Navigation – Plan du site

AccueilNuméros132-1Le projet ANR CaecinaSociétés étrusque et celteLes Celtes et les populations étr...

Le projet ANR Caecina
Sociétés étrusque et celte

Les Celtes et les populations étrusques et italiques entre les VIe et IIIe siècles av. J.-C.

Thierry Lejars
p. 67-80

Résumés

Rompant avec une tradition longtemps focalisée sur l’analyse des peuples celtiques de la péninsule en liaison avec le monde nord-alpin, l’ANR Caecina, centrée sur la société étrusque et sa perméabilité aux influences extérieures, nous a conduits à faire porter notre regard sur les rapports que les communautés celtiques entretinrent avec les sociétés indigènes, de manière à mieux comprendre comment elles s’insérèrent dans la mosaïque des peuples de la péninsule durant la période précédant l’expansion romaine, et à montrer comment elles influèrent sur les pratiques sociales et culturelles de leurs voisins. Cette contribution présente brièvement les différentes actions et problématiques développées dans le cadre de cette ANR.

Haut de page

Texte intégral

1L’arrivée des Celtes en Italie, tout comme leur déclin deux siècles plus tard, est dépeinte par les auteurs anciens comme un phénomène brutal, une parenthèse dans l’histoire de la péninsule, qui culmine avec la prise de Rome en 387/6 av. J.-C. À cette vision des sources littéraires qui privilégient les récits de batailles, les massacres et les expulsions de populations répondent les données plus nuancées de l’épigraphie et de l’archéologie, qui dévoilent une réalité plus articulée avec des communautés plus fortement intriquées que ne le laissent entendre les récits des auteurs grecs et latins.

  • 1 Les populations du premier âge du Fer installées dans le quart nord-ouest de la plaine du Pô, cara (...)
  • 2 Vitali 2003.
  • 3 Brizio 1901 ; cf. infra, et la contribution de P. Piana Agostinetti et M. Landolfi, ici même.
  • 4 Peyre 1994, parle d’incursions négociées limitées dans le temps.
  • 5 Colonna 2017. L’onomastique suggère l’intégration de celtophones dans la société étrusque dès l’ép (...)
  • 6 Si les produits étrusques étaient fort prisés des élites rhénanes des VIe et Ve siècles av. J.-C., (...)
  • 7 Sordi 1960, p. 154-156 ; Peyre 1979, p. 17.
  • 8 Peyre 1979 ; Kruta 1988 ; Tori 2006.

2Les travaux conduits depuis près d’un siècle et demi ont montré que ces populations, qu’on les nomme Celtes, Galates ou Gaulois, ne constituèrent jamais un ensemble homogène. Dans le cas de la péninsule italienne, il convient en effet de distinguer les Celtes autochtones, établis de très longue date comme les porteurs de la culture de Golasecca1, ou ceux installés depuis plusieurs générations et parfaitement intégrés dans le milieu local comme les Boïens de Monte Bibele2 ou les Sénons de Montefortino3, des nouveaux venus, migrants en quête de nouvelles terres, prédateurs et aventuriers tels que les Gésates4. Contrairement à la plupart des peuples de la péninsule dont l’assise territoriale est relativement bien définie, l’espace celtique paraît plus dilaté et difficile à cerner. Il varie dans le temps mais aussi dans l’espace suivant que l’on considère les récits des auteurs anciens, l’aire de répartition des inscriptions en langue celtique, celle de l’onomastique celtique5 ou encore les vestiges de la culture matérielle – autrement dit les mobiliers de tradition hallstattienne6 puis laténienne, témoins de leurs origines d’outre-Alpes. Les sources elles-mêmes insistent sur la mobilité de certains groupes de guerriers qui louent leurs services et tentent de s’établir avec plus ou moins de succès en Étrurie, mais aussi dans des régions plus méridionales comme les Monts Albains au sud de Rome et en Apulie7. Notre difficulté à définir la nature des peuplements celtiques ne touche pas uniquement ces régions lointaines. Elle caractérise également la façade maritime de la plaine padane où la tradition situe les Lingons (Polyb., 2, 17, 77 ; Liv., 5, 35, 2), un peuple qui n’est pas autrement connu, ni même archéologiquement documenté8.

  • 9 Vitali 1998 ; Sassatelli 2003 ; Vitali – Kaenel 2000 ; Colonna 1993.
  • 10 Voir aussi la grande tombe de Castiglione delle Stiviere, au nord du Pô : De Marinis 1997.

3L’occupation du territoire est moins continue qu’il n’y paraît. Mantoue, Spina et Adria parviennent à conserver localement une certaine autonomie. Dans les territoires cispadans, on voit les Boïens et les Sénons cohabiter avec les populations indigènes comme l’indiquent très clairement les inscriptions et l’onomastique en langue étrusque9. En s’expatriant avec armes, bagages et famille, les migrants n’ont jamais ressenti le besoin de reproduire l’ensemble de leur environnement matériel. Leur contact prolongé avec les populations locales voisines, étrusques, ombriennes, vénètes, ligures et picéniennes, les échanges matrimoniaux et les alliances, ont conduit les Celtes à adopter des usages propres aux sociétés méditerranéennes comme la pratique du banquet, les activités gymniques ou les jeux de table. C’est dans le rituel funéraire que ces nouvelles formes de sociabilité sont les plus manifestes, en particulier dans les ensembles des Apennins, attribués aux Boïens et aux Sénons10.

  • 11 Piana Agostinetti 2004 ; Morandi 2004. Voir également Peyre 1979 ; Kruta 1988 ; Grassi 1991 ; Krut (...)
  • 12 Piana Agostinetti 2017a ; Vitali et al. 2014. À compléter par les actes de divers colloques antéri (...)

4Depuis le Congrès de Bologne, en 1871, l’intérêt porté aux Celtes d’Italie ne s’est jamais démenti. La bibliographie est vaste et montre combien il est difficile d’envisager la question des Celtes en Italie dans une optique uniquement nord-alpine. Pour un aperçu complet des recherches anciennes et récentes on se reportera à la présentation qu’en donnent P. Piana Agostinetti et Alessandro Morandi dans les deux volumes consacrés aux Celtes d’Italie, publiés en 2004 dans la collection Popoli e civiltà dell’Italia antica11. Pour une mise à jour des données les plus récentes, on se référera aux actes de deux colloques qui se sont tenus à Rome en 2010 et à Vérone en 201212.

  • 13 L’épigraphie et la linguistique, ou encore les indices matériels d’une présence celtique en Étruri (...)

5Les études celtiques en Italie se sont longtemps focalisées sur la définition et l’analyse de ces nouvelles entités, en liaison avec leurs territoires d’origine nord-alpins. Avec l’ANR CAECINA, centrée sur la société étrusque et sa perméabilité aux influences extérieures, il a paru intéressant d’envisager les populations celtiques dans leur rapport avec les sociétés indigènes afin de mieux comprendre, à travers une série d’études et de projets en cours ou nouveaux, comment elles se sont insérées dans la mosaïque de peuples qui caractérise la péninsule au cours des derniers siècles précédant l’expansion romaine, et de montrer comment elles influèrent sur les pratiques sociales et culturelles de leurs voisins. Cette vaste région constitue un important laboratoire d’analyse des phénomènes culturels et anthropologiques mêlant fonds autochtone, culture étrusque et apports celtes. Pour mener à bien notre projet, nous avons ciblé notre action sur des exemples issus de secteurs géographiques variés, datant pour partie de la fin du premier âge du Fer (ou période de Golasecca), pour partie des IVe-IIIe siècles av. J.-C. (fig. 1)13.

Fig. 1 – Sites d’intervention dans le cadre du programme CAECINA.

Fig. 1 – Sites d’intervention dans le cadre du programme CAECINA.

