Navigation – Plan du site

AccueilNuméros133-2Musiques de la foi / Musiques du ...L’empreinte du son

Musiques de la foi / Musiques du pouvoir. Construction et affirmation des identités politiques, religieuses et culturelles des cours catholiques européennes (1648-1748)

L’empreinte du son

Réjouissances et actions de grâces dans les relations des cérémonies royales sous Louis XIV (1660-1704).
Thierry Favier

Résumés

L’article analyse la construction et la réception de l’image sonore des pouvoirs temporels et religieux à travers l’exemple des Te Deum célébrés dans toute la France au cours de quatre grandes fêtes dynastiques du règne de Louis XIV. À partir des relations publiées par le Mercure galant, il décrit les différentes modalités de l’inscription du Te Deum au sein de l’événement, conçu d’abord comme une succession de séquences puis comme une fête homogène dans laquelle les différents pouvoirs entrent en concurrence. La seconde partie s’attache à la dimension sonore de cette évolution : le chant du Te Deum acquiert progressivement dans les colonnes du Mercure une réalité sonore, dont la dimension sensible joue un rôle important dans la mise en scène de l’adhésion politique et religieuse. L’analyse de relations tardives montre comment cette symbolique politique est progressivement concurrencée par une réception davantage centrée sur le plaisir esthétique, caractéristique de la nouvelle civilité urbaine.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Fogel 1989.
  • 2 Fogel 1989, p. 204.
  • 3 Approche synthétique de la question dans Duron 2008.
  • 4 Isherwood 1973 ; Montagnier 1998 ; Montagnier 2000 ; Montagnier 2006. Discussion dans Favier 2009, (...)
  • 5 Bisaro 2020. Leconte 2018.

1Dans son ouvrage Les cérémonies de l’information, paru en 1989, Michèle Fogel a mis en évidence le statut particulier qu’acquiert le Te Deum sous le règne de Louis XIV et l’évolution des pratiques rituelles auxquelles il donne lieu et des fonctions symboliques qui lui sont associées1. Elle y étudie le processus par lequel le Te Deum devint progressivement, à partir de la fin du XVIe siècle, un mode de célébration autonome, dont les fonctions initiales d’acclamation puis de proclamation se trouvèrent supplantées par la célébration de la majesté royale. Parce qu’il place Dieu comme seul horizon du pouvoir souverain, le Te Deum apparaît sous le règne personnel de Louis XIV comme la « cérémonie de la souveraineté en acte2 », susceptible d’exprimer l’essence même du pouvoir absolu de droit divin. De ce fait, il a été l’objet d’étude privilégié des musicologues qui se sont intéressés aux liens entre musique et pouvoir et, plus précisément, à la fabrication d’une image sonore de la royauté absolue. Jusqu’à une date récente, les travaux musicologiques consacrés au Te Deum ont suivi deux tendances majeures. La première concerne la définition de l’objet d’étude qui est réduit au Te Deum en symphonie, sur le modèle du motet à grand chœur, tel qu’il fut façonné par les musiciens du roi à partir du milieu des années 1650 et illustré ensuite par Lully, Lalande, Charpentier, Campra, etc. Le Te Deum est alors étudié in se, en dehors de tout contexte et indépendamment de toute autre modalité d’exécution, dans la perspective d’un genre musical dont la genèse est fortement liée à l’affirmation d’une singularité esthétique propre aux musiciens du roi puis, à partir de 1683, essentiellement à ceux de la Chapelle royale3. La seconde concerne les conceptions théoriques qui sous-tendent ces études. La notion de propagande y est prépondérante et tend à évacuer la dimension religieuse du rituel en privilégiant, dans sa mise en œuvre, le faire-croire sur le croire, voire en substituant systématiquement, dans les modalités de sa réception, la figure du roi à celle de Dieu4. Au cours des deux dernières décennies, la question du rapport entre musique et pouvoir a été nettement reléguée à l’arrière-plan et les études publiées sur la musique religieuse, dans la dynamique de plusieurs programmes de recherche, se sont davantage concentrées sur la diversité des pratiques musicales et des répertoires en fonction des contextes spirituels, liturgiques et institutionnels. Les nouvelles orientations de l’historiographie de l’absolutisme sont cependant perceptibles dans deux articles récents qui, loin de l’idée d’une propagande planifiée et contrôlée, mettent en évidence les vicissitudes de la prise en charge progressive et du maintien de l’autorité cérémonielle sur les Te Deum royaux par la monarchie, à Notre-Dame comme à la Chapelle royale de Versailles5.

  • 6 Le dépouillement du périodique a été grandement facilité par la base de données Mercure galant, dé (...)
  • 7 Piéjus 2010 ; Piéjus – Blocker 2016 ; Favier – Hache 2018 ; Berton 2020.
  • 8 Dayan 2011.

2Face à ces constats, la présente contribution souhaite moins se pencher sur la question de la fabrication d’un imaginaire royal que sur sa réception dans le Mercure galant6, en prenant en compte l’ensemble des comptes rendus de Te Deum donnés à l’occasion de quatre grands événements dynastiques : la paix de Nimègue (1678-1679), la naissance du duc de Bourgogne (1682), le rétablissement de la santé du roi (1686-1687) et la naissance du duc de Bretagne (1704). Le périodique, qui a toujours été une ressource documentaire importante pour la musicologie, a fait l’objet récemment de plusieurs investigations qui, à partir des nouvelles approches de la critique littéraire et de l’histoire culturelle, ont pris en compte les contraintes et les stratégies d’énonciation des rédacteurs, les phénomènes d’intertextualité et les questions d’auctorialité et de génétique7. La démarche adoptée ici s’inspire d’un article de Daniel Dayan essentiellement consacré à des questions d’anthropologie visuelle, mais qui prolonge la réflexion théorique menée ces dernières décennies sur la notion d’événement et son rapport au récit historique8. J’en retiens deux aspects. Le premier concerne la nature de l’acte qui consiste à nommer l’événement, à lui donner une existence, à le borner comme un tout. Selon Dayan, définir le « tout » de l’événement et en fixer les bornes pour délimiter dans le continuum temporel les faits qui prennent sens au sein d’un même ensemble et ceux qui doivent en être exclus, relève plutôt d’une autorité que d’un savoir. Dans cette double optique, étudier la musique des Te Deum comme le lieu privilégié d’une interaction entre foi et pouvoir implique de ne pas se limiter aux Te Deum en symphonie, c’est-à-dire à des œuvres, identifiées comme telles par la musicologie, mais de prendre en compte la diversité des modes d’exécution musicale de l’hymne et toutes les manifestations sonores qui lui étaient associées dans leur relation avec le tout sonore de l’événement.

  • 9 Ricœur 1992, p. 29.
  • 10 Cette revendication se fait d’autant plus forte que la multiplication des célébrations associées à (...)
  • 11 L’analyse des systèmes d’information et des stratégies d’énonciation de la presse française d’Anci (...)

3Le second aspect concerne ce que Paul Ricœur a appelé le décalage épistémique entre l’événement comme factualité et la manière dont il est enregistré et communiqué9. Daniel Dayan voit dans le récit de l’événement, non pas le résultat de la perception de cet événement mais le résultat d’un processus de traduction, tout événement étant lui-même structuré en amont par un récit et une dramaturgie auxquels les acteurs réfèrent leurs actes. On voit tout l’intérêt de transposer cette réflexion à l’événement que constitue la mise en œuvre d’un rituel tel que le Te Deum, dont le déroulement est structuré par des représentations qui « disent » l’absolutisme. On notera d’ailleurs que le rédacteur du Mercure lève lui-même ce qui pourrait être considéré comme un obstacle épistémologique en revendiquant pour ces comptes rendus de cérémonies le statut de récit historique10. Si, comme l’a très bien montré Michèle Fogel, le rituel du Te Deum est structuré par la représentation d’un roi puissant, d’un Dieu protecteur et d’un peuple aimant, quelles traductions en donnent les comptes rendus du Mercure ? Autrement dit, l’énonciation vise-t-elle les mêmes effets que l’événement ? Évolue-t-elle au cours du règne de Louis XIV, indépendamment de la fixité du cérémonial et de la pérennité des représentations qui le structurent ? Par ses propriétés vibratoires, le son élargit l’espace de la représentation. Il constitue donc un enjeu majeur dans la répartition des composantes politique et religieuse de la fête et dans les modalités de leur appropriation par la population. Dans la mesure où le Te Deum désigne à la fois l’hymne chantée, la cérémonie au cours de laquelle elle est chantée et, parfois, un ensemble de manifestations qui lui sont associées, analyser la manière dont le Mercure a participé à ce processus implique dans un premier temps de comprendre comment les relations du Mercure inscrivent l’environnement sonore de la cérémonie du Te Deum dans le récit de l’événement, puis dans un deuxième temps, d’appréhender la réalité sonore du Te Deum, les types de discours qu’il génère et les conséquences des stratégies d’énonciation mises en œuvre du point de vue de la construction de l’image du roi et des rapports entre pouvoirs temporel et spirituel11.

Le tout de l’événement et l’évolution des stratégies d’énonciation

  • 12 Sur les livrets de fête, voir particulièrement Bolduc 2016.

4Comme l’a montré Michèle Fogel, le processus d’unification complète de la chaîne des textes qui ordonnent les célébrations dynastiques dans tout le royaume et le processus de régularisation du rôle qu’y tiennent les autorités civiles et ecclésiastiques a nécessité plusieurs décennies avant de parvenir à une forme achevée à la fin du règne de Louis XIV. Après le foisonnement des pratiques cérémonielles qui caractérise le début du XVIIsiècle, l’ordre royal des prières publiques concerne essentiellement le Te Deum, que la juridiction ecclésiastique associe presque systématiquement à une messe solennelle et à une procession, qui pouvaient être célébrées la veille ou le même jour. Dans le cas des grands événements dynastiques, les autorités civiles étaient en plus chargées de veiller au bon déroulement des réjouissances publiques, c’est-à-dire, au minimum, de faire respecter les jours chômés et l’illumination des maisons, et d’organiser un feu de joie. La mise en récit de la succession des faits constitutifs de la célébration des grands événements dynastiques à Paris et dans le reste du royaume par le Mercure galant à partir de 1672 s’inspire de deux sources complémentaires : d’une part, les relations imprimées sous forme de fascicules séparés ou livrets et, d’autre part, les Relations et les Extraordinaires publiés en grand nombre par la Gazette de France jusqu’au milieu des années 167012.

Un récit séquencé

  • 13 La liste presque complète en est donnée dans Zanger 1997, p. 207-222.

5Le mariage du roi et l’entrée triomphale du couple royal à Paris le 26 août 1660 a donné lieu à la publication de très nombreux fascicules qui rendent compte des négociations diplomatiques et des différents rituels religieux et politiques auxquels participèrent le couple royal13. Ces récits mettent en œuvre plusieurs types de discours, parfois associés au sein d’un même fascicule. Le discours descriptif prédomine : de nombreux fascicules, sous le titre Description ou Explication livrent, à travers la revue des corps constitués, des fonctions et des personnes, comme à travers l’analyse allégorique des tableaux, des décorations et des devises, les clés de lecture de l’événement dans le but de légitimer et d’affirmer le pouvoir et l’ordre social qu’il incarne.

  • 14 Godefroy 1649. Advertissement au lecteur, tome I, non paginé.

