Navigation – Plan du site
Tite-Live et la Rome archaïque

Duels et deuotiones, une représentation de la guerre dans l’historiographie livienne

Marine Miquel
p. 33-51

Résumés

Dans cette contribution, nous nous intéressons à la persistance, depuis la République jusqu’à l’Empire, de pratiques guerrières assimilables à des combats singuliers. L’analyse narratologique permet de dépasser l’opposition tracée entre représentations de survivances archaïques et recours à des pratiques militaires singulières, et de mettre en parallèle représentations de duels et de deuotiones, suivant un schéma narratif commun renvoyant à la codification en lieux propre à la rhétorique. Tite-Live ne nous y offre pas qu’une construction de ces figures exemplaires structurant la mémoire collective ; il propose de réfléchir, à travers le recours à des dispositifs spectaculaires, sur les mécanismes de la violence guerrière et sur les conditions de son intégration, articulant collectif et individu. Si la codification narrative de ces épisodes aboutit à une stéréotypisation, elle reflète aussi une élaboration du récit autour du motif des spolia, répondant à la théorie polybienne et à la captation des dépouilles opimes par Auguste.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Romanus mucrone subrecto, cum scuto scutum imum perculisset totoque corpore interior periculo uolneris factus insinuasset se inter corpus armaque, uno alteroque subinde ictu uentrem atque inguina hausit et in spatium ingens ruentem porrexit hostem. Iacentis inde corpus ab omni alia uexatione intactum uno torque spoliauit, quem respersum cruore collo circumdedit suo.

  • 1 Liv., 7, 10, 10-11.

Le Romain, la pointe de son épée un peu relevée, heurta de son bouclier le bas du bouclier ennemi, et, mettant tout son corps en deçà de la portée d’un coup meurtrier, il l’insinua entre le corps et les armes du Gaulois, et d’un coup, puis d’un autre, transperça le ventre et l’aine de son adversaire. Il étendit ainsi à terre le Gaulois qui, en s’écroulant, couvrait un espace immense. Manlius, épargnant au cadavre toute autre espèce d’outrage, prit pour seule dépouille un collier et se mit au cou cette parure éclaboussée de sang1.

  • 2 Dumézil 1966, p. 90-91 : « La guerre de Romulus et de Tatius présente ainsi un premier exemple d’u (...)
  • 3 Il convient bien sûr de dissocier les combats singuliers étudiés et les duels qui sont livrés lors (...)

1Dans l’historiographie romaine, en particulier celle de la Rome des premiers temps que Georges Dumézil considère comme du mythe historicisé2, les épisodes de combat singulier, notamment les duels entre Romains et Gaulois – comme celui que mène ici Manlius Torquatus –, constituent des morceaux de bravoure. De tels combats opposent deux champions, à la suite de provocations où un soldat exhorte un soldat ennemi à l’affronter en combat singulier3. Ils constituent alors de véritables spectacles auxquels assiste une armée romaine devenue, le temps du duel, un public.

  • 4 Bloch 1968, p. 109 : « le récit livien repose ici sur des souvenirs bien réels, sur un mode de com (...)
  • 5 Néraudau 1976.
  • 6 Oakley 1985.
  • 7 Voir notamment White 1973 ; 1978 ; 1987 et Schreiber – Aymes 2009.
  • 8 Feldherr 1998, p. 100.
  • 9 Chassignet 2001 ; Meunier 2013 ; Vasaly 2015. Pour une théorisation rapide de l’emploi de la narra (...)
  • 10 Pernot 1986, p. 253.

2Or, la pratique du combat singulier dans les guerres romaines, dont semblent témoigner ces passages, a suscité une très vaste bibliographie et fait toujours l’objet d’un important débat. Dans le sillage de Raymond Bloch4, puis de Jean-Pierre Néraudau5, certains historiens et philologues ont vu dans ces duels un mode de combat qui serait étranger aux Romains. Propices au déchaînement d’un furor barbare que toute la pratique rituelle romaine de la guerre tend à éviter, ils seraient la trace d’un substrat mythique celte. D’autres, comme Stephen Oakley6, y reconnaissent au contraire une pratique courante, attestée au moins jusqu’à la fin de la guerre sociale. S’inscrivant dans une lecture marquée par le renouveau historiographique des trois dernières décennies et influencée par le linguistic turn7, Andrew Felherr8 y voit quant à lui la marque d’un τόπος proprement livien qui amènerait l’individu-spectateur, par le biais de l’ἐνάργεια, à s’intégrer au corps de l’État romain. Or, il nous semble que l’analyse narratologique du récit pourrait être la source d’une nouvelle interprétation de cette représentation du combat singulier dans le cadre des guerres romaines. L’étude de la construction des personnages ou de séries de personnages, tout comme de la structure des œuvres historiques latines, permet en effet d’éclairer ces textes qui sont conçus dans l’Antiquité comme relevant du genre de la rhétorique : ils relèvent par conséquent de stratégies d’écriture spécifiques, à partir du matériau sans cesse retravaillé de la tradition historiographique9. Dans le cas des narrations de combats singuliers et de deuotiones, il n’est pas inutile en particulier d’appuyer notre analyse sur les études portant sur l’art oratoire antique, en particulier sur les travaux de Laurent Pernot autour des lieux10.

  • 11 Notamment dans les livres VI, VII et VIII de l’Ab Vrbe condita.

3Nous nous proposons ainsi, en dépassant l’approche de la Quellenforschung, de nous interroger sur la construction rhétorique de ce type de passages afin de la rapprocher d’une construction propre à d’autres types d’épisodes : l’étude de ces récits doit en effet, à notre avis, être mise en parallèle avec les récits de deuotiones – ou des actions qui y sont assimilées11. Nous commencerons donc par étudier la construction rhétorique de ces passages, en mettant en évidence les éléments communs qu’ils mobilisent et qui en font des τόποι jouant un rôle particulier dans le récit livien. Ce sont à la fois des schémas narratifs, répétés ou insérés dans une logique particulière, et en même temps des exempla, destinés à être imités. Nous montrerons qu’ils constituent dès lors un « outillage mental » qui concourt à construire la représentation romaine de la guerre. Enfin, nous étudierons l’évolution de l’élaboration des motifs et la complexification de la représentation qu’ils façonnent.

Narration des duels et des deuotiones, et jeux rhétoriques

Duels et deuotiones : deux pratiques militaires, une même structure narrative

4Si nous considérons la première décade de l’Ab Vrbe condita, nous pouvons recenser un nombre assez important de combats singuliers et de deuotiones. Nous souhaiterions montrer ici qu’ils sont liés par des éléments communs et peuvent ainsi être étudiés, suivant une analyse narratologique, comme des épisodes de composition similaire.

  • 12 Sur la notion d’étiologie, voir le volume édité par Chassignet 2008.
  • 13 Dans son étude sur la deuotio, Sacco (2011, p. 144-148) range l’épisode dans les « deuotiones par (...)

5Le premier de ces épisodes est construit autour de l’étiologie du lacus Curtius, monument situé au centre du forum romain12. L’origine de ce lac ne fait pas l’objet d’une version univoque mais elle suscite différents récits : au livre I, alors que le combat entre Romains et Sabins fait rage, sur le sol de Rome et en son centre même, Tite-Live rapporte la version d’un duel entre les deux chefs ennemis, Romulus et Mettius Curtius. Au livre VII, toutefois, il propose comme étiologie la narration d’une action qui ressemble à une deuotio13. Or, cette superposition d’une deuotio et d’un duel ne relève pas du hasard, mais elle signale, du point de vue narratif et idéologique, la parenté de ces deux éléments aux yeux de l’historien, comme le montre une étude précise des passages suivants :

Mettius Curtius ab Sabinis princeps ab arce decucurrerat et effusos egerat Romanos toto quantum foro spatium est. Nec procul iam a porta Palati erat, clamitans : « Vicimus perfidos hospites, imbelles hostes ; iam sciunt longe aliud esse uirgines rapere, aliud pugnare cum uiris ! » In eum haec gloriantem cum globo ferocissimorum iuuenum Romulus impetum facit. Ex equo tum forte Mettius pugnabat ; eo pelli facilius fuit. Pulsum Romani persequuntur ; et alia Romana acies, audacia regis accensa, fundit Sabinos. Mettius in paludem sese, strepitu sequentium trepidante equo, coniecit ; auerteratque ea res etiam Sabinos tanti periculo uiri. Et ille quidem, adnuentibus ac uocantibus suis fauore multorum addito animo, euadit ; Romani Sabinique in media conualle duorum montium redintegrant proelium ; sed res Romana erat superior.

  • 14 Liv., 1, 12, 8-10.

Mettius Curtius, à la tête des Sabins s’élançant du haut de la citadelle, avait repoussé les Romains en désordre dans toute l’étendue du forum actuel. Il n’était plus très loin de la porte du Palatin et il criait : « Nous les avons vaincus, ces hôtes perfides, ces lâches ennemis. Ils voient maintenant que c’est autre chose d’enlever des jeunes filles ou de combattre contre des hommes ». Pendant ce discours orgueilleux, Romulus, avec une troupe de jeunes audacieux, fond sur lui. Justement Mettius combattait à cheval : il n’en fut que plus facile à repousser. Les Romains pressent sa retraite. Le reste de l’armée romaine, enflammé par l’audace de son roi, met en déroute les Sabins. Mettius fut jeté dans un marais par son cheval que le tumulte de la poursuite effrayait. Et le péril d’un si grand personnage alla jusqu’à détourner sur lui l’attention des Sabins. Quant à lui, les gestes et cris de sympathie des siens lui rendirent le courage, et il s’échappa. Romains et Sabins, revenus dans le vallon qui sépare les deux collines, recommencent le combat : mais les Romains avaient l’avantage14.

6Si la première étiologie du lacus Curtius proposée par Tite-Live n’apparaît pas dans le récit du duel proprement dit, elle le suit quelques lignes plus bas, dans la conclusion de la guerre romano-sabine, lorsque l’historien énonce les modifications institutionnelles majeures dont le trou situé au milieu du forum devient le monument :

Nec pacem modo sed ciuitatem unam ex duabus faciunt. Regnum consociant : imperium omne conferunt Romam. Ita geminata urbe, ut Sabinis tamen aliquid daretur, Quirites a Curibus appellati. Monumentum eius pugnae, ubi primum ex profunda emersus palude equus Curtium in uado statuit, Curtium lacum appellarunt.

  • 15 Liv., 1, 13, 4-5.

Non contents de faire la paix, ils réunissent en un seul les deux États, mettent la royauté en commun, transportent le siège du pouvoir à Rome, qui se trouve ainsi doublée. Pour accorder toutefois quelque chose aux Sabins, le peuple prit le nom de Quirites, dérivé de [la ville de] Cures. En mémoire de ce combat, le lieu où le cheval de Curtius sortit du marais profond et commença à reprendre pied s’appela lac Curtius15.

7La version qui est alors proposée par Tite-Live semble univoque. Pourtant, au livre VII, l’historien en propose une autre ; il rejette la tradition qui liait le lacus Curtius au combat mené par l’« antique soldat de Titus Tatius », antiquus illus T. Tati miles, pour lui préférer la narration de la deuotio toute particulière accomplie par Marcus Curtius :

Eodem anno, seu motu terrae seu qua ui alia, forum medium ferme specu uasto conlapsum in immensam altitudinem dicitur ; neque eam uoraginem coniectu terrae, cum pro se quisque gereret, expleri potuisse, priusquam deum monitu quaeri coeptum « quo plurimum populus Romanus posset » ; id enim illi loco dicandum uates canebant, si rem publicam Romanam perpetuam esse uellent. Tum M. Curtium, iuuenem bello egregium, castigasse ferunt dubitantes an ullum magis Romanum bonum quam arma uirtusque esset ; silentio facto, templa deorum immortalium, quae foro imminent, Capitoliumque intuentem et manus nunc in caelum nunc in patentes terrae hiatus ad deos manes porrigentem, se deuouisse ; equo deinde quam poterat maxime exornato insidentem, armatum se in specum immisisse ; donaque ac fruges super eum a multitudine uirorum ac mulierum congestas ; lacumque Curtium non ab antiquo illo T. Tati milite Curtio Mettio, sed ab hoc appellatum.

  • 16 Liv., 7, 6, 1-5.

La même année, un tremblement de terre ou quelque autre violent phénomène fit, dit-on, se creuser à peu près au milieu du forum un vaste gouffre d’une immense profondeur. Et on avait beau y jeter de la terre, chacun en apportant pour son compte, cet abîme ne pouvait se combler : jusqu’à ce qu’un avertissement des dieux engageât à rechercher « ce qui faisait la principale force du peuple romain » ; c’était là en effet ce qui devait être consacré à ce lieu même, disaient les devins, si on voulait la perpétuité de l’État romain. Alors Marcus Curtius, jeune homme signalé dans la pratique de la guerre, blâma, raconte-t-on, ceux qui se demandaient s’il n’y avait pas quelque avantage acquis à Rome qui fût supérieur à celui des armes et à la vertu militaire ; le silence établi, les yeux fixés sur les temples des dieux immortels qui dominent le forum et sur le Capitole, et tendant les mains tantôt vers le ciel, tantôt vers l’ouverture béante de la terre et vers les dieux Mânes, il se dévoua solennellement. Puis, sur le cheval le plus magnifiquement paré, il se précipita tout armé dans le gouffre, et une foule d’hommes et de femmes vint répandre sur lui offrandes et fruits de la terre ; et le lac Curtius reçut son nom de lui et non pas de cet antique soldat de Titus Tatius, Curtius Mettius16.

