Navigation – Plan du site
Tite-Live et la Rome archaïque

Marcus Manlius Capitolinus entre Rome et le Latium

Questions de définition identitaire et de distorsion narrative
Nicolas L.J. Meunier
p. 65-80

Résumés

La sédition de Marcus Manlius Capitolinus en 385 av. J.-C. a déjà fait l’objet de nombreuses études, la plupart en rapport avec l’intervention de ce personnage dans le conflit social relatif à l’endettement des plébéiens. La présente contribution s’est plutôt consacrée à l’étude du contexte global dans lequel s’est déroulée la sédition. Ce faisant, elle a mis en évidence le fait que celle-ci, loin de se limiter à un épisode stéréotypé de la lutte sociale patricio-plébéienne, pouvait se comprendre dans le contexte des premières guerres « civiles » au sein de la Ligue latine. L’événement illustrerait ainsi l’interconnexion des sociétés romaine et latines et la complexité de la question identitaire romaine, via l’exemple du clan des Manlii, dont le réseau se ramifiait bien au-delà de Rome et dont le cœur se situait même à l’origine dans la région de Tusculum. L’épisode de la seditio de Capitolinus telle qu’elle nous est contée, résultat indéniable d’une reconstruction narrative, refléterait en réalité la defectio d’une partie importante de la gens Manlia, pour la défense de ses intérêts dans le Latium tout autant que de son pouvoir d’influence à Rome.

Haut de page

Notes de l’auteur

Cette contribution a été réalisée dans le cadre d’un séjour de recherche à Rome, grâce au soutien de l’Academia Belgica et de l’Institut Historique Belge de Rome, deux institutions que nous remercions chaleureusement pour l’opportunité qu’elles nous ont ainsi donnée. Notre reconnaissance va également à toutes les personnes qui ont eu l’amabilité de nous faire part de leurs commentaires et opinion sur ce texte, à commencer par les autres contributeurs de cette journée d’étude, mais aussi les professeurs Paul Fontaine, Lambert Isebaert, Patrick Marchetti, Christopher Smith, Nicola Terrenato et Françoise Van Haeperen.

Texte intégral

  • 1 Liv., Praef., 10.
  • 2 La bibliographie sur M. Manlius Capitolinus, sa sédition et son procès est abondante, aussi bien d (...)

1M. Manlius Capitolinus est l’un des personnages les plus hauts en couleur du récit livien, où il occupe à plusieurs reprises une place privilégiée. Dans le projet de Tite-Live, il est posé à la fois « en exemple à suivre et à éviter », pour reprendre les mots mêmes du Padouan1, en fonction de l’épisode du récit considéré. Car le narrateur a fait porter successivement deux masques à son personnage, l’un positif, l’autre négatif. Le premier rôle, bien connu, joué par Capitolinus, est lié à la prise de Rome par les Gaulois en 390 av. J.-C. et concerne son intervention dans le célèbre épisode des oies du Capitole. Alors que les Gaulois montaient à l’assaut de la citadelle et après que les volatiles eurent sonné l’alarme, Manlius Capitolinus tint en échec à lui seul les assaillants, donnant ainsi aux renforts le temps d’arriver. Il s’agit sans conteste dans ce cas d’un exemple à suivre. Le second rôle prêté à notre personnage est celui de sa célèbre sédition (385-384 av. J.-C.). Prenant, nous dit-on, la défense de la plèbe accablée de dettes, Capitolinus aurait mené un mouvement de contestation dirigé contre les patriciens. Dans un premier temps, Tite-Live présente son personnage de manière ambiguë. Mais ce dernier glisse progressivement du côté des exemples à éviter : lui sont reprochés, de manière graduelle, son comportement orgueilleux (superbia), sa démagogie et sa trahison envers son ordre ; des reproches qui se mueront finalement en accusation d’aspiration à la royauté et à la tyrannie. L’épisode prend alors une tournure très prévisible, caractérisée par l’arrestation, le procès et l’exécution de M. Manlius Capitolinus2.

  • 3 Mineo 2006, p. 245-246.
  • 4 Voir récemment à ce sujet Bernard 2016.

2La réélaboration narrative de l’ensemble des interventions de notre personnage est évidente, elle a été poussée très loin et elle fait usage de presque tous les procédés narratifs connus, cela afin de placer la figure de Capitolinus en contrepoint à celle de Camille3. Or, on peut légitimement se demander si un tel remaniement narratif ne dissimule pas quelque réalité plus prosaïque, pouvant présenter de substantielles différences par rapport à l’interprétation ouvertement affichée. Dans le cadre de cette contribution, nous nous intéresserons plus particulièrement au second rôle joué par notre personnage – celui du séditieux – mais en nous concentrant non pas sur la problématique de l’endettement en tant que telle4, mais plutôt sur le contexte dans lequel la sédition de Capitolinus se déroula, dans l’idée qu’une remise en perspective globale, sortant du cadre narratif imposé, pourrait influer sur notre interprétation de l’épisode.

Données de la tradition et remise en contexte

Les défections latines

3Tite-Live commence la narration de l’épisode par ces mots :

  • 5 Liv., 6, 11, 1-2. Toutes les traductions sont personnelles, mais nous reconnaissons bien volontier (...)

L’année suivante, […] une guerre grave surgit à l’extérieur (bellum foris), une sédition plus grave encore à l’intérieur (domi seditio) ; la guerre venant des Volsques, s’étant ajoutée à la défection (defectio) des Latins et des Herniques, la sédition (seditio) venant de là où on pouvait le moins la craindre, d’un homme d’une gens patricienne et d’illustre réputation, M. Manlius Capitolinus5.

4Ce passage est remarquable. On y retrouve d’abord l’alternance narrative entre troubles extérieurs (foris) et troubles intérieurs (domi), ce qui est le mode habituel de structuration du récit de Tite-Live. Mais dans ce cas-ci, il est particulièrement intéressant de constater que la distinction foris/domi a été utilisée par le narrateur, de manière presque paradoxale, pour mieux souligner la simultanéité quasi parfaite dans laquelle se sont produites la sédition (seditio) de Manlius Capitolinus et la défection (defectio) des Latins. Tite-Live n’a-t-il fait qu’exploiter une simple coïncidence, ou y avait-il véritablement un lien entre les deux situations ? C’est ce qu’il convient de clarifier.

  • 6 Liv., 6, 2, 3.

5La situation conflictuelle entre Rome et les Latins qui apparaît en toile de fond est relativement récente. Ce n’est en effet qu’en 389 av. J.-C. – soit quatre ans avant la sédition de Manlius Capitolinus et un an après ses exploits sur le Capitole – que le récit enregistre la première défection des Latins et des Herniques : « Une nouvelle frayeur s’était ajoutée à cause de la défection des Latins et des Herniques, qui, depuis la bataille du lac Régille, avaient été dans l’amitié du peuple romain pendant près de cent ans, sans que l’on pût jamais douter de leur fidélité »6. Cette mention est relativement brève et le récit ne lui donne aucune suite. Une nouvelle défection, cette fois-ci suivie d’effets, est attestée un peu plus tard (386 av. J.-C.) :

  • 7 Liv., 6, 6, 4-5 ; 7, 1 et 8, 8.

Une colonne de fugitifs venant du pays pomptin s’étant soudain portée sur la ville rapporta que les Antiates étaient en armes et que les peuples latins avaient envoyé en sous-main (summisisse) leur jeunesse vers cette guerre ; ceux-ci niaient que cette décision fût celle de l’État, pour la bonne raison que l’on n’empêchait seulement pas les volontaires de faire la guerre où ils voulaient. […] Les Antiates n’avaient pas seulement réuni l’élite de la nouvelle génération de la jeunesse volsque, mais aussi une importante force de Latins et d’Herniques (ingentem Latinorum Hernicorumque <uim> conciuerant). […] Ensuite, le signal de la retraite donné, la nuit qui s’ensuivit acheva la guerre, les Romains s’étant tenus en repos ; en effet, les Latins et les Herniques s’en allèrent chez eux, abandonnant les Volsques7.

6Il émane de ce passage l’impression d’une certaine incertitude du narrateur quant à la responsabilité exacte à donner aux Latins dans cette guerre : sans nier l’implication de ceux-ci, les tentatives de rendre les Volsques responsables du déclenchement des hostilités apparaît de manière évidente. Le contraste est ainsi flagrant entre des expressions comme ingentem Latinorum Hernicorumque <uim> conciuerant, et le fait que ce fût en sous-main (summisisse) que les Latins auraient soutenu les « Volsques » d’Antium (une cité où avaient pourtant été envoyés précédemment des colons romains et latins), avant de se retirer du champ de bataille pendant la nuit.

7Tous ces événements à l’intensité croissante ont préparé la première véritable guerre entre Rome et les Latins, qui éclata l’année suivante (385 av. J.-C.), année même de la sédition de Manlius Capitolinus. Tite-Live commente de la sorte la composition de l’armée que durent affronter les Romains :

  • 8 Liv., 6, 12, 6.

Une chose certaine est que l’armée des Volsques était immense, tous les auteurs en conviennent, malgré les coups portés récemment à leur puissance <par les Romains> sous les auspices et la conduite de Camille. À ceux-ci s’étaient ajoutés les Latins et les Herniques, ainsi que certains habitants de Circei et même les Romains de Vélitres8.

8Une fois encore, la responsabilité des hostilités est rejetée sur les Volsques, qui auraient été les principaux pourvoyeurs de troupes. Très vite, toutefois, Tite-Live se rend compte que les Volsques étaient en réalité exsangues, voire presque anéantis à cette date. Il en arrive alors à douter de leur présence parmi les révoltés, au point de partager sa perplexité avec ses lecteurs :

  • 9 Liv., 6, 12, 2.

Je ne doute pas qu’en plus de la lassitude, se présentera aussi à l’esprit de ceux qui ont lu dans tant de livres le récit des guerres continuelles contre les Volsques cette réflexion qui fut un objet d’étonnement pour moi qui ai examiné les auteurs plus proches de ces événements : d’où, chez les Volsques et les Èques tant de fois vaincus, provenaient suffisamment de soldats9 ?

9Si Tite-Live s’interroge à ce point, il nous est permis de le faire aussi. Il est fort probable en réalité que les Latins constituaient le gros de l’armée, tandis que les Volsques, si tant est qu’ils fussent présents, ne fournissaient que des troupes de soutien. La suite des événements ne fera d’ailleurs que renforcer cette hypothèse.

Les prisonniers latins et l’arrestation de Capitolinus

10En effet, une fois la bataille remportée par les Romains, ceux-ci firent le compte de leurs prisonniers et Tite-Live nous fournit des précisions intéressantes sur leur identité :

  • 10 Liv., 6, 13, 7-8.

