Navigation – Plan du site

Dougga : le portique de Gallien et la fondation de la colonie (261/265)

Louis Maurin et Samir Aounallah

Résumés

Édition d’une inscription de 26,30 m de longueur gravée en deux lignes sur onze blocs de calcaire qui constituaient l’architrave-frise d’un portique. Plus des deux tiers en sont maintenant connus, ce qui permet de proposer une restitution de l’ensemble du texte. L’inscription célèbre la déduction ex forma, en 265, de la colonie de Thugga (Dougga) qui avait été fondée dans les trois dernières semaines de décembre 261. Cette date est aussi celle de l’inauguration à Dougga d’un temple de Tellus qui peut être mis en relation avec la forma citée dans le texte de 265. Les causes de ce délai de quatre années sont peu discernables d’après ce texte qui met en relief le rôle du curateur de la cité, représentant de l’empereur, la force des traditions romaines et la vitalité des institutions municipales. Thugga devint colonie à peu près en même temps que la cité limitrophe de Thubursicum Bure (Téboursouk) : ce sont, dans l’Afrique proconsulaire, les deux seules colonies attribuables avec certitude au règne de Gallien et l’on peut s’interroger sur les raisons de ces promotions.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Nous avons discuté de diverses questions concernant l’établissement ou l’interprétation de ce text (...)
  • 2 Nous rappelons ici, en signalant seulement la dernière édition, les longues architraves-frises dét (...)

1La riche collection des inscriptions publiques de Dougga contient plusieurs longs textes inscrits en belles capitales sur les architraves-frises de portiques qui ornaient divers monuments publics. La dédicace que nous étudions ici appartient à cette série1. Nous avons eu l’occasion de proposer de nouvelles éditions de certains de ces textes grâce à des fragments découverts depuis le milieu du XXe siècle2. Ils étaient tous gravés sur des architraves-frises appartenant à des portiques de monuments qui ont été bien identifiés, alors que nous avons affaire ici à un nouveau monument public dont l’emplacement, la nature et le nom sont encore inconnus, même si nous l’avons nommé provisoirement Portique de Gallien parce que cet empereur y est nommé. Les inscriptions de cette série se sont révélées riches d’enseignement sur les institutions et la société de Dougga sous l’empire romain ; celle du portique de Gallien vient enrichir ce dossier d’une manière originale.

Le monument inscrit et son contexte

Les blocs inscrits : leur nombre

  • 3 Par Bruce, édité par Playfair C. 10620, ici blocs 9 et 10. Sur les éditions successives jusqu’en 1 (...)
  • 4 Carton 1895, p. 201 ; Poinssot L. 1906, p. 240-243 n°103 ; 1909, p. 124-126 n°45 ; 1913, p. 156-16 (...)
  • 5 Sur le détail des blocs connus en 2000, voir DFH, p. 163-164 qui donne leur origine, leurs dimensi (...)
  • 6 Aounallah – Golvin 2016, p. 244-245 (S. Aounallah, L. Maurin). Cette découverte a été décisive pou (...)

2Les blocs inscrits rassemblés sous le n° 1416 des Inscriptions latines de Tunisie ont intrigué depuis longtemps les chercheurs qui s’interrogeaient sur l’ordre dans lequel ils devaient être lus et sur l’emplacement d’origine du portique auquel ils avaient appartenu, et que l’on pensait proche du forum (fig. 1). Les blocs que comportait cette inscription ont été signalés peu à peu, les premiers dès 17653. Ils sont reconnaissables par leur aspect uniforme, par leur longueur qui est en moyenne de 236 cm, par la présence, au bas de chacune des faces exposées, d’une mince moulure de 6 à 7 cm de hauteur. Les principales découvertes sont dues à Louis Carton (1895) et Louis Poinssot (1906-1913)4. Deux grands fragments qui gisent au pied de la muraille de la forteresse byzantine, près de l’angle nord-ouest (bloc 7, gauche et bloc 8, droite), ont été publiés plus récemment ; ils proviennent d’un écroulement dans le mur ouest de l’enceinte byzantine intervenu après 1944, mais à une date imprécise5. Enfin, la partie gauche d’un bloc de la frise (bloc 6) a été mise au jour en 2014 par Mohamed Ali Chehidi, conservateur du site6.

Fig. 1 – Plan général de Dougga (L. Maurin ; fond d’après C. Poinssot 1958, h.t.).

Fig. 1 – Plan général de Dougga (L. Maurin ; fond d’après C. Poinssot 1958, h.t.).

3L. Poinssot a déterminé le premier que le portique comportait 11 travées et l’architrave-frise 11 blocs. Sept sont complets ou à peu près complets (blocs 2, 3, 4, 6, 7, 9, 10, mais le bloc 4 ne peut être lu) ; on possède des fragments étendus des blocs 5 et 8, mais seulement une petite partie des blocs 1 et 11, le premier et le dernier. Le complément apporté au bloc 6 a permis d’établir qu’il se trouvait au centre de la composition et que l’on avait identifié la totalité des blocs.

Leur provenance 

  • 7 Poinssot L. 1913, p. 157.
  • 8 La moitié droite du bloc 6, vue par Carton à Aïn Zaouia en 1895 (Carton 1895, p. 201), avait déjà (...)

4Certains blocs ont été brisés au moins en deux parties avant leur remploi dans la forteresse (3, 5, 6) ; plusieurs y sont demeurés en place (2, partie gauche de 3, bloc 4, partie gauche de 5, blocs 9 et 10), d’autres sont écroulés à son pied (partie droite de 7 et de 8), trois fragments ont été exhumés autrefois en déblayant le forum et doivent provenir de la muraille (deux fragments de la droite du bloc 3, fragment de gauche du bloc 87) ; la partie gauche du bloc 6 a été découverte largement en contrebas du forum, près de la source d’Aïn Doura. Des fragments, sans doute écroulés de la muraille, ont été transportés à une date inconnue (avant 1880) à Aïn Zaouia, à 2 km au sud-sud/ouest et en contrebas de Dougga : la partie droite du bloc 6 et deux fragments du bloc 118. Nul doute qu’ils aient composé à l’origine l’architrave frise d’un monument que le texte désigne comme un portique.

La situation du portique de Gallien

  • 9 Aounallah – Golvin 2016, p. 245 et 263 cf. p. 155. Nous avons d’abord été séduits par une suggesti (...)
  • 10 Il n’est pas possible d’avoir la longueur exacte des marges puisqu’il manque la partie gauche du b (...)
  • 11 Ils seraient facilement identifiables par leur calibre, la moulure de l’architrave-frise, le soffi (...)

5Lors de la découverte du fragment gauche du bloc 6, nous avions envisagé que le portique, daté du règne de Gallien, avait pu remplacer le portique occidental du forum, édifié sous Antonin le Pieux et restauré à une date indéterminée9. Mais les mesures des blocs prises à l’occasion de l’étude de l’inscription qu’ils portent rendent impossible une telle identification : le portique médian du forum d’Antonin mesure 25,20 m de longueur, alors que l’inscription gravée sous Gallien atteint environ 27 m soit 26,30 m, longueur du texte inscrit, plus une trentaine de centimètres pour les marges à gauche et à droite, avant les angles ou les extrémités du portique10. Il faut donc renoncer à cette localisation. On ne peut pas les replacer, non plus, dans le portique nord que l’on a supposé refait sous Gallien ; il mesure 32,40 m, soit environ 6 m de plus que l’inscription, alors qu’elle court habituellement sur toute la longueur du portique. Néanmoins, si cela avait été le cas, les deux blocs anépigraphes des extrémités de l’architrave auraient donc dû mesurer 3 m de longueur au lieu de 2,36, taille moyenne des blocs retrouvés ; or, on n’a jamais, à notre connaissance, rien découvert de tel11 ; d’ailleurs, dans cette hypothèse, les blocs conservés n’auraient probablement pas tous été remployés sur la face externe de la muraille byzantine.

  • 12 Sur la fig. 2, la position des blocs est celle qu’ils avaient avant 2000 ; elle est à coup sûr trè (...)
  • 13 Les blocs de l’architrave-frise du portique du temple de Minerve 2, qui est à 300 m au nord du for (...)

6Dès lors, où placer le portique de Gallien ? Les blocs ont été, semble-t-il, tous insérés sous le règne de Justinien dans l’angle nord-ouest de la muraille byzantine, sur sa face externe (fig. 2)12. En raison de leur poids, ils devaient occuper une position dominante ou de même niveau que l’emplacement où ils ont été remployés. En raison de la topographie du site, c’est vraisemblablement quelque part au nord du forum qu’il faudrait situer ce portique, à une distance indéterminable du lieu de remploi des blocs13. Toutefois, le fait que des bases de statues qui se trouvaient à peu près sûrement sur le forum aient été mêlées à eux, laisse supposer qu’il était peu éloigné du forum.

Fig. 2 – 1 : Blocs ( = bl) de l’architrave-frise remployés dans la forteresse byzantine. 2 : Bases de statues. a : Vesta. b : Auguste divinisé. c : Livie. d : Claude. e : Vespasien. f : Trajan. g : Antonin. h : Marc Aurèle. j : Salonine (L. Maurin sur un plan de J.-C. Golvin).

Fig. 2 – 1 : Blocs ( = bl) de l’architrave-frise remployés dans la forteresse byzantine. 2 : Bases de statues. a : Vesta. b : Auguste divinisé. c : Livie. d : Claude. e : Vespasien. f : Trajan. g : Antonin. h : Marc Aurèle. j : Salonine (L. Maurin sur un plan de J.-C. Golvin).

L’inscription du portique de Gallien

  • 14 En 1913 (p. 162), il a annoncé un travail postérieur qui n’a pas vu le jour. Mais, comme de coutum (...)

7L. Poinssot a renoncé à l’étude de ce texte14 : dans l’état où il se trouvait en 1913, il ne pouvait en discerner complètement le sens. Il a néanmoins proposé pour les blocs un ordre, repris par les ILTun, 1416 (fig. 3), que nous avions suivi en 2000 (DFH, n° 62), mais que la découverte de la partie gauche du bloc 6 nous a engagés à modifier sensiblement.

Fig. 3 – L’inscription du portique de Gallien selon ILTun, 1416.

Fig. 3 – L’inscription du portique de Gallien selon ILTun, 1416.

Le style de l’écriture

8Certains des blocs sont dans un excellent état de conservation qui permet d’apprécier le style de l’écriture et la qualité de la gravure. C’est le cas des blocs 5 à 7, du tiers gauche du bloc 6 et des blocs 9 et 10. Les lettres mesurent 19 à 20 cm pour la ligne 1, 13 à 14 cm pour la ligne 2, dans un champ épigraphique (au-dessus de la moulure inférieure) de 49/236 cm pour chacun des blocs (49/270 à 275 cm pour le bloc 6).

  • 15 C’était un usage depuis le milieu du IIe siècle, avec la rareté des abréviations ; ce style d’écri (...)

9Les abréviations sont peu fréquentes, sauf dans les noms impériaux et, dans le bloc 2, vers la fin de la ligne 2 où elles sont extrêmes, et de même à la fin de la ligne 1 du bloc 10 (cf. fig. 13). Les points de séparation sont rares, légèrement gravés et au total peu discernables15. Marges du texte : marge supérieure, 8 cm ; marge inférieure 10 cm (y compris la moulure).

10Les lettres de la ligne 1 traduisent l’évolution d’un style qui s’est épanoui à Dougga depuis le milieu du IIe siècle ; sous le règne de Gallien, elles sont très étroites et élancées ; la caractéristique la plus notable de leur dessin est le L très ouvert, avec un ergot fin et l’extrémité inférieure plus largement développée que dans les décennies précédentes. La gravure est de qualité, avec un dessin souple des tracés horizontaux des A, E, F et T (fig. 4). Avec le même L caractéristique et le même dessin des caractères, la ligne 2 a un aspect différent qui tient seulement à la moindre hauteur et à la plus grande largeur des lettres. Dans cette ligne, leur espacement est souvent inégal, avec une séquence anépigraphe à la fin de la ligne 2 du bloc 10. Ces deux styles correspondent au thème particulier développé dans chacune des deux lignes, mais peut-être répondent-ils aussi à la hiérarchie existant entre les personnages en cause : la première ligne, aux lettres hautes, met en scène l’empereur et son représentant, le curateur clarissime de la cité ; la seconde, aux caractères d’une taille plus modeste, avec moins de recherche d’élégance, un magistrat local décoré de l’ordre équestre, certes, mais d’un rang incomparablement moins élevé qu’eux. Les blocs comprennent un nombre de lettres qui peut varier légèrement de l’un à l’autre, d’abord suivant la largeur des caractères (O, M par rapport à I, par exemple).

Fig. 4 – Un exemple du style de l’écriture : la partie gauche du bloc 6 (cl. L. Maurin).

Fig. 4 – Un exemple du style de l’écriture : la partie gauche du bloc 6 (cl. L. Maurin).

Le texte. Examen des blocs et restitutions

Éditions (recueils)

11C. 10620 (blocs 9 et 19, d’après J. Bruce, 1765 (éd. Playfair, Travels, 1877, p. 225).

12C. 15246 a (bloc 5, d’Hérisson, Relation, 1881, p. 260) et b (bloc 2, ibid., p. 259, cf. L. Poinssot, NAMS, 1906, p. 242 n. 1).

13C. 15521 (bloc 2, envoi de J. Poinssot, à J. Schmidt, 1881).

14C., p. 2566 (reprenant C. 15246 a et b qui avaient été attribués par erreur à Thignica).

15C. 26559 (H. Dessau, 1916, donnant le texte tel qu’il était en 1913).

16ILTun, 1416 (d’après L. Poinssot, NAMS, 1913, n° 65, p. 156-162).

17DFH, n° 62, p. 163-168 (L. Maurin).

18Saastamoinen A., The Phraseology, 2010, n° 586, p. 487-488.

19L’intérêt de l’inscription a été rappelé par A. Beschaouch, in Dougga (Thugga), Études épigraphiques, 1997, p. 116 et par M. De Vos, in ibid., p. 204.

Bloc 1


20pro salVTEimp caes p licini gallieni p f au
[praenomen et nomen Felicis Iuliani]


21Ligne 1. De ce bloc, L. Poinssot n’a trouvé qu’un fragment portant VTE (16/20), complet, semble-t-il, en haut ; il l’a identifié d’après le style de l’écriture ; seul le haut des lettres était conservé. Perdu (ou égaré).

22Le martelage des noms de Salonine étant attesté par le bloc 3, il en était certainement de même pour ceux de Gallien sur le bloc 1. Cette ligne devait comporter 34 lettres, avec de nombreuses lettres étroites (6 I et 5 L).

23Ligne 2. Les dernières lettres – entre sept et douze ? – donnaient les prénom et nom d’un personnage dont les surnoms se trouvent sur le bloc 2, ligne 2. Sur un peu plus de la moitié gauche de la ligne, soit environ 10 à 15 lettres, était introduite la deuxième ligne. Chacune des deux lignes ayant un libellé indépendant, il est exclu que la ligne 2 ait débuté en complétant la fin de la ligne 1 (dedic/avit) ; elle commençait par une formule introductive qui devait se rapporter personnellement à Félix Julianus (par exemple une référence à son père ou à son fils, associé au don).

Bloc 2


24G GERMANICI PONT MAX TRIB POT XIII imp x
S PAP FELIX IVLIANVS EQ R FL P DVu


25Bloc complet. Forte usure et gros éclats vers l’extrémité droite. Dimensions : 57/235.

  • 16 ILAfr, 530 = DFH, n°40 (infra, n. 61), déc. 261 : PRO SAL. IMP. CAES. P. LICINI EGNATI GALLIENI GE (...)
  • 17 L. Poinssot a finalement opté pour III (1913, p. 158), après avoir choisi II (1906, p. 240) ; le h (...)

26Ligne 1. Dans les inscriptions de Dougga, Germanicus apparaît comme un surnom de Gallien plutôt que comme un titre de victoire, celui de Germanicus maximus qu’il revêtit peu après, en 255 (Kienast). Il le porte seul ici et dans DFH, n° 16 (infra), alors qu’il porte les deux titres, bien distincts, dans la dédicace du temple de Tellus16. Avec le début du bloc 3, la ligne 1 donne la date du texte ; pour le chiffre de la puissance tribunicienne, on distingue clairement le X initial, puis un I suivi de la partie haute de deux autres17 (fig. 5). En raison de l’espace disponible, le X initial des salutations impériales devait prendre place à la fin du bloc.

Fig. 5 – Les traces de lettres vers la fin du bloc 2 (cl. H. Gonzalès Bordas).

Fig. 5 – Les traces de lettres vers la fin du bloc 2 (cl. H. Gonzalès Bordas).

27Ligne 2. Les lettres sont partiellement conservées après Iulianus. On note l’abréviation extrême du flaminat perpétuel.

Bloc 3


28iI COS VI PP PRoCOS ET CORNELIAE SALonin
MVIRALICIVS EX SVMMA FLAm


29Bloc complet (marge gauche usée) en trois fragments ; le premier, retaillé à droite lors de son remploi dans le mur byzantin, a la surface inscrite en parfait état (dimensions : 57/72) ; les deux autres sont usés et incomplets en bas (dimensions : 43/52/40 et 44/103/42). Un léger manque entre des deux premiers ; les deux derniers sont jointifs.

