Navigation – Plan du site

Une capitale méconnue : la ville romaine d’Aléria (Corse) et sa parure urbaine

Arnaud Coutelas et Franck Allegrini-Simonetti

Résumés

La ville romaine d’Aléria (Corse) a été dégagée essentiellement durant les années 1960 et depuis rares sont les travaux qui ont permis d’améliorer notre connaissance de cette agglomération majeure, restée longtemps capitale de province. Une nouvelle étude du bâti a pu être réalisée à l’échelle de la ville, offrant l’opportunité de reprendre et de discuter les interprétations et les identifications anciennes. Le secteur du « Prétoire » et du « Capitole » a notamment été entièrement revu, et sa relation avec « l’arc monumental nord » précisée. L’évolution de l’urbanisme est aussi mieux perçue, plus particulièrement dans le secteur du forum avec, entre autres, des modifications intervenues suite à l’implantation à l’est du temple du culte impérial. Cet article propose ainsi un dossier complet qui, espérons-le, favorisera la relance de la recherche sur cette agglomération emblématique.

Haut de page

Notes de l’auteur

Les auteurs tiennent à remercier chaleureusement les membres de l’équipe d’Arkemine pour leur aide précieuse, notamment l’équipe de terrain : Simon Painsonneau, Christophe Loiseau, Estelle Foubert et Céline Michel-Gazeau. Leurs remerciements vont aussi, pour leur soutien et leur aide dans la recherche documentaire, à l’ensemble des personnels de la Collectivité territoriale de Corse et du Musée archéologique départemental Jérôme Carcopino, et plus particulièrement Marie-Laurence Marchetti, Jean-Claude Ottaviani et Jean-Michel Bontempi. Il nous est aussi agréable de remercier Nicolas Monteix (EA 3831, Université de Rouen) pour sa lecture critique et ses remarques éclairées.

Texte intégral

Introduction : contexte de l’étude, histoire et géographie de la ville antique

  • 1 Jehasse 1963, p. 77.

1La ville antique d’Aléria se situe au centre de la Plaine orientale de Corse, sur la côte. Elle est logée à quelques kilomètres de la mer, sur une colline se découpant en trois lobes inégaux (les plateaux du Fort d’Aléria, de Macellone et de Casabianda), formant une table relativement irrégulière, de 40 à 60 mètres d’altitude, s’allongeant du nord au sud-ouest sur environ 2,7 km (fig. 1). Au nord, une falaise abrupte surplombe la confluence de la rivière Tagnone et du fleuve Tavignano1.

Fig. 1 – Vue aérienne depuis le sud de l’agglomération antique d’Aléria (au premier plan), au sommet du plateau du fort d’Aléria, avec au second plan le Tavignano et l’étang de Diane (cliché pris en 2012, document/cliché Coll. Territoriale de Corse/Sébastien Aude balloïde photo).

Fig. 1 – Vue aérienne depuis le sud de l’agglomération antique d’Aléria (au premier plan), au sommet du plateau du fort d’Aléria, avec au second plan le Tavignano et l’étang de Diane (cliché pris en 2012, document/cliché Coll. Territoriale de Corse/Sébastien Aude balloïde photo).
  • 2 Sur ce récit d’Hérodote (I, 161-167), voir entre autres Bats 1994.
  • 3 Cesari 2010, p. 72.
  • 4 Jehasse – Jehasse 1993, p. 21.

2Selon Hérodote, les Phocéens fondent la colonie d’Alalia vers 565 av. J.-C.2 La localisation n’est pas réellement assurée, mais quelques découvertes de céramique semblent indiquer qu’elle pouvait occuper l’emplacement du centre urbain antique3. Les Phocéens se retirent en 540 av. J.-C., laissant la ville s’ouvrir à la fois aux Grecs, Étrusques, Romains et Puniques4. Elle entre dans le giron de Rome en 259 av. J.-C., au début de la première guerre punique, avec la conquête de la ville (et de la Corse) par le consul Lucius Scipio. Elle aurait connu, au Ier s. av. J.-C., trois vagues de colonisation : sous Sylla en -81, sous César vers -46, et sous Octave en -32. Ville, colonie, et capitale de province, elle perdure durant tout le Haut Empire et l’Antiquité tardive, restant ainsi longtemps le centre politique de la Corse, ainsi qu’un des centres économiques, avec la ville de Mariana située plus au nord, au sud de Bastia.

3Les ruines archéologiques d’Aléria ont été décrites pour la première fois par Prosper Mérimée en 1840 après son voyage d’inspection en Corse. Les premières fouilles d’importance sont entamées en 1955 par Jean Jehasse avec l’appui, l’aide ou la collaboration de Fernand Benoit, Jérôme Carcopino, Laurence Jehasse et Jean-Paul Boucher. Elles ont permis de dégager un grand secteur du cœur monumental de la ville romaine, révélant une bonne part de la parure monumentale classique : un forum, une basilique, deux temples, des domus (la plupart incomplètes), des voies et structures hydrauliques, ainsi qu’un amphithéâtre et un rempart (fig. 2).

4Le site a été classé au titre des monuments historiques le 18 décembre 1990 et tous ces vestiges sont propriété de la Collectivité territoriale de Corse par décret d’application du 18 novembre 2003, dans le cadre du transfert des Biens et des Compétences État/Région. Ce sont plus de 27 ha qui ont été transférés, dont 5 ha accessibles au public pour 2 ha environ de vestiges apparents.

Fig. 2 – Plan de la ville romaine d’Aléria et indication des édifices principaux (DAO : S. Painsonneau et A. Coutelas).

Fig. 2 – Plan de la ville romaine d’Aléria et indication des édifices principaux (DAO : S. Painsonneau et A. Coutelas).
  • 5 Arrêté d’autorisation 2012-05-MH. L’étude a nécessité 12 semaines de terrain (au printemps 2012) e (...)

5La Collectivité territoriale de Corse a souhaité en 2011 réaliser une nouvelle base documentaire sur le bâti et l’urbanisme de la ville antique d’Aléria5. L’objectif était multiple. Technique dans un premier temps : il s’agissait de constituer un corpus documentaire permettant d’une part de disposer d’éléments de base exploitables pour des restaurations partielles et, d’autre part, d’ouvrir des pistes pour la valorisation du site, les restitutions en imagerie 3D et les recherches futures. Scientifique dans un second temps : les objectifs étaient de mieux connaître l’urbanisme de l’agglomération, ses évolutions spatiale et chronologique, et d’acquérir des connaissances nouvelles en vue, notamment, d’infirmer ou de confirmer les informations et interprétations archéologiques issues des fouilles anciennes.

  • 6 Voir notamment Jehasse 1963 et 2004, Teatini 1996, Cesari et al. 2010, Michel 2014.

6Il ne s’agit donc pas ici de présenter à nouveau le site dans sa globalité. Cela a déjà été fait maintes fois6. Il s’agit de reprendre les points qui font actuellement débat ; et ils sont nombreux. Au centre de la ville, les principaux bâtiments et monuments s’articulent autour d’un forum bordé de portiques, celui au sud protégeant les façades des tabernae, celui au nord ouvrant peut-être sur la basilique. Deux temples se font face de part et d’autre du forum. Celui à l’ouest correspondrait au « Capitole » et se positionnerait au sein du complexe du « Prétoire » ; la nature du temple mérite discussion tandis que l’interprétation du complexe occidental est aujourd’hui largement décriée. Le temple oriental est dit « de Rome et Auguste », sur la foi d’une inscription (cf. infra), mais cette attribution reste douteuse et, surtout, sa chronologie relative avec le forum n’a pas été comprise. Plusieurs demeures se situent à proximité du forum, telle la « Domus au balneum » juste au nord du « Prétoire » ; simple domus, balneum, maison du gouverneur, plusieurs interprétations existent selon les auteurs, témoignant du caractère singulier de l’édifice.

7En arrière du temple occidental, au sein du « Prétoire », se trouve une série de « bassins centraux ». Il est établi aujourd’hui qu’il s’agit de thermes de l’Antiquité tardive, bien que certains y voient une construction plus précoce ; les différentes phases de l’édifice n’ont, quoi qu’il en soit, jamais été décrites. L’installation de réservoirs dans l’angle nord-occidental du portique du « Prétoire » serait en lien avec cet édifice thermal. D’autres thermes, plus énigmatiques, sont indiqués au nord-ouest de la « Domus au balneum ».

8À 200 m environ au sud du forum, le quartier de l’amphithéâtre marque l’extrémité sud-orientale de la ville. Il se caractérise par la présence de deux remparts successifs – un préromain et un romain – et d’un secteur d’habitat archaïque. La petitesse de l’édifice de spectacle est à la source de nombreuses discussions. Enfin, hors les murs, à l’ouest, un petit bâtiment a vu son identification osciller entre mausolée et fontaine.

Historiographie

  • 7 Jehasse – Boucher 1959, p. 7.

9« Il n’est guère de lieu qui, depuis le Moyen-Âge, ait été aussi fouillé qu’Aléria. » C’est ainsi que débute l’aperçu historique rédigé par Jean Jehasse en 19597. Il est en réalité fait allusion aux diverses fouilles clandestines des chercheurs de matériaux et de trésors, telles que l’auteur convient que « les Modernes ont une large part de responsabilité dans l’actuel délabrement du site. »

  • 8 Mérimée 1840, plus particulièrement p. 65-82.

10P. Mérimée inspecte le site et publie ses observations en 18408. Il évoque successivement le rempart romain, l’arc monumental nord avec son appareil réticulé (voir la fig. 10), la « Sala reale » (correspondant à une portion du cryptoportique sous le temple occidental ; cf. infra) et l’amphithéâtre. La mauvaise qualité apparente de l’opus incertum de ces deux derniers édifices lui font douter de leur datation antique.

  • 9 Michon 1891.
  • 10 Cet ensemble ne sera pas décrit ici ; signalons juste qu’il s’agit de maçonneries en grand apparei (...)
  • 11 Ambrosi 1923.

11Les premières « fouilles » sont réalisées par Etienne Michon, à la fin du XIXe siècle. Dans sa recherche d’inscription antique, il intervient apparemment vers la Sala reale et, surtout, sur le versant oriental du site9. C’est lui qui a découvert « l’ensemble oriental » aux maçonneries supposées être les fondations d’un temple10. Il faut néanmoins attendre l’arrivée d’Ambroise Ambrosi pour que de vraies opérations de fouille soient menées11, de 1920 à 1922, notamment au pied de la colline occidentale, au niveau de la « Domus au spicatum » (au sud du « Prétoire »).

12Les fouilles qui ont mis au jour les quartiers actuellement visibles furent entreprises à partir de 1955 par les archéologues Jean et Laurence Jehasse, aidés les premières années par Jean-Paul Boucher. Jean Jehasse a été chargé de la fouille d’Aléria de 1960 à 1991. Les efforts se sont d’abord portés sur le centre de la ville romaine, dégageant notamment le forum et ses abords, jusqu’au rempart à l’ouest. Après avoir dégagé ces secteurs, ils se consacrèrent dès le début des années 1960 à la fouille de la nécropole préromaine de Casabianda, ne revenant que sporadiquement fouiller le cœur la ville romaine au cours des décennies suivantes. À partir du milieu des années 1970, et jusqu’à la fin des travaux archéologiques, ce fut le secteur de l’amphithéâtre et des remparts préromains et romains qui fit l’objet de toutes les attentions.

  • 12 Jehasse – Jehasse 1997.

13On a souvent reproché à cette équipe d’avoir peu publié. La liste des références, présentée dans un des derniers ouvrages12, est longue, mais il est vrai que rapportée à l’ampleur des travaux, à la richesse des découvertes et à la longue durée des opérations (sur près de 40 ans), le nombre des productions peut sembler assez réduit. D’autant que, surtout, c’est le contenu de ces documents qui pose souci. Il est en effet difficile de se faire une idée exacte des structures et de leur contexte archéologique à la seule lecture des publications.

  • 13 Jehasse 1963.
  • 14 Jehasse 2004.
  • 15 Des « stratigraphies » ont parfois été proposées, mais chaque fois décrites sous la forme de « log (...)

14La publication de référence est sans nul doute l’article publié dans la revue Gallia en 196313. Il permet d’avoir un bilan à la fois historique et archéologique de la ville et des découvertes réalisées alors, à savoir le cœur de la ville antique, autour du forum. Il faudra ensuite attendre la reprise des données effectuée par Olivier Jehasse pour obtenir une monographie présentant une synthèse réelle des réflexions et découvertes à l’échelle de la ville entière, remparts et amphithéâtre compris14. Parallèlement, les revues Gallia – avec les comptes rendus – et Archeologia Corsa ont permis la publication en continu de quelques résultats de fouilles. Malheureusement, tous ces textes ont eu tendance à se focaliser sur les structures bâties et sur le mobilier, en mettant de côté le contexte stratigraphique des découvertes15 et la présentation graphique et photographique. L’absence de plan détaillé est de surcroît monnaie courante, ce qui rend la compréhension malaisée.

  • 16 Ces documents peuvent être consultés aux archives de la Médiathèque de l’Architecture et du Patrim (...)

15Les rapports de fouille auraient pu nous aider à pallier ce manque. Il n’en est rien16. Ces documents sont réduits et les données présentées sont succinctes, souvent proches de celles reprises dans les publications. Malgré tout, ces documents s’avèrent très utiles aujourd’hui, car nombre de vestiges ne sont plus visibles actuellement et quelques photographies sont inédites.

  • 17 Lenoir – Rebuffat 1984.

16Quelques travaux ont eu lieu sur le site en parallèle ou sous la direction de Jean Jehasse. De 1980 à 1982, une équipe menée par René Rebuffat a pu étudier le rempart romain17. Ce travail d’étude du bâti est exemplaire, de même que les relevés des coupes au pied des murs. L’auteur en a profité pour reprendre le dossier épigraphique, sur lequel nous reviendrons parfois.

  • 18 Picoury 1993.
  • 19 Ce travail a donné lieu à deux rapports, entre 1994 et 1997 : Léandri – Thernot 1994, Thernot et a (...)

17En 1993, un travail universitaire a été soutenu sur les techniques de construction des murs d’Aléria18, sous la direction de Jean et Olivier Jehasse. Il est dommage que ce travail précurseur sur un aspect important de l’étude du bâti antique n’ait pas continué à l’époque. Cependant, une équipe de l’AFAN est intervenue peu après, avec pour objectif de réaliser une base documentaire de l’ensemble des structures bâties, ainsi qu’un nouveau plan général. Il s’agit en quelque sorte des prédécesseurs directs de cette présente étude19. L’analyse de l’appareil a été, là aussi, un des points centraux de l’étude.

  • 20 Teatini 1996.
  • 21 Bouet 1998.
  • 22 Michel 2014, p. 145-193.

18Ces années et les suivantes correspondent au temps des synthèses et des premières révisions. On doit à Alessandro Teatini la reprise du dossier, pour la première fois, dans son intégralité20, tandis qu’Alain Bouet, à la fin des années 1990, formalise l’interprétation, en tant que thermes tardifs, des « bassins centraux du Prétoire », c’est-à-dire les « Thermes du Prétoire »21. Enfin, le fascicule de la Carte archéologique de la Gaule (CAG) consacré à la Corse revient largement sur le cas d’Aléria22, en présentant de surcroît un dossier épigraphique complet, source de nouvelles interprétations, lesquelles sont malheureusement parfois un peu hâtives, ou dans certains cas discutables.

Méthode

  • 23 Coutelas et al. 2014.

19La méthode employée pour cette étude s’inscrit dans « l’archéologie du bâti ». Déjà présentée ailleurs23, cette méthode s’appuie sur le terrain sur un enregistrement minutieux du bâti, fondé sur la définition de faits (murs, sols, canalisations, emmarchements, etc.) et d’unités stratigraphiques construites (USC). Cette première étape du travail permet d’inventorier et de décrire l’ensemble des structures accessibles à l’analyse. Au total, ce sont 848 faits qui ont été définis pour l’ensemble de la ville antique.

  • 24 Il faut d’ores et déjà signaler, ou rappeler, qu’à Aléria les datations font souvent défaut, ou qu (...)

20Ce travail avait deux volets. Le premier concernait l’étude du bâti en tant que telle, mettant en évidence les modes de construction (typologie des appareils, nature des matériaux) tout en révélant des reprises ou modifications des éléments maçonnés (recoupements de murs, superpositions d’orientations, etc.). Une réflexion pouvait alors se faire sur les phases successives d’aménagement des différentes structures ou ensembles architecturaux. Le second volet portait sur les interprétations, avec la volonté de s’appuyer sur l’étude du bâti pour préciser le plan des structures, pour identifier certains aménagements et en proposer un phasage24, afin, à terme, de confirmer ou infirmer la nature ou la fonction d’ensembles architecturaux (édifices publics ou privés, maisons ou ateliers artisanaux, temples, thermes, etc.) ou d’équipements urbains (collecteurs, égouts, socles etc.). L’urbanisme de l’agglomération pouvait finalement être abordé sous ce nouveau regard.

21L’un des paramètres de cette étude du bâti était l’établissement d’une typologie des maçonneries, de leur appareil et des techniques de construction employées. La nature des matériaux tient une place importante. Par exemple, l’étude des roches nous renseigne sur les modalités d’approvisionnement des chantiers de construction et sur les choix – techniques, économiques ou autres – qui ont prévalu au moment de la recherche et de la sélection des matériaux. Pour pouvoir traiter ces problématiques, il convenait de noter le plus précisément possible la (ou les) composition(s) des roches employées dans la construction.

  • 25 Des mesures sont réalisées selon les principes présentés dans Coutelas 2012a.
  • 26 Coutelas 2012b et Coutelas et al. 2014.

22Une étude des terres cuites architecturales (TCA) a été menée car l’identification des objets présents dans les maçonneries permet d’établir la nature et l’homogénéité de l’approvisionnement (mélanges de productions, pratiques de récupération etc.), voire de mettre en évidence l’existence d’échanges commerciaux (avec les ports de Rome notamment). Pour ce faire, ont été repérés en parement les objets complets, afin de lancer une réflexion sur la définition de modules et leur répartition25. Rappelons que le couplage de toutes les données obtenues sur les matériaux lithiques et « anthropiques » (TCA et mortier de chaux) permet d’appréhender la connaissance par les populations de leurs ressources locales en matières premières, de caractériser le savoir-faire des bâtisseurs et de mieux percevoir l’organisation du chantier de construction26.

Les techniques de construction et les matériaux

  • 27 Les travaux de Teatini (1996) ont permis d’établir quelques jalons chronologiques pour l’évolution (...)

23Malgré les problèmes récurrents liés à la mauvaise conservation des maçonneries, il est possible de définir de nombreuses familles de techniques de construction (fig. 3), lesquelles n’ont parfois été employées que ponctuellement. En l’absence de datations fiables, il est difficile de suivre en détail l’évolution de ces modes de construction27, mais ces modes restent, à défaut de fouilles archéologiques, le meilleur argument à l’échelle d’un édifice pour la définition « d’ensembles architecturaux » cohérents, c’est-à-dire de portions de bâtiment érigées lors d’une même campagne de construction.

Fig. 3 – « Mètres carrés » de référence pour différentes techniques de petit appareil identifiées sur le site d’Aléria : opus incertum (mur d’enceinte méridional du « Prétoire »), opus mixtum (Domus au balneum), opus listatum (mur occidental des « Thermes »), opus mixtum à bandeaux (citerne de la Domus à l’impluvium), opus testaceum (façade sud-est du « Prétoire ») (DAO : S. Painsonneau et A. Coutelas).

Fig. 3 – « Mètres carrés » de référence pour différentes techniques de petit appareil identifiées sur le site d’Aléria : opus incertum (mur d’enceinte méridional du « Prétoire »), opus mixtum (Domus au balneum), opus listatum (mur occidental des « Thermes »), opus mixtum à bandeaux (citerne de la Domus à l’impluvium), opus testaceum (façade sud-est du « Prétoire ») (DAO : S. Painsonneau et A. Coutelas).

Opus incertum

  • 28 Coutelas et al. 2014.

24Si ce n’est pas le cas en tout point du monde romain, à Aléria l’étude de l’appareil des murs est indissociable de celle de la nature des matériaux. Cet aspect résulte des contraintes géologiques locales28. L’opus incertum compose ainsi une très grande majorité des parements des murs de la ville antique, en fondation comme en élévation. Cet appareil est chaque fois coffré et il est indissociable de son élément constitutif récurrent : le galet (voir plus loin, fig. 20). Ces galets proviennent de la Plaine. Plusieurs natures de pierres sont chaque fois observées, avec une prédilection pour les roches grises et vertes : roches du cortège des schistes lustrés et ophiolites. Dures, elles se prêtent mal à la taille de moellons quadrangulaires aux faces nettes.

  • 29 Coutelas et al. 2014, p. 126-127.

25Quelques grandes familles d’opus incertum ont pu être identifiées, selon le degré de choix et de traitement des galets, selon la régularité des assises et la présence de mortier de terre ou de mortier de chaux29. Sans surprise, la technique la plus élaborée s’observe dans les murs des grands monuments publics, notamment dans les fondations du temple occidental. La plus fruste, celle aux murs réalisés avec des galets presque exclusivement bruts, empilés plus que liés, sinon avec de l’argile, s’observe préférentiellement dans le quartier au sud-ouest du « Prétoire » et dans celui à l’est du forum.

26Parfois, le niveau supérieur de la fondation est surligné de petits éclats de diverses briques, tuiles et même céramiques. Il est possible qu’en certains cas cette pratique ait aussi été employée pour chaque limite de banchée des élévations. Les murs du Temple occidental en sont un des exemples les plus remarquables. Il s’agit peut-être là d’une pratique locale, éventuellement circonscrite dans le temps. Il conviendra à l’avenir de vérifier si cette technique peut apporter des éléments de datation.

Opus testaceum

27À Aléria, l’opus testaceum est abondant, diversifié et employé pour une large palette de destinations architecturales : colonnes érigées avec des quarts-de-rond, murs, parois des bassins, des citernes, des banquettes, ainsi qu’en revêtement de sol (opus spicatum) et pour les voûtes. L’emploi de la brique est cependant le plus courant en chaînage, quand le reste du mur est construit avec des galets. Tous objets compris (briques rectangulaires, carreaux, quart-de-rond…), ce sont d’ores et déjà une vingtaine de modules qui ont été définis. Néanmoins, les observations de terrain et l’étude des objets issus des fouilles anciennes indiquent une prépondérance des objets carrés, recoupés en deux ou non, avec des modules aux dimensions le plus souvent centrées autour de 2/3 de pied (19,7 cm), soit donc des bessales. La diversité des techniques et des matériaux empêche d’attribuer à cet opus testaceum un caractère datant ; tout juste peut-on indiquer que les « Thermes du Prétoire », le seul édifice construit intégralement avec cette technique, est daté de l’Antiquité tardive ; aux briques quadrangulaires s’ajoutent parfois des briques en quart-de-rond identiques à celles des colonnes du portique occidental du « Prétoire », issues sans doute de la destruction d’une partie de celles-ci (cf. infra).

Opus mixtum

28La technique de l’opus mixtum se retrouve en plusieurs points de l’agglomération ; ce sont cependant trois édifices qui concentrent la plupart des occurrences : l’amphithéâtre, la « Domus au balneum » et, juste au nord de celle-ci, les « Thermes ». Toute une partie de ce dernier édifice est concernée avec de surcroît, pour les murs encadrant l’espace 20006 (voir plus loin, fig. 16), un parement d’opus listatum.

  • 30 Analyses statistiques réalisées à partir des mesures de l’épaisseur et de la longueur de 50 élémen (...)

