Navigation – Plan du site
Tite-Live et la Rome archaïque

L’organisation politique et territoriale des peuples de l’Italie préromaine vue par Tite-Live

Stéphane Bourdin
p. 53-64

Résumés

Cet article vise à répondre à deux questions relatives à la perception par Tite-Live de l’organisation politique et territoriale des peuples de l’Italie préromaine : 1) L’image fournie par le récit livien reflète-t-elle uniquement le point de vue grec ou romain sur les populations non grecques et non romaines d’Italie ou ces populations avaient-elle les mêmes conceptions ? 2) Dans quelle mesure le cadre offert par un auteur comme Tite-Live reflète-t-il la réalité ou plus simplement la forma mentis de l’auteur lui-même ? Il résulte de l’analyse que la description du cadre institutionnel de l’Italie préromaine chez Tite-Live reflète bien en partie une forma mentis de l’auteur, mais de façon très générale. Ce cadre n’est toutefois pas artificiel. Certes, on note une tendance générale à présenter tous les peuples sous les mêmes traits, mais ce cadre est globalement cohérent avec celui que fournissent les autres sources, en grande partie confirmé par la documentation épigraphique.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Il est d’usage, quand on vise à réaliser une synthèse sur un problème précis concernant les populations de l’Antiquité – qu’il s’agisse de leur organisation politique, de leurs aventures militaires, des rituels et des cultes, de la manière dont le peuplement se répartit sur le territoire, etc. – de chercher dans la documentation, littéraire, épigraphique et archéologique, les bribes d’informations disponibles et de fournir, à partir de celles-ci, une analyse. Tite-Live est ainsi considéré comme un réservoir inépuisable d’informations sur les peuples que Rome a affrontés au cours de l’époque monarchique et républicaine, au même titre que d’autres auteurs, parfois moins bien conservés (comme Polybe et Denys d’Halicarnasse) ou moins centrés sur l’histoire de l’Italie (comme Diodore). En récupérant ainsi des passages dans la tradition géographique grecque (Strabon, Ptolémée) ou latine (Pomponius Mela, Pline l’Ancien), dans la tradition annalistique romaine et les auteurs qui l’utilisent (Diodore, Tite-Live, Denys, Dion Cassius et tous les abréviateurs de Tite-Live : Florus, Eutrope, Orose), voire dans la poésie grecque (Lycophron) ou latine (Virgile, Ovide), on peut parvenir à établir un cadre, globalement cohérent du peuplement de l’Italie préromaine, l’Italie dans laquelle Rome n’a pas encore imposé sa domination aux communautés politiques.

  • 1 Pour des exemples d’études lexicales sur les institutions politiques ou l’organisation du territoi (...)

2Deux questions demeurent toutefois en suspens :
– L’image obtenue reflète-t-elle uniquement le point de vue grec ou romain sur les populations non grecques et non romaines d’Italie ? Et est-il possible, le cas échéant, de savoir si ces populations avaient la même conception de ce qu’est un peuple, du statut urbain d’une communauté, de la délimitation des frontières ?
– Dans quelle mesure le cadre offert par un auteur, comme Tite-Live, reflète-t-il la réalité ou plus simplement la forma mentis de l’auteur lui-même ? Pour répondre à cette question, il est nécessaire d’envisager la production d’un auteur dans son intégralité, d’y conduire des analyses lexicales, plutôt que de combiner des passages de différents auteurs à propos d’une même thématique1. Ainsi, le préalable à toute enquête devrait être de comprendre, s’il y a lieu, la manière dont Tite-Live décrit les peuples en général, ou plus spécifiquement les peuples d’Italie, en voyant si ce cadre est appliqué à l’identique à toutes les situations décrites.

Quelle conception de l’organisation politique et territoriale ?

  • 2 Briquel 1997.
  • 3 Rambaud 1953.
  • 4 Fichtl 2004, p. 7-19.
  • 5 Salapia : 27, 28, 4 ; Clampetia, Consentia et Pandosia : 29, 38, 1 ; Capua : 23, 2, 7 ; 4, 7 ; 7, (...)

3La première difficulté que l’on rencontre est bien évidemment celle de la « traduction » des réalités non latines en latin. On a depuis longtemps insisté sur la médiation introduite par ce point de vue etic, par le regard de l’Autre (ou le regard du vainqueur), sur les populations romaines2. Pour la Gaule par exemple, le cadre du peuplement est connu en premier lieu à travers une source principale – les Commentaires de César – qui reproduit le regard du vainqueur, avec toutes les « déformations historiques » que l’on a depuis longtemps décelées, notamment dans la célèbre étude de Michel Rambaud : exagération du nombre de villes conquises et de leur importance, exagération du nombre de vaincus, travestissement des objectifs de guerre et des motivations des principaux protagonistes, discrétion sur les revers romains3, etc. César désigne les unités politiques gauloises comme des ciuitates (182 occurrences, aussi bien pour la Gaule que pour la Germanie)4, utilisant un terme que par la suite Tite-Live emploie, à propos de l’Italie, pour désigner des communautés qu’il peut qualifier par ailleurs de populi, comme Salapia chez les Dauniens, Clampetia, Consentia et Pandosia chez les Bruttiens, Capua en Campanie, Tarquinii et Veii en Étrurie5.

  • 6 Caes., Gall., 7, 20, 12.
  • 7 La Saône marque ainsi la frontière (fines) entre Éduens et Séquanes (Caes., Gall., 1, 12).
  • 8 Le pagus apparaît comme la subdivision habituelle de la ciuitas ; cf. Caes., Gall., 6, 11 : In Gal (...)
  • 9 Caes., Gall., 1, 12 : Is pagus appellabatur Tigurinus ; nam omnis ciuitas Heluetia in quattuor pag (...)
  • 10 Caes., Gall., 7, 64 : Altera ex parte Gabalos proximosque pagos Aruernorum in Heluios, item Ruteno (...)
  • 11 Caes., Gall., 4, 22 : Reliquum exercitum Q. Titurio Sabino et L. Aurunculeio Cottae legatis in Men (...)
  • 12 Caes., Gall., 1, 37 : Treueri autem, pagos centum Sueborum ad ripas Rheni consedisse, qui Rhemum t (...)
  • 13 Fichtl 2004, p. 61 sq.
  • 14 Caes., Gall., 1, 5, 4 ; 4, 22, 1 et 5 ; 6, 23, 5 ; cf. Fichtl 2004, p. 14-19.

4Ces ciuitates gauloises indépendantes sont considérées comme les ancêtres directs des cités que l’on rencontre à l’époque romaine. Le texte de César permet de se les représenter comme de vastes districts, possédant une ou plusieurs agglomérations principales (désignées comme des oppida, donc des « villes ») et un territoire6, délimité par des fines7, sur lequel on trouve des sanctuaires, des champs et des fermes. Un autre terme, chez César, s’articule avec celui de ciuitas : César évoque les pagi8, mais dans une proportion bien moindre : 11 occurrences, concernant les Helvètes9, les Arvernes10, les Morins11 et les Suèves12. Il semble considérer que les pagi sont des cantons, des subdivisions des ciuitates et on a alors supposé que les grandes cités, comme les Suessions, les Médiomatriques, les Bituriges. étaient subdivisées en pagi, chacune possédant une agglomération (oppidum) principale et des agglomérations secondaires13. On parvient donc, à travers le témoignage de César, à comprendre l’organisation politique des populations des Gaules et de Germanie ; César utilise toutefois des termes qui font penser à une certaine analogie avec des institutions italiennes, mais ne correspondent pas parfaitement avec elles : les pagi gaulois par exemple – dont nous ignorons le nom gaulois – ne ressemblent pas réellement aux pagi que l’on rencontre dans la Péninsule italienne. On voit ainsi, dans les Commentaires, certains pagi gaulois agir de façon autonome et se ranger ou non aux décisions de l’ensemble de la ciuitas14.

  • 15 Berrendonner 2002 ; Maras 2018.
  • 16 ST Um 1.

5Il semble donc que les auteurs latins ou grecs cherchent à traduire, en utilisant des termes qui désignent des institutions qui, d’une manière ou d’une autre, peuvent être comparées aux institutions des populations qu’ils décrivent, la situation institutionnelle des « indigènes ». Dans le cas de l’Italie, la documentation épigraphique des langues autres que le latin et le grec permet d’isoler certains termes institutionnels qui semblent confirmer ce cadre. Ce qui frappe avant tout quand on prend en considération les données de l’épigraphie, c’est le fait que les inscriptions se déploient dans un cadre faisant référence presque exclusivement à l’horizon « civique », à l’échelon de la cité15. La seule mention d’un ensemble ethnique dans la documentation épigraphique en langues indigènes d’Italie se trouve dans les Tables Eugubines, où le terme ombrien numen est considéré comme un équivalent du latin nomen (« peuple »)16.

  • 17 Prosdocimi 1978 ; Sisani 2001.
  • 18 Sur la question de l’identification, cf. Loicq 1966 ; Prosdocimi 2001 et résumé du débat dans Bour (...)
  • 19 ST UM 12-15 (= ImagItal 1 Meuania 3-6).
  • 20 Bourdin 2012, p. 224-276.
  • 21 Ibid. ; Aberson – Wachter 2014.

6Les Tables Eugubines, sept tables de bronze découvertes en 1444 près du théâtre de Gubbio, rédigées en langue ombrienne et en alphabet ombrien ou latin, décrivent une série de rituels destinés à purifier l’armée (poplo) de la cité d’Iguuium (tuta ikuvina) et également à exécrer les populations des alentours, désignées dans leur ensemble comme des numen (« peuples ») : numen turksum, numen naharkum, numen iapuzkum17. Je n’entre pas dans le détail complexe de l’identification de ces communautés18, mais on voit – et d’autres inscriptions ombriennes mentionnant la tuta, à Bevagna par exemple19, le confirment – que les populations de l’Italie antique concevaient l’organisation politique selon deux échelons, des communautés politiques locales (tuta en Ombrie), qui se regroupent dans des systèmes d’États plus larges (numen)20. Les inscriptions dans les autres langues (paléo-sabellique, osque, volsque, étrusque principalement) attestent l’existence au moins de communautés politiques locales (touto en osque, ras et spura en étrusque) chez les Samnites, chez les Vestins, chez les Volsques, en Étrurie, en Campanie, en Lucanie, dans le Bruttium21

  • 22 Bourdin 2012, p. 195-205 et 370-378.

