Navigation – Plan du site
Varia

Municipium Mactaritanum

Lotfi Naddari
p. 509-521

Résumés

Le réexamen du dossier épigraphique mis à contribution pour écrire l’histoire municipale de la colonia Aelia Aurelia Mactaritana permet de revoir les scénarios proposés par les spécialistes de l’histoire municipale des cités africo-romaines. Pour une cité profondément romanisée, chef-lieu du pagus Thuscae et Gunzuzi et siège du bureau des Quattuor publica Africae, il serait difficile d’admettre qu’elle ait pu garder le statut de ciuitas pérégrine jusqu’au dernier quart du IIe siècle de l’ère chrétienne avant d’accéder au rang de colonie. Aujourd’hui, la révision d’une inscription datable du règne de Marc Aurèle (CIL VIII, 11799 + IlAfr, 200 a et b + AE, 1960, 114) et la découverte d’un fragment épigraphe qui vient compléter une dédicace en l’honneur du clarissime africain M. Valerius Quadratus (CIL VIII, 11811 = ILPB, 103) nous donnent l’occasion d’envisager autrement les différentes phases de l’histoire municipale de cette cité et de préciser notamment qu’elle fut d’abord municipe de droit latin.

Haut de page

Texte intégral

Ce texte a profité des remarques savantes de A. M’Charek, A. Beschaouch, L. Maurin et Kh. Marmouri. Qu’ils trouvent ici l’expression de mes remerciements les plus sincères.

  • 1 AE, 1963, 96 ; Picard – Mahjoubi – Beschaouch 1963.
  • 2 CIL VIII, 11801 = ILS, 458 ; CIL VIII, 11804 = ILS 6787 ; CIL VIII, 677 = 11910 ; AE 1949, 47. Une (...)
  • 3 CIL VIII, 11799 + IlAfr 200 a et b + AE, 1960, 114 ; CIL VIII, 11811 = ILPB, 103.

1Les différentes phases de l’histoire municipale de Mactaris (Makthar, dans le secteur central du Haut Tell tunisien) (fig. 1), chef-lieu du pagus Thuscae et Gunzuzi1, ont été hypothétiquement établies à partir de documents épigraphiques fragmentaires. Cela explique les différents scénarios proposés par les spécialistes de l’histoire municipale des provinces romaines d’Afrique, notamment G.-Ch. Picard, A. Beschaouch et J. Gascou. En effet, exception faite des documents sévériens et post-sévériens révélant la nomenclature complète de cette cité, colonia Aelia Aurelia Mactaritana2, deux dédicaces fragmentaires ont été mises à contribution pour émettre des hypothèses retraçant le processus de sa promotion juridique : une inscription monumentale de l’époque de Marc Aurèle et un hommage rendu au clarissime althiburitain de l’époque d’Antonin le Pieux, M. Valerius Quadratus3.

  • 4 Gascou 1982a, p. 197-198.
  • 5 Beschaouch 1996, p. 252.
  • 6 Gascou 2003, p. 235.
  • 7 Picard 1953 ; Picard 1987, p. 461.

2Rappelons à cet égard que pour J. Gascou, Mactaris, sans passer par le statut intermédiaire de municipium, était restée une simple ciuitas pérégrine jusqu’à sa promotion directe au rang de colonie entre 176 et 180, c’est-à-dire sous le règne conjoint de Marc Aurèle et de son fils Commode4. Selon cette interprétation, les épithètes Aelia et Aurelia renverraient respectivement à Commode et à Marc Aurèle. Voilà déjà une lecture difficile à admettre compte tenu de la primauté de l’épithète Aelia, renvoyant à Commode, par rapport à Aurelia faisant référence à Marc Aurèle et qui aurait dû logiquement devancer Aelia. De son côté A. Beschaouch envisage un autre scénario de promotion municipale en deux temps : tout d’abord une ciuitas de droit latin sous Hadrien (d’où l’épithète Aelia), promue ensuite au rang de colonie honoraire sous Marc Aurèle seul, ce qui justifierait l’emploi de l’épithète Aurelia5 ; cette nouvelle interprétation a été alors retenue sans réserve par J. Gascou qui a abandonné l’idée d’un passage direct du statut de cité pérégrine à celui de colonie romaine6. Pour G.-Ch. Picard, la ville aurait été un « semi-municipe » entre la fin du règne de Trajan et le règne conjoint de Marc Aurèle et de Commode, sans pour autant que cela contredise l’idée qu’elle serait restée une simple ciuitas au moins jusqu’à l’année 169-1707.

Fig. 1 – Carte de localisation de Mactaris, en Byzacène.

Fig. 1 – Carte de localisation de Mactaris, en Byzacène.

D’après Desanges et al. 2010.

  • 8 Picard 1966 ; Picard 1987, p. 461.
  • 9 CIL VIII, 11799 + IlAfr, 200 a et b + AE, 1960, 114.
  • 10 Picard 1957, p. 151.

3Mais la question qui se pose est de savoir si l’on peut admettre que Mactaris, siège du bureau des Quattuor publica Africae depuis l’époque flavienne, chef-lieu du pagus Thuscae et Gunzuzi au moins à partir du règne de Trajan et ville profondément romanisée, siège d’un conventus ciuium Romanorum au plus tard au début du IIe siècle apr. J.-C.8, ait pu demeurer une simple ciuitas pérégrine jusqu’au dernier quart du IIe siècle. Précisons d’abord que le statut de ciuitas a été déduit de l’examen d’une inscription monumentale, incomplète et fragmentaire, datée de l’année 169-170 apr. J.-C.9. Il s’agit d’un texte distribué sur six blocs jointifs en assez bon état de conservation (tabl. 1). Ils proviennent des vestiges des thermes situés au nord-ouest de la basilique des Juvenes10. La longueur totale devait dépasser les 12 m. L’examen de l’ordinatio du texte et l’identification d’un champ anépigraphe à la fin du fragment no 3 et au début du fragment no 4 permettent de se faire une idée de l’agencement et du tracé de ces éléments de linteau et peut-être même des entrecolonnements. Ces éléments doivent faire partie d’une frise architravée alignée sur deux ou trois faces d’un portique.

Bloc Texte Dim. (cm) Réf.
1 IMP CAES M AVRELI ANT 280 × 59 × 40 AE, 1960, 114
2 ONINI AVG ARMENIACI PARTHICI MEDICI 255 × 59 × 40 IlAfr, 200, b
3 MAXIMI PP TRIB POT XXIIII COS III 279 × 59 × 40 CIL VIII, 11799, a
4 [- - -]IAS M[AC]TARITANOR[- - -] 210 × 59 × 40 CIL VIII, 11799, b
5 NNO SEXTI LATERANI PROCOS CV L RVPILIVS AV[- - -] 249 × 59 × 40 CIL VIII, 11799, c
6 RESTITVTASA non indiquées IlAfr, 200, a

4Reconnaissant l’intérêt considérable de cette dédicace « du point de vue de l’histoire de l’art et de l’histoire politique » de la ville et les difficultés d’identification du monument consacré, G. Ch. Picard a proposé la lecture suivante en adoptant partiellement celle de J. Schmidt au CIL VIII (11799).

[I(oui) M(aximo) O(ptimo), Iunoni Reginae, Mineruae Augustae], [pro] restituta sa[lute] Imp(eratoris) Caes(aris) M(arci) Aureli Antonini, Aug(usti), Armeniaci, Parthici, Medici, [pontificis] maximi, p(atris) p(atriae), trib(uniciae) pot(estatis) XXIIII, co(n)s(ulis) III, [imp(eratoris) V, - - - ciui]tas M[ac]taritanor[um - - - extruxit? a]nno Sexti Laterani proco(n)s(ulis), c(larissimi) v(iri); L(ucius) Rupilius Au[--- leg(atus) eius dedicauit].

  • 11 Picard 1957, p. 151 et pl. XLV c.
  • 12 Un capitole non encore identifié sur le terrain.
  • 13 Pallu de Lessert 1896, p. 213-214 ; Thomasson 1996, p. 69, no 86.

5À en juger par son contenu, son support, ses dimensions, son décor figuré11 et, surtout, par la lecture proposée, la dédicace renvoie à l’inauguration du capitole12 qui aurait été édifié durant la 24e puissance tribunicienne de l’empereur Marc Aurèle, sous le proconsulat de L. Sextius Lateranus (169-170)13. De même, selon cette même lecture, ce serait la ciuitas Mactaritanorum qui aurait financé un tel temple.