8Le choix de la seconde version fait l’objet d’un commentaire historiographique dans lequel l’historien revient sur sa démarche et sur les raisons qui l’ont conduit à isoler cette tradition-là :

Cura non deesset, si qua ad uerum uia inquirentem ferret : nunc fama rerum standum est, ubi certam derogat uetustas fidem ; et lacus nomen ab hac recentiore insignitius fabula est.

  • 17 Liv., 7, 6, 6.

Je n’aurais pas épargné ma peine si ma recherche avait pu par quelque voie me mener au vrai. Mais il faut s’en tenir à la tradition là où l’antiquité des faits rend impossible la certitude. Et le nom du lac prend une valeur bien plus remarquable par la fable la plus récente que je viens de raconter17.

9Ce commentaire est significatif de la conception des rapports qu’entretient, selon Tite-Live, l’écriture de l’histoire des premiers temps de Rome avec la vérité : le travail de recherche de l’historien est rendu inutile par l’éloignement temporel de cette époque ancienne, qui ne permet pas d’établir un fait assuré. Il convient, dès lors que les rerum gestarum scripta sont inaccessibles, de rapporter le discours proposé par la fama. Cette conclusion fait écho au célèbre passage de la préface au livre I de l’Ab Vrbe condita, dans lequel Tite-Live affirme sa neutralité d’historien face aux récits légendaires de la Rome archaïque :

Quae ante conditam condendamue Vrbem poeticis magis decora fabulis quam incorruptis rerum gestarum monumentis traduntur, ea nec adfirmare nec refellere in animo est. Datur haec uenia antiquitati ut miscendo humana diuinis primordia urbium augustiora faciat ; et, si cui populo licere oportet consecrare origines suas et ad deos referre auctores, ea belli gloria est populo Romano ut, cum suum conditorisque sui parentem Martem potissimum ferat, tam et hoc gentes humanae patiantur aequo animo quam imperium patiuntur.

  • 18 Liv., Praef., 6-7.

Quant aux événements qui ont précédé immédiatement la fondation de Rome ou ont devancé la pensée même de sa fondation, à ces traditions embellies par des légendes poétiques plutôt que fondées sur des documents authentiques, je n’ai l’intention ni de les garantir ni de les démentir. On accorde aux anciens la permission de mêler le merveilleux aux actions humaines pour rendre l’origine des villes plus vénérables ; et d’ailleurs, si jamais on doit reconnaître à une nation le droit de sanctifier son origine et de la rattacher à une intervention des dieux, la gloire militaire de Rome est assez grande pour que, quand elle attribue sa naissance et celle de son fondateur au dieu Mars de préférence à tout autre, le genre humain accepte cette prétention sans difficulté, tout comme il accepte son autorité18.

  • 19 Serv., ad Aen., 1, 235, p. 89 : Quod fabula est dicta res contra naturam, siue facta siue non fact (...)

10Alors qu’il propose le récit de l’histoire de la naissance de Rome depuis l’arrivée d’un rescapé de la Guerre de Troie, Anténor, en Italie, jusqu’à la naissance des fils de Mars, Romulus et Rémus, Tite-Live se refuse à garantir ou démentir, adfirmare nec refellere, des faits dont il sait pertinemment qu’ils sont dépourvus de vérifiabilité historique. Le caractère légendaire de la geste archaïque ne signifie pas en effet à ses yeux que le récit se retrouve dépourvu de sa valeur historique, mais seulement que nul ne peut attester sa vérité. La fabula, même si elle n’est pas vraisemblable, peut être vraie, comme le souligne encore Servius plusieurs siècles plus tard, dans la définition qu’il donne du terme : « La fable est un fait rapporté qui va à l’encontre de ce qui est naturel, qu’il soit fictif ou non »19.

  • 20 Nous considérons cet épisode comme une deuotio, même s’il ne s’agit pas d’une deuotio stricto sens (...)
  • 21 Pour une étude de l’espace opposant Romains et Sabins, voir Jaeger 1997, p. 30-56.
  • 22 Plutôt que la traduction proposée par Bloch avec l’adjectif « audacieux ».

11Or, Tite-Live voit dans les traditions légendaires des composantes essentielles des récits de fondation, qui sont d’ailleurs sanctifiées par la réalité la plus contemporaine, à travers par exemple les cultes associés dans chaque cité au héros fondateur ou, dans le cas de Rome, par le biais de sa maîtrise totale du monde connu. L’absence de fait certain aboutit donc moins à une aporie qu’à une mise en retrait de l’historien et de son travail qui s’effacent devant la légende, fama, et à la mise en forme de cette dernière sous la forme d’un récit non vraisemblable, ou fabula. Si, dans la préface, le culte des héros fondateurs ou la toute-puissance de Rome sont présentés comme des validations de la valeur historique des faits rapportés, ici, comme le souligne l’emploi de l’adjectif comparatif, insignitius (« plus remarquable ») pour qualifier le nom du lac, c’est la force symbolique de la deuotio qui sert de justification au choix effectué par l’historien20. Cette dernière doit être plus frappante, aux yeux du lecteur contemporain de Tite-Live, qu’un duel. Néanmoins, si l’une est plus marquante que l’autre, les deux pratiques, la deditio comme le duel, apparaissent comme des éléments qu’il est possible d’interchanger. Il convient par ailleurs de remarquer qu’elles comportent un schéma narratif commun. Le combat singulier rapporté au livre I est ainsi encadré par l’évocation d’un espace21, puis par la mention d’une provocation lancée par le soldat ennemi, Mettius Curtius, en direction des soldats sabins mais aussi romains, et à laquelle répond un combattant romain qualifié comme ferox, impétueux22. Le passage s’achève enfin sur une conclusion faisant de l’espace du combat un monument. Le cœur de l’épisode met en jeu une dimension spectaculaire, puisque les Sabins s’interrompent pour soutenir leur champion par des gestes et des cris. Les soldats y forment momentanément un public. Or nous pouvons retrouver exactement les mêmes éléments dans la narration de la deuotio de Marcus Curtius : une parole, cette fois-ci prononcée par les devins, appelle la réaction d’un jeune homme qui est qualifié en tant que guerrier d’exception (iuuenis bello egregius). Le passage se conclut également par la mention de l’existence d’un monument. Enfin, l’épisode consiste en un véritable spectacle offert à la foule constituée par le peuple romain qui vient, après son sacrifice, répandre sur lui des offrandes. Nous avons bien là affaire à un schéma commun.

  • 23 Liv., 7, 9, 7-11, 1.
  • 24 Liv., 8, 7, 1-8, 2.
  • 25 Liv., 8, 9, 2-10, 10 ; Liv., 10, 28. Une troisième deuotio d’un Decius, à Ausculum, en 279, est me (...)

12La même structure est présente à nouveau dans les épisodes narrant des combats singuliers, aux livres VII et VIII, construits autour de grandes familles, les Manlii, les Valerii et les Decii : il s’agit de deux duels, l’un opposant un Romain et un Gaulois23, l’autre un Romain et un Latin24, et deux deuotiones25, qui se produisent à la bataille de Veseris en 340 av. J.-C. et à celle de Sentinum en 295 av. J.-C. À chaque fois, nous retrouvons les mêmes éléments : d’abord, la mention d’un espace ; puis, la parole qui déclenche l’action et la caractérisation du jeune soldat ; l’évocation finale du monument ; la dimension spectaculaire. Il convient de rappeler ici la spécificité de l’historiographie latine, qui est conçue, pour les auteurs latins, comme une branche de la rhétorique. À ce titre, nous pouvons lire ces épisodes comme des τόποι, lieux rhétoriques.

Schémas narratifs communs et τόποι, ou lieux rhétoriques

  • 26 Woodman 1988.
  • 27 Cic., De Leg., 1, 2, 5.
  • 28 Cic., De Or., 2, 15, 62.

13Ainsi que le souligne Anthony John Woodman dans son ouvrage Rhetoric in classical historiography26, l’histoire est une œuvre oratoire qui est à la charge de l’orateur et relève donc des critères de la rhétorique. Alors que l’historiographie latine a longtemps été étudiée – et même jugée – à l’aune des critères contemporains d’écriture de l’histoire, elle est désormais considérée à la lumière des préceptes rhétoriques ; ainsi que le souligne Cicéron : Potes autem tu profecto satis facere in ea, quippe cum sit opus, ut tibi quidem uideri solet, unum hoc oratorium maxime. (Or tu peux d’autant mieux y réussir qu’il s’agit, ainsi que tu as d’ailleurs coutume de l’envisager, d’un travail particulièrement propre à un orateur27) ; Videtisne quantum munus sit oratoris historia ? (Ne voyez-vous pas quelle belle tâche c’est pour l’orateur que d’écrire l’histoire28 ?)

  • 29 Rhet. Her., 1, 3.

14L’historien, orateur accompli, procède en effet à une recherche d’arguments, l’inuentio, les organise – c’est la dispositio –, puis procède à leur mise en forme, ou elocutio29. Ce qui nous intéresse ici ne relève pas des parties de la rhétorique mais d’une autre caractéristique de l’art oratoire, la fabrication de récits exemplaires.

  • 30 Curtius 1948.
  • 31 Pernot 1986, p. 253.

15Le discours doit en effet, suivant les manuels de rhétorique et les προγυμνάσματα donnés dans les écoles, être constitué de « lieux », ou « parties constitutives de la situation », περιστάσεις. Ces « lieux » sont extrêmement codifiés et relèvent d’un emploi bien précis et défini, au contraire de ce que la critique a pu, depuis Ernst Curtius30, qualifier de « lieux communs », « des formules ou des thèmes tout prêts, réutilisables à volonté », comme le souligne Laurent Pernot31. Or, les « lieux » correspondent au contraire à des éléments-clés de structuration du discours. Laurent Pernot en dénombre six :

  • 32 Ibid., p. 263.

La liste la plus courante comprend six lieux : personne, action, lieu, temps, manière, cause ; les philosophes en ajoutent parfois un septième, la matière. Elle repose sur une distinction entre l’agent et l’action, à laquelle s’ajoutent quatre circonstances de l’action32.

  • 33 Ibid., p. 265.
  • 34 Qui ne se confond pas avec l’élite sociale et politique, nous y reviendrons.
  • 35 Liv., 7, 6, 3.
  • 36 Liv., 7, 10, 1.
  • 37 Liv., 8, 7, 3.
  • 38 Liv., 8, 26, 2.
  • 39 Liv., 8, 9, 10.
  • 40 Liv., 1, 12, 9.
  • 41 Liv., 7, 6, 5.
  • 42 Liv., 8, 7, 9.
  • 43 Liv., 8, 9, 9.
  • 44 Liv., 1, 12, 10 ; 8, 26, 12.
  • 45 Liv., 7, 6, 5.
  • 46 Liv., 7, 10, 12 ; 8, 26, 10.
  • 47 Liv., 8, 7, 12.
  • 48 Liv., 7, 6, 1.
  • 49 Liv., 7, 9, 7-10, 6.
  • 50 Liv., 8, 7, 9.
  • 51 Liv., 1, 13, 5 et 7, 6, 6.
  • 52 Liv., 7, 10, 13-14 ; 8, 26, 12.
  • 53 Liv., 8, 7, 22.
  • 54 Liv., 8, 10, 11-14.
  • 55 Pour reprendre l’expression d’Alföldi 1963, p. 141.
  • 56 Liv., 7, 6, 3.
  • 57 Liv., 7, 9, 8.
  • 58 Liv., 8, 7, 7.
  • 59 Liv., 8, 9, 7.

16Les περιστάσεις deviennent alors les « parties constitutives de la narration », μόρια διηγήσεως, ou les « éléments de la narration », στοιχεῖα διηγήσεως33. Dans les passages cités plus haut, nous pouvons ainsi repérer ces six lieux. Chaque passage propose en effet une présentation d’une personne, le jeune soldat valeureux, qui est généralement un membre de l’élite des soldats34 : Marcus Curtius est qualifié de iuuenis bello egregius35, Titus Manlius Torquatus est présenté inter primores iuuenum Romanorum36, et son fils se voit adjoindre l’adjectif insignis37, tandis que Marcus Valérius Corvus ne s’estime « pas moins digne de cet honneur [de combattre] que Titus Manlius » (haud indigniorem eo decore se quam T. Manlium ratus)38. Quant à Décius, il devient même « d’une majesté plus qu’humaine » (aliquanto augustior humano uisu)39. Il déploie une action : la provocation par un jeune soldat ennemi, puis le combat, en armes et à cheval, comme le soulignent les termes : ex equo … pugnabat40, equo … exornato insidens41, concitant equos42, armatus in equum43 – Manlius Torquatus et Valérius Corvus se battent toutefois à pied ; enfin, la chute de l’ennemi et le retour du guerrier victorieux sous les cris de sa troupe et ses manifestations de joie ou ses offrandes, dénotées par les verbe adnuere et par le substantif fauor44, par les termes donaque ac fruges45, les verbes gratulare et laudare46, et le participe ouans gaudio47. Cette action se déroule dans un lieu qui fait l’objet d’une caractérisation particulière ; l’espace du combat est décrit comme une étendue dégagée, spatium : forum medium colapsum48, pons erat … duo in medio armati49, spatio, quod uacui interiacebat campi50. Le temps où il faut situer l’épisode apparaît complexe, sous la forme du surgissement d’un monumentum où se superposent passé, présent et futur : le lacus Curtius51, le surnom de Torquatus ou de Corvus52, les ordres à la Manlius53, la coutume de la deuotio54. L’écriture de ces passages accorde une large part à la manière : les cris des deux soldats, la violence du choc, la peur ressentie par les armées spectatrices, la joie éprouvée par les Romains vainqueurs. Enfin, une cause constitue à chaque fois le fil conducteur de l’épisode : l’irrésistible ascension de Rome, ou le « leitmotiv de l’hégémonie »55 : « si on voulait la perpétuité de l’État romain » (si rem publicam Romanam perpetuam esse uellent)56 ; « en sorte que notre sort à tous deux montrera laquelle des deux nations est la plus vaillante à la guerre » (ut noster duorum euentus ostendat utra gens bello sit melior)57 ; « pour que de notre sort à tous deux apparaisse dès maintenant toute la supériorité du cavalier du Latium sur le Romain ? » (ut nostro duorum iam hinc euentu cernatur quantum eques Latinus Romano praestet ?)58 ; « je vous prie, vous supplie et vous demande et vous propose en grâce qu’à l’égard du peuple romain des Quirites vous favorisiez force et victoire et que les ennemis du peuple romain des Quirites, vous les frappiez de terreur, d’épouvante et de mort » (uos precor ueneror, ueniam peto feroque, uti populo Romano Quiritium uim uictoriam prosperetis hostesque populi Romani Quiritium terrore formidine morteque adficiatis)59.

