Navigation – Plan du site

AccueilNuméros132-1Le projet ANR CaecinaTerritoire et frontièresSystèmes fortifiés et frontières ...

Le projet ANR Caecina
Territoire et frontières

Systèmes fortifiés et frontières dans l’Italie centrale apennine

Stéphane Bourdin
p. 37-49

Résumés

On associe traditionnellement en Italie centrale (Ombrie, Abruzzes, Molise) les sites fortifiés sur des sommets, occupés à l’époque préromaine, à des frontières fortifiées. Si l’on voit les cités étrusques renforcer la défense militaire de leurs confins aux IVe-IIIe siècles, les enceintes mises en évidence dans l’Apennin interne remontent plutôt au premier Âge du Fer et sont occupées ou réoccupées parfois sur une longue période, à l’époque romaine ou au Moyen Âge. L’étude des habitats fortifiés des Vestins et des Péligniens en particulier a permis de reconstituer les complexes dynamiques de peuplement de ces territoires.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sur le concept de frontière dans l’Antiquité et la matérialité des frontières entre cités, cf. Dav (...)
  • 2 Bourdin 2012, p. 498.

1Parler de frontières pour les populations antiques revient à manipuler des notions diverses, qui ne se recouvrent pas complètement. La frontière, espace de transition entre deux autorités politiques, n’a pas systématiquement de matérialité, ou plutôt, les éléments matériels qui la signalent sont de différents types (délimitations marquées par des bornes, des repères naturels, des sanctuaires, des fortifications etc.)1. En outre, les frontières, résultat d’un rapport de force momentané entre deux autorités politiques, sont bien évidemment mouvantes et, d’une façon générale, le produit d’une évolution historique. La frontière marque donc la limite d’une autorité politique, d’une cité, et le passage sous l’autorité politique d’une autre communauté, qu’elle soit étrusque ou qu’elle se réclame d’une autre identité ethnique (ombrienne, falisque ou latine par exemple). Il n’y a donc pas, en théorie, de différence matérielle entre une frontière intra-ethnique ou une frontière inter-ethnique ; dans les deux cas, on se trouve dans un espace de tangence entre deux autorités politiques2.

  • 3 Ibid., p. 429-513.

2On s’est intéressé par le passé au fonctionnement de zones de frontières inter-ethniques, comme la Versilia et la vallée du Magra, entre Ligures et Étrusques, ou la moyenne et basse vallée du Tibre, où sont en contact les territoires des cités étrusques, falisques et des communautés ombriennes et sabines3. Je voudrais ici concentrer plutôt l’attention sur un aspect du problème, la présence de fortifications, voire de systèmes fortifiés, dans les espaces de frontière en Italie centrale, c’est-à-dire la zone de confins entre les cités étrusques et le monde ombrien et sabin, et au-delà sur l’organisation des zones plus internes, sur le versant méridional du Gran Sasso, où sont localisés les Sabins, les Vestins, les Péligniens et les Èques.

Les enceintes en Italie centrale, des Pélasges aux peuples préromains

  • 4 Gerhard 1829. Dans le même premier volume des Annali de 1829 est aussi discuté un ouvrage de Willi (...)
  • 5 Les théories de Petit-Radel ont été présentées dans une série de communications et de mémoires à l (...)
  • 6 Stieglitz 1801 ; Sickler 1810 (et cf. dans le même numéro, la réponse de Petit-Radel « Réponse de (...)
  • 7 Promis 1836.
  • 8 Fonte-a-Nive 1887.
  • 9 Mariani 1901.
  • 10 Savignoni – Mengarelli 1901.
  • 11 Lugli 1957, p. 66-83.

3Le problème de la datation et de l’interprétation des enceintes préromaines, qu’il s’agisse des enceintes urbaines d’Étrurie et du Latium, des enceintes sommitales de l’Apennin central ou de Lucanie ou des murs polygonaux, servant de soubassement pour divers édifices comme dans le Latium ou le Cicolano, occupe les esprits depuis le début du XIXe siècle ; c’est notamment l’un des premiers thèmes dont se saisit l’Institut de Correspondance archéologique dès sa fondation à Rome en 18294. Le débat a, pendant la première moitié du XIXe siècle, opposé Louis-Charles-François Petit-Radel (1756-1836), qui avait élaboré une théorie faisant des murs « cyclopéens » ou « polygonaux » des fortifications construites à l’époque des migrations des Pélasges (telles que les rapportait Denys d’Halicarnasse)5, à des savants plus « raisonnables », comme C.L. Stieglitz ou J.-C. Sickler, partisans d’une datation à l’époque romaine de ces ouvrages6. Avec les travaux de Carlo Promis à Alba Fucens7, la synthèse raisonnée de Rodolfo Fonte-a-Nive8, les fouilles d’Antonio Di Nino et Luciano Mariani au Curino di Alfedena9 et surtout les fouilles de Luigi Savignoni et Raniero Mengarelli à Norba, qui montrent que le remplissage de la terrasse en appareil polygonal du temple de Junon Lucina peut être daté à l’époque républicaine, tandis que le matériel le plus ancien de la ville ne remonte pas au-delà du VIe siècle10, l’attribution de ces enceintes « polygonales » à des époques très reculées s’est évanouie. On considère désormais que les enceintes « polygonales », que Giuseppe Lugli a proposé en 1957 de classer en 4 manières, du plus irrégulier vers l’opus quadratum, correspondent à des phases historiques11 : en gros, à partir de la fin du VIIe siècle pour la première manière, jusqu’au IIe siècle pour la quatrième manière (fig. 1).

Fig. 1 – Les quatre manières de l’appareil polygonal.

Fig. 1 – Les quatre manières de l’appareil polygonal.

D’après Lugli 1957.

  • 12 Sur les enceintes d’Ombrie, cf. Fontaine 1990. Point de vue général sur la question, dans Fontaine (...)
  • 13 Palombi – Tabolli – Viani 2013.
  • 14 Bartoloni – Pulcinelli 2016.

4Ce classement des enceintes et ces travaux ont donc permis d’aboutir à une chrono-typologie assez précise des murailles des colonies latines de la plaine pontine, des cités étrusques, des villes d’Ombrie12, non sans réserver parfois quelques surprises : on tend en effet actuellement à réévaluer les datations de certains circuits fortifiés, soit pour montrer, comme à Cori, qu’ils comprennent plusieurs phases (première moitié du Ve siècle, puis IVe-IIIe siècles)13, soit pour invalider une datation communément acceptée, comme à Véies où l’enceinte considérée comme archaïque de la Piazza d’Armi recouvre en réalité des tranchées agricoles d’époque romaine et correspond à une reconstruction médiévale14.

  • 15 Maiuri 1927, 1929 et 1930.
  • 16 Maiuri 1946.
  • 17 Colonna 1962.
  • 18 Zanco 1981.

5La situation n’a pas évolué de la même manière dans les zones internes. Dès la fin de la seconde guerre mondiale, Amedeo Maiuri, à qui l’on devait le signalement dans les années 1920-1930, de plusieurs circuits fortifiés du Nord de la Campanie15, regrettait que cette région demeurât une « zona grigia » de l’archéologie16. Malgré quelques études pionnières, comme les sondages conduits en 1962 par Giovanni Colonna à Terravecchia di Sepino17 ou par Ornella Zanco en 1965-1966 à Roccacasale18, aucune fouille d’envergure n’avait encore été conduite sur les fortifications des zones montagneuses.

  • 19 Conta Haller 1978 ; Ceruleo 1980 ; Grossi 1981 ; Mattiocco 1981a et b ; Tomei 1981 ; Mattiocco 198 (...)
  • 20 Schmiedt 1970 ; Tartara 2003.

6En revanche, de nombreuses opérations de prospections (Giuseppe Grossi chez les Marses, Andrew Slade et Frank Van Wonterghem chez les Péligniens, Ezio Mattiocco chez ces mêmes Péligniens, chez les Vestins et dans le Samnium, Piero Ceruleo et Maria Antonietta Tomei dans la vallée de l’Aniene, Gioia Conta Haller et Domenico Caiazza en Campanie et plus récemment Stephen Oakley dans le Samnium)19 avaient permis de dresser des corpus d’enceintes, globalement considérées comme préromaines. À cela s’ajoutait la documentation photographique, en particulier les photographies de la RAF, qui révélaient la présence de fortifications sommitales dans toute la région20.

