Navigation – Plan du site

AccueilNuméros134-1Scambi mediterranei: diplomatici ...Livres, bibliothèques et ambassad...

Scambi mediterranei: diplomatici e libri in età moderna

Livres, bibliothèques et ambassadeurs dans l’Europe du XVIIIe siècle

L’exemple du cardinal de Bernis et de la société des diplomates de son temps
Gilles Montègre
p. 89-103

Résumés

Dans l’Europe du XVIIIe siècle, le lien consubstantiel entre diplomatie et monde du livre s’est reconfiguré à la faveur des missions de médiation culturelle assignées aux ambassadeurs, et de la bibliophilie militante de ces derniers. La formation des bibliothèques privées qui suivent les diplomates au gré de leurs séjours à l’étranger participent en même temps d’une logique de professionnalisation et d’attraction culturelle. Récemment redécouvertes, les archives privées et les collections d’œuvres d’art du cardinal de Bernis (1715-1794), ambassadeur de France à Venise et à Rome, mettent en évidence une société des diplomates au sein de laquelle les œuvres manuscrites et imprimées circulent abondamment, et qui participe activement à la construction de la figure aujourd’hui consacrée du diplomate écrivain.

Haut de page

Texte intégral

1Dans une perspective embrassant la période moderne dans son ensemble, doit-on se résoudre à l’idée que la professionnalisation progressive, quoique largement inachevée, du corps diplomatique ait eu pour corollaire un détachement tendanciel des diplomates vis-à-vis du monde des livres et des bibliothèques, à rebours d’un âge d’or qui serait celui de l’humanisme ? Cette contribution vise au contraire à montrer combien professionnalisation et bibliophilie vont de pair dans le monde des diplomates du XVIIIe siècle. Deux indicateurs, envisagés ici en recourant à l’exemple des diplomates français, peuvent permettre d’en rendre compte : d’une part leur pratique personnelle de l’écriture, d’autre part la constitution et l’utilisation de bibliothèques privées qui les suivent au gré de leurs résidences et de leurs missions à l’étranger.

  • 1 APBC et APBS.
  • 2 Montègre 2019.

2Notre enquête s’appuie plus particulièrement sur une documentation récemment mise au jour : les archives personnelles et la collection d’œuvres d’art ayant appartenu au cardinal de Bernis, qui fut ambassadeur de France auprès de la République de Venise entre 1752 et 1755, puis chargé d’affaires représentant Louis XV et Louis XVI auprès de la cour pontificale entre 1769 et 1791. Cette documentation forme une galaxie d’objets et un archipel de papiers dont les originaux se trouvent principalement répartis entre deux châteaux appartenant aux membres actuels de la famille Bernis : celui de Crolles en Isère et celui de Salgas en Lozère1. Redécouvertes en 2013, les archives privées du cardinal de Bernis ont été étudiées par un groupe interdisciplinaire de 24 chercheurs, qui ont rendu leurs conclusions dans un ouvrage récent2. Différentes des dépêches officielles conservées dans les fonds publics du ministère français des Affaires étrangères, les séries de correspondance issues des fonds Bernis ont offert l’opportunité rare d’enquêter de manière horizontale sur l’Europe diplomatique du XVIIIe siècle, à la faveur d’échanges épistolaires transversaux mettant aux prises le cardinal et ses collègues ambassadeurs employés en Italie et dans les autres cours européennes. Cette Europe de la diplomatie, que l’on découvre beaucoup moins centralisée dans ses structures et beaucoup plus libre dans ses expressions, intéresse notre enquête sur les relations entre livres, bibliothèques et ambassadeurs à deux titres au moins.

  • 3 Bru – Forest d’Armaillé 2017.
  • 4 APBC, Correspondance Flavigny, Flavigny à Bernis, Parme, 10 janvier 1775.
  • 5 Ibid., Flavigny à Bernis, Parme, 19 mars 1776.

3Premièrement, les lettres particulières que ces ambassadeurs s’écrivent ne sont bien souvent que la trace scripturaire d’envois matériels plus importants, au même titre que pour les correspondances de marchands ou de naturalistes3. Parmi ces envois on compte nombre de mémoires et manuscrits, d’objets d’art ou de science, ainsi que de volumes imprimés. En janvier 1775 par exemple, tandis que Bernis s’active au sein de l’interminable conclave qui va donner lieu à l’élection de Pie VI, l’ambassadeur de France à Parme Flavigny lui fait parvenir à Rome, afin de le « dissiper un peu de ses occupations », une chanson satirique sur le nouveau garde des sceaux Miromesnil4. En mars 1776, le même Flavigny envoie à Bernis une « fiction de Voltaire » qui lui a paru « très intéressante et prodigieuse pour un homme de 81 ans5 ». Les transversalités diplomatiques que les archives Bernis dévoilent participent donc étroitement à la circulation des livres et des manuscrits entre les capitales culturelles de la fin de l’Ancien Régime.

  • 6 Roche 1988 ; Bély 1999.
  • 7 Bernis 1795 ; Bernis – Voltaire 1799.

4Les archives Bernis mettent en lumière une société des diplomates fortement solidaire et interconnectée à une échelle transnationale, au point qu’il paraît possible désormais de la comparer à la société des princes mise en évidence par Lucien Bély, ou aux Républicains des Lettres étudiés par Daniel Roche6. Cette solidarité de corps n’est pas sans conséquence sur notre enquête, car il s’avère qu’elle joue à plein lorsqu’il s’agit de veiller à l’agenda et aux conditions de publication des écrits personnels d’un membre de la communauté. C’est ce que nous envisagerons, après avoir exploré les caractéristiques de la figure du diplomate écrivain et bibliophile au siècle des Lumières, en examinant les circonstances particulières de deux publications posthumes associées au nom de Bernis, peu après sa mort survenue à Rome en 1794 : son poème de La Religion vengée paru à Parme en 1795, et sa correspondance particulière avec Voltaire publiée à Paris en 17997.

1. La figure du diplomate écrivain et bibliophile au XVIIIe siècle

  • 8 Boutier – Landi – Rouchon 2009.
  • 9 Badel et al. 2012.
  • 10 Béchu 1998.