29Une grande variété et une grande variabilité de la technique s’observent à l’échelle de la ville, des édifices, voire au sein même des maçonneries, avec des changements dans les rythmes d’alternance moellons/terres cuites architecturales ou dans le module ou la nature des objets (briques et tegulae). Par exemple, les parois de la citerne de la « Domus à l’impluvium » ont livré de l’opus mixtum à bandeaux, constitué de trois ou quatre rangs de briques, pour la bande inférieure, et de sept rangs pour les suivantes, séparées par des volumes d’opus incertum de 20 à 35 cm d’épaisseur environ. La lisibilité des objets n’étant pas bonne, nous n’avons pu définir lesquels étaient complets ou non. Cependant, d’après les « analyses modulaires »30, deux modules « longueurs x épaisseur » de 21 x 4 cm et 24 x 5 cm ont probablement été employés.

Opus quadratum

30À Aléria, deux roches sont utilisées pour le grand appareil. Il y a tout d’abord la petra fetida, ou « pierre des marais », un calcaire local, coquillier et gréseux, de faible qualité, ce qui explique qu’il n’ait pas été systématiquement récupéré après l’abandon du site. Il compose principalement toutes les bases de colonne et tous les blocs de stylobate des portiques du « Prétoire ». Son utilisation n’a probablement pas été d’une grande fréquence, du fait de ses qualités limitées. On ne la retrouve que ponctuellement ailleurs, pour des montants de baie essentiellement. Elle a, cependant, probablement été la première pierre de grand appareil à être utilisée sur le site. Elle compose en effet la structure 2100, supposée ancienne, dans la partie occidentale de la basilique (voir plus loin dans la fig. 13). Surtout, elle constitue les blocs des murs de grand appareil découverts sous les maçonneries d’opus incertum du « Monument B », sur le forum.

31La seconde roche est un calcaire fin, gris, légèrement coquillier et gréseux. L’origine probable de cette roche est à chercher dans les formations crétacées de la Corse alpine. Elle a été employée pour le temple oriental et les arcs monumentaux sud et nord. Il ne reste, pour ces deux derniers, quasiment que les empreintes des blocs dans l’opus caementicium.

Opus reticulatum

  • 31 Dessales 2010.

32L’opus reticulatum est peu représenté, sans doute à cause de la difficulté à tailler les moellons selon une forme adéquate à partir des galets siliceux de la plaine. Ce sont presque uniquement les parements latéraux de l’arc monumental nord qui ont été élaborés selon cette technique, avec l’emploi de calcaire fin. Pour les fouilleurs, par analogie avec d’autres constructions, cet appareil daterait du début du Ier s. av. J.-C., soit de l’époque de Sylla, du fait de son apparence de pseudo réticulé (cf. infra) ; les données sur lesquelles ils se fondaient sont depuis largement discutés31.

Les éléments de décor et de revêtement

33Il reste à Aléria un certain nombre de revêtements de sol. Le pavement du dernier état du forum a été réalisé avec les dalles de schiste. Il existe quelques vestiges de dallage de terres cuites, tel celui de la pièce 10076, dans les « Thermes du Prétoire » (voir plus loin, fig. 7), avec deux modules de briques, un rectangulaire d’environ 25,5 x 19,5 cm, un autre carré de 41 x 40,5 cm.

34Les autres sols sont soit des bétons lissés, soit des revêtements de béton de tuileau conservés au sein des structures hydrauliques, citernes et bassins. En règle générale, ce sont ces espaces qui conservent le mieux leurs revêtements de sol et de paroi. Les enduits et joints d’étanchéité sont parfaitement visibles. Aucune trace de décoration n’y a été repérée, sauf pour la piscine semi-circulaire des « Thermes du Prétoire », espace 10074. L’intérieur et le flanc des marches étaient en effet recouverts d’une mosaïque de tesselles noires (épaisses de 1,2 cm), liées par un mortier de tuileau et de sable, reposant sur une épaisse (2 cm) couche de préparation de mortier de tuileau rose pâle. Les autres mosaïques du site sont aujourd’hui recouvertes de terre, dans un souci de préservation.

35Les traces et vestiges de revêtement mural décoratif sont assez nombreux sur le site, puisque l’on en compte près d’une trentaine. Cependant, presque aucun ne recèle aujourd’hui assez de pigments ou de couche de finition pour nous permettre de restituer le décor. La peinture la mieux conservée, car encore protégée par la terre, se trouve en bas de paroi du mur MR1028 (secteur oriental de la « Domus au balneum ») : deux couches de mortier de chaux et de sable siliceux portant, en surface, des traces de pigments ocre rouge et vert. Des pigments ocres sont aussi visibles sur le pilier 2145 (voir la fig. 13), dans la « Domus au dolium », et peut-être aussi sur le parement du podium du temple oriental.

  • 32 Allegrini-Simonetti et al. 2010, p. 7.
  • 33 Coutelas et al. 2009, p. 96-99.
  • 34 Loiseau 2012, p. 123-125.

36Lors d’un tri des vestiges mobiliers issus des fouilles anciennes, le groupe des roches ornementales a représenté 20 % des découvertes. Il s’agit cependant seulement de sept fragments, la plupart en marbre, « composés essentiellement de placages de sol ou de murs et un fragment de colonne d’applique dont la surface verticale plane est visible ainsi que deux cannelures »32. Sur le terrain, nous n’avons repéré aucun enduit présentant des empreintes de plaques (de marbre ou autre) ou ayant pu accueillir un opus sectile, et aucune stratification de mortier ne nous rappelle les supports types de cette famille de décors33. Nous avons pu aussi vérifier l’absence chronique de fiches métalliques, lesquelles sont normalement présentes pour tout décor de plaques de marbre34.

Les édifices

Le forum et le temple oriental (dit « Temple de Rome et Auguste »)

  • 35 F. Michel (2014) identifie deux niveaux en surface, le second correspondant à un dernier état, mos (...)

37Le forum, cœur de la ville, est aussi au cœur des découvertes réalisées par les fouilles anciennes. La place est quadrangulaire, presque trapézoïdale. L’espace, limité à l’ouest et à l’est (fig. 4) par les temples, fait 65 m de long au nord pour 70 m au sud, et 25 m de large à l’ouest pour 17 m à l’est, soit environ 1380 m2. Le sol se compose de dalles de schiste35. Le revêtement de sol du portique nord est variable, soit un niveau de galets, soit un niveau de béton de chaux, sable et tuileau ; seuls des lambeaux sont conservés et il pourrait s’agir, ici, de deux états.

Fig. 4 – Plan de détail de la moitié orientale du forum, avec les numéros de structures appelés dans le texte (DAO : S. Painsonneau et A. Coutelas).

Fig. 4 – Plan de détail de la moitié orientale du forum, avec les numéros de structures appelés dans le texte (DAO : S. Painsonneau et A. Coutelas).
  • 36 Jehasse 2004, p. 140.

38D’après les fouilleurs, le forum a connu de nombreuses phases de remaniement. Si l’on se fonde sur leurs interprétations, il adoptait à l’origine un plan quadrangulaire, élargi à plusieurs reprises, à l’ouest et à l’est. La forme trapézoïdale serait acquise sous Auguste36, après 36 av. J.-C., avec la reprise du portique sud, afin de « rationaliser la perspective » entre le « Prétoire » et un premier état du temple oriental. Aucune trace de ces états antérieurs n’est lisible aujourd’hui sur le terrain. Mais on peut observer les indices de plusieurs remaniements subis par le forum après avoir acquis sa forme trapézoïdale (fig. 5), lesquels sont en lien, entre autres, avec l’installation du temple oriental.

Fig. 5 – Évolution de la partie orientale du forum (DAO : S. Painsonneau et A. Coutelas).

Fig. 5 – Évolution de la partie orientale du forum (DAO : S. Painsonneau et A. Coutelas).
  • 37 Le mur MR2180 n’a pas livré de traces de colonnes ; peut-être est-il trop arasé pour cela.
  • 38 Les dimensions originelles de la place seraient donc 83 m de long au nord pour 87,50 m au sud, et (...)
  • 39 Jehasse 1963, p. 88.
  • 40 On note par ailleurs une certaine irrégularité dans les distances entre les colonnes des portiques (...)

39A priori sous Auguste (peut-être vers 25-20 av. J.-C.), le forum trapézoïdal était dallé de marbre ( ?) et son extrémité orientale n’était pas occupée par le temple, mais consistait en un portique – ou une aile37 – faisant la jonction entre les branches méridionale et septentrionale38. Cette branche orientale était de largeur inégale, afin de réduire la ligne de fuite générée par le mur de fermeture à l’est (MR2012). Les sections nord et sud des portiques, au niveau du temple, forment un léger décrochement par rapport aux colonnades du reste du forum, ce qui fait dire à J. Jehasse qu’il s’agit ici d’un agrandissement de la place d’origine, peut-être en lien avec un premier état du temple39 (dont il ne subsiste pas de trace sur le terrain). Ce décalage est néanmoins très léger, voire absent si l’on fait abstraction des colonnes situées au niveau de l’escalier de l’édifice40.

40L’état suivant correspond à l’insertion du temple « de Rome et Auguste » dans cette extrémité est du forum. Plutôt que s’inscrire au sein de la porticus triplex, il empiète sur le stylobate de la branche orientale (MR2180). C’est peut-être à la même époque qu’intervient le bouchage des espaces entre les colonnes des portiques méridional et septentrional à la hauteur de ce temple. Deux murs sont de plus érigés, faisant la jonction entre les dernières colonnes (COL2022 au nord et COL2182 au sud) et le mur oriental (MR2012). Le temple n’est pas, ainsi, accessible directement depuis les portiques, et l’on peut supposer que son espace périphérique a été « privatisé » pour les besoins de son fonctionnement.

41Le temple n’est pas dirigé vers le Capitole, ni dans l’axe symétrique de la place, mais globalement (ou imparfaitement) positionné selon l’orientation du portique méridional du forum. C’était un édifice soigné de 13,60 x 10,60 m, hors escalier. Il n’est conservé que jusqu’au sommet du podium. Les élévations visibles au-dessus sont toutefois refaites et, probablement, inventées par les découvreurs. L’intérieur permet de voir les fondations. Elles délimitent deux espaces, un rectangulaire à l’ouest, le pronaos, et l’autre carré, à l’est, de 5,75 x 5,75 m (33 m2), correspondant à la cella. Au fond de cet espace, la maçonnerie MR2178 pourrait constituer une fondation pour un édicule.

  • 41 Michel 2014, p. 161. Voir respectivement les textes 14, 10 et 2, p. 166-169.

42C’est cet espace carré qui a probablement livré des morceaux d’inscription. Plusieurs fragments de textes ont été identifiés. Un est consacré à Hadrien, un autre mentionne l’empereur Vespasien, un autre encore est consacré à Rome Auguste par les colons d’Aléria. Ces éléments déterminants constituent autant d’indices suffisants pour affirmer que ce temple était consacré au culte impérial41.

43L’escalier monumental (ESC2030) de ce temple permettait l’accès depuis le forum à l’ouest. Il fait toute la longueur de la façade. On peut restituer cinq marches à l’origine, en blocs de grand appareil calcaire, mesurant en moyenne environ 150 cm de long, 50 cm de large et 17 cm de haut. On ne peut observer aujourd’hui que les trois premières marches. Les deux premières sont remarquablement conservées car elles se trouvaient protégées sous le dernier niveau de sol de la place du forum.

  • 42 Jehasse – Jehasse 1997, p. 161.
  • 43 Michel 2011, p. 74.

44En effet, le niveau final du sol du forum, pavé de dalles de schiste, recouvrait les premières marches. L’état suivant du forum correspond donc au rehaussement du sol de la place trapézoïdale. Il permet probablement de mettre à niveau sol de la place et sol des portiques. Cette surélévation est datée, par le mobilier et par une inscription mentionnant Hadrien, du début du IIe s. ap. J.-C.42. Une autre inscription qui se rapporte à des travaux publics, découverte lors des fouilles du portique méridional, tend à le confirmer43.

  • 44 Pizzo 2006, p. 291.

45Ce portique méridional est longé au nord par un « trottoir hydraulique », le canal CN2312 (fig. 6), caractérisé par un revêtement de sol de type béton de tuileau lissé. Cette canalisation devait recevoir les eaux de pluies, peut-être pour les conduire jusqu’à la citerne ronde du forum, bien qu’aucun élément de liaison n’ait été découvert entre eux. Sa profondeur n’est pas connue, mais elle devait être de quelques centimètres au plus. Sa largeur est importante, d’environ 1 m. C’est, par exemple, deux fois plus large que celle de la canalisation repérée au sein du « forum provincial » d’Augusta Emerita44. Une couverture ou des passages devaient être aménagés ; mais aucune trace n’en a été conservée.

Fig. 6 – Vue, depuis l’est, du portique sud du forum longé par le « trottoir hydraulique » CN2312. Au second plan le massif quadrangulaire MA2307 en face de la rue 20079 partant à gauche (au sud), entre les deux arbres. En arrière-plan, le complexe occidental avec l’escalier du « Capitole » (cliché A. Coutelas).

Fig. 6 – Vue, depuis l’est, du portique sud du forum longé par le « trottoir hydraulique » CN2312. Au second plan le massif quadrangulaire MA2307 en face de la rue 20079 partant à gauche (au sud), entre les deux arbres. En arrière-plan, le complexe occidental avec l’escalier du « Capitole » (cliché A. Coutelas).
  • 45 Jehasse – Jehasse 1993, p. 55, et Michel 2011, p. 77.
  • 46 Jehasse – Jehasse 1997, p. 119.

46Le massif quadrangulaire MA2307, situé contre le trottoir hydraulique et plus ou moins dans l’axe de la rue 20079 (fig. 6), n’est plus aujourd’hui considéré comme un socle de statue équestre. Il s’agit plus certainement d’une base destinée à accueillir un groupe formé par Auguste et ses deux fils adoptifs, Caius et Lucius César, déclarés patrons de la colonie entre 11 et 9 av. J.-C. ; la plaque sur laquelle est gravée la dédicace reprend les dimensions de ce massif45. Ce dernier se compose d’un cœur d’opus caementicium de 235 x 230 cm, haut de 85 cm, monté en deux fois : un volume de 45 cm d’épaisseur, avec au sommet un lit discontinu de fragments de TCA (briques et tuiles), puis un autre de 40 cm. Les parements devaient être constitués de blocs calcaires, à la fois pour le podium et l’élévation. Les seuls blocs conservés sont ceux à la base de la face sud, le mur du canal CN2312 ayant sans doute gêné les récupérateurs. Ce sont des blocs calcaires larges de 45 cm, haut de 26 cm et longs de 50 à 100 cm. Aucun lien direct n’est conservé avec le dallage de la place, et les empreintes des quatre colonnes sensées encadrer ce socle ne sont plus visibles. En revanche, on peut toujours observer dans le sol de la place, à l’ouest, l’alignement des empreintes quadrangulaires marquant l’emplacement de « bases de statues honorifiques »46.

Le sanctuaire occidental : « Prétoire » et « Capitole »

47Le secteur dominant le forum à l’ouest comprend l’espace dit du « Prétoire », le temple appelé « Capitole », les arcs monumentaux et quelques aménagements dont le lien avec les thermes tardifs (« Thermes du Prétoire », cf. infra) est partiellement établi (fig. 7). Il s’agit de l’ensemble le plus emblématique du site, décrit par P. Mérimée, à la façade dégagée par A. Ambrosi (entre 1920 et 1923) et connu pendant longtemps sous le nom de Sala Reale, puis Sala Pretoriale, pour toute la zone en retrait des arcs monumentaux.

Fig. 7 – Le secteur occidental dit du « Prétoire » et du « Capitole » avec, au centre, les « Thermes du Prétoire » (DAO : S. Painsonneau et A. Coutelas).

Fig. 7 – Le secteur occidental dit du « Prétoire » et du « Capitole » avec, au centre, les « Thermes du Prétoire » (DAO : S. Painsonneau et A. Coutelas).

48Ce complexe occidental, en réalité un complexe cultuel, se compose donc d’un temple sur podium et d’une porticus triplex reportée en arrière. Les dimensions générales sont d’environ 40 m selon un axe nord-sud par 42 m d’axe est-ouest, et la forme est légèrement trapézoïdale.

  • 47 Jehasse 1963, p. 84 et Bouet 1998, p. 346.

49Pour les fouilleurs, les structures formant cet ensemble ne sont pas toutes contemporaines ; l’arc septentrional est daté de l’époque de Sylla, les portiques méridional et occidental de celle de César, le « Capitole » de l’époque augustéenne, tandis que les « bassins centraux » ou « Thermes du Prétoire » sont édifiés au IVe siècle, le portique septentrional étant obturé au même moment47.

Le temple occidental

  • 48 Jehasse 1976, p. 15.
  • 49 Jehasse 2004, p. 118.

50Le « Capitole », ou plutôt le « temple occidental » – appellation qu’il convient désormais d’adopter (cf. infra) – n’a pas tout de suite été reconnu en tant qu’édifice cultuel, les fouilleurs voyant un temps cet espace comme une série de citernes, bassins et/ou nymphée en lien avec l’aire du « Prétoire ». Il faut attendre 1976 pour que l’édifice soit qualifié de temple48. Le fouilleur a alors tout de suite proposé d’y voir le Capitole, et c’est cette interprétation qui sera chaque fois reprise, même si on peut lire dans une des dernières publications49 : « Aussi parlons-nous à titre provisoire [sic] de « capitole », en raison de sa position surélevée sur un podium au milieu de la partie plane du plateau récupérée en forum. » Cette phrase permet de comprendre ce qui a amené les fouilleurs à proposer cette identification. De même, on a pu lire récemment :

  • 50 Michel 2014, p. 153.

Nous n’avons pas d’élément probant pour savoir quelle était la divinité auquel il était consacré, même s’il est très probable que l’on y honorait un dieu majeur, la triade capitoline, divinité tutélaire des colonies de citoyens romains ; ce temple pourrait donc s’avérer être le capitolium50.

  • 51 Gros 2011, p. 152.

51De fait, la position géographiquement dominante d’un temple sur le forum a longtemps été déterminante. Ainsi, à Ampurias (Emporion, province de Gérone) – que les découvreurs ont souvent pris en référence – le temple pseudopériptère est assimilé à un capitole en raison de sa situation sur le forum et de son encadrement dans une porticus triplex supportée par un cryptoportique51, comme à Aléria.

  • 52 Quinn – Wilson 2013.
  • 53 Quinn – Wilson 2013, p. 7‑8.
  • 54 Quinn – Wilson 2013, p. 44.

52Cependant, des travaux récemment publiés52 reprennent l’ensemble du dossier des capitoles et remettent en cause de nombreux arguments de leur identification habituelle. On sait ainsi qu’il n’y a pas de relation directe entre une triple cella – ou une cella tripartite – et la triade capitoline, que le capitole n’est pas un élément standard de la panoplie urbaine d’une ville romaine et qu’il n’y a pas de corrélation avérée entre la possession d’un temple capitolin et celle du statut de colonie53. La position dominante n’est pas non plus une preuve convaincante : on sait que, dans les provinces, de nombreux temples dominant le forum ne sont pas des capitoles, mais plutôt des temples du culte impérial, des temples des divinités tutélaires de la cité, ou parfois du génie de la colonie54. Les seuls critères retenus pour reconnaître un capitole sont une mention dans les textes ou une inscription (dédicace à la triade capitoline), ou la présence des statues de culte des trois divinités. De nombreuses identifications sont ainsi à revoir, notamment pour les temples à cella tripartite dominant un forum, comme à Ampurias notamment. Pour le temple d’Aléria, il n’y a pas de mention de la triade capitoline, ni de statuaire associée. Il n’y a donc aucunement les preuves suffisantes pour affirmer qu’il s’agit d’un capitolium.

  • 55 Jehasse – Jehasse 1997, p. 166.

53Le temple occidental est, pour les fouilleurs, un temple de type « toscan », dont la cella centrale est nettement plus large que les deux autres cellae latérales55. Hors escalier, l’édifice est carré, de 15 x 15 m, aux murs de fondation épais de 1,20 m. Les dimensions internes de la « cella centrale » sont de 7,4 x 6,5 m. Elles sont confirmées par les vestiges des murs 1256 et 1257, lesquels sont les dernières et fugaces traces des élévations au sud et au nord ; ils sont larges de 60 cm, montés en opus incertum peu régulier. Cependant, la lecture du mur 1257 – le mieux conservé – permet d’affirmer l’absence de cellae latérales, puisqu’on observe uniquement un retour vers le sud. Rien dans les fondations ne permet non plus de dire qu’il y avait une tripartition du niveau d’occupation, ou bien de la cella, mais on sait de toute façon que le compartimentage technique des substructions des temples n’était pas toujours en lien avec celui des élévations.

  • 56 Voir Gros 2011, p. 124. Nous considérerons en tant que capitole ou capitolium les temples exclusiv (...)

54Dans la terminologie actuelle, l’usage est d’appeler « toscan » les édifices à trois cellae tels que les définit Vitruve dans son traité (De Arch., IV, 7), sachant que la version la plus aboutie en est le capitole traditionnel, consacré à la triade Jupiter, Junon et Minerve56. On préfèrera ici employer le terme de temple « étrusco-italique ». Dans cette catégorie, les temples dits à alae sont caractérisés par l’étroitesse des pièces latérales et le fait que les murs externes se prolongent jusqu’à la façade. Une autre catégorie est définie par Vitruve, celle des temples peripteros sine postico (De Arch., III, 2, 5). Ils sont pourvus d’un portique en façade et sur les longs côtés, tandis que le mur du fond est aveugle et correspond à celui de la cella. Les versions les plus anciennes – au IVe-IIIe s. av. J.-C. – sont à cella encore presque carrée, et les versions postérieures – fin IIe ou Ier av. – présentent des proportions plus allongées.

  • 57 Teatini 1996 et Bouet 1998.
  • 58 Jehasse 1976, p. 504.
  • 59 À moins qu’il ne s’agisse des vestiges du stylobate ; dans ce cas, le rythme des colonnes reste to (...)

55Alessandro Teatini et Alain Bouet proposent de voir dans le temple occidental un temple périptère sine postico57. Ceci impliquerait que les fondations du podium au sud et au nord (MR1247 et MR1249) aient uniquement supporté des colonnes. Or, aucun indice ne permet d’affirmer que les côtés présentaient une colonnade. Le seul argument pourrait venir du premier plan publié de ce temple58, où les auteurs indiquent deux sortes de masses circulaires, l’une observée et l’autre restituée par analogie, tel que l’on pourrait logiquement restituer la présence de trois colonnes au sud et au nord. Seulement, nous avons des raisons de considérer ce plan avec précautions, celui-ci présentant quelques imprécisions et de mauvaises interprétations. Surtout, les observations du bâti révèlent au-dessus de l’arase de la fondation des murs d’enceinte, au nord et au sud, l’existence d’une longue empreinte linéaire (fig. 8) et de vestiges sporadiques de maçonnerie en petit appareil, ce qui pourrait indiquer que l’enceinte du temple était matérialisée, au nord et au sud, par des murs pleins plutôt que par des colonnades59.

Fig. 8 – Vue en direction de l’est de l’arase du mur nord du podium du temple occidental, avec en bordure la trace linéaire signalant la maçonnerie 1260 (cliché A. Coutelas).

Fig. 8 – Vue en direction de l’est de l’arase du mur nord du podium du temple occidental, avec en bordure la trace linéaire signalant la maçonnerie 1260 (cliché A. Coutelas).
  • 60 Une photographie du rapport de 1974 confirme l’absence de maçonnerie.

56Les côtés extérieurs étaient donc peut-être occupés par des murs, au moins jusqu’au niveau de la façade de la cella. Nous n’avons pas de traces de maçonneries au-delà de l’extrémité ouest du massif MR1270 (malgré ce qui est indiqué sur le plan de 197660), ce massif plaqué au nord contre le podium, dans l’angle nord-est, avec un aspect de rampe (cf. infra). Le temple occidental pourrait donc s’apparenter à un temple « étrusco-italique » de la catégorie des temples à alae, dont la typologie relèverait ici d’une tradition ancienne si l’on considère les proportions trapues de l’édifice.

  • 61 Malgré ce « que confirme heureusement une découverte numismatique que nous avions faite : une monn (...)

