Navigation – Plan du site
Varia

Sextus Pompée, un imperator (il)légitime à plus d’un titre : nouvelles interprétations autour de la titulature praef. clas. et orae marit. ex s. c.

Bertrand Augier
p. 451-466

Résumés

Cet article revient sur la légende praef. class. et orae marit. ex s. c. figurant sur les émissions monétaires de Sextus Pompée, qui ne faisait pas référence à une quelconque magistrature, mais rappelait les conditions d’attribution de son imperium et de sa prouincia, ex senatus consulto, en 43 av. J.-C. Elle doit donc être lue en praef(ectus) clas(si) et orae marit(imae) ex s(enatus) c(onsulto) et met en avant la définition de la prouincia de Sextus Pompée, alors simple priuatus cum imperio. Tout en lui permettant d’affirmer la légitimité de son action politique, cette titulature forgée de toutes pièces manifeste sa position institutionnellement friable, déterminant sa pratique du commandement, en particulier la prééminence des affranchis dans son entourage.

Haut de page

Texte intégral

Je remercie vivement R. Baudry, Cl. Bur, A. Dalla Rosa, É. Deniaux, Fr. Hurlet, H. Ménard, G. de Méritens de Villeneuve, ainsi que les rapporteurs anonymes, pour leurs remarques et conseils avisés. Les vues ici exprimées demeurent de ma seule responsabilité.

  • 1 Sur ces sources hostiles, Hadas 1930, p. 161-166 et Gabba 1971, p. 153-156.
  • 2 RGDA 25 ; Hor., Epod. 4, 19 ; Liv., Perioch. 123, 128 ; Vell., 2, 73.3 ; App., B. C. 5, 25, 77, 80 (...)
  • 3 Vell., 2, 73, 1.
  • 4 Vell., 2, 79, 6 ; App., BC 5, 67, 80, 92 ; D. C. 48, 31, 4-6. Sur la popularité de Sextus Pompée, (...)
  • 5 Sur cette question, Stone 2002, passim.
  • 6 Les listes de Saddington 1988 ne donnent pas à connaître d’autres praefecturae combinant classis e (...)

1À la figure de Sextus Pompée reste attachée aux yeux des Modernes une légende noire, issue pour une bonne part de la tradition augustéenne et de sources littéraires postérieures largement hostiles1. Son portrait à charge tel qu’il fut fixé dans ses grandes lignes dès la période triumvirale fait de lui le fils dévoyé du Grand Pompée, « archipirate »2 et esclave de ses affranchis3. Pour autant, la popularité de Sextus Pompée à Rome4, mais aussi en Sicile, qui constitua sa base arrière dans les années 43-36 av. J.-C.5, était indéniable. De sa proscription en novembre 43 av. J.-C. à sa défaite face aux troupes d’Octavien à Nauloque en 36 av. J.-C., il incarna en effet en Occident l’ultime pôle de résistance à la domination des triumvirs. À ce titre, il participa pleinement à la compétition propagandiste qui caractérisa cette période de Bellum ciuile, particulièrement à travers son monnayage à la riche iconographie. Celui-ci donne à connaître, sur la base d’une interprétation des légendes monétaires, ce que l’on a reconnu comme la titulature officielle de Sextus Pompée, praefectus classis et orae maritimae ex senatus consulto jusqu’à la paix de Misène en 39 av. J.-C., qui aboutit à sa désignation au consulat pour 34. Cette praefectura constituerait un unicum, plus ou moins implicitement considérée par les Modernes comme une innovation institutionnelle résultant du contexte de désordres inhérent au conflit civil6. En sorte que la nature de cette préfecture comme l’insertion de cette titulature dans la stratégie de légitimation politique mise en œuvre par Sextus Pompée n’ont fait l’objet d’aucune étude approfondie.

2De l’impensé au mirage historiographique, il n’y a qu’un pas, que l’on a pu franchir à l’aune de l’évolution de la position institutionnelle de Sextus Pompée à partir des ides de mars 44 av. J.-C. Il est en effet douteux que ce que l’on a pu considérer comme une praefectura ait jamais eu une quelconque réalité institutionnelle, ainsi que le fera apparaître un examen à frais nouveaux de la situation politique mouvante du plus jeune fils de Magnus. L’étude se concentrera en particulier sur les années décisives qui virent l’émergence de Sextus Pompée, soit entre les lendemains de la campagne de Munda, en 45 av. J.-C., et l’affirmation de sa mainmise sur la Sicile et ses premières victoires navales, en 42 av. J.-C., lorsque furent émises les monnaies portant la légende praef. clas. et orae marit. ex s. c. Elle doit permettre de renouveler notre connaissance de la trajectoire hors du commun du plus jeune fils de Magnus, autant que des ressorts de sa communication politique ou de sa pratique du pouvoir.

Automne 44 av. J.-C. : la restitutio de Sextus Pompée

  • 7 MRR 2, p. 309.
  • 8 Bell. Hisp., 3, 1 ; 4, 3 et 32, 4.
  • 9 MRR 2, p. 312.
  • 10 Allély 2012, p. 89.
  • 11 Cic., Att., 14, 13, 2 ; 14, 22, 2 ; Phil., 2, 64 ; Plu., Ant., 10, 2. Cf. Shatzman 1975, p. 299 n. (...)
  • 12 Il était né entre 68 et 66 av. J.-C. selon RE 21.2 (1952) s.v. « Pompeius » no 33, col. 2214 (Milt (...)
  • 13 Vell., 2, 73, 2 ; App., B.C., 4, 83-84, cf. 5.143 et D. C., 45, 10. Cf. André 1949, p. 18 pour qui (...)
  • 14 RRC 477 (cf. Buttrey 1960 et Woytek 2003, p. 498-499 sur cette émission et sa légende). On pense é (...)

3Le premier acte de l’émergence politique et militaire de Sextus Pompée doit être placé aux lendemains de la défaite de son frère aîné Cnaeus à Munda en 45 av. J.-C., exécuté après une traque de plusieurs jours par les césariens7. Alors placé à la tête de la cité de Cordoue, le dernier des Pompeii dut prendre la fuite8, et se réfugier auprès des Lacetani, avant de ranimer peu après les braises de la révolte dans la péninsule Ibérique9 : il demeurait donc aux yeux de César un Romain traître à sa patrie, soutenant une révolte d’indigènes rebelles10. Sextus Pompée avait de fait refusé le pardon général offert par le dictateur, d’autant que les propriétés paternelles, passées dans le domaine public au plus tard à la fin de l’année 47 av. J.-C., avaient été acquises dans des conditions plus ou moins frauduleuses par Antoine et Dolabella11. Les aptitudes militaires du jeune homme12 autant que sa capacité à mobiliser les clientèles pompéiennes lui permirent de lever des troupes importantes et de remporter d’indéniables succès, notamment face au proconsul C. Asinius Pollio en Hispania Ulterior13. Ces victoires coïncident avec les premières émissions monétaires au nom de Sextus Pompée, donnant à connaître, outre une première salutation impératoriale, le double cognomen Magnus Pius. L’on pense en particulier à une série de deniers figurant au droit tantôt le portrait de son père, tantôt celui de son frère, et au revers la Pietas, qui devint un véritable slogan politique, précisément autour de la mobilisation récurrente des figures paternelle et fraternelle14.

  • 15 Cic., Att., 13, 4, 2 ; 15, 20, 3 et 15, 22 (cf. Cic., Att., 14, 1, 2 ; 14, 4, 1 ; 14, 8, 1). Pour (...)
  • 16 Cic., Att., 16, 4, 1-2. Cf. Canas 2010, p. 272 et stemma xviii p. 307 ; Welch 2012, p. 133 sur ces (...)
  • 17 App., B. C., 3, 4. Ces négociations furent, dans un premier temps, largement secrètes, afin de ne (...)
  • 18 Cic., Phil., 5, 39-41 et 13, 8-9 ; cf. D. C., 45, 10, 6, qui place cependant ce rapprochement, dir (...)
  • 19 L’ancien magister equitum du dictateur César était le beau-frère de Brutus et Cassius (ainsi que d (...)
  • 20 Un mariage fut un temps arrangé entre l’un de ses fils et la nièce de Sextus Pompée, fille de sa s (...)
  • 21 Bell. Alex., 63-64 ; cf. Welch 1995, p. 450-452 ; Lowe 2002, p. 71 ; Allély 2004, p. 49-51.

4La position de Sextus Pompée apparaissait alors si forte que Cicéron le pensait en mesure d’intervenir en Italie aux lendemains des ides de mars15. Ce ne fut toutefois qu’en juillet 44 que l’Arpinate et M. Brutus ouvrirent une négociation avec lui par l’intermédiaire de L. Scribonius Libo, son beau-père16. Le jeune homme semble toutefois avoir alors soigneusement évité de prendre définitivement parti en faveur des Césaricides, laissant ouverte la possibilité d’un rapprochement avec leurs adversaires, et en particulier le consul Antoine, alors en position de force à Rome. De fait ce dernier, dès avril ou mai 44 av. J.-C., avait pris la décision de négocier le rappel du jeune Pompée, afin de se gagner les faveurs du Sénat, et tenter de contrer la stratégie d’isolement de l’Italie menée par les Libérateurs17. Lépide, alors proconsul en Citérieure et en Transalpine, semble alors avoir été la cheville ouvrière des négociations18, du fait de ses fonctions, mais aussi de ses liens familiaux avec des membres éminents des camps des césariens et des Libérateurs19, ainsi qu’avec Sex Pompée20. Par ailleurs, Lépide avait déjà servi comme proconsul en Hispania Citerior en 48, et s’était révélé un administrateur et un négociateur habile lors de la révolte qu’avaient déclenchée les exactions du césarien Q. Cassius Longinus21.

  • 22 Selon Ramsey 2001, p. 267, qui se fonde sur le récit de Dion Cassius (D. C., 45, 10), cet accord s (...)
  • 23 Cic., Att., 16, 4, 2 (Pouzzoles, 10 juillet 44).
  • 24 Cic., Phil., 5, 39-40 et 13, 12 (éloge de Lépide) ; D. C., 45, 9, 4 et 10, 9. Cette restitutio éta (...)
  • 25 D. C., 48, 17, 1. Cf. Cic., Phil., 5, 41 et 13, 8 ; Welch 2012, p. 135.

5L’accord intervint à l’automne de l’année 4422. Sextus n’obtint pas gain de cause sur la première de ses revendications, le licenciement de toutes les légions23, irréaliste dans le contexte politique et militaire de l’année 44, mais obtint sa restitutio et la promesse probable d’une indemnisation de cinquante millions de drachmes attiques pour les propriétés confisquées et vendues par César24. En échange, il abandonnait les provinces ibériques et la plus grande partie de ses troupes entre les mains des césariens25. Selon Appien, il faut dater de ce compromis avec les césariens l’attribution d’un commandement naval au jeune homme, sur proposition d’Antoine :

  • 26 App., BC 3, 4 : « Et quand Antoine proposa également de rappeler d’Espagne Sextus Pompée (le fils (...)

Ὡς δὲ καὶ Σέξστον Πομπήιον ὁ Ἀντώνιος, τὸν Πομπηίου Μάγνου περιποθήτου πᾶσιν ἔτι ὄντος, εἰσηγήσατο καλεῖν ἐξ Ἰβηρίας, πολεμούμενον ἔτι πρὸς τῶν Καίσαρος στρατηγῶν, ἀντί τε τῆς πατρῴας οὐσίας δεδημευμένης ἐκ τῶν κοινῶν αὐτῷ δοθῆναι μυριάδας Ἀττικῶν δραχμῶν πεντακισχιλίας, εἶναι δὲ καὶ στρατηγὸν ἤδη τῆς θαλάσσης, καθὼς ἦν καὶ ὁ πατὴρ αὐτοῦ, καὶ ταῖς Ῥωμαίων ναυσὶν αὐτίκα ταῖς πανταχοῦ χρῆσθαι εἰς τὰ ἐπείγοντα, θαυμάζουσα ἕκαστα ἡ βουλὴ μετὰ χαρᾶς ἐξεδέχετο καὶ τὸν Ἀντώνιον ἐπὶ ὅλην εὐφήμουν ἡμέραν26

  • 27 Becht 1911, p. 43 (début avril) ; Frisch 1946, p. 72.
  • 28 RE 21.2 (1952) s.v. « Pompeius » no 33, col. 2218 (Miltner) fait erreur en se ralliant à la chrono (...)

6L’interprétation du passage nous semble soulever plusieurs problèmes. D’abord, les mesures prises en faveur de Sextus Pompée sont antidatées par l’historien alexandrin, qui les place au printemps 44 av. J.-C.27. Ensuite, il apparaît que ce passage condense plusieurs dispositions, dont certaines datent de l’automne 44 av. J.-C., alors que d’autres sont largement postérieures. En effet, Appien commet selon toute vraisemblance un anachronisme en affirmant que le jeune Pompée se vit conférer un commandement sur les mers aux termes de l’accord conclu avec les césariens28. De fait, la cinquième Philippique, prononcée par Cicéron le 1er janvier 43, n’évoque que la reddition d’armes de Sextus Pompée et la restauration de ses droits civiques :

  • 29 Cic., Phil., 5, 41 : « et que Sex. Pompeius Magnus, fils de Cnaeus, cédant à l’autorité de notre o (...)

Sextusque Pompeius Cn. f. Magnus huius ordinis auctoritate ab armis discesserit et a M. Lepido imperatore, pontifice maximo, summa senatus populique Romani uoluntate ciuitati restitutus sit29

  • 30 Cic., Phil., 13, 12.
  • 31 D. C., 48, 17, 1 : « Sextus qui, conformément aux accords passés avec Lépide, avait alors quitté l (...)

