Navigation – Plan du site

AccueilNuméros132-1Le projet ANR CaecinaTerritoire et frontièresLa tombe monumentale de Grotte Sc...

Le projet ANR Caecina
Territoire et frontières

La tombe monumentale de Grotte Scalina (Viterbe)

Nouveaux acquis, nouvelles hypothèses
Vincent Jolivet et Edwige Lovergne
p. 7-15

Résumés

La tombe rupestre de Grotte Scalina, sommairement documentée autour de 1900, n’a été redécouverte qu’en 1998. Il s’agit de l’une des plus grandes tombes étrusques d’époque hellénistique connues, dont le seul parallèle architectural à ce jour est la tombe Lattanzi de Norchia qui date, comme elle, du dernier quart du IVe siècle av. J.-C. Avec ses deux étages à colonnes surmontées d’un fronton, elle semble s’inspirer directement de l’entrée monumentale des palais macédoniens de Vergina et de Pella. Sa vaste salle de banquet constitue un unicum dans le panorama de l’architecture funéraire méditerranéenne de ce temps, tandis que ses deux chambres funéraires, dans lesquelles les défunts étaient séparés par genre, ont été apparemment soigneusement orientées en fonction des principes rituels de la cosmologie étrusque. Mais toutes deux sont postérieures d’un demi-siècle environ à la tombe : la première chambre funéraire pourrait se trouver derrière la façade, sous un imposant tumulus.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Avec le précieux soutien d’Alfonsina Russo, alors surintendante de la Soprintendenza Archeologia, (...)
  • 2 Outre les nombreux fouilleurs qui se sont succédé sur la fouille de Grotte Scalina (Donato – Joliv (...)

1Initié dès 20101, le projet d’étude et de fouille de la tombe monumentale de Grotte Scalina, située à mi-distance entre Viterbe et Tuscania, a pu bénéficier de financements de l’UMR 8546 du CNRS, du département des Études Anciennes de l’École normale supérieure de Paris, de la fondation CARIVIT de Viterbe et, à partir de 2014, d’un soutien décisif de l’ANR CAECINA2. Bien au-delà d’une simple reprise d’étude d’une nouvelle tombe étrusque, de surcroît déjà largement pillée – alors que l’on peut considérer à juste titre que les études étrusques ont déjà fait la part trop belle à l’archéologie funéraire aux dépens des habitats –, cette opération portait sur un monument en tous points exceptionnel. Elle nous a offert l’opportunité de réfléchir ultérieurement au thème des contacts et de l’acculturation développés dans le cadre du projet CAECINA en permettant en particulier de repenser radicalement la place de l’Étrurie, au début de l’époque hellénistique, sur l’échiquier politique du monde méditerranéen.

2Les recherches menées sur la tombe ont déjà fait l’objet de plusieurs publications : nous nous limiterons donc ici à présenter le monument et les recherches effectuées au cours de ces dernières années, tout en suggérant des hypothèses qui représentent donc surtout le témoignage d’une étape de notre réflexion sur ce remarquable complexe, sur lequel les fouilles ne sont pas términées.

La tombe monumentale

  • 3 Voir, en dernier lieu, Donato – Jolivet 2018.
  • 4 Synthèse sur les fouilles et bibliographie dans Jolivet 2013.
  • 5 Différentes considérations invitent à penser que ces niches, plutôt qu’à une triade de divinités g (...)
  • 6 Il s’agit manifestement, du fait de ses dimensions et de sa position, du lit du chef de famille.
  • 7 Sphinx, griffon ou chimère – mais peut-être également des compositions plus ambitieuses, comme à g (...)