La plus grande partie des prisonniers était issue des Latins et des Herniques (pars maxima captiuorum ex Latinis atque Hernicis) ; pas des hommes issus de la plèbe, dont on aurait pu croire qu’ils eussent combattu pour une récompense, mais l’on trouva des chefs de la jeunesse (principes iuuentutis), laissant voir de toute évidence qu’ils avaient fait la promesse officielle d’apporter leur aide aux ennemis volsques. L’on reconnut aussi des Circéiens et des colons de Vélitres ; tous furent envoyés à Rome et, alors que les premiers des pères les interrogeaient, ils révélèrent sans équivoque les mêmes choses qu’au dictateur, à savoir la défection de chacun de leurs peuples10.

11Ainsi, au cours de cette guerre, certains membres des plus nobles familles latines furent capturés. Et alors que la responsabilité de l’affrontement avait été attribuée aux Volsques, ces derniers sont les grands absents de la liste des prisonniers. L’expression pars maxima captiuorum ex Latinis employée par Tite-Live cache mal le fait que la participation des Volsques à cette guerre fut très probablement marginale.

  • 11 Liv., 6, 16, 1.

12Ayant ainsi achevé la narration des événements extérieurs et de la defectio des Latins, Tite-Live en revient alors aux événements intérieurs et à la seditio de Capitolinus : sitôt les représentants des plus nobles familles latines faits prisonniers, le dictateur romain (Aulus Cornelius) tourne son action répressive vers M. Manlius et le fait à son tour prisonnier11. Si la comparaison devait s’arrêter là, elle ne mériterait pas d’être soulignée, mais elle devient intéressante lorsque, toujours de manière simultanée, le sénat subit des pressions (provenant de sources différentes d’après la tradition) pour libérer d’une part les prisonniers latins, d’autre part Capitolinus. Et tout cela se produisit per eosdem dies, pour reprendre les mots de Tite-Live :

  • 12 Liv., 6, 16, 4 et 17, 6-7.

Une fois jeté en prison, il est bien attesté qu’une grande partie de la plèbe prit le vêtement de deuil, beaucoup se laissèrent pousser les cheveux et la barbe et une foule attristée montait la garde au vestibule de la prison. […] Déjà la foule ne se dispersait plus même la nuit de ce lieu et menaçait de forcer la prison. […] Au cours de ces mêmes jours (per eosdem dies), on fit de sévères réponses aux Latins et aux Herniques, de même qu’aux colons de Circéi et de Vélitres, se justifiant de l’accusation d’avoir pris part à la guerre volsque et réclamant leurs prisonniers12.

13Le sénat refusa de libérer les prisonniers latins, mais céda, nous dit-on, à la pression des plébéiens, qui étaient toujours reconnaissants envers Capitolinus pour le remboursement de leurs dettes. Ce dernier fut relâché, mais sa liberté retrouvée fut de très courte durée. Il fut en effet aussitôt assigné en justice et un procès mémorable commença, marqué par une série de manipulations politiques.

Le procès

  • 13 Outre Liv., 6, 19, 5-7 et 20, 1-14 ; cf. Val. Max., 6, 3.1a ; Vir. ill., 24 ; Plut., Cam., 36, 2-9 (...)
  • 14 Voir la bibliographie ci-dessus, note 2.
  • 15 Au point que d’aucuns, à l’instar de Magdelain 20152, p. 505 (= Magdelain 1973, p. 410), considère (...)

14Selon la version principale retenue par Tite-Live, ce sont deux tribuns « de la plèbe » qui soutinrent l’accusation contre celui que cette même plèbe avait pourtant fait libérer. Il existe toutefois une certaine incertitude au sein des sources quant à l’identité des accusateurs, mais aussi quant à la nature et aux modalités juridiques du procès13. Qu’il se fût agi d’une coercition capitale d’un magistrat, d’un procès duoviral de perduellio ou d’une procédure tribunicienne, ces divergences ont déjà été largement discutées14, sans qu’une absolue certitude n’émerge ni qu’aucune des options proposées n’emporte une adhésion définitive15. Nous ne reviendrons pas ici sur cet aspect du débat, pour nous intéresser plutôt à deux autres éléments du récit de ce procès, dont le premier n’a, à notre connaissance, jamais été discuté jusqu’à présent.

Les 400 « témoins »

  • 16 Liv., 6, 20, 6.
  • 17 Kraus 1994, p. 212. Oakley 1997 ne fait aucun commentaire à ce sujet.
  • 18 C’est en tout cas ce qu’on peut déduire de D.H., 2, 7, 2, 13 et 2, 14, 4 ; Liv., 1, 43 et Fest. 48 (...)
  • 19 Meunier 2011 et 2014. L’une des études les plus récentes et les plus exhaustive sur la guerre et l (...)

15Dans le cadre de la défense de l’accusé, avant d’en venir à un plaidoyer probablement en grande partie fictif, Tite-Live mentionne une donnée chiffrée à propos des témoins à décharge : Manlius Capitolinus aurait en effet produit, nous dit-il, jusqu’à 400 personnes pour témoigner en sa faveur, un chiffre dont à la fois la précision et l’ampleur ne peuvent que susciter l’étonnement : « On dit qu’il produisit près de 400 hommes (homines prope quadringentos produxisse dicitur), auxquels il avait avancé de l’argent sans intérêts et dont il avait empêché que les biens soient vendus ou qu’ils soient emmenés comme esclaves pour dettes »16. Écartons d’emblée la surenchère narrative qui tente de nous faire croire qu’il s’agissait de plébéiens endettés dont les dettes avaient été rachetées par le noble sauveur du Capitole pour nous interroger plutôt sur le chiffre transmis par la tradition. Pourquoi 400 ? Contrairement à ce qu’ont pu penser certains, ce chiffre n’est pas anodin et ne semble pas avoir été fixé par hasard, avec pour seul but de « donner une impression de fiabilité au récit »17. Il peut en effet être mis en rapport avec la structure des armées archaïques de l’Italie centrale. Avant de voir quelle relation il est possible d’établir, il convient d’abord de rappeler que, selon les hypothèses les plus probables, les armées dites pré-serviennes se composaient de contingents d’environ un millier d’hommes, logiquement dirigés par des χιλίαρχοι, terme grec correspondant au latin tribuni18. On reconnaît généralement l’existence de cette structure militaire pré-servienne pour les temps immémoriaux difficiles à dater précisément (l’époque du roi Servius Tullius fait toujours office de charnière chronologique par défaut), en tout cas antérieurs à la période républicaine. Toutefois, ce mode d’organisation de l’armée pourrait encore avoir été en vigueur au début de la République, voire jusqu’au dernier tiers du IVe siècle av. J.-C. (terminus ante quem)19. En tout cas nous avons chez Denys d’Halicarnasse une trace de contingents de 800 hommes en 455 av. J.-C. :

  • 20 D.H., 10, 43, 3 et 45, 6.

La plupart des plébéiens acceptèrent de supporter le conflit [contre les Èques] ; […] parmi eux Siccius lui-même qui avait invectivé dans une assemblée du peuple contre ceux qui s’étaient emparés des terres publiques. Il avait avec lui une cohorte de huit cents hommes (σπεῖραν ἐπαγόμενος ὀκτακοσίων ἀνδρῶν). […] Il était parti à la tête de ses huit cents hommes (ᾤχετο τοὺς ὀκτακοσίους ἄνδρας ἄγων) accablés de tristesse, baignés de larmes, comme s’ils se dirigeaient vers une mort certaine20.

  • 21 Liv., 7, 7, 4.

16Plus intéressante encore est la constatation qu’il existait aussi des demi-contingents de 400 hommes, qui sont d’ailleurs explicitement attestés en 362 av. J.-C. chez les Herniques (or, comme ceux-ci avaient adopté une structure militaire similaire aux Latins et aux Romains en raison de leur appartenance à la Ligue latine, on peut aisément extrapoler) : « Le peuple hernique tout entier, tous les hommes en âge de porter les armes se dressèrent ; on leva huit cohortes de 400 hommes chacune (quadringenariae octo cohortes), l’élite des soldats »21. Si l’on en revient au procès de Manlius Capitolinus, se pourrait-il que les 400 témoins de ce dernier aient pu être en réalité les soldats d’un demi-contingent du même genre, dont notre illustre accusé aurait été l’officier commandant ? La question mérite d’être posée et il est raisonnable d’envisager d’y répondre par l’affirmative. Le lieu même où s’est tenue l’assemblée judiciaire tend d’ailleurs à conforter cette interprétation.

Le lucus Petelinus

  • 22 Liv., 6, 20, 11.
  • 23 Wiseman 1979.
  • 24 Ibid. ; Coarelli 1996.
  • 25 Deux caractéristiques identifiées par Gagé 1953, p. 47-55. Cet article présente une argumentation (...)

17En lien avec la légende dorée de Capitolinus, c’est au Champ de Mars, au pied du Capitole (le dernier bastion de Rome, précisément sauvé lors de l’invasion gauloise par notre héroïque accusé), que l’on fit se réunir une première fois l’assemblée judiciaire. Mais alors que M. Manlius, tout en déclamant un plaidoyer propre à susciter l’émotion de ses auditeurs, levait les yeux vers le lieu de ses exploits et de sa gloire, ses accusateurs sentaient bien qu’ils ne pourraient obtenir sa condamnation. Ce fut la raison pour laquelle, selon la tradition, le procès fut ajourné et que le lieu de l’assemblée fut déplacé près d’un bois sacré, connu sous le nom de lucus Petelinus. C’est là que le jugement final fut rendu : « L’assemblée du peuple fut convoquée à un jour différé au lucus Petelinus, à l’extérieur de la Porta Flumentana d’où la vue ne portait pas sur le Capitole. Là, l’accusation prévalut et, les esprits étant résolus, l’on rendit un jugement sévère et odieux, même aux yeux des juges »22. La raison invoquée pour le choix de cet emplacement était qu’il fallait un endroit « d’où la vue ne portait pas sur le Capitole ». L’on expliquait ainsi le caractère apparemment inhabituel du lieu du procès, tout en rappelant les exploits légendaires de Manlius Capitolinus et en amplifiant ainsi narrativement le contraste avec la déchéance de celui-ci. Cependant, les incohérences topographiques insolubles que présente la narration seraient en réalité le reflet de plusieurs traditions parallèles que Tite-Live aurait tenté de combiner en un seul récit23. La première assemblée au Champ de Mars avec vue sur le Capitole est très probablement une invention littéraire liée au développement de la légende entourant le personnage de Capitolinus, tandis que le lucus Petelinus, trop inhabituel et inattendu pour n’être qu’une pure invention a posteriori, semble avoir été le lieu où s’est déroulé l’ensemble de la procédure. La localisation exacte de cet endroit est sujette à discussion24, mais ce qui importe surtout ici est que ce lucus présente deux caractéristiques d’un intérêt particulier dans la situation qui nous occupe : il s’agirait d’un lieu consacré non seulement aux assemblées militaires, mais aussi aux questions impliquant les Latins25.

