Navigation – Plan du site

AccueilNuméros134-1VariaUne solidarité républicaine dans ...

Varia

Une solidarité républicaine dans la société des princes ?

Venise et la révolution napolitaine (1647-1648)
Pierre Saux-Escoubet
p. 169-186

Résumés

Lorsque la république royale de Naples est proclamée le 22 octobre 1647, la république de Venise est une référence mobilisée par ses dirigeants. Une fois nommé doge, Henri de Lorraine entame des négociations avec la Sérénissime pour obtenir son soutien. Les entrevues entre le duc de Guise et le résident de Venise révèlent autant les pratiques originales des républiques pour s’intégrer à une Europe des princes que la diffusion de l’idée d’une alliance naturelle entre républiques. Pourtant, Venise fait le choix d’ignorer les appels à l’aide de Naples. La révolution napolitaine empêche la Sérénissime d’obtenir le secours des princes européens dans la guerre qui l’oppose aux Turcs. Surtout, le Sénat ne perçoit pas le nouveau gouvernement de Naples comme une véritable république. Les relations entre les deux États dévoilent la vivacité et la complexité des idées républicaines prémodernes.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Conti 1981, p. XXII-LXIV ; Rovito 1986, p. 388-389 et 429-430 ; Conti 1987, p. 145-149 ; Comparato (...)
  • 2 Conti 1981, p. XXXVIII-XL ; Conti 1987, p. 145-148 ; Comparato 1998, p. 212.
  • 3 Hugon 2011, p. 219.
  • 4 Quelques exemples de dépêches vénitiennes évoquant le décret et sa référence au modèle hollandais  (...)
  • 5 Conti 1981, p. 67-69 ; Galasso – Musi 2015, p. 744 : Giuseppe Galasso critique la tendance de Rosa (...)
  • 6 Conti 1983, p. XLV.
  • 7 Raines 2006, p. 291-292.
  • 8 Comparato 1974, p. 402-408 ; Conti 1983, p. XXXIV-XXXV ; Musi 2014, p. 224-225 ; Musi – De Franco  (...)
  • 9 L’auteur anonyme du Cittadino fedele compare par exemple les différentes républiques contemporaine (...)
  • 10 Zucchi 2021.

1Des secousses de la révolution napolitaine naît en octobre 1647 la Sérénissime Royale République de Naples. La singularité de cette titulature, engendrée par la rencontre d’un peuple en révolte et d’un prince itinérant, a donné lieu à de nombreux commentaires. On a pu s’interroger ainsi sur la circulation des modèles politiques à l’échelle européenne et sur leurs réinterprétations dans le contexte napolitain1. Il s’agit d’une discussion complexe, car la république disparaît dès avril 1648 après de nombreux conflits entre ses dirigeants : le nouveau gouvernement napolitain demeure une république proclamée, mais inachevée, sans institution pour créer un consensus sur la forme à lui donner. Les historiens ont plus particulièrement utilisé le décret du 19 novembre 1647 pour souligner l’influence du modèle républicain des Provinces-Unies. En offrant au duc de Guise le commandement des armées, ce texte se réfère explicitement à la relation entre les princes d’Orange et l’État de Hollande2. Cependant, il ne pousse pas plus loin la comparaison, ne serait-ce qu’en citant le nom de la charge. En outre, Alain Hugon note aussi à juste titre que le document fait référence à l’État de Hollande et non aux États Généraux3. Les diplomates étrangers reprenant cette mention à leur compte, elle se diffuse dans les productions littéraires ultérieures, alors qu’elle ne semble guère reprise à Naples même, au cours de la brève existence de la République4. Si on a pu mettre un avant un projet fédéral chez le jurisconsulte Vincenzo d’Andrea, l’impossible étude d’une république non advenue dans une forme aboutie et pérenne empêche de poursuivre la discussion5. Plus discrètes, mais plus nombreuses, les références à un modèle vénitien se multiplient dans le langage politique après le coup d’État du duc de Guise en décembre 1647 afin de s’attacher le soutien de la noblesse6. Non seulement, le prince reçoit le titre de « doge », mais comme à Venise il incarne une république royale sans en porter personnellement le titre7. Cependant, plus récemment, on a pu préférer aux interrogations sur les modèles contemporains la mise en avant de modèles antiques proprement napolitains forgés au début du XVIIe siècle. Le titre de « doge » serait alors un héritage ancien mis à profit pour obtenir le soutien du peuple8. Loin de s’opposer, ces référents multiples interagissent et dessinent, pour les dirigeants du nouveau gouvernement, un champ des possibles9. Ils prouvent la vivacité des idées républicaines et leur forte circulation dans l’Europe des princes ainsi que l’inutilité de la quête de l’essence de la république napolitaine10.

  • 11 Herrero Sánchez 2017, p. 36-39.
  • 12 Rovito évoque la destruction des archives de la république de Naples lors de sa chute : Rovito 198 (...)

2Afin de dépasser la question des modèles, il est possible d’interroger les catégories du politique dans l’Europe des princes, à travers les interactions entre deux gouvernements républicains11. En effet, l’étude des relations que Naples entretient avec Venise peut à la fois permettre de compenser les lacunes des sources contemporaines et de saisir la complexité de la république inachevée en la restituant dans toutes ses composantes12. Cette perspective offre aussi la possibilité de s’extraire d’une histoire idéelle et vénéto-centrée d’une république de Venise dont la singularité n’est pas isolée, mais se construit de manière empirique grâce aux interactions quotidiennes avec les autres princes.

  • 13 Poumarède 2000, p. 369-371, Poumarède 2020, p. 218-219.
  • 14 Mutinelli 1858, p. 168-228 ; Capograssi 1952.

3Engagée dans la guerre de Candie (1645-1669) et la médiation en Westphalie (1644-1648), Venise mobilise un réseau diplomatique particulièrement dense à travers l’Europe afin de s’assurer des soutiens face aux Turcs13. Elle dispose notamment d’un résident à Naples, cœur de la politique méditerranéenne de la couronne d’Espagne. Si la correspondance d’Andrea Rosso a été partiellement éditée et largement utilisée, c’est d’abord comme un témoignage de première main sur les événements révolutionnaires14. Mais, le résident entretient aussi des relations étroites avec les différents dirigeants de la révolution, puis du nouveau gouvernement : la république de Venise est une référence mobilisée par les meneurs des événements napolitains et ces derniers n’hésitent pas à solliciter Andrea Rosso de leur propre initiative. Inversement, la révolution napolitaine est au cœur des préoccupations du gouvernement de Venise. Pourtant, alors que des négociations sont entamées afin d’obtenir le secours de Venise, la Sérénissime n’intervient pas avant la chute de la république napolitaine. Une lecture géopolitique de la situation de Venise ne peut suffire à expliquer la renonciation de Venise à la soutenir. Ce refus ne peut être compris qu’à l’aune du regard que le patriciat porte sur la propre singularité de son gouvernement et de sa perception de la république napolitaine.

Vers une amitié entre républiques ? Henri de Lorraine et Venise

  • 15 Nani 1679, II, p. 160-175.
  • 16 Capecelatro 1852, II, p. 169.
  • 17 Schipa 1925, p. 137. À noter que Vettore Conti considère que cette rencontre a véritablement eu li (...)
  • 18 Guise 1826, p. 84.
  • 19 Capece 1679, p. 154-155.
  • 20 ASVe, SDDA, Napoli, 66, lettre no 186, fol. 566r, d’Andrea Rosso à Venise, à Naples, le 19 février (...)
  • 21 Fuidoro 1994, p. 367.
  • 22 Tutini – Verde 1997, p. 568.
  • 23 ASVe, SDDA, Napoli, 67, lettre n195, fol. 35v, d’Andrea Rosso à Venise, à Naples, le 16 mars 164 (...)

4Dans son Historia della Republica Veneta, Battista Nani fait le choix de débuter le livre quatre de son second volume par un long récit des révolutions de Naples et de Sicile qui vient interrompre sa narration des événements de la guerre de Candie. Il n’évoque cependant jamais le rôle du gouvernement de Venise dans ces révolutions ni les liens qu’il aurait pu entretenir avec les dirigeants de la nouvelle république15. Les mémoires et les chroniques des témoins des soubresauts napolitains mentionnent pourtant des rencontres avec le résident de Venise à Naples. Francesco Capecelatro signale par exemple, pour le mois d’octobre 1647, une visite des députés du peuple à Andrea Rosso pour lui demander conseil sur l’établissement de la république16. Cette anecdote a été utilisée par Michelangelo Schipa pour montrer leur détresse et les historiens postérieurs l’ont tenue pour véritable, sans revenir à la source17. Pourtant, on n’en trouve aucune autre mention dans la documentation. Des contacts semblent aussi attestés avec le duc de Guise. Ce dernier affirme avoir été sollicité à de nombreuses reprises par le Vénitien, et lui avoir accordé trois audiences18. C’est toutefois la seule source qui présente Rosso comme le solliciteur. À l’inverse, le père Capace, confesseur du duc, n’évoque qu’une rencontre incognito en janvier 1648, mais à l’initiative de son maître19. Emprisonné le mois suivant, il est possible qu’il n’ait pas eu connaissance des contacts ultérieurs20. Le chroniqueur Innocenzo Fuidoro ne relate également qu’une rencontre en janvier 1648 au couvent de Santa Caterina a Formiello21. De leur côté, Camillo Tutini et Marino Verde rapportent que le duc de Guise se serait rendu très fréquemment auprès du résident, cette fois au monastère de Santa Maria della Stella22. Or, à partir de la fin du mois d’octobre, Andrea Rosso est accueilli dans le monastère des Oratoriens et il dit y avoir été immobilisé par la goutte du début du mois de janvier à la fin du mois de mars23.

  • 24 Ibid., 66, lettre no 174, fol. 493r, d’Andrea Rosso à Venise, à Naples, le 5 janvier 1648 ; Ibid., (...)
  • 25 Ibid., lettre no 179, fol. 528r-534v, d’Andrea Rosso à Venise, à Naples, le 26 janvier 1648.
  • 26 Ibid., 67, lettre no190, fol. 5r, d’Andrea Rosso à Venise, à Naples, le 1er mars 1648 ; Ibid., let (...)
  • 27 Fuidoro 1994, p. 371.
  • 28 ASVe, SDDA, Francia, 106, lettre no 580, fol. 459r, de Battista Nani à Venise, à Paris, le 27 août (...)

5La correspondance d’Andrea Rosso ne conserve elle-même la trace que de deux entrevues avec le duc de Guise et d’une visite de meneurs de la révolution. La première rencontre à Santa Caterina a Formiello entre le prince et le résident est préparée par trois visites du père Capace24. Quelques jours plus tard, Marc’Antonio Brancaccio, ancien capitaine général du peuple, et Vincenzo d’Andrea, jurisconsulte de la république, se rendent au chevet d’Andrea Rosso tour à tour25. Jusqu’en avril, seule demeure la trace de quelques échanges par le biais de confidents26. Fuidoro note malgré tout la présence, dans l’entourage des deux hommes, d’un certain Carlo Maffei qui aurait espionné pour leur compte et par lequel auraient pu passer d’autres correspondances27. Enfin, Rosso rencontre par hasard le duc de Guise au monastère Santa Maria della Stella le 2 avril 1648, à l’occasion des festivités en l’honneur de saint François de Paule. À ces rencontres et négociations napolitaines, il faut ajouter d’autres tractations qui s’engagent parallèlement dans les cours de Rome, Paris ou Madrid. Ainsi, Battista Nani, ambassadeur en France (1644-1648), se voit promettre des conquêtes dans le Milanais ou sur les côtes de l’Adriatique afin d’aggraver les désordres du royaume de Naples28.

  • 29 ASVe, SDDA, Napoli, 67, lettre n201, fol. 58v, d’Andrea Rosso à Venise, à Naples, le 4 avril 164 (...)
  • 30 Ibid., 66, lettre no 174, fol. 493r, d’Andrea Rosso à Venise, à Naples, le 5 janvier 1648 : « l'ot (...)
  • 31 Sanudo 1989, p. 165.
  • 32 Bizzarri 1916, p. 30-31 ; Cowan 1985, p. 56.
  • 33 Raines 2003, p. 64 ; Morando di Custoza 1979, p. 12.
  • 34 Bély 1999, p. 15-18.
  • 35 Chojnacki 1990 ; Sperling 1999, p. 21-22 ; Raines 2006, p. 792-804.
  • 36 Voir les décrets les agrégeant dans : Luzio 1913, p. 145 ; Segrete 1901, p. 497. NA, SP, Venice, 1 (...)