7La restitutio de Sextus Pompée avait été opérée par Lépide, proconsul de Citérieure et garant de l’accord, agissant probablement en conformité avec un senatus consultum suivi d’un vote populaire, ainsi que le donne à penser la formulation cicéronienne. En revanche, le texte de Cicéron ne fait nulle part allusion à un quelconque imperium, non plus que la treizième Philippique, datée du 20 mars 43, qui constitue notre source la plus fiable sur la situation de Sextus Pompée dans les premiers mois de l’année 43 av. J.-C., évoquant seulement la possibilité pour Sextus Pompée de recouvrer le rang et la fortune paternelles30. Si l’on voit que cette dernière question demeurait en suspens, il n’est nulle part question d’un commandement naval d’ampleur, que rien ne venait pour l’heure justifier, politiquement comme militairement. L’indication de Dion Cassius selon laquelle ὁ γὰρ Σέξτος ὡς τότε ἐκ τῆς Ἰβηρίας κατὰ τὰς πρὸς τὸν Λέπιδον συνθήκας ἀπηλλάγη καὶ μετὰ τοῦτο ναύαρχος οὐ πολλῷ ὕστερον κατέστη31 nous semble pouvoir confirmer cette interprétation. La désignation de Sextus Pompée comme ναύαρχος apparaît ici chronologiquement distincte de sa restitutio. C’est à une conclusion similaire qu’invite un autre passage d’Appien, réintroduisant Sextus Pompée dans le récit des guerres civiles :

  • 32 App., B. C., 4, 84 : « Caius César fut tué et […] le Sénat rappela Pompée d’exil. Celui-ci, venu à (...)

ὅ τε Γάιος Καῖσαρ ἀνῃρέθη καὶ ἡ βουλὴ κατεκάλει Πομπήιον. Ὁ δὲ ἐν Μασσαλίᾳ γενόμενος περιεσκόπει ἔτι τὰ ἐν Ῥώμῃ. Αἱρεθεὶς δὲ καὶ τῆς θαλάσσης ἄρχειν, καθὰ ἦρχεν αὐτοῦ καὶ ὁ πατήρ, ἐς μὲν τὴν πόλιν οὐδ' ὣς ἀνῆλθεν, ὅσαι δὲ νῆες ἐν τοῖς λιμέσιν ἦσαν λαβὼν ἐξέπλευσε σὺν αἷς εἶχεν ἀπὸ τῆς Ἰβηρίας.32

  • 33 Contra, en dernier lieu, Ladewig 2014, p. 219 : l’atteste la treizième Philippique (Cic, Phil., 13 (...)
  • 34 Cic., Phil., 13, 13 ; D. C., 48, 17, 1.
  • 35 Allély 2004, p. 92.
  • 36 Guerber – Peyras 1997, p. 304. Si elle avait connu un affaiblissement considérable depuis 49 av. J (...)
  • 37 Cic., Phil., 13, 13 ; App., B. C., 4, 84 ; D. C., 48, 17, 1. Les liens unissant Pompeius Magnus à (...)
  • 38 Cic., Phil., 13, 13. Selon Hadas 1930, p. 65, Cicéron était la cheville ouvrière de cette tentativ (...)
  • 39 Selon Cic., Phil., 13, 50. Cicéron avait dressé un portrait analogue du jeune César dans les trois (...)
  • 40 Welch 2012, p. 153.

8Il faut donc considérer Sextus Pompée, à compter de l’automne 44 av. J.-C., comme un simple priuatus, qui avait cependant conservé le commandement d’un nombre important de navires et des troupes en abondance33, et qui s’était retiré de la péninsule pour faire de Marseille sa nouvelle base d’opérations34, avec l’accord probable d’Antoine et de Lépide. La cité était géographiquement incluse dans la province de Gaule Transalpine, alors gouvernée par Lépide, garant de l’accord, et où ce dernier stationnait depuis novembre 4435. Toutefois, il s’agissait d’une ciuitas libera, gardant la jouissance de ses lois, coutumes et droits, qui échappait donc à la sphère de responsabilité directe du proconsul36. En raison des liens unissant traditionnellement cette cité aux Pompeii, elle était de surcroît un havre des plus sûrs37. Lorsque le Sénat dépêcha en janvier une ambassade pour sonder les dispositions de Sextus Pompée, et tenter de le convaincre de soutenir militairement D. Brutus en Cisalpine face à Antoine38, ce ferme défenseur de la res publica39 préféra en conséquence s’abstenir de tout mouvement. Sextus Pompée pouvait en effet avoir jugé imprudente la stratégie de Cicéron, consistant à soutenir la politique dure de D. Brutus en Cisalpine et la défense acharnée de Modène40. Il faut y voir également la conséquence de sa position de simple priuatus, autant que d’une volonté de sauvegarder l’accord qui garantissait sa restitutio.

Avril 43 av. J.-C. : l’imperium de Sextus Pompée

  • 41 Cic., Phil., 13, 34 et 38. Il s’agissait pour Antoine de manifester sa pietas à l’égard du défunt (...)
  • 42 D. C., 46, 51, 5, qui place par erreur l’épisode après la marche d’Octavien sur Rome (cf. Welch 20 (...)
  • 43 Cic., Fam., 12, 8, 1.

9Au mois de mars 43 av. J.-C. cependant, Antoine rompit avec sa politique de conciliation à l’égard de Sextus Pompée, en présentant l’alliance objective entre certains césariens et ses adversaires politiques comme une victoire posthume de la Pompeianorum causa, et en associant ouvertement le fils de Magnus aux impii qui assassinèrent César41. Ce revirement politique ne paraît toutefois pas avoir immédiatement conduit Sextus Pompée à renoncer à son attentisme. Ainsi, lorsqu’en avril 43 le Sénat toujours dominé par Cicéron, le somma, ainsi que Brutus et Cassius, de défendre la res publica en intervenant dans la guerre de Modène, il préféra une nouvelle fois, à l’instar des Libérateurs, s’abstenir de tout mouvement contre Antoine42. Le rapprochement ultérieur entre Lépide et Antoine, alors que ce dernier avait trouvé refuge en Transalpine après sa défaite à Modène, put toutefois rendre cette position caduque. L’accord conclu entre les deux hommes, au plus tard le 9 juin 4343, précipita un conflit désormais inévitable entre les héritiers politiques de César et le fils de Magnus. La position institutionnelle de Sextus Pompée avait cependant évolué entre-temps, ainsi que pourrait le suggérer le récit de Velleius Paterculus :

  • 44 Vell., 2, 73, 2 : « Le Sénat, qui était encore presque totalement acquis au parti pompéien, l’avai (...)

Quem senatus paene totus adhuc e Pompeianis constans partibus, post Antonii a Mutina fugam, eodem illo tempore quo Bruto Cassioque transmarinas prouincias decreuerat, reuocatum ex Hispania, ubi aduersus eum clarissimum bellum Pollio Asinius praetorius gesserat, in paterna bona restituerat et orae maritimae praefecerat.44

  • 45 Senatore 1991, p. 109 et n. 33. De fait, à la suite de Welch 2012, p. 164-166 (cf. Welch 2002a, p. (...)
  • 46 La restitution des biens paternels n’avait pas encore eu lieu le 20 mars 43 av. J.-C. : la treiziè (...)
  • 47 Cic., Ad Brut., 1, 5, 1. Assurément, cette nomination fait probablement suite à la treizième Phili (...)
  • 48 Cic., Ad Brut., 1, 5, 1.

10Il s’agissait pour le Sénat de s’assurer un appui solide face à la menace que constituait toujours Antoine, replié vers la Cisalpine, alors que les consuls Pansa et Hirtius avaient trouvé la mort lors des combats autour de Modène45. L’attribution d’un imperium à Pompée fut selon Velleius Paterculus accompagnée de dispositions prévoyant le versement d’une somme d’argent ou la restitution de certaines propriétés ; il peut toutefois s’agir là de la compensation financière prévue dès l’automne 44 av. J.-C.46. Quoi qu’il en soit, et à l’instar d’Appien, Velleius Paterculus, dans ce passage dont la chronologie tout entière fait difficulté, établit une relation de simultanéité entre l’attribution d’un imperium à Sextus Pompée et sa restitutio, qu’il faut de nouveau révoquer en doute. On sait en effet que ce fut aux termes du senatus consultum du 27 avril 43 av. J.-C.47 de iis qui hostes iudicati sunt bello persequendis sententiae dicerentur48, que Cassius et M. Brutus obtinrent la confirmation de leur propre imperium, à laquelle il fait allusion. Or Dion Cassius montre clairement que ce fut selon toute vraisemblance lors de la même séance sénatoriale que Sextus Pompée obtint son commandement naval :

  • 49 D. C., 46, 40, 3 : « à Sextus Pompée [le Sénat] confia la flotte, à Marcus Brutus la Macédoine et (...)

τῷ τε γὰρ Πομπηίῳ τῷ Σέξτῳ τὸ ναυτικὸν καὶ τῷ Βρούτῳ τῷ Μάρκῳ τὴν Μακεδονίαν τῷ τε Κασσίῳ τήν τε Συρίαν καὶ τὸν πόλεμον τὸν πρὸς τὸν Δολοβέλλαν ἐνεχείρισαν49.

  • 50 MRR 2, p. 348. Cf. Brennan 2000, p. 635-639 et Dalla Rosa 2014, p. 66 (cf. p. 93) sur cette questi (...)
  • 51 Contra MRR 2, p. 348 et Lacey 1996, p. 121-122.
  • 52 Selon Cic., Phil., 11, 20, le Sénat conféra extra ordinem un imperium à Octavien, défini comme pro (...)

11Ce fut donc dans le contexte des lendemains de la défaite d’Antoine à Modène que Sextus Pompée, simple priuatus, se vit conférer un imperium, là encore en vertu d’un décret sénatorial, peut-être suivi du vote populaire d’une lex de imperio, selon une procédure extra ordinem50. Il s’agissait probablement d’un imperium prétorien51, semblable à celui qu’Octavien avait obtenu quelques mois plus tôt52, même si aucune source ne nous permet de trancher sur ce point.

  • 53 On sait qu’au IIe s., le Sénat confia les commandements navals orientaux aux préteurs en charge, d (...)
  • 54 D. C., 48, 17, 1. Le terme peut évoquer spécifiquement une praefectura classis (TLG 5, s.v. ναύαρχ (...)
  • 55 Dalla Rosa 2014, p. 74-75.
  • 56 App., B. C., 4, 96 (cf. 4, 94). Le terme est attesté dès le Ve-IVe s. av. J.-C. au sens générique (...)
  • 57 L’expression utilisée ailleurs par Appien, τῆς θαλάσσης ἄρχειν (App., B. C., 4, 84), demeure fonda (...)
  • 58 Ce commandement ne pouvait manquer d’être compris de la sorte par le jeune Pompée, qui se voyait a (...)
  • 59 D. C., 47, 12, 2 : « Cet homme, en effet, qui avait été choisi comme commandant de la flotte, avai (...)
  • 60 Pour les attestations, TLL 9.2 s.v. « ora », col. 865-866.
  • 61 Cic., Manil., 54 et 67 ; Plin., Nat., 7, 98.
  • 62 En 349 av. J.-C., L. Furius Camillus, alors consul, ordonne au préteur Pinarius de défendre les cô (...)
  • 63 D. C., 48, 17, 1. Cette prouincia put ne comprendre que le littoral tyrrhénien de l’Italie, où il (...)
  • 64 D. C., 47, 12, 2 ; 48, 17, 1-2 (cf. Gowing 1992, p. 181-185 et Allély 2012, p. 109).

12Sa prouincia telle qu’elle fut alors définie par le senatus consultum comprenait selon toute vraisemblance classis et ora maritima, ainsi que ses émissions monétaires ultérieures le font apparaître. Il n’était certes pas sans précédent que la classis pût être constituée en prouincia53, et son attribution à Sextus Pompée trouve sa traduction chez Dion Cassius, qui le désigne comme ναύαρχος54. L’addition à la classis de l’ora maritima doit probablement être comprise en lien avec les impératifs de la navigation, et en particulier avec le fait que la flotte devait régulièrement rejoindre les ports pour s’y ravitailler. Il s’agissait de permettre au commandant de la flotte d’exercer son imperium là où il accostait, y compris dans les limites géographiques d’une prouincia commandée par un autre magistrat55. Toutefois, la définition exacte de l’ora maritima demeure délicate. Ainsi, pour Appien, qui le désigne par ailleurs comme θαλασσοκράτωρ56, la prouincia de Sextus Pompée se rapprochait dans son principe d’autres commandements exceptionnels de la fin de la période républicaine57, et pouvait même apparaître comme une réminiscence de l’imperium confié à Pompée le Grand en 67 av. J.-C., en vertu de la lex Gabinia, pour combattre les pirates58. L’on retrouve une assertion similaire chez Dion Cassius pour qui ναυαρχεῖν τε γὰρ πρότερον αἱρεθεὶς καὶ χρόνον τινὰ ἐν τῇ θαλάσσῃ δυνηθεὶς ἰσχύν τε οἰκείαν, καίπερ τῆς ἀρχῆς μετὰ τοῦθ´ ὑπὸ τοῦ Καίσαρος ἀποστερηθείς59. Cependant, il faut admettre que rien, dans les sources à notre disposition, ne permet de déterminer avec certitude les limites exactes de cette seconde composante de la prouincia de Sextus Pompée, telle qu’elle fut définie à la fin du mois d’avril 43 av. J.-C. L’expression ora maritima est bien attestée par les sources littéraires : à partir des dernières décennies de la période républicaine, puis dans la période impériale elle est fréquemment attestée dans un contexte militaire60. Elle se rapporte fréquemment au commandement exceptionnel attribué à Pompée en 67 av. J.-C.61, mais aussi, et plus généralement, à des zones littorales d’étendue variable, qu’il s’agissait de mettre en état de défense62. Il y aurait donc à notre sens une différence d’échelle, plus que de nature, entre la prouincia du grand Pompée et celle de son fils : même si les limites de cette dernière ne sont à aucun moment précisé dans nos sources, il est peu probable que le commandement de Sextus Pompée se soit étendu à l’ensemble de la Méditerranée. Le fait que Dion Cassius définisse comme illégales les opérations que mena Sextus Pompée en Sicile après sa proscription donne à penser que les rivages de cette dernière ne faisaient pas partie de sa prouincia63 : peut-être ce commandement était-il par conséquent limité aux côtes de l’Italie tyrrhénienne. Toutefois, cette conclusion est loin d’être assurée, puisque l’illégalité de ces opérations pouvait simplement découler d’un nouveau renversement de la situation politique du jeune Pompée, consécutive au vote de la lex Pedia, en août 43 av. J.-C., qui lui enleva son commandement64.

