Navigation – Plan du site

AccueilNuméros131-2Fac-simile 1: le collezioni di do...Collezioni di materiali a stampa,...Les dessins étrusques des voyageu...

Fac-simile 1: le collezioni di documentazione grafica sulla pittura etrusca
Collezioni di materiali a stampa, disegni e acquerelli

Les dessins étrusques des voyageurs français aux XIXe et XXe siècles

Annie Jacques

Résumés

Félix Duban (1798-1870), l’architecte de l’École des beaux-arts, avait remporté le Grand prix de Rome en 1823. C’est pendant son séjour à la villa Médicis que sont découverts, en 1827, dans la région de Tarquinia (Corneto) les premiers tombeaux étrusques ornés de peintures. La suite de ses dessins est une des plus complètes que l’on connaisse, mais les circonstances exactes de leur réalisation ne sont pas véritablement identifiées. Les autres pensionnaires qui séjournent à l’Académie de France à Rome dans les années qui suivent se sont tous passionnés pour ces fouilles révélant une civilisation si différente de celle des Grecs et des Romains. On trouve donc les mêmes relevés, ou des dessins très proches de ceux de Duban, parmi les œuvres des frères Labrouste, Henri (1801-1875), Grand prix en 1824, et plus particulièrement Théodore (1799-1885), Grand prix en 1827, ainsi que de Léon Vaudoyer (1803-1872), Grand prix en 1826 et de bien d’autres architectes français. Après les années 1830, les architectes pensionnaires de la villa Médicis ont cessé de s’intéresser aux tombeaux étrusques. C’est avec la reprise des fouilles au début du XXe siècle et la première grande exposition de 1955, consacrée à l’art étrusque que l’on retrouve la trace d’Envois de Rome portant sur cette civilisation.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Lubtchansky 2004 et 2011 ; Haumesser 2006.

1L’importance du rôle des architectes français dans la découverte des tombeaux étrusques de Corneto a déjà été étudiée très en détail. Les travaux récents de Natacha Lubtchansky, de Laurent Haumesser et d’autres encore, ont permis d’analyser un large corpus de dessins contemporains des premières découvertes du site de Corneto1. L’examen de tous ces feuillets, complété par une vaste documentation archivistique, permet d’évaluer aujourd’hui l’apport des pensionnaires de l’Académie de France à Rome et des voyageurs français aux premiers travaux scientifiques sur la civilisation étrusque.

  • 2 Morigi Govi 1992, p. 300.

2À l’occasion de ces études, on constate que, au début du XIXe siècle, la part de l’archéologie est devenue de plus en présente dans la formation des architectes. Pour comprendre cette mutation, il faut revenir sur l’évolution du travail des pensionnaires architectes de l’Académie de France à Rome au cours du premier tiers du XIXe siècle. La formation dispensée par l’Académie royale d’architecture de Paris depuis la fin du XVIIe siècle était essentiellement centrée sur l’art de la composition architecturale, les mathématiques et le dessin et peu sur une culture historique et archéologique. La formation complémentaire reçue à l’Académie de France à Rome était consacrée à la copie des modèles de l’architecture classique et contemporaine et à l’élaboration de projets modernes. Cependant, l’influence d’un Piranèse (1720-1778), architecte et archéologue, la découverte des villes antiques d’Herculanum et de Pompéi dans la seconde moitié du XVIIIe siècle ont eu un impact certain sur le monde artistique et ont poussé les pensionnaires vers l’étude des civilisations antiques nouvellement révélées. En ce qui concerne la civilisation étrusque, elle n’était pas ignorée du milieu architectural à la toute fin du XVIIIe siècle. Mais cette connaissance était basée sur la confusion faite à propos des vases grecs retrouvés en Italie dans la seconde moitié de ce siècle. À partir de ce malentendu, le style décoratif dit « à l’étrusque » et l’usage du terme s’étaient répandus dans toute l’Europe2.

  • 3 Voir l’étude détaillée de Pinon – Amprimoz 1988.
  • 4 Montaiglon – Guiffrey 1887-1912, XIV, p. 220.
  • 5 Correspondance 2005, p. 196.
  • 6 Correspondance 2010, p. 449. L’annexe D donne une liste détaillée des ouvrages.
  • 7 Jacques – Vallet 2018, p. 70.

3C’est à partir de la fin des années 1780 que la formation des architectes évolue de façon significative quand le système des Envois de Rome est mis en place : ces derniers deviennent non seulement obligatoires mais doivent aussi être spécifiquement de nature archéologique. Pendant ses années de formation, le pensionnaire devait présenter des relevés d’édifices classiques et en quatrième année un projet de restauration intégrale d’un édifice : celui-ci composé d’états actuels et d’états restaurés, basé sur des relevés détaillés et complété par des travaux de fouilles, devait être accompagné d’un mémoire scientifique étayé par une documentation écrite, textes anciens, rapports de fouilles, etc.3. La période de la Révolution française et des troubles qui s’en suivent en Italie, vont interrompre pendant une décennie cette nouvelle pratique. Après le sac du palais Mancini, siège de l’Académie de France à Rome, à la période révolutionnaire en 1793 et la fermeture de cette dernière, les activités des pensionnaires sont interrompues pendant près d’une dizaine d’années. La création de l’Institut de France et la remise en place du concours du Grand prix par le gouvernement de la Convention en 1797 marque la reprise du système, mais c’est seulement en 1802 que les études archéologiques peuvent reprendre, quand Jean Benoît Suvée (1743-1807), directeur de l’Académie de France à Rome, installe celle-ci dans son nouveau siège, la villa Médicis, récemment acquise par la France. C’est pendant cette même période qu’ont lieu à Rome les grandes opérations de fouilles des principaux temples du Forum, du Panthéon, du Colisée, etc. Les pensionnaires architectes sont associés à ces nombreux chantiers auxquels ils consacrent leurs Envois. Enfin pour compléter le contexte favorable à une formation archéologique, ils bénéficient d’une bibliothèque de recherche installée au sein même de la villa Médicis. À l’époque de son fonctionnement au palais Mancini, l’Académie ne disposait pas d’un tel service. En 1782, le directeur de l’époque, Jean François Lagrenée (1725-1805) avait plaidé la nécessité de disposer de quelques livres à l’Académie, au moins pour fournir des sujets aux peintres ; il n’était pas question des architectes. Le Surintendant des bâtiments, tutelle de l’Académie, avait montré peu d’enthousiasme pour ce projet : « il y a tout lieu de craindre qu’une pareille bibliothèque ne soit bientôt dissipée […] J’observerais encore que les élèves qui ont le goût de l’instruction, ne manqueront jamais de livres, soit par leurs amis soit par leurs épargnes… »4. C’est Jean Benoît Suvée, au moment de l’installation de l’Académie à la villa Médicis, qui crée la première bibliothèque destinée aux pensionnaires. En 1828, le directeur Pierre Guérin (1774-1833) note : « notre bibliothèque est aussi grave que peu nombreuse »5. Elle va s’enrichir progressivement de dons et d’acquisitions. Quelques années plus tard, sous le directorat d’Horace Vernet (1789-1863) on recense déjà plus de 150 volumes6. De plus, en matière de bibliothèques de recherche, les pensionnaires n’étaient pas sans ressources : ils pouvaient disposer des grands établissements romains ouverts au public d’érudits comme la bibliothèque de la Minerva ou celle du palais Corsini. L’architecte François Jacques Delannoy, Grand prix de 1779, en témoigne dans son journal tenu pendant son séjour à Rome au début des années 1780. Il va régulièrement travailler dans ces lieux. Il est probable qu’il avait transmis à son fils Antoine Marie Delannoy (1800-1860), Grand prix de 1828, ainsi qu’à ses jeunes collègues, la connaissance de l’existence de ces outils pour compléter leur culture archéologique7.

