Navigation – Plan du site

Le « jour de l’Allia » (dies Alliensis) : recherches sur l’anniversaire d’une défaite dans les calendriers romains

Mathieu Engerbeaud

Résumés

Les Romains ont associé une réputation funeste au 18 juillet. Cette journée marquait pour eux l’anniversaire de la défaite de l’Allia, subie contre une armée celte en 390 avant J.-C. Ce désastre militaire aurait provoqué la prise de Rome par les Gaulois quelques jours plus tard. D’après Tite-Live, les Romains se seraient dès lors abstenus de participer aux affaires publiques le « jour de l’Allia ». Cependant, une analyse approfondie révèle toute la complexité de la tradition du dies Alliensis. En effet, les sources se contredisent sur le statut officiel de cette journée dans le calendrier romain, et sur les interdictions publiques et religieuses qui lui auraient été associées. Le réexamen de cette documentation permet d’envisager de manière différente l’origine et la signification du dies Alliensis. En réalité, l’annalistique de la fin de l’époque républicaine pourrait avoir eu un rôle déterminant dans l’épanouissement de cette tradition, que les textes antiques datent pourtant du début du IVe siècle avant J.-C.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Cic., Att., 9, 5 ; Liv., 6, 1, 11. L’adjectif religiosus doit être ici compris dans son sens archa (...)
  • 2 Cette expression est empruntée à Tite-Live (cf. Liv., 9, 41, 11). 
  • 3 Sur le pomerium, limite sacrée de l’Vrbs à l’intérieur de laquelle aucune armée ne peut théoriquem (...)
  • 4 Des traditions similaires sont rapportées par Plutarque dans d’autres cités méditerranéennes. En e (...)

1D’après le témoignage de plusieurs auteurs antiques, les Romains percevaient l’anniversaire de la défaite de l’Allia comme un dies religiosus (« jour religieux »)1. Selon Tite-Live, les Romains s’abstiendraient de toute action publique lors de cette journée qui leur avait jadis porté malheur. En effet, cette débâcle de l’armée romaine le 18 juillet 390 avant J.-C. aurait provoqué, trois jours plus tard, la prise de Rome par les Celtes (clades Gallica)2. L’historiographie antique percevait le sac gaulois comme l’outrage le plus grave subi par les Romains dans leur histoire, car les Celtes auraient violé le pomerium avant d’incendier la ville3. Les historiens antiques décrivent cet épisode de l’histoire de Rome comme un traumatisme civique, dont le souvenir a été entretenu par des récits et, semble-t-il, par des interdictions religieuses. Ainsi le dies Alliensis était-il perçu comme un jour funeste du calendrier romain4.

  • 5 Les fragments de fasti épigraphiques connus ne font mention d’aucun culte lié au dies Alliensis (c (...)
  • 6 En effet, le premier annaliste romain, Q. Fabius Pictor, est contemporain de la deuxième guerre pu (...)
  • 7 Voir Briquel 2008. 
  • 8 Voir Hubaux 1948, p. 343-354 ; Mineo 2006, notamment p. 238-239 ; Oakley 2015, p. 230-240. Polybe (...)

2Cependant, même s’il paraît connu au premier abord, le dies Alliensis demeure énigmatique à plusieurs titres. Premièrement, cette croyance n’est pas attestée dans la documentation avant le milieu du Ier siècle avant J.-C., c’est-à-dire plus de trois siècles après les faits. Deuxièmement, si les textes évoquent le caractère funeste du dies Alliensis, ils ne décrivent pas pour autant les rites qui auraient pu être effectués à Rome le 18 juillet5. Troisièmement, des traditions divergentes semblent avoir coexistées dans la mémoire romaine au sujet de cette journée. Ces contradictions reflètent la réappropriation mémorielle complexe dont la prise de Rome a fait l’objet à la fin de l’époque républicaine. Effectivement, il n’aurait existé aucun récit écrit contemporain de l’événement6, et l’histoire du désastre a été rédigée par des historiens ayant vécu des générations plus tard. Ces récits ont été contaminés par les préoccupations contemporaines de ces auteurs, et le désastre a été réécrit sur le modèle d’une épopée qui annonce l’entrée de Rome dans un nouvel âge de son histoire : celui de la conquête7. Le contexte de l’événement a été recomposé et plusieurs chercheurs ont même supposé que la date du sac gaulois a été recalculée à la fin de l’époque républicaine. En effet, le désastre aurait pu être resitué dans la chronologie romaine pour correspondre à la fin d’un cycle symbolique de 365 ans depuis la fondation de l’Vrbs8. Par conséquent, si Tite-Live prétend que l’anniversaire de la bataille de l’Allia a été désigné comme religiosus l’année qui suit le désastre, l’exactitude de cette affirmation pourrait être relativisée, tant le récit de la prise de Rome a été reconstruit et modifié par plusieurs générations d’historiens avant la rédaction de l’Ab Vrbe condita. Par conséquent, la tradition funeste du dies Alliensis reflète-t-elle fidèlement une croyance romaine du début du IVsiècle, ou, au contraire, cette tradition est-elle en partie le résultat d’une réinterprétation du désastre à la fin de l’époque républicaine ?

Le dies Alliensis : le jour anniversaire de la défaite de l’Allia

Le dies Alliensis, une tradition connue par des sources des époques tardo-républicaine et impériale

  • 9 Cic., Att., 9, 5 ; Varr., L., 6, 4 ; Liv., 6, 1, 11 ; Ov., Am., 1, 413 ; Luc., 7, 409 ; Tac., Hist(...)
  • 10 Cette année, le collège qui se substitue aux consuls est composé de six magistrats : L. Valerius P (...)

3Parmi les treize témoignages littéraires qui mentionnent la décision de rendre funeste le jour de la bataille de l’Allia9, celui de Tite-Live a le plus conditionné la perception moderne du dies Alliensis. Cependant, cet historien présente une description relativement peu précise au regard de celles de Plutarque, d’Aulu-Gelle et de Macrobe. Selon Tite-Live, les tribuns militaires à pouvoir consulaires nommés en 38910 auraient décidé d’interdire à l’avenir aux Romains d’accomplir tout acte public et privé durant l’anniversaire de la bataille de l’Allia.

  • 11 Liv., 6, 1, 11 : « Puis ils commencèrent à s’occuper des jours « religieux ». Ils firent suspendre (...)

Tum de diebus religiosis agitari coeptum, diemque ante diem XV Kalendas Sextiles, duplici clade insignem, quo die ad Cremeram Fabii caesi, quo deinde ad Alliam cum exitio urbis foede pugnatum, a posteriore clade Alliensem appellarunt, insignemque rei nullius publice priuatimque agendae fecerunt11.

  • 12 Le XVe jour avant les calendes de Sextilis est devenu le XVe jour avant les calendes d’Augustus en (...)
  • 13 Sur cette défaite, voir principalement Diod. Sic., 11, 53, 6 ; Liv., 2, 50, 4-11 ; D. H., 9, 21, 1 (...)

4Le XVe jour avant les calendes de Sextilis12 (18 juillet) aurait dès lors été inscrit dans les calendriers romains comme un dies religiosus. Tite-Live ajoute que cette date correspondrait au jour anniversaire de la bataille de la Cremera, durant laquelle 306 membres de la gens Fabia auraient été massacrés en 477 avant J.-C. par les Veientes à l’issue d’une lutte héroïque13.

  • 14 Cf. infra p. 13. 
  • 15 Sur la tradition qui concerne cette journée, voir Porte 1985, p. 374-378 ; Richard 1988, p. 217-22 (...)

5Cette tradition du dies Alliensis est également attestée par plusieurs inscriptions. À part une allusion faite à cette journée dans le décret de Pise14, ces inscriptions ont pour point commun d’être des fragments de fasti (calendriers romains). Une de ces références est même antérieure à l’époque augustéenne. En effet, les Fasti Antiates Maiores attestent l’existence de cette tradition à partir du milieu du Ier siècle, avant la rédaction de l’Ab Vrbe condita. Deux calendriers postérieurs, datés de l’époque de Tibère, présentent une version similaire. Le fragment issu des Fasti Antiates Minores fait même apparaître l’association entre le dies Alliensis et le « jour des Fabii »15, telle qu’elle est mentionnée par Tite-Live.

Tab. 1. Les mentions du dies Alliensis sur les fasti épigraphiques.

Calendrier romain Date Lieu de découverte Éphéméridea Références
Fasti Antiates Maiores 67-55 avant J.‑C. ? Antium (Anzio) C(omitialis) [Al]liens(is) die(s)
Traduction : « (Jour) comitial, jour de l’Allia »
CIL 10, 6638 = InscrIt. 13, 2, 15 
Fasti Amiterni Époque de Tibère Amiternum (près de l’Aquila) G XV C(omitialis) Merk(atus) dies Alliensis
Traduction : « (Jour) G, comitial, (jour de) marché, jour de l’Allia »
CIL 9, 4192
= Inscr. It. 13, 2, 189 
Fasti Antiates Minores Époque de Tibère Antium (Anzio) [G X]V C(omitialis) Dies Allia [e et] Fab(iorum)
Traduction : « (Jour) G, comitial, jour de l’Allia et des Fabii »
CIL 10, 6639
Inscr. It. 13, 2, 208 
a. Plusieurs mentions relativement stéréotypées composent l’éphéméride sur les fasti romains. L’inscription mentionne, en premier lieu, la position du jour dans le mois à partir d’une lettre (semaine de A à H, ici G), et d’un numéro (XV, comme XVe jour avant les calendes de Sextilis). L’inscription mentionne ensuite le statut officiel du jour dans le calendrier romain (F comme fastus, N comme nefastus, C comme comitialis, etc.). Parfois, comme dans le cas présent, l’inscription se termine par une courte note qui met en évidence la spécificité du jour (cf. dies Alliensis). Voir Brind’amour 1983, p. 227-234. 
  • 16 CIL 10, 6638 = InscrIt. 13, 2, 15. 
  • 17 Contrairement au dies Alliensis, aucune source antique, qu’elle soit littéraire ou épigraphique, n (...)
  • 18 App., Ib., 45.
  • 19 Cic., Att., 9, 5 : Quod hoc malum ex illo : itaque alter religiosus etiam nunc dies, alter in uulg (...)