57L’ordonnancement des colonnes du pronaos pose lui aussi des soucis de restitution. La seule empreinte de colonne nous semble être la dépression repérée à une quarantaine de centimètres en arrière du mur de podium oriental, globalement dans l’axe du mur nord de la cella (en fait un peu au sud ; cf. fig. 7). Ailleurs, le sol est par trop abîmé et les arases de mur mal conservées. S’il s’agit réellement de l’emplacement d’une des colonnes, on peut difficilement restituer six colonnes en façade de ce temple prostyle61, mais plus vraisemblablement quatre.

La porticus triplex

  • 62 Leveau et al. 1999, p. 5.
  • 63 Leveau 2014, p. 18.
  • 64 Burrell 1996, p. 232.

58Par commodité et à la suite des fouilleurs, le terme de « Prétoire » restera sans doute encore longtemps utilisé pour désigner l’ensemble portiqué en arrière du temple occidental. Il convient pourtant de dire, d’emblée, que ce terme ne convient en rien pour caractériser ce secteur. Ce terme de « prétoire » ou « praetorium » est en effet indiqué pour désigner un lieu d’hébergement luxueux pour de hauts fonctionnaires62, la demeure du préteur, procurateur ou gouverneur – notamment lors de leurs voyages63 – ou tout autres sortes d’édifices depuis la tente du général ou sa forteresse jusqu’à la résidence de l’Empereur64.

  • 65 Gros 2011, p. 96.

59L’espace dit du « Prétoire » correspond, à Aléria, à une porticus triplex, c’est-à-dire à un portique à trois branches perpendiculaires ou encore, selon les traditions littéraires archéologiques, un « portique en π » ou un « portique en U » (voir la fig. 7). La branche au nord est un portique simple, tandis que les branches occidentale et méridionale sont des portiques doubles (porticus duplex), en fait un portique à deux travées ou deux nefs65. Le portique méridional est large d’environ 8,40 m, le portique occidental est un peu plus étroit, large de 8 m, tandis que la branche septentrionale, à une nef, est large de 3,40 m environ. Les longueurs divergent aussi ; le portique au sud mesure 43 m de long au maximum, tandis que celui à l’ouest fait environ 38,60 m et celui au nord fait 38,40 m (entre le mur occidental et l’arc monumental nord). Le niveau de circulation des portiques est en moyenne 2 m plus haut que celui du forum (49 m contre 46,5 à 47 m NGF ; voir les coupes fig. 9).

Fig. 9 – Coupes et élévations du complexe occidental, en lien avec le « decumanus », le forum et la « Domus au balneum » (relevés par Pierre Colas, document Coll. Territoriale de Corse).

Fig. 9 – Coupes et élévations du complexe occidental, en lien avec le « decumanus », le forum et la « Domus au balneum » (relevés par Pierre Colas, document Coll. Territoriale de Corse).

60Ainsi, la porticus triplex encadre le temple occidental, mais avec une nette absence de symétrie car les portiques au nord et au sud ne présentent pas les mêmes largeurs, leur extrémité orientale n’atteint pas le temple au même point – à hauteur de la façade de la cella pour la branche septentrionale et à hauteur de celle du podium pour la branche méridionale – et elles ne sont pas à égale distance du podium : 3,2 m au nord et 4,8 m au sud. Les orientations montrent aussi des décalages, puisque si elles sont identiques pour le temple et le portique septentrional, les deux portiques doubles ont comme pivoté de quelques degrés vers le nord et l’ouest.

  • 66 Jehasse 2004, p. 144‑146.
  • 67 Voir Bouet 1998, p. 346. L’auteur n’en donne cependant pas les raisons.

61Les dernières hypothèses avancées par les fouilleurs pour expliquer ce point sont d’ordre chronologique, en lien avec l’hypothèse d’élargissement du forum. L’orientation 82°E de la branche sud correspondrait notamment à une reprise de tout ce secteur longeant le « decumanus »66 dans le dernier quart du Ier s. av. J.-C., avant 9 av. J.-C., sous-entendu avant l’installation du socle 2307 évoqué plus haut – destinée à accueillir un groupe statuaire formé par Auguste et ses deux fils adoptifs – contre le portique sud du forum. Dans d’autres publications, c’est une datation césarienne qui est avancée. A. Bouet considère, lui, que le temple et son péribole sont contemporains67 et que l’exiguïté du terrain est à l’origine de telles adaptations. La contemporanéité du portique avec le temple ne peut être assurée sur la seule base de l’étude des appareils.

  • 68 Les colonnes de la ligne interne sont moins nombreuses et d’un diamètre plus important : 72 cm de (...)

62Toutes les colonnes du portique en U sont érigées avec des briques en quart-de-rond. Celles du portique septentrional (dans son état initial) font 52 cm de diamètre, tandis que celles de la colonnade externe des portiques doubles font 57 ou 58 cm de diamètre68. Le stylobate de ces derniers est composé de sections de blocs calcaires, alors que l’on observe uniquement de la maçonnerie pour le stylobate du portique nord. Cependant, ce sont les mêmes briques en quart-de-rond – à pâte ocre, courbure de 23 cm environ et épaisseur de 6,5 cm – que l’on observe pour les colonnes du premier état du portique nord et pour celles des portiques doubles. Difficile, donc, de conclure quant à la chronologie de l’ensemble, d’autant que les colonnades ont pu être refaites plusieurs fois sans que l’on en ait gardé trace. Il ressort toutefois qu’il y a une grande homogénéité dans la construction des deux portiques doubles par rapport au portique nord, ce qui pourrait indiquer soit que ceux-ci ont été érigés dans une deuxième phase, soit que deux équipes sont intervenues sur le même chantier.

  • 69 Gros 2011, p. 114-115.

63Quoi qu’il en soit, on peut supposer, comme tous nos prédécesseurs, que le plan particulier de cette porticus triplex résulte de contraintes de terrain et réponde au plan du forum. Ce portique est implanté dans une pente. Les branches au nord et à l’ouest ont entaillé la colline et permettent de contenir les terres, tandis que la branche méridionale est construite sur une structure voûtée, que l’on peut assimiler à un cryptoportique, afin de conserver le niveau de circulation horizontal, à la même altitude que le niveau de circulation du temple occidental. Ce recours aux volumes en sous-œuvre est une solution technique dont les premières attestations en Italie datent du IIe s. av. J.-C. et qui se développe à partir de la fin de la République69. Il est motivé par la volonté de surélever tout ce complexe cultuel, de créer une dénivellation entre la terrasse sacrée et le forum civil.

  • 70 Notamment Teatini 1996, p. 94 et Michel 2014, p 154.

64L’accès à ce cryptoportique se faisait semble-t-il via l’escalier encadré par les murs 1266 et 1267. On peut toutefois se demander s’il ne se faisait pas de plain-pied dans un premier temps, avant la construction du mur 1264 entre le temple et le portique sud, érigé avec une technique singulière : un opus testaceum avec alternance de TCA fines et de lits de TCA épaisses (en fait des rebords de tegulae et des briques en quart-de-rond). L’espace « souterrain » fait actuellement 7,50 m de long pour 3 m de large et 2,15 m de hauteur ; il se limite à la partie orientale du portique méridional. Il était plus long à l’origine, toutefois il ne faisait pas toute la longueur du portique, puisque le substrat remonte vers l’ouest. Plus surprenant, cet espace n’est présent que sous la nef septentrionale, alors que les cryptoportiques sont normalement à deux nefs quand le portique l’est aussi, pour des raisons techniques évidentes. Deux puits de lumière ont été repérés, se dirigeant vers le nord. Ces ouvertures ont été bouchées durant l’Antiquité, peut-être lors de la réoccupation thermale du secteur. Il est possible que ce soit à cause de toutes ces originalités que, pour beaucoup70, à la suite des découvreurs, cet espace a servi de citerne dès le début ou après à la construction des « Thermes du Prétoire » ; mais aucun élément ne permet en réalité de l’affirmer, ni canalisation, ni revêtement hydraulique.

  • 71 Michel 2014, p. 154.
  • 72 Ou un « bassin de régulation » (Bouet 1998, p. 353).

65L’hypothèse selon laquelle les portiques doubles correspondent à autant de basiliques a été avancée71 ; la petite structure carrée à l’ouest que les fouilleurs interprétaient comme le « tribunal » serait alors, plutôt, une tribune. Il est difficile d’adhérer à l’une ou l’autre de ces interprétations. Cette structure est petite (3,80 m de côté), haute, libre dans une des nefs, on ne peut y voir un tribunal. Son insertion oblitérant deux colonnes, à proximité des thermes, et la découverte de concrétions carbonatées en surface, invitent à voir dans ce massif une structure hydraulique tardive, probablement un château d’eau72.

Les arcs monumentaux

66L’arc appelé « arc monumental nord » se trouve au nord-ouest du complexe occidental, à l’extrémité du portique. C’est un arc simple à une baie, large de 2,25 m. Il est construit en blocage et petit appareil réticulé (fig. 10), à l’exception de la façade orientale, face au forum, montée en grand appareil entièrement récupéré aujourd’hui. La clé de voûte est restituée à 4,10 m du sol. Le pilier nord mesure en plan 2,40 x 1,65 m.

Fig. 10 – Vue, depuis la pièce 10055 de la « Domus au balneum », de la face septentrionale de l’arc monumental nord (pilier 1147) avec son parement en petit appareil réticulé (cliché A. Coutelas).

Fig. 10 – Vue, depuis la pièce 10055 de la « Domus au balneum », de la face septentrionale de l’arc monumental nord (pilier 1147) avec son parement en petit appareil réticulé (cliché A. Coutelas).
  • 73 Jehasse 1963, p. 92.
  • 74 Medri 2001, p. 24.
  • 75 Dessales 2010.
  • 76 Medri 2001, p. 34. Plus qu’une forme d’assimilation, nous y voyons avant tout un effet de mode.
  • 77 Voir les exemples donnés dans Medri 2001 (page 33 notamment).

67Le fouilleur se fonde sur l’aspect de l’appareil réticulé, assez fruste, pour dater l’ouvrage de la première moitié du Ier s. av. J.-C., sous Sylla73, par analogie avec d’autres constructions de Rome, telle la Maison de Livie. Il est vrai que la découpe des carreaux atteint son maximum de précision à la fin de l’époque d’Auguste, pour rester ensuite à des niveaux similaires74. Cependant, cette vision purement progressiste de la technique est discutable, dans la mesure où la régularité des moellons dépend grandement des conditions socio-économiques et techniques du chantier75. Cette évolution vaut par ailleurs essentiellement pour l’Italie, les provinces ayant, d’après M. Medri, souvent procédé à des formes d’imitation locale de l’opus reticulatum, le choix de cet appareil pour la construction des monuments répondant probablement plus à un besoin de s’identifier ou d’assimiler la culture dominante qu’à de réelles nécessités techniques76. On retrouve ainsi des appareils réticulés aux caractéristiques proches de celles de l’arc septentrional d’Aléria aussi bien sur l’acropole de Carthage à l’époque augustéenne que dans la basilique de Bulla Regia au Ier s. ap. J.-C.77

68L’étude du bâti a pu montrer que l’arc nord est antérieur au stylobate du portique septentrional, celui-ci se plaquant contre l’enduit du pilier au sud (voir fig. 7). Le massif 1271, faisant la jonction avec le temple occidental, est techniquement postérieur au pilier sud, mais peut-être maçonné durant une même campagne de construction, d’après l’étude des traces d’enduit. De même, le mur de péribole nord (MR1141) du sanctuaire se plaque contre le pilier nord de l’arc, sans trace de recouvrement d’enduit.

69Ainsi, malgré l’opinion des fouilleurs, rien n’interdit que l’arc nord, le mur de péribole septentrional du sanctuaire et le temple occidental aient pu être érigés lors d’une même campagne d’édification ; avec néanmoins plusieurs étapes de construction et, probablement, diverses équipes de bâtisseurs. En revanche, le portique septentrional en tant que tel serait d’une conception plus tardive. Quoi qu’il en soit, cet arc nord n’a jamais été conçu comme un élément autonome. Triomphale, honorifique, commémorative, sa destination est inconnue, mais sa fonction fut clairement de matérialiser l’accès au complexe religieux depuis le forum.

  • 78 Bien que cette technique ne soit pas des plus répandues, il ne s’agit pas d’un unicum. On peut cit (...)

70L’arc méridional se trouve entre le « Monument A » (cf. infra) et le portique méridional du complexe occidental, dans l’axe de la colonnade centrale de celui-ci. Cet arc matérialise l’accès au forum depuis le sud (carrefour entre les deux axes considérés comme étant les principaux « decumanus » et « cardo »). Il s’agissait, pour lui aussi, d’une simple baie sous arcade, large de 3,30 m. Les piles étaient, à la différence de l’arc nord, constituées d’un cœur d’opus caementicium revêtu de grand appareil78. Le pilier occidental (MA1296), de 2,40 x 1,40 m, se plaque contre la façade du cryptoportique, tandis que le pilier oriental (MA2300) se plaque contre le « Monument A ». Aucun enduit ne semble avoir été fossilisé par cette implantation. L’arc est techniquement postérieur, mais il pourrait néanmoins être d’une même phase que les portiques doubles et le Monument A.

  • 79 Gros 2011, p. 60.

71Ainsi, centre religieux et centre civique ont vu leur accès monumentalisé. Il est encore une fois difficile d’établir si cette démarche procède d’une seule étape de monumentalisation de la ville, ou si les arcs ne sont aucunement liés. Une datation augustéenne semble faire consensus pour l’aménagement du sanctuaire occidental et du forum selon leur tracé définitif. Elle serait néanmoins à confirmer par de nouvelles opérations de fouille. Si elle est confirmée, les arcs pourraient se placer dans le courant des premiers arcs augustéens, à la suite notamment de ceux érigés à Rome après les victoires à Nauloque et à Actium. Rappelons aussi que cette période est marquée par le décret du Sénat romain (figé notamment dans la tabula Siarensis découverte près de Séville) appelant à la construction d’un arc honorifique dédié à Germanicus, mort en 19 av. J.-C., décret rapidement accepté, au point qu’un arc offert à Drusus Minor accompagnait souvent le premier, à l’image de la formule adoptée à Rome où ces deux arcs encadraient le temple de Mars Ultor79.

Le « Monument A » et le « Monument B »

72Deux édifices situés sur le forum ont gardé une dénomination volontairement neutre. Il s’agit du « Monument A », situé en limite occidentale et dans l’axe du portique sud du forum, et du « Monument B » apparemment isolé dans l’angle nord-ouest de la place.

73Le « Monument A » est constitué de trois pièces aux murs en opus incertum (fig. 11). Le seul accès connu, aujourd’hui très restauré, se trouve dans la partie méridionale du mur de façade à l’ouest. Aucune communication interne n’est décelable. La pièce orientale présente un sol en béton de tuileau lissé et, de son mur nord part une canalisation au tracé courbe qui se dirige et longe la citerne ronde du forum par l’ouest. Cet édifice mesure 6,5 x 7 m. Il est antérieur aux boutiques les plus occidentales du portique sud et à l’arc monumental sud (au moins techniquement). Son mur ouest (MR2292) semble lié à l’extrémité orientale du stylobate du portique sud du forum (MR2304), mais rien ne nous permet d’affirmer que ce dernier mur est réellement contemporain du reste du portique. Ce bâtiment a donc peut-être été un temps isolé au sein de l’angle sud-ouest de la place. Quoi qu’il en soit, il devait matérialiser son accès sud-ouest, rôle qu’endossera ensuite l’arc méridional (si celui-ci n’a pas été érigé de suite après sa construction). Le non parallélisme de ses murs occidental et oriental permet de rattraper le décalage d’orientation entre le portique et la façade du complexe occidental.

Fig. 11 – « Monument A » vu depuis le portique sud du forum, composé des pièces 20092 à 20094. Au second plan les piles de l’arc monumental sud et l’angle sud-est du complexe occidental, avec l’accès moderne au secteur du cryptoportique (cliché A. Coutelas).

Fig. 11 – « Monument A » vu depuis le portique sud du forum, composé des pièces 20092 à 20094. Au second plan les piles de l’arc monumental sud et l’angle sud-est du complexe occidental, avec l’accès moderne au secteur du cryptoportique (cliché A. Coutelas).
  • 80 Voir Jehasse 1962, p. 3 et Jehasse – Jehasse 1997, p. 166.
  • 81 Bermejo Meléndez et al. 2009.

74Ce bâtiment a été dégagé en 1962, en même temps que l’arc méridional. Il a été interprété comme « poste de garde à l’entrée du forum » ou encore comme « bureau des édiles »80. En réalité, aucun argument n’est venu appuyer l’une ou l’autre de ces hypothèses. Aucune information n’est donnée dans le rapport de fouille quant aux découvertes effectuées lors de son dégagement. N’ont pas été trouvés, par exemple, des éléments en alliage cuivreux servant d’étalon pour les mesures de poids (pondera), comme ces artefacts à l’origine de l’identification de l’aula aediles de Arucci/Turobriga (Espagne, Province de Huelva)81. Aucun parallèle architectural n’a pu être repéré en d’autres fora du monde romain. Néanmoins, le statut public de cet édifice semble bien être à retenir, au regard de son plan singulier et de sa position particulière au sein du forum. Une fonction en lien avec l’eau n’est pas à exclure.

75Le « Monument B » est situé en face du « Monument A », au débouché occidental du portique nord du forum. Il a connu au moins trois états (fig. 12). Le plan du bâtiment dans son dernier état s’apparente à celui d’un petit temple aux maçonneries d’opus incertum, d’environ 10,40 x 5,90 m, ouvrant vers l’est. Les dimensions internes de l’espace correspondant à la cella sont de 5,40 x 4,60 m, et celles pour le pronaos sont de 2,50 x 4,60 m. Dans ce dernier état, le monument est situé exactement dans l’axe du portique septentrional du forum, et orienté sur celui-ci. Un des états antérieurs, aux maçonneries en petit appareil, est légèrement désaxé vers le sud. Un autre état en grand appareil est moins lisible, on note toutefois une orientation des maçonneries légèrement différente, mais il faut probablement décaler l’édifice vers le sud, si l’on en croit les lambeaux de béton de chaux encore visibles.

Fig. 12. Plan de détail du « Monument B ». L’état final correspond aux murs en gris sombre. Les murs 2052 et 2055 sont des vestiges de l’état initial (DAO : S. Painsonneau et A. Coutelas).

Fig. 12. Plan de détail du « Monument B ». L’état final correspond aux murs en gris sombre. Les murs 2052 et 2055 sont des vestiges de l’état initial (DAO : S. Painsonneau et A. Coutelas).
  • 82 Voir Jehasse – Jehasse 1997, p. 166 et Jehasse 2004, p. 112.
  • 83 Jehasse 1963, p. 91.
  • 84 Balty 1991, p. 197 et 376‑379.

76Le caractère religieux de cette architecture a été reconnu, et le bâtiment a indifféremment été qualifié de temple, chapelle, curie ou sanctuaire82. Des parallèles ont été faits par les fouilleurs83 avec les petits temples répartis de part et d’autre de la façade du temple pseudopériptère du forum d’Ampurias (en Catalogne), leur permettant d’avancer une origine césarienne. Sans doute est-ce aussi cette ville qui a pu être à l’origine de l’hypothèse d’une curie, mais l’on sait aujourd’hui que ces petits temples d’Ampurias ne correspondent pas aux « trois Curies du forum romain », cet édifice est à replacer à l’angle sud-est du forum, en prolongement de la basilique84.

  • 85 Gros 2011, p. 263.
  • 86 Balty 1991, p. 191.

77L’hypothèse de templum doit être gardée. L’architecture, l’orientation et la position de l’édifice dans l’area du forum sont des arguments de poids. Il s’agit probablement d’un sacellum ou temple distyle in antis, mais le dernier état est trop arasé et restauré pour qu’on puisse l’affirmer. Cette hypothèse de templum, au sens large, permet d’inclure la fonction de curie. Elle rentrerait alors dans la famille des « curies autonomes »85. Cependant, même si l’on sait que le nombre de décurions d’un sénat local pouvait être inférieur à trente, les dimensions internes de la salle de réunion sont extrêmement faibles, avec moins de 25 m2, alors que la plus petite curie répertoriée par J.-Ch. Balty86 offrait plus de 30 m2.

  • 87 Michel 2014, p. 157.

78Ce bâtiment peut effectivement apparaître comme une « incohérence dans le paysage urbain »87, mais il n’empiète pas réellement sur la rue débouchant au nord, à la différence de ce qui a pu être écrit. Il ne nous semble pas non plus que l’on puisse affirmer qu’il a été « construit à cet endroit bien après l’organisation de l’espace public ». Il est vrai que le dernier état possède des maçonneries érigées avec des galets bruts de granit, ce qui n’est pas fréquent. Mais l’existence d’états antérieurs aux techniques de construction canoniques implique une datation haute de l’édifice. Par ailleurs, rien n’indique qu’il y ait jamais eu de volonté d’assurer une circulation directe entre le portique nord du forum et celui du complexe occidental ; aucun lien de la sorte n’existe d’ailleurs au sud de la place.

La Basilique et la « Domus au dolium »

79Dans l’état actuel des connaissances, l’hypothétique basilique correspond au bâtiment légèrement trapézoïdal situé le long du portique nord du forum, occupant les espaces 20019 et 20020, et limité au sud par une colonnade (fig. 13). Ses dimensions totales sont d’environ 42 m de long pour 8 à 10 m de large, avec une largeur plus faible à l’est. L’espace principal (20020), à l’est, mesure 23 m de long pour 8 à 9 m de large. Des vestiges très abîmés de mosaïque (SL2155) y ont été vus dans l’angle nord-est, sous la forme de tesselles éparses, blanches, de 1,5 cm de côtés en surface, hautes parfois de 3 cm. Un schéma de 1957 indique son existence, ainsi que celle d’une maçonnerie transversale allant de la colonne orientale (COL2316) jusqu’au mur nord (MR2010), matérialisant un espace de 4 m de large environ.

Fig. 13 – Le secteur au nord du forum avec la basilique (espaces 20019 et 20020) et la « Domus au dolium » (DAO : S. Painsonneau et A. Coutelas).

Fig. 13 – Le secteur au nord du forum avec la basilique (espaces 20019 et 20020) et la « Domus au dolium » (DAO : S. Painsonneau et A. Coutelas).
  • 88 Gros 2011, p. 248.

80Peu de choses ont été écrites sur ce bâtiment, probablement à cause du peu de structures apparaissant en surface, et d’une absence de fouilles en profondeur. On ne peut pas distinguer le spatium medium, puisqu’aucune colonne n’a été identifiée en son cœur, mais le rythme des colonnes en façade répond à celui du portique nord, ce qui prévaut souvent pour le déambulatoire lorsqu’il s’ouvre du côté du forum88.

  • 89 Jehasse 1963, p. 90.
  • 90 Voir notamment Jehasse – Jehasse 1993, p. 42.
  • 91 Gros 2011, p. 248.

81L’espace occidental (20019) est illisible. Un aménagement en grand appareil, assez incomplet et formant trois branches (MR2100), marque la séparation avec l’espace 20020 ; il se plaque contre le mur nord, lequel est commun aux deux espaces. Cet ensemble est noté « structures hellénistiques » sur certains plans des fouilles anciennes. L’hypothèse de Comitium ou bureau des duumvirs a aussi été avancée89. Les plans publiés jusqu’en 1993 indiquent une structure quadrangulaire à cet emplacement90, ce qui pourrait suggérer une autre interprétation, celle de tribunal. Mais son extension vers le sud gênerait la déambulation ; à moins que l’espace oriental, par ses seules dimensions, ne constitue à lui seul la basilique et que l’espace 20019 ait eu une autre fonction officielle (curie par exemple ?). La basilique semble constituer l’ensemble maçonné le plus ancien du secteur, lequel ne peut être antérieur, si l’on suit P. Gros, aux premières décennies impériales91.

