Navigation – Plan du site

AccueilNuméros132-2De la correspondance au réseau : ...

De la correspondance au réseau : déchiffrer, éditer, reconstituer

Le cas des lettres de Pietro et Alessandro Verri
Pierre Musitelli
p. 383-399

Résumés

Cet article retrace trois histoires entrelacées : celle des manuscrits du Carteggio de Pietro et Alessandro Verri (1766-1797) ; celle des éditions de ce Carteggio, depuis la première anthologie de lettres (1879) jusqu’à la parution récente de deux volumes de lettres dans le cadre de l’Edizione nazionale de Pietro Verri (2008 et 2012) ; et celle des pratiques éditoriales et philologiques appliquées aux corpus épistolaires du XVIIIe siècle, qui, en un siècle et demi, ont gagné en rigueur pour atteindre leur maturité dans les années 1980, quoique le traitement des lettres chiffrées soulève encore des questions méthodologiques. L’article réinscrit ensuite le Carteggio dans le maillage des échanges épistolaires à l’échelle des Lumières lombardes dans le but de repenser le caractère d’« exceptionnalité » de cette œuvre canonique et de la situer dans une plus vaste trame : le réseau, la galaxie de pairs qui entendaient fonder un espace de travail partagé.

Haut de page

Texte intégral

1Il y a cent quarante ans, paraissait le premier volume édité de la correspondance de Pietro et Alessandro Verri, vaste ensemble de près de 4 000 lettres dont la tumultueuse histoire éditoriale est vouée à s’achever dans le cadre de l’Edizione nazionale delle opere di Pietro Verri. En près d’un siècle et demi, quatre éditions se sont succédé, qui témoignent d’une profonde évolution des pratiques éditoriales et ont permis au texte original de ce Carteggio de se dévoiler progressivement, en dépit du caractère partiel de chacune des éditions et de certaines questions méthodologiques en suspens.

  • 1 Ricuperati 1977, p. 239-281.

2À mesure que s’affine notre connaissance des textes publiés, à mesure que progressent les recensements d’archives et que s’imposent des exigences philologiques plus rigoureuses, nous sommes en mesure de mieux appréhender aussi la structure générale des réseaux. Le Carteggio de Pietro et Alessandro Verri, qui a fait depuis les travaux précurseurs de Giuseppe Ricuperati1 l’objet d’un intérêt soutenu de la part des historiens et des chercheurs en lettres, forme assurément l’un des ensembles les plus précieux et les mieux préservés des corpus épistolaires du XVIIIe siècle, en dépit de quelques lacunes liées à l’histoire et à l’incurie.

3Pietro Verri (1728-1797), administrateur de la Ferme générale, puis conseiller au Département des finances de Lombardie, auteur en 1770 des Meditazioni sulla economia politica, avait été l’âme, dans les années 1762-1766, du cercle réformateur milanais connu sous le nom d’Accademia dei Pugni. Son frère cadet Alessandro (1741-1816), juriste de formation et collaborateur actif des Pugni et de leur revue Il Caffè en ses jeunes années, s’était installé à Rome en 1767, au lendemain d’un voyage qui l’avait conduit à Paris en compagnie de Cesare Beccaria. Tour à tour traducteur, dramaturge et romancier (Le Notti romane, 1792-1804), il avait entretenu pendant plus de trente ans une relation épistolaire bihebdomadaire avec son frère Pietro, jusqu’à la mort de ce dernier en juin 1797. Ce corpus épistolaire n’est cependant pas une œuvre close et autonome. Il jouit certes, de par la considération qu’on accorde aux deux épistoliers, du fait aussi de la richesse, de la vivacité et de la durée de leurs échanges, d’une place d’exception dans l’histoire de l’Illuminismo, mais ne constitue en vérité que la maille d’une plus vaste trame que la valorisation de fonds d’archives désormais mieux répertoriés fait progressivement apparaître. D’autres correspondances « périphériques » ou « secondaires » (du moins d’un point de vue quantitatif) redoublent, complètent, prolongent ces échanges fraternels.

  • 2 « Il Caffè » 1998, p. 310.

4Passer du Carteggio aux carteggi conduit à retrouver ce que l’écriture épistolaire a de quotidien, de diffus ; c’est aussi mettre au jour, à l’échelle de la Lombardie éclairée, les dynamiques complexes de circulation des idées et de l’information, de diffusion des imprimés, d’établissement des liens de collaboration scientifique et littéraire, en un mot d’éclairer le fonctionnement pratique de cette République des lettres, dont la poste fut le ciment – cette poste qui, comme le rappelait Luigi Lambertenghi dans l’éloge Delle poste publié dans Il Caffè, contribuait par son extension et sa rapidité à « spargere le nuove verità » et à créer « quel fermento d’idee », vecteur du progrès des sociétés humaines2.

Publier le Carteggio : 140 ans d’histoire éditoriale, trois recommencements

Fig. 1 – Correspondance de Pietro et Alessandro Verri : tableau chronologique des sources et des éditions. (Je remanie et complète, pour la partie « Sources », le tableau synoptique de Guidolin 2011, p. 32).

Fig. 1 – Correspondance de Pietro et Alessandro Verri : tableau chronologique des sources et des éditions. (Je remanie et complète, pour la partie « Sources », le tableau synoptique de Guidolin 2011, p. 32).
  • 3 La « prima serie », de l’Edizione nazionale delle opere di Pietro Verri, sous la direction de Carl (...)

5C’est en 1879 que paraît aux frais du jeune État unitaire italien le premier volume d’une Edizione nazionale : l’œuvre de Giordano Bruno inaugure cette tradition. Il faudra attendre plus d’un siècle pour que les œuvres de Cesare Beccaria (16 volumes, 1984-2009), de Pietro Verri (6 volumes, 2003-2015) et plus récemment de Giuseppe Parini (en cours depuis 2011), les trois plus illustres représentants des Lumières lombardes, reçoivent à leur tour les honneurs d’une édition nationale. Publiées auprès de différentes maisons mais financées par l’État, les éditions nationales italiennes, chacune dotée d’un comité scientifique et d’un appareil philologico-critique rigoureux, forment une collection institutionnelle prestigieuse, destinées à recueillir les œuvres complètes d’auteurs jugés particulièrement importants pour le patrimoine littéraire, intellectuel et artistique national. Quant au Carteggio des frères Verri, ce n’est qu’en 2008 qu’il a commencé à paraître dans le cadre de la « seconda serie » de l’édition nationale des œuvres de Pietro Verri3.

  • 4 Casati 1879a, p. IX.
  • 5 Ibid., p. XV.

6Pourtant, 1879 marque aussi le début de l’histoire éditoriale du Carteggio, mais dans un cadre qui relevait davantage de l’érudition et de l’histoire locales que de la construction du panthéon national : en cette année-là paraît le premier tome d’une anthologie de lettres des frères Verri éditée par Carlo Casati, historien milanais et membre de la jeune Società storica lombarda (1873). L’éditeur ne se fondait pas sur les manuscrits originaux mais sur la transcription des deux premières années de leur correspondance qu’avait fait exécuter en 1834 le baron Pietro Custodi (1771-1842), qui avait été proche de Pietro Verri et avait obtenu de son fils Gabriele le prêt des documents autographes en vue d’un projet d’édition abandonné4. Casati reprit donc les deux dossiers de transcriptions inédites, conservés à la Bibliothèque Ambrosienne de Milan, mais n’obtint pas des héritiers Verri de consulter les manuscrits originaux qui lui auraient permis d’achever son travail5. Il ne publia donc, entre 1879 et 1881, que trois volumes de lettres (couvrant les années 1766-1768), ainsi qu’un quatrième volume composé de fragments épars réunis par Custodi et de lettres adressées par les frères Verri à leurs amis et à leur famille entre 1762 et 1797.

  • 6 Ibid., p. IX et X.
  • 7 Ibid., p. X.
  • 8 Casati 1880, p. XVI.

7L’édition du texte souffre à la fois de l’imperfection des témoins utilisés et des nombreuses censures exercées par Casati sur le contenu des lettres. S’il reconnaît que le style des frères Verri déroge à l’ars scribendi épistolaire et qu’il met en garde son lecteur contre le peu de soin apporté à la rédaction de ces lettres (« fogli vergati senz’alcuna mira alla stampa », « [lettere] non finite e troppo neglette »), il affirme néanmoins les avoir « lasciate come sono »6... mais non sans en avoir retranché certaines « cose famigliari », non sans avoir atténué ou « lasciato in bianco » les critiques trop féroces formulées par les deux épistoliers contre leurs contemporains7. Ces coupes franches sont signalées par des séries de lignes de pointillés introduites, répète-t-il dans l’avant-propos du volume III, « [per] ragione di delicatezza »8.

  • 9 Gnoli 1879, p. 760 : «tutto cio è scritto in quella lingua spuria che usavano i filosofi italiani (...)
  • 10 Ibid., p. 759-760.
  • 11 Ivi, p. 771.
  • 12 Gnoli 1880, p. 792.
  • 13 Ibid.

8Les deux premiers volumes furent sévèrement accueillis par Domenico Gnoli dans deux recensions composées pour la Nuova antologia di scienze, lettere ed arti publiée à Rome : indisposé par la « lingua spuria » des épistoliers, notamment d’Alessandro Verri9, mais séduit par le charme du « strano viaggio » de ce dernier à Paris et à Londres, Gnoli reconnaît d’emblée qu’il s’agit d’« un libro importante » offrant « (qualità rara nei nostri epistolari) una piacevole lettura sparsa d’aneddoti vivacemente narrati, di descrizioni di costumi, di ritratti che ci portano proprio a vivere in quell’età »10. Il reproche cependant à Casati d’avoir publié les lettres d’après leur transcription partielle et occasionnellement fautive, sans avoir harmonisé la ponctuation ni corrigé les coquilles typographiques et les erreurs de copiste les plus évidentes (« poiché la stampa è tratta non dagli originali ma da una copia, era permesso raddrizzarla almen tanto quanto bastasse all’intelligenza »11). Il cite à l’appui, avec une juste intuition, une série de fautes de transcription avérées12 et condamne avec virulence les censures de l’éditeur (« Vorremmo però che il raccoglitore non facesse nelle lettere tanto frequenti lacune di puntini, che non nascondono nulla, e spesso hanno l’indiscrezione di dir peggio di quello che forse non direbbero le parole »13).