  • 26 Liv., 7, 41, 3.
  • 27 Gagé 1953, p. 48.
  • 28 Ibid., p. 49.
  • 29 Ibid., p. 50.
  • 30 Ibid., p. 51 et 47 respectivement.

18C’est en tout cas ce qu’il est possible de déduire d’une autre attestation d’une assemblée au lucus Petelinus, cette fois-ci dans le contexte de la « mutinerie » (aussi appelée secessio) de 342 av. J.-C. Cette année-là, les soldats basés en Campanie se révoltèrent et décidèrent de marcher sur Rome, pour faire entendre leurs revendications et forcer la concrétisation de celles-ci. À leur tête se trouvait T. Quinctius (contre son gré nous dit la tradition), qu’ils étaient venus chercher chez lui à Tusculum. Depuis Rome, le dictateur Valerius Corvus se porta alors à la rencontre des rebelles, négocia un accord avec T. Quinctius et le fit ratifier (au moins en partie) au lucus Petelinus26. Le recours à ce lieu inhabituel s’expliquerait, selon J. Gagé, par le fait que l’armée rebelle aurait été composée majoritairement de « demi-mercenaires » latins, que les Quinctii avaient coutume de commander au nom de Rome27. Ces Latins au service de Rome, « peuple à moitié en armes sans doute comme les Romains des comices centuriates »28 et ayant des intérêts communs avec les plébéiens romains, auraient eu leur propre concilium où pouvaient être discutées les modalités de la condicio militiae en accord avec Rome. Dans ces conditions, l’assemblée de 342 av. J.-C. aurait été « soit une réunion exceptionnelle des Latins collaborant alors avec Rome, soit, au minimum, un concilium de citoyens romains destiné à favoriser l’accord militaire avec les Latins »29. Revenant alors au cas du procès de Manlius Capitolinus, J. Gagé pense que « le lucus Petelinus [a] été choisi, aux portes de Rome, pour représenter l’équivalent local de ce qu’était, pour l’ensemble de la fédération latine, le lucus Ferentinae » et que le procès lui-même suivait « une procédure de jugement populaire usitée chez les Latins de la Confédération »30. Évidemment, il y a dans tout cela, comme dans tout ce qui touche à cette période de l’Histoire, une part inévitable d’hypothèse et d’interprétation. Ce qu’il faut toutefois retenir est qu’il y a suffisamment d’indices pour admettre l’existence d’un lien – quel qu’il soit, et c’est là-dessus que devrait porter la discussion – entre le lucus Petelinus, les affaires militaires et les Latins. Un lien sur lequel nous souhaiterions revenir à notre tour.

Une assemblée judiciaire militaire ?

  • 31 À propos de l’assemblée du peuple en armes et de la signification du terme populus, cf. De Sanctis (...)
  • 32 Sur les rites religieux et contraintes augurales nécessaires à « l’inauguration » des espaces comi (...)

19La pratique des assemblées militaires – c’est-à-dire la réunion du populus, l’assemblée du peuple en armes31 – n’est guère étonnante en soi. Les armati – autrement dit les citoyens en armes – pouvaient se réunir en n’importe quel lieu, même au cours d’une campagne militaire, et pas seulement au sein du territoire urbain de la cité, à condition toutefois que les rites religieux et les contraintes augurales permettant la réunion de l’assemblée aient été respectés et que l’espace de réunion ait été « inauguré »32. En témoigne cet exemple qui date du consulat de Quinctius Cincinnatus, en 460 av. J.-C. :

  • 33 Liv., 3, 20, 4 et 6. Voir aussi sur ce passage Humm 2014b, p. 336-337 et Berthelet 2015, p. 191 sq(...)

<Le consul Quinctius dit :> « C’est pourquoi nous ordonnons que vous tous qui avez prêté serment vous vous présentiez demain en armes (armati) au lac Régille ». […] Alors les tribuns, comme il n’y avait aucun espoir de l’empêcher, proposent d’ajourner le départ de l’armée (exercitus), d’autant plus que la rumeur circulait que l’on avait ordonné aux augures d’être aussi présents au lac Régille et de consacrer un lieu où l’on pourrait traiter avec le peuple sous de bons auspices (ubi auspicato cum populo agi posset), de sorte que tout ce qui avait été soumis au vote à cause de la violence tribunicienne pût être abrogé là-bas par ces comices (comitiis)33.

20Cette pratique ne devait pas être exceptionnelle à l’origine. Elle est en tout cas restée parfaitement légale jusqu’en 357 av. J.-C., date à laquelle il fut définitivement interdit de réunir une assemblée légiférante en dehors de la cité lors d’une campagne militaire :

  • 34 Liv., 7, 16, 7-8.

Rien de mémorable ne fut réalisé par l’autre consul, si ce n’est que, par un exemple inédit, il présenta une loi aux comices tributes réunies dans le camp (in castris tributim), à Sutrium, à propos d’une taxe du vingtième sur les esclaves affranchis. Les pères ratifièrent cette loi, parce que grâce à elle l’on ajouta un revenu considérable au trésor épuisé ; par ailleurs les tribuns de la plèbe, préoccupés non pas tant par la loi que par l’exemple, interdirent sous peine de mort que quiconque convoquât le peuple à l’extérieur <de la ville> par la suite (ne quis postea populum seuocaret)34.

21Contrairement à ce que pense Tite-Live, la réunion de l’armée dans un camp lors d’une campagne militaire avec valeur de comices tributes réglementaires n’avait rien d’une nouveauté à cette date : c’est au contraire la dernière fois que cela se produisit et c’est d’ailleurs précisément la raison pour laquelle le souvenir en a été conservé in extenso ; il fallait bien en effet expliquer et justifier l’interdiction décrétée par les tribuns.

22Sur cette base, la nature « militaire » de l’assemblée de 342 av. J.-C. au lucus Petelinus (postérieure donc à l’interdiction de 357 av. J.-C.) peut être discutée, même si elle peut se justifier par les circonstances exceptionnelles et hautement militarisées dans lesquelles la réunion fut tenue. Il en va par contre autrement de l’assemblée judiciaire de 384 av. J.-C., qui n’est pas sujette à une telle objection. Dans ce dernier cas, en effet, tout – du contexte de la guerre quasi civile qui eut lieu cette année-là aux 400 « témoins » assimilables à une subdivision de l’armée – converge dans le sens d’une assemblée militaire, où Manlius Capitolinus, au-delà du prétexte de l’aspiration à la tyrannie, aurait été jugé pour son rôle dans la guerre quasi civile susmentionnée. Une guerre qui a opposé les Romains à une coalition de Latins, d’Herniques et même de colons romains peut-être assistés de quelques Volsques. Or sur ce point nous rejoignons la dimension latine précédemment attribuée au lucus Petelinus. En effet, si le procès fut bel et bien une conséquence directe de la guerre romano-latine, comme nous le pensons, le choix de ce lieu pour la tenue de la procédure judiciaire trouve une résonnance particulière et une justification évidente. La question qu’il convient maintenant d’éclaircir est celle de la nature précise du lien que M. Manlius Capitolinus entretenait avec les Latins.

L’« identité » de M. Manlius Capitolinus

Identité romaine ou latine ?

  • 35 Cf. Piganiol 1920, pour qui T. Quinctius Capitolinus, auquel il arrivait de commander des armées e (...)
  • 36 Cf. en particulier la discussion chez Cornell 2003 ; Forsythe 2005, p. 318 (pour qui l’expédition (...)

23La raison qui valut à M. Manlius tant d’opprobre de la part des Romains et une exécution au terme de son procès résiderait (si l’on suit l’hypothèse interprétative proposée jusqu’ici) dans le choix du camp dans lequel il a combattu. En effet, le fait que Capitolinus ait opéré une seditio – d’ailleurs mise explicitement en parallèle par nos sources avec la defectio des alliés latins – et qu’il ait été emprisonné simultanément à la capture des Latins de haute naissance suite à la bataille, de même que le jugement hostile et la condamnation finale de notre personnage, suggèrent que celui-ci a combattu du côté des révoltés. Se pose alors la question de l’identité de M. Manlius Capitolinus, qui apparaît véritablement ambiguë. En effet, son implication dans la politique romaine et sa position sociale élevée au sein de la société romaine sont évidentes, mais d’un autre côté, les indices évoqués jusqu’ici convergent pour suggérer qu’il a pris fait et cause pour la coalition latine contre la faction dominante à Rome. Il convient de faire remarquer que ce n’est pas la première fois que l’on questionne l’identité d’un personnage important de l’histoire romaine. Il suffit de mentionner les exemples de T. Quinctius Capitolinus35 et de Coriolan36, tous deux soupçonnés d’être des Latins récupérés par l’annalistique romaine.

  • 37 Liv., 1, 30, 2. Cette liste est non exhaustive, puisque l’on sait par ailleurs que les Cornelii Ma (...)
  • 38 Tacite est à cet égard plus précis : maiores mei, quorum antiquissimus Clausus origine Sabina simu (...)
  • 39 Farney 2007, p. 46.
  • 40 Ibid., p. 74 sq.

24Ces interrogations sont d’ailleurs alimentées par la tradition antique elle-même, qui n’a aucun scrupule à mentionner l’origine latine de nombre de familles aristocratiques parmi les plus influentes de Rome : « <Le roi Tullus Hostilius> recueillit les premiers des Albains parmi les pères, de sorte que cette partie aussi de la République crût : les Iulii, les Seruilii, les Quinctii, les Geganii, les Curiatii et les Cloelii »37. La revendication « albaine » est ici liée au souci pour ces grandes familles de se rattacher au plus près de la légende troyenne. Pour s’approcher de la réalité, il conviendrait plutôt ici de considérer le mot Albanorum au sens large, comme un équivalent de Latinorum38. Les Quinctii, par exemple, dont il a déjà été question ci-dessus et que l’on retrouve sans surprise dans cette liste, sont plutôt originaires de Tusculum (tout comme d’autres familles importantes, comme les Fulvii, les Mamilii, les Coruncanii et les Porcii)39. Il ressort finalement de ce texte l’impression que l’origine latine n’était pas un problème en soi, et que beaucoup en étaient même très fiers40. L’enjeu, pour éviter tout complexe d’infériorité, aurait plutôt résidé dans les modalités de la « migration » vers Rome, qui devait se faire le plus tôt possible (dans l’exemple ci-dessus, toutes les gentes mentionnées rattachent le moment de cette transition à la haute époque royale) et être nette (Albe n’existant plus, toutes ces familles sont devenues pleinement et entièrement romaines du jour au lendemain). Or, c’est précisément là que réside le nœud du problème et la source de la mécompréhension de la réalité sociale et migratoire archaïque.