  • 92 Teatini 1996, p. 90.
  • 93 Jehasse – Boucher 1957.
  • 94 Jehasse – Boucher 1959, p. 13. Voir aussi la figure 10 dans Jehasse 1963.

82La « Domus au dolium » se développe à l’est et au nord-est de la basilique, et s’adosse à l’est sur le mur nord du portique du forum (MR2011). Son niveau d’occupation le plus récent se situe environ 50 cm sous le niveau de la basilique. Il n’est pas possible d’établir clairement le plan de la domus vers le nord, mais elle pourrait s’organiser autour d’un péristyle à cinq colonnes quadrangulaires92. Ce bâtiment a connu plusieurs phases, signalées notamment par la diversité des techniques de construction. La plus ancienne pourrait dater du IIe s. av. J.-C., suite à la découverte d’un niveau riche en tessons de céramique campanienne sous une couche d’incendie de 15 cm d’épaisseur93 et un épais remblai stérile. Des indices d’occupation de la première moitié du Ier s. ap. J.-C. sont signalés, avec notamment la découverte d’un sol que les fouilleurs ont appelé un « lithostroton », mais qui s’apparente plus à un béton de tuileau à incrustations de tesselles blanches, noires et rouges (soit donc plutôt une catégorie d’opus signinum). Ce sol n’est plus visible, et pour le situer il faut se reporter au plan de la publication de 1959, l’indiquant dans le quart nord-ouest de la pièce 20040, et en partie dans l’espace au nord94. Il reposait sous un béton plus récent, contemporain de peintures murales avec « panneau rouge pompéien » et rinceaux blancs séparé d’un panneau orangé par une large bande blanche. Les photographies de l’époque ne rendent pas hommage à ce décor depuis disparu... La « mosaïque de la Domus au dolium » complète l’ensemble, sur sa limite nord actuelle ; elle est dite à tesselles blanches et bleues (noires plutôt ?), formant cercle central et éléments géométriques : oves, damiers, demi-lunes, etc.

  • 95 On peut se demander si les deux massifs circulaires ou oblongs, creux, situés dans le quartier à l (...)
  • 96 Voir Jehasse – Boucher 1957, et Jehasse 1958, p. 6.

83Le dernier état daterait de la 2e moitié – voire de la fin – du Ier siècle ap. J.-C., ou du IIe siècle. S’y rapportent d’autres éléments mobiliers et immobiliers. La moitié orientale de la pièce 20040 a livré le demi dolium (FT2150) qui a donné son nom au bâtiment95. Il est large de 75 cm et haut de 125 cm. Celui-ci était « tout couturé intérieurement de barrettes de plomb ». Il reposerait sur un carrelage de 3 x 3 m, extrêmement mal conservé96. Ont aussi été trouvés une canalisation en plomb suivie sur près de 6 m de long – mais on ne sait ni où ni dans quelle direction –, un bassin (depuis disparu) contre le mur 2011 et un catillus, suggérant pour les fouilleurs la présence d’une boulangerie (mais on ne connaît aucun four à pain). La salle juste à l’est a livré une petite meule à grains complète (catillus et meta) et une « meule à sel » en lave.

  • 97 Jehasse 1963, p. 90.

84Autre élément perdu ou masqué, le petit bassin de 75 cm de large et 40 cm de profondeur situé à l’est des pièces 20039 et 20041. Il était apparemment recouvert d’enduit en mortier ou béton de tuileau, et garni d’une « crépine de plomb »97. En réalité, seule la paroi nord était ainsi garnie de ce filtre ( ?), ouvrant sur un conduit, lequel menait vers le puits 2142 au-dessus de la citerne 2143. Ce conduit n’est pas décrit, mais il semble maçonné d’après une photographie du rapport de 1957, couvert de tegulae. Le puits PT2142 de la citerne présentait à l’origine une margelle en calcaire coquillier, haute de 115 cm, remplacée depuis par une maçonnerie de briques et ciment. En dessous, le puits est maçonné sur environ 3 m de haut, avec un parement interne en opus testaceum très régulier, avec des fragments de briques de petit module afin de faciliter le tracé de la courbure du conduit. Le parement externe est en opus testaceum plus irrégulier. On observe une cavité à 26 cm de profondeur (par rapport au niveau antique conservé), large de 9 cm, haute de 10 cm, en section sud du parement interne. Il doit ainsi s’agir de l’arrivée d’eau en lien avec le conduit partant du bassin à la « crépine de plomb ». Enfin, ce puits donne sur une citerne polylobée (cf. infra).

85La canalisation maçonnée CN2147, orientée nord-sud, longe tout ce secteur à l’est. Elle s’appuie contre le mur MR2157 au sud. Elle est constituée de piédroits maçonnés et d’un revêtement interne : un enduit de 2 à 4 cm d’épaisseur constitué de béton de tuileau assez fin, se poursuivant en joint d’étanchéité puis en revêtement de fond de specus. La pente court du sud vers le nord. Le piédroit oriental a été érigé en tranchée, tandis que celui du côté ouest correspond vraisemblablement au bouchage des espaces entre les piliers préexistants 2144 et 2145. La largeur interne de la canalisation, sans revêtement, est de 97 cm. Ces dimensions sont importantes. La qualité du revêtement est aussi à signaler. Il ne s’agit donc pas d’une évacuation d’eau, ou d’une simple conduite d’arrivée d’eau. Les fouilleurs estimaient que cette structure recevait les eaux de pluie et alimentait la citerne adjacente. C’est probable, bien qu’aucune dérivation n’ait été observée. Une fonction de bassin d’agrément peut aussi être proposée, tel l’exemple fameux de la Casa di Octavius Quartio (II 2, 2), à Pompéi.

  • 98 Jehasse – Jehasse 1997, p. 164.

86À l’extrémité ouest du bâtiment, dans la salle 20024-20025, le sol SL2104 correspond à un dallage de briques de module moyen de 21,3 x 21,1 cm. Il montre un fort pendage vers le nord-ouest, lequel n’est peut-être pas originel. Le fouilleur incrimine l’érosion de la colline. Il indique par ailleurs que les vestiges d’agrafes en plomb fixaient au sol un pressoir aujourd’hui disparu98, mais il n’explique pas cette interprétation. L’orientation générale des carreaux est ONO-ESE, identique à celle du mur nord (MR2005). Le mur limitant à l’est et au nord-est la pièce 20025 (MR2106) est postérieur au mur nord de la basilique (MR2010). Il présente deux ouvertures dans sa section ESE-ONO, caractéristiques d’un praefurnium pour l’une et d’un canal pour l’autre. Ces aménagements nous amènent à considérer que le SL2104 ne serait pas un sol de circulation, mais plutôt un sol d’area (chambre de chaleur sous la suspensura) d’hypocauste.

  • 99 Michel 2014, p. 159.

87Enfin, il semble que les fouilles aient permis de découvrir dans cet édifice quatre inscriptions, dont deux s’avèrent être liées à des personnages importants. Il s’agit de deux dédicaces, « l’une des colons à un chevalier, l’autre des cités du liège à leur patron »99, ce qui fait dire à F. Michel que la domus pourrait être une annexe de la basilique. La nature des aménagements de la maison (artisanaux et de confort, les uns succédant peut-être aux autres) ne milite cependant pas en ce sens ; sa position en contrebas explique que certaines inscriptions de la basilique aient pu verser à l’intérieur.

La « Domus au balneum »

  • 100 Voir Jehasse 1961b, p. 3 et Jehasse 1963, p. 98-103.
  • 101 Jehasse – Jehasse 1997, p. 170.

88L’édifice connu sous le nom de « Domus au balneum » revêt une réelle importance au sein du site actuel d’Aléria, de par ses dimensions, son emplacement (directement en contact avec le complexe occidental : le « Prétoire ») et le fait que la totalité du plan nous soit connu (fig. 14). Rappelons que cet édifice a connu plusieurs noms et presque autant d’interprétations. Il a pu être appelé « Domus au balneum », ou parfois uniquement Balneum, sinon « Édifice nord » ou encore Palazzi (le nom du lieu-dit). Fouillé en partie par Ambrosi, il semble que son interprétation en tant que Balneum découle principalement de la découverte d’une inscription trouvée dans le portique nord du complexe occidental, indiquant que celui-ci était adossé à un « édifice du bain ». La présence de salles sur hypocauste et de citernes monumentales a conforté ces interprétations100. Cependant, dès 1964, les hypothèses évoquent le palais du gouverneur pour toute la partie supérieure, occidentale, organisée autour des citernes101, et les « thermes du bas » pour le secteur oriental, lesquels perdent en partie leur fonction avec la construction d’un escalier dit « monumental », peut-être à la fin du IVe siècle.

Fig. 14 – « Domus au balneum », toutes phases confondues. Le mur 1141 au sud est le mur d’enceinte du complexe occidental (dit du « Prétoire ») et le massif 1147 est le pilier septentrional de l’arc monumental nord (DAO : S. Painsonneau et A. Coutelas).

Fig. 14 – « Domus au balneum », toutes phases confondues. Le mur 1141 au sud est le mur d’enceinte du complexe occidental (dit du « Prétoire ») et le massif 1147 est le pilier septentrional de l’arc monumental nord (DAO : S. Painsonneau et A. Coutelas).

89L’édifice se divise effectivement en deux parties. Celle à l’ouest domine le complexe occidental, avec un niveau de circulation établi à 52 m NGF en moyenne. Elle consiste en une série de pièces s’organisant autour d’une cour à péristyle où l’on observe aujourd’hui deux citernes, une simple à l’ouest (CI1314) et une double à l’est (CI1323). Ce secteur, irrégulier en plan car suivant probablement les voies antérieures, mesure environ 36 x 27 m. La partie à l’est se situe en contrebas, la circulation s’effectue à une altitude moyenne de 49 m NGF, mais elle s’élève depuis le forum en trois étapes : espaces 20014 et 20015, puis espaces 10051, 10053, 10054, 10055 et 10056, et enfin les pièces principales de ce secteur, avec une grande salle au sud (10057) probablement ornée de pilastres et les salles au nord accueillant deux bassins et une citerne (CI1297), cette dernière étant postérieure au bassin hémisphérique BS1036. Cet ensemble oriental fait 18 m de large dans un axe est-ouest.

  • 102 Teatini 1996, p 100.

90L’édifice a connu plusieurs phases (fig. 15). Le secteur supérieur, à l’ouest, est le premier construit, essentiellement en opus incertum avec des montants de baie en opus testaceum et/ou en opus mixtum. La citerne occidentale CI1314 doit dater de cette phase. Un espace de circulation longeait l’édifice au sud. Un remaniement est intervenu, fermant cet espace entre le bâtiment et le complexe occidental (« Prétoire »). La construction du secteur inférieur, à l’est, daterait de la même période. Certains murs du secteur occidental semblent avoir été repris, et la pièce 10037 sur hypocauste a été aménagée. Notons que plusieurs espaces de l’aile sud sont revêtus de mosaïques, l’une d’entres elles daterait du milieu du IIIe siècle102.

Fig. 15 – États initial et final de la « Domus au balneum » (DAO : S. Painsonneau et A. Coutelas).

Fig. 15 – États initial et final de la « Domus au balneum » (DAO : S. Painsonneau et A. Coutelas).

91Ceci, dans les grandes lignes, ne remet pas en cause les interprétations des fouilleurs, en tout cas en ce qui concerne l’évolution chronologique du bâtiment. Mais qu’en est-il de la fonction exacte de cet édifice ? Il y a plusieurs possibilités évoquées : simple domus, domus pourvue d’un balneum, simple balneum, ou encore palais du gouverneur.

  • 103 Gros 2011, p. 389.
  • 104 Martín Bueno et al. 2007, p. 224.
  • 105 Gros 2011, p. 389.

92Un mot sur la terminologie tout d’abord. D’après P. Gros, dans le vocabulaire antique le mot balneum apparaît le plus souvent réservé aux bains privés des maisons ou des villae103. La littérature archéologique cantonne plus spécifiquement ce terme aux petites zones de bains des habitations, celles composées d’une ou deux pièces maximum. C’est ainsi le terme choisi pour la zone de bains de la Domus 1 du quartier thermal de Bilbilis (Espagne, Calatayud), et ce malgré la présence d’un hypocauste, alors que, pour les auteurs, leur absence est un argument de poids pour le choix de ce terme104. Toutefois, ceux-ci rappellent que l’évocation d’un balneum implique avant tout la présence d’un bain d’eau chaude, auquel peuvent être associées diverses autres installations, telles des latrines. Ce mot n’est que peu usité pour désigner un édifice à part entière. Néanmoins, dès le Ier av. J.-C., le mot balnea est la forme la plus fréquente dans le vocabulaire antique pour désigner des établissements qui peuvent être importants, mais s’avèrent en général moins complets ou moins monumentaux que les thermae105.

  • 106 Bouet 1998, p. 355‑357.

93A. Bouet évoque cet édifice dans son article sur les « Thermes du Prétoire »106. S’il assimile au début de son discours ce bâtiment à un édifice thermal, il ne peut que s’interroger à l’issue de sa description sur le caractère privé ou public d’un tel ensemble. En effet, dans la partie occidentale de l’édifice, seule l’aile sud pourrait contenir d’hypothétiques – sinon improbables – « vestiges de thermes ». Ceci concerne les pilettes et cheminées encastrées dans la pièce 10037, renvoyant peut-être à un caldarium chauffé par un praefurnium situé à l’extrémité occidentale du couloir 10039. La pièce 10034, la plus vaste, serait alors un frigidarium donnant accès à une piscine chauffée au sud (zone d’hypocauste 1134 et praefurnium 1133). Les pièces intermédiaires ne montrent en revanche aucun aménagement lié au chauffage ou à l’eau, il s’agit uniquement de pièces au sol mosaïqué. Dans le secteur oriental en contrebas, on distingue au contact des espaces 10043 et 10050 un ensemble constitué d’une petite piscina quadrangulaire (BS1034) et d’une autre absidiale (BS1036) orientée perpendiculairement, au-devant d’une citerne CI1297 et en lien avec un « bassin de décantation » PT1037 et une canalisation de terres cuites CN1038. L’absence de structure de chauffe évoque un frigidarium, ou plutôt un secteur de bains froids, lequel sera condamné, malgré son bon état général, par la construction de l’escalier 1007, celui dit « monumental ».

94Aucun circuit balnéaire ne permet d’englober la totalité de l’édifice dont le plan se rapporte plus certainement à celui d’une domus. Le plan originel du secteur occidental est celui d’une maison à atrium de type classique, dont il nous manque aujourd’hui l’aile orientale, largement remaniée lors de la construction de la citerne double 1323 et/ou du secteur oriental en contrebas. L’accès se faisait originellement à l’ouest, ce qu’indiquent les nombreuses reprises au sein du mur périphérique occidental. L’accès à l’est par l’escalier 1041/1123 semble avoir été aménagé lors de l’extension. Un accès est envisageable au sud, peut-être dans l’espace 10033, mais rien ne l’assure. Un dernier, dans l’angle sud-ouest, à l’extrémité méridionale du couloir 10038, est plus probable.

  • 107 Jehasse 1961a, p. 378.
  • 108 Michel 2014, p. 158.
  • 109 Jehasse 1963, p. 97.
  • 110 Voir Poux 2013.

95La situation particulière de la maison – à proximité immédiate du complexe occidental et en position dominante au-dessus du forum – ainsi que la présence d’un chauffage par hypocauste et de sols couverts de mosaïques, expliquent que les fouilleurs et les auteurs successifs aient considéré un moment ce lieu comme la possible résidence d’un haut fonctionnaire de l’administration romaine, voire comme étant le palais du gouverneur. L’extension de la maison sur le forum et contre la branche nord de la porticus triplex, avec le secteur oriental pourvu de vrais bains, témoigne de la qualité du statut des occupants. S’ajoute à cela, pour les fouilleurs107, l’épisode relaté par Tacite (Hist., II, 16) qui a vu l’assassinat, « dans son bain », du procurateur Decumus Pacarius lors des troubles entre Othon et Vitellius (en 69 de notre ère). Un dernier argument a été avancé récemment, à savoir que les espaces situés du côté occidental, de très petite taille et aux murs épais, seraient des pièces où l’on conserve objets précieux et documents importants, et que ce « rôle d’archivage ne peut convenir qu’à un type d’édifice, la résidence du gouverneur. »108 Le même argument avait été avancé pour les citernes de la porticus triplex en arrière du temple, amenant les fouilleurs à voir dans ce secteur un « Prétoire »109. Cependant, pour la domus, il est difficile de suivre cette hypothèse, d’une part à cause de l’épaisseur en réalité habituelle des murs, et d’autre part à cause de la présence d’aménagements hydrauliques au sein de l’espace 10016, peut-être de type latrines, et de la probable fonction de cuisine pour l’espace 10001 avec une paillasse chauffée dans l’angle sud-ouest, le tout formant un schéma désormais bien connu110.

  • 111 Burrell 1996, p. 239.
  • 112 Voir Burrell 1996, p. 244. Citons aussi le balnéaire du praetorium de Muru di Bangius (Sardaigne) (...)

96Le terme de « Praetorium » était plus spécifiquement indiqué pour désigner la résidence du gouverneur (cf. supra). Ces édifices présentent, pour ceux connus, généralement une grande salle d’audience et une séparation nette entre les espaces publics, le secteur résidentiel dédié aux pièces de réception et les parties privées111. Les praetoria d’Aquincum (Pannonie), Gortyne (Crète) et Doura Europos (Syrie) ont tous préservé des bains, généralement dans la partie privée ou directement accessibles depuis elle, afin que les invités puissent en profiter durant les dîners112.

  • 113 Le statut de l’édifice pourrait avoir changé suite à la division administrative de la province com (...)
  • 114 Il nous manque probablement une ouverture au sein du mur 1003, malheureusement très arasé et resta (...)

97Si ces éléments pris séparément ne sauraient être décisifs, leur accumulation tendrait à confirmer l’identification de ce bâtiment en tant que résidence d’un haut personnage, et donc peut-être du gouverneur. En l’absence de données historiques et chronologiques claires, on ne peut que faire des hypothèses. Dans son premier état, l’édifice correspond à une maison à atrium de type classique. Si l’on considère que l’annexion de la ruelle la séparant de la porticus triplex intervient avant la construction des « thermes du Prétoire », donc avant le changement de statut du sanctuaire occidental (cf. infra), il est probable que cette annexion et l’extension orientale coïncident avec un changement de vocation du bâtiment113. Le tiers sud du secteur oriental a pu servir pour l’accueil et l’audience, avec l’enfilade des salles 10055 et 10057, dans la suite du large escalier 2058. La partie résidentielle était accessible par l’escalier 1041/1123, masqué par le mur 1028. En revanche, les deux bassins froids n’étaient pas desservis par ces marches, mais seulement par l’est114 ; peut-être étaient-ils à vocation publique.

La « Domus aux citernes » et la « Domus à l’impluvium »

  • 115 Cortes i Vicente – Guitart i Duran 2011.

98Exceptée la « Domus au balneum », dont on sait le caractère problématique, aucune structure d’habitat de type domus ne présente actuellement un plan entièrement dégagé. Il est donc extrêmement difficile, voire impossible, de faire une lecture de l’organisation interne de ces habitations, d’en lire la structure sociale avec les caractéristiques des zones de service et de celles de réception. Le cas de la « Domus à l’impluvium », à l’extrémité orientale du portique sud du forum, est symptomatique. L’accès depuis le portique du forum, s’il a existé, ne peut être restitué avec certitude. L’impluvium marque probablement l’emplacement de l’atrium, mais on ne sait de quel type il est. On ne sait pas non plus, de fait, s’il se situait en position axiale, caractéristique plutôt italique avec notamment un péristyle en arrière, ou plutôt en position centrale, sans péristyle, caractéristique plutôt grecque115. Qu’en est-il par ailleurs des boutiques ? Y en a-t-il en façade de la « Domus à l’impluvium », et celles le long de la section occidentale du portique méridional du forum sont-elles en lien ou en façade d’une habitation ? La poursuite de la fouille au sud de ce secteur pourrait apporter nombre de réponses.

  • 116 Jehasse 1963, p. 103.
  • 117 Jehasse – Jehasse 1997, p. 171.
  • 118 Michel 2011, p. 72.

99D’autres questions ont en revanche été soulevées pour la « Domus aux citernes » depuis sa découverte. Cet édifice a d’abord été qualifié « d’édifice industriel » par les fouilleurs, à cause notamment de la présence de larges citernes, d’un puits et de nombreux déchets de mollusques116. Puis on a pensé qu’il s’agissait des offices et cuisines de l’ensemble prétorial. Mais ces premières interprétations ont été remises en cause, les restes de malacofaune seraient en définitive d’époque génoise, et les divers aménagements seraient en fait en lien avec des salles de chauffe pour des bains privés. Nous serions ici en présence d’un « palais », dont les salles d’apparat auraient été emportées dans la pente117, d’après les traces de mosaïques repérées. Aujourd’hui, c’est une simple fonction de domus qui est arrêtée, bien que certains puissent y voir seulement une série de réservoirs118, ce que la mauvaise conservation des structures peut expliquer. Différents aménagements (un large massif, des murets, un canal de chauffe, plusieurs canalisations dont une faite d’imbrices retournées…) permettent par ailleurs de supposer l’implantation d’activités artisanales au sein des pièces orientales, donnant sur la rue.

Les « Thermes » et le « Château d’eau » (édifice nord-ouest à portique)

  • 119 Jehasse 1985, p. 5.
  • 120 Voir Jehasse – Jehasse 1997, p. 209-210.

100L’ensemble situé juste au nord-est de la « Domus au balneum » a parfois été appelé « Thermes », en raison notamment d’un lien supposé avec la partie « balneum » de la domus. Il y aurait dans cet ensemble, dégagé entre 1982 et 1985, une fontaine (détruite par les Génois), un château d’eau, un bâtiment à colonnade (daté d’Hadrien d’après son orientation)119, une palestre et des fours métallurgiques hellénistiques. Ces « fours à fer » (sic) préromains, bas-fourneaux datés pour certains du Ve-IIIe siècle av. J.-C., ne sont plus visibles, mais on peut situer le principal sous l’extrémité nord du MR2091 (fig. 16). Ils ont été à l’origine de plusieurs publications, centrées sur les structures même, ou sur cet artisanat dans son ensemble pour Aléria et la Corse120.

Fig. 16 – Plan du secteur dit « des Thermes et du Château d’eau », ou Edifice nord-ouest à portique, avec cartographie des différents types d’opus : en bleu l’opus incertum, en rouge l’opus mixtum (avec en orange l’opus listatum) et en marron l’opus testaceum (DAO : S. Painsonneau et A. Coutelas).

Fig. 16 – Plan du secteur dit « des Thermes et du Château d’eau », ou Edifice nord-ouest à portique, avec cartographie des différents types d’opus : en bleu l’opus incertum, en rouge l’opus mixtum (avec en orange l’opus listatum) et en marron l’opus testaceum (DAO : S. Painsonneau et A. Coutelas).

101Le secteur semble structuré par la pièce 20006, pourvue d’un portique, longue de 18 m environ, avec à l’ouest et au sud des murs aux parements d’opus listatum, commençant en partie basse par deux rangs de TCA surmontés de quatre cavités (trous de boulins) quadrangulaires traversant de 10 x 10 cm. L’enduit en zone basse (les premiers 45 cm) est constitué de deux couches, une couche de mortier de tuileau et de sable couverte par une épaisse couche (0,5 cm) de chaux très faiblement chargée en sable siliceux fin. En partie haute, la couche de finition est identique, mais la couche de préparation est cette fois un mortier sableux, sans tuileau, de couleur grisâtre.

102Cet espace correspond au soi-disant « bâtiment à colonnade », avec au moins trois colonnes alignées 3 m au nord, espacées entre elles de 3,40 m. La base de la colonne la mieux conservée fait 138 cm de côté, maçonnée avec des moellons de calcaire gréseux liés avec un béton de tuileau et de sable. La colonne est circulaire, composée de rangs de briques en quart-de-rond et de fragments.

