Navigation – Plan du site

Les prodiges comme géographie sous Antonin le Pieux et Théodose. Sur une liste de l’Histoire Auguste (Vie d’Antonin 9, 1-5)

Romain Loriol

Résumés

La liste de prodiges publics rapportée dans la Vie d’Antonin (9, 1-5) dans l’Histoire Auguste se distingue, par sa forme traditionnelle et par sa relative fiabilité, des catalogues de présages qui foisonnent dans ce recueil de la fin du IVe siècle. Son originalité tient avant tout dans la géographie qu’elle dessine : les prodiges, enregistrés un peu partout dans l’Empire et à Rome, expriment l’unité civique et religieuse de l’orbis Romanus, en lien étroit avec le discours impérial, notamment iconographique, diffusé sous Hadrien et Antonin le Pieux et célébrant la domination paisible et prospère de Rome sur le monde. L’évolution de la situation politique et religieuse de l’Empire charge la liste, à la fin du IVe siècle, de sens nouveaux. Rapportée en particulier à la géographie hagiographique chrétienne, définie par le parcours des saints dans l’Empire, leurs miracles et leur culte, la liste fait figure de contre-modèle, parce qu’elle véhicule une géographie traditionnelle du prodige romain, anonyme, éphémère et centré sur Rome.

Haut de page

Notes de l’auteur

Je remercie vivement, pour leur lecture et leurs suggestions, N. Belayche, Fr. Chausson, Fr. Dolveck, J. Scheid et Fr. Van Haeperen. Les erreurs et omissions éventuelles m’incombent entièrement.

Texte intégral

Introduction

1On trouve dans la Vie d’Antonin, au début de l’Histoire Auguste, une liste de prodiges qui n’a guère retenu l’attention des commentateurs, à la différence des omina imperii et mortis dont foisonne cette série de biographies impériales de la fin du IVe siècle. La liste se situe à peu près au milieu de la Vie, et semble servir de transition entre les mesures prises par Antonin en Italie et à Rome, et sa politique extérieure, en Orient :

  • 1 Hist. Aug., Ant., 9, 1-5 : l’édition utilisée ici est celle de la CUF ; le texte de cette liste, q (...)

Aduersa eius temporibus haec prouenerunt : fames de qua diximus, Circi ruina, terrae motus quo Rhodiorum et Asiae oppida conciderunt, quae omnia mirifice instaurauit, et Romae incendium quod trecentas quadraginta insulas uel domos absumpsit ; et Narbonensis ciuitas et Antiochense oppidum et Carthaginiense forum arsit ; fuit et inundatio Tiberis, apparuit et stella crinita, natus est et biceps puer, et uno partu mulieris quinque pueri editi sunt. Visus est in Arabia iubatus anguis maior solitis, qui se a cauda medium comedit. Lues etiam in Arabia fuit. Hordeum in Moesia in culminibus arborum natum est. Quattuor praeterea leones mansueti sponte se capiendos in Arabia praebuerunt.
« Voici les malheurs qui survinrent de son temps : la famine dont nous venons de parler, l’effondrement du Cirque, un tremblement de terre qui mit à terre des villes à Rhodes et en Asie, qu’Antonin fit toutes reconstruire merveilleusement, et à Rome un incendie qui consuma trois cent quarante immeubles et demeures. Brûlèrent aussi la cité de Narbonne, la ville d’Antioche et le forum de Carthage. Il y eut encore une crue du Tibre ; une comète apparut ; un enfant à deux têtes naquit ; une femme, en un seul accouchement, mit au monde cinq enfants. On vit en Arabie un serpent à crête d’une taille inhabituelle qui se dévora depuis la queue jusqu’au milieu du corps. Il y eut également une épidémie en Arabie. De l’orge poussa en Mésie au faîte des arbres. En outre, en Arabie, quatre lions s’offrirent d’eux-mêmes, apprivoisés, à la capture1. »

  • 2 Voir la discussion infra et Walentowski 1998, p. 236-240.
  • 3 Par exemple, Callu 1992, p. 71 (« sont énumérées neuf catastrophes […] mêlées à six présages ») ; (...)
  • 4 Par exemple, Tite Live, 27, 23 (épidémie en fin de liste) ; 25, 7, 7-9 et 41, 21, 5-13 (catastroph (...)
  • 5 Loriol 2016, p. 484-519.

2Il faut souligner, en guise d’introduction, quatre points généraux. Dans les sources narratives, les énumérations de prodiges sont régulièrement introduites par un terme explicite (prodigia, omina) ou à forte connotation divinatoire (dira, sinistra). Ici, l’adjectif substantivé aduersa annonce seulement une série d’événements « contraires » ou « fâcheux », et c’est en parcourant la liste que l’on constate, de plus en plus clairement, leur caractère prodigieux. En outre, les catastrophes mentionnées sont pour la plupart attestées par d’autres sources2, à la différence des événements surnaturels qui les suivent. Il y a donc, à première vue, une double disparité dans cette liste ­– des accidents, connus par ailleurs ; des prodiges, non attestés – qui pourrait conduire à distinguer deux parties dans la liste, voire deux listes3. En réalité, cette disparité est trompeuse. Les catalogues de prodiges associent couramment des catastrophes naturelles, dont la valeur divine est pour les Romains variable ou incertaine (inondations, incendies, épidémies)4, et des événements qui, par leur haut degré d’étrangeté, peuvent être reconnus plus sûrement comme des prodiges. Dans les sources, une telle association a une force démonstrative : la valeur divine d’une catastrophe est d’autant plus probante que celle-ci est accompagnée d’événements extraordinaires – c’est le cas, dans la liste d’Antonin, de l’épidémie (lues) enregistrée en Arabie et entourée de phénomènes anormaux. De manière générale, le regroupement des prodiges en liste obéit, à la manière d’un faisceau d’indices qui s’étayent mutuellement, à une logique de complémentarité caractéristique du raisonnement divinatoire des Romains5. C’est une des raisons pour lesquelles il faut lire ces événements aduersa non comme une série hétérogène dans laquelle on pourrait démêler l’authentique du fabuleux, mais bien comme une liste cohérente de signes divins.

  • 6 Constantin adresse un rescrit au Préfet de Rome en 320 ou 321 après J.-C. : il ordonne la consulta (...)
  • 7 Vigourt 2001, p. 123. Sur l’évolution de la pratique avec le Principat, voir Rosenberger 1998, p.  (...)
  • 8 Hist. Aug., Com., 16, 1 (Prodigia eius imperio et publice et priuatim haec facta sunt).
  • 9 Hist. Aug., Hadr., 21, 5-6 (Fuerunt eius temporibus fames, pestilentia, terrae motus quae omnia, q (...)

3D’autre part, cette liste s’apparente aux catalogues de prodiges publics que les historiens rapportent depuis l’époque républicaine : des événements anormaux, observés à Rome, en Italie ou dans l’Empire, sont transmis aux autorités de la Ville (sénat, pontifes, groupes de spécialiste : haruspices et décemvirs), reconnus comme signes, interprétés puis expiés chaque début d’année. Cette pratique ne disparaît pas avec le Principat, et l’on en trouve des traces jusqu’au début du IVe siècle au moins6, mais elle évolue : aux prodiges publics s’ajoutent les signes personnels adressés à l’empereur, qui représente la communauté romaine et dont la relation avec les dieux est essentielle au salut de celle-ci7. Il semble aussi que l’expiation groupée des prodiges en début d’année ne soit plus effectuée régulièrement. Mais, pour mesurer ces transformations, la difficulté principale tient à l’évolution des sources elles-mêmes : centrée désormais sur ce qui touche au Prince et à son entourage, l’historiographie nous renseigne peu sur la tenue des rites publics traditionnels à Rome sous l’empire. L’Histoire Auguste témoigne de ces tendances : la majorité des présages rapportés sont les omina imperii ou mortis des futurs empereurs ; certaines listes mêlent indistinctement signes publics et personnels8 ; enfin, de manière résiduelle mais notable, sont mentionnées des expiations consécutives à une série de catastrophes9. Aussi, par sa forme « traditionnelle » (une série développée de prodiges variés, sans adresse explicite à l’empereur), la liste d’Antonin constitue une exception dans l’Histoire Auguste.

  • 10 Walentowski 1998, p. 40-51 ; Chastagnol 1994, p. 86-87 ; voir, inversement, la mise en garde de Pa (...)
  • 11 Cassius Dion, 72, 23.
  • 12 Sur une telle hypothèse dans l’Histoire Auguste pour les signa de la Vie de Commode, Molinier-Arbo (...)
  • 13 Scheid 1998.
  • 14 Par exemple, Hist. Aug., Sev., 22, 1-8 ; Clod. Alb., 5, 1-10 ; Get., 3, 1-9.

4L’auteur de la Vie d’Antonin, une des plus fiables de la collection, a pu emprunter la liste de prodiges à Marius Maximus, auquel l’auteur de la Vie se réfère explicitement (11, 3) et qui est souvent considéré comme sa source principale – quoique l’on sache très peu de choses sur le personnage et ses écrits historiques10. Cassius Dion est également une source possible, mais le livre qu’il consacrait au règne d’Antonin était perdu au moment où Xiphilin rédigeait son résumé des Histoires (Epit. 70, 1). L’abréviateur mentionne, parmi les rares informations qu’il réunit sur l’empereur à partir d’autres sources, un séisme destructeur en Bithynie et dans l’Hellespont, qui provoqua la destruction du temple de Cyzique et une sorte d’immense geyser à l’intérieur des terres (Epit. 70, 4, 2). Cette courte notice est cependant elle-même un résumé, qui ne concorde que très partiellement avec la liste de l’Histoire Auguste, et qui ne donne aucune information certaine sur la genèse des signes de la Vie d’Antonin. Il faut donc s’en tenir à l’idée générale, mais vraisemblable, selon laquelle la liste dérive des écrits des historiens du IIIe siècle, à partir peut-être de documents d’initiative privée (Cassius Dion envoie à Septime Sévère une compilation des présages d’empire ayant accompagné l’élévation de ce dernier au pouvoir11) ou plus communément de sources officielles qui enregistraient de manière centralisée les événements importants, dont les prodiges (comptes rendus sénatoriaux, fastes événementiels)12. Comme l’a suggéré John Scheid à propos de la chronique pontificale sous la République13, ces documents pouvaient servir à établir à intervalles réguliers l’état des relations de la communauté et du Prince avec les dieux de Rome, à partir de laquelle on discutait des rites procuratoires à effectuer et de l’acquittement de divers vœux publics. Sur ce point, le style de la liste semble apporter un élément de confirmation : les énoncés secs et factuels du catalogue pourraient certes être le produit du résumé d’une source antérieure, mais ils sont surtout très similaires aux notices de tradition annalistique de Tite Live ou Tacite, et contrastent avec l’exubérance de certaines vignettes ominales que l’on trouve dans d’autres Vies où l’inventivité du biographe prend une large part14.

  • 15 Bloch 1963, p. 82.
  • 16 Engels 2007, p. 39 et suiv.

5La dernière remarque concerne l’interprétation des prodiges. Il est souvent admis que, dans la tradition religieuse romaine, le prodige marque une « rupture de la pax deorum » : il est un signe symptomatique, plutôt qu’annonciateur, et un signe de la colère des dieux, qu’il faut donc apaiser par des cérémonies expiatoires15. C’est ainsi que l’on pourrait comprendre les signes de la liste relative à Antonin. Or cette conception doit être nuancée à plusieurs égards. Quand on étudie les listes de prodiges publics sans préjuger de leur sens, trois observations s’imposent. Le sens des prodiges, s’il est souvent négatif, peut être également incertain ou positif. Loin d’être toujours symptomatiques, les prodiges font couramment référence à des événements contemporains ou à venir16. Enfin et surtout, les prodiges qui composent une liste n’ont pas nécessairement tous la même signification ; au contraire, en regroupant des prodiges négatifs et positifs, de sens précis et imprécis, clair ou obscur, la liste se construit comme un ensemble d’informations distinctes et complémentaires, un « message » divin complexe. Quand aucune interprétation n’est donnée explicitement – comme c’est le cas dans la liste antonine qui n’est une rubrique ni de présages de pouvoir, ni de signes de mort –, le lecteur est contraint, comme les Romains le faisaient eux-mêmes, de spéculer sur leur sens : l’interprétation d’un signe est alors d’autant plus vraisemblable qu’elle s’inscrit de manière cohérente dans la série qui l’intègre.

6La liste de la Vie d’Antonin se présente donc, si l’on résume, comme une véritable rubrique homogène de signes divins, dont l’interprétation est largement ouverte. Conforme par son contenu et son style à la tradition annalistique de la liste de prodiges publics, elle se distingue en cela des présages rapportés dans l’Histoire Auguste. Dans ce cadre, il s’agit de montrer que l’originalité de cette liste se trouve dans son discours géographique, qui construit la cohésion politico-religieuse de l’orbis Romanus (1) ; que ce discours géographique doit être mis en lien avec l’image du monde romain véhiculée par le pouvoir impérial sous Hadrien et Antonin (2) ; enfin, que cette géographie des prodiges prenait, pour le lectorat de l’Histoire Auguste à la fin du IVe siècle, des significations nouvelles (3).

La liste des prodiges d’Antonin : un discours géographique

  • 17 Y compris les plus riches sous cet aspect : avant Dyrrachium, des prodiges surviennent à Ephèse, P (...)
  • 18 On pourrait objecter que les points de comparaison se raréfient à partir du IIe siècle, Cassius Di (...)
  • 19 Hist. Aug., Ant., 3, 1-5.

7Le propos géographique de cette liste est remarquable à deux égards. De manière générale, les Romains localisent soigneusement les prodiges (monument, ville, territoire), parce que ceux-ci tirent une partie de leur crédit et de leur sens des lieux où ils se produisent. Mais l’originalité de la liste d’Antonin tient à sa densité exceptionnelle de ce point de vue. Le nombre des lieux est nettement plus élevé que dans les autres listes de l’historiographie impériale17 : outre Rome, ne sont citées pas moins de six « provinces », soit directement, l’Asie, la Mésie et l’Arabie, soit indirectement par leur capitale, Carthage et l’Africa, Antioche et la Syria, Narbonne et la Gallia Narbonnaise. La variété de ces lieux et leur distribution dans l’empire n’ont pas non plus d’équivalent dans le corpus des prodiges impériaux – les prodiges républicains étant essentiellement enregistrés en Italie18. Par ailleurs sont énumérées non de simples cités, liées par exemple aux étapes du cursus personnel du futur empereur, comme c’est le cas dans les omina d’Antonin19, mais des entités régionales, par le nom de la province ou de la capitale provinciale ; de même, la liste ne procède pas d’une rhétorique du mouere, qui passerait en revue une par une les cités sinistrées, mais se présente au contraire comme une énumération synthétique (oppidaomnia). Cette double caractéristique laisse penser que l’inscription locale des prodiges paraissait moins pertinente, aux yeux des rédacteurs de la liste, que leur répartition générale à l’échelle de l’empire.

8Ce propos géographique est mis en valeur par les caractéristiques formelles de la liste. Ses unités narratives, par comparaison avec les autres listes de l’Histoire Auguste, sont très concises : la localisation du prodige n’est pas masquée au milieu d’une profusion de détails sur l’événement lui-même ; au contraire, la brièveté de chaque unité fait ressortir les toponymes qui la scandent. Dans l’énumération Narbonensis ciuitas et Antiochense oppidum et Carthagin(i)ense forum, le choix des formes adjectivales longues, plutôt que d’un nom de ville au locatif comme cela se fait souvent en pareil cas, et l’effet prononcé d’isocolie (7 / 7 / 7 ou 8) mettent en avant la localisation des incendies. En fin de liste, c’est la répétition de la précision in Arabia pour deux prodiges consécutifs qui semble superfétatoire, à moins qu’il ne s’agisse d’insister sur l’importance du lieu.

