Navigation – Plan du site

AccueilNuméros133-2Musiques de la foi / Musiques du ...Quand le roi sort de sa chapelle

Musiques de la foi / Musiques du pouvoir. Construction et affirmation des identités politiques, religieuses et culturelles des cours catholiques européennes (1648-1748)

Quand le roi sort de sa chapelle

Représentation des dévotions royales dans l’espace parisien (1643-1682)
Éléonore Alquier

Résumés

Fidèlement restitués par la Gazette de Renaudot, les gestes de piété de la famille royale connaissent un moment particulier durant la première partie du règne de Louis XIV, période de transition parisienne, à la frontière entre les itinérances des Valois du XVIe siècle et le choix versaillais de 1682. Les années suivant immédiatement la Fronde voient ainsi la famille royale réinvestir la capitale, dans une véritable démarche de reconquête que la régente elle-même incarne par ses venues nombreuses et régulières dans des églises séculières et régulières parisiennes. Ces déplacements sont d’autant plus solennels qu’ils peuvent être accompagnés de musiciens de la Chapelle royale. La fin de la régence et le début du règne personnel de Louis XIV amorcent une nouvelle tendance, correspondant à la multiplication et à l’allongement des séjours de la cour dans les résidences de l’ouest parisien (Saint-Germain-en-Laye puis Versailles). Après la mort d’Anne d’Autriche se confirme un nouveau mode de représentation des dévotions royales, désormais indissociables du lieu de résidence de la cour, et plus encore du monarque qui en est le cœur.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1L’usage historiographique tend à considérer sous un même jour, d’une part, le calendrier des dévotions du souverain (et de la cour en général), et d’autre part, les activités de la Chapelle royale, institution de cour dont les officiers sont, par essence, destinés à encadrer le cérémonial religieux de l’entourage royal. L’étude des liens entre foi et pouvoir conduit ainsi naturellement à amalgamer la figure du roi, les dévotions royales, la chapelle royale comme lieu, et la Chapelle royale comme institution. Si cette dernière tend à se fondre avec le lieu physique de la chapelle royale à partir du moment où celle-ci se stabilise géographiquement en un lieu unique, comme c’est en particulier le cas à Versailles dans la seconde partie du règne de Louis XIV, elle revêt initialement un caractère foncièrement mobile, les officiers de la Chapelle royale ayant comme rôle premier d’accompagner le souverain afin d’assurer le service divin dans l’ensemble de ses déplacements. C’est bien à cette institution que nous proposons de nous intéresser ici, et plus largement, à l’expression de la dévotion royale durant cette période de transition « parisienne », à la frontière entre les itinérances systématiques des Valois du XVIe siècle et le choix versaillais.

2Un examen détaillé des pratiques (calendaires, géographiques, sociales, symboliques…) liées aux dévotions royales durant la première partie du règne de Louis XIV, fondé notamment sur les récits de la Gazette, fait ainsi apparaître la très riche diversité des activités de la famille royale en matière de dévotions : en raison notamment de cette tradition itinérante de la cour, déjà évoquée et encore largement valable jusqu’à son installation officielle à Versailles en 1682, mais aussi du fait des liens que chaque membre de la famille royale a pu nouer avec certaines confréries religieuses. Les dévotions des souverains (et plus encore, des souveraines) dépassent ainsi de très loin le seul lieu physique dans lequel s’est installée la cour pour une période donnée, et mobilisent donc bien au-delà des officiers de la Chapelle royale.

  • 1 Fogel 1989.
  • 2 Journal d’une longévité remarquable, la Gazette survit à l’Ancien Régime et ne disparaît qu’en 191 (...)
  • 3 À l’origine conçue comme journal spécialisé dans les annonces professionnelles et les taux de chan (...)
  • 4 Le récit de guerre continue cependant à occuper une place prépondérante dans la Gazette : les numé (...)
  • 5 Id., p. 303.

3Arrêtons-nous un instant sur cette source primordiale qu’est la Gazette. L’apparition de périodiques dont l’activité s’inscrit dans la longue durée ouvre de nouvelles perspectives aux « cérémonies de l’information » monarchiques à partir de la moitié du XVIIe siècle1. Parmi ceux-ci, la Gazette est le premier périodique à connaître une existence durable2. Elle est créée en 1633, soit deux ans avant que la France ne prenne officiellement part à la Guerre de trente ans : son premier objectif est alors d’apporter à l’intérieur du royaume l’écho des victoires des armées royales3. Mais à partir du retour à la paix, en 1648, qui se double du contexte politique de la régence d’Anne d’Autriche, on assiste à une évolution du discours tenu par la Gazette. Les récits militaires, sans pour autant disparaître4, côtoient des textes au ton différent, plus proche du fait divers. Le journal se recentre en effet à partir des années 1650 sur la diffusion de nouvelles à l’échelle européenne et française ; la publication hebdomadaire de la Gazette, combinée à un cahier annexe de Nouvelles ordinaires et accompagnée épisodiquement d’un Extraordinaire consacré à un ou deux sujets principaux, offre au lecteur la possibilité de se tenir informé des événements survenus dans les principales villes européennes, voire moyen-orientales. Dans la catégorie des parutions concernant la France, les articles parisiens et franciliens traitent abondamment de la vie de cour autour de deux thèmes principaux : les dévotions de la cour et l’activité diplomatico-militaire du roi, soit les réceptions d’ambassadeurs et les campagnes des armées françaises. Ces centres d’intérêts se rencontrent dans l’ensemble des articles de la Gazette et de l’Ordinaire, quels que soient la ville et le pays concernés. Il ne s’agit donc pas d’un discours proprement français, mais d’une ligne éditoriale adoptée par la Gazette, fondée sur la gloire du roi ; la Gazette suit ainsi la ligne de conduite établie par son créateur Renaudot, dans la préface de la première édition en 1631, qui la définit comme le « Journal des rois et des puissances de la terre 5».

  • 6 Id., p. 329.
  • 7 « Le sacre de Louis XIV », Extraordinaire, 73, 13 juin 1654 ; « La promotion du Saint-Esprit dans (...)

4La Gazette s’inscrit ainsi dans un processus de construction de l’image monarchique, mais son discours adopte deux tendances distinctes selon la nature des cérémonies dont il traite. Les dévotions quotidiennes de la cour, assistance à la messe, visites de couvents, ne sont mentionnées que dans les nouvelles « ordinaires » et mettent largement en valeur la personne de la régente ; le ton adopté est répétitif, sans emphase, et dresse l’apologie d’une piété exemplaire mais humble6. Au contraire, l’activité politique de la régente est totalement passée sous silence. Quant aux cérémonies religieuses de caractère exceptionnel, telles que le sacre ou les promotions du Saint-Esprit, elles sont relatées dans les Extraordinaires qui soulignent le prestige de l’événement ; dans ces récits, l’accent est porté sur le cérémonial plus que sur la piété des participants7.

  • 8 La Muze historique paraît chaque semaine à partir de 1650 et jusqu’à la mort de son créateur en 16 (...)
  • 9 Les journaux en vers semblent en réalité utiliser la Gazette comme première source d’information, (...)

5La Gazette adopte une ligne éditoriale facile d’accès, avec une présentation structurée en articles correspondant aux grandes villes européennes ; la publication est hebdomadaire et suit l’actualité de près, qu’elle rapporte en respectant la chronologie des événements. Au contraire, d’autres publications régulières telles que la Muze historique de Loret font à la même période le choix d’un ton plus sophistiqué, voire élitiste8. Mais cette divergence des formes n’empêche pas l’adoption d’un discours similaire : paraissant toutes deux le samedi, la Gazette et la Muze historique relatent généralement les mêmes événements en les accompagnant, lorsqu’il s’agit des dévotions de la reine, des mêmes louanges9. Grâce à ces nouveaux vecteurs d’information, la monarchie dispose d’un mode de communication privilégiée avec la capitale ; sujet principal des articles de la Gazette, le public parisien en est également le premier lecteur. Fondées sur une rhétorique de la répétition, les mentions quotidiennes des dévotions royales, effectuées dans les différentes églises de la capitale plutôt qu’à l’intérieur des palais royaux, rendent la piété de la reine accessible aux lecteurs et créent un sentiment de proximité avec d’autant plus d’efficacité que le discours de la Gazette s’appuie sur la présence réelle de la royauté dans la capitale.

6L’étude présentée ici se propose donc de considérer cette source comme référence principale : les analyses ci-dessous sont issues du dépouillement systématique du périodique, sur l’ensemble de la période concernée. En cohérence avec cette approche résolument « quotidienne » de la vie de cour, ce n’est pas tant l’extraordinaire du cérémonial, politique par essence, que l’ordinaire (dévotions quotidiennes et fêtes du calendrier liturgique) qui se trouve ici à l’étude.

  • 10 Dans son étude, Michèle Fogel concentre son attention sur les événements les plus exceptionnels du (...)
  • 11 Ces conflits entre officiers curiaux et officiants ordinaires d’églises extérieures à la cour ne s (...)

7Traditionnellement, les grandes cérémonies de la monarchie, souvent déterminantes comme porteuses de légitimité du pouvoir monarchique, ont quant à elles leur cadre régulier : Notre-Dame pour les Te Deum, Reims pour le sacre, Saint-Denis pour les funérailles, constituent autant de lieux incontournables à la mise en scène du pouvoir et à la justification de la monarchie dans ce qu’elle a de plus sacré. Ces cérémonies à caractère exceptionnel, par les multiples échos qu’elles trouvent dans les églises du royaume, jouent aussi le rôle de démultiplicateur de la présence royale. C’est en particulier le cas des Te Deum, dont la Gazette relate avec soin toutes les célébrations à travers les provinces du royaume après toute victoire militaire ou pour la naissance des enfants royaux10. Les conflits qui peuvent survenir à ces occasions entre les officiers du roi et les ordinaires des lieux, qu’il s’agisse des chanoines de Notre-Dame ou des religieux de Saint-Denis, révèlent qu’il s’agit bien de cérémonies fondamentales pour l’image monarchique et pour les officiers qui y interviennent, tant elles sont porteuses d’enjeux à la fois en termes de revenus financiers et de préséance11. Quant aux dévotions personnelles de la famille royale, distinctes des grandes cérémonies qui scandent la vie politique du royaume, elles ne possèdent pas a priori une telle dimension stratégique du fait qu’elles relèvent de son quotidien strictement privé. Une étude approfondie révélera cependant les sens multiples que recouvre tout geste de dévotion accompli par un membre de la famille royale, quel que soit le degré de solennité de la cérémonie à laquelle il prend part.