  • 14 Ibid.

9S’il faut donc reconnaître à Casati le mérite d’avoir édité pour la première fois des documents épistolaires voués à une longue fortune éditoriale – en un temps caractérisé par l’enthousiasme pour la publication de documents d’archives de toutes sortes et pour les lettres d’hommes illustres –, il convient d’objecter avec Gnoli que les frères Verri « meritavano che le loro lettere si pubblicassero con cura più amorosa e paziente »14.

  • 15 Alessandro annonçait en novembre 1780 qu’il renvoyait à Milan les lettres reçues de son frère, mai (...)
  • 16 Sur l’histoire des éditions nationales en Italie, nous renvoyons à la note 3, supra, et à Scotti  (...)

10La seconde étape s’ouvre trente ans plus tard, sous les auspices de la Società storica lombarda avec l’accord, cette fois-ci, des comtes Lorenzo et Pietro Sormani Andreani Verri. Le projet est ambitieux. Il s’agit de publier intégralement la correspondance des frères Verri à partir des manuscrits originaux : les lettres autographes d’Alessandro Verri (celles de Pietro n’ayant jamais été retrouvées15) et les Copialettere, ces volumineux codex reliés en carton dans lesquels Pietro fit copier par son secrétaire Giorgio Ghelfi et par d’autres mains sa propre correspondance et celle de son frère dès octobre 1766 (fig. 2). Le nouveau contexte éditorial favorise ce changement d’approche : en ce début des années 1910, l’époque est aux grandes éditions nationales positivistes dont l’État italien se fait le promoteur. Celle de Mazzini a débuté en 1906 ; suivront celles de Garibaldi, Foscolo et Carducci, entre 1932 et 193516.

Fig. 2 – AV, cart. 279 et 280. Le frontispice des deux premiers tomes du Copialettere où Pietro Verri fit transcrire sa correspondance avec Alessandro. Nous disposons de ce fait, pour un certain nombre de lettres d’Alessandro, de deux témoins d’époque : la lettre autographe et la copie de copiste dans le Copialettere.

Fig. 2 – AV, cart. 279 et 280. Le frontispice des deux premiers tomes du Copialettere où Pietro Verri fit transcrire sa correspondance avec Alessandro. Nous disposons de ce fait, pour un certain nombre de lettres d’Alessandro, de deux témoins d’époque : la lettre autographe et la copie de copiste dans le Copialettere.

Crédits photographiques : P. Musitelli, avec l’aimable autorisation de la Fondazione Raffaele Mattioli per la storia del pensiero economico, Milan.

  • 17 Carteggio 1910, p. VIII.
  • 18 Ibid., p. VII.
  • 19 Pour la situation textuelle du Carteggio dans son ensemble, voir Panizza – Costa 1997, p. 93-116 e (...)

11De 1910 à 1919, les éditeurs Francesco Novati et Emmanuele Greppi commencent par faire paraître les lettres des années 1768-1771, jusqu’alors inédites (vol. II à IV), avant de s’attaquer en 1923 à la réédition des premières lettres « con quella diligenza, di cui l’editor primo non ebbe sentore mai »17. S’ils ne se privent pas d’éreinter les méthodes de Casati (« pubblicazione [...] infelicissima », « incredibili arbitrî », « frequenti ingiustificate omissioni », « svarioni d’ogni genere », « [lettere] lacere e straziate »18), leur édition n’est pas exempte de tout reproche puisqu’elle se fonde sur une transcription fautive et lacunaire19 des manuscrits originaux exécutée pour l’occasion par l’abbé Gaspare Cervini dans les premières années du XXe siècle. À quoi s’ajoutent des choix éditoriaux contestables. Gianmarco Gaspari, qui entreprit la troisième édition des premières lettres, en 1980, observe :

  • 20 Viaggio 1980, « Nota al testo », p. 496-497.

I documenti epistolari, oltre che da frequenti errori di stampa, sono inficiati da errate letture del manoscritto e da tagli censorii dettati da ragioni moralistiche o, più banalmente, da salti dovuti alla stanchezza del copista che allestì il testo per la tipografia. […] appare chiaro che le mutilazioni e i troppo numerosi errori, volontari o meno, hanno recato non poco danno all’intelligenza del testo20.

  • 21 Carteggio 1910, p. VIII.

12Sans compter qu’en ces années où l’édition critique de la correspondance de Vincenzo Monti dirigée par Alfonso Bertoldi (Florence, 1928-1931) impose un nouveau standard de rigueur scientifique, l’apparat critique du Carteggio Verri est réduit au strict minimum, les éditeurs promettant pour la fin de l’entreprise la publication d’un vaste « Indice alfabetico generale de’ nomi propri e delle cose notevoli »21 qui ne verra jamais le jour. L’édition, qui s’était poursuivie malgré les retards liés à la Première guerre, doit s’interrompre définitivement en 1942, au tome XII (mai 1781 – septembre 1782).

  • 22 Signalons que le texte édité par G. Gaspari est disponible en ligne, sans apparat critique, sur le (...)
  • 23 Postigliola 1985.

13Quarante ans plus tard, s’ouvre l’ère des éditions modernes du Carteggio avec la parution du Viaggio a Parigi e Londra réunissant les premières lettres des deux frères, échangées au cours du déplacement d’Alessandro Verri et de Beccaria à Paris, puis lors du voyage solitaire d’Alessandro à Londres jusqu’à son retour en Italie, aux abords de Rome, d’octobre 1766 à mai 1767. La fidélité aux sources manuscrites, l’inclusion en appendice de correspondances annexes, l’apparat critique et philologique complet, doublé d’un répertoire des principales personnes citées (Regesto), font de ce volume édité par Gianmarco Gaspari une référence en termes de critères modernes d’édition des lettres22. Il est vrai qu’on se situe, en 1980, en un temps de dynamisme retrouvé des études épistolaires italiennes : en 1975, l’historien Giuseppe Ricuperati ouvrait dans son article « L’epistolario dei fratelli Verri » de nouvelles pistes de recherches et rappelait la nécessité d’une réédition de ces lettres, en particulier celles des années 1782-1797. En 1985, Alberto Postigliola, éditait dans la collection Materiali della Società italiana di studi sul secolo XVIII, le compte rendu du colloque Epistolari e carteggi del settecento. Edizioni e ricerche in corso23 qui fixait une ligne directrice pour les éditions et rééditions de correspondances du XVIIIe siècle, confirmant notamment les choix éditoriaux de Gaspari.

  • 24 Sara Rosini antidate leur disparition aux années de la guerre.
  • 25 Comme le relève Sara Rosini, certaines marques apposées par les éditeurs des XIXe et XXe siècles s (...)

14Restait donc, après la parution du Viaggio a Parigi e Londra, à procurer une édition moderne et rigoureuse des années suivantes du Carteggio (1767-1797). L’une des difficultés du projet tenait à la perte d’une grande partie des autographes, qui avaient été vus pour la dernière fois à la Bibliothèque Ambrosienne par Carlo Antonio Vianello en 1950 avant leur disparition24. L’enquête diligentée par la Sopraintendenza bibliografica lombarda, à la demande de la famille Andreani Sormani Verri qui avait déposé les manuscrits originaux (lettres autographes et Copialettere) avant guerre à l’Ambrosienne pour qu’ils y soient copiés, ne permit pas d’en retrouver la trace. En conséquence (voir la fig. 1), les transcriptions exécutées pour l’édition des années 1910-1942, avec leurs omissions25, leurs lacunes, leurs censures et leurs coquilles, constituent à ce jour l’unique témoin subsistant des lettres des frères Verri pour de vastes portions de leurs échanges.

  • 26 Panizza – Costa 2000.
  • 27 Carteggio 2008, p. 1339-1340.

15Malgré tout, le transfert en 1980 des archives restantes (les Copialettere et certains dossiers de lettres autographes d’Alessandro) auprès la Fondazione Raffaele Mattioli per la storia del pensiero economico, où l’ensemble de la « Raccolta verriana » fut ensuite catalogué par Barbara Costa et Giorgio Panizza26, permit d’envisager à l’aube du XXIe siècle une édition critique des dernières années du Carteggio (1782-1797), grâce notamment à la bonne préservation d’un ensemble de lettres en grande partie inédites de 1793-1797. C’est dans le cadre de la « seconda serie » de l’Edizione nazionale delle opere di Pietro Verri que parurent à Rome, en 2008 et 2012, ces lettres des quinze dernières années du Carteggio, éditées en deux volumes à partir de trois sources : a) le Copialettere de la main de plusieurs copistes, dont le texte est occasionnellement corrigé par Pietro Verri ; b) les autographes d’Alessandro Verri qui n’avaient pas été perdus ; c) la copie « non fidèle » de la Società storica lombarda datant du début du XXe siècle27. Ces deux premiers volumes parus aux Edizioni di storia e letteratura, numérotés VII et VIII, préludent à la réédition intégrale du Carteggio des frères Verri. À ce jour, l’édition des volumes I à VI (1766-1782) reste en projet.