6Une minorité de fascicules s’attachent au récit des célébrations. Ils s’inspirent eux-mêmes des recensions des actes publics de la monarchie, rédigés par le Grand-Maître des cérémonies et par ses adjoints, qui conservent la mémoire des événements et celle du protocole adopté pour chacun d’eux, et ont pu nourrir d’autres publications semi-officielles comme Le Cérémonial françois de Théodore et Denys Godefroy14. Leurs titres affichent le souci d’exhaustivité et de vérité des auteurs, par opposition au discours épidictique et allégorique des Explication et Descriptions qui ne s’attache souvent qu’à un ou deux aspects de la cérémonie. L’ensemble des faits décrits n’est jamais nommé : le seul référent est l’événement dynastique qui se situe dans un rapport de causalité avec les faits relatés, comme en témoigne l’expression usuelle « ce qui s’est passé à l’occasion de ». Le plus souvent, la mention, « ce qui s’est passé de plus mémorable » ou l’énumération même des faits dans le titre révèle le choix qui préside à la mise en récit.

  • 15 Colletet 1660, p. 16.

7La Relation de toutes les particularitez qui se sont faites et passées dans la celebre entrée du roy et de la reyne, avec l’ordre de la marche du clergé & des cours souveraines. Ensemble la magnifique pompe des seigneurs, et de toute leur suitte : Et toutes les ceremonies du Te Deum, publiée en 1660 par le journaliste François Colletet, est caractéristique de la place accordée au Te Deum dans les relations des événements historiques des années 1659-1661. Cette relation court du départ du roi de Vincennes à six heures le 26 août 1660, jour de l’entrée, jusqu’aux réjouissances qui succédèrent, le lendemain, à la célébration du Te Deum dans la cathédrale. L’hommage rendu au roi par les différents corps puis l’entrée du couple royal dans Paris accaparent l’essentiel de la relation. Le « toutes les cérémonies du Te Deum » du titre se limite en fait à une simple mention, à la dernière page du fascicule, qui sert de borne chronologique au début des réjouissances publiques : « Mais le lendemain 27, apres le Te Deum qui fut chanté dans l’eglise cathedrale à cinq heures du soir, où assisterent le roy, la reyne, toute la cour, les cours souveraines, & toute la ville, on alluma des feux par toutes les rues15 ». Le déséquilibre est total entre, d’une part, la dimension politique du discours, centrée sur la magnificence du couple royal et les manifestations d’allégeance qui lui sont adressées et, d’autre part, la dimension religieuse de l’action de grâces.

8Peu de relations s’éloignent de ce modèle. C’est le cas de deux fascicules publiés par Leché en 1660 à l’occasion de la publication de la paix et de l’entrée du roi. Le premier s’intitule Relation veritable, contenant les particularitez de ce qui s’est fait & passé à la publication de la paix dans la ville de Paris : avec les ceremonies qui se sont observées dans l’église metropolitaine, au Te Deum & au feu de joye preparé en la place de Gréve : comme aussi la publication que les heraux en ont faite au Palais & autres places publiques de la ville, pour satisfaire aux ordres & mandemens de sa majesté. Ensemble l’arrivée de monsieur le prince de Condé à Paris, & ce qui s’est fait et passé au Parlement. Contrairement au cas précédent, l’énumération du titre correspond ici à une mise en séquence de faits – soulignés par des sous-titres qui, au sein du fascicule, reprennent les différents éléments du titre. Le temps de la relation est aussi un temps symbolique, qui va de l’ordre que donna le roi au chancelier pour lui demander de faire publier la paix dans Paris et pour faire chanter le Te Deum dans la cathédrale, ordre attesté par la retranscription de la lettre portée par Sainctot, maître des cérémonies, jusqu’à l’amnistie de Condé. La mise en évidence tout au long du fascicule de la chaîne des ordres qui président à l’exécution des différents actes publics et de leur réception par les officiers du roi et les autorités ecclésiastiques, qui vise à présenter le roi comme le seul ordonnateur de l’ensemble des actes publics, reconstruit une organisation séquentielle qui ne suit qu’imparfaitement la chronologie. Le récit de la célébration du Te Deum s’inscrit dans une sous-partie intitulée Relation veritable de ce qui s’est passé dans l’eglise metropololitaine de Paris au Te Deum de la paix generale qui comprend, outre la réception des ordres du roi et de l’archevêque de Paris, une série de réjouissances officielles et publiques :

  • ordres du roi portés par Sainctot au Doyen de la cathédrale pour faire chanter le Te Deum (p. 6 ; 16 lignes)
  • relation de la cérémonie du Te Deum (p. 6-8 ; 71 lignes)
  • ordres du cardinal de Retz portés par ses vicaires généraux de faire chanter une messe solennelle et le Te Deum dans toutes les églises du diocèse de Paris (p. 8 ; 9 lignes)
  • ordres du roi portés par les autorités civiles pour le feu en place de Grève et les réjouissances publiques (p. 8 ; 5 lignes)
  • description de l’artifice de la place de Grève (p. 9 ; 19 lignes)
  • mention de la collation offerte au maréchal de l’Hôpital (p. 9 ; 4 lignes)
  • mention des réjouissances publiques (p. 9 ; 12 lignes)
  • 16 Sous un sous-titre légèrement différent, le récit de la célébration du Te Deum est le même que cel (...)

9Au sein de chaque séquence, le discours demeure essentiellement descriptif et suit le déploiement spatial et le goût du détail, propres au genre du tableau ou du mémoire. Le fascicule adopte le plan de la relation de Colletet – acte politique public, Te Deum, réjouissances – en associant dans la même sous-partie le Te Deum et les réjouissances ; mais il développe considérablement le récit du Te Deum. Celui-ci comprend en effet une longue description des différents corps présents, des règles de préséance qui régissent la cérémonie, et du déroulement du rituel, qui fait se succéder le chant de la messe, le chant du Te Deum, le chant du Domine salvum fac regem, les acclamations, à nouveau le chant du Domine salvum fac Regem puis les acclamations finales accompagnées du canon, des cloches et des fanfares. Le discours s’éloigne donc de la chronique pour mettre en valeur, à travers la dimension sonore du rituel, l’enjeu politico-religieux de la célébration. On retrouve ces caractéristiques dans La marche royale de leurs majestez à l’entrée triomphante de la reine dans sa bonne ville de Paris. Contenant toutes les magnificences & preparatifs, rangs preceances, & ceremonies qui s’y sont observée [sic], à la marche de messieurs du clergé, compagnies souveraines & autres. Ensemble la relation veritable de ce qui s’est passé dans l’église metropolitaine de Paris, en la reception du roy de la reyne, & au Te Deum pour l’entrée de leurs majestez, publiée par le même Leché en 1660. Les détails sur la dimension sonore de la célébration du Te Deum y sont plus nombreux et la première partie du fascicule, qui décrit l’entrée royale, mentionne l’ordre donné aux ecclésiastiques de chanter la litanie des saints pendant la procession et relate le fait, comme une préfiguration de l’action de grâces du lendemain16.

  • 17 Gazette, 23, 24 févr. 1660, p. 169-180.

10Le numéro que la Gazette consacre à la publication de la paix à Paris, sous le titre La publication de la paix : le Te Deum chanté en l’église Nostre-Dame : & les réjouissances faites à Paris, sur le mesme sujet, suit le modèle pourtant minoritaire des relations publiées par Leché17. On y remarque cependant deux différences notables. D’une part, l’absence de sous-titre et l’organisation du discours en courts paragraphes indépendants mais liés logiquement les uns aux autres, qui contribuent à renforcer la perception unitaire de l’événement. Le rééquilibrage de la mise en séquence tripartite de l’événement annoncée par le titre, d’autre part, au profit de la troisième partie consacrée aux réjouissances publiques. Le récit de la cérémonie accorde une place réduite à la dimension sonore de l’événement, comparativement au fascicule publié par Leché. En revanche, la relation ajoute à la description de la « machine d’artifice » déployée en place de Grève et à la collation officielle offerte à l’hôtel de ville, les réjouissances particulières organisées au Palais-Cardinal, à l’hôtel du chancelier Séguier, à l’hôtel du maréchal de l’Hôpital, et la représentation gratuite offerte par la troupe de l’hôtel de Bourgogne.

  • 18 Gazette, 151, 13 décembre 1659, p. 1209.
  • 19 Gazette, 53, 8 mai 1660, p. 409.

11Parallèlement à ce numéro extraordinaire, la Gazette publia quarante-et-un comptes rendus des Te Deum célébrés dans les villes françaises pour la signature de la paix entre le numéro du 13 décembre 165918 et celui du 8 mai 166019. Chacun est systématiquement précédé de la mention en italique du lieu et de la date, selon la rubrication caractéristique du périodique, et reproduit sous une forme abrégée le type de relations publiées par Leché. Les faits relatés obéissent au même déroulement en partie fictionnel, qui fait se succéder la réception de l’ordre de publication, la publication, les prières publiques et, en clôture, les réjouissances publiques, souvent limitées aux feux de joie. Cependant, le récit forme, de la réception de l’ordre jusqu’aux réjouissances, une unité temporelle continue, rarement mise en séquence par des marqueurs typographiques. La cérémonie du Te Deum ne donne lieu, le plus souvent, qu’à une brève mention, sous une forme impersonnelle ou passive (« on chanta le Te Deum » ; « le Te Deum fut chanté »). Sa dimension rituelle d’action de grâces collective ne s’exprime qu’à travers la fonction performative de l’énoncé, pour lui ôter toute contingence et renforcer les représentations symboliques de la souveraineté absolue. La mise en série de l’événement que propose la Gazette ne modifie donc pas fondamentalement le système de représentation monarchique mis en œuvre dans les relations séparées. En revanche, la suppression occasionnelle du récit de la réception de l’ordre et, plus rarement encore, de la publication elle-même, place parfois le Te Deum au centre du récit et contribue à dissoudre, selon le processus mis en évidence par Michèle Fogel, l’information dans la célébration.

Du tout de l’événement au tout de la fête

  • 20 Voir le sous-titre du Nouveau Mercure galant à partir de 1677.

12En dehors de quelques mentions isolées de Te Deum exécutés à Paris et en province pour célébrer les principales victoires militaires, c’est la publication de la paix de Nimègue qui donne l’occasion au Mercure galant de s’ouvrir largement au récit des célébrations extraordinaires. Le périodique publie une série de vingt-et-un comptes rendus de Te Deum entre les livraisons d’octobre 1678 et de juillet 1679. À divers titres, le récit de ces cérémonies s’intègre parfaitement à la ligne éditoriale du périodique, du fait qu’elles participent à la fois de la chronique mondaine et militaire mais aussi de « tout ce qui s’est passé de curieux20 » dans le royaume et au-delà. Ces choix éditoriaux ont conduit à un infléchissement considérable de la stratégie d’énonciation mise en œuvre précédemment dans la Gazette. À partir de 1679, le Mercure a publié les comptes rendus de nombreux rédacteurs provinciaux pour couvrir la plus grande partie du royaume. Ces relations s’intéressent à quinze villes françaises à l’occasion de la publication de la paix de Nimègue, quatre-vingt-six pour la naissance du duc de Bourgogne en 1682, quatre-vingt-douze pour le rétablissement de la santé du roi en 1686 et seulement quarante-sept pour la naissance du Duc de Bretagne. Le nombre de cérémonies de Te Deum qui donnent lieu à une recension dans le périodique connaît également une croissance spectaculaire : vingt-deux Te Deum pour la paix de Nimègue, cent vingt-sept pour la naissance du Duc de Bourgogne, cent soixante-dix-neuf pour le rétablissement du roi et cent cinquante pour la naissance du duc de Bretagne. À travers la diversité de ces relations, le Mercure fait de chaque lecteur le témoin d’une multitude de cérémonies particulières mais aussi, par sa propre expérience de lecture, l’acteur d’un événement unique et global qui trouve sa source dans la lettre d’ordre du roi adressée à tous les gouverneurs des villes de France.

