Navigation – Plan du site

AccueilNuméros132-1VariaLocum publice datum ex decreto de...

Varia

Locum publice datum ex decreto decurionum

Genèse et évolution du lot funéraire des Veranii à Pompéi
Jean-Patrick Duchemin, Aude Durand et William Van Andringa
p. 231-248

Résumés

L’enclos funéraire des Veranii dans la nécropole de la Porta Nocera à Pompéi a livré lors de la campagne de fouille 2017 deux bornes inscrites, mises au jour au sein des fondations du monument. Celles-ci permettent de documenter l’existence d’une nouvelle personnalité de la cité, rattachée à une tribu jusqu’alors inédite à Pompéi, ayant reçu une parcelle funéraire par décret des décurions. Elles offrent par la même occasion, grâce à l’étude fine des contextes archéologiques, une nouvelle lecture de l’histoire du monument funéraire et de l’histoire familiale des Veranii durant les dernières décennies de la République et les débuts du Principat, période clé de la mise en place d’un nouvel ordre social, notamment retranscrit par l’intermédiaire des monuments funéraires.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Programme de recherche de l’École française de Rome en collaboration avec l’École Pratique des Haut (...)
  • 2 W. Van Andringa, H. Duday, S. Lepetz et al., Mourir à Pompéi : fouille d’un quartier funéraire de l (...)

1Le programme de recherche Pompéi – Porta Nocera propose d’étudier les processus de formation et de développement d’un paysage funéraire romain (Ier siècle av. – Ier siècle apr. J.-C.) à partir de l’une des nécropoles bien conservées de Pompéi1. Les investigations menées depuis 2014 ont ainsi permis de fouiller une série de structures funéraires situées dans la continuité du quartier funéraire de P. Vesonius Phileros étudié entre 2003 et 2007 et publié en 2013, mais également un nouveau tronçon de la nécropole dégagé en 1983 en limite du parc archéologique, constitué d’enclos et de monuments funéraires organisés le long de la route de Nocera, à environ 200 m du carrefour de la Porte de Nocera2. La fouille de ce nouveau secteur permet d’étudier avec une acuité remarquable non seulement les pratiques funéraires locales mises en œuvre avec la fondation de la colonie, mais également le processus de formation et de développement d’un paysage funéraire romain entre le milieu du Ier siècle av. J.-C. et 79 apr. J.-C., date de l’éruption du Vésuve. Lors de la campagne 2017, deux bornes inscrites ont été découvertes dans les fondations d’un enclos que la dédicace en place en façade permettait d’attribuer à Caius Veranius Rufus, élu au rang de duumvir. Ces deux nouveaux documents donnent des clés de lecture essentielles à la compréhension des contextes archéologiques et complètent notre vision de l’organisation de ce lot funéraire attribué aux Veranii entre 50 et 20 av. J.-C. : ce sont au total 13 défunts qui ont trouvé place dans l’enclos entre les années 50-20 av. J.-C. et les années 60 de notre ère (fig. 1-2).

Fig. 1 – Plan général de la nécropole de Porta Nocera avec la localisation de l’enclos des Veranii.

Fig. 1 – Plan général de la nécropole de Porta Nocera avec la localisation de l’enclos des Veranii.

Conception Fr. Fouriaux @MPN.

Fig. 2 – Photogrammétrie de la Zone B (Porta Nocera Est).

Fig. 2 – Photogrammétrie de la Zone B (Porta Nocera Est).

État lors de la campagne 2018. A et B marquent l’emplacement des bornes inscrites. À l’intérieur de 1F (enclos des Veranii), les cavités montrent l’emplacement des sépultures.

Conception J. Laiho @MPN.

Les inscriptions

2Les deux bornes inscrites ont été découvertes enchâssées dans la fondation des deux angles de la façade de l’enclos des Veranii, dénommé 1F (fig. 3). Celui-ci est délimité par un mur maçonné de faible hauteur, monumentalisé face à la route par un fronton percé d’une arcade permettant l’accès à l’intérieur de l’enclos. Le monument est installé sur un talus artificiel bordant et dominant la route de Nocera au sud (fig. 2). On y accédait par une série de marches aménagées dans le talus de terre battue.

Fig. 3 – Photogrammétrie de la façade de l’enclos.

Fig. 3 – Photogrammétrie de la façade de l’enclos.

Les deux bornes marquent les limites est et ouest du lot attribué aux Veranii. La façade architecturée est, dans un deuxième temps, superposée à l’espace borné, dans le cadre d’une recomposition familiale portée par Verania Clara, affranchie du père de Caius Veranius Rufus.

Conception J. Laiho @MPN.

La borne 4535

3Une première borne (US 4535) marque l’angle sud-ouest de l’enclos (fig. 4-5). Il s’agit d’un bloc de lave au sommet légèrement arrondi qui présente les dimensions suivantes : ht. 75 cm, l. 30 cm, prof. > 11 cm. La partie supérieure de la borne a été aplanie et préparée pour la gravure sur 40 cm de hauteur (champ épigraphique : 34 × 26 cm). Malgré ce travail de préparation, la granulométrie de la pierre et les micro-inclusions de pyroxènes ont rendu la gravure malaisée ; elles expliquent facilement les maladresses du lapicide. L’inscription est toutefois parfaitement lisible :

Q.VERA
NIVS.Q.F
VOT.LOC.
PVBLICE D
EX D.D.

Fig. 4 – La borne ouest 4535.

Fig. 4 – La borne ouest 4535.

Cliché Fl. Giraud @MPN.

Fig. 5 – Texte de la borne 4535.

Fig. 5 – Texte de la borne 4535.

Cliché Fl. Giraud @MPN.

4Le texte est en capitales carrées, gravé à la pointe ; les lettres sont surlignées à la peinture rouge (encore nettement visible, notamment pour les lettres ED à la l. 4 et le EX de la l. 5, fig. 6). La gravure est dans l’ensemble maladroite. Le lapicide a toutefois fait l’effort de marquer la ponctuation, sous la forme de points circulaires. Compte tenu de la largeur du champ épigraphique, les lettres sont trop hautes, mais il s’agit là sans doute d’un choix volontaire pour que le texte soit bien visible depuis la route, ce qui a forcé le lapicide à couper les mots et à utiliser des abréviations, d’ailleurs différentes d’une borne à l’autre (l. 1, ht 7/8 cm ; l. 2, ht 7/6 cm ; l. 3, ht 6/4,5 cm ; l. 4, ht 6/5 cm ; l. 5, ht 4,5/3,5 cm). Les barres verticales sont parfois penchées, parfois arrondies (comme la haste du F de la l. 2) ; les barres horizontales sont parfois arrondies (comme pour le E et le R de la l. 1) ; le prolongement de la queue du Q est marqué par une ondulation. Les hastes d’une même lettre sont parfois dissociées, comme pour le N de la l. 2 ou le V de la l. 3. L’arrondi du O à la l. 3 est incomplet ; la haste du P de la l. 4 est réduite à sa plus simple expression.

Fig. 6 – Les traces de peinture rouge indiquent que l’inscription était surlignée et par conséquent bien visible depuis la route.

Fig. 6 – Les traces de peinture rouge indiquent que l’inscription était surlignée et par conséquent bien visible depuis la route.

Cliché W. Van Andringa @MPN.

5Le développement de l’inscription est le suivant :

Q(uintus) Vera/nius Q(uinti) f(ilius) / Vot(uria tribu) loc(um) / publice d(atum) / ex d(ecreto) d(ecurionum).

La borne 4536

6La seconde borne (US 4536) marque l’extrémité orientale de la façade du même enclos (fig. 7-9). Elle n’a été dégagée que sur la partie supérieure inscrite : dim. hauteur dégagée 43 cm ; largeur 27 cm et profondeur reconnue 7 cm. Il s’agit une nouvelle fois d’un bloc de lave au sommet arrondi est érodé, ce qui explique la très faible gravure de la partie supérieure des lettres à la l. 1. La partie supérieure de la borne a été aplanie et préparée pour la gravure sur une quarantaine de centimètres de hauteur. Malgré cela, comme pour la première borne, la granulométrie de la pierre et les micro-inclusions ont rendu la gravure malaisée et expliquent facilement les maladresses de l’écriture. L’inscription peut toutefois aisément être lue :

Q.VERA
NIVS.Q.
F.VET.LO
CVM.PVB
DAT.EX.D.D.

Fig. 7 – La borne est 4536.

Fig. 7 – La borne est 4536.

Cliché W. Van Andringa @MPN.

Fig. 8 – La borne 4536 apparaît après le premier décapage.

Fig. 8 – La borne 4536 apparaît après le premier décapage.

Le niveau atteint par la fouille est celui de 79 apr. J.-C. La première ligne était par conséquent encore visible, la borne n’étant pas recouverte par l’enduit de la façade.

Cliché Fl. Giraud @MPN.

Fig. 9 – Une fois la borne 4536 installée, un trottoir est aménagé en cuvette.

Fig. 9 – Une fois la borne 4536 installée, un trottoir est aménagé en cuvette.

Les couches de terre battue rajoutées correspondent à un rehaussement du trottoir venu masquer les trois dernières lignes de l’inscription.

Cliché W. Van Andringa @MPN.

7Le texte est en capitales carrées, gravé à la pointe ; sur cette borne, les traces de peinture rouge ne sont plus visibles. Comme pour l’autre inscription, la gravure est dans l’ensemble maladroite mais la ponctuation est bien marquée sous la forme de points circulaires. La hauteur des lettres est également assez proche : l. 1, ht 6/7 cm (7/8 pour 4535) ; l. 2, ht 5/6 cm (7/6 pour 4535) ; l. 3, ht 3/6 cm (6/4,5 pour 4535) ; l. 4, ht 6/5 cm (6/5 pour 4535) ; l. 5, ht 4/5 cm (4,5/3,5 pour 4535). Les hastes des lettres sont parfois désolidarisées (comme pour le N, V et M de la l. 4), les A sont irréguliers, le D de la l. 5 est en forme d’arrondi. On note qu’à la l. 3, le tracé des lettres est régulier, ce qui s’explique par une surface bien plane à cet endroit de la pierre.