T. Lejars/CNRS del. / fonds de carte Google Earth).

L’Italie septentrionale aux VIe-Ve siècles

6Pour la période antérieure à la migration historique des Celtes et à la prise de Rome, soit les VIe et Ve siècles av. J.-C., trois dossiers ont été traités : le premier concerne l’artisanat du bronze golasecchien, le deuxième le mobilier de l’habitat de San Polo d’Enza en Émilie occidentale, et le dernier la présence d’éléments laténiens/celtiques dans la Bologne étrusque.

Production et diffusion du petit mobilier en alliage cuivreux d’habitats golasecchiens méridionaux14

  • 14 Étude réalisée par V. Cicolani, G. Berruto et E. Diana.
  • 15 Voir, infra, la contribution de V. Cicolani. Un partenariat a été établi avec la Surintendance arc (...)

7Dans le domaine de la culture indigène celtophone de Golasecca (Piémont, Ligurie et Émilie occidentale), les recherches sur les relations entre les communautés nord-italiques, étrusques et celtiques se sont appuyées sur l’étude de la production et de la diffusion du petit mobilier métallique en bronze15.

8Pour cette étude, un corpus de 650 objets à base de cuivre (objets finis ou en cours d’élaborations, rejets et lingots) issus de 13 sites, principalement d’habitats, a été constitué. Le matériel provient pour partie de collections de musées (Musées royaux de Turin, Musée civique de Reggio Emilia et Musée d’archéologie nationale à Saint-Germain-en-Laye), pour partie de données de fouilles récentes (Surintendance archéologique du Piémont). L’essentiel du mobilier provient de l’habitat golasecchien de Villa del Foro, près d’Alessandria. Ce comptoir établi dans une boucle du Tanaro, au sud du Pô, a permis de réunir un riche corpus de 550 objets qui illustre presque toutes les étapes de la production.

  • 16 Cicolani – Berruto 2015.

9Pour caractériser ce mobilier, diverses méthodes d’analyses ont été employées : la typologie (reconnaissance des particularités et spécificités mises en œuvre par les artisans locaux pour la réalisation de ces objets dont la forme et le système décoratif font systématiquement appel aux modèles les plus courants dans le domaine de Golasecca, mais aussi, pour certaines catégories, du monde ligure, voire étrusco-padan), la technologie (techniques de mise en forme et de finition) et l’archéométrie (radiographie, analyses physico-chimiques, étude spectrométrique des décors incrustés), avec une première phase de vérification par expérimentation16.

10Les analyses croisées ont confirmé la forte influence exercée par le domaine de Golasecca sur l’ensemble des communautés indigènes voisines, en particulier pour la production de fibules et de pendeloques. Souvent considérées comme des importations de Golasecca, ces fibules se sont révélées être des productions locales dont on peut aujourd’hui restituer la chaîne opératoire.

  • 17 Cicolani sous presse

11L’analyse de l’ensemble des parures à décor incrusté d’Italie nord-occidentale a par ailleurs révélé la présence de corail rouge pour les fibules de Golasecca et de San Polo d’Enza, ainsi qu’une alternance de corail rouge et de calcite (talc et/ou coquillage) pour les productions du Piémont méridional17.. La présence de corail rouge dans les décors incisés et la mise en évidence d’une signature chimique indiquant un traitement de surface avec de la cire végétale devraient permettre de mieux caractériser les pratiques artisanales en Italie du nord, un domaine encore peu étudié, et de réfléchir à la complexité des interactions sociales et culturelles généralement abordées uniquement à travers le prisme des élites et de leurs manifestations matérielles et symboliques. À terme, ces travaux visent à établir une cartographie des différents faciès artisanaux de l’Italie nord-occidentale au premier âge du Fer.

La collection de San Polo d’Enza, Campo Servirola (prov. Reggio Emilia, Émilie-Romagne)18

  • 18 Étude réalisée par V. Cicolani, G. Berruto, E. Diana, R. Macellari et Ch. Lorre.

12Les dernières phases de cet habitat se caractérisent par une occupation indigène intégrant des éléments étrusques, ligures et celtiques (golasecchiens, puis laténiens). On y retrouve des parures caractéristiques du domaine de Golasecca, des fragments de vaisselle métallique, dont certains issus des ateliers tessinois, des accessoires vestimentaires typique du monde ligure, des statuettes en terre cuite, des inscriptions en caractères étrusques, ainsi que de la céramique grecque. Comme pour un certain nombre d’habitats indigènes établis le long des voies fluviales du secteur nord-occidental de l’Italie, le commerce étrusque et les échanges avec les Celtes transalpins ont été visiblement de puissants moteurs de développement interne dans un moment chronologique et historique fondamental correspondant à la transition entre le premier et le second âge du Fer.

  • 19 Cicolani 2019. Étude portant sur l’artisanat et l’organisation sociale du site, à paraître.

13Le mobilier conservé, pour partie au Musée civique Gaetano Chierici de Reggio Emilia, et pour partie au Musée d’archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye (fig. 2), est constitué de 240 objets côté français, pour 442 côté italien. L’étude archéologique, avec la prise en compte de l’ensemble des documents d’archives, a été complétée par des analyses archéométallurgiques19.

Fig. 2 – La collection Chierici, aperçu.

Fig. 2 – La collection Chierici, aperçu.

DAO V. Cicolani, photos MAN/L. Hamon. D'après Cicolani 2019, p. 149.

Les Étrusques de Felsina entre Athènes et La Tène20

  • 20 Étude réalisée par S. Verger et L. Papi ; voir infra, la contribution de L. Papi.

14La nécropole Arnoaldi est un site majeur pour réfléchir aux processus de contact et d’acculturation en Étrurie padane à l’époque classique. Cette partie de l’étude a pour objectif de proposer une nouvelle lecture de ce complexe sépulcral bolognais sur la base de l’analyse du mobilier funéraire et du rapport entre les éléments qui le composent avec l’organisation spatiale des tombes. Les thèmes narratifs et iconographiques qui décorent la surface des récipients, qu’ils soient céramiques ou métalliques, produits localement ou importés, peuvent être perçus comme le « miroir » d’un ensemble de croyances complexes et stratifiées, qui dépassent souvent les frontières « ethniques » de la population.

  • 21 Verger 2014.

15L’étude s’est concentrée sur la présence des éléments laténiens/celtiques en contexte étrusque, sur la distribution quantitative de la céramique attique figurée et, à un niveau plus approfondi, sur la répartition des cratères attiques à volutes, dont le rôle dans la manifestation de rang et de pouvoir est déjà connu par de très riches contextes en dehors du monde grec proprement dit (Trebenište en République de Macédoine, Vix en France, etc.)21. Sur la base de ces données, une concentration spatiale des tombes comportant un mobilier exceptionnellement riche, intégrant des pièces attiques de prestige, des éléments laténiens et des éléments de tradition étrusque, a pu être reconnue. L’agrégation spatiale des tombes en fonction de leur niveau de prestige est sensible aussi bien au cours de la phase tardo-archaïque que de la phase classique.

16Dans ce contexte, la tombe Arnoaldi 96, également connue pour sa célèbre situle en bronze à décor historié (fig. 3), avec ses deux groupes de vases liés au symposium, permet de s’interroger sur les règles qui ont conduit à cette sélection (logique des thèmes iconographiques, scènes dionysiaques, de combat, personnages mythologiques, peints sur les vases et présentés selon la tradition hellénique et/ou locale). Le thème iconographique devient ainsi une sorte de trait d’union qui regroupe les objets au-delà d’une logique strictement fonctionnelle ou chronologique, et révèle des valeurs dont la signification est connue et partagée par l’ensemble de la communauté.

Fig. 3 – La situle Arnoaldi, tombe 96, Bologne.

Fig. 3 – La situle Arnoaldi, tombe 96, Bologne.

