Navigation – Plan du site

AccueilNuméros134-2Religion et humanitaire : renouve...Former des infirmières vietnamiennes

Religion et humanitaire : renouveau historiographique et chantier des archives Pie XII

Former des infirmières vietnamiennes

Les Filles de la Charité et l’école de la Croix-Rouge de Saïgon, 1934-années 1950
Marie de Rugy
p. 267-280

Résumés

À partir de 1934, les Filles de la Charité deviennent responsables de la formation d’élèves infirmières à l’école-dispensaire de la Croix-Rouge française à Saïgon. Commencée à la période coloniale, l’œuvre se poursuit après l’indépendance du Viêt Nam en 1954. En se fondant sur l’analyse d’archives inexploitées, celles des Filles de la Charité principalement, mais aussi de la Propaganda Fide sous le pontificat de Pie XII, il s’agit de mettre en lumière l’enjeu de la formation d’infirmières professionnelles par les sœurs, dans un moment de transition entre « mission civilisatrice », aide au développement et humanitaire. On verra comment l’activité de promotion féminine s’inscrit dans ces trois catégories et présente des continuités dans un contexte de guerre et de ruptures politiques.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 AFCP [Archives des Filles de la Charité, maison-mère, Paris], Relations avec la Province du Vietna (...)

J’ai dû répondre à tous les besoins sanitaires tant européens [et] vietnamiennes que Moï [populations des hautes terres] dans les camps des réfugiés du Tonkin situés à 40 km de Djiring ; pour le moment 6 000 réfugiés – on pense atteindre d’ici peu le nombre de 20 000. Pas une personne compétente pour soigner les malades. […] Je pars 2 fois par semaine avec l’ambulance de Djiring pour parcourir les camps et en fin de soirée je rentre avec la voiture remplie au max – 8 à 10 personnes triées parmi les malades les plus graves, la plupart atteint de typhoïde ou de typhus. Au retour à Djiring il faut les soigner1.

1C’est par ces mots que sœur Banet, Fille de la Charité en poste à la léproserie de Djiring, dans les Hauts-Plateaux du Viêt Nam, décrit la situation en janvier 1955. Les accords de Genève de juillet 1954 ont mis un terme à la présence coloniale française en Indochine, et la création de la République démocratique du Viêt Nam, au nord, suscite le déplacement vers le sud de 800 000 personnes, majoritairement des catholiques (600 000) qui fuient le régime communiste. Ces déplacements de populations seraient un objet d’étude en soi, pour lequel les archives Pie XII fourniraient un bon observatoire, ne serait-ce que pour analyser les politiques d’accueil mises en place par les supérieurs ecclésiastiques, mais aussi les mouvements d’entraide qui ont pu voir le jour à cette occasion.

  • 2 Ce triptyque est repris de deux articles, auxquels on renvoie pour une tentative de définition de (...)
  • 3 Duriez – Mabille – Rousselet 2007 ; Prudhomme 2007 ; Lachenal – Taithe 2009 ; Barnett – Stein 2012 (...)
  • 4 Brodiez – Dumons 2009 ; Okkenhaug – Sanchez-Summerer 2020 ; Brejon de Lavergnée 2023.

2Toutefois, ce qui nous intéresse ici est moins l’activité humanitaire des sœurs liée à l’urgence, dans un contexte de sortie de guerre, que leur activité de formation à l’école d’infirmières de la Croix-Rouge française de Saïgon, dans la période qui correspond au pontificat de Pie XII (1939-1958). À partir de la promotion et de la professionnalisation féminines, il s’agit de montrer les liens entre mission, développement et humanitaire2. Nombreux désormais sont les travaux qui ont souligné la continuité entre la « mission civilisatrice », versant colonial de la charité, de la bienfaisance et de la philanthropie du XIXe siècle, et les enjeux de développement et de l’humanitaire tels qu’ils apparaissent dans l’entre-deux-guerres ou à la fin des années 1960 respectivement. Au prisme du religieux, il s’agissait de mettre en lumière la persistance d’idéaux et de formes d’apostolat missionnaires dans les discours et les pratiques humanitaires3. Et inversement, de prouver que les missions portaient déjà en germe moult caractéristiques de l’humanitaire – secours en temps de guerre, catastrophes et urgence, enjeu politique, culture internationale, médiatisation, et recherche de financement4. L’école-dispensaire de la Croix-Rouge, créée en contexte colonial et poursuivie après l’indépendance vietnamienne, est un bon observatoire de ces continuités entre « mission civilisatrice » et humanitaire. On se demandera comment les Filles de la Charité, qui ont la charge de l’école, contribuent à la promotion féminine via la formation d’infirmières ; comment elles font face à la concurrence toujours plus importante des infirmières laïques, concurrence qui n’est pas étrangère au champ de l’humanitaire ; et comment le contexte de la décolonisation a un impact sur la formation de ce personnel, faisant apparaître un enjeu de développement pour l’État vietnamien nouvellement créé.