5Si le diplomate d’Ancien Régime est par nature un homme de l’écrit, et si l’Italie moderne a joué un rôle matriciel dans l’exercice de ce que Jean Boutier, Sandro Landi et Olivier Rouchon ont appelé « la politique par correspondance8 », tous les acteurs diplomatiques de l’époque n’ont pas investi à parité l’écriture en tant que pratique relevant du for privé. L’époque contemporaine nous enjoint à ce sujet à opérer une distinction entre l’écrivain diplomate et le diplomate écrivain9. Le premier est un écrivain de métier qui se voit temporairement confier des missions diplomatiques ; le second, un diplomate de carrière publiant des livres indépendamment de sa correspondance professionnelle. À bien y regarder, le XVIIIe siècle français compte peu d’écrivains diplomates, dans la mesure où la carrière diplomatique a longtemps été refusée aux gens de plume, en dépit des velléités tenaces de ces derniers. En témoignent l’éphémère mission diplomatique exercée par Voltaire en Hollande, la frustration ressentie par Montesquieu de n’avoir pu embrasser la carrière diplomatique, ou encore l’amère expérience vécue par Rousseau à Venise en sa qualité de secrétaire de l’ambassadeur français Montaigu. Rappelons que sur les quelque 180 ambassadeurs et ministres plénipotentiaires représentant la France de la mort de Louis XIV à la chute de la royauté, 70 % sont des militaires relevant de la noblesse d’épée, et 20 % des nobles de robe10. Dans cet univers social très prescripteur, les Républicains des Lettres se voient tout au plus reconnaître un rôle aux marges de la diplomatie officielle, agissant au sein des réseaux d’espionnage et de négociation parallèle, comme en atteste l’exemple fameux de Beaumarchais.

6En revanche, les diplomates écrivains sont légion dans la France du XVIIIe siècle, et sacrifient aux formes les plus variées de l’écriture personnelle. Nombre d’entre eux cèdent au soir de leur vie à la tentation d’écrire des Mémoires, comme Saint-Priest, Choiseul, Barthélémy, Aunillon, Blondel, Ségur. D’autres entreprennent, dans les dernières décennies du siècle, la rédaction de journaux de longue haleine dans lesquels la dimension intime le dispute à la réflexion politique, comme chez Bombelle ou Corberon. D’autres enfin se commettent dans la rédaction d’œuvres plus légères, allant de la poésie à la fable, et de la pièce de théâtre au livret d’opéra, comme ce fut le cas pour Polignac, Nivernais, Chauvelin, Paulmy, et Bernis.

  • 11 Pascal 2016.
  • 12 Bernis 1878, t. 1, p. 145.
  • 13 Latapie 2017, p. 194.

7Au sein de ce milieu, François Joachim de Pierre de Bernis se singularise par le fait qu’il fut un auteur prolixe et précocement célébré, qui renonça délibérément à l’écriture au moment d’entrer dans la carrière diplomatique. Le jeune abbé de Bernis s’était en effet rapidement fait connaître à Paris par des poèmes fleuris qui lui avaient valu d’être surnommé par Voltaire « Babet la Bouquetière ». Cette ironique épithète voltairienne a longtemps conduit à mésestimer l’originalité de la poésie bernisienne, qui fit son apparition dans les salons parisiens des années 1730. Derrière la légèreté et la profusion se révèle en effet dans les vers de Bernis un amour de la nature, d’inspiration virgilienne, qui fut à même d’être particulièrement prisé par le lectorat de la seconde moitié du XVIIIe siècle11. Dans un premier temps, ce n’est cependant pas au moyen d’éditions imprimées, mais de lectures publiques et de circulations manuscrites, au sein de la sphère académique et salonnière, que se diffuse cette poésie descriptive de la nature, qui revendique une posture morale à cheval entre plaisir et raison, épicurisme et augustinisme. Les Quatre Saisons de Bernis, pompeusement sous-titrées Les Géorgiques françaises, ne connaissent leur première édition qu’en 1763. Bernis avait pourtant mis fin à cette abondante production poétique dès le mitan du siècle, au moment où il s’était fixé pour les vingt ans à venir un plan de vie qui l’engageait « au service du roi dans les cours étrangères12 ». La carrière poétique précoce de Bernis, reçu en 1744 à l’Académie française à l’âge si peu canonique de 29 ans, n’a cependant pas été sans influence, à en croire l’intéressé lui-même, sur son entrée en diplomatie : « Mes poésies contribuèrent à mon ambassade à Venise. Quelqu’un ayant voulu me tourner en ridicule comme poète, le maréchal de La Fare dit, impatienté : “au moins on ne dira pas que celui là ne sait ni lire ni écrire”13 ».

  • 14 Lefèvre – Muzerelle 1988.
  • 15 Barbier 1988.
  • 16 Béchu 2020, p. 336-339.
  • 17 Andretta – Péquignot – Waquet 2015.
  • 18 Béchu 2020, p. 339.

8Surtout, la renonciation à l’écriture personnelle n’a pas eu pour corollaire chez Bernis un achèvement de sa passion pour les lettres, les livres et les bibliothèques, comme en témoigne l’activisme bibliophilique qu’il continue à mener tout au long de sa carrière diplomatique. Sur ce point, le cardinal ne fait pas davantage figure d’exception au sein du milieu des diplomates français du XVIIIe siècle. La palme en la matière revient comme on le sait à Antoine René de Voyer d’Argenson, marquis de Paulmy, qui fut ambassadeur en Suisse et en Pologne et qui vendit en 1785 au comte d’Artois, deux ans avant sa mort, une bibliothèque composée de 52 657 volumes, dont 2 412 manuscrits, laquelle constitue le fonds originel de la bibliothèque publique de l’Arsenal14. Les proportions sont moindres, mais loin d’être insignifiantes pour les autres diplomates, comme dans le cas du baron de Zuckmantel, ami et correspondant de Bernis, dont l’inventaire après décès de 1 779 recense 1 300 volumes de 619 titres dans son hôtel de Strasbourg15, ou dans celui du comte de Lautrec, dont le contrat de mariage signé en 1739 fait l’état détaillé d’une bibliothèque composée de 866 titres16. Ces bibliothèques particulières de diplomates font, comme on s’en doute, la part belle aux ouvrages d’histoire, de jurisprudence et de droit des gens, de Grotius à Vattel en passant par Pufendorf, Wicquefort et Callières. En l’absence d’une formation spécifique au métier d’ambassadeur, ces titres jouent au XVIIIe siècle un rôle clef dans l’apprentissage individuel des savoirs d’État et l’initiation personnelle à l’art de négocier17. Il n’est pas rare cependant de trouver dans les bibliothèques de diplomates des ouvrages à visée non professionnelle, ainsi que des titres interdits par la censure royale ou ecclésiastique. Le duc de Duras, qui collabora à l’Encyclopédie, possédait ainsi dans sa bibliothèque le Traité des trois imposteurs et les ouvrages du curé Meslier. Les bibliothèques de diplomates se singularisent enfin par leur propension au partitionnement et à l’itinérance : certains ambassadeurs n’hésitent pas en effet à distraire une partie de leurs fonds livresques pour les emporter avec eux dans leur résidence à l’étranger, comme c’est le cas pour le comte Plélo à Copenhague, pour le marquis de Bombelle à Ratisbonne, ou encore pour le comte de Montmorin à Madrid18.