8Le développement de l’inscription est le suivant :

Q(uintus) Vera/nius Q(uinti) / f(ilius) Vet(uria tribu) lo/cum pub(lice) / dat(um) ex d(ecreto) d(ecurionum).

  • 3 Sur la borne au sud-ouest, la tribu Voturia est abrégée de manière tout à fait standard, avec les t (...)
  • 4 Les limites en profondeur sont dictées par l’espace disponible, bordé au sud par le monument 13 OS (...)

9On remarque que les abréviations choisies diffèrent d’un document à l’autre : Vet(uria) et Vot(uria)3, locum et loc(um), pub(lice) et publice, dat(um) et d(atum). Il est possible que cette différence dans l’ordinatio des deux inscriptions soit volontaire, de manière à rendre explicite le sens du document, les différentes abréviations étant développées sur au moins l’un des deux textes. Les deux bornes marquent donc les limites d’un lot funéraire d’un peu plus de 10 pieds de façade (la largeur de l’enclos est de 3,30 m), pour une profondeur probable de 20 pieds (l’arrière de l’enclos a toutefois été détruit par une tranchée moderne, ce qui empêche de connaître sa longueur exacte). Ce type de borne en pierre de lave est attesté dans la même nécropole, ainsi le cippe de l’aire 15 OS (nécropole ouest) qui mentionne les dimensions du lot de C. Minatius Iucundus4 : C(aius) Minatius / Iucundus / mag(ister) pag(anorum) / p(agi) Aug(usti) / F(elicis) [sub]ur(bani) / in f(ronte) p(edes) X / int(ro) p(edes) XVI.

L’enclos des Veranii : histoire d’une recomposition familiale

10Les observations archéologiques concernant les contextes d’installation des deux bornes ont été enregistrées dans le cadre de deux sondages implantés perpendiculairement à celles-ci (cf. fig. 3). Le sondage oriental est constitué d’une tranchée fouillée jusqu’au terrain naturel et élargie vers l’est pour expliciter le lien entre la borne orientale et la route (l’emprise générale du sondage est de 1,20 × 2,60 m). Un second sondage, dénommé sondage ouest, a été implanté dans l’axe de la borne inscrite de l’angle sud-ouest, sur une emprise de 0,9 × 2,70 m. Moins profond que le sondage oriental excavé jusqu’à la roche en place, celui-ci a été arrêté sur l’horizon de référence correspondant à l’installation du lot funéraire attribué à Q. Veranius (fig. 10).

Fig. 10 – La borne 4535, fichée dans le terre-plein qui forme le terrain de l’enclos funéraire.

Fig. 10 – La borne 4535, fichée dans le terre-plein qui forme le terrain de l’enclos funéraire.

Cliché Fl. Giraud @MPN.

Le tombeau et la route

  • 5 La fouille de cet enclos a été achevée lors de la campagne 2019. La synthèse stratigraphique et le (...)

11L’analyse stratigraphique des deux sondages a d’abord permis d’identifier le premier aménagement, encore mal daté (IIe siècle av. J.-C. ?), d’une route républicaine installée sur l’affleurement rocheux (fig. 11, A). Le rocher a été aplani pour créer une surface de roulement marquée par les empreintes de deux ornières. Le bas-côté était alors constitué d’un talus peu élevé taillé dans le terrain naturel. Plusieurs phases de réfections de la route ont suivi, parfois accompagnées d’une reprise du talus bordier, la troisième de ces réfections donnant lieu à l’installation de l’aire concédée à Quintus. On remarque que cette phase est marquée par une réfection significative de la route, matérialisée par un nouveau revêtement de 10 à 12 cm d’épaisseur, constitué d’une couche d’éclats et fragments de tuf (déchets de taille ?), vite ennoyée par des colluvions qui viennent s’appuyer sur le talus bordier repris dans la même phase de travaux (fig. 11, B). Le mobilier découvert au sein de la sépulture 1F16, attribuée à Quintus et installée sur le haut du talus durant cette phase, permet de proposer les années 50-20 av. J.-C. pour l’ensemble de cet aménagement. C’est lors de ces travaux que sont installées les bornes faisant mention de Quintus Veranius. Après une nouvelle reprise de la surface de roulement et la surélévation du talus, la fouille a permis d’identifier une refonte du parcellaire funéraire (fig. 11, C). Le talus a ainsi été modifié par l’apport d’un important remblai très caractéristique, composé d’une couche limoneuse de couleur grise puis une couche limono-sableuse grise panachée de sédiment ocre-orangé qui forment la plate-forme de la nouvelle aire funéraire correspondant à la phase 2 de l’enclos des Veranii. Ces travaux ont vraisemblablement nécessité le rehaussement du marquage de la sépulture de Quintus, peut-être également celui des bornes de l’enclos5.

Fig. 11 – Coupe nord-sud du trottoir de l’enclos 1F.

Fig. 11 – Coupe nord-sud du trottoir de l’enclos 1F.

Les lettres A, B, C, D marquent les différentes phases d’aménagements, depuis le premier état de la route de Nocera au rehaussement du talus contemporain de la construction de la façade à fronton.

Photogrammétrie Fl. Giraud @MPN.

  • 6 Selon Henri Duday, l’individu de la sépulture 1F16 est un homme adulte probablement assez âgé.

12L’état 1 du lot funéraire des Veranii peut donc être établi comme suit : dans les années 50-20 av. J.-C., un nouveau talus est installé en liaison avec l’installation d’une aire funéraire attribuée par les pouvoirs publics à Quintus Veranius (B). Des bornes sont dressées aux angles du lot funéraire qui mesurait 10/12 pieds en façade et peut-être jusqu’à 20 pieds de profondeur. Les observations stratigraphiques montrent que le lot funéraire était ouvert et seulement marqué par les bornes. Quintus meurt dans les années 50-20 av. J.-C. alors qu’il est relativement âgé6. Dans une seconde phase (C), une nouvelle aire funéraire est organisée à l’initiative de Caius Veranius et de Verania Clara. Le trottoir est modifié dans une phase ultérieure (D).

Une refondation de l’espace sépulcral

13L’étude fine de la stratigraphie a permis de mettre en évidence que ce n’est que lors d’une seconde étape que l’enclos des Veranii est monumentalisé. C’est vraisemblablement une importante réfection du trottoir par les autorités publiques, avec un rehaussement général du niveau de circulation et l’aménagement d’une couche de galets de petit module (observé depuis l’enclos 1F jusque devant l’enclos 1D) qui fournit le prétexte d’une redéfinition de l’espace funéraire (fig. 11 et fig. 12). Les deux bornes sont en effet désormais masquées jusque sous la 2e ligne de l’inscription, laissant toujours voir le nom de Quintus Veranius. Une tranchée est alors creusée entre celles-ci, recoupant les niveaux sous-jacents. Une fondation de faible profondeur intégrant les bornes est aménagée et sert de support à l’élévation d’un enclos architecturé muni d’une façade monumentale ouverte par une arche et surmontée d’un tympan à corniche. Ce fronton intègre une plaque de marbre portant un titulus indiquant que ce monument a été établi par Verania Clara, affranchie de Quintus [Veranius], afin d’accueillir le duumvir Caius Veranius Rufus, fils de Quintus (fig. 13) :

  • 7 AE 1990, 179a.

C(aio) Veranio Q(uinti) f(ilio) / Rufo II vir(o) / Verania Q(uinti) l(iberta) Clara optimo / patrono sibi et suis7.

Fig. 12 – L’enclos 1F en cours de fouille.

Fig. 12 – L’enclos 1F en cours de fouille.

On distingue l’aménagement en galets du trottoir, contemporain de la construction de la façade architecturée. À cette époque, seule la partie supérieure de la borne ouest est visible. À l’intérieur de l’enclos, on distingue les deux stèles mitoyennes de Verania Clara et C. Veranius Rufus, édile. La photographie donne une idée relativement précise de l’aspect du lot funéraire à l’époque tibéro-claudienne.

Cliché Fl. Giraud @MPN.

Fig. 13 – Titulus de l’enclos 1F.

Fig. 13 – Titulus de l’enclos 1F.

L’affranchie Verania Clara pour Veranius Rufus, elle-même et les siens.

Cliché Fl. Giraud @MPN.

  • 8 La mention de l’édilité sur la stèle indique simplement que celle-ci a été installée dans une phas (...)

14La continuité d’utilisation de l’enclos ainsi créé est matérialisée par un exhaussement du niveau de circulation interne sous la forme d’une couche d’une dizaine de centimètres environ de limon brun à brun-gris contenant du matériel piétiné en petite quantité, et surtout par l’installation progressive de 12 sépultures et de deux aires de crémation. Certaines des sépultures ne présentent aucun marquage de surface et sont creusées directement dans le niveau d’occupation de l’enclos. Il s’agit dans la majorité des cas de dépôts secondaires d’ossements brûlés appartenant à des individus immatures, mais l’on note également une inhumation de périnatal ainsi qu’une amphore probablement destinée à accueillir les restes d’un autre périnatal, mais retrouvée vide (il s’agit possiblement d’un cénotaphe). 7 sépultures dont 6 alignées dans la partie donnant directement sur la route, au sud de l’enclos, bénéficient de signalements sous la forme de stèles (fig. 14). Celles-ci sont anthropomorphes, le plus souvent anonymes et taillées dans des blocs de lave, à l’exception des sépultures 1F2 (Verania Clara) et 1F3 (Caius Veranius) qui sont pour leur part réalisées dans des blocs de marbre blanc (corniches moulurées en remploi). Celles-ci ont été aplanies et lissées afin d’accueillir les épitaphes respectivement de la dédicante de l’enclos funéraire Verania Clara, et celle de Caius Veranius Rufus, ici mentionné comme aedilis8 (fig. 15). Les inscriptions sont les suivantes :

  • 9 AE 1990, 179b.

Verania Q(uinti) l(iberta)/ Clara9.

  • 10 AE 1990, 179c.

C(aius) Veranius / Q(uinti) f(ilius) Rufus aed(ilis)10.