8Considérée sous l’angle des pratiques religieuses de la famille royale, la période courant de la mort de Louis XIII à l’installation officielle de la cour à Versailles (1643-1682) représente un point de bascule à plusieurs titres. En premier lieu, les années de troubles politiques de la Fronde laissent le pouvoir royal affaibli : il s’agit alors de voir comment le geste religieux participe de la reconquête d’autorité qui prend forme dans les années 1650. D’autre part, la période de régence donne à Anne d’Autriche un rôle de premier plan dans la représentation de la famille royale : il est alors particulièrement éclairant d’étudier les traits caractéristiques de l’expression religieuse de cette figure de femme, dotée d’un rôle politique temporaire. Enfin et surtout, ces deux premiers enjeux s’étudient à l’aune de la relation de la famille royale à la ville de Paris, ville capitale avec laquelle la cour, tout en rompant progressivement avec sa tradition d’itinérance quasi-permanente, prend de plus en plus systématiquement et de plus en plus officiellement ses distances durant la période.

  • 12 La figure 1 ci-dessous s’appuie principalement sur deux études consacrées aux déplacements de la c (...)

9La cour de Louis XIV durant la première partie du règne se caractérise en effet encore par un mode de vie itinérant : aucune résidence royale ne tient encore le titre de résidence principale12. De grandes tendances se dessinent cependant : les années de la régence sont ainsi dominées par les résidences parisiennes, le Palais-Cardinal, devenu Palais-Royal après le don fait par Richelieu à Louis XIII, accueillant la famille royale à partir de 1643, avant de se voir préférer le Louvre à la suite de la Fronde, qui fait apparaître la nécessité de choisir un lieu de résidence facile à défendre en cas d’assaut populaire. Les années de jeunesse de Louis XIV se distinguent également par les nombreux voyages que la cour effectue alors dans le royaume ; entre 1650 et 1652, elle se rend jusqu’à Bordeaux afin de mettre un terme aux mouvements de Fronde locale, puis reste durant trois mois en résidence à Poitiers, avant d’entamer son retour en Île-de-France. La fin des années 1650 est partagée entre les périodes de résidence au Louvre et la participation du roi aux campagnes militaires menées contre l’Espagne sur la frontière nord-est du royaume.

10L’année 1660, avec la signature du traité des Pyrénées et le mariage de Louis XIV et de Marie-Thérèse d’Espagne, est une rupture : la cour se stabilise nettement autour de la capitale, et les voyages et campagnes occupent désormais moins de la moitié de l’année. La mort d’Anne d’Autriche au Louvre, le 21 janvier 1666, éloigne définitivement la cour du palais du Louvre ; pendant les quelques mois de présence royale à Paris entre 1667 et 1671, la cour réside désormais aux Tuileries.

11Durant cette période, la cour n’occupe pratiquement pas les résidences royales situées hors de Paris et du sud-ouest  : Chambord, Vincennes, Compiègne, Fontainebleau dans une moindre mesure, ne reçoivent que très ponctuellement la visite de la cour. En revanche, Saint-Germain-en-Laye joue dès 1665 le premier rôle dans la distribution des lieux de résidence royale. Le château sert réellement de résidence principale durant les décennies 1660-1670, et accueille la cérémonie du baptême du dauphin en 1668. Enfin Versailles devient progressivement un lieu de résidence de la cour, bien que plus épisodique : la proximité avec Saint-Germain-en-Laye rend possible la multiplication de petits séjours qui n’excèdent jamais la semaine. Versailles joue très tôt le rôle de lieu de divertissement, à l’image des Plaisirs de l’île enchantée qui s’y déroulent du 7 au 12 mai 1664. Dans ces différents lieux de résidence royale, qu’en est-il des chapelles ? Des projets sont lancés au Louvre, mais restent inachevés, et ceux de Versailles n’apparaîtront qu’ultérieurement. Dans ces conditions, la cour n’a d’autre choix que d’adopter des espaces autres que les palais royaux comme lieux de ses dévotions.

12Le contexte est ainsi celui de la transition entre une tradition d’itinérance quasi-permanente d’une part, et le choix de lieux de séjour de plus en plus réguliers d’autre part. En outre, la période voit la stabilisation des institutions curiales, parmi lesquelles la Chapelle royale occupe une place essentielle. Il apparaît dès lors fondamental d’envisager les dévotions royales à la double lumière des temps et des lieux. Où le pouvoir décide-t-il de représenter ses expressions de foi dans une période de contestation de l’autorité royale, suivie d’une régence, période encore incertaine et inscrite dans l’attente de l’affirmation de la personnalité du roi ? Comment s’articulent les rôles entre les membres de la famille royale lorsque la composition de celle-ci s’enrichit, autour des doubles figures de la reine mère et de la reine en titre ?

  • 13 Cette étude reprend plusieurs des points étudiés dans le cadre d’une thèse pour le diplôme d’archi (...)

13Pour étudier ces questions, nous nous intéresserons en premier lieu aux formes de représentation de la foi de la famille royale dans l’espace parisien durant les premières années du règne, formes dont la diversité illustre alors encore la force des liens entretenus par la cour avec la capitale. Ceci nous conduira naturellement à nous interroger sur le rôle des institutions curiales en charge d’assurer le service divin, en particulier lorsque la famille royale se déplace hors de ses palais. Se posera ensuite plus finement la question d’une possible répartition des rôles entre les membres de la famille royale, au nombre de quatre à partir du mariage de Louis XIV : le roi, la reine, la reine mère et le frère du roi, avec l’idée sous-jacente d’une forte assimilation des pratiques de dévotion à la figure de la reine mère. À l’issue de cette période, nous verrons enfin comment une stabilisation progressive s’opère, qui voit se réduire la variété des lieux d’expression de la dévotion du roi, en cohérence avec la stabilisation géographique de la cour13.

Fig. 1 – Déplacements de la cour d’après la Gazette (1643-1682)

Fig. 1 – Déplacements de la cour d’après la Gazette (1643-1682)

Le roi et la capitale

14Après l’errance de la famille royale induite par les troubles de la Fronde, le retour de la cour à Paris donne l’occasion de manifestations explicites et/ou symboliques de la reprise d’autorité monarchique. Cela se fait d’autant plus naturellement que la capitale n’est dotée d’aucune chapelle royale à proprement parler : un tel lieu fait particulièrement défaut au sein du Louvre, et la famille royale se retrouve ainsi naturellement conduite à fréquenter l’église paroissiale de rattachement du Louvre, Saint-Germain-l’Auxerrois, ce qui peut déjà contribuer à créer un lien de plus grande proximité entre la piété de la famille royale et celle de ses sujets. Durant les années qui suivent directement la fin de la Fronde, les dévotions de la famille royale dans les églises parisiennes revêtent encore plus facilement un sens politique, puisqu’il s’agit pour la royauté de renforcer sa position, même à l’occasion de cérémonies religieuses : au-delà de l’expression de la foi, ces cérémonies permettent tout simplement de rendre le souverain de nouveau visible et présent dans l’espace parisien. Dans ces conditions, la représentation des dévotions de la famille royale s’inscrit à la fois dans la continuité de traditions, établies notamment par Louis XIII, roi notoirement pieux, et dans la prise en compte du positionnement géographique des institutions religieuses.

  • 14 F-Pn/ est Qb 1, cliché M 91963 : G. Colletet et Boulanger, Le roi et la reine régente prient Dieu (...)

15La politique de reconquête de l’autorité monarchique dans la capitale ne s’inscrit cependant pas systématiquement dans un cadre hostile. À l’issue de la Fronde en effet, les couvents parisiens veillent à donner à leur loyalisme une grande visibilité, laquelle passe notamment par la diffusion d’images pieuses appelant l’intercession des saints en faveur de la famille royale. Ainsi le couvent des Jacobins de la rue Saint-Honoré commande-t-il en 1648 une estampe représentant le roi et la reine en orants devant saint Hyacinthe, intercesseur de la monarchie14.

  • 15 Gazette, 28 août 1649. Voir également les illustrations auxquelles cet événement a donné lieu, tel (...)

16Le contexte de la Fronde est par ailleurs propice à la production de vignettes, commanditées par le pouvoir royal lui-même, mettant en scène la monarchie dans des actes de dévotion qui rappellent en même temps la force de ses liens avec la capitale et le caractère sacré de la monarchie. Les visites pieuses effectuées par Louis XIV et Anne d’Autriche en août 1649, de retour à Paris pour la première fois depuis leur départ secret en janvier 1649, prennent ainsi une tonalité triomphale. Les actions de grâces que Louis XIV rend à Notre-Dame le 21 août mettent le roi en scène dans la cathédrale, où il est accueilli à la porte par le chapitre, qui lui présente également ses hommages ; mais ni l’archevêque ni son coadjuteur le futur cardinal de Retz, prétextant une indisposition, ne prennent part à la cérémonie15.

  • 16 Gazette, 5 avril 1653 et Extraordinaire, 44, « Ce qui s’est passé en la position faite par le roy (...)
  • 17 La présence de Louis XIV à la pose de la première pierre de Saint-Roch est due à l’intervention d’ (...)
  • 18 Babelon 1972, p. 20-21. L’official est le clerc exerçant par délégation les pouvoirs judiciaires d (...)
  • 19 Extraordinaire, 1653, n° 44.
  • 20 Dans l’étude qu’il consacre à cette cérémonie, Alexandre Gady évoque les sourires qu’ont pu provoq (...)

