Navigation – Plan du site

AccueilNuméros132-1Le projet ANR CaecinaTerritoire et frontièresL’Atlas et la Base de l’âge du Fe...

Le projet ANR Caecina
Territoire et frontières

L’Atlas et la Base de l’âge du Fer européen

Nouveaux outils d’analyse, interprétation et valorisation des données archéologiques
Veronica Cicolani, Katherine Gruel et Julie Leone
p. 59-66

Résumés

L’Atlas de l’âge du Fer européen (http://www.chronocarto.ens.fr/gcserver/atlas) est un outil d’enregistrement, d’archivage et de traitement cartographique de données archéologiques couplé à une Base de données et hébergé, depuis 2016, dans les serveurs de l’infrastructure de recherche (TGIR) Huma-Num. Crée au sein de l’UMR 8546 AOrOc sous la direction de K. Gruel, O. Buchsenschutz et M. Cartereau, l’Atlas est élaboré à partir du dépouillement systématique des publications réalisé par les différents collaborateurs européens de l’UMR. En repositionnant dans l’espace et dans le temps les sites inventoriés l’outil permettra à fur et à mesure de son enrichissement de s’interroger sur les dynamiques, les changements et les trajectoires suivies par les sociétés préromaines à l’échelle de l’Europe continentale.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Djindjan 1993.
  • 2 Buchsenschutz 2006 ; Nakoinz 2013.

1L’introduction de la notion de localisation, ou de géoréférencement, dans des jeux de données et son exploitation dans des systèmes d’information géographique (SIG) a pris son essor en archéologie ces dernières décennies1. Plus particulièrement, le développement des SIG en lien avec des bases de données qualitatives et quantitatives a ouvert la voie à de nouvelles formes de traitement, de visualisation et d’interprétation géostatistique des données archéologiques, et par conséquent des cultures matérielles qui y sont associées2. C’est dans ce cadre que la BaseFer a vu le jour au sein du laboratoire AOrOc, sous l’impulsion d’Olivier Buchsenschutz et de Katherine Gruel.

Archéologie et traitement informatique de données à l’UMR AOrOc

  • 3 Batardy et al. 2008.
  • 4 Buchsenschutz et al. 2015.

2Conçue pour répertorier les sites français du 1er millénaire avant notre ère, cette plateforme collaborative se présente sous la forme d’une base qualitative de présence/absence des données, destinée à documenter l’état des connaissances par un dépouillement bibliographique systématique. Chaque gisement y est défini par sa géolocalisation (centroïde commune), sa datation (chrono-typologie, chronologie absolue et chronologie locale), sa nature (type de structure) et par le mobilier qui y est associé à l’aide de rubriques multivariées préétablies. Les fiches sont codées à partir de données publiées (synthèses, articles scientifiques, thèses et mémoires, répertoires…) permettant d’identifier et de qualifier chaque découverte selon des grandes catégories définies par une grille de lecture structurée ad hoc : le thésaurus3. À ce jour, plus de 15 000 sites, répartis sur tout l’espace métropolitain, y sont enregistrés (fig. 1). Les études géostatistiques appliquées ont montré la pertinence de la méthode d’enregistrement ; elles ont également permis de souligner, voire de corriger les quelques biais inévitables et de dégager de grandes tendances culturelles4. Dans le cadre de l’ANR Celtecophys et du TGE Adonis (2011-2012), de nouveaux tests ont été mis en place pour planifier la transition de la BaseFer vers un outil d’enregistrement et de traitement géo-statistiques de données étendu à l’ensemble de sites de l’âge du Fer connus en Europe. L’objectif est de documenter un état général de l’âge du Fer européen, mais également de développer une plateforme d’appui pour d’autres bases spécialisées, en facilitant la comparaison entre elles et en leur fournissant le cadre contextuel et le géo-référencement automatique des sites. La liste des publications utilisées pour documenter la BaseFer est indiquée pour chaque pays sur la page d’accueil de la BaseFer du portail chronocarto, elle est bien sûr évolutive et périodiquement remise à jour (http://www.chronocarto.eu/​spip.php?article1&lang=fr).

Fig. 1 – État de l’enregistrement des sites archéologiques français dans la BaseFer (août 2019).

Fig. 1 – État de l’enregistrement des sites archéologiques français dans la BaseFer (août 2019).

AOrOc, CNRS, ENS-PSL, Paris.

