Navigation – Plan du site
Tite-Live et la Rome archaïque

Introduction

Nicolas L.J. Meunier
p. 5-6

Texte intégral

1L’œuvre de Tite-Live est fondamentale pour toute étude de l’histoire romaine des époques royale et républicaine. Mais plus qu’un simple compte rendu historique, elle est aussi une œuvre littéraire à part entière. Cette double caractéristique a donné lieu chez les Modernes à la production de deux types d’études assez distinctes sur l’Ab Vrbe condita : les unes ont fait de celle-ci leur objet principal de recherche et se sont focalisées sur la construction du récit sous ses différents aspects (discours, portraits, choix stylistiques et narratologiques, etc.) sans développer les implications potentielles de leurs travaux sur le plan historique, les autres ont au contraire utilisé l’œuvre livienne comme un intermédiaire, une source permettant – mais seulement après lui avoir appliqué les règles de la Quellenforschung – d’accéder à la connaissance des faits historiques relatés, véritables objets de la discussion scientifique.

2Ces dernières années, les études liviennes ont connu un renouveau caractérisé par une tendance de plus en plus souvent revendiquée au désenclavement des directions de recherche, voire à la combinaison des approches dans une perspective interdisciplinaire. Cette évolution soulève immanquablement de nouveaux problèmes méthodologiques – et même épistémologiques – à propos desquels la discussion ne fait que commencer.

3À l’occasion du bimillénaire de la mort de Tite-Live, une journée d’études a été organisée à l’Académie belge de Rome (Academia Belgica), le 27 juin 2017, avec le soutien de l’IHBR (Institut Historique belge de Rome), ainsi que de l’INCAL (Institut des civilisations, arts et lettres) et du CEMA (Centre d’étude des mondes antiques) de l’université catholique de Louvain (UCLouvain). On trouvera ici les Actes de cette journée, reprenant les contributions les plus significatives qui y ont été présentées et discutées. L’objectif de l’événement était de contribuer au renouveau des études liviennes en invitant à la discussion sur l’œuvre du Padouan dans cette double perspective, historique et littéraire. Sur le plan thématique, la première décade couvrant la période de la Rome archaïque (époques royales et alto-républicaine) a été privilégiée, car c’est probablement là que se pose avec le plus de pertinence la question de la nécessaire combinaison des approches et c’est là aussi que l’on trouve les remises en question les plus importantes et les tendances au renouvellement les plus prononcées. Les communications se sont articulées autour de deux axes principaux.

41. Les constructions narrative et idéologique
Bien plus qu’un simple compte rendu de faits historiques, l’Ab Vrbe condita est le résultat d’une longue tradition remontant aux faits mêmes et dont chaque étape a apporté son lot de réélaboration et de réinterprétation du souvenir des événements passés. L’ultime étape n’est autre que la mise en perspective augustéenne, incontestablement la plus étudiée de nos jours. Les constructions narratives et idéologiques peuvent être étudiées pour elles-mêmes (ce qui est une pratique déjà bien ancrée), mais peuvent également permettre (c’est là une question méthodologique bien moins souvent abordée) d’identifier avec une plus grande pertinence les éléments susceptibles d’être utilisés par l’historien. C’est dans cet état d’esprit qu’ont été discutés trois cas d’étude particuliers. Le premier, mis sur la table par Attilio Mastrocinque, concernait la figure de L. Junius Brutus, le célèbre « fondateur » de la République. Une analyse plus « stratigraphique » de la tradition littéraire (et livienne en particulier) qui concerne ce personnage permet de faire ressortir des éléments vraisemblablement très anciens, caractérisant Brutus bien plus comme un devin ou un augure que comme un chef d’État ou un chef de guerre. Autre question abordée, celle des contaminations culturelles dans le récit de Tite-Live, que Bernard Mineo nous a proposée à la discussion et qui illustre bien les mécanismes d’élaboration du récit à un niveau global, mais aussi l’importance des modèles hellénistiques et étrusques dans le processus historiographique. Cela en gardant à l’esprit que Tite-Live ne perd jamais de vue, comme finalité de son œuvre, la mise en perspective du Princeps et de la politique de restauration augustéenne. Enfin, Marine Miquel nous a invités à réfléchir sur la représentation de la guerre chez Tite-Live, au travers du cas des duels et deuotiones, dont la narration se construit grâce à un « outillage mental » s’appuyant sur des topoi et des motifs répétés.

52. Romano-centrisme vs contextes latin et italique
Le second axe de discussion portait sur la question fondamentale du point de vue reflété par la tradition littéraire en général et par le récit livien en particulier. Ce dernier affiche en effet un romano-centrisme délibéré et assumé. Ce point de vue a fortement influencé la recherche moderne (les grandes études du XIXe siècle ne sont probablement pas étrangères à une certaine exagération en ce sens), mais la recherche récente tend de plus en plus à replacer Rome dans un contexte plus large, latin et italique, grâce notamment aux sources archéologiques, mais aussi à une analyse plus fine des procédés d’élaboration du récit traditionnel. Stéphane Bourdin s’est ainsi interrogé sur la justesse de la représentation livienne de l’organisation politique et territoriale des peuples de l’Italie préromaine, se demandant si elle reflétait davantage la réalité ou la forma mentis du Padouan, avant que nous n’évoquions nous-même la possibilité que la seditio de M. Manlius Capitolinus puisse mieux se comprendre dans le cadre des guerres romano-latines qui éclatèrent simultanément, plutôt que dans le strict contexte de troubles propres à Rome.

6Les échanges qui eurent lieu lors de cette journée d’étude montrent ainsi que, deux millénaires après la disparition de Tite-Live, son œuvre est toujours bien vivante et fait l’objet de discussions sans cesse renouvelées. Gageons qu’il en ira encore de même pour les millénaires à venir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas L.J. Meunier, « Introduction », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité, 131-1 | -1, 5-6.

Référence électronique

Nicolas L.J. Meunier, « Introduction », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En ligne], 131-1 | 2019, mis en ligne le 30 juin 2019, consulté le 19 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/mefra/6866 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mefra.6866

Haut de page

Auteur

Nicolas L.J. Meunier

Université Saint-Louis – Bruxelles (UCLouvain), nicolas.meunier@uclouvain.be

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • OpenEdition Journals