La problématique identitaire dans l’Italie centrale archaïque

  • 41 Les concepts d’identité et d’ethnicité suscitent de plus en plus l’intérêt de la recherche contemp (...)
  • 42 Ampolo 1970-1971, 1976-1977, 1981, 1987 et 1988, p. 172-177 ; Cornell 1995, p. 89, 158 ; Forsythe  (...)
  • 43 Sur le ius migrandi, cf. surtout Humbert 1978, p. 85-143 ; Hermon 1989, p. 168. Voir aussi Bernard (...)
  • 44 Bourdin 2012, p. 532-551.

25En effet, la principale caractéristique qui pose question dans la conception livienne de l’identité « ethnique » – conception d’époque augustéenne donc, qui a été suivie par nombre de savants modernes (eux-mêmes influencés par le concept du nationalisme en vigueur aux XIXe et XXe siècles) – est qu’elle a tendance à concevoir les identités romaine et latine comme exclusives. Ainsi, pour Tite-Live – et pour beaucoup d’autres à sa suite – l’on était soit latin, soit romain. La réalité archaïque était toutefois plus complexe et il est préférable de considérer la question de l’identité romaine ou latine de manière plus perméable et plus souple, comme on a heureusement tendance à le faire de plus en plus de nos jours41. Plusieurs éléments contribuent à faire avancer la réflexion en ce sens, par exemple le concept de mobilité horizontale, notamment – mais pas exclusivement – aristocratique42. Aux époques hautes, il était relativement aisé, surtout pour les personnages puissants, de s’installer dans une autre cité avec toute sa suite ou son « clan ». L’exemple le plus fameux, maintes fois invoqué, est évidemment celui d’Attius Clausus, devenu Appius Claudius une fois installé à Rome. Ce dernier fut intégré inter pares sitôt arrivé dans sa nouvelle cité et put accéder immédiatement aux plus hautes charges de l’État, sans que cela ne pose le moindre problème. Il convient de mentionner également qu’au sein du Latium et de la Ligue latine en particulier, les Latins avaient mis en place les bases d’un cadre juridique commun, avec notamment la possibilité de migrer facilement d’une cité à l’autre grâce à ce qu’on a appelé par la suite le ius migrandi43. Mais le véritable moteur de la mobilité aristocratique archaïque était probablement la politique active d’intermariages, facilitée par le conubium, qui permettait aux familles puissantes d’entretenir et d’étendre davantage encore leur réseau d’influence44.

  • 45 Palmer 1996, p. 95 ; Farney 2007, p. 42 et 65. Les travaux de G. Farney ont permis une avancée sig (...)
  • 46 Liv., 5, 46, 2-3 ; voir aussi Ogilvie 1965, p. 731.

26Cette mobilité n’impliquait toutefois pas pour ceux qui migraient de couper tous les ponts avec les régions d’où ils venaient. En témoigne la perpétuation de traditions, en particulier religieuses. Certaines familles patriciennes romaines continuaient en effet à honorer un culte dit « familial » dans leurs fiefs latins, comme les Iulii à Bovillae45. D’autres rendaient un culte gentilice à Rome, mais selon des rites latins, comme les Fabii accomplissant leur sacrifice annuel sur le Quirinal, « la toge ceinte à la manière des Gabiens » (Gabino cinctu)46, indice d’une connexion ancestrale étroite de la gens Fabia avec la région de Gabies, dont il est toutefois difficile de présumer de la nature exacte. Quoi qu’il en soit, ces survivances religieuses montrent que les gentes aristocratiques romaines avaient originellement, dans les régions du Latium où ces pratiques cultuelles étaient accomplies, des bases solides en termes de possessions et de réseau d’influence, dont il est difficile d’imaginer qu’elles aient pu complètement disparaître aussi longtemps que ces gentes se maintenaient dans la course au pouvoir à Rome. Une situation incontestablement complexe, qui fait en même temps apparaître les limites d’un concept identitaire parfois trop prompt à vouloir catégoriser et dissocier des liens d’appartenance multiples et enchevêtrés.

  • 47 A. Postumius Albinus, frgt. Ch. 1 b = Corn. 1 b.

27Une complexité qui transparaît particulièrement dans une affirmation de l’annaliste Aulus Postumius Albinus. Ce dernier appartenait à une puissante famille patricienne, qui comptait notamment au nombre de ses ancêtres le dictateur ayant dirigé l’armée romaine lors de la bataille du lac Régille. Or notre annaliste se présente lui-même comme « un Romain né dans le Latium »47 : Homo Romanus natus in Latio. Le croisement des sources semble toutefois suggérer que les Postumii étaient plutôt d’origine sabine que strictement latine. Mais ce que voulait dire A. Postumius Albinus en écrivant cette phrase est que, bien qu’écrivant ses Annales en grec, il était de langue maternelle latine et il demandait de la sorte à ses lecteurs de lui pardonner ses erreurs et imprécisions de langage. Il n’en reste pas moins que cette formulation est révélatrice d’une certaine équivalence des expressions homo Romanus et natus in Latio, et des conceptions identitaires correspondantes.

  • 48 Flor., 2, 6, 1.
  • 49 Voir plusieurs exemples dans Farney 2007, p. 49-53.

28Progressivement s’est ensuite développée la conception d’une identité romaine plus englobante et universelle, située à un autre niveau que les autres sentiments d’appartenance. Cette vue se perçoit très bien dans la définition que nous livre Florus du populus Romanus, explicitement perçu, non comme un peuple à part entière et distinct des autres, mais bien comme un peuple composé de l’incorporation des autres : « Le peuple romain s’est en effet mélangé aux Étrusques, aux Latins et aux Sabins, et de tous ces peuples il en a découlé un seul sang, ces différents membres forment un corps et tous ne font qu’un (corpus fecit ex membris et ex omnibus unus est) »48. En se plaçant à un niveau supérieur, l’identité romaine devint parfaitement compatible avec la revendication d’autres origines, ce qui explique qu’encore aux IIe et Ier siècles av. J.-C., les monétaires issus de gentes d’origine latine revendiquaient leur multiple appartenance sur les monnaies qu’ils faisaient frapper49.

29Après la guerre sociale, le concept de duae patriae a même donné lieu, dans le contexte de la municipalisation de l’Italie, au développement d’un cadre juridique et institutionnel concret, dont Cicéron se fait l’écho dans son De Legibus :

  • 50 Cic., Leg., 2, 2 (5). Voir aussi Nicolet 1980, p. 44-47, et Farney 2007, p. 6-7. Pour une étude ap (...)

Moi par Hercule je pense que pour celui-là aussi bien que pour tous les municipaux, il y a deux patries, l’une par nature, l’autre par citoyenneté (duas esse censeo patrias, unam naturae, alteram ciuitatis) : de même, Caton, alors qu’il est natif de Tusculum, a été recueilli dans la citoyenneté du peuple romain ; il avait ainsi, étant Tusculan d’origine et Romain de citoyenneté, une patrie géographique et une autre juridique. […] Cependant, celle qui nous a engendré n’en est pas moins douce que celle qui nous a recueilli. C’est pourquoi moi je ne dirai absolument jamais qu’elle n’est pas ma patrie ; simplement, la première est plus grande et la seconde y est englobée (dum illa sit maior, haec in ea contineatur)50.

30Toutefois, loin de se cantonner à la description purement formelle d’une fiction juridique abstraite qui aurait été produite pour des raisons purement administratives, les termes choisis par l’Arpinate traduisent ici un réel ressenti identitaire partagé par de nombreux Romains – à commencer par Cicéron lui-même – et caractérisé par un sentiment de double appartenance. Une telle description invite aussi à bien faire la différence entre le niveau « ethnique » (ou domiciliaire) proprement dit et le niveau « politique » (ou juridique). Se revendiquer Romain équivalait d’abord et avant tout à se présenter comme citoyen de la Res Publica, indépendamment de son origo (qu’elle soit latine, sabine, étrusque, campanienne, etc.). Il faut évidemment garder à l’esprit que le texte de Cicéron fait référence à une situation de la République tardive et que les « municipaux » du Ier siècle av. J.-C. ne sont pas assimilables aux aristocrates de l’époque archaïque. Néanmoins, même si Cicéron fait référence dans ses propos à un cadre juridique et institutionnel précis, dont la mise en place progressive entre 89 et 49 av. J.-C. aurait été une conséquence de la guerre sociale, il est plus que probable que la conception identitaire qui a servi de substrat à un tel développement juridico-institutionnel tardif avait ses racines plus haut dans le temps.

31Les différents éléments évoqués jusqu’ici montrent que la définition même du Romain était loin d’être restrictive pour les Anciens eux-mêmes. L’identité multiple, en particulier romano-latine, était même une réalité bien ancrée, et ce dès les temps les plus reculés. Enfin, ce qu’il faut garder à l’esprit est que la question identitaire est incontestablement complexe et qu’elle n’autorise pas de réponses tranchées ou exclusives.

Les Manlii : une gens romano-latine

  • 51 Un autre exemple remarquable de réseaux claniques aux ramifications s’étendant bien au-delà d’une (...)

32Revenons maintenant à M. Manlius Capitolinus. Les considérations qui viennent d’être évoquées sur les problématiques de l’identité et de l’ethnicité pourraient peut-être nous aider à mieux cerner notre personnage et son action. Si nous réévaluions en effet l’identité de la gens Manlia de manière plus souple et plus large, en replaçant son origo dans le Latium (au même titre que d’autres familles importantes) et en considérant que ses principaux représentants se sont progressivement rapprochés du centre de pouvoir qu’était Rome, intégrant la haute société et occupant des fonctions importantes, tout comme Attius Clausus en son temps, nous comprendrions beaucoup mieux les événements des années 385-384 av. J.-C. et la seditio (defectio serait en réalité un terme plus approprié) de M. Manlius Capitolinus. Bien intégrés à Rome, les Manlii n’auraient pas pour autant abandonné leur base territoriale et leur réseau d’influence et de relations dans le Latium, amenant à la grave crise qui est ici l’objet de notre attention. Tout porte ainsi à croire que le réseau des Manlii dépassait largement le cadre d’une seule cité, fût-elle Rome51.

  • 52 Liv., 6, 20, 13-14. Voir aussi Oakley 1997, p. 567, et Smith 2006b, p. 49.
  • 53 La question de la définition de la gens et du clan dans la République romaine est un débat complex (...)
  • 54 Smith 2006b, p. 314-35, soutient que les gentes avaient tendance à distribuer le pouvoir et non à (...)