  • 60 Pernot 1986, p. 265.

17Ces parties s’organisent en fonction de « rubriques relatives aux fins » (τελικὰ κεφάλαια), c’est-à-dire les critères de l’action : la justice (comprenant la légalité), l’utilité (comprenant la nécessité et la conséquence, la possibilité (comprenant la facilité), la beauté morale (comprenant la convenance et l’honorabilité)60. Avant l’époque impériale, ces rubriques ne sont toutefois guère utilisées à Rome, où la distinction première reste celle de l’utile et de l’honestum, comme le souligne Cicéron :

Ex his illud conficitur, ut petendarum rerum partes sint honestas et utilitas, uitandarum turpitudo et inutilitas […] Quod aut totum aut aliqua ex parte propter se petitur, honestum nominabimus […] Habet igitur partes quattuor : prudentiam, iustitiam, foritudinem, temperantiam […] Vtilitas autem aut in corpore posita est aut in extrariis rebus […] Quare utilitatis duae partes uidentur esse, incolumitas et potentia. Incolumitas est salutis tuta atque integra conseruatio ; potentia est ad sua conseruanda et alterius adtenuanda idonerarum rerum facultas.

  • 61 Cic., Inu., 2, 52 (158) – 53 (159) – 56 (168).

Il découle de ces définitions que l’honnêteté et l’utilité constituent les deux qualités de ce qu’il faut rechercher, le caractère honteux et inutile, les défauts de ce que l’on doit éviter. […] Nous appellerons donc honnête ce que l’on recherche, totalement ou en partie, pour ses qualités propres. […] Or celle-ci contient quatre parties : la sagesse, la justice, le courage et la modération. […] Pour ce qui est de l’utile, il consiste soit dans des éléments corporels, soit dans des éléments extérieurs. […] Aussi il semble qu’il y ait deux parties dans l’utile : la sécurité et la puissance. La sécurité consiste à garantir de façon sûre et complète notre salut ; la puissance est la possibilité de disposer de moyens suffisants pour conserver nos biens et diminuer ceux des autres61.

18Or, ce sont bien de telles rubriques qui se trouvent au cœur des passages que nous analysons : l’utile renvoie bien sûr, dans ces épisodes, à la nécessité de faire triompher, par le combat ou par l’auto-sacrifice, la supériorité romaine, tandis que l’honestum est introduit par l’obligation de se montrer courageux et de respecter les règles propres à l’armée, notamment la hiérarchie militaire, ou encore de se conformer aux coutumes religieuses. Ainsi Manlius Torquatus prend bien soin de demander au dictateur son autorisation avant de rompre les rangs pour se lancer dans le duel proposé par le Gaulois qui fait face à l’armée romaine :

Tum T. Manlius L. filius, qui patrem a uexatione tribunicia uindicauerat, ex statione ad dictatorem pergit : « Iniussu tuo, inquit, imperator, extra ordinem nunquam pugnauerim, non si certam uictoriam uideam : si tu permittis, uolo ego illi beluae ostendere, quando adeo ferox praesultat hostium signis, me ex ea familia ortum quae Gallorum agmen ex rupe Tarpeia deiecit ».

  • 62 Liv., 8, 8, 13-22. Marcus Valérius Corvus procède à la même demande, en 8, 26, 2.

C’est alors que Titus Manlius, fils de Lucius, qui avait délivré son père des attaques du tribun, quitte son poste et s’avance devant le dictateur. « Sans ton ordre, chef, dit-il, jamais je n’oserais combattre hors du rang, non, même pas si je voyais la victoire certaine. Mais si tu le permets, je veux, moi, montrer à cette brute qui se pavane avec tant d’orgueil en avant des enseignes ennemies, que je sors d’une famille qui a précipité l’armée des Gaulois du haut de la roche Tarpéienne »62.

  • 63 Liv., 8, 9, 2-10, 10.

19C’est pour avoir contrevenu, au contraire, aux ordres donnés par la hiérarchie, que Manlius fait mettre à mort son fils63. À l’inverse, Decius demande au pontife qui l’accompagne de l’aider à respecter la tradition religieuse :

In hac trepidatione Decius consul M. Valerium magna uoce inclamat : « Deorum, inquit, ope, M. Valeri, opus est ; agedum, pontifex publicus populi Romani, praei uerba quibus me pro legionibus deuoueam ».

  • 64 Liv., 8, 9, 4.

Dans ce trouble, le consul Decius crie d’une voix forte à M. Valerius : « Nous avons besoin du secours des dieux, Marcus Valerius ; allons, pontife public du peuple romain, dicte-moi les paroles par lesquelles je puisse me dévouer pour les légions »64.

  • 65 Marrou 1965, p. 259 sq. et p. 410 sq.
  • 66 Pernot 1986, p. 261.
  • 67 Ibid., p. 271.

20Le public livien, formé à l’usage de la rhétorique durant son éducation65, ne peut qu’être sensible à de telles constructions, et ne manque sans doute pas d’en tirer des leçons. Ainsi que le suggère encore L. Pernot, « les lieux ne sont donc pas une technique réservée aux rhéteurs professionnels : ce sont aussi des cadres de pensée, inculqués par le système éducatif, qui avaient leur place dans la culture de l’homme instruit à l’époque hellénistique et à l’époque romaine »66. Ces cadres de pensée ne sont pas que des organisateurs du discours ; ils constituent de fait les éléments constitutifs d’une représentation : « Pour qui avait fait sa rhétorique, les τόποι constituaient peut-être un ‘‘outillage mental’’, propre à déterminer une vision du monde qui mériterait d’être étudiée pour elle-même »67. C’est à cette vision du monde construite par un tel outillage mental qu’il convient de nous intéresser maintenant.

Un « outillage mental » pour représenter la guerre

Une reprise des traditions annalistiques et antiquaires façonnée pour produire des exempla

  • 68 Néraudau 1976, p. 693, qui rappelle les études de Dumézil 1942, p. 10-34 et 1969.
  • 69 C’est d’ailleurs ce que sous-entend Tite-Live lui-même : Haec, etsi omnis diuini humanique moris m (...)
  • 70 Comme le remarque Scheid 2014, notamment p. 80 : « By bringing together the different descriptions (...)
  • 71 Moatti 1997, en particulier p. 97-142.

21Les récits de combat singulier et de deuotiones rapportés par Tite-Live sont issus de diverses traditions : les combats singuliers peuvent renvoyer à une représentation épique de la guerre ou à un substrat mythique où le furor du guerrier prend en charge la violence guerrière et permet d’assurer « la pérennité de la société par la conjuration des forces maléfiques du monde »68, tandis que les deuotiones rappellent peut-être des sacrifices humains aux divinités69. En soulignant les rapprochements possibles entre les épisodes de l’Ab Vrbe condita qui narrent les deux types de manifestation guerrière, nous suggérons qu’il ne s’agit pas uniquement, pour Tite-Live, de mettre en avant l’existence et la survivance d’un type de combat particulier durant l’histoire de la République romaine. Il ne s’agit pas ici de nier ni d’aplanir les spécificités mais d’affirmer que, même si Tite-Live constitue un témoin précieux offrant une abondance de détails sans lesquels nous serions bien en peine pour reconstituer de nombreux rituels et usages70, il n’y attache pas une importance aussi grande que le fait un antiquaire comme Varron. Il ne rédige pas en effet son récit suivant les principes de catégorisation ou de classification systématiques qui sont, selon Claudia Moatti71, caractéristiques de la démarche antiquaire et que Cicéron résume ainsi, dans une adresse à Varron, l’auteur des Antiquitates rerum humanarum, qu’il félicite d’avoir ancré la connaissance de l’espèce humaine dans celle de la durée :

Nam nos in nostra urbe peregrinantis errantisque tanquam hospites tui libri quasi domum deduxerunt, ut possemus aliquando qui et ubi essemus agnoscere. Tu aetatem patriae tu descriptiones temporum, tu sacrorum iura tu sacerdotum, tu domesticam tu bellicam disciplinam, tu sedem regionum locorum ; tu omnium diuinarum humanarumque rerum nomina genera officia causas aperuisti.

  • 72 Cic., Ac., 3, 9. Dans son article sur la topographie de Rome chez Cicéron, Vial-Logeay propose, à (...)

Étrangers dans notre ville, nous errions comme des voyageurs, quand tes livres nous ont pour ainsi dire ramenés chez nous, nous permettant enfin de connaître qui nous sommes et où nous vivons. C’est toi qui nous as révélé l’âge de notre patrie, sa chronologie, les règles des rites religieux et des sacerdoces, l’administration intérieure et la discipline militaire, l’emplacement des quartiers, des lieux, toi enfin qui, de toutes les institutions divines et humaines, nous as révélé les noms, les genres, les fonctions, les causes72.

  • 73 Wiseman 1979 ; 1998.
  • 74 Sur l’étude de la réécriture de l’histoire de Rome opérée par Fabius Pictor, voir l’analyse propos (...)
  • 75 Wiseman 1979, p. 75-89.

22Il n’est pas en effet dans le propos de Tite-Live de constituer une œuvre encyclopédique, même si l’Ab Vrbe condita renferme un nombre conséquent de savoirs ; il ne s’agit pas non plus pour lui de construire une œuvre uniquement tournée vers le passé. L’œuvre porte néanmoins, comme c’est le cas de toute l’annalistique romaine73 depuis ses premiers temps incarnés par Fabius Pictor74, la marque des gentes et de leur travail d’écriture et de réécriture d’une « histoire-palimpseste », pour reprendre l’expression de Timothy P. Wiseman dans Clio’s cosmetics75. La geste des grandes familles, les Decii, les Quinctii, etc., succède à la geste des rois et des héros de la Rome archaïque, chaque gens se dotant d’une histoire exemplaire qui rejaillit sur chacun de ses membres et qui l’assoit comme fondatrice de la cité et constitutive de son histoire. Tite-Live, qui représente le dernier développement de cette tradition annalistique, en a bien conscience lorsqu’il constate, à la fin du livre VIII, que les sources divergent sur l’attribution d’actions à des personnages politiques de premier plan pour l’année 322 av. J.-C. :

Nec facile est aut rem rei aut auctorem auctori praeferre. Vitiatam memoriam funeribus laudibus reor falsisque imaginum titulis, dum familiae ad se quaeque famam rerum gestarum honorumque fallente mendacio trahunt ; inde certe et singulorum gesta et publica monumenta rerum confusa. Nec quisquam aequalis temporibus illis scriptor extat quo satis certo auctore stetur.

  • 76 Liv., 8, 40, 4-5.

Et il n’est pas facile de préférer un fait à un autre ou une source à une autre. À mon sens, les éloges funèbres et les fausses inscriptions des images des ancêtres ont altéré les souvenirs du passé, chaque famille cherchant par de fallacieux mensonges à s’attribuer la gloire des hauts faits et des magistratures ; d’où naît assurément cette confusion dans les exploits des individus et dans les monuments publics des choses passées. Et il n’est pas écrivain ayant vécu à cette époque qui offre une garantie assez sûre pour qu’on s’y tienne76.

  • 77 L’historiographie de la Rome ancienne revendique sa dimension exemplaire : voir notamment Sall., I (...)

23Fidèle à la tradition annalistique, le Padouan reprend néanmoins la liste de ces hauts faits pour proposer, sur le temps long de l’histoire de la République romaine, une série de comportements modèles qui permettent d’élaborer des types d’exemples à suivre ou à éviter77. Ici encore, l’historiographie latine recourt à une figure importante de la rhétorique, l’exemplum. Mobilisant à la fois le mouere et le probare, celle-ci cherche à susciter à la fois l’émotion de l’auditoire et son adhésion raisonnée à une démonstration qui repose sur la permanence du mos maiorum. En effet, ainsi que le souligne Jean-Michel David, en rhétorique, la figure de l’exemplum :

  • 78 David 1980, p. 9.

Autant qu’un objet en soi, est une situation. C’est le moment où l’orateur insère un appel au passé dans une stratégie de persuasion. Il cherche ainsi à obtenir un comportement qui soit conforme à l’ensemble du système éthique et moral dont la tradition est garante. […] La situation que l’exemplum définit s’observe ainsi tour à tour sous trois perspectives toujours combinables : mémoire collective/consensus moral, narration du passé/émotion des vivants, personnalité de l’orateur/réceptivité du public78.