L’absence de dépôt funéraire associé à la stèle 1F2 et la présence de deux individus, masculin et féminin, dans la sépulture 1F3 indiquent que Caius et Clara ont été enterrés ensemble, dans une tombe double, disposition volontaire qui indique une union entre les deux personnages.

Fig. 14 – À l’intérieur de l’enclos, l’alignement des sépultures disposant d’un marquage de surface.

Fig. 14 – À l’intérieur de l’enclos, l’alignement des sépultures disposant d’un marquage de surface.

Les deux stèles en marbre marquent l’emplacement des sépultures de Verania Clara et C. Veranius Rufus.

Cliché DR @MPN.

Fig. 15 – Les deux stèles de Verania Clara et C. Veranius Rufus.

Fig. 15 – Les deux stèles de Verania Clara et C. Veranius Rufus.

Cliché SAP @Parco Archeologico di Pompei.

15L’état 2 du lot funéraire des Veranii peut donc être établi comme suit : à l’époque augusto-tibérienne a lieu une réfection importante de l’espace funéraire, se matérialisant essentiellement par l’érection des murs de l’enclos qui prennent appui sur des fondations intégrant les bornes de l’état 1. Cette monumentalisation est concomitante (ou de peu postérieure) à une importante réfection du trottoir de cette partie de la nécropole par les autorités locales et s’accompagne, comme en témoigne le titulus en façade, d’une recomposition familiale centrée cette fois autour du duumvir Caius Veranius Rufus. L’antériorité de l’enclos 1F par rapport au mur oriental de l’enclos 1E, attribuable à la période tibéro-claudienne, fournit un terminus ante quem à la création de l’état monumental.

Un lot funéraire offert à Quintus Veranius

16La découverte des deux bornes inscrites dans les fondations de la façade de l’enclos permet ainsi d’identifier un premier état du lot funéraire, attribué sur décision des autorités de la cité à un membre des Veranii, prénommé Quintus.

Les Veranii à Pompéi

  • 11 Son fils (AE 1990, 179c) et son affranchie (AE 1990, 179b).
  • 12 AE 1990, 179a.
  • 13 D’Ambrosio – De Caro 1987, p. 210. Cette hypothèse est ensuite reprise par H. Mouritsen (Mouritsen (...)
  • 14 CIL IV, 3952.

17Ce personnage était déjà connu dans l’épigraphie pompéienne par les épitaphes apparaissant sur les stèles de Caius Veranius Rufus et de Verania Clara11, ainsi que sur le titulus12 en façade du monument 1F. La position des bornes le mentionnant dans un état antérieur à la monumentalisation de l’enclos pour Caius Veranius Rufus (édile puis duumvir à l’époque augusto-tibérienne) permet de déterminer qu’il s’agit là du père de Caius Veranius Rufus, et ancien maître de Verania Clara, la dédicante du second état de l’enclos funéraire. A. D’Ambrosio et S. De Caro, datant la construction de celui-ci de l’époque néronienne-flavienne sur des seuls critères architecturaux, avaient suggéré d’assimiler le Quintus des épitaphes et du titulus au Q. Veranius Rufus13 connu par un graffite14 tracé sur un mur du péristyle de la maison I, 2, 24. Cette inscription réalisée au charbon de bois renvoie de manière assurée aux dernières décennies avant l’éruption, tout comme la mention d’autres personnages, en particulier un probable édile des années 50-62 (Titus Terentius Felix) et un duumvir de 60 (Publius Vedius Siricus). Or les fouilles réalisées depuis 2015 sur l’enclos 1F ont permis de réévaluer la datation de la façade à fronton et l’installation des épitaphes, qui seraient plutôt à situer à l’époque augusto-tibérienne. Q. Veranius Rufus serait par conséquent plutôt un descendant de Caius Veranius Rufus et non son père. L’absence de cognomen dans l’onomastique de l’individu mentionné sur les bornes aux angles de façade du monument est un argument supplémentaire permettant d’écarter une telle identification.

  • 15 CIL IV, 170, 187, 200, et sans doute également CIL IV, 181, 191, 193, 270, 3670, 5352, 7160 et 7193
  • 16 CIL IV, 3340 : t. 142, t. 143, t. 147 et t. 150. Sur L. Veranius Hypsaeus, Andreau 1974 ; Castrén 1 (...)
  • 17 CIL IV, 3340 : t. 142.

18Si la participation active à la vie municipale pompéienne de Q. Veranius Rufus à l’époque Claude-Néron reste hypothétique, celle de L. Veranius Hypsaeus est en revanche bien attestée. Ce personnage, duumvir en 58/59 apr. J.-C., juste avant la rixe célèbre narrée par Tacite, puis candidat au quinquennat en 70 ou en 75, est connu par plusieurs inscriptions électorales15 ainsi que par quatre tablettes de Jucundus16. Un autre témoin signalé sur une de ces tablettes, L. Veranius Phile(ros ?)17, est peut-être un affranchi d’Hypsaeus.

  • 18 Castrén 1975, p. 236 et p. 270-271. Cette hypothèse est suivie par C. Chiavia (Chiavia 2002, p. 146 (...)
  • 19 L’inscription en question (CIL IV, 9) utilise l’accusatif, ce qui suggère effectivement que le pers (...)
  • 20 Une autre attestation des Veranii à Pompéi pourrait provenir d’une inscription électorale fragmenta (...)
  • 21 Le dossier des Q. Postumii, étudié par G. Camodeca, présente le cas relativement analogue d’une fam (...)

19Les Veranii installés au sein de l’enclos 1F appartiennent évidemment aux générations antérieures puisqu’on situe désormais l’installation du lot funéraire entre les années 50 et 20 av. J.-C., et la recomposition familiale menée par Verania Clara quelques décennies plus tard. Notons que P. Castrén classe un certain Veranius Coclus ( ?) parmi les candidats aux magistratures de l’époque républicaine (80-49 av. J.-C.)18, mais l’inscription sur laquelle il s’appuie est fragmentaire et sa restitution demeure donc largement hypothétique19. Quoi qu’il en soit, les données épigraphiques connues ne permettent pas d’identifier les Veranii à Pompéi avant 80 av. J.-C.20. Ce fait, couplé à la mention de la tribu Voturia, jusque-là non attestée à Pompéi, permet de proposer de reconnaître une famille venue s’y établir, lors de la fondation coloniale ou, plus vraisemblablement, une génération après, ce qui serait confirmé par la fondation d’un lot funéraire entre 50 et 20 av. J.-C.21.

Tab. 1 – Les attestations des Veranii à Pompéi.

Individu concerné Identité Inscriptions associées Époque
Quintus Veranius – fils d’un certain Quintus Borne 4535 fin de la république – début de l’époque augustéenne
– inscrit dans la Voturia Borne 4536
– patron de Verania Clara AE 1990, 179a
– père de Caius Veranius Rufus AE 1990, 179b
– dédicataire de l’espace public alloué par les décurions dans la nécropole de Porta Nocera AE 1990, 179c
Caius Veranius Rufus – patron de Verania Clara AE 1990, 179a époque augusto-tibérienne
– dédicataire de l’enclos 1F AE 1990, 179c
– fils de Quintus Veranius
– édile puis duumvir
Verania Clara – affranchie de Quintus Veranius AE 1990, 179a époque augusto-tibérienne
– cliens (et épouse) de Caius Veranius Rufus AE 1990, 179b
– dédicante de l’enclos 1F
Lucius Veranius Hypsaeus – duumuir iure dicundo en 58/59 Tablettes de Jucundus : CIL IV, 3340 (t. 142 ; t. 143 ; t. 147 ; t. 150) époque Claude-Néron
– candidat au quinquennat en 70 ou 75
– propriétaire d’un atelier textile en VI, 8, 20-21 (tout du moins après 62) Inscriptions électorales : CIL IV, 170 ; CIL IV, 181 ; CIL IV, 187 ; CIL IV, 191 ; CIL IV, 193 ; CIL IV, 200 ; CIL IV, 270 ; CIL IV, 3290 ( = 3670) ; CIL IV, 5352 ; CIL IV, 7160 ; CIL IV, 7193
Quintus Veranius Rufus – individu présent sur une liste comptant vraisemblablement un édile des années 50-62 et un duumvir de 60 CIL IV, 3952 époque Claude-Néron
Lucius Veranius Phile(ros ?) Tablette de Jucundus : CIL IV, 3340 (t. 142) époque Claude-Néron

Les inscriptions CIL IV, 9 et CIL IV, 7283, jugées trop fragmentaires, ont été délibérément écartées.

La tribu Voturia de Quintus Veranius

  • 22 Sur les tribus romaines, Silvestrini 2010 ; en particulier pour les tribus attestées en Campanie, C (...)
  • 23 Au nord notamment, puisque c’est dans cette tribu que furent usuellement enregistrés les citoyens d (...)
  • 24 Taylor 1960, p. 276.
  • 25 L’existence au début de l’Empire d’une tribu prédominante dans chaque cité amène à parler, par comm (...)
  • 26 Taylor 1960, p. 322-323.
  • 27 Outre Pompéi, c’est aussi le cas d’Herculanum, de Stabies, de Sorrente et de Nocera. Les citoyens d (...)
  • 28 Respectivement CIL X, 1403c, CIL X, 1758 et ILS, 8269 (cf. tableau 2 pour un catalogue des inscript (...)

20La tribu Voturia (ou Veturia) fait partie des quinze tribus rurales originelles22. Elle aurait, au départ, regroupé les citoyens établis à l’embouchure et sur la rive gauche du Tibre, à Ostie notamment, avant de s’étendre le long de la côte latine23. En dehors du Latium, la Voturia fut la tribu d’inscription des citoyens de Plaisance en Émilie, de Bergame en Transpadane et enfin peut-être de Caere en Étrurie24. En revanche, aucune cité campanienne ne semble avoir été rattachée à la Voturia25. En Campanie, la tribu la plus fréquente au moins jusqu’au Ier siècle apr. J.-C. était la Falerna26. C’est notamment la tribu de rattachement de Pouzzoles, tandis que bon nombre de villes de la baie de Naples, dont Pompéi, appartenaient à la Menenia27. Ceci explique la très faible représentation de la tribu Voturia en Campanie avec uniquement, outre les deux bornes de façade de l’enclos des Veranii à Pompéi, trois attestations de cette tribu (à Herculanum, à Pouzzoles et à Cumes)28.