  • 18 Ces titres sont les mêmes que ceux de la titulature de Gallien sur une inscription de Lepcis Magna (...)
  • 19 Les noms du couple impérial sont de même martelés sur une inscription de Thubursicum Bure (ILAfr, (...)
  • 20 Sur la trentaine d’inscriptions sur lesquelles il figure, C. suppl., V, 2, p. 154, note le martela (...)

30Ligne 1. Pour les salutations impériales, on optera pour XI ou pour XII, plutôt pour la seconde, en raison de l’espace disponible18 ; la première haste verticale du chiffre peut avoir été gravée à la jonction des blocs 2 et 3. Le martelage des noms de Salonine n’est pas très appuyé, car on en distingue bien plusieurs lettres. À Dougga, ce martelage des noms du couple impérial a été exécuté seulement sur cette inscription19. Il ne l’a été ni dans la dédicace du temple de Tellus (ILAfr, 530 = DFH, n° 40 et fig. 84, infra), ni sur les deux bases jumelles de Gallien (CIL VIII, 1487 = 15506 (ILS, 541) = DFH, n° 16 et fig. 23) et de Salonine (ILAfr, 566 = DFH, n° 17 et fig. 24) qui se dressaient vraisemblablement à l’origine sous le portique occidental du forum20.

31Ligne 2. Pour les deux fragments de droite, les deux lettres extrêmes, C et M, manquent, et seule la partie supérieure des lettres est conservée ; la restitution ne présente aucune difficulté.

Bloc 4


32ae aug [nomina curatoris] cv
perp [formam… ?] de


  • 21 La lecture du texte assure qu’il manque un bloc inscrit entre les blocs 3 et 5. Le bloc 4 est le s (...)

33Ce bloc est inséré dans le mur ouest du bastion nord de la forteresse byzantine, face inscrite du côté intérieur (fig. 6, cf. fig. 2) ; le texte n'est donc pas lisible. Dimensions : 54/23621.

Fig. 6 – Le bloc 4. La flèche indique la position du bloc dans le mur du bastion (cl. V. Brouquier-Reddé).

Fig. 6 – Le bloc 4. La flèche indique la position du bloc dans le mur du bastion (cl. V. Brouquier-Reddé).
  • 22 La place manque pour ajouter un complément se rapportant à l’impératrice, tel que dominae Aug(usta (...)

34Ligne 1. Après les cinq lettres qui complètent les noms de Salonine, le personnage anonyme du bloc 4 est le curateur dont le titre apparaît sur le bloc 5. Il ne peut y avoir deux personnages nommés sur le bloc 4 : le donateur d’une part, qui serait le sujet de e[xtruxit], et d’autre part le curateur dont le nom serait alors à l’ablatif. La place manque, puisque les deux dénominations comprendraient à coup sûr plus des 20 lettres dont on dispose. À la suite du surnom de Salonine, les noms et (éventuellement) la qualité du curateur de la république devaient occuper le reste de la ligne22 ; comme l’abréviation CV doit prendre place à la fin, 25 lettres environ restent donc disponibles.

  • 23 Le développement complet de la prêtrise (flam/onii perpetui) est inusité à Dougga, où la tendance (...)
  • 24 Cette somme n’est annoncée dans aucune autre inscription de Dougga ; il serait de toute manière di (...)

35Ligne 2. La restitution de cette ligne est aléatoire, même si le sens paraît clair. L’abréviation du qualificatif du flaminat peut comprendre de une à huit lettres, P, PP, PERP, PERPET, PERPETVI ; nous l’ajustons à celle du flaminat (s’il faut la limiter à FLAM)23. Pour la suite, l’expression ex summa (bloc 3) indique que c’était l’utilisation de cette somme qui était inscrite, non la somme elle-même ; la place aurait d’ailleurs manqué pour graver son montant en sesterces24.

  • 25 Le but était d’avoir un document public pérenne, opposable aux controverses : Hygin grom., XVII, 1 (...)

36Les exemples abondent en Afrique proconsulaire de l’utilisation de la somme légitime pour orner la cité ; la place que tient dans le texte la forma nous a invités à croire qu’elle pouvait être considérée comme une évergésie ob honorem. Il est plausible qu’elle ait été gravée dans l’airain, comme devait l’être d’ailleurs, en principe, la forma d’une colonie25. Par suite, des restitutions suivant ce thème pourraient être envisagées, à titre hypothétique, comme PERP FORMAM AEREAM COL (21 lettres) = perp(etui) formam aeream col(oniae). Notre hypothèse assure la cohérence du texte en associant le portique et la forma : pour l’affichage de celle-ci, le meilleur emplacement aurait été alors à coup sûr le mur du fond du portique.

Bloc 5


37CVR REIPVBL PORTICVM Extruxit et ob
DIT INLATIS ERga ciues epulu


  • 26 Cette partie gauche a été signalée d’abord par d’Hérisson, p. 260, en 1881 (comme le bloc 2, ibid. (...)

38Il reste à peu près les deux tiers gauches de ce bloc (dimensions : 57/165)26.

  • 27 Poinssot L. 1913, p. 159 n. 1 : Dans porticum, il ne reste des lettres IC que la partie supérieure (...)
  • 28 L. Poinssot a donc hésité entre E et F, et suggéré que, si c’était F, on pouvait restituer Fori (P (...)

39Ligne 1. À la suite de la partie conservée du bloc, un éclat aujourd’hui perdu ou égaré avait été noté par L. Poinssot27 ; il s’emboîtait très exactement dans la pierre et il est replacé ici d’après sa description (fig. 7). Il manquait le bas de la lettre lisible à la fin de l’éclat, un E ou un F28, puis 10 à 12 lettres. Nous choisissons de préférence un E et suggérons de restituer EXTRVXIT ET OB pour remplir l’espace disponible.

Fig. 7 – Le bloc 5, partie gauche. En haut à droite, le fragment lu par L. Poinssot. En bas, vers la droite, les lettres er, ligne 2 (cl. et montage L. Maurin).

Fig. 7 – Le bloc 5, partie gauche. En haut à droite, le fragment lu par L. Poinssot. En bas, vers la droite, les lettres er, ligne 2 (cl. et montage L. Maurin).

40Ligne 2. Dans cette ligne, un ablatif absolu est introduit par inlatis ; le sujet de cet ablatif est la somme gravée sur les blocs 9 et 10 praesentibus HS L milib(us) n(ummum), qui est elle-même introduite par [praeter]ea reipubl(icae) ; entre inlatis et [praeter]ea, une phrase incise énumère sur les blocs 5 à 8 divers dons (dedit) de Félix Julianus.

  • 29 Poinssot L. 1913, p. 159, d’où ILTun, 1416 (HS… mil. n.). Il avait lu auparavant ER (1906, p. 241, (...)

41Pour le bloc 5, ER est assuré pour les deux lettres gâtées en fin de ligne du fragment conservé, alors que Louis Poinssot a restitué HS (cf. fig. 3), en évoquant ainsi une somme d’argent29. La restitution cives s’impose pour la mention qui suit des libéralités envers les décurions, suivant la distinction habituelle à l’intérieur du corps politique ; populum serait possible, mais le mot cives s’insère beaucoup mieux dans la lacune.

Bloc 6 ( = bloc X de L. Poinssot)


42BENIVOLENTIAM DIGNATIONIS AC LIBERALITtem
M DEDIT ET LVDOS SCAENICOS et


  • 30 Carton 1895, p. 201 n°375 ; Poinssot 1909, p. 160, bloc i = ILTun, 1416, X. Le Dr Carton est le se (...)
  • 31 Le dessin de Carton indique clairement que le bloc n’était complet ni à gauche, ni à droite (fig. (...)

43Dimensions de la partie gauche : 57/122/43 cm ; la partie droite, incomplète à droite, mesurait 125 cm de longueur, selon Louis Carton qui l’a découverte et lue à Aïn Zaouia (fig. 8)30. Soit au total une longueur conservée de 247 cm, auxquels il faut ajouter environ 25 cm pour les lettres à restituer à droite dans la ligne 1 (TEM)31. Le bloc se distinguait nettement des autres, puisque sa longueur atteignait 270 à 275 cm. Placé au milieu du texte, il devait se trouver dans l’axe d’une porte monumentale.

Fig. 8 – La partie droite de l’inscription du bloc 6 selon le Dr Carton (1895).

Fig. 8 – La partie droite de l’inscription du bloc 6 selon le Dr Carton (1895).

44Ligne 1. La découverte de la partie gauche a conforté la lecture de Carton qui avait été mise en cause par Poinssot (bloc X sur la fig. 3).

45Ligne 2. Le M initial justifie la restitution EPVLV à l’extrémité de la ligne 2 du bloc 5. À la fin de la ligne, le sens impose de restituer la conjonction ET (infra).

Bloc 7


46iMP AVG COL DEDVCENT EX FORMA IN HVIVS M
SPORTVLAS ET EPVLVM DECV


47Dimensions : à gauche, 57/135/42 ; à droite, 57/102 (fig. 9). L’inscription est complète.

48Ligne 1. La restitution du I initial, dépassant probablement l’alignement, comme dans le bloc 2, ne présente pas de difficulté, un éclat réduisant légèrement la largeur du bloc de ce côté.

Fig. 9 – Le bloc 7 (cl. L. Maurin).

Fig. 9 – Le bloc 7 (cl. L. Maurin).

Bloc 8


49ODI SOLLEMNItate dedit hS L MIL N QVAE
RIONIBVs praeterEA REIPV


50Deux fragments en ont été identifiés, qui se placent au début et à la fin du bloc, avec un large manque entre les deux. Dimensions : fragment de gauche, 43/86/43 ; fragment de droite, 47/74/42.

  • 32 La dernière haste est gravée sur un petit morceau qui colle exactement à la droite du fragment ; c (...)

51Ligne 1. Les restitutions sont justifiées par l’espace disponible et par le sens de la phrase. À la fin du fragment de gauche, l’espace entre les deux hastes (fig. 10) conduit à lire un T (I dans les ILTun), d’où sollemnit[tate]32. On restitue alors le verbe dedit dont le sujet est le curateur et le complément d’objet la somme qui suit, 50 000 sesterces.

Fig. 10 – Le bloc 8, partie gauche (flèche : à droite, fragment disparu) (cl. L. Maurin)

Fig. 10 – Le bloc 8, partie gauche (flèche : à droite, fragment disparu) (cl. L. Maurin)

52Comment interpréter, dans les blocs 7 et 8, les termes col(oniam) deducent(is) ex forma in huius modi sollemnitate ? Il nous semble que deux traductions sont possibles, suivant le sens que l’on donne à sollemnitas et à modus.

53- (Gallien) « déduisant la colonie conformément au plan cadastral dans une célébration solennelle de cette sorte », c’est-à-dire au cours de la cérémonie appropriée à une fondation coloniale.

54- (Gallien) « déduisant la colonie conformément à la forma, dans la pratique du mesurage de celle-ci ». La mention du modus constitue un ajout technique, lié au nouveau statut colonial.

55La seconde option pourrait sembler adéquate en raison de l’importance que paraît avoir ici la forma. Cependant, l’intrusion dans ce discours d’un élément strictement technique ne paraît pas très approprié. Notre préférence va plutôt à la première traduction : le résultat est le même – la déduction ex forma ; les aspects techniques ont bien été pris en compte, mais ils n’avaient sans doute pas à figurer dans cette célébration officielle.

56Ligne 2. Nous avions lu (DFH, p. 165) un T comme première lettre du fragment de droite dont la deuxième ligne est très usée. Il faut lire en réalité un E (fig. 11) ; d’où la restitution de praeterEA qui convient pour le nombre de lettres manquantes et pour le sens de la phrase.

Fig. 11 – Le bloc 8, partie droite (EA au début de la 2e ligne) (cl. L. Maurin)

Fig. 11 – Le bloc 8, partie droite (EA au début de la 2e ligne) (cl. L. Maurin)

Bloc 9


57ET SPORTVLAE NOMINE THVGGAM EX IND
BL PRAESENTIBVS HS L MILIB


58Bloc complet. 56/236.

59Ligne 1. Thuggam est ici un accusatif complément de lieu : obtulit Thuggam, « il est venu offrir à Thugga ».

60Ligne 2. L à barre horizontale, et surmonté d’un trait horizontal, est employé à deux reprises dans le libellé de la somme inscrite à la fin du bloc (fig. 12).

Fig. 12 – Le bloc 9 (cl. L. Maurin).

Fig. 12 – Le bloc 9 (cl. L. Maurin).

Bloc 10


61VLGENTIA DOMINI NOSTRI SANCTISSIMI I
N ET DIE DEDICATIONIS


62Bloc complet en trois fragments jointifs a, b, c de gauche à droite (fig. 13). 56/232 cm.

  • 33 DE, II, s. v. dominus (1910, Lugli), p. 1953.
  • 34 Inuicti (en toutes lettres) est précisément ce qu’avait suggéré un instant L. Poinssot 1909, p. 12 (...)

63Ligne 1. La restitution des mots martelés au centre est due à L. Poinssot et elle correspond à l’espace disponible. Le martelage a touché dominus noster, référence directe à Gallien et à ses liens avec la colonie. L’expression dominus sanctissimus est assez souvent attestée depuis Sévère Alexandre33. Un problème se pose pour la fin de cette ligne : un I qui dépasse l’alignement doit compléter le qualificatif impérial. Il est impossible d’y joindre les lettres MP = I[mp(erator), car elles demanderaient une quinzaine de centimètres supplémentaires, à prendre sur un bloc suivant (puisque ce bloc 10 est complet). L’ordre des blocs étant par ailleurs parfaitement assuré, nous proposons de lire I(nuictus), qualificatif qui conviendrait. Cette abréviation est exceptionnelle34 et quelque peu embarrassante dans un texte où les abréviations, même communes, sont rares, mais nous n’avons trouvé aucun moyen de la contourner, puisque, d’après L. Poinssot, le bloc 11 était complet à gauche. D’autre part, on ne voit pas trop ce que viendrait faire ici le titre Imp(erator). Le plus simple serait d’admettre que le I a été redoublé par erreur, mais cela semble difficile en raison du soin apporté à la rédaction et à la gravure ; et pourquoi alors graver deux I de taille différente ?

Fig. 13 – Le bloc 10 (cl. L. Maurin).

Fig. 13 – Le bloc 10 (cl. L. Maurin).

64Ligne 2. L’espace anépigraphe vers la fin du bloc est assuré par la plage intacte préservée entre des éclats. Elle s’explique peut-être par un souci de mise en page, afin de terminer harmonieusement la ligne.

Bloc 11


65OBTVLIt splendidissiMVS ORDO dedic
VNIVversis epulum dedit


66De ce bloc subsistent seulement deux fragments découverts à Aïn ez Zaouia (L. Poinssot 1909, p. 125) et perdus. Leur position et leur volume laissent penser que le bloc entier avait été amené sur ce site, peut-être en deux morceaux. D’après L. Poinssot, le fragment de gauche se trouvait au début du bloc et il était incomplet seulement à droite (54/50/42) ; celui de droite était complet seulement en haut (24/54/42). On ne prendra pas pour des certitudes les restitutions que nous proposons ici. Du moins nous a-t-il semblé vraisemblable que ces deux fragments appartenaient à un seul bloc qui prenait la suite du bloc 10 et terminait la dédicace. En effet, il ne paraît pas possible d’envisager un bloc intermédiaire entre les blocs numérotés ici 10 et 11, sauf si l’on admettait la rupture de la symétrie d’ensemble du portique ; mais elle semble bien avoir été recherchée de part et d’autre du bloc 6.

  • 35 On est alors à la fin de la ligne 1, mais la terminaison du verbe (AVIT) ne peut être placée au dé (...)

67Ligne 1. Dans le fragment de droite, seul le haut des lettres était conservé ; de la première, qui s’interprète comme un M, il ne restait qu’un fragment du jambage de droite et de la dernière, lue O, seulement un segment de courbe à droite. On restitue à la fin dedic(auit), en admettant une abréviation du verbe35 ; le nominatif impose un verbe et le sens fait adopter celui-là.

  • 36 Sur le sens de gymnasium, Saastamoinen 2010, p. 367-369.

68Ligne 2. La restitution epulum convient au don attendu et à la mise en page du texte ; il serait cependant possible de caser une ou deux lettres de plus. Ludos biduo ou triduo obligerait à trop resserrer les lettres ; ludos scaen(icos) aurait l’inconvénient d’abréger le second terme. GYMNASIVM au lieu d’EPVLVM pourrait convenir, mais le don serait trop modeste, et d’ailleurs le gymnasium est très rarement offert seul, il est généralement accompagné de jeux36.

69Au total, dans les modifications proposées pour le texte des ILTun, 1416, sont décisifs les ajouts importants qui ont été apportés depuis 1944 par la découverte de nouveaux fragments, les corrections qu’ils appellent et le nouvel ordre qu’ils imposent aux blocs (fig. 14 et 15). On a vu que certaines restitutions sont assurées tandis que d’autres, dans les blocs 4, 5, 8, 11 le sont moins, ou sont aléatoires, comme on l’a noté en particulier pour les deux lignes du bloc 4 et le I final de la ligne 1 du bloc 10.

Fig. 14 – Les modifications apportées à ILTun 1416.