24Ces exempla, en s’appuyant sur la mémoire collective du héros, invitent à perpétuer leurs actions et à imiter leurs vertus, suivant le modèle de l’historia magistra uitae. À cette incitation à modeler les valeurs civiques sur une – prétendument – immuable « coutume des ancêtres » s’ajoute un phénomène d’identification ou de répulsion qui s’appuie, au contraire, sur l’émotion ressentie par l’auditoire à la lecture du texte livien.

  • 79 Assmann 2010.
  • 80 Haimson Lushkov 2015, p. 27 oppose ainsi la « surface de l’exemplarité politique » à ses « structu (...)
  • 81 Voir Hölkeskamp 2006.
  • 82 Les figures exemplaires n’en sont pas moins malléables, comme le sont les valeurs attachées au mos (...)

25Plus largement, les historiens, s’appuyant sur le concept de « mémoire culturelle »79, ont mis en parallèle les récits historiques et d’autres pratiques sociales comme les fêtes, les cérémonies de triomphe ou de funérailles, ou encore les rituels, dont la mise en œuvre, à travers leur réitération et leur insertion dans un espace orné de monuments rappelant des épisodes de l’histoire de Rome et de ses grandes familles, organise les interactions sociales autour de figures-souvenirs, assurant ainsi la cohésion d’une communauté où les actions des individus, en particulier des magistrats, sont effectuées sous le regard d’autrui. Ces exempla invitent également, notamment par le biais de l’historiographie, à des réflexions moins explicites, dont les ramifications mettent en question le fonctionnement même du pouvoir80. Inscrit dans ce cadre mémoriel, le texte historique a dès lors une fonction éducative, en participant à la transmission d’un savoir culturel partagé et normatif81 qui relève d’une construction enrichie au fil du temps et soumise à de – légères – évolutions à la faveur du changement de contexte politique et social82.

  • 83 Voir Roller 2009b. Selon M. Roller, Tite-Live montre notamment comment Appius Claudius Caecus ajou (...)

26La constitution et l’usage de tels exempla ne sont donc pas propres à Tite-Live, puisqu’ils sont présents dans le palimpseste annalistique antérieur, mais aussi dans les images mobilisées par la mémoire culturelle. Toutefois, l’historien se montre, comme nous l’avons vu, critique vis-à-vis des tentatives de canonisation de l’histoire par les gentes. Plus encore, il ne se contente pas d’insister sur la perpétuation des valeurs morale, des rites et des institutions, mais opère un travail de sélection et de présentation de ses sources pour répondre à des questionnements actuels : Matthew Roller montre ainsi comment le traitement de la figure exemplaire d’Appius Claudius Caecus dans l’Ab Vrbe condita permet d’évoquer une problématique contemporaine, celle du fonctionnement de la compétition aristocratique qui se reconfigure avec l’établissement du principat83. De la même façon, loin de n’offrir qu’une redite des récits antérieurs portant sur les duels et les deuotiones, l’historien nous semble ici développer, à travers le recours à des dispositifs spectaculaires, une réflexion sur les mécanismes de la violence guerrière et sur les conditions de son intégration au sein de la société romaine.

Dispositif spectaculaire et violence dans la société romaine

  • 84 Dans le cas de la deuotio de Marcus Curtius, le passage de Varron au livre 6, 148-150 du De Lingua (...)
  • 85 Dans les composantes de la construction du discours exemplaire à Rome, identifiées par Roller 2004 (...)
  • 86 Liv., 1, 12, 8-10, toto quantum foro spatium est (« dans toute l’étendue du forum actuel ») ; 7, 6 (...)
  • 87 Liv., 1, 12, 8-10, auerteratque ea res etiam Sabinos tanti periculo uiri (« et le péril d’un si gr (...)
  • 88 Liv., 1, 13, 5, Monumentum eius pugnae, ubi primum ex profunda emersus palude equus Curtium in uad (...)
  • 89 Liv., 7, 6, 5, equo deinde quam poterat maxime exornato (« sur le cheval le plus magnifiquement pa (...)
  • 90 Sur cette spécificité antique de l’ekphrasis, qui implique une participation active des auditeurs (...)

27Les passages que nous avons étudiés plus haut sont en effet tous marqués par la création d’un dispositif spectaculaire qui est absent des versions annalistiques et antiquaires qui nous ont été transmises84 et qui nous semble donc être particulièrement significatif de l’écriture livienne85. Ce dispositif spectaculaire est mis en place en deux étapes : Tite-Live commence l’épisode en dessinant un vaste espace86 ; il montre ensuite la convergence des regards de la foule des soldats ou du peuple romain sur le combat singulier ou sur la deuotio87. Le combat se déroule alors sous leur regard, qui accompagne la narration. Enfin, dernière étape du processus, un élément du combat, qu’il s’agisse du lieu, d’un comportement ou de la dépouille du chef mort, est utilisé comme monument destiné à être vu par les contemporains comme par les générations suivantes88. Les éléments sensoriels qui s’ajoutent à ce dispositif spectaculaire renforcent encore cet effet : il s’agit en général de notations éparses, dispersées dans la narration et qui évoquent les sons, la couleur ou la lumière89. Ces éléments, selon le principe de l’ekphrasis, se combinent dans l’esprit du public qui peut reconstruire, à partir d’images mentales évoquées par les notations, un tableau90.

  • 91 Feldherr 1998.
  • 92 Ibid., en particulier p. 84 : « these spectacles become the means through which the collective pow (...)

28Dans son étude de l’histoire livienne de la première décade91, Andrew Feldherr s’attache précisément à analyser la présence de tels dispositifs spectaculaires chez Tite-Live. Il met en évidence le fait que de nombreux événements rapportés dans le récit livien sont présentés comme des spectacles. S’appuyant sur les réflexions proposées par les études portant sur la mémoire culturelle, il souligne combien le spectacle possède une fonction de constitution ou de renforcement de la cohésion de communautés. À l’époque d’Auguste, alors que les divisions sanglantes des guerres civiles sont encore présentes dans tous les esprits, Tite-Live peut ainsi faire vivre à son auditoire une expérience de spectacle. S’identifiant aux soldats réunis pour observer les champions, le public livien est dès lors invité à se réunir dans la contemplation des hauts faits de l’histoire de Rome, notamment ceux où se joue la perpétration d’un sacrifice92 et à faire ainsi à nouveau société, en s’armant d’une puissance nouvelle.

  • 93 Liv., 8, 8, 2. Fuit autem ciuili maxime bello pugna similis ; adeo nihil apud Latinos dissonum ab (...)

29Or, l’analyse des épisodes de combats singuliers et de deuotiones ne met pas seulement en avant la description d’un spectacle collectif, mais elle dévoile également un questionnement bien particulier : comment intégrer le déchaînement de la violence guerrière dans le récit des « guerres justes » menées par Rome ? Comment éviter surtout qu’elle ne se retourne contre les Romains eux-mêmes ? L’ombre des guerres civiles plane en effet encore sur les consciences, comme le souligne la remarque ajoutée par Tite-Live avant la bataille de Véséris, qui invite à lire le combat comme le récit d’une guerre civile : « Ce combat du reste ressembla tout à fait à une guerre civile ; tant chez les Latins rien ne différait des Romains, sauf le courage »93.

30Or, dans le cadre de ces épisodes, la violence guerrière du soldat individuel est comme cristallisée, puisqu’elle est circonscrite dans un espace et transformée en spectacle afin d’être accueillie par le collectif, d’abord sous la forme d’un triomphe, puis par la mise en place d’un monument. La foule des soldats, représentée comme un corps unique, reçoit alors une leçon de disciplina et de sacrifice de l’intérêt particulier. Plus encore, le combat singulier lui procure la force de remporter le combat final. Il apparaît alors que l’attitude individuelle, tant qu’elle est contrôlée, peut finalement être intégrée et acceptée dans le collectif qui en perpétue alors la mémoire, sous la forme de monuments.

  • 94 Sur la réécriture de l’histoire romaine au prisme d’un antagonisme patricio-plébéien par les annal (...)
  • 95 Corbier 2006, p. 50-51 : « C’est l’esquisse d’un équilibre politique où des alliances entre plébéi (...)

31Il n’est pas étonnant dès lors que, dans cette reconstruction du passé, l’opposition entre les plébéiens et les patriciens94, antagonisme qui structure l’historiographie latine et constitue par conséquent un leitmotiv à l’intérieur du récit livien, n’apparaisse pas dans le récit de ces combats singuliers. Si le récit des événements des IVe et IIIe siècles av. J.-C. peut être interprété comme un moment de conciliation où les gentes patriciennes et plébéiennes envisagent un pouvoir commun95, il nous semble que la narration de ces combats, en gommant toute référence à l’origine sociale des protagonistes, va bien plus loin, en représentant la cité unie dans des exempla qui imprègnent encore les mémoires et les usages sociaux au Ier siècle av. J.-C.

  • 96 Mineo 2006 ; 2009.
  • 97 Respect de la parole des devins, de la part de Marcus Curtius, en 7, 6 ; adresse au dictateur de l (...)

32En creux apparaît alors une autre interrogation : quel est le rôle de l’individu lorsque le collectif est détruit ? Lorsque l’imperator ne défend plus la disciplina ? Quel rôle joue la mémoire des actes passés ? Bernard Mineo a montré combien l’œuvre livienne s’inscrit pleinement dans les débats et les représentations qui sont développés autour du principat augustéen, en faisant un « pari sur l’avenir » à travers une histoire adressée au princeps96. Or, ce sont bien aussi ici le rapport des membres de l’élite romaine à leur chef et le respect du cadre rituel et juridique qui encadre les actions militaires qui sont détaillés dans ces passages. Dans chacun des épisodes, ce rapport comme ce cadre sont des plus prégnants97, et la comparaison avec les fragments annalistiques rapportant les mêmes faits souligne ce que leur rôle central doit à Tite-Live. L’historien ne nous livre pas toutefois un schéma narratif immuable et figé ; au contraire, il propose différentes élaborations des combats singuliers ou deuotiones, dont certaines peuvent se lire à la lumière de l’idéologie portée par le nouveau pouvoir.

L’imperator, le serment et les spolia

Une réponse à Polybe ?

  • 98 Oakley 1985.
  • 99 Liv., 23, 46 ; 25, 18, 8-15 ; 28, 21, 6-10. Haimson Lushkov 2015, p. 113 propose de retrouver dans (...)
  • 100 Liv., 23, 46, 13-14 ; 25, 18, 6.
  • 101 Liv., 23, 47, 2, id modo moratus ut consulem percontaretur liceretne extra ordinem in prouocantem (...)
  • 102 Liv., 23, 47, 3, Iam Romani ad spectaculum pugnae eius frequentes exierant, et Campani non uallum (...)
  • 103 Liv., 23, 47, 7, cum magno gaudio et gratulatione ; 25, 18, 15 cum magna laude et gratulatione mil (...)
  • 104 Liv., 25, 18, 4-11.
  • 105 Il n’est pas étonnant d’ailleurs que Silius Italicus ait choisi de reprendre à la tradition livien (...)
  • 106 Miniconi 1981, p. 138.

33Comme l’a bien montré Stephen Oakley98, les combats singuliers ne se limitent pas à la période archaïque ; ils sont mentionnés dans les récits historiques jusqu’à la guerre sociale. On en dénombre ainsi trois dans la troisième décade de Tite-Live, qui narre la deuxième guerre punique : au livre XXIII, le duel entre le Romain Asellus et le Campanien Taurea, aux alentours de Capoue, en 215 av. J.-C.99 ; au livre XXV, un nouveau duel entre un Romain et un Campanien avec le combat singulier qui oppose Badius et Crispinus, en 212 av. J.-C., encore autour de Capoue ; enfin, au livre XXVIII, le duel très particulier des frères venus de la ville d’Ibès, Corbis et Orsua, en 206, à Carthagène, sous les yeux de Scipion venu y organiser des jeux. Dans chaque cas, les péripéties s’enchaînent en reprenant souvent à l’identique le schéma dessiné dans la première décade : la provocation du soldat ennemi100 ; la mise en avant du respect de la hiérarchie par le soldat romain101 ; le combat qui commence en lançant les chevaux ; la dimension spectaculaire du combat102, les applaudissements de la foule des soldats103. Les critiques ont vu dans cette répétition de schémas semblables la marque de la propension de l’histoire annalistique à produire des doublets, épisodes qui en dupliquent d’autres qui se sont produits auparavant. Nous suggérons plutôt de les analyser d’abord comme le reflet d’une stéréotypisation qui répond aux règles narratives de construction des exempla à partir de lieux communs. Toutefois, ce caractère stéréotypé, qui relève d’un travail d’écriture et de sélection conscient de l’historien, n’en laisse pas moins apparaître des divergences qui conduisent à distinguer les épisodes, invitant à les interpréter suivant des questionnements différents. Ainsi, si nous les comparons aux épisodes de la première décade, deux éléments nouveaux apparaissent, tandis qu’un autre s’estompe. S’ajoute en effet d’abord la mention de liens existant entre les protagonistes avant le combat. Si les derniers sont frères, Badius et Crispinus sont unis par une relation d’hospitalité que le Romain se refuse à rompre104, tandis qu’Asellus et Taurea se sont connus dans l’armée romaine, où ils étaient rivaux. Ce choix participe de la lecture proposée par Tite-Live de la guerre contre Hannibal : l’historien ne se contente pas de mettre en avant le rôle central de la politique d’alliance et l’impact des positionnements des alliés dans le déroulement de la guerre. Il souligne aussi l’ampleur de la trahison perpétrée par les anciens alliés de Rome, qui sont désormais passés dans le camp d’Hannibal, en mobilisant le schéma poétique du duel fratricide : le combat qui oppose Taurea et Assellus emprunte en effet à la poésie épique ou tragique105, avec l’intervention des habitants qui se pressent pour assister au combat singulier depuis les remparts, suivant le modèle homérique – ou eschyléen, dans les Sept contre Thèbes –, du regard sur la bataille sur les remparts, la teichoscopie106.

