Navigation – Plan du site

Le tombeau de la contrada Faraone à Locres : une documentation inédite pour l’étude des naiskoi de Grande Grèce

Fabien Bièvre-Perrin et Myriam Fincker

Résumés

En 1913, Paolo Orsi découvre dans la campagne locrienne, en Calabre, un fragment architectural appartenant à un naiskos funéraire du IVe siècle av. J.-C. : dans un bloc monolithique ont notamment été taillés un fronton, une partie de la toiture et quatre caissons moulurés. Son étude approfondie permet aujourd’hui de proposer une restitution fiable, rarement envisageable au vu du reste de la documentation archéologique, et d’aborder ce type d’édifices d’un point de vue historique et sociologique.

Haut de page

Notes de l’auteur

Sauf mention du contraire, les photographies et les dessins sont des auteurs.

Texte intégral

  • 1 Costamagna – Sabbione 1990, p. 83, fig. 79. Le rattachement de la statue provenant de la contrada (...)
  • 2 Pour un bilan historiographique à propos des marqueurs de Grande Grèce, voir Bièvre-Perrin 2014.
  • 3 À Tarente, où des milliers de fragments d’édicules funéraires ont été découverts, il est généralem (...)
  • 4 En l’état de la recherche, le naiskos de Locres est daté du IVe ou du IIIe siècle av. J.-C. (Costa (...)
  • 5 Nous remercions D. Elia, V. Meirano, M.F. Billot et A.-M. Guimier-Sorbets pour leur aide et leurs (...)

1Le fragment de naiskos découvert à Locres au début du XXsiècle par Paolo Orsi présente un intérêt archéologique de premier plan1, il constitue l’un des fragments de naiskoi les plus propices à l’étude de ce type de marqueurs en Grande Grèce2. Taillé dans un bloc monolithique, il s’agit d’un fronton extrêmement bien conservé, associé à une portion du couvrement et probablement en rapport avec un soubassement connu par des notes de Paolo Orsi. Il est possible que nous connaissions la statue qu’il encadrait à l’origine3. Identifié comme un marqueur de tombe et daté du IVe ou IIIe siècle av. J.-C dès son invention4, le bloc de Locres est connu des chercheurs et mentionné dans des synthèses sur la cité de Locres ou les monuments funéraires5, mais n’a jamais fait l’objet d’un examen rigoureux.

2L’intérêt qu’il présente nous a conduits à en mener une étude approfondie dont une étape majeure a été la mission menée à Locres en 2012. Au cours de celle-ci, nous avons procédé au relevé précis du bloc monolithe et repéré les indices de couleur qui nous ont permis d’aboutir à une restitution fiable dont les deux premières parties de cet article rendent compte. L’analyse du bâtiment et de ses décors suivent cette description et la proposition de restitution, démontrant l’intérêt de ce bloc architectonique pour l’étude des naiskoi de Grande Grèce et de leurs contextes social et historique. Le bloc est actuellement conservé au musée archéologique de Locres, où il est présenté au public devant l’entrée du bâtiment, sous un auvent. Il repose actuellement sur deux piliers métalliques (dim. assise : 21/48 cm) disposés sous les retours latéraux du bloc, ce qui en facilite grandement l’observation (fig. 1).

Fig. 1 – Le bloc du musée de Locres, vue frontale.

Fig. 1 – Le bloc du musée de Locres, vue frontale.

La documentation archéologique

Le contexte

  • 6 Costamagna – Sabbione 1990, p. 26. Pour une synthèse sur les nécropoles de Locres, voir Elia 2010.
  • 7 L’étude du mobilier confirme cette datation : Elia 2010, p. 9-10.
  • 8 L’identification de cet axe est liée aux travaux sur la R.106 dans les alentours de Locres dans le (...)
  • 9 Elia 2010, p. 9-10. En 1926, à la suite d’une découverte fortuite, des fouilles probablement menée (...)

3À la fin du XIXe siècle, Paolo Orsi mène des fouilles archéologiques importantes dans la cité de Locres et ses alentours6. Il découvre à plus d’un kilomètre au nord-est de l’aire urbaine de Locres Épizéphyrienne, au lieu-dit contrada Faraone, une nécropole des IV-IIIe siècles avant J.-C.7 située sur un axe de circulation reliant la chôra à la cité8. Les tombes sont relativement dispersées (deux des trois sépultures alors fouillées sont éloignées de 25 mètres). Bien qu’il ait été vendu dès sa sortie, le matériel découvert a été documenté : outre de nombreuses formes céramiques, il compte un casque en bronze et une monnaie en argent de Pyrrhus, précieuse pour la datation du site vers la fin du IVe ou le début du IIIe siècle avant J.-C.9.

  • 10 La nécropole de contrada Faraone est, à notre connaissance, la plus éloignée des murailles de la c (...)
  • 11 Voir note 8 ; Osanna 1992, p. 210 et 220-221.

4La distance entre la zone funéraire et les murs de la cité (1,5 km) suggère qu’il ne s’agit pas d’une nécropole prévue pour les citadins10. Des fouilles récentes, encore inédites, ont permis de mettre en évidence des installations grecques hellénistiques à l’intérieur des terres, loin des murs de la cité. La qualité de certains éléments du mobilier funéraire et la présence d’édifices prestigieux incitent à envisager que la nécropole recevait de riches propriétaires de l’aristocratie locrienne de l’intérieur de la chôra11.

  • 12 Costamagna 1985, p. 77. Paolo Orsi consigne le résultat de ses travaux dans ses fameux carnets, le (...)

5C’est dans ce contexte funéraire que Paolo Orsi met au jour en 1913 le fragment architectonique que nous nous proposons d’étudier (fig. 2). Cette découverte l’incite à pratiquer des sondages dans la zone environnante à partir de janvier 1914 : ils aboutissent au dégagement de la base d’un édicule qu’il associe, semble-t-il sans hésitation, au bloc dégagé l’année précédente. Orsi identifie rapidement l’édifice : il s’agit d’un naiskos. Une autre base est dégagée à environ 250 mètres de la première. Les huit tranchées pratiquées autour des deux bases se révèlent stériles. Ces découvertes demeurèrent inédites ; il est heureusement possible de consulter les notes prises par Paolo Orsi12. Elles s’avèrent très précieuses, car elles donnent des informations uniques, mais elles sont aussi frustrantes, car elles sont courtes et incomplètes. L’archéologue ne précise ni l’emplacement exact de ses découvertes, ni les dimensions et l’orientation des bases. La photographie prise peu après la découverte n’apporte pas d’information supplémentaire. Le petit garçon présent sur le cliché, qui serait aujourd’hui centenaire, pourrait tout nous raconter…

Fig. 2 – Le fragment lors de la découverte dans la campagne locrienne, contrada Faraone (auteur inconnu, publié par Costamagna et Sabbione 1990, fig. 74).

Fig. 2 – Le fragment lors de la découverte dans la campagne locrienne, contrada Faraone (auteur inconnu, publié par Costamagna et Sabbione 1990, fig. 74).

Le soubassement de l’édifice

  • 13 Taccuini Sic. 95, p. 99bis-100bis.

6Le soubassement du naiskos est connu par les notes assez sommaires de Paolo Orsi. Selon celles-ci, il est de plan carré, pourvu de quatre marches, dont la plus basse devait être enfouie sous terre, et constitué de dalles de calcaire liées par des agrafes en fer13.

Le bloc (fig. 3 et 4)

  • 14 Carter 1975.

7En raison de son état de conservation, le bloc découvert par Orsi permet d’envisager une restitution d’ensemble exceptionnelle pour la Grande Grèce (contrairement à ce qui se constate avec les fragments de naiskoi découverts ailleurs, notamment à Tarente14). Bien que le dispositif de présentation du bloc au musée de Locres masque partiellement le lit de pose, une étude approfondie est possible.

8Le bloc associe un entablement dorique – architrave, frise et geison – qui fait retour sur les faces latérales et un fronton surmonté d’une sima qui se prolonge sur les côtés. À l’arrière de l’entablement, sous la toiture, à hauteur du geison, quatre caissons moulurés sont disposés dans la largeur du plafond. La face postérieure est aussi face de joint. La surface de la pierre est peinte sans sous-couche préparatoire. Tout indique que le bloc couronnait un naiskos, la question étant de savoir s’il s’agit de la façade ou de la face arrière. Le bloc est taillé dans un monolithe de bonnes dimensions (au moins 214 cm de largeur, 70 de profondeur, 67 de hauteur). La façade est large de 183,5 cm (dimension frontale de l’architrave), l’amorce des faces latérales de 52,8 cm. Avant d’être taillé, le bloc devait peser environ 2,5 tonnes et avoisiner le mètre cube ; il en subsiste les trois quarts.

Fig. 3 – Le bloc de Locres, vues de dessus, de face, latérale droite et latérale gauche au 1/20e.

Fig. 3 – Le bloc de Locres, vues de dessus, de face, latérale droite et latérale gauche au 1/20e.

Fig. 4 – Le bloc de Locres, vues de dessous, arrière, et coupes transversales au 1/20e.

Fig. 4 – Le bloc de Locres, vues de dessous, arrière, et coupes transversales au 1/20e.

9Bien que le bloc présente la trace de dégradations dues à sa démolition, la forme est suffisamment complète pour que sa restitution soit fiable. La corniche des rampants et de la face latérale droite est très abîmée, c’est sans doute la conséquence de la chute du bloc. À l’arrière, la mouluration des caissons a été emportée avec la partie inférieure de la face de joint. Sur les versants du toit, l’arrachement des tenons (en fer probablement) destinés à l’accroche des acrotères a entraîné l’éclatement partiel de la pierre dans les angles droit et gauche du fronton, c’est aussi probablement l’une des causes de la disparition totale du faîte du toit au-dessus de la corniche du fronton. La récupération des agrafes de liaison entre le bloc et la suite de la maçonnerie a provoqué l’éclatement de la pierre autour des mortaises en demi pi.

Le matériau

10Il s’agit d’un calcaire fin et tendre de couleur sable, beige très clair qui s’apparente à un tuf par sa densité. Il présente de nombreuses inclusions de coquillages dont certaines ont laissé des vides, notamment à l’angle avant-droit de l’entablement, sur la face interne en arrière de la face principale et sur les sous-faces des caissons. La grande finesse du grain a permis la réalisation d’une taille extrêmement fine notamment celle des gouttes dont le diamètre est de 0,9 cm et la hauteur d’à peine 0,2 cm.

