Navigation – Plan du site

AccueilNuméros134-1Scambi mediterranei: diplomatici ...Livres, bibliothèques et diplomat...

Scambi mediterranei: diplomatici e libri in età moderna

Livres, bibliothèques et diplomates au XVIIIe siècle : un état des lieux

Emmanuelle Chapron
p. 117-130

Résumés

Au XVIIIe siècle, les évolutions qui touchent le monde de la diplomatie d’une part, l’économie de l’imprimé et des bibliothèques d’autre part, contribuent à transformer le rapport des diplomates aux livres. Cette contribution propose un bilan des travaux et de recherches en cours, en suivant quatre axes : la participation des diplomates à l’économie de l’information par l’imprimé ; leur implication dans le monde littéraire et dans la circulation internationale des ouvrages ; les questions méthodologiques et historiographiques relatives à l’analyse des bibliothèques de diplomates ; et enfin la figure problématique de l’écrivain diplomate.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Schnakenbourg 2021.
  • 2 L’expression est empruntée à Shep 2008.

1Depuis une dizaine d’années, un certain nombre de travaux opèrent une suture entre deux champs historiographiques qui communiquaient jusqu’alors assez peu : celui de l’histoire diplomatique d’une part, de l’histoire du livre et des bibliothèques d’autre part. Ils ont en commun de réfléchir aux pouvoirs politiques de l’imprimé dans une sphère plutôt associée à la production manuscrite, celle des correspondances, des relations et des mémoires, et aux interactions verbales et visuelles. Toute une série d’évolutions ont permis de rapprocher l’histoire du livre nourrie de sources diplomatiques et l’histoire des relations internationales attentive à l’objet imprimé. Du côté de l’histoire diplomatique, l’attention des historiens s’est progressivement tournée vers les acteurs et les pratiques du monde diplomatique, dans une perspective d’histoire par le bas1. En interrogeant le cadre de vie et de travail des ambassadeurs et la diversité des formes de l’action politique, les travaux révèlent la présence d’imprimés de toutes sortes, reçus et envoyés, commandés et lus, ainsi que la proximité des gens du livre, journalistes, bibliothécaires, auteurs et traducteurs. Du côté de l’histoire du livre, le développement des approches transnationales s’est traduit par une attention nouvelle aux circulations de l’imprimé et à tous les acteurs – dont les diplomates – qui manipulent et font bouger ces « livres sans frontières2 ». C’est à la manière dont toutes ces perspectives ouvrent des terrains partagés qu’est consacrée cette contribution.

  • 3 Sur les premières, Bély 1998 et 2007. Sur les secondes, voir les synthèses de Sordet 2021 et Barbi (...)
  • 4 Martin 2020.
  • 5 Bertrand et al. 2016.

2Comme dans toute histoire croisée, il est important de savoir d’où l’on parle : mon propos est celui d’une historienne du livre, ce qui explique que ces travaux ne soient pas abordés à parts égales, mais avec un tropisme, des intérêts et une grille de lecture particuliers. Le choix de produire un bilan centré sur le XVIIIe siècle s’explique par un souci d’équilibre du dossier présenté dans ce volume, mais il se justifie aussi par les transformations qui affectent alors le monde de la diplomatie et celui de l’imprimé3. La valorisation de l’art de la négociation, qui sert désormais de toile de fond permanente à l’engrenage des guerres, participe à la visibilité de la figure de l’ambassadeur, à son importance symbolique et à la croissance des effectifs. L’invention dans les années 1790 des mots « diplomate » et « diplomatie », qui stigmatisent sous la plume des révolutionnaires les ambassadeurs de l’Ancien Régime, vient a posteriori entériner la tendance, sinon à la professionnalisation de ces fonctions, du moins à la reconnaissance de leur spécificité, et des compétences et des savoirs qu’elles requièrent4. Le monde de l’imprimé avec lequel ils interagissent évolue lui aussi, avec la forte croissance de la production typographique, l’émergence de la presse d’opinion, l’impuissance prononcée des appareils de censure et de police à maîtriser la prolifération des écrits et leurs effets sur les lecteurs. Entre le confort de l’écriture de service et le souffle du marché, les milieux littéraires se reconfigurent dans les capitales éditoriales. De nouvelles structures commerciales, comme les ventes aux enchères de bibliothèques privées, rendent visible le rôle des collections livresques dans la construction des identités sociales5. Si ces évolutions se font à l’échelle de l’Europe, la péninsule italienne se distingue par certaines spécificités bien connues, comme le morcellement politique, la présence de capitales typographiques anciennes, le polycentrisme curial de Rome, qui jouent un rôle dans les interactions entre monde de l’imprimé et monde diplomatique.

3Les perspectives de recherche ouvertes par ces évolutions sont nombreuses et ont fait l’objet de travaux récents, inventifs et stimulants. C’est cet état de l’art que l’on a souhaité restituer, en suivant quatre axes. Le premier interroge le rôle joué par les diplomates dans l’économie de l’information par l’imprimé. Le second envisage leur implication auprès des milieux lettrés et les formes d’une « diplomatie culturelle ». Les questions méthodologiques et historiographiques relatives à l’analyse des « bibliothèques de diplomates » font l’objet du troisième axe. Enfin, le quatrième axe propose de faire retour, pour la fin de la période moderne, sur la figure problématique du diplomate écrivain.

Diplomates et gens du livre : une société de l’information

  • 6 De Vivo 2007. Petitjean 2013.
  • 7 Black 2001, p. 118.
  • 8 Rule – Trotter 2014, notamment p. 320-353.

4L’histoire de l’information, envisagée d’une manière large et multi-médiatique, constitue aujourd’hui un champ d’études particulièrement dynamique, se présentant comme une matrice pour repenser l’histoire du pouvoir et de la politique à l’époque moderne6. Si la question concerne toute la période, elle prend sans doute une acuité particulière à partir des dernières décennies du XVIIe siècle, alors que le désir de pénétrer les arcanes du pouvoir et la demande sociale d’information politique s’accentuent dans les sociétés européennes, que l’opinion publique, en tant que réalité sociale à surveiller et façonner, devient une préoccupation pour les pouvoirs, qu’émerge un journalisme d’analyse et d’opinion et que se met en place un véritable marché de l’information. Dans la mesure où les diplomates sont, d’abord et avant tout, des informateurs, leurs activités peuvent être envisagées, selon Jeremy Black, comme « un aspect de la société de l’information » que l’on voit alors émerger7. Dans une perspective plus centrée sur les formes du gouvernement par l’écrit, ils apparaissent comme des contributeurs essentiels de l’« État d’information » dans lequel la prise de décision politique s’appuie de plus en plus sur des ensembles d’éléments factuels et chiffrés8.

  • 9 Sans remonter aux travaux pionniers de J. Klaits, voir Bély 1990. Rule – Trotter 2014. Brétéché 20 (...)
  • 10 Sur les opérations menées depuis la Suisse par les diplomates français, Rule – Trotter 2014, p. 33 (...)
  • 11 Sur Utrecht en 1713, voir Bély 2007, p. 500, Brétéché 2015b et plus largement Hanotin – Poumarède (...)
  • 12 Brétéché 2015.

5Des publications récentes permettent de préciser la place des ambassadeurs dans ce système de surveillance et de façonnement de l’information politique qui repose sur toutes les ressources de l’imprimé, en même temps que sur celles de l’écrit, de l’image et de l’oralité. La période correspondant, en France, à la fin du règne de Louis XIV, a fait l’objet d’une série de travaux qui montrent l’évolution des perspectives historiographiques en la matière9. L’imprimé y apparaît comme une préoccupation constante et un levier de l’action diplomatique. On attend des ambassadeurs qu’ils rassemblent et envoient à leur ministre la production officielle locale, mais aussi les gazettes et les éphémères qui circulent dans les capitales, sous le manteau ou dans les librairies. Ils participent à la surveillance de la production pamphlétaire dont les autorités tentent d’endiguer la production et d’interdire l’entrée sur leur territoire. Depuis les grandes capitales diplomatiques européennes, les villes situées en terrain neutre10 ou celles qui accueillent les négociations de paix11, ils coordonnent des opérations de riposte et d’influence de l’opinion par la plume de pamphlétaires stipendiés et par le plomb d’imprimeurs de confiance. Leur rôle dans la production périodique d’information politique a aussi été précisé par des travaux récents, comme ceux de Marion Brétéché12. Ils fournissent à leur ministre de quoi alimenter les gazettes liées au gouvernement et reçoivent les plaintes relatives au traitement de l’information locale dans les gazettes de leur pays. Dans le même temps, ils veillent aux intérêts du pouvoir qu’ils représentent, s’assurent des informations qui circulent à son sujet dans la presse et constituent des sources d’information pour les journalistes locaux.

  • 13 Black 2001, p. 123-131.

