Navigation – Plan du site

AccueilNuméros132-2VariaLes archives de l’Associazione na...

Varia

Les archives de l’Associazione nazionale per soccorrere i missionari italiani (ANSMI)

Redécouverte d’un fonds, projet de préservation et perspectives de recherche
Annalaura Turiano et Karène Sanchez Summerer
p. 451-466

Résumés

Plusieurs recherches ont mis en avant le rôle joué par l’Associazione Nazionale per Soccorrere i missionari italiani (ANSMI) à l’heure des rivalités impériales en Méditerranée. La richesse des fonds documentaires détenus par l’association reste encore insuffisamment connue, ne serait-ce que pour des difficultés d’accès et de consultation. Cet article se propose de rendre compte des archives de l’ANSMI, de leur état de conservation, de leurs usages, ainsi que des actions de recensement, classement et catalogage menées dans le cadre d’un projet visant à leur préservation. En mettant en avant le potentiel des archives de l’association pour une histoire renouvelée de la présence italienne en Méditerranée, nous entendons contribuer aux réflexions sur l’importance des archives privées pour la connaissance historique.

Haut de page

Notes de l’auteur

La rédaction de cet article a été possible grâce à la disponibilité et la générosité de M. Maiuri, secrétaire de l’ANSMI, qui nous a ouvert les portes de l’association et a répondu à l’ensemble de nos interrogations concernant l’historique du fonds et ses usages.

Texte intégral

Introduction

  • 1 De Certeau 1975, p. 100.
  • 2 Grange 1994.
  • 3 Avant Grange, seule l’historienne Ornella Pellegrino Confessore s’est intéressée aux archives de l (...)
  • 4 À propos de la Société de géographie et de l’institut colonial italien, voir Monina, 2002.
  • 5 Grange 1994, p. 825 sq.

1L’opération historiographique, repose, selon la formulation de Michel de Certeau, sur le geste de « mettre à part, de rassembler, en muant ainsi en documents certains objets repartis autrement »1. C’est sans doute animé par cette pensée que Daniel Grange a entrepris un des travaux pionniers sur la politique méditerranéenne de l’Italie au tournant du XXe siècle, en s’appuyant, entre autres, sur les archives de l’Associazione nazionale per soccorrere i missionnari italiani (ANSMI)2. Lorsqu’en 1994 paraît son ouvrage monumental L’Italie et la Méditerranée (1896-1911), les archives de l’association, qu’il mobilise pour rédiger les chapitres dédiés aux missions catholiques et au protectorat religieux en Orient, sont peu connues3. À partir de ces fonds inédits, l’historien montre comment l’ANSMI contribue, à côté d’autres organismes (Société de géographie, Instituts de culture et associations linguistiques)4, à l’expansionnisme italien à la veille de la conquête de la Tripolitaine (1911)5.

  • 6 Basé sur la pratique diplomatique, le protectorat comprend, dans sa plus large acception, la tutel (...)
  • 7 Sur l’expansionnisme italien et le mythe de la grande nation, voir Gentile 2006.

2L’association est fondée à Florence en 1886. Émanant d’une frange de la bourgeoisie catholique italienne, elle entend contribuer à la réalisation d’une « plus grande Italie » en finançant la création d’écoles, d’orphelinats, d’hôpitaux et de dispensaires missionnaires en Méditerranée. À la fin du XIXe siècle, les missions catholiques établies en Méditerranée sont soumises au protectorat religieux de la France6. À l’heure où l’Italie s’emploie à accroître son influence dans le bassin méditerranéen, les membres de l’association envisagent de soustraire les missions au monopole français et de les insérer dans un cadre national7. D’où la référence au « secours », moral et financier, contenue dans le nom de l’association. Sa fondation révèle ainsi le profond enchevêtrement entre politique, religion et humanitaire dans les projets impérialistes italiens.

  • 8 Du Maroc à la Jordanie, l’ANSMI est propriétaire de plusieurs écoles et hôpitaux, qui, sur place, (...)

3Les riches fonds documentaires de l’ANSMI sont aujourd’hui conservés à Rome dans les locaux de l’association qui s’est établie dans la capitale italienne durant l’entre-deux-guerres. De nos jours, le secrétariat de l’association gère les affaires courantes, relatives au financement de quelques structures éducatives et hospitalières au Maghreb et au Moyen-Orient8. Très centralisée, l’ANSMI a entretenu une correspondance directe avec ses bénéficiaires dans les pays de mission. Cela explique l’abondance des fonds conservés dans le siège de l’association à Rome.

  • 9 Nous faisons référence ici au tabou qui a longtemps caractérisé l’histoire coloniale italienne don (...)

4Cette richesse documentaire est restée pendant longtemps inconnue ne serait-ce que pour des difficultés d’accès et de consultation. Les archives de l’association ont connu en effet des phases successives de fermeture et de réouverture qui révèlent autant d’enjeux mémoriels et, notamment, la persistance d’un rapport complexe à la mémoire du passé colonial de l’Italie, par ailleurs non spécifique à l’ANSMI9. En outre, comme c’est le cas pour d’autres archives privées, l’accès aux fonds de l’association et leur consultation ne sont pas soumis à une réglementation précise et valable pour tout chercheur qui s’y intéresse. Les locaux restreints du secrétariat, ainsi que l’absence d’un personnel spécifiquement en charge des archives, ne permettent pas d’accueillir plus d’un chercheur à la fois.

  • 10 Turiano 2016 ; Pieraccini 2017.

5Récemment, alors qu’une nouvelle génération de chercheurs s’intéresse à ses archives10, l’ANSMI est devenue soucieuse de préserver une partie de son riche patrimoine documentaire. Le fonds de l’association est remarquable par l’ampleur des documents qui y sont conservés. Les espaces scripturaires concernés sont très hétéroclites : correspondances (avec les missionnaires, le ministère italien des Affaires étrangères, les consulats, d’autres gouvernements d’États européens), publications périodiques destinées à collecter des fonds, sources iconographiques, rapports missionnaires, ou encore des productions à la jonction entre plusieurs de ces genres. Or, certaines de ces archives ont été confrontées à une détérioration constante à cause de l’absence de protocoles de conservation et d’un personnel chargé de leur entretien.

  • 11 Nougaret 2006.

6Notre propos est de rendre compte de ces fonds, de leur état de conservation et d’accessibilité, de l’attitude des acteurs chargés de leur conservation ainsi que des actions de recensement, de classement et de catalogage menées dans le cadre d’un projet récent visant à leur préservation. De ces objectifs et de cette démarche découle le caractère essentiellement descriptif de cet article. Après un court historique de l’association, nous nous pencherons sur la constitution du fonds documentaire et son état actuel de conservation. Nous nous interrogerons enfin sur le potentiel des archives de l’ANSMI pour une histoire renouvelée de la présence italienne en Méditerranée. Nous espérons apporter ainsi une contribution aux réflexions sur la place des archives privées pour la connaissance historique11.

Pro fide et patria : l’action de l’ANSMI en Méditerranée (1886-1965)

  • 12 Le fait que l’association ait été fondée à Florence n’est pas anodin. En plus d’avoir été pendant (...)
  • 13 Après les années 1870, le terme « terre irredente » se réfère aux territoires austro-hongrois comp (...)
  • 14 Pécout 2004, p. 285. Pour une analyse du réseau associatif, nous renvoyons à Grange (1994), qui dem (...)

7La fondation de l’ANSMI à Florence en 1886 est à mettre en lien avec la floraison d’associations, d’instituts et d’autres d’organismes privés qui prônent la réalisation d’une « plus grande Italie »12. Au tournant du XIXe siècle, l’ensemble de ces organismes joue un rôle de premier plan dans l’élaboration d’un nationalisme expansionniste. La Dante Alighieri (1889) en fait partie. Son but initial est la défense de la langue et de la culture des Italiens dans le monde, notamment ceux qui habitent les terres irrédentes13. Par son exaltation de l’italianité, cette association finit, comme le relève Gilles Pécout, « par donner à l’impérialisme italien sa légitimité culturelle »14.

  • 15 En 1894, il passe à la direction du musée des antiquités de Turin où le siège de l’ANSMI est établ (...)
  • 16 Grange 1994, p. 998.

8La spécificité de l’ANSMI repose sur l’orientation politique de ses membres et sur ses objectifs spécifiques. L’initiateur en est l’égyptologue Ernesto Schiaparelli (1856-1928). Directeur en 1886 du département d’égyptologie du musée de Florence, il est issu du milieu catholique transigeant15. Cette frange de la bourgeoisie catholique italienne prône un rapprochement entre l’Église et le jeune État italien dont les relations sont officiellement interrompues du fait de la Questione romana. Elle voit dans cette réconciliation un moyen de favoriser l’expansion de l’Italie catholique au-delà de ses frontières géographiques. Comme le relève Daniel Grange, pour ce courant conciliateur, « expansion coloniale, réconciliation entre Église et État, stabilité interne du pays et grandeur nationale » constituent les différentes parties d’un tout16.

  • 17 Pieraccini 2016, p. 72.
  • 18 Schiaparelli 1888, p. 12.
  • 19 À propos de l’Œuvre d’Orient, voir Legrand – Croce 2010.

9Schiaparelli estime en particulier que la promotion de l’italianité en Afrique orientale et en Méditerranée doit aller de pair avec la diffusion de la « civilisation chrétienne ». Durant ses campagnes de fouilles en Haute-Égypte, il entre en contact avec la mission franciscaine qui gère plusieurs écoles dans la vallée du Nil dont la langue véhiculaire est l’italien, mais dont les ressources économiques sont limitées17. Progressivement, l’égyptologue envisage la fondation d’une association dont le but serait l’expansion des intérêts italiens en Méditerranée par le biais du soutien aux missionnaires. En 1888, durant un discours qu’il prononce à Florence, il prône une « pénétration pacifique » dont les missionnaires, qu’il qualifie de « soldats de civilisation », seraient les vecteurs18. L’Œuvre d’Orient, fondée à Paris une trentaine d’années auparavant (1856), dans le but de soutenir les écoles des congrégations religieuses implantées dans les provinces de l’Empire ottoman, fournit à Schiaparelli un modèle à suivre et à concurrencer19.