  • 107 Jal 1963, p. 229-242.
  • 108 Seul un proverbe reste du combat de Taurea et Asellus.
  • 109 Liv., 28, 21, 8, Cum uerbis disceptare Scipio uellet ac sedare iras, negatum id ambo dicere cognat (...)

34Cet écho à l’imaginaire épique ou tragique renvoie également à la mémoire récente des guerres civiles. Paul Jal, dans son ouvrage sur la guerre civile à Rome, rappelle en effet que les combats entre Pompéiens et Césariens, puis entre partisans de Brutus, d’Octave et de Marc-Antoine ont été l’occasion de la multiplication de défis et de duels107 où d’anciennes connaissances, voire des membres de la même famille, s’interpellent, discutent et combattent en présence d’un public qui remet – le temps du duel – son sort dans l’affrontement qui se déroule sous ses yeux. Contrairement aux héros de la première décade, les duellistes ne se battent cependant pas pour le salut de Rome, mais bien pour leur propre intérêt, et nul monument ne reste attaché à leur nom108. Tite-Live ne conserve d’ailleurs pas les versions de la tradition qui évoquent des combats singuliers entre Hannibal et Scipion – mais seulement entre les deux roitelets Orsua et Corbis – et choisit de montrer le général romain dans le rôle de celui qui tente de s’opposer à l’exercice d’une violence fratricide109.

35Ces récits de combats singuliers de la troisième décade ne s’inscrivent pas seulement dans l’imaginaire des guerres civiles ; il nous semble qu’ils mettent également en avant un élément, sinon nouveau, du moins qui apparaît plus explicitement : les spolia. Ces dépouilles arrachées au cadavre de l’ennemi sont en effet présentées ici comme le moteur et la récompense des duels :

Quoniam uerbis secum de uirtute ambigere solitus esset, cur non ferro decerneret daretque opima spolia uictus aut uictor caperet.

  • 110 Liv., 23, 46, 13.

Puisque, en paroles, dans leurs discussions, il lui avait souvent contesté la supériorité du courage, pourquoi n’en déciderait-il pas avec l’épée ? S’il était vaincu, il lui donnerait les dépouilles opimes, s’il était vainqueur il les prendrait110.

Crispinus equum armaque capta et cruentam cuspidem insignis spoliis ostentans cum magna laude et gratulatione militum ad consules est deductus laudatusque ibi magnifice et donis donatus.

  • 111 Liv., 25, 18, 15.

Crispinus s’empara du cheval et des armes : il les montrait fièrement, ainsi que sa lance ensanglantée, attirant tous les regards par ces dépouilles ; et, au milieu des éloges et des félicitations enthousiastes des soldats, il fut conduit aux consuls, et là, comblé de louanges et récompensé par des présents111.

  • 112 Fries 1985, p. 196.

36Les commentateurs n’ont pas manqué de remarquer que le Campanien Taurea semblait méconnaître la définition exacte des spolia, puisqu’il semble envisager que les deux adversaires restent en vie à la fin du duel ; ils ont donc supposé que Tite-Live mettrait ici en valeur l’arrogance et la forfanterie du Campanien112. En réalité, il veut surtout inscrire ce passage dans la série des épisodes de duels, où les spolia jouent un rôle majeur.
En effet, ces derniers ne font pas simplement office d’éléments narratifs concluant le récit. Tite-Live fait ici écho à des passages polybiens qui sont pour lui une source de premier ordre. Au livre VI de ses Histoires, Polybe s’attache à expliquer la supériorité romaine et sa conquête du monde en étudiant les institutions de Rome. Il souligne le rôle central du serment et du respect des règles militaires, mais aussi, surtout, celui que jouent les spolia :

Ἐπιτελεσθείσης δὲ τῆς καταγραφῆς τὸν προειρημένον τρόπον, ἁθροίσαντες τοὺς ἐπειλεγμένους οἱ προσήκοντες τῶν χιλιάρχων καθ’ ἕκαστον στρατόπεδον, καὶ λαβόντες ἐκ πάντων ἕνα τὸν ἐπιτηδειότατον, ἐξορκίζουσιν ἦ μὴν πειθαρχήσειν καὶ ποιήσειν τὸ προσταττόμενον ὑπὸ τῶν ἀρχόντων κατὰ δύναμιν. Oἱ δὲ λοιποὶ πάντες ὀμνύουσι καθ’ ἕνα προπορευόμενοι, τοῦτ’ αὐτὸ δηλοῦντες ὅτι ποιήσουσι πάντα καθάπερ ὁ πρῶτος.

  • 113 Pol., 6, 21, 1-3.

Quand l’enrôlement est achevé de la façon que j’ai dite, les hommes ainsi choisis sont rassemblés par les tribuns militaires qui en sont chargés dans chaque légion ; ces tribuns prennent entre tous l’homme le plus qualifié, et lui font prêter le serment d’obéir et d’exécuter les ordres de ses chefs de toutes ses forces. Tous les autres s’avancent un à un pour jurer, la formule étant simplement qu’ils se conformeront en tous points au serment du premier113.

Καλῶς δὲ καὶ τοὺς νέους ἐκκαλοῦνται πρὸς τὸ κινδυνεύειν. Ἐπειδὰν γὰρ γένηταί τις χρεία καί τινες αὐτῶν ἀνδραγαθήσωσι, συναγαγὼν ὁ στρατηγὸς ἐκκλησίαν τοῦ στρατοπέδου, καὶ παραστησάμενος τοὺς δόξαντάς τι πεπραχέναι διαφέρον […] τυγχάνει δὲ τούτων οὐκ ἐὰν ἐν παρατάξει τις ἢ πόλεως καταλήψει τρώσῃ τινὰς ἢ σκυλεύσῃ τῶν πολεμίων, ἀλλ´ ἐὰν ἐν ἀκροβολισμοῖς ἤ τισιν ἄλλοις τοιούτοις καιροῖς, ἐν οἷς μηδεμιᾶς ἀνάγκης οὔσης κατ´ ἄνδρα κινδυνεύειν αὐτοί τινες ἑκουσίως καὶ κατὰ προαίρεσιν αὑτοὺς εἰς τοῦτο διδόασι […] οἱ γὰρ τυχόντες τῶν τοιούτων δωρεῶν χωρὶς τῆς ἐν τοῖς στρατοπέδοις εὐκλείας καὶ τῆς ἐν οἴκῳ παραχρῆμα φήμης καὶ μετὰ τὴν ἐπάνοδον τὴν εἰς τὴν πατρίδα τάς τε πομπὰς ἐπισήμως πομπεύουσι διὰ τὸ μόνοις ἐξεῖναι περιτίθεσθαι κόσμον τοῖς ὑπὸ τῶν στρατηγῶν ἐπ´ ἀνδραγαθίᾳ τετιμημένοις, ἔν τε ταῖς οἰκίαις κατὰ τοὺς ἐπιφανεστάτους τόπους τιθέασι τὰ σκῦλα, σημεῖα ποιούμενοι καὶ μαρτύρια τῆς ἑαυτῶν ἀρετῆς. Τοιαύτης δ´ ἐπιμελείας οὔσης καὶ σπουδῆς περί τε τὰς τιμὰς καὶ τιμωρίας τὰς ἐν τοῖς στρατοπέδοις, εἰκότως καὶ τὰ τέλη τῶν πολεμικῶν πράξεων ἐπιτυχῆ καὶ λαμπρὰ γίνεται δι´ αὐτῶν.

  • 114 Pol., 6, 39, 1-11.

Les Romains excellent aussi pour encourager les jeunes gens à braver les dangers. Après une opération où des exploits ont été accomplis, le général réunit son armée en assemblée, appelle les hommes qui se sont fait remarquer par une action d’éclat et prononce pour commencer l’éloge de chacun en célébrant leurs exploits et tous les autres points qui, dans leur existence passée, méritent aussi des félicitations ; puis il distribue des récompenses […] On n’obtient pas ces récompenses pour avoir blessé ou dépouillé des ennemis dans une bataille rangée ou dans la prise d’une ville : il faut que ce soit dans des escarmouches ou des circonstances analogues, où rien n’obligeait à se battre au corps à corps et où des soldats se sont ainsi exposés d’eux-mêmes, volontairement et de propos délibéré […] De pareilles incitations n’ont pas pour unique effet de provoquer l’émulation et l’ardeur devant le danger chez les hommes qui sont là pour entendre ces éloges : ceux qui restent dans leurs foyers en sont affectés aussi, car les bénéficiaires de pareilles récompenses n’obtiennent pas seulement la gloire dans l’armée et une renommée immédiate chez eux ; après leur retour dans leur patrie, ils se distinguent dans les cortèges des processions par une parure que seuls peuvent porter les auteurs d’exploits honorés par les généraux ; et dans leurs demeures, ils placent aux endroits le plus en vue les dépouilles, qu’ils tiennent pour le signe et le témoignage de leur valeur. Ainsi, avec toute cette attention et cette importance que les Romains attachent aux récompenses et aux punitions militaires, il est normal qu’ils mènent toujours leurs actions militaires à une fin heureuse et brillante114.

37Ne faut-il pas lire ces récits liviens des duels comme une réponse à la théorie polybienne ? Si Tite-Live montre bien l’attrait que représentent les spolia pour les soldats, dans l’importance encore persistante du respect des règles à la guerre, il semble toutefois regretter les combats de la Rome des premiers siècles où, suivant la tradition, la gloire individuelle n’avait pas encore la primauté, et où la compétition entre les gentes ne l’avait pas encore emporté sur l’émulation dans la jeunesse romaine.

Des échos augustéens ?

  • 115 Dont l’adfectatio regni.
  • 116 Scheid 2009.
  • 117 Tite-Live fait peut-être déjà allusion à cette différence lorsqu’il utilise, en 24, 8, 2-6, l’exem (...)
  • 118 Liv., 4, 20, 5-11 ; voir Tarpin 2003.

38Plus encore, dans le contexte de la reprise d’archétypes républicains115 et de la politique de restauration religieuse116 pour affermir l’assise du nouveau régime qui se met en place à partir de 31 av. J.-C., il n’est peut-être pas anodin que Tite-Live, dans un ouvrage qui fixe la tradition historiographique antérieure, rappelle, en creux, la différence entre les dépouilles prises à l’ennemi par de simples soldats romains117 et les dépouilles opimes, réservées au général en chef, et dont Auguste cherche à conserver la primauté118.

39C’est sans doute dans le même cadre qu’il faut situer le récit par Dion Cassius d’une deuotio contemporaine d’Auguste :

Αὔγουστος μὲν δὴ ὁ Καῖσαρ, ὥσπερ εἶπον, ἐπωνομάσθη καὶ αὐτῷ σημεῖον οὐ σμικρὸν εὐθὺς τότε τῆς νυκτὸς ἐπεγένετο· ὁ γὰρ Τίβερις πελαγίσας πᾶσαν τὴν ἐν τοῖς πεδίοις Ῥώμην κατέλαβεν ὥστε πλεῖσθαι καὶ ἀπ´ αὐτοῦ οἱ μάντεις ὅτι τε ἐπὶ μέγα αὐξήσοι καὶ ὅτι πᾶσαν τὴν πόλιν ὑποχειρίαν ἕξοι προέγνωσαν. Χαριζομένων δ´ αὐτῷ καθ´ ὑπερβολὴν ἄλλων ἄλλα, Σέξτος τις Πακούουιος (ὡς δ´ ἕτεροι λέγουσιν Ἀπούδιος) πάντας ἐξενίκησεν· ἐν γὰρ τῷ συνεδρίῳ ἑαυτόν τέ οἱ τὸν τῶν Ἰβήρων τρόπον καθωσίωσε καὶ τοῖς ἄλλοις συνεβούλευε τοῦτο ποιῆσαι. Ἐπειδή τε ὁ Αὔγουστος ἐμποδών οἱ ἐγένετο, πρός τε τὸ πλῆθος τὸ προσεστὸς ἐξεπήδησεν (ἐδημάρχει γάρ) καὶ ἐκείνους τε καὶ μετὰ ταῦτα καὶ τοὺς λοιπούς, κατά τε τὰς ὁδοὺς καὶ κατὰ τοὺς στενωποὺς περινοστήσας, καθιερῶσαί σφας τῷ Αὐγούστῳ κατηνάγκασεν· (ἀφ´ οὗπερ καὶ νῦν προστρεπόμενοι τὸν κρατοῦντα λέγειν εἰώθαμεν ὅτι « σοι καθωσιώμεθα »).

  • 119 Cass. Dio, 53, 20, 1-4.

