Navigation – Plan du site

AccueilNuméros132-2Une trentaine d’années de critiqu...

Une trentaine d’années de critique épistolaire 1987-2018

Un choix bibliographique
Geneviève Haroche-Bouzinac
p. 297-315

Résumés

Cet article trace les grandes lignes d’un bilan sur une trentaine d’années d’études épistolaires : il évoque les premières crises de la critique puis son évolution. Il souligne le rôle historique joué par l’Association Interdisciplinaire de Recherche sur l’épistolaire dans ce travail (A.I.R.E.). Ce papier est complété par un choix bibliographique, qui tient compte de la variété des approches.

Haut de page

Texte intégral

1Afin de brosser un tableau des études consacrées à l’étude des correspondances dans les dernières trente années plus d’un volume serait nécessaire. À défaut de livrer un répertoire exhaustif des travaux de qualité liés à l’épistolaire, il sera possible d’en présenter subjectivement quelques approches essentielles, concernant principalement les études d’histoire littéraire françaises, à quelques exceptions près.

2Dans le domaine de la critique, comme dans les autres, il existe des modes, des initiateurs, des suiveurs, et surtout beaucoup de liberté. Aussi indiquer à grands traits les orientations prises, essayer de comprendre les raisons de ces orientations et leur développement sera un objectif plus modeste.

3La question se posant à l’orée de la constitution d’une bibliographie est toujours celle de son organisation. Comment concilier diachronie et chronologie si l’on souhaite faire apparaître une évolution dans les perspectives de la recherche ? La présence de volumes de mélanges et d’actes de colloques, parfois manquant d’unité, fait que certains ouvrages mériteraient d’être cités plusieurs fois. Faire alterner le classement thématique et le classement chronologique serait utile ; mais un classement thématique doit également être justifié en fonction d’un ensemble de traits descriptifs : ainsi postulerai-je que la lettre est

un écrit établissant un lien entre deux ou plusieurs personnes.
un espace social codifié par un protocole et des rituels.
un genre disposant de sa propre rhétorique.
un lieu d’expression, de création, de réflexion individuel ou collectif.

4Cette synthèse se déploie comme un panorama déroulant sous nos yeux l’extrême richesse et variété des études menées depuis une trentaine d’années, sans que la force de quelques ouvrages pionniers s’en trouve affaiblie.

Pourquoi 1987 ?

  • 1 Le premier colloque s’intitulait Écrire, publier, lire les correspondances, Problématique et économ (...)

5La date de 1987 correspond au second colloque concernant les correspondances, mais premier à témoigner d’une ambition internationale et interdisciplinaire1, organisé par Mireille Bossis et Charles Porter. La perspective en était historique, comme le titre l’indiquait : L’Épistolarité à travers les siècles. Nombreux ont été les historiens, qui ont participé à cette première réflexion.

6Ce titre empruntait sa notion principale à l’ouvrage Epistolarity : approachs to a form, paru en 1982 et signé par Janet Altmann. Les premières années de la recherche épistolaire furent ainsi résolument franco-américaines et franco-canadiennes, même si l’on remarque la présence de chercheurs européens comme Giovanna Malquori-Fondi ou Volker Kapp.

7À l’issue de ce colloque, la lettre est apparue comme une « figure de compromis » (Mireille Bossis) un geste de communication et un acte d’écriture. La formule avait l’avantage de tenir compte de la position de la lettre dans un entre deux : elle est une voie de circulation entre les consciences, mobile, diverse, selon la définition érasmienne qui la caractérise (Res tam multiplex atque infinitum varia).

8Le second apport de ce colloque de Cerisy fut d’éveiller l’intérêt pour les lettres des non-écrivains et le troisième apport de développer l’exercice de l’interdisciplinarité. L’originalité de cette manifestation était en effet de faire se croiser les analyses des littéraires, des historiens, des psychanalystes, des linguistes. Une association de chercheurs : l’AIRE (l’Association de recherche interdisciplinaire sur l’épistolaire), avec la naissance d’un bulletin, qui devint, en 1999, une revue, a été ainsi fondée au cours du colloque.

9Aujourd’hui la revue Épistolaire centralise les informations concernant l’actualité de l’épistolaire, présente les équipes de recherche, publie une rubrique sur l’iconographie épistolaire, un État de la question d’une correspondance, accueille des varia et un dossier thématique ou monographique.

10Ceci explique que dans la bibliographie suivant cette introduction se juxtaposent des approches utilisant des méthodes plus complémentaires qu’opposées : approche d’histoire littéraire, approche historienne, approche pragmatique, approches topiques, approche sociologique, approche génétique. Il n’est pas rare qu’un chercheur combine ces perspectives dans un même travail. Aussi les études ne peuvent être classées en fonction d’une problématique méthodologique.

  • 2 On voudra bien m’excuser de citer plusieurs de mes travaux. Un bulletin a précédé la revue jusqu’en (...)

11J’ai mené cette enquête à partir du poste d’observation que m’a procuré mon travail à la direction de la rédaction de la revue Épistolaire depuis 19872. J’ai tenu moi-même la rubrique bibliographique pendant de nombreuses années. Cette rubrique est désormais organisée par une équipe spécialisée.

12Après avoir compilé le plus grand nombre d’études possible, il m’est apparu que le champ de la recherche s’était orienté chronologiquement comme suit :

  1. Le temps des définitions et des polémiques.
  2. Le temps des explorations thématiques.
  3. Le temps d’étude des grands corpus monographiques.

13Serait-il téméraire de proposer des dates pour cerner ces étapes ? De 1987 à 1997, se présentent les définitions, de 1998 à 2010, l’exploration thématique prend son essor. Et, à partir de 2008, se multiplient les études de grands corpus. Tout ceci, avec des chevauchements, si l’on considère d’une part que des épistoliers dits canoniques Proust, Voltaire, madame de Sévigné, madame Du Deffand avaient déjà fait l’objet de monographies et d’autre part que les synthèses thématiques et les études sérielles, se poursuivent après 2010.

Le temps des définitions et des polémiques

14Se remémorer quelques sujets de débats qui font partie du champ critique, presque depuis ses commencements, permet de retracer une histoire vivante de la critique épistolaire.

Lettres réelles, lettres de fiction

15L’un des débats les plus anciens est celui qui oppose les correspondances authentiques et les lettres de fiction. Des anecdotes émaillent le quotidien des organisateurs de colloques sur les correspondances. Lorsqu’un sujet concernant tel ou tel aspect épistolaire est proposé, les chercheurs insistant pour traiter du roman épistolaire ne sont pas rares.

  • 3 Définition prononcée lors d’un colloque organisé par Marcos Moraes à Sao Paolo « artisans de la cor (...)
  • 4 Kate Hambürger pose également le problème du sujet d’énonciation historique, Hambürger 1977.

16Précisons d’emblée qu’il s’agit de domaines différents. On ne saurait amalgamer l’ordre de la fiction et l’ordre des correspondances réelles, bien qu’existent des interactions, voire des passerelles, et des effets d’écho entre lettres authentiques et lettres romanesques. Même si, selon la formule éclairante que j’emprunte à Alain Pagès, « toute correspondance comporte une capacité narrative forte » 3, cela ne nous autorise pas à des confusions. Placer sur le même plan épistolarité fictive et correspondance authentique consiste à emprunter une voie périlleuse. La différence la plus notable étant que la correspondance fictive propose un agencement d’information fermée4, tandis que les lettres authentiques sont ouvertes sur toutes les surprises de la réalité.

Lettre et littérature

17Lors des premiers débats sur la lettre une question est revenue régulièrement : la lettre appartient-elle à la littérature ?

18La réponse à cette question est délicate, car, si on sait définir ce que c’est qu’une lettre (j’en rappelle les conventions constituantes minimales – un texte portant une indication de suscription et de souscription –), on ne sait pas exactement décrire ce qu’est la littérature. Pour répondre à cette interrogation, inscrire la notion de littérature au sein d’un contexte historique de référence sera donc utile.

  • 5 Kibedi Varga 1970, p. 8.

19D’après Aron Kibedi Varga, le sens du concept de littérature s’est modifié et précisément « rétréci à son acception actuelle à partir de l’époque romantique »5. Jusqu’à la fin de l’âge classique le concept de littérature se ramène à la notion de « discours travaillé », alors qu’ensuite son sens se spécialise.

20Considérer le genre à l’intérieur d’un vaste espace temporel permet donc d’éviter de prendre ce qui est lié ponctuellement à la culture d’une époque pour un facteur permanent. La question de la « délimitation historique » est essentielle à tout lecteur de lettres. Raffaelle Morabito a insisté sur cet aspect en proposant la notion d’« épistolarité restreinte ».

  • 6 Morabito 1989, p. 44.

Il faut savoir, lorsqu’on parle de lettres, qu’on ne se réfère pas à un complexe indifférencié, mais qu’au cours des siècles qualités et fonction des lettres changent. Et lorsqu’on prononce le mot épistolarité, il faudrait bien se souvenir qu’il s’agit, pour ainsi dire, d’une épistolarité restreinte, [...] qu’on a affaire à une catégorie historique et tenir compte des limites qui lui sont inhérentes6.

  • 7 Derrida 1980, p. 54.

21Ce débat a été très argumenté. Considérer la lettre, selon la suggestion de Jacques Derrida, comme la matrice de toute littérature, comme une forme qui « n’est pas un genre, mais tous les genres, la littérature même »7, et à condition toutefois de ne pas faire de cette définition la marque d’un degré zéro de l’écriture, n’est pas céder à la facilité.

Polémique sévignéenne

22Une deuxième polémique a accompagné les études épistolaires : la querelle sur l’interprétation des lettres de madame de Sévigné, modèle parmi les modèles. Elle a opposé confraternellement les professeurs Roger Duchêne et Bernard Bray. Il s’agissait de trancher sur le degré de conscience épistolaire et sur l’intention d’art qui présidait à l’écriture des lettres de la marquise.

23La querelle pourrait sembler mineure, mais elle trace une ligne de faille entre une interprétation d’une épistolière comme précieuse et comme, si ce n’est écrivain, du moins « auteur épistolaire » et une vision faisant de madame de Sévigné, avant tout une mère, cherchant à conserver avec sa fille un lien fort par le truchement de lettres, dont la spontanéité apparaîtrait comme la qualité majeure.

