Navigation – Plan du site
Studi ostiensi. Quarto seminario
Epigrafia

Procurator annonae et procurator utriusque portus au IIIe siècle : l’évolution vers une seule fonction ?

Michel Christol
p. 375-386

Résumés

L’examen des inscriptions du IIIe siècle se rapportant aux procurateurs équestres intervenant à Ostie et au Portus pourrait conduire à une réévaluation du cadre administratif, le site du Portus devenant le siège principal, entraînant la modification de l’intitulé de la fonction de procurateur annonae ou ad annonam. Sallustius Saturninus et Orfitus (CIL XIV, 4285) doivent être considérés comme procurateurs de l’annone à Ostie, unis par la collégialité inégale. Le cursus de L. Mussius Aemilianus témoignerait de cette évolution vers le milieu du IIIe siècle.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Hirschfeld 1905, p. 230-246, puis p. 246-257.
  • 2 CIL XIV, 163 : Claudius Optatus Aug. l. 
  • 3 Sablayrolles 1996, p. 383-385. Antérieurement d’autres soldats avaient été établis : Bruun 2002, p (...)
  • 4 Hirschfeld 1905, p. 248 et p. 250 n. 1 : Q. Acilius Fuscus, connu à Thibursicu Bure (CIL VIII, 143 (...)
  • 5 Rougé 1966, p. 201-202, p. 205-206.
  • 6 Rougé 1966, p. 203, soulignant la difficulté d’appréhender les activités des « fonctionnaires du p (...)

1Dans son ouvrage fondateur sur les administrateurs impériaux, O. Hirschfeld a joint au chapitre sur l’administration de l’annone urbaine (Die Getreideverwaltung) une section intitulée Der hauptstädtische Hafen1. Il y posait divers problèmes : la succession dans les mêmes fonctions du quaestor Ostiensis et du procurator portus Ostiensis, un affranchi impérial2 ; la mise à sa disposition d’une cohorte des vigiles3 ; le transfert de la fonction dans les mains d’un chevalier romain à partir d’Hadrien, ce qui aurait eu pour effet de substituer à la dénomination de procurator portus celle de procurator annonae/ad annonam Ostiae ou Ostis. Il estimait aussi que la limitation des pouvoirs du préfet de l’annone au profit de la préfecture du prétoire aurait eu un effet, notamment par la disparition de la mention du procurator annonae – en 211, pensait-il4. Entrerait dans les témoignages sur cette évolution, pour en souligner les effets mais au-delà de l’époque sévérienne, l’inscription de L(ucius) Mussius Aemilianus, procurator portus utriusque en 247 sous Philippe l’Arabe (244-249). Il assurait l’administration du complexe portuaire (Hafenverwaltung) mais la perspective d’évolution que retraçait ce savant lui paraissait montrer qu’il aurait réuni sous son autorité bien plus que la « capitainerie du port »5, c’est-à-dire bien plus que la « réglementation de l’accostage dans les bassins du port »6, selon les définitions de J. Rougé.

2Est-il nécessaire de conditionner l’évolution aux transformations du rôle de la préfecture du prétoire ? L’administration annonaire eut sa propre logique d’évolution. L’œuvre de Hirschfeld se retrouve dans les positions de H.-G. Pflaum puis, après les travaux de ce savant, dans ceux de G. Boulvert et d’H. Pavis d’Escurac, tandis que d’autres approches étaient choisies par R. Meiggs (le niveau local correspondant à Ostie) ou bien J. Rougé (le commerce méditerranéen et ses infrastructures). Dans la mesure où reste essentielle la documentation épigraphique, les cadres du raisonnement, les notions et les mots structurant les interprétations proviennent des travaux fondateurs sur l’administration impériale, les acquisitions récentes portant davantage sur le rôle du port de Pouzzoles qui est à reconsidérer.

  • 7 Poinssot 1939 (= AE 1939, 81 = ILTun., 720-721 ; Thuburbo Maius). Pflaum 1950, p. 56, p. 80 ; Pfla (...)
  • 8 Paribeni 1933, p. 505-506, n226 (= AE 1934, 161) ; Pflaum 1960-1961, p. 1031.

3Le transfert d’une fonction de l’autorité d’un affranchi impérial à un procurateur équestre est un trait courant de l’histoire administrative. Pflaum a simplement précisé qu’en ce qui concerne l’administration établie aux lieux d’arrivée des produits, il fallait faire remonter à Trajan ce changement, d’après la carrière de M. Vettius Latro7. Dans son œuvre, il faut ajouter aux notices les listes récapitulatives. Elles tentent de mettre en ordre, à partir des nomenclatures données par les documents – elles varient parfois – les diverses fonctions procuratoriennes connues, constituant l’ensemble administratif assurant le ravitaillement de Rome. Les fastes dévoilent des branches de l’administration, les faisant apparaître comme entités spécifiques ; ils signalent aussi ce qui apparaît comme service administratif durable et ce qui, par le fait d’une nomenclature divergente, se trouverait sur des voies latérales. C’est à cet emplacement de l’ouvrage que l’on constate que la fonction de procurator annonae serait attestée encore au milieu du IIIe siècle d’après une inscription de Rome8. Elle concernait Sex(tus) Acilius Fuscus, v(ir) e(gregius) : selon la lecture de l’éditeur, reprise par l’Année épigraphique, il aurait été proc(urator) Aug(usti) CC (ducenarius) [a]nn(onae), ce qui aurait souligné la continuité de la fonction ainsi que le rehaussement de sa dignité dans la hiérarchie procuratorienne, car elle n’avait longtemps valu à son titulaire qu’un salaire sexagénaire.

  • 9 Voir n. 7. Pavolini 1996, p. 75-76 ; Zevi 2000 ; Lo Cascio 2002, p. 97-101 ; Millett – Keay – Stru (...)
  • 10 Pflaum 1978 ; mais aussi Pflaum 1982, passim (ouvrage posthume).

4Les recherches de Pavis d’Escurac ont suivi celles de Rougé et de Boulvert. Dans le prolongement de Hirschfeld et de Pflaum, ce dernier en particulier avait tenté, à travers l’étude des personnels subalternes, de fournir l’image la plus complète de l’armature administrative et la plus exacte description des tâches dont elle imposait l’accomplissement. Mais c’est le livre sur la préfecture de l’annone qu’il convient de mettre en évidence car son auteur embrasse les questions relatives à la présence et au rôle des « fonctionnaires » impériaux, chevaliers romains, affranchis et esclaves du prince à la fois à Ostie et, à proximité de cette ville, dans les deux ports se trouvant au cœur du dispositif d’accueil des marchandises à partir de Trajan9. Les travaux ultérieurs ne pourront pas s’abstraire de cette réflexion qui s’appuie largement sur l’œuvre de Pflaum, l’utilisant, la complétant, la nuançant ou la corrigeant. Cet essai développe utilement un aspect qui, dans les préoccupations de l’auteur des Procurateurs équestres, n’avait pas pris une place majeure. En effet les charges procuratoriennes dans l’administration annonaire étaient d’un rang médiocre et l’étude des grandes préfectures était restée à l’arrière-plan de l’exposé. C’est cet approfondissement qui explique que des discussions aient pu rebondir après la publication de l’ouvrage – une thèse soutenue au début des années 1970 et publiée en 1976 – car des points résistaient à une claire interprétation. Une contribution de Pflaum lui-même10, passée presque inaperçue, mérite d’être mieux associée à ces prolongements.

  • 11 Caldelli 2014, p. 66, après Bruun 2002, p. 162-163, p. 166-167.

5La présence à Ostie ou à proximité des personnels appartenant aux services administratifs liés au ravitaillement de Rome est justifiée par deux nécessités. L’une répond aux contraintes du fait marchand ou commercial, à la rupture de charge précédant l’acheminement jusqu’au marché romain : elle assurait au prince la maîtrise de produits dont il voulait assurer la distribution gratuite ou contrôlée (le blé), ou bien dont il surveillait l’acheminement du producteur au consommateur (l’huile). L’autre dérive de la question précédemment traitée : il s’agit de la gestion des espaces portuaires, dans l’organisation desquels est évidente l’implication de Claude et de Trajan. On a rapproché ces responsabilités, qui ne sont plus municipales, de ce que l’on a appelé dans les temps récents la « capitainerie du port », le dernier terme englobant les ports de Claude et de Trajan, que les textes dénomment soit par l’expression portus uterque, soit par le simple vocable de Portus qui a fini par caractériser les deux bassins11 qui avaient supplanté en importance les aménagements portuaires d’Ostie.