6L’analyse de ces inscriptions révèle que le dies Alliensis a acquis le statut de repère symbolique dans le calendrier civique, car il s’agit du seul événement historique inscrit sur les Fasti Antiates Maiores avec le jour de la fondation de Rome, le 21 avril16. Ce choix s’est fait au détriment d’autres défaites emblématiques de l’histoire romaine, comme le jour anniversaire de la bataille de Cannes17. Il a également marginalisé une autre tradition funeste dont Appien est la seule source, et selon laquelle les Romains s’interdisaient de combattre le 23 août, le jour durant lequel le consul Q. Fulvius Nobilior avait été battu par les Arévaques en 153 avant J.-C18. De même, les Fasti Antiates Maiores ne rapportent aucune tradition liée au 21 juillet, qui correspondrait au jour de la prise de Rome. Les textes et les inscriptions ne mentionnent jamais de croyance liée au jour de la violation de la cité, même s’il aurait semblé logique, au prime abord, d’expier le désastre en rendant funeste le jour du sac gaulois lui-même. Dans une lettre adressée à Atticus, Cicéron explique ce paradoxe : selon lui, les causes marquent souvent plus les esprits que leurs conséquences, aussi calamiteuses soient-elles : « Nos ancêtres ont considéré le jour de la bataille de l’Allia comme plus funeste que celui de la prise de Rome, parce que ce malheur dériva du premier – dont l’anniversaire reste encore maintenant jour maudit (religiosus), tandis que l’autre est généralement ignoré »19. Par conséquent, les savants romains ont souhaité conférer une plus grande importance à l’anniversaire de la bataille de l’Allia, qui était, selon eux, la cause directe de la ruine de la cité.


7De prime abord, la convergence des sources permet d’interpréter le dies Alliensis comme une tradition homogène et sans difficultés apparentes. Le XVe jour avant les calendes de Sextilis/Augustus correspondrait au jour de la bataille de l’Allia, et cette date aurait été inscrite sur les fastes probablement l’année qui suivit la catastrophe. Ce jour serait devenu « religieux », et il aurait été marqué par des interdictions. Néanmoins, malgré la logique de cette hypothèse, le dossier du dies Alliensis présente des contradictions dont l’importance a été sous-évaluée dans les études.

La défaite de l’Allia est également commémorée le 16 juillet

  • 20 Gell., 5, 7 ; Macr., 1, 16.
  • 21 Liv., 6, 1, 12. Sur les infractions commises au cours des sacrifices, qui causent une rupture de l (...)
  • 22 Après la réforme du scribe Flavius en 304, les calendes correspondent au premier jour du mois roma (...)

8Deux traditions semblent coexister dans les calendriers au sujet de la bataille de l’Allia. En effet, si plusieurs auteurs décrivent l’existence du « jour de l’Allia » le 18 juillet, d’autres soulignent que le désastre a également rendu funeste le 16 juillet. Paradoxalement, les deux auteurs qui ont consacré les développements les plus longs et les plus documentés sur le lien entre des jours funestes et la prise de Rome ne mentionnent pas l’existence du dies Alliensis : ni Aulu-Gelle ni Macrobe n’évoquent le caractère spécifique du 18 juillet dans le calendrier romain20. Ces deux auteurs concentrent leur propos sur la réputation funeste du lendemain du jour des ides de Quintilis (16 juillet). Tite-Live expliquait qu’à cette date, trois jours avant la bataille de l’Allia, le tribun militaire Sulpicius avait sacrifié sans succès, et avait outrepassé ce mauvais présage pour engager la bataille contre les Gaulois. Ce manque de respect envers les dieux avait provoqué la défaite des Romains sur l’Allia21. Il écrivait alors que non seulement les Romains auraient interdit de sacrifier le lendemain des ides de Quintilis à l’avenir, mais que cette pratique aurait été ensuite étendue au lendemain des calendes, des nones et des ides de chaque mois de l’année22.

Tab. 2 – Les jours funestes liés à la clades Gallica.

Auteurs Dies Alliensis funeste Lendemain des calendes, des nones et des ides funestes Coexistence de ces deux traditions funestes Sources
Cicéron X Cic., Att., 9, 5 
Varron X Varr., L., 6.4
Tite-Live X Liv., 6, 1, 11-12
Ovide X Ov., Am., 1, 413 ; Fast., 1, 58
Lucain X Luc., 7,409 
Tacite X Tac., Hist., 2, 91 
Suétone X Suét., Vit., 11, 2
Florus X Flor., 1.7 
Plutarque X Plut., Cam., 19, 1 et 12 ; Q.R., 25
Aulu-Gelle X Gel., 5, 17
Festus X Festus s.v. « Alliensis » ; « religiosus »
Pseudo-Aurelius Victor X Ps.-Aur. Vict., Vir. ill., 23
Macrobe X Macr., 1, 16
  • 23 Sur l’abréviation NP, cf. infra note 45.

Tab. 3 – Les jours funestes du mois de Quintilis/Iulius (en gras). F : faste, C : comitalis, N : néfaste, NP : sans doute nefastus feriæ publicæ23.

Jour Éphéméride Statuta
1 Calendes N
2 Lendemain des calendes N
3 N
4 N
5 NP
6 N
7 Nones N
8 Lendemain des nones N
9 N
10 C
11 C
12 C
13 C
14 C
15 Ides NP
16 Lendemain des ides (anniversaire du sacrifice de Sulpicius) F
17 C
18 Dies Alliensis (anniversaire de la bataille de l’Allia) C
19 NP
et ensuite : 20 C, 21 NP, 22 C, 23 NP, 24 N, etc.
a. Sur le statut officiel des jours dans le calendrier romain, voir infra p. 8, et pour celui des jours du mois de Quintilis/Iulius en particulier, voir Michels 1967, p. 173-196.
  • 24 L. Cassius Hemina apud Macr., 1, 16, 21-24 (= Peter F20 = Chassignet F23 = Cornell F23). Sur cet a (...)
  • 25 Si les Fasti Antiates Maiores, les Fasti Amiterni et les Fasti Antiates Minores mentionnent le die (...)

9Cette deuxième tradition pourrait même être attestée dans notre documentation à une époque plus ancienne que le dies Alliensis. En effet, si les Fasti Antiates Maiores constituent la source la plus ancienne du « jour de l’Allia », la croyance funeste liée au lendemain des ides pourrait remonter, d’après Macrobe, à l’annaliste romain L. Cassius Hemina, qui aurait vécu au IIe siècle avant J.-C.24. Cependant, les fasti épigraphiques ne font pas référence à cette tradition parallèle. Mais il convient également de relativiser la présence du dies Alliensis sur ces mêmes calendriers. En effet, sur les six fragments de fasti où le 18 juillet est conservé, seuls trois mentionnent que cette journée est le dies Alliensis25.

10Par conséquent, le traumatisme causé par le sac de Rome a contribué à l’épanouissement de plusieurs croyances funestes qui ont imprégné les calendriers romains. Parmi elles, le dies Alliensis est devenu un repère dans les calendriers civiques à la fin de l’époque républicaine. L’examen de la documentation permet d’analyser le statut officiel que les Romains ont attribué de cette journée.

Le statut officiel du dies Alliensis dans le calendrier romain

Le dies Alliensis : jour comitialis du calendrier romain

  • 26 Il s’agit d’un statut spécifique attribué à certaines journées du calendrier romain, durant lesque (...)
  • 27 Cf. tabl. 1, et, en complément illustré, fig. 2. Sans approfondir ce sujet, Th. Mommsen avait cons (...)

11Si quelques études modernes ont désigné le dies Alliensis comme un jour « néfaste »26 du calendrier romain, aucun texte antique ne mentionne le 18 juillet sous cette dénomination avant l’Antiquité tardive. En effet, malgré sa réputation funeste affirmée par les textes, le dies Alliensis correspond à un jour dit comitialis27.

  • 28 Varr., L., 6, 29-30.
  • 29 Ov., Fast., 1, 53. 
  • 30 Michels 1967, p. 61-83 ; Rüpke 1995, p. 50-54. 
  • 31 Varr., L., 6, 29-30. 
  • 32 Varr., L., 6, 4. Sur l’organisation des procès durant les dies intercisi, voir Metzger 1997, p. 12 (...)
  • 33 Sur cette hypothèse, voir Hermans 1964, p. 173-176. 
  • 34 Rüpke 1995, p. 213. C’est-à-dire initium nefas, ce qui ne correspond pas non plus au statut du die (...)
  • 35 Varron évoque le dies Alliensis pour conclure sa liste, et il le cite différemment des autres jour (...)

12Le calendrier romain distinguait, en effet, les jours « fastes » (dies fasti) des jours « néfastes » (dies nefasti) et des jours « comitiaux » (dies comitiales), durant lesquels des actions en justice pouvaient être engagées devant un préteur28. Au cours de ces jours dits comitiales29 (mentionnés C sur les calendriers), les comices pouvaient se réunir. Si ces jours dits comitiales étaient distincts sur les calendriers des jours fastes (F), ils appartenaient bien à leur catégorie. Seuls les jours auxquels les fasti attribuent les lettres N ou NP étaient nefasti30, comme leur nom l’indique. Par conséquent, comme l’expliquait Varron, les dies comitiales entraient dans la catégorie des jours fastes, durant lesquels les comices pouvaient être convoquées et la justice rendue31. Ce même auteur fait figurer le dies Alliensis dans une liste de jours dits intercisi32. Cette appellation fait figure d’exception parmi les sources. En effet, selon Varron, ces journées auraient été divisées en deux parties distinctes, l’une faste, et l’autre néfaste. Sur les Fasti Antiates Maiores, la mention épigraphique EN, qui se substitue ponctuellement aux F, N, et C pour préciser le statut des jours, correspond probablement à ce statut. EN a traditionnellement été interprété comme l’abréviation de en(dotercisus), soit jour « entrecoupé »33. Selon Varron, ces journées ont un statut différent des jours fastes et néfastes, et il serait par conséquent logique qu’ils soient notés avec un sigle différent sur les fasti. Même si l’interprétation de cette abréviation a été critiquée ponctuellement (endoitio nefas selon J. Rüpke34), cette réflexion ne change pas le fait que le dies Alliensis est toujours noté comitialis sur tous les fragments de calendriers conservés, et que son statut officiel ne correspond pas à la version donnée par Varron. Explicite, la mention comitialis exclut donc le caractère complètement « néfaste » du jour de l’Allia, et elle nous invite donc à interpréter avec prudence la version de Varron35.

