Navigation – Plan du site
Varia

Rome et la troisième guerre punique : unipolarité méditerranéenne et dilemme de sécurité au IIe siècle a.C.

Pierre-Luc Brisson
p. 177-199

Résumés

Cet article propose une réinterprétation des causes du déclenchement de la troisième guerre punique (149-146 a.C.), en recourant aux théories néoréalistes développées dans le champ des relations internationales contemporaines. En nous appuyant sur les travaux du politologue américain N.P. Monteiro, nous serons amené à considérer le monde méditerranéen hellénistique, au lendemain de la paix d’Apamée (188 a.C.), comme un système international unipolaire, dominé par Rome. Par le recours à la théorie de l’unipolarité, nous en viendrons à circonscrire les dynamiques systémiques qui ont pu influencer le Sénat de Carthage à se lancer en guerre contre la Numidie de Massinissa, de même que le Sénat romain à intervenir militairement en Afrique du Nord, au moment où s’ouvrait une nouvelle période de troubles à l’échelle du monde méditerranéen.

Haut de page

Notes de l’auteur

Nous tenons à adresser nos plus vifs remerciements aux professeurs A.M. Eckstein (University of Maryland), G. Thériault (Université du Québec à Montréal), A. Erskine (University of Edinburgh) et N.P. Monteiro (Yale University), pour leurs précieux commentaires et suggestions qui, tout au long de notre rédaction, ont grandement contribué à enrichir notre réflexion. De même, notre gratitude se porte vers le professeur J.-L. Ferrary, dont la patience et la grande générosité intellectuelle nous auront permis d’avancer sur un chemin plus sûrement balisé, et vers l’École française de Rome, où nous avons eu la chance de séjourner en tant que boursier au printemps 2018. Enfin, nous tenons également à remercier A. Dubreuil, A. Laprise, de même que le professeur M. Fortmann (Université de Montréal), pour leurs précieux commentaires lors de l’écriture de la version initiale de cet article. Bien que leur lecture attentive ait permis d’améliorer la présente étude, les conclusions et les erreurs qui subsistent sont strictement imputables à l’auteur de ces lignes.

Texte intégral

  • 1 D.S., 32, Fr.2 : Ὅτι οἱ τὰς ἡγεμονίας περιποιήσασθαι βουλόμενοι κτῶνται μὲν αὐτὰς ἀνδρείᾳ καὶ συνέ (...)

Ceux qui veulent acquérir un empire se le procurent par le courage et le discernement ; ils l’amènent à un haut degré de croissance par la mansuétude et la générosité, et ils le fortifient par la terreur et l’épouvante1.
Diodore de Sicile, Bibliothèque historique, 32, fragment 2.

  • 2 Sauf mention contraire, toutes les dates de cette étude s’entendent avant notre ère.
  • 3 Plb., 36, 2, 1 ; 36, 9, 10 ; App., Pun., 69, 314.
  • 4 Plut., Cat. Mai., 26, 2-4.
  • 5 Harris 1979.
  • 6 Plb., 36, 9, 3 ; Plut., Cat. Mai., 26.
  • 7 Les travaux récents de A.M. Eckstein (2006a, 2008, 2009) représentent selon nous la contribution l (...)

1La destruction des cités de Carthage et de Corinthe, au printemps et à l’été de 1462, est venue réaffirmer de façon brutale la domination romaine sur le monde hellénistique et a marqué, à bien des égards, un tournant important dans le développement de l’impérialisme romain en Méditerranée. L’issue dramatique de la troisième guerre entreprise contre Carthage (149-146) a marqué les esprits du temps : sous la conduite de Scipion Émilien, la cité punique fut mise à sac au printemps de 146 au terme d’un long siège de trois ans, son site fut déclaré sacer (maudit) et fut laissé à l’abandon pendant plus d’un siècle. Les sources rapportent que la guerre contre Carthage fut résolue bien avant son déclenchement3, la détermination des Patres ayant été affermie par le rapport d’une ambassade à laquelle avait pris part Caton l’Ancien, et qui revint en Italie en ayant acquis la conviction que la cité punique pouvait à nouveau faire peser une menace sur les intérêts romains4. Plusieurs historiens contemporains ont jugé trop simpliste la thèse de la renaissance de la menace carthaginoise, jugeant post eventum que Carthage ne pouvait avoir représenté un réel danger aux yeux du Sénat, désarmée et considérablement affaiblie par le traité imposé en 201 au lendemain de la défaite d’Hannibal à Zama. La recherche des causes « réelles » de cette troisième guerre a de fait nourri de nombreuses études, les explications avancées faisant bien souvent appel, suivant la thèse classique de W.V. Harris5, à la bellicosité des Romains et à leur goût du lucre, ou encore à des causes de nature économique, le Sénat ayant voulu protéger les intérêts des marchands romains face à la restauration de l’économie carthaginoise. Or, aucune de ces propositions n’a apporté, à nos yeux, une explication véritablement satisfaisante sur les causes profondes de cette guerre et qui permettrait – si tant est qu’il faille la rejeter – d’aller au-delà de l’explication traditionnellement fournie par les sources anciennes. Nous croyons au contraire que l’origine de ce conflit se trouve dans les causes premières déjà soulignées par Polybe et Plutarque6, à savoir que le Sénat éprouvait une crainte réelle à l’idée de voir Carthage retrouver une partie de sa puissance passée. En somme, le réarmement de la cité punique dans les années 160 et la renaissance concomitante de l’économie carthaginoise dans le premier quart du IIe siècle – attestée par les fouilles menées sur le site de la cité, qui ont par ailleurs confirmé son intégration dans les réseaux commerciaux du monde hellénistique –, pouvaient représenter à brève ou moyenne échéance une menace potentielle au statu quo politique qui prévalait alors à l’échelle de l’Afrique du Nord. Il est cependant possible d’approfondir cette réflexion en abordant les événements sous un angle systémique, par le recours aux théories néoréalistes développées dans le champ des relations internationales contemporaines, dont l’utilité pour l’étude de cette période clé a été démontrée ces dernières années par l’apport de nombreux travaux7.

  • 8 Waltz 2000, p. 24.
  • 9 Monteiro 2014.
  • 10 Aron 1967, p. 853.
  • 11 Ibid., p. 847.

2En effet, depuis la victoire remportée contre le royaume séleucide d’Antiochos III à la bataille de Magnésie du Sipyle (189) qui avait mis un terme à la guerre antiochique (192-188), Rome s’était affirmée comme seule grande puissance du monde hellénistique. Cette victoire survenait également au terme d’une décennie marquée, à l’ouest, par l’affaissement de la puissance carthaginoise consécutive de la victoire romaine à Zama (202) et, à l’est, par le recul de la puissance antigonide au lendemain de la deuxième guerre de Macédoine (200-197). En somme, à partir de 188, aucun autre État n’était en mesure de disputer à Rome sa place prépondérante sur l’échiquier international ancien : le système hellénistique était, dans les faits, devenu un système unipolaire. Le politologue américain Kenneth Waltz, principal théoricien du réalisme structuraliste, affirmait que les structures « façonnent et bousculent8 » (shape and shove) le comportement des acteurs internationaux, mais qu’elles ne peuvent prédire les actions des dirigeants d’un État. Ainsi, en nous appuyant sur les théories élaborées par le politologue américain Nuno P. Monteiro sur la nature des systèmes internationaux unipolaires9, en analysant leurs dynamiques propres et la pression que leur architecture singulière peut exercer sur les États qui en sont membres, nous nous questionnerons sur les conditions dans lesquelles une puissance unipolaire, en l’occurrence Rome, pouvait être menée à intervenir militairement contre une puissance « mineure », à savoir Carthage. En somme, il s’agit pour nous de comprendre ce que R. Aron désignait comme les « conditions structurelles de la bellicosité10 », et de « déterminer la perception historique qui commande les conduites des acteurs collectifs, les décisions des chefs de ces acteurs11 ». Cette approche nous permettra surtout de réinterpréter et de réarticuler, dans un récit cohérent, les intuitions formulées par nombre de chercheurs au fil des dernières décennies et de comprendre, dans le monde hellénistique du IIe siècle qui était à bien des égards un système international bien intégré, l’impact du contexte politique et militaire au travers duquel tant les dirigeants carthaginois que romains eurent à naviguer. Nous démontrerons que loin de pacifier le système méditerranéen ancien, la nouvelle configuration unipolaire établie au lendemain de la paix d’Apamée a, au contraire, accentué la dynamique sécuritaire dans laquelle évoluaient les États hellénistiques et créé les conditions propices à l’éclatement de nouveaux conflits.

  • 12 Plb., 3, 4, 12.

3Cette étude se déploiera en deux temps. D’abord, nous analyserons l’architecture du système hellénistique consécutive de la paix d’Apamée, en campant les grands postulats entourant la nature et le fonctionnement des systèmes internationaux unipolaires. Ce cadre théorique nous permettra d’aborder, dans un deuxième temps, la situation particulière de Carthage au sein de ce même système unipolaire dans les années ayant précédé le conflit final avec Rome. Nous analyserons la façon dont le statu quo politique en Afrique du Nord, entretenu par le sénat romain par le biais de son allié Massinissa de Numidie, a alimenté l’inquiétude sécuritaire des dirigeants puniques et provoqué une réorientation de la politique extérieure de Carthage au tournant des années 150. Nous survolerons, en troisième partie, les différentes thèses articulées par les historiens afin d’expliquer le déclenchement de la troisième guerre punique, en soulignant les limites de chacune d’elles. Enfin, nous réaffirmerons la centralité du dilemme de sécurité dans lequel était alors engagé le Sénat romain, en analysant comment la crainte à l’égard de Carthage fut sans doute amplifiée par l’instabilité politique régnant sur la scène méditerranéenne à la même époque, alors que s’ouvrait selon Polybe une nouvelle « période de troubles et de bouleversements12 » (ταραχή καὶ κίνησις), marquée par des soulèvements en sol grec et un dur conflit militaire dans la péninsule ibérique.

Le système unipolaire méditerranéen au IIe siècle a.C.

  • 13 Nous référerons le lecteur à la définition d’un système international fournie par R. Aron (1984, p (...)
  • 14 Sur le concept d’anarchie, voir Waltz 1959, p. 159 sq.
  • 15 Aron 1967, p. 845.
  • 16 L’on retrouve récemment cette fausse opposition entre les pratiques diplomatiques des États ancien (...)
  • 17 Wohlforth 2008, p. 134-135.
  • 18 Herz 1950 ; R. Jervis (1978, p. 169) définit ainsi la dynamique du dilemme de sécurité : « Many of (...)
  • 19 Sur les concepts de « survie » et de « sécurité », voir Monteiro 2014, p. 32 : « Survival refers t (...)
  • 20 Aron 1984, p. 652.
  • 21 Waltz 1988, p. 619.
  • 22 Pour un survol récent de la place de la peur dans la pensée réaliste, voir Pashakhanlou 2017.

4La théorie de l’unipolarité, qui sert de cadre d’analyse à cette étude, s’ancre dans l’approche dite néoréaliste des relations internationales, dont nous rappellerons d’emblée quelques grands principes. Les théoriciens néoréalistes insistent sur l’importance de l’étude de la structure du système international13, afin de comprendre les motivations et les actions des États qui le composent. Ainsi les États, qui dans la perspective réaliste sont les principaux acteurs sur la scène internationale, évoluent au sein d’un système dit anarchique, c’est-à-dire un système où il n’existe aucun pouvoir (ἀρχή) ou autorité supranationale, aucun « gouvernement des gouvernements » vers lequel l’un des membres de ce système puisse se tourner en cas de besoin (ce que J.J. Mearsheimer qualifie de façon imagée de night-watchman) et qui serait à même de contenir les ambitions des États les plus belliqueux14. R. Aron soulignait ainsi, en paraphrasant Weber, que « la société internationale est caractérisée par “l’absence d’une instance qui détienne le monopole de la violence légitime15” ». Ce concept d’anarchie internationale a été plus ou moins bien compris par les antiquisants qui, à la suite de A.M. Eckstein, ont tenté de l’analyser ou de le réfuter. En effet, la notion d’anarchie ne désigne pas une quelconque nature « chaotique » des rapports interétatiques ; elle est au contraire un principe ordonnateur. Ainsi, la nature anarchique du système international n’interdit pas l’établissement de normes ou de pratiques diplomatiques communes, qui viendraient encadrer les rapports entre les acteurs internationaux États16. Elle postule cependant qu’en l’absence d’une autorité supra-étatique disposant de ce « monopole de la violence légitime » et qui serait capable de faire respecter les traités passés et de punir, le cas échéant, les États qui manquent à leurs engagements, la puissance militaire demeure l’ultima ratio des rapports sur la scène internationale. Dans ce contexte d’anarchie internationale où les États sont en définitive laissés à eux-mêmes (self-help), leur tendance à mettre en œuvre des politiques visant avant tout à assurer leur survie, c’est-à-dire la préservation de leur régime politique en tant qu’entité autonome, fait en sorte qu’aucun des acteurs du système international ne peut être assuré à long terme de la bienveillance des intentions de ses vis-à-vis. Ainsi, chaque État tentera donc de se prémunir contre ses adversaires en accroissant sa puissance militaire, la quête de sécurité rendant bien souvent inévitable l’éclatement de conflits armés17. Cette dynamique se trouve au cœur du concept de « dilemme de sécurité », théorisé par J.H. Herz et par R. Jervis18. En somme, plus un État cherche à accroître ses capacités militaires afin d’assurer sa sécurité, plus il représente une menace aux yeux des autres membres du système au sein duquel il évolue19. Ce faisant, il incitera ses adversaires à augmenter à leur tour leur potentiel militaire, R. Aron référant à cette dynamique comme la « dialectique de l’hostilité en temps de paix », « la forme non belliqueuse de l’ascension aux extrêmes20 », nourrissant un cercle vicieux pouvant aboutir à un conflit armé. La peur est donc, dans la perspective réaliste, un moteur important de la politique internationale – K. Waltz parlait d’un véritable « mode de vie21 » – et est mise en lumière par une abondante littérature scientifique22.

  • 23 Nous ne pouvons ici que référer le lecteur à la discussion exhaustive sur la nature anarchique du (...)
  • 24 Astin 1968, p. 14. Sur l’absence d’appareil diplomatique à Rome, voir Gruen 1984, p. 203 ; 231 sq.(...)

5Considérée à la lumière de ce cadre théorique, la Méditerranée hellénistique offre au chercheur un modèle quasi archétypal de système international anarchique23, à une époque où n’existait aucune instance politique régulatrice des rapports entre États. Si ce système antique était relativement intégré culturellement et économiquement, comme nous le verrons dans le cas de l’Afrique du Nord, l’articulation d’une politique extérieure cohérente était bien souvent limitée, à l’époque hellénistique, par l’absence de ce que A.E. Astin désignait comme une « machinerie étatique » développée et permanente, qui aurait pu orienter l’action diplomatique des acteurs internationaux24. Pour A.M. Eckstein, le monde ancien se caractérisait ainsi par son caractère « pré-diplomatique », où il était difficile pour un État de correctement évaluer la force de ses adversaires et de cerner leurs intentions, contribuant du même coup à renforcer la dynamique sécuritaire dans laquelle étaient engagés les acteurs internationaux :

  • 25 Eckstein 2006a, p. 59.

The limited ability of ancient states to communicate and cooperate with each other affected those states’ very definition of what their interests were, and the perceived choices of strategies available to achieve those interests. It meant that the Realist ‘‘uncertainty principle’’—states’ lack of information about the capabilities and intentions of other states— tended in antiquity to work with extraordinary intensity25.

  • 26 Plb., 5, 11, 3 : τὸ μὲν γὰρ παραιρεῖσθαι τῶν πολεμίων καὶ καταφθείρειν φρούρια, λιμένας, πόλεις, ἄ (...)

6Les préoccupations sécuritaires des États hellénistiques devaient être d’autant plus grandes à une époque où le concept réaliste de survie devait faire écho aux conséquences bien souvent dramatiques de la guerre : destruction partielle ou totale de cités, déplacement et asservissement des populations civiles, destruction des campagnes, pillage, etc. Polybe, qui en déplorait cependant les excès, décrivait ainsi les « lois de la guerre » (οἱ τοῦ πολέμου νόμοι) de son temps : « Enlever à l’ennemi et détruire des places, des ports, des villes, des hommes, des vaisseaux, des récoltes et toutes choses semblables, pour affaiblir l’adversaire et renforcer sa propre situation et son action, c’est ce que les lois de la guerre et ses droits nous contraignent de faire26. »

  • 27 Monteiro 2014, p. 40.
  • 28 Pour une analyse des fondements de la puissance (δύναμις) d’un État antique chez Thucydide, à part (...)
  • 29 Monteiro 2014, p. 44.
  • 30 Aron 1984, p. 79.
  • 31 Monteiro 2014, p. 41.
  • 32 Sur la compatibilité entre les concepts d’anarchie et de hiérarchie, voir l’étude fondamentale de (...)
  • 33 Eckstein 2009.