6Les négociations pour un soutien de Venise s’ouvrent lorsque Henri de Guise reçoit le titre de doge de la république. Le prince lui-même rappelle volontiers les liens profonds qui l’unissent au gouvernement de Venise par la naissance29. Le père Capace, venu sonder l’opinion d’Andrea Rosso, commence son discours en signalant l’« excellente disposition » du duc « à l’égard de la Sérénissime République, s’enorgueillissant du titre de fils et de serviteur, comme celui qui jouit de l’apanage de la noblesse vénitienne30 ». Ce titre découle de l’agrégation de la Maison de Lorraine au patriciat le 16 avril 1480 en récompense des services rendus par René II31. Le don de la citoyenneté à titre honorifique, répandue dans l’Italie communale, a pour but de récompenser les mérites individuels32. Cette pratique connaît une reviviscence à Venise à la fin du XVIe siècle33. Alors que s’impose une société des princes dans laquelle le lien familial et les alliances matrimoniales sont structurants, Venise est doublement exclue de ce jeu34 : non seulement les membres de son patriciat ne relèvent pas de ce monde des princes au sein duquel se nouent presque exclusivement ces alliances, mais il leur est par ailleurs défendu de contracter avec les dynasties princières des mariages qui viendraient rompre l’égalité qui règne entre eux35. Dès lors, le don de la noblesse vénitienne à titre honorifique est conçu comme une manière de créer une parenté symbolique avec les familles princières permettant à la République de Venise de s’intégrer à leur société. En retour, les princes valorisent occasionnellement ce lien lorsque leur position sur la scène internationale nécessite un soutien de Venise. Ils adoptent alors le langage de la filiation. Les ducs de Mantoue et de Savoie – respectivement agrégés à la noblesse vénitienne en 1333 et 1573 – font par exemple usage du titre de « fils de saint Marc » dans le contexte du premier conflit de succession du Montferrat36. L’isolement du duc de Guise après l’acquisition du titre de doge lui fait entrevoir la possibilité de réinvestir ce lien.

  • 37 ASVe, SDDA, Napoli, 66, lettre no 176, fol. 511r, d’Andrea Rosso à Venise, à Naples, le 13 janvier (...)
  • 38 Poumarède 2004, p. 388-406.
  • 39 Haan 2011, p. 175-176.
  • 40 ASVe, SDCR, 21, 198r, le 8 février 1648 ; ASVe, SDDA, Napoli, 67, lettre n201, fol. 59v, d’Andre (...)

7Lors de sa première rencontre avec Andrea Rosso, le duc de Guise manifeste également son souhait d’être « tenu pour un véritable serviteur de la Très Sérénissime République, avec le désir de le lui faire connaître à chaque occasion, comme ceux qui l’ont servi depuis les origines37 ». Les protestations d’engagement du prince se trouvent ainsi replacées dans la perspective des liens anciens entre la Maison de Lorraine et Venise. Les patriciens ne pouvant occuper certaines charges de l’armée vénitienne, ils font appel à des princes étrangers et plusieurs représentants de la maison de Lorraine ont occupé cette charge, comme René de Lorraine, ou plus récemment François de Vaudémont, issu de la branche aînée de la maison de Guise. D’autres membres de celle-ci se sont aussi engagés aux côtés des Vénitiens dans les guerres turques du XVIe siècle38. Ces rappels préalables à la négociation ne sont pas anodins. Dans une Europe dominée par le fait monarchique, ces pratiques et ce langage visent à établir l’amitié entre deux républiques à travers les liens qui unissent personnellement Henri de Lorraine à Venise39. Ils trouvent un écho dans les ordres que le Sénat transmet à Andrea Rosso et qui le chargent, de remercier le duc et de signifier le respect du gouvernement de Venise à cette noble maison, sans pour autant étendre ces témoignages d’amitié à l’État napolitain40.

  • 41 Ibid., 66, lettre no 174, fol. 493v, d’Andrea Rosso à Venise, à Naples, le 5 janvier 1648.
  • 42 Ibid., lettre no 176, fol. 513v, d’Andrea Rosso à Venise, à Naples, le 13 janvier 1648 ; ibid., le (...)
  • 43 Conti 1983, p. 184 ; ASVe, SDDA, Napoli, 66, lettre no 201, fol. 58r et 59v, d’Andrea Rosso à Veni (...)
  • 44 Conti 1983, p. 244. Un précédent édit devant garantir sa sécurité est publié le 31 octobre, mais i (...)
  • 45 ASVe, SDDA, Napoli, 66, lettre n176, fol. 514r, d’Andrea Rosso à Venise, à Naples, le 13 janvier (...)
  • 46 Ibid., 67, lettre n190, fol. 5r-v, d’Andrea Rosso à Venise, à Naples, le 1er mars 1648 ; ibid., (...)

8Au cours des négociations, le père Capace et le duc de Guise proposent aux Vénitiens une alliance prévoyant un soutien réciproque et promettent des acquisitions territoriales dans les Pouilles et les Abruzzes afin de satisfaire d’anciennes prétentions de la Sérénissime41. Pour mieux souligner ses bonnes dispositions envers la République, le duc de Guise lui-même rappelle qu’avant d’être appelé à Naples, il se trouvait à Rome pour négocier avec le Pape un soutien armé à Venise contre les Turcs, dont il aurait pris la direction. Il propose d’ailleurs d’envoyer six mille fantassins en Dalmatie dès avril pour renforcer l’armée vénitienne et offre au Sénat de lever jusqu’à quinze mille hommes et deux mille cavaliers dans le populeux royaume de Naples42. Alors que Venise subit les attaques des Ottomans contre ses territoires du Stato da Mar, cette offre peut sembler séduisante : Venise s’émanciperait ainsi de sa dépendance aux princes étrangers pour lever des troupes. Par ailleurs, Henri de Lorraine s’engage à défendre les intérêts des États italiens en luttant contre l’influence des rois d’Espagne et de France dans la péninsule43. Le duc de Guise se montre aussi soucieux des vicissitudes traversées par Rosso, dont la maison a été prise et saccagée lors des événements révolutionnaires. Il rappelle l’honneur et l’estime qui sont dus à la majesté de la République de Venise et propose au résident de promulguer un décret pour garantir sa sécurité44. Le prince envisagerait également l’envoi du père Capace à Venise afin de négocier l’établissement de l’amitié entre les deux républiques45. La bilatéralité des relations permettrait au nouveau gouvernement d’asseoir sa légitimité sur la scène internationale. Si ce dernier projet n’a pas d’écho, l’offre d’assistance militaire du duc est renouvelée à la fin du mois de février et au début du mois d’avril46.

  • 47 ASVe, SDDA, Francia, 107, lettre n675, fol. 266r, de Battista Nani à Venise, à Paris, le 11 févr (...)
  • 48 Blum 2014, p. 231-232, D’Alessio 2015, p. 103-114.
  • 49 Rovito 1986, p. 431-436.

9Les premiers pas diplomatiques du prince sont très incertains : à leur arrivée à Paris, les envoyés de Naples sont accueillis avec « dérision pour leur apparence rustique, pour leurs formes peu galantes, et pour les termes qu’ils utilisaient, qui étaient inadaptés aux affaires et aux coutumes de ce pays 47». Henri de Lorraine est aussi très marqué par les critiques acerbes de Mazarin sur ses compétences48. Pourtant, contrairement à ce qu’a pu affirmer Pier Luigi Rovito, les négociations engagées avec Rosso témoignent de la maîtrise par le duc des usages et des pratiques de la société des princes et cela donne du crédit au nouveau gouvernement issu du peuple, en lui offrant des possibilités d’actions sur la scène internationale49. Concomitant à la prise de pouvoir de Guise et aux négociations avec Andrea Rosso, l’usage du référent vénitien peut aussi apparaître comme un moyen pragmatique de tirer profit des liens personnels qui unissent le duc à Venise. Toutefois, depuis le début du XVIIe siècle, la politique vénitienne s’est crispée autour d’une défense jalouse de sa dignité royale, et cette question fait obstacle au rapprochement espéré par Henri de Guise.

L’embarras de Venise : géopolitique de la couronne de Candie

  • 50 Queller 1966, p. 45-46.
  • 51 ASVe, SDDA, Napoli, 66, lettre n174, fol. 494v, d’Andrea Rosso à Venise, à Naples, le 5 janvier (...)
  • 52 ASVe, SDCR, 21, fol. 198r, le 8 février 1648.
  • 53 Ibid., 22, fol. 27r, le 21 mars 1648 ; Ibid., fol. 32v, le 4 avril 1648.

10Les offres et les propositions du duc de Guise et du père Capace reçoivent un accueil très mesuré de la part d’Andrea Rosso, qui se limite à des remerciements généraux et renvoie ses interlocuteurs à la réponse du Sénat. L’attitude du résident s’explique en partie par les mécanismes complexes de décision du gouvernement de Venise. Un représentant de Venise à l’étranger n’étant que la voix du corps politique, toute proposition qui lui est faite doit être transmise par courrier au Sénat qui délibère et vote sur la réponse la plus convenable, avant de la retourner à son représentant avec pour mission de la communiquer50. Les réponses dilatoires et les lenteurs des institutions de la République masquent en réalité de nombreuses stratégies d’évitement déployées par Rosso afin d’esquiver un dialogue avec le prince et ses hommes51. Le malaise que le résident éprouve à l’égard de la république napolitaine n’est que le reflet de celui du sénat de Venise. S’il demande à Rosso de témoigner à « son fils bien-aimé52 » la grande affection que lui porte Venise, il le félicite aussi de ses réponses générales et lui ordonne d’éviter autant que possible de le rencontrer53. Les raisons des dérobades de Venise sont multiples.

  • 54 Poumarède 2020, p. 119-124.
  • 55 ASVe, SDDA, Napoli, 66, lettre n179, fol. 528r-v, d’Andrea Rosso à Venise, à Naples, le 26 janvi (...)
  • 56 Birago 1654, p. 263-264.
  • 57 ASVe, SDDA, Napoli, 66, lettre no158, fol. 357v, d’Andrea Rosso à Venise, à Naples, le 22 octobre (...)

11Tout d’abord, compte tenu de sa position, les propositions d’Henri de Lorraine sont fragiles. Si les correspondances diplomatiques conservent les traces d’une inquiétude ou d’un espoir qui ne font qu’enfler de juillet 1647 jusqu’en mars 1648 face aux revers espagnols, le nouveau gouvernement est loin de maîtriser le territoire du royaume de Naples que le père Capace a promis aux Vénitiens. De plus, ces cités des Pouilles et des Abruzzes offertes à la Sérénissime pour compenser les dangers qui pèsent sur la Crète et obtenir le soutien vénitien sont bien loin d’équivaloir en dignité ce royaume de Candie, sur la possession duquel repose la qualité royale de la République54. Plus encore, les propositions de soutien du duc à Venise ne font pas consensus à Naples. Peu après que le duc de Guise a promis l’envoi en Dalmatie d’un corps armé commandé par Marc’Antonio Brancaccio, ce dernier confie à Andrea Rosso que jamais Venise ne pourra en tirer un quelconque bénéfice55. Birago rapporte même que ce projet d’aide militaire a grandement contribué à la perte de crédit du prince auprès du peuple qui ne veut pas voir ses forces s’épuiser pour d’autres causes que les siennes56. Ainsi, le peuple de Naples n’est pas prêt à s’engager en faveur de la Sérénissime, d’autant plus qu’une partie de celui-ci exprime publiquement des sentiments anti-vénitiens. Andrea Rosso a été confronté à plusieurs pillages de sa maison, que l’opposition du nom de la république n’a pas pu arrêter57. Le soutien proposé par le duc de Guise offre donc une alternative peu fiable à l’assistance promise aux princes européens si la paix venait à être rétablie en Europe grâce aux négociations en cours en Westphalie.

  • 58 Blum 2014, p. 234.
  • 59 Poumarède 2020, p. 105-124 ; Perini 2008, p. 61-83.
  • 60 ASVe, SDDA, Francia, 107, lettre n646, fol. 92r, de Battista Nani à Venise, à Paris, le 31 décem (...)
  • 61 ASVe, SDDA, Napoli, 66, lettre n174, fol. 494v, d’Andrea Rosso à Venise, à Naples, le 5 janvier (...)

12Plus fondamentalement, l’émergence dans la société des princes du nouvel État napolitain vient menacer, aux yeux des autorités vénitiennes, l’équilibre précaire de la hiérarchie entre les souverains construit au quotidien par les pratiques diplomatiques. Lorsque le marquis de Fontenay, ambassadeur de France à Rome, écrit au nouveau gouvernement en le nommant « Serenissima Real Republica », qu’il donne le titre d’altesse au duc de Guise, et qu’il accueille dans son palais les représentants napolitains, il contribue à intégrer et à positionner le nouvel État dans cette hiérarchie. Au cours du mois de décembre, Mazarin est contraint de réprimander non seulement Fontenay, mais encore Renaudot qui a publié sans instruction les lettres échangées, faisant connaître à tous les titres utilisés. Le cardinal-ministre craint que le nouvel État recevant le titre de république royale, celui-ci pourrait prétendre aux mêmes traitements que Venise qui est admise parmi les têtes couronnées, bouleversant ainsi la hiérarchie des princes58. Plus encore, le doge de Venise ne recevant pas le titre d’« Altesse », mais simplement celui de « Sérénité », Naples pourrait sur ces fondements revendiquer à terme la préséance. Cette affaire porte donc les germes d’une remise en cause du rang de la Sérénissime parmi les souverains, déjà fragilisé par la perte de Chypre en 1571 et par de nombreuses contestations au lendemain du concile de Trente59. Mortifié, Battista Nani écrit de Paris que qualifier le peuple de « république avec le titre d’Altesse Sérénissime ne convient pas à la grandeur de [la] couronne60 » de France. À Naples, Andrea Rosso demande avec anxiété au Sénat s’il doit donner le titre d’Altesse au duc de Guise61. Ces réactions des diplomates vénitiens révèlent l’inquiétude de la Sérénissime de voir son rang remis en question par l’émergence de la nouvelle république.

  • 62 Poumarède 2020, p. 230-233 ; Andretta 1978.