4En dehors des dessins officiels des Envois, de très nombreux témoignages graphiques datant de cette période nous sont parvenus. Les recueils et portefeuilles sont généralement très fournis, ils comptent bien souvent plus de 500 dessins, la plupart du temps organisés en portefeuilles topographiques. Le fonds d’Henri Labrouste, l’un des plus importants et des plus connus, comprend plus de mille folios et une centaine de carnets de croquis, conservés à la Bibliothèque nationale de France et à l’Académie d’architecture à Paris. Ces fonds couvrent généralement l’ensemble de l’Italie. Rome et ses environs, Naples et la Campanie, Pompéi, sont les mieux représentés. Mais on trouve aussi beaucoup de dessins des régions du Nord de l’Italie, de la Toscane, de l’Ombrie ou de la Vénétie ainsi que des régions plus au Sud comme le site de Paestum ou la Sicile. Une des particularités de ces séries est que, bien souvent, d’un portefeuille à l’autre on retrouve les mêmes dessins ou des dessins très proches. Pierre Pinon a particulièrement étudié ce phénomène des copies à travers les recueils d’Henri Labrouste, de Félix Duban ou de Prosper Morey8. Ces copies présentent parfois des similitudes si grandes, même qualité de papier, mêmes dimensions à quelques millimètres près, mêmes techniques à l’encre de Chine et à la mine de plomb, lavis d’aquarelle de même intensité, qu’on peut supposer que l’auteur du dessin en a réalisé plusieurs exemplaires, ces doubles étant destinés à compléter le portefeuille d’un compagnon de voyage ou d’un élève. Le témoignage de Léon Vaudoyer est révélateur : dans sa correspondance, il déplore la monotonie des soirées hivernales à la villa Médicis, soirées qu’il occupe en retravaillant les dessins qu’il rapporte de ses expéditions ou en copiant ceux des autres pensionnaires9.

  • 10 Les principaux éléments d’information sur les dates des séjours et les travaux des architectes fra (...)

5À la fin des années 1820, au moment où commencent les grandes découvertes des nécropoles étrusques, quelques-uns des plus brillants architectes ayant marqué l’architecture française du XIXe siècle se trouvent réunis à l’Académie de France à Rome10 : Félix Duban (1797-1870), l’architecte romantique de l’École des beaux-arts, est arrivé au début de l’année 1824, Henri Labrouste (1801-1875), l’architecte de la Bibliothèque Sainte Geneviève et de la Bibliothèque nationale à Paris, considéré très tôt comme le précurseur de l’architecture moderne, arrive l’année suivante, en 1825, suivi, au début de 1826 par Louis Duc (1802-1879), le constructeur du Palais de justice de Paris. On peut également citer la personnalité de Léon Vaudoyer (1803-1872), fils d’Antoine Thomas Laurent Vaudoyer (1756-1846) chef d’un des principaux ateliers d’enseignement de l’École des beaux-arts, arrivé à la fin de l’année 1826.

  • 11 Lubtchansky 2004 et 2011, p. 190.
  • 12 Billot 1982, p. 86.
  • 13 Haumesser 2006, p. 7. La correspondance de L. Vaudoyer et de son père A.L.T. Vaudoyer est conservé (...)

6La découverte en 1823 à Corneto d’une riche tombe étrusque intacte puis dans les années qui suivent d’autres tombes peintes ne peut qu’attirer la curiosité des pensionnaires. Entre 1829 et 1834 de nombreux architectes français visitent et dessinent les sites de cette région. C’est pour quatre d’entre eux, parmi les plus intéressés et curieux qu’Horace Vernet, le directeur de l’Académie demande, en juin 1829, une autorisation de visite d’une durée de quatre ou cinq jours. Ce sont Léon Vaudoyer, Louis Duc, Henri Labrouste et Théodore Labrouste (1799-1885), le frère aîné d’Henri, arrivé à la villa Médicis en 182811. Pour des raisons de commodité, comme de sécurité, les pensionnaires voyageaient rarement seuls ; il était plus pratique que l’un mesure les monuments pendant que l’autre reportait les cotes sur les relevés. Les quatre hommes partent donc ensemble pour ce court voyage de quelques jours en Toscane. Les visiteurs ont laissé un croquis sommaire de la région visitée conservé dans le portefeuille des dessins d’Henri Labrouste (fig. 1). Ce dernier est pensionnaire depuis janvier 1825 ; il quitte l’Italie à la fin de l’année 1829, quelques mois après cette visite officielle à Corneto. Après ses Envois des premières années dédiés à l’architecture romaine, son Envoi officiel de quatrième année est consacré aux temples de Paestum. Ce travail lui a valu quelques critiques de la part de l’Académie, non pas sur des questions de polychromie comme on l’a souvent dit, mais sur l’exactitude des états actuels. Le rapport indiquait que la pureté des lignes laissait quelques doutes sur la conformité avec l’état réel des ruines de l’édifice, ou que la décoration des vantaux d’une porte ne semblait pas en rapport avec le caractère de sévérité du monument, ce qui avait froissé l’architecte12. En 1829, il travaille pour son Envoi de cinquième année, un projet d’architecture moderne, dont le sujet est un Pont destiné à réunir la France et l’Italie. Cependant, d’après une lettre de Léon Vaudoyer à son père, il semblerait que Labrouste ait déjà fait une visite non officielle à Corneto en 1825 et qu’il ait mentionné à son compagnon que les dessins réalisés à cette occasion aient été bien inférieurs à ceux faits pendant le séjour d’octobre 182913. Louis Duc est arrivé en janvier 1826 et rentre en France en décembre 1830. Lui aussi a consacré ses premiers Envois à des monuments romains. Pendant l’année 1829, il travaille à sa restauration de quatrième année, le Colisée, entreprise d’envergure qui comprend des dizaines de dessins de l’état actuel et des propositions d’une restauration spectaculaire d’un des plus célèbres monuments de l’Antiquité. Le cadet des quatre hommes, Léon Vaudoyer est arrivé à la villa Médicis à la toute fin de l’année 1826. Il avait choisi pour ses premiers Envois la basilique antonine au temple du Soleil à Rome et, pour son Envoi officiel de quatrième année le temple de Vénus et Rome. Enfin le dernier venu à Rome, en février 1828, et néanmoins le plus âgé des quatre visiteurs, est Théodore Labrouste. Son Envoi de première année, en 1829, est, de façon très classique, consacré à des études sur le Panthéon de Rome.