  • 5 Langlois 1984 ; Prudhomme 2004a ; Prudhomme 2004b. Pour un point historiographique, voir : Dumons  (...)
  • 6 Hardiman 2006 ; Faure 2012.
  • 7 Brejon de Lavergnée 2011, 2016 et 2018.
  • 8 Supérieur ecclésiastique, équivalent de l’évêque dans des territoires non encore érigés en diocèse (...)
  • 9 AFCP, Vietnam, 575/2 : Sr Durand, Dalat, 6 décembre 1946.
  • 10 Jusseaume 2016b ; Hugon – Plumauzille – Rossigneux-Méheust 2019.

3Ce faisant, on s’inscrit dans le renouveau que connaît l’histoire des congrégations féminines, à la suite des travaux de Claude Langlois sur un « catholicisme au féminin » et de ceux de Claude Prudhomme sur les missions, dans leurs liens avec la colonisation5. Alors que le rôle médical des missions protestantes est bien connu, il s’agit d’un chantier en cours côté catholique6. On souhaite y contribuer à partir de l’exemple des Filles de la Charité, qui sont d’abord des sœurs soignantes, et des actrices essentielles dans la formation d’un personnel infirmier. Fondées au XVIIe siècle, les Filles de la Charité, première congrégation féminine en nombre de sœurs à partir du milieu du XIXe siècle, arrivent en Indochine française à la fin des années 1920 : elles sont alors près de 40 000 dans le monde7. Elles rejoignent deux congrégations féminines présentes depuis les années 1860-1870, les sœurs de Saint-Paul de Chartres et celles de la Providence de Portieux, qui ne peuvent fournir davantage de personnel. Elles s’ajoutent aussi aux Amantes de la Croix, congrégation autochtone fondée en 1670 et progressivement intégrée par les différents vicaires apostoliques8. En 1935, il y a chez les Filles de la Charité douze sœurs européennes, une chinoise et cinq vietnamiennes ; en 1946, vingt européennes, une chinoise et cinquante vietnamiennes9. Cette explosion du nombre des sœurs vietnamiennes pose la question de leur formation humaine et spirituelle, ainsi que technique, cette dernière prenant toujours plus d’importance10.

  • 11 Jusseaume 2016 ; Brejon de Lavergnée 2018, p. 323-372.
  • 12 La bibliographie sur la Croix-Rouge française est assez pauvre, à la mesure du peu d’archives cons (...)
  • 13 Les bénévoles de la SSBM sont surtout des femmes issues de l’aristocratie, catholiques, conservatr (...)
  • 14 Durbecq 1995, note 2 p. 202.

4La manière dont les Filles de la Charité se sont adaptées en France face à la laïcisation des années 1900, à la professionnalisation imposée par l’État et à la « naissance de l’infirmière moderne » entre 1900 et 1930 a été bien étudiée11. Elles se tournent d’abord vers le diplôme d’infirmière de la Croix-Rouge, préparé via un réseau de dispensaires-écoles de l’association, qui contribue à former 355 sœurs (31 % des sœurs diplômées) de 1900 à 1921. Jusqu’en 1940, il s’agit en réalité de trois associations : la Société de secours aux blessés militaires (SSBM), fondée en 1864 ; l’Association des Dames françaises (ADF), en 1879 ; l’Union des femmes de France (UFF), en 188112. Des divergences dans les orientations politiques, religieuses, et l’origine sociale de leurs membres, expliquent les deux schismes13. Le but reste toutefois commun aux trois associations : fournir des infirmières bénévoles en temps de guerre ; après 1918, les activités se diversifient vers l’assistance aux populations pauvres et à l’enfance, à Paris et ailleurs. Les membres, à qui le modèle de la religieuse est présenté en exemple, ont des liens avec les Filles de la Charité. Ainsi, jusqu’en 1933, les bénévoles de l’ADF, n’ayant pas d’œuvre propre, travaillent dans les dispensaires des sœurs14. L’école-dispensaire de Saïgon ne fait doncpas figure d’exception mais apparaît comme l’extension dans les colonies de structures et de pratiques métropolitaines.