9C’est donc bien au pluriel et en tenant compte de longues années de résidence en Italie qu’il convient d’envisager les livres ayant appartenu au cardinal de Bernis. Sur ces collections rassemblées de part et d’autre des Alpes, on n’a malheureusement retrouvé à ce jour aucun catalogue détaillé, mais des informations substantielles peuvent être tirées de la correspondance personnelle et des portraits successifs du prélat diplomate. Trois bibliothèques distinctes sont à envisager, tributaires de l’évolution de sa carrière politique et diplomatique. La première, liée à l’ambassade de Bernis à Venise entre 1752 et 1755, est une bibliothèque introuvable et fantasmée par la médiation des écrits tardifs de Casanova. Dans l’Histoire de ma vie, composée au cours des années 1790 dans le château de Dux, Casanova fait le récit des aventures galantes qui l’auraient amené à partager avec Bernis deux religieuses bisexuelles échappées d’un couvent de Murano. À cette occasion, il fournit cette description de la bibliothèque que l’ambassadeur français aurait rassemblée dans un casin isolé de la lagune, destiné à ses rendez-vous galants :

  • 19 Casanova 1997, t. 1, p. 750-751.

Vers une heure de nuit, je me suis rendu au temple de mon amour, et attendant l’arrivée de l’idole je me suis amusé à examiner les livres qui composaient une petite bibliothèque qui était dans le boudoir. Ils n’étaient pas nombreux, mais choisis. On y trouvait tout ce que les philosophes les plus sages avaient écrit contre la religion, et tout ce que les plumes les plus voluptueuses avaient écrit sur la matière objet unique de l’amour. Livres séduisants, dont le style incendiaire force le lecteur à aller chercher la réalité, seule capable d’éteindre le feu qu’il sent circuler dans ses veines. Outre les livres, il y avait des in folio qui ne contenaient que des estampes lascives. Leur grand mérite consiste dans la beauté du dessin beaucoup plus que dans la lubricité de l’attitude. J’ai vu les estampes du portier des chartreux faites en Angleterre, comme celles de Meursius ou d’Aloysia Siega Toletana dont je n’avais jamais rien vu de plus beau.19

  • 20 Ibid., p. 815.
  • 21 Montègre 2019, p. 11-15.

10Casanova affirme également qu’au terme de son ambassade, Bernis aurait pris soin de confier au concierge du casin la mission de rapporter à Paris les livres et les estampes de cette bibliothèque libertine20. Que penser des assertions tardives de l’aventurier vénitien ? Il apparaît très improbable que Bernis ait pris le risque de rapatrier en France, au moment où il s’apprêtait à faire sa grande entrée en politique, des ouvrages licencieux, alors même qu’il s’était montré scrupuleusement attentif aux risques que son passé de versificateur mondain pouvait faire encourir à sa carrière diplomatique. Cette bibliothèque libertine vénitienne révèle sans doute moins la réalité d’une ambassade dans la Sérénissime que l’aura fictionnelle associée à la figure de Bernis, dans une France d’après-guerre qui revendique des aspirations libertaires et découvre pour la première fois les écrits casanoviens dans une version non expurgée21.

11On n’en dira pas autant de la bibliothèque que Bernis s’est attaché à constituer au palais de la Berbie à Albi, où il est nommé archevêque en 1764 après s’être brûlé les ailes à la tête du ministère des Affaires étrangères, et avoir subi un exil politique qui a quasiment coïncidé avec son accession au cardinalat. Deux portraits, en buste et en pied, réalisés en 1768 par le peintre toulousain Jean-Baptiste Despax et aujourd’hui conservés dans des collections particulières, montrent le cardinal dans sa riche bibliothèque, affichant ostensiblement son goût pour des éditions luxueusement reliées (fig. 1).

Fig. 1 – Portrait du cardinal de Bernis en buste, au temps où il est archevêque d’Albi. Huile sur toile réalisée en 1768 par Jean-Baptiste Despax

Fig. 1 – Portrait du cardinal de Bernis en buste, au temps où il est archevêque d’Albi. Huile sur toile réalisée en 1768 par Jean-Baptiste Despax

© Collection particulière

  • 22 Dahoui 1972.
  • 23 Dahoui 1972, p. 146-147.

12Plusieurs traces documentaires attestent du soin que Bernis a mis dans la constitution de cette collection. En premier lieu un fer aux armes et un ex-libris, qui permettent d’authentifier un certain nombre de volumes de la collection Bernis, aujourd’hui conservés dans les fonds des bibliothèques municipales d’Albi et de Toulouse, après avoir été vendus et dispersés à plusieurs reprises lors de la décennie révolutionnaire22. C’est en 1763 que Bernis passe contrat avec le marchand d’estampes avignonnais Claude Leblond pour la réalisation de cet ex-libris, petite eau-forte dessinée par le toulousain Sicard puis gravée par ledit Aveline (fig. 2). L’ex-libris associe plusieurs attributs caractéristiques du personnage, parmi lesquels l’armoirie et la devise « Armé pour le roi » de la famille Pierre de Bernis, le chapeau de cardinal, la croix de l’ordre du Saint-Esprit, mais également une sphère armillaire et une figuration du cheval Pégase cabré sur les marches du temple des Muses. Les volumes issus de la collection albigeoise attestent en effet qu’elle n’est pas seulement celle d’un cardinal diplomate, mais également d’un authentique amateur de lettres, de sciences et d’antiquités. On y trouve entre autres Les Ruines des plus beaux monuments de la Grèce de Le Roy, les Fables choisies de La Fontaine illustrées par Oudry, les Œuvres complètes de Corneille éditées par Voltaire, et l’Histoire naturelle de Buffon23.