7Par définition, un système unipolaire est un système international anarchique, caractérisé par la présence d’une seule grande puissance (ou pôle), par opposition aux systèmes dits « bipolaires » ou « multipolaires27 ». Le concept d’unipolarité nous permet ainsi de mettre en lumière la répartition de la puissance entre les États au sein d’un système international donné. On désignera comme une grande puissance un État doté de capacités importantes dans toutes les facettes de ce qui constitue la puissance même (taille du territoire et de la population, richesse, stabilité politique, force militaire, etc.28). Contrairement aux puissances secondaires, une grande puissance, selon N.P. Monteiro, doit non seulement avoir la capacité de se défendre et de pouvoir assurer sa survie lorsqu’elle est engagée dans un conflit contre une autre grande puissance, mais elle doit aussi avoir des capacités de projection de sa puissance telles qu’elle puisse s’engager, avec ou sans assistance extérieure minimale, dans un conflit militaire au-delà de sa seule zone d’influence29. R. Aron soulignait que le statut d’un État au sein d’un système international donné est établi par l’ampleur des moyens matériels et humains qu’il peut mobiliser afin d’appuyer sa politique extérieure30. S’il est vrai que la puissance d’un unipôle peut lui conférer la capacité d’influencer, voire de contraindre les autres acteurs internationaux et d’altérer certaines des dynamiques propres à la notion d’anarchie internationale, cette influence, qui repose notamment sur la reconnaissance de sa prépondérance militaire et la déférence des autres membres du système, n’est cependant pas illimitée, ce qui consacre la nature anarchique des systèmes unipolaires31. L’unipolarité instaure certes une hiérarchie plus marquée entre les États, mais pour reprendre l’expression de J. Donnelly, il est tout à fait possible de penser la hiérarchie au sein de l’anarchie32. En d’autres termes, un unipôle n’est pas un empire et évolue au sein d’un système où les acteurs internationaux sont indépendants et théoriquement égaux en droits, du point de vue politique, bien qu’il en soit le plus puissant33.

  • 34 Sur l’instabilité des systèmes multipolaires, voir Mearsheimer 2014, p. 338 sq.
  • 35 Lévêque 1968, p. 279. Sur une période de plus de 170 ans courant de la mort d’Alexandre en 323, ju (...)
  • 36 Préaux 1978, p. 183 ; Austin 1986, p. 457 sq ; Chaniotis 2005, p. 57 sq.
  • 37 Plb., 28, 1, 4 : ἰσχυροτάτην καὶ καλλίστην εἶναι κτῆσιν.

8À la mort d’Alexandre le Grand en 323, le monde méditerranéen était ainsi devenu un système international multipolaire, dominé par au moins trois grands royaumes (lagide, antigonide et séleucide) nés du démembrement de l’empire du conquérant macédonien. Cette architecture internationale multipolaire était à même d’exacerber la logique sécuritaire que nous avons précédemment mise en lumière34, et de fait, ces royaumes furent engagés durant les IIIe et IIe siècles dans des conflits militaires quasi permanents, P. Lévêque parlant de la guerre comme d’un « état endémique35 » à cette époque, et d’une expérience partagée par la vaste majorité des habitants du monde grec. Il est ainsi naturel que cette dynamique structurelle ait nourri l’ethos guerrier partagé par les souverains hellénistiques, pour qui la conquête militaire était en quelque sorte à la base de la qualification royale36, la possession fondée sur la conquête étant, selon les mots de Polybe, « la plus solide et la plus honorable qui fût37 ». Or, l’intervention marquée de Rome dans les affaires du monde grec, au début du IIe siècle, allait profondément transformer l’architecture du système hellénistique qui avait jusque-là prévalu.

  • 38 On estime qu’un sommet de 29 % de la population citoyenne mâle fut mobilisée dans la légion durant (...)
  • 39 Liv., 30, 44.
  • 40 Plb., 15, 18, 4 ; Liv., 30, 37.
  • 41 Sur le traité de 201 et ses clauses, voir Scardigli 1991, p. 308 sq.
  • 42 Will 1982, p. 161-162.
  • 43 Le Bohec 2017, p. 188-191.
  • 44 Plb., 21, 42, 12-14 ; Liv., 37, 45, 13-19 ; 38, 38, 2-18 ; D.S., 29, 10 ; App., Syr., 38. Sur les (...)
  • 45 Liv., 37, 45, 8.
  • 46 Harris 2016, p. 42 ; Eckstein 2009, p. 20.
  • 47 Pour une discussion exhaustive des causes entourant le déclenchement de la troisième guerre de Mac (...)
  • 48 Burton 2017, p. 173-192 ; Ferrary 2017.
  • 49 Plb., 3, 4, 3 : πρὸς δὲ τούτοις ὁμολογούμενον ἐδόκει τοῦτ᾽εἶναι καὶ κατηναγκασμένον ἅπασιν ὅτι λοι (...)
  • 50 Plb., 36, 9, 7.
  • 51 Ferrary 2005, p. 56 : « Si, pour reprendre la formule polybienne, “il ne se trouvait désormais plu (...)
  • 52 Ibid., p. 53 ; nos italiques.

9L’unipolarité romaine fut instaurée au terme d’une série de conflits qui, pendant plus de vingt ans, avaient rabaissé les prétentions politiques et militaires des autres grandes puissances méditerranéennes et consacré la domination de la cité tibérine. Rome avait en outre vaincu Carthage, au terme d’une longue guerre qui avait vu les combats se transporter en sol italien, mais qui avait surtout démontré la résilience de Rome et les ressources matérielles et humaines importantes que le Sénat pouvait mobiliser38. Le traité de paix de 201, imposé au lendemain de la victoire romaine à Zama (202), avait non seulement dépouillé Carthage de son empire, mais avait surtout restreint sa capacité d’action sur la scène extérieure. En effet, si Rome avait privé la cité punique de ses éléphants de guerre et de sa flotte, dont les quelque 500 navires furent brûlés dans le port même de la ville39, elle lui avait également interdit de s’engager dans toute opération militaire sans avoir obtenu l’accord préalable des Patres40. À ces conditions difficiles s’ajoutaient des réparations de guerre qui s’élevaient à 10 000 talents d’argent et dont le paiement fut étalé sur 50 ans41. En 197, Rome était également sortie victorieuse d’un second conflit contre le royaume de Macédoine, qui avait rabaissé les prétentions hégémoniques de la dynastie antigonide en Grèce continentale et avait consacré le recul de l’influence de Philippe V auprès des cités grecques. Chassé de ses possessions de Grèce au lendemain de la bataille de Cynoscéphales remportée par le consul T. Quinctius Flamininus, Philippe fut contraint de restituer les navires de guerre pris aux Romains, aux Pergaméniens et aux Rhodiens, en plus de livrer son fils Démétrios en otage42. Le conflit suivant, qui opposa Rome à Antiochos III, établit la nouvelle architecture politique de la Méditerranée hellénistique. En 188, les conditions de paix ratifiées au lendemain de l’écrasante victoire romaine de Magnésie du Sipyle (janvier 189), où près de 50 000 soldats de l’armée séleucide périrent43, imposèrent un frein aux prétentions extérieures du royaume syrien. Il fut en outre imposé à Antiochos III de se départir de ses éléphants de guerre et interdit d’en posséder d’autres à l’avenir, de même qu’il dut limiter la taille de sa marine de guerre, dont la capacité d’action fut limitée, vers l’ouest, à l’embouchure du Kalykadnos (Cilicie)44. Pour reprendre les mots des ambassadeurs séleucides dépêchés auprès des Patres afin de négocier les conditions de paix au lendemain de la bataille de Magnésie du Sipyle, les Romains étaient désormais devenus les « maîtres du monde », dominos orbis terrarum45. À ce stade, comme le soulignait W.V. Harris, aucun autre État méditerranéen n’avait les capacités de soutenir un conflit de longue haleine contre les troupes romaines, qui avaient à maintes reprises prouvé leur supériorité sur les champs de bataille de Grèce et d’Asie mineure46. Le dernier grand conflit dans lequel s’engagea le Sénat romain, avant le déclenchement de la troisième guerre punique, fut la troisième guerre de Macédoine (171-168), provoquée par l’apparente renaissance des ambitions hégémoniques du royaume antigonide, alors dirigé par le jeune Persée, envers les cités de Grèce continentale47. Au terme de ce conflit, qui trouva son aboutissement sur le champ de bataille de Pydna (168), la monarchie macédonienne fut définitivement abolie et le royaume morcelé en quatre unités semi-autonomes48. Pour Polybe, à partir de ce moment, « il ne se trouvait désormais plus personne pour contester qu’il fallût à l’avenir obéir aux Romains et s’incliner devant leurs injonctions49 ». Si l’historien mégalopolitain affirmait voir dans ce règlement d’après-guerre un tournant majeur dans la politique extérieure de l’Vrbs50, il ne venait en réalité que réaffirmer les rapports de force établis dans le premier quart du IIe siècle, à la suite de l’intervention de Rome dans les affaires du monde grec51. En clair, après trois décennies d’intervention dans les affaires de la Méditerranée orientale, il apparaît que la politique du Sénat envers le monde grec n’avait jamais été d’établir une quelconque forme d’équilibre des puissances dans la région, mais bien d’assurer la prépondérance politique et militaire de Rome, comme le soulignait J.-L. Ferrary : « Jusqu’à la création de provinces à partir de la seconde moitié du IIe siècle, l’hégémonie romaine est fondée sur l’exclusion des autres grandes puissances, Antigonides et Séleucides, et c’est ce qui permit aux Romains, en 194 comme en 189, et encore en 167, de ne laisser aucune légion à l’est de l’Adriatique52. »

  • 53 Il s’agissait notamment de l’opinion classique de K. Waltz (1997, p. 915) : « Is unbalanced power (...)
  • 54 Plb., 1, 83, 4 : οὐδέποτε γὰρ χρὴ τὰ τοιαῦτα παρορᾶν οὐδὲ τηλικαύτην οὐδενὶ συγκατασκευάζειν δυνασ (...)
  • 55 Aron 1984, p. 135.
  • 56 Wohlforth 1999.
  • 57 Liv., 31, 2, 2-4. Voir Eckstein 2008, p. 233-246.
  • 58 Monteiro 2014, p. 154. Cette dynamique, exposée par Monteiro, répond en partie aux interrogations (...)
  • 59 Monteiro 2014, p. 161.
  • 60 Liv., 44, 19. Voir Will 1982, p. 322 : « Antiochos IV apprenait à ses dépens la nouvelle conceptio (...)
  • 61 Monteiro 2012, p. 15-20.

10Une opinion longtemps partagée au sein de la communauté scientifique quant à la nature des systèmes unipolaires veut que ceux-ci soient instables, condamnés à une durée de vie brève. En effet, certains théoriciens réalistes considèrent que la tendance des États à se liguer afin de prévenir la montée d’une puissance hégémonique et d’assurer un certain équilibre (balance) au sein du système aura tôt ou tard raison de la prépondérance militaire de l’unipôle53. Polybe, qui est à bien des égards le plus thucydidéen des historiens de l’époque hellénistique, affirmait déjà, en considérant la politique du roi Hiéron de Syracuse durant la deuxième guerre entre Rome et Carthage, « qu’il ne faut jamais mépriser ce principe ni favoriser à ce point la puissance de quelqu’un qu’on ne puisse même plus lui disputer ce qui est un droit incontestable54 ». Pour Aron, ce principe de balancement « est trop simple, [fondé] sur le common sense and obvious reasoning, pour avoir échappé aux Anciens55 ». Or, comme le soulignait W.C. Wohlforth, l’expérience américaine post-Guerre froide et, en ce qui concerne notre propos le cas de la Méditerranée hellénistique post-Apamée, tendent au contraire à démontrer la durabilité de cette architecture internationale56. En outre, N.P. Monteiro avance que la dynamique de balancing observée dans les systèmes bipolaires ou multipolaires – et qui selon A.M. Eckstein s’était notamment mise en place lors de l’appel de Rhodes, d’Athènes et de Pergame à Rome en 201 à la veille de la deuxième guerre de Macédoine57 – tend plutôt à s’effacer en système unipolaire. En effet, les puissances mineures ne peuvent désormais plus compter sur la présence d’autres grandes puissances au sein du système avec qui elles puissent se liguer pour rétablir un certain équilibre international58. Quant aux puissances de moyenne envergure, puisqu’elles ont des chances raisonnables d’assurer leur survie en cas de conflit avec l’unipôle, elles seront plutôt enclines à céder à ses injonctions et à éviter toute confrontation directe59. En 168, le retrait sans concession des troupes d’Antiochos IV – alors en campagne contre un royaume d’Égypte affaibli – face aux injonctions du Sénat romain représenté par Popilius Laenas, lors de la fatidique « journée d’Éleusis », est à nos yeux un exemple révélateur de cette dynamique entre unipôle et puissances moyennes60. Or, l’improbabilité d’un important mouvement de rééquilibrage en système unipolaire ne signifie pas pour autant que les conflits militaires en soient absents61. Si les politologues ont précédemment cherché à expliquer l’origine des guerres dans un système multipolaire en étudiant les relations entre grandes puissances, c’est plutôt dans les interactions entre les puissances mineures et l’unipôle qu’il faut dès lors chercher l’origine des conflits dans cette configuration particulière du système international. En effet, l’impossibilité de pouvoir contrebalancer efficacement contre l’unipôle fera en sorte d’accentuer la problématique sécuritaire des puissances mineures, dès lors placées dans une situation d’extrême vulnérabilité :

  • 62 Monteiro 2014, p. 155.

This inability reveals what is perhaps the paramount problem that unipolarity poses for peace: recalcitrant minor powers find themselves in extreme self-help. […] It places recalcitrant minor powers in a particularly dire situation, unable to guarantee their survival vis-à-vis their great-power enemy. At the same time, it also gives the unipole wide freedom of action toward them62.

11Cette problématique sera d’autant plus aggravée dans l’éventualité où l’une de ces puissances mineures fera face aux ambitions territoriales d’une puissance de moyenne envergure, potentiellement alliée à l’unipôle qui cautionnera ses agissements belliqueux. Dans ce contexte, le seul moyen pour cette puissance mineure d’assurer efficacement sa survie sera d’accroître sa force de dissuasion (deterrence) et ses capacités militaires conventionnelles, c’est-à-dire de se lancer dans une course à l’armement afin d’assurer sa propre sécurité (inner balancing). Comme le souligne Monteiro, cette puissance mineure deviendra dès lors récalcitrante envers les injonctions de la puissance unipolaire, ne pouvant anticiper ses visées réelles, et sera plus encline à remettre en cause le statu quo régional, puisque le coût de son inaction pour la survie même de son régime politique pourrait s’avérer plus grand que celui de s’opposer aux volontés de l’unipôle :

  • 63 Ibid., p. 163.

In other words, states for which the value of peace is low are more willing to accept the risk entailed by a confrontation with the unipole in exchange for a chance to improve their own lot. In sum, despite strong overall incentives to accomodate the unipole, for some minor powers the risks of doing so are greater than the risks of recalcitrance63.

  • 64 Ibid., p. 166-167.

12Dans ce contexte, l’unipôle, d’abord préoccupé par le maintien du statu quo, pourra être encouragé à lancer une guerre préventive contre la puissance mineure récalcitrante, afin d’empêcher qu’elle n’accroisse ses capacités militaires et représente, à court ou moyen terme, une menace à l’équilibre régional64. C’est précisément cette dynamique particulière qui s’est graduellement mise en place durant les années 160 en Afrique du Nord, alors que Carthage était confrontée aux ambitions politiques et militaires de la Numidie, alors dirigée par le roi Massinissa, allié de Rome.

Carthage et la Numidie : prolégomènes à la troisième guerre punique

  • 65 Melliti 2016, p. 452.
  • 66 Liv., 45, 13, 15 : Masinissam meminisse <se> regnum a populo Romano partum auctumque et multiplicatum </se> (...)
  • 67 App., Pun., 61, 268 : ἀλλ᾽ εἰ καὶ φίλος ἐστίν, οὐ χρὴ στερροποιεῖν οὐδ᾽ ἐκεῖνον ἀμέτρως, ἡγεῖσθαι (...)