César, comme je l’ai dit, reçut le surnom « Auguste » ; dès la nuit suivante, un signe d’importance apparut : le Tibre déborda et se répandit dans toute la plaine de Rome, au point de la rendre navigable. Pour les devins, cela signifiait qu’Auguste deviendrait encore plus puissant et qu’il aurait sous sa coupe Rome tout entière. Chacun, à sa façon, cherchait à plaire au plus haut point à Auguste, mais un certain Sextus Pacuvius (d’autres l’appellent Apudius) fit mieux que tous les autres : en plein Sénat en effet, il se dévoua à Auguste, à la manière des Ibères, et encouragea les autres Sénateurs à l’imiter. Comme Auguste s’était interposé, Pacuvius se jeta dans la plèbe, qui était à côté (il était tribun), et, errant çà et là parmi ces hommes puis parmi d’autres, le long des routes et le long des sentiers, il les obligea à se consacrer à Auguste (c’est de là que vient la coutume de dire, aujourd’hui encore, pour adresser une prière au souverain, « Nous te sommes dévoués »).119

  • 120 Étienne 1958, p. 75-80, qui cite, au sujet de la deuotio iberica, Sall., Hist., 1, 125, dans Serv. (...)

40Le passage évoque une deuotio à la manière ibérique (τὸν τῶν Ἰβήρων τρόπον) et non pas une deuotio romaine, ce qui a conduit à écarter l’épisode de la liste des deuotiones Romanae120. Toutefois, cette précision pourrait bien être une glose de Cassius Dion, qui aurait cherché à conférer une connotation rationnelle à l’anecdote. Or, si le salut de l’empereur remplace celui de Rome, cette deuotio d’un nouveau genre reprend néanmoins le même schéma narratif que la deuotio de Marcus Curtius : événement extraordinaire dans la plaine de Rome ; consignes des devins ; deuotio devant un public ; prière à Auguste prenant la place du monument dont la mention conclut l’épisode. Pacuvius/Apudius, tel un général en chef qui vient de se dévouer et se lance à travers la foule des ennemis, traverse la foule de la plèbe pour l’amener à se consacrer à Auguste.

 

  • 121 Pour une analyse détaillée de ce passage, voir Rouveret 1991 ; Poulle 1998.

41Résurgences archaïques ou pratiques communes, marques d’une volonté d’unifier la cité ou d’une compétition entre les gentes, les combats singuliers et les deuotiones occupent une place importante dans l’Ab Vrbe condita, où ils sont composés suivant une structure particulière, suivant un modèle d’enchaînement de τόποι empruntés à la rhétorique. À la faveur de la constitution de véritables dispositifs spectaculaires, la narration peut ainsi interroger l’insertion de la violence et de la personne du soldat dans la société romaine, ou encore inviter à reconsidérer la réflexion polybienne sur les causes de l’hégémonie romaine. Éléments canoniques de l’historiographie latine, de telles pratiques sont naturellement insérées dans la geste augustéenne qui remet en vigueur les archétypes républicains suivant un schéma narratif encore identique. Or, c’est justement à la destruction de ce schéma livien que procède Tacite lorsqu’il rapporte la mort de l’empereur Galba121, à la faveur de nouvelles guerres civiles, dans le lieu même où se dévoue Marcus Curtius :

Agebatur huc illuc Galba uario turbae fluctuantis impulsu, completis undique basilicis ac templis, lugubri prospectu […] iuxta Curtii lacum trepidatione ferentium Galba proiectus e sella ac prouolutus est. Extremam eius uocem, ut cuique odium aut admiratio fuit, uarie prodidere : alii suppliciter interrogasse quid mali meruisset, paucos dies exoluendo donatiuo deprecatum ; plures obtulise ultro percussoribus iugulum : agerent ac ferirent, si ita <e> re publica uideretur […] Insignem illa die uirum Sempronium Densum aetas nostra uidit. Centurio is praetoriae cohortis, a Galba custodiae Pisonis additus, stricto pugione occurrens armatis et scelus exprobrans ac modo manu modo uoce uertendo in se percussores, quamquam uulnerato Pisoni effugium dedit.

  • 122 Tac., Hist., 1, 40, 1-43, 1.

Galba était balloté de-ci de-là, au gré des remous d’une foule houleuse, pendant que partout, des basiliques et des temples remplis de monde, on regardait ce lugubre spectacle. […] Près du bassin de Curtius, l’affolement des porteurs projeta Galba hors de sa chaise et il roula à terre. Sa dernière parole a été diversement rapportée par la haine ou l’admiration : les uns disent qu’il demanda d’une voix suppliante ce qu’il avait fait de mal et implora quelques jours pour s’acquitter de la gratification ; d’autres, plus nombreux, qu’il tendit la gorge aux assassins, en s’écriant : « Allez, frappez, si vous croyez que c’est pour le bien de l’État ». […] Notre siècle a vu se distinguer ce jour-là un héros, Sempronius Densus. Centurion dans une cohorte prétorienne et préposé par Galba à la garde de Pison, il tira son poignard, courut au-devant des soldats en armes et, leur reprochant leur crime, les menaçant du geste et de la voix pour attirer sur lui les assassins, il donna à Pison la possibilité de s’enfuir, malgré ses blessures122.

42Nous retrouvons bien dans ce passage, pêle-mêle, les éléments que nous avons identifiés plus haut. Pourtant, ils semblent placés ici de façon déceptive : le spectacle n’est plus facteur de cohésion. Il est désormais la marque de l’achèvement d’un monde où les temples et les serments ne signifient plus guère, et où le jeune soldat à la conduite remarquable paraît comme une survivance d’un autre temps, celui des deuotiones de la République.

Haut de page

Bibliographie

Ouvrages à caractère de source

Aulu-Gelle, Nuits attiques, éd. et trad. R. Marache, Paris, Les Belles Lettres, 1989.

César, Guerre des Gaules, V, éd. A. Balland, L.-A. Constans et trad. L.-A. Constans, Paris, Les Belles Lettres, 1926.

Cicéron, De Oratore, II, éd. et comm. É. Courbaud, Paris, Les Belles Lettres, 1928.

Cicéron, De Legibus, I, éd. et comm. G. de Plinval, Paris, Les Belles Lettres, 1959.

Cicéron, De Inuentione, II, éd. et trad. G. Achard, Paris, Les Belles Lettres, 1994.

Cicéron, Académiques, III, trad. J. Kany-Turpin, Paris, Flammarion, 2010.

Denys d’Halicarnasse, Antiquités romaines, XIV, 50, dans S. Pittia (dir.), Denys d’Halicarnasse. Rome et la conquête de l’Italie, Aix-Marseille, Les Belles Lettres, 2002.

Dion Cassius, Histoire romaine, LIII, 20, 1-4, éd. M. Bellissime et trad. M. Bellissime, F. Hurlet, Paris, Les Belles Lettres, 2018.

Polybe, Histoires, VI, éd. et trad. R. Weil, Paris, Les Belles Lettres, 1977.

Salluste, La guerre de Jugurtha, éd. et trad. A. Ernout, Paris, Les Belles Lettres, 1941.

Servius, Commentaire à l’Énéide, éd. G. Thilo, H. Hagen, Leipzig, Teubner, 1881.

Tacite, Histoires, I, éd. et trad. P. Wuilleumier, H. Le Bonniec, Paris, Les Belles Lettres, 1987.

Tacite, Annales, III, éd. et trad. P. Wuilleumier, Paris, Les Belles Lettres, 1923.

Tite-Live, Ab Vrbe condita, I, éd. J. Bayet et trad. G. Baillet, Paris, Les Belles Lettres, 1940.

Tite-Live, Ab Vrbe condita, IV, éd. J. Bayet et trad. G. Baillet, Paris, Les Belles Lettres, 1946.

Tite-Live, Ab Vrbe condita, VII, éd. et trad. J. Bayet, R. Bloch, Paris, Les Belles Lettres, 1968.

Tite-Live, Ab Vrbe condita, VIII, éd. et trad. R. Bloch, Ch. Guittard, Paris, Les Belles Lettres, 1987.

Tite-Live, Ab Vrbe condita, XXV, éd. et trad. F. Nicolet-Croizat, Paris, Les Belles Lettres, 1992.

Tite-Live, Ab Vrbe condita, XXVIII, éd. et trad. P. Jal, Paris, Les Belles Lettres, 1995.

Tite-Live, Ab Vrbe condita, XXXIII, éd. et trad. P. Jal, Paris, Les Belles Lettres, 2001.

Varron, De Lingua Latina, V, éd. et trad. J. Collart, Paris, Les Belles Lettres, 1954.

Études secondaires

Alföldi 1963 = A. Alföldi, Early Rome and the Latins, Ann Arbor, 1963.

Assmann 2010 = J. Assmann, La mémoire culturelle : écriture, souvenir et imaginaire politique dans les civilisations antiques, traduit de l’allemand par D. Meur, Paris, 2010.

Bloch 1968 = R. Bloch, Commentaire du texte de Tite-Live, dans Ab Vrbe condita, Livre VII, Paris, 1968.

Chaplin 2000 = J. Chaplin, Livy’s exemplary history, Oxford, 2000.

Chassignet 2001 = M. Chassignet, La « construction » des aspirants à la tyrannie : Sp. Cassius, Sp. Maelius et Manlius Capitolinus, dans M. Coudry, Th. Späth (dir.), L’invention des grands hommes de la Rome antique, Paris, 2001, p. 83-96.

Chassignet 2008 = M. Chassignet, L’étiologie dans la pensée antique, Turnhout, 2008.

Corbier 2006 = P. Corbier Quelques réitérations d’événements militaires chez Tite-Live (IVe-IIIe siècles, dans S. Pittia, E. Caire (dir.), Guerre et diplomatie romaines (IVe-IIIe siècles av. J.-C.). Pour un réexamen des sources, Aix-en-Provence, 2006, p. 41-53.

Cornell 1995 = T.J. Cornell, The beginnings of Rome, Londres-New York, 1995.

Coudry 2001 = M. Coudry, Camille : construction et fluctuations de la figure d’un grand homme, dans M. Coudry, Th. Späth (dir.), L’invention des grands hommes de la Rome antique, Paris, 2001, p. 47-81.

Curtius 1948 = E.R. Curtius, Europäische Literatur und lateinisches Mittelalter, Berne, 1948.

David 1980 = J.-L. David, Présentation, dans Rhétorique et Histoire. L’exemplum et le modèle de comportement dans le discours antique et médiéval, MEFR(MA-TM), 92, 1980, p. 7-179.

De Jong 2014 = I.J.F. de Jong, Narratology and classics, Oxford, 2014.

Dumézil 1942 = G. Dumézil, Horace et les Curiaces, Paris, 1942.

Dumézil 1966 = G. Dumézil, La religion romaine archaïque, Paris, 1966.

Dumézil 1969 = G. Dumézil, Heur et malheur du guerrier. Aspects mythiques de la fonction guerrière chez les Indo-Européens, Paris, 1969.

Étienne 1958 = R. Étienne, Le culte impérial dans la péninsule ibérique d’Auguste à Dioclétien, Paris, 1958.

Feldherr 1998 = A. Feldherr, Spectacle and society in Livy’s History, Berkeley-Los Angeles, 1998.

Fries 1985 = J. Fries, Der Zweikampf. Historische und literarische Apekte seiner Darstellung bei Livius, Hain, 1985.

Grethlein – Rengakos 2009 = J. Grethlein, A. Rengakos, Narratology and interpretation. The content of narrative form in ancient literature, Berlin-New York, 2009.

Guittard 1984 = Ch. Guittard, Tite-Live, Accius et le rituel de la deuotio, dans CRAI, 128, 1984, p. 581-600.

Haimson Lushkov 2015 = A. Haimson Lushkov, Magistracy and the historiography of the Roman republic, Cambridge, 2015.

Hölkeskamp 2006 = K.J. Hölkeskamp, History and collective memory in the Roman republic, dans N. Rosenstein, R. Morstein-Marx, A companion to the Roman republic, Oxford, 2006.

Jaeger 1997 = M. Jaeger, Livy’s written Rome, Ann Arbor, 1997.

Jal 1963 = P. Jal, La guerre civile à Rome, Paris, 1963.

Lazzarini 1984 = C. Lazzarini, Historia/fabula: forme della costruzione poetica virgiliana nel commento di Servio all’Eneide, dans Materiali e Discussioni per l’analisi dei testi classici 12, 1984, p. 117-144.

Le Bohec 2014 = Y. Le Bohec, La guerre romaine, 58 av. J.-C.-234 ap. J.-C., Paris, 2014.

Marrou 1965 = H.-I. Marrou, Histoire de l’éducation dans l’Antiquité, nouv. éd., Paris, 1965.

Meunier 2013 = N. Meunier, Les constructions narratives chez Tite-Live. L’exemple des leges agrariae dans la première décade de l’Ab Vrbe condita, dans Res Antiquae, 10, 2013, p. 303-322.

Meunier, à paraître = N. Meunier, Tite-Live et la mise en scène de l’Histoire. Étude de la construction narrative du conflit patricio-plébéien, à paraître.

Miles 1995 = G.B. Miles, Reconstructing Early Rome, Ithaca, 1995.

Mineo 2006 = B. Mineo, Tite-Live et l’histoire de Rome, Paris, 2006.

Mineo 2009 = La Res publica restituta livienne : un pari sur l’avenir, dans F. Hurlet, B. Mineo (dir.), Le principat d’Auguste. Réalités et représentations du pouvoir. Autour de la Res publica restituta, Rennes, 2009, p. 295-308.

Miniconi 1981 = P.-J. Miniconi, Un thème épique : la teichoskopia, L’épopée gréco-latine et ses prolongements européens, Paris, 1981.

Miniconi 1951 = P.-J. Miniconi, Étude des thèmes « guerriers » de la poésie épique gréco-romaine, Paris, 1951.