Fig. 2 – Ex-libris du cardinal de Bernis

Fig. 2 – Ex-libris du cardinal de Bernis

© Collection particulière

  • 24 APBC, Correspondance Gabriel, Bernis à l’abbé Gabriel, Salgas, 8 juin 1768.
  • 25 Ibid., 28 août 1768.

13On peut en second lieu se référer à la correspondance de Bernis avec l’abbé Gabriel Cavazies, qui joua le rôle d’homme de confiance et de bibliothécaire du cardinal, tout en étant son agent auprès de la légation pontificale d’Avignon. L’intérêt de Bernis pour des publications récentes vouées à une lecture immédiate et divertissante s’y manifeste sans ambages. « Achetez pour moi l’Histoire de la noblesse de Provence et des Variations de la monarchie. […] Cela nous amuserait ici », écrit le cardinal depuis le château familial de Salgas24. Son souci de complétude des séries et d’une politique des auteurs n’en est pas moins marqué : « Ai-je dans ma bibliothèque les ouvrages complets de M. de Fénelon25 ? ». Sa lettre du 7 août 1768, contemporaine de l’année de réalisation des portraits de Despax, est particulièrement révélatrice de la préoccupation de rationalisation et de catalogage à l’œuvre chez les bibliophiles de la seconde moitié du XVIIIe siècle :

  • 26 Ibid., 7 août 1768.

Je voudrais que vous y fussiez rendu [à Albi] vers le 10 afin de mettre en ordre ma bibliothèque, et disposer tout pour en faire un catalogue exact, en laissant à chaque article de la place pour inscrire les livres nouveaux. Je voudrais aussi que les in-douze, qui valent la peine d’être reliés, fussent remis au relieur d’Albi, les in-quarto et in-folio au relieur de Toulouse. Vous joindrez ensemble les brochures analogues et qui méritent d’être reliées. Tout cela demande votre présence et votre intelligence. Sans un catalogue mes livres s’égareront et on aura peine à se reconnaître dans la bibliothèque26.

  • 27 ASVR, Stati delle anime, parrocchia di Santa Maria in Via Lata, 1773-1790.

14Il n’est pourtant pas certain que le catalogue de la bibliothèque de Bernis à Albi ait été effectivement réalisé. En 1769 le cardinal se rend en effet à Rome pour prendre part au conclave aboutissant à l’élection de Clément XIV. Il y demeure par la suite afin d’exercer les fonctions de chargé d’affaires du roi, et se refuse à rentrer en France lorsqu’il reçoit en 1791 ses lettres de rappel, compte tenu de la conjoncture révolutionnaire. Dès 1773, l’abbé Gabriel Cavazies est appelé à résider à Rome auprès de son maître, comme en attestent les stati delle anime de la paroisse Santa Maria in Via Lata27. Une nouvelle bibliothèque est dès cette époque en voie de constitution dans les salles du palais de Carolis, où réside le représentant de la France, sa famille et sa nombreuse domesticité.

  • 28 Michel 2002-2003.

15Cette troisième collection peut d’abord être documentée à l’appui du portrait que Bernis commande en 1771 au jeune pensionnaire de l’Académie de France à Rome Antoine-François Callet. Dans cette toile de grande dimension qui a fait l’objet de multiples variantes et copies28, les œuvres et vestiges artistiques de la ville éternelle semblent avoir cédé la place aux collections livresques. À bien observer cependant la version originale du tableau, aujourd’hui conservée dans le château de naissance du cardinal à Saint-Marcel-d’Ardèche, on constate combien Bernis use en réalité de l’objet livre pour mettre ostensiblement en lumière les étapes qui ont marqué sa carrière d’homme de lettres, d’homme d’État et d’homme d’Église (fig. 3). Son passé de poète n’est pas oublié grâce aux volumes d’Horace, de Virgile et d’Homère posés sur le bureau en arrière de l’écritoire. Son statut de prince de l’Église est mis en avant par un volume de Théologie figurant à ses pieds, mais surtout par celui des Instructions pastorales qu’il tient en main droite, et qui se réfère au catéchisme publié par l’archevêque de Bernis pour son diocèse d’Albi en 1765. La stature d’homme d’État de celui qui a œuvré au renversement des alliances de 1756 est enfin soulignée au moyen d’un gros volume de Politique, reposant significativement sur un autre in-folio consacré à la Philosophie. À ces volumes imprimés sont jointes des estampes, comme celle représentée au sol qui rappelle l’ambassade de Bernis à Venise, ainsi que plusieurs pièces manuscrites posées sur l’écritoire : une lettre au roi, une autre adressée au pape Clément XIV, et une copie de traité de Versailles de 1756 par lequel Bernis a contribué à la réconciliation historique des Bourbons et des Habsbourg.

Fig. 3 – Portrait du cardinal de Bernis, chargé d’affaires de France à Rome. Huile sur toile réalisée en 1771 par Antoine-François Callet

Fig. 3 – Portrait du cardinal de Bernis, chargé d’affaires de France à Rome. Huile sur toile réalisée en 1771 par Antoine-François Callet

© Collection particulière

  • 29 ASR, 30 Notai Capitolini, Ufficio 37 (F. Bartoli), Istr. 8 novembre 1794, vol. 504, fol. 408r.
  • 30 Montègre 2011, p. 155-192 ; ASR, 30 Notai Capitolini, Ufficio 37 (F. Bartoli), Istr. 9 settembre 1 (...)
  • 31 Michel 2019.

16Cette bibliothèque romaine ne se réduit pas à l’image que Bernis a voulu donner d’elle à travers le tableau de Callet. L’inventaire après décès du cardinal, réalisé après sa mort à Rome en novembre 1794, et conservé à l’Archivio di Stato, parle en effet d’une « stanza di libraria » composée de 4 armoires, réparties en 2 grandes à 6 battants et 2 petites29. On sait que les contenus en ont été inventoriés par les libraires français de Rome Bouchard et Gravier, avant d’être vendus pour la plus large part au banquier Giovanni Torlonia pour la somme de 29 422 écus romains30. Si l’on ignore à ce jour le détail des volumes de la bibliothèque romaine du cardinal, il est bien attesté que sa longue résidence diplomatique auprès du Saint-Siège le conduisit à dédoubler la collection de livres entreprise dans son pays d’origine d’une seconde collection formée dans son pays d’accueil, exactement comme il le fit pour ses collections d’œuvres d’art31.