13Par ailleurs, le croisement des différentes descriptions du dies Alliensis et de la réputation funeste des lendemains des calendes, nones et ides, permet de constater que les témoignages littéraires les plus anciens et les plus précis ne qualifient jamais ces jours sous la dénomination technique de nefasti.

Tab. 4 – La réputation des jours funestes liés à la clades Gallica dans les principaux textes conservés.

Auteur Désignation du dies Alliensis (DA) ou du lendemain des calendes, nones et ides (KNI) Source
Cicéron religiosus (DA) Cic., Att., 9, 5 
Varron intercisus (DA) Varr., L., 6, 4
Tite-Live religiosus (DA et KNI) Liv., 6, 1, 11
Ovide ater, flebilis (DA) Ov., Am., 1, 413 ; Fast., 1, 58
Lucain damnatus dies (DA) Luc., 7, 409
Tacite infaustus (DA) Tac., Hist., 2, 91
Plutarque ἀποφράς (DA) Plut., Cam., 19 ; Plut., Q.R., 25 = Mor., 269 E
Aulu-Gelle ater, religiosus (KNI) Gel., 5, 17
Festus religiosus (DA) Festus s.v. « religiosus », p. 348-350 Lindsay
Pseudo-Aurelius Victor nefastus (DA) Ps.-Aur. Vict., Vir. ill., 23
Macrobe ater (KNI) Macr., 1, 16.
  • 36 Ps.-Aur. Vict., Vir. ill., 23. 

14Parmi ces extraits, seul le récit du De Viris Illustribus désigne le dies Alliensis comme nefastus. Néanmoins, le lexique des récits plus anciens apparaît plus pertinent que celui du Pseudo-Aurelius Victor, qui écrit dans la deuxième moitié du IVe siècle après J.-C., et dont l’emploi de nefastus semble correspondre à une reformulation impropre ou hyperbolique des auteurs plus anciens36. De surcroît, seul le Pseudo-Aurelius Victor positionne le dies Alliensis le XVIe jour avant les calendes d’Augustus (17 juillet).

  • 37 Sur ater employé pour désigner la couleur noire, voir par exemple Cic., Tusc., 5, 114 ; Virg., Æn.(...)
  • 38 Funestus renvoie, à l’origine, au champ lexical funéraire avant d’acquérir le sens de sinistre.

15Nous remarquons que le dies Alliensis et le lendemain des ides sont qualifiés par un lexique varié et convergent. Cicéron, Tite-Live et Aulu-Gelle qualifient ces jours de religiosi. Ovide, Aulu-Gelle et Macrobe emploient, quant à eux, le substantif ater, qui signifie la couleur noire au sens propre et sinistre au sens figuré37. Tacite évoque le dies Alliensis comme infaustus (malheureux). Ces témoignages désignent le dies Alliensis à travers l’emploi d’un lexique figuré, qui renvoie à la réputation du jour et non à son statut officiel dans le calendrier romain. En effet, les adjectifs fastus, nefastus et comitialis désignent des statuts attribués aux jours du calendrier de manière officielle, alors que felix, ou à l’inverse infaustus, damnatus, religiosus, funestus38 et ater renvoient à la réputation supposée des jours. Aulu‑Gelle explique même cette distinction en s’appuyant sur un extrait du traité de M. Verrius Flaccus :

  • 39 Verrius Flaccus apud Gell., 5, 7 : « Verrius Flaccus, dans le livre IV de son ouvrage Sur le Sens (...)

Verrius Flaccus in quarto de uerborum significatu dies, qui sunt postridie kalendas, Nonas, Idus, quos uulgus imperite « nefastos » dicit, propter hanc causam dictos habitosque « atros » esse scribit39.

16Cet extrait montre qu’il existait déjà une confusion dans l’Antiquité entre les dies religiosi, atri et nefasti dans le parler populaire, et Aulu-Gelle met en garde son lecteur contre cet amalgame. Par conséquent, un jour fastus peut être ater, ou religiosus, sans pour autant devenir néfaste. La mention du dies Alliensis comme dies comitialis n’est donc pas un paradoxe, et les auteurs antiques établissaient une distinction entre, d’une part, les statuts officiels des jours du calendrier, et, d’autre part, des croyances officieuses qui leurs étaient attachées.

  • 40 Ce calcul a été effectué à partir des fasti impériaux. Bien qu’ils adoptent le calendrier julien, (...)
  • 41 Il s’agit du lendemain des calendes, des nones et des ides de Februarius, le lendemain des nones e (...)
  • 42 Cic., Mur., 25 ; Att., 6, 1 ; Liv., 9, 46, 1-15. Sur la « réforme » du scribe Flavius, voir Humm 2 (...)

17Cette remarque s’applique également au lendemain des calendes, des ides et des nones, qui ne sont pas systématiquement des jours néfastes. Dans les Fasti Antiates Maiores, le jour des calendes de Ianuarius est faste (jour A), comme son lendemain (jour B) : [A K(alendae)] Ian(uariae) f(astus) (…) / [B] f(astus). De même, le lendemain des ides de Quintilis (16 juillet, jour A), censé être funeste à cause du sacrifice négligé de Sulpicius trois jours avant la bataille de l’Allia, est marqué « faste » : A f(astus). Au total, sur les 36 lendemains de calendes, de nones et d’ides connus du calendrier républicain40, seuls 10 sont marqués nefastus41. Par conséquent, cette répartition correspond à une logique différente de celle des annalistes et des savants romains. Elle remonte sans doute à l’institutionnalisation des jours fastes et néfastes du calendrier, qui s’est probablement produite en 304 avant J.-C. lors de la publication des premiers fasti publics par Cn. Flavius42. Par conséquent, si une tradition sur le dies Alliensis préexistait sans doute, le statut de cette journée a probablement été désigné comitialis par les pouvoirs publics romains à la fin du IVsiècle.

La mention du dies Alliensis sur les fasti romains : information de nature religieuse ou note de nature historiographique ?

  • 43 Sur la signification du sigle NP, qui signifie probablement N(efas) P(iaculum), voir Rüpke 1995, p (...)
  • 44 Sur les Parilia, voir Ov., Fast., 4.721-862. Sur la mention de cette fête sur les calendriers épig (...)

18Une analyse de la calligraphie des lettres peintes par l’auteur des Fasti Antiates Maiores permettrait d’évaluer la fonction du dies Alliensis dans ce calendrier romain. Effectivement, la calligraphie de l’[Al]liens(is) die(s) diffère de celle des feriæ dans ces fasti épigraphiques (abrégées NP43). Ces feriæ, jours néfastes, sont inscrites en lettres capitales de couleur noire sur le calendrier, comme les SATURNALIA ou les PARILIA (fig. 1). La mention du dies Alliensis, en petites majuscules (fig. 2), entre dans une autre catégorie d’annotations, qui semble correspondre à des notes factuelles insérées dans le calendrier. En effet, si les PARILI(IA) sont notées en majuscules comme une fête romaine (NP), le calendrier précise néanmoins la spécificité de ce jour en ajoutant au-dessous la mention en petite majuscule de ROMA COND(ITA), en rouge (fig. 1). Cette précision correspond à une note, qui indique sur le calendrier que le jour de la fondation de Rome correspond à celui de la fête des Parilia (le 21 avril)44.

Fig. 1 – La mention des Parilia et de Roma condita dans les Fasti Antiates Maiores.

Fig. 1 – La mention des Parilia et de Roma condita dans les Fasti Antiates Maiores.

Fig. 2 –La mention du dies Alliensis dans les Fasti Antiates Maiores.

Fig. 2 –La mention du dies Alliensis dans les Fasti Antiates Maiores.
  • 45 Rüpke 1995, p. 95-99.
  • 46 Macr., 1, 12. 
  • 47 Cic., Pro Arch., 10.
  • 48 Sur Ennius, voir Skutsch 1985. 
  • 49 Rüpke 1995, p. 87-108.
  • 50 Inscr. It., 13, 2, 17. Sur les Fasti Prænestini comme un témoignage de la mise en ordre et de la r (...)
  • 51 Suét., Gramm., 17 : Statuam habet Præneste, in superiore fori parte circa hemicyclium, in quo fast (...)
  • 52 D’après M. Torelli, les Fasti Maffeiani pourraient dater de 8 après J.-C. ou des années qui suiven (...)
  • 53 Rüpke 1995, p. 184-202.

19Par conséquent, la mention du dies Alliensis sur les Fasti Antiates Maiores ne correspond pas à une fête religieuse. Elle s’assimile davantage à une note de nature historiographique qui s’est glissée dans les fasti, laquelle doit être distinguée des feriæ et des jours nefasti. En outre, la calligraphie de l’[AL]LIENS(IS) DIE(S) est identique à la mention du jour anniversaire de la fondation des temples45. Cette note s’est ponctuellement étoffée, en témoigne la mention concomitante du dies Fabiorum sur les Fasti Antiates Minores de l’époque de Tibère, absente des fastes républicains. Cette mention semble donc dépendre sur les calendriers des fluctuations de l’historiographie romaine, et de sa réception ponctuelle par les auteurs des fastes. En effet, les fastes ne sont pas indépendants de la tradition annalistique. Au contraire, ils reflètent les évolutions et les tendances de l’historiographie latine. Macrobe raconte notamment comment M. Fulvius Nobilior, après sa victoire contre Ambracie en 189 avant J.-C., a fait construire à Rome un temple à Hercule et aux Muses, dans lequel il a fait afficher des fastes avec des notes historiques46. Selon Cicéron, M. Fulvius Nobilior aurait été un proche d’Ennius47, auteur de la première épopée romaine48, et selon J. Rüpke, la publication de ces fasti constituerait une étape importante de l’interpénétration entre l’annalistique romaine naissante et le calendrier républicain49. En témoigne également l’exemple des Fasti Prænestini. Des fragments de calendrier, découverts au XVIIIe siècle à Præneste, ont été identifiés aux fastes de M. Verrius Flaccus50. Selon Suétone, ce grammairien latin de l’époque d’Auguste aurait « ordonné et publié » des fasti publics, exposés sur une table de marbre sur le forum de Præneste51. L’ordonnancement de ces fastes implique non seulement des mises à jour et des adaptations, mais il renseigne également sur le fait que ces fastes ont un auteur, au même titre que les annales. Les cités auraient engagé des savants et des annalistes pour mettre à jour leurs fasti. Cette réalité ne suscite pas d’inquiétudes au sujet de la date des feriæ et du statut officiel des jours du calendrier romain, mais il n’en est pas de même pour les notes historiographiques. Ces références sont à même d’évoluer, comme le démontre l’apparition ponctuelle du dies Fabiorum dans les Fasti Antiates Minores, mais aussi l’absence de toute référence au dies Alliensis dans les Fasti Maffeiani (qui leurs sont presque contemporains52). Ces divergences reflètent des choix de la part des auteurs des fastes, et elles révèlent la contingence de ces notes historiographiques. Le jour des Fabii est également absent des Fasti Amiterni, qui sont pourtant contemporains des Fasti Antiates Minores. Par conséquent, la version présentée par les fasti épigraphiques n’est ni supérieure en fiabilité, ni indépendante des écrits des annalistes et des antiquaires53 : elle reflète seulement une tradition historiographique, ponctuellement sélectionnée par un auteur au gré des évolutions de l’annalistique ou de ses centres d’intérêt.