Moatti 1997 = Cl. Moatti, La raison de Rome. Naissance de l’esprit critique à la fin de la République (IIe-Ier siècle av. J.-C.), Paris, 1997.

Néraudau 1976 = J.-P. Néraudau, L’exploit de Titus Manlius Torquatus, (Tite-Live, VI, 9, 6-10) (réflexion sur la iuuentus archaïque chez Tite-Live), dans PEFR, 27-1, 1976, p. 685-694.

Oakley 1985 = S. Oakley, Single combat in the Roman republic, dans CQ, 35, 1985, p. 392-410.

Oakley 1998 = S. Oakley, A commentary on Livy, Books VI-X, II, Oxford, 1998.

Pernot 1986 = L. Pernot, Lieu et lieu commun dans la rhétorique antique, dans BAGB, 3, 1986, p. 253-284.

Poulle 1998 = B. Poulle, La mort de Galba et le lac Curtius, dans BAGB, 57, 1998, p. 310-317.

Roller 2004 = Exemplarity in Roman culture: the cases of Horatius Cocles and Cloelia, dans CP, 99, 1, p. 1-56.

Roller 2009a = M. Roller, The exemplary past in Roman historiography and culture, dans A. Feldherr (dir.), The Cambridge companion to the Roman historians, Cambridge, 2009, p. 214-230.

Roller 2009b = M. Roller, The politics of aristocratic competition: innovation in Livy and Augustan Rome, dans W.J. Dominik, J. Garthwaite, P. Roche (dir.), Writing politics in imperial Rome, Leyde, 2009, p. 153-172.

Roller 2011 = M. Roller, The consul(ar) as exemplum: Fabius Cunctator’ s paradoxical glory, dans H. Beck, A. Duplá, M. Jehne, Fr. Pina Polo (dir.), Consuls and Res Publica, Cambridge, 2015, p. 182-210.

Rouveret 1991 = A. Rouveret, Tacite et les monuments, dans ANRW, II, 33-4, 1991, p. 3051-3099.

Sacco 2011 = L. Sacco, Devotio. Aspetti storico-religiosi di un rito militare romano, Rome, 2011.

Saïd 2010 = S. Saïd, Muthos et historia dans l’historiographie grecque des origines au début de l’Empire, dans D. Auger, Ch. Delattre (dir.), Mythe et fiction, Nanterre, 2010.

Scheid 2009 = J. Scheid, Les restaurations religieuses d’Octavien/Auguste, dans B. Mineo, F. Hurlet (dir.), Le principat d’Auguste. Réalités et représentations du pouvoir. Autour de la Respublica restituta, Rennes, 2009, p. 119-128.

Scheid 2014 = J. Scheid, Livy and religion, dans B. Mineo (dir.), A companion to Livy, Oxford, 2014, p. 78-89.

Schreiber – Aymes = D. Schreiber, M. Aymes, Hayden White, l’ironie de la métahistoire/En avant l’après-histoire !, dans Labyrinthe, 33, 2009, p. 13-19.

Tarpin 2003 = M. Tarpin, M. Licinius Crassus imperator, et les dépouilles opimes de la République, dans RPLHA, 77-2, 2003, p. 275-311.

Vasaly 2015 = A. Vasaly, Livy’s political philosophy, Cambridge, 2015.

Versnel 1976 = H.S. Versnel, Two types of Roman Devotio, dans Mnemosyne, 106, 1976, p. 365-410.

Vial-Logeay 2014 = A. Vial-Logeay, La topographie de Rome chez Cicéron : quelques remarques sur l’invention d’un paysage politique, dans D. Nelis, M. Royo (dir.), Lire la Ville. Fragments d’une archéologie littéraire de la Rome antique, Bordeaux, 2014, p. 65-84.

Webb 2009 = R. Webb, Ekphrasis, imagination and persuasion in ancient rhetorical theory and practice, Farnham, 2009.

White 1973 = H. White, Metahistory: the historical imagination in nineteenth-century Europe, Baltimore, 1973.

White 1978 = H. White, Tropics of discourse. Essays in cultural criticism, Baltimore-Londres, 1978.

White 1987 = H. White, The content of the form. Narrative discourse and historical representation, Baltimore-Londres, 1987.

Wiseman 1979 = T.P. Wiseman, Clio’s cosmetics. Three studies in Greco-Roman literature, Leicester, 1979.

Wiseman 1998 = T.P. Wiseman, Roman Drama and Roman History, Exeter, 1998.

Woodman 1988 = A.J. Woodman, Rhetoric in classical historiography. Four studies, Londres-Sydney, 1988.

 

Haut de page

Notes

1 Liv., 7, 10, 10-11.

2 Dumézil 1966, p. 90-91 : « La guerre de Romulus et de Tatius présente ainsi un premier exemple d’un processus d’historicisation de mythes, de transposition de fables en événements, qui a été fort employé par les annalistes ou leurs prédécesseurs et qui même, employé à ce point, est caractéristique de Rome. […] Les mythes ont seulement été ramenés du grand monde à ce monde-ci et les héros ne sont plus des dieux mais de grands hommes de Rome, qui ont pris leur type ». Cornell ne dit pas autrement : « the Romans imposed a mythical framework on to a historical tradition », « Les Romains ont placé un schéma mythique sur une tradition historique » (Cornell 1995, p. 79).

3 Il convient bien sûr de dissocier les combats singuliers étudiés et les duels qui sont livrés lors du déroulement des batailles, qui sont caractérisées, derrière l’aspect d’une gigantesque mêlée, par une multitude de duels intervenant « soit de manière continue, soit par la répétition d’une série d’assauts courts et sporadiques », selon Le Bohec 2014, p. 221. De tels combats font rarement l’objet de narrations spécifiques dans le récit livien, mais ils n’y sont pas inexistants : Liv., 8, 8, 16-19.

4 Bloch 1968, p. 109 : « le récit livien repose ici sur des souvenirs bien réels, sur un mode de combat absolument étranger à la tradition romaine, mais auquel les Romains ont été contraints par les habitudes et par les défis des Celtes ».

5 Néraudau 1976.

6 Oakley 1985.

7 Voir notamment White 1973 ; 1978 ; 1987 et Schreiber – Aymes 2009.

8 Feldherr 1998, p. 100.

9 Chassignet 2001 ; Meunier 2013 ; Vasaly 2015. Pour une théorisation rapide de l’emploi de la narratologie pour l’étude des classiques antiques : De Jong 2014 ; pour un panorama plus développé, Grethlein – Rengakos 2009.

10 Pernot 1986, p. 253.

11 Notamment dans les livres VI, VII et VIII de l’Ab Vrbe condita.

12 Sur la notion d’étiologie, voir le volume édité par Chassignet 2008.

13 Dans son étude sur la deuotio, Sacco (2011, p. 144-148) range l’épisode dans les « deuotiones par analogie ».

14 Liv., 1, 12, 8-10.

15 Liv., 1, 13, 4-5.

16 Liv., 7, 6, 1-5.

17 Liv., 7, 6, 6.

18 Liv., Praef., 6-7.

19 Serv., ad Aen., 1, 235, p. 89 : Quod fabula est dicta res contra naturam, siue facta siue non facta. Voir Saïd 2010, note 57 et Lazzarini 1984.

20 Nous considérons cet épisode comme une deuotio, même s’il ne s’agit pas d’une deuotio stricto sensu : si aucun détail technique, ni aucune narration d’un combat ne sont présents, le texte emploie toutefois le verbe pronominal se deuouit. Voir Guittard 1984.

21 Pour une étude de l’espace opposant Romains et Sabins, voir Jaeger 1997, p. 30-56.

22 Plutôt que la traduction proposée par Bloch avec l’adjectif « audacieux ».

23 Liv., 7, 9, 7-11, 1.

24 Liv., 8, 7, 1-8, 2.

25 Liv., 8, 9, 2-10, 10 ; Liv., 10, 28. Une troisième deuotio d’un Decius, à Ausculum, en 279, est mentionnée par la tradition, mais elle est beaucoup moins attestée et n’est jamais clairement narrée : Enn., Ann., 191-194, évoque à ce sujet une prière attachée à la deuotio ; Cass. Dio, Fr. 40, 43 et Zon., 8, 5, 1-3, montrent Pyrrhus tentant d’éviter une deuotio du général romain. Voir Oakley 1998, p. 479.

26 Woodman 1988.

27 Cic., De Leg., 1, 2, 5.

28 Cic., De Or., 2, 15, 62.

29 Rhet. Her., 1, 3.

30 Curtius 1948.

31 Pernot 1986, p. 253.

32 Ibid., p. 263.

33 Ibid., p. 265.

34 Qui ne se confond pas avec l’élite sociale et politique, nous y reviendrons.

35 Liv., 7, 6, 3.

36 Liv., 7, 10, 1.

37 Liv., 8, 7, 3.

38 Liv., 8, 26, 2.

39 Liv., 8, 9, 10.

40 Liv., 1, 12, 9.

41 Liv., 7, 6, 5.

42 Liv., 8, 7, 9.

43 Liv., 8, 9, 9.

44 Liv., 1, 12, 10 ; 8, 26, 12.

45 Liv., 7, 6, 5.

46 Liv., 7, 10, 12 ; 8, 26, 10.

47 Liv., 8, 7, 12.

48 Liv., 7, 6, 1.

49 Liv., 7, 9, 7-10, 6.

50 Liv., 8, 7, 9.

51 Liv., 1, 13, 5 et 7, 6, 6.

52 Liv., 7, 10, 13-14 ; 8, 26, 12.

53 Liv., 8, 7, 22.

54 Liv., 8, 10, 11-14.

55 Pour reprendre l’expression d’Alföldi 1963, p. 141.

56 Liv., 7, 6, 3.

57 Liv., 7, 9, 8.

58 Liv., 8, 7, 7.

59 Liv., 8, 9, 7.

60 Pernot 1986, p. 265.

61 Cic., Inu., 2, 52 (158) – 53 (159) – 56 (168).

62 Liv., 8, 8, 13-22. Marcus Valérius Corvus procède à la même demande, en 8, 26, 2.

63 Liv., 8, 9, 2-10, 10.

64 Liv., 8, 9, 4.

65 Marrou 1965, p. 259 sq. et p. 410 sq.

66 Pernot 1986, p. 261.

67 Ibid., p. 271.

68 Néraudau 1976, p. 693, qui rappelle les études de Dumézil 1942, p. 10-34 et 1969.

69 C’est d’ailleurs ce que sous-entend Tite-Live lui-même : Haec, etsi omnis diuini humanique moris memoria aboleuit, noua peregrinaque omnia priscis ac patriis praeferendo, haud ab re duxi uerbis quoque ipsis, ut tradita nuncupataque sunt, referre. « Telles sont, bien que tout souvenir des coutumes divines et humaines ait été aboli par la préférence accordée à tout usage nouveau et étranger sur les coutumes anciennes et ancestrales, les règles rituelles que je n’ai pas considéré étranger à mon sujet de rapporter, selon les termes mêmes que la tradition nous a textuellement conservés » (Liv., 8, 11, 1).

70 Comme le remarque Scheid 2014, notamment p. 80 : « By bringing together the different descriptions of sacrifices and vows taken from Livy’s 35 surviving books, it is possible to create a small manual on Roman religious practices ».

71 Moatti 1997, en particulier p. 97-142.

72 Cic., Ac., 3, 9. Dans son article sur la topographie de Rome chez Cicéron, Vial-Logeay propose, à la suite de la lecture de Plasberg et Turnèbe, de lire sedum et non sedem, recomposant la phrase : « c’est toi qui nous as révélé les noms, catégories, fonctions, causes des emplacements, des quartiers, des lieux et de toutes les institutions divines et humaines » : « D’un côté, une description d’ordre topographique, ou d’allure topographisante ; de l’autre, un accent porté sur la mémoire des lieux ». Voir Vial-Logeay 2014, p. 77.

73 Wiseman 1979 ; 1998.

74 Sur l’étude de la réécriture de l’histoire de Rome opérée par Fabius Pictor, voir l’analyse proposée par Alföldi 1963, p. 123-175, notamment à propos de la haine que l’historien éprouve pour la gens Claudia, p. 159-164.

75 Wiseman 1979, p. 75-89.

76 Liv., 8, 40, 4-5.

77 L’historiographie de la Rome ancienne revendique sa dimension exemplaire : voir notamment Sall., Iug., 4, 7 ; Caes., Ciu., 5, 44 ; Liv., praef., 10 ; Tac., Ann., 3, 65.

78 David 1980, p. 9.

79 Assmann 2010.

80 Haimson Lushkov 2015, p. 27 oppose ainsi la « surface de l’exemplarité politique » à ses « structures plus profondes ». Elle montre dans son ouvrage comment les exempla rattachés aux magistrats soulignent les tensions qui sous-tendent leur fonction – entre imperium et pietas, du fait de la division entre la ville Rome et l’extérieur, domi militiaeque, etc.

81 Voir Hölkeskamp 2006.

82 Les figures exemplaires n’en sont pas moins malléables, comme le sont les valeurs attachées au mos maiorum, ainsi que le souligne M. Coudry dans son étude de la construction de la figure de Camille : « inventer des grands hommes est un moyen très souple d’exprimer des normes – l’image du grand homme n’est pas figée, et n’a pas besoin d’une grande cohérence –, et une façon de concilier le respect de la tradition et l’innovation – remodeler l’image des grands hommes du passé permet de valider des conduites nouvelles et d’ajuster la mémoire collective aux transformations politiques » (Coudry 2001, p. 80). Voir également Roller 2009a, qui invite à nuancer la vision d’une historiographie antique qui engloberait présent et passé en un même continuum immuable ; Roller 2011 étudie par exemple la construction et l’évolution de la figure de Fabius Cunctator, dont l’exemplarité se concentre autour d’un moment de sa carrière politique et militaire, sa lutte contre Hannibal en faisant preuve de cunctatio – lenteur.