24Qu’en penser ? Il est certain que, comme le soulignait Roger Duchêne, madame de Sévigné ne constitue pas de « système épistolaire » conscient, elle n’en est pas moins encouragée, incitée par les louanges contenues dans les réponses à poursuivre dans la veine d’écriture qu’elle a spontanément rencontrée. Elle est cette épistolière « au miroir » que décrivait Bernard Bray, sensible à la griserie de l’appréciation d’autrui. Et son cousin Bussy fut ce premier lecteur apte à comprendre le talent de l’épistolière ; sa médiation fut essentielle.

25Ce débat, souvent évoqué comme point de départ à des thèses, n’est pas sans fécondité : il cristallise le malaise que ressentent les chercheurs venus des études littéraires face à un texte dont le statut frôle celui du document, tout en n’en étant pas vraiment un. La présence d’une intention d’art, voire d’une « manière », manifestée parfois par la présence de brouillons, mais pas uniquement, fait migrer ces pages familières vers le texte littéraire.

  • 8 Haroche-Bouzinac 1995, p. 13.

26La formule « document expressif »8 a parfois été employée : elle me semble bien refléter le statut de ces messages dont l’information doit toujours être mise en relation avec d’autres flux de correspondances et un contexte politique et social.

La question de la distance et le livre de Vincent Kaufmann

27Vincent Kaufmann dans L’Équivoque épistolaire, travaille sur la notion de distance et il postule, à travers les corpus bien spécifiques étudiés (Flaubert, Kafka, Artaud, Baudelaire, Mallarmé, Proust, Rilke, Valéry), que la lettre permettrait le maintien de la distance plutôt que le désir de l’abolir, dans un chapitre intitulé « destination distance ».

  • 9 Kaufmann 1990, p. 45.

La lettre favorise dit-on, la communication et la proximité ; mais elle peut aussi disqualifier toute forme de partage et produire une distance, un éloignement, nécessaires à l’achèvement de l’œuvre.
Kafka ou Flaubert mettent l’épistolaire au service d’un sacrifice constant de l’objet de leur désir […] la lettre induit alors beaucoup plus qu’un non-lieu, une rupture maintenue qu’un lieu, qu’une continuité9.

28Ces formules brillantes ont rencontré une large adhésion, mais ce ne fut pas sans inconvénient. Nombreux ont été les jeunes chercheurs tentés de généraliser ces commentaires, prononcés dans un contexte épistolaire bien précis, à d’autres correspondances. Or, la communication épistolaire n’aboutit pas toujours à un constat d’échec. La preuve en est visible à travers la permanence des métaphores de la vision ou de la voix, qui disent en substance : en te lisant, il me semble que je t’entends ou que je te vois. Le lien, le dialogue s’établit de façon satisfaisante et c’est sur ce sentiment de réussite que se fonde la continuité des grands corpus, établissement un contact entre épistoliers, ou du moins l’illusion de ce contact.

Nature et fonctions de la lettre entre l’individuel et le social, entre le mouvant et le stable

29Dans l’ordre non plus des polémiques mais des définitions un volume d’acte, La Lettre à la croisée de l’individuel et du social, a permis de compléter les définitions par une proposition qui souligne les quatre fonctions de la lettre :

  • Document réputé vrai
  • Objet de représentation
  • Discours tributaire des représentations collectives
  • Geste de communication dans une relation intersubjective10.
  • 11 Diaz 2002, 4e de couverture.

30Brigitte Diaz a dépeint une nuance supplémentaire apparue, selon elle, plus sensiblement au XIXe siècle : la lettre est « le medium de prédilection de ce qu’on appellera ici une pensée nomade – pensée de soi, de la cité ou de la littérature ; invitation à l’écriture de soi comme à l’essai ou au débat théorique, la lettre qui croise l’espace littéraire, sans jamais s’y fondre, a également contribué à repenser la notion même de littérature »11.

31Cette étude a insisté sur la fluidité de l’échange où la lettre est présentée comme un espace mouvant, dans lequel la pensée ne se fige pas.

La place de la lettre dans le système des genres ou la fraîcheur de la lettre

32L’interrogation sur la littérarité de la lettre se prolonge par la question de l’évaluation de sa place dans le système des genres. Elle replace l’étude de la correspondance sous l’angle de l’histoire littéraire.

  • 12 Lanson 1901 ; Lanson 1909.
  • 13 Haroche-Bouzinac 1999b ; Haroche-Bouzinac 2005 ; Dufief 2005.

33Gustave Lanson, auteur de deux célèbres anthologies de lettres12, a joué un rôle de vulgarisation scolaire important, mais ses introductions paraissent avoir été longtemps négligées ou dédaignées. Quelques contributions ont souligné leur rôle fondateur13. En effet, dans sa présentation des lettres, Lanson dégage la notion de groupes sociaux et on pourrait déceler dans ces regroupements pionniers l’embryon d’une théorie des réseaux : les politiques (chefs d’armée et de partis), les religieux, la bourgeoisie, la société polie.

34Cependant, si Lanson considère la correspondance comme une source, il est avant tout sensible à l’implicite, à ce qui ne se dit pas. Et il attribue en outre aux lettres une supériorité sur les œuvres morales. En réalité, l’historien de la littérature propose une lecture non scientifique, une lecture d’impression, en concluant sur l’importance de la vie heureuse.

  • 14 Haroche-Bouzinac 2005, p. 635.

35Quelles sont ses propositions de lecture pour un mode d’écrire qu’il situe du côté des pratiques et, résolument en dehors de la littérature ? À ses yeux, cette mise à l’écart de la littérature n’est pas à considérer une forme de dénigrement ; elle est à la fois un signe d’une certaine forme de lassitude – « Un des traits de notre génération, ajoute-t-il, c’est que nous sommes excédés de littérature »14 – et aussi l’effet d’une admiration. Lanson avoue préférer la lecture des lettres à celle des romans. En revalorisant la lettre comme un genre baigné de fraîcheur, reflétant le mouvement ondoyant de la vie, la lecture de Lanson, la réintroduit cependant dans le Panthéon littéraire.

Le débat sur le rôle des secrétaires et la formation de l’épistolier

  • 15 Voir l’édition critique de l’ouvrage de Chappuys établie par Patrick Mulla (Mulla 2001).

36Le terme bien connu de Secrétaire désigne ces ouvrages à visée tout d’abord pratique puis tardivement plus récréative, conçus comme des aides à la rédaction de lettres pour qui ne disposerait pas des services d’une personne formée à cette fonction. Ils offrent des formules à recopier, renseignent sur les codes et le protocole. C’est à Chappuys que reviendrait l’initiative d’avoir acclimaté à la langue française le titre secrétaire en s’inspirant de l’épistolographie italienne par son Art des Secrétaires15.

  • 16 Duchêne 1992, p. 100.

37Certains épistoliers – et madame de Sévigné la première – ont fustigé « le style à cinq sols »16 émanant de ces ouvrages destinés à un public non lettré. Cependant, l’abondance et la permanence de ce type de publication a incité un certain nombre de chercheurs à s’y intéresser.

  • 17 Kapp 1990, p. 116.

38Donnons la parole à Volker Kapp : « Je conteste le bien-fondé du mépris [des] manuels quant il s’agit d’évaluer l’influence sur la culture littéraire et la pratique épistolaire. Aucun épistolier ne pouvait écrire une seule lettre sans avoir auparavant fait la connaissance des règles de l’art épistolaire »17. Ce point de vue est complété par celui de Patrick Mulla :

  • 18 Mulla 2001, p. 8.

Quand l’écriture des missives était encore la principale, sinon la seule forme possible de communication et d’échange avec un correspondant, […] la lettre devait être capable de répondre par une sorte de code de bonne conduite, aux diverses exigences, aussi bien de la diplomatie que des relations publiques, ou encore des rapports sociaux les plus communs. Elle requérait la spécialisation de l’écrivant, sous la forme du secrétaire18.

  • 19 Haroche-Bouzinac1992.

39J’ai réalisé un état de la question détaillé sur les Secrétaires19 et j’ai tenté de montrer que, malgré leur dimension répétitive, ces ouvrages ouvrent une fenêtre sur une représentation sociale de la vie. Rien d’étonnant à ce qu’ils véhiculent des clichés, l’art épistolaire se situant entre variation et invention.

40Nombre des lieux communs sont transmis par la pratique et sont partagés par des groupes d’épistoliers plus ou moins lettrés. Toutefois, le manuel ne saurait recenser l’ensemble des formules et de la topique à un instant défini. Des études sérielles révèlent un décalage entre les usages et le moment où le secrétaire entérine cet usage.

41La connaissance des topoi est une étape indispensable à toute étude d’une correspondance quelle qu’elle soit. Elle permet d’éviter de prendre pour une invention un lieu commun. La question des modèles est complexe également et particulièrement celle du modèle cicéronien. Toutefois, si pour écrire des lettres, une formation est nécessaire, celle-ci se voit relayée dans l’échange, dès lors qu’il se met en place de façon continue. La lettre peut constituer un espace pédagogique.

Quelle valeur pour l’épistolarité ordinaire ?

42Cette autre question visait à revendiquer une légitimité pour ce qu’il est convenu de nommer, face aux correspondances d’écrivains, la lettre ordinaire. Faut-il voir ici le pendant du débat sous-jacent qui oppose les partisans de la lettre comme genre littéraire à ceux qui la présentent comme une forme textuelle non littéraire ?

43En effet, tout un ensemble d’individus se sert de la lettre comme d’un lieu d’expression, en dehors de toute finalité auctoriale. Quelles sont les motivations de ce groupe ? De quelle façon s’approprient-ils le texte ?

  • 20 Fabre 1993, p. 26.

44Dans un volume intitulé Écritures ordinaires, on note la volonté de s’intéresser « aux écrivants », selon une perspective ethnologique : y figurent une étude sur le « courrier du Ciel », ex-voto de toutes sortes, une étude sur des lettres écrites à un abbé pour se guérir de ses maux. Qualifiée « d’écriture d’amateur », « d’écriture du dimanche », générées par l’ordre social, cette écriture produit de l’inédit, de l’extraordinaire dans un rapport où se conjuguent « l’acte et le rite »20.

  • 21 Chartier 1991, p. 10.
  • 22 Ibidem.
  • 23 Chartier 1991, p. 12.