1879-1980 : restauration et dévoilement progressif du texte

16La comparaison des trois éditions successives des premières lettres permet de saisir l’évolution, en un siècle, des critères éditoriaux du Carteggio.

  • 28 Casati 1879, p. X.
  • 29 Casati 1880, p. 66.
  • 30 Casati 1879, p. 339, 347 et 382.
  • 31 Voir la lettre d’Alessandro Verri du 19 octobre 1766 (ibid., p. 226) : Casati omet, sans indicatio (...)

17Casati avait choisi d’effacer des lettres toute forme de jugement sur les personnes qui pût excéder « i termini leciti ed usuali » : cela consistait à gommer certains « accenti troppo acuti »28, à taire le nom des personnes prises à partie, comme l’abbé milanais Ferdinando d’Adda qu’une polémique opposa à Pietro Verri en 1765-176629, les passages scabreux ou injurieux, ou encore la mention des maladies vénériennes contractées par les membres de l’aristocratie. Les jugements que Pietro et Alessandro Verri portent sur le caractère et le comportement de Beccaria conservent bien entendu une partie de leur mordant, mais c’est un processus global d’édulcoration du texte qui est à l’œuvre, notamment dans les lettres d’Alessandro. La censure est rendue manifeste dans les notes de bas de pages (« Omesso il principio »30) ou apparaît du point de vue typographique par l’insertion des lignes de pointillés à l’endroit des coupes – mais toutes ne sont pas signalées31.

  • 32 Carteggio 1940, note 1, p. 91.

18Il est d’ailleurs étonnant de voir les éditeurs postérieurs du texte (Francesco Novati, Emanuele Greppi puis Alessandro Giulini) reprocher à Casati ses procédés censeurs alors qu’eux-mêmes expurgeront les lettres les plus osées. Pensons à la description des « bains » de Londres par Alessandro Verri, restaurée depuis par Gianmarco Gaspari et pour laquelle les éditeurs de 1923 expliquaient pudiquement en note : « In via d’eccezione omettiamo alcuni periodi per la crudezza veristica delle espressioni » (fig. 3). Mais force est de constater que cette « exception » n’est pas isolée. Une lettre d’Alessandro du 5 juillet 1780, dans laquelle l’épistolier relate une anecdote historique sur « le pazzie crudeli » de Galeazzo Sforza, subit le même traitement (« Omettiamo per ragioni di decenza il resto del racconto »32), sans qu’ait été restaurée à ce jour la suite des aventures du tyran avec « la moglie di un suo cortigiano ».

Fig. 3 – En haut : Carteggio 1923b, p. 123, lettre d’Alessandro à Pietro Verri, 15 décembre 1766, absente de l’édition de C. Casati. En bas : lettre restituée dans sa version intégrale par G. Gaspari en 1980.

Fig. 3 – En haut : Carteggio 1923b, p. 123, lettre d’Alessandro à Pietro Verri, 15 décembre 1766, absente de l’édition de C. Casati. En bas : lettre restituée dans sa version intégrale par G. Gaspari en 1980.
  • 33 Je renvoie pour cet aspect à Musitelli 2019a.
  • 34 Carteggio 1919, p. 23.
  • 35 Ibid., p. 31 et note 2.
  • 36 Ibid., p. 32-33.

19Les éléments scabreux ne sont pas les seuls à faire les frais de la censure : les éditeurs manifestent également peu d’intérêt pour l’aspect du Carteggio relatif au travail de révision que mènent les frères Verri par voie épistolaire sur les brouillons de leurs œuvres respectives33. « Leggerò, adunque, attentemente quello scritto, e ostilmente ti dirò ogni cosa che mi faccia impressione », écrivait le 10 octobre 1770 Alessandro, qui s’apprêtait à lire pour la seconde fois le manuscrit de son frère Sulle leggi vincolanti34. Les fruits de cette relecture, dans sa lettre suivante du 17 octobre, sont coupés. L’indication « Omissis » est apposée par les éditeurs en tête de la missive (fig. 4), accompagnée de la note suivante : « Le prime tre facciate di questa lettera sono occupate da osservazioni e postille concernenti il contenuto e la forma dell’opera di Pietro […]. Noi omettiamo tutte queste riflessioni che sono oggimai sfornite d’interesse »35 – remarque dont un généticien des textes ne saurait se satisfaire. Ce choix compromet en outre la bonne compréhension de la réponse de Pietro aux observations de son frère, les éditeurs se trouvant contraints, pour l’élucider, de citer longuement, en note de bas de page, les paragraphes qu’ils avaient choisis de retrancher36.

Fig. 4 – Carteggio 1919, p. 31.

Fig. 4 – Carteggio 1919, p. 31.
  • 37 Carteggio 1940, p. 68.

20Enfin, d’autres amputations sont le fait d’erreurs typographiques, dont certaines particulièrement visibles : le 13 mai 1780, alors que Pietro détaille les mérites du roman Le Avventure di Saffo, dont son frère lui a transmis le manuscrit, une portion du texte disparaît au saut de page, à la césure d’un mot (« la veemenza anche sublime tiene allo stato selvag- »37).

21Cependant, en dépit de ces omissions involontaires ou malvenues, force est de constater que s’opère, à partir de cette deuxième édition des lettres, un progressif dévoilement du texte, destiné à retrouver dans l’Edizione nazionale non pas son intégrité originelle, à jamais perdue pour certaines lettres, mais une forme d’intégrité mutilée.

22On mesure, lorsque l’on compare les éditions successives des lettres dont le texte a pu être progressivement restauré, combien sont tombées en Italie, au fil du temps, certaines préventions ou réticences éditoriales à l’égard du trivial, du vulgaire et, plus largement, à l’égard de l’expression de l’intimité individuelle et familiale. La lettre du 29 décembre 1766, dans laquelle Alessandro poursuit sa description des prostituées londoniennes, donne à voir, dans ses diverses transcriptions éditoriales, la lisibilité retrouvée du Carteggio (fig. 5). Largement censurée par Casati, elle est pour bonne part restaurée dans l’édition de 1923, mais comporte une amusante faute de lecture : alors qu’Alessandro préfère élucider en français le terme qu’il n’ose pas écrire entièrement en italien – « la f… (le con in francese) » (éd. G. Gaspari) –, on lit en 1923 : « (le cou, in francese) » !

Fig. 5 – Lettre d’Alessandro à Pietro Verri, de Londres, le 29 décembre 1766, dans trois éditions successives.

Fig. 5 – Lettre d’Alessandro à Pietro Verri, de Londres, le 29 décembre 1766, dans trois éditions successives.

23Seule la version de 1980 permet au lecteur de faire la distinction entre la censure des éditeurs et l’autocensure de l’épistolier, et de discerner l’emploi de stratégies expressives détournées. C’est là un progrès essentiel dans le cas d’une correspondance complexe comme celle des frères Verri où le texte se donne parfois à lire sous une forme volontairement incomplète ou allusive, voire chiffrée, comme nous allons le voir.

  • 38 Viola 2011.
  • 39 Traversier 2017, « Introduction » : « Éditer sans trahir », p. 181.
  • 40 Ibid.

24Les critères d’édition modernes d’une correspondance sont aujourd’hui essentiellement « conservatifs », exception faite, la plupart du temps, de l’élucidation des abréviations ou des mots abrégés, de la normalisation des majuscules et, le cas échéant, de la ponctuation. Dans ce cadre, les lettres conservent leurs apories, leurs « déviances » et leurs singularités (ici : gallicismes et patronymes estropiés, tels Volterre, Rausseau, Alambert, etc.). Elles sont désormais perçues comme des témoignages « vivants » et vibrants – ce que Corrado Viola, dans Le carte vive, a qualifié de nature « profondamente umana e intimamente esistenziale » de l’expérience épistolaire38 – et non plus comme des modèles d’écriture, ni de simples sources d’information. On ne maquille plus le texte des lettres familières qui, anticipant et accompagnant l’essor de l’autobiographie en Europe, sont un espace où le « je » se met à nu. Dans un genre voisin, celui du journal, signalons justement que Mélanie Traversier a récemment édité le « diaire » de la reine Marie-Caroline de Naples en faisant le choix d’y respecter « la quasi-absence de signes de ponctuation » et en privilégiant le principe d’une « retranscription brute » qui ne gomme pas « les accidents, les surprises syntaxiques, les erreurs orthographiques », ni les difficultés de lecture39 : c’est une langue qu’il faut « donner à voir et à entendre »40.

  • 41 Postigliola 1985, « Introduzione », p. 8 : « gli interventi restaurativi vanno ridotti al minimo. (...)
  • 42 Carteggio 2012, « Nota ai testi » de S. Rosini, p. 455. Voir également Carteggio 2008, « Criteri d (...)
  • 43 Ivi, p. 1341.
  • 44 Viaggio 1980, « Nota al testo », p. 500.
  • 45 Ibid., p. 502.

25Dans le cas du Carteggio des frères Verri, les critères d’édition varient nécessairement selon la qualité des témoins. Pour les autographes d’Alessandro Verri prévalent les postulats philologiques et éditoriaux de type conservatif établis par Gaspari, confirmés en 1985 par Postigliola41 et repris par Sara Rosini dans les volumes de l’Edizione nazionale : ces lettres constituant « una perfetta testimonianza di scrittura autoriale spontanea »42, elles sont appelées à paraître sans altération. Il n’en va pas de même pour les autres témoins d’époque, les Copialettere, qui ne contiennent pas des transcriptions rigoureuses et identiques mais des copies de service exécutées hâtivement avant que la lettre originale ne soit confiée à la poste et « rarement vérifiées par l’auteur »43. Ils présentent donc un degré de fiabilité inférieure. Les éditeurs modernes y ont repéré et corrigé, ici et là, « frequenti salti per omeoteleuto, alcune lectiones faciliores derivanti da ovvi errori di lettura » (Gaspari44) : le travail de restauration se limite cependant « ai soli casi di errori palesi e di grafie aberranti », les critères d’édition conservatifs prévalant par ailleurs (« posto il limite ovvio dell’intelligibilità del testo »)45.

