Navigation – Plan du site

Vicus Censori : un quartier urbain sur l’Île Tibérine

Hélène Moreau

Résumés

L’Île Tibérine est, au regard de la multiplicité des témoignages religieux qui lui sont rapportés, souvent considérée comme une enclave sacrée au sein de la ville. Malgré l’importance des temples, notamment celui d’Esculape, dans son développement urbain, l’île n’est pas un sanctuaire isolé mais est à part entière insérée dans le maillage de la ville. Or, plusieurs documents qui mentionnent un uicus Censori font apparaître l’île comme un des quartiers urbains créés sous l’impulsion d’Auguste. Cet article propose de revenir sur ce dossier en étudiant notamment cette dénomination difficile à mettre en relation avec ce que nous connaissons par ailleurs de l’île du Tibre. Dans un second temps, cet article s’attarde sur l’histoire du uicus car les documents qui nous sont parvenus témoignent également de sa création à la fin du Ier siècle av. J.-C. et de son organisation. Enfin, par le biais de quelques inscriptions, l’article propose, en dépit leur identification délicate, d’esquisser une réflexion sur les réalités de ce quartier tant autour de son organisation urbaine que des activités de ses habitants.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ov., Met. XV, 622-744 ; Val. Max. I, 8, 2 ; De vir. ill. 22, 1-3. Besnier 1912, p. 152-183 ; Guard (...)
  • 2 Plut., Popl., 8, 8.
  • 3 L’identification du uicus Censori à l’Île Tibérine est déjà avancée au XIXe siècle et appuyée par (...)

1L’Île Tibérine doit sa renommée au temple d’Esculape, construit lorsque le culte fut importé d’Épidaure au début du IIIe siècle av. J.-C.1 Le dieu guérisseur fut vite rejoint par d’autres divinités et, dès la première décennie du IIe siècle av. J.-C., les temples de Veiouis et de Faunus s’élevaient également au milieu du fleuve. La présence de ces trois temples et d’autres témoignages religieux, dons, inscriptions et statues, firent rapidement apparaître l’Île Tibérine comme une enclave sacrée au sein de la cité2. Toutefois, cette concentration de témoignages religieux, qui n’est pas plus importante que dans les autres parties de la ville, masque sa qualité de quartier urbain. La division de Rome en uici sous le règne d’Auguste montre en effet que la ville ne s’est pas uniquement construite autour de ses grands monuments mais aussi à partir des relations de voisinage. Or, un uicus Censori est mentionné dans deux inscriptions de l’île, qui fut donc rapidement identifiée avec ce quartier malgré les découvertes en dehors de tout contexte archéologique et l’identification douteuse d’un des documents. Le nom du uicus se rencontre par ailleurs une troisième fois, dans la liste gravée sur la Base capitoline, parmi les uici de la XVIe région. Bien que l’interprétation historique soit toujours pertinente, l’Île Tibérine mérite d’être réexaminée en tant que quartier urbain3.

Identification

  • 4 Bloch 1962, p. 222.

2Les inscriptions furent mises au jour au XVIIe siècle sans que l’on conserve les contextes précis de découverte. Dans de telles circonstances, la possibilité que les inscriptions aient été déplacées subsiste toujours. L’inscription CIL VI, 821 passe pour avoir été découverte devant la basilique San Bartolomeo mais elle est aujourd’hui perdue. Son authenticité a d’ailleurs été mise en doute4. Le texte était gravé sur un simple fragment de marbre et son unique ligne n’offre aucune possibilité de datation : Vicus Censori lustratio erit idibus septembr(ibus).

3L’inscription CIL VI, 451 est sans conteste la plus intéressante. Le texte, datable du règne de Trajan, est gravé sur une architrave :

Laribus Augustis et Genis Caesarum |imp(eratori) Caesari diui Neruae filio Neruae Traiano Aug(usto) Germ(anico) pontifici maximo trib(unicia) pot(estate) IIII co(n)s(ule) desi[g(nato) IIII] permissu C(ai) Cassi Interamnani Pisibani Prisci praetoris aediculam reg(ionis) XIIII uici Censori magistri anno CVI[I ?] | uetustate dilapsam inpensa sua restituerunt. Idem pr(aetor) probauit. L(ucius) Cecenius L(uci) lib(ertus) Hermes, M(arcus) Liuius Ɔ(mulieris) lib(ertus) Donax| P(ublius) Rutilius (Publii) f(ilius) Priscus | L(ucius) Coranius L(uci) lib(ertus) Euarsistus | dedic(atum) IIII k(alendas) Ian(uarias) |L(ucio) Roscio Aeliano | Ti(berio) Claudio Sacerdotae [sic] co(n)s(ule).

  • 5 CIL VI 975 = 31218 = ILS 6073.
  • 6 À propos des uici du Transtevere, voir Palmer 1981, p. 369-370.
  • 7 Ps-Aeth., Cosm., l. 1-12, ed. Valentini – Zucchetti 1940, p. 215
  • 8 Les surfaces des uici pouvaient être très variables, de moins d’un hectare à plus d’une dizaine, l (...)

4Ce texte nous apprend que le uicus Censori appartenait à la XIVe région, bien que rien n’indique que le uicus était celui de l’île Tibérine. Il faut donc franchir le Tibre et aller chercher ailleurs des indices permettant de les relier. Le uicus Censori apparaît dans le catalogue des uici de la Base capitoline, en tête de la liste des subdivisions de la XIVe région, directement sous les noms des curatores regionum5. L’énumération des quartiers devait être organisée selon une logique géographique, du centre depuis la périphérie, à l’exemple de la numérotation des régions. Bien que tous les uici ne soient pas représentés, on peut supposer que le premier de la regio XIV devait se situer sur les rives du fleuve ou, pour le cas qui nous occupe, au milieu de celui-ci6. L’appartenance de l’Île Tibérine à la XIVe région est uniquement attestée par la Cosmographie du Pseudo-Aethicus, rédigée au VIe siècle. Ce texte tardif débute sa description de Rome par un éloge du fleuve : Fluuiorum rex pulcher Tiberis [...] facit insulam regioni quartae decimae, ubi duo ponte appellantur7. L’île apparaît donc comme la meilleure candidate pour former le uicus Censori qui, construit autour de la réalité du voisinage, devait se cantonner à l’île, dont les limites étaient clairement définies8.

Terminologie

  • 9 Besnier 1912, p. 54. 
  • 10 Coarelli 2008 [1981], p. 470.
  • 11 Degrassi 1996, p. 100.

5Le nom du uicus a connu quelques problèmes de terminologie dans la recherche où le terme Censori fut utilisé sous différentes formes, générant une certaine confusion. Dans la première monographie consacrée à l’Île Tibérine antique, Maurice Besnier emploie le génitif censori mais aussi la forme censorii, lorsqu’il lit l’inscription de la Base capitoline (CIL VI, 975 = ILS 6073)9. Cette seconde forme est reprise par Filippo Coarelli10. Donatella Degrassi utilise tout d’abord la locution uicus censorius, dans sa notice sur l’Île Tibérine dans le Lexicon Topographicum Vrbis Romae11. Elle est suivie par Lawrence Richardson Jr. dans le New topographical dictionnary of ancien Rome, mais corrige la forme dans la notice consacrée au uicus dans le sixième volume de la collection des LTUR. En effet, la mise des deux termes au nominatif pour former uicus censorius est une interprétation erronée du génitif uici censori de l’inscription CIL VI, 451. Le texte de la Base capitoline, par les termes uico Censori, au datif, montre bien que censori n’est pas un adjectif mais un complément du nom dont la déclinaison ne varie pas. Vicus Censori est la forme la plus courante qui nous est donnée par les inscriptions (uici censori CIL VI, 451 et 821, uico censori CIL VI, 975) et celle qui est utilisée dans les lignes qui vont suivre.