  • 12 Sur les composantes de l’administration au Portus et à Ostie, Boulvert 1970, p. 267-270 ; Meiggs 1 (...)
  • 13 Pavis d’Escurac 1976, p. 398 n. 4 ; cf. Cébeillac-Gervasoni – Caldelli – Zevi 2006, p. 281-282.
  • 14 CIL XIV, 160, cf. p. 481 = ILS 1428, cf. add. III, p. CLXXV ; Pflaum 1960-1961, p. 823-824, n318 (...)
  • 15 CIL XIV, 4285 = ILS 6178 = CIL XI, 7725 ; Pflaum 1960-1961, p. 1031, ne se prononçait pas, signala (...)
  • 16 Rougé 1966, p. 203-204.

6Rougé et Boulvert avaient estimé que le procurateur de l’annone que l’on trouvait à Ostie n’avait pas à s’occuper des questions concernant la « capitainerie du port », restreinte au fonctionnement de l’ensemble portuaire. Aussi avait-on envisagé qu’auraient existé deux branches administratives distinctes, l’une représentant la préfecture de l’annone et s’occupant des tâches que le préfet avait à assumer (le transport et l’accueil des denrées annonaires, puis l’organisation de leur transfert vers Rome, les obligations pécuniaires afférentes), l’autre, au champ d’intervention très localisé, s’occupant des infrastructures portuaires, accessibles à d’autres produits que ceux du trafic annonaire proprement dit12. Pavis d’Escurac les suivait, aboutissant à des constats très argumentés, qu’elle ordonnait afin d’envisager l’évolution administrative au IIe et au IIIe siècle. Elle admettait ainsi que « la capitainerie du port et l’annone constituaient deux services administratifs distincts, disposant chacun d’un personnel particulier ». Mais elle ajoutait qu’ils étaient placés sous l’autorité unique du procurator annonae Ostis ou Ostiae au IIe siècle et au début du IIIe siècle : « nous considérons qu’à partir d’Hadrien tout procurateur équestre d’Ostie est aidé de deux collaborateurs affranchis, l’un affecté aux affaires annonaires, l’autre à la capitainerie du port », écrivait-elle à propos de P(ublius) Aelius Liberalis13. Elle pensait aussi prolonger la durée d’attestation de la procuratelle annonae ou ad annonam, en plaçant le cursus de P. Basilius Crescens vers la fin de l’époque sévérienne14 puis en relevant, à partir des fastes procuratoriens de Pflaum, l’intérêt de l’inscription de Rome publiée par Paribeni comme témoignage postérieur au milieu du IIIe siècle. Enfin elle estimait qu’avant même cette époque la gémination des services avait imposé sa marque d’une manière plus ferme qu’auparavant et qu’elle s’était prolongée jusqu’aux sommets, puisqu’un procurateur équestre ad hoc se serait désormais occupé de la « capitainerie du port », la procuratelle annonae ou ad annonam poursuivant sa propre existence. Cet aboutissement se serait concrétisé par une nouvelle procuratelle équestre, le titulaire s’appelant procurator utriusque portus. Le point de départ de cette innovation, plus tôt que la première attestation épigraphique explicite, serait même à découvrir dans l’inscription de Sallustius Saturninus et d’Orfitus, procc. Augg. nn., datée de 20215. C’est à peu près ce qu’avait envisagé Rougé qui estimait que la visibilité épigraphique du procurator utriusque portus s’était accentuée durant le IIIe siècle, en supposant que ses compétences se seraient accrues au-delà des tâches spécifiques de la « capitainerie »16.

7A priori les principes de fonctionnement de l’administration impériale, tels que les a établis Pflaum, ne contredisent aucun des jugements qui soutenaient cette reconstruction. On connaît plusieurs situations dans lesquelles un procurateur a sous son autorité diverses branches de l’administration provinciale, tenues par des affranchis, chacune d’entre elles ayant seulement un bureau central à Rome tenu par un procurateur équestre. On connaît aussi des processus d’individualisation progressive de branches administratives, isolant au profit d’un chevalier un espace administratif qui avait auparavant échappé aux membres de cet ordre. On est enfin assuré du passage progressif de la direction des services des mains des affranchis dans celles des chevaliers romains. La reconstruction était donc possible. Doit-elle pour autant être maintenue dans son intégralité ?

  • 17 L’index cumulatif de Pflaum 1960-1961, p. 1113, signale que la seule mention du personnage se trou (...)
  • 18 Pflaum 1978, p. 58, p. 71 ; Pflaum 1982, p. 113, cf. p. 120.
  • 19 Pflaum 1970b, p. 274-275 (avec renvoi à Corbier – Christol 1971).
  • 20 Comme l’ont expliqué Corbier – Christol 1971 (= AE 1971, 23). On avait envisagé de restituer : cur (...)
  • 21 A. Stein (PIR2 A 58a) le considérait comme un procurator trium provinciarum Galliarum, ce qui est (...)
  • 22 Pavis d’Escurac 1976, p. 109, p. 110-112, p. 122, p. 149, avec la notice p. 415 (qui, seule, tient (...)
  • 23 Cf. n. 14.

8Pour la continuité au IIIe siècle une difficulté apparaît. Doit être écarté un argument auquel Pavis d’Escurac accordait une grande valeur : il lui a échappé en effet que Pflaum est revenu sur les fastes procuratoriens qu’il avait établis. En effet, si en suivant Paribeni il avait ajouté un nouveau procurateur17, il était plus tard revenu sur l’établissement du texte et avait renoncé à l’interprétation première18. Dans son cours d’épigraphie, il fit savoir19 qu’il fallait lire dans l’inscription de Rome provenant du marché de Trajan et adressée au jeune Salonin, les mots PROC AVGGG [N]NN, soit le titre de proc(urator) Aug(ustorum) n(ostrorum trium). Ainsi disparaissait toute mention de l’annone dans la fonction qu’exerçait ce personnage et toute référence au salaire procuratorien. Il ne s’agissait plus de la procuratelle de l’annone d’Ostie, d’autant que le mot qui suivait dans l’inscription ne pouvait s’y rapporter : la conjonction de coordination et reliait la fonction de procurateur à un autre expression, définissant une autre responsabilité20. Néanmoins, quoique caduque21 l’information fut maintenue par Pavis d’Escurac22, qui à plusieurs reprises s’appuya sur l’édition de Paribeni pour considérer que la procuratelle équestre aurait survécu à l’époque sévérienne. En ce qui concerne les attestations des procurateurs annonae ou ad annonam il faut revenir à Hirschfeld et à Pflaum : la dernière se placerait dans les années 218-22223. Puis nous les perdons de vue.

9Récemment Maria Letizia Caldelli est revenue sur l’administration des ports, mais en faisant de ce sujet un thème propre et en renversant quelque peu la perspective traditionnelle. Elle reprend sous d’autres angles plusieurs documents et réexamine quelques points de vue qui jusque-là ne paraissaient pas contestables. C’est l’occasion de revenir sur un document important pour l’interprétation de l’évolution durant le IIIe siècle, l’inscription relative à L(ucius) Mussius Aemilianus qui, par sa date, demeure, après le sort qui vient d’être fait à celle de Sex(tus) Acilius Fuscus, le dernier document épigraphique qui, antérieurement à l’époque tétrarchique, se rapporterait au personnel équestre présent dans le complexe portuaire.

  • 24 Bruun 2002, p. 165 ; Caldelli 2014, p. 66-68.
  • 25 Pflaum 1960-1961, p. 1031 ; Pavis d’Escurac 1976, p. 416, cf. p. 421 ; Pflaum 1978, p. 70. Seuleme (...)
  • 26 Caldelli 2014, p. 67 n. 25.
  • 27 CIL XIV, 20 (= ILS 372) ; Meiggs 1973, p. 302 ; Pavis d’Escurac 1976, p. 191, mais le personnage n (...)

10Dans la construction proposée par Pavis d’Escurac, un point important concerne la date éventuelle d’apparition d’un procurateur équestre dont les fonctions auraient été définies comme procurator portus utriusque, titre attesté pour des affranchis à l’époque sévérienne24. Il faut alors revenir sur les responsabilités détenues par Sallustius Saturninus et par Orfitus, procc. Augg. nn. dans une inscription d’Ostie25. Pflaum avait d’abord hésité pour définir la fonction détenue par ce personnage – et du même coup par son associé affranchi – mais Pavis d’Escurac avait esquissé une démonstration, concluant que le procurateur équestre pouvait être un « procurateur des deux ports », même si, ajoutait-elle, c’était seulement « très vraisemblable ». M.L. Caldelli considère que la démonstration n’est pas concluante, comme l’avait déjà souligné Bruun26. En revanche, lorsqu’il examina avec un esprit critique acéré la publication de Pavis d’Escurac, Pflaum avait trouvé que celle-ci n’était peut-être pas allée assez loin et qu’elle aurait dû, notamment d’après cette inscription, envisager que la distinction de deux administrations par leurs titulaires équestres aurait été effective avant même l’époque sévérienne : « c’est donc dès le règne de Marc Aurèle que les ports d’Ostie dépendaient d’un responsable équestre autre que le procurateur de l’annone », écrivait-il après avoir invoqué l’inscription d’un procurateur rarement cité, C. Pomponius Turpilianus27.

