Navigation – Plan du site
Tite-Live et la Rome archaïque

Contaminations culturelles dans le récit livien

Bernard Mineo
p. 17-32

Résumés

L’écriture de l’histoire à Rome est dès ses origines caractérisée par des effets de distorsion idéologique. Tite-Live n’hésite pas lui non plus à donner à son récit la forme que présuppose sa philosophie générale de l’histoire, ce qui ne manque pas au demeurant d’influer sur sa manière de traiter ses sources et ne laisse pas d’avoir un effet déformant. Cette contribution essaiera plus précisément d’établir comment le récit livien s’emploie à démontrer que les germes de la maladie destinée à produire le déclin de la cité sont introduits alors que Rome est encore engagée dans la phase ascendante de son histoire. Il nous a semblé que la prise de Syracuse par Marcellus jouait ce rôle pour le cycle historique livien, tandis que l’arrivée de Tarquin l’Ancien à Rome produisait le même effet à l’intérieur du cycle historico-légendaire, dont les mécanismes sont pensés de façon analogique. Lorsque la situation dialectique du développement de l’Vrbs s’y prêtait, Tite-Live a ainsi donné à quelques figures étrusques des caractéristiques propres au monde hellénistique, tel que prétendait le représenter une tradition conservatrice allant de Caton à Auguste.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 La littérature critique sur Fabius Pictor est immense. Nous nous contenterons de citer ici les pri (...)

1L’écriture de l’histoire à Rome est dès ses origines caractérisée par des effets de distorsion idéologique. Fabius Pictor, le premier des annalistes romains, avait ainsi opéré des choix narratifs pour le moins audacieux visant en particulier à démontrer aux Grecs la proximité culturelle existant entre eux et la cité de Romulus1. Il en ira de même pour l’ensemble de ses successeurs, tous soucieux d’interpréter l’histoire à la lumière de leurs convictions.

  • 2 Sur la conception cyclique de l’histoire livienne : Miles 1995 ; Mineo 2006, p. 83-108, 137-336 ; (...)

2Tite-Live appartient à cette école et n’hésite pas, lui non plus, à donner à son récit la forme que présuppose sa philosophie générale de l’histoire, ce qui ne manque pas au demeurant d’influer sur sa manière de traiter ses sources et ne laisse pas d’avoir un effet déformant. Le récit livien reflète, en effet, une représentation organiciste de la cité et une conception cyclique dans laquelle l’histoire de Rome va devoir s’inscrire2. Cette élaboration idéologique n’est cependant pas uniforme et n’intervient qu’à l’intérieur des espaces narratifs correspondant à des moments-clés de cette histoire dont Tite-Live a donné la clé dans sa préface et dont le cours peut être représenté par le schéma suivant (fig. 1).

Fig. 1 – La conception cyclique du temps dans l’AVC de Tite-Live.

Fig. 1 – La conception cyclique du temps dans l’AVC de Tite-Live.

B. Mineo.

  • 3 Sur la nature organiciste de la cité romaine : Dutoit 1942 ; Ruch 1968 ; Mazza 1966, p. 80-81 ; Mi (...)
  • 4 Sur le système axiologique livien : Mineo 1994 ; 2006, p. 67-70. On y trouvera également l’abondan (...)
  • 5 Sur le Caton livien, voir Liv., 29, 19 : dénonciation des comportements à la grecque de Scipion en (...)
  • 6 Sur le déclin de Rome depuis la bataille du Métaure dans le récit livien, voir Mineo 2006, p. 322- (...)

3Le développement de la cité, pensé de la sorte sur le modèle du vivant3, voit sa santé dépendre de facteurs illustrés par le récit livien, notamment de la prévalence en son sein de la concorde. Paradoxalement, c’est le développement même de la puissance de Rome qui produit son déclin. Dans tous les cas, en effet, l’annexion de vastes et riches territoires, source de fabuleux butins, permet aux Romains de découvrir le confort et le luxe des mondes conquis, et les encourage à développer un goût pour le luxe (luxuria) et pour les richesses (auaritia) qui aura sur eux le même effet que les délices de Capoue sur l’armée d’Hannibal4 : c’en sera fait alors de la simplicité et de la frugalité légendaires que Caton prête à ce peuple de soldats rompus aux rudes travaux de la terre5. Dans le même temps, les généraux, assoiffés de triomphes et gagnés par l’ambitio, se lancent dans une compétition sans fin pour le pouvoir et se laissent de plus en plus séduire par le modèle héroïque offert par Alexandre le Grand et prédominant dans le monde hellénistique, où l’ambitio et le souci de gloire personnelle passent avant l’intérêt de la patrie, à l’opposé de la conception républicaine du pouvoir. Fascinés de la sorte par ce mirage, les généraux romains perdent de vue, petit à petit, l’intérêt de Rome ; la discorde civile, encouragée par ces rivalités, se développe progressivement, si bien que Rome se trouve engagée dans la voie d’un déclin inexorable dont les guerres civiles constituent l’aboutissement fatal6.

4Nous essaierons d’établir ici comment le récit livien s’emploie à démontrer que les germes de la maladie destinée à produire le déclin de la cité sont introduits alors que Rome est encore engagée dans la phase ascendante de son histoire. C’est précisément cette ascendance qui permet le contact fatal avec des cultures qui lui sont étrangères et vont contaminer son mode de vie naturel, à la façon d’un virus qui une fois introduit se développe de façon invisible avant de se déclarer.

  • 7 Liv., Praef., 9 : « la vie et les mœurs d’autrefois les grands hommes et les politiques qui permir (...)
  • 8 Cf. note 24.

5Il nous a semblé que la prise de Syracuse par Marcellus jouait ce rôle pour le cycle historique livien, tandis que l’arrivée de Tarquin l’Ancien à Rome produisait le même effet à l’intérieur du cycle historico-légendaire, dont les mécanismes sont pensés de façon analogique à celui qui va lui succéder, afin de permettre au lecteur de comprendre quae uita, qui mores fuerint, per quos uiros quibusque artibus domi militiaeque et partum et auctum imperium sit7, ainsi que Tite-Live l’écrit dans sa préface. Le choix de l’Étrurie pour jouer ce rôle contaminateur ne doit pas étonner. La tradition pré-livienne avait reconnu que les Étrusques avaient été le peuple le plus puissant et le plus riche ayant précédé l’empire de Rome8. Dans cette optique, on comprend bien comment cette nation, ou du moins certaines figures étrusques (Tarquin l’Ancien, Véies), a pu jouer dans le récit livien du cycle historico-légendaire le même rôle que celui joué par le monde hellénistique pour le deuxième cycle historique, celui d’un agent contaminant portant en soi la promesse d’un déclin.

Le monde hellénistique dans le récit livien : un modèle pernicieux

  • 9 Cf. notes 19 et 20.
  • 10 Liv., 28, 40-44. Voir Mineo 2000 ; 2003 et 2006.

6Même si Tite-Live n’ignore pas que Rome a été au contact depuis longtemps avec la culture hellénistique, ce n’est qu’au moment où la cité de Romulus va s’exposer de façon plus directe à la contamination que le danger de ce modèle commence à être sensiblement scénarisé. Pour Tite-Live, en effet, c’est avec la prise de Syracuse que Rome fait un saut quantitatif significatif et introduit de façon décisive le germe de ce goût que les Romains vont développer pour la culture que nous appellerions hellénistique9. Nous ne sommes alors plus qu’à quelques années du passage de Scipion en Afrique, qui, pour le Padouan, marque un moment décisif, celui où Rome sort décidément de son berceau italien pour s’exposer à cet ailleurs mortifère pour le modèle culturel et politique romain, comme vise à le montrer le discours de Fabius Cunctator au sénat en 205 lors du débat avec le jeune Scipion sur l’opportunité de l’expédition africaine10.

  • 11 Liv., 25, 31, 11.

7Le fait est que le récit livien de la prise de Syracuse présente bien des ambiguïtés. La façon dont il traite en particulier la question du butin fait par Marcellus à Syracuse est révélatrice d’une certaine réserve sur le comportement du personnage en cette circonstance. « Ce butin », précise en effet Tite-Live, « fut sans doute aussi important que ce qu’on aurait pu tirer à grand-peine de Carthage si on avait pris la ville au moment où sa puissance égalait celle de Rome »11.

  • 12 Sall., Cat., 10, 1 ; Jug., 41, 3-4.

8La référence à Carthage est ici très lourde de sens, quand on songe que la prise effective de la cité punique en 146 devait apparaître, aux yeux de beaucoup d’historiens, notamment de Salluste, comme le point de départ du déclin moral de Rome12. Il est du reste significatif que Tite-Live insiste de nouveau sur l’ampleur de ces richesses rapportées à Rome dans la description qu’il fait de l’ovation accordée à Marcellus lors de son retour dans l’Vrbs :

  • 13 Liv., 26, 21, 7-10.

Ce fut aussi le défilé des œuvres d’art qui attestaient la longue prospérité et la richesse du royaume, des objets précieux en argent et en or, de la vaisselle et des tissus de prix, des statues célèbres qui faisaient la fierté de Syracuse parmi les cités grecques13.

  • 14 …ceterum inde primum initium mirandi Graecarum artium opera.

9Continuant d’évoquer les conséquences de la prise de Syracuse, Tite-Live soulignait comment le pillage des temples syracusains marquait « le tout début de cette admiration que l’on voua aux œuvres d’art grecques »14.

  • 15 Liv., 25, 40, 1-2 : « Après la prise de Syracuse, après avoir réglé avec une telle loyauté et une (...)
  • 16 Liv., 25, 40, 2-3 : Ceterum inde primum initium mirandi Graecarum artium opera licentiaeque hinc s (...)

10Voici donc Rome contaminée par ce goût des arts grecs que devait dénoncer plus tard Caton, donnant le la à un thème destiné à devenir un lieu commun de l’éthique conservatrice romaine. Au demeurant, même si Tite-Live prend la précaution de justifier par le droit de la guerre ce pillage dont l’ancêtre du gendre d’Auguste s’était rendu coupable15, il n’en tient pas moins à marquer de la sévérité en expliquant que « ce fut là le point de départ de ces pillages sans frein et sans distinction des édifices sacrés et profanes » et que « cette passion finit du reste par se porter contre les dieux de Rome, à commencer par le temple même que Marcellus avait remarquablement orné »16. C’est donc un exemple d’impiété, destiné à être imité par de nombreux généraux romains, qu’a offert Marcellus.

  • 17 Liv., 27, 16, 8. Mais Fabius se montra plus avisé (maiore animo) que Marcellus en s’abstenant de t (...)
  • 18 Strab., 6, 3, 1 ; Plut., Fab., 6.