 

  • 14 Picard 1957, p. 151-152.

6Toutefois, cette interprétation, retenue sans la moindre réserve par tous les spécialistes de l’histoire municipale des cités africaines14, présente à notre avis quelques difficultés et gagnerait à être révisée, car les blocs épigraphes pourraient être répartis et lus d’une manière différente.

7D’abord, en ce qui concerne la formule [ciui]tas M[ac]taritanor[um], considérée par les éditeurs du CIL VIII et surtout par G.-Ch. Picard comme étant l’auteur de la dédicace, il convient de souligner qu’il s’agit là d’une simple conjecture fondée sur l’identification de la haste précédant la terminaison -AS avec la lettre T, ce qui justifierait la restitution du mot [ciui]tas. À en croire le relevé présenté par J. Schmidt au CIL VIII, on aurait affaire à une haste légèrement oblique qui se distinguerait nettement du tracé des deux autres T du mot M[ac]TARITANOR[um]. Malheureusement, ce bloc, aujourd’hui beaucoup plus détérioré qu’il ne l’était à la fin du XIXe siècle, ne permet plus de procéder à une vérification du tracé de cette lettre (fig. 2).

Fig. 2 – État actuel du champ épigraphique du bloc no 4 (CIL VIII, 11799).

Fig. 2 – État actuel du champ épigraphique du bloc no 4 (CIL VIII, 11799).

Cl. L. Naddari.

  • 15 Châtelain 1910, p. 401.
  • 16 Pour le volume VIII du CIL par exemple, voir indices, p. 336-337. A. Saastamoinen (Saastamoinen 20 (...)
  • 17 Saastamoinen 2010, p. 90-93.
  • 18 CIL VIII, 11799.
  • 19 Voir à titre illustratif les inscriptions suivantes : CIL VIII, 587 (= IlTun, 500 = ILS, 5567), 80 (...)

8Une meilleure lecture de cette partie du texte pourrait être suggérée par le texte du sixième bloc comportant les lettres RESTITVTASA que L. Châtelain15, puis G.-Ch. Picard, placèrent au début du texte en guise de formule introductive de souhait : [pro] restituta sa[lute], suivie de la titulature de l’empereur Marc Aurèle au génitif. Toutefois, cette expression n’a pas de parallèle dans le langage épigraphique16. Dans un pareil contexte, la formule pro salute, fréquemment usitée dans l’épigraphie monumentale africaine17, aurait amplement suffi. C’est d’ailleurs cette même formule qui fut restituée par les éditeurs du CIL lorsqu’ils publièrent les trois premiers fragments de cette même inscription18. En outre, c’est par cette même formule que commence la quasi-totalité des dédicaces de monuments construits en Afrique pour rendre hommage à l’empereur Marc Aurèle19. Ainsi, au lieu d’être placé en tête de l’inscription, ce bloc trouverait une meilleure position entre les blocs 4 et 5, ce qui permettrait une autre répartition des lettres. Nous dégageons d’abord le mot RESTITVTAS, un participe à l’accusatif pluriel qui doit s’accorder avec un substantif féminin au pluriel également, un monument objet d’un chantier de restauration. En effet, le pendant direct du participe restitutas ne saurait être à notre avis que le mot incomplet se terminant par la désinence -AS que nous lisons sur le bloc 4, juste avant le mot M[ac]TARITANOR[um]. Pour cette partie du texte, au lieu d’un nominatif singulier dédicant de l’inscription monumentale, en l’occurrence la [ciui]TAS M[ac]TARITANOR[um], il serait question d’un accusatif pluriel, l’objet de la dédicace tout simplement. Ainsi, nous proposons d’établir cette partie du texte comme suit :

[- - -]AS M[ac]TARITANOR[um] RESTITVTAS [- - -]

9Diverses possibilités sont envisageables pour définir le monument concerné par cette opération de restauration et dont le nom relève sans doute de la première déclinaison : basilica, curia, cella, platea… Compte tenu du contexte de découverte de ces blocs (les thermes situés au nord-ouest de la basilique des Juvenes) nous opterions à titre d’hypothèse pour le mot pluriel [therm]as et restituerions en conséquence :

[therm]AS M[ac]TARITANOR[um] RESTITVTAS [- - -]

10En effet, la haste légèrement oblique précédant la terminaison -AS, de tracé différent par rapport à celui de la lettre T attestée deux fois dans le mot suivant (M[ac]TARITANOR[um]), serait celle du jambage droit de la lettre M. D’ailleurs, le tracé de cette même lettre dans plusieurs mots de ce même texte conforte cette lecture (fig. 6).

11Une longue liste de textes parallèles accrédite cette lecture en établissant un lien syntaxique entre un monument objet d’une dédicace (au singulier ou au pluriel) et l’adjectif restituta à l’accusatif également :
– thermas Gal[lienianas r]eformatas et excultas (IlAfr, 506),
– aquas Curtiam et Caeruleam perductas (…) restitutas
(CIL VI, 1258 = ILS, 218 c),
– [harenam(?)] amph[itheatri longi temporis [- - - re]stitutam (CIL VI, 32092),
– balineum refect(um) [et] basilicam uetustate conlapsum a solo restitutam (CIL VII, 287 = RIB, 605 = ILS, 2548).

  • 20 Picard 1957, p. 151.
  • 21 Benabid 2010, p. 829.

12En conséquence, l’hypothèse qui fait de cette inscription la dédicace du capitole doit être écartée. D’ailleurs cette identification n’était fondée en réalité que sur le décor de l’intrados du soffite du deuxième bloc figurant la triade capitoline représentée au milieu d’un décor floral et animalier fantastique composé de rinceaux et de monstres (fig. 3)20. C’est là « un thème classique largement diffusé dans l’art lapidaire romain »21, et ce ne pourrait donc pas être tenu comme un indice d’identification certaine ; il revêt une valeur symbolique, en rapport avec l’idéologie impériale et la religion de Rome dans des monuments bien fréquentés.

Fig. 3 – Le décor figuré du 2e soffite (IlAfr, 200, b).

Fig. 3 – Le décor figuré du 2e soffite (IlAfr, 200, b).

Cl. L. Naddari.

13Quant à la lettre A à la fin de ce sixième bloc, après la forme adjectivale (restitutas), elle s’associe sans aucune difficulté avec les lettres NNO lisibles au début du bloc no 5 de cette même inscription pour former le mot ANNO.
Nous proposons donc de restituer et de lire cette partie finale du texte (blocs 4, 6 et 5) comme suit :

[therm]as (?) M[ac]taritanor[um] restitutas anno Sexti Laterani proco(n)s(ulis) c(larissimi) u(iri)

14La séquence thermas Mactaritanorum que nous proposons pour cette partie du texte désignant le monument objet de la dédicace à l’accusatif pluriel suivi d’un adjectif ethnique au génitif pluriel dérivé du nom de la ville pourrait paraître curieuse pour dénommer un édifice thermal des Mactaritains à Mactaris même. Mais on peut la rapprocher de cas similaires révélés par une dizaine d’inscriptions faisant suivre des monuments objets de dédicaces par des adjectifs ethniques, généralement au datif. Nous citons quelques-uns à titre d’exemples dans le tableau 2.

Forme Toponyme Référence
balneas Amiterninis Amiternum

CIL IX, 4196

balneae municipum municipii Aelii Chobae Choba CIL VIII, 8375 = ILS, 6876
thermas Ocricolanis Ocriculum CIL XI, 4090 ; AE, 1995, 439
therm]as [- - - municipii Augusti] Veientis Veii CIL XI, 3812
thermas Spoletinis Spoletium CIL XI, 4781 = ILS, 739
thermas rei publicae suae Tagilitanae Tagilis AE, 1979, 352
the[a]trum coloniae Emerite[nsium] Emerita AE, 1915, 33 = AE, 1935, 4
  • 22 Thébert 2003, p. 146.
  • 23 Ce monument serait peut-être contemporain de l’édification de l’arc de Trajan ou de l’érection des (...)
  • 24 G.-Ch. Picard (Picard 1974, p. 14) estime que ces thermes sont contemporains des Grands thermes Es (...)