  • 15 Étant donné le manque de matériaux de qualité en Italie du sud, les Grecs n’hésitent pas à déplace (...)
  • 16 Le bloc est conservé à l’Antiquarium de Locres, voir Costamagna – Sabbione 1990, p. 80. Les dimens (...)

11Très différent du calcaire gris local utilisé par ailleurs à Locres, notamment dans les murailles de la cité, ce calcaire a peut-être été importé de Sicile15. Seules des analyses pétrographiques, qu’il n’a pas été possible de réaliser, permettraient d’en savoir plus. Un second bloc conservé au musée, portant une frise comparable, semble avoir la même origine16. La qualité des deux blocs pose la question de la raison de leur importation et celle de leur destination initiale, qui n’était peut-être pas funéraire.

Description et caractéristiques architecturales (fig. 5, 6 et 7)

12L’architrave est lisse et couronnée par un bandeau saillant (1,2 cm) à l’arête supérieure chanfreinée. La hauteur totale est de 12,5 cm, celle de la taenia de 2,4 cm. À l’aplomb des triglyphes, sous la taenia, les regulae sont larges de 9,1 cm, profondes de 1 cm et hautes de 0,7 cm. Chacune porte six gouttes de section circulaire légèrement tronconique (d =0,9 cm, h =0,2 cm). La taenia, les regulae et les gouttes présentent de très nets vestiges de peinture rouge vermillon.

Fig. 5 – Le bloc de Locres restitué, vues de dessus, de face, de côté au 1/20e.

Fig. 5 – Le bloc de Locres restitué, vues de dessus, de face, de côté au 1/20e.

Fig. 6 – Profils du bloc au 1/5e.

Fig. 6 – Profils du bloc au 1/5e.

Fig. 7 – Le bloc de Locres restitué, vue de dessous et coupe longitudinale au 1/20e.

Fig. 7 – Le bloc de Locres restitué, vue de dessous et coupe longitudinale au 1/20e.

13La frise dorique est haute de 15,4 cm. En façade, neuf triglyphes encadrent huit métopes lisses. Les faces latérales présentent trois triglyphes et deux métopes. Les triglyphes et les métopes sont hauts de 13,3 cm. Ils sont couronnés par un bandeau de 2,1 cm de haut et d’à peine 0,1 cm en surépaisseur par rapport au front des triglyphes et des métopes. Les métopes, larges de 12,7 cm, sont en retrait de 2,4 cm sur le front de la taenia. En surépaisseur de 1,1 cm sur le fond des métopes, les triglyphes sont larges de 9,1 cm. Les canaux, hauts de 12,5 cm, ont une section horizontale triangulaire ; l’angle ainsi formé est d’environ 60°. Latéralement, les demi-canaux rencontrent le front des métopes par l’intermédiaire d’un mince listel (0,1 cm). Aux angles de la façade, les triglyphes se rejoignent par leurs demi-canaux qu’ils ont en commun. Entre les glyphes, les jambages sont reliés entre eux sur une hauteur de 0,8 cm sous le bandeau sommital de la frise. Dans le prolongement des glyphes, cette liaison est biseautée. À l’arrière de celle-ci, l’amortissement supérieur des glyphes et des demi-glyphes latéraux est refouillé sur une hauteur d’environ 0,5 cm pour former un plafond au profil en quart de rond (fig. 8).

Fig. 8 – Le triglyphe médian de la face gauche.

Fig. 8 – Le triglyphe médian de la face gauche.

14Il ne subsiste aucune trace de couleur visible à l’œil nu sur les triglyphes et les métopes, la conservation de l’ensemble laisse supposer qu’elles sont restées vierges à moins que la couleur bleue, attendue sur les triglyphes, ait totalement disparu sous l’action de la lumière, des intempéries et du long enfouissement du bloc en raison de sa fragilité.

15Au-dessus de la frise, le geison est en débord de 10,9 cm sur le front de l’architrave et son pied est profilé en talon droit. D’une profondeur de 7,4 cm, le soffite présente une pente de 10,5° vers l’avant par rapport à l’horizontale. Il est orné de mutules à gouttes de même largeur que les triglyphes et axés alternativement sur les triglyphes et les métopes. Les mutules mesurent 7 cm de profondeur, 9,1 cm de longueur et 0,4 cm d’épaisseur, elles sont en retrait de 0,4 cm par rapport au front du larmier. Elles sont ornées respectivement de trois fois six gouttes (d = 0,9 cm et h = 0,2 cm). Les viae entre les mutules sont larges de 1,85 cm, sauf aux angles où se trouvent des motifs végétaux (ca. 8 cm de diamètre), des fleurs de pavot. Les mutules, les gouttes et les viae présentent à l’instar de la taenia et des regulae de belles traces de peinture rouge vermillon.

16Le front du geison est d’abord vertical sur 3,7 cm de haut, puis couronné par une moulure en bec de corbin à profil en talon droit. Le creux en arrière du bec de corbin, crée une nette ligne d’ombre horizontale.

  • 17 On trouve le motif des triangles à Locres dès la période archaïque, cf. Franciscis 1979.

17La mouluration des rampants du fronton est identique à celle de la corniche, à deux détails près. Le soffite du larmier est exempt de mutules et la moulure qui assure la jonction avec le tympan est en ovolo et non en talon droit. L’ovolo a d’ailleurs été peint avec une succession d’oves alternativement marqués d’un U rouge et jaune et séparés par des pointes encadrées de lignes verticales jaunes s’élargissant en triangles rouges vers le bas. D’autre part les talons des moulures en bec-de-corbin ont été partout décorés de frises faites d’une alternance de deux triangles rouges pointant vers le haut et d’un espace possiblement occupé par trois triangles jaunes17 dont on ne comprend pas le rapport avec les frises à raies de cœur attendues sur ce type de profil (fig. 9).

Fig. 9 – Étude colorimétrique des frises peintes : a. la frise sur ovolo ; b. la frise sur le talon droit du bec de corbin (dessin Dominique Leconte).

Fig. 9 – Étude colorimétrique des frises peintes : a. la frise sur ovolo ; b. la frise sur le talon droit du bec de corbin (dessin Dominique Leconte).

18Une sima, haute de 3,7 cm, se projette de 4,4 cm en avant du bec de corbin. Elle est profilée en talon droit couronné par une moulure convexe sous un bandeau déversé vers le bas. La jonction entre ce bandeau et le versant du toit est chanfreinée. Sur le bandeau incliné, on relève à 11,2 cm de la face de joint une antéfixe en portion de cercle, large de 5,6 cm ; bien visible sur la face gauche, la face droite a gardé la trace de son arrachement.

19Enfin, caractéristique la plus notoire du fronton, le tympan n’est pas vertical : il s’incline de bas en haut vers l’extérieur de l’édifice et cette inclinaison affecte aussi le geison et la sima du rampant dont la saillie sur le fond du tympan reste constante. Il en résulte que le faîte du fronton s’écarte de la verticale de 2,8 cm. Il est totalement lisse et vierge de toute trace de décoration, même peinte : la pauvreté du décor pourrait indiquer que le bloc soit à restituer à l’arrière du bâtiment.

  • 18 Soit l’angle inscrit entre deux côtés d’un dodécagone.

20Les versants du toit, grossièrement plans, forment un angle d’environ 150° (fig. 10b)18. Au bas des versants, près des angles droit et gauche du fronton, à 16 cm des bordures de la toiture, deux mortaises accueillaient certainement des tenons secondaires qui contribuaient à la fixation des deux acrotères latéraux. Les tenons principaux, attendus plus près des angles, ont disparu avec l’éclatement de la pierre à ces endroits. Une large lacune dans la corniche sommitale du fronton a fait disparaître tout indice d’acrotère faîtier. À l’arrière de la toiture, la trace de deux demi-mortaises restitue la position de deux agrafes en pi qui reliaient le bloc à la suite de la construction. Les mortaises sont longues de 14 cm, larges de 2,5 cm et profondes de 8 cm. À leur extrémité elles sont surcreusées de 4 cm pour accueillir solidement les extrémités verticales des crampons. Sur le faîte de la toiture on relève un trou de louve mince et profond de 5,6 cm de long sur 2,5 cm de large à son orifice et de 16,4 cm de profondeur. Son profil trapézoïdal mesure ca 12,5 cm de long au fond de la mortaise. Ainsi qu’on le constate souvent dans les trous de louve, le fond n’est pas plan, il présente un bourrelet en son centre.

21La profondeur de l’architrave au lit de pose du bloc est variable selon que l’on considère la façade ou les faces latérales. La paroi frontale mesure 17,9 cm de profondeur, les parois latérales 27,15 cm et, à l’intérieur, l’espace dévolu au plafond est de 129,2 cm en longueur sur 34,8 cm en largeur (fig. 10b).

Fig. 10 – Le bloc de Locres restitué : a. vue perspective de face en plongée ; b. vue perspective de derrière en contre-plongée.

Fig. 10 – Le bloc de Locres restitué : a. vue perspective de face en plongée ; b. vue perspective de derrière en contre-plongée.

22À l’intérieur, côté naos, l’entablement est traité en deux bandeaux verticaux, l’un, totalement plat, correspondant à l’architrave dorique (h : 14,5 cm), l’autre, en léger surplomb de 0,4 cm sur le précédent, correspondant à la frise dorique (h : 13,2 cm) (fig. 6). Un congé raccorde ce deuxième bandeau à une série de trois moulures de couronnement, un listel très bas, un ovolo et un bandeau saillant déversé vers l’avant. L’ovolo a conservé de belles traces de peinture représentant, comme à l’extérieur, une alternance d’oves rouges et jaunes séparés par des pointes. Suit un filet dont la sous-face présente une rainure à fond plat : il correspond au soffite des poutres porte-caissons. Vient enfin la modénature des caissons proprement dits : deux filets séparés par un quart-de-rond (h. caissons + poutres porte-caissons : 7,6 cm). Les caissons ne sont pas parfaitement carrés, ils mesurent 19,85 cm de large sur 20,6 cm de profondeur, et au fond 15,8 cm sur 16,3 cm.

  • 19 Nous remercions André Pelle (CNRS), qui a traité certaines de nos photographies afin de faire ress (...)
  • 20 En Grande Grèce, Stephan Steingräber recense des plafonds à caissons à Tarente, Métaponte et Naple (...)