6À partir de cette gamme d’actions, les recherches mettent en évidence l’expertise acquise en matière typographique par certains diplomates. Fins connaisseurs des lieux de production et de débit des imprimés, ils sont capables de décoder la matérialité des impressions, de repérer les signes qui trahissent une fausse adresse d’édition, de participer à la traque d’un ouvrage clandestin pour en identifier l’auteur et la ville de production, de mesurer l’intérêt ou l’effet contre-productif d’une action de censure ou de police, qui risquerait de donner à un vulgaire pamphlet un regain de popularité et d’attirer sur lui l’attention des autres puissances. Jeremy Black a mis en évidence les compétences étendues d’Horace Walpole, envoyé d’Angleterre à La Haye et à Paris dans la première moitié du siècle ; il évoque aussi le cas très suggestif de la traque par tout le réseau diplomatique anglais, d’Amsterdam à La Haye, de Rouen à Paris, d’une Histoire secrète de la duchesse d’Hanover prétendument imprimée à Londres13.

  • 14 L. Bély (Bély 1990, p. 263-264) détaille le cas de Louis Rousseau de Chamoy, plénipotentiaire à la (...)
  • 15 Cité par Bély 2015, p. 13-32.
  • 16 Schnakenbourg – Jeannesson – Jesné 2018.
  • 17 Brétéché 2015, p. 196-236.

7À l’inverse, les diplomates sont d’imaginer des dispositifs ad hoc pour mettre en circulation des informations destinées à infléchir l’opinion publique et à peser sur les rapports de force en contournant les instances locales de contrôle de l’imprimé14. L’efficacité de ces campagnes organisées depuis les capitales et relayées par les ambassadeurs s’appuie ainsi sur la connaissance qu’ils peuvent acquérir des milieux du livre locaux : structure de l’imprimerie et de la librairie, organisation des appareils de censure et de police, canaux officiels et officieux de circulation du livre et du non-livre, voire, plus finement, particularités typographiques locales. Les hommes de lettres qui entourent les ambassadeurs participent à cette entreprise de reconnaissance. L’abbé Jean-Baptiste Dubos, employé par Colbert de Torcy dans plusieurs missions secrètes et la négociation de traités de paix, maîtrise ainsi l’art de leurrer l’opinion par des impressions falsifiées : « Pour contrefaire les éditions d’Allemagne, il faut employer du mauvais papier qui soit très sale, se servir de caractères usés, et ce qui s’exprime en grec doit être imprimé en mauvais caractères. On reconnaît les éditions de Paris aux caractères grecs quand ils sont trop beaux. »15 Alors que la figure des experts et de l’expertise en diplomatie vient de faire l’objet de publications récentes, la question de l’imprimé mérite d’être ressaisie en ce sens16. Les travaux permettent enfin de mesurer ce que les diplomates font au monde du livre et de la presse dans les villes qu’ils occupent. Marion Brétéché a souligné la complexité des relations entre diplomates et journalistes dans les Provinces-Unies du début du XVIIIe siècle. Parmi d’autres, Jean Dumont et Jacques Basnage mettent au service de certains diplomates leur connaissance de la libraire, leur capacité d’action auprès des éditeurs et des auteurs et leurs compétences en matière d’écriture du temps présent. Leurs relations avec le monde diplomatique consolident en retour leur posture d’experts politiques et leur permettent de transformer ces liens en « atout de librairie », dans un contexte de construction du marché de l’information politique et de professionnalisation des rédacteurs de mercures17.

La diplomatie des lettres

  • 18 Fedi – Tongiorgi 2017. Del Vento et al. 2019. Klettengammer et al. 2021. Diplomazia delle lettere (...)
  • 19 Del Vento et al. 2019b, p. 12.
  • 20 Klettengammer et al. 2021b, p. vii.
  • 21 Forlesi 2021. Ces éléments avaient déjà été soulignés par M. Rosa et M. Verga.

8Information périodique et production pamphlétaire n’épuisent pas l’activité des diplomates et ce type de collaboration se retrouve dans tous les domaines de l’édition. Depuis quelques années, l’attention des historiens s’est ainsi portée sur la « diplomatie des lettres », en partant de l’observatoire privilégié que constitue la péninsule italienne. La dimension culturelle de l’activité des ambassadeurs en Italie avait déjà été étudiée sous certains aspects, comme la diffusion de la nouvelle culture scientifique, celle de la franc-maçonnerie, l’essor du marché de l’art ou celui du livre rare. Plusieurs entreprises collectives s’attachent désormais à éclairer les relations des diplomates anglais, français et impériaux avec les milieux littéraires et érudits italiens, les enjeux politiques de leur implication dans des entreprises éditoriales et l’usage des réseaux diplomatiques pour la circulation des livres entre l’Italie et le reste de l’Europe18. De ce point de vue, la péninsule italienne présente des spécificités qui en font un observatoire particulièrement stimulant : le fractionnement politique du territoire, le fonctionnement différencié des appareils de censure d’un État à l’autre, la forte concentration des représentations étrangères et des milieux lettrés à Rome créent les conditions de circulations complexes. Les recherches proposent ainsi d’examiner la manière dont les diplomates ont reconnu dans l’objet livre une autre manière d’agir politiquement et, à l’inverse, celle dont les auteurs de traités, de traductions, de vers ou de dédicaces ont saisi « la possibilité de s’affirmer grâce aux canaux de la politique19 ». Au-delà de leurs intérêts particuliers, il s’agit aussi pour ces hommes de lettres d’exploiter les ressources offertes par les acteurs, les lieux et les réseaux de la diplomatie pour construire l’idéal d’un cosmopolitisme culturel supérieur aux frontières et aux conflits politiques, une forme non-étatique de diplomatie lettrée20. Dans une des monographies relevant de ce filon d’études, Simone Forlesi a mis en évidence le rôle de patronage joué par les envoyés extraordinaires de la cour d’Angleterre à Florence auprès de la frange la plus anglophile des milieux lettrés toscans21. Dans le premier tiers du XVIIIe siècle, John Molesworth et Henry Davenant encouragent à la traduction de textes anglais à forte tonalité anti-despotique (comme le Caton de Joseph Addison, qui paraît en 1715 à Florence, ou la Lettre d’Italie du même, qui paraît à Londres en 1721, tous les deux traduits par Anton Maria Salvini). Ils facilitent également la publication à Londres de textes partiellement censurés ou mis à l’Index, ceux de classiques italiens (Boccace, Berni…) ou d’auteurs antiques (Lucrèce traduit par Alessandro Marchetti), qu’il aurait été compliqué de faire paraître dans la péninsule. Les enjeux politiques de ces opérations ne sont pas anodins : à un moment où se précise la perspective de l’extinction de la dynastie médicéenne et celle de voir le sort du grand-duché se jouer entre les mains des grandes puissances européennes, l’Angleterre entend bien faire entendre sa voix, à défaut de pouvoir imposer une solution républicaine.

  • 22 C’est un thème ancien dans l’historiographie des Lumières : voir Mirri 1959 pour la circulation de (...)
  • 23 Lebeau 2010, p. 169-179 ; Skornicki 2006. Vincent Gournay est la principale référence du libéralis (...)

9La contribution des diplomates à la circulation des idées de l’économie politique dans la seconde moitié du XVIIIsiècle est un autre aspect de la question22. Avec les négociants et les voyageurs, le monde diplomatique alimente les bibliothèques de travail des ministres et des grands serviteurs des États. Au moment de son ambassade à Paris entre 1750 et 1753, Kaunitz fait envoyer à la Bibliothèque impériale de Vienne les ouvrages de « l’école de Gournay » qui doivent servir à Joseph von Sonnenfels pour rédiger le nouveau manuel de sciences camérales pour l’université de Vienne23. S’il ne manque pas d’exemples pour montrer comment le personnel diplomatique a pu participer au renouvellement des références, toutefois, comme le souligne Christine Lebeau, les réseaux d’échange de la « République des administrateurs » se distinguent progressivement de ceux de l’univers diplomatique, tant dans leurs circuits que dans le type de documentation qui fait l’objet de leurs attentions respectives.

Diplomates et « livres sans frontières »

  • 24 Balayé 1988, p. 212.
  • 25 La préface du Catalogue publié en 1739 exalte la puissance de ce réseau d’approvisionnement, en mê (...)
  • 26 Chapron – Saada 2014, p. 238-244.