13Parallèlement, trois principaux facteurs conduisent à un brouillage de la mise en séquences traditionnelle-publication/action de grâces/réjouissances. D’une part, le récit se focalise sur la magnificence des élites locales à travers la description de leurs actions et des mouvements de troupe qui accompagnent leurs déplacements d’un lieu de pouvoir à l’autre – l’hôtel du gouvernement, ceux de l’intendance, de la ville ou de l’archevêque, la cathédrale – pour envahir tout le récit. Cette prééminence de la description sur la narration culmine à propos du feu d’artifice ou de joie et de tout l’appareil qui y est associé – architectures provisoires, machines, devises, figures allégoriques, etc. D’autre part, les réjouissances ne sont pas circonscrites à la fin du récit, comme une phase maîtrisée d’un processus ordonné par le roi. Au contraire, elles sont la conséquence de la joie immédiate des citadins de toute qualité et rang, et prennent place dans le récit dès l’annonce officieuse de l’événement à travers la mention d’illuminations, de tirs d’artillerie et d’agapes spontanées. Ce brouillage est encore renforcé dans les relations consacrées aux villes importantes où le récit chronologique des faits associe les réjouissances publiques, initiées par le représentant du roi et l’évêque, et les « réjouissances particulières » organisées par les corps, les compagnies et les particuliers les plus puissants. Ce récit imbrique donc dans un maillage serré des actes de nature symbolique différente. De ce point de vue, si le Te Deum est intégré aux réjouissances – très peu d’articles relatent des réjouissances sans mention de Te Deum –, le discours qu’il génère, fondé, comme dans la Gazette, sur l’énoncé bref et impersonnel de son exécution, maintient une différence importante entre l’ordre de la réjouissance et celle de l’action de grâces.

  • 21 Voir Mercure galant, février 1687 [tome 3], Avis, p. I-V : « Les réjouissances qui ont esté faites (...)
  • 22 Spielmann 2013.

14En dépit de la qualification de « saintes réjouissances », utilisée par le Mercure dans son avis de décembre 1686 pour qualifier les manifestations occasionnées par le rétablissement du roi, ce n’est plus la dénomination de « réjouissances » mais de « fête » qui s’impose dorénavant pour qualifier le tout de l’événement. Considérer celui-ci sous l’angle de la fête permet de réintégrer le Te Deum dans un ensemble homogène et de résoudre ainsi, au sein du discours, la distorsion entre l’ordre des réjouissances et celui de l’action de grâces21. Contrairement au terme de « réjouissances », qui désignent un ensemble de pratiques, celui de « fête » implique une série d’« événements-spectacles », c’est-à-dire, selon Guy Spielmann22, un événement dans lequel performance et spectation sont indissociables et n’existent pas l’un sans l’autre. C’est cette double dimension que valorise le Mercure galant à partir des relations pour le rétablissement de la santé du roi en 1686, en mettant en évidence le processus performatif à l’œuvre dans tous les aspects de la fête. Une telle mutation conduit à focaliser davantage le discours sur les agents qui conçoivent, planifient, exécutent et participent aux performances à travers toute une série de pratiques à caractère spectaculaire (cavalcades, mais aussi joutes, concerts, bals, machines, représentations théâtrales, danses de rue, jeux divers). Il en résulte deux conséquences majeures pour notre étude. D’une part, la cérémonie du Te Deum se trouve parfaitement intégrée à un discours unique qui prend en compte tous les aspects du processus performatif de la cérémonie, notamment sa dimension sonore, au lieu de se limiter à un énoncé performatif condensé. D’autre part, et il s’agit là sans doute d’un aspect fondamental d’une évolution progressive de la représentation royale, ce discours tend à unifier tous les agents au sein de ce processus, quel que soit leur statut social et leur dignité, pour souligner la dimension sensible de l’adhésion politique, et la communion de l’ensemble de la société dans une même émotion. Pour ce faire, les comptes rendus développent un discours de réception fondé sur les émotions provoquées par l’environnement sensoriel de la fête, qui vient s’ajouter au discours politique traditionnel, fondé sur la geste royale et la hiérarchie des rangs, voire le supplanter :

  • 23 Mercure galant, janvier 1687 (première partie) [tome 1], p. 248-301, [Actions de graces rendües po (...)

Mr le Cardinal Ranuzzi officia avec de superbes ornemens, dont la feüe Reyne Mere a fait present aux Feüillans. Je ne dis rien de la Musique ; elle estoit de Mr de Lully, & l’on sçait de quoy il est capable. L'Echafaut où elle estoit placée, estoit remply de cent cinquante personnes. La Simphonie fut trouvée tres-belle. Les Feüillans finirent cette Ceremonie, & chanterent d’un air si remply de zele & si devot, qu’ils édifierent toute l'Assemblée, qui fut touchée de leur chant23.

  • 24 Mercure galant, mars 1687 (seconde partie) [tome 5], p. 337-338
  • 25 Mercure galant, mars 1687 (seconde partie) [tome 5], p. 346-349.
  • 26 Mercure galant, février 1687 [tome 3], p. 306-310.

15Rarement mentionnées en 1679 et 1682, les cérémonies d’actions de grâces organisées par les institutions religieuses se multiplient dans les numéros consacrés au rétablissement de la santé du roi en 1686 et à la naissance du duc de Bretagne en 1704. Elles sont associées aux grands monastères parisiens ou aux réjouissances particulières des élites des grands centres urbains, parfois aux grandes abbayes royales, comme celles de Notre-Dame de Troyes24, Saint Lomer de Blois25 ou Saint-Louis de Rouen26, et peuvent donner lieu à une relation séparée. Alors que le mandement épiscopal prescrit uniquement à ces institutions le chant du Te Deum, parfois associé à d’autres prières pour le roi, celui-ci se trouve parfois enchâssé dans un ensemble d’actes ritualisés – artillerie, feu de joie, concert – qui, bien que souvent modestes comparativement aux mêmes événements organisés par les institutions civiles, permettent d’associer étroitement actions de grâces et réjouissances, comme un écho aux cérémonies officielles. La relation du Te Deum célébré par les religieux de l’abbaye royale de Saint-Lomer de Blois témoigne d’autant plus de cette tendance que les religieux avaient une juridiction temporelle sur un des faubourgs de la ville :

  • 27 Mercure galant, mars 1687 (seconde partie) [tome 5], p. 346-349.

Toutes choses estant disposées, le prieur de l’abbaye precedé de deux chantres vint au choeur où ayant trouvé la communauté, il entonna le Te Deum qui fut suivy de l’Exaudiat, & precedé d’une décharge de tous les mousquets & de douze demy-coulevrines. Les prieres achevées il quitta ses ornemens, & à la teste de sa communauté, qui est le premier corps du clergé de Blois, il alla mettre le feu au bucher. La mousqueterie & les coulevrines recommencerent à se faire entendre. On avoit illuminé les tours de feux d’artifices, & l’on en fit tomber une pluye de feu27.

  • 28 Spielman 2021 développe une réflexion très intéressante sur la spécificité de la fête comme macro- (...)

16Dans les tables, le Mercure désigne le « tout » de ces événements organisés par les ecclésiastiques sous le terme lacunaire d’« actions de grâces » mais aussi de « saintes réjouissances » ou simplement de « fêtes ». La plupart des relations de ces fêtes concernent soit les institutions jésuites soit des couvents et monastères dirigés par des membres de grandes familles aristocratiques au service de l’état. Le discours utilisé tend à ne pas les distinguer des fêtes particulières organisées par les compagnies ou les personnalités civiles. Il comporte une dimension mondaine importante par l’attention portée à la dignité des personnes présentes, à la description de la magnificence du décor et à la richesse de l’environnement sonore28.

Hiérarchie absolue versus hiérarchie relative

  • 29 Fogel 1989, p. 244.
  • 30 Ibid.

17Le glissement sémantique qui s’opère du binôme « action de grâces/réjouissances » au terme de « fête », conçu comme le tout de l’événement, contribue d’autant plus à mettre en valeur la dimension active des ordonnateurs locaux que la réception de l’ordre royal de publication et la publication elle-même sont souvent exclues de la relation. Alors que le roi apparaissait comme l’unique ordonnateur dans les relations publiées au début de son règne, la multiplication des relations consacrées aux fêtes célébrées sur l’ensemble du territoire met en valeur les initiatives et les apparitions publiques des représentants du roi, comme celles des membres les plus éminents des élites urbaines à la tête des cours, des compagnies et des grandes institutions ecclésiastiques. Au même titre que celui du prince, leur pouvoir se manifeste à travers la magnificence et le don, d’où le titre générique de fête (ou réjouissances) « offerte(s) à [lieu] par [nom] », de plus en plus fréquemment utilisé dans les tables du Mercure pour signaler les relations de fêtes particulières. La mention de l’importance des dépenses entre également dans la logique de prestige et de distinction mise en évidence par Norbert Elias dans le fonctionnement aristocratique d’Ancien Régime. En définissant la cérémonie du Te Deum comme une intense « démonstration des rangs29 », Michèle Fogel montrait non seulement que la célébration du Te Deum contribuait à renforcer les hiérarchies sociales mais également que ces élites locales y trouvaient un intérêt politique dans la mesure où elles se trouvaient auréolées d’« une part du rayonnement de la gloire du roi30 ». La multiplication des Te Deum particuliers ne modifie pas fondamentalement l’équilibre entre foi et pouvoir. Les ordonnateurs des Te Deum particuliers veillaient non seulement à ce qu’ils soient célébrés par des officiants d’une dignité ecclésiastique égale ou supérieure celle dont ils jouissaient dans le domaine séculier, mais surtout à ce que la cérémonie manifestât une magnificence digne de leur rang. Chaque Te Deum constituait en quelque sorte une réplique plus ou moins intense du Te Deum célébré par l’évêque en présence du représentant du roi pour renforcer l’union entre pouvoir politique et religieux. À l’échelle de chaque ville, l’ensemble des Te Deum dessinait une hiérarchie symbolique en fonction du rapport plus ou moins étroit que leurs commanditaires entretenaient avec la monarchie et la personne du roi.

  • 31 [Saint-Julien] Mercure galant, mai 1687 [tome 7], p. 208 : « Le laboureur cherche à l’emporter sur (...)
  • 32 [Toulouse] Mercure galant, octobre 1682 (première partie) [tome 11], p. 209-218, 220, 227-228, 230 (...)
  • 33 Fogel 1989, p. 428.