23Quatre caissons de plafond occupent la largeur du naos et sont partiellement conservés ; ils sont endommagés à proximité de la face de joint du bloc. Les baguettes de séparation entre les filets successifs ne portent pas de traces de décor ni de peinture bleue comme dans le cas du temple du IVsiècle de Mégara ni d’oves comme on en trouve souvent à cet endroit dans les temples. Les filets sont quant à eux peints en jaunes et la rainure à fond plat creusée dans le soffite des poutres en rouge. Les scènes peintes qui ornent le fond des caissons sont peu lisibles en raison des taches dues à l’humidité et à l’usure. Nous avons relevé des traces de rouge vermillon. Le fond est aujourd’hui clair et non pas sombre comme c’est fréquemment le cas pour bien détacher les personnages. L’état de conservation rend difficile de distinguer et d’identifier personnages et scènes19 et de connaître leur orientation. Les parallèles sont rares et ne permettent pas d’établir un schéma de lecture assuré20, nous y reviendrons (fig. 11, 19).

Fig. 11 – Les couleurs de l’encadrement du fond des caissons (on remarquera la trace laissée par la scie à la jonction entre les poutres transversale et longitudinale).

Fig. 11 – Les couleurs de l’encadrement du fond des caissons (on remarquera la trace laissée par la scie à la jonction entre les poutres transversale et longitudinale).

24Dans la hauteur du bandeau correspondant à la frise dorique, deux mortaises de section carrée ont été taillées en vis-à-vis à 29 cm de la paroi frontale intérieure. Nous supposons qu’elles étaient destinées au maintien d’une huisserie. Si cette huisserie était une grille protégeant des offrandes ou des sculptures déposées au fond du naiskos, notre bloc est le fronton arrière du petit monument. Il peut aussi s’agir d’une grille placée en arrière de la porte interdisant l’accès à l’intérieur du naiskos tout en permettant la vue vers l’intérieur, alors le fronton serait à restituer à l’avant du monument (fig. 12).

Fig. 12 – La mortaise intérieure, côté droit (on remarquera la trace d'un fossile signalée plus haut.

Fig. 12 – La mortaise intérieure, côté droit (on remarquera la trace d'un fossile signalée plus haut.

Le travail de la pierre et les traces laissées par les outils

25La finesse du grain de la pierre, son caractère mi-dur et sa grande homogénéité, en dehors des rares zones où l’on observe l’inclusion de coquillages, ont certainement été des critères majeurs dans le choix d’un matériau destiné à être taillé aussi finement. La taille et le ravalement ont laissé de nombreuses traces.

26En parement demeurent les traces laissées par l’outil de finition. C’est vraisemblablement avec une gradine extrêmement fine (de 7 à 8 pointes au cm) que les faces ont été lissées. La gradine a été passée dans tous les sens, quelquefois plusieurs passages de l’outil ont été croisés. Seul le triangle laissé par les glyphes sur la taenia est mal lissé et légèrement protubérant (de 0,2 à 0,3 cm). Un trait de scie, destiné à positionner les rangées de gouttes, les caissons du plafond et les limites du triglyphe, est visible sur certains mutules, entre les caissons et de part et d’autre de quelques triglyphes (fig. 13).

Fig. 13 – Traces préparatoires laissées par la scie sur un mutule, côté gauche.

Fig. 13 – Traces préparatoires laissées par la scie sur un mutule, côté gauche.

27La face de joint présente un cadre d’anathyrose dressé au ciseau d’environ 6 cm de largeur, sauf le long des versants du toit (fig. 4). On y observe des traces de ciseau croisées, sauf sur 1 à 1, 5 cm en bordure des profils moulurés où le cadre est parfaitement lissé. À l’intérieur du cadre, la partie centrale a été démaigrie sur 0,4 cm de profondeur au ciseau plat (largeur de la lame : env. 1,8 cm). Le ciseau a laissé des traces horizontales dans les parties verticales et obliques ou en arêtes de poisson dans le triangle sous la toiture. À proximité de la bordure du toit, à droite, une trace biaise de 6 cm sur 14 cm et 1,5 cm de profondeur a été réalisée à la pointe. Il s’agit peut-être de la trace d’outils utilisés lors du démontage du monument.

28Concernant le lit de pose, nos observations se limitent à la sous-face de l’architrave frontale de façade. Le lit de pose est démaigri en son centre par de grands coups de ciseau plat disposés en épis (longueur max. 6 cm, largeur de la lame : env. 1,8 cm). Le cadre d’anathyrose (intérieur et extérieur) est lissé. Ce traitement s’apparente à celui de la face de joint, à cadre d’anathyrose lissé sur la bordure et démaigrissement central. L’architrave frontale ne faisait donc pas office de linteau sur une ouverture : elle reposait assurément sur une maçonnerie, peut-être en léger débord sur l’aplomb du mur. Si le bloc est à l’avant du naiskos, il faut alors restituer une poutre au-dessus de la porte ; s’il est à l’arrière, il reposait sur le mur du fond du naiskos.

La statue féminine (fig.14)

  • 21 Costamagna – Sabbione 1990, p. 83.

29Pour terminer le recensement des pièces susceptibles d’avoir appartenu au naiskos, il faut prendre en compte une statue féminine acéphale, en marbre, du type de la « Petite Herculanaise », provenant peut-être de la contrada Faraone. Le contexte de son invention, ses dimensions (hauteur, sans la tête : 89,5 cm, largeur maximum : 30 cm, profondeur : 23 cm) et sa datation ne prouvent pas qu’elle ait appartenu au naiskos, mais rendent l’hypothèse plausible. Après avoir envisagé d’y voir une copie d’époque romaine, Liliana Costamagna et Claudio Sabbione retiennent une datation au IIIsiècle avant J.-C.21

Fig. 14 – La petite statue probablement découverte à proximité du naiskos : a. vue frontale ; b. vue arrière.

Fig. 14 – La petite statue probablement découverte à proximité du naiskos : a. vue frontale ; b. vue arrière.

30Le travail relativement sommaire de la face arrière (alors qu’il est assez fin dans certaines zones frontales) indique qu’elle était destinée à être placée contre ou devant un mur. Ses dimensions (environ 23 cm de profondeur) sont conciliables avec celles du naiskos et la position de la grille, qu’on la restitue au fond du naos, à une trentaine de centimètres du mur, ou juste derrière le pas de porte.

La restitution

31Les notes de Paolo Orsi, le bloc conservé, les traces de couleur et les parallèles autorisent une tentative de restitution que gênent cependant la disparition d’une grande partie de l’édifice, l’impossibilité d’observer la face inférieure due au dispositif muséal de sa présentation et notre ignorance du contexte précis de la découverte.

32Le bloc de Locres est assurément l’une des extrémités sommitales de la façade d’un petit monument dorique. Les deux crampons en pi étaient certainement destinés à renforcer le lien avec un autre monolithe constitutif de la partie supérieure du monument. Avec son architrave destinée à être posée sur une maçonnerie et les mortaises intérieures attribuables à l’accrochage d’une huisserie réalisée pour cloisonner l’espace intérieur, il est possible d’envisager deux hypothèses : soit le bloc se trouve à l’avant du monument et repose sur le linteau de la porte avec la grille à 29 cm de la face interne de l’architrave. Soit il se trouve à l’arrière, reposant sur le mur du fond et la grille est destinée à isoler les offrandes et statues de la salle du naiskos. Quelle que soit la solution, nous proposons de restituer par symétrie un bloc identique sur la face en vis-à-vis.

33Dès lors, une restitution de la toiture du naiskos et de ses dimensions en plan peut être proposée en mettant en adéquation le nombre de caissons à l’intérieur et la succession des triglyphes et des métopes sur les faces latérales. Le nombre des caissons et celui des triglyphes et des métopes sont assurément des valeurs entières. Soit n le nombre de triglyphes et m le nombre de caissons.

34La longueur totale des faces latérales (L) est égale à la somme des largeurs de (n) triglyphes et de (n-1) métopes. À l’intérieur, la même longueur totale (L) est égale à la somme de celle de (m) caissons et de deux fois l’épaisseur des parois frontales augmentée de celle des moulures internes (fig. 15).

Fig. 15 – Restitution de la toiture vue de dessous et de côté au 1/20e.

Fig. 15 – Restitution de la toiture vue de dessous et de côté au 1/20e.

35L = (n) triglyphes + (n-1) métopes

36L = 2 murs + (m) caissons

37Longueur d’un triglyphe : 9,1 cm

38Longueur d’une métope : 12,7 cm

39Épaisseur des murs : 22 cm

40Longueur des caissons : 30,6 cm

41L = (n) 9,1 + (n-1) 12,7. 

42L = (2) 22 + (m) 30,6

43Soit L = (n) 9,1 + (n-1) 12,7 = (2) 22 + (m) 30,6

44Si n = 11, alors m = 5,98 soit une excellente approximation de 6.

45En effet :

46L = (11 x 9,1) + (10 x 12,7) = 227,1 cm, soit la somme des largeurs de 11 triglyphes et de 10 métopes

47et

48L = 44 + (6 x 30,6) =227,6, soit la somme de la profondeur des deux murs en vis à vis et la longueur de 6 caissons.

49La différence est de 0,5 cm (0,2 %) entre la longueur de l’édifice restituée par la somme des longueurs des éléments extérieurs, triglyphes et métopes, et la longueur restituée par la somme de l’épaisseur des 2 murs toutes moulures comprises, et de la longueur du plafond à caissons.

50Entre les deux blocs extrêmes, il faut donc restituer en façade 6 métopes et 5 triglyphes supplémentaires. À l’intérieur, il faut rajouter 4 caissons. Le plan mesuré au nu de l’architrave est un rectangle de 183,5 sur 227,1 à 227,6 cm. Ainsi la longueur de la façade est proportionnelle par √5-1 à la largeur.

  • 22 Voir la présentation des vestiges archéologiques de naiskoi dans Bièvre-Perrin 2015, p. 85-119 : l (...)

51Le plan que nous restituons par logique arithmétique n’est donc pas un carré comme le rapport de Paolo Orsi le laissait supposer. Si l’observation de l’archéologue est issue de l’analyse d’un plan levé en projection verticale, alors le monument que nous restituons n’est peut-être pas l’édifice qu’il faut rapporter à cette base. En revanche, si l’interprétation du plan carré est issue de la simple observation de visu, alors l’archéologue a pu mal interpréter une surface plane somme toute proche du carré. Les rares autres bases de naiskoi connues par l’archéologie suivent la même configuration22.