  • 46 Les originaux d’Alessandro Verri ayant été perdus pour les années 1782-1793, l’éditrice de ces vol (...)

26Quant aux lettres dont les témoins d’époque (autographes et Copialettere) ont disparu, la copie imparfaite et lacunaire du XXe siècle demeurera leur unique trace. Les futurs volumes I à VI de l’édition nationale du Carteggio, portant sur les années 1767-1782, devront donc, comme pour certaines lettres présentes dans les volumes VII et VIII46, s’accommoder du silence des archives et donner à lire le moins mauvais état possible des sources. Ils offriront le reflet des vicissitudes de deux histoires entrelacées : celle des manuscrits du Carteggio et celle de ses éditions.

Le chiffre : donner à lire l’illisible

27Les lettres se sont dévoilées au fil des éditions. Une situation particulière donne toutefois matière à penser : celle des passages chiffrés de la correspondance. On relève en effet un usage sporadique de la cryptographie numérique dans le Carteggio, rendu nécessaire par la surveillance dont les échanges des deux frères faisaient l’objet. Or cet usage que l’édition de C. Casati avait le mérite de rendre visible – s’il ne parvint pas à l’élucider, au moins eut-il l’intuition qu’il lui fallait conserver ces passages frappés du sceau du mystère – a progressivement disparu des éditions suivantes.

28Il aurait été préférable, dans ce cas précis, qu’un principe conservatif strict prévale sur le principe d’une restauration de la « lisibilité » du texte : le chiffre ne peut certes pas être présenté au lecteur sans explication ni transcription puisqu’il met la lecture en échec. Inversement, il ne doit pas être élucidé à l’insu du lecteur, car la décision des épistoliers de masquer une portion de leurs échanges est porteuse de sens. Elle instaure deux régimes d’énonciation, deux niveaux de communication au sein d’une même lettre – verbale et numérique, ostensible et secrète – qui atteste de l’existence d’une censure postale et de la banalisation des techniques de chiffrement issues des chancelleries dans les correspondances familières, d’une quête du secret liée à la conscience de la valeur ou du danger des informations qui transitent dans le Carteggio… Elle fournit une documentation précieuse pour l’histoire des postes, des pratiques épistolaires et de la circulation des idées. Il convient donc de trouver une solution éditoriale qui donne à lire ces deux langages en les distinguant.

29Prenons pour exemple la lettre d’Alessandro Verri, de Paris, le 26 novembre 1766 (fig. 6). L’auteur y relate son entretien avec le baron d’Holbach qui lui présente en confidence, ainsi qu’à Beccaria, le manuscrit du Système de la nature, publié clandestinement quatre ans plus tard, en 1770. Verri résume à grands traits, à l’intention de son frère, les thèses matérialistes et anticléricales du philosophe, usant ponctuellement du chiffre pour dissimuler les mots de « religione », « ateista », « Dio », « culto » et « preti ».

Fig. 6 – Comparaison de trois éditions de la lettre d’Alessandro Verri du 26 novembre 1766. À gauche, le chiffre n’est pas élucidé ; au centre, le chiffre est élucidé et signalé en note de façon partielle : les mots « Dio », « culto » et « preti » (que nous soulignons) étaient également chiffrés ; à droite, l’édition de 1980 reporte en fin de volume toute mention du chiffre, ce qui rend l’adverbe « segretamente » (ligne 1) difficilement compréhensible pour le lecteur.

Fig. 6 – Comparaison de trois éditions de la lettre d’Alessandro Verri du 26 novembre 1766. À gauche, le chiffre n’est pas élucidé ; au centre, le chiffre est élucidé et signalé en note de façon partielle : les mots « Dio », « culto » et « preti » (que nous soulignons) étaient également chiffrés ; à droite, l’édition de 1980 reporte en fin de volume toute mention du chiffre, ce qui rend l’adverbe « segretamente » (ligne 1) difficilement compréhensible pour le lecteur.
  • 47 Casati 1880, note 1 à la lettre de Pietro Verri du 28 mai 1768, p. 173 : « Mi sono provato a decif (...)

30Casati, qui confiait dans une note de bas de page son incapacité à percer le chiffre47, place dans son édition de 1880 le lecteur face à l’énigme irrésolue. Une énigme que son impertinent censeur, Domenico Gnoli, se vantera d’avoir su résoudre, lui, et à juste titre ! (fig. 7)

Fig. 7. Gnoli 1879, p. 770. Les hypothèses de déchiffrement proposées par Gnoli sont dans l’ensemble justes. Les frères Verri ne respectant pas certains principes de précaution en vigeur dans les chancelleries (ils ne renouvellent pas régulièrement leur code numérique, ne recourent pas à d’autres langues que l’italien et incluent des mots chiffrés dans des phrases non chiffrées, ce qui rend patent le principe d’équivalence entre un nombre et une lettre), leurs échanges confidentiels ne devaient guère poser de difficulté pour les fonctionnaires de la censure postale autrichienne.

Fig. 7. Gnoli 1879, p. 770. Les hypothèses de déchiffrement proposées par Gnoli sont dans l’ensemble justes. Les frères Verri ne respectant pas certains principes de précaution en vigeur dans les chancelleries (ils ne renouvellent pas régulièrement leur code numérique, ne recourent pas à d’autres langues que l’italien et incluent des mots chiffrés dans des phrases non chiffrées, ce qui rend patent le principe d’équivalence entre un nombre et une lettre), leurs échanges confidentiels ne devaient guère poser de difficulté pour les fonctionnaires de la censure postale autrichienne.

31En 1923, Greppi et Giulini, soit qu’ils aient disposé de la clef, soit qu’ils l’aient reconstituée en s’aidant eux aussi de leurs « qualità poliziesche » ou des portions déchiffrées présentes dans le Copialettere, résolvent la cryptographie et indiquent en note de bas de page quels étaient les mots cachés. Mais ils oublient d’en recenser certains, ce qui compromet la fiabilité et la cohérence de ce système d’annotation : une comparaison entre la lettre autographe du 7 septembre 1768 (fig. 8a) et son édition (fig. 8b) met en évidence ces lacunes.

Fig. 8a – AV, cart. 252.3, f. 33 v° et 34 r° : lettre autographe d’Alessandro Verri, Rome, 7 septembre 1768, double page intérieure. À gauche, le code est élucidé à l’interligne, sans doute de la main de Pietro. Dans la partie inférieure, le code est de surcroît brouillé. À droite, le code est également brouillé après déchiffrement (le pointage au-dessus des chiffres semble l’indiquer). On retrouve dans le Copialettere cette même variété de cas : code non déchiffré et non altéré (AV, cart. 280, f. 188 : lettre de Pietro Verri du 8 juillet 1769), code élucidé à l’interligne parfois barré ou brouillé (ibid., f. 51 : lettre d’Alessandro Verri du 1er octobre 1768).

Fig. 8a – AV, cart. 252.3, f. 33 v° et 34 r° : lettre autographe d’Alessandro Verri, Rome, 7 septembre 1768, double page intérieure. À gauche, le code est élucidé à l’interligne, sans doute de la main de Pietro. Dans la partie inférieure, le code est de surcroît brouillé. À droite, le code est également brouillé après déchiffrement (le pointage au-dessus des chiffres semble l’indiquer). On retrouve dans le Copialettere cette même variété de cas : code non déchiffré et non altéré (AV, cart. 280, f. 188 : lettre de Pietro Verri du 8 juillet 1769), code élucidé à l’interligne parfois barré ou brouillé (ibid., f. 51 : lettre d’Alessandro Verri du 1er octobre 1768).

Crédits photographiques : P. Musitelli, avec l’aimable autorisation de la Fondazione Raffaele Mattioli per la storia del pensiero economico, Milan.

Fig. 8b – Édition de cette même lettre dans Carteggio 1910, p. 27-28. L’inclusion d’expressions écrites en toutes lettres au cœur du passage chiffré (visible en 8a) n’est pas explicitée.

Fig. 8b – Édition de cette même lettre dans Carteggio 1910, p. 27-28. L’inclusion d’expressions écrites en toutes lettres au cœur du passage chiffré (visible en 8a) n’est pas explicitée.
  • 48 Viaggio 1980, « Nota al testo », p. 503. L’éditeur précisait, p. 502 : « Sono state sciolte le cri (...)
  • 49 P. Verri accusait Firmian, Kaunitz et Sperges d’intercepter et de lire sa correspondance (Musitell (...)

32Enfin, dans l’édition de Gianmarco Gaspari, les lettres ne comportent aucune indication relative à la présence de mots ou de phrases chiffrés. On en trouve une liste succincte, incomplète, dans l’apparat critique de fin de volume48. Mais la décision d’y reléguer l’ensemble des notes philologiques (et l’on comprend bien qu’il s’agit là d’un impératif éditorial visant à ne pas surcharger la page) conduit à occulter un aspect pourtant crucial de cette « vie » épistolaire qu’évoquait Corrado Viola, un aspect qui, dans le cas du Carteggio des frères Verri, n’a encore pas fait l’objet d’une étude systématique et auquel une réédition critique moderne devrait accorder l’importance qu’il mérite. Pietro et Alessandro Verri savent que le contenu de leurs lettres est convoité, voire exposé, que leur acheminement est parfois détourné, les sceaux falsifiés, le secret des confidences violé par les regards inquisiteurs des cabinets noirs du chancelier Anton Kaunitz-Rietberg et, plus tard, par la censure de Bonaparte49. Alors, quand il leur est impossible de recourir aux courriers privés et qu’ils doivent s’en remettre à la poste ordinaire, les frères Verri emploient différentes stratégies de dissimulation, qu’elles soient rhétoriques (usage de l’allusion, de sous-entendus, de surnoms pour désigner les personnes) ou cryptées. Et lorsqu’ils recourent au code, ils s’en excusent, s’en inquiètent, s’en amusent et ménagent des effets d’annonce sur ce que recèlent les nombres qui s’accumulent et qui requièrent du temps et de l’effort pour être élucidés. Connaître la teneur des communications chiffrées, jugées compromettantes ou confidentielles aux yeux des épistoliers, est essentiel pour appréhender la fragilité du support épistolaire et pour comprendre les enjeux individuels liés à la transmission du courrier.