18Cette hiérarchie peut être qualifiée d’absolue dans la mesure où elle est purement théorique et pensée en dehors de toute contextualisation, mais aussi par le fait que le roi en était à la fois l’origine et le garant. En revanche, les relations publiées par le Mercure, bien que conditionnées pas cette hiérarchie, en font valoir une autre à travers le choix des cérémonies dont ils rendent compte parmi la totalité de celles qui étaient organisées ou par l’accent mis sur une cérémonie plutôt que sur une autre. Cette hiérarchie relative s’appuie sur des critères de distinction variables, qui peuvent relever du rang et de la dignité mais qui s’attachent également à la qualité des événements-spectacles pour valoriser la magnificence mais aussi l’invention, la beauté, la diversité, le particularisme, la grâce et toutes les qualités de la mondanité galante, quels qu’en soient les dispensateurs. Le Mercure impose progressivement une hiérarchie des cérémonies fondée sur le goût et l’émotion, souvent conforme à la hiérarchie absolue mais parfois décalée ou discordante, lorsqu’il s’attache au Te Deum célébré par les habitants d’un petit village31 ou qu’il valorise celui d’un parlement ou d’une autre compagnie aux dépens du Te Deum officiel32. Il donne ainsi une large publicité à la concurrence qui se jouait dans un premier temps à l’échelle locale entre les corps et les compagnies et leurs prestigieux représentants. L’inflation du nombre de relations envoyées des provinces à la rédaction du Mercure entre la Paix de Nimègue et la naissance du duc de Bretagne, et la grande diversité sociale des commanditaires montrent la conscience qu’avaient les acteurs locaux de l’importance du périodique comme moyen de distinction. La créativité et les moyens financiers investis dans ces cérémonies, comme l’attention portée à leur dimension sensible à travers des dispositifs visuels et sonores remarquables, traduisent la volonté des commanditaires locaux de s’assurer un succès public dans l’espace urbain mais aussi d’être distingués par la rédaction du Mercure. En intégrant la spectation et la dimension esthétique de la performance à l’énonciation, le périodique a donc joué un rôle important dans l’évolution du cérémonial du Te Deum. Dans quelle mesure cette évolution a-t-elle infléchi la réception de l’image du roi ? À partir du point de vue d’Habermas selon lequel la représentation publique n’appartient pas à la sphère de la communication, Michèle Fogel a théorisé d’une part la séparation radicale entre les « dominés » et ce qui est représenté, et, d’autre part, le sentiment d’admiration provoqué par la représentation dans ce contexte33. Outre le fait que la représentation ne s’adresse pas qu’aux dominés et que l’espace urbain devient progressivement dès la fin du XVIIe siècle le lieu d’une redéfinition ou du moins d’une certaine évolution des hiérarchies sociales, il faut noter que l’infléchissement du cérémonial vers l’événement-spectacle, qui implique de la part des acteurs de la performance une conscience plus aigüe de la présence des spectateurs, tend à instaurer un espace de communication qui n’a pu être sans incidence sur les modalités de la réception de l’image du roi. Dans le cadre de cette étude, il reste à analyser le rôle qu’a joué l’environnement sonore dans ce processus.

L’émergence du son

Un environnement sonore parcellisé

  • 34 Marche royale 1660, p. 16.
  • 35 Colletet 1660, p. 15.

19Dans une large mesure, les relations des cérémonies célébrées pour la publication de la paix et l’entrée du roi et de la reine à Paris en 1660 sont muettes. Elles ne nous disent rien ou très peu sur l’environnement sonore dans lequel évoluaient les protagonistes. La relation de l’entrée royale publiée par Colletet, précédemment citée, indique simplement que le « Te Deum fut chanté » sans que l’on ne sache ni comment ni par qui, alors même qu’une composition originale de l’abbé Robert dans le style concertant – donc avec des instrumentistes extérieurs à l’institution – avait été substituée au plain-chant traditionnel34. De même, les rares mentions de trompettes et de tambours visent à mettre en évidence la magnificence du cortège de leur compagnie mais aucun son ne semble sortir de leurs instruments. Le seul son qui jaillit du texte est celui des cris de joie que soulève l’apparition de la reine qui « lui fit connoistre jusqu’à quel point Paris estoit zelé pour elle35 ». Dans le récit séquencé, seul l’acte politique publique – l’entrée – comprend une manifestation sonore, gage d’un lien affectif entre le peuple de Paris et sa nouvelle reine.

  • 36 Tronçon 1662, Advis au lecteur, non paginé.
  • 37 Tronçon 1662, dans Le Te Deum chanté dans l’église de Nostre-Dame, p. 2 : « Une partie des chantre (...)
  • 38 Ibid. : « Le Roy arriva au bruit des trompettes de sa Chambre, des fifres & des tambours des Suiss (...)
  • 39 Id., p. 31.

20L’entrée triomphante de leurs majestez Louis XIV Roy de France et de Navarre et Marie Thérèse d’Austriche son espouse publiée par Jean Tronçon en 1662 accentue encore la distinction qui s’opère du point de vue du traitement de l’environnement sonore entre la séquence consacrée à l’entrée et celle consacrée au Te Deum. L’auteur décrit son ouvrage comme un corps naturel composé de quatre parties et relate la célébration du Te Deum dans la quatrième partie, dévolue également aux réjouissances. Bien qu’il qualifie cette quatrième partie d’« affectueuse36 », la dimension sonore en est pratiquement exclue. Si la place des chantres est mentionnée dans la description du dispositif d’ensemble37, la seule référence à une manifestation sonore concerne la musique du roi et les cris de joie qui accompagnent son entrée dans la cathédrale38. Les parties précédentes intègrent quelques mentions de sonneries de trompettes et de fifres mais, paradoxalement, c’est une section intitulée Des arcs de triomphe en général et de leurs musiques, insérée dans la deuxième partie dite « curieuse », consacrée aux préparatifs des architectures provisoires et de leurs ornements, qui relate dans le détail l’exécution d’un divertissement composé par Du Mont sur des paroles de l’abbé de Boisrobert par quatre-vingts musiciens39.

  • 40 Relation véritable 1660, p. 8.

21Encore une fois, les relations imprimées par Leché font exception. La Relation véritable décrit en continue une séquence qui débute avec la messe et s’achève dans l’explosion de toutes les sources sonores disponibles : artillerie, cloches, fanfares et acclamations40. Si le seul commentaire littéral concerne le Te Deum – « qui fut trouvé extrêmement beau » –, la composition et les choix typographiques tentent de rendre compte du jaillissement et de l’intensité sonore des chants et des acclamations en hommage au roi (fig. 1).

Fig. 1 – Relation veritable, contenant les particularitez de ce qui s’est fait & passé à la Publication de la Paix dans la ville de Paris, Paris, Marin Leché, 1660, p. 8.

Fig. 1 – Relation veritable, contenant les particularitez de ce qui s’est fait & passé à la Publication de la Paix dans la ville de Paris, Paris, Marin Leché, 1660, p. 8.
  • 41 Marche royale 1660, p. 15-16.

22La dernière séquence de La marche royale de leurs majestez à l’entrée triomphante de la reine dans sa bonne ville de Paris (Paris, Leché, 1660) ne distingue pas typographiquement les interventions sonores mais les intègre à une narration suivie qu’objectivent de nombreux indicateurs temporels (aussitôt, après, incontinent après, cela fait)41. Les détails de l’exécution du Te Deum témoignent de la volonté du rédacteur de rendre compte de la réalité sonore de l’événement et non pas seulement de son accomplissement. Les rares jugements esthétiques portés sur le Te Deum, considéré en tant qu’œuvre musicale, s’exprime à travers des formules rédactionnelles généralement réservées aux divertissements profanes. Ajouté à la mention du compositeur et au détail de l’instrumentation, il apporte à l’extrait une connotation mondaine totalement absente de la plupart des autres relations :

  • 42 Id., p. 16.

Et incontinent après ledit sieur doyen entona le Te Deum laudamus¸ que fit chanter le sieur Robert maistre de Musique de ladite eglise, par les beneficiers & chantres d’icelle, avec quantité d’instruments de musique, comme violles, violons, tuorbes, clavecins & autres, lequel est une ravissante piece de sa composition fait expres pour cette solemnité, & fut si bien chanté, qu’il fut trouvé extraordinairement beau par cette royalle & illustre compagnie, comme aussi la priere pour le roy, Domine salvum fac Regem, du même autheur, qui fut chanté apres42.

23Les relations publiées par Leché sont des contre-modèles, dont les principes ne seront repris que plus tard. Jusqu’au début des années 1680, les stratégies d’énonciation de la Gazette et du Mercure relèvent quasi exclusivement du paradigme visuel qui caractérise la plupart des relations des années 1660 et prennent uniquement en compte la dimension sonore des deux séquences extrêmes – publication et réjouissances – de la division tripartite de l’événement.

24Deux types de manifestations caractérisent cet environnement sonore : d’une part les acclamations de joie du peuple et, d’autre part, les tirs d’artillerie des milices et, le cas échéant, des régiments (canons, boëtes et armes à feu), et les bandes d’instruments des milices urbaines, des régiments ou de la ville (trompettes, timbales mais parfois aussi hautbois et violons). Dans presque tous les cas, la célébration du Te Deum, qui forme la séquence centrale du discours, reste muette :

  • 43 Mercure galant, mai 1679 [tome 5], p. 211-218, [Réjoüissances faites à Montoire sur le mesme sujet (...)

Les troupes passerent en reveuë devant luy quand elles sortirent dans la plaine, & elles firent alte au mesme lieu en revenant. Le colonel & les capitaines mirent pied à terre, & s’estant approchez de luy sous son portail, Mr Prégent y prononça un fort beau discours sur la paix. Le magistrat luy fit une réponse tres éloquente, & marcha ensuite avec plusieurs gens de robe qui l’accompagnoient au milieu des principaux officiers, suivis des troupes, vers la principale eglise où tout le clergé s’estoit rendu, au son des trompetes, des tambours, des hautbois & des violons. Le Te Deum fut chanté, & au retour de l’eglise, on vint dans la place où le bucher estoit élevé. Mr Neilz y mit le feu, & fut reconduit par toutes ces troupes, apres mille cris de vive le roy, suivis du son des cloches, du bruit d’une infinité de petards & de fusées, & de la décharge de toutes les armes43.

  • 44 Mercure galant, décembre [tome 12], 1678, p. 92-94, [Réjouissances faites à Saumur sur le sujet de (...)
  • 45 Voir essentiellement le Te Deum de Jean Veillot, sous-maître de la Chapelle royale, le 24 avril 16 (...)
  • 46 Mercure galant, Réjouissances faites pour la naissance de monseigneur le duc de Bretagne, juillet (...)
  • 47 Mercure galant, mars 1687 (seconde partie) [tome 5], p. 76-81 [Senez] : « Le Te Deum fut chanté en (...)
  • 48 Mercure galant, août 1704 [tome 9], p. 369-375, [Réjoüissances faites à Lyon] : « Le dimanche qui (...)
  • 49 Mercure galant, septembre 1704 [tome 10], p. 31-61, [Rejoüissances faites à Châlons en Champagne].
  • 50 Mercure galant, Réjouissances faites pour la naissance de Monseigneur le duc de Bretagne, juillet (...)
  • 51 Mercure galant, mars 1687 (première partie) [tome 4], p. 76-80 [Autres faites à Angers] ; Mercure (...)
  • 52 Mercure galant, avril 1687 [tome 6], p. 74-162, [Nouvelles réjoüissances faites en plusieurs ville (...)
  • 53 Mercure galant, mars 1687 (seconde partie) [tome 5], p. 378-380, [Mr de Villebague à S. Malo] : «  (...)