45Dans La Correspondance et les usages de la lettre au XIXe siècle, travail collectif procédant de l’Enquête postale de 1847 initiée par l’administration des Postes, se retrouve le parti pris qui considère la pratique épistolaire comme une écriture « parente de ces autres écritures domestiques qui produisent livres de comptes et livres de raison, cahiers et carnets, journaux intimes et récits de vie »21. Le tableau brossé par les auteurs de ce volume oppose ainsi les lettres de qualité aux lettres dites « sans qualité » : « l’attention portée sur l’épistolarité sans qualité est donc un écart et un complément par rapport aux études, nombreuses, vouées à une histoire littéraire des correspondances littéraires »22. La montée d’une écriture épistolaire ordinaire correspondrait au processus d’alphabétisation permettant que la compétence ne soit plus déléguée à un tiers (par exemple l’écrivain public). Les auteurs notent qu’un « désenclavement économique et social » autorise « l’affirmation d’une sphère de l’individualité et du privé »23.

  • 24 Grassi 1994 (version partielle de la thèse dactylographiée).

46Restait à confirmer l’existence de cette migration vers l’intime par des textes. C’est ce qu’avait fait (par anticipation) une thèse sur les correspondances de la noblesse provençale rédigée par l’historienne Marie-Claire Grassi24. Ce travail, fondé sur un échantillonnage assez large, sériait les rubriques de la lettre (expression du moi, nouvelles etc.) de manière quantitative. Ce qui a permis à l’auteur de formuler des hypothèses chronologiques tout à fait utiles.

  • 25 Haroche Bouzinac 2008.

47Parmi les lettres dites ordinaires, on ne saurait oublier les lettres de soldats. Nombreuses en sont les anthologies, plus rares les études25. La récente commémoration de la Grande guerre, et les collectes massives qu’elle a entraînées, permettra sûrement une éclosion de travaux.

  • 26 Dauphin – Lebrun-Pézerat – Poublan 1995.

48Les lettres échangées en famille ont été valorisées entre autres par un groupe d’historiennes, C. Dauphin, P. Lebrun-Pèzerat, D. Poublan26. Après avoir réalisé la transcription d’un fonds familial alsacien, elles ont présenté un bouquet de lettres, intitulé Ces bonnes lettres, précédé d’une analyse qui donne à ce type d’échange ses lettres de noblesse :

  • 27 Dauphin – Lebrun-Pézerat – Poublan 1995, p. 25.

Les correspondances ordinaires participent autant de la culture d’une époque que celles léguées par les grands dont les moindres gestes sont observés à la loupe. Il est clair que cette approche de la culture, qui ne se targue pas d’être savante, recouvre tous les acquis issus d’une tradition sociale et impliqués dans l’usage individuel, et transmis par une tradition27.

  • 28 Dufief 2003.
  • 29 Une enquête sur la lettre ordinaire aujourd’hui a été menée par Françoise Simonet-Tenant (Simonet-T (...)

49Quel intérêt un lecteur tiers peut-il prendre à découvrir ces épistoliers anonymes ? Selon les éditrices de ces lettres s’établit un contrat de lecture « qui mêlerait l’agrément, le goût de l’énigme et les ressources entrecroisées de histoire et de l’anthropologie »28. Effectivement, la question de la lecture se pose : que lit-on dans ces lettres qui ne saurait se lire ailleurs ? Ces questions ici posées pour le dix-neuvième siècle sont actuelles au vingtième et au vingt-et-unième siècle29.

  • 30 Haroche-Bouzinac 2010a.

50Ce clivage sériel qui oppose écrivains épistoliers et épistoliers ordinaires ne peut-il être nuancé ? Un exemple sera utile ici. À l’âge classique, outre les lettrés et les gens ordinaires, on distingue une troisième catégorie d’épistoliers nommée « les dames et les cavaliers ». Le terme cavalier est une traduction de l’italien cavalieri, pour désigner un homme élégant et du monde. Cette catégorie de personnes affecte de n’avoir pas besoin de règles. Les dames et les cavaliers sont des initiateurs et non des suiveurs. Ce sont eux qui, notamment, feront se répandre la mode d’écrire souplement « en billet ». Ils prônent une esthétique mondaine qui navigue entre celle des doctes qu’ils méprisent et celles du peuple qu’ils ignorent30. Ils ont pour héritiers les « gens de lettres », qui ne sont pas écrivains, et auxquels Diderot fait une place dans l’Encyclopédie.

51Une autre limite à ce clivage est celle de la façon dont on se représente l’écrivain. Qu’est-ce qui distingue la lettre d’un Alain-Fournier au front de celle d’un de ses camarades non-écrivain dans la même situation ? Même si, les lettres au grand écrivain sont des séries clairement identifiables, il est difficile de distinguer un « être écrivain », ou un « être artiste » dans le domaine de l’épistolaire.

Le temps des explorations thématiques

52La bibliographie ci-après témoigne des nombreux croisements des champs thématiques. Pour des raisons d’espace, je me limiterai à commenter trois directions : l’espace éducatif et moral dans la lettre, la place des valeurs et la problématique du féminin.

La lettre comme espace éducatif et moral

53La lettre est un écrit où diverses modalités de la relation entre maître et élève s’épanouissent : ainsi est-elle considérée comme lieu de naissance privilégié de l’écrivain. On retiendra la formule de José Luis Diaz :

  • 31 Diaz 1998, p. 117.

[l’auteur] essaie de se déterminer une posture, propre à pouvoir fonctionner un jour comme une sorte d’« indicatif » de son œuvre, au sens radiophonique du mot […] comme la recherche d’une scénographie auctoriale se lie très étroitement à la recherche de soi. […] Le lecteur posthume a parfois le magnifique privilège d’assister à une sorte de prodige : la naissance d’un écrivain, ce papillon, né sur papier31.

  • 32 Ibidem.

54Les lettres de jeunesse en effet sont le champ des hésitations, des balbutiements, c’est ce qu’a montré un volume intitulé La Correspondance comme lieu de genèse et de formation32.

  • 33 Les nuances de ce discours moral sont dépeintes par Élisabeth Gavoille et François Guillaumont (Gav (...)
  • 34 Hovasse – Dufief 2017.

55L’épistolier qui enseigne est partagé entre le devoir de la recommandation et celui de l’admonestation : il peut diriger, conseiller. On sait que dès l’Antiquité la lettre est un medium privilégiée de l’élévation morale33. On souligne également l’importance de relations duelles où le disciple tend à s’élever à la hauteur d’un maître admiré34.

56Considérer la pensée éducative et morale dans la lettre entraîne deux questions :

57D’une part, la naissance d’une dissymétrie. Le fait de moraliser n’entre-t-il pas en contradiction avec les exigences épistolaires qui sont celle de l’écoute et du dialogue ? Le risque de la moralisation ne serait-il pas de faire basculer la lettre du placere et delectare vers le docere et monere ? Pour compléter cette approche, les études pragmatiques ont souligné l’importance du rapport de place dans le dialogue épistolaire.

  • 35 Montesquieu 1949, t. 1, pensée, n° 1597.

58Cependant, si la lettre ne se transforme pas en leçon ou en soliloque, moraliser à deux procure un bénéfice et un plaisir. On s’accordera sur la vérité de la réflexion de Montesquieu : « Un des grands délices de l’esprit des hommes, c’est de faire des propositions générales »35. La voie éducative permet l’échange et l’élaboration de maximes, qui accompagnent ou suivent le récit d’anecdotes.

  • 36 Haroche-Bouzinac 1999a.

59D’autre part, une lettre qui propose une imitation implique de livrer un modèle. Selon une métaphore ancienne, la lettre est dite « miroir de l’âme »36, non pas au sens de portrait, mais d’exemple. Cette métaphore, parfois mal comprise, se transforme. L’image de la lettre miroir, miroir en énigme, miroir éducatif, s’est progressivement vidée de son sens mystique pour accompagner, tel un télescope pointé vers le moi, le mouvement introspectif des siècles postclassiques. La lettre comme espace éducatif est susceptible de se transformer en lieu solipsiste.

La question de la triangulation : médiation et valeurs dans la lettre37

  • 37 Mélançon 1998.
  • 38 Tassel 2010.

60La critique s’accorde à souligner l’importance du rapport d’adresse dans l’émergence de la pensée, en référence à la notion montaignienne de l’adresse « forte et amie »38. Toutefois, la notion de « médiation » s’est dégagée comme un outil susceptible d’ouvrir le couple épistolier-destinataire.

  • 39 Mélançon 1998, p. 8.
  • 40 Voir bibliographie ci-après.
  • 41 Haroche-Bouzinac 2010b. p. 33.
  • 42 Anton 2010, p. 153.

61Plutôt que de penser la correspondance comme « une activité à deux pôles », il importe de saisir le fonctionnement d’un espace intellectuel collectif, « espaces, structures, ou figures intermédiaires qui rendent possibles la représentation de la société dans la lettre »39. C’est ce que Benoît Mélançon appelle la médiation épistolaire. La République des Lettres, les groupes d’écrivains évoluant autour de la NRF en sont les exemples40. Dans ces dialogues éclatent parfois des conflits, des débats sur des « valeurs ». Qu’est ce qu’une valeur ? Il s’agit d’une « référence extérieure au sujet investie par ce même sujet » « dans un contexte dialogique ou au minimum conflictuel »41. « Ces valeurs renvoient à des systèmes de pensée et des catégories d’appartenance culturelle et sociale qui s’opposent les uns aux autres »42. La lettre s’inscrit dans un système de références morales, sociales, littéraires ou esthétiques qu’elle crédite comme des normes. Il y a donc toujours beaucoup plus que deux personnes en jeu dans un dialogue épistolaire.

La lettre genre mineur, genre féminin ?

62Une des avancées de la recherche ces trente dernières années a été de dépoussiérer un cliché : la lettre est-elle vraiment un genre féminin ? Les voix critiques qui ont battu en brèche ce préjugé ont été multiples.

  • 43 Planté 1998, p. 54-56.
  • 44 Haroche-Bouzinac 1999b.

63L’idée reçue, qui fait de la lettre un genre féminin, et figure en bonne place dans le recensement des idées reçues par Flaubert, a été tout d’abord analysée dans un ouvrage collectif : L’Épistolaire, un genre féminin ?43, puis, entre autres, dans un article « La lettre à l’âge classique, genre mineur ? »44.

  • 45 Haroche-Bouzinac 2000.