  • 54 CIL 11, 1421= InscrIt., 7, 7. Voir Segenni 2011, p. 47.
  • 55 Sur les honneurs décernés à C. Caesar, voir Cogitore 2009, p. 70-71.

20Par conséquent, la mention du dies Alliensis sur les fasti et dans les textes reflèterait uniquement la perception du jour dans la mémoire romaine, sans impliquer pour autant des rites ou une quelconque interdiction concernant la vie publique et religieuse. Si le deuxième décret de Pise établit une comparaison entre le dies Alliensis et la mort du jeune C. Caesar (le 21 février 4 après J.-C.), ce parallèle semble concerner uniquement la mauvaise réputation attribuée à la journée (lugubris memoria)54. Ce document cite uniquement le dies Alliensis pour mettre en scène la mort de C. Caesar comme une tragédie, et il n’y a donc pas lieu de penser que les cérémonies créées pour commémorer le jour de la mort de C. Caesar55 ont été conçues sur le modèle d’hypothétiques interdictions liées au dies Alliensis. Le jour de l’Allia n’est cité dans l’inscription qu’à titre d’illustration, car il était considéré comme la référence des jours funestes de l’histoire de Rome à l’époque d’Auguste. Ainsi la version présentée par Tite-Live semble-t-elle contredire la réalité décrite dans les fastes. En effet, les autorités politiques et religieuses de Rome n’ont sans doute pas rendu funeste le jour du dies Alliensis au lendemain de la catastrophe, et la tradition qui lui est associée par l’historiographie n’implique peut-être aucune interdiction publique ou religieuse à l’époque d’Auguste. Néanmoins, certains contemporains de Tite-Live pouvaient accorder une importance individuelle à cette croyance, et s’interdire de participer aux activités publiques le jour de l’Allia. Mais la description du dies Alliensis par cet historien latin, qui semble en apparence inconciliable avec celle des fasti, fournit au contraire un indice déterminant pour interpréter l’évolution de cette tradition de l’époque du sac gaulois jusqu’à celle d’Auguste.

Le caractère funeste du dies Alliensis : croyance ancestrale ou tradition tardo-républicaine ?

21Après avoir démontré que la tradition du dies Alliensis dépend étroitement des fluctuations de l’annalistique romaine, je souhaiterais désormais étudier l’émergence et l’épanouissement de cette croyance entre le début du IVsiècle et le Ier siècle avant J.-C.

Le 18 juillet : date fictive de la bataille de l’Allia ?

  • 56 Sur les points communs entre la bataille de l’Allia et le combat apocalyptique du Ragnarök scandin (...)
  • 57 Voir des hypothèses sur le récit pré-annalistique de la prise de Rome par les Gaulois dans Engerbe (...)
  • 58 Sur Fabius Pictor, voir supra note n°6.
  • 59 Sur ce syncrétisme, voir Soltau 1909, p. 80 ; Pais 1918 p. 126 ; Ogilvie 1965, p. 720 ; Sordi 1984 (...)
  • 60 De tels parallèles avec l’histoire grecque ont été identifiés dans le récit romain d’autres épisod (...)
  • 61 Cette tradition était elle-même inspirée d’un autre événement des guerres médiques, car Fabius Pic (...)
  • 62 S. Mazzarino serait à l’origine de cette hypothèse (voir Mazzarino 1968, p. 245-250). Voir ensuite (...)
  • 63 Voir une discussion à ce sujet dans Engerbeaud 2017, p. 407. 

22Depuis plusieurs décennies, les chercheurs ont étudié comment les Romains ont progressivement construit un récit semi-mythologique pour expliquer comment Rome a été vaincue par les Celtes sur l’Allia56. Cette réécriture semble avoir eu pour but, d’une part, de masquer certains aspects de la défaite qui n’étaient pas assumés par les Romains et, d’autre part, d’insister sur le courage et les vertus romaines dans l’adversité. Si des traditions orales du récit de la prise de Rome par les Gaulois se sont épanouies dans les décennies qui ont suivi la catastrophe57, la rédaction des Annales de Q. Fabius Pictor à la fin du IIIe siècle a sans doute constitué une étape déterminante dans l’élaboration de l’histoire de cette défaite. Perdus de nos jours, les écrits du premier annaliste romain connu ont néanmoins influencé les récits des historiens antiques postérieurs58. Les Modernes considèrent notamment que cet historien a été le premier à réécrire l’histoire du sac gaulois de Rome sur le modèle de celui d’Athènes par les Perses en 48059. Bien que les récits de la prise de Rome reposent, à l’origine, sur un fait réel, les analogies identifiées entre les récits des désastres romain et athénien suggèrent que la version traditionnelle du sac gaulois est en partie fictive60. Plusieurs savants se sont même interrogés sur la possibilité que Fabius Pictor ait en partie corrigé le récit pour atténuer la responsabilité des Fabii, que la tradition accusait d’irresponsabilité pour avoir provoqué l’invasion gauloise de 390 et perdu la bataille de l’Allia alors qu’ils commandaient l’armée romaine. En ce sens, le syncrétisme que Tite-Live décrit entre la date de la bataille de la Cremera et celle de l’Allia a été interprété par plusieurs chercheurs comme une manipulation historique. De cette manière, Fabius Pictor aurait établi un parallèle entre une date semi-mythique de l’histoire des Fabii (le 18 juillet 477), à laquelle les membres de cette famille auraient péri héroïquement pour le bien commun des Romains61, et le jour de l’Allia (le 18 juillet 390), au cours duquel ces derniers ont provoqué un désastre civique. Dès lors, la date du dies Alliensis aurait pu s’ajuster dans la chronologie pour correspondre à celle du sacrifice familial des Fabii pour la patrie romaine afin d’atténuer la responsabilité de cette gens62. Bien que les causes de ce parallèle entre les deux dates restent débattues63, leur assimilation demeure indéniablement une fiction qui remonte sans doute aux écrits de Fabius Pictor.

23Par conséquent, la bataille de l’Allia a pu se dérouler un autre jour que le 18 juillet. Si Fabius Pictor a probablement manipulé la chronologie pour établir un faux syncrétisme entre la bataille de l’Allia et celle de la Cremera, Plutarque évoque, quant à lui, une tradition bien plus fiable, dont l’interprétation permettrait de dater différemment la défaite romaine.

La bataille de l’Allia s’est probablement déroulée un 15 juillet

24Dans la biographie qu’il consacre à Camille, Plutarque décrit précisément la configuration astronomique de la journée de l’Allia. Cette mention, unique dans les textes, a été peu souvent commentée par les Modernes. Pourtant, en donnant cette information, le savant grec révèle probablement la véritable date de la bataille de l’Allia.

  • 64 Plut., Cam., 19, 1.
  • 65 Cicéron raconte notamment que les Annales maximi situaient la mort et l’apothéose de Romulus un jo (...)
  • 66 Cic., Orat., 2, 12. Cette pratique aurait duré jusqu’à l’époque du pontifex maximus P. Mucius Scae (...)
  • 67 D’après Bruce W. Frier, les Annales maximi n’auraient été compilées et publiées que tardivement, à (...)
  • 68 La tradition explique la catastrophe par le refus d’expier plusieurs prodiges, lesquels auraient p (...)

25D’après Plutarque, la confrontation se serait déroulée à la pleine lune (πανσέληνος) suivant le solstice d’été (θερινεός)64. Cette information astronomique, qui correspond à la méthode de datation de l’époque archaïque, pourrait avoir été extraite des annales du grand pontife. En effet, les Annales maximi consignaient non seulement des prodiges, mais aussi des informations de nature astronomique65. Parmi les rares sources dont pouvaient disposer les savants de la fin de l’époque républicaine, les annales du grand pontife devaient sans doute contenir des informations répertoriées à l’époque de la clades Gallica. D’après Cicéron, le grand pontife aurait compilé, année après année, les principaux événements historiques survenus au cours de l’histoire romaine sur des tabulae66, lesquelles auraient fait ensuite l’objet d’une publication et d’un nouvel ordonnancement entre la fin de la période républicaine et l’époque d’Auguste67. Parce que la prise de Rome était un des événements les plus graves de l’histoire romaine, et que l’ennemi a saccagé l’espace sacré de la ville à cette occasion, la chronique des pontifes avait peut-être consigné des informations plus précises que d’ordinaire sur le jour de la bataille de l’Allia68.

26Dans le calendrier luni-solaire, en vigueur à l’époque de la bataille de l’Allia, la pleine lune correspondait aux ides, si bien que le désastre a probablement eu lieu le 15 juillet 390. Cette configuration astronomique révèle probablement la véritable date de la bataille de l’Allia, consignée par les pontifes dans leurs registres. Dès lors, la tradition évoquée par Plutarque semble plus authentique que celle décrite par Tite-Live, car l’information décrite dans la Vie de Camille pourrait provenir d’une source plus ancienne, de nature administrative et religieuse. Ensuite, à la fin du IIIe siècle, Fabius Pictor aurait créé un faux syncrétisme entre le jour de l’Allia et celui de la Cremera, qui aurait décalé de trois jours la date de la défaite. Au cours des décennies suivantes, les annalistes ont donné une signification nouvelle à cette tradition familiale, qui semble progressivement être devenue un jour funeste pour tous les citoyens. Au cours de ce processus, le 18 juillet, jour comitial, aurait progressivement acquis une dimension funeste et serait devenu le dies Alliensis.