  • 21 Conta Haller 1978.

7La datation de ces enceintes demeurait approximative et on avait plutôt tendance à les mettre en relation avec les événements militaires qui s’étaient déroulés dans la région, c’est-à-dire en premier lieu les guerres contre Rome, entre le Ve siècle (pour la Sabine, les Èques et les Volsques) et les IVe-IIIe siècles (pour le reste de l’Italie centrale, en particulier le Samnium et la Campanie). G. Conta Haller en particulier, dans son enquête sur la vallée du Volturne, identifiait une vingtaine de fortifications, qu’elle classait en fonction de la forme de leur circuit (circulaire, semi-circulaire…) et de leur position (sommitale, de versant)21. Tout en admettant, sur la base du matériel découvert en surface, que leur construction remontait peut-être au VIe siècle, elle tendait à les dater des IVe-IIIe siècles et à les interpréter comme un vaste système de défense anti-romain, élaboré par les Samnites, et abandonné à l’issue de ce long conflit.

8L’idée que les fortifications sommitales pouvaient constituer des systèmes fortifiés pour contrôler les confins s’est donc progressivement imposée.

Des systèmes de défense intégrés ?

  • 22 D.H., 9, 20.
  • 23 D.H. 9, 15 et 18-23.
  • 24 De Cristofaro – Santoloni Giordani 2005 ; jugement plus nuancé dans De Cristofaro – Piergrossi 201 (...)
  • 25 Broise – Jolivet 1997 ; Bourdin 2012, p. 491 sq. Sur les frontières de Tarquinia, cf. Pulcinelli 2 (...)
  • 26 Bonamici – Rosselli – Taccola 2013.
  • 27 Cerasuolo – Pulcinelli 2010.
  • 28 Cappuccini 2012.
  • 29 Prayon 2005.
  • 30 Corretti 2012 ; Mascione – Salerno 2013 ; Cambi – Di Paola – Pagliantini 2013.
  • 31 Moltesen – Brandt 1994.
  • 32 Strab. 5, 3, 5.

9En Étrurie ou dans le Latium, les exemples ne manquent pas de sites fortifiés, en particulier à l’époque hellénistique, destinés à protéger les confins du territoire d’une cité. Les sources littéraires font allusion à des phrouria, comme Signurium, forteresse construite à la hâte par les Romains pour tenter de bloquer l’avancée de Porsenna22, ou encore le phrourion occupé par les Fabii de 479 à leur défaite définitive en 47723 et, d’une manière générale, la ripa Veiens, la frontière entre Rome et Véies était parsemée d’agglomérations fortifiées (Poggioverde, S. Agata), qui assuraient le contrôle de l’une ou l’autre cité sur ces territoires disputés24. Certains sites, un des plus célèbres étant Musarna sur le territoire de Tarquinia25, ont été interprétés comme des agglomérations fortifiées, voire des colonies, destinées à renforcer les confins de cités. Des fouilles récentes ont permis de documenter la présence de forteresses sur les confins des cités étrusques, comme le Monte Spazzavento, qui protège le territoire de Pise26, celle de Rofalco qui protège le territoire de Vulci27, celle de Poggio Civitella sur les confins du territoire de Chiusi28, celle de la Castellina del Marangone sur les confins de Caere29, les fortins de l’île d’Elbe et du territoire de Populonia30 etc. Dans le Latium, la fouille de La Giostra par l’Institut Danois, à 14 km de Rome, a mis au jour une agglomération de 2,45 ha, protégée par une enceinte datée de la seconde moitié du IVe siècle, qui est interprétée comme une fondation romaine, destinée à protéger la limite méridionale de l’ager Romanus, après la défaite des Fourches Caudines, qui faisait craindre une offensive samnite31 ; Strabon signale d’ailleurs des incursions samnites dans le secteur d’Ardée et Laurentum32.

  • 33 Sur Copio, Desibio 2016.
  • 34 Cifani 2003, p. 195.

10La frontière entre Ombriens et Étrusques était elle aussi probablement marquée par la présence d’ouvrages de fortification : comme le note Gabriele Cifani, Volsinies, dès la première moitié du VIe siècle réorganise son territoire, entre le Paglia et la Vezza, en créant les habitats de Castellaro et Monterado et en renforçant les avant-postes au-delà du Tibre (Copio33, Mossa del Palio)34. Ce réseau de castella est réactivé et même densifié dans un second temps, au IVe siècle.

  • 35 Cenciaioli 1996 ; Matteini Chiari 1996 ; Bonomi Ponzi 2014.
  • 36 Lilli 2003.

11On suppose que l’Ombrie connaît une évolution parallèle, avec l’apparition de sites fortifiés marquant les confins de Pérouse, de Gubbio et les enceintes découvertes en photographie aérienne dans les Monti Martani ont pu être interprétées comme des fortifications de confins35 : Monte Il Cerchio, S. Erasmo di Cesi36 etc., de même que le réseau mis en évidence autour de Colfiorito, qui en protègerait les pâturages.

  • 37 La Regina 1975.

12Pour les zones sabelliques, Adriano La Regina a mis cette répartition des enceintes sommitales en relation avec le contrôle des itinéraires de transhumance37. Ainsi, le long du tratturo Castel di Sangro-Lucera, il note la présence des fortifications de Carovilli, Chiauci (Colle S. Onofrio), Civitanova del Sannio et Duronia, qui serviraient avant tout à contrôler les déplacements des troupeaux entre les pâturages d’estive de la zone d’Aufidena et les secteurs d’hivernage sur le Tavoliere, autour de Luceria.

  • 38 D’Ercole – Martellone 2005 et 2007.

13Ce raisonnement a été étendu à l’ensemble des populations sabelliques et on a tenté de mettre en évidence la présence de vastes systèmes fortifiés, destinés à défendre en profondeur le territoire et les itinéraires qui le parcourent. En Sabine et chez les Vestins, Vincenzo D’Ercole et Alberta Martellone ont proposé, en recourant notamment aux polygones de Thiessen, d’identifier trois sous-ensembles régionaux (la « plaine de L’Aquila » – la haute vallée de l’Aterno, le haut-plateau de Navelli et la « plaine de Capestrano » – la vallée du Tirino), chacun étant défendu par une couronne de sites de hauteur fortifiés. L’ensemble servirait à défendre les confins du territoire vestin38.

  • 39 Averini – Cerasuolo 2008.
  • 40 Pour un grand nombre de sites pris en compte dans l’analyse, on ne dispose en réalité d’aucun élém (...)
  • 41 Mattiocco 1983, p. 22-27 ; Bourdin – Natali 2009 ; Bourdin 2016.

14Cette approche a été systématisée, et un peu caricaturée, récemment, dans un article d’Adriano Averini et Orlando Cerasuolo, paru dans les actes du colloque La città murata in Etruria39. Ayant effectué un recensement de 140 sites environ, dans la littérature, sur les territoires des Sabins, des Marses, des Vestins, des Péligniens, des Samnites etc., ils proposent une répartition des sites « pour le IVe siècle »40 et un classement typologique en vertu duquel ils distinguent des sites « émergents », urbains, comme le Colle Mitra et Le Spugne, chez les Péligniens, qui formeraient les deux pôles de développement urbain de la région (fig. 2). Ce raisonnement ne prend pas en compte, semble-t-il, la topographie des sites analysés : la position des Spugne, par exemple, sur un ensemble de sommets, rend difficile son interprétation comme centre unifié. Le site n’est pas réellement fortifié, mais met simplement à profit la disposition du terrain, délimité par des affleurements rocheux : l’occupation se situe sur deux sommets (La Sella, alt. 1023 m et Le Spugne, alt. 1046 m), et sur la terrasse (Aia delle Serre, alt. 953 m), qui les unit, sur une longueur totale de 2,2 km41 ; d’autre part, rien ne garantit que ces sites soient densément occupés de façon contemporaine. En réalité, toutes ces reconstitutions souffrent des mêmes défauts : la méconnaissance fondamentale des datations des sites en question.