Fig. 14 – Les modifications apportées à ILTun 1416.

Fig. 15 – Fac-similé. Disposition des blocs, lecture et restitutions de l’inscription (L. Maurin).

Fig. 15 – Fac-similé. Disposition des blocs, lecture et restitutions de l’inscription (L. Maurin).

Copie majusculeLigne 1

1. pro salVTEimp caes p licini gallieni p f au 34 lettres
2. G GERMANICI PONT MAX TRIB POT XIII imp x 31 lettres
3. iI COS VI PP PRoCOS ET CORNELIAE SALonin 33 lettres
4. ae aug [nomina curatoris] cv 30 lettres env.
5. CVR REIPVBL PORTICVM Extruxit et ob 30 lettres
6. BENIVOLENTIAM DIGNATIONIS AC LIBERALITAtem 39 lettres
7. iMP AVG COL DEDVCENT EX FORMA IN HVIVS M 32 lettres
8. ODI SOLLEMNItate dedit hS L MIL N QVAE 31 lettres
9. ET SPORTVLAE NOMINE THVGGAM EX IND 29 lettres
10. VLGENTIA DOMINI NOSTRI SANCTISSIMI I 32 lettres
11. OBTVLIt splendidissiMVS ORDO dedic 31 lettres

Ligne 2

1. [praenomen et nomen Felicis Iuliani] 22 lettres env.
2. S PAP FELIX IVLIANVS EQ R FL P DVu 26 lettres
3. MVIRALICIVS EX SUMMA FlAm 22 lettres
4. perp [formam… ?] de 21 lettres env.
5. DIT INLATIS ERga ciues epulu 24 lettres
6. M DEDIT ET LVDOS SCAENICOS et 24 lettres
7. SPORTVLAS ET EPVLVM DECV 21 lettres
8. RIONIBVs praeterEA REIPV 22 lettres
9. BL PRAESENTIBVS HS L MILIB 22 lettres
10. N ET DIE DEDICATIONIS 18 lettres
11. VNIVversis epulum dedit 20 lettres

Développement

  • 37 Sur 593 lettres au total (d’après nos restitutions ; à droite, les chiffres des estimations), 399 (...)

70Ligne 1. [Pro salute imp(eratoris) Caes(aris) [[P(ublii) Licini(i) Gallieni]] P(ii) F(elicis) Au]g(usti) Germanici, pont(ificis) max(imi), trib(unicia) pot(estate) XIII, Im[p(eratoris)] XI[I]I, co(n)s(ulis) VI, p(atris) p(atriae), proc[o]n(sulis) et [[Corneliae Salonin[ae]] Aug(ustae)] [nomina curatoris, c(larissimus) v(ir)], cur(ator) reipubl(icae), porticum e[xtruxit et ob] benivolentiam dignationis ac liberalita[tem] Imp(eratoris) Aug(usti) col(oniam) deducent(is) ex forma in huius modi sollemnit[ate, dedit (sestertium)] (quinquaginta) mil(ia) n(ummum) quae et sportulae nomine Thuggam ex ind[ulgentia [[Domini Nostri]] Sanctissimi I(nuicti ?) obtuli[t, splendidissi]mus ordo [dedic(avit)].

Ligne 2. [---praenomen et nomen ---iu]s Pap(iria) Felix Iulianus eq(ues) R(omanus), fl(amen) p(erpetuus), [duu]muiralicius, ex summa fla[m(onii) perp(etui) formam… ? de]dit, inlatis er[ga ciues epulu]m dedit et ludos scaenicos [et] sportulas et epulum decurionibu[s, praeter]ea reipubl(icae) praesentibus (sestertium) (quinquaginta) milib(us) n(ummum) et die dedicationis uniu[ersis epulum dedit]37.

Traduction

  • 38 Voir supra, blocs 7-8.

71Ligne 1. Pour la sauvegarde de l’empereur César Publius Licinius Gallienus, Pieux, Heureux, Auguste, Germanicus, grand pontife, investi de sa 13e puissance tribunicienne, salué 12 fois Imperator, consul 6 fois, proconsul, et de Cornelia Salonina Auguste, [un tel], clarissime, curateur de la république, a érigé ce portique et, grâce à la considération bienveillante et à la libéralité de l’empereur Auguste déduisant la colonie conformément à la forma, dans une cérémonie solennelle appropriée38, a donné 50 000 sesterces que, de plus, il offre à Thugga à titre de sportule conformément à la générosité de notre très saint maître invaincu ; l’Ordre très splendide a exécuté la dédicace.

72Ligne 2. [--- prénom et nom--- iu]s Felix Iulianus inscrit dans la Papiria, chevalier romain, flamine perpétuel, duumvir honoraire, a fait don, avec la somme honoraire du flaminat perpétuel, [de la forma ?] ; outre 50 000 sesterces versés comptants à la république, il a offert à ses concitoyens un banquet et une représentation théâtrale, aux décurions des sportules et un banquet, et le jour de la dédicace un banquet pour tous.

La date de l’inscription du portique de Gallien

  • 39 Voir supra, n. 17. Sur les acclamations impériales de Gallien, voir Kienast 1990, p. 216, qui n’a (...)
  • 40 Voir supra, n. 17.

73Il faut lire le chiffre XIII pour la 13e puissance tribunicienne que Gallien a revêtue le 10 décembre 264 (la 14e le 10 décembre 265). Gallien est cos. VI en 264 et 265, cos VI design. VII en déc. ( ?) 265. La dédicace du portique a donc eu lieu vraisemblablement entre le 1er janvier 264 et le 10 décembre 265. Si la onzième acclamation impériale ne peut être complètement exclue39, la 12e nous a paru plus probable40, et seule la connaissance de la date exacte où Gallien l’a acquise permettrait d’apporter une plus grande précision dans l’année 265.

Thugga, colonie romaine

74La différence du style de l’écriture entre les deux lignes correspond à deux paragraphes bien distincts, mais complémentaires, célébrant le même événement, la fondation de la colonie ex forma inscrite sur le portique. Trois acteurs ont présidé aux cérémonies de l’inauguration de celui-ci.

Les acteurs

L’empereur et l’évergétisme impérial

  • 41 On rapprochera la ligne 1 des blocs 8 et 9 d’une inscription d’Abthugni (Hr es Souar) : ex sesterc (...)

75Des termes choisis, benivolentia, liberalitas, indulgentia, sont, au IIIe siècle, bien ancrés dans le vocabulaire des éloges impériaux. Ils expriment différentes faces de la générosité du prince ; ici, d’un côté l’estime bienveillante qui se traduit par la promotion coloniale et l’ouverture vers les notables et leur cité ; de l’autre l’indulgentia qui se manifeste par une subvention que le rédacteur nomme sportule dont on a ici le seul emploi au singulier dans le vocabulaire des institutions municipales41 ; le texte apporte une sorte de surenchère avec la conjonction ET : la sportule se référant aux liens traditionnels de clientèle, les Thuggenses ont l’insigne honneur d’entrer dans la clientèle du prince ; cette indication va dans le même sens que la beniuolentia dignationis du bloc 6. Dans le bloc 7, l’emploi du participe présent deducent(is) est notable : il actualise la déduction ex forma par rapport à la fondation de 261 et, surtout, il rend en quelque sorte l’empereur présent dans cette cérémonie solennelle, comme le fait l’accusatif de mouvement Thuggam. La signification courante de sportules, au pluriel, se trouve dans la ligne 2 pour accompagner le don de Felix Julianus.

Le curateur de la république (ligne 1)

76Dans la première ligne du texte, le personnage anonyme du bloc 4 est bien le curateur dont la qualité apparaît au début du bloc 5. On l’a dit, il ne peut y avoir deux personnages nommés sur le bloc 4 : un donateur d’une part, qui serait le sujet de e[xtruxit], et d’autre part le curateur dont le nom, élément de datation, serait alors à l’ablatif. La place manque, puisque les deux dénominations comprendraient à coup sûr plus des 20 ou 22 lettres dont on dispose.

  • 42 C. 26560 (ILS, 8927) = DFH, n°18 : … curante Iul(io) Italico, c(larissimo) u(iro) deuotissimo maie (...)
  • 43 C. 26472 : …[Octa]uio Stratoniano, c(larissimo) u(iro), cur(atore) reip(ublicae), sous la première (...)
  • 44 Jacques 1984, p. 232-239, sur l’origine des curateurs clarissimes en Afrique ; s’il pouvait être r (...)

77Les noms du curateur devaient être suivis des initiales du clarissimat (CV). La présence d’un clarissime est déduite de l’importance revêtue par la promotion coloniale et par la cérémonie qui l’accompagne, où ce curateur, nommé par l’empereur, le représente. La notoriété de Thugga a été certainement accrue par cette intervention impériale, puisque trois autres curateurs clarissimes sont encore attestés dans la suite du IIIe siècle, l’un sous le règne de Probus (276-282)42, et probablement deux autres sous la Tétrarchie, entre 295 et 30543. Malheureusement, le nom du curateur de 265 nous échappe ; il nous aurait peut-être renseignés sur ses origines qu’il n’est pas incongru de supposer africaines44.

Felix Julianus (ligne 2)

  • 45 Sur le maintien de la tribu, voir Gascou 1993, p. 64 n. 1. Notre inscription en fournit un des exe (...)
  • 46 Et elles se maintiendront – fait rare – jusque vers la fin du IVe siècle à Dougga ; voir Aounallah (...)

78L’indication de la tribu – ici la Papiria, tribu de Thugga depuis la fin du IIe siècle – témoigne du conservatisme des élites locales dans la dénomination45. Le personnage a rempli une carrière municipale, puisqu’il est duumvir honoraire ; elle a été couronnée par le flaminat perpétuel et par sa promotion dans l’ordre équestre, titre honorifique accordé aux membres les plus éminents de l’ordo de la cité. À l’occasion de son élection au flaminat, Felix Julianus suit les règles en usage pour ceux qui revêtent les honneurs municipaux ; on les connaît bien à Dougga depuis le règne d’Hadrien46. Sa générosité est soulignée par l’emploi à trois reprises du parfait dedit dans la ligne 2.

  • 47 Sur les modalités, v. supra, bloc 4.
  • 48 Sur ce retard, Jacques 1984, p. 735-757. Sur les évergésies ob honorem, ibid., p. 723-736.

79La destination de la somme honoraire nous échappe ; nous avons suggéré qu’elle a pu être consacrée à la réalisation de la forma de bronze de la colonie47. S’y ajoute une libéralité qui est de règle, souvent annoncée par l’expression ampliata ou adiecta pecunia, et qui est introduite ici par praeterea. Contrairement à un usage fréquent, toujours suivi à Dougga, le montant de cette somme ajoutée est indiqué ; c’était nécessaire, car la générosité de Félix Julianus ne pouvait être ni supérieure ni inférieure à celle de l’empereur, elle ne pouvait que l’égaler, ce qui devait être mentionné ; mais sa destination n’est pas précisée ; il ne fait pas de doute, à notre avis, qu’elle représente la participation de l’évergète à l’érection du portique, mais Félix Julianus laisse au représentant de l’empereur – c’est-à-dire à l’empereur lui-même – tout l’honneur et l’éclat du don. Suivant les pratiques de l’évergétisme municipal, cette somme devait être issue d’une promesse faite lors de l’élection de Félix Julianus au flaminat perpétuel. Les 50 000 sesterces ont été versés comptants (praesentibus) à la République. Il s’en est acquitté sans délai, comme de la somme honoraire. Praesentibus est à noter, le retard dans l’exécution des promesses étant un fait courant de la vie municipale en Afrique48. Aucun délai n’aurait pu être admis en l’occurrence en regard de la générosité impériale.

80Les générosités non tarifées incluses entre inlatis et praesentibus sont à relier étroitement aux dons de Félix Julianus. Elles ont accompagné, en 261, les fêtes offertes pour son élection au flaminat. La rédaction convient parfaitement à des cérémonies de cet ordre, avec la distinction souvent attestée entre le corps civique (ici, les cives), comblé par un banquet public et des jeux scéniques, et l’ordo, auquel, conformément aux traditions municipales, ont été offerts des sportules et un autre banquet.

81Enfin, bien distinguée de ce qui précède, la mention d’un troisième banquet public est vraisemblable et la restitution epulum dans le bloc 11 n’a rien pour étonner. Il fut offert en 265 à l’ensemble du corps civique – le peuple et les décurions (epulum universis) – à l’occasion de la fête à laquelle donna lieu la dédicace du portique qui commémorait la fondation coloniale ex forma.

82De cet exposé des différents engagements de Félix Julianus, il ressort que l’inscription distingue bien deux étapes :

83- Félix Julianus a sans doute été (en 261/262) le premier flamine perpétuel de la colonie qui venait d’être fondée par Gallien (infra). Il a pu destiner (par hypothèse, répétons-le) la somme légitime de l’honneur à la réalisation sur le bronze de la forma et la somme ajoutée à la construction du portique. Il a célébré son élection au flaminat par un banquet et des jeux scéniques offerts au peuple, des sportules et un banquet aux décurions. On a donc fêté en 261, lors de la fondation de la colonie, le projet de cette construction.

84- En 264/265, on fête la réalisation du projet. Thugga est une colonie déduite ex forma et le portique, construit entre temps, est inauguré. Le titre de la communauté est limité à la mention de son statut. Les autres titres, développés dans DFH, n° 16 (colonia Licinia Septimia Aurelia Alexandriana Thugga) n’apparaissent pas : c’est que la deductio ex forma de 265 n’est pas une nouvelle fondation, mais un complément apporté à celle de décembre 261.

Le très splendide ordo de Thugga

  • 49 À la différence de la dédicace du temple de Tellus : ILAfr, 530 = DFH, n° 40 (cf. Aounallah – Golv (...)

85L’ordo municipal était concerné au premier chef par l’accès de la cité au rang de colonie, qui représentait pour lui un grand succès et une indéniable promotion. C’est pourquoi – si l’on suit notre restitution – il procède à la dédicace du portique qui commémore la déduction. Cette cérémonie devait être présidée par Félix Julianus lui-même, que son rang de flamine perpétuel de la colonie, le premier à avoir exercé cette fonction, plaçait en tête de l’ordo et désignait pour cet honneur. L’inscription reflète l’ambiance civique qui a dû régner alors sur le forum. Le cognomen ex uirtute de Gallien, Germanicus maximus, est exclu de sa titulature, parce qu’il exerce en réalité ici, représenté par le curateur, sa fonction de premier magistrat de l’empire (supra, bloc 2) ; il en est de même sur la base de Gallien (DFH, n° 16), alors qu’au même moment l’empereur est Germanicus maximus dans la dédicace du temple de Tellus (ILAfr, 530) ; nous allons revenir sur ces textes. Peut-être est-ce aussi pourquoi la mention de la famille impériale, évocation d’un élément dynastique, n’apparaît pas dans la dédicace49. Dans la première ligne l’empereur, représenté par le curateur de la république, multiplie les égards envers la colonie pour mettre en valeur la dignité nouvelle qui lui a été conférée.

La fondation de la colonie : 261-265

La fondation coloniale, aboutissement de la conquête de la liberté

  • 50 En particulier Gascou 1982, p. 234 : « Il semblerait dans la logique des choses que le pouvoir cen (...)
  • 51 Kotula 1974 ; également Gascou 1982, p. 236.

86La dédicace du portique de Gallien amène à s’interroger sur les aspirations municipales des cités africaines après la Constitution Antonine de 212 ou 213. On s’attendait en effet à ce que ces cités, en particulier les municipes, cessent alors d’aspirer à une promotion coloniale jugée à tort par beaucoup comme superflue et injustifiée50. On pensait en effet que l’attribution de la citoyenneté romaine à l’ensemble des citoyens locaux avait été le but ultime du parcours municipal de toute communauté, et l’on considérait comme relevant d’un snobisme municipal le rappel des statuts de municipe ou de colonie après cette date, en particulier aux ive et ve siècles – peu attesté, il est vrai, dans les autres provinces occidentales51.

  • 52 C. 26552 + ILTun, 1415 = DFH, n°57. Imp(eratori) Caes(ari) diui Antonini Magni Pii fil(io), diui S (...)

87Or l’histoire de Thugga, comme celle de l’ensemble des cités à pagus de la pertica des Carthaginois, ressemble un peu à celle de l’esclave sans cesse en quête de la liberté. Thugga avait abrité pendant plus de deux siècles deux communautés rassemblées dans le même centre urbain, mais juridiquement séparées : un pagus de citoyens romains attribué à la colonie de Carthage et une ciuitas pérégrine qui avait, elle aussi, des liens avec Carthage (on ignore toujours leur nature exacte). La fusion des deux communautés en un municipe avait un sens très fort, souligné par le qualificatif liberum que ce dernier afficha dans ses titres dès sa constitution en 205 ; la libertas – entendue comme la fin de la sujétion à l’égard de Carthage – était donc un privilège intégré à la promotion municipale. Cette liberté fut contestée par l’ancienne puissance dominante, mais elle fut défendue avec succès grâce au zèle des plus illustres des Thuggenses et à l’intervention de l’empereur Alexandre Sévère, reconnu comme sauveur de la liberté (conservator libertatis)52. Pour les Thuggenses, le statut de colonie était nécessaire pour s’éloigner définitivement de Carthage et mettre fin aux prétentions de leur ancienne métropole. La promotion coloniale et la liberté apparaissent comme étroitement liées.