Fig. 1 – [Carte géographique du Latium].

Fig. 1 – [Carte géographique du Latium].

Cette carte schématique fait partie du fonds Henri Labrouste, elle est associée au voyage de 1829, mais elle n’est ni signée, ni datée. BnF, Département des estampes et de la photographie, VZ-1030 (6)-FOL.

Cliché Bibliothèque nationale de France.

  • 14 H. Labrouste, [Voyage en Italie : 1824-1830], 772 dessins : encre noire, lavis d’encres de couleur (...)
  • 15 Cote NUM OA 718, 4 et 5.
  • 16 Lubtchansky 2002, p. 178.
  • 17 Haumesser 2006, p. 10, note 27.
  • 18 Comme les Envois de quatrième année ces recueils ont été versés à la bibliothèque de l’École natio (...)

7Les séries de dessins des tombes étrusques réalisées pendant ce premier séjour des quatre pensionnaires français sont particulièrement importantes car elles ont été faites sur le terrain devant des peintures très récemment mises au jour. En ce qui concerne Henri Labrouste une vingtaine de dessins de Corneto sont conservés à la Bibliothèque nationale de France au Département des estampes et de la photographie. Ils sont tous approximativement au même format, 420 mm sur 260 mm, réalisés avec la même technique, mine de plomb, plume et rehauts d’aquarelle14. Léon Vaudoyer lui aussi laisse quelques dessins dont deux figurent dans une série de dessins anonymes d’architecture consacrée à l’Italie, provenant des collections de Jacques Doucet (1853-1959), à la bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art15. En ce qui concerne Louis Duc on ne connaît pas de relevés réalisés lors de l’excursion à Corneto. Le quatrième pensionnaire, Théodore Labrouste semble avoir été le plus impressionné par sa visite : en premier lieu la première partie de son Envoi de deuxième année (1829) porte sur Corneto et d’autre part dans son Envoi réglementaire de quatrième année (1831) consacré aux antiquités de Cora il s’inspire largement des décors peints des tombes étrusques qu’il a relevés avec son frère et ses deux collègues deux ans auparavant16. L’Envoi officiel de Rome de quatrième année est conservé à la bibliothèque de l’Institut comme l’exigeait le règlement, mais on ne sait ce que sont devenus les dessins originaux de l’Envoi de deuxième année. Tous les travaux de première, deuxième et troisième année destinés à rendre compte aux membres de l’Académie des beaux-arts de la progression d’un pensionnaire restaient la propriété de l’intéressé. C’étaient généralement des dessins soignés, cotés, aquarellés, de petit et moyen format. Pas toujours identifiés comme des Envois, ils figurent souvent dans les portefeuilles des architectes conservés dans diverses institutions. Pour Théodore Labrouste il n’en existe – semble-t-il – aucune trace. Ont-ils été perdus ? donnés ? L. Haumesser cite à ce sujet une lettre très intéressante de Théodore Labrouste à son frère Henri, écrite en 1867, à propos d’une demande qu’il a reçu de J.I. Hittorff (1792-1867) pour la communication d’un dessin de Corneto : « Je me rappelle bien d’avoir dessiné ce tombeau ainsi que beaucoup d’autres, mais j’ai prêté toute ma collection de Corneto, je ne me rappelle pas à qui ; et on ne me les a pas rendus. Depuis longtemps je les considère comme perdus »17. Heureusement à partir de 1828, l’Institut avait souhaité garder la trace des Envois des premières années des pensionnaires. Pendant quelques décennies des calques reliés en albums étaient réalisés à partir des dessins originaux et conservés à la bibliothèque. C’est dans cette série que l’on trouve la trace des relevés de Théodore Labrouste (fig. 2-6)18. Les quatre visiteurs de l’année 1829 ayant travaillé ensemble, l’Envoi de Théodore Labrouste n’est peut-être pas, au sens strict du terme, un travail totalement personnel. Une lettre de Léon Vaudoyer du 19 juillet 1830 adressée à son père le fait bien remarquer :

  • 19 Haumesser 2006, p. 9.

Labrouste a fait un envoi fort curieux sur les tombeaux étrusques de Corneto dont il aura tout le mérite et cependant il est bon que vous sachiez que cette réunion est formée de divers dessins faits sur les lieux par lui, son frère, Duc et moi, il n’a donc qu’un quart dans la somme de ce travail que nous avons vu étudié et rapporté à nous quatre. Il a bien fait de réunir nos diverses études et d’en faire jouir le public, mais comme on pourrait croire qu’il a entrepris cela tout seul […] et que nous avons négligé ce genre d’architecture parce que nous n’en avons pas envoyé, je ne suis pas fâché que vous soyez au courant et que vous sachiez que si j’ai fait des arcs et des portes je n’en ai pas moins dans mon portefeuille les tombeaux de Corneto19.

Fig. 2 – Théodore Labrouste, Tombeaux étrusques à Corneto par Mr Labrouste aîné en 1829 [calque d’après l’Envoi de Rome de deuxième année, deux tombes non identifiées]. Bibliothèque de l’École nationale supérieure des beaux-arts, Env. calques, vol. 2, pl. 15.

Fig. 2 – Théodore Labrouste, Tombeaux étrusques à Corneto par Mr Labrouste aîné en 1829 [calque d’après l’Envoi de Rome de deuxième année, deux tombes non identifiées]. Bibliothèque de l’École nationale supérieure des beaux-arts, Env. calques, vol. 2, pl. 15.

Cliché École nationale supérieure des beaux-arts, Paris.

Fig. 3 – Théodore Labrouste, Tombeaux étrusques à Corneto par Mr Labrouste aîné en 1829 [calque d’après l’Envoi de Rome de deuxième année, tombe du Baron et tombe des Inscriptions]. Bibliothèque de l’École nationale supérieure des beaux-arts, Env. calques, vol. 2, pl. 16.

Fig. 3 – Théodore Labrouste, Tombeaux étrusques à Corneto par Mr Labrouste aîné en 1829 [calque d’après l’Envoi de Rome de deuxième année, tombe du Baron et tombe des Inscriptions]. Bibliothèque de l’École nationale supérieure des beaux-arts, Env. calques, vol. 2, pl. 16.

