Navigation – Plan du site

Le culte de Mars Auguste à Mustis et Simitthus (Tunisie)

Moheddine Chaouali

Résumés

Je propose ici l’édition de deux dédicaces inédites au dieu Mars Auguste en Afrique proconsulaire (Tunisie). La première datant du règne de Trajan ou d’Hadrien a été découverte à Mustis. Elle fait connaitre le nom complet d’un flamen perpetuus et s’ajoute au déjà riche panthéon de la ville. La seconde datant du règne de Septime Sévère a été découverte à Fej Hsine dans l’arrière-pays de Simitthus. Son apport est considérable quant à la titulature impériale, les martelages, les curies municipales et leurs activités évergétiques. L’attestation de la divinité guerrière Mars Auguste dans cette colonie julienne était liée à une assez forte présence militaire dont la mission était d’assurer la police dans les fameuses carrières de marbre numidique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Je tiens à remercier ici Mesdames V. Bouquier-Reddé, S. Demougin, S. Lefebvre et A. Daguet-Gagey, (...)

1Cette étude concerne l’analyse de deux documents épigraphiques inédits découverts dans le nord-ouest de la Tunisie et relatifs au dieu Mars Auguste1. Le premier est remployé dans le mur sud de la forteresse byzantine de l’antique Mustis (aujourd’hui El Krib) alors que le second a été découvert lors d’une prospection archéologique dans les montagnes situées au sud de Ghardimaou, non loin des villes de Simitthus, Thuburnica et Masculula. Le premier date du règne de Trajan ou d’Hadrien et le second de celui de Septime Sévère.

Fig. 1 – Lieux de découverte des deux dédicaces à Mars Auguste.

Fig. 1 – Lieux de découverte des deux dédicaces à Mars Auguste.

Premier document : dédicace à Mars Auguste découverte à Mustis 

Présentation du nouveau document

Lieu de découverte (fig. 1)

  • 2 La population de cette ville était constituée essentiellement de citoyens italiques et de colons d (...)
  • 3 Deux bornes déjà publiées le confirment. Il s’agit des deux inscriptions suivantes : CIL, VIII, 22 (...)
  • 4 AE, 1968, n° 601 : D(omino) n(ostro) / Imp(eratori) Caesari / Flauio Iulio Constantio / Pio Felici (...)

2Ce nouveau document est remployé dans le mur sud de la forteresse byzantine de l’antique Mustis (aujourd’hui El Krib) (fig. 2)2, ville située au sud-ouest de Thugga, au 90e mille sur la route Carthage-Theueste3. Pour l’histoire municipale, c’est un milliaire érigé en l’honneur de l’empereur Constance II (337-361)4 qui a fait connaitre son statut :

  • « Sous Tibère : Municipium Iulium ;
  • Sous Antonin le Pieux (vraisemblablement vers la fin du règne) : extension du territoire du municipe vers les plaines du sud, à une distance de plus de 4 milles (soit 6 km environ) ;
  • Sous Marc Aurèle (vraisemblablement vers la fin du règne) : Municipium Iulium Aurelium ;
  • Sous Commode (187-188) :
  • édification d’un arc, à la limite méridionale des Publica Mustitanorum,
  • statue de Marsyas érigée sur le forum du Municipium Iulium Aurelium »5.

Fig. 2 – Le mur sud de la forteresse byzantine de Mustis.

Fig. 2 – Le mur sud de la forteresse byzantine de Mustis.

Description du monument (fig. 3)

3La pierre est affectée d’éclats aux niveaux des angles et d’un autre au sommet, qui a emporté plusieurs lettres ; une forte usure au milieu de la face inscrite en a fait disparaître d’autres. Une fissure oblique la coupe en deux, mais ne gêne guère la lecture du texte. Les deux fragments sont toujours jointifs.

4Cette inscription en calcaire blanc a les dimensions suivantes : hauteur 33 cm, largeur 117 cm. L’épaisseur est impossible à mesurer. La hauteur des lettres est de 5 cm environ. Le champ épigraphique entouré d’un rebord plat a les dimensions suivantes : hauteur 27 cm, largeur 106 cm. La hauteur des lettres est de 5 cm environ ; l’interligne de 1,5 cm. On remarque des points de séparation en forme d’hederae, deux à la 2e ligne et trois à la 3e. Les lettres sont de bonne facture et régulières, la gravure est élégante et très soignée.

Fig. 3 – Dédicace à Mars Auguste de Mustis.

Fig. 3 – Dédicace à Mars Auguste de Mustis.

5Malgré l’usure de la pierre, la lecture des lettres ne pose pas de problème particulier. À la lumière rasante, certaines peuvent être lues comme les M et F de la 2e ligne et FLA de la 3e ligne.

MARTI […..]CR
P * VALERIVS M F […] MVCIANVS *
II VIR FLA[…..] S * P * F *

Marti [Augusto sa]cr(um) / P(ublius) Valerius M(arci) f(ilius) [Arn(ensi tribu)] Mucianus / IIuir fla[m(en) perp(etuus)] s(ua) p(ecunia) f(ecit).

« À Mars Auguste consécration, Publius Valerius Mucianus, fils de Marcus, de la tribu Arnensis, duumvir, flamine perpétuel, l’a fait construire à ses frais ».

6Cette nouvelle dédicace, qui ne figure pas dans l’étude du grand savant A. Beschaouch sur Mustis, est faite à Mars Auguste par, P. Valerius Mucianus, duumvir et flamine perpétuel, à ses frais.

Chronologie 

  • 6 La ressemblance de plusieurs textes très proches d’aspect a amené ce grand spécialiste à dater du (...)

7Selon toute vraisemblance, ce document remonte au règne de Trajan ou d’Hadrien. Cette datation est rendue possible grâce à une autre dédicace à Vesta Auguste faite par le même personnage cité par notre inscription P. Valerius Mucianus datée par A. Beschaouch de cette même période6.

P. Valerius Mucianus : un dédicant déjà connu

8Le dédicant, P. Valerius Mucianus, duumvir et flamine perpétuel inscrit dans la tribu Arnensis n’est pas un inconnu puisqu’il a offert à ses frais un monument à Vesta Auguste à Mustis dont voici le texte :

  • 7 Bassignano 1974, p. 123-130, n° 2.

Beschaouch 1968, p. 70 ( = 186), n° 10 ( = AE, 1968, 597) : Vestae Aug(ustae) sacr(um) / [P(ublius) V]alerius M(arci) f(ilius) Arn(ensi tribu) Mucianus / IIuir fla[m(en)] perp(etuus) s(ua) p(ecunia) f(ecit)7.

9La dédicace à Mars Auguste permet de restituer le nom complet du dédicant à Vesta Auguste qui est P. Valerius Mucianus. D’ailleurs, A. Beschaouch avait judicieusement restitué l’initiale du gentilice. Le prénom, quant à lui, était resté totalement inconnu. D’un autre côté, la dédicace à Vesta Auguste permet de restituer les lacunes figurant dans l’inscription au dieu Mars Auguste comme Arn(ensi tribu) de la deuxième ligne et flam(en) perp(etuus) de la troisième ligne.

  • 8 Dana 2011, p. 69.
  • 9 AE, 1968, 597.
  • 10 CIL, VIII, 27069 = MAD, 829 ; CIL, VIII, 27072 = MAD, 833.
  • 11 CIL, VIII, 26352 = Uchi Maius 2, 252 ; CIL, VIII, 26378 = Uchi Maius 2, 292.
  • 12 AE, 2011, 1700.
  • 13 CIL, VIII, 270 + 11451 + 23246.
  • 14 CIL, VIII, 2794.
  • 15 CIL, VIII, 4597.
  • 16 Bassignano 1974, p. 128 pense qu’il n’est pas originaire de la ville.

10Le cognomen du dédicant, Mucianus (gr. Moukianos), d’assonance thrace mérite une attention particulière. Il est attesté au moins 150 fois en Thrace, Macédoine orientale et Bithynie où il est fréquemment porté par des militaires thraces8. En Afrique, ce cognomen est porté par quelques individus à Mustis9, Thugga10, Vchi Maius11, Carthage12, dans le saltus Beguensis13, Lambaesis14 et Diana Veteranorum15. Bien qu’il ne soit pas très répandu en Afrique, il est probable que P. Valerius Mucianus soit africain16. Son nom s’ajoute à une liste bien connue des dédicants au dieu Mars en Afrique romaine eux aussi flamines perpétuels (voir tableau).