  • 29 Si le changement de tribu per domicilii translationem existait bien, il n’était absolument pas syst (...)
  • 30 Un cognomen ethnique ou un patronyme particulier auraient par exemple pu nous permettre d’émettre d (...)
  • 31 Schulze 1904 ; Salomies – Solin 1988.
  • 32 À savoir Antium, Ostie, Caere, Plaisance et Bergame.
  • 33 Les auteurs remercient chaleureusement O. Salomies pour ses commentaires éclairants sur le Q. Veran (...)

21La discordance entre la tribu de Quintus Veranius et celle de Pompéi, la Menenia, amène à s’interroger sur la raison de l’affiliation de ce personnage à la Voturia. Nous pouvons émettre l’hypothèse que Quintus Veranius viendrait d’une cité où la tribu d’enregistrement est la Voturia et qu’il aurait choisi, en s’installant à Pompéi, de garder sa tribu d’origine29. Malheureusement les données à disposition sont maigres pour étayer cette hypothèse : les inscriptions des bornes de l’enclos 1F n’indiquent ni la domus, ni l’origo de Quintus Veranius ; rien d’ailleurs dans son onomastique ne suggère une provenance « étrangère »30 ; en outre, si le nomen Veranius, typiquement latin31, est relativement fréquent dans le monde romain, il ne semble pas y avoir eu de gens Verania dans l’une des cinq cités italiennes ayant pour tribu la Voturia32 puisque ce gentilice n’y est pas attesté ; enfin, l’argument de proximité géographique ne peut réellement fonctionner ici car aucune ville voisine de Pompéi n’a pour tribu la Voturia. Toutefois Ostie étant la cité rattachée à la Voturia la plus proche de Pompéi, et bien qu’aucun Veranius n’y soit pour l’heure attesté, on pourrait supposer que Quintus Veranius en était originaire33 ; quoi qu’il en soit les raisons qui auraient incité Quintus Veranius à s’installer en Campanie et à conserver sa tribu d’origine peuvent difficilement être précisées.

  • 34 Le changement de tribu per deductionem in coloniam est l’un des motifs envisagés par G. Forni pour (...)
  • 35 Todisco 1999, p. 202-204 ; Thomas 1996, p. 91-93 (en particulier n. 24). Y. Thomas insiste sur le c (...)
  • 36 S. Antolini utilise des raisonnements similaires dans son étude sur les « autres » tribus de la reg (...)
  • 37 Castrén 1975, p. 236-237.

22L’époque d’installation des bornes de l’enclos 1F, datée entre 50 et 20 av. J.-C., et le statut juridique de la cité de Pompéi fournissent peut-être des éléments de compréhension. En 80 av. J.-C., lorsque Pompéi devient colonie romaine, les terres du territoire de cette cité sont confisquées et offertes à certains vétérans démobilisés de Sylla. Si les colons (et les descendants de colons) se sont le plus souvent inscrits dans la tribu de la colonie où on leur avait offert des terres, cette pratique ne constitue en rien une norme intangible34 ; en particulier, ce type de transfert s’avère moins fréquent entre 50 av. J.-C. et 50 apr. J.-C.35. Quintus Veranius pourrait donc être un descendant (vraisemblablement un fils) de vétéran syllanien originaire d’une cité ayant pour tribu prédominante la Voturia et aurait choisi, selon l’usage ancien, de conserver la tribu familiale plutôt que de s’inscrire dans la Menenia36. Le fait que le gentilice latin Veranius ne soit attesté à Pompéi qu’après la déduction de la colonie, constituerait un argument supplémentaire en ce sens. Par ailleurs, on sait que les Veranii jouèrent, au moins dès l’époque augustéenne et jusqu’à l’époque néronnienne, un certain rôle dans la vie politique locale, quoique d’importance variable suivant les individus37. Si Quintus Veranius ne paraît pas avoir exercé de charge municipale, il reçut néanmoins des décurions, à la fin de la République ou au début de l’époque augustéenne, un espace au départ public, au sein de la nécropole de Porta Nocera. Son fils, Caius Veranius Rufus, fut quant à lui édile puis duumvir à l’époque augusto-tibérienne. Enfin Lucius Veranius Hypsaeus et probablement Quintus Veranius Rufus ont participé activement à la vie municipale pompéienne à la période Claude-Néron.

  • 38 Castrén 1975, p. 231.
  • 39 Castrén 1975, p. 235.
  • 40 Castrén 1975, p. 85-124. Sur la proximité des descendants de colons avec les sphères du pouvoir pom (...)
  • 41 D’ailleurs Quintus Veranius reçut une parcelle moins prestigieuse – car située plus à l’écart de l’ (...)
  • 42 Sur les débats relatifs à l’installation des colons syllaniens à Pompéi, cf. notamment Andreau 1980 (...)

23Cette proximité des Veranii pompéiens avec les sphères du pouvoir local, sans constituer à lui seul un argument prouvant leur lien avec la fondation coloniale de la cité, participe à un faisceau d’indices allant dans ce sens. En effet, l’étude des inscriptions menée par P. Castrén a permis de montrer que durant les trente premières années de la colonie, le pouvoir était détenu par les familles de colons et que, à l’époque augustéenne et jusqu’en 79 apr. J.-C., malgré le retour aux magistratures et au sein de l’ordo decurionum des anciens grands propriétaires fonciers campaniens, des descendants de vétérans syllaniens, notamment les Tullii38 et les Veii39 pour ne citer que les gentes les plus prestigieuses, continuaient à graviter dans les sphères élevées de la vie politique locale, en tant que décurions, magistrats ou même simplement en tant que candidats à des magistratures40. Les Veranii, sans atteindre l’importance sociale et civique des Tullii et des Veii41, étaient eux aussi impliqués dans la vie municipale pompéienne et, compte tenu de l’époque des premières attestations épigraphiques du gentilice, pourraient également descendre de vétérans arrivés après la déduction de la colonie. La mention de la tribu Voturia sur les bornes de Quintus Veranius constituerait donc l’une de ces traces difficilement perceptibles laissées par les vétérans de Sylla et leurs descendants42. Les incertitudes relatives à la présence avérée des Veranii à Pompéi avant la concession du lot funéraire par les décurions à Quintus Veranius, empêchent toutefois d’écarter une arrivée plus tardive de la famille dans la colonie, à partir des années 50 av. J.-C., même si les raisons de leur installation s’avèreraient, dans ce cas, plus difficiles à expliquer.

  • 43 Bien que la tribu soit le propre des citoyens romains, ces derniers choisissent en général de l’ome (...)

24Quelle que soit l’hypothèse retenue, deux questions restent en suspens : d’une part, pourquoi Quintus Veranius a-t-il décidé de se maintenir dans la Voturia, et non de s’inscrire dans la Menenia, pourtant prépondérante à Pompéi ? Pourquoi d’autre part fait-il inscrire sa tribu dans son onomastique, alors que l’usage est plutôt de l’omettre43 ?

  • 44 Thomas 1996, p. 92-93. De même, E. Todisco conclut : « Resta, dunque, per le iscripzioni di veteran (...)

25Le maintien de Quintus Veranius dans la Voturia s’explique peut-être simplement par le contexte de transition propre à la fin de la République et au début du principat44. En particulier, l’inscription au sein d’une même tribu pour des citoyens résidant dans une cité donnée ne devait pas être systématique. Et peut-être n’est-ce que suite aux réformes augustéennes que l’enregistrement à la Menenia des citoyens domiciliés sur le territoire de Pompéi ne devint usuel (sans jamais toutefois devenir automatique). Il y avait donc vraisemblablement, à l’époque républicaine et dans les premières années de l’Empire, une plus grande variété de tribus parmi les citoyens pompéiens. De fait, au moment de l’installation des bornes de l’espace funéraire de Quintus Veranius, entre les années 50 et 20 av. J.-C., le système d’inscription à la Menenia ne devait pas encore être pleinement établi, ce qui expliquerait que Quintus Veranius ait choisi de conserver la tribu familiale.

  • 45 L’officialité de cette décision est déjà marquée par les formules loc. publice d. ex d. d. et locum (...)
  • 46 Sur la vingtaine de cas recensés par V.E. Pistarino d’espaces publics concédés à des particuliers e (...)

26Une autre raison serait peut-être d’y voir la volonté délibérée de conserver une tribu qui rappelait l’origine « étrangère » de la gens Verania, voire même, si tel était bien le cas, qui pouvait évoquer en filigrane l’identité de ses proches ascendants, des vétérans venus s’installer à Pompéi après la déduction de la colonie. C’est peut-être ce signe distinctif que Quintus Veranius a voulu afficher sur les bornes définissant l’espace que lui avaient alloué publiquement les décurions. On ne peut exclure que la mention de la tribu sur ces bornes ait également servi à conférer davantage d’officialité à la décision du sénat local45, bien que cette pratique soit loin d’être majoritaire au vu des autres exemples pompéiens46.

Tab. 2 – Attestations épigraphiques de la tribu Voturia en Campanie.