64L’objectif a été tout d’abord de s’intéresser à la formation de ce préjugé, d’autant plus qu’un écart se creuse, à l’âge classique, entre les « stéréotypes d’un imaginaire social » et les pratiques éditoriales : la publication des lettres de femme45. À travers ce qu’on peut bien appeler le mythe de la féminité épistolaire se lit avant tout une représentation du féminin et le rêve d’une écriture originelle.

65Une question préalable se pose : la lettre est-elle devenue le point de rencontre des représentations du féminin parce qu’elle présente les apparences de la facilité en raison de la faible exigence de ses contraintes formelles ? Ou subit-elle un déclassement parce qu’elle a été illustrée par le sexe qui disposait du moindre pouvoir ? Les pratiques de la correspondance ordinaire du XVIIe au XIXe siècle, témoignent de la vigueur de ce préjugé, qui a assigné les femmes, interprètes de la parole des hommes, à la tenue des chroniques familiales.

66De ce fait, la lettre est-elle un genre mineur ?

  • 46 Bray – Strosetzki 1995.

67Il est vrai que dans l’ordre de la rhétorique, la lettre est placée dans un système de références où elle occupe une place inférieure, derrière les genres nobles. Elle est décrite, par les théoriciens, dans un rapport métaphorique qui la place en rivalité avec la conversation : la lettre ne serait qu’un succédané de dialogue, qu’une compensation. De cette rivalité avec la conversation, découle une prescription d’imitation : la lettre, « discours des absents », doit, pour mériter les éloges, ressembler à une causerie46, dans laquelle excelleraient les épistolières.

  • 47 La Bruyère 1990, p. 79-80.

68Une image idéalisée de la lettre féminine se reflète dans le miroir des louanges masculines préparées pour « cajoler » les dames. Louer une dame sur ses belles lettres – Richelet le dit sans ambages – est un moyen de la séduire. Ces éloges intéressés, dont la plupart sont réunis par Richelet dans l’édition de 1689 de ses Plus belles lettres des meilleurs auteurs... donnent la réplique au célèbre texte de La Bruyère exactement contemporain47. Ce passage, dont la valeur est prédictive, est constitutif d’un imaginaire épistolaire féminin dont l’aspect est double.

69Le premier est esthétique : disposition, invention, finesse des transitions, auxquelles s’associent l’expressivité. Le second se situe sur le plan moral : les femmes, par respect de la bienséance, n’exprimeraient pas directement leurs émotions : elles savent « faire lire dans un seul mot tout un sentiment ». Les deux aspects de cette analyse contiennent en germe les deux volets du discours qui sera tenu après La Bruyère sur les lettres de femmes.

70Le premier registre dresse le style des femmes contre celui des doctes, le style du sentiment contre celui de la science. La simplicité apparente de la mise à l’écriture épistolaire, qui nécessite peu de préalables, coïncide avec le statut éducatif des femmes.

71Ainsi le style des lettres féminines se nuance d’un coloris frais, celui d’une enfance de l’art épistolaire. Il rayonne de l’authenticité d’une écriture dont les effets sont trouvés et non recherchés. Cette écriture non altérée par les règles est qualifiée par Costar de « mignonne ».

  • 48 Haroche-Bouzinac 1999b, p. 201.
  • 49 Ibidem.

72Le second registre mobilisé par les analyses de La Bruyère est celui de l’honnête dissimulation, mais on le retrouve voilé de nuances psychologiques et morales négatives dans les Éléments de Marmontel (1787). Portées à dissimuler en raison de leur faiblesse, les femmes réussiraient mieux en un genre où un peu de ruse est nécessaire pour convaincre, car « ambitieuses de dominer par la persuasion, leur naturel les porte dès l’enfance à en étudier tous les moyens »48. Dans la même veine, Louis Sébastien Mercier transforme ce qui était ressenti au XVIIe siècle comme une exigence bienséante en un défaut moral. À la qualité correspond une carence : « Les femmes les écrivent très bien (les lettres), infiniment mieux que les hommes les plus spirituels. Mais, c’est là aussi qu’elles mettent toute leur perfidie »49.

73Le préjugé qui fait de l’écriture épistolaire une écriture féminine a progressé au moyen d’un certain nombre de relais, mais ce préjugé se négativise. Le double aspect de cette lecture masculine des lettres féminines cristallise une partie du malaise critique qui affaiblit le genre à mesure que sa pratique se banalise.

74Ce déclassement progressif qui fait sortir la lettre de la sphère de l’éloquence n’a pas profité seulement aux femmes mais à toute une frange de la population pour laquelle le rapport au savoir ne passe pas par les bancs du collège. Cette minorisation contribue à donner à l’écriture épistolaire un statut à part sur lequel interfère un autre paramètre secondaire qui est celui de son utilisation dans la fiction.

  • 50 Diaz – Siess 2006, p. 12.

75Une fois cette question de la féminité du genre épistolaire reconsidérée comme un mythe ou une représentation, restait à étudier les pratiques : c’est ce que font plusieurs recueils d’articles. Brigitte Diaz notamment montre que les femmes font de leur correspondance « un espace de production et de légitimation d’une identité qui se cherche et s’invente dans l’écriture expérimentale de la lettre, entre poétique du moi et création d’une œuvre »50.

Le temps des monographies et des études génétiques

  • 51 Mitterand 2016.
  • 52 Francalanza 2009.

76Les chercheurs se sont posé la question de la méthodologie de l’édition, qui ne cesse d’augmenter ses exigences. Outre un volume d’Épistolaire consacré aux éditions, plusieurs articles ont envisagé des cas ponctuels : à travers un auteur ou à travers un mode épistolaire spécifique. Henri Mitterand, étudie le cas des lettres de Zola51, Éric Francalanza pose le cas particulier de l’édition d’une correspondance littéraire52.

77Parallèlement se sont multipliées les études de sources et s’est développée la recherche dite « génétique ». On citera un volume intitulé Genèse et correspondances, qui réunit des études concernent essentiellement les XIXe et XXe siècles. Les auteurs insistent sur trois aspects : le rôle paratextuel qui offre de l’information sur les sources, la présence de commentaires de nature esthétique ou poétique, et l’indication d’indices de nature chronologique dans une fonction biographique.

78En outre la lettre est le lieu d’explication des intentions d’auteur. Mais, elle se fait aussi une sorte d’avant-texte, telle ou telle partie du message pouvant être réutilisé dans l’œuvre. Enfin, l’échange met en place un « dispositif interactif » où des corrections, des conseils, la lecture d’épreuves est possible.

79En ce qui concerne les correspondances d’écrivains, on ne peut que conseiller de se référer à la rubrique « État de la question » de la revue Épistolaire. Cette rubrique confronte l’état des éditions et de la critique.

80Le mouvement de la recherche épistolaire s’est affirmé comme méthodique. Après le temps des définitions, il est désormais possible d’envisager l’étude des corpus d’écrivains de premier plan, comme ceux d’acteurs plus secondaires de la vie littéraire. Les études thématiques, qui peuvent présenter un aspect plus ludique, n’ont pas encore épuisé leur champ de recherche.

Haut de page

Bibliographie

Anton 2010 = S. Anton, L’inscription des valeurs dans la correspondance de Louis-Ferdinand Céline, dans A. Tassel, Valeurs et correspondance, Paris, 2010, p. 153-176.

Bossis 1994 = M. Bossis, La Lettre à la croisée de l’individuel et du social, Paris, 1994.

Bray – Strosetzki 1995 = B. Bray, C. Strosetzki (dir.), Art épistolaire, art de la conversation à l’époque classique. Actes du colloque de Wolfenbüttel, oct. 1991, Paris, 1995.

Chartier 1991 = R. Chartier (dir.), La Correspondance, Les usages de la lettre au XIXe siècle, Paris, 1991.

Dauphin – Lebrun-Pézerat – Poublan 1995 = C. Dauphin, P. Lebrun-Pézerat, D. Poublan, Ces bonnes lettres, une correspondance familiale au XIXsiècle, Paris, 1995.

Derrida 1980 = J. Derrida, La Carte postale. De Socrate à Freud et au-delà, Paris, 1980.

Diaz 1998 = J.L. Diaz, Des chrysalides dans les boîtes aux lettres, dans G. Chamarat, J. Siess, B. Diaz (dir.), La Correspondance comme lieu de genèse et de formation, Caen, 1998.

Diaz 2002 = B. Diaz, L’Épistolaire, ou la pensée nomade, Paris, 2002.

Diaz – Siess 2006 = B. Diaz, J. Siess (dir.), L’Épistolaire au féminin, correspondances de femmes, XVIIIe-XXe siècles. Colloque de Cerisy-la-Salle, 1er-5 octobre 2003 : actes, Caen, 2006.

Duchêne 1992 = R. Duchêne, Madame de Sévigné et la lettre d’amour, Paris, 1992.

Dufief 2003 = P.J. Dufief (dir.), La littérature des non-écrivains, numéro spécial de RHLF, 2, avril-juin 2003.

Dufief 2005 = P.J. Dufief, Correspondances et histoire littéraire (1850-1900), dans L. Fraisse (dir.), L’Histoire littéraire à l’aube du XXIe siècle. Controverses et consensus, Paris, 2005.

Fabre 1993 = D. Fabre (dir.), Écritures ordinaires, Paris, 1993.

Francalanza 2009 = E. Francalanza, Éditer et étudier une correspondance littéraire, sens et fonction du dispositif épistolaire, dans Épistolaire, 35, 2009.

Gavoille – Guillaumont 2017 = E. Gavoille, F. Guillaumont (dir.), Conseiller, diriger par lettre, Tours, 2017.

Grassi 1994 = M.C. Grassi, L’Art de la lettre au temps de La Nouvelle Héloïse et du romantisme, Genève, 1994.

Haroche-Bouzinac 1992 = G. Haroche-Bouzinac, Voltaire dans ses lettres de jeunesse, Paris, 1992.

Haroche-Bouzinac 1995 = G. Haroche-Bouzinac, L’Épistolaire, Paris, 1995.

Haroche-Bouzinac 1999a = G. Haroche-Bouzinac (dir.), La lettre, Miroir de l’âme, Lettre et réflexion morale de L’Antiquité à la Révolution, Paris, 1999.

Haroche-Bouzinac 1999b = G. Haroche-Bouzinac, La lettre à l’âge classique, genre mineur ?, dans RHLF, 2, 1999, p. 183-203.