9Le deuxième trait remarquable concerne l’ordonnancement géographique de la liste. Le public est conduit successivement à : Rome – Rhodes et l’Asie mineure – Rome de nouveau – la Narbonnaise – l’Afrique – la Syrie – Rome encore – l’Arabie – la Mésie – l’Arabie encore. Dans cette série apparemment erratique, c’est une organisation en rubriques thématiques qui se dessine : divers accidents majeurs, dont la munificence impériale a atténué la gravité ; puis une série d’incendies ; enfin, des événements étranges. Mais cette organisation, qui est imparfaite (l’épidémie en Arabie, suivant cette logique, aurait mieux trouvé sa place en début de liste), est lisible parce qu’elle est marquée elle-même par un découpage géographique très clair : le point de départ de chaque rubrique est Rome.

Fames de qua diximus, Circi ruina, terrae motus quo Rhodiorum et Asiae oppida conciderunt, quae omnia mirifice instaurauit,
et Romae incendium quod trecentas quadraginta insulas uel domos absumpsit. Et Narbonensis ciuitas et Antiochense oppidum et Carthaginiense forum arsit.
Fuit et inundatio Tiberis, apparuit et stella crinita, natus est et biceps puer, et uno partu mulieris quinque pueri editi sunt. Visus est in Arabia iubatus anguis maior solitis, qui se
a cauda medium comedit. Lues etiam in Arabia fuit. Hordeum in Moesia in culminibus arborum natum est. Quattuor praeterea leones mansueti sponte se capiendos in Arabia praebuerunt.

  • 20 Sur l’écriture hodologique, Arnaud 1989, p. 19-28 (après Janni 1984) ; sur le parcours en étoile, (...)
  • 21 Le Roux 2001, p. 233-234.

10Ce choix correspond aux pratiques de la description géographique antique : si la liste ne dessine pas exactement un parcours hodologique à partir de l’Vrbs, à la manière d’un itinéraire conçu comme un catalogue d’étapes, elle rappelle la technique de description en étoile à partir d’un centre urbain ou d’un nœud routier20. Ici, cette organisation traduit une hiérarchie, selon une métaphore classique : Rome, caput orbis, est à la fois la tête et le centre de son Empire, et elle étend sa domination politico-religieuse par cercles concentriques jusqu’à ses provinces les plus éloignées21, ce que la progression d’ensemble de la liste mime, en partant des provinces asiatiques pour atteindre les marges de l’Empire.

11Si l’on considère, à un second niveau, l’organisation des rubriques de la liste, c’est la multiplicité et la variété des lieux qui frappent, renforcées par des allées et venues sur les axes est-ouest (Rome, Narbonne, Antioche, Carthage) et nord-sud (Arabie, Mésie, Arabie). La liste projette le lecteur dans l’Empire plus qu’elle ne l’y promène selon un parcours ordonné. Ce choix, qui a pour effet de concentrer ou de compacter l’espace, met en scène l’unicité politique et religieuse de l’Empire : les dieux s’y manifestent, en tous points et autour de Rome son centre, par des signes semblables – incendie dévastateur dans les capitales provinciales du bassin méditerranéen ; prodiges contre nature au sud comme au nord.

12Quel que soit donc le moment où l’on en place la genèse entre le IIe et le IVe siècle, la liste se distingue dans le vaste corpus des catalogues de prodiges parce qu’elle construit un véritable discours géographique. Celui-ci est mis en évidence par la variété et la densité des toponymes, et par son double ordonnancement spatial, qui traduit l’organisation à la fois verticale et horizontale de l’orbis Romanus : du centre à la périphérie, le rayonnement de Rome sur les provinces ; d’une région à l’autre, la cohésion des différentes parties de l’Empire.

La maîtrise religieuse sur l’orbis Romanus à l’époque antonine

13Ce discours géographique peut être relié à l’expression idéalisée de la domination universelle de Rome sur son empire, telle qu’elle s’est développée sous Hadrien et Antonin, et telle qu’elle transparaît dans l’Histoire Auguste.

Représentations figurées des provinces sous Hadrien et Antonin

  • 22 Nicolet 1988, p. 27-68.
  • 23 Le Roux 2001, p. 258 ; Parisi Presicce 1999, p. 93-94. Sur le fort développement des épithètes uni (...)

14Le thème de « l’inventaire du monde » conquis ou pacifié n’est pas nouveau à l’époque antonine, puisqu’il remonte au moins à la fin de la République et qu’il a déjà trouvé une forme privilégiée sous Auguste, dont témoignent ses Res gestae22. Mais il est admis également qu’Hadrien et Antonin ont choisi d’exprimer à un degré supérieur, dans les sources officielles, le thème de la domination universelle de Rome23. Il en existe deux exemples majeurs qui font écho et donnent sens au propos géographique de la liste de prodiges.

  • 24 Son inauguration en 145 est mentionnée par l’Histoire Auguste et associée à la prise de la toge vi (...)
  • 25 Sapelli 1999, p. 28-82.
  • 26 Sapelli 1999, p. 16 ; Parisi Presicce 1999, p. 96.
  • 27 Halfmann 1986, p. 42-47.
  • 28 BMC, III, p. 487-526.
  • 29 BMC, IV, p. 186-193.

15En 145 après J.-C., le temple d’Hadrien sur le Champ de Mars est inauguré par Antonin24. Il est orné d’une série de reliefs figurant au moins vingt-trois provinces de l’Empire romain sous la forme de personnifications féminines, qui représentent moins les prouinciae administratives de l’Empire que des ensembles régionaux possédant aux yeux des Romains une identité propre. L’identification de ces figures est incertaine : on y retrouve – peut-être – la Mésie, l’Afrique, la Gaule, des provinces d’Asie25. Si des attributs distinguent ces figures, leur aspect extérieur présente un caractère générique remarquable, qui semble avoir été choisi précisément pour traduire l’homogénéité ou l’unicité de l’Empire romain malgré la diversité des nationes qui le composent26. D’autre part, Hadrien a émis entre 134 et 138, au retour de ses voyages dans l’Empire et pour célébrer cette périégèse d’une ampleur nouvelle27, une série monétaire d’un caractère inédit, représentant au droit le buste de l’empereur et au revers les personnifications des provinces de l’Empire. Un des types commémore la visite (aduentus) de l’empereur dans la province : s’y font face l’empereur et la province, qui procède à un sacrifice. On retrouve dans cette série l’Italie, l’Asie, l’Afrique, la Gaule, l’Arabie et la Mésie. Un deuxième type célèbre la restitution réelle ou prétendue (restitutor) à Rome de la province par l’empereur, que l’on voit tendre la main à la province agenouillée28. Y figurent notamment l’Italie, l’Asie, l’Afrique, la Gaule et l’Arabie. En 139, Antonin à son tour émet une série de monnaies représentant au droit l’empereur et au revers les provinces portant une couronne, dont l’Italie, l’Asie, l’Afrique et la Syrie29.

  • 30 Dans la liste que dresse Parisi Presicce 1999, p. 86-96 des représentations monumentales des natio (...)
  • 31 Cette notion de « commun » (koinos) joue dans le discours En l’honneur de Rome d’Aelius Aristide u (...)
  • 32 L’Histoire Auguste en donne un exemple remarquable dans un songe d’empire de Septime Sévère (Sev., (...)
  • 33 Arnaud 1983, p. 691 et suiv.

16Que l’on retrouve dans la liste de la Vie d’Antonin des provinces figurées sur l’Hadrianeum ou dans les monnaies antonines n’est pas un argument décisif. En revanche, il y a une convergence très forte entre l’iconographie monumentale et monétaire des deux Antonins, qui met en série les régions de l’Empire, et la liste de l’Histoire Auguste qui dessine un parcours prodigial sans précédent à travers l’oikoumène. Ce sont pour le pouvoir impérial des moyens énumératifs complémentaires (par leur support écrit ou figuré, leur mode de diffusion et leur sens plus spécifiquement politique ou religieux) d’affirmer l’extension et la cohésion de l’orbis Romanus autour de Rome et de l’action de l’empereur30. La forme sérielle, qui suggère un cheminement de lieu en lieu, soutient l’image idéalisée d’un Empire constitué e pluribus unum de provinces et de peuples unis par une identité civique et religieuse commune31. Elle constitue le pendant d’une autre image spatialisée de maîtrise du monde : le surplomb depuis lequel le Prince embrasse du regard l’étendue de son empire32, et dont le globe et la carte, attributs impériaux, sont la matérialisation symbolique33.

  • 34 Walentowski 1998, p. 237 (Chronica minora saec. IV, V, VI, VII, éd. Mommsen, vol. 1, 1892, p. 146)
  • 35 Voir Epit. de Caes., 15, 9 et Rossignol 2012, p. 103 ; Walentowski 1998, p. 234-235.
  • 36 Voir infra (Dig., 5, 4, 3 ; 34, 5, 7 ; 46, 3, 36 ; Phlégon de Tralles, 29).
  • 37 Rosenberger 1998, p. 36-37.
  • 38 Rossignol 2012, p. 94-95.
  • 39 Gros 1985, p. 143-144.
  • 40 Gros 1985, p. 141-146.
  • 41 Sur cette datation, je renvoie par commodité au résumé de Gros 1985, p. 142-143, à partir des anal (...)
  • 42 Sur la datation en 160-161 de ce séisme qui touche Cyzique, Mytilène, Smyrne et Nicomédie, voir Le (...)
  • 43 Kronk 1999, p. 39-41.
  • 44 Barrett 1978, p. 102 le suggérait déjà avec prudence (« It may be the Halley’s comet »).
  • 45 Fasti Ostienses, Bargagli – Grosso 1997 : Pb 13, p. 47.

17Cette convergence thématique est-elle confirmée par les données chronologiques ? Il est par principe difficile de dater les prodiges mentionnés par la Vie d’Antonin, à cause de la narration per species qui compresse, voire bouleverse, la chronologie des faits. Mais de nombreux recoupements sont ici possibles avec d’autres sources, littéraires ou épigraphiques, et l’on peut essayer de classer ces éléments de datation d’après leur degré de précision. 1) Le Chronographe de 354 mentionne la catastrophe du Circus Maximus34 durant le règne d’Antonin, sans autre indication. La date de la famine à Rome contre laquelle Antonin prend des mesures est incertaine car non renseignée par les sources35. Une naissance prodigieuse de quintuplés est rapportée par d’autres sources de la fin du IIe siècle, qui la placent sous le règne de Trajan ou d’Hadrien36 : il n’est pas impossible qu’il s’agisse du souvenir d’un même événement, déplacé d’un règne à l’autre lors de la transmission de l’anecdote. Le retour d’un prodige similaire sur un laps de temps restreint peut aussi traduire une sensibilité particulière chez les premiers Antonins à de telles naissances extraordinaires et à leur sens religieux – ce type de « cycle prodigial » a été mis en évidence pendant la période républicaine37. Quoi qu’il en soit, cette récurrence, si elle donne crédit au prodige, ne permet pas de le dater. 2) L’existence d’une peste arabique est confirmée par une inscription trouvée à Qaran au Yémen, qui atteste d’une grave épidémie dans la partie sud de l’Arabie vers 155. Cela ne constitue pour autant ni un élément de datation précis, ni un terminus post quem, que ce soit pour la déclaration de l’épidémie ou pour son enregistrement dans des sources romaines, officielles ou non38. 3) On garde une trace des reconstructions entreprises par Antonin après les incendies de Narbonne et de Carthage. Pierre Gros a rappelé que la datation traditionnelle de l’incendie de Narbonne en 145, à partir des données épigraphiques, n’est en fait qu’un terminus post quem et qu’il est impossible de situer l’événement précisément entre 145 et 16139. Il montre en revanche que l’incendie de Carthage peut être daté avec plus de certitude autour de 150, avant les grandes réalisations monumentales de la décennie 150-160 (basilique et complexe thermal)40. 4) Deux séries de tremblements de terre en Asie sont attestées sous le règne d’Antonin : la première touche un peu après 140 des cités de Carie, de Lycie, Cos et Rhodes41, et la seconde frappe vers 160-161 d’autres régions d’Asie mineure42. Les destructions mentionnées par la liste, puisqu’elles incluent Rhodes, pourraient renvoyer plutôt à la première série de secousses. 5) L’apparition d’une stella crinita est certes un prodige régulier dans les sources anciennes, mais il se trouve que la comète de Halley passe près de la Terre au printemps 141 – plusieurs sources chinoises en rapportent d’ailleurs l’observation43 – et l’identification de l’une à l’autre paraît hautement probable44. 6) Il est possible, enfin, de dater l’inondation du Tibre à partir des Fasti Ostienses qui enregistrent une forte montée du fleuve sous le règne d’Antonin (aqua magna fuit) et la placent aux calendes d’avril 14745. Il y a pu avoir plusieurs inondations d’ampleur pendant cette période, mais il n’est pas déraisonnable de penser que les deux sources fassent allusion à un même événement, plus marquant que les autres pour les contemporains.

18Il est alors tentant d’imaginer, en suivant ces indices chronologiques, que les prodiges de l’Histoire Auguste émanent d’une liste établie pendant la décennie 150, en conformité avec le programme iconographique diffusé pendant la première moitié du règne d’Antonin. Quoi qu’il en soit exactement, la correspondance étroite entre cette géographie des prodiges et le discours officiel des Antonins sur l’oikoumène donne du crédit à l’hypothèse d’une genèse antonine, plutôt que tardive, de la liste de l’Histoire Auguste.

Représentation du pouvoir d’Antonin : gouverner le monde en catalogues

  • 46 Hist. Aug., Hadr., 12, 1-14.

19Considérons l’image que la Vie d’Antonin transmet du pouvoir impérial : la liste de prodiges s’inscrit dans un ensemble de procédés sériels qui exprime la maîtrise d’Antonin sur l’orbis Romanus. Il s’agit non seulement de célébrer l’Empire tel qu’il a été légué par Hadrien, en entretenant la mémoire des voyages de ce dernier dans les provinces de l’Empire46 ; mais également de dire la capacité d’Antonin – qui d’après l’Histoire Auguste ne voyage guère – à dominer l’Empire depuis Rome. Sous cet angle, les listes traduisent le double aspect centripète et centrifuge de l’exercice du pouvoir.

20Le catalogue des signes divins peut être d’abord rapproché de la liste des animaux exotiques qu’Antonin a fait venir dans l’arène, rapportée peu après dans la Vie :

  • 47 Hist. Aug., Ant., 10, 9.

Edita munera, in quibus elephantos et corocottas et tigrides et rhinocerotes, crocodillos etiam atque hippopotamos et omnia ex toto orbe terrarum exhibuit.
« Il donna des jeux au cours desquels il fit voir des éléphants, des hyènes, des tigres, des rhinocéros, ainsi que des crocodiles et des hippopotames, et tout ce que compte le monde entier »47.

  • 48 Cela rappelle, mais sur un mode pacifique, les représentations ou les personnifications des villes (...)

21Cette énumération exprime la capacité de l’empereur à faire venir le monde à lui, et à faire de Rome non seulement le centre mais l’image de ce monde. Les deux listes trouvent un point de contact dans la curiositas des élites romaines de l’époque, fascinées par l’exotisme des confins, et dans leurs efforts pour dresser un état du savoir universel, encouragés sans doute par l’empereur lui-même – que l’on pense au poème géographique de Denys le Périègète, dans la première moitié du IIe siècle, ou au livre de Mirabilia de Phlégon de Tralles, un affranchi d’Hadrien. La dernière rubrique de la liste de prodiges, en particulier, ressemble aux vignettes des descriptions paradoxographiques, dans lesquelles l’identité de chaque région est condensée symboliquement en thaumata animaux ou végétaux. Les prodiges relèvent certes d’un extraordinaire ponctuel, quand les thaumata sont des étrangetés pérennes ; mais les uns et les autres expriment l’étonnante variété du monde romain, et le catalogue des prodiges participe par là de cette tendance à la compilation et à l’exhibition de « tout ce que compte le monde entier »48.