Référence de l’inscription Lieu de découverte Remarques sur l’identité du personnage provenant de la tribu Voturia Dates
CIL X, 1403c Herculanum – [---] Artorius Cai filius Isio 60-79 apr. J.-C.
 = JRA 2012, 69
Borne 4535 Pompéi – Quintus Veranius, Quinti filius 50-20 av. J.-C.
– dédicataire de l’espace public alloué par les décurions dans la nécropole de Porta Nocera
Borne 4536 Pompéi – Quintus Veranius, Quinti filius 50-20 av. J.-C.
– dédicataire de l’espace public alloué par les décurions dans la nécropole de Porta Nocera
CIL X, 1758 Pouzzoles (?) – [---] Claudius [---] filius Cornelianus 51-200 apr. J.-C.
eques cohortis V [---]
NSA 1898, 192 Cumes – Lucius Aemilius Luci filius Proculus 71-130 apr. J.-C.
= ILS, 8269 centurio ueteranus praetor Cumis

La concession d’un espace public par les décurions

  • 47 Pour des parallèles à Pompéi et en Campanie, Antico Gallina 1997 ; Camodeca 2003 ; Milano – Pistari (...)
  • 48 AE 2004, 405 : D. Lucretius Valens avait été admis gratuitement parmi les décurions dès l’âge de hu (...)
  • 49 Eph. Epigr. VIII, 330 : Marcus Tullius, duumuir iure dicundo à trois reprises, quinquennalis, augur (...)
  • 50 CIL X, 998.
  • 51 À Pompéi, sur l’ensemble des vingt-trois inscriptions (pour 21 tombes) mentionnant la concession d’ (...)
  • 52 CIL X, 1019. T. Terentius Felix Maior fut édile dans les années 52-60 apr. J.-C.
  • 53 CIL X, 1024. Aulus Umbricius Scaurus, ancien duumuir iure dicundo, reçoit également à l’occasion de (...)
  • 54 AE 1911, 72 = AE 1913, 70. Caius Vestorius Priscus, qui fut édile, devait être promis à une belle c (...)
  • 55 AE 1913, 71.
  • 56 Jongman 1978-1979, p. 62-65. Ce sont même 5000 sesterces qui sont offerts par les décurions pour le (...)

27Des formules équivalentes au locum publice datum ex decreto decurionum, des bornes de l’enclos 1F se retrouvent assez fréquemment dans l’épigraphie pompéienne47. Des personnages aussi influents que D. Lucretius Valens48, M. Tullius49 ou que la prêtresse publique Mammia50 ont également reçu l’honneur d’un lot funéraire. Comme dans la majorité des autres cas recensés à Pompéi, le texte des deux bornes ne précise pas la raison qui a poussé les autorités publiques à donner (datum) un lopin funéraire à Quintus. Il s’agissait en principe d’un honneur accordé pour service rendu à la cité51, parfois complété par une somme allouée aux funérailles (en général 2000 sesterces), comme en témoignent les dédicaces des monuments funéraires de T. Terentius Felix Maior52 et d’A. Umbricius Scaurus à la porte d’Herculanum53, ceux de C. Vestorius Priscus54 et de Septumia Tertulla55 à la porte du Vésuve et celui de M. Obellius Firmus à la porte de Nola56.

  • 57 PN 32EN : D’Ambrosio – De Caro 1983, 32 EN.
  • 58 Castrén 1975, p. 219.
  • 59 CIL X, 802.
  • 60 CIL X, 831.
  • 61 PN 11 ES : D’Ambrosio – De Caro 1983, 11 ES.

28Est-ce le dévouement de Quintus Veranius vis-à-vis de la collectivité ou l’exercice de magistratures qui lui a valu l’honneur d’un lot funéraire ? Il est impossible de le dire. En revanche, l’archéologie semble montrer que Quintus a bénéficié de circonstances favorables, car le don fut fait dans le contexte de l’ouverture d’une nouvelle zone funéraire, planifiée dans le cadre d’une restructuration de la route de Nocera. La datation tardo-républicaine ou primo-augustéenne et l’intitulé des bornes découvertes permettent alors de rapprocher les destins funéraires de Quintus Veranius et de Lucius Sepunius Sandilianus qui a lui bénéficié d’un lot funéraire offert par les autorités de la cité une centaine de mètres plus à l’ouest57. Un cippe de lave identique dans ses formes et dimensions à nos deux bornes se trouvait devant le monument 32 EN et portait la dédicace suivante : L(uci) Sepuni, L(uci) f(ili) / Sandil[ia]n[i]. / [I]n frontem / p(edes) XX, in a[g]r(um) / [p](edes) XX. Publice / datum ex d(ecreto) d(ecurionum). Contrairement à Q. Veranius, L. Sepunius est lui mieux connu58. Dans le cadre de son duumvirat exercé à l’époque augustéenne, il installa le temps dans la ville, avec son collègue M. Herennius Epidianus. Les deux personnages ont en effet offert un cadran solaire dans le temple d’Apollon59 ainsi que dans l’enceinte du temple dorique (avec une schola)60. La dédicace d’un monument, retaillée pour être réutilisée à proximité de l’enclos 11 ES, permet d’identifier le tombeau de M. Herennius Epidianus dont l’emplacement fut lui aussi attribué par les autorités publiques61. Ces personnages ont par conséquent joué un rôle prépondérant à l’époque augustéenne, se voyant alors attribuer des lots funéraires sur des espaces de la nécropole encore libres ou sur de nouveaux secteurs funéraires qui venaient d’être aménagés. La fouille menée dans l’environnement des bornes de Quintus Veranius a en effet montré que celles-ci ont été installées sur des terrains préparés par la municipalité dans le cadre d’un réaménagement de la zone.

Tab. 3 – Les attestations épigraphiques pompéiennes de concessions d’espaces publics en contexte funéraire.

Inscription Restitution Localisation Époque
CIL X, 994 M(arcus) Cerrinius / Restitutus / Augustalis loc(us) d(atus) d(ecreto) d(ecurionum) nécropole de Porta Ercolano début de l’ép. flavienne
CIL X, 995 M(arcus) Cerrinius / Restitutus / Augustalis / loco dato / d(ecreto) d(ecurionum) nécropole de Porta Ercolano début de l’ép. flavienne
CIL X, 996 A(ulo) Veio M(arci) f(ilio) IIvir(o) i(ure) d(icundo) / iter(um) quinq(uennali) trib(uno) / milit(um) ab( !) popul(o) ex d(ecreto) d(ecurionum) nécropole de Porta Ercolano ép. augustéenne
CIL X, 997 = CIL I²,1637 M(arci) Porci / M(arci) f(ilii) ex dec(urionum) / decret(o) in / frontem / ped(es) XXV / in agrum / ped(es) XXV nécropole de Porta Ercolano ép. tardo-républicaine
= ILLRP, 650
CIL X, 998 = ILS, 6369 Mam(m)iae P(ubli) f(iliae) sacerdoti publicae locus sepultur(ae) datus decurionum decreto nécropole de Porta Ercolano 29 apr. J.-C.
CIL X, 1019 T(ito) Terentio T(iti) f(ilio) Men(enia) / Felici Maiori aedil(i) / huic publice locus / datus et HS |(mille)|(mille) / Fabia Probi f(ilia) Sabina uxor nécropole de Porta Ercolano 52-60 apr. J.-C.
CIL X, 1024 A(ulo) Umbricio A(uli) f(ilio) Men(enia) / Scauro / IIvir(o) i(ure) d(icundo) / huic decuriones locum monum(enti) / et HS |(mille)|(mille) in funere et statuam equestr(em) / [in f]oro ponendam censuerunt / Scaurus pater filio nécropole de Porta Ercolano ép. néronienne
= ILS, 6366
CIL X, 1036 M(arco) Alleio Luccio Libellae patri aedili / IIvir(o) praefecto quinq(uennali) et M(arco) Alleio Libellae f(ilio) / decurioni vixit annis XVII locus monumenti / publice datus est Alleia M(arci) f(ilia) Decimilla sacerdos / publica Cereris faciundum curavit viro et filio // M(arco) Alleio Luccio Libellae patri / aedili IIvir(o) praefecto quinq(uennali) et / M(arco) Alleio Libellae f(ilio) decurioni vixit / annis XVII locus monumenti / publice datus est Alleia M(arci) f(ilia) / Decimilla sacerdos publica / Cereris faciundum curavit viro / et filio nécropole de Porta Ercolano ép. tardo-tibérienne
= ILS, 6365
CIL X, 1065 [C]n(aeus) Clovatius Cn(aei) f(ilius) IIvir i(ure) d(icundo) tr(ibunus) mil(itum) loc[us sepulturae publice datus ex d(ecreto) d(ecurionum) ?] nécropole de Porta Stabia ép. augustéenne
Eph. Epigr. VIII, 318 M(arco) Alleio Q(uinti) f(ilio) Men(enia) Minio IIv(iro) i(ure) d(icundo) locus sepulturae publice datus ex d(ecreto) d(ecurionum) nécropole de Porta Stabia ép. augustéenne
= AE 1891, 166
Eph. Epigr. VIII, 330 M(arco) Tullio / M(arci) f(ilio) / ex d(ecreto) d(ecurionum) nécropole de Porta Stabia ép. augustéenne
AE 1911, 72 C(aio) Vestorio Prisco aedil(i) / vixit annis XXII / locus sepulturae datus et in / funere HS II(milia) / d(ecreto) d(ecurionum) / Mulvia Prisca mater p(ecunia) s(ua) nécropole de Porta Vesuvio 70 apr. J.-C.
= AE 1913, 70
NSA 1910, p. 403 M(arco) Veio Marcello / vivo locus monumenti / d(ecreto) d(ecurionum) nécropole de Porta Vesuvio ép. proto-impériale ?
NSA 1910, p. 405 [Ar]elliae N(umeri) f(iliae) Tertullae / Vei Frontonis huic decurion(es) / locum sepulturae post mortem / dederunt et funus ex p(ecunia) p(ublica) / decre(verunt) nécropole de Porta Vesuvio ép. julio-claudienne
AE 1913, 71 Septumiae( !) L(uci) f(iliae) / d(ecreto) d(ecurionum) / locus sepulturae publice / datus et in funere HS II(milia) / Antistia P(ubli) f(ilia) Prima filia / fecit nécropole de Porta Vesuvio ép. julio-claudienne
AE 1911, 71 N(umerius) Herennius N(umeri) f(ilius) Men(enia) / Celsus d(uum)v(ir) i(ure) d(icundo) iter(um) praef(ectus) / fabr(um) / Aesquilliae C(ai) f(iliae) Pollae / uxori vixit annos XXII / locus sepulturae publice datus / d(ecreto) d(ecurionum) // Felicio cum fructo hac // Diane(n)sis nécropole de Porta Nola ép. augustéenne ou tibérienne
Jongman 1978-1979, p. 62 M(arco) Obellio M(arci) f(ilio) Firmo aedili / IIvir(o) i(ure) d(icundo) huic decuriones loc(um) / sepulturae et in funer(e) HS L(mille) censuer(unt) pagani / thuris p(ondera) XXX et clupeum ministr(i) eor(um) in odorib(us) HS |(mille) et clupeum nécropole de Porta Nola ép. néronienne
NSA 1961, p. 192 M(arcus) Melissaeus M(arci) f(ilius) / Stabianus / ex decur(ionum) decr(eto) honor(is) causa nécropole de Porta Nocera Ier s. apr. J.-C.
PN 11ES [M(arco) He]rennio / [A(uli) f(ilio)] / [Epid]iano IIvir(o) i(ure) d(icundo) / [lo]cu[m] monumento / [h]onoris caus{s}a / ex d(ecreto) d(ecurionum) nécropole de Porta Nocera ép. augustéenne ou peu après
PN 32EN L(uci) Sepuni L(uci) f(ilii) / Sandil[ia]n[i] / [i]n frontem / p(edes) XX in a[g]r(um) / [p(edes)] XX publice / datum ex d(ecreto) d(ecurionum) nécropole de Porta Nocera ép. augustéenne ou peu après
Borne 4535 Q(uintus) Vera/nius Q(uinti) f(ilius) / Vot(uria tribu) loc(um) / publice d(atum) / ex d(ecreto) d(ecurionum) nécropole de Porta Nocera ép. primo- ou médio-augusténne
Borne 4536 Q(uintus) Vera/nius Q(uinti) / f(ilius) Vet(uria tribu) lo/cum pub(lice) / dat(um) ex d(ecreto) d(ecurionum) nécropole de Porta Nocera ép. primo- ou médio-augusténne
AE 2004, 405 D(ecimo) L[uc]retio [D(ecimi) f(ilio)] Men(enia) Valen[ti] / equo publico honorato ab( !) Ti(berio) Claudio Caesare Au[g(usto) Ger(manico)] / ann(is) VIII in ordinem decurionum gra[ti]s adlecto a[ed(ili ?) IIvir(o) i(ure) d(icundo ?)] / hic cum patre gladiatorum XXXV paria c[um eorum suppositiciis et] / legitima venatione dedit huic ordo de[curio]num [in funere HS --- et] / locum sepulturae et d[--- dari] laudarique publice eum et statuam equestrem [in foro] poni pecunia public(a) / censuit item Augustales [et pag]ani statuas pedestres et ministri eorum et [Fortu]nales( ?) et scabillar(ii) / et Foreses clupeos censu[eru]nt vi[xit a]nnis [---] Tombe des Lucretii Valentes, placée sur leur domaine privé (fundus) ép. claudienne