25La sérialisation qui caractérise la ligne éditoriale de la Gazette comme celle du Mercure renforce cette opposition entre la présence sonore des manifestations de l’adhésion politique et l’absence de réalité sonore du Te Deum. Bien évidemment, celle-ci peut s’expliquer par le fait que l’acte liturgique qui consiste à chanter le Te Deum en plain-chant est un rituel fixe, dont tout lecteur connaît implicitement le déroulement et dont la description ne présente aucun intérêt. Cependant, seuls douze Te Deum, sur les cinquante-deux mentionnés par la Gazette en 1660 sont dits « en musique » et, dans cinq cas seulement, cette caractérisation est accompagnée d’une description extrêmement succincte. On retrouve pratiquement les mêmes proportions dans les vingt-deux mentions de Te Deum du Mercure, à l’occasion de la paix de Nimègue (sept dit « en musique », dont cinq comportent une appréciation) et dans les cent vingt-sept à l’occasion de la naissance du duc de Bourgogne (quarante dit « en musique », dont dix-sept comportent une appréciation). En 1660 et 1682, ces appréciations se limitent à souligner l’excellence de la musique, l’importance du corps de musiciens ou la qualité des voix, sans chercher à en transcrire la réalité sonore44. Les seules exceptions concernent quelques Te Deum donnés « en symphonie », dans le genre du motet à grand chœur, particulièrement lorsque l’exécution était confiée aux musiciens du roi. Dans ce cas, le nom du compositeur est généralement mentionné, la composition du corps de musique détaillée et la musique donne lieu à une appréciation esthétique plus circonstanciée45. Mais, dans la plupart des relations antérieures à 1686, l’action de grâces reste un rite dont seul l’accomplissement mérite d’être rapporté au lecteur et la réalité sonore du Te Deum n’est pas ou peu caractérisée. Quelques relations l’évoquent en se limitant à trois catégories – « chanté », « chanté en musique » ou « chanté en symphonie » – qui connaissent peu de variantes. Si la première renvoie le plus souvent au cantus – c’est-à-dire au plain-chant ou à une de ses formes apparentées, faux-bourdon et chant sur le livre –, on sait par recoupement de sources qu’elle est parfois employée pour désigner un Te Deum en musique – motet en style contrapuntique stricte ou motet polychoral ou concertant, sur le modèle du motet à grand chœur. À partir des fêtes de 1686, les relations portent une attention croissante aux modes d’exécution et font émerger toute une série de pratiques qui viennent considérablement enrichir la catégorisation traditionnelle. Les relations signalent les Te Deum « en forme de motets » mais témoignent aussi de la variété des pratiques alternatim, soit entre l’orgue et le chœur46, soit entre un corps de musique d’une part, et le clergé et le peuple, de l’autre47, soit entre une fanfare d’instruments et le chœur de musique48. Le Mercure s’attache à quelques particularités, comme l’ajout d’un carillon49 ou le « ton uni » des capucins de la rue Saint-Honoré50, mais dessine surtout la place croissante que prend la musique dans la cérémonie selon deux modalités. Lorsque le chant du Te Deum relève du cantus, des intermèdes instrumentaux confiés à des bandes d’instruments parfois importantes interviennent au cours de la cérémonie – sans qu’on sache quel type de musique il exécute51. Par ailleurs, des motets en musique et parfois en symphonie peuvent venir s’ajouter au chant du Te Deum, notamment des prières pour le roi tels le Domine salvum fac Regem, d’autres versets du psaume 19 Exaudiat te Dominus52, le psaume 20 Domine in virtute tua laetabitur Rex ou des poésies latines originales53.

Musique et continuum sonore

26La prise en compte croissante de la dimension sonore des célébrations contribue grandement à l’intégration progressive du Te Deum au tout de la fête. Alors que l’énoncé concis et impersonnel de l’acte de chant conduit à isoler l’action de grâces des autres manifestations, les rédacteurs du Mercure tendent progressivement à rendre compte de l’intégration du chant du Te Deum à un continuum sonore à la fois temporel et spatial que génèrent les signaux sonores des fanfares, de l’artillerie et des cloches mais aussi les « concerts d’instruments », les chants et les clameurs. La relation du Te Deum célébré par les capucins de la rue Saint-Honoré à Paris en 1704 est caractéristique du discours qui s’impose progressivement à partir de 1682, dans lequel la narration est adossée à la succession des événements sonores :

  • 54 Mercure galant, Réjouissances faites pour la naissance de Monseigneur le duc de Bretagne, juillet (...)

À huit heures & demie, le bruit de quarante boëtes, qui tirerent trois fois pendant la ceremonie, donna le signal à la communauté, qui sortit de l’eglise en rang ; au nombre de cent religieux. Le R.P. Provincial à la teste, en aube & en etole, benit le feu de bois qui fut allumé au bruit de la mousqueterie, & des tambours, d’un costé par le R.P. Provincial, & de l’autre par Mr le Marquis d’Argenson sindic de leur ordre ; ensuite le Te Deum fut chanté par les capucins d’un ton uni, mais grave & modeste qui imposoit & le respect & le silence. Les oraisons finies, une salve de mousqueterie, avertit une symphonie de violons, de hautbois, de timballes, & de trompettes, qui alternativement & sans intervalle joüerent & charmerent toute l’assemblée, pendant une heure & demie que dura l’artifice, qui réüssit parfaitement bien54.

27L’artillerie joue un rôle important dans la constitution de ce continuum sonore. Elle accompagne le feu d’artifice, le feu de joie, parfois les illuminations ou d’autres événements-spectacles. Surtout, son association aux cérémonies religieuses, Te Deum et messe, est régulièrement mentionnée dans les colonnes du Mercure à partir de 1686, qu’elle intervienne au début ou à la fin de la cérémonie, ou pendant celle-ci, chaque cas n’étant pas exclusif de l’autre. Dans le premier cas, la présence de l’artillerie conduit à un accroissement temporel de la cérémonie et favorise la continuité avec les événements-spectacles qui la précèdent ou la suivent. C’est particulièrement le cas, lorsque l’artillerie est tirée par la milice ou par les régiments qui accompagnent les autorités civiles et politiques tout au long de la fête. Plus généralement, l’artillerie élargit la cérémonie à la dimension de la paroisse ou du quartier, lorsque la source sonore est placée dans l’environnement proche de l’église, ou à celle de la ville, lorsqu’elle émane des remparts :

  • 55 Id., p. 64-67, [Te Deum de M. Alouette chanté à Notre-Dame]. Même chose avec les jésuites d’Arras  (...)

Le Te Deum qui étoit de la composition de Mr de Laloüette maistre de musique de Nostre-Dame, fut chanté & fort applaudi. La symphonie fut trouvée tres belle, & les symphonistes étoient en grand nombre. Les 24 violons du roy joüerent à ce Te Deum, pendant lequel on tira les boëtes & le canon de la ville, ainsi que celui de la Bastille55.

  • 56 Mercure galant, octobre 1682 (première partie) [tome 11], p. 138-144, [Angers] : « Un peu avant hu (...)

28Elle affirme alors l’emprise du pouvoir religieux sur l’événement à l’échelle de la cité, comme peuvent le faire les cloches auxquelles elle est parfois associée. L’exécution de motets hors de l’espace ecclésial, dont le Mercure se fait l’écho dès 1682, porte les mêmes enjeux symboliques mais suscite une écoute attentive qui génère une gamme d’émotions comparables à celles que procure le Te Deum et projette ainsi l’action de grâces dans l’espace urbain56. Dans de nombreux cas, les procédés énonciatifs du Mercure visent à renforcer ce continuum sonore et tendent à occulter les temps morts de la fête, notamment ceux dévolus aux déplacements. Ainsi, le compte rendu suivant concentre en quelques lignes un ensemble cérémoniel dont la durée devait approcher les trois heures, pour mettre en valeur la succession des salves d’artillerie et la cohérence de l’environnement sonore de la séquence.

  • 57 Mercure galant, mars 1687 (seconde partie) [tome 5], p. 15-27, [Officiers du siege general de la T (...)

La messe fut celebrée avec beaucoup de solemnité, & à l’elevation le canon qui estoit sur les vaisseaux & sur le port fit sa premiere décharge au signal qui en fut donné par une cloche. Il en fit une seconde lors que l’on chanta le Te Deum. Les prieres achevées, les officiers se rendirent sur le port, où plusieurs petits bateaux plats, ornez de pavillons & de flâmes, les attendoient pour les porter à l’amiral, dans lequel ils entrerent tous en robe. Ce fut alors que les canonniers au bruit des tambours & des trompettes firent les décharges, qui attirerent un nombre infiny de peuple57.

29Quelle est la portée symbolique d’une telle évolution ? En quoi la prise en compte de la réalité sonore du Te Deum et de son intégration au tout de la fête modifie-t-elle l’image que donne le Mercure des rapports entre les pouvoirs religieux et politique ? Dans le cas des Te Deum organisés conjointement par l’évêque et le représentant du roi et célébrés dans la cathédrale, les salves d’artillerie sont exécutées par des corps de miliciens ou des régiments constitués aux ordres du commissionnaire du roi, lieutenant général ou gouverneur. Elles manifestent l'union étroite du roi et de l’Église gallicane, à l'échelle nationale comme à l'échelle locale. En revanche, on peut s’interroger sur la permanence d’une telle représentation dans le cas des Te Deum particuliers organisés par les cours souveraines, les communautés de marchands et d’autres institutions civiles et religieuses.

30Si les cours souveraines et les autorités civiles manifestent leur pouvoir politique par le recours aux régiments constitués et aux canons de la ville, les communautés de marchands et, parfois, les institutions religieuses se bornent à louer les services de soldats dont la provenance n’est jamais mentionnée par le Mercure. Tel qu’il est décrit dans le périodique, l’usage que font ses communautés de l’artillerie, limité le plus souvent à l’encadrement sonore de la cérémonie religieuse, est celui d’un marqueur de magnificence et de solennité, au même titre que l’exécution d’une musique en symphonie ou que la décoration de l’église, et leur permet de se distinguer dans l’espace public.

  • 58 Mercure galant, septembre 1682 (seconde partie) [tome 10], p. 187-202 [Réjouissances pour la naiss (...)

31L’utilisation intensive des boëtes et des feux d’artifice au cours de la fête organisée par Mme de Béthune à l’Abbaye de Beaumont relève du même processus de distinction mais sa signification paraît plus ambiguë. Le Mercure évoque le zèle de l’abbesse pour le roi et pour sa famille, et décrit par le menu une succession d’événements qui s’ajoutent à la célébration du Te Deum, aux motets en musique et aux aumônes. Les illuminations, les décorations de la cour, le feu de joie, le théâtre d’artifice, les boëtes, la fontaine de vin, les concerts et les danses des paysans (sur le rempart qui jouxte l’abbaye) semblent reproduire à une échelle réduite les fêtes organisées par les autorités civiles et religieuses des grandes métropoles. Le commentaire du Mercure présente l’abbesse comme le principal protagoniste de la fête et sa seule ordonnatrice. Ce faisant, il personnalise le processus de distinction au dépens de la communauté religieuse. Cette personnification, associée à la magnificence et à la complétion de la fête, en détourne la signification symbolique dans la mesure où elle ne correspond ni aux modalités narratives des fêtes conventuelles, qui mettent en avant la communauté et les actions de grâces qu’elle célèbre, ni aux grandes fêtes urbaines, centrées sur l’union des pouvoirs politique et religieux58.