  • 12 Le uicus Tuscus est également, et d’abord, une rue qui chez Varron (L.L., V, 46) et d’autres auteu (...)
  • 13 Suet., Claud., 25, 4 ; Sid. Apol., Epis. I, 7, 12.
  • 14 Gnecchi 1912, p. 9 (II, 3), voir Moreau 2014a, p. 15-18.
  • 15 Bérenger 2008, p. 167.
  • 16 Tert., De Idol. 20, 2.
  • 17 Ov. Met. XV, 740 ; Plin. H.N., XXIX, 8, 16 ; Plut., Quaes. Rom. 94.
  • 18 Suét., Aug., 40, 3 ; Dio Cass. 43, 25, 2. Voir Fraschetti 1994, p. 270 ; Lo Cascio 1997, p. 3-8 ; (...)
  • 19 CIL III, 5174 et CIL III, 5181.Voir Seeck 1899, col. 1910.
  • 20 Vicus Vestoriani, uicus Calpurniani, uicus Latiarni (Van Andringa 2000, p. 77-78).

6Paradoxalement, le nom de uicus Censori est peu évocateur pour l’île Tibérine. Très souvent, le uicus tirait son nom de l’environnement. Le quartier pouvait s’identifier soit par les activités qui s’y développaient comme une industrie ou un commerce (uicus Sandaliarius CIL VI, 448 = ILS 3614), soit par le voisinage d’un temple (uicus Vestae CIL VI, 30960 = ILS 3621) ou d’un autre monument (uicus Portae Collinae CIL VI, 450), soit par sa situation topographique (uicus Collis Viminalis CIL VI, 2228), soit par le nom de personnalités ou de grandes familles (uicus Sulpicius CIL VI 2221 = ILS 6078 ; uicus Fabricius CIL VI 975 = ILS 6073) ou encore par celui d’un peuple (uicus Tuscus, CIL VI, 9976)12. Alors que le sanctuaire et son dieu caractérisent l’île dans les sources littéraires13 et iconographiques (médaillon d’Antonin consacré à Aesculapius ou buste d’Esculape représenté sur la proue de travertin à l’emplacement de l’emblema d’un navire)14, il peut sembler surprenant qu’elle ne soit pas devenue le uicus Aesculapi, puisque en l’absence d’adresse précise la proximité d’un monument, la direction d’une voie ou même un uicus était « la manière la plus courante de localiser quelqu’un »15. Ainsi, Tertullien est bien obligé d’admettre l’emploi des noms des dieux païens qui servent couramment dans la vie quotidienne pour l’orientation : Nam id plerumque dicendum est : in templum Aesculapii ilum habes et in uico Isidis habito16. L’île au milieu du Tibre est elle-même un élément remarquable de la topographie. Le terme insula est parfois utilisé seul dans les sources littéraires pour la désigner17. Pourtant, le quartier n’est pas non plus topographiquement nommé en tant que uicus Insulae. Ce ne sont donc pas ces aspects topographiques et religieux qui ont été pris en compte. L’explication réside peut-être dans la nature même du uicus, constitué de quelques insulae dont les habitants se regroupaient autour d’une identification commune. Car, même si le nom d’un uicus facilitait la localisation au sein de la cité, le choix d’un nom dépendait avant tout de l’identité locale. Le mot Censori pourrait évoquer la magistrature de censor (génitif censoris), sur lequel se forme l’adjectif censorius, qui possède un génitif en -i (censorii). Sous César et Auguste, les uici furent certes le cadre du rencensus mais l’établissement d’un rapport entre l’île Tibérine précisément et l’activité des censeurs est impossible à établir18. L’origine qui reste la plus communément admise est la formation de l’épithète censori(i) à partir du nom de la gens Censoria. Seulement, le premier des Censorii connu est C. Censorius Niger, qui fut procurateur de Norique au IIe siècle ap. J.-C.19 Il faut donc faire appel à un hypothétique ancêtre qui aurait pu donner son nom au uicus. Le cas de uici nommés d’après les familles importantes, propriétaires des grandes domus du quartier, se rencontre d’ailleurs dans d’autres villes romaines, comme Pouzzoles par exemple20.

La réforme augustéenne et la création du uicus Censori

  • 21 Suét. Aug. 30, 1 : spatium urbis in regiones uicosque diuisit instituitque.
  • 22 Laurence 1991, p. 145. Ainsi, parmi les fêtes de voisinage, les Compitalia rassemblaient les habit (...)
  • 23 CIL I², 1001 = CIL VI, 2220 = ILLRP, 700. Sur les pagi voir Tarpin 2002, p. 173-239.
  • 24 Suét., Aug., 30, 1 ; Dio. Cass., LV, 8, 6. Niebling 1956, p. 331.
  • 25 Vicus Iouis Fagulatis (CIL VI, 452), puis respectivement uicus Honoris et Virtutis (AE 1946, 189 = (...)
  • 26 Tarpin 2002, p. 168 et p. 312-313 (R10).
  • 27 Auguste instaure la date du 1er août pour son sens symbolique, qui s’estompe rapidement sous ses s (...)

7Le uicus Censori fait partie des subdivisions territoriales crées à l’occasion de la réorganisation du spatium urbis21. Avant cette réforme, les territoires construits hors de la muraille et du pomerium n’étaient pas considérés comme des parties de la ville. L’île Tibérine, séparée de la rive de la ville par un bras du fleuve, appartenait donc à l’ager. L’extension de l’habitat et la construction des ponts pérennes l’intégrèrent néanmoins au réseau urbain dès la fin du siècle précédant la réforme. Le uicus vint probablement entériner une situation déjà existante, car le quartier devait s’être déjà formé autour des temples qui furent édifiés aux IIIe et IIe siècles av. J.-C. À l’époque républicaine, les rassemblements de voisinage avaient déjà lieu autour du culte compital des Lares à l’occasion de célébrations permettant une identification collective22. Auguste ne fait que remettre à l’ordre du jour cette ancienne pratique en y ajoutant le culte de son genius personnel. Cependant, rien ne permet de dire que l’île Tibérine constituait déjà une unité structurée et officielle à l’image par exemple du pagus Ianicolensis qui existait depuis l’époque républicaine23. Suétone et Dion Cassius rapportent la mise en œuvre de la réforme à partir de l’année 7 av. J.-C.24 Seulement, en pratique, l’inauguration des différents uici, qui correspond à l’adoption du culte des Lares et du Genius Augusti et à l’élection de ses premiers uicomagistri, s’est étendue sur quelques années, anticipant même l’année traditionnelle. Le uicus Iouis Fagulatis s’est ainsi constitué dès 12 av. J.-C., ce qui est certes exceptionnel. Plus raisonnablement, d’autres voient leurs premières élections organisées en 9 ou, plus tard, en 6 av. J.-C.25 Dans le cas de l’Île Tibérine, la dédicace de la rénovation de la chapelle du uicus (CIL VI, 421) sous le règne de Trajan pourrait donner la date de création mais une lacune sur le côté de l’architrave empêche de lire correctement le chiffre. Les magistrats qui financent sont les magistri anni CVI[I ?], élus pour la 106e ou la 107e année du uicus, entre octobre 100 ap. J.-C. et le 1er janvier 101 (trib(unicia) potestate III cos III designato IIII)26. Auguste avait fixé la période d’entrée en fonction des magistrats au 1er août. La réforme ayant officiellement pris effet en 7 av. J.-C., l’année 100 est bien la 107e et les magistri entrèrent bien en fonction au 1er août, conformément à ce qui avait été établi sous Auguste, en restituant CVII par comblement de la lacune. Conserver la lecture CVI (106e année du uicus, à partir de 7 av. J.-C.) impliquerait une date d’entrée en fonction des magistri remontant au 1er janvier, créant ainsi un décalage. La modification de la période d’entrée en charge des magistri uicorum est une hypothèse qui a d’ailleurs été envisagée. La prise de fonction annuelle aurait été déplacée au 1er août, avant ou pendant le règne de Trajan27. Cependant, la première élection dans le uicus Censori aurait également pu avoir lieu en 6 av. J.-C., puisqu’un décalage existait entre l’année officielle de la réforme et le début des ères de certains uici (uicus Honoris et Virtutis ; uicus Cornicularius). D’ailleurs, l’ampleur de la réforme explique facilement un décalage d’une année dans certains quartiers.