13De surcroît, la révolution napolitaine trouble les efforts diplomatiques de Venise pour obtenir la paix dans la chrétienté. Après le premier assaut ottoman contre Candie et la prise de La Canée dès août 1645, la paix est perçue comme un préalable nécessaire à tout secours des princes chrétiens. Débutée en 1644, la médiation vénitienne en Westphalie devient le principal espoir de Venise contre les Turcs62. Par-delà les frontières germaniques, Alvise Contarini à Rome (1645-1648), Battista Nani à Paris et Girolamo Giustinian à Madrid (1644-1649) se trouvent confrontés à l’irruption des événements napolitains dans leurs négociations pour la paix.

  • 63 ASVe, SDDA, Francia, 106, lettre n569, fol. 408r, de Battista Nani à Venise, à Paris, le 30 juil (...)
  • 64 Quiles Albero 2018, p. 386-388.
  • 65 ASVe, SDDA, Spagna, 81, lettre no 229, de Girolamo Giustinian à Venise, à Madrid, le 7 août 1647.
  • 66 Ibid., lettre no 247, de Girolamo Giustinian à Venise, à Madrid, le 23 octobre 1647.
  • 67 Ibid., lettre no 233, de Girolamo Giustinian à Venise, à Madrid, le 24 août 1647 : « purgar Napoli (...)
  • 68 ASVe, SDDA, Roma, 125, lettre n246, fol. 352r, de Alvise Contarini à Venise, à Rome, le 19 octob (...)

14Dès juillet 1647, les représentants de Venise constatent un refroidissement de l’intérêt de leurs interlocuteurs pour la paix et pour la lutte contre les Ottomans. Dans une dépêche au Sénat, Battista Nani souligne l’allégresse éprouvée par Mazarin à la réception de la nouvelle des premiers troubles de Naples alors que lui-même fait part à Girolamo Giustinian de sa détresse face à l’éloignement de la paix63. Les désappointements sont plus grands encore du côté de l’Espagne. Si Philippe IV souhaite défendre Candie afin de protéger ses possessions italiennes des incursions turques, il avait déjà dû renoncer à envoyer une aide militaire en 1645 à cause de l’occupation de Piombino et Orbetello par les Français64. De nouveau en 1647, Venise avait obtenu de Philippe IV la promesse qu’il enverrait dans le Levant l’escadre de Geronimo Masimbradi, un Ragusain passé à son service. Les événements napolitains semblent toutefois remettre encore en question cet engagement, malgré les instances redoublées de Girolamo Giustinian et du nonce apostolique Giulio Rospigliosi65. Sans prendre véritablement la mesure des événements en cours à Naples, l’ambassadeur vénitien réclame d’ailleurs l’envoi de troupes espagnoles depuis la capitale parthénopéenne jusqu’en Dalmatie, qui n’est éloignée que d’un bras de mer66. D’après lui, la défense des intérêts de la chrétienté et le soutien à Venise permettraient de « purger Naples de la lie de cette foule qui a été le germe des troubles et du tumulte […]. Le nom de la république et la défense de la religion suffiraient à réconcilier l’union du peuple et à expurger facilement le royaume67. » Les négociations pour tenter d’obtenir un secours de l’Espagne se sont aussi engagées à Rome, où l’ambassadeur Alvise Contarini, en liaison avec Girolamo Giustinian, réclame l’aide du pape, visite les cardinaux espagnols et sollicite l’ambassadeur de Philippe IV, le comte de Oñate, dont les avis sont déterminants pour la politique italienne de la couronne. Peine perdue, après quelques semaines de négociations, il « ne juge pas à propos d’insister davantage » : les Espagnols « semblent trop affligés [...], et ils implorent le secours des autres princes68. »

  • 69 Visco 1923, p. 40-57 ; p. Hugon 2011, p. 215.
  • 70 ASVe, SDDA, Roma, 125, lettre n227, fol. 288r, de Alvise Contarini à Venise, à Rome, le 31 août (...)
  • 71 Ibid., lettre n218, fol. 246r, de Alvise Contarini à Venise, à Rome, le 3 août 1647 ; ibid., let (...)
  • 72 Ibid., lettre n220, fol. 256r-v, de Alvise Contarini à Venise, à Rome, le 10 août 1647 ; Ibid., (...)
  • 73 Ibid., lettre n256, fol. 392r, de Alvise Contarini à Venise, à Rome, le 16 novembre 1647.
  • 74 Ibid., lettre n280, fol. 487v, de Alvise Contarini à Venise, à Rome, le 25 janvier 1648.

15Les événements napolitains mobilisent aussi la papauté. Jusqu’en décembre 1647, Innocent X agit avec prudence. Il refuse de répondre aux appels d’une partie du peuple de Naples, mais il condamne les bombardements perpétrés sur les ordres du vice-roi, le duc d’Arcos69. Il n’hésite pas non plus à récriminer en audience contre le mauvais gouvernement des Espagnols ou encore le peu de respect que le vice-roi porte à la religion70. Pour autant, les lettres de l’ambassadeur de Venise révèlent une montée progressive de l’inquiétude de la Curie à l’égard des revendications qui, depuis Naples, gagnent les territoires sur lesquels s’exerce sa souveraineté. Contarini ne manque pas de relever tous les événements qui pourraient révéler l’influence de « l’exemple de Naples » sur les terres du souverain pontife ou à ses frontières, qu’il s’agisse de rumeurs de soulèvements antifiscaux à Pérouse et à Ascoli, ou encore de la révolte de Tagliacozzo contre le connétable Girolamo Colona71. Les rues mêmes de Rome ne semblent pas épargnées avec l’attaque d’un membre de la famille des Pallavicino, qui est contraint de se réfugier dans son carrosse, ou bien les émotions, causées par le manque de pain, que suscitent les apparitions publiques du souverain pontife72. L’inquiétude du pape prend encore de l’ampleur avec le départ du duc de Guise pour Naples et la crainte concomitante d’une arrivée des armées françaises aux portes de Rome73. Elle ravive la mémoire du sac de Rome et fait naître chez Innocent X la crainte de connaître le sort de Clément VII74. Ces menaces, ajoutées aux sollicitations quotidiennes des prélats et diplomates français et espagnols, font peu à peu sortir le pape de sa prudence.

  • 75 Ibid., lettre n271, fol. 454v, de Alvise Contarini à Venise, à Rome, le 11 janvier 1648 : « Io m (...)
  • 76 Ibid., lettre n286, fol. 513r, de Alvise Contarini à Venise, à Rome, le 8 février 1648 : « e pur (...)

16Avec l’internationalisation de l’affaire napolitaine, les exhortations de Contarini à la paix perdent de leur écho. Le Vénitien multiplie pourtant les audiences auprès du pape, qui est avec Venise médiateur en Westphalie, afin de le presser d’agir pour la paix et contre les Turcs. Il doit aussi obtenir de lui des troupes pour renforcer le front dalmate, mais Innocent X laisse apparaître son désarroi pour mieux se défausser : « Je me vois entouré de tant d’armées que je ne sais pas ce que je dois faire de l’État ecclésiastique dont j’ai la charge ; je vois les bouleversements en Lombardie, et ici à Naples, dans un fief de l’Église, qui empirent, et je ne sais pas quoi faire75. » À l’approche de l’ouverture de la nouvelle campagne, Contarini modère ses prétentions et ne demande plus qu’un soutien de quatre cents hommes, mais, le pape lui rétorque encore que tous les princes lui demandent de l’argent, qu’il ne peut pas les satisfaire et que « s’il s’agissait de tirer de l’État ecclésiastique plus de 20 000 couronnes, [il] ne saurai[t] où les prendre, parce qu’ils [lui] disent tous qu’ils ne peuvent plus, et qu’ils ont près d’eux l’exemple de Naples. » Le Vénitien a beau tenter de rassurer Innocent X, tout en insistant sur le caractère minime des demandes de la République, mais il se heurte à l’obstination du souverain pontife qui souhaite conserver ses hommes pour se prémunir des dangers d’une diffusion des revendications napolitaines dans ses États76.

  • 77 Ibid., lettre n278, fol. 475r, de Alvise Contarini à Venise, à Rome, le 18 janvier 1648 ; ibid., (...)
  • 78 Ibid., lettre n273, fol. 459r, de Alvise Contarini à Venise, à Rome, le 4 janvier 1648 : « Per d (...)
  • 79 Visco 1923, p. 44. ibid., lettre n271, fol. 452r-453r, de Alvise Contarini à Venise, à Rome, le (...)

17Pourtant, l’ambassadeur de Venise n’a pas ménagé sa peine : tout en sollicitant régulièrement le pape, il recherche l’appui des cardinaux afin qu’ils puissent convaincre Innocent X en consistoire. Les cardinaux vénitiens Federico Cornaro et Cristoforo Vidman y portent la voix de Venise, mais ils ne récoltent que des refus, malgré leurs discours insistants sur la proximité entre les combats en Dalmatie et les États ecclésiastiques77. Contarini obtient aussi le soutien des cardinaux Luigi Capponi et Giovanni Battista Maria Palotta, qui lui garantit que, « par dette et par profession, il a toujours incliné à [sa] cause » : « bien qu’il ait perdu dans ces bouleversements de Naples une grande partie de sa fortune », il se déclare prêt à donner le reste pour Venise, et promet même qu’il « ira jusqu’à employer sa propre vie78. » Approché lui aussi, le cardinal Giovanni Giacomo Panziroli, confident du souverain pontife, reste en revanche sur la réserve : s’il a « toujours considéré cette cause comme juste, pieuse et chrétienne », il n’en considère pas moins que le pape « doit se méfier des affaires de Naples et de Lombardie, trois royaumes ayant déjà été perdus79. »

  • 80 Pastoret 1825, p. 126 ; Quiles Albero 2019.
  • 81 ASVe, SDDA, Roma, 125, lettre n278, fol. 475r, de Alvise Contarini à Venise, à Rome, le 18 janvi (...)
  • 82 Andretta 2014.
  • 83 ASVe, SDDA, Spagna, 81, lettre no 296, de Girolamo Giustinian à Venise, à Madrid, le 11 mai 1648.

18Contrairement à ce que l’on a pu écrire, Venise ne se réjouit pas des difficultés de la couronne d’Espagne. Au contraire, depuis 1645, la Sérénissime considère Philippe IV comme le prince le plus à même de la soutenir face aux Turcs80. Alors que le duc de Guise tente de nouer une amitié avec le gouvernement de Venise, le Sénat reçoit depuis plusieurs mois les dépêches de ses diplomates qui associent tous leurs échecs à la révolution napolitaine. Comme le confie le cardinal Panzirolo à Cristoforo Vidman : sans les bouleversements de Naples, le pape soutiendrait vigoureusement Venise81. Pour les Vénitiens, de la paix intérieure des États dépend également la paix de la chrétienté82. Aussi, dès l’annonce de la chute de la république, ils reprennent leurs audiences pour obtenir des soutiens contre les Turcs83.

L’évidence d’une amitié naturelle : représentations des relations vénéto-napolitaines

  • 84 Raymond de Mormoiron 1827, II, p. 404.
  • 85 Guise 1826, p. 84.
  • 86 Capece 1679, p. 99.

19Un bref survol de la documentation contemporaine de la révolution napolitaine permet d’analyser la manière dont les acteurs se représentaient les liens entre la jeune république et le gouvernement de Venise. Dans un discours que rapporte le comte de Modène, le jurisconsulte Vincenzo d’Andrea aurait déclaré au duc de Guise que la mise en place effective de la république napolitaine « serait approuvée sans doute de tous les princes d’Italie, surtout de Venise et de Gênes, dont la conduite montre qu’elles estiment plus les Républiques que les Rois et les autres princes qui ont le nom de souverain84 ». Que ces propos aient été réellement prononcés ou non, ils révèlent l’idée d’une alliance naturelle entre gouvernements républicains soulignant en contrepoint leurs divergences profondes avec les gouvernements monarchiques. Les Mémoires du duc de Guise se font l’écho de cette conception des relations internationales. Rappelant qu’au bruit de ses premiers succès les puissances d’Europe sont venues lui apporter leur soutien, il cite en premier lieu les Génois et les Vénitiens. Le résident de Venise, Andrea Rosso, aurait demandé audience au duc de Guise à de multiples reprises afin de lui transmettre les compliments du Sénat et de lui promettre une assistance rapide85. Si les Mémoires du père Capace et la correspondance vénitienne montrent que l’initiative des contacts n’est pas du fait de Rosso, ils confirment que le duc fonde une partie de son action politique sur l’espoir d’une alliance avec la République86.

  • 87 Capecelatro 1852, II, p. 169 : « trattarono in che modo s'aveva da stabilire questa loro vana ed i (...)
  • 88 Fuidoro 1994, p. 367 : « desideravano esser istrutti del modo di formare e stabilire la Republica (...)
  • 89 Ibid., p. XVIII.
  • 90 ASVe, SDDA, Napoli, 66, lettre n179, fol. 530r-v d’Andrea Rosso à Venise, à Naples, le 26 janvie (...)