33Cette situation était probablement favorisée par l’existence de la Ligue latine, qui avait mis en place des niveaux de pouvoir partagés et fait de Rome la capitale de facto de cet ensemble commun. Toutefois, à partir du moment où des dissensions sérieuses ont éclaté entre les membres de cette Ligue – autrement dit à partir des années 380 av. J.-C. – la situation de personnages comme M. Manlius Capitolinus a dû devenir très inconfortable, caractérisée par un tiraillement entre des intérêts divergents. Et c’est peut-être ainsi qu’il conviendrait de comprendre ce fameux commentaire de Tite-Live à propos du bannissement du prénom Marcus par la gens Manlia : « À la peine de mort furent ajoutées deux mesures d’infamie : […] la seconde était gentilice et stipulait, par décision de la gens Manlia, que plus personne par la suite ne fût appelé Marcus »52. Cette mesure symbolique illustrerait clairement en réalité la division des Manlii quant à l’attitude à adopter dans la crise qu’ils ont eu à subir, et l’absence de soutien pour M. Manlius Capitolinus d’une partie significative de sa gens dans son choix de combattre du côté des dissidents latins. Cela amène par ailleurs à voir dans les groupements gentilices – au moins dans leur état du début du IVe siècle – non pas des clans homogènes et centralisés, mais plutôt de larges réseaux constitués de groupes sociaux répartis sur une aire géographique étendue dépassant le cadre d’une seule cité53. Ces réseaux gentilices avaient généralement une communauté d’intérêts, même si des divergences sérieuses pouvaient survenir de temps à autre, comme on peut en voir un exemple dans le cas qui nous occupe ici54.

34Les divisions intra-gentilices provoquées par la crise de la Ligue latine chez les Manlii ne se sont d’ailleurs pas éteintes avec la mort de M. Manlius Capitolinus. Nous en avons un autre exemple quelques décennies plus tard, à l’époque de l’ultime guerre latine de 340-338 av. J.-C. La situation est alors inversée, par rapport à celle de 385 av. J.-C. : le principal représentant du moment de la gens Manlia, Titus Manlius Imperiosus Torquatus, s’est cette fois-ci rangé du côté des factions dominantes à Rome, dont il commandait l’armée, et il se retrouva à devoir affronter des Latins révoltés. À cette occasion, Tite-Live développe un schéma narratif dont il a le secret : alors que les deux armées se faisaient face, hésitant toutes deux à prendre l’initiative d’un affrontement fratricide, Manlius Imperiosus avait interdit à quiconque, sous peine de mort, de sortir des rangs pour aller provoquer l’adversaire ; son propre fils aurait toutefois désobéi aux ordres en tuant un ennemi qui l’avait provoqué, un acte de bravoure qui lui valut néanmoins d’être exécuté sur l’ordre de son propre père. Dans le récit haut en couleur, mais à l’historicité globalement douteuse, que brosse le narrateur, il y a néanmoins un point qui vaut la peine qu’on y accorde un peu d’attention :

  • 55 Liv., 8, 7, 1-3.

Par hasard, parmi tous les autres chefs d’escadrons qui avaient été envoyés en exploration de toutes parts, T. Manlius, le fils du consul, avait fini par arriver avec les soldats de son escadron au-dessus du camp des ennemis, de sorte qu’il en était éloigné d’à peine un jet de trait du poste de garde le plus proche. Là, il y avait des cavaliers tusculans ; à leur tête se trouvait Geminus Maecius, un homme illustre parmi les siens à cause de sa naissance et surtout à cause de ses exploits. Lorsqu’il reconnut les cavaliers romains et parmi eux, les précédant, le fils du consul, bien identifiable – ils se connaissaient en effet tous entre eux, surtout les hommes illustres –, il dit55

  • 56 Liv., 7, 42, 4. Cf. supra, n. 25.
  • 57 Liv., 7, 8, 2.
  • 58 Liv., 8, 12, 1.

35Malgré un contexte qui relève plus du récit que de l’histoire, la mention d’un Tusculan nommé Geminus Maecius, réputé être une connaissance proche des Manlii, ne nous semble pas être le fruit d’une pure invention de Tite-Live, mais au contraire l’un des éléments historiquement fiables autour desquels a précisément été brodée la mise en scène narrative. Ce Geminus Maecius faisait manifestement partie du réseau d’influence latin des Manlii, et même dans une position privilégiée, parmi les plus proches ; nouvel indice de la relation particulière qu’entretenait les Manlii avec certaines régions du Latium, Tusculum en l’occurrence, où les Manlii possédaient d’ailleurs une « maison » (aedes) d’où, selon certaines traditions, un autre Manlius (Gaius de son prénom), prit la tête des révoltés de 342 av. J.-C., dont on a vu plus haut qu’ils étaient potentiellement plus latins que romains56. L’on comprend mieux dès lors l’ordre célèbre donné par T. Manlius Imperiosus à ses troupes de ne pas provoquer l’adversaire, sous quelque prétexte que ce soit. Il voulait en effet éviter la bataille à tout prix, parce qu’il combattait son propre réseau et ses propres relations sur ses propres terres. Ses intérêts romains l’avaient toutefois emporté dans le choix de son camp, un choix différent de celui de son prédécesseur, M. Manlius Capitolinus. La situation n’était toutefois pas plus confortable pour T. Manlius Imperiosus, qui aurait sans nul doute préféré éviter l’affrontement et qui ne s’y est résolu qu’en dernier recours. La tradition, par la voix de Tite-Live, a d’ailleurs perçu cette bataille comme une véritable guerre civile : « Cette bataille, cependant, fut tout à fait similaire à une guerre civile (fuit autem ciuili maxime bello pugna similis) ; il y avait si peu de différence entre les Latins et les Romains, si ce n’est le courage »57. Nombreux sont les réseaux de relations qui, à l’instar de celui des Manlii, ont dû être déchirés par ces événements. Contrairement à Capitolinus, Imperiosus a fini par l’emporter, mais il ne s’en est pas moins attiré l’hostilité des siens : « [Titus Manlius] rentra à Rome ; il est bien connu que seuls les vieillards sortirent à sa rencontre, la jeunesse se détourna de lui et le maudit dès ce moment et toute sa vie durant »58. Tite-Live nous dit que c’est en raison du sévère châtiment infligé par T. Manlius à son fils que la jeunesse le détestait. Toutefois, au-delà du schéma narratif du fils exécuté par son père, c’est bien la scission du clan des Manlii et de ses dépendants qui a probablement valu à Imperiosus, de la part de ceux des siens qu’il avait combattus, une hostilité bien compréhensible, tout comme quelques décennies plus tôt les adversaires de Capitolinus au sein de sa propre gens avaient banni le prénom Marcus. Au-delà du cas de la gens Manlia, ces différents exemples tendent aussi à montrer qu’il ne faut pas voir les « guerres latines » comme un affrontement polarisé entre les Romains d’un côté et les Latins de l’autre, mais plutôt des conflits d’intérêts qui ont profondément divisé les communautés et les réseaux qui constituaient alors l’ensemble formé par la Ligue latine. Ces conflits ont montré l’incapacité de ce système fédéral à réguler le recours à la violence entre ses membres et ont mené in fine à son remplacement par une nouvelle Rome, plus grande et plus englobante. Ce qui a probablement eu des conséquences importantes sur la définition des conceptions identitaires de ses membres.

 

36La réflexion qui a été menée jusqu’à présent permet de dégager des conclusions qui nous semblent ouvrir de nouvelles perspectives d’interprétation non seulement pour le cas étudié ici, mais aussi au-delà.

37Commençons par rappeler que le récit relatif au personnage de M. Manlius Capitolinus a fait l’objet d’une élaboration narrative dont l’ampleur n’est mise en doute par personne, au point que d’aucuns ont même renoncé à se prononcer sur la présence d’un quelconque substrat historique sous-jacent. L’une des principales règles suivies par le récit est la séparation explicite de la narration des événements intérieurs et extérieurs, qui a abouti à l’exposition distincte de la seditio de Manlius et de la defectio des Latins. Sur le plan des événements intérieurs plus spécifiquement, le narrateur a eu recours au motif de l’aspirant à la tyrannie (adfectator regni), aussi employé pour retravailler les personnages de Sp. Cassius et de Sp. Maelius. Au-delà des schémas narratifs, cependant, les parallèles entre la seditio de Capitolinus et la defectio des Latins sont suffisamment prégnants pour attirer l’attention de l’historien et les coïncidences trop nombreuses pour ne pas au moins susciter la réflexion, voire envisager que seditio et defectio se réfèrent toutes deux à une seule et même réalité. Les indices s’accumulent en tout cas en ce sens et nous ont amené à soutenir l’hypothèse non seulement que M. Manlius Capitolinus prit une part active dans la guerre « civile » de 385 av. J.-C. – au cours de laquelle s’affrontèrent deux factions en sérieux désaccord au sein de la Ligue latine – mais aussi qu’il fut jugé pour cela au lucus Petelinus par une assemblée militaire judiciaire chargée des questions concernant l’armée et les affaires latines. Dans cette histoire, il faut toutefois se garder de conclure trop vite que Capitolinus aurait combattu dans le camp des Latins, contre les Romains. L’affrontement n’avait en effet rien d’ethnique. Il a plutôt mis aux prises deux coalitions pour le contrôle du pouvoir à Rome, ainsi qu’au niveau de la fédération latine. De manière assez intéressante, cette interprétation permet de faire le lien avec l’accusation d’adfectatio regni à laquelle Manlius Capitolinus aurait été confronté, et qui ne relèverait donc pas entièrement de la pure invention narrative : il est en effet difficile de trouver d’autres buts au coup de force malheureux de Capitolinus que celui de reprendre la main dans la direction politique à Rome (et donc de facto dans la Ligue latine).

  • 59 Ainsi Cornell 1995, p. 158 : « such concepts as nationality and citizenship are anachronistic in t (...)

38Pour en arriver à ces conclusions, nous avons aussi été amené à revenir sur la conception de l’identité chez les Anciens. Le débat sur ce sujet n’est pas neuf, mais il a connu ces dernières années des avancées significatives, qui ont montré l’existence d’une réalité complexe. La définition de ce qu’est être romain n’était pas aussi restrictive que celle que Tite-Live lui-même, mais surtout les premiers historiens modernes ont adoptée. En pleine époque d’exacerbation des nationalismes européens, les grands historiens du XIXe siècle ont forgé de l’identité romaine une conception dont nous sommes encore tributaires aujourd’hui et qui nous empêche d’atteindre une pleine compréhension d’un certain nombre d’épisodes de l’histoire alto-républicaine. Or, il convient, si l’on veut progresser, de se départir d’une conception trop rigide et exclusive de l’identité romaine pour envisager les choses sous un angle plus nuancé. Tant le développement, à la fin de la République, de concepts comme les duae patriae, permettant de combiner l’origo et la communis patria romaine, que la situation du Latium antérieur à 338 av. J.-C. – époque d’une grande mobilité aristocratique, favorisée par une conception beaucoup plus ouverte de la citoyenneté par rapport à ce qu’elle deviendra plus tard59 – montrent toute la difficulté qu’il y a à vouloir définir une identité proprement « romaine ». Face à un concept qui se révèle finalement bien vite trop réducteur, nous en venons même à nous demander si nous n’aurions pas plutôt avantage à le dépasser, au moins dans la valeur définitoire et catégorisante qui lui a été donnée. Parler d’identité multiple était déjà un pas dans la direction d’une atténuation d’un concept qui ne parvient pas à saisir avec exactitude la réalité sociale archaïque. Mais l’analyse des sources permet d’aller plus loin encore. Elle montre en effet que les membres de la gens Manlia, aussi bien que des autres gentes, ne se préoccupaient pas vraiment de savoir s’ils étaient romains, latins, sabins ou mixtes. Les individus se définissaient surtout en fonction de leur appartenance à divers groupes sociaux à plusieurs niveaux différents : la famille, le clan, la cité, le nomen (au sens de peuple), etc., aboutissant à une situation complexe où, en cas de tensions, les tiraillements devenaient inévitables. Les sociétés du Latium formaient ainsi de vastes réseaux, profondément imbriqués et en constante évolution, au sein desquels les gentes ne recoupaient pas nécessairement les divisions civiques. Une vision des choses qui apporte un éclairage nouveau sur l’épisode de la seditio de M. Manlius Capitolinus et potentiellement sur de nombreux autres passages du récit livien.