  • 20 Revue mensuelle jusqu’en 1884, puis bimensuelle, la Rassegna Nazionale se veut l’organe de presse (...)
  • 21 Grange 1994, p. 777.

10Les autres membres de l’ANSMI sont issus à leur tour de l’aristocratie et de la grande bourgeoisie catholiques transigeantes. En font partie entre autres l’économiste et sénateur Fedele Lampertico, le philosophe Augusto Conti et le directeur de la revue Rassegna Nazionale, Manfredo de Passano20. Pour ce milieu, les missions catholiques au Proche-Orient, avec leur réseau d’écoles, de paroisses et d’œuvres de bienfaisance, constituent un terrain favorable pour la réconciliation entre les deux Rome (la Rome de l’Église catholique et la Rome capitale du nouveau royaume unifié), pourvu qu’elles soient placées sous la protection italienne21.

  • 22 Les missions qui dépendent de l’Église catholique romaine.
  • 23 Grange 1994, p. 761 sq.
  • 24 L’Égypte, et plus particulièrement la Haute-Égypte, occupe une place de premier plan dans les débu (...)

11Au XIXe siècle, les missions latines d’Orient22 relèvent, dans leur grande majorité, du protectorat religieux de la France. Partisans d’une remise en question de ce monopole français, les membres de l’ANSMI voient dans l’association l’instrument idéal à travers lequel amener les missions dans le giron italien23. Ainsi, dès l’origine, finalités religieuses, culturelles et patriotiques se trouvent-elles conjuguées dans l’agenda de l’association. L’activisme d’Ernesto Schiaparelli, qui restera jusqu’à sa mort l’âme et le moteur de l’association, ainsi que ses liens avec un réseau transnational d’acteurs diplomatiques, ecclésiastiques et missionnaires, expliquent la rapidité avec laquelle les projets sont mis en chantier24.

  • 25 Mantegazza 1888.

12Cependant, du fait de sa nature hybride, à la jonction entre le religieux et le politique, et de la personnalité forte de son animateur, l’association se heurte à plusieurs difficultés dans l’Italie de Crispi (1887-1891 et 1893-1896). La défiance à la fois des milieux intransigeants et des anticléricaux, qui l’accusent de chercher une trop grande compromission avec les acteurs religieux, en entrave le développement25. En outre, ne pouvant compter que sur les seules cotisations des membres et les ressources envoyées par les comités locaux, elle se heurte à des difficultés financières durant les premières décennies de son existence.

  • 26 Lors de la révolte des Boxers (1899-1901), durant laquelle les insurgés s’en prennent aux légation (...)
  • 27 AANSMI, 21/E, L’associazione nazionale e le indennità cinesi, Promemoria.
  • 28 Laurens 2017 ; Cabanel 2006.

13La donne change au tournant du XXe siècle. Devenue organisme moral en 1891, l’association parvient à assurer son autonomie et à démultiplier ses activités à partir de 1902, lorsqu’elle est chargée par le ministère des Affaires étrangères de gérer les indemnités versées par la Chine après la révolte des Boxers26. Une partie de ces ressources inattendues sont employées pour étendre l’action de l’association dans les provinces de l’Empire ottoman27. En cela, les priorités qu’elle se fixe reflètent l’intérêt que représente l’Empire ottoman aux yeux des puissances européennes. Ces dernières s’emploient depuis des décennies à élargir leur sphère d’influence économique, politique et culturelle dans la Méditerranée orientale28.

  • 29 C’est le cas de l’école de l’école d’Arts et métiers d’Alexandrie (1897), confiée aux salésiens et (...)
  • 30 Grange 1994, p. 846.
  • 31 AANSMI, 9/A, Lettera di Carletti, console generale, a Schiaparelli, Gerusalemme, 19 juin 1903.

14Dans le cadre de ces rivalités impériales, l’action de l’association se traduit par la construction d’écoles et d’hôpitaux, le soutien financier offert aux missions et missionnaires et par l’achat de terrains29. Multipliant les investissements et les opérations immobilières, l’ANSMI se trouve à la tête d’un patrimoine important, notamment en Égypte et en Palestine30. Dans ces deux zones, l’association peut compter sur l’aide des consuls qui, sans soutenir officiellement la cause de l’ANSMI, en favorisent l’implantation au nom des intérêts italiens au Levant31.

  • 32 En juillet 1904, les relations diplomatiques entre Paris et le Saint-Siège sont interrompues. En 1 (...)
  • 33 Grange 1994, p. 787.
  • 34 Pieraccini 2016, p. 136.

15Par ailleurs, entre 1903 et 1906, l’activisme de Schiaparelli et d’agents locaux (consuls, agents de commerce) proches de l’ANSMI, d’une part, et la détérioration des rapports entre le Saint-Siège et la France, d’autre part,32 permettent à l’association de réaliser son ambition initiale, à savoir rallier un certain nombre de missions à l’Italie33. Mettant fin au protectorat religieux exclusif de la France, l’accord entre les gouvernements de Rome et de Paris (1905) reconnaît officiellement le droit des missions italiennes à passer sous le protectorat italien34.

  • 35 Seul le dispensaire de Damas reste ouvert, sous la direction de deux religieuses salésiennes de nat (...)
  • 36 En 1919, à Jérusalem, sont entrepris les travaux d’édification de l’hôpital italien et d’une école (...)

16L’essor que connaissent les fondations de l’ANSMI est interrompu par la Première Guerre mondiale, qui entraîne la fermeture de la plupart des instituts implantés dans les provinces ottomanes35. Néanmoins, à partir de 1919, grâce aux subsides du ministère italien des Affaires étrangères, non seulement les anciennes activités reprennent, mais de nouveaux établissements sont fondés36.

  • 37 AANSMI, 21/E Commissario Straordinario, pro-memoria 1936.
  • 38 Depuis 1930, ce hiérarque fasciste est à la tête de la Direction des Italiens à l’étranger. Créée (...)
  • 39 AANSMI, 21/E Nomina commissario straordinario, 25 juillet 1933.
  • 40 Nous reviendrons infra sur les œuvres annexes - Italica Gens et Opera Bonomelli.

17À partir des années 1930, le gouvernement fasciste exerce un contrôle plus strict sur l’univers associatif et place ses hiérarques à la tête des organes de direction des associations37. Après la dissolution du conseil des délégués et du comité central, Piero Parini38 est nommé commissaire temporaire de l’ANSMI39. Le nouveau nom qui lui est attribué, « Italica Gens-ANSMI », atteste de la volonté de mieux coordonner les activités de l’association avec celle de son « œuvre » annexe (l’Italica Gens)40.

  • 41 Piano 1940 circa, p. 400-402.

18La collaboration entre l’ANSMI et le ministère des Affaires étrangères s’intensifie et résulte dans une expansion des activités directement administrées par l’association. En 1938, elle compte plus de deux cents instituts (scolaires et hospitaliers) implantés dans une trentaine de pays (du Maroc à la Chine). Le gouvernement italien lui confie la gestion de nombreuses écoles dépendant du ministère des Affaires étrangères en Méditerranée notamment en Grèce, en Syrie et en Égypte. Dans le Dodécanèse annexé par l’Italie (Rhodes, Kos et Leros), l’association se trouve à la tête d’un réseau étoffé d’institutions scolaires et hospitalières41.

  • 42 AANSMI, 21/E, Appunti sulla situazione finanziaria dell’Italica Gens, 7 août 1944.

19L’éclatement de la Seconde Guerre mondiale met un frein à cet essor. En Égypte, en Palestine et en Transjordanie, l’ensemble des biens appartenant à l’association (terrains, bâtiments scolaires et sanitaires) sont mis sous séquestre après l’entrée en guerre de l’Italie contre le Royaume-Uni. Certaines écoles parviennent à rouvrir leurs portes grâce à la médiation des délégations apostoliques (c’est le cas des institutions dirigées par les Franciscains en Haute-Égypte)42. La guerre constitue néanmoins un tournant pour l’association qui voit ses activités et son patrimoine immobilier sensiblement réduits.

  • 43 AANSMI 13/A, Guariglia a Parini, 10 février 1960.
  • 44 C’est le cas en Égypte où l’association est obligée de mettre en vente une partie de ses terrains (...)

20En effet, seule une partie des propriétés réquisitionnées pendant le conflit est rendue à l’ANSMI entre 1948 et 194943. À l’heure des décolonisations, les réformes agraires et les politiques de nationalisation menées dans certains pays comme l’Égypte et la Syrie poussent l’ANSMI à mettre en vente une partie de ses propriétés (terrains agricoles, immeubles etc.) ou à les céder aux Églises locales44. L’argent des ventes et les indemnités de guerre sont alors réinvestis en Italie, terrain considéré plus sûr au moment où le conflit israélo-arabe et l’instabilité politique rendent l’avenir incertain au Proche-Orient.

État des fonds et leurs usages

  • 45 Le siège de l’ANSMI était situé jusqu’alors à Turin.

21Dès sa création, l’ANSMI a veillé à constituer des archives qui sont à ce jour installées au deuxième étage d’un bâtiment du XIXe siècle, situé rue Cavour, dans le centre de Rome, siège de l’association depuis les années 192045. Elles sont conservées dans deux pièces saines, convenablement équipées de rayonnages en partie métalliques (environ 50 mètres linéaires), en partie en bois, qui tendent cependant à s’affaisser sous le poids des dossiers d’archives (fig. 1). Il arrive en outre que la salle soit soumise à de fortes températures en été, mais elle ne présente aucune trace d’humidité.