  • 65 À rapprocher de Berthelet 2015, p. 161-167 ; cf. Drogula 2015, p. 332-337.
  • 66 App., B. C., 4, 84 ; Kromayer 1897, p. 444 ; Ladewig 2014, p. 219-220.
  • 67 Contra Gowing 1992, p. 181, qui la place entre août et novembre 43.
  • 68 App., B. C., 4, 84.
  • 69 MRR 2, p. 329, 348 et 3 p. 161 ; cf. Cic., Epist., 6, 16 et 17 ; 16, 23, 1.
  • 70 Le père de Pompeius Bithynicus était resté fidèle à Magnus jusque dans ses derniers instants, trou (...)
  • 71 D. C., 48, 17, 3-4.
  • 72 Ainsi que le souligne Paget 1970, p. 369, les havres étaient rares au sud de la côte de l’Italie t (...)
  • 73 D. C., 48, 17, 5-6. Welch 2012, p. 168 sur la chronologie de cette campagne pompéienne. Il est pro (...)
  • 74 D. C., 48, 17, 5.
  • 75 Liv., Perioch., 123 le désigne comme praetor (cf. Sternkopf 1912, p. 328 ; Díaz Fernández 2015, p. (...)

13Condamné e lege Pedia, le jeune Pompée refusa à l’instar des Libérateurs en Orient de déposer son imperium, qui lui permettait de combattre suis auspiciis65. Dès le printemps 43, il avait quitté Marseille et assemblé une flotte importante66. Ce ne fut cependant qu’à la suite de sa proscription, en novembre 43 av. J.-C.67, que Sextus Pompée entreprit la conquête de l’île, obtenant le ralliement du gouverneur de la province, Pompeius Bithynicus par l’entremise de deux autres proscrits, Hirtius et Fannius68. Ce spectaculaire revirement du gouverneur de Sicile, nommé conformément aux dispositions prises par César avant sa mort69, mais dont le père avait cependant été étroitement lié à Pompée70, résulta sans doute de la supériorité militaire de Sextus Pompée. En dépit d’un échec devant Messine71, ce dernier était en effet parvenu à s’emparer de Mylae et Tyndaris72, s’était concilié le questeur de Bithynicus et adjugé ses fonds, avant de finalement se rendre maître de Messine et de la personne du gouverneur de Sicile73. Selon Dion Cassius, aux termes de négociations sans doute houleuses, il fut décidé que Sextus Pompée et Bithynicus commanderaient à égalité en Sicile (ἀπὸ τῆς ἴσης)74, ce qui donne à penser que les deux personnages avaient tous deux un imperium aequum. Cependant, rien ne permet de déterminer si Bithynicus détenait un imperium prétorien ou consulaire75. Le premier cas de figure corroborerait l’hypothèse d’un imperium prétorien accordé à Sextus Pompée en avril 43 av. J.-C. Dans la seconde éventualité, il est possible que devenu maître de la Sicile, le jeune Pompée se fût prétendu possesseur d’un imperium consulaire en vertu de l’égalité d’imperium que lui assurait l’accord avec Bithynicus. Le sénatus-consulte d’avril 43 av. J.-C. aurait d’ailleurs pu en constituer le prétexte juridique. Quoi qu’il en soit, et si rien ne nous permet de trancher quant à cette alternative, il faut souligner que Sextus Pompée avait été au regard du droit dépouillé de son imperium, et que l’accord conclu avec Bithynicus demeurait largement informel. Dans ces conditions, et ainsi qu’on le verra, les fondements juridiques de sa mainmise sur la Sicile demeuraient fragiles, de même que plus largement la légitimité de son commandement.

Le monnayage de Sextus Pompée : problèmes de datation

  • 76 Vell., 2, 77 ; App., B. C., 4, 36 ; 5, 25 ; D. C., 47, 12-13. Nombre de vaincus de Philippes ralli (...)
  • 77 Il s’agissait d’une émission extraordinaire, et sans doute conséquente, destinée aux besoins de so (...)
  • 78 RRC 1, p. 495-496, no 483 : l’émission daterait de 44-43 av. J.-C., et serait le fait d’un atelier (...)
  • 79 RE 16, 2 (1935) s.v. « Nasidius » no 4, col. 1789-1790 (Münzer) préférait une date comprise entre (...)
  • 80 Estiot 2006, p. 133 ; cf. Zehnacker 1973, p. 905-906, 1013-1014 et Woytek 2003, p. 503-505 sur cet (...)

14Désormais assuré de la Sicile, se posant en refuge pour les victimes des proscriptions triumvirales76, le jeune Pompée ne tarda guère à battre monnaie77. Les premières émissions, sans nul doute postérieures à son installation à Marseille, furent placées sous la responsabilité de Q. Nasidius, l’un de ses officiers et partisans. Leur datation doit brièvement retenir notre attention. En effet, pour M. Crawford, le fait que ce monnayage ne mentionne précisément pas le titre de praefectus classis et orae maritimae, qui apparaît sur les monnaies émises ultérieurement par Sextus Pompée, et qui lui aurait été attribué à l’issue de la séance du Sénat du 27 avril 43, permet de le dater de 44-43, alors qu’il se trouvait encore à Marseille78. D’autres au contraire ont mis en avant une datation basse, en 38-36 av. J.-C.79. S. Estiot, revenant sur cette question, a souligné la divergence stylistique et la différence de qualité artistique entre ce monnayage et l’émission hispanique au type de la Pietas frappée après la bataille de Munda en 45-44. Elle insiste sur la facture très fruste de cette dernière, alors même que « les deniers de Q. Nasidius forment avec les frappes siciliennes de Sextus Pompée Imp. Iter. Praef. Clas. et Orae Marit. ex. S. C. un ensemble stylistique d’une homogénéité frappante de facture et de thématique »80. Ces deux séries monétaires seraient le fait d’un seul et même maître graveur, et doivent être attribuées à la Sicile.

  • 81 En revanche, l’argument de l’orientation anarchique et irrégulière des coins sur les deniers de Q. (...)
  • 82 Estiot 2006, p. 136-140 et 145.
  • 83 Sur l’usage du génitif quand l’identification de la divinité ou de l’allégorie représentée ne va p (...)
  • 84 Cette lecture, ainsi que son interprétation, m’ont été suggérées par G. de Méritens de Villeneuve, (...)
  • 85 Estiot 2006, p. 138.

15L’argument, fort convaincant81, est complété par l’analyse d’un certain nombre de trésors monétaires appartenant à la fourchette chronologique 42-36 av. J.-C., dont il résulte que les frappes de Q. Nasidius, qui doivent être placées en 42 av. J.-C., sont antérieures aux frappes à la légende Praef. Clas. et Orae Marit. ex. S. C., qui s’échelonnèrent de 42 à 39 av. J.-C.82. L’on remarque en outre une nette évolution stylistique entre les deux monnayages. Dans le cas des frappes de Q. Nasidius, seul le droit des deniers, figurant le buste du grand Pompée assimilé à Neptune à droite, juxtaposé à un trident et un dauphin, avec la légende NEPTVNI, rappelait en effet la glorieuse ascendance de Sextus Pompée83. Les deux types de revers représentaient pour l’un une bataille navale livrée, pour l’autre une galère cinglant sous la protection d’un sidus Pompeianum. On pourrait cependant reconnaître dans le premier type, étant donnée la rareté des représentations de batailles sur les monnaies romaines, la réunion de deux flottes sous le commandement de Sextus Pompée84. La datation par S. Estiot de cette émission à l’été 42 av. J.-C., en lien avec la victoire remportée au large du promontoire de Scylla face à la flotte d’Octavien dirigée par Q. Salvidienus Rufus85, pourrait alors être remontée aux premiers mois de cette même année, et mise en relation avec l’accueil des proscrits fuyant l’Italie dominée par les triumvirs.

  • 86 Cette seconde salutation impératoriale serait intervenue après la victoire face à Salvidienus Rufu (...)
  • 87 RRC 511/3.
  • 88 RRC 511/4.
  • 89 RRC 511/1.
  • 90 RRC 511/2. Cf. Hor., Epod. 9, 7-8 qui le désigne comme Neptunius dux.
  • 91 Estiot 2006, p. 139-140.
  • 92 Liv., Perioch., 123 ; D. C., 48, 19, 1. Cf. Hadas 1930, p. 79.
  • 93 Dans la perspective d’un commandement exercé dans un premier temps conjointement avec Bithynicus e (...)
  • 94 De même que Brutus et Cassius, raison pour laquelle Appien les associa dans une sorte d’anti-trium (...)

16Cette interprétation renforcerait la distinction chronologique entre la série monétaire de Nasidius et celle émise plus tard dans l’année 42 av. J.-C. par Sextus Pompée, portant à l’avers la légende Mag. Pius Imp. Iter.86, qui se poursuit au revers, avec la titulature Praef. Clas. et Orae Marit. ex. S. C. Au droit, si peut encore être figuré le portrait de Pompée le Grand87, voire le phare de Messine surmonté de la statue de Neptune88, on observe un glissement significatif, puisque Sextus lui-même est représenté sur certains types89, alors que d’autres l’assimilent au dieu des mers auquel il prête ses traits90. Or les revers font également référence aux victoires remportées face à Octavien au Scyllaeum, en 42 et en 38 av. J.-C.91. Cette personnalisation du monnayage de Sextus Pompée doit selon nous être rapprochée de l’évolution de sa situation en Sicile dans les semaines suivant sa victoire de l’été 42, à la suite de laquelle il avait éliminé Pompeius Bithynicus92. Désormais seul maître de la province, Sextus Pompée pouvait affirmer sa prééminence personnelle93. Les monnaies de Sextus Pompée, principal vecteur de sa communication politique, s’inséraient pleinement dans sa stratégie de légitimation, alors qu’il devait affronter les triumvirs sur le terrain militaire comme politique94.

L’introuvable praefectura : la réinterprétation de la légende praef. clas. et orae marit. ex. s. c.

  • 95 Voir en dernier lieu Welch 2012, p. 163.
  • 96 Vell., 2, 73, 2. Cf. supra.
  • 97 Le terme praefectus, issu du verbe praeficere, désignait littéralement « celui qui était mis à la (...)
  • 98 Hadas 1930, p. 65-66 ; RE 22.2 (1952) s.v. « praefectus », col. 1301 (Ensslin) ; Woodman 1983, p.  (...)
  • 99 Cependant, un legatus ou même un tribunus militum pouvaient en droit se voir attribuer une praefec (...)
  • 100 Le mandat d’un praefectus pouvait concerner divers domaines et avoir un caractère plus proprement (...)
  • 101 Le caractère transitoire de la fonction tendit en effet à s’estomper à la fin de la période républ (...)
  • 102 Sur ces préfectures : Saddington 1988. Sur les praefecti orae maritimae d’époque impériale : Barbi (...)
  • 103 Il ne s’agit donc sans doute pas de la première attestation des praefecturae orae maritimae d’époq (...)

17Pour la plus grande partie de l’historiographie moderne, la légende de revers des monnaies de Sextus Pompée donne à connaître le titre de praef(ectus) clas(sis) et orae marit(imae) ex s(enatus) c(onsulto) qui lui aurait été conféré, en même temps que son imperium, le 27 avril 43 av. J.-C.95. Cette datation résulte selon toute vraisemblance du rapprochement avec la formule de Velleius Paterculus, pour qui senatus […] orae maritimae praefecerat96 lors de cette séance. Le verbe praeficere désigne en effet généralement une délégation de potestas effectuée par un magistrat cum imperio à un priuatus, en vue de l’exercice d’une mission particulière, soit une praefectura97. La titulature de Sextus Pompée est toutefois d’ordinaire considérée tantôt comme un unicum, tantôt comme une titulature litigieuse98. Outre qu’elle n’apparaît à aucun moment dans les sources littéraires ou épigraphiques, et n’est que tardivement attestée par les sources numismatiques, les praefecti étaient fréquemment, à la fin de la période républicaine, des priuati99, qui voyaient leurs responsabilités circonscrites par un magistrat cum imperio, quant au domaine de compétences100 ou à la durée d’exercice de la charge101. Tel était le cas non seulement des praefecti classis dès la fin de la période républicaine, mais aussi des praefecti orae maritimae d’époque impériale102, dont la position institutionnelle subordonnée doit être clairement distinguée de celle de Sextus Pompée, caractérisée par la détention d’un imperium associé à une prouincia103. Il apparaît enfin difficilement concevable que Sextus Pompée, qui devait affronter les triumvirs sur le terrain politique autant que militaire, non content de se parer d’un titre litigieux, soit allé jusqu’à l’afficher sur ses émissions monétaires, principaux vecteurs de sa propagande politique : il faut donc également récuser l’explication simpliste d’un titre dépourvu de tout fondement légal, élaboré à la faveur d’une période de désordres politiques.