De la disculpation familiale à la commémoration du désastre civique ? La création du dies Alliensis à la fin de l’époque républicaine

27L’analyse diachronique des sources qui évoquent le dies Alliensis met en évidence un paradoxe. Effectivement, ce sont les auteurs les plus éloignés chronologiquement du désastre qui insistent le plus sur l’existence du « jour de l’Allia » et sur son caractère funeste.

Tab. 5 – L’évolution de la réputation du dies Alliensis, de Polybe au Pseudo-Aurelius Victor (non exhaustif).

Source Date Statut du dies Alliensis Passage du récit en lien avec la bataille de l’Allia et/ou le dies Alliensis
Polybe Seconde moitié du IIe siècle Aucune mention du dies Alliensis Pol., 2, 18, 2 et 2, 22, 4 
Diodore de Sicile Ier siècle Aucune mention du dies Alliensis Diod. Sic., 14, 114-115 
Fasti Antiates Maiores Ier siècle Comitialis, Alliensis dies /
Tite-Live Époque augustéenne Religiosus Liv., 6, 1, 11
Pseudo-Aurelius Victor IVe siècle apr. J.-C. Nefastus Ps.-Aur. Vict., Vir. ill., 23
  • 69 Bien qu’ils soient tous les deux grecs, Polybe et Diodore de Sicile ont consulté des sources romai (...)

28Effectivement, Polybe et Diodore de Sicile, qui fournissent les deux plus anciens récits conservés de la bataille de l’Allia et de la prise de Rome, ont pour point commun de ne pas mentionner l’existence du dies Alliensis. Bien qu’ils présentent l’événement comme une catastrophe pour les Romains, ils ne décrivent pas pour autant cette tradition69. Inversement, les sources les plus éloignées chronologiquement de la clades Gallica semblent avoir pratiqué une forme de surenchère au sujet du dies Alliensis. Par exemple, le Pseudo-Aurelius Victor qualifie le jour de l’Allia de nefastus plus de trois siècles après la mort de Tite-Live. Cette manière de désigner l’anniversaire de la bataille de l’Allia contraste fortement avec l’indifférence des sources les plus anciennes. Ainsi l’étude diachronique des sources pourrait-elle mettre en évidence une affirmation progressive du caractère funeste du dies Alliensis dans la documentation. La réinterprétation progressive du sac de Rome comme un événement apocalyptique pourrait avoir favorisé ce processus.

  • 70 Liv., 5, 38, 1-6 contra Pol., 2, 18, 2.
  • 71 Pol., 2, 22, 5. Diodore évoquait également une capitulation des Romains à travers le paiement d’un (...)
  • 72 Voir Engerbeaud 2017, p. 391-426.

29Effectivement, le sac gaulois semble être devenu un événement de plus en plus intolérable pour l’orgueil romain au fur et à mesure que l’hégémonie de la res publica s’est affirmée sur le monde méditerranéen. J’en veux pour preuve que le récit de la bataille de l’Allia (et de la prise de Rome plus généralement) n’a cessé d’évoluer et de se modifier au cours des deux derniers siècles de l’époque républicaine. Cette réécriture a eu pour effet d’amplifier la gravité de la défaite dans les récits romains. Par exemple, Tite-Live exagère la fatalité du revers militaire en présentant Rome seule devant son destin sur l’Allia, alors que Polybe insistait auparavant sur l’implication des alliés au cours du combat70. En outre, Tite-Live et les historiens latins postérieurs ont tous nié la reddition des Romains devant les Gaulois, une réalité qui était encore assumée à l’époque de Polybe et de Diodore de Sicile71. Par conséquent, la tradition funeste du dies Alliensis doit être analysée dans le cadre de cette surenchère historiographique, laquelle vise à exorciser la défaite et à en fournir une explication acceptable et valorisante pour les Romains des époques tardo-républicaine et impériale72. Dès lors, l’affirmation du dies Alliensis comme une tradition funeste pourrait refléter le jugement de plus en plus sévère des historiens romains envers le sac gaulois, un événement perçu à leur époque comme un fait honteux et incompréhensible.

  • 73 D’après Tac., Hist., 3, 72.1 (contra Liv., 2, 9-13 ; D. H., 5, 31, 1-32, 4 puis 34, 4). Les cherch (...)
  • 74 L’hypothèse d’une conquête de Rome par les Sabins au Ve siècle a été notamment défendue par E. Pai (...)

30Par conséquent, les Romains des époques les plus récentes semblent plus réceptifs que leurs ancêtres au caractère funeste du dies Alliensis. Assurément, les préoccupations des Romains du Ier siècle avant J.-C. étaient éloignées de celles de leurs ancêtres du IVe siècle. En effet, Rome a sans doute été prise plusieurs fois par l’ennemi au cours des premiers siècles de son existence, et cette réalité apparaissait comme un risque de la guerre à une époque où elle était endémique dans le Latium. Bien que Tite-Live nie cette réalité, Porsenna a déjà capturé la cité au début du VIe siècle73, et plusieurs critiques ont proposé l’hypothèse que Rome ait été prise au Ve siècle, notamment par des Sabins74. Néanmoins, le souvenir de la clades Gallica demeure plus vivace pour les Romains, car c’est à cette occasion que la cité a été capturée par l’ennemi pour la dernière fois à l’époque républicaine. Ainsi les Romains du début du IVe siècle devaient-ils percevoir la défaite comme un risque de la guerre, alors que leurs compatriotes de la fin du Ier siècle avant J.-C considéraient la prise de la ville comme un fait inacceptable.

  • 75 Degrassi 1963, p. 78 (pour les Fasti Maffeiani), et p. 189 (pour les Fasti Amiterni). 
  • 76 La décision d’engager le combat revenait toujours in fine au magistrat, même lorsque les auspices (...)
  • 77 Plut., Cam., 19, 11.
  • 78 Liv., 6, 28-29.

31Par conséquent, le caractère funeste du dies Alliensis semble refléter des variations de l’annalistique romaine. Cette réappropriation de l’événement contraste avec le pragmatisme des Romains ayant vécu la catastrophe. En effet, si les lacunes documentaires ne permettent pas de mesurer à quel point les citoyens de Rome étaient réceptifs à cette tradition, une partie des Romains considérait sans doute le dies Alliensis avec indifférence. Les fasti Maffeiani et les fasti Amiterni présentent même le 18 juillet comme un jour de marché (merkatus), une information qui contredit l’idée d’une suspension des affaires publiques à cette date comme le décrit Tite-Live75. De plus, puisqu’il s’agit d’un jour comitial, les magistrats ont discuté des lois dans les assemblées lors du dies Alliensis. Ils ont pris des décisions importantes dans les affaires publiques, et ils ont même peut-être combattu au cours de cette journée76. À titre de comparaison, Plutarque explique que la victoire de Lucullus contre Tigrane d’Arménie en 71 avant J.-C. s’est déroulée le même jour que la défaite romaine d’Arausio, survenue en 105 contre les Cimbres, les Teutons, les Tigurins et les Ambrons77. Cet exemple montre que non seulement les Romains ne s’interdisaient pas de combattre lors de journées qui leur avaient jadis porté malheur, mais que la réputation de ces jours pouvait également évoluer, jusqu’à s’inverser pour devenir des jours heureux. Les Romains engageaient même des combats sur des champs de bataille où ils avaient été vaincus : en témoigne la victoire romaine contre les Praenestini près de l’Allia en 380. Tite-Live précise d’ailleurs que ce combat se déroule exactement sur le site de la défaite romaine, survenue dix ans plus tôt. L’engagement militaire sur le locus Alliensis prouve le pragmatisme des Romains. En effet, selon Tite-Live, leur victoire permet d’expier le locus fatalis de l’Allia78. Au lieu de créer des interdictions, les Romains du début du IVe siècle provoquaient la fortune pour inverser le mauvais sort.

Conclusion

32Si la tradition funeste attribuée par les Romains au dies Alliensis demeure énigmatique à plusieurs titres, son origine et sa signification peuvent néanmoins être entrevues et donner lieu à des interprétations historiques. Effectivement, bien que les textes ne décrivent pas précisément les interdictions et les rites qui auraient été associés par les Romains au 18 juillet, la mauvaise réputation du jour de l’Allia pourrait s’être renforcée au cours de l’époque républicaine. En premier lieu, les Annales Maximi avaient probablement consigné la date du désastre, qui s’était déroulée aux ides de Quintilis (15 juillet). Au cours d’une deuxième étape, l’anniversaire de la défaite a été décalé au 18 juillet. L’annaliste Q. Fabius Pictor est probablement à l’origine de cette manipulation chronologique, qui viserait à établir un syncrétisme entre l’histoire gentilice des Fabii et celle de la cité. Enfin, les annalistes de la fin de l’époque républicaine auraient en partie transformé la signification de cette date citée par Fabius Pictor. Au cours de ce processus, les savants romains auraient extrait le 18 juillet de son cadre proprement gentilice pour faire de cette date un repère civique dans les calendriers romains. Cette nouvelle perception reflète la transformation progressive de la réputation de la prise de Rome par les Gaulois, qui serait devenue un désastre de plus en plus inacceptable dans la mémoire collective à la fin de l’époque républicaine. Dès lors, bien qu’il ait pu être associé à des croyances anciennes, le dies Alliensis pourrait être, en partie, une construction de l’historiographie antique.

Haut de page

Bibliographie

Brind’amour 1983 = P. Brind’amour, Le calendrier romain : recherches chronologiques, Ottawa, 1983.

Briquel 2008 = D. Briquel, La prise de Rome par les Gaulois. Lecture mythique d'un événement historique, Paris, 2008.

Broughton 1951 = T. R. S. Broughton, The magistrates of the Roman Republic. Volume I. 509 B.C.- 100 B.C., New York, 1951.

Bunzel 1952 = R. Bunzel, Chichicastenango. A Guatamalan village, New York, 1952.

Càssola 1982 = F. Càssola, Diodoro e la storia romana, dans Aufstieg und Niedergang der römischen Welt, 2, 30/1, 1982, p. 724-773.

Cazanove 1990 = O. de Cazanove, La détermination chronographique de la durée de la période royale à Rome, dans La Rome des premiers siècles, légende et histoire. Table ronde en l'honneur de M. Pallottino, Paris, 1990, p. 69-98.