  • 49 Sur le numen comme divinisation du pouvoir d’action de l’empereur, Scheid 2004, p. 241 ; Gradel 20 (...)
  • 50 L’adjectif mirificum n’apparaît qu’une seule autre fois dans l’Histoire Auguste, pour qualifier le (...)
  • 51 Pernot 1997, p. 17.
  • 52 Voir Aelius Aristide, 60 (commenté par Pernot 1997, p. 48) et, sur la beauté des villes grecques q (...)

22Réciproquement, c’est l’exercice centrifuge du pouvoir qui se lit en filigrane dans cette liste : les prodiges survenus dans les provinces éloignées éprouvent le numen impérial, la capacité divine d’action ou de protection à distance de l’empereur49. Cela se traduit concrètement par l’envoi d’argent aux cités sinistrées pour leur reconstruction. Antonin, dit l’auteur de l’Histoire Auguste, a fait rebâtir les villes d’Asie mirifice. Cet adverbe de sens fort, qui fait entendre à la fois la puissance agissante de l’empereur (facere) et son caractère « émerveillant » (mirum)50, rappelle les qualités prêtées par Aelius Aristide, dans l’éloge En l’honneur de Rome prononcé en 144 dans la Ville51, à un empereur qui met en ordre et assure la beauté du monde à distance (kosmètès)52. Le lien est clair avec une énumération qui apparaît quelques lignes plus haut dans le récit de l’Histoire Auguste :

Opera eius haec exstant : Romae templum Hadriani, honori patris dicatum, Graecostadium post incendium restitutum, instauratum Amphitheatrum, sepulchrum Hadriani, templum Agrippae, Pons Sublicius, Phari restitutio, Caietae portus, Tarracinensis portus restitutio, lauacrum Ostiense, Antiatum aquae ductus, templa Lanuuiana. Multas etiam ciuitates adiuuit pecunia, ut opera uel noua facerent uel uetera restituerent […].

  • 53 Hist. Aug., Ant., 8, 2-4.

23« De lui subsistent les bâtiments suivants : à Rome, le temple d’Hadrien, dédié en l’honneur de son père ; le Graecostadium, reconstruit après un incendie ; l’amphithéâtre, restauré ; le tombeau d’Hadrien ; le temple d’Agrippa ; le pont Sublicius ; le phare, qu’il fit reconstruire ; le port de Gaète et celui de Terracine, qui furent reconstruits ; les thermes d’Ostie, l’aqueduc d’Anzio, les temples de Lanuvium. Il aida encore de nombreuses cités en leur envoyant de l’argent, pour qu’elles réalisent de nouveaux édifices ou en reconstruisent d’anciens […] »53.

  • 54 À l’exception du phare mentionné dans la liste, qui semble être celui d’Alexandrie plutôt que celu (...)

24Cette série de reconstructions est centrée sur Rome et l’Italie54. Elle dit localement la puissance et la bienveillance impériales, que la liste des prodiges exprime ensuite à l’échelle de la Méditerranée, tant pour les cités d’Asie que de façon implicite après les incendies à Rome, Narbonne, Carthage et Antioche.

  • 55 Cette idée du « gouvernement par correspondances » est explicite chez Aelius Aristide, 33.

25La description de la politique extérieure d’Antonin, qui suit la liste de prodiges, en est une dernière illustration. Elle se présente comme une énumération d’actions à distance, par lesquelles l’empereur, grâce à la seule force de son autorité, règle les conflits aux marges orientales de l’Empire : entre autres exemples, il donne un roi aux Lazi (dedit), dissuade les Parthes d’attaquer les Arméniens « du seul fait d’une lettre » (solis litteris reppulit) et fait revenir le roi Agbar des provinces orientales « de sa seule autorité » (sola auctoritate deduxit)55. C’est, dans cette énumération comme dans la liste de prodiges qui la précède, la puissance charismatique d’Antonin qui est mise en scène, rayonnant depuis Rome jusqu’aux marges de l’Empire ou au-delà.

26Il y a donc une forte cohérence entre le discours géographique de la liste de prodiges et l’image (sérielle) que la Vie d’Antonin donne du gouvernement impérial, qui simultanément se déploie dans l’espace depuis Rome et réunit l’empire en son centre. Cette cohérence a pu être renforcée rétrospectivement par les sources historiographiques, dont l’Histoire Auguste. Mais la représentation d’un empire florissant dirigé à distance par l’empereur lui est aussi contemporaine, comme en témoignent les parallèles avec l’œuvre d’Aelius Aristide. La liste de prodiges est donc liée à la géopolitique des Antonins non seulement parce qu’elle fait écho à l’iconographie impériale, mais parce qu’on y lit les caractéristiques prêtées, pendant son règne, à Antonin et à sa manière d’exercer le pouvoir.

Interprétation politique et divinatoire des prodiges

27L’interprétation du sens politique et divinatoire des prodiges de la liste vient à l’appui de ces rapprochements.

  • 56 Rosenberger 1998, p. 38-56.
  • 57 MacBain 1982, p. 34-42 ; d’autres exemples chez Rosenberger 2005, p. 243 et suiv.
  • 58 Tite Live, 21, 62.

281) Sous la République, le prodige qui a lieu hors de Rome est signalé par un magistrat local aux autorités religieuses de Rome qui statuent alors sur sa valeur pour la communauté romaine et sur la nécessité de l’expier publiquement56. Si une procédure d’enregistrement et d’expiation centralisée existait peut-être encore au IIe siècle, que l’empereur fût ou non à Rome, il est probable qu’elle existait de fait sous Antonin, qui gouvernait depuis la Ville et était informé des principaux événements survenus dans l’Empire. La lecture politique qu’a proposée Bruce MacBain des prodiges républicains est à cet égard applicable à ceux d’Antonin57 : la reconnaissance par les autorités romaines des signes qui se produisent à l’extérieur de Rome est une façon d’exprimer l’appartenance de l’espace concerné à la sphère civique et religieuse romaine. Déclarer qu’un dieu s’est manifesté en un lieu par un signe et que ce signe concerne Rome, c’est faire comprendre, quel que soit le sens du signe, que ce lieu a et doit avoir une relation spéciale avec Rome. Quand Hannibal arrive en Italie en 218 avant J.-C., par exemple, les autorités romaines reconnaissent et expient des prodiges survenus dans le Picénum, à Lanuvium, Amiterne et Caere : ils se rapprochent ainsi de leurs alliés italiens et réaffirment l’unité territoriale de Rome auprès des populations latine, sabine et étrusque58.

  • 59 Rémy 2005, p. 240-242.
  • 60 MacDonald 2009, p. 297-307.
  • 61 Rémy 2005, p. 248-250.
  • 62 Cette idée de protection militaire est implicite, mais elle correspond bien à l’imagerie impériale (...)

29Les prodiges du règne d’Antonin ont bien cette double fonction unificatrice (les signes surviennent dans les capitales de la Méditerranée, et partout dans l’Empire) et intégratrice, dans le cas des provinces de création encore récentes à l’époque, ou sur laquelle la mainmise romaine a dû être réaffirmée récemment. La Mésie d’une part : base arrière pour le contrôle de la Dacie conquise sous Trajan, elle est plus généralement une zone essentielle de surveillance du limes danubien59. Hadrien fait une visite de la province, qui reste semble-t-il en proie à des tensions avec les populations locales sous le règne d’Antonin. L’Arabie d’autre part : devenue prouincia avec Trajan, visitée également par Hadrien, elle est, malgré les routes caravanières, un territoire difficile à contrôler et à exploiter, qui n’a pas de frontière stable dans sa partie sud-est, là où s’étend le désert arabique60. Elle jouxte par ailleurs des régions où la domination romaine a été récemment contestée – la révolte de Bar Kokhba en Judée à la fin du règne d’Hadrien – et où sont attestés des troubles sous Antonin, en Égypte et surtout au nord-est avec les Parthes61. La reconnaissance de prodiges survenus dans ces provinces, voisines de théâtres d’opération, semble réaffirmer l’intégration politico-religieuse des provinces à l’Empire, c’est-à-dire à la fois leur fidélité à Rome et la protection providentielle que celle-ci leur garantit à travers l’empereur62.

  • 63 Sur la commendatio, Scheid 1990, p. 345-346.
  • 64 Sur l’omen de la colonne Trajane, articulé à un suovétaurile, voir Marinescu-Nicolajsen 1999, p. 3 (...)

30Cette lecture trouve un appui supplémentaire dans la conception romaine du dialogue avec les dieux. Sur les représentations monétaires de l’aduentus d’Hadrien dans les provinces, parmi lesquelles figurent la Mésie et l’Arabie, la personnification de la Province effectue un sacrifice devant l’empereur, en son honneur et sous le regard des dieux, symbolisant sa fidélité ou son obéissance (et rappelant peut-être les sacrifices organisés par les autorités locales, à l’arrivée de l’empereur, au titre de la solutio ou de la commendatio de vœux en cours pour le salut de l’empereur63). Or, dans le culte romain, le rite sacrificiel est toujours une sollicitation des dieux à l’initiative des hommes. La réponse des puissances divines est un agrément silencieux, en l’absence de vices de forme (uitia). Cet agrément rituel ne bénéficie d’une autorité divine exceptionnelle que lorsqu’il est accompagné de présages positifs, qui le confirment en manifestant cette fois spontanément la volonté des dieux. Cette complémentarité entre le rite et le signe divinatoires, qui donne de la crédibilité à l’intervention divine et accroît la légitimité des décisions que les hommes en tirent, est une constante de la divination romaine. On en trouve des exemples clairs sur les colonnes Trajane et Aurélienne, dans le voisinage de scènes sacrificielles et de représentations de signes divins64. Une telle complémentarité s’applique bien, ici, aux cas de la Mésie et de l’Arabie. L’intégration de la province dans l’empire sous Hadrien et Antonin est symbolisée doublement : sur les monnaies, par un rite où apparaît essentiellement un consensus humain ; dans la liste, par des prodiges qui manifestent brusquement et intensément la présence des dieux.

312) Cette lecture politique des prodiges survenus hors de Rome vaut indépendamment de leur sens divinatoire : que ceux-ci soient négatifs ou positifs, leur reconnaissance et leur expiation traduisent l’appartenance des cités ou des provinces à la sphère civique et religieuse de Rome. Ici, cependant, elle semble étayée et enrichie par l’interprétation de certains signes de la liste.

  • 65 C’est l’interprétation qu’en rapportent Suétone, Ner., 36, 1 (summis potestatibus exitium) ; Tacit (...)
  • 66 L’Histoire Auguste, qui force pourtant l’opposition des portraits des deux empereurs, souligne que (...)
  • 67 Voir Hist. Aug., Ael., 8, 1-3 (qui en tient pour responsable Avidius Cassius plutôt que Lucius Vér (...)
  • 68 Hist. Aug., Ant., 8, 11.

32Certes, plusieurs prodiges sont des aduersa manifestant le mécontentement des dieux, qui peuvent renvoyer à une impiété antérieure ou préfigurer un événement à venir : le passage d’une comète est un signe traditionnellement négatif sous l’Empire, suggérant une prochaine mutatio imperii (même si Octavien vit dans le sidus Iulium apparu après la mort de César un présage positif pour lui-même)65. L’enfant bicéphale est un monstrum effrayant, qui pourrait annoncer un gouvernement à deux têtes conflictuelle de l’Empire, sous Marc Aurèle et Lucius Vérus, même si les relations entre les deux hommes ne semblent pas avoir été particulièrement hostiles66. L’épidémie en Arabie ne peut donner lieu qu’à une interprétation négative, prémonition possible de la grande peste antonine, rapportée d’Orient vers 166 par les troupes romaines67. Les premiers signes de la liste appellent en revanche une interprétation plus nuancée. Bien que ce soit d’évidentes catastrophes (famine, effondrement dans le Cirque, séismes, incendies), la puissance impériale les atténue par son évergétisme « merveilleux », qui à la fois obtient la pax deorum pour les villes de l’Empire et leur donne une prospérité nouvelle. Même la famine rapportée en début de liste a été présentée, dans les lignes qui précèdent dans la Vie, comme jugulée par les mesures d’Antonin68. La tonalité sinistre de ces aduersa est donc fortement allégée, sinon renversée, par la mention finale des bienfaits impériaux.

  • 69 Cassius Dion, 53, 20, 1.
  • 70 Campbell 2012, p. 157-158.
  • 71 Boatwright 2010, p. 181-182.
  • 72 Voir, inversement, l’interprétation négative que propose Montero 2000, p. 43-45 d’une crue du Tibr (...)
  • 73 Julius Obsequens, 14 ; Pline l’Ancien, 7, 33.
  • 74 Dasen 2005, p. 68-69.
  • 75 Respectivement Dig., 5, 4, 3 ; 34, 5, 7 (contrairement à ce que suggère Dasen 2005, p. 69, Gaius n (...)
  • 76 Phlégon de Tralles, 29. Aulu Gelle, 10, 2, 2 rapporte une anecdote similaire sous Auguste : elle t (...)

33Certains prodiges, par ailleurs, se prêtent à une interprétation plus complexe qu’il n’y paraît d’abord : le sens divinatoire des débordements du Tibre a évolué depuis l’époque républicaine, et l’interprétation positive des devins sous Auguste69 – un accroissement de puissance pour l’empereur, à partir d’un jeu de mots – a pu faire figure de précédent. En outre, le Tibre est représenté dans le monnayage antonin comme le fleuve nourricier de Rome : une monnaie de bronze d’Antonin, datée de 154, montre par exemple le Nil et le Tibre, face à face et joignant leur main droite, tenant le premier des épis, le second une corne d’abondance70. On sait aussi qu’Antonin a fait reconstruire, peut-être à la suite d’inondations destructrices, plusieurs ponts sur le Tibre (les pontes Agrippae, Cestius et Sublicius, la restauration de ce dernier étant célébré par un médaillon figurant Horatius Coclès) et qu’il en a commencé le bornage71. Le précédent d’une interprétation favorable, conjugué à l’image du Tibre soit nourricier soit régulé avec succès par l’empereur, rendrait donc possible une lecture positive de cette crue, dont les dégâts ne sont pas mentionnés72. De la même manière, la naissance des quintuplés est un événement contre nature, mais qui n’est pas nécessairement négatif : certes, Julius Obsequens mentionne parmi des prodiges négatifs de l’année 163 avant J.-C. des triplés nés à Terracine, et Pline l’Ancien rapporte qu’une femme d’Ostie mit au monde sous Auguste des quadruplés, présage de la famine qui allait venir73. Mais les naissances multiples sont aussi jugées positivement, comme signes d’une fécondité exceptionnelle74. Dans une anecdote visiblement célèbre, rapportée avec quelques variations par plusieurs juristes entre la fin du IIe et le début du IIIe siècle (Laelius cité par Paul, Julianus et Gaius75), une femme d’Alexandrie donna naissance à cinq enfants et l’empereur Hadrien la fit venir devant lui. D’après Phlégon de Tralles, qui rapporte une anecdote similaire mais la place sous le règne de Trajan, l’empereur ordonna de faire nourrir à ses frais les cinq enfants76. La sollicitude impériale semble ici traduire une réception positive, sous les premiers Antonins au moins, de cette fécondité extraordinaire. Aussi le prodige des quintuplés dans l’Histoire Auguste pourrait-il être lu avec vraisemblance comme un signe heureux.