17Souligner la présence du roi dans les emprises du clergé séculier de la capitale apparaît alors d’autant plus nécessaire que les églises paroissiales avaient généralement suivi la tendance frondeuse du diocèse parisien, pourtant théoriquement soumis à l’autorité royale. Les paroisses deviennent ainsi après 1652 les premiers destinataires visés par la politique royale. La pose de la première pierre de la nouvelle église Saint-Roch, célébrée le 28 mars 1653 devant Louis XIV, en offre un exemple16. Durant les troubles de la Fronde, le curé de la paroisse Saint-Roch, Jean Roussel, s’est publiquement déclaré partisan de Gondi et a exprimé ses opinions politiques dans de virulentes mazarinades. La présence royale à la cérémonie de pose de la première pierre revêt dès lors une forte charge politique17. Elle symbolise tout d’abord le retour à la paix intérieure, et surtout le rétablissement de l’autorité royale, qui intervient dans la nouvelle église à plusieurs titres : le projet du nouveau bâtiment est confié à Lemercier, premier architecte du roi ; le portail de l’église, qui n’est pas encore bâti en 1653, sera surmonté des armes de France comme s’il s’agissait d’une fondation royale. Enfin, la pose de la première pierre, précédée d’une messe chantée par la musique du roi, s’accompagne de l’insertion dans celle-ci de deux médailles portant les portraits de Louis XIV et d’Anne d’Autriche. Mais l’absence de certaines figures politiques témoigne encore d’une tension certaine. L’archevêque de Paris, qui aurait dû assister à la cérémonie au titre de chef de la juridiction épiscopale, en est empêché au prétexte de la maladie ; il ne peut se faire remplacer par son neveu et coadjuteur le cardinal de Retz, enfermé à Vincennes, et doit dépêcher son official à la cérémonie pour le représenter18. En l’absence des Gondi, le pouvoir royal semble donc porter seul et sans conteste la présidence de la cérémonie inaugurale. La dimension politique de l’événement est cependant totalement passée sous silence par les organes officiels de communication : la Gazette, en cohérence avec une ligne éditoriale très souvent strictement factuelle, souligne ainsi l’imperméabilité qui sépare les champs politique et religieux. Ces deux éléments sont certes complémentaires dans la constitution du caractère royal, mais ils restent nettement distincts l’un de l’autre : « Puisque la piété fait l’auguste ornement de toutes les autres vertus des roys chrestiens, lors qu’ils en exercent quelque action, elle ne doit pas estre moins exagérée que leurs actions Politiques. »19. Il faut s’appuyer sur les témoignages consignés dans le cartulaire de Saint-Roch, pour mesurer le contexte politique prégnant20 : durant la cérémonie, les représentants de la paroisse veillent à donner au chantier une dimension symbolique pacifiste ; et en effet, ce premier chantier religieux qui suit la Fronde marque la reprise des travaux dans la capitale. La présence royale est elle aussi un gage de paix ; le monarque exprime par sa présence sa magnanimité et le pardon qu’il accorde à son ancien ennemi.

  • 21 Sur les projets architecturaux concernant la chapelle du Louvre, voir F-Pan / AB XVIII : Alquier 2 (...)

18Outre la période politique, l’absence de lieu jouant un véritable rôle de chapelle royale, capable d’accueillir les dévotions de la cour, favorise cet ancrage des expressions publiques de la foi des monarques dans les églises de la capitale (Saint-Germain-l’Auxerrois, déjà évoquée, mais aussi l’église des Feuillants, l’église de l’Oratoire, etc.). Les chapelles des résidences royales de la capitale (Louvre, Palais-Royal, Tuileries) ne sont en effet que des espaces restreints voire des oratoires privés. Malgré les multiples projets développés à cet effet dans les années 1660, par Colbert en particulier, jamais le Louvre ne sera doté d’une chapelle digne de la cour21. Dans ces conditions, cette « itinérance à petite échelle » pose la question du rôle des institutions curiales en charge du service divin au sein de ces lieux d’accueil.

Les institutions religieuses de la cour dans les églises parisiennes

19En effet, outre la dimension politique du choix d’un lieu de dévotion, la présence des souverains dans une église de la capitale est également synonyme d’une solennité particulière pour le lieu d’accueil, dans la mesure où la figure royale peut également s’y faire accompagner des officiers des institutions curiales en charge du service religieux. Celles-ci sont de deux natures.

  • 22 Maral 2000.

20En premier lieu, la Chapelle royale, dont la structure a été stabilisée au XVIe siècle, comprend en particulier le grand aumônier et les aumôniers du roi, qui célèbrent la messe devant le souverain. Toute la délicatesse de leur rôle apparaît lorsque le souverain assiste à l’office divin hors de son cercle privé, car ils entrent alors dans une forme de concurrence avec le clergé déjà en place dans l’église d’accueil. Cette rivalité, qui s’observe notamment avec le clergé de l’église Saint-Germain-l’Auxerrois, soulève jusqu’à la fin du XVIIIe siècle des conflits de préséance entre les officiers du roi et le clergé de l’ordinaire22.

21Outre les officiers strictement religieux, les dévotions royales nécessitent la présence à la cour de musiciens spécifiquement en charge du service divin, et regroupés au sein de la chapelle-musique. La présence de cette dernière aux côtés du roi lorsqu’il s’adonne à des dévotions publiques ne répond à aucun règlement connu durant la première partie du règne de Louis XIV. Cependant, d’après un relevé des récits faits de ces dévotions, parmi les célébrations faisant intervenir la musique du roi, les principales fêtes du cycle liturgique sont très largement majoritaires, qu’il s’agisse des fêtes fixes (fête de la Circoncision le 1er janvier, fête de la Purification de la Vierge le 2 février, Annonciation le 25 mars, Noël les 24 et 25 décembre), ou mobiles (dimanche des Rameaux, mercredi, jeudi et vendredi de la Semaine Sainte, dimanche de Pâques, jeudi de l’Ascension, dimanche de Pentecôte, et jeudi du Saint Sacrement). Les grandes fêtes liturgiques fixes sont également célébrées par le concours de la musique du roi lors de l’Assomption (15 août) et de la Toussaint (31 octobre et 1er novembre).

  • 23 Les fêtes solennelles ne représentent qu’une mince minorité des jours de l’année. L’abbé Chuperell (...)
  • 24 Etats de la dépense et recette du trésor royal (octobre-décembre 1662), suivis de « l’estat au vra (...)
  • 25 Gazette, 152 et 155, 1662.
  • 26 Cette hypothèse est encore renforcée par la précision donnée en 1665 par la Gazette, selon laquell (...)

22Le traitement offert par la Gazette à ces différentes occasions est invariable : il s’agit des simples mentions « vêpres chantées par la musique du roi » ou « grande messe chantée par la musique de la chapelle », les deux termes qualifiant la musique de la chapelle étant utilisés de façon interchangeable sans que des détails supplémentaires ne soient donnés sur le déroulement musical de la cérémonie. La grande messe de la matinée et les vêpres qui ont lieu dans l’après-midi, en général directement après le sermon du jour, constituent donc les deux types de célébrations durant lesquelles se fait entendre en plain-chant la musique du roi, durant les jours de fête solennelle23. Les déplacements de la cour ne remettent pas en question le rythme de ces célébrations et la musique du roi doit s’adapter aux différents lieux adoptés par la famille royale. L’activité de la chapelle hors des résidences royales peut même donner lieu à des récompenses ponctuelles : les chantres reçoivent ainsi une gratification de 600 livres pour avoir chanté l’octave précédant Noël 1662 dans l’église des Théatins24. Pour cette même célébration, qu’elle qualifie de « neuvaine des couches de la Vierge », la Gazette mentionne scrupuleusement chacune des dévotions quotidiennes de la reine mère, « selon sa pieuse coutume », en cette église de « Sainte-Anne-la-Royale des Théatins » du 16 au 24 décembre 1662 ; mais le périodique n’évoque pour sa part que la « musique de la reine mère » en ces occasions. On peut imaginer sans peine que les fêtes les plus solennelles aient donné l’occasion à un agencement particulier des musiques de la cour, et que le roi ait alors mis ses officiers à disposition de sa mère, d’autant que lui-même assista à la conclusion de cette neuvaine aux côtés de la reine mère le 24 décembre25. Il est plus étonnant que la Gazette ne se soit pas saisie de cet élément pour souligner la probable magnificence de la célébration, soit par manque d’information de ce niveau de détail, soit par réflexe d’usage des formules rédactionnelles stéréotypées qui émaillent son texte. Toujours est-il que la source administrative, et qui plus est financière, peut certainement être considérée comme fiable sur le sujet26.

  • 27 1661, 1663, 1664, 1665, 1669 : voir Alquier 2009, vol. Annexes, p. 33-41 : « Calendrier des fêtes f (...)
  • 28 1646, 1653, 1654, 1658, 1665, 1666, 1668, 1668, 1671 ; voir Alquier 2009, ibid.
  • 29 Pour une cartographie des principaux lieux de dévotion fréquentés par la famille royale dans la ca (...)
  • 30 Samedi 12 et dimanche 13 avril 1664 (Gazette, 19 avril 1664).
  • 31 Antoine 1757.