11La condamnation de l’impiété de Marcellus à Syracuse est du reste confirmée par une autre référence à ce personnage au livre 27, au moment de la prise de Tarente par le Cunctator en 209. Arrivé à ce point de son récit, Tite-Live saisit en effet l’occasion d’établir une comparaison très suggestive entre l’attitude de Marcellus à Syracuse et celle de Fabius à Tarente. Alors qu’aucune nécessité narrative ne l’y pousse, l’historien souligne alors la plus grande clairvoyance du Cunctator qui, à la différence de Marcellus en Sicile, choisit de laisser leurs dieux irrités aux Tarentins17. Il est d’ailleurs probable que pour mieux souligner l’impiété de Marcellus, Tite-Live ait en réalité exacerbé le contraste entre les deux généraux, en prétendant que Fabius, à la différence de Marcellus, n’aurait pas touché aux œuvres d’art (16, 8), alors que Strabon et Plutarque attestent le contraire18, et notamment que le Cunctator fit emporter à Rome la statue colossale d’Héraklès en airain, œuvre de Lysippe, qu’il plaça au Capitole, et à côté de laquelle il installa sa propre statue équestre de bronze. C’est en accusant de la sorte le contraste entre l’attitude des deux hommes que l’historien pouvait donner toute sa valeur emblématique au traitement des œuvres d’art par Marcellus et construire avec plus de netteté l’opposition entre la phase historique italienne représentée dans le récit par Fabius et celle tournée vers l’orient hellénistique dont Marcellus et bientôt Scipion allaient encourager le développement.

  • 19 Plut., Marc., 20-21, 4 et 7 : « Aussi Marcellus fut-il plus apprécié du peuple, pour avoir embelli (...)

12Le Marcellus de Tite-Live va donc contribuer de facto au développement du philhellénisme, mais sans que rien n’indique dans le texte qu’il partage en réalité ce goût pour la culture grecque, à la différence de ce qui se passera avec Scipion. De façon très révélatrice, la lecture que fait Tite-Live de la geste de Marcellus à Syracuse tourne en réalité le dos à une tradition, sans doute d’origine annalistique, dont on trouve la trace dans le De Signis de Cicéron et la Vie de Marcellus de Plutarque, présentant comme un fait positif cette contribution à l’hellénisation de Rome19.

  • 20 Sur la place de la prise de Syracuse dans la dialectique livienne de l’histoire : Mineo 2006, p. 2 (...)
  • 21 Voir Liv., 34, 4, 4.
  • 22 Pol., 9, 10, 5-9.
  • 23 Liv., 39, 7. Cf. infra note 88. Voir Mineo 2006, p. 327.

13Pour Tite-Live, en revanche, le butin réalisé à Syracuse, loin d’avoir eu d’heureuses conséquences, s’avère dangereux pour les mores romains. La suite du raisonnement se laisse aisément deviner à la lumière des événements qui surviendront bientôt, lorsque Rome, après la bataille du Métaure, s’engagera définitivement en dehors de la sphère italienne, et que le goût pour l’art grec aura stimulé la luxuria et donc l’auaritia et l’impiété de généraux qui feront bientôt perdre son âme à la cité20. Le récit confirmera le bien-fondé de ces craintes lorsqu’en 195 av. J.-C., à propos du débat sur l’opportunité d’abroger la Lex Oppia, Caton dénoncera les fatales conséquences de la présence des statues syracusaines à Rome qui conduisent celle-ci à mépriser ses dieux d’argile21. En reconnaissant du reste un effet pervers au butin syracusain, Tite-Live ne faisait certes pas preuve d’originalité mais choisissait d’amplifier un thème peut-être d’origine catonienne dont on trouve en tout cas la trace chez Polybe : celui-ci considère en effet qu’en agissant de la sorte les Romains avaient pris le risque de s’éloigner de la frugalité qui avait fait leur grandeur et qu’ils attisèrent la rancœur des vaincus22. Mais pour lors, il ne s’agit, dans le texte livien, que d’une contamination, et le mal ne pourra véritablement commencer à se faire sentir et à se développer continûment qu’après la bataille du Métaure et le passage consécutif en Afrique de l’armée de Scipion, qui expose Rome à une contamination culturelle des plus dangereuses pour la pérennité des valeurs cardinales de l’Vrbs, et donc pour la santé de l’organisme civique romain. L’étape suivante sera marquée par le triomphe célébré en 187 par Manlius Vulso sur les Galates et commentée par Tite-Live avec une philosophie analogue à celle entourant l’épisode syracusain : « C’est l’armée d’Asie qui introduisit le luxe à Rome… Et pourtant les manifestations de ce goût que l’on pouvait alors observer étaient tout juste le germe du luxe à venir (semina erant futurae luxuriae) »23.

Contamination étrusque

L’arrivée à Rome de Tarquin et de Tanaquil

  • 24 Le thème de la richesse des Étrusques est un lieu commun de l’historiographie romaine. On le trouv (...)

14Plusieurs éléments permettent de penser que la fonction dialectique reconnue à l’épisode syracusain pour le cycle historique romain a été également impartie, de façon analogique, au monde étrusque pour le cycle historico-légendaire. Le choix de l’Étrurie pour jouer ce rôle contaminateur ne saurait au demeurant étonner. La tradition prélivienne avait en effet déjà reconnu que les Étrusques avaient été le peuple le plus puissant et le plus riche ayant précédé l’empire de Rome24. Dans cette optique, on comprend bien comment cette nation, ou du moins certaines figures étrusques (Tarquin l’Ancien, Véies), ainsi qu’on se propose de le démontrer ici, ont pu jouer dans le récit livien le même rôle que celui joué plus tard par le monde hellénistique, celui d’un agent contaminateur portant en soi la promesse d’un déclin et lourd de menaces mortifères pour la pérennité des destins de Rome.

La version livienne

15L’arrivée de Tarquin l’Ancien à Rome intervient de fait dans un contexte historique analogue dialectiquement à celui où l’Vrbs, maîtresse de l’Italie et de la Sicile, était inévitablement entrée en contact avec une culture allogène. De fait, sous les quatre premiers rois latins, Rome est devenue économiquement et politiquement suffisamment attractive pour attirer à elle des éléments étrangers. C’est ce que symbolise narrativement l’arrivée de Tarquin l’Ancien et de Tanaquil dans la cité de Romulus. Avec ces deux personnages, Rome va se laisser contaminer par une éthique nouvelle (luxuria, ambitio), celle-là même qui caractérise l’élite de la première nation d’alors, l’Étrurie, dont les vices ne sont pas sans évoquer analogiquement ceux introduits à Rome par le contact avec le monde hellénistique, et dont le rejet est devenu un leitmotiv conservateur des Origines de Caton l’Ancien au programme de restauration morale augustéen :

  • 25 Liv., 34, 1-2 : « Il émigra à Rome poussé au plus haut point par le désir et l’espoir d’une charge (...)

Romam commigrauit cupidine maxime ac spe magni honoris, cuius adipiscendi Tarquiniis – nam ibi quoque peregina stirpe oriundus erat – facultas non fuerat. Demarati Corinthii filius erat25

16On relèvera tout d’abord dans ce récit l’insistance lexicale sur l’idée de pénétration d’un élément étranger (commigrauitperegrina stirpe), et même doublement étranger, à l’intérieur de la cité romaine.

  • 26 Polybe fait état de ces origines corinthiennes de Tarquin (6, 11a, 7) : ses sources remontent prob (...)

17Le soulignement par Tite-Live dans ce même passage des origines corinthiennes du personnage, lors même qu’il reprend un thème sans doute ancien remontant à Fabius Pictor et à Caton26, n’en est pas moins révélateur du rôle que l’historien veut faire jouer au fils de Démarate. Tarquin est d’autant mieux placé pour introduire dans la cité romaine les germes de la luxuria que sa patrie d’origine, Corinthe, est surtout réputée pour sa puissance commerciale.

  • 27 Pline l’ancien (Nat., 35, 152) indique que Démarate, le père de Tarquin l’Ancien, s’était établi à (...)

18L’exploitation narrative de cette donnée par Tite-Live est remarquable et significative, même si l’influence commerciale et culturelle de cette cité dans le Latium doit être regardée comme historique, et même si, comme le suggère F. Zevi, l’histoire de l’origine de la richesse de Tarquin a pu être utilisée par le dernier roi de Rome pour justifier auprès d’Aristodème de Cumes la légitimité de ses prétentions sur ses biens confisqués par les Romains27.

  • 28 Liv., 1, 34, 1.
  • 29 Liv., Praef., 6.
  • 30 Liv., 1, 34, 2-4.
  • 31 Le thème de la richesse de Tarquin l’Ancien est sans doute également le prolongement de troisième (...)

19Or, c’est précisément cette richesse (uir impiger ac diuitiis potens) qui permet essentiellement à Lucumon de succéder à Ancus Marcius, ainsi que le signale Tite-Live28. Le Padouan, qui n’accorde pourtant pas grand crédit aux détails de récits remontant si haut dans le temps29, n’hésite cependant pas ici à faire un récit détaillé de l’origine de la richesse de Lucumon : ce dernier a hérité, précise-t-il, de tous les biens de son père par un concours injuste de circonstances, dans la mesure où Démarate avait fait son testament après la mort de son fils Arruns, ignorant que la femme de ce dernier était enceinte. Il meurt avant d’apprendre cette grossesse et laisse de ce fait Lucumon pour seul héritier de ses biens30. On relèvera ici l’amplification narrative du processus qui conduit d’une part à l’enrichissement puis à l’ambition politique de Lucumon31, dont le neveu s’appellera Egerius (celui qui est dans le manque), une façon de marquer le contraste avec la richesse de Lucumon.

  • 32 Liv., 1, 34, 11 : « Le fait qu’il s’agissait d’un nouveau venu, ses richesses aussi amenaient les (...)
  • 33 À cet égard, le discours de Tarquin annonce le discours que prononcera l’empereur Claude en 44 apr (...)
  • 34 Liv., 1, 35, 2 : « Il fut le premier, dit-on, à être candidat au trône en faisant campagne et à av (...)
  • 35 Liv., 1, 35, 6 : « Aussi l’ambition qui l’avait animé pendant sa candidature se manifesta aussi du (...)

20Dans sa présentation de Tarquin, le récit livien fait d’emblée de l’ambition, de la soif d’honneur, ce qui caractérise le mieux Lucumon : « il est, au plus haut point, écrit Tite-Live, animé du désir et de l’espoir d’être grandement honoré (cupidine maxime ac spe magni honoris) ». Un peu plus loin, l’auteur précise que Tanaquil n’a guère de mal à convaincre son époux à émigrer à Rome du fait de sa soif des honneurs (facile persuadet ut cupido honorum). C’est toujours la même ambition qui le pousse à gagner une large clientèle, en usant de sa richesse, à se montrer affable, à aider sa chance : Romanis conspicuum eum nouitas diuitiaeque faciebant, et ipse fortunam benigno adloquio, comitate inuitandi beneficiisque quos poterat sibi conciliando adiuuabat32. Ce comportement ambitieux va être confirmé par le long discours politique que lui prête Tite-Live, par lequel le personnage essaie de gagner les sympathies de la plèbe, excusant ses origines étrangères33, vantant ses compétences, non sans emprunter à la démagogie, ce qu’il parvient à faire de façon spectaculaire, puisqu’il réussit à faire l’unanimité autour de sa personne : Isque primus et petisse ambitiose regnum et orationem dicitur habuisse ad conciliandos plebis animos regnum et orationem dicitur habuisse ad conciliandos plebis animos compositam34… C’est du reste, insiste l’historien, toujours cette même ambition qui inspirera sa politique durant son règne : Ergo uirum cetera egregium secuta, quam in petendo habuerat, etiam regnantem ambitio est35.

  • 36 Liv., 1, 35, 6.
  • 37 Briquel 1998.
  • 38 Sall., Cat., 10-12. Fox 2015, p. 291.