Champeaux 2006 = J. Champeaux, NP, FP : deux sigles discutés du calendrier romain, dans J. Champeaux, M. Chassignet (dir.), Aere perennius. En hommage à Hubert Zehnacker, Paris, 2006.

Coarelli 1978 = F. Coarelli, La stratigrafia del Comizio e l’incendio gallico, dans Paola Santoro (dir.), I Galli e l’Italia, Rome, 1978, p. 229-230.

Cogitore 2009 = I. Cogitore, Les décrets de Pise en la mémoire de Caius et Lucius, dans M. Christol et D. Darde (dir.), L’expression du pouvoir au début de l’Empire. Autour de la Maison Carrée à Nîmes. Actes du colloque organisé à l’initiative de la ville de Nîmes et du Musée archéologique (Nîmes, Carré d’Art, 20-22 octobre 2005), Paris, 2009, p. 69-74.

Cornell 2000 [1995] = T.J. Cornell, The beginnings of Rome. Italy and Rome from the Bronze Age to the Punic Wars (c. 1000-264 BC), Londres-New York, 2000 (éd. originale 1995).

Cornell 2013 = T.J. Cornell (dir.), The fragments of the Roman historians. Volume 1. Introduction, Oxford, 2013.

Crake 1940 = J.E.A. Crake, The Annales of the Pontifex maximus, dans Classical Philology, 35, 1940, p. 375-386 .

Degrassi 1963 = A. Degrassi (éd.), Inscriptiones Italiae academiae italicae consociatae ediderunt. Volumen XIII. Fasti et elogia. Fasciculus 2, Rome, 1963.

Dumézil 1973 = G. Dumézil, Mythe et Épopée. 3. Histoires romaines, Paris, 1973.

Diderot – d’Alembert 1777 = D. Diderot, J. Le Rond d’Alembert, Supplément à l'Encyclopédie, ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers. Tome troisième, Amsterdam, M. M. Rey, 1777.

Donati – Stefanetti 2006 = N. Donati, P. Stefanetti, Dies natalis. I calendari romani e gli anniversari dei culti, Rome, 2006.

Duruy 1851 = V. Duruy (éd.), Italie ancienne. 2. Institutions, mœurs et coutumes, Paris, Firmin Didot frères, 1851.

Edmonson 1982 = M.S. Edmonson, The ancient future of the Itza, Austin, 1982.

Engerbeaud 2014 = M. Engerbeaud, Les guerres contre les Volsques et les Èques, une cause oubliée de la prise de Rome par les Gaulois ?, dans RH, 669, 2014, p. 5-28.

Engerbeaud 2017 = M. Engerbeaud, Rome devant la défaite (753-264 avant J.-C.), Paris, 2017.

Feeney 1977 = D. Feeney, Caesar’s Calendar. Ancient time and the beginnings of history, Los Angeles, 1977.

Forsythe 2005 = G. Forsythe, A critical history of Early Rome. From Prehistory to the First Punic War, Los Angeles, 2005.

Forsythe 2012 = G. Forsythe, Time in Roman religion. One thousand years of religious history, New York, 2012.

Frier 1999 = B.W. Frier, Libri annales pontificum maximorum. The origins of the annalistic tradition, Ann Arbor, 1999.

Fraschetti 1998 = A. Fraschetti, Ovidio, i Fabii e la battaglia del Cremera, dans MEFRA, 110-2, 1998, p. 737-752.

Gabba 1966 = E. Gabba, Considerazioni sulla tradizione letteraria sulle origini della Repubblica, dans Entretiens XIII, Fondation Hardt, Vandoeuvre-Genève, 1966, p. 133-174.

Golbery 1834 = Ph. de Golbery, Œuvres complètes de Cicéron. Traduction nouvelle. Volume 21, Paris, éd. Charles L.F. Panckoucke, 1834.

Hermans 1964 = M. Hermans, Endotercisus, dans MH, 21, 1964, p. 173-176.

Hernandez 2005 = J.C. Hernandez, The Roman Calendar as an expression of Augustan culture. An examination of the Fasti Prænestini, dans Chrestomathy, 4, 2005 p. 108-123.

Horsfall 1982 = N. Horsfall, The Caudine Forks. Topography and illusion, dans PBSR, 50, 1982, p. 45‑52.

Hubaux 1948 = J. Hubaux, La crise de la trois cent soixante-cinquième année, dans AC, 17, 1948, p. 343-354.

Humm 2005 = M. Humm, Appius Claudius Caecus. La République accomplie, Rome, 2005.

Jacoby 1949 = F. Jacoby, Atthis, the local chronicles of ancient Athens, Oxford, 1949.

Linderski 1986 = J. Linderski, The Augural Law, dans Aufstieg und Niedergang der römischen Welt, 2, 1986, p. 2146-2312.

Lipovsky 1981 = J. Lipovsky, A historiographical study of Livy. Books VI-X, Salem, 1981.

Loup 1908 = A. Loup, Le calendrier juridique des jours fastes et néfastes dans l'ancienne Rome, Toulouse, 1908.

Magdelain 1990 [1976-1977] = A. Magdelain, Le pomerium archaïque et le mundus, dans Jus, imperium, auctoritas. Études de droit romain, Rome, 1990, p. 155-191 (première publication : REL, 54, 1976-1977, p. 71-109).

Mazzarino 1968 = S. Mazzarino, Il pensiero storico classico. 2. L'Età romana imperiale, Bari, 1968, p. 245-250.

Metzger 1997 = E. Metzger, A new outline of the Roman civil trial, Oxford, 1997.

Michels 1967 = A.K. Michels, The calendar of the Roman Republic, Princeton, 1967.

Mineo 2006 = B. Mineo, Tite-Live et l’histoire de Rome, Paris, 2006.

Mineo 2016 = B. Mineo, Archéologie du récit livien de la prise de Rome par les Gaulois, dans B. Mineo, Th. Piel, Les premiers temps de Rome. VIe-IIIe siècle av. J.-C. La fabrique d’une histoire. Actes du colloque des 5 et 6 juin 2014, Université de Nantes, Rennes, 2016, p. 165-204

Momigliano 1990 = A. Momigliano, The classical foundations of modern historiography, Berkeley, 1990.

Mommsen 1859 = Th. Mommsen, Die Römische Chronologie bis auf Caesar, Berlin, 1859.

Mommsen 1891 = Th. Mommsen, Le droit public romain. Tome VII, Paris, 1891.

Mora 1999 = F. Mora, Fasti e schemi cronologici. La riorganizzazione annalistica del passato remoto romano, Stuttgart, 1999.

Oakley 2015 = St. Oakley, Reading Livy’s Book 5, dans B. Mineo (dir.), A companion to Livy, Oxford, 2015, p. 230-242.

O’Brien 1976 = S. O’Brien, Indo-European eschatology : a Model, dans Journal of Indo-European Studies, 4, 1976, p. 295-320.

Ogilvie 1965 = R. M. Ogilvie, A commentary on Livy. Books 1-5, Oxford, 1965.

Pais 1913 = E. Pais, Storia critica di Roma durante i primi cinque secoli. Volume I.2. L’età regia, Rome, 1913.

Pais 1915 = E. Pais, Ricerche sulla storia e sul diritto pubblico di Roma, Rome, 1915.

Pais 1918 = E. Pais, Storia critica di Roma durante i primi cinque secoli. Volume III. L’invasione Gallica e il trionfo della plebe. La Supremazia romana nel Lazio e nella Campania, Rome, 1918.

Porte 1985 = D. Porte, L’étiologie religieuse dans les Fastes d’Ovide, Paris, 1985.

Rawson 1971 = E. Rawson, Prodigy lists and the use of the Annales Maximi, dans Classical Quarterly, 21, 1971, p. 158-169.

Rich 2013 = J.W. Rich, Annales Maximi, dans T. J. Cornell (éd.), The fragments of the Roman historians. Vol. 1, Oxford, 2013 p. 141-159.

Richard 1988 = J.-Cl. Richard, Ovide et le dies Cremerensis, dans RPh, 62, 1988, pp. 217-225. 

Richardson 2012 = J.H. Richardson, The Fabii and the Gauls. Studies in historical thought and historiography in Republican Rome, Stuttgart, 2012.

Rüpke 1995 = J. Rüpke, Kalender und Öffentlichkeit. Die Geschichte der Repräsentation und religiösen Qualifikation von Zeit in Rom, Berlin, 1995.

Scheid 1981 = J. Scheid, Le délit religieux dans la Rome tardo-républicaine, dans M. Torelli, Ch. Guittard, G. Piccaluga et alii, Le délit religieux dans la cité antique. Table ronde. Rome, 6-7 avril 1978, Rome, 1981, p. 117-171.

Scheid 1998 = J. Scheid, Les annales des pontifes. Une hypothèse de plus, dans Convegno per Santo Mazzarino, Rome, 1998, p. 199-220.

Scheid 2005 = J. Scheid, Quand faire, c’est croire. Les rites sacrificiels des Romains, Paris, 2005.

Scholz 2000 = U.W. Scholz, Fabius Pictor, dans Würzburger Jahrbücher für die Altertumswissenschaft, 24, 2000, p. 139-149.

Segenni 2011 = S. Segenni, I Decreta pisana. Autonomia cittadina e ideologia imperiale nella colonia Opsequens Iulia Pisana, Bari, 2011

Simonelli 2001 = A. Simonelli, Considerazioni sull’origine, la natura e l’evoluzione del pomerium, Aevum, 75, 2001, p. 119-162.

Skutsch 1985 = O. Skutsch, The Annals of Q. Ennius, Oxford, 1985.

Soltau 1909 = W. Soltau, Die Anfänge der römischen Geschichtsschreibung, Leipzig, 1909.

Sordi 1984 = M. Sordi, Il Campidoglio e l'invasione gallica del 386 a.C., dans I Santuari e la Guerra nel Mondo Classico, Milan, 1984, p. 82-91.

Souza 2003 = M. de Souza, Religiosus ou les métamorphoses du « religieux »” dans le monde romain de la fin de la République à l’Empire chrétien (IIe siècle av. J.-C. - début du Ve siècle ap. J.-C.), dans, Bulletin du Centre d’Études Médiévales d’Auxerre | BUCEMA [En ligne], 7 | 2003, mis en ligne le 5 décembre 2007, consulté le 28 novembre 2017. URL : http://cem.revues.org/3552.