L’Atlas de l’âge du Fer : un outil, un environnement de recherche et de valorisation archéologiques

3La modification structurelle et l’évolution informatique de la BaseFer sont à l’origine de la création de l’Atlas interactif de l’âge du Fer. La mise en œuvre de cette transition a impliqué une révision intégrale du langage de codage, l’évolution de son organisation informatique, et une série d’adaptations formelles permettant l’intégration de données étrangères non standardisées. Ainsi, en partenariat avec AGROParis-Tech, la géolocalisation des sites dans la BaseFer a été rendue automatique grâce au développement d’ArcheoLocalis (M. Cartereau développeur). Conçu pour la production d’atlas archéologiques, ArcheoLocalis fournit un système simple de géolocalisation automatique de sites basée sur la commune (centroïdes), accompagné d’un découpage administratif à plusieurs niveaux. Son modèle est aligné sur le système NUTS d’Eurostat et les coordonnées sont exprimées selon le référentiel mondial WGS84 (World Geodetic System 1984) complété, si besoin est, par un référentiel local. Parallèlement, la Base a migré de son format FileMaker (A. Tricoche, CNRS) statique et à saisie locale sur le serveur du laboratoire en MySQL (M. Cartereau), pour être depuis 2016 entièrement hébergée dans les serveurs de l’infrastructure Huma-Num, où elle est accessible aussi bien aux utilisateurs grand public qu’aux spécialistes via le portail d’accès Chronocarto (https://basefer.huma-num.fr/​). Sur ce portail sont affichés les projets WebSIG et les bases de données développées par le laboratoire AOrOc, avec différents niveaux d’accès et de manipulation possibles (http://www.chronocarto.eu/​). Il a vocation, après cette phase test, à accueillir tous les projets finalisés qui le souhaitent.

4Étant durablement relié à la BaseFer par le référencement spatial des sites, l’Atlas s’enrichit, se modifie et évolue au fur et à mesure de l’alimentation de la BaseFer par les contributions de partenaires européens du projet. Pour en faciliter la consultation et l’utilisation, l’Atlas et la Base sont aujourd’hui disponibles en cinq langues de saisie, recherche et exploitation : français, anglais, allemand, italien, espagnol. Les utilisateurs peuvent les consulter à l’aide d’un menu déroulant correspondant aux réponses multiples fournies par l’usage combiné de trois requêtes : « Où ? Quoi ? Quand ? » Les fonds de cartes intégrés permettent de visualiser les diverses réponses sous forme de cartes thématiques de type à nuage de points, restituant aussi bien l’état de la recherche actuelle que les divers choix culturels opérés par les communautés protohistoriques. En consultation libre, l’Atlas propose également des études thématiques et de traitements cartographiques créés soit par une exploitation plus sophistiquée de la BaseFer (couplée à un SIG plus complexe), soit par celles des données personnelles des auteurs, soit les deux à la fois. Il s’agit de véritables publications électroniques, dotées d’un copyright, qui apportent des éclairages supplémentaires et soulignent des aspects particuliers étroitement liés aux requêtes formulées (fig. 2). Outil dynamique, destiné à terme à être utilisé tant par les spécialistes que par le grand public et les instituts de tutelle patrimoniale ou encore les établissements scolaires, l’Atlas permet d’appréhender et de dégager de grandes tendances culturelles et historiques que seules des études plus spécialisées pourront concourir à préciser et décrypter. L’interopérabilité qui caractérise sa structure informatique et son jumelage avec la BaseFer favorisent dans ce sens l’intégration de bases plus spécialisées, notamment la base Monnaies Antiques Européennes, administrée par K. Gruel, et plus récemment une base épigraphique, comme on va le voir.
 

5Veronica Cicolani

Fig. 2 – Interface de l’Atlas de l’Âge du Fer (https://www.chronocarto.eu/​gcserver/​patlas).

Fig. 2 – Interface de l’Atlas de l’Âge du Fer (https://www.chronocarto.eu/​gcserver/​patlas).

AOrOc, CNRS, ENS-PSL, Paris.

Cartographier les langues

  • 5 Aberson – Biella – Di Fazio 2014.
  • 6 Cf. la contribution de E. Middei, dans ce dossier.