La pratique épistolaire dans sa dimension réticulaire

33Le Carteggio, tel qu’il apparaît dans ses éditions successives, pourrait procurer, par son exceptionnelle régularité et son caractère d’exclusivité (une composition de trente ans, à quatre mains), l’impression d’un « grand face-à-face », d’un système dual, dans sa dimension fraternelle et sentimentale, puis dans sa tension idéologique et politique. Mais il serait réducteur de s’en tenir à une lecture « close » et bicéphale de ces échanges : l’idée que ces derniers puissent être matérialisés par une simple ligne entre deux pôles est réductrice. C’est en les réinscrivant dans le cadre collectif et multinodal de la pratique épistolaire qu’ils trouvent pleinement leur sens et leur fonction : faire réseau.

Circulation des lettres, diffusion de textes et livres joints

  • 50 Cf. Musitelli 2019b.

34Les lettres ne s’adressent pas nécessairement au seul destinataire dont le nom est inscrit sur la sopraccarta. Non seulement du fait de la surveillance postale, qui introduit en permanence le spectre d’un regard étranger, mais du fait de la diffusion volontaire des lettres ou de leur contenu aux parents, aux amis proches, aux cercles du pouvoir. Pietro Verri, soucieux de se prévaloir des nouvelles romaines dont son frère lui confiait la primeur, ne se priva pas de faire lire ou de transmettre ses lettres à Antonio Greppi, Charles de Firmian, Giuseppe Pecis, Joseph Wilzeck et à l’archiduc Ferdinand, gouverneur de Milan. Le Carteggio est un corpus ouvert à une pluralité de lecteurs et sert aux épistoliers à promouvoir leur intérêt, leur ambition, leur réputation. Dans certains cas, un même ordinaire peut donner lieu à deux lettres, l’une privée, à l’intention du seul frère, et l’autre « lisible », destinée à être prêtée ou portée à la connaissance de tiers : c’est le cas du double envoi d’Alessandro Verri à son frère, daté du 8 avril 1769 (fig. 9). Mais dans la plupart des cas, l’ostensible et le secret se partagent l’espace d’une même lettre50.

Fig. 9 – AV, cart. 253, f. 38 r° et 39 r° : lettres d’Alessandro Verri, de Rome, 8 avril 1769. À droite, lettre privée destinée à Pietro s’ouvrant par ces mots : « Questo sia il sermo fidelis tra di noi ; l’altra è ostensibile » ; à gauche, lettre présentable à la famille et aux amis (publiées dans Carteggio 1910, p. 232 et p. 234).

Fig. 9 – AV, cart. 253, f. 38 r° et 39 r° : lettres d’Alessandro Verri, de Rome, 8 avril 1769. À droite, lettre privée destinée à Pietro s’ouvrant par ces mots : « Questo sia il sermo fidelis tra di noi ; l’altra è ostensibile » ; à gauche, lettre présentable à la famille et aux amis (publiées dans Carteggio 1910, p. 232 et p. 234).

Crédits photographiques : P. Musitelli, avec l’aimable autorisation de la Fondazione Raffaele Mattioli per la storia del pensiero economico, Milan.

35Les 3 810 lettres parues du Carteggio sont la partie la plus visible d’un système de transmission plus large. D’une part, les échanges épistolaires des deux frères incluent parfois des correspondances enchâssées : des lettres transitent à l’intérieur des lettres, comme lorsque Gian Rinaldo Carli écrit à Alessandro par l’intermédiaire de Pietro ou qu’Alessandro écrit à l’intention de son père des lettres qu’il demande à son frère de réceptionner, relire et cacheter avant de les transmettre ; d’autre part, des livres et des documents voyagent avec les missives bihebdomadaires que s’adressent les deux frères, ou parallèlement à ces dernières : mémoires et manuscrits personnels, mais aussi traductions et ouvrages littéraires et scientifiques dont le Carteggio aide à comprendre la diffusion et la circulation dans la péninsule. Il est ainsi possible de reconstituer la liste des 38 textes et opuscules de Voltaire – ou attribués en ce temps au patriarche de Ferney –, dont les quatre tomes des Questions sur l’Encyclopédie, que Pietro, servi par des libraires milanais puis directement par des imprimeurs suisses, parvint à procurer à son frère entre 1767 et 1772 en dépit de la censure. Il transmet également à Rome les volumes des Œuvres de Shakespeare (Paris, 1776-1782) dans la traduction française de Le Tourneur – à une époque où le dramaturge est encore peu lu et apprécié en Italie – et la préface des Confessions de Rousseau (le préambule de Neuchâtel) dans le mois qui suit la mort de l’écrivain, en 1778, bien en amont de la parution de son autobiographie.

Correspondances parallèles

  • 51 Cf. Panizza – Costa 1997, p. 100-101. Pour les sources des corpus épistolaires cités, se reporter (...)
  • 52 Panizza – Costa 1997, p. 95 : vingt-trois lettres sont signalées.

36Chaque frère entretient par ailleurs d’autres correspondances, pour nombre d’entre elles inédites mais répertoriées, pour d’autres perdues mais documentées dans les échanges du Carteggio. Dans le cas de Pietro, l’Archivio Verri, conserve 1 200 lettres échangées avec son père Gabriele, 150 environ avec Luigi Lambertenghi, ancien collaborateur de l’Accademia dei Pugni, et avec le ministre plénipotentiaire Charles de Firmian, ainsi que ses échanges avec Giuseppe Sperges ou encore avec son ami Ilario Corte, directeur des archives du Sénat51. Ajoutons, outre ses contacts ponctuels avec Condorcet, ses correspondances publiées avec Cesare Beccaria et Alfonso Longo, avec l’éditeur de Livourne Giuseppe Aubert, et, pour ne citer que les plus réguliers parmi ses échanges attestés, avec Kaunitz52, Giambattista Biffi, Saverio Bettinelli, Gian Rinaldo Carli et Fortunato Bartolomeo De Felice.

  • 53 Cf. Musitelli 2019b.
  • 54 Carteggio 2012, p. 64.

37Quant à Alessandro, j’ai récemment eu l’occasion d’évoquer son intéressante correspondance inédite avec le fermier Antonio Greppi de 1771 à 1794, portant mention d’une correspondance secrète et non répertoriée avec l’archiduc Ferdinand de Habsbourg53. Le 16 novembre 1782, Alessandro fait lui-même état auprès de Pietro de certains de ses correspondants réguliers : « Scrivo anche a Longo da qualche tempo : mi diverte il suo Carteggio perché vive nel mondo, e mi dà le nuove. […] Scrivo talvolta a Carli più di rado, si discorre di nuove letterarie »54.

  • 55 Rosini 1998.
  • 56 Elles figurent en annexe de Bertrand – Pieretti 2019, appendice 2 « Le tappe mancanti nel diario d (...)

38S’ajoutent à cela, parmi les corpus remarquables, les 889 lettres qu’Alessandro adresse de 1794 à 1816 à Vincenza Melzi, veuve de Pietro Verri, éditées par Sara Rosini55, et ses lettres à l’abbé Domenico Genovesi, secrétaire de la marquise Boccapaduli, dont seule subsiste (après la perte d’environ deux cents lettres originales autrefois conservées dans le fonds Del Drago de l’Archivio di Stato de Rome) la copie partielle de la Società storica lombarda, récemment éditée par Gilles Bertrand56.

  • 57 Morellet 2013, p. 188. Corrado Viola signale simplement « notizia di 1 lett. del Verri al Morellet (...)
  • 58 Carteggio 1910, p. 79 et 172.

39Il apparaît que les correspondances subsidiaires d’Alessandro Verri sont moins nombreuses et moins dispersées que celles de son aîné. Il est vrai qu’il est l’un des rares parmi les anciens membres de l’Accademia dei Pugni à ne pas entretenir de véritable correspondance de travail, s’en tenant aux échanges dits familiers, en dépit des contacts qu’il avait noués durant son voyage européen de l’hiver 1766-1767. André Morellet nous apprend dans ses Mémoires qu’Alessandro resta en correspondance avec lui après son installation à Rome (« J’ai reçu pendant quelque temps des lettres de lui, écrites de Rome, et remplies de reconnaissance et d’amitié pour les gens de lettres de Paris qui l’avaient bien accueilli, et pour moi-même en particulier »), sans que ces échanges ne nous soient parvenus57 ; il échangea également avec Condorcet, qui lui transmit par l’intermédiaire de Pietro dix exemplaires de son Essai d’analyse (Paris, Didot, 1769)58, et noua à Rome des liens épistolaires avec Vincenzo Monti et Vittorio Alfieri, mais nous n’en savons pour l’heure guère plus que ce que nous dit le Carteggio.

Correspondances « périphériques »

  • 59 Badinter 2008.
  • 60 Lettres conservées à la Bibliothèque Ambrosienne (Ms Y 151 sup, f. 65-74 et Y 153 sup, f. 172-366) (...)
  • 61 Seules subsistent les lettres de Mirabeau à Longo, conservées au Musée Louis Arbaud d’Aix-en-Prove (...)