Évolution de la réception

32À travers la multiplication des relations consacrées aux célébrations dynastiques, le Mercure sert la représentation politique dans la mesure où il met en scène, à l’échelle du territoire de la nation, le zèle des peuples et l’émulation que génère l’ordre royal de réjouissances publiques. La présence croissante de la musique et la multiplication des motets ont contribué à la transformation du rituel du Te Deum en événement-spectacle et à son intégration au tout de la fête. Dans la concurrence que se livrent les corps et les compagnies, comme également les élites urbaines qui font célébrer un Te Deum au cours de leurs fêtes particulières, la musique apparaît comme un critère de distinction, au même titre que les architectures éphémères et les décorations ou d’autres événements-spectacles (feux d’artifice, concerts, cavalcades, etc.) La place croissante que lui accorde le Mercure tend à montrer qu’elle devient progressivement un enjeu majeur pour les commanditaires et l’un des ressorts de l’instauration d’une hiérarchie relative des cérémonies qui bousculent celle, traditionnelle, appuyée sur la hiérarchie sociale. La présence d’un corps important de musiciens, l’utilisation d’un dispositif remarquable, ou la sollicitation d’un compositeur réputé – voire, plus rarement, d’un interprète réputé – incitent à rédiger une relation qui sera éventuellement publiée dans les colonnes du Mercure. Il faut d’ailleurs noter que le discours sur la musique se fait plus précis dans les relations de 1687 et 1704 en s’attachant non seulement au prestige mais à la nature même de la musique jouée, au détail des effectifs et de la nomenclature des corps de musique, aux noms de compositeurs remarqués pour leur talent et non seulement pour leur position institutionnelle. De ce point de vue, l’intérêt des rédacteurs se focalise essentiellement sur les motets à grand chœur, quels qu’en soient les textes – hymnes, psaumes ou poésie néolatine. Élaboré dans l’entourage royal pour les cérémonies extraordinaires et les grandes fêtes solennelles en présence de la cour à partir de la fin des années 1650, le genre était joué quotidiennement à la Chapelle royale lors de la messe du roi depuis 1683, alors qu’il restait, pour les grands sanctuaires provinciaux, l’apanage des fêtes les plus solennelles du calendrier liturgique et des cérémonies extraordinaires, du fait des moyens importants qu’il requérait. Il restait donc très associé à l’image du roi en ce début de XVIIIsiècle.

33Les relations du Mercure témoignent d’une évolution du discours de réception du chant du Te Deum, que l’immersion dans le tout de la fête a contribué à situer dans le registre émotionnel autrefois réservé aux réjouissances publiques. Ainsi, la représentation de l’amour du peuple pour son roi, qui constitue une dimension essentielle de la construction de son image politique, empruntent des biais nouveaux en partie liés à l’évolution de l’environnement sonore du Te Deum. Parallèlement aux mentions traditionnelles qui soulignent la sincérité et l’intensité de la prière d’action de grâces, ou à celles des acclamations de « vive le roi » qui ponctuent la cérémonie, de nombreuses formules tendent de rendre l’état de sidération esthétique dans lequel se trouve les auditeurs confrontés à la beauté de la musique des Te Deum et des motets. Les émotions que provoque cette beauté inouïe semblent faire accéder les fidèles à un ordre supérieur dont l’essence est à la fois religieuse et politique.

34Cependant, la multiplication des motets et l’évolution stylistique marquée du genre, à l’aube du XVIIIe siècle, par l’assimilation de certaines caractéristiques de la musique profane, comme l’ajout de pièces instrumentales contribuent au développement d’un discours critique fondé sur un jugement de goût qui tend à assimiler la célébration à un concert. Ce discours reste largement minoritaire jusqu’en 1704. Il intègre deux caractéristiques de la chronique des spectacles profanes et préfigure les comptes rendus que le Mercure a consacrés au Concert Spirituel à partir de 1725. La première caractéristique concerne la référence implicite ou non à un agenda mondain à travers la mention des pratiques d’affichage, d’émission de billets d’invitation ou simplement de l’empressement et de la satisfaction du public.

  • 59 Mercure galant, Réjouissances faites pour la naissance de Monseigneur le duc de Bretagne, juillet (...)

L’assemblée se trouva tres-nombreuse dés midy, par l’empressement que causoit la crainte de ne pouvoir trouver place ; on n’en doit pas être surpris, puis qu’on avoit annoncé par des affiches un Te Deum & un Exaudiat à trois grands chœurs de musique, de la composition de monsieur Campra ; Ce qui fut executé par les plus habites & les plus excellens musiciens & simphonistes de Paris. La confusion qu’auroit pu causer un si grand concours, fut prevenuë au dehors par le soin qu’on avoit pris de mettre à toutes les portes une Garde des cent Suisses du Roy ; & on avoit commis pour le dedans des personnes si entenduës pour le bon ordre, que chacun y fut placé commodément & gratuitement. De sorte qu’on ne laissa rien à desirer pour la satisfaction du public59.

  • 60 Id., p. 246-263, [Par soixante-dix communautés].

35Ce principe culmine dans le numéro de juillet 1704 qui contient un article tout à fait exceptionnel uniquement fondé sur la mention de soixante-dix Te Deum exécutés dans les églises parisiennes avec la date, le lieu et, éventuellement quelques précisions sur la musique, selon le principe et la disposition d’un almanach des spectacles60 (fig. 2).

Fig. 2 – Mercure galant, Réjouissances faites pour la naissance de Monseigneur le duc de Bretagne, juillet 1704, seconde partie [tome 8], p. 248-249.

Fig. 2 – Mercure galant, Réjouissances faites pour la naissance de Monseigneur le duc de Bretagne, juillet 1704, seconde partie [tome 8], p. 248-249.
  • 61 Mercure galant, mars 1687 (seconde partie) [tome 5], p. 426-427, [Bourges] : « La Musique de la ca (...)
  • 62 Mercure galant, mars 1687 (seconde partie) [tome 5], p. 129-165, [Lettre en prose & en vers conten (...)
  • 63 Favier 2008c ; Favier 2018.

36Mais c’est surtout l’apparition d’un discours de réception des œuvres qui témoigne de cette évolution. Il tend à assimiler les fidèles à un public, dont on note les jugements de goût et les manifestations d’assentiment ou d’enthousiasme61. Les termes employés – dans le champ lexical du goût, du charme et du plaisir – comme la référence au jugement des « amateurs » et des « connaisseurs » inscrivent la relation des Te Deum dans un ordre purement esthétique, indépendant de celui, politico-religieux, qui préside au cérémonial62. Ainsi, le Mercure galant a contribué à l’évolution de la réception de la musique religieuse, dont la création du Concert Spirituel en 1725 fut une des conséquences63.

Conclusion

  • 64 Fogel 1989, p. 213.

37Le Mercure donne une voix au Te Deum et, ce faisant, il contribue à infléchir les représentations qui lui étaient traditionnellement associées. La ville « soumise à l’écoute, envahie par la célébration64 » dont parle Michèle Fogel devient, au fur et à mesure que l’environnement sonore se précise et se diversifie dans les colonnes du Mercure, à la fois une ville qui sonne et une ville qui écoute. Certes, la musique, notamment à travers le genre du motet en symphonie, permet aux commanditaires d’affirmer leur existence sociale, de revendiquer une dignité, voire un rang, dans une hiérarchie de corps et de communautés toujours partiellement renégociable. Mais le Te Deum conserve au tournant du siècle la fonction politique qu’il avait acquise progressivement depuis le XVIe siècle. Le devoir de représentation est aussi un devoir de zèle et la concurrence qui se jouait entre les corps et les compagnies s’accomplissait, comme le dit Michel Fogel, dans la « démonstration des rangs » dont le roi auréolé de la protection divine était l’origine et le garant.

  • 65 Salvadori 1998.

38Cependant, l’intégration du Te Deum dans le tout de la fête confère à la célébration les caractéristiques d’un événement-spectacle qui repose notamment sur la communication entre acteurs et spectateurs. On peut en déduire deux conséquences. D’une part, la signification symbolique des différents types de manifestations sonores devient davantage tributaire des modalités de la réception. Cette évolution ouvre un champ à la concurrence entre pouvoirs temporels et religieux dans la distribution des différents types de manifestations sonores qui tend progressivement à brouiller leur signification symbolique première, aussi bien dans le cas des salves d’artillerie tirées lors d’une fête de couvent que de celui des symphonies requises par les corps séculiers au cours des Te Deum de leurs fêtes. D’autre part, le choix de moduler l’environnement sonore du Te Deum en fonction d’un large éventail de pratiques et de dispositifs intervient comme une manifestation d’identités partagées : identité royale du motet à grand chœur, identité religieuse du cantus, identités locales des dispositifs, des pratiques et des interprètes. Le son créé ainsi un espace sensible, qui transcende en partie l’espace physique comme celui, symbolique, de la représentation, et mobilise affectivement les spectateurs-auditeurs qui communient dans une même émotion, et ce d’autant plus intensément que l’événement-spectacle est non reproductible. Le registre discursif qu’adopte le Mercure pour rendre compte des célébrations du Te Deum s’attache de plus en plus à la dimension sensible de la spectation et de l’écoute, et révèle le glissement qui s’opère dans le processus d’adhésion politique, de l’admiration à l’amour. Il met ainsi en évidence les ressorts esthétiques et sensibles de ce que Philippe Salvadori nomme « le contrat d’amour entre le roi et ses sujets65 » qui caractérise l’absolutisme à son apogée. Mais l’espace sensible que génère le son est aussi un espace public dans lequel se joue en partie l’évolution de la civilité urbaine. La diffusion, encore marginale, des jugements de goût et l’intégration des Te Deum à l’agenda mondain accompagnent les balbutiements d’une évolution des modalités de production et de réception de la musique religieuse, qui se manifesta ensuite plus nettement par la participation des nouvelles Académies de musique aux fêtes organisées en province pour la naissance du Dauphin, fils de Louis XV, en 1729.

Haut de page

Bibliographie

Ouvrages à caractère de source

Colletet 1660 = Fr. Colletet, Relation de toutes les particularitez qui se sont faites et passées dans la celebre entrée du roy et de la reyne, avec l’ordre de la marche du clergé & des cours souveraines. Ensemble la magnifique pompe des seigneurs, et de toute leur suitte : Et toutes les ceremonies du Te Deum, Paris, J.B. Loyson, 1660.

De Guignard 1725 = P.-Cl. De Guignard, L’école de Mars, ou Memoires instructifs sur toutes les parties qui composent le Corps Militaire en France, avec leurs origines, & les differentes manœuvres ausquelles elles sont employées, Paris, N. Simart, 1725. tome I, p. 268.

Godefroy 1649 = Th. et D. Godefroy, Le Ceremonial françois, Paris, chez S. et G. Cramoisy, 1649, 2 tomes. 

Marche royale 1660 = La marche royale de leurs majestez à l’entrée triomphante de la Reine dans sa bonne ville de Paris. Contenant toutes les magnificences & preparatifs, rangs preceances, & ceremonies qui s’y sont observée, à la marche de Messieurs du clergé, compagnies souveraines & autres. Ensemble la relation veritable de ce qui s’est passé dans l’église metropolitaine de Paris, en la reception du Roy de la Reyne, & au Te Deum pour l’entrée de leurs majestez, Paris, M. Leché, 1660. 