52La maçonnerie manquante entre deux frontons mesure donc environ 122,8 cm. Faut-il restituer un unique bloc ou deux ? En tenant compte des dimensions du fronton dont la largeur est égale à 67 cm, nous sommes enclins à préférer la restitution de deux blocs (l = 61,4 cm), chacun présentant deux rangs de caissons à l’intérieur et trois métopes alternant avec deux triglyphes et demi en façade. L’inconvénient de cette restitution est de présenter un joint entre les deux blocs sur l’axe de symétrie d’un triglyphe. Ainsi, la couverture du naiskos de Locres peut avoir été réalisée avec quatre blocs de grand appareil de dimensions voisines, scellés deux à deux par des crampons métalliques, crampons aussi notés par Paolo Orsi pour lier les dalles de la base qu’il attribue au naiskos de Locres. La toiture ainsi restituée avec quatre blocs monolithes rappelle un croquis de 1951 représentant un naiskos de la contrada Vaccarella dont la toiture est constituée de trois monolithes (fig. 16).

Fig. 16 – Restitution du couvrement : a. le monument de Locres ; b. un monument de la contrada Vaccarella (Mario d’Amicis (?), T.24 Contrada Vaccarella, cartella V1, 21 mars 1951, Surintendance de Tarente).

Fig. 16 – Restitution du couvrement : a. le monument de Locres ; b. un monument de la contrada Vaccarella (Mario d’Amicis (?), T.24 Contrada Vaccarella, cartella V1, 21 mars 1951, Surintendance de Tarente).
  • 23 Sur la forme, le décor et les proportions de la porte, voir Büsing-Kolbe 1978, p. 66-174.

53En l’absence de tout indice concernant la hauteur du monument, nous envisageons, en toute hypothèse, que la hauteur du bâtiment sous l’architrave est sensiblement identique à la longueur du fronton : 183,5 cm (183 si l’on suppose que l’architrave est en léger débord sur l’aplomb du mur). Si l’on retient cette hypothèse, la hauteur sous l’architrave est juste suffisante pour permettre à un homme de pénétrer dans le naiskos sans courber la tête. Si on envisage que le bloc est posé sur la façade principale, il faut alors prendre en compte le linteau qui réduit la hauteur de la porte d’au moins une vingtaine de centimètres, la limitant à 160 cm, ce qui paraît faible – mais non impossible – pour le passage d’un homme23.

54Nous supposons donc avec une bonne vraisemblance que le bloc est le fronton arrière, avec l’architrave reposant sur la paroi maçonnée, ce que conforte d’ailleurs l’absence de programme peint ou sculpté sur les métopes et le tympan. La grille que nous avons restituée protègerait alors les offrandes dans le fond du naiskos.

  • 24 Costamagna – Sabbione 1990, p. 79 proposent de la même façon de soutenir la toiture par deux antes

55À l’avant, nous restituons un bloc identique, mais avec l’architrave faisant office de linteau. L’épaisseur des parois latérales (27,25 cm) est supérieure à celle de la paroi frontale (17,9 cm) si bien que l’on peut supposer qu’il y avait, de part et d’autre de l’ouverture, deux antes aboutées sur des demi-colonnes ou plus vraisemblablement sur des pilastres doriques24.

  • 25 Bièvre-Perrin 2015, p. 142-152 ; De Juliis 1982 ; De Juliis 1984 ; Corrente 2001.
  • 26 Voir la rapide synthèse de Stephan Steingräber à propos des tombes à façade de Grande Grèce : Stei (...)
  • 27 Cf. note 22.

56Bien qu’elles ne soient pas conformes au canon dorique, ces proportions sont attestées archéologiquement (par exemple à Canosa25) et iconographiquement (les naiskoi représentés sur les vases italiotes sont généralement plus hauts que larges et relativement élancés)26, elles correspondent également aux autres restitutions proposées en Grande Grèce pour des naiskoi27.

  • 28 Grillo 2014, p. 263-280 et 288-289.
  • 29 Danner 1997, p. 127-128.

57La présence d’acrotères latéraux et probablement faîtiers, que nous restituons au-dessus et en bordure des deux frontons, est assurée. Ils sont scellés par deux tenons dont l’un est conservé pour chacun des acrotères latéraux. La forme en palmette étant la plus répandue en Grande Grèce – notamment à Locres, par exemple au thesmophorion du Ve siècle avant J.-C.28 – elle a été choisie par défaut. Il est possible d’imaginer des versions plus élaborées et rares : animaux, vases, personnages, scènes29. Enfin, le long des bordures latérales de la toiture, nous restituons une série de cinq antéfixes en quart de cercle verticaux en tenant compte de la distance entre la première antéfixe et l’extrémité de la toiture. Cette restitution impose une antéfixe sur le joint entre les deux blocs médians restitués.

  • 30 Notre restitution conforte globalement celles qui ont pu être proposées par ailleurs. Lippolis 199 (...)

58Si la restitution de la toiture est assurée, celle de l’élévation reste cependant hypothétique. En raison des lacunes de la documentation et des doutes qu’elles engendrent, nous avons choisi de ne pas restituer les couleurs sur le modèle en trois dimensions, et préférons proposer une vue d’artiste fondée sur nos recherches et quelques détails concernant les motifs (fig.17, 18)30.

Fig. 17 – Le naiskos de Locres, proposition de restitution.

Fig. 17 – Le naiskos de Locres, proposition de restitution.

Fig. 18 – Proposition de restitution des couleurs dans les caissons.

Fig. 18 – Proposition de restitution des couleurs dans les caissons.

Le décor du naiskos

59Outre qu’il permet une restitution plausible d’un naiskos, le bloc de Locres entrouvre une possibilité d’étude du décor que n’offre aucun autre vestige du même type de Grande Grèce. Des fragments de décor sont conservés en façade – frises peintes du fronton, représentations sculptées de pavot – frise peintes et, hypothetiquement, la petite Herculanaise, et à l’intérieur, quatre scènes narratives au fond des caissons du plafond. Si les frises peintes sont trop abîmées pour fonder des conclusions, les autres éléments fournissent des indices pour esquisser une étude religieuse, historique et sociologique de l’édifice.

Les pavots (fig.19)

60Situées aux angles supérieurs de la façade, au soffite du larmier, les deux fleurs de pavot sont représentées à deux moments du cycle végétal : à gauche une fleur à la corolle bien ouverte, à droite une fleur aux pétales flétris avec en son centre une capsule arrivée à maturité.

  • 31 Bréchet 2007 ; pour des données propres à la Grande Grèce, voir Hinz 1998, p. 42 et 46. En outre, (...)

61Les pouvoirs du pavot sont bien connus des anciens Grecs ; ils les utilisent dans leur pharmacopée comme sédatif, somnifère, antidote, analgésique, mais aussi comme drogue, voire comme poison. A priori, ce ne sont pas ces usages médicaux qui rendent compte de leur présence sur une tombe, mais leur symbolique religieuse eschatologique. Étroitement lié au sommeil et à la mort, le pavot est un symbole d’apaisement et de renaissance associé à Hypnos, Thanatos, Hécate, Asclépios et Perséphone. Aussi en trouve-t-on des représentations dans des sanctuaires de ces divinités à Tarente, Corinthe, Samos et Épidaure (des fleurs analogues à celles de Locres ornent les caissons de la tholos d’Asclépios). Il figure peut-être parmi les objets cachés dans la ciste des mystères éleusiniens31.

Fig. 19 – Les fleurons aux angles du soffite de la corniche : a. fleuron de gauche, fleur à la corolle bien ouverte ; b. fleuron de droite, une fleur aux pétales flétris avec en son centre une capsule arrivée à maturité.

Fig. 19 – Les fleurons aux angles du soffite de la corniche : a. fleuron de gauche, fleur à la corolle bien ouverte ; b. fleuron de droite, une fleur aux pétales flétris avec en son centre une capsule arrivée à maturité.
  • 32 Cf. Meirano 2000a, p. 177 ; Meirano 2002, p. 166 ; Meirano 2003. Les jeunes filles se rendaient en (...)
  • 33 Homère, Odyssée, IV, 220-232.

62À Locres et dans la colonie locrienne d’Hipponion, le pavot est relativement fréquent dans la coroplathie, comme le montrent par exemple les fameux pinakes et les modèles en terre cuite du sanctuaire de Mannella qui appartiennent au répertoire symbolique des cérémonies précédant les mariages32. Il est toujours en lien étroit avec Perséphone et Déméter et à une étape cruciale du mythe : c’est en portant machinalement du pavot à sa bouche que la mère, à la recherche de sa fille, termine son jeûne et oublie son chagrin. Cette symbolique de l’apaisement est sans doute évoquée par Homère lorsqu’il décrit une boisson comportant probablement du pavot : « une dose au cratère empêchait tout le jour quiconque en avait bu de verser une larme, quand bien même il aurait perdu ses père et mère »33 . Elle va de pair avec la promesse de la perpétuation de la vie (lorsque la capsule de pavot éclate, elle libère des milliers de graines).

  • 34 Hinz 1998, et notamment la partie consacrée à Locres, p. 202-209.
  • 35 Meirano 2002, p. 165 : « Nous sommes en présence d’un végétal ambigu qui constitue, comme la grena (...)

63Dans une cité où l’importance du couple éleusinien et de l’orphisme est bien attestée, la présence du pavot sur un naiskos funéraire n’est donc pas étonnante34. Représenté dans son épanouissement et dans sa phase finale, il symbolise les cycles de la vie — la maturité et la mort — et le repos éternel, l’annonce d’une renaissance du mort et le dépassement du deuil par les vivants35.

Les moulurations peintes36

  • 36 Voir supra, la description de couleurs qui accompagnent l’analyse architecturale.

64Nous avons relevé de nombreuses traces de peinture rouge vermillon et jaune, apposée directement sur la pierre. En façade, la taenia qui couronne l’architrave avec les regulae et les gouttes, ainsi que les mutules avec les gouttes et les viae au soffite des larmiers étaient peintes en rouge. En couronnement de la corniche, le talon du bec de corbin présente une alternance de triangles pointés vers le haut, avec successivement deux triangles rouges et trois jaunes. L’ovolo qui fait la jonction entre le larmier des rampants et le tympan présente une frise sur laquelle on distingue une alternance d’oves accentués d’un tracé en U, jaunes et rouges, séparés par des pointes encadrées par des traits verticaux qui s’élargissent en triangles rouges vers le bas. Il n’y a pas trace de bleu comme il serait attendu sur les triglyphes, on peut supposer que cette teinte, souvent fragile, a disparu (fig. 9). À l’intérieur, les filets successifs qui construisent les poutres encadrant le fond des caissons sont peints en jaune ; les baguettes en quart-de-rond qui encadrent les filets sont exemptes de vestiges de peintures. Peut-être étaient-elles aussi en bleu, comme on le suppose pour les triglyphes. Enfin les rainures à fond plat au soffite des poutres ont conservé des traces de peinture rouge.