  • 46 La nomenclature utilisée reprend celle des archivistes de ASF, section France. Selon l’article R21 (...)

22L’association conserve les archives « intermédiaires » (archives qui n’ont plus d’utilité courante pour les services, mais qui peuvent encore avoir un intérêt occasionnel, notamment juridique) et « définitives » (archives à caractère historique) en partie versées par les différents établissements46. Environ 90 mètres linéaires y sont conservés. La plupart des documents sont contenus dans des boîtes conçues spécifiquement à cet usage et datant de la constitution des dossiers, hormis quelques documents conservés dans des cartons de récupération (cartons de ramettes de papier).

  • 47 Jusqu’aux années 1980, un employé, qui avait travaillé auparavant auprès de l’Azione cattolica, ét (...)
  • 48 Naepels 2008.
  • 49 Datant, d’après M. Maiuri, des années 1960.

23Il ne s’agit pas d’archives au sens d’un lieu impliquant des pratiques codifiées et un personnel qualifié, pourvu d’une formation spécifique, puisque les documents d’archives se situent dans la pièce qui jouxte celle du secrétariat, et sont gérées par le secrétaire général de l’ANSMI47. Au-delà des enjeux mémoriels, la conservation des archives s’est placée, durant la première moitié du XXe siècle, comme c’est aussi le cas de nombreuses institutions missionnaires, dans une logique d’autojustification sur la légitimité et les progrès de l’œuvre, face à des ennemis potentiels (l’administration laïque des pays autres que l’Italie, par exemple) ou en vue de soutiens financiers48. La mise en archives des documents a connu plusieurs phases à mesure que l’ANSMI étendait ses activités, comme l’atteste la présence d’anciens inventaires et catalogues, qui ne correspondent plus au classement actuel49.

  • 50 Sur la définition d’archives « en vrac », voir Vatican 2016 ; sur les récolements, voir la circula (...)

24À présent, les archives historiques de l’ANSMI se répartissent entre a) des archives classées et répertoriées, b) des archives classées, pour lesquelles aucun répertoire ni inventaire n'ont pu être retrouvés et c) des archives « en vrac », non classées50. À la première catégorie appartient la correspondance avec les autorités ecclésiastiques, les diplomates, les missionnaires, les architectes et les enseignants dépendant de l’ANSMI. Ce fonds conséquent est réparti entre deux séries chronologiques : l’archivio vecchio couvrant la période entre 1887 et 1945 et l’archivio nuovo de 1945 à 1977. Beaucoup plus conséquent que l’archivio nuovo, l’archivio vecchio atteste de l’étendue des activités de l’association et du réseau transnational que Schiaparelli et ses successeurs ont réussi à tisser autour de l’ANSMI jusqu’à la Seconde Guerre mondiale.

  • 51 Archilogica, 2019.

25Il n’existe pas d’inventaire ni de liste analytique de ces deux séries. Les seuls répertoires existants sont des listes récapitulatives qui décrivent de manière sommaire les principaux thèmes des fichiers classés selon un ordre alphanumérique en fonction des zones géographiques ou de l’identité des interlocuteurs51. À titre d’exemple, l’ensemble des œuvres que l’ANSMI gère en Palestine jusqu’à la Seconde Guerre mondiale est classé sous le chiffre 9. Les dossiers qui portent les côtes 9/A et 9/B contiennent respectivement la correspondance avec le consulat italien et celle entretenue avec les autorités religieuses et les missionnaires latins à Jérusalem entre 1887 et 1945.

  • 52 Godoli – Nuzzaci 2009.

26Les archives non répertoriées comprennent quant à elles 1) un fonds cartographique, 2) un fonds « titres de propriété » et, enfin, 3) un fonds iconographique. Exploité par Ezio Godoli et Anna Nuzzaci, respectivement historien de l’architecture et historienne de l’art à l’Université de Florence, le premier fonds conserve les plans des écoles et des hôpitaux réalisés par des architectes et ingénieurs recrutés par l’association52. Le fonds iconographique conserve des dizaines d’albums et de centaines de clichés (représentant de groupes scolaires, des édifices, des fouilles archéologiques et des paysages) qui attestent tout à la fois de l’étendue de l’association, de son activité immobilière et de l’importance accordée à la photographie comme témoignage, entre autres, du développement des œuvres dépendantes de l’ANSMI.

  • 53 Anheim – Poncet 2004, p. 7.

27Enfin, les archives « en vrac » comprennent à la fois des albums photographiques, des clichés (groupes scolaires, bâtiments), conservés dans une malle, et d’autres documents de nature diverse (correspondances, registres, livres de comptes) conservés sur des étagères métalliques dont l’identification a fait l’objet d’un projet mené en partenariat entre l’École française de Rome, l’Université de Leyde et deux membres de l’association Archivistes sans frontières (ASF), et sur lequel nous reviendrons plus en détail dans la suite du texte. Bien qu’ils n’aient pas été soumis à une « double construction », « une première en tant que documents, une seconde en tant qu’archives », selon les termes d’Anheim et Poncet53, ces matériaux relèvent d’une volonté de conservation, de mise à part, qui nous a amenées à utiliser le mot « archive » dans une acception large.

  • 54 Entretien avec M. Maiuri, 22 juin 2019.

28Il nous est rapidement apparu qu’il s’agissait de fonds autour desquels s’étaient noués des conflits entre les tenants d’une Italie catholique et ceux d’une Italie plus laïque, élément fondamental pour comprendre les logiques de préservation et les usages de ces archives. À ce jour, en effet, la consultation et l’exploitation de cette masse documentaire sont demeurées très limitées. Comme l’a relevé lors de nos entretiens M. Maiuri, secrétaire de l’association depuis la fin des années 1980, pendant longtemps, la consultation des archives de l’ANSMI a été réservée de manière quasi-exclusive aux personnes de confiance et plus particulièrement aux membres des congrégations religieuses qui ont collaboré et collaborent (franciscains, franciscaines, salésiens et salésiennes, entre autres) avec l’association. Les historiens laïcs n’ont été admis que tardivement et de manière sélective54.

  • 55 Ibid.
  • 56 Pellegrino Confessore 1976, p. 239.
  • 57 Labanca 2002, p. 481 sq.
  • 58 Entretien avec M. Maiuri, 22 juin 2019.

29Cette politique restrictive est fréquente chez les structures associatives et les instituts missionnaires. Dans le cas de l’ANSMI, elle est à mettre en lien avec le souci de protéger l’association de tout récit pouvant porter atteinte à son image et à sa mémoire55. Dans les années 1970, l’historienne Ornella Pellegrino Confessore s’est intéressée aux archives de l’ANSMI dans le cadre de ses recherches sur les relations entre milieux catholiques et politique étrangère de l’Italie à la fin du XIXe siècle. L’article paru en 1976 dans le Bollettino dell’archivio per la storia del movimento sociale cattolico in Italia analyse la place de l’association dans la « phase aurorale » de l’impérialisme italien et met en avant son rôle dans l’essor d’une idéologie expansionniste notamment en Afrique orientale56. Au moment où interroger le passé colonial de l’Italie équivalait à briser un tabou57, l’article de l’historienne n’a pas été très bien reçu par les membres de l’association, craignant que son image en sorte ternie58. Les publications de Confessore ont engendré auprès des membres de l’association une certaine méfiance à l’égard du travail des historiens, qui s’est traduite par une nouvelle phase de fermeture des archives.

  • 59 Bertini 2002, p. 18.
  • 60 Le renouveau des études sur les missions, qui depuis les années 2000 a caractérisé à la fois l’his (...)
  • 61 Grange 1994.

30Au-delà des enjeux mémoriels propres à l’association, les chercheurs ont pendant longtemps ignoré l’existence de ces archives ou bien ils en ont sous-estimé la portée. Cela s’explique d’une part par le fait que l’historiographie a eu tendance pendant longtemps à privilégier les archives publiques, considérant les fonds privés comme des sources complémentaires ou tout au plus des renseignements d’appoint59. D’autre part, les acteurs religieux sont demeurés pendant longtemps aux marges de l’analyse historique sur la présence italienne en Méditerranée60. Il a fallu attendre les années 1990 pour que l’historien français Daniel J. Grange, obtienne l’autorisation d’accéder aux fonds de l’ANSMI dans le cadre de ses recherches sur l’Italie et la Méditerranée. Ses enquêtes sur le réseau d’associations qui préconisaient la réalisation d’une « plus grande Italie » l’amènent à s’intéresser à l’ANSMI. Il y consacre un chapitre entier dans son ouvrage monumental L’Italie et la Méditerranée (1896-1911)61. Les conditions de l’essor de l’association, ses premiers développements ainsi que le réseau de relations transnationales qu’elle a réussi à bâtir autour d’elle sont étudiés dans le détail. Cette recherche, qui s’arrête en 1911, montre tout l’intérêt des archives de l’ANSMI pour une histoire de la présence italienne en Méditerranée.

  • 62 Godoli – Nuzzaci 2009 ; Nuzzaci 2012 ; Godoli 2016. L’historiographie sur les architectes et les i (...)
  • 63 Turiano 2016 ; Pieraccini 2017.

31Une nouvelle enquête dans les archives de l’association a été menée au début des années 2000 par Ezio Godoli et Anna Nuzzaci. À partir notamment du fonds cartographique de l’ANSMI, ces derniers ont publié plusieurs articles et ouvrages sur les architectes italiens au service de l’association et leur activité en Afrique du Nord et au Moyen-Orient62. La politique d’ouverture des archives s’est poursuivie dans les années 2010 et de nouveaux chercheurs ont mobilisé les archives de l’ANSMI pour mener des enquêtes sur le phénomène missionnaire au Moyen-Orient et la participation de l’association à l’émergence à la fois d’une diplomatie culturelle et d’une politique linguistique de l’Italie dans la Méditerranée orientale63.