Fig. 2 – Le centre fortifié des Spugne-Aia delle Serre-La Sella.

Fig. 2 – Le centre fortifié des Spugne-Aia delle Serre-La Sella.

Cliché S. Bourdin.

Enceintes et frontières chez les peuples italiques

Ombrie

  • 42 Schmiedt 1970.
  • 43 Cenciaioli 1996.
  • 44 Stoddart – Stevenson – Burn 2014.
  • 45 Malone – Stoddart 1994, p. 106-130.
  • 46 Lilli 2003.

15Quelques opérations de fouille ont ainsi permis de supposer en Ombrie que les enceintes sommitales pouvaient avoir une histoire bien différente : sur la base des photographies aériennes, notamment celles qui ont été publiées dans l’Atlante aerofotografico de Giulio Schmiedt42, on avait relevé la présence de sites fortifiés, de diverses typologies, sur un ensemble de sommets qui marquaient les confins de diverses communautés, comme Umbertide (Monte Acuto, Monte Tezio, Monte Civitelle, Monte Elceto di Murlo, etc.), Gubbio (Monte Foce, Monte Ingino, Monte Ansciano, Castiglione, etc.), Acquasparta (Monte Rotondo), etc. Or, plusieurs opérations de fouille ou de sondages indiquent une histoire un peu plus complexe. Le Monte Acuto, par exemple, où l’on note la présence d’un agger de 2,5 à 3 m de large, doublé d’un fossé, connaît une occupation à l’Âge du Bronze moyen et récent, avant d’être réutilisé comme sanctuaire43. Le Monte Tezio, lieu de provenance de plusieurs petits bronzes du Fitzwilliam Museum44, suit vraisemblablement la même évolution, de même que les Monti Ansciano et Ingino, au-dessus de Gubbio45, qui ne sont pas des fortifications de frontière, comme on l’a supposé dans un premier temps, mais des habitats de l’Âge du Bronze, successivement transformés en lieux de culte de la communauté urbaine de Gubbio. À S. Erasmo di Cesi, des fouilles récentes ont plutôt montré l’importance de la phase médiévale dans ce qui était au départ présenté comme un castelliere ombrien proto-historique46.

Versant méridional du Gran Sasso

  • 47 Bourdin 2014 et 2016.

16La situation se révèle de la même manière pluristratifiée dans d’autres secteurs. J’ai eu moi-même l’occasion, dans le cadre d’un programme de recherche financé par l’École française de Rome, de reprendre l’étude des sites fortifiés d’une partie des territoires des Vestins (les Cismontani) et des Péligniens (les Superaequani), intervenant aussi marginalement sur les territoires des Èques (haut-plateau des Rocche), des Sabins (autour de L’Aquila) et des Marses (secteur de la Forca Caruso)47. Nous avons systématiquement relevé en prospection le matériel présent dans les surfaces encloses, pour améliorer les datations, conduit des surveys pour découvrir de nouveaux sites fortifiés et effectué des sondages dans certains, pour mieux comprendre les modalités de construction des fortifications. L’étude du matériel, désormais achevée, et la publication en cours, nous permettent de remettre en question en grande partie cette théorie des systèmes fortifiés. L’enquête a permis de documenter 45 sites fortifiés sommitaux, d’extension et de datation variées, ainsi que 10 habitats sommitaux proto-historiques non fortifiés, 2 habitats ouverts de vallée de l’Âge du Fer, 5 nécropoles tumulaires, 14 sites ouverts d’époque romaine, 8 sites d’époque médiévale et moderne.

Monte di Cerro et Colle Separa

  • 48 Mattiocco 1986, p. 196-199 ; Bourdin 2016.
  • 49 Mattiocco 1986, p. 186-190 ; Rapisarda 2011 ; Bourdin 2016.

17Les deux sites les plus emblématiques, considérés comme les deux agglomérations les plus importantes des Vestins, sont le Monte di Cerro48, sur la commune de Sant’Eusanio Forconese et à quelques kilomètres plus à l’est le Colle Separa49, sur la commune de San Demetrio ne’ Vestini.

  • 50 Sur la question du passage des Vestins sous la domination romaine, cf. Bourdin s.p.

18Le Monte di Cerro se présente comme une colline allongée, culminant à 754 m ; l’enceinte, clairement visible en photographie aérienne, ou sur les relevés LIDAR, mesure 919 m de périmètre environ. Elle est formée d’un mur à double parement en blocs de calcaire et emplekton, large de 2,5 à 3 m, longé intérieurement par un chemin de ronde, large de 3,20 à 5,60 m (fig. 3). Divers sondages ont été réalisés dans le secteur de la porte, sur le chemin de ronde, de part et d’autre du parement, ainsi qu’à l’intérieur de l’emplekton. Diverses datations C14 ont été effectuées sur des ossements d’animaux. L’ensemble permet de conclure que le Monte di Cerro est le siège d’un habitat dès le XIe siècle, à l’époque où commence la nécropole de Fossa ; cet habitat est peut-être fortifié par un agger et un fossé, encore partiellement visible sur le versant septentrional. Dans un second temps, l’enceinte à double parement et son chemin de ronde sont mis en place ; le chemin et le remplissage de l’emplekton sont remplis de céramique allant du Bronze final au début de l’époque archaïque, ce qui laisse supposer une construction à la fin du VIe ou au début du Ve siècle au plus tôt. L’enceinte reste en fonction jusqu’aux IVe-IIIe siècles, comme l’indiquent les différentes recharges et niveaux de combustion dans le passage de la porte. Le matériel de cette époque est toutefois quasi-inexistant à l’intérieur du site, ce qui laisse supposer que le Monte di Cerro n’a été réoccupé que ponctuellement, dans le cadre des guerres qui ont marqué le passage de la région sous la domination romaine (la guerre de 325 et la guerre sociale, principalement)50.

Fig. 3 – Plan de l’enceinte du Monte di Cerro.

Fig. 3 – Plan de l’enceinte du Monte di Cerro.

Elaboration L. Meyer.

  • 51 Rapisarda 2011.
  • 52 Gizzi – Spanu – Valenti 1996.

19Colle Separa, qui culmine à 907 m, possède une enceinte longue de 1150 m, en blocs de calcaire, qui atteint par endroit 2 m de hauteur, pour une surface enclose de 7,25 ha, ce qui en fait le plus vaste établissement vestin (fig. 4). La muraille est désormais assez peu visible à cause du reboisement et se trouve en outre incluse au sein d’un réseau de terrasses de culture, de tas d’épierrement et d’enclos divers, qui ont fait supposer à certains, comme Alberto Rapisarda récemment, une extension encore plus grande51. La prospection conduite à l’intérieur de la surface enclose a porté à la découverte de 273 objets mobiliers, en majorité de la céramique d’impasto ou de la céramique commune, auxquels s’ajoutent de nombreux fragments de tuiles et de dolia. Le matériel se compose de céramique d’impasto, à surface lissée ou abrasée, que l’on peut globalement dater de l’Âge du Fer jusqu’à l’époque archaïque. Aucun matériel ne peut être attribué à l’époque hellénistique, tandis qu’une réoccupation apparaît clairement à l’époque romaine, à partir de la fin du Ier siècle av. J.-C. et du Ier siècle apr. J.-C., avec également une importante phase d’occupation aux Ve-VIe siècles apr. J.-C. Le Colle Separa est donc occupé à la même époque que le uicus de Furfo, qui se trouve en contrebas52. Loin d’être les deux pôles d’un même réseau fortifié vestin, force est de constater que Monte di Cerro et Colle Separa n’ont jamais été occupés de façon contemporaine.

Fig. 4 – Plan de l’enceinte de Colle Separa.

Fig. 4 – Plan de l’enceinte de Colle Separa.

D’après Mattiocco 1986.