20Cette convergence, qui serait fondée sur une sorte de solidarité naturelle des républiques, est encore suggérée par les récits contemporains des rencontres entre les meneurs de la nouvelle république et Andrea Rosso. Francesco Capecelatro évoque par exemple l’entrevue de ce dernier avec des députés du peuple en octobre 1647. Une partie des Napolitains a décidé de rompre avec l’Espagne et désire les conseils du représentant de Venise pour fonder « leur vaine et imaginaire république. » Mais, « ayant été avisés par lui qu’une république parfaite ne peut être fondée sans la noblesse, et n’étant pas satisfaits de cette réponse, disant qu’il était un traître, ils se mirent dans une grande colère contre lui, et le résident, voyant leur bienheureuse sottise, dit, pour se débarrasser d’eux, qu’ils feraient ce qu’ils voudraient87. » Pour Francesco Capecelatro, partisan de la cause royale durant la révolution, ce court récit est l’occasion de fustiger l’impréparation de ses adversaires. De son côté, Innocenzo Fuidoro raconte que lors de la rencontre entre le duc de Guise et Andrea Rosso à Santa Catarina a Formello en janvier 1648, le prince aurait souhaité lui aussi « être instruit sur la manière de former et d’établir la République napolitaine ». Rosso, « très prudent, répondit librement selon la coutume de son pays, qu’en aucun cas on ne pouvait penser à former la République de tant de cerveaux, que chacun par lui-même formait le sien comme il lui plaisait et [il] n’en dit pas plus88. » Cette anecdote permet à Fuidoro de montrer son opposition au nouveau régime républicain. Bien que favorable aux revendications antifiscales, il considère que les conditions de la rupture avec l’Espagne n’étaient pas réunies89. Pour ces deux opposants à la république napolitaine, ces récits doivent illustrer l’absence de crédit du nouveau gouvernement, puisque le résident de la Sérénissime repousse ses solliciteurs. Dans le même temps cependant, ils suggèrent implicitement que le rapprochement entre les deux républiques, en raison même de la nature de leurs institutions, aurait dû être dans l’ordre des choses. Ainsi, déçu des retards du duc de Guise dans l’établissement d’un Sénat, Vincenzo d’Andrea évoque l’idée d’une union des deux États sous l’égide de Venise afin de former une puissance à même de défendre les libertés républicaines90.

  • 91 ASVe, SDDA, Francia, 107, lettre n657, fol. 161r, de Battista Nani à Venise, à Paris, le 21 janv (...)
  • 92 Ibid., lettre n700, fol. 406v-407r, de Battista Nani à Venise, à Paris, le 21 avril 1648 : « che (...)

21Cette évidence ne s’impose pas seulement dans les milieux napolitains, elle se diffuse également dans les cours européennes. Battista Nani rapporte que lors d’une visite du secrétaire de Mazarin, Joseph Zongo Ondedei, ce dernier se serait « émerveillé […] qu’en la conjoncture présente », Venise « ne s’applique pas à quelques intelligences avec le peuple de Naples91 » et que la République n’en profite pas pour mettre la main sur quelques ports des Pouilles. L’ambition de Venise et son hostilité traditionnelle à l’égard de l’Espagne sont ici mises en avant pour suggérer une affinité naturelle entre la Sérénissime et la république napolitaine. Peu après que l’on ait appris à Paris la chute de cette dernière, l’ambassadeur du duc de Savoie, le comte Gian Francesco Ponte di Scarnafigi rend visite à Battista Nani. Malgré la rupture entre Venise et la Savoie qui dure depuis 1631, il lui tient un discours sur la nécessaire unité des princes italiens afin de limiter l’influence des princes étrangers dans la péninsule. Il s’agirait notamment d’apporter un soutien inconditionnel au peuple de Naples, « bien que certains pensent que [Venise] désire une République plutôt qu’un Royaume à Naples, en raison de la similitude que les États libres ont entre eux plutôt qu’avec les monarques92. » Pour l’ambassadeur de Savoie, l’amitié naturelle entre républiques pourrait prévaloir sur les intérêts communs entre princes italiens.

  • 93 Arnauld 1748, V, p. 376-377, lettre de M. *** à l’abbé de Saint-Nicolas, sans date,
  • 94 ASVe, SDDA, Francia, 107, lettre n691, fol. 358r, de Battista Nani à Venise, à Paris, le 31 mars (...)

22La force de cette idée pousse à interpréter toute ambiguïté vénitienne comme une possible défense des intérêts du nouveau gouvernement napolitain. À la suite de la rencontre entre le résident de Venise et le duc de Guise, un informateur écrit à l’abbé de Saint-Nicolas à Rome que Rosso entretient le prince « dans des belles espérances, et lui promet que la République l’aidera93. » Toute l’Europe bruisse de ces connivences supposées. Au cours d’une audience qu’il lui accorde à la mi-mars 1648, Hugues de Lionne se réjouit auprès de Battista Nani que « les ministres de la république excitent le peuple à la liberté et à ébranler le joug de l’Espagne », tandis que l’ambassadeur déplore de son côté que les ministres de France prêtent l’oreille aux rumeurs infondées94. Peu importe ici la véracité de la rumeur, d’après le témoignage de Nani, Lionne et Mazarin manifestent leur contentement et la trouvent donc crédible.

  • 95 Conti 1987, p. 149.
  • 96 Cozzi 1994, p. 99.
  • 97 Zucchi 2021.
  • 98 Amelot de la Houssaye 1685, p. 128.

23Des précédents récents d’alliances entre gouvernements républicains ont pu servir de fondements à l’idée d’une amitié naturelle entre républiques. Le traité entre les Provinces-Unies et Venise en 1619 a entraîné la venue de compagnies flamandes en Italie. Paul V et Philippe IV lui ont donné de la résonance en condamnant sévèrement l’emploi d’hérétiques et de rebelles par Venise95. Paolo Sarpi avait rédigé en 1621 un traité d’alliance destiné à unir les gouvernements des deux États96. Plus largement, dès les années 1640, la circulation d’imprimés italiens diffuse l’idée que deux corps politiques semblables entretiennent naturellement des affinités et qu’à ce titre, les républiques doivent faire preuve de solidarités face aux monarchies97. Ainsi, Amelot de La Houssaye, écrit dans son Histoire du gouvernement de Venise que « si la ressemblance est une des principales causes de l’amitié, il n’y a point d’États qui doivent s’entr’aimer davantage, que la Pologne et la Seigneurie de Venise, puisque ce sont les deux seules républiques couronnées de l’Europe98. » Dans une Europe dominée par le fait monarchique, les républiques se distinguent de plus en plus nettement et cette différence fonde leur rapprochement. Cependant, le patriciat vénitien ne perçoit pas son gouvernement comme identique à celui de Naples.

Venise face à Naples : républicanismes en confrontation

  • 99 Yannopoulos 2012 ; Tenenti 1996, p. 312-318.
  • 100 Moatti 2018, p. 13-18.
  • 101 Hugon 2011, p. 51 ; Maissen 2019.

24L’analyse des relations entre Venise et la révolution napolitaine révèle un apparent paradoxe : la république de Venise refuse son soutien à une autre république, alors que s’impose peu à peu dans l’Europe des princes l’idée que la différence entre monarchies et républiques est déterminante dans la décision des politiques internationales. Les apports récents des études républicaines peuvent toutefois contribuer à résoudre cette contradiction. On a pu remarquer que les Vénitiens disposent d’une grande diversité de termes pour désigner la nature de leur gouvernement et leur préférence pour les formules équivoques afin d’esquiver les conflits que pourrait susciter un effort de définition trop strict99. Claudia Moatti a insisté par ailleurs sur le flou sémantique qui entoure plus généralement l’idée de res publica. Il favorise l’émergence d’une grande diversité d’interprétations qui coexistent et interagissent en décalage les unes par rapport aux autres100. Ce travail sur les mutations romaines des significations de la chose publique fait écho aux conclusions des historiens des républiques prémodernes : le terme de « république » connaîtrait un élargissement de son sens au cours du XVIIe siècle, devenant l’opposé de la monarchie101. Dès lors, il apparaît probable que la révolution napolitaine entraîne la confrontation des sens donnés au terme « république » et des interprétations de ses différents modèles, racines des négociations, des confusions et des conflits entre les acteurs.

25Une analyse des discours des Vénitiens sur la république de Naples révèle ainsi que ces derniers conçoivent leur gouvernement comme radicalement différent. Les termes utilisés par les représentants de Venise pour désigner la révolution napolitaine dans ses premiers jours sont univoques : « tumultes », « soulèvement », « accident », « rébellion », « émotions », « altération », « confusion », « excès », etc. « La foule », « la vile plèbe », « les soulevés », ou « la multitude du peuple » agit avec « turbidité », « licence », « confusion ». Toutes ces expressions contribuent à dépolitiser ou à délégitimer les contestations qui donnent quelques semaines plus tard naissance à la république napolitaine.

  • 102 ASVe, SDDA, Napoli, 66, lettre n129, fol. 224r, d’Andrea Rosso à Venise, à Naples, le 9 juillet (...)
  • 103 Ibid., lettre n130, fol. 234v et 238v, d’Andrea Rosso à Venise, à Naples, le 16 juillet 1647 ; i (...)
  • 104 Comparato 1998, p. 216-217 ; ASVe, SDDA Napoli, 66, lettre n143, fol. 296v, d’Andrea Rosso à Ven (...)
  • 105 Ibid., lettre n130, fol. 234r, d’Andrea Rosso à Venise, à Naples, le 16 juillet 1647.

26Dans sa correspondance diplomatique, Andrea Rosso insiste sur les violences qui ponctuent la révolution et qui la discréditent à ses yeux. Tout commence avec la description minutieuse de la destruction des postes des gabelles, du saccage du palais du vice-roi et des maisons des officiers, ainsi que des bûchers consumant les richesses accumulées102. Dans les lettres suivantes, il rapporte les exécutions des nobles et des officiers napolitains : Giuseppe Caraffa, le président Cennamo, ou encore le prince de Massa, sont décapités et exposés avec barbarie laissant apparaître « l’horrible spectacle » de la tyrannie et de l’arbitraire exercés par Masaniello qui fait « couper des têtes […] par caprice103 ». Selon le résident de Venise, les violences sont le fruit du désordre qui caractérise ces mouvements contestataires. Si le peuple s’organise rapidement autour des organes délibératifs traditionnels du royaume de Naples, Rosso associe systématiquement aux délibérations et prises de décisions des insurgés un désordre qui s’incarne plus particulièrement dans un « renversement » des valeurs, « les nobles » se voyant « contraints d’obéir à la plèbe qui commande104. » Le récit des interactions entre le peuple et le pouvoir royal incarné par le duc d’Arcos ou Don Juan illustre ce renversement : lors d’une cérémonie de réconciliation dans la cathédrale Santa Maria Assunta, Rosso décrit l’attitude irrévérencieuse de Masaniello, qui se trouve aux pieds de l’archevêque Ascanio Filarmino, mais qui ne cesse pas de se lever et d’interrompre la proclamation de l’accord afin de le modifier en faveur de ses intérêts105. En soulignant ainsi la confrontation entre deux mondes, le Vénitien insiste sur l’incapacité du peuple à gouverner par lui-même et sur le nécessaire retour à un ordre établi.

  • 106 Ibid., lettre n132, fol. 248v, d’Andrea Rosso à Venise, à Naples, le 23 juillet 1647 : « E quell (...)
  • 107 Ibid., lettre n130, fol. 236r-v, d’Andrea Rosso à Venise, à Naples, le 16 juillet 1647 : « Intan (...)
  • 108 Ibid., lettre n154, fol. 334r, d’Andrea Rosso à Venise, à Naples, le 1er octobre 1647 ; ibid., l (...)

27Progressivement, dans le récit de Rosso, les passions et les intérêts particuliers apparaissent comme les moteurs des désordres que connaît la ville. Au quotidien, le résident décrit les mouvements et les revirements de la foule. Le lendemain de l’exécution de Masaniello, il s’étonne de voir la plèbe porter en triomphe son corps dans une procession à travers la cité. Il note avec surprise « que les mêmes personnes qui, avec une mutabilité inouïe, la veille, l’avaient mis en pièces dans les rues et jeté dans le sable près de la mer, le portèrent le soir à sa tombe dans l’église du Mont-Carmel avec une pompe solennelle106 ». Les passions des foules seraient instrumentalisées à des fins particulières par des groupes d’intérêts ou par les meneurs du peuple. D’après Rosso, Masaniello avait profité des désordres pour faire « piller les maisons de ceux qui avaient reçu des charges publiques, [faire] porter leurs biens chez lui, […] faisant dépouiller aussi les monastères [...], dans l’intention de gagner de l’argent pour l’envoyer en Espagne afin de s’y installer107. » Le Vénitien voit aussi, dans ces événements révolutionnaires, les intérêts des puissances étrangères, et notamment des Français. Sa relation de la première période de la révolution napolitaine se conclut par la constitution d’une république née dans des désordres attisés par la couronne de France et se plaçant sous sa protection108.

  • 109 Comparato 1998, p. 217-222.
  • 110 Durant sa première entrevue avec Rosso, le duc de Guise insiste sur sa volonté de rétablir l’ordre (...)
  • 111 Ibid., lettre n171, fol. 472r, d’Andrea Rosso à Venise, à Naples, le 17 décembre 1647.
  • 112 Ibid., lettre n179, fol. 530r, d’Andrea Rosso à Venise, à Naples, le 26 janvier 1648.
  • 113 Ibid., lettre n187, fol. 572r, d’Andrea Rosso à Venise, à Naples, le 22 février 1648.
  • 114 Ibid., lettre n168, fol. 434v, d’Andrea Rosso à Venise, à Naples, le 26 novembre 1647.
  • 115 Musi 1989, p. 226-235.
  • 116 ASVe, SDDA, Napoli, 66, lettre n184, fol. 559r, d’Andrea Rosso à Venise, à Naples, le 12 février (...)
  • 117 Ibid., lettre n186, fol. 566r-570r, d’Andrea Rosso à Venise, à Naples, le 19 février 1647 ; ibid(...)