  • 28 CIL XIV, 4285 = ILS 6178 ; voir n. 16 ; Pflaum 1978, p. 59, 70.

11Cette inscription ne paraît pas pertinente. En revanche, celle qui met en scène Sallustius Saturninus, désormais pleinement considéré comme procurateur équestre des deux ports par Pflaum28, mérite l’attention. Deux personnages étaient en effet associés explicitement dans la même activité administrative comme l’indique la formulation. Nous l’examinerons à l’issue d’un détour interrompant momentanément le raisonnement :

Pro salute Impp(eratorum) Severi et Antonini Augg(ustorum) et Getae nobilissimi Caes(aris) et Iuliae Aug(ustae) m(atris) Augg(ustorum) et castr(orum), Genio saccariorum salarior(um) totius urbis camp(i) sal(inarum) Rom(anarum) Restitutianus Cornelianus de XVI ab aer(ario) et ark(arius) sal(inarum) Romanarum cum Ingenua filia donum dedit.

[sur l’un des côtés] dedicantibus Sallustio Saturnino et Orfito procc(uratoribus) Augg(ustorum) nn(ostrorum). [sur l’autre côté un petit bateau]

  • 29 Pavis d’Escurac 1976, p. 421-423 (d’où Sirks 1991, p. 258), cf. aussi Bruun 2002, p. 165.

12Pour échapper à l’incertitude, nous utiliserons un argument venu d’ailleurs, car il vaut d’abord pour deux personnages d’époque sévérienne, affranchis impériaux, Heliodorus et Agricola. Ils ont été associés à Orfitus par Pavis d’Escurac dans le même sous-groupe prosopographique, celui des procurateurs affranchis responsables des deux ports29. Les conclusions que l’on dégage de la documentation les concernant seront utilisées ensuite dans un raisonnement a contrario. Elles sont intéressantes pour définir les responsabilités de Sallustius Saturninus et d’Orfitus, procc. Augg. nn. On revient donc par ce détour à la situation du début du IIIe siècle.

  • 30 CIL VI, 1020 (= ILS 387) ; Pavis d’Escurac 1976, p. 422, cf. p. 120, qui le distingue bien de l’af (...)
  • 31 Pavis d’Escurac 1976, p. 242 qui renvoie aux notices sur Sallustius Saturninus (p. 417) et sur Orf (...)
  • 32 CIL XIV, 125 (ILS 2233) = IPO B 324. Rougé 1966, p. 203-204, insiste aussi sur ce témoignage.
  • 33 Caldelli 2014, p. 73-74. Le cadre du problème est à rapprocher, du point de vue formel, de celui q (...)

13L’inscription d’Ostie relative à Heliodorus, proc(urator) p(ortus) u(triusque), au début du IIIe siècle, n’offre pas d’information déterminante30, sinon l’individualisation du personnage comme seul responsable de l’hommage. Elle ne prend d’intérêt dans la reconstruction de Pavis d’Escurac qu’en rapport avec l’inscription faisant connaître ensemble Sallustius Saturninus et Orfitus31. En revanche l’autre inscription, celle de l’affranchi Agricola, est plus riche de contenu sur l’organisation du service auquel appartenait ce personnage. Datée de l’année 224, elle provient du Portus Augusti32. Hirschfeld en avait déjà relevé l’importance. Elle est relative à l’installation de la statio du numerus frumentariorum, c’est-à-dire d’un équipement matériel du site, mais dont l’utilisation n’était pas réservée aux seuls responsables de l’annone33 :

Imp(eratori) M(arco) [A]urelio Severo Alexandro Felice Aug(usto) et Iuli(a)e Mameae matri domini n(ostri) et castror(um) totiusq(ue) d(omus) d(ivinae) statio n(umeri) fr[u]mentariorum. Locus adsignatus ab Agricola Aug(usti) lib(erto) proc(uratore) p(ortus) u(triusque) et Petronio Maxsimo (centurione) ann(onae) et Fabio Maronae (centurione) operum. Dedicatum III non(as) Aug(ustas) Appio Cl(audio) Iuliano et Brutt(io) Crispino co(n)s(ulibus), patrono Q(uinto) Turranio Masila cura(m) agente P(ublio) Flavio Fl(avi) filio Iuniore et Valerio Donato cur(antibus).

  • 34 Point de vue différent de Boulvert 1970, p. 326 n. 47 qui admet que ce procurateur aurait, malgré (...)
  • 35 Boulvert 1970, p. 326, envisage à partir de l’interprétation de l’inscription de Sallustius Saturn (...)

14L’inscription rappelle l’installation d’un édifice par décision administrative : datation par les consuls, indication d’autorités exerçant une responsabilité. Elle met en évidence l’aboutissement d’un processus administratif. L’affranchi Agricola, précédant les centurions, est établi comme autorité d’exécution : on lui avait confié cette responsabilité en venant de plus haut. L’autorité qui avait pris l’initiative était extérieure au lieu même où Agricola devait agir. C’est à ce titre qu’il précède même deux militaires d’un rang élevé. Mais si Agricola avait été placé sous la coupe d’un procurateur équestre ayant comme lui, selon la définition traditionnelle, la responsabilité sur les ports, il n’aurait pas été le seul exécutant. Il aurait eu dans sa proximité un supérieur qui, tout naturellement, aurait eu la préséance pour exécuter une décision prise en plus haut lieu34. Agricola serait venu en second, derrière son supérieur, et on les aurait présentés selon les principes de la collégialité inégale. C’est ce qui démontre, à notre avis, qu’en 224 il n’y avait pas comme supérieur du procurateur affranchi un procurateur équestre portant le titre de procurator portus utriusque35.

  • 36 Sur l’affranchi PIR2 O 144 ; sur Sallustius Saturninus : PIR2 S 98, qui présente les deux possibil (...)
  • 37 Bruun 2002, p. 168 n. 36.
  • 38 Pflaum 1970, p. 305-308 ; Boulvert 1970, p. 392-397, puis p. 397-408.

15En conséquence il semble nécessaire de faire de Sallustius Saturninus, attesté à date plus ancienne avec l’affranchi Orfitus36, un procurateur de l’annone établi à Ostie, comparable à tous ses prédécesseurs depuis Trajan. Orfitus serait à rapprocher de P. Aelius Liberalis, l’assistant affranchi du procurator annonae Ostis. On écartera le point de vue de Bruun, qui voudrait rester dans l’incertitude sur Orfitus : on ne peut douter de son statut d’affranchi37. Apparaît ainsi ce que Pflaum a appelé la « collégialité inégale » et Boulvert la « double procuratèle », pratique administrative bien attestée lorsque dans un service le chevalier romain titulaire a sous lui un procurateur affranchi38. La hiérarchie procuratorienne est exprimée avec la rigueur d’un document officiel. Par la formulation adoptée l’inscription établit leur autorité sur le lieu même où ils agissent.

16Mais il est vrai qu’aucun des deux n’indique la fonction exercée : « le cariche coperte da questi procuratori sono ignote », observait Bruun. Cette indication allait de soi là où elle s’exprimait, comme pour Agricola en 224 apr. J.-C. Si l’on considère que le seul procurateur équestre attesté vers 202 au lieu de la mise au jour de l’inscription (en supposant qu’elle n’a point été déplacée) ou dans son proche environnement serait le procurateur ad annonam ou annonae, on conclura qu’il s’agirait d’un autre personnage de cette série. Ce n’est pas la provenance (le Portus Augusti) qui impose la définition des fonctions de ce couple (procurator utriusque portus), car une telle interprétation se heurte à ce qui a été indiqué précédemment pour Agricola, affranchi impérial, en 224, qui agit seul dans le même lieu. Au Portus Augusti il y a une impossibilité d’avoir en 202 un procurateur équestre agissant dans un contexte administratif avec un affranchi impérial qui lui serait subordonné, puis en 224, dans une inscription comparable, seulement un affranchi impérial sans présence du procurateur équestre et sans expression de l’autorité exercée par ce dernier. Au vu des pièces du dossier, il n’y avait en 202 à Ostie et au Portus, qu’un seul procurateur équestre agissant dans le contexte de l’administration annonaire.

