Navigation – Plan du site

AccueilNuméros132-1Le projet ANR CaecinaTerritoire et frontièresICAR (IConographie-ARchéologie po...

Le projet ANR Caecina
Territoire et frontières

ICAR (IConographie-ARchéologie pour l’Italie préromaine)

Dernières mises à jour, nouvelle interface, nouveaux corpus documentaires
Annick Fenet et Natacha Lubtchansky
p. 51-58

Résumés

La base de données ICAR (Iconographie et Archéologie pour l’Italie préromaine), créée en 2001 par N. Lubtchansky et accessible via la TGIR Huma-Num (http://icar.huma-num.fr), rassemble les scènes figurées étrusques et italiques, selon une approche comparatiste et historiographique. CAECINA a permis de poursuivre l’enrichissement de la base, tant du point de vue thématique que bibliographique, et a contribué au renouveau de son site web en collaboration avec le CeTHiS de Tours et la MSH Val-de-Loire. L’avancée des travaux est importante pour la documentation graphique moderne. En partenariat avec le Labex TransferS, l’UMR AOrOc et la Soprintendenza Archeologia Toscana, ICAR a intégré les relevés des tombes peintes étrusques réalisés par A.G. Gatti dans les années 1910 pour la Galleria di pittura etrusca in facsimile à Florence. L’étude de ce corpus a donné le coup d’envoi au programme de l’EFR Fac-Simile (2017-2021).

Haut de page

Texte intégral

1En France, les programmes de recherche financés offrent la possibilité de construire des outils numériques scientifiques. Ils viennent appuyer le travail de recherche développé dans le cadre ponctuel du projet pluriannuel proposé ou bien, dans certains cas, permettent d’élaborer de véritables instruments de documentation, édités en ligne et visant l’ensemble de la communauté scientifique. La base de données ICAR, IConographie et ARchéologie pour l’Italie préromaine (ISSN 2491-2301), s’inscrit dans la seconde catégorie. Réalisation collective, conçue et dirigée par Natacha Lubtchansky, elle a été lancée dans le cadre de l’Action Concertée Incitative (les ACI, remplacées ensuite par les ANR) Jeunes Chercheurs Image et Religion de l’Italie préromaine (étrusque, italique, italiote), entre 2000 et 2003.

2ICAR est une base de données en ligne des scènes figurées étrusques, italiques et italiotes, prenant en compte le contexte archéologique et documentaire des images. Elle est conçue comme un outil de documentation et de recherche en humanités numériques, pour l’iconographie des différentes populations de l’Italie préromaine.

  • 1 ICAR a également servi de support pédagogique à deux formations doctorales sur l’iconographie anti (...)

3La difficulté de la seconde catégorie de programmes numériques, évoquée plus haut, est qu’une fois le projet terminé, le suivi, voire le développement de l’outil sont difficiles à mener. Ce sont souvent de nouveaux appels à projet qui peuvent ponctuellement prendre en charge cette évolution. Une seconde ACI (Iconographie et acculturation en Italie préromaine) a ainsi pris le relais entre 2004 et 2007, afin d’élargir les corpus envisagés dans une optique comparative des cultures préromaines1.

4Près de dix années plus tard, l’ANR CAECINA nous a permis de renouveler fondamentalement l’outil ICAR, tandis que nous participions aux réflexions du volet iconographique sur les phénomènes d’acculturation qui sont au cœur de ce projet.

État du projet ICAR en 2014

5Développée au sein de l’UMR Archéologie et Sciences de l’Antiquité (ArScAn, équipe ESPRI) de la Maison René-Ginouvès de Nanterre, puis de l’équipe de recherche du CeTHiS de l’université de Tours, ICAR a été conçue comme outil documentaire à la base d’une réflexion sur les processus religieux et d’acculturation en iconographie antique, et en dernier lieu sur l’histoire de la réception de la peinture antique à l’époque moderne. Le projet vise à intégrer tout corpus d’œuvres figurées des cultures de l’Italie préromaine (peintures murales, céramique peinte, reliefs en pierre ou en terre cuite, bronzes historiés, etc.) déjà publiées.

  • 2 État en 2002 : Lubtchansky – Fenet – Mottet 2002. Voir aussi Lubtchansky 2003. En 2015, la base a (...)

