partie inférieure droite à la partie supérieure gauche dépasse l’autre (forme lambdisée). De même pour le N. Hauteur des lettres (en cm) : 2,6 – 4.

--- | [---]+ u(ixit)· an[n(is)] | X̣XV | Ḥ(ic) ṣ(itus|a) [e(st)]

« …un tel ou une telle a vécu 25 ans. Il|Elle gît ici ».

Fig. 16 – L’épitaphe fragmentaire n° 2.

Fig. 16 – L’épitaphe fragmentaire n° 2.

c. Fragment 3 (fig. 17)

93- Support : fragment de stèle taillé dans du grès, brisé de tous côtés. 
- Dimensions (en cm) : H : 12,4 ; L. 17,5 ; Ép. 9.
- Conditions de découverte : trouvé à l’intérieur du bâtiment A. Le fragment est probablement remployé en tant que parement du gourbi construit par-dessus du bâtiment antique au XIXe ou XXe siècle.
- Texte : écriture très irrégulière ; on aperçoit à peine un E à droite de la pierre, le reste de l’écriture est incertain, probablement à cause de coups de pioche. Hauteur des lettres (en cm) : 3 (lettre E).

--- |++E | [?]

Fig. 17 – L’épitaphe fragmentaire n° 3.

Fig. 17 – L’épitaphe fragmentaire n° 3.
  • 71 Lassère 1973, p. 21, n. 7.

94Ces épitaphes fragmentaires appellent quelques remarques. Il s’agit d’inscriptions funéraires de fabrication modeste, autant par le support que par le caractère irrégulier du tracé des lettres. Elles ont été faites par des proches du défunt. Les parties du texte contenant les noms des défunts sont perdues. La seule formule conservée est H(ic) s(itus|a) e(st). Des lors, aucune chronologie précise ne peut être proposée, mais plutôt des plages larges : si nous suivons par le peu d’indices fournis, certes très faibles, notamment la formule évoquée et le régime de uixit à l’ablatif71 pour le fragment 2, celle-ci peut-être datée grosso modo des deux premiers siècles de l’empire, sans en exclure le IIIe. Pour le fragment 3, la tendance à la cursivité de certaines des lettres fait penser aux IIe et IIIe siècles, sans que le premier soit complètement exclu.

  • 72 Chérif – González Bordas 2020, p. 214.
  • 73 Chérif – González Bordas 2020, p. 213.

95Le caractère modeste de la fabrication de ces inscriptions se révèle surtout lorsqu’on les compare à celles qui ont été trouvées en 2013 et 2017 correspondant à la famille des Blossii, les exploitants de ces terres pendant le IIe siècle apr. J.-C.72. En effet, les supports de leurs épitaphes sont plus massifs et volumineux et l’écriture plus profonde. De plus, la double épitaphe de C. Blossius Rogatus et de Iulia Casta73 a sans doute été réalisée par un professionnel. Si les épitaphes découvertes en 2019 sont contemporaines de celles trouvées lors des explorations précédentes, on pourrait penser à une différence de rangs sociaux des individus travaillant dans ces domaines. Des colons, les Blossii, pourraient avoir exploité les terres à l’aide d’esclaves, par exemple. Mais compte tenu de la trop large plage chronologique proposée pour les nouvelles inscriptions ainsi que du manque de données onomastiques, rien ne peut être avancé en ce sens.

Conclusions et perspectives

96Les résultats issus de l’intervention réalisée en 2019 sur le site d’Henchir Hnich ont d’une part corroboré certaines remarques faites depuis la découverte du site en 2013 ; mais ils ont aussi permis, d’autre part, d’améliorer de façon substantielle nos connaissances sur le potentiel archéologique du site et sa chronologie.

97Nos travaux ont en effet apporté une confirmation à certaines données déjà relevées avant la programmation de notre mission, notamment l’extension du site vers le nord, au-delà de la colline principale où se concentrent les vestiges. L’espace ainsi identifié est défini comme une nécropole jusqu’ici documentée par deux pierres tombales, mais désormais aussi par une concentration notable de panses d’amphores africaines destinées probablement à des inhumations.

98On est parvenu également à réaffirmer le caractère impérial du domaine d’Henchir Hnich. La borne-limite inédite est venue préciser que les terres qui s’étendaient à partir d’Henchir Hnich vers le nord, et qui constituaient la propriété impériale, étaient contiguës à un domaine privé possédé par un certain Q(uintus) P(---) F(---).

  • 74 Avant cette mission, entre 2013 et 2017, le matériel céramique récolté nous donnait seulement une (...)

99La mission de 2019 a contribué en outre à une meilleure connaissance de la chronologie de l’occupation du site. Les tessons de céramique recueillis et étudiés couvrent un éventail chronologique plus grand que celui des inscriptions découvertes – dont le nombre s’est d’ailleurs accru, en dehors de la borne, grâce à trois nouveaux fragments d’épitaphes. L’établissement rural d’Henchir Hnich a dû être fréquenté pendant une longue période allant du milieu du IIe siècle av. J.-C. jusqu’au VIIe siècle apr. J.-C.74.

100En ce qui concerne l’articulation interne du site, nous pouvons confirmer l’existence d’une huilerie, insérée dans un bâtiment (bâtiment A) équipé d’autres salles qui sont également liées à l’activité agricole. Ce bâtiment, de 210 m2 et dissocié des autres structures, est situé dans la zone inférieure du versant est de la colline d’Henchir Hnich. Le plan du bâtiment A, son articulation en trois parts et à deux hauteurs, ainsi que les techniques de construction employées semblent indiquer qu’il constitue dès son origine une huilerie. On n’est pas en mesure de déterminer la date de sa construction, mais nous savons toutefois qu’elle était encore active comme lieu de production oléicole durant le Bas-Empire et même au-delà, comme le montre le remploi de l’inscription contenant la lex Hadriana en tant que contrepoids.

101De leur côté, les prospections géophysiques ont permis de délimiter la zone d’occupation de la colline au milieu et en bas de sa partie est. Deux grands bâtiments ont été ainsi détectés, mais dont la fonction et la chronologie doivent être déterminées par moyen de sondages stratigraphiques.

102On tentera dans les prochaines missions d’intervenir en profondeur dans deux endroits du site : le bâtiment A interprété comme une huilerie pour mieux cerner ses différentes phases d’occupation, et la zone G qui a fourni le matériel céramique le plus ancien. On essayera aussi, dans la mesure du possible, de déblayer les structures qui émergent au sud-ouest du bâtiment A pour vérifier leur mode de construction et leur chronologie.

103Parallèlement à l’exploration du site d’Henchir Hnich, des tournées de prospection seront programmées dans le but de préciser l’étendue du domaine impérial et ses limites probables avec les cités voisines d’Uchi Maius, Uchi Minus et Mustis.

Haut de page

Bibliographie

Acolat 2005 = D. Acolat, Représenter le paysage antique. Des normes des arpenteurs romains aux témoignages épigraphiques (IIe-IXe siècle), dans Histoire et sociétés rurales, 24-2, 2005, p. 7-56. 