  • 53 Cf. Belkaya Karoui 2014, p. 225-226 (DFH, n° 18 et fig. 25). La libertas publica acquise en 261 av (...)

88Sous le règne de Probus, il est possible que la nomination d’un curateur clarissime (C. 26561 = DFH, n° 63 ; cf. supra n. 42) représente une sorte de réparation après un épisode ou un évènement inconnu de nous, où la dignité et la liberté de la colonie avaient été menacées sans doute, dans la même perspective, par des prétentions de Carthage ; Probus est célébré comme conservator dignitatis et libertatis. C’était avant tout, semble-t-il, une question d’honneur municipal qui était en cause, puisque la dignité précède ici la liberté53.

89Dans l’acquisition de la liberté, les Thuggenses pouvaient, en 261/265, être inspirés par l’exemple d’Uchi Majus.

Uchi Majus (Hr Douamis) et la libertas reciperata

  • 54 Prov Khanoussi – Mastino 2006, p. 147-153, n° 44 : [Ex indulgenti]a domini no[st]r[i] Imp(eratoris) (...)
  • 55 Sur l’action de Phileros à Uchi Majus, cf. Aounallah 2010, p. 59-62 et 151-155 (sur la liberté).
  • 56 En devenant citoyens chez-eux, les anciens Carthaginois abandonnent-ils la citoyenneté de Carthage (...)

90Les termes de la dédicace du portique peuvent être éclairés par la comparaison avec une inscription découverte à Uchi Majus, pagus Uchitanorum Maiorum, dans le voisinage de Thugga. Sa promotion au statut de colonie date de l’année 23054, soit un quart de siècle après la transformation de Thugga en municipe. L’inscription qui évoque cette promotion se réfère à une liberté retrouvée (libertas reciperata), ce qui rappelle nécessairement une liberté perdue, celle dont jouissaient les Uchitani unifiés avant la conquête de 46 a.C. et le partage de ces Uchitani en deux communautés sous le principat d’Auguste55. Concrètement, cela signifie qu’en 230 la bourgade fut une cité complètement libérée des liens avec Carthage, en même temps que ses membres devenaient des cives Uchitanorum Maiorum, alors qu’ils étaient auparavant Carthaginois (du moins certains d’entre eux)56. Ce double changement, de pagus à colonia, pour le statut de la collectivité, et de pagani à ciues Uchitani, pour celui de ses membres, s’apparente à une véritable fondation, une deductio comme le précise justement le texte, avec la prise symbolique des auspices (su[b] eius nomine auspicioque deducta). À Dougga, la mission pour obtenir un nouveau statut fut confiée, semble-t-il, à l’un des plus illustres notables de la cité, A. Vitellius Felix Honoratus.

A. Vitellius Felix Honoratus, l’homme de la situation ?

  • 57 DFH, n°70 (C. 26582 = ILS, 9018) : Honor[i(i)], / A(ulo) Vitellio Pap(iria) Felici Honorato, / eq( (...)
  • 58 La promotion coloniale pouvait être commémorée sur des monuments par les ornamenta libertatis (cf. (...)

91Les circonstances de la fondation de la colonie sont peut-être données par l’inscription de la base d’une statue que les autorités municipales de Thugga dressèrent en hommage à leur concitoyen A. Vitellius Felix Honoratus, haut fonctionnaire impérial, en raison de son engagement envers sa patrie57. Le texte gravé sur la base relève que, afin d'obtenir pour sa cité la liberté publique (libertas publica), il assuma une ambassade volontaire et gratuite à la cour impériale. Si l’on suit le déroulement de l’inscription, cette mission eut lieu pendant ou immédiatement après la dernière fonction qu’il avait remplie, celle de préposé au maintien de l’ordre dans les régions montagneuses et infestées de brigands de l’Italie du Centre et du Sud, charge qu’il cumula avec le ravitaillement en blé des troupes concentrées dans la péninsule par Gallien pour repousser l’invasion des Alamans en Italie en 260. On est conduit à penser que cette ambassade qui avait pour but d’obtenir pour sa patrie la libertas publica inhérente au statut colonial fut aussitôt couronnée de succès. Devenue colonie, la cité ne reprit pas le qualificatif libera dans ses titres (ILAfr, 566 = DFH, n° 17, infra) ; en tant que colonie, elle était dotée implicitement du summum de la liberté, d’une liberté idéale, le nouveau statut marquant sa pleine émancipation ; c’est cette liberté-là, liée au statut colonial, qu’aurait obtenue Vitellius58.

Gallien fondateur de la colonie en décembre 261

92La fondation de la colonie a été commémorée par l’érection sur le forum de Dougga d’une statue de Gallien à laquelle nous avons déjà fait plusieurs fois référence ; l’inscription gravée sur sa base la date précisément des trois dernières semaines de 261 par la dixième puissance tribunicienne (revêtue le 10 décembre 261) et le quatrième consulat (Gallien a revêtu le cinquième le 1er janvier 262).

  • 59 Les épithètes de la colonia Licinia sont liées à l’histoire municipale antérieure de Dougga : deve (...)

CIL VIII, 1437 ; 15506 = DFH, n° 16 et fig. 23 : Imp(eratori) Caes(ari) P(ublio) Licinio Gallieno Ger/manico Pio Felici Aug(usto), p(atri) p(atriae), p(ontifici) max(imo), / trib(unicia) p(otestate) X, imp(eratori) X, co(n)s(uli) IIII, desig(nato) V, proco(n)s(uli), / resp(ublica) col(oniae) Liciniae Sept(imiae) Aurel(iae) Alex(andrianae) / Thugg(ae) deuota numini maiestati/que eius.

À l’empereur César Publius Licinius Gallienus Germanicus, Pieux, Heureux, Auguste, père de la patrie, grand pontife, en sa 10e puissance tribunicienne, acclamé 10 fois Imperator, consul 4 fois, désigné pour la 5e, proconsul, la république de la colonie Licinia Septimia Aurelia Alexandriana de Thugga dévouée à sa puissance divine et à sa majesté59.

  • 60 Étude dans Aounallah – Golvin 2016, p. 246-251 et fig. 9 et 10 (L. Maurin). Après la mort de Galli (...)

93Cette base était solidaire de celle d’une statue de Salonine, et probablement d’une série de huit autres bases de statues qui remployaient des matériaux du Haut-Empire et dont les inscriptions brèves montrent qu’elles composaient un éloge de Rome60. Au départ se trouvait une statue de Vesta, image du foyer de Rome comme elle était celui de toutes les colonies. Les autres bases étaient celles des bons empereurs, qui avaient été divinisés : Auguste (accompagné d’une base de Livie), Claude, Vespasien, Trajan, Antonin, Marc Aurèle ; Gallien s’inscrit à leur suite, et il est accompagné de Salonine, comme Auguste l’est de Livie. Les gloires du passé impérial formaient donc un cortège qui aboutissait au conditor de la colonie de Thugga. C’est à ce titre que Gallien est glorifié par cette statue. Comme les autres statues apparaissent comme des compléments de celles du couple impérial, on les date comme elles de décembre 261.

Le temple de Tellus inauguré en décembre 261

  • 61 DFH, n°40 (ILAfr, 530) ; Aounallah – Golvin 2016, p. 576-577 : Pro salute Imp(eratoris) Caes(aris) (...)
  • 62 DFH, p. 43.
  • 63 Suivant un parti architectural fréquent à Dougga, cf. Aounallah – Golvin 2016, p. 592-593. Étude d (...)
  • 64 Gesztelyi 1981, p. 446 : une dizaine de sanctuaires de Tellus dans les provinces de l’Afrique roma (...)
  • 65 Bien que la dédicace précise que la construction a été faite a solo, une observation de N. Ferchio (...)
  • 66 Le lien entre Tellus Mère et la terre conquise est évoqué à l’époque républicaine, à la fin de la (...)
  • 67 Ibid. : le temple de Dougga est le dernier des temples de Tellus attestés en Afrique ; les plus ré (...)
  • 68 Turcan 1998, p. 123.

94À Dougga, le temple de Tellus fut inauguré lui aussi dans les trois dernières semaines de 261 pour la sauvegarde de Gallien, avec les mêmes jalons chronologiques dans sa titulature61. Que cette date coïncide exactement avec celle de la fondation de la colonie ne doit pas être le fruit du hasard, comme nous l’avons déjà noté62 : situé à une trentaine de mètres en contrebas du forum, ce sanctuaire à trois cellae63 était dédié à la divinité du sol nourricier, Tellus, Tellus Mater (fig. 16) ; celle-ci a été l’objet d’une vénération limitée en Afrique64, ce qui donne un relief particulier au temple de Dougga ; son érection65 se place bien dans la perspective du plan cadastral qui devait être établi à l’occasion de la fondation coloniale66. L’inscription du portique de Gallien met précisément l’accent sur le lien du sol de la cité, protégé par Tellus, avec cette fondation pour laquelle on a jugé nécessaire de faire appel à cet ancien culte romain de la terre féconde67. Dans le calendrier officiel, Tellus était honorée le 13 décembre68, date qui s’inscrit dans le court laps de temps qu’indique la dédicace du temple, que l’on est alors tenté de fixer à ce jour. Cette construction du temple de Tellus associée à la promotion coloniale appelle un autre rapprochement : le temple était offert par Botria Fortunata ob summam honoris flaminatus, de même que – suivant notre restitution – la forma avait pu l’être pour la même raison et à l’occasion de la même prêtrise par Félix Julianus.

Fig. 16 – Plan du temple de Tellus (J.-C. Golvin).

Fig. 16 – Plan du temple de Tellus (J.-C. Golvin).

95La chronologie peut être établie ainsi : en 260, à la suite de son ambassade, A. Vitellius Felix Honoratus est assuré par les bureaux impériaux de la promotion prochaine de Dougga au statut colonial. On apprête alors, pour être installées sur le forum, les statues de Gallien et de Salonine et celles des bons empereurs et de Vesta ; d’autre part, on construit le temple de Tellus. En décembre 261 a lieu, à l’occasion de la fondation coloniale, la dédicace des statues sur le forum et celle du temple par la colonia Licinia parée de tous ses titres. Quatre ans plus tard environ fut fêtée en grande pompe la déduction ex forma de la colonie et à cette occasion fut inauguré le portique qui la commémorait.

  • 69 Ce don ne pouvait concerner le portique, sinon les sommes consacrées par Félix Julianus pour son é (...)

96La mention de la forma constitue donc la différence marquante entre la dédicace de la statue de Gallien (261) et celle du portique (265). C’est pourquoi nous avons suggéré de la restituer dans le bloc 4, pour le don de Félix Julianus ex summa flam(oni) perpet(ui)69.

La deductio ex forma

La forma coloniale : l’héritage

  • 70 CIL VI, 919 (Rome, en 47 après J.-C.) ; CIL X, 3828 = ILS, 251 (Herculanum, en 77).

97Il ne fait pas de doute que le mot forma ait ici le sens de cadastre ; en effet, on ne peut que le rattacher à deducent(is). Si le rédacteur du texte a voulu compléter par ex forma l’expression coloniam deducere, c’est que cette précision lui paraissait indispensable en l’occurrence. La seule interprétation possible, à notre avis, est qu’une modification importante du cadastre antérieur est intervenue, qui a conduit à confirmer par une cérémonie supplémentaire la déduction de la colonie. Les références à la forma au sens de cadastre d’une colonie sont très rares dans la documentation épigraphique70 ; elles s’y rapportent à des controverses qui demandaient le recours au plan cadastral. Ce n’est pas le cas à Dougga.

  • 71 Peut-être faut-il placer à l’époque médio-augustéenne la naissance du pagus, d’après Aounallah – M (...)
  • 72 Dougga peut avoir été touchée par la colonisation marienne, bien attestée dans les environs, à Uch (...)
  • 73 Les traces de cadastre antique autour de l’agglomération urbaine sont assez peu nombreuses : elles (...)

98Avait-il été nécessaire de réaliser à l’époque augustéenne un plan cadastral modifiant le parcellaire lors de la création du pagus, parcelle de la pertica de Carthage, pour enregistrer les lots des colons et les mettre à l’abri des controverses ? Autrement dit, les terres que les colons avaient acquises avaient-elles été pour autant centuriées ? Rien n’est moins sûr, car il est probable que le pagus a été constitué à l’origine, sans doute sous le règne d’Auguste71, par la collection des propriétaires italiens établis sur place viritim, pour certains dès la chute du royaume numide, sinon auparavant72, et non par une fondation dans les règles au profit d’un groupe de colons transférés sur place73 ; leurs propriétés n’avaient pas à être contiguës les unes des autres. La forma de ce pagus de Carthage avait donc dû reprendre le parcellaire antérieur dans lequel s’étaient installées les propriétés des colons. Sans doute y avait-il eu un document plus général, concernant tous les Thuggenses, en 205, lors de la promotion municipale.

La forma coloniale : la permanence des structures de l’occupation du sol

  • 74 Si l’on suit les gromatiques – notamment Hygin grom., XVII, 1-5, l’établissement de la forma colon (...)

99En quoi la forma coloniale de Thugga pouvait-elle différer du cadastre du municipe ? En théorie, la fondation coloniale engageait la communauté à faire entièrement peau neuve, à tourner le dos au passé puisque les colons étaient théoriquement implantés sur un sol qui leur était étranger et qui était entièrement mis à leur disposition74. Il est sans doute exclu que l’on ait voulu bouleverser l’ordre établi depuis plus de deux siècles et demi, car – nous venons de le dire – la création du pagus et son rattachement à Carthage avaient, à l’époque, certainement peu modifié la répartition du sol existant alors entre pagani et pérégrins. Il est possible, comme nous l’a suggéré Jean Peyras, que la célébration solennelle de 265 (blocs 7 et 8) ait été marquée par une cérémonie symbolique au cours de laquelle on aurait évoqué de manière fictive le traçage du sillon périphérique, les deux grands axes d’une forma coloniale, ceux qui déterminaient les lots attribués. Comme à Uchi Majus, on aurait célébré la promotion en l’accompagnant des rites traditionnels qui accompagnaient une fondation coloniale. La nouvelle colonie reprenait ainsi les traditions des anciennes fondations romaines, mais sans bouleverser le sol, les biens, les privilèges et les obligations des nouveaux colons qui étaient les anciens propriétaires du sol ; par suite, la forma coloniale se serait bornée à consacrer l’existant – répartition du sol, mesurage et situation des propriétés, nature des obligations fiscales et des exemptions.

100Mais alors pourquoi, dans ces conditions, exécuter pour la fondation un second acte, avec la deductio ex forma ? Il est évident que celle-ci impliquait que l’on ait au moins apporté des modifications au cadastre antérieur, celui du municipe, question qu’il conviendra donc de réexaminer.

La nouvelle colonie

La vitalité des institutions municipales

101Dans la première ligne de l’inscription du portique, les méandres du discours étaient parfaitement explicites pour les lecteurs du texte rompus à la phraséologie qui exprimait les nouveaux liens créés entre le souverain et la communauté locale par la fondation coloniale. Dans la seconde sont mises en évidence les règles des institutions municipales bien rodées à Dougga depuis la romanisation des institutions de la cité pérégrine, acquise depuis le début du IIe siècle. Élections, somme honoraire, somme ajoutée, festivités diverses constituaient un rituel de nature politique et sociale, destiné à survivre encore pendant plus d’un siècle ; tous les membres de la cité participaient aux uns et aux autres sous la houlette des notables.

  • 75 DFH, n° 87 et fig. 153. [. T]itisenio Papir(ia) Dato / [P]ompeiani, equiti Rom(ano), / dec[urioni) (...)
  • 76 DFH, n° 88 et fig. 154 : [. Ti]tisenio Pap(iria) Feli/[ciss]imo Corneliano, / [a]edilicio, fl(amin (...)
  • 77 Nous rejoignons ici l’évocation de la vie municipale faite par X. Dupuis (1992, p. 258-261 et 1993 (...)
  • 78 DFH, n° 67 et fig. 124. On n’a jusqu’ici relevé aucun témoignage d’un engagement ou d’un acte d’év (...)

102Le rôle de ces derniers est toujours prépondérant ; leur dévouement à leur communauté, fondé autant sur leurs ambitions et leur richesse que sur leur patriotisme municipal, contribue à assurer la dignité de la cité et à maintenir les privilèges dont elle jouit. On dépassera ici légèrement le règne de Gallien, mais il est inséparable en l’occurrence des quelques années qui suivent, comme le montre l’exemple des Titisenii. Très peu de temps avant la fondation de la colonie, un Titisenius Datus Pompeianus, chevalier, décurion du très splendide municipe de Thugga, avait été aussi décurion des splendidissimes colonies d’Utique et d’Uthina qui comptaient parmi les plus prestigieuses de la province75, ce qui annonçait la promotion imminente de sa propre cité au statut colonial. Sans doute immédiatement après le règne de Gallien – la colonie ayant abandonné le titre Licinia – un autre Titisenius, sans aucun doute proche parent du précédent, a été célébré par la cité – ex suffragiis populi – pour les jeux magnifiques qu’il avait offert et ses libéralités multiformes76. À la même génération appartiennent le curateur clarissime qui présida à l’inauguration du portique de Gallien, et le chevalier qui consacra ses deniers à la construction ; on y compte aussi L. Instanius Commodus Asicius, duumviralicien, qui s’était signalé par une ambassade auprès d’un empereur, et A. Vitellius Felix Honoratus, déjà nommé pour son rôle possible dans la promotion de Dougga. Ainsi, des familles anciennes comme les Instanii côtoyaient de nouveaux venus comme les Titisenii au sein d’un ordo gardien des traditions de l’évergétisme lié à l’accomplissement des magistratures municipales77. On citera aussi une grande base inscrite qui supportait un groupe statuaire familial représentant cinq membres d’une illustre famille sénatoriale, celle de L. Mummius Faustianus consul ordinaire en 262 ; élevé vers 275, ce monument évoque les puissants appuis dont Thugga jouissait à la cour78.