Cliché École nationale supérieure des beaux-arts, Paris.

Fig. 4 – Théodore Labrouste, Tombeaux étrusques à Corneto par Mr Labrouste aîné en 1829 [calque d’après l’Envoi de Rome de deuxième année, la tombe Labrouste et la tombe de la Mer]. Bibliothèque de l’École nationale supérieure des beaux-arts, Env. calques, vol. 2, pl. 17.

Fig. 4 – Théodore Labrouste, Tombeaux étrusques à Corneto par Mr Labrouste aîné en 1829 [calque d’après l’Envoi de Rome de deuxième année, la tombe Labrouste et la tombe de la Mer]. Bibliothèque de l’École nationale supérieure des beaux-arts, Env. calques, vol. 2, pl. 17.

Cliché École nationale supérieure des beaux-arts, Paris.

Fig. 5 – Théodore Labrouste, Tombeaux étrusques à Corneto par Mr Labrouste aîné en 1829 [calque d’après l’Envoi de Rome de deuxième année, la tombe du Cardinal et la tombe de la Mercareccia]. Bibliothèque de l’École nationale supérieure des beaux-arts, Env. calques, vol. 2, pl. 18.

Fig. 5 – Théodore Labrouste, Tombeaux étrusques à Corneto par Mr Labrouste aîné en 1829 [calque d’après l’Envoi de Rome de deuxième année, la tombe du Cardinal et la tombe de la Mercareccia]. Bibliothèque de l’École nationale supérieure des beaux-arts, Env. calques, vol. 2, pl. 18.

Cliché École nationale supérieure des beaux-arts, Paris.

Fig. 6 – Théodore Labrouste, Tombeaux étrusques à Corneto par Mr Labrouste aîné en 1829 [calque d’après l’Envoi de Rome de deuxième, la tombe des Biges]. Bibliothèque de l’École nationale supérieure des beaux-arts, Env. calques, vol. 2, pl. 19.

Fig. 6 – Théodore Labrouste, Tombeaux étrusques à Corneto par Mr Labrouste aîné en 1829 [calque d’après l’Envoi de Rome de deuxième, la tombe des Biges]. Bibliothèque de l’École nationale supérieure des beaux-arts, Env. calques, vol. 2, pl. 19.

Cliché École nationale supérieure des beaux-arts, Paris.

8C’est dans cette série consacrée aux tombeaux étrusques que se manifeste de façon très évidente le phénomène des copies entre architectes. La comparaison des calques de Théodore avec les dessins d’Henri et ceux de Vaudoyer montre à l’évidence le travail commun et le phénomène des dessins multiples (fig. 7 et 8).

Fig. 7 – Henri Labrouste, [tombe dite du Baron].

Fig. 7 – Henri Labrouste, [tombe dite du Baron].

Le dessin est signé H.L. Il existe un dessin identique dans la série de Félix Duban (Bibliothèque de l’École nationale supérieure des beaux-arts, PC 40425 vol. 3, 61). BnF, Département des estampes et de la photographie, VZ-1030 (9)-FOL.

Cliché Bibliothèque nationale de France.

Fig. 8 – Léon Vaudoyer, Tombeau étrusque taillé dans le roc près de l’ancienne Tarquinia [tombe de la Mercareccia].

Fig. 8 – Léon Vaudoyer, Tombeau étrusque taillé dans le roc près de l’ancienne Tarquinia [tombe de la Mercareccia].

Le dessin porte la signature tampon de L. Vaudoyer. Il en existe un exemplaire similaire dans le fonds Labrouste (BnF, Département des estampes et de la photographie, VZ-1030 (9)-FOL) et dans le fonds Duban (Bibliothèque de l’École nationale supérieure des beaux-arts, PC 40425 vol. 3, 57). Bibliothèque de l’Institut national d’Histoire de l’art, OA 718 (4).

Cliché Institut national d’Histoire de l’art.

  • 20 Cote PC 40425 3-55 à 3-71.
  • 21 Blanc 1876, p. 16-18, le dessin destiné à L. Vaudoyer est reproduit p. 17.

9Pour compléter l’évocation de cette première série d’études détaillées de Corneto, il faut mentionner les dessins de Félix Duban dont l’origine demeure mystérieuse. Paradoxalement c’est dans son fonds, alors qu’il n’a pas participé au voyage de 1829 (il avait quitté la villa depuis la fin de l’année 1828) que l’on trouve la série la plus complète et la plus homogène des premiers tombeaux de Corneto : dix-sept dessins soigneusement classés et collés dans un des volumes de ses dessins d’Italie conservé à la bibliothèque de l’École nationale supérieure des beaux-arts (fig. 9)20. Ces dessins datent-ils d’un premier voyage effectué par Félix Duban dans le nord de l’Italie ? Comme l’indique Charles Blanc dans la notice qui est consacrée à l’architecte dans Les Artistes de mon temps, il avait fait en 1827 un voyage avec Louis Duc et Léon Vaudoyer dans le Latium et en Toscane, voyage de jeunesse et d’amitié, dont il rappelle le souvenir avec deux compositions antiques dessinées, destinées à ses deux compagnons de voyage, intitulées Les illusions de Ronciglione21. Mais rien n’indique que les trois hommes aient eu la possibilité de visiter les tombes étrusques récemment découvertes et que Duban ait pu en exécuter des relevés. La datation des dessins conservés à l’École des beaux-arts et les circonstances de leur réalisation restent donc pour l’instant bien imprécises.

Fig. 9 – Félix Duban, [tombe des Biges].

Fig. 9 – Félix Duban, [tombe des Biges].

Le même relevé existe, regroupé avec un relevé du plafond, dans le fonds Labrouste (BnF, Département des estampes et de la photographie, VZ-1030 (9)-FOL). Bibliothèque de l’École nationale supérieure des beaux-arts, PC 40425 vol. 3, 69.

Cliché École nationale supérieure des beaux-arts, Paris.

  • 22 Lubtchansky 2011, p. 190.
  • 23 Revue générale de l’architecture, 1862, col. 7. Il faut nuancer ce jugement abrupt, il existe des (...)

10Deux ans plus tard, en octobre 1831, toujours à la demande du Directeur de l’Académie de France à Rome, un second groupe d’architectes français est admis sur les fouilles de Corneto. L’autorisation est délivrée pour une durée de deux mois et les architectes concernés ne sont pas des pensionnaires mais simplement d’anciens élèves de l’École des beaux-arts qui voyagent en Italie22. À cette date on peut s’interroger sur ce qu’ils ont pu voir des premières tombes peintes découvertes à Corneto. L’état de conservation des peintures s’était, semble-t-il, beaucoup dégradé. César Daly (1811-1894), architecte et journaliste, dans le long article qu’il a consacré en 1862 aux relevés étrusques des architectes français, indique que Théodore Labrouste lui avait raconté qu’étant retourné à Corneto deux années seulement après avoir fait ses dessins, c’est-à-dire en 1831, il n’y avait déjà plus une trace de peinture : « les murs étaient nus comme s’ils n’avait jamais été peints »23.