Althiburos II = N. Kallala, J. Sanmarti (dir.), Althiburos II. L’aire du capitole et la nécropole méridionale : études, Tarragone, 2016.

Atlante I = Atlante delle forme ceramiche, I. Ceramica fine romana nel Bacino mediterraneo (medio e tardo impero), Rome, 1981.

Bailey 1980 = D.M. Bailey, A catalogue of the lamps in the British Museum. 2. Roman Lamps made in Italy, Londres, 1980.

Ballu 1909 = A. Ballu, Rapport sur les fouilles exécutées en 1908 par le service des monuments historiques de l’Algérie, dans BCTH, 1909, p. 75-111. 

Baratte – Bejaoui 2001 = F. Baratte, F. Bejaoui, Églises urbaines, églises rurales dans la Tunisie paléochrétienne : nouvelles recherches d’architecture et d’urbanisme, dans CRAI, 2001, p. 1447-1498. 

Bejaoui 2015 = F. Bejaoui, Les Hautes Steppes tunisiennes. Témoignages archéologiques chrétiens, Tunis, 2015.

Ben Abdallah – Ladjimi-Sebaï 1983 = Z. Ben Abdallah, L. Ladjimi-Sebaï, Index onomastique des inscriptions latines de la Tunisie, suivi de Index onomastique des inscriptions latines d’Afrique, Paris, 1983. 

Ben Abed – Griesheimer 2004 = A. Ben Abed, M. Griesheimer, La nécropole romaine de Pupput, Rome, 2004 (Collection de l’EFR, 323). 

Ben Baaziz 1985 = S. Ben Baaziz, Les huileries de la haute vallée de l´oued el Htab, dans Africa, 9, 1985, p. 69-85.

Ben Baaziz 1991 = S. Ben Baaziz, Les huileries de la Tunisie antique, dans CT, 155-156, 1991, p. 39-64.

Ben Moussa 2007 = M. Ben Moussa, La production de sigillées africaines. Recherches d’histoire et d’archéologie en Tunisie septentrionale et centrale, Barcelone, 2007 (Instrumenta, 23).

Ben Moussa 2013 = M. Ben Moussa, Céramique, huile et céréales dans la région de Souine-Bayoudh (Tunisie centrale), dans N. Boukhchim, J. Ben Nasr et A. El Bahi (dir.), Kairouan et sa région. Nouvelles recherches d’archéologie et de patrimoine, Kairouan, 2013, p. 67-102.

Bonello Lai 2002 = M. Bonello Lai, La Gens Pullaiena, nella penisola italica e nell’Africa romana tra tarda repubblica e basso impero, Cagliari, 2002.

Bonifay 2004 = M. Bonifay, Études sur la céramique romaine tardive d’Afrique, Oxford, 2004.

Boussetta 2016 = M. Boussetta, La montagne, marqueur de paysage et repère dans l’arpentage romain d’Afrique (Le territoire des Nybgenii comme exemple), dans Th. Belkahia, L. Ben Abid, M. Gharbi (dir.), Identités et territoires dans le Maghreb antique, Tunis, 2016, p. 113-128.

Brito-Schimmel – Carreras Monfort 2005 = P. Brito-Schimmel, C. Carreras Monfort, Aplicación de métodos geofísicos en Arqueología: Una recopilación sobre el estado actual de la cuestión en España, dans Scientific Heritage, 0(1), 2005, p. 1-20.

Brun 1993 = J.-P. Brun, La discrimination entre les installations oléïcoles et vinicoles, dans M.-Cl. Amouretti, J.-P. Brun (dir), La production du vin et de l’huile en Méditerranée, Paris, 1993 (BCH Supplément, 26), p. 511-537. 

Brun 2004 = J.-P. Brun, Archéologie du vin et de l’huile dans l’Empire romain, Paris, 2004.

Bussière 2000 = J. Bussière, Lampes antiques d’Algérie, Montagnac, 2000.

Chelbi 2008 = F. Chelbi, Céramique à vernis noir de Henchir Ghayadha. Remarques sur les productions africaines à vernis noir, dans AntAfr, 44, 2008, p. 229-240. 

Chérif 2002-2003 = A. Chérif, Les domaines privés en Tunisie à l’époque romaine : étude épigraphique et archéologique, mémoire de DEA (inédit), Tunis, 2002-2003. 

Chérif 2015 = A. Chérif, Note préliminaire sur le transfert des domaines agricoles en Afrique romaine à la lumière de données nouvelles, dans J. Ben Nasr, N. Boukhchim (dir.), Montagne et plaine dans le bassin méditerranéen, Tunis, 2015, p. 119-147.

Chérif 2017 = A. Chérif, Cités dites royales et cités d’origine domaniale en Afrique antique, thèse de Doctorat en histoire (inédite), Tunis, 2017.

Chérif 2019 = A. Chérif, Le Fundus Tapp(hugabensis) - Henchir Chaïeb : un domaine agricole de la région de Bou Arada (Tunisie), dans AntAfr, 55, 2019, p. 97-126. 

Chérif à paraître = A. Chérif, Recherche sur le tronçon de la voie Carthage-Théveste parcourant les publica Mustitanorum, dans Itinera Africana II. Espaces, pouvoirs et communication à la lumière de l’épigraphie routière (Ier-IVe siècles), Tunis 7-8 mars 2019, à paraître.

Chérif – González Bordas 2020 = A. Chérif, H. González Bordas, Henchir Hnich (région du Krib, Tunisie) : la découverte de la première copie de la lex Hadriana de agris rudibus et de trois inscriptions funéraires inédites, dans S. Aounallah, A. Mastino (éd.), L’epigrafia del Nord Africa: novità, riletture, nuove sintesi, Faenza, 2020 (Epigrafia e Antichità 45), p. 205-221. 

De Vos 2013 = M. De Vos, The Rural Landscape of Thugga: Farms, Presses, Mills and Transport, dans A. Bowman, A. Wilson (éd.), The Roman agricultural economy. Organization, investment and production, Oxford, 2013, p. 143-218.

De Vos Raaijmakers – Attoui 2013 = M. De Vos Raaijmakers, R. Attoui, Rus Africum I. Le paysage rural antique autour de Dougga et Téboursouk: cartographie, relevés et chronologie des établissements, Bari, 2013. 

De Vos Raaijmakers – Maurina 2019 = M. De Vos Raaijmakers, B. Maurina, Rus Africum IV. La fattoria Bizantina di Aïn Wassel, Africa Proconsularis (Alto Tell, Tunisia): Lo scavo stratigrafico e i materiali, Oxford, 2019. 

Dietz – Ladjimi Sebaï – Ben Hassen 1995 = S. Dietz, L. Ladjimi Sebaï, H. Ben Hassen (éd.), Africa ProconsularisRegional studies in the Segermes Valley of Northern Tunisia, I-II, Copenhague, 1995.