2. La main de l’auteur et l’esprit du diplomate

  • 32 Chartier 2015.

17En s’inspirant de la démarche de Roger Chartier visant à restituer l’historicité de production des œuvres sous l’Ancien Régime et la contribution des multiples acteurs qu’elle mettait en jeu32, nous souhaiterions à présent comprendre comment les diplomates du XVIIIe siècle ont usé de leur esprit de corps afin de contrôler et de coordonner la circulation et la publication des ouvrages dont ils étaient les auteurs. Ces stratégies, qui apparaissent à la fois comme le produit et comme l’aiguillon des puissantes transversalités diplomatiques à l’œuvre dans l’Europe du XVIIIe siècle, peuvent être mises en lumière à partir de deux publications posthumes de Bernis : son poème La Religion Vengée et sa correspondance avec Voltaire. L’une et l’autre sont étroitement tributaires d’une posture que le cardinal était parvenu à faire sienne au fil de sa carrière politique et diplomatique : celle de gardien et de garant du pacte de famille entre les princes de la maison de Bourbon, en particulier ceux de Versailles, de Madrid et de Parme.

  • 33 Bernis 1878, t. 1, p. 66 ; Latapie 2017, p. 193-194.
  • 34 Bernis 1878, t. 1, p. 85.
  • 35 APBS, vol. 231.

18La Religion Vengée, poème en 10 chants de Bernis dont la rédaction commence en 1737, mais qui n’est publié à Parme qu’un an après sa mort en 1795, est un bon exemple de cette économie ancienne de l’écriture, caractérisée par la production de textes en recomposition constante, connus par des extraits lus à haute voix dans des cercles choisis plutôt que par une édition exhaustive et définitive à destination d’un plus large public. C’est à l’initiative d’un diplomate précocement considéré par Bernis comme son mentor que la rédaction de La Religion Vengée fut entreprise. Le cardinal François de Polignac, ambassadeur à Rome et gloire des salons parisiens, avait composé un poème latin de 10 000 vers connu sous le nom d’Anti-Lucrèce, visant à sauver la religion catholique des attaques émanant des philosophes matérialistes anciens et modernes. D’abord incité à en entreprendre la traduction, Bernis est poussé par Polignac à composer lui-même un poème français visant à défendre le catholicisme de toutes les formes d’incrédulité33. Paradoxe frappant : c’est un ecclésiastique qui dissuade Bernis de publier son poème. Titulaire de la feuille des bénéfices pour le roi de France, l’évêque de Mirepoix Jean-François Boyer reçoit l’abbé de Bernis comme s’il venait d’écrire les « Contes de La Fontaine ». Il fallut, raconte Bernis dans ses Mémoires, « lui démontrer que la poésie avait toujours été consacrée à la religion, […] que les Pères de l’Église avaient combattu en vers les hérétiques34 ». Il n’empêche. Bernis renonce à la publication de son œuvre, avec d’autant plus de conviction qu’il assiste en 1742 à la parution du poème sur La Religion de Louis Racine. Pourtant, plusieurs signes attestent de l’intérêt constant que le cardinal continue à éprouver tout au long de sa carrière pour cette œuvre de jeunesse restée inédite. Une copie manuscrite, rédigée de la main de sa sœur, et conservée dans les fonds privés du château de Salgas, indique que le poème a été corrigé et fini au cours de l’année 1768, et porte mention d’une « défense de le prêter jamais à qui que ce soit, encore plus d’en laisser jamais tirer aucune copie35 ». Toujours en 1768, dans le portrait en buste de Despax, Bernis désigne un volume de La Religion Vengée dont on pourrait croire qu’il a été imprimé, alors qu’il n’existe à l’époque qu’à l’état de manuscrit (fig. 4). Dans un autre portrait, variante de celui exécuté à Rome par Callet, et qui est ici publié pour la toute première fois, Bernis associe aux trois in-folio de Politique, Théologie et Philosophie le volume manuscrit de La Religion Vengée (fig. 5 et fig. 6).

Fig. 4 – Détail du portrait du cardinal de Bernis par Jean-Baptiste Despax

Fig. 4 – Détail du portrait du cardinal de Bernis par Jean-Baptiste Despax

Fig. 5 – Portrait du cardinal de Bernis, réalisé d’après le tableau d’Antoine-François Callet

Fig. 5 – Portrait du cardinal de Bernis, réalisé d’après le tableau d’Antoine-François Callet

© Collection particulière

Fig. 6 – Détail du portrait précédent

Fig. 6 – Détail du portrait précédent
  • 36 Martin 2019.
  • 37 Gimeno Puyol 2017.
  • 38 Bernis 1795.
  • 39 Azara 2010, p. 372 [Es una obra que inmortalará [sic] a su autor, y parece hecha para las circunst (...)

19Approchons alors du moment où le manuscrit est finalement publié. Déchu en 1791 de ses fonctions de diplomate, Bernis assiste impuissant depuis Rome au succès et à l’expansion de la Révolution, assimilée à ses yeux à une contagion : « la suppression de la religion en France s’étendra en Europe et dans le monde ; le peuple deviendra païen, et l’athéisme sera la religion des gens d’esprit et des gens du monde36 ». Dans ce nouveau contexte, la publication de La Religion Vengée devient une nécessité impérieuse, et le sens lui-même du manuscrit s’en trouve bouleversé. « Je porte dans mes mains la gloire de Dieu et le sort des humains », avait écrit l’abbé de Bernis au premier chant de son poème. Avant de mourir, le cardinal confie alors à un autre ambassadeur, l’espagnol José Nicolás de Azara, avec lequel il entretenait une amitié politique féconde depuis de nombreuses années à Rome, la mission d’une publication posthume du poème. Diplomate collectionneur et bibliophile davantage encore que ne le fut Bernis, Azara met à profit ses liens avec le grand imprimeur parmesan Giambattista Bodoni, qui avait édité pour son compte plusieurs classiques latins37. L’édition de La Religion Vengée paraît ainsi dans la capitale du petit duché, encore aux mains des Bourbons, en 179538. Oubliant son passé de diplomate régaliste et anticlérical, Azara va jusqu’à écrire à son correspondant Lorenzana en mars 1796 : « C’est une œuvre qui immortalisera son auteur, et qui paraît faite pour les circonstances actuelles39 ». Sept ans avant la parution du Génie du christianisme de Chateaubriand, La Religion Vengée de Bernis devenait pour les diplomates d’Ancien Régime l’instrument d’un contre-feu nécessaire à la tourmente révolutionnaire.