6Les premières phases de travail sur la base avaient ainsi abouti en 2007 à l’enregistrement scientifique, sous la responsabilité d’Annick Fenet, de cinq corpus complets, aujourd’hui accessibles en ligne2 :
– celui des tombes peintes étrusques (soit 180 tombes, représentant 573 scènes et 1548 images) ;
– les tombes peintes campaniennes (45 tombes, 67 scènes, 83 images) ;
– les tombes peintes apuliennes (9 tombes, 16 scènes, 27 images) ;
– les reliefs archaïques de Chiusi (279 monuments, 571 scènes, 549 images) ;
– les hydries de Cerveteri (42 vases, 87 scènes, 182 images).

7Leur intégration – c’est l’un des principes d’ICAR – est réalisée à chaque fois avec la collaboration des chercheurs spécialistes de ces corpus, et avec celle des institutions patrimoniales impliquées (surintendances, photothèques, bibliothèques…). La base, développée jusqu’à aujourd’hui avec le logiciel FileMaker Pro, comporte 4 tables d’enregistrement (« Support »/« Scènes »/« Images »/« Bibliographie ») et 12 tables relationnelles (fig. 1). L’utilisation de ce logiciel nous a offert de nombreuses possibilités, tout en favorisant des questionnements en ce qui concerne l’arborescence et les transversalités des données. Chaque objet (« support » : par exemple une tombe peinte), dûment renseigné quant à sa typologie archéologique, sa datation, sa découverte, et l’histoire de sa conservation – ces quatre registres d’informations intégrant également différentes traditions d’établissement des données (p. ex. les différentes datations proposées d’une tombe peinte) –, est associé à un découpage iconographique en « scènes » ; chacune d’elles est renseignée par une description systématique, ainsi que par toutes les interprétations proposées par le dépouillement analytique de la bibliographie internationale (travaux publiés depuis le XIXe siècle). Le tout est complété de mots-clés et de très nombreuses reproductions modernes (« images »), recadrées et redimensionnées, au format jpg.

Fig. 1 – Schéma de relation entre les quatre tables d’enregistrement de la base ICAR sur FileMaker Pro.

Fig. 1 – Schéma de relation entre les quatre tables d’enregistrement de la base ICAR sur FileMaker Pro.

© Sylvain Mottet et Francois Ory, pour ICAR.

8Une fois complétés, les premiers corpus enregistrés ont été mis en ligne dès 2002, en utilisant le langage PHP sur une base MySQL.

9Entre 2007 et 2014, la base a connu peu d’évolution, n’ayant bénéficié d’aucun financement. Le seul événement notable fut le passage d’ICAR, avec ses cinq corpus d’images, du site de la Maison René-Ginouvès sur la plate-forme du TGIR (Très Grande Infrastructure de Recherche pour l’accès et le référencement des données de la recherche en SHS) Huma-Num, où elle est consultable aujourd’hui (http://icar.huma-num.fr).

ICAR et CAECINA (2014-2017)

  • 3 Les deux auteures s’associent pour remercier très chaleureusement Vincent Jolivet, responsable de (...)

10Dans ce contexte, l’aide de l’ANR CAECINA3 a permis de nouvelles avancées : une mise à jour de la bibliographie analytique, l’intégration d’un nouveau corpus associée à un élargissement disciplinaire, et enfin la réalisation d’une nouvelle interface.

  • 4 Vincenti 2009.
  • 5 Jannot 2010.
  • 6 P. ex. Harari – Paltineri 2012.
  • 7 Bruni 2009 ; Jannot 2014.
  • 8 Moretti Sgubini – Boitani 2013 ; Gaultier – Haumesser – Santoro et al. 2013.

11L’actualisation bibliographique a notamment enrichi la base d’informations inédites issues de monographies récentes, par exemple sur la tombe Bruschi4, mais aussi d’œuvres récemment découvertes – comme la tombe des Lions rugissants de Véies (2006) – ou non encore intégrées par ICAR – comme le sarcophage de Torre San Severo (Orvieto) –, tout en complétant et corrigeant un corpus déjà existant, celui des reliefs archaïques de Chiusi5. Les publications de la décennie considérée incluent des colloques thématiques sur les tombes étrusques6, des mélanges offerts à d’éminents chercheurs7 et les catalogues des expositions sur la civilisation étrusque présentées au musée Maillol et au Louvre8. Mais – faut-il s’en féliciter ou le déplorer ? –, la multiplication pléthorique des publications au cours de ces dernières années, associée à la richesse de la base (nombre de supports et de scènes déjà existants), complique ce travail d’actualisation et n’a pas permis de réaliser la mise à jour exhaustive que nous aurions souhaitée.