La prospérité de Thugga sous le règne de Gallien

  • 79 Dupuis 1993 à propos de C. 26601 (= DFH, n°78).
  • 80 Dupuis 1992 (avec des tableaux importants, p. 276-280) et 1993. Sur les répercussions en Afrique d (...)

103L’inscription du portique laisse penser que les fastes du beau temps des Antonins et des Sévères ont été maintenus (ou rétablis) sous le règne de Gallien. Traduit-elle la réalité ou bien un optimisme de façade ? Sans nier les probables difficultés de l’heure, Xavier Dupuis a proposé, pour la crise en Afrique au cœur du IIIe siècle, une image plus positive que celle qu’avait donnée une décennie auparavant Claude Lepelley ; en s’appuyant particulièrement sur l’exemple de Dougga79, il est d’avis qu’en Afrique proconsulaire les textes donnent l’impression d’une prospérité relative80.

104De fait, dans la dédicace du portique, le souci d’afficher une prospérité comparable à celle de la belle époque est indéniable, traduit par la promotion coloniale, par les générosités impériales et municipales dont est accompagnée la cérémonie qui la commémore, enfin par l’ampleur de l’entreprise qui aboutit à la construction du nouveau portique. Ces réalisations reprenaient, sur un plus grand pied, celles qui avaient été faites en 261 pour orner et embellir le portique occidental du forum. Pour ces dernières, on pourrait parler d’une certaine médiocrité puisque toutes les bases étaient en matériaux remployés à l’exception de celles des souverains régnants, les anciennes dédicaces qui y étaient gravées étant certainement placées contre le mur du fond du portique ; les statues devaient, de même, avoir été empruntées à d’anciens monuments ; mais le remploi de statues ou de bases anciennes est de tous les temps, même si l’on note qu’il a été systématique dans ce cas. Pour le portique de Gallien, sa conception et son exécution ne sont en rien médiocres, qu’il s’agisse de l’architecture du monument ou de la gravure de la frise, seuls témoins que nous ayons actuellement de son ornementation. Nous ignorons tout de son contexte. Il n’était qu’une partie d’un ensemble, comme l’indique la longueur du bloc 6, supérieure à celle des autres blocs, et qui devait se trouver, on l’a dit, dans l’axe de l’entrée d’un monument public. Nous ne savons rien de l’architecture de ce dernier à l’heure présente ; toutefois, si l’on accepte l’idée de l’affichage de la forma sous le portique, elle pourrait orienter vers une bibliothèque ou un local d’archives dont la façade aurait donc été réaménagée sous le règne de Gallien. Par suite, il devait se dresser au cœur de l’agglomération, à l’est de l’arc de Sévère Alexandre.

  • 81 Salama 1991 ; en général, Callu 1969. Cependant, à propos des sommes dépensées en Proconsulaire po (...)
  • 82 Voir DFH, p. 190 : outre la somme honoraire et une somme ajoutée, 100 000 sesterces pour le temple (...)

105Le montant des travaux traduit-il des restrictions dues à des difficultés économiques ? Le portique était une construction neuve, si l’on en juge par son architrave-frise. Le coût des travaux s’est élevé à 100 000 sesterces, somme partagée – honneur insigne ! – entre l’empereur et le donateur. Pour dévaloriser ce montant, peut-on arguer d’une crise financière accompagnée de la dévaluation de la monnaie ? Ces phénomènes n’auraient été vraiment sensibles qu’après le règne d’Aurélien et, selon Pierre Salama, le maintien en Afrique de l’emploi du sesterce témoignerait de la stabilité des prix81. Il est possible que l’affichage de la somme de 100 000 sesterces (deux fois 50 000) ait été particulièrement apprécié, car ce montant est mentionné à plusieurs reprises dans les travaux d’embellissement de la ville à l’époque antonine dont on voulait rappeler la splendeur82.

  • 83 Au sud de la ville, les grands thermes d’Aïn Doura dont la partie orientale a été explorée avaient (...)

106Rien ne permet donc de penser qu’à cette époque Thugga ait réellement connu des heures sombres : les constructions du temple de Tellus et du portique de Gallien83, les aménagements apportés à l’un des portiques du forum, l’optimisme à l’égard de Rome que traduisent les termes de l’inscription de ce portique, sont des indices du dynamisme qu’avait conservé la cité et d’un esprit civique intact. On versera aussi à ce dossier la permanence des institutions, l’implication des notables dans la vie municipale, l’éclat donné à la promotion coloniale.

Thugga et Thubursicum Bure

Deux colonies de Gallien

  • 84 Cela ressort des notices et des tableaux dressés par Gascou 1982 (en part. p. 317).
  • 85 En Numidie, on relève principalement la dissolution de la confédération cirtéenne, attribuable à G (...)
  • 86 L’impossibilité de cerner une politique municipale de Gallien en Proconsulaire peut venir aussi de (...)

107Dans toutes les provinces africaines, la création de municipes et de colonies, se ralentirent, on l’a dit, après la Constitution antonine84. De fait, les promotions que l’on peut porter avec certitude au crédit de Gallien en Proconsulaire se réduisent à trois85 : Uzappa (Ksour Abd el Malek) est devenu municipe sous le règne commun de Valérien et Gallien, ou sous celui de Gallien seul ; ce dernier a fait accéder Thugga et Thubursicum Bure (ou Thibursicu Bure, Téboursouk) au statut colonial (fig. 17)86. Ces trois cas, très ponctuels, ne permettent pas de cerner une politique municipale de Gallien dans la province.

Fig. 17 – Thugga et Thubursicum Bure dans le Nord de la Proconsulaire (L. Maurin).

Fig. 17 – Thugga et Thubursicum Bure dans le Nord de la Proconsulaire (L. Maurin).
  • 87 Le qualificatif est de Merlin – Poinssot 1913, p. 117.
  • 88 Avant sa promotion comme colonie, Thugga a été le municipium liberum Septimium Antoninianum Thugge (...)
  • 89 À la suite de la révision par L. Habaiel de l’inscription C. 15260, reproduite et commentée par Ao (...)
  • 90 Christol 2005 [1979], p. 195-196 insiste sur cette dissociation du sort des deux cités introduite (...)

108L’attention est attirée sur la situation de Dougga et de Téboursouk, bourgades qui ne se distinguent pas par un éclat particulier au cœur de la future province de Zeugitane, parmi les quelque 150 à 200 cités que comptait alors cet espace de moins de 30 000 km2. Une hypothèse ancienne les a fait considérer comme des sœurs « jumelles »87 qui seraient devenues colonies en même temps. Effectivement, leur évolution politique parallèle est remarquable : toutes deux ont été des cités à sufètes, puis des municipes de Septime Sévère et des colonies de Gallien88, et l’on a découvert récemment que Thubursicum Bure avait été auparavant, comme Thugga, une civitas associée à un pagus89. Il est certain qu’elles sont parvenues au statut colonial à une date proche : Dougga l’a obtenu dès 261, Thubursicum Bure a été promue sous le même règne de Gallien, mais un peu plus tard, peut-être seulement en 26590, et l’on ne peut exclure que Téboursouk soit devenue une colonie romaine à la date où Dougga fut déduite ex forma.

  • 91 Chacune d’entre elles bénéficiait de puissants appuis politiques, A. Vitellius Felix Honoratus et (...)

109De même que dans l’hommage à Gallien (DFH, n° 16), notre inscription ne laisse pas supposer qu’il y ait eu entre elles une politique concertée pour aboutir ensemble à leur promotion comme colonies. Le dossier de la colonie de Dougga de 261 à 265 ignore complètement Téboursouk et, conformément à l’esprit municipal traditionnel, on pourrait imaginer une émulation entre les deux cités, chacune d’entre elles étant avide de promotions honorifiques pour l’emporter sur sa rivale. Dans cette perspective, l’initiative dans la recherche des honneurs serait venue alors uniquement de leurs élites respectives et non des bureaux palatins91.

La révision du cadastre : une initiative de l’administration impériale ?

  • 92 Christol 2005, p. 193, sur la datation des deux proconsuls connus sous le règne de Gallien, ou att (...)

110Pourtant, leur promotion, exceptionnelle à cette époque en Proconsulaire, et à peu près contemporaine, laisse croire qu’elle a eu une autre cause que la recherche des honneurs municipaux même si, on l’a vu, celle-ci est fortement présente, pour Thugga, dans les termes de la dédicace de 265. En effet, les deux cités sont limitrophes et leurs chefs-lieux sont situés à 6 km l’un de l’autre (fig. 17). L’inscription du portique de Gallien met en jeu d’autres éléments que l’ambition municipale : la présence insistante de l’empereur à travers l’intervention du curateur de la cité, la nomination de ce curateur, le premier connu à Dougga et, selon toute vraisemblance, d’emblée clarissime, enfin l’absence du proconsul92. Ils laissent croire que la promotion devait être reliée à des préoccupations particulières qu’avait l’administration impériale à l’égard de Dougga et, peut-on penser, à l’égard de Téboursouk.

  • 93 Sur la regio Thuggensis et les domaines impériaux environnants, Saumagne 1962, p. 252 ; 268-271. L (...)
  • 94 Christol 2014, p. 344-347 ; cf. Aounallah 2010, p. 36-37.

111Peut-être faudrait-il alors prendre en compte le fait que les deux cités étaient environnées de domaines impériaux93 ; la forma coloniale aurait traduit une révision du cadastre antérieur particulièrement en ce qui concernait les secteurs frontaliers des biens impériaux qui s’étendaient à la périphérie des deux cités ; cette mise à jour pouvait avoir pour cause, par exemple, des empiétements qui auraient été pratiqués de part et d’autre, au cours du temps, par des propriétaires de Thugga ou de Thubursicum Bure comme par des tenanciers des domaines impériaux, et pour effet des modifications apportées dans les obligations fiscales et les exemptions des uns et des autres. La révision aurait, par suite, nécessité le règlement de nombreuses questions de détail en raison du nombre des parties en cause, ce qui pourrait expliquer le délai de quatre années qu’il y eut entre la fondation de la colonie de Thugga et sa déduction ex forma. Cette hypothèse rejoint celle qu’a exprimée récemment Michel Christol, précisément à propos du territoire de Thugga. À partir de l’étude de bornes qui, sur la crête du djebel ech Chehid, établissaient la limite entre le territoire de la ciuitas Thuggensis et un domaine impérial, il conclut qu’elles peuvent être liées à une révision du cadastre (forma) dans cette région au milieu ou dans la seconde moitié du iie siècle : cette révision aurait fait suite aux réclamations de la cité devant les empiétements auxquels se seraient livrés sur ses terres les colons du domaine impérial limitrophe94.

  • 95 Dougga a été sous les Antonins un centre de la gestion des domaines impériaux, puisqu’ils constitu (...)
  • 96 Thubursicum Bure était encore un municipe sous le proconsulat de L. Naevius Aquilinus, que Christo (...)

112La promotion presque simultanée des deux cités serait alors mieux justifiée : Dougga aurait été la première concernée, peut-être en raison de son importance traditionnelle pour les questions domaniales95, puis le tour serait venu de Téboursouk96. S’agissant de questions relevant de l’administration propre du prince dans la province, on ne s’étonnerait pas de l’absence du proconsul.

  • 97 L’expression est employée par C. Lepelley à propos de Dougga (1997, p. 77) dont la promotion compe (...)

113Dans l’état, nous n’irons pas plus avant dans cette hypothèse ; les informations sont encore trop incomplètes et, en particulier, nous n’avons pas d’informations pour le volet qui concerne Téboursouk. Cependant, cette perspective nous semble d’autant plus attrayante qu’elle donnerait la clé du texte, avec l’obligation où se seraient trouvées les autorités de réviser le cadastre et la décision qu’elles prirent, en 265, de procéder pour Dougga à une deductio ex forma. L’importance de l’enquête et de ses résultats expliquerait alors la nomination d’un curateur, l’intervention quasi-directe de l’empereur et – nous l’avons envisagé – la gravure dans le bronze du cadastre colonial. Notons que, si l’on privilégie les aspects fonciers et fiscaux de l’intervention impériale, la promotion coloniale peut apparaître seulement comme un « lot de consolation »97 ; c’est considérer que dans cette affaire, l’administration impériale aurait eu l’avantage. Le rôle de A. Vitellius Felix Honoratus serait alors amoindri. Mais si l’on se place sur le plan, si important en Afrique, de la dignité de la cité, elle a été sensiblement accrue par l’honneur qui lui a été conféré et qui lui assure une place insigne parmi les communautés de la province.

Conclusion

  • 98 Aulu Gelle, XVI, 13.9 : (Coloniae) populi romani…quasi effigies paruae simulacraque esse quaedam u (...)

114Quelles qu’aient été les circonstances de la déduction ex forma de la colonie de Thugga, les auteurs de la dédicace ont voulu inscrire avant tout dans la pierre l’honneur qu’elle conférait à leur cité. Dans la dédicace du portique de Gallien, nous avons relevé, à travers les deux lignes du texte, les parallèles constants et soigneusement établis entre l’action du curateur qui agissait au nom de l’empereur et celle du donateur : ils mettent en relief le poids de l’autorité impériale, mais aussi, de part et d’autre, la fidélité aux règles du passé. On se gardera de considérer comme secondaires ou superflues les manifestations des usages municipaux dont témoigne ce texte car elles témoignent, de la vitalité de la cité et de sa volonté d’émancipation. Thugga est parvenue au sommet des ambitions de ses notables en devenant une colonie, en suivant ici un processus qui était l’expression d’un véritable culte rendu à Rome et aux traditions romaines, en même temps que celle d’un fervent patriotisme municipal. Nous avons suggéré que la fondation coloniale ex forma était peut-être due à des circonstances précises, liées au voisinage de grands domaines impériaux qui mettait en cause, avec Thugga, la cité limitrophe de Thubursicum Bure ; il est en tout cas certain que, par cette fondation, Thugga était élevée au rang des anciennes colonies romaines qui, selon Aulu-Gelle, « sont pour ainsi dire des images réduites du peuple romain98. »

Haut de page

Bibliographie

AE = L’année épigraphique

ANRW = Aufstieg und Niedergang der römischen Welt

Aounallah – Golvin 2016 = S. Aounallah et J.-C. Golvin, dir., Dougga, études d’architecture religieuse, 2. Les sanctuaires du forum, du centre de l’agglomération et de la Grande rue courbe, Bordeaux, 2016 (Ausonius, Mémoires, 42).

Aounallah – Maurin 2016 = S. Aounallah, L. Maurin, Aventius, proconsul d’Afrique, et la porticus pagi de Thugga (Dougga, Tunisie), dans  Voce concordi, Scritti per Claudio Zaccaria, a cura di F. Mainardi, Trieste, 2016 (Antichità Alto Adriatiche, LXXXV), p. 1-14.

Aounallah 2010 = S. Aounallah, Pagus, castellum et ciuitas, Paris, 2010.

Belkahia Karoui 2014 = T. Belkahia Karoui, La libertas municipale en Afrique et ses défenseurs, dans Centres de pouvoir et organisation de l’espace. Actes du Xe colloque international sur l’Histoire et l’Archéologie de l’Afrique du Nord préhistorique, antique et médiévale (Caen, 25-28 mai 2009), édités par Claude Briant-Ponsart, Caen, 2014, p. 205-241.

Beschaouch 1969 = A. Beschaouch, Uzappa et le proconsul d’Afrique Sex. Cocceius Anicius Faustus Paulinus, dans MEFR, 81, 1969, p. 195-218.

Briand-Ponsart – Hugoniot 2005 = Cl. Briand-Ponsart et Chr. Hugoniot, L’Afrique romaine de l’Atlantique à la Tripolitaine (146 av. J.-C.-533 ap. J.-C.), Paris, 2005.

C. = Corpus, Inscriptionum Latinarum, t. VIII et suppl. I-IV, 1881-1916 ; suppl. V (indices), 1942-1959.

Caillemer et al. 1959 = A. Caillemer, R. Chevallier, C. Saumagne, Atlas des centuriations romaines de Tunisie, Paris, 1959.

Callu 1969 = J.-P. Callu, La politique monétaire des empereurs romains de 238 à 311, Rome, 1969.

Carton 1895 = Dr L. Carton, Découvertes épigraphiques et archéologiques faites en Tunisie (région de Dougga), Mémoires de la Société des Sciences, de l’Agriculture et des Arts de Lille, 5e série, fasc. IV, Lille-Paris, 1895.

Charles-Picard 1965 = G. Charles-Picard, La Carthage de saint Augustin, Paris, 1965.