  • 40 Bernis – Voltaire 1799, p. 93.

20Le cas de la publication de la correspondance entre Bernis et Voltaire est lui aussi révélateur d’une collaboration éditoriale étroite entre diplomates français et espagnols à des fins politiques. Entre 1743 et 1777, le philosophe et le cardinal avaient entretenu une correspondance amicale marquée au sceau d’une grande estime réciproque. L’échange épistolaire, dont 115 lettres subsistent à ce jour, avait été encouragé par l’exil intérieur éprouvé tant par Voltaire depuis sa retraite de Ferney, que par Bernis depuis son château de Vic-sur-Aisne dans lequel il s’était réfugié après une lettre de cachet reçue de Louis XV en 1758. Le commerce de lettres avec celui qu’il considère comme le premier auteur de son siècle devient alors pour Bernis une puissante source de consolation : « une lettre de vous embellit toute la journée, et je connais le prix d’un jour », écrit-il en 176240.

  • 41 Gil 2018.
  • 42 Gil 2019, p. 217.

21Dans les années qui suivent la mort de Voltaire en 1778, le grand libraire éditeur parisien Panckoucke, puis une équipe d’hommes de lettres coordonnée par Condorcet et Beaumarchais, cherchent à collationner tous les écrits du philosophe afin de préparer l’édition de ses œuvres complètes41. À partir de 1782, la captation de l’intégralité de la correspondance entre Bernis et Voltaire commence à faire l’objet d’une attention toute particulière de la part de l’équipe Condorcet. Un voyage de Beaumarchais à Rome est même envisagé pour faire progresser la collecte. La déception est donc grande lorsque dans le volume de correspondance des Œuvres complètes de Voltaire paru à Kehl en 1785, on ne recense que cinq lettres échangées entre le philosophe et le cardinal42. Les lecteurs devront attendre l’année 1799 pour que paraisse une édition d’envergure de la correspondance entre Bernis et Voltaire, riche de 95 lettres, d’une introduction et de diverses annotations.

  • 43 Bernis – Voltaire 1799, p. IX-X.
  • 44 Bourgoing 1798.

22Comment cette publication tardive d’une correspondance vainement convoitée par un groupe soudé d’éditeurs et de gens de lettres a-t-elle été rendue possible ? De toute évidence par le fait que des diplomates se sont mis d’accord entre eux pour décider du moment et des conditions de cette édition. La garantie en est donnée une fois encore par l’espagnol José Nicolás de Azara, qui en tant qu’exécuteur testamentaire de Bernis, a pu conserver les originaux de ses lettres avec Voltaire, et les emmener avec lui à Paris au moment de sa nomination comme ambassadeur d’Espagne auprès de la République française en 1798. Azara confie alors les manuscrits à Jean-François de Bourgoing, diplomate qui avait été secrétaire de légation en Espagne à la fin des années 1770, puis missionné à nouveau auprès de la cour de Madrid en 179243. La collaboration entre un diplomate espagnol en France et un diplomate français en Espagne s’est en somme avérée décisive pour permettre l’édition d’une correspondance anciennement convoitée par les réseaux de la République des lettres. Cette collaboration s’est nourrie d’échanges et de contreparties, puisqu’en 1798 Bourgoing fait paraître un ouvrage relatif au pontificat de Pie VI, qu’Azara a bien connu à la faveur de sa longue résidence romaine44. Comme en atteste l’introduction de Bourgoing à l’édition de la correspondance entre Bernis et Voltaire, le contrôle exercé par les milieux diplomatiques sur cette publication est essentiel, car il consacre la reconnaissance nouvelle des diplomates au sein du monde des lettres, et prépare l’influence qu’ils pourraient être appelés à y exercer :

  • 45 Bernis – Voltaire 1799, p. XI-XII.

Bernis, par les Lettres que nous imprimons, obtiendra à d’autres titres une place distinguée parmi les Littérateurs. La raison toujours lumineuse, toujours aimable, s’y joint à une rare sagacité, à une critique aussi fine que judicieuse. On regrettera que ce double talent ne se soit pas exercé sur un plus grand nombre d’objets. On regrettera que Voltaire n’ait consulté le cardinal de Bernis que vers la fin de sa longue carrière. S’il eût pris ce parti beaucoup plutôt, la réputation littéraire de l’un n’y aurait rien perdu, et celle de l’autre y aurait beaucoup gagné45.

23À une époque où la France du Directoire cherchait sans y parvenir une voie médiane entre le rejet de la monarchie et celui des excès de la Révolution, la publication de la correspondance entre Voltaire et Bernis s’imposait ainsi aux négociateurs héritiers de l’Ancien Régime comme un signe politique fort, susceptible de pérenniser en la renforçant une alliance entre l’univers de la diplomatie et le monde des lettres.

 

  • 46 Markovits 2014 ; Del Vento et al. 2019.
  • 47 Hamilton 1776.
  • 48 Montègre 2019, p. 169-179 ; Montègre 2011, p. 420-428, p. 465-477.

24Au terme de ce parcours, il apparaît que l’hypothèse d’une articulation pérenne du monde des diplomates avec celui des livres et des bibliothèques mérite largement d’être retenue pour l’Europe du XVIIIe siècle. Mais il faut également considérer l’évolution du contexte par lequel s’enrichit ce rapport organique dont les racines puisent au temps de l’humanisme. L’émergence de la figure du diplomate écrivain et les connexions multiples des chancelleries avec le milieu des auteurs et des éditeurs adviennent en effet en un siècle où les fonctions de médiation culturelle assignées aux ambassadeurs se démultiplient46. Les ambassades de Bernis en Italie, au même titre que celles de l’espagnol Azara ou de l’anglais Hamilton47, ont de ce point de vue valeur d’exemple. La longue résidence romaine du cardinal lui a en particulier permis d’expérimenter les potentialités d’une diplomatie culturelle dont les ferments se trouveront puissamment revivifiés dans l’Europe de l’entre-deux-guerres. Car la proximité de Bernis avec le monde du livre n’est pas vouée à la seule exaltation de sa personne et de ses collections : il la place tout autant au service des savants et érudits de passage à Rome, à l’exemple de Frédéric Melchior Grimm, de Séroux d’Agincourt ou du chevalier de La Porte du Theil, auxquels il facilite grandement l’accès aux archives et à la bibliothèque vaticanes48.