83 Voir Roller 2009b. Selon M. Roller, Tite-Live montre notamment comment Appius Claudius Caecus ajoute au moteur de la compétition aristocratique que constitue la gloire militaire la renommée due aux ouvrages urbains. Plus largement, Chaplin 2000 met en avant, dans son étude de l’utilisation des exempla par Tite-Live, la malléabilité de ces figures, dont la valeur exemplaire peut être discutée par l’auditoire, voire rejetée.

84 Dans le cas de la deuotio de Marcus Curtius, le passage de Varron au livre 6, 148-150 du De Lingua Latina et Denys d’Halicarnasse, Antiquités romaines, 14, 50 ; du combat entre Manlius et le Gaulois, la version de Claudius Quadrigarius conservée par Aulu-Gelle, Nuits attiques, 9, 13. La même observation vaut pour la version du combat d’Horatius Coclès proposée par Polybe, en 6, 54, 6-55, 4.

85 Dans les composantes de la construction du discours exemplaire à Rome, identifiées par Roller 2004, p. 4-6 – action, estimation de l’action par les spectateurs de l’action, commémoration de l’action, imitation de l’action – la dimension spectaculaire est bien sûr présente, mais elle ne fait pas l’objet d’une présentation aussi travaillée chez les autres auteurs, ni a fortiori dans les autres types de monuments.

86 Liv., 1, 12, 8-10, toto quantum foro spatium est (« dans toute l’étendue du forum actuel ») ; 7, 6, 1-5, forum medium ferme specu uasto (« à peu près au milieu du forum un vaste gouffre ») ; 7, 9, 7-10, 6, pons erat […] duo in medio armati (« un pont qui séparait les deux armées. […] Quand ils se furent arrêtés entre les deux armées ») ; 8, 7, 9, spatio, quod uacui interiacebat campi (« dans l’étendue de terrain laissée libre »).

87 Liv., 1, 12, 8-10, auerteratque ea res etiam Sabinos tanti periculo uiri (« et le péril d’un si grand personnage alla jusqu’à détourner sur lui l’attention des Sabins ») ; en 7, 6, 1-5, silentio facto sous-entend la présence silencieuse du public ; 7, 9, 7-11, 1, Vbi constitere inter duas acies tot circa mortalium animis spe metuque pendentibus […] et duo in medio armati spectaculi magis more quam lege belli destituuntur (« les deux guerriers sont laissés seuls entre les armées : en façon de spectacle plutôt que selon la loi de la guerre. Quand ils se furent arrêtés entre les deux armées, tout autour l’espoir et la crainte tenaient l’âme des mortels en suspens ») ; 8, 7, 1-8, 2, Equitibus ceteris uelut ad spectaculum submotis (« tous les cavaliers font place comme pour un spectacle ») ; 8, 26, 6, Hactenus quietae utrimque stationes fuere (« jusqu’à ce moment, des deux côtés, les postes de garde étaient restés immobiles »).

88 Liv., 1, 13, 5, Monumentum eius pugnae, ubi primum ex profunda emersus palude equus Curtium in uado statuit, Curtium lacum appellarunt (« en mémoire de ce combat, le lieu où le cheval de Curtius sortit du marais profond et commença à reprendre pied s’appela lac Curtius ») ; 7, 6, 5, lacumque Curtium non ab antiquo illo T. Tati milite Curtio Mettio, sed ab hoc appellatum (« et le lac Curtius reçut son nom de lui et non pas de cet antique soldat de Titus Tatius, Curtius Mettius ») ; 7, 8, 13-14, Torquati cognomen auditum ; celebratum deinde posteris etiam [familiae] honori fuit. Dictator coronam auream addidit donum mirisque pro contione eam pugnam laudibus tulit (« le surnom de Torquatus se fit entendre. Le succès de ce surnom en fit un titre honorifique, même pour les descendants [et la famille] du guerrier. Le dictateur y ajouta le don d’une couronne d’or et, devant les troupes rassemblées, porta dans ses éloges le combat jusqu’aux nues ») ; 8, 7, 22, Manliaque imperia non in praesentia modo horrenda sed exempli etiam tristis in posterum essent (« les ordres “à la Manlius” ne firent pas seulement frémir sur le moment les contemporains mais servirent aussi de sinistre exemple pour l’avenir ») ; description du rituel de la deditio, 8, 10, 11-14 ; 8, 26, 12, Dictator […] comitia consularia habuit aemulumque decoris sui abstentem M. Valerium Coruum – id enim illi deide cognominis fuit (« Le dictateur […] tint les comices consulaires et eut à proclamer consul, en son absence, l’émule de sa propre gloire, Marcus Valérius Corvus [ce fut son surnom par la suite] »).

89 Liv., 7, 6, 5, equo deinde quam poterat maxime exornato (« sur le cheval le plus magnifiquement paré ») ; 7, 10, 7, Corpus […] uersicolori ueste pictisque et auro caelatis refulgens armis (« sous ses vêtements bigarrés, son armure peinte et ciselée d’or, tout son corps étincelle ») ; 7, 10, 11, corpus […] uno torque spoliauit, quem respersum cruore collo circumdedit suo (« [il] prit pour seule dépouille un collier et se mit au cou cette parure éclaboussée de sang ») – où la mention du cruor évoque le sang qui coule, comme en 8, 7, 21, postquam ceruice caesa fusus est cruor (« lorsque du cou tranché jaillit le sang ») ; 7, 26, 7, ostentansque insignem spoliis tribunum (« montrant avec insistance le tribun tout paré des dépouilles conquises ») ; 8, 9, 12, ibi haud secus quam pestifero sidere icti pauebant (« l’épouvante s’empara des soldats comme s’ils eussent été frappés par un astre destructeur »).

90 Sur cette spécificité antique de l’ekphrasis, qui implique une participation active des auditeurs à partir de leur mémoire ou de la mémoire collective : Webb 2009, p. 193-195.

91 Feldherr 1998.

92 Ibid., en particulier p. 84 : « these spectacles become the means through which the collective power of the state operates on the spectators, devastating the enemy and drawing the Roman closer to the sources of their own strength » et p. 112-164.

93 Liv., 8, 8, 2. Fuit autem ciuili maxime bello pugna similis ; adeo nihil apud Latinos dissonum ab Romana re praeter animos erat.

94 Sur la réécriture de l’histoire romaine au prisme d’un antagonisme patricio-plébéien par les annalistes : Meunier, à paraître.

95 Corbier 2006, p. 50-51 : « C’est l’esquisse d’un équilibre politique où des alliances entre plébéiens et patriciens se nouent ; c’est l’annonce de la formation d’une nouvelle couche de dirigeants. […] Les Decii sont présentés comme une sorte d’archétype, celui des patriotes extrêmes, partisans d’une collaboration avec les patriciens pour diriger la cité. Cet exemple n’est pas isolé : on retrouve dans l’histoire des Ve et IVe siècles d’autres gentes qui symbolisent de génération en génération les mêmes traits de caractère, tels les Manlii sacrifiant leur fils, ou les Valerii, toujours victorieux, toujours soutenus par des interventions divines ».

96 Mineo 2006 ; 2009.

97 Respect de la parole des devins, de la part de Marcus Curtius, en 7, 6 ; adresse au dictateur de la part de Manlius Torquatus en 7, 10, 2 : Iniussu tuo, inquit, imperator, extra ordinem nunquam pugnauerim, non si certam uictoriam uideam : si tu permittis (« Sans ton ordre, chef, dit-il, jamais je n’oserais combattre hors du rang, non, même pas si je voyais la mort certaine. Mais si tu le permets ») ; 7, 26, 2, prius sciscitatus consulis uoluntatem (« il s’assura d’abord du vouloir du consul ») ; 8, 9, 4-9, respect scrupuleux du rituel indiqué par le pontife, dans le cas de la deuotio ; tandis que l’épisode du châtiment du jeune Manlius par son père joue parfaitement le rôle d’exemplum négatif : 8, 7, 15, Quandoque, inquit, tu, T. Manli, neque imperium consulare neque maiestatem patriam ueritus, aduersus edictum nostrum extra ordinem in hostem pugnasti et, quantum in te fuit, disciplinam militarem, qua stetit ad hanc diem Romana res, soluisti (« Puisque toi, Titus Manlius, sans respect pour le pouvoir consulaire ni pour la majesté paternelle, contrairement à notre édit, tu as combattu hors du rang contre l’ennemi et, dans toute la mesure de tes moyens, détruit la discipline militaire qui a été le soutien de l’État romain jusqu’à ce jour »).

98 Oakley 1985.

99 Liv., 23, 46 ; 25, 18, 8-15 ; 28, 21, 6-10. Haimson Lushkov 2015, p. 113 propose de retrouver dans le motif de la fosse évoquée par Taurea pour annoncer sa fuite le motif du trou présent dans les récits de deuotio.

100 Liv., 23, 46, 13-14 ; 25, 18, 6.

101 Liv., 23, 47, 2, id modo moratus ut consulem percontaretur liceretne extra ordinem in prouocantem hostem pugnare (« prenant seulement le temps de demander au consul la permission de combattre hors des rangs contre un ennemi qui le provoquait ») ; 25, 18, 12, tantum moratus du imperatores consuleret permitterentne sibi extra ordinem in prouocantem hostem pugnare (« ne prenant que le temps de demander aux généraux l’autorisation de combattre en-dehors des rangs »).

102 Liv., 23, 47, 3, Iam Romani ad spectaculum pugnae eius frequentes exierant, et Campani non uallum modo castrorum sed moenia urbis prospectantes repleuerant (« Déjà les Romains étaient sortis en foule pour assister au spectacle de cette bataille et les Campaniens avaient rempli non seulement les retranchements de leur camp, mais même, pour voir les choses de loin, les murailles de leur ville ») ; 25, 18, 9, palam duobus exercitibus audientibus (« devant les deux armées qui les écoutent »).

103 Liv., 23, 47, 7, cum magno gaudio et gratulatione ; 25, 18, 15 cum magna laude et gratulatione militum.

104 Liv., 25, 18, 4-11.

105 Il n’est pas étonnant d’ailleurs que Silius Italicus ait choisi de reprendre à la tradition livienne ces épisodes pour en faire des moments-clés de ses Punica.

106 Miniconi 1981, p. 138.

107 Jal 1963, p. 229-242.

108 Seul un proverbe reste du combat de Taurea et Asellus.

109 Liv., 28, 21, 8, Cum uerbis disceptare Scipio uellet ac sedare iras, negatum id ambo dicere cognatis communibus, nec alium deorum hominumue quam Martem se iudicem habituros esse (« Scipion voulait régler le litige par une discussion et apaiser les colères, mais tous deux lui dirent qu’ils avaient refusé cet arbitrage à des parents communs et que, parmi les dieux et les hommes, ils n’auraient pas d’autre juge que Mars »).

110 Liv., 23, 46, 13.

111 Liv., 25, 18, 15.

112 Fries 1985, p. 196.

113 Pol., 6, 21, 1-3.

114 Pol., 6, 39, 1-11.

115 Dont l’adfectatio regni.

116 Scheid 2009.

117 Tite-Live fait peut-être déjà allusion à cette différence lorsqu’il utilise, en 24, 8, 2-6, l’exemple des duels d’Asellus Claudius et de Vibellius Taurea, de Titus Manlius et de Marcus Valerius dans le discours qui doit permettre à Fabius Cunctator de se faire élire pour mener l’armée romaine contre Hannibal : il choisit précisément de faire évoquer par le magistrat, figure devenue exemplaire par sa volonté de substituer la stratégie de la temporisation à celle de la bataille rangée, des combats singuliers accomplis par des non-magistrats, en dehors du combat des légions. Voir Haimson Lushkov 2015, p. 109.

118 Liv., 4, 20, 5-11 ; voir Tarpin 2003.

119 Cass. Dio, 53, 20, 1-4.

120 Étienne 1958, p. 75-80, qui cite, au sujet de la deuotio iberica, Sall., Hist., 1, 125, dans Serv., ad Georg., 4, 218 et Strab., 3, 4, 18 pour attester l’historicité de cette pratique, avant d’affirmer : « pour les Romains, le but est l’anéantissement d’un ennemi ; pour les Ibères, seul importe le salut du chef ; chez les premiers, on se trouve en présence d’un fait exceptionnel, chez les seconds, d’une institution durable » (p. 77).

121 Pour une analyse détaillée de ce passage, voir Rouveret 1991 ; Poulle 1998.

122 Tac., Hist., 1, 40, 1-43, 1.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marine Miquel, « Duels et deuotiones, une représentation de la guerre dans l’historiographie livienne », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité, 131-1 | -1, 33-51.

Référence électronique

Marine Miquel, « Duels et deuotiones, une représentation de la guerre dans l’historiographie livienne », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En ligne], 131-1 | 2019, mis en ligne le 30 juin 2019, consulté le 19 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/mefra/6920 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mefra.6920

Haut de page

Auteur

Marine Miquel

UMR 7041 ArScAn et THEMAM/université de Tours, marine.miquel@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • OpenEdition Journals