12Le deuxième volet du travail accompli s’inscrit dans un élargissement disciplinaire de la base. Si celle-ci comportait déjà parmi ses images des dessins ou relevés modernes d’œuvres antiques, il est désormais envisagé d’intégrer dans ICAR des fonds documentaires patrimoniaux cohérents dans leur ensemble. L’intérêt de l’insertion de tels corpus est double, dans la mesure où elle participe à l’histoire de la réception de l’Antiquité, aux époques modernes et contemporaines, tout en favorisant la collaboration avec les institutions patrimoniales internationales.

  • 9 Fenet – Lubtchansky 2017.

13Un premier fonds a été enregistré : celui attribué à Augusto Guido Gatti (1863-1947), conservé par la Surintendance archéologique de la Toscane9.

14L’ensemble comprend 325 œuvres des années 1910-1916 (dessins aquarellés à échelle réduite ; calques et fac-similés peints sur toile à l’échelle 1:1), conçues pour la Galleria della pittura etrusca in facsimile ouverte en 1928 au musée archéologique national de Florence (fig. 2-3). Ce corpus concerne 16 tombes peintes étrusques déjà présentes dans ICAR : trois d’Orvieto (Golini I et II, Hescanas) ; six de Chiusi (Colle Casuccini, Orfeo ed Euridice, Poggio al Moro, Pozzo a Poggio Renzo, Scimmia, Tassinaia) ; six de Tarquinia (Caccia e Pesca, Orco I, II, III, Tori, Vasi dipinti) ; une de Vulci (François).

Fig. 2 – A.G. Gatti, dessin sur calque de la tombe della Caccia e Pesca de Tarquinia (détail).

Fig. 2 – A.G. Gatti, dessin sur calque de la tombe della Caccia e Pesca de Tarquinia (détail).

Cuniglio – Lubtchansky – Sarti 2017, cat. 188.

Fig. 3 – Fac-similés de la tombe della Scimmia à Chiusi dans une salle de la Galleria di pittura etrusca in facsimile à Florence.

Fig. 3 – Fac-similés de la tombe della Scimmia à Chiusi dans une salle de la Galleria di pittura etrusca in facsimile à Florence.

Cuniglio – Lubtchansky – Sarti 2017, fig. 18 p. 44.

  • 10 Cuniglio – Lubtchansky – Sarti 2017. Ouvrage publié avec le soutien du laboratoire d’excellence Tr (...)
  • 11 Par exemple p. 107, pour la tombe della Tassinaia de Chiusi : Disegno Cat. 38 = ICAR CHIU 177-2.

15L’originalité de l’ajout de ce corpus d’images dans ICAR est qu’il s’est opéré en lien avec la publication d’un ouvrage dirigé par Lucrezia Cuniglio, Natacha Lubtchansky et Susanna Sarti, Dipingere l’Etruria. Le riproduzioni delle pitture etrusche di Augusto Guido Gatti10. Alors que 155 documents sont illustrés dans le livre, le lecteur peut accéder à l’intégralité des 325 documents via la base ICAR – soit 170 de plus par rapport au volume papier –, et de surcroît en grand format. Pour une meilleure lisibilité des calques, les images accessibles en ligne ont parfois été retouchées (accentuation des contrastes). La protection des droits est assurée par un filtre incrusté comportant le copyright. Afin de faciliter les consultations croisées de la base et de l’ouvrage, le catalogue imprimé inclut les références ICAR11, tandis qu’une page spéciale du site (intitulée « Édition A.G. Gatti ») permet, à partir de ces références, la liaison avec les descriptions, interprétations et bibliographies analytiques de la base.

16Dans son aboutissement, le travail effectué sur le fonds Gatti représente ainsi la première étape d’une programmation de l’ensemble des reproductions modernes de la peinture étrusque.