  • 28 Autel conservé au Museo Nazionale Romano, sous le numéro d’inventaire inv. 47808. 
  • 29 Voir Hano 1986, p. 2368-2369. La couronne est un rappel de la couronne civique ; les lauriers relè (...)
  • 30 Selon Maurice Besnier les deux inscriptions, relevées séparément, figuraient sur le même monument (...)

8De l’année de création du uicus, on conserve la dédicace des ministri offerte pour leur première élection sous la forme de deux inscriptions presque identiques – seul l’ordre des noms diffère. Le premier texte est gravé sur la face antérieure d’un autel en marbre de Luni (CIL VI, 446 = ILS 3612a)28. La partie supérieure est endommagée mais le décor au-dessus du texte, placé dans la partie inférieure, est toujours lisible et identifiable. L’inscription est surmontée d’une guirlande de chêne qui est peut-être la partie inférieure d’une couronne, d’où tombent les teniae, encadrée de branches de laurier ornées de baies qui débordent sur les faces latérales, très partiellement conservées. Ces motifs sont courants sur les autels dédiés aux Lares dans les uici29. La seconde inscription, perdue, n’est connue que par le texte copié dans la seconde moitié du XVIIe siècle au moment de la découverte. Elle devait probablement être la face postérieure du même autel (CIL VI, 447 = ILS 3612b)30 :

Larib(us) Aug(ustis) | ministri | qui k(alendis) aug(ustis) primi inierunt | Antigonus M(arci) Iuni Erotis (seruus) | Anteros D(ecimi) Poblici Barnai (seruus) | Eros (Auli) Poblici Damae (seruus) | Iucundus M(arci) Ploti Anterotis (seruus).

  • 31 On conserve seulement deux autres inscriptions les mentionnant : CIL VI, 35 et CIL VI, 36809. 

9Les dédicants de l’autel se présentent comme ministri primi signifiant qu’ils furent les premiers à assurer cette fonction, entrant en charge aux calendres d’août, selon le calendrier établi par Auguste. Le petit monument fut donc mis en place en 7 ou en 6 av. J.-C. marquant sans doute l’inauguration du culte. Contrairement à la rénovation de la chapelle, ce sont des ministri de condition servile qui dédient l’autel et non des magistri, qui sont de condition libre, souvent des affranchis. Les témoignages de leur activité sont moins fréquents31. Toutefois, ils avaient toute leur place dans la gestion du quartier et de ses cultes si on suit Dion Cassius qui commente le choix de ces assesseurs des magistri uici en expliquant que les Lares apprécient leur ministère (Dio. Cass. LV, 8, 6)On possède un autre témoignage, indirect, de leur présence sur un petit autel votif dédié à Esculape découvert sur l’Île Tibérine, sur lequel un esclave nommé Probus se présente comme un minister (CIL VI 12 = ILS 3837) : Aisculapio | Augusto sacrum | Probus M(arci) Fictori Fausti | minister iterum anni XXXI.

  • 32 L’exercice d’une magistrature au sein du uicus était considérée comme un honneur, signe d’une inté (...)
  • 33 La charge occupée aurait peut-être compté davantage aux yeux du commanditaire que le lieu où celui (...)
  • 34 Voir Bömer 1964-55, p. 252.

10L’inscription est peu précise mais la mention d’un nombre d’années (anni XXXI) rappelle le compte des années d’un uicus, sans que le nom du quartier soit toutefois précisé. Cette omission est d’ailleurs paradoxale face à la volonté d’autocélébration affichée par ce type de dons où le dédicant précise notamment qu’il revêt la charge pour la seconde fois (iterum)32. Si le uicus n’est pas nommé c’est peut-être qu’il semblait évident pour ce don consacré à Esculape Auguste qu’il provenait du uicus voisin du sanctuaire, le uicus Censori33. Dans ce cas, Probus aurait revêtu sa charge en 24 ou 25 ap. J.-C.34

  • 35 Les magistri uici s’occupaient également et principalement de la sécurité et de l’entretien du qua (...)
  • 36 Mises au jour lors de fouilles dans le centre de Rome en 1932, les structures consistaient en un p (...)

11Ces magistri et ministri élus furent chargés d’organiser et d’entretenir le culte des lares autour duquel se rassemble la communauté du quartier35. La dédicace de l’année 100 indique ainsi que les représentants du uicus viennent de faire rénover à leur frais la chapelle du uicus (aediculam). Comme le demande leur fonction, ils érigent le nouveau monument en l’honneur des Laribus Augustis et Genis [sic] Caesarum. L’architrave où figure la dédicace appartenait probablement à la chapelle rénovée. De petites dimensions, elle devait abriter les effigies des divinités protectrices du quartier. L’édicule du uicus pouvait prendre la forme d’un petit temple sur podium, auquel on accédait par quelques marches précédées d’un autel comme il en a été découvert au uicus compiti Acilii à proximité des forums impériaux36.

Vicus et réseau viaire

  • 37 Varr., L.L., V, 145 : In oppido uici a uia, quod ex utroque parte uiae sunt aedificiaId, 160 : Q (...)
  • 38 Di Manzano – Giustini 2000, p. 270 ; Moreau 2014b, p. 140-150.
  • 39 Degrassi 1993, p. 21 ; Moreau 2014b, p. 136.
  • 40 Sur la construction et la dédicace du temple de Faunus en 194 av. J.-C., contemporain de celui de (...)
  • 41 La surface de pavement dégagée fait 3,16 m sur 3,80 m de côté. Les blocs de travertin font 1,62 m (...)
  • 42 Le temple est dédié en 194 (Liv., XXXIV, 53, 7 ; Liv., XXXI, 21, 12 (voir Aberson 1994, p. 127-134 (...)
  • 43 Voir tout particulièrement : M. Cartaro, Nouissimae Vrbis romae accuratissima descriptio, 1576 (Ro (...)
  • 44 La superposition d’un réseau viaire médiéval ou moderne sur un réseau antique n’atteste pas nécess (...)