Haut de page

Bibliographie

Aberson et al. 2016 = M. Aberson, M.C. Biella, M. Di Fazio, P. Sanchez, M. Wullschleger (dir.), L’Italia centrale e la creazione di una «koiné» culturale? I percorsi della «romanizzazione», Berne, 2016.

Altheim 1938 = F. Altheim, A history of Roman religion, trad. H. Mattingly, Londres, 1938.

Ampolo 1970-1971 = C. Ampolo, Su alcuni mutamenti sociali nel Lazio arcaico tra l’VIII e il V secolo, dans DArch, 4-5, 1970-1971, p. 37-68.

Ampolo 1976-1977 = C. Ampolo, Demarato: osservazioni sulla mobilità sociale arcaica, dans DdA, 9-10, 1976-1977, p. 333-345.

Ampolo 1981 = C. Ampolo, I gruppi etnici in Roma arcaica. Posizione del problema e fonti, dans Gli Etruschi e Roma. Incontro di studio in onore di M Pallottino (Roma 1979), Rome, 1981, p. 45-70.

Ampolo 1987 = C. Ampolo, Roma arcaica tra Latini ed Etruschi: aspetti politici ed istituzionali, dans Etruria e Lazio arcaico, Rome, 1987, p. 75-87.

Ampolo 1988 = C. Ampolo, La nascita della città, dans A. Momigliano, A. Schiavone (dir.), Storia di Roma, Turin, 1988, p. 153-180.

Armstrong 2016 = J. Armstrong, War and society in early Rome, New York, 2016.

Barbagallo 1912 = C. Barbagallo, Critica e storia tradizionale a proposito della sedizione e del processo di M. Manlio Capitolino, dans RFIC, 40, 1912, p. 216-245 et 411-437.

Bayet 1966 = J. Bayet (éd. et trad.), Tite-Live, Histoire romaine, vol. 6, Paris, 1966 (dernier tirage, 2002).

Bernard 2016 = S. Bernard, Debt, land and labor in the early republican economy, dans Phoenix, 70-3/4, 2016, p. 317-338.

Bernardi 1973 = A. Bernardi, Nomen Latinum, Pavie, 1973.

Berthelet 2015 = Y. Berthelet, Gouverner avec les dieux : autorité, auspices et pouvoir, sous la République romaine et sous Auguste, Paris, 2015.

Bourdin 2012 = St. Bourdin, Les peuples de l’Italie préromaine : identités, territoires et relations inter-ethniques en Italie centrale et septentrionale (VIIIe-Ier siècle av. J.-C.), Rome, 2012 (BEFAR, 350).

Broadhead 2001 = W.M. Broadhead, Rome’s migration policy and the so-called ius migrandi, dans CCG, 12, 2001, p. 69-89.

Cailleux 2016 = F. Cailleux, La question des dettes dans l’Histoire romaine de Tite-Live : l’épisode de Marcus Manlius Capitolinus, dans Camenulae, 14-1, 2016.

Ceccarelli 2012 = L. Ceccarelli, Ethnicity and the identity of the Latins. The evidence from sanctuaries between the 6th and the 4th centuries BC, dans G. Cifani, S. Stoddart, S. Neil (dir.), Landscape, ethnicity and identity in the archaic Mediterranean area, Oxford-Oakville, 2012.

Cels-Saint-Hilaire 1995 = J. Cels-Saint-Hilaire, La République des tribus : du droit de vote et de ses enjeux aux débuts de la République romaine, 495-300 av. J.-C., Toulouse, 1995.

Chassignet 2001 = M. Chassignet, La « construction » des aspirants à la tyrannie : Sp. Cassius, Sp. Maelius et Manlius Capitolinus, dans M. Coudry, T. Spath (dir.), L’invention des grands hommes de la Rome antique : actes du colloque du Collegium Beatus Rhenanus, Augst, 16-18 septembre 1999, Paris, 2001, p. 83-96.

Cifani – Stoddart – Neil 2012 = G. Cifani, S. Stoddart, S. Neil (dir.), Landscape, ethnicity and identity in the archaic Mediterranean area, Oxford-Oakville, 2012.

Coarelli 1996 = F. Coarelli, Lucus Petelinus, dans E.M. Steinby (dir.), Lexicon topographicum urbis Romae, vol. 3, Rome, 1996, p. 194.

Cornell 1995 = T. Cornell, The beginnings of Rome: Italy and Rome from the bronze age to the punic wars (c. 1000-264 BC), Londres-New York, 1995.

Cornell 2003 = T.J. Cornell, Coriolanus. Myth, history and performance, dans D. Braund, C. Gill (dir.), Myth, history and culture in republican Rome: studies in honour of T.P. Wiseman, Exeter, 2003, p. 73-97.

Coşkun 2009 = A. Coşkun, Bürgerrechtsentzug oder Fremdenausweisung? Studien zu den Rechten von Latinern und weiteren Fremden sowie zum Bürgerrechtswechsel in der Römischen Republik (5. bis frühes 1.Jh. v. Chr.), Stuttgart, 2009.

David 2001a = J.-M. David, Les étapes historiques de la construction de la figure de Coriolan, dans M. Coudry, T. Spath (dir.), L’invention des grands hommes de la Rome antique : actes du colloque du Collegium Beatus Rhenanus, Augst, 16-18 septembre 1999, Paris, 2001, p. 17-25.

David 2001b = J.-M. David, Coriolan, figure fondatrice du procès tribunicien, la construction de l’événement, dans M. Coudry, T. Spath (dir.), L’invention des grands hommes de la Rome antique : actes du colloque du Collegium Beatus Rhenanus, Augst, 16-18 septembre 1999, Paris, 2001, p. 249-269.

De Sanctis 1907 = G. De Sanctis, Storia dei Romani, vol. 1, Turin, 1907.

De Sanctis 19562 = G. De Sanctis, Storia dei Romani, Florence, 1956 (2e éd.).

De Vaan 2008 = M.A.C. de Vaan, Etymological dictionary of Latin and the other Italic languages, Leyde-Boston, 2008.

Farney 2007 = G. Farney, Ethnic identity and aristocratic competition in republican Rome, Cambridge-New York, 2007.

Farney – Bradley 2017 = G. Farney, G. Bradley (dir.), The peoples of ancient Italy, Boston-Berlin, 2017.

Fayer 1994 = C. Fayer, La famiglia romana: aspetti giuridici ed antiquari, I, Rome, 1994.

Fiorentini 1988 = M. Fiorentini, Ricerche sui culti gentilizi, Rome, 1988.

Forsythe 2005 = G. Forsythe, A critical history of early Rome: from prehistory to the first punic war, Berkeley, 2005.

Freyburger 2001 = M.-L. Freyburger, Coriolan, ou la construction littéraire d’un grand homme chez les historiens grecs de Rome, dans M. Coudry, T. Spath (dir.), L’invention des grands hommes de la Rome antique : actes du colloque du Collegium Beatus Rhenanus, Augst, 16-18 septembre 1999, Paris, 2001, p. 27-46.

Fulminante 2012 = F. Fulminante, Ethnicity, identity and state formation in the Latin landscape. Problems and approaches, dans Cifani – Stoddart – Neil 2012, p. 89-107.

Gagé 1953 = J. Gagé, La Rogatio Petillia et le procès de P. Scipion. Sur une procédure latine archaïque contre l’hostis Capitolinus, dans RPh, 27-1, 1953, p. 34-64.

Gagé 1974 = J. Gagé, Les Quinctii, l’imperium capitolin et la règle du Champ de Mars, dans REA, 52, 1974, p. 110-148.

Gardner – Herring – Lomas 2013 = A. Gardner, E. Herring, K. Lomas (dir.), Creating ethnicities and identities in the Roman world, Londres, 2013.

Hall 1997 = J.M. Hall, Ethnic identity in Greek antiquity, Cambridge-New York, 1997.

Hall 2002 = J.M. Hall, Hellenicity: between ethnicity and culture, Chicago, 2002.

Hermon 1989 = E. Hermon, Les Priscae Latinae Coloniae et la politique colonisatrice à Rome, dans AJAH, 14-2, 1989, p. 143-179.

Humbert 1978 = M. Humbert, Municipium et civitas sine suffragio à l’époque républicaine : l’organisation de la conquête jusqu’à la guerre sociale, Paris, 1978 (Collection de l'EFR, 36).

Humm 2005 = M. Humm, Appius Claudius Caecus : la République accomplie, Rome, 2005 (BEFAR, 322).

Humm 2014a = M. Humm, Il Comizio del Foro e le istituzioni della repubblica romana, dans E. Corti, C. Zizza (dir.), La città com’era, com’è e come la vorremmo. Atti dell’Osservatorio Permanente sull’Antico: a.a 2012/2013, Pavie, 2014, p. 69-83.

Humm 2014b = M. Humm, Espaces comitiaux et contraintes augurales à Rome pendant la période républicaine, dans Ktèma, 39, 2014, p. 315-345.

Humm 2015 = M. Humm, From 390 BC to Sentinum: political and ideological aspects, dans B. Mineo (dir.), A Companion to Livy, Malden (MA)-Oxford, 2015, p. 342-366.

Jaeger 1993 = M. Jaeger, Custodia fidelis memoriae: Livy’s story of M. Manlius Capitolinus, dans Latomus, 52-2, 1993, p. 350-363.

Jaeger 1997 = M. Jaeger, Livy’s written Rome, Ann Arbor, 1997.

Kaplow 2012 = L. Kaplow, Creating popularis history: Sp. Cassius, Sp. Maelius and M. Manlius in the political discourse of the Late Republic, dans BICS, 55-2, 2012, p. 101-109.

Kraus 1994 = C.S. Kraus, Ab Vrbe condita, Book VI, Cambridge-New York, 1994.

Kremer 2006 = D. Kremer, Ius Latinum : le concept de droit latin sous la République et l’Empire, Paris, 2006.