  • 15 Voir notamment : Tertrais 2004 ; Goscha 2018.

5Le contexte des années 1939-1958 en Indochine française, puis Viêt Nam, est marqué par la guerre15. La Seconde Guerre mondiale voit l’occupation japonaise de l’Asie du Sud-Est, à partir de septembre 1940 en Indochine ; elle débouche sur la guerre d’Indochine, de septembre 1946 jusqu’à l’été 1954. Les soubresauts de l’empire apparaissent peu dans la correspondance des sœurs, qui sont la cible des communistes ou les victimes collatérales des conflits. Bon nombre de sœurs vietnamiennes, passées par l’école d’infirmières ou non, sont envoyées en France en 1954 pour être à l’abri et poursuivre leur formation. La plupart reviennent cependant dans les années qui suivent : les autorités de la République du Viêt Nam (au sud), dont le catholique Ngô Đình Diệm est président à partir de 1955, sont favorables aux activités des sœurs, qui restent alors que la guerre du Viêt Nam se poursuit.

6Les archives générales des Filles de la Charité offrent une perspective privilégiée pour analyser leurs activités à l’école-dispensaire de Saïgon, bien documentées par les visites régulières des supérieurs et surtout les nombreuses lettres des sœurs. Un point de vue complémentaire sur la mission a été donné par les archives du pontificat de Pie XII, plus particulièrement via les rapports annuels des supérieurs ecclésiastiques envoyés à la Propaganda Fide, devenue la congrégation pour l’Évangélisation des peuples. Nous avons enfin utilisé les archives générales des Franciscaines Missionnaires de Marie [FMM], nées en Inde en 1877, pour élargir notre compréhension des enjeux autour de la formation d’infirmières autochtones : la présence de la supérieure générale aux côtés de celle des Filles de la Charité dans le comité d’organisation, restreint, du congrès des infirmières à Rome, en 1935, montre leur compétence en la matière.

7On s’intéressera d’abord aux enjeux de la formation d’infirmières autochtones en analysant le congrès d’infirmières catholiques à Rome en 1935, avant d’étudier les débuts de l’école à Saïgon, le contenu de la formation dispensé, les continuités et adaptations en temps de guerre, et l’importance de leur passage par la France en 1954-1956.

La formation d’infirmières autochtones par les congrégations : quels enjeux ?

  • 16 Knibiehler – Hess 2008 ; Chevandier 2011.
  • 17 Knibiehler – Hess 2008, p. 123.
  • 18 Cité dans Knibiehler – Hess 2008, p. 236.

8La formation d’infirmières vietnamiennes par les Filles de la Charité intervient dans le contexte plus général de l’entre-deux-guerres, marqué par la professionnalisation croissante du métier16. En France, conséquence de l’aura acquise par les ambulancières et autres soignantes pendant la Grande Guerre, un diplôme d’État d’infirmière hospitalière est créé par le décret du 27 juin 1922, et les administrations sont invitées à embaucher de préférence le personnel diplômé17. C’est surtout la création des assurances sociales (1928-1932), et le fait que seules les diplômées d’État peuvent signer les feuilles de soins, qui conduisent les sœurs à se conformer aux nouvelles exigences. En avril 1934, Mathilde Inchelin, Fille de la Charité et supérieure à l’hôpital Saint-Joseph, exprime sa satisfaction : « La cause est entendue, l’élan est donné, les religieuses prendront le diplôme d’État18. »

  • 19 Brejon de Lavergnée 2018, p. 344 : l’auteur accorde plusieurs pages à Mathilde Inchelin, qui joue (...)
  • 20 AFCP : L’Écho de la Maison-mère des Filles de la Charité de Saint-Vincent-de-Paul, octobre 1935 (...)