Les autres sites des Vestins et des Péligniens

20D’une manière générale, après cinq années de prospections et d’autres consacrées à l’étude du matériel, nous pouvons dire qu’il n’y a, dans tous les sites fortifiés des Vestins et des Péligniens, presque jamais d’occupation d’époque hellénistique ; le principal marqueur, la céramique à vernis noir, y est rarissime : 20 tessons pour une cinquantaine de centres fortifiés, dont 18 (soit 90 %) proviennent des Spugne, le seul centre à avoir livré des traces consistantes de fréquentation aux IVe-IIIe siècles.

21Au final, le cadre général de cette enquête nous conduit d’une part à éliminer un certain nombre de « centres fortifiés » de la liste, dans la mesure où aucune trace de fortification n’y a été relevée (Mandra Murata, Monte Buscito, Colle Fortini). Dans d’autres cas, il est nécessaire de suspendre le jugement dans la mesure où aucun matériel associé, ou uniquement une petite quantité de matériel indatable, est présent en surface (Colle del Cerchio, Colle Force, Cognolelle, Cote 1227, Colle Petto della Corte, Colle San Donato) ; ces sites, où la muraille apparaît parfois clairement sur le terrain, ou sur les relevés LIDAR, demeurent, en l’état actuel des connaissances, indatables.

  • 53 La poliorcétique n’a pas du reste encore atteint en Italie centrale à l’époque des développements (...)

22Dans les autres cas, les enceintes sont presque toutes circulaires ou sub-circulaires, en position sommitale ; elles s’étendent sur des surfaces réduites, toujours inférieures à 10 ha. Les circuits défensifs ne présentent jamais d’angles ni de saillants, aucune trace de tour (à l’exception des deux bastions carrés qui encadrent la porte du Monte di Cerro). Les murailles associent en général une courtine (large en moyenne de 2,50 m), en blocs de calcaire irréguliers, sur deux ou trois assises, et un chemin de ronde annulaire, large en moyenne de 5 m, retenu par le parement interne de la courtine. Parfois, la courtine se réduit à une accumulation de blocs (Monte Boria, Monte Mattone, Serra di Navelli…). On peut s’interroger sur la valeur militaire de ces fortifications, qui semblent ignorer les développements de la poliorcétique en Italie53. La faible hauteur de la courtine ne devait pas excéder 4-5 assises, soit 1,5 m, et ne permettait que d’obtenir un surplomb sur lequel aligner des combattants, en position de force par rapport aux assaillants situés plus bas sur la pente. On peut aussi imaginer que cette courtine était renforcée par une élévation en matériaux périssables (briques crues, palissade de bois), mais aucune trace de tels aménagements n’a encore été découverte. Dans certains cas, la courtine était renforcée d’un fossé (Monte di Cerro, Colle della Battaglia, Campo di Monte), ou d’avant-murs, voire formée de deux circuits concentriques, comme au Monte Boria. Dans tous les cas, la profondeur de l’ouvrage défensif (jusqu’à 36 m au Monte Boria), conjuguée à la forte pente, devait être suffisante pour briser les assauts.

23Dans l’ensemble, la plupart de ces « centres fortifiés » connaissent une occupation longue, ou plutôt des réoccupations successives (du Bronze final au Moyen Âge dans le cas du Monte di Cerro, de l’Âge du Fer à l’Antiquité tardive à Croce di Picenze, etc.). On peut distinguer des habitats occupés majoritairement à l’Âge du Fer et à l’époque archaïque (76,67 % du matériel du Monte di Cerro, 73,59 % à Colle Rischia, 78,94 % à Colle Cipolla, 88,5 % à Campo di monte, etc.) ; d’autres où la fréquentation est plus équilibrée (34,04 % de céramique préromaine à Monte Castellone de Molina Aterno, etc.), et enfin des cas où le matériel préromain est très nettement minoritaire, voire anecdotique (2,23 % au Castellone di San Pio, 2,43 % aux Forni, etc.), ce qui amènerait plutôt à associer la construction de la fortification à une phase successive.

Esquisse d’une évolution

  • 54 D’Ercole 1990.
  • 55 Sur la nécropole de Fossa : Cosentino – D’Ercole – Mieli 2001 ; D’Ercole – Copersino 2003 ; D’Erco (...)
  • 56 Micati 2016.

24Tenter de dresser un bilan général peut encore sembler prématuré. On peut néanmoins brosser à grands traits l’évolution du peuplement de la région vestine, qui est nettement plus complexe et articulée que la simple mise en place d’un système fortifié pour s’opposer aux Romains. Les plus anciennes traces de fréquentation de ces centres fortifiés remontent au Néolithique, avec une présence diffuse (Monte Castellone di Civitaretenga, Monte Pietragrossa). Le peuplement se densifie au IIe millénaire (Âge du Bronze)54, avec l’occupation systématique des bords de petits lacs, et l’occupation stable de certains sommets (Morrone, Le Spugne, Monte di Cerro, Monte Pietragrossa, Colle Santa Rosa, Rocca Calascio, etc.) dès le XIIIe siècle. L’occupation sommitale se densifie aux IXe-VIIIe siècles, moment où apparaissent également les grandes nécropoles tumulaires (Fossa, Bazzano, Capestrano, Peltuinum)55 et à l’Âge du Fer, on trouve une trentaine de sites de hauteur, plus ou moins étendus (de 1 à 2 ha, de 4 à 7 ha pour les plus importants), dont l’utilisation perdure jusqu’à l’époque orientalisante et archaïque (fig. 5). Certains se dotent alors de fortifications, en général dans la deuxième phase d’occupation, vers les VIIe-VIe siècles, comme au Monte di Cerro, où le circuit sommital est construit avec des terres de remblai contenant du matériel de première phase (XIe-VIIIe siècles). Le peuplement de la région se répartit donc dans un ensemble de sites ouverts, en plaine ou perchés, de centres fortifiés et, probablement de façon saisonnière (comme dans le système des pagliare actuels), de sites perchés à cote plus élevée, servant pour la transhumance verticale et éventuellement pour des activités agricoles d’appoint – Edoardo Micati a récemment insisté sur les possibilités réelles de cette agriculture de subsistance à haute altitude56. Les nécropoles tumulaires se développent fortement à la même époque, aussi bien en fond de vallée, qu’aux alentours immédiats des centres fortifiés, avec de petits groupes de tumuli à Croce di Picenze, Monte Boria, Campo di Monte, Colle Cipolla (Le Castagne).

Fig. 5 – Territoires des Vestins Cismontani et des Péligniens Superaequani.

Fig. 5 – Territoires des Vestins Cismontani et des Péligniens Superaequani.

Distribution des sites au Premier Âge du Fer : 2 : Santa Maria ; 6 : Monte di Cerro ; 8 : Croce di Picenze ; 10 : Colle Separa ; 11 : Colle Sinizzo ; 12 : Leporanica ; 16 : Colle Opi ; 19 : Collemaggiore ; 21 : Maregelato ; 22 : Monte Boria ; 23 : Campo di Monte ; 24 : Colle Rischia ; 25 : Monte Castellone di Civitaretenga ; 26 : Monte Mattone ; 27 : Monte delle Croci ; 28 : Colle della Battaglia ; 30 : Serra di Navelli ; 31 : Colle Santa Rosa ; 33 : Monte Pietragrossa ; 34 : Castellone di Molina Aterno ; 39 : Forca Caruso ; 40 : Colle Cipolla ; 43 : Monte Ventola ; 44 : Monte Urano : 45 : Le Spugne-Aia delle Serre-La Sella ; 46 : Pizzo di Ovindoli ; 47 : Monte Faito ; 50 : Monte di Bazzano ; 51 : Monte Caticchio ; 54 : Monte Cogozza ; 55 : Colle Sambuco ; 56 : Colle Restoppia ; 57 : Cote 1509 ; 58 : Vallicella ; 59 : Cote 1389 ; 60 : Colle Oragno ; 61 : Le Castagne.

  • 57 D’Ercole 2014.
  • 58 Tite-Live 8, 29, 6-14.