15De l’emploi de restituta découle ainsi que la date de construction des thermes de l’Ouest, transformés tardivement en église22, serait à placer entre le règne de Trajan et celui d’Antonin le Pieux23 (fig. 4). À la lumière de ces détails chronologiques, la construction et plus tard la restauration de ces thermes seraient antérieures à l’édification des grands thermes de l’Est de la même ville, inaugurés en 199 apr. J.-C.24.

Fig. 4 – Les thermes de l’Ouest à Mactaris. Le bloc no 1 encore remployé dans les vestiges de l’église installée dans le frigidarium ; le bloc no 4 encore dans les environs immédiats du monument.

Fig. 4 – Les thermes de l’Ouest à Mactaris. Le bloc no 1 encore remployé dans les vestiges de l’église installée dans le frigidarium ; le bloc no 4 encore dans les environs immédiats du monument.

Cl. L. Naddari.

  • 25 PIR, R 149 ; PIR2, R 212 ; Thomasson 1996, p. 112, no 42.
  • 26 Pallu de Lessert 1896, p. 213-214.
  • 27 CIL VIII, 5290 = IlAlg, I, 179 = ILS, 5477 ; CIL VIII, 1170 = 14287 = ILS, 413.

16N’étant pas la présumée ciuitas Mactaritanorum, le sujet de la dédicace est assurément L. Rupilius Au[---], mentionné au nominatif à la fin du texte, juste après la nomenclature du proconsul d’Afrique au génitif. Rappelons que selon la restitution proposée par les éditeurs du CIL, VIII, retenue par G.-Ch. Picard, il serait identifiable avec un légat du proconsul qui aurait présidé la cérémonie de la dédicace. Une pareille solution a été également retenue par les éditeurs de la Prosopographia Imperii Romani et par B.E. Thomasson25, tandis qu’elle n’est pas acceptée par Pallu de Lessert26. D’ailleurs, s’il en était ainsi, son nom serait mentionné avec le même cas que celui de son supérieur hiérarchique comme on peut le constater dans deux inscriptions découvertes à Calama et à Ucres dans lesquelles les noms des proconsuls et leurs légats apparaissent tous au génitif27. Du reste, l’emploi de l’année proconsulaire n’implique pas nécessairement une mention du proconsul et de son légat.

  • 28 M’Charek 1982, p. 203-204. Voir également Belkahia-Karoui 2009, nos 135, 143, 191 et 192. Certains (...)
  • 29 M’Charek 1982, p. 203.
  • 30 Voir à titre d’exemple : CIL VIII, 12272 ; CIL VIII, 23849 = ILPB, 408.
  • 31 Voir à titre d’exemple : CIL VIII, 1490 = 26568 = IlAfr, 533 = DFH, 43 ; CIL VIII, 5337 = IlAlg, I (...)
  • 32 Voir à titre d’exemple : CIL VIII, 26566 = AE, 1908, 165 = DFH, 21 ; CIL VIII, 5335 = IlAlg, I, 25 (...)
  • 33 CIL VIII, 1277 = 14772 = ILS, 6809.

17Ce détail mérite en effet que l’on s’y arrête, car A. M’Charek a déjà ouvert une autre piste que celle d’un légat, inconnu par ailleurs. En effet, dans une importante notice réservée à la famille des Rupilii, mettant en exergue la place particulière qu’ils occupèrent parmi l’élite de la société mactaritaine28 (tabl. 3), cet auteur identifie le personnage en question avec « l’un des plus riches de la cité puisqu’il s’agit du premier mactaritain connu qui se distingue par son évergétisme, en assumant les frais de construction d’un monument public »29. Ainsi, son nom étant au nominatif, il peut être évidemment tenu pour l’évergète qui aurait financé le projet de restauration ou éventuellement l’autorité municipale ayant présidé à la dédicace. Nombreuses sont en effet les inscriptions latines d’Afrique qui font emploi de l’année proconsulaire suivie par la mention des autorités présidant aux dédicaces : membres de l’élite locale arrivés au faîte des honneurs municipaux, curatores reipublicae30, flamines perpétuels31 ou même membres de l’ordre sénatorial32 ou de l’ordre équestre33.

Nom Cursus Date Réf.
A. Rupilius Saturninus - Fin IIe-première moitié du IIIe s. CIL VIII, 11865
Q. Rupilius Honoratus Flamine perpétuel ; adlectus in equestres turmas par l’empereur Sévère Alexandre Après 235 CIL VIII, 627 = ILS, 1315
P. Rupilius Pisonianus Egregius vir, curateur rei publicae de Mactaris et de Mididi 290-293 CIL VIII, 624 + 11782 + 23413 = AE, 1946, 62 et 119 ; CIL VIII, 11774
Rupilius Pisonianus Préfet des vigiles, vir clarissimus 333-337 CIL VI, 1157

À partir de Belkahia-Karoui 2009, nos 135, 143, 191 et 192.

18On retiendra que cette inscription monumentale de Mactaris, vraisemblablement gravée pour le salut de l’empereur Marc Aurèle, rappelle tout simplement l’achèvement des travaux de restauration des thermes (?) durant le proconsulat de T. Sextius Lateranus (169-170 apr. J.-C.). Rupilius Au[---] serait simplement un notable municipal qui aurait présidé la cérémonie de la dédicace des thermes ou l’évergète qui les aurait financés.

  • 34 Kienast 1990, p. 137.

19Une mise au point relative à un détail de la titulature de Marc Aurèle s’impose avant de proposer une lecture complète du texte ; elle concerne le titre de pontifex maximus, octroyé le 7 mars 16134, qui fait parfois défaut dans les inscriptions mentionnant la titulature de cet empereur. Ici, c’est le mot [pontificis] qui a été restitué en raison du mot MAXIMI lisible au début du bloc 3 et inséré en conséquence juste après le titre ex uirtute Medicus qui occupe la fin du texte du bloc 2. Par conséquent, et compte tenu aussi des dimensions de chacun des blocs de cette grande inscription et de la position des mots (MEDICI à la fin du premier et MAXIMI au début du second), le mot pontificis, même s’il est transcrit en toutes lettres, aurait occupé un bloc de longueur très réduite, voire incompatible avec le reste des blocs. C’est pourquoi une solution plus simple consisterait à envisager de relier les blocs 2 et 3 (fig. 5 et 6), de façon à lire :

Bloc 2 : IlAfr, 200, b Bloc 3 : CIL VIII, 11799 a
…ONINI AVG ARMENIACI PARTHICI MEDICI | MAXIMI PP TRIB POT XXIIII COS III…
                                                                                    au lieu de
…ONINI AVG ARMENIACI PARTHICI MEDICI | [pontificis] MAXIMI PP TRIB POT XXIIII COS III…
  • 35 CIL VIII, 26249 = AE, 1997, 1673 = AE, 1999, 1513 = AE, 2012, 1881. Voir en dernier lieu Khanoussi (...)

20De la sorte, la séquence à retenir est selon nous la suivante : Armeniaci Parthici Medici maximi au lieu de la séquence classique Armeniaci Parthici maximi Medici. Pour un pareil schéma on peut évoquer un parallèle dans une dédicace de l’année 173 apr. J.-C. découverte à Vchi Maius commémorant la restauration et le transfert d’un monument religieux dans laquelle se succèdent les titres ex uirtute de Marc Aurèle Armeniacus, Parthicus, Medicus maximus et Germanicus ; le titre pontifex maximus fait ici défaut également35.

Fig. 5 – La partie finale du Bloc no 2 : IlAfr, 200.

Fig. 5 – La partie finale du Bloc no 2 : IlAfr, 200.

Cl. L. Naddari.

Fig. 6 – Bloc no 3 : CIL VIII, 11799 a.

Fig. 6 – Bloc no 3 : CIL VIII, 11799 a.

Cl. L. Naddari.

21À la lumière de tout ce qui précède, nous proposons de lire le texte de Mactaris qui nous occupe ici comme suit :

[Pro salute] Imp(eratoris) Caes(aris) M(arci) Aureli Ant|onini, Aug(usti), Armeniaci, Parthici, Medici | maximi, p(atris) p(atriae), trib(unicia) pot(estate) XXIIII, co(n)s(ulis) III, | [imp(eratoris) V, - - - therm]as (?) M[ac]taritanor[um] | restitutas, a|nno Sexti Laterani proco(n)s(ulis), c(larissimi) v(iri); L(ucius) Rupilius Au[- - - dedicauit. D(ecreto) d(ecurionum), p(ecunia) p(ublica) ?].