9Le congrès international des infirmières catholiques, organisé à Rome du 25 au 28 août 1935, manifeste la prise de conscience des enjeux auxquels sont confrontées les congrégations soignantes et les infirmières catholiques en général, et la volonté de la part de l’Église d’encourager les initiatives catholiques sur un terrain où elle n’est plus la seule actrice. Le congrès rassemble 2 000 personnes environ, dont 1 200 religieuses de vingt-huit nationalités différentes. Mathilde Inchelin, ancienne supérieure générale des Filles de la Charité, est nommée à la tête de la commission qui réunit diverses congrégations hospitalières en vue de la préparation du congrès, ce qui souligne la primauté de la congrégation et son expérience du rôle de l’infirmière19. Aux sessions d’études réservées aux congrégations religieuses sont abordés : 1) le diplôme d’État d’infirmière ; 2) l’organisation des écoles d’infirmières et la formation des monitrices ; 3) la formation particulière à donner aux infirmières envoyées dans les missions, et les écoles d’infirmières à créer pour les jeunes filles autochtones ; 4) le service social et la formation d’infirmières polyvalentes pour les services médicaux-sociaux20. Lors de l’audience du 27 août, les propos de Pie XI vont clairement dans le sens de la professionnalisation : 

  • 21 Bulletin de l’UCSS [Union catholique des services de santé et des services sociaux], 1935, n° 3 et (...)

Il faut absolument faire honneur à votre qualité, votre qualité première et souveraine, votre qualité de religieuses, de catholiques, de chrétiennes : vous devez faire à votre qualité l’honneur d’être d’excellentes infirmières […]. Il faut vous distinguer comme infirmières, comme excellentes infirmières, et si pour cela il faut vous procurer des diplômes, procurez-vous des diplômes autant qu’il en faut21.

  • 22 Archives générales FMM, Rome, B.5.196.1 : Congrès international des infirmières catholiques, Rome, (...)
  • 23 Ibid., fol. 2.
  • 24 Soetens 1996, p. 731-732 ; Cakpo 2013.
  • 25 Hardiman 2006 ; Diebolt – Fouché 2011.
  • 26 Pour cette citation et les suivantes : Archives générales FMM, Rome, B.5.196.1, cit.

10La concurrence des nurses protestantes et des infirmières laïques en contexte missionnaire est abordée par Mère Marguerite du Sacré-Cœur, supérieure générale des FMM22. Le vocabulaire est militaire : ce sont les sœurs missionnaires « qui soutiennent le choc de l’élan protestant » par leur générosité, et forcent l’admiration de « leurs adversaires »23. Le discours n’est pas étonnant, pas plus que le recours à des chiffres. Les statistiques recueillies pour l’exposition missionnaire du Vatican en 1925 établissent que les religieuses missionnaires étaient alors 24 10224. Les plus récentes évoquent 28 112 religieuses européennes aidées de 12 000 sœurs autochtones, avec un nombre croissant qui sont formées comme infirmières. En comparaison, les nurses protestantes n’étaient d’après leurs statistiques que 1 500 en 1926, mais très bien formées25. À la concurrence protestante ancienne s’ajoute celle des infirmières laïques. Face à cette pression, « l’armée des religieuses infirmières missionnaires26 » est une force croissante mais jamais en nombre suffisant : la métaphore militaire se poursuit et souligne combien les sœurs se considèrent comme le bras armé de l’Église catholique face aux autres confessions et à la sécularisation.

  • 27 Curtis 2010 ; Cova – Dumons 2012 ; Stornig 2013.

11Parce que le nombre d’infirmières diplômées européennes ne suffit pas dans les missions, il faut donc « se préoccuper sans hésitation » de la formation d’infirmières autochtones via l’obtention de diplômes. C’est d’abord un enjeu pour le rayonnement des catholiques dans un contexte de concurrence notable : « si ce ne sont pas les missionnaires catholiques qui prennent l’initiative, l’œuvre se fera sans eux, soit par les États, soit par les protestants ». Le vocabulaire militaire demeure : les infirmières diplômées catholiques pourront « constituer par leur formation morale, une armée d’avant-garde, de pénétration », qui est le rôle des sœurs dans les missions, pour pénétrer dans des lieux auxquels les prêtres n’ont pas accès, dans certaines familles, auprès de femmes malades, d’enfants mourants27. Les sœurs autochtones ont également une capacité de pénétration plus importante que les sœurs européennes dans des villages reculés ou auprès de personnes réticentes devant des étrangères. La formation d’un personnel soignant est ensuite une action charitable puisqu’il s’agit de « donner un gagne-pain des plus utiles aux jeunes filles élevées dans les orphelinats ou groupées dans les œuvres sociales et charitables ». Se rejoignent donc ici deux aspects de l’humanitaire : la formation d’un personnel qualifié et l’activité elle-même de venir en aide. Ils soulignent le rôle des congrégations religieuses dans l’éducation et l’émancipation des femmes autochtones, qu’il s’agisse de leur propre personnel ou non.