Souza 2004 = M. de Souza, La question de la tripartition des catégories du droit divin dans l’Antiquité romaine, Saint-Étienne, 2004.

Torelli 1992 = M. Torelli, Typology and Structure of Roman Historical Reliefs, Ann Arbor, 1992.

Ungern-Sternberg 2001 = J. von Ungern-Sternberg, M. Furius Camillus, ein zweiter Romulus ?, dans M. Coudry, T. Späth (dir.), L’invention des grands hommes de la Rome antique. Die Konstruktion der grossen Männer Altroms, Paris, 2001, p. 289-297.

Walbank 1957 = F.W. Walbank, A historical commentary on Polybius. Volume I, Oxford, 1957.

Williams 2001 = J.H.C. Williams, Beyond the Rubicon. Romans and Gauls in Republican Italy, Oxford, 2001.

Haut de page

Notes

1 Cic., Att., 9, 5 ; Liv., 6, 1, 11. L’adjectif religiosus doit être ici compris dans son sens archaïque, car il renvoie à une interdiction (voir Michels 1967, p. 61-83 ; Brind’amour 1983, p. 227-234 ; Rüpke 1995, p. 61 ; Souza 2003 ; Forsythe 2012, p. 29-30). Cf. Festus s.v. « religiosus », p. 348-350 Lindsay : Religiosus est non mod[ic]o deorum sanctitatem magni aestimans, sed etiam officiosus adversus homines. Dies autem religiosi, quibus, nisi quod necesse est, nefas habetur facere : quales sunt sex et triginta atri qui appellantur, et Alliensis, atque [h]i, quibus mundus patet (…), « Celui qui est religiosus ne prend pas seulement en considération l’importance de la sanctitas des dieux, mais est également serviable vis-à-vis des hommes. Quant aux jours religiosi, ce sont ceux où l’on considère comme sacrilège de faire ce qui n’est pas nécessaire : ce sont les 36 jours appelés « noirs » (atri), l’Alliensis, et ceux pour lesquels le mundus est ouvert (…) » (trad. de l’auteur). Néanmoins, les auteurs antiques qui décrivent le dies Alliensis ont pour point commun de vivre à la fin de la République et durant l’Empire, à une époque où religiosus acquiert des sens nouveaux et devient sémantiquement proche du « religieux » moderne (voir Souza 2003 et Souza 2004, p. 93-96). 

2 Cette expression est empruntée à Tite-Live (cf. Liv., 9, 41, 11). 

3 Sur le pomerium, limite sacrée de l’Vrbs à l’intérieur de laquelle aucune armée ne peut théoriquement pénétrer, voir Simonelli 2001, p. 119-162. 

4 Des traditions similaires sont rapportées par Plutarque dans d’autres cités méditerranéennes. En effet, les Chalcédoniens considéraient que le 22 du mois de Μεταγειτνιών leur portait malchance sur le plan militaire (Plut., Q.R., 25). Par ailleurs, les Mayas considéraient comme dangereux le jour de leur calendrier intitulé imox, au cours duquel ils évitaient d’entreprendre des opérations militaires (Bunzel 1952, p. 270 ; Edmonson 1982, p. 121). Cette tradition n’est donc pas spécifiquement romaine. 

5 Les fragments de fasti épigraphiques connus ne font mention d’aucun culte lié au dies Alliensis (cf. Donati – Stefanetti 2006, p. 77-86). 

6 En effet, le premier annaliste romain, Q. Fabius Pictor, est contemporain de la deuxième guerre punique (218-202 av. J.-C.). Sur cet historien et la naissance de l’annalistique romaine, cf. Momigliano 1990, p. 80-107 ; Scholz 2000, p. 139-149 ; Cornell 2013, p. 161-153.

7 Voir Briquel 2008. 

8 Voir Hubaux 1948, p. 343-354 ; Mineo 2006, notamment p. 238-239 ; Oakley 2015, p. 230-240. Polybe et Diodore de Sicile situent la clades Gallica en 387/386 et non en 390 avant J.-C. Appien, quant à lui, place l’événement en 388/387 (Celt., 2, 1). Sur ces contradictions, voir Cornell 2000 [1995], p. 399-402.

9 Cic., Att., 9, 5 ; Varr., L., 6, 4 ; Liv., 6, 1, 11 ; Ov., Am., 1, 413 ; Luc., 7, 409 ; Tac., Hist., 2, 91 ; Suét., Vit., 11, 2 ; Flor., 1, 7 ; Plut., Cam., 19, 1 et 12 ; Plut., Q.R., 25 = Mor. 269 E-270 D ; Festus s.v. « Alliensis », p. 6 Lindsay ; s.v. « religiosus », p. 348-350 Lindsay ; Ps.-Aur. Vict., Vir. ill., 23. 

10 Cette année, le collège qui se substitue aux consuls est composé de six magistrats : L. Valerius Publicola, L. Verginius, P. Cornelius, A. Manlius, L. Æmilius et L. Postumius (Liv., 6, 1, 8 ; cf. Broughton 1951, p. 96-97).

11 Liv., 6, 1, 11 : « Puis ils commencèrent à s’occuper des jours « religieux ». Ils firent suspendre les affaires aussi bien publiques que privées le quinzième jour avant les calendes de Sextilis, marqué par un double désastre (le massacre des Fabii près de la Cremera, et ensuite le combat honteux près de l’Allia qui précipita la ruine de la ville – nommé plus tard le « désastre de l’Allia ») » (trad. personnelle). 

12 Le XVe jour avant les calendes de Sextilis est devenu le XVe jour avant les calendes d’Augustus en 8 après J.-C., lorsqu’Auguste a changé le nom du mois. Sur les modifications du calendrier julien à l’époque augustéenne, voir Rüpke 1995, p. 346-416.

13 Sur cette défaite, voir principalement Diod. Sic., 11, 53, 6 ; Liv., 2, 50, 4-11 ; D. H., 9, 21, 1-6 ; Ov., Fast., 2, 195-242. Néanmoins, si la plupart des auteurs antiques écrivent que la bataille de la Cremera s’est déroulée un 18 juillet, Ovide prétend qu’elle a eu lieu un 13 février (voir Richard 1988, p. 217-225). 

14 Cf. infra p. 13. 

15 Sur la tradition qui concerne cette journée, voir Porte 1985, p. 374-378 ; Richard 1988, p. 217-225 ; Fraschetti 1998, p. 737-752. Si l’expression dies Cremerensis a été employée par plusieurs savants, elle n’apparaît pourtant dans aucune source antique (contrairement au dies Alliensis).

16 CIL 10, 6638 = InscrIt. 13, 2, 15. 

17 Contrairement au dies Alliensis, aucune source antique, qu’elle soit littéraire ou épigraphique, n’emploie l’expression de dies Cannensis. La question de l’anniversaire de la bataille de Cannes apparaît seulement au détour des œuvres d’Aulu-Gelle et de Macrobe, lorsque ces deux savants spéculent sur les origines possibles de la croyance funeste attribuée par certains Romains au quatrième jour qui précède les calendes, les nones et les ides. Cependant, ce lien avec le jour de la bataille de Cannes demeure seulement une hypothèse pour ces deux savants (Gell., 5, 17 ; Macr., 1, 16). 

18 App., Ib., 45.

19 Cic., Att., 9, 5 : Quod hoc malum ex illo : itaque alter religiosus etiam nunc dies, alter in uulgus ignotus.

20 Gell., 5, 7 ; Macr., 1, 16.

21 Liv., 6, 1, 12. Sur les infractions commises au cours des sacrifices, qui causent une rupture de la pax deorum et mettent en danger la communauté si elles ne sont pas expiées, cf. Scheid 1981, p. 117-171, en particulier p. 122-123. Sur le sacrifice romain plus généralement, voir Scheid 2005, en particulier p. 44-83.

22 Après la réforme du scribe Flavius en 304, les calendes correspondent au premier jour du mois romain et les nones renvoient au cinquième ou au septième jour selon les mois du calendrier. Les ides, quant à elles, correspondent soit au treizième soit au quinzième jour du mois.

23 Sur l’abréviation NP, cf. infra note 45.

24 L. Cassius Hemina apud Macr., 1, 16, 21-24 (= Peter F20 = Chassignet F23 = Cornell F23). Sur cet annaliste romain, dont l’œuvre est uniquement connue à travers des mentions indirectes d’autres auteurs, voir Cornell 2013, p. 219-223. 

25 Si les Fasti Antiates Maiores, les Fasti Amiterni et les Fasti Antiates Minores mentionnent le dies Alliensis le 18 juillet, ce n’est pas le cas des Fasti Maffeiani (Degrassi 1963, p. 78), des Fasti Furii Filocali (Degrassi 1963, p. 237), et des Fasti Polemii Siluii (Degrassi 1963, p. 263). 

26 Il s’agit d’un statut spécifique attribué à certaines journées du calendrier romain, durant lesquelles il était interdit aux Romains de participer aux affaires politiques (voir Michels 1967, p. 61-83). Pour un premier témoignage du dies Alliensis comme un jour néfaste dans les études françaises, voir l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert (Diderot – d’Alembert 1777, s.v. « fastes », p. 7-8).

27 Cf. tabl. 1, et, en complément illustré, fig. 2. Sans approfondir ce sujet, Th. Mommsen avait constaté, dans une note du Droit public romain, que le dies Alliensis était inscrit comitialis sur les fasti, bien que les textes lui prêtent un caractère funeste (Mommsen 1891, p. 455). J. Linderski et A. Magdelain avaient également relevé cette contradiction apparente au détour de leurs travaux (Linderski 1986 p. 2187, note 151 ; Magdelain 1990 [1976-1977], p. 90, note 176).

28 Varr., L., 6, 29-30.

29 Ov., Fast., 1, 53. 

30 Michels 1967, p. 61-83 ; Rüpke 1995, p. 50-54. 

31 Varr., L., 6, 29-30. 

32 Varr., L., 6, 4. Sur l’organisation des procès durant les dies intercisi, voir Metzger 1997, p. 126-127.

33 Sur cette hypothèse, voir Hermans 1964, p. 173-176. 

34 Rüpke 1995, p. 213. C’est-à-dire initium nefas, ce qui ne correspond pas non plus au statut du dies Alliensis dans les fasti. Voir également la proposition d’endotercisus nefas (Brind’amour 1983, p. 230). 