Macellari 2002, 131.

L’Italie centro-septentrionale aux IVe-IIe siècles av. J.-C.

  • 22 Lejars 2017 ; Piana Agostinetti, sous presse.

17La période récente est marquée par l’arrivée de nouvelles populations nord-alpines. Ce phénomène, décrit par Tite-Live et Polybe, se concrétise par l’implantation de communautés celtiques dans des régions jusque-là dominées par les Étrusques, les Ombriens, les Vénètes ou encore les Picéniens. Les travaux soutenus par l’ANR se sont focalisés sur les territoires les plus méridionaux et marginaux de cette expansion, les Marches où se fixèrent les Sénons, mais aussi l’Ombrie et le Latium où ont été mis au jour des marqueurs significatifs d’une présence celtique (armes, parures, monnaies et documents épigraphiques)22.

Celtes, Picéniens, Ombriens et Étrusques en Italie centrale

18Les Sénons de l’Adriatique, dernier peuple installé dans la péninsule, forment avec les populations locales une société cosmopolite fortement imprégnée des cultures étrusque et hellénique (service du banquet, jeux athlétiques et divertissements, etc.). Cette recherche, qui a mobilisé un nombre important de spécialistes français et italiens, s’appuie sur l’étude de deux sites funéraires majeurs des Marches, les nécropoles de Montefortino d’Arcevia et de Serra Sant’Abbondio.

La nécropole celtique de Montefortino23

  • 23 Etude réalisée sous la direction de P. Piana Agostinetti et M. Landolfi. Voir, infra, la contribut (...)
  • 24 Lejars 2019.
  • 25 Orfèvrerie, P.G. Guzzo ; fibules et parure, P. Piana Agostinetti et B. Ficcadenti ; strigiles et e (...)
  • 26 Topographie archéologique du territoire d’Arcevia, L. Tribellini ; topographie et dynamique de peu (...)

19Découvertes et fouillées dans les années 1890, les tombes gauloises de la nécropole des Pianetti ont été publiées en 1901 par E. Brizio qui les attribua d’emblée aux Sénons24. Cette nécropole se caractérise par l’abondance des mobiliers funéraires et la richesse de certaines tombes dotées de bijoux en or, d’armes et des vases métalliques. Toutefois, cet ensemble important et souvent mentionné dans la littérature scientifique n’a fait l’objet jusqu’ici d’aucune édition critique. Avec l’appui du programme CAECINA une équipe, réunissant une quinzaine de spécialistes25, s’est constituée autour de P. Piana Agostinetti et M. Landolfi, pour la réalisation d’une nouvelle étude de la nécropole et du mobilier funéraire. Ce programme s’articule en cinq points : 1) contextes géographique, géomorphologique et historique du territoire de Montefortino d’Arcevia et de la vallée du fleuve Misa26 ; 2) histoire de la découverte, des fouilles et du devenir des objets, et retour sur l’histoire des études jusqu’à nos jours ; 3) catalogue des tombes, analyse critique, description des objets ; 4) études des différentes catégories de mobiliers (effets personnels et parure, armes, célébration du banquet et du symposium) ; 5) réflexions sur l’organisation générale de la nécropole et la chronologie des assemblages funéraires. Ce dernier point important est au cœur des discussions entre spécialistes depuis plusieurs décennies, en particulier pour la datation basse des ensembles funéraires les plus récents. Le catalogue est complété des dessins et photographies de l’ensemble des objets conservés. Les données d’archives, sources textuelles et documents graphiques compléteront utilement ces travaux.

La nécropole celtique de Serra Sant’Abbondio27

  • 27 Étude réalisée par M. Cruciani, Th. Lejars, M.G. Cerquetti, F. Milazzo, V. Belfiore, R. Bernadet.
  • 28 Cerquetti 2012 ; Cruciani et al. sous presse.

20Entre 2004 et 2008, une nécropole d’une cinquantaine de tombes a été mise au jour à Pian Santa Maria, sur la commune de Serra Sant’Abbondio (PU), à une douzaine de kilomètres à l’ouest d’Arcevia. Contemporaine de Montefortino d’Arcevia28, cette nécropole présente un grand intérêt pour saisir l’évolution d’une communauté de l’arrière-pays sénon avec l’intrication d’éléments culturels ombro-picéniens et celtiques d’abord, étrusco-romains ensuite.

  • 29 Baldelli 2008, p. 249.
  • 30 Lollini 1976, p. 157 ; Lollini 1979, p. 55.

21Une tombe isolée témoigne d’une fréquentation de la nécropole dès l’époque archaïque29, mais c’est d’une phase plus récente, comprise entre le milieu du IVe et le début du IIIe siècle av. J.-C., que date la plus grande partie des mobiliers funéraires – soit le Picénien VI du séquençage proposé par D. Lollini30. Une stèle, trouvée en position secondaire, documente l’arrivée d’un individu d’origine étrusque ayant adopté l’alphabet latin, au IIIe siècle av. J.-C., peut-être peu après la bataille de Sentinum. S’y ajoutent six tombes « a cappuccina », plus ou moins fortement endommagées. La distribution des inhumations fait apparaître trois grandes concentrations.

  • 31 L’analyse anthropologique des restes osseux, mal et incomplètement conservés, reste à mener.

22L’identification sexuelle des individus se fonde sur l’analyse du mobilier avec une prédominance des armes pour les hommes, de la parure (colliers avec perles en pâte de verre et pendants en ambre) et des ustensiles liés au tissage (fusaïoles) pour les femmes31. Le reste du mobilier, relativement modeste comparé aux riches ensembles de Montefortino et Filottrano, se compose de vases en céramique (jusqu’à une vingtaine de vases) (fig. 4) de production locale ou d’importation (céramiques fines à pâte grise ou à vernis noir, en particulier des coupes et kylixes des séries Morel F2536b et F4115). On ne trouve là ni vases grecs, ni vases peints et encore moins de récipients métalliques. Largement réparties entre le Centre et le Nord de l’Italie, ces formes à vernis noir connaissent un grand succès tant du côté tyrrhénien qu’adriatique. En Étrurie Padane, en Romagne et dans les Marches, ils constituent un élément essentiel du service du symposium dans les tombes gauloises de la fin du IVe et de la première moitié du IIIe siècle av. J.-C. Le service de vases comprend généralement un récipient de plus grande dimension (olla ou skyphos), et plus rarement une amphore de type gréco-italique (tombes 44 et 47). Ces dernières, et peut-être une partie des céramiques grises, arrivent probablement des centres adriatiques, tandis que les formes à vernis noir sont plus susceptibles d’avoir été acheminées directement par les réseaux étrusques qui traversaient les Apennins.

Fig. 4 – Nécropole de Serra Sant’Abbondio "Pian Santa Maria", tombe à fosse.

Fig. 4 – Nécropole de Serra Sant’Abbondio "Pian Santa Maria", tombe à fosse.

Su concessione del Mibact- Soprintendenza Archeologia Belle Arti e Paesaggio delle Marche.

  • 32 Radiographie par F. Milazzo ; restauration des objets en fer par R. Bernadet.

23Les armes sont présentes dans 15 des 52 sépultures exhumées32. Si la majeure partie des individus est équipée d’une simple lance, cinq se distinguent par la présence d’une épée droite avec fourreau métallique de tradition celtique (fig. 5). Du ceinturon, il ne subsiste le plus souvent que quelques anneaux. On ne trouve, en revanche, aucun indice d’armement défensif, contrairement aux guerriers de Montefortino. Les armes, souvent déformées, étaient placées soit à la tête du défunt, soit près des membres inférieurs. Les épées appartiennent à la tradition des armes de La Tène ancienne.