Christol 1975 = M. Christol, Les règnes de Valérien et de Gallien, dans ANRW, II, 2, 1975, p. 826.

Christol 1986 = M. Christol, Essai sur l’évolution des carrières sénatoriales dans la seconde moitié du IIIe siècle ap. J.-C., Paris, 1986.

Christol 1993 = M. Christol, At fusa per Numidiam, dans BSAF, 1993, p. 332-335.

Christol 2004 = M. Christol, De la liberté d’Uchi Maius à la liberté de Dougga, dans RPh, 28, 2004, p. 13-42.

Christol 2005 = M. Christol, Gallien, Thugga et Thibursicum Bure, dans M. Christol, Regards sur l’Afrique romaine, Paris, 2005, p. 192-197 et p. 208-209 (= AntAfr 14, 1979, p. 217-223)].

Christol 2014 = M. Christol, La cité et le domaine impérial : à propos de Thugga, dans Centres de pouvoir et organisation de l’espace. Actes du Xe Colloque international sur l’histoire et l’archéologie de l’Afrique du Nord préhistorique, antique et médiévale, Caen, 2014, p. 333-348.

DE = Dizionario epigrafico di antichità romane

De Vos Raaijmakers – Attoui 2013 = M. De Vos Raaijmakers, R. Attoui, Rus Africum, 1, Le paysage rural antique autour de Dougga et Téboursouk : cartographie, relevés et chronologie des établissements, Bari, 2013.

DFH = M. Khanoussi, L. Maurin (éd.), Dougga, fragments d’histoire. Choix d’inscriptions latines éditées, traduites et commentées (Ier-IVe siècles), Bordeaux-Tunis, 2000 (Ausonius. Mémoires, 3,).

Duncan-Jones 1974 = R. Duncan-Jones, The economy of the Roman Empire. Quantitative studies, Cambridge, 1974.

Dupuis 1993 = X. Dupuis, À propos d’une inscription de Thugga. Un témoignage sur la vitalité des cités africaines pendant la « crise » du 3e siècle, dans MEFRA, 105-1, 1993, p. 63-73.

Dupuis 1992 = X. Dupuis, Constructions publiques et vie municipale en Afrique de 244 à 276, dans MEFRA, 104-2, 1992, p. 233-280.

Gascou 1982 = J. Gascou, La politique municipale de Rome en Afrique du Nord, I : de la mort d’Auguste au début du IIIe siècle ; II : Après la mort de Septime Sévère, dans ANRW, II, 10, 1982, p. 231-320.

Gascou 1992 = J. Gascou, Constructions publiques et vie municipale en Afrique de 244 à 276, dans MEFRA, 104, 1992, p. 233-280.

Gesztelyi 1981 = T. Gesztelyi, Tellus – Terra Mater in der Zeit des Prinzipats, dans ANRW, 17,1, 1981, p. 429-456.

Golvin – Khanoussi 2005 = J.-C. Golvin, M. Khanoussi (dir.), Dougga, études d’architecture religieuse, 1. Les temples des Victoires de Caracalla, de Pluton et de Caelestis, Ausonius Mémoires 12, Bordeaux-Tunis, 2005.

Guillaumin 2005 = Les arpenteurs romains, Texte établi et traduit par J.-Y. Guillaumin, T. I, Hygin le gromatique, Constitutio <limitum> ; Frontin, De agrorum qualitate, Paris, 2005.

Hérisson 1881 = Hérisson (comte d’) : Relation d’une mission archéologique en Tunisie, Paris, 1881.

Hinrichs 1989 = F.T. Hinrichs, Histoire des institutions gromatiques, Paris, 1989.

ILAfr = R. Cagnat, A. Merlin, L. Chatelain, Inscriptions Latines d’Afrique (Tripolitaine, Tunisie, Maroc), Paris, 1923.

ILPB = Z. Ben Abdallah, Catalogue des inscriptions latines païennes du Musée du Bardo, Rome, 1986.

ILS = H. Dessau, Inscriptiones Latinae Selectae, Berlin, 1892-1916.

ILTun = A. Merlin, Inscriptions latines de Tunisie, Paris, 1944.

Jacques 1983 = F. Jacques, Les curateurs des cités dans l’Occident romain de Trajan à Gallien, études prosopographiques, Paris, 1983.

Jacques 1984 = F. Jacques, Le privilège de Liberté. Politique impériale et autonomie municipale dans les cités de l’Occident romain, Rome, 1984.

Jouffroy 1986 = H. Jouffroy, La construction publique en Italie et dans l’Afrique romaine, Strasbourg, 1986.

Khanoussi – Mastino 2006 = M. Khanoussi, A. Mastino (dir.), Uchi Maius 2, Sassari, 2006.

Kienast 1990 = D. Kienast, Römische Kaisertabelle, Darmstadt, 1990.

Kotula 1974 = T. Kotula, Snobisme municipal ou prospérité relative ? Recherches sur le statut municipal des villes nord-africaines sous le Bas-Empire romain, dans AntAfr, 8, 1974, p. 111-131.

Laadoua-Demsiri 1995 = L. Laadoua-Demsiri, Les domaines impériaux de l’Afrique du Nord romaine : étude de la géographie historique, Lille, 2006.

Lafaurie 1975 = J. Lafaurie, L’empire Gaulois. Apport de la numismatique, dans ANRW, 2.2, 1975, p. 852-1012.

Lepelley 1979-1981 = C. Lepelley, Les cités de l’Afrique romaine au Bas-Empire, t. 1 : La permanence d’une civilisation municipale ; t. 2 : Notices d’histoire municipale, Paris, 1979-1981.

Lepelley 1997 = C. Lepelley, Thugga au IIIe siècle : la défense de la liberté, dans M. Khanoussi, L. Maurin (éd.), Dougga (Thugga), Études épigraphiques, colloque de Bordeaux (1996), Bordeaux-Paris, 1997 (Ausonius. Études, 1), p. 105-114 ( = publié aussi dans C. Lepelley, Aspects de l’Afrique romaine [scripta varia], Bari, 2001, p. 69-81).

MAD = M. Khanoussi, L. Maurin, éd. (2002) : Mourir à Dougga. Recueil des Inscriptions funéraires, Bordeaux, 2002 (Ausonius, Mémoires, 8).

Merlin – Poinssot 1913 = A. Merlin, L. Poinssot, Une nouvelle inscription de Téboursouk, dans MSAF, 1913, p. 109-158.

Moatti 1993 = C. Moatti, Archives et partage de la terre dans le monde romain (IIe siècle avant-Ier siècle après J.-C.), Rome, 1993.

NAMS = Nouvelles archives des missions scientifiques et littéraires.

Nicolet 1988 = C. Nicolet, L’inventaire du Monde. Géographie et politique aux origines de l’Empire romain, Paris, 1988.

Peyras 2004 = J. Peyras, Espaces centuriés et non centuriés des colonies sous le Haut-Empire romain d’après les écrits d’arpentage latins, dans C. Chandezon, C. Hamdoune (éd.), Les hommes et la terre dans la méditerranée gréco-romaine, colloque international de Montpellier et Loupian (21-23 mars 2002), Pallas, t. 64, 2004, p. 77-89.

Peyras 2015 = J. Peyras, La loi agraire de 643 a.u.C. (111 avant J.-C.) et l’Afrique, Besançon, 2015.

Pflaum 1960 = H. G. Pflaum, Les carrières procuratoriennes équestres sous le Haut-Empire romain, t. II, 3, Paris, 1960.

Piganiol 1962 = A. Piganiol, Les documents cadastraux de la colonie romaine d’Orange, XVIe supplément à Gallia, Paris, 1962.

PIR2 = Prosopographia imperii Romani, editio altera.

Poinssot C. 1958 = C. Poinssot, Les ruines de Dougga, Tunis, 1958.

Poinssot L. 1906 = L. Poinssot, Les inscriptions de Thugga. Textes publics, dans NAMS, 13, 1906, p. 103-355. Appendice avec des compléments divers, p. 335-343.

Poinssot L. 1909 = L. Poinssot, Nouvelles inscriptions de Dougga, dans NAMS, 18, 1909, p. 83-174.

Poinssot L. 1913 = L. Poinssot, Inscriptions de Thugga découvertes en 1910-1913, dans NAMS, 21, 1913, p. 1-227.

Pringle 1981 = D. Pringle, The defence of Byzantine Africa from Justinian to the Arab conquest, 2 vol. , BAR International Series 99, Oxford, 1981.

Saastamoinen 2010 = A. Saastamoinen, The phraseology of Latin building inscriptions of Roman North Africa, Helsinki, 2010.

Saint-Amans 2004 = S. Saint-Amans, Topographie religieuse de Thugga (Dougga), ville romaine d’Afrique proconsulaire (Tunisie), Bordeaux, 2004 (Ausonius, Scripta antiqua, 9).

Salama 1991 = P. Salama, Vues nouvelles sur l’insurrection maurétanienne dite de 253. Le dossier numismatique, dans L’armée et les faits militaires, IVe Colloque international d’histoire et d’archéologie de l’Afrique du Nord (Strasbourg 1988), Paris, 1991, p. 457-470.

Saumagne 1962 = Ch. Saumagne, Esquisse des circonscriptions domaniales dans l’Afrique romaine, dans Les Cahiers de Tunisie, 10, 1962, p. 245-262, suivi de La population rurale de la région de Musti, p. 263-278.

Thébert 2003 = Y. Thébert, Thermes romains d’Afrique du Nord et leur contexte méditerranéen, Rome, 2003.

Turcan 1998 = R. Turcan, Rome et ses Dieux, Paris, 1998.

Haut de page

Notes

1 Nous avons discuté de diverses questions concernant l’établissement ou l’interprétation de ce texte avec nos collègues Françoise Bastien, Olivier Devillers, Jean Peyras, et Philippe-Étienne Raviart, qui nous ont fait l’amitié de nous donner leur avis ; à notre demande, Véronique Brouquier-Reddé, maintenant responsable de la mission française à Dougga, et H. Gonzales Bordas ont bien voulu vérifier et photographier tels détails du texte ; nous avons bénéficié de l’attention constante et de la compétence de Mohamed Ali Chehidi, responsable du site et de son équipe. Nous les remercions tous chaleureusement du concours qu’ils nous ont apporté.

2 Nous rappelons ici, en signalant seulement la dernière édition, les longues architraves-frises détachées de leur emplacement d’origine et éclatées en fragments plus ou moins nombreux découverts au cours de dégagements. 1 : Le portique du pronaos du temple des Victoires de Caracalla (11,50 m), AE, 2005, 1686 (L. Maurin et S. Saint-Amans, cf. AE, 1997, 1654, N. Kallala). 2 : La plus grande partie du portique demi-circulaire (19 à 21 m) d’un nymphée, portant la dédicace de l’aqueduc, AE, 2000, 1726 (A. Beschaouch, d’après DFH, n°36 par A. Chouchane et L. Maurin). 3 : Le portique demi-circulaire du temple de Célestis, AE, 2005, 1689 (L. Maurin et S. Saint-Amans) qui se développait sur 63,25 m. 4 et 5 : Les portiques de la place de la Rose-des-Vents, au nord celui du temple de Mercure (18,90 m), et au sud celui du marché (20,50 m), Aounallah – Golvin 2016, p. 328-329 et 336-339 (L. Maurin). 6 : Les trois portiques de la cour de Dar Lachheb, où la dédicace d’un sanctuaire se déroulait sur 64 m, Aounallah – Golvin 2016, p. 441-465 (L. Maurin, S. Aounallah et M. A. Chehidi). 7 : Le portique de l’entablement inférieur de la frons scaenae du théâtre et le triportique du forum, ont été présentés dans DFH, n°33 et n°29 (S. Aounallah et L. Maurin).

3 Par Bruce, édité par Playfair C. 10620, ici blocs 9 et 10. Sur les éditions successives jusqu’en 1916, voir infra.

4 Carton 1895, p. 201 ; Poinssot L. 1906, p. 240-243 n°103 ; 1909, p. 124-126 n°45 ; 1913, p. 156-163 n°65. Découvertes plus récentes : DFH, n°62 (L. Maurin) ; Aounallah – Golvin 2016, p. 244.

5 Sur le détail des blocs connus en 2000, voir DFH, p. 163-164 qui donne leur origine, leurs dimensions, leur lieu de conservation (quand ils ne sont pas perdus). Les 11 blocs portent ici constamment le numéro en chiffres arabes que nous leur avons attribué dans l’ordre que nous proposons (cf. fig. 15). Les chiffres romains de I à XI désignent les blocs répertoriés par L. Poinssot et repris dans ILTun, 1416 (cf. fig. 3 et 14).

6 Aounallah – Golvin 2016, p. 244-245 (S. Aounallah, L. Maurin). Cette découverte a été décisive pour la compréhension de l’ensemble du texte dont une première analyse avait été donnée dans DFH, n°62, sans cet élément déterminant (L. Maurin).

7 Poinssot L. 1913, p. 157.

8 La moitié droite du bloc 6, vue par Carton à Aïn Zaouia en 1895 (Carton 1895, p. 201), avait déjà disparu en 1909 (Poinssot L. 1909, p. 125). Aïn Zaouia était un site antique de quelque importance ; les inscriptions provenant de Dougga ont pu y être aisément repérées ; sur ce site, Poinssot 1909, p. 125, et De Vos-Raaijmakers – Attoui 2013, t. 1, p. 53-54, n°063 ; M. de Vos n’a retrouvé à Aïn Zaouia aucun des fragments provenant de l’inscription du portique de Gallien, lus antérieurement par Carton et L. Poinssot.

9 Aounallah – Golvin 2016, p. 245 et 263 cf. p. 155. Nous avons d’abord été séduits par une suggestion de Poinssot L.1913, p. 161, n. 3 (cf. DFH, p. 166) qui proposait de restituer PORTICVM Fori dans le bloc 5. J.-C. Golvin avait relevé des indices d’un remaniement, des colonnes en calcaire ayant pu remplacer des colonnes de marbre antonines, et nous l’avions attribué à l’époque de Gallien en raison de l’inscription que nous étudions ici (ibid., p. 148 et n. 12), dont les blocs ont été remployés dans la forteresse, à proximité du portique. Nous avions mis ce remaniement en liaison avec le dépôt dans la grande salle n°21 (la curie), antérieurement à l’époque byzantine, en deux alignements, de blocs de l’architrave-frise d’époque antonine (ILAfr, 521 = DFH, n°29) provenant de ce portique central ; leur extrémité est engagée dans le mur de la forteresse. Cet agencement devient maintenant indatable avant le VIe siècle.

10 Il n’est pas possible d’avoir la longueur exacte des marges puisqu’il manque la partie gauche du bloc 1 et la partie droite du bloc 11.

11 Ils seraient facilement identifiables par leur calibre, la moulure de l’architrave-frise, le soffite. On pourra toujours supposer que de telles découvertes sont à venir, mais nous ne pouvons pas tenir compte d’une telle éventualité.

12 Sur la fig. 2, la position des blocs est celle qu’ils avaient avant 2000 ; elle est à coup sûr très proche de celle qu’ils occupaient au moment de leur découverte. La base de Gallien (DFH, n°16, infra) a été souvent signalée depuis le début du XIXe siècle où elle avait été vue pour la première fois dans une habitation immédiatement au sud du marché (C. 1487, adn.) ; elle fut transportée sur celui-ci lors des fouilles qui eurent lieu de 1916 à 1918. Sur l’enceinte, J.-C. Golvin, dans Aounallah – Golvin 2016, p. 265-280 ; Pringle 1981, t. 1, p. 245-246 ; t. 2, 524 et pl. LI-LIII, LVb.

13 Les blocs de l’architrave-frise du portique du temple de Minerve 2, qui est à 300 m au nord du forum, sont remployés eux aussi dans le mur nord de la forteresse.

14 En 1913 (p. 162), il a annoncé un travail postérieur qui n’a pas vu le jour. Mais, comme de coutume, ses notes sont des plus précieuses. L’édition donnée dans les ILTun, 1416, est moins fidèle aux sources que H. Dessau dans le CIL pour le bloc 5 = V (ER) et le bloc 6 = X, fragment de droite.

15 C’était un usage depuis le milieu du IIe siècle, avec la rareté des abréviations ; ce style d’écriture a prédominé dans les inscriptions publiques avec quelques variantes jusqu’à l’invasion vandale. Peut-être pourrait-on discerner des points de séparation entre les abréviations à la fin de la ligne 2 du bloc 2, avec celles du début de la ligne 1, bloc 3, avant le I terminal du bloc 10. L. Poinssot a restitué au contraire de nombreux points de séparation (cf. fig. 3), de même que Carton (cf. fig. 8) ; ils peuvent être confondus avec des éraflures légères. Dans le doute, nous ne les avons pas reportés sur la fig. 15.