Pour le salut de l’empereur César Marc Aurèle Antonin, Auguste, vainqueur des Arméniens, vainqueur des Parthes, très grand vainqueur des Mèdes, père de la patrie, revêtu de la 24e puissance tribunicienne, élu consul pour la troisième fois, salué imperator pour la cinquième fois, Lucius Rupilius Au[- - -], a dédié les thermes (?) des Mactaritains restaurés durant l’année du proconsul Sextius Lateranus, homme clarissime. Par décret des décurions, à frais publics (?).

 

  • 36 Sur le droit latin provincial voir en particulier Saumagne 1965 ; Le Roux 1986 ; Le Roux 1996 ; Le (...)
  • 37 CIL VIII, 11811 = ILPB, 103. PIR, III, V 124 ; PIR2, V 186 ; RE, VIII, A, col. 216, no 325 ; Corbi (...)
  • 38 Nous adressons nos remerciements les plus sincères à Moncef Ben Moussa, conservateur du Musée Nati (...)
  • 39 CIL VI, 1533 = CIL XIV, 3996 ; CIL VIII, 1829, 27772, 27776 = AE, 1908, 168. Dimensions : H. 107 c (...)
  • 40 Nous adressons nos vifs remerciements à Jamel Hajji, chargé de recherches à l’INP et conservateur (...)

22Il en ressort que Mactaris est loin d’être restée une simple ciuitas pérégrine jusqu’à l’année 169-170 apr. J.-C. ; à cette date, elle doit être municipe de droit latin ou colonie36.
Les corrections apportées à cette dédicace permettront de relancer le débat au sujet de l’histoire municipale de Mactaris et d’envisager un scénario différent en mettant à contribution un second document, en l’occurrence l’hommage rendu dans cette même ville à l’un des clarissimes africains les plus illustres de l’époque d’Antonin le Pieux, M. Valerius Quadratus37. On pourra ainsi retracer autrement le processus de promotion juridique de Mactaris, à la faveur d’une meilleure connaissance du cursus de ce notable et des liens qui l’unissaient à cette ville. En effet, la partie du texte de cet hommage connue jusqu’ici, conservée dans les réserves du Musée National du Bardo, est gravée sur fragment d’une plaque en calcaire brisée à gauche et écornée en bas à droite (fig. 7)38. Rédigé au datif, le texte retrace le cursus sénatorial de ce clarissime connu également par d’autres textes épigraphiques provenant de sa ville natale, Althiburos, et de la capitale de l’empire39. Par un heureux concours de circonstances, un deuxième fragment de cette plaque, mis au jour dans des conditions qui nous échappent et passée inaperçue pendant une longue période, se trouve aujourd’hui exposé dans la cour de la maison des fouilles de Makthar (fig. 8)40.
Commençons par donner, d’abord, le contenu du premier fragment :

M VALERIỌ [- - -]

NA QVADṚ[- - -]

STLITIBVṢ[- - -]

DIS TRIB Ḷ[- - -]

LEG III AVG Q Ạ[---]

NICIP[---]

Fig. 7 – CIL VIII, 11811 = ILPB, 103.

Fig. 7 – CIL VIII, 11811 = ILPB, 103.

23Deux lectures, avec quelques variations qui concernent les deux dernières lignes, ont été proposées par A. Beschaouch et Z. Benzina Ben Abdallah, que voici :

  • 41 Beschaouch 1969, p. 203.

Lecture de A. Beschaouch41 :

M(arco) Valerio, / [M(arci) f(ilio), Quiri]/na, Quadr[ato, Xuiro] / stlitibus [iudican]/dis, trib(uno) l[aticlauio] / leg(ionis) III Aug(ustae), q(uaestori) A[ug(usti) des(ignato). Mu]/nicip/[es mun(icipii) Aelii / Hadriani Aug(usti) Althiburitani].

  • 42 ILPB, 103.

Lecture de Z. Benzina Ben Abdallah42 :

M(arco) Valerio, / [M(arci) f(ilio), Quiri]/na, Quadr[ato, Xuiro] / stlitibus [iudican]/dis, trib(uno) l[aticlauio] / leg(ionis) III Aug(ustae), q(uaestori) A[ug(usti) des(ignato). Municipes mu]/nicip[i(i) Althiburitani].

24Notons que c’est l’identité des dédicants placés à la fin de l’inscription qui a posé problème : les municipes, sans autre précision ethnique selon R. Cagnat, les [mu]nicip[es municipii Aeli Hadriani Aug(usti) Althiburitani] selon une restitution proposée par A. Beschaouch – qui ne disposait pas alors d’une photo de l’inscription –, suivi par Z. Benzina Ben Abdallah et par tous ceux qui se sont intéressés au cursus de ce clarissime et à l’histoire municipale de Mactaris. Commandés et conditionnés par la lecture traditionnelle de l’inscription de Mactaris corrigée plus haut, selon laquelle Mactaris serait restée une simple ciuitas pérégrine jusqu’à l’année 169-170, ils étaient tous enclins à voir dans les municipes Althiburitani les dédicants de cet hommage, étant donné qu’Althiburos est connue pour être un municipe d’Hadrien et la ville natale du clarissime honoré.

25La découverte à Makthar du deuxième fragment (fig. 8) et la lecture que nous venons de proposer à propos de l’inscription datée de l’année 169-170 apr. J.-C. permettent de relancer le débat au sujet du processus de la promotion juridique de Mactaris, notamment en ce qui concerne le statut de municipium avant la promotion coloniale.

  • 43 H. 52,5 à droite et 48 cm à gauche ; l. 60 cm ; ép. 25 cm ; h. l. : entre 9 et 6,5. Les nuances de (...)

26Le deuxième fragment de la plaque épigraphe étant incomplet en haut, écorné à gauche, présente aujourd’hui un champ épigraphique légèrement écaillé comportant un texte qui vient compléter sans difficulté celui du premier fragment43. En outre, l’ordinatio du texte, sa mise en page, la hauteur dégressive des lettres et le style d’écriture adopté (des capitales africaines carrées de belle facture), confortent l’appartenance des deux fragments à une même dédicace (fig. 9-10).
Voici en effet le texte gravé sur le deuxième fragment :

[- - - - - -]

[- - -]ẠTO X VỊṚ

[- - -]VDICAṆ

[- - -]TICLAVIO

[- - - ]PATRONO M[.]

[- - -] Ḍ D P P

Fig. 8 – Le deuxième fragment de la plaque.

Fig. 8 – Le deuxième fragment de la plaque.

Fig. 9 – Les deux fragments de l’hommage rendu au clarissime M. Valerius Quadratus.

Fig. 9 – Les deux fragments de l’hommage rendu au clarissime M. Valerius Quadratus.

Fig. 10 – Reconstitution de l’hommage rendu au clarissime M. Valerius Quadratus.

Fig. 10 – Reconstitution de l’hommage rendu au clarissime M. Valerius Quadratus.

27Le texte complet doit s’établir comme suit :

M(arco) Valerio, / [M(arci) f(ilio), Quiri]/na (tribu), Quadrato, (decem)uir(o)] / stlitibus [i]udican/dis, trib(uno) [la]ticlauio / leg(ionis) III A[ug](ustae), q(uaestori) A[ug(usti)], patrono m[u]/nicip[ii]. D(ecreto) d(ecurionum), p(ecunia) p(ublica).

À Marcus Valerius Quadratus, fils de Marcus, de la tribu Quirina, membre du collège des dix hommes chargés de juger les litiges, tribun laticlave de la Troisième légion Auguste, questeur d’Auguste, patron du municipe. Par décret des décurions, à frais publics.

  • 44 L’étude détaillée du cursus de ce notable althiburitain paraîtra dans les actes du 5e colloque int (...)

28Il est ainsi question d’un hommage public que la curie de Mactaris a rendu, decreto decurionum, pecunia publica, au clarissime althiburitain M. Valerius Quadratus, qui était alors patron du municipe44. Deux conclusions d’un grand intérêt sont à retenir : d’une part l’hommage émane non point des municipes Althiburitani retenus jusqu’ici, mais de la curie du municipe de Mactaris. D’autre part, c’est, dans cette dédicace de l’époque d’Antonin le Pieux, la première attestation du statut du municipium pour cette importante cité d’origine numide qui fut le chef-lieu du pagus Thuscae et Gunzuzi.