  • 28 Hardiman 2006, p. 33.
  • 29 Morlat 2003 ; Daughton 2006 ; Dufourcq 2009 ; Keith 2012
  • 30 Monnais 1999, p. 300.
  • 31 Ibid., p. 287-300.
  • 32 Ibid., p. 300.

12Qu’en est-il de la formation des infirmières à cette époque dans les colonies ? Hardiman établit qu’au moment de la Seconde Guerre mondiale, 90 % des infirmières indiennes sont chrétiennes et 80 % ont été formées dans des hôpitaux missionnaires28. Le rôle des protestants dans cette formation est sans doute très important, même si la part de catholiques et de protestantes n’est pas précisée, et si les FMM notamment ont des écoles de formation dans l’Inde britannique. Dans le cas du Viêt Nam, les tensions se sont manifestées moins avec les protestants qu’avec l’administration coloniale française, notamment au début du XXe siècle dans la lignée des lois anti-congréganistes en métropole, avec l’éviction des hôpitaux publics de toutes les sœurs soignantes en 190829. L’ouverture d’un cours d’infirmières laïques à Cholon, au sud de Saïgon, en 1909, pour former dans la colonie de futures infirmières françaises, est sans doute née de ces tensions mais constitue un échec : le cours s’avère peu rentable, avec un maximum de sept élèves par an, payées ensuite cinq fois plus que des sages-femmes vietnamiennes. En outre, les congrégations sont rapidement sollicitées de nouveau, une fois la période de crise passée, et leurs activités de soins placées sous le contrôle régulier des services de santé coloniaux. Le maintien des relations avec les congrégations rendait caduc ce type d’initiatives30. En revanche, la formation d’infirmiers-vaccinateurs et de sages-femmes autochtones est envisagée très tôt et la question de la « Viêt Namisation » d’un personnel subalterne est ancienne31. Depuis 1904, l’école de médecine de Hanoi, fondée en 1902, propose à des auxiliaires vietnamiens une formation au métier de sage-femme en deux ans, pour lutter contre une mortalité infantile alarmante. Une école pratique est mise en place à Choquan pour former des infirmiers qui puissent seconder les médecins, notamment pour la vaccination. Si l’école se solde par un échec, les chiffres de 1930 montrent cependant que l’indigénisation du personnel est en cours : on compte 122 infirmiers européens (dont 78 en Cochinchine) contre 3 133 Indochinois et 489 Ba Mu (= sage-femme, dont 459 pour le Tonkin)32. Et en 1938, il n’y a plus que 45 Européens, infirmiers et sages-femmes confondus. La complète indigénisation du personnel est donc en bonne voie de réalisation.

13La création de l’école d’infirmières de la Croix-Rouge à Saïgon en 1934 intervient dans ce contexte. Comment les Filles de la Charité s’insèrent-elles dans le système mis en place et quelle formation proposent-elles ?

Les débuts de l’école de la Croix-Rouge de Saïgon : objectifs, diplômes, enseignements (1934-1939)

  • 33 AFCP, Vietnam, 575/7 : Sr Sempé, 14 juillet 1935.
  • 34 Ibid. : Sr Sempé, Saïgon (59 rue Chasseloup-Laubat), 12 juillet 1934.
  • 35 Ibid. : Sr Sempé, 23 février 1935.