35 Varron évoque le dies Alliensis pour conclure sa liste, et il le cite différemment des autres jours dits intercisi, qu’il introduit toujours avec la mention dies qui uocatur sic

36 Ps.-Aur. Vict., Vir. ill., 23. 

37 Sur ater employé pour désigner la couleur noire, voir par exemple Cic., Tusc., 5, 114 ; Virg., Æn., 4, 248.

38 Funestus renvoie, à l’origine, au champ lexical funéraire avant d’acquérir le sens de sinistre.

39 Verrius Flaccus apud Gell., 5, 7 : « Verrius Flaccus, dans le livre IV de son ouvrage Sur le Sens des mots écrit que les lendemains de calendes, de nones, et d’ides, que la foule appelle sottement néfastes (nefasti), sont dits et classés jours noirs (atri) pour la raison suivante » (trad. R. Marache, C.U.F.).

40 Ce calcul a été effectué à partir des fasti impériaux. Bien qu’ils adoptent le calendrier julien, ces derniers reprennent, dans les fragments conservés, la même répartition des statuts des jours que celle des fragments des Fasti Antiates Minores. Parmi ces 36 jours ne figurent pas ceux du mois intercalaire républicain. 

41 Il s’agit du lendemain des calendes, des nones et des ides de Februarius, le lendemain des nones et des ides d’Aprilis, le lendemain des nones et des ides de Iunius, et le lendemain des calendes et des nones de Quintilis, et le lendemain des calendes de December

42 Cic., Mur., 25 ; Att., 6, 1 ; Liv., 9, 46, 1-15. Sur la « réforme » du scribe Flavius, voir Humm 2005, p. 441-444. 

43 Sur la signification du sigle NP, qui signifie probablement N(efas) P(iaculum), voir Rüpke 1995, p. 258-260. 

44 Sur les Parilia, voir Ov., Fast., 4.721-862. Sur la mention de cette fête sur les calendriers épigraphiques, voir en complément Feeney 1977, p. 103 ; Rüpke 1995, p. 138. 

45 Rüpke 1995, p. 95-99.

46 Macr., 1, 12. 

47 Cic., Pro Arch., 10.

48 Sur Ennius, voir Skutsch 1985. 

49 Rüpke 1995, p. 87-108.

50 Inscr. It., 13, 2, 17. Sur les Fasti Prænestini comme un témoignage de la mise en ordre et de la réécriture du temps à l’époque augustéenne, voir Hernandez 2005, p. 108-123.

51 Suét., Gramm., 17 : Statuam habet Præneste, in superiore fori parte circa hemicyclium, in quo fastos a se ordinatos et marmoreo parieti incisos publicarat, « Il a une statue à Praeneste (: Verrius Flaccus), près de l’hémicycle, dans la partie supérieure du forum, là où étaient inscrits sur un mur de marbre le calendrier (fasti) qu’il avait mis en ordre et publié » (trad. personnelle).

52 D’après M. Torelli, les Fasti Maffeiani pourraient dater de 8 après J.-C. ou des années qui suivent cette date (Torelli 1992, p. 84 note 7).

53 Rüpke 1995, p. 184-202.

54 CIL 11, 1421= InscrIt., 7, 7. Voir Segenni 2011, p. 47.

55 Sur les honneurs décernés à C. Caesar, voir Cogitore 2009, p. 70-71.

56 Sur les points communs entre la bataille de l’Allia et le combat apocalyptique du Ragnarök scandinave, voir Dumézil 1973, p. 263-291 ; O'Brien 1976, p. 299-300 ; Briquel 2008, p. 159-162. Sur les incohérences historiques que présentent les différents récits antiques de la bataille de l’Allia, voir Engerbeaud 2014, p. 18-23. 

57 Voir des hypothèses sur le récit pré-annalistique de la prise de Rome par les Gaulois dans Engerbeaud 2017, p. 392-398.

58 Sur Fabius Pictor, voir supra note n°6.

59 Sur ce syncrétisme, voir Soltau 1909, p. 80 ; Pais 1918 p. 126 ; Ogilvie 1965, p. 720 ; Sordi 1984, p. 82-91 ; Richardson 2012, p. 144-151 et, plus récemment Mineo 2016, p. 166-174 ; Engerbeaud 2017, p. 403-409. Cet avis est cependant nuancé par Williams 2001, p. 151-155.

60 De tels parallèles avec l’histoire grecque ont été identifiés dans le récit romain d’autres épisodes de l’histoire archaïque. Voir, notamment, la réécriture probable de la guerre de Porsenna sur le modèle de celle conduite par Cléomène de Sparte contre Athènes en 510 (Pais 1913, p. 570-571 ; Richardson 2012, p. 152), les parallèles indéniables relevés entre la vie de Coriolan et celle d’Alcibiade (voir notamment Plut. Alc.-Cor.), ainsi que la réécriture probable d’une partie du récit des Fourches Caudines en 321 sur le modèle de la bataille des Portes Susiennes en 310 (Horsfall 1982, p. 45-52).

61 Cette tradition était elle-même inspirée d’un autre événement des guerres médiques, car Fabius Pictor semble avoir réécrit l’histoire de la défaite de la Cremera sur le modèle de celle des Thermopyles, au cours de laquelle 300 Spartiates commandés par le roi Léonidas auraient péri héroïquement dans un combat désespéré contre les Perses en 480 (Mineo 2016, p. 168-169 et p. 178-188). Grâce à ce syncrétisme, l’annaliste romain aurait exploité le prestige des Spartiates pour honorer sa famille. 

62 S. Mazzarino serait à l’origine de cette hypothèse (voir Mazzarino 1968, p. 245-250). Voir ensuite Forsythe 2005, p. 196-198. 

63 Voir une discussion à ce sujet dans Engerbeaud 2017, p. 407. 

64 Plut., Cam., 19, 1.

65 Cicéron raconte notamment que les Annales maximi situaient la mort et l’apothéose de Romulus un jour d’éclipse (Annales maximi apud Cic., Rep., 1, 25 [= Peter F3 = Chassignet F8 = Cornell F3]).

66 Cic., Orat., 2, 12. Cette pratique aurait duré jusqu’à l’époque du pontifex maximus P. Mucius Scaevola, en 130 avant J.-C. Voir également D. H., 1, 73, 1 ; 1, 74, 3 ; et Serv., ad. Verg. Aen., 1, 373. Le nombre de travaux consacrés aux Annales maximi est aussi vertigineux que le nombre d’hypothèses formulées par les chercheurs au sujet de ce document, aujourd’hui perdu (voir Frier 1999, p. 179-199 et également les principales publications liées à ce sujet dans Rich 2013, p. 141-159). Voir également Scheid 1998, p. 199-220, selon lequel la vocation première de ce document aurait été de compiler annuellement les prodiges les plus importants, afin que cette liste soit remise au Sénat et aux magistrats pour être examinée en début d’année.

67 D’après Bruce W. Frier, les Annales maximi n’auraient été compilées et publiées que tardivement, à l’époque d’Auguste (cf. Frier 1999, p. 181-200). 

68 La tradition explique la catastrophe par le refus d’expier plusieurs prodiges, lesquels auraient pu éventuellement être consignés dans les Annales maximi. Une voix mystérieuse aurait notamment annoncé l’arrivée des Celtes à M. Caecidius (Cic., Div., 1, 45 ; 2, 32 ; Liv., 5, 32, 6-7 ; Plut., Cam., 14, 2-4 ; App., Celt., 5 ; Gell., 16, 17), et le censeur Iulius serait mort prématurément (Plut., Cam., 14, 1).

69 Bien qu’ils soient tous les deux grecs, Polybe et Diodore de Sicile ont consulté des sources romaines pour construire leur histoire de Rome. Sur les sources romaines de Polybe, voir Walbank 1957, p. 26-35, et sur Diodore, voir Diod. Sic., 1, 4, 4 ; et Càssola 1982, p. 746-747.

70 Liv., 5, 38, 1-6 contra Pol., 2, 18, 2.

71 Pol., 2, 22, 5. Diodore évoquait également une capitulation des Romains à travers le paiement d’une rançon aux Gaulois (Diod. Sic., 14, 116, 7). Sur le refus de payer cette rançon, qui est une fiction historique apparue semble-t-il avec Tite-Live, voir Liv., 5, 49, 1 ; puis Plut., Cam., 29, 1-3 ; Flor., 1, 7 ; Ps.-Aur. Vict., Vir. ill. 23 ; Eutr., 1.19.

72 Voir Engerbeaud 2017, p. 391-426.

73 D’après Tac., Hist., 3, 72.1 (contra Liv., 2, 9-13 ; D. H., 5, 31, 1-32, 4 puis 34, 4). Les chercheurs considèrent la reddition de Rome devant Porsenna comme un fait historique de façon presque unanime, bien que l’historiographie augustéenne passe ce fait sous silence. Voir notamment Cornell 2000 [1995], p. 217 et p. 293.

74 L’hypothèse d’une conquête de Rome par les Sabins au Ve siècle a été notamment défendue par E. Pais (Pais 1915, p. 347-364). Cependant, de nos jours, plus aucun savant ne semble défendre cette position. 

75 Degrassi 1963, p. 78 (pour les Fasti Maffeiani), et p. 189 (pour les Fasti Amiterni). 

76 La décision d’engager le combat revenait toujours in fine au magistrat, même lorsque les auspices étaient défavorables. Les savants et les historiens romains attribuent plusieurs défaites romaines à la négligence des commandants vis-à-vis des signes divins lorsqu’ils sont négatifs. Voir notamment Cic., Div., 2, 8, au sujet du désastre naval de Drepanum en 249. 

77 Plut., Cam., 19, 11.

78 Liv., 6, 28-29.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – La mention des Parilia et de Roma condita dans les Fasti Antiates Maiores.
Titre Fig. 2 –La mention du dies Alliensis dans les Fasti Antiates Maiores.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathieu Engerbeaud, « Le « jour de l’Allia » (dies Alliensis) : recherches sur l’anniversaire d’une défaite dans les calendriers romains », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En ligne], 130-1 | 2018, mis en ligne le 05 février 2018, consulté le 11 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/mefra/4769 ; DOI : 10.4000/mefra.4769

Haut de page

Auteur

Mathieu Engerbeaud

Aix-Marseille Université CNRS, TDMAM, Aix-en-Provence, mathieu.engerbeaud@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • OpenEdition Journals