17 

18L’élaboration d’une nouvelle interface constitue le second champ de mutation de la base ICAR, mené avec la collaboration de CAECINA, de l’équipe du CeTHiS de l’université de Tours et de l’Atelier numérique de la Maison des Sciences de l’Homme Val-de-Loire à Tours.

19Cette mise à jour répondait à un besoin que nos moyens humains n’avaient jamais permis, l’ancienne interface, élaborée en 2002, relevant d’une collaboration bénévole de l’informaticien Sylvain Mottet. Cette évolution visait à faciliter l’accès aux données en les hiérarchisant, en les présentant avec une ergonomie améliorée et une esthétique renouvelée. Nous souhaitions aussi proposer deux autres langues à l’interrogation (l’anglais et l’italien), un accès direct au corpus récemment intégré des dessins et peintures de A.G. Gatti, enfin multiplier les niveaux de recherche et les modes de réponse.

20À la « recherche avancée », à l’attention des chercheurs et des utilisateurs maîtrisant la structure de la base, il a semblé nécessaire d’ajouter une « recherche guidée ». Celle-ci permet aux néophytes de prendre connaissance des données offertes par ICAR et des processus d’interrogation pour les atteindre. Ces deux recherches (avancée et guidée) sont complétées par une interrogation « plein texte » sur l’ensemble des données de la base. Nous avons de plus souhaité mettre en évidence l’élargissement disciplinaire avec la prise en compte de la documentation patrimoniale des reproductions modernes des œuvres antiques.

21Les utilisateurs ont donc le choix d’interroger soit l’aspect archéologique (« recherche ICAR »), soit l’aspect documentaire (« recherche ICAR-DOC ») des données iconographiques de la base, avec des recherches « avancée », « guidée » ou « plein texte ». Dans le premier cas (ICAR), c’est l’œuvre (ou le « support ») qui est interrogée, à travers ses lieux de conservation, de production, sa date d’exécution, les scènes figurées la décorant, sa bibliographie analytique. La seconde possibilité (ICAR-DOC) concerne le volet documentaire des images, où sont envisagées les données de la reproduction (graphique, photographique) des scènes figurées, l’auteur, la date et le lieu de conservation de cette documentation moderne. Cette réflexion sur la nouvelle interface, menée parallèlement à l’intégration du fonds Gatti, a été l’occasion de remanier et d’enrichir la table d’enregistrement « Image » de la base FileMaker Pro.

22La présentation des réponses est double : sous forme textuelle (fig. 4) ou – c’est une nouveauté – de mosaïque d’images (fig. 5). Pour cette dernière, trois icônes, s’affichant sur chaque image de la mosaïque, permettent d’atteindre au choix : les données sur l’œuvre, sur la scène figurée ou sur la reproduction. Elles correspondent aux trois groupes qui structurent l’ensemble des données de la base.

Fig. 4 – Nouvelle interface d’ICAR : affichage textuel des résultats d’une requête (« biges »).

Fig. 4 – Nouvelle interface d’ICAR : affichage textuel des résultats d’une requête (« biges »).

© ICAR (http://icar.huma-num.fr/​web/​fr/​icar/​recherche/​plein).

Fig. 5 – Nouvelle interface d’ICAR : affichage par mosaïque d’images des résultats d’une requête (« biges »).

Fig. 5 – Nouvelle interface d’ICAR : affichage par mosaïque d’images des résultats d’une requête (« biges »).

© ICAR (http://icar.huma-num.fr/​web/​fr/​icar/​recherche/​plein).

23Ainsi, en premier lieu, l’œuvre (ou le « support ») est documentée par les informations descriptives (fig. 6) telles que la matière de l’œuvre, sa typologie fonctionnelle, ses dimensions, ses motifs ornementaux, la bibliographie exhaustive, l’artiste (ou l’atelier), le centre de production et la date d’exécution, le lieu de découverte et celui de conservation. Ces deux derniers champs d’information inscrivent la base dans l’histoire de l’archéologie et celle du collectionnisme.

Fig. 6 – Nouvelle interface d’ICAR : les données concernant une œuvre (support). Ex. d’une hydrie de Cerveteri conservée au Louvre (inv. E696) : début de la fiche.