Fig. 5 – Nécropole de Serra Sant’Abbondio. A, panoplie de la tombe 47 : 1. Épée laténienne ; 2. Fourreau d’épée en fer avec décoration en bronze et corail ; 3. Fer de lance ; 4. Fer de javelot. B, mobilier en fer de la tombe 14 : 1. Fer de lance ; 2. Paire de forces ; 3. Rasoir (¼ de la grandeur naturelle).

Fig. 5 – Nécropole de Serra Sant’Abbondio. A, panoplie de la tombe 47 : 1. Épée laténienne ; 2. Fourreau d’épée en fer avec décoration en bronze et corail ; 3. Fer de lance ; 4. Fer de javelot. B, mobilier en fer de la tombe 14 : 1. Fer de lance ; 2. Paire de forces ; 3. Rasoir (¼ de la grandeur naturelle).

Dessins Th. Lejars.

24Des colliers de perles en verre (à ocelles ou en forme d’amphore), avec des pendants en ambre ou en os, ou encore à bulla en bronze, caractérisent les ensembles féminins, tandis que bracelets et bagues, en bronze ou en argent, avec ou sans chaton, sont portés indifféremment par les hommes et par les femmes.

  • 33 Vitali 1992 et 2003.

25La tombe 14, une des plus récentes de cet ensemble, est datable d’une phase avancée du IIIe siècle av. J.-C. ; elle a livré, avec un fer de lance, une paire de forces associées à un rasoir et à plusieurs coupes à vernis noir (fig. 6). Les forces, attestées à partir du début du IIIe siècle av. J.-C., sont généralement associées aux ensembles funéraires celtiques dans les territoires boïens et centre-adriatiques33. Le vaisselier céramique de la tombe 14 traduit les changements intervenus après la bataille de Sentinum et le processus de romanisation progressive des populations locales (comme semblent en témoigner la continuité de la nécropole à l’époque romaine et l’épigraphie funéraire), dans le territoire de l’ager Gallicus, à la suite de l’arrivée de groupes d’origine tyrrhénienne. La stèle de l’étrusque latinisé G(aio) Tusno, trouvée dans la nécropole, est un témoignage exceptionnel du processus de romanisation de l’aire ombro-picénienne au cours de la première moitié du IIIe siècle av. J.-C. Alors que l’usage d’inscriptions funéraires pour commémorer les défunts est une pratique très répandue dans le domaine étrusque, les Marches ne connaissent pas de témoignages funéraires pour cette période, mais uniquement des inscriptions sacrées.

Fig. 6 – Nécropole de Serra Sant’Abbondio. A, Mobilier céramique et parures de la tombe 33. B, Amphore de la tombe 47. C, Mobilier céramique et parures de la tombe 28 (A et C : 1/3 de la grandeur naturelle ; B : ¼ de la grandeur naturelle).

Fig. 6 – Nécropole de Serra Sant’Abbondio. A, Mobilier céramique et parures de la tombe 33. B, Amphore de la tombe 47. C, Mobilier céramique et parures de la tombe 28 (A et C : 1/3 de la grandeur naturelle ; B : ¼ de la grandeur naturelle).

Dessins C. Tavolini.

26Le mobilier des tombes récentes suggère la coexistence, au sein de cette communauté mixte, de Celtes, d’Étrusques et de Romains, pour des facilités commerciales ou encore la disponibilité de terres, jusqu’à leur fusion dans la nouvelle organisation sociale unifiée sous les auspices de la culture romaine.

Les marqueurs d’une présence celtique en Italie centrale : inventaire et documentation des mobiliers celtiques

  • 34 Lejars – Bernardet 2015.

27Les témoignages archéologiques d’une présence celtique dans le Latium34

  • 35 Nicosia et al. 2012 ; Poccetti 2012.
  • 36 Tagliamonte 2008 ; D’Ercole – Martellone – Cesana 2016.

28Si la présence de Celtes ou de celtophones à Rome et plus généralement dans le Latium est un fait avéré par la tradition historique antique, l’onomastique et l’épigraphie, indices matériels de leur passage, restent relativement discrètes. Cette enquête trouve ainsi son origine dans la redécouverte d’une épée mise au jour en 1965 dans le sanctuaire de Junon à Gabies (fig. 7). Elle a non seulement enrichi le dossier des artefacts de tradition celtique trouvés dans le Latium (des armes et des fibules des Ve-IIIe siècles av. J.-C. provenant d’une dizaine de sites), mais a aussi permis de s’interroger sur la signification de ces témoins de l’activité des armées celtiques qui sillonnèrent le Centre et le Sud de la péninsule durant cette période. On peut toutefois se demander dans quelle mesure ces objets sont ou non des marqueurs d’une présence de Celtes. L’inscription damasquinée de l’épée du sanctuaire de Fondo Decima à San Vittore, dans le sud du Latium, livre un document exceptionnel en indiquant très clairement l’origine osque de l’armurier, Tr(ebios) • Pomponio(s) C., et en situant à Rome le lieu où il exerçait son métier ([m]e • fecet • Roma[i])35. Cette épée n’était donc très probablement pas destinée à équiper un Gaulois. On s’en étonnera d’autant moins que l’armement laténien a connu dans la péninsule italienne, notamment dans les territoires sabelliques36, une diffusion qui dépasse largement le cadre géographique attribué aux populations celtiques.

Fig. 7 – L’épée laténienne du sanctuaire de Junon à Gabies, Latium.

Fig. 7 – L’épée laténienne du sanctuaire de Junon à Gabies, Latium.

Cliché photographique ©R. Bernadet.

29Le succès de l’épée laténienne, l’arme emblématique des Celtes, auprès des populations étrusques et italiques aux IVetIIIe siècles av. J.-C. est indéniable. Comme en Gaule méridionale, on ne connaît pas d’alternative pour cette période en matière d’arme de poing. De même que les Boïens ou les Sénons ont su intégrer nombre d’usages grecs et étrusques pour le service de table, la toilette ou la bijouterie, il est compréhensible que cette épée ait connu une grande faveur auprès des populations voisines. Le succès de l’épée laténienne se prolongea jusqu’à ce que le gladius Hispaniensis, une arme morphologiquement proche de l’épée laténienne mais qui en différait, selon les auteurs anciens, par la qualité de son acier et sa pointe acérée, s’impose entre la fin du IIIe et le début du IIe siècle av. J.-C., quand les Celtes, définitivement soumis, perdirent toute influence politique. Cette étude a montré de la sorte que des objets de facture laténienne ne sont pas nécessairement des produits de l’industrie gauloise destinés à équiper ou parer des Gaulois.

Une communauté celtique dans la Todi ombrienne aux IIIe et IIe siècles av. J.-C.37

  • 37 Étude réalisée par E. Dupraz et Th. Lejars.
  • 38 En dernier lieu, Poccetti 2015.

30À Todi, il existe dans la documentation ancienne des données inédites ou mal connues qui méritent notre attention. Le point de départ de cette enquête a été la redécouverte de deux contextes funéraires contenant des épées laténiennes exhumés au XIXe siècle, et la bilingue en langue gauloise et latine conservée au Musée grégorien étrusque du Vatican. Cet exemple a paru intéressant pour illustrer la question de l’intégration d’individus ou de groupes d’individus dans une communauté ombrienne déjà fortement étrusquisée. Ce dossier permet de s’interroger sur la signification de ces objets, témoins anecdotiques d’événements amplifiés par la tradition ou bien indices de contacts plus étroits dont il reste cependant à définir la nature. Si l’inscription bilingue, connue de longue date (1839), a fait l’objet de très nombreuses études, aucune n’a proposé jusqu’ici de la contextualiser et de l’examiner au regard des autres faits matériels connus38.