Les scènes peintes au fond des caissons (fig. 20)

  • 37 Le bas des scènes 1 et 4 (voir schéma) semble sur la face avant du fragment, celui des scènes 2 et (...)

65Les quatre caissons sont ornés de scènes très détériorées ; les vingt caissons perdus devaient en porter de semblables. La dégradation des scènes est telle qu’identifier leurs personnages est forcément hypothétique et qu’il est impossible d’en repérer sûrement l’orientation37 et de les insérer dans un cycle pictural et symbolique cohérent. Il est néanmoins possible d’envisager un décodage des traces qu’elles ont laissées car elles ont certainement été choisies en raison de leur valeur funéraire et eschatologique :

  • 38 Nyenhuis 1986, si Dédale n’était pas toujours représenté barbu, Icare ne l’est que très rarement.
  • 39 Delpech 2000, p. 246 ; la symbolique initiatique du plongeon est importante en Grande Grèce.
  • 40 Nyenhuis 1986 ; Grimal 1969, p. 118, le père d’Icare est associé à l’histoire de la Grande Grèce ; (...)

66Scène 1 : c’est la seule scène suffisamment lisible pour autoriser une tentative d’identification. Il s’agit d’un personnage masculin barbu et ailé, dont les bras sont tendus devant les ailes. Il pourrait s’agir de Zeus enlevant Ganymède ou de Boréas et Oreithyia. Mais les rares représentations de Zeus et Ganymède en Grande Grèce figurent le dieu sous sa forme humaine. Quant à Boréas, ses ailes sont attachées dans son dos. Le carton utilisé dans notre caisson est seulement attesté pour des figurations de Dédale et Icare. Contrairement à d’autres personnages ailés, leurs ailes factices sont fixées sur les bras. Le personnage étant barbu, Dédale semble l’identification la plus plausible38. Sa présence dans un édifice funéraire est conforme à la symbolique eschatologique dont il est porteur et à son succès en Italie du sud. Associé à la démesure qui mène à la mort, le vol de Dédale et d’Icare est également un symbole du courage et de l’aspiration divine : le jeune homme a voulu s’approcher d’un peu trop près de l’Olympe. Le plongeon fatal d’Icare dans la mer signifie le passage de la vie à la mort et la renaissance qui la suit39. Jacob E. Nyenhuis souligne que l’iconographie d’Italie du sud accorde un intérêt nouveau au couple Dédale-Icare au cours des Ve et IVesiècles avant J.‑C. (un intérêt qui se poursuit jusqu’à la période impériale40).

  • 41 Boardman – Palagia – Woodford 1988.

67Scène 2 : la disposition des jambes, une tendue à l’arrière, l’autre pliée à l’avant, évoque la posture d’un porteur d’épieu ou de lance. Il pourrait s’agir d’une scène de chasse ou de combat, éventuellement d’Héraclès si l’on accepte de voir une extrémité de la peau du lion de Némée entre les jambes du personnage41.

68Scène 3 : très mal conservée, cette scène pourrait représenter un personnage tenant un thyrse, il semble qu’on puisse de nouveau identifier une aile.

  • 42 Guimier-Sorbets 2010 et Guimier-Sorbets 2015.

69Scène 4 : il s’agit peut-être d’une femme drapée. Un parallèle peut être proposé avec peinture d’un caisson d’une tombe alexandrine du IVe siècle appartenant à un cycle représentant le voyage du mort42. Si on établit une relation avec les autres scènes, on peut proposer hypothétiquement d’identifier une ménade ou Ariane juchée sur le taureau, voire Perséphone assise sur son trône.

  • 43 Carter 1983.

70Ces scènes peintes présentent une originalité historiquement intéressante. Mis à part dans le cas alexandrin évoqué et le monument des Néréides, où des têtes féminines sont apparues sous ultra-violet, les couvercles de caissons peints grecs présentent des motifs géométriques ou floraux : dans le cas de scènes figurées, elles sont plutôt sculptées. Selon Joseph Coleman Carter, la peinture y prédominait aux Ve et IVsiècles avant J.-C. avant d’être supplantée par la sculpture43.

Fig. 20 – Les quatre scènes peintes dans le fond des caissons (traitement : André Pelle).

Fig. 20 – Les quatre scènes peintes dans le fond des caissons (traitement : André Pelle).

La statue (fig. 14)

71La statue du type petite Herculanaise aurait été retrouvée dans la même zone que le fragment de naiskos. Sa dimension funéraire semble acquise, en revanche son association à l’édifice que nous étudions est hypothétique.

  • 44 Bieber 1977 ; Rollet 1999, p. 263-265.
  • 45 Sur la diffusion du type de l’Herculanaise dans l’Empire romain, voir Trimble 2011.

72Selon Margaret Bieber, suivie par Claude Rolley, la grande et la petite Herculanaise sont initialement un type double représentant deux femmes d’âges et de tailles différents qui pourrait avoir pour origine un groupe de Praxitèle représentant les déesses d’Éleusis44. À l’époque hellénistico-romaine, les deux types sont utilisés pour les portraits des femmes du milieu impérial et des notables de province45. La statue de Locres serait un cas unique pour la Grande Grèce.

Approche historique et sociologique

  • 46 Steingräber 2000, p. 118-119.

73Les parallèles avec les naiskoi de Grande Grèce dont la base est connue incitent à dater le naiskos de Locres des IVe-IIIe siècles, les comparaisons opérées par Stephan Steingräber avec la peinture funéraire indiquent la période hellénistique46. Le faible démaigrissement intérieur du cadre d’anathyrose et l’iconographie des caissons permettent de situer la taille du bloc à la même époque. Locres est alors une cité puissante, qui contrôle un large territoire. Ces datations concordent avec la chronologie générale telle qu’elle est établie aujourd’hui : c’est la grande période de succès des naiskoi en Apulie (et en Calabre en contexte indigène).

  • 47 Si l’on replace le type au sein d’une typologie plus vaste – « édicule à façade » – on peut opérer (...)
  • 48 Mertens 1984, voir notamment la planche 78 et le beilage 33, p. 139 à 148, et en particulier ce qu (...)
  • 49 Le temple ionique de Marasà offre des parallèles intéressants pour le geison : sa construction est (...)

74Préciser les origines du modèle locrien est délicat, car le modèle italiote du naiskos rencontre un succès simultané en Attique et en Grande Grèce : doit-on y voir une illustration calabraise de l’influence attique sur toute l’Italie du sud ? Ou une création originale de la région47 ? La deuxième hypothèse est a priori la plus séduisante et rattacher notre naiskos, comme les naiskoi indigènes calabrais, aux modèles tarentins est plausible. Outre les différences qui séparent les sociétés locrienne et tarentine, les exemplaires présentent des écarts notables : à Tarente, les constructeurs réalisent leurs élévations avec des assemblages complexes et les métopes sont couvertes de scènes de bataille en relief, à Locres il s’agit d’un bloc monolithique et ses métopes vierges. Les artisans ne sont donc probablement pas les mêmes qu’en Apulie. Un rapprochement avec la Sicile semble pertinent. L’île offre des parallèles, notamment le temple A de Sélinonte, ceux des Dioscures d’Agrigente, de Ségeste et de Mégara Hyblaea (pour ses triglyphes et la fleur dans le geison)48. Locres est séculairement liée à Syracuse et les artisans qui ont accompagné Hiéron lors de son intervention ont pu emporter avec eux la tradition architecturale sicilienne49. Enfin, il est probable que le calcaire du bloc a été importé d’une carrière sicilienne.

Dimensions funéraires et religieuses

  • 50 Guimier-Sorbets 2002, p. 164 et sq.
  • 51 Guimier-Sorbets 2006, p. 202.
  • 52 L’idée d’une héroïsation personnelle était peut-être présente dans un premier temps, mais il me se (...)

75En raison de sa parenté avec un temple, la forme du naiskos désigne son espace comme un espace autre, sacré, partagé entre monde des vivants (la partie supérieure permet d’établir avec le défunt la relation qui est recherchée avec une divinité) et monde des morts (la partie souterraine, inaccessible). Dans les représentations figurées, selon Anne-Marie Guimier-Sorbets, la forme s’apparente à celle des dais funéraires des héros et des baldaquins des rois perses et d’Alexandre50. Ces deux références renvoient à l’idée d’héroïsation individuelle et/ou à celle d’un culte des ancêtres. Après l’installation du cadavre sur le lit funéraire lors des funérailles, la tombe maison éternise la prothesis et les honneurs qui lui sont rendus51. Le prestige de l’ancêtre le plus ancien rejaillit sur tous les occupants et sur les vivants en célébrant leur lignée prestigieuse52. L’hypothèse que cette mise en scène religieuse et sociale rende intelligible le naiskos locrien paraît non dénuée de fondements.

  • 53 Hinz 1998, p. 202-209.
  • 54 Fréquents sur les acrotères et frontons de l’architecture funéraire italiote, monstres, sirènes, g (...)

76Dans le contexte locrien où l’influence éleusinienne est bien attestée, dont les pavots du geison sont un témoignage, il est permis d’associer Perséphone au naiskos53. Bien que leur identification soit imprécise, les scènes mythologiques semblent bien s’inscrire dans les répertoires de l’allégorie eschatologique qui identifie le défunt à des personnages « sauvés » ou guidés vers l’au-delà (scènes de rapt). Quant aux autres motifs tels que les acrotères, leur disparition interdit leur exégèse, il est néanmoins probable qu’à l’instar de ceux que l’on connaît dans l’art funéraire, ils soient dotés d’une valeur apotropaïque et symbolique54. L’ensemble peut être considéré comme un témoignage de l’évolution de la vie religieuse et de la place primordiale de l’inquiétude de l’au-delà.

L’identité du mort, du commanditaire

  • 55 Castoldi 2002, p. 305. On ajoutera que les classes « moyennes » ne disposaient pas de la surface f (...)