21La finalité narrative de cette allusion à l’ambitio de Tarquin a été parfaitement analysée par D. Briquel : même si, à la différence d’ambitus, le terme d’ambitio n’est pas en soi péjoratif (il s’agit simplement de « faire le tour » des candidats pour gagner leurs suffrages), il n’en indique pas moins une rupture dans l’histoire de la monarchie et du tout début d’un processus de dégradation (Tarquin crée une factio à sa dévotion)36 qui s’affirmera avec Tarquin le Superbe37. L’ambitio de Tarquin l’Ancien est ici le germe de la superbia de Tarquin le Superbe, selon une conception très sallustéenne38.

  • 39 Mineo 2006, p. 304-308.
  • 40 Voir supra note 5.
  • 41 Dans le débat qui l’oppose au Sénat à Scipion sur l’opportunité de l’expédition en Afrique (Liv., (...)
  • 42 Liv., 1, 35, 6.
  • 43 Liv., 26, 18, 5-10 : ad unum omnes non centuriae modo, sed etiam homines P. Scipioni imperium esse (...)
  • 44 Trad. B. Mineo. Liv., 21, 3, 1 : praerogatiuam militarem qua extemplo iuuenis Hannibal in praetori (...)

22Les richesses nourrissent l’ambition politique de Tarquin, dont le rôle narratif ne se limite donc pas à l’introduction de la luxuria, mais s’étend aussi jusqu’à l’adoption, par les hommes politiques, de comportements contraires au mos maiorum préfigurant ceux des démagogues qui s’appuient d’abord sur la plèbe et non sur le Sénat pour arriver au pouvoir, longue litanie de condottieri ambitieux destinés à conduire Rome à sa perte de Scipion à César39. Ces personnages s’éloignent des valeurs « vieux romain » de Caton, reprises dans le récit livien40, et sont suspectés d’avoir de la sympathie pour le modèle de la monarchie hellénistique, ainsi que de vouloir de ce fait embrasser l’ensemble des comportements et des valeurs de ce monde41. L’unanimité qui se fait autour de Tarquin, élu « ingenti consensu »42 rappelle au demeurant les termes employés par Tite-Live pour évoquer l’élection de deux célèbres généraux ambitieux, Scipion (« C’est de façon unanime que non seulement toutes les centuries, mais aussi tous les individus votèrent en faveur du commandement de Scipion en Espagne »)43 et Hannibal (« la faveur de la plèbe suivit l’exemple du premier choix des soldats, qui avait conduit le jeune Hannibal au prétoire et lui avait donné le titre de général en chef au milieu d’une immense clameur générale et dans un consentement unanime »)44.

  • 45 Sur l’arrivée de Tarquin à Rome, voir aussi supra l’article de A. Mastrocinque dans le présent dos (...)
  • 46 Sur l’assimilation de Tanaquil avec Fortuna, et le rôle qu’elle joua aussi bien dans l’accession a (...)
  • 47 Justin, 11, 7 ; Arr., 2, 3, 5-6.
  • 48 Le motif de la femme au char donneuse de souveraineté a bien été étudié par Borghini 1984, p. 61-1 (...)

23Autre élément permettant un rapprochement avec les généraux romains ambitionnant d’atteindre à la dimension des princes hellénistiques, le fait que l’accession de Tarquin au trône soit placée sous la protection divine et celle de la Fortune en particulier. Le prodige qui accompagne son arrivée à Rome et le désigne comme le futur roi de la cité court-circuite l’élection elle-même qui ne sert plus dès lors qu’à confirmer le choix des dieux45. Mais par-dessus tout, c’est comme un protégé de la Fortune que Tite-Live s’emploie à présenter Tarquin. De fait, si la figure de Tanaquil correspond bien à celle de Fortuna46, le contexte augural de son arrivée saluée par l’épisode de l’aigle qui lui retire son bonnet pour le lui restituer ensuite, les encouragements que lui prodigue son épouse, font du futur roi un prince sous protection divine, à l’instar d’un Sulla ou d’un César. Mais il s’agit aussi là d’un motif s’accordant parfaitement avec la tradition historiographique grecque qui avait placé les tyrans hellènes sous la protection d’une divinité, tel Gordias, père de Midas, dont la royauté est également annoncée par un vol d’aigle ou d’oiseaux dont la valeur de présage est reconnue par un personnage féminin, symbolisant Cybèle, destinée à devenir l’épouse du futur roi47 ; ou encore tel Pisistrate, ramené sur un char à Athènes par Athéna, à l’instar de Tarquin assis sur son char au côté de Tanaquil48.

  • 49 Liv., 1, 34, 5 : « Elle se résolut à quitter Tarquinia pour voir son mari couvert d’honneurs ».
  • 50 Sur l’interprétation des Histoires Philippiques comme dénonciation des vices inhérents à la monarc (...)

24Autre dimension hellénistique de l’épisode, le fait que le récit insiste finalement sur le rôle providentiel d’une femme, sur son ambition (dummodo uirum honoratum uideret, consilium migrandi ab Tarquiniis cepit)49, rappelle également l’importance des intrigues féminines de palais dans les monarchies hellénistiques, dont Trogue Pompée devait dénoncer les vices en faisant ainsi écho à Tite-Live50.

  • 51 Liv., 1, 35, 7 : « Il donna plus de magnificence aux jeux que les précédents rois et il en amélior (...)
  • 52 Liv., 1, 35, 8.
  • 53 Voir aussi Cic., Har., 12, 24. Sur les lois définissant la place du public dans le théâtre romain, (...)
  • 54 Liv., 34, 54,7.
  • 55 Ogilvie 1965, p. 150 ; Thuillier 1989 ; Poucet 2000, p. 307.

25Dernier motif conférant au roi sa dimension hellénistique, le luxe de détails accordé par Tite Live à la présentation des soins prêtés par le roi au choix du futur Circus Maximus, ainsi qu’à l’organisation des jeux. Ces derniers perdent de leur simplicité d’origine et revêtent désormais un caractère plus luxueux (ludos opulentius instructiusque quam priores reges fecit)51. Le roi introduit également le principe d’une répartition sociologique du public en instituant un droit de proédrie réservé aux sénateurs et aux Vestales52. Cet ensemble de mesures constitue une politique que n’aurait certes pas appréciée le Caton l’Ancien livien, hostile au développement des lieux de plaisir à Rome ; elle paraît en revanche bien en accord avec les choix que fera Scipion l’Africain en 194 pour l’organisation des représentations théâtrales53. Et il y a tout lieu de penser qu’aux germes évidents de luxuria (ludos opulentius) que comprennent ces mesures, s’ajoute aussi le soupçon de superbia lié à ce début de séparation des ordres, surtout si on se reporte à la façon dont Tite-Live mettra en scène la réaction de la plèbe romaine à la réelle introduction de ce type de dispositions, en 194 av. J.-C. seulement, sur la proposition de Scipion, puisque la plèbe ne manque pas à cette occasion de dénoncer l’orgueil des grands (superbam libidinem)54. L’hypothèse selon laquelle Tite-Live aurait ainsi voulu conférer une fonction narrative particulière à sa notice relative à l’introduction du droit de proédrie par Tarquin, à savoir celle de signaler les progrès encore très discrets de la superbia des grands se trouve au reste confortée par la façon dont le Padouan assume sans sourciller un anachronisme dont il ne pouvait être que conscient. R.M. Ogilvie a suggéré que Valérius Antias, dont un fragment fait référence aux dispositions de 194, ait pu être à l’origine de l’anachronisme55. Mais il nous paraît aussi probable, et ce n’est pas contradictoire, que Tite-Live a voulu accorder un développement significatif à ce motif de la proédrie, associé au demeurant à celui du plus grand luxe entourant ces jeux, de façon à inscrire dans son récit des indices de la dialectique historique en cours, celle d’une germination d’une superbia associée à la luxuria.

  • 56 Mineo 2006, p. 184-198.

26Ces zones d’ombre n’empêchent pas le Tarquin livien de contribuer à l’accroissement d’une Rome toujours sur une courbe ascendante et qui n’atteindra son premier apogée dialectique qu’avec Servius Tullius56. Mais, à l’instar de Marcellus à Syracuse, le premier roi étrusque restera dans le récit livien celui qui aura contaminé la cité en y introduisant des comportements nouveaux, analogues à ceux que Rome découvrira dans le cycle suivant de son histoire par son contact avec le monde hellénistique ; ce sont des mœurs nouvelles qui, à partir du règne de Tarquin l’Ancien, ne manqueront pas de se développer souterrainement avant que ne s’amorce l’inversion de tendance cyclique.

27Ainsi, l’orientation idéologique que le récit de Tite-Live confère au règne de Tarquin est rendu narrativement sensible par des procédés stylistiques, d’amplification, d’insistance en particulier et par le recours à l’analogie. Cela ne signifie pas cependant que l’auteur ait inventé quoi que ce soit des motifs utilisés, ce que lui aurait n’importe comment interdit la longue tradition annalistique qui le précède et ce dont le récit de Denys d’Halicarnasse peut nous permettre de nous faire une idée.

Comparaison de la version livienne avec d’autres traditions

Fabius Pictor via Diodore ?

28La version que présente l’auteur des Antiquités romaines de Denys d’Halicarnasse est la seule à offrir, à côté de celle de Tite-Live, un exposé complet du règne de Tarquin. On y retrouve l’ensemble des motifs liviens. Or Denys précise qu’il tire son récit des annales romaines (ὡς ἐν ταῖς ἐπιχωρίοις συγγραφαῖς εὗρον ἐρῶ) et ne cite pas Tite-Live. Cela n’implique pas qu’il n’ait pas eu connaissance de l’œuvre de ce dernier qui aura pu ici ou là influencer la présentation qu’il fait de Tarquin ; mais cette donnée rend invraisemblable l’idée d’une création des motifs par le Padouan lesquels doivent être le fait de la tradition annalistique remontant à Fabius Pictor, celle-là même que Denys aura également exploitée.

  • 57 D.H., 4, 64, 2-3.

29Il n’est a priori guère aisé de dire grand-chose de la tradition pictorienne relative à Tarquin l’Ancien, si l’on ne s’appuie que sur les seuls passages où le nom de Pictor est cité explicitement, comme dans ce texte où Denys d’Halicarnasse nous indique que Fabius Pictor présentait Egérius comme le neveu de Tarquin l’Ancien et le père de Collatin57.

  • 58 Diod., frg. 8, 31, Const. exc. 2.

30On peut cependant deviner un peu plus de la version fabiusienne par le témoignage d’auteurs susceptibles de l’avoir utilisée. C’est probablement le cas de Diodore de Sicile58, qui bien souvent, lorsqu’il évoque les premiers temps de Rome, a recours au premier des annalistes. Dans son récit, Tarquin est dépeint de façon très positive : sa première qualité consiste dans sa soif de connaissances, sa vertu, ce qui suscite l’admiration (καὶ γενόμενος ζηλωτὴν παιδείας δι᾽ἀρετὴν ἐθαυμάζετο) ; il emploie généreusement ses richesses à venir en aide aux plus démunis (καὶ μεγαλόπλουτος ὢν πολλοῖς τῶν ἀπόρων ἐβοήθει χρήματα διδούς) et est réputé pour sa sagesse (ἔνδοξος ἐπὶ σοφίᾳ).