  • 121 Voir surtout Jehasse – Jehasse 1982, p. 5-6, ainsi que Jehasse – Jehasse 1997, p. 136.

103Ce qui a été appelé « le château d’eau et la fontaine » par les fouilleurs correspond aux trois salles rectangulaires 20008, 20009 et 20011. D’après les descriptions121, deux arrivées d’eau maçonnées dans la paroi dans la salle centrale (20009) débouchaient chacune par une plaque de terre cuite percée d’un trou central d’écoulement. Ces plaques ne sont pas conservées in situ et aucune illustration n’en a été publiée. L’aspect actuel des cavités est celui d’un trou de boulin ; bien qu’elles soient légèrement plus basses, elles rappellent fortement les six trous observés dans le mur juste à l’ouest, le MR2003 (parement nord). La différence de niveau pourrait ici s’expliquer par la pente naturelle du terrain et le fait que ces deux maçonneries n’ont pas été érigées simultanément, puisque la construction de ce secteur a été menée d’ouest en est, avec tout d’abord installation de la pièce 20008 avec les murs 2003, 2090 et 2091, postérieurs aux murs septentrionaux MR2074 et MR2076, puis celle de la pièce 20009, avec les murs 2088 et 2089, et enfin du secteur oriental le long du MR2085, techniquement antérieur aux autres murs de refend.

104Ces deux hypothétiques arrivées d’eau étaient alimentées par « deux canaux en tuiles qui se raccordent à une large canalisation [CN2001] recouverte de blocage où sont ménagés un certain nombre de regards. » Seule la structure 2004, à savoir deux briques à plat semblant prolonger une excroissance dans la face nord du CN2001, se dirigent vers ce mur (MR2089) et pourraient donc couvrir des adductions (voir fig. 14).

105La fouille de la salle 20009 aurait révélé un revêtement épais de 4 mm (de composition inconnue ; non conservé) et un sol incliné à 15 % vers le nord, en argile rougie soigneusement tassée, débouchant sur trois émissaires : à l’angle nord-est (un sur la face est et un sur la face nord) et à l’angle nord-ouest (sur la face ouest). C’est la présence de ces trois cavités qui a fait dire qu’il s’agissait d’un château d’eau, celles-ci renvoyant vers la partition habituelle de la distribution de l’eau en ville.

  • 122 Jehasse – Jehasse 1997, p. 131.

106La lisibilité des structures n’est plus aussi évidente qu’au moment de la découverte. L’intérieur de l’espace 20009 est quelque peu comblé, assez pour nous empêcher d’observer les structures situées dans l’angle nord-est. Celles-ci apparaissent sur les photographies du rapport de fouilles de 1982, et dans une publication plus récente122. Un nettoyage serait nécessaire, car on peut y voir un petit massif maçonné en opus testaceum postérieur au MR2076 et antérieur au MR2088 et, autour, au moins une tegula placée à plat, à l’endroit, tout contre. Le sol « rougi » semble porter l’empreinte d’autres tuiles. Il est quoi qu’il en soit difficile de parler ici « d’émissaire ». La seule cavité redécouverte est une ouverture traversante à la base du MR2090 (dans l’angle nord-ouest de la pièce), d’une technique proche de celle d’un trou de boulin, mais d’un aménagement tout de même plus abouti, avec des montants et un linteau en briques. Sa technique et sa position sont caractéristiques des drains que l’on peut trouver au pied des murs soumis à une forte humidité, voire à des infiltrations d’eau.

107Le comblement de cet espace était marqué par une abondance de « blocs de tuileau » (probablement des blocs de béton de tuileau), soit lissés, soit couverts d’une mosaïque quadrichrome. Celle-ci étant souvent couverte de concrétions carbonatées, ces blocs ont été considérés comme appartenant à une fontaine élevée sur la partie antérieure du château d’eau, donnant vers le forum. Il y a donc, finalement, peu d’éléments permettant d’assurer que l’ensemble des vestiges de ce secteur était en lien avec la réception, la mise en scène, la répartition et l’utilisation de l’eau.

Les « Thermes du Prétoire »

  • 123 Jehasse 1974, p. 3.
  • 124 Jehasse 1966, p. 4. Seul A. Teatini (1996) y voit une construction néronienne, sur la foi des tech (...)
  • 125 Bouet 1998.

108Ces thermes ont été longtemps nommés « bassins centraux », en lien avec le « Prétoire » (voir la fig. 7), bien qu’identifiés comme thermes dès le milieu des années 1970123. Ils ont tout de suite été reconnus comme tardifs124, ayant livré lors de leur dégagement des fragments d’amphores et des poteries tardives. Ils ont été republiés à la fin des années 1990, présentés dans leur globalité et datés du début du IVe siècle ap. J.-C. par A. Bouet125. Si cette dernière publication fait désormais référence pour cet édifice, on se doit néanmoins de signaler l’absence d’étude du bâti, ce qui explique qu’aucun phasage n’ait été avancé, alors que des reprises sont notables.

  • 126 Bouet 1998, p. 354.

109Il convient de considérer cet édifice dans son contexte, c’est-à-dire inséré au cœur du complexe occidental, transformant en partie son architecture (fermeture du portique nord notamment) et signalant un abandon de sa fonction originelle (sanctuaire). Ainsi, après analyse, il semble que l’on puisse associer avec l’édifice thermal le puisard 1238 et la structure 1200 (le soi-disant « tribunal ») avec son escalier accolé au sud, tous deux intégrés dans la branche ouest de la porticus triplex. Le rapport de fouille de 1974 livre un relevé de qualité du premier : il s’agit en pratique d’une maçonnerie circulaire en opus testaceum installée au-dessus d’un dolium. Le diamètre à l’ouverture de celui-ci est de 65 cm. Son extremum de panse est de 123 cm. Dans la maçonnerie, au nord-est, on peut observer un canal d’alimentation, à 68 cm de profondeur, large de 20 cm, fait avec deux imbrices. Une telle structure pourrait accueillir des eaux propres. Cependant, le fouilleur et A. Bouet considèrent, probablement à juste titre, que cette structure était alimentée par « l’égout » CN1237, lui-même alimenté par les conduites d’évacuation des thermes CN1234/CN1236. La fonction de puisard ou de puits perdu126 serait donc à retenir, dans son acceptation de structure de recueillement des eaux par gravité, non par infiltration et sans, peut-être, volonté de filtration, seulement de décantation.

  • 127 Jehasse 1960.
  • 128 Jehasse 2004, p. 144.
  • 129 Bouet 1998, p. 353.

110La structure interprétée à l’origine comme étant le « tribunal » est datée de la fin du IIIe siècle ap. J.-C.127. Elle est de forme carrée de 4 x 4 m, creuse. Son mur oriental repose sur le stylobate de la branche ouest du portique, et notamment sur les bases de colonne 1188 et 1189. Les murs sont en opus incertum, sans revêtement. On note la présence de concrétions calcaires face sud, vers l’angle sud-est. Il s’agit apparemment des témoins de fuites d’eau venant de plus haut. Dernièrement, cette structure a été étonnamment interprétée comme étant peut-être un escalier menant à la « Domus au balneum »128. Il faut plutôt y voir, à la suite d’A. Bouet, une structure hydraulique en lien avec le fonctionnement des « Thermes du Prétoire ». L’hypothèse avancée est qu’il s’agirait d’un bassin de régulation alimenté par les citernes de l’angle nord-ouest du « Prétoire »129. Le liquide stocké dans les citernes ne pouvant pas y être acheminé par simple gravité – car le fond des réservoirs se trouve en dessous du niveau de circulation de l’édifice – il devait être élevé, a priori à l’aide d’une pompe. L’hypothèse est séduisante, mais rien ne permet de la confirmer. L’appareil choisi diffère de celui utilisé pour les bains, un opus testaceum. L’appareil de l’escalier accolé au sud, un opus mixtum, est encore différent. Il est probable que l’aménagement de tout cet ensemble ait été effectué en plusieurs étapes.

  • 130 Le mur 1239, isolé dans l’espace 10073, pourrait indiquer soit un état antérieur de l’édifice ther (...)

111La partie balnéaire a connu plusieurs reprises (fig. 17). Mais celles-ci ne concernent, semble-t-il, que la partie sud-ouest de l’édifice. Dans son premier état130, le bâtiment est constitué des pièces 10074 à 10079 et de l’espace 10081. La pièce 10073, au sol de béton conservé, était la plus grande (environ 19,75 m2) et correspondait à un frigidarium, avec deux bassins, un semi-circulaire (10074), à l’ouest, accessible par deux ou trois marches et revêtu de mosaïque de tesselles noires, et un quadrangulaire (10072), au nord, dont il ne reste que quelques lambeaux de béton de tuileau. Aucun accès n’est visible, mais A. Bouet en restitue un dans le mur oriental et un au sud en lien avec l’espace 10075, qu’il identifie au tepidarium. En enfilade vers l’ouest, cette pièce et les suivantes – le destrictarium 10076, le laconicum 10077 et le caldarium 10078 (avec le solium) – comporteraient un hypocauste. Actuellement, seule la deuxième montre des vestiges de pilettes. On restitue néanmoins aisément un hypocauste dans la pièce 10078, avec le bassin de l’espace 10079 (altitude de 49,90 m environ, ce qui correspond à l’altitude du sol du frigidarium), chauffé via le praefurnium extérieur au sud et alimenté en eau par une chaudière accessible par le massif 1226. L’espace 10076 est en revanche pavé de dalles de terre cuite (mais peut-être s’agit-il du sol de l’area) et la pièce 10075 ne montre pas de sol, les fouilleurs ayant décaissé jusqu’à la base des fondations, ce qui pourrait d’ailleurs indiquer l’absence de revêtement, au moins au moment de la découverte.

Fig. 17 – Évolution des « Thermes du Prétoire » (DAO : S. Painsonneau et A. Coutelas).

Fig. 17 – Évolution des « Thermes du Prétoire » (DAO : S. Painsonneau et A. Coutelas).
  • 131 Bouet 1998, p. 348.

112Les baies visibles actuellement dans les murs intermédiaires (MR1211, 1214 et 1216) correspondent donc aux couloirs de circulation de l’air chaud. L’absence d’un tel aménagement pour la pièce 10081, l’absence de structure de chauffe ou de bain et sa position dans l’édifice font penser à A. Bouet qu’il s’agit d’un espace de service ou, préférentiellement, d’un espace pour le logement du personnel131. Il s’agit, dans le premier état du bâtiment, du seul espace clos sans fonction directe avec la chauffe ou le bain, nous privilégions donc l’hypothèse d’un espace de stockage.

113La première évolution du plan correspond à la définition de l’espace 10082, soit en fait la protection et la fermeture de la chambre de chauffe alimentant le caldarium et son bassin semi-circulaire. En revanche, même si l’on note un départ de maçonnerie en direction de l’est, il semble que le foyer alimentant la pièce 10077 soit resté encore un temps en extérieur. La deuxième évolution correspond à la fermeture de l’aile sud, créant l’espace 10080. Ses importantes dimensions permettent de penser que la fonction d’entrepôt lui a été dévolue, rendant possible un changement de destination pour l’espace 10081. Enfin, dans un dernier état, la baie sud de l’espace 10082 a été soit bouchée, soit fortement reprise.

114Se pose encore aujourd’hui la question du circuit des eaux propres et usées. À l’instar de nos prédécesseurs, nous voyons la canalisation 1144– traversant ou provenant de la « Domus au balneum », faisant saignée dans le mur de péribole au nord et traversant le portique septentrional – connectée avec les conduites 1234, 1236 et 1237 partant des thermes et traversant le « tribunal ». Il semble donc que les eaux usées de l’édifice thermal et de la domus sus-jacente se concentrent pour s’évacuer au sud, peut-être au niveau du « decumanus ».

  • 132 Bouet 1998, p. 352.
  • 133 Jehasse 1961b, p. 2.
  • 134 Jehasse 1963, p. 97.

115La question de l’alimentation est plus problématique. Il faut sans doute voir dans les trois citernes de l’angle nord-ouest de la porticus triplex les réserves d’eau propre pour les thermes. Les calculs effectués ont montré que leur remplissage pouvait s’effectuer par la récupération des eaux de pluie sur les toitures du portique132 et qu’un renouvellement de l’eau était envisageable tous les deux ou trois jours au sein des thermes (moyenne sur l’année). Néanmoins, de nombreuses questions restent en suspens, qu’il n’est pas possible de détailler ici. Indiquons simplement qu’il existait un accès dans le mur oriental (MR1177-MR1176), avec un système de fermeture, du même ordre que celui apparemment trouvé au niveau de la baie séparant les espaces 10058b et 10059133. La fonction de citernes de cet ensemble implique pourtant qu’il ne pouvait pas exister de porte entre ces deux derniers espaces, et que cet accès à l’est se devait d’être entièrement muré, faute de quoi le volume utile de ces réserves aurait été limité au seul volume décaissé : le fond des citernes est environ 45 cm plus bas que le niveau de circulation. Il faut donc considérer soit que la fonction de citerne a été abandonnée à un moment donné, soit que ces citernes se sont implantées au sein d’espaces préexistants. Une combinaison de ces deux évènements est aussi possible. Les découvreurs supposent une réoccupation des citernes sous la forme de « chambres fortes », avec la découverte de 150 monnaies en bronze134. L’étude du bâti ne nous aide pas et on ne peut statuer sans plus d’informations sur les découvertes anciennes et sans reprise de fouilles dans ce secteur.

L’amphithéâtre

116L’édifice interprété comme un amphithéâtre est daté fin du règne de Trajan ou d’Hadrien et s’adosse au rempart romain, ce qui explique sa forme d’ellipse légèrement irrégulière (fig. 18). Il est à structure creuse, à substructions artificielles faites de caissons maçonnés permettant a priori, sur une première couronne, de fonder les gradins (probablement en bois pour une grande part) de la cavea. Des accès sont ménagés dans ces substructions : un à l’ouest (espace 30003), un au nord-est (espace 30011) et probablement un au sud. Ces accès n’apparaissent donc pas répartis dans le plus grand diamètre.

Fig. 18 – Plan du secteur de l’amphithéâtre avec cartographie des différents types d’opus : en bleu l’opus incertum, en rouge l’opus mixtum (avec en orange l’opus listatum) et en marron l’opus testaceum (DAO : S. Painsonneau et A. Coutelas).

Fig. 18 – Plan du secteur de l’amphithéâtre avec cartographie des différents types d’opus : en bleu l’opus incertum, en rouge l’opus mixtum (avec en orange l’opus listatum) et en marron l’opus testaceum (DAO : S. Painsonneau et A. Coutelas).

117Les dimensions du bâtiment sont réduites. Les longueurs et largeurs totales de l’édifice, incluant la première couronne (il n’est pas prouvé qu’il y ait une galerie périphérique), seraient d’environ 36,5 x 31,5 m (l’arène fait environ 28 x 23 m). Le sommet du mur formant la section sud-occidentale (MR3005) pourrait être le sommet originel de la maçonnerie, nous permettant de restituer une hauteur maçonnée de 2,30 m environ pour la périphérie de l’arène, mais les murs montaient bien plus haut en façade, ce que révèle l’importance des volumes voûtés retrouvés effondrés au pied du bâtiment.

  • 135 Bernardini et al. 2014.
  • 136 Keay 2009.
  • 137 Michel 2014, p. 162-163.

118Ces dimensions réduites feraient de cet édifice le plus petit de sa catégorie pour le monde romain. Pour comparaisons, le petit amphithéâtre circulaire de Murru Mannu à Tharros (Sardaigne)135 fait environ 46,5 m de diamètre, tandis que celui supposé de Portus (au nord d’Ostie)136 mesure 42 x 38 m. Ceci ne cesse d’étonner et l’idée qu’il ne s’agit pas véritablement d’un amphithéâtre a circulé. Dernièrement, deux nouvelles hypothèses ont été soulevées sur la base de deux inscriptions137. La première définirait l’édifice comme un équipement lié à l’élevage. Il s’agirait alors d’un enclos et les gradins permettraient aux marchands d’observer les bêtes d’en haut. Faute de parallèles, et devant la qualité de l’édifice, il est difficile en l’état d’accepter cette interprétation.

  • 138 Teatini 1996, p 108 ; Michel 2014, p. 162.
  • 139 L’hypothèse de ludus a aussi été avancée pour le petit amphithéâtre de Portus ; voir Keay 2009, p. (...)
  • 140 Neubauer et al. 2013.

119La seconde inscription n’a pas été trouvée à Aléria, mais plutôt à Guagno-les-Bains, et réattribuée au site en l’absence d’autre amphithéâtre connu sur l’île et après étude de sa paléographie138. Elle mentionne un procurateur des jeux matutinaux qui a restauré et consacré un temple pour sa familia venatoria. De par sa taille modeste, l’édifice pourrait donc avoir servi, plutôt qu’aux jeux, aux entrainements de venatores ou de gladiateurs, les manifestations liées à la gladiature se tenant alors sur le forum. Il est vrai qu’il existe de tels lieux d’entrainement ailleurs dans le monde romain, comme à Rome où il y avait à proximité du Colisée – amphithéâtre flavien construit à partir de 71 ou 72 ap. J.-C. – quatre casernes de gladiateurs constituant des dépendances directes (les ludi), lesquelles se distinguent parfaitement sur les fragments de la Forma Urbis severiana par leur forme en ellipse139. Un ludus apparaît donc comme un petit amphithéâtre. Cependant, et cela se voit bien sur le plan sévérien, l’arène ne constitue pas le seul bâtiment du ludus. Puisqu’il s’agit d’une école de gladiateurs, l’espace accueillant l’arène est entouré de bâtiments, généralement organisés en quatre ailes, pouvant contenir les cellules des gladiateurs, les bureaux, des halls d’entraînement, des bains, etc. C’est ce type de complexe qui a été découvert dernièrement par prospections géophysiques à Carnuntum (Autriche, ancienne province de Pannonie), à proximité de l’amphithéâtre, avec cette fois une arène circulaire de 19 m de diamètre140. Pour Aléria, aucun vestige ne permet de restituer un tel complexe. Les quelques maçonneries découvertes à proximité (au nord-ouest) sont illisibles. Les fouilleurs y ont cependant découvert un buste de Jupiter. Une poursuite des dégagements de ce secteur apporterait peut-être des éléments de réponse. Pour l’heure cependant, l’hypothèse d’un amphithéâtre plutôt que celle d’un ludus reste privilégiée.

Les remparts préromain et romain

120Le rempart préromain apparaît sur de petites portions au sud de la ville, au sud-est et à l’ouest de l’amphithéâtre, tandis que le rempart romain est visible en discontinu sur tout le quart sud-oriental de l’agglomération, et sur une courte section à l’ouest, en surplomb du « mausolée ».

  • 141 Jehasse 1964, p. 2.
  • 142 Jehasse 2004.

121Ces deux éléments de fortification, préromain et romain, ont bénéficié d’un traitement archéologique sans aucune mesure avec le reste de l’agglomération antique. Le rempart hellénistique est connu depuis au moins E. Michon, puisqu’il indiquerait que ses blocs en gros appareil ont servi à la construction du clocher en 1886141. Mais les premiers blocs de grand appareil ont finalement été dégagés à partir de 1975, au sein de l’amphithéâtre. L’étude du rempart préromain a ainsi réellement débuté en 1976, et l’on trouve à la suite, dans les rapports de fouille de 1976 à 1985, et en 1990 et 1992, des mentions de cette structure et de celle qui prendra sa suite à l’époque romaine. On comprend donc pourquoi cet ensemble fait l’objet de plus de la moitié de la publication la plus récente142.

Le rempart préromain

122Ce rempart préromain est donc visible essentiellement à l’est et au sud-est de l’amphithéâtre. Il est constitué tout d’abord de deux murs parallèles séparés de 2,80/2,95 m environ, ce qui donne une largeur totale de plus de 4 m, sachant que ces murs peuvent être larges d’environ 70 à 90 cm. Ils correspondent à un soubassement de grand appareil rectangulaire, aux blocs calcaires présentant sur leur face de parement extérieur un bossage, épais de 1 cm seulement, avec une ciselure d’encadrement de 10 cm de large présente à gauche, à droite et en dessous du cadre, mais pas au-dessus (fig. 19). Parfois ces blocs sont posés en boutisse et panneresse. Les blocs en boutisse sont traversants, ceux en panneresse ne sont placés qu’au niveau du parement, avec un blocage au revers constitué de pierres prises dans un liant terreux, ocre. Ces blocs étaient surmontés par au moins trois rangs d’adobes couleur cappuccino liées avec une terre ocre. Le tout est recouvert par 18 cm d’argile pure, gris clair, avec des nodules – de 10 cm de long – d’argile de couleur caramel. Puis viennent environ 85 cm de remblais versicolores, et enfin environ 80 cm de briques crues (épaisses de 7 à 10 cm), ocres, liées avec de l’argile couleur café, contenant un peu de gravillons blancs ; ces deux derniers niveaux correspondent peut-être aux vestiges d’une reprise lors de l’occupation génoise.

Fig. 19 – Soubassement en grand appareil du rempart préromain (ortophotographie : S. Painsonneau).

Fig. 19 – Soubassement en grand appareil du rempart préromain (ortophotographie : S. Painsonneau).
  • 143 Plutôt qu’une tour disparue, nous y voyons plutôt une porte. Voir aussi Jehasse 2004, p. 40.
  • 144 Jehasse 2004, p. 26.

123Les blocs assuraient la solidité d’un môle central, c’est-à-dire que le cœur de ce rempart était comblé d’argile ocre (la « terra rossa » des fouilleurs). À l’ouest de l’amphithéâtre et de la seconde tour qui n’est plus visible aujourd’hui143, ce remplissage évoque un agger coulé sur le sol en forte pente144. Devant et à l’arrière de ce rempart maçonné se trouvaient deux glacis formés de strates de galets et d’argile de 2,30 m/3 m de large.

Le rempart romain

  • 145 Lenoir – Rebuffat 1984.
  • 146 Lenoir – Rebuffat 1984, p. 77.

124Une grande section de rempart romain s’observe au nord-est de l’amphithéâtre. On la suit sur plus de 40 m de long. C’est une des courtines qui a pu être étudiée par Lenoir et Rebuffat145. La maçonnerie est en opus incertum à galets bruts de petites dimensions, construite par banchées successives à l’aide de coffrage. Le mur est traité du bas vers le haut avec une même technique, il n’y a pas de variation signalant une fondation. Plusieurs sections latérales sont visibles, révélées par des décrochements et des changements d’axe. Les sections de coffrage ont été coulées du nord vers le sud146. L’une d’elles fait 8,45 m de long. Pour cette section, la largeur des planches de coffrage pourrait être d’environ 21 cm, pour des banchées de 80 cm / 77 cm / 81 cm. Des hauteurs de banchée équivalentes sont observées dans les sections contiguës. On note, entre la 2e et la 3e banchée de la section centrale, un retrait de 3 cm, correspondant au retrait pour le positionnement des planches verticales du coffrage.

125Ce rempart est visible au niveau du secteur de l’amphithéâtre, où le mur d’enceinte vient se positionner en avant du rempart hellénistique en grand appareil. La tour sud-orientale (espace 30029) est reprise et réduite.

  • 147 Jehasse 1963, p. 104.
  • 148 Espérandieu 1893, p. 41, reprise dans Rebuffat – Gascou 1982. Voir aussi l’Année épigraphique 1982 (...)

126Presque à l’opposé de la ville, à l’ouest, se trouve conservée une section du rempart romain, dominant le Tavignano et le mausolée situé en contrebas, dans la pente. Ce secteur a été dégagé en 1959. Les fouilleurs y ont recherché la « Porte prétorienne », a priori placée juste au sud de cette portion du rempart. Ils ne l’ont pas trouvée, mais ils lui restituent tout de même une forme en demi-lune rentrante, visible sur plusieurs plans des années 1960, probablement à cause de la forme du paysage et par analogie avec la « Porte des Gaules à Fréjus, ou la porte d’Aix »147. Cette porte est mentionnée dans une inscription citée par Émile Espérandieu148, aujourd’hui perdue. Il semble qu’elle ait été installée, de même que le rempart, sur trois terrasses de galets datées, d’après la céramique, de l’époque hellénistique (au moins du IVe av. J.-C.).