Conclusion

29Ces nouvelles données archéologiques et épigraphiques permettent, progressivement, d’écrire l’histoire de l’espace funéraire des Veranii. Les bornes confirment qu’à la faveur d’une restructuration de l’axe viaire qui intervient dans les années 50-20 av. J.-C., des aires funéraires furent préparées par les pouvoirs publics sur un talus aménagé le long de la route. L’intervention publique peut être caractérisée avec précision ; elle concernait l’organisation d’un talus, l’aménagement d’un trottoir et le découpage de parcelles de 10 ou 20 pieds en façade environ. La plupart de ces parcelles furent certainement vendues, dans ce secteur essentiellement à des familles d’affranchis ; d’autres, dont celle attribuée à Quintus Veranius, furent données. Si l’histoire exacte de ce personnage et les raisons qui lui ont permis de recevoir cet honneur nous échappent largement, plusieurs éléments concordants permettent d’établir que la famille à laquelle il se rattache gravitait certainement dans les sphères du pouvoir local, peut-être depuis la fondation coloniale de la cité ou quelques décennies après. La mise en évidence de deux états successifs d’un même lot funéraire, permise par l’étude fine du positionnement stratigraphique des bornes, apporte un éclairage nouveau sur ce qui apparaît désormais comme une opération de refondation de l’espace sépulcral au profit d’un descendant du premier propriétaire connu. Cette découverte ouvre ainsi des perspectives nouvelles sur les jeux de recompositions familiales opérés au sein de l’espace funéraire et sur l’histoire de cet affichage social au sein d’une famille pompéienne.

Haut de page

Bibliographie

Andreau 1974 = J. Andreau, Les affaires de Monsieur Jucundus, Rome, 1974 (Collection de l’EFR, 19).

Andreau 1980 = J. Andreau, Pompéi : mais où sont les vétérans de Sylla ?, dans REA, 82, 1980, p. 183-199.

Antico Gallina 1997 = M. Antico Gallina, “Locus datus decreto decurionum”. Riflessioni topografiche e giuridiche sul suburbium attraverso i tituli funerari, dans Epigraphica, 59, 1997, p. 205-224.

Antolini 2010 = S. Antolini, Le ‘‘altre’’ tribù nella regio V, dans Picus, 30, 2010, p. 9-31.

Castrén 1975 = P. Castrén, Ordo populusque Pompeianus. Polity and Society in Roman Pompeii, Rome, 1975 (Acta Instituti Romani Finlandiae, 8).

Camodeca 2003 = G. Camodeca, L’attività dell’ordo decurionum nelle città della Campania dalla documentazione epigrafica, dans CCG, 14, 2003 p. 173-186.

Camodeca 2008 = G. Camodeca, I ceti dirigenti di rango senatorio equestre e decuroniale della Campania romana, Naples, 2008.

Camodeca 2010 = G. Camodeca, Regio I (Latium et Campania) : Campania, dans Silvestrini 2010, p. 179-183.

Chiavia 2002 = C. Chiavia, Programmata. Manifesti elettorali nella colonia romana di Pompei, Turin, 2002. 

D’Ambrosio – De Caro 1983 = A. D’Ambrosio, S. De Caro, Un impegno per Pompei. Fotopiano e documentazione della necropoli di Porta Nocera, Milan, 1983.

D’Ambrosio – De Caro 1987 = A. D’Ambrosio, S. De Caro, La necropoli di Porta Nocera. Campagna di Scavo 1983, dans P. Zanker, H. von Hesberg (dir.), Römische Gräberstrassen : Selbstdarstellung, Status, Standard. Kolloquium in München vom 28. bis 30. Oktober 1985, Munich, 1987, p. 199-228.

Forni 1977 = G. Forni, Il ruolo della menzione della tribù nell’onomastica romana, dans L’onomastique latine (Paris, 13-15 octobre 1975), Paris, 1977 (Colloques internationaux du CNRS, 564), p. 73-101.

Forni 1966 = G. Forni, “Doppia tribù” di cittadini e cambiamenti di tribù romane. Possibile connessione con l’esercizio dei diritti politici in municipi e colonie, dans Tetraonyma. Miscellanea Graeco-romana, Gênes, 1966 (Pubblicazioni dell’Istituto di Filologia Classica dell’Università di Genova, 25), p. 139-155.

Franklin 1980 = J.L. Franklin, Pompeii. The electoral programmata campaigns and politics, A.D. 71-79, Rome, 1980 (Papers and monographs of the American academy in Rome, 28).

Jongman 1978-1979 = W.M. Jongman, M. Obellius M.f. Firmus, Pompeian Duovir, dans Talanta, 10-11, 1978-1979, p. 62-65.

Milano – Pistarino 2008 = I. Milano, V. Pistarino, Le iscrizioni sepolcrali con una formula LDDD in Italia, dans C. Berrendonner, M. Cébeillac-Gervasoni, L. Lamoine (dir.), Le quotidien municipal dans l’Occident romain, Clermont-Ferrand, 2008, p. 687-713.

Mouritsen 1988 = H. Mouritsen, Elections, magistrates and municipal elite. Studies in Pompeian epigraphy, Rome, 1988 (Analecta Romana Instituti Danici. Supplementum, 15).

Pistarino 2014 = V. Pistarino, L(ocus) d(atus) d(ecreto) d(ecurionum). La concessione di spazi pubblici nelle comunità cittadine dell’Italia romana, thèse de doctorat, université de Bologne, 2014.

Salomies – Solin 1988 = O. Salomies, H. Solin, Repertorium nominum gentilium et cognominum Latinorum, Hildesheim, 1988.

Schulze 1904 = W. Schulze, Zur Geschichte lateinischer Eigennamen, Berlin, 1904.

Silvestrini 2010 = M. Silvestrini (dir.), Le tribù romane. Atti della XVIe Rencontre sur l’épigraphie (Bari, 8-10 ottobre 2009), Bari, 2010 (Scavi e ricerche, 19).

Taylor 1960 = L.R. Taylor, The voting districts of the Roman Republic. The thirty-five urban and rural tribes, Rome, 1960 (Papers and Monographs of the American Academy in Rome, 20).

Thomas 1996 = Y. Thomas, Origine et commune patrie. Étude de droit public romain (89 av. J.-C. – 212 ap. J.-C.), Rome, 1996 (Collection de l’EFR, 221).

Todisco 1999 = E. Todisco, I veterani in Italia in età imperiale, Bari, 1999 (Documenti e studi, 22).

Willems 1887 = P. Willems, Les élections municipales à Pompéi, Paris, 1887.

Zevi 1996 = F. Zevi, Pompei dalla città sannita alla colonia sillana. Per un’interpretazione dei dati archeologici, dans M. Cébeillac-Gervasoni (dir.), Les élites municipales de l’Italie péninsulaire des Gracques à Néron. Actes de la table ronde de Clermont-Ferrand, 28-30 novembre 1991, Naples-Rome, 1996 (Collection du Centre Jean Bérard, 13 ; Collection de l’EFR, 215), p. 125-138.

Haut de page

Notes

1 Programme de recherche de l’École française de Rome en collaboration avec l’École Pratique des Hautes Études (UMR 8546 CNRS ENS PSL-Paris AOrOc), l’université de Lille (Centre de recherches Halma), la société archéologique Evéha International et la Soprintendenza archeologica di Pompei, avec la participation de la fondation ARPAMED, du laboratoire d’anthropologie de Bordeaux, de la société Archeodunum et de l’Institut Universitaire de France. Le programme est dirigé par William Van Andringa (École Pratique des Hautes Études), Thomas Creissen (Evéha International) et Henri Duday (CNRS).