Fig. 6 – Nouvelle interface d’ICAR : les données concernant une œuvre (support). Ex. d’une hydrie de Cerveteri conservée au Louvre (inv. E696) : début de la fiche.

© ICAR (http://icar.huma-num.fr/​web/​fr/​icar/​support/​365).

24La scène figurée, pour sa part (fig. 7), est documentée par une description littéraire associée à une série de mots clés ; par un plan le cas échéant (cf. les tombes peintes), pour localiser la scène sur le support ; par une bibliographie analytique qui recense les différentes lectures proposées de la scène figurée, classées par ordre chronologique de publication.

Fig. 7 – Nouvelle interface d’ICAR : les données concernant une scène figurée. La tente de chasse de la tombe del Cacciatore de Tarquinia : début de la fiche.

Fig. 7 – Nouvelle interface d’ICAR : les données concernant une scène figurée. La tente de chasse de la tombe del Cacciatore de Tarquinia : début de la fiche.

© ICAR (http://icar.huma-num.fr/​web/​fr/​icar/​scene/​1296).

25Le dernier groupe de données, concernant les reproductions visuelles de l’œuvre et de ses scènes figurées, met à disposition des informations patrimoniales sur la documentation iconographique moderne (fig. 8) : artistes ou photographes, datation, fonds d’archives, information des photothèques, copyright. Toutes ces illustrations sont accompagnées de légendes en lien avec des critères iconographiques ou patrimoniaux.

Fig. 8 – Nouvelle interface d’ICAR : les données concernant les reproductions modernes des œuvres/scènes. Dessin de A.G. Gatti d’un détail de la tombe della Scimmia à Chiusi.

Fig. 8 – Nouvelle interface d’ICAR : les données concernant les reproductions modernes des œuvres/scènes. Dessin de A.G. Gatti d’un détail de la tombe della Scimmia à Chiusi.

© ICAR (http://icar.huma-num.fr/​web/​fr/​icardoc/​image/​1847).

26Le contenu de la base, ainsi que sa nouvelle interface, favorisent des rapprochements entre les œuvres en matière de contacts et d’acculturation, thèmes privilégiés de CAECINA. Prenons pour exemple la recherche plein texte de termes linguistiques ou ethniques : celle de « macédonien » donne accès à 4 œuvres et 25 reproductions ; celle de « latin » à 13 œuvres – dont la tombe Golini I d’Orvieto, pour laquelle le nom d’un des personnages représentés serait d’origine latine – et à 127 reproductions. De la même façon, des requêtes par mot-clé pour des artefacts ouvrent à des rapprochements nouveaux : par exemple sur les représentations de casques (60 œuvres et 79 scènes concernées dans ICAR).

Perspectives

27Le développement disciplinaire de la base ICAR, qui intègre l’histoire de la réception de l’Antiquité à travers les reproductions modernes d’œuvres antiques, permet d’inscrire cet outil dans le programme quinquennal (2017-2021) de l’École française de Rome : Fac-Simile. Documentation graphique et musées de peinture étrusque12. Ainsi, à la suite du corpus de dessins et de peintures de A.G. Gatti, seront inclus divers fonds documentaires patrimoniaux de documentation graphique de la peinture étrusque. À la différence du corpus Gatti, ceux-ci sont déjà enregistrés ou en train de l’être sur des sites en ligne des institutions propriétaires. Il s’agit donc de constituer un réseau de ces institutions à travers un portail commun d’accès à cette documentation. Les différents dessins, calques ou fac-similés peints recensés dans ce programme se trouveront associés dans la base ICAR qui, au moyen d’un permalien, donnera accès au site original de publication en ligne. Ce travail de mise en commun est en cours : l’ensemble des 277 dessins conservés au Deutsches Archäologisches Institut in Rom (en ligne sur Zenon et Arachne) et des 120 aquarelles d’Elio D’Alessandris à La Sapienza Università (Museo delle Antichità Etrusche e Italiche) sont reliés par des permaliens à la base ICAR-DOC, grâce au travail d’Andrea Grazian. Le projet vise à continuer cette recension pour la documentation commandée par Wolfgang Helbig et Carl Jacobsen pour le musée de Copenhague, et d’intégrer dans ce portail commun sur internet l’Istituto Svedese di Studi Classici a Roma, la Ny Carlsberg Glyptotek de Copenhague et le Museum of Fine Arts de Boston. Enfin, resteront à considérer d’une part les différentes institutions françaises (en particulier le Département des estampes et de la photographie de la Bibliothèque nationale de France, la Bibliothèque de l’Institut national d’Histoire de l’Art, celle de l’École nationale supérieure des beaux-arts de Paris, la Bibliothèque municipale de Nancy), d’autre part le Musée grégorien étrusque du Vatican.