Relation Beaune 1729 = Relation de ce qui s’est passé dans la ville de Beaune à l’occasion de la naissance de Monseigneur le Dauphin, Beaune, Fr. Simmonot, [1729].

Relation veritable 1660 = Relation veritable, contenant les particularitez de ce qui s’est fait & passé à la publication de la paix dans la ville de Paris : avec les ceremonies qui se sont observées dans l’église metropolitaine, au Te Deum & au feu de joye preparé en la place de Gréve : comme aussi la publication que les heraux en ont faite au Palais & autres places publiques de la ville, pour satisfaire aux ordres & mandemens de sa majesté. Ensemble l’arrivée de monsieur le prince de Condé à Paris, & ce qui s’est fait et passé au Parlement, Paris, M. Leché, 1660.

Tronçon 1662 = [J. Tronçon], L’entrée triomphante de leurs majestez Louis XIV. roy de France et de Navarre et Marie Thérèse d’Austriche son espouse. Dans la ville de Paris capitale de leurs royaumes, au retour de la signature de la paix generalle et de leur heureux mariage, enrichie de plusieurs figures, des harangues & de diverses pièces considérables pour l’Histoire. Le tout exactement recueilly par l’ordre de messieurs de Ville, Paris, P. Le Petit, Th. Joly, L. Bilaine, 1662.


Études secondaires

Berton 2020 = N. Berton, Les cérémonies religieuses dans le Mercure galant (1672-1685), dans B. Dompnier (dir.), Les langages du culte aux XVIIe et XVIIIe siècles, Clermont-Ferrand, 2020, p. 127-148. 

Bisaro 2020 = X. Bisaro, Un cérémonial indicible. Les Te Deum royaux dans le Cérémonial françois (1649), dans B. Dompnier (dir.), Les langages du culte aux XVIIeet XVIIIe siècles, Clermont-Ferrand, 2020, p. 149-161. 

Bolduc 2016 = B. Bolduc, La fête imprimée. Spectacles et cérémonies politiques (1549-1662), Paris, 2016.

Dayan 2011 = D. Dayan, L’impossible réalité brute, dans L’Homme, 198-199, 2011, p. 191-212, en ligne, https://journals.openedition.org/lhomme/22749 (consulté le 12 décembre 2021).

Duron 2008 = J. Duron (dir.), La naissance du style français (1650-1673), Collines de Wavre, 2008.

Favier – Hache 2018 = Th. Favier, S. Hache (dir.), Réalités et fictions de la musique religieuse à l’époque moderne. Essais d’analyse des discours, Rennes, 2018.

Favier 2008 = Th. Favier, Aux origines du Concert spirituel : pratiques musicales et formes d’appropriation de la musique dans les églises parisiennes de 1685 à 1725, dans H.E. Bödeker, P. Veit, M. Werner (dir.), Organisateurs et formes d’organisation du concert en Europe 1700-1900, Berlin, 2008, p. 297-319.

Favier 2009 = Th. Favier, Le motet à grand chœur. Gloria in Gallia Deo, Paris, 2009. 

Favier 2012 = Th. Favier, André Campra et les cérémonies extraordinaires parisiennes (1701-1721), dans C. Cessac (dir.), Itinéraires d’André Campra. D’Aix à Versailles, de l’Église à l’Opéra, Collines de Wavre, 2012, p. 41-60.

Favier 2018 = Th. Favier, Le discours sur le motet à grand chœur dans les comptes rendus du Concert spirituel (1725-1790), dans Th. Favier, S. Hache (dir.), Réalités et fictions de la musique religieuse à l’époque moderne. Essais d’analyse des discours, Rennes, 2018, p. 135-156.

Favier 2020 = Th. Favier, Musique religieuse et absolutisme sous le règne de Louis XIV. Essai de bilan critique, P. Bennett, B. Dompnier (dir.), Cérémonial politique et cérémonial religieux dans l’Europe moderne. Échanges et métissages, Paris, 2020, p. 19-38.

Feyel 2000 = G. Feyel, L’Annonce et la nouvelle. La presse d’information en France sous l’Ancien Régime (1630-1788), Oxford, 2000. 

Fogel 1989 = M. Fogel, Les cérémonies de l’information dans la France du XVIe au XVIIIe siècle, Paris, 1989. 

Haffemayer 2005 = S. Haffemayer, Information et espace public : la presse périodique en France au XVIIe siècle, dans Revue de synthèse, 126, 2005, p. 109-137.

Haffemayer 2013 = S. Haffemayer, La Gazette en 1683-1685-1689 : analyse d’un système d’information, dans Le temps des médias, 20, 2013, p. 32-46.

Isherwood 1973 = R.M. Isherwood, Music in the service of the king: France in the seventeenth century, Londres, 1973.

Leconte 2018 = Th. Leconte, Une guerre de cent ans à la Musique du roi : les prérogatives des sous-maîtres de la Musique de la Chapelle face aux « injustes prétentions » des surintendants de la Musique de la Chambre, dans Th. Favier, S. Hache (dir.), Réalités et fictions de la musique religieuse à l’époque moderneEssais d’analyse des discours, Rennes, 2018, p. 159-182. 

Montagnier 1998 = J.-P. C. Montagnier, Le ‘Te Deum’ en France à l'époque baroque : un emblème royal, dans Revue de Musicologie, 84-2, 1998, p. 199-233.

Montagnier 2000 = J.-P. C. Montagnier, Chanter Dieu en la Chapelle royale : le grand motet et ses supports littéraires, dans Revue de Musicologie, 86-2, 2000, p. 217-263.

Montagnier 2006 = J.-P. C. Montagnier, Sacred Music and Royal Propaganda under Louis XIV (ca. 1661-ca. 1686), dans Rivista internazionale di musica sacra, nuova serie, 27-2, 2006, p. 83-94.

Piéjus 2010 = A. Piéjus (dir.), Le Mercure galant, témoin et acteur de la vie musicale, Paris, Publications numériques de l’I.R.P.M.F. 1, 2010, en ligne : https://www.nakala.fr/nakala/data/11280/7c800569 (consulté le 12 décembre 2021).

Piéjus – Blocker 2016 = A. Piéjus, D. Blocker (dir.), Dix-septième siècle, 270, 2016, numéro spécial Auctorialité, voix et publics dans le Mercure galant.

Ricœur 1992 = P. Ricœur, Le retour de l’Événement, dans MEFRIM, 104-1, 1992, p. 29-35.

Salvadori 1998 = Chasse, équitation et représentations du roi aux XVIIe et XVIIIe siècles, dans D. Roche (dir.), Les écuries royales du XVIe au XVIIIsiècle, Versailles, 1998, p. 111-117.

Schuwey 2016 = Ch. Schuwey, Jean Donneau de Visé, « fripier du Parnasse ». Pratiques et stratégies d’un entrepreneur des lettres au XVIIe siècle, thèse de doctorat, Université de Fribourg, Université de Paris IV-Sorbonne, 2016.

Spielmann 2013 = G. Spielmann, L’événement-spectacle, dans Communications, Ch. Biet et S. Roques (dir.), Performance – Le corps exposé, 92, 2013, p. 193-204. 

Spielmann 2021 = G. Spielmann, La fête baroque, archétype du macro-événement-spectacle, dans A.-M. Goulet, J.-M. Domínguez, É. Oriol (dir.), Spectacles et performances artistiques à Rome (1644-1740). Une analyse historique à partir des archives familiales de l’aristocratie, Rome, 2021, p. 101-113.

Zanger 1997 = A.E. Zanger, Scenes from the marriage of Louis XIV. Nuptial fictions and the making of absolutist power, Stanford, 1997. 

Haut de page

Notes

1 Fogel 1989.

2 Fogel 1989, p. 204.

3 Approche synthétique de la question dans Duron 2008.

4 Isherwood 1973 ; Montagnier 1998 ; Montagnier 2000 ; Montagnier 2006. Discussion dans Favier 2009, p. 521-541 ; Favier 2020.

5 Bisaro 2020. Leconte 2018.

6 Le dépouillement du périodique a été grandement facilité par la base de données Mercure galant, développée conjointement par l’Institut de Recherche en Musicologie (UMR 8223) et l’Observatoire de la vie littéraire (responsable Anne Piéjus, co-responsable Nathalie Berton-Blivet). Le référencement des articles dans mes notes reprend la présentation de cette base en indiquant entre crochets le titre donné au compte rendu dans les tables de fin de volume.

7 Piéjus 2010 ; Piéjus – Blocker 2016 ; Favier – Hache 2018 ; Berton 2020.

8 Dayan 2011.

9 Ricœur 1992, p. 29.

10 Cette revendication se fait d’autant plus forte que la multiplication des célébrations associées à un même événement conduit à en étaler les comptes rendus sur plusieurs mois. Mercure galant, février 1687 [tome 3], p. I-V : « Comme les festes solemnelles qui ont esté faites dans toute la France, pour marquer la joye que la guérison du roy a causée à tous les peuples, ont, pour ainsi dire, esté jusqu’à l’infiny, il a esté impossible de les faire entrer toutes dans trois ou quatre volumes ; & on l’a pû d’autant moins, qu’il arrive encore tous les jours des memoires des provinces les plus éloignées, ainsi l’on est obligé de differer jusqu’au mois prochain à donner le reste de ces saintes réjoüissances. Il ne seroit pas juste que l’avenir n’en trouvast que la moitié dans l’histoire journaliere que renferment les Mercures, & l’on auroit lieu de croire qu’il n’y auroit qu’une partie de la France qui se seroit imposé ce pieux devoir, quoy que le zele ardent de l’autre n’ait pas paru avec moins d’éclat. Quelques-uns croyent que parce que l’on ne prie plus, on doit cesser de dire qu’on a prié. Mais ces raisons ne sont point pour un historien, & puis qu’on en trouve qui commencent aujourd’huy des histoires de ce qui s’est passé il y a mille ans, on peut donner ce qui s’est passé il y a un mois»

11 L’analyse des systèmes d’information et des stratégies d’énonciation de la presse française d’Ancien Régime a donné lieu à de nombreux travaux dont Feyel 2000 ; Haffemayer 2005 ; plus spécifiquement pour le Mercure, Schuwey 2016 ; pour la Gazette, Haffemayer 2013.

12 Sur les livrets de fête, voir particulièrement Bolduc 2016.

13 La liste presque complète en est donnée dans Zanger 1997, p. 207-222.

14 Godefroy 1649. Advertissement au lecteur, tome I, non paginé.

15 Colletet 1660, p. 16.

16 Sous un sous-titre légèrement différent, le récit de la célébration du Te Deum est le même que celui publié dans le Journal pour servir à l’histoire contenant ce qui s’est passé de plus memorable depuis la guerre declarée entre la France & l’Espagne, jusques à la conclusion de la Paix, & Mariage de leurs majestez, Paris, M. Leché, 1660.

17 Gazette, 23, 24 févr. 1660, p. 169-180.

18 Gazette, 151, 13 décembre 1659, p. 1209.

19 Gazette, 53, 8 mai 1660, p. 409.

20 Voir le sous-titre du Nouveau Mercure galant à partir de 1677.

21 Voir Mercure galant, février 1687 [tome 3], Avis, p. I-V : « Les réjouissances qui ont esté faites au sortir des eglises, font encore une partie de ces festes ».