12La réforme augustéenne vient superposer aux rassemblements de voisinage préexistants autour du culte des Lares un cadre administratif mais aussi territorial, car le uicus désigne d’abord l’ensemble construit, le groupement de bâtiments ou de maisons37. Ces entités étaient traversées et délimitées par des rues, axes de circulation mais aussi lieux de réunion du voisinage lors des célébrations. Sur l’Île Tibérine, la rue qui reliait les ponts Fabricius et Cestius, respectivement construits en 62 av. J.-C. et vers 44 av. J.-C., constituait le principal axe de circulation. Son orientation et sa situation furent probablement déterminés par l’emplacement de la traversée dès les premières années de l’occupation de l’île, et la nécessité d’avoir un passage dégagé entre les deux ponts explique aisément la répartition et l’organisation d’une partie de l’urbanisme de l’île (fig. 1). Les recherches sous l’église San Giovanni Calibita de l’actuel Ospedale dei Fatebenefratelli, ont permis de dégager les vestiges d’un temple, probablement dédié à Veiouis, dont l’entrée donne dans cette direction38. Par ailleurs, il est fort probable que l’on accédait par ce côté au sanctuaire d’Esculape qui, depuis le début du IIIe siècle av. J.-C., s’étendait vraisemblablement dans la partie de l’île située au sud de la rue entre les deux ponts39. Tout cela n’occupait cependant que le tiers méridional de l’île. Malgré le manque de témoignages et donc d’études pour les deux tiers restant, on peut supposer que la partie septentrionale de l’île était occupée, construite et parcourue de rues et de ruelles. En outre, le troisième temple de l’île, consacré à Faunus et connu uniquement par les sources, est situé ubi discretes insula rumpit aquas (Ov., Fast. I, 193-194), ce qui semble indiquer que le temple avait été édifié à l’extrémité nord de l’île40. La présence de ce temple suppose l’existence d’une rue nord-sud afin d’y accéder. C’est ce que suggèrent également les alignements de blocs de tuf lithoïde (pietra gabina), limités au nord par deux blocs de travertin orientés transversalement, dégagés au nord des structures du temple de Veiouis41. Les blocs présentent un état d’usure suite à une longue utilisation et exposition à l’air libre. Il s’agirait donc des vestiges d’un pavement extérieur, telle une place, située derrière le temple, seulement accessible par une rue contournant l’édifice et traversant l’île sur une partie de sa longueur. L’association du travertin avec d’autres matériaux pour des ouvrages en espaces ouverts se développant à la fin du IIe siècle av. J.-C., l’aménagement de la zone est sans doute postérieure au temple de Veiouis42. Désormais la partie septentrionale de l’île est occupée par les structures de l’Ospedale dei Fatebenefratelli qui ont effacé toute trace d’urbanisme plus ancien, rendant son étude difficile. Les sondages épars lors de travaux ponctuels ne comblent pas cette lacune dans nos connaissances de l’île. Néanmoins le témoignage de cette longue évolution est conservé grâce aux plans de Rome réalisés entre les XVIe et XVIIe siècles43. La partie nord a longtemps été desservie par une rue grossièrement perpendiculaire à l’axe entre les ponts, plus large que les autres ruelles représentées. Sur les plans plus récents (XVIIIe siècle), le développement des structures des Fatebenefratelli empiète sur la rue, qui semble être intégrée dans les nouveaux bâtiments sous la forme d’une longue galerie traversant. Ces documents offrent une piste intéressante mais il faut prendre en compte les transformations parfois radicales entre l’Antiquité et la période Moderne, notamment pendant le haut Moyen Âge rendant le degré de conservation du maillage difficile à définir44

  • 45 Pour l’identification du uicus avec la rue reliant les ponts voir Degrassi 2000, p. 157.
  • 46 Just. Mar., Apol. I, 26 ; Eus. Cés., HE II, 13, 3 ; Ps. Aeth., Cosm.
  • 47 Fragments 32b, c, d et e. Voir Rodriguez-Almeida 1970-1971, p. 110-111.
  • 48 Rodriguez Almeida 1980, p. 30.
  • 49 L’association établie par G. Gatti n’est pas remise en cause par ses successeurs (Carettoni et al. (...)

13Le principal carrefour sur l’île devait être à l’intersection de la voie entre les deux ponts et de la rue allant vers le nord (fig. 1). Si conformément à l’évolution tardive du terme le transfert du nom du uicus à une de ses rues fut appliqué sur l’île, cela pourrait concerner non pas la rue entre les ponts mais cette voie qui traversait l’île du nord au sud, autour de laquelle devait être regroupé la majorité de l’habitat45. En outre, la rue reliant les ponts était probablement déjà connue sous le nom inter duos pontes. Dans les sources littéraires, ce toponyme semble concerner l’île toute entière46. Toutefois, sur les fragments de la Forma Vrbis sévérienne, les termes inter duos pontes sont inscrits dans un espace réduit qui pourrait être interprété comme une esplanade et donc ne concernent que cette dernière47. Par ailleurs, un autre fragment gravé des lettres …]SVL[… a conduit à penser que l’île, sur le plan, était dans son ensemble qualifiée par le terme insula. L’interprétation et la restitution en IN]SVL[A sont largement admises. La taille relativement importante des lettres (3-5 cm) et la qualité de leur gravure suggèrent qu’il s’agit d’un toponyme assez notable48. En outre, les lettres semblent se trouver sur un espace largement ouvert, dont la seule limite visible est marquée par un trait que l’on distingue au-dessus du texte. Une grande partie du plan de marbre était occupée par des surfaces laissées vides représentant jardins, places ou esplanades et bien sûr le Tibre. La vaste zone non gravée formée par son cours était délimitée par de simples traits symbolisant les rives. L’emplacement exact du texte fait encore l’objet de discussions, établi soit au sud de l’île soit au nord tandis que le trait a été interprété comme marquant tantôt la rive droite tantôt la rive gauche. L’absence de connexion physique entre le fragment portant l’inscription ]SVL[ (32 a) et l’ensemble inter duos pontes (32 cdef) rend difficile toute conclusion (fig. 2)49. Quoiqu’il en soit, le mot insula a été donc été gravé dans l’espace laissé par le lit du fleuve pour désigner l’île dans son ensemble. En revanche, inter duos pontes ne servirait qu’à nommer, comme les mots l’indiquent clairement, le passage entre les ponts Fabricius et Cestius, lequel n’aurait pas besoin d’être désigné par surcroît comme uicus censori.

Figure 1

Figure 1

Figure 2

Figure 2

Qui étaient les Insulani ?

  • 50 On peut noter l’exception du uicus Vestae, aux environs de la domus des Vestales, qui, par sa situ (...)
  • 51 Mouritsen 2011, p. 124-125.
  • 52 Pour une réflexion sur la population des uici et les problèmes historiographiques sur la question (...)

14Le uicus impérial est le fruit d’une volonté d’organisation reposant sur la réalité des relations locales. L’exposition des noms des individus ayant reçu la charge de l’entretien du quartier et du culte vicinal, garant de l’unité, par le biais des inscriptions publiques relève certes de l’autocélébration mais constitue un indice probant de la présence d’une population habitant sur l’Île Tibérine, au moins à l’époque impériale50. Cependant, les inscriptions des magistri et ministri ne peuvent pas fournir d’informations particulières sur la population du uicus étant donné que ces rôles sont attribués aux affranchis et aux esclaves dans chaque quartier. La dédicace de la chapelle offre toutefois l’exemple peu fréquent d’un ingénu parmi les magistri : Publius Rutilius, fils de Publius (CIL VI, 451). Par ailleurs, les esclaves revêtant la charge de ministri au début de l’Empire ont pour maîtres des affranchis. Decimus Poblicus Barnaus, Aelius Poblicus Damae, Marcus Plotus Anterotis et Marcus Iunus Erotis (CIL VI, 446 et 447) possèdent des cognomina d’origine étrangère conservant le souvenir de leur nom d’esclave51. Deux d’entre eux étaient probablement au service d’une même famille par laquelle ils furent affranchis puisqu’ils portent le même nom, Poblicus. Une fois libérés, ces hommes s’enrichirent suffisamment pour posséder à leur tour des serviteurs. Leur importance dans le voisinage s’affirma suffisamment pour que leurs esclaves occupent une charge au sein du uicus. Représentés dans les inscriptions relatives à la vie de quartier, les affranchis et les esclaves sont plus visibles que les membres des classes supérieures qui ne se mêlaient pas à la vie populaire locale. Le manque de témoignage sur les membres d’une grande famille ainsi que sur des hommes libres ne signifie donc pas que l’île était un quartier plus populaire que les autres52

  • 53 Le simple toponyme d’insula se rencontre chez Tite-Live (II, 5, 4 ; XXXIII, 42, 10 ; XXXIV, 53, 7) (...)
  • 54 Il s’agit d’un des sens possibles pour cette inscription. Son interprétation est délicate en raiso (...)