13Dans une récente étude sur la métropole punique, K. Melliti qualifiait d’« épée de Damoclès65 » la menace que posait la Numidie de Massinissa pour l’intégrité de l’État carthaginois. Par un renversement d’alliances, Massinissa s’était imposé à la tête de la Numidie dans le tumulte de la deuxième guerre punique, et Rome avait subséquemment affermi sa position au lendemain du conflit, comme le reconnurent bien des années plus tard des ambassadeurs du roi dépêchés à Rome, qui rappelèrent avec déférence que « Masinissa se souvenait que c’était par le peuple romain que le royaume qu’il possédait avait été acquis, renforcé et que sa superficie avait été par lui multipliée ; il savait, lui qui s’était contenté de l’usufruit du royaume, que le droit de propriété en appartenait à ceux qui le lui avaient donné66 ». La Numidie de Massinissa devait en quelque sorte jouer, au lendemain de la guerre, le rôle de garant en Afrique du Nord du nouveau statu quo régional qui avait consacré la prépondérance militaire de Rome en tant que seule grande puissance dans la portion occidentale de la Méditerranée. C’est ce principe d’équilibre régional qu’aurait fait valoir devant le Sénat un ami de Scipion l’Africain, qui incitait les Patres à suivre les recommandations du vainqueur de Zama et dont le discours fut recomposé par Appien : « Pourtant, bien qu’il [Massinissa] soit notre ami, il ne faut pas, lui non plus, le renforcer outre mesure mais on doit considérer au contraire que la rivalité opposant ces peuples sert l’État romain67. » Le rabaissement de la puissance carthaginoise et le rôle de contrepoids régional qui fut dès lors celui de la Numidie suffisaient pour l’heure à atténuer le dilemme sécuritaire des Patres, qui allaient tourner leur attention vers la Grèce.

  • 68 App., Pun., 106, 500 ; D.S., 32, Fr.14.
  • 69 Plb., 36, 16, 1.
  • 70 App., Pun., 106, 499.
  • 71 Voir Walsh 1965 et plus particulièrement Tahar 2004. L’un des fils de Massinissa, Mastanabal, qui (...)
  • 72 Kunze 2011, p. 400-401.
  • 73 App., Pun., 106, 499. Sur le monnayage de Massinissa et de ses successeurs, et la circulation des (...)

14L’ambitieux souverain numide avait sans doute vu dans les dures clauses du traité de paix imposé à Carthage en 201 une occasion d’étendre les frontières de son royaume aux dépens de son voisin, dont les capacités d’action étaient désormais considérablement affaiblies. Souverain énergique, qui à l’aube de ses 90 ans dirigeait toujours ses troupes68, Massinissa s’était révélé un allié précieux de Rome tout au long de son règne de plus d’un demi-siècle, profitant de ses rapports privilégiés avec le Sénat pour affermir la position de son royaume. Polybe dit de lui qu’il fut « le meilleur et le plus heureux (μέγιστον καὶ θείοτατον) des monarques de notre temps69 », alors que pour Appien il fut un homme « à tous égards favorisé par la Fortune70 » (ἀνὴρ ἐς πάντα ἐπιτυχής). Sa cour affichait par ailleurs un goût certain pour l’hellénisme71 et les sources archéologiques semblent témoigner de l’intégration de la Numidie dans les réseaux commerciaux du monde hellénistique72. À sa mort en 148, il laissa un royaume agrandi et légua à ses héritiers des richesses considérables (θησαυρούς τε μεγάλους73) et une armée capable d’appuyer les prétentions numides sur la scène régionale.

  • 74 Voir Melliti 2016, p. 425-432 à propos de la réputation d’Hannibal dans le monde grec, au moment d (...)
  • 75 Liv., 34, 62.
  • 76 App., Pun., 67, 302.
  • 77 Walsh 1965, p. 158.
  • 78 Liv., 41, 22 ; Hoyos 2015a, p. 244-245.

15La politique extérieure déployée par Massinissa durant la première moitié du IIe siècle visait, par une pression militaire constante, à faire main basse sur des portions importantes du territoire punique. À cette fin, le souverain numide pouvait profiter de l’alliance qu’il avait contractée avec Rome et du désengagement du Sénat en Afrique du Nord, les Patres étant avant tout préoccupés, dans les années 190-180, par la situation politique qui prévalait dans le monde grec. Or, aux yeux des dirigeants romains, Hannibal, qui avait été élu suffète à Carthage en 196, représentait toujours une certaine menace à la sécurité de Rome, et il ne manquait pas de partisans dans le monde grec qui voyaient en lui un possible héros de la lutte anti-romaine74. Fermer les yeux sur la politique agressive de la Numidie envers la cité punique était donc, dans les circonstances, un choix politique conséquent du Sénat romain. Massinissa décida ainsi de se livrer, vers 196, à des incursions militaires dans la région d’Emporia, provoquant l’arbitrage de Rome en 193. Une commission sénatoriale fut alors sollicitée par les belligérants afin de trancher le litige75, avec à sa tête Scipion l’Africain, qui avait pour instruction de « prêter à Massinissa toute l’assistance possible76 ». Incapables de nuire aux intérêts de leur allié malgré la justesse de la cause de Carthage (Massinissa avait fourni ravitaillement et troupes pour l’effort de guerre romain en Macédoine), les Romains se contentèrent de demander au souverain numide de réfréner ses élans belliqueux77. La trêve dura près de 30 ans, jusqu’aux années 160, malgré quelques accrochages sérieux survenus en 181 et 17478 à l’occasion desquels Rome demanda à son allié africain de renoncer à ses conquêtes, mais refusa de trancher, sur le fond, la question des frontières établies par la paix de 201 entre les deux États nord-africains. Tite-Live souligne bien, dans son récit des ambassades menées à Rome par Carthage en 172, la difficile position politique de la cité punique et l’iniquité flagrante de la situation :

  • 79 Liv., 42, 23, 2-5 : […] id illi, cui nihil pensi sit, facile esse. Carthaginienses foedere inligat (...)

Cela ne gênait pas un homme [Massinissa] qui n’avait de respect pour rien ! Les Carthaginois devaient se taire, liés qu’ils étaient par le traité [de 201] ; il leur était en effet interdit de porter leurs armes au-delà de leurs frontières ; bien que ce soit, ils le savent, à l’intérieur de leur territoire que, s’ils en chassent les Numides, ils doivent faire la guerre, ils sont retenus par cette clause non équivoque du traité qui leur interdit formellement de faire la guerre à des alliés du peuple romain. Mais désormais les Carthaginois ne pouvaient plus supporter l’orgueil, la cruauté, ni non plus la cupidité de cet homme79.

  • 80 Plb., 31, 21.
  • 81 Hoyos 2015a, p. 246 sq.
  • 82 App., Pun., 69, 311.

16Massinissa se livra à de nouvelles incursions militaires dans la région d’Emporia dans les années 160. À l’annexion de la région vers 162, Carthage se garda d’intervenir militairement et s’en remit une nouvelle fois au Sénat de Rome, comme elle l’avait fait par le passé, qui pourtant trancha en la faveur de son allié malgré la justesse des arguments des plaignants. Non satisfaits d’entériner un coup de force militaire, les Patres imposèrent également à Carthage de verser des réparations de guerre s’élevant à 500 talents80. De nouvelles incursions dans les Grandes plaines, en 152, firent passer la région de Thusca dans le giron de la Numidie, et avec elle, une cinquantaine de villages81. Cette nouvelle passe d’armes entre les deux États nord-africains provoqua à nouveau l’envoi d’une ambassade romaine, à laquelle prenait part Caton l’Ancien. Une fois arrivés sur place, les legati demandèrent aux deux parties de s’en remettre entièrement à eux pour le règlement du litige, ce à quoi consentit Massinissa, sûr de ses alliés, mais que refusèrent cette fois les Carthaginois, soupçonneux à juste titre du parti pris des ambassadeurs romains82. Devant l’impasse, les légats s’en retournèrent à Rome, non sans avoir eu le temps d’inspecter la cité punique et de constater, comme le soutiendra Caton, la vitalité de l’économie carthaginoise et la richesse qu’elle avait retrouvée :

  • 83 App., Pun., 69, 312-314 ; trad. de P. Goukowsky, CUF, 2002.

N’ayant pu se résoudre à un arrangement partiel, les ambassadeurs s’en retournèrent, inspectant chemin faisant les campagnes soigneusement cultivées et pourvues d’équipements considérables. Une fois entrés dans la ville, ils observèrent encore quelle puissance (δύναμις) était la sienne et combien sa population s’était accrue depuis le désastre subi il n’y avait pas si longtemps, à l’époque de Scipion (καὶ πλῆθος, ὅσον ηὔξετο ἐκ τῆς οὐ πρὸ πολλοῦ κατὰ Σκιπίωνα διαφθορᾶς). De retour à Rome, ils déclarèrent que la situation de Carthage les remplissait moins de jalousie que de crainte (φόβος), quand ils voyaient avec quelle facilité se développait une si grande ville, animée d’intentions si hostiles, et leur voisine83 !

  • 84 App., Pun., 67, 303 : ἐν οἷς μάλιστα ἡ Καρχηδὼν εἰρηνεύουσα ὁμαλῶς ἐς μέγα δυνάμεως καὶ εὐανδρίας (...)
  • 85 Lancel 1985, p. 743 sq.
  • 86 Melliti 2016, p. 421.
  • 87 Ibid., p. 436-440.
  • 88 Hurst 1994, p. 39 et 45 ; Le Bohec 2003, p. 42.
  • 89 App., Pun., 96, 453.
  • 90 Lancel 1992, p. 441. Sur le système défensif de Carthage : App., Pun., 95, 447-451 ; Le Bohec 2003 (...)
  • 91 Liv., 36, 4, 7. La renaissance de la cité semble également attestée par la reprise des émissions m (...)
  • 92 Hoyos 2015a, p. 241.
  • 93 Voir également Brisson 1973, p. 342-343. Sur le caractère éminemment politique des réparations de (...)

17Cette renaissance économique et démographique de Carthage (à la base même de la δύναμις, de la « puissance » mise en lumière par Thucydide chez les belligérants de la guerre du Péloponnèse) était sans aucun doute importante, comme nous permettent de l’entrevoir les sources et le témoignage de l’archéologie. Appien soulignait que Carthage, au milieu du IIe siècle, était parvenue « au faîte de sa puissance et de sa croissance démographique », notamment « grâce à la fertilité de ses plaines et à l’aisance qu’elle tirait de la mer »84. Les fouilles menées sur le site de la ville par les équipes française, britannique et allemande dans la seconde moitié du XXe siècle attestent de cette renaissance. L’archéologue français S. Lancel soulignait que la cité, paradoxalement, « semble atteindre son apogée au lendemain de la Seconde guerre punique85 », alors que K. Melliti parle quant à lui d’un « âge d’or à l’ombre de la [sic] mare nostrum romaine86 ». La cité punique semble avoir profité, dans la première moitié du IIe siècle, de la stabilité politique fournie par l’unipolarité romaine afin de s’imposer à nouveau comme véritable puissance commerciale. L’importance des amphores et autres produits manufacturés en provenance du monde grec témoigne de l’intégration économique de la cité à l’intérieur des circuits commerciaux du monde hellénistique87. De même, on note à la même époque l’articulation d’un nouveau port de guerre pouvant, selon les estimations de H. Hurst, abriter une flotte de près de 190 à 220 trières88 (ce qui tendrait à confirmer les chiffres fournis par Appien)89, alors que le rempart de la cité, « véritable héros de ce long siège »90 à venir selon Lancel, fut avancé d’une quarantaine de mètres. La « porte de la mer » fut fortifiée, afin sans doute de prévenir l’attaque d’assaillants venus de la Méditerranée. Les sources littéraires permettent également d’entrevoir cette prospérité retrouvée : en 191, une ambassade carthaginoise dépêchée auprès du Sénat romain offrit l’appui de la cité punique dans le conflit qui venait alors d’éclater contre Antiochos III. Les Carthaginois proposaient ainsi d’armer une flotte à leurs frais, d’offrir un million de boisseaux de blé et un demi-million de boisseaux d’orge pour le ravitaillement des troupes, en plus de verser en un seul paiement anticipé les 8 000 talents d’argent restants qui leur avaient été imposés à titre de réparations de guerre par le traité de 20191, ce qui leur fut refusé. Pour D. Hoyos92, le refus romain d’accepter le remboursement anticipé des réparations, qui avaient été échelonnées sur 50 annuités, aurait permis à Carthage de financer son redressement économique. En souhaitant maintenir son adversaire dans un état de sujétion symbolique, Rome lui a possiblement offert l’oxygène nécessaire à son développement93.

  • 94 Hoyos 2015a, p. 250.
  • 95 App., Pun., 70, 316-317.
  • 96 App., Pun., 72. Sur les liens d’amitié qui unissaient Scipion Émilien et Massinissa, voir Astin 19 (...)

18Après les coups de force et les arbitrages défavorables rendus par Rome, la nouvelle provocation de Massinissa dans les Grandes plaines, en 152, suscita une grande agitation sur la scène intérieure carthaginoise, et marqua à terme une réorientation de la politique extérieure de la cité. Comme le soulignait D. Hoyos94, toute défense de la politique traditionnelle d’apaisement à l’égard de la Numidie apparaissait, dans ce contexte, comme un acte de trahison. À Carthage, la faction « démocrate » chassa la quarantaine de membres du parti pro-numide95, qui trouvèrent refuge auprès de Massinissa, et l’on fit jurer à la population de ne jamais les rappeler dans leur patrie. Lorsque Massinissa, après avoir demandé en vain le retour des exilés carthaginois, décida d’attaquer la ville d’Horoscopa en 151, Carthage réagit promptement en levant des troupes et en dépêchant une armée forte de 25 000 hommes, avec à sa tête le boétharque Hasdrubal, qui fut rejointe par 6 000 cavaliers déserteurs numides. Massinissa infligea une importante défaite à l’armée punique, ce qui amena les deux belligérants à s’engager, sans succès, dans des négociations supervisées par Scipion Émilien, alors en ambassade auprès du souverain numide en vue de solliciter son appui matériel dans la campagne menée contre les Celtibères96.

  • 97 Les sources s’accordent pour voir dans cette guerre une rupture du traité de paix de 201 : Liv., P (...)
  • 98 Voir Scullard 1951, p. 245 : « Carthage was desperate and her effort at self-preservation cannot f (...)
  • 99 Hoyos 2015a, p. 252.

19L’entrée en guerre de Carthage marquait une rupture avec la politique traditionnelle de conciliation de ses dirigeants. L’extrême vulnérabilité de la position punique et l’inquiétude sécuritaire des Carthaginois, exacerbée par le bellicisme de Massinissa qui bénéficiait de l’appui de l’unipôle romain, incita non seulement les dirigeants carthaginois à accroître les capacités militaires de leur cité, mais également à répondre pour la première fois à la provocation numide afin d’assurer la préservation de leur territoire. Si la cité punique violait les conditions de paix imposées au lendemain de Zama97, la politique pro-numide du Sénat romain en était cependant la cause principale98. Cette même inquiétude sécuritaire a provoqué, sur la scène politique intérieure, ce que l’on pourrait qualifier de mouvement d’« équilibrage intérieur » (inner balancing), qui s’est concrétisé par le réarmement de la cité, mais aussi par la montée d’une certaine forme de « nationalisme », incarnée par la faction démocrate. L’entrée en guerre de Carthage était certes un pari politique risqué pour ses dirigeants, mais l’inaction était sans doute considérée comme une position encore plus hasardeuse au vu des ambitions territoriales de Massinissa qui menaçait, à terme, la sécurité de la cité punique. Dès lors, si les troupes puniques avaient réussi à vaincre l’armée du vieux souverain numide, les Carthaginois se seraient retrouvés dans une meilleure posture afin de négocier avec les Romains un règlement au conflit qui, cette fois, aurait été à leur avantage99.

  • 100 App., Pun., 80, 376. Trad. de P. Goukowsky, CUF, 2002.
  • 101 Liv., Per., 49, 9.
  • 102 App., Pun., 81, 378 ; D.S., 32, Fr. 6. Polybe (38, 1, 5) semble reconnaître une certaine légitimit (...)
  • 103 App., Pun., 93, 441.

20À la toute veille du troisième conflit contre Rome, à la suite de la deditio d’Utique, alliée de Carthage, les troupes romaines débarquées en Afrique en 149 sous la conduite des consuls Censorinus et Manilius demandèrent aux Carthaginois de livrer leur stock d’armes. Désireux d’éviter in extremis une guerre ouverte contre l’unipôle romain qui ne pouvait qu’être perdue, les Carthaginois livrèrent aux consuls 200 000 panoplies d’armements, de même que 2 000 engins balistiques et leurs munitions. Appien affirme que le transport des armes « constituait un spectacle magnifique, à peine croyable, avec le long train des chariots conduits par les ennemis eux-mêmes100 ». C’est cependant la demande jugée « révoltante » (indignitate101) d’abandonner le site de Carthage, à la base même de sa puissance économique, et de déménager sa population 15 km à l’intérieur des terres, qui contraignit en dernier recours les Puniques à la guerre102. Alors, Appien rapporte que les armuriers reprirent leur activité de plus belle et que sortaient des ateliers puniques des centaines d’épées, de boucliers et de projectiles103. En vérité, empêtrés dans une position politique désespérée, les dirigeants carthaginois ne pouvaient accepter les injonctions de l’unipôle romain, d’autant plus que les intentions véritables des Patres semblaient désormais claires. Monteiro a bien circonscrit cette dynamique dans la mécanique pouvant conduire à une guerre entre une puissance unipolaire et une puissance mineure :

  • 104 Monteiro 2014, p. 169.