  • 39 AE 1973, 126 (en 179 apr. J.-C.) ; Seston 1971 ; Pflaum 1978, p. 69 ; Houston 1980, p. 160.
  • 40 Également Houston 1980, p. 160, cf. p. 167 n. 12 et n. 22.
  • 41 Cébeillac-Gervasoni – Morelli 2014, p. 26-28.

17Il faut aussi envisager que chacun des responsables des services que l’on a identifiés comme la procuratelle de l’annone et la procuratelle des ports dépendaient du préfet de l’annone, mais que leurs ressorts n’étaient peut-être pas aussi fermement définis qu’on l’envisagerait et qu’il s’agit là d’une recherche à poursuivre. L’action d’Agricola affectant un espace à la construction d’un édifice à vocation administrative ne venait pas empiéter sur les compétences du procurateur ad annonam telles qu’on les a définies. Le parallèle s’établit avec les inscriptions qui montrent que des initiatives comparables étaient placées sous l’autorité du préfet : il pouvait déléguer cette mission tant au procurateur équestre, comme lorsque Flavius Piso agit par l’intermédiaire du procurateur Valerius Fuscus (à Ostie)39, qu’au procurateur affranchi des deux ports en 224 (on se trouve au Portus). Inversement, l’action de Sallustius Saturninus et d’Orfitus – le premier étant procurateur de l’annone à Ostie (ad annonam)40 et le second étant son auxiliaire – installant un autel voulu par un responsable des salines, ne vient pas empiéter sur les compétences du procurator utriusque portus telles qu’on les définit habituellement, d’autant que les salines de rive droite du Tibre étaient un très ancien bien du peuple romain41. Dans la mesure où les questions annonaires ne pouvaient pas limiter son action à la seule ville d’Ostie, il n’était pas interdit à ce fonctionnaire d’intervenir au Portus, surtout s’il agissait au nom du préfet, son supérieur. Ce champ d’action un peu élargi n’était-il pas explicitement indiqué dans la « nomenclature » du premier de ces procurateurs, M. Vettius Latro : Ostiae et in portu ? Nous verrons que ce serait plutôt la référence à Ostie qui, par le maintien dû à l’usage, affecterait la perception de l’extension du ressort dévolu à ce fonctionnaire.

18En reprenant le fil du développement on en vient aux divers schémas d’organisation qu’envisageait Pavis d’Escurac :

  • 42 Pavis d’Escurac 1976, p. 120. En dernier Caldelli 2014, p. 69 n. 34.

Trois solutions pourraient être envisagées : ou bien le procurateur équestre de l’annone n’a rien à faire avec la direction des ports – et, dans ce cas, le procurateur affranchi est directement responsable devant les autorités impériales – ou bien chacune des deux branches distinctes est pourvue de son procurateur équestre, ou bien enfin les deux secteurs d’administration relèvent tous deux d’un seul procurateur équestre responsable de l’ensemble des deux services administratifs : annone et ports42.

19On estimera que pour l’époque envisagée, celle des Sévères, et pour l’époque précédente, le premier schéma se rapprocherait le mieux de la situation décrite. Ainsi, pour l’exécution de certaines tâches matérielles dans l’espace portuaire, le procurator utriusque portus affranchi avait des marges d’action permettant de le considérer comme un véritable chef de service, son supérieur étant alors le préfet de l’annone lui-même. Tel s’organiserait le « voisinage » des deux branches de l’administration annonaire au moins jusqu’à la fin de l’époque sévérienne : par une confluence à Rome.

  • 43 Reproduction : Caldelli 2014, p. 67, fig. 2. Rapidement cité par Meiggs 1973, p. 313, ce texte pre (...)

20Afin d’examiner jusqu’à son terme l’histoire croisée de ces services établis à Ostie et dans son environnement portuaire, il faut revenir sur l’autre élément du raisonnement de Pavis d’Escurac : le cas de L(ucius) Mussius Aemilianus, procurator utriusque portus (CIL XIV, 170 = CIL VI, 1624, d’où ILS 1433)43 :

Aegippi. L(ucio) Mussio Aemiliano, Laurenti Lavinatium, IIII milit(iarum), v(iro) e(gregio), praef(ecto) vehicul(orum) trium prov(inciarum) Gall(iarum) Lugdunens(is) Narbonens(is) et Aquitanic(ae) ad (sestertium) LX (millia), proc(uratori) Alex(andreae) Pelusi P[ar(aetoni)] ad (sestertium) C (millia), proc(uratori) portus utriusq(ue) ad [(sestertium) CC (millia)], viro innocentissimo, codicarii navicularii et quinq(ue) corp(orum) navigantes ob insignem eius erga se benivolentiam ac singularem abstinentiam. [sur le côté] dedic(ata) XV kal(endas) Iun(ias) d(ominis) n(ostris) [Philippis] Aug(ustis) co(n)s(ulibus), curant(ibus) nun(dinas) Hermogen[e], Aug(usti) n(ostri) l(iberto), Paulino, Coz[mo].

  • 44 Christol 1983 ; Panciera 2006.
  • 45 Les scapharii Hispalenses l’avaient honoré ob innocentiam iustitiamque eius singularem : CIL II, 1 (...)
  • 46 Sur la benevolentia : Forbis 1996, p. 50-52. Sur les rapports entre patrons et collèges à Ostie : (...)
  • 47 CIL XIV, 5334 ; Pflaum 1960-1961, p. 645-646, n240 ; Pavis d’Escurac 1976, p. 412.
  • 48 CIL XIV, 154 (ILS 1431) ; Pflaum 1960-1961, p. 756-757 ; Pavis d’Escurac 1976, p. 413.

21Le texte se termine par l’éloge d’un bon administrateur : viro innocentissimo codicarii navicularii et quinq(ue) corp(orum) navigantes ob insignem eius erga se benivolentiam ac singularem abstinentiam. L’innocentia définit le caractère irréprochable des décisions prises, l’abstinentia définit le désintéressement dans l’énoncé des décisions ou dans le comportement normatif44. Ces vertus conviennent pour juger l’activité d’un gouverneur comme celle d’un procurateur. Près d’un siècle plus tôt Sex(tus) Iulius Possessor avait été jugé de la même manière par les bateliers du Guadalquivir45. Quant à la benivolentia, vertu du patron par rapport à ses clients – qui le place toujours dans de bonnes dispositions – elle permet de donner la meilleure définition des rapports entre un administrateur et ses administrés, pour signaler qu’il a été un intermédiaire soucieux d’efficacité et d’équité46. Cet hommage est plus soutenu que d’autres : celui des honorati du collège des fabri tignuarii à [---]ius Lollianus sous Septime Sévère et ses fils (ob insignem amor[em] ei[us] in omnibus)47, ou bien que celui des membres du corpus mensorum frumentatiorum à Q(uintus) Acilius Fuscus (erga se benignissimus)48.

  • 49 Pavis d’Escurac 1976, p. 280-281 ; Houston 1980, p. 160-161, met en relief que les hommages aux pr (...)
  • 50 À savoir 12 sur les 15 procurateurs de l’annone connus. Bruun 2002, p. 165-166 s’interroge sur la (...)
  • 51 CIL XIV, 5351.
  • 52 CIL XIV, 5352.
  • 53 CIL XIV, 5345.
  • 54 CIL XIV, 5334.
  • 55 CIL XIV, 160 et p. 481 (ILS 1428 et add., III, p. CLXXV).
  • 56 CIL XIV, 172 (ILS 1429).
  • 57 CIL XIV, 161 (ILS, 1427) ; Sirks 1991, p. 398-399.
  • 58 CIL XIV, 154 (ILS 1431) ; Sirks 1991, p. 261.
  • 59 CIL V, 1633 (ILS 1426) ; mais l’inscription a « de grandes chances d’avoir été copiée à Ostie » : (...)
  • 60 CIL XIV, 4459 (ILS 1442) ; Le Gall 1953, p. 220.

22Les témoignages sur les relations qu’entretiennent les associations ou corporations établies à Ostie ou dans les deux ports avec les autorités administratives montrent qu’au IIe et au début du IIIe siècle elles se tournèrent vers les préfets de l’annone mais aussi vers celui qui apparaissait comme son représentant direct, le procurateur équestre49. En ce qui concerne ce dernier le nombre des attestations est élevé50. Un quasi anonyme est honoré par le collège des fabri tignuarii51. Le même collège agit pour honorer Annius Postumus52, Q(uintus) Petronius Melior53, et ses honorati agissent de même en faveur de [---]ius Lollianus54, alors que les caligati honorent P(ublius) Bassilius Crescens55. De leur côté les mensores frumentarii honorent Q(uintus) Petronius Melior56, puis Q(uintus) Calpurnius Modestus57, ainsi que Q(uintus) Acilius Fuscus58. En revanche il est impossible de déterminer quelle corporation honora C(aius) Valerius Fuscus59. Enfin on trouve une association de bateliers, la corporation des lyntrarii, établie à Ostie puisque l’hommage est validé decreto decurionum, qui honore T(itus) Petronius Priscus au IIe siècle apr. J.-C.60.