7C’est plus ou moins le même découpage que l’on retrouve chez Tite-Live, qui utilise un vocabulaire assez réduit pour distinguer les « peuples » (nomen et gens) ou les communautés politiques qui composent ces derniers (populus, ciuitas, res publica)22. L’analyse n’a porté que sur les passages concernant les populations italiennes, qui forment toutefois la majeure partie de ce que l’on conserve de Tite-Live.

L’organisation politique chez Tite-Live

  • 23 Liv., 1, 38, 4 ; 49, 9 ; 50, 4 ; 52, 4 ; 2, 22, 7 ; 41, 6 ; 7, 28, 2 ; 8, 2, 12 ; 9, 19, 2 ; 10, 2 (...)
  • 24 Liv., 7, 29, 5 ; 26, 27, 11.
  • 25 Liv., 2, 9, 1 ; 5, 17, 9 ; 5, 22, 8 ; 7, 17, 6 ; 9, 41, 6.
  • 26 Liv, 7, 7, 4 ; 9, 45, 17.
  • 27 Liv., 37, 2, 5.
  • 28 Liv., 25, 16, 15.
  • 29 Liv., 2, 35, 7 ; 2, 38, 6 ; 3, 8, 10 ; 8, 11, 10.
  • 30 Liv., 8, 25, 3 ; 37, 4.
  • 31 Liv., 8, 16, 2 ; IX, 25, 9.
  • 32 Liv., 27, 15, 3.
  • 33 Liv., 25, 18, 2 ; 26, 27, 12.
  • 34 Liv., 1, 32, 5 ; 3, 2, 3 ; 4, 49, 3 ; 56, 5 ; 6, 12, 4 ; 7, 30, 8 ; 9, 45, 6.
  • 35 Liv., 2, 9, 4 ; 53, 3 ; 9, 39, 7 ; 10, 18, 1 ; 21, 12 ; 21, 58, 2.
  • 36 Liv., 7, 26, 15 ; 8, 22, 8 ; 9, 14, 5 ; 39, 8, 4.
  • 37 Liv., 2, 41, 7 ; 6, 10, 7 ; 9, 43, 7.
  • 38 Liv., 23, 42, 1.
  • 39 Liv., 2, 41, 7 ; 6, 10, 7 ; 8, 5, 6.
  • 40 Liv., 29, 5, 3 ; 32, 29, 7 ; 34, 56, 2 ; 36, 39, 7 ; 40, 34, 9.
  • 41 Liv., 8, 25, 3 ; 28, 11, 15.
  • 42 Liv., 9, 41, 8 ; 10, 18, 1 et 21, 12.
  • 43 Liv., 5, 33, 11.
  • 44 Liv., 1, 30, 4 ; 2, 53, 3.
  • 45 Liv., 7, 29, 2 ; 8, 27, 4 ; 9, 29, 2 ; 10, 18, 1 et 21, 12 ; 31, 11 ; 23, 42, 1.
  • 46 Liv., 1, 1, 3.
  • 47 Liv., 2, 22, 1 et 38, 2 ; 4, 56, 5 ; 6, 12, 5 ; 7, 30, 8.

8Tite-Live distingue donc dans la Péninsule italienne un ensemble de nomina ; le terme est bien évidemment utilisé pour qualifier le nomen Latinum23, l’ensemble des cités qui forment ce que nous appelons la ligue latine, mais on trouve aussi ce terme employé à propos des Campaniens24, des Étrusques25, des Herniques26, des Ligures27, des Lucaniens28 et des Volsques29. L’autre terme utilisé par Tite-Live pour désigner des groupes ethniques est gens, plus fréquent, et souvent employé en alternance avec nomen, par effet de uariatio. Le terme est appliqué aux Apuliens30, aux Ausones31, aux Bruttiens32, aux Campaniens33, aux Èques34, aux Étrusques35, aux Grecs36, aux Herniques37, aux Hirpins38, aux Latins39, aux Ligures40, aux Lucaniens41, aux Ombriens42, aux Rhètes43, aux Sabins44, aux Samnites45, aux Vénètes46 et aux Volsques47. C’est donc le terme gens, et plus accessoirement nomen, qui est utilisé par Tite-Live pour désigner les « peuples » de la Péninsule : de façon très symptomatique d’ailleurs, ces ligues ethniques disparaissent avec la conquête et Tite-Live n’emploie plus le terme pour l’Italie péninsulaire après la Deuxième guerre punique.

  • 48 Liv., 9, 42, 11 ; 23, 12, 16.
  • 49 Liv., 1, 8, 3 ; 4, 23, 5 ; 5, 1, 5 ; 7, 21, 9.
  • 50 Liv., 9, 42.

9Tite-Live exprime clairement l’idée d’emboîtement en plusieurs passages : les nomina sont composés de plusieurs populi48. Le nomen Etruscum est ainsi assimilé aux duodecim populi Etruriae49. Cet emboîtement apparaît clairement à propos du passage des Herniques sous la domination romaine50. En 307, alors que les Romains luttent contre les Samnites, certaines cités des Herniques sont accusées d’avoir participé au conflit – des citoyens herniques sont reconnus parmi les prisonniers faits à la bataille d’Allifae. En 306, craignant des représailles romaines, les représentants des cités herniques se réunissent au Cirque Maritime d’Anagni et votent, préventivement, la guerre contre Rome. Trois des populi des Herniques (Alatrium, Ferentinum et Verulae) refusent toutefois de voter la guerre et seule une partie du nomen Hernicum porte les armes contre Rome. Après leur défaite, les cités belligérantes (Anagni principalement) reçoivent la ciuitas sine suffragio, tandis que les trois villes qui n’ont pas participé au conflit conservent leur autonomie politique.

  • 51 Bourdin 2012, p. 345 sq. ; Bourdin 2014.

10Les « peuples » apparaissent chez Tite-Live avant tout comme des ligues, avec des réunions de représentants (les concilia des Étrusques, des Latins, des Herniques), parfois une capitale (Cales, caput gentis des Ausones) ; ils peuvent déclarer la guerre ou se soulever dans leur ensemble et combattre sous l’autorité de généraux en chef, commandant une armée commune, comme l’imperator de la gens des Samnites51.

  • 52 Liv., 40, 28, 6 [181 a.C.] : Triduo post Ligurum Ingaunorum nomen omne obsidibus datis in dicionem (...)
  • 53 Liv., 37, 2, 5 [190 a.C.] : …iam enim confectam prouinciam scripserat et Ligurum omne nomen in ded (...)
  • 54 Liv. 31, 10, 2 [200 a.C.] : Insubres Cenomanique et Boii excitis Celinibus Iluatibusque et ceteris (...)
  • 55 Prosdocimi 2001.
  • 56 Liv., 21, 38, 5 [218 a.C.] : Taurini Semigalli proxima gens erat in Italia degresso.
  • 57 Liv., 21, 55, 4 [218 a.C.] : Duodeuiginti milia Romani erant, socium nominis Latini uiginti, auxil (...)
  • 58 Liv., 33, 36, 8 : [196 a.C.] Boi, ut est gens minime ad morae taedium ferendum patiens, in castell (...)
  • 59 Liv., Per., 53 : Appius Claudius cos. Salassos, gentem Alpinam, domuit.
  • 60 Liv., 5, 35, 3 : Tum Senones, recentissimi aduenarum, ab Vtente flumine usque ad Aesim fines habue (...)
  • 61 Liv., 5, 34, 7 : Ibi cum uelut saeptos montium altitudo teneret Gallos, circumspectarentque quanam (...)
  • 62 Liv., 5, 35, 2 : Post hos Salluuiique, prope antiquam gentem Laeuos Ligures incolentes circa Ticin (...)
  • 63 Liv., 28, 46, 9 : [207 a.C.] Ingauni – Ligurum ea gens est – bellum ea tempestate gerebant cum Epa (...)
  • 64 Liv., 32, 31, 5 : [197 a.C.] Inde in Ligustinos Iluates, qui soli non parebant, legiones ductae. E (...)
  • 65 Liv., 39, 2, 1 : [187 a.C.] C. Flaminius consul, cum Friniatibus Liguribus in agro eorum pluribus (...)
  • 66 Liv., 42, 8, 5 : [173 a.C.] Quas cum A. Atilius praetor in curia recitasset (…) atrox res uisa sen (...)
  • 67 Liv., 5, 34-36.
  • 68 Bourdin 2012, p. 199-205.
  • 69 CIL V, 7817.

11Tite-Live n’emploie toutefois pas toujours ces termes avec rigueur, et on note chez lui une certaine oscillation entre l’échelon ethnique et l’échelon civique. Ainsi, il arrive qu’il utilise un terme « ethnique » pour désigner une subdivision de peuple, comme lorsqu’il écrit qu’en 181, le nomen entier des Ligures Ingaunes fait sa reddition52, alors que le plus souvent, il emploie nomen pour évoquer l’ensemble des Ligures53 et populus pour distinguer les populations elles-mêmes (comme les Celini, Iluates et Statellates)54. Dans ce cas, plus qu’un sens technique, il faut considérer que Tite-Live utilise le terme dans le sens d’« ensemble d’éléments que l’on peut désigner par le même nom »55 et vise donc à exprimer l’idée de totalité. De la même manière, le terme gens est employé par Tite-Live pour désigner deux types de réalités : il peut s’agir d’un synonyme de nomen (ou de genus et natio), désignant de larges ensembles de population, ou des populations plus réduites, en particulier en Cisalpine, chez les Gaulois et chez les Ligures. Là, Tite-Live utilise plus fréquemment le terme gens pour désigner des « cités », comme les Taurins56, les Cénomans57, les Boïens58, les Salasses59, les Sénons60 chez les Gaulois, ou les Salui61, les Lauei62, les Ingauni63, les Iluates64, les Friniates65 ou les Statellates66 chez les Ligures. Dans d’autres cas, comme dans le célèbre excursus du livre V sur les migrations gauloises67, Tite-Live qualifie ces populations de populi, ce qui montre bien que les gentes Gallicae sont avant tout des unités politiques. Pourquoi alors utiliser un terme désignant en général des peuples pour parler de communautés politiques ? Tite-Live ne fait que rendre la dichotomie, fortement sensible dans les sources grecques, entre une Italie péninsulaire, organisée en cités (πόλεις) elles-mêmes regroupées en ligues (ἔθνη) et une Italie cisalpine, organisée en peuplades considérées directement comme des ἔθνη68 ; de la même manière, l’Italie péninsulaire chez Tite-Live est organisée selon deux échelons nomen/gens et populi, et l’Italie cisalpine en gentes. La nomenclature officielle romaine ne fait d’ailleurs pas autrement, elle qui qualifie de gentes (et non de populi) toutes les populations vaincues des Alpes (gentes Alpinae) dont le nom se trouve sur le trophée de La Turbie69.