31La trame de fond de cette version diodoréenne est, on le voit, en accord pour l’essentiel avec la version livienne. Mais à l’évidence, la tonalité en est différente. Tite-Live met l’accent sur la richesse du roi, sur son habileté politique, son comportement démagogique, son ambition personnelle ; il ne fait pas état en revanche des principaux atouts que lui reconnaît Diodore, et donc sans doute Fabius : sa vaste culture, ses connaissances, sa sagesse ; et le portrait diodoréen ne laisse guère penser à un personnage agissant par intérêt et par ambition, mais plutôt à un évergète, qui offre à l’évidence la perspective alléchante de contribuer au développement de la culture hellénique à Rome.

  • 59 Voir supra n. 1.

32Il ne serait guère étonnant que cette version présentant Tarquin avant tout comme un personnage susceptible de contribuer à l’introduction de la παιδεία à Rome puisse remonter à Fabius. Les fragments conservés des Ῥωμαίων Πράξεις confirment en effet le souci de cet annaliste de souligner les traits helléniques du monde romain, notamment dans le domaine religieux. C’est aussi lui qui s’emploie à installer des ancêtres arcadiens conduits par Évandre, sur le Palatin, et bien d’autres indices laissent apparaître la volonté de Fabius de construire l’histoire des premiers temps de Rome sur la base de parallèles établis avec l’histoire de la Grèce59. Dès lors, on peut raisonnablement penser que c’est à lui que revient également l’idée d’insister sur les origines grecques de ce roi, même si ces dernières ont sans doute été imaginées plus avant dans le temps, à la fin du IVe siècle, lorsque l’influence pythagoricienne commença à pénétrer la cité romaine.

  • 60 Liv., 22, 57, 4-5 ; 23, 11, 1-6 ; Plut., Fab., 18, 3 ; App., Hann., 27, 116.

33Il importe aussi de rappeler qu’en écrivant son Histoire de Rome après la bataille de Cannes, l’ancien ambassadeur de Rome à Delphes60 avait eu le souci de convaincre le monde grec du cousinage existant entre les deux cultures, afin de détourner les Hellènes de l’alliance carthaginoise ; cela revenait certes à diminuer la dette de Rome vis-à-vis du monde étrusque, mais l’intérêt géopolitique de Rome passait par là. En outre, l’influence réelle que la culture grecque avait exercée et exerçait encore à son époque sur le monde étrusque, la réalité d’une intégration sociale des marchands grecs en Étrurie, devaient être pour lui encore plus évidentes que pour nous. Le portrait du Tarquin hellénisé de Fabius, repris par Diodore, avait donc tous les traits de la vraisemblance, à défaut d’avoir été construit à partir de sources historiques réelles.

Cicéron

  • 61 Cic., Rep., 2, 34-35.

34Le Tarquin que Cicéron nous dépeint dans le De Republica61 présente exactement le même éclairage que celui du texte de Diodore. Plus nettement encore que chez ce dernier se dégage l’idée que l’arrivée de Démarate et le règne de son fils Lucumon à Rome auront avant tout contribué à civiliser Rome en y introduisant la culture hellène :

  • 62 Trad. E. Bréguet. Cic., Rep., 2, 35 : Sed hoc loco primum uidetur insitiua quadam disciplina docti (...)

C’est alors, pour la première fois, semble-t-il, que l’instruction de notre cité progressa grâce à la pénétration d’une culture étrangère ; et ce ne fut pas un mince ruisseau qui coula de Grèce dans notre ville, mais un fleuve regorgeant des sciences et des arts de ce pays62.

35Aucune dimension négative n’est prêtée au personnage, dont les qualités intellectuelles et humaines sont mises en avant, et non point sa richesse ou son ambition ; l’unanimité que fait ensuite le personnage n’apparaît au reste nullement comme le produit de son habileté politicienne ou de sa démagogie, mais comme la conséquence naturelle de ses vertus et de sa générosité :

  • 63 Cic., Rep., 2, 35 : .…facile in ciuitate receptus esset propter humanitatem atque doctrinam, Anco (...)

À Rome, son fils cadet, après avoir reçu sans difficulté la citoyenneté, devint, à cause de ses qualités humaines et de sa culture, un ami si intime du roi Ancus qu’il passa pour le confident de tous ses desseins et presque pour associé au pouvoir royal. Il avait aussi la plus grande affabilité et la plus grande générosité à l’égard de tout citoyen, pour lui rendre service, lui prêter son appui, le défendre et même le combler de cadeaux. C’est pourquoi, à la mort de Marcius, l’unanimité des suffrages populaires désigna comme roi Lucius Tarquinius63.

Denys d’Halicarnasse

36Le récit de Denys d’Halicarnasse, quant à lui, a peut-être été contaminé par celui du Padouan, et en est très proche. On sera surtout attentif ici aux différences de ce texte avec celui de Tite-Live, lesquelles nous paraissent susceptibles de confirmer la coloration particulière de la version livienne tout en laissant transparaître le reflet de l’orientation première du récit annalistique.

  • 64 D.H., 3, 50, 3.

37Le récit de Denys, comme celui de Tite-Live ne manque pas de souligner le rôle de la richesse dans l’élévation de Tarquin qui met ses ressources au service des entreprises guerrières du roi, mais bien plus que Tite-Live, l’auteur met en valeur le mérite personnel de Tarquin. Celui-ci se montre parmi les meilleurs conseillers, il est courageux au combat, que ce soit dans l’infanterie ou dans la cavalerie. C’est de la sorte que le personnage gagne la sympathie du roi, tandis que son affabilité, sa générosité le font apprécier de la plèbe, si bien qu’il est unanimement jugé digne d’être roi à la mort d’Ancus (τῆς βασιλείας ὑπὸ πάντων ἄξιος ἐκρίθη)64.

38On ne retrouve pas non plus chez Denys l’équivalent de termes formés autour d’ambitio, comme chez Tite-Live, et susceptibles d’être interprétés en mauvaise part. Denys nous dépeint, en effet, un personnage avec de légitimes prétentions politiques et quittant sa patrie d’origine à la suite d’un sentiment d’injustice, contraire à sa dignité (ἀνιαρῶς ἔφερε τὴν ἀτιμίαν).

39Autre différence notable, l’absence dans la version de Denys du discours démagogique que lui prête Tite-Live, montrant Tarquin à la manœuvre pour convaincre ses concitoyens de le choisir pour roi. Le fait que Denys, pourtant friand de ce type de morceaux de bravoure rhétoriques, n’y ait pas eu recours est révélateur de l’éclairage ambigu que Tite-Live entendait projeter sur Tarquin, tout comme il le fera plus tard pour Claudius Marcellus ou Scipion l’Africain.

40Il ressort donc de cette analyse que la présentation de Tite-Live est nettement plus négative que celle de Diodore, de Cicéron ou de Denys d’Halicarnasse, qui restent vraisemblablement plus proches de la tradition pro-hellène de Fabius Pictor. Tite-Live confère un éclairage relativement plus sombre aux données de cette tradition sans s’en écarter nettement, en insistant sur les qualités morales et politiques inquiétantes du personnage. Tout en restant dans le sillage des annalistes, son récit est surtout en consonance avec sa propre philosophie de l’histoire et en parfait accord avec la tonalité catonienne qui caractérise les mots d’ordre augustéens contemporains de la lutte contre Antoine et Cléopâtre et des premières années du Principat.

Véies ou Alexandrie : le miroir brisé de Rome

41Il est une autre figure illustrant la tentation livienne de projeter sur le monde étrusque le reflet inquiétant du modèle hellénistique. Il s’agit de la première grande rivale de Rome avant Carthage, Véies, à laquelle le récit livien, à travers un jeu d’analogies permettant d’établir un lien entre la cité étrusque et Alexandrie, confère une fonction narrative très particulière, celle de fixer symboliquement la source fondamentale du mal qui menace la santé de la cité romaine : la fière métropole de la reine d’Égypte, alliée à Marc Antoine dont le sort vient d’être scellé à Actium lorsque Tite-Live entreprend d’écrire l’Ab Vrbe Condita.

La fin de Véies

  • 65 Liv., 5, 21, 14 ; 21, 17 ; 5, 22, 8 ; 5, 24, 6.
  • 66 Liv., 4, 17.
  • 67 Liv., 4, 17, 1-6. Salamon 2003, p. 541-543. Pour les versions atténuant la faute de Lars Tolumnius (...)
  • 68 Liv., 3, 19, 3 : Hicine est, inquit, ruptor foederis humani uiolatorque gentium iuris ? Iam ego ha (...)

42La fin de Véies est, de fait, présentée comme la fin de la cité la plus florissante d’Italie avant que l’hégémonie romaine ne s’impose au monde étrusque65. Cette prospérité, conformément à la philosophie livienne de l’histoire, semble de fait avoir empli d’arrogance et d’impiété les dirigeants de cette fière cité étrusque, au point de pousser son roi, Lars Tolumnius, à ordonner aux Fidénates la mise à mort des ambassadeurs romains, contrairement au ius gentium66. Cela constitue un crime impie (scelus) que Tite-Live tient à imputer au personnage, en écartant une autre version qui le dédouanait quelque peu67. Un peu plus loin dans le récit, le Padouan s’emploiera à mettre en relief l’impiété de Tolumnius par les paroles qu’il prête au tribun Cornélius Cossus lorsque celui-ci tue le chef ennemi, acte qui vaudra à ce dernier de remporter les dépouilles opimes68. Pour l’historien, il s’agit en fait de dessiner une étape dans le destin fatal auquel ses vices condamnent Véies, et la mort de Tolumnius ne fait en réalité qu’anticiper la prise de la cité impie, quelques années plus tard, par les mêmes Romains, après un siège épique de dix ans.

  • 69 Liv., 5, 1, 3.
  • 70 Liv., 5, 1, 3 : tædio annuæ ambitionis quæ interdum discordiarum causa erat, regem creauere.
  • 71 Liv., 5, 1, 4.
  • 72 Liv., 5, 1, 4.

43Véies sera alors gouvernée par un roi dont le nom n’est pas révélé par Tite-Live69. Ce roi aurait été élu pour mettre fin à un cycle de discorde alimenté par les élections presque chaque année70, ce qui constitue une bizarrerie dans le récit de Tite-Live qui semble avoir oublié le règne antérieur de Lars Tolumnius. Ce roi anonyme est au reste dépeint comme odieux à sa propre nation en raison de sa puissance et de son comportement tyrannique (grauis iam is antea genti fuerat opibus superbiaque)71, et va manifester toute l’impiété que porte en elle l’orgueilleuse cité en commettant le sacrilège (nefas) d’interrompre les fêtes données à l’occasion des jeux72. La prise de Véies et sa destruction sont donc présentées dans le récit livien comme la conséquence fatale d’une évolution bien caractérisée : la richesse des Véiens a rendu leurs chefs impies, tyranniques et ambitieux, et livré la cité à la discorde.

  • 73 Le lien entre le sort de Véies et celui de Rome avait déjà été perçu par Cicéron (Div., 1, 44, 100 (...)
  • 74 Mineo 2006, p. 210-241.
  • 75 Liv., 5, 36.
  • 76 Le Sénat renonce à châtier les Fabii coupables et le peuple romain va jusqu’à élire ces derniers t (...)
  • 77 Pour une reconstitution de la version pictorienne relative à la prise de Rome par les Gaulois : Mi (...)