Recalcitrant minor powers, however, are unlikely to accede to demands that threaten their survival. […] This dynamic is likely to lead to a deterrence breakdown, resulting in war. Whereas fighting over such demands is likely to lead to defeat of the minor power, complying with them brings the consequence of defeat with certainty. In short, demands by the unipole for territory, international realignment, disarmament, or regime change are unlikely to be heeded, resulting in the unipole launching an offensive war against recalcitrant minor powers104.

21Cette mécanique sécuritaire fut sans aucun doute aggravée, du côté romain, par l’instabilité croissante qui semblait s’installer dans le système hellénistique au tournant des années 150, et qui contribua à accroître la perception de danger parmi les membres du Sénat. Avant de nous pencher sur le rôle de la pression du système international hellénistique dans le déclenchement du conflit, il nous faut désormais faire un survol des différentes théories émises par les historiens contemporains ces dernières décennies.

L’intervention romaine en Afrique du Nord : survol des théories

  • 105 Pour un survol général, voir Maróti 1983 ; Le Bohec 2014, p. 276-283 ; Le Bohec 2017, p. 199-205.
  • 106 Rejetant les diverses théories exposées dans cette section, A. Ziolkowski (2000, p. 157) proposait (...)
  • 107 Harris 1979, p. 234-240.
  • 108 App., Pun., 75, 351.
  • 109 Harris 1979, p. 240. L’historien britannique réaffirma sa thèse dans une contribution de 1989, où (...)
  • 110 Plb., 5, 11, 3.
  • 111 Gruen 1984, p. 288-289.

22Le faisceau de théories avancées par les historiens afin d’expliquer le déclenchement de la troisième guerre punique, puis la destruction de Carthage, a fait appel avant tout à des causes de nature économique, de même qu’au caractère exceptionnellement belliqueux des Romains105 ou encore à la peur séculaire de Rome – voire la haine – envers Carthage (metus punicus106). Ainsi, l’explication entre autres mise en avant par W.V. Harris se déploie dans la continuité de sa thèse sur le développement de l’impérialisme romain, dont elle constitue l’une des illustrations, et qui repose sur l’ethos guerrier de l’aristocratie sénatoriale et sur le goût du lucre des Romains, qui voyaient notamment dans le butin de guerre une occasion d’enrichissement107. Harris en veut pour preuve, s’appuyant sur le récit d’Appien108, que le recrutement de nouvelles troupes pour la guerre contre Carthage fut relativement aisé et que les quelque 80 000 mille soldats enrôlés étaient enthousiastes à l’idée de se couvrir de gloire et de s’enrichir en sol africain. Résumant sa thèse, Harris soulignait : « In short, while it is possible that defensive thinking played a significant part in making up the minds of the leaders of the Roman state, Roman behaviour must also on a balanced assessment be regarded as an instance of extreme φιλαρχία (power-hunger)109 ». Or, comme l’avait déjà souligné E.S. Gruen, relever un appétit du butin chez des soldats – ce qui était l’une des conséquences « normales » de la guerre dans le monde antique110 – n’équivaut pas à circonscrire, de façon plus large, une dynamique impériale : « The prospect of loot could entice generals and stimulate recruiting —which is not the same as determining a senatorial decision to make war. » L’historien ajoutant : « The leaps of logic too easily distort and mislead111. »

  • 112 Mommsen 1985 [1854-1856], p. 723 : « Son opinion [de Caton] trouva des partisans, soit parmi les h (...)
  • 113 Plut., Cat. Mai., 27, 1. Voir Dubuisson 1989.
  • 114 Meijer 1984, p. 122-124.
  • 115 Rosenstein 2012, p. 237.
  • 116 Badian 1968, p. 20.
  • 117 Melliti 2016, p. 439-440.

23Harris effleure également, dans les pages qu’il consacre au conflit, la thèse économique initialement mise en avant par Mommsen et par Rostovtzeff. Pour ces derniers, le Sénat aurait déclaré la guerre afin, d’une part, de protéger le commerce italien menacé par la renaissance économique de la cité punique et d’autre part, d’offrir à la « bourgeoisie » romaine la chance de s’enrichir en se taillant en Afrique du Nord d’importantes propriétés foncières112. Dans cette optique, certains historiens ont vu dans la fameuse scène des figues échappées par Caton sur le plancher du Sénat113 un avertissement lancé aux sénateurs dont les vastes latifundia étaient également plantés de figuiers. F.J. Meijer a démontré que considérant la durée de conservation très restreinte de la figue et la durée du trajet entre Rome et Carthage (six jours) au moment de l’année où a eu lieu l’ambassade de 152, il est peu probable que Caton ait pu transporter des figues en bon état d’Afrique jusqu’en Italie. La culture de la figue africaine était cependant attestée à cette époque dans la péninsule et le Censeur n’a sans doute eu aucune difficulté à trouver des fruits en bon état afin d’étayer son argumentaire devant ses collègues. Pour Meijer114, le geste de Caton visait surtout à faire vibrer la fibre patriotique – et les intérêts économiques – de ces gentlemen farmers du Sénat, qui n’étaient sans doute pas dupes sur la provenance réelle de ces fruits. Encore récemment, N. Rosenstein a repris cet argument économique dans la synthèse qu’il a consacrée à l’impérialisme romain sous la République, affirmant : « The senators were well aware of the city’s commercial prowess […]. Yet Cato was pointing out that the Carthaginians were even able to sell figs at Rome that not only could compete with the domestic product but were superior115. » Ainsi, l’annihilation de Carthage aurait servi une politique économique protectionniste mise en œuvre par le Sénat, préoccupé par l’envahissement du marché intérieur italien. Cette thèse économique n’a jamais véritablement reçu une démonstration satisfaisante à son appui et, comme l’écrivait déjà E. Badian, « mériterait qu’on la laisse mourir116 ». Comme l’ont souligné Badian, et A.E. Astin avant lui dans sa remarquable étude consacrée à Caton (1978), hormis le silence même des sources, la thèse économique se heurte à des arguments qui sont difficilement surmontables pour l’historien. Il est en effet difficile de juger de l’importance de la concurrence posée par les produits tirés du sol nord-africain. Cependant, la destruction de la cité pouvait également avoir un impact non négligeable pour les commerçants romains, ainsi privés d’un marché potentiel à quelques jours de navigation de l’Italie. La surreprésentation, à Carthage, de tessons de céramique de type « campanienne A », produite dans le sud de l’Italie, semble bien attester le potentiel commercial que représentait la cité punique pour les commerçants romains117. Or, non seulement le site de Carthage fut abandonné et son sol déclaré sacer, mais il fallut attendre plus de vingt ans avant qu’on ne propose d’y établir une colonie, sous l’impulsion de Caius Gracchus, tribun de la plèbe en 123. C’est finalement sous le règne d’Auguste, un siècle plus tard, que la cité connaîtra une véritable renaissance, rebaptisée Colonia Iulia Concordia Carthago. Dès lors, comment expliquer que le Sénat ait lancé une guerre aux motifs économiques si, une fois son ennemi abattu, il s’est refusé à occuper le site de choix que représentait Carthage d’un point de vue commercial ? Force est de conclure que lorsque Caton invita ses collègues à considérer que le pays qui produisait d’aussi magnifiques fruits que ceux qu’il avait rapportés ne se trouvait « qu’à trois jours de navigation de Rome », il ne faisait qu’amplifier d’un point de vue rhétorique la proximité géographique de Carthage et la vigueur de l’économie qui aurait pu soutenir son réarmement futur.

  • 118 Kahrstedt 1913, p. 615-617 ; Gsell 1928, p. 329-335 ; Scullard 1951, p. 241 ; Scullard 1969, p. 30 (...)
  • 119 Badian 1958, p. 134.
  • 120 Camps 1960, p. 195-196 ; Walsh 1965, p. 155-156.

24D’autres historiens, se penchant sur la situation géopolitique qui prévalait alors en Afrique du Nord, ont suggéré que l’intervention de Rome visait à freiner les appétits belliqueux du roi de Numidie et à prévenir un Anschluß118 du territoire carthaginois dans un grand royaume unifié sous la conduite de Massinissa. Considérant l’étroitesse des liens diplomatiques qui unissaient le roi de Numidie au Sénat romain et à certaines familles aristocratiques (Badian parlant d’un appui « beyond what morality would permit119 »), il est peu probable que Rome ait eu besoin de faire traverser la Méditerranée à quelque 80 000 hommes afin de prévenir une telle annexion. Massinissa ne semblait pas avoir conçu de dessein impérial pour son royaume, ayant laissé le règlement de sa succession entre les mains de Scipion Émilien, qui répartit le pouvoir entre les fils du roi120. L’eût-il même voulu, son royaume ne disposait sans doute pas des capacités militaires nécessaires à la poursuite d’une longue guerre d’usure contre Carthage. S’il a fallu trois années à Rome pour venir à bout d’une cité qui avait été préalablement désarmée, mais dont le système défensif demeurait malgré tout important, combien en aurait-il fallu à la Numidie ? Comme l’avait déjà souligné Astin, le Sénat de Rome – tout comme les dirigeants carthaginois – n’était pas sans savoir que les jours du vieux roi Massinissa touchaient à leur fin et qu’à presque 90 ans, sa disparition était imminente. Jusqu’à la fin des années 150, Rome avait pu jouer de son alliance avec le souverain numide afin de contenir et d’affaiblir la puissance carthaginoise, se refusant à intervenir ou tranchant en défaveur des Puniques à chacun des arbitrages qu’elle a rendus dans la décennie précédant le conflit. Une stratégie que Polybe avait lui-même mise en lumière avec une lucidité crue :

  • 121 Plb., 31, 21, 5-6 : ἀμφοτέρων δὲ ποιουμένων τὴν ἀναφορὰν ἐπὶ τὴν σύγκλητον ὑπὲρ τῶν ἀμφισβητουμένω (...)

Les deux parties portèrent leur querelle devant le Sénat, auquel ils envoyèrent à plusieurs reprises des ambassadeurs. Chaque fois, les Carthaginois voyaient leur thèse rejetée par les Romains, non pas qu’ils fussent dans leur tort, mais parce que leurs juges étaient persuadés qu’il était dans leur intérêt de se prononcer contre eux121.

  • 122 Monteiro 2014, p. 65-70.

25Or, l’éventualité de la disparition prochaine de Massinissa a sans doute contribué à influencer la réorientation de la politique extérieure du Sénat romain, passant d’une politique de « domination défensive » (defensive dominance), selon les termes de N.P. Monteiro122, à une politique de « domination offensive » (offensive dominance), qui entraîna la destruction finale de la cité.

26Au tournant des années 150, une conjoncture d’événements à l’échelle de la Méditerranée a accentué la crainte qui germait déjà chez les Patres. Il nous faut, en dernière analyse, considérer les motivations stratégiques des sénateurs romains, afin de comprendre comment les événements survenus en Afrique du Nord, couplés à la situation difficile qui prévalait au sein du système anarchique méditerranéen, ont pu nourrir, voire amplifier, l’inquiétude sécuritaire du Sénat et provoquer le troisième conflit contre Carthage.

Le dilemme de sécurité romain et la pression du système anarchique méditerranéen

  • 123 Plb., 36, 2, 1 ; D.S., 31, Fr.1. Voir R. Baronowski 2011, p. 74 : « According to Plb. 36.2, the fu (...)
  • 124 Sur l’importance accordée par les Romains à la justesse des prétextes de guerre, notamment soulign (...)
  • 125 Burton 2011, p. 321-323. Burton reconnaît en outre que cette interprétation peut venir en appoint (...)
  • 126 Monteiro 2014, p. 167 : « A war between the unipole and a recalcitrant minor power creates a prece (...)
  • 127 Plb., 30, 32, 11.
  • 128 Plb., 31, 6, 6 : ὅτι καθ᾽ὅσον ἐδόκουν οἱ Ῥωμαῖοι βαρύτερον τῷ Εὐμένει προσφέρεσθαι, κατὰ τοσοῦτο σ (...)

27L’entrée en guerre de Carthage contre Massinissa, en dépit des clauses contenues dans le traité de 201, offrit à Rome le prétexte juridique et politique (πρόφασιν εὐσχήμονα123) espéré afin de justifier, aux yeux de l’« opinion publique » hellénistique, une intervention militaire qui prendrait les apparences d’un bellum iustum124. Pour P.J. Burton, cette insistance des Patres quant à la moralité des prétextes de guerre invoqués contre Carthage illustre, dans l’approche constructiviste qu’il déploie, le rôle joué par les normes et les perceptions entourant la rupture des liens d’amicitia qui liaient Carthage à Rome125. Or, même dans une optique de Machtpolitik, il convient de souligner que les grandes puissances n’agissent pas aveuglément sur la scène internationale, conscientes que leurs actions peuvent nourrir, chez les puissances de moindre envergure, des appréhensions de nature sécuritaire à propos de leur domination, pouvant menacer à terme la stabilité du système126. Cela était d’autant plus vrai que l’opinion publique grecque avait été précédemment éprouvée, au lendemain de la troisième guerre de Macédoine, par le sort réservé aux otages politiques achéens127, de même que par le dur traitement infligé au roi Eumène de Pergame qui avait suscité, selon Polybe, une vague de sympathie en faveur de l’Attalide : « Plus les Romains manifestaient d’animosité à l’égard d’Eumène, plus les Grecs se sentaient d’amitié pour ce roi, car les hommes sont naturellement enclins à accorder leurs sympathies à qui se trouve dans la détresse128… ». Ce souci de légitimité dans la conduite de leur politique extérieure demeure une préoccupation importante des grandes puissances, comme le soulignait le politologue John J. Mearsheimer :

  • 129 Mearsheimer 2014, p. 37.

In short, great powers are not mindless aggressors so bent on gaining power that they charge headlong into losing wars or pursue Pyrrhic victories. On the contrary, before great powers take offensive actions, they think carefully about the balance of power and about how other states will react to their moves. They weigh the costs and risks of offense against the likely benefits129.

  • 130 J.Q. Quillin (2004) a bien démontré le rôle fondamental de la peur sur la scène politique intérieu (...)
  • 131 App., Pun., 134, 633.

28Il est peu probable que les sénateurs aient véritablement cru que, lors du déclenchement du conflit en 149, Carthage représentait une menace immédiate à la sécurité de Rome, ni qu’une cité, déjà contrainte de se départir de sa flotte de guerre, puisse envahir l’Italie. Il s’agissait sans doute de convaincre les comices d’engager un nouveau conflit contre leur ennemi séculaire : à peine cinquante ans après la fin de la Deuxième guerre punique, le souvenir des ravages causés en territoire italien par les troupes d’Hannibal devait être encore vif dans la mémoire collective des Romains130. Ainsi ne faut-il pas voir dans la levée facile de nouvelles troupes, au début de la guerre, l’illustration d’une sorte d’enthousiasme populaire à l’idée d’aller piller Carthage, comme le suggérait Harris, mais plutôt l’effet d’une forte mobilisation du peuple romain devant une menace jugée – à défaut de meilleures informations – bien réelle. C’est bien la fin de cette « peur » (φόβος), dont parlait Appien131, que les Romains célébrèrent à la nouvelle de la chute de la cité africaine, en 146. L’exhortation de Caton et sa démonstration de la renaissance économique de la cité punique, illustrée par la richesse des fruits que produisait prétendument son sol, plaçaient plutôt les Patres devant un choix stratégique aux conséquences importantes : tuer dans l’œuf la puissance carthaginoise par une guerre préventive totale avant qu’elle ne puisse remettre en cause le statu quo politique en Afrique du Nord, ou prendre le risque de devoir intervenir ultérieurement afin d’endiguer une cité devenue trop puissante, avec en contrepartie un coût humain et économique accru.

  • 132 Maróti 1983, p. 227.
  • 133 Cette possibilité était déjà évoquée par E. Badian (1958, p. 134-137). Elle est également esquissé (...)
  • 134 Astin 1978, p. 286.