N°  Noms des flamines Objet de la dédicace Chronologie Références Provenance
1 … flamine perpétuel Temple à Mars IIe-IIIe siècles ILAlg, I, 2055 Madauros
2 Marcus Antonius Martialis Valerianus flamine perpétuel Restauration du temple de Mars IIe-IIIe siècles ILAlg, I, 2056 (AE, 1908, 243) Madauros
3 Quintus Furfanius Martialis flamine d’Auguste Une statue à Mars IIe siècle CIL, VIII, 25703 (AE, 1891, 119) Thuburnica
4 P. Valerius Mucianus duumvir et flamine perpétuel Monument à Mars Trajan ou Hadrien Inscription inédite Mustis
5 T. Flauius Breucus flamine perpétuel Une base et une statue Fin Ier-début IIe s ILAlg, II, 3, 7675 (AE, 1915, 69) ; cf. ILAlg, II, 3, 7677 (AE, 1915, 103) Cuicul
6 Q. Gargilius Quietus flamine perpétuel Une statue à Mars IIe-IIIe siècles ILAlg, II, 3, 7678 (AE, 1912, 26) Cuicul
7 C. Iulius Crescens Didius Crescentianus flamine perpétuel Arc surmonté de trois statues 160-161 ILAlg II, 3, 7644 (AE, 1949, 40) Cuicul
8 M. Pompeius Pudentianus flamine perpétuel Des statues à Mars et aux membres de la famille impériale sévérienne 198-211 BCTH, 1941, p. 102-103 (AE, 1941, 46) Thamugadi
9 M. Vlpius Andronicus flamine Autel IIe-IIIe siècles CIL, VIII, 8439 Sitifis
  • 17 Il faut reconnaître aussi que des prêtres et dédicants au dieu Mars sont attestés à 1) Ammaedara : (...)
  • 18 Beschaouch 1968, p. 103.

11En examinant ces témoignages on ne saurait nier que ce tableau, qui ne prétend aucunement être exhaustif, ne nous permet guère d’en tirer une conclusion importante. Il existe bel et bien un lien étroit entre le culte impérial représenté par les flamines perpétuels et celui du dieu Mars même si le nom de l’empereur n’est pas mentionné17. Quoi qu’il en soit, cette nouvelle dédicace au dieu Mars Auguste vient enrichir le déjà riche panthéon de la ville de Mustis constitué des divinités suivantes : Aesculapius, Aesculapius Aug., Apollo Aug., Caelestis, Cereres, Ceres Aug., Dii Mauri Castores Augg, Dis, Ianus Pater, Marsyas, Mercurius, Nutrix deum, Pantheus Aug., Pluto Aug., Pluto frugifer Aug., Genius Mustis, Tellus Aug., Vesta Aug., Victoria Aug18. Si ce premier document fait état d’une dédicace faite par un flamine perpétuel, le deuxième est d’un tout autre intérêt, puisqu’il fait connaître un autre type de dédicant qui est la curia Martis.

Le deuxième document : dédicace à Mars Auguste découverte à Fej Hsine (territoire de Simitthus

Présentation du nouveau document (fig. 4)

Le lieu de la découverte

12Ce document a été découvert dans les montagnes situées près de la mine de Fej Hsine au sud de Ghardimaou (au nord-ouest de la Tunisie), plus précisément entre les villes de :

  • Thuburnica (Sidi Ali Belgacem)19, colonie sous Auguste au plus tard où un culte à Mars est attesté20 ainsi que des curiales21.
  • Simitthus (Chimtou)22, colonie sous Auguste dont le nom officiel est Colonia Iulia Augusta Numidica Simitthus23 où un culte à Mars est attesté par un document inédit où nous connaissons les curies Caelestia, Iouis, Martia et Germanica.
  • Vieux Ghardimaou où a été reconnue une ciuitas24.
  • Masculula (Hr. Guergour)25.

13Une prospection archéologique à proximité immédiate du lieu de découverte a permis de découvrir des harpes, plusieurs pans de murs en opus africanum, beaucoup de céramique tardive, une inscription libyque inédite, une inscription funéraire latine inédite… Curieusement, ce site ne figure pas dans l’Atlas archéologique de la Tunisie. Cependant, il est à noter que l’implantation topographique de Fej Hsine prouve qu’on est évidemment en milieu rural loin du chef-lieu et que le site se trouve dans la région des grandes plaines où sont attestés des militaires pour surveiller les grandes propriétés impériales et que la colonisation de vétérans y a joué un rôle important.

Description du monument

14Au moment de sa découverte, une partie de cette inscription était enfouie dans le sol, il n’en était visible que les lettres MAR de la première ligne et PRO SAL de la deuxième. La pierre est affectée de deux éclats au niveau des extrémités latérales et d’un autre au niveau des deux premières lignes. Une fissure oblique la coupe en deux, mais ne gêne guère la lecture du texte. Les deux fragments sont parfaitement jointifs. Les dimensions totales sont les suivantes : largeur 130 cm, hauteur 36 cm, épaisseur : 45 cm. La hauteur des lettres varie entre 3,5 et 4 cm. Des points de séparation sous forme d’hederae. Malgré l’usure, la lecture à la lumière rasante fait apparaître la majorité des lettres. D’autres sont complètement effacées, notamment aux deux premières lignes mais leur restitution ne pose pas de problème particulier. L’inscription présente deux martelages, le premier aux lignes 3 et 4, le second à la 7e et dernière ligne. Les abréviations sont usuelles et courantes : L pour Luci et AVGG pour Augustorum duorum. On remarque ausi des points de séparation sous forme d’hederae.

15À bien regarder la graphie, on note quelques « imperfections ». Ainsi, les espaces entre les mots ne sont pas constants : 1 cm entre SEPTIMI et SEVERI à la 2e ligne, alors qu’ils atteignent jusqu’à 4 cm entre CVLAM et A SOLO à la 5e. Il en est de même pour les espaces entre les lettres notamment à la ligne 2 où celles de SEPTIMI SEVERI ne sont espacées que de 0,5 cm, donc très serrées les unes aux autres alors qu’il y a 1 cm entre R et T dans MARTIS à la 4e ligne. Par conséquent, il est clair que le lapicide n’a pas bien réparti les mots et les lettres du texte. Bien plus, les lettres dont la hauteur n’est pas toujours constante ne sont pas toutes gravées de la même manière. Je me limite à donner trois exemples pour les lettres V, S et L. Les deux hastes du V ne sont pas parfaitement jointes dans AVGG à la 3e ligne alors qu’elles sont mieux dessinées pour les mots CVRIA et SVA. La lettre S est gravée de 3 manières différentes dans les mots SEPTIMI, SOLO et SVA. Enfin, la haste horizontale du L à la 2e ligne n’est pas bien droite et la haste verticale s’infléchit vers le bas en dépassant l’alignement alors qu’elle est mieux tracée pour le mot LOCO par exemple. Les points de séparation en forme d’hederae ne sont pas bien répartis dans le texte, aucun à la 2e ligne, 1 à la 4e ligne, 1 à la 5e ligne et 3 à la 6e ligne. Toutes ces remarques sur l’ordinatio prouvent à l’évidence qu’il s’agit d’une inscription peu élégante et peu soignée.

Fig. 4 – Dédicace à Mars Auguste de Fej Hsine.

Fig. 4 – Dédicace à Mars Auguste de Fej Hsine.

16Malgré l’usure de la pierre, la lecture ne pose pas de problème particulier. On peut lire ce qui suit :

MAR[……]A᷂C᷂RVM
PRO SALVTE IMP [- - -]ES L SEPTIMI SEVERI
PERTINACIS * AVGG * ADZIANETICI * [[- - -]]
[[- - -]] CVRIA MARTIS * AEDI
CVLAM A SOLO ET STATVAM * SVA PECV
NIA * FECERVNT * DEDICAVERVNT * LOCO DATO
[[- - -]]+++++

Mar[ti Augusto s]acrum / pro salute Imp(eratoris) [Ca]es(aris) L(ucii) Septimi Seueri / Pertinacis Augg(usti) (sic) Adzianetici [[- - - / - - -]] curia Martis aedi/culam a solo et statuam sua pecu/nia fecerunt dedicauerunt loco dato / [[- - - ]]+++++.

« Consacré à Mars Auguste pour le salut de l’Empereur César Lucius Septimius Severus Pertinax Auguste vainqueur des Adiabènes … la curie de Mars a érigé un édicule depuis les fondations et une statue et les a dédiés, emplacement donné … ».

17Il s’agit bien d’une dédicace au dieu Mars remontant au règne de Septime Sévère. Ce document inédit dévoile le nom de la curie de Mars. La nature de la dédicace faite aux frais de cette dernière consiste en la construction d’un « édicule » depuis les fondations et l’érection d’une statue divine.

Chronologie et titulature impériale

  • 26 Kienast 1996, p. 158 ; Daguet-Gagey 2000, p. 254.
  • 27 Kienast 1996, p. 156 ; Daguet-Gagey 2000, p. 287-290.
  • 28 CIL, VIII, 1482 + 15504 + 26498 = DFH, n° 38, p. 111-114.
  • 29 AE, 1994, 1901 b. (tr pot II, Imp III, cos II, soit entre le début janvier et mai 194). AE, 1992, (...)