34Non seulement donc l’action impériale transforme positivement la tonalité de certaines catastrophes, mais tous les signes ne doivent pas être considérés automatiquement comme des indices de la colère des dieux – au contraire. Cette double observation permet d’envisager avec vraisemblance l’interprétation positive des trois prodiges les plus originaux de la liste, qui appellent par leur niveau de détail une lecture analogique engagée : en Arabie, le serpent, qui se dévore par la queue jusqu’au milieu du corps ; l’orge poussant au sommet des arbres en Mésie ; les quatre lions spontanément apprivoisés en Arabie. Je propose de considérer que ces signes traduisent ou annoncent les bénéfices de la puissance pacificatrice et civilisatrice de Rome sur les deux provinces.

  • 77 Le symbolisme animal est toujours très ouvert, et il me semble qu’il faut s’en tenir à celui que s (...)
  • 78 Loriol 2016, p. 43-84 ; Engels 2007, p. 47-51.
  • 79 Sur la représentation idéale de l’Arabia pacata, Chausson 2006, p. 56 ; Toynbee 1967, p. 49. Cette (...)
  • 80 Voir Pline l’Ancien, 8, 55 (à propos du Carthaginois Hannon).
  • 81 Pline l’Ancien, 8, 56-60, rapporte plusieurs anecdotes de cette sorte, mais l’histoire la plus con (...)
  • 82 Voir Hist. Aug., Ant., 10, 9 ; Gord., 33, 1. Inversement, dans la Vie d’Héliogabale, la possession (...)

35a) La faune dangereuse ou féroce qui peuple l’Arabie, représentée d’un côté par le serpent anormalement gros et à la crête menaçante, et de l’autre par le groupe de lions77, se neutralise d’elle-même. C’est le reflet possible de la soumission de tout ce qui, en Arabie, troublerait ou ferait obstacle à la pax Romana. La spontanéité de l’action (sponte), marqueur habituel de l’extraordinaire dans le récit prodigial78, suggère ici que cette soumission est volontaire : cela fait directement écho, dans l’iconographie d’Hadrien et d’Antonin, à la représentation des provinces fideles et piae, plutôt que conquises et soumises de force79. En outre, le prodige du fauve domestiqué évoque le pouvoir du personnage charismatique qui dompte les animaux féroces80 (plutôt que le thème fameux, mais distinct, du fauve blessé qui demande à un homme de le soigner81), et rappelle en l’occurrence la puissance de l’empereur qui exhibe les fauves dans l’arène82.

  • 83 Rémy 2005, p. 265 et note 55 p. 375.
  • 84 Pline l’Ancien, 8, 55.
  • 85 Sur l’ouroboros et les sources tardives qui y font référence (notamment Servius, Aen., 5, 85 ; Mac (...)
  • 86 Pour un aperçu des problèmes que posent de telles identifications, voir Vogel 1973, p. 33-37, à pr (...)

36Sur la base de cette lecture analogique, qui a pour soi d’être simple et applicable aux deux signes, il faut signaler deux autres pistes, bien plus incertaines. Les quatre lions font penser aux quadriges triomphaux des empereurs, ou à ceux que chevauche la Magna Mater sur un médaillon peut-être d’époque antonine83. Pline rapporte que Marc Antoine fut le premier à oser défiler dans Rome avec un attelage de lions, « un prodige signifiant que les esprits généreux subissaient le joug » (generosos spiritus iugum subire illo prodigio significante)84. Le jugement de Pline est critique, et c’est la noblesse du lion qui est retenue dans l’analogie, mais l’attelage de lions est bien ici un symbole de domination politique, dont le Principat aurait pu progressivement inverser la connotation. Dans tous les cas, si la précision chiffrée excite la curiosité, il paraît difficile d’en tirer un sens analogique ferme. Il en va de même pour l’auto-dévoration de l’anguis iubatus. Elle évoque un motif ancien, d’origine orientale et auquel font allusion essentiellement des auteurs tardifs : l’ouroboros, le serpent qui se mord la queue, référence au cercle du monde ou à celui du temps, cyclique ou infini85. Pourrait-on y entendre un écho au thème de la Rome éternelle, célébrée par Antonin à l’approche du neuvième centenaire de sa fondation ? Aucune source n’étaye vraiment l’existence d’un tel lien86, et il est peu probable que le serpent se dévorant ait été un symbole cristallisé dans la culture philosophique et religieuse des Romains du début du IIe siècle, et par conséquent le support pour une analogie divinatoire.

  • 87 Il existe d’autres récits de signes similaires, dont l’interprétation est incertaine : Julius Obse (...)
  • 88 Hist. Aug., Ant., 7, 1.
  • 89 Par exemple, Aelius Aristide, En l’honneur de Rome, 108.
  • 90 Hist. Aug., Ant., 7, 1 ; Epit. de Caes., 15, 9.
  • 91 Rowan 2013, p. 220-222 ; Noreña 2011, p. 120-122.
  • 92 Vidman 1978, p. 90 et suiv.

37b) Le prodige de l’orge poussant au sommet des arbres en Mésie peut être lu comme une image de la fécondité extraordinaire – au moins idéale et espérée – de la région sous la protection romaine87. Il correspond à deux thèmes traditionnels, liés entre eux et valorisés dans l’imagerie politique d’époque antonine : d’une part, la métaphore de la nature généreuse et fertile, que l’on trouve exprimée sous une forme commune dans la Vie d’Antonin – « Sous son règne, les provinces furent toutes florissantes » (Prouinciae sub eo cunctae floruerunt)88 – et développée chez Aelius Aristide, qui insiste sur la corrélation entre paix romaine et prospérité des cités89. D’autre part, la pousse de l’orge, céréale de base dans l’alimentation antique avec le blé, renvoie à l’abondance, symbolisée par la cornucopia ou par les divers épis figurant sur les monnaies d’Antonin en association avec les vertus traditionnelles (Pax, Felicitas, Aequitas, Fortuna), ainsi qu’à la fonction nourricière du Prince. Si l’on en croit la liste de l’Histoire Auguste et l’Epitome de Caesaribus, cette fonction fut éprouvée par une grave famine à Rome, à laquelle l’empereur mit fin par des distributions de vin, d’huile et de blé achetés sur ses propres fonds90. La fréquence exceptionnelle des représentations d’Annona et de Cérès sur le monnayage d’Antonin, en lien avec les mesures prises pour améliorer l’approvisionnement en céréales de Rome91, reflète en tout cas une volonté manifeste de l’empereur d’insister sur l’abondance ou la prospérité agricole de son règne. Il faut signaler enfin que l’ancienne fête romaine du ieiunium Cereris, établie en 191 avant J.-C. sur avis des Livres sibyllins pour apaiser les dieux après plusieurs prodiges, a semble-t-il été instaurée de nouveau par Antonin à partir de 140 et fêtée tous les cinq ans pendant son règne92, comme en témoignent les Fasti Ostienses.

38c) Si l’on admet ces interprétations positives, ces trois prodiges groupés en fin de liste rappellent encore de manière frappante une autre image, celle de l’âge d’or, tel qu’on le trouve décrit en particulier dans la quatrième Églogue de Virgile. Le poète, prédisant un nouvel âge heureux, s’adresse à l’enfant à naître qui incarnera ce renouveau :

  • 93 Virgile, Buc., 4, v. 21-30.

Ipsae lacte domum referent distenta capellae
ubera nec magnos metuent armenta leones ;
ipsa tibi blandos fundent cunabula flores.
Occidet et serpens et fallax herba ueneni
Occidet ; Assyrium uolgo nascetur amonum.
At simul heroum laudes et facta parentis
iam legere et quae sit poteris cognoscere uirtus,
molli paulatim flauescet campus arista
incultisque rubens pendebit sentibus uua
et durae quercus sudabunt roscida mella.
« Les chèvres d’elles-mêmes reviendront sous le toit les mamelles gonflées de lait, et les troupeaux ne craindront pas les grands lions ; d’elles-mêmes des fleurs caressantes déborderont de ton berceau ; le serpent mourra, et l’herbe qui dissimule son venin mourra aussi. Partout naîtra l’amome d’Assyrie. Et dès que tu sauras lire les éloges des héros et les exploits de ton père, et que tu seras capable de reconnaître ce qu’est la vaillance, la plaine blondira peu à peu du blé tendre, les grappes vermeilles de raisin pendront des ronces incultes et le bois dur des chênes sécrètera une rosée de miel »93.

  • 94 Liberman 2015, p. 86 a soulevé un problème potentiel du texte virgilien : on prête habituellement (...)

39La description célèbre de Virgile, qui reprend les caractéristiques traditionnelles de l’âge d’or, exprime en quelques vers et de manière explicite les adynata qui correspondent aux prodiges de la liste d’Antonin : la cohabitation pacifique entre les bêtes, ou entre bêtes et hommes, c’est-à-dire l’innocence ou la douceur retrouvée des animaux féroces (leones), rappelle les leones mansueti. La mort du serpens venimeux évoque celle de l’anguis iubatus. La fécondité extraordinaire et spontanée de la nature, en particulier végétale, est ici exprimée par l’image de la croissance spontanée (les blés ou la vigne) et paradoxale (le chêne exsudant du miel), comme dans la Vie d’Antonin par celle de la pousse de l’orge au sommet des arbres94. Il ne s’agit pas d’en conclure que les prodiges rapportés par l’Histoire Auguste sont des inventions inspirées de Virgile ou des topoi du monde renversé de la poésie ancienne. La mention de l’épidémie, au milieu du groupe des trois prodiges, empêche de toute façon d’y voir un tableau artificiellement composé autour de ce lieu commun.

  • 95 Benoist 2005, p. 295-296.
  • 96 Benoist 2005, p. 319-320. C’est un thème auquel Aelius Aristide, dans son éloge de Rome, fait égal (...)
  • 97 Quet 1981, p. 50-196 (citation p. 69).

40Plus simplement, l’interprétation positive de certains signes de la liste trouve une cohérence supplémentaire dans les images traditionnelles des prodiges de l’âge d’or, un idéal dont les premiers Antonins ont mis en scène l’actualité : le règne d’Antonin le Pieux se situe en effet dans la continuité du saeculum aureum inauguré par Hadrien et célébré par les monnaies émises en 119-122, et il est vraisemblable que la célébration du 900e anniversaire de la fondation de Rome en 148, quoique très mal documentée95, ait donné lieu à des festivités exaltant, sous la conduite du Prince, l’éternité de la Ville et un nouveau saeculum de paix et de félicité96. La mosaïque cosmologique de Mérida, dans une maison particulière datant probablement de la même époque, en est un autre exemple, qui célèbre sous une forme allégorique « la prospérité de l’oikouméné et l’éternité de l’âge d’or97 ». Un tel contexte accroissait sans aucun doute, chez l’empereur et ses concitoyens, l’attention portée aux signes qui partout dans l’Empire semblaient manifester l’aetas aurea, ou bien stimulait les interprétations divinatoires qui allaient dans ce sens.

41La liste d’Antonin dresse en définitive un « inventaire prodigial du monde » qui exprime l’unité civique et religieuse de l’Empire romain. Elle entretient à cet égard de très fortes convergences avec les thèmes de l’idéologie impériale diffusés au tournant des règnes d’Hadrien et d’Antonin. Discours énumératif célébrant la communauté et la diversité des régions de l’Empire, parcours métaphorique évoquant la conception cosmologique d’un monde centré autour de Rome, la liste met en scène l’intégration des provinces à l’orbis Romanus sous le regard des dieux et, à travers certains de ses signes, la paix et la prospérité, grâce à la puissance charismatique du Prince. Il faut souligner à cet égard que les prodiges conformes à l’idéologie impériale ne sont pas nécessairement des inventions de l’empereur et de ses partisans, ni la liste l’instrument d’une « propagande » impériale. Ce sont au contraire des signes qui, transmis depuis les provinces à Rome d’où Antonin gouvernait, étaient jugés dignes d’intérêt et enregistrés pour ce qu’ils disaient, positivement et négativement, de l’état de l’Empire et du degré de réalisation des idéaux du Prince.

  • 98 Voir Fögen 1997.
  • 99 Dans la compilation tardive de la Collatio legum Mosaicarum et Romanarum, 15, 2, 1-6, un développe (...)

42Une telle lecture de la liste s’accorde bien, enfin, avec ce que l’on sait par ailleurs de l’évolution de l’attitude impériale vis-à-vis de la divination : d’un côté, les Antonins continuent de recourir aux pratiques traditionnelles du dialogue avec les dieux, dont l’attention aux prodiges fait partie. De l’autre, l’empereur exerce un contrôle croissant sur les pratiques privées, pour décourager partout dans l’Empire les consultations individuelles de imperio et réprimer les vocations d’usurpation qui en naîtraient98. Tandis que les rescrits du Prince aux gouverneurs des provinces forment le volet coercitif de cette politique99, la reconnaissance des prodiges survenus dans l’Empire peut être lue comme une réaffirmation positive, celle de la norme en matière de divination et, surtout, celle du monopole de Rome et de l’empereur en ce domaine.

Réception de la liste à la fin du IVe siècle : quelques hypothèses

43Le propos géographique de cette liste de prodiges, jugée digne d’être rapportée par l’auteur de l’Histoire Auguste, avait des résonances à la fin du IVe siècle sur lesquelles il faut formuler pour finir quelques hypothèses.

  • 100 Pour un aperçu sur ces positions dans la recherche récente, Rohrbacher 2016, p. 87-132, dans la li (...)

44Puisqu’il ne s’agit pas ici d’interroger la genèse controversée de l’Histoire Auguste ni d’entrer dans les discussions extrêmement complexes qui occupent ses spécialistes, je pars de la position suivante : l’auteur et les lecteurs de l’Histoire Auguste appartenaient au milieu sénatorial de Rome et vécurent sous le règne de Théodose et/ou de ses successeurs immédiats. Quelle que fût exactement leur croyance, ils étaient attachés à la religion civique traditionnelle : le propos religieux qui transparaît dans les Vies est conforme à l’identité « vieille romaine » à laquelle les grandes familles aristocratiques de l’Vrbs étaient attachées, et il va de fait à l’encontre du discours militant ou rigoriste chrétien contre les cultes traditionnels, notamment divinatoires. Cela ne préjuge pas des intentions de l’auteur ou d’une unique « raison d’être » de l’Histoire Auguste (une histoire conçue contre le christianisme, un appel à la tolérance religieuse ou une œuvre ludique sans but idéologique)100. Il suffit d’admettre que les événements contemporains donnaient à tel passage du récit, en l’occurrence à la liste de prodiges d’Antonin, un intérêt ou une signification nouvelle.

  • 101 Voir, à l’extrême fin du IIIe siècle, le discours d’Eumène à partir d’une carte de l’Empire instal (...)
  • 102 Thélamon 1981, p. 130-136 ; Shahîd 1984, p. 138 et suiv. ; p. 210-214.
  • 103 Ammien Marcellin, 31, 13, 19.
  • 104 Lançon 2014, p. 88-95.