32Le regain d’intérêt envers ces fonds a suscité chez les membres de l’association une prise de conscience de la valeur et de la portée historique de leur patrimoine documentaire, qui se trouve en voie de détérioration. Non entretenues par manque de ressources financières, les archives de l’ANSMI sont en effet exposées à l’usure du temps. L’association gère encore aujourd’hui des hôpitaux et des écoles dans plusieurs pays de l’Afrique du Nord et du Moyen-Orient, mais des difficultés budgétaires l’ont contrainte à réduire progressivement son personnel. Accaparé par ses nombreuses fonctions administratives, M. Maiuri (seul employé travaillant actuellement au siège central de l’association) n’a ni le temps, ni la formation spécifique pour s’occuper des archives. En l’absence d’entretien et de reconditionnement depuis les années 1980, le papier s’effrite dans certains dossiers, les étagères en bois s’affaissent sous le poids des documents et des champignons sont apparus, notamment à l’intérieur du fonds iconographique (fig. 2).

  • 64 Entretien avec M. Maiuri, 22 juin 2019.
  • 65 Lacousse et al. 2006, p. 191 et 196.
  • 66 Programme quinquennal de l’EFR en partenariat avec l’IFPO, l’IFEA, l’IFAO, le Fscire et l’Universi (...)

33L’association a cherché il y a quelques années à mettre en place une convention avec l’Archivio centrale dello Stato (ACS). Le projet proposé consistait à verser les fonds de l’ANSMI à l’ACS en l’échange d’une version numérisée. Jugé trop onéreux par les responsables de l’ACS, ce projet n’a pas eu de suite64. D’autre part, bien qu’elle soit consciente des difficultés de gestion, l’ANSMI a préféré abandonner temporairement tout projet de versement par crainte d’être dépossédée de ses archives par l’État, crainte partagée par de nombreuses institutions détentrices de fonds privés65. L’ensemble de ces éléments a amené les auteurs du présent article, dans le cadre du programme de recherche MisSMO (Missions chrétiennes et sociétés au Moyen-Orient : organisations, identités, patrimonialisation XIXe-XXe siècles) accueilli par l’EFR66, à concevoir un projet de sauvegarde et de reconditionnement des archives de l’ANSMI afin d’en garantir une meilleure préservation et, à moyen terme, une plus grande accessibilité, en fonction des capacités d’accueil de l’ANSMI.

Fig. 1 – Les étagères où est conservé le fonds ancien au siège de l’ANSMI.

Fig. 1 – Les étagères où est conservé le fonds ancien au siège de l’ANSMI.

Source : A. Turiano, juin 2019.

Fig. 2 – Traces de champignons dans les archives.

Fig. 2 – Traces de champignons dans les archives.

Source : K. Sanchez Summerer, juin 2019.

Projet de préservation et découverte d’un fond inédit

  • 67 Dans le cadre du projet postdoctoral qu’elle mène à l’École française de Rome sur les missions fém (...)

34Une première prise de contact a été réalisée à l’automne 2018 entre l’ANSMI, Annalaura Turiano, qui avait commencé à travailler dans les archives de l’association67, Karène Sanchez Summerer dans le cadre d’un projet Van Moorsel en Rijnierse du NWO (Centre national de la recherche scientifique néerlandaise) et MisSMO. Dans un deuxième temps, grâce au soutien financier du NWO et de l’École française de Rome, le projet de préservation a été réalisé en deux étapes, du 10 au 14 juin 2019, avec la Société de conseil en archivage ArchiLogica, et du 24 au 27 juin 2019, avec Archivistes sans frontières (ASF).

35L’intervention des archivistes d’Archilogica a consisté en un reconditionnement partiel (un tiers environ) du fonds ancien (1887-1945), en un relevé d’archives photographiques méconnues et en l’établissement d’un inventaire. Les archivistes ont identifié chaque dossier documentaire en suivant la classification d’origine, vérifié les données figurant sur l’en-tête du dossier et contrôlé les données chronologiques des documents au sein de l’unité d’archivage. Ils ont ensuite inséré le fichier original dans une chemise en papier antiacide et placé ledit fichier dans une boîte antiacide pour une conservation à long terme.

36Pour les dossiers traités, un nouvel inventaire a été réalisé, dans un souci pédagogique de consultation aisée pour le secrétaire de l’association et les chercheurs désirant consulter le fonds ancien, dans la perspective du développement d’un catalogue ultérieur plus détaillé. L’inventaire fournit pour chaque fichier une série d’éléments analytiques concernant la datation et le contenu des documents qui y sont conservés (Tab. 1). Au total, 556 fichiers ont fait l’objet d’un recensement et 151 reconditionnés dans des chemises en papier antiacide. Les fichiers reconditionnés ont été insérés à l’intérieur de 80 boîtes d’archives.

Tab. 1 – Extrait de l’inventaire réalisé par ArchiLogica.

Fichier Carton De À Côte Nation Ville Contenu
128 18 1931 1945 3/C Albanie Scutari (Shkodër) Orphelines subventionnées dans les collèges des Filles de Marie Auxiliatrice (salesiennes)

37Le relevé des archives iconographiques méconnues a permis de mettre en avant la complémentarité avec certains fonds iconographiques d’archives religieuses ou missionnaires pour certaines zones (Égypte, Palestine ottomane et mandataire) : différentes étapes de construction, architecture, division du travail entre travailleurs locaux et européens en Palestine, intérieur des classes, photographies de femmes missionnaires, nombres d’élèves, visites de personnalités, visites de diplomates de plusieurs nationalités.

38Le fonds de l’ANSMI présente en effet plusieurs types de clichés. Les photographies des chantiers, des bâtiments et des locaux (d’écoles, chapelles, Églises, hôpitaux et dispensaires) témoignent de l’intense activité de construction promue par l’association, devenue presque fébrile dans l’entre-deux-guerres. À ces clichés s’ajoutent les photographies des missionnaires et des groupes scolaires en classe, dans la cour des écoles ou dans les salles des dispensaires et hôpitaux. Ces clichés donnent une identité visuelle aux élèves et aux patients et visent à célébrer l’activité humanitaire de l’association. L’ANSMI détient enfin plusieurs albums photographiques de sites et monuments archéologiques (de la Haute-Égypte notamment) qui témoignent de l’activité principale du fondateur et de ses collaborateurs, l’égyptologie. ArchiLogica a procédé à un nettoyage de l’ensemble du fond et à la conservation des clichés dans des chemises transparentes et des boîtes antiacide (fig. 3).

  • 68 Paradis – Pigier 2019, p. 2.

39À la suite de l’intervention d’ArchiLogica, la mission de deux membres d’Archivistes sans frontières a consisté en l’identification, en un premier nettoyage et en l’inventaire des archives en vrac entreposées sur des étagères en métal depuis les années 1970 dans l’attente d’un traitement (40 mètres linéaires d’archives, publications, documentation diverse) (fig. 4). Les documents identifiés étaient de nature diverse (brochures, registres comptables, album de photographies etc.). Certains de ces documents ont souffert de l’humidité, d’autres de l’effacement progressif de l’encre. Les archivistes ont opéré un reconditionnement et un premier catalogage des archives. À la plus grande surprise des archivistes et des auteurs du présent article, la plupart des documents identifiés ne relèvent pas des activités principales de l’ANSMI (soutien aux missionnaires dans le cadre de leurs activités au Moyen-Orient et en Afrique du Nord), mais de ses deux œuvres annexes, à savoir l’Opera Bonomelli et l’Italica Gens68(fig. 5).

Fig. 3 – Sauvegarde des photographies par ArchiLogica.

Fig. 3 – Sauvegarde des photographies par ArchiLogica.

Source : K. Sanchez Summerer, juin 2019.

Fig. 4 – Étagères sur lesquelles sont entreposées les archives en vrac.

Fig. 4 – Étagères sur lesquelles sont entreposées les archives en vrac.

Source : K. Sanchez Summerer, juin 2019.

  • 69 Pour approfondir, Rosoli 1989 ; Cannistraro – Rosoli 1979 ; Rosoli 1990.

40Il convient de s’attarder quelque peu sur ces deux organismes afin de comprendre l’importance de la découverte de ce fonds inédit pour une histoire des mobilités italiennes. L’Opera di assistenza agli operai italiani in Europa e nel Levante, (appelée plus tard Opera Bonomelli) naît en 1900 des échanges entre Schiaparelli et l’évêque de Crémone, Mgr. Geremia Bonomelli, qui s’inquiète de l’ampleur des migrations italiennes et du sort des migrants dans les pays d’arrivée. Créée à l’initiative de l’ANSMI, avec qui elle partage la même devise, « pro-patria et fide », l’Opera Bonomelli se propose de fournir une aide matérielle et spirituelle aux travailleurs italiens à l’étranger. Pour ce faire, elle s’appuie sur le réseau missionnaire chargé de créer, à côté des écoles et des chapelles, des bureaux (« segretariati ») dans le but d’assister les ouvriers italiens69.

  • 70 Rosoli 1990, p. 98.

41L’association Italica Gens est formée en 1909 dans le but de fédérer l’ensemble des institutions religieuses italiennes œuvrant notamment sur le continent américain. Comme l’Opera Bonomelli, l’association se propose d’ouvrir des centres et des bureaux afin d’assister les migrants dans toutes leurs démarches. L’association réussit à s’implanter de manière efficace et durable en Argentine, aussi grâce à la présence importante d’un clergé d’origine italienne. Lorsque les flux migratoires en direction des États-Unis s’essoufflent, c’est vers l’encadrement religieux et social des migrations internes à l’Italie que l’association se tourne, ce qui se traduit par la création d’antennes dans plusieurs villes de la péninsule70.