25En dernier ressort, il apparaît utile de clore ces propos par une considération d’ordre méthodologique. Afin de réévaluer le rôle joué par les diplomates de la seconde modernité dans la circulation des œuvres manuscrites ou imprimées, et de comprendre comment leur culture de la négociation a été mise au service de stratégies bibliophiles ou éditoriales, il est plus que jamais nécessaire de convoquer un nouvel arsenal documentaire. Les correspondances personnelles et les échanges épistolaires transversaux entre diplomates, comme ceux que les archives Bernis ont mis en avant, s’avèrent de ce point de vue d’une grande utilité. On peut en dire autant pour les bibliothèques des diplomates, qui peuvent être appréhendées par leur inventaire, mais également par diverses représentations picturales liées aux portraits des ambassadeurs. Seul ce décloisonnement méthodologique permettra l’entrelacement d’une histoire diplomatique et d’une histoire culturelle qui ont longtemps cheminé côte à côte sans véritablement se rencontrer.

Haut de page

Bibliographie

Archives

APBC = Archives privées Bernis du château de Crolles.

APBS = Archives privées Bernis du château de Salgas.

ASR = Archivio di Stato di Roma.

ASVR = Archivio storico del Vicariato di Roma.

Ouvrages à caractère de source

Azara 2010 = J.-N. de Azara, Epistolario (1784-1804). Estudio edición y notas, éd. M-D. Gimeno Puyol, Madrid, Castalia, 2010.

Bernis 1795 = F. de Bernis, La religion vengée poëme en dix chants, Parme, dans le Palais royal, 1795.

Bernis 1878 = Mémoires et lettres de François-Joachim de Pierre cardinal de Bernis (1715-1758), éd. F. Masson, Paris, Plon, 1878, 2 vol.

Bernis – Voltaire 1799 = Correspondance de Voltaire et du cardinal de Bernis, depuis 1761 jusqu’à 1777, publiée d’après leurs lettres originales, avec quelques notes par le citoyen Bourgoing, Paris, Dupont, 1799.

Bourgoing 1798 = J.-F. de Bourgoing, Mémoires historiques et philosophiques sur Pie VI et son pontificat, jusqu’à sa retraire en Toscane, Paris, Buisson, 1798.

Casanova 1997 = J. Casanova, Histoire de ma vie, éd. F. Lacassin, Paris, Robert Laffont, 1997, 3 vol.

Hamilton 1776 = W. Hamilton, Campi Phlegraei. Observations on the Volcanos of the Two Sicilies As They have been communicated to the Royal Society of London, Naples, Peter Fabris, 1776.

Latapie 2017 = F. de P. Latapie, Éphémérides romaines. 24 mars-24 octobre 1775, éd. G. Montègre, Paris, Classiques Garnier, 2017.

Études secondaires

Andretta – Péquignot – Waquet 2015 = S. Andretta, S. Péquignot, J-C. Waquet (dir.), De l’ambassadeur : les écrits relatifs à l’ambassadeur et à l’art de négocier du Moyen Âge au début du XIXe siècle, Rome, 2015.

Badel et al. 2012. = L. Badel et al. (dir.), Écrivains et diplomates. L’invention d’une tradition. XIXe-XXIe siècles, Paris, 2012.

Barbier 1988 = F. Barbier, Strasbourg et la collection du baron de Zuckmantel, dans C. Jolly (dir.), Histoire des bibliothèques françaises, 2, Les bibliothèques sous l’Ancien Régime, 1530-1789, Paris, 1988, p. 492-493.

Béchu 1998 = C. Béchu, Les ambassadeurs français au XVIIIe siècle : formation et carrière, dans L. Bély, I. Richefort (dir.), L’invention de la diplomatie. Moyen Âge – Temps modernes, Paris, 1998, p. 331-346.

Béchu 2020 = Les diplomates et le goût des lettres et des arts dans la France du XVIIIe siècle, dans G. Montègre (dir.), Le cardinal de Bernis. Le pouvoir de l’amitié, Paris, 2020, p. 331-348.

Bély 1999 = L. Bély, La société des princes. XVIe-XVIIe siècle, Paris, 1999.

Boutier – Landi – Rouchon 2009 = J. Boutier, S. Landi, O. Rouchon, La politique par correspondance. Les usages politiques de la lettre en Italie (XIVe-XVIIIsiècle), Rennes, 2009.

Bru – Forest d’Armaillé 2017 = T. Bru, S. de la Forest d’Armaillé (dir.), Matière à écrire. Les échanges de correspondance du XVIe au XIXe siècle, Paris, 2017.

Chartier 2015 = R. Chartier, La main de l’auteur et l’esprit de l’imprimeur. XVIe-XIIIe siècle, Paris, 2015.

Dahoui 1972 = S. Dahoui, Le destin hors série de la bibliothèque du cardinal de Bernis et du manuscrit original de ses poèmes, dans Revue du Vivarais, 3, juillet-septembre 1972, p. 139-151.

Del Vento et al. 2019 = C. Del Vento et al. (dir.), La diplomatie des lettres au dix-huitième siècle : France et Italie / La diplomazia delle lettere nel secolo diciottesimo : Francia e Italia, dans Chroniques italiennes web 37, 1-2, 2019.

Gil 2018 = L. Gil, L’Édition Kehl de Voltaire. Une aventure éditoriale et littéraire au tournant des Lumières, Paris, 2018, 2 vol.

Gil 2019 = L. Gil, Bernis et Voltaire : de l’amitié épistolaire à sa captation éditoriale, dans G. Montègre (dir.), Le cardinal de Bernis. Le pouvoir de l’amitié, Paris, 2019, p. 199-222.

Gimeno Puyol 2017 = M.-D. Gimeno Puyol, Las estrategias de la representación exterior: José Nicolás de Azara en la Roma del Grand Tour, dans T. Nava Rodríguez (éd.), De ilustrados a patriotas. Individuo y cambio histórico en la Monarquía española, Madrid, 2017, p. 243-270.