6Les données linguistiques, c’est-à-dire les inscriptions gravées sur les artefacts ou les éléments d’architecture (urbaine et funéraire), font partie intégrante de la Base et peuvent en tant que tel être traitées et visualisées à l’aide de l’Atlas (fig. 3). La possibilité de produire des cartes thématiques à différentes échelles, où le témoignage épigraphique retrouve son contexte culturel et spatial de provenance, permet d’aborder autrement les langues anciennes. Souvent traitées séparément par les archéologues et les linguistes, les inscriptions font rarement l’objet d’études exhaustives couplant les deux approches. Si elles sont essentielles pour mener une réflexion sur l’évolution des langues parlées et écrites, et sur les différents usages de ces dernières (commercial, personnel, rituel, sacré...), les données épigraphiques sont également des éléments clefs pour mieux saisir les directions et les interactions entre communautés5, notamment entre communautés celtiques, étrusques et italiques. Dans cette démarche, la BaseFer et l’Atlas, sans prétendre à l’exhaustivité, permettent déjà de visualiser la distribution en Méditerranée occidentale des inscriptions étrusques, celtiques, italiques, ibères et celtibériques (fig. 4). Ces données peuvent déjà faire l’objet de requêtes croisées en associant les données linguistiques aux types de sites et aux phases chronologiques, par exemple. Enfin, dans le cadre du développement de l’Atlas soutenu par l’ANR CAECINA, la base spécialisée BEIGE (Base Épigraphique Italie, Gaule, Espagne) sera à terme amenée à s’appuyer sur l’Atlas pour produire une cartographie élaborée des langues préromaines à vaste échelle, de manière à mieux évaluer les contacts linguistiques et culturels (https://www.chronocarto.eu/​spip.php ?article10&lang =fr). Dans ce sens, les premières études menées à partir de cette base, couplée à une élaboration SIG de données, ont déjà permis de s’interroger sur certaines formes de contacts linguistique et culturel en Italie centrale6.
 
Veronica Cicolani, Katherine Gruel

Fig. 3 – Carte de répartition des inscriptions en Italie.

Fig. 3 – Carte de répartition des inscriptions en Italie.

Données V. Cicolani, K. Gruel/carte E. Tribouillard.

Fig. 4 – Carte de répartition des inscriptions en Méditerranée occidentale, d’après la BaseFer et Base BEIGE.

Fig. 4 – Carte de répartition des inscriptions en Méditerranée occidentale, d’après la BaseFer et Base BEIGE.

Données C. Ruiz-Darasse, M.-L. Haack, P.-Y. Lambert, E. Middei.

Cartographier les données archéologiques : l’exemple de la Toscane

7Les sites archéologiques de l’Italie ont été les premiers, après la France, à être intégrés dans la BaseFer et dans l’Atlas. Plus de 1800 sites, répartis dans toute la moitié nord de la péninsule, y sont à ce jour enregistrés (fig. 5).

Fig. 5 – Carte de distribution des sites italiens en août 2018 : 1863 occurrences (capture d’écran de l’Atlas).

Fig. 5 – Carte de distribution des sites italiens en août 2018 : 1863 occurrences (capture d’écran de l’Atlas).

AOrOc , CNRS- ENS-PSL, Paris, ANR CAECINA.

  • 7 Torelli 1992.

8Lors de la première phase d’essai de codage et d’enregistrement, qui s’est déroulée en Italie entre 2011 et 2012, une série de changements sont apparus nécessaires afin de faire évoluer l’outil. Entre 2013 et 2014, le thésaurus et toute la structure interne de la base ont été entièrement traduits en italien. Les critères descriptifs (rubriques et valeurs) et le référentiel chrono-typologique ont peu à peu été modifiés, enrichis et adaptés à la réalité archéologique italienne, caractérisée par de nombreuses spécificités locales et régionales. Malgré cette très grande diversité sur l’ensemble du territoire, l’intégration d’une partie des sites de la Toscane a été facilitée par une documentation riche et largement publiée. Celle-ci s’appuie sur les premières revues spécialisées de la fin du XIXe siècle, notamment les Notizie degli Scavi (à partir de 1876) et les Studi Etruschi (à partir de 1927), qui ont permis un inventaire précoce d’une grande partie des découvertes archéologiques faites sur l’ensemble du territoire italien. Une grande partie de ces données ont été intégrées à l’Atlante dei siti archeologici della Toscana7, ensuite utilisé pour l’enregistrement des fiches dans la Base. Comme cela a été fait pour les autres régions de la péninsule, plusieurs modifications ont été apportées aux critères descriptifs, afin de coder et d’enregistrer plus précisément les diverses réalités archéologiques. Ainsi, le terme d’« âge du Fer » est-il relativement peu employé dans la littérature archéologique italienne, qui préfère utiliser ceux de cultures « villanovienne » et « étrusque », afin de mieux séparer ces faciès de celui des populations voisines. Dans les quelques cas où il est utilisé, le terme tend à désigner les cultures villanoviennes, ou des découvertes qu’il n’est pas possible de mieux caractériser. Le choix des sites à enregistrer a suscité une question portant sur la limite chronologique basse, la fin de l’âge du Fer étant difficile à déterminer. Pour cette raison, il a été choisi d’intégrer les sites étrusques et romains d’époque républicaine, dans la mesure où ils interagissent avec des sites encore désignés comme appartenant à « l’âge du Fer ». La nature des informations est cependant très inégale : dans certains cas, ne sont signalés que quelques fragments de structures non identifiés et détruits, ou encore des remblais riches de matériel d’époques variées. Il n’est alors pas utile d’entrer ces informations, car celles-ci n’auront aucune signification cartographique. Il faut par ailleurs tenir compte de la nature très fragmentaire de certaines découvertes fortuites qui n’ont pas fait l’objet de fouilles extensives, mais sont simplement signalées. Dans certains cas, des travaux plus récents ont apporté de nouvelles informations ; dans d’autres, les données n’ont pu être développées et ne sont donc pas prises en compte.