22 Spielmann 2013.

23 Mercure galant, janvier 1687 (première partie) [tome 1], p. 248-301, [Actions de graces rendües pour le rétablissement de la Santé du Roy].

24 Mercure galant, mars 1687 (seconde partie) [tome 5], p. 337-338

25 Mercure galant, mars 1687 (seconde partie) [tome 5], p. 346-349.

26 Mercure galant, février 1687 [tome 3], p. 306-310.

27 Mercure galant, mars 1687 (seconde partie) [tome 5], p. 346-349.

28 Spielman 2021 développe une réflexion très intéressante sur la spécificité de la fête comme macro-événement spectacle.

29 Fogel 1989, p. 244.

30 Ibid.

31 [Saint-Julien] Mercure galant, mai 1687 [tome 7], p. 208 : « Le laboureur cherche à l’emporter sur le bourgeois, & le jeudy 8. de ce mois, il y eut une grande feste dans le bourg de S. Julien, Parroisse de Mr de Blainville, en l’absence duquel Mr de Farcy l’aisné, trésorier de France en la generalité d’Alençon, fit tous les devoirs d’un zelé sujet ».

32 [Toulouse] Mercure galant, octobre 1682 (première partie) [tome 11], p. 209-218, 220, 227-228, 230-233, 235-236, 238-240, 242-251.

33 Fogel 1989, p. 428.

34 Marche royale 1660, p. 16.

35 Colletet 1660, p. 15.

36 Tronçon 1662, Advis au lecteur, non paginé.

37 Tronçon 1662, dans Le Te Deum chanté dans l’église de Nostre-Dame, p. 2 : « Une partie des chantres se mit au lutrin, le reste de la Musique estoit au haut du Jubé ».

38 Ibid. : « Le Roy arriva au bruit des trompettes de sa Chambre, des fifres & des tambours des Suisses de sa Garde qui demeurerent en haye dans la nef, & parmy les acclamations d’une multitude de peuple ».

39 Id., p. 31.

40 Relation véritable 1660, p. 8.

41 Marche royale 1660, p. 15-16.

42 Id., p. 16.

43 Mercure galant, mai 1679 [tome 5], p. 211-218, [Réjoüissances faites à Montoire sur le mesme sujet].

44 Mercure galant, décembre [tome 12], 1678, p. 92-94, [Réjouissances faites à Saumur sur le sujet de la Paix] : « On y chanta le Te Deum, avec un grand nombre de Voix & d’Instrumens. »

45 Voir essentiellement le Te Deum de Jean Veillot, sous-maître de la Chapelle royale, le 24 avril 1660 (Gazette, 1660, p. 371) ; celui de Jean Mignon, maître de Notre-Dame de Paris, donné dans l’église des Grands-Augustins (Mercure galant, juin 1679 [tome 6], p. 184-186.) ; celui de Gorin aux Feuillants (Mercure galant, juillet 1679 [tome 7], p. 351).

46 Mercure galant, Réjouissances faites pour la naissance de monseigneur le duc de Bretagne, juillet 1704, seconde partie [tome 8], p. 352-354, [À l’abbaye de Ligueux en Perigord] ; Mercure galant, août 1704 [tome 9], p. 203-227, [À Dormans].

47 Mercure galant, mars 1687 (seconde partie) [tome 5], p. 76-81 [Senez] : « Le Te Deum fut chanté ensuite par la Musique de la cathedrale, tout le clergé, & le peuple repetant chaque verset. »

48 Mercure galant, août 1704 [tome 9], p. 369-375, [Réjoüissances faites à Lyon] : « Le dimanche qui suivit cette nouvelle fut destiné pour le Te Deum. On le chanta dans la cathedrale ; & comme il n’y a ny orgues, ny musique, les trompettes, les tambours, les fifres, & les hautbois répondirent à la voix des prestres. »

49 Mercure galant, septembre 1704 [tome 10], p. 31-61, [Rejoüissances faites à Châlons en Champagne].

50 Mercure galant, Réjouissances faites pour la naissance de Monseigneur le duc de Bretagne, juillet 1704, seconde partie [tome 8], p. 136-146, [Aux capucins de la rue Saint-Honoré].

51 Mercure galant, mars 1687 (première partie) [tome 4], p. 76-80 [Autres faites à Angers] ; Mercure galant, Réjouissances faites pour la naissance de Monseigneur le duc de Bretagne, juillet 1704, seconde partie [tome 8], p. 371-377 [À Beauvais] ; id., p. 136-146, [Aux capucins de la rue Saint-Honoré].

52 Mercure galant, avril 1687 [tome 6], p. 74-162, [Nouvelles réjoüissances faites en plusieurs villes, & autres lieux, pour le retour de la santé du roy].

53 Mercure galant, mars 1687 (seconde partie) [tome 5], p. 378-380, [Mr de Villebague à S. Malo] : « Mr de Villebague, qui a un amour particulier pour sa majesté fit une feste des plus éclatantes à S. Malo le 17 du mois passé. La messe & le Te Deum auquel se joignit un tres-beau motet de la composition de Mr Jouvin, furent chantez dans l’eglise de S. Pierre » ; Mercure galant, août 1682 [tome 8], p. 248, 250-251, 260-261, 265-268, 270-271, 307-309, 319-321, [Réjouissances pour la naissance du duc de Bourgogne par différentes communautés religieuses de Paris] : « Ce Te Deum fut chanté à divers Chœurs de Musique, & meslé d’une Symphonie tres-agreable de Violons, de Hautbois, & de plusieurs autres Instrumens. On y ajoûta le Domine salvum fac Regem, aussi en Musique » ; Mercure galant, février 1687 [tome 3], p. 73-114, [Actions de graces renduës en plusieurs villes du Royaume pour l’entier retablissement de la santé du roy] : « C’est ce qu’elle [la compagnie des maîtres-chirurgiens] fit le vendredy 24. du mois passé par un salut solemnel & un Te Deum qu’elle fit chanter dans l’eglise de S. Cosme. La Musique estoit de la composition de Mr Moreau. Il y eut un excellent motet, dont vous ne serez pas fâchée de voir les paroles, puisqu’elles sont particulieres pour ce grand Monarque. »

54 Mercure galant, Réjouissances faites pour la naissance de Monseigneur le duc de Bretagne, juillet 1704, seconde partie [tome 8], p. 136-146, [Aux capucins de la rue Saint-Honoré].

55 Id., p. 64-67, [Te Deum de M. Alouette chanté à Notre-Dame]. Même chose avec les jésuites d’Arras : « Le canon s’y fit entendre pendant qu’on chanta le Te Deum, & M. Doré, de la composition de qui la musique estoit, ainsi que la symphonie, receut de grandes loüanges », Mercure galant, janvier 1687 (première partie) [tome 1], p. 248-301. Dans les deux cas, il est peu probable que le canon ait tonné tout au long du Te Deum et il faut plutôt imaginer une synchronisation comme le laissent entendre des sources plus tardives. Voir par exemple De Guignard 1725, p. 268 ; Relation Beaune [1729], p. 8.

56 Mercure galant, octobre 1682 (première partie) [tome 11], p. 138-144, [Angers] : « Un peu avant huit heures du soir, la Musique de la cathédrale, accompagnée d’instrumens, & placée sur un balcon du clocher, fit retentir un motet qui fut entendu de loin » ; Mercure galant, octobre 1682 (seconde partie) [tome 12], p. 25-34, 37-46, [Carrousel, feu d'artifice, & autres festes] : « Le lendemain qui estoit dimanche, les ecoliers du petit college appellé de Nôtre-Dame, qui devoient représenter le triomphe de la France & de nos rois, s’estant assemblez après l’office, marchérent tous en procession, suivis de plusieurs rangs d’ecclesiastiques. [...] La procession s’estant renduë à Fourviere, on y chanta plusieurs prieres en musique, avec une tres-belle symphonie. Cette symphonie fut secondée d’un concert de flutes douces, de hautbois, de timbales, & de trompetes, qui s’estant postez du costé, d’où cette eglise celebre par ses miracles & par la devotion des peuples, domine sur la Ville, y portoient le son de ces divers instrumens. »

57 Mercure galant, mars 1687 (seconde partie) [tome 5], p. 15-27, [Officiers du siege general de la Table de Marbre du Palais à Roüen].

58 Mercure galant, septembre 1682 (seconde partie) [tome 10], p. 187-202 [Réjouissances pour la naissance du duc de Bourgogne à Tours].

59 Mercure galant, Réjouissances faites pour la naissance de Monseigneur le duc de Bretagne, juillet 1704, seconde partie [tome 8], p. 198-220, [Par les communautés de Paris]. Sur la dimension mondaine des exécutions de motets de Campra à Paris, voir Favier 2012.

60 Id., p. 246-263, [Par soixante-dix communautés].

61 Mercure galant, mars 1687 (seconde partie) [tome 5], p. 426-427, [Bourges] : « La Musique de la cathedrale, celle de la Sainte Chapelle, & l’harmonie d’un grand nombre de violons, formerent trois Choeurs qui receurent beaucoup d’applaudissemens ».

62 Mercure galant, mars 1687 (seconde partie) [tome 5], p. 129-165, [Lettre en prose & en vers contenant toutes les prieres, & les réjoüissances faites à Aix par toutes les compagnies, tous les corps, & les particuliers] : « Durant la messe la Musique, la simphonie & les violons remplirent leur devoir d’une maniere à donner de grandes distractions aux amateurs de l’harmonie » ; Mercure galant, septembre 1704 [tome 10], p. 61-71, [À saint Sernin de Toulouse] : « Le lendemain à dix heures du matin un grand nombre d’officiers du parlement, les capitouls & le corps de ville se rendirent à cette eglise, & aprés la grande messe celebrée par Mr l’Abbé de Burta, grand vicaire de Mr l’abbé de Saint Sernin, on chanta le Te Deum en musique de la composition du Sr Aphrodise, maistre de musique de ce chapitre que les connoisseurs ont trouvé excellent, & ont avoüé n’avoir rien entendu de si beau & de si harmonieux. »

63 Favier 2008c ; Favier 2018.

64 Fogel 1989, p. 213.

65 Salvadori 1998.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Relation veritable, contenant les particularitez de ce qui s’est fait & passé à la Publication de la Paix dans la ville de Paris, Paris, Marin Leché, 1660, p. 8.
URL http://journals.openedition.org/mefrim/docannexe/image/11004/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Titre Fig. 2 – Mercure galant, Réjouissances faites pour la naissance de Monseigneur le duc de Bretagne, juillet 1704, seconde partie [tome 8], p. 248-249.
URL http://journals.openedition.org/mefrim/docannexe/image/11004/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 221k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thierry Favier, « L’empreinte du son », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [En ligne], 133-2 | 2021, mis en ligne le 11 mars 2022, consulté le 29 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/mefrim/11004 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mefrim.11004

Haut de page

Auteur

Thierry Favier

Université de Poitiers - hierry.favier@univ-poitiers.fr

Articles du même auteur

  • Introduction [Texte intégral]
    Les musiques religieuses de cour à l’époque moderne : quelques réflexions à propos d’un renouvellement historiographique
    Paru dans Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines, 133-2 | 2021
Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search