31Le contexte des tombes de guerriers de Todi, armés d’épées laténiennes, est incontestablement lié à la tradition locale, avec un mobilier de faciès étrusque affirmé. Cette situation n’est pas très différente de celle qui caractérise les ensembles celtiques des Apennins (comme à Monte Bibele chez les Boïens ou Montefortino chez les Sénons). Il apparaît en effet que le vaisselier céramique et métallique des nécropoles celtiques se rattache essentiellement à la tradition étrusco-italique, quand il ne s’agit pas tout simplement de vases directement produits en Étrurie.

32Si la celticité des guerriers de Todi se révèle très discutable, ou pour le moins incertaine, on ne peut que noter leur appartenance à un type de guerrier qui se reconnaît comme ombrien dans le rituel funéraire, étrusque dans la célébration du banquet et les jeux, et celte dans les usages de la guerre. En cela, les guerriers de Todi ne diffèrent pas de leurs semblables inhumés à Monte Bibele, Monterenzio Vecchia, Montefortino, Filottrano ou Moscano di Fabriano.

33La célèbre inscription bilingue latine et celtique de Todi (RIG E-5 = CIL I2, 2103 = CIL XI, 4687 ; cf. fig. 8) pose des difficultés d’interprétation analogues à celles qu’impliquent les découvertes sporadiques d’objets laténiens dans les aires étrusque et ombrienne. Mais une différence majeure oppose ces deux séries de documents : l’inscription renvoie sans équivoque possible à des locuteurs d’une langue celtique, présents sur le territoire de la cité ombrienne de Todi. La question est de savoir comment comprendre leur présence : qui a migré, quand, et dans quel contexte social et linguistique ?

Fig. 8 – L’inscription bilingue, latine et celtique, de Todi.

Fig. 8 – L’inscription bilingue, latine et celtique, de Todi.

D'après Les Celtes 1991, 53.

34Les informations disponibles indiquent que la bilingue dite de Todi ne vient pas de la ville elle-même, ni de ses alentours immédiats, mais d’un lieu situé sur le territoire de la cité, le long de la uia Flaminia. La famille celtique qui l’a fait graver vécut en relation avec la route. Il s’agit probablement de commerçants ou d’artisans dont l’activité fut directement liée au trafic viaire. Le public de l’inscription bilingue, et en particulier celui auquel s’adresse le texte latin, était donc principalement les voyageurs qui allaient et venaient sur le grand axe qui reliait Rome à Rimini et à la Cisalpine. L’analyse linguistique (par exemple le lexème verbal karnitu) trahit par ailleurs une corrélation forte avec un groupe d’inscriptions de la région de Novare dans le Piémont oriental, datées autour de la seconde moitié et des premières années du siècle suivant (San Bernardino di Briona, Cureggio et Gozzano). En dépit du fait que la vallée du Tibre fut un axe de circulation important, le contexte et la date de l’inscription ne permettent malheureusement pas d’établir un lien clair avec les guerriers inhumés près d’un siècle plus tôt.

Les casques celtiques de Montefortino (Musée archéologique Ancône, Marche, Italie) : tomographie et restauration39

  • 39 Étude réalisée par Th. Lejars et R. Bernardet, avec la collaboration de F. Milazzo.
  • 40 Voir, infra, la contribution de M. Landolfi et P. Piana Agostinetti. L’étude des casques de Montef (...)

35La nécropole de Montefortino (IVe-IIIe siècles av. J.-C.)40 est célèbre pour le nombre important de casques mis au jour, 17 au total, dont 5 en bronze. La plupart des guerriers en étaient équipés. Cette série publiée en 1901 a d’ailleurs donné son nom à une forme de casque sub-conique à bouton et couvre-joues.

36Sur les 8 exemplaires en fer conservés, 4 paraissaient a priori intacts lorsque leur étude a été entreprise. Les conditions de fouille, d’achat et de récupération des objets, leurs déplacements successifs et les aléas de la seconde guerre mondiale (le dépôt est bombardé en 1944) expliquent pourquoi nombre de ces objets ne sont plus connus aujourd’hui que par des notices et des dessins de l’époque de la découverte. Dans les années d’après-guerre, une politique de restauration active conduite par la Surintendance archéologique des Marches a permis de préserver ce qui avait été épargné, mais souvent au prix d’étonnantes manipulations. Leur aspect corrodé et encroûté trahissait parfois de nombreuses lacunes et intégrations masquées par les restaurations anciennes.

  • 41 Les radiographies X ont été réalisées par F. Milazzo, Surintendance archéologique des Marches/SABA (...)

37Le recours préalable aux techniques d’imagerie, comme la radiographie X et la tomographie X, a permis de connaître l’état de conservation des objets, d’évaluer l’étendue des comblements anciens (fig. 9-10)41, d’orienter plus précisément les choix d’intervention et enfin de s’interroger, au vu des parties originales conservées, sur la faisabilité d’une dérestauration.

38La tomographie facilite considérablement la lecture de l’objet et permet d’identifier et de localiser précisément les différents matériaux en présence. Il a ainsi été montré que l’un des casques exposés avait fait l’objet dans le passé de remontages importants. En l’absence de points de contact significatifs entre les différents fragments, il a été jugé préférable de le laisser en l’état. Dans ce cas, l’étude archéologique repose entièrement sur l’analyse des images extraites de la tomographie.

Fig. 9 – Le casque de Montefortino (tombe 4/5). Casque en l’état (restauration ancienne) : a. photographie ; b. radiographie X (F. Milazzo, SABAP), 3 et 4 ; c-d.Tomographie X (laboratoire Tech Eurolab srl., Modène).

Fig. 9 – Le casque de Montefortino (tombe 4/5). Casque en l’état (restauration ancienne) : a. photographie ; b. radiographie X (F. Milazzo, SABAP), 3 et 4 ; c-d.Tomographie X (laboratoire Tech Eurolab srl., Modène).

a, cliché photographique ©R. Bernadet ; b, radiographiques X, F. Milazzo (SABAP) ; c et d, tomographie Rx, Tech Eurolab s.r.l. Laboratoire, Modena.

Fig. 10 –Tomographie X du casque de la tombe 4/5 de Montefortino. Casque en l’état (restauration ancienne).

Fig. 10 –Tomographie X du casque de la tombe 4/5 de Montefortino. Casque en l’état (restauration ancienne).

Tomographie Rx, Tech Eurolab s.r.l. Laboratoire, Modena.

  • 42 Renaud Bernadet, conservateur-restaurateur, Modène.
  • 43 La Reflectance Transformation Imaging (RTI) est une technique de photographie par calcul qui captu (...)
  • 44 Réalisée par B. Houal, dans le cadre du programme PSL « Celtes 3D ».

39Trois des quatre casques en fer les mieux conservés ont été intégralement restaurés42. Les restaurations entreprises ont visé non seulement à restituer leur aspect originel, mais aussi à révéler les marques de fabrication et les traces de décors (décor émaillé des têtes de rivet, décors au repoussé, etc.). L’étude a été complétée par des relevés photographiques par RTI43 et une modélisation 3D44 des formes restaurées. Ces données nouvelles, qui viennent enrichir le dossier des casques en fer celto-italiques des nécropoles boïennes de Monte Bibele (cinq exemplaires) et Monterenzio Vecchio (quatre exemplaires), ont été synthétisées en vue de la publication de la nécropole de Montefortino.

40Les différentes actions soutenues par le programme CAECINA présentent, on ne s’en étonnera pas, une relative hétérogènéité quant à la chronologie, aux aires géographiques et aux thématiques traitées. Elles intéressent des périodes aussi bien antérieures que postérieures aux migrations de la fin du Ve siècle av. J.-C., et si elles concernent parfois l’univers domestique et productif, c’est sur le funéraire et les études de mobiliers que se focalisent nombre de travaux (l’artisanat du bronze golasecchien, l’armement, les monnayages, l’épigraphie mais aussi l’analyse des formes d’auto-représentation à travers le choix des objets et des images déposés dans les tombes). Au-delà des différences d’approches, c’est bien un essai de réflexion globale sur les processus de contact et de mixité culturelle entre les diverses composantes sociales, celtiques, étrusques et italiques, qui échangent, cohabitent et s’affrontent dans cet espace, qui a été engagé.