451) Le rappel de l’unicité de l’Empire autour de Rome, qui est un thème récurrent dans l’idéologie impériale101, a une actualité certaine au tournant des IVe et Ve siècles. Sur les frontières extérieures d’abord : en Mésopotamie, en Osrhoène et jusqu’à Antioche, les Perses sassanides exercent une forte pression, matérialisée par les concessions territoriales consécutives au traité de 363 et ce malgré l’apaisement provisoire des relations sous Théodose. Une grave révolte des tribus arabes menés par la reine Mavia s’étend en Arabie et en Palestine sous le règne de Valens, et une seconde, rapidement maîtrisée, se produit au début du règne de Théodose102. En Mésie, les Wisigoths, venus s’installer dans cette région après 376 sous la poussée des Huns, se soulèvent contre le pouvoir romain : les troupes de Valens sont défaites en 378 lors de la bataille d’Andrinople, qu’Ammien Marcellin compare au traumatisme de Cannes103. Les Goths sont ensuite stabilisés en Mésie comme foederati sous le règne de Théodose, qui maintient la paix dans cette région jusqu’à sa mort104. On ne sait ce que le public occidental de l’Histoire Auguste retenait de ces événements orientaux et danubiens – les reculs récents, comme symptôme d’un affaiblissement de Rome, ou les succès relatifs de Théodose, vantés par Thémistius. Mais ces régions, à cause de la pression barbare et de l’activité impériale qu’elles demandaient, étaient l’objet d’une attention particulière dans les années 390, et leur évocation dans la liste « géographique » d’Antonin stimulait probablement la référence à l’idéal, accessible ou menacé, d’unité et de paix dans la Romania.

  • 105 Inglebert 2015, p. 15-19 ; Mastino 1986, p. 116-117.
  • 106 Callu 1992, p. 83 note 81 ; voir Johne 1976, p. 161-176.
  • 107 Lee 2013 : p. 70-78 ; Grig – Kelly 2012, p. 16-17. Sur l’absence significative de Constantinople r (...)

46Sur le plan interne, les divisions politiques de l’Empire en partes (y compris la répartition de 395 après la mort de Théodose, retenue longtemps et à tort comme une partition décisive par l’historiographie moderne) n’ont pas altéré la représentation d’un imperium Romanum unifié105. En revanche, la capitale historique de cet imperium, Rome, et le sénat romain avec elle, a été progressivement délaissée comme centre du pouvoir impérial au cours du IVe siècle par les empereurs et leurs césars, qui résident dans des capitales provinciales et ne se rendent plus systématiquement à Rome. L’insistance de l’Histoire Auguste sur l’importance politique de Rome, sur sa force de légitimation pour les empereurs du IIIe siècle et, réciproquement, la dévalorisation discrète des capitales impériales forment une sorte de « plaidoyer pour Rome », selon l’expression de Jean-Pierre Callu106. La liste de prodiges en est un des arguments ou l’un des exemples : non seulement elle met en scène la prééminence de Rome vis-à-vis de potentielles concurrentes (Antioche et Carthage) ; mais elle a encore l’avantage d’ignorer – et pour cause – Constantinople avec son récent sénat, qui s’affirme vraiment comme seconde Rome et rivale de celle-ci sous le règne de Théodose107.

  • 108 Cameron 2011, p. 163-168.
  • 109 Symmaque, Epist., 1, 49 ; Ammien Marcellin, 19, 12, 20.
  • 110 Par exemple, Hist. Aug., Aur., 18, 4-21, 4. Voir infra.
  • 111 Les prodiges de la deuxième moitié du IVe siècle qui ressemblent aux prodiges d’Antonin sont nombr (...)
  • 112 En particulier chez Orose (voir Mastrorosa 2012).

472) La dernière génération108 d’aristocrates occupant, à Rome, des prêtrises du culte public chargées du dialogue avec les dieux (pontifes et quindécemvirs en particulier) était sans doute sensible à tout ce qui exprimait la nécessité et la valeur de la divination publique. Symmaque, comme ailleurs Ammien Marcellin, regrette que les prodiges ne soient plus pris en charge et procurés publiquement109. Les prodiges de la Vie d’Antonin pouvaient jouer, à cet égard, le même rôle générique de « défense et illustration » de la divination publique que bien d’autres passages de l’Histoire Auguste110. Il est aussi possible, plus spécifiquement, que les prodiges mentionnés dans la liste aient rappelé au public de l’Histoire Auguste des signes qui lui étaient contemporains111, comme un encouragement à interpréter ceux-ci selon la tradition « païenne », à une époque où se développe en sens contraire l’interpretatio Christiana des prodiges anciens112.

  • 113 Ando 2004, p. 164-166 (Ammien Marcellin, 15, 5, 34 ; 23, 1, 7 ; 23, 3, 3 ; 23, 3, 7 ; 26, 1, 5).
  • 114 Sur ce point Paschoud 1996, p. 128 exagère l’incohérence rituelle du passage. Sur la fonction de l (...)
  • 115 Hist. Aug., Aur., 18, 4 à 21, 4 (rites procuratoires, 20, 3 ; extension du pomerium, 21, 9-11).
  • 116 Zosime, 4, 59, 3. Voir également Symmaque, Rel. III.

483) Mais l’intérêt de la liste tient surtout à la géographie religieuse qu’elle dessine. Des prodiges de même type se produisent à Rome puis dans les provinces ; c’est à Rome et par ses autorités qu’ils sont enregistrés, et c’est depuis la Ville qu’ils sont interprétés et procurés, que ce soit par le financement impérial (explicite dans la liste) ou par des rites (passés sous silence, mais attendus et attestés par ailleurs). Aussi la cohésion civique et religieuse de l’orbis Romanus est-elle assurée rituellement et symboliquement à partir de son centre. Ce lien profond entre la Ville et l’Empire est très sensible dans la dernière génération païenne. Chez Ammien Marcellin, comme l’a souligné Clifford Ando, des signes se produisant à Rome reflètent des événements ou confirment les signes qui surviennent ailleurs dans l’Empire113. Dans un long développement de la Vie d’Aurélien dans l’Histoire Auguste, le succès d’Aurélien sur les Marcomans, après une défaite initiale, est directement mis en lien avec les rites de procuration effectués après la consultation des Livres sibyllins : entre la lustration de la Ville menée à cette occasion (un rite qui définit par encerclement une entité humaine ou spatiale sur laquelle doit s’exercer la bienveillance divine114) et la protection de l’Empire, il existe manifestement une relation homologique. C’est ce que confirme d’ailleurs la fin du passage, où l’auteur de la Vie rappelle le principe de co-extension du pomerium et du territoire romain115. Zosime, au Ve siècle, met encore explicitement en rapport l’arrêt des sacrifices publics à Rome, que l’empereur ne finance plus, et l’affaiblissement de l’Empire dans son entier, dont les cités sont désormais sans protection116. Le dialogue avec les dieux est donc une modalité essentielle de la relation en miroir entre la Ville et l’Empire, soit que les puissances divines s’y manifestent de la même manière, soit que les rites menés dans le templum totius mundi répondent à ce que les dieux expriment, par des signes éphémères, partout dans les provinces.

  • 117 Brown 1984.
  • 118 Perrin 1995, p. 604.

49Or ce rapport traditionnel entre espace et signes divins s’oppose à celui que construit le christianisme à la fin du IVe siècle, et que l’hagiographie met en scène et diffuse. Le monopole sacral de Rome est doublement remis en cause : l’empire est parcouru, jusqu’à ses marges et au-delà, par les figures missionnaires du christianisme, apôtres ou saints, qui convertissent les populations par la force de leurs miracles et leur rôle d’intercesseur auprès du Dieu unique. Parallèlement, le développement du culte ad sanctos, qui suscite dans la haute société romaine des pèlerinages, notamment à Carthage, à Antioche, en Palestine ou dans le Sinaï117, installe en dehors de Rome des signes de la présence divine, de manière à la fois pérenne, massive et individualisée. La rupture est très forte de ce point de vue avec le modèle traditionnel centralisé des prodiges, manifestations éphémères, anonymes et de sens incertain. Aussi la liste de la Vie d’Antonin prend-elle sens dans son opposition aux catalogues représentant, au tournant des IVe et Ve siècles, la « pastorale de conquête de l’espace118 » chrétienne. Jérôme et Paulin de Nole en offrent deux exemples complémentaires, par leur attitude distincte vis-à-vis de Rome.

  • 119 Sur le lien depuis longtemps commenté entre les deux œuvres, voir avec la bibliographie afférente (...)
  • 120 V. Hil., 14, 5. On retrouve ce motif (la férocité démoniaque s’évanouit devant le saint) en 10, 3- (...)
  • 121 V. Hil., 28, 2-4.
  • 122 V. Hil., 29, 1-6.
  • 123 V. Hil., 30, 1-6.
  • 124 Dans le bestiaire symbolique chrétien, le serpent est en général une figure diabolique, quoique no (...)
  • 125 Thélamon 1981, p. 389-391.
  • 126 V. Hil., 13, 10. Voir également 3, 4 ; 3, 12 ; 5, 3.
  • 127 L’évangélisation est associée régulièrement à l’image néo-testamentaire de la semence, de la pouss (...)
  • 128 Par exemple, Augustin, Serm., 130, 1 à propos de l’épisode de la multiplication des pains : Lex ue (...)

50Dans la Vie d’Hilarion, écrite à la fin du IVe siècle et peut-être bien connue de l’auteur de l’Histoire Auguste119, Jérôme énumère les miracles que le saint réalise tout au long de son cheminement méditerranéen. Ces miracles rappellent, sous plusieurs aspects, les prodiges de la Vie d’Antonin : en Palestine, un chameau furieux retrouve brusquement sa douceur devant Hilarion (post tantam ferociam tantam subito mansuetudinem)120. En Dalmatie, à un serpent d’une grandeur étonnante qui ravage le pays (draco mirae magnitudinis) le saint ordonne de venir s’immoler sur un bûcher qu’il a fait préparer121. Après avoir arrêté le déferlement de la mer sur la côte122, Hilarion aborde à Chypre dans la ville de Paphos que, nous dit-on, des tremblements de terre ont ruinée : le saint y multiplie par ses prières les guérisons miraculeuses123. Sont déclinés là des thèmes de l’hagiographie naissante – les saints guérissent les malades, domptent serpents et lions sataniques124 ou apprivoisent par leur charisme les bêtes sauvages, recréant de fait l’harmonie entre les êtres de la création125. Il est également question dans la Vie d’Hilarion, à quatre reprises, d’orge : le pain d’orge témoigne de la grandeur du saint, qui se contente d’une nourriture très modeste et méprise l’or qu’on lui offre pour ses exorcismes126. Le motif de l’orge est, lui aussi, l’objet d’un développement symbolique considérable chez les Pères de l’Église : l’orge est la nourriture des humbles ; la pousse de l’orge est l’image de la croissance du Christ127 ; l’orge vétéro-testamentaire s’oppose au blé néo-testamentaire, céréale plus parfaite128.

  • 129 Jérôme, Epist., 108, 1 : Romae praetulit Bethleem (à propos du pèlerinage entrepris par Paula). Su (...)

51La liste de la Vie d’Antonin et le récit énumératif de Jérôme mettent donc en scène des manifestations divines qui se ressemblent par leur thème (et leurs termes, si l’on compare les prodiges animaux : mansuetudo/mansueti ; mirae magnitudinis/maior solitis). Ces parallèles sont significatifs parce qu’ils s’inscrivent dans une série et que cette série est elle-même un parcours. On aperçoit alors, sur cette matière commune, combien la géographie religieuse dessinée par Jérôme est opposée au modèle prodigial centré sur Rome et l’empereur. C’est la personne du saint qui incarne en son nom Dieu et qui en réalise étape après étape les miracles : si les bêtes se soumettent, c’est devant Hilarion ; les malheurs des populations sont adoucis par le charisme du saint, et non par les bienfaits impériaux ; l’orge n’est pas un indice divinatoire, mais un symbole éthique et spirituel. Ce parcours hagiographique a lieu dans la partie orientale de l’Empire et réserve une place centrale à la Palestine, lieu de naissance et de retraite d’Hilarion. Aussi, quand la liste d’Antonin exprime l’unité religieuse de l’empire depuis sa capitale, la vie du saint participe au contraire à la mise en distance de la Ville dans la construction de l’idéal spirituel et moral du militant Jérôme, celui qui, à l’instar de Paula, « a préféré Bethléem à Rome129 ».

  • 130 Lactance, Inst. div., 4, 21 en donne le principe de manière très claire : Discipuli uero per proui (...)
  • 131 Paulin de Nole, Nat., 11 (éd. Dolveck, CCSL 21, 2015), v. 77-85 : Sic dedit Andream Patris Ephesos (...)

52Le deuxième exemple se trouve dans le Natalicium XI de Paulin de Nole, écrit en 405 : un long catalogue développe le thème de la diuisio apostolorum – la répartition des régions, cités et peuples à évangéliser entre les apôtres et leurs successeurs130. Après la conversion par Pierre et Paul de Rome, qui se détourne des monumenta de la piété païenne (le Capitole, les temples, les livres de la Sibylle), Dieu attribue à chacun l’évangélisation d’une partie de la terre : « C’est ainsi qu’il donna à Patras André et à Éphèse Jean, pour guérir à travers eux en même temps l’Europe et l’Asie et déchirer les ténèbres épaisses grâce à ces lumières si fortes ; la Parthie accueille Matthieu, l’Inde Thomas, la Libye Lebbée ; la Phrygie reçut Philippe, la Crête tira Tite, la Béotie Luc médecin. Alexandrie, Marc t’a été donné pour que, une fois Jupiter et son bœuf chassés, l’Égypte dans son délire ne vénère pas en Apis du bétail […] »131. Cette cartographie chrétienne est abondée peu après des martyrs et des saints (Cyprien à Carthage, puis Ambroise dans le Latium, Vincent en Hibérie, Martin en Gaule, Delphinus en Aquitaine et Félix à Nole).

  • 132 Paulin de Nole, Nat., 11, v. 141 et suiv.
  • 133 Paulin de Nole, Nat., 11, v. 235-236.

53Ce catalogue, qui se rapproche de la liste d’Antonin par la densité de son propos géographique, en rappelle aussi quelques thèmes prodigiaux, qui sont des topoi de la littérature chrétienne : ceux qui ont professé le Christ sont, explique Paulin, les semences qui donnent les moissons de la foi (fruges), chassent le serpent (draco / coluber) du Mal (païen)132 et, un peu plus loin, domptent la férocité des lions contre les brebis du Christ (leones / frustra in oues Christi uincta feritate frementes)133. Surtout, contrairement à Jérôme dans la Vie d’Hilarion, Paulin dessine une géographie dans laquelle est mise en scène la prééminence de Rome, par le double patronage pétrinien et paulinien, et parce que l’évangélisation de l’Empire s’étend depuis la Ville convertie. Mais ici encore, ce que cette convergence formelle et thématique entre les listes fait ressortir, y compris dans la place centrale qu’elles réservent à Rome comme garante de l’unité du monde romain ou romain chrétien, c’est l’idéologie religieuse qui les oppose : la prééminence de Rome que dessine Paulin n’est pas de la même nature que le monopole sacral de l’Vrbs païenne. Si la conversion de la Ville est présentée comme un préalable à la diffusion du christianisme dans l’Empire, Rome est un lot parmi d’autres dans la répartition des régions à évangéliser, et l’association systématique dans le catalogue des régions et cités de l’Empire aux noms des missionnaires du Christ traduit ou met en formule, avant tout, l’universalité de sa puissance.

  • 134 Inglebert 2001, p. 92-98 ; sur les conflits autour de la formation du catalogue des peuples sages, (...)

54Il ne s’agit pas de suggérer que ces listes étaient conçues comme des réponses les unes aux autres, mais que le public de l’Histoire Auguste devait être sensible à la ressemblance entre la géographie prodigiale de la Vie d’Antonin et certaines représentations hagiographiques contemporaines, qui réunissaient sous un format catalogique des thèmes et des lieux très similaires, dont plusieurs étaient devenus des symboles proprement chrétiens. Au moment où l’interpretatio Christiana relit les signes divins de l’historiographie antérieure et débarrasse progressivement la géographie des références païennes134, cette ressemblance met en lumière la concurrence entre deux modèles : face aux charismes des hommes saints qui témoignent en tout lieu et durablement de la présence de Dieu, les prodiges d’Antonin manifestent l’unité du monde romain parce qu’ils sont interprétés, expiés et mis en catalogue depuis Rome.