Haroche-Bouzinac 2000 = G. Haroche-Bouzinac, Les lettres de femmes dans les Secrétaires au XVIIe siècle, L’enfance de l’art, dans Revue XVIIème siècle, 208, 2000, p. 465-484.

Haroche-Bouzinac 2005 = G. Haroche-Bouzinac, Histoire littéraire et texte épistolaire : l’héritage de Lanson, dans L. Fraisse (dir.), L’Histoire littéraire à l’aube du XXIe siècle, controverses et consensus, Paris, 2005, p. 629-637.

Haroche-Bouzinac 2008 = G. Haroche-Bouzinac, Les lettres des soldats de l’an II : dernières lettres ?, dans S. Crinquand (dir.), Dernières lettres, actes du colloque de Dijon, Dijon, 2008, p. 225-235.

Haroche-Bouzinac 2010a = G. Haroche-Bouzinac, Dames et cavaliers, doctes, épistoliers ordinaires, dans Littératures classiques, n° 71-1, 2010, p. 67-90.

Haroche-Bouzinac 2010b = G. Haroche-Bouzinac, L’amitié, une valeur dans la correspondance des frères Verri, dans Narratologie, 10, 2010, p. 32-51.

Hovasse – Dufief 2017 = J.M. Hovasse, P.J. Dufief (dir.), Correspondance et magistère, Travaux de littérature XXX, Genève, 2017.

Kapp 1990 = V. Kapp, Volker, L’art épistolaire dans les manuels littéraires scolaires du XIXe siècle, dans M. Bossis, C. Porter (dir.), L’Épistolarité à travers les siècles : geste de communication et/ou d’écriture : colloque, Stuttgart, 1990.

Kaufmann 1990 = V. Kaufmann, L’Équivoque épistolaire, Paris, 1990.

Kibedi Varga 1970 = A. Kibedi Varga, Rhétorique et littérature, Paris, 1970.

La Bruyère 1990 = La Bruyère, Les Caractères, sous la direction de R. Garapon, Paris, 1990.

Lanson 1901 = Lanson, Gustave, Choix de lettres du XVIIe siècle, Paris, 1901.

Lanson 1909 = Lanson, Gustave, Choix de lettres du XVIIIe siècle, Paris, 1909.

Mélançon 1998 = B. Mélançon (dir.), Penser par lettre. Actes du colloque d’Azay-le-Ferron, mai 1997, Paris, 1998.

Mitterand 2016 = H. Mitterand, Éditer des correspondances : le cas Zola, dans Épistolaire, 42, 2016, p. 11-18.

Montesquieu 1949 = Montesquieu, Œuvres complètes. Vol. 1, Paris, 1949.

Morabito 1989 = R. Morabito, Pratiques épistolières et épistolarité restreinte, dans Orbis litterarum, 44, 1989, p. 191-203.

Mulla 2001 = P. Mulla (dir.), La lettre, le secrétaire, le lettré. II, Grenoble, 2001.

Planté 1998 = C. Planté (dir.), L’Épistolaire, un genre féminin ?, Paris, 1998.

Simonet-Tenant 2007 = F. Simonet-Tenant, « Écris-moi ». Enquête sur la lettre aujourd’hui, numéro spécial de Cahiers de l’APA, 2007.

Tassel 2010 = A. Tassel (dir.), Valeurs et correspondance, Paris, 2010.

Haut de page

Annexe

Études épistolaires. Essai bibliographique53

Études publiées avant 1987

L’Art Épistolaire, numéro thématique de La Revue d’Histoire Littéraire de la France, 6, novembre-décembre, 1978.

J. Derrida, La Carte postale, Paris, Flammarion, 1980.

C. Rosset, « L’Écriture épistolaire », dans La Nouvelle Revue française N.R.F., 329, juin, 1980, p. 89-98.

J. Altman Gurkin, Epistolarity. Approaches to a form, Ohio, Ohio State University Press, 1982.

J.L. Bonnat, M. Bossis (dir.), Les correspondances : Problématique et économie d’un « genre littéraire ». Actes du colloque international « Les correspondances », Nantes, Université de Nantes, 1983.

C. Porter (dir.), Men and Women of letters, New Haven, Yale French Studies, 1986.

Généralités

L’Art Épistolaire, numéro thématique de Cahiers de l’AIEF, 39, mai, 1987, p. 111-218.

M. Bossis, C. Porter (dir.), L’Épistolarité à travers les siècles. Actes du colloque de Cerisy de 1987, Stuttgart, Frank Steiner Verlag, 1990.

C. Delcourt (dir.), L’Art Épistolaire, dans Revue Belge de philologie et de morale, LXX, 3, 1992 [traite principalement de roman épistolaire]

W. Leiner, P. Ronzeaud (dir.), Correspondances. Mélanges offerts à Roger Duchêne, Tübingen, G. Narr, Publication de l’Université d’Aix en Provence, 1992.

Réflexion d’ensemble sur le genre

Ouvrages

V. Kaufmann, L’Équivoque épistolaire, Paris, Minuit, 1990. (Sur des épistoliers du 19e et 20e siècle, Flaubert, Baudelaire, Mallarmé, Kafka, Valéry, Rilke, Proust, Artaud).

M. Bossis (dir.), La Lettre à la croisée de l’individuel et du social, Paris, Kimé, 1994.

G. Haroche-Bouzinac, L’Épistolaire, Paris, Hachette, 2002 (1re éd. 1995).

M.C. Grassi, Lire l’Épistolaire, Paris, Dunod, 1998.

B. Diaz, L’Épistolaire ou la pensée nomade. Formes et fonctions de la correspondance dans quelques parcours d’écrivains au XIXe siècle, Paris, Presses Universitaires de France, 2002.

Articles généraux

B. Beugnot, De l’Invention épistolaire : à la manière de soi, dans M. Bossis (dir.), L’Épistolarité à travers les siècles, geste de communication et/ou d’écriture, Stuttgart, Franz Steiner Verlag, 1990, p. 27-38.

E.M. Cioran, Manie Épistolaire, dans La Nouvelle Revue française, 489, octobre, 1993, p. 40-43.

M.A. Moraes, L’Épistolaire au-delà de la littérature : les enjeux et les perspectives de l’interdisciplinarité, dans Épistolaire, 44, 2018, p. 191-196.

Synthèse par siècle

J.L. Diaz (dir.), « J’ai toujours aimé les correspondances... », numéro thématique de Romantisme, 90, 1995.

M.F. Silver, G. Bérubé (dir.), La lettre et ses avatars au XVIIIe siècle, Toronto, GREF, 1996.

G. Geudet (2004), L’Art de la lettre humaniste, éd. F. Wild, Paris, Honoré Champion, 2004.

G. Feyrrerolles (dir.), L’Épistolaire au XVIIe siècle, numéro thématique de Littératures classiques, 71, 1, 2010.

Perspectives historiques

P. Mesnard, Le commerce épistolaire, comme expression sociale de l’individualisme humaniste, dans Individu et société à la Renaissance, Bruxelles, Presses Universitaires de Bruxelles, Paris, Presses Universitaires de France, 1967, p. 17-31.

A. Viala, La genèse des formes épistolaires en français et leurs sources latines et européennes, essai de chronologie distinctive (XVIe-XVIIe siècles), dans Revue de littérature comparée, 218, 1981, p. 168-183.

R. Morabito, Pratiques épistolières et épistolarité restreinte, dans Orbis Litterarum, 44, 1, 1989, p. 191-203.

R. Chartier (dir.), La Correspondance, Les usages de la lettre au XIXe siècle, Paris, Fayard, 1991.

A.M. Sohn (dir.), La Correspondance, un document pour l’Histoire, Rouen, Publications de l’Université de Rouen, 2002.

L. Bergamasco, M. Bossis (dir.), Archive épistolaire et Histoire, Paris, Connaissances et Savoirs, 2007.

F. Guillaumont, P. Laurence (dir.), La présence de l’Histoire dans L’Épistolaire, Tours, Presses Universitaires François-Rabelais, 2012.

B. Diaz et F. Simonet-Tenant (dir.), La Lettre et l’Histoire, numéro thématique de Épistolaire, 39, 2013.

Lettre et Histoire littéraire

G. Haroche-Bouzinac, La lettre à l’âge classique, genre mineur ?, dans Revue d’Histoire Littéraire de la France, 99, 2, 1999, p. 183-204.

P.J. Dufief, Correspondances et histoire littéraire (1850-1900), dans L. Fraisse (dir.), L’Histoire littéraire à l’aube du XXIe siècle, controverses et consensus, Paris, Presses Universitaies de France, 2005, p. 126-136.

G. Haroche-Bouzinac, Histoire littéraire et texte épistolaire : l’héritage de Lanson, dans L. Fraisse (dir.), L’Histoire littéraire à l’aube du XXIe siècle, controverses et consensus, Paris, Presses Universitaires de France, 2005, p. 629-637.

La formation

Sur les secrétaires

G. Constable, Letters and Letters-collection, Turnhout, Brépols, 1976.

J. Altman, Pour une histoire culturelle de la lettre : l’épistolier et l’état sous l’Ancien Régime, dans M. Bossis, C.A. Porter (dir.), L’Épistolarité à travers les siècles, geste de communication et/ou d’écriture, Stuttgart, Franz Steiner Verlag, 1990, p. 106-115.

M.C. Grassi, Les règles de communication dans les manuels épistolaires français (XVIIe-XIXe siècle), dans A. Montandon (dir.), Savoir-Vivre, Lyon, Césura, 1990, p. 85-97.

V. Kapp, L’Art épistolaire dans les manuels littéraires scolaires du XIXe siècle,dans M. Bossis, C.A. Porter (dir.), L’Épistolarité à travers les siècles, geste de communication et/ou d’écriture, Stuttgart, Frank Steiner Verlag, 1990, p. 116-126.

G. Haroche-Bouzinac, Quelques métaphores de la lettre dans la théorie épistolaire au XVIIe siècle, flèche, miroir, conversation, dans Revue XVIIe siècle, 172, juillet-septembre, 1991, p. 243-257.

G. Haroche-Bouzinac, La transformation du manuel de Richelet : une évolution du goût épistolaire, 1698-1747, dans M.F. Silver, G. Bérubé (dir.), La lettre et ses avatars au XVIIIe siècle, Toronto, GREF, 1996, p. 35-50.