Ferchiou 1984 = N. Ferchiou, À propos d’une inscription magique grecque : le domaine de Sidi Kaddou (région de Bou Arada) et son environnement. Étude d’archéologie et de géographie historique, dans CT, 127-128, 1984, p. 9-30.

Ferjaoui 2007 = A. Ferjaoui (dir.), Le sanctuaire de Henchir el-Hami : de Ba’al Hammon au Saturne africain (Ier s. av. J.-C. – IVe s. ap. J.-C.), Tunis, 2007. 

Fulford 1984 = M.G. Fulford , D.P.S. Peacock, Excavations at Carthage: The British Mission, vol. I, 2, The avenue du Président Habib Bourguiba, Salambo: The pottery and other ceramic objects from the site, Sheffield, 1984.

Gonzales 1994 = A. Gonzales, Par monts et par images. Les paysages d’altitude dans le Corpus Agrimensorum Romanorum, dans DHA, 20-1, 1994, p. 309-338. 

González Bordas 2017 = H. González Bordas, Un nouveau regard sur le dossier des grandes inscriptions agraires d’Afrique contenant le sermo procuratorum, dans CCG, 28, 2017, p. 213-229.

González Bordas 2020 = H. González Bordas, Alcune considerazioni sulla portata della lex Hadriana de agris rudibus, dans C. Soraci, (dir.), Fiscalità ed epigrafia nel mondo romano, Atti del convegno internazionale (Catania, 28-29 Giugno 2019), Rome, 2020, p. 61-75.

González Bordas – France 2017 = H. González Bordas, J. France, A new edition of the imperial regulation from the Lella Drebblia site near Dougga (AE 2001, 2083), dans JRA, 30, 2017, p. 407-428.

González Bordas – Chérif 2018 = H. González Bordas, A. Chérif, Les grandes inscriptions agraires d’Afrique : nouvelles réflexions, nouvelle découverte, dans CRAI, 3, 2018, p. 1421-1451.

Gorostidi et al. 2016 = D. Gorostidi, Y. Peña Cervantes, M. Májor, E. Penedo, Contrapeso de un torcularium con inscripción latina procedente del yacimiento romano de Los Palacios (Villanueva del Pardillo, Madrid), Habis, 47, 2016, p. 221-236.

Grira 1997 = M. Grira, Les domaines impériaux de la province de Zeugitane (situé en Tunisie), mémoire de DEA (inédit), Tunis, 1997. 

Grira 2011 = M. Grira, Pierres inscrites remployées comme éléments de pressoirs dans les provinces de la Byzacène et de la Zeugitane, dans S. Sehili (dir.), L’olivier en Méditerranée entre histoire et patrimoine, vol. II, Tunis, 2011, p. 151-170.

Hayes 1972 = J.W. Hayes, Late Roman Pottery, Londres, 1972.

Ibba 2006 = A. Ibba, Uchi Maius 2 : Le iscrizioni, Sassari, 2006. 

Jeddi 1995 = N. Jeddi, A propos d’une nécropole à Thina (Thaenae). Note préliminaire, dans L’Afrique du Nord antique et médiévale, VIe Colloque international (Pau, octobre 1993 - 118e congrès). Monuments funéraires, institutions autochtones, Paris, 1995, p. 139-151.

Kearey – Brooks – Hill 2002 = P. Kearey, M. Brooks, I. Hill, An introduction to geophysical exploration, 3e éd., Oxford, 2002.

Kehoe 1984 = D. P. Kehoe, Private and imperial management of Roman estates in North Africa, dans Law and History Review, 2-2, 1984, p. 241-263.

Khanoussi – Maurin 2000 = M. Khanoussi, L. Maurin (dir.), Dougga, fragments d’histoire. Choix d’inscriptions latines éditées, traduites et commentées (Ier-IVe siècles), Bordeaux-Tunis, 2000. 

Khanoussi – Maurin 2002 = M. Khanoussi, L. Maurin (dir.), Mourir à Dougga. Recueil des inscriptions funéraires, Bordeaux-Tunis, 2002. 

Ladjimi-Sebaï 2002 = L. Ladjimi-Sebaï, Index général des inscriptions latines païennes de Carthage, Tunis, 2002.

Lassère 1973 = J.-M. Lassère, Recherches sur la chronologie des épitaphes païennes de l’Africa, dans AntAfr, 7, p. 7-152.

Lassère 1977 = J.-M. Lassère, Vbique populus. Peuplement et mouvements de population dans l’Afrique romaine de la chute de Carthage à la fin de la dynastie des Sévères (146 a. C. – 235 p. C.), Paris, 1977.

Mattingly 1996 = D.J. Mattingly, Olive presses in Roman Africa: Technical evolution or stagnation?, dans L’Africa romana, 11, p. 577-595.

Mukai 2016 = T. Mukai, La céramique du groupe épiscopal d’Aradi/Sidi Jdidi (Tunisie), Oxford, 2016.

Nacef 2015 = J. Nacef, La production de la céramique antique dans la région de Salakta et Ksour Essef (Tunisie), Oxford, 2015.

Naddari 2008 = L. Naddari, Témoins lithiques d’activité oléicole d’époque romaine dans la haute et moyenne vallée de l’Oued Sarrat, dans A. Mrabet, J. Remesal Rodríguez (dir.), Africa et in Hispania : Études sur l’huile africaine, Barcelone, p. 67-85.

Ørsted et al. 2000 = P. Ørsted, J. Carlsen, L. Ladjimi Sebaï, H. Ben Hassen (dir.), Africa Proconsularis. Regional studies in the Segermes Valley of Northern Tunisia, III, Copenhague, 2000.

Peña 2011 = J.A. Peña, Estudios geofísicos en yacimientos arqueológicos andaluces. Periodo 1985-2010, dans I Congreso de Prehistoria de Andalucía: la tutela del patrimonio prehistórico, Sevilla, 2011, p. 131-138.

Peña Cervantes 2014 = Y. Peña Cervantes, Bodegas y almazaras en Hispania : Estructuras y ámbitos de producción, dans M. Bustamante, D. Bernal (dir.), Artífices idóneos. Artesanos, talleres y manufacturas en Hispania, Mérida, 2014, p. 211-267.

Peña Cervantes 2020 = Y. Peña Cervantes, Wine making in the Iberian Peninsula during the Roman period: Archaeology, archaeobotany and biochemical analysis, dans J.-P. Brun, G. Olcese, N. Garnier (dir.), A. making wine in Western-Mediterranean B. Production and the trade of amphorae: Some new data from Italy. Proceedings of the 19th International Congress of Classical Archaeology (Bonn-Köln 22-26 may 2018), Propylaeum - Heidelberg University Library, Heidelberg, 2020, p. 69-83.

Peyras 1975 = J. Peyras, Le Fundus Aufidianus : étude d’un grand domaine romain de la région de Mateur (Tunisie du Nord), dans AntAfr, 9, 1975, p. 181-222.