29La question qui demeurait au cœur du dilemme de sécurité romain était de savoir quand Carthage allait décider de transformer son potentiel économique latent, entraperçu par Caton, en capacités militaires réelles, afin de remettre en cause le statu quo régional à son avantage. L’émergence, en 152, de la faction « démocrate » sur la scène politique intérieure carthaginoise n’était en rien à même de calmer les inquiétudes du Sénat et a sans doute servi de signe avant-coureur. Dans les circonstances, comment être assuré à long terme des intentions des dirigeants puniques ? Cette question se posait avec d’autant plus d’acuité que l’on savait les jours du roi Massinissa comptés132. Si Rome avait à craindre l’unification éventuelle de l’Afrique du Nord, nous nous rangeons à l’avis que c’est du côté punique, et non du côté numide comme l’ont suggéré certains, qu’une volonté annexionniste aurait véritablement pu émerger133. La transition du pouvoir qui se profilait à courte échéance en Numidie aurait pu offrir à Carthage l’occasion de pousser son avantage sur le terrain134 et de reprendre les territoires perdus, d’autant que des signes d’instabilité politique semblaient poindre chez son adversaire, comme en témoigne la désertion des 6 000 cavaliers venus grossir les rangs de l’armée d’Hasdrubal à la veille de la bataille d’Horoscopa. Dès lors, l’équilibre politique et militaire de l’Afrique du Nord aurait pu être rétabli à l’avantage de Carthage, et il n’est pas exagéré de supposer qu’une puissance punique relevant la tête aurait pu être tentée de tourner son regard vers ses anciens territoires perdus de la péninsule ibérique. C’est la pression politique et militaire exercée par la nouvelle instabilité du système international méditerranéen, au tournant des années 150, qui contribua cependant à accélérer la décision des Patres et mena à l’intervention romaine en sol africain.

  • 135 Plb., 3, 4, 12.
  • 136 Brunt 1971, p. 427-428 ; Brizzi 2004, p. 141 sq. ; Le Bohec 2017, p. 179-184.
  • 137 Liv., Per., 48, 17 : Cum Hispaniense bellum parum prospere aliquotiens gestum ita confudisset ciui (...)
  • 138 Plb., 35, 1, 1-5.
  • 139 Plb., 35, 1, 4-6 : τοὺς μὲν γὰρ κινδύνους ὡς ἐπίπαν ἡ νὺξ διέλυε, τῶν ἀνδρῶν οὔτ᾽εἴκειν ταῖς ψυχαῖ (...)
  • 140 App., Pun., 72.
  • 141 Plb., 36, 10 ; D.S., 32, Fr.11. Sur la quatrième guerre de Macédoine, voir Burton 2017, p. 186-192
  • 142 Will 1982, p. 391.
  • 143 Sherwin-White 1980, p. 179. G. Brizzi (2004, p. 162) reprenait cette analyse presque dans les même (...)

30Au moment même où le Sénat devait jongler avec le problème posé par la renaissance de la puissance carthaginoise et la disparition prévisible de Massinissa, des désordres importants ébranlaient la stabilité du système méditerranéen et inauguraient cette nouvelle période « de troubles et de bouleversements135 » (ταραχή καὶ κίνησις) dont parlait Polybe. Dans la péninsule ibérique, la guerre contre les populations celtibères était au cœur des préoccupations des Patres depuis un certain temps et mobilisait d’importantes ressources militaires136, Tite-Live rapportant que la guerre « fut conduite parfois avec peu de succès » et qu’elle avait « à ce point jeté la confusion dans la cité romaine qu’on ne pouvait même pas trouver des hommes pour accepter le tribunat militaire ni pour vouloir partir comme légats137 ». Ce conflit allait préoccuper Rome jusqu’à la chute de Numance, en 133, Polybe soulignant le caractère particulier de cette « guerre de feu138 » (πύρινος πόλεμος), où l’ardeur aux combats des Celtibères mettait à rude épreuve la détermination des troupes romaines : « C’était généralement la tombée de la nuit qui, seule, mettait fin aux combats, car la résolution des hommes ne fléchissait pas et la fatigue ne pouvait venir à bout de leur résistance physique. […] Bref, si l’on peut parler d’une “guerre de feu”, c’est à celle-ci et à aucune autre que ce nom convient139 ». C’est d’ailleurs afin de solliciter l’appui de Massinissa à l’effort de guerre romain en Ibérie que Scipion Émilien fut dépêché en Afrique, en 151, avec pour mission d’en rapporter des éléphants de guerre140. Au même moment, à l’autre bout de la Méditerranée, un aventurier thrace du nom d’Andriscos prétendit être Philippe, le fils du roi Persée vaincu vingt ans plus tôt par Paul-Émile sur le champ de bataille de Pydna, et souleva les quatre États macédoniens nés au lendemain de l’abolition de la monarchie antigonide. Au scepticisme général succéda la surprise devant les succès remportés par l’usurpateur141. Les troupes macédoniennes vainquirent en 149 l’armée du préteur P. Iuventus Thalna en Thessalie, avant d’être à leur tour défaites l’année suivante par le consul Q. Caecilius Metellus, dépêché sur le théâtre des opérations. En Grèce, la Ligue achéenne posait également d’importants défis aux membres du Sénat, désireux d’abaisser sa puissance en détachant de son alliance certaines cités, au premier rang desquelles figuraient Sparte, Corinthe et Argos. Cette décision fut sans doute arrêtée dès 149-148, mais son annonce fut différée en 147, sans doute afin d’éviter un rapprochement entre la Ligue et Andriscos, alors que la situation n’était pas encore stabilisée en Macédoine142. Comme le soulignait N. Sherwin-White dans une critique des thèses de Harris, le Sénat, faisant face à plusieurs défis et disposant de ressources humaines malgré tout limitées, semble avoir développé une « névrose de la peur143 » (neurosis of fear), non pas tant de ses adversaires eux-mêmes que de la perspective de voir s’opérer en Méditerranée un rééquilibrage de la puissance militaire qui, à terme, aurait pu menacer sa position d’unipôle. Alors que les légions étaient déjà engagées sur plusieurs fronts, les Patres ont sans doute pris très au sérieux les avertissements à propos de la renaissance carthaginoise. Dans ce contexte d’insécurité croissante, ils résolurent de frapper vite et avec force.

  • 144 Contra Burton (2011, p. 313-314), qui à nos yeux rejette trop rapidement la validité du témoignage (...)

31Le témoignage malheureusement parcellaire de Polybe nous fournit un éclairage important pour comprendre les motivations des dirigeants romains. L’historien achéen reste en effet la source la plus crédible sur la vie politique de l’époque, tant par sa proximité avec le clan des Scipions que par le fait qu’il fut lui-même témoin des événements, ayant accompagné Scipion Émilien lors du siège de Carthage144. Esquissant les différents avis qui avaient alors cours dans l’opinion publique grecque à propos du conflit et de la dureté des exigences romaines posées en 149, Polybe rapporte l’analyse partagée par les partisans grecs de Rome, qui appuyaient les actions du Sénat par la nécessité d’affermir la suprématie romaine :

  • 145 Plb., 36, 9, 3-4 : ἔνιοι μὲν γὰρ συγκατῄνουν τοῖς Ῥωμαίοις, φάσκοντες αὐτοὺς φρονίμως καὶ πραγματι (...)

En décidant, pour assurer la domination de leur patrie, d’écarter cette menace qui pesait sur elle et d’abattre une cité qui leur avait si souvent disputé la suprématie et qui, si l’occasion s’en présentait, pouvait la leur disputer à nouveau, les Romains, disaient-ils [les partisans de Rome], avaient montré qu’ils voyaient clair et loin145.

  • 146 Baronowski 1995, p. 26. Cette position était également défendue par F.W. Walbank (1973, p. 14-17), (...)
  • 147 Plb., 31, 10, 7-8 : πολὺ γὰρ ἤδη τοῦτο τὸ γένος ἐστὶ τῶν διαβουλίων παρὰ Ῥωμαίοις, ἐν οἷς διὰ τῆς (...)
  • 148 Plut., Cat. Mai., 27, 4-5 : τῷ δὲ Κάτωνι τοῦτ᾽αὐτὸ δεινὸν ἐφαίνετο, βακχεύοντι τῷ δήμῳ καὶ σφαλλομ (...)
  • 149 App., Pun., 134, 633 : ἄρτι μὲν ἐλευθεροι φόβων γεγονότες, ἄρτι δ᾽ἄρχοντες ἑτέρων ἀσφαλῶς, ἄρτι δὲ (...)

32Pour D.W. Baronowski, le fait que Polybe place cette explication en tête des arguments qu’il rapporte témoigne de la centralité de cette thèse pour l’historien achéen : « Since he viewed the Roman empire as the product of an aggressive drive, he probably regarded defence of their supremacy as enlargement of the original aggression146 ». Or, Polybe insiste non pas sur la menace immédiate posée à la sécurité romaine par Carthage, mais bien sur la menace future que la cité punique pouvait faire peser sur son hégémonie méditerranéenne, faisant des Romains des hommes prévoyants qui « voient loin » (βλέποντες ἄνθρωποι). J.-L. Ferrary a déjà souligné la parenté de cette explication avec un autre passage polybien cette fois consacré à la politique égyptienne de Rome, où l’historien mégalopolitain affirmait que les Romains « tirent habilement parti des erreurs d’autrui pour étendre et renforcer leur propre domination », craignant notamment la puissance potentielle du royaume lagide et que, sous la conduite d’un chef capable, « celui-ci ne portât ses ambitions au-delà de ce qui convenait147 ». L’on retrouve des échos de cette explication chez Plutarque, qui résumait ainsi la position exprimée par Caton l’Ancien : « Les Romains devaient en finir une fois pour toutes avec les menaces extérieures touchant leur empire afin de pouvoir tout à loisir corriger leurs erreurs intérieures »148. C’est dans cet esprit qu’Appien dépeint la joie qui fut celle du peuple romain à la nouvelle de la victoire : « À présent, pensaient-ils, ils étaient délivrés de leurs hantises ; à présent, ils commandaient en toute sécurité aux autres peuples ; à présent, la possession de Rome leur était solidement assurée et ils avaient remporté une victoire sans précédent149 ».

 

33Le déclenchement de la troisième guerre punique et la mécanique qui s’était mise en mouvement dans les années 150, et qui a mené à la décision fatidique des Patres, illustrent à bien des niveaux l’importance de la pression du système international et du concept de dilemme de sécurité dans l’étude des rapports entre États anciens. Cela était d’autant plus vrai au sein du système anarchique méditerranéen où, malgré la prépondérance de la puissance romaine entre les années 188 et 146, les préoccupations sécuritaires n’en étaient pas moins au cœur de la politique extérieure des États hellénistiques. En effet, plutôt que d’instaurer les conditions d’une pacification durable du système hellénistique, l’unipolarité a au contraire accentué les préoccupations sécuritaires des États confrontés à la puissance romaine – qui étaient dès lors placés dans une situation d’extrême vulnérabilité en raison de l’impossibilité de « balancer » efficacement contre l’unipôle –, tout comme elle a aggravé la dynamique sécuritaire dans laquelle se trouvait le Sénat, préoccupé par le maintien de ce nouveau statu quo international.

  • 150 Szayna et al. 2001, p. 59. Cf. Fettweis 2018, p. 75 sq.

34En raison du caractère pré-diplomatique de la Méditerranée ancienne, les membres du sénat romain, tout comme les souverains hellénistiques ou les dirigeants des ligues et cités, devaient orienter leur politique à l’aide d’une boussole imprécise, en composant avec un portrait impressionniste – si ce n’est carrément déformant – de la réalité politique du moment. Les politologues contemporains ont bien démontré la difficulté pour les grandes puissances, dans un système international anarchique, d’évaluer correctement la menace posée par un État rival. Dans bien des cas, elles auront tendance à surévaluer les capacités réelles de leurs rivaux, provoquant une réaction qui apparaîtra dès lors disproportionnée au regard de la menace posée150. Le politologue américain R. Jervis soulignait ainsi :

  • 151 Jervis 1989, p. 114-115.

States are prone to exaggerate the reasonableness of their own positions and the hostile intent of others; indeed, the former process feeds the latter. Statesmen, wanting to think well of themselves and their decisions, often fail to appreciate other perspectives, and so greatly underestimate the extent to which their actions can be seen as threats151.

  • 152 Dubuisson 1989, p. 285.

35L’émergence de la faction démocrate carthaginoise et la réorientation de la politique extérieure de la cité punique en 151, l’imminence de la disparition de Massinissa qui fut pendant des décennies le pivot central de la politique romaine d’endiguement en Afrique, l’éclatement de troubles politiques en Macédoine et en Grèce, l’enlisement de la guerre dans la péninsule ibérique ; autant d’éléments qui furent à même d’alimenter la « peur névrotique » des Patres et qui expliquent le caractère brutal – et à bien des égards extrême – de la destruction de Carthage et de Corinthe en 146. Il est ainsi impossible de comprendre les causes véritables de la troisième guerre punique sans étudier les « conditions structurelles de la bellicosité » dont parlait R. Aron, pas plus qu’il est possible de supposer que les sénateurs romains n’aient pas, dans leurs délibérations, pris en compte la situation militaire en Espagne ou la situation politique qui prévalait alors dans le monde grec, qui demeurait le « centre de gravité » du système hellénistique152.

  • 153 Supra n. 51. P. Veyne parlait quant à lui d’une politique extérieure romaine qui visait l’atteinte (...)

36Les historiens qui, à l’instar de M. Holleaux ou de E. Badian, furent les tenants de la thèse dite « défensive » du développement de l’impérialisme romain, ont sans doute eu tort de sous-estimer la volonté de puissance réelle de Rome. Comme tout État soucieux d’assurer sa sécurité et sa survie dans un système international anarchique, Rome avait résolument cherché à devenir – non sans succès – la seule grande puissance du monde méditerranéen durant la première moitié du IIe siècle. Si la politique extérieure de Rome reposait certes, en bonne partie, sur des préoccupations de nature sécuritaire que l’étude de la structure internationale de l’époque nous permet de mettre en lumière, l’accroissement de sa force militaire et « l’exclusion » des autres grandes puissances, pour reprendre les mots de J.-L. Ferrary153, étaient les seuls moyens de répondre aux pressions systémiques auxquelles elle faisait face. Il s’agit là, selon la formule de J.J. Mearsheimer, de la « tragédie des grandes puissances ». Les menaces pesant sur l’ordre politique, que Rome avait tenté de maintenir en tant que puissance unipolaire depuis la défaite d’Antiochos le Grand, l’ont cependant menée à franchir un « seuil impérial » au-delà duquel la disparité entre sa propre puissance et celle des États grecs devenait littéralement insurmontable. L’impérialisation de la Méditerranée devenait, de ce fait, la réponse durable au dilemme de sécurité dans lequel Rome, tout comme ses rivaux, était engagée. Plus que la paix imposée à Apamée en 188 ou encore la victoire remportée à Pydna en 167, l’année 146 marque donc un tournant politique fondamental puisqu’elle consacre en quelque sorte la fin du système international hellénistique tel qu’il s’était peu à peu édifié depuis la fin du IVe siècle. Par l’annexion effective de l’Afrique du Nord et de la Macédoine, Rome se dépouillait de son statut de puissance unipolaire pour devenir, à proprement parler, un empire : la Méditerranée devait devenir romaine.

Haut de page

Bibliographie

Alexandropoulos 2008 = J. Alexandropoulos, Les monnaies de l’Afrique antique, 400 av. J.-C. – 40 ap. J.-C., Toulouse, 2008 (1re éd. 2000).

Aron 1967 = R. Aron, Qu’est-ce qu’une théorie des relations internationales ?, dans Revue française de science politique, 5, 1967, p. 837-861.

Aron 1984 = R. Aron, Paix et guerre entre les nations, Paris, 1984 (1re éd. 1962).

Astin 1956 = A.E. Astin, Scipio Aemilianus and Cato Censorius, dans Latomus, 15, 1956, p. 159-190.

Astin 1967 = A.E. Astin, Scipio Aemilianus, Oxford, 1967.

Astin 1968 = A.E. Astin, Politics and policies in the Roman Republic, Belfast, 1968.

Astin 1978 = A.E. Astin, Cato the censor, Oxford, 1978.

Austin 1986 = M.M. Austin, Hellenistic kings, war, and the economy, dans CQ, 36, 1986, p. 450-466.

Badian 1958 = E. Badian, Foreign clientelae (264-70 B.C.), Oxford, 1958.

Badian 1968 = E. Badian, Roman Imperialism in the late republic, Ithaca-New York, 1968.

Baronowski 1995 = D.W. Baronowski, Polybius on the causes of the third Punic war, dans CPh, 90, 1995, p. 16-31.

Baronowski 2011 = D.W. Baronowski, Polybius and Roman imperialism, Londres, 2011.

Brisson 1973 = J.-P. Brisson, Carthage ou Rome ?, Paris, 1973.