3La tombe rupestre monumentale de Grotte Scalina3, connue autour de 1900, perdue par la suite, redécouverte en 1998 et fouillée à partir de 2010, se trouve à une dizaine de kilomètres à l’ouest de Viterbe (fig. 1), isolée à 1,5 km, au nord/nord-est du site hellénistique et romain de Musarna4. Sa façade (fig. 2-3) présente une largeur totale de 14 m pour une hauteur de 12 m. Au niveau inférieur du monument, le tuf a été entièrement nivelé pour créer une plateforme d’une surface de quelque 400 m2 divisée en deux niveaux par un gradin qui marque l’accès à une salle d’environ 4,90 × 9,90 m, pour une hauteur de 6 m, dont la paroi du fond est occupée en son centre par une fausse porte haute de 4 m pour une largeur de 2,60 m maximum, au-dessus de laquelle ont été creusées trois niches à fond plat5. À l’origine entièrement stuquée et peinte de différentes couleurs, comme probablement le reste de la tombe, cette salle présente une façade scandée par deux colonnes colossales à base moulurée (diam. 1,90 m), encadrées par deux pilastres. Elle était traversée sur toute sa profondeur, selon un usage par ailleurs bien attesté à Castel d’Asso, par le dromos donnant accès à l’hypogée principal du complexe. De part et d’autre de ce dromos, le long des parois, une banquette continue haute de 0,60 m pour 1,10 m de largeur est divisée de chaque côté en trois lits disposés en équerre, dotés chacun d’un appuie-coude ; leur longueur varie entre 1,50 et 1,85 m, à l’exception du premier lit de gauche, qui est long de 3,50 m6. Devant chaque pilastre, une base rectangulaire surélevée de quelques centimètres, de 1,60 × 2,30 m environ, était certainement destinée à installer une sculpture apotropaïque, probablement en pierre volcanique grise, le nenfro7.

Fig. 1 – Vue générale par drone de l’ensemble site, depuis le sud-est.

Fig. 1 – Vue générale par drone de l’ensemble site, depuis le sud-est.

B. Houal.

Fig. 2 – État actuel de la tombe, depuis le sud.

Fig. 2 – État actuel de la tombe, depuis le sud.

M. Letizia.

Fig. 3 – Relevé photogrammétrique de la tombe, depuis le sud.

Fig. 3 – Relevé photogrammétrique de la tombe, depuis le sud.

B. Houal.

4Sur le côté gauche de la tombe, un escalier large de 1,30 m, formé à l’origine de 25 marches environ, permettait d’accéder à une terrasse intermédiaire, plus profonde que la salle de banquet (5,60 m), mais haute seulement de 4 m, couvrant une superficie d’environ 53 m2, aujourd’hui presque entièrement effondrée. De part et d’autre de cet espace, au nord-est duquel subsiste une base de pilastre, un escalier permettait de gagner le niveau supérieur du monument ; le mieux conservé, à l’est, est large de 1,40 m et présente 11 marches. Deux escaliers donnent accès à deux salles rectangulaires hypèthres de 2,20 × 3 m, séparées par un espace de 7,80 m occupé par le toit à double pente de la tombe, équipé d’un large columen au centre et de deux poutres sur les côtés – un dispositif qui implique, en façade, la présence d’un fronton, probablement décoré.

La restitution de la façade

  • 8 Donato – Jolivet 2018, p. 24-26.
  • 9 Gargana 1935.
  • 10 Rosi 1925, p. 39.

5Une grande partie de la tombe s’est effondrée, et la restitution de sa façade est compliquée par l’absence complète de blocs tombés, qui ont été dégagés dans le courant du XVIe siècle au moment du réinvestissement du site, transformé en lieu de culte chrétien non loin de la grande route de pèlerinage médiéval et moderne, la via Francigena8. On peut hésiter entre deux solutions, proposées ici encore à titre d’hypothèses. La première, dictée par le parallèle avec la seule tombe similaire connue à ce jour, la tombe Lattanzi de Norchia9, inviterait à proposer un retrait de la façade et du toit de la tombe par rapport à la salle de banquet (fig. 4) ; la restitution de cette tombe, que G. Rosi jugeait très préliminaire, voici bientôt un siècle10 (mais qui elle a été reprise depuis un peu partout de manière acritique), ne peut toutefois en aucun cas être considérée comme assurée. La seconde, qui pose davantage de problèmes de statique, mais qui peut sembler architecturalement plus satisfaisante, sur la base des parallèles proposés plus loin avec l’architecture des palais macédoniens, porterait à restituer une file de quatre à six colonnes au-dessus de celles de la salle de banquet (fig. 5). Si, dans le cas de la tombe de Grotte Scalina, nous ne pouvons guère espérer étayer ultérieurement la restitution grâce à de nouvelles découvertes, la reprise des recherches sur la tombe Lattanzi, conservée aujourd’hui en très grande partie en position de chute, pourrait permettre de contrôler la restitution qui en a été proposée – même si nous ne pouvons être complètement sûrs que la façade des deux monuments, qui présentent par ailleurs plusieurs différences architecturales significatives, était bien la même.

Fig. 4 – Hypothèse de restitution, étage intermédiaire en retrait.