  • 61 Sur les codicarii (et les naves codicariae), Sen., De brev. vit., 13, 4 : naues quae commeatus per (...)
  • 62 CIL XIV, 4144. Tran 2014.
  • 63 Le Gall 1953, p. 223-225, à partir de CIL XIV, 4144 et 352, les rapprocherait des associations de (...)
  • 64 Rougé 1966, p. 194-198.
  • 65 Le Gall 1953, p. 226, qui associe explicitement CIL XIV, 4144 et XIV, 170 ; de même Sirks 1991, p. (...)

23Les codicarii navicularii qui honorent L(ucius) Mussius Aemilianus sont connus. Ils constituent une des plus puissantes associations professionnelles mises au service de l’annone, spécialisée dans le transbordement des denrées puis dans le transport de celles-ci jusqu’à Rome, en remontant le Tibre61. Son importance se marque par la qualification de corpus splendidissimum dans une inscription longtemps datée de l’année 147 apr. J.-C., mais qu’il convient de placer au début du IIIe siècle (en 217)62. Le périmètre de son activité déborde largement le cadre du portus uterque. Quant aux navigantes quinque corporum, leur définition ne va pas de soi63. Il faut relever que Pavis d’Escurac est très sobre à leur égard : pas plus que les codicarii nauicularii elle ne les évoque dans sa notice sur L(ucius) Mussius Aemilianus. Ils ne reçoivent aucun traitement particulier dans son ouvrage. On les a toutefois définis comme des bateliers du Tibre, ce qui permettrait d’envisager que le ressort du chevalier romain appelé en 247 procurator utriusque portus dépasserait l’horizon strict des deux ports, qu’il aurait été bien plus large que la « capitainerie du port ». C’est dans ce sens que s’oriente aussi Rougé qui associe l’activité dans le port et l’activité sur le Tibre64, dans le prolongement des remarques de Le Gall65.

24On peut retenir de ces observations que l’hommage rendu à L(ucius) Mussius Aemilianus ressemblerait à ceux que reçurent auparavant les procurateurs de l’annone (procurator annonae ou ad annonam), et qu’il est tentant de faire de lui leur continuateur, mais avec un autre titre. Les indications contenues par l’inscription font envisager un périmètre d’action plus large que celui des deux ports, même si les codicarii y avaient leur place, puisque l’on doit considérer la circulation des produits jusqu’à Rome, ultime trajet des circuits annonaires reliant la rupture de charge au centre de consommation. Dans la logique du fonctionnement de la préfecture de l’annone, le contrôle du point de départ de ce trajet était une des missions qui incombait au procurateur établi à Ostie, celui dont la mission est longtemps éclairée dans sa nomenclature par le recours au génitif annonae ou par le recours à la tournure ad annonam. La nomenclature définit sa fonction d’une manière « substantielle » en caractérisant l’objet sur lequel porte l’activité du personnage, en l’occurrence l’annona. Les mots Ostiae et Ostis n’ont qu’une valeur locative : ils indiquent le siège, et d’une façon complémentaire le lieu où se concrétisait le rapport entre le siège du responsable et l’exercice de ses responsabilités. Dès Trajan, la situation qui donnait forme à la nomenclature de l’institution existait.

  • 66 Caldelli 2014, p. 68 n. 29. Houston 1980, p. 158 est tenté d’interpréter dans un sens différent, m (...)
  • 67 Bruun 2002, p. 167 (sur le dernier personnage cité, n. 28).

25On a aussi bien décelé que, peu à peu, le Portus Augusti avait pris le pas sur le port d’Ostie lui-même. Mais l’administration de l’annone ne suivit qu’à distance cette évolution, sans se plier au renversement qui se produisait et dont elle était par sa propre évolution l’instigatrice. Ostie conserva une primauté d’ancienneté, pourrait-on dire. On l’avait peut-être souligné à l’époque de Trajan dès qu’est attestée la procuratelle annonae ou ad annonam, puisque la fonction de M(arcus) Vettius Latro est celle de procurator annonae Ostiae et in portu66. Ostie était en tête de citation. Dans la description de la mission de Sex(tus) Iulius Possessor, sous Marc Aurèle, la fonction d’adiutor Ulpi(i) Saturnini, praefecti annonae, est explicitée par l’inscription de Mactar sous la forme adiutor praefecti annonae ad horrea Ostensia (sic) et Portuensia. Dans la description des responsabilités de C(aius) Pomponius Turpilianus, qui faisait convoyer des cargaisons d’huile vers l’emporium et les horrea Galbana, on trouve l’expression procurator ad oleum in Galbae Ostiae portus utriusque67. Toujours Ostie fut citée en tête, les formulations adoptées traduisant ainsi une préséance d’origine.

26Dans la mesure où il serait plus vraisemblable que la fonction du procurateur annonae ou ad annonam ait été rehaussée avec le temps, et dans le mesure où les missions qu’avait à accomplir ce fonctionnaire ne pouvaient que s’amplifier dès le début du IIIe siècle, c’est plutôt de son successeur qu’il s’agirait lorsque l’on connaît un procurator utriusque portus équestre au milieu du IIIe siècle. Si l’on retient les restitutions de Pflaum, le rang de ce fonctionnaire aurait progressé en dignité en passant du rang sexagénaire au rang ducénaire, une élévation notable et significative. Cette solution demeure quand même moins exceptionnelle que la solution alternative, adoptée il y a longtemps, envisageant la transformation d’une procuratelle d’affranchi en une procuratelle équestre au salaire ducénaire pour la « capitainerie du port », d’autant plus que celle-ci aurait été encore dans les mains d’un affranchi en 224 apr. J.-C., c’est-à-dire peu de temps auparavant.

  • 68 Testaguzza 1970, p. 76 (d’où AE 1970, 171) ; Cébeillac-Gervasoni 1979 (d’où AE 1979, 95) ; Bruun 2 (...)

27Il reste à éclairer la reprise d’une nomenclature déjà utilisée et à justifier une modification d’acception. Plusieurs raisons pourraient intervenir. L’une résiderait dans le constat du déplacement du centre de gravité de l’activité portuaire d’Ostie au Portus. Il en aurait résulté l’installation du procurateur au Portus lui-même. L’autre résiderait dans la réunion sous la même autorité des responsabilités annonaires et de la gestion du lieu dans lequel elles s’exerçaient : contrôle des produits, contrôle des ruptures de charge. En somme, une simplification administrative ou une « réforme » faisant coïncider le principal « avant-port » de l’emporium de Rome avec le siège administratif du responsable chargé de la surveillance des trafics annonaires, ce qui aurait impliqué la réunion dans les mêmes mains de la responsabilité déléguée de la gestion de l’approvisionnement de Rome et de la responsabilité de la gestion du lieu par où passaient les trafics annonaires. Cette simplification concernait le fonctionnement interne de la préfecture de l’annone. Les transformations s’effectuaient dans le périmètre des compétences du préfet de l’annone, et peut-être à son initiative, car il était pleinement chez lui au Portus, comme le montre en particulier son intervention normative de l’année 210 concernant les saborrarii68.

  • 69 Ce qui inciterait à ne pas trop opposer le Haut et le Bas Empire autour de la césure supposée du I (...)
  • 70 Ce serait ainsi une pièce à ajouter aux contextes évoqués par Pavolini 2002 (dans la décennie 240- (...)

28Même si le ravitaillement de Rome est un phénomène qui concerne l’ensemble des échanges dans le monde méditerranéen, la marque de l’État romain et celle du prince sont importantes et, dans certains cas, prépondérantes. Le lieu des ruptures de charge, facilitant l’arrivée des produits sur une très grande échelle, était un ensemble portuaire façonné par la volonté impériale, le Portus, autrement dit l’uterque portus. Celui où, par les quantités transbordées, la marque du prince s’exprimait de façon dominante était aussi ce même lieu. Que la logique d’évolution de la préfecture de l’annone « service impérial » s’y exprimât n’est pas surprenant69. Et qu’elle aboutisse à adapter les institutions sous une forme qui dépasse la diversité du passé (Ostie) et du présent (Portus) ne surprendra pas aussi. C’est la raison pour laquelle on peut se demander si, dans l’inscription de L(ucius) Mussius Aemilianus, l’indication de la charge (centenaire ou) ducénaire de procurator uterque portus ne serait pas l’indication d’une double évolution : d’abord l’absorption par le même titulaire de deux responsabilités initialement disjointes, mais logiquement associées, ensuite le transfert de son siège de la ville d’Ostie au cœur du Portus Augusti voisin70.