  • 70 Emploi de populus pour désigner un ensemble ethnique : Aurunces/Ausones (7, 28, 2 ; 8, 16, 3), Èqu (...)
  • 71 Liv., 1, 23, 8 : Illud te, Tulle, monitum uelim : Etrusca res quanta circa nos teque maxime sit, q (...)
  • 72 L’existence d’un σύστημα κοινόν est signalée par Strabon chez les Étrusques (5, 2, 2), chez les Sa (...)
  • 73 Liv., 8, 23, 6 : [327 a.C.] Ceterum non posse dissimulare aegre pati ciuitatem Samnitium, quod Fre (...)
  • 74 Liv., 9, 42, 8 : [307 a.C.] Qui se ciuem Hernicum dixerat…
  • 75 Liv., 8, 27, 6-7 : [326 a.C.] Haec consilia cum apud cupidos rerum nouandarum ualuissent, ex iuuen (...)
  • 76 D.H., 5, 53, 5 ; 8, 70, 2.
  • 77 Ampolo 2017.

12À l’inverse, Tite-Live peut utiliser un terme désignant normalement l’échelon politique (populus, ciuitas), pour évoquer un ensemble plus large (normalement qualifié de gens ou nomen). Anticipant un usage plus tardif – employer populus pour qualifier un « peuple » et non une « cité » – Tite-Live utilise à plusieurs reprises ce terme pour désigner des ensembles ethniques (Aurunces/Ausones, Èques, Falisques, Frentans, Herniques, Latins, Lucaniens, Marses, Marrucins, Péligniens, Picéniens, Samnites, Sidicins, Vestins, Volsques)70. On rencontre également le terme res (res Etrusca, des Herniques, des Latins, des Vestins, des Samnites…)71, un peu comme s’il voulait rendre ce que les sources grecques appellent κοινόν ou σύστημα κοινόν (la structure confédérale, le système d’État, la ligue)72, et le terme ciuitas parfois utilisé pour qualifier un ensemble ethnique, comme lorsque Tite-Live évoque un ciuis Samnis en 32073, les ciues des Herniques en 30774 ou les assemblées de citoyens lucaniens en 32675 ; il semble qu’il désigne alors une citoyenneté « fédérale », ou au moins un ensemble de droits réciproques, comme dans le cas du ius Latii, que Denys d’Halicarnasse appelle ἰσοπολιτεία76. Cette citoyenneté « fédérale » a été documentée récemment dans le cas des Frentans, par une inscription de Lilybée qui rappelle la dédicace d’un temple d’Hercule Nouritanus par un Gaius Fannius, fils de Minatus, et les citoyens des Frentans résidant en Sicile (ceiuesq(ue) Frentran[ei q]uei in Sicelia colunt)77.

  • 78 Bourdin 2012, p. 212-216.
  • 79 Ibid., p. 205-212.

13Malgré les nombreuses oscillations lexicales, Tite-Live distingue donc deux échelons, ethnique et politique, en Italie péninsulaire, et un seul (ethnique) en Cisalpine. On retrouve la même distinction dans les sources grecques, comme chez Polybe, qui évoque les πόλεις d’Italie péninsulaire et les ἔθνη de Cisalpine et de Ligurie78, ou chez Denys d’Halicarnasse, qui présente le même emboîtement : des ἔθνη (ou κοινὰ) composés de πόλεις en Italie péninsulaire et des ἔθνη sans plus de précision en Cisalpine79.

  • 80 Bornecque 1933, p. 68 sq. Même jugement encore dans Ogilvie – Drummond 1989, p. 9. Pour une analys (...)
  • 81 ST MV 1 (= ImagItal 1 Teate Marrucinorum 2).
  • 82 ST VM 2 (= ImagItal 1 Velitrae 1).
  • 83 ST Sp TE 5 (= ImagItal 1 Interamnia Praetuttiorum 1). Toute la question demeure de comprendre si d (...)
  • 84 ST Um 1, Ia, 5 ; 8 ; 12 ; 15 ; 21 ; 25 ; 29 ; 31 ; Ib, 2 ; 5 ; 16 ; VIa, 5 ; 10-12 ; 18 ; 22 ; 23  (...)
  • 85 ST Po 5 (= ImagItal 2 Pompei 9) ; 6 (= ImagItal 2 Pompei 8) ; 7 (= ImagItal 2 Pompei 11) ; 38 (= I (...)
  • 86 ST Cm 10 (= ImagItal 1 Herculaneum 1).
  • 87 ST Cp 24 (= ImagItal 1 Capua 29) ; 27 (= ImagItal 1 Capua 28) ; 28 (= ImagItal 1 Capua 27) ; 33-34 (...)
  • 88 ST tSA 10 (= ImagItal 2 Bouianum 10).
  • 89 ST tSA 1 (= ImagItal 2 Bouianum 3) ; 2 (ImagItal 2 Bouianum 1) ; 3 (= ImagItal 2 Bouianum 2) ; 4 ( (...)
  • 90 ST Sa 5 (= ImagItal 2 Teruentum 11) ; 7 (= ImagItal 2 Teruentum 18) ; 9 (= ImagItal 2 Teruentum 33 (...)
  • 91 + ST Lu 1 (= ImagItal 3 Bantia 1) ; cf. Cappelletti 2011.

14Cette confusion dans le vocabulaire institutionnel n’est toutefois pas due uniquement à l’imprécision de Tite-Live, qu’on a parfois considéré comme un historien de cabinet80, peu au fait des détails du fonctionnement des institutions politiques. En réalité, si l’on regarde dans le détail, la confusion règne également dans les inscriptions. Ainsi, on pense habituellement que dans le monde « italique » au sens large, l’unité politique de base est la touto/tuta, plus ou moins équivalente de « cité », mais qui regroupe divers éléments : un territoire (trifu en Ombrie), une citadelle (ocar), etc. Cette touto est dirigée par des magistrats, en général des meddices, dont le nombre varie (de un à trois), vote des lois (comme la lixs de la touta marouca dans la Table de Rapino)81 et possède une assemblée (la toticu coehriu de la Table de Velletri)82. Or, si l’on examine attentivement l’ensemble des attestations du terme touto/tuta, on s’aperçoit que dans les inscriptions les plus anciennes, le terme semble correspondre à un ensemble relativement vaste, comme la tuta safina, la « cité sabine » des inscriptions de Penna Sant’Andrea dans la première moitié du Ve siècle83. Dans les inscriptions plus récentes en revanche, touto fait référence à une communauté politique : tuta ikuvina et tuta tarinate dans les Tables Eugubines84, mentions de magistrats locaux désignés comme meddis tuvtiks à Pompéi85, Herculanum86, Capoue87, sur les timbres de Saepinum88 et Boianum89, à Pietrabbondante90, jusqu’à la plus récente attestation, le règlement institutionnel de la communauté de Bantia, municipe doté d’un sénat, dirigé par des meddices, un préteur, des censeurs et des questeurs, et clairement défini comme une touto91.

15Dans le monde osque aussi, il semble donc qu’il y ait une certaine oscillation lexicale et que la touto, ou les meddices, puissent revêtir des institutions assez dissemblables ou d’entité différente. C’est du reste la même oscillation sémantique qu’on retrouve en français, avec le terme « État », qui peut s’appliquer à des situations et à des systèmes politiques extrêmement disparates, et à différents échelons, comme aux États-Unis, où le même terme (state) est utilisé pour désigner l’État fédéral ou les 50 États membres de l’Union.

  • 92 Sur les Falisques vus par les sources littéraires et à travers la documentation archéologique, cf. (...)
  • 93 Liv., 4, 17.
  • 94 Liv., 5, 8.
  • 95 Liv., 5, 17.
  • 96 Liv., 7, 16.
  • 97 Liv., 7, 38.

16Certaines catégories sont d’ailleurs très floues. Ainsi, les Falisques sont actuellement considérés comme un « peuple »92. En réalité, ils n’apparaissent jamais comme tels (nomen, gens, ἔθνος) dans les sources et leur territoire est plus ou moins réduit aux dimensions d’une cité étrusque, avec un centre principal, Faléries, et quelques agglomérations secondaires (Narce, Nepet). C’est d’ailleurs au sein de la ligue étrusque que les Falisques se manifestent : les Falisques sont présentés comme des alliés des Étrusques, dès 43793. C’est à ce titre qu’ils viennent au secours de Véies, en guerre contre Rome en 404, comme le font également les Capénates94, ou qu’en 397, des émissaires falisques prennent la parole au fanum Voltumnae, comme le feraient les représentants d’une cité étrusque, pour demander, sans succès, que les Étrusques envoient des secours à Véies95. En 357, de jeunes Falisques sont suspectés d’avoir combattu contre Rome dans les rangs des Tarquiniens96. Il semble donc que les Falisques et les Capénates, alliés de Véies, aient été également affiliés à l’alliance des populi étrusques. Après leur défaite, les Falisques contractent en 343 un foedus avec Rome et quittent de ce fait l’alliance étrusque97.

  • 98 Bourdin 2005.
  • 99 ST MV 1 (= ImagItal 1 Teate Marrucinorum 2).
  • 100 Liv., 8, 29, 11-14.
  • 101 App., BC, 1, 5, 39.
  • 102 Martίnez-Pinna 2010.
  • 103 Strab., 5, 4, 2. Pour Strabon, une cité en particulier constitue souvent la « métropole » d’une po (...)

17Dans le même ordre d’idée, les « Rutules » ne sont pas, ou plus, réellement un peuple à l’époque historique, mais tout simplement les habitants de la ville latine d’Ardée, qui exaltent par ailleurs une identité particulière98. Le même problème se retrouve avec les Marrucins, qui formeraient, selon l’inscription de Rapino, une touta Marouca99. Le « peuple » des Marrucins, désigné comme une touta, est mentionné par Tite-Live en 325, au même titre que les Vestins, les Marses et les Péligniens, comme trois genera qu’il ne faudrait pas s’aliéner individuellement, sous peine de les voir prendre les armes ensemble100. De même, au moment du déclenchement de la guerre sociale, Appien présente toutes ces populations comme des ἔθνη101. Or, ces Marrucins, coincés entre la Maiella et les fleuves Aterno et Foro, possèdent un territoire d’environ 700 km², soit une population estimée à 15 000 personnes environ, et ressemblent plus à une « cité » qu’à un peuple102. Du reste, ils ne forment à l’époque romaine qu’un seul municipe, Teate Marrucinorum (Chieti), qui serait, comme écrit Strabon, leur μητρόπολις103.