77D’une manière générale, la noblesse de l’architecture, la qualité du matériau et du répertoire ornemental indiquent que les commanditaires des naiskoi de Grande Grèce appartiennent aux milieux les plus aisés55. Le succès et le souci ostentatoire du mnéma célébrant le statut du mort vont de pair avec l’affirmation croissante de l’individu au cours du IVe siècle dans une société où les strates se font plus complexes. Ce modèle de séma est donc révélateur d’une société hiérarchisée, mais aussi des clivages politiques et culturels qui divisent les milieux supérieurs, car il n’est pas adopté par tous (surtout à Tarente). Dans le contexte calabrais, il est probable que s’y ajoute l’ambition des Grecs de Locres d’affirmer l’emprise sur le territoire et leur grécité. Ils ressentent peut-être d’autant plus le besoin d’affirmer celle-ci que les indigènes s’en approprient les codes en les adaptant à leur culture (la dimension collective de leurs naiskoi correspond aux pratiques indigènes de la sépulture de groupe).

  • 56 Sissa 1987, p. 152. Dans l’iconographie, le genre est réputé identifiable par des attributs conven (...)
  • 57 Voir le commentaire 6.6 de Pierre Gros dans son édition de Vitruve, De l’architecture, livre IV.
  • 58 Il n’existe néanmoins aucun autre exemple de portrait de femme en « grande Herculanaise » dans un (...)
  • 59 À Tarente, la plupart des tombes à chambre découvertes et susceptibles d’avoir été signalées par u (...)

78Étant donné son site, la chôra locrienne, le commanditaire du naiskos doit être un riche propriétaire foncier de la fin du IVe siècle ou du début du IIIe siècle avant J.-C. S’agissait-il d’un homme, d’une femme ou d’un groupe ? Les données anthropologiques font trop défaut en Grande Grèce pour tenter de déterminer le genre des individus dont la sépulture est marquée par un naiskos, et aucun parallèle ne peut donc être proposé. Par ailleurs, le décor ne permet pas de se prononcer ; aucun des motifs ornementaux ou des scènes estimées révélatrices du genre et de la culture du mort ne sont connus56. L’analyse de l’architecture et de l’iconographie sont donc la seule piste de réflexion : selon Pierre Gros, l’ordre dorique est l’ordre viril par excellence57, mais, même si sur les vases funéraires italiotes, le naiskos est majoritairement associé à des hommes, il existe de nombreuses représentations féminines ; les liens avec les cultes de Déméter et Perséphone semblent pointer la sphère féminine. Voir dans la petite Herculanaise une représentation de la morte est donc concevable58. Mais même si l’origine de la statue était certaine, il ne serait pas possible d’identifier la jeune femme représentée comme la seule bénéficiaire du marqueur. Les naiskoi servent en effet de tombes individuelles ou pour deux individus en contexte grec, mais de tombes collectives/familiales en contexte indigène59.

Conclusion

  • 60 Bièvre-Perrin à paraître.

79Bien que la hauteur du bâtiment et de l’encadrement de la porte ne soit pas documentée, notre restitution repose sur des éléments fiables. Le fragment locrien permet d’éclairer efficacement la physionomie antique des naiskoi : ils ont l’allure de temples miniatures élevés sur un podium. Les spécificités du bloc invitent cependant à la prudence et à éviter toute généralisation. Édifice funéraire d’un ou d’une probable riche propriétaire de la chôra locrienne, le naiskos de Locres s’inscrit au sein de la vaste typologie de marqueurs de tombes de Locres60 et témoigne des interrogations eschatologiques peut-être éleusiniennes des élites des années 300 av. J.‑C.

Haut de page

Bibliographie

Sources antiques

Athénée = Athénée, I Deipnosofisti, traduit et commenté par L. Canfora, Rome, 2001.

Clément d’Alexandrie = Clément d’Alexandrie, Le protreptique, introduction, traduction et notes par C. Mondésert, 2nde édition revue et augmentée du texte grec par A. Plassart, Paris, 2004

Homère = Homère, L’Odyssée, chants I-VII, texte établi, traduit et commenté par V. Bérard, Paris, 1962. 

Vitruve = Vitruve. De l’Architecture, livre IV, texte établi, traduit et commenté par P. Gros, Paris, 1992.

Bibliographie

Belli Pasqua 1995 = R. Belli Pasqua, Taranto. La scultura in marmo e in pietraCatalogo del Museo Nazionale archeologico di Taranto, IV,1, Tarente, 1995.

Bièvre-Perrin 2014 = F. Bièvre-Perrin, 150 ans de recherche sur les marqueurs de tombe en Grande Grèce : bilan historiographique et mise en perspective historique, dans TOPOI, 18, 2014, p. 347-365.

Bièvre-Perrin 2015 = F. Bièvre-Perrin, Les monuments funéraires de Grande Grèce : recherches sur les marqueurs de tombes du Vème au IIIème siècle avant J.-C., thèse de doctorat, Université Lumière Lyon 2, 2015.

Bièvre-Perrin à paraître = F. Bièvre-Perrin, Les marqueurs de tombes au sein du paysage funéraire italiote (Ve-IIIe s. av. J.-C.), dans A. Attia, D. Costanzo, Ch. Mazet, V. Petta (éd.), L’archéologie funéraire en l’Italie du Sud (fin VIe - début IIIe siècle av. J.-C.), actes du colloque, Venosa, à paraître.

Bieber 1977 = M. Bieber, Ancient copies. Contributions to the history of Greek and Roman art, New York, 1977.

Boardman – Palagia – Woodford 1988 = J. Boardman, O. Palagia, S. Woodford, Herakles, dans LIMC, IV, 1-2, Zürich-Munich, 1988, p. 728-838 et pl. 444-559.

Bréchet 2007 = C. Bréchet, À la recherche des objets sacrés d’Éleusis : langage et mystères, dans Ch. Delattre (dir.), Objets sacrés, objets magiques de l’Antiquité au Moyen Age, 2007, p. 23-51.

Burgers 1998 = G.-J. L.M. Burgers, Constructing Messapian landscapes, Amsterdam, 1998.

Büsing-Kolbe 1978 = A. Büsing-Kolbe, Frühe griechische Türe, dans JDAI, 93, 1978, p. 66-174.

Carter 1975 = J.C. Carter, The sculpture of Taras, dans TAPhS, 65-7, 1975.

Carter 1983 = J.C. Carter, The sculpture of the sanctuary of Athena Polias at Priene, Londres, 1983.

Castoldi 2002 = M. Castoldi, Rilievi in « pietra tenera », dans Museo archeologico di Cremona. Le collezioni. Grecia, Italia Meridionale e Sicilia, Milan, 2002, p. 305-312.

Corrente 2001 = M. Corrente, 1912 un ipogeo al confine : la tomba Varrese, Canosa di Puglia, 2001.

Costabile – Martorano – Nittis 2006 = F. Costabile, F. Martorano, V. De Nittis, Il tempio ionico di Marasà a Locri Epizefiri. Per un Atlante dell’architettura samia in Occidente, dans F. Costabile (dir.), Polis. Studi interdisciplinari sul mondo antico, Rome, 2006, p. 17‑60.

Costamagna 1985 = L. Costamagna, Paolo Orsi a Locri : la necropoli, dans Rivista Storica Calabrese, 6, 1985, p. 73-82.

Costamagna - Sabbione 1990 = L. Costamagna, C. Sabbione, Una città in Magna Grecia. Locri Epizefiri. Guida archeologica, Reggio de Calabre, 1990.

Crimaco - Proetti 1989 = L. Crimaco, L. M. Proetti, Vibo Valentia : necropoli in località Piercastello, dans ASNP, 19, 1989, p. 787-810.

Danner 1997 = P. Danner, Westgriechische Akrotere, Mayence, 1997.

De Juliis 1982 = E. De Juliis, Nuovi ipogei canosini del IV e III sec. a.C., dans Atti del II Convegno sulla Preistoria, Protostoria e Storia della Daunia, S. Severo 1980, San Severo, 1982, p. 253-269

De Juliis 1984 = E. De Juliis, Nuovi documenti di pittura figurata dall’« Apulia», dans DdA, 2-1, 1984, p. 25-30.

Delpech 2000 = F. Delpech, Le plongeon des origines : variations méditerranéennes, dans RHR, 2000, p. 203-255.

Elia 2010 = D. Elia, Locri Epizefiri VI. Nelle Case di Ade. La necropoli in contrada Lucifero. Nuovi documenti, Alessandria, 2010.

Elia – Meirano 2010 = D. Elia, V. Meirano, Signalisation des sépultures dans les nécropoles grecques d’Italie du sud et de Sicile, dans A.-M. Guimier-Sorbets et Y. Morizot, L’enfant et la mort dans l’antiquité I, nouvelles recherches dans les nécropoles grecques. Le signalement des tombes d’enfants, Paris, 2010.

Fedak 1990 = J. Fedak, Monumental tombs of the Hellenistic Age: A study of selected tombs from Pre-Classical to the Early Imperial Era, Toronto-Buffalo-Londres, 1990.

Franciscis 1979 = A. de Franciscis, Il Santuario di Marasà in Locri Epizefiri. I. Il tempio archaico, Naples, 1979.

Frontisi Ducroux 2014 = F. Frontisi Ducroux, La mort en Grèce antique, dans M. Godelier (dir.), La mort et ses au-delà, Paris, 2014, p. 51-63.

Greco 2009 = E. Greco, La Calabria, dans ASMG 48, 2, 2009, p. 825-866.

Grillo 2014 = E. Grillo, Le terrecotte architettoniche, dans R. Agostino, M. Milanesio Macrì (dir.), Il thesmophorion di Locri Epizefiri, Reggio de Calabre, 2014.

Grimal 1969 = P. Grimal, Dictionnaire de la mythologie grecque et romaine, Paris, 1969 (1ère édition : 1951).

Guimier-Sorbets 2002 = A.M. Guimier-Sorbets, Architecture et décor funéraires, de la Grèce à l’Égypte : l’expression du statut héroïque du défunt, dans Chr. Müller, Fr. Prost (dir.), Identités et cultures dans le monde méditerranéen antique : en l’honneur de Francis Croissant, Paris 2002, p. 159-180. 

Guimier-Sorbets 2006 = A.-M. Guimier-Sorbets, Architecture funéraire monumentale à l’époque hellénistique : des modèles macédoniens aux nécropoles alexandrines, dans O. Ozbek, P. Chuvin, P. Carlier (éd.), Funeral rites, rituals and ceremonies from Prehistory to Antiquity. Procedings of the international workshop « Troas and its neighbours », Paris, 2006, p. 191-203.