  • 71 En ce sens on s’écarterait de Houston 1980, p. 159, qui admettait la coexistence de deux procurate (...)
  • 72 Meiggs 1973, p. 87-88, p. 308-309 ; Pavolini 1996, p. 255-261. Avec des incidences sur l’évolution (...)
  • 73 Paroli 2004.

29Le chevalier romain appelé au milieu du IIIe siècle procurator utriusque portus, dont le siège était établi à présent à côté de l’antique colonie d’Ostie, serait vraisemblablement le successeur du chevalier romain appelé procurator annonae Ostiae (ou Ostis). Il est le seul procurateur équestre agissant dans ce domaine et en ce lieu. On retrouve avec L. Mussius Aemilianus quelques éléments de la nomenclature utilisée pour définir les responsabilités de M. Vettius Latro, procurator annonae Ostiae et in portu. Mais la configuration des tâches s’était amplifiée et le lieu majeur de leur accomplissement s’était peut-être déplacé vers le Portus, ce qui expliquerait la transformation de cette nomenclature. C’était une redéfinition des responsabilités71, mettant en avant le lieu principal de leur exercice, qui avait acquis dans la géographie de l’empire romain une position spécifique72. C’est vraisemblablement dans cette configuration administrative que le complexe portuaire traversa la seconde moitié du IIIe siècle73.

Haut de page

Bibliographie

Boulvert 1970 = G. Boulvert, Esclaves et affranchis impériaux sous le Haut-Empire romain. Rôle politique et administratif, Naples, 1970.

Bruun 2002 = Chr. Bruun, L’amministrazione imperiale di Ostia e Portus, dans Chr. Bruun, A. Gallina Zevi (dir.), Ostia e Portus nelle loro relazioni con Roma. Atti del Convegno all’Institutum Romanum Finlandiae, Roma, 3-4 dicembre 1999, Rome, 2002 (Acta Instituti Romani Finlandiae, 27), p. 161-192.

Caldelli 2014 = M.-L. Caldelli, Il funzionamento delle infrastutture portuali ostiensi nella documentazione epigrafica, dans Cl. Zaccaria (dir.), L’epigrafia dei porti. Atti della XVIIe rencontre sur l’épigraphie du monde romain, Aquileia, 14-16 ottobre 2010, Trieste, 2014 (Antichità Altoadriatiche, 80), p. 65-80.

Cébeillac-Gervasoni 1979 = M. Cébeillac-Gervasoni, Apostilles à une inscription de Portus. T. Messius Extricatus et les saborrarii, dans PP, 187, 1979, p. 267-277.

Cébeillac-Gervasoni – Caldelli – Zevi 2006 = M. Cébeillac-Gervasoni, M.L. Caldelli, F. Zevi, Épigraphie latine, Paris, 2006.

Cébeillac-Gervasoni – Morelli 2014 = M. Cébeillac-Gervasoni, C. Morelli, Les conductores du Campus Salinarum Romanarum, dans MEFRA, 126-1, 2014, p. 23-33.

Christol 1983 = M. Christol, Hommages publics à Lepcis Magna à l’époque de Dioclétien : choix de vocabulaire et qualité du destinataire, dans RD, 61, 1983, p. 331-343.

Christol 2003 = M. Christol, L’huile du prince : évergétisme impérial et administration annonaire au IIe siècle après J.-C., dans A. Gonzalès, M. Garrido-Hory (dir.), Histoire, espaces et marges de l’Antiquité. Hommages à Monique Clavel-Lévêque, 1, Besançon, 2003, p. 209-226.

Coccia 1996 = S. Coccia, Il Portus Romae alla fine dell’antichità nel quadro del sistema di approvigionamento della città di Roma, dans Gallina Zevi – Claridge 1996, p. 293-307.

Corbier – Christol 1971 = M. Corbier, M. Christol, Un nouveau vice-gouverneur de Lyonnaise à la lumière d’une inscription romaine, dans REA, 73, 1971, p. 356-364.

Forbis 1996 = E. Forbis, Municipal virtues in the Roman Empire, Stuttgart-Leipzig, 1996.

Gallina Zevi – Claridge 1996 = A. Gallina Zevi, A. Claridge (dir.), ‘Roman Ostia’ revisited. Archaeological and historical papers in memory of Russell Meiggs, Rome, 1996.

Gallina Zevi – Turchetti 2004 = A. Gallina Zevi, R. Turchetti (dir.), Le strutture dei porti e degli approdi antichi. II seminario, Roma-Ostia antica, 16-17 aprile 2004, Rome, 2004.

Hirschfeld 1905 = O. Hirschfeld, Die kaiserliche Verwaltungsbeamten bis auf Diocletian, Berlin, 1905.

Houston 1980 = G.W. Houston, The administration of Italian seaports during the first three centuries in the Roman Empire, dans MAAR, 36, 1980, p. 157-171.

Le Gall 1953 = J. Le Gall, Le Tibre, fleuve de Rome dans l’Antiquité, Paris, 1953 (= Il Tevere, fiume di Roma nell’Antichità, C. Moccheggiani Carpano, G. Pisani Sartorio [dir.], Rome, 2005).

Le Roux 1986 = P. Le Roux, L’huile du Bétique et le prince : sur un itinéraire annonaire, dans REA, 88, 1986, p. 247-271.

Lo Cascio 2002 = E. Lo Cascio, Ancora sugli « Ostia’s services to Rome », dans MEFRA, 114-1, 2002, p. 87-110.

Meiggs 1973 = R. Meiggs, Roman Ostia, Oxford, 1973.

Millett – Keay – Strutt 2004 = M. Millett, S. Keay, K. Strutt, Portus Romae: recent survey work at the ports of Claudius and Trajan, dans Gallina Zevi – Turchetti 2004, p. 221-231.

Panciera 2006 = S. Panciera, Le virtù del governatore provinciale nelle iscrizioni latine da Augusto a Diocleziano, dans S. Demougin, X. Loriot, P. Cosme, S. Lefebvre (dir.), H.-G. Pflaum, un historien du XXe siècle, Genève, 2006, p. 457-479.

Paribeni 1933 = R. Paribeni, Iscrizioni del Foro imperiale, dans NSA, 6-11, 1933, p. 431-523.

Paroli 2004 = L. Paroli, Il porto di Roma nella tarda antichità, dans Gallina Zevi – Turchetti 2004, p. 247-266.

Pavis d’Escurac 1974 = H. Pavis d’Escurac, Le personnel d’origine servile dans l’administration de l’annone, dans Actes du colloque 1972 sur l’esclavage, Besançon-Paris, 1974, p. 300-313.

Pavis d’Escurac 1976 = H. Pavis d’Escurac, La préfecture de l’annone service administratif impérial d’Auguste à Constantin, Rome, 1976 (BEFAR, 226).

Pavolini 1996 = C. Pavolini, La vita quotidiana a Ostia, Rome, 1996.

Pavolini 2002 = C. Pavolini, Le trasformazione del ruolo di Ostia nel III secolo d.C., dans MEFRA, 114-1, 2002, p. 325-352.

Pflaum 1950 = H.-G. Pflaum, Les procurateurs équestres sous le Haut-Empire romain, Paris, 1950.

Pflaum 1960-1961 = H.-G. Pflaum, Les carrières procuratoriennes équestres sous le Haut-Empire romain, Paris, 1960-1961.

Pflaum 1970a = H.-G. Pflaum, La carrière de l’affranchi impérial Saturninus. Sous-procurateurs provinciaux d’extraction affranchie, dans Mélanges Marcel Durry, Paris, 1970 (REL, 47 bis), p. 297-310.

Pflaum 1970b = H.-G. Pflaum, Épigraphie latine impériale, dans École pratique des Hautes Etudes. IVe section. Sciences historiques et philologiques. Annuaire 1969-1970, Paris, 1970, p. 273-275.

Pflaum 1974 = H.-G. Pflaum, Abrégé des procurateurs équestres, Paris, 1974.

Pflaum 1978 = H.-G. Pflaum, La préfecture de l’annone (à propos d’un ouvrage récent), dans RD, 56, 1978, p. 49-77.

Pflaum 1982 = H.-G. Pflaum, Les carrières procuratoriennes équestres sous le Haut-Empire romain. Supplément, Paris, 1982.

Poinssot 1939 = L. Poinssot, Marcus Vettius Latro, procurateur de Maurétanie césarienne, dans CRAI, 1939, p. 138-150.

Purcell 1996 = N. Purcell, The ports of Rome: evolution of a façade maritime, dans Gallina Zevi – Claridge 1996, p. 267-279.