Sabratha I= J. Dore, N. Keay (dir.), Excavations at Sabratha 1948-1951. vol. II. The finds, part 1, Tripoli, 1989.

Saumagne 1928-1929 = Ch. Saumagne, Quelques inscriptions du Krib (Tunisie), dans BCTH, 1928-1929, p. 683-699.

Sehili 2008 = S. Sehili, Henchir el Begar, centre du saltus Beguensis, étude archéologique et historique, dans F. Bejaoui (éd.), Actes du 5e Colloque international sur l’histoire des steppes tunisiennes, Tunis, 2008, p. 85-106.

Sehili 2009 = S. Sehili, Huileries antiques de Jebel Semmama, Tunis, 2009.

Thugga III = St. Ritter, Ph. von Rummel, Thugga III. Archäologische Untersuchungen zur Siedlungsgeschichte von Thugga. Die Ausgrabungen südlich der Maison du Trifolium 2001-2003, Wiesbaden, 2015.

Vismara 2007 = C. Vismara (dir), Uchi Maius 3 : i frantoi, Sassari, 2007.

Haut de page

Notes

1 Pour une présentation préliminaire du site, voir González Bordas – Chérif 2018, p. 1433-1434.

2 Sur les références à ce règlement dans d’autres inscriptions, ainsi que sur les liens avec d’autres règlements africains voir, en dernier lieu, González Bordas 2020, p. 61-66.

3 La tendance vers l’étude des paysages ruraux au cours des dernières décennies est maintenant documentée par d’importants travaux qui touchent à plusieurs aspects de cette vie rurale. Nous citerons à titre illustratif des études consacrées à des ateliers ruraux de production de céramiques (comme ceux d’El-Mahrine et de Sidi Marzouk Ettounsi qui semblent être en rapport avec des domaines agricoles, voir par exemple Bonifay 2004 ; Ben Moussa 2007), aux huileries (voir entre autres Sehili 2009), à des sanctuaires ruraux (tel que le sanctuaire d’Henchir el-Hami, Ferjaoui 2007), aux églises rurales (voir notamment Baratte – Bejaoui 2001, p. 1473-1496 ; Bejaoui 2015). On mentionnera également d’autres enquêtes pluridisciplinaires, notamment le projet tuniso-danois intitulé Africa Proconsularis consacré à l’étude de la vallée de Segermes (Dietz – Ladjimi Sebaï – Ben Hassen 1995 ; Ørsted et al. 2000) et les travaux menés par M. de Vos et son équipe autour de Dougga et de Téboursouk, De Vos 2013 ; De Vos Raaijmakers – Attoui 2013.

4 Grira 1997 ; Chérif 2002-2003. On ajoutera aussi des travaux particuliers consacrés à des domaines agricoles privés et impériaux : Peyras 1975 (Fundus Aufidianus) ; Ferchiou 1984, p. 21-26 et fig. 6 (à propos du domaine de Sidi Kaddou, situé à 18 km à vol d’oiseau au sud-ouest de Bou Arada) ; Sehili 2008 (saltus Beguensis) ; Chérif 2015, p. 134-141 (praedia Rufi Volusiani) ; Chérif 2019 (Fundus Tapphugabensis) …etc.

5 De Vos Raaijmakers – Maurina 2019. Cette publication fournit les résultats issus des fouilles entreprises entre 1994 et 1996 sur un espace de 252 m2 (la superficie totale étant évaluée à 8000 m2) ; le matériel (céramiques, monnaies, verre, métaux) est datable des époques vandale et byzantine.

6 Un autre projet de recherche a été lancé en 2020 par Samira Sehili (Institut National du Patrimoine) et Fabiola Salcedo (Universidad Complutense de Madrid), pour mener des travaux archéologiques sur le site du saltus Beguensis.

7 Ces premières missions ont donné matière à une présentation faite dans la maison de culture du Krib, le 3 mai 2014 dans le cadre de la 11e rencontre de Béji Massaoudi (rencontre inscrite au sein du mois du patrimoine) ; elle a pour titre : « Données nouvelles sur l’histoire de Mustis à la lumière des dernières découvertes épigraphiques » (en arabe). Les résultats de ces prospections ont été aussi exploités dans l’étude de la zone domaniale développée aux époques numide et romaine autour de Zama Regia, voir Chérif 2017, p. 468-472.

8 En l’état actuel de la prospection, trois sites ont été repérés. Voir González Bordas – Chérif 2018, p. 1429-1432.

9 Cf. infra, n. 40.

10 C’est au cours de cette mission que le cippe de la lex Hadriana a été transporté aux réserves du site archéologique de Dougga (citernes d’Aïn Mizeb).

11 La première conférence, donnée le 21 septembre 2017, s’inscrit dans le cadre du séminaire Ausonius, elle a pour titre : « Le site d’Henchir Hnich (région du Krib, Tunisie) et la découverte de la lex Hadriana de agris rudibus (IIe s. ap. J.-C.) ». La seconde a été programmée au sein des séances scientifiques organisées par l’INP, le 8 février 2018, portant le même titre.

12 Voir les résultats issus du recours à la modélisation 3D dans la nouvelle édition de l’inscription de Lella Drebblia, dans González Bordas – France 2017 ainsi que ses retombés dans le reste des inscriptions contenant le sermo procuratorum, dans González Bordas 2017.

13 La table ronde, dont les travaux ont été coordonnés par Alberto Dalla Rosa, a pour thème : « La lex Hadriana de rudibus agris et les domaines impériaux de la vallée du Bagradas (Africa proconsularis) », 3rd workshop of the ERC project PATRIMONIVM – Geography and Economy of the Imperial Properties in the Roman World. Université Bordeaux Montaigne, 15-16 October 2018.

14 Cet accord, qui durera 4 ans, « a pour objet de mener une enquête archéologique liée au site d’Henchir Hnich (El-Krib, Tunisie) qui envisage la réalisation d’interventions archéologiques, l’étude des matériaux et la publication des résultats, ainsi que l’élaboration d’un dossier pour la mise en valeur du site ». Extrait de ladite convention, p. 3 (deuxième disposition).

15 C’est un agréable devoir de remercier vivement tous ceux qui ont contribué au bon déroulement de notre mission. Outre aux autorités de l’INP, notre gratitude s’adresse aussi au président de la municipalité du Krib, Si Lotfi Sliti, pour son soutien durant l’accomplissement de notre tâche. Les travaux de terrain ont été menés à bien grâce à une équipe d’ouvriers appliqués auxquels nous exprimons notre sincère reconnaissance.