Fig. 4 – Hypothèse de restitution, étage intermédiaire en retrait.

G. Chapelin.

Fig. 5 – Hypothèse de restitution, colonnade sur deux niveaux.

Fig. 5 – Hypothèse de restitution, colonnade sur deux niveaux.

B. Houal.

Les deux chambres funéraires : une division par genre

  • 11 Donato – Jolivet 2018, p. 20.

6Nous connaissons actuellement deux chambres funéraires appartenant à ce complexe. Le dromos principal de la tombe, orienté sud/nord, est long de 15 m pour une profondeur maximale de 6,25 m et une largeur comprise entre 0,95 et 1 m. Il porte dans une chambre subrectangulaire aux contours irréguliers de 5 × 6 m, dotée d’un pilastre décentré, dans laquelle étaient conservés 8 sarcophages de nenfro dont un seul présentait un couvercle figuré masculin, dérobé dans les années 1970. Tous les indicateurs de genre conservés dans la tombe (inscription, couvercle de sarcophage, éléments de lance en fer) se rapportent à la sphère masculine. Perpendiculairement, en avant de la salle de banquet, un second dromos orienté ouest/est, long de 7,25 m, n’est profond que de 3,90 m. Il donne accès à une chambre funéraire également subrectangulaire, de 5,50 × 6 m, creusée de manière très irrégulière, qui contenait quatre sarcophages de nenfro. À la différence de la chambre principale, les indicateurs de genre (deux inscriptions matronymiques, miroir, fiaschetta et éléments de cistes en bronze, fard rose) renvoient tous au monde féminin. Il semble donc que la famille titulaire de la tombe ait séparé les défunts par genre, en fondant cette répartition sur les subdivisions de la sphère céleste : le dromos de la première tombe pointe vers le domaine de Tinia Cilens, épiclèse du dieu veillant sur les portes en contexte funéraire, celui de la seconde tombe vers celui d’Uni11. Le couple formé par Zeus/Tinia et Héra/Uni se réfléchissait ainsi dans la disposition des deux chambres funéraires. On est fondé à se demander si la déviation marquée du dromos principal par rapport à la façade – alors que la réalisation de l’ensemble du monument exigeait manifestement, de la part de ses créateurs, une rigueur extrême dans les mesures et les orientations –, ne procède pas de la volonté d’axer rituellement celui-ci dans une direction très précise, qui n’était pas exactement perpendiculaire à la façade de la tombe.

7Cette division par genre était probablement appliquée dans une partie au moins des rites funéraires : elle pourrait expliquer, ici comme dans d’autres tombes rupestres monumentales, la présence de deux escaliers distincts d’accès au sommet de la tombe, celle des deux salles latérales auxquels ils donnent accès à Grotte Scalina, ou suggérer que les hommes et les femmes ne prenaient pas place de la même manière au banquet. Division des genres, mais aussi domination masculine, puisque la tombe principale – du fait de sa position, de sa profondeur et de son lien avec la salle de banquet – était réservée aux hommes, un choix qui pourrait s’expliquer par les caractéristiques de la société aristocratique tarquinienne de ce temps, au sein de laquelle le long conflit avec Rome avait conféré poids accru aux valeurs militaires masculines.

Chronologie : à la recherche d’un premier hypogée

  • 12 On relève également la présence d’un peigne en os, qui tend à confirmer la présence de femmes aux (...)

8En effet, les éléments les plus anciens de la tombe, retrouvés à l’extérieur de celle-ci ou dans le dromos de la chambre principale, et donc probablement utilisés au cours des banquets12, sont des fragments de coupes falisques à figures rouges (Gruppo del Foro) ou à vernis noir estampillée de production tarquinienne (Gruppo delle Pareti Sottili). Avec l’exemple de la tombe jumelle de Norchia, la tombe Lattanzi, qui a livré des sarcophages datés du début de l’époque hellénistique, ces éléments invitent à dater sa réalisation autour de 320 av. J.-C. En revanche, le mobilier retrouvé dans les chambres, qui ne semble pas antérieur au second quart du IIIe siècle, serait donc postérieur à la conquête romaine. Ce qui suggère, avec l’écart considérable entre la monumentalité de la façade et la médiocrité de l’architecture des chambres et de leurs sarcophages, l’existence d’une ou de deux chambres qui auraient pu accueillir les deux premières générations de défunts.