2 W. Van Andringa, H. Duday, S. Lepetz et al., Mourir à Pompéi : fouille d’un quartier funéraire de la nécropole romaine de Porta Nocera (2003-2007), 2 vol. , 2013. La fouille des nouveaux secteurs est présentée chaque année : W. Van Andringa, Th. Creissen, H. Duday (dir.), La necropoli romana di Porta Nocera a Pompei. Campagna 2017, dans Fasti Online – FOLDER-it-2018-420 ; La nécropole romaine de Porta Nocera à Pompéi. Campagne 2017, dans Chronique des activités archéologiques de l’EFR, 2018, http://journals.openedition.org/cefr/1946 ; La necropoli di Porta Nocera a Pompei : nascita e sviluppo di un paesaggio funerario romano (I sec. a.C. – I sec. d.C.). Rapporto della campagna 2016, dans Fasti Online – FOLDER-it-2017-384 ; La nécropole romaine de Porta Nocera à Pompéi : naissance et développement d’un paysage funéraire romain (Ier siècle av. J.-C. – Ier siècle apr. J.-C.). Campagne 2016, dans Chronique des activités archéologiques de l’EFR, 2017, http://cefr.revues.org/1702 ; Scavo 2015 della necropoli romana di Porta Nocera a Pompei : nascita e sviluppo di un paesaggio funerario romano (I sec. a.C. – I sec. d.C.), dans Fasti Online – FOLDER-it-2016-363 ; La nécropole romaine de Porta Nocera à Pompéi : naissance et développement d’un paysage funéraire romain (Ier siècle av. J.-C. – Ier siècle apr. J.-C.). Campagne 2015, dans Chronique des activités archéologiques de l’EFR, 2016, http://cefr.revues.org/1528 ; Scavo 2014 della necropoli romana di Porta Nocera a Pompei : il settore 26 OS, Fasti Online – FOLDER-it-2015-334 ; La nécropole romaine de Porta Nocera à Pompéi : le secteur 26 OS (campagne 2014), Chronique des activités archéologiques de l’EFR, 2015, http://cefr.revues.org/1352.

3 Sur la borne au sud-ouest, la tribu Voturia est abrégée de manière tout à fait standard, avec les trois initiales VOT de la tribu et sur celle au sud-est, avec sa variante VET, moins fréquente (en péninsule italique, outre la borne 4536, l’abréviation VET pour Veturia n’est assurée que dans trois inscriptions : CIL XIV, 230 ; CIL VI, 32911 ; CIL VI, 32526). Sur les deux bornes, la tribu est mentionnée après l’indication du patronyme, suivant par là l’usage ordinaire.

4 Les limites en profondeur sont dictées par l’espace disponible, bordé au sud par le monument 13 OS de M(arcus) Octavius (D’Ambrosio – De Caro 1983, 13 OS et 15 OS).

5 La fouille de cet enclos a été achevée lors de la campagne 2019. La synthèse stratigraphique et les analyses des ossements humains et du mobilier devraient permettre de préciser prochainement l’histoire de cet enclos ; les datations proposées dans cet article s’en trouveront sans doute légèrement modifiées.

6 Selon Henri Duday, l’individu de la sépulture 1F16 est un homme adulte probablement assez âgé.

7 AE 1990, 179a.

8 La mention de l’édilité sur la stèle indique simplement que celle-ci a été installée dans une phase antérieure à la dédicace de l’enclos qui mentionne le duumvirat occupé par Caius Veranius.

9 AE 1990, 179b.

10 AE 1990, 179c.

11 Son fils (AE 1990, 179c) et son affranchie (AE 1990, 179b).

12 AE 1990, 179a.

13 D’Ambrosio – De Caro 1987, p. 210. Cette hypothèse est ensuite reprise par H. Mouritsen (Mouritsen 1988, p. 109).

14 CIL IV, 3952.

15 CIL IV, 170, 187, 200, et sans doute également CIL IV, 181, 191, 193, 270, 3670, 5352, 7160 et 7193.

16 CIL IV, 3340 : t. 142, t. 143, t. 147 et t. 150. Sur L. Veranius Hypsaeus, Andreau 1974 ; Castrén 1975, p. 236-237 ; Franklin 1980, p. 102 ; Mouritsen 1988, p. 155.

17 CIL IV, 3340 : t. 142.

18 Castrén 1975, p. 236 et p. 270-271. Cette hypothèse est suivie par C. Chiavia (Chiavia 2002, p. 146 et 319).

19 L’inscription en question (CIL IV, 9) utilise l’accusatif, ce qui suggère effectivement que le personnage était candidat à des élections, de même que son emplacement, en dessous d’un autre titulus pictus (CIL IV, 8), cette fois en faveur de M. Artorius, canditat au duumvirat. Ces inscriptions électorales figuraient entre les nos 51 et 52 de la Via Fortuna et sont classées parmi les programmata antiquissima du CIL ce qui conduit P. Castrén à les dater de la première génération de la colonie (80-49 av. J.-C.). Le texte donné pour CIL IV, 9 est : … ANIVM COCLM. La restitution du gentilice Veranius et, à plus forte raison, celle du praenomen Lucius, proposées par R. Guarini, s’avèrent donc hypothétiques. En particulier, la terminaison en -anius se retrouve très souvent dans les gentilices attestés à Pompéi (Albanius, Avianius, Canius, Granius, Laecanius, Thoranius…). Quant au cognomen Coclus (ou Cocles ?), il semble lui aussi sujet à caution puisque K. Zangemeister précise que, là encore, le texte est incertain et qu’il aurait lui-même plutôt lu COQ…

20 Une autre attestation des Veranii à Pompéi pourrait provenir d’une inscription électorale fragmentaire d’époque néronienne (CIL IV, 7283 : VE … VM QVINQ). M. Della Corte propose d’identifier l’individu à un Vesonius ; c’est la restitution qui est en général suivie (Castrén 1975, p. 238), même si celle suggérée par J.L. Franklin notamment, à savoir Ve[rani]um quinq(uennalem), reste tout à fait possible (Franklin 1980, p. 57).

21 Le dossier des Q. Postumii, étudié par G. Camodeca, présente le cas relativement analogue d’une famille de magistrats pompéiens, attestés au moins sur trois générations successives ; cette gens, probablement originaire du Latium, serait arrivée en Campanie, à Pompéi notamment, au plus tard à l’époque augusto-tibérienne (Camodeca 2008, p. 277-293).

22 Sur les tribus romaines, Silvestrini 2010 ; en particulier pour les tribus attestées en Campanie, Camodeca 2010.

23 Au nord notamment, puisque c’est dans cette tribu que furent usuellement enregistrés les citoyens de la colonie d’Antium à partir de 338. L’inscription des citoyens ostiens à la Voturia aurait été la norme jusqu’au Ier siècle apr. J.-C., époque à laquelle cette tribu semble progressivement remplacée par une tribu urbaine, la Palatina, peut-être sous l’impulsion de Trajan (Taylor 1960, p. 42, p. 80, p. 89, p. 276 et p. 322-323).

24 Taylor 1960, p. 276.

25 L’existence au début de l’Empire d’une tribu prédominante dans chaque cité amène à parler, par commodité, de « tribu de telle cité », même si, au départ, la tribu est une attribution personnelle, liée à la gens de chaque individu.

26 Taylor 1960, p. 322-323.

27 Outre Pompéi, c’est aussi le cas d’Herculanum, de Stabies, de Sorrente et de Nocera. Les citoyens de Misène en revanche étaient usuellement inscrits dans la Claudia et ceux de Naples dans la Maecia (Taylor 1960, p. 161 ; Camodeca 2010, p. 181).

28 Respectivement CIL X, 1403c, CIL X, 1758 et ILS, 8269 (cf. tableau 2 pour un catalogue des inscriptions mentionnant la Voturia en Campanie).

29 Si le changement de tribu per domicilii translationem existait bien, il n’était absolument pas systématique : G. Forni conclut en l’absence de norme en la matière, en particulier parce que le citoyen concerné avait la possibilité de garder sa tribu originelle et parce qu’un tel transfert devait être laissé à la discrétion du magistrat en charge du recensement (Forni 1966, p. 148-149).

30 Un cognomen ethnique ou un patronyme particulier auraient par exemple pu nous permettre d’émettre des hypothèses sur l’origo du personnage.

31 Schulze 1904 ; Salomies – Solin 1988.

32 À savoir Antium, Ostie, Caere, Plaisance et Bergame.

33 Les auteurs remercient chaleureusement O. Salomies pour ses commentaires éclairants sur le Q. Veranius de notre étude, en particulier sur la discordance entre sa tribu et celle de Q. Veranius, consul de 49, vraisemblablement rattaché, de même que les Veranii lyciens, à la Clustumina.

34 Le changement de tribu per deductionem in coloniam est l’un des motifs envisagés par G. Forni pour expliquer les « doubles tribus » de citoyens romains (Forni 1966, p. 144-147). Outre l’acquisition d’une propriété terrienne (qui est, en fait, un cas général de la déduction de colonie), l’auteur évoque également le changement de tribu pour les affranchis, celui per adoptionem, per animaduersionem censoriam, per praemium legis et per domicilii translationem (Forni 1966, p. 145-148).

35 Todisco 1999, p. 202-204 ; Thomas 1996, p. 91-93 (en particulier n. 24). Y. Thomas insiste sur le contraste entre les tribus des colons avant et après l’époque augustéenne : « Dans l’ancien système, qui remonte au plus tard à Sylla, chacun conservait donc apparemment sa tribu personnelle d’origine. Dans le nouveau, qui n’est pas antérieur à Auguste, l’homogénéité semble être requise : le citoyen d’une cité est juridiquement attaché et à cette cité et à la tribu de cette cité » (Thomas 1996, p. 92-93).