40Enfin, se développent autour de nos deux épistoliers des correspondances importantes pour l’étude fine des circulations culturelles et scientifiques entre France et Italie dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, dont nous ne citerons que trois exemples : la correspondance – principalement passive – de Cesare Beccaria avec des hommes de lettres, des voyageurs, des libraires hollandais, suisses et français, éditée en deux volumes dans le cadre de l’Edizione nazionale de ses œuvres (503 lettres conservées, 1760-1792) ; celle de l’astronome et mathématicien Paolo Frisi, qui avait préparé l’arrivée de Beccaria et d’Alessandro Verri à Paris en 1766 et qui entretint des échanges nourris avec Domenico Caracciolo, ambassadeur de Naples à Paris, avec d’Holbach et Condorcet en 1768, avec Auguste de Kéralio (celui qu’Elisabeth Badinter a nommé l’« auxiliaire invisible de la République des sciences »59), mais aussi avec d’Alembert, de Lalande, Jacquier, Boscovich, Carli, Biffi, Kaunitz, Firmian, Sperges, Maffei, Lami, et avec Luigi Lambertenghi qui se trouvait à Vienne en 177360 ; et enfin la correspondance d’Alfonso Longo, ancien collaborateur des Pugni, dont les échanges en grande partie inédits avec Victor Riqueti de Mirabeau mériteraient d’être étudiés pour contribuer à la connaissance de la diffusion des théories physiocratiques en Italie61.

Finalités d’une reconstruction du réseau

41Ainsi, la correspondance des frères Verri est la tesselle d’une plus vaste mosaïque : elle s’inscrit dans un système d’échanges réunissant de nombreux acteurs qui, tous, participent à leur niveau de la circulation et de la diffusion de l’information mondaine, politique, diplomatique, mais aussi philosophique, littéraire, scientifique et artistique (fig. 10).

Fig. 10 – On pourrait, en partant du Carteggio des frères Verri et des relations cultivées par les deux épistoliers, reconstituer un diagramme qui recense les correspondances documentées ou attestées entre les principaux membres de l’Accademia dei Pugni, les hommes de lettres et de sciences et le personnel politique de leur temps. Il est cependant acquis qu’une carte qui permettrait de saisir d’un regard une situation complexe, historiquement variable et quantitativement différenciée est un défi impossible à relever, surtout en deux dimensions ; il faut plutôt envisager cette tentative de modélisation comme un outil heuristique d’aide à la recherche, permettant de repérer les liaisons supposées, les fonds à répertorier, la structuration des pratiques de travail, etc.

Fig. 10 – On pourrait, en partant du Carteggio des frères Verri et des relations cultivées par les deux épistoliers, reconstituer un diagramme qui recense les correspondances documentées ou attestées entre les principaux membres de l’Accademia dei Pugni, les hommes de lettres et de sciences et le personnel politique de leur temps. Il est cependant acquis qu’une carte qui permettrait de saisir d’un regard une situation complexe, historiquement variable et quantitativement différenciée est un défi impossible à relever, surtout en deux dimensions ; il faut plutôt envisager cette tentative de modélisation comme un outil heuristique d’aide à la recherche, permettant de repérer les liaisons supposées, les fonds à répertorier, la structuration des pratiques de travail, etc.

42Cartographier les embranchements et les ramifications de ce réseau, c’est retrouver ce que les « transferts culturels » doivent à l’activité de chaque individu, à la discipline patiente et quotidienne de l’écriture épistolaire ; repérer et inventorier les corpus de correspondances des grandes figures intellectuelle de l’époque du réformisme lombard permet d’interroger leurs stratégies d’insertion dans l’Europe des Lumières par des traductions, des envois d’œuvres, des déplacements suivis de relations épistolaires. « Viaggiare con profitto e lasciare delle onorevoli ed utili corrispondenze. Io considero questo l’articolo più importante del viaggio », écrivait Alessandro 31 mars 1767 :

  • 62 Viaggio 1980, 31 mars 1767, p. 380.

Per esempio, a Parigi, quanto non mi vale la conoscenza del Barone [d’Holbach], di Elvezio, di Morellet e del Conte di Mercy e di Gatti, ecc. ecc., che tutti posso dire aver lasciati contentissimi di me ? Così, a Londra, quanto non mi vale il March[es]e Caraccioli e ’l Dottor Morton, Segretario della Società Reale ? Chi trascurasse di far simili corrispondenze viaggerebbe come un baullo62.

  • 63 Sur une Italie plus insérée et moins en retard qu’on ne le croit, voir le livre désormais classiqu (...)
  • 64 Beaurepaire 2014, p. 88. Voir également les article de Beaurepaire et Sigrist dans ce numéro.

43La reconstitution de certains de ces réseaux montre comment l’« Italie intellectuelle » du XVIIIe siècle tisse un lien de collaboration et d’échange avec le continent, reprend position dans les débats européens à la fois philosophiques, juridiques, esthétiques et scientifiques63. Ce travail de cartographie, qui « décentre » le Carteggio Verri ou la correspondance de Beccaria pour les replacer dans une trame même locale, permet de retrouver ce qui fonde l’identité collective de ces hommes : faut-il le rappeler, ce qui importait aux jeunes penseurs de l’Accademia dei Pugni était de fonder un espace de travail commun, libre de contraintes et de hiérarchies, où échanger entre égaux. Il nous faut donc retrouver, au-delà des pôles « égo-centrés » que peuvent faire apparaître certaines modélisations des relations épistolaires, le réseau et la « galaxie », renouer précisément avec cet idéal d’une nouvelle relation au savoir dont l’objectif était de favoriser « la constitution d’un espace public critique, où des particuliers qui se reconnaissent comme pairs font un usage collectif de leur raison » (P.-Y. Beaurepaire)64.

  • 65 Postigliola 1985, propos rapportés p. 11.

44Recenser ces échanges, c’est aussi, comme le fait depuis plusieurs années le répertoire bibliographique de Corrado Viola Epistolari italiani del Settecento, dresser un état des lieux de nos connaissances en matière d’archives et de sources conservées. Il existe en Italie un écart considérable entre la préservation de très vastes sources épistolaires et leur valorisation scientifique, souvent entravées par la dispersion des fonds. Un travail important de dépouillement reste à faire, voire d’édition. Toutefois, l’une des conclusions de Giuseppe Ricuperati lors du colloque de 1985 reste à mon sens valide au regard de la masse de documentation épistolaire dont nous disposons : « non si deve cedere alla tentazione di pubblicare sempre i carteggi o di pubblicarli sempre integralmente »65. À côté des « ensembles remarquables », il y existe une pluralité d’autres corpus qu’à défaut de pouvoir éditer il faut du moins chercher à inventorier méthodiquement pour y mener ensuite des recherches ciblées. Le cas du Carteggio des frères Verri illustre parfaitement la complémentarité de ces deux versants : la nécessité d’une édition ou réédition critique des grands textes et la restitution synthétique des structures réticulaires englobantes.

Haut de page

Bibliographie

Archives

AV = Archivio Verri, Fondazione Raffaele Mattioli per la storia del pensiero economico, Milan.

ASM = Archivio di Stao di Milano

Ouvrages à caractère de source

Bertrand – Pieretti 2019 = Una marchesa in viaggio per l’Italia. Diario di Margherita Boccapaduli, 1794-1795, éd. G. Bertrand et M. Pieretti, Rome, 2019.

Carteggio 1910 = Carteggio di Pietro e Alessandro Verri, dal 1766 al 1797, II : août 1768-juillet 1769, éd. F. Novati et E. Greppi, Milan, 1910.

Carteggio 1919 = Carteggio di Pietro e Alessandro Verri, dal 1766 al 1797, IV : octobre 1770-décembre 1771, éd. F. Novati, E. Greppi et A. Giulini, Milan, 1919.

Carteggio 1923a = Carteggio di Pietro e Alessandro Verri, dal 1766 al 1797, I, partie 1 : octobre 1766-juillet 1767, éd. E. Greppi et A. Giulini, Milan, 1923.

Carteggio 1940 = Carteggio di Pietro e Alessandro Verri, dal 1766 al 1797, XI : janvier 1780-mai 1781, éd. G. Seregni, Milan, 1940.

Carteggio 2008 = Carteggio di Pietro e Alessandro Verri, VIII : mai 1792-juillet 1797, éd. S. Rosini, dans Edizione nazionale delle opere di Pietro Verri, 2e série, Rome, 2008, 2 t.

Carteggio 2012 = Carteggio di Pietro e Alessandro Verri, VIII : septembre 1782-mai 1792, éd. G. di Renzo Villata, dans Edizione nazionale delle opere di Pietro Verri, 2e série, Rome, 2012.

Casati 1879a = Lettere e scritti inediti di Pietro e Alessandro Verri, I, éd. C. Casati, Milan, 1879.

Casati 1879b = Lettere e scritti inediti di Pietro e Alessandro Verri, II, éd. C. Casati, Milan, 1879.

Casati 1880 = Lettere e scritti inediti di Pietro e Alessandro Verri, III, éd. C. Casati, Milan, 1880.

Casati 1881 = Lettere e scritti inediti di Pietro e Alessandro Verri, IV, éd. C. Casati, Milan, 1881.

Gnoli 1879 = D. Gnoli, Rassegna letteraria italiana, dans Nuova antologia di scienze, lettere ed arti, vol. XVIII, fasc. XXIV (15 déc. 1879), p. 759-771.

Gnoli 1880 = D. Gnoli, Rassegna letteraria italiana, dans Nuova antologia di scienze, lettere ed arti, vol. XIX, fasc. IV (15 fév. 1880), p. 783-792.