10La participation des diplomates à la circulation de la production imprimée intéresse plus largement les historiens du livre. Depuis deux décennies, l’espace est devenu une clé d’analyse majeure dans ce champ. Les historiens font l’hypothèse que le mouvement des livres participe à la construction de territoires et de communautés de lecture dont la géographie ne correspond que partiellement aux frontières politiques, avant le XIXe siècle des librairies nationales. Dans ces travaux, les diplomates apparaissent, de manière marginale mais récurrente, sur les deux versants du commerce du livre que sont l’achat et la vente, l’approvisionnement et la diffusion. Depuis la fin du Moyen Âge et la naissance des bibliothèques princières en Europe, ce sont des figures familières et des acteurs essentiels de l’enrichissement des collections centrales. Les travaux consacrés aux bibliothèques du XVIIIe siècle suggèrent toutefois que leur rôle tendrait à se restreindre avant la Révolution, au profit des réseaux de librairie. C’est ce que soulignait déjà l’étude (ancienne mais non remplacée) de Simone Balayé sur la Bibliothèque du Roi à Paris24. Grâce au soutien du comte de Maurepas, secrétaire d’État de la Maison du Roi, l’abbé Bignon se trouve au début des années 1730 à la tête d’une immense correspondance avec les représentations diplomatiques et consulaires françaises. Il les utilise pour repérer les nouveautés dans les pays où il n’a pas de relations avec les libraires, au Portugal, au Danemark, en Russie, mais aussi dans des villes a priori mieux connectées, comme Florence ou Londres, où les diplomates sont spécifiquement chargés de collecter non seulement des livres mais aussi des publications officielles et éphémères, placards, ordonnances, gazettes, toute l’écume de la production imprimée urbaine, ainsi que des copies de manuscrits25. Dans la seconde moitié du siècle, le recours aux réseaux diplomatiques semble moins massif : de manière significative, l’achat des livres anglais, d’abord confié au chargé d’affaires, passe entre les mains des libraires. L’évolution est d’autant plus frappante qu’elle se retrouve dans d’autres institutions. À la bibliothèque de l’université de Göttingen étudiée par Anne Saada, le baron de Münchhausen, membre du ministère à Hanovre et fondateur de l’institution (1734), met d’abord les services diplomatiques de George II au service de la bibliothèque. À partir des années 1760, le bibliothécaire Heyne construit un réseau très efficace de relations avec les libraires européens qui participe à la réputation de l’institution et diminue la part des acquisitions diplomatiques26.

  • 27 Tortorelli 2002.
  • 28 Schnakenbourg 2021, p. 283.
  • 29 Kirsop 1985.
  • 30 Chapron – Saada 2014.

11Tout au long de la période, les diplomates restent en revanche associés à la mise en circulation des ouvrages les plus coûteux et les plus prestigieux, ceux dont la dissémination se fait mal par les canaux habituels de la librairie. Les listes de souscription conservées pour la péninsule italienne ont été fortement exploitées par les historiens du livre : elles documentent les réseaux sur lesquels s’appuie le commerce du livre et fournissent des indices, sinon sur le lectorat de ces ouvrages, du moins sur les formes d’alliances entre les élites sociales et le monde de l’érudition27. Dans ces affaires, la présence du nom propre ne doit pas faire oublier la permanence du « double corps de l’ambassadeur », à la fois personne privée et représentant du prince28. Plutôt que de mesurer la part – forcément marginale – des diplomates parmi les souscripteurs, il paraît plus intéressant de réfléchir à la place qu’ils occupent dans cet « album de famille », y compris dans l’acception spatiale du terme29. L’étude du carnet d’adresses tenu par le bibliothécaire florentin Angelo Maria Bandini pour organiser la diffusion de son grand œuvre, le catalogue des manuscrits de la bibliothèque Laurentienne, met ainsi en évidence la présence de nombreux diplomates parmi les « signori che tengono Librerie e che son capaci di prendre il Catalogo ». Elle montre aussi leur très inégale répartition géographique : alors que Bandini s’appuie principalement dans l’Europe du Nord sur des relais savants, il compte sur son capital social, notamment dans les milieux diplomatiques, pour couvrir l’espace méditerranéen, ainsi que Paris et Vienne. Cette distribution constitue l’envers de ses relations savantes, mais elle reflète aussi l’intensité des circulations qui passent par Florence sur le chemin de Rome30. À l’inverse, l’investissement des ambassadeurs n’est pas un geste gratuit, car la constitution d’un réseau d’obligés fait partie de la tâche des envoyés en pays étranger.

  • 31 Mais aussi les animaux ou les produits alimentaires. Thépaut-Cabasset 2017. Bing – Landry-Deron – (...)
  • 32 Richefort 1998.
  • 33 Les sources existent : AMAE, série Mémoires et Documents, France, vol. 2037-2098, années 1662-1791 (...)
  • 34 Catalogue 1739 ; Chapron – Saada 2014.

12Enfin, à un niveau plus protocolaire, c’est souvent par les ambassadeurs que transitent les livres et les recueils de gravures que s’offrent les souverains, dans un geste d’une grande polysémie politique. Les pratiques de l’ars donandi et l’histoire des présents d’apparat font actuellement l’objet de nombreux travaux, stimulés par une approche anthropologique de l’histoire diplomatique et par le dynamisme de l’histoire de la culture matérielle31. Les livres apparaissent toutefois peu dans ces recherches souvent centrées sur les objets d’art et d’industrie. Dans une contribution déjà ancienne, Isabelle Richefort a retracé la pratique du don de livres qui se met en place sous le règne de Louis XIV32. On offre alors aux souverains européens de grands « livres de figures », reliés en maroquin avec les armes du roi, rassemblant des gravures de l’histoire d’Alexandre, des représentations des fêtes de Versailles ou des planches d’histoire naturelle. Les ambassadeurs des deux pays servent de relais dans ces circulations. En 1686, la remise d’un recueil de gravures aux « mandarins » envoyés par le roi de Siam s’inscrit dans une visite des fleurons manufacturiers et artistiques de la capitale, les Gobelins et l’Académie royale de peinture. Après une interruption liée à la guerre de la Ligue d’Augsbourg, ces envois de livres reprennent et se poursuivent au XVIIIe siècle, même si on manque encore d’une étude d’ensemble pour les cerner33. Prenons simplement un exemple, celui du catalogue de la Bibliothèque royale de Paris, qui fait au début des années 1740 l’objet d’envois aux princes européens34. L’ouvrage a une dimension stratégique : il met en lumière la richesse de la bibliothèque du roi de France et souligne la puissance de ses réseaux d’approvisionnement. L’espace politique est pensé de manière concentrique (Papauté et Empire, royaumes d’Espagne et d’Angleterre, puis de Portugal, de Naples, de Sardaigne et de Pologne), élargi encore entre mai 1740 et mai 1742 à la Russie, au Danemark, à la Valachie et à la Suède. Les exemplaires sont reliés en maroquin (et non en veau comme le reste du tirage) et confiés aux ministres des puissances résidant à Paris. Dans cette affaire, les ambassadeurs ne sont pas de simples truchements : ils sont les garants du respect des formules protocolaires. Le nonce apostolique et le représentant du roi de Portugal réclament ainsi que soient modifiés les termes de l’adresse rédigée par l’abbé Bignon, bibliothécaire royal, sur l’enveloppe accompagnant le premier volume du catalogue.

À quoi servent les bibliothèques ?

13À l’intersection des interrogations sur les circuits du livre et la diplomatie culturelle, les bibliothèques des ambassadeurs offrent de nombreuses perspectives d’étude. Les historiens y cherchent souvent des éléments pour éclairer la culture diplomatique de l’époque moderne et son évolution, pour comprendre la place des ressources livresques dans la pratique des négociations ou pour saisir la manière dont le livre participe à la construction de la figure sociale de l’ambassadeur. Les réflexions méthodologiques de l’histoire des bibliothèques se combinent à celles de l’histoire de la diplomatie pour mettre en évidence toute la complexité des fonctions attachées à ces collections, qui sont indissociablement un lieu de sociabilité, un instrument de travail, un signe social et culturel distinctif et un capital économique stabilisé.

  • 35 Béchu 2019.
  • 36 Ibid., p. 339.
  • 37 Black 2001, p. 130.
  • 38 Tóth 2020.

14Les sources qui s’offrent à l’historien pour reconstituer ces collections sont bien connues. L’exploration des inventaires après décès permet d’en repérer un certain nombre. À partir des inventaires des diplomates décédés à Paris au XVIIIe siècle, Claire Béchu souligne la quantité très variable des livres qu’ils possédaient35. La bibliothèque du baron de Zuckmantel, ancien ministre plénipotentiaire auprès de l’Électeur palatin et à Venise, qui meurt en 1779, compte 1 300 volumes, quand celle du marquis d’Ossun, ancien ambassadeur à Naples et en Espagne, mort en 1788, n’en a que 154. On ne peut toutefois apprécier correctement ces collections sans les inscrire dans un cycle de vie qui inclut la polyrésidence traditionnelle des élites sociales, les moments de partition liés à la carrière diplomatique et les opportunités d’accroissement que permet cette dernière. Certains diplomates emportent avec eux une fraction de leur bibliothèque au service de leur ambassade36, d’autres profitent de leur résidence pour accumuler des livres ou acquérir des collections entières37. Certains travaux s’efforcent ainsi de mettre en parallèle la composition de la bibliothèque et la carrière de l’individu, comme le propose Ferenc Tóth avec la bibliothèque du baron François de Tott, qui sert la France en Crimée, à Constantinople et dans les Échelles du Levant jusqu’à la veille de la Révolution38. Dans ce volume, Gilles Montègre précise que la bibliothèque formée par le cardinal de Bernis au palais De Carolis durant sa longue ambassade romaine doit être distinguée de celle qu’il avait rassemblée lors de son passage à l’archevêché d’Albi et laissée à son bibliothécaire au moment de son départ pour Rome en 1769.