Fig. 5 – Une lettre adressée au secrétariat central de l’Italica Gens à New York, avril 1915.

Fig. 5 – Une lettre adressée au secrétariat central de l’Italica Gens à New York, avril 1915.

Source : A. Turiano, juin 2019.

  • 71 Cannistraro – Rosoli 1979.
  • 72 Rosoli 1990, p. 87.

42L’histoire de l’Opera Bonomelli a été retracée à partir des correspondances conservées au ministère des Affaires étrangères, au Centro Studi Emigrazione et à l’ACS71. Pour ce qui est de l’Italica Gens, l’historien des migrations Gianfausto Rosoli soulignait en 1990 la difficulté de restituer une histoire approfondie de cette association, à cause de l’impossibilité d’accéder aux archives72. On comprend alors à quel point les fonds conservés à l’ANSMI (qui incluent les correspondances de différents bureaux dépendant de deux œuvres annexes, des hospices qu’elles gèrent, en plus de plusieurs registres de comptes) constituent un matériau tout à fait inédit pour interroger le fonctionnement des deux œuvres, la géographie de leur implantation, la typologie des prestations offertes et le profil des migrants qui sollicitaient leurs services.

Des archives de l’ANSMI à une histoire renouvelée de la présence italienne en Méditerranée

  • 73 Saunier 2004 ; Werner – Zimmermann 2003. À propos des récents usages de l’histoire connectée dans (...)

43Nous venons d’évoquer l’apport des archives produites par les deux organismes satellites de l’ANSMI pour une histoire des mobilités italiennes et des modalités de leur encadrement en Europe et aux États-Unis. Les archives conservées au siège de l’association ouvrent aussi des pistes de recherche pour une histoire renouvelée de la présence italienne en Méditerranée et au Moyen-Orient. Nous nous limiterons à en mentionner quelques-unes en tenant compte des débats historiographiques récents et de la fécondité de certaines approches méthodologiques, telles que l’histoire transnationale et l’histoire connectée73.

  • 74 Monina 2002.

44Plusieurs recherches se sont récemment penchées sur les apports d’institutions non-gouvernementales et d’organismes privés dans la définition et la mise en œuvre des politiques expansionnistes européennes74. Si l’ouvrage monumental de Daniel Grange rend compte des premiers développements de l’ANSMI au moment de l’essor de l’impérialisme italien, une histoire de l’association au XXe siècle reste à faire. Les fonds relatifs aux écoles, aux hôpitaux et aux lieux de culte (églises et paroisses dirigées par l’ANSMI) pourraient être interrogés sur la manière dont se décline l’action de l’ANSMI dans les différentes provinces de l’Empire ottoman ainsi que sur ses redéploiements à l’heure des transitions impériales et après les indépendances.

  • 75 Robbins – Fisher 2009; Ferragu – Florian 2016.
  • 76 Jesné 2017 ; Aglietti – Grenet – Jesné 2020.

45Les archives de l’association peuvent également être interrogées pour éclairer une histoire de la diplomatie culturelle et humanitaire de l’Italie au Moyen-Orient, apportant ainsi une contribution aux travaux récents qui s’inscrivent dans la « nouvelle histoire diplomatique »75. Plus précisément, les correspondances avec le MAE tout comme les lettres échangées avec le personnel consulaire in loco sont à même d’éclairer la part du fait religieux dans l’histoire de la diplomatie italienne au Moyen-Orient, encore très peu étudiée, notamment pour ce qui est de la période postcoloniale. Ces archives pourraient être mises en regard avec les fonds qui existent à l’Archivio Storico diplomatico del Ministero degli Affari esteri (ASDMAE). Le croisement de ces sources permettrait d’apporter une contribution à l’historiographie en plein renouvellement sur les consuls et les réseaux consulaires en Méditerranée76.

  • 77 Sanchez Summerer – Frijhof 2017 ; Murre – Sanchez – Baarda 2020.
  • 78 Van Kessel 2016 ; De Nardis 2014.

46Plusieurs études se sont intéressées aux politiques linguistiques des puissances européennes aux Moyen-Orient77. Pour ce qui est de l’Italie, l’Associazione Dante Alighieri a fait l’objet d’un intérêt grandissant de la part des historiens78. Depuis sa fondation, la promotion de la langue italienne figure parmi les objectifs de l’ANSMI, et l’enseignement de la langue de Dante est l’une des conditions pour l’octroi des subsides aux écoles confiées aux missions. Il serait alors intéressant d’interroger, d’une part, les discours et les pratiques linguistiques au sein du réseau d’institutions dépendant de l’ANSMI et, d’autre part, les rivalités, les concurrences et/ou la complémentarité avec d’autres institutions se voulant plus laïques comme la Dante, ou encore avec la politique scolaire à l’étranger du gouvernement italien. Les historiens pourraient alors analyser la réponse que l’ensemble de ces institutions apporte à l’évolution de la demande sociale relative à l’italien.

  • 79 AANSMI, 1886-1945, série 37 (ingegneri) et 38 (insegnanti). Les documents relatifs aux médecins so (...)
  • 80 Voir, pour l’Empire ottoman, Martykanova 2018.
  • 81 Rogers 2013 ; Di Paquale 2014 ; Di Pasquale-Giorgi 2016.

47Les dossiers d’archives relatifs aux ingénieurs, aux médecins et aux enseignants au service de l’ANSMI79 constituent de même un matériau précieux et inédit pour une histoire des mobilités professionnelles transimpériales, perspective de recherche encore peu pratiquée dans le cas italien80. Une lecture rapide de ces dossiers permet de se rendre compte du plus grand nombre d’enseignantes par rapport aux enseignants. Le prisme du genre parait ainsi particulièrement pertinent pour interroger ces mobilités professionnelles. Les pistes de recherche ouvertes par Rebecca Rogers pour ce qui est de l’empire français, et par Francesca Di Pasquale dans le cadre italien, peuvent s’avérer fécondes pour une analyse croisée du genre, des mobilités professionnelles et de l’histoire transimperiale81.

  • 82 Curtis 2010 ; Guidi 2018.

48Renfermant plusieurs dizaines de dossiers de correspondance entre l’association et les résidences missionnaires, les archives de l’ANSMI peuvent également être mobilisées pour une histoire renouvelée des missions italiennes en Méditerranée. Au-delà des questions relatives à la participation des missions à la fabrique impériale, ces archives permettent de rendre compte d’une histoire située des missions qui révèle leur ancrage local ainsi que leur adaptation à la demande aussi bien des familles que des autorités in loco82. Les extraits de manuels scolaires et les devoirs des élèves, bien que rares, permettent, par exemple, de montrer comment les missionnaires ont pu articuler injonctions d’adopter les programmes d’enseignement en vigueur en Italie (condition d’octroi des subventions ministérielles) et besoins organisationnels sur place (condition d’un ancrage et d’une présence durable dans les différents terrains de mission).

  • 83 Verdeil 2011 ; Hauser 2015.

49En cela, les archives de l’ANSMI peuvent aider à écrire une nouvelle histoire des missions attentive non seulement aux rapports entre centre et périphérie missionnaire, mais aussi à la dimension locale du phénomène missionnaire83. Leur croisement avec les archives du pontificat de Pie XII (1939-1958), ouvertes par le Vatican au printemps 2020, permettrait d’interroger les redéploiements des missionnaires italiens à une période cruciale pour la reconfiguration des équilibres géopolitiques au Moyen-Orient.

  • 84 Pour les architectes italiens dans l’Empire ottoman, voir Girardelli-Godoli 2017. Pour les questio (...)
  • 85 Piaton 2016.
  • 86 Godoli 2016.

50Il convient également de souligner l’extrême richesse des fonds iconographiques et documentaires de l’association pour une histoire de l’architecture et de l’aménagement urbain en Méditerranée84. Parmi les ouvrages récents consacrés à ces thèmes, le volume consacré à l’Isthme de Suez sous la direction de Claudine Piaton s’inscrit résolument dans une perspective d’histoire relationnelle et croisée85. La contribution d’Ezio Godoli sur l’architecture italienne dans le Canal révèle à quel point les archives de l’association peuvent être mises au service de cette histoire croisée86.

  • 87 Voir notamment les travaux effectués par le centre SALT à Istanbul.
  • 88 Neveu – Sanchez 2020 ; Jenkins 2001 ; Geary 1991.
  • 89 Gangnat 2012, p. 2016.

51Au-delà de l’histoire de l’architecture et de la construction italienne en Méditerranée, le fonds iconographique de l’association invite à s’interroger sur la place à donner à la photographie dans l’histoire culturelle. Pour ce qui est de l’Empire ottoman, celle-ci connait récemment un essor grandissant que la découverte d’archives privées vient alimenter87. Le fonds de l’ANSMI peut également être mobilisé dans le cadre d’une histoire de la photographie missionnaire ou d’une histoire missionnaire par la photographie88. En suivant les pistes ouvertes par Émilie Gangnat, l’historien peut s’interroger sur la manière dont la photographie accompagne les différentes facettes des œuvres religieuses et contribue à la construction visuelle de l’espace missionnaire89.

Conclusion

52Retracer l’histoire des pratiques qui ont jusqu’à récemment entouré les fonds de l’ANSMI a permis non seulement de réfléchir aux enjeux mémoriels qui conditionnent les usages d’archives privées, mais aussi de souligner l’importance que leur conservation et leur accessibilité revêtent dans la perspective d’un renouvellement historiographique.