28La foule occupe moins de place dans la description de la période républicaine, la violence devient celle du gouvernement tyrannique du duc de Guise qui s’aliène ses principaux soutiens en cherchant à s’attacher l’aristocratie et à limiter l’influence de Mazarin109. Malgré la volonté de rétablir l’ordre affichée par les dirigeants du nouveau gouvernement, Rosso note que le peuple lui-même semble mécontent d’avoir été exclu de la décision de déclarer la république110. La défiance populaire est grande à l’égard des meneurs et personne ne semble prêt à défendre le gouvernement111. Malgré l’avènement de la république, il n’existe donc pas, selon le Vénitien, de véritable consensus parmi les révoltés. Vincenzo d’Andrea décrit lui-même au résident les profondes divisions qui scindent Naples : le duc de Guise et son entourage s’opposent au peuple, aux barons, et aux partisans des couronnes de France et d’Espagne112. Andrea Rosso note que cette multiplicité des partis a pour conséquence l’irrésolution du gouvernement de la nouvelle république113. Déjà, à son arrivée à Naples, le duc avait été surpris de constater que certains contestaient son autorité et que ses ordres n’étaient pas respectés alors que Gennaro Anese avait un pouvoir absolu sur ses hommes114. Le flou qui entoure les prérogatives de chacun des deux hommes dans le domaine militaire est vecteur de tensions et la prééminence que Guise semble exercer une fois devenu doge n’y met pas un terme115. Ainsi, rapporte Rosso, le duc aurait été contraint d’attaquer les Espagnols pour ne pas perdre son crédit auprès du peuple alors qu’Anese l’accusait d’oisiveté, et relayait les critiques formulées contre son train de vie dispendieux116. Peu à peu, dans le récit de Rosso, le duc de Guise n’agit plus par raison, mais par démesure117. Ces conflits autour de l’exercice du pouvoir, qui masquent en réalité différentes conceptions de la république, nourrissent une perception vénitienne de confusion du gouvernement.

  • 118 Ibid., lettre no 174, fol. 493r, d’Andrea Rosso à Venise, à Naples, le 5 janvier 1648 ; ibid., let (...)
  • 119 D’Alessio 2015, p. 116-117.
  • 120 Ibid., lettre n177, fol. 513r, d’Andrea Rosso à Venise, à Naples, le 13 janvier 1648 : « da ques (...)
  • 121 Herrero Sánchez 2017, p. 19-26 ; Maissen 2019, p. 28-34 ; Pedullà 2020, p. 53-59.
  • 122 Malinowski 2019, p. 212-218. Le modèle polonais circule aussi largement en Italie : Caccamo 1986. (...)
  • 123 Herrero Sánchez 2017, p. 299 ; Zucchi 2021.
  • 124 ASVe, SDDA, Francia, 107, lettre n672, fol. 250r, de Battista Nani à Venise, à Paris, le 18 févr (...)
  • 125 Pedullà 2020, p. 48-51.
  • 126 Raymond de Mormoiron 1827, II, p. 405-406.
  • 127 ASVe, SDDA, Napoli, 66, Lettre n179, 529v, d’Andrea Rosso à Venise, à Naples, le 26 janvier 1648 (...)
  • 128 ASVe, SDDA, Napoli, 67, Lettre n193, 21v et 23 r d’Andrea Rosso à Venise, à Naples, le 9 mars 16 (...)

29La place que doit y occuper le prince est sujette à débat à Naples, comme à Paris. On a longtemps insisté sur les prétentions royales du duc de Guise. Ses propositions au gouvernement de Venise sont à chaque fois précédées par un éclaircissement de la situation napolitaine qui valorise sa magnanimité et sa modération, son héroïsme et ses compétences militaires, sources de l’amour que lui porterait le peuple118. Ces propos font écho à une politique d’exaltation de sa figure, qui va jusqu’à le présenter comme roi de Naples119. Pourtant lors de sa première entrevue avec Rosso, le duc de Guise réaffirme son souhait d’établir les institutions de la république. Il désire que le royaume soit « gouverné par lui-même comme une république et par lui comme directeur120. » Si le prince ne rappelle pas sa volonté de créer un sénat à Rosso en avril, il n’évoque jamais avec le résident de Venise ses ambitions royales. Républicanisme et royauté ne sont pas incompatibles121. Henri de Lorraine et son entourage ont pu être influencés par d’autres modèles républicains, parmi lesquels celui de la république polonaise dans laquelle un roi est élu par la noblesse en assemblée. D’autant plus que l’intérêt pour le gouvernement de Pologne connaît un renouveau en France au même moment avec le mariage du roi Ladislas IV à Louise-Marie de Gonzague122. L’usage de la référence au gouvernement des Provinces-Unies pouvait lui-même porter à confusion. Alors qu’il était vu par certains comme un modèle de gouvernement fédéral et équilibré, il a pu être considéré par d’autres comme une république à même de lutter contre les monarchies grâce à la présence d’une figure royale centralisatrice123. Les observateurs vénitiens ne manquent pas de noter la dualité du gouvernement napolitain à propos de l’exercice de la souveraineté. Battista Nani dans une de ses dépêches note que si Naples est une république populaire, le duc de Guise, depuis son élection, « agit en souverain […] sans l’autorité déléguée par la république124. » Le trouble naît de la polysémie du terme république et des interprétations profondément différentes de chaque modèle républicain selon les acteurs et leurs intentions125. Comme le rappelle un passage des mémoires du comte de Modène, le terme de république désigne aussi bien un régime populaire, qu’un régime aristocratique ou encore un régime mixte126. Ainsi, en dépit de l’adhésion du duc de Guise à la république, le père Capace peut affirmer à Rosso au nom de celui-ci que la république napolitaine ne peut pas perdurer. Le récit du résident de Venise révèle une même confusion liée aux significations et aux usages multiples de l’argument de la défense des libertés. Marc’Antonio Brancaccio, proche de Venise, et favorable à une république aristocratique, déplore que le « nom de la présupposée république donne la liberté [aux gens du peuple] de faire ce qu’ils veulent sans aucune obligation envers une loi divine ou humaine127 ». Au contraire, Vincenzo d’Andrea souhaite établir un Sénat pour que les Napolitains puissent « recouvrer leur liberté sans aucun supérieur128 ». L’adversité entre des dirigeants rangés sous la bannière de la défense d’une république et d’une liberté aux multiples visages ne peut qu’alimenter la perplexité d’un patriciat vénitien, qui est persuadé de son côté de détenir, grâce aux équilibres institutionnels de la Sérénissime, le secret d’une véritable république.

  • 129 Pocock 2009, p. 283.
  • 130 Del Negro 1984, p. 429 ; Fontana – Fournel 1997, p. 16.
  • 131 Finlay 1980, p. 28-35 ; Gaeta 1984 ; Silvano 1993, p. 99-103.
  • 132 ASVe, SDDA, Napoli, 66, lettre n187, fol. 572r, d’Andrea Rosso à Venise, à Naples, le 22 février (...)

30Les récits des représentants de Venise entachent durablement la perception de la république napolitaine en dessinant en négatif une république antinomique du gouvernement de Venise. Les Vénitiens se représentent leur propre gouvernement comme pacifié par une « mécanisation de la vertu129 ». En d’autres termes, l’ordre institutionnel et juridique permettrait la création d’un consensus en faveur du bien public, écartant les intérêts privés et les conflits130. Le respect dû aux lois serait le fondement de sa durée et lui permettrait de se singulariser des républiques médiévales et antiques, rongées par la discorde et renversées par des tyrannies131. Dès lors, Venise comme ses représentants dans les cours européennes refusent le titre et la nature de république au nouveau gouvernement de Naples. Alors qu’à partir de février, Andrea Rosso préfère le qualifier de « prétendue république », Battista Nani le désigne comme un « gouvernement confus et informe »132. En somme, les conflits à Naples et en France autour du sens à donner à la nouvelle république la discréditent à Venise, où le patriciat conçoit la république comme le régime de la concorde.

  • 133 Ibid., 106, lettre n628, fol. 737r, de Battista Nani à Venise, à Paris, le 26 novembre 1647 ; ib (...)
  • 134 D’Alessio 2015, p. 101-103.
  • 135 ASVe, SDDA, Roma, 125, lettre no 271, fol. 457r, d’Alvise Contarini à Venise, à Rome, le 28 décemb (...)
  • 136 Andretta 2000, p. 104.
  • 137 Ferraro 1988.
  • 138 Musi 1989, p. 244.
  • 139 Candiani 1998, p. 229.
  • 140 ASVe, CS, Filze, 43, lettre aux inquisiteurs d’État, sans date : « In questa cita li animi de tuti (...)
  • 141 ASVe, CS, Registri, 19, fol. 266r-v, le 11 janvier 1648.

31Par ailleurs, l’établissement d’une république dans le royaume de Naples contreviendrait à un ordre naturel. Au lendemain de l’arrivée du duc de Guise, les ministres de la couronne de France défendent auprès de Nani l’idée qu’une république ne pourrait facilement s’établir à Naples, car l’esprit des Napolitains serait trop chaud133. La théorie des climats sert de justification à une naturalisation de la réalité politique134. S’il est difficile de trouver les traces d’un écho de cette argumentation dans les écrits vénitiens, au même moment, Alvise Contarini se désole de « l’infidélité de ce peuple contre son prince naturel135 ». Cette remarque suggère l’idée d’un ordre politique inscrit dans la nature, qui stipule la domination du roi d’Espagne sur le royaume de Naples, aussi bien que celle de la république de Venise sur la lagune, la Terre Ferme et son empire. L’attitude de Venise à l’égard de la république napolitaine refléterait le rejet par un pouvoir dominant de toute forme de contestation ou de bouleversement politique considéré par nature illégitime. À cet égard, la narration par Battista Nani des événements contemporains de la Fronde épouse dans une même réprobation les termes et les paradigmes employés par Rosso pour décrire la révolution napolitaine136. Les revendications des insurgés de Naples sont ainsi fréquemment assimilées dans les correspondances des ambassadeurs vénitiens à un mal contagieux. Malgré l’image d’un État qui aurait traversé la vague révolutionnaire du XVIIe siècle sans secousses, Venise a dû faire face, dans les années précédentes, à des révoltes contestant le gouvernement du patriciat137. Dès le mois d’août 1647, l’ambassadeur de Philippe IV à Venise, le marquis de La Fuente, entrevoit l’effet de la révolte napolitaine dans les protestations qui touchent Bergame et Brescia138. En parallèle, une révolte dans le Vicentin est sévèrement réprimée139. Des dépêches adressées aux inquisiteurs d’État préviennent de risques similaires dans le Polésine : « Les esprits de tout le peuple [...] sont mal affectionnés, pleins de rancœurs et d’une haine mortelle à l’égard de la noblesse. » Comme à Naples, les causes sont « la disette de nourriture qui réduit [le peuple] à la misère, l’oppression par les privations, exacerbée par la tyrannie des seigneurs et des magistrats140. » Le Conseil des Dix fait le choix de transmettre ces informations au Collège alors même que des négociations s’ouvrent avec le duc de Guise141.

  • 142 Bisaccioni 1664, p. 166-167 : « che parmi di vedere quei mostri, che dicono nascere di varie forme (...)

32L’étude de la relation de Venise avec une république inachevée met à jour un moment de surinvestissement conflictuel autour du terme de république. Dans une Europe dominée par le fait monarchique, les dirigeants de la révolution napolitaine rompent avec l’Espagne en revendiquant le titre de république. Ils remobilisent les référents de la révolte des Pays-Bas et d’une république napolitaine antique sans pour autant être tous en accord sur la forme à donner au nouveau gouvernement. Pour Vincenzo d’Andrea le projet qu’implique ce régime est de promouvoir une liberté opposée à toute domination. Un tel objectif tend à se confondre avec l’idée même de la république dans ce second XVIIe siècle. Au contraire, par ses actions et ses discours, le duc de Guise défend, après son arrivée à Naples, la conception prémoderne d’une république comme gouvernement mixte dont l’équilibre repose en partie sur le pouvoir monarchique. Il met à profit ses compétences et ses liens personnels pour donner au nouveau gouvernement une dimension internationale et cherche à nouer une amitié avec la république de Venise. Au nom de la solidarité entre républiques, une partie de l’Europe s’attend à voir Venise soutenir le nouveau gouvernement napolitain, preuve que l’idée d’une opposition essentielle entre républiques et monarchies tend à s’imposer progressivement au cours du siècle. Mais, la république de Venise est trop occupée à conserver sa dignité royale qui repose sur la possession du royaume de Candie pour répondre favorablement aux demandes du duc de Guise. Surtout, le républicanisme vénitien – renforcé face à la menace ottomane – s’oppose en tous points à la manière dont les représentants de Venise perçoivent et décrivent la révolution napolitaine. Le surinvestissement conflictuel du terme de république à Naples est un frein à l’amitié de Venise. En réalité, le Sénat refuse la qualité de république au nouvel État napolitain et le perçoit à l’image des contestataires qui se multiplient dans ses propres États durant cette période de vague révolutionnaire. Les observateurs contemporains interrogent ces relations complexes qui se nouent entre les idées et leurs réalisations concrètes et cherchent à en définir les termes. Maiolino Bisaccioni propose ainsi une analyse sémantique de la titulature de la république napolitaine dans laquelle il lui « semble voir ces monstres, dont on dit qu’ils naissent sous diverses formes, collés ensemble sur le Nil, parce qu’on mêle ensemble des choses contraires et incompatibles, et bienheureux celui qui peut créer une plus grande extravagance142. » Il invite finalement les historiens à se pencher à leur tour sur l’histoire des catégories politiques.