  • 39 Charon – Parinet 2000.
  • 40 Catalogue 1727.
  • 41 Catalogue 1767.

15Les catalogues de vente fournissent une source complémentaire, quoique moins systématique, car toutes les bibliothèques d’ambassadeur ne sont pas dispersées en vente publique. L’intitulé du catalogue met souvent en évidence le titre de diplomate, de sorte que ces catalogues sont à la fois un lieu où se publie la figure de l’ambassadeur et le foyer d’où circulent les instruments de la science diplomatique39. À Paris, la bibliothèque de François d’Usson de Bonrepaus (1654-1719), intendant général des armées navales et de la Marine, puis ambassadeur au Danemark et en Hollande, est vendue en 1727. Le Catalogue de la bibliothèque de feu Monsieur de Bonrepaus, ambassadeur extraordinaire en Dannemarck, &c. souligne les fonctions diplomatiques occupées par le défunt et la bibliothèque présente de fait des spécificités marquées : traités politiques et réflexions sur le métier d’ambassadeur, histoires des Pays-Bas, dictionnaires et collections de gazettes40. Le titre du catalogue de la bibliothèque du comte de Guerchy (1715-1767) mentionne aussi ses missions diplomatiques, mais au terme d’une longue énumération des titres et fonctions occupées par ce militaire, gouverneur de Huningue en 1748, chevalier des ordres du roi en 1759, ambassadeur à Londres de 1763 à 176741. Seule la dominante secondaire des histoires d’Angleterre (57 titres) évoque cette partie de sa carrière, où il déploie pourtant une grande activité.

  • 42 Andretta – Péquignot – Waquet 2015.
  • 43 Scott 2007, en particulier p. 62-65 pour la place des traités de Wicquefort (1681), Callières (171 (...)

16En examinant le contenu des inventaires et des catalogues, la première tentation est d’interpréter la bibliothèque de l’ambassadeur comme un instrument de travail et de chercher à y retrouver les composantes d’une science de la diplomatie qui se structurerait au cours de l’époque moderne. De fait, la fonction a suscité la production d’ouvrages qui constituent une « bibliothèque sans murs », virtuelle et idéale. Traités relatifs à la fonction d’ambassadeur, mémoires d’hommes d’État et de diplomates, mais aussi histoire et géographie des pays et des maisons souveraines, manuels de négociation et recueils des grands traités de paix, traités juridiques et droit des gens, art de gouverner et théorie de la raison d’État, pensée économique, gazettes européennes et recueils de libelles constituent le bagage idéal du diplomate tel qu’il est décrit dans la littérature théorique, objet de recensions et d’analyses récentes42. Les prémices de l’institutionnalisation de la formation des diplomates au cours du XVIIIe siècle contribuent à donner une réalité palpable à ce corpus de référence, qui fait par ailleurs l’objet de traductions à l’initiative des autorités politiques43. De fait, les bibliothèques repérées ont un air de famille, d’autant plus visible qu’en les analysant, les historiens relèvent prioritairement ces noyaux durs.

  • 44 Lingnau 2020, p. 66.
  • 45 Surreaux 2019.

17Pour autant, l’analyse des bibliothèques comme instrument de travail et projection de la culture du diplomate reste souvent problématique, pour plusieurs raisons. Les premières, attendues, tiennent à l’histoire des bibliothèques. Beaucoup de collections privées incorporent des noyaux familiaux qui ne correspondent pas aux intérêts de l’individu, ou dont il peut au contraire réinvestir activement les livres sans les avoir lui-même choisis. D’autres raisons relèvent de la compréhension de la place tenue par la fonction diplomatique dans la trajectoire intellectuelle et sociale de l’individu. Avant la professionnalisation de la diplomatie au XIXe siècle, la charge d’ambassadeur peut n’être exercée que ponctuellement au cours de la carrière. Même dans le cas où ces fonctions ont durablement occupé l’individu, elles ne constituent pas le seul moteur de la constitution de la bibliothèque, qui reflète la pluralité des identités, sociale, culturelle, religieuse, politique, individuelle et familiale de son propriétaire. La très riche bibliothèque du collectionneur Pierre-Michel Hennin, qui compte cinq à six mille volumes en 1765, ne peut ainsi se lire au seul prisme de sa carrière diplomatique. Enfin, comme le souligne Anna Lingnau à propos de la bibliothèque du légat de Brandenbourg Friedrich Rudolf von Canitz à la fin du XVIIe siècle, la fonction diplomatique est longtemps considérée comme une des déclinaisons possibles du service du prince. Dans les villes de l’Empire, les jeunes gens de l’élite sont formés à un art politique « généraliste », la Notitia rerum publicarum ou « connaissance des choses publiques », qui les rend aptes à remplir toutes sortes de fonctions. Même si elle contient des livres relatifs à l’art diplomatique, la bibliothèque de Canitz est d’abord un « réservoir de connaissances politiques44 ». Il est ainsi difficile, voire illusoire, de chercher à comprendre la « culture de la négociation » d’un diplomate en considérant le seul catalogue de ses livres. La tentative faite par Simon Surreaux pour saisir la manière dont les maréchaux de Villars et d’Huxelles se sont préparés aux négociations d’Utrecht en analysant la composition de leurs bibliothèques, n’apparaît ainsi pas très concluante45. En réalité, c’est sans doute moins la partie imprimée des bibliothèques que leur partie manuscrite, conservée dans des portefeuilles ou sous forme de volumes reliés, qui constitue l’instrument de travail principal des diplomates.

  • 46 Lingnau 2020.

18Croiser la composition des bibliothèques avec d’autres sources permet toutefois de dépasser ces obstacles. Dans le catalogue de vente de la bibliothèque de Canitz, Anna Lingnau remarque la présence de pamphlets, certes relatifs à des missions confiées au légat (conflit entre le corps de ville et les citoyens de Hambourg en 1684-1686, crise de la succession de Saxe-Lauenbourg en 1689, négociations pour le traité d’Altona), mais publiés postérieurement à l’époque de sa mission. Ce geste particulier met en évidence la fonction mémorielle de la bibliothèque, car il s’agit sans doute moins de compléter ex-post l’information du diplomate que de documenter pour la postérité son action de légat et de négociateur. Les annotations présentes sur certains ouvrages permettent également à l’historienne de retracer la manière de lire de Canitz46.

  • 47 Je me permets de reprendre brièvement ici un exemple développé dans Chapron 2009, p. 40-41.

19Lorsqu’ils ont été conservés, les livres de comptes autorisent des lectures plus fines de la composition de la bibliothèque, car ils permettent de situer les achats dans leur contexte. Ceux du marquis florentin Ferdinando Matteo Maria Bartolomei éclairent la logique de la collection qu’il rassemble à Vienne au moment où il tente de faire entendre la voix toscane dans les tractations internationales sur l’avenir du Grand-Duché47. Entre 1726 et 1741, les livres de comptes mentionnent l’achat de 150 ouvrages. C’est toute une bibliothèque de travail qui est bâtie pour soutenir la frénétique, bien qu’impuissante activité du diplomate. Les rééditions récentes des historiens du XVIIIe siècle comme Tillemont ou de Thou, les histoires de Pologne, de Belgique, de Hongrie, les grandes généalogies des familles régnantes forment un socle historique solide. Les acquisitions juridiques et diplomatiques (traités de droit féodal et de droit public allemand, grands recueils diplomatiques de Rymer, Lünig et Rousset) doivent fournir les arguments nécessaires pour contester le statut féodal du Grand-Duché. Afin de rester informé des derniers développements militaires et politiques susceptibles de peser sur les négociations, il se fait adresser les gazettes françaises, italiennes, hollandaises, allemandes et les opuscules produits par les juristes et lettrés stipendiés par les forces en présence. Consciencieux, Bartolomei réunit enfin des mémoires d’ambassadeurs et des traités sur la fonction diplomatique comme le Ministre public dans les cours étrangères de J. de La Sarraz du Franquesnay (Amsterdam, 1731). En dehors des achats liés à sa mission (qui représentent les quatre cinquièmes des ouvrages identifiés), le marquis acquiert une dizaine d’ouvrages religieux d’évidente sensibilité janséniste et de très nombreux livrets d’opéra (activité qui remplit une double fonction de loisir et de représentation). Il reçoit enfin un certain nombre d’ouvrages fort coûteux, d’art ou d’antiquariat (le recueil des statues antiques de Zanetti, le Museum florentinum, les Sigilli antichi de Manni, les antiquités étrusques de Gori, le dictionnaire de la Crusca), dont la plupart sont en réalité destinés à d’autres lecteurs, au bibliothécaire Garelli ou au nonce apostolique. Les achats de Bartolomei dressent finalement le portrait d’un homme accaparé par ses activités diplomatiques et mondaines, un homme dont les pratiques intimes du livre semblent se limiter aux méditations pieuses, un homme enfin conscient de la valeur de ce fonds professionnel, qu’il réunit en faveur de ses neveux au fidéicommis paternel.