Guimier-Sorbets 2010 = A.-M. Guimier-Sorbets, D’autres croyances, d’autres pratiques funéraires : les deux états de la tombe 2 dans la nécropole d’Anfouchi à Alexandrie, dans BCH, 134, 2010, p. 153-175.

Guimier-Sorbets 2015 = A.-M. Guimier-Sorbets, Vers un au-delà bienheureux. Les peintures des tombes d’Anfouchi et de Kôm el-Chougafa à Alexandrie, dans CRAI, 1, 2015, p. 399-413.

Gullini 1980 = G. Gullini, La cultura architettonica di Locri Epizefirii : documenti e interpretazioni, Tarente, 1980. 

Hellmann 2006 = M.-C. Hellmann, L’architecture grecque, 2. Architecture religieuse et funéraire, Paris, 2006.

Hinz 1998 = V. Hinz, Der Kult von Demeter und Köre auf Sizilien und in der Magna Graecia, Wiesbaden, 1998

Lamboley 1998 = J.L. Lamboley, Édifice funéraire d’une nécropole de Roca Vecchia, dans Studi di Antichità, 5, 1998, p. 161-175.

Lippolis 1994 = E. Lippolis, La tipologia dei semata, dans Catalogo del museo nazionale archeologico di Taranto, III, 1, Tarente, 1994, p. 108-128.

Magnien 1938 = V. Magnien, Les mystères d’Éleusis, leurs origines, le rituel de leurs initiations, Paris, 1938.

Meirano 2000a = V. Meirano, Mets et végétaux en Grande Grèce, dans J. M. Luce (dir.), Paysage et alimentation dans le monde grec, Toulouse, 2000, p. 167-180.

Meirano 2000b = V. Meirano, Cibi e vegetali in Magna Grecia : Nuovi documenti e proposte interpretative, dans Bolletino della società Piemontese di archeologia e belle arti, 52, 2000, p. 25-39.

Meirano 2002 = V. Meirano, Le pavot en Grèce ancienne : aspects alimentaires, pharmaceutiques et cultuels, dans F. Audoin Rouzeau, F. Sabban (dir.), Un aliment sain dans un corps sain. Perspectives historiques, Actes du Deuxième colloque de l’Institut Européen d’Histoire et des Cultures de l’Alimentation, Tours 14 - 15/12/2002, Tours, 2007, p. 153-174.

Meirano 2003 = V. Meirano, Vegetali ed alimenti sui pinakes locresi. Note interpretative, dans Orizzonti. Rassegna di archeologia, 4, 2003, p. 155-167.

Mertens 1984 = D. Mertens, Der Tempel von Segesta und die dorische Tempel baukunst des Griechischen Westens in klassischer Zeit, Mayence, 1984.

Nyenhuis 1986 = J.E. Nyenhuis, Daidalos et Ikaros, dans LIMC, III, 1, Zürich-Munich, 1986, p. 313-321.

Osanna 1992 = M. Osanna, Chorai coloniali da Taranto a Locri. Documentazione archeologica e ricostruzione storica, Rome, 1992.

Pontrandolfo et al. 1998 = A. Pontrandolfo, G. Prisco, E. Mugione et F. Lafage, Semata e naiskoi nella ceramica italiota, dans AION, 10, 1988, p. 181-202.

Rollet 1999 = C. Rollet, La sculpture grecque, Paris, 1999.

Sissa 1987 = G. Sissa, Le corps virginal : la virginité féminine en Grèce ancienne, Paris, 1987.

Spadea à paraître = R. Spadea, La tomba a camera in località Casteneto di Tiriolo, dans Ollus leto datus est, atti del convegno internazionale, Reggio Calabria, ott. 2013, à paraître

Steingräber 2000 = S. Steingräber, Arpi-Apulien-Makedonien. Studien zum unteritalischen Grabwesen in hellenistischer Zeit, Mayence, 2000.

Trimble 2011 = J. Trimble, Women and visual replication in Roman imperial art and culture, Cambridge, 2011.

ValletVillard 1966 = G. Vallet, F. Villard, Mégara Hyblaea 4. Le temple du IVe siècle, Paris, 1966.

Visonà 2016 = P. Visonà, Controlling the Chora. Topographical investigations in the territory of Locri Epizephyrii (southeastern Calabria, Italy) in 2013-2015, dans The Journal of Fasti Online, 2016. Url : http://www.fastionline.org/docs/FOLDER-it-2016-351.pdf (consulté le 16/09/2017).

Haut de page

Notes

1 Costamagna – Sabbione 1990, p. 83, fig. 79. Le rattachement de la statue provenant de la contrada Faraone au naiskos n’est qu’hypothétique.

2 Pour un bilan historiographique à propos des marqueurs de Grande Grèce, voir Bièvre-Perrin 2014.

3 À Tarente, où des milliers de fragments d’édicules funéraires ont été découverts, il est généralement impossible d’associer les blocs entre eux et de les replacer dans un contexte précis : il s’agit de puzzles incomplets dont les pièces sont interchangeables.

4 En l’état de la recherche, le naiskos de Locres est daté du IVe ou du IIIe siècle av. J.-C. (Costamagna – Sabbione 1990, p. 79 ; Elia - Meirano 2010, p. 305). Le faible démaigrissement intérieur du cadre d’anathyrose ainsi que des rapprochements avec des bâtiments de Grande Grèce (Locres) et de Mégara Hyblaea (pour les triglyphes et la fleur notamment) invitent à retenir la fin du IVesiècle (Pontrandolfo et al. 1998).

5 Nous remercions D. Elia, V. Meirano, M.F. Billot et A.-M. Guimier-Sorbets pour leur aide et leurs conseils, ainsi que le musée de Locres, en la personne de R. Agostino et M.C. Preacco qui ont donné leur aimable autorisation pour la présente étude.

6 Costamagna – Sabbione 1990, p. 26. Pour une synthèse sur les nécropoles de Locres, voir Elia 2010.

7 L’étude du mobilier confirme cette datation : Elia 2010, p. 9-10.

8 L’identification de cet axe est liée aux travaux sur la R.106 dans les alentours de Locres dans les années 2000. Voir aussi Visonà 2016.

9 Elia 2010, p. 9-10. En 1926, à la suite d’une découverte fortuite, des fouilles probablement menées dans la même zone ont dégagé une sépulture supplémentaire.

10 La nécropole de contrada Faraone est, à notre connaissance, la plus éloignée des murailles de la cité antique.

11 Voir note 8 ; Osanna 1992, p. 210 et 220-221.

12 Costamagna 1985, p. 77. Paolo Orsi consigne le résultat de ses travaux dans ses fameux carnets, les Taccuini Orsi ; il n’eut pas le temps d’écrire la monographie qu’il souhaitait consacrer à la cité de Locres.

13 Taccuini Sic. 95, p. 99bis-100bis.

14 Carter 1975.

15 Étant donné le manque de matériaux de qualité en Italie du sud, les Grecs n’hésitent pas à déplacer la pierre, voire les blocs déjà taillés, sur de longues distances pour réaliser leurs monuments funéraires. Marina Castoldi envisage que la pietra tenera utilisée pour les reliefs tarentins soit issue de carrières de Ceglie Messapica, dans les Pouilles, et que leur création soit due à des ateliers locaux plus ou moins spécialisés (Castoldi 2002) : nous n’avons donc pas affaire, comme c’est parfois le cas pour les stèles, à une importation des blocs sculptés directement depuis l’Attique. Pour le bloc de Locres, la question reste en suspens. Voir Costabile – Martorano – Nittis 2006 à propos du temple de Marasà.

16 Le bloc est conservé à l’Antiquarium de Locres, voir Costamagna – Sabbione 1990, p. 80. Les dimensions excluent qu’ils appartiennent au même édifice.

17 On trouve le motif des triangles à Locres dès la période archaïque, cf. Franciscis 1979.

18 Soit l’angle inscrit entre deux côtés d’un dodécagone.

19 Nous remercions André Pelle (CNRS), qui a traité certaines de nos photographies afin de faire ressortir les pigments, mais faute d’une campagne photographique en très haute qualité et d’un matériel spécialisé, le travail n’a pas permis d’obtenir de résultats probants.

20 En Grande Grèce, Stephan Steingräber recense des plafonds à caissons à Tarente, Métaponte et Naples, parfois ornés de rosettes, patères ou de losanges. Il cite également des exemples étrusques archaïques et celui d’Ostrusha en Thrace (Steingräber 2000, p. 114).

21 Costamagna – Sabbione 1990, p. 83.

22 Voir la présentation des vestiges archéologiques de naiskoi dans Bièvre-Perrin 2015, p. 85-119 : lorsqu’il est documenté, le plan des tombes à naiskos de Grande Grèce est rectangulaire ; voir notamment les cas de Roca Vecchia (Lamboley 1998, p. 161-175), Muro Tenente (Burgers 2010), Hipponion (Crimaco – Proetti 1989) et Tiriolo (Greco 2009 ; Spadea à paraître).

23 Sur la forme, le décor et les proportions de la porte, voir Büsing-Kolbe 1978, p. 66-174.

24 Costamagna – Sabbione 1990, p. 79 proposent de la même façon de soutenir la toiture par deux antes.

25 Bièvre-Perrin 2015, p. 142-152 ; De Juliis 1982 ; De Juliis 1984 ; Corrente 2001.

26 Voir la rapide synthèse de Stephan Steingräber à propos des tombes à façade de Grande Grèce : Steingräber 2000, p. 111.

27 Cf. note 22.

28 Grillo 2014, p. 263-280 et 288-289.

29 Danner 1997, p. 127-128.

30 Notre restitution conforte globalement celles qui ont pu être proposées par ailleurs. Lippolis 1994, p. 115, ill. 83. Roberto de Vito a proposé une restitution en trois dimensions du naiskos de via Umbria, dont le musée de Tarente expose un modèle à l’échelle 1. Ce travail n’a fait l’objet d’aucune publication, mais on peut voir la restitution dans une vidéo proposée par le Museo Nazionale Archeologico di Taranto : https://www.facebook.com/video/video.php ?v =1311031132309 (consulté le 16/09/2017).

31 Bréchet 2007 ; pour des données propres à la Grande Grèce, voir Hinz 1998, p. 42 et 46. En outre, p. 203, Valentina Hinz identifie Perséphone sur une monnaie de Locres figurant une déesse assise sur un trône, avec une patère et un sceptre en forme de pavot – voir par exemple un exemplaire conservé par la BNF : notice n° FRBNF41741969, http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb41741969b (consulté le 16/09/2017).