11Les quatre anciens élèves de l’École des beaux-arts recommandés par Horace Vernet sont Louis Lenormand, François Alexis Cendrier, Camille Moret et Adolphe Théophile Goujon.

  • 24 Albert Lenoir ne figure pas sur la liste établie par Horace Vernet. C’est le fils d’Alexandre Leno (...)
  • 25 Le fonds fait partie du fonds de l’Académie d’architecture : Catalogue 1988.

12Louis Lenormand (1801-1862) est admis à l’École en 1818, qu’il fréquente jusqu’en 1824, sans avoir jamais concouru pour le Grand prix (il faisait par ailleurs des études littéraires). On ne sait rien de son voyage en Italie et il n’a pas laissé de dessins de Corneto ou d’autres sites étrusques. Sa carrière postérieure s’est déroulée essentiellement à Paris et en Normandie. François Alexis Cendrier (1803-1893), admis à l’École en 1820, a tenté à plusieurs reprises le concours de Rome. Il est second Grand prix en 1827, puis renonce à se présenter. Entre 1830 et 1833, il voyage en Italie avec Albert Lenoir24. Lui non plus n’a pas laissé de trace de cette expédition en Toscane. Après son retour en France, il a fait principalement sa carrière à la Compagnie de chemin de fer d’Orléans et à celle du Paris Lyon Méditerranée. Camille Pierre Moret (1803-1871) est admis en 1823, il quitte l’École en 1830 après avoir tenté sans succès le concours de Rome. On sait peu de choses de son voyage en Italie. Là encore, il n’existe pas de dessins connus datant de son voyage à Corneto. Il a fait carrière à Paris, où il expose régulièrement des projets architecturaux au Salon des artistes français. Son activité de bâtisseur a laissé peu de traces. Le quatrième membre de l’expédition est Adolphe Théophile Goujon (1803-1881), admis à l’École en 1823, premier logiste au concours de Rome en 1830. Il a séjourné en Italie entre 1831 et 1833. Architecte à Paris, il est l’auteur de constructions particulières. Par contre à l’inverse de ses trois compagnons il a laissé un portefeuille de voyage d’une centaine de dessins, dont quatre feuillets sont consacrés aux tombeaux étrusques. Manifestement ce sont tous des copies des dessins du fonds Labrouste25. La présence de Léon Vaudoyer à la villa Médicis jusqu’à la fin de l’année 1831 et de celle de Théodore Labrouste jusqu’à la fin de l’année 1832 lui ont certainement permis de réaliser facilement ces copies à partir des portefeuilles de ses collègues.

  • 26 Son portefeuille est conservé à la bibliothèque de l’École nationale des beaux-arts. Pour les dess (...)
  • 27 Pinon 1990, p. 59.
  • 28 Pinon 1990, p. 104, vol. XIV, fol. 1.
  • 29 [Ensemble de dessins exécutés probablement par des architectes français pensionnaires de l’Académi (...)
  • 30 Cote NUM OA 153.
  • 31 Cote NUM OA 95.

13Après l’année 1834 on ne trouve plus trace de demandes d’autorisation de visite des fouilles d’Étrurie, mais il existe encore plusieurs recueils contemporains de la fin du séjour de Léon Vaudoyer et de Théodore Labrouste à la villa Médicis, qui contiennent des dessins des tombeaux de Corneto et qu’on peut rapprocher du groupe initial Labrouste-Vaudoyer. Le premier est celui de Pierre Garrez (1802-1852). Admis à l’École des beaux-arts en 1820, Grand prix en 1830, il est pensionnaire à la villa Médicis de janvier 1831 à la fin du mois de décembre 1835. Il a laissé un important portefeuille de dessins de ses voyages en Italie. Beaucoup d’entre eux ont été exposés au Salon des artistes français à partir de 1836, après son retour en France. On constate qu’il a visité de nombreux sites italiens : ses relevés des tombeaux de Castel d’Asso près de Viterbe peuvent témoigner d’un voyage dans la région, mais manifestement les dessins des tombes de Corneto ne sont pas des relevés faits sur le terrain mais là aussi des copies des dessins Labrouste-Vaudoyer26. Postérieurement à son séjour en Italie, il a fait une carrière de professeur d’architecture à l’École des beaux-arts et de nombreux travaux pour la Commission des monuments historiques. Son contemporain, Prosper Morey (1805-1886) a lui aussi réalisé une importante collection de dessins consacrés à ses voyages en Italie. Admis à l’École en 1827, il remporte le Grand prix en 1831 et est pensionnaire à la villa Médicis du 10 janvier 1832 au 31 décembre 1835. Il a légué ses collections à la bibliothèque de sa ville natale Nancy, dont il a été l’architecte en chef à partir de 1850 : plus de six cents feuillets répartis en vingt et un recueils. On y trouve de nombreux dessins des tombes de Corneto, très proches de ceux du groupe Labrouste-Vaudoyer. Il a pu, lui aussi, copier des relevés de Corneto dans les portefeuilles de Léon Vaudoyer et Théodore Labrouste encore présents à l’Académie de France à Rome. Dans le catalogue de l’exposition qui lui a été consacrée il y a quelques années, P. Pinon indique d’ailleurs que le voyage à Corneto de l’architecte est incertain27. Cependant un relevé de la tombe Francesca Giustiniani daté de juin 1834 témoigne d’un probable passage sur le site, puisque la tombe n’a été découverte qu’en mai 1833 (fig. 10)28. Enfin pour cette période il faut mentionner un portefeuille anonyme provenant des collections de Jacques Doucet, conservé à la bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art contenant près de deux cents folios29. On a parfois évoqué une attribution à Théodore Labrouste car le fonds contient une version d’un détail de son Envoi du temple de Cori30, mais les dessins de ce recueil sont trop hétérogènes pour être attribués à une seule main. Il comprend une douzaine de feuillets relatifs aux premiers tombeaux de Corneto ; certains sont très voisins de ceux du groupe Labrouste-Vaudoyer, d’autres sont proches des relevés de Prosper Morey comme, par exemple, la tombe Francesca Giustiniani31. Là nous ne sommes plus devant des copies à l’identique : formats, techniques, couleurs sont tout à fait variés. Il s’agit manifestement d’un portefeuille de dessins de mains différentes réunis postérieurement à des fins documentaires.

Fig. 10 – Prosper Morey, Tombeau de Corneto [tombe Francesca Giustiniani].