  • 104 Falisques (Liv., 4, 21, 8) et Marrucins (9, 45, 18).

18La distinction entre peuples et cités n’est donc pas toujours très lisible, ni dans la documentation épigraphique (et donc dans l’auto-représentation de ces institutions politiques), ni dans le discours de Tite-Live, fondé sur les sources annalistiques romaines (Falisques et Marrucins étant deux des « peuples » que Tite-Live désigne clairement comme des « cités », populus)104.

L’organisation territoriale chez Tite-Live

  • 105 Bourdin 2012, p. 370-378.
  • 106 Liv., 8, 25, 4 (Allifae, Callifae, Rufrium) ; 9, 22, 3 (Saticula) ; 9, 26, 2 (Luceria) ; 9, 27, 14 (...)
  • 107 Liv., 8, 29, 12-14.
  • 108 Liv., 5, 34, 9 (Mediolanum) ; 23, 57, 13 (Victumulae) ; 22, 6, 3 (Mediolanum) ; 22, 9, 6, 29, 8 et (...)
  • 109 Chez les Bruttiens (25, 1, 2). Cela n’empêche pas dans d’autres passages Tite-Live de mentionner c (...)
  • 110 Chez les Gaulois (22, 9, 6), chez les Lucaniens (25, 1, 15) ; cf. Cazanove – Féret – Caravelli 201 (...)
  • 111 Tarpin 1999.
  • 112 Torelli 1975.

19Le cadre relativement rigide que propose Tite-Live est donc centré sur des populi/ciuitates, qui sont les véritables protagonistes de l’histoire des relations « internationales » de Rome. Chaque populus est organisé autour d’une ville, appelée indifféremment et par effet de uariatio, urbs ou oppidum, chacun des termes pouvant être employé alternativement pour la même agglomération105. Tite-Live utilise les termes urbs/oppidum à propos de toutes les populations de la Péninsule, même celles que l’on considère parfois comme pré-urbaines : il y a ainsi 21 mentions de villes dans le Samnium106, de deux oppida chez les Vestins (Cutina et Cingilia)107 – qui ne sont pas comme on a pu le penser, des centres fortifiés/castella, mais des agglomérations plus importantes –, d’urbes/oppida chez les Celtes (Comum, Clastidium, Litubium, Mediolanum, Victumulae)108. Au-delà de ce simple qualificatif, il n’y a toutefois pas d’uniformité entre les « villes », à ce détail près qu’on considère en général qu’elles possèdent une muraille ou une fortification. Pour Tite-Live, chaque unité politique doit disposer d’un centre, d’une agglomération, qui doit être une ville. Parfois, ces villes, qui n’ont pas l’apparence des grandes agglomérations latines ou étrusques, demeurent anonymes ou sont présentées comme des ignobiles urbes109 ou des ignobilia oppida110. Selon Michel Tarpin, Tite-Live se conforme au vocabulaire officiel des acta triumphalia et des elogia, qui distinguent des agglomérations ouvertes livrées au pillage (uici) et des agglomérations fortifiées prises par la force (oppida)111, comme on le voit à Tarquinia, dans les elogia des Spurinna, qui mentionnent la prise de 9 oppida latins112.

  • 113 Micali 1836, p. 248 ; Mommsen 1863, p. 51 sq.
  • 114 Ziółkowski 2006 ; Gros – Torelli 2007.
  • 115 La Regina 1971 ; La Regina 1981 ; La Regina 1989.
  • 116 De Benedittis 1988.
  • 117 Colonna 1955 et Colonna 2010.
  • 118 La Regina 1975, p. 271-275 pour le Samnium.
  • 119 Kornemman 1905.

20L’organisation territoriale, à l’intérieur des populi, est donc axée sur un centre urbain, mais également sur des agglomérations secondaires. On pense, depuis Giuseppe Micali et Theodor Mommsen, que les régions de l’Apennin central ne connaissaient pas l’urbanisation113, contrairement à la façade tyrrhénienne, qui voyait s’épanouir dès le VIIIe siècle, voire auparavant, de grandes agglomérations défendues par des fortifications de terre (aggeres)114. En Italie centrale en revanche, on conserverait une occupation κατὰ κώμας ou uicatim. Chaque communauté possèderait un certain nombre de sites fonctionnels (villages, fermes, sanctuaires et fortifications de hauteur) mais pas de villes115. Même si on ne peut nier la présence d’agglomérations dans certaines enceintes (Monte Vairano116, Monte Pallano117), ces fortifications frustes sont interprétées comme des systèmes défensifs, qui protègent les conques ou les vallées, à partir du VIe siècle ; les centres fortifiés correspondraient aux oppida, castella, loci muniti, urbes dont parlent les sources pendant les guerres samnites et serviraient à abriter les populations en cas de besoin et également le bétail, de façon permanente ou saisonnière, en relation avec les parcours de transhumance118. L’organisation des populations d’Italie centrale serait donc fondée, selon Ernst Kornemann notamment, non sur des villes, mais sur l’articulation de cantons territoriaux (pagi) et d’habitats ouverts (uici)119, d’où l’expression d’organisation « paganico-vicanica », avec des centres fortifiés, des sanctuaires et des fermes isolées.

  • 120 Luraschi 1970-1973.
  • 121 Capogrossi Colognesi 2002.
  • 122 Tarpin 2002, p. 53 sq.

21Ce modèle a commencé à être critiqué dès les années 1970, notamment par les juristes. Giorgio Luraschi a ainsi, dès 1970-1973, mis en doute l’existence du pagus à l’époque préromaine, en rappelant que les sources antiques ne parlaient que de uici, de castella et d’oppida pour les peuples préromains120. Pour Luraschi donc, la destination véritable du pagus, tel qu’on le rencontre par exemple dans la Table de Veleia, semble être de réunir sous l’autorité d’un magistrat romain plusieurs uici et de créer une organisation censitaire et fiscale. C’est donc une innovation romaine. Ces intuitions ont été confirmées par les recherches de Luigi Capogrossi Colognesi121 et de Michel Tarpin, ce dernier allant même jusqu’à suggérer que le uicus lui-même, loin d’être caractéristique des populations italiques, désigne avant tout les communautés de citoyens romains, établies hors du cadre urbain des municipes ou colonies, sur le territoire romain ou, de façon plus diffuse, sur le territoire des alliés (en particulier chez les Marses d’où proviennent les plus anciennes attestations épigraphiques)122.

  • 123 Bourdin 2012, p. 366-369.
  • 124 Liv., 5, 34, 9 ; Per., 45.
  • 125 Liv., 1, 1, 3.
  • 126 En Apulie : 12, 39, 16 ; en Campanie : 23, 18, 7 ; 26, 5, 4 ; en Cisalpine : 33, 36, 14 ; 35, 21, (...)
  • 127 C’est le cas de l’arx Tifatina (Liv., 7, 29, 6-7), qui défendait la ville de Capoue, de l’arx Caru (...)
  • 128 Tite-Live signale des uici sur le territoire des Apuliens (22, 43, 10 ; 49, 13), des Ausones (22, (...)
  • 129 Liv., 2, 62, 4 (en Sabine) : [470 a.C.] Incendiis deinde non uillarum modo sed etiam uicorum, quib (...)
  • 130 Fest., p. 502-504 L. ; cf. Letta 2010.
  • 131 Liv., 10, 17, 2 : [296 a.C.] ‘Quid per agros’ inquit ‘uagamur uicatim circumferentes bellum ? Quin (...)

22Le texte livien confirme ces critiques et permet toutefois d’aller un peu plus loin. Il n’existe aucune trace de pagus chez Tite-Live pour décrire les populations préromaines123. Il n’emploie ce terme que pour le monde celtique124, à une seule exception près, quand il écrit que les Troyens d’Anténor ont débarqué près d’un lieu nommé Troia, qui a donné son nom au pagus actuel (et donc pas pour l’époque préromaine)125. Chez Tite-Live, on trouve principalement de petites agglomérations fortifiées, les castella (en Apulie, en Campanie, en Cisalpine, en Étrurie, en Ligurie, dans le Samnium, chez les Volsques)126, parfois des sites perchés (arces)127 et des agglomérations ouvertes, les uici128 et des fermes isolées (uillae)129, mais sans jamais opposer une Italie urbaine et une Italie qui serait peuplée uicatim. Les auteurs antiques considèrent donc qu’existaient des villages auprès des populations non romaines, qui pouvaient être comparés aux uici du territoire romain. Les uici, parfois dotés d’une personnalité juridique, sont même, si l’on suit l’interprétation que Cesare Letta a donnée d’un passage de Festus130, une institution typique des populations italiques, en particulier des Marses et des Péligniens. Mais cette présence de uici n’exclut pas celle des villes. Quand les consuls romains choisissent de progresser uicatim dans le Samnium131, il s’agit tout simplement d’une tactique : attaquer les bourgs non fortifiés et non les villes. Mais cela ne signifie pas qu’il n’y a pas de villes. Au final, Tite-Live, comme l’ensemble des sources littéraires, nous renvoie plutôt, pour les populations d’Italie centrale, l’image d’un peuplement formé sur des agglomérations principales, de type urbain, un ensemble de villages et de fermes isolées.

  • 132 Liv., 9, 41, 15 : [308 a.C.] plaga una – Materinam ipsi appellant – non continuit modo ceteros in (...)

23On trouve enfin chez Tite-Live plusieurs cas intrigants, qui semblent faire écho à des institutions particulières, dont la trace aurait été enregistrée par les sources annalistiques : des termes employés presque isolément, pour traduire des réalités institutionnelles. En 308, Tite-Live parle de la plaga Materina, canton des Ombriens qui entraîne un soulèvement du peuple tout entier132. Le terme, utilisé normalement pour désigner une région, rappelle ici ce que César décrit en Gaule comme un pagus, un canton territorial doté de sa propre organisation militaire.

  • 133 Liv., 31, 2, 6 : [201 a.C.] Duabus legionibus subitariis tumultus eius causa scriptis additisque a (...)
  • 134 Liv., 33, 37, 1 : [196 a.C.] Sub haec tam uaria fortuna gesta L. Furius Purpurio alter consul per (...)
  • 135 Liv., 5, 32, 2-5.
  • 136 Pol., 2, 24, 7.
  • 137 Caton, Origines in FRH 5 F 56 (= Chassignet II F 13) (ap. Plin., Nat., 3, 116) : In hoc tractu int (...)
  • 138 Angelelli – Bonomi Ponzi 2006.