44Or, le même scénario sera repris pour évoquer la prise de Rome par les Gaulois rapportée dans le même livre V en contrepoint de la prise de Véies73. La tragédie gauloise est, en effet, présentée comme l’aboutissement d’une tendance historique descendante, caractérisée par la licentia de la plèbe et la superbia des dirigeants. Le livre V est au reste composé de façon à illustrer les effets de l’impiété romaine, qui marque le paroxysme du déclin de Rome74. Cette impiété se manifeste de façon dramatique par la violation par les ambassadeurs romains du ius gentium lorsque les trois Fabii prennent part, malgré leur qualité d’ambassadeurs, au combat contre les Gaulois et tuent un de leurs chefs75 : Tite-Live offre ici à son lecteur l’image inversée des ambassadeurs romains tués sur ordre de Tolumnius. L’arrogance romaine est ensuite scénarisée par le refus du peuple romain de réparer l’injustice commise76. Au demeurant, Tite-Live s’est sans doute employé à criminaliser l’action des Fabii, en transformant un acte présenté par la tradition fabiusienne comme le fruit du caractère impétueux d’un jeune Fabius en un crime froidement accompli et assumé par l’ensemble du peuple romain. De plus, en faisant intervenir trois Fabii au lieu d’un seul, l’auteur, par cette analogie numérique, renvoyait son lecteur à la geste des trois cents Fabii à la bataille de la Crémère, ce qui permettait de comparer et de mesurer le déclin moral des Romains, autrefois capables de se sacrifier pour la patrie, désormais devenus impies77. La bataille de l’Allia, la prise de la Ville et sa destruction par le feu, symbolisant la fin du premier cycle de l’histoire de Rome, apparaissent ainsi comme l’aboutissement fatal de l’histoire de la cité, tout comme cela avait été le cas pour Véies dont on comprend désormais que son évolution avait été décrite par le Padouan de façon à servir de miroir à celle de Rome. L’histoire de Véies constitue donc en réalité un véritable épyllion, une histoire miniature illustrant le châtiment réservé aux cités impies tissée dans cette vaste tapisserie correspondant à l’ensemble du livre V, qui déroule sous les yeux du lecteur-spectateur une véritable ekphrasis d’une Rome victime elle aussi de la discorde, de l’impiété générale, de la superbia des grands, et de la licentia de la plèbe.

45On comprend dès lors les raisons de cette technique du contrepoint à laquelle Tite-Live a eu recours en présentant l’histoire de la chute de Véies en ouverture du livre V et celle de la prise de Rome à la fin. Pas à la toute fin cependant, car la structure narrative de l’ensemble accuse une singularité, cette ponctuation finale consacrée à l’intervention providentielle de Camille, prince républicain dont les qualités politiques, aux antipodes du roi tyrannique véien, permet d’éviter que la cité de Romulus ne connaisse le même sort que la cité-miroir étrusque. Un contraste que l’on interprétera mieux dès lors que l’on aura à l’esprit la véritable fonction narrative de Véies au livre V.

Véies et Alexandrie

  • 78 Sur l’arrière- plan historique du thème du transfert à Véies : Briquel 2008, p. 332-363.
  • 79 Selon N. Meunier, la confiscation de l’ager Veientanus après 396 aurait provoqué de graves tension (...)
  • 80 Liv., 5, 51-54.
  • 81 Dion, 50, 4,1 ; Hor., Odes, 3, 3, 57 sq. ; Virg., En., 12, 828 ; la menace d’un transfert remonte (...)

46Véies n’est en réalité rien moins que le mirage narratif d’une des plus grandes métropoles du monde hellénistique, Alexandrie. En effet, le projet de transfert de la plèbe dans la cité étrusque vaincue, présenté par le tribun de la plèbe Sicinius après la prise de Véies puis au lendemain de la destruction de Rome, ne se retrouve nulle part ailleurs dans la tradition prélivienne, où le motif avait dû prendre initialement la forme du problème de l’attribution de terres du nouvel ager, de la colonisation de l’espace nouvellement conquis78, du problème également du déplacement possible du centre de gravité de la Ligue latine, ainsi que l’a suggéré récemment N. Meunier79. Dans le récit livien, la menace, à en croire Camille80, est celle de l’abandon du site même de Rome, et du transfert des Romains dans les murs de l’ancienne rivale abattue. Un thème qui ne peut manquer de rappeler la propagande récente d’Octave, lequel avait prêté à Marc Antoine le projet de transférer le centre du pouvoir dans la capitale égyptienne81, où il aurait régné, à l’instar des despotes hellénistiques, aux côtés de la belle Cléopâtre.

  • 82 Le long discours que Tite-Live prête à Camille pour s’opposer au projet de transfert de la populat (...)
  • 83 Liv., 5, 24, 11 ; 5, 49, 7 ; 5, 54, 4 ; 7, 1.
  • 84 Dans l’épitaphe que Tite-Live compose en l’honneur du héros qui vient de mourir (7, 1, 9-10), l’au (...)
  • 85 Voir la modestie républicaine affichée par Camille lorsqu’il s’agit de désigner parmi les tribuns (...)
  • 86 Mineo 2006, p. 232-241.
  • 87 Liv., 5, 54, 4-7. Sur le discours de Camille, l’influence de la théorie hippocratique relative à l (...)

47Ce n’est bien sûr pas un hasard si celui qui s’oppose à ce projet fabuleux est ce même Camille, vainqueur de Véies et préfiguration narrative du vainqueur d’Actium dans le récit livien, qui en affirmant la pérennité des destins de Rome sur le site choisi par Romulus82 est présenté comme un nouveau fondateur de la Ville83, dont il sera à l’avenir comme le princeps républicain84 en temps de paix comme en temps de guerre, servant cette dernière comme tribun militaire à pouvoir consulaire aussi souvent que ses concitoyens le solliciteront, pour s’effacer modestement dans le cas contraire85. Si Rome échappe finalement à la disparition que semblait lui promettre une évolution analogue à celle de Véies, c’est qu’elle a su renouer avec l’unité nationale (consensus) grâce à Camille, héros apollinien et préfiguration narrative d’Auguste86. C’est donc pour avoir emprunté une voie politique préfigurant l’action du princeps entre 29-27 que Camille, sous le patronage d’Apollon, va pouvoir engager Rome dans un nouveau cycle d’existence, tout comme Auguste prétendra plus tard engager l’Vrbs, enfin délivrée de la discorde, vers un troisième cycle d’histoire. La Rome, qui renaît sous la conduite tout augustéenne de Camille apparaît soucieuse de concorde, a renoué avec la pietas ancestrale ; elle a rompu avec la superbia, l’impiété et la discorde, qui avaient conduit à sa perte Véies, cette cité-miroir à laquelle Tite-Live a prêté dans son récit le luxe et le caractère tyrannique propres à la monarchie hellénistique stigmatisée par Octave dans sa lutte contre Antoine et Cléopâtre. Grâce à Camille, préfiguration d’Auguste, Rome cesse d’être le reflet de Véies, et en devient même le contre-reflet, pour avoir choisi de suivre une voie politique pré-augustéenne inverse de celle empruntée par le dernier roi de Véies – image vide d’un tyran auquel le lecteur pourrait être tenté de prêter les traits d’un Antoine –, despote hellénistique selon la propagande augustéenne. En refusant le transfert de la population romaine à Véies, Camille, à l’instar d’Auguste, permet à Rome de préserver son identité, étroitement liée au site romuléen dont la situation géographique détermine les qualités natives de la population qu’il accueille, selon une logique toute hippocratique dont le discours de Camille sur l’excellence du choix effectué par Romulus constitue un puissant témoignage87. Changer de centre de pouvoir dans ces conditions ne peut signifier qu’une perte totale d’identité, une contamination mortifère induite par le transfert du cœur de la cité à l’intérieur d’un espace naturellement étranger aux valeurs cardinales romaines.

 

  • 88 La présentation en contrepoint que fait Tite-Live au livre VI des comportements politiques de Cami (...)

48Ainsi qu’on le voit, l’empreinte laissée dans le récit livien par les thèmes de propagande issus de l’affrontement entre Octave et Marc Antoine est profonde. On ne manquera pas non plus d’admirer l’extraordinaire complexité de la composition de son histoire, la subtilité de ses éclairages et de ses analogies qui lui permettent de conférer un sens nouveau à des motifs pourtant anciens. C’est en suivant ces principes pour écrire l’histoire du cycle historico-légendaire de Rome que Tite-Live a pu attribuer à quelques figures étrusques, lorsque la situation dialectique du développement de l’Vrbs s’y prêtait, des caractéristiques propres au monde hellénistique tel que prétendait le représenter une tradition conservatrice allant de Caton à Auguste. Par sa prospérité et son rayonnement culturel, l’Étrurie se prêtait à ce travestissement qui faisait d’elle une source de corruption et de contamination que le premier Tarquin avait introduite dans l’Vrbs. Véies, quant à elle, parce qu’elle avait longtemps été la rivale de Rome, pouvait être représentée comme une préfiguration des dangers auxquels Alexandrie avait exposé les descendants de Romulus : le despotisme et de la perte d’identité. On pouvait être reconnaissant à Auguste d’avoir donné la possibilité à Rome de rester elle-même en lui permettant d’échapper à une contamination culturelle mortifère, tandis qu’en reconnaissant une sagesse républicaine à Camille, préfiguration narrative d’Auguste, l’historien prenait surtout au mot le prince qui prétendait avoir offert à ses concitoyens un modèle aux antipodes de la monarchie hellénistique. À cet égard, le récit livien semble plutôt avoir exprimé une attente, un espoir ou un pari que la conviction d’avoir réellement et définitivement échappé à la tyrannie88.

Haut de page

Bibliographie

Alfödi 1965 = A. Alfödi, Early Rome and the Latins, Ann Arbor, 1965.

Ampolo 1976 = C. Ampolo, Demarato. Osservazioni sulla mobilità sociale arcaica, dans DArch, 9-10, 1976-1977, p. 333-345.

Astin 1978 = A.E. Astin, Cato the censor, Oxford, 1978.

Bagnasco-Gianni 2001 = G. Bagnasco-Gianni, Ceramica di importazione, dans . Bonghi Jovino (dir.), Tarquinia. Scavi sistematici nell’abitato. Campagne 1982-1988, Rome, 2001 (Tarchna, 3), p. 339-369.

Bernard 2002 = J.-E. Bernard, Historia magistra mortis, Tite-Live-Plutarque, ou la fin de Marcellus, dans P. Defosse (dir.), Hommages à Carl Deroux. II. Prose et linguistique, médecine, Bruxelles, 2002 (Collection Latomus, 267), p. 31-39.

Borghini 1979 = A. Borghini, Riflessioni antropologiche sopra un mito di proibizione: la ragazza alla finestra (Ovidio, met. 14, 695-761 e Antonino Liberale, met. 39), dans MD, 2, 1979, p. 137-161.

Borghini 1984 = A. Borghini, La scena del carro e la donna divina: Gordio, Pisistrato, Tarquinio Prisco, dans Materiali e Discussioni per l’Analisi dei Testi Classici, 12, 1984, p. 61-115.

Briquel 1998 = D. Briquel, Les figures féminines dans la tradition sur les trois derniers rois de Rome, dans Gerión, 16, 1998, p. 113-141.

Briquel 1999 = D. Briquel, La civilisation étrusque, Paris, 1999.

Briquel 2000a = D. Briquel, Histoire de Rome. I. Des origines à Auguste, sous la direction de Fr. Hinard, Paris, 2000.