29Mentionnant la questure impériale du clarissime honoré, gérée au plus tard en 151 apr. J.-C., cette dédicace doit être légèrement postérieure aux trois inscriptions d’Althiburos qui se limitent à mentionner qu’il fut simplement quaestor Augusti designatus. Mais elle doit être légèrement antérieure à l’hommage qui lui fut rendu à Rome et qui retrace son cursus jusqu’à la préture, gérée au plus tard en 155 apr. J.-C.

  • 45 Concernant l’emplacement des statues dans les centres monumentaux dans les cités romaines, voir à (...)

30Le libellé de cet hommage public rendu en 148 ou en 152 apr. J.-C. est rédigé selon un style solennel comparable à celui des inscriptions laudatives accompagnant souvent les statues qui honorent les patrons des cités romaines d’Afrique. Les caractéristiques techniques du support choisi, la paléographie et le formulaire épigraphique impliquent une mise en scène de l’hommage plutôt qu’une simple base de statue. On peut songer à un piédestal monumental destiné à supporter la statue du clarissime honoré, sur la face duquel serait encastrée la plaque reconstituée et qui devait occuper une place de choix dans le paysage urbain de la ville : soit dans le forum de Trajan, soit à l’entrée d’un monument public valorisant45.

  • 46 L’idée d’un lien entre un bienfait quelconque de la part de ce clarissime althiburitain à la cité (...)
  • 47 Sur les patrons des cités romaines d’Afrique voir en dernier lieu Jaïdi 2006, p. 41-60. Pour le th (...)
  • 48 Notons à cet égard l’intégration légèrement tardive des notables Mactaritains dans les deux ordres (...)

31Accompli en vertu d’un décret des décurions et par dépense publique, cet hommage doit être l’expression d’une gratitude manifestée par les membres de l’ordo decurionum du municipe de Mactaris, enorgueillis peut-être par un privilège quelconque, à l’égard d’un clarissime qui aurait rendu service à leur cité lorsqu’il remplissait la questure de l’empereur Antonin le Pieux. Profitant de ses liens étroits avec cet empereur, pour avoir bénéficié de son indulgentia à deux reprises et pour avoir été son propre quaestor, M. Valerius Quadratus a pu jouer un rôle important dans la promotion juridique de Mactaris46. En dépit du silence de cette inscription à propos du contexte de l’hommage rendu, il est tout à fait envisageable que le motif de la cooptation comme patron du municipe soit en rapport avec le rôle d’intermédiaire qu’il aurait assuré entre les Mactaritains et l’administration impériale en faveur de l’acquisition de ce statut47. Les Mactaritains auraient ainsi eu recours aux services d’un personnage illustre, au profil imposant. Réciproquement, pour le clarissime honoré, c’était là une occasion pour accroître sa notoriété et un rayonnement en dehors de sa ville natale, dans la mesure où il fit aboutir le dossier de promotion de Mactaris qui était en léger « retard juridique » par rapport aux cités voisines, Zama Regia et Althiburos ayant été respectivement colonie et municipe par Hadrien48.

32Le fait que Mactaris ait été municipium au moment de l’hommage rendu au clarissime althiburitain permet de conforter la conclusion formulée plus haut selon laquelle cette cité possédait déjà ce rang au moment de la dédicace pour le salut de Marc Aurèle. On écartera donc l’idée d’une promotion directe de Mactaris du statut de ciuitas pérégrine au rang de colonie honoraire.

  • 49 CIL VIII, 11801 = ILS, 458 ; CIL VIII, 11804 = ILS, 6787 ; CIL VIII, 677 = 11910 ; AE 1949, 47.
  • 50 CIL VIII, 8375 = ILS, 6876 (municipium Aelium Choba) ; AE, 1958, 128 (colonia Aelia Augusta Tipasa(...)
  • 51 Gascou 1972, p. 124.
  • 52 CIL VIII, 622 = 11781 ; CIL VIII, 23599. La troisième, signalée par G.-Ch. Picard (Picard 1974, p. (...)
  • 53 CIL VIII, 622 = 11781 ; CIL VIII, 23599. D’autres inscriptions un peu plus tardives font également (...)
  • 54 Picard 1957, p. 149.

33Ces données conduisent à une révision de la nomenclature officielle de cette cité telle qu’elle est révélée par la documentation épigraphique sévérienne et post-sévérienne (colonia Aelia Aurelia Mactaritana)49. On a affaire en fait à une nomenclature récapitulative et énumérative des deux phases de promotion de la ville jusqu’au statut de colonie. L’épithète Aurelia renverrait à l’empereur Marc Aurèle, tandis que l’épithète Aelia désignerait à notre avis Antonin le Pieux (T. Aelius Antoninus Pius)50. En effet, contrairement aux propos de J. Gascou51, il semble que l’épithète Aelium-a, quand elle est employée seule (sans l’épithète Hadrianum-a), doive renvoyer à Antonin le Pieux plutôt qu’à Hadrien. Cette solution nous semble convenir au cas de Mactaris. En effet, outre le lien que nous envisageons entre l’hommage rendu au clarissime althiburitain et l’élévation de cette ville au rang de municipe de droit latin, un faisceau d’indices signifiants, tirés de l’examen de la documentation épigraphique mactaritaine, conforte l’hypothèse d’une promotion sous le règne de cet empereur. Dans cette ville, Antonin le Pieux est honoré par trois dédicaces52 ; deux d’entre elles sont les plus anciens documents à faire connaître un vocabulaire institutionnel d’une cité de statut romain – le triumuirat quinquennalis par exemple53. Magistrats suprêmes, les triumuiri quinquennales, héritiers des trois suffètes puniques, chargés du cens, ne font de surcroît apparition dans l’épigraphie locale qu’à partir d’Antonin le Pieux. Cela vient en effet couronner un processus de romanisation institutionnelle engagé depuis le règne de Trajan quand une nomenclature romaine des institutions commence à s’établir54.

  • 55 AE, 1963, 96 ; Picard – Mahjoubi – Beschaouch 1963. Voir en dernier lieu Aounallah 2010, p. 24-25. (...)
  • 56 Thomasson 1996, no 68, p. 57-58 ; Picard 1957, p. 150. Sur la foi d’une inscription fragmentaire ((...)
  • 57 AE, 1950, 66 = 1951, 227 = 1952, 53 = 94.

34Plus significatif, c’est à partir du règne d’Antonin le Pieux que commence à apparaître dans l’épigraphie locale le cursus honorum romain couronné par la préfecture des cités du pagus Thuscae et Gunzuzi, honneur accordé par délégation impériale aux notables de Mactaris ayant parcouru de brillantes carrières municipales. Sous le règne de Trajan, c’est-à-dire à un moment où Mactaris était encore une ciuitas pérégrine, le premier praefectus ciuitatium du pagus Thuscae et Gunzuzi connu jusqu’ici a été choisi parmi les officiers militaires55. De même, par la formule patronus municipi, M. Valerius Quadratus se distingue nettement du premier patron connu à Mactaris, C. Bruttius Praesens L. Fulvius Rusticus, qui fut proconsul d’Afrique à l’époque d’Hadrien (133-134 apr. J.-C.)56. L’hommage qui lui fut rendu en vertu d’un décret des décurions et par dépense publique se limite à mentionner qu’il fut patronus tout court, sans autres précisions sur le statut de la ville57. On imagine mal que Mactaris ait été municipium à cette époque-là (sous Hadrien) et que les Mactaritains aient omis d’y mentionner le statut de leur cité.

  • 58 Chastagnol 1990, p. 352 ; Chastagnol 1993-1995, p. 218.
  • 59 M’Charek 1992, p. 252.

35Par cette promotion au rang de municipe de droit latin sous le règne d’Antonin le Pieux – qui suppose l’obtention automatique de la citoyenneté romaine de ceux qui ont réussi à se faire élire à une magistrature locale ou même ceux qui intégrèrent chaque année la curie de la ville58 – se confirme l’hypothèse selon laquelle Mactaris, tout en conservant le rôle de chef-lieu du pagus Thuscae et Gunzuzi, fut l’une des deux ciuitates promues qui avaient échappé au contrôle du praefectus pagi Thuscae et Gunzuzi59. Rappelons que ce district administratif comptait en 157 apr. J.-C. 62 ciuitates au lieu de 64 à la fin du règne de Trajan. Mieux encore, le choix sous le règne d’Antonin le Pieux de l’un des notables municipaux de Mactaris comme praefectus de l’ensemble du pagus Thuscae et Gunzuzi contribue à ce que se perpétue la prééminence de cette cité, devenue municipe de droit latin, dans son contexte administratif et régional.