  • 48 Tóth 2013.
  • 49 Félicité 2020b.

20Si certaines collections semblent en apparence plus éloignées du travail quotidien du diplomate, elles constituent parfois d’évidents foyers de soft power. Ferenc Tóth a mis en lumière le personnage de Charles Emeric Reviczky, diplomate hongrois au service des Habsbourg48. Formé à Vienne puis au cours de ses voyages en Europe et en Asie, il est nommé en 1772 envoyé extraordinaire plénipotentiaire en Pologne, puis ambassadeur à Berlin en 1781. C’est un homme instruit, polyglotte, traducteur du persan et du turc, collectionneur des éditions princeps des textes classiques. L’importance politique de sa bibliothèque n’échappe pas à ses contemporains, qui la décrivent comme un lieu de sociabilité pour les gens de lettres berlinois et un foyer de diffusion du « bon goût » typographique. Le catalogue raisonné de cette bibliothèque, préparé par l’ambassadeur lui-même et imprimé à un petit nombre d’exemplaires en 1784, constitue un ouvrage de référence pour les bibliophiles européens. Capital culturel qui contribue à asseoir la carrière et la figure du diplomate, la bibliothèque est aussi un capital économique que l’on peut rapidement mobiliser pour faire face à des obligations financières, à une époque où la carrière diplomatique suppose souvent que l’individu y mette du sien49. À Londres où il est envoyé en 1785, Reviczky est contraint de vendre sa collection à Lord Spencer pour la somme de 1 000 livres et une rente viagère de 500 livres.

  • 50 Ferrari 2008, p. 242.

21Quelle que soit leur composition, les bibliothèques des diplomates constituent souvent des ressources précieuses pour les milieux intellectuels urbains, car elles sont riches d’ouvrages qu’il est parfois difficile de trouver chez les libraires locaux. C’est le cas de la bibliothèque de Giovan Francesco Brunati, agent impérial posté à Rome de 1746 à 1806, étudiée par Stefano Ferrari. Archiviste d’ambassade et expéditionnaire, Brunati est l’un des agents les plus efficaces du Saint-Empire à Rome et un instrument de la politique ecclésiastique de la cour de Vienne. Sous couvert de son statut diplomatique, il rassemble une bibliothèque de 500 volumes comprenant de nombreux ouvrages interdits et un large ensemble d’ouvrages économiques et agronomiques. Les autorités impériales ont bien conscience du rôle d’agent d’influence qu’elle peut exercer, grâce aux prêts et aux échanges qui s’organisent autour de la collection. En 1778, Kaunitz fait parvenir à Brunati un opuscule relatif à la succession de Bavière, « afin qu’après l’avoir lu, vous puissiez la communiquer à qui vous le jugerez à propos pour l’information du public impartial50 ».

  • 51 Soll 2009.
  • 52 Chapron 2015.
  • 53 Rule – Trotter 2014, p. 321-325.
  • 54 En l’absence d’une véritable étude sur cette bibliothèque, voir Enaux – Lefort 1999.
  • 55 Lefèvre – Muzerelle 2008, p. 398.

22La question de l’usage des bibliothèques en diplomatie ne se limite pas aux collections privées. Au cours de la période moderne, la documentation manuscrite rassemblée par les ambassadeurs, transmise au sein des familles et récupérée par l’État est souvent conservée dans les bibliothèques centrales autant que dans les archives, même si l’institutionnalisation de cette ressource tend à se faire de plus en plus au profit des secondes. En la matière, le royaume de France constitue un cas de figure intermédiaire entre celui des États de la péninsule italienne, équipés d’archives centrales anciennes, et les pays du nord de l’Europe, qui en restent dépourvus. Pour la France, Jacob Soll a montré comment les réseaux diplomatiques avaient été mobilisés par Jean-Baptiste Colbert au moment de la constitution d’une double bibliothèque (la sienne et celle du roi) dont il entendait faire un système d’information sur les savoirs d’État et un instrument pour l’élaboration des politiques. Installée dans une belle salle du palais de la rue Vivienne, la bibliothèque des papiers d’État constitue le cœur du réacteur. Alimentée par toutes sortes de canaux d’information, elle sert à son tour de ressource aux diplomates de la famille Colbert51. À la même époque, la Bibliothèque du Roi s’enrichit de fonds familiaux de familles d’ambassadeurs, comme celle de Philippe et Hippolyte de Béthune (legs accepté en 1662) qui fait de la bibliothèque royale une quasi-archive des affaires étrangères, à une époque où le dépôt n’existe pas encore52. Progressivement pourtant, ces bibliothèques manuscrites sont identifiées comme des matières d’archives : si les papiers de Colbert finissent par rejoindre la Bibliothèque du Roi, la naissance du dépôt des Affaires étrangères est, toujours selon Jacob Soll, l’un des fruits les plus directs du système d’information pensé par le ministre. Les liens avec le dépôt naissant sont encore nombreux, de la présence du bibliothécaire Nicolas Clément au dépôt dans les années 1680, à la pratique des trains de reliure des papiers classés53. Mais ils tendent à se distendre dans les premières décennies du XVIIIe siècle. Significativement, lorsque le roi acquiert la bibliothèque du président de Mesmes (1731), l’essentiel rejoint la Bibliothèque du Roi mais une partie des volumes manuscrits est remise à Le Dran, garde du dépôt des Affaires étrangères. D’archives d’État au sein de la Bibliothèque du Roi, les papiers deviennent bibliothèque de documentation au sein du dépôt d’archives54. Pour autant, les bibliothèques publiques sont toujours identifiées par les diplomates comme des ressources documentaires importantes. Lors de son ambassade en Suisse entre 1748 et 1751, le marquis de Paulmy fait parvenir au comte d’Argenson le catalogue des manuscrits légués à la ville de Berne par Jacques Bongars, agent diplomatique d’Henri IV dans le Saint-Empire. Il souligne l’intérêt de ces papiers, que le bibliothécaire bernois lui a proposé de lui « confier secrètement » pour les faire copier. Il invite son oncle à faire examiner le catalogue par l’abbé Sallier, garde des manuscrits de la Bibliothèque du Roi, et de lui transmettre ensuite ses instructions55.

Carrière diplomatique et réputation littéraire

  • 56 Chénedé – Chosalland – Nathan 2011. Badel et al. 2012 et en particulier l’introduction, p. 21-28.
  • 57 Boutier – Landi – Rouchon 2009.
  • 58 Bély 2012, p. 35. Sowerby – Craigwood 2019.

23Dernier maillon de ce panorama historiographique, le lien entre fonctions diplomatiques et écriture a lui aussi fait l’objet de travaux récents56. La pratique est souvent considérée comme quasi-consubstantielle à l’activité diplomatique, en raison du rôle essentiel de la communication écrite dans la gestion à distance des intérêts de l’État57. La pratique de l’écriture personnelle, celle de la correspondance, la rédaction de mémoires « qui prolongent l’action ou la remplacent lorsque les missions s’achèvent » se développent dans le monde diplomatique (comme dans la noblesse en général) à partir de la seconde moitié du XVIIe siècle, de même que la participation des diplomates aux activités académiques58.

  • 59 Deloye 2020, p. 533-544. Voir aussi Bruley 2012.

24Un certain nombre de travaux tendent pourtant à réévaluer cette figure de l’« écrivain diplomate » et à en repousser la chronologie vers l’entre-deux-guerres, au moment où la diplomatie se professionnalise et où émerge une nouvelle conception de la littérature qui valorise le dévouement désintéressé à l’écriture. Cet état des lieux a conduit à faire retour sur les siècles précédents pour dénouer le lien « naturel » entre diplomatie et action d’écriture. Juliette Deloye souligne que la figure est parfois tributaire d’une reconstruction a posteriori (comme celle de Chateaubriand situant l’idée romantique d’écrire ses mémoires dans la Rome où il est secrétaire d’ambassadeur en 1803) et qu’elle occulte l’environnement humain et matériel du travail de l’ambassade, peuplé de toutes sortes de secrétaires et de copistes59. La réputation de bonne plume peut favoriser le déroulement d’une carrière politique, mais le savoir-écrire et le goût d’écrire entretiennent toujours des rapports complexes avec la publication, qu’il s’agisse de publication manuscrite ou imprimée, faite du vivant ou après la mort de l’écrivain. Les relations sont tout aussi complexes avec le nom d’auteur, qui peut être exhibé, masqué ou ostensiblement dissimulé.

  • 60 Waquet 2005 et 2015.