Haut de page

Bibliographie

Sources

ASVe = Archivio di stato di Venezia.

SDDA = Senato, Dispacci, Dispacci degli ambasciatori.

SDCR = Senato, Deliberazioni, Corti, Registri.

CS = Consiglio dei dieci, Secreti.

NA, SP = National Archives, State Papers, Londres.

Ouvrages à caractère de source

Amelot de La Houssay = N. Amelot de la Houssaye, Histoire du gouvernement de Venise, Paris, Frédéric Léonard, 1685 (1re éd. 1676).

Arnauld 1748 = P.-D. Burtin (éd.), Négociations à la cour de Rome et en différentes cours d'Italie de Messire Henri Arnaud, abbé de S. Nicolas, Paris, 1748.

Bisaccioni 1664 = M. Bisaccioni, Historia delle guerre civili di questi ultimi tempi, Venise, Heredi Storti, 1664 (1re éd. 1652).

Birago Avogadro 1654 = G.B. Birago Avogadro, Turbolenze di Europa, Venise, Ginammi, 1654.

Capece 1679 = V.M. Capece, L’État de la République de Naples sous le gouvernement de Monsieur le duc de Guise, Paris, Frédéric Léonard, 1679.

Capecelatro 1852 = A. Granito (éd.), Diario di Francesco Capecelatro, Naples, Gaetano Nobile, 1852.

Capograssi 1952 = A. Capograssi, La rivoluzione di Masaniello vista dal Residente Veneto a Napoli, dans Archivio Storico per le Province Napoletane, 72, 1952, p. 67-235.

Conti 1983 = V. Conti, Le leggi di una rivoluzione. I bandi della repubblica napoletana dall'ottobre 1647 all'aprile 1648, Naples, Jovene Editore, 1983.

Fuidoro 1994 = I. Fuidoro, Successi historici raccolti dalla sollevatione di Napoli dell'anno 1647, éd. A.-M. Giraldi, M. Raffaeli, Milan, Franco Angeli, 1994.

Guise 1826 = A. Petitot, L. Monmerqué (éd.), Mémoires du duc de Guise, Paris, Foucault, 1826.

Luzio 1913 = Alessandro Luzio, I Corradi di Gonzaga signori di Mantova. Nuovi documenti, dans Archivio Storico Lombardo: Giornale della Società storica lombarda, Serie 4, 20, 1913, p. 131‑183.

Mutinelli 1858 = F. Mutinelli, Storia Arcana ed Aneddotica d'Italia raccontata dai Veneti ambasciatori, III, Secolo XVII, Venise, Pietro Naratovich, 1858.

Nani 1679 = B. Nani, Historia della Republica veneta, Venise, Combi & La Nou, 1679.

Raymond de Mormoiron 1827 = J.-B. Mielle (éd.), Mémoires du comte de Modène sur la révolution de Naples, 1647, Paris, Pélicier et Chatel, 1827.

Sanudo 1989 = M. Sanudo, Le vite dei dogi (1474-1494), éd. A. Caracciolo Aricò, Padoue, Editrice Antenore, 1989.

Segrete 1901 = A. Segrete, Emanuele Filiberto e la Repubblica di Venezia (1545-1580), dans Miscellanea di Storia Veneta, Serie 2, 7, 1901, p. 65-513.

Tutini – Verde 1997 = C. Tutini, M. Verde (éd.), Racconto della sollevatione di Napoli accaduta nell’anno MDCXLVII, Rome, Istituto Storico Italiano per l’età Moderna e Contemporanea, 1997.

Villari 1994 = R. Villari, Per il re o per la patria. La fedeltà nel Seicento, Rome-Bari, Laterza, 1994.

Études secondaires

Andretta 1978 = S. Andretta, La diplomazia veneziana e la pace di Vestfalia (1643-1648), dans Annuario dell’Istituto Storico Italiano, 27-28, Rome, 1978, p. 3-128.

Andretta 2000 = S. Andretta, La Repubblica inquieta. Venezia nel Seicento tra Italia ed Europa, Rome, 2000.

Andretta 2014 = S. Andretta, La médiation diplomatique vénitienne d’Alvise Contarini à Münster : paradigme d’une gestion élitaire de la crise européenne du milieu du XVIIe siècle, dans L. Coste, S. Guillaume (dir.), Élites et crises du XVIe au XXIe siècle. Europe et Outre-mer, Paris, 2014.

Bély 1999 = L. Bély, La société des princes XVIe-XVIIIsiècle, Paris, 1999.

Bizzarri 1916 = D. Bizzarri, Ricerche sul diritto di cittadinanza nella costituzione comunale, Turin, 1916.

Blum 2014 = A. Blum, La diplomatie de la France en Italie du Nord au temps de Richelieu et de Mazarin, Paris, 2014.

Caccamo 1986 = D. Caccamo, La “repubblica nobiliare” nella prospettiva di Venezia. Interessi politici e confronto culturale, dans V. Branca, S. Graciotti (dir.), Cultura e nazione in Italia e Polonia dal Rinascimento all’Illuminismo, Florence, 1986, p. 121-146.

Candiani 1998 = G. Candiani, Conflitti di intenti e di ragioni politiche, di ambizioni e di interessi nel patriziato veneto durante la guerra di Candia, dans Studi Veneziani, 36, 1998, p. 145-275.

Chojnacki 1990 = S. Chojnacki, Marriage legislation and patrician society in fifteenth-century Venice, dans B.S. Bachrach, D. Nicholas (dir.), Law, custom and the social fabric in Medieval Europe. Essays in honor of Bryce Lyon, Kalamazoo, 1990, p. 163-184. 

Comparato 1974 = V.I. Comparato, Uffici et società: aspetti dell’ideologia del magistrato nell’età moderna, Florence, 1974.

Comparato 1998 = V.I. Comparato, La repubblica napoletana del 1647/48: partiti, idee, modelli politici, dans Il pensiero politico, 31-2, 1998, p. 206-238.

Conti 1987 = V. Conti, Il modello politico olandese in Italia durante la prima metà del seicento, dans V.I. Comparato (dir.), Modelli nella storia del pensiero politico, Florence, 1987, p. 145-163.

Cowan 1985 = A. Cowan, New families in the Venetian Patriciate, 1646-1718, dans Ateneo veneto, 23, 1985, p. 55-75.

Cozzi 1994 = G. Cozzi, Venezia dal Rinascimento all’Età barocca, dans G. Cozzi, P. Prodi (dir.), Storia di Venezia dalle origini alla caduta della Serenissima, VII, La Venezia barocca, Rome, 1994, p. 3-128.

D’Alessio 2015 = S. D’Alessio, Dreaming of the Crown: Political Discourses and Other sources relating to the Duke of Guise in Naples (1647-1648 and 1654), dans J. Munns, P. Richards, J. Spangler (dir.), Aspiration, representation and memory. The Guise in Europe, 1506-1688, Farnham-Burlington, 2015, p. 99-124.

Del Negro 1984 = P. Del Negro, Forme e istituzione del discorso politico veneziano, dans G. Arnaldi, M. Pastore Stocchi (dir.), Storia della cultura veneta, IV-II, Il Seicento, Vicence, 1984, p. 407-436.

Ferraro 1988 = J. Ferraro, Oligarchs, protesters and the Republic of Venice: The “Revolution of the Discontents” in Brescia, 1644-1645, dans The Journal of Modern History, 60-4, 1988, p. 627-653.

Finlay 1980 = R. Finlay, Politics in Renaissance Venice, Londres, 1980.

Fontana – Fournel 1997 = A. Fontana, J.-L. Fournel, Le meilleur gouvernement : de la constitution d’un mythe à la terreur de l’avenir, dans A. Fontana, G. Saro (dir.), Venise 1297‑1797. La République des castors, Paris, 1997, p. 13-27.

Gaeta 1984 = F. Gaeta, Venezia da “stato misto” ad “aristocrazia esemplare”, dans G. Arnaldi, M. Pastore Stocchi (dir.), Storia della cultura veneta, IV-II, Il Seicento, Vicence, 1984, p. 438-494.

Galasso – Musi 2015 = G. Galasso, A. Musi, Sulla rivolta napoletana del 1647-1648, dans Nuova rivista storica, 99-3, 2015, p. 732-748.

Haan 2011 = B. Haan, L’amitié entre princes. Une alliance franco-espagnole au temps des guerres de Religion (1560-1570), Paris, 2011.

Herrero Sánchez 2017 = M. Herrero Sánchez (dir.), Repúblicas y republicanismo en la Europa Moderna, Madrid, 2017.

Hugon 2011 = A. Hugon, Naples insurgée 1647-1648. De l’histoire à la mémoire, Rennes, 2011.

Malinowski 2019 = T. Malinowski, La République de Pologne dans les imprimés français (15 731 795) : penser les relations entre gouvernants et gouvernés à l’époque moderne, thèse de doctorat, Université Paris Nanterre et Université Adam Mickiewicz de Poznań, 2019. 

Maissen 219 = T. Maissen, Républiques et républicanismes en époque moderne : théories et pratiques dans une perspective occidentale, dans O. Christin (dir.), Républiques et républicanismes. Les cheminements de la liberté, Lormont, 2019, p. 27-45.

Moatti 2018 = C. Moatti, Res publica. Histoire romaine de la chose publique, Paris, 2018.

Morando di Custoza 1979 = E. Morando di Custoza, Libro d’arme di Venezia, Vérone, 1979.

Musi 1989 = A. Musi, La rivolta di Masaniello nella scena politica barocca, Naples, 1989.

Musi 2014 = A. Musi, La rivolta del 1647-48, dans G. Brancaccio, A. Musi (dir.), Il regno di Napoli nell’età di Filippo IV (1621-1665), Milan, 2014, p. 177-230.

Pastoret 1825 = A. de Pastoret, Le duc de Guise à Naples ou mémoires sur les révolutions de ce royaume en 1647 et 1648, Paris, 1825.

Pedullà 2020 = G. Pedullà, Humanist republicanism. Towards a new paradigm, dans History of Political Thought, 41-1, 2020, p. 44-95.

Perini 2008 = S. Perini, Il rango della repubblica veneta in una controversia sul cerimoniale diplomatico (1563-1763), dans Archivio Veneto, 139, 2008, p. 61-93.

Pocock 2009= J.G.A. Pocock, The Machiavellian moment. Florentine political thought and the Atlantic republican tradition, Princeton, 2009.

Poumarède 2000 = G. Poumarède, La question d’Orient au temps de Westphalie, dans L. Bély (dir.), L’Europe des traités de Westphalie. Esprit de la diplomatie et diplomatie de l’esprit, Paris, 2000, p. 363-393.

Poumarède 2004 = G. Poumarède, Pour en finir avec la croisade. Mythes et réalités de la lutte contre les Turcs aux XVIe et XVIIe siècles, Paris, 2004.

Poumarède 2020 = G. Poumarède, L’empire de Venise et les Turcs, Paris, 2020.

Queller 1966 = D.E. Queller, Early Venetian legislation on ambassadors, Genève, 1966.

Quiles Albero 2018 = D. Quiles Albero, Las relaciones hispano-venecianas en le contexto de la guerra de Candia (1645-1669), dans Chronica Nova, 44, 2018, p. 381-406.

Quiles Albero 2019 = D. Quiles Albero, La Guerra dels Segadors y el interés del patriciado veneciano en una convulsa Cataluña (1640-1652), dans J. Dantí et al., Actes del VIIIe Congrés d’història moderna de Catalunya, Barcelone, 2019, p. 164-186.

Raines 2003 = D. Raines, Cooptazione, aggregazione e presenza al Maggior Consiglio: le casate del patriziato veneziano, 1297-1797, dans Storia di Venezia. Rivista, 1, 2003, p. 1-64.

Raines 2006 = D. Raines, L’invention d’un mythe aristocratique. L’image de soi du patriciat vénitien au temps de la Sérénissime, Venise, 2006.

Rovito 1986 = P.G. Rovito, La rivoluzione costituzionale di Napoli (1647-48), dans Rivista storica italiana, 98, 1986, p. 367-462.

Schipa 1925 = M. Schipa, Masaniello, Bari, 1925.

Silvano 1993 = G. Silvano, La “Republica de’ Viniziani”. Ricerche sul repubblicanismo veneziano in età moderna, Florence, 1993. 

Sperling 1999= J. Sperling, The paradox of perfection. Reproducing the body politic in late Renaissance Venice, dans Comparative Studies in Society and History, 41-1, 1999, p. 3-32.

Tenenti 1996 = A. Tenenti, Il senso dello Stato, dans A. Tenenti, U. Tucci (dir.), Storia di Venezia dalle origini alla caduta della Serenissima, IV, Il Rinascimento. Politica e cultura, Rome, p. 311‑344.

Villari 2012 = R. Villari, Un sogno di libertà Napoli nel declino di un impero, 1585-1648, Milan, 2012.