  • 60 Chastagnol 1993-1995.

36Ce sont là des détails de l’histoire municipale et institutionnelle de Mactaris sur lesquels on reviendra ultérieurement dans une étude plus large portant sur l’œuvre municipale d’Antonin le Pieux dans les provinces romaines d’Afrique. Dès lors, on ne pourra plus limiter son action au seul cas de Gigthis qu’il gratifia du statut de municipe de droit latin majeur60.

Haut de page

Bibliographie

Aounallah 2010 = S. Aounallah, Pagus, castellum et ciuitas. Études d’épigraphie et d’histoire sur le village et la cité en Afrique romaine, Bordeaux, 2010.

Belkahia-Karoui 2009 = Th. Belkahia-Karoui, Élites des cités de « Byzacène » du Ier au IVe siècles ap. J.-C., Tunis, 2009.

Benabdallah Ben Zina 1986 = Z. Benabdallah Ben Zina, Catalogue des inscriptions latines païennes du Musée du Bardo, Rome, 1986 (CEF, 92).

Benabid 2010 = L. Benabid, Note sur l’origine des cartons dans les ateliers de sculpture : Jupiter sur les reliefs de la Tunisie centrale, dans L’Africa romana, 18, 2010, p. 815-834.

Beschaouch 1969 = A. Beschaouch, Uzappa et le proconsul d’Afrique Sex. Cocceius Anicius Faustus Paulinus, dans MEFRA, 81, 1969, p. 195-218.

Beschaouch 1996 = A. Beschaouch, Aspects du droit latin en Afrique romaine, dans BSNAF, 1996, p. 252-262.

Cébeillac 1972 = M. Cébeillac, Les quaestores principis et candidati aux Ier et IIe siècles de l’Empire, Milan, 1972.

Chastagnol 1990 = A. Chastagnol, Considérations sur les municipes latins du premier siècle apr. J.-C., dans L’Afrique dans l’Occident romain (Ier siècle av. J.-C. - IVe siècle ap. J.-C.), Rome, 1990 (CEF, 134), p. 351-365.

Chastagnol 1993-1995 = A. Chastagnol, Gigthis municipe d’Hadrien ?, dans BCTH, 24, 1993-1995, p. 89-94.

Chastagnol 1995 = A. Chastagnol, L’empereur Hadrien et la destinée du droit latin provincial au second siècle après Jésus-Christ, dans RH, 1995, p. 217-227.

Châtelain 1910 = L. Châtelain, Inscriptions latines de Mactar, du Kef et de Djamâ (Tunisie), dans BAFr., 1910, p. 401-406. 

Christol 2008 = M. Christol, Les cités et les « autorités » publiques : curatelle et patronat, dans Cl. Berrendonner, M. Cébeillac-Gervasoni, L. Lamoine (dir.), Le quotidien municipal dans l’Occident romain, Clermont-Ferrand, 2008, p. 523-544.

Corbier 1982 = M. Corbier, Les familles clarissimes d’Afrique proconsulaire (Ier-IIIe siècle), dans Epigrafia e ordine senatorio, Rome, 1982 (Tituli, 5), vol. 2, p. 685-754.

Desanges et al. 2010 = J. Desanges, N. Duval, Cl. Lepelley, S. Saint-Amans (éd.), Carte des routes et des cités de l’Est de l’Africa à la fin de l’Antiquité, Turnhout, 2010 (Bibliothèque de l’Antiquité tardive, 17).

Gascou 1972 = J. Gascou, La politique municipale de l’Empire romain en Afrique proconsulaire de Trajan à Septime Sévère, Rome, 1972 (CEF, 8).

Gascou 1982a = J. Gascou, La politique municipale de Rome en Afrique du Nord, I- De la mort d’Auguste au début du IIIe siècle, dans ANRW, II, 10-2, 1982, p. 136-229.

Gascou 1982b = J. Gascou, La politique municipale de Rome en Afrique du Nord, II- Après la mort de Septime Sévère, dans ANRW, II, 10-2, 1982, p. 230-320.

Gascou 1999 = J. Gascou, Un municeps et patronus pagi de Thugga, dans AntAf., 35, 1999, p. 71-75.

Gascou 2003 = J. Gascou, Les statuts des villes africaines : quelques apports dus à des recherches récentes, dans J.-P. Bost, J.-M. Roddaz, Fr. Tassaux (dir.), Itinéraire de Saintes à Dougga, Mélanges offerts à Louis Maurin, Bordeaux, 2003 (Ausonius Mémoires, 9), p. 231-246.

Gauckler 1898 = P. Gauckler, Note sur une inscription de Ksar-Bou-Fetha, dans CRAI, 1898, p. 275-278.

Jaïdi 2006 = H. Jaïdi, Le patronat des cités dans les provinces romaines d’Afrique. Expression de l’allégeance et facteurs de la territorialisation, dans A. Hénia (dir.), Être notable au Maghreb. Dynamique des configurations notabiliaires, Paris, 2006, p. 41-60.

Kallala 2004 = N. Kallala, À propos de la fondation de P. Licinius Papirianus de Sicca Veneria (CIL, VIII, 1641) : quelques mises au point, dans Africa, 20, 2004, p. 109-120.

Kallala et al. 2014 = N. Kallala, J. Sanmarti, J. Ramon, R. Alvarez, B. Maraoui Telmini et M.C. Belarte, La ville numide d’Althiburos et le monde de Carthage, dans RStudFen, 42-1, 2014, p. 127-147.

Khanoussi – Mastino 2012 = M. Khanoussi, A. Mastino, D’Uchi Maius à Rome… en passant par Pouzzoles. À propos de nouvelles découvertes épigraphiques à Henchir Douamis, en Tunisie, dans S. Demougin, J. Scheid (dir.), Colons et colonies dans le monde romain. Rome, 2012 (CEF, 456), p. 147-177.

Kienast 1990 = D. Kienast, Römische Kaisertabelle, Darmstadt, 1990.

Lassère 2005 = J.-M. Lassère, Manuel d’épigraphie romaine, Paris, 2005.

Lepelley 1981 = Cl. Lepelley, Les cités de l’Afrique romaine au Bas-Empire, t. II, Notices d’histoire municipale, Paris, 1981.

Le Roux 1986 = P. Le Roux, Municipe et droit latin en Hispania sous l’Empire, dans RHD, 64, 1986, p. 325-350.

Le Roux 1996 = P. Le Roux, Droit latin et municipalisation en Lusitanie sous l’Empire, dans E. Ortiz de Urbina, J. Santos (dir.), Teoria y practica del ordenamiento municipal en Hispania, Actes du symposium (Vitoria-Gasteiz, 1993), Vitoria, 1996, p. 239-253.

Le Roux 1998 = P. Le Roux, Rome et le droit latin, dans RHD, 76, 1998, p. 313-341.

Le Roux 2008 = P. Le Roux, Les centres monumentaux des cités de la péninsule Ibérique au Haut-Empire : à propos des statues, dans Cl. Berrendonner, M. Cébeillac-Gervasoni, L. Lamoine (dir.), Le quotidien municipal dans l’Occident romain, Clermont-Ferrand, 2008, p. 569-591.

Magioncalda 1992 = A. Magioncalda, L’epigrafe da Mactar di C. Sextius Martialis (CIL, VIII, 11813), dans L’Africa romana, 9, 1992, p. 265-289.

M’Charek 1982 = A. M’Charek, Aspects de l’évolution démographique et sociale à Mactaris aux IIe et IIIe siècles ap. J.-C., Tunis, 1982.

M’Charek 1992 = A. M’Charek, Inscriptions découvertes entre Zama Regia (Henchir Jama) et [Ma]rag(ui) Sara (Henchir Chaâr), dans L’Africa romana, 9, 1991, p. 251-265.

Mastino 1984 = A. Mastino, La ricerca epigrafica in Tunisia (1973-1983) II. Il caso di Mactaris, dans L’Africa romana, 1, 1984, p. 73-128.

Pallu de Lessert 1896 = A.-C. Pallu de Lessert, Fastes des provinces africaines (Proconsulaire, Numidie, Maurétanies) sous la domination romaine, Paris, 1896, vol. I.

Picard 1953 = G.-Ch. Picard, Les places publiques et le statut municipal de Mactar, dans CRAI, 1953, p. 80-82.