36 S. Antolini utilise des raisonnements similaires dans son étude sur les « autres » tribus de la regio V : la chercheuse examine en particulier les témoignages d’époque tardo-républicaine et augustéenne provenant de cités ayant reçu des groupes de colons. Selon elle, l’association de l’époque des inscriptions et du contexte colonial est un argument fort permettant de supposer que les individus ayant une tribu différente de celle de la cité en question sont des colons ou des descendants de colons ayant conservé leur tribu d’origine (Antolini 2010, p. 20-23).

37 Castrén 1975, p. 236-237.

38 Castrén 1975, p. 231.

39 Castrén 1975, p. 235.

40 Castrén 1975, p. 85-124. Sur la proximité des descendants de colons avec les sphères du pouvoir pompéien à l’époque augustéenne en particulier, cf. Castrén 1975, p. 97-98.

41 D’ailleurs Quintus Veranius reçut une parcelle moins prestigieuse – car située plus à l’écart de l’accès à la ville – que les Veii ou les Tullii dont les enclos funéraires se trouvent à proximité immédiate des portes de l’enceinte urbaine.

42 Sur les débats relatifs à l’installation des colons syllaniens à Pompéi, cf. notamment Andreau 1980 et Zevi 1996.

43 Bien que la tribu soit le propre des citoyens romains, ces derniers choisissent en général de l’omettre dans leur onomastique ou dans celle de leurs proches. G. Forni arrive au constat amer que l’indication, ou non, de la tribu résulte d’un choix personnel qu’il est le plus souvent difficile d’expliquer davantage, faute de données (Forni 1977, p. 77).

44 Thomas 1996, p. 92-93. De même, E. Todisco conclut : « Resta, dunque, per le iscripzioni di veterani della prima metà del I d.C., la difficoltà di stabilire se la tribù ricordata sia quella originaria del veterano o quella della nuova comunità di insediamento. » (Todisco 1999, p. 204).

45 L’officialité de cette décision est déjà marquée par les formules loc. publice d. ex d. d. et locum pub. dat. ex d. d.

46 Sur la vingtaine de cas recensés par V.E. Pistarino d’espaces publics concédés à des particuliers en contexte funéraire à Pompéi, seules cinq inscriptions mentionnent la tribu du dédicataire (il s’agit à chaque fois de la Menenia). Pour un catalogue et une étude de ces inscriptions, Pistarino 2014, p. 74-87 et p. 271-275.

47 Pour des parallèles à Pompéi et en Campanie, Antico Gallina 1997 ; Camodeca 2003 ; Milano – Pistarino 2008 et Pistarino 2014. On trouvera une analyse de l’utilisation de l’adverbe publice au lieu de l’adjectif publicus dans Camodeca 2003, p. 178-180 et Pistarino 2014, p. 210-218. Sur la variété des formules utilisées en contexte funéraire pour la mention de terrains attribués à frais publics, Pistarino 2014, p. 60-72.

48 AE 2004, 405 : D. Lucretius Valens avait été admis gratuitement parmi les décurions dès l’âge de huit ans. Il fut édile puis duumvir et obtint de Claude le rang équestre.

49 Eph. Epigr. VIII, 330 : Marcus Tullius, duumuir iure dicundo à trois reprises, quinquennalis, augure et tribunus militum a populo, fit construire à ses frais et sur un terrain lui appartenant le temple de Fortune Auguste. Pour un renvoi aux inscriptions correspondantes, Castrén 1975, p. 231.

50 CIL X, 998.

51 À Pompéi, sur l’ensemble des vingt-trois inscriptions (pour 21 tombes) mentionnant la concession d’un espace public en contexte funéraire, quatorze précisent que le dédicataire a revêtu au moins une prêtrise (Augustalis ou sacerdos publica), une magistrature municipale (aedilis, duumuir iure dicundo, quinquennalis) ou une charge honorifique (tribunus militum a populo) (cf. tableau 3). Pour certaines inscriptions moins bavardes (au moins trois : PN 32EN, Eph. Epigr. VIII, 330 et CIL X, 997), le rôle dans la vie civique ou religieuse locale du bénéficiaire du locus sepulturae est avéré par d’autres inscriptions. Seules deux inscriptions précisent que le don a été fait honoris causa (NSA 1961, p. 192 et PN 11ES ; toutes deux proviennent de la nécropole de Porta Nocera). Et dans un cas seulement les motifs d’une telle décision sont explicités : c’est en raison de sa générosité que Decimus Lucretius Valens reçoit un locus sepulturae de la part de l’ordo decurionum (AE 2004, 405). Ce magistrat municipal avait en effet offert à la cité, avec son père, des jeux de gladiateurs et une chasse (gladiatorum XXXV paria c[um eorum suppositiciis et] / legitima venatione dedit).

52 CIL X, 1019. T. Terentius Felix Maior fut édile dans les années 52-60 apr. J.-C.

53 CIL X, 1024. Aulus Umbricius Scaurus, ancien duumuir iure dicundo, reçoit également à l’occasion de ses funérailles une statue équestre sur le forum.

54 AE 1911, 72 = AE 1913, 70. Caius Vestorius Priscus, qui fut édile, devait être promis à une belle carrière municipale car en dépit du jeune âge auquel il mourut (22 ans), il reçut des décurions l’honneur d’obtenir un locus sepulturae.

55 AE 1913, 71.

56 Jongman 1978-1979, p. 62-65. Ce sont même 5000 sesterces qui sont offerts par les décurions pour les funérailles de Marcus Obellius Firmus, ancien édile et duumuir iure dicundo ; celui-ci reçoit en outre de la part des pagani 30 livres d’encens ainsi qu’un bouclier (clipeus) et de leurs ministres 1000 sesterces pour les parfums et un autre bouclier.

57 PN 32EN : D’Ambrosio – De Caro 1983, 32 EN.

58 Castrén 1975, p. 219.

59 CIL X, 802.

60 CIL X, 831.

61 PN 11 ES : D’Ambrosio – De Caro 1983, 11 ES.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan général de la nécropole de Porta Nocera avec la localisation de l’enclos des Veranii.
Crédits Conception Fr. Fouriaux @MPN.
Titre Fig. 2 – Photogrammétrie de la Zone B (Porta Nocera Est).
Légende État lors de la campagne 2018. A et B marquent l’emplacement des bornes inscrites. À l’intérieur de 1F (enclos des Veranii), les cavités montrent l’emplacement des sépultures.
Titre Fig. 3 – Photogrammétrie de la façade de l’enclos.
Légende Les deux bornes marquent les limites est et ouest du lot attribué aux Veranii. La façade architecturée est, dans un deuxième temps, superposée à l’espace borné, dans le cadre d’une recomposition familiale portée par Verania Clara, affranchie du père de Caius Veranius Rufus.
Crédits Conception J. Laiho @MPN.
Titre Fig. 4 – La borne ouest 4535.
Crédits Cliché Fl. Giraud @MPN.
Titre Fig. 5 – Texte de la borne 4535.
Crédits Cliché Fl. Giraud @MPN.
Titre Fig. 6 – Les traces de peinture rouge indiquent que l’inscription était surlignée et par conséquent bien visible depuis la route.
Crédits Cliché W. Van Andringa @MPN.
Titre Fig. 7 – La borne est 4536.
Crédits Cliché W. Van Andringa @MPN.
Titre Fig. 8 – La borne 4536 apparaît après le premier décapage.
Légende Le niveau atteint par la fouille est celui de 79 apr. J.-C. La première ligne était par conséquent encore visible, la borne n’étant pas recouverte par l’enduit de la façade.
Crédits Cliché Fl. Giraud @MPN.
Titre Fig. 9 – Une fois la borne 4536 installée, un trottoir est aménagé en cuvette.
Légende Les couches de terre battue rajoutées correspondent à un rehaussement du trottoir venu masquer les trois dernières lignes de l’inscription.
Crédits Cliché W. Van Andringa @MPN.
Titre Fig. 10 – La borne 4535, fichée dans le terre-plein qui forme le terrain de l’enclos funéraire.
Crédits Cliché Fl. Giraud @MPN.
Titre Fig. 11 – Coupe nord-sud du trottoir de l’enclos 1F.
Légende Les lettres A, B, C, D marquent les différentes phases d’aménagements, depuis le premier état de la route de Nocera au rehaussement du talus contemporain de la construction de la façade à fronton.
Crédits Photogrammétrie Fl. Giraud @MPN.
Titre Fig. 12 – L’enclos 1F en cours de fouille.
Légende On distingue l’aménagement en galets du trottoir, contemporain de la construction de la façade architecturée. À cette époque, seule la partie supérieure de la borne ouest est visible. À l’intérieur de l’enclos, on distingue les deux stèles mitoyennes de Verania Clara et C. Veranius Rufus, édile. La photographie donne une idée relativement précise de l’aspect du lot funéraire à l’époque tibéro-claudienne.
Crédits Cliché Fl. Giraud @MPN.
Titre Fig. 13 – Titulus de l’enclos 1F.
Légende L’affranchie Verania Clara pour Veranius Rufus, elle-même et les siens.
Crédits Cliché Fl. Giraud @MPN.
Titre Fig. 14 – À l’intérieur de l’enclos, l’alignement des sépultures disposant d’un marquage de surface.
Légende Les deux stèles en marbre marquent l’emplacement des sépultures de Verania Clara et C. Veranius Rufus.
Crédits Cliché DR @MPN.
Titre Fig. 15 – Les deux stèles de Verania Clara et C. Veranius Rufus.
Crédits Cliché SAP @Parco Archeologico di Pompei.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Patrick Duchemin, Aude Durand et William Van Andringa, « Locum publice datum ex decreto decurionum », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité, 132-1 | -1, 231-248.

Référence électronique

Jean-Patrick Duchemin, Aude Durand et William Van Andringa, « Locum publice datum ex decreto decurionum », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En ligne], 132-1 | 2020, mis en ligne le 07 décembre 2020, consulté le 26 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/mefra/9233 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mefra.9233

Haut de page

Auteurs

Jean-Patrick Duchemin

Université de Lille — duchemin.jean-patrick@neuf.fr

Aude Durand

École pratique des hautes études — aude.durand@etu.ephe.psl.eu

William Van Andringa

École pratique des hautes études – Institut universitaire de France —william.vanandringa@ephe.psl.eu

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search