18Le fait que Septime Sévère soit Adiabenicus, mais pas encore Parthicus Maximus, inciterait à placer ce document entre l’été 195, date des victoires remportées sur les Adiabènes et les Arabes26, et le 28 janvier 198, date à laquelle est célébrée à Rome la Victoire Parthique commémorant les succès de la fin de l’année 19727. À s’en tenir à ces seuls éléments, le texte pourrait donc dater de la période comprise entre l’été 195 et le début de l’année 198. Mais peut-être pouvons-nous rétrécir cette fourchette si le nom martelé (aux lignes 3 et 4) est bien celui de Clodius Albinus, ce qui nous placerait entre l’été (victoires sur les Arabes et les Adiabènes) et la fin de 195 (rupture avec Albinus). Les inscriptions donnant le surnom triomphal Adiabenicus pour Septime Sévère pendant cette période sont très rares. En Afrique, on ne peut guère citer qu’un texte de Thugga associant Albinus à Septime Sévère (tr pot III, cos II, donc entre le 10 décembre 194 et le 9 décembre 195) qualifié de Parthicus Arabicus Parthicus Adiabenicus28. D’autres documents semblent donner ces surnoms triomphaux à Septime Sévère avant la mi-195, peut-être dès le début de 194 (tr pot II, Imp III, cos II, soit entre le début janvier et mai 194 ; peut-être aussi : tr pot, Imp III, cos II)29.

  • 30 Ben Abdallah 1992, p. 17 et 19 de 198-209 (AE, 1992, 1969 et 1770 cf. 1993, 1733).
  • 31 AE, 1993, 1737, qui rectifie AE, 1992, 1798, des années 198-209.
  • 32 CIL, VIII, 14454 des années 198-209.
  • 33 ILAlg, II, 3, 7674 (AE, 1916, 29) de l’année 210.
  • 34 ILS, 9102 A datable de 198-211 et BCTH, 1904, p. 201, n° 31 datable de 198-209.
  • 35 CIL, VIII, 2465 + 17953 de l’année 198.
  • 36 AE, 1941, 46 des années 198-211.
  • 37 CIL, VIII, 17625 de 193-211.

19Hormis notre texte, plusieurs autres relatifs au culte de Mars remontent au règne de Septime Sévère à Ammaedara (Haïdra)30, Sutunurca31, Hr. Sidi Soltane près de Vaga32, Cuicul33, Lambaesis34, Menaa35, Thamugadi36, Vazaiui37… Il n’est donc pas impossible que ce culte soit en rapport avec la politique militaire de cet empereur.

20En outre, la titulature impériale de Septime Sévère amène quelques remarques sur le formulaire utilisé à savoir :

  • le titre Adzianeticus pour Adiabenicus
  • l’absence du titre Arabicus généralement associé à Adiabenicus
  • et enfin le redoublement de la lettre g dans Augg.
  • 38 CIL, VIII, 306.
  • 39 CIL, VIII, 26256 ; 26260.
  • 40 CIL, VIII, 10337 ; 10338 ; 10362.
  • 41 CIL, VIII, 20262.
  • 42 CIL, VIII, 22567 ; 22566.
  • 43 CIL, VIII, 22611.
  • 44 ILS, III, 2, index, p. 838.

21L’emploi de la forme Adzianeticus et non Adiabenicus, sauf preuve contraire, elle ne se trouve nulle part ailleurs. Il s’agit évidemment pour le début d’une variante phonétique de la forme habituelle, assez courante sur les inscriptions romano-africaines puisqu’on rencontre soit Aziabenicus comme à Ammaedara38 et Vchi Maius39, soit Azabenicus comme à Sitifis40, Satafis41 et Tipasa42 soit Adzab(enicus) comme à Altava43, Il est donc assez fréquent de trouver Z pour D ou DI44, et donc Az- ou Azi-abenicus ; quant à la fin de la forme –neticus pour –benicus, elle est sans doute fautive et reste difficile à expliquer.

  • 45 Kienast 1996, p. 158.
  • 46 CIL, VIII, 21613.
  • 47 AE, 1941, 28, cf. CIL, XIII, 2612 a et 3222.

22L’épithète Adiabenicus (ou Adzianeticus de notre texte) est ici employée seul sans Arabicus qui lui est normalement associée45. Il existe bien quelques rares attestations d’Arabicus ou d’Adiabenicus seuls, mais elles ne sont guère probantes comme l’inscription de Portus Magnus (Oran) qui est une dédicace martelée à Géta46, donc en principe postérieure à 198, où Sévère est seulement Parthicus Adiabenicus alors qu’on attendrait Parthicus maximus (et même si on la place à la fin de 197, il manque Arabicus). Ce qui serait plus intéressant car « officiels », ce sont des lingots de plomb trouvés en Gaule et provenant de Bretagne qui semblent ne donner à Sévère que ce surnom Parthicus Adiabenicus ; ils sont malheureusement mutilés, le plus complet se lisant [Imp.] C[aes. L. Se]p[t(imi) Seueri / Perti]nacis Aug Partici Adiabenici47. Sans être unique, l’emploi d’Adiabenicus seul trouve ainsi quelques rares parallèles.

  • 48 Kienast 1996, p. 162-163. Caracalla reçut sa deuxième puissance tribunicienne entre le 28 janvier (...)
  • 49 Kienast 1996, p. 166 ; Daguet-Gagey 2000, p. 290-292.

23L’abréviation Augg. employée à la même ligne implique normalement le règne commun de deux empereurs. Or, l’inscription n’est pas postérieure à la date du 28 janvier 198, date de la proclamation de Caracalla Auguste48 et de l’élévation de Geta au rang de César49. Ainsi Augg. ne peut être qu’une faute du lapicide puisqu’il n’y a qu’un seul empereur qui est Septime Sévère. Même si l’on admet l’hypothèse selon laquelle le nom de Clodius Albinus aurait pris place aux lignes 3 et 4, le redoublement du g dans Augg. n’a en l’occurrence pas sa raison d’être à la ligne 3. Cela étant, et sans recourir aux statistiques, parce que la recherche est encore incomplète à ce sujet, le peu d’élégance de la graphie et les différentes « anomalies » de formulation prouvent qu’on est dans un milieu imparfaitement latinisé manquant sans doute de pratique épigraphique.

Deux martelages ambigus

24C’est une gageure de vouloir résoudre les problèmes liés aux martelages dans notre document. On peut toutefois présenter des hypothèses et proposer des pistes de recherche. Avant toute tentative, j’attire l’attention sur le fait que les deux martelages ne se présentent pas de la même façon et semblent avoir été réalisés à deux époques par des mains différentes. Le premier, celui des lignes 3 et 4, a la particularité d’être exécuté avec beaucoup de soin et très profondément, faisant disparaître tous les caractères, alors que le deuxième, celui de la dernière ligne, est grossier et semble avoir été réalisé dans un deuxième temps. Plusieurs possibilités de restitution s’offrent.

  • 50 Plusieurs exemples dans ILS, III, 2, index, p. 870-871.
  • 51 Kienast 1996, p. 162-163 : Caracalla reçut sa deuxième puissance tribunicienne le 10 décembre 198 (...)

25De prime abord, l’emploi du pluriel pour les verbes fecerunt et dedicauerunt pourrait laisser penser que plusieurs curies avaient agi collectivement et que la curie de Mars n’avait pas financé toute seule la construction de l’édicule et l’érection de la statue, autrement dit qu’elle serait intervenue conjointement avec une autre curie dont le nom a été martelé. Je pense que ces mêmes verbes ne s’accordent pas avec les noms de la curie de Mars et le nom d’une autre curie mais avec la seule curia Martis, qui représente à elle seule une collectivité et bon nombre de curiales. Il s’agit bien d’un accord grammaticalement fautif mais qui s’explique par le sens, c’est une constructio ad sensum50. Par ailleurs, il n’existe pas de martelage comparable sur les inscriptions africaines. À Timgad, en effet, où il y a un martelage concernant une curie, le mot curia a été respecté, c’est le nom Commoda ou Commodiana qui a été effacé puis regravé. En outre, comme les curies sont des sections officielles de vote, on ne peut en tant que telles les « condamner » et c’est le nom impérial qu’elles portent qui peut l’être. Étant donné le contexte général de la dernière décennie du IIe siècle, il est possible donc d’avoir le nom d’un empereur martelé. Après avoir écarté les noms de Caracalla, proclamé Auguste le 28 janvier 19851, et celui de Geta élevé au rang de César la même année, il reste celui de Clodius Albinus, D(ecimus) Clodius Septimius Albinus, qui serait placé aux lignes 3 et 4.