53Les deux missions (ArchiLogica et ASF) dont nous avons rendu compte ont rendu possible la sauvegarde d’une partie des archives de l’association et la mise à jour d’un fonds inédit. De nouvelles interventions se révèlent nécessaires afin d’aboutir à la préservation de l’intégralité des fonds. Le potentiel des archives de l’ANSMI pour une lecture nouvelle de la présence italienne en Méditerranée rend la préservation de ce patrimoine documentaire encore plus urgente.

  • 90 Lacousse et al, 2006, 205 et 209.

54À terme, seule la mise en place de nouveaux partenariats entre plusieurs institutions, comme cela a été le cas de fonds d’archives privées en Italie et en Europe90, est à même de garantir une conservation durable des archives de l’ANSMI dont l’intérêt, nous espérons l’avoir montré, va au-delà d’une histoire des missions et des missionnaires italiens en Méditerranée. Encore faut-il que l’association estime avoir la garantie qu’elle ne sera dépossédée ni de sa mémoire ni de son patrimoine.

Haut de page

Bibliographie

Archives

AANSMI = Archivio dell’associazione nazionale per soccorrere i missionari italiani

ASC = Archives salésiennes centrales

Ouvrages à caractère de sources 

Piano 1940 ca = E. Piano, Memorie e documenti per una storia dell’associazione nazionale per soccorrere i missionari cattolici italiani 1884- 1928, 1940 ca., ANSMI, Turin.

Mantegazza 1888 = P. Mantegazza, Lettera aperta agli studenti, dans La Nazione, 10 avril 1888.

Schiaparelli 1888 = E. Schiaparelli, Gli interessi italiani in Oriente e l’opera dei missionari, Conferenza tenuta alla Società Geografica italiana, il 18 marzo 1888, dans Rassegna Nazionale, vol. XLI, 1-1888, p. 3-21.

Études secondaires

Aglietti – Grenet – Jesné 2020 = M. Aglietti, M. Grenet, F. Jesné (dir.), Consoli e consolati italiani dagli stati preunitari al fascismo (1802-1945), Rome, 2020.

Anheim – Poncet 2004 = E.  Anheim, O. Poncet, Fabrique des archives, fabrique de l’histoire, dans Revue de synthèse, 125-1, 2004, p.  1-14.

Archilogica 2019 = Archilogica, Condizionamento e censimento archivio storico A.N.S.M.I. Relazione finale, Turin, 2019.

Bertini 2002 (avec la collaboration de Louis Fournier) = M.B. Bertini, Les archives en Italie, dans Archives, 34-1 et 2, 2002-2003, p. 13-36.

Bossaert 2018 = M. Bossaert, L’orientaliste et le mondain. Sociabilités aristocratiques transnationales en Italie (Florence, années 1870), dans M. Bossaert, A. Durand (dir.), La fabrique transnationale de la « science nationale » en Italie, dans MEFRIM, 130-2, 2018, p. 333-348.

Cabanel 2006 = P. Cabanel (dir.), Une France en Méditerranée. Écoles, langues et culture françaises XIXe-XXe siècles, Paris, 2006.

Cannistraro – Rosoli 1979 = P. Cannistraro, G. Rosoli, Emigrazione, Chiesa e Fascismo. Lo scioglimento dell’Opera Bonomelli (1922-1928), Rome, 1979.

Cooper – Stoler 1997 = F. Cooper, A-L. Stoler, Tensions of Empire : Colonial Cultures in a Bourgeois World, Berkley, 1997.

Curtis 2010 = S. Curtis, Civilizing Habits. Women Missionaries and the Revival of French Empire, Oxford, 2010.

Çelik 1986 = Z. Çelik, The Remaking of Istanbul. Portrait of an Ottoman city in the Nineteenth Century, Washington, 1986.

Çelik 1997 = Z.  Çelik, Urban Forms and Colonial Confrontations. Algiers Under French Rule, Berkeley, 1997.

Dalachanis – Lemire 2018 = A. Dalachanis, V. Lemire (dir.) Ordinary Jerusalem, 1840-1940. Opening New Archives, Revisiting a Global City, Leyde-Boston, 2018.

De Certeau 1975 = L’écriture de l’histoire, Paris, 1975.

De Nardis 2014 = S. De Nardis, La Società Dante Alighieri da Costantinopoli a Istanbul 1895-1922 : diffusione della lingua e pedagogia nazionale, dans Diacronie [Online], 20-4, 2014, http://journals.openedition.org/diacronie/1785 ; DOI : 10.4000/diacronie.178

Di Pasquale 2014 = F. Di Pasquale, Civilizzare le civilizzatrici. Insegnanti italiane nello spazio mediterraneo tra Ottocento e Novecento, dans V. Deplano, A. Pes (dir.), Quel che resta dell’Impero. La cultura coloniale degli Italiani, Milan, 2014, p. 169-189.

Di Pasquale – Giorgi 2016 = F. Di Pasquale, C. Giorgi, The « Worker nuns of Nigrizia » : The Pious Mothers of Nigrizia between Italy and Africa during the Imperial Age (1872-1950), dans E. Olivito (dir.), Gender and Migration in Italy. A Multilayered Perspective, Farnham, 2016, p.  21-38.

Ferragu – Florian 2016 = G. Ferragu, M. Florian (dir.), Diplomatie et religion. Au cœur de l’action culturelle de la France au XXe siècle, Paris, 2016.

Gangnat 2016 = E. Gangnat, Représentations visuelles de l’espace missionnaire. Photographies et cartes de la Mission de Paris au Gabon, dans Histoire, Monde et Cultures religieuses, 1-37, 2016, p.  119-134.

Gangnat 2012 = E. Gangnat, Les photographies diffusées par la Société des Missions Évangéliques de Paris, dans J. Pirotte, C. Sappia et O. Servais (dir.), Images et diffusion du christianisme. Expressions graphiques en contexte missionnaire XVIe-XXe siècles, Paris, 2012.

Geary 1991 = C.M. Geary, Missionary photography: private and public readings, dans African Arts, 24- 4, 1991, p.  48-59.

Gentile 2009 = E. Gentile, La Grande Italia. Il mito della nazione nel XX secolo, Roma-Bari, 2009.

Girardelli – Godoli 2017 = P.  Girardelli, E.  Godoli (dir.), Italian Architects and Builders in the Ottoman Empire and Modern Turkey : Design Across Borders, Cambridge, 2017.

Girardelli 2011 = P. Girardelli, Italian Architects in an Ottoman Context : Perspectives and Assessments, dans Istanbul Arastirmalari Yilligi, 1, 2011, p. 101-122.

Godoli 2016 = E. Godoli, De la philanthropie à l’engagement officiel. Les constructions italiennes dans l’isthme, dans C. Piaton (dir.), L’isthme et l’Égypte au temps de la Compagnie universelle du canal maritime de Suez (1848-1956), Le Caire, 2016, p. 47-82.

Godoli – Nuzzaci 2009 = E. Godoli, A. Nuzzaci, L’associazione nazionale per soccorrere i missionari italiani (ANMI) e i suoi ingegneri, Florence, 2009.

Grange 1994 = D. J. Grange, L’Italie et la Méditerranée (1896-1911). Les fondements d’une politique étrangère, Rome, 1994.

Guidi 2018 = P. Guidi, « For good, God and the Empire » : French Franciscan Sisters in Ethiopia 1896-1937, dans History of Education, 47-3, 2018, p. 1-15.

Hajjar 1979 = J. Hajjar, Le Vatican, la France et le catholicisme oriental (1873-1914). Diplomatie et histoire de l’Église, Paris, 1979.

Hauser 2015 = J. Hauser, German Religious Women in Late Ottoman Beirut. Competing Missions, Leyde, 2015.

Jenkins 2001 = P. Jenkins, On using historical missionary photographs in modern discussion, dans Le Fait Missionnaire, 10- 2001, p. 71-87.

Jenkins 2001 = P. Jenkins, Sources of unexpected light. Experiences with old mission photographs in research on overseas history, dans Jarhbuch für Europaische Uberseegeschichte 1-2001, p. 157-167.

Jungen – Sfeir 2019 = C. Jungen, J. Sfeir (dir.), Archiver au Moyen-Orient. Fabriques documentaires contemporaines, Paris, 2019.

Jesné 2017 = F. Jesné, Les consuls, agents de la présence française dans le monde, XVIIIe-XXe siècles, Rennes, 2017.

Labanca 2002 = N. Labanca Oltremare : storia dell’espansione coloniale italiana, Bologne, 2002.

Lacousse et al. 2006 = M. Lacousse et al, Un « nouveau » champs de collecte : les archives d’associations, dans La Gazette des archives, 204, Les archives en France, 2006, p. 189-210.

Laurens 2017 = H. Laurens, Les crises d’Orient. 1768-1914, Paris, 2017.

Legrand – Croce 2010 = H.  Legrand, G. Croce (dir.), L’Œuvre d’Orient. Solidarités anciennes et nouveaux défis, Paris, 2010.

Licata 1968 = G. Licata, La Rassegna Nazionale. Conservatori e cattolici liberali attraverso la loro rivista (1879-1915), Rome, 1968.

Martynakova 2018 = D. Martynakova, A land of Opportunities : Foreign Engineers in the Ottoman Empire, dans C. Roldan, D. Brauer, J. Rohbek (dir.), Philosophy of Globalization, Boston, 2018, p. 237-252.

Monina 2002 = G. Monina, Il consenso coloniale (1896-1914). Le società geografiche e l’Istituto coloniale italiano, Roma, 2002.

Murre – Sanchez – Baarda 2020 = H. Murre-van den Berg, K. Sanchez Summerer, T. Baarda (dir.), Arabic and its alternatives. Religious Minorities and their Languages in the Emerging Nation States of the Middle East (1920-1950), Leyde, 2020.