  • 104 TLL 10.2 s.v. « praeficio », col. 621. On peut dresser un parallèle entre la formulation de Vellei (...)
  • 105 Il affirmait que son imperium lui avait été légalement confié ex senatus consulto (Estiot 2006, p. (...)
  • 106 Se réclamer de façon ambigüe du titre de praefectus lui permettait par ailleurs d’asseoir de façon (...)

18Velleius Paterculus évoque clairement, on l’a dit, l’attribution d’un imperium et d’une prouincia, peut-être par un vote populaire faisant suite à un senatus consultum. Il nous semble donc qu’il faut considérer Sextus Pompée, à compter d’avril 43 av. J.-C., comme un priuatus cum imperio, qui au moment où il se rendit maître de la Sicile, ne détenait aucune magistrature officielle. Le verbe praeficere, qui pouvait figurer dans le senatus consultum du 27 avril 43 av. J.-C., dont Velleius Paterculus aurait eu connaissance, revêtait dans ce cadre un sens précis au regard du droit, celui de l’attribution d’une prouincia, comprenant classis et orae maritimae à un détenteur d’imperium, à la tête duquel il aurait été placé (praefectus), en vertu d’un senatus consultum104. À la lumière de notre interprétation du texte de Velleius Paterculus, il nous semble donc possible de proposer une hypothèse de relecture de la légende praef. clas. et orae marit. ex s. c. de Sextus Pompée. Celle-ci ne renverrait pas au substantif praefectus, et ne doit pas être lue en praef(ectus) clas(sis) et orae marit(imae) ex s(enatus) c(onsulto), mais au participe passé du verbe praeficere, construit avec un complément au datif, soit praef(ectus) clas(si) et orae marit(imae) ex s(enatus) c(onsulto). Suivant cette interprétation, Sextus Pompée aurait été « placé à la tête de la flotte et des rivages en vertu d’un sénatus-consulte », lecture permettant à la fois d’exclure les apories juridiques que constitueraient une praefectura attribuée ex senatus consulto, ainsi que la détention de l’imperium et des auspices par un praefectus, mais aussi d’expliquer l’absence de mention d’un mandataire (en l’espèce un (pro)magistrat cum imperio) et in fine le silence des sources littéraires concernant cette titulature inédite. Cette légende monétaire ne faisait suivant cette hypothèse pas référence à une quelconque magistrature, mais rappelait les modalités selon lesquelles Sextus Pompée, toujours priuatus, avait obtenu son imperium et sa prouincia, dont il affirmait la légitimité face à la volonté triumvirale de l’en dépouiller105. Elle était volontairement ambiguë, jouant de la confusion toujours possible avec une praefectura en bonne et due forme106, mais permettait également à Sextus Pompée de se rattacher à une légalité républicaine battue en brèche par la marche sur Rome d’Octavien puis la constitution du triumvirat : encore dans cette période de désordres politiques, la légitimité politique se fondait sur un légalisme affiché.

  • 107 Sur cette question, Drogula 2015, p. 224-225 et 340-342 (sur le commandement pro praetore d’Octavi (...)
  • 108 Dalla Rosa 2014, p. 97-109. Si l’on admet que Sextus Pompée s’était vu conférer son imperium extra (...)

19Il s’agissait par son monnayage de mettre en avant la définition de sa prouincia, non une magistrature. En effet, Sextus Pompée ne s’était, selon toute vraisemblance, vu conférer que le titre de pro praetore107, dont l’affichage aurait correspondu à la reconnaissance de son infériorité par rapport à l’imperium consulaire dont étaient désormais revêtus les triumvirs. Outre qu’elle lui permettait de résoudre ce problème de légitimité politique, l’adoption de cette titulature par Sextus Pompée justifiait ses opérations en mer Tyrrhénienne, alors même que les triumvirs avaient mis la main sur l’attribution des provinces et dominaient l’Italie108.

Les conséquences d’une position institutionnelle friable

  • 109 Nous laissons volontairement de côté les identifications trop hypothétiques et les officiers qui l (...)
  • 110 L’identification traditionnelle entre Papias et Demochares (Drumann 1899-1912, 4, p. 580 n. 4 ; Ha (...)
  • 111 C’est à partir de 39 av. J.-C. que leur action est connue avec certitude (Vell., 2, 77, 3 ; App., (...)
  • 112 Menodoros concentra les attaques de cette opposition interne, particulièrement après l’exécution d (...)
  • 113 Sur la constitution de la flotte de Murcus : Welch 2012, p. 207.
  • 114 Kromayer 1897, p. 447.
  • 115 App., B. C., 4, 85 et D. C., 47, 13.
  • 116 Reddé 1995, p. 153 sur ces commandants de navires.
  • 117 Sur l’inertia de Sextus Pompée et sa prétendue soumission à ses affranchis, Gabba 1956, p. 205-206 (...)

20Simple priuatus cum imperio, par ailleurs proscrit, le jeune Pompée voyait toutefois sa marge de manœuvre politique singulièrement restreinte, ce dont se ressentit sa pratique du commandement, et en particulier l’encadrement de sa flotte, fondement de sa puissance. De manière révélatrice en effet, aucun des aristocrates qui rallièrent le camp de Sextus Pompée en 43-42 av. J.-C. ne se vit confier de commandement d’importance, notamment naval109. En la personne de ses liberti, le fils du vainqueur de Mithridate semble avoir disposé d’amiraux fiables, dont les sources littéraires nous ont conservé le nom : Menodoros/Menas, son rival Menecrates, Apollophanes, Demochares et Papias110. Les deux premiers en particulier semblent avoir exercé une certaine prééminence dans le camp de Sextus Pompée, commandant conjointement la flotte de leur patronus et exerçant une grande influence à ses côtés, sans doute au moins dès 40 av. J.-C., et jusqu’à la désertion de Menodoros/Menas en 38 av. J.-C.111, au grand dam des nobiles ralliés au maître de la Sicile112. Ce poids des affranchis au sein de l’encadrement l’exercitus pompéien était d’abord la conséquence de la nette prédominance de l’élément naval au sein des forces du fils de Magnus. Après le ralliement de L. Staius Murcus en 42113, leurs flottes combinées pourraient, selon J. Kromayer, s’être montées en 41 av. J.-C. à un effectif compris entre 300 et 400 navires, face auxquels les triumvirs ne semblent avoir pu aligner que 60 bâtiments114. À ce moment, Sextus Pompée, au sommet de sa puissance et de son prestige, pouvait incarner une alternative crédible aux triumvirs115. La flotte pouvait dans ce contexte stratégique apparaître une affaire trop sérieuse pour être confiée à un aristocrate romain dénué de toute expérience en la matière, simplement assisté de navarques et triérarques116. Plus qu’au caprice d’un fils dévoyé, il faudrait donc en première lecture attribuer la prééminence de ses liberti, notamment en matière navale, au pragmatisme de Sextus Pompée, et non à l’ascendant qu’ils auraient exercé sur lui117.

  • 118 Sur le ralliement de L. Staius Murcus : App., B. C., 5, 2 et 25 ; D. C., 48, 19, 3-4 ; Vell., 2, 7 (...)
  • 119 Sur cette question, Vervaet 2014, p. 54-67 et 198-213. Pour les principales discussions suscitées (...)
  • 120 Sur l’élimination de Staius Murcus : Vell., 2, 77, 3 ; App., B. C., 5, 50 et 70 ; cf. Welch 2002b, (...)
  • 121 Schor 1978, p. 88-174 ; Hinard 1985 ; Welch 2002b, p. 45-50.

21Toutefois, il nous semble que la prépondérance de ces affranchis était également la conséquence de la position institutionnelle particulièrement fragile de Sextus Pompée. Il lui fallut gouverner les mers, dont la place était si cruciale dans le cadre de sa stratégie, par la faveur et les liens de la fides plus que par les relations hiérarchiques qui structuraient traditionnellement l’armée romaine. Cette place centrale de la faveur du dux et des liens du patronage au détriment de mécanismes institutionnels classiques était justifiée par la légitimité contestée de la position institutionnelle de Sextus Pompée au regard de la légalité républicaine. Il y a plus. Priuatus probablement doté légalement d’un simple imperium prétorien, dont il avait légalement été également dépouillé, ayant choisi comme base arrière une prouincia qui n’était selon toute vraisemblance pas la sienne, il se trouva en droit subordonné d’abord à Pompeius Bithynicus, gouverneur légitime de Sicile, puis à L. Staius Murcus, de rang proconsulaire, après son ralliement qui intervint à la fin de 42118, ne serait-ce qu’en vertu de leur summum imperium auspiciumque119. Toute opposition de ces derniers ne pouvait juridiquement se conclure qu’au détriment de Sextus Pompée, ce qui explique l’élimination successive de ces deux personnages, en 42 av. J.-C. pour Bithynicus, en 40/39 pour Staius Murcus120. Des très nombreux ralliements enregistrés par Sextus121, après les proscriptions, après Philippes et encore après la guerre de Pérouse, certains purent donc s’avérer encombrants eu égard à la légitimité contestable du commandement exercé par le fils de Magnus.

Conclusion : les conséquences de Misène

  • 122 Sur l’accord, voir en dernier lieu Welch 2012, p. 241-251.
  • 123 App., B. C., 5, 73 ; D. C., 48, 36.
  • 124 App., B. C., 5, 72.
  • 125 Une inscription de Lilybée le désigne ainsi comme augure et consul désigné : Mag(no) Pompeio Mag(n (...)
  • 126 MRR 2, p. 405 et 3, p. 159. Cf. Silvestrini 2014, p. 215-220 pour l’identification d’un autre lega (...)
  • 127 De fait, les commandants en chef pouvaient seulement déléguer un imperium moindre que celui qu’ils (...)
  • 128 App., B. C., 5.77.
  • 129 Welch 2002b, p. 53-54 ; Welch 2012, p. 238-251.

22Les accords de Misène, conclus au printemps 39 entre Sextus Pompée, Octavien et Antoine122, reconnurent le contrôle exercé par le premier sur la Sicile, la Sardaigne et la Corse, alors que l’Achaïe et Péloponnèse furent également ajoutés à sa prouincia jusqu’au terme du mandat des triumvirs123. Il obtint également le consulat, dont il fut admis qu’il pourrait l’exercer in absentia, ainsi que l’augurat124. À la suite de cet accord, la formule praef. clas. et orae marit. ex s. c. disparut de sa titulature125 : la régularisation de sa position institutionnelle permit selon toute vraisemblance à Sextus Pompée de l’abandonner. Peut-être se vit-il alors conférer un imperium consulaire, ce que prouverait la nomination de Plinius Rufus comme legatus pro praetore126. De fait, la nature même de son imperium prétorien put précédemment interdire à Sextus Pompée toute forme de délégation d’autorité permettant à l’un de ses subordonnés, par exemple un légat, d’agir pro praetore pour assumer le commandement d’une partie ou de la totalité de son armée en son absence127. Certes, dès septembre 39, le conflit reprit entre le jeune César et le fils de Magnus128, mais ce dernier avait gagné une nouvelle légitimité, au prix d’un accord qui avait largement entamé les forces vives de son parti par la restitutio des proscrits qui formaient le cœur de son parti129.

Haut de page

Bibliographie

Allély 2004 = A. Allély, Lépide, le triumvir, Pessac, 2004.

Allély 2012 = A. Allély, La déclaration d’hostis sous la République romaine, Bordeaux, 2012.

André 1949 = J. André, La vie et l’œuvre d’Asinius Pollion, Paris, 1949.

Assenmaker 2012 = P. Assenmaker, Nouvelles perspectives sur le titre d’imperator et l’appellatio imperatoria sous la République, dans RBPh, 90-1, 2012, p. 111-142.

Badian 1964 = E. Badian, Studies in Greek and Roman history, New York, 1964.

Barbieri 1941 = G. Barbieri, Il “praefectus orae maritimae”, dans RFIC, 19, 1941, p. 268-280.

Barbieri 1946 = G. Barbieri, Ancora sul “praefectus orae maritimae, dans RFIC, 24, 1946, p. 166-171.

Barrandon – Picard 2007 = J.-N. Barrandon, O. Picard, Monnaies de bronze de Marseille. Analyse, classement, politique monétaire, Paris, 2007.

Becht 1911 = E. Becht, Regeste über die Zeit von Caesars Ermordung bis zum Umschwung in der Politik des Antonius, thèse de doctorat, université de Fribourg, 1911.

Berthelet 2015 = Y. Berthelet, Gouverner avec les dieux. Autorité, auspices et pouvoir, sous la République romaine et sous Auguste, Paris, 2015.

Berthelet – Dalla Rosa 2015 = Y. Berthelet, A. Dalla Rosa, Summum imperium auspiciumque. Une lecture critique, dans RHD, 113, 2015, p. 267-284.

Brennan 2000 = T.C. Brennan, The praetorship in the Roman Republic, New York, 2000, 2 vol.

Buttrey 1960 = Th.V. Buttrey, The Pietas denarii of Sextus Pompey, dans NC, 20, 1960, p. 83-101.

Canas 2010 = M. Canas, Les stratégies d’alliances matrimoniales des membres de l’aristocratie sénatoriale romaine à la fin de la République, thèse de doctorat, université Paris Ouest Nanterre La Défense, 2010.

Courrier 2014 = C. Courrier, La plèbe de Rome et sa culture (fin du IIe siècle av. J.-C. – fin du Ier siècle ap. J.-C.), Rome, 2014 (BEFAR, 353).