25Au Ve siècle, on enregistre une chute drastique du nombre de sépultures dans les grandes nécropoles57, et cette « crise du Ve siècle » semble être marquée aussi par le déclin ou l’abandon d’un certain nombre de centres fortifiés, qui ne sont plus occupés au-delà du Ve siècle (Monte Boria, Campo di Monte, Serra di Navelli, Collemaggiore, Monte delle Croci) : l’habitat a définitivement glissé vers la vallée quand les Romains interviennent au IVe siècle, et c’est donc là qu’il faut chercher, le cas échéant, les oppida dont parle Tite-Live58. Certains centres sont encore fréquentés toutefois au IVe siècle, comme Colle della Battaglia et Monte di Cerro, où la fortification est vraisemblablement restaurée, et plusieurs indices indiquent que ces sites ont pu jouer un rôle dans la guerre entre Rome et les Vestins.

  • 59 Giustizia 1985, p. 49-54 ; Migliorati 2014, p. 249-251.
  • 60 Menozzi et al. 2014.
  • 61 D’Alessandro 2014.
  • 62 La Torre 1985.
  • 63 Dupraz 2010, p. 19-34 ; Bourdin s.p.

26Dès le VIe siècle en tout cas, on possède des traces d’occupation sur le site de Peltuinum59, et dès le Ve siècle au Colle Sant’Antonino (Aufinum)60, signe d’un habitat plus articulé, entre centres de hauteur, agglomérations de vallée et habitat dispersé. La phase hellénistique est bien documentée dans les nécropoles et dans certains centres de plaine (Colle Sant’Antonino), ou dans certains uici, actifs à partir du IIIe siècle (Furfo, Incerulae)61. L’occupation d’Aueia semble remonter, elle, au IIe siècle62. L’incertitude sur l’histoire de la région, la date du passage sous la domination romaine (290 ou plus tard) et sur les formes de cette domination (obtention de la citoyenneté sans suffrage, puis complète par les populations locales ou installations viritanes de citoyens romains, qui cohabitent avec des populations indigènes conservant le statut de socii jusqu’à la guerre sociale) n’est pas particulièrement éclairée par la documentation archéologique sur les habitats, qui demeure encore peu abondante et peu claire pour cette phase63.

  • 64 La Regina 1989, p. 429-430 ; Cusella 1997.
  • 65 Bourdin 2014, p. 156-160.
  • 66 Gabba – Pasquinucci 1979, p. 92-108.

27La région semble être fortement touchée par les événements de la guerre sociale : de nombreuses balles de fronde indiquent que des combats ont pu se dérouler au Monte di Cerro – réoccupé pour l’occasion –, au Monte Manicola64 et autour de Peltuinum, en relation avec la structure de la Cote 105265, qui semble être un camp de marche ou d’étape d’une cohorte romaine ou auxiliaire. Après la guerre sociale, et surtout à l’époque augustéenne, l’habitat s’articule désormais sur les centres urbains d’Aueia, Peltuinum, Aufinum et Superaequum, tandis que les zones de montagne sont fréquentées dans le cadre du grand élevage transhumant, qui se développe à partir du IIIe siècle66. Certains centres fortifiés préromains sont encore occupés ou fréquentés dans le cadre de ces pratiques pastorales, voire renforcés par un réseau d’enclos fortifiés (dont la typologie rappelle fortement les structures préromaines, mais dont le matériel renvoie à l’époque romaine) : Capo la Piaia, I Colli, Costa Carbone, Cerreta…

  • 67 Mattiocco 1985.

28Les centres romains se dépeuplent à partir des Ve-VIe siècles apr. J.-C. Plusieurs sites occupés au Haut Moyen Âge ont été découverts en prospections (Colle Prutto, La Castellina), mais c’est surtout avec l’incastellamento du Moyen Âge central qu’on assiste parfois à la réoccupation d’un habitat préromain (Leporanica67, Colle Sinizzo, Ocre…).

29Les différentes études que nous avons pu évoquer incitent donc à renoncer à une explication et à une datation univoques pour les sites fortifiés d’Italie centrale. L’idée d’un réseau de systèmes fortifiés protégeant les frontières pour se défendre en premier lieu des invasions romaines, tels qu’on en connaît par exemple en Étrurie méridionale, doit être relativisée et ne peut pas être généralisée aux populations italiques, en particulier aux Vestins. Chez ces derniers, l’occupation des sites fortifiés semble se concentrer au premier Âge du Fer, et glisser à partir des VIe-Ve siècles vers les grandes agglomérations de fond de vallée (Peltuinum, Aufinum, Furfo, peut-être Aueia et Superaequum). L’histoire des zones de montagne, marquée par des phases d’occupation intensive et de relatif abandon, s’inscrit donc dans la longue durée ; la confrontation avec Rome n’étant qu’une phase parmi d’autre de la vie de ces communautés.

Haut de page

Bibliographie

Acconcia – D’Ercole – Lerza 2009 = V. Acconcia, V. D’Ercole, F. Lerza, Peltuinum (Prata d’Ansidonia, AQ): le indagini del 2009 nella necropoli preromana, dans Quaderni di Archeologia d’Abruzzo, 1, 2009, p. 182-185.

Averini – Cerasuolo 2008 = A. Averini, O. Cerasuolo, Siti fortificati di IV secolo nell’Italia centrale appenninica. Contributo allo studio tipologico, dans La città murata in Etruria. Atti del XXV Convegno di Studi Etruschi ed Italici. Chianciano Terme-Sarteano-Chiusi. 30 marzo-3 aprile 2005, Florence, 2008, p. 509-515.

Bartoloni – Pulcinelli 2016 = G. Bartoloni, L. Pulcinelli, Veio. Le mura di Piazza d’Armi, dans P. Fontaine, S. Helas (dir.), Le fortificazioni arcaiche del Latium vetus e dell’Etruria meridionale (IX-VI sec. a.C.). Stratigrafia, cronologia e urbanizzazione. Atti delle Giornate di Studio. Roma, Academia Belgica, 19-20 settembre 2013, Bruxelles-Rome, 2016, p. 37-50.

Bonamici – Rosselli – Taccola 2013 = M. Bonamici, L. Rosselli, E. Taccola, La fortezza del Monte Spazzavento, dans ScAnt, 19-2/3, 2013, p. 359-385.

Bonomi Ponzi 2014 = L. Bonomi Ponzi, L’evoluzione del sistema insediativo umbro dalle origini alla conquista romana, dans Gli Umbri in età preromana. Atti del XXVII Convegno di Studi etruschi ed italici. Perugia, Gubbio, Urbino, 27-31 ottobre 2009, Pise-Rome, 2014, p. 189-213.

Bourdin 2012 = S. Bourdin, Les peuples de l’Italie préromaine. Identités, territoires et relations inter-ethniques en Italie centrale et septentrionale (VIIIe-Ier s. av. J.-C.), Rome, 2012 (BEFAR 350).

Bourdin 2014 = S. Bourdin, Le ricerche dell’École française de Rome sui centri fortificati dei Vestini Cismontani (2006-2009), dans Bourdin – D’Ercole 2014, p. 155-166.

Bourdin 2016 = S. Bourdin, Recherches sur l’organisation territoriale de deux peuples de l’Italie préromaine. Les centres fortifiés des Vestins Cismontani et des Péligniens Superaequani, mémoire inédit d’habilitation à diriger des recherches, université Paris 1 Panthéon Sorbonne, 2016.

Bourdin s.p. = S. Bourdin, Vestins et Péligniens durant la guerre sociale : une intégration difficile, dans L. Cappelletti, S. Pittia (dir.), L’Italie entre déchirements et réconciliations : revisiter la guerre sociale (91-88) et ses lendemains. Acte du colloque de Paris, 13-15 octobre 2016, sous presse.

Bourdin – D’Ercole 2014 = S. Bourdin, V. D’Ercole (dir.), I Vestini e il loro territorio dalla Preistoria al Medioevo, Rome, 2014 (Collection de l’EFR, 494).

Bourdin – Natali 2009 = S. Bourdin, A. Natali, Les sites de hauteur des Vestins : étude de l’organisation territoriale d’un peuple de l’Italie préromaine, dans MEFRA, 121-1, 2009, p. 280-287.

Broise – Jolivet 1997 = H. Broise, V. Jolivet, Une colonie étrusque en territoire tarquinien, dans CRAI, 1997-4, p. 1327-1350.