Visco 1923 = E. Visco, La politica della Santa Sede nella rivoluzione di Masaniello, da documenti inediti dell’Archivio Vaticano, Naples, 1923.

Yannopoulos 2012 = Y. Yannopoulos, L’avventura veneziana delle parole “comunità”, “repubblica”, “serenissima”, “dominante”, “cittadino”, “regno”, dans Studi Veneziani, 65, 2012, p. 677-689.

Zucchi 2021 = E. Zucchi, Republics in comparison. Cross-cultural perspectives on Genoa, Venice, and the United Provinces in Italian literature (1650-1699), dans History of European Ideas, 2021, en ligne.

Haut de page

Notes

1 Conti 1981, p. XXII-LXIV ; Rovito 1986, p. 388-389 et 429-430 ; Conti 1987, p. 145-149 ; Comparato 1974, p. 401-408 ; Comparato 1998 ; Hugon 2011, p. 218-223, Villari 2012, p. 493-499.

2 Conti 1981, p. XXXVIII-XL ; Conti 1987, p. 145-148 ; Comparato 1998, p. 212.

3 Hugon 2011, p. 219.

4 Quelques exemples de dépêches vénitiennes évoquant le décret et sa référence au modèle hollandais : ASVE, SDDA, Roma, 125, lettre n251, fol. 373r, de Alvise Contarini à Venise, à Rome, le 2 novembre 1647 ; ASVE, Archivi propri degli ambasciatori, Spagna, lettre no 78, de Battista Nani à Girolamo Giustinian, à Paris, le 20 novembre 1647 ; ASVE, SDDA, Napoli, 66, lettre no 168, fol. 433r, d’Andrea Rosso à Venise, à Naples le 26 novembre 1647 ; Musi 1989, p. 235-246.

5 Conti 1981, p. 67-69 ; Galasso – Musi 2015, p. 744 : Giuseppe Galasso critique la tendance de Rosario Villari à exagérer le poids du modèle des Provinces-Unies en se reposant sur des traités dont on ne peut mesurer la circulation.

6 Conti 1983, p. XLV.

7 Raines 2006, p. 291-292.

8 Comparato 1974, p. 402-408 ; Conti 1983, p. XXXIV-XXXV ; Musi 2014, p. 224-225 ; Musi – De Franco 2006. Dans son Historia napoletana ; Comparato 1998, p. 228-229.

9 L’auteur anonyme du Cittadino fedele compare par exemple les différentes républiques contemporaines à la république antique de Naples. Villari 1994, p. 53-55.

10 Zucchi 2021.

11 Herrero Sánchez 2017, p. 36-39.

12 Rovito évoque la destruction des archives de la république de Naples lors de sa chute : Rovito 1986, p. 369.

13 Poumarède 2000, p. 369-371, Poumarède 2020, p. 218-219.

14 Mutinelli 1858, p. 168-228 ; Capograssi 1952.

15 Nani 1679, II, p. 160-175.

16 Capecelatro 1852, II, p. 169.

17 Schipa 1925, p. 137. À noter que Vettore Conti considère que cette rencontre a véritablement eu lieu, car au même moment un décret est promulgué pour condamner les mauvais traitements subis par Rosso. Or, dans une de ses dépêches, le résident signale qu’il a obtenu cet édit après qu’il a sollicité l’assemblée du peuple pour obtenir un passeport afin de quitter Naples. Si l’édit atteste bien l’existence de liens, il ne prouve pas que les députés du peuple ont rendu visite à Rosso pour lui demander conseil. Conti 1983, p. XXXVII ; ASVe, SDDA, Napoli, 66, lettre no163, fol. 397v, d’Andrea Rosso à Venise, à Naples, le 6 novembre 1647.

18 Guise 1826, p. 84.

19 Capece 1679, p. 154-155.

20 ASVe, SDDA, Napoli, 66, lettre no 186, fol. 566r, d’Andrea Rosso à Venise, à Naples, le 19 février 1648.

21 Fuidoro 1994, p. 367.

22 Tutini – Verde 1997, p. 568.

23 ASVe, SDDA, Napoli, 67, lettre n195, fol. 35v, d’Andrea Rosso à Venise, à Naples, le 16 mars 1648 ; Ibid., lettre no 197, 44v, d’Andrea Rosso à Venise, à Naples, le 23 mars 1648.

24 Ibid., 66, lettre no 174, fol. 493r, d’Andrea Rosso à Venise, à Naples, le 5 janvier 1648 ; Ibid., lettre no 176, fol. 511r, d’Andrea Rosso à Venise, à Naples, le 13 janvier 1648.

25 Ibid., lettre no 179, fol. 528r-534v, d’Andrea Rosso à Venise, à Naples, le 26 janvier 1648.

26 Ibid., 67, lettre no190, fol. 5r, d’Andrea Rosso à Venise, à Naples, le 1er mars 1648 ; Ibid., lettre no 193, fol. 21r, d’Andrea Rosso à Venise, de Naples, le 9 mars 1648.

27 Fuidoro 1994, p. 371.

28 ASVe, SDDA, Francia, 106, lettre no 580, fol. 459r, de Battista Nani à Venise, à Paris, le 27 août 1647 ; Ibid., 107, lettre no 642, fol. 68r, de Battista Nani à Venise, à Paris, le 27 décembre 1647 ; Ibid., lettre no 657, fol. 161r, de Battista Nani à Venise, à Paris, le 21 janvier 1648.

29 ASVe, SDDA, Napoli, 67, lettre n201, fol. 58v, d’Andrea Rosso à Venise, à Naples, le 4 avril 1648.

30 Ibid., 66, lettre no 174, fol. 493r, d’Andrea Rosso à Venise, à Naples, le 5 janvier 1648 : « l'ottima dispositione sua verso la Serenissima Republica, di cui si pregiava del titolo di figlio et servitore, come quello che godeva della prerogativa della nobilità veneta. »

31 Sanudo 1989, p. 165.

32 Bizzarri 1916, p. 30-31 ; Cowan 1985, p. 56.

33 Raines 2003, p. 64 ; Morando di Custoza 1979, p. 12.

34 Bély 1999, p. 15-18.

35 Chojnacki 1990 ; Sperling 1999, p. 21-22 ; Raines 2006, p. 792-804.

36 Voir les décrets les agrégeant dans : Luzio 1913, p. 145 ; Segrete 1901, p. 497. NA, SP, Venice, 18, fol. 98-100r, de Dudley Carleton à Robert Carr, vicomte de Rochester, à Venise, le 2 décembre 1614 ; Ibid., fol. 54r-55v, de Dudley Carleton à Jacques Ier, à Venise, le 18 novembre 1614.

37 ASVe, SDDA, Napoli, 66, lettre no 176, fol. 511r, d’Andrea Rosso à Venise, à Naples, le 13 janvier 1648 : « cioè di esser tenuto per vero servitore della Serenissima Republica, con brama di farglielo conoscere a tutte prove all'occasione, come quello che trae origine da chi l'ha altre volte servita. »

38 Poumarède 2004, p. 388-406.

39 Haan 2011, p. 175-176.

40 ASVe, SDCR, 21, 198r, le 8 février 1648 ; ASVe, SDDA, Napoli, 67, lettre n201, fol. 59v, d’Andrea Rosso à Venise, à Naples, le 4 avril 1648.

41 Ibid., 66, lettre no 174, fol. 493v, d’Andrea Rosso à Venise, à Naples, le 5 janvier 1648.

42 Ibid., lettre no 176, fol. 513v, d’Andrea Rosso à Venise, à Naples, le 13 janvier 1648 ; ibid., lettre no 201, fol. 58v, d’Andrea Rosso à Venise, à Naples, le 4 avril 1648.

43 Conti 1983, p. 184 ; ASVe, SDDA, Napoli, 66, lettre no 201, fol. 58r et 59v, d’Andrea Rosso à Venise, à Naples, le 4 avril 1648.

44 Conti 1983, p. 244. Un précédent édit devant garantir sa sécurité est publié le 31 octobre, mais il ne fait aucune référence au respect dû à la république de Venise : p. 61.

45 ASVe, SDDA, Napoli, 66, lettre n176, fol. 514r, d’Andrea Rosso à Venise, à Naples, le 13 janvier 1648.

46 Ibid., 67, lettre n190, fol. 5r-v, d’Andrea Rosso à Venise, à Naples, le 1er mars 1648 ; ibid., lettre no 201, fol. 58r-59r, d’Andrea Rosso à Venise, à Naples, le 4 avril 1648.

47 ASVe, SDDA, Francia, 107, lettre n675, fol. 266r, de Battista Nani à Venise, à Paris, le 11 février 1648 : « l'universale della corte gl'ha accolti con derisione piu tosto per l'apparenza rustica, per le forme di poco decoro, et per li termini loro non capaci del negotio, ne degl'usi di questo paese. »

48 Blum 2014, p. 231-232, D’Alessio 2015, p. 103-114.

49 Rovito 1986, p. 431-436.

50 Queller 1966, p. 45-46.

51 ASVe, SDDA, Napoli, 66, lettre n174, fol. 494v, d’Andrea Rosso à Venise, à Naples, le 5 janvier 1648 ; Ibid., lettre no 176, fol. 511r, d’Andrea Rosso à Venise, à Naples, le 13 janvier 1648 ; Ibid., 67, lettre n190, fol. 5r, d’Andrea Rosso à Venise, à Naples, le 1er mars 1648 ; Ibid., lettre no 201, fol. 59v-60r, d’Andrea Rosso à Venise, à Naples, le 4 avril 1648.

52 ASVe, SDCR, 21, fol. 198r, le 8 février 1648.

53 Ibid., 22, fol. 27r, le 21 mars 1648 ; Ibid., fol. 32v, le 4 avril 1648.

54 Poumarède 2020, p. 119-124.

55 ASVe, SDDA, Napoli, 66, lettre n179, fol. 528r-v, d’Andrea Rosso à Venise, à Naples, le 26 janvier 1648.

56 Birago 1654, p. 263-264.

57 ASVe, SDDA, Napoli, 66, lettre no158, fol. 357v, d’Andrea Rosso à Venise, à Naples, le 22 octobre 1647.

58 Blum 2014, p. 234.

59 Poumarède 2020, p. 105-124 ; Perini 2008, p. 61-83.

60 ASVe, SDDA, Francia, 107, lettre n646, fol. 92r, de Battista Nani à Venise, à Paris, le 31 décembre 1647 : « habbi scritto a quel popolo, qualificandolo Republica con titolo d'Altezza serenissima, come che non convenisse alla grandezza di questa corona. »

61 ASVe, SDDA, Napoli, 66, lettre n174, fol. 494v, d’Andrea Rosso à Venise, à Naples, le 5 janvier 1648.

62 Poumarède 2020, p. 230-233 ; Andretta 1978.

63 ASVe, SDDA, Francia, 106, lettre n569, fol. 408r, de Battista Nani à Venise, à Paris, le 30 juillet 1647 ; ASVe, Archivi propri, Spagna, 19, lettre no 67, de Battista Nani à Girolamo Grimani, à Paris, le 23 juillet 1647.

64 Quiles Albero 2018, p. 386-388.

65 ASVe, SDDA, Spagna, 81, lettre no 229, de Girolamo Giustinian à Venise, à Madrid, le 7 août 1647.

66 Ibid., lettre no 247, de Girolamo Giustinian à Venise, à Madrid, le 23 octobre 1647.

67 Ibid., lettre no 233, de Girolamo Giustinian à Venise, à Madrid, le 24 août 1647 : « purgar Napoli dalla feccia di quella pleba qu'era seme dei torbidi, e di tumulti [...]. Il nome della Republica e la diffesa della religione bastanti à conciliar l'unione delle genti, e con facilita espurgar il regno. »

68 ASVe, SDDA, Roma, 125, lettre n246, fol. 352r, de Alvise Contarini à Venise, à Rome, le 19 octobre 1647 : « ne giudico a proposito farne maggior insistenza con questi ministri spagnuoli […] par troppo dolenti di quei successi, e che implorano aiuto dagli altri prencipi. »

69 Visco 1923, p. 40-57 ; p. Hugon 2011, p. 215.

70 ASVe, SDDA, Roma, 125, lettre n227, fol. 288r, de Alvise Contarini à Venise, à Rome, le 31 août 1647 ; ibid., lettre n249, fol. 365r-v, de Alvise Contarini à Venise, à Rome, le 28 octobre 1647.

71 Ibid., lettre n218, fol. 246r, de Alvise Contarini à Venise, à Rome, le 3 août 1647 ; ibid., lettre n227, fol. 288v, de Alvise Contarini à Venise, à Rome, le 31 août 1647.

72 Ibid., lettre n220, fol. 256r-v, de Alvise Contarini à Venise, à Rome, le 10 août 1647 ; Ibid., lettre n262, fol. 417r, de Alvise Contarini à Venise, à Rome, le 30 novembre 1647.