15Tout aussi délicates à entrevoir sont les activités de cette population car les sources offrent surtout l’image d’une île toute entière occupée par les temples et tournée vers les choses sacrées. Cette vision ne peut être que tronquée. Deux inscriptions funéraires rappelant que les défunts exerçaient leur activité de insula font penser qu’ils vivaient ou du moins travaillaient sur l’Île Tibérine. Sans plus de précision quant au lieu, le rapport de ces documents à l’Île Tibérine demeure ambigu. Cependant observons seulement que dans les sources littéraires cette dernière est le plus souvent désignée comme étant simplement « l’île ». Ovide nous apprend ainsi que le lieu où s’installa le serpent venu d’Épidaure insula nomen habet (Met., XV, 740)53. C’est ainsi qu’une épitaphe nous apprend qu’une affranchie nommée Critonia Philema était popa de insula : Critonia Q(uinti) l(iberta) Philema | popa de insula | Q(uinti) Critoni G(aiae) l(iberti) Dassi | scalptoris u(as)culari (uxor) | sibi suisque poster(isque) | eor(um) (CIL VI, 9824). Épouse de Quintus Critonius Dassus, un artisan, probablement son ancien maître, elle exerçait l’activité de popa : tenancière (peut-être aussi propriétaire) de taverne (popina)54. Il est tout à fait possible que la taverne en question se situait sur l’île Tibérine. Une telle activité commerciale courante n’est pas surprenante dans un quartier qui devait être fréquenté pour ses temples, notamment le sanctuaire d’Esculape qui devait connaître une fréquentation quotidienne. L’île était également un lieu de traversée d’une rive à l’autre donc un lieu de passage.

  • 55 Malrieu 2005, p. 103.
  • 56 Pour une étude complète des dépôts voir Pensabene 1980.
  • 57 Malrieu 2005, p. 103.
  • 58 CIL VI, 18 = 30686 = ILS 3851 : Domino Aesculapio | et Hygiae ex permissu | eorum negotationis | f (...)
  • 59 AE 1971, 40 ; Panciera 1970-1971, p. 121-125 ; Moreau 2014b, p. 183-183.
  • 60 Pl., Curc., 434 ; Mil., 910.
  • 61 Cic., Div., I, 39 ; I, 132 ; Rep., III, 33 ; Inv., II, 139 ; Fam., IX, 19.
  • 62 Cic., Opt., 14 ; Fin., III, 15 ; Hor., P., 133.
  • 63 IGUR I, 148 = CIGr 5980 ; IIIe siècle ap. J.-C.
  • 64 AE 2007, 121 d’après Stoian 2007, p. 168.

16En outre, la présence des sanctuaires entraîna le développement d’activités commerciales annexes et même, parfois, directement en leur sein55. Parmi les objets vendus devaient se trouver des ex-voto en terre-cuite, offrande courante entre les IIIe et IIe siècles av. J.-C., notamment au sanctuaire d’Esculape, et dont on a retrouvé de nombreux exemplaires sur et autour de l’île56. Des étals installés à proximité du temple pouvaient permettre aux artisans de vendre leurs biens plus facilement. Certains d’entre eux pouvaient travailler directement pour le sanctuaire57. C’est ainsi que des marchands de fèves se réclamaient d’Esculape et d’Hygie, et le déclarent publiquement par un don. Leur commerce était peut-être situé dans un espace dépendant du sanctuaire, à moins qu’ils en soient un des fournisseurs58. Cette relation entre divinité et commerçant ne concerne pas qu’Esculape. Sur son épitaphe funéraire, une femme du nom d’Apidia Mâ est présentée comme une scaphiaria de la Bellona Insulensis, la déesse Mâ-Bellone qui recevait un culte sur l’île. La défunte avait probablement tenu un commerce où se vendaient des récipients destinés soit aux offrandes soit à être rapportés en « souvenir » de la visite au temple59. C’est encore une épitaphe qui conserve le souvenir d’un métier qu’un affranchi pouvait exercer sur l’île : C(aius) Curtius C(ai) l(ibertus) Protus | interp[r]etes de insula | sibi libertisq(ue) suis (CIL VI, 33864). Le mot interpr(e)tes est probablement formé sur interpres (interpretis au génitif). Le terme désigne un intermédiaire ou négociateur entre deux parties60, un interprète juridique61 ou un traducteur de langues étrangères62. Les récits de guérison affichés dans le sanctuaire en langue grecque signifient probablement que celle-ci était toujours en usage dans le sanctuaire d’Esculape, dans le cadre du culte63. C. Curtius Protus, dont le cognomen est d’origine hellénique, traduisait peut-être le grec dans le cadre des activités du sanctuaire64. Tous ces témoignages montrent la diversité des activités sur l’île mais il est difficile, même impossible, de déterminer si ces marchands ou C. Curtius Protus étaient résidents du uicus.


17Malgré une documentation parfois ambiguë, le vicus Censori apparaît bien être le quartier de l’Île Tibérine. L’institution du uicus dans le cadre de la refonte territoriale augustéenne donne un nom et des limites officielles à ce voisinage, qui se réunissait autour du culte des Lares Augusti. En l’absence de témoignages antérieurs à l’Empire, il est impossible de savoir comment la communauté existante s’organisait avant la création du uicus. Bien qu’aucune trace d’habitat n’ait été mise au jour, l’établissement d’une subdivision territoriale reposant sur les relations de proximité témoigne de leur présence sur l’île. La plus grande difficulté est de faire connaissance avec les membres de cette communauté peuplant les deux tiers de l’île qui n’étaient pas occupés par le sanctuaire d’Esculape. Selon toute vraisemblance, ce dernier et les autres temples de l’île contribuèrent aux activités exercées par les résidents de l’île inter duos pontes

Haut de page

Bibliographie

Aberson 1994 = M. Aberson, Temples votifs et butin de guerre dans la Rome républicaine, Genève, 1994.

Alföldi 1973 = A. Alföldi, Die Zwei Lorbeerbäume des Augustus, Bonn, 1973.

Bérenger 2008 = A. Bérenger, Comment indiquait-on son adresse à Rome ?, dans M. Royo, E. Hubert, A. Bérenger (éd.), « Rome des quartiers » : des vici aux rioni. Cadres institutionnels, pratiques sociales, et requalifications entre Antiquité et époque moderne, Paris, 2008, p. 165-174.

Besnier 1902 = M. Besnier, L’île Tibérine dans l’Antiquité, Paris, 1902.

Bloch 1962 = H. Bloch, A monument of the Lares Augusti in the Forum of Ostia, dans HThR, 55, 1962, p. 211-223.

Bömer 1954-1955 = F. Bömer, CIL VI, 12 = Dessau 3837: Erklärung und Datierung, dans Historia, 3, 1954-1955, p. 252-253.