Dalla Rosa 2003 = A. Dalla Rosa, Ductu auspicioque. Per una riflessione sui fondamenti religiosi del potere magistratuale fino all’epoca augustea, dans SCO, 49, 2003, p. 185-255.

Dalla Rosa 2014 = A. Dalla Rosa, Cura et tutela. Le origini del potere imperiale sulle province proconsolari, Stuttgart, 2014.

Demougin 1992 = S. Demougin, Prosopographie des chevaliers romains Julio-Claudiens, Rome, 1992 (CEF, 153)

Díaz Fernández 2015 = A. Díaz Fernández, Prouincia et imperium. El mando provincial en la república romana (227-44 av. J.-C.), Séville, 2015.

Drogula 2015 = F.K. Drogula, Commanders and command in the Roman Republic and Early Empire, Chapel Hill, 2015.

Drumann 1899-1912 = W.K.A. Drumann, Geschichte Roms in seinem Ubergange von der republikanischen zur monarchischen Verfassung; oder, Pompeius, Caesar, Cicero und ihre Zeitgenossen nach Geschlechtern und mit genealogischen Tabellen, Berlin, 1899-1912 (2e éd., 1re éd. 1834-1844).

Estiot 2006 = S. Estiot, Sex. Pompée, la Sicile et la monnaie. Problèmes de datation, dans J. Champeaux, M. Chassignet (dir.), Aere Perennius. Hommage à Hubert Zehnacker, Paris, 2006, p. 125-153.

Fabre 1981 = G. Fabre, Libertus : recherches sur les rapports patron-affranchi à la fin de la république romaine, Rome, 1981 (CEF, 50).

Famerie 1998 = É. Famerie, Le latin et le grec d’Appien. Contribution à l’étude du lexique d’un historien grec de Rome, Genève, 1998.

Ferrary 1999 = J.-L. Ferrary, La liberté des cités et ses limites à l’époque républicaine, dans MedAnt, 2-1, 1999, p. 69-84.

Ferrary 2000 = J.-L. Ferrary, Les inscriptions du sanctuaire de Claros en l’honneur de Romains, dans BCH, 124-1, 2000, p. 331‑376.

Ferrary 2001 = J.-L. Ferrary, À propos des pouvoirs d’Auguste, dans CCG, 12, 2001, p. 101-154.

Freyburger – Roddaz 1994 = M.L. Freyburger, J.-M. Roddaz (éd.), Dion Cassius. Histoire Romaine. Livres 48 et 49, Paris, 1994.

Frisch 1946 = H. Frisch, Cicero’ s fight for the Republic. The historical background of Cicero’s Philippics, Copenhague, 1946.

Gabba 1956 = E. Gabba, Appiano e la storia delle guerre civili, Florence, 1956.

Gabba 1971 = E. Gabba, The Perusine war and triumphal Italy, dans HSCP, 75, 1971, p. 139-160.

Gabba 1973 = E. Gabba, Esercito e società nella tarda Repubblica romana, Florence, 1973.

Girardet 2007 = K.M. Girardet, Rom auf dem Weg von der Republik zum Prinzipat, Bonn, 2007.

Gowing 1992 = A.M. Gowing, The triumviral narratives of Appian and Cassius Dio, Ann Arbor, 1992.

Grattarola 1990 = P. Grattarola, I cesariani dalle idi di marzo alla costituzione del secondo triumvirato, Turin, 1990.

Guerber 2009 = É. Guerber, Les cités grecques dans l’Empire romain. Les privilèges et les titres des cités de l’Orient hellénophone d’Octave Auguste à Dioclétien, Rennes, 2009.

Guerber – Peyras 1997 = É. Guerber, J. Peyras, Les cités libres à l’époque romaine, dans DHA, 23, 1997, p. 301-310.

Guilhembet 1992 = J.-P. Guilhembet, Sur un jeu de mots de Sextus Pompée : domus et propagande politique lors d’un épisode des guerres civiles, dans MEFRA, 104-2, 1992, p. 787-816.

Hadas 1930 = M. Hadas, Sextus Pompey, New York, 1930.

Hinard 1985 = Fr. Hinard, Les proscriptions de la Rome républicaine, Rome, 1985.

Hinard 2000 = Fr. Hinard (dir.), Histoire romaine, Paris, 2000.

Holmes 1928 = T.R.E. Holmes, The architect of the Roman Empire, Oxford, 1928.

Hollstein 2000 = W. Hollstein, Die Stempelstellung – ein ungenutztes Interpretationskriterium für die Münzprägung der Römischen Republik, dans Actes du XIIe Congrès international de numismatique, Berlin 1997, I, Berlin, 2000, p. 487-491.

Hurlet 2012 = F. Hurlet, Pro consule uel pro praetore ? À propos des titres et des pouvoirs des gouverneurs prétoriens d’Afrique, de Sicile et de Sardaigne-Corse sous la République romaine (227-52 av. J.-C.), dans Chiron, 42, 2012, p. 95-106.

Hurlet 2014 = F. Hurlet, Le summum imperium auspiciumque : un nouveau principe du droit public romain ?, dans RPh, 88-2, 2014, p. 167-175.

Kromayer 1897 = J. Kromayer, Die Entwicklung der römischen Flotte vom Seeraüberkriege des Pompeius bis zum Schlacht von Actium, dans Philologus, 56, 1897, p. 426-491.

Kunkel 1995 = W.W.R. Kunkel, Staatsordnung und Staatspraxis der römischen Republik. Zweiter Abschnitt, Munich, 1995.

Lacey 1996 = W.K. Lacey, Augustus and the principate. The evolution of the system, Leeds, 1996.

Ladewig 2014 = M. Ladewig, Rom – Die antike Seerepublik. Untersuchungen zur Thalassokratie der res publica populi Romani von den Anfängen bis zur Begründung des Principat, Stuttgart, 2014.

Le Roux 1982 = P. Le Roux, L’armée romaine et l’organisation des provinces ibériques d’Auguste à l’invasion de 409, Paris, 1982.

Lowe 2002 = B.J. Lowe, Sextus Pompeius and Spain, dans A. Powell, K. Welch (dir.), Sextus Pompeius, Swansea, 2002, p. 65-102.

Magie 1905 = D. Magie, De Romanorum iuris publici sacrique vocabulis sollemnibus in Graecum sermonem conversis, Leipzig, 1905.

Magnino 1984 = D. Magnino, Appiani Bellorum Civilium Liber Tertius, Florence, 1984.

Magnino 1998 = D. Magnino, Appiani Bellorum Civilium Liber Quartus, Côme, 1998.

Manuwald 2006 = G. Manuwald, Ciceros Attacke gegen die Provinzverlosung unter Antonius (zu Cic. Phil. 3.24-26), dans Klio, 88, 2006, p. 167-180.

Mason 1974 = H.J. Mason, Greek terms for Roman institutions: a lexicon and analysis, Toronto, 1974.

Morawiecki 1983 = L. Morawiecki, Political propaganda in the coinage of the late Roman Republic (44-43 B.C.), Wroclaw, 1983 (trad. J. Edwards, D. Paluch).

MRR 1 = T.R.S. Broughton, The magistrates of the Roman Republic, I. 509 B.C.–100 B.C., New York, 1951.

MRR 2 = T.R.S. Broughton, The magistrates of the Roman Republic, II. 99 B.C.–31 B.C., New York, 1952.

Nicolet 1966 = Cl. Nicolet, Procurateurs et préfets à l’époque républicaine, dans Mélanges d’archéologie, d’épigraphie et d’histoire offerts à Jérôme Carcopino, III, Paris, 1966, p. 691-709.

Paget 1970 = R.F. Paget, The naval battle of Cumae in B.C. 38, dans Latomus, 29, 1970, p. 363-369.

Pérez 1986 = C. Pérez, Monnaie du pouvoir, pouvoir de la monnaie. Une pratique discursive originale : le discours figuratif monétaire : Ier s. J.-C.-14 ap. J.-C., Paris, 1986.

Powell 2002 = A. Powell, An island amid the flame’: the strategy and imagery of Sextus Pompeius, 43-36 BC, dans A. Powell, K. Welch (dir.), Sextus Pompeius, Swansea, 2002, p. 103-133.

Raggi 2002 = A. Raggi, “Navarchi” e “trierarchi” nella marina romana in età tardo-repubblicana, dans RAL, ser. 9a, 13-3, 2002, p. 419-431.

Ramsey 2001 = J.T. Ramsey, Did Mark Antony contemplate an alliance with his political enemies in July 44 BCE?, dans CPh, 96, 2001, p. 253-268.

Reddé 1986 = M. Reddé, Mare Nostrum. Les infrastructures, le dispositif et l’histoire de la marine militaire sous l’empire romain, Rome, 1986.

Reddé 1995 = M. Reddé, La Rangordnung des marins, dans Y. Le Bohec (dir.), La hiérarchie (Rangordnung) de l’armée romaine sous le Haut-Empire. Actes du Congrès de Lyon (15-18 septembre 1994), Paris, 1995, p. 151-154.

Reynolds 1982 = J. Reynolds, Aphrodisias and Rome, Londres, 1982.

Richardson 1986 = J.S. Richardson, Hispaniae. Spain and the development of Roman imperialism, 218-82 BC, Cambridge, 1986.

Roddaz 2000 = J.-M. Roddaz, L’empreinte de César sur la péninsule ibérique, dans G. Urso (dir.), L’ultimo Cesare. Atti del convegno internazionale (Cividale del Friuli, 16-18 settembre 1999), Rome, 2000, p. 259-279.

Rogers 2008 = K. Rogers, Sextus Pompeius: rebellious pirate or imitative son, dans Chrestomathy, 7, 2008, p. 199-226.

RPC = A. Burnett, M. Amandry, P.P. Ripollés, Roman provincial coinage, Londres-Paris, 1992-.

RRC = M.H. Crawford, Roman republican coinage, Cambridge, 1974, 2 vol.

Saddington 1987 = D.B. Saddington, Military praefecti with administrative functions, dans Actes du IXe Congrès International d’épigraphie grecque et latine, Sofia, 1987, p. 268-274.

Saddington 1988 = D.B. Saddington, Praefecti classis, orae maritimae and ripae of the second triumvirate and the early empire, dans JRGZ, 35, 1988, p. 299-313.

Schor 1978 = B. Schor, Beiträge zur Geschichte des Sextus Pompeius, Stuttgart, 1978.

Senatore 1991 = F. Senatore, Sesto Pompeo tra Antonio e Ottaviano nella tradizione storiografica antica, dans Athenaeum, 79, 1991, p. 103-139.

Shatzman 1975 = I. Shatzman, Senatorial wealth and Roman politics, Bruxelles, 1975.

Silvestrini 2014 = M. Silvestrini, Nuove epigrafi da Lilibeo, dans Antichità Altoadriatiche, 79, 2014, p. 207-226.

Stein 1930 = P. Stein, Die Senatssitzungen der Ciceronischen Zeit (68-43), Münster, 1930.

Sternkopf 1912 = W. Sternkopf, Die Verteilung der römischen Provinzen vor dem Mutinensischen Kriege, dans Hermes, 47, 1912, p. 321-401.

Stone 2002 = S.C. Stone III, Sextus Pompeius, Octavianus and Sicily, dans K. Welch, A. Powell (dir.), Sextus Pompeius, Londres, 2002, p. 135-165.

Stone 2008 = A.M. Stone, Greek ethics and Roman statesmen: de Officiis and the Philippics, dans T. Stevenson, M. Wilson (dir.), Cicero’s Philippics, Auckland, 2008, p. 214-229.

StR3 = DP = Th. Mommsen, Le Droit public romain (trad. P.-F. Girard sur la troisième édition allemande de 1881-1888), Paris, 1889-1896 (8 vol.).

Sumner 1971 = G.V. Sumner, The lex annalis under Caesar, dans Phoenix, 25, 1971, p. 246-271.

Suolahti 1955 = J. Suolahti, The junior officers of the Roman army in the Republican period. A study on social structure, Helsinki, 1955.

Syme 1967 = R. Syme, La Révolution romaine (trad. R. Stuveras sur l’édition anglaise de 1939), Paris, 1967.

Syme 1989 = R. Syme, The Augustan aristocracy, Oxford, 1989 (2e éd., 1re éd. 1986).

Thiel 1946 = J.H. Thiel, Studies on the history of Roman sea-power in republican times, Amsterdam, 1946.

Tibiletti 1953 = G. Tibiletti, Governatori romani in città provinciali, dans RIL, 86, 1953, p. 64-100.

Treggiari 1969 = S. Treggiari, Roman freedmen during the late Republic, Oxford, 1969.

Vervaet 2014 = F.J. Vervaet, The high command in the Roman Republic: the principle of the summum imperium auspiciumque from 509 to 19 BCE, Stuttgart, 2014.

Volponi 1975 = M. Volponi, Lo sfondo italico della lotta triumvirale, Gênes, 1975.

Welch 1995 = K. Welch, The career of M. Aemilius Lepidus 49-44 BC, dans Hermes, 123, 1995, p. 443-454.

Welch 2002a = K. Welch, Both Sides of the coin: Sextus Pompeius and the so-called Pompeiani, dans A. Powell, K. Welch (dir.), Sextus Pompeius, Swansea, 2002, p. 1-30.

Welch 2002b = K. Welch, Sextus Pompeius and the res publica in 42-39 BC, dans A. Powell, K. Welch (dir.), Sextus Pompeius, Swansea, 2002, p. 31-63.

Welch 2012 = K. Welch, Magnus Pius. Sextus Pompeius and the transformation of the Roman Republic, Swansea, 2012.

Wiseman 1971 = T.P. Wiseman, New men in the Roman senate, 139 B.C.– A.D. 14, Londres, 1971.