Briquel 2000b = D. Briquel, Petite histoire d’une grande idée : l’ouverture de la citoyenneté aux anciens esclaves, source de la puissance de Rome, dans Acta classica Uniuersitatis Scientiarum Debreceniensis, 36, 2000, p. 31-49.

Briquel 2003 = D. Briquel, Le souterrain des Gaulois, dans G. Lachenaud, D. Longrée (dir.), Grecs et Romains aux prises avec l’Histoire, Rennes, 2003, p. 145-158.

Briquel 2007 = D. Briquel, Tite-Live. Les origines de Rome, Paris, 2007.

Briquel 2008 = D. Briquel, La prise de Rome par les Gaulois, Paris, 2008.

Briscoe 1989 = J. Briscoe, The second Punic war, dans Cambridge Ancient History, VIII, Cambridge, 1989, p. 70-72.

Camous 2014 = Th. Camous, Tarquin le Superbe, Paris, 2014.

Champeaux 1982 = J. Champeaux, Fortuna. Le culte de la Fortune à Rome et dans le monde romain, I, Rome, 1982 (Collection de l'EFR, 64).

Coarelli 1992 = F. Coarelli, Il Foro Boario, Rome, 1992.

Cornell 1995 = T.J. Cornell, The beginnings of Rome, Londres-New York, 1995.

Cornell 2013 = T.J. Cornell (dir.), The fragments of the Roman historians, I-III, Oxford, 2013.

Delcourt 2005 = A. Delcourt, Lecture des Antiquités Romaines de Denys d’Halicarnasse : un historien entre les deux mondes, Bruxelles, 2005.

Dumézil 1982 = G. Dumezil, Troie et Véies, dans Apollon sonore et autres essais, Paris, 1982, p. 192-203.

Dutoit 1942 = E. Dutoit, Quelques généralisations de portée psychologique et morale, dans REL, 1942, p. 98-105.

Ferrary 1988 = J.-L. Ferrary, Philhellénisme et impérialisme, Rome, 1988 (BEFAR, 271).

Fox 2015 = M. Fox, The representation of the regal period in Livy, dans B. Mineo (dir.), A companion to Livy, Malden-Oxford, 2015, p. 286-297.

Gabba 2000 = E. Gabba, Roma Arcaica, Storia e Storiografia, Rome, 2000.

Gagé 1952-1953 = J. Gagé, Tanaquil et les rites étrusques de la fortune oiseleuse, dans Studi Etruschi, 22, 1952-1953, p. 79-105.

Guarducci 1972 = M. Guarducci, Ancora sull’antichissima sors della Fortuna e di Servio Tullio, dans Rendiconti dell’Accademia dei Lincei, 10-2, 1972, p. 183-189.

Grimal 1975 = P. Grimal, Le siècle des Scipions, Paris, 1975 (2e éd.).

Gros 1980 = P. Gros, Les statues de Syracuse et les « dieux » de Tarente, dans REL, 1980, p. 85-114.

Grottanelli 1987 = C. Grottanelli, Servio Tullio, Fortuna e l’Oriente, dans DArch, 3-5, 1987, p. 71-110.

Gruen 1992 = E. Gruen, Culture and national identity in republican Rome, New York, 1992.

Guarducci 1949-1951 = M. Guarducci, La Fortuna e Servio Tullio in un’antichissima sors, dans RPAA, 25-26, 1949-1951, p. 23-32.

Guarducci 1960 = M. Guarducci, Ancora sull’antichissima “sors” col nome di Servio Tullio, dans PP, 15, 1960, p. 50-53.

Hubaux 1958 = J. Hubaux, Rome et Véies, recherches sur la chronologie légendaire du Moyen âge romain, Paris, 1958.

Jæger 1997 = M. Jæger, Livy’s written history, Ann Arbor, 1997.

Martin 2015 = P.-M. Martin, Livy’s narrative of the regal period, the myth of an elective monarchy, dans B. Mineo (dir.), A companion to Livy, Malden-Oxford, 2015, p. 259-273.

Martin 1985 = P.-M. Martin, Tanaquil, la faiseuse de rois, dans Latomus, 44, 1985, p. 5-15.

Mastrocinque 1993 = A. Mastrocinque, Romolo. La fondazione di Roma tra storia e leggenda, Este, 1993.

Mazza 1966 = M. Mazza, Storia e ideologia in Livio, Catane, 1966.

Meunier 2015 = N. Meunier, Romains et Latins : Récit et histoire de la Haute république jusqu’à l’abolition de la Ligue latine (509-338 av. J.-C.), thèse, Louvain-la-Neuve-Nantes, 2015.

Miles 1995 = G.B. Miles, Livy, Reconstructing early Rome, Ithaca-Londres, 1995.

Mineo 1994 = B. Mineo, La Philosophie de la communication entre dirigeants et dirigés à travers l’étude de la troisième décade de l’Ab Vrbe Condita de Tite-Live, thèse de doctorat, université de Lille III, 1994.

Mineo 2000 = B. Mineo, L’année 207 chez Tite-Live, dans Latomus, 59, 2000, p. 512-540.

Mineo 2003 = B. Mineo, Les enjeux d’un récit dramatique : la bataille du Métaure dans le récit livien, dans Vita Latina, 169, 2003, p. 40-49.

Mineo 2006 = B. Mineo, Tite-Live et l’Histoire de Rome, Paris, 2006.

Mineo 2015 = B. Mineo, Livy’s historical philosophy, dans B. Mineo (dir.), A companion to Livy, Malden-Oxford, 2015, p. 139-152.

Mineo 2016a = B. Mineo, Tite-Live et Auguste, dans S. Luciani (dir.), Entre mots et marbre. Les métamorphoses d’Auguste, Bordeaux, 2016, p. 174-180.

Mineo 2016b = B. Mineo, Archéologie du récit livien de la prise de Rome par les Gaulois, dans B. Mineo, Th. Piel (dir.), Les premiers temps de Rome, Rennes, 2016, p. 165-204.

Mineo 2016c = B. Mineo, Justin, Abrégé des Histoires Philippiques de Trogue Pompée. I. Livres I-X, Paris, 2016, p. XV-XLI.

Mineo 2017 = B. Mineo, M. Claudius Marcellus dans le récit livien, dans LEC, 84, 2017, p. 246-257.

Momigliano 1960 = A. Momigliano, Linee per una valutazione di Fabio Pittore, dans RAL ser. 8, 15, 1960, p. 310-320.

Musti 1987 = D. Musti, Etruria e Lazio arcaico nella tradizione (Demarto, Tarquinio, Mezenzio), dans M. Cristofani (dir.), Etruria e Lazio arcaico. Atti dell’Incontro di studio (10-11 novembre 1986), Rome, 1987.

Niehbuhr 1812 = B.G. Niehbuhr, Römische Geschichte, III, Berlin, 1812.

Ogilvie 1965 = R.M. Ogilvie, A commentary on Livy I-V, Oxford, 1965.

Pelling 1989 = Ch. Pelling, Plutarque: Roman heroes and Greek culture, dans Philosophia togata. Essays on philosophy and Roman society, Oxford, 1989, p. 199-232.

Poucet 1976 = J. Poucet, Fabius Pictor et Denys d’Halicarnasse : les enfances de Romulus et de Remus, dans Historia, 25, 1976, p. 201-216.

Poucet 2000 = J. Poucet, Rois de Rome, Bruxelles, 2000.

Rawson 1987 = E. Rawson, Discrimina Ordinum: the Lex Iulia theatralis, dans PBSR, 55, 1987, p. 83-114.

Roman 2005 = D. et Y. Roman, Rome et l’hellénisme, Paris, 2005.

Ruch 1968 = M. Ruch, Le thème de la croissance organique dans le livre I de Tite-Live, dans Studii Clasice, 10, 1968, p. 123-131.

Salamon 2003 = G. Salamon, Les malheurs du roi Tolumnius, dans G. Lachenaud, D. Longrée (dir.), Grecs et Romains aux prises avec l’Histoire, Rennes, 2003, p. 541-543.

Scott 1933 = K. Scott, The political propaganda of 44-50 B.C., dans MAAR, 11, 1933, p. 43-67.

Scullard 1951 = H.H. Scullard, Roman politics, Oxford, 1951.

Sordi 1960 = M. Sordi, I rapporti romano-ceriti e l’origine della ciuitas sine suffragio, Rome, 1960.

Sordi 1964 = M. Sordi, Vergilio e la storia romana del quarto secolo a.C., dans Athenaeum, 42, 1964, p. 80-100.

Stattler 1960 = P. Stattler, Augustus und der Senat, Göttingen, 1960.

Stoffel 2009 = E. Stoffel, Fallait-il piller Syracuse ? Un débat passionné, dans M. Coudry, M. Humm (dir.), Praeda. Butin de guerre et société dans la Rome républicaine, Stuttgart, 2009, p. 209-222.

Thuillier 1989 = J.-P. Thuillier, Les jeux dans les premiers livres des Antiquités romaines, dans MEFRA, 101, 1989, p. 236-237.

Timpe 1972 = D. Timpe, Fabius Pictor und die Anfänge der Römischen Historiographie, dans ANRW, 1-2, 1972, p. 928-969.

Zevi 1991 = F. Zevi, Demarato e i re corinzi di Roma, dans L’incidenza dell’antico. Studi in memoria de E. Lepore, Anacapri, 1991, p. 291-314.

Haut de page

Notes

1 La littérature critique sur Fabius Pictor est immense. Nous nous contenterons de citer ici les principales contributions ayant permis d’éclairer de façon significative notre compréhension des Ῥωμαίων Πράξεις : Momigliano 1960 ; Alfödi 1965 ; Gabba 2000, p. 25-32 ; Timpe 1972 ; Poucet 1976 ; Delcourt 2005 ; Cornell 2013, vol. I, p. 160-178 ; Mineo 2016b.

2 Sur la conception cyclique de l’histoire livienne : Miles 1995 ; Mineo 2006, p. 83-108, 137-336 ; Mineo 2015.

3 Sur la nature organiciste de la cité romaine : Dutoit 1942 ; Ruch 1968 ; Mazza 1966, p. 80-81 ; Mineo 2006, p. 19-45.

4 Sur le système axiologique livien : Mineo 1994 ; 2006, p. 67-70. On y trouvera également l’abondante bibliographie à ce sujet.

