Navigation – Plan du site

AccueilNuméros132-1Le projet ANR CaecinaLe projet ANR CAECINA

Le projet ANR Caecina

Le projet ANR CAECINA

Stéphane Bourdin et Vincent Jolivet
p. 5-6

Texte intégral

1CAECINA – Contacts et Acculturation dans l’Étrurie Classique : Images, Notions, Artefacts – est un projet de recherche fondamentale coordonné par Stéphane Bourdin pour l’École française de Rome et par Vincent Jolivet pour l’UMR 8546 (AOrOc), qui associait également, en tant que responsables d’axes, Thierry Lejars, Grégoire Poccardi, Sara Nardi Combescure et Gilles van Heems. Débuté en juin 2014, le projet a pris fin en octobre 2017. Il a bénéficié d’une aide de l’ANR à hauteur de 272 760 €, et de l’appui de différentes institutions : École normale supérieure de Paris, PSL Research University Paris, labex TransferS.

2Notre objectif était de contribuer au désenclavement de la discipline en approfondissant la question des rapports entre le monde étrusque et ses voisins au travers d’un certain nombre de case studies, pour la plupart relatifs aux VIe-IIIe siècles av. J.-C., articulés en fonction de quatre axes principaux : territoire et frontières ; sociétés étrusque et celte ; contacts maritimes ; évolution de la langue étrusque.

3L’enquête se devait de partir du berceau historique de l’Étrurie, où la fouille de la tombe monumentale de Grotte Scalina (Vincent Jolivet, Edwige Lovergne) a permis d’établir des liens directs, et insoupçonnés, entre les aristocraties étrusque et macédonienne au début de l’époque hellénistique. Elle a été aussi menée sur les marges de ce territoire, au travers de prospections réalisées à la frontière entre l’Étrurie et l’Ombrie (Luca Desibio) et par une réflexion plus large sur les systèmes fortifiés d’Italie centrale (Stéphane Bourdin). L’enrichissement de deux bases de données participe également de ce travail d’approfondissement de nos connaissances relatives à l’Étrurie propre (ICAR, pour l’iconographie étrusque, Natacha Lubtchansky, Annick Fenet) et envisagée aussi dans le contexte géographique plus large dans lequel elle s’inscrit, avec la Base Fer et l’Atlas de l’Âge du Fer (Katherine Gruel, Veronica Cicolani, Julie Leone), qui disposent à présent pour l’Italie d’un corpus nourri de sites étrusques. L’enquête menée sur les relations entre les Étrusques et les peuples du Nord de l’Italie s’est traduite par une une série d’études menées sur du mobilier celtique (Thierry Lejars), ou sur des nécropoles d’Émilie Romagne, comme celle de Felsina (Linda Papi), et des Marches (Maurizio Landolfi, Paola Piana Agostinetti). Le littoral a fait l’objet de fouilles programmées sur le site de Castrum Novum (Flavio Enei, Sara Nardi Combescure, Grégoire Poccardi), qui documentent plus particulièrement les étapes de la romanisation du site. Enfin, l’étude concomitante de la langue a été abordée dans un cadre théorique général (Gilles van Heems), mais aussi à travers des cas précis (Gilles van Heems, E. Middei), qui permettent de rendre compte de l’évolution de la société étrusque au contact de ses voisins, tout en contribuant à l’enrichissement de la base épigraphique BEIGE.

4Compte tenu de la diversité de ces approches, les méthodes mises en œuvre devaient recourir nécessairement à la panoplie traditionnelle des activités archéologiques, de la fouille et de la prospection à l’étude, à la publication et à la mise en ligne sous forme de bases de données. Mais celles-ci ont été complétées, dans plusieurs domaines, par le recours à des technologies avancées, notamment dans l’étude des artefacts en bronze par radiographie X et tomographie (Montefortino), des analyses de contenu (Grotte Scalina), ou encore par l’approche géophysique des sites archéologiques (Castrum Novum, Pyrgi, Grotte Scalina), la numérisation 3D (Montefortino, Grotte Scalina) ou l’emploi du drone (Grotte Scalina).

5En termes de résultats, tout en contribuant à l’enrichissement de plusieurs bases de données, ce projet a permis d’affiner nos connaissances des rapports, pacifiques ou non, établis entre les Étrusques et leur voisins, proches (Ombriens, Celtes, Romains) ou plus éloignés (peuples d’Italie centrale, Macédoniens), à partir de sites choisis pour leur caractère représentatif de tendances fortes de l’évolution de la société étrusque. Sans prétendre nullement à l’exhaustivité, il nous aide à mieux appréhender les multiples influences qui ont présidé à l’évolution de la nation étrusque, jusqu’à son incorporation complète dans le monde romain.

6La production issue de ce projet se décline sous une vaste gamme de publications :
– en ligne, Atlas de l’Âge du Fer, ICAR et BEIGE mettent à la disposition des chercheurs un volume important de données concernant l’archéologie, l’iconographie et la langue étrusques ;
– sous forme de monographies, avec les volumes consacrés à la fouille de Castrum Novum, à la civilisation de Golasecca ou à la tombe étrusque de Grotte Scalina ;
– sous formes d’articles parus dans des revues spécialisées ou de vulgarisation en langues française, italienne et anglaise.

7On trouvera dans ces pages une partie des communications du colloque international qui s’est tenu à l’École française de Rome les 2 et 3 octobre 2017. Compte tenu du volume déjà important de publications antérieures en lien avec ce projet, nous avons choisi de ne présenter ici qu’une partie de ces contributions, celles qui ont fait l’objet de publications récentes ou qui seront bientôt publiées de manière définitive n’étant présentées ici que sous une forme résumée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Bourdin et Vincent Jolivet, « Le projet ANR CAECINA », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité, 132-1 | -1, 5-6.

Référence électronique

Stéphane Bourdin et Vincent Jolivet, « Le projet ANR CAECINA », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En ligne], 132-1 | 2020, mis en ligne le 24 novembre 2020, consulté le 26 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/mefra/9763 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mefra.9763

Haut de page

Auteurs

Stéphane Bourdin

Université Lumière Lyon 2 – stephane.bourdin@univ-lyon2.fr

Articles du même auteur

Vincent Jolivet

UMR 8546 – AOrOc, CNRS, ENS-PSL — vincent.jolivet@ens.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search