Naepels 2008 = M. Naepels, Contextualiser les archives missionnaires : quelques remarques méthodologiques, dans Ateliers du LESC [En ligne], 32-2008, http://journals.openedition.org/ateliers/1882 ; DOI : 10.4000/ateliers.1882.

Neveu – Sanchez 2020 = N. Neveu, K. Sanchez Summerer, The Dominican photographic collection in Jerusalem : Beyond a Catholic perception of the Holy Land ? dans K. Sanchez Summerer and S. Zananiri (dir.), Imagine and Imagining Palestine: Photography, Modernity and the Biblical Lens, 1918-1948, Leyde, 2021, p. 98-158.

Nougaret 2006 = C. Nougaret, L’intérêt des archives privées pour l’histoire, dans Gazette des archives, 201, 2006, p. 19-25.

Nuzzaci 2012 = A. Nuzzaci, L’opera dell’Associazione Nazionale per Soccorrere I Missionari Italiani (anmi) fuori d’Europa dal 1886 al 1941, dans ABE Journal [En ligne], 2-2012, http://journals.openedition.org/abe/355 ; DOI : 10.4000/abe.355.

Paradis – Pigier 2019 = B. Paradis R. Pigier, Sauvegarde et préservation des archives de l’Associazione nazionale per soccorrere i missionari (ANSMI) : Sécurisation des fonds anciens, conseils et formation. Rapport de mission, Paris, 2019.

Pécout 2009 = G. Pécout, Naissance de l’Italie contemporaine (1770-1922), Paris, 2004.

Pellegrino Confessore 1976 = O. Pellegrino Confessore, Origini e motivazioni dell’Associazione Nazionale per Soccorerre i Missionari Cattolici Italiani : una interpretazione della politica estera dei conciliatoristi nel quadro dell’espansionismo crispino, dans Bollettino dell’Archivio per la storia del movimento sociale in Italia, anno, XI, 1976-2, p. 239-267.

Piaton 2016 = C. Piaton, (dir.), L’Isthme et l’Égypte au temps de la compagnie universelle du canal maritime de Suez (1858-1956), Le Caire, 2016.

Pieraccini 2016 = P. Pieraccini, Ernesto Schiaparelli e i Francescani : Fondazione e primi passi dell’associazione per soccorerre i missionari cattolici italiani (1886-1905), dans Studi francescani, 113, 1-2, 2016, p. 71-137.

Pieraccini 2017 = P. Pieraccini, The External cultural linguistic policy of the Italian government in the Mediterranean region and the issue of the National Association for Aid to Missionaries (1886-1905), dans K. Sanchez Summerer, W. Frijhoff (dir.), Linguistic and Cultural Foreign Policies of European States, 18th-20th Centuries, Amsterdam, 2017, p. 91 –112.

Rainero 2002 = R. Rainero, Les Italiens dans la Tunisie contemporaine, Paris, 2002.

Rainero 1997 = R. Rainero, De l’« émigrant » à l’« italien à l’étranger »  : un problème politique, dans Cahiers de la Méditerranée, 54-1, 1997, p. 61-68.

Robbins – Fisher 2010 = K. Robbins, J. Fisher (dir.), Religion and Diplomacy : Religion and British Foreign Policy, Dordrecht et St- Louis, 2010.

Rogers 2013 = R. Rogers, A Frenchwoman’s Imperial Story : Madame Luce in the nineteenth –century Algeria, Stanford, 2013.

Rosoli 1990 = G. Rosoli, L’Italica Gens per l’assistenza all’emigrazione italiana d’oltreoceano, 1909-1920, dans Il Veltro, XXXIV, 1-2, 1990, p. 87-100.

Rosoli 1989 = G. Rosoli, Scalabrini e Bonomelli : due pastori degli emigranti, dans G. Rosoli, (dir.) Scalabrini tra vecchio e nuovo mondo, Roma, 1989, p. 537-562.

Rousseau – Couture 2011 = J.Y. Rousseau, C. Couture, Les fondements de la discipline archivistique, Québec, 2011.

Sanchez Summerer – Frijhoff 2017 = K. Sanchez Summerer, W. Frijhof (dir.), Linguistic and Cultural Foreign Policies of European States : 18th-20th centuries, Amsterdam, 2017.

Sanchez Summerer 2019 = K. Sanchez Summerer, Entre négligence et secret. Entreprises archivistiques en Palestine, dans C. Jüngen et J. Sfeir (dir.), Archiver au Moyen-Orient. Fabriques documentaires contemporaines, Paris, 2019, p. 79-102.

Saunier 2004 = P.  Saunier, Circulations, connexions et espaces transnationaux, dans Genèses, 57- 2004, p. 100-126.

Stoler 2009 = A-L. Stoler, Along the Archival Grain: Epistemic Anxieties and Colonial Common Sense, Princeton, 2009.

Turiano 2016 = A. Turiano, De la pastorale migratoire à la coopération technique. Les missionnaires salésiens en Égypte et l’enseignement professionnel (1897-1970), Thèse de doctorat, Université d’Aix-Marseille, 2016.

Turiano 2020 = A.  Turiano, Missionnaires italiennes en Égypte et en Syrie (1890-1940). Genre et fabrique d’un empire informel, Mémoire présenté à l’Académie des sciences morales et politiques, Rome, 2020.

Van Kessel 2016 = T. Van Kessel, Foreign Cultural Policy in the Interbellum: The Italian Dante Alighieri Society and the British Council Contesting the Mediterranean, Amsterdam, 2016.

Vatican 2016 = A. Vatican, Le récolement dans les services d’archives, dans La Lettre de l’OCIM [En ligne], 153-2014, http://journals.openedition.org/ocim/1368 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ocim.1368.

Verdeil 2011 = C. Verdeil, La mission jésuite du Mont-Liban et de Syrie (1830-1864), Paris, 2011.

Werner – Zimmerman 2003 = M. Werner, B. Zimmermann, Penser l’histoire croisée : entre empirie et réflexivité, dans Annales. Histoire, Sciences Sociales, 1-2003, p. 7-36.

Haut de page

Notes

1 De Certeau 1975, p. 100.

2 Grange 1994.

3 Avant Grange, seule l’historienne Ornella Pellegrino Confessore s’est intéressée aux archives de l’ANSMI dans les années 1970. Nous reviendrons sur ses recherches dans la suite du texte.

4 À propos de la Société de géographie et de l’institut colonial italien, voir Monina, 2002.

5 Grange 1994, p. 825 sq.

6 Basé sur la pratique diplomatique, le protectorat comprend, dans sa plus large acception, la tutelle des lieux saints, la protection du clergé latin vis-à-vis de la Sublime porte, le patronat des Églises orientales et l’octroi des honneurs liturgiques au personnel consulaire français. Hajjar 1979.

7 Sur l’expansionnisme italien et le mythe de la grande nation, voir Gentile 2006.

8 Du Maroc à la Jordanie, l’ANSMI est propriétaire de plusieurs écoles et hôpitaux, qui, sur place, sont gérés par des missionnaires ou bien des congrégations religieuses locales. La liste et l’historique des instituts fondés et financés par l’association sont consultables en ligne http://www.ansmi.it/istituti.htm

9 Nous faisons référence ici au tabou qui a longtemps caractérisé l’histoire coloniale italienne dont la décolonisation a été lente par rapport à d’autres historiographies nationales. Il a fallu attendre les années 1980 pour qu’une nouvelle génération d’historiens, italiens et étrangers, interroge de manière systématique le passé colonial de l’Italie. Labanca 2002, p. 481 sq.

10 Turiano 2016 ; Pieraccini 2017.

11 Nougaret 2006.

12 Le fait que l’association ait été fondée à Florence n’est pas anodin. En plus d’avoir été pendant un temps (1865-1871) la capitale du nouveau royaume, la ville est un centre intellectuel international. Elle est aussi le premier grand centre orientaliste de l’Italie unifiée. Bossaert 2018, p. 337.

13 Après les années 1870, le terme « terre irredente » se réfère aux territoires austro-hongrois comprenant des populations italophones. Défendu par différents groupes et associations, l’irrédentisme réclame l’intégration de ces territoires au Royaume d’Italie.

14 Pécout 2004, p. 285. Pour une analyse du réseau associatif, nous renvoyons à Grange (1994), qui demeure une référence en la matière, p. 617 et sq. Sur la Dante Alighieri à Malte et en Égypte dans une perspective comparée, voir Van Kessel 2016.

15 En 1894, il passe à la direction du musée des antiquités de Turin où le siège de l’ANSMI est établi. Grange 1994, p. 827.

16 Grange 1994, p. 998.

17 Pieraccini 2016, p. 72.

18 Schiaparelli 1888, p. 12.

19 À propos de l’Œuvre d’Orient, voir Legrand – Croce 2010.

20 Revue mensuelle jusqu’en 1884, puis bimensuelle, la Rassegna Nazionale se veut l’organe de presse des catholiques libéraux, des conservateurs et des libéraux modérés. Leur programme politique prévoit la formation d’un parti conservateur servant à la fois la patrie et la religion, dans la perspective d’une réconciliation entre l’État et l’Église. À propos de la revue, Licata 1968.

21 Grange 1994, p. 777.

22 Les missions qui dépendent de l’Église catholique romaine.

23 Grange 1994, p. 761 sq.

24 L’Égypte, et plus particulièrement la Haute-Égypte, occupe une place de premier plan dans les débuts de l’action de l’association. Pellegrino Confessore 1976, p. 253. En 1906, l’ANSMI a à sa dépendance sept établissements scolaires. AANSMI, 21/E, L’opera dell’associazione principalmente nell’anno 1906, p. 5.