Brandenburg 2007 = H. Brandenburg, Esculapio e S. Bartolomeo sull’Isola Tiberina. La fine dei sacri pagani e il problema de la continuità del culto in veste cristiana nella tarda antichità e nell’altomedioevo, dans Salute e guarigione nelle tarda antichità. Atti della giornata tematica dei seminari di archeologia cristiana, Roma 20 mai 2004, Cité du Vatican, 2007, p. 13-51.

Carettoni et al. 1960 = G. Carettoni, A. Colini, L. Cozza, G. Gatti, La pianta marmorea di Roma antica. Forma Vrbis Romae, Rome, 1960.

Coarelli 1983 = F. Coarelli, Il foro romano. I. Periodo arcaico, Rome, 1983.

Coarelli 2008 = F. Coarelli, Guida di Roma, Rome, 2008 [1981].

Conticello de Spagnolis 1987-1988 = M. Conticello de Spagnolis, Regione XIV. Isola Tiberina, dans BCAR 92, 1987-1988, p. 372-376.

Degrassi 1987 = D. Degrassi, Interventi edilizi sull’isola Tiberina nel I sec a C : nota sulle testimonianze letterarie, epigrafiche ed archeologiche, dans Athenaeum, 45, 1987, p. 521-527.

Degrassi 1993 = D. Degrassi, Aesculapium, aedes, templum (insula Tiberina), dans E.M. Steinby (dir.), LTUR I, Rome, 1993, p. 21-22.

Degrassi 1995 = D. Degrassi, Faunus, aedes, dans E.M. Steinby (dir.), LTUR II, Rome, 1995, p. 242.

Degrassi 1996 = D. Degrassi, Insula Tiberina, dans E.M. Steinby (dir.), LTUR III, Rome, 1996, p. 99-101.

Degrassi 2000 = D. Degrassi, Vicus Censori, dans E.M. Steinby (dir.), LTUR V, Rome, 2000, p. 157.

Di Manzano – Giustini 2000 = P. Di Manzano, R. Giustini, Iuppiter (Insula Tiberina), dans E.M. Steinby (dir.), LTUR V, 2000, p. 270.

Dondin Payre 1987 = M. Dondin-Payre, Topographie et propagande gentilice : le compitum Acilium et l’origine des Acilii Glabriones, dans L’Vrbs, espace urbain et histoire (Ier siècle av. J.-C.-IIIe siècle ap. J.-C.). Actes du colloque international organisé par le Centre national de la recherche scientifique et l’École française de Rome (Rome, 8-12 mai 1985), Rome, 1987, p. 87-109.

Flambard 1981 = J.-M. Flambard, Collegia Compitalicia : phénomène associatif, cadres territoriaux et cadres civiques dans le monde romain à l'époque républicaine, dans Ktéma, 6, 1981, p. 143–166.

Fraschetti 1994 = A. Fraschetti, Rome et le Prince, Paris, 1994. 

Frutaz 1962 = A.M. Frutaz, Le piante di Roma, Rome, 1962.

Gauthiez 2008 = B. Gauthiez, La transformation des rues à la fin de l’Antiquité romaine : contextes, processus, dans P. Ballet, N. Dieudonné-Glad, C. Saliou (dir.), La rue dans l'Antiquité : définition, aménagement et devenir de l’Orient méditerranéen à la Gaule. Actes du colloque de Poitiers, 7-9 septembre 2006, organisé par l'équipe d’accueil EA 3811 (HeRMA), Université de Poitiers, Rennes, 2008, p. 141-148.

Gilbert 1890 = O. Gilbert, Geschichte und Topographie der Stadt Rom im Altertum, t. III, Leipzig, 1890.

Gnecchi 1912 = F. Gnecchi, I medaglioni romani, II. Bronzi parte 1, grande modulo, Milan, 1912.

Guarducci 1971 = M. Guarducci, L’isola Tiberina e la sua tradizione ospedaliera, dans RAL, 26, 1971, p. 267-281.

Hano 1986 = M. Hano, À l’origine du culte impérial : les autels des « Lares Augusti », dans ANRW II.16.3, p. 2333-2381.

Haselberger 2002 = L. Haselberger (dir.), Mapping Augustan Rome, Porthsmouth, 2002.

Laurence 1991 = R. Laurence, The urban uicus : the spatial organization of power in the Roman city, dans Papers of the 4th Conference on Italian archaeology 1. The archaeology of power. Part 1, Londres, 1991, p. 143-148.

Le Gall 1970 = J. Le Gall, Métiers de femmes au Corpus Inscriptionum Latinarum, dans Mélanges Durry, REL, 47 bis, 1970, p. 123-130.

Lo Cascio 1997 = E. Lo Cascio, Le procedure di recensus dalla tarda repubblica al tardo antico e il calcolo della popolazione di Roma, dans La Rome impériale. Démographie et logistique. Actes de la table ronde (Rome, 25 mars 1994), Rome, 1997, p. 5-76.

Lott 2004 = J. B. Lott, The neighborhoods of Augustan Rome, Cambridge, 2004.

Lugli 1953 = G. Lugli, Fontes ad topographiam ueteris urbis Romae, libri V-VII, Rome, 1953.

Malrieu 2005 = A. Malrieu, Le rôle économique des sanctuaires romains : thésaurisation et investissement des fonds sacrés, dans Topoi, 12-13, 2005, p. 95-116. 

Manacorda 2005 = D. Manacorda, Appunti sull’industria edilizia a Roma, dans Ch. Bruun (éd.), Interpretare i bolli laterizi di Roma e della valle del Tevere : produzione, storia economica e topografia, Rome, 2005, p. 25-52.

Moreau 2014a = H. Moreau, L’iconographie de l'île Tibérine, dans Latomus, 73/4, 2014, p. 889-909.

Moreau 2014b = H. Moreau, Entre deux rives-Entre deux ponts. L’Île Tibérine dans la Rome antique. Histoire, archéologie, urbanisme, des origines au Ve siècle ap. J.-C., en ligne : https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01174799.

Mouritsen 2011 = H. Mouritsen, The freedman in the Roman world, Cambridge, 2011.

Niebling 1956 = G. Niebling, Laribus Augustis magistri primi. Der Beginn des Compitalkultes der Lares und des Genius Augusti, dans Historia, 5, 1956, p. 303-331.

Palmer 1981 = R.E. Palmer, The topography and social history of Rome’s Trastevere (southern sector), dans PAPhS 125/5, 1981, p. 368-397.

Panciera 1970-1971 = S. Panciera, Nuovi documenti epigrafici per la topografia di Roma antica, dans RPAA, 43, 1970-1971, p. 109-134 ( = S. Panciera, Epigrafi, epigrafia, epigrafisti : scritti vari editi e inediti (1956-2005) con note complementari e indici. vol. II, Rome, 2006, p. 193-196)

Pensabene 1980 = P. Pensabene, Terracotte votive dal Tevere, Rome, 1980.

Rodriguez Almeida 1970-1971 = E. Rodriguez Almeida, Forma Vrbis Marmorea. Nuove Integrazioni, dans BCAR, 82, 1970-1971, p. 105-135. 

Rodriguez Almeida 1980 = E. Rodriguez Almeida, Forma Vrbis Marmorea, aggiornamento generale 1980, Rome, 1981.

Seeck 1899 = O. Seeck, Censorius , dans G. Wissowa (dir.), Paulys Real-Encyclopädie der classischen Altertumwissenschaft, vol. 6, Stuttgart, 1899, col. 1910-1911.

Stoian 2007 = G. Stoian, Interpretes în lumea romană, dans SCIVA, 58, 1-2, 2007, p. 165-169.