26Le second martelage, situé à la dernière ligne, est lui aussi très difficile à restituer. À la lumière rasante, j’ai pu discerner le haut des hastes des lettres RVM suivies, peut-être, de B B. S’il faut bien lire ces dernières lettres, développées en b(onis) b(ene), on doit penser à un génitif pluriel qui irait bien avec loco dato, [decreto, iussu, permissu - - -]rum. La lecture paganorum ou uicanorum est elle aussi envisageable. Le martelage pourrait dans ce cas s’expliquer par le fait qu’une collectivité (pagus ou uicus) dépendant de Thuburnica ou de Simitthus aurait outrepassé ses droits. Cette dernière éventualité est à prendre avec beaucoup de réserves puisque dans l’état actuel des connaissances, aucun pagus et uicus n’est attesté près du lieu de notre découverte.

  • 52 CIL, VIII, 26624 = ILTun, 1438 = DFH, 53, p. 150-151 et CIL, VIII, 26598 = ILAfr, 535 = ILTun, 142 (...)

27Le nom d’un notable local trouverait peut-être lui aussi place à la 7e ligne. Son implication aux côtés de Clodius Albinus lors de la crise des années 195-197 aurait été jugée suffisamment forte pour entraîner, à la mort du prince, le martelage des inscriptions le concernant. Un cas similaire se trouve à Thugga[[…]]us Q. fil. Arn. Gabinius Octauius Festus Sufetianus a été victime de l’abolitio memoriae à cause de ce même mauvais choix52. Un règlement de compte entre personnes dans la région était à l’origine de cette condamnation de mémoire. Je m’arrête avec ces hypothèses tout en reconnaissant qu’elles ne sont pas démunies de risques. Les spécialistes des martelages porteront, sans doute, des réponses à ces deux « énigmes » épigraphiques.

La curia Martis : un nom théophore de forme inédite

  • 53 CIL, VIII, 17829 ; 17831 ; AE, 1901, 191 ; 1941, 46 ; 1954, 154…
  • 54 Curia Iouis : Simitthus : CIL, VIII, 14683 = ILTun, 1262 (AE, 1890, 156) ; curia Saturnia : Lambae (...)
  • 55 Curia Iulia (Lambaesis : CIL, VIII, 2596 et 3516 ; Lepcis Magna : IRT,406 et 417) ; curia Augusta (...)
  • 56 Comme à Uthina où la cur(ia) VIIII Valer(ia) pourrait évoquer un membre de la famille des Valerii (...)
  • 57 Certaines curies portaient un numéro d’ordre qui implique l’existence d’une liste hiérarchisée com (...)

28Venons-en maintenant à la dénomination curia Martis qui figure à la ligne 4. En Afrique deux cas de figure se présentent, celui où les curies ou leurs curiales sont mentionnées collectivement sans que leur nom apparaisse53 et celui où elles sont nommément désignées : on trouve alors trois situations, des noms théophores54, des noms évoquant l’empereur, sa famille ou les victoires impériales55 et quelques rares cas de noms de particuliers56. Celui de la curia Martis est à répertorier dans la première situation puisqu’il est dérivé du nom de la divinité Mars57. Il est à noter que ce nom théophore est déjà attesté sur une inscription de Simitthus, dont voici le texte :

AE, 1955, 126 (fig. 5) : D(is) M(anibus) s(acrum) / Volcius Messor / testamento meo lega/tum dedi curiae Germani/cae do lego / (denarios) CCL curiae Mar/tiae do lego / (denarios) CCL a uobis curi/ales optimi peto fideique vestr(a)e / committo uti mihi quodan/nos( !) in annos singulos non / minus quinqu(i)es parentetis / quod ipsum facturos vos re/promisi mihi vix(it) an(nos) XX / h(ic) s(itus) e(st) / Volcius Maurus lib(ertus) de suo / patrono suo fecit.

Fig. 5 – Chimtou, musée archéologique : cippe portant l’inscription AE, 1955, 126.

Fig. 5 – Chimtou, musée archéologique : cippe portant l’inscription AE, 1955, 126.
  • 58 Kotula 1968. Les curies sont attestées dans 50 villes d’Afrique proconsulaire.
  • 59 Dupuis 2009, p. 105. Les nouvelles attestations épigraphiques de curies africaines se trouvent à M (...)
  • 60 Kotula 1968, p. 76. On trouve par exemple la curia Caelestia à Henchir Bou Cha et à Simitthus, et (...)

29Ce texte nous apprend que Volcius Messor a fait deux legs, chacun d’un montant de 250 deniers en faveur de deux curies : la Germanica et la Martia. Ce qui importe ici c’est la mention de la curie de Mars sous la dénomination curia Martia. Grâce à notre inscription, le nom de cette curie est connu sous une forme nouvelle presque équivalente à la précédente à savoir la curia Martis. Elle est absente de l’inventaire dressé par le savant polonais T. Kotula en 196858 et de la mise à jour de X. Dupuis en 200959. Cette diversité de formes – curia Martis et curia Martia – n’est pourtant pas une surprise en soi. Des parallèles parfaits existent en effet dans la nomenclature d’autres curies théophores60.

  • 61 En dehors de l’Afrique, le nom curia Martia apparait sur le chapitre XVI de la loi d’Urso. Voir Ca (...)

30D’un autre côté, il y a lieu de signaler que les seuls documents épigraphiques d’Afrique mentionnant des curies portant le nom du dieu Mars se trouvent dans la région de Simitthus61. Cette rareté plaide en faveur de l’existence d’une seule et même curie dont le nom apparaît sous deux formes différentes, curia Martia à Simitthus, le chef-lieu, et curia Martis à Fej Hsine. D’ailleurs, le fait qu’aucune autre localité ne se situe entre les deux est encore un élément en faveur de l’attribution de cette curie à la seule ville de Simitthus.

  • 62 Chaouali 2013, p. 344.
  • 63 J’avance ceci avec certaines réserves en attendant de nouvelles découvertes qui viennent le confir (...)

31Manifestement, cette curie intervient aussi bien en ville (dans la colonia Simitthus) que dans l’arrière-pays (comme dans le site rural de Fej Hsine) dont les limites juridiques ne sont pas encore précisées62. Dans l’état actuel des connaissances (indices épigraphiques, topographiques et archéologiques), il est très vraisemblable que Fej Hsine appartienne juridiquement à la colonie de Simitthus63. J’en déduis que l’inscription des citoyens dans les curies se faisait en partie au moins sur des bases géographiques comme les tribus romaines et qu’une partie de la population civique se trouvait sur le territoire rural qui s’étend vers le sud jusqu’au lieu-dit Fej Hsine au moins.

Fig. 6 – Carte du réseau routier du territoire de Simitthus.

Fig. 6 – Carte du réseau routier du territoire de Simitthus.

L’évergésie de la curia Martis

  • 64 Je me bornerai aux cas qui suivent : à Hippo Regius, chaque curie érigea une statue à ses propres (...)
  • 65 AE, 1901, 115 + 1909, 126.
  • 66 AE, 1968, 593.
  • 67 CIL, VIII, 17906.
  • 68 Christol 2012, p. 207-219.
  • 69 En réalité, chaque curie avait son budget qui était alimenté par : 1) les cotisations annuelles ve (...)

32On apprend (lignes 4 et 5) que cette curie a offert une statue divine et un « édicule ». On est frappé par cette particularité, car l’épigraphie africaine mentionne plutôt des curies élevant des statues à des notables locaux et non à des divinités. Elles sont érigées ob munificentiam, ob merita in rem publicam, ob singularem in singulos uniuersosque munificentiam, ob liberalitatem…, formules dont l’épigraphie africaine est coutumière64. L’on remarque bien une abondance des occurrences épigraphiques de curies érigeant des statues à des notables, inversement des curies élevant des statues divines sont très peu connues. Le texte témoigne aussi de la construction d’un « édicule » assurée par la curia Martis. De pareilles initiatives de curies bâtisseuses se trouvent à Hr. Mafouna (ex Bernelle), Lamsorti en Numidie, où une curie a fait restaurer à ses frais le temple de Pluton65, à Mustis où les membres de la troisième classe de la curie Auguste se font gloire d’avoir accompli le décret des décurions en restaurant et en embellissant le temple de la divinité nommée Pantheus Augustus66 et à Thamugadi où la curia Marcia a fait construire un édifice indéterminé67. Même s’il n’est pas très fréquent que des curies fassent ériger à leurs frais un monument, il y a lieu de remarquer que leur champ d’action se limitait à de petites interventions ne nécessitant pas de grands moyens financiers. Les activités des curies tournent effectivement plutôt autour de l’organisation de repas funéraires68, l’érection de statues honorifiques, la tenue des élections… Il est permis aussi de penser qu’elles ont contribué avec leurs moyens limités à la construction de petits monuments et à la restauration d’autres69. C’est du moins ce que laissent penser les exemples qui viennent d’être cités dont celui de la curia Martis.