Caiazza 1988 = D. Caiazza, Per un censimento dei centri fortificati in opera poligonale: proposta di una scheda di rilevamento, dans F. Fiorletta, E.M. Béranger, V. Evangelisti, C. Zannella (dir.), Mura poligonali. 1° Seminario nazionale di studi, Alatri, 1988, p. 229-255.

Cambi – Di Paola – Pagliantini 2013 = F. Cambi, G. Di Paola, L. Pagliantini, Populonia e la romanizzazione dell’Etruria settentrionale, dans ScAnt, 19-2/3, 2013, p. 387-410.

Cappuccini 2012 = L. Cappuccini, Il castellum di Poggio Civitella (Montalcino, Siena), dans Aristonothos. Scritti per il Mediterraneo antico, 5, 2012, p. 299-322.

Cenciaioli 1996 = L. Cenciaioli, Un santuario di altura nella Valle Tiberina: Monte Acuto di Umbertide, dans G. Bonamente, F. Coarelli (dir.), Assisi e gli Umbri nell’Antichità. Atti del Convegno Internazionale. Assisi 18-21 dicembre 1991, Assise, 1996, p. 193-234.

Cerasuolo – Pulcinelli 2010 = O. Cerasuolo, L. Pulcinelli, La fortezza di Rofalco. Vita quotidiana degli ultimi Etruschi. Guida breve, Acquapendente, 2010.

Ceruleo 1980 = P. Ceruleo, I castellieri della media valle dell’Aniene, dans AttiMemTivoli, 53, 1980, p. 3-27.

Cifani 2003 = G. Cifani, Storia di una frontiera. Dinamiche territoriale e gruppi etnici nella media Valle Tiberina dalla prima età del Ferro alla conquista romana, Rome, 2003.

Colonna 1962 = G. Colonna, Saepinum. Ricerche di topografia sannitica e medioevale, dans ArchClas, 14, 1962, p. 80-107.

Conta Haller 1978 = G. Conta Haller, Ricerce su alcuni centri fortificati in opera poligonale in area campano-sannitica (Valle del Volturno-territorio tra Liri e Volturno), Naples, 1978.

Corretti 2012 = A. Corretti, Le fortezze d’altura dell’isola d’Elba: lo stato della questione, dans Aristonothos. Scritti per il Mediterraneo antico, 5, 2012, p. 347-370.

Cosentino – D’Ercole – Mieli 2001 = S. Cosentino, V. D’Ercole, G. Mieli, La necropoli di Fossa. Volume I. Le testimonianze più antiche, Pescara, 2001.

Cusella 1997 = R. Cusella, La montagna delle cento tholoi, Bazzano, 1997.

D’Alessandro 2014 = S. D’Alessandro, Insediamenti minori dei Vestini: Bazzano, Diamante, Settefonti, Cinturelli, Incerulae, dans Bourdin – D’Ercole 2014, p. 209-228.

D’Ercole 1990 = V. D’Ercole, L’Abruzzo dalla Preistoria alla storia, dans V. D’Ercole, R. Papi, G. Grossi, Antica terra d’Abruzzo. Volume primo. Dalle origini alla nascita delle repubbliche italiche, L’Aquila, 1990, p. 15-106.

D’Ercole 2014 = V. D’Ercole, Per una definizione della koinè culturale vestina, dans Bourdin – D’Ercole 2014, p. 29-61.

D’Ercole et al. 2009 = V. D’Ercole, D. Fossataro, O. Menozzi, S. Torello Di Nino, Capestrano (AQ). Campagna di ricerche nella necropoli (2009), dans Quaderni di Archeologia d’Abruzzo, 1, 2009, p. 179-181.

D’Ercole – Benelli 2004 = V. D’Ercole, V. Benelli, La necropoli di Fossa. Volume II. I corredi orientalizzante e arcaici, Pescara, 2004.

D’Ercole – Copersino 2003 = V. D’Ercole, M.R. Copersino (dir.), La necropoli di Fossa. Volume IV. L’età ellenistico-romana, Pescara, 2003.

D’Ercole – Martellone 2005 = V. D’Ercole, A. Martellone, La problematica dei confini nella protostoria d’Abruzzo, dans R. Ricci, A. Anselmi (dir.), Il confine nel tempo. Atti del Convegno. Ancarano 22-24 maggio 2000, L’Aquila, 2005, p. 55-124.

D’Ercole – Martellone 2007 = V. D’Ercole, A. Martellone, Peltuinum e il territorio vestino prima di Roma, dans A. Clementi (dir.), I campi aperti di Peltuinum dove tramonta il sole… Saggi sulla terra di Prata d’Ansidonia dalla protostoria all’età moderna, L’Aquila, 2007, p. 17-37.

Daverio Rocchi 1988 = G. Daverio Rocchi, Frontiera e confini nella Grecia antica, Rome, 1988.

De Cristofaro – Piergrossi 2015-2016 = A. De Cristofaro, A. Piergrossi, Ripa Veientana. Per una storia del territorio tra Veio e Roma dall’VIII al IV secolo a.C., dans Mediterranea, XII-XIII, 2015-2016, p. 31-76.

De Cristofaro – Santoloni Giordani 2005 = A. De Cristofaro, R. Santoloni Giordani, Roma, località Poggioverde : una necropoli etrusca sulla via Trionfale, dans Dinamiche di sviluppo delle città nell’Etruria meridionale. Veio, Caere, Tarquinia, Vulci. Atti del XXIII Convegno di Studi Etruschi ed Italici, 1-6 ottobre, Pise-Rome, 2005, p. 163-172.

Desibio 2016 = L. Desibio, Copio (Baschi-Montecchio, Terni). Un avamposto etrusco sulla sinistra del Tevere. Presentazione dei risultati delle indagini di superficie (maggio-giugno 2015), dans FastiOnLine – Folders, 2016, www.fastionline.org/docs/FOLDER-it-2016-358.pdf.

Dupraz 2010 = E. Dupraz, Les Vestins à l’époque tardo-républicaine. Du nord-osque au latin, Mont-Saint-Aignan, 2010.

Fontaine 1990 = P. Fontaine, Cités et enceintes de l’Ombrie antique, Bruxelles-Rome, 1990.

Fontaine 2013 = P. Fontaine, Les enceintes préromaines de l’Italie centrale. Traditions régionales et influences extérieures (VIIIe-IIe s. av. J.-C.), dans ScAnt, 19-2/3, 2013, p. 267-294.

Fonte-a-Nive 1887 = R. Fonte-a-Nive, Sui monumenti ed altre costruzioni poligonie od epimonolite dette ciclopiche, saturnie o pelasgiche e sui resti di tali fabbriche esistenti nella provincia romana, Rome, 1887.

Gabba – Pasquinucci 1979 = E. Gabba, M. Pasquinucci, Strutture agrarie e allevamento transumante nell’Italia romana (III-I sec. a.C.), Pise, 1979.

Gerhard 1829 = E. Gerhard, Monumenti di costruzione detta ciclopea, dans AdI, 1, 1829, p. 36-89.

Giustizia 1985 = F. Giustizia, Paletnologia e archeologia di un territorio, Rome, 1985.

Gizzi – Spanu – Valenti 1996 = E. Gizzi, M. Spanu, M. Valenti, Risultati preliminari della ricognizione archeologica nell’area dell’antica Furfo, dans A. Campanelli (dir.), Peltuinum. Antica città sul tratturo, Pescara, 1996, p. 26-31.

Grossi 1981 = G. Grossi, I recinti fortificati, «oppida» e «castella», marsi, dans Atti del I° Convegno regionale dei beni culturali ed ambientali d’Abruzzo, Chieti, 1981, p. 65-75.

La Regina 1975 = A. La Regina, Centri fortificati preromani nei territori sabellici dell’Italia centrale adriatica, dans Colloque international Agglomérations fortifiées illyriennes. Mostar 24-26 octobre 1974, Sarajevo, 1975, p. 271-288.

La Regina 1989 = A. La Regina, I Sanniti, dans Italia omnium terrarum parens. La civiltà degli Enotri, Choni, Ausoni, Sanniti, Lucani, Brettii, Sicani, Siculi, Elimi, Milan, 1989, p. 299-432.