23Cette « souplesse » géographique des institutions curiales est particulièrement remarquable durant la période parisienne de la cour, lorsque la musique du roi est amenée à jouer dans une multiplicité de lieux de culte. Chaque fête est en effet associée à un lieu précis : ainsi, la grande messe du 1er janvier se déroule dans l’église des Feuillants (rue Saint-Honoré)27, tandis que les vêpres ont systématiquement lieu dans l’église Saint-Louis-des-Jésuites28. Lorsque le roi réside à Paris, le choix du lieu de ses dévotions est fait en fonction du degré de publicité de celles-ci29. Les vêpres ou complies du jour précédant une cérémonie de grande ampleur prennent place dans le sanctuaire privé du roi, tandis qu’il assistera à la grande messe dans un lieu public ; c’est notamment le cas à l’issue de la Semaine Sainte de 1664, lorsque le roi, ayant entendu le salut du samedi soir dans la chapelle du Louvre, se rend le dimanche dans sa paroisse Saint-Germain-l’Auxerrois afin d’y entendre la grande messe ; il assiste également dans l’église paroissiale aux vêpres du dimanche, après y avoir entendu le sermon30. Les acteurs musicaux de ces différentes étapes de la célébration sont les mêmes, puisque la musique intervient au même titre dans les vêpres et dans les grandes messes des fêtes liturgiques, mais la différence de cadre donne aux secondes une envergure supplémentaire. Le choix d’un lieu de dévotions publiques prend en effet une double signification : il rappelle d’une part l’appartenance du roi à la communauté des chrétiens, ce qui le situe sur un même plan que l’ensemble des habitants de la paroisse malgré son titre royal. En assistant au sermon prononcé dans l’église paroissiale le dimanche de Pâques, le roi marque une rupture avec les dimanches de Carême, durant lesquels il a entendu le prédicateur choisi pour prêcher devant la cour, c’est-à-dire en 1664 le père Dom Côme31, Feuillant rompu à la fréquentation de la cour puisqu’il reçoit régulièrement le roi dans son église de la rue Saint-Honoré. C’est donc le prédicateur choisi par la fabrique de Saint-Germain-l’Auxerrois que le roi entend au terme du Carême, à savoir en 1664 le père Louis, Augustin déchaussé, ce qui souligne l’identité de situation dans laquelle la figure royale se trouve avec l’ensemble des habitants de la paroisse. Néanmoins, la venue du roi s’accompagne d’un decorum propre à sa fonction et qui empêche l’assimilation avec le reste des paroissiens : les vêpres sont célébrées devant le roi par l’évêque de Digne, et non par le curé du lieu, et avec des ornements liturgiques offerts par la reine mère, précise la Gazette. Mais surtout, la célébration des vêpres en musique souligne la présence de la majesté royale. C’est donc une humilité toute relative qu’exprime le roi lorsqu’il sort de sa chapelle : entouré de sa cour, de ses célébrants, de sa musique, il offre au peuple le spectacle d’un chrétien qui lui est à la fois semblable et supérieur.

  • 32 Gazette, 1656, 1657, 1658, 1659, 1662, 1663, 1664.
  • 33 Gazette, 1645, 1646, 1647, 1648, 1651, 1653, 1654, 1656, 1657, 1658, 1662, 1663, 1664, 1665.
  • 34 Gazette, 41, 1669.

24Si les mentions de présence de la musique royale offertes par la Gazette n’ont rien de surprenant lors des temps forts du cycle liturgique, d’autres fêtes moins attendues ont également les honneurs systématiques de la Chapelle royale. Il s’agit pour l’essentiel de dévotions auxquelles la piété de la reine mère est étroitement attachée, à l’exemple de la dévotion de celle-ci à saint François de Paule. Célébrée le 2 avril, cette fête est solennisée à Paris au couvent des Minimes de la Place royale, en présence de la cour, selon un schéma quasi invariable durant la période. Le roi vient y entendre la messe matinale chantée par la musique de sa chapelle, le 2 avril ou un autre jour d’avril si la fête a dû être déplacée en raison des nombreuses solennités du calendrier liturgique32. La reine mère, éventuellement accompagnée de la reine Marie-Thérèse à partir de 1660, y entend les vêpres chantées par la même musique33. La rupture apportée par la mort de la reine mère est nettement visible : une seule visite de la reine Marie-Thérèse au couvent des Minimes est citée par la Gazette pour la période 1666-1682, sans mention de musique34. En revanche, si l’on reprend l’exemple déjà évoqué de la neuvaine de la Vierge à Sainte-Anne-la-Royale des Théatins, les grandes célébrations auxquelles est naturellement associée la figure féminine de la famille royale font l’objet d’un traitement continu sur toute la période, du moins tant que la cour est à Paris au moment de cette célébration. Ainsi, d’après la Gazette, la neuvaine est suivie en cette église par la reine mère seule en 1662 et 1664, par la reine et la reine mère en 1663, et par la reine seule en 1665 et 1667. En 1666, la cour étant à Saint-Germain-en-Laye, c’est Monsieur seul qui poursuit la tradition de sa mère, décédée en janvier 1666. Il est remarquable enfin que la Gazette ne mentionne la présence de la musique du roi que lorsque c’est la reine Marie-Thérèse qui assiste à la célébration : peut-être une manière, à partir de 1660, de souligner la fin de la régence et le commencement du règne personnel, lequel justifie alors de repositionner les officiers royaux au service du strict noyau de la famille royale ?

  • 35 Gazette, 21 mars 1648, 21 mars 1654, 24 mars 1657.
  • 36 Gazette, 26 mars 1661, 25 mars 1662.

25Durant la période de la régence, alors que la dévotion du roi ne fait pas encore l’objet d’une mise en scène particulière de la part des périodiques, la piété de la reine mère donne encore d’autres occasions à la musique de la chapelle de se manifester régulièrement dans des églises parisiennes. Il apparaît en effet qu’Anne d’Autriche, lorsqu’elle assiste à des solennités propres à certaines églises de la capitale, se fait accompagner par la musique du roi : la fête de saint Joseph (19 mars) voit ainsi la Chapelle royale chanter les vêpres au couvent des Carmélites du faubourg Saint-Jacques35 et la fête de saint Benoît, (21 mars) au Val-de-Grâce36. Le choix du lieu dans lequel joue la musique du roi est également étroitement lié à la personnalité de la reine mère : les Carmélites du faubourg Saint-Jacques bénéficient particulièrement de son attention qui trouve une prolongation dans la fondation de leur maison annexe installée rue du Bouloi ; l’origine espagnole de cet ordre réformé par Thérèse d’Avila explique en partie les soins apportés par la reine mère, puis par la reine, à sa diffusion.

  • 37 Gazette, 1644, 1645, 1649, 1650, 1651, 1653, 1654, 1655, 1656, 1659, 1662.

26Outre les solennités du temporal et du sanctoral, la musique intervient régulièrement lors des célébrations propres à la monarchie. La principale d’entre elles est l’anniversaire de Louis XIII, solennisé chaque 14 mai à l’abbaye royale de Saint-Denis par une messe pontificale chantée par la musique de la chapelle. Si la cour, ainsi que les institutions judiciaires et municipales de la capitale, assistent à cette cérémonie organisée sur ordre du roi par son maître des cérémonies, aucun membre de la famille royale n’y participe personnellement. Au contraire, dès 1644, la reine mère prend l’habitude de se retirer au Val-de-Grâce afin de s’y livrer à ses dévotions privées, entamées par les vigiles des morts le 13 mai37 ; on assisterait alors, pour cet événement spécifique, à une claire séparation entre la cérémonie à caractère public d’une part, durant laquelle le roi est symboliquement incarné par les représentants des grands corps, tandis que les membres de la famille royale, et la reine en particulier, se retirent pour se livrer à leurs dévotions privées.

  • 38 Gazette, 2, 1667 ; 2, 1677 ; 114, 1681.
  • 39 Gazette, 2, 1667 ; 154, 1671 ; 2, 1677 ; 114, 1681.

27Après ce relevé des mentions faites par la Gazette de la présence de la musique de la chapelle lors des dévotions de la famille royale, on peut enfin s’interroger sur l’absence d’évocation de celle-ci lors de célébrations tenues en présence du roi. Ainsi, les vêpres du 25 décembre 1666 sont chantées par la musique du roi dans la chapelle du château vieux de Saint-Germain-en-Laye ; en revanche, aucune mention d’une telle intervention lors de la même célébration en 1676, ni en 168138. Inversement, si l’on considère les vêpres du 24 décembre devant le roi, elles sont décrites comme faisant intervenir la musique de la chapelle en 1676 et en 1681, mais ni en 1666 ni en 167139. Dans une méthode fondamentalement pragmatique, et sans littérature réglementaire précise concernant l’activité de la musique de la chapelle sur cette période, il apparaît délicat d’interpréter ces quelques exemples, d’autant qu’ils s’inscrivent tous dans l’espace d’une chapelle palatiale. Ces silences pourraient en effet être imputés aussi facilement à une évolution des pratiques de cour qu’à un oubli du rédacteur.

La répartition des dévotions au sein de la famille royale

28Au-delà des temps, des lieux et des acteurs institutionnels des dévotions royales, le récit composé par la Gazette autour des représentations de piété des monarques pose la question des rôles symboliques assignés à chacun des membres de la famille royale en termes de gestes religieux, et de leur évolution dans le temps.

29La situation de minorité royale et de régence dans laquelle se trouve le royaume entre 1643 et 1660 rend déterminante l’action d’Anne d’Autriche sur le plan politique ; mais la piété exceptionnelle de la reine, conjuguée avec les nouveaux moyens de communication dont dispose la monarchie, conduit à l’association étroite du religieux et du politique, puisque ces deux domaines s’incarnent communément dans la figure de la régente ; en matière de piété, le roi passe nettement au second plan, ainsi que le souligne le relevé statistique des dévotions royales rapportées par la Gazette :

Fig. 2 – Fréquences des dévotions de Louis XIV et Anne d’Autriche d’après la Gazette (1643-1660)

Fig. 2 – Fréquences des dévotions de Louis XIV et Anne d’Autriche d’après la Gazette (1643-1660)