Tarpin 2002 = M. Tarpin, Vici et pagi dans l’Occident romain, Rome, 2002.

Tarpin 2008 = M. Tarpin, Les vici de Rome, entre sociabilité de voisinage et organisation administrative, dans M. Royo, E. Hubert, A. Bérenger (éd.), « Rome des quartiers » : des vici aux rioni. Cadres institutionnels, pratiques sociales, et requalifications entre Antiquité et époque moderne, Paris, 2008, p. 35-64.

Tarpin 2014 = M. Tarpin, Vici, compita et « plèbe » à Rome : rhétorique, société et topographie, dans D. Nelis, M. Royo (éd.), Lire la ville. Fragments d’une archéologie littéraire de Rome antique, Genève, Bordeaux, 2014, p. 41-64.

Valentini – Zucchetti 1940 = R. Valentini, G. Zucchetti, Codice topografico della città di Roma. T. I, Rome, 1940.

Van Andringa 2000 = W. Van Andringa, Autels de carrefour, organisation vicinale et rapports de voisinage à Pompéi, dans RSP, 11, 2000, p. 47-86.

Ressources en ligne

Stanford Digital Forma Urbis Romae Project (http://formaurbis.stanford.edu/index.html)

http://formaurbis.stanford.edu/fragment.php?record = 153 (02/06/2016; 15h51)

http://formaurbis.stanford.edu/fragment.php?record = 154 (02/06/2016; 15h55)

http://formaurbis.stanford.edu/fragment.php?record = 155 (02/06/2016; 15h52)

http://formaurbis.stanford.edu/fragment.php?record = 156 (02/06/2016; 15h59)

Haut de page

Notes

1 Ov., Met. XV, 622-744 ; Val. Max. I, 8, 2 ; De vir. ill. 22, 1-3. Besnier 1912, p. 152-183 ; Guarducci 1971, p. 268 ; Degrassi 1993, p. 21 ; Brandenburg 2007, p. 13-15 ; Moreau 2014b, p. 93-105.

2 Plut., Popl., 8, 8.

3 L’identification du uicus Censori à l’Île Tibérine est déjà avancée au XIXe siècle et appuyée par Maurice Besnier dans son ample étude sur l’île (Gilbert 1890, p. 447 ; Besnier 1902, p. 53-55) et suivie par les chercheurs postérieurs (Degrassi 1993 ; Degrassi 2000).

4 Bloch 1962, p. 222.

5 CIL VI 975 = 31218 = ILS 6073.

6 À propos des uici du Transtevere, voir Palmer 1981, p. 369-370.

7 Ps-Aeth., Cosm., l. 1-12, ed. Valentini – Zucchetti 1940, p. 215

8 Les surfaces des uici pouvaient être très variables, de moins d’un hectare à plus d’une dizaine, la moyenne étant de 5,5 ha (Flambard 1981, p. 147 ; Tarpin 2008, p. 48-49). Avec 400 m de long pour une largeur maximum de 70 m, l’île Tibérine offre une surface réduite mais s’inscrivant dans cet ordre de grandeur.

9 Besnier 1912, p. 54. 

10 Coarelli 2008 [1981], p. 470.

11 Degrassi 1996, p. 100.

12 Le uicus Tuscus est également, et d’abord, une rue qui chez Varron (L.L., V, 46) et d’autres auteurs (Prop., IV, 2, 49-50 ; Serv., Ad Aen., V, 560) doit son nom à l’installation d’Étrusques dans cette partie de la ville. Le quartier tire probablement son qualificatif de cette rue (Haselberger 2002, p. 272).

13 Suet., Claud., 25, 4 ; Sid. Apol., Epis. I, 7, 12.

14 Gnecchi 1912, p. 9 (II, 3), voir Moreau 2014a, p. 15-18.

15 Bérenger 2008, p. 167.

16 Tert., De Idol. 20, 2.

17 Ov. Met. XV, 740 ; Plin. H.N., XXIX, 8, 16 ; Plut., Quaes. Rom. 94.

18 Suét., Aug., 40, 3 ; Dio Cass. 43, 25, 2. Voir Fraschetti 1994, p. 270 ; Lo Cascio 1997, p. 3-8 ; Tarpin 2008, p. 55-57 ; Tarpin 2014, p. 43-45.

19 CIL III, 5174 et CIL III, 5181.Voir Seeck 1899, col. 1910.

20 Vicus Vestoriani, uicus Calpurniani, uicus Latiarni (Van Andringa 2000, p. 77-78).

21 Suét. Aug. 30, 1 : spatium urbis in regiones uicosque diuisit instituitque.

22 Laurence 1991, p. 145. Ainsi, parmi les fêtes de voisinage, les Compitalia rassemblaient les habitants autour des grandes familles et non autour de la notion d’un quartier « administratif » (voir Tarpin 2008, p. 43).

23 CIL I², 1001 = CIL VI, 2220 = ILLRP, 700. Sur les pagi voir Tarpin 2002, p. 173-239.

24 Suét., Aug., 30, 1 ; Dio. Cass., LV, 8, 6. Niebling 1956, p. 331.

25 Vicus Iouis Fagulatis (CIL VI, 452), puis respectivement uicus Honoris et Virtutis (AE 1946, 189 = AE 1949, 170) et uicus Cornicularius (AE 1960, 63). Pour les problèmes d’interprétation des fondations de uici avant la date officielle voir Fraschetti 1994, p. 277-280 et Tarpin 2002, p. 137-139.

26 Tarpin 2002, p. 168 et p. 312-313 (R10).

27 Auguste instaure la date du 1er août pour son sens symbolique, qui s’estompe rapidement sous ses successeurs, peut-être dès Tibère. Un décalage apparaît alors entre les dates des titulatures et le compte des années du uicus. Dès avant la réforme, l’entrée en fonction des magistri uicorum semblent être datée non en fonction des consuls en charge le 1er août, mais avec ceux nommés le mois de janvier suivant (voir Tarpin 2002, p. 166-167).

28 Autel conservé au Museo Nazionale Romano, sous le numéro d’inventaire inv. 47808. 

29 Voir Hano 1986, p. 2368-2369. La couronne est un rappel de la couronne civique ; les lauriers relèvent de l’iconographie augustéenne (pour cette dernière question voir Alföldi 1973).

30 Selon Maurice Besnier les deux inscriptions, relevées séparément, figuraient sur le même monument (Besnier 1902, p. 57-58). Michel Tarpin les attribue également au même objet (Tarpin 2002, p. 316, R24). G. Lugli, tout en référençant les deux textes sous un même numéro, mentionne quant à lui duae bases marmoreae (Lugli 1953, p. 143). Il est toutefois plus probable que les deux inscriptions figuraient sur le même autel, brisé en au moins deux fragments (voir l’exemple de l’autel du uicus Statae Matris, également dédié par ses ministri, inscrit sur les faces antérieures et postérieures ; CIL VI, 36049 = ILS 9250).

31 On conserve seulement deux autres inscriptions les mentionnant : CIL VI, 35 et CIL VI, 36809. 

32 L’exercice d’une magistrature au sein du uicus était considérée comme un honneur, signe d’une intégration sociale à faire connaître et à commémorer (Hano 1986, p. 2354). Cette charge se caractérisait ainsi par le droit pour les magistri et ministri de porter la toge lors de certaines cérémonies (Liv., XXXIV, 7, 2 ; Dio. Hal. LV, 8 ; représentations sur des peintures liturgiques de Pompéi, voir Van Andringa 2000, p. 77-78). 