Brisson 2018 = P.-L. Brisson, Antiochos IV et les festivités de Daphnè : aspects de la politique séleucide sous l’unipolarité romaine, dans REG, 131-2, 2018, p. 415-449.

Brizzi 2004 = G. Brizzi, Le guerrier de l’Antiquité classique, Monaco, 2004.

Brunt 1971 = P.A. Brunt, Italian Manpower, 225 B.C.-A.D. 14, Oxford, 1971.

Burton 2011 = P.J. Burton, Friendship and empire: Roman diplomacy and imperialism in the middle republic (335-146 B.C.), Cambridge, 2011.

Burton 2017 = P.J. Burton, Rome and the third Macedonian war, Cambridge, 2017.

Camps 1960 = G. Camps, Massinissa ou les débuts de l’histoire, dans Libyca, 8, 1960.

Chaniotis 2005 = A. Chaniotis, War in the hellenistic world: a social and cultural history, Oxford, 2005.

Coarelli – Thébert 1988 = F. Coarelli, Y. Thébert, Architecture funéraire et pouvoir : réflexions sur l’hellénisme numide, dans MEFRA, 100-2, 1988, p. 761-818.

Couvenhes 2016 = J.-Ch. Couvenhes, Introduction : La symmachia comme pratique du droit international dans le monde grec, dans J.-Ch. Couvenhes (dir.), La symmachia comme pratique du droit international dans le monde grec, d’Homère à l’époque hellénistique, dans DHA, Supplément, 16, 2016, p. 13-49.

Donnelly 2006 = J. Donnelly, Sovereign inequalities and hierarchy in anarchy: American power and international society, dans European Journal of International Relations, 12-2, 2006, p. 139-170.

Dubuisson 1989 = M. Dubuisson, Delenda est Carthago : remise en question d’un stéréotype, dans Studia Phoenicia, 10, 1989, p. 279-287.

Durrbach 1921 = F. Durrbach, Choix d’inscriptions de Délos, Paris, 1921.

Eckstein 1987 = A. M. Eckstein, Senate and general: individual decision making and Roman foreign relations, 264-194 B.C., Berkeley, 1987.

Eckstein 1995 = A.M. Eckstein, Moral vision in the Histories of Polybius, Berkeley, 1995.

Eckstein 2006a = A.M. Eckstein, Mediterranean anarchy, interstate war and the rise of Rome, Berkeley, 2006.

Eckstein 2006b = A.M. Eckstein, Conceptualizing Roman imperial expansion under the republic: an introduction, dans N. Rosenstein, R. Morstein-Marx (dir.), A companion to the Roman republic, Malden, 2006, p. 567-589.

Eckstein 2008 = A.M. Eckstein, Rome enters the Greek east: from anarchy to hierarchy in the hellenistic Mediterranean, 230-170 BC, Malden-Oxford, 2008.

Eckstein 2009 = A.M. Eckstein, What is an empire? Rome and the Greeks after 188 B.C., dans South Central Review, 26, 2009, p. 20-37.

Errington 1971 = R.M. Errington, The dawn of empire: Rome’s rise to world power, Londres, 1971.

Erskine 2008 = A. Erskine, Review: Mediterranean anarchy, interstate war, and the rise of Rome by A. M. Eckstein, dans JRS, 98, 2008, p. 187-188.

Ferrary 1988 = J.-L. Ferrary, Philhellénisme et impérialisme. Aspects idéologiques de la conquête romaine du monde hellénistique, Rome, 1988.

Ferrary 2005 = J.-L. Ferrary, Le monde hellénistique, Rome et la notion d’équilibre international, dans C. Bearzot, Fr. Landucci, G. Zecchini (dir.), L’equilibrio internazionale dagli antichi ai moderni, Milan, 2005, p. 45-57.

Ferrary 2017 = J.-L. Ferrary, Le passage de la Madécoine et des régions adjacentes sous la domination romaine (168-88 av. J.-C.), dans J.-L. Ferrary, Rome et le monde grec, Paris, 2017, p. 119-130.

Fettweis 2018 = Ch.J. Fettweis, Psychology of a superpower: security and dominance in U.S. foreign policy, New York, 2018.

Glaser 1997 = Ch.L. Glaser, The security dilemma revisited, dans World Politics, 50, 1997, p. 171-201.

Grainger 2017 = J.D. Grainger, Great power diplomacy in the hellenistic world, Londres-New York, 2017.

Gruen 1984 = E.S. Gruen, The hellenistic world and the coming of Rome, Berkeley-Los Angeles, 1984.

Gsell 1928 = S. Gsell, Histoire ancienne de l’Afrique du Nord, Paris, 1928.

Harris 1979 = W.V. Harris, War and imperialism in republican Rome 327-70 B.C., Oxford, 1979.

Harris 1989 = W.V. Harris, Roman expansion in the west, dans A.E. Astin et. al. (dir.), The Cambridge ancient history. Volume VIII: Rome and the Mediterranean to 133 B.C., Cambridge, 1989, p. 107-162.

Harris 2016 = W.V. Harris, Roman power: a thousand years of empire, Cambridge, 2016.

Herz 1950 = J.H. Herz, Idealist internationalism and the security dilemma, dans World Politics, 1950, p. 157-180.

Hopkins 1978 = K. Hopkins, Conquerors and slaves: sociological studies in Roman history, vol. 1, Cambridge, 1978.

Hoyos 2015a = D. Hoyos, Mastering the west: Rome and Carthage at war, Oxford, 2015.

Hoyos 2015b = D. Hoyos, Carthage After 201 B.C.: African Prosperity and Roman Protection, dans Desperta Ferro: Revista de Historia militar y política, 31, 2015.

Hurst 1994 = H. Hurst, Excavation at Carthage, the British mission, vol. II, to. 1: The Circular Harbour, North Side, Oxford, 1994.

Jervis 1978 = R. Jervis, Cooperation under the security dilemma, dans World Politics, 30, 1978, p. 167-214.

Jervis 1989 = R. Jervis, War and misperception, dans R. I. Rotberg et Th. K. Rabb (dir.), The origin and prevention of major wars, Cambridge, 1989, p. 101-126.

Kahrstedt 1913 = U. Kahrstedt, Geschichte der Karthager v. III: Von 218-146, Berlin, 1879-1913.

Kunze 2011 = C. Kunze, Carthage and Numidia, 201-149 BC, dans D. Hoyos (dir.), A Companion to the Punic Wars, Malden (MA), 2011, p. 396-412.

Lancel 1985 = S. Lancel, La renaissance de la Carthage punique. Réflexions sur quelques enseignements de la campagne internationale patronnée par l’Unesco, dans CRAI, 4, 1985, p. 727-751.

Lancel 1989 = S. Lancel, L’enceinte périurbaine de Carthage lors de la Troisième guerre punique : réalités et hypothèses, dans E. Lipinski, H. Devijver (dir.), Punic wars, Louvain, 1989, p. 251-278.

Lancel 1992 = S. Lancel, Carthage, Paris, 1992.

Le Bohec 2003 = Y. Le Bohec, Le siège de Carthage (148-146 avant J.-C.), dans Les Cahiers de la Paix, 9, 2003, p. 35-53.

Le Bohec 2011 = Y. Le Bohec, The ‘third punic war’: the siege of Carthage (149-146 B.C.), dans Dexter Hoyos (dir.), A companion to the Punic wars, Malden (MA), 2011, p. 430-445.

Le Bohec 2014 = Y. Le Bohec, Histoire militaire des guerres puniques, 264 – 146 av. J.-C., Paris, 2014 (1re éd. 1996). 

Le Bohec 2017 = Y. Le Bohec, Histoire des guerres romaines : milieu du VIIIe siècle avant J.-C. – 410 après J.-C., Paris, 2017.

Lévêque 1968 = P. Lévêque, La guerre à l’époque hellénistique, dans J.-P. Vernant (dir.), Problèmes de la guerre en Grèce ancienne, Paris-La Haye, 1968, p. 261-287.

Limonier 1999 = F. Limonier, Rome et la destruction de Carthage : un crime gratuit ?, dans REA, 101, 1999, p. 405-411.

MacDonald 2012 = E. MacDonald, Hannibal: a Hellenistic life, New Haven, 2015.

Macleod 2010 = A. Macleod, Le réalisme classique, dans A. Macleod, D. O’Meara (dir.), Théories des relations internationales : contestations et résistances, Montréal, 2010, p. 63-85.

Maróti 1983 = E. Maróti, On the causes of Carthage’s destruction, dans Oikumene, 4, 1983, p. 223-231.

Mearsheimer 2014 = J.J. Mearsheimer, The tragedy of great power politics, New York, 2014 [1re éd. 2001].

Meijer 1984 = F.J. Meijer, Cato’s African figs, dans Mnemos., 37, 1984, p. 117-124.

Melliti 2016 = K. Melliti, Carthage : Histoire d’une métropole méditerranéenne, Paris, 2016.

Mommsen 1985 [1854-1856] = Th. Mommsen, Histoire romaine, livres I à IV : Des commencements de Rome jusqu’aux guerres civiles, trad. de C. A. Alexandre, Paris, 1985.

Monteiro 2012 = N.P. Monteiro, Unrest assured: why unipolarity is not peaceful, dans International Security, 36, 3, 2012, p. 9-40.

Monteiro 2014 = N.P. Monteiro, Theory of unipolar politics, Cambridge, 2014.

Mørkholm 1966 = O. Mørkholm, Antiochus IV of Syria, Copenhague, 1966.

Ober 2001 = J. Ober, Thucydides theoretikos/Thucydides historikos: realist theory and the challenge of history, dans D.R. McCann, B.S. Strauss (dir.), War and democrat: a comparative study of the Korean war and the Peloponnesian war, Armonk, 2001, p. 273-306.

Pashakhanlou 2017 = A.H. Pashakhanlou, Realism and fear in international relations. Morgenthau, Waltz and Mearsheimer reconsidered, Basingstoke, 2017.

Picard 1970 = G.-Ch. et C. Picard, Vie et mort de Carthage, Paris, 1970.

Préaux 1978 = C. Préaux, Le monde hellénistique : la Grèce et l’Orient, 323-146 av. J.-C., Paris, 1978.

Quillin 2004 = J.M. Quillin, Information and empire: domestic fear propaganda in republican Rome, 200-149 BCE, dans Journal of Institutional and Theoretical Economics, 160, 2004, p. 765-785.

Rosenstein 2012 = N. Rosenstein, Rome and the Mediterranean 290 to 146 B.C.: the Imperial Republic, Édimbourg, 2012.

Rostovtzeff 1988 [1957] = M.I. Rostovtzeff, Histoire économique et sociale de l’Empire romain, trad. d’Odile Demange, Paris, 1988 (2e éd. 1957).

Scardigli 1991 = B. Scardigli, I trattati romano-cartaginesi, Pise, 1991.

Scheidel 2008 = W. Scheidel, Review: Mediterranean anarchy, interstate war, and the rise of Rome by Arthur M. Eckstein, dans Journal of Interdisciplinary History, 39, 2008, p. 100-102.

Scullard 1951 = H.H. Scullard, Roman politics: 220-150 B.C., Oxford, 1951.

Scullard 1969 = H.H. Scullard, A history of the Roman world, 753 to 146 BC, Londres, 1969 (3e éd.).

Sheldon 2009 = R.M. Sheldon, Renseignement et espionnage dans la Rome antique, trad. de A. Hasnaoui, Paris, 2009.

Sherwin-White 1980 = A.N. Sherwin-White, Rome the aggressor?, dans JRS, 70, 1980, p. 177-181.

Sherwin-White 1984 = A.N. Sherwin-White, Roman foreign policy in the east: 168 B.C. to A.D. 1, Londres, 1984.

Szayna et al. 2001= T.S. Szayna et al., The emergence of peer competitors: a framework for analysis, Rand Corporation, 2001.

Tahar 2004 = M.A. Tahar, L’hellénisme dans le royaume numide au IIe siècle av. J.-C., dans Antiquités africaines, 40-41, 2004, p. 29-41.

Tracy – Habicht 1991 = S.V. Tracy, Ch. Habicht, New and old panathenaic victor lists, dans Hesperia, 2, 1991, p. 187-236.

Tröster 2009 = M. Tröster, Review: Mediterranean anarchy, interstate war, and the rise of Rome by Arthur M. Eckstein, dans Gnomon, 81, 2009, p. 42-45.

Veyne 1975 = P. Veyne, Y a-t-il eu un impérialisme romain ?, dans MEFRA, 87, 1975, p. 793-855.

Walbank 1973 = F.W. Walbank, Polybius between Greece and Rome, dans E. Gabba (dir.), Polybe, Genève, 1973 (Entretiens sur l’Antiquité classique, 20), p. 3-38.

Walsh 1965 = P.G. Walsh, Massinissa, dans JRS, 55, 1965, p. 149-160.

Waltz 1959 = K. Waltz, Man, the state and war: a theoretical analysis, New York, 1959 (1re éd. 1954).

Waltz 1988 = K. Waltz, The origins of war in neorealist theory, dans The Journal of Interdisciplinary History, 18, 4, 1988, p. 615-628.

Waltz 1997 = K. Waltz, Evaluating theories, dans The American Political Science Review, 91, 1997, p. 913-917.

Waltz 2000 = K. Waltz, Structural realism after the Cold War, dans International Security, 25-1, 2000, p. 5-41.

Warmington 1969 = B.H. Warmington, Carthage, Londres, 1969 [1re éd. 1960].

Will 1982 = E. Will, Histoire politique du monde hellénistique tome II : Des avènements d’Antiochos III et de Philippe V à la fin des Lagides, Nancy, 1982.

Wohlforth 1999 = W.C. Wohlforth, The stability of a unipolar world, dans International Security, 24, 1999, p. 5-41.

Wohlforth 2008 = W.C. Wohlforth, Realism, dans Ch. Reus-Smit, D. Snidal (dir.), Oxford Handbook of International Relations, Oxford, 2008, p. 131-149.

Ziolkowski 2000 = A. Ziolkowski, Storia di Roma, Milan, 2000.

Haut de page

Notes

1 D.S., 32, Fr.2 : Ὅτι οἱ τὰς ἡγεμονίας περιποιήσασθαι βουλόμενοι κτῶνται μὲν αὐτὰς ἀνδρείᾳ καὶ συνέσει, πρὸς αὔξησιν δὲ μεγάλην ἄγουσιν ἐπιεικείᾳ καὶ φιλανθρωπίᾳ, ἀσφαλίζονται δὲ φόβῳ καὶ καταπλήξει. Trad. de P. Goukowsky, CUF, 2012.

2 Sauf mention contraire, toutes les dates de cette étude s’entendent avant notre ère.

3 Plb., 36, 2, 1 ; 36, 9, 10 ; App., Pun., 69, 314.

4 Plut., Cat. Mai., 26, 2-4.

5 Harris 1979.

6 Plb., 36, 9, 3 ; Plut., Cat. Mai., 26.

7 Les travaux récents de A.M. Eckstein (2006a, 2008, 2009) représentent selon nous la contribution la plus originale à l’étude des relations interétatiques en Méditerranée ancienne et permettent d’aborder sous un nouvel angle la question fondamentale du développement de l’impérialisme romain aux IIIe et IIe siècles a.C. L’approche systémique d’Eckstein, basée sur les théories de l’école néoréaliste, a l’avantage d’offrir une explication à bien des égards plus complexe – et par le fait même plus satisfaisante – des causes de l’impérialisme, en restituant notamment l’agentivité des différents États du monde hellénistique, compris comme un système anarchique. Si W.V. Harris, qui a posé en 1979 les bases de la thèse « offensive » de l’impérialisme romain, a rejeté la contribution d’Eckstein sans toutefois y apporter une réponse satisfaisante (Harris 2016, p. 42), nous sommes d’avis, tout comme A. Erskine (2008), W. Scheidel (2008) et M. Tröster (2009), qu’il s’agit d’une avenue novatrice qui permet de poser un regard neuf sur un phénomène depuis longtemps étudié. Une seconde contribution importante est venue des travaux de P. J. Burton (2011), appliquant cette fois-ci l’approche dite constructiviste qui, reléguant l’étude de la structure internationale au second plan, s’intéresse aux normes et comportements qui régissaient les rapports entre les États du monde ancien. Si notre étude se veut une réaffirmation du paradigme structuraliste, certains ponts peuvent être jetés entre les deux approches, comme l’ont par ailleurs reconnu Eckstein (2006a, p. 186-187) et Burton (2011, p. 20).

8 Waltz 2000, p. 24.

9 Monteiro 2014.

10 Aron 1967, p. 853.

11 Ibid., p. 847.

12 Plb., 3, 4, 12.

13 Nous référerons le lecteur à la définition d’un système international fournie par R. Aron (1984, p. 104) : « Ensemble constitué par des unités politiques qui entretiennent les unes avec les autres des relations régulières et qui sont toutes susceptibles d’être impliquées dans une guerre générale. Sont membres à part entière d’un système international les unités dont tiennent compte, dans leur calcul des forces, les responsables des principaux États. » Voir également Macleod 2010, p. 85.