5 Sur le Caton livien, voir Liv., 29, 19 : dénonciation des comportements à la grecque de Scipion en Sicile. Tite-Live ne cite pas ici nommément Caton, mais se fait l’écho de critiques portées en réalité par ce personnage, ainsi qu’on le comprend à la lumière de la Vie de Caton l’Ancien de Plutarque (3, 5) ; 32, 27 : intégrité de Caton en Sardaigne qu’il libère des usuriers ; 34, 18 : campagne de Caton en Espagne, justice de la discipline militaire que Caton impose à ses troupes (disciplina), et endurance du général (fortitudo) ; 34, 1-4 : refus par Caton de la luxuria et de l’auaritia ; hostilité de Caton à l’abrogation de la Lex Oppia ; 41, 34 : Caton et la Lex Voconia relative à la réglementation des legs faits aux femmes ; sévérité de la censure de Caton : 39, 40-44 ; 42, 34 ; le sens de la justice de Caton incite les Espagnols à se placer sous son patronage (43, 23) ; Caton dénonce les détournements d’argent opérés par L. Cornélius Scipion en Asie (38, 54) ; justice et bonne foi de Caton à l’égard des Rhodiens (45, 25). Sur l’idéologie catonienne, voir Astin 1978 ; Grimal 1975, p. 201-209 ; Ferrary 1988 ; Roman 2005. Sur l’exploitation par Tite-Live de la figure de Caton pour symboliser à Rome l’esprit de résistance aux progrès de la luxuria et de l’auaritia induits par la pénétration de l’armée romaine dans l’espace hellénistique, voir Mineo 2006, p. 327. La figure livienne de Caton est fidèle dans ses grandes lignes à la tradition concernant le personnage, telle qu’elle se dégage de la lecture des fragments des Origines, voir Cornell T12 = Gell., 6, 3, 7 ; 6, 3, 52 : le discours sur les Rhodiens ; Cornell T3 = Cic., Brut., 89 ; Cic., de Or., I, 227 ; Val. Max., 8, 1 ; Liv., Per., 49 contre l’injustice à l’endroit des peuples soumis ; conception républicaine du pouvoir, aux antipodes de la conception du héros hellénistique. Caton ne citait pas le nom des généraux romains, car, de son point de vue, la gloire de la victoire revenait avant tout au peuple romain : Cornell T20 = Plin., Nat., 8, 11 ; l’austérité des Romains vient de leurs origines sabines et lacédémoniennes (Cornell F51= Gell., 14). Discours de Caton contre Galba, coupable d’une guerre conduite injustement contre les Lusitaniens (Cornell F106 = Cic., Brut., 89-90). Sur Caton et les Origines, voir Cornell 2013, vol. I, p. 192-218 (introduction et bibliographie) ; et vol. III (commentaire), p. 59-159.

6 Sur le déclin de Rome depuis la bataille du Métaure dans le récit livien, voir Mineo 2006, p. 322-335.

7 Liv., Praef., 9 : « la vie et les mœurs d’autrefois les grands hommes et les politiques qui permirent, dans la paix comme dans la guerre d’établir notre empire et de l’étendre ».

8 Cf. note 24.

9 Cf. notes 19 et 20.

10 Liv., 28, 40-44. Voir Mineo 2000 ; 2003 et 2006.

11 Liv., 25, 31, 11.

12 Sall., Cat., 10, 1 ; Jug., 41, 3-4.

13 Liv., 26, 21, 7-10.

14 …ceterum inde primum initium mirandi Graecarum artium opera.

15 Liv., 25, 40, 1-2 : « Après la prise de Syracuse, après avoir réglé avec une telle loyauté et une telle honnêteté l’ensemble des affaires siciliennes en se proposant de la sorte d’accroître non seulement la gloire mais aussi la majesté du peuple romain, Marcellus fit transporter à Rome les ornements de la ville, les statues, les tableaux dont regorgeait Syracuse, dépouilles prises assurément à l’ennemi et gagnées par le droit de la guerre (parta belli iure) ».

16 Liv., 25, 40, 2-3 : Ceterum inde primum initium mirandi Graecarum artium opera licentiaeque hinc sacra profanaque omnia uolgo spoliandi factum est, quae postremo in Romanos deos, templum id ipsum primum quod a Marcello eximie ornatum est, uertit. Voir Mineo 2006, p. 83-108, 137-336.

17 Liv., 27, 16, 8. Mais Fabius se montra plus avisé (maiore animo) que Marcellus en s’abstenant de toucher à ce butin ; au greffier qui lui demandait ce qu’il voulait qu’on fît des statues colossales – il s’agit de dieux, chacun représenté dans l’attitude qui lui est propre, dans la posture de combattants – il donna l’ordre d’abandonner aux Tarentins leurs dieux en colère.

18 Strab., 6, 3, 1 ; Plut., Fab., 6.

19 Plut., Marc., 20-21, 4 et 7 : « Aussi Marcellus fut-il plus apprécié du peuple, pour avoir embelli Rome d’ornements plaisants et variés, pleins des charmes et des séductions de la Grèce. Mais les vieillards lui préféraient Fabius Maximus, car ce dernier n’avait rien pillé et rien emporté de tel… Ils reprochaient d’abord à Marcellus d’avoir attiré sur la cité la haine des hommes et même celle des dieux, qui y étaient traînés et promenés en triomphe comme des prisonniers de guerre, puis d’avoir corrompu le peuple, jusqu’alors habitué à faire la guerre ou à labourer, ignorant le luxe et la paresse, tel l’Héraclès d’Euripide : “Rustre et mal dégrossi, mais fait pour les exploits” ». Sur les différences politiques du traitement de cet épisode de Polybe (qui se montre quant à lui sévère) à Plutarque : Gros 1980 ; Ferrary 1988, p. 573-578. Pelling 1989, p. 199-208 ; Bernard 2002, faisant de Marcellus un héros de l’hellénisme. Il n’est guère aisé de déterminer au demeurant si cette tradition remonte à l’annalistique ancienne ou exprime l’idéologie des auteurs en faisant état. Cicéron, grand admirateur de la culture grecque, évoque ainsi la prise de Syracuse en soulignant l’absence d’esprit de lucre de Marcellus, son désintéressement, son seul souci d’orner sa patrie, et cela sans qu’aucun blâme ne s’attache à son action (Cic., Sign., 120). Même si l’on comprend que le développement cicéronien doit beaucoup à la volonté d’établir un contraste éclatant entre le comportement du vainqueur de Syracuse et celui de Verrès, il est probable que la différence d’éclairage perceptible dans le traitement de Marcellus par les deux auteurs révèle une opposition entre une attitude philhellène et une autre qui serait plutôt « vieille Rome » ou catonienne.

20 Sur la place de la prise de Syracuse dans la dialectique livienne de l’histoire : Mineo 2006, p. 293-296 ; sur l’interprétation de l’épisode livien consacré à la prise de Syracuse : Stoffel 2009. Gruen (1992, p. 95-102) estime que l’introduction à Rome des dépouilles de Syracuse, selon la logique de Tite-Live, va pousser les Romains au pillage généralisé des richesses profanes comme sacrées ; l’impiété générée par l’exemple donné par Marcellus renverrait surtout à la négligence dont les contemporains de Tite-Live se montreraient coupables envers les temples et les sanctuaires de Rome. Jæger (1997, p. 130) reconnaît quant à elle dans l’épisode livien le souci de souligner le fait que Rome allait bientôt devenir la proie de l’influence d’un ennemi conquis et être bien vite victime de tensions internes. Sur la prise de Syracuse présentée comme une faute tragique condamnant son auteur à l’expiation de son crime, voir Mineo 2017. La position politique de Claudius Marcellus est généralement interprétée comme étant favorable à celle de Fabius : Scullard 1951, p. 58-68 ; Briscoe 1989.

21 Voir Liv., 34, 4, 4.

22 Pol., 9, 10, 5-9.

23 Liv., 39, 7. Cf. infra note 88. Voir Mineo 2006, p. 327.

24 Le thème de la richesse des Étrusques est un lieu commun de l’historiographie romaine. On le trouve développé déjà par Fabius Pictor (D.H., 2, 38, 2 ; 40, 2) ou encore beaucoup plus tardivement par C. Licinius Macer (Macr., 1, 10, 17 = Cornell F2). Caton insistait quant à lui sur la puissance atteinte par les Étrusques en Italie (Serv., En., 11, 567-568 = Cornell F72). En-dehors des figures de Tarquin l’Ancien et de Véies, étudiées dans le cadre de cette contribution, le récit livien reprend à plusieurs reprises le thème de la richesse et de la puissance de l’Étrurie, véritable grenier à blé (Liv., 1, 3 ; 1, 30, 4 ; 3, 13) ; le danger potentiel que représente l’introduction de la culture étrusque à Rome est notamment souligné par le Padouan dans le fameux passage du livre 7, 2, à propos de l’origine étrusque du théâtre latin (Inter aliarum parua principia rerum ludorum quisque prima origo ponenda uisa est, ut appareret quam ab sano initio res in hanc uix opulentis regnis tolerabilem insaniam uenerit). Sur l’image de mollesse des Étrusques y compris parmi les auteurs grecs : Briquel 1999, p. 157-90.

25 Liv., 34, 1-2 : « Il émigra à Rome poussé au plus haut point par le désir et l’espoir d’une charge importante qu’il n’avait pas réussi à obtenir à Tarquinia – de fait, là aussi il était d’origine étrangère. Il était le fils de Démarate, un Corinthien » (trad. B. Mineo).

26 Polybe fait état de ces origines corinthiennes de Tarquin (6, 11a, 7) : ses sources remontent probablement à Fabius et/ou Caton.

27 Pline l’ancien (Nat., 35, 152) indique que Démarate, le père de Tarquin l’Ancien, s’était établi à Tarquinia après avoir été chassé de Corinthe par l’établissement de la tyrannie des Cypsélides (2e moitié du VIIe s. av. J.-C.). La cohérence chronologique de ces faits avec une accession au trône de Tarquin l’Ancien en 616 est remarquable : voir Camous 2014, p. 57. Musti (1987, p. 140-147) est d’avis que Démarate et son fils auraient conservé le statut de métèque à Tarquinia. Sur l’importance de l’influence corinthienne sur l’Étrurie et l’idée selon laquelle l’histoire de Tarquin l’Ancien, ce riche Étrusque d’origine corinthienne migrant à Rome, pourrait refléter symboliquement la réalité à défaut d’avoir un fondement strictement historique, voir Ampolo 1977 ; Cornell 1995, p. 124 ; Camous 2014, p. 55-56. Sur l’importance de Tarquinia comme centre majeur d’importation de céramique corinthienne et campanienne, imitée par des artisans locaux : Bagnasco-Gianni 2001, p. 339 ; pour l’abondante bibliographie sur la question, voir Briquel 2000a, p. 940.

28 Liv., 1, 34, 1.

29 Liv., Praef., 6.

30 Liv., 1, 34, 2-4.

31 Le thème de la richesse de Tarquin l’Ancien est sans doute également le prolongement de troisième fonction du règne d’Ancus Marcus : Briquel 2007, p. 349 ; sur la richesse des Tarquins et la relation de ce thème avec les relations entretenues par Tarquin le Superbe et Aristodème de Cumes : Zevi 1991 ; Mastrocinque 1993, p. 114-121.

32 Liv., 1, 34, 11 : « Le fait qu’il s’agissait d’un nouveau venu, ses richesses aussi amenaient les Romains à le remarquer, et lui-même aidait sa chance par ses propos, par son abord affable et en s’employant à se concilier tous ceux qu’il pouvait » (trad. B. Mineo).

33 À cet égard, le discours de Tarquin annonce le discours que prononcera l’empereur Claude en 44 apr. J.-C. pour justifier l’accès au sein du Sénat de personnalités d’origine étrangère et notamment gauloise, discours qui nous a été conservé par la Table claudienne de Lyon (CIL, XIII, 1668). Cette générosité romaine était considérée par Denys d’Halicarnasse comme un facteur de la supériorité romaine (D.H., 1, 9, 4 : Briquel 2000b). Il est donc possible que l’exploitation de ce motif par Tite-Live ait pour objet de rendre sensibles les progrès de la puissance romaine que manifeste l’accession au trône de Tarquin.

34 Liv., 1, 35, 2 : « Il fut le premier, dit-on, à être candidat au trône en faisant campagne et à avoir prononcé un discours composé pour se concilier les faveurs de la plèbe » (trad. B. Mineo).