25L’articulation des missions à l’étranger et d’une carrière d’auteur peut se faire assez facilement à un niveau inférieur à celui des ambassadeurs, comme le montre l’exemple bien connu de François de Callières. Reconnu dans le monde des lettres, élu à l’Académie française en 1688, théoricien des « bons mots » et des « bons usages », il remplit dès l’âge de 22 ans différentes missions diplomatiques. Callières publie de nombreux ouvrages tout au long de sa vie, dont le traité de la Manière de négocier avec les souverains (1716) qui connaît une grande fortune éditoriale60. Mais Callières n’est qu’un personnage secondaire du monde diplomatique et l’ouvrage, qui publie d’une certaine manière l’expérience de la négociation du traité de Ryswick, ne paraît que plusieurs années après la disparition de Louis XIV, comme après un délai de rigueur ou de viduité après l’action.

  • 61 Celles du marquis Colbert de Torcy sont publiées dix ans après son décès, d’abord à La Haye et san (...)
  • 62 Béchu 2019.

26Chez les ambassadeurs, le goût des lettres échappe le plus souvent à la publication, comme c’est d’ailleurs la règle pour la noblesse en général. Leurs mémoires sont en général publiés longtemps après leur mort61. Comme le montre Gilles Montègre dans ce volume, ces publications posthumes peuvent toutefois s’inscrire dans des opérations politiques pilotées par d’autres diplomates – un chantier qu’il conviendrait de reprendre systématiquement. Le cardinal de Bernis est à la fois un contre-exemple et une bonne illustration de cette disjonction entre investissement dans les lettres et carrière diplomatique. Après avoir connu un succès rapide pour sa production poétique, il prend la décision d’y mettre un terme définitif en 1751, lorsqu’il s’engage « au service du roi dans les cours étrangères ». « Les premiers amusements de ma jeunesse, ne convenant plus à l’état sérieux que j’ai embrassé, seront rangés exactement sous les époques où ils ont été écrits », précise-t-il dans l’introduction de ses Mémoires. Malgré les efforts de Bernis pour cloisonner sa carrière poétique d’une part, sa carrière diplomatique de l’autre, la première agit sur la seconde, comme il le reconnaît lui-même : « Mes poésies contribuèrent à mon ambassade à Venise62 ».

  • 63 Barbier 2010.
  • 64 Ibid., p. 177-189.

27La combinaison des lettres et du service du roi peut parfois s’avérer plus problématique, comme le montre le cas du comte de Choiseul-Gouffier auquel Frédéric Barbier a consacré une étude63. Passionné d’Antiquité, le comte publie en 1778 un Voyage pittoresque de la Grèce. Lorsqu’il est nommé ambassadeur à Constantinople en 1784, son prédécesseur, Saint-Priest, relève que le Discours préliminaire de l’ouvrage, qui « invite nettement les Grecs à se soulever contre le joug ottoman », fait du nouvel ambassadeur « à peu près le seul Français qui dût être positivement exclu d’un tel choix64 ». Avec le marquis de Bombelles, un autre diplomate qui brigue le poste de Constantinople, les mauvaises langues du métier accusent Choiseul-Gouffier de s’intéresser plus à la poursuite de son livre qu’à la défense des intérêts politiques de la France dans le Levant. À l’annonce de cette nomination, l’ambassadeur d’Angleterre ne manque d’ailleurs pas de transmettre l’ouvrage au grand vizir. Choiseul aurait alors fait cartonner son Discours préliminaire pour l’offrir au Divan, présentant les autres exemplaires qui circulent en Europe comme des éditions contrefaites et fautives. En bref, le Discours préliminaire est un caillou gênant dans la chaussure de l’ambassadeur. La nomination de Choiseul-Gouffier montre toute la difficulté de concilier, dans ces années 1780, un programme intellectuel éclairé véhiculé par l’imprimé, celui d’une politique de modernisation et d’occidentalisation de l’Empire ottoman, et le service de l’État qui n’admet pas la contestation visible de l’ordre international par l’individu. Dans les années qui suivent, comme le montre encore F. Barbier, Choiseul ne rabat rien de son désir de moderniser la vie intellectuelle ottomane par différentes voies, notamment celle de la typographie. Il entreprend d’installer une imprimerie au Palais, fait venir des imprimeurs de Paris, correspond avec Anisson, le directeur de l’Imprimerie royale à Paris, et avec Antoine Caussin de Perceval, commis à la Bibliothèque du Roi, pour se procurer des caractères arabes, et se tourne finalement vers la fonderie Haas à Bâle. L’ambassade est munie de presses sur lesquelles sont imprimés, en 1787, des Éléments de castramétation et de fortification publiés en turc pour la formation des officiers de l’armée du sultan, et en 1790 des Éléments de la langue turque en français. Ces quatre premiers livres imprimés au Palais de France sont évidemment des raretés bibliophiliques, recherchées par les connaisseurs comme Pierre-Michel Hennin. Paradoxalement finalement, c’est l’isolement de Choiseul et les difficultés de la politique turque qui lui permettent de retourner à ses travaux érudits et de préparer la suite de son Voyage pittoresque.

  • 65 C’est l’hypothèse introductive formulée dans Fedi – Tongiorgi 2017.

28Dans le rapport que les diplomates entretiennent avec les livres et avec leurs livres, avec les bibliothèques et avec leurs bibliothèques, les continuités l’emportent sans doute sur les lentes évolutions à l’œuvre au XVIIIsiècle. Ces dernières, pourtant, ne sont pas anodines. Le rôle joué par les diplomates tend peut-être à se restreindre dans un certain nombre de domaines, comme dans les politiques d’approvisionnement des bibliothèques d’État qui se sont institutionnalisées, ou dans la circulation des références de l’économie politique qui passe plutôt – mais sans exclusive – par la « République des administrateurs ». À l’inverse, leur participation aux cérémonies de la diplomatie culturelle et aux guerres de l’information reste vive au cours du siècle. Leur implication croissante dans la production littéraire peut être interprétée comme une conséquence de l’importance (voire de l’autonomie) qu’ils acquièrent à la même époque dans le jeu des négociations diplomatiques65. Enfin, la construction d’une expertise et d’un art de faire reposant sur les ressources de la bibliothèque privée reste une réalité compliquée à saisir, malgré toute l’éloquence des portraits qui campent volontiers le diplomate au milieu de ses livres et de ses papiers.

Haut de page

Bibliographie

Ouvrages à caractère de source

Catalogue 1727 = Catalogue de la bibliothèque de feu Monsieur de Bonrepaus, ambassadeur extraordinaire en Dannemarck, Paris, Montalant, 1727.

Catalogue 1739 = Catalogue des livres imprimés de la Bibliothèque du Roi, Paris, Imprimerie royale, 1739-1753, 7 vol. 

Catalogue 1767 = Catalogue des livres de la bibliothèque de M. le comte de Guerchy, chevalier des ordres du roi, lieutenant-général de ses armées, colonel lieutenant de son régiment d’infanterie, gouverneur des villes et châteaux de Huningue et son ambassadeur auprès de Sa Majesté britannique, Paris, L.-N. Prévost, 1767.

Bibliographie secondaire

Andretta – Péquignot – Waquet 2015 = S. Andretta, S. Péquignot, J.-C. Waquet (dir.), De l’ambassadeur. Les écrits relatifs à l’ambassadeur et à l’art de négocier du Moyen Âge au début du XIXe siècle, Rome, 2015 (Collection de l’École française de Rome, 504).

Badel et al. 2012 = L. Badel et al. (dir.), Écrivains et diplomates. L’invention d’une tradition, XIXe-XXIe siècles, Paris, 2012.

Balayé 1988 = S. Balayé, La Bibliothèque nationale des origines à 1800, Genève, 1988.

Barbier 2010 = F. Barbier, Le rêve grec de Monsieur de Choiseul. Les voyages d’un Européen des Lumières, Paris, 2010.

Barbier 2020 = F. Barbier, Histoire des bibliothèques. D’Alexandrie aux bibliothèques virtuelles, Paris, 2021 (1re éd. 2013).

Béchu 2019 = C. Béchu, Les diplomates et le goût des lettres et des arts, dans Montègre 2019, p. 331-348.

Bély 1990 = L. Bély, Espions et ambassadeurs au temps de Louis XIV, Paris, 1990.

Bély 1998 = L. Bély (dir.), avec le concours d’I. Richefort, L’invention de la diplomatie : Moyen Âge-Temps modernes, Paris, 1998. 

Bély 2007 = L. Bély, L’Art de la paix en Europe. Naissance de la diplomatie moderne, XVIe-XVIIIe siècle, Paris, 2007. 

Bély 2012 = L. Bély, L’écrivain diplomate des temps modernes, entre nécessité politique et pratique culturelle, dans Badel 2012, p. 31-42.

Bély 2015 = L. Bély, Peut-on parler d’une culture diplomatique à l’époque moderne ?, dans Caliban. French Journal of English Studies, 54, 2015, p. 13-32.