Woodman 1983 = A.J. Woodman, Velleius Paterculus: the caesarian and augustan narrative, Cambridge, 1983.

Woytek 2003 = B. Woytek, Arma et nummi. Forschungen zur römischen Finanzgeschichte und Münzprägung der Jahre 49 bis 42 v. Chr., Vienne, 2003.

Zehnacker 1973 = H. Zehnacker, Moneta : recherches sur l’organisation et l’art des émissions monétaires de la République romaine (289-31 av. J.-C.), Rome, 1973 (BEFAR, 222).

 

Haut de page

Notes

1 Sur ces sources hostiles, Hadas 1930, p. 161-166 et Gabba 1971, p. 153-156.

2 RGDA 25 ; Hor., Epod. 4, 19 ; Liv., Perioch. 123, 128 ; Vell., 2, 73.3 ; App., B. C. 5, 25, 77, 80. Cf. Syme 1967, p. 220 et Reddé 1986, p. 327.

3 Vell., 2, 73, 1.

4 Vell., 2, 79, 6 ; App., BC 5, 67, 80, 92 ; D. C. 48, 31, 4-6. Sur la popularité de Sextus Pompée, voir Courrier 2014, p. 479, 842-843 no 160, 843-844 no 161, 844-845 no 162, 845 no 163, 848 no 170.

5 Sur cette question, Stone 2002, passim.

6 Les listes de Saddington 1988 ne donnent pas à connaître d’autres praefecturae combinant classis et ora maritima. Contra RE 22.2 (1952) s.v. « praefectus », col. 1301 (Ensslin) et Welch 2002a, p. 22-23 n. 2, il faut distinguer sa position institutionnelle de celle de L. Quinctius Flamininus, pr. urb. 199 av. J.-C., cui classis cura maritimaeque orae imperium mandatum ab senatu erat en 198 av. J.-C. (Liv., 32, 16, 2 ; cf. 32, 28, 11 ; MRR 1, p. 332 et n. 6), auquel avait été conféré un imperium prétorien, prorogé à plusieurs reprises. Dans les deux cas, la prouincia, définie dans les mêmes termes (classis et ora maritima), fut certes confiée par le Sénat en même temps qu’un imperium prétorien. Cependant, L. Flamininus peut en réalité être considéré comme un préteur prorogé (Brennan 2000, p. 209 ; sur la prorogation : Liv., 32, 16, 2 ; cf. Brennan 2000, p. 158-159, 205 et 208-211), alors que Sextus Pompée, on le verra, était sans doute un priuatus cum imperio. Plus fondamentalement, L. Flamininus avait probablement reçu mandat de tenir compte des instructions de son frère, le proconsul T. Quinctius, d’où sa désignation (approximative) par Tite-Live comme legatus, ou legatus et praefectus classis (Liv., 33, 17, 2 ; 33, 17, 15 et 34, 50, 11). Le rapprochement entre les deux cas de figure apparaît donc peu probant.

7 MRR 2, p. 309.

8 Bell. Hisp., 3, 1 ; 4, 3 et 32, 4.

9 MRR 2, p. 312.

10 Allély 2012, p. 89.

11 Cic., Att., 14, 13, 2 ; 14, 22, 2 ; Phil., 2, 64 ; Plu., Ant., 10, 2. Cf. Shatzman 1975, p. 299 n. 71 ; Allély 2004, p. 90.

12 Il était né entre 68 et 66 av. J.-C. selon RE 21.2 (1952) s.v. « Pompeius » no 33, col. 2214 (Miltner). Cf. Syme 1989, p. 255 n. 4.

13 Vell., 2, 73, 2 ; App., B.C., 4, 83-84, cf. 5.143 et D. C., 45, 10. Cf. André 1949, p. 18 pour qui Pollion mena une campagne habile contre un adversaire supérieur en nombre. Avec sous ses ordres sept légions (Cic., Att., 16, 4, 2), contre seulement deux pour Pollion, Sextus Pompée parvint en effet à s’emparer au début de 44 av. J.-C. d’Urso, Murtilis, et Baelo (Gabba 1973, p. 516-518 ; Woodman 1987, p. 177 ; Roddaz 2000, p. 265 ; Allély 2004, p. 90). Il se porta ensuite contre Carteia, et la cité de Barea lui ouvrit ses portes en avril (Cic., Att., 15, 20, 3 ; Phil., 5, 39).

14 RRC 477 (cf. Buttrey 1960 et Woytek 2003, p. 498-499 sur cette émission et sa légende). On pense également à l’émission de bronze effectuée par le legatus M. Eppius M. f. ; le Janus figuré au droit présente d’ailleurs les traits de Magnus (RRC 478/1 ; RPC 1, 487 avec une mise au point sur la datation et la localisation de cette émission ; Woytek 2003, p. 499-500 ; cf. RRC 2, p. 739 n. 4). Sur Sextus Pompée et la pietas : Moriawiecki 1983, p. 64 ; Pérez 1986, p. 137 et 278-279 ; Welch 2002b, p. 18 ; Woytek 2003, p. 497 ; Estiot 2006, p. 130 ; Welch 2012, p. 27-31, 108-110, 291-318. Pietas avait déjà été le mot d’ordre des troupes de Cn. Pompée lors de la bataille de Munda (App., B. C., 2, 104). Sur la place centrale de la pietas comme leitmotiv de la communication politique au temps des guerres civiles, et notamment les émissions monétaires : Pérez 1986, p. 269-279.

15 Cic., Att., 13, 4, 2 ; 15, 20, 3 et 15, 22 (cf. Cic., Att., 14, 1, 2 ; 14, 4, 1 ; 14, 8, 1). Pour Appien, l’une des premières revendications des Libérateurs fut même le rappel de Sextus Pompée à Rome (App., B. C., 2, 122), ce qui constitue assurément un anachronisme (Cic., Fam., 11, 1, 4 et 14, 13, 2 ; cf. Welch 2012, p. 130-131).

16 Cic., Att., 16, 4, 1-2. Cf. Canas 2010, p. 272 et stemma xviii p. 307 ; Welch 2012, p. 133 sur ces liens matrimoniaux.

17 App., B. C., 3, 4. Ces négociations furent, dans un premier temps, largement secrètes, afin de ne pas mécontenter les vétérans ; Cicéron en fait état dans sa correspondance en mai et juin 44 av. J.-C. (Cic., Att., 14, 1, 2 ; 14, 4, 1 ; 14, 8, 2 ; 14, 13, 2 ; 14, 22, 2 ; 15, 20, 3 ; 15, 21, 3 ; 15, 22 ; 15, 29, 1 ; 16, 1, 4 ; 16, 4, 1-2). Cf. Welch 2012, p. 131-135.

18 Cic., Phil., 5, 39-41 et 13, 8-9 ; cf. D. C., 45, 10, 6, qui place cependant ce rapprochement, dirigé de façon anachronique contre Octavien, à l’été 44 (Lowe 2002, p. 71). Sur le rôle de médiation joué par Lépide : Allély 2004, p. 89-92.

19 L’ancien magister equitum du dictateur César était le beau-frère de Brutus et Cassius (ainsi que de P. Servilius Isauricus), et avait fiancé l’un de ses fils à la fille d’Antoine (Syme 1967, p. 110 ; Canas 2010, p. 235-236). Cn. Domitius Ahenobarbus, cousin de Brutus, fut sans doute un temps marié à sa nièce (Syme 1989, p. 158-159).

20 Un mariage fut un temps arrangé entre l’un de ses fils et la nièce de Sextus Pompée, fille de sa sœur Pompeia, et de son premier mari Faustus Sylla (Tac., Ann., 3, 22, 1 ; cf. Syme 1989, p. 112.

21 Bell. Alex., 63-64 ; cf. Welch 1995, p. 450-452 ; Lowe 2002, p. 71 ; Allély 2004, p. 49-51.

22 Selon Ramsey 2001, p. 267, qui se fonde sur le récit de Dion Cassius (D. C., 45, 10), cet accord serait intervenu dès l’été 44 av. J.-C. Welch 2012, p. 135 et 159 n. 50 met cependant en avant que cet accord n’est pas évoqué par les deux premières Philippiques de Cicéron, et surtout que Lépide ne reçut les supplications célébrant son rôle dans cet accord que le 28 novembre (Cic., Phil., 3, 23 ; cf. 5, 15) : ces éléments donneraient à penser que l’accord aurait été entériné à l’automne (cf. Manuwald 2006, p. 169-171). Voir également Hadas 1930, p. 63-64 avec la bibliographie antérieure et tend à placer l’accord en août 44 av. J.-C.

23 Cic., Att., 16, 4, 2 (Pouzzoles, 10 juillet 44).

24 Cic., Phil., 5, 39-40 et 13, 12 (éloge de Lépide) ; D. C., 45, 9, 4 et 10, 9. Cette restitutio était de longue date espérée par Sextus Pompée, dont on sait qu’il avait sollicité en ce sens le dictateur César par l’entremise de Cicéron (Cic., Att., 14, 1, 2 ; cf. 14, 4, 1 ; Phil., 2, 75). Sextus Pompée semble avoir eu soin de toujours se présenter comme un nobilis cherchant à récupérer le patrimoine dont il avait été spolié (Hadas 1930, p. 61-62 et 99-100 ; Stone 2002, p. 136).

25 D. C., 48, 17, 1. Cf. Cic., Phil., 5, 41 et 13, 8 ; Welch 2012, p. 135.

26 App., BC 3, 4 : « Et quand Antoine proposa également de rappeler d’Espagne Sextus Pompée (le fils du Grand Pompée qui était encore l’objet du regret universel) auquel les généraux de César faisaient toujours la guerre, de lui donner, sur les fonds publics, cinquante millions de drachmes attiques à la place de la fortune de son père qui avait été confisquée, de lui confier désormais le commandement sur toutes les mers, que son père avait déjà exercé, avec le droit dès à présent d’utiliser pour faire face aux urgences, tous les navires romains où qu’ils se trouvassent, alors le Sénat, émerveillé, fit sienne avec joie chacune de ces propositions et applaudit Antoine la journée durant. » (trad. P. Goukowsky, Paris, CUF, 2010). Sur le passage et la chronologie : Magnino 1984, p. 124-125.

27 Becht 1911, p. 43 (début avril) ; Frisch 1946, p. 72.

28 RE 21.2 (1952) s.v. « Pompeius » no 33, col. 2218 (Miltner) fait erreur en se ralliant à la chronologie donnée par Appien.

29 Cic., Phil., 5, 41 : « et que Sex. Pompeius Magnus, fils de Cnaeus, cédant à l’autorité de notre ordre sénatorial, a déposé les armes et a été par le général en chef et grand pontife M. Lépide, conformément au désir suprême du Sénat et du peuple romain, réintégré dans ses droits de citoyen » (trad. P. Wuilleumier, Paris, CUF, 1960) ; cf. 13, 8 pour une autre allusion à ce décret honorifique.

30 Cic., Phil., 13, 12.

31 D. C., 48, 17, 1 : « Sextus qui, conformément aux accords passés avec Lépide, avait alors quitté l’Espagne et avait peu de temps après été placé à la tête de la flotte » (trad. M.-L. Freyburger et J.-M. Roddaz, Paris, CUF, 1994).

32 App., B. C., 4, 84 : « Caius César fut tué et […] le Sénat rappela Pompée d’exil. Celui-ci, venu à Marseille, observait encore ce qui se passait à Rome. Désigné au commandement sur mer comme son père l’avait également été, même dans ces conditions il ne revint pas à Rome mais, ayant pris possession de tous les navires qui étaient dans les ports, il mit à la voile avec les navires qu’il avait amenés d’Hispanie. » (trad. D. Gaillard-Goukowsky, Paris, CUF, 2015).

33 Contra, en dernier lieu, Ladewig 2014, p. 219 : l’atteste la treizième Philippique (Cic, Phil., 13, 13 et 50). Sur ces problèmes de datation, voir également la mise au point de Woytek 2003, p. 503 n. 793. Magnino 1998, p. 229-230, qui met en évidence qu’on ne peut déterminer la position institutionnelle de Sextus Pompée, suppose sans doute à tort un commandement supérieur sur la flotte.

34 Cic., Phil., 13, 13 ; D. C., 48, 17, 1.

35 Allély 2004, p. 92.

36 Guerber – Peyras 1997, p. 304. Si elle avait connu un affaiblissement considérable depuis 49 av. J.-C. et sa défaite face aux troupes césariennes, Marseille avait conservé son statut de ciuitas libera (Caes., Civ., 2, 22 ; Str., 4, 1, 5). Les cités libres ne constituaient en aucun cas une catégorie unitaire (Ferrary 1999, p. 73), ce statut se caractérisait cependant par l’extraterritorialité relative vis-à-vis de la province : les cités libres étaient retranchées de la formula prouinciae, administrativement et juridiquement (Guerber 2009, p. 33-77). Elles étaient dotées d’une autonomia impliquant l’interdiction faite à tout magistrat ou promagistrat romain de cantonner des troupes sur le territoire de la cité (Guerber 2009, p. 50 ; cf. Reynolds 1982, p. 76-78).

37 Cic., Phil., 13, 13 ; App., B. C., 4, 84 ; D. C., 48, 17, 1. Les liens unissant Pompeius Magnus à Marseille sont mis en exergue par César au début du conflit civil (Caes., Civ., 1, 34 ; 2, 3-7 ; 2, 56-9). Pour les césariens, la récente défaite de Marseille face aux troupes de César, et son désarmement consécutif, constituaient également, selon toute vraisemblance, une garantie de sa docilité.