Mars Auguste, divinité tutélaire des militaires dans la colonia Simitthus

  • 70 CIL, VIII, 14610 ; AE, 1994, 1880.
  • 71 CIL, VIII, 25648 ; AE, 1994, 1874, 1884, 1885.
  • 72 CIL, VIII, 14588.
  • 73 CIL, VIII, 14560 ; AE, 1994, 1875.
  • 74 CIL, VIII, 14684, 25647.
  • 75 Documents encore inédits.
  • 76 CIL, VIII, 14553.
  • 77 AE, 1998, 1572.
  • 78 CIL, VIII, 25629.
  • 79 AE, 1992, 1823.
  • 80 CIL, VIII, 14682.
  • 81 CIL, VIII, 14611, AE, 1955, 125…

33Le dieu Mars Auguste, dieu tutélaire des militaires, est donc attesté pour la première fois à Simitthus par notre nouveau document (ligne 1). Un autre document relatif lui aussi au culte de Mars, découvert tout près du forum au cours des fouilles tuniso-allemandes des années 1980, est resté toujours inédit. Le culte de cette divinité s’adjoint au panthéon de Simitthus constitué de : Baal Saturne70, Tanit-Caelestis71, Genius montis72, Tellus73, Jupiter74, Mercure75, Pluton76, Deus Infernus77, Apollon78, Mithra79, Hercule80, culte de l’empereur81. L’un des dieux de cette dernière liste mérite une attention particulière : c’est Mithra, d’origine perse et véritable dieu de la guerre. Il est attesté par l’inscription suivante :

Khanoussi 1991, p. 833 ( = AE, 1992, 1823) : Imp(eratoris) Caes(aris) M(arci) Aurel(ii) An]/tonini [[- - -]] et Iuliae Ma[esae - - -] / renouo et carmine sign[- - -] / legionis restituit auxil[- - -] / soluit Cauten Cautopate[n - - -].

  • 82 CIL, XIII, 7369 ; CIL, III, 7922 ; CIL, VIII, 2228 ; CIL, V, 1809 ; CIL, V, 765…

34Cette dédicace datée du règne d’Elagabal, entre 218 et 222 a été judicieusement attribuée à Mithra en raison de la mention de Cautes et Cautopates à la dernière ligne. Le nom de la divinité devait sans doute figurer dans la partie manquante de l’inscription. Cautes et Cautopates qui sont représentés dans les scènes mithriaques où le dieu sacrifie le taureau (Cautes tient une torche enflammée dirigée vers le haut, tandis que Cautopates tient une torche enflammée pointé vers le bas) sont mentionnés aussi sur certaines inscriptions82. L’attestation des deux divinités de la guerre à savoir Mars et Mithra à Simitthus n’était pas sans raison comme on le verra ci-dessous.

  • 83 Dupuis 2011, p. 455.
  • 84 Lassère 1997, p. 115-118 ; Lassère 1980, p. 32.
  • 85 Parmi les noms de vétérans et légionnaires attestés on peut mentionner : Sex. Veturius, un vétéran (...)
  • 86 L’autre activité connue de l’armée à Chimtou est la construction d’un pont qualifié de nouus en 11 (...)
  • 87 La présence militaire en rapport avec les carrières de marbre a été l’objet de nombreuses études, (...)
  • 88 Pline l’Ancien rapporte qu’un consul à Rome a fait faire le seuil de sa demeure avec le marbre de (...)
  • 89 Dans cette région du nord-ouest de la Proconsulaire appelée par les anciens Campi Magni existent d (...)

35Par ailleurs, les origines du culte du dieu Mars Auguste et peut-être aussi la création de la curie portant le nom de la divinité dans la colonia Simitthus semblent remonter au principat d’Auguste. À cette époque « le nom du dieu romain avait une très forte connotation politique tant en raison de sa qualité de père de Romulus et Rémus, qui explique la présence de la curia Martia à Urso, que de son rôle de vengeur des assassins de César mais aussi de la défaite de Crassus à Carrhes en 53 avant J.- C., puisque le temple de Mars Ultor abritait les enseignes perdues à cette occasion et récupérées par Auguste »83. Le culte rendu à Mars Auguste dans la colonia Iulia Augusta Numidica Simitthus est à mon avis contemporain de l’afflux de colons romains et principalement de vétérans italiens au début de l’Empire84. Entre le Ier et le IIIe siècle, Mars Auguste continue à être vénéré dans cette ville où les découvertes récentes confirment une présence militaire85. Cette présence « insoupçonnée » de soldats s’explique notamment par la participation active de l’armée aux travaux d’extraction86 dans les carrières de marbre numidique87, le célèbre marmor Numidicum des Anciens88. En outre, il semble désormais évident que le culte de Mars Auguste n’était pas uniquement pratiqué dans la colonia Simitthus mais aussi loin du chef-lieu comme Fej Hsine. Nous nous trouvons en effet dans une région où sont basés des détachements du praesidium, de la Troisième légion Auguste et des unités auxiliaires pour surveiller les grands domaines impériaux89.

Conclusion

  • 90 Dupuis 2011, p. 459.

36Au terme de cette recherche, il est important de signaler que ces deux nouveaux documents épigraphiques relatifs au culte de la divinité guerrière Mars Auguste revêtent de multiples intérêts. Le premier découvert à Mustis nous éclaire mieux sur les cultes pratiqués dans ce municipe julien. Le second de Fej Hsine dans l’arrière-pays de Simitthus, a permis d’enrichir lui aussi non seulement le panthéon de la colonie mais aussi d’améliorer nos connaissances sur les curies municipales africaines. Il a fait connaître l’un des rôles assumés par la curia Martis – anciennement connue sous le nom de curia Martia – qui est celui de mettre en valeur les monuments de culte du dieu Mars Auguste. Hélas, nous ne connaissons pas encore toutes les curies de la colonia Simitthus. Ne sont attestées aujourd’hui que les noms de quatre d’entre elles, les curiae Caelestia, Iouis, Martia ( = Martis) et Germanica. Seules de nouvelles découvertes pourront dévoiler les noms des autres90.

Haut de page

Bibliographie

Bassignano 1974 = M.-S. Bassignano, Il flaminato nelle province romane dell’Africa, Rome, 1974.

Ben Abdallah 1992 = Z. Ben Abdallah, Nouveaux aspects de la vie religieuse à Ammaedara, camp de la 3e Légion Auguste, puis colonie de Vespasien en Afrique romaine, dans CRAI, 1992, p. 11-27.

Beschaouch 1968= A. Beschaouch, Mustitana I, (= Karthago XIV, 1965-1966, p. 121-224), Paris, 1968.

Beschaouch 2009 = A. Beschaouch, Le conventus civium Romanorum en Afrique : à propos de la lecture de l’inscription C. 15775 (note d’information), dans CRAI, 2009, p. 1537-1542.

Beschaouch 2014 = A. Beschaouch, Municipium Iulium Aurelium Mustitanum. De Tibère à Marc Aurèle, l’histoire municipale de Mustis, cité romaine de Tunisie (note d’information), dans CRAI, 2014, p. 1585-1595.

Caballos Rufino 2006 = C. Caballos Rufino, El nuevo bronce de Osuna y la politica colonizadora romana, Séville, 2006.

Chaouali 2013 = M. Chaouali, Les voies d’époque romaine du territoire de Simitthus, dans MDAI(R), 119, 2013, p. 333- 354.

Chaouali 2014 = M. Chaouali, Une épitaphe inédite de Mustis sur l’administration des domaines impériaux en Afrique du Nord au début du IIème siècle ap. J.-C., dans CCG, 25, 2014, p. 81-88.

Christol 2012 = M. Christol, Une fondation funéraire à Lambèse, dans Aouras, 7, 2012, p. 207-219.

Daguet-Gagey 2000 = A. Daguet-Gagey, Septime Sévère, Rome, l’Afrique et l’Orient, Paris, 2000.

Dana 2011 = D. Dana, L’impact de l’onomastique latine sur les onomastiques indigènes dans l’espace thrace, dans M. Dondin-Payre (dir.), Les noms de personnes dans l’Empire romain. Transformations, adaptation, évolution, Paris, 2011, p. 37-87.

DFH = M. Khanoussi, M. et L. Maurin (dir.), Dougga, fragments d’Histoire. Choix d’inscriptions latines éditées, traduites et commentées (Ier-IVe siècles), Bordeaux-Tunis, 2000.

Dupuis 2009 = X. Dupuis, Les curies municipales en Numidie méridionale, dans Urbanisme et urbanisation en Numidie militaire, Actes du colloque des 6 et 7 mars 2008 à Lyon (CEROR, 34), Paris, 2009, p. 105-124.