Bertrand et al. 2016 = G. Bertrand et al. (dir.), Bibliothèques et lecteurs dans l’Europe moderne (XVIIe-XVIIIe  siècles), Genève, 2016.

Bing – Landry-Deron – Simon 2019 = Z. Bing, I. Landry-Deron, F. Simon (dir.), Des arts diplomatiques. Échanges de présents entre la Chine et l’Europe, XVIe-XVIIIe siècles, Extrême Orient Extrême Occident, 43, 2019.

Black 2001 = J. Black, British diplomats and diplomacy : 1688-1800, Exeter, 2001.

Boutier – Landi – Rouchon 2009 = J. Boutier, S. Landi, O. Rouchon (dir.), La politique par correspondance. Le susages politiques de la lettre en Italie (XVIe-XVIIIe siècle), Rennes, 2009.

Brétéché 2015 = M. Brétéché, Les compagnons de Mercure. Journalisme et politique dans l’Europe de Louis XIV, Ceyzérieux, 2015.

Brétéché 2015b = M. Brétéché, Du secret des négociations aux bals des plénipotentiaires. Informations et interactions entre diplomates et journalistes francophones des Provinces-Unies, du Luxembourg et de France pendant le congrès d’Utrecht, dans C. Mollfulleda, N. Sallés (dir.), Els Tractats d’Utrecht. Clarors i foscors de la pau. La resistència dels catalans, Barcelone, 2015.

Bruley 2012 = Y. Bruley, Le diplomate français au XIXe siècle, entre belles-lettres et littérature, dans Badel 2012, p. 43-56. 

Chapron – Saada 2014 = E. Chapron, A. Saada, La bibliothèque, la carte et le territoire, dans P.-Y. Beaurepaire (dir.), La communication en Europe. De l’âge classique au siècle des Lumières, Paris, 2014, p. 215-264.

Chapron 2009 = E. Chapron, Ad utilità pubblica. Politique des bibliothèques et pratiques du livre à Florence au XVIIIe siècle, Genève, 2009.

Chapron 2015 = E. Chapron, The "Supplement to All Archives": the Bibliothèque Royale of Paris in the Eighteenth-Century, dans Storia della storiografia, 68-2, 2015, p. 53-68.

Charon – Parinet 2000 = A. Charon, É. Parinet (dir.), Les ventes de livres et leurs catalogues, XVIIe-XXe siècle, Paris, 2000.

Chauvin 2019 = M. Chauvin, La place des miniatures dans les échanges diplomatiques entre les grandes puissances européennes et la Papauté (XVIIe-XVIIIe siècle), dans Revue Epistémè, 36, 2019, https://journals.openedition.org/episteme/5276.

Chénedé – Chosallad – Nathan 2011 = L. Chénedé, O. Chosalland, I. Nathan, Diplomates écrivains, XIXe-XXe siècles [catalogue d’exposition], Paris, 2011.

Deloye 2020 = J. Deloye, (Ré)écritures d’un ministère. Les Affaires étrangères de la monarchie d’Ancien Régime à la Restauration, thèse de doctorat, Université de Strasbourg, 2020.

De Vivo 2007 = F. De Vivo, Information and communication in Venice. Rethinking early modern politics, Oxford, 2007.

Del Vento et al. 2019 = C. Del Vento et al. (dir.), La diplomatie des lettres au dix-huitième siècle : France et Italie / La diplomazia delle lettere nel secolo diciottesimo : Francia e Italie, dossier monographique dans Chroniques italiennes, 37-1/2, 2019 [en ligne].

Del Vento et al. 2019b = C. Del Vento et al., Introduction. France et Italie au XVIIIe siècle : enjeux littéraires des relations diplomatiques, dans Id. 2019, p. 5-12.

Enaux – Lefort 1999 = A.-M. Enaux, I. Lefort, La bibliothèque du ministère des Affaires étrangères, dans Bulletin d’information de l’ABF, 183, 1999, p. 40-45.

Fedi – Tongiorgi 2017 = F. Fedi, D. Tongiorgi (dir.), Diplomazia e comunicazione letteraria nel secolo XVIII: Gran Bretagna e Italia / Diplomacy and literary exchange: Great Britain and Italy in the long 18th century, Rome, 2017.

Félicité 2020 = I. Félicité (dir.), L’identité du diplomate (Moyen Âge-XIXe siècle). Métier ou noble loisir ?, préface de L. Bély, Paris, 2020.

Félicité 2020b = I. Félicité, Pour dépasser le paradigme de la professionnalisation. Réflexions sur la situation financière des diplomates au XVIIIe siècle, dans Id. 2020, p. 407-420.

Ferrari 2008 = S. Ferrari, I libri di Francesco Brunati. La biblioteca di un funzionario cesareo nella Roma del secondo Settecento, dans F. Petrella (dir.), «Navigare nei mari dell’umano sapere». Biblioteche e circolazione libraria nel Trentino e nell’Italia del XVIII secolo, Trente, 2008.

Forlesi 2021 = S. Forlesi, Tra Londra e Firenze: letterati, diplomatici ed editori nel primo Settecento italiano, Pise, 2021.

Hanotin – Poumarède 2019 = G. Hanotin, G. Poumarède (dir.), La Diplomatie-monde : autour de la paix d’Utrecht 1713, Paris, 2019.

Kirsop 1985 = W. Kirsop, Pour une histoire bibliographique de la souscription en France au XVIIIe siècle, dans G. Crapulli (dir.), Trasmissione dei testi a stampa nel periodo moderno, Rome, 1985-1987, II, p. 255-282.

Klettengammer et al. 2021 = S. Klettengammer et al. (dir.), Diplomazia e letteratura tra Impero asburgico e Italia / Diplomatische und Literarische Beziehungen zwischen der Habsburgermonarchie und Italien (1690-1815), Rome, 2021.

Klettengammer et al. 2021b = S. Klettengammer et al., Introduzione, dans Id. 2021, p. vii-x.

Lebeau 2010 = C. Lebeau, Circulations internationales et savoirs d’État au XVIIIe siècle, dans P.-Y. Beaurepaire, P. Pourchasse (dir.), Les circulations internationales en Europe, vers 1680-vers 1780, Rennes, 2010, p. 169-179. 

Lefèvre – Muzerelle 2008 = M. Lefèvre, D. Muzerelle, La bibliothèque du marquis de Paulmy, dans C. Jolly (dir.), Histoire des bibliothèques françaises, 2, Les bibliothèques sous l’Ancien Régime, 1530-1789 [1989], Paris, 2008, p. 391-408.

Lingnau 2020 = A. Lingnau, Experience instead of professionalism. The Brandenburg Legate Friedrich Rudolf of Natiz (1654-1699) reflected in his library, dans Félicité 2020, p. 59-72.

Martin 2020 = V. Martin, Du noble ambassadeur au fonctionnaire public. L’invention du « diplomate » sous la Révolution française, dans Félicité 2020, p. 121-133.

Mirri 1959 = M. Mirri, Per una ricerca sui rapporti fra ‘economisti’ e riformatori toscani, l’abate Niccoli a Parigi, dans Istituto Giangiacomo Feltrinelli, Annali II, 1959, p. 55-120.

Montègre 2019 = G. Montègre (dir.), Le cardinal de Bernis. Le pouvoir de l’amitié, Paris, 2019.

Petitjean 2013 = J. Petitjean, L’intelligence des choses. Une histoire de l’information entre Italie et Méditerranée (XVIe-XVIIe siècles), Rome, 2013 (Bibliothèques des Écoles françaises d’Athènes et de Rome, 354).

Richefort 1998 = I. Richefort, Présents diplomatiques et diffusion de l’image de Louis XIV, dans L. Bély (dir.), L’invention de la diplomatie : Moyen Âge-Temps modernes, Paris, 1998, p. 263-279.

Rule – Trotter 2014 = J.C. Rule, B. S. Trotter, A World of Paper. Louis XIV, Colbert de Torcy and the Rise of the Information State, Montréal-Londres-Ithaca, 2014.

Schnakenbourg 2013 = É. Schnakenbourg, Entre la guerre et la paix. Neutralité et relations internationales, XVIIe-XVIIIe siècles, Rennes, 2013.

Schnakenbourg – Jeannesson – Jesné 2018 = É. Schnakenbourg, S. Jeannesson, F. Jesné (dir.), Experts et expertises en diplomatie. La mobilisation des compétences dans les relations internationales du congrès de Westphalie à la naissance de l’ONU, Rennes, 2018.

Schnakenbourg 2021 = É. Schnakenbourg, Au-delà et en-deçà de la politique étrangère ? Écrire l’histoire des relations internationales et de la diplomatie à l’époque moderne, dans N. Le Roux (dir.), Faire de l’histoire moderne, Paris, 2021, p. 269-292. 