24Toujours à propos des Ombriens, Tite-Live mentionne par deux fois la tribus Sapinia, que l’on identifie avec la vallée du Savio (Sapis) : en 201, le préfet des alliés C. Ampius passe par la tribus Sapinia pour attaquer les Boïens133 et en 196, le consul L. Furius Purpurio fait de même134. Ce terme, tribus, qu’on retrouve dans les Tables Eugubines (trifu) pour qualifier le territoire de la cité, désigne donc vraisemblablement un canton, dépendant d’un centre urbain (Sarsina ?). Cette tribus Sapinia correspond-elle aux Sappinates contre lesquels Rome guerroie en 392-391135 et aux Σαρσινάτοι que Polybe distingue des Ombriens en fournissant les effectifs de la formula togatorum pour 225136 ? Le même terme, tribus, est employé par Caton pour parler des subdivisions des Boïens, qui compteraient 112 tribus137. L’Ombrie semble donc constituée de communautés urbaines et d’autres qui possèdent une organisation plutôt en canton rural, comme la tribus Sapinia, la plaga Materina ou le Naharkum numen (le nomen de ceux qui habitent dans la vallée du Nar) des Tables Eugubines, et une identité parfois distincte de l’ensemble ombrien. Rien n’interdit de penser toutefois que ces « cantons » ruraux ne désignent en fait que des territoires contrôlés par des centres urbains, qui pourraient être respectivement Sarsina, Matelica et Interamnia Nahars (Terni), où les grandes nécropoles délimitent en négatif, dès les Xe-VIIIe siècles, un centre urbain important138.

 

25La description du cadre institutionnel de l’Italie préromaine chez Tite-Live reflète bien en partie une forma mentis de l’auteur, mais de façon très générale : Tite-Live présente cette organisation comme fondée sur deux échelons, un ensemble de communautés politiques (populi, ciuitates), qui se regroupent dans des systèmes d’États (nomina, gentes), formant des ligues militaires et religieuses. Chaque communauté politique est centrée sur une agglomération principale, dotée de sa propre personnalité (et donc d’un nom), une « ville », et un certain nombre d’agglomérations secondaires (fortifiées ou non) et de sites isolés (sanctuaires, fermes). Ce cadre est appliqué à toute l’Italie, avec de subtiles variations concernant la Cisalpine, et il faudrait vérifier s’il est utilisé également pour l’ensemble des régions (Péninsule ibérique, Grèce) évoquées par le Padouan.

  • 139 ST Cp 24 ; 28 ; 34 ; Cm 10 ; Po 5-7 ; tSa 1-26 ; Sa 2 ; 5 ; 7 ; 9-13 ; 21 ; 28.
  • 140 P. Fest., p. 110 L. : Meddix apud Oscos nomen magistratus est. Ennius : « Summus ibi capitur meddi (...)
  • 141 Liv., 23, 35, 13 ; 24, 19, 2 ; 26, 6, 13.
  • 142 Cornell 1974 ; cf. la communication de T. Cornell lors du colloque de Rome (8-9 février 2018) Per (...)

26Le cadre présenté par Tite-Live n’est toutefois pas artificiel. Certes, on note une tendance générale à présenter tous les peuples sous les mêmes traits, chacun avec son concilium, des généraux en chef, ses villes fortifiées, etc., mais ce cadre est non seulement globalement cohérent avec celui que fournissent les autres sources, mais aussi en grande partie confirmé par la documentation épigraphique. Ce qui montre bien – l’exemple du meddix tuticus, connu par de nombreuses inscriptions139, mais également par les sources littéraires140, dont Tite-Live qui en parle à propos de Capoue141, est révélateur – que la tradition annalistique et plus encore la tradition antiquaire étaient en partie perméables à des informations plus détaillées sur l’organisation politique et territoriale de l’Italie préromaine142.

Haut de page

Bibliographie

Aberson – Wachter 2014 = M. Aberson, R. Wachter, Ombriens, Sabins, Picéniens, peuples sabelliques des Abruzzes : une enquête épigraphique et linguistique, dans M. Aberson, M.C. Biella, M. Di Fazio, M. Wullschleger (dir.), E pluribus unum ? L’Italie de la diversité préromaine à l’unité augustéenne. Volume I. Entre archéologie et histoire : dialogues sur divers peuples de l’Italie préromaine, Berne, 2014, p. 167-201.

Ampolo 2017 = C. Ampolo, Il culto di Ercole a Lilibeo: un nuovo documento dei rapporti tra genti e culture diverse nella Sicilia occidentale, dans Mare Internum. Archeologia e culture del Mediterraneo, 8, 2016 (2017), p. 21-37.

Angelelli – Bonomi Ponzi 2006 = C. Angelelli, L. Bonomi Ponzi (dir.), Terni-Interamna Nahars. Nascita e sviluppo di una città alla luce delle più recenti ricerche archeologiche, Rome, 2006 (Collection de l'EFR, 362).

Berrendonner 2002 = C. Berrendonner, Les cultures épigraphiques de l’Italie républicaine. Les territoires de langue étrusque et les territoires de langue osque, dans MEFRA, 114-2, 2002, p. 817-860.

Biella 2014 = M.C. Biella, I Falisci e i Capenati: prospettiva archeologica, dans M. Aberson, M.C. Biella, M. Di Fazio, M. Wullschleger (dir.), E pluribus unum ? L’Italie de la diversité préromaine à l’unité augustéenne. Volume I. Entre archéologie et histoire : dialogues sur divers peuples de l’Italie préromaine, Berne, 2014, p. 65-81.

Bornecque 1933 = H. Bornecque, Tite-Live, Paris, 1933.

Bourdin 2005 = S. Bourdin, Ardée et les Rutules. Réflexions sur l’émergence et le maintien des identités ethniques des populations du Latium préromain, dans MEFRA, 117-2, 2005, p. 585-631.

Bourdin 2012 = S. Bourdin, Les peuples de l’Italie préromaine. Identités, territoires et relations inter-ethniques en Italie centrale et septentrionale (VIIIe-Ier s. av. J.-C.), Rome, 2012 (BEFAR, 350).

Bourdin 2014 = S. Bourdin, Les Samnites : perspective historique. Les Samnites en Italie centrale : définition, identité, structure, dans M. Aberson, M.C. Biella, M. Di Fazio, M. Wullschleger (dir.), E pluribus unum ? L’Italie de la diversité préromaine à l’unité augustéenne. Volume I. Entre archéologie et histoire : dialogues sur divers peuples de l’Italie préromaine, Berne, 2014, p. 205-219.

Bourdin sous presse = S. Bourdin, Popoli e leghe nell’Italia preromana, dans R. Fiori (dir.), Istituzioni arcaiche e comparazione indoeuropea, sous presse.

Briquel 1997 = D. Briquel, Le regard des autres. Les origines de Rome vues par ses ennemis (début du IVe siècle / début du Ier siècle av. J.-C.), Besançon, 1997.

Briquel 2014 = D. Briquel, Les Falisques et les Capénates : perspective historique. Les témoignages littéraires et leurs limites, dans M. Aberson, M.C. Biella, M. Di Fazio, M. Wullschleger (dir.), E pluribus unum ? L’Italie de la diversité préromaine à l’unité augustéenne. Volume I. Entre archéologie et histoire : dialogues sur divers peuples de l’Italie préromaine, Berne, 2014, p. 51-64.

Capogrossi Colognesi 2002 = L. Capogrossi Colognesi, Persistenza e innovazione nelle strutture territoriali dell’Italia romana. L’ambiguità di un’interpretazione storiografica e dei suoi modelli, Naples, 2002.

Cappelletti 2011 = Cappelletti, Gli statuti di Banzi e Taranto nella Magna Graecia del I secolo a.C., Francfort, 2011.

Cazanove – Féret – Caravelli 2014 = O. de Cazanove, S. Féret, A.M. Caravelli, Civita di Tricarico II. Habitat et artisanat au centre du plateau, Rome, 2014 (Collection de l'EFR, 483).

Colonna 1955 = G. Colonna, Pallanum. Una città dei Frentani, dans ArchClass, 7, 1955, p. 164-178.

Colonna 2010 = G. Colonna, Ancora su Pallanum, il suo territorio e le antiche vie tra Sangro e Sinello, dans Quaderni di Archeologia d’Abruzzo, 2, 2010, p. 175-202.

Cornell 1974 = T.J. Cornell, Notes on the sources for Campanian history in the fifth century B.C., dans MH, 31-4, 1974, p. 193-208.

De Benedittis 1988 = G. De Benedittis, Il problema delle fortificazioni del Sannio pentro alla luce degli scavi di Monte Vairano, dans F. Fiorletta, E.M. Béranger, V. Evangelisti, C. Zannella, Mura poligonali. 1° seminario nazionale di studi, Alatri, 1988, p. 111-115.

Fichtl 2004 = S. Fichtl, Les peuples gaulois. IIIe-Ier siècles av. J.-C., Paris, 2004.

Foulon 2000 = É. Foulon, Polybe et les Celtes (I), dans LEC, 68-4, 2000, p. 319-354.

Foulon 2001 = É. Foulon, Polybe et les Celtes (II), dans LEC, 69-1, 2001, p. 35-64.

FRH = T.J. Cornell (éd.), The fragments of the Romans historians, 3 vol., Oxford, 2013.

Gros – Torelli 20072 = P. Gros, M. Torelli, Storia dell’urbanistica. Il mondo romano, Bari, 2007 (2e éd.).

Kornemann 1905 = E. Kornemann, Polis und Urbs, dans Klio, 5, 1905, p. 72-92.

La Regina 1971 = A. La Regina, Contributo dell’archeologia alla storia sociale: 2. I territori sabellici e sannitici, dans DArch, 4-5, 2-3, 1971, p. 443-459.

La Regina 1975 = A. La Regina, Centri fortificati preromani nei territori sabellici dell’Italia centrale adriatica, dans Colloque international Agglomérations fortifiées illyriennes. Mostar 24-26 octobre 1974, Sarajevo, 1975, p. 271-288.

La Regina 1981 = A. La Regina, Appunti su entità etniche e strutture istituzionali nel Sannio antico, dans AION(archeol), 3, 1981, p. 129-137.