  • 149 Lenoir – Rebuffat 1984, p. 93.

127Le mur de rempart a été suivi ici sur une trentaine de mètres de long. Il mesure au moins 1 m de large. Conservé sur près de 2 m de haut, il permet d’observer à la fois les fondations et l’élévation. La fondation est en opus incertum sans réelles assises. Elle est réalisée en tranchées, très irrégulières, au profil vertical à oblique avec de très nombreux renflements signalant le creusement d’une terre très meuble et l’absence de coffrage. Cette fondation est haute de 95 cm, et débordante. On note peut-être une trace de piquet d’arpentage dans la face occidentale (fig. 20). L’élévation est elle aussi en opus incertum sans réelles assises. La face orientale est parfaitement dressée avec un mortier débordant, voire couvrant, lié à l’utilisation d’un coffrage. L’analyse modulaire des moellons montre une vraie correspondance avec les parements du rempart oriental, au nord de l’amphithéâtre, ce qui rejoint les observations de R. Rebuffat. Celui-ci date les différentes portions du rempart romain des années - 50 / -30 (soit la période des Guerres civiles de la fin de la République)149, suite à un sondage effectué à la base du rempart occidental. La fréquentation de ce secteur aurait perduré jusqu’à la fin du IVe siècle.

Fig. 20 – Section occidentale du rempart romain, fondation et élévation (MR1388). La saignée verticale en paroi de la fondation (à droite de la mire) pourrait correspondre au négatif d’un piquet d’arpentage (cliché. A. Coutelas).

Fig. 20 – Section occidentale du rempart romain, fondation et élévation (MR1388). La saignée verticale en paroi de la fondation (à droite de la mire) pourrait correspondre au négatif d’un piquet d’arpentage (cliché. A. Coutelas).

Le « Mausolée »

  • 150 Voir Jehasse 1963, p. 106 et Léandri – Thernot 1994.

128L’édifice connu sous le nom de « Mausolée » se situe en contrebas de la section occidentale du rempart, dans une pente descendante depuis le sud et la « Porte prétorienne ». Un mur en équerre le reliait au rempart150, mais il n’est plus visible aujourd’hui.

129Ce « mausolée » est un bâtiment quadrangulaire d’au moins 6 x 12 m (il manque le retour au nord ; voir la fig. 2), orienté globalement NNO-SSE, avec une avancée triangulaire telle que le mur de délimitation, au sud (MR1384 ; fig. 21), est globalement orienté E-O. Les murs latéraux, tout comme le mur d’enceinte MR1387, présentent une terminaison sommitale de type chaperon maçonné en demi-cercle, ce qui indique que les hauteurs – pour celles non refaites bien entendu – sont originelles (jusqu’à 2,20 m). Ceci implique que l’espace quadrangulaire n’était pas couvert.

Fig. 21 – Mausolée vu depuis le SSE. On distingue au premier plan le mur 1384 puis, juste derrière, la façade 1380 à la colonne semi engagée centrale. Le muret 1383 relie les deux et forme l’espace triangulaire 10125. À droite le mur d’enceinte oriental MR1387 avec, au second plan, sa terminaison sommitale en chaperon maçonné (cliché A. Coutelas).

Fig. 21 – Mausolée vu depuis le SSE. On distingue au premier plan le mur 1384 puis, juste derrière, la façade 1380 à la colonne semi engagée centrale. Le muret 1383 relie les deux et forme l’espace triangulaire 10125. À droite le mur d’enceinte oriental MR1387 avec, au second plan, sa terminaison sommitale en chaperon maçonné (cliché A. Coutelas).
  • 151 Un seul est conservé, à l’est.

130La façade de l’espace rectangulaire, au sud-est (MR1380), montre un parement extérieur particulièrement soigné, témoignant d’une recherche esthétique évidente, avec aux extrémités deux pilastres quadrangulaires151 et au centre une colonne semi-engagée, érigés en moyen appareil calcaire. Ces trois éléments de façade devaient supporter un fronton débutant à 1,80 m de haut, dont il ne reste plus que l’empreinte. Au-devant, un espace triangulaire (10125), d’environ 4 x 2,50 x 2,50 m, est recouvert d’un béton de tuileau lissé. Une canalisation d’imbrices inversées arrivait de l’est au travers du MR1383. Une évacuation est ménagée au sein du mur d’enceinte, vers l’angle sud-est de l’espace, à mi-hauteur.

  • 152 Jehasse 1963, p. 106.
  • 153 Lenoir – Rebuffat, 1984.
  • 154 Jehasse 2004, p. 147.
  • 155 Michel 2011, p. 72.

131Cet espace limité en avant de la façade monumentalisée est à l’origine des discussions sur la nature et la fonction de cet édifice. Pour les anciens fouilleurs, cet espace était à vocation uniquement technique, afin d’évacuer l’eau dégoulinant de la façade et empêcher le ravinement en cas de pluies torrentielles152. Pour d’autres, l’effet décoratif de l’architecture de la façade et du bassin renverrait plus certainement vers une interprétation de fontaine153. Depuis, les inventeurs, sans prendre réellement position, ne privilégient plus l’hypothèse du mausolée154. Elle est totalement abandonnée par F. Michel dans le cadre de son travail de doctorat, puisqu’il considère qu’il s’agit d’une fontaine monumentale fort appréciée de ceux qui monteraient depuis la plaine155. Cette nouvelle interprétation n’est pas sans conséquence, car elle invite cet auteur à faire une nouvelle lecture du mur N-S sus-jacent (MR1388), lequel ne serait pas une section de rempart mais, plus probablement, uniquement un « mur de soutènement du sommet de la colline ». On peut parfaitement comprendre le raisonnement. La présence d’un mausolée en ce lieu indiquerait que cet espace est hors les murs, alors que celle d’une fontaine permet de présumer qu’il est déjà au cœur de l’agglomération.

  • 156 Signalons que des enclos funéraires quadrangulaires de 8 m de côté ont été découverts sur le versa (...)
  • 157 Jehasse 1963, p. 106.

132Si séduisantes que soient ces nouvelles interprétations, ce sont probablement les anciennes qui doivent être conservées. Plusieurs raisons à cela. La première, c’est qu’aucun élément fonctionnel ne permet d’assurer qu’il y avait réellement une arrivée d’eau en continu au sein de ce bassin. Il n’y a, de même, aucune structure au-devant assurant la canalisation de l’eau après son évacuation. Autre élément déterminant, l’espace derrière n’était pas couvert ; il ne pourrait donc pas, par exemple, accueillir un réservoir. Il s’agit d’un enclos, structure en revanche caractéristique dans le domaine funéraire156. Ce point est renforcé par la découverte « à un niveau élevé » d’une tombe à inhumation du IIIe siècle ap. J.-C., ainsi que d’une urne funéraire de la même époque157. Mais la construction du monument daterait du Ier s. ap. J.-C. d’après le mobilier céramique et numismatique. L’accès à cet enclos se faisait probablement du côté nord-ouest, à moins que le montant de moyen appareil – repéré au sein du mur nord-est – ne signale une porte.

  • 158 Gros 2001, p. 443.

133Il est toutefois difficile de ne voir dans le bassin triangulaire qu’un aménagement technique. Un tel parterre d’eau devait avantageusement rehausser la splendeur de l’architecture, d’autant qu’il était constamment visible pendant la descente entamée au niveau de la « Porte prétorienne ». En ce sens, cet édifice funéraire s’inscrit pleinement dans les évolutions du Ier siècle158, pendant lesquelles l’enclos acquiert une importance croissante, les clôtures de hauts murs étant en quelque sorte investies de l’ostentation de la « dernière demeure ».

L’hydraulique

  • 159 Voir Oziol 1987 et Bouet 1998, p. 350. Il conviendrait cependant de vérifier la profondeur et la f (...)

134Les différents éléments du réseau hydraulique découverts à Aléria lors des fouilles ne révèlent qu’une faible partie du système d’alimentation en eaux propres et d’évacuation des eaux usées de la ville. S’agissant tout de même du cœur monumental, il est possible d’entrevoir les solutions adoptées durant l’Antiquité. On sait par ailleurs, depuis les travaux de Th. Oziol, qu’Aléria n’a pas été alimentée en eau vive par un aqueduc ni même par des puits ; la nappe phréatique se trouve à plus de 50 m de profondeur et aucun puits aussi profond n’a été découvert159.

135La ville devait donc compter sur ses réserves emmagasinées dans les citernes. Certaines étaient publiques, telle la citerne ronde du forum, alimentée par les toitures des portiques et peut-être aussi par celles du temple occidental, si la canalisation conservée au nord-ouest (voir la fig. 2) débute bien en ce secteur.

136Les domus possédaient la leur. Leur typologie est variée. Celle de la « Domus au dolium » est trilobée, creusée dans la roche et accessible par un puits. Elle pouvait contenir une quinzaine de m3. Les trois lobes sont inégaux, le plus grand mesure près de 4,50 m de long, pour environ 2 m de haut et 1,50 m de large. La roche est recouverte d’un enduit à quatre couches : deux couches de mortier de chaux et de sable siliceux encadrant deux couches de mortier de chaux et de tuileau.

  • 160 Volume obtenu si l’on considère le bas de l’escalier comme niveau d’eau maximal. En revanche, si l (...)
  • 161 Bouffier 2014, p 183-184.

137La citerne de la « Domus à l’impluvium » est une citerne maçonnée et voûtée, avec un escalier d’accès à l’est (fig. 22). Le réceptacle supérieur (impluvium) n’est pas dans un état de conservation remarquable ; ses parois sont pour la plupart arasées. Il mesure 7 x 4,4 m. Le béton de tuileau qui recouvre le fond est épais d’au moins 3 cm sur le blocage de la voûte de la citerne ; il remonte en bourrelet d’étanchéité aux extrémités. Les parois d’opus testaceum sont maçonnées par-dessus. L’escalier est contemporain de ce réceptacle et de la citerne ; ses murs d’échiffre sont en opus testaceum d’assez bonne facture. Les marches et contremarches sont réalisées à la suite, en TCA ; un enduit a été posé après. La citerne est quadrangulaire et mesure 3,6 m de large pour 5,65 m de long au nord et 5,45 m au sud. Les murs sont construits en opus mixtum à bandes. Le deuxième bandeau marque la fin des parois nord et sud, tandis que celles à l’ouest et à l’est se poursuivent, après un léger retrait que le revêtement façonne en plan oblique, vers 1,70 m de haut. La voûte est en berceau, réalisée avec des TCA positionnées de chant, sans soulignement de l’axe. Les TCA ne sont toutefois pas perpendiculaires à l’axe central, l’ensemble verse de quelques degrés vers l’ouest. On note la présence d’un conduit de terre cuite, mais il semble plus s’agir d’un « tube de voûte » que d’un conduit d’alimentation. Une ouverture quadrangulaire de 80 x 58 x 23 cm est en revanche ménagée au centre de la voûte. Cette citerne pouvait contenir environ 15 m3 d’eau au minimum160. Le revêtement de fond est en béton de tuileau lissé ; il remonte contre le parement des murs en joint d’étanchéité en quart-de-rond. L’enduit des parois lui est postérieur. Le sol présente au centre une cavité circulaire de 82 cm de diamètre environ à l’ouverture, aux parois obliques assez abruptes, hautes de 17 cm, avec un fond plat de 54 x 61 cm ; cette cavité est située à l’aplomb de l’ouverture quadrangulaire de la voûte. On observe une même cavité au centre de chaque espace de la citerne double 1323 de la « Domus au balneum », et au centre des trois espaces des citernes dans l’angle nord-ouest du « Prétoire », avec cette fois un net bourrelet périphérique (fig. 23). Il s’agit probablement, chaque fois, d’une cavité ou d’une bonde de décantation destinée au dépôt des impuretés, telle celle, centrale, des citernes grecques de type campaniforme que l’on sait avoir connu, en Sicile, une large diffusion à partir du IVe siècle av. J.-C.161. Ces cavités se situent toujours sous l’ouverture permettant l’alimentation en eau et/ou son puisage.

Fig. 22 – Plan, coupes et modèle 3D de la citerne de la « Domus à l’impluvium » (DAO : A. Coutelas et S. Painsonneau).

Fig. 22 – Plan, coupes et modèle 3D de la citerne de la « Domus à l’impluvium » (DAO : A. Coutelas et S. Painsonneau).

Fig. 23 – Cavité dans le béton de tuileau constituant le fond de l’espace oriental des citernes du complexe dit du « Prétoire » (complexe occidental). On note un petit creux au milieu et un épais bourrelet périphérique (cliché A. Coutelas).

Fig. 23 – Cavité dans le béton de tuileau constituant le fond de l’espace oriental des citernes du complexe dit du « Prétoire » (complexe occidental). On note un petit creux au milieu et un épais bourrelet périphérique (cliché A. Coutelas).
  • 162 Actuellement, les dimensions de la citerne sont globalement de 4,80 x 4,20 x 4,20 m, soit un volum (...)
  • 163 La couverture de la citerne a disparu ; la hauteur maximale de paroi non restaurée est de 2,70 m. (...)
  • 164 La hauteur choisie pour la citerne double 1323 est de 3,20 m, soit la hauteur actuelle des maçonne (...)

138On trouve, dans la « Domus aux citernes » et la « Domus au balneum », des citernes quadrangulaires avec des piliers centraux et des piliers engagés, supportant vraisemblablement des arcs, éléments des voûtes, et matérialisant divers espaces : deux pour celle de la « Domus au balneum », et probablement le double pour la « Domus aux citernes », puisqu’il y a deux ouvertures bouchées par les fouilleurs dans la paroi nord du réservoir. Les deux maisons pouvaient conserver une importante quantité d’eau. Cependant, nous ne connaissons pas véritablement ce volume, puisque les parties hautes des réservoirs – dont la couverture – sont effondrées. On peut tout de même émettre l’hypothèse que la « Domus aux citernes » bénéficiait d’une réserve162 d’environ 84 m3. La « Domus au balneum », elle, a connu plusieurs états. Dans son premier état, la réserve d’eau devait être d’environ 43 m3, avec la citerne simple 1314163. L’état final, avec les trois citernes (la citerne 1314 plus la citerne double 1323 et, au sein du « balneum », la citerne 1297 ; voir fig. 14), pouvait réceptionner une quantité d’eau d’environ 215 m3. Si les deux citernes occidentales ont fonctionné seules, le volume se réduisait alors à 183 m3 environ164.

  • 165 Dessales 2008, p. 29.

139Prises séparément, ces citernes ont des volumes que l’on peut qualifier de standards ; celles de Pompéi, par exemple, ont des volumes allant de 15 et 70 m3 de capacité165. Les volumes potentiels des bassins de la « Domus aux citernes » se distinguent néanmoins. Quant au volume maximal pouvant conserver la « Domus au balneum », il est proprement exceptionnel, ce bâtiment pouvant bénéficier jusqu’à trois fois plus d’eau que toute la réserve publique du forum (citerne ronde).

  • 166 Bouet 1998, p. 352.
  • 167 Oziol 1987.

140Il semble que la surface des toitures du complexe occidental était suffisante pour autoriser quatre à cinq remplissages par an des citernes situées dans l’angle nord-ouest166. Pour les autres citernes, on pourrait avoir eu recours à un apport extérieur, peut-être en allant puiser l’eau au Tavignano167, mais sans certitude. Quoi qu’il en soit, les capacités étaient prévues en amont, en fonction des besoins, lesquels pouvaient évoluer, comme on peut le pressentir pour la « Domus au balneum ». Ce point est d’importance pour une agglomération comme Aléria, où l’approvisionnement en eau se faisait a priori surtout en recueillant l’eau pluviale, car les quantités d’eau disponibles – en lien avec le volume pluviométrique annuel, le volume des citernes et la superficie des toitures recueillant l’eau – permettent de fait de proposer des estimations démographiques.

  • 168 On considère que seule la moitié de la superficie de la maison permet de capter l’eau de pluie. Le (...)
  • 169 Bénévent 1914.
  • 170 Dessales 2008, p. 38. Les chiffres varient selon les auteurs ou les instituts ; on trouvera par ex (...)

141La quantité d’eau pluviale qu’une maison peut recueillir découle de la formule suivante : (surface de la maison : 2) x (pluviométrie annuelle x 0,7) = quantité d’eau disponible annuelle168. La partie supérieure et occidentale de la « Domus au balneum » a approximativement une surface de 850 m2. La pluviométrie était d’environ 830 mm par an au début du 20e siècle169, les normales sont autour de 800 mm aujourd’hui d’après Météo France, chiffre que nous retiendrons de façon arbitraire. On peut donc restituer une quantité d’eau annuelle potentiellement disponible d’environ (850 : 2) x (0,8 x 0,7) = 238 m3. Ramené au volume de la première citerne (CI1314), on obtient un rapport de 5,5 remplissages annuels potentiels, ce qui autorise les prélèvements réguliers d’eau et qui correspond aux observations réalisées dans l’habitat urbain de Cosa et l’habitat du Latium, où la proportion entre le volume de la citerne et le volume pluviométrique annuel est en moyenne de 1 pour 5. Si l’on considère la norme de 25 litres nécessaires par personnes et par jour170, 26 personnes ont pu habiter et s’approvisionner en eau au sein de cette domus.

142Avec l’ajout de la citerne double 1323, il n’est plus possible de remplir les réserves que 1,3 fois durant l’année. La superficie de la section orientale de cette maison (le « balneum ») est, dans son extension maximale, d’environ 400 m2, ce qui nous donne une quantité d’eau potentielle de 112 m3 par an. Cela donne un taux de remplissage de 3,5 fois par an pour la citerne 1297, si l’on considère ce secteur comme autonome. Toutes toitures et citernes réunies, le rapport est de 1,6 renouvellements par an. Ceci reste faible.

  • 171 C’est pour cela qu’à Pompéi les bains, au même titre que les fontaines d’atrium ou de péristyle, é (...)
  • 172 Le conduit est large de 20 cm environ, à piédroits en TCA (fragments) et couverture de briques pos (...)

143Il est clair, quoi qu’il en soit, que les capacités d’emmagasinage sont disproportionnées pour la maison. Mais puisqu’il est indéniable qu’une partie de cette eau était requise pour le balneum – les bains étant, on le sait, de grands consommateurs d’eau171 – on peut postuler que les capacités d’origine étaient largement suffisantes pour la vie courante de la domus et que, malgré l’ajout des citernes, cette quantité relative d’eau non dévolue au circuit thermal n’a pas dû fortement évoluer pour les occupants, dont le nombre a sans doute peu varié. Surtout, ces structures supplémentaires ont probablement permis d’absorber les éventuels surplus d’eau en période de précipitations intenses. Par ailleurs, on peut se demander si une partie de cette réserve n’était pas remise en circulation, du fait de la qualité de la réalisation de la canalisation CN 2001, partant de la domus vers le forum en longeant au sud les soi-disant « Thermes »172. Un regard est visible au sein de l’espace 10046 (fig. 14), dans l’extension orientale de la domus ; il fait 12 x 15 cm d’ouverture, maçonné avec des TCA et du mortier de chaux, tuileau et sable.

144Les eaux pluviales servaient aussi à l’embellissement de la ville. Deux fontaines sont indiquées en façade du sanctuaire occidental, mais elles restent fortement hypothétiques. Au pied de l’arc monumental nord, on restituerait plutôt une évacuation des eaux de ruissellement. À l’opposé de l’escalier du « Capitole », le mur de briques et les deux blocs de grand appareil en calcaire ne suffisent pas pour envisager un aménagement hydraulique. Au pied du même escalier se trouve la structure 1277 (fig. 14), d’environ 4 m de long et 2 m de large. Il n’est pas certain qu’il s’agisse réellement d’un bassin comme cela a parfois été dit, ou d’une fontaine, d’un nymphée, ou de tout autre aménagement hydraulique. Il ne reste que des traces du fond mosaïqué (tesselles blanches et noires) placé devant l’escalier du temple, dans son axe, séparé d’1 pied de la première ligne de blocs de grand appareil. Il pourrait plus certainement s’agir de l’emplacement de l’autel du temple.

  • 173 Teatini 1996, p. 89.

145Plus qu’un autel173, une autre structure hydraulique (fontaine ?) est plus certainement située sur les marches du temple oriental (voir la fig. 4). Il s’agit du massif 2031, d’environ 1,75 x 1 m, situé sur la deuxième marche de l’escalier. Ses parements sont en opus testaceum et il présente, au centre, une sorte de conduite large de 11 cm, laquelle creuse l’une des marches en grand appareil et est tapissée de mortier de chaux et de tuileau.

146Au sein de l’agglomération, l’évacuation des eaux usées s’effectue via des canalisations de terres cuites qui ne semblent pas différer, ou de peu, de celles d’alimentation en eau propre, ce qui n’est pas chose courante. Les plus évidentes sont celles repérées au niveau de la « Domus aux citernes » et de la « Domus au balneum ». Une partie poursuit sa route vers le sud sous la rue occidentale, tandis qu’une autre longe le quart sud-ouest de la grande domus, pour se déverser semble-t-il en partie dans le réseau du « Prétoire ». Il est probable que ces égouts existaient avant que cette venelle ne soit annexée, cependant, il est peu probable que le réseau du sanctuaire occidental ait existé avant l’implantation des thermes tardifs ; une dérivation a donc pu être tardivement établie, complétant celle qui longe à l’extérieur le péribole occidental. L’ensemble devait finalement se déverser dans l’égout du « decumanus », lequel se raccordait probablement à un autre réseau lié au « cardo », dont nous n’avons aucune trace mais qui devait logiquement s’écouler vers le sud ou le sud-est.

L’urbanisme

  • 174 Voir Corsi – Vermeulen 2015.

147Beaucoup de choses ont déjà été écrites sur l’urbanisme de la ville d’Aléria. Il est apparu assez tôt que la ville, à la différence de Mariana174, ne présentait pas de plan hippodaméen, ce que la topographie du plateau pouvait expliquer. Pourtant, les fouilleurs ont cherché à voir dans la diversité des orientations les stigmates de multiples interventions intervenues au cours des siècles dans la ville et dans la plaine. Si de lourdes interventions ont parfois pu modifier profondément des secteurs de la trame urbaine, il n’y a en revanche pas de raison pour que leurs effets se ressentent ponctuellement au sein d’autres édifices et en d’autres points de la ville.

  • 175 Le relief explique aussi, peut-être, le fait que les axes de circulation soient de largeur réduite (...)

148L’occupation préromaine n’a été décelée que très ponctuellement ; en l’état actuel des données, il n’est donc pas possible de déterminer l’impact de l’urbanisme précoce sur celui de la colonie. L’observation de l’implantation des vestiges permet en revanche de comprendre combien le relief a pu peser dans l’organisation de l’urbanisme de la ville antique. C’est l’évidence pour le rempart, qui suit principalement la ligne de rupture de pente (au sud et à l’ouest, pour ce que l’on peut voir). On l’observe aussi pour le secteur de la « Domus aux citernes », implantée en sommet de colline et où la portion conservée du mur de façade oriental suit parfaitement une courbe de niveau. Le « decumanus » s’inscrit, lui, dans une dépression linéaire entre les collines nord-ouest et sud-ouest175.

  • 176 Thernot et al. 1997, p. 14.
  • 177 Nous gardons cette donnée par convention, suite au travaux de F. Léandri et R. Thernot, mais il es (...)