Scott 2007 = H. Scott, Diplomatic culture in old regime Europe, dans H. Scott, B. Simms (dir.), Cultures of power in Europe during the long eighteenth century, Cambridge, 2007, p. 58-85.

Shep 2008 = S.J. Shep, Books without borders. The transnational turn in book history, dans R. Fraser, M. Hammond (dir.), Books without borders, I, The cross-national dimension in print culture, Basingstokes, 2008, p. 13-37.

Skornicki 2016 = A. Skornicki, L’État, l’expert et le négociant : le réseau de la « science du commerce » sous Louis XV, dans Genèses, 65-4, 2006, p. 4-26.

Soll 2009 = J. Soll, The information master. Jean-Baptiste Colbert’s secret state intelligence system, 2009.

Sordet 2021 = Y. Sordet, Histoire du livre et de l’édition. Production et circulation, formes et mutations, préface de R. Darnton, Paris, 2021.

Sowerby – Craigwood 2019 = T.A. Sowerby, J. Craigwood, Cultures of diplomacy and literary writing in the early modern world, Oxford, 2019.

Surreaux 2019 = S. Surreaux, Négocier en maréchal de France : Huxelles et Villars, des chefs de guerre agents de la paix ?, dans Hanotin – Poumarède 2019, p. 357-376.

Thépaut-Cabasset 2017 = C. Thépaut-Cabasset, Les présents du roi : le faste au service de la diplomatie, dans E. Caude, B. Rondot (dir.), Visiteurs de Versailles : voyageurs, princes, ambassadeurs 1682-1789, Paris, 2017, p. 130-137.

Tortorelli 2002 = G. Tortorelli (dir.), Biblioteche nobiliari e circolazione del libro tra Settecento e Ottocento, Bologne, 2002.

Tóth 2013 = F. Tóth, Charles Émeric de Reviczky : diplomate, penseur militaire et bibliophile de l’époque des Lumières, dans F. Saupin, É. Schnakenbourg (dir.), Expériences de la guerre et pratiques de la paix. De l’Antiquité au XXe siècle. Études réunies en l’honneur du professeur Jean-Pierre Bois, Rennes, 2013, p. 169-180.

Tóth 2020 = F. Tóth, Vies parallèles. Deux diplomates bibliophiles hongrois entre Occident et Orient : François de Tott et Charles Émeric de Reviczky, dans Revue française d’histoire du livre, 141, 2020, p. 149-163

Waquet 2005 = J.-C. Waquet, François de Callières : l’art de négocier en France sous Louis XIV, Paris, 2005.

Waquet 2015 = J.-C. Waquet, Callières et l’art de la négociation, dans Andretta – Péquignot – Waquet 2015, p. 431-452.

Haut de page

Notes

1 Schnakenbourg 2021.

2 L’expression est empruntée à Shep 2008.

3 Sur les premières, Bély 1998 et 2007. Sur les secondes, voir les synthèses de Sordet 2021 et Barbier 2020.

4 Martin 2020.

5 Bertrand et al. 2016.

6 De Vivo 2007. Petitjean 2013.

7 Black 2001, p. 118.

8 Rule – Trotter 2014, notamment p. 320-353.

9 Sans remonter aux travaux pionniers de J. Klaits, voir Bély 1990. Rule – Trotter 2014. Brétéché 2015.

10 Sur les opérations menées depuis la Suisse par les diplomates français, Rule – Trotter 2014, p. 333-338.

11 Sur Utrecht en 1713, voir Bély 2007, p. 500, Brétéché 2015b et plus largement Hanotin – Poumarède 2019.

12 Brétéché 2015.

13 Black 2001, p. 123-131.

14 L. Bély (Bély 1990, p. 263-264) détaille le cas de Louis Rousseau de Chamoy, plénipotentiaire à la Diète de Rastisbonne, qui fait pénétrer dans les années 1701-1702 des pamphlets pro-français imprimés en Hollande, à Bruxelles et à Paris par les paquets diplomatiques des ministres, diplomates et princes. En sens inverse, les délégués à la diète de Ratisbonne glissent ces libelles imprimés dans les dépêches qu’ils adressent à leurs autorités, ce qui les rend souvent plus efficaces que des contacts directs, selon Rousseau de Chamoy.

15 Cité par Bély 2015, p. 13-32.

16 Schnakenbourg – Jeannesson – Jesné 2018.

17 Brétéché 2015, p. 196-236.

18 Fedi – Tongiorgi 2017. Del Vento et al. 2019. Klettengammer et al. 2021. Diplomazia delle lettere est aussi le nom d’une collection des Edizioni di Storia e Letteratura (Rome) dans laquelle sont publiés plusieurs de ces volumes.

19 Del Vento et al. 2019b, p. 12.

20 Klettengammer et al. 2021b, p. vii.

21 Forlesi 2021. Ces éléments avaient déjà été soulignés par M. Rosa et M. Verga.

22 C’est un thème ancien dans l’historiographie des Lumières : voir Mirri 1959 pour la circulation des références de la physiocratie française dans les milieux de gouvernement toscans sous le règne de Pierre-Léopold de Habsbourg-Lorraine.

23 Lebeau 2010, p. 169-179 ; Skornicki 2006. Vincent Gournay est la principale référence du libéralisme économique en France.

24 Balayé 1988, p. 212.

25 La préface du Catalogue publié en 1739 exalte la puissance de ce réseau d’approvisionnement, en même temps qu’il est son chant du cygne. Le comte de Plélo, ambassadeur au Danemark (1729-1734), y est distingué par son zèle, ramassant « toute la littérature du Nord », en toutes langues et sur toutes sortes de matières (Catalogue 1739, p. lxxviii).

26 Chapron – Saada 2014, p. 238-244.

27 Tortorelli 2002.

28 Schnakenbourg 2021, p. 283.

29 Kirsop 1985.

30 Chapron – Saada 2014.

31 Mais aussi les animaux ou les produits alimentaires. Thépaut-Cabasset 2017. Bing – Landry-Deron – Simon 2019. Chauvin 2019. Voir aussi la journée d’études « Le langage des présents. Choix, circulation et signification des présents d’apparat à l’époque moderne (XVIe-XVIIIe siècle) », organisée à l’INHA le 25 octobre 2019 et plusieurs thèses en cours.

32 Richefort 1998.

33 Les sources existent : AMAE, série Mémoires et Documents, France, vol. 2037-2098, années 1662-1791. Pour le règne de Louis XIV, BnF, ms. 14112-14113, « Recueil des présents faits par le Roy ».

34 Catalogue 1739 ; Chapron – Saada 2014.

35 Béchu 2019.

36 Ibid., p. 339.

37 Black 2001, p. 130.

38 Tóth 2020.

39 Charon – Parinet 2000.

40 Catalogue 1727.

41 Catalogue 1767.

42 Andretta – Péquignot – Waquet 2015.

43 Scott 2007, en particulier p. 62-65 pour la place des traités de Wicquefort (1681), Callières (1716) et Pecquet (1737) dans les bibliothèques des diplomates et leur traduction dans les différentes langues européennes.

44 Lingnau 2020, p. 66.

45 Surreaux 2019.

46 Lingnau 2020.

47 Je me permets de reprendre brièvement ici un exemple développé dans Chapron 2009, p. 40-41.

48 Tóth 2013.

49 Félicité 2020b.

50 Ferrari 2008, p. 242.

51 Soll 2009.

52 Chapron 2015.

53 Rule – Trotter 2014, p. 321-325.

54 En l’absence d’une véritable étude sur cette bibliothèque, voir Enaux – Lefort 1999.

55 Lefèvre – Muzerelle 2008, p. 398.

56 Chénedé – Chosalland – Nathan 2011. Badel et al. 2012 et en particulier l’introduction, p. 21-28.

57 Boutier – Landi – Rouchon 2009.

58 Bély 2012, p. 35. Sowerby – Craigwood 2019.

59 Deloye 2020, p. 533-544. Voir aussi Bruley 2012.

60 Waquet 2005 et 2015.

61 Celles du marquis Colbert de Torcy sont publiées dix ans après son décès, d’abord à La Haye et sans nom d’auteur en 1756, puis à Londres en 1757, deux adresses peut-être fictives.

62 Béchu 2019.

63 Barbier 2010.

64 Ibid., p. 177-189.

65 C’est l’hypothèse introductive formulée dans Fedi – Tongiorgi 2017.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuelle Chapron, « Livres, bibliothèques et diplomates au XVIIIe siècle : un état des lieux »Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines, 134-1 | 2022, 117-130.

Référence électronique

Emmanuelle Chapron, « Livres, bibliothèques et diplomates au XVIIIe siècle : un état des lieux »Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [En ligne], 134-1 | 2022, mis en ligne le 06 octobre 2022, consulté le 31 janvier 2023. URL : http://journals.openedition.org/mefrim/11965 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mefrim.11965

Haut de page

Auteur

Emmanuelle Chapron

Aix Marseille Université – emmanuelle.chapron@univ-amu.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Publications de l’École française de Rome
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search