Haut de page

Bibliographie

Baldelli 2008 = G. Baldelli, A Nord di Sentinum prima e dopo la battaglia, dans M. Medri (dir.), Sentinum 295 a.C. Sassoferrato 2006. 2300 anni dopo la battaglia. Una città romana tra storia e archeologia, Rome, 2008, p. 247-256.

Brizio 1901 = E. Brizio, Il sepolcreto gallico di Montefortino presso Arcevia, dans MonAnt, 9, 1901, col. 617-791.

Cerquetti 2012 = G. Cerquetti (dir.), La necropoli di Serra Sant’Abbondio, località Pian Santa Maria, Ancône, 2012.

Cicolani 2017 = V. Cicolani, Passeurs des Alpes. La culture de Golasecca entre Méditerranée et Europe continentale à l’âge du Fer, Paris, 2017.

Cicolani 2019 = V. Cicolani, La collection Chierici (musée d’Archéologie nationale – domaine de Saint-Germain-en-Laye) : échanges et réflexions scientifiques autour de l’âge du Fer et d’un « pur » âge du Bronze en Italie, dans S. Péré-Noguès (dir.), La construction d’une archéologie européenne (1865-1914). Colloque en hommage à Joseph Déchelette, Drémil-Lafage, 2019, p. 139-163.

Cicolani, sous presse = V. Cicolani, Paleometallurgia ed artigianato a Villa del Foro : studio tipologico e tecnologico dei piccoli bronzi, dans M. Venturino Gambari (dir.), L’abitato di Villa del Foro (Alessandria), sous presse.

Cicolani – Berruto 2015 = V. Cicolani, G. Berruto et al., L’ornementation des fibules de Ligurie interne. Approches typologiques et archéométriques pour l’étude des faciès d’Italie nord-occidentale, dans S. Marion, S. Deffressigne, J. Kaurin, G. Bataille (dir.), Production et proto-industrialisation aux âges du Fer, Bordeaux, 2017, p. 411-418.

Colonna 1993 = G. Colonna, La società spinetica e gli altri etne, dans F. Berti, P. G. Guzzo (dir.), Spina. Storia di une città tra Greci ed Etruschi, Ferrare, 1993, p. 131-144.

Colonna 2017 = G. Colonna, I Celti in Italia nel VI e V secolo a.C. : dati storici, epigrafici e onosmatici, dans Piana Agostinetti 2017, p. 3-12.

Cruciani et al. sous presse = M. Cruciani, V. Belfiore, M.G. Cerquetti, Th. Lejars, La necropoli di Pian Santa Maria- Campietro a Serra Sant’Abbondio (PU) e il passaggio dall’età picena alla romana nel territorio marchigiano interno, dans Roma e il mondo adriatico. Dalla ricerca archeologica alla pianificazione del territorio, Macerata, sous presse

Cuscito 2001 = G. Cuscito (dir.), I Celti nell’alto Adriatico, Trieste, 2001 (Antichità Altoadriatiche, 48).

D’Ercole – Martellone – Cesana 2016 = V. D’Ercole, A. Martellone, D. Cesana, La necropoli di Campovalano : tombe italico-ellenistiche. III, Oxford, 2016 (BAR International Series, 2804)

De Marinis 1997 = R.C. De Marinis, La tomba gallica di Castiglione delle Stiviere (Mantova), dans Notizie Archeologiche Bergomensi, 5, 1997, p. 115-177.

Frey 1987 = O.H. Frey, Sui ganci di cintura celtici e sulla prima fase di La Tène nell’Italia del nord, dans Vitali 1987, p. 9-22.

Grassi 1991= M.T. Grassi, I Celti in Italia, Milan, 1991.

Kruta 1988 = V. Kruta, I Celti, dans Italia, omnium terrarum alumna. La civiltà dei Veneti, Reti, Liguri, Celti, Piceni, Umbri, Latini, Campani e Iapigi, Milan, 1988, p. 261-311.

Kruta – Manfredi 1999 = V. Kruta, V.M. Manfredi, I Celti in Italia, Milan, 1999.

Lejars 2017 = Th. Lejars, Le armi e l’armamento dei Celti d’Italia, dans Piana Agostinetti 2017a, p. 555-607.

Lejars 2019 = Th. Lejars, Le Ve Congrès international d’Anthropologie et d’Archéologie préhistoriques de Bologne en 1871 et l’origine controversée de l’archéologie gauloise en Italie, dans S. Péré-Noguès (dir.), La construction d’une archéologie européenne (1865-1914). Colloque en hommage à Joseph Déchelette, Drémil-Lafage, 2019, p. 111-138.

Lejars – Bernardet 2015 = Th. Lejars, R. Bernadet, L’épée laténienne du sanctuaire de Junon à Gabies. Les témoignages archéologiques d’une présence celtique dans le Latium, dans ArchClas, 66, 2015, p. 121-188.

Les Celtes 1991 = Les Celtes, Bompiani, Milan 1991.

Lollini 1976 = D.G. Lollini, La civiltà picena, dans Popoli e Civiltà dell’Italia Antica, V, Rome, 1976, p. 109-195.

Lollini 1979 = D.G. Lollini, I Senoni nell’Adriatico alla luce delle recenti scoperte, dans P.-M. Duval, V. Kruta (dir.), Les mouvements celtiques du Ve au Ier siécle avant notre ère, Paris, 1979, p. 55-79.

Macellari 2002 = R. Macellari, Il sepolcreto etrusco nel terreno Arnoaldi di Bologna (550-350 a.C.), Comune di Bologna, Museo civico archeologico, 2002.

Maras 2014 = D. Maras, Breve storia della scrittura celtica d’Italia. L’area Golesecchiana, dans ZIXU. Studi sulla cultura celtica di Golasecca, I, Rome, 2014, p. 73-93.

Morandi 2004 = A. Morandi, Epigrafia e lingua dei Celti d’Italia, dans Piana Agostinetti 2004, vol. 2.

Nicosia et al. 2012 = E. Nicosia, D. Sacco, M. Tondo, Ricerche archeologiche e topografiche nel Comune di San Vittore del Lazio (Frosinone), dans Lazio e Sabina, 8, Rome, 2012, p. 623-632.

Peyre 1979 = Ch. Peyre, La Cisalpine gauloise du IIIe au Ier siècle avant J.-C., Paris, 1979.

Peyre 1994 = Ch. Peyre, Les Gaulois cisalpins et la vallée du Rhône à la fin du IIIe s. av. J.-C. : remarques sur quelques problèmes de numismatique et d’histoire, dans Numismatica e archeologia del celtismo padano, Aoste, 1994, p. 193-195.

Piana Agostinetti 2004 = P. Piana Agostinetti, Celti d’Italia. Archeologia, lingua e scrittura dei Celti d’Italia, Rome, 2004.

Piana Agostinetti 2017a = P. Piana Agostinetti (dir.), Celti d’Italia. I Celti dell’età di La Tène a sud delle Alpi, Rome, 2017.

Piana Agostinetti 2017b = P. Piana Agostinetti, I Leponti delle Alpi centro-occidentali : non solo guerrieri, dans A. Deodato (dir.), Galati vincenti. I Celti in Piemonte tra VI e I secolo a. C., Biella, 2017, p. 24-32.

Piana Agostinetti sous presse = P. Piana Agostinetti, The Celts of Italy, dans F. de Angelis, M. Maiuro (dir.), Oxford Handbook of Pre-Roman Italy 1000-49 BCE, New York, sous presse

Poccetti 2012 = P. Poccetti, Notes de linguistique italique (N.S.) 12. Une nouvelle signature latine de l’époque républicaine et l’inscription de la cista Ficoroni », dans REL, 90, 2012, p. 40-55.