Lanfranchi 2015 = T. Lanfranchi, Les tribuns de la plèbe et la formation de la République romaine, 494-287 avant J.-C., Rome, 2015 (BEFAR, 368).

Lintott 1970 = A. Lintott, The tradition of violence in the Annals of the early Republic, dans Historia, 19, 1970, p. 12-29.

Liou-Gille 1996 = B. Liou-Gille, La sanction des leges sacratae et l’adfectatio regni : Spurius Cassus, Spurius Maelius et Manlius Capitolinus, dans PP, 51, 1996, p. 161-197.

Liou-Gille 2007 = B. Liou-Gille, Un héros « romain » ?  : Marcius Coriolan. Un exemple d’intégration à la ciuitas Romana d’un citoyen latin en 493 a.C. ?, dans FEC, 14, 2007.

Lipovski 1981 = J. Lipovsky, A historiographical study of Livy: books VI-X, New York, 1981.

Magdelain 1973 = A. Magdelain, Remarques sur la perduellio, dans Historia, 22-3, 1973, p. 405-422.

Magdelain 20152 = A. Magdelain, Ius, Imperium, Auctoritas. Études de droit romain, Rome, 2015 (2e éd. ; 1re éd. 1990).

McInerney 2014 = J. McInerney (dir.), A companion to ethnicity in ancient Mediterranean, Chichester, 2014.

Meunier 2011 = N. Meunier, Tribuni plebis ou tribuni militum ? Le tribunat originel dans la Haute République de Rome (Ve-IVe siècles aCn), dans LEC, 79, 2011, p. 347-360.

Meunier 2014 = N. Meunier, The tribunes and the federal army of the latin league, dans LEC, 82-3/4, 2014, p. 271-288.

Mineo 2006 = B. Mineo, Tite-Live et l’histoire de Rome, Paris, 2006.

Momigliano 1969 = A. Momigliano, L’acesa della plebe nella storia arcaica di Roma, dans Quarto contributo alla storia degli studi classici et del mondo antico, Rome, 1969, p. 437-454.

Mommsen 1871 = T. Mommsen, Sp. Cassius, M. Manlius, Sp. Maelius, dans Hermes, 5, 1871, p. 228-280.

Mommsen 193114 = T. Mommsen, Römische Geschichte, vol. 1, Berlin, 1931 (14e éd.).

Nicolet 1980 = C. Nicolet, The world of the citizen in republican Rome, trad. P.S. Falla, Berkeley, 1980.

Neel 2015a = J. Neel, Legendary rivals: collegiality and ambition in the tales of early Rome, Leyde, 2015.

Neel 2015b = J. Neel, Reconsidering the adfectatores regni, dans CQ, 65-1, 2015, p. 224-241.

Niebuhr 1830-1842 = B.G. Niebuhr, Histoire romaine, trad. M.-Ph. de Golbéry, Bruxelles, 1830-1842, 4 vol.

Oakley 1997 = S.P. Oakley, A commentary on Livy. Books VI, Oxford, 1997.

Ogilvie 1965 = R.M. Ogilvie, A commentary on Livy. Books I-V, Oxford, 1965.

Palmer 1970 = R.E.A. Palmer, The archaic community of the Romans, Cambridge, 1970.

Palmer 1996 = R.E.A. Palmer, The deconstruction of Mommsen on Festus 462/464 L, or the hasards of interpretation, dans J. Linderski (dir.), Imperium sine fine: T. Robert S. Broughton and the Roman republic, Stuttgart, 1996, p. 75-101.

Pauw 1991 = D.A. Pauw, The dramatic elements in Livy’s History, dans Acta classica, 34, 1991, p. 33-49.

Piel 2006 = T. Piel, « Rome, ville ouverte ». Promotion sociale et ascension politique des étrangers dans la Rome archaïque, de Tarquin l’Ancien à Appius Herdonius. L’exemple de Gnaeus Marcius Coriolan, dans M. Molin (dir.), Les régulations sociales dans l’antiquité : actes du colloque d’Angers, 23 et 24 mai 2003, Rennes, 2006, p. 365-388.

Piganiol 1920 = A. Piganiol, Romains et Latins. I. La légende des Quinctii, dans MEFR, 38, 1920, p. 285-316.

Poucet 1967 = J. Poucet, Recherches sur la légende sabine des origines de Rome, Louvain-Kinshasa, 1967.

Poulle 2014 = B. Poulle, Le mystérieux doublement de la rançon gauloise et le procès de Manlius Capitolinus, dans DHA, 40-2, 2014, p. 179-191.

Richard 1978 = J.-C. Richard, Les origines de la plèbe romaine : essai sur la formation du dualisme patricio-plébéien, Paris, 1978 (BEFAR, 232).

Roselaar 2012 = S.T. Roselaar (dir.), Processes of integration and identity formation in the Roman republic, Leyde-Boston, 2012.

Rüpke 1990 = J. Rüpke, Domi militiae: die religiöse Konstruktion des Krieges in Rom, Stuttgart, 1990.

Seager 1977 = R. Seager, Populares in Livy and the Livian tradition, dans CQ, 27-2, 1977, p. 377-390.

Smith 1996 = C.J. Smith, Early Rome and Latium: economy and society c. 1000 to 500 BC, Oxford-New York, 1996.

Smith 2006a = C.J. Smith, Adfectatio regni in the Roman republic, dans S. Lewis (dir.), Ancient tyranny, Edinburgh, 2006, p. 49-64.

Smith 2006b = C.J. Smith, The Roman clan: the gens from ancient ideology to modern anthropology, Cambridge, 2006.

Sohlberg 1993 = D. Sohlberg, Dictateurs et tribuns de la plèbe : problèmes de la République romaine à ses débuts, dans CCG, 4, 1993, p. 247-258.

Stern, à paraître = G. Stern, Livy on prisoners of war in the early days of the republic, dans P. Duchêne, C. Guittard, M. Mahé-Simon, M. Miquel (dir.), Tite-Live, 2000 ans après. Actes du colloque tenu à l’ENS et à Paris-X Nanterre, 5-7 octobre 2017, à paraître.

Terrenato 2007 = N. Terrenato, The clans and the peasants. Reflections on social structure and change in hellenistic central Italy, dans P. Van Dommelen, N. Terrenato (dir.), Articulating local cultures. Power and identity under the expanding Roman Republic, Portsmouth, 2007, p. 13-22.

Terrenato 2011 = N. Terrenato, The versatile clans: archaic Rome and the nature of early city-states in central Italy, dans N. Terrenato, D.C. Haggis (dir.), State formation in Italy and Greece. Questioning the neoevolusionist paradigm, Oxford, 2011, p. 231-244.

Terrenato 2014 = N. Terrenato, Private vis, public virtus. Family agendas during the early Roman expansion, dans T. Stek, J. Pelgrom (dir.), Roman republican colonization. New perspectives from archaeology and ancient history, Rome, 2014, p. 45-59.

Terrenato 2019 = N. Terrenato, The early Roman expansion into Italy. Elite negotiation and family agendas, Cambridge, 2019.

Thomas 1996 = Y. Thomas, « Origine » et « commune patrie ». Étude de droit public romain (89 av. J.-C. – 212 ap. J.-C.), Rome, 1996 (Collection de l'EFR, 221).

Valvo 1983 = A. Valvo, La sedizione di Manlio Capitolino in Tito Livio, dans MIL, 38-1, 1983, p. 5-64.

Vigourt 2001a = A. Vigourt, L’intention criminelle et son châtiment : les condamnations des aspirants à la tyrannie, dans M. Coudry, T. Spath (dir.), L’invention des grands hommes de la Rome antique : actes du colloque du Collegium Beatus Rhenanus, Augst, 16-18 septembre 1999, Paris, 2001, p. 271-287.

Vigourt 2001b = A. Vigourt, Les adfectores regni et les normes sociales, dans M. Coudry, T. Spath (dir.), L’invention des grands hommes de la Rome antique : actes du colloque du Collegium Beatus Rhenanus, Augst, 16-18 septembre 1999, Paris, 2001, p. 333-340.

Wiseman 1979 = T.P. Wiseman, Topography and rhetoric. The trial of Manlius, dans Historia, 28-1, 1979, p. 32-50.

 

Haut de page

Notes

1 Liv., Praef., 10.

2 La bibliographie sur M. Manlius Capitolinus, sa sédition et son procès est abondante, aussi bien du point de vue de l’interprétation historique que de la construction narrative et historiographique du personnage et des événements qui lui sont liés. Cet épisode a très tôt attiré l’attention des historiens (citons notamment Niebuhr 1830-1842, vol. 2, p. 582-591, et Mommsen 1871, p. 243-256, qui adoptèrent des approches très différentes, le premier donnant un récit assez haut en couleur, le second plus critique et cherchant à retrouver les projections anticipatives et les parallèles avec l’histoire plus tardive) et cet intérêt n’a jamais faibli depuis lors. Les principales discussions à ce sujet se trouvent dans Barbagallo 1912 ; Gagé 1953, p. 42-55 ; Bayet 1966, p. 107-126 ; Lintott 1970, p. 22-24 ; Seager 1977, p. 378-384 ; Wiseman 1979 ; Lipovski 1981, p. 33-39 ; Valvo 1983 ; Pauw 1991, p. 38-40 ; Jaeger 1993 et 1997, p. 57-93 ; Kraus 1994, p. 146-219 ; Cels-Saint-Hilaire 1995, p. 242-247 ; Liou-Gille 1996, p. 186-193 ; Oakley 1997, p. 476-568 ; Chassignet 2001 ; Vigourt 2001a et 2001b ; Mineo 2006, p. 244-247 ; Smith 2006a ; Kaplow 2012 ; Poulle 2014 ; Humm 2015, p. 355 ; Lanfranchi 2015, p. 477-482 ; Neel 2015a, p. 207-220, et Neel 2015b ; Cailleux 2016.

3 Mineo 2006, p. 245-246.

4 Voir récemment à ce sujet Bernard 2016.

5 Liv., 6, 11, 1-2. Toutes les traductions sont personnelles, mais nous reconnaissons bien volontiers notre dette à l’égard de G. Baillet (CUF), qui nous a régulièrement inspiré.

6 Liv., 6, 2, 3.

7 Liv., 6, 6, 4-5 ; 7, 1 et 8, 8.

8 Liv., 6, 12, 6.

9 Liv., 6, 12, 2.

10 Liv., 6, 13, 7-8.

11 Liv., 6, 16, 1.

12 Liv., 6, 16, 4 et 17, 6-7.

13 Outre Liv., 6, 19, 5-7 et 20, 1-14 ; cf. Val. Max., 6, 3.1a ; Vir. ill., 24 ; Plut., Cam., 36, 2-9 ; Cassius Dio., 7, 26, 1-3 (Boissevain) ; Zonar., 7, 23.