Dupuis 2011 = X. Dupuis, De la Bétique à l’Afrique : les curies électorales à la lumière du nouveau fragment de la loi d’Urso, dans Corolla epigraphica. Hommages au professeur Yves Burnand, t. 2 Bruxelles, 2011 (Coll. Latomus, 331), p. 449-461.

Hanoune – Dupuis 2012 = R. Hanoune, X. Dupuis, Le pavement des thermes de Tébessa, dans Ikosim, 1, 2012, p. 125-128.

ILPBardo = Z. Ben Abdallah, Catalogue des inscriptions latines païennes du musée du Bardo, Rome, 1986 (Collection de l’École française de Rome, 92).

Khanoussi 1991 = M. Khanoussi, Nouveaux documents sur la présence militaire dans la colonie Julienne Augustéenne de Simitthus (Chemtou, Tunisie), dans CRAI, 1991, p. 825-839.

Khanoussi 1993 = M. Khanoussi, L’armée romaine et les carrières impériales de marbre numidique, dans Simitthus I, Mainz, 1993, p. 65-69.

Khanoussi 1994 = M. Khanoussi, Présence et rôle de l’armée romaine dans la région des grandes plaines (Afrique proconsulaire), dans L’Africa Romana, IX, 1994, p. 319-328.

Khanoussi 1997 = M. Khanoussi, Le saltus Philomusianus et les carrières de marbre numidique, dans MDAI(R), 105, 1997, p. 375-377.

Khanoussi 2000 = M. Khanoussi, L’armée romaine et la police des domaines impériaux en Afrique proconsulaire, dans L’Africa Romana XIII, p. 1131-1137.

Kienast 1996 = D. Kienast, Römische Kaisertabelle. Grundzüge einer römischen Kaiserchronologie, Darmstadt, 1996.

Kotula 1968 = T. Kotula, Les curies municipales en Afrique romaine, Wroclaw, 1968.

Lassère 1977 = J.-M. Lassère, Vbique populus. Peuplement et mouvement de la population dans l’Afrique romaine de la chute de Carthage à la fin de la dynastie des Sévères (146 av. J.-C.-235 ap. J.-C.), Paris, 1977.

Lassère 1980 = J.-M. Lassère, Remarques sur le peuplement de la Colonia Iulia Augusta Numidica Simitthus, dans AntAfr, 16, 1980, p. 27-44.

Lassère 1997 = J.-M. Lassère, Les vétérans de Chemtou (Tunisie), dans AntAfr, 33, 1997, p. 115-118.

MAD = M. Khanoussi, L. Maurin, (dir), Mourir à Dougga. Recueil des inscriptions funéraires, Bordeaux-Tunis, 2002.

Uchi Maius 2 = A. Ibba (dir.), Uchi Maius 2, Le iscrizioni, Sassari-Tunis, 2006.

Haut de page

Notes

1 Je tiens à remercier ici Mesdames V. Bouquier-Reddé, S. Demougin, S. Lefebvre et A. Daguet-Gagey, qui m’ont invité à présenter ce travail devant la SFER le 17 janvier 2016 et Messieurs F. Bérard et N. Laubry pour leurs remarques, R. Hanoune et X. Dupuis qui m’ont fait bénéficier de leurs connaissances et apporté des corrections au manuscrit.

2 La population de cette ville était constituée essentiellement de citoyens italiques et de colons de César. En effet, à la fin du IIe siècle av. J.-C., les colons de Marius avaient reçu des assignations de terres et la ville a été rangée dans la tribu Cornelia, qui est celle d’Arpinum, patrie de Marius (Beschaouch 1968, p. 21-26 ; Lassère 1977, p. 125-126). L’onomastique mustitaine mentionne quelques Marii à Mustis même et dans son arrière-pays. On connaît, entre autres, M. Marius Felix Obellianus (CIL, VIII, 15591), C. Marius Honoratus (Beschaouch 1968, p. 34), P. Marius P. fil. Corn. Felix Postumianus (CIL, VIII, 27440), C. Marius Privatus et C. Marius Primus (?) (CIL, VIII, 16399 et 27458) et C. Marius C. fil. Corn. Kastus Vitellianus (CIL, VIII, 16408). Les colons de Marius viennent de Rome, comme les Clodii, les Erucii, les Granii, les Iulii, les Lucilii et les Sallustii, et de différentes régions de l’Italie : du Latium, et plus précisément d’Arpinum comme les Ouii, de la Sabine comme les Marcii (probablement originaires d’Alba Fucens) et de 1’Ombrie comme les Orfii de Sentinum et les Aemilii de Meuania (Lassère 1977, p. 126). Quelques décennies plus tard, la ville a connu l’arrivée de citoyens italiques et à l’onomastique du temps de Marius vient s’adjoindre une onomastique césarienne dont les C. Iulii de la Cornelia sont les meilleurs exemples (Beschaouch 1968, p. 35). Il est clair donc, qu’au début du Ier siècle ap. J.-C. au moins le fonds du peuplement de la ville a été constitué en majorité d’Italiens. Concernant les immigrés italiens au début du IIe siècle, voir en dernier lieu Chaouali 2014, p. 81-88.

3 Deux bornes déjà publiées le confirment. Il s’agit des deux inscriptions suivantes : CIL, VIII, 22088 : - - - - - - / [res]tituer[unt] / LXXXX et CIL,VIII, 22087 : Imp(erator) Caes(ar) / M(arcus) Aurellius (!) / Antoninus Pius / Felix Augustus / Parthic(us) max(imus) Bri(tannicus) / max(imus) Ger(manicus) ma[x(imus)] / tribunic(ia) potes(tate) XVIIII co(n)s(ul) III / pater patriae / restituit / LXXXX.

4 AE, 1968, n° 601 : D(omino) n(ostro) / Imp(eratori) Caesari / Flauio Iulio Constantio / Pio Felici Vic/tori semper / Aug(usto) / municipium Iul(ium) Au/rel(ium) Mustita/num d(euotum) n(umini) m(aiestatique) e(ius).

5 Beschaouch 2014, p. 1595.

6 La ressemblance de plusieurs textes très proches d’aspect a amené ce grand spécialiste à dater du règne de Trajan ou d’Hadrien la dédicace à Vesta Auguste faite par P. Valerius Mucianus (Beschaouch 1968, p. 68 = 184). Logiquement, la dédicace à Mars Auguste est contemporaine elle aussi de ces inscriptions.

7 Bassignano 1974, p. 123-130, n° 2.

8 Dana 2011, p. 69.

9 AE, 1968, 597.

10 CIL, VIII, 27069 = MAD, 829 ; CIL, VIII, 27072 = MAD, 833.

11 CIL, VIII, 26352 = Uchi Maius 2, 252 ; CIL, VIII, 26378 = Uchi Maius 2, 292.

12 AE, 2011, 1700.

13 CIL, VIII, 270 + 11451 + 23246.

14 CIL, VIII, 2794.

15 CIL, VIII, 4597.

16 Bassignano 1974, p. 128 pense qu’il n’est pas originaire de la ville.

17 Il faut reconnaître aussi que des prêtres et dédicants au dieu Mars sont attestés à 1) Ammaedara : C. Rusticelius Proculus s’intitule sacerdos : Ben Abdallah 1992, p. 19-22 (AE, 1992, 1770 ; cf. 1993, 1733) ; 2) Ammaedara : Publius Caelius Victor, prêtre, et Furnia Donatula, son épouse, ont pris soin d’ériger quatre marches au temple du dieu : Ben Abdallah 1992, p. 17-19 (AE, 1992, 1769 + 1993, 1733) ; 3) Thuburbo Maius : une inscription à Mars Auguste fait connaitre que Primus, fils de Germanus, petit-fils de Diophantus, prêtre de Saturne, a offert à Saturne, à ses propres frais (?), une palme d’argent valant 10 deniers : ILTun., 709 = ILPBardo, 342.

18 Beschaouch 1968, p. 103.

19 A.A.T, f. 31, n° 7. C’est dans cette ville que se sont installés beaucoup de vétérans. Une inscription atteste l’existence de duumvirs à Thuburnica et l’implantation de soldats de la legio V qui avait combattu avec César en Afrique : CIL, VIII, 14697 = ILTun, 1265.

20 CIL, VIII, 25703 (AE, 1891, 119) : Marti Aug(usto) / sacr(um) / Q(uintus) Furfanius Q(uinti) f(ilius) Lem(onia tribu) M[art]/ialis pec(unia) a se ob hono[res] / suos IIuir(atus) et flam(omii) Aug(usti) / rei p(ublicae) inlata d(ecreto) d(ecurionum) statu[am] / fac(iendam) cur(avit) praeter sum[mam] / numeratam ob decus [- - -] / quinq(uennalitatis) et amplius ludo[s] / et epul(um) bis et trit(ici) mo(dios) X m(ilia) / cum esset (denariis) denis ex (denariis) [bi]/nis a Bellico patre n[o]/mine eius populo [datos] / item sportulas or[din(i) bis].