Conclusion

55La liste de la Vie d’Antonin est remarquable par son discours géographique, qui construit l’image de la domination de Rome sur le monde au tournant des règnes d’Hadrien et d’Antonin : comme représentation sérielle d’un empire unifié, elle fait écho aux reliefs de l’Hadrianeum et aux monnaies géographiques des deux empereurs ; en mettant en avant la centralité religieuse de Rome, elle traduit le mode de gouvernement d’Antonin ; enfin, elle manifeste la participation divine dans l’intégration des provinces et exprime à travers certains de ses prodiges, qu’il ne faut pas tous considérer comme menaçants, la paix et la prospérité de l’Empire.

56Les données manquent sur la genèse de la liste, mais on peut envisager alors qu’elle fut rédigée relativement tôt, peut-être pendant la deuxième moitié du règne d’Antonin : la fiabilité de la Vie dans son ensemble, l’accès aux documents officiels dont disposaient probablement les historiens sources de l’Histoire Auguste (Cassius Dion, Marius Maximus ?), l’authenticité d’une grande partie des phénomènes cités, le style de la liste proche de la tradition annalistique et, enfin, la cohérence thématique de l’ensemble plaident en faveur d’une telle hypothèse.

57Pour le lectorat romain traditionaliste de l’Histoire Auguste, au tournant des IVe et Ve siècles, l’unité menacée de l’Empire romain affaibli sur ses frontières danubiennes et orientales, le recul politique de l’Vrbs au profit d’autres capitales, la fin des prêtrises et des rites publics donnaient à la liste d’Antonin le Pieux une pertinence nouvelle. Elle exprimait en particulier, face aux catalogues dessinant un empire chrétien et exploitant des thèmes prodigiaux identiques, un rapport à l’espace profondément antagoniste, propre à la divination traditionnelle. Ce sont peut-être ces résonances, au-delà du souvenir de la pietas d’Antonin, qui ont poussé l’auteur de l’Histoire Auguste à rapporter cette liste de prodiges, unique dans le recueil des Vies.

Haut de page

Bibliographie

Ando 2008 = Cl. Ando, The matter of the gods. Religion and the Roman Empire, Berkeley-Los Angeles-Londres, 2008.

Arnaud 1983 = P. Arnaud, L’affaire Metius Pompusianus ou le crime de cartographie, dans MEFRA, 95-2, 1983, p. 677-699.

Arnaud 1989 = P. Arnaud, Pouvoir des mots et limites de la cartographie dans la géographie grecque et romaine, dans DHA, 15-1, 1989, p. 9-29.

Barattolo 1995 = A. Barattolo, The temple of Hadrian-Zeus at Cyzicus. A new proposed reconstruction for a fresh architectonic and ideological interpretation, dans Istanbuler Mitteilungen, 45, 1995, p. 57-108.

Bargagli – Grosso 1997 = A. Bargagli, C. Grosso, I Fasti ostienses. Documento della storia di Ostia, Rome, 1997.

Barrett 1978 = A.A. Barrett, Observations of comets in Greek and Roman sources before A.D. 410, dans Journal of Royal Astronomical Society of Canada, 72-2, 1978, p. 81-106.

Belayche 1994 = N. Belayche, Rome, la péninsule italienne et la Sicile (de 218 à 31 avant notre ère). Crises et mutations, Paris, 1994.

Benoist 2005 = S. Benoist, Rome, le prince et la Cité. Pouvoir impérial et cérémonies publiques (1er s. av.-début du IVe s. ap. J.-C.), Paris, 2005. 

Behr 1981 = C.A. Behr, P. Aelius Aristides, The Complete Works, vol. II, Leiden, 1981.

Bloch 1963 = R. Bloch, Les prodiges dans l’Antiquité classique (Grèce, Étrurie, Rome), Paris, 1963.

Boatwright 2010 = M.T. Boatwright, Antonine Rome. Security in the homeland, dans B.C. Ewald, C.F. Noreña (dir.), The emperor and Rome : space, representation, and ritual, Cambridge-New York-Melbourne, 2010, p. 169-197.

Bowersock 1968 = G.W. Bowersock, The proconsulate of Albus, dans HSCP, 72, p. 289-294.

Broze - Busine - Inowlocki 2006 = M. Broze, A. Busine, S. Inowlocki, Les catalogues de peuples sages. Fonctions et contextes d’utilisation, dans Kernos, 19, 2006, p. 131-134 [En ligne].

Brown 1984 = P. Brown, Le culte des saints. Son essor et sa fonction dans la chrétienté latine, Paris, 1984.

Cadiou 2010 = F. Cadiou, Géographie et pompa triumphalis à Rome, dans Geographia Antiqua, 19, 2010, p. 141-150.

Callu 1992 = J.-P. Callu, Histoire Auguste, Vies d’Hadrien, Aélius, Antonin, Paris, 1992.

Cameron 2011 = A. Cameron, The last pagans of Rome, Oxford, 2011.

Campbell 2012 = B. Campbell, Rivers and the power of ancient Rome, Chapell Hill, 2012.

Chastagnol 1994 = A. Chastagnol, Histoire Auguste. Les empereurs romains des IIe et IIIe siècles, Paris, 1994.

Chastagnol 1997 = A. Chastagnol, Constantinople en ombres chinoises dans l’Histoire Auguste, dans G. Bonamente, K. Rosen (dir.), Historiae Augustae Colloquium Bonnense, Bari, 1997, p. 85-95.

Chausson 2006 = F. Chausson, Antonin le Pieux, les Parthes et Éphèse, dans W. Seipel (dir.), Das Partherdenkmal von Ephesos, Akten des Kolloquiums Wien, 27.-28. April 2003, Vienne, 2006, p. 32-69.

Ciccarese 2007 = M.P. Ciccarese, Animali simbolici. Alle origini del bestiario cristiano. II, Bologne, 2007.

Dareggi 1998 = G. Dareggi, Il sogno di Settimio Severo (S.H.A., Sev. III 4-5) e la personificazione delle province romane tra finzione letteraria e realtà storie, dans G. Bonamente, F. Heim, J.-P. Callu (dir.), Historiae Augustae Colloquium Argentoratense, Bari, 1998, p. 137-151.

Dasen 2005 = V. Dasen, Blessing or portents ? Multiples births in Ancient Rome, dans K. Mustakallio, J. Hanska, H.-L. Sainio, V. Vuolanto (dir.), Hoping for continuity. Childhood, education and death in Antiquity and the Middle Ages, Rome, 2005, p. 61-73.

Engels 2007 = D. Engels, Das römische Vorzeichenwesen (753-27 v. Chr.) : Quellen, Terminologie, Kommentar, historische Entwicklung, Stuttgart, 2007.

Fögen 1997 = M.-Th. Fögen, Die Enteignung der Wahrsager : Studien zum kaiserlichen Wissensmonopol in der Spätantike, Francfort-sur-le-Main, 1997.

Gradel 2002 = I. Gradel, Emperor worship and Roman religion, Oxford, 2002.

Grig – Kelly 2012 = L. Grig, G. Kelly, Two Romes. Rome and Constantinople in late Antiquity, Oxford-New York, 2012.

Gros 1985 = P. Gros, Mission archéologique française à Carthage. Βyrsa III. Rapport sur les campagnes de fouilles de 1977 à 1980 : la basilique orientale et ses abords, Rome, 1985.

Halfmann 1986 = H. Halfmann, Itinera principum, Geschichte und Typologie der Kaiserreisen im Römischen Reich, Stuttgart, 1986.

Hansen 1996 = W. Hansen, Phlegon of Tralles. Book of Marvels, Exeter, 1996.

Hüttl, 1933 et 1936 = W. Hüttel, Antoninus Pius, Prague, I, 1933 et II, 1936.

Inglebert 2001 = H. Inglebert, Interpretatio Christiana. Les mutations des savoirs (cosmographie, géographie, ethnographie, histoire) dans l’Antiquité chrétienne (30-630 après J.-C.), Paris, 2001.

Inglebert 2015 = H. Inglebert, Les discours de l’unité romaine au IVe siècle, dans R. Dijkstra, S. van Poppel, D. Slootjes (dir.), End to unity ? East and West in the fourth century, Leyde, 2015, p. 9-25.

Jacob 1980 = Chr. Jacob, Écritures du monde : points de vue, parcours et catalogues, dans Cartes et Figures de la Terre, Paris, 1980, p. 104-119.

Jacob 1991 = Chr. Jacob, Θεὸς Ἑρμῆς ἐπì Ἁδριανοũ. La mise en scène du pouvoir impérial dans la Description de la terre habitée de Denys d’Alexandrie, dans CCG, 2-1, 1991, p. 43-53.

Janni 1984 = P. Janni, La mappa e il periplo. Cartografia antica e spazio odologico, Rome, 1984.

Johne 1976 = K.-P. Johne, Kaiserbiographie und Senatsaristokratie : Untersuchungen zur Datierung und sozialen Herkunft der Historia Augusta, Berlin, 1976.

Köves-Zulauf 1972 = Th. Köves-Zulauf, Reden und Schweigen. Römische Religion bei Plinius Maior, Munich, 1972.

Kronk 1994 = G.W. Kronk, Cometography. A catalog of comets, Volume 1 : Ancient-1799, Cambridge, 1999.

Lançon 2014 = B. Lançon, Théodose, Paris, 2014.

Lee 2013 = A.D. Lee, From Rome to Byzantium ad 363 to 565. The transformation of ancient Rome, Édinbourg, 2013.

Le Roux 2001 = P. Le Roux, L’Vrbs, les provinces et l’Empire de César à la mort de Commode. Autour de la notion de capitale, dans N. Belayche (dir.), Rome, les Césars et la Ville aux deux premiers siècles de notre ère, Rennes, 2001, p. 231-266.

Lesvigne 2015 = M.-V. Lesvigne, Chronologie des tremblements de terre à Smyrne dans l’Antiquité, dans A. Ersoy, G. Şakar (dir.), Smyrna/İzmir Kazı ve Araştırmaları I. Çalıştay Bildirileri, Ege Yayınları, Izmir, 2015, p. 179-198.

Levillayer 2012 = A. Levillayer, L’usage du thème apocryphe de la diuisio apostolorum dans la construction des représentations chrétiennes du temps et de l’espace (Ier-IXe siècles), Thèse de doctorat, Université Laval, Québec, 2012.

Liberman 2015 = G. Liberman, Ecdotique des textes latins antiques, dans Annuaire de l’EPHE, SHP-146e année (2013-2014), Paris, 2015, p. 81-94.

Liverani 1995 = P. Liverani, Nationes e ciuitates nella propaganda imperiale, dans MDaI(r), 102, 1995, p. 219-249.

Loriol 2016 = R. Loriol, Lire et écrire les signes divins. Recherches sur la divination romaine à travers l’historiographie impériale, Thèse de doctorat, Université Lyon 3, Lyon, 2016.

Lozovsky 2008 = N. Lozovski, Maps and panegyrics. Roman geo-ethnographical rhetoric in Late Antiquity and the Middle Ages, dans R.J.A. Talbert, R.W. Unger (dir.), Cartography in Antiquity and the Middle Ages, fresh perspectives, new methods, Leyde-Boston, 2008, p. 169-188.

MacBain 1982 = B. MacBain, Prodigy and expiation. A study in religion and politics in republican Rome, Bruxelles, 1982.

MacDonald 2009 = M.C.A. MacDonald, Arabs, Arabias and arabic before late Antiquity, dans Topoi, 16, 2009, p. 277-332.

Maraval 1988 = P. Maraval, Saint Jérôme et le pèlerinage aux lieux saints de Palestine, dans Y.-M. Duval (dir.), Jérôme entre l’Occident et l’Orient, Paris, 1988, p. 345-353.

Marinescu-Nicolajsen 1999 = L. Marinescu-Nicolajsen, La colonne Trajane : le triptyque de la victoire. Contribution à une nouvelle interprétation de la scène IX, dans MEFRA, 111-1, 1999, p. 273-310.

Mastino 1978 = A. Mastino, Il « Giornalismo » nell’antica Roma : gli Acta urbis, Urbino, 1978.

Mastino 1986 = A. Mastino, Orbis, κόσμος, οίκουμένη : aspetti spaziali dell’idea di impero universale da Augusto a Teodosio, dans Popoli e spazio romano tra diritto e profezia : atti del 3. Seminario internazionale di studi storici « Da Roma alla terza Roma », 21-23 aprile 1983, Roma, Naples, 1986, p. 63-162.

Mastrorosa 2012 = I.G. Mastrorosa, Calamità e prodigi nella storia di Roma repubblicana : la rilettura tardoantica di Orosio, dans Rursus, 8, 2012 [En ligne].

Molinier-Arbo 1998 = A. Molinier-Arbo, Marius Maximus et la Vie de Commode, dans G. Bonamente, F. Heim, J.-P. Callu (dir.), Historiae Augustae Colloquium Argentoratense, Bari, 1998, p. 223-248.

Montero 2000 = S. Montero, Trajano y la adivinación. Prodigios, oráculos y apocalíptica en el Imperio Romano (98-117 d.C.), Madrid, 2000.

Nicolet 1988 = Cl. Nicolet, L’inventaire du monde. Géographie et politique aux origines de l’Empire romain, Paris, 1988.

Noreña 2011 = C.F. Noreña, Imperial ideals in the Roman West : representation, circulation, power, Cambridge-New York, 2011.

Parisi Presicce 1999 = Cl. Parisi Presicce, Le rappresentazioni allegoriche di popoli e province nell’arte romana imperiale, dans M. Sapelli (dir.), Provinciae fideles. Il fregio del tempio di Adriano in Campo Marzio, Milan, 1999, p. 83-105.

Paschoud 1967 = Fr. Paschoud, Roma aeterna. Études sur le patriotisme romain dans l’occident latin à l’époque des grandes invasions, Rome, 1967.

Paschoud 1996 = Fr. Paschoud, Histoire Auguste. Vie d’Aurélien et de Tacite, Paris, 1996.

Paschoud 1999 = Fr. Paschoud, Propos sceptiques et iconoclastes sur Marius Maximus, dans Fr. Paschoud (dir.), Historiae Augustae Colloquium Genevense, Bari, 1999, p. 241-254.

Paschoud 2012 = Fr. Paschoud, On a recent book by Alan Cameron. The last pagans of Rome, dans AnTard, 20, 2012, p. 353-392.

Pernot 1997 = L. Pernot, Éloges grecs de Rome, Paris, 2007.

Perrin 1995 = M.-Y. Perrin, Le nouveau style missionnaire : la conquête de l’espace et du temps, dans J.-M. Mayeur, Ch. Pietri, L. Pietri, A. Vauchez et M. Venard (dir.), Histoire du Christianisme. 2. Naissance d’une chrétienté (250-430), Paris, 1995, p. 585-621.

Quet 1981 = M.-H. Quet, La mosaïque cosmologique de Mérida. Propositions de lecture, Paris, 1981.

Ratti 2016 = St. Ratti, L’Histoire Auguste. Les païens et les chrétiens dans l’Antiquité tardive, Paris, 2016.

Rémy 2005 = B. Rémy, Antonin le Pieux. Le siècle d’or de Rome, 138-161, Paris, 2005.

Rohrbacher 2016 = D. Rohrbacher, The play of allusion in the Historia Augusta, Madison (Wisconsin), 2016.

Rosenberger 1998 = V. Rosenberger, Gezähmte Götter : das Prodigienwesen der römischen Republik, Heidelberg, 1998.

Rosenberger 2005 = V. Rosenberger, Prodigien aus Italien : geographische Verteilung und religiöse Kommunikation, dans CCG, 16-1, 2005, p. 239-240.