Poccetti 2015 = P. Poccetti, L’inscription bilingue gallo-latine de Todi et les enjeux de la traduction, dans G. Oudaer, G. Hily, H. Le Bihan (dir.), Mélanges en l’honneur de Pierre-Yves Lambert, Rennes, 2015, p. 387-403.

Popoli 1983 = Popoli e facies culturali celtiche a nord e a sud delle Alpi dal V al I secolo a.C., Milan, 1983.

Prosdocimi 1987 = A. Prosdocimi, Celti in Italia prima e dopo il V secolo a.C., dans D. Vitali (dir.), Celti ed Etruschi nell’Italia centro-settentrionale dal V secolo a. C. alla romanizzazione, Imola, 1987, p. 561-581.

Prosdocimi – Solinas 2006 = A. Prosdocimi, P. Solinas, Celticità linguistica in Italia prima del 400. Documenti e prospettive, dans D. Vitali (dir.), Celtes et Gaulois, l’archéologie face à l’histoire. 2. La Préhistoire des Celtes, Glux-en-Glenne, 2006 (coll. Bibracte, 12/2), p. 217-234.

Sassatelli 2003 = G. Sassatelli, Celti ed Etruschi nell’Etruria Padana e nell’Italia settentrionale, dans Ocnus, 11, 2003, p. 231-257.

Sordi 1960 = M. Sordi, I rapporti romano-ceriti e l’origine della civitas sine suffragio, Rome, 1960.

Tagliamonte 2008 = G. Tagliamonte, Spade di tipo lateniano in contesti sabellici, dans G. Tagliamonte (dir.), Ricerche di archeologia medio-adriatica. I. Le necropoli : contesti e materiali Galatina, 2008 (Archeologia e storia, 8), p. 231-242.

Tori 2006 = L. Tori, I Celti tra Rimini e Spina. Per un bilancio critico, dans F. Lenzi (dir.), Rimini e l’Adriatico nell’età delle guerre puniche, Bologne, 2006, p. 159-190.

Verger 2003 = S. Verger, Des objets gaulois dans les sanctuaires archaïques de Grèce, de Sicile et d’Italie, dans CRAI, 147-1, 2003, p. 525-571.

Verger 2006 = S. Verger, À propos des vieux bronzes du dépôt d’Arbedo. Essai de séquençage d’un ensemble complexe, dans G. Bataille, J.-P. Guillaumet (dir.), Les dépôts métalliques au second Âge du Fer en Europe tempérée, Glux-en-Glenne, 2006, p. 23-55.

Verger 20014 = S. Verger, Cratères à volutes et manifestation du rang dans la nécropole aristocratique de Trebenište (Fyrom), dans J. de La Genière (dir.), Le cratère à volutes. Destinations d’un vase de prestige entre Grecs et non-Grecs, Paris, 2014 (Cahiers du Corpus Vasorum Antiquorum, France, 2), p. 253-270.

Vitali 1987 = D. Vitali (dir.), Celti ed Etruschi nell’Italia centro-settentrionale dal V secolo a. C. alla romanizzazione, Imola, 1987.

Vitali 1992 = D. Vitali, Tombe e necropoli galliche di Bologna e territorio, Bologne, 1992.

Vitali 1998 = D. Vitali, I Celti e Spina, dans F. Rebecchi (dir.), Spina e il delta padano. Riflessioni sul catalogo e sulla mostra ferrarese, Rome, 1998, p. 253-273.

Vitali 2001 = D. Vitali, I Celti a sud del Po, dans G. Cuscito (dir.), I Celti nell’alto Adriatico, Trieste, 2001 (Antichità Altoadriatiche, 48), p. 227-239.

Vitali 2003 = D. Vitali, La necropoli di Monte Tamburino a Monte Bibele, Bologne, 2003 (Università di Bologna, Dipartimento di Archeologia, Studi e Scavi 19).

Vitali – Kaenel 2000 = D. Vitali, G. Kaenel, Un Helvète chez les Étrusques vers 300 av. J.-C., dans ArchS, 23-3, 2000, p. 115-122.

Vitali et al. 2014 = D. Vitali, Ph. Barral et al. (dir.), Les Celtes et le Nord de l’Italie (Premier et Second Âges du fer), Dijon, 2014 (RAE, Suppl., 36).

Vitri – Oriolo 2001 = S. Vitri, F. Oriolo (dir.), I Celti in Carnia e nell’arco alpino centro orientale, Trieste, 2001.

 

Haut de page

Notes

1 Les populations du premier âge du Fer installées dans le quart nord-ouest de la plaine du Pô, caractérisées par la culture de Golasecca, parlaient et écrivaient une langue celtique : Prosdocimi 1987 ; Prosdocimi – Solinas 2006. Voir aussi, en dernier lieu, Piana Agostinetti 2017b  et Cicolani 2017.

2 Vitali 2003.

3 Brizio 1901 ; cf. infra, et la contribution de P. Piana Agostinetti et M. Landolfi, ici même.

4 Peyre 1994, parle d’incursions négociées limitées dans le temps.

5 Colonna 2017. L’onomastique suggère l’intégration de celtophones dans la société étrusque dès l’époque archaïque (Orvieto, Cerveteri). D’autres, enfin, ont pu séjourner à Rome comme l’artisan Hélicon mentionné par Pline, H.N., 12, 2, 5.

6 Si les produits étrusques étaient fort prisés des élites rhénanes des VIe et Ve siècles av. J.-C., des objets hallstattiens circulaient également en Étrurie padane : poignards à antennes, fibules hallstattiennes, etc. (Frey 1987 ; Vitali 2001). Il convient aussi de rappeler l’existence, dans la Méditerranée archaïque, de trafics votifs qui sont au cœur des relations entre les civilisations de l’âge du Fer d’Europe occidentale avec celles de Grèce, de Sicile et d’Italie : Verger 2003 et 2006.

7 Sordi 1960, p. 154-156 ; Peyre 1979, p. 17.

8 Peyre 1979 ; Kruta 1988 ; Tori 2006.

9 Vitali 1998 ; Sassatelli 2003 ; Vitali – Kaenel 2000 ; Colonna 1993.

10 Voir aussi la grande tombe de Castiglione delle Stiviere, au nord du Pô : De Marinis 1997.

11 Piana Agostinetti 2004 ; Morandi 2004. Voir également Peyre 1979 ; Kruta 1988 ; Grassi 1991 ; Kruta – Manfredi, 1999. Pour l’épigraphie, Prosdicimi 1987 et Prosdicimi-Solinas 2006 ; Sassatelli 2003 ; Maras 2014.

12 Piana Agostinetti 2017a ; Vitali et al. 2014. À compléter par les actes de divers colloques antérieurs, Popoli 1983 ; Vitali 1987 ; Cuscito 2001 ; Vitri – Oriolo 2001.

13 L’épigraphie et la linguistique, ou encore les indices matériels d’une présence celtique en Étrurie, initialement envisagés, devront être ultérieurement approfondis. La question linguistique traitée dans le cadre de l’ANR s’est surtout focalisée sur la question de la langue étrusque (domaine 4). Nous devons en revanche à E. Dupraz une nouvelle et stimulante étude de la bilingue, gauloise et latine, de Todi. Dans le même temps a été entrepris un essai de cartographie des monnayages celtiques d’Italie centro-septentrionale et des inscriptions celtiques d’Italie avec Chronocarto (https://www.chronocarto.eu), un programme développé par AOrOc. Chronocarto est un système de cartographie à grande échelle qui permet de visualiser sur Internet des données géoréférencées. Travaux réalisés par K. Gruel et P. Piana Agostinetti, avec la collaboration de V. Cicolani et E. Tribouillard. Voir, infra, la contribution de K. Gruel, V. Cicolani et J. Léone.