[Francesco Sansovino, Gabriel Chappuys], La Lettre, le Secrétaire, le lettré. De Venise à la Cour d’Henri III, éd. P. Mula, Grenoble, Université Stendhal-Grenoble III, 2000-2001, 2 vols.

C. Dauphin, Prête-moi ta plume… Les manuels épistolaires au XIXe siècle, Paris, Kimé, 2000.

M. Charrier-Vozel, Des règles de l’intime à l’écriture de soi dans les Secrétaires du XVIIIe siècle », dans Épistolaire, 35, 2009, p. 173-182.

Voir également les développements sur les Secrétaires dans les ouvrages de R. Duchêne (Madame de Sévigné et la lettre d’amour, 1992, chapitre 2) et G. Haroche-Bouzinac (Voltaire dans ses lettres de jeunesse, 1992, chapitres 1 à 5), cités infra.

Les modèles

G. Haroche-Bouzinac, Familier comme une épître de Cicéron, la familiarité dans la lettre au tournant du XVIIe et du XVIIIe siècle, dans M. Bossis (dir.), La lettre à la croisée de l’individuel et du social, Paris, Kimé, 1994, p. 17-24.

R. Duchêne (dir.), Images de madame de Sévigné, numéro thématique de Revue d’Histoire Littéraire de la France, 3, 1996.

B. Craveri, Madame du Deffand et madame de Sévigné : les enjeux d’un modèle, dans B. Diaz, J. Siess (dir.), L’Épistolaire au féminin, correspondances de femmes, XVIIIe-XXe siècles, Caen, Presses Universitaires de Caen, 2006, p. 163-178.

Lettre de direction, lettre d’éducation

M. Fumaroli, L’Homme au gant, dans P. Chesterfield, Lettres à son fils, Paris, Rivages, 1993, p. 7-54.

V. Mellinghoff-Bourgerie, Saint Jérôme, Saint Jean d’Avila, et Saint François de Sales épistolier, dans H. Bordes, J. Hennequin (dir.), Saint François de Sales hier et aujourd’hui. Actes du Colloque International de Metz 1992, Paris, Champion-Slatkine, 1994, p. 13-35.

G. Chamarat, J. Siess, B. Diaz (dir.), La Correspondance comme lieu de genèse et de formation actes du colloque, Caen, Presses Universitaires de Caen, 1998.

E. Gavoille, F. Guillaumont (dir.), Conseiller, diriger par lettre, Tours, Presses Universitaires François-Rabelais, 2017.

J.M. Hovasse, P.J. Dufief (dir.), Travaux de littérature. Vol. XXX. Correspondance et magistère, Genève, Droz, 2017.

Les avatars

Sur des formes particulières

L’épître

J.P. Chauveau (dir.), L’Épître en vers au XVIIe siècle, numéro thématique de Littératures classiques, 18, printemps, 1993. 

Le billet

G. Haroche-Bouzinac, « Billets font conversation » : de la théorie à la pratique, l’exemple de Voltaire, dans B. Bray, C. Strosetzki (dir.), Lettre et conversation, Actes du colloque de Wolfenbüttel, octobre 1991, Paris, Klincksieck, 1995, p. 341-354.

G. Haroche-Bouzinac (dir.), Lettre et forme brève, actes de la table ronde de Paris VII, numéro thématique de Revue de l’AIRE, 27, 2001.

La carte postale

A. Ripert, C. Frère, La Carte postale, son usage, sa fonction sociale, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1983.

Colette, En tournée. Cartes postales à Sido, Paris, Persona, 1984.

G. Haroche-Bouzinac, B. Obitz, C. Esmein (dir.), Avec ou sans enveloppe, la lettre et le secret, numéro thématique de Épistolaire, 44, 2018.

Le courrier électronique

B. Melançon, Sevigne@internet, Remarques sur le courrier électronique et la lettre, Montréal, Fides, 1996.

Au croisement des genres

G. Haroche-Bouzinac, N. Masson (dir.), Lettre et poésie, numéro thématique de Épistolaire, 31, 2005.

F. Simonet-Tenant et B. Diaz (dir.), Lettre et journal personnel, numéro thématique de Épistolaire, 32, 2006.

F. Simonet-Tenant, Journal personnel et correspondance (1785-1939) ou les affinités électives, Louvain-la-Neuve, Academia Bruylant, 2009.

Marc Buffat (dir.), La Lettre au cinéma, numéro thématique de Épistolaire, 35, 2009.

J.M. Hovasse (dir.), Correspondance et poésie, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2011.

J.M. Hovasse (dir.), Correspondance et théâtre, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2012.

Au croisement des arts

J.L. Bonnat (dir.), Des mots et des images pour correspondre, Nantes, Université de Nantes, 1984.

F. Langlois, Principes méthodologiques pour l’édition de correspondances de musiciens, dans Épistolaire, 33, 2007, p. 49-68.

C. Dauphin, D. Poublan, La lettre mise en scène dans les gravures, 1800-1920, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2009.

M. Bocquillon, L’Empreinte et l’éclat, la lettre d’amour et l’amour de la lettre dans la littérature et la peinture du XVIIIe siècle, Lyon, Aléas, 2010.

S. Bellenger, G. Haroche-Bouzinac (dir.), Artistes en correspondance, numéro thématique de Épistolaire, 37, 2011.

Axe du féminin

S.L. Carrell, Le soliloque de la passion féminine ou le dialogue illusoire, Tübingen, G. Narr, 1982.

C. Planté (dir.), L’Épistolaire, un genre féminin ?, Paris, Honoré Champion, 1998.

M.F. Silver, M.L. Girou-Swiderski (dir.), Femmes en toutes lettres. Les épistolières du XVIIIe siècle, Oxford, Voltaire Foundation, 2000.

G. Haroche-Bouzinac, La lettre féminine dans les sécretaires. L’enfance de l’art, dans XVIIe siècle, 208, 2000, p. 465-484.

E.C. Goldsmith, C.H. Winn (dir.), Lettres de femmes, textes inédits et oubliés du XVIe au XVIIIe siècle, Paris, Classiques Garnier, 2005.

B. Diaz, J. Siess (dir.), L’Épistolaire au féminin, correspondances de femmes, XVIIIe-XXe siècles, Caen, Presses Universitaires de Caen, 2006.

G. Haroche-Bouzinac, Madame de La Moussaye, une épistolière au temps de Saint-Simon, dans Cahiers Saint-Simon, 35, 2007, p. 44-53.

A. Kerhervé, La place des femmes dans « The Ladies Complete Letter-Writer » (1763), dans Épistolaire, 35, 2009, p. 191-210.

C. Roux (dir.), La Comtesse de Laric en sa correspondance, un destin de femmes au temps des Lumières, Paris, Honoré Champion, 2011.

A. Cousson, L’Écriture de soi : Lettres et récits autobiographiques des religieuses de Port-Royal : Angélique et Agnès Arnauld, Angélique de Saint-Jean Arnauld d’Andilly, Jacqueline Pascal, Paris, Honoré Champion, 2012.

J. Résal, P. Allorant (dir.), La Demeure de l’ambition, Lettres de femmes (1814-1914), Limoges, Presses Universitaires de Limoges, 2017.

Le dialogue épistolaire

La métaphore de la conversation

M. Buffat, Conversation par écrit, dans Recherches sur Diderot et l’Encyclopédie, 9, 1990, p. 55-69.

G. Haroche-Bouzinac, Quelques métaphores de la lettre dans la théorie épistolaire au XVIIe siècle. Flèche, miroir, conversation, dans XVIIe siècle, 172, 1991, p. 243-257.

B. Bray, C. Strosetzki, Art Épistolaire, art de la conversation à l’époque classique en France, Paris, Klincksieck, 1995.

Le destinataire

G. Haroche-Bouzinac, Lettre et destination, Écrivez à vos camarades, dans Revue des lettres et de traduction, 3, 1997, p. 65-80.

G. Haroche-Bouzinac, Penser le destinataire, quelques exemples, dans B. Melançon (dir.), Penser par lettre. Actes du Colloque d’Azay-le-Ferron (mai 1997), Montréal-Paris, Fides, 1998, p. 279-293.

S. Crinquand (dir.), De vous à moi, le destinataire dans les écrits intimes, Dijon, Éditions Universitaires de Dijon, 2002.

G. Haroche-Bouzinac, Présence du destinataire dans quelques lettres en vers et prose à l’âge classique, dans J.M. Hovasse (dir.), Correspondance et poésie, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2011, p. 119-131.

L’interaction

C. Kerbrat-Orecchioni, L’interaction épistolaire, dans J. Siess (dir.), La lettre entre réel et fiction, Paris, Sedes, 1998, p. 15-36.

B. Bray, Causerie et conversation dans les lettres de madame de Sévigné, dans B. Bray, Épistoliers de l’âge classique, Tübingen, G. Narr, 2007, p. 269-282.

B. Bray, L’épistolière au miroir : réciprocité, réponse et rivalité dans les lettres de madame de Sévigné à sa fille, dans B. Bray, Épistoliers de l’âge classique, Tübingen,G. Narr, 2007, p. 283-292.

E. Gavoille, F. Guillaumont (dir.), Conflits et polémiques dans l’Épistolaire, Tours, Presses Universitaires François-Rabelais, 2015.

Le je

M.J. Le Han (dir.), L’Écriture du ressassement dans les correspondances, numéro thématique de Cahiers de l’UBO, 5, 2005.

G. Haroche-Bouzinac, La première personne de la lettre, dans F. Simonet-Tenant (dir.), Le Propre de l’écriture de soi, Paris, Téraèdre, 2007, p. 68-74.

Fin du dialogue épistolaire

S. Crinquand (dir.), Dernières Lettres, Dijon, Éditions Universitaires de Dijon, 2008.

M. Mallet, Ma conscience est pure… Lettres des prisonniers de la Terreur, Paris, Honoré Champion, 2008.

S. Crinquand, C. Serée-Chaussinand (dir.), Le Post Scriptum, la rhétorique de l’ajout, Lyon, Merry World, 2012.

Du dialogue au réseau

P.Y. Beaurepaire (dir.), La Plume et la Toile. Pouvoirs et réseaux de correspondance dans l’Europe des Lumières, Arras, Artois Presses Université, 2002.

P.Y. Beaurepaire, J. Häseler, A. McKenna (dir.), Réseaux de correspondance à l’âge classique (XVIe-XVIIIe siècle), Saint- Étienne, Université de Saint-Étienne, 2006.