Rossignol 2012 = B. Rossignol, Le climat, les famines et les guerres, dans Elio Lo Cascio (dir.), L’impatto della « peste antonina », Bari, 2012, p. 87-122.

Rowan 2013 = Cl. Rowan, Imaging the Golden Age : the coinage of Antoninus Pius, dans PBSR, 81, 2013, p. 211-246.

Sapelli 1999 = M. Sapelli, Rilievi con province e con trofei dall’Hadrianeum in Campo Marzio et Catalogo, dans M. Sapelli (dir.), Provinciae fideles. Il fregio del tempio di Adriano in Campo Marzio, Milan, 1999, p. 7-25 et 27-82.

Scheid 1990 = J. Scheid, Romulus et ses frères. Le collège des frères arvales, modèle du culte public dans la Rome des empereurs, Rome, 1990.

Scheid 1998 = J. Scheid, Les Annales des pontifes. Une hypothèse de plus, dans Convegno per Santo Mazzarino (Roma, 9-11 maggio 1991), Rome, 1998, p. 199-220.

Scheid 2000 = J. Scheid, Sujets religieux et gestes rituels figurés sur la colonne aurélienne. Questions sur la religion à l’époque de Marc Aurèle, dans J. Scheid, V. Huet (dir.), Autour de la colonne Aurélienne. Geste et image sur la colonne de Marc Aurèle à Rome, Turnhout, 2000, p. 227-242.

Scheid 2004 = J. Scheid, Comprendre le culte dit impérial. Autour de deux livres récents, dans AC, 73, 2004, p. 239-249.

Scheid 2005 = J. Scheid, Quand faire, c’est croire. Les rites sacrificiels des Romains, Paris, 2005.

Scheid 2016 = J. Scheid, Le lustrum et la lustratio. En finir avec la « purification », dans V. Gasparini (dir.), Vestigia. Miscellanea di studi storico-religiosi in onore di Filippo Coarelli nel suo 80° anniversario, Stuttgart, 2016, p. 203-209.

Shahîd 1984 = I. Shahîd, Byzantium and the Arabs in the fourth century, Washington, 1984.

Shanzer 1986 = D. Shanzer, A philological and literary commentary on Martianus Capella’s De Nuptiis Philologiae et Mercurii, Book 1, Berkeley, 1986.

Thélamon 1981 = F. Thélamon, Païens et Chrétiens au IVe siècle. L’apport de l’Histoire ecclésiastique de Rufin d’Aquilée, Paris, 1981.

Toynbee 1967 = J.M.C. Toynbee, The Hadrianic school : a chapter in the history of Greek art, Rome, 1967 (Cambridge, 1934).

Trinquier 2008 = J. Trinquier, La fabrique du serpent draco : quelques serpents mythiques chez les poètes latins, dans Pallas, 78, 2008, p. 221-255.

Vermeule 1981 = C. Vermeule, The basis from Puteoli : cities of Asia minor in julio-claudian Italy, dans L. Casson, M. Price (dir.), Coins, culture, and history in the ancient world. Numismatic and other studies in honor of Bluma L. Trell, Détroit, 1981, p. 85-101.

Versnel 1975 = H. S. Versnel, Sacrificium lustrale : the death of Mettius Fufetius (Livy, I, 28). Studies in Roman lustration-ritual, I, dans MNIR, 37, 1975, p. 97-115.

Veyne 2005 = P. Veyne, L’empire gréco-romain, Paris, 2005.

Vidman 1978 = L. Vidman, Ieiunium Cereris quinquennale (En marge des Fasti Ostienses), dans ZPE, 28, 1978, p. 87-95.

Vigourt 2001 = A. Vigourt, Les présages impériaux d’Auguste à Domitien, Paris, 2001.

Vogel 1973 = L. Vogel, The column of Antoninus Pius, Cambridge, 1973.

Walentowski 1998 = S. Walentowski, Kommentar zur Historia Augusta, Band 3, Antoninus Pius, Bonn, 1998.

Weingarten 2005 = S. Weingarten, The saint’s saints ? Hagiography and geography in Jerome, Leiden-Boston, 2005.

Haut de page

Notes

1 Hist. Aug., Ant., 9, 1-5 : l’édition utilisée ici est celle de la CUF ; le texte de cette liste, qui ne fait pas difficulté, est celui de l’édition Teubner, B. Hohl, 1965 ; les traductions sont personnelles.

2 Voir la discussion infra et Walentowski 1998, p. 236-240.

3 Par exemple, Callu 1992, p. 71 (« sont énumérées neuf catastrophes […] mêlées à six présages ») ; Chastagnol 1994, p. 87 résume la notice en parlant de « catastrophes » ; pour Walentowski 1998, p. 240, l’inondation du Tibre est une « bonne transition vers l’énumération de merveilles et de prodiges qui suit » (« eine gute Überlieferung zu der folgenden Aufzählung über Wunder und Prodigien »).

4 Par exemple, Tite Live, 27, 23 (épidémie en fin de liste) ; 25, 7, 7-9 et 41, 21, 5-13 (catastrophes en début de liste) ; Tacite, Ann., 12, 43, 1-2 (séisme et famine en fin de liste) ; Cassius Dion, 54, 19, 7 (incendie en début de liste).

5 Loriol 2016, p. 484-519.

6 Constantin adresse un rescrit au Préfet de Rome en 320 ou 321 après J.-C. : il ordonne la consultation des haruspices en cas de chute de foudre sur le Palais ou sur tout ouvrage public, et il atteste réception d’une interprétation des haruspices après que le Colisée a été touché (Cod. Theod., 16, 1, 1).

7 Vigourt 2001, p. 123. Sur l’évolution de la pratique avec le Principat, voir Rosenberger 1998, p. 214-240.

8 Hist. Aug., Com., 16, 1 (Prodigia eius imperio et publice et priuatim haec facta sunt).

9 Hist. Aug., Hadr., 21, 5-6 (Fuerunt eius temporibus fames, pestilentia, terrae motus quae omnia, quantum potuit, procurauit multisque ciuitatibus uastatis per ista subuenit) ; Gord., 26, 1-2 ; Gall., 5, 2-5.

10 Walentowski 1998, p. 40-51 ; Chastagnol 1994, p. 86-87 ; voir, inversement, la mise en garde de Paschoud 1999 sur l’œuvre de Marius Maximus.

11 Cassius Dion, 72, 23.

12 Sur une telle hypothèse dans l’Histoire Auguste pour les signa de la Vie de Commode, Molinier-Arbo 1998, p. 229 et 245-246 ; sur les prodiges enregistrés dans les acta Vrbis, Mastino 1978, p. 42-43.

13 Scheid 1998.

14 Par exemple, Hist. Aug., Sev., 22, 1-8 ; Clod. Alb., 5, 1-10 ; Get., 3, 1-9.

15 Bloch 1963, p. 82.

16 Engels 2007, p. 39 et suiv.

17 Y compris les plus riches sous cet aspect : avant Dyrrachium, des prodiges surviennent à Ephèse, Pergame, Tralles, en Syrie et en Gaule (Cassius Dion, 41, 61 ; César, Ciu., 3, 105) ; au moment du désastre de Varus, des signes se produisent à Rome, dans les Alpes et en Germanie (Cassius Dion, 56, 24).

18 On pourrait objecter que les points de comparaison se raréfient à partir du IIe siècle, Cassius Dion ne nous étant parvenu que sous une forme abrégée sur la période antonino-sévérienne : l’extension géographique de cette liste aurait été commune à d’autres listes de prodiges impériaux, entretemps perdues ou résumées. Cet argument de la rareté est cependant réversible, puisque la conservation de cette liste pourrait être liée précisément à son intérêt exceptionnel (l’image frappante qu’elle donnait de la domination de Rome sur le monde).

19 Hist. Aug., Ant., 3, 1-5.

20 Sur l’écriture hodologique, Arnaud 1989, p. 19-28 (après Janni 1984) ; sur le parcours en étoile, Jacob 1980, p.110. Rosenberger 2005, p. 235-241 a montré que, sous la République, les annonces de prodiges concernent en général des villes placées le long des grandes uiae. Pour un exemple de progression hodologique à l’échelle d’une liste, Belayche 1994, p. 132-133.

21 Le Roux 2001, p. 233-234.

22 Nicolet 1988, p. 27-68.

23 Le Roux 2001, p. 258 ; Parisi Presicce 1999, p. 93-94. Sur le fort développement des épithètes universalistes dans la titulature impériale des Antonins, Mastino 1986, notamment p. 80-83.

24 Son inauguration en 145 est mentionnée par l’Histoire Auguste et associée à la prise de la toge virile par Lucius Vérus : Ael., 3. Le thème de la représentation des provinces sous Hadrien est, quant à lui, évoqué dans la Vie d’Hadrien, d’après laquelle l’empereur avait nommé certaines parties de sa villa de Tibur de noms de « provinces et lieux » célèbres : Hadr., 26, 5 (Tiburtinam uillam mire exaedificauit, ita ut in ea et prouinciarum et locorum celeberrima nomina inscriberet, uelut Lycium, Academian, Prytanium, Canopum, Poecilen, Tempe uocaret, et, ut nihil praetermitteret, etiam inferos finxit).

25 Sapelli 1999, p. 28-82.

26 Sapelli 1999, p. 16 ; Parisi Presicce 1999, p. 96.

27 Halfmann 1986, p. 42-47.

28 BMC, III, p. 487-526.

29 BMC, IV, p. 186-193.

30 Dans la liste que dresse Parisi Presicce 1999, p. 86-96 des représentations monumentales des nations, provinces ou cités antérieures à celle de l’Hadrianeum, figure une base de statue en marbre provenant de Pouzzoles, qui représente quatorze cités d’Asie Mineure ayant bénéficié de l’aide de Tibère après des tremblements de terre destructeurs survenus au début du Ier siècle après J.-C. Il s’agit d’une reproduction en modèle réduit d’un monument dressé sur le forum de César, une statue colossale de Tibère entourée des provinces personnifiées (CIL X, 1624 ; Parisi Presicce 1999, p. 91 ; Vermeule 1981, p. 88 et suiv.). Le lien est explicite, sur ce monument, entre la bienfaisance impériale suite à une catastrophe et la représentation d’une série d’entités géographiques.

31 Cette notion de « commun » (koinos) joue dans le discours En l’honneur de Rome d’Aelius Aristide un rôle important pour la représentation idéalisée de l’Empire (par ex. 59-60) : Pernot 1997, p. 30.

32 L’Histoire Auguste en donne un exemple remarquable dans un songe d’empire de Septime Sévère (Sev., 3, 4-5) : l’empereur aperçoit « depuis le sommet d’une très haute montagne, le monde entier et Rome, pendant que les provinces chantent en chœur accompagnées de la lyre et de la flûte » (voir Dareggi 1998). La métaphore de l’empereur chef de chœur devant les provinces se trouve également chez Aelius Aristide, En l’honneur de Rome, 29-31.

33 Arnaud 1983, p. 691 et suiv.

34 Walentowski 1998, p. 237 (Chronica minora saec. IV, V, VI, VII, éd. Mommsen, vol. 1, 1892, p. 146).

35 Voir Epit. de Caes., 15, 9 et Rossignol 2012, p. 103 ; Walentowski 1998, p. 234-235.

36 Voir infra (Dig., 5, 4, 3 ; 34, 5, 7 ; 46, 3, 36 ; Phlégon de Tralles, 29).

37 Rosenberger 1998, p. 36-37.

38 Rossignol 2012, p. 94-95.

39 Gros 1985, p. 143-144.

40 Gros 1985, p. 141-146.

41 Sur cette datation, je renvoie par commodité au résumé de Gros 1985, p. 142-143, à partir des analyses de Hüttl 1933, p. 333 et 1936, p. 38-39.

42 Sur la datation en 160-161 de ce séisme qui touche Cyzique, Mytilène, Smyrne et Nicomédie, voir Lesvigne 2015, p. 186-187 qui suit Baratollo 1995, p. 60-62 et Bowersock 1968 (ainsi que Callu 1992, p. 159-160), contre la datation haute, à la fin de la décennie 140, de Behr 1981, p. 74-76 et Hüttl 1933, p. 333 et 1936, p. 48 et suiv. (suivie par Chastagnol 1994, p. 101 qui donne 151 et par Walentowski 1998, p. 237-238 qui le place entre 146 et 148).

43 Kronk 1999, p. 39-41.

44 Barrett 1978, p. 102 le suggérait déjà avec prudence (« It may be the Halley’s comet »).

45 Fasti Ostienses, Bargagli – Grosso 1997 : Pb 13, p. 47.

46 Hist. Aug., Hadr., 12, 1-14.

47 Hist. Aug., Ant., 10, 9.

48 Cela rappelle, mais sur un mode pacifique, les représentations ou les personnifications des villes, peuples ou éléments naturels (montagnes, fleuves) que, dès l’époque républicaine, les généraux exhibaient lors de la procession du triomphe : Cadiou 2010, p. 144-145.

49 Sur le numen comme divinisation du pouvoir d’action de l’empereur, Scheid 2004, p. 241 ; Gradel 2002, p. 234-250. Comme le dit Veyne 2005, p. 75-76, les populations de l’Empire entretiennent avec l’empereur et avec un dieu la même relation, en ce qu’elle est « dissymétrique, hétéronome, fictive, totale, lointaine et peu effective ».

50 L’adjectif mirificum n’apparaît qu’une seule autre fois dans l’Histoire Auguste, pour qualifier les spectacles donnés par Marc Aurèle (27, 5).

51 Pernot 1997, p. 17.

52 Voir Aelius Aristide, 60 (commenté par Pernot 1997, p. 48) et, sur la beauté des villes grecques que rehausse la domination de Rome, 94.

53 Hist. Aug., Ant., 8, 2-4.

54 À l’exception du phare mentionné dans la liste, qui semble être celui d’Alexandrie plutôt que celui du port d’Ostie : sur ce point, Walentowski 1998, p. 224-225.

55 Cette idée du « gouvernement par correspondances » est explicite chez Aelius Aristide, 33.

56 Rosenberger 1998, p. 38-56.

57 MacBain 1982, p. 34-42 ; d’autres exemples chez Rosenberger 2005, p. 243 et suiv.

58 Tite Live, 21, 62.

59 Rémy 2005, p. 240-242.

60 MacDonald 2009, p. 297-307.

61 Rémy 2005, p. 248-250.

62 Cette idée de protection militaire est implicite, mais elle correspond bien à l’imagerie impériale qui se trouve sur l’Hadrianeum et sur le monument d’Antonin à Éphèse : comme le souligne Liverani 1995, p. 242, « Sia a Efeso, sia a Roma nell’Hadrianeum, infatti, nationes e civitates sono giustapposte a espliciti simboli militari, costituiti rispettivamente dal fregio di battaglia e dai cumuli d’armi. Questo fatto mi sembra che non alluda alla soggezione al dominio romano delle comunità periferiche: piuttosto le armi romane sembrerebbero intese come difesa necessaria e provvidenziale nei confronti dei barbari ». Voir également Chausson 2006, p. 56-59.

63 Sur la commendatio, Scheid 1990, p. 345-346.

64 Sur l’omen de la colonne Trajane, articulé à un suovétaurile, voir Marinescu-Nicolajsen 1999, p. 307 en particulier. Sur la colonne Aurélienne, Scheid 2000, p. 227-242.

65 C’est l’interprétation qu’en rapportent Suétone, Ner., 36, 1 (summis potestatibus exitium) ; Tacite, Ann., 14, 22, 1 (mutatio regis) ; Ammien Marcellin, 30, 5, 16 (ruinas fortunarum indicantia celsarum). Sur le sidus Iulium et sa réception positive par Octavien, Köves-Zulauf 1972, p. 177-187.