  • 13 La tombe de la Mercareccia (Jolivet 2011, p. 228-230), ou deux tombes plus modestes de la nécropol (...)

9Cette hypothèse nous a amenés à diligenter différentes recherches géophysiques. Celles menées à l’intérieur de la tombe par Stefano Urbini (Istituto Nazionale di Geofisica e Vulcanologia) en juillet 2016 ont révélé qu’il existait probablement, au centre de la chambre, un puits rectangulaire de l’ordre de 1 × 2 m (fig. 6), qui pouvait corroborer l’hypothèse d’une chambre funéraire creusée au-dessous de celle que nous connaissons, selon un dispositif bien attesté, par ailleurs, dans certaines tombes de Tarquinia13. La perforation réalisée à cet emplacement en 2017, jusqu’à une profondeur 15 m, au travers de terrains meubles, a cependant permis d’exclure la présence de toute cavité. Le puits repéré par la prospection correspond donc vraisemblablement à un test réalisé à l’époque étrusque, sans succès, à la recherche de couches de tuf plus compactes.

Fig. 6 – À l’intérieur de l’hypogée principal de la tombe, la prospection géophysique a mis en évidence la présence d’un puits rectangulaire creusé au centre de la chambre.

Fig. 6 – À l’intérieur de l’hypogée principal de la tombe, la prospection géophysique a mis en évidence la présence d’un puits rectangulaire creusé au centre de la chambre.

S. Urbini.

  • 14 À proximité immédiate de la façade de la tombe hellénistique, au sud-est de celle-ci, un petit tum (...)
  • 15 Il serait tentant d’attribuer à ce monument le fragment d’architrave en nenfro découvert en remplo (...)
  • 16 Papi 2010.

10Il était donc probable que ce premier hypogée, s’il a bien existé, avait été réalisé dans le banc de tuf compact correspondant à la façade, et son accès aménagé derrière celle-ci – une solution qui n’est pas documentée ailleurs, mais que la nature géologique du site a pu rendre nécessaire, compte tenu de l’investissement considérable déjà représenté, en amont, par la réalisation de la façade. La prospection géophysique réalisée en octobre 2018 par Gianluca Catanzariti (3DGEOIMAGING) à l’extrémité du champ qui surmonte la tombe (fig. 7), dont nous savons qu’elle a été occupée aux XIIe-XIIIe siècles par un petit site fortifié, a bien mis en évidence, au nord, le fossé défensif de celui-ci, mais surtout une tranchée aménagée dans le banc de tuf qui dessine une imposante structure circulaire, d’une quarantaine de mètres de diamètre. L’hypothèse d’une motte médiévale, si elle n’est pas à exclure, demeure peu probable aussi bien pour des raisons géographiques (on ne connaît pas de site de ce type dans le Latium septentrional) que chronologique (ces mottes sont datées plutôt des IXe-Xe siècles). Il pourrait donc s’agir d’un tumulus, de dimensions voisines de celles de certains des plus grands tumuli de Tarquinia ou de Cerveteri (fig. 8). Il serait tentant d’y voir un tumulus orientalisant appartenant à la même famille que celle qui a fait réaliser la tombe rupestre quelque deux siècles plus tard, au début de l’époque hellénistique14. Toutefois, l’hypothèse la plus vraisemblable semble être qu’il s’agisse d’un tumulus d’inspiration néo-orientalisante, conçu pour abriter le premier hypogée du complexe hellénistique. Cette hypothèse pourrait être étayée par la présence repérée en 2016, un peu plus à l’est, d’une carrière d’extraction de gros blocs de tuf, apparemment contemporaine de la tombe, dont les blocs ont pu servir à délimiter le pourtour du tumulus15. Cette opération de revival du passé étrusque, qui pourrait être également destinée à signaler la position de la tombe monumentale depuis la voie antique reliant Tuscania à Sorrina-Viterbe, ne serait pas isolée : dans la nécropole de Monte Abatone, à Cerveteri, la tombe Torlonia, contemporaine, présente un dispositif analogue (fig. 9)16. Tout ce secteur a été nivelé et décaissé dans les années soixante-dix du siècle dernier, mais la présence du tumulus, qui a pu fournir un point d’observation élevé, pourrait également contribuer à expliquer l’implantation du site médiéval à cet emplacement.

Fig. 7 – Les prospections géophysiques réalisées sur le plateau, au-dessus de la tombe, mettent en évidence, outre la présence d’un fossé médiéval, au nord, une vaste structure circulaire.