16 La délimitation de ces zones de prospection pour la collecte et le catalogage des matériaux de surface a été faite sur des critères essentiellement topographiques, bien que dans le cas des zones D et E, la présence de structures de surface et de sédiments ait prévalu. De cette façon, la zone A correspond à la pente nord de la colline du site ; la zone B au coteau ouest de la colline ; la zone C au penchant sud de la colline jusqu’au ruisseau où le terminus a été découvert ; la zone D correspond aux matériaux localisés lors du nettoyage d’un grand trou, causé par une éradication des vestiges, repérée dans la zone centrale de la pente est ; la zone E correspond à l’espace occupé par le bâtiment A, où un nettoyage intensif de ses structures émergentes a été effectué ; la zone F correspond à la partie principale de la pente est ; la zone G au sommet de la colline, où l’on peut voir l’affleurement rocheux en surface ; enfin, la zone H couvre la colline située au nord de la zone centrale du site (nécropole).

17 Bonifay 2004, p. 440, fig. 248, 2.

18 De prochaine publication par les soins d’A. Chérif et H. González Bordas.

19 Cependant, les fiches techniques présentées ci-après concernent 16 tessons renvoyant à des formes identifiables, les deux autres (le tesson à vernis noir et le col de cruche à décor linéaire) étant amorphes.

20 L’inhumation en jarres est assez fréquente en Afrique du Nord : elle est attestée entre autres dans une nécropole de Thaenae (Jeddi 1995, p. 139-151 ; p. 140-143 et 148) et dans la nécropole de Pupput (Ben Abed – Griesheimer 2004, p. 21-30). La prudence est toutefois requise ici, car on n’a pas pu trouver des restes d’ossements humains en surface.

21 Chelbi 2008, p. 234.

22 Chelbi 2008, p. 235.

23 Bailey 1980, p. 93-94 attribue à un atelier local la production d’une lampe signée CCLOSVC, conservée au British Museum mais découverte près de Timgad ; Bussière 2000, p. 143 et 146 fait état d’un raté de cuisson signé CCLOSVC trouvé en Tunisie. Il précise « si la lampe de Timgad, et ce dernier document, prouvent indubitablement une production africaine, ils ne fournissent pas toutefois la preuve définitive de succursales africaines de l’atelier italique CCLOSVC ». La question des productions locales timbrées CCLOSVC reste ouverte selon Bonifay 2004, p. 80 et 312.

24 Chérif – González Bordas 2020, p. 214.

25 Tout le secteur du site d’Henchir Hnich est situé à l’extérieur de la Fossa Regia, donc dans l’ancien territoire numide.

26 Les dates du début de l’occupation intensive du site correspondent à un moment immédiatement postérieur à la grande expansion de la propriété impériale en Afrique opérée par Néron (Pline l’Ancien, NH, 18, 35) mais aussi à une période forte de mise en valeur du pays où les agriculteurs s’ouvraient de plus en plus à des cultures complémentaires de celles du blé, comme la vigne et l’olivier, ainsi que le montre, par exemple, la mise en place de règlements telles que la lex Manciana, rédigée pendant la période flavienne (Kehoe 1984, p. 244 et 249), mais dont la généralisation de l’application n’arrivera que plus tard. Dans tous les cas, et sans qu’on puisse préciser si Henchir Hnich faisait déjà partie à cette époque d’un domaine impérial, c’est dans un tel contexte que s’explique le développement du site agricole sur la colline à partir surtout de la fin de la période flavienne.

27 La pâte est beige compacte à texture granuleuse. Cette production apparait dès le Ve siècle apr. J.-C. et elle se poursuit jusqu’au VIIe siècle. Voir Bonifay 2004, fig. 169, p. 301.

28 Cette disparition du matériel céramique se poursuit jusqu’à la période du Protectorat. De nombreux fragments de tuiles provenant des ateliers de Marseille ont été repérés, notamment dans la partie basse du site, où se trouve l’huilerie, ce qui trahit une réoccupation de la colline d’Henchir Hnich entre la fin du XIXe siècle et les années 60 du XXe siècle.

29 Un plan préliminaire de ce bâtiment a été publié dans Chérif – González Bordas 2020, fig. 3, p. 208, où sont développées avec détail les conditions de trouvaille de l’inscription.

30 Malgré l’importance de l’huile dans la région, les grandes inscriptions agraires promouvaient également la culture de la vigne dans les domaines de la vallée moyenne du Bagradas (González Bordas 2017, p. 214, 216, 217, 220 et 221). En ce qui concerne l’interprétation du bâtiment de pressage d’Henchir Hnich comme liée à la production de l’huile ou du vin, il faut tenir compte de la difficulté structurelle dans l’identification de la production des salles de pressage. Néanmoins, l’existence d’un petit récipient en pierre, que nous devons relier au processus de décantation de l’huile, la tradition oléicole de la région dans l’Antiquité et la présence abondante d’amphores à olives sur le terrain nous incitent à interpréter le bâtiment de pressage comme une huilerie. Sur cette question, nous nous référons à l’article classique de J.‑P. Brun (1993) et à la mise à jour effectuée récemment par l’un d’entre nous (Peña Cervantes 2020).

31 On constate, dans cette province, une technologie oléicole d’une grande homogénéité et durabilité sur la base de l’utilisation exclusive de presses à levier et treuil. Il s’agit d’un type de presse qui perdure, dans cette région et dans le reste de l’Afrique du Nord, jusqu’à l’époque islamique. Les installations de pressurage de l’Afrique proconsulaire ont également des particularités régionales propres, telles que leur grande taille, l’utilisation d’éléments en pierre, tant pour les maies que pour les bassins de décantation, ou la présence de moulins verticaux, cylindriques et tronconiques. Concernant la fixation de la tête du prelum, on trouve cependant deux variantes, déjà signalées par S. Ben Baaziz (1991, p. 46), clairement réparties sur deux régions. Au nord de la dorsale tunisienne, on constate le renforcement de la partie postérieure par des linteaux et des niches dans lesquels est ancrée la partie postérieure de la presse, à l’aide d’un seul support vertical en bois ; tandis que dans la zone sud de la Tunisie, on observe le remplacement de ce montant vertical en bois par des éléments doubles en pierre. Il existe de nombreuses études réalisées sur les huileries de la région. Pour une analyse approfondie de ces systèmes et structures de transformation de l’huile d’olive, voir entre autres, Ben Baaziz 1985 ; Ben Baaziz 1991 ; Mattingly 1996 ; Brun 2004, p. 199-229 ; Vismara 2007 ; Naddari 2008 ; Sehili 2009 ; Ben Moussa 2013 ; De Vos 2013.

32 Il s’agissait originairement d’un bloc de 126 cm de hauteur, de 70,3 cm de largeur (corniche) et de 64,7 cm d’épaisseur (corniche). En l’attente de l’editio princeps, voir des images et une première description dans Chérif – González Bordas 2020, p. 218-219.