30Les mentions, dans la Gazette, des dévotions respectives du roi et de la reine connaissent une évolution parallèle qui témoigne de partis pris rédactionnels plutôt que de véritables changements événementiels. Il apparaît en effet peu probable que le rythme des dévotions de la reine soit passé du simple au triple entre 1652 et 1654 ; en revanche, le contexte politique dans lequel ces gestes pieux prennent place connaît de réels bouleversements, ordonnancés en étapes successives. De 1643 à 1648, la dévotion de la reine bénéficie d’une publicité croissante mais modérée, à un rythme qui ne dépasse pas les quarante jours de dévotions par an, ce qui signifie que la Gazette ne mentionne même pas systématiquement les obligations dominicales. L’année 1648 connaît une augmentation brusque fondée sur deux événements : la maladie du roi à la fin de 1647 et les actions de grâces spectaculaires qu’elle entraîne donnent matière à des récits pieux qui sortent de l’ordinaire. Par ailleurs, les premiers événements de la Fronde donnent à chaque geste de la royauté, même religieux, une coloration politique. La Gazette, sans prendre trop visiblement parti pour la monarchie, saisit chaque occasion de faire la promotion de la famille royale, d’autant plus que les dévotions d’Anne d’Autriche présentent l’avantage d’une apparence apolitique voire anodine. Les années suivantes, soit exactement la période de la Fronde, connaissent un recul par rapport à 1648 mais sont toutefois supérieures à la période 1643-1647 ; les mentions sont relativement régulières, ce qui signifie que la Gazette parvient à dresser le rapport des dévotions de la famille royale malgré les voyages et l’éloignement en province. Il importe en effet de maintenir au minimum la visibilité de la famille royale dans l’état d’esprit du lectorat, en particulier parisien, au plus fort des troubles parlementaires et du sentiment anti-Mazarin. La croissance est en revanche fulgurante entre 1652 et 1654. Revenue dans la capitale, la monarchie fait la démonstration éclatante de sa victoire sur la rébellion. Pour être totale, la victoire doit s’entourer de sacralité ; la monarchie est désormais d’autant moins contestable qu’elle s’assure l’aval de l’Église et qu’elle souligne sa dimension sacrée, en offrant des preuves quotidiennes d’une piété exemplaire ; le sacre du roi marque l’apothéose de cette évolution. De 1654 à 1660, les mentions pieuses se font moins fréquentes sans revenir cependant au niveau des années 1640. La poursuite de la guerre contre l’Espagne, qu’il faut justifier malgré la paix obtenue avec le reste de l’Europe, occupe une large part des récits de la Gazette, qui retrouve ainsi sa vocation militaire des origines. En 1659-1660 se profile l’espoir de la paix et les prières de la reine accompagnent les négociations, reprises avec force. À partir de juin 1660, deux motifs encouragent la présence d’Anne d’Autriche dans les églises : d'une part, n’ayant plus de premier rôle à tenir à la cour, elle peut désormais se consacrer à ses dévotions et incarner un idéal uniquement religieux, sans considération politique ; d’autre part, il lui revient d’initier la nouvelle reine et de l’introduire dans les sanctuaires de Paris.

  • 40 Ces deux traits peuvent également se retrouver dans le roi seul, qui entend la messe quotidienne, (...)

31La dévotion du roi reçoit un traitement similaire à celui de la reine, mais dans des proportions moindres, ce qui s’explique dans un premier temps par la minorité du souverain et la période de régence. En outre, il apparaît très tôt et avec netteté que le souverain, s’il se doit d’être pieux, a également d’autres vertus à incarner, au premier rang desquelles la bravoure et la force physique. Dès lors, les activités royales mises en valeur par la Gazette sont principalement la guerre et la chasse, tandis que la reine exerce un quasi-monopole sur les œuvres de charité et les visites pieuses. Ces deux types d’activités sont d’ailleurs complémentaires et contribuent à l’équilibre des fonctions monarchiques, comme le montre leur mise en scène parallèle : il est rare que la Gazette rapporte les dévotions de la reine sans évoquer ensuite les parties de chasse auxquelles le roi a pris part40. Les activités distinctes du roi et de la reine sont également nécessaires au bien du royaume, car elles assurent sa victoire sur tous les registres :

  • 41 Gazette, 1er novembre 1653.

Cette bonne princesse [Anne d’Autriche] attire par ses prières les bénédictions de Dieu sur ce royaume, tandis que le roi et son premier ministre exposent si courageusement leurs personnes pour chasser les ennemis de la frontière41.

  • 42 Le 27 juillet 1649 par exemple, le roi et son frère vont chasser pendant que la reine fait ses dév (...)
  • 43 Le 12 juin 1650 par exemple, Anne d’Autriche et son fils cadet visitent le monastère de Saint-Nico (...)

32Le rôle dévolu au frère de Louis XIV durant la même période est plus ambigu ; au cours des années 1640, il peut être associé aussi bien aux activités de la reine qu’à celles du roi42. Mais même après ses sept ans, âge auquel un enfant doit quitter son entourage féminin pour être confié à des éducateurs masculins, Philippe d’Anjou continue d’accompagner majoritairement sa mère dans ses dévotions. Le phénomène est particulièrement visible lorsque la cour est en résidence à proximité du front : pendant que Louis XIV fait la tournée des camps militaires, son frère reste auprès d’Anne d’Autriche43. On peut ainsi effectuer un relevé des dévotions effectuées par chacun des membres de la famille royale au cours de quatre années, à titre de comparaison : 1648, première année de la Fronde ; 1655, année située à mi-parcours entre la Fronde et le début du règne personnel ; 1663, parmi les premières années du règne personnel et trois ans après le mariage du roi ; 1672, année plus avancée du règne, durant laquelle Marie-Thérèse est temporairement nommée régente, du fait du départ de Louis XIV sur le front de la guerre de Hollande :

Tab. 1 – Décompte des dévotions de la famille royale mentionnées par la Gazette : comparaison de quatre années (1648, 1655, 1663, 1672).

Membres de la famille royale mentionnés par la Gazette

1648

1655

1663

1672

Anne d’Autriche seule

84

76

44

X

Anne d’Autriche et Louis XIV

12

31

0

X

Anne d’Autriche et Marie-Thérèse

X

X

34

X

Anne d’Autriche, Louis XIV et Marie-Thérèse

X

X

21

X

Anne d’Autriche et Philippe d’Anjou/Monsieur

2

29

2

X

Anne d’Autriche, Philippe d’Anjou/Monsieur et Marie-Thérèse

X

X

2

X

Louis XIV seul

15

29

16

17

Louis XIV et Philippe d’Anjou/Monsieur

4

12

6

1

Marie-Thérèse seule (avec le Dauphin le cas échéant)

X

X

28

50

Marie-Thérèse et Philippe d’Anjou/Monsieur

X

X

1

2

Louis XIV et Marie-Thérèse (et Dauphin le cas échéant)

X

X

10

17

Louis XIV, Marie-Thérèse et Philippe d’Anjou/Monsieur

X

X

6

11

Anne d’Autriche, Louis XIV et Philippe d’Anjou/Monsieur

8

19

0

X

Anne d’Autriche, Louis XIV, Philippe d’Anjou/Monsieur et Marie-Thérèse

X

X

6

X

Philippe d’Anjou/Monsieur seul

1

3

2

19

Total

130

199

178

117

 

33La répartition des gestes pieux entre les différentes combinaisons que peuvent former les trois puis quatre principaux membres de la famille royale est très inégale, largement dominée par l’action de la reine mère en solitaire, y compris après le mariage du roi, même si sa visibilité relative diminue alors. Cette diminution est cependant compensée à la fois par les dévotions de Marie-Thérèse seule, et par les dévotions communes de la reine mère et de la reine.

34À l’autre extrémité, Philippe d’Anjou puis Monsieur est quasiment absent de ce tableau et ses dévotions personnelles ne font l’objet de quasiment aucune publicité. En revanche, si l’action conjuguée de tous les acteurs (Anne d’Autriche, Louis XIV et duc d’Anjou, puis les mêmes avec Marie-Thérèse) est quantitativement faible, la raison en est son effective rareté plutôt qu’un parti pris rédactionnel de la Gazette. En effet, les principaux membres de la famille royale n’assistent ensemble qu’aux offices les plus solennels de l’année liturgique ; aux jours ordinaires, chacun tend à entendre la messe dans l’église de son choix. Il est enfin remarquable qu’en 1665, les dévotions réunissant la reine et son cadet soient aussi nombreuses que celles de Louis XIV seul : arrivé à l’âge de quinze ans, Philippe d’Anjou apparaît, dans la Gazette du moins, comme n’ayant aucune autonomie d’action dans le domaine de la religion. Depuis 1643 et jusqu’en 1660, Anne d’Autriche est le pôle autour duquel s’incarne la dévotion de toute la famille royale, ce qu’explique largement son titre de régente.

  • 44 Gazette, 16 octobre 1660 ; 30 octobre 1660 ; 4 décembre 1660 ; 15 janvier 1661 ; 22 janvier 1661 ; (...)

35Durant les années 1660-1661, cette fonction se prolonge par le rôle « d’initiatrice » aux pratiques de dévotions d’une reine que joue Anne d’Autriche, qui a désormais perdu son titre de régente, auprès de Marie-Thérèse d’Espagne. Durant cette période, les dévotions de la jeune reine s’apparentent à un apprentissage qui la conduit dans les maisons religieuses traditionnellement attachées à la famille royale. Sur le mode de l’imitation, elle fait son entrée dans les confréries auxquelles appartiennent déjà le roi et la reine mère : elle entre en octobre 1660 dans la confrérie de Notre-Dame aux Prêtres et aux Bourgeois de Paris, et revêt la semaine suivante l’habit du tiers ordre de Saint-François. En novembre 1660, elle s’inscrit dans la confrérie de la Pureté de la Vierge établie chez les Minimes de la Place Royale ; en janvier 1661, elle entre dans la confrérie Saint-Joseph des Feuillants et dans la confrérie du Nom de Jésus contre les blasphémateurs, établie chez les Jacobins. En janvier 1663, une semaine après la reine mère, elle s’inscrit dans l’ordre de la Paix44.

  • 45 Gazette, 10 juillet 1660.
  • 46 Motteville 1838, p. 525.

36La nouvelle reine s’intègre ainsi sans peine au rôle de figure pieuse qui lui est conféré et dès l’été 1660, la Gazette s’attache à rapporter avec fidélité les nombreux actes de ferveur religieuse de la jeune souveraine, « dont la piété n’est pas moins singulière que ses autres vertus royales »45. Mais ces descriptions n’atteignent jamais le degré d’intensité qui caractérise les dévotions d’Anne d’Autriche, désormais détachée de tout titre politique, et dont la Gazette aussi bien que les contemporains indiquent qu’elles sont, à la fin de sa vie, celles d’une religieuse plutôt que d’une reine. Ainsi que le rapporte Madame de Motteville, le mariage du roi et le commencement de son règne personnel marquent la rupture définitive entre la reine mère et les préoccupations politiques ; évoquant la fin de l’année 1661, la mémorialiste écrit : « je lui voyois une si grande indifférence pour toutes les choses du monde, dont elle commençoit à ne vouloir plus se mêler, que je craignois qu’elle n’eût résolu de s’en retirer bientôt tout-à-fait »46.

37On peut enfin souligner en 1663 la disparition de deux représentations publiques : le duo reine mère/Louis XIV, et le trio reine mère/Louis XIV/Monsieur. Maintenant que le roi s’est marié, son épouse ne peut être absente des célébrations dont la solennité rassemble toute la famille royale.