  • 13 Prieto-Luley 2018.

28Le versant archéologique de l’extension de la base fait toujours partie des priorités. De jeunes chercheurs souhaitent ainsi enrichir celle-ci de corpus qu’ils ont pu examiner durant leur formation à la recherche. Ainsi Laëtitia Prieto-Luley, qui a soutenu sa thèse de doctorat sur les cistes prénestines en 2018 à l’université de Tours13, versera son catalogue dans la base.
Ces deux nouveaux champs d’élargissement nécessiteront d’adapter la base à l’enregistrement en ligne, procédé qui est aujourd’hui en cours d’expérimentation avec l’aide de la MSH Val-de-Loire.

Haut de page

Bibliographie

Bruni 2009 = S. Bruni (dir.), Etruria e Italia preromana. Studi in onore di Giovannangelo Camporeale, Pise-Rome, 2010.

Cuniglio – Lubtchansky – Sarti 2017 = L. Cuniglio, N. Lubtchansky, S. Sarti (dir.), Dipingere l’Etruria. Le riproduzioni delle pitture etrusche di Augusto Guido Gatti, Venosa, 2017 (Archeologia Nuova Serie, 5).

Fenet – Lubtchansky 2017 = A. Fenet, N. Lubtchansky, De l’iconographie préromaine aux humanités numériques : la mise en ligne des dessins de tombes étrusques d’Augusto Guido Gatti sur ICAR (http://icar.huma-num.fr/), dans Cuniglio – Lubtchansky – Sarti 2017, p. 197-199.

Frère – Hugot 2014 = D. Frère, L. Hugot (dir.), Étrusques, les plus heureux des hommes. Études offertes au professeur Jean-René Jannot, Rennes, 2014.

Gaultier – Haumesser – Santoro et al. 2013 = F. Gaultier, L. Haumesser, P. Santoro et al., Les Étrusques et la Méditerranée. La cité de Cerveteri, cat. d’expo., Paris, 2013.

Harari – Paltineri 2012 = M. Harari, S. Paltineri, Segni e colore. Dialoghi sulla pittura tardo-classica ed ellenistica, Rome, 2012 (Studia Archaeologica 188).

Jannot 2010 = J.-R. Jannot, Les reliefs de Chiusi. Mise à jour de nos connaissances, dans MEFRA, 122-1, 2010, p. 51-72.

Lubtchansky 2003 = N. Lubtchansky, ICAR, a database for figured scene in Pre-Roman Italy, dans EtrSt, 9, 2002-2003, p. 283-286.

Lubtchansky – Fenet – Mottet 2002 = N. Lubtchansky, A. Fenet, S. Mottet, ICAR : une base de données pour les scènes figurées de l’Italie préromaine, dans N. Lubtchansky (dir.), Nouvelles approches en iconographie étrusque. Autour d’ICAR (Nanterre, 7 juin 2002), en ligne (http://icar.huma-num.fr/web/fr/seminaire/2002#).

Moretti Sgubini – Boitani 2013 = A.M. Moretti Sgubini, F. Boitani (dir.), Étrusques. Un hymne à la vie, cat. d’expo., Paris, 2013.

Prieto-Luley 2018 = L. Prieto-Luley, Recherches sur les cistes prénestines. Approche pluridisciplinaire de conteneurs féminins et de leurs représentations en Italie centrale (Ve-IIIe siècles avant J.-C.), thèse de doctorat, université de Tours, 2018.

Haut de page

Notes

1 ICAR a également servi de support pédagogique à deux formations doctorales sur l’iconographie antique : à l’École française de Rome, en 2003 : « Outils épistémologiques, historiographiques et informatiques » ; à l’École française d’Athènes, en 2006, « Iconographie et acculturation : aux marges du monde grec ».