32 Cf. Meirano 2000a, p. 177 ; Meirano 2002, p. 166 ; Meirano 2003. Les jeunes filles se rendaient en pleine nuit à ce sanctuaire éloigné de la cité avant leur mariage ; selon Valeria Meirano, le pavot est un symbole du passage de l’état de jeune fille à celui de l’épouse et renverrait au changement d’état provoqué par la prise d’opium (l’opium serait né des larmes d’Aphrodite à la mort d’Adonis).

33 Homère, Odyssée, IV, 220-232.

34 Hinz 1998, et notamment la partie consacrée à Locres, p. 202-209.

35 Meirano 2002, p. 165 : « Nous sommes en présence d’un végétal ambigu qui constitue, comme la grenade, un véritable pont entre la vie et la mort. » Magnien 1938, p. 136 : « Le pavot que l’on offre à Déméter symbolise la terre, mais représente aussi la force de sommeil et d’oubli qui s’empare des hommes après la mort et avant la renaissance. »

36 Voir supra, la description de couleurs qui accompagnent l’analyse architecturale.

37 Le bas des scènes 1 et 4 (voir schéma) semble sur la face avant du fragment, celui des scènes 2 et 3 semble du côté gauche, lorsque l’on fait face au fronton.

38 Nyenhuis 1986, si Dédale n’était pas toujours représenté barbu, Icare ne l’est que très rarement.

39 Delpech 2000, p. 246 ; la symbolique initiatique du plongeon est importante en Grande Grèce.

40 Nyenhuis 1986 ; Grimal 1969, p. 118, le père d’Icare est associé à l’histoire de la Grande Grèce ; selon certaines versions, il aurait terminé son vol à Cumes, où il aurait dédié un temple à Apollon.

41 Boardman – Palagia – Woodford 1988.

42 Guimier-Sorbets 2010 et Guimier-Sorbets 2015.

43 Carter 1983.

44 Bieber 1977 ; Rollet 1999, p. 263-265.

45 Sur la diffusion du type de l’Herculanaise dans l’Empire romain, voir Trimble 2011.

46 Steingräber 2000, p. 118-119.

47 Si l’on replace le type au sein d’une typologie plus vaste – « édicule à façade » – on peut opérer un parallèle avec un édifice funéraire à Rhodes, les échanges commerciaux entre les deux cités ont pu conduire à l’importation du type dans l’île ; Belli Pasqua 2010, p. 48). On doit poser au moins pour la forme la question d’une éventuelle influence de Sparte à Tarente, d’où le modèle se diffuse en Italie du sud, en Apulie puis vers l’ouest, où il est adapté par les indigènes. Si l’influence de la métropole lacédémonienne sur sa fondation est attestée dans le domaine de la céramique, elle est indécelable dans celui qui nous intéresse, ne serait-ce que parce que l’architecture funéraire de Sparte est peu connue (seule la tombe du Trône d’Apollon, aujourd’hui détruite, permet d’établir un parallèle ; cette tombe monumentale comportait une statue centrale et des frises avec des scènes mythologiques ; Fedak 1990, p. 37-38). Le rôle d’Athènes est jugé majeur, les sources iconographiques et archéologiques sont nombreuses : le mur principal des tombes familiales à péribole était orné de vases en pierre, de cippes, de statues, et, plus rarement – principalement à la fin du IVesiècle – d’un naiskos (Hellmann 2006, p. 288). Selon Enzo Lippolis, il s’agit de leur lieu de création, les naiskoi de Tarente sont sans précédent dans la cité et dus à l’adoption du modèle attique avant que ne s’opère une autonomisation du modèle italiote, en particulier avec le développement du style taranto-corinthien. Dans l’iconographie, Tarente mêle cependant les influences, les thèmes guerriers, les cuirasses militaires et les armes sont un emprunt aux Macédoniens.

48 Mertens 1984, voir notamment la planche 78 et le beilage 33, p. 139 à 148, et en particulier ce qui concerne la frise dorique (p. 139-140, pl. 78-79), le geison (p. 140-141) et ses décors d’angles (p. 147), les simas ; Vallet Villard 1966 pour Mégara.

49 Le temple ionique de Marasà offre des parallèles intéressants pour le geison : sa construction est datée des années 480-470 ou des environs de 450 av. J.-C. et il s’agit selon Giorgio Gullini (Gullini 1980, p. 67-68 et 83-109) du produit d’une culture architecturale typiquement sicilienne, à relier à l’intervention de Hiéron en 477 à Locres. Voir Costabile – Martorano – Nittis 2006 pour un bilan plus récent des données, qui contredit Gullini sur l’origine de la pierre utilisée pour construire le temple (non pas syracusaine, mais bien locale) et nuance la possibilité d’une officine syracusaine installée à Locres.

50 Guimier-Sorbets 2002, p. 164 et sq.

51 Guimier-Sorbets 2006, p. 202.

52 L’idée d’une héroïsation personnelle était peut-être présente dans un premier temps, mais il me semble que le concept de culte familial rend mieux compte de ce que l’on observe : le naiskos valorise les aïeux morts et leurs descendants en affirmant la continuité des générations. Le message justifie un investissement économique massif dans l’architecture funéraire. La construction d’une tombe à édicule s’inscrit dans une chronologie longue, de l’importation des matières premières à la fermeture de la tombe, qui suggère que la sépulture est commanditée du vivant de son occupant, ou bien que les dépositions sont secondaires (ce que l’archéologie ne semble pas corroborer). Le marqueur servirait à la fois de viatique et de moyen de communication pour les vivants, y compris le destinataire du tombeau qui, de son vivant, peut se vanter de la construction d’un édifice de prestige et affirmer son statut.

53 Hinz 1998, p. 202-209.

54 Fréquents sur les acrotères et frontons de l’architecture funéraire italiote, monstres, sirènes, gorgones, Cerbère, protègent la tombe. Associant pierre, mort et invisibilité, la symbolique des têtes de Gorgone est particulièrement riche : mourir, c’est ne plus voir ceux qui nous voient, et donc ne plus être vu ; Frontisi Ducroux 2014, p. 51-63.

55 Castoldi 2002, p. 305. On ajoutera que les classes « moyennes » ne disposaient pas de la surface financière pour imiter les élites supérieures, mais que les stèles sont sculptées à l’imitation de naiskoi.

56 Sissa 1987, p. 152. Dans l’iconographie, le genre est réputé identifiable par des attributs conventionnels : armes et cuirasses et scènes de bataille pour les hommes, miroir pour la femme mariée. D’autres éléments sont relatifs à l’âge ou au statut social : un oiseau pour les enfants, une loutrophore pour les célibataires. Les scènes guerrières montrent le combat de la culture (les Grecs) contre la barbarie, et héroïsent leurs acteurs, signifiant parfois chez les indigènes l’adhésion à la culture grecque. La représentation du mort avec ses armes ou dans une nudité héroïque relève aussi d’une sémantique funéraire connue. Elle place le défunt à l’égal d’une divinité en lui accordant des possibilités de cultes.

57 Voir le commentaire 6.6 de Pierre Gros dans son édition de Vitruve, De l’architecture, livre IV.

58 Il n’existe néanmoins aucun autre exemple de portrait de femme en « grande Herculanaise » dans un naiskos.

59 À Tarente, la plupart des tombes à chambre découvertes et susceptibles d’avoir été signalées par un naiskos abritent deux lits funéraires.

60 Bièvre-Perrin à paraître.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Le bloc du musée de Locres, vue frontale.
Titre Fig. 2 – Le fragment lors de la découverte dans la campagne locrienne, contrada Faraone (auteur inconnu, publié par Costamagna et Sabbione 1990, fig. 74).
Titre Fig. 3 – Le bloc de Locres, vues de dessus, de face, latérale droite et latérale gauche au 1/20e.
Titre Fig. 4 – Le bloc de Locres, vues de dessous, arrière, et coupes transversales au 1/20e.
Titre Fig. 5 – Le bloc de Locres restitué, vues de dessus, de face, de côté au 1/20e.
Titre Fig. 6 – Profils du bloc au 1/5e.
Titre Fig. 7 – Le bloc de Locres restitué, vue de dessous et coupe longitudinale au 1/20e.
Titre Fig. 8 – Le triglyphe médian de la face gauche.
Titre Fig. 9 – Étude colorimétrique des frises peintes : a. la frise sur ovolo ; b. la frise sur le talon droit du bec de corbin (dessin Dominique Leconte).
Titre Fig. 10 – Le bloc de Locres restitué : a. vue perspective de face en plongée ; b. vue perspective de derrière en contre-plongée.
Titre Fig. 11 – Les couleurs de l’encadrement du fond des caissons (on remarquera la trace laissée par la scie à la jonction entre les poutres transversale et longitudinale).
Titre Fig. 12 – La mortaise intérieure, côté droit (on remarquera la trace d'un fossile signalée plus haut.
Titre Fig. 13 – Traces préparatoires laissées par la scie sur un mutule, côté gauche.
Titre Fig. 14 – La petite statue probablement découverte à proximité du naiskos : a. vue frontale ; b. vue arrière.
Titre Fig. 15 – Restitution de la toiture vue de dessous et de côté au 1/20e.
Titre Fig. 16 – Restitution du couvrement : a. le monument de Locres ; b. un monument de la contrada Vaccarella (Mario d’Amicis (?), T.24 Contrada Vaccarella, cartella V1, 21 mars 1951, Surintendance de Tarente).
Titre Fig. 17 – Le naiskos de Locres, proposition de restitution.
Titre Fig. 18 – Proposition de restitution des couleurs dans les caissons.
Titre Fig. 19 – Les fleurons aux angles du soffite de la corniche : a. fleuron de gauche, fleur à la corolle bien ouverte ; b. fleuron de droite, une fleur aux pétales flétris avec en son centre une capsule arrivée à maturité.
Titre Fig. 20 – Les quatre scènes peintes dans le fond des caissons (traitement : André Pelle).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabien Bièvre-Perrin et Myriam Fincker, « Le tombeau de la contrada Faraone à Locres : une documentation inédite pour l’étude des naiskoi de Grande Grèce », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En ligne], 130-1 | 2018, mis en ligne le 08 février 2018, consulté le 16 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/mefra/4665 ; DOI : 10.4000/mefra.4665

Haut de page

Auteurs

Fabien Bièvre-Perrin

IRAA-Centre Camille Jullian, AMU, fabienbp@hotmail.com

Myriam Fincker

IRAA, CNRS, AMU, myriam.fincker@cnrs.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • OpenEdition Journals