66 L’Histoire Auguste, qui force pourtant l’opposition des portraits des deux empereurs, souligne que l’hostilité entre eux était visiblement une rumeur que rien ne vérifie (Ael., 9, 1).

67 Voir Hist. Aug., Ael., 8, 1-3 (qui en tient pour responsable Avidius Cassius plutôt que Lucius Vérus).

68 Hist. Aug., Ant., 8, 11.

69 Cassius Dion, 53, 20, 1.

70 Campbell 2012, p. 157-158.

71 Boatwright 2010, p. 181-182.

72 Voir, inversement, l’interprétation négative que propose Montero 2000, p. 43-45 d’une crue du Tibre sous Trajan.

73 Julius Obsequens, 14 ; Pline l’Ancien, 7, 33.

74 Dasen 2005, p. 68-69.

75 Respectivement Dig., 5, 4, 3 ; 34, 5, 7 (contrairement à ce que suggère Dasen 2005, p. 69, Gaius ne dit pas que cette femme fut convoquée parce que cette naissance de quintuplés était un prodige négatif, portentosum) ; 46, 3, 36.

76 Phlégon de Tralles, 29. Aulu Gelle, 10, 2, 2 rapporte une anecdote similaire sous Auguste : elle témoigne de l’attention impériale envers une femme ayant accouché de quintuplés et morte peu après (en lien peut-être avec la politique nataliste d’Auguste : Hansen 1996, p. 163-164).

77 Le symbolisme animal est toujours très ouvert, et il me semble qu’il faut s’en tenir à celui que suggère le plus simplement et explicitement le récit : la crête du serpent est l’indice, dans les représentations anciennes, d’un serpent agressif ou dangereux (Trinquier 2008, p. 226). L’auteur de la Rhétorique à Hérennius, 4, 62, dans un développement sur l’utilisation des métaphores dans le discours, compare un adversaire potentiel à un iubatus draco caricaturalement menaçant et venimeux. La taille inhabituelle du serpent est elle-même un motif d’inquiétude. Il faut souligner par ailleurs que l’expression anguis iubatus, très rare, est toujours ou presque utilisée dans un récit de prodige (Plaute, Amph., v. 1107 ; Tite Live, 41, 21, 12 et 43, 13, 4). On ne peut guère tirer de conclusion d’un tel constat, sinon que la crête du serpent n’est pas, dans la liste d’Antonin, un marqueur d’exotisme, et que par conséquent ce prodige des confins apparaît sur ce point aussi comme un prodige très « romain ». La dangerosité d’un lion est quant à elle évidente. Le récit la suggère d’ailleurs par contraste, puisque le prodige tient précisément dans la mansuetudo anormale des fauves. Ces animaux symbolisant l’Arabie sauvage s’opposent, dans le bestiaire régional, au dromadaire, animal paisible, domestiqué et associé aux routes commerciales vers l’Arabie heureuse, qui figure sur les monnaies antonines représentant l’Arabie (voir Toynbee 1967, p. 48).

78 Loriol 2016, p. 43-84 ; Engels 2007, p. 47-51.

79 Sur la représentation idéale de l’Arabia pacata, Chausson 2006, p. 56 ; Toynbee 1967, p. 49. Cette idée est exprimée en des termes proches dans les Res gestae d’Auguste, 25, 2 (Iurauit in mea uerba tota Italia sponte sua…).

80 Voir Pline l’Ancien, 8, 55 (à propos du Carthaginois Hannon).

81 Pline l’Ancien, 8, 56-60, rapporte plusieurs anecdotes de cette sorte, mais l’histoire la plus connue est sans doute celle d’Androclès, un esclave qui fut épargné dans les arènes de Rome par un lion qu’il avait soigné quelques années auparavant, en lui retirant une épine de la patte. L’épisode est raconté en détail par Aulu Gelle, 5, 14.

82 Voir Hist. Aug., Ant., 10, 9 ; Gord., 33, 1. Inversement, dans la Vie d’Héliogabale, la possession et l’utilisation des fauves par l’empereur en construisent un portrait très clairement négatif, entre monarchie à l’orientale, cruauté gratuite (21, 1) et impiété (28, 2).

83 Rémy 2005, p. 265 et note 55 p. 375.

84 Pline l’Ancien, 8, 55.

85 Sur l’ouroboros et les sources tardives qui y font référence (notamment Servius, Aen., 5, 85 ; Macrobe, Sat., 1, 19, 12 ; Claudien, Cons. Stil., 2, 424 et suiv.), voir le commentaire détaillé (à partir de Martianus Capella, 1, 22, 2-3) de Shanzer 1986, p. 154-160.

86 Pour un aperçu des problèmes que posent de telles identifications, voir Vogel 1973, p. 33-37, à propos de la scène d’apothéose sur la colonne Antonine (sur le sens incertain du serpent, p. 37).

87 Il existe d’autres récits de signes similaires, dont l’interprétation est incertaine : Julius Obsequens, 26, pour l’année 135 avant J.-C. (Bononiae fruges in arboribus natae) et 30, pour l’année 125 avant J.-C. (In arboribus fruges natae sunt) ; Orose, 5, 6, 2 (In Bononiensi agro fruges in arboribus enatae sunt). La ressemblance entre ces prodiges et celui d’Antonin ne signifie pas qu’ils soient inspirés les uns des autres, ni qu’ils forment un lieu commun.

88 Hist. Aug., Ant., 7, 1.

89 Par exemple, Aelius Aristide, En l’honneur de Rome, 108.

90 Hist. Aug., Ant., 7, 1 ; Epit. de Caes., 15, 9.

91 Rowan 2013, p. 220-222 ; Noreña 2011, p. 120-122.

92 Vidman 1978, p. 90 et suiv.

93 Virgile, Buc., 4, v. 21-30.

94 Liberman 2015, p. 86 a soulevé un problème potentiel du texte virgilien : on prête habituellement à campus, au vers 28, le sens de « champ inculte » pour expliquer en quoi la pousse des blés est un adynaton. D’après Liberman, c’est un sens forcé. La difficulté viendrait de paulatim, qu’il considère comme interpolé et qu’il propose de remplacer par siluestris, pour donner une cohérence supérieure au passage en rendant l’adynaton explicite.

95 Benoist 2005, p. 295-296.

96 Benoist 2005, p. 319-320. C’est un thème auquel Aelius Aristide, dans son éloge de Rome, fait également allusion (106-109).

97 Quet 1981, p. 50-196 (citation p. 69).

98 Voir Fögen 1997.

99 Dans la compilation tardive de la Collatio legum Mosaicarum et Romanarum, 15, 2, 1-6, un développement d’Ulpien, consacré à la répression impériale des devins et des astrologues, cite la fin d’un decretum attribué à Antonin. Ce décret, adressé à Pacatus légat de Lyonnaise, affirme la nécessité de punir les vaticinateurs (Et sane non debent impune ferre huiusmodi homines, qui sub obtentu ex monitu deorum quaedam uel enuntiant uel iactant uel scientes confingunt).

100 Pour un aperçu sur ces positions dans la recherche récente, Rohrbacher 2016, p. 87-132, dans la ligne de Cameron 2011, qui refuse l’idée d’un propos religieux, polémiste ou iréniste, de l’Histoire Auguste (quitte à minorer parfois excessivement la valeur religieuse de certains passages : voir les objections de Paschoud 2012) ; contra Ratti 2016, pour qui l’œuvre est un pamphlet contre les chrétiens. La question des intentions de l’Histoire Auguste, qui est complexe en elle-même, est rendue plus difficile encore parce qu’elle est un argument dans un débat bien plus large, sur l’existence ou non d’un conflit entre païens et chrétiens dans l’Antiquité tardive, et sur la pertinence ou non de ces catégories pour penser l’histoire religieuse des IVe et Ve siècles.

101 Voir, à l’extrême fin du IIIe siècle, le discours d’Eumène à partir d’une carte de l’Empire installée sous le portique des Tétrarques à Autun, Pan., 5, 20-21, 1 et Lozovsky 2008.

102 Thélamon 1981, p. 130-136 ; Shahîd 1984, p. 138 et suiv. ; p. 210-214.

103 Ammien Marcellin, 31, 13, 19.

104 Lançon 2014, p. 88-95.

105 Inglebert 2015, p. 15-19 ; Mastino 1986, p. 116-117.

106 Callu 1992, p. 83 note 81 ; voir Johne 1976, p. 161-176.

107 Lee 2013 : p. 70-78 ; Grig – Kelly 2012, p. 16-17. Sur l’absence significative de Constantinople rivale de Rome dans l’Histoire Auguste, Johne 1976, p. 156-161 et Chastagnol 1997.

108 Cameron 2011, p. 163-168.

109 Symmaque, Epist., 1, 49 ; Ammien Marcellin, 19, 12, 20.

110 Par exemple, Hist. Aug., Aur., 18, 4-21, 4. Voir infra.

111 Les prodiges de la deuxième moitié du IVe siècle qui ressemblent aux prodiges d’Antonin sont nombreux, mais certains étaient présents plus vivement que d’autres à la mémoire des Romains de la fin du IVe siècle. C’est le cas des signes contemporains du règne de Julien, sujets à des polémiques religieuses que les sources ultérieures rapportent (par exemple, l’incendie du temple d’Apollon à Daphné, près d’Antioche, en 362 ou le cataclysme de 365 en Méditerranée). Sozomène compile les catastrophes prodigieuses survenues sous le règne de Julien dans de nombreuses nations : le tremblement de terre de 365, la famine puis la peste (H.E., 6, 2). Il est possible d’autre part de rapprocher la liste d’Antonin de prodiges qui seraient advenus un peu partout dans l’Empire entre 380 et 391, en lien avec Théodose : apparition d’un astre éclatant dans le ciel de Rome (Philostorge, H.E., 10, 9), naissance de quadruplés à Antioche et d’un enfant siamois en Palestine (d’après Cédrénos, un auteur byzantin du XIe siècle, Compendium historiarum, Corpus scriptorum historiae Byzantinae, Bekker, 1838, p. 553-554), crue exceptionnelle du Nil après la destruction du Sérapeum (Sozomène, H.E., 7, 20). Voir Lançon 2014, p. 291-295. Ces prodiges ne nous sont pas parvenus sous forme de liste constituée, et rien ne dit qu’ils n’ont pas été forgés rétrospectivement et bien après le règne de Théodose.

112 En particulier chez Orose (voir Mastrorosa 2012).

113 Ando 2004, p. 164-166 (Ammien Marcellin, 15, 5, 34 ; 23, 1, 7 ; 23, 3, 3 ; 23, 3, 7 ; 26, 1, 5).

114 Sur ce point Paschoud 1996, p. 128 exagère l’incohérence rituelle du passage. Sur la fonction de la lustratio, Scheid 2016 ; Versnel 1975.

115 Hist. Aug., Aur., 18, 4 à 21, 4 (rites procuratoires, 20, 3 ; extension du pomerium, 21, 9-11).

116 Zosime, 4, 59, 3. Voir également Symmaque, Rel. III.

117 Brown 1984.

118 Perrin 1995, p. 604.

119 Sur le lien depuis longtemps commenté entre les deux œuvres, voir avec la bibliographie afférente Rohrbacher 2016, p. 101-129, qui défend contre Cameron 2011, p. 761-772 la thèse de l’antériorité de la Vie d’Hilarion par rapport à l’Histoire Auguste – tout en refusant l’idée d’une véritable rivalité entre Jérôme et l’auteur de l’Histoire Auguste.

120 V. Hil., 14, 5. On retrouve ce motif (la férocité démoniaque s’évanouit devant le saint) en 10, 3-4.

121 V. Hil., 28, 2-4.

122 V. Hil., 29, 1-6.

123 V. Hil., 30, 1-6.

124 Dans le bestiaire symbolique chrétien, le serpent est en général une figure diabolique, quoique non exclusivement (Ciccarese 2007, II, p. 253-283). Le lion est ambivalent, tantôt figure du Mal pour sa cruauté, tantôt figure christique dans sa majesté (Ciccarese 2007, II, p. 11-48) ; mais si le fauve est dompté ou adouci, ou qu’il renonce à dévorer un martyr, c’est bien qu’il s’est défait de sa cruauté par l’effet de la puissance divine.

125 Thélamon 1981, p. 389-391.

126 V. Hil., 13, 10. Voir également 3, 4 ; 3, 12 ; 5, 3.

127 L’évangélisation est associée régulièrement à l’image néo-testamentaire de la semence, de la pousse des épis et de la moisson : Thélamon 1981, p. 58-60.

128 Par exemple, Augustin, Serm., 130, 1 à propos de l’épisode de la multiplication des pains : Lex uetus hordeum est ad euangelicum triticum.

129 Jérôme, Epist., 108, 1 : Romae praetulit Bethleem (à propos du pèlerinage entrepris par Paula). Sur le rejet de Rome et la valorisation de Bethléem dans la géographie chrétienne dessinée par Jérôme dans ses Vies de saints, Weingarten 2005, p. 231-235. Sur l’attitude ambivalente de Jérôme vis-à-vis de Rome, Paschoud 1967, p. 209-221, et vis-à-vis de la Palestine, Maraval 1988, p. 345-353.

130 Lactance, Inst. div., 4, 21 en donne le principe de manière très claire : Discipuli uero per prouincias dispersi fundamenta Ecclesiae ubique posuerunt, facientes et ipsi in nomine magistri Dei magna, et pene incredibilia miracula. Ce motif, qui s’appuie sur une conception prophétique de la foi chrétienne, se trouve déjà chez Eusèbe de Césarée, Praep. ev., 7 : la barrière de la langue tombe par la grâce de Dieu et l’éloquence des apôtres convainc à Rome, à Alexandrie et à Antioche, en Égypte et en Libye, en Europe et en Asie, et dans toutes les nations ; H.E., 3, 1, 1-3 : à Thomas est attribuée la Parthie, à André la Scythie, à Jean l’Asie, à Pierre le Pont, la Galatie, la Bithynie, la Cappadoce et Rome, à Paul les territoires de Jérusalem jusqu’à l’Illyricum. Voir Levillayer 2012, passim. Rufin d’Aquilée complète la liste au tout début du Ve siècle avec les espaces qui restent à évangéliser – la Parthie pour Thomas, l’Éthiopie pour Matthieu, l’Inde citérieure pour Barthélémy : Rufin d’Aquilée, H.E., 1, 9. Thélamon 1981, p. 33-34.

131 Paulin de Nole, Nat., 11 (éd. Dolveck, CCSL 21, 2015), v. 77-85 : Sic dedit Andream Patris Ephesosque Iohannem / Vt simul Europam atque Asiam curaret in illis / Discuteretque graues per lumina tanta tenebras / Parthia Matthaeum complectitur, India Thoman, / Lebbaeum Libyes, Phryges accepere Philippum, / Creta Titum sumpsit, medicum Boeotia Lucan ; / Marcus, Alexandria, tibi datus ut, boue pulso / Cum Ioue, nec pecudes Aegyptus in Apide demens / […] coleret […] ».

132 Paulin de Nole, Nat., 11, v. 141 et suiv.

133 Paulin de Nole, Nat., 11, v. 235-236.

134 Inglebert 2001, p. 92-98 ; sur les conflits autour de la formation du catalogue des peuples sages, Broze, Busine et Inowlocki 2006.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Romain Loriol, « Les prodiges comme géographie sous Antonin le Pieux et Théodose. Sur une liste de l’Histoire Auguste (Vie d’Antonin 9, 1-5) », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En ligne], 129-2 | 2017, mis en ligne le 03 avril 2018, consulté le 22 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/mefra/4604 ; DOI : 10.4000/mefra.4604

Haut de page

Auteur

Romain Loriol

École française de Rome, romain.loriol@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • OpenEdition Journals