73 Ibid., lettre n256, fol. 392r, de Alvise Contarini à Venise, à Rome, le 16 novembre 1647.

74 Ibid., lettre n280, fol. 487v, de Alvise Contarini à Venise, à Rome, le 25 janvier 1648.

75 Ibid., lettre n271, fol. 454v, de Alvise Contarini à Venise, à Rome, le 11 janvier 1648 : « Io mi veddo [...] circondato da tanti armi, che non so quello habbi da essere dello stato ecclesiatiche sottoposto alla mia cura, vedo moti in Lombardia, qui a Napoli che vanno sempre alla peggio in un feudo della chiesa, non so che mi fare. »

76 Ibid., lettre n286, fol. 513r, de Alvise Contarini à Venise, à Rome, le 8 février 1648 : « e pure si si trattate di cavare di più dallo stato ecclesiastico di quello che faccio 20 000 scudi, non saprei dove haverli, perche tutti mi dicono, che non possono più, et hanò qui vicino l'esempio di Napoli » ; ibid., lettre n306, fol. 579v, de Alvise Contarini à Venise, à Rome, le 28 mars 1648.

77 Ibid., lettre n278, fol. 475r, de Alvise Contarini à Venise, à Rome, le 18 janvier 1648 ; ibid., lettre n283, fol. 496r, de Alvise Contarini à Venise, à Rome, le 1er février 1648.

78 Ibid., lettre n273, fol. 459r, de Alvise Contarini à Venise, à Rome, le 4 janvier 1648 : « Per debito, e per professione, è stato sempre inclinato à questa causa ; e bene ha perduto in questi moti di Napoli una gran parte de le sue sostanze e del proprio mantenimento ; tuttavolta darebbe volontieri il rimanente, e quando fosse stimato bene impiegarebbe anco la vita propria. » ; ibid., lettre n283, fol. 496r, de Alvise Contarini à Venise, à Rome, le 1er février 1648.

79 Visco 1923, p. 44. ibid., lettre n271, fol. 452r-453r, de Alvise Contarini à Venise, à Rome, le 28 décembre 1647 : « che hà sempre stimato questa causa pia, giusta et christiana » ; ibid., lettre n289, fol. 523r, de Alvise Contarini à Venise, à Rome, le 15 février 1648 : « bisogna si guardi da queste cose di Napoli, e di Lombardia, considera, che vi sono tre regni persi; Portogallo, Catalogna, e Napoli. »

80 Pastoret 1825, p. 126 ; Quiles Albero 2019.

81 ASVe, SDDA, Roma, 125, lettre n278, fol. 475r, de Alvise Contarini à Venise, à Rome, le 18 janvier 1648.

82 Andretta 2014.

83 ASVe, SDDA, Spagna, 81, lettre no 296, de Girolamo Giustinian à Venise, à Madrid, le 11 mai 1648.

84 Raymond de Mormoiron 1827, II, p. 404.

85 Guise 1826, p. 84.

86 Capece 1679, p. 99.

87 Capecelatro 1852, II, p. 169 : « trattarono in che modo s'aveva da stabilire questa loro vana ed immaginata Repubblica: e giti a favellare all'Internunzio della repubblica di Venezia, gli domandarono istruzioni sopra di ciò ; ed avendogli colui avvedutamente riposto, che non poteva fondarsi perfetta repubblica senza la Nobilità, il perchè non soddisfacendogli cotal risposta, dicendo che era traditore, si adirarono malamente con lui, ed il Residente vedendo la lor goffa sciocchezza, gli disse per levarsegli d'attorno, che avessero fatto come volvano. »

88 Fuidoro 1994, p. 367 : « desideravano esser istrutti del modo di formare e stabilire la Republica napolitana. Questo prudentissimo ministro liberamente all’uso del suo paese rispose che in nessun conto si poteva pensare a formare la Republica da tanti cervelli, ch’ogn’uno da per se stesso formava la sua come li piaceva et altro non disse. »

89 Ibid., p. XVIII.

90 ASVe, SDDA, Napoli, 66, lettre n179, fol. 530r-v d’Andrea Rosso à Venise, à Naples, le 26 janvier 1648.

91 ASVe, SDDA, Francia, 107, lettre n657, fol. 161r, de Battista Nani à Venise, à Paris, le 21 janvier 1648 : « M’hà l’Ondedei soggionto, che si meravigliava, come la Serenità Vostra nella congiontura presente non applicasse a qualche intelligenza col popolo di Napoli, et per via d’alcun soccorso non cercasse di cavargli di mano li luochi della Puglia dalla Repubblica possessi altri volte. »

92 Ibid., lettre n700, fol. 406v-407r, de Battista Nani à Venise, à Paris, le 21 avril 1648 : « che con opinione in alcuni, che ella desideri in Napoli Republica piu tosto che Regno per la simu[...] c'hanno i stati liberi tra essi più che verso i monarchi. »

93 Arnauld 1748, V, p. 376-377, lettre de M. *** à l’abbé de Saint-Nicolas, sans date,

94 ASVe, SDDA, Francia, 107, lettre n691, fol. 358r, de Battista Nani à Venise, à Paris, le 31 mars 1648 : « nel principio della rivolta fù scritto al signore Cardinal con sodifsattione da Roma, ch’il ministro della Republicca eccittava il popolo alla libertà, et à scuoter il giogo di Spagna. »

95 Conti 1987, p. 149.

96 Cozzi 1994, p. 99.

97 Zucchi 2021.

98 Amelot de la Houssaye 1685, p. 128.

99 Yannopoulos 2012 ; Tenenti 1996, p. 312-318.

100 Moatti 2018, p. 13-18.

101 Hugon 2011, p. 51 ; Maissen 2019.

102 ASVe, SDDA, Napoli, 66, lettre n129, fol. 224r, d’Andrea Rosso à Venise, à Naples, le 9 juillet 1647.

103 Ibid., lettre n130, fol. 234v et 238v, d’Andrea Rosso à Venise, à Naples, le 16 juillet 1647 ; ibid., lettre n143, fol. 297r, d’Andrea Rosso à Venise, à Naples, le 27 août 1647 ; ibid., lettre n158, fol. 366r, d’Andrea Rosso à Venise, à Naples, le 22 octobre 1647.

104 Comparato 1998, p. 216-217 ; ASVe, SDDA Napoli, 66, lettre n143, fol. 296v, d’Andrea Rosso à Venise, à Naples, le 27 août 1647 ; ibid., lettre n157, fol. 356r-v, d’Andrea Rosso à Venise, à Naples, le 8 octobre 1647 ; ibid., lettre n147, fol. 318r, d’Andrea Rosso à Venise, à Naples, le 10 septembre 1647 : « I nobili poi vedendo andare il mondo alla rovescia, mentre conviene loro obbedire alla plebe che comanda. »

105 Ibid., lettre n130, fol. 234r, d’Andrea Rosso à Venise, à Naples, le 16 juillet 1647.

106 Ibid., lettre n132, fol. 248v, d’Andrea Rosso à Venise, à Naples, le 23 juillet 1647 : « E quelli medesimi, che, con inaudita mutabilità, il giorno precedente, l'haveano, come un tristo, strascianato per le strade, e gettato nella sabbia vicino al mare, lo portorono, la sera alla sepoltura nella chiesa del Carmine con solenne pompa. »

107 Ibid., lettre n130, fol. 236r-v, d’Andrea Rosso à Venise, à Naples, le 16 juillet 1647 : « Intanto Masaniello [...] attese a fare svaligiar le case di quelli che hanno havute pubbliche amministrationi, facendo portar le robe in sua casa, [...] facendo per cio spogliare li monasterii dov'erano ricoverati, con disegno di far danari da mandar in Ispagna, per stabilirsi in posto. »

108 Ibid., lettre n154, fol. 334r, d’Andrea Rosso à Venise, à Naples, le 1er octobre 1647 ; ibid., lettre n161, fol. 380r et 383r-v, d’Andrea Rosso à Venise, à Naples, le 31 octobre 1647.

109 Comparato 1998, p. 217-222.

110 Durant sa première entrevue avec Rosso, le duc de Guise insiste sur sa volonté de rétablir l’ordre dans la ville : ibid., lettre n177, fol. 512r-v, d’Andrea Rosso à Venise, à Naples le 13 janvier 1648. Son arrivée correspond en effet à une volonté de retour à la normale : Comparato 1998, p. 217 ; ibid., lettre n168, fol. 437r, d’Andrea Rosso à Venise, à Naples, le 26 novembre 1647.

111 Ibid., lettre n171, fol. 472r, d’Andrea Rosso à Venise, à Naples, le 17 décembre 1647.

112 Ibid., lettre n179, fol. 530r, d’Andrea Rosso à Venise, à Naples, le 26 janvier 1648.

113 Ibid., lettre n187, fol. 572r, d’Andrea Rosso à Venise, à Naples, le 22 février 1648.

114 Ibid., lettre n168, fol. 434v, d’Andrea Rosso à Venise, à Naples, le 26 novembre 1647.

115 Musi 1989, p. 226-235.

116 ASVe, SDDA, Napoli, 66, lettre n184, fol. 559r, d’Andrea Rosso à Venise, à Naples, le 12 février 1648 ; D’Alessio 2015, p. 115.

117 Ibid., lettre n186, fol. 566r-570r, d’Andrea Rosso à Venise, à Naples, le 19 février 1647 ; ibid., lettre n187, 572r576r, d’Andrea Rosso à Venise, à Naples, 22 février 1648.

118 Ibid., lettre no 174, fol. 493r, d’Andrea Rosso à Venise, à Naples, le 5 janvier 1648 ; ibid., lettre n176, fol. 511r, d’Andrea Rosso à Venise, à Naples, le 13 janvier 1648 ; ibid., lettre n201, fol. 57r-v, d’Andrea Rosso à Venise, à Naples, le 4 avril 1648.

119 D’Alessio 2015, p. 116-117.

120 Ibid., lettre n177, fol. 513r, d’Andrea Rosso à Venise, à Naples, le 13 janvier 1648 : « da questo regno cosi governato da se stesso in Republica, e da lui come direttore. »

121 Herrero Sánchez 2017, p. 19-26 ; Maissen 2019, p. 28-34 ; Pedullà 2020, p. 53-59.

122 Malinowski 2019, p. 212-218. Le modèle polonais circule aussi largement en Italie : Caccamo 1986. Il est d’ailleurs présent à quelques occasions dans la propagande autour du duc de Guise : D’Alessio 2015, p. 118.

123 Herrero Sánchez 2017, p. 299 ; Zucchi 2021.

124 ASVe, SDDA, Francia, 107, lettre n672, fol. 250r, de Battista Nani à Venise, à Paris, le 18 février 1648 : « habbi comminciato à dar il sovrano [...] et non con l’auttorità, che dalla Repubblica gli vien delegata. »

125 Pedullà 2020, p. 48-51.

126 Raymond de Mormoiron 1827, II, p. 405-406.

127 ASVe, SDDA, Napoli, 66, Lettre n179, 529v, d’Andrea Rosso à Venise, à Naples, le 26 janvier 1648 : « credendo che il nome della presuposta Republica le ponga in libertà di operare quanto lor viene in capricio senza obligo di alcuna legge divina, et humana, et di alcuna contributione. »

128 ASVe, SDDA, Napoli, 67, Lettre n193, 21v et 23 r d’Andrea Rosso à Venise, à Naples, le 9 mars 1648 ; Rovito 1986, p. 426-428.

129 Pocock 2009, p. 283.

130 Del Negro 1984, p. 429 ; Fontana – Fournel 1997, p. 16.

131 Finlay 1980, p. 28-35 ; Gaeta 1984 ; Silvano 1993, p. 99-103.

132 ASVe, SDDA, Napoli, 66, lettre n187, fol. 572r, d’Andrea Rosso à Venise, à Naples, le 22 février 1648 ; ASVe, SDDA, Francia, 107, lettre n646, fol. 92r, de Battista Nani à Venise, à Paris, le 31 décembre 1647.

133 Ibid., 106, lettre n628, fol. 737r, de Battista Nani à Venise, à Paris, le 26 novembre 1647 ; ibid., 107, lettre n637, fol. 39r, de Battista Nani à Venise, à Paris, le 10 décembre 1647.

134 D’Alessio 2015, p. 101-103.

135 ASVe, SDDA, Roma, 125, lettre no 271, fol. 457r, d’Alvise Contarini à Venise, à Rome, le 28 décembre 1647.

136 Andretta 2000, p. 104.

137 Ferraro 1988.

138 Musi 1989, p. 244.

139 Candiani 1998, p. 229.

140 ASVe, CS, Filze, 43, lettre aux inquisiteurs d’État, sans date : « In questa cita li animi de tuti li populari [...] sono mal afetti et pieni di rancor et odio mortalis verso la nobilta. Hora stimulati dalla nesecita per la carestia de viveri che li va reducendo in miseria opresi dale graveze et inacerbiti dala tiranide de signori et ministri de magistri. »

141 ASVe, CS, Registri, 19, fol. 266r-v, le 11 janvier 1648.

142 Bisaccioni 1664, p. 166-167 : « che parmi di vedere quei mostri, che dicono nascere di varie forme colla sul Nilo, poiche si vanno mischiando le cose fra di se contrarie, et incompatibili, et beato pure colui, che sà formare maggiori stravaganze. »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Saux-Escoubet, « Une solidarité républicaine dans la société des princes ? »Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines, 134-1 | 2022, 169-186.

Référence électronique

Pierre Saux-Escoubet, « Une solidarité républicaine dans la société des princes ? »Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [En ligne], 134-1 | 2022, mis en ligne le 06 octobre 2022, consulté le 31 janvier 2023. URL : http://journals.openedition.org/mefrim/11764 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mefrim.11764

Haut de page

Auteur

Pierre Saux-Escoubet

Université Paris-Sorbonne - pierresaux-escoubet@hotmail.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Publications de l’École française de Rome
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search