Rickman 1996 = G. Rickman, Portus in perspective, dans Gallina Zevi – Claridge 1996, p. 281-291.

Rougé 1966 = J. Rougé, Recherches sur l’organisation du commerce maritime en Méditerranée sous l’Empire romain, Paris, 1966.

Sablayrolles 1996 = R. Sablayrolles, Libertinus miles. Les cohortes des vigiles, Rome, 1996 (CEF, 224).

Seston 1971 = W. Seston, Remarques prosopographiques autour de la Tabula Banasitana, dans BCTH, 7, 1971, p. 323-331 (= Scripta varia. Mélanges d’histoire romaine, de droit, d’épigraphie et d’histoire du christianisme, Rome, 1980, p. 103-117).

Sirks 1991 = B. Sirks, Food for Rome. The legal structure of the transportation and processing of supplies for the imperial distributions in Rome and Constantinople, Amsterdam, 1991.

Testaguzza 1970 = O. Testaguzza, Portus, Rome, 1970.

Tran 2014 = N. Tran, Veturius Testius Amandus, les cinq corps de lénunculaires d’Ostie et la batellerie tibérine au début du IIIe siècle, dans MEFRA, 126-1, 2014, p. 131-145.

Weaver 1965 = P.R.C. Weaver, Freedmen procurators in the imperial administration, dans Historia, 14, 1965, p. 460-469.

Zevi 2000 = F. Zevi, Traiano e Ostia, dans J. González (dir.), Traiano emperador de Roma (Siviglia, 14-17 settembre 1998), Rome, 2000, p. 509-547.

Zevi 2004 = F. Zevi, Inquadramento storico relativo ai porti di Roma, dans Gallina Zevi – Turchetti 2004, p. 211-219.

Haut de page

Notes

1 Hirschfeld 1905, p. 230-246, puis p. 246-257.

2 CIL XIV, 163 : Claudius Optatus Aug. l. 

3 Sablayrolles 1996, p. 383-385. Antérieurement d’autres soldats avaient été établis : Bruun 2002, p. 161 ; Cébeillac-Gervasoni – Caldelli – Zevi 2006, p. 210-218.

4 Hirschfeld 1905, p. 248 et p. 250 n. 1 : Q. Acilius Fuscus, connu à Thibursicu Bure (CIL VIII, 1439 = ILS 1430) et à Ostie (CIL XIV, 154 = ILS 1431) ; Pflaum 1960-1961, p. 756-757, n291 ; Pavis d’Escurac 1976, p. 413. Hirschfeld négligeait l’inscription de P. Bassilius Crescens (CIL XIV, 160 = ILS, 1428), mais sa datation était incertaine (voir n. 14).

5 Rougé 1966, p. 201-202, p. 205-206.

6 Rougé 1966, p. 203, soulignant la difficulté d’appréhender les activités des « fonctionnaires du port ».

7 Poinssot 1939 (= AE 1939, 81 = ILTun., 720-721 ; Thuburbo Maius). Pflaum 1950, p. 56, p. 80 ; Pflaum 1960-1961, p. 240-243, n104 ; Meiggs 1973, p. 299 ; Pflaum 1974, p. 18 ; Houston 1980, p. 158 : Bruun 2002, p. 164.

8 Paribeni 1933, p. 505-506, n226 (= AE 1934, 161) ; Pflaum 1960-1961, p. 1031.

9 Voir n. 7. Pavolini 1996, p. 75-76 ; Zevi 2000 ; Lo Cascio 2002, p. 97-101 ; Millett – Keay – Strutt 2004.

10 Pflaum 1978 ; mais aussi Pflaum 1982, passim (ouvrage posthume).

11 Caldelli 2014, p. 66, après Bruun 2002, p. 162-163, p. 166-167.

12 Sur les composantes de l’administration au Portus et à Ostie, Boulvert 1970, p. 267-270 ; Meiggs 1973, p. 301-302 ; Pavis d’Escurac 1974.

13 Pavis d’Escurac 1976, p. 398 n. 4 ; cf. Cébeillac-Gervasoni – Caldelli – Zevi 2006, p. 281-282.

14 CIL XIV, 160, cf. p. 481 = ILS 1428, cf. add. III, p. CLXXV ; Pflaum 1960-1961, p. 823-824, n318, cf. p. 1031 ; Meiggs 1973, p. 299 ; Pflaum 1978, p. 56-57, p. 58. Même point de vue : Rougé 1966, p. 203, argumentant contre Hirschfeld ; voir ci-dessus n. 4.

15 CIL XIV, 4285 = ILS 6178 = CIL XI, 7725 ; Pflaum 1960-1961, p. 1031, ne se prononçait pas, signalant simplement qu’il avait des compétences à Ostie (procurator Ostiae) : il ne le classait ni parmi les procurateurs de l’annone à Ostie, ni avec le procurateur des deux ports. Pavis d’Escurac 1976, p. 415 est plus catégorique, suivie par Pavolini 1996, p. 78-79. Le débat a été relancé par Pflaum 1978, p. 59, cf. p. 90, puis par Bruun 2002, p. 167-168, qui ajoute que l’inscription proviendrait plutôt du Portus (ibid., p. 167).

16 Rougé 1966, p. 203-204.

17 L’index cumulatif de Pflaum 1960-1961, p. 1113, signale que la seule mention du personnage se trouve dans Pflaum 1960-1961, p. 1031 (procurateurs de l’annone à Ostie) et nulle part ailleurs. Autres présentations des fastes : Pflaum 1978, p. 56-59, puis Pflaum 1982, p. 113 ; pour des cas particuliers : Cébeillac-Gervasoni – Caldelli – Zevi 2006, p. 199-204.

18 Pflaum 1978, p. 58, p. 71 ; Pflaum 1982, p. 113, cf. p. 120.

19 Pflaum 1970b, p. 274-275 (avec renvoi à Corbier – Christol 1971).

20 Comme l’ont expliqué Corbier – Christol 1971 (= AE 1971, 23). On avait envisagé de restituer : curante … proc(uratore) Auggg(ustorum) nnn(ostrorum) et [a(gente) v(ice) p(raesidis] (sous-entendu : provinciae Galliae Lugdunensis), d’où les remarques postérieures de Pflaum (ci-dessus n. 18). On sera tenté par une alternative : proc(uratore) Auggg(ustorum) nnn(ostrorum trium) et [patrono].

21 A. Stein (PIR2 A 58a) le considérait comme un procurator trium provinciarum Galliarum, ce qui est impossible.

22 Pavis d’Escurac 1976, p. 109, p. 110-112, p. 122, p. 149, avec la notice p. 415 (qui, seule, tient compte de l’article paru en 1971, sans modifier le point de vue exprimé aux pages précédentes). Objection soulevée par Pflaum 1978, p. 58 et p. 71, par Houston 1980, p. 167 et par Bruun 2002, p. 166. Sirks 1991 n’utilise pas ce document.

23 Cf. n. 14.

24 Bruun 2002, p. 165 ; Caldelli 2014, p. 66-68.

25 Pflaum 1960-1961, p. 1031 ; Pavis d’Escurac 1976, p. 416, cf. p. 421 ; Pflaum 1978, p. 70. Seulement cité par Sirks 1991, p. 257-258.

26 Caldelli 2014, p. 67 n. 25.

27 CIL XIV, 20 (= ILS 372) ; Meiggs 1973, p. 302 ; Pavis d’Escurac 1976, p. 191, mais le personnage n’a pas reçu une notice, et il n’a pas été inscrit dans l’index (p. 456). Voir aussi Pavolini 1996, p. 82 ; une allusion chez Bruun 2002, p. 167 ; une notice dans Cébeillac-Gervasoni – Caldelli – Zevi 2006, p. 271-272, n76.2. Son cas n’est pas traité par Sirks 1991.

28 CIL XIV, 4285 = ILS 6178 ; voir n. 16 ; Pflaum 1978, p. 59, 70.

29 Pavis d’Escurac 1976, p. 421-423 (d’où Sirks 1991, p. 258), cf. aussi Bruun 2002, p. 165.

30 CIL VI, 1020 (= ILS 387) ; Pavis d’Escurac 1976, p. 422, cf. p. 120, qui le distingue bien de l’affranchi en second du procurateur équestre, tel P. Aelius Liberalis.

31 Pavis d’Escurac 1976, p. 242 qui renvoie aux notices sur Sallustius Saturninus (p. 417) et sur Orfitus (p. 421). L’inscription est examinée par Bruun 2002, p. 181-182 ; pour l’interprétation de Boulvert, ci-dessous ; cf. aussi Sirks 1991, p. 263.