Lefèvre – Muzerelle 1988 = M. Lefèvre, D. Muzerelle, La bibliothèque du marquis de Paulmy, dans C. Jolly (dir.), Histoire des bibliothèques françaises, 2, Les bibliothèques sous l’Ancien Régime, 1530-1789, Paris, 1988, p. 300-315.

Markovits 2014 = R. Markovits, Civiliser l’Europe. Politiques du théâtre français au XVIIIe siècle, Paris, 2014.

Martin 2019 = V. Martin, Prédire et prévenir la fin d’un monde. Le cardinal de Bernis face à la Révolution, dans G. Montègre (dir.), Le cardinal de Bernis. Le pouvoir de l’amitié, Paris, 2019, p. 601-648.

Michel 2002-2003 = O. Michel, Callet or Prud’hon ? Concerning a portrait of cardinal de Bernis at the Walter Art Museum, dans The Journal of the Walters Art Museum, 60-61, 2002-2003, p. 131-140.

Michel 2019 = P. Michel, Bernis et les arts. Amateur, collectionneur ou protecteur des artistes ?, dans G. Montègre (dir.), Le cardinal de Bernis. Le pouvoir de l’amitié, Paris, 2019, p. 381-398.

Montègre 2011 = G. Montègre, La Rome des Français au temps des Lumières. Capitale de l’antique et carrefour de l’Europe, Rome, 2011.

Montègre 2019 = G. Montègre (dir.), Le cardinal de Bernis. Le pouvoir de l’amitié, Paris, 2019.

Pascal 2016 = J.-N. Pascal (éd.), Un prélat poète : le cardinal de Bernis, dans Cahiers Roucher-André Chénier, 36, 2016.

Roche 1988 = D. Roche, Les Républicains des lettres : gens de culture et Lumières au XVIIIe siècle, 1988.

Haut de page

Notes

1 APBC et APBS.

2 Montègre 2019.

3 Bru – Forest d’Armaillé 2017.

4 APBC, Correspondance Flavigny, Flavigny à Bernis, Parme, 10 janvier 1775.

5 Ibid., Flavigny à Bernis, Parme, 19 mars 1776.

6 Roche 1988 ; Bély 1999.

7 Bernis 1795 ; Bernis – Voltaire 1799.

8 Boutier – Landi – Rouchon 2009.

9 Badel et al. 2012.

10 Béchu 1998.

11 Pascal 2016.

12 Bernis 1878, t. 1, p. 145.

13 Latapie 2017, p. 194.

14 Lefèvre – Muzerelle 1988.

15 Barbier 1988.

16 Béchu 2020, p. 336-339.

17 Andretta – Péquignot – Waquet 2015.

18 Béchu 2020, p. 339.

19 Casanova 1997, t. 1, p. 750-751.

20 Ibid., p. 815.

21 Montègre 2019, p. 11-15.

22 Dahoui 1972.

23 Dahoui 1972, p. 146-147.

24 APBC, Correspondance Gabriel, Bernis à l’abbé Gabriel, Salgas, 8 juin 1768.

25 Ibid., 28 août 1768.

26 Ibid., 7 août 1768.

27 ASVR, Stati delle anime, parrocchia di Santa Maria in Via Lata, 1773-1790.

28 Michel 2002-2003.

29 ASR, 30 Notai Capitolini, Ufficio 37 (F. Bartoli), Istr. 8 novembre 1794, vol. 504, fol. 408r.

30 Montègre 2011, p. 155-192 ; ASR, 30 Notai Capitolini, Ufficio 37 (F. Bartoli), Istr. 9 settembre 1795.

31 Michel 2019.

32 Chartier 2015.

33 Bernis 1878, t. 1, p. 66 ; Latapie 2017, p. 193-194.

34 Bernis 1878, t. 1, p. 85.

35 APBS, vol. 231.

36 Martin 2019.

37 Gimeno Puyol 2017.

38 Bernis 1795.

39 Azara 2010, p. 372 [Es una obra que inmortalará [sic] a su autor, y parece hecha para las circunstancias actuales].

40 Bernis – Voltaire 1799, p. 93.

41 Gil 2018.

42 Gil 2019, p. 217.

43 Bernis – Voltaire 1799, p. IX-X.

44 Bourgoing 1798.

45 Bernis – Voltaire 1799, p. XI-XII.

46 Markovits 2014 ; Del Vento et al. 2019.

47 Hamilton 1776.

48 Montègre 2019, p. 169-179 ; Montègre 2011, p. 420-428, p. 465-477.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Portrait du cardinal de Bernis en buste, au temps où il est archevêque d’Albi. Huile sur toile réalisée en 1768 par Jean-Baptiste Despax
Légende © Collection particulière
URL http://journals.openedition.org/mefrim/docannexe/image/11644/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 526k
Titre Fig. 2 – Ex-libris du cardinal de Bernis
Légende © Collection particulière
URL http://journals.openedition.org/mefrim/docannexe/image/11644/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 215k
Titre Fig. 3 – Portrait du cardinal de Bernis, chargé d’affaires de France à Rome. Huile sur toile réalisée en 1771 par Antoine-François Callet
Légende © Collection particulière
URL http://journals.openedition.org/mefrim/docannexe/image/11644/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Titre Fig. 4 – Détail du portrait du cardinal de Bernis par Jean-Baptiste Despax
URL http://journals.openedition.org/mefrim/docannexe/image/11644/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Titre Fig. 5 – Portrait du cardinal de Bernis, réalisé d’après le tableau d’Antoine-François Callet
Légende © Collection particulière
URL http://journals.openedition.org/mefrim/docannexe/image/11644/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Fig. 6 – Détail du portrait précédent
URL http://journals.openedition.org/mefrim/docannexe/image/11644/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles Montègre, « Livres, bibliothèques et ambassadeurs dans l’Europe du XVIIIe siècle »Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines, 134-1 | 2022, 89-103.

Référence électronique

Gilles Montègre, « Livres, bibliothèques et ambassadeurs dans l’Europe du XVIIIe siècle »Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [En ligne], 134-1 | 2022, mis en ligne le 06 octobre 2022, consulté le 31 janvier 2023. URL : http://journals.openedition.org/mefrim/11644 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mefrim.11644

Haut de page

Auteur

Gilles Montègre

Université Grenoble Alpes - gilles.montegre@univ-grenoble-alpes.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Publications de l’École française de Rome
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search