Fig. 10 – Prosper Morey, Tombeau de Corneto [tombe Francesca Giustiniani].

La tombe a été découverte en 1833 et le dessin est daté de juin 1834. Bibliothèque municipale de Nancy, vol. XIV, fol. 1.

Cliché Bibliothèque municipale de Nancy.

14Après les années 1830, les témoignages des architectes français se raréfient. Un seul pensionnaire choisit de consacrer son Envoi de deuxième année aux tombeaux étrusques de Corneto : Philippe Auguste Titeux (1814-1846). Admis à l’École des beaux-arts en 1835 et Grand prix de 1842, il est pensionnaire de 1843 à 1846. Malheureusement ni ses dessins originaux, ni les calques faits pour l’Académie ne nous sont parvenus. L’architecte est décédé avant la fin de son pensionnat. Ensuite on ne retrouve plus guère de trace des tombeaux étrusques dans les portefeuilles des pensionnaires. Celui de Charles Garnier (1825-1898), Grand prix en 1848, est conservé à la bibliothèque de l’École des beaux-arts : il compte près de mille trois cents dessins, mais on n’y trouve que six relevés des tombes de Corneto.

15C’est après la première guerre mondiale que l’on retrouve des travaux des pensionnaires architectes consacrés à la civilisation étrusque. Mais le contexte de ces études a bien changé. Les Envois de cette époque ne sont plus de nature archéologique, ce ne sont plus des restaurations scientifiques mais des restitutions d’ambiance comme c’est le cas pour l’ensemble des Envois de Rome de la seconde moitié du XIXe siècle. L’archéologie est devenue une discipline indépendante : architectes et archéologues se côtoient mais ces derniers travaillent indépendamment dans le cadre de l’École française de Rome créée en 1875.

  • 32 Pallottino 1992b, p. 458.
  • 33 Cette chambre, dite du « Tombeau étrusque » était occupée par Lili Boulanger, pensionnaire musicie (...)

16Les nouvelles fouilles entreprises par l’État italien dès 1916 à Tarquinia, Cerveteri et Véies suscitent un renouveau de curiosité pour la civilisation étrusque. C’est en 1925 qu’est créé un Comité permanent pour l’Étrurie au sein de la Surintendance des antiquités de Toscane ; le premier congrès international étrusque a lieu en 1928 à Florence et à Bologne : l’étude de cette civilisation encore mystérieuse devient une discipline autonome32. Ces événements ont un retentissement dans le cercle des pensionnaires de l’Académie de France à Rome : on sait qu’à cette époque une des chambres de la villa Médicis était ornée d’une fresque dans le « goût étrusque » faite par un des pensionnaires33. Dans les années qui suivent la première guerre mondiale, quelques architectes, curieux de l’actualité archéologique, présentent des Envois consacrés à l’étruscologie. Ce sont, comme pour la génération de 1829, un siècle plus tôt, des personnalités brillantes qui ont fait les uns comme les autres des carrières notables.

17Jacques Carlu (1890 – 1976) propose en 1922 pour son Envoi de deuxième année une Étude sur un temple étrusque d’après les fragments du Musée du pape Jules, du Musée archéologique de Florence et les récentes fouilles exécutées en Étrurie. Admis en 1909 à l’École des beaux-arts, Jacques Carlu est un esprit curieux. Dès 1910, même au cours de sa scolarité, il fait de nombreux déplacements : il travaille en Roumanie et en Grande-Bretagne, aux États-Unis et au Canada, voyage en Turquie, au Maroc et en Grèce. Il tente à plusieurs reprises le concours du Grand prix qu’il remporte en 1919. Il séjourne à la villa Médicis de 1920 à 1923. Dans son fonds, conservé à la Cité de l’architecture et du patrimoine, on trouve un certain nombre de dessins dont l’intitulé est proche de celui des Envois officiels. Son Envoi de quatrième année, conservé à la bibliothèque de l’École des beaux-arts, porte sur le capitole de la Rome royale et républicaine, dont les motifs et la polychromie sont manifestement liés au monde étrusque. Architecte international, il a eu des activités variées tant au Canada qu’aux États-Unis où il a enseigné. C’est un des auteurs du palais du Trocadéro pour l’Exposition universelle parisienne de 1937 ; il a également construit le siège de l’OTAN à Paris. En tant qu’ancien Prix de Rome, il est Architecte des bâtiments civils et palais nationaux et remplit de multiples fonctions officielles en France. L’année suivante, en 1923, son collègue Léon Azéma (1888-1978) propose une Reconstitution étrusque comme sujet d’Envoi de première année. Il avait été admis dès 1906 à l’École des beaux-arts, mais ses études avaient été interrompues par la guerre. Il avait subi cinq ans de captivité. Lauréat du Grand prix en 1921, il séjourne à Rome de 1922 à 1925. Ses choix pour les Envois de deuxième et troisième année, une Reconstitution de monuments égyptiens et une Reconstitution du Labyrinthe d’Égypte d’après les textes grecs et latins témoignent de son intérêt pour les civilisations extra européennes. Au cours de sa carrière, il est très actif en Égypte. En collaboration avec J. Carlu, il a construit le palais du Trocadéro pour l’Exposition de 1937. Il a également été Architecte de la Ville de Paris, Architecte des bâtiments civils et palais nationaux, Architecte du ministère des PTT et enfin chef d’atelier à l’École des beaux-arts. Quelques années plus tard, en 1931, c’est André Leconte (1894-1966), Grand prix de 1927, présent à la villa Médicis de 1928 à 1932, qui propose comme Envoi de quatrième année une Peinture à Tarquinia. Après des voyages en Grèce et en Asie mineure, il fait carrière à Paris avec des travaux pour l’Exposition universelle de 1937, puis participe aux nombreux projets de reconstruction de l’après-guerre, notamment à Marseille.

  • 34 Pallottino 1992b.
  • 35 Giacometti 2011, p. 3.

18C’est en 1955 qu’on trouve la dernière mention d’un sujet lié à la civilisation étrusque. Là aussi le choix de Clément Cacoub (1920-2008), Grand prix de 1953, est lié à l’actualité de l’étruscologie. C’est en effet à cette date qu’a eu lieu la première grande exposition monographique consacrée à l’art et à la civilisation des Étrusques, présentée à Paris, Milan et dans plusieurs autres capitales européennes34. Si des artistes comme Alberto Giacometti (1901-1966) ont été frappé par l’esthétique longiligne de la sculpture étrusque35, Clément Cacoub pendant son séjour à l’Académie de 1954 à 1957, a mené une réflexion sur l’habitat, le décor et l’urbanisme d’une civilisation antique en proposant en première année : L’architecture étrusque : l’architecture funéraire : la nécropole de Caere ; l’architecture privée, essai de restitution de l’habitation étrusque ; la cité, essai de restitution du plan d’une ville ; les peintures : Veïes, Tombe Campana, Tarquinia, Tombe de la pêche et de la chasse. En dehors de ses activités officielles d’Architecte des bâtiments civils et palais nationaux, Cacoub a été architecte-conseil auprès de la République de Tunisie et réalisé de nombreux projets en Afrique, notamment la ville nouvelle de Dakar en 2007.