149Le forum est logiquement placé dans un secteur tabulaire, entre les trois buttes, dont la planéité a probablement été accentuée par des terrassements. Le sanctuaire occidental (le « Prétoire ») s’inscrit en prolongement vers l’ouest, après arasement de l’angle sud-est de la colline le dominant. Les îlots au nord et au sud du forum s’organisent naturellement selon les orientations des portiques. Pour nos prédécesseurs176, leurs orientations sont aussi en lien avec les courbes de niveau de part et d’autre du plateau, ce qui expliquerait de fait la forme trapézoïdale du forum, laquelle aurait permis de « gérer l’articulation entre les deux systèmes d’orientations différentes qui prévalent au nord et au sud, en évitant les angles trop aigus ». Au nord, c’est une orientation de 23°E qui est relevée177 (fig. 24). Elle se retrouve pour les axes de circulation situés entre la « Domus aux citernes » et la « Domus au balneum », au niveau du « cardo » (section au nord du forum) et, entre, le long du mur occidental de l’Édifice nord-ouest à portique (les « Thermes »). Rares sont les rues présentant une orientation à 90° par rapport à ces axes, telle la rue entre l’extension orientale de la « Domus au balneum » et le mur sud de « l’Édifice nord-ouest ».

Fig. 24 – Hypothèses d’évolution des espaces de circulation du cœur de la ville antique (d’après Jehasse 2004) (DAO : S. Painsonneau et A. Coutelas).

Fig. 24 – Hypothèses d’évolution des espaces de circulation du cœur de la ville antique (d’après Jehasse 2004) (DAO : S. Painsonneau et A. Coutelas).
  • 178 De la même façon, il s’agit d’une valeur moyenne, l’orientation 15°O (ou N.75°E. pour J. Jehasse) (...)

150Au sud, c’est l’orientation 13°O qui prévaut178, les trois rues connues présentant cette orientation : au niveau de la « Domus au spicatum », pour le « cardo » (peut-être prolongé dans un premier temps le long de la façade du sanctuaire ; cf. infra) et pour la rue partant du portique méridional du forum (entre la « Domus à l’impluvium » et les boutiques). Les axes perpendiculaires sont nombreux et non limités à ce seul secteur méridional, mais leur orientation s’adapte à celles des édifices, notamment autour du sanctuaire occidental et de la « Domus au balneum ».

151À l’extrémité occidentale du site, le « decumanus » adopte une orientation purement est-ouest. Le même phénomène s’observe à l’extrémité (actuelle) orientale, où l’axe reprend à la sortie du forum une orientation est-ouest. Cette extrémité orientale du forum présente par ailleurs des orientations assez originales, estompées plus tard par l’implantation du temple dit de Rome et Auguste, puisqu’il empiète sur le retour oriental du portique. Rappelons ici que les portiques septentrional et méridional du forum n’apparaissent pas comme des dépendances directes du sanctuaire – comme par exemple dans le cas du temple de Mars Ultor à Rome, inauguré par Auguste en 2 av. J.-C. – car les entrecolonnements ont été murés ; l’installation de ce temple du culte impérial aura donc purement réduit l’espace du forum civil.

  • 179 Jehasse 2004, p. 103.
  • 180 Jehasse 1963, p. 94.
  • 181 Balty 1991, p. 134.
  • 182 Coutelas – Creissen, à paraître.

152Les fouilleurs restituent, dans un premier quadrillage urbain (voir fig. 24), une rue orientée globalement nord-sud longeant la façade de l’ensemble du « Prétoire » depuis l’arc monumental sud jusqu’à l’angle nord-est de la « Domus au balneum »179. Elle passerait juste à l’arrière du « Monument B » et aurait, on peut le supposer, recoupé le mur juste au nord (MR2315 ; voir fig. 2), qui nous semble isolé aujourd’hui. Elle se raccorderait à la rue au nord-ouest de la « Domus au balneum », via la venelle entre cet édifice et celui appelé « Thermes », laquelle semble avoir été condamnée dans un second temps. Cette hypothèse est donc convaincante. Cela implique que la rue est antérieure à ce qui pourrait être une possible seconde extension vers l’est de la domus (avec les pièces 20014 et 20015). Surtout, cette voie serait antérieure à l’escalier monumental du temple occidental, voire, plus vraisemblablement, à tout ce complexe. L’hypothèse de l’ajout de l’escalier n’est en effet pas la plus évidente, mais deux arguments obligent à ne pas l’écarter. Premièrement, l’escalier est techniquement postérieur au podium du temple ; mais cela est, en réalité, la norme dans la construction de ce type d’édifice. Secondement, il existe une rampe maçonnée (MR1270) plaquée contre la face nord du podium, dans l’angle nord-est (voir fig. 7). Son élévation est en opus incertum, son arase est inclinée et parfaitement lisse (fig. 25). Elle devait à l’origine être plaquée et couverte de blocs de grand appareil, éléments conservés à l’extrémité orientale et pour la moitié supérieure du parement nord ; ceux-ci étaient disposés plus ou moins en gradins, servant d’encadrement pour la partie maçonnée de la rampe. L’hypothèse d’un nymphée a été avancée180, mais on peut plus vraisemblablement y voir les vestiges d’un escalier, un accès latéral primitif éventuellement conservé par la suite. L’hypothèse est osée, mais elle trouve quelques parallèles dans le monde romain ; à Virunum (province du Norique) le temple s’isole, entouré de son péribole, « dans une aire exclusivement religieuse séparée du forum proprement dit par le passage d’une des rues du quadrillage urbain. »181 ; il en va de même à Luni (Italie) ; et à Ampurias, les accès au temple sont latéraux. Quant à la technique même de cet « escalier nord », avec sa fondation de type rampe maçonnée, on trouvera un exemple similaire à Pompéi dans le temple de Fortune Auguste182.

Fig. 25 – Rampe maçonnée 1270 contre l’angle nord-est du temple occidental. La section de maçonnerie au premier plan devait accueillir des blocs de grand appareil, tandis que celle au deuxième plan montre une arase oblique parfaitement lisse (cliché A. Coutelas).

Fig. 25 – Rampe maçonnée 1270 contre l’angle nord-est du temple occidental. La section de maçonnerie au premier plan devait accueillir des blocs de grand appareil, tandis que celle au deuxième plan montre une arase oblique parfaitement lisse (cliché A. Coutelas).

Conclusions

  • 183 Teatini 1996, p 113.

153Dix ans après la dernière synthèse, le site d’Aléria méritait une remise à plat des résultats. L’absence de données de fouilles détaillées et complètes, et l’évolution de la recherche ont motivé une reprise totale de l’étude du bâti et cet examen des interprétations et identifications anciennes des édifices. Certaines remarques anciennes ont été confortées ou éclaircies. Concernant les modèles architecturaux, tout d’abord ; comme déjà noté183, tous ceux qui ont été mis en évidence sont de tradition italique. Seules les citernes – avec leur bonde de décantation – dénotent une influence autre, peut-être plus ancienne, grecque. Concernant les édifices, c’est l’interprétation initiale voyant un mausolée dans le bâtiment le plus à l’ouest (le n° 01 sur la fig. 2) qui est de nouveau retenue, alors que progressivement c’est une fonction de fontaine qui s’était imposée. Le soi-disant « temple de Rome et Auguste », ou temple oriental, est plus raisonnablement à interpréter comme étant un temple du culte impérial. Les supposées domus sont toutes effectivement des résidences urbaines, malgré les volumes importants des citernes (« Domus aux citernes ») ou leur situation géographique (« Domus au dolium »). La « Domus au balneum » correspond à une maison urbaine ensuite pourvue d’un petit balnéaire, vraisemblablement limité aux seules structures de la zone inférieure de l’édifice. Dans son extension maximale, l’édifice a néanmoins pu revêtir la fonction de praetorium, en lien avec le sanctuaire occidental. Enfin, pour l’édifice en ellipse, au sud de la ville, rien ne permet d’invalider le fait qu’il s’agisse d’un amphithéâtre. L’hypothèse de ludus n’est cependant pas à écarter, mais elle mériterait de nouvelles opérations de terrain, notamment au nord du bâtiment.

154La position de la basilique n’est pas remise en question, bien qu’en réalité aucun argument supplémentaire ne vienne confirmer son identification. Quoi qu’il en soit, ce bâtiment appelle de nombreuses vérifications, afin de déterminer son extension exacte et de vérifier si tribunal et curie ne lui sont pas associés, notamment dans le secteur occidental. Le « Monument B » n’est probablement pas une curie, mais un petit temple distyle in antis dont on ne sait à qui il était consacré, quoiqu’il semble que l’analyse des documents épigraphiques puisse ouvrir quelques pistes.

155En revanche, l’appellation « Thermes » pour les structures au nord-ouest du forum est à abandonner. Le secteur du « Prétoire » a été entièrement revu. Les datations font, ici plus que partout ailleurs, cruellement défaut. L’ensemble n’est pas un praetorium, mais un complexe cultuel – le « sanctuaire occidental » – constitué d’un temple inscrit dans une porticus triplex. Il ne nous semble pas que l’on puisse affirmer sur la seule base de son appareil réticulé que l’arc nord soit de la période de Sylla. Il a été tout de suite intégré au complexe, avec le mur de péribole au nord, tandis que le portique, en cet endroit, procède d’une deuxième phase d’aménagement ; ce dernier ne présente pas toutes les caractéristiques des deux portiques doubles, à l’ouest et au sud.

156Le temple occidental ne doit plus officiellement être identifié comme étant un capitole, car aucun des arguments retenus n’est aujourd’hui considéré comme valable. Mais peut-être était-ce réellement un temple capitolin, ou un temple dédié à la divinité principale de la cité, au génie de la colonie, etc. Plutôt qu’un temple périptère sine postico, nous y voyons un temple à alae, peut-être tétrastyle avec, pour l’une des hypothèses, une première phase où l’accès se faisaient latéralement, au nord.

157Ainsi, en faisant le point après les diverses interprétations émises ces dernières décennies par les différents intervenants, et en apportant de nouveaux éléments de réflexion, cette étude renouvelle grandement notre vision du paysage urbain d’Aléria et de son évolution. Le cœur monumental paraît marqué par de grandes transformations, avec entre autres la réduction durant le Haut Empire de la place du forum pour l’insertion du temple oriental et, durant l’Antiquité tardive, le changement de fonction et de statut du complexe occidental avec l’implantation d’un petit édifice thermal, lequel a connu quelques extensions témoignant, vraisemblablement, d’une période d’activité assez longue.

158Ce travail fournit ainsi un dossier utile pour ouvrir de nouveaux pans de recherche sur l’agglomération. Des prospections géophysiques, d’ores et déjà programmées, permettront d’appréhender la ville dans sa globalité. À l’opposé, des nettoyages ponctuels préciseraient la nature des sols et des équipements déjà fouillés, permettant d’affiner l’interprétation de certains espaces, notamment dans le secteur des boutiques du forum, peu évoqué ici. De nouvelles fouilles seraient bien évidemment nécessaires, au moins pour compléter le plan des édifices en partie dégagés. Ces fouilles, ou tout autre moyen analytique, nous offriraient surtout de nouvelles datations. Celles-ci manquent, ou sont fréquemment sujettes à caution, ce qui permet d’ailleurs de comprendre pourquoi Aléria est si souvent absente des ouvrages de synthèse. Préciser tous ces points redonnerait à Aléria une position incontournable.

Haut de page

Bibliographie

Allegrini-Simonetti – Bontempi – Marchetti 2010 = F. Allegrini-Simonetti, J.-M. Bontempi, M.-L. Marchetti, Évacuation d’anciens déblais de fouille sur le site archéologique d’Aleria, Ajaccio, 2010 (Rapport d’opération de travaux sur site classé monument historique).

Ambrosi 1923 = A. Ambrosi, Notes archéologiques, Aleria, dans Bulletin de la Société des Sciences Historiques et Naturelles de la Corse, TXLIII, 1923.

Balty 1991 = J.-Ch. Balty, Curia ordinis : recherches d’architecture et d’urbanisme antiques sur les curies provinciales du monde romain, Bruxelles, 1991 (Mémoires - Académie royale de Belgique, Classe des beaux-arts, 2).

Bats 1994 = M. Bats, Les silences d’Hérodote ou Marseille, Alalia et les Phocéens en occident jusqu’à la fondation de Vélia, dans Annali di archeologia e storia antica, 1, 1994, p. 133-148.

Bénévent 1914 = E. Bénévent, La pluviosité de la Corse, dans Recueil des travaux de l’Institut de géographie alpine, vol. 2 (2), 1914, p. 239‑264.

Bermejo Meléndez – Carrasco – Manuel 2009 = J. Bermejo Meléndez, C. Carrasco, J. Manuel, La sala de los ediles de Arucci/TurobrigaOfficina Ponderaria Aruccitana, dans SAGVNTVM Papeles LabArqueol., 41, 2009, p. 187‑198.

Bernardini – Spanu – Zucca 2014 = P. Bernardini, P.G. Spanu, R. Zucca, Tharros : indagini nell’area dell’anfiteatro romano, dans The Journal of Fasti Online, [En ligne] URL : www.fastionline.org/docs/FOLDER-it-2014-313.pdf.

Bouet 1998 = A. Bouet, Un complexe thermal de l’Antiquité tardive : le « Prétoire » à Aléria (Haute-Corse), dans Gallia, 55 (1), 1998, p. 343‑363.

Bouffier 2014 = S. Bouffier, Du puits à la citerne : l’évolution des choix hydrauliques dans l’habitat des villes grecques de Sicile du Ve au IIIe siècle avJ.-C., dans S. Bourdin, J. Dubouloz, E. Rosso (dir.), Peupler et habiter l’Italie et le monde romain : études d’histoire et d’archéologie offertes à Xavier Lafon, Aix-en-Provence, 2014, p. 181-190.

Burrell 1996= B. Burrell, Palace to Praetorium: The Romanization of Caesarea, dans A. Raban, K.G. Holum (dir.), Caesarea maritima: a retrospective after two millenia, Leiden, 1996, p. 228‑247.

Cesari et al. 2010 = J. Cesari (dir.), Corse antique, Paris, 2010.

Corsi – Vermeulen 2015 = C. Corsi, F. Vermeulen, La ville romaine de Mariana (Corse) et son urbanisme, dans MEFRA, 127-1, 2015, [En ligne] URL : http://mefra.revues.org/2758.

Cortes i Vicente – Guitart i Duran 2011 = A. Cortes i Vicente, J. Guitart i Duran, La Arqueología de la casa romana en Cataluña, dans XVII International Congress of Classical Archaeology, Rome, 2011, p. 34‑49.

Coutelas et al. 2009 = A. Coutelas, S. Büttner, Ch. Oberlin, B. Palazzo-Bertholon, D. Prigent, F. Suméra, Le mortier de chaux, Paris, 2009.

Coutelas 2012a = A. Coutelas, Les méthodes de travail pour l’étude des terres cuites architecturales retrouvées à Cassinomagus (Chassenon, Charente), dans SFECAG, Actes du congrès de Poitiers, Poitiers, 2012, p. 711-717

Coutelas 2012b = A. Coutelas, La planification et le déroulement des chantiers de construction en Gaule romaine : l’apport de l’étude des matériaux non lithiques, dans S. Camporeale, H. Dessales, A. Pizzo (dir.), Arqueología de la Construcción III : Los procesos constructivos en el mundo romano : la economía de las obras, Mérida, 2012, p. 131-143 (Anejos de Archivo Español de Arqueologìa, 64).

Coutelas et al. 2013 = A. Coutelas, coll. S. Painsonneau, Ch. Loiseau, E. Foubert, C. Michel-Gazeau, Mission d’étude du bâti et de l’urbanisme de la ville antique d’Aléria (Haute-Corse) : phase 2, rapport technique, Ajaccio, 2013 (Rapport d’opération de travaux sur site classé monument historique).

Coutelas – Creissen (à paraître) = A. Coutelas, Th. Creissen, Un chantier pour les dieux : la construction du temple de Fortune Auguste à Pompéi, dans les actes du Colloque international « Quand naissent les dieux : fondation des sanctuaires antiquesMotivations, agents, lieux », École Française de Rome, 18-20 juin 2015, à paraître.

Coutelas – Painsonneau 2013 = A. Coutelas, S. Painsonneau, Mission d’étude du bâti et de l’urbanisme de la ville antique d’Aléria (Haute-Corse) : phase 2, rapport interprétatif, Ajaccio, 2013 (Rapport d’opération de travaux sur site classé monument historique).

Coutelas et al. 2014 = A. Coutelas, F. Allegrini-Simonetti, Ch. Loiseau, S. Painsonneau, La construction dans la ville romaine d’Aleria (Haute-Corse) : premières données sur l’approvisionnement et les techniques de mise en œuvre des matériaux, dans J. Lorenz, F. Blary, J.-P. Gély (dir.), Construire la ville : histoire urbaine de la pierre à bâtir, Paris, 2014, p. 121-134.

Dessales 2008 = H. Dessales, Des usages de l’eau aux évaluations démographiques : l’exemple de Pompéi, dans Histoire Urbaine, 22-2, 2008, p. 27‑41.

Dessales 2010 = H. Dessales, Les usages de l’opus reticulatum dans la construction romaine : le cas des enceintes et des aqueducs, dans R. Carvais et al. (dir.), Édifice & artifice : histoires constructives, Paris, 2010, p. 493‑502.

Espérandieu 1893 = E. Espérandieu, Inscriptions antiques de la Corse, Bastia, 1893.

Gros 2001 = P. Gros, L’architecture romaine du début du IIIe siècle avJ.-Cà la fin du Haut-EmpireTome 2 : Maisons, palais, villas et tombeaux, Paris, 2001 (Les Manuels d’art et d’archéologie antiques).

Gros 2011 = P. Gros, L’architecture romaine : du début du IIIe siècle avJ.-Cà la fin du Haut-EmpireTome 1 : les monuments publics, 3e édition, Paris, 2011 (Les Manuels d’art et d’archéologie antiques).

Jehasse 1958 = J. Jehasse, Aléria : fouilles de 1958. Rapport de fouilles, Direction des Antiquités Historiques, Provence-Corse, 1958.

Jehasse 1960 = J. Jehasse, Aléria : campagne de fouilles 1960. Rapport de fouilles, Direction des Antiquités Historiques, Provence-Corse, 1960.

Jehasse 1961a = J. Jehasse, Fouilles d’Aléria : campagne 1961, Direction des Antiquités Historiques, Provence-Corse, 1961.

Jehasse 1961b = J. Jehasse, Les fouilles d’Aléria, dans Comptes Rendus Séances Académie InscrB.-lett., 105 (2), 1961, p. 363‑379.

Jehasse 1962 = J. Jehasse, Rapport sur les fouilles d’Aléria : campagne 1962, Direction des Antiquités Historiques, Provence-Corse, 1962.

Jehasse 1963 = J. Jehasse, Les fouilles d’Aléria (Corse) : l’acropole et ses problèmes (1962), dans Gallia, 21-1, 1963, p. 77‑109.

Jehasse 1964 = J. Jehasse, Rapport sur les fouilles d’Aléria (1964), Direction des Antiquités Historiques, Provence-Corse, 1964.

Jehasse 1966 = J. Jehasse, Fouilles d’Aléria : rapport sur la campagne 1966, Direction des Antiquités Historiques, Provence-Corse, 1966.

Jehasse 1974 = J. Jehasse, Fouilles d’Aléria : campagne de 1974, Direction des Antiquités de la région Corse, 1974.

Jehasse 1976 = J. Jehasse, Circonscription de la Corse, dans Gallia, 34 (2), 1976, p. 503‑509.

Jehasse 2004 = O. Jehasse (dir.), Aleria métropole : les remparts préromains et l’urbanisation romaine, Ajaccio, 2004.

Jehasse 1985 = J. Jehasse, Fouilles programmées d’Aléria : 2B/3/24/009/002, programme 22, Direction Régionale des Antiquités Historiques de la Corse, Centre archéologique d’Aléria, 1985.

Jehasse – Boucher 1957 = J. Jehasse, J.-P. Boucher, Corse, Aléria, Direction des Antiquités Historiques, Provence-Corse, 1957.

Jehasse – Boucher 1959 = J. Jehasse, J.-P. Boucher, Les fouilles d’Aléria, dans Études corses, 21, 1959, p. 7-27.

Jehasse – Jehasse 1982 = J. Jehasse, L. Jehasse, Rapport pour les campagnes 1982, Direction des Antiquités historiques de la Corse, 1982.

Jehasse – Jehasse 1993 = J. Jehasse, L. Jehasse, La Corse antique, Ajaccio, 1993.

Jehasse – Jehasse 1997 = J. Jehasse, L. Jehasse, Aleria ressuscitée : 40 ans de découvertes archéologiques, Ajaccio, 1997.

Keay 2009 = S. Keay, Scoperte Ostia : La scena ritrovata ?, dans Archeo AttualPassato, 298, 2009, p. 42‑51.

Léandri – Thernot 1994 = F. Léandri, R. Thernot, Aleria ville romaine, relevé du site, Ajaccio, 1994 (Rapport d’opération de travaux sur site classé monument historique).

Lenoir – Rebuffat 1984 = E. Lenoir, R. Rebuffat, Le rempart et l’histoire d’Aleria, dans Archeologia Corsa, 8-9, 1984, p. 73‑95.

Leveau 2014 = Ph. Leveau, Épigraphie et archéologie des lieux d’hébergement : une confrontation des données, dans S. Demougin, M. Navarro Caballero (dir.), Se déplacer dans l’Empire romain : approches épigraphiques, Bordeaux, 2014, p. 11‑29.

Leveau – Gros – Trément 1999 = Ph. Leveau, P. Gros, F. Trément, La recherche sur les élites gallo-romaines et le problème de la villa, dans BullLiaison AGER, 9, 1999, p. 2‑10.

Loiseau 2012 = Ch. Loiseau, Les métaux dans les constructions publiques romaines (Ier-IIIe siècles aprJ.-C.), dans S. Camporeale, H. Dessales, A. Pizzo (dir.), Arqueología de la Construcción III : Los procesos constructivos en el mundo romano : la economía de las obras, Mérida, 2012, p. 117-129 (Anejos de Archivo Español de Arqueologìa, 64).

Martín Bueno et al. 2007 = M.A. Martín Bueno, I. Reklaityte, J.C. Sáenz Preciado, P. Uribe Agudo, Baños y letrinas en el mundo romano : el caso del balneum de la domus 1 del barrio de las termas de Bilbilis, dans Zephyrus, 60, 2007, p. 221‑239.

Medri 2001 = M. Medri, La diffusione dell’opera reticolata : considerazioni a partire dal caso di Olimpia, dans J.-Y. Marc, J.-Ch. Moretti (dir.), Constructions publiques et programmes édilitaires en Grèce entre le IIe siècle avJ.-Cet le Ier siècle apJ.-C., Paris, 2001, p. 15-40.

Mérimée 1840 = P. Mérimée, Notes d’un voyage en Corse, Paris, 1840.

Michel 2011 = F. Michel, Inscriptions latines et grecques de la Corse, Thèse de doctorat, Ausonius-Institut de recherche sur l’Antiquité et le Moyen Âge, Pessac, 2011.

Michel 2014 = F. Michel, coll. D. Pasqualaggi, La Corse, Paris, 2014 (Carte archéologique de la Gaule).

Michon 1891 = E. Michon, Inscriptions inédites de la Corse, dans Mélanges d’archéologie et d’histoire, 11-1, 1891, p. 106-132.

Neubauer et al. 2013= W. Neubauer, S. Seren, A. Hinterleitner, M. Doneus, K. Löcker, I. Trinks, E. Nau, M. Pregesbauer, M. Kucera, G. Verhoeven, The discovery of a gladiatorial school at Carnuntum, dans Proceedings of 10th International Conference on Archaeological Prospection, Vienne, 2013, p. 423‑426.

Oziol 1987 = T. Oziol, L’eau à Aléria, dans A. de Réparaz (dir.), L’eau et les hommes en Méditerranée, Paris, 1987, p. 255‑264.

Picoury 1993 = L. Picoury, L’appareil des murs de la ville romaine d’Aleria, mémoire de maîtrise d’études corses, Université de Corse, 1993.

Pizzo 2006 = A. Pizzo, Las técnicas constructivas del llamado « foro provincial » de Augusta Emerita, dans Anejos AEspA, XLII, 2006, p. 277‑296.