14 Voir la bibliographie ci-dessus, note 2.

15 Au point que d’aucuns, à l’instar de Magdelain 20152, p. 505 (= Magdelain 1973, p. 410), considèrent ce procès comme « aussi légendaire que celui d’Horace », quelle qu’en soit la variante retenue.

16 Liv., 6, 20, 6.

17 Kraus 1994, p. 212. Oakley 1997 ne fait aucun commentaire à ce sujet.

18 C’est en tout cas ce qu’on peut déduire de D.H., 2, 7, 2, 13 et 2, 14, 4 ; Liv., 1, 43 et Fest. 48 L. Cette conclusion minimaliste est la seule que l’on puisse vraiment considérer comme suffisamment solide dans toute la discussion relative à l’articulation de ces contingents avec les subdivisions administratives, ethniques et militaires des institutions attribuées à la période royale. Voir Mommsen 193114, p. 70 ; De Sanctis 1956², p. 392 sq. ; Poucet 1967, p. 333-410 ; Palmer 1970, p. 5-25 ; Richard 1978, p. 195-222 ; Sohlberg 1993, p. 250 ; Cornell 1995, p. 114-118. Sur les tribuni-χιλίαρχοι, cf. Cornell 1995, p. 182.

19 Meunier 2011 et 2014. L’une des études les plus récentes et les plus exhaustive sur la guerre et l’armée à l’époque archaïque à Rome et dans le Latium est Armstrong 2016, que l’on consultera avec grand intérêt à ce sujet. Même s’il ne propose aucune théorie précise et chiffrée quant à la structure potentielle de l’armée pré-servienne, il soutient de manière convaincante que l’instauration d’une armée « servienne » est bien plus tardive que les sources ne l’affirment et qu’on ne l’admet généralement, tandis que les clans et leurs milices « privées » auraient eu une influence encore importante durant la période alto-républicaine sur la manière de constituer les armées et sur les objectifs de guerre. Voir aussi Humm 2005, p. 267-344, et en particulier p. 268 et 308, où est envisagée la possibilité que le système des cinq classes censitaires n’a pu fonctionner dans sa forme servienne qu’à partir de la censure d’Appius Claudius Caecus, ce qui va aussi dans le sens de l’existence, durant presque toute la Haute République, d’une structure militaire (quelle qu’elle soit) différente de la structure classique.

20 D.H., 10, 43, 3 et 45, 6.

21 Liv., 7, 7, 4.

22 Liv., 6, 20, 11.

23 Wiseman 1979.

24 Ibid. ; Coarelli 1996.

25 Deux caractéristiques identifiées par Gagé 1953, p. 47-55. Cet article présente une argumentation remarquable, dans la ligne des recherches menées précédemment par A. Piganiol. Il avait en son temps ouvert la voie à des perspectives qui auraient pu avoir un impact important sur l’interprétation de divers problèmes de l’histoire alto-républicaine et l’on s’étonne qu’il n’ait guère trouvé beaucoup d’écho dans la bibliographie ultérieure.

26 Liv., 7, 41, 3.

27 Gagé 1953, p. 48.

28 Ibid., p. 49.

29 Ibid., p. 50.

30 Ibid., p. 51 et 47 respectivement.

31 À propos de l’assemblée du peuple en armes et de la signification du terme populus, cf. De Sanctis 1907, p. 355-356 ; Momigliano 1969, p. 444-446 ; Richard 1978, p. 130-131 ; Cornell 1995, p. 257 ; Forsythe 2005, p. 181, 211 ; De Vaan 2008, p. 480 ; Humm 2014a, p. 69. Pour une analyse des aspects religieux du principe « populus est exercitus », cf. Rüpke 1990, surtout p. 58-96.

32 Sur les rites religieux et contraintes augurales nécessaires à « l’inauguration » des espaces comitiaux, cf. Humm 2014b.

33 Liv., 3, 20, 4 et 6. Voir aussi sur ce passage Humm 2014b, p. 336-337 et Berthelet 2015, p. 191 sq.

34 Liv., 7, 16, 7-8.

35 Cf. Piganiol 1920, pour qui T. Quinctius Capitolinus, auquel il arrivait de commander des armées exclusivement composées de Latins et d’alliés (Liv., 3, 4, 10-11 et 5, 8), était Tusculan et non Romain. Voir aussi Gagé 1974, qui, s’il reconnaît bien dans les Quinctii une « race très latine » à l’origine, n’en est pas moins opposé à l’idée que T. Quinctius Capitolinus ait pu encore être Tusculan à une date si tardive ; pour lui, il était déjà Romain. Dans tous les cas, il est intéressant de constater que c’est une vision exclusive de l’identité qui prévaut chez les historiens modernes : si l’on est Tusculan, on ne peut être Romain et vice versa.

36 Cf. en particulier la discussion chez Cornell 2003 ; Forsythe 2005, p. 318 (pour qui l’expédition de Coriolan reflèterait plutôt des succès militaires volsques, attribués a posteriori à un Romain pour sauver la face) ; Piel 2006 ; Liou-Gille 2007. Sur la construction narrative du personnage, cf. David 2001a et 2001b ; Freyburger 2001.

37 Liv., 1, 30, 2. Cette liste est non exhaustive, puisque l’on sait par ailleurs que les Cornelii Maluginenses, les Furii Medullini, les Sulpicii Camerini, les Papirii Mugillani et Carventani, les Sempronii Atratini, les Cloelii Siculi, les Geganii Macerini, les Tullii Tolerini, les Servilii et les Sergii Fidenates, et les Cassii Vicellini étaient eux aussi d’origine latine : Farney 2007, p. 42.

38 Tacite est à cet égard plus précis : maiores mei, quorum antiquissimus Clausus origine Sabina simul in ciuitatem Romanam et in familias patriciorum adscitus est, hortantur uti paribus consiliis in re publica capessenda, transferendo huc quod usquam egregium fuerit. Neque enim ignoro Iulios Alba, Coruncanios Camerio, Porcios Tusculo (Tac., Ann., 11, 24).

39 Farney 2007, p. 46.

40 Ibid., p. 74 sq.

41 Les concepts d’identité et d’ethnicité suscitent de plus en plus l’intérêt de la recherche contemporaine. Ce mouvement a d’abord touché le domaine de l’histoire grecque (cf. Hall 1997 et 2002), avant d’être envisagé plus globalement dans le monde romain ou même le monde antique (cf. Cifani – Stoddart – Neil 2012 ; Roselaar 2012 ; Gardner – Herring – Lomas 2013 ; McInerney 2014). Concernant plus spécifiquement l’Italie et le Latium de la période archaïque, cf. surtout Farney 2007 ; Ceccarelli 2012 ; Fulminante 2012 ; Bourdin 2012, passim ; Aberson et al. 2016 ; Farney – Bradley 2017.

42 Ampolo 1970-1971, 1976-1977, 1981, 1987 et 1988, p. 172-177 ; Cornell 1995, p. 89, 158 ; Forsythe 2005, p. 163-164 ; Bourdin 2012, p. 521-589 ; Lanfranchi 2015, p. 102-115.

43 Sur le ius migrandi, cf. surtout Humbert 1978, p. 85-143 ; Hermon 1989, p. 168. Voir aussi Bernardi 1973, p. 29-30 ; Smith 1996, p. 211 et 213-315 ; Oakley 1997, p. 339 ; Forsythe 2005, p. 220 ; Kremer 2006, p. 30-40 ; Coşkun 2009, p. 70-73 ; Bourdin 2012, p. 292-293 ; Lanfranchi 2015, p. 114-115. Broadhead 2001 a défendu la position que le ius migrandi n’aurait tout simplement jamais existé et n’aurait été qu’une pure invention des Modernes sur base d’une mésinterprétation de quelques éléments fournis par nos sources, mais cette position très critique est peu suivie.

44 Bourdin 2012, p. 532-551.

45 Palmer 1996, p. 95 ; Farney 2007, p. 42 et 65. Les travaux de G. Farney ont permis une avancée significative dans la compréhension de la manière dont les familles aristocratiques concevaient leur identité d’un point de vue « ethnique ». Nous reprendrons ici certaines des sources qu’il a collectées dans sa démonstration. Sur les cultes dits « familiaux » ou gentilices, voir aussi Altheim 1938, p. 137-144 ; Fiorentini 1988 ; Fayer 1994, p. 88-95 ; Smith 2006b, p. 44-50.

46 Liv., 5, 46, 2-3 ; voir aussi Ogilvie 1965, p. 731.

47 A. Postumius Albinus, frgt. Ch. 1 b = Corn. 1 b.

48 Flor., 2, 6, 1.

49 Voir plusieurs exemples dans Farney 2007, p. 49-53.

50 Cic., Leg., 2, 2 (5). Voir aussi Nicolet 1980, p. 44-47, et Farney 2007, p. 6-7. Pour une étude approfondie de la distinction entre l’origo et la patria communis et de l’articulation de ces deux concepts au sein de la fiction juridique progressivement élaborée après la guerre sociale, voir Thomas 1996.

51 Un autre exemple remarquable de réseaux claniques aux ramifications s’étendant bien au-delà d’une seule cité est celui des Plautii, étudié par Terrenato 2014.

52 Liv., 6, 20, 13-14. Voir aussi Oakley 1997, p. 567, et Smith 2006b, p. 49.

53 La question de la définition de la gens et du clan dans la République romaine est un débat complexe, toujours en cours et qui a déjà fait couler beaucoup d’encre. Ce n’est pas l’objet de cet article de rentrer dans le détail de la discussion (cf. notamment pour cela Smith 2006b et Terrenato 2007, 2011, 2014 et 2019).

54 Smith 2006b, p. 314-35, soutient que les gentes avaient tendance à distribuer le pouvoir et non à le concentrer. On comprend dès lors que des divergences importantes et de véritables scissions aient pu apparaître au sein de ces structures claniques un peu lâches et non véritablement centralisées.

55 Liv., 8, 7, 1-3.

56 Liv., 7, 42, 4. Cf. supra, n. 25.

57 Liv., 7, 8, 2.

58 Liv., 8, 12, 1.

59 Ainsi Cornell 1995, p. 158 : « such concepts as nationality and citizenship are anachronistic in the context of the seventh and sixth centuries BC ». Cette conclusion peut être étendue, dans une certaine mesure, aux Ve-IVe s. av. J.-C.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas L.J. Meunier, « Marcus Manlius Capitolinus entre Rome et le Latium », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité, 131-1 | -1, 65-80.

Référence électronique

Nicolas L.J. Meunier, « Marcus Manlius Capitolinus entre Rome et le Latium », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En ligne], 131-1 | 2019, mis en ligne le 30 juin 2019, consulté le 19 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/mefra/6952 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mefra.6952

Haut de page

Auteur

Nicolas L.J. Meunier

Université Saint-Louis – Bruxelles (UCLouvain), nicolas.meunier@uclouvain.be

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • OpenEdition Journals