33 La charge occupée aurait peut-être compté davantage aux yeux du commanditaire que le lieu où celui-ci avait exercé. Maurice Besnier pour sa part pensait que le ministère avait été accompli au service du dieu, mais cela ne permet pas d’expliquer la précision des années dans l’inscription (Besnier 1902, p. 210).

34 Voir Bömer 1964-55, p. 252.

35 Les magistri uici s’occupaient également et principalement de la sécurité et de l’entretien du quartier (fontaines : Front., Aq., 97, 8). Laurence 1991, p. 147 ; Tarpin 2008, p. 61. Pour l’Île Tibérine, on ne conserve pas de témoignage de ces autres activités.

36 Mises au jour lors de fouilles dans le centre de Rome en 1932, les structures consistaient en un podium de 2,80 m sur 2,38 m et d’une hauteur de 1,40 m. L’accès se faisait par quatre marches (voir Dondin-Payre 1987, p. 88-103).

37 Varr., L.L., V, 145 : In oppido uici a uia, quod ex utroque parte uiae sunt aedificiaId, 160 : Quoniam uicus constat ex domibus. Voir aussi Fest., p. 502, 508 L. (voir Tarpin 2002, p. 88-92)

38 Di Manzano – Giustini 2000, p. 270 ; Moreau 2014b, p. 140-150.

39 Degrassi 1993, p. 21 ; Moreau 2014b, p. 136.

40 Sur la construction et la dédicace du temple de Faunus en 194 av. J.-C., contemporain de celui de Veiouis : Liv., XXXIII, 42, 10 ; XXXIV, 53, 3. Sur l’emplacement du temple voir Degrassi 1995, p. 242 et Moreau 2014b, p. 180.

41 La surface de pavement dégagée fait 3,16 m sur 3,80 m de côté. Les blocs de travertin font 1,62 m et 1,95 m de longueur pour 0,70 m de largeur sur 0,25 m d’épaisseur (Conticello de Spagnolis 1987-1988, p. 374).

42 Le temple est dédié en 194 (Liv., XXXIV, 53, 7 ; Liv., XXXI, 21, 12 (voir Aberson 1994, p. 127-134 ; Moreau 2014b, p. 140-146). Devant la similitude des matériaux employés avec ceux du pont Fabricius, édifié en 62 av. J.-C., M. Conticello de Spagnolis propose une datation contemporaine pour la place, dont l’aménagement s’inscrirait dans un projet global d’urbanisme (Conticello de Spagnoli 1987-1988, p. 374). 

43 Voir tout particulièrement : M. Cartaro, Nouissimae Vrbis romae accuratissima descriptio, 1576 (Rome, Biblioteca di archeologia et di Storia dell’arte di Roma, inv. X Roma 648) ; P. Mortier (éd.), Pianta topografica prospettiva di Roma, ca. 1663-1704 (Rome, Archivio Storico Capitolino, Cart. XIII, 97) ; G.B. Nolli, Nuova Pianti di Roma data in luce da Giambattista Nolli, l’anno MDCCXLVIII, Pianta Grande, 1748 (Rome, Archivio Storico Capitolino, inv. Stagr. 364).

44 La superposition d’un réseau viaire médiéval ou moderne sur un réseau antique n’atteste pas nécessairement une continuité de l’usage de ces rues. Plutôt, un remploi des vestiges antiques pour les constructions médiévales va conduire à la reprise d’un tracé similaire alors que le plus ancien avait été oublié (voir Gauthiez 2008, p. 145).

45 Pour l’identification du uicus avec la rue reliant les ponts voir Degrassi 2000, p. 157.

46 Just. Mar., Apol. I, 26 ; Eus. Cés., HE II, 13, 3 ; Ps. Aeth., Cosm.

47 Fragments 32b, c, d et e. Voir Rodriguez-Almeida 1970-1971, p. 110-111.

48 Rodriguez Almeida 1980, p. 30.

49 L’association établie par G. Gatti n’est pas remise en cause par ses successeurs (Carettoni et al. 1960, pl. 30 et 62). Le questionnement de E. Rodriguez-Almeida concerne le positionnement précis du fragment sur le plan. Le problème semblait avoir été résolu grâce la correspondance entre le fragment inscrit (32a) et le fragment supérieur de l’ensemble inter duos pontes (32f ) mais E. Rodriguez Almeida remit en cause sa propre hypothèse après avoir mis en évidence que cette connexion était artificielle (Rodriguez Almeida 1977-1978, p. 109-112 puis Rodriguez Ameida1980, p. 115-116).

50 On peut noter l’exception du uicus Vestae, aux environs de la domus des Vestales, qui, par sa situation sur le Forum, ne devait être occupé que par des bâtiments publics (Tarpin 2008, p. 63, Coarelli 1983, p. 266-268). En moyenne, la population d’un uicus a été estimée entre 2 500 et 3 500 personnes, dont un millier d’hommes adultes. Les variations de taille et densité de population dans les différents uici devaient entrainer toutefois des écarts conséquents entre les différents quartiers (Tarpin 2008, p. 49).

51 Mouritsen 2011, p. 124-125.

52 Pour une réflexion sur la population des uici et les problèmes historiographiques sur la question voir Tarpin 2014.

53 Le simple toponyme d’insula se rencontre chez Tite-Live (II, 5, 4 ; XXXIII, 42, 10 ; XXXIV, 53, 7), Valère Maxime (I, 8, 2) ; Pline l’Ancien (H.N. XXIX, 8, 12), Festus (98L), Plutarque (Quaest. Rom 94).

54 Il s’agit d’un des sens possibles pour cette inscription. Son interprétation est délicate en raison des sens multiples de l’indication topographique et de la fonction de la défunte. M. Besnier interprétait popa selon sa forme masculine qui désigne un victimaire. Selon lui, Critonia exerçait dans un des temples de l’île (Besnier 1902, p. 75). Toutefois, Critonia étant une femme, la forme féminine de popa semble mieux correspondre (voir Le Gall 1970, p. 125). Pour C. Philema, affranchie de Q. Critonius, propriétaire d’une insula, qui pouvait être assistante d’un culte privé voir Manacorda 2005, p. 32.

55 Malrieu 2005, p. 103.

56 Pour une étude complète des dépôts voir Pensabene 1980.

57 Malrieu 2005, p. 103.

58 CIL VI, 18 = 30686 = ILS 3851 : Domino Aesculapio | et Hygiae ex permissu | eorum negotationis | fabariae gratias | agentes numini | et aratis eorum | T(iberius) Iulius Genesia|cus et Caecilia Balbilla ceri|olaria duo Saturi et Antiotes | libentes donum | dederunt.

59 AE 1971, 40 ; Panciera 1970-1971, p. 121-125 ; Moreau 2014b, p. 183-183.

60 Pl., Curc., 434 ; Mil., 910.

61 Cic., Div., I, 39 ; I, 132 ; Rep., III, 33 ; Inv., II, 139 ; Fam., IX, 19.

62 Cic., Opt., 14 ; Fin., III, 15 ; Hor., P., 133.

63 IGUR I, 148 = CIGr 5980 ; IIIe siècle ap. J.-C.

64 AE 2007, 121 d’après Stoian 2007, p. 168.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Titre Figure 2
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène Moreau, « Vicus Censori : un quartier urbain sur l’Île Tibérine », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En ligne], 129-2 | 2017, mis en ligne le 16 février 2018, consulté le 20 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/mefra/4468 ; DOI : 10.4000/mefra.4468

Haut de page

Auteur

Hélène Moreau

Université de Lille 3, moreau.helen@orange.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • OpenEdition Journals