La Regina 1989 = A. La Regina, I Sanniti, dans Italia omnium terrarum parens. La civiltà degli Enotri, Choni, Ausoni, Sanniti, Lucani, Brettii, Sicani, Siculi, Elimi, Milan, 1989, p. 299-432.

Letta 2010 = C. Letta, Nuove prospettive per lo studio di vici e pagi nell’Italia centrale appenninica, dans Quaderni di Archeologia d’Abruzzo, 2, 2010, p. 65-69.

Loicq 1966 = J. Loicq, Les peuples étrangers dans le rituel ombrien d’Iguvium, dans R. Chevallier (dir.), Mélanges d’archéologie et d’histoire offerts à André Piganiol, II, Paris, 1966, p. 683-698.

Luraschi 1970-1973 = G. Luraschi, Comum oppidum. Premessa allo studio delle strutture amministrative romane, dans RAComo, 152-155, 1970-1973, p. 207-394.

Maras 2018 = D.F. Maras, Epigraphy and nomenclature, dans G.D. Farney, G. Bradley, The peoples of ancient Italy, Boston-Berlin, 2018, p. 63-88.

Martínez-Pinna 2010 = J. Martínez-Pinna, Sobre las instituciones políticas del pueblo marrucino, dans Orizzonti, 11, 2010, p. 43-46.

Micali 18362 = G. Micali, Storia degli antichi popoli italiani Milan, 4 t., 1836 (2e éd.).

Mineo 2006 = B. Mineo, Tite-Live et l’histoire de Rome, Paris, 2006.

Mommsen 1863 = T. Mommsen, Histoire romaine. Tome premier, Paris, 1863.

Ogilvie – Drummond 1989 = R.M. Ogilvie, A. Drummond, The sources for early Roman history, dans F.W. Walbank et al. (dir.), The Cambridge ancient history. Second edition. VII, 2. The rise of Rome to 220 B.C., Cambridge, 1989, p. 1-29.

Prosdocimi 1978 = A.L. Prosdocimi, L’umbro, dans A.L. Prosdocimi (dir.), Popoli e civiltà dell’Italia antica, vol. VI: Lingue e dialetti, Rome, 1978, p. 585-788.

Prosdocimi 2001 = A.L. Prosdocimi, Etnici e ‘nome’ nelle Tavole Iguvine, dans AnnFaina, 8, 2001, p. 31-77.

Rambaud 1953 = M. Rambaud, L’art de la déformation historique dans les Commentaires de César, Paris, 1953.

Sisani 2001 = S. Sisani, Tuta Ikuvina. Sviluppo e ideologia della forma urbana a Gubbio, Rome, 2001.

Soricelli 2011 = G. Soricelli, Bolli oschi su tegola del lago del Matese, dans Oebalus, 6, 2011, p. 51-67.

Soricelli 2013 = G. Soricelli, Nuovi bolli oschi su tegola dall’area del lago del Matese, dans Oebalus, 8, 2013, p. 219-243.

Tagliamonte 2014 = G. Tagliamonte, I Sanniti: prospettiva archeologica, dans M. Aberson, M.C. Biella, M. Di Fazio, M. Wullschleger (dir.), E pluribus unum ? L’Italie de la diversité préromaine à l’unité augustéenne. Volume I. Entre archéologie et histoire : dialogues sur divers peuples de l’Italie préromaine, Berne, 2014, p. 221-241.

Tarpin 1999 = M. Tarpin, Oppida ui capta, uici incensi Les mots latins de la ville, dans Latomus, 58-2, 1999, p. 279-297.

Tarpin 2002 = M. Tarpin, Vici et pagi dans l’Occident romain, Rome, 2002 (Collection de l'EFR, 299).

Thollard 2009 = P. Thollard, La Gaule selon Strabon : du texte à l’archéologie. Géographie, Livre IV. Traduction et études, Paris, 2009 (Bibliothèque d’archéologie méditerranéenne et africaine, 2).

Torelli 1975 = M. Torelli, Elogia Tarquiniensia, Florence, 1975.

Zecchini 2016 = G. Zecchini, Storia della storiografia romana, Rome-Bari, 2016.

Ziółkowski 2006 = A. Ziółkowski, The aggeres and the rise of urban communities in early iron age Latium, dans Archeologia, 56, 2006, p. 31-51.

 

Haut de page

Notes

1 Pour des exemples d’études lexicales sur les institutions politiques ou l’organisation du territoire des populations de l’Italie préromaine, cf. Bourdin 2012, p. 175-276 et 361-428. Ce type de démarche a par exemple été appliqué pour les Celtes au texte de Polybe (Foulon 2000 et 2001), ou pour la Gaule au texte de Strabon (Thollard 2009).

2 Briquel 1997.

3 Rambaud 1953.

4 Fichtl 2004, p. 7-19.

5 Salapia : 27, 28, 4 ; Clampetia, Consentia et Pandosia : 29, 38, 1 ; Capua : 23, 2, 7 ; 4, 7 ; 7, 1 ; 28, 46, 5 ; Tarquinii : 2, 6, 5 ; Veii : 2, 6, 5 ; 50, 3 ; 4, 23, 5 ; cf. Bourdin 2012, p. 192-194.

6 Caes., Gall., 7, 20, 12.

7 La Saône marque ainsi la frontière (fines) entre Éduens et Séquanes (Caes., Gall., 1, 12).

8 Le pagus apparaît comme la subdivision habituelle de la ciuitas ; cf. Caes., Gall., 6, 11 : In Gallia non solum in omnibus ciuitatibus atque in omnibus pagis partibusque, sed paene etiam in singulis domibus factiones sunt… Sur le pagus celtique, cf. Tarpin 2002, p. 31-43.

9 Caes., Gall., 1, 12 : Is pagus appellabatur Tigurinus ; nam omnis ciuitas Heluetia in quattuor pagos diuisa est ; 1, 27 : Dum ea conquiruntur et conferuntur, {nocte intermissa} circiter hominum milia VI eius pagi qui Verbigenus appellatur ; 6, 23 : In pace nullus est communis magistratus, sed principes regionum atque pagorum inter suos ius dicunt controuersiasque minuunt.

10 Caes., Gall., 7, 64 : Altera ex parte Gabalos proximosque pagos Aruernorum in Heluios, item Rutenos Cadurcosque ad fines Volcarum Arecomicorum depopulandos mittit.

11 Caes., Gall., 4, 22 : Reliquum exercitum Q. Titurio Sabino et L. Aurunculeio Cottae legatis in Menapios atque in eos pagos Morinorum a quibus ad eum legati non uenerant ducendum dedit.

12 Caes., Gall., 1, 37 : Treueri autem, pagos centum Sueborum ad ripas Rheni consedisse, qui Rhemum transire conarentur ; 4, 1 : Sueborum gens est longe maxima et bellicosissima Germanorum omnium. Hi centum pagos habere dicuntur, ex quibus quotannis singula milia armatorum bellandi causa ex finibus educunt.

13 Fichtl 2004, p. 61 sq.

14 Caes., Gall., 1, 5, 4 ; 4, 22, 1 et 5 ; 6, 23, 5 ; cf. Fichtl 2004, p. 14-19.

15 Berrendonner 2002 ; Maras 2018.

16 ST Um 1.

17 Prosdocimi 1978 ; Sisani 2001.

18 Sur la question de l’identification, cf. Loicq 1966 ; Prosdocimi 2001 et résumé du débat dans Bourdin 2012, p. 269-276.

19 ST UM 12-15 (= ImagItal 1 Meuania 3-6).

20 Bourdin 2012, p. 224-276.

21 Ibid. ; Aberson – Wachter 2014.

22 Bourdin 2012, p. 195-205 et 370-378.

23 Liv., 1, 38, 4 ; 49, 9 ; 50, 4 ; 52, 4 ; 2, 22, 7 ; 41, 6 ; 7, 28, 2 ; 8, 2, 12 ; 9, 19, 2 ; 10, 26, 14 ; 34, 7 ; 21, 55, 4 ; 22, 7, 5 ; 13, 6 ; 38, 2 ; 57, 10 ; 23, 12, 16 ; 17, 8 ; 26, 16, 6 ; 34, 7 ; 27, 9, 1 ; 31, 10, 5 ; 32, 26, 18.

24 Liv., 7, 29, 5 ; 26, 27, 11.

25 Liv., 2, 9, 1 ; 5, 17, 9 ; 5, 22, 8 ; 7, 17, 6 ; 9, 41, 6.

26 Liv, 7, 7, 4 ; 9, 45, 17.

27 Liv., 37, 2, 5.

28 Liv., 25, 16, 15.

29 Liv., 2, 35, 7 ; 2, 38, 6 ; 3, 8, 10 ; 8, 11, 10.

30 Liv., 8, 25, 3 ; 37, 4.

31 Liv., 8, 16, 2 ; IX, 25, 9.

32 Liv., 27, 15, 3.

33 Liv., 25, 18, 2 ; 26, 27, 12.

34 Liv., 1, 32, 5 ; 3, 2, 3 ; 4, 49, 3 ; 56, 5 ; 6, 12, 4 ; 7, 30, 8 ; 9, 45, 6.

35 Liv., 2, 9, 4 ; 53, 3 ; 9, 39, 7 ; 10, 18, 1 ; 21, 12 ; 21, 58, 2.

36 Liv., 7, 26, 15 ; 8, 22, 8 ; 9, 14, 5 ; 39, 8, 4.

37 Liv., 2, 41, 7 ; 6, 10, 7 ; 9, 43, 7.

38 Liv., 23, 42, 1.

39 Liv., 2, 41, 7 ; 6, 10, 7 ; 8, 5, 6.

40 Liv., 29, 5, 3 ; 32, 29, 7 ; 34, 56, 2 ; 36, 39, 7 ; 40, 34, 9.

41 Liv., 8, 25, 3 ; 28, 11, 15.

42 Liv., 9, 41, 8 ; 10, 18, 1 et 21, 12.

43 Liv., 5, 33, 11.

44 Liv., 1, 30, 4 ; 2, 53, 3.

45 Liv., 7, 29, 2 ; 8, 27, 4 ; 9, 29, 2 ; 10, 18, 1 et 21, 12 ; 31, 11 ; 23, 42, 1.

46 Liv., 1, 1, 3.

47 Liv., 2, 22, 1 et 38, 2 ; 4, 56, 5 ; 6, 12, 5 ; 7, 30, 8.

48 Liv., 9, 42, 11 ; 23, 12, 16.

49 Liv., 1, 8, 3 ; 4, 23, 5 ; 5, 1, 5 ; 7, 21, 9.

50 Liv., 9, 42.

51 Bourdin 2012, p. 345 sq. ; Bourdin 2014.

52 Liv., 40, 28, 6 [181 a.C.] : Triduo post Ligurum Ingaunorum nomen omne obsidibus datis in dicionem uenit.

53 Liv., 37, 2, 5 [190 a.C.] : …iam enim confectam prouinciam scripserat et Ligurum omne nomen in deditionem uenisse...

54 Liv. 31, 10, 2 [200 a.C.] : Insubres Cenomanique et Boii excitis Celinibus Iluatibusque et ceteris Ligustinis populis, Hamilcare Poeno duce, qui in iis locis de Hasdrubalis exercitu substiterat, Placentiam inuaserant… ; 42, 21, 3 : Aucta etiam inuidia est Popili litteris {eius}, quibus iterum cum Statellatibus Liguribus proconsul pugnasse se scripsit ac sex milia eorum occidisse ; propter cuius iniuriam belli ceteri quoque Ligurum populi ad arma ierunt.