Fig. 7 – Les prospections géophysiques réalisées sur le plateau, au-dessus de la tombe, mettent en évidence, outre la présence d’un fossé médiéval, au nord, une vaste structure circulaire.

L. Catanzariti.

Fig. 8 – Hypothèse d’interprétation de la structure circulaire comme tumulus scellant les tombes les plus anciennes du complexe funéraire.

Fig. 8 – Hypothèse d’interprétation de la structure circulaire comme tumulus scellant les tombes les plus anciennes du complexe funéraire.

G. Chapelin.

Fig. 9 – Un parallèle contemporain possible : la tombe Torlonia de Cerveteri.

Fig. 9 – Un parallèle contemporain possible : la tombe Torlonia de Cerveteri.

Papi 2010, fig. 12.

11La campagne réalisée sur le site en juillet 2019 n’a pas permis de trancher cette question, considérablement compliquée par la présence d’interventions d’époque médiévale, attestées par des traces de carrière et un abondant mobilier des XIIe-XIIIe siècles. Toutefois, la présence d’une large tranchée curviligne dans le banc géologique, le long de laquelle de gros blocs de tuf effondrés, certainement antiques, attestent qu’elle était surmontée par un mur en grand appareil, pourrait indiquer que ces vestiges sont à mettre en relation avec la krepis d’un tumulus. La poursuite des travaux devrait permettre de lever ces doutes.

Une ouverture sur le monde méditerranéen

  • 17 Voir en dernier lieu Ambrosini 2018, p. 196-206.
  • 18 Colonna 1970, I, p. 163-168.
  • 19 La description la plus complète demeure à ce jour celle figurant dans Bianchi Bandinelli 1929, p.  (...)
  • 20 Descamps – Lequime – Charatzopoulou 2011, p. 287-293 (Vergina) et 294-295 (Pella).
  • 21 Jolivet 2016 ; sur les rapports entre l’Étrurie hellénistique et la Macédoine, en dernier lieu, Jo (...)

12À la différence des grandes tombes rupestres monumentales connues à ce jour, l’architecture de la tombe de Grotte Scalina (et celle de la tombe Lattanzi17) ne se réfère pas à un palais aristocratique (tomba Grande de Castel d’Asso18), ni à un temple (tomba Ildebranda de Sovana19). À cette époque précoce, le seul modèle dont elle ait pu s’inspirer – quelle que soit la restitution qu’on en propose – est celui des propylées monumentaux des palais macédoniens de Philippe II et d’Alexandre le Grand, à Pella et, surtout, à Vergina20, qui étaient appelés à exercer une influence considérable sur l’architecture d’une bonne partie du monde méditerranéen antique, et bien au-delà (fig. 10). Elle témoigne donc très vraisemblablement de contacts directs entre les membres des élites étrusques et macédoniennes21 : liens d’amitié, familiaux, commerciaux, et probablement diplomatiques, avec sans doute l’idée de la part des Étrusques d’obtenir une intervention macédonienne contre Rome en Italie centrale, et de la part des Macédoniens celle de disposer d’alliés dans le cadre de leur projet de conquête de l’Occident. Cette dernière hypothèse mérite d’autant plus d’être considérée que la tombe de Grotte Scalina a de bonnes chances d’être celle de la gens aristocratique à l’origine de la fondation de la cité toute proche de Musarna, en direction de laquelle est orientée la façade monumentale de la tombe. En effet, dans cette colonie militaire de Tarquinia au plan rigoureusement orthonormé, soigneusement conçue en fonction des plus récents acquis de la poliorcétique, les tombes à chambres sont alors inconnues, tandis que les simples tombes a cassone, le plus souvent individuelles, reflètent l’isonomie des premiers colons. Si tel est bien le cas, il ne serait guère surprenant de constater, après la conquête romaine, que le statut de la grande famille de Grotte Scalina, encore anonyme, et qui devait être au premier plan de la lutte contre Rome, semble avoir été radicalement redimensionné, si l’on en juge par la qualité moyenne des sarcophages et du mobilier retrouvé dans les deux hypogées, qui ont apparemment été occupés, sans solution de continuité, jusqu’au milieu du IIe siècle av. J.-C.

Fig. 10 – La tombe du Jugement de Lefkadia, du début de l’époque hellénistique, reproduit l’architecture des propylées des palais de Pella et de Vergina.