« Il Caffè » 1998 = « Il Caffè » 1764-1766, éd. G. Francioni et S. Romagnoli, Turin, 1998.

Morellet 2013 = A. Morellet, Mémoires sur le XVIIIe siècle et sur la Révolution, éd. D. Medlin et K. Hardesty Doig, Paris, 2013.

Rosini 1998 = Lettere di Alessandro Verri a Vincenza Melzi d’Eryl (1794-1816). Edizione e saggio di commento, éd. S. Rosini, mémoire de recherche sous la dir. de F. Gavazzeni, Université de Pavie, 1998.

Viaggio 1980 = Viaggio a Parigi e Londra (1766-1767). Carteggio di Pietro e Alessandro Verri, éd. G. Gaspari, Milan, 1980.

Études secondaires

Badinter 2008 = É. Badinter, Auguste de Keralio : un auxiliaire invisible de la République des sciences, dans Dix-huitième siècle, n° 40, 2008/1, p. 53-67.

Beaurepaire 2014 = P.-Y. Beaurepaire, La « fabrique » de la sociabilité, dans Dix-huitième siècle, n° 46, 2014/1.

Bertrand 2019 = G. Bertrand, Les relations intellectuelles et culturelles entre la France et l’Italie au XVIIIe siècle : une question diplomatique ?, dans C. Del Vento, P. Musitelli, S. Tatti et D. Tongiorgi (dir.), La Diplomatie des lettres au dix-huitième siècle : France et Italie / La Diplomazia delle lettere nel secolo diciottesimo: Francia e Italia, numéro thématique de Chroniques italiennes, 37 (1-2/2019), p. 13-30.

Candiani 1987 = R. Candiani, Catalogo dei manoscritti e bibliografia, dans Ideologia e scienza nell’opera di Paolo Frisi (1728-1784). Atti del Convegno internazionale di studi (giugno 1985), éd. G. Barbarisi, Milan, 1987.

Capra 2005 = C. Capra, Longo, Alfonso, dans Dizionario Biografico degli Italiani, vol. 65, Rome, 2005, ad vocem.

Guidolin 2011 = G. Guidolin, Analisi linguistica del carteggio di Pietro e Alessandro Verri, thèse de doctorat, sous la dir. de S. Bozzola, Università degli Studi di Padova, 2011.

Musitelli 2018 = P. Musitelli, Le chiffre comme unique refuge : la correspondance sous surveillance de Pietro et Alessandro Verri, dans Avec ou sans enveloppe. La lettre et le secret, numéro thématique d’Épistolaire, n° 44, 2018, p. 85-96.

Musitelli 2019a = P. Musitelli, Genèses littéraires dans la correspondance de Pietro et Alessandro Verri, dans C. Del Vento, P. Musitelli (dir.), Une tradition italienne, numéro thématique de Genesis, n° 49, 2019, p. 87-100.

Musitelli 2019b = L’ostensible et le secret : usages diplomatiques des correspondances de Pietro et Alessandro Verri, dans C. Del Vento, P. Musitelli, S. Tatti et D. Tongiorgi (dir.), La Diplomatie des lettres au dix-huitième siècle : France et Italie / La Diplomazia delle lettere nel secolo diciottesimo: Francia e Italia, numéro thématique de Chroniques italiennes, 37 (1-2/2019), p. 229-250.

Panizza – Costa 1997 = G. Panizza, B. Costa, L’Archivio Verri, I, Milan, Fondazione Raffaele Mattioli per la storia del pensiero economico, 1997.

Panizza – Costa 2000 = G. Panizza, B. Costa, L’Archivio Verri. Parte seconda. La « Raccolta verriana », Milan, Fondazione Raffaele Mattioli per la storia del pensiero economico, 2000.

Postigliola 1985 = A. Postigliola (dir.), Epistolari e carteggi del Settecento. Edizioni e ricerche in corso, avec la collaboration de G. Barbarisi et N. Boccara, Rome, Materiali della Società italiana di studi sul secolo XVIII, 1985.

Ricuperati 1977 = G. Ricuperati, L’epistolario dei fratelli Verri, dans Nuove idee e nuova arte nel ‘700 italiano. Atti del convegno internazionale, Roma, 19-23 maggio 1975, Rome, 1977.

Scotti – Cristiano 2002 = M. Scotti, F. Cristiano, Storia e bibliografia delle edizioni nazionali, Milan, 2002.

Traversier 2017 = M. Traversier (éd.), Le journal d’une reine. Marie-Caroline de Naples dans l’Italie des Lumières, Ceyzérieu, 2017.

Viola 2004 = C. Viola, Epistolari italiani del Settecento. Repertorio bibliografico, Vérone, 2004.

Viola 2008 = C. Viola, Epistolari italiani del Settecento. Repertorio bibliografico. Primo supplemento, Vérone, 2008.

Viola 2015 = C. Viola, Epistolari italiani del Settecento. Repertorio bibliografico. Secondo supplemento, Vérone, 2015.

Viola 2011 = C. Viola (éd.), Le carte vive : epistolari e carteggi nel Settecento, Rome, 2011.

Waquet 1989 = F. Waquet, Le modèle français et l’Italie savante. Conscience de soi et perception de l’autre dans la République des lettres (1660-1750), Rome, 1989.

Haut de page

Notes

1 Ricuperati 1977, p. 239-281.

2 « Il Caffè » 1998, p. 310.

3 La « prima serie », de l’Edizione nazionale delle opere di Pietro Verri, sous la direction de Carlo Capra, est dédiée aux œuvres complètes de l’aîné des Verri, en six volumes. Elle avait été projetée dès la seconde moitié des années 1990, après que les archives de la famille Verri eurent été confiées à la Fondazione Raffaele Mattioli per la storia del pensiero economico, puis à l’occasion du bicentenaire de la mort de Pietro Verri, en 1997. Elle fut stimulée également par la publication de la somptueuse et monumentale Edizione nazionale delle opere di Cesare Beccaria, parue sous la direction de Luigi Firpo puis de Gianni Francioni. Sur les éditions nationales italiennes, voir également l’article de C. Viola, « Edizioni a stampa di epistolari di letterati italiani. Tendenze e iniziative », dans le présent volume.

4 Casati 1879a, p. IX.

5 Ibid., p. XV.

6 Ibid., p. IX et X.

7 Ibid., p. X.

8 Casati 1880, p. XVI.

9 Gnoli 1879, p. 760 : «tutto cio è scritto in quella lingua spuria che usavano i filosofi italiani dello scorso secolo, nuovo mostro nato da illegittimo congiungimento di francese e italiano : onde, specialmente nelle lettere d’Alessandro, non è da spaventarsi, come Dante, se s’incontrino per via regrettare, chiamar conto, eccessivato, abituatezza, e simili fiere. »

10 Ibid., p. 759-760.

11 Ivi, p. 771.

12 Gnoli 1880, p. 792.

13 Ibid.

14 Ibid.

15 Alessandro annonçait en novembre 1780 qu’il renvoyait à Milan les lettres reçues de son frère, mais la trace de ces documents s’est perdue. Quant aux lettres de Pietro à Alessandro des années 1780-1797, il est probable qu’elles aient été brûlées après la mort du second. Voir Carteggio 2008, « Nota introduttiva », note 1, p. XVI-XVII.

16 Sur l’histoire des éditions nationales en Italie, nous renvoyons à la note 3, supra, et à Scotti – Cristiano 2002.

17 Carteggio 1910, p. VIII.

18 Ibid., p. VII.

19 Pour la situation textuelle du Carteggio dans son ensemble, voir Panizza – Costa 1997, p. 93-116 et 137-169.

20 Viaggio 1980, « Nota al testo », p. 496-497.

21 Carteggio 1910, p. VIII.

22 Signalons que le texte édité par G. Gaspari est disponible en ligne, sans apparat critique, sur le portail Illuminismo lombardo dirigé par G. Francioni : http://illuminismolombardo.it/carteggio-di-pietro-e-alessandro-verri-i-ottobre-1766-dicembre-1767/.

23 Postigliola 1985.

24 Sara Rosini antidate leur disparition aux années de la guerre.

25 Comme le relève Sara Rosini, certaines marques apposées par les éditeurs des XIXe et XXe siècles sur les manuscrits des lettres de Pietro et Alessandro Verri témoignent de leur pratique censoriale : « […] si tratta in maggior parte di parentesi, apposte in previsione dello stralcio di parti esclusivamente amministrative, o che si riteneva andassero omessi (eccessi verbali, accuse violente alla famiglia, commenti sarcastici sulle gerarchie ecclesiastiche, ecc.) » (Carteggio 2008, « Nota ai testi », p. 1345).

26 Panizza – Costa 2000.

27 Carteggio 2008, p. 1339-1340.

28 Casati 1879, p. X.

29 Casati 1880, p. 66.

30 Casati 1879, p. 339, 347 et 382.

31 Voir la lettre d’Alessandro Verri du 19 octobre 1766 (ibid., p. 226) : Casati omet, sans indication de coupe, les deux paragraphes conclusifs comportant des considérations sur la libéralité des mœurs parisiennes, sur le comportement de Beccaria et sur l’itinéraire de retour d’Alessandro en Italie.

32 Carteggio 1940, note 1, p. 91.

33 Je renvoie pour cet aspect à Musitelli 2019a.

34 Carteggio 1919, p. 23.

35 Ibid., p. 31 et note 2.

36 Ibid., p. 32-33.

37 Carteggio 1940, p. 68.

38 Viola 2011.

39 Traversier 2017, « Introduction » : « Éditer sans trahir », p. 181.

40 Ibid.

41 Postigliola 1985, « Introduzione », p. 8 : « gli interventi restaurativi vanno ridotti al minimo. In generale, conviene dunque attenersi al criterio di una “fedeltà pedante”. Anche per quanto riguarda l’emendamento di evidente errori ortografici […] ». Postigliola réaffirme la nécessité d’une « fedeltà assoluta all’originale » et la « netta prevalenza di un criterio rigorosamente conservativo », y compris en matière de ponctuation (p. 9).