21 AE, 1988, 1116.

22 A.A.T, f. 31, n° 70.

23 CIL, VIII, 1261 + 10594 + 14612 ; 22197.

24 On y a reconnu des inscriptions dont une relative à la construction ou restauration du temple du culte impérial datable des années 51-52 après J.-C. (CIL, VIII, 14727 ; Bassignano 1974, p. 233, n° 1 ; ILPBardo, 236) et une autre relative à la restauration d’un arc de triomphe datable des années 379-380 (CIL, VIII, 14728).

25 A.A.T, f. 38, n° 1 ; CIL, VIII, 15775 = ILTun, 1668 : Diuo Augusto / sacrum / conventus / ciuium Romanor(um) / et Numidarum qui / Mascululae habitant : (traduction de Beschaouch en 2009 : « À Auguste divinisé la Réunion des citoyens romains et la Fraction des Numides qui habitent à Masculula. ».

26 Kienast 1996, p. 158 ; Daguet-Gagey 2000, p. 254.

27 Kienast 1996, p. 156 ; Daguet-Gagey 2000, p. 287-290.

28 CIL, VIII, 1482 + 15504 + 26498 = DFH, n° 38, p. 111-114.

29 AE, 1994, 1901 b. (tr pot II, Imp III, cos II, soit entre le début janvier et mai 194). AE, 1992, 1186 cf. 1993, 1108 (tr pot, Imp III, cos II).

30 Ben Abdallah 1992, p. 17 et 19 de 198-209 (AE, 1992, 1969 et 1770 cf. 1993, 1733).

31 AE, 1993, 1737, qui rectifie AE, 1992, 1798, des années 198-209.

32 CIL, VIII, 14454 des années 198-209.

33 ILAlg, II, 3, 7674 (AE, 1916, 29) de l’année 210.

34 ILS, 9102 A datable de 198-211 et BCTH, 1904, p. 201, n° 31 datable de 198-209.

35 CIL, VIII, 2465 + 17953 de l’année 198.

36 AE, 1941, 46 des années 198-211.

37 CIL, VIII, 17625 de 193-211.

38 CIL, VIII, 306.

39 CIL, VIII, 26256 ; 26260.

40 CIL, VIII, 10337 ; 10338 ; 10362.

41 CIL, VIII, 20262.

42 CIL, VIII, 22567 ; 22566.

43 CIL, VIII, 22611.

44 ILS, III, 2, index, p. 838.

45 Kienast 1996, p. 158.

46 CIL, VIII, 21613.

47 AE, 1941, 28, cf. CIL, XIII, 2612 a et 3222.

48 Kienast 1996, p. 162-163. Caracalla reçut sa deuxième puissance tribunicienne entre le 28 janvier et le 9 décembre 198 et la première le jour de son élévation à l’Augustat.

49 Kienast 1996, p. 166 ; Daguet-Gagey 2000, p. 290-292.

50 Plusieurs exemples dans ILS, III, 2, index, p. 870-871.

51 Kienast 1996, p. 162-163 : Caracalla reçut sa deuxième puissance tribunicienne le 10 décembre 198 et la première le jour de son élévation à l’Augustat.

52 CIL, VIII, 26624 = ILTun, 1438 = DFH, 53, p. 150-151 et CIL, VIII, 26598 = ILAfr, 535 = ILTun, 1429 = DFH, 54, p. 151-152.

53 CIL, VIII, 17829 ; 17831 ; AE, 1901, 191 ; 1941, 46 ; 1954, 154…

54 Curia Iouis : Simitthus : CIL, VIII, 14683 = ILTun, 1262 (AE, 1890, 156) ; curia Saturnia : Lambaesis : CIL, VIII, 3293 ; curia Caelestia : Simitthus : CIL, VIII, 14613.

55 Curia Iulia (Lambaesis : CIL, VIII, 2596 et 3516 ; Lepcis Magna : IRT,406 et 417) ; curia Augusta (Lambaesis : CIL, VIII, 3293 ; Leptis Minor : CIL, VIII, 22900) ; curia Traiana (Lambaesis : CIL, VIII, 3293) ; curia Plotina (Lepcis Magna : IRT, 411 ; Thamugadi : AE, 2009, 1765) ; curia Dacica (Lepcis Magna : IRT, 413 et 541) ; curia Faustina (Zita : CIL, VIII, 11008 ; Sabratha : IRT 120) ; curia Antoniniana (Lambaesis : CIL, VIII, 3293) ; curia Commoda ou Commodiana (Thamugadi : CIL, VIII, 2405 et AE, 1982, 958)...

56 Comme à Uthina où la cur(ia) VIIII Valer(ia) pourrait évoquer un membre de la famille des Valerii Messalae (AE, 2004, 1833). Plusieurs membres de cette famille furent consuls à la fin de la république, voir en dernier lieu Dupuis 2011, p. 454 ; on connait aussi la curia Poblicia : ILAfr, 320 = ILTun, 839 = ILPBardo, 373 et la curia Antonia (CIL, VIII, 23021).

57 Certaines curies portaient un numéro d’ordre qui implique l’existence d’une liste hiérarchisée comme à Mopht--- en Maurétanie césarienne : curia sexta Neruiana et curia X Caelestina : CIL, VIII, 8655 (AE, 1968, 648 et 1942-1943, 58) et à Uthina en proconsulaire : Curia VIIII Valeria : AE, 2004, 1833. Voir en dernier lieu Hanoune – Dupuis 2012, p. 126.

58 Kotula 1968. Les curies sont attestées dans 50 villes d’Afrique proconsulaire.

59 Dupuis 2009, p. 105. Les nouvelles attestations épigraphiques de curies africaines se trouvent à Mustis : AE, 1968, 588, 591, 593 et 609 ; à Lambaesis : AE, 1968, 646 ; à Vreu : AE, 1975, 877 ; à Chott Maria : AE, 1976, 705 ; à Thamugadi : AE, 1982, 958 ; à Thuburnica : AE, 1988, 1116 ; à Capsa : AE, 1996, 1700 ; à Abbir Maius AE, 1996, 1536 ; à Ammaedara : AE, 1999, 1596 ; à Pheradi Maius : AE, 2003, 1933, à Uthina : AE, 2004, 1833, à Thamugadi : AE, 2009, 1765 et à Diana : AE, 2009, 1789. J’ajoute deux nouveaux documents inédits d’Afrique proconsulaire : le premier figure dans le présent travail et le deuxième, récemment mis au jour à Vallis, mentionne les curiae universae.

60 Kotula 1968, p. 76. On trouve par exemple la curia Caelestia à Henchir Bou Cha et à Simitthus, et la curia Caelestina à Mopht… (CIL, VIII, 829 et 14613, AE, 1942-1943, 58) ou encore la curia Iouis à Sabratha et à Simitthus, et la curia Iouia à Lambaesis (IRT, 122, CIL, VIII, 14683 et 3302).

61 En dehors de l’Afrique, le nom curia Martia apparait sur le chapitre XVI de la loi d’Urso. Voir Caballos Rufino 2006 (AE, 2006, 645) et plus récemment Dupuis 2011, p. 450. Une des tribus du municipe de Stobi en Macédoine portait également le nom de Martia (inscription grecque toujours inédite signalée par AE, 1993, 1391).

62 Chaouali 2013, p. 344.

63 J’avance ceci avec certaines réserves en attendant de nouvelles découvertes qui viennent le confirmer ou l’infirmer. Les limites juridiques du territorium de la Colonia Iulia Augusta Numidica Simitthus ne sont pas très bien connues. Grosso modo et malgré l’apport précieux des bornes milliaires on connaît mieux les limites du territoire de la ville en direction du nord-est, c’est à dire vers Bulla Regia, et en direction du sud-est vers Thunusuda (Borj Helal). Hélas, on connaît moins le territoire vers l’ouest, c’est-à-dire vers Thuburnica et vers le sud, où existe une route qui mène à la ville de Masculula (Henchir Guergour). Je n’ai pu découvrir qu’une seule borne, celle d’Oued Meliz, portant le nom de la ville de Simitthus et le nombre de milles (borne datée du IVe siècle inscrite sur deux faces. Face a : ------/ [---] C[olonia I(ulia) A(ugusta) N(umidica) S]imit/thus devota / (milia passum) II et face b : - - - ] / - - - Max[i/m]o P(io) F(elici) Au[g](usto) / C(o)l(onia) Iul(ia) Aug(usta) / N(umidica) Simitthus / devota / (milia passum) II). Les autres bornes, sans la mention du nom de la ville, sont au nombre de trois (Chaouali 2013, p. 345, tab. 2). La route entre Masculula et Simitthus est aujourd’hui impossible à suivre puisqu’il n’en subsiste rien sur le terrain (Fig. 6).