33 Le remploi d’inscriptions comme éléments de pressage et de collecte d’huile est relativement courant à la fin de l’Antiquité et doit être lié à une volonté de réduire les importants coûts de construction de ces espaces. L’exemple le plus évident se trouve dans la ville voisine d’Uchi Maius, où une grande quantité d’inscriptions ont été réutilisées dans les abondantes huileries urbaines construites à partir du IVsiècle apr. J.-C. (Vismara 2007). Cette pratique a également été constatée dans la région de Thugga : on signalera ainsi le remploi comme contrepoids à l’époque byzantine d’une inscription dédiée au temple de Iuno Lucina (CIL VIII, 27357 = AE, 1912, 160) sur le site d’Henchir ez-Zaouia (De Vos 2013, p. 155 ; De Vos Raaijmakers – Attoui 2013, site n° 63, p. 54). Une stèle funéraire à deux cantons de la même région, trouvée à Henchir Afria, a été aussi retaillée en contrepoids (De Vos Raaijmakers – Attoui 2013, site n° 34, p. 41, d’où AE, 2013, 2064). Sur ce type de remploi dans les provinces de Byzacène et de Zeugitane, voir Grira 2011. En dehors de l’Afrique du Nord, le phénomène est également très courant, et se vérifie à des périodes encore précédentes. On évoquera par exemple la découverte récente d’une épitaphe réutilisée comme contrepoids dans une installation viticole sur le site de Los Palacios, dans la zone centrale de l’Hispanie (Gorostidi et al. 2016).

34 On connaît bien les maies des huileries de la région, toutes homogènes et en pierre sur une préparation similaire à celle documentée à Henchir Hnich. Cette technique de construction a été particulièrement bien documentée dans les presses urbaines d’Uchi Maius (Vismara 2007, p. 78-80, 120-123, 132-133, 135, 196-197, 260-261).

35 L’espace de pressage documenté dans cette huilerie de 9 mètres de long permet de supposer l’existence de plusieurs presses à levier. Il faut tenir compte du fait que les maies en pierre documentés dans les environs proches de Thugga par M. de Vos ont une largeur qui oscille entre 2,2 et 1,2 mètres (De Vos 2013, p. 170 ; http://rusafricum.org/fr/reperti/database/elementi-di-pressa/). La reconstruction de deux presses est donc parfaitement cohérente avec l’espace disponible. Les presses à levier nécessitent une articulation à deux hauteurs dans la salle de pressage pour maximiser leurs performances (Peña 2014, p. 227).

36 Kearey – Brooks – Hill 2002, p. 208; Brito-Schimmel – Carreras 2005; Peña 2011.

37 Une équipe standard de détecteurs a été utilisé comptant avec une équipe MAGNETO® ARCH de l’entreprise SensysSensorik&System GmbH (Bad Saarow, Allemagne). Il fonctionne avec 5 sondes Förster du type FGM-650/3B sur une structure à traction humaine du Laboratoire de Géoarchéologie de l’Université de Marburg.

38 Brito-Schimmel – Carreras 2005 ; Peña 2011.

39 Dans ces travaux, le résistimètre "LGM 4Point light mC" avec une résolution de 0,5 x 0,5 m a été utilisé.

40 On trouvera une présentation préliminaire de la grande inscription et une édition des épitaphes dans Chérif – González Bordas 2020, p. 205-221. Nous corrigeons ici un lapsus qui s’est glissé lors des corrections des épreuves avant l’impression des actes du colloque : il concerne la transcription du nom de la défunte Blossa (ou Blossia). Pour la première hypothèse envisagée (Chérif – González Bordas 2020, p. 212) il faut lire Bloss(ia)e Nampamsali au lieu de Bloss(ia)e Nampamsali(s).

41 À la fin de la mission, toutes les inscriptions ont été transportées dans une maison du village de l’Oued Ellouz, en attendant leur transfert à l’un des dépôts de l’Institut national du patrimoine.

42 Coordonnées UTM : X : 509127.805 ; Y : 4022164.184.

43 On préfère restituer le mot générique agri précédant Caesaris (voir Varro, Ling., 4, 8, mais on aurait également pu choisir praedia) au mot fundus, car ce dernier n’est employé dans ces cas que lorsqu’il est caractérisé par un élément distinctif (un adjectif ou un nom au génitif : p. ex. f. Audianus, f. Turris Rutundae). Or, il est évident que l’élément Caesaris ne peut pas remplir cette fonction étant donné l’ampleur de la propriété impériale. Le texte de l’inscription contenant la lex Hadriana (l. 4, voir Chérif — González Bordas 2020, p. 220), trouvée sur ce site, utilise l’expression agrorum Caes(aris) N(ostri). Pour un exemple africain de l’expression limes agrorum appliquée à une borne de délimitation de terres entre le territoire d’une agglomération et la ratio priuata, voir CIL VIII, 8811 = 20618 = ILS, 5964 (plaine de Borj Mejana, à une cinquantaine de km à l’ouest de Sitifis).

44 Cette propriété privée jouissait, bien évidemment, d’un statut d’extraterritorialité et donc elle ne faisait pas partie du territoire des cités voisines comme Mustis ou Thacia.

45 González Bordas – Chérif 2018, p. 1432-1433.

46 Dans les traités des gromatici, des éléments prédominants du paysage, notamment les montagnes, sont parfois utilisés comme des limites de territoires. On consultera par exemple sur cette question, Gonzales 1994 p. 309-338 ; Acolat 2005, p. 7-56 (particulièrement p. 39 où est reproduite une miniature du traité de Frontin qui montre trois domaines ayant « pour limites naturelles une chaîne de montagnes rocheuses et un cours d’eau qui y prend sa source ») ; Boussetta 2016, p. 113-128.

47 Les initiales QPF n’ont pas été suivies des lettres CV (clarissimus uir) comme dans d’autres bornes territoriales. Si ces lettres avaient été gravées sur la borne, cela aurait signifié que le domaine était sénatorial. Dans ce cas, le propriétaire recherché aurait très bien pu être un haut fonctionnaire de l’État qui n’était pas forcément originaire de l’Afrique (proconsul, légat…), mais qui possédait un domaine africain. Voir les cas traités par Chérif 2015, p. 123-130.

48 Notamment l’index nominum du CIL, VIII, les deux tables générales de l’Année épigraphique (1888-1960 et 1961-1980), les livraisons postérieures de cette revue des publications épigraphiques (jusqu’à l’AE, 2015) et les index onomastiques des Inscriptions latines de la Tunisie (Ben Abdallah – Ladjimi Sebaï 1983), des Inscriptions latines d’Afrique (Ben Abdallah – Ladjimi-Sebaï 1983, p. 51-90) et des Inscriptions of Roman Tripolitania. On a consulté également l’Index général des inscriptions latines païennes de Carthage publié par L. Ladjimi Sebaï (2002).