38 Cic., Phil., 13, 13. Selon Hadas 1930, p. 65, Cicéron était la cheville ouvrière de cette tentative diplomatique, ce que conteste Welch 2012, p. 144-145 et n. 72 p. 160 pour la bibliographie antérieure.

39 Selon Cic., Phil., 13, 50. Cicéron avait dressé un portrait analogue du jeune César dans les troisième et cinquième Philippiques (Stone 2008, p. 223-227).

40 Welch 2012, p. 153.

41 Cic., Phil., 13, 34 et 38. Il s’agissait pour Antoine de manifester sa pietas à l’égard du défunt dictateur de faire pièce au prestige du jeune César auprès des vétérans césariens, en montrant que ce dernier négligeait les devoirs attachés à son nom (Cic., Phil., 13, 25 ; Att., 16, 15, 3 ; cf. Welch 2002a, p. 9-15 et Welch 2012, p. 148).

42 D. C., 46, 51, 5, qui place par erreur l’épisode après la marche d’Octavien sur Rome (cf. Welch 2012, p. 164). M. Brutus se défiait ouvertement d’Octavien (Cic., Ad Brut., 1, 9, 3 ; 1, 10, 1 ; 1, 10, 5 ; 1, 12, 2 ; 1, 14, 2), et ne souhaitait sans doute rien faire qui pût compromettre des négociations ultérieures avec Antoine, continuant à s’adresser à ce dernier comme un magistrat, au grand dam de Cicéron (Cic., Ad Brut., 2, 5, 3). Une attitude similaire put être adoptée par Sextus Pompée.

43 Cic., Fam., 12, 8, 1.

44 Vell., 2, 73, 2 : « Le Sénat, qui était encore presque totalement acquis au parti pompéien, l’avait, après qu’Antoine se fut enfui de Modène, dans le moment même où il avait confié à Brutus et Cassius les provinces d’outre-mer, rappelé d’Espagne où l’ancien préteur Asinius Pollion avait mené contre lui des opérations tout à fait remarquables, lui avait restitué les biens de son père et lui avait confié la défense des côtes. » (trad. J. Hellegouarc’h, Paris, CUF, 1982).

45 Senatore 1991, p. 109 et n. 33. De fait, à la suite de Welch 2012, p. 164-166 (cf. Welch 2002a, p. 20-21), l’on peut replacer cette nomination de Sextus Pompée dans un contexte géopolitique plus large, celui du contrôle grandissant exercé par les Libérateurs sur la partie orientale du bassin méditerranéen, qui passa notamment, entre les mois de mai et août 43 av. J.-C., par la levée de flottes considérables. Les pouvoirs accordés au jeune Pompée apparaissent dans ce contexte comme le résultat d’un plan d’ensemble, orchestré par les adversaires de la cause césarienne. Il ne s’agit donc pas à proprement parler d’une mesure prise contre Octavien (contra D. C., 46, 40, 3).

46 La restitution des biens paternels n’avait pas encore eu lieu le 20 mars 43 av. J.-C. : la treizième Philippique montre alors sans ambiguïté que le jeune Pompée n’avait alors reçu ni l’argent qui lui avait été promis aux termes de l’accord conclu en septembre, ni les propriétés familiales, alors en grande partie entre les mains d’Antoine (Cic., Phil., 13, 10-12). Pas plus qu’à l’automne 44 av. J.-C., les dispositions du senatus consultum du 27 avril 43 av. J.-C. n’ont été suivies d’effet. On sait en effet qu’Antoine occupe toujours la demeure de Pompée en 39 av. J.-C. d’après un mot de Sextus Pompée rapporté par Florus (Flor., 2, 18, 4 ; cf. Vell., 2, 77, 1 ; Plut., Ant., 32, 2-4 ; D. C., 48, 1-3 ; Vir. ill., 84, 3). Sur le mot de Sextus Pompée : Guilhembet 1992, passim ; sur la question de la restitution des biens paternels : Woodman 1983, p. 178.

47 Cic., Ad Brut., 1, 5, 1. Assurément, cette nomination fait probablement suite à la treizième Philippique de Cicéron, qui dès le 20 mars 43 av. J.-C. avait proposé un éloge de Sextus Pompée (Cic., Phil., 13, 12). Cette chronologie des événements a initialement été adoptée par Stein 1930, p. 91. Sur la date : RE 2 (1895) s.v. « Appian », col. 231 (Schwartz) ; Holmes 1928, p. 58 et n. 1 ; Hadas 1930, p. 65-66 ; Frisch 1946, p. 291 et n. 97 ; MRR 2, p. 348 ; Woodman 1983, p. 132-134, 177-178 ; Saddington 1988, p. 305 ; Senatore 1991, p. 109-110 ; Freyburger – Roddaz 1994, notice p. LXXXIX et n. 133 ad D. C., 48, 17, 1 ; Grattarola 1990, p. 173 ; Raggi 2002, p. 420 ; Welch 2002a, p. 1 ; Allély 2004, p. 91-92 et Welch 2012. Ce commandement n’est curieusement pas évoqué par Cicéron dans une lettre adressée à Brutus le 5 mai 43 av. J.-C. (Cic., Ad Brut., 1, 5). Selon Grattarola 1990, p. 214 n. 26, Cicéron aurait cependant pu l’évoquer dans une précédente missive désormais perdue.

48 Cic., Ad Brut., 1, 5, 1.

49 D. C., 46, 40, 3 : « à Sextus Pompée [le Sénat] confia la flotte, à Marcus Brutus la Macédoine et à Cassius la Syrie ainsi que la guerre contre Dolabella. » (trad. E. Bertrand, Paris, CUF, 2008).

50 MRR 2, p. 348. Cf. Brennan 2000, p. 635-639 et Dalla Rosa 2014, p. 66 (cf. p. 93) sur cette question de la procédure de désignation extra ordinem pour la période post-syllanienne. On doit cependant signaler l’absence de toute référence à une loi comitiale dans la légende monétaire.

51 Contra MRR 2, p. 348 et Lacey 1996, p. 121-122.

52 Selon Cic., Phil., 11, 20, le Sénat conféra extra ordinem un imperium à Octavien, défini comme pro praetore par les RGDA, 1, 2-3.

53 On sait qu’au IIe s., le Sénat confia les commandements navals orientaux aux préteurs en charge, d’ordinaire subordonnés aux consuls, dont la prouincia était désignée comme classis (Brennan 2000, p. 210-211 et 615).

54 D. C., 48, 17, 1. Le terme peut évoquer spécifiquement une praefectura classis (TLG 5, s.v. ναύαρχος, col. 1370-1371 ; Magie 1905, p. 140 ; cf. D. C., 48, 54 et 41, 48), mais peut également désigner plus généralement un magistrat cum imperio chargé du commandement de la classis (Mason 1974, p. 69 ; cf. Plut., Cat. Mi., 54 sur le commandement naval de Bibulus).

55 Dalla Rosa 2014, p. 74-75.

56 App., B. C., 4, 96 (cf. 4, 94). Le terme est attesté dès le Ve-IVe s. av. J.-C. au sens générique de « maîtrise de la mer » (Hdt., 5, 83 ; Th., 8, 63, 1 ; Xen., H. G., 1, 6, 2), et semble dépourvu de toute signification institutionnelle.

57 L’expression utilisée ailleurs par Appien, τῆς θαλάσσης ἄρχειν (App., B. C., 4, 84), demeure fondamentalement vague, notamment quant aux limites de la prouincia qui aurait été confiée à Sextus, mais semble évoquer un imperium sur les mers (cf. App., B. C., 4, 70).

58 Ce commandement ne pouvait manquer d’être compris de la sorte par le jeune Pompée, qui se voyait ainsi offrir la possibilité de marcher sur les traces de son prestigieux géniteur, tout en rejouant son comportement et sa carrière (Powell 2002, p. 109 ; Rogers 2008, p. 202 ; cf. Girardet 2007, p. 22-28 sur les pouvoirs de Pompée tels qu’ils furent définis aux termes de la lex Gabinia). Rien n’indique cependant pour Magnino 1984, p. 124-125 que Sextus Pompée se vit effectivement conférer un commandement similaire.

59 D. C., 47, 12, 2 : « Cet homme, en effet, qui avait été choisi comme commandant de la flotte, avait pendant un certain temps contrôlé les mers ; bien que dépossédé ensuite de son commandement par César » (trad. V. Fromentin, Paris, CUF, 2014). Le verbe ναυαρχέω, par ailleurs utilisé par Dion à propos des pouvoirs navals confiés à Pompée en 67 av. J.-C., évoque de façon générale un commandement s’exerçant sur les mers (cf. D. C., 36, 26).

60 Pour les attestations, TLL 9.2 s.v. « ora », col. 865-866.

61 Cic., Manil., 54 et 67 ; Plin., Nat., 7, 98.

62 En 349 av. J.-C., L. Furius Camillus, alors consul, ordonne au préteur Pinarius de défendre les côtes italiennes face aux pirates grecs (Liv., 7, 25, 13). On trouve chez Salluste l’expression orae maritimae pour désigner la prouincia d’Antonius Creticus en 73 av. J.-C. (Sall., Hist., frg. 3.2). De même, elle peut désigner chez Cicéron les rives d’Italie menacées par les pirates en 67 av. J.-C. (Cic., Manil., 55), puis mises sur le pied de guerre en 62 face à ce même péril (Cic., Flacc., 30). On pense aussi aux côtes d’Épire dont César organise la défense en plaçant une légion à Oricum en 48 (Caes., B. C., 3, 34, 1). Barbieri 1941, p. 275 a montré le caractère vague de cette dénomination (cf. Fest., p. 196 L.).

63 D. C., 48, 17, 1. Cette prouincia put ne comprendre que le littoral tyrrhénien de l’Italie, où il se trouvait en mesure de couper la retraite d’Antoine, ce qui explique que Sextus Pompée, toujours d’après le récit de Dion Cassius, tenta dans un premier temps de rejoindre les côtes italiennes, avant de se contenter de croiser au large.

64 D. C., 47, 12, 2 ; 48, 17, 1-2 (cf. Gowing 1992, p. 181-185 et Allély 2012, p. 109).

65 À rapprocher de Berthelet 2015, p. 161-167 ; cf. Drogula 2015, p. 332-337.

66 App., B. C., 4, 84 ; Kromayer 1897, p. 444 ; Ladewig 2014, p. 219-220.

67 Contra Gowing 1992, p. 181, qui la place entre août et novembre 43.

68 App., B. C., 4, 84.

69 MRR 2, p. 329, 348 et 3 p. 161 ; cf. Cic., Epist., 6, 16 et 17 ; 16, 23, 1.

70 Le père de Pompeius Bithynicus était resté fidèle à Magnus jusque dans ses derniers instants, trouvant la mort avec lui en Égypte (Oros., 6, 15, 28).

71 D. C., 48, 17, 3-4.

72 Ainsi que le souligne Paget 1970, p. 369, les havres étaient rares au sud de la côte de l’Italie tyrrhénienne : ces points d’appui siciliens s’avérèrent donc stratégiquement essentiels.

73 D. C., 48, 17, 5-6. Welch 2012, p. 168 sur la chronologie de cette campagne pompéienne. Il est probable que les opérations contre Syracuse et les autres cités de Sicile rétives à sa nouvelle autorité, également mentionnées par Dion Cassius, n’intervinrent qu’au printemps suivant (Volponi 1975, p. 129-130). Sur la question des fonds dont disposait Sextus Pompée en 43/2 av. J.-C. : Woytek 2003, p. 398 n. 400.

74 D. C., 48, 17, 5.

75 Liv., Perioch., 123 le désigne comme praetor (cf. Sternkopf 1912, p. 328 ; Díaz Fernández 2015, p. 316-317). Toutefois, cette mention indique seulement qu’il était préteur ou ancien préteur : Bithynicus pouvait donc s’être vu accorder un imperium consulaire (StR3 2, p. 240 et n. 4 = DP 3, p. 276 et n. 1 ; Badian 1964, p. 74 et n. 24 ; Ferrary 2000, p. 348-350 ; cf. Sumner 1971, p. 360 pour qui Bithynicus pouvait même n’avoir pas été praetor). En effet, il est probable que la lex Iulia de 46 av. J.-C. ne conserva pas la disposition de la lex Pompeia de 52 av. J.-C. qui prévoyait qu’un imperium prétorien fût accordé aux anciens préteurs envoyés dans une province prétorienne (Ferrary 2001, p. 105 et 107-108), ainsi que l’atteste l’envoi de L. Staius Murcus comme proconsul en Syrie (Cic., Phil., 11, 30 ; MRR 2, p. 330, 349). Il est possible, même si rien ne permet d’en être assuré, que la réorganisation augustéenne, établissant que les gouverneurs de rang prétorien partaient comme proconsuls et non comme propréteurs, reprenait en fait la lex Iulia (Ferrary 2001, p. 112 et n. 48). On ne peut cependant trancher sur ce point, et on ne peut exclure que César soit revenu à la situation antérieure à la lex Pompeia : or avant 52 av. J.-C., les gouverneurs de Sicile ne paraissent pas avoir systématiquement détenu un imperium consulaire (Hurlet 2012, p. 105-106).

76 Vell., 2, 77 ; App., B. C., 4, 36 ; 5, 25 ; D. C., 47, 12-13. Nombre de vaincus de Philippes rallièrent également la Sicile : Vell., 2, 72, 4-5 ; App., B. C., 5, 2 ; D. C., 48, 19. Ce fut également le cas de victimes des confiscations triumvirales (App., B. C., 5, 25) et de nombre de ceux qui s’étaient opposés à Octavien lors de la guerre de Pérouse en 42-41 av. J.-C. (Vell., 2, 72, 4-5 ; App., B. C., 5, 51 ; D. C., 48, 15, 2-3).