19Au terme de ce panorama rapide des travaux des architectes français concernant l’Étrurie, il reste bien des recherches à faire en ce qui concerne le XXe siècle, car malheureusement, aucun de ces Envois de l’entre-deux-guerres et de l’après-guerre ne semble avoir été conservé. On peut souhaiter que les dessins et archives qui ne sont pas toujours bien identifiés, en cours de classement ou même ignorés, puissent apporter aussi des révélations tant dans le domaine de l’archéologie que sur l’influence des Étrusques sur les réalisations architecturales ou décoratives françaises de la première moitié du XXe siècle.

Haut de page

Bibliographie

Billot 1982 = M.F. Billot, Recherches aux XVIIIe et XIXe siècles sur la polychromie de l’architecture grecque, dans Paris Rome Athènes, le voyage en Grèce des architectes français aux XIXe et XXe siècles. Catalogue de l’Exposition Paris, Rome, Houston, 1982-1983, Paris, 1982, p. 61-125.

Blanc 1876 = C. Blanc, Les artistes de mon temps, Paris, 1876.

Catalogue 1988 = Catalogue des collections de l’Académie d’architecture, Paris, 1988, vol. 1, 1750-1900.

Celli 2016 = P. Celli, L’Accademia di Francia e le conseguenze della Grande Guerra, dans Studiolo, 13, 2016, p. 358-379.

Correspondance 2005 : Correspondance des directeurs de l’Académie de France à Rome, nouvelle série – XIXe-Tome IV, Pierre Narcisse Guérin 1823-1828, Troyes, 2005.

Correspondance 2010 = Correspondance des directeurs de l’Académie de France à Rome, nouvelle série – XIXe-Tome V, Horace Vernet 1829-1834, Saint Haon le Vieux, 2010.

Giacometti 2011 = Giacometti et les Étrusques. Catalogue de l’exposition, Paris, 2011-2012, Paris, 2011.

Haumesser 2006 = L. Haumesser, Les architectes français et les relevés de tombes étrusques, dans SE, 72, 2006, p. 3-46.

Jacques – Vallet 2018 = A. Jacques, L. Vallet, Jacques François Delannoy, Journal d’Italie, Naples, 2018.

Lubtchansky 2002 = N. Lubtchansky, Les temples de Cori, dans Italia antiqua, Envois de Rome des architectes français en Italie et dans le monde méditerranéen aux XIXe et XXe siècles. Catalogue de l’Exposition, Paris, Rome 2002, Paris, 2002, p. 178-192.

Lubtchansky 2004: N. Lubtchansky, I fratelli Labrouste e la scoperta della pittura etrusca, dans Bollettino d’Arte, 130, 2004, p. 11-24.

Lubtchansky 2011 = N. Lubtchansky, Voyageurs français à Corneto (1825-1850), dans M. Royo et al., Du voyage savant aux territoires de l’archéologie, Paris, 2011, p. 187-214.

Montaiglon – Guiffrey 1887-1912 = A. de Montaiglon, J. Guiffrey (dir.), Correspondance des directeurs de l’Académie de France à Rome, Paris, 1887-1912.

Morigi Govi 1992 = C. Morigi Govi, Le « style étrusque », dans Pallottino 1992a, p. 300-309.

Pallottino 1992a = M. Pallottino (dir.), Les Étrusques et l’Europe. Catalogue de l’exposition, Paris, Berlin 1992-1993, Paris-Milan, 1992.

Pallottino 1992b = M. Pallottino, L’Etruscologie au XXe siècle, dans Les Étrusques et l’Europe 1992, p. 458-461.

Pinon 1990 = P. Pinon, Le portefeuille des voyages de Prosper Morey, dans Voyages en Italie et en Grèce de Prosper Morey, 1805-1886, architecte lorrain. Catalogue de l’exposition, Nancy, 1990, Nancy, 1990.

Pinon – Amprimoz 1988 = P. Pinon, F.-X. Amprimoz, Les Envois de Rome (1778-1968), Rome, 1988.

Spykert 2004 = J. Spykert, À la recherche de Lili Boulanger, Paris, 2004.

Verger 2011 = A. et G. Verger, Dictionnaire biographique des pensionnaires de l’Académie de France à Rome 1666-1968, Dijon, 2011.

Haut de page

Notes

1 Lubtchansky 2004 et 2011 ; Haumesser 2006.

2 Morigi Govi 1992, p. 300.

3 Voir l’étude détaillée de Pinon – Amprimoz 1988.

4 Montaiglon – Guiffrey 1887-1912, XIV, p. 220.

5 Correspondance 2005, p. 196.

6 Correspondance 2010, p. 449. L’annexe D donne une liste détaillée des ouvrages.

7 Jacques – Vallet 2018, p. 70.

8 Pinon 1990.

9 https://blog.bibliotheque.inha.fr/fr/posts/vaudoyer.html (15.10.2018). Introduction au fonds Léon Vaudoyer.

10 Les principaux éléments d’information sur les dates des séjours et les travaux des architectes français indiqués ici, en dehors de ceux qui ont fait l’objet de monographies particulières, proviennent de Verger 2011 et de la Base de données Aghora de l’Institut national d’histoire de l’art, Paris.

11 Lubtchansky 2004 et 2011, p. 190.

12 Billot 1982, p. 86.

13 Haumesser 2006, p. 7. La correspondance de L. Vaudoyer et de son père A.L.T. Vaudoyer est conservée à la bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art à Paris. Elle figure intégralement dans la Bibliothèque numérique de cette institution.

14 H. Labrouste, [Voyage en Italie : 1824-1830], 772 dessins : encre noire, lavis d’encres de couleur ; formats divers. Les portefeuilles originaux de l’architecte ont été démembrés. Une partie est conservée à la Bibliothèque nationale de France et la seconde, portant aussi sur l’Italie, à l’Académie d’architecture (Catalogue 1988) classés selon un ordre propre à chaque institution.

15 Cote NUM OA 718, 4 et 5.

16 Lubtchansky 2002, p. 178.

17 Haumesser 2006, p. 10, note 27.

18 Comme les Envois de quatrième année ces recueils ont été versés à la bibliothèque de l’École nationale supérieure des beaux-arts, lors de sa création en 1863. Ceux de T. Labrouste sont conservés sous la cote : Env. calques, vol. 2, 1829. Voir Lubtchansky 2004, p. 22.