La Torre 1985 = G.F. La Torre, Il processo di urbanizzazione nel territorio vestino: il caso di Aveia, dans ArchClas, 38, 1985, p. 154-170.

Lilli 2003 = M. Lilli, Le fortificazioni nella montagna di Cesi nei pressi di Terni, dans MDAI(R), 110, 2003, p. 365-388.

Lugli 1957 = G. Lugli, La tecnica edilizia romana con particolare riguardo a Roma e Lazio, Rome, 1957.

Maiuri 1927 = A. Maiuri, Piedimonte d’Alife – Resti di mura poligonali, dans NSA, 1927, p. 450-460.

Maiuri 1929 = A. Maiuri, Faicchio. – Avanzi di cinte murali poligonali, dans NSA, 1929, p. 207-213.

Maiuri 1930 = A. Maiuri, Treglia. – Ricognizioni nell’Agro Trebulano, dans NSA, 1930, p. 214-228.

Maiuri 1946 = A. Maiuri, Problemi di archeologia italica, dans PP, 1, 1946, p. 22-32.

Malone – Stoddart 1994 = C. Malone, S. Stoddart (dir.), Territory, time and state. The archeological development of the Gubbio Basin, Cambridge, 1994.

Mariani 1901 = L. Mariani, Aufidena. Ricerche storiche ed archeologiche nel Sannio settentrionale, dans MonAnt, 10, 1901, p. 225-638.

Mascione – Salerno 2013 = C. Mascione, S. Salerno, Il sistema difensivo di Populonia: nuovi dati sulle mura dell’acropoli, dans ScAnt, 19-2/3, 2013, p. 411-427.

Matteini Chiari 1996 = M. Matteini Chiari, Umbria dal cielo. La fotografia aerea non al servizio dell’archeologia, dans G. Bonamente, F. Coarelli, (dir.), Assisi e gli Umbri nell’Antichità. Atti del Convegno Internazionale. Assisi 18-21 dicembre 1991, Assise, 1996, p. 431-481.

Mattiocco 1981a = E. Mattiocco, Centri fortificati preromani nella conca di Sulmona, Chieti, 1981.

Mattiocco 1981b = E. Mattiocco (dir.), Centri fortificati preromani nel territorio dei Peligni. Mostra documentaria. Sulmona-Palazzo dell’Annunziata, 28 novembre-31 dicembre 1981, Sulmone, 1981.

Mattiocco 1983 = E. Mattiocco, Il territorio superequano prima di Roma, Sulmone, 1983.

Mattiocco 1985 = E. Mattiocco, La terra murata di Leporanica, dans Bullettino della Deputazione Abruzzese di Storia Patria, 75, 1985, p. 361-385.

Mattiocco 1986 = E. Mattiocco, Centri fortificati vestini, Sulmone, 1986.

Menozzi et al. 2014 = O. Menozzi, D. Fossataro, S. Torelli Di Nino, V. D’Ercole, Aufinum: città e necropoli, dans Bourdin – D’Ercole 2014, p. 265-290.

Micati 2016 = E. Micati, Pastorizia e agricoltura di sopravvivenza alle alte quote. Tipologie insediative, dans MEFRA, 128-2, 2016, http://journals.openedition.org/mefra/3488; DOI : 10.4000/mefra.3488.

Migliorati 2014 = M. Migliorati, Gli scavi di Peltuinum, dans Bourdin – D’Ercole 2014, p. 249-260.

Moltesen – Brandt 1994 = M. Moltesen, J.R. Brandt, Excavations at La Giostra. A Mid-Republican Fortress Outside Rome, Rome, 1994.

Oakley 1995 = S.P. Oakley, The hill-forts of the Samnites, Londres, 1995 (Archeological Monographs of the British School at Rome, 10). 

Palombi – Tabolli – Viani 2013 = D. Palombi, J. Tabolli, G. Viani, Sulla cronologia delle mura di Cora, dans ScAnt, 19-2/3, 2013, p. 525-556.

Petit-Radel 1846 = L.-C.-F. Petit-Radel, Recherches sur les monuments cyclopéens et description de la collection des modèles en relief composant la Galerie pélasgique de la Bibliothèque Mazarine, Paris, 1846.

Prayon 2005 = F. Prayon, Lo sviluppo urbanistico del sito etrusco di Castellina del Marangone (comune di Santa Marinella, prov. di Roma), dans Dinamiche di sviluppo delle città nell’Etruria meridionale. Veio, Caere, Tarquinia, Vulci. Atti del XXIII Convegno di Studi Etruschi ed Italici, Pise-Rome, 2005, p. 665-675.

Promis 1836 = C. Promis, Le antichità di Alba Fucens negli Equi, Rome, 1836.

Pulcinelli 2012 = L. Pulcinelli, Le fortificazioni di confine: l’organizzazione del territorio tarquiniese al tempo della conquista romana, dans Aristonothos. Scritti per il Mediterraneo antico, 5, 2012, p. 69-120.

Rapisarda 2011 = A. Rapisarda, I Vestini e il mistero del pagus di Separa. Una ricerca sulla più grande cinta fortificata del territorio dei Vestini Cismontani, L’Aquila, 2011.

Savignoni – Mengarelli 1901 = L. Savignoni, R. Mengarelli, Norba. Relazione sopra gli scavi eseguiti nell’estate dell’anno 1901, dans NSA, 1901, p. 514-559.

Schmiedt 1970 = G. Schmiedt (dir.), Atlante aereofotografico delle sedi umane in Italia. Parte seconda, Florence, 1970.

Sickler 1810 = J.C. Sickler, Lettre de M. J. Sickler à M. A.L. Millin, membre de l’Institut, sur l’époque des constructions dites cyclopéennes qui sont dans les environs de Rome, dans Magasin Encyclopédique, 1810, p. 242-257.

Slade 1995 = A. Slade, Centri fortificati nel territorio peligno e le origini di Sulmona, dans R. Papi (dir.), Insediamenti fortificati in area centro-italica. Atti del Convegno. Università degli Studi di Chieti. Facoltà di Lettere. Istituto di Archeologia e Storia Antica. 11 aprile 1991, Pescara, 1995, p. 147-171.

Stieglitz 1801 = C.L. Stieglitz, Archäeologie der Baukunst der Griechen und Römer, Weimar, 1801.

Stoddart – Stevenson – Burn 2014 = S. Stoddart, A. Stevenson, L. Burn, Nuova luce sul Gubbio Project, dans Gli Umbri in età preromana. Atti del XXVII Convegno di Studi etruschi ed italici. Perugia, Gubbio, Urbino, 27-31 ottobre 2009, Pise-Rome, 2014, p. 565-571.

Tartara 2003 = P. Tartara, Insediamenti d’altura dell’Abruzzo, dans M. Guaitoli (dir.), Lo sguardo di Icaro. Le collezioni dell’Aerofototeca Nazionale per la conoscenza del territorio, Rome, 2003, p. 201-209.

Tomei 1981 = M.A. Tomei, Ricerche nel territorio degli Equi: la valle dell’Aniene, dans Archeologia Laziale, 4, 1981, p. 83-90.

Van Wonterghem 1984 = F. Van Wonterghem, Superaequum Corfinium Sulmo, Forma Italiae Regio IV-Volumen I, Florence, 1984.

Weidig 2014 = J. Weidig, Bazzano – Ein Gräberfeld bei L’Aquila (Abruzzen). Die Bestattungen des 8.-5. Jahrhunderts, Mayence, 2014.

Zanco 1981 = O. Zanco, Il centro fortificato del Colle delle Fate, dans E. Mattiocco, Centri fortificati preromani nella conca di Sulmona, Chieti, 1981, p. 83-92.

Haut de page

Notes

1 Sur le concept de frontière dans l’Antiquité et la matérialité des frontières entre cités, cf. Daverio Rocchi 1988.

2 Bourdin 2012, p. 498.

3 Ibid., p. 429-513.

4 Gerhard 1829. Dans le même premier volume des Annali de 1829 est aussi discuté un ouvrage de William Gell (« Memoria intorno a un libro di sir William Gell sopra le mura di antiche città, 1825 », p. 181-187). On trouve enfin deux lettres de Petit-Radel à M. Panofka (p. 345-353 et 353-360), dans lesquelles il expose à nouveau ses théories face à ses contradicteurs.