14 Étude réalisée par V. Cicolani, G. Berruto et E. Diana.

15 Voir, infra, la contribution de V. Cicolani. Un partenariat a été établi avec la Surintendance archéologique du Piémont (E. Micheletto et M. Venturino Gambari), le Musée d’archéologie de Turin (G. Panto), le Musée civique de Reggio Emilia (R. Macellari), le Département de Chimie de Turin (E. Diana), le Département de Physique et de Chimie inorganique de Turin (A. Lo Giudice, M. Ginepro) et le C2RMF à Paris (B. Mille).

16 Cicolani – Berruto 2015.

17 Cicolani sous presse

18 Étude réalisée par V. Cicolani, G. Berruto, E. Diana, R. Macellari et Ch. Lorre.

19 Cicolani 2019. Étude portant sur l’artisanat et l’organisation sociale du site, à paraître.

20 Étude réalisée par S. Verger et L. Papi ; voir infra, la contribution de L. Papi.

21 Verger 2014.

22 Lejars 2017 ; Piana Agostinetti, sous presse.

23 Etude réalisée sous la direction de P. Piana Agostinetti et M. Landolfi. Voir, infra, la contribution de M. Landolfi et P. Piana Agostinetti.

24 Lejars 2019.

25 Orfèvrerie, P.G. Guzzo ; fibules et parure, P. Piana Agostinetti et B. Ficcadenti ; strigiles et embouchures de vases à huile, V. Jolivet ; vases à parfum métalliques, L. Ambrosini ; balsamaires en verre, albâtre et céramique, M. Sclafani ; armes, Th. Lejars ; accessoires pour la préparation et la consommation de nourriture (vases figurés attiques et haut-adriatiques, M. Landolfi ; vases à vernis noir, C. Tavolini ; céramiques à pâte grise et comune, S. Morsiani ; vaisselle métallique, M. Landolfi ; chaudrons, F. Grilli ; chenêts et broches, M. Cruciani ; brûle-parfums, L. Ambrosini ; petite plastique, N. Frapiccini.

26 Topographie archéologique du territoire d’Arcevia, L. Tribellini ; topographie et dynamique de peuplement dans la vallée du Misa, K. Ferrari et A. Gaucci.

27 Étude réalisée par M. Cruciani, Th. Lejars, M.G. Cerquetti, F. Milazzo, V. Belfiore, R. Bernadet.

28 Cerquetti 2012 ; Cruciani et al. sous presse.

29 Baldelli 2008, p. 249.

30 Lollini 1976, p. 157 ; Lollini 1979, p. 55.

31 L’analyse anthropologique des restes osseux, mal et incomplètement conservés, reste à mener.

32 Radiographie par F. Milazzo ; restauration des objets en fer par R. Bernadet.

33 Vitali 1992 et 2003.

34 Lejars – Bernardet 2015.

35 Nicosia et al. 2012 ; Poccetti 2012.

36 Tagliamonte 2008 ; D’Ercole – Martellone – Cesana 2016.

37 Étude réalisée par E. Dupraz et Th. Lejars.

38 En dernier lieu, Poccetti 2015.

39 Étude réalisée par Th. Lejars et R. Bernardet, avec la collaboration de F. Milazzo.

40 Voir, infra, la contribution de M. Landolfi et P. Piana Agostinetti. L’étude des casques de Montefortino prend place dans le cadre général de la publication de la nécropole, sous la direction de M. Landolfi et P. Piana Agostinetti. Elle a en outre bénéficié du soutien financier du Labex TransferS et du programme PSL Celtes 3D.

41 Les radiographies X ont été réalisées par F. Milazzo, Surintendance archéologique des Marches/SABAP à Ancône, les tomographies par le laboratoire Tech Eurolab srl, à Modène.

42 Renaud Bernadet, conservateur-restaurateur, Modène.

43 La Reflectance Transformation Imaging (RTI) est une technique de photographie par calcul qui capture la forme et la couleur de la surface de l’artefact et permet le ré-éclairage interactif du sujet à partir de n’importe quelle direction de la lumière. Partant d’un ensemble de photographies acquises avec une caméra fixe dans différentes conditions d’éclairage, la RTI encode les données acquises de manière compacte, en utilisant des fonctions de réflectance par pixel dépendant de la vue, permettant la génération de nouvelles images dans tout l’hémisphère entrant dans le champ de l’appareil photo (R. Bernadet).

44 Réalisée par B. Houal, dans le cadre du programme PSL « Celtes 3D ».

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Sites d’intervention dans le cadre du programme CAECINA.
Crédits T. Lejars/CNRS del. / fonds de carte Google Earth).
Titre Fig. 2 – La collection Chierici, aperçu.
Crédits DAO V. Cicolani, photos MAN/L. Hamon. D'après Cicolani 2019, p. 149.
Titre Fig. 3 – La situle Arnoaldi, tombe 96, Bologne.
Crédits Macellari 2002, 131.
Titre Fig. 4 – Nécropole de Serra Sant’Abbondio "Pian Santa Maria", tombe à fosse.
Crédits Su concessione del Mibact- Soprintendenza Archeologia Belle Arti e Paesaggio delle Marche.
Titre Fig. 5 – Nécropole de Serra Sant’Abbondio. A, panoplie de la tombe 47 : 1. Épée laténienne ; 2. Fourreau d’épée en fer avec décoration en bronze et corail ; 3. Fer de lance ; 4. Fer de javelot. B, mobilier en fer de la tombe 14 : 1. Fer de lance ; 2. Paire de forces ; 3. Rasoir (¼ de la grandeur naturelle).
Crédits Dessins Th. Lejars.
Titre Fig. 6 – Nécropole de Serra Sant’Abbondio. A, Mobilier céramique et parures de la tombe 33. B, Amphore de la tombe 47. C, Mobilier céramique et parures de la tombe 28 (A et C : 1/3 de la grandeur naturelle ; B : ¼ de la grandeur naturelle).
Crédits Dessins C. Tavolini.
Titre Fig. 7 – L’épée laténienne du sanctuaire de Junon à Gabies, Latium.
Crédits Cliché photographique ©R. Bernadet.
Titre Fig. 8 – L’inscription bilingue, latine et celtique, de Todi.
Crédits D'après Les Celtes 1991, 53.
Titre Fig. 9 – Le casque de Montefortino (tombe 4/5). Casque en l’état (restauration ancienne) : a. photographie ; b. radiographie X (F. Milazzo, SABAP), 3 et 4 ; c-d.Tomographie X (laboratoire Tech Eurolab srl., Modène).
Crédits a, cliché photographique ©R. Bernadet ; b, radiographiques X, F. Milazzo (SABAP) ; c et d, tomographie Rx, Tech Eurolab s.r.l. Laboratoire, Modena.
Titre Fig. 10 –Tomographie X du casque de la tombe 4/5 de Montefortino. Casque en l’état (restauration ancienne).
Crédits Tomographie Rx, Tech Eurolab s.r.l. Laboratoire, Modena.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thierry Lejars, « Les Celtes et les populations étrusques et italiques entre les VIe et IIIe siècles av. J.-C. », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité, 132-1 | -1, 67-80.

Référence électronique

Thierry Lejars, « Les Celtes et les populations étrusques et italiques entre les VIe et IIIe siècles av. J.-C. », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En ligne], 132-1 | 2020, mis en ligne le 24 novembre 2020, consulté le 26 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/mefra/9971 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mefra.9971

Haut de page

Auteur

Thierry Lejars

UMR 8546-AOrOc, CNRS, ENS-PSL — thierry.lejars@ens.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search