25 Mantegazza 1888.

26 Lors de la révolte des Boxers (1899-1901), durant laquelle les insurgés s’en prennent aux légations étrangères et aux missions catholiques en Chine, l’association agit comme intermédiaire entre les missionnaires italiens et le gouvernement de Rome, en dépit des prétentions françaises au protectorat exclusif des missionnaires. Le gouvernement italien confie à l’association la gestion des indemnités revenant à l’Italie, s’élevant à plus de 18 millions de lires italiennes. Grange 1994, p. 844 sq.

27 AANSMI, 21/E, L’associazione nazionale e le indennità cinesi, Promemoria.

28 Laurens 2017 ; Cabanel 2006.

29 C’est le cas de l’école de l’école d’Arts et métiers d’Alexandrie (1897), confiée aux salésiens et des écoles de Louxor (1888), Kena (1897) et Assiout (1889), confiées aux Franciscaines missionnaires d’Égypte.

30 Grange 1994, p. 846.

31 AANSMI, 9/A, Lettera di Carletti, console generale, a Schiaparelli, Gerusalemme, 19 juin 1903.

32 En juillet 1904, les relations diplomatiques entre Paris et le Saint-Siège sont interrompues. En 1905, la loi française séparant l’Église et l’État aboutit à une dégradation ultérieure des relations bilatérales.

33 Grange 1994, p. 787.

34 Pieraccini 2016, p. 136.

35 Seul le dispensaire de Damas reste ouvert, sous la direction de deux religieuses salésiennes de nationalité ottomane. Piano 1940 ca., p. 268.

36 En 1919, à Jérusalem, sont entrepris les travaux d’édification de l’hôpital italien et d’une école de filles confiée aux sœurs d’Ivrea. À Alep, un hôpital est fondé en 1920. Un troisième hôpital voit le jour à Haïfa en 1921. La même année, une école professionnelle de filles est fondée à Nazareth et confiée aux Franciscaines d’Égypte. Ibid., p. 332-333 et 347-349.

37 AANSMI, 21/E Commissario Straordinario, pro-memoria 1936.

38 Depuis 1930, ce hiérarque fasciste est à la tête de la Direction des Italiens à l’étranger. Créée en 1928 en remplacement du Commissariat général à l’émigration, cette nouvelle institution est chargée de veiller « au maintien des rapports spirituels avec la Mère-Patrie ». Rainero 1997, p. 64.

39 AANSMI, 21/E Nomina commissario straordinario, 25 juillet 1933.

40 Nous reviendrons infra sur les œuvres annexes - Italica Gens et Opera Bonomelli.

41 Piano 1940 circa, p. 400-402.

42 AANSMI, 21/E, Appunti sulla situazione finanziaria dell’Italica Gens, 7 août 1944.

43 AANSMI 13/A, Guariglia a Parini, 10 février 1960.

44 C’est le cas en Égypte où l’association est obligée de mettre en vente une partie de ses terrains et propriétés agricoles pour se conformer aux dispositions prévues par la réforme agraire de 1952.

45 Le siège de l’ANSMI était situé jusqu’alors à Turin.

46 La nomenclature utilisée reprend celle des archivistes de ASF, section France. Selon l’article R212-11 du code du patrimoine (France), sont considérés comme archives intermédiaires « les documents qui ont cessé d’être considérés comme archives courantes et ne peuvent pas encore, en raison de leur intérêt administratif, faire l’objet de sélection et d’élimination conformément aux dispositions de l’article R. 212-14 ». Ces archives intermédiaires sont utiles, car elles permettent de constituer la mémoire des activités de l’entreprise, essentielles en cas de litige ou de contentieux par exemple (entretien avec M. Maiuri, 22 juin 2019). L’archivistique contemporaine fait passer tout document par trois périodes (courante, intermédiaire et définitive), caractérisées par la fréquence et le type d’utilisation qui en est faite. Rousseau –Couture 2011.

47 Jusqu’aux années 1980, un employé, qui avait travaillé auparavant auprès de l’Azione cattolica, était en charge de plusieurs tâches dont la conservation des documents. Pour les archives-documents, archives-lieux, Jungen-Sfeir 2019.

48 Naepels 2008.

49 Datant, d’après M. Maiuri, des années 1960.

50 Sur la définition d’archives « en vrac », voir Vatican 2016 ; sur les récolements, voir la circulaire AD97-4 du 1er septembre 1997 de la Direction des Archives de France (aujourd’hui service interministériel des archives de France), www.archivesdefrance.culture.gouv.fr/static/1774.

51 Archilogica, 2019.

52 Godoli – Nuzzaci 2009.

53 Anheim – Poncet 2004, p. 7.

54 Entretien avec M. Maiuri, 22 juin 2019.

55 Ibid.

56 Pellegrino Confessore 1976, p. 239.

57 Labanca 2002, p. 481 sq.

58 Entretien avec M. Maiuri, 22 juin 2019.

59 Bertini 2002, p. 18.

60 Le renouveau des études sur les missions, qui depuis les années 2000 a caractérisé à la fois l’historiographie anglophone et francophone, a été plus tardif dans l’historiographie italienne.

61 Grange 1994.

62 Godoli – Nuzzaci 2009 ; Nuzzaci 2012 ; Godoli 2016. L’historiographie sur les architectes et les ingénieurs italiens en Méditerranée orientale est plutôt vaste. Voir les travaux de Girardelli (2011, 2017) pour Istanbul et l’Empire ottoman.

63 Turiano 2016 ; Pieraccini 2017.

64 Entretien avec M. Maiuri, 22 juin 2019.

65 Lacousse et al. 2006, p. 191 et 196.

66 Programme quinquennal de l’EFR en partenariat avec l’IFPO, l’IFEA, l’IFAO, le Fscire et l’Université de Leyde. https://www.efrome.it/la-recherche/programmes/programmes-scientifiques-2017-2021.html https://missmo.hypotheses.org/programme-de-recherche.

67 Dans le cadre du projet postdoctoral qu’elle mène à l’École française de Rome sur les missions féminines au Proche-Orient (1890-1970). Turiano, 2020.

68 Paradis – Pigier 2019, p. 2.

69 Pour approfondir, Rosoli 1989 ; Cannistraro – Rosoli 1979 ; Rosoli 1990.

70 Rosoli 1990, p. 98.

71 Cannistraro – Rosoli 1979.

72 Rosoli 1990, p. 87.

73 Saunier 2004 ; Werner – Zimmermann 2003. À propos des récents usages de l’histoire connectée dans le cadre du Moyen-Orient, voir Dalachanis – Lemire 2018.

74 Monina 2002.

75 Robbins – Fisher 2009; Ferragu – Florian 2016.

76 Jesné 2017 ; Aglietti – Grenet – Jesné 2020.

77 Sanchez Summerer – Frijhof 2017 ; Murre – Sanchez – Baarda 2020.

78 Van Kessel 2016 ; De Nardis 2014.

79 AANSMI, 1886-1945, série 37 (ingegneri) et 38 (insegnanti). Les documents relatifs aux médecins sont contenus dans les dossiers des institutions hospitalières. Par exemple, à l’intérieur du dossier 10- Jordanie on trouve : 10/A Amman, Sanitari et 10/B, Kerak, Sanitari.

80 Voir, pour l’Empire ottoman, Martykanova 2018.

81 Rogers 2013 ; Di Paquale 2014 ; Di Pasquale-Giorgi 2016.

82 Curtis 2010 ; Guidi 2018.

83 Verdeil 2011 ; Hauser 2015.

84 Pour les architectes italiens dans l’Empire ottoman, voir Girardelli-Godoli 2017. Pour les questions d’aménagement urbain dans l’Empire ottoman et la Méditerranée coloniale, les travaux de Zeynep Çelik (1986, 1997) demeurent incontournables.

85 Piaton 2016.

86 Godoli 2016.

87 Voir notamment les travaux effectués par le centre SALT à Istanbul.

88 Neveu – Sanchez 2020 ; Jenkins 2001 ; Geary 1991.

89 Gangnat 2012, p. 2016.

90 Lacousse et al, 2006, 205 et 209.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Les étagères où est conservé le fonds ancien au siège de l’ANSMI.
Crédits Source : A. Turiano, juin 2019.
URL http://journals.openedition.org/mefrim/docannexe/image/10070/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 642k
Titre Fig. 2 – Traces de champignons dans les archives.
Crédits Source : K. Sanchez Summerer, juin 2019.
URL http://journals.openedition.org/mefrim/docannexe/image/10070/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 720k
Titre Fig. 3 – Sauvegarde des photographies par ArchiLogica.
Crédits Source : K. Sanchez Summerer, juin 2019.
URL http://journals.openedition.org/mefrim/docannexe/image/10070/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 594k
Titre Fig. 4 – Étagères sur lesquelles sont entreposées les archives en vrac.
Crédits Source : K. Sanchez Summerer, juin 2019.
URL http://journals.openedition.org/mefrim/docannexe/image/10070/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 765k
Titre Fig. 5 – Une lettre adressée au secrétariat central de l’Italica Gens à New York, avril 1915.
Crédits Source : A. Turiano, juin 2019.
URL http://journals.openedition.org/mefrim/docannexe/image/10070/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 655k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Annalaura Turiano et Karène Sanchez Summerer, « Les archives de l’Associazione nazionale per soccorrere i missionari italiani (ANSMI) », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines, 132-2 | 2020, 451-466.

Référence électronique

Annalaura Turiano et Karène Sanchez Summerer, « Les archives de l’Associazione nazionale per soccorrere i missionari italiani (ANSMI) », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [En ligne], 132-2 | 2020, mis en ligne le 31 décembre 2020, consulté le 05 octobre 2022. URL : http://journals.openedition.org/mefrim/10070 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mefrim.10070

Haut de page

Auteurs

Annalaura Turiano

École française de Rome – annalauraturiano@gmail.com

Karène Sanchez Summerer

Université de Leyde – k.sanchez@hum.leidenuniv.nl

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search