A. Bandelier, Des Suisses dans la république des lettres : un réseau savant au temps de Frédéric le Grand, Genève, Slatkine, 2007.

La Poste

E. Vaillé, Histoire générale des postes françaises, Paris, P.U.F, 1946-1947.

P. Charbon, Quelle belle invention que la Poste, Paris, Gallimard Découvertes, 1991.

C. Allaz, Histoire de la poste dans le monde, Paris, Pygmalion, 2013.

J. Caplan, Postal Culture in Europe, 1500-1800, Oxford, Voltaire Foundation, 2016.

L. Albaret, La Poste pendant la première guerre mondiale, Paris, Yvert et Tellier, 2016.

Approches juridiques

P. Allorant, La correspondance et ses secrets. Une approche juridique, dans Épistolaire, 42, 2016, p. 119-122.

Q. Le Pluard, « L’enveloppe au regard du droit », dans Épistolaire, 44, 2018, p. 15-24.

Ecrivains et épistoliers ordinaires

Les correspondances anonymes

D. Fabre (dir.), Écritures ordinaires, Paris, P.O.L., 1993.

M.C. Grassi, L’Art de la lettre au temps de la Nouvelle-Héloïse et du Romantisme, Genève, Slatkine, 1994.

C. Dauphin, P. Lebrun-Pèzerat, D. Poublan, Ces bonnes lettres, une correspondance familiale au XIXsiècle, Paris, Albin Michel, 1995.

P.J. Dufief (dir.), La Littérature des non-écrivains, numéro thématique de Revue d’Histoire Littéraire de la France, 2, 2003.

F. Simonet-Tenant (dir.), Écris-moi, enquête sur la lettre aujourd’hui, numéro thématique de Les Cahiers de l’APA., 37, octobre, 2007.

G. Haroche-Bouzinac, Dames et cavaliers, doctes, épistoliers ordinaires, dans Littératures classiques, 71, 1, 2010, p. 67-90.

J.P. Guéno, G. Lhéritier, Entre les lignes et les tranchées : Photographies, lettres et carnets 1914-1918, Paris, Gallimard, 2014.

L’écrivain à l’œuvre

J.L. Diaz (dir.), Écrire à l’écrivain, Paris, STD, 1994.

Les correspondances d’écrivains, numéro thématique de Magazine littéraire, 442, mai, 2005.

A. Stroev (dir.), Quand l’écrivain publie ses lettres, numéro thématique de Épistolaire, 35, 2009.

B. Diaz (dir.), Archives de la création, numéro thématique de Épistolaire, 38, 2012.

F. Leriche, A. Pages (dir.), Genèse et correspondances, Paris, Item, 2012.

Approches thématiques ou par motifs

Amour et amitié

A. Dolfi (dir.), Fragments d’un discours amoureux dans la littérature épistolaire moderne, Roma, Bulzoni, 1992.

J.L. Diaz (dir.), La lettre d’amour, Actes du séminaire de l’A.I.R.E, numéro thématique de Revue Textuel, 24, 1992.

G. Haroche-Bouzinac (dir.), Les Voies de l’amitié, I, numéro thématique de Revue de l’AIRE, 32, 2006 ; II Revue de l’AIRE, 33, 2007.

L. Fraisse, L’amitié épistolaire de Proust et d’Anna de Noailles, I, dans Revue de l’AIRE, 32, 2006, p. 157- 180 ; II, Revue de l’AIRE, 33, 2007, p. 129-148.

E. Walbecq (dir.), Eros dans la lettre, numéro thématique de Épistolaire, 43, 2017.

La douleur

P. Laurence, F. Guillaumont (dir.), Écritures de la douleur dans l’Épistolaire de l’Antiquité à nos jours, Tours, Presses Universitaires François-Rabelais, 2010.

L’imaginaire, le rêve, le temps

G. Haroche-Bouzinac (dir.), Songes, Rêverie, Récits de rêve dans les correspondances, numéro thématique de Épistolaire, 29, 2003.

R. Baudin, S. Bernard-Griffiths, C. Croisille, E. Gretchanaïa (dir.), Exil et Épistolaire aux XVII et XVIIIe siècles, Des éditions aux inédits, Clermont-Ferrand, Presses Universitaires Blaise Pascal, collection Cahier d’études sur les correspondances des XIXe et XXe siècles, 16, 2007.

G. Haroche-Bouzinac (dir.), Expériences du temps dans les correspondances, numéro thématique de Épistolaire, 38,2012.

Le voyage

P.J. Dufief (dir.), La Lettre de voyage, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2007.

B. Obitz (dir.), Lettres d’Italie, numéro thématique de Épistolaire, 41, 2015.

La tromperie et le secret

J.B. Puech, G. Haroche-Bouzinac (dir.), Les Supercheries Épistolaires, numéro thématique de Épistolaire, 28, 2002.

G. Haroche-Bouzinac, Les lettres qu’on ne brûle pas, dans Revue d’Histoire Littéraire de la France, 2, 2003, p. 301-308.

G. Haroche-Bouzinac, B. Obitz, C. Esmein (dir.), Avec ou sans enveloppe, la lettre et le secret, numéro thématique de Épistolaire, 44, 2018.

Un espace philosophique et moral

B. Melançon (dir.), Penser par lettre. Actes du Colloque d’Azay-le-Ferron (mai 1997), Montréal-Paris, Fides, 1998.

G. Haroche-Bouzinac (dir.), La lettre miroir de l’âme, Lettre et réflexion morale de L’Antiquité à la Révolution, actes du colloque d’Orléans, Paris, Klincksieck, 1999.

P.J. Dufief (dir.), Lettre et critique, Brest, Université de Bretagne Occidentale, 2003.

A. Tassel (dir.), Valeurs et correspondance, Paris, L’Harmattan, 2010.

Un espace politique

Études transversales

P. Lebrun-Pèzerat, D. Poublan (dir.), La Lettre et le politique. Actes du Colloque de Calais, 17-19 septembre 1993, Paris, Honoré Champion, 1996.

V. Montemont, F. Simonet-Tenant (dir.), Intime et politique, Paris, L’Harmattan, 2012.

L. Bergamasco (dir.), La Lettre et le politique, numéro thématique de Épistolaire, 40, 2014.

Sur la période médiévale

B. Dumézil, L. Vissière (dir.), Épistolaire politique I : Gouverner par les lettres, Paris, Presses Université Paris-Sorbonne, 2014.

B. Dumézil, L. Vissière (dir.), Épistolaire politique II : Authentiques et autographes, Paris, Presses Université Paris-Sorbonne, 2016.

P. Cammarosano, B. Dumézil, S. Gioanni, L. Vissière (dir.), Épistolaire politique III : Art de la lettre et lettre d’art. Convegno di studio, Roma, 11-13 aprile 2013, Trieste-Rome, CERM-École Française de Rome, 2016.

Éditer une correspondance

Éditer les correspondances, numéro thématique de Épistolaire, 33, 2007.

E. Francalanza, Éditer et étudier une correspondance littéraire, sens et fonction du dispositif épistolaire, dans Épistolaire, 35, 2009, p. 183-190.

H. Mitterand, Éditer des correspondances, le cas Zola, dans Épistolaire, 42, 2016, p. 11-19.

Monographies

« États de la question » réalisés dans la revue Épistolaire, par écrivains

  • Aubigné, Agrippa d’, par Barbara Ertlé, n° 31, 2005.
  • Beaumarchais, par Bénédicte Obitz, n° 32, 2006.
  • Bosco, Henri, par Claude Girault, n° 28, 2002.
  • Céline, par Sonia Anton, n° 23, 1999.
  • Charrière, Isabelle de, par Yvette Went-Daoust et Léo van Maris, n° 25-26, 2000.
  • Diderot, par Odile Richard-Pauchet, n° 30, 2004.
  • Flaubert par Yvan Leclerc, n° 27, 2001.
  • Gide, André, par André Masson, n° 33, 2007, revu et complété dans le n° 45, 2019.
  • Jacob, Max, par Antonio Rodriguez et Patricia Sustrac, n° 35, 2009.
  • Mirbeau, Octave, par Pierre Michel, n° 41, 2015.
  • Paulhan, Jean, par Bernard Baillaud, n° 34, 2008.
  • Proust, Marcel, par Luc Fraisse, n° 24, 2000.
  • Roud, Gustave, par Claire Jaquier, n° 37, 2011.
  • Rousseau, par Anne France Grenon, n° 29, 2003.
  • Staël, madame de, par Jean-Pierre Perchellet, n° 29, 2003.
  • Valéry, Paul, par Micheline Hontebeyrie, n° 39, 2013.
  • Voiture, Vincent, par Cécile Tardy, n° 35, 2009.
  • Yourcenar, Marguerite, par André-Alain Morello, n° 43, 2017.
  • Zola, Emile, par Alain Pagès, (histoire d’une édition 1907-2014), n° 42, 2016.

Quelques monographies collectives et articles monographiques

Alain-Fournier, Jacques Rivière, André Lhôte

J. Carre, Alain-Fournier, Jacques Rivière, André Lhôte, une école des lettres à la Belle Epoque, Paris, Honoré Champion, 2018.

Bailly

G. Haroche-Bouzinac, Monseigneur Albert Bailly, moraliste dans sa correspondance, dans M. Costa (dir.), Monseigneur Albert Bailly, quatre siècles après sa naissance 1605-2005. Actes du colloque international d’Aoste (8 et 9 octobre 2005), Aoste, Imprimerie Valdôtaine, 2007, p. 359-371.

G. Haroche-Bouzinac, Un autoportrait épistolaire, Monseigneur Albert Bailly en correspondance, dans P. Laurence, F. Guillaumont (dir.), Epistulae antiquae V : Actes du 5e colloque international « L’épistolaire antique et ses prolongements européens » (Université François-Rabelais, Tours, 6-7-8 septembre 2006), Louvain, Peeters, 2008, p. 375-385.

Bayle

A. McKenna, Étudier l’épistolaire : le cas de Pierre Bayle, dans Épistolaire, 40, 2014, p. 219-228.

Beaumarchais

B. Obitz, Beaumarchais en toutes lettres, Identités d’un épistolier, Paris, Honoré Champion, 2011.

Céline

S. Anton, Céline épistolier, écriture Épistolaire, écriture littéraire, Paris, Éditions Kimé, 2006.

Charrière

Y. Went-Daoust (dir.), Isabelle de Charrière (Belle de Zuylen). De la correspondance au romain épistolaire, Amsterdam-Atlanta, Rodopi, 1995.