64 Je me bornerai aux cas qui suivent : à Hippo Regius, chaque curie érigea une statue à ses propres frais à Lucius Postumius Felix Celerinus (CIL, VIII, 5276 et 17454 = ILAlg, I, 95-96). À Althiburos, les membres des dix curies (curiales curiarum X) érigèrent une statue en l’honneur d’une femme notable : Cominia Patercula, épouse d’un chevalier et grand prêtre de la province d’Afrique, un certain M. Helvius Melior Placentius Sabinianus Samunianus (CIL, VIII, 1827 + 16472 = ILTun 1647. Voir aussi : CIL, VIII, 1828). À Simitthus, les curiales uniuersi de la colonie érigèrent une statue à la mémoire de Veturius Fortunatus, ancien duumvir, qui avait voué sa vie entière à la ville (CIL, VIII, 1261 + 14612). À Capsa les curiales ont offert une statue à la flaminique Flavia Urbica (AE, 1996, 1700). À Sufetula, plusieurs témoignages de curies qui ont offert des statues à des notables (ILAfr, 128 ; ILAfr, 137 ; CIL, VIII, 11332 : curiae uniuersae statuarum ho/norem pro meritis suis hac titu/li aeternitate signarunt. Il s’agit ici d’un hommage au curateur L. Caelius Plautius Catullinus ; CIL, VIII, 11349 ; CIL, VIII, 23226). À Theueste, l’ensemble des curies ont érigé collectivement une statue à un notable (ILAlg., I, 3064). À Thuburnica, l’édile C. Sallustius Felix a fait embellir l’amphithéâtre et donné un spectacle qualifié d’insignis. Pour exprimer leur reconnaissance pour son labor, les curiales ont décidé de lui offrir une statue qui perpétuera la gloire de son acte. Il est rare, en effet, que la construction d’un amphithéâtre relève de l’évergétisme privé (AE, 1988, 1116). À Mactaris, l’ensemble des curies élevèrent une statue à Caius Sextius Martilianus (CIL, VIII, 11813)…

65 AE, 1901, 115 + 1909, 126.

66 AE, 1968, 593.

67 CIL, VIII, 17906.

68 Christol 2012, p. 207-219.

69 En réalité, chaque curie avait son budget qui était alimenté par : 1) les cotisations annuelles versées par les curiales. 2) Les amendes infligées à certaines personnes (CIL, VIII, 14683). 3) Les prestations au profit des curies ont eu lieu à l’occasion des : Munera liturgiques que les citoyens aisés devaient prendre en charge, comme par exemple à Theueste (CIL, VIII, 16557 = IL Alg, I, 3065), Madauros (AE, 1907, 234 + AE, 1919, 37 = IL Alg, I, 2145), Thuburbo maius (ILAfr, 271). 4) Les summae honorariae comme à Lambaesis (CIL, VIII, 18214) et Simitthus (CIL, VIII, 14683). 5) Les dons en nature comme à Simitthus (CIL, VIII, 14683). 6) Les legs et les testaments comme à Neapolis (CIL, VIII, 974), Simitthus (CIL, VIII, 14613 ; AE, 1955, 126), Zuccharis (CIL, VIII, 11201), Pheradi maius (CIL, VIII, 23056 = ILTun, 245 = ILPBardo, 496), Thagaste (CIL, VIII, 5146), Henchir Ed Dhekir (CIL, VIII, 14682 ; CIL, VIII, 14684 = ILTun, 1263)…

70 CIL, VIII, 14610 ; AE, 1994, 1880.

71 CIL, VIII, 25648 ; AE, 1994, 1874, 1884, 1885.

72 CIL, VIII, 14588.

73 CIL, VIII, 14560 ; AE, 1994, 1875.

74 CIL, VIII, 14684, 25647.

75 Documents encore inédits.

76 CIL, VIII, 14553.

77 AE, 1998, 1572.

78 CIL, VIII, 25629.

79 AE, 1992, 1823.

80 CIL, VIII, 14682.

81 CIL, VIII, 14611, AE, 1955, 125…

82 CIL, XIII, 7369 ; CIL, III, 7922 ; CIL, VIII, 2228 ; CIL, V, 1809 ; CIL, V, 765…

83 Dupuis 2011, p. 455.

84 Lassère 1997, p. 115-118 ; Lassère 1980, p. 32.

85 Parmi les noms de vétérans et légionnaires attestés on peut mentionner : Sex. Veturius, un vétéran qui appartenait à l’Ala Siliana CIL, VIII, 25646, unité qui fut stationnée en Afrique jusqu’à la fin du règne de Néron, L. Flaminius Decimus, mort en service après 19 ans passés dans la IIIe légion Auguste (CIL, VIII, 14603 = Khanoussi 1991, p. 825-827), L. Venidius Repostus, soldat de troisième légion Auguste (Khanoussi 1991, p. 827-830 (AE, 1992, 1820)). Cassius Iscoesius Valens, soldat de deuxième cohorte Flavia equitata (Khanoussi 1991, p. 830-831 (AE, 1992, 1821), L(ucius) Silicius Optatus dont la sépulture a été assurée par les soins des vétérans en résidence à Simitthus (CIL, VIII, 14608 = ILPBardo, 219 = Khanoussi 1991, p. 833-835)…

86 L’autre activité connue de l’armée à Chimtou est la construction d’un pont qualifié de nouus en 112, sur le Bagrada : CIL, VIII, 10117.

87 La présence militaire en rapport avec les carrières de marbre a été l’objet de nombreuses études, notamment celles de Fr. Rakob (Rakob 1994, p. 66-139) et M. Khanoussi (Khanoussi 1991, p. 825-839 ; 1993, p. 65-69 ; 1994, p. 319-328 ; 1997, p. 375-377 ; 2000, p. 1131-1137 et 2006, p. 39-50).

88 Pline l’Ancien rapporte qu’un consul à Rome a fait faire le seuil de sa demeure avec le marbre de Chimtou en 78 av. J.-C (Hist. Nat., XXXVI, 8, 1). En 44 av. J.-C. le marbre de Chimtou a été utilisé pour dresser une colonne sur le forum à Rome à la mémoire de Jules César. Suétone raconte que sur le lieu du bûcher funéraire la plèbe « plus tard fit dresser sur le forum une colonne massive de vingt pieds en marbre de Numidie » (César, 85). La Numidie ne produisait rien de remarquable, au dire de Pline, si ce n’est le marbre auquel elle avait donné son nom et les bêtes féroces qu’elle exportait (NH, V, 22). On sait de quelle faveur jouissait à Rome cette variété de marbre qui avait tout particulièrement reçu le nom de numidique, et que Solin qualifie d’eximium (Solin, Mirab. 22).

89 Dans cette région du nord-ouest de la Proconsulaire appelée par les anciens Campi Magni existent des grands domaines impériaux comme le saltus de la région de Ghardimaou (CIL, VIII, 14727) ; Hammam Saïala (CIL, VIII, 14457 = ILTun, 440) ; Souk el Khemis (CIL, VIII, 10570 + 14464), Aïn Zaga (CIL, VIII, 14451), Hr. Sriu (CIL, VIII, 10567), Henchir Gataa ? (CIL, VIII, 25893 ; ILTun, 1302: CIL, VIII, 25943), Henchir Sriu (CIL, VIII, 10567), près de Vaga (CIL, VIII, 12883), près de Thibar (BAC, 1918, CLXXIII = ILAfr, 510 ; CIL, VIII, 26181 et CIL, VIII, 26189), prés de Ksar Mezuar (CIL, VIII, 14428 = ILTun, 1220), Vicus Augusti (Sidi Bou Seba) attesté par la Table de Peutinger et l’itinéraire d’Antonin

90 Dupuis 2011, p. 459.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Lieux de découverte des deux dédicaces à Mars Auguste.
Titre Fig. 2 – Le mur sud de la forteresse byzantine de Mustis.
Titre Fig. 3 – Dédicace à Mars Auguste de Mustis.
Titre Fig. 4 – Dédicace à Mars Auguste de Fej Hsine.
Titre Fig. 5 – Chimtou, musée archéologique : cippe portant l’inscription AE, 1955, 126.
Titre Fig. 6 – Carte du réseau routier du territoire de Simitthus.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Moheddine Chaouali, « Le culte de Mars Auguste à Mustis et Simitthus (Tunisie) », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En ligne], 129-2 | 2017, mis en ligne le 03 avril 2018, consulté le 22 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/mefra/4572 ; DOI : 10.4000/mefra.4572

Haut de page

Auteur

Moheddine Chaouali

Institut National du Patrimoine de Tunis, moheddine.chaouali@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • OpenEdition Journals