49 Q. Pacilius Felix (CIL VIII, 3953 : Lambèse) ; Q. Pacuvius Felix (cf. infra, n. 53) ; Q. Papius Fortunatus (cf. infra, n. 51) ; Q. Petronius Felix (CIL VIII, 22791a : Henchir el-Maguel, à mi-chemin à peu près entre Capsa et Tacapes) ; Q. Pinarius F(---) (CIL VIII, 1134 : Tunis) ; Q. Pompeius Felix (CIL VIII, 1976 : Théveste) ; Q. Pompeius Felix (CIL VIII, 1977 : Théveste) ; Q. Pomponius Fortunatus (CIL VIII, 19824 = ILAlg, II, 1, 3142 : Celtianis) ; Q. Pomponius Fortunatus (CIL VIII, 27505 : Masculula) ; Q. Ponponius Felix (CIL VIII, 10853 : Thibilis) ; Q. Pontidius Fortunatus (CIL VIII, 14658 : Chemtou) ; Q. Postumius Felix (CIL VIII, 5072 : Thubursicu Numidarum).

50 On n’a pas retenu quatre personnes qui portent un quatrième nom en plus des trois correspondant aux initiales QPF : 1) Q. Paconius Tenax Florentian(u)s (CIL VIII, 16153, près du Kef) ; 2) Q. Papiri(u)s Fortunatianus Eusebius, enfant de 6 ans dont l’épitaphe mosaïquée (AE, 1914, 29 = ILTun, 1520) a été découverte dans une crypte funéraire chrétienne à Dougga, dans la nécropole nord-est (Khanoussi – Maurin 2002, n° 934, qui datent le texte de la période 301-400) ; 3) Q. Pescennius Fuscus Bucco (CIL VIII, 22922, Hadrumetum) ; 4) Q. Pompeius Cerealis Felix, chevalier et procurateur impérial dans la regio Tripolitana, connu grâce à deux inscriptions de Leptis Magna (IRT, 644 et CIL VIII, 22674 = IRT, 648). Pour ce dernier, il faut ajouter que le site d’Henchir Hnich se trouve trop loin de Leptis Magna pour qu’on puisse y établir un rapport quelconque et, dans tous les cas, l’abréviation de sa nomenclature serait QPC (ou QPCF) plutôt que QPF, car sur IRT, 648 son nom apparaît réduit à Quintus Pompeius Cerealis.

51 CIL VIII, 16409= ILTun, 1565: D(iis) M(anibus) s(acrum). | Q(uintus) Papiu[s] | Fortuna|tus pius | uixit an|nis LXXXV. | H(ic) s(itus) e(st). Le gentilice a été lu Pariu[s] par les auteurs du CIL VIII ; il a été corrigé par A. Merlin dans ses ILTun après une relecture de l’épitaphe par Ch. Saumagne (1928-1929, p. 696, n. 1).

52 Sur le site, voir De Vos Raaijmakers – Attoui 2013, p. 96-97, site n° 214.

53 CIL VIII, 15325: D(iis) M(anibus) s(acrum). | Q(uintus) Pacu|uius Fe|lix Satu|riani fil(ius) | p(ius) | u(ixit) a(nnis) XX | H(ic) s(itus) e(st). Le CIL VIII a en outre reproduit sous le n° 16435 un texte quasiment identique où le nom du père du défunt est lu (lignes 4-5) Salub|riani. Il s’agit sans doute de la même épitaphe reproduite à deux reprises avec deux déchiffrements différents pour le patronyme du défunt. Pour A. Ibba (2006, p. 440) les deux notices du CIL VIII concernent un seul et même document, donc une seule personne (l’auteur retient pour le nom du père du défunt la lecture Salubrianus). Pour leur part, Khanoussi – Maurin 2002, texte n° 1583 et p. 661 (épitaphes rattachées aux nécropoles urbaines) et p. 669 (épitaphes trouvées sur le territoire de Thugga), et De Vos Raaijmakers – Attoui 2013, p. 97, retiennent la leçon Saturianus et ne font pas état de l’inscription CIL VIII, 16435.

54 Dont 11 sont recensées dans CIL, VIII, Index nominum, p. 53. On consultera pour les autres attestations, la base de données Epigraphische Datenbank Clauss-Slaby.

55 ILTun, 1559,2 (cippe à deux cantons) : (canton de gauche) D(iis) M(anibus) s(acrum). | Attia | Saturn|ina p(ia) u(ixit) a(nnis) | XC. H(ic) s(ita) e(st) ; (canton de droite) D(iis) M(anibus) s(acrum). | Q(uintus) Papius | Priuatus | p(ius) u(ixit) a(nnis) CXX. | H(ic) s(itus) e(st).

56 Henchir el-Krouabi (ou El-Akrouabi), à 1,8 km au sud-sud-est de Sidi Khlifa, centre du Fundus Turris Rutundae : ILTun, 1572,3 : D(iis) M(anibus) s(acrum) | Q(uintus) Papius | Fortuna|tus pius | [---.

57 Khanoussi – Maurin 2002, n° 938 : D(iis) M(anibus) s(acrum). | Papius | Felix | Degmulus | pius uixit | annis LXXV. | H(ic) s(itus) e(st).

58 CIL VIII, 26048 (stèle à deux cantons) : (canton de gauche) D(iis) M(anibus) s(acrum). | G(aius !) Naici|us Afri|cus p(ius) u(ixit) | a(nnis) LXV. | H(ic) s(itus) e(st) ; (canton de droite) D(iis) M(anibus) s(acrum). | Papia | Briuna | p(ia) u(ixit) a(nnis) LXXX. | H(ic) s(ita) e(st) et AE, 1968, 611 (stèle à deux textes superposés) : (texte d’en haut) D(iis) M(anibus) s(acrum) | Papius | Rogatianu|s piusuixit | an(n)is XXVI. | H(ic) s(itus) e(st) ; (texte d’en bas) Fagargi | fecerunt s|odali suo | carissimo.

59 Lassère 1977, p. 186.

60 CIL VIII, Index nominum, p. 53 (15 occurrences). Un [Pa]cuvius Honoratus mentionné dans une inscription d’Uchi Maius, CIL VIII, 26245, n’a pas été recensé. Il faut en outre remarquer que deux individus sont mentionnés chacun à deux reprises dans cet index, car ils sont connus par des documents différents : Q. Pacuuius Felix Saturiani fil. ou Salubriani fil. (cf. supra, n. 53) et Q. Pacuvius Honoratus Rufinianus (voir Khanoussi – Maurin, 2002, texte n° 922). On ajoutera à ces occurrences celles relevées postérieurement (5) : ILAlg, II, 2, 4538 (Grotte de Taya, entre Cirta et Thibilis) ; ILAlg, II, 3, 7456 (Oued Hamla, à une trentaine de km au sud-ouest de Cirta) ; ILAlg, II, 3, 7477 (Teleghma, non loin de Oued Hamla) ; Ballu 1909, p. 110 (Timgad) ; AE, 1997, 1626 = AE, 2013, 1787 (Haïdra). Voir Lassère 1977, p. 157, n. 134 (Liste des gentilices attestés à Uchi Maius), p. 185 (où on lit « Gentilice samnite de Capoue […]. Moyennement fréquent en Campanie et chez les Volsques ») et 197.