77 Il s’agissait d’une émission extraordinaire, et sans doute conséquente, destinée aux besoins de son armée. Cf. Zehnacker 1973, p. 59 sur la moneta castrensis (Lucan., 5, 380), bien connue pour la période des guerres civiles, émissions qui selon RRC 2 p. 604 étaient pour la plupart illégales.

78 RRC 1, p. 495-496, no 483 : l’émission daterait de 44-43 av. J.-C., et serait le fait d’un atelier itinérant. En dernier lieu, Welch 2012, p. 154 la place à Marseille, contredisant Woytek 2003, p. 503-505, pour qui elles doivent être datées de 42-38 av. J.-C. (avec une préférence pour une date haute dans cette période).

79 RE 16, 2 (1935) s.v. « Nasidius » no 4, col. 1789-1790 (Münzer) préférait une date comprise entre 38 et 36 av. J.-C., MRR 2, p. 394 et 3, p. 147 la date de 38 av. J.-C.

80 Estiot 2006, p. 133 ; cf. Zehnacker 1973, p. 905-906, 1013-1014 et Woytek 2003, p. 503-505 sur cette question de la datation.

81 En revanche, l’argument de l’orientation anarchique et irrégulière des coins sur les deniers de Q. Nasidius et de la série sicilienne de Sextus Pompée (repris dans Woytek 2003 p. 503), alors que les coins sont orientés systématiquement à 6 heures à Marseille (Hollstein 2000, part. p. 489) nous semble devoir être écarté. Après avoir été prise par César en 49, la cité, qui avait dû livrer son trésor public, cessa toute forme d’émission en argent (Hinard 2000, p. 786-787) et ne frappa de nouveau un monnayage de bronze qu’à l’époque julio-claudienne (Barrandon – Picard 2007, p. 103-104). Le maître graveur de l’atelier de Sextus Pompée, s’il s’agissait bien d’une seule personne, avait de toute manière dans ces conditions bien peu de chances d’être issu de cette cité.

82 Estiot 2006, p. 136-140 et 145.

83 Sur l’usage du génitif quand l’identification de la divinité ou de l’allégorie représentée ne va pas de soi : Estiot 2006, p. 139 n. 36. On sait que ce ne fut qu’à partir de sa victoire contre Salvidienus Rufus que Sextus Pompée se nomma lui-même fils de Neptune (Flor., Epit., 2, 18, 3 ; D. C., 48, 18-19, 2), c’est en ce sens qu’il faut interpréter la légende selon Woytek 2003, p. 504. Sur cette iconographie, voir également Ladewig 2014, p. 230-232.

84 Cette lecture, ainsi que son interprétation, m’ont été suggérées par G. de Méritens de Villeneuve, et feront l’objet d’un développement substantiel dans sa thèse actuellement en préparation sur les héritiers de Pompée et le « parti pompéien ».

85 Estiot 2006, p. 138.

86 Cette seconde salutation impératoriale serait intervenue après la victoire face à Salvidienus Rufus : Estiot 2006, p. 138.

87 RRC 511/3.

88 RRC 511/4.

89 RRC 511/1.

90 RRC 511/2. Cf. Hor., Epod. 9, 7-8 qui le désigne comme Neptunius dux.

91 Estiot 2006, p. 139-140.

92 Liv., Perioch., 123 ; D. C., 48, 19, 1. Cf. Hadas 1930, p. 79.

93 Dans la perspective d’un commandement exercé dans un premier temps conjointement avec Bithynicus en Sicile, les émissions monétaires de Sextus Pompée furent, dans les premiers temps de la conquête de la Sicile, placées sous la responsabilité du moins théorique de l’un de ses officiers. L’enjeu était de rétribuer les troupes et équipages de navires désormais nombreux placés sous ses ordres.

94 De même que Brutus et Cassius, raison pour laquelle Appien les associa dans une sorte d’anti-triumvirat (App., B. C., 4, 70).

95 Voir en dernier lieu Welch 2012, p. 163.

96 Vell., 2, 73, 2. Cf. supra.

97 Le terme praefectus, issu du verbe praeficere, désignait littéralement « celui qui était mis à la tête de », dont la charge ou domaine de responsabilité était la praefectura (TLL 10.2 s.v. « praefectus », p. 623, l. 9-63. Cf. Tibiletti 1953, p. 95-98).

98 Hadas 1930, p. 65-66 ; RE 22.2 (1952) s.v. « praefectus », col. 1301 (Ensslin) ; Woodman 1983, p. 177-178 ; Saddington 1988, p. 305 ; Senatore 1991, p. 109-110 ; Welch 2002b, p. 1-3 ; Raggi 2002, p. 420 ; Estiot 2006, p. 146 ; Welch 2012, p. 163.

99 Cependant, un legatus ou même un tribunus militum pouvaient en droit se voir attribuer une praefectura (Suolahti 1955, p. 199). Cf. Cic., Att., 5, 21, 10 ; 6., 3, 5 ; Sall., Catil., 59, 6.

100 Le mandat d’un praefectus pouvait concerner divers domaines et avoir un caractère plus proprement militaire, ou, à l’inverse, plus expressément civil (Tibiletti 1953 ; Saddington 1987, p. 268-270).

101 Le caractère transitoire de la fonction tendit en effet à s’estomper à la fin de la période républicaine. À la faveur des grands commandements qui caractérisèrent la fin de la période républicaine, certaines praefecturae au moins purent acquérir toutes les caractéristiques d’une charge permanente (Suolahti 1955, p. 199-200).

102 Sur ces préfectures : Saddington 1988. Sur les praefecti orae maritimae d’époque impériale : Barbieri 1941 ; Barbieri 1946 ; Le Roux 1982, p. 153-157.

103 Il ne s’agit donc sans doute pas de la première attestation des praefecturae orae maritimae d’époque impériale (contra Reddé 1986, p. 417), même si l’on connaît par une inscription de Forum Livii un C. Baebius, praef(ectus) ora[e marit(imae) Hi]span(iae) citer[ioris b]ello Actiens(i) (CIL XI, 623 (ILS 2672), presque contemporain car chargé de la défense de la côte d’Hispania citerior dans le contexte particulier de la campagne d’Actium (Barbieri 1941, p. 274 ; cf. Demougin 1992, p. 50-51, no 37 avec la bibliographie antérieure).

104 TLL 10.2 s.v. « praeficio », col. 621. On peut dresser un parallèle entre la formulation de Velleius Paterculus et la mention livienne du commandement de P. Cornelius en 310, quem senatus maritimae orae praeficerat (Liv., 9, 38, 2). Probablement IIuir naualis (il commande une classis Romana), ce personnage, détenteur d’une potestas cum imperio, avait vu sa prouincia étendue orae maritimae en vertu d’un senatus consultum. Dans le même ordre d’idée, l’on sait que dans son discours en faveur de la rogatio Manilia, Cicéron utilise le verbe praeficere pour évoquer l’attribution de sa prouincia à Pompée (Cic., Manil., 27 et 49). Cf. également Cic., Har. Resp., 43. Peut-être les rivages maritimes furent-ils ajoutés à la prouincia de Sextus Pompée.

105 Il affirmait que son imperium lui avait été légalement confié ex senatus consulto (Estiot 2006, p. 138).

106 Se réclamer de façon ambigüe du titre de praefectus lui permettait par ailleurs d’asseoir de façon pérenne son pouvoir. Les praefecti n’étaient pas des magistrats régulièrement élus, ne devant leur nomination qu’au seul commandant en chef ; par conséquent, ils n’étaient pas soumis au principe d’annalité, et pouvaient par conséquent être reconduits indéfiniment dans leurs fonctions (Nicolet 1966, p. 434).

107 Sur cette question, Drogula 2015, p. 224-225 et 340-342 (sur le commandement pro praetore d’Octavien).

108 Dalla Rosa 2014, p. 97-109. Si l’on admet que Sextus Pompée s’était vu conférer son imperium extra ordinem, il était attendu qu’il conserve son commandement jusqu’à ce que la mission qui lui avait été confiée fût accomplie… ce qui put lui fournir une justification supplémentaire pour le conserver (Brennan 2000, p. 188).

109 Nous laissons volontairement de côté les identifications trop hypothétiques et les officiers qui le servirent dans la péninsule Ibérique. Cf. Schor 1978, 88-174 ; Hinard 1985 ; Welch 2002b, p. 45-50. Une exception pourrait être représentée par Q. Nasidius, mais les figurations de navires au revers des émissions placées sous sa responsabilité ne suffisent sans doute pas à en faire un commandant naval.

110 L’identification traditionnelle entre Papias et Demochares (Drumann 1899-1912, 4, p. 580 n. 4 ; Hadas 1930, p. 128, n. 29 ; Treggiari 1969, p. 188 n. 3) est erronée, ainsi que l’a montré M. Étienne-Duplessis dans son édition du cinquième livre des Guerres Civiles d’Appien (App., B. C., 5, p. 174-175, n. 250).

111 C’est à partir de 39 av. J.-C. que leur action est connue avec certitude (Vell., 2, 77, 3 ; App., B. C., 5, 70), mais il est probable qu’ils avaient occupé auparavant un poste important dans la hiérarchie de l’armée de Sextus Pompée (cf. Saddington 1988, p. 299). Les auteurs antiques pointent principalement l’influence négative qu’aurait exercée Menodoros/Menas sur Sextus Pompée (App., B. C., 5, 73 ; D. C. 48, 38, 2 ; cf. Fabre 1981, p. 252).

112 Menodoros concentra les attaques de cette opposition interne, particulièrement après l’exécution de L. Staius Murcus, et dans le cadre de la négociation des accords de Misène (App., B. C., 5, 71 et 78).

113 Sur la constitution de la flotte de Murcus : Welch 2012, p. 207.

114 Kromayer 1897, p. 447.

115 App., B. C., 4, 85 et D. C., 47, 13.

116 Reddé 1995, p. 153 sur ces commandants de navires.

117 Sur l’inertia de Sextus Pompée et sa prétendue soumission à ses affranchis, Gabba 1956, p. 205-206.

118 Sur le ralliement de L. Staius Murcus : App., B. C., 5, 2 et 25 ; D. C., 48, 19, 3-4 ; Vell., 2, 72, 4 et 77, 3 ; cf. MRR 2, p. 374-375.

119 Sur cette question, Vervaet 2014, p. 54-67 et 198-213. Pour les principales discussions suscitées par l’ouvrage, et la notion de summum imperium auspiciumque : Hurlet 2014 et Berthelet – Dalla Rosa 2015.

120 Sur l’élimination de Staius Murcus : Vell., 2, 77, 3 ; App., B. C., 5, 50 et 70 ; cf. Welch 2002b, p. 50-51 ; Welch 2012, p. 207-208 et 239.

121 Schor 1978, p. 88-174 ; Hinard 1985 ; Welch 2002b, p. 45-50.

122 Sur l’accord, voir en dernier lieu Welch 2012, p. 241-251.

123 App., B. C., 5, 73 ; D. C., 48, 36.

124 App., B. C., 5, 72.

125 Une inscription de Lilybée le désigne ainsi comme augure et consul désigné : Mag(no) Pompeio Mag(ni) f(ilio) Pio imperatore, augure, / co(n)s(ule) des(ignato), / por[ta]m et turres / L(ucius) Plinius L(uci) f(ilius) Rufus leg(atus) pro pr(aetore), pr(aetor) des(ignatus), f(aciendum) c(urauit) (ILS 8891 ; ILLRP 426). La mention consul designatus, augur et praetor designatus indique que l’inscription date d’après les accords de Misène (39 av. J.-C.). L’abandon d’une salutation impératoriale (IMP au lieu d’IMP ITER) n’est pas significative, tant la souplesse était de mise en la matière, y compris sur les émissions monétaires ou inscriptions publiques à la fin de la période républicaine (Welch 2012, p. 319-321, cf. p. 184 et Estiot 2006, p. 136). Sur le titre d’imperator : Assenmaker 2012.

126 MRR 2, p. 405 et 3, p. 159. Cf. Silvestrini 2014, p. 215-220 pour l’identification d’un autre legatus pro praetore qui servit sous Sextus Pompée.

127 De fait, les commandants en chef pouvaient seulement déléguer un imperium moindre que celui qu’ils possédaient à leurs subordonnés (Brennan 2000, p. 36-47 et 640-647 ; cf. Richardson 1986, p. 66 et Drogula 2015, p. 217-218). Sur les legati pro praetore, voir aussi Kunkel 1995, p. 284 ; Brennan 2000, p. 403 ; Drogula 2015, p. 218-219, 237. Ces officiers ne combattaient pas sous leurs auspices propres (auspiciis suis), mais sous ceux du détenteur d’imperium auquel ils étaient subordonnés : Berthelet 2015, p. 167-168 (cf. Dalla Rosa 2003, p. 190 et n. 17 ; Vervaet 2014, p. 69) contra StR3 2, p. 685-686 = DP 2 p. 368.

128 App., B. C., 5.77.

129 Welch 2002b, p. 53-54 ; Welch 2012, p. 238-251.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bertrand Augier, « Sextus Pompée, un imperator (il)légitime à plus d’un titre : nouvelles interprétations autour de la titulature praef. clas. et orae marit. ex s. c. », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité, 130-2 | -1, 451-466.

Référence électronique

Bertrand Augier, « Sextus Pompée, un imperator (il)légitime à plus d’un titre : nouvelles interprétations autour de la titulature praef. clas. et orae marit. ex s. c. », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En ligne], 130-2 | 2018, mis en ligne le 03 septembre 2019, consulté le 18 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/mefra/6545 ; DOI : 10.4000/mefra.6545

Haut de page

Auteur

Bertrand Augier

École française de Rome

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • OpenEdition Journals