16 ILAfr, 530 = DFH, n°40 (infra, n. 61), déc. 261 : PRO SAL. IMP. CAES. P. LICINI EGNATI GALLIENI GERMANICI PII FEL. AVG., PONT. MAX., GERMANICI maximi, tribunicia poTEST. X, COS. IIII, P. P., PROCOS Germanicus employé seul apparaît ici comme un surnom, bien distinct du cognomen ex uirtute qui suit, pris à la fin de 254 à l’occasion de la victoire germanique. Germanicus ne figure pas sur la base de Salonine, ILAfr, 566 = DFH, n°17 et fig. 24, où la nomenclature de Gallien est abrégée : Corneliae Saloninae Aug(ustae), / coniugi imp(eratoris) D(omini) n(ostri) Gallieni / Pii Felicis Aug(usti) Resp(ublica) col(oniae) / Liciniae Sept(imiae) Aurel(iae) Alex(andrianae) / Thugg(ensium) deuota numini ma/iestatique eius.

17 L. Poinssot a finalement opté pour III (1913, p. 158), après avoir choisi II (1906, p. 240) ; le haut de la troisième haste est très usé, et pourtant lisible (cf. fig. 5). L’espace est suffisant pour loger la titulature avec TRIB POT XIII et IMP X - II (le signe II étant rejeté au début du bloc 3).

18 Ces titres sont les mêmes que ceux de la titulature de Gallien sur une inscription de Lepcis Magna (IRT, 1456) : Imp(eratori) Caes(ari) P(ublio) Licinio Gallieno Germanico Pio Fel(ici) Aug(usto), pont(ifici) max(imo), / Germanico max(imo), trib(unicia) pot(estate) XIII, Imp(eratori) XII, co(n)s(uli) VI, proco(n)s(uli) et / Corneliae Saloninae sanctissimae Augustae n(ostrae), Lepc(itani) Sept(imiani) Saloniniani publ(ice).

19 Les noms du couple impérial sont de même martelés sur une inscription de Thubursicum Bure (ILAfr, 506, cf. Christol 2005, p. 192).

20 Sur la trentaine d’inscriptions sur lesquelles il figure, C. suppl., V, 2, p. 154, note le martelage seulement sur C. 11810, 12229, 20155, 27265, outre le présent texte. La condamnation de la mémoire de Gallien est probable, mais non attestée de façon constante par les sources (cf. DFH, p. 186). Gallien est connu dans la suite comme Divus Gallienus, promotion qu’il dut à Claude II (Aur. Victor, Caes., 33.27) et qui est attestée en Numidie à Mascula (AE, 1909, 227). Signalons le martelage de l’épithète Lic(inia) de la colonie à Dougga, sur C. 26582 = DFH, n°70. Sur les deux bases DFH, n°16 et n°17, les noms impériaux n’ont pas été martelés, mais elles ont pu être remployées après 268, une fois les statues enlevées, car elles n’ont été retrouvées ni dans l’enceinte byzantine, ni à l’emplacement du portique occidental du forum (cf. supra, n. 12).

21 La lecture du texte assure qu’il manque un bloc inscrit entre les blocs 3 et 5. Le bloc 4 est le seul du site de Dougga dont l’appartenance à la frise-architrave soit certaine ; nous le tenons donc pour inscrit et l’intégrons au texte, comme l’a fait avant nous L. Poinssot.

22 La place manque pour ajouter un complément se rapportant à l’impératrice, tel que dominae Aug(ustae) coniugis Aug(usti) n(ostri) dans C. 25843, à Abitina (Chouhud el Batin), ou au couple impérial, comme totiusque diuinae domus eorum que l’on trouve, à Dougga même, après les noms et titres de Gallien et de Salonine, sur le quadriportique de la cour du temple de Tellus (ILAfr, 530 = DFH, n°40, voir infra, n. 61).

23 Le développement complet de la prêtrise (flam/onii perpetui) est inusité à Dougga, où la tendance est à l’abréger, souvent à l’extrême, comme dans le bloc 2 (voir Aounallah – Golvin 2016, p. 455 et n. 109). On observe le contraire pour les flaminiques (voir infra, n. 61).

24 Cette somme n’est annoncée dans aucune autre inscription de Dougga ; il serait de toute manière difficile de l’admettre ici en raison du conservatisme affiché par ce texte en ce qui concerne les règles de la vie municipale. Nous avons pensé que la somme légitime du flaminat perpétuel pouvait atteindre 10 000 sesterces à Dougga (voir DFH, p. 190). Pour rester dans le voisinage, elle était de 10 000 sesterces à Mustis (Hr Mest) et de 12 000 sesterces à Uchi Majus (Hr Douamis, cf. Duncan-Jones 1974, p. 107-108).

25 Le but était d’avoir un document public pérenne, opposable aux controverses : Hygin grom., XVII, 1 (Guillaumin, t. I, Introduction, p. 30-31) ; cf. Nicolet 1988, p. 164-166 et p. 286. Pour le marbre, le cadastre d’Orange offre un exemple célèbre (cf. Piganiol 1962, dessins et montages dans le texte et planches I à XXXIX) ; il est cependant peu probable que des plaques de marbre aient constitué le support, car on n’en a jamais signalé la découverte du moindre éclat.

26 Cette partie gauche a été signalée d’abord par d’Hérisson, p. 260, en 1881 (comme le bloc 2, ibid., p. 259, lu à l’envers ; voir Poinssot L. 1909, p. 242).

27 Poinssot L. 1913, p. 159 n. 1 : Dans porticum, il ne reste des lettres IC que la partie supérieure.

28 L. Poinssot a donc hésité entre E et F, et suggéré que, si c’était F, on pouvait restituer Fori (Poinssot L.1913, p. 161, n. 3 ; DFH, p. 166). Mais, on l’a vu, il nous a paru impossible d’attribuer le portique dont il est question au forum.

29 Poinssot L. 1913, p. 159, d’où ILTun, 1416 (HS… mil. n.). Il avait lu auparavant ER (1906, p. 241, suivant Gauckler, BAC, 1905, p. 294), intégré par Dessau dans C. 26559.

30 Carton 1895, p. 201 n°375 ; Poinssot 1909, p. 160, bloc i = ILTun, 1416, X. Le Dr Carton est le seul à avoir vu ce grand fragment.

31 Le dessin de Carton indique clairement que le bloc n’était complet ni à gauche, ni à droite (fig. 8).

32 La dernière haste est gravée sur un petit morceau qui colle exactement à la droite du fragment ; connu par L. Poinssot, nous ne l’avions pas retrouvé lors de la rédaction de DFH (p. 167) ; Saastamoinen 2010, p. 345 n. 2045, a justement proposé de lire sollemnit[ate] (C. 26559 : sollemnit[atibus]).

33 DE, II, s. v. dominus (1910, Lugli), p. 1953.

34 Inuicti (en toutes lettres) est précisément ce qu’avait suggéré un instant L. Poinssot 1909, p. 126 : ex ind/ulgentia d.[[n. Gallieni]] sanctissimi e/[t inuicti] ; il a ensuite abandonné cette restitution dans Poinssot 1913, p. 160 (d’où ILTun, 1416) pour adopter le titre IMP dont il plaçait les deux dernières lettres sur le bloc suivant (en oubliant de les imprimer, mais en les complétant par rATOrIS, lecture erronée). I = i(nvictus) ne se trouve pas dans l’index du CIL, mais il est signalé dans Cagnat, Cours d’épigraphie, p. 437 (pour Mithra).

35 On est alors à la fin de la ligne 1, mais la terminaison du verbe (AVIT) ne peut être placée au début de la ligne 2. On l’a dit, le style de l’écriture est différent dans cette ligne, et le libellé de la ligne 2 est indépendant de celui de la première ligne.

36 Sur le sens de gymnasium, Saastamoinen 2010, p. 367-369.

37 Sur 593 lettres au total (d’après nos restitutions ; à droite, les chiffres des estimations), 399 sont conservées, soit 67,3 %. Les restitutions à opérer ont donc concerné à peu près un tiers du texte original. L. Poinssot n’avait à sa disposition que 314 lettres assurées.

38 Voir supra, blocs 7-8.

39 Voir supra, n. 17. Sur les acclamations impériales de Gallien, voir Kienast 1990, p. 216, qui n’a pas recensé d’attestation de la 11e. Cependant celle-ci figure sur une émission monétaire conjointement au 5e consulat (Lafaurie 1975, p. 903 n. 190).

40 Voir supra, n. 17.

41 On rapprochera la ligne 1 des blocs 8 et 9 d’une inscription d’Abthugni (Hr es Souar) : ex sestercium IIICC (milibus) / n(ummum) et epulationis no/mine (C. 11201 = ILS, 5494). L’exemple unique de cet emploi et de ce sens de sportula dans les inscriptions africaines peut expliquer que C., Suppl. V, Index, p. 334, s.v. nomine ne retienne pas notre inscription de Dougga ; il la cite en revanche s.v. sportulae, dans ibid., p. 340.

42 C. 26560 (ILS, 8927) = DFH, n°18 : … curante Iul(io) Italico, c(larissimo) u(iro) deuotissimo maiestati eius. La curatelle de cité n’est pas explicitement mentionnée, mais ce sénateur ne pouvait avoir dans la cité une autre cura (Lepelley 1979-1981, t. 2, p. 222 et n. 14 bis). On admet donc, comme pour l’exemple suivant (n. 43), que le participe présent désigne le personnage comme le curateur de la cité, et non comme le curateur du monument. Voir infra, sous le règne de Probus

43 C. 26472 : …[Octa]uio Stratoniano, c(larissimo) u(iro), cur(atore) reip(ublicae), sous la première Tétrarchie. C. 26566 (= DFH, n°21 et fig. 30), 26567 et 26573 ; ILAfr, 532 : …curante Egnatio Tucciano, c(larissimo) u(iro), numini ei[u]s m[aiesta]tique dicatissimo (C. 26566), en 293-295 (voir la n. 42).

44 Jacques 1984, p. 232-239, sur l’origine des curateurs clarissimes en Afrique ; s’il pouvait être restitué, le titre de consulaire serait un indice assez probant de l’origine africaine de notre curateur (p. 233).

45 Sur le maintien de la tribu, voir Gascou 1993, p. 64 n. 1. Notre inscription en fournit un des exemples les plus tardifs.

46 Et elles se maintiendront – fait rare – jusque vers la fin du IVe siècle à Dougga ; voir Aounallah – Maurin 2016.

47 Sur les modalités, v. supra, bloc 4.

48 Sur ce retard, Jacques 1984, p. 735-757. Sur les évergésies ob honorem, ibid., p. 723-736.

49 À la différence de la dédicace du temple de Tellus : ILAfr, 530 = DFH, n° 40 (cf. Aounallah – Golvin 2016, p. 576-578).

50 En particulier Gascou 1982, p. 234 : « Il semblerait dans la logique des choses que le pouvoir central, aussi bien que les communautés urbaines de l’Empire, aient cessé d’attribuer une quelconque importance à des titres (ciuitas, municipium, colonia), qui n’étant plus accompagnés d’une promotion juridique des citoyens des villes, n’apparaissent aux yeux des modernes que comme des flatus uocis. » Kotula 1974 et Lepelley 1979-1981, t. 2, p. 129-131 voient dans cette fidélité, particulière à l’Afrique, aux modèles romains un fait de l’histoire des mentalités, non de l’histoire du droit et des institutions.

51 Kotula 1974 ; également Gascou 1982, p. 236.

52 C. 26552 + ILTun, 1415 = DFH, n°57. Imp(eratori) Caes(ari) diui Antonini Magni Pii fil(io), diui Septimi(i) Seueri Pi[i nep(oti)], / [[[M(arco) Aurelio Seuero Alexandro Pio Felici Aug(usto), patri pat[ri]ae, / pontifici maximo, tribunicia potestate XI, consuli III]]], / et castrorum et senatus et patriae, municipium Septimium Aure/lium liberum Thugga [c]onseruatori libertati[s, d(ecreto)] d(ecurionum), p(ecunia) p(ublica). « A l’empereur César, fils d’Antonin le Grand divinisé, petit-fils de Septime Sévère le Pieux divinisé, Marc Aurèle Sévère Alexandre, Pieux, Heureux, Auguste, père de la patrie, grand pontife, en sa 11e puissance tribunicienne, trois fois consul [[et à Iulia Mamaea Auguste, mère d’Auguste]], des camps, du Sénat et de la patrie, le municipe Septimium Aurelium libre de Thugga, au sauveur de sa liberté. Par décret des décurions. Dépense publique » (dans la ligne 3, le développement des titres impériaux masque les noms de Iulia Mamaea qui n’ont pas été regravés, mais qui sont restitués dans la traduction). Sur la liberté du municipe de Thugga cf. Aounallah 2010, p. 150-155.

53 Cf. Belkaya Karoui 2014, p. 225-226 (DFH, n° 18 et fig. 25). La libertas publica acquise en 261 avait donc pu être encore menacée, mais Probus la préserva.

54 Prov Khanoussi – Mastino 2006, p. 147-153, n° 44 : [Ex indulgenti]a domini no[st]r[i] Imp(eratoris) Caes(aris), Diui Severi Pii n[ep(otis), Di]ui Magni Ant[onini P]ii fili(i), [M(arci) Aureli Severi] Alexandri Pii Felicis Aug(usti), pont(ificis) max(imi), trib(unicia) potest(ate) [VIIII], co(n)s(ulis) III, patris p[atriae, pr]oco(n)s(ulis). [Colonia Alexandria]na Aug(usta) Uchi Ma[i]us su[b] eius nomine auspicioque deducta per Caesonium Luc[illum] c(larissimum) v(irum) partes proco(n)s(ulis) pont[ificis ? legatu ?]m v(ices) adm(inistrantem ?) [arcum novu ?]m ad [aeter]num testimonium reciperat[ae l]ibertatis er[ex]it, d(ecreto) d(ecurionum) p(ecunia) p(ublica) : « De par l’indulgentia de notre maître l’empereur César, petit-fils du divin Sévère, Pieux, fils du divin Antonin le Grand, Marc Aurèle Sévère Alexandre, Pieux, Heureux, Auguste, pontife suprême, en sa 9e puissance tribunicienne, 3 fois consul, père de la patrie, proconsul. La colonie Alexandriana Augusta Uchi Maius, qui, en son nom et sous ses auspices, fut déduite par l’intermédiaire de Caesonius Lucillus, clarissime, légat administrant les responsabilités du proconsul et pontife à la place de celui-ci, a érigé à ses frais et par décret des décurions, ce nouvel arc (?) témoignage pour l’éternité de la liberté recouvrée ». Traduction d’après Christol 2005, p. 160.

55 Sur l’action de Phileros à Uchi Majus, cf. Aounallah 2010, p. 59-62 et 151-155 (sur la liberté).

56 En devenant citoyens chez-eux, les anciens Carthaginois abandonnent-ils la citoyenneté de Carthage ? On opte pour l’affirmative quand on sait que dans les premières colonies latines d’Italie, les colons romains envoyés furent privés de leur citoyenneté d’origine pour ne garder que celle de la localité où ils ont été installés.

57 DFH, n°70 (C. 26582 = ILS, 9018) : Honor[i(i)], / A(ulo) Vitellio Pap(iria) Felici Honorato, / eq(uiti) R(omano), / f(isci) a(duocato) at uehicula per Flaminiam / [et] Transpadum et partem No/rici, f(isci) a(duocato) at fusa per Numidiam, / f(isci) a(duocato) at patrimonium Karthag(inis), / p(rae)p(osito) agenti per Campaniam, Cala/briam, Lucaniam, Picenum anno/nam curanti militibus Aug(usti) n(ostri), sa/cerdoti Lanuuino, pro liberta/te publica uolumtaria et gratu/ita legatione functo, ob merita / et obsequia eius in patriam et / in ciues amorem, resp(ublica) col(oniae) [[Lic(iniae)]] / Thugg(ensium) d(ecreto) d(ecurionum), p(ecunia) p(ublica). « (Statue) d’Honorius. À Aulus Vitellius Felix Honoratus, inscrit dans la Papiria, chevalier romain, avocat du fisc pour le service des véhicules de Flaminie, Transpadane et d’une partie du Norique, avocat du fisc pour les versements (de blé) en Numidie, avocat du fisc pour le patrimoine de Carthage, préposé au maintien de l’ordre en Campanie, Calabre, Lucanie, Picénum et chargé du ravitaillement en blé des soldats de notre Auguste, prêtre de Lanuvium. Pour la liberté publique, il assuma une ambassade volontaire et gratuite. En raison de ses mérites et de ses bontés envers sa patrie et de son affection envers ses concitoyens, la république de la colonie licinienne de Thugga. Par décret des décurions. Dépense publique. » Pour le sens de fusa, Christol 1993, p. 333 ; pour les circonstances, nous citons ici Pflaum 1960, p. 940 et Christol, 2005, p. 196.

58 La promotion coloniale pouvait être commémorée sur des monuments par les ornamenta libertatis (cf. C. 210 = ILS, 5570, à Cillium), qui étaient exprimés par des images symboliques (par exemple, selon Lepelley, un groupe de la Louve et des jumeaux). Cependant, pour C. Lepelley, la libertas publica ne saurait être liée à Dougga à l’obtention du statut colonial qui aurait été exprimée, selon lui, en d’autres termes (1997, p. 74-78). Cette objection n’est pas inexpugnable ; d’après lui, les membres de la civitas ayant reçu en 205 l’immunité dont avaient joui jusque-là les membres du pagus, l’ambassade de Vitellius, postérieure à la promotion de la cité, aurait eu pour objet de recouvrer ce privilège, supprimé lors de l’octroi du statut colonial. Mais cette interprétation est due à la confusion entre la liberté et l’immunité. Sur la liberté de Dougga, nous suivons de préférence Christol 2004, en part. p. 39-41 ; état de cette question qui a fait l’objet de nombreux débats, dans Belkaya Karoui 2014.