14 Sur le concept d’anarchie, voir Waltz 1959, p. 159 sq.

15 Aron 1967, p. 845.

16 L’on retrouve récemment cette fausse opposition entre les pratiques diplomatiques des États anciens et la nature anarchique du système international méditerranéen chez Couvenhes (2016, p. 16-17) et Grainger (2017, p. 6).

17 Wohlforth 2008, p. 134-135.

18 Herz 1950 ; R. Jervis (1978, p. 169) définit ainsi la dynamique du dilemme de sécurité : « Many of the means by which a state tries to increase its security decrease the security of others. » Sur le dilemme de sécurité et le principe d’incertitude régnant au sein du système anarchique, voir également Glaser 1997.

19 Sur les concepts de « survie » et de « sécurité », voir Monteiro 2014, p. 32 : « Survival refers to the continuation of the political regime in its core territory as an autonomous actor in the international system conditioned only by its relative power. Security is a broader concept that necessarily includes survival but goes beyond it, requiring the capability to deter or defeat any threats to the state, including those that do not affect state survival. »

20 Aron 1984, p. 652.

21 Waltz 1988, p. 619.

22 Pour un survol récent de la place de la peur dans la pensée réaliste, voir Pashakhanlou 2017.

23 Nous ne pouvons ici que référer le lecteur à la discussion exhaustive sur la nature anarchique du système hellénistique, contenue dans : Eckstein 2006a, p. 79-117 ; Eckstein 2008, p. 3-28. Même si W.V. Harris a rejeté la thèse d’Eckstein, il n’en reconnaissait pas moins de façon explicite, dans son étude de 1979, le caractère anarchique du système méditerranéen hellénistique lorsqu’il écrivait qu’aucun « juge » (iudex) ne pouvait ordonner les rapports entre États : « In international disputes there was no iudex to resort to —only the divine iudices who decided who was to be victorious in war. » (Harris 1979, p. 170).

24 Astin 1968, p. 14. Sur l’absence d’appareil diplomatique à Rome, voir Gruen 1984, p. 203 ; 231 sq. ; Sheldon 2009, p. 115 sq.

25 Eckstein 2006a, p. 59.

26 Plb., 5, 11, 3 : τὸ μὲν γὰρ παραιρεῖσθαι τῶν πολεμίων καὶ καταφθείρειν φρούρια, λιμένας, πόλεις, ἄνδρας, ναῦς, καρπούς, τἄλλα τὰ τούτοις παραπλήσια, δι᾽ ὧν τοὺς μὲν ὑπεναντίους ἀσθενεστέρους ἄν τις ποιήσαι, τὰ δὲ σφέτερα πράγματα καὶ τὰς ἐπιβολὰς δυναμικωτέρας, ταῦτα μὲν ἀναγκάζουσιν οἱ τοῦ πολέμου νόμοι καὶ τὰ τούτου δίκαια δρᾶν. Trad. de P. Pédech, CUF, 1977. Cf. Plb., 23, 15, 1.

27 Monteiro 2014, p. 40.

28 Pour une analyse des fondements de la puissance (δύναμις) d’un État antique chez Thucydide, à partir de l’exemple de Sparte et d’Athènes, lire Ober 2001, p. 275-277.

29 Monteiro 2014, p. 44.

30 Aron 1984, p. 79.

31 Monteiro 2014, p. 41.

32 Sur la compatibilité entre les concepts d’anarchie et de hiérarchie, voir l’étude fondamentale de Donnelly (2006, p. 141) : « Rather than thinking of anarchy or hierarchy we should attend instead to hierarchy in anarchy. Anarchy —literally, without a leader (archos) or rule (arche)— is conventionally understood as the absence of government. […] Neither super-ordination nor differentiation, however, has any logical relationship to (an)archy; that is, to government or its absence. The opposite of anarchy is not hierarchy but “archy”, government, rule, political authority; “empire” in its non-imperial sense. Hierarchy (super-ordination and differentiation) in anarchy is not only theoretically possible but is, as we will see, historically common ».

33 Eckstein 2009.

34 Sur l’instabilité des systèmes multipolaires, voir Mearsheimer 2014, p. 338 sq.

35 Lévêque 1968, p. 279. Sur une période de plus de 170 ans courant de la mort d’Alexandre en 323, jusqu’à 150, P. Lévêque circonscrit seulement quatorze années (299-297 ; 249-248 ; 205-204 ; 159-149) exemptes de combats. Voir également Chaniotis 2005, p. 5-12.

36 Préaux 1978, p. 183 ; Austin 1986, p. 457 sq ; Chaniotis 2005, p. 57 sq.

37 Plb., 28, 1, 4 : ἰσχυροτάτην καὶ καλλίστην εἶναι κτῆσιν.

38 On estime qu’un sommet de 29 % de la population citoyenne mâle fut mobilisée dans la légion durant la décennie de la deuxième guerre punique. Cette proportion se maintint à un haut niveau dans la décennie suivante (26 %), pour passer sous la barre des 20 % au début des années 180. Voir Hopkins 1978, p. 33.

39 Liv., 30, 44.

40 Plb., 15, 18, 4 ; Liv., 30, 37.

41 Sur le traité de 201 et ses clauses, voir Scardigli 1991, p. 308 sq.

42 Will 1982, p. 161-162.

43 Le Bohec 2017, p. 188-191.

44 Plb., 21, 42, 12-14 ; Liv., 37, 45, 13-19 ; 38, 38, 2-18 ; D.S., 29, 10 ; App., Syr., 38. Sur les conditions de paix du traité d’Apamée et ses conséquences pour le royaume séleucide, voir Mørkholm 1966, p. 22-30 ; Will 1982, p. 221-224. Sur les aspects légaux du traité, voir Sherwin-White 1984, p. 22-27.

45 Liv., 37, 45, 8.

46 Harris 2016, p. 42 ; Eckstein 2009, p. 20.

47 Pour une discussion exhaustive des causes entourant le déclenchement de la troisième guerre de Macédoine, voir Burton 2017, p. 78 sq. Voir également Ferrary 2017, p. 120.

48 Burton 2017, p. 173-192 ; Ferrary 2017.

49 Plb., 3, 4, 3 : πρὸς δὲ τούτοις ὁμολογούμενον ἐδόκει τοῦτ᾽εἶναι καὶ κατηναγκασμένον ἅπασιν ὅτι λοιπόν ἐστι Ῥωμαίων ἀκούειν καὶ τούτοις πειθαρχεῖν ὑπὲρ τῶν παραγγελλομένων. Trad. de D. Roussel, 1970.

50 Plb., 36, 9, 7.

51 Ferrary 2005, p. 56 : « Si, pour reprendre la formule polybienne, “il ne se trouvait désormais plus personne pour contester qu’il fallût à l’avenir obéir aux Romains et s’incliner devant leurs injonctions”, ce n’était pas que le rapport des forces eût véritablement changé en 168, c’est que le monde hellénistique avait enfin pleinement pris conscience de la modification intervenue dans la première décennie du IIe siècle. »

52 Ibid., p. 53 ; nos italiques.

53 Il s’agissait notamment de l’opinion classique de K. Waltz (1997, p. 915) : « Is unbalanced power less of a danger in international than in national politics? Some countries will not want to bet that it is. As nature abhors a vacuum, so international politics abhors unbalanced power. Faced by unbalanced power, states try to increase their own strength or they ally with others to bring the international distribution of power into balance. » Pour un survol de la littérature scientifique sur cette question, voir également Wohltforth 1999, p. 5-6. Sur le principe de balancing, voir Aron 1984, p. 135-137.

54 Plb., 1, 83, 4 : οὐδέποτε γὰρ χρὴ τὰ τοιαῦτα παρορᾶν οὐδὲ τηλικαύτην οὐδενὶ συγκατασκευάζειν δυναστείαν, πρὸς ἣν οὐδὲ περὶ τῶν ὁμολογουμένων ἐξέσται δικαίων ἀμφισβητεῖν. Trad. de P. Pédech, CUF, 1969.

55 Aron 1984, p. 135.

56 Wohlforth 1999.

57 Liv., 31, 2, 2-4. Voir Eckstein 2008, p. 233-246.

58 Monteiro 2014, p. 154. Cette dynamique, exposée par Monteiro, répond en partie aux interrogations précédemment émises par Eckstein (2008, p. 361-365 ; 2009, p. 26), dans lequel il mettait en lumière le caractère historiquement singulier de la longévité de l’unipolarité romaine, en soulignant l’absence de dynamique de balancing des États grecs contre sa domination.

59 Monteiro 2014, p. 161.

60 Liv., 44, 19. Voir Will 1982, p. 322 : « Antiochos IV apprenait à ses dépens la nouvelle conception romaine de l’unité méditerranéenne, comme son père avait appris aux siens la conception romaine de l’unité égéenne ». Cf. Brisson 2018.

61 Monteiro 2012, p. 15-20.

62 Monteiro 2014, p. 155.

63 Ibid., p. 163.

64 Ibid., p. 166-167.

65 Melliti 2016, p. 452.

66 Liv., 45, 13, 15 : Masinissam meminisse <se> regnum a populo Romano partum auctumque et multiplicatum habere ; usu regni contentum scire dominium et ius eorum, qui dederint, esse. Trad. de P. Jal, CUF, 2003. Sur la période de conflits internes en Numidie entre les Massaesyles et Massyles (dirigés par le roi Gaïa, père de Massinissa) et la difficile conquête du trône par Massinissa, appuyé par Scipion l’Africain, contre Syphax et son fils Vermina, voir Eckstein 1987, p. 234-245.

67 App., Pun., 61, 268 : ἀλλ᾽ εἰ καὶ φίλος ἐστίν, οὐ χρὴ στερροποιεῖν οὐδ᾽ ἐκεῖνον ἀμέτρως, ἡγεῖσθαι δὲ τὴν ἔριν αὐτῶν τὴν ἐς ἀλλήλους τῷ Ῥωμαίων κοινῷ συμφέρειν. Trad. de P. Goukowsky, CUF, 2001. Nos italiques.

68 App., Pun., 106, 500 ; D.S., 32, Fr.14.

69 Plb., 36, 16, 1.

70 App., Pun., 106, 499.

71 Voir Walsh 1965 et plus particulièrement Tahar 2004. L’un des fils de Massinissa, Mastanabal, qui régna à sa suite, savait lire et écrire le grec s’il faut en croire le témoignage de Tite-Live (Graecis litteris eruditus ; Per., 50), et l’un de ses attelages remporta une course lors des Jeux panathénaïques de 158, comme l’attestent les sources épigraphiques (IG, II2, 2316, 1 ; Tracy – Habicht 1991). Des liens entre Massinissa et le royaume de Bithynie sont également attestés, comme en fait foi une inscription honorifique retrouvée à Délos, postérieure à 149 (Durrbach 1921, no 93, p. 158-159), et commanditée par Nicomède II Épiphane, peu après la mort du souverain numide, sans doute afin de souligner l’aide accordée par Massinissa dans sa révolte contre son père, Prusias II de Bithynie. Sur les rapports généraux entre la Numidie et le monde grec, voir Camps 1960, p. 196 sq. ; Coarelli – Thébert, 1988, p. 812 sq.

72 Kunze 2011, p. 400-401.

73 App., Pun., 106, 499. Sur le monnayage de Massinissa et de ses successeurs, et la circulation des pièces numides en Afrique du Nord, voir Alexandropoulos 2008, p. 149 sq.

74 Voir Melliti 2016, p. 425-432 à propos de la réputation d’Hannibal dans le monde grec, au moment de sa fuite en exil à la cour d’Antiochos III en 195 : « On peut se faire une idée sinon de la perception positive du combat hannibalien dans le monde grec, du moins de l’image de Rome dans certains cercles politiques grecs, celle du véritable ennemi de la cause grecque. Au vu de ces éléments, il n’est donc pas osé d’envisager que le prestige militaire d’Hannibal ait fait de cet enfant de l’hellénisme un espoir de la cause grecque face à la menace romaine, du moins dans l’imaginaire collectif. La stature du personnage, sa dimension hellénistique pouvaient permettre au vainqueur de Cannes d’être considéré comme l’idéal du leader hellénistique, chose que même Polybe ne semble pas lui refuser. » (p. 430). Voir également MacDonald 2015.

75 Liv., 34, 62.

76 App., Pun., 67, 302.

77 Walsh 1965, p. 158.

78 Liv., 41, 22 ; Hoyos 2015a, p. 244-245.

79 Liv., 42, 23, 2-5 : […] id illi, cui nihil pensi sit, facile esse. Carthaginienses foedere inligatos silere ; prohiberi enim extra fines efferre arma ; quamquam sciant in suis finibus, si inde Numidas pellant, se gesturos bellum, illo haud ambiguo capite foederis deterreri, quo diserte uetentur cum sociis populi Romani bellum gerere. Sed iam ultra superbiam crudelitatemque et auaritiam eius pati non posse Carthaginienses. Trad. de P. Jal, CUF, 1971.

80 Plb., 31, 21.

81 Hoyos 2015a, p. 246 sq.

82 App., Pun., 69, 311.

83 App., Pun., 69, 312-314 ; trad. de P. Goukowsky, CUF, 2002.

84 App., Pun., 67, 303 : ἐν οἷς μάλιστα ἡ Καρχηδὼν εἰρηνεύουσα ὁμαλῶς ἐς μέγα δυνάμεως καὶ εὐανδρίας ἦλθεν ἔκ τε πεδίων εὐκαρπίας καὶ θαλάσσης εὐκαιρίας. Trad. de P. Goukowsky, CUF, 2002.

85 Lancel 1985, p. 743 sq.

86 Melliti 2016, p. 421.

87 Ibid., p. 436-440.

88 Hurst 1994, p. 39 et 45 ; Le Bohec 2003, p. 42.

89 App., Pun., 96, 453.

90 Lancel 1992, p. 441. Sur le système défensif de Carthage : App., Pun., 95, 447-451 ; Le Bohec 2003, p. 42.

91 Liv., 36, 4, 7. La renaissance de la cité semble également attestée par la reprise des émissions monétaires carthaginoises en argent. Sur le témoignage des sources numismatiques dans les décennies suivant la défaite de Zama, voir Alexandropoulos 2008, p. 119-130.

92 Hoyos 2015a, p. 241.

93 Voir également Brisson 1973, p. 342-343. Sur le caractère éminemment politique des réparations de guerre imposées par la République romaine et leur rôle symbolique, voir Gruen 1984, p. 292-294.

94 Hoyos 2015a, p. 250.

95 App., Pun., 70, 316-317.

96 App., Pun., 72. Sur les liens d’amitié qui unissaient Scipion Émilien et Massinissa, voir Astin 1956, p. 178. C’est d’ailleurs Scipion Émilien qui se verra confier, par le vieux souverain, le règlement de sa succession à sa mort, survenue en 148 (App., Pun., 105, 498 ; 106, 501-502).

97 Les sources s’accordent pour voir dans cette guerre une rupture du traité de paix de 201 : Liv., Per., 48, 26 : Carthaginienses cum aduersus foedus bellum Masinissae intulissent […] ; App., Pun., 74, 339 ; D.S., 32.5. Chez Appien, le consul L. Marcius Censorinus accuse les Carthaginois d’avoir violé leur parole (Pun., 88, 416). Polybe (36, 9, 16) rapporte quant à lui que les partisans du camp romain accusaient les Carthaginois d’avoir violé serment et traité : « Or, à l’heure présente, les Romains ne faisaient rien de tout cela. Ils n’offensaient ni les dieux, ni leurs parents, ni les morts ; ils ne violaient aucun serment ni aucun traité et c’était au contraire aux Carthaginois qu’ils reprochaient une telle infraction. » Voir également Errington 1971, p. 265 ; Baronowski 1995, p. 21-22.