Le resserrement des dévotions royales dans l’espace curial

  • 47 Gazette, 133, 1er décembre 1674.

38Malgré la forte influence que la dévotion exceptionnelle d’Anne d’Autriche continue d’exercer sur les pratiques religieuses de la famille royale, Marie-Thérèse donne à sa pratique religieuse quelques traits caractéristiques, qui se confirment après la mort d’Anne d’Autriche. Ses dévotions portent ainsi la marque d’une tradition espagnole dominée par les figures de sainte Thérèse et de saint François. Ainsi, alors que la dévotion d’Anne d’Autriche permettait d’établir des points de rencontre entre la religion royale et le cycle des célébrations fixes et mobiles, Marie-Thérèse introduit et perpétue en France des pratiques parfois d’inspiration espagnole, et plus spécifiquement réservées à une élite ou à un public strictement parisien : tel est le cas des indulgences dont elle obtient l’octroi par le pape Clément IX pour les fidèles qui visiteront la chapelle du tiers ordre de saint François dans le grand couvent des Cordeliers, où elle-même assiste régulièrement aux fêtes de la congrégation47.

  • 48 Giesey 1987, p. 67-86 : « La société de cour ».
  • 49 Le XVIIe siècle semble avoir été synonyme de consolidation institutionnelle et numérique dans plus (...)

39Les liens que la reine mère avait pu établir entre la famille royale et la capitale en s’appuyant sur la pratique religieuse ne sont plus que partiellement entretenus après 1666, et même dès la fin de la régence. En effet, la religion du roi tend désormais à se resserrer autour du milieu strictement courtisan, dans une pratique où le cérémonial prend de plus en plus d’importance, en parallèle d’un resserrement de la présence royale dans les résidences de Saint-Germain-en-Laye et Versailles. Cette évolution s’articule logiquement avec le schéma établi par Ralph E. Giesey, selon lequel la cour de la seconde moitié du XVIIe siècle se caractérise par l’émergence d’un nouveau mode de fonctionnement. Tandis que les cérémonies à caractère exceptionnel, cérémonies d’État d’occurrence unique au cours d’un règne (couronnement, sacre) ou répétées (entrées royales dans les grandes villes du royaume), qui établissaient jusqu’au début du XVIIsiècle l’assise de la puissance royale, perdent de leur fréquence, en raison notamment de la longévité du règne de Louis XIV et de la stabilisation de la cour au sud-ouest de Paris, la notion de cérémonial perd son caractère ponctuel pour se fondre dans le quotidien de la cour, atténuant la distinction entre les domaines public et privé et favorisant l’émergence d’une étiquette qui tend à devenir « une forme naturelle de comportement 48». En ce qui concerne plus précisément les expressions de dévotion du roi, la messe quotidienne du monarque, devenue événement public, gagne en solennité par la construction d’un environnement sonore complexe, que permet la démultiplication des effectifs des musiciens de la Chapelle royale. À partir de l’installation de la cour à Versailles, cette évolution se double d’un équivalent architectural qui trouve son apothéose dans la chapelle de Robert de Cotte, en 171049.

Fig. 3 – Les lieux de résidence de la cour : représentation cumulée des séjours d’après la Gazette (1666-1682).

Fig. 3 – Les lieux de résidence de la cour : représentation cumulée des séjours d’après la Gazette (1666-1682).
  • 50 Alexandre Maral fait la synthèse de cette évolution dans le contexte d’installation progressive de (...)

40Les premières années du règne personnel de Louis XIV correspondent ainsi à une période de transition, durant laquelle Anne d’Autriche continue d’entretenir jusqu’à sa mort des liens avec les églises parisiennes, tandis que la royauté se stabilise et développe de nouvelles pratiques de cour en périphérie de la capitale. Cette tendance entraîne le développement des institutions cérémonielles de cour dont la principale, en matière religieuse, est celle de la chapelle-musique50. La cour n’est cependant pas strictement coupée du reste du royaume, et il importe au contraire de maintenir des liens entre les deux, si ce n’est par la présence physique du roi, du moins par des supports assurant sa visibilité. La nécessité de moyens de communication aptes à compenser l’absence physique du roi hors de Paris, explique en partie le succès de la Gazette, qui prend alors une nouvelle ampleur comme organe de publicité de la vie de la cour, et se double d’autres littératures spécialisées, tel le Mercure.

  • 51 Là où la foi d’Anne d’Autriche s’exprime par la fréquentation assidue des lieux de culte et s’illu (...)

41Le départ de la cour hors de la capitale, après la mort de la reine mère, voire rendu possible par celle-ci, favorise ainsi l’émergence d’un nouveau mode de représentation de la religion royale, qui se caractérise à partir des années 1660 par deux nouveaux facteurs. Malgré la sincérité et la régularité de ses pratiques religieuses, Marie-Thérèse ne semble pas pouvoir rivaliser ni même prendre la suite de l’idéal religieux incarné par Anne d’Autriche ; alors que Louis XIII et Anne d’Autriche se distinguaient chacun par des modes d’expression propres de leur piété51, la réserve et le peu de publicité qui entourent l’activité pieuse de la reine ne permettent que partiellement la constitution d’un nouvel équilibre religieux à l’intérieur du couple royal. Même si le discours officiel diffusé par la Gazette continue de manière désormais conventionnelle à souligner l’exemplarité de la piété de la reine, Louis XIV s’impose comme figure religieuse « dominante » du couple royal, en cohérence avec son exercice du pouvoir, désormais pleinement personnel. L’iconographie reflète ce déséquilibre de la répartition des rôles : contrairement à Anne d’Autriche, Marie-Thérèse n’est jamais mise en scène dans des représentations figurées de visites pieuses ou de prières.

  • 52 Voir ci-dessus le tableau « Décompte des dévotions de la famille royale mentionnées par la Gazette(...)
  • 53 Gazette, 99 et 108, 1672.
  • 54 Gazette, 151, 1672.

42Une approche statistique des récits offerts par la Gazette quant aux dévotions de la reine s’avère particulièrement intéressante sur l’année 1672, année qui voit Louis XIV confier la régence à son épouse, du fait de son départ en avril sur le front de la guerre de Hollande. La régence est en réalité assurée par le conseil du roi, mais la dépositaire officielle du pouvoir est bien la reine. Malgré cette dimension particulière, les dévotions de celle-ci continuent à ne bénéficier d’une publicité que largement inférieure à celle qui accompagnait les dévotions d’Anne d’Autriche régente52. La grossesse de la reine, qui arrive à son terme le 13 juin, n’explique pas forcément ce manque de visibilité, puisque ses dévotions de la première quinzaine de juin, à l’occasion de la Pentecôte notamment, donnent lieu aux récits habituels. A contrario, et malgré la situation d’éloignement dans laquelle il se trouve, Louis XIV voit ses gestes de piété relayés avec la même attention et dans les mêmes proportions que plusieurs années précédentes (1648 et 1663). Les seuls récits mettant en valeur la personne de la reine sous un jour différent en cette année sont le 16 août 1672 la présentation des pains bénits à la confrérie royale de Saint-Roch, au nom de la reine, dans le grand couvent parisien des Carmes de la place Maubert, « avec une magnificence digne de la piété exemplaire de Sa Majesté » ; et le 30 août 1672, la pose de la première pierre de l’église des Augustins déchaussés Notre-Dame des Victoires à Rouen, en action de grâces des succès du roi, avec messe de Te Deum, par lettre de cachet de la reine53. Encore peut-on penser que cette dernière action s’inscrit dans la tradition des lettres adressées systématiquement par l’autorité monarchique à l’ensemble des villes du royaume, les assignant à accompagner ainsi les grandes victoires militaires ; la coïncidence avec la pose de la première pierre n’étant alors qu’un hasard de calendrier. Cette publicité réduite accordée aux dévotions de la reine apparaît d’autant plus distinctement que, à l’inverse, les actes de piété de Monsieur, seul ou accompagné de son propre cercle familial, bénéficient d’un relais important de la part de la Gazette. Il est le seul désormais à représenter physiquement l’autorité monarchique au sein de la capitale, où il perpétue notamment la tradition évoquée ci-dessus de la clôture de la neuvaine des couches de la Vierge, le 24 décembre, en l’église Saint-Anne-la-Royale des Théatins54.

  • 55 Cosandey 2000, p. 252-255.

43On peut donc voir dans cette évolution de la répartition des rôles religieux de la famille royale au bénéfice des figures masculines, mais surtout au bénéfice du roi, le même phénomène que celui constaté par Fanny Cosandey dans l’étude des funérailles de reines organisées au XVIIe siècle. Malgré son rôle (passé) de régente, Anne d’Autriche ne dispose plus des regalia (sceptre et main de justice) lors de l’exposition de son cercueil à Saint-Denis. Son autorité de régente ayant pour seule origine son mariage avec le roi, il ne lui revient pas de prétendre à la même dignité dans les cérémonies suivant son décès. Cette tendance est encore accentuée lors des funérailles de Marie-Thérèse qui, en 1683, se voit qualifiée dans son épitaphe avant tout de princesse par sa naissance, d’épouse, et seulement alors de reine, et encore « le terme de « reine » ne recouvre[-t-il] désormais d’autre réalité que celle d’épouse royale. […] Dès lors, le parcours de la reine s’assimile à celui d’une sujette, déterminé par le mariage chrétien qui l’unit étroitement au roi. Souveraine, elle fait figure d’épouse ; épouse, elle apparaît sujette »55. Ainsi s’est opérée, en quarante ans, la centralisation des dévotions de la famille royale autour de la figure du roi, en cohérence avec l’évolution générale que Louis XIV insuffle aux pratiques de la cour.

Conclusion

44La Chapelle royale, quel que soit l’aspect sous lequel on l’aborde, peut ainsi être considérée en 1682 comme une des illustrations de l’idéal absolutiste que Louis XIV imposa à la cour. Les institutions (ecclésiastique et musicale) en charge de la religion devant la cour s’inscrivent en effet dans la même évolution que l’ensemble des structures curiales telles que Louis XIV les met en place, et qui ensuite furent les emblèmes de l’ordre établi au sein des courtisans. En amont de l’aboutissement que cette évolution trouve à Versailles, les quarante premières années du règne portent pourtant la trace de tendances diverses voire contradictoires, et dont l’axe pivot se trouve au mitan des années 1660.