Condorcet

N. Rieucau, A. Chassagne, C. Gilain, C. Bustarret (dir.), La Correspondance de Condorcet, Documents inédits, nouveau éclairages. Engagements politiques 1775-1792, Ferney-Voltaire, Centre International d’Etude du XVIIIe siècle, 2014.

Descartes

J.M. Beyssade, Philosopher par lettres, dans R. Descartes, Correspondance avec Elisabeth et autres lettres, Paris, Flammarion G.F., 1989, p. 9-36.

Diderot

M. Buffat, Diderot par lui-même dans les lettres à Sophie Volland, dans Recherches sur Diderot et l’Encyclopédie, 15, octobre, 1993, p. 9-30.

B. Melançon, Diderot épistolier, Montréal, Fides, 1996.

A.M. Boilleau, Liaison et liaisons dans les lettres de Diderot à Sophie Volland, Paris, Honoré Champion, 1999.

O. Richard-Pauchet, Diderot dans ses lettres à Sophie Volland, Une esthétique épistolaire, Paris, Honoré Champion, 2007.

M. Buffat, G. Cammagre, O. Richard-Pauchet (dir.), Lire la correspondance de Diderot, I, numéro thématique de Épistolaire, 40, 2015.

M. Buffat, G. Cammagre, O. Richard-Pauchet (dir.), Diderot en correspondance (II), numéro thématique de Épistolaire, 41, 2016.

Du Deffand

L. Duisit, Madame Du Deffand épistolière, Genève, Droz, 1963.

B. Craveri, Madame Du Deffand et son monde, Paris, Gallimard, 2017 (1e éd.).

Érasme

C. Bénévent, La Correspondance d’Erasme : Fonctionnement, Fonctions, et fictions d’un réseau épistolaire, p. 17-31 dans P.-Y. Beaurepaire, J. Häseler, A. McKenna (dir.), Réseaux de correspondance à l’âge classique (XVIIe-XVIIIe siècle), Saint-Etienne, Publications de l’Université de Saint-Etienne, 2006, p. 17-31.

Flaubert

G. Bollème (dir.), Préface à la vie d’écrivain, Paris, Seuil, 1963.

R. Debrays Genette, J. Neefs (dir.), L’Œuvre de l’Œuvre, études sur la Correspondance de Flaubert, Vincennes, Presses Universitaires de Vincennes, 1993.

Y. Leclerc (dir.), Lettres à Flaubert, Vincennes, éditions Thierry Marchaisse, 2017.

Y. Leclerc, Obscénités épistolaires d’un jeune homme, dans Épistolaire, 43, 2017, p. 37-47.

Gide

P. Codazzi (dir.), André Gide dans ses lettres, numéro thématique de Épistolaire, 45, 2019.

Graffigny

J. Stewart, E. Showalter, C. Porter (dir.), Graffigny and French epistolary. Writers of the eighteenth century, Oxford, Oxford University Press, 2002.

Jacob

A. Rodriguez, P. Sustrac (dir.), Max Jacob épistolier : la correspondance à l’œuvre, in Les Cahiers Max Jacob, 13-14, 2013.

Keats

S. Crinquand, Lettres et poèmes de John Keats. Portrait de l’artiste, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 2000.

Maintenon

C. Mongenot, M.E. Plagnol (dir.), Madame de Maintenon, une femme de lettres, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2012.

Ovide

D. Roussel, Ovide épistolier, Bruxelles, Latomus, 2008.

Proust

L. Fraisse, Proust au miroir de sa correspondance, Paris, Sedes, 1996.

L. Fraisse, La Correspondance de Proust, son statut dans l’œuvre, l’histoire de son édition, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 1998.

Renoir

P. De Vita, Jean Renoir épistolier, Paris, L’Harmattan, 2015.

Rousseau

J. Berchtold, Y. Séité (dir.), Lire la Correspondance de Rousseau, Genève, Droz, 2007.

E. Francalanza (dir.), Rousseau en toutes lettres, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2014.

Sand

N. Mozet (dir.), George Sand, une correspondance. Actes du colloque international de Nohant, 19-22 semptembre 1991, « Lire la correspondance de George Sand », Paris, La Simarre – Christian Pirot, 1994.

Sade

M. Buffat, Lire la correspondance de Sade, dans Épistolaire, 34, 2008, p. 135-149.

Sévigné

B. Bray, L’épistolière au miroir, réciprocité, réponse et rivalité dans les lettres de Madame de Sévigné à sa fille, dans Revue Marseille, 95, 1973, p. 23-29.

R. Duchêne, Madame de Sévigné et la lettre d’amour, Paris, Klincksieck, 1992.

Correspondances, Mélanges offerts à Roger Duchêne, Aix-en-Provence, Université de Provence, 1992.

R. Duchêne (dir.), Madame de Sévigné (1626-1696), Provence, spectacles, lanternes, Grignan, 1996.

F. Niez, Les Lettres de madame de Sévigné, convention du genre et sociologie des publics, Paris, Honoré Champion, 2001.

B. Bray, Épistoliers de l’âge classique, Tubingen, Gunter Narr Verlag, 2007.

Stendhal

M. Reid, E. Williamson (dir.), Lire la Correspondance de Stendhal, Paris, Honoré Champion, 2007.

Voltaire

G. Haroche-Bouzinac, Voltaire dans ses lettres de jeunesse, la formation d’un épistolier au XVIIIe siècle, Paris, Klincksieck, 1992.

C. Mervaud, Voltaire et Frédéric II, une dramaturgie des Lumières, 1736-1778, numéro thématique de Studies on Voltaire and the Eighteenth Century, Oxford, Voltaire Foundation, 234, 1985.

F. Bessire, La Correspondance, l’œuvre majeure de Voltaire ?, dans Revue de l’Histoire littéraire de France, 2, 1999, p. 205-214.

Zola

A. Pagès (dir.), Zola épistolier, numéro thématique de Épistolaire, 42, 2016.

Haut de page

Notes

1 Le premier colloque s’intitulait Écrire, publier, lire les correspondances, Problématique et économie d’un « Genre littéraire », dirigé par Jean-Louis Bonnat et Mireille Bossis, Nantes, novembre 1982. Il a fait l’objet d’actes dactylographiés.

2 On voudra bien m’excuser de citer plusieurs de mes travaux. Un bulletin a précédé la revue jusqu’en 1999. La Revue Épistolaire a poursuivi la numérotation du bulletin et débute avec le numéro 23.

3 Définition prononcée lors d’un colloque organisé par Marcos Moraes à Sao Paolo « artisans de la correspondance » en 2016, non publié.

4 Kate Hambürger pose également le problème du sujet d’énonciation historique, Hambürger 1977.

5 Kibedi Varga 1970, p. 8.

6 Morabito 1989, p. 44.

7 Derrida 1980, p. 54.

8 Haroche-Bouzinac 1995, p. 13.

9 Kaufmann 1990, p. 45.

10 Bossis 1974, p. 9.

11 Diaz 2002, 4e de couverture.

12 Lanson 1901 ; Lanson 1909.

13 Haroche-Bouzinac 1999b ; Haroche-Bouzinac 2005 ; Dufief 2005.

14 Haroche-Bouzinac 2005, p. 635.

15 Voir l’édition critique de l’ouvrage de Chappuys établie par Patrick Mulla (Mulla 2001).

16 Duchêne 1992, p. 100.

17 Kapp 1990, p. 116.

18 Mulla 2001, p. 8.

19 Haroche-Bouzinac1992.

20 Fabre 1993, p. 26.

21 Chartier 1991, p. 10.

22 Ibidem.

23 Chartier 1991, p. 12.

24 Grassi 1994 (version partielle de la thèse dactylographiée).

25 Haroche Bouzinac 2008.

26 Dauphin – Lebrun-Pézerat – Poublan 1995.

27 Dauphin – Lebrun-Pézerat – Poublan 1995, p. 25.

28 Dufief 2003.

29 Une enquête sur la lettre ordinaire aujourd’hui a été menée par Françoise Simonet-Tenant (Simonet-Tenant 2007).

30 Haroche-Bouzinac 2010a.

31 Diaz 1998, p. 117.

32 Ibidem.

33 Les nuances de ce discours moral sont dépeintes par Élisabeth Gavoille et François Guillaumont (Gavoille – Guillaumont 2017).

34 Hovasse – Dufief 2017.

35 Montesquieu 1949, t. 1, pensée, n° 1597.

36 Haroche-Bouzinac 1999a.

37 Mélançon 1998.

38 Tassel 2010.

39 Mélançon 1998, p. 8.

40 Voir bibliographie ci-après.

41 Haroche-Bouzinac 2010b. p. 33.

42 Anton 2010, p. 153.

43 Planté 1998, p. 54-56.

44 Haroche-Bouzinac 1999b.

45 Haroche-Bouzinac 2000.

46 Bray – Strosetzki 1995.

47 La Bruyère 1990, p. 79-80.

48 Haroche-Bouzinac 1999b, p. 201.

49 Ibidem.

50 Diaz – Siess 2006, p. 12.

51 Mitterand 2016.

52 Francalanza 2009.

53 Pour une bibliographie plus complète voir dans chaque numéro d’Épistolaire la rubrique Bibliographie. J’aurai l’honneur de rendre hommage aux travaux de chercheurs émérites et aussi à ceux de jeunes chercheurs. Si j’omets de citer quelques articles des uns ou des autres, je souhaite qu’on ne m’en tienne pas rigueur. Les bibliographies évoquées renvoient à ces études que je ne peux avoir le plaisir de citer toutes. Il s’agit d’une présentation qui ne peut être que limitée et subjective.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Geneviève Haroche-Bouzinac, « Une trentaine d’années de critique épistolaire 1987-2018 », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines, 132-2 | 2020, 297-315.

Référence électronique

Geneviève Haroche-Bouzinac, « Une trentaine d’années de critique épistolaire 1987-2018 », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [En ligne], 132-2 | 2020, mis en ligne le 31 décembre 2020, consulté le 01 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/mefrim/10015 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mefrim.10015

Haut de page

Auteur

Geneviève Haroche-Bouzinac

Université d’Orléans – genevieve.haroche@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search