19 Haumesser 2006, p. 9.

20 Cote PC 40425 3-55 à 3-71.

21 Blanc 1876, p. 16-18, le dessin destiné à L. Vaudoyer est reproduit p. 17.

22 Lubtchansky 2011, p. 190.

23 Revue générale de l’architecture, 1862, col. 7. Il faut nuancer ce jugement abrupt, il existe des témoignages graphiques qui attestent de la visibilité des peintures après 1830.

24 Albert Lenoir ne figure pas sur la liste établie par Horace Vernet. C’est le fils d’Alexandre Lenoir (1761-1839), le fondateur du Musée des monuments français dans l’ancien couvent des Petits augustins, rue Bonaparte, là où sera édifiée l’École des beaux-arts conçue par F. Duban. Il est élève dans la section d’architecture mais il a surtout fait une carrière d’historien de l’architecture et d’archéologue. On sait qu’il a effectué au moins trois déplacements en Étrurie. Ces voyages sont particulièrement bien documentés grâce à un fonds de dessins et de correspondances, conservé à la bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art. Ce fonds est en cours d’inventaire et de numérisation. Une étude détaillée en a déjà été publiée par Haumesser 2006, p. 19 sq.

25 Le fonds fait partie du fonds de l’Académie d’architecture : Catalogue 1988.

26 Son portefeuille est conservé à la bibliothèque de l’École nationale des beaux-arts. Pour les dessins de Corneto : cotes EBA 4146-4153.

27 Pinon 1990, p. 59.

28 Pinon 1990, p. 104, vol. XIV, fol. 1.

29 [Ensemble de dessins exécutés probablement par des architectes français pensionnaires de l’Académie de France à Rome], 183 pl., NUM OA 86-263.

30 Cote NUM OA 153.

31 Cote NUM OA 95.

32 Pallottino 1992b, p. 458.

33 Cette chambre, dite du « Tombeau étrusque » était occupée par Lili Boulanger, pensionnaire musicienne morte de la tuberculose après son retour en France en 1915. Cf. Spykert 2004, p. 220-221 cité par Celli 2016, p. 376, note 85.

34 Pallottino 1992b.

35 Giacometti 2011, p. 3.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – [Carte géographique du Latium].
Légende Cette carte schématique fait partie du fonds Henri Labrouste, elle est associée au voyage de 1829, mais elle n’est ni signée, ni datée. BnF, Département des estampes et de la photographie, VZ-1030 (6)-FOL.
Crédits Cliché Bibliothèque nationale de France.
Titre Fig. 2 – Théodore Labrouste, Tombeaux étrusques à Corneto par Mr Labrouste aîné en 1829 [calque d’après l’Envoi de Rome de deuxième année, deux tombes non identifiées]. Bibliothèque de l’École nationale supérieure des beaux-arts, Env. calques, vol. 2, pl. 15.
Crédits Cliché École nationale supérieure des beaux-arts, Paris.
Titre Fig. 3 – Théodore Labrouste, Tombeaux étrusques à Corneto par Mr Labrouste aîné en 1829 [calque d’après l’Envoi de Rome de deuxième année, tombe du Baron et tombe des Inscriptions]. Bibliothèque de l’École nationale supérieure des beaux-arts, Env. calques, vol. 2, pl. 16.
Crédits Cliché École nationale supérieure des beaux-arts, Paris.
Titre Fig. 4 – Théodore Labrouste, Tombeaux étrusques à Corneto par Mr Labrouste aîné en 1829 [calque d’après l’Envoi de Rome de deuxième année, la tombe Labrouste et la tombe de la Mer]. Bibliothèque de l’École nationale supérieure des beaux-arts, Env. calques, vol. 2, pl. 17.
Crédits Cliché École nationale supérieure des beaux-arts, Paris.
Titre Fig. 5 – Théodore Labrouste, Tombeaux étrusques à Corneto par Mr Labrouste aîné en 1829 [calque d’après l’Envoi de Rome de deuxième année, la tombe du Cardinal et la tombe de la Mercareccia]. Bibliothèque de l’École nationale supérieure des beaux-arts, Env. calques, vol. 2, pl. 18.
Crédits Cliché École nationale supérieure des beaux-arts, Paris.
Titre Fig. 6 – Théodore Labrouste, Tombeaux étrusques à Corneto par Mr Labrouste aîné en 1829 [calque d’après l’Envoi de Rome de deuxième, la tombe des Biges]. Bibliothèque de l’École nationale supérieure des beaux-arts, Env. calques, vol. 2, pl. 19.
Crédits Cliché École nationale supérieure des beaux-arts, Paris.
Titre Fig. 7 – Henri Labrouste, [tombe dite du Baron].
Légende Le dessin est signé H.L. Il existe un dessin identique dans la série de Félix Duban (Bibliothèque de l’École nationale supérieure des beaux-arts, PC 40425 vol. 3, 61). BnF, Département des estampes et de la photographie, VZ-1030 (9)-FOL.
Crédits Cliché Bibliothèque nationale de France.
Titre Fig. 8 – Léon Vaudoyer, Tombeau étrusque taillé dans le roc près de l’ancienne Tarquinia [tombe de la Mercareccia].
Légende Le dessin porte la signature tampon de L. Vaudoyer. Il en existe un exemplaire similaire dans le fonds Labrouste (BnF, Département des estampes et de la photographie, VZ-1030 (9)-FOL) et dans le fonds Duban (Bibliothèque de l’École nationale supérieure des beaux-arts, PC 40425 vol. 3, 57). Bibliothèque de l’Institut national d’Histoire de l’art, OA 718 (4).
Crédits Cliché Institut national d’Histoire de l’art.
Titre Fig. 9 – Félix Duban, [tombe des Biges].
Légende Le même relevé existe, regroupé avec un relevé du plafond, dans le fonds Labrouste (BnF, Département des estampes et de la photographie, VZ-1030 (9)-FOL). Bibliothèque de l’École nationale supérieure des beaux-arts, PC 40425 vol. 3, 69.
Crédits Cliché École nationale supérieure des beaux-arts, Paris.
Titre Fig. 10 – Prosper Morey, Tombeau de Corneto [tombe Francesca Giustiniani].
Légende La tombe a été découverte en 1833 et le dessin est daté de juin 1834. Bibliothèque municipale de Nancy, vol. XIV, fol. 1.
Crédits Cliché Bibliothèque municipale de Nancy.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Annie Jacques, « Les dessins étrusques des voyageurs français aux XIXe et XXe siècles », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En ligne], 131-2 | 2019, mis en ligne le 22 avril 2020, consulté le 20 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/mefra/8275 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mefra.8275

Haut de page

Auteur

Annie Jacques

Conservateur honoraire du Patrimoine – ajbmpro@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search