32 CIL XIV, 125 (ILS 2233) = IPO B 324. Rougé 1966, p. 203-204, insiste aussi sur ce témoignage.

33 Caldelli 2014, p. 73-74. Le cadre du problème est à rapprocher, du point de vue formel, de celui qui apparaîtrait dans CIL XIV, 4570 : Bruun 2002, p. 168-169.

34 Point de vue différent de Boulvert 1970, p. 326 n. 47 qui admet que ce procurateur aurait, malgré tout, un supérieur équestre. Ce n’est pas possible.

35 Boulvert 1970, p. 326, envisage à partir de l’interprétation de l’inscription de Sallustius Saturninus et d’Orfitus, qu’il y aurait dès Septime Sévère un procurateur utriusque portus, point de vue qui a marqué l’interprétation de Pflaum en 1978. Plus proche de notre conclusion Houston 1980, p. 157-158, 160, cf. p. 171 (critique de Boulvert, p. 168 n. 22 et n. 25).

36 Sur l’affranchi PIR2 O 144 ; sur Sallustius Saturninus : PIR2 S 98, qui présente les deux possibilités (soit procurateur des deux ports, soit procurateur de l’annone) ; voir aussi Cébeillac-Gervasoni – Caldelli – Zevi 2006, p. 238-240, n63.4, et plus récemment Cébeillac-Gervasoni – Morelli 2014.

37 Bruun 2002, p. 168 n. 36.

38 Pflaum 1970, p. 305-308 ; Boulvert 1970, p. 392-397, puis p. 397-408.

39 AE 1973, 126 (en 179 apr. J.-C.) ; Seston 1971 ; Pflaum 1978, p. 69 ; Houston 1980, p. 160.

40 Également Houston 1980, p. 160, cf. p. 167 n. 12 et n. 22.

41 Cébeillac-Gervasoni – Morelli 2014, p. 26-28.

42 Pavis d’Escurac 1976, p. 120. En dernier Caldelli 2014, p. 69 n. 34.

43 Reproduction : Caldelli 2014, p. 67, fig. 2. Rapidement cité par Meiggs 1973, p. 313, ce texte prend peu de place dans Houston 1980 (p. 159, p. 168 n. 22), mais c’est le résultat de son analyse de la procuratelle utriusque portus.

44 Christol 1983 ; Panciera 2006.

45 Les scapharii Hispalenses l’avaient honoré ob innocentiam iustitiamque eius singularem : CIL II, 1180 = ILS 1403 = AE 1965, 237 = AE, 1987, 1026. Au terme d’une bibliographie dans laquelle apparaissent Pflaum 1960-1961, p. 504-507, n185, Pavis d’Escurac 1976, p. 384-385, et Le Roux 1986, voir Christol 2003.

46 Sur la benevolentia : Forbis 1996, p. 50-52. Sur les rapports entre patrons et collèges à Ostie : Sirks 1991, p. 272, p. 275-276 ; Tran 2014, p. 132-133, p. 140-141.

47 CIL XIV, 5334 ; Pflaum 1960-1961, p. 645-646, n240 ; Pavis d’Escurac 1976, p. 412.

48 CIL XIV, 154 (ILS 1431) ; Pflaum 1960-1961, p. 756-757 ; Pavis d’Escurac 1976, p. 413.

49 Pavis d’Escurac 1976, p. 280-281 ; Houston 1980, p. 160-161, met en relief que les hommages aux procurateurs de l’annone se trouvent à Ostie alors que ceux qui sont adressés aux préfets de l’annone sont principalement à Rome. Un cas est à part, celui de l’affranchi P(ublius) Aelius Liberalis, procurator annonae Ostiensis (CIL XIV, 2045 [ILS, 1534] ; Pavis d’Escurac 1976, p. 398 ; Weaver 1965 ; Sirks 1991, p. 263). Il fut coopté comme patron par les Laurentes du vicus Augustanorum, il reçut de la cité d’Ostie les ornements de décurion. Il s’agit de la communauté civique. On ne se trouve nullement dans un contexte de rapport administratif direct entre le titulaire d’une fonction et ceux qu’il a dans sa compétence.

50 À savoir 12 sur les 15 procurateurs de l’annone connus. Bruun 2002, p. 165-166 s’interroge sur la disparité des découvertes d’inscriptions, concluant que l’on ne peut pas déduire de l’absence de témoignages que la fonction de procurator utriusque portus n’existerait pas avant le début du IIIe siècle, car on n’a que peu d’inscriptions provenant du Portus, le lieu d’intervention privilégié de ce fonctionnaire. Même si le rapport du siège du procurateur avec la ville d’Ostie est essentiel, il faut tenir compte que les fonctions des procurateurs affranchis impériaux sont bien moins connues

51 CIL XIV, 5351.

52 CIL XIV, 5352.

53 CIL XIV, 5345.

54 CIL XIV, 5334.

55 CIL XIV, 160 et p. 481 (ILS 1428 et add., III, p. CLXXV).

56 CIL XIV, 172 (ILS 1429).

57 CIL XIV, 161 (ILS, 1427) ; Sirks 1991, p. 398-399.

58 CIL XIV, 154 (ILS 1431) ; Sirks 1991, p. 261.

59 CIL V, 1633 (ILS 1426) ; mais l’inscription a « de grandes chances d’avoir été copiée à Ostie » : Pavis d’Escurac 1976, p. 405 ; Pflaum 1960-1961, p. 738-741, no280, estime qu’il s’agit d’une corporation d’Ostie. Une inscription citée par Pavis d’Escurac permet de mieux connaître la carrière de ce chevalier (à Ostie en 179 apr. J.-C.) : elle a été publiée par Seston (1971, p. 330-331 [= 1980, p. 116-117] d’où AE 1973, 126) grâce à la générosité de Guido Barbieri.

60 CIL XIV, 4459 (ILS 1442) ; Le Gall 1953, p. 220.

61 Sur les codicarii (et les naves codicariae), Sen., De brev. vit., 13, 4 : naues quae commeatus per Tiberim subvehunt. Le Gall 1953, p. 228-230 (sur le bas-relief du musée des Thermes) ; Rougé 1966, p. 194 n. 5 ; Meiggs 1973, p. 294-296 ; Pavis d’Escurac 1976, p. 226-228 ; Sirks 1991, p. 268-281.

62 CIL XIV, 4144. Tran 2014.

63 Le Gall 1953, p. 223-225, à partir de CIL XIV, 4144 et 352, les rapprocherait des associations de lenuncularii. Sur leur rôle dans les transports vers Rome, ibid., p. 224-225 ; voir aussi Meiggs 1973, p. 296-298 ; Sirks 1991, p. 272, et en dernier lieu Tran 2014.

64 Rougé 1966, p. 194-198.

65 Le Gall 1953, p. 226, qui associe explicitement CIL XIV, 4144 et XIV, 170 ; de même Sirks 1991, p. 272 n. 26.

66 Caldelli 2014, p. 68 n. 29. Houston 1980, p. 158 est tenté d’interpréter dans un sens différent, mais on ne peut le suivre.

67 Bruun 2002, p. 167 (sur le dernier personnage cité, n. 28).

68 Testaguzza 1970, p. 76 (d’où AE 1970, 171) ; Cébeillac-Gervasoni 1979 (d’où AE 1979, 95) ; Bruun 2002, p. 169 ; Cébeillac-Gervasoni – Caldelli – Zevi 2006, p. 240-242, no 63.5.

69 Ce qui inciterait à ne pas trop opposer le Haut et le Bas Empire autour de la césure supposée du IIIe siècle ; sur Porto tardif, cf. Coccia 1996, Paroli 2004.

70 Ce serait ainsi une pièce à ajouter aux contextes évoqués par Pavolini 2002 (dans la décennie 240-250).

71 En ce sens on s’écarterait de Houston 1980, p. 159, qui admettait la coexistence de deux procurateurs équestres, à Ostie et au Portus.

72 Meiggs 1973, p. 87-88, p. 308-309 ; Pavolini 1996, p. 255-261. Avec des incidences sur l’évolution à long terme du rôle et de la physionomie de la ville d’Ostie : Pavolini 2002.

73 Paroli 2004.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Christol, « Procurator annonae et procurator utriusque portus au IIIe siècle : l’évolution vers une seule fonction ? », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité, 130-2 | -1, 375-386.

Référence électronique

Michel Christol, « Procurator annonae et procurator utriusque portus au IIIe siècle : l’évolution vers une seule fonction ? », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En ligne], 130-2 | 2018, mis en ligne le 03 septembre 2019, consulté le 18 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/mefra/6391 ; DOI : 10.4000/mefra.6391

Haut de page

Auteur

Michel Christol

Université de Paris I (Panthéon-Sorbonne), ANHIMA – christolmichel@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • OpenEdition Journals