Fig. 10 – La tombe du Jugement de Lefkadia, du début de l’époque hellénistique, reproduit l’architecture des propylées des palais de Pella et de Vergina.

Descamps-Lequime – Charatzopoulou 2011, fig. 63.

13Au cours de ces prochaines années, nos recherches devraient s’orienter dans deux directions convergentes : l’exploitation des données de la prospection géophysique à Grotte Scalina, avec l’espoir de mettre au jour l’hypogée originaire du complexe funéraire ; la reprise de la fouille de la tombe Lattanzi, dont on peut penser que tous les éléments d’architecture et de décor effondrés se trouvent encore aujourd’hui au pied de la falaise de tuf dans laquelle elle a été creusée, et qui devraient livrer des indications fondamentales pour la restitution architecturale des deux monuments.

Bibliographie du site

14La fouille de Grotte Scalina a fait l’objet, chaque année, d’une fiche dans les FastiOnline (http://www.aiac.org) et d’un compte rendu synthétique publié dans la chronique des activités archéologiques de l’École française de Rome : V. Jolivet, E. Lovergne, La tombe monumentale de Grotte Scalina, dans Chronique des activités archéologiques de l’École française de Rome, 2010-2017, http://cefr.revues.org/​255, 860, 1042, 1333, 1498 et 1653 ; https://journals.openedition.org/​cefr/​1987 et 2801.
Un volume monographique paru en 2018 résume les acquis de la fouille en les insérant dans un contexte culturel, géographique et chronologique plus large : M.P. Donato, V. Jolivet (dir.), Eredità etrusca. Il caso singolare della tomba monumentale di Grotte Scalina (Viterbe), Vetralla, 2018 (Archeologia, città e territorio, 5).

15Présentations synthétiques

16V. Jolivet, E. Lovergne, La tomba rupestre monumentale di Scalina (VT), dans L. Mercuri, R. Zaccagnini (dir.), Etruria in Progress. La ricerca archeologica in Etruria meridionale, Rome, 2014, p. 165-170.
V. Jolivet, E. Lovergne, Architecture palatiale macédonienne, architecture funéraire étrusque : la tombe monumentale de Grotte Scalina (Viterbe), dans J.M. Álvarez, T. Nogales, I. Rodà (dir.), Centro y periferia en el mundo clásico. Actas XVIII Congreso Internacional Arqueología Clásica, II, 2014, p. 515-519.
V. Jolivet, E. Lovergne, La tombe rupestre monumentale de Grotte Scalina (Étrurie méridionale), dans RA, 2016, p. 155-162.

17Études spécifiques

18C. Berrendonner, G. van Heems, Ager Tarquiniensis (Grotte Scalina), REE, dans StEtr, sous presse.
G. Amicucci, P. Catalano, V. Jolivet, E. Lovergne, Réinvestissement et pillage d’une tombe monumentale étrusque : Grotte Scalina (Viterbe), 9e Rencontre du Gaaf, à paraître.
V. Jolivet, E. Lovergne, Architecture funéraire étrusque, affirmation gentilice, dans M. Arizza (dir.), Società e pratiche funerarie a Veio. Dalle origini alla conquista romana, Roma, 2019, p. 89-107.
V. Jolivet, Le banquet funéraire dans l’Étrurie rupestre hellénistique, dans L’Etruria delle necropoli rupestri, XXIX convegno di Studi Etruschi ed Italici, à paraître.

19Articles de vulgarisation

20V. Jolivet, E. Lovergne, L. Pesante, Le due vite di un monumento, dans Archeo, 376, juin 2016, p. 26-38.
V. Jolivet, E. Lovergne, Etruscan Puzzle: The Monumental Tomb of Grotte Scalina, dans World Archaeoloy, 80, 2016, p. 26-30.
V. Jolivet, E. Lovergne, The Monumental Tomb of Grotte Scalina: Solved and Unsolved Questions, dans Etruscan News, 18, 2017, p. 10.
V. Jolivet, E. Lovergne, Tarquinia contre Rome : la tombe monumentale de Grotte Scalina, Dossiers de l’Archéologie hors-série, décembre 2019, p. 56-61.

Haut de page

Bibliographie

Ambrosini 2018 = L. Ambrosini, Norchia III. Le Tombe a Tempio, con un’appendice sulla Tomba Lattanzi, Rome, 2018 (Le necropoli rupestri dell’Etruria meridionale, 4).