5 Les théories de Petit-Radel ont été présentées dans une série de communications et de mémoires à l’Institut à partir de 1801 ; cf. liste et résumé de l’ensemble dans Petit-Radel 1846.

6 Stieglitz 1801 ; Sickler 1810 (et cf. dans le même numéro, la réponse de Petit-Radel « Réponse de M. Petit-Radel à l’article de M. Sickler, inséré dans le Magasin Encyclopédique ; sur l’antiquité des Monuments dits Cyclopéens », p. 342-357.

7 Promis 1836.

8 Fonte-a-Nive 1887.

9 Mariani 1901.

10 Savignoni – Mengarelli 1901.

11 Lugli 1957, p. 66-83.

12 Sur les enceintes d’Ombrie, cf. Fontaine 1990. Point de vue général sur la question, dans Fontaine 2013.

13 Palombi – Tabolli – Viani 2013.

14 Bartoloni – Pulcinelli 2016.

15 Maiuri 1927, 1929 et 1930.

16 Maiuri 1946.

17 Colonna 1962.

18 Zanco 1981.

19 Conta Haller 1978 ; Ceruleo 1980 ; Grossi 1981 ; Mattiocco 1981a et b ; Tomei 1981 ; Mattiocco 1983 ; Mattiocco 1986 ; Van Wonterghem 1984 ; Caiazza 1988 ; Slade 1995 ; Oakley 1995.

20 Schmiedt 1970 ; Tartara 2003.

21 Conta Haller 1978.

22 D.H., 9, 20.

23 D.H. 9, 15 et 18-23.

24 De Cristofaro – Santoloni Giordani 2005 ; jugement plus nuancé dans De Cristofaro – Piergrossi 2015-2016, qui soulignent bien les aspects diachroniques de l'évolution de la région frontalière entre Véies et Rome et les difficultés pour établir l'existence d'une frontière fortifiée.

25 Broise – Jolivet 1997 ; Bourdin 2012, p. 491 sq. Sur les frontières de Tarquinia, cf. Pulcinelli 2012.

26 Bonamici – Rosselli – Taccola 2013.

27 Cerasuolo – Pulcinelli 2010.

28 Cappuccini 2012.

29 Prayon 2005.

30 Corretti 2012 ; Mascione – Salerno 2013 ; Cambi – Di Paola – Pagliantini 2013.

31 Moltesen – Brandt 1994.

32 Strab. 5, 3, 5.

33 Sur Copio, Desibio 2016.

34 Cifani 2003, p. 195.

35 Cenciaioli 1996 ; Matteini Chiari 1996 ; Bonomi Ponzi 2014.

36 Lilli 2003.

37 La Regina 1975.

38 D’Ercole – Martellone 2005 et 2007.

39 Averini – Cerasuolo 2008.

40 Pour un grand nombre de sites pris en compte dans l’analyse, on ne dispose en réalité d’aucun élément précis de chronologie, et nul ne peut dire que ces 140 sites étaient occupés de façon contemporaine, au IVe siècle. Cf. plus loin pour l’incertitude sur la datation des centres fortifiés vestins et péligniens.

41 Mattiocco 1983, p. 22-27 ; Bourdin – Natali 2009 ; Bourdin 2016.

42 Schmiedt 1970.

43 Cenciaioli 1996.

44 Stoddart – Stevenson – Burn 2014.

45 Malone – Stoddart 1994, p. 106-130.

46 Lilli 2003.

47 Bourdin 2014 et 2016.

48 Mattiocco 1986, p. 196-199 ; Bourdin 2016.

49 Mattiocco 1986, p. 186-190 ; Rapisarda 2011 ; Bourdin 2016.

50 Sur la question du passage des Vestins sous la domination romaine, cf. Bourdin s.p.

51 Rapisarda 2011.

52 Gizzi – Spanu – Valenti 1996.

53 La poliorcétique n’a pas du reste encore atteint en Italie centrale à l’époque des développements considérables et on n’y connaît pas l’utilisation de machines de siège avant la guerre de Pyrrhus. Les fortifications, comme le montre le récit des guerres contre les Samnites chez Tite-Live (9, 31, 13 ; 9, 42 ; 9, 45 ; 10, 17, 3, etc.), servaient avant tout à contrôler le territoire et à bloquer le cas échéant les assauts d’une armée, mais ne permettaient pas de soutenir un siège (Oakley 1995, p. 139-140 ; Fontaine 2013, p. 273 et 281).

54 D’Ercole 1990.

55 Sur la nécropole de Fossa : Cosentino – D’Ercole – Mieli 2001 ; D’Ercole – Copersino 2003 ; D’Ercole – Benelli 2004 ; sur Bazzano, Weidig 2014 ; sur Capestrano, D’Ercole et al. 2009 ; sur la nécropole de Peltuinum, Acconcia – D’Ercole – Lerza 2009.

56 Micati 2016.

57 D’Ercole 2014.

58 Tite-Live 8, 29, 6-14.

59 Giustizia 1985, p. 49-54 ; Migliorati 2014, p. 249-251.

60 Menozzi et al. 2014.

61 D’Alessandro 2014.

62 La Torre 1985.

63 Dupraz 2010, p. 19-34 ; Bourdin s.p.

64 La Regina 1989, p. 429-430 ; Cusella 1997.

65 Bourdin 2014, p. 156-160.

66 Gabba – Pasquinucci 1979, p. 92-108.

67 Mattiocco 1985.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Les quatre manières de l’appareil polygonal.
Crédits D’après Lugli 1957.
Titre Fig. 2 – Le centre fortifié des Spugne-Aia delle Serre-La Sella.
Crédits Cliché S. Bourdin.
Titre Fig. 3 – Plan de l’enceinte du Monte di Cerro.
Crédits Elaboration L. Meyer.
Titre Fig. 4 – Plan de l’enceinte de Colle Separa.
Crédits D’après Mattiocco 1986.
Titre Fig. 5 – Territoires des Vestins Cismontani et des Péligniens Superaequani.
Légende Distribution des sites au Premier Âge du Fer : 2 : Santa Maria ; 6 : Monte di Cerro ; 8 : Croce di Picenze ; 10 : Colle Separa ; 11 : Colle Sinizzo ; 12 : Leporanica ; 16 : Colle Opi ; 19 : Collemaggiore ; 21 : Maregelato ; 22 : Monte Boria ; 23 : Campo di Monte ; 24 : Colle Rischia ; 25 : Monte Castellone di Civitaretenga ; 26 : Monte Mattone ; 27 : Monte delle Croci ; 28 : Colle della Battaglia ; 30 : Serra di Navelli ; 31 : Colle Santa Rosa ; 33 : Monte Pietragrossa ; 34 : Castellone di Molina Aterno ; 39 : Forca Caruso ; 40 : Colle Cipolla ; 43 : Monte Ventola ; 44 : Monte Urano : 45 : Le Spugne-Aia delle Serre-La Sella ; 46 : Pizzo di Ovindoli ; 47 : Monte Faito ; 50 : Monte di Bazzano ; 51 : Monte Caticchio ; 54 : Monte Cogozza ; 55 : Colle Sambuco ; 56 : Colle Restoppia ; 57 : Cote 1509 ; 58 : Vallicella ; 59 : Cote 1389 ; 60 : Colle Oragno ; 61 : Le Castagne.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Bourdin, « Systèmes fortifiés et frontières dans l’Italie centrale apennine », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité, 132-1 | -1, 37-49.

Référence électronique

Stéphane Bourdin, « Systèmes fortifiés et frontières dans l’Italie centrale apennine », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En ligne], 132-1 | 2020, mis en ligne le 24 novembre 2020, consulté le 26 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/mefra/9841 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mefra.9841

Haut de page

Auteur

Stéphane Bourdin

Université Lumière Lyon 2 – UMR 5189 HiSoMa/InSHS – CNRS, – stephane.bourdin@univ-lyon2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search