Poux 2013 = M. Poux, Une culina de type « pompéien » en territoire lyonnais : l’espace culinaire de la villa de Goiffieux à Saint-Laurent-d’Agny (Rhône), dans Gallia, 70, 2013, p. 135-164.

Quinn – Wilson 2013 = J.C. Quinn, A. Wilson, Capitolia, dans Journal of Roman Studies, 103, 2013, p. 117‑173.

Rebuffat – Gascou 1982 = R. Rebuffat, J. Gascou, Les propugnacula d’Aléria, dans Archeologia Corsa, 6-7 (1981-1982), 1982, p. 53-64.

Teatini 1996 = A. Teatini, Le testimonianze monumentali di età imperiale in Corsica : raffronti con la Sardegna, dans Sardegna e Corsica : problemi di storia comparata, Sassari, 1996, p. 77-152.

Thernot et al. 1997= R. Thernot, L. Cordier, P. Tramoni, coll. A. Carrier, Aleria ville romaine, relevé du site, bilan de la campagne de relevé 1997, Ajaccio, 1997 (Rapport d’opération de travaux sur site classé monument historique).

Haut de page

Notes

1 Jehasse 1963, p. 77.

2 Sur ce récit d’Hérodote (I, 161-167), voir entre autres Bats 1994.

3 Cesari 2010, p. 72.

4 Jehasse – Jehasse 1993, p. 21.

5 Arrêté d’autorisation 2012-05-MH. L’étude a nécessité 12 semaines de terrain (au printemps 2012) et a donné lieu à deux rapports : Coutelas et al. 2013 et Coutelas – Painsonneau 2013. Des fouilles anciennes, seul le mobilier stocké sur le site, de type matériaux de construction, a pu être étudié.

6 Voir notamment Jehasse 1963 et 2004, Teatini 1996, Cesari et al. 2010, Michel 2014.

7 Jehasse – Boucher 1959, p. 7.

8 Mérimée 1840, plus particulièrement p. 65-82.

9 Michon 1891.

10 Cet ensemble ne sera pas décrit ici ; signalons juste qu’il s’agit de maçonneries en grand appareil (n° 21 de la fig. 2).

11 Ambrosi 1923.

12 Jehasse – Jehasse 1997.

13 Jehasse 1963.

14 Jehasse 2004.

15 Des « stratigraphies » ont parfois été proposées, mais chaque fois décrites sous la forme de « log », sans relevé de coupe permettant d’apprécier la réalité du contexte.

16 Ces documents peuvent être consultés aux archives de la Médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine, à la côte 0080/068/0202. Y sont conservés les rapports de J.-P. Boucher de 1955 et 1956, ceux de J. Jehasse de 1957 à 1985, de 1990 et de 1992.

17 Lenoir – Rebuffat 1984.

18 Picoury 1993.

19 Ce travail a donné lieu à deux rapports, entre 1994 et 1997 : Léandri – Thernot 1994, Thernot et al. 1997.

20 Teatini 1996.

21 Bouet 1998.

22 Michel 2014, p. 145-193.

23 Coutelas et al. 2014.

24 Il faut d’ores et déjà signaler, ou rappeler, qu’à Aléria les datations font souvent défaut, ou qu’elles sont sujettes à caution. Le phasage n’a souvent été, dans le cadre de ce travail, que relatif.

25 Des mesures sont réalisées selon les principes présentés dans Coutelas 2012a.

26 Coutelas 2012b et Coutelas et al. 2014.

27 Les travaux de Teatini (1996) ont permis d’établir quelques jalons chronologiques pour l’évolution des techniques de construction, rappelés dans Corsi – Vermeulen 2015, mais tous ne peuvent être conservés aujourd’hui, notamment ceux ayant trait à l’opus testaceum.

28 Coutelas et al. 2014.

29 Coutelas et al. 2014, p. 126-127.

30 Analyses statistiques réalisées à partir des mesures de l’épaisseur et de la longueur de 50 éléments placés en parement.

31 Dessales 2010.

32 Allegrini-Simonetti et al. 2010, p. 7.

33 Coutelas et al. 2009, p. 96-99.

34 Loiseau 2012, p. 123-125.

35 F. Michel (2014) identifie deux niveaux en surface, le second correspondant à un dernier état, mosaïqué. Il est en réalité difficile d’imaginer un sol de mosaïque en revêtement de place de forum, l’espace étant soumis à une forte circulation des personnes. Surtout, il est probable que ces vestiges de tesselles correspondent à la zone aux pieds du temple occidental dans le secteur ayant accueilli l’autel, ou une fontaine.

36 Jehasse 2004, p. 140.

37 Le mur MR2180 n’a pas livré de traces de colonnes ; peut-être est-il trop arasé pour cela.

38 Les dimensions originelles de la place seraient donc 83 m de long au nord pour 87,50 m au sud, et 25 m de large à l’ouest pour 14,50 m à l’est, soit environ 1 660 m2.

39 Jehasse 1963, p. 88.

40 On note par ailleurs une certaine irrégularité dans les distances entre les colonnes des portiques du forum, probablement accentuée par les restaurations modernes. On trouve néanmoins un écartement préférentiel de 5 m pour les colonnes au sud, au niveau de la place du forum, et un écartement de 4 m pour les colonnes du portique nord et au niveau du temple.

41 Michel 2014, p. 161. Voir respectivement les textes 14, 10 et 2, p. 166-169.

42 Jehasse – Jehasse 1997, p. 161.

43 Michel 2011, p. 74.

44 Pizzo 2006, p. 291.

45 Jehasse – Jehasse 1993, p. 55, et Michel 2011, p. 77.

46 Jehasse – Jehasse 1997, p. 119.

47 Jehasse 1963, p. 84 et Bouet 1998, p. 346.

48 Jehasse 1976, p. 15.

49 Jehasse 2004, p. 118.

50 Michel 2014, p. 153.

51 Gros 2011, p. 152.

52 Quinn – Wilson 2013.

53 Quinn – Wilson 2013, p. 7‑8.

54 Quinn – Wilson 2013, p. 44.

55 Jehasse – Jehasse 1997, p. 166.

56 Voir Gros 2011, p. 124. Nous considérerons en tant que capitole ou capitolium les temples exclusivement dédiés à la triade capitoline, donc attestés par l’épigraphie.

57 Teatini 1996 et Bouet 1998.

58 Jehasse 1976, p. 504.

59 À moins qu’il ne s’agisse des vestiges du stylobate ; dans ce cas, le rythme des colonnes reste tout autant insaisissable.

60 Une photographie du rapport de 1974 confirme l’absence de maçonnerie.

61 Malgré ce « que confirme heureusement une découverte numismatique que nous avions faite : une monnaie marquée probablement au nom de M. Lurius, envoyé par Octave comme gouverneur de Sardaigne, et qui a fondé une colonie Iulia à Turris Libysonis, porte à l’avers un temple semblable à six colonnes. Ce qui permet de proposer comme datation 46-40. » (Jehasse – Jehasse 1997, p. 166).

62 Leveau et al. 1999, p. 5.

63 Leveau 2014, p. 18.

64 Burrell 1996, p. 232.

65 Gros 2011, p. 96.

66 Jehasse 2004, p. 144‑146.

67 Voir Bouet 1998, p. 346. L’auteur n’en donne cependant pas les raisons.

68 Les colonnes de la ligne interne sont moins nombreuses et d’un diamètre plus important : 72 cm de diamètre. Elles sont plus larges car elles recevaient la poutre maîtresse axiale sur laquelle reposaient les arbalétriers des deux versants de la toiture (Gros 2011, p. 97). Il est remarquable que l’espacement entre chaque colonne de la ligne interne corresponde à la distance entre ces colonnes et le stylobate, et entre ces colonnes et le péribole (4,40 m). Ces caractéristiques correspondent aux prescriptions de Vitruve (De Arch., V, 9, 4). En revanche, la ligne externe n’est pas constituée du double de colonnes. D’après les proportions avancées par l’architecte romain, on peut restituer la hauteur des portiques doubles vers 5,30 m.

69 Gros 2011, p. 114-115.

70 Notamment Teatini 1996, p. 94 et Michel 2014, p 154.

71 Michel 2014, p. 154.

72 Ou un « bassin de régulation » (Bouet 1998, p. 353).

73 Jehasse 1963, p. 92.

74 Medri 2001, p. 24.

75 Dessales 2010.

76 Medri 2001, p. 34. Plus qu’une forme d’assimilation, nous y voyons avant tout un effet de mode.

77 Voir les exemples donnés dans Medri 2001 (page 33 notamment).

78 Bien que cette technique ne soit pas des plus répandues, il ne s’agit pas d’un unicum. On peut citer, en exemple, l’arc de Medinaceli (en Tarraconaise), augustéen.

79 Gros 2011, p. 60.

80 Voir Jehasse 1962, p. 3 et Jehasse – Jehasse 1997, p. 166.

81 Bermejo Meléndez et al. 2009.

82 Voir Jehasse – Jehasse 1997, p. 166 et Jehasse 2004, p. 112.

83 Jehasse 1963, p. 91.

84 Balty 1991, p. 197 et 376‑379.

85 Gros 2011, p. 263.

86 Balty 1991, p. 191.

87 Michel 2014, p. 157.

88 Gros 2011, p. 248.

89 Jehasse 1963, p. 90.

90 Voir notamment Jehasse – Jehasse 1993, p. 42.

91 Gros 2011, p. 248.

92 Teatini 1996, p. 90.

93 Jehasse – Boucher 1957.

94 Jehasse – Boucher 1959, p. 13. Voir aussi la figure 10 dans Jehasse 1963.

95 On peut se demander si les deux massifs circulaires ou oblongs, creux, situés dans le quartier à l’est du temple dit « de Rome et Auguste », n’ont pas accueilli eux aussi des fonds de dolium ; ils pourraient alors appartenir à un local artisanal, sans que l’on puisse toutefois identifier la nature des activités.

96 Voir Jehasse – Boucher 1957, et Jehasse 1958, p. 6.

97 Jehasse 1963, p. 90.

98 Jehasse – Jehasse 1997, p. 164.

99 Michel 2014, p. 159.

100 Voir Jehasse 1961b, p. 3 et Jehasse 1963, p. 98-103.

101 Jehasse – Jehasse 1997, p. 170.

102 Teatini 1996, p 100.

103 Gros 2011, p. 389.

104 Martín Bueno et al. 2007, p. 224.

105 Gros 2011, p. 389.

106 Bouet 1998, p. 355‑357.

107 Jehasse 1961a, p. 378.

108 Michel 2014, p. 158.

109 Jehasse 1963, p. 97.

110 Voir Poux 2013.

111 Burrell 1996, p. 239.

112 Voir Burrell 1996, p. 244. Citons aussi le balnéaire du praetorium de Muru di Bangius (Sardaigne) qui est une partie essentielle de l’édifice, lequel est, il est vrai, situé hors la ville et pourrait avoir plutôt accueilli les fonctionnaires du cursus publicus (Leveau 2014, p. 18).

113 Le statut de l’édifice pourrait avoir changé suite à la division administrative de la province comprenant la Corse et la Sardaigne.

114 Il nous manque probablement une ouverture au sein du mur 1003, malheureusement très arasé et restauré.

115 Cortes i Vicente – Guitart i Duran 2011.

116 Jehasse 1963, p. 103.

117 Jehasse – Jehasse 1997, p. 171.

118 Michel 2011, p. 72.

119 Jehasse 1985, p. 5.

120 Voir Jehasse – Jehasse 1997, p. 209-210.

121 Voir surtout Jehasse – Jehasse 1982, p. 5-6, ainsi que Jehasse – Jehasse 1997, p. 136.

122 Jehasse – Jehasse 1997, p. 131.

123 Jehasse 1974, p. 3.

124 Jehasse 1966, p. 4. Seul A. Teatini (1996) y voit une construction néronienne, sur la foi des techniques de construction, avec une reprise au IIIe siècle.

125 Bouet 1998.

126 Bouet 1998, p. 354.

127 Jehasse 1960.

128 Jehasse 2004, p. 144.

129 Bouet 1998, p. 353.

130 Le mur 1239, isolé dans l’espace 10073, pourrait indiquer soit un état antérieur de l’édifice thermal, soit signaler l’existence d’une structure antérieure, recouverte par l’installation des thermes.

131 Bouet 1998, p. 348.

132 Bouet 1998, p. 352.

133 Jehasse 1961b, p. 2.

134 Jehasse 1963, p. 97.

135 Bernardini et al. 2014.

136 Keay 2009.

137 Michel 2014, p. 162-163.

138 Teatini 1996, p 108 ; Michel 2014, p. 162.

139 L’hypothèse de ludus a aussi été avancée pour le petit amphithéâtre de Portus ; voir Keay 2009, p. 49.

140 Neubauer et al. 2013.

141 Jehasse 1964, p. 2.

142 Jehasse 2004.

143 Plutôt qu’une tour disparue, nous y voyons plutôt une porte. Voir aussi Jehasse 2004, p. 40.

144 Jehasse 2004, p. 26.

145 Lenoir – Rebuffat 1984.

146 Lenoir – Rebuffat 1984, p. 77.

147 Jehasse 1963, p. 104.

148 Espérandieu 1893, p. 41, reprise dans Rebuffat – Gascou 1982. Voir aussi l’Année épigraphique 1982 (1984), p. 114-116. D’après Jean Jehasse, cette inscription, ainsi qu’une autre trouvée plus bas, associées à la nature des techniques de construction, permettraient de dater le rempart de la période augustéenne ; voir Jehasse 1963, p. 104.

149 Lenoir – Rebuffat 1984, p. 93.

150 Voir Jehasse 1963, p. 106 et Léandri – Thernot 1994.

151 Un seul est conservé, à l’est.

152 Jehasse 1963, p. 106.

153 Lenoir – Rebuffat, 1984.

154 Jehasse 2004, p. 147.

155 Michel 2011, p. 72.

156 Signalons que des enclos funéraires quadrangulaires de 8 m de côté ont été découverts sur le versant est du plateau ; voir Michel 2014, p 185.

157 Jehasse 1963, p. 106.

158 Gros 2001, p. 443.

159 Voir Oziol 1987 et Bouet 1998, p. 350. Il conviendrait cependant de vérifier la profondeur et la fonction du puits situé dans la « Domus aux citernes ».

160 Volume obtenu si l’on considère le bas de l’escalier comme niveau d’eau maximal. En revanche, si la limite correspond au ressaut observé pour les murs ouest et est, le volume peut atteindre environ 34 m3.

161 Bouffier 2014, p 183-184.

162 Actuellement, les dimensions de la citerne sont globalement de 4,80 x 4,20 x 4,20 m, soit un volume de 84 m3 environ. La moitié supérieure de la maçonnerie étant refaite, nous divisons par deux le volume obtenu, soit 42 m3. Mais comme le réservoir actuel ne semble constituer que la moitié de la citerne d’origine, nous doublons ce volume.

163 La couverture de la citerne a disparu ; la hauteur maximale de paroi non restaurée est de 2,70 m. Si on estime comme les fouilleurs que la hauteur allait jusqu’au niveau actuel de maçonnerie, soit à peu près le niveau de circulation, le volume atteignait environ 50 m3. Il est toutefois plus probable que la partie effondrée corresponde à la couverture (voûtée) de la citerne.

164 La hauteur choisie pour la citerne double 1323 est de 3,20 m, soit la hauteur actuelle des maçonneries, sachant que seul le tiers inférieur (au mieux) est antique. Le volume maximum serait de 140 m3 environ. La hauteur choisie pour la citerne orientale 1297 est celle maximale des parois, seule la voûte étant intégralement moderne. Le volume est donc de 32 m3.

165 Dessales 2008, p. 29.

166 Bouet 1998, p. 352.

167 Oziol 1987.

168 On considère que seule la moitié de la superficie de la maison permet de capter l’eau de pluie. Le chiffre 0,7 correspond au « taux de perte généralement retenu en contexte domestique (entre 20 et 40 %), correspondant à l’évaporation et aux difficultés de ruissellement sur les toitures » ; voir Dessales 2008, p. 38.

169 Bénévent 1914.

170 Dessales 2008, p. 38. Les chiffres varient selon les auteurs ou les instituts ; on trouvera par exemple une norme de 21 litres dans Bouffier 2014, p. 183.

171 C’est pour cela qu’à Pompéi les bains, au même titre que les fontaines d’atrium ou de péristyle, étaient dans les trois quarts des cas alimentés par de l’eau issue de l’aqueduc ; voir Dessales 2008, p. 34.

172 Le conduit est large de 20 cm environ, à piédroits en TCA (fragments) et couverture de briques posées en bâtière. Il est pris dans un caisson maçonné en opus caementicium à galets et fragments de TCA.

173 Teatini 1996, p. 89.

174 Voir Corsi – Vermeulen 2015.

175 Le relief explique aussi, peut-être, le fait que les axes de circulation soient de largeur réduite : 2 à 4 m seulement, contre 8,5 m en moyenne pour Mariana (voir Corsi – Vermeulen 2015).

176 Thernot et al. 1997, p. 14.

177 Nous gardons cette donnée par convention, suite au travaux de F. Léandri et R. Thernot, mais il est entendu que l’orientation varie selon les axes considérés entre 15°E (Jehasse 2004, p. 163) et 23°E, voire légèrement plus.

178 De la même façon, il s’agit d’une valeur moyenne, l’orientation 15°O (ou N.75°E. pour J. Jehasse) étant aussi relevée.

179 Jehasse 2004, p. 103.

180 Jehasse 1963, p. 94.

181 Balty 1991, p. 134.

182 Coutelas – Creissen, à paraître.

183 Teatini 1996, p 113.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Vue aérienne depuis le sud de l’agglomération antique d’Aléria (au premier plan), au sommet du plateau du fort d’Aléria, avec au second plan le Tavignano et l’étang de Diane (cliché pris en 2012, document/cliché Coll. Territoriale de Corse/Sébastien Aude balloïde photo).
Titre Fig. 2 – Plan de la ville romaine d’Aléria et indication des édifices principaux (DAO : S. Painsonneau et A. Coutelas).
Titre Fig. 3 – « Mètres carrés » de référence pour différentes techniques de petit appareil identifiées sur le site d’Aléria : opus incertum (mur d’enceinte méridional du « Prétoire »), opus mixtum (Domus au balneum), opus listatum (mur occidental des « Thermes »), opus mixtum à bandeaux (citerne de la Domus à l’impluvium), opus testaceum (façade sud-est du « Prétoire ») (DAO : S. Painsonneau et A. Coutelas).
Titre Fig. 4 – Plan de détail de la moitié orientale du forum, avec les numéros de structures appelés dans le texte (DAO : S. Painsonneau et A. Coutelas).
Titre Fig. 5 – Évolution de la partie orientale du forum (DAO : S. Painsonneau et A. Coutelas).
Titre Fig. 6 – Vue, depuis l’est, du portique sud du forum longé par le « trottoir hydraulique » CN2312. Au second plan le massif quadrangulaire MA2307 en face de la rue 20079 partant à gauche (au sud), entre les deux arbres. En arrière-plan, le complexe occidental avec l’escalier du « Capitole » (cliché A. Coutelas).
Titre Fig. 7 – Le secteur occidental dit du « Prétoire » et du « Capitole » avec, au centre, les « Thermes du Prétoire » (DAO : S. Painsonneau et A. Coutelas).
Titre Fig. 8 – Vue en direction de l’est de l’arase du mur nord du podium du temple occidental, avec en bordure la trace linéaire signalant la maçonnerie 1260 (cliché A. Coutelas).
Titre Fig. 9 – Coupes et élévations du complexe occidental, en lien avec le « decumanus », le forum et la « Domus au balneum » (relevés par Pierre Colas, document Coll. Territoriale de Corse).
Titre Fig. 10 – Vue, depuis la pièce 10055 de la « Domus au balneum », de la face septentrionale de l’arc monumental nord (pilier 1147) avec son parement en petit appareil réticulé (cliché A. Coutelas).
Titre Fig. 11 – « Monument A » vu depuis le portique sud du forum, composé des pièces 20092 à 20094. Au second plan les piles de l’arc monumental sud et l’angle sud-est du complexe occidental, avec l’accès moderne au secteur du cryptoportique (cliché A. Coutelas).
Titre Fig. 12. Plan de détail du « Monument B ». L’état final correspond aux murs en gris sombre. Les murs 2052 et 2055 sont des vestiges de l’état initial (DAO : S. Painsonneau et A. Coutelas).
Titre Fig. 13 – Le secteur au nord du forum avec la basilique (espaces 20019 et 20020) et la « Domus au dolium » (DAO : S. Painsonneau et A. Coutelas).
Titre Fig. 14 – « Domus au balneum », toutes phases confondues. Le mur 1141 au sud est le mur d’enceinte du complexe occidental (dit du « Prétoire ») et le massif 1147 est le pilier septentrional de l’arc monumental nord (DAO : S. Painsonneau et A. Coutelas).
Titre Fig. 15 – États initial et final de la « Domus au balneum » (DAO : S. Painsonneau et A. Coutelas).
Titre Fig. 16 – Plan du secteur dit « des Thermes et du Château d’eau », ou Edifice nord-ouest à portique, avec cartographie des différents types d’opus : en bleu l’opus incertum, en rouge l’opus mixtum (avec en orange l’opus listatum) et en marron l’opus testaceum (DAO : S. Painsonneau et A. Coutelas).
Titre Fig. 17 – Évolution des « Thermes du Prétoire » (DAO : S. Painsonneau et A. Coutelas).
Titre Fig. 18 – Plan du secteur de l’amphithéâtre avec cartographie des différents types d’opus : en bleu l’opus incertum, en rouge l’opus mixtum (avec en orange l’opus listatum) et en marron l’opus testaceum (DAO : S. Painsonneau et A. Coutelas).
Titre Fig. 19 – Soubassement en grand appareil du rempart préromain (ortophotographie : S. Painsonneau).
Titre Fig. 20 – Section occidentale du rempart romain, fondation et élévation (MR1388). La saignée verticale en paroi de la fondation (à droite de la mire) pourrait correspondre au négatif d’un piquet d’arpentage (cliché. A. Coutelas).
Titre Fig. 21 – Mausolée vu depuis le SSE. On distingue au premier plan le mur 1384 puis, juste derrière, la façade 1380 à la colonne semi engagée centrale. Le muret 1383 relie les deux et forme l’espace triangulaire 10125. À droite le mur d’enceinte oriental MR1387 avec, au second plan, sa terminaison sommitale en chaperon maçonné (cliché A. Coutelas).
Titre Fig. 22 – Plan, coupes et modèle 3D de la citerne de la « Domus à l’impluvium » (DAO : A. Coutelas et S. Painsonneau).
Titre Fig. 23 – Cavité dans le béton de tuileau constituant le fond de l’espace oriental des citernes du complexe dit du « Prétoire » (complexe occidental). On note un petit creux au milieu et un épais bourrelet périphérique (cliché A. Coutelas).
Titre Fig. 24 – Hypothèses d’évolution des espaces de circulation du cœur de la ville antique (d’après Jehasse 2004) (DAO : S. Painsonneau et A. Coutelas).
Titre Fig. 25 – Rampe maçonnée 1270 contre l’angle nord-est du temple occidental. La section de maçonnerie au premier plan devait accueillir des blocs de grand appareil, tandis que celle au deuxième plan montre une arase oblique parfaitement lisse (cliché A. Coutelas).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Arnaud Coutelas et Franck Allegrini-Simonetti, « Une capitale méconnue : la ville romaine d’Aléria (Corse) et sa parure urbaine », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En ligne], 129-2 | 2017, mis en ligne le 03 avril 2018, consulté le 24 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/mefra/4527 ; DOI : 10.4000/mefra.4527

Haut de page

Auteurs

Arnaud Coutelas

ArkeMine / UMR 8546 (CNRS-ENS Paris), arnaud.coutelas@arkemine.fr

Articles du même auteur

Franck Allegrini-Simonetti

Service des patrimoines, archéologie de la collectivité territoriale de Corse

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • OpenEdition Journals