Colonna 1970 = E. Colonna di Paolo, G. Colonna, Castel d’Asso, Rome, 1970.

Descamps – Lequime – Charatzopoulou 2011 = S. Descamps-Lequime, K. Charatzopoulou (dir.), Au royaume d’Alexandre le Grand. La Macédoine antique, cat. d’expo., Paris, 2011.

Donato – Jolivet 2018 = M. P. Donato, V. Jolivet (dir.), Eredità etrusca. Il caso singolare della tomba monumentale di Grotte Scalina (Viterbe), Vetralla, 2018.

Gargana 1935 = A. Gargana, Note per lo studio architettonico della tomba Lattanzi di Norchia, dans Bollettino Municipale. Comune di Viterbo, 8, 1935, p. 3-9.

Jolivet 2011 = V. Jolivet, Tristes portiques. Sur le plan canonique de la maison étrusque et romaine des origines au principat d’Auguste, Rome, 2011 (BEFAR, 342).

Jolivet 2013 = V. Jolivet, Cività Musarna tra passato, presente ed avvenire, FOLD&R 2013 : www.fastionline.org/docs/FOLDER-it-2013-283.pdf.

Jolivet 2016 = V. Jolivet, Macedonia and Etruria at the beginning of the Hellenistic period : A direct link, dans D. Katsonopoulou, E. Partida (dir.), ΦΙΛΕΛΛΗΝ/PHILHELLENE. Essays presented to Stephen G. Miller [τιμητικός τόμος για τον Καθηγητή Στέφανο Μίλλερ], Athènes, 2016, p. 317-333.

Jolivet 2018 = V. Jolivet, Un astre se lève à l’Occident. À propos d’une monnaie étrusque de Tuscania, dans V. Cicolani, J. Genechesi, E. Hiriart (dir.), Numismatique et archéologie en Europe. Mélanges Katherine Gruel, Paris, 2018, p. 151-156.

Jolivert – Lovergne 2018 = V. Jolivet, E. Lovergne, La tombe monumentale de Grotte Scalina et la Tuscia viterbaise, dans Chronique des activités archéologiques de l’École française de Rome, 2019, http://journals.openedition.org/cefr/2801.

Jolivet – Motta 2009 = V. Jolivet, L. Motta, Musarna : Macchia del Conte Vecchia, REE, dans SE, 75, 2009, p. 252-253.

Papi 2010 = R. Papi, Il tumulo Torlonia di Caere, Rome, 2010.

Rosi 1925 = G. Rosi, Sepulcral architecture as illustrated by the rock facades of Central Etruria, dans JRS, 15, 1925, p. 1-59.

Serra Ridgway 1997 = F.R. Serra Ridgway, Lo scavo nel fondo Scataglini a Tarquinia, Milan, 1997.

Haut de page

Notes

1 Avec le précieux soutien d’Alfonsina Russo, alors surintendante de la Soprintendenza Archeologia, Belle Arti e Paesaggio per l’area metropolitana di Roma, la provincia di Viterbo e l’Etruria meridionale, et des différents responsables de la surintendance, en particulier les inspectrices Valeria D’Atri (jusqu’en 2016) et Maria Letizia Arancio (depuis 2017)

2 Outre les nombreux fouilleurs qui se sont succédé sur la fouille de Grotte Scalina (Donato – Jolivet 2018, p. 7-8), dont Anaïs Daumont-Marx (Paris) et Pascal Neaud (Inrap, Reims), qui ont exercé la responsabilité de différents secteurs de la fouille, notre dette est particulièrement importante envers Guilhem Chapelin (Centre Jean Bérard, Naples), pour sa réflexion architecturale sur le monument, Benjamin Houal (Paris), pour ses travaux de relevé et ses survols de drone, et Mario Letizia (Rome), pour le travail photographique réalisé sur la tombe. Que tous en soient ici remerciés.

3 Voir, en dernier lieu, Donato – Jolivet 2018.

4 Synthèse sur les fouilles et bibliographie dans Jolivet 2013.

5 Différentes considérations invitent à penser que ces niches, plutôt qu’à une triade de divinités génériques, étaient destinés aux bustes des trois juges des Enfers, Éaque, Minos et Rhadamante, ainsi invités à participer au banquet funéraire : Jolivet – Lovergne 2018, 8.