42 Carteggio 2012, « Nota ai testi » de S. Rosini, p. 455. Voir également Carteggio 2008, « Criteri di edizione », p. 1342 : « il materiale epistolare riceve in questa sede un trattamento scrupolosamente conservativo », explique S. Rosini, qui conserve la graphie erronée des mots étrangers et latins, l’usage « irrationnel » des majuscules, les abréviations, etc.

43 Ivi, p. 1341.

44 Viaggio 1980, « Nota al testo », p. 500.

45 Ibid., p. 502.

46 Les originaux d’Alessandro Verri ayant été perdus pour les années 1782-1793, l’éditrice de ces volumes a eu recours aux transcriptions conservées auprès de la Società storica lombarda.

47 Casati 1880, note 1 à la lettre de Pietro Verri du 28 mai 1768, p. 173 : « Mi sono provato a decifrare sì lunga sfilza di cifre, ma non venni a capo di nulla ; forse il copista errò nella trascrizione ».

48 Viaggio 1980, « Nota al testo », p. 503. L’éditeur précisait, p. 502 : « Sono state sciolte le crittografie numeriche che qua e là affiorano nel manoscritto, in passi in cui i corrispondenti giudicarono opportuno che le loro confidenze non si palesassero agli occhi di qualche indiscreto lettore. »

49 P. Verri accusait Firmian, Kaunitz et Sperges d’intercepter et de lire sa correspondance (Musitelli 2018, p. 87-88).

50 Cf. Musitelli 2019b.

51 Cf. Panizza – Costa 1997, p. 100-101. Pour les sources des corpus épistolaires cités, se reporter à l’indispensable répertoire Viola 2004 (p. 601-604) et à ses suppléments : Viola 2008 (p. 194-195) et Viola 2015 (p. 395-397).

52 Panizza – Costa 1997, p. 95 : vingt-trois lettres sont signalées.

53 Cf. Musitelli 2019b.

54 Carteggio 2012, p. 64.

55 Rosini 1998.

56 Elles figurent en annexe de Bertrand – Pieretti 2019, appendice 2 « Le tappe mancanti nel diario della marchesa », p. 285-331, et appendice 3, « Un altro sguardo sul viaggio della marchesa », p. 333-367.

57 Morellet 2013, p. 188. Corrado Viola signale simplement « notizia di 1 lett. del Verri al Morellet, 27.V.1767 » (Viola 2015, p. 395).

58 Carteggio 1910, p. 79 et 172.

59 Badinter 2008.

60 Lettres conservées à la Bibliothèque Ambrosienne (Ms Y 151 sup, f. 65-74 et Y 153 sup, f. 172-366), aux ASM et aux Archives de famille, de cour et d’État de Vienne. Voir Candiani 1987, II, p. 445-579.

61 Seules subsistent les lettres de Mirabeau à Longo, conservées au Musée Louis Arbaud d’Aix-en-Provence. Voir également Capra 2005.

62 Viaggio 1980, 31 mars 1767, p. 380.

63 Sur une Italie plus insérée et moins en retard qu’on ne le croit, voir le livre désormais classique de Waquet 1989 et Bertrand 2019.

64 Beaurepaire 2014, p. 88. Voir également les article de Beaurepaire et Sigrist dans ce numéro.

65 Postigliola 1985, propos rapportés p. 11.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Correspondance de Pietro et Alessandro Verri : tableau chronologique des sources et des éditions. (Je remanie et complète, pour la partie « Sources », le tableau synoptique de Guidolin 2011, p. 32).
URL http://journals.openedition.org/mefrim/docannexe/image/10040/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Fig. 2 – AV, cart. 279 et 280. Le frontispice des deux premiers tomes du Copialettere où Pietro Verri fit transcrire sa correspondance avec Alessandro. Nous disposons de ce fait, pour un certain nombre de lettres d’Alessandro, de deux témoins d’époque : la lettre autographe et la copie de copiste dans le Copialettere.
Crédits Crédits photographiques : P. Musitelli, avec l’aimable autorisation de la Fondazione Raffaele Mattioli per la storia del pensiero economico, Milan.
URL http://journals.openedition.org/mefrim/docannexe/image/10040/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 3 – En haut : Carteggio 1923b, p. 123, lettre d’Alessandro à Pietro Verri, 15 décembre 1766, absente de l’édition de C. Casati. En bas : lettre restituée dans sa version intégrale par G. Gaspari en 1980.
URL http://journals.openedition.org/mefrim/docannexe/image/10040/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 714k
Titre Fig. 4 – Carteggio 1919, p. 31.
URL http://journals.openedition.org/mefrim/docannexe/image/10040/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Titre Fig. 5 – Lettre d’Alessandro à Pietro Verri, de Londres, le 29 décembre 1766, dans trois éditions successives.
URL http://journals.openedition.org/mefrim/docannexe/image/10040/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre Fig. 6 – Comparaison de trois éditions de la lettre d’Alessandro Verri du 26 novembre 1766. À gauche, le chiffre n’est pas élucidé ; au centre, le chiffre est élucidé et signalé en note de façon partielle : les mots « Dio », « culto » et « preti » (que nous soulignons) étaient également chiffrés ; à droite, l’édition de 1980 reporte en fin de volume toute mention du chiffre, ce qui rend l’adverbe « segretamente » (ligne 1) difficilement compréhensible pour le lecteur.
URL http://journals.openedition.org/mefrim/docannexe/image/10040/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Fig. 7. Gnoli 1879, p. 770. Les hypothèses de déchiffrement proposées par Gnoli sont dans l’ensemble justes. Les frères Verri ne respectant pas certains principes de précaution en vigeur dans les chancelleries (ils ne renouvellent pas régulièrement leur code numérique, ne recourent pas à d’autres langues que l’italien et incluent des mots chiffrés dans des phrases non chiffrées, ce qui rend patent le principe d’équivalence entre un nombre et une lettre), leurs échanges confidentiels ne devaient guère poser de difficulté pour les fonctionnaires de la censure postale autrichienne.
URL http://journals.openedition.org/mefrim/docannexe/image/10040/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 358k
Titre Fig. 8a – AV, cart. 252.3, f. 33 v° et 34 r° : lettre autographe d’Alessandro Verri, Rome, 7 septembre 1768, double page intérieure. À gauche, le code est élucidé à l’interligne, sans doute de la main de Pietro. Dans la partie inférieure, le code est de surcroît brouillé. À droite, le code est également brouillé après déchiffrement (le pointage au-dessus des chiffres semble l’indiquer). On retrouve dans le Copialettere cette même variété de cas : code non déchiffré et non altéré (AV, cart. 280, f. 188 : lettre de Pietro Verri du 8 juillet 1769), code élucidé à l’interligne parfois barré ou brouillé (ibid., f. 51 : lettre d’Alessandro Verri du 1er octobre 1768).
Crédits Crédits photographiques : P. Musitelli, avec l’aimable autorisation de la Fondazione Raffaele Mattioli per la storia del pensiero economico, Milan.
URL http://journals.openedition.org/mefrim/docannexe/image/10040/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 2,9M
Titre Fig. 8b – Édition de cette même lettre dans Carteggio 1910, p. 27-28. L’inclusion d’expressions écrites en toutes lettres au cœur du passage chiffré (visible en 8a) n’est pas explicitée.
URL http://journals.openedition.org/mefrim/docannexe/image/10040/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 414k
Titre Fig. 9 – AV, cart. 253, f. 38 r° et 39 r° : lettres d’Alessandro Verri, de Rome, 8 avril 1769. À droite, lettre privée destinée à Pietro s’ouvrant par ces mots : « Questo sia il sermo fidelis tra di noi ; l’altra è ostensibile » ; à gauche, lettre présentable à la famille et aux amis (publiées dans Carteggio 1910, p. 232 et p. 234).
Crédits Crédits photographiques : P. Musitelli, avec l’aimable autorisation de la Fondazione Raffaele Mattioli per la storia del pensiero economico, Milan.
URL http://journals.openedition.org/mefrim/docannexe/image/10040/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1018k
Titre Fig. 10 – On pourrait, en partant du Carteggio des frères Verri et des relations cultivées par les deux épistoliers, reconstituer un diagramme qui recense les correspondances documentées ou attestées entre les principaux membres de l’Accademia dei Pugni, les hommes de lettres et de sciences et le personnel politique de leur temps. Il est cependant acquis qu’une carte qui permettrait de saisir d’un regard une situation complexe, historiquement variable et quantitativement différenciée est un défi impossible à relever, surtout en deux dimensions ; il faut plutôt envisager cette tentative de modélisation comme un outil heuristique d’aide à la recherche, permettant de repérer les liaisons supposées, les fonds à répertorier, la structuration des pratiques de travail, etc.
URL http://journals.openedition.org/mefrim/docannexe/image/10040/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Musitelli, « De la correspondance au réseau : déchiffrer, éditer, reconstituer », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines, 132-2 | 2020, 383-399.

Référence électronique

Pierre Musitelli, « De la correspondance au réseau : déchiffrer, éditer, reconstituer », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [En ligne], 132-2 | 2020, mis en ligne le 31 décembre 2020, consulté le 18 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/mefrim/10040 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mefrim.10040

Haut de page

Auteur

Pierre Musitelli

École normale supérieure – Université PSL, Institut des textes et manuscrits modernes – pierre.musitelli@ens.psl.eu

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search