55 Prosdocimi 2001.

56 Liv., 21, 38, 5 [218 a.C.] : Taurini Semigalli proxima gens erat in Italia degresso.

57 Liv., 21, 55, 4 [218 a.C.] : Duodeuiginti milia Romani erant, socium nominis Latini uiginti, auxilia praeterea Cenomanorum ; ea sola in fide manserat Gallica gens. ; 32, 30, 6 [197 a.C.] : Inde mittendo in uicos Cenomanorum Brixiamque quod caput gentis erat...

58 Liv., 33, 36, 8 : [196 a.C.] Boi, ut est gens minime ad morae taedium ferendum patiens, in castella sua uicosque passim dilapsi sunt. ; 34, 46, 4 : [194 a.C.] Boiorix tum regulus eorum cum duobus fratribus tota gente concitata ad rebellandum castra locis apertis posuit, ... ; 36, 39, 3 : [191 a.C.] P. Cornelius consul obsidibus a Boiorum gente acceptis agri parte fere dimidia eos multauit, quo, si uellet, populus Romanus colonias mittere posset.

59 Liv., Per., 53 : Appius Claudius cos. Salassos, gentem Alpinam, domuit.

60 Liv., 5, 35, 3 : Tum Senones, recentissimi aduenarum, ab Vtente flumine usque ad Aesim fines habuere. Hanc gentem Clusium Romamque inde uenisse comperio...

61 Liv., 5, 34, 7 : Ibi cum uelut saeptos montium altitudo teneret Gallos, circumspectarentque quanam per iuncta caelo iuga in alium orbem terrarum transirent, religio etiam tenuit quod allatum est aduenas quaerentes agrum ab Saluum gente oppugnari.

62 Liv., 5, 35, 2 : Post hos Salluuiique, prope antiquam gentem Laeuos Ligures incolentes circa Ticinum amnem.

63 Liv., 28, 46, 9 : [207 a.C.] Ingauni – Ligurum ea gens est – bellum ea tempestate gerebant cum Epanteriis Montanis.

64 Liv., 32, 31, 5 : [197 a.C.] Inde in Ligustinos Iluates, qui soli non parebant, legiones ductae. Ea quoque gens ut Insubres acie uictos, Boios ita ut temptare spem certaminis non auderent territos audiuit, in dicionem uenit.

65 Liv., 39, 2, 1 : [187 a.C.] C. Flaminius consul, cum Friniatibus Liguribus in agro eorum pluribus proeliis secundis factis, in deditionem gentem accepit et arma ademit.

66 Liv., 42, 8, 5 : [173 a.C.] Quas cum A. Atilius praetor in curia recitasset (…) atrox res uisa senatui, Statellates, qui uni ex Ligurum gente non tulissent arma aduersus Romanos, tum quoque oppugnatos, non ultro inferentis bellum, deditos in fidem populi Romani omni ultimae crudelitatis exemplo laceratos ac deletos esse, tot milia capitum inoxiorum, fidem inplorantia populi Romani, ne quis umquam se postea dedere auderet, pessumo exemplo uenisse, et distractos passim iustis quondam hostibus populi Romani pacatos seruire.

67 Liv., 5, 34-36.

68 Bourdin 2012, p. 199-205.

69 CIL V, 7817.

70 Emploi de populus pour désigner un ensemble ethnique : Aurunces/Ausones (7, 28, 2 ; 8, 16, 3), Èques (3, 19, 9), Falisques (4, 21, 8), Frentans (9, 45, 18), Herniques (3, 22, 5 ; 6, 7, 1 ; 7, 8, 1), Latins (6, 7, 1 ; 8, 11, 9), Lucaniens (8, 17, 9), Marses (9, 45, 18), Marrucins (ibid.), Péligniens (ibid.), Picéniens (10, 10, 12), Samnites (8, 17, 9 ; 9, 11, 2), Sidicins (8, 16, 3), Vestins (8, 29, 6) et Volsques (3, 19, 9 ; 7, 8, 1 ; 8, 11, 9).

71 Liv., 1, 23, 8 : Illud te, Tulle, monitum uelim : Etrusca res quanta circa nos teque maxime sit, quo proprior es [Tuscis], hoc magis scis. Multum illi terra, plurimum mari pollent. ; 8, 4, 12 : [340 a.C.] Haec ferociter non suadenti solum, sed pollicenti clamore et adsensu omnes permiserunt, ut ageret diceretque, quae e re publica nominis Latini fideque sua uiderentur. ; 8, 29, 12 : [325 a.C.] et populando atque urendo tecta hostium sataque in aciem inuitos extraxit et ita proelio uno accidit Vestinorum res… ; 8, 39, 10 : [322 a.C.] Hoc demum proelium Samnitium res ita infregit, ut omnibus conciliis fremerent minime id quidem mirum esse, si, impio bello et contra foedus suscepto, infestioribus merito deis quam hominibus nihil prospere agerent : expiandum id bellum magna mercede luendumque esse...

72 L’existence d’un σύστημα κοινόν est signalée par Strabon chez les Étrusques (5, 2, 2), chez les Samnites, les Lucaniens et les Bruttiens (6, 1, 2). Denys d’Halicarnasse désigne la ligue latine comme τὸ κοινὸν τῶν πόλεων (5, 51, 1) ou τὸ κοινὸν τῶν Λατίνων (5, 61, 5).

73 Liv., 8, 23, 6 : [327 a.C.] Ceterum non posse dissimulare aegre pati ciuitatem Samnitium, quod Fregellas ex Volscis captas dirutasque ab se restituerit Romanus populus coloniamque in Samnitium agro imposuerint, quam coloni eorum Fregellas appellant… ; 9, 10, 10 : [320 a.C.] Haec dicenti fetiali Postumius genu femur quanta maxime poterat ui perculit et clara uoce ait se Samnitem ciuem esse, illum legatum a se contra ius gentium uiolatum…

74 Liv., 9, 42, 8 : [307 a.C.] Qui se ciuem Hernicum dixerat…

75 Liv., 8, 27, 6-7 : [326 a.C.] Haec consilia cum apud cupidos rerum nouandarum ualuissent, ex iuuentute quidam Lucanorum pretio adsciti, clari magis inter populares quam honesti, inter se mulcati ipsi uirgis, cum corpora nuda intulissent in ciuium coetum, uociferati sunt se, quod castra Romana ingredi ausi essent, a consulibus uirgis caesos ac prope securi percussos esse.

76 D.H., 5, 53, 5 ; 8, 70, 2.

77 Ampolo 2017.

78 Bourdin 2012, p. 212-216.

79 Ibid., p. 205-212.

80 Bornecque 1933, p. 68 sq. Même jugement encore dans Ogilvie – Drummond 1989, p. 9. Pour une analyse beaucoup plus nuancée, qui met en lumière la conception générale de l’histoire romaine chez Tite-Live, cf. Mineo 2006 et plus récemment Zecchini 2016.

81 ST MV 1 (= ImagItal 1 Teate Marrucinorum 2).

82 ST VM 2 (= ImagItal 1 Velitrae 1).

83 ST Sp TE 5 (= ImagItal 1 Interamnia Praetuttiorum 1). Toute la question demeure de comprendre si dans cette inscription l’adjectif ethnique précédant le terme tuta (saf/inas tútas), et non lui succédant comme il est d’usage (tuta ikuvina), il faut entendre « la touta des Sabins » ou « une touta sabine ».

84 ST Um 1, Ia, 5 ; 8 ; 12 ; 15 ; 21 ; 25 ; 29 ; 31 ; Ib, 2 ; 5 ; 16 ; VIa, 5 ; 10-12 ; 18 ; 22 ; 23 ; 25 ; 26 ; 29 ; 31 ; 32 ; 34 ; 35 ; 39 ; 41 ; 46 ; 47 ; 49-53 ; 55 ; 58 ; VI b, 1 ; 3 ; 6 ; 9-15 ; 19 ; 21 ; 25 ; 28 ; 29 ; 31-32 etc.

85 ST Po 5 (= ImagItal 2 Pompei 9) ; 6 (= ImagItal 2 Pompei 8) ; 7 (= ImagItal 2 Pompei 11) ; 38 (= ImagItal 2 Pompei 6) ; 39 (= ImagItal 2 Pompei 7).

86 ST Cm 10 (= ImagItal 1 Herculaneum 1).

87 ST Cp 24 (= ImagItal 1 Capua 29) ; 27 (= ImagItal 1 Capua 28) ; 28 (= ImagItal 1 Capua 27) ; 33-34 (= ImagItal 1 Capua 24).

88 ST tSA 10 (= ImagItal 2 Bouianum 10).

89 ST tSA 1 (= ImagItal 2 Bouianum 3) ; 2 (ImagItal 2 Bouianum 1) ; 3 (= ImagItal 2 Bouianum 2) ; 4 (= ImagItal 2 Bouianum 27) ; 5 (= ImagItal 2 Bouianum 11) ; 6 (= ImagItal 2 Bouianum 13) ; 7 (= ImagItal 2 Bouianum 16) ; 8 (= ImagItal 2 Bouianum 12) ; 9 (= ImagItal 2 Bouianum 15) ; 20 (= ImagItal 2 Bouianum 19). On retrouve également des timbres à Campochiaro, Colle d’Anchise et Capo di Campo, qui font référence à deux communautés samnites distinctes, Bouianum et Saepinum. Voir sur cette question, Bourdin 2012, p. 257-260 ; Soricelli 2011 ; Soricelli 2013 ; Tagliamonte 2014 ; Bourdin sous presse.