6 Il s’agit manifestement, du fait de ses dimensions et de sa position, du lit du chef de famille.

7 Sphinx, griffon ou chimère – mais peut-être également des compositions plus ambitieuses, comme à gauche de la façade de la tombe Lattanzi, où la sculpture peut être interprétée comme la scène de l’enlèvement d’Europe : ibid, eo loco.

8 Donato – Jolivet 2018, p. 24-26.

9 Gargana 1935.

10 Rosi 1925, p. 39.

11 Donato – Jolivet 2018, p. 20.

12 On relève également la présence d’un peigne en os, qui tend à confirmer la présence de femmes aux banquets funéraires.

13 La tombe de la Mercareccia (Jolivet 2011, p. 228-230), ou deux tombes plus modestes de la nécropole du fonds Scataglini (Serra Ridgway 1997, II, tombes 169-170, pl. 42-44).

14 À proximité immédiate de la façade de la tombe hellénistique, au sud-est de celle-ci, un petit tumulus (diam. 8 m environ), datable du dernier quart du VIe siècle, abritait deux tombes probablement destinées à un couple (Donato – Jolivet 2018, p. 15 et 43-47).

15 Il serait tentant d’attribuer à ce monument le fragment d’architrave en nenfro découvert en remploi dans un four à chaux, à quelque 700 m de distance vers le nord-ouest : seules trois lettres sont conservées ([- - -]pas[- - -]), mais leurs dimensions indiquent que le bloc appartenait à un monument important – probablement funéraire (Jolivet – Motta 2009).

16 Papi 2010.

17 Voir en dernier lieu Ambrosini 2018, p. 196-206.

18 Colonna 1970, I, p. 163-168.

19 La description la plus complète demeure à ce jour celle figurant dans Bianchi Bandinelli 1929, p. 76-100.

20 Descamps – Lequime – Charatzopoulou 2011, p. 287-293 (Vergina) et 294-295 (Pella).

21 Jolivet 2016 ; sur les rapports entre l’Étrurie hellénistique et la Macédoine, en dernier lieu, Jolivet 2018.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Vue générale par drone de l’ensemble site, depuis le sud-est.
Crédits B. Houal.
Titre Fig. 2 – État actuel de la tombe, depuis le sud.
Crédits M. Letizia.
Titre Fig. 3 – Relevé photogrammétrique de la tombe, depuis le sud.
Crédits B. Houal.
Titre Fig. 4 – Hypothèse de restitution, étage intermédiaire en retrait.
Crédits G. Chapelin.
Titre Fig. 5 – Hypothèse de restitution, colonnade sur deux niveaux.
Crédits B. Houal.
Titre Fig. 6 – À l’intérieur de l’hypogée principal de la tombe, la prospection géophysique a mis en évidence la présence d’un puits rectangulaire creusé au centre de la chambre.
Crédits S. Urbini.
Titre Fig. 7 – Les prospections géophysiques réalisées sur le plateau, au-dessus de la tombe, mettent en évidence, outre la présence d’un fossé médiéval, au nord, une vaste structure circulaire.
Crédits L. Catanzariti.
Titre Fig. 8 – Hypothèse d’interprétation de la structure circulaire comme tumulus scellant les tombes les plus anciennes du complexe funéraire.
Crédits G. Chapelin.
Titre Fig. 9 – Un parallèle contemporain possible : la tombe Torlonia de Cerveteri.
Crédits Papi 2010, fig. 12.
Titre Fig. 10 – La tombe du Jugement de Lefkadia, du début de l’époque hellénistique, reproduit l’architecture des propylées des palais de Pella et de Vergina.
Crédits Descamps-Lequime – Charatzopoulou 2011, fig. 63.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Jolivet et Edwige Lovergne, « La tombe monumentale de Grotte Scalina (Viterbe) », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité, 132-1 | -1, 7-15.

Référence électronique

Vincent Jolivet et Edwige Lovergne, « La tombe monumentale de Grotte Scalina (Viterbe) », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En ligne], 132-1 | 2020, mis en ligne le 07 décembre 2020, consulté le 26 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/mefra/9772 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mefra.9772

Haut de page

Auteurs

Vincent Jolivet

UMR 8546-AOrOc, CNRS, ENS-PSL — vincent.jolivet@ens.fr

Articles du même auteur

Edwige Lovergne

UMR 8546-AOrOc, CNRS, ENS-PSL — edwigelovergne@hotmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search