61 Khanoussi – Maurin 2002, p. 661.

62 Ibba 2006, p. 36 et 440. À propos des Pacuuii, voir les textes n° 8, 16, 266 et 267.

63 Sur la famille des Catapaliani, voir Khanoussi – Maurin 2000, p. 199-203.

64 On connaît à Bir Tersas, à 9 km environ au nord-est de Dougga, le domaine de C. Passienius Septimus (AE, 2013, 2095) qui a été transféré tardivement à un nouveau propriétaire, le sénateur Rufius Volusianus (AE, 1895, 30 = CIL VIII, 25990 = ILS, 6025). Voir sur ce domaine, Chérif 2015, p. 136-143 (d’où AE, 2015, 1817).

65 Sur ces différents gentilices, voir Khanoussi – Maurin 2002, p. 662-663 ; Ibba 2006, p. 441-442 (Passienus-Passienius), p. 445-446 (Pompeius), p. 447-448 (Pomponius), p. 453-454 (Pontius), p. 457-459 (Pullaienus).

66 On consultera sur la gens Pullaiena, Bonello Lai 2002. Des membres de cette gens, Titinius Pupianus et Petronianus Decimus clarissimi iuuenes, possédaient des praedia à Henchir el-Mra el-Mita qui se trouve à 3 km à l’est-nord-est d’Uchi Maius, sur la rive droite de l’oued Arkou, affluent de l’oued Tessa. Le domaine est attesté par l’inscription suivante, gravée sur le porche de l’entrée (CIL VIII, 26415 = AE, 1895, 32 = ILS, 6024) : Praedia Pullaienorium | Titini Pupiani et Petroniani Decimi c(larisimorum) i(uuenum duorum) filiorum Celsini Pupiani e(gregi) u(iri) et Roiae Titiniae | Florentiorum.

67 González Bordas – Chérif 2018, p. 1430-1432, site n° 2.

68 Voir sur cette limite Chérif, à paraître.

69 Situé l’un à 3,2 km à vol d’oiseau au sud d’Henchir Hnich (voir González Bordas – Chérif 2018, p. 1432, site n° 3), l’autre à 2,5 km vers le sud-sud-est, à 650 mètres à l’ouest d’Henchir el-Gammoudi.

70 Il est probable que les terres de QPF aient été exploitées, au moins en partie, par des colons partiaires et qu’en cas d’abandon de celles-ci, il ait fait recours à des règlements contractuels similaires à la lex Hadriana — n’oublions pas que des règlements similaires comme la lex Manciana ne sont, à l’origine, que des lex-contractus pour l’exploitation des domaines privées (Kehoe 1984). Néanmoins, faute de documentation écrite pour le domaine de QPF, il est hasardeux de proposer un système d’exploitation en détail qui nous permettrait de faire des hypothèses à propos des possibles solutions retenues face à d’éventuels problèmes d’abandon des terres.

71 Lassère 1973, p. 21, n. 7.

72 Chérif – González Bordas 2020, p. 214.

73 Chérif – González Bordas 2020, p. 213.

74 Avant cette mission, entre 2013 et 2017, le matériel céramique récolté nous donnait seulement une chronologie allant du IVe au VIIe siècle apr. J.-C. Voir Chérif – González Bordas 2020, p. 221.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Localisation d’Henchir Hnich dans la vallée de l’oued Ellouz et dans la région de Mustis.
Titre Fig. 2 – Henchir Hnich. Répartition du site en huit zones.
Titre Fig. 3 – Répartition des pourcentages du matériel céramique ramassé dans les différentes zones de la colline principale.
Titre Fig. 4 – Henchir Hnich. Colline principale. Matériel céramique des zones A, B et D (dessins F. Haddad).
Titre Fig. 5 – Henchir Hnich. Colline principale. Matériel céramique des zones E, F et G (dessins F. Haddad).
Titre Fig. 6 – Henchir Hnich. Zone G. Tesson de céramique à vernis noir.
Titre Fig. 7 – Chronologie du matériel céramique ramassé dans les différentes zones de la colline principale.
Titre Fig. 8 – Henchir Hnich. Zone G. Tesson de col de cruche à décor linéaire.
Titre Fig. 9 – Henchir Hnich. Colline principale. Relevé des structures documentées lors du nettoyage.
Titre Fig. 10 – 1. Reconstruction idéale du pressoir d’Henchir Hnich ; 2. Cippe contenant la lex Hadriana remployé en tant que contrepoids ; 3. Orthophotographie de l’huilerie ; 4. Bloc d’ancrage pour la fixation postérieure du prelum ; 5. Bassin en pierre pour la décantation de l’huile.
Titre Fig. 11 – Résultats de la prospection géophysique.
Titre Fig. 12 – La borne-limite : face A
Titre Fig. 13 – La borne-limite : face B.
Titre Fig. 14 – Les sites archéologiques situés au sud d’Henchir Hnich.
Titre Fig. 15 – L’épitaphe fragmentaire n° 1.
Titre Fig. 16 – L’épitaphe fragmentaire n° 2.
Titre Fig. 17 – L’épitaphe fragmentaire n° 3.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ali Chérif, Yolanda Peña Cervantes, Hernán González Bordas, Eva Zarco Martinez, Felix Teichner, Fatma Haddad, Macarena Bustamante, Riadh Smari, Florian Josef Hermann, David Ulrich Kiesow et Juan José Marmol Marco, « Archéologie des domaines impériaux », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité, 133-2 | 2021, 457-486.

Référence électronique

Ali Chérif, Yolanda Peña Cervantes, Hernán González Bordas, Eva Zarco Martinez, Felix Teichner, Fatma Haddad, Macarena Bustamante, Riadh Smari, Florian Josef Hermann, David Ulrich Kiesow et Juan José Marmol Marco, « Archéologie des domaines impériaux », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En ligne], 133-2 | 2021, mis en ligne le 31 décembre 2021, consulté le 25 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/mefra/12343 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mefra.12343

Haut de page

Auteurs

Ali Chérif

Université de Jendouba, Institut supérieur des sciences humaines – alicherif.isshj@gmail.com 

Yolanda Peña Cervantes

Universidad Nacional de Educación a Distancia —yolandapcervantes@geo.uned.es 

Hernán González Bordas

Université de Bordeaux-Montaigne — hgonzalezbordas@gmail.com 

Eva Zarco Martinez

Universidad Nacional de Educación a Distancia — eva.zarco.m@gmail.com 

Felix Teichner

Université de Marburg — felix.teichner@staff.uni-marburg.de 

Fatma Haddad

Université de Tunis, FSHS — fatouma_haddad@yahoo.fr 

Macarena Bustamante

Université de Granada — mbustamante@ugr.es 

Riadh Smari

Institut national du patrimoine — smariadh@gmail.com 

Florian Josef Hermann

Université de Marburg — florian.hermann0@googlemail.com

David Ulrich Kiesow

Université de Marburg — ukiesow@gmx.es 

Juan José Marmol Marco

Universidad Nacional de Educación a Distancia — jjmarmolmarco@gmail.com 

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search