9À partir des données enregistrées, il est possible d’interroger la Base sous des formes plus ou moins complexes dont on se limitera ici à illustrer deux exemples d’analyse cartographique appliquée au domaine funéraire étrusque. La première carte (fig. 6) regroupe uniquement les attestations de tombes à chambre et la seconde (fig. 7) reprend l’ensemble des tombes à puits, à pithos, des tumuli et des tombes à chambre. Les deux cartes mettent l’accent sur la fréquence élevée de tombes à chambre sur l’ensemble de la région par rapport aux autres structures funéraires, attestées tout au long de l’âge du Fer (fig. 7). Cette information est particulièrement évidente sur la carte des tombes à chambre (fig. 6), où les données de la base ont été exportées et traitées dans ArcGis afin de produire une carte de densité. La fréquence par commune du type de structure est ainsi matérialisée par des plages de couleur : zones à haute densité en rouge, zones à basse densité en beige (fig. 6). En effet, une commune peut compter un seul site tout comme des dizaines, mais dans ces deux cas, il n’existera qu’un seul point : le centroïde de la commune.

Fig. 6 – Carte de densité de tombes à chambre par commune.

Fig. 6 – Carte de densité de tombes à chambre par commune.

Données J. Léone/carte E. Tribouillard.

Fig. 7 – Carte de distribution des tombes à puits, à pithos, à chambre, et des tumulus.

Fig. 7 – Carte de distribution des tombes à puits, à pithos, à chambre, et des tumulus.

Données J. Léone/carte E. Tribouillard.

10Les deux cartes, l’une à nuage de points, l’autre de densité, offrent ainsi un bon exemple d’exploitation de données de la Base et de l’Atlas, que l’on espère bientôt déployer progressivement à l’ensemble des pays européens, dans le cadre d’une base collaborative.
 
Julie Leone

Conclusion

  • 8 Cicolani – Tribouillard 2018.

11En suivant les recherches en cours de développement dans d’autres pays, notamment aux États-Unis et en Allemagne, le développement de la Base et de l’Atlas de l’âge du Fer européen vise à la diffusion d’un outil d’enregistrement, traitement (statistique, spatial, thématique) et visualisation de données qualitatives8 qui soit en mesure d’évoluer dans le temps et de répondre d’une façon dynamique aux évolutions technologiques et administratives actuelles. En s’appuyant sur un corpus qui est destiné à être continuellement enrichi par les nouvelles découvertes et publications, et surtout par l’implication de tous, y compris de chercheurs étrangers, les analyses pourront être constamment précisées, corrigées et enrichies. Créés dans l’interopérabilité, et donc en mesure d’être intégré et/ou d’intégrer d’autres projets SIG existants, l’Atlas et la BaseFer pourront concourir à générer une plateforme de données exploitable non seulement par la communauté scientifique européenne, mais également par les établissements scolaires et les institutions muséales pour l’apprentissage grand public de l’histoire de l’Europe préromaine.
 
Veronica Cicolani, Katherine Gruel, Julie Leone

Haut de page

Bibliographie

Aberson – Biella – Di Fazio 2014 = M. Aberson, M.C. Biella, M. Di Fazio (dir.), E pluribus unum ? L’Italie, de la diversité préromaine à l’unité augustéenne, I. Entre archéologie et histoire : dialogues sur divers peuples de l’Italie préromaine, Berne, 2014.