59 Les épithètes de la colonia Licinia sont liées à l’histoire municipale antérieure de Dougga : devenue municipe en 205 sous Septime Sévère et Caracalla, Dougga avait dû recevoir un privilège de Sévère Alexandre. Sur ces titres, voir supra, DFH, n°16.

60 Étude dans Aounallah – Golvin 2016, p. 246-251 et fig. 9 et 10 (L. Maurin). Après la mort de Gallien, les deux bases du couple impérial furent sans doute remployées non loin de là (ibid., fig. 8, cf. supra n. 12) ; les autres bases furent insérées dans la forteresse byzantine au voisinage des blocs du portique ; l’une d’elles (d sur la fig. 3) s’y voit encore.

61 DFH, n°40 (ILAfr, 530) ; Aounallah – Golvin 2016, p. 576-577 : Pro salute Imp(eratoris) Caes(aris) P(ublii) Licini(i) Egnati(i) Gallieni Germanici Pii Fel(icis) Aug(usti), pont(ificis) max(imi), Germanici [maximi, tribunicia po]test(ate) X, co(n)s(ulis) IIII, p(atris) p(atriae), proco(n)s(ulis) et Corneliae Salo[ninae Aug(ustae)], totiusque diuinae domus eorum, Botria Fortunata Victoris filia, flam[inica perpetua, templum Tellu]ris ob summam honoris flaminatus sua pecunia a s[ol]o extruxit excoluit et [d]edicauit sport[ulis] d[atis decurionibus et e]puli[s uniuerso popul]o. « Pour la sauvegarde de l’empereur César P. Licinius Egnatius Gallienus Germanicus, pieux, heureux, Auguste, pontife suprême, très grand Germanique, investi de la 10e puissance tribunicienne, 4 fois consul, proconsul, et de Cornelia Salonina Auguste, et de toute la famille impériale, Botria Fortunata, fille de Victor, flaminique perpétuelle, a édifié à partir du sol le temple de Tellus avec la somme honoraire de son flaminat, elle l’a orné et en a exécuté la dédicace après avoir donné des sportules aux décurions et un banquet à tout le peuple. »

62 DFH, p. 43.

63 Suivant un parti architectural fréquent à Dougga, cf. Aounallah – Golvin 2016, p. 592-593. Étude du temple de Tellus : ibid., p. 565-587. Lors du déblaiement du sanctuaire, en 1919, furent découverts un petit autel à Pluton et une grande statuette en marbre du dieu. S. Saint-Amans a suggéré que la cella centrale, le templum de Tellus, était accostée de deux cellae latérales dédiées à Pluton et à Cérès (S. Saint-Amans 2004, p.107). Ces divinités associées ne figurent pas dans la dédicace, mais il en est de même, à Dougga, pour le temple de Mercure (Aounallah – Golvin 2016, p. 329).

64 Gesztelyi 1981, p. 446 : une dizaine de sanctuaires de Tellus dans les provinces de l’Afrique romaine.

65 Bien que la dédicace précise que la construction a été faite a solo, une observation de N. Ferchiou (1989, 1, p. 331) a fait naître une controverse sur la date du temple : son avis est que les travaux de la donatrice, Botria Fortunata, ne représenteraient que la reconstruction, en 261, d’un premier état remontant à la fin du ier siècle, dont témoignerait le décor d’architecture et le style de l’écriture d’un linteau de porte. L’étude architecturale de J.-C. Golvin (Aounallah – Golvin 2016, p. 565-587) a montré au contraire que le sanctuaire a été édifié d’un seul jet, donc en 261, l’étude épigraphique ne s’y opposant nullement (ibid., p. 583 n. 27, L. Maurin). La construction du temple a solo sur l’emplacement d’une maison détruite pour l’occasion plaide d’ailleurs pour une époque tardive.

66 Le lien entre Tellus Mère et la terre conquise est évoqué à l’époque républicaine, à la fin de la 3e guerre punique, pour clore la formule de devotio prononcée par Scipion Émilien, selon Macrobe, Sat., III, 9.11-12 : Tellus Mater, teque Iuppiter, obtestor. Cum Tellurem dicit, manibus terram tangit, « Je vous prends à témoins Tellus, notre mère, et toi, Jupiter. En nommant Tellus, il touche la terre de ses mains » (cf. Peyras 2015, p. 47-49). Un autre parallèle intéressant pour notre inscription est fourni par CIL X, 6104 (ILS, 1945), cursus de Phileros qui, chargé, en tant que préfet juridique, de la prise de possession pour Carthage de son territoire par l’affermage d’impôts, élève, vers 38/36 av. J.-C., un temple à Tellus (Aounallah 2010, p. 59-61).

67 Ibid. : le temple de Dougga est le dernier des temples de Tellus attestés en Afrique ; les plus récents remontaient alors à la fin du IIe siècle à Hr Ghaiada (Byzacène) et à Cuicul (Aïn Djemala). Le temple de Tellus est le seul sanctuaire qui ait été construit ou restauré à Dougga pendant la crise du IIIe siècle (cf. le tableau dans Jouffroy 1986, p. 252-253).

68 Turcan 1998, p. 123.

69 Ce don ne pouvait concerner le portique, sinon les sommes consacrées par Félix Julianus pour son érection auraient été supérieures à celles de l’empereur.

70 CIL VI, 919 (Rome, en 47 après J.-C.) ; CIL X, 3828 = ILS, 251 (Herculanum, en 77).

71 Peut-être faut-il placer à l’époque médio-augustéenne la naissance du pagus, d’après Aounallah – Maurin 2016.

72 Dougga peut avoir été touchée par la colonisation marienne, bien attestée dans les environs, à Uchi Majus et Thibari qui portèrent le nom de Marius dans leur titre colonial (Uchi Majus, C., 15450 et al.) ou municipal (Thibari, C. 26179) : Gascou 1982, 140 ; MAD, p. 658-659 (L. Maurin).

73 Les traces de cadastre antique autour de l’agglomération urbaine sont assez peu nombreuses : elles ont été relevées surtout à la périphérie orientale et méridionale du territoire de la cité ; elles ne se rattachent en rien à la grande centuriation du nord-est de la Proconsulaire et elles n’obéissent d’aucune manière à la géométrie de telles opérations. Mais ces observations sont anciennes et très partielles (Caillemer et al. 1959, feuille XXXIII, Téboursouk).

74 Si l’on suit les gromatiques – notamment Hygin grom., XVII, 1-5, l’établissement de la forma coloniale était une œuvre de longue haleine. À propos de la forma agrorum, Moatti 1993, 30-48 souligne qu’il s’agit d’un document complexe dont la fonction est multiple : juridique, cartographique et administrative (p. 43).

75 DFH, n° 87 et fig. 153. [. T]itisenio Papir(ia) Dato / [P]ompeiani, equiti Rom(ano), / dec[urioni) [sp]lendidissimi m[u]/nicipii Th[uggensis et] / splendidissimarum / coloniarum Vticensis / et Vthinensis uac. / Iul[ius] Op[---]us[---].

76 DFH, n° 88 et fig. 154 : [. Ti]tisenio Pap(iria) Feli/[ciss]imo Corneliano, / [a]edilicio, fl(amini) perp(etuo), / [ob lu]dorum magnifi/[cent]iam et multiform/[es libera]li[tates quib]/[us h]onestatem in re/[m pub]l(licam) et patriam c[u]m / [sui]s exegit, uac. / [res]publica splendi/[dis]simae col(oniae) Thugg(ensis) / [ex s]uffragiis populi / [et d]ecreto decurio/[nu]m uac. p(ecunia) p(ublica).

77 Nous rejoignons ici l’évocation de la vie municipale faite par X. Dupuis (1992, p. 258-261 et 1993, p. 69-71) et C. Lepelley (1979-1981, t. 1, p. 85) ; voir DFH, n° 78 et fig. 138 (L. Instanius Commodus Asicius) ; DFH, n° 70 et fig. 127 et 128 (A. Vitellius Felix Honoratus, cf. Christol 2005, p. 195). Selon Lepelley (1997, p. 74-75), Instanius aurait effectué une ambassade auprès d’un empereur après la promotion coloniale pour le maintien de la liberté, c’est-à-dire, selon lui, de l’immunité fiscale obtenue lors de la création du municipe. Notons au moins que, du fait des mutilations du texte, nous n’avons aucune mention de l’objet de la mission d’Instanius.

78 DFH, n° 67 et fig. 124. On n’a jusqu’ici relevé aucun témoignage d’un engagement ou d’un acte d’évergétisme d’un membre de cette famille dans la vie de Dougga. Vers le même temps, le forum de Dougga fut décoré d’une statue de l’empereur Probus (DFH, n° 18 et fig. 25).

79 Dupuis 1993 à propos de C. 26601 (= DFH, n°78).

80 Dupuis 1992 (avec des tableaux importants, p. 276-280) et 1993. Sur les répercussions en Afrique de cette crise des années 235-284, C. Lepelley (1979-1981, t. I, p. 82-85) avait des perspectives très pessimistes. Il signalait toutefois une timide renaissance sous le règne de Gallien, « particulièrement sensible à Thugga » (t. II, p. 219).

81 Salama 1991 ; en général, Callu 1969. Cependant, à propos des sommes dépensées en Proconsulaire pour des constructions municipales à l’époque de Gallien, Duncan-Jones (1974, p. 66) croit à une inflation des prix significative ; voir aussi Christol 1975, p. 826. Pour le coût des travaux du portique, on manque pour l’époque d’éléments de comparaison (une seule occurrence pour les années 235-284 dans Duncan-Jones 1974, p. 90 : 67 500 sesterces pour un temple de Pluton à Macomades (Numidie) en 265 ; Remarque de Lepelley 1979-1981, t. 2, p. 91, 1).

82 Voir DFH, p. 190 : outre la somme honoraire et une somme ajoutée, 100 000 sesterces pour le temple de Saturne, pour celui des Victoires de Caracalla et pour le temple anonyme de Dar Lachheb (pour ce dernier, voir Aounallah – Golvin 2016, p. 456).

83 Au sud de la ville, les grands thermes d’Aïn Doura dont la partie orientale a été explorée avaient été attribués à la fin du IIIe s. par G. Charles-Picard (1964, p. 68). En réalité, ils pourraient dater de la fin du IIe s. ou du début du IIIe, avec des pavements de mosaïque plus tardifs, datés du IVe s. (Thébert 2003, p. 175-176).

84 Cela ressort des notices et des tableaux dressés par Gascou 1982 (en part. p. 317).

85 En Numidie, on relève principalement la dissolution de la confédération cirtéenne, attribuable à Gallien (Gascou 1982, p. 315). Nous laissons de côté ici le cas d’Uzappa.

86 L’impossibilité de cerner une politique municipale de Gallien en Proconsulaire peut venir aussi de l’incertitude où l’on est pour dater de nombreuses promotions au statut de municipe ou de colonie. J. Gascou relève une dizaine de cités dont la promotion pourrait avoir eu lieu dans la seconde moitié du IIIe siècle (Gascou 1982, p. 271-285), et près d’une vingtaine dont la date est inconnue (ibid., p. 285-298). On ne peut attribuer l’une ou l’autre de ces promotions à Valérien et à Gallien, ou à Gallien seul sans extrapolation abusive.

87 Le qualificatif est de Merlin – Poinssot 1913, p. 117.

88 Avant sa promotion comme colonie, Thugga a été le municipium liberum Septimium Antoninianum Thuggense (ILAfr, 525 = DFH, n°10 et fig. 14-16 ; C. 26552 + ILTun, 1415 = DFH, n°57 et fig. 107), auquel le qualificatif Alexandrianum a été ajouté sous le dernier des Sévères. Thubursicum Bure a été le municipium Septimium Aurelium Antoninianum Frugiferum concordium liberum Thubursicensium Bure (ILAfr, 506), puis une colonia Licinia (C. 15254 ; Christol 2005, p. 194-195).

89 À la suite de la révision par L. Habaiel de l’inscription C. 15260, reproduite et commentée par Aounallah 2010, fig. 16, p. 114 et n. 474, p. 216 ; elle y atteste l’existence d’un pagus qui était soupçonné par J. Gascou (1972, p. 186) qui a retracé l’évolution semblable des deux cités.

90 Christol 2005 [1979], p. 195-196 insiste sur cette dissociation du sort des deux cités introduite par le faible écart chronologique dans nos documents, conclusion à laquelle était parvenu A. Beschaouch 1969, p. 205-208.

91 Chacune d’entre elles bénéficiait de puissants appuis politiques, A. Vitellius Felix Honoratus et les Mummii pour Dougga ; les Naevii pour Téboursouk.

92 Christol 2005, p. 193, sur la datation des deux proconsuls connus sous le règne de Gallien, ou attribuables à ce règne, L. Naevius Aquilinus et Sex. Cocceius Anicius Faustus Paulinus.

93 Sur la regio Thuggensis et les domaines impériaux environnants, Saumagne 1962, p. 252 ; 268-271. Laadoua-Demsiri 2006, surtout p. 286 (carte).

94 Christol 2014, p. 344-347 ; cf. Aounallah 2010, p. 36-37.

95 Dougga a été sous les Antonins un centre de la gestion des domaines impériaux, puisqu’ils constituaient ici une regio Thuggensis (ILAfr, 568 = DFH, n° 59, dernières années du règne d’Hadrien). Elle a pu le rester.

96 Thubursicum Bure était encore un municipe sous le proconsulat de L. Naevius Aquilinus, que Christol, ibid., date de préférence de 263-264 (il pourrait aussi bien dater des deux ou trois années précédentes) ; mais le fait que la cité ait pu être encore municipe en 264 (ILAfr, 506) ne saurait l’empêcher d’être colonie en 265 (C. 1437 = 15254, cf. p. 2577, inscription non datée mentionnant la colonie et le proconsulat de Sex. Cocceius Anicius Faustus Paulinus qui donne un terminus ante quem). En fait, aucune date ne peut être avancée fermement dans les 5 à 7 dernières années du règne de Gallien pour la promotion de Thubursicum Bure comme colonie. Notre interprétation conduirait à la croire la plus proche possible de celle de Thugga.

97 L’expression est employée par C. Lepelley à propos de Dougga (1997, p. 77) dont la promotion compensait, selon lui, la perte d’un privilège fiscal (supra, n. 58).

98 Aulu Gelle, XVI, 13.9 : (Coloniae) populi romani…quasi effigies paruae simulacraque esse quaedam uidentur.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan général de Dougga (L. Maurin ; fond d’après C. Poinssot 1958, h.t.).
Titre Fig. 2 – 1 : Blocs ( = bl) de l’architrave-frise remployés dans la forteresse byzantine. 2 : Bases de statues. a : Vesta. b : Auguste divinisé. c : Livie. d : Claude. e : Vespasien. f : Trajan. g : Antonin. h : Marc Aurèle. j : Salonine (L. Maurin sur un plan de J.-C. Golvin).
Titre Fig. 3 – L’inscription du portique de Gallien selon ILTun, 1416.
Titre Fig. 4 – Un exemple du style de l’écriture : la partie gauche du bloc 6 (cl. L. Maurin).
Titre Fig. 5 – Les traces de lettres vers la fin du bloc 2 (cl. H. Gonzalès Bordas).
Titre Fig. 6 – Le bloc 4. La flèche indique la position du bloc dans le mur du bastion (cl. V. Brouquier-Reddé).
Titre Fig. 7 – Le bloc 5, partie gauche. En haut à droite, le fragment lu par L. Poinssot. En bas, vers la droite, les lettres er, ligne 2 (cl. et montage L. Maurin).
Titre Fig. 8 – La partie droite de l’inscription du bloc 6 selon le Dr Carton (1895).
Titre Fig. 9 – Le bloc 7 (cl. L. Maurin).
Titre Fig. 10 – Le bloc 8, partie gauche (flèche : à droite, fragment disparu) (cl. L. Maurin)
Titre Fig. 11 – Le bloc 8, partie droite (EA au début de la 2e ligne) (cl. L. Maurin)
Titre Fig. 12 – Le bloc 9 (cl. L. Maurin).
Titre Fig. 13 – Le bloc 10 (cl. L. Maurin).
Titre Fig. 14 – Les modifications apportées à ILTun 1416.
Titre Fig. 15 – Fac-similé. Disposition des blocs, lecture et restitutions de l’inscription (L. Maurin).
Titre Fig. 16 – Plan du temple de Tellus (J.-C. Golvin).
Titre Fig. 17 – Thugga et Thubursicum Bure dans le Nord de la Proconsulaire (L. Maurin).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Louis Maurin et Samir Aounallah, « Dougga : le portique de Gallien et la fondation de la colonie (261/265) », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En ligne], 129-2 | 2017, mis en ligne le 05 avril 2018, consulté le 24 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/mefra/4594 ; DOI : 10.4000/mefra.4594

Haut de page

Auteurs

Louis Maurin

Université Bordeaux Montaigne, Ausonius, louismaurin25@gmail.com

Samir Aounallah

Institut National du Patrimoine de Tunis, samir.aounallah@gnet.tn

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • OpenEdition Journals