  • 56 Voir en introduction la figure 1 : déplacements de la cour établi d’après la Gazette (1643-1682).
  • 57 Le Roy Ladurie – Fitou 1997.

45Les années 1643 à 1660 sont en effet placées sous l’influence majoritaire de la figure de la régente, reine à la piété exemplaire qui inscrit fermement ses dévotions dans un espace parisien sinon accessible à tous, du moins visible du plus grand nombre, directement ou indirectement. A contrario, à la fin des années 1660, à partir du moment où la cour réside de plus en plus souvent dans les résidences de l’ouest parisien (Saint-Germain-en-Laye, Versailles), et dans une moindre mesure, à Fontainebleau et Compiègne56, la mise en place du « système de cour 57», inscrit dans un espace de cour distinct et même éloigné de la capitale, favorise une étroite intégration des institutions religieuses au mode de vie courtisan, dont les réformes de la chapelle seront l’une des manifestations. Dans un tel cadre, la religion du roi rompt presque définitivement avec l’espace de l’ordinaire ecclésiastique (églises paroissiales notamment) pour s’inscrire dans un environnement exclusivement monarchique, dans lequel la chapelle royale s’impose comme l’unique sanctuaire de la cour. La chapelle musique, simple accompagnateur des dévotions royales lorsque celles-ci s’inscrivaient dans l’espace de l’ordinaire parisien, trouvera à Saint-Germain-en-Laye puis à Versailles le cadre de son épanouissement institutionnel, lorsque l’expression de la foi et du pouvoir tend à se confondre pleinement dans le creuset de l’espace de cour.

46Cette évolution se comprend d’autant mieux si on la lit à la lumière des rôles politiques des deux principaux protagonistes. Reine régente dont les premières années d’exercice sont bouleversées par l’épisode de la Fronde, Anne d’Autriche concilie l’image traditionnelle de la reine pieuse avec la volonté politique de reconquérir pleinement son autorité monarchique, dans un ancrage essentiellement parisien. Au contraire, Louis XIV, au début de son règne personnel et plus encore à partir de 1666, amorce une démarche délibérée d’éloignement de la capitale, qui se fixe de plus en plus régulièrement dans les résidences royales de la périphérie parisienne. Si ses choix géographiques diffèrent de ceux de sa mère, sa représentation en gestes de dévotion s’inscrit au contraire dans une vraie logique de continuité : la Gazette des années 1670 relate moins les pratiques de dévotions royales que dix ans auparavant, mais elle y accorde une part proportionnellement plus importante à la figure du roi.

47Plus largement, le rôle que la religion est appelée à jouer dans le système des représentations de la cour de Louis XIV est l’aboutissement d’un processus engagé depuis la fin du XVIe siècle qui tend à donner une place croissante au cérémonial, afin d’introduire une notion d’ordre dont le chef ne serait plus seulement la figure divine, mais la figure royale capable de s’imposer aussi bien dans le champ laïque que religieux. Cette mise en spectacle de la religion royale, la solennité qui entoure chacun des actes pieux du roi, impliquent une rupture nécessaire avec les usages d’Anne d’Autriche qui, tout en restant empreints de solennité, se caractérisaient par une humilité affichée des actes de foi. La rupture avec la capitale et le « repli » de la cour à Versailles accentuent cette solennité dans laquelle la religion royale apparaît d’autant plus spectaculaire qu’elle est désormais réservée à une élite.

  • 58 Le dessin de cette pratique continue quant au récit des dévotions du roi, bien avant les années 16 (...)

48Souvent négligée par l’historiographie, la période de la régence et du ministériat de Mazarin apparaît pourtant ici comme le préliminaire nécessaire à l’œuvre de Louis XIV. Celui-ci parvient en effet à poursuivre et à assimiler à sa figure le modèle de piété royale établi par sa mère, tout en y introduisant une donnée radicalement différente. Là où Anne d’Autriche avait cherché à incarner un idéal pieux, certes déjà orienté dans le sens d’une mise en scène de la monarchie, Louis XIV double son rôle de monarque modèle de piété du développement d’un ensemble d’outils d’apparat : en s’appuyant sur des institutions qui, originellement, avaient pour objet exclusif la célébration divine, il pose dès les années 1660 les premières pierres d’un culte monarchique qui trouvera son aboutissement dans le système de cour versaillais. Dans cette démarche délibérée de construction d’une image religieuse plus solennelle, plus encore qu’à Marie-Thérèse, qui respecte et applique certes scrupuleusement toute la gestuelle dévotionnelle attendue d’une reine de France, il apparaît dès lors logique que ce soit à Louis XIV, seul souverain et point central des institutions de cour, qu’il soit revenu d’incarner dès les années 1660 cet idéal de « religion du roi 58».

Haut de page

Bibliographie

Ouvrages à caractère de source

Antoine 1757 = A. Antoine, Nouvelles observations sur les différentes méthodes de prêcher, avec un recueil de tous les Prédicateurs qui ont prêchés l’Avent et le Carême devant Leurs Majestés Louis XIV et Louis XV, qui ne se trouve nulle part, Lyon, Pierre Bruyset Ponthus, 1757.

Chuperelle 1700-1731 = abbé Chuperelle, Cérémonial historique, Second volume, ms. [1700-1731], AD-Seine-Maritime, 28 F 46.

Motteville 1838 = F. de Motteville, Mémoires, éd. Michaud et Poujoulat, Paris, 1838.


Études secondaires

Alquier 2009 = É. Alquier, La religion du Roi. Lieux et expressions de la dévotion à la cour de Louis XIV (1643-1682), Paris, 2009.

Babelon 1972 = J.-P. Babelon, L’église Saint-Roch à Paris, Paris, 1972.

Cosandey 2000 = F. Cosandey, La reine de France : symbole et pouvoir, Paris, 2000.

Coutin 1985 = S. Coutin, Les déplacements de Louis XIV (1661-1682), mémoire de maîtrise, dir. François Bluche, université de Paris X-Nanterre, 1985.

Feyel 2000 = G. Feyel, L’annonce et la nouvelle : la presse d’information en France sous l’Ancien Régime (1660-1788), Oxford, 2000.

Fogel 1989 = M. Fogel, Les cérémonies de l’information dans la France du XVIe au milieu du XXVIIIe siècle, Paris, 1989.

Gady 1999 = A. Gady, La pose de la première pierre de l’église Saint-Roch de Paris par Louis XIV (28 mars 1653), dans Études bourboniennes, 11, 1999, p. 11-19.

Giesey 1987 = R.E. Giesey, Cérémonial et puissance souveraine en France, XVe-XVIIe siècles, trad. Jeannie Carlie, Paris, 1987.

Haffemayer 2002 = S. Haffemayer, L’information dans la France du XVIIe siècle : La Gazette de Renaudot de 1647 à 1663, Paris, 2002.

Le Pas de Sécheval 1989 = A. Le Pas de Sécheval, La politique artistique de Louis XIII, thèse de doctorat, université de Paris I-Sorbonne, 1989.

Le Roy Ladurie – Fitou 1997 = E. Le Roy Ladurie, J.-F. Fitou, Saint-Simon ou le système de la Cour, Paris, 1997.

Levantal 1998-1999 = C. Levantal, Iter Juventae Regis : les déplacements et les voyages de Louis XIV de 1643 à 1661, dans Études bourboniennes, 8-9, décembre 1998-mars 1999.

Maral 2000 = A. Maral, Le grand aumônier de France et le diocèse de la chapelle royale sous Louis XIV, dans Bibliothèque de l’École des chartes, 158/2, 2000, p. 475-506.

Maral 2002 = A. Maral, La Chapelle royale de Versailles sous Louis XIV : cérémonie, liturgie et musique, Sprimont, 2002. 

Haut de page

Notes

1 Fogel 1989.

2 Journal d’une longévité remarquable, la Gazette survit à l’Ancien Régime et ne disparaît qu’en 1915. Elle connaît différents titres au cours de son existence : d’abord simple Gazette, elle devient Gazette de France en 1762, puis Gazette nationale de France à partir de 1792, avant de redevenir Gazette de France sous la IIIe République.

3 À l’origine conçue comme journal spécialisé dans les annonces professionnelles et les taux de change, à l’usage des marchands, la Gazette abandonne rapidement cette fonction commerciale et devient, sous la direction plus ou moins officielle du cardinal de Richelieu, un organe de communication au service de la monarchie (Feyel 2000, p. 131-132).

4 Le récit de guerre continue cependant à occuper une place prépondérante dans la Gazette : les numéros émis en temps de guerre sont ainsi plus « fournis » qu’en temps de paix (Haffemayer 2002, p. 45).

5 Id., p. 303.

6 Id., p. 329.

7 « Le sacre de Louis XIV », Extraordinaire, 73, 13 juin 1654 ; « La promotion du Saint-Esprit dans l’église des Grands-Augustins, le 1er janvier 1662 », Extraordinaire, 1, 7 janvier 1662. Les Extraordinaires se présentent sous la forme de feuillets de 8 pages en moyenne.

8 La Muze historique paraît chaque semaine à partir de 1650 et jusqu’à la mort de son créateur en 1665. Il s’agit d’une chronique en vers de la vie parisienne, sous la forme de lettres fictives adressées à Mademoiselle de Longueville. Le marché de la chronique en vers n’est pas exempt de concurrence : la Muse royale en particulier, dont les lettres fictives s’adressent à la princesse Palatine, se destine visiblement au même public que la Muze historique.

9 Les journaux en vers semblent en réalité utiliser la Gazette comme première source d’information, ainsi qu’il apparaît dans quelques allusions formulées par Loret et dans lesquelles le périodique en prose apparaît comme sa principale référence (Loret, Muze historique, lettres du 25 octobre 1664 et du 6 décembre 1664).

10 Dans son étude, Michèle Fogel concentre son attention sur les événements les plus exceptionnels du cérémonial, notamment les Te Deum, sans nécessairement prendre en compte l’émergence du « journalisme » (Fogel 1989). Voir l’article de Thierry Favier dans ce volume.