Batardy et al. 2008 = C. Batardy, O. Buchsenschutz, K. Gruel, M. Lévery, Analyse spatiale et statistique de l’âge du Fer en France. L’exemple de la « BaseFer », dans RACF, 47, 2008, p. 1-27, mis en ligne le 30 avril 2009 : http://racf.revues.org/1159

Buchsenschutz 2006 = O. Buchsenschutz, L’apport de la cartographie à l’étude des sociétés sans écriture : l’exemple des Celtes de l’âge du Fer, dans Mappemonde, 83-3, 2006 : http://mappemonde.mgm.fr/num11/articles/art06305.html

Buchsenschutz et al. 2015 = O. Buchsenschutz, C. Batardy, M. Cartereau, K. Gruel, M. Lévery, Une base pour l’élaboration de modèles de peuplement de l’âge du Fer en France dans ArcheoSciences, 39, 2015, p. 157-175.

Cicolani – Tribouillard 2018 = V. Cicolani, E. Tribouillard, Analyse exploratoire des relations transalpines au premier âge du Fer : les cartes de chaleur et la BaseFer, dans V. Cicolani, J. Genechesi, E. Hiriart (dir.), Numismatique et archéologie en Europe. Mélanges Katherine Gruel, Paris, 2018, p. 81-86.

Djindjian 1993 = F. Djindjian, Les systèmes d’information en archéologie, dans ACalc, 4, 1993, p. 9-25.

Nakoinz 2013 = O. Nakoinz, Archäologische Kulturgeographie der ältereisenzeitlichen Zentralorte Südwestdeutschlands, Bonn, 2013 (Universitätsforsch. Prähist. Arch., 224).

Torelli 1992 = M. Torelli (dir.), Atlante dei siti archeologici della Toscana, Florence, 1992.

Liens utiles

Portail d’accès à l’Atlas de l’âge du Fer : https://www.chronocarto.eu/gcserver/atlas

Portail d’accès à l’ensemble de produits cartographiques de l’UMR 8546 : http://www.chronocarto.eu/

Portail d’accès à l’espace libre de création cartographique ChronoFab : https://explore.univ-psl.fr/fr/liblab/loutil-de-cartographie-chronofab

Haut de page

Notes

1 Djindjan 1993.

2 Buchsenschutz 2006 ; Nakoinz 2013.

3 Batardy et al. 2008.

4 Buchsenschutz et al. 2015.

5 Aberson – Biella – Di Fazio 2014.

6 Cf. la contribution de E. Middei, dans ce dossier.

7 Torelli 1992.

8 Cicolani – Tribouillard 2018.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – État de l’enregistrement des sites archéologiques français dans la BaseFer (août 2019).
Crédits AOrOc, CNRS, ENS-PSL, Paris.
Titre Fig. 2 – Interface de l’Atlas de l’Âge du Fer (https://www.chronocarto.eu/​gcserver/​patlas).
Crédits AOrOc, CNRS, ENS-PSL, Paris.
Titre Fig. 3 – Carte de répartition des inscriptions en Italie.
Crédits Données V. Cicolani, K. Gruel/carte E. Tribouillard.
Titre Fig. 4 – Carte de répartition des inscriptions en Méditerranée occidentale, d’après la BaseFer et Base BEIGE.
Crédits Données C. Ruiz-Darasse, M.-L. Haack, P.-Y. Lambert, E. Middei.
Titre Fig. 5 – Carte de distribution des sites italiens en août 2018 : 1863 occurrences (capture d’écran de l’Atlas).
Crédits AOrOc , CNRS- ENS-PSL, Paris, ANR CAECINA.
Titre Fig. 6 – Carte de densité de tombes à chambre par commune.
Crédits Données J. Léone/carte E. Tribouillard.
Titre Fig. 7 – Carte de distribution des tombes à puits, à pithos, à chambre, et des tumulus.
Crédits Données J. Léone/carte E. Tribouillard.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Veronica Cicolani, Katherine Gruel et Julie Leone, « L’Atlas et la Base de l’âge du Fer européen », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité, 132-1 | -1, 59-66.

Référence électronique

Veronica Cicolani, Katherine Gruel et Julie Leone, « L’Atlas et la Base de l’âge du Fer européen », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En ligne], 132-1 | 2020, mis en ligne le 07 décembre 2020, consulté le 18 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/mefra/9916 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mefra.9916

Haut de page

Auteurs

Veronica Cicolani

UMR 8546-AOrOc, CNRS, ENS-PSL — veronica.cicolani@ens.fr

Articles du même auteur

Katherine Gruel

UMR 8546-AOrOc, CNRS, ENS-PSL — katherine.gruel@ens.fr

Julie Leone

UMR 5138-ArAr, CNRS — julie.leone@hotmail.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search