35 Liv., 1, 35, 6 : « Aussi l’ambition qui l’avait animé pendant sa candidature se manifesta aussi durant le règne de cet homme au demeurant remarquable » (trad. B. Mineo).

36 Liv., 1, 35, 6.

37 Briquel 1998.

38 Sall., Cat., 10-12. Fox 2015, p. 291.

39 Mineo 2006, p. 304-308.

40 Voir supra note 5.

41 Dans le débat qui l’oppose au Sénat à Scipion sur l’opportunité de l’expédition en Afrique (Liv., 28, 40-44), Fabius Maximus Cunctator, représentant de la Rome d’antan, accuse le futur Africain de vouloir faire passer sa gloire personnelle avant l’intérêt de l’État, et de vouloir se comporter avec l’orgueil des rois (regio more per superbiam). Dans ce passage, Tite-Live, par la mise en garde prophétique qu’il met dans la bouche du Cunctator, présente le vainqueur d’Hannibal comme celui qui ouvrira la voie aux condottieri avides de gloire personnelle et de puissance, à l’instar de leurs modèles hellénistiques.

42 Liv., 1, 35, 6.

43 Liv., 26, 18, 5-10 : ad unum omnes non centuriae modo, sed etiam homines P. Scipioni imperium esse in Hispania iusserunt.

44 Trad. B. Mineo. Liv., 21, 3, 1 : praerogatiuam militarem qua extemplo iuuenis Hannibal in praetorium delatus imperatorque ingenti omnium clamore atque adsensu appellatus erat fauor etiam plebis sequebatur. Sur la volonté d’établir une analogie entre Scipion et Hannibal de façon à souligner la fonction narrative de Scipion dans le récit livien, qui fait de ce personnage le précurseur d’une longue série de condottieri ambitieux se comportant sur le modèle des princes hellénistiques : Mineo 2009 et 2015.

45 Sur l’arrivée de Tarquin à Rome, voir aussi supra l’article de A. Mastrocinque dans le présent dossier.

46 Sur l’assimilation de Tanaquil avec Fortuna, et le rôle qu’elle joua aussi bien dans l’accession au trône de Tarquin l’Ancien et de Servius Tullius : Borghini 1979 ; Gagé 1952-1953 ; Guarducci 1949-1951, 1960 et 1972 ; Champeaux 1982, p. 274-333, 441-446 ; Martin 1985, p. 5-15 ; Coarelli 1992, p. 301-363 ; Cornell 1995, p. 146-147 ; Briquel 1998, 1999, p. 164-174 ; Poucet 2000, p. 32 ; Grottanelli 1987.

47 Justin, 11, 7 ; Arr., 2, 3, 5-6.

48 Le motif de la femme au char donneuse de souveraineté a bien été étudié par Borghini 1984, p. 61-115. Briquel (1998, p. 113-141) a très justement souligné qu’on retrouvera ce motif de la femme au char donneuse de souveraineté sous une forme négative avec Tullia passant avec son char sur le corps de son père Servius Tullius après que Tarquin le Superbe a assassiné ce dernier pour s’emparer de son trône.

49 Liv., 1, 34, 5 : « Elle se résolut à quitter Tarquinia pour voir son mari couvert d’honneurs ».

50 Sur l’interprétation des Histoires Philippiques comme dénonciation des vices inhérents à la monarchie hellénistique : Mineo 2016c.

51 Liv., 1, 35, 7 : « Il donna plus de magnificence aux jeux que les précédents rois et il en améliora l’organisation ».

52 Liv., 1, 35, 8.

53 Voir aussi Cic., Har., 12, 24. Sur les lois définissant la place du public dans le théâtre romain, voir Rawson 1987.

54 Liv., 34, 54,7.

55 Ogilvie 1965, p. 150 ; Thuillier 1989 ; Poucet 2000, p. 307.

56 Mineo 2006, p. 184-198.

57 D.H., 4, 64, 2-3.

58 Diod., frg. 8, 31, Const. exc. 2.

59 Voir supra n. 1.

60 Liv., 22, 57, 4-5 ; 23, 11, 1-6 ; Plut., Fab., 18, 3 ; App., Hann., 27, 116.

61 Cic., Rep., 2, 34-35.

62 Trad. E. Bréguet. Cic., Rep., 2, 35 : Sed hoc loco primum uidetur insitiua quadam disciplina doctior facta esse ciuitas. Influxit enim non tenus quidam e Graecia riuulus in hanc urbem, sed abundantissimus amnis illarum disciplinarum et artium.

63 Cic., Rep., 2, 35 : .…facile in ciuitate receptus esset propter humanitatem atque doctrinam, Anco regi familiaris est factus, usque eo ut consiliorum omnium particeps et socius paene regni putaretur. Erat in eo praeterea summa comitas, summa in omnes ciues opis auxili defensionis, largiendi etiam benignitas. Itaque mortuo Marcio, cunctis populi suffragiis rex est creatus Lucius Tarquinius (Trad. E. Bréguet).

64 D.H., 3, 50, 3.

65 Liv., 5, 21, 14 ; 21, 17 ; 5, 22, 8 ; 5, 24, 6.

66 Liv., 4, 17.

67 Liv., 4, 17, 1-6. Salamon 2003, p. 541-543. Pour les versions atténuant la faute de Lars Tolumnius et la réduisant à une méprise tragique : Val. Max., 9, 93. Diodore (12, 80, 6) ne mentionne pas même le nom de Tolumnius dans l’assassinat des ambassadeurs romains en l’honneur desquels, selon Cicéron, des statues avaient été érigées sur les Rostres (Cic., Phil., 9, 4).

68 Liv., 3, 19, 3 : Hicine est, inquit, ruptor foederis humani uiolatorque gentium iuris ? Iam ego hanc mactatam uictimam, si modo sancti quicquam in terris esse di uolunt, legatorum manibus dabo.

69 Liv., 5, 1, 3.

70 Liv., 5, 1, 3 : tædio annuæ ambitionis quæ interdum discordiarum causa erat, regem creauere.

71 Liv., 5, 1, 4.

72 Liv., 5, 1, 4.

73 Le lien entre le sort de Véies et celui de Rome avait déjà été perçu par Cicéron (Div., 1, 44, 100) et Denys d’Halicarnasse (12, 13 [17], 1-3). Sur les liens entre le sort de Véies et celui de Rome, l’interprétation du siège de Véies comme la Guerre de Troie des Romains : Niehbuhr 1812, p. 237 ; Hubaux 1958, p. 221-285 ; Sordi 1960, p. 177-182 ; Dumézil 1982, p. 192-203 ; Briquel 2003 ; sur la « deuxième chance » offerte à Véies par le projet de transfert de population de Rome à Véies : Briquel 2008, p. 332-363.

74 Mineo 2006, p. 210-241.

75 Liv., 5, 36.

76 Le Sénat renonce à châtier les Fabii coupables et le peuple romain va jusqu’à élire ces derniers tribuns militaires pour l’année suivante (Liv., 5, 36, 8-11).

77 Pour une reconstitution de la version pictorienne relative à la prise de Rome par les Gaulois : Mineo 2016b, p. 183-185.

78 Sur l’arrière- plan historique du thème du transfert à Véies : Briquel 2008, p. 332-363.

79 Selon N. Meunier, la confiscation de l’ager Veientanus après 396 aurait provoqué de graves tensions entre Romains et membres de la Ligue latine s’inquiétant de l’hégémonie croissante de Rome (Meunier 2015, p. 354-358 ; 442-443).

80 Liv., 5, 51-54.

81 Dion, 50, 4,1 ; Hor., Odes, 3, 3, 57 sq. ; Virg., En., 12, 828 ; la menace d’un transfert remonte à César : Suet., Caes., 79, 4 ; Plut., Ant., 55. Voir Scott 1933 ; Stattler 1960, p. 65 ; Sordi 1964 ; Miles 1995, p. 92 ; Mineo 2006, p. 146, 235.

82 Le long discours que Tite-Live prête à Camille pour s’opposer au projet de transfert de la population à Véies (5, 51-54) permet de confirmer la valeur religieuse et le caractère sacré du site romuléen.

83 Liv., 5, 24, 11 ; 5, 49, 7 ; 5, 54, 4 ; 7, 1.

84 Dans l’épitaphe que Tite-Live compose en l’honneur du héros qui vient de mourir (7, 1, 9-10), l’auteur s’attache à faire résonner les analogies avec Romulus et Auguste, et laisse entendre l’écho d’un mot d’ordre augustéen, celui du rétablissement de l’état de droit (respublica restituta) : Fuit enim uere uir unicus in omni fortuna, princeps pace belloque priusquam exsulatum iret, clarior in exsilio, uel desiderio ciuitatis quæ capta absentis implorauit opem uel felicitate qua restitutus in patriam secum patriam ipsam restituit ; par deinde per quinque et uiginti annos – tot enim postea uixit – titulo tantæ gloriæ fuit dignusque habitus quem secundum a Romulo conditorem urbis Romanæ ferrent : « Il se montra véritablement exceptionnel en toute situation et fut le premier citoyen de Rome en temps de paix comme en temps de guerre avant d’être exilé. Son prestige grandit encore avec son exil en raison du regret qu’éprouva la cité lorsqu’elle implora son secours en son absence ; il grandit également à cause du bonheur avec lequel une fois rétabli dans ses droits dans sa patrie, il rétablit cette même patrie dans ses droits. Il fut ensuite pendant 25 ans – telle fut en effet après ces événements la durée de sa vie – à la hauteur de ce qu’annonçait une si haute gloire et parut digne d’être tenu pour le deuxième fondateur de Rome. » Voir Mineo 2006, p. 235-237.

85 Voir la modestie républicaine affichée par Camille lorsqu’il s’agit de désigner parmi les tribuns militaires celui qui aura la direction des opérations (Liv., 6, 6).

86 Mineo 2006, p. 232-241.

87 Liv., 5, 54, 4-7. Sur le discours de Camille, l’influence de la théorie hippocratique relative à l’influence de la géographie sur le tempérament national, l’influence de Cicéron, Mineo 2006, 23-45.

88 La présentation en contrepoint que fait Tite-Live au livre VI des comportements politiques de Camille et de Manlius Capitolinus, tous deux sauveurs de la patrie, indique la fonction protreptique de la figure de Camille, un modèle invitant le prince à suivre la voie qu’il a dessinée dans le cadre de la res publica restituta et à se détourner de l’autre voie que lui ouvre également sa stature exceptionnelle, celle de la tyrannie. L’engagement augustéen de Tite-Live n’est pas aveugle, mais relève plutôt du pari raisonné (Mineo 2016a). Sur le personnage de Manlius Capitolinus, voir aussi infra l’article de N. Meunier dans le présent dossier.

 

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – La conception cyclique du temps dans l’AVC de Tite-Live.
Crédits B. Mineo.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Mineo, « Contaminations culturelles dans le récit livien », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité, 131-1 | -1, 17-32.

Référence électronique

Bernard Mineo, « Contaminations culturelles dans le récit livien », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En ligne], 131-1 | 2019, mis en ligne le 30 juin 2019, consulté le 19 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/mefra/6900 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mefra.6900

Haut de page

Auteur

Bernard Mineo

Université de Nantes, bernard.mineo@univ-nantes.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • OpenEdition Journals