11 Ces conflits entre officiers curiaux et officiants ordinaires d’églises extérieures à la cour ne sont pas un phénomène propre à la France : Ilaria Grippaudo évoque ainsi, dans l’introduction à l’article proposé dans ce volume, la concurrence apparue dès le XIIIe siècle entre le clergé palatin et le chapitre de la cathédrale de Palerme.

12 La figure 1 ci-dessous s’appuie principalement sur deux études consacrées aux déplacements de la cour de Louis XIV : Coutin 1985 ; Levantal 1998-1999, p. 4-62.

13 Cette étude reprend plusieurs des points étudiés dans le cadre d’une thèse pour le diplôme d’archiviste-paléographe : Alquier 2009 (Paris, Archives nationales/AB XVIII). Elle propose le pendant « pré-versaillais » à l’étude complète consacrée par Alexandre Maral à la chapelle royale de Versailles (Maral 2002).

14 F-Pn/ est Qb 1, cliché M 91963 : G. Colletet et Boulanger, Le roi et la reine régente prient Dieu par l’intercession de la sainte Vierge et de St Hyacinthe de détourner les maux dont la France est menacée, 1648.

15 Gazette, 28 août 1649. Voir également les illustrations auxquelles cet événement a donné lieu, telle l’estampe anonyme intitulée Les actions de grâces de la famille royale à Notre-Dame, [août 1649] (F-Pn/ est Qb 1, cliché M 91772).

16 Gazette, 5 avril 1653 et Extraordinaire, 44, « Ce qui s’est passé en la position faite par le roy de la première pierre des fondemens de la nouvelle église de Saint-Roch ».

17 La présence de Louis XIV à la pose de la première pierre de Saint-Roch est due à l’intervention d’un paroissien influent, Séraphin de Mauroy, contrôleur général des finances et ancien commis de Sublet de Noyers. Sur la requête du curé, Mauroy propose en mars 1653 à Anne d’Autriche d’assister à la cérémonie ; la reine ordonne alors que le roi y assistera seul. La présence de Louis XIV est donc autant le fait de la paroisse que de la monarchie (F-Pan/ LL 917, p. 835-939, cité dans Gady 1999).

18 Babelon 1972, p. 20-21. L’official est le clerc exerçant par délégation les pouvoirs judiciaires de l’évêque.

19 Extraordinaire, 1653, n° 44.

20 Dans l’étude qu’il consacre à cette cérémonie, Alexandre Gady évoque les sourires qu’ont pu provoquer les allégations de fidélité et d’obéissance de Jean Roussel au roi, à quelques mois seulement de la Fronde. La conversation qui s’ensuit entre le roi et les paroissiens au sujet du financement de l’église porte également les marques d’une tension : « Un des seigneurs qui estoit près de sa Majesté ayant dit qu’il falloit de l’argent pour faire la paix, il fut répondu qu’il estoit vray qu’il falloit de l’argent et qu’il falloit aussy frapper fort pour faire une bonne paix. » (F-Pan/ LL 916, p. 406, cité dans Gady 1999, p. 15-16).

21 Sur les projets architecturaux concernant la chapelle du Louvre, voir F-Pan / AB XVIII : Alquier 2009 p. 292-318.

22 Maral 2000.

23 Les fêtes solennelles ne représentent qu’une mince minorité des jours de l’année. L’abbé Chuperelle expose le détail des célébrations propres à chacune ; ce sont les mêmes que celles que rapporte la Gazette : Circoncision du Christ, Purification de la Vierge, Mercredi des Cendres, Annonciation, Dimanche des Rameaux, Ténèbres de la Semaine Sainte, Cène du Jeudi Saint, grande messe du Vendredi Saint, samedi de la Semaine Sainte, Dimanche de la Résurrection, Ascension, Pentecôte, Trinité, Fête-Dieu et octave, Assomption, Nativité de la Vierge, Toussaint, Conception de la Vierge, Noël. Seule la grande messe du Vendredi Saint fait défaut dans notre relevé des célébrations mentionnées par la Gazette (Chuperelle 1700-1731, p. 661 et suiv.).

24 Etats de la dépense et recette du trésor royal (octobre-décembre 1662), suivis de « l’estat au vray de l’Espargne pour 1662 » (F-Pn/ MC 265, fol. 189v).

25 Gazette, 152 et 155, 1662.

26 Cette hypothèse est encore renforcée par la précision donnée en 1665 par la Gazette, selon laquelle la « musique du roi » joue devant Marie-Thérèse d’Espagne à l’occasion de cette même neuvaine des couches de la Vierge en l’église de Sainte-Anne-la-Royale des Théatins (Gazette, 150, 1665).

27 1661, 1663, 1664, 1665, 1669 : voir Alquier 2009, vol. Annexes, p. 33-41 : « Calendrier des fêtes fixes ».

28 1646, 1653, 1654, 1658, 1665, 1666, 1668, 1668, 1671 ; voir Alquier 2009, ibid.

29 Pour une cartographie des principaux lieux de dévotion fréquentés par la famille royale dans la capitale, voir Alquier 2009, vol. Annexes, p. 18-20 : « La religion du roi dans la capitale : les couvents parisiens au XVIIe siècle ».

30 Samedi 12 et dimanche 13 avril 1664 (Gazette, 19 avril 1664).

31 Antoine 1757.

32 Gazette, 1656, 1657, 1658, 1659, 1662, 1663, 1664.

33 Gazette, 1645, 1646, 1647, 1648, 1651, 1653, 1654, 1656, 1657, 1658, 1662, 1663, 1664, 1665.

34 Gazette, 41, 1669.

35 Gazette, 21 mars 1648, 21 mars 1654, 24 mars 1657.

36 Gazette, 26 mars 1661, 25 mars 1662.

37 Gazette, 1644, 1645, 1649, 1650, 1651, 1653, 1654, 1655, 1656, 1659, 1662.

38 Gazette, 2, 1667 ; 2, 1677 ; 114, 1681.

39 Gazette, 2, 1667 ; 154, 1671 ; 2, 1677 ; 114, 1681.

40 Ces deux traits peuvent également se retrouver dans le roi seul, qui entend la messe quotidienne, puis se rend à la chasse ; la Gazette présente ces deux activités comme constitutives, à part égale, de l’emploi du temps du roi (Gazette, 16 juin 1646 ; Gazette, 3 juin 1651).

41 Gazette, 1er novembre 1653.

42 Le 27 juillet 1649 par exemple, le roi et son frère vont chasser pendant que la reine fait ses dévotions à sainte Anne à Compiègne (Gazette, 7 août 1649).

43 Le 12 juin 1650 par exemple, Anne d’Autriche et son fils cadet visitent le monastère de Saint-Nicolas-au-Pont de Compiègne tandis que Louis XIV passe les troupes en revues (Gazette, 25 juin 1650) ; ou encore le 20 décembre 1656, pour la neuvaine de la Nativité chez les Théatins, Philippe d’Anjou accompagne la reine « pour marcher sur les traces d’un si parfait et si auguste modèle de piété » (Gazette, 23 décembre 1656).

44 Gazette, 16 octobre 1660 ; 30 octobre 1660 ; 4 décembre 1660 ; 15 janvier 1661 ; 22 janvier 1661 ; 3 février 1663 ; Loret, Muze historique, lettre du 15 janvier 1661.

45 Gazette, 10 juillet 1660.

46 Motteville 1838, p. 525.

47 Gazette, 133, 1er décembre 1674.

48 Giesey 1987, p. 67-86 : « La société de cour ».

49 Le XVIIe siècle semble avoir été synonyme de consolidation institutionnelle et numérique dans plusieurs Chapelles royales européennes : Cristina Fernandes décrit ainsi dans son article proposé dans ce volume un phénomène similaire de stabilisation des institutions curiales et de régularisation des effectifs de la Chapelle royale sous le règne de Jean IV de Portugal, accompagné de la définition d’un nouvel ordre liturgique pour les fêtes solennelles suivies par la famille royale.

50 Alexandre Maral fait la synthèse de cette évolution dans le contexte d’installation progressive de la cour à Versailles : Maral 2002.

51 Là où la foi d’Anne d’Autriche s’exprime par la fréquentation assidue des lieux de culte et s’illustre par la publicité quotidienne donnée à ses actes de dévotion, l’expression de la piété de Louis XIII prend des formes plus officielles, avec en particulier une démarche de fondations, de soutien apporté à la construction de nouvelles églises dans le royaume et notamment dans la capitale, et plus encore par la poursuite voire la relance des chantiers architecturaux autour des chapelles des résidences royales (Fontainebleau et Saint-Germain-en-Laye). Voir Le Pas de Sécheval 1989.

52 Voir ci-dessus le tableau « Décompte des dévotions de la famille royale mentionnées par la Gazette : comparaison de quatre années (1648, 1655, 1663, 1672) ».

53 Gazette, 99 et 108, 1672.

54 Gazette, 151, 1672.

55 Cosandey 2000, p. 252-255.

56 Voir en introduction la figure 1 : déplacements de la cour établi d’après la Gazette (1643-1682).

57 Le Roy Ladurie – Fitou 1997.

58 Le dessin de cette pratique continue quant au récit des dévotions du roi, bien avant les années 1680, s’oppose à l’historiographie traditionnelle considérant le règne de Louis XIV en deux temps irréconciliables : le prince galant, puis le prince dévot à partir de 1682, année de rupture. Alexandre Maral remet également en cause cette répartition binaire (Maral 2002).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Déplacements de la cour d’après la Gazette (1643-1682)
URL http://journals.openedition.org/mefrim/docannexe/image/10964/img-1.png
Fichier image/png, 346k
Titre Fig. 2 – Fréquences des dévotions de Louis XIV et Anne d’Autriche d’après la Gazette (1643-1660)
URL http://journals.openedition.org/mefrim/docannexe/image/10964/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Titre Fig. 3 – Les lieux de résidence de la cour : représentation cumulée des séjours d’après la Gazette (1666-1682).
URL http://journals.openedition.org/mefrim/docannexe/image/10964/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Éléonore Alquier, « Quand le roi sort de sa chapelle », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [En ligne], 133-2 | 2021, mis en ligne le 11 mars 2022, consulté le 29 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/mefrim/10964 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mefrim.10964

Haut de page

Auteur

Éléonore Alquier

eleonore.alquier@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search