2 État en 2002 : Lubtchansky – Fenet – Mottet 2002. Voir aussi Lubtchansky 2003. En 2015, la base a été présentée à l’Exposition universelle de Milan : N. Lubtchansky, L. Finicchietti, ICAR, Iconographie et Archéologie pour l’Italie préromaine, dans Etruscans@EXPO – Una Camera delle meraviglie in Statale, mostra all’Università di Milano, 3 giugno – 31 ottobre 2015.

3 Les deux auteures s’associent pour remercier très chaleureusement Vincent Jolivet, responsable de CAECINA, de son soutien à ICAR par le financement de 3 mois de vacation (A. Fenet) et de leur participation au colloque final de CAECINA (octobre 2017).

4 Vincenti 2009.

5 Jannot 2010.

6 P. ex. Harari – Paltineri 2012.

7 Bruni 2009 ; Jannot 2014.

8 Moretti Sgubini – Boitani 2013 ; Gaultier – Haumesser – Santoro et al. 2013.

9 Fenet – Lubtchansky 2017.

10 Cuniglio – Lubtchansky – Sarti 2017. Ouvrage publié avec le soutien du laboratoire d’excellence TransferS.

11 Par exemple p. 107, pour la tombe della Tassinaia de Chiusi : Disegno Cat. 38 = ICAR CHIU 177-2.

12 www.efrome.it/la-recherche/programmes/programmes-scientifiques-2017-2021/fac-simile.html

13 Prieto-Luley 2018.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Schéma de relation entre les quatre tables d’enregistrement de la base ICAR sur FileMaker Pro.
Crédits © Sylvain Mottet et Francois Ory, pour ICAR.
Titre Fig. 2 – A.G. Gatti, dessin sur calque de la tombe della Caccia e Pesca de Tarquinia (détail).
Crédits Cuniglio – Lubtchansky – Sarti 2017, cat. 188.
Titre Fig. 3 – Fac-similés de la tombe della Scimmia à Chiusi dans une salle de la Galleria di pittura etrusca in facsimile à Florence.
Crédits Cuniglio – Lubtchansky – Sarti 2017, fig. 18 p. 44.
Titre Fig. 4 – Nouvelle interface d’ICAR : affichage textuel des résultats d’une requête (« biges »).
Crédits © ICAR (http://icar.huma-num.fr/​web/​fr/​icar/​recherche/​plein).
Titre Fig. 5 – Nouvelle interface d’ICAR : affichage par mosaïque d’images des résultats d’une requête (« biges »).
Crédits © ICAR (http://icar.huma-num.fr/​web/​fr/​icar/​recherche/​plein).
Titre Fig. 6 – Nouvelle interface d’ICAR : les données concernant une œuvre (support). Ex. d’une hydrie de Cerveteri conservée au Louvre (inv. E696) : début de la fiche.
Crédits © ICAR (http://icar.huma-num.fr/​web/​fr/​icar/​support/​365).
Titre Fig. 7 – Nouvelle interface d’ICAR : les données concernant une scène figurée. La tente de chasse de la tombe del Cacciatore de Tarquinia : début de la fiche.
Crédits © ICAR (http://icar.huma-num.fr/​web/​fr/​icar/​scene/​1296).
Titre Fig. 8 – Nouvelle interface d’ICAR : les données concernant les reproductions modernes des œuvres/scènes. Dessin de A.G. Gatti d’un détail de la tombe della Scimmia à Chiusi.
Crédits © ICAR (http://icar.huma-num.fr/​web/​fr/​icardoc/​image/​1847).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Annick Fenet et Natacha Lubtchansky, « ICAR (IConographie-ARchéologie pour l’Italie préromaine) », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité, 132-1 | -1, 51-58.

Référence électronique

Annick Fenet et Natacha Lubtchansky, « ICAR (IConographie-ARchéologie pour l’Italie préromaine) », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En ligne], 132-1 | 2020, mis en ligne le 07 décembre 2020, consulté le 26 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/mefra/9882 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mefra.9882

Haut de page

Auteurs

Annick Fenet

UMR 8546-AOrOc, CNRS, ENS-PSL, EPHE — annick.fenet@ens.fr

Natacha Lubtchansky

Université de Tours, CeTHiS — lubtchansky@univ-tours.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search