98 Voir Scullard 1951, p. 245 : « Carthage was desperate and her effort at self-preservation cannot fairly be construed as a mortal blow aimed at Rome. War guilt cannot be shifted on to her shoulders: she precipitated war, but Rome willed it. »

99 Hoyos 2015a, p. 252.

100 App., Pun., 80, 376. Trad. de P. Goukowsky, CUF, 2002.

101 Liv., Per., 49, 9.

102 App., Pun., 81, 378 ; D.S., 32, Fr. 6. Polybe (38, 1, 5) semble reconnaître une certaine légitimité morale à la position des Carthaginois devant les exigences posées par Rome, comparée à l’attitude des Achéens à la même époque : « Les premiers [les Carthaginois] ont au moins, en dernier recours, laissé à la postérité quelques arguments permettant de les défendre, tandis que les Grecs n’ont même pas donné à ceux qui voudraient faire excuser leurs erreurs la possibilité de présenter pour eux un plaidoyer convaincant ». Voir Baronowski 2011, p. 10. Si les demandes de Rome quant à la relocalisation de Carthage étaient jugées moralement et politiquement inacceptables tant par les Carthaginois que par Polybe, qui relate les événements, l’historien grec juge néanmoins sévèrement la décision de Carthage de se soumettre complètement à Rome (deditio) comme un geste politiquement non-avisé. A.M. Eckstein souligne (1995, p. 218) ainsi le jugement de l’historien grec : « These policies and politicians were critized not for being anti-Roman but for having been criminally unintelligent ». Eckstein met également en lumière (1995, p. 229) le regard sévère posé par Polybe sur la politique hégémonique alors menée en Méditerranée par le Sénat : « To Polybius, the Senate in the post-Pydna period was consistently guilty of violating the canons of just behavior (τὸ δίκαιον) merely for the sake of political expediency ».

103 App., Pun., 93, 441.

104 Monteiro 2014, p. 169.

105 Pour un survol général, voir Maróti 1983 ; Le Bohec 2014, p. 276-283 ; Le Bohec 2017, p. 199-205.

106 Rejetant les diverses théories exposées dans cette section, A. Ziolkowski (2000, p. 157) proposait qu’il fallait considérer la « haine » des Romains, plutôt que la peur, comme principal moteur de la troisième guerre punique : « Basta però cambiare “paura” con “odio” e tutto diventa allora comprensibile, a cominciare dalle sorgenti di questo odio. Il carattere ipocrita dell’imperialismo romano, la convizione inculcata di generazione in generazione secondo la quale la repubblica faceva solo delle guerre “giuste”, finì col far sì che agli occhi dei Romani ogni loro nemico fosse in qualche modo un criminale, tanto peggiore quanto maggiore era la resistenza che riusciva a opporre. »

107 Harris 1979, p. 234-240.

108 App., Pun., 75, 351.

109 Harris 1979, p. 240. L’historien britannique réaffirma sa thèse dans une contribution de 1989, où il soulignait à nouveau : « In the case of Carthage it was obvious that any commander who succeeded in inflicting a decisive defeat on Carthage would gain glory to rival that of Scipio Africanus, not to mention any contemporary, while the war would provide parallel opportunities for other officers. Being the richest state on the immediate fringe of the annexed empire, Carthage was expected to enrich its conquerors handsomely » (Harris 1989, p. 155).

110 Plb., 5, 11, 3.

111 Gruen 1984, p. 288-289.

112 Mommsen 1985 [1854-1856], p. 723 : « Son opinion [de Caton] trouva des partisans, soit parmi les hommes politiques, qui voulaient faire passer les territoires d’outre-mer sous la dépendance immédiate de la République, soit et surtout parmi les hommes de finance et les grands spéculateurs, dont l’influence était puissante, et qui, Carthage rasée, se croyaient les héritiers directs de la grande capitale de l’argent et du commerce. » (Trad. de C.-A. Alexandre, 1985). Rostovtzeff 1988 [1957], p. 31 : « De plus, cette classe était parfaitement satisfaite de la politique menée par les dirigeants de l’État romain. Ses intérêts matériels et ses idées politiques coïncidaient dans l’ensemble avec ceux de l’aristocratie romaine. Comme les membres de cette classe, la bourgeoisie investissait généralement son argent dans des terres italiennes, essentiellement plantées de vignes et d’oliviers ou utilisées comme pâturages. D’où le soutien tacite qu’elle accorda à la politique brutale de Rome à l’égard de Carthage et à certaines mesures sénatoriales telles que l’interdiction de planter de la vigne dans les nouvelles provinces occidentales de Rome. » (Trad. de O. Demange, 1988).

113 Plut., Cat. Mai., 27, 1. Voir Dubuisson 1989.

114 Meijer 1984, p. 122-124.

115 Rosenstein 2012, p. 237.

116 Badian 1968, p. 20.

117 Melliti 2016, p. 439-440.

118 Kahrstedt 1913, p. 615-617 ; Gsell 1928, p. 329-335 ; Scullard 1951, p. 241 ; Scullard 1969, p. 302 ; Brisson 1973, p. 354. Voir également le survol de cette thèse dans Limonier 1999, p. 407. En opposition à la thèse de l’annexion numide, voir également Warmington 1969, p. 231-232 ; Picard 1970, p. 285-286.

119 Badian 1958, p. 134.

120 Camps 1960, p. 195-196 ; Walsh 1965, p. 155-156.

121 Plb., 31, 21, 5-6 : ἀμφοτέρων δὲ ποιουμένων τὴν ἀναφορὰν ἐπὶ τὴν σύγκλητον ὑπὲρ τῶν ἀμφισβητουμένων, καὶ πρεσβευτῶν πολλάκις ἐληλυθότων διὰ ταῦτα παρ᾽ ἑκατέρων, αἰεὶ συνέβαινε τοὺς Καρχηδονίους ἐλαττοῦσθαι παρὰ τοῖς Ῥωμαίοις, οὐ τοῖς δικαίοις, ἀλλὰ τῷ πεπεῖσθαι τοὺς κρίνοντας συμφέρειν σφίσι τὴν τοιαύτην γνώμην. Trad. de D. Roussel, 1970.

122 Monteiro 2014, p. 65-70.

123 Plb., 36, 2, 1 ; D.S., 31, Fr.1. Voir R. Baronowski 2011, p. 74 : « According to Plb. 36.2, the function of a pretext is to create the veridical appearance of justice. The historian notes that the Romans paid much attention to the question of pretexts, and rightly so (kalôs phronountes), for when the inception of a war appears to be just (dikaia men einai dokousa), important advantages accrue, but when it appears to be indecorous (askhêmôn) and thoughtless (phaulê), the opposite occurs. […] Although it is not the true reason for a decision, it is the means by which the Romans create a truthful appearance of justice. A decent pretext is the element that allows an imperialist state to engage in expansion while truthfully maintaining that it is acting justly and in self-defence. »

124 Sur l’importance accordée par les Romains à la justesse des prétextes de guerre, notamment soulignée par Polybe, voir Baronowski 2011, p. 73 sq.

125 Burton 2011, p. 321-323. Burton reconnaît en outre que cette interprétation peut venir en appoint (supplement) à l’approche réaliste basée sur la Machtpolitik.

126 Monteiro 2014, p. 167 : « A war between the unipole and a recalcitrant minor power creates a precedent that is hard for other recalcitrant minor powers to ignore, providing them with additional reasons to boost their own capabilities. Depending on the unipole’s overall power preponderance […], this war may also provide other recalcitrant minor powers with good reason to accelerate their balancing process. »

127 Plb., 30, 32, 11.

128 Plb., 31, 6, 6 : ὅτι καθ᾽ὅσον ἐδόκουν οἱ Ῥωμαῖοι βαρύτερον τῷ Εὐμένει προσφέρεσθαι, κατὰ τοσοῦτο συνέβαινε τοὺς Ἕλληνας προσοικειοῦσθαι, φύσει τῶν ἀνθρώπων ἀεὶ τῷ θλιβομένῳ τὴν εὔνοιαν προσνεμόντων.

129 Mearsheimer 2014, p. 37.

130 J.Q. Quillin (2004) a bien démontré le rôle fondamental de la peur sur la scène politique intérieure romaine, et son importance lors des votes qui ont engagé la République sur le chemin de la guerre, durant la première moitié du IIe siècle. C’est bien la peur d’une invasion macédonienne en sol italien qui, selon Tite-Live, a renversé le refus initial des comices de déclencher la deuxième guerre de Macédoine contre Philippe V, en juillet 200 (Liv., 31, 7, 2). Polybe avait déjà souligné, au sixième livre de ses Histoires consacré à l’étude de la constitution romaine, à quel point la peur de l’ennemi était à même de contribuer à l’unité politique du peuple romain (6, 18, 2-6). Salluste, rapporté par Augustin, soulignait également cette dynamique, en insistant cependant sur la menace carthaginoise : « Puis il [Salluste] rappelle que ‘‘entre la seconde et la dernière guerre punique le peuple romain vécut dans l’union et la vertu’’ attribuant cette heureuse harmonie non à l’amour de la justice, mais, tant que Carthage fut debout, à la crainte d’une paix infidèle. » Nam cum optimis moribus et maxima concordia populum Romanum inter secundum et postremum bellum Carthaginiense commemorasset egisse causamque huius boni non amorem iustitiae, sed stante Carthagine metum pacis infidae fuisse dixisset. (August., De civ. D., 2, 18)

131 App., Pun., 134, 633.

132 Maróti 1983, p. 227.

133 Cette possibilité était déjà évoquée par E. Badian (1958, p. 134-137). Elle est également esquissée en quelques lignes par P. Veyne, dans un article publié en 1975 (p. 811-812) : « Que les royaumes numides cessent de miser sur Rome, qu’ils redeviennent fidèles à Carthage, et l’hégémonie romaine sur l’Afrique croulerait aussitôt ; sous l’effet de la peur Rome a alors vu rouge et a eu une réaction plus que proportionnelle : Carthage lui est apparue comme l’“ennemi absolu”. » Cette thèse est aussi effleurée par A.N. Sherwin-White (1980, p. 179), et par D.W. Baronowski, qui écrivait dans les dernières pages d’un article sur les causes de la troisième guerre punique chez Polybe : « I find more persuasive the view that the Romans took their decision because they correctly assessed the true nature of the threat, that is, the Punic capacity to discomfit their control of North Africa » (1995, p. 26-27).

134 Astin 1978, p. 286.

135 Plb., 3, 4, 12.

136 Brunt 1971, p. 427-428 ; Brizzi 2004, p. 141 sq. ; Le Bohec 2017, p. 179-184.

137 Liv., Per., 48, 17 : Cum Hispaniense bellum parum prospere aliquotiens gestum ita confudisset ciuitatem Romanam, ut ne hi quidem inuenirentur qui aut tribunatum exciperent aut legati ire uellent. Trad. de P. Jal, CUF, 1984.

138 Plb., 35, 1, 1-5.

139 Plb., 35, 1, 4-6 : τοὺς μὲν γὰρ κινδύνους ὡς ἐπίπαν ἡ νὺξ διέλυε, τῶν ἀνδρῶν οὔτ᾽εἴκειν ταῖς ψυχαῖς οὔτε παρακαθιέναι τοῖς σώμασι βουλομένων διὰ τὸν κόπον, ἀλλ᾽ἐξ ὑποστροφῆς καὶ μεταμελείας αὖθις ἄλλας ἀρχὰς ποιουμένων. […] καθόλου γάρ, εἴ τις διανοηθείη πύρινον πόλεμον, οὐκ ἂν ἕτερον ἢ τοῦτον νοήσειε. Trad. de D. Roussel, 1970. Voir également D.S., 31, Fr.56.

140 App., Pun., 72.

141 Plb., 36, 10 ; D.S., 32, Fr.11. Sur la quatrième guerre de Macédoine, voir Burton 2017, p. 186-192.

142 Will 1982, p. 391.

143 Sherwin-White 1980, p. 179. G. Brizzi (2004, p. 162) reprenait cette analyse presque dans les mêmes termes, parlant quant à lui d’une « psychose de l’agression » (psicosi dell’aggressione) qui se serait développée à Rome au lendemain des guerres hannibaliques.

144 Contra Burton (2011, p. 313-314), qui à nos yeux rejette trop rapidement la validité du témoignage polybien (qu’il accepte pourtant ailleurs), questionnant le fait que l’historien mégalopolitain ait eu un accès privilégié à la pensée des membres du Sénat quant au déclenchement du conflit contre Carthage. Suivant Harris (1979, p. 235), il nous semble raisonnable de considérer qu’un auteur intégré au clan des Scipions et qui plus est, présent lors de la chute de la cité punique, ait pu entrevoir auprès des cercles sénatoriaux – si ce n’est dans le cercle restreint de son ami Scipion Émilien lui-même – les motifs réels de cette nouvelle guerre.

145 Plb., 36, 9, 3-4 : ἔνιοι μὲν γὰρ συγκατῄνουν τοῖς Ῥωμαίοις, φάσκοντες αὐτοὺς φρονίμως καὶ πραγματικῶς βουλεύσασθαι περὶ τῆς δυναστείας· τὸ γὰρ τὸν ἐπικρεμάμενον φόβον καὶ τὴν πολλάκις μὲν ἠμφισβητηκυῖαν πρὸς αὐτοὺς πόλιν ὑπὲρ τῆς ἡγεμονίας, ἔτι δὲ καὶ νῦν δυναμένην ἀμφισβητῆσαι σὺν καιρῷ, ταύτην ἐπανελομένους βεβαιῶσαι τῇ σφετέρᾳ πατρίδι τὴν ἀρχὴν νοῦν ἐχόντων εἶναι καὶ μακρὰν βλεπόντων ἀνθρώπων. Trad. de D. Roussel, 1970.

146 Baronowski 1995, p. 26. Cette position était également défendue par F.W. Walbank (1973, p. 14-17), pour qui l’ordonnancement des différentes positions au sujet du conflit traduit la position personnelle de Polybe. Pour Walbank, la présentation de l’historien mégalopolitain constitue, du point de vue de la structure littéraire, un chiasme, qui a pour fonction d’accentuer les arguments jugés décisifs aux yeux de l’historien et qui sont placés en début et en fin d’énumération. Voir également à propos de ce passage la discussion contenue dans Ferrary 1988, p. 327-334.

147 Plb., 31, 10, 7-8 : πολὺ γὰρ ἤδη τοῦτο τὸ γένος ἐστὶ τῶν διαβουλίων παρὰ Ῥωμαίοις, ἐν οἷς διὰ τῆς τῶν πέλας ἀγνοίας αὔξουσι καὶ κατασκευάζονται τὴν ἰδίαν ἀρχὴν πραγματικῶς, ἅμα χαριζόμενοι καὶ δοκοῦντες εὐεργετεῖν τοὺς ἁμαρτάνοντας. Διὸ καὶ καθορῶντες τὸ μέγεθος τῆς ἐν Αἰγύπτῳ δυναστείας καὶ δεδιότες, ἄν ποτε τύχῃ προστάτου, μὴ μεῖζον φρονήσῃ τοῦ καθήκοντος. Trad. de D. Roussel, 1970.

148 Plut., Cat. Mai., 27, 4-5 : τῷ δὲ Κάτωνι τοῦτ᾽αὐτὸ δεινὸν ἐφαίνετο, βακχεύοντι τῷ δήμῳ καὶ σφαλλομένῳ τὰ πολλὰ δι᾽ἐξουσίαν πόλιν ἀεὶ μεγάλην, νῦν δὲ καὶ νήφουσαν ὑπὸ συμφορῶν καὶ κεκολασμένην ἐπικρέμασθαι καὶ μὴ παντάπασι τοὺς ἔξωθεν ἀνελεῖν τῆς ἡγεμονίας φόβους, ἀναφορὰς αὑτοῖς πρὸς τὰς οἴκοθεν ἁμαρτίας ἀπολιπόντας. Trad. de R. Flacelière et E. Chambry, CUF, 2003. Sur l’opposition entre Caton l’Ancien et Scipion Nasica, voir Scullard 1951, p. 240 sq. ; Astin 1978, p. 283 sq.

149 App., Pun., 134, 633 : ἄρτι μὲν ἐλευθεροι φόβων γεγονότες, ἄρτι δ᾽ἄρχοντες ἑτέρων ἀσφαλῶς, ἄρτι δὲ βεβαιον τὴν πόλιν ἔχοντες καὶ νενικηκότες οἵαν οὔτινα πρότερον ἄλλην. Trad. de P. Goukowsky, CUF, 2002.

150 Szayna et al. 2001, p. 59. Cf. Fettweis 2018, p. 75 sq.

151 Jervis 1989, p. 114-115.

152 Dubuisson 1989, p. 285.

153 Supra n. 51. P. Veyne parlait quant à lui d’une politique extérieure romaine qui visait l’atteinte d’une « liberté d’action unilatérale », pour assurer une « sécurité définitive », (1975, p. 837).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre-Luc Brisson, « Rome et la troisième guerre punique : unipolarité méditerranéenne et dilemme de sécurité au IIe siècle a.C. », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité, 131-1 | -1, 177-199.

Référence électronique

Pierre-Luc Brisson, « Rome et la troisième guerre punique : unipolarité méditerranéenne et dilemme de sécurité au IIe siècle a.C. », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En ligne], 131-1 | 2019, mis en ligne le 30 juin 2019, consulté le 19 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/mefra/6980 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mefra.6980

Haut de page

Auteur

Pierre-Luc Brisson

Université du Québec à Montréal, brisson.pierre-luc@courrier.uqam.ca

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • OpenEdition Journals