Picard 1957 = G.-Ch. Picard, Ciuitas Mactaritana, Paris, 1957 (Karthago, 8).

Picard – Mahjoubi – Beschaouch 1963 = G.-Ch. Picard, A. Mahjoubi, A. Beschaouch, Pagus Tuscae et Gunzuzi, dans CRAI, 1963, p. 121-130.

Picard 1966 = G.-Ch. Picard, Le conventus ciuium romanorum de Mactar, dans Africa, 1, 1966, p. 65-78.

Picard 1974 = G.-Ch. Picard, 1974, Les fouilles de Mactar (Tunisie) 1970-1973, dans CRAI, 1974, p. 9-33.

Picard 1987 = G.-Ch. Picard, Le statut politique de Mactar de Trajan à Marc Aurèle, dans L’Africa romana, 4-2, 1987, p. 461-467.

Saastamoinen 2010 = A. Saastamoinen, The phraseology of Latin building inscriptions in Roman North Africa, Helsinki, 2010.

Saumagne 1965 = Ch. Saumagne, Le droit latin et les cités romaines sous l’Empire : essais critiques, Paris, 1965.

Thébert 2003 = Y. Thébert, Thermes romains d’Afrique du Nord et leur contexte méditerranéen. Études d’histoire et d’archéologie, Rome, 2003 (BEFAR, 315).

Thomasson 1996 = B.-E. Thomasson, Fasti Africani. Senatorische und ritterliche Amtsträger in den römischen Provinzen Nordafrikas von Augustus bis Diokletian, Arlöv, 1996 (Acta Instituti Romani Regni Sueciae, 4°, 53).

Haut de page

Notes

1 AE, 1963, 96 ; Picard – Mahjoubi – Beschaouch 1963.

2 CIL VIII, 11801 = ILS, 458 ; CIL VIII, 11804 = ILS 6787 ; CIL VIII, 677 = 11910 ; AE 1949, 47. Une dédicace en l’honneur de C. Sextius Martialis (CIL VIII, 11813 = ILS, 1410), un notable de Mactaris et membre de l’ordre équestre, datant probablement de la fin du règne de Commode, fait également mention du statut de colonie, mais sans épithètes impériales. Voir M’Charek 1982, p. 125 ; Magioncalda 1992 ; Belkahia-Karoui 2009, p. 408-410, no 144.

3 CIL VIII, 11799 + IlAfr 200 a et b + AE, 1960, 114 ; CIL VIII, 11811 = ILPB, 103.

4 Gascou 1982a, p. 197-198.

5 Beschaouch 1996, p. 252.

6 Gascou 2003, p. 235.

7 Picard 1953 ; Picard 1987, p. 461.

8 Picard 1966 ; Picard 1987, p. 461.

9 CIL VIII, 11799 + IlAfr, 200 a et b + AE, 1960, 114.

10 Picard 1957, p. 151.

11 Picard 1957, p. 151 et pl. XLV c.

12 Un capitole non encore identifié sur le terrain.

13 Pallu de Lessert 1896, p. 213-214 ; Thomasson 1996, p. 69, no 86.

14 Picard 1957, p. 151-152.

15 Châtelain 1910, p. 401.

16 Pour le volume VIII du CIL par exemple, voir indices, p. 336-337. A. Saastamoinen (Saastamoinen 2010, p. 92) précise que cette formule n’apparaît en Afrique qu’une seule fois, dans le cas de cette inscription fragmentaire de Mactaris.

17 Saastamoinen 2010, p. 90-93.

18 CIL VIII, 11799.

19 Voir à titre illustratif les inscriptions suivantes : CIL VIII, 587 (= IlTun, 500 = ILS, 5567), 801, 1267 (= IlTun, 1275 = ILS, 5461), 14378 (+ AE, 1991, 1675), 14427, 14754, 15261 (= 1443), 22689 (= AE, 1903, 355 = AE, 1948, 5 = 1998, 1518 = IRT, 2), 25468 (= IlTun, 1221 = ILPB, 321), 27987 (= AE, 1909, 216 = IlAlg, I, 3787), 23022 (= AE, 1893, 66), AE, 1949, 27 ; AE, 1993, 233 ; AE, 1994, 1885 (pro salute et reditu) ; AE, 1996, 1712.

20 Picard 1957, p. 151.

21 Benabid 2010, p. 829.

22 Thébert 2003, p. 146.

23 Ce monument serait peut-être contemporain de l’édification de l’arc de Trajan ou de l’érection des bases de statues de l’époque d’Hadrien rendant hommage à Sabine, son épouse (AE, 1951, 43), à L. Aelius Caesar, son fils (AE, 1951, 44) et à C. Bruttius Praesens, proconsul d’Afrique de l’année 133-134 (AE, 1950, 66 = 1951, 227 = 1952, 53 = 94) ou contemporain des hommages rendus à l’empereur Antonin le Pieux, en l’année 157-158 apr. J.-C. (CIL VIII, 622 = 11781 ; CIL VIII, 23599).

24 G.-Ch. Picard (Picard 1974, p. 14) estime que ces thermes sont contemporains des Grands thermes Est de la ville qui sont d’époque sévérienne, datant de l’année 199 apr. J.-C. précisément. Voir également Thébert 2003, p. 146.

25 PIR, R 149 ; PIR2, R 212 ; Thomasson 1996, p. 112, no 42.

26 Pallu de Lessert 1896, p. 213-214.

27 CIL VIII, 5290 = IlAlg, I, 179 = ILS, 5477 ; CIL VIII, 1170 = 14287 = ILS, 413.

28 M’Charek 1982, p. 203-204. Voir également Belkahia-Karoui 2009, nos 135, 143, 191 et 192. Certains des membres de cette famille, notables municipaux, ont pu accéder aux ordres supérieurs, au moins à partir de la première moitié du IIIe siècle. Ils continuèrent à marquer la vie municipale de Mactaris et même de la ville voisine de Mididi au moins jusqu’à la fin du IIIe siècle. Parmi eux se distingue en particulier P. Rupilius Pisonianus, vir egregius, curateur des deux cités (Mactaris et Mididi), où il supervisa des travaux de restauration de monuments sous le règne de Dioclétien et de Maximien (CIL VIII, 624 + 11782 +23413 = AE, 1946, 62 et 119 ; CIL VIII, 11774. Lepelley 1981, p. 292 et 296 ; Belkahia-Karoui 2009, p. 203 et 434-435, no 191). Une inscription de Rome (CIL VI, 1157 = Belkahia-Karoui 2009, p. 397, n135), datée entre 333 et 337 apr. J.-C., fait également connaître un Rupilius Pisonianus, vir clarissimus et praefectus vigilum.

29 M’Charek 1982, p. 203.

30 Voir à titre d’exemple : CIL VIII, 12272 ; CIL VIII, 23849 = ILPB, 408.

31 Voir à titre d’exemple : CIL VIII, 1490 = 26568 = IlAfr, 533 = DFH, 43 ; CIL VIII, 5337 = IlAlg, I, 254.

32 Voir à titre d’exemple : CIL VIII, 26566 = AE, 1908, 165 = DFH, 21 ; CIL VIII, 5335 = IlAlg, I, 256 ; CIL VIII, 26567 = IlAfr, 532 a.

33 CIL VIII, 1277 = 14772 = ILS, 6809.

34 Kienast 1990, p. 137.

35 CIL VIII, 26249 = AE, 1997, 1673 = AE, 1999, 1513 = AE, 2012, 1881. Voir en dernier lieu Khanoussi – Mastino 2012, p. 150-153.

36 Sur le droit latin provincial voir en particulier Saumagne 1965 ; Le Roux 1986 ; Le Roux 1996 ; Le Roux 1998 ; Chastagnol 1990 ; Chastagnol 1995.

37 CIL VIII, 11811 = ILPB, 103. PIR, III, V 124 ; PIR2, V 186 ; RE, VIII, A, col. 216, no 325 ; Corbier 1982, p. 707-708 ; Cébeillac 1972, no LXVIII, p. 149-151.

38 Nous adressons nos remerciements les plus sincères à Moncef Ben Moussa, conservateur du Musée National du Bardo, et à Fatma Naït Ighil pour avoir autorisé l’examen direct de cette dédicace.

39 CIL VI, 1533 = CIL XIV, 3996 ; CIL VIII, 1829, 27772, 27776 = AE, 1908, 168. Dimensions : H. 107 cm ; l. 56 cm ; ép. 25 cm ; Hl. : entre 6,5 et 9 cm.