90 ST Sa 5 (= ImagItal 2 Teruentum 11) ; 7 (= ImagItal 2 Teruentum 18) ; 9 (= ImagItal 2 Teruentum 33) ; 10 (= ImagItal 2 Teruentum 16) ; 11 (= ImagItal 2 Teruentum 15) ; 12 (= ImagItal 2 Teruentum 17) ; 13 (= ImagItal 2 Teruentum 12) ; 21 (= ImagItal 2 Teruentum 5) ; 28 (= ImagItal 2 Teruentum 19).

91 + ST Lu 1 (= ImagItal 3 Bantia 1) ; cf. Cappelletti 2011.

92 Sur les Falisques vus par les sources littéraires et à travers la documentation archéologique, cf. Briquel 2014 et Biella 2014.

93 Liv., 4, 17.

94 Liv., 5, 8.

95 Liv., 5, 17.

96 Liv., 7, 16.

97 Liv., 7, 38.

98 Bourdin 2005.

99 ST MV 1 (= ImagItal 1 Teate Marrucinorum 2).

100 Liv., 8, 29, 11-14.

101 App., BC, 1, 5, 39.

102 Martίnez-Pinna 2010.

103 Strab., 5, 4, 2. Pour Strabon, une cité en particulier constitue souvent la « métropole » d’une population, comme Suessa chez les Volsques (5, 3, 4), Corfinium chez les Péligniens (5, 3, 11 ; 4, 2), Teate chez les Marrucins (5, 4, 2), Capoue en Campanie (5, 4, 10), Picentia pour les Picentes déportés dans le Samnium (5, 4, 13) ou Petelia chez les Lucaniens (6, 1, 3).

104 Falisques (Liv., 4, 21, 8) et Marrucins (9, 45, 18).

105 Bourdin 2012, p. 370-378.

106 Liv., 8, 25, 4 (Allifae, Callifae, Rufrium) ; 9, 22, 3 (Saticula) ; 9, 26, 2 (Luceria) ; 9, 27, 14 (Beneuentum) ; 9, 31, 5 (Bouianum) ; 9, 42, 6 (Allifae) ; 10, 15, 6 (Cimetra) ; 10, 17, 2-3 (Murgantia) ; 10, 17, 6 (Romulea) ; 10, 17, 7 (Romulea) ; 10, 33, 10 et 34, 2 (Milionia) ; 10, 34, 8 (Feritrum) ; 10, 37, 13 et 39, 4 (Duronia) ; 10, 41, 11-12 (Aquilonia, Bouianum) ; 10, 42, 2 (Bouianum) ; 10, 43, 1 (Cominium) ; 10, 44, 2 (Aquilonia, Cominium) ; 10, 44, 8-9 (Volana) ; 10, 44, 11 (Palumbinum) ; 10, 45, 11 (Herculaneum, Palumbinum, Saepinum, Volana) ; 10, 46, 5 ; 22, 1, 4  et 13, 1 (Telesia) ; 23, 1 (Compsa) ; 23, 37, 12 (Sicilinum, Vescellium) ; 24, 14, 2 (Beneuentum) ; 24, 20, 3 et 5 (Compsa, Compulteria, Fulfulae, Melae, Orbitanium) ; 24, 20, 6 (Compsa, Fulfulae, Melae, Orbitanium, Telesia) ; 24, 47, 14 (Atrinum) ; Per., 75.

107 Liv., 8, 29, 12-14.

108 Liv., 5, 34, 9 (Mediolanum) ; 23, 57, 13 (Victumulae) ; 22, 6, 3 (Mediolanum) ; 22, 9, 6, 29, 8 et 30, 13 ; 32, 29, 7 (Clastidium et Litubium) ; 33, 36, 14 (Comum) ; 33, 37, 4 (Felsina) ; 39, 22, 6 ; 39, 45, 6 ; 39, 54, 8 ; 39, 55, 2 ; 43, 9, 3.

109 Chez les Bruttiens (25, 1, 2). Cela n’empêche pas dans d’autres passages Tite-Live de mentionner certaines urbes ou certains oppida des Bruttiens, comme Blandae (24, 20, 5-6), Caulonia (27, 12, 6), Petelia (23, 20, 7) ou Vibo (21, 51, 4).

110 Chez les Gaulois (22, 9, 6), chez les Lucaniens (25, 1, 15) ; cf. Cazanove – Féret – Caravelli 2014, p. 7 sq. Des villes lucaniennes sont toutefois clairement nommées comme l’urbs Pandosia (Liv., 8, 24, 4) ou l’oppidum Numistro (27, 2, 5).

111 Tarpin 1999.

112 Torelli 1975.

113 Micali 1836, p. 248 ; Mommsen 1863, p. 51 sq.

114 Ziółkowski 2006 ; Gros – Torelli 2007.

115 La Regina 1971 ; La Regina 1981 ; La Regina 1989.

116 De Benedittis 1988.

117 Colonna 1955 et Colonna 2010.

118 La Regina 1975, p. 271-275 pour le Samnium.

119 Kornemman 1905.

120 Luraschi 1970-1973.

121 Capogrossi Colognesi 2002.

122 Tarpin 2002, p. 53 sq.

123 Bourdin 2012, p. 366-369.

124 Liv., 5, 34, 9 ; Per., 45.

125 Liv., 1, 1, 3.

126 En Apulie : 12, 39, 16 ; en Campanie : 23, 18, 7 ; 26, 5, 4 ; en Cisalpine : 33, 36, 14 ; 35, 21, 10 ; en Étrurie : 9, 41, 6 ; 10, 12, 8 ; chez les Ligures : 35, 21, 10 ; 39, 32, 2 ; dans le Samnium : 9, 38, 1 ; 10, 18, 8 ; chez les Volsques : 4, 57, 7.

127 C’est le cas de l’arx Tifatina (Liv., 7, 29, 6-7), qui défendait la ville de Capoue, de l’arx Caruentana (4, 53, 2-3 ; 55, 4) et de l’arx Aefulana (26, 9, 10) dans le Latium.

128 Tite-Live signale des uici sur le territoire des Apuliens (22, 43, 10 ; 49, 13), des Ausones (22, 15, 5), des Celtes Cisalpins (21, 25, 13 ; 30, 19, 7), des Étrusques (10, 4, 2 ; 7), des gentes Alpinae (21, 31, 11), des Ligures (21, 48, 9 ; 35, 11, 12), des Sabins (2, 62, 4 ; 26, 11, 11), des Samnites (9, 13, 7 ; 38, 1 ; 10, 17, 2), des Volsques (6, 31, 8).

129 Liv., 2, 62, 4 (en Sabine) : [470 a.C.] Incendiis deinde non uillarum modo sed etiam uicorum, quibus frequenter habitabatur, Sabini exciti cum praedatoribus occurrissent, ancipiti proelio digressi postero die rettulere castra in tutiora loca ; 5, 12, 4 (sur l’ager Capenas) : [401 a.C.] A M. Furio in Faliscis et a Cn. Cornelio in Capenate agro hostes nulli extra moenia inuenti ; praedae actae incendiisque uillarum ac frugum uastati fines... ; 5, 26, 4 (chez les Falisques) : [394 a.C.] Nam cum primo moenibus se hostes tenerent tutissimum id rati, populatione agrorum atque incendiis uillarum coegit eos egredi urbe ; 7, 30, 15 (chez les Sidicins) : [343 a.C.] Adde huc populationem agrorum, praedas hominum atque pecudum actas, incendia uillarum ac ruinas, omnia ferro ignique uastata... ; 10, 11, 6 (en Étrurie) : [299 a.C.] Neque illos nouus consul uastandis agris urendisque tectis, cum passim non uillae solum sed frequentes quoque uici incendiis fumarent, elicere ad certamen potuit. On remarque dans tous ces passages que le vocabulaire de Tite-Live est assez stéréotypé : le ravage du territoire, quand on n’assiège pas les villes, est décrit dans des termes proches, à toutes les époques.

130 Fest., p. 502-504 L. ; cf. Letta 2010.

131 Liv., 10, 17, 2 : [296 a.C.] ‘Quid per agros’ inquit ‘uagamur uicatim circumferentes bellum ? Quin urbes et moenia adgredimur ?’

132 Liv., 9, 41, 15 : [308 a.C.] plaga una – Materinam ipsi appellant – non continuit modo ceteros in armis, sed confestim ad certamen egit.

133 Liv., 31, 2, 6 : [201 a.C.] Duabus legionibus subitariis tumultus eius causa scriptis additisque ad eas quattuor cohortibus de exercitu suo C. Ampium, praefectum socium, hac tumultuaria manu per Vmbriam, qua tribum Sapiniam uocant, agrum Boiorum inuadere iussit ; ipse eodem aperto itinere per montes duxit.

134 Liv., 33, 37, 1 : [196 a.C.] Sub haec tam uaria fortuna gesta L. Furius Purpurio alter consul per tribum Sapiniam in Boios uenit.

135 Liv., 5, 32, 2-5.

136 Pol., 2, 24, 7.

137 Caton, Origines in FRH 5 F 56 (= Chassignet II F 13) (ap. Plin., Nat., 3, 116) : In hoc tractu interierunt Boi, quorum tribus CXII fuisse auctor est Cato, item Senones, qui ceperunt Romam.

138 Angelelli – Bonomi Ponzi 2006.

139 ST Cp 24 ; 28 ; 34 ; Cm 10 ; Po 5-7 ; tSa 1-26 ; Sa 2 ; 5 ; 7 ; 9-13 ; 21 ; 28.

140 P. Fest., p. 110 L. : Meddix apud Oscos nomen magistratus est. Ennius : « Summus ibi capitur meddix, occiditur alter ».

141 Liv., 23, 35, 13 ; 24, 19, 2 ; 26, 6, 13.

142 Cornell 1974 ; cf. la communication de T. Cornell lors du colloque de Rome (8-9 février 2018) Per una definizione delle lingue e delle culture sabelliche, en cours de publication.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Bourdin, « L’organisation politique et territoriale des peuples de l’Italie préromaine vue par Tite-Live », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité, 131-1 | -1, 53-64.

Référence électronique

Stéphane Bourdin, « L’organisation politique et territoriale des peuples de l’Italie préromaine vue par Tite-Live », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En ligne], 131-1 | 2019, mis en ligne le 30 juin 2019, consulté le 18 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/mefra/6939 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mefra.6939

Haut de page

Auteur

Stéphane Bourdin

Université de Lyon 2 Lumière, stephane.bourdin@univ-lyon2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • OpenEdition Journals