40 Nous adressons nos vifs remerciements à Jamel Hajji, chargé de recherches à l’INP et conservateur du site archéologique de Mactaris pour avoir facilité l’examen direct de ce fragment.

41 Beschaouch 1969, p. 203.

42 ILPB, 103.

43 H. 52,5 à droite et 48 cm à gauche ; l. 60 cm ; ép. 25 cm ; h. l. : entre 9 et 6,5. Les nuances de couleur entre les deux fragments sont dues en fait aux conditions de conservation. Alors que le premier se trouvait depuis la fin du XIXe siècle dans les réserves du Musée Alaoui (l’actuel Musée National du Bardo), le second, conservé dans la cour à ciel ouvert de la maison des fouilles de Makthar, était depuis longtemps exposé aux intempéries.

44 L’étude détaillée du cursus de ce notable althiburitain paraîtra dans les actes du 5e colloque international Frontières, territoires et mobilités au Maghreb (Antiquité et Moyen-âge) organisé par le laboratoire de recherches « Occupation du sol, peuplement et modes de vie dans le Maghreb antique et médiéval », faculté des Lettres et des Sciences Humaines de Sousse, 3-5 mai 2018. Coopté comme patronus municipi Mactaritani, il est possible qu’il fût préalablement patron à Althiburos. Le libellé de l’une des inscriptions de cette ville (CIL VIII, 27772) permet en effet d’envisager cette hypothèse.

45 Concernant l’emplacement des statues dans les centres monumentaux dans les cités romaines, voir à titre d’exemple Le Roux 2008, p. 569-591.

46 L’idée d’un lien entre un bienfait quelconque de la part de ce clarissime althiburitain à la cité de Mactaris et une reconnaissance de cette dernière a été déjà développée par N. Kallala, J. Sanmarti, J. Ramon, R. Alvarez, B. Maraoui Telmini et M.C. Belarte dans le cadre d’une publication commune portant sur la ville numide d’Althiburos et le monde de Carthage. Cf. Kallala et al. 2014, p. 141.

47 Sur les patrons des cités romaines d’Afrique voir en dernier lieu Jaïdi 2006, p. 41-60. Pour le thème des intermédiaires entre les cités et les autorités publiques, voir Christol 2008.

48 Notons à cet égard l’intégration légèrement tardive des notables Mactaritains dans les deux ordres supérieurs de l’empire, à partir du dernier tiers du IIe siècle apr. J.-C. Pour un récapitulatif sur les familles sénatoriales et équestres de Mactaris, de l’ensemble des cités de la Thusca et de la Byzacène, voir Belkahia-Karoui 2009, p. 45-48 et 67-75. Leur nombre s’accrut durant l’époque sévérienne pour se poursuivre jusqu’au IVe siècle. Dans l’état actuel de la documentation, notamment celle de datation précise, le cas le plus ancien est celui de Sex. Iulius Possessor, membre de l’ordre équestre de l’époque de Marc Aurèle et Lucius Verus. Pour le cursus de ce notable Mactaritain, voir en dernier lieu Belkahia-Karoui 2009, no 138.

49 CIL VIII, 11801 = ILS, 458 ; CIL VIII, 11804 = ILS, 6787 ; CIL VIII, 677 = 11910 ; AE 1949, 47.

50 CIL VIII, 8375 = ILS, 6876 (municipium Aelium Choba) ; AE, 1958, 128 (colonia Aelia Augusta Tipasa) ; IlAfr, 432 (municipium Aelium Thizika) ; CIL VIII, 1779 (colonia Aelia Augusta Lares) ; CIL VI, 1685 (colonia Aelia Augusta Mercurialis Thaenae).

51 Gascou 1972, p. 124.

52 CIL VIII, 622 = 11781 ; CIL VIII, 23599. La troisième, signalée par G.-Ch. Picard (Picard 1974, p. 23) mais à ce jour inédite, est une dédicace gravée sur une frise clavée qui se rapporte à un monument « probablement tétrastyle consacré à Antonin le Pieux ».

53 CIL VIII, 622 = 11781 ; CIL VIII, 23599. D’autres inscriptions un peu plus tardives font également état de magistratures romaines : en premier lieu, le triumvirat quinquennalis (CIL VIII, 630 + 11827 = Belkahia Karoui 2009, n197. De même pour une inscription découverte à Maghrawa (l’antique Macota) (CIL VIII, 686 = Belkahia Karoui, 2009, no 201), malheureusement de lecture incertaine, et qui pourrait faire référence à un notable [- - -] Mactaritanus, on peut hésiter entre le duumvirat quinquennalis ou le triumvirat quinquennalis) ; en second lieu, la praefectura iure dicundo pro duumviris. (CIL VIII, 23421 = Belkahia Karoui 2009, no 202).

54 Picard 1957, p. 149.

55 AE, 1963, 96 ; Picard – Mahjoubi – Beschaouch 1963. Voir en dernier lieu Aounallah 2010, p. 24-25. C’est là un schéma qui n’est pas sans rappeler celui de la préfecture des tribus africaines. En effet, au début de l’époque impériale, peut-être jusqu’à la fin du règne des Flaviens, les praefecti gentis étaient choisis parmi les chevaliers en même temps qu’ils géraient leurs milices équestres. Un peu après, sous Trajan au plus tard, les praefecti gentis furent choisis parmi les notables municipaux des cités africaines : ceux de la préfecture des Musulamii et des Musunii Regiani par exemple, appartenaient aux notables de la colonie flavienne d’Emerita Ammaedara.

56 Thomasson 1996, no 68, p. 57-58 ; Picard 1957, p. 150. Sur la foi d’une inscription fragmentaire (IRT, 545), il est possible que ce même proconsul ait été également coopté comme patron de la ville de Lepcis Magna. La restitution que nous proposons pour les deux dernières lignes ([triumviro capitali, patrono] / [Le]pcit[ani publice]) est fondée sur deux dédicaces analogues provenant de cette même ville de la future province de Tripolitaine (IRT, 517 et 536) adressées à deux autres proconsuls d’Afrique choisis comme patrons de la cité.

57 AE, 1950, 66 = 1951, 227 = 1952, 53 = 94.

58 Chastagnol 1990, p. 352 ; Chastagnol 1993-1995, p. 218.

59 M’Charek 1992, p. 252.

60 Chastagnol 1993-1995.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Carte de localisation de Mactaris, en Byzacène.
Crédits D’après Desanges et al. 2010.
Titre Fig. 2 – État actuel du champ épigraphique du bloc no 4 (CIL VIII, 11799).
Crédits Cl. L. Naddari.
Titre Fig. 3 – Le décor figuré du 2e soffite (IlAfr, 200, b).
Crédits Cl. L. Naddari.
Titre Fig. 4 – Les thermes de l’Ouest à Mactaris. Le bloc no 1 encore remployé dans les vestiges de l’église installée dans le frigidarium ; le bloc no 4 encore dans les environs immédiats du monument.
Crédits Cl. L. Naddari.
Titre Fig. 5 – La partie finale du Bloc no 2 : IlAfr, 200.
Crédits Cl. L. Naddari.
Titre Fig. 6 – Bloc no 3 : CIL VIII, 11799 a.
Crédits Cl. L. Naddari.
Titre Fig. 7 – CIL VIII, 11811 = ILPB, 103.
Titre Fig. 8 – Le deuxième fragment de la plaque.
Titre Fig. 9 – Les deux fragments de l’hommage rendu au clarissime M. Valerius Quadratus.
Titre Fig. 10 – Reconstitution de l’hommage rendu au clarissime M. Valerius Quadratus.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lotfi Naddari, « Municipium Mactaritanum », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité, 130-2 | -1, 509-521.

Référence électronique

Lotfi Naddari, « Municipium Mactaritanum », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En ligne], 130-2 | 2018, mis en ligne le 03 septembre 2019, consulté le 18 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/mefra/6302 ; DOI : 10.4000/mefra.6302

Haut de page

Auteur

Lotfi Naddari

Faculté des Sciences humaines et sociales de Tunis, Laboratoire de Recherche « Occupation du sol, peuplement et modes de vie dans le Maghreb antique et médiéval », Faculté des Lettres et des Sciences humaines de Sousse (Tunisie) – lotfinaddari@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • OpenEdition Journals