14L’école, créée par la Croix-Rouge française, à la demande ou avec l’accord des autorités coloniales, a pour but de former et déployer des infirmières – européennes, métisses et vietnamiennes – dans les services des différents hôpitaux de la colonie, les cliniques, les dispensaires, les crèches, les léproseries, ou encore pour permettre les visites et les garde-malades à domicile, ce dernier service n’existant pas à Saïgon33. En cela, elle répond à un besoin de la colonie d’avoir un personnel féminin formé. Les autorités coloniales ne s’y trompent pas et soutiennent les sœurs dans leur entreprise. Sœur Sempé, arrivée avec les premières Filles de la Charité en 1928, diplômée d’État, est affectée en juillet 1934 à la direction de l’école, à la suite de la démission de la directrice de la Croix-Rouge34. De manière générale, les liens entre les sœurs et les Dames de la Croix-Rouge sont peu visibles. Le rapport de la visite effectuée en mars 1935 par sœur Lebrun, visitatrice (c’est-à-dire responsable de la province), souligne néanmoins l’entente qui règne sans difficulté entre les sœurs, qui ont toute autorité sur l’école, et les Dames de la Croix Rouge. Sœur Sempé évoque une retraite prêchée par un missionnaire « à nos Dames infirmières », « au temps de carême pour mieux les disposer au repos pascal35 ». Cela souligne surtout un enjeu d’accompagnement spirituel, sans fournir d’informations concrètes sur la répartition des tâches.

  • 36 Langlois 1984 ; Jusseaume 2016.
  • 37 Monnais 1999, p. 300.
  • 38 AFCP, Vietnam, 575/7 : Sr Sempé, 23 février 1935.
  • 39 Ibid. : Sr Sempé, 12 avril 1935.
  • 40 Leveau 1996.
  • 41 Archives de la Congrégation de Propaganda Fide, nuova serie [ACPF], vol. 800, 2548/1923 : Mgr Lécr (...)
  • 42 La chose n’est pas nouvelle. ACPF, vol. 213, 47590/1901 : Mgr G. B. Grosgeorge, vicaire apostoliqu (...)
  • 43 AFCP, Vietnam, 575/7 : Sr Sempé, 7 septembre 1935.

15L’objectif de l’école est multiple pour les sœurs : amélioration de la condition féminine, qui poursuit en terrain colonial la dynamique bien montrée pour la France du XIXe siècle36 ; soins aux femmes par les femmes, alors que cela ne semble pas être le cas jusqu’alors en Indochine, les vietnamiennes étant plutôt orientées vers la carrière de Ba Mu ou sage-femme et non d’infirmière37 ; pénétration de la population dans un souci d’évangélisation ; et naissance de vocations religieuses parmi les élèves infirmières, au contact des sœurs38. Qui sont ces élèves infirmières ? Une minorité seulement est chrétienne, 8 sur 24 en 1935, soit un tiers, ce qui fait de la conversion et de l’accompagnement spirituel de ces jeunes filles un vrai sujet39. En plus des élèves entrées chez les Filles de la Charité, s’ajoutent les sœurs vietnamiennes d’autres congrégations, notamment les Amantes de la Croix40. Cette congrégation autochtone fondée en 1670 par Mgr Lambert de La Motte, de la Société des Missions étrangères de Paris (MEP), est réorganisée dans les années 1920 en de multiples congrégations diocésaines. Très nombreuses, les sœurs manquent de formation dans tous les domaines41. Les congrégations européennes sont sollicitées par les différents vicaires apostoliques pour pallier ce manque42. Le 7 septembre 1935, sœur Sempé mentionne ainsi plusieurs sœurs Amantes de la Croix et souligne les compétences de ces élèves43.

  • 44 Ibid. : Sr Sempé, 14 juillet 1935.
  • 45 AFCP, Vietnam, 575/9 : Sr Pierron, Saïgon, 29 juillet 1950.
  • 46 AFCP, Vietnam, 575/2 : Sr Durand à Supérieure générale, Maison centrale, Dalat, mai 1941.
  • 47 AFCP, Vietnam, 575/7 : Sr Sempé, 10 octobre 1935.
  • 48 Ibid. : Sr Sempé, 16 décembre 1937.

16Dès le départ, il y a la volonté de former Européennes et métisses – il n’est pas encore question des vietnamiennes – au diplôme d’État, afin qu’elles aillent travailler dans les cliniques et hôpitaux pour Européens et élites colonisées44. Après plusieurs années de démarches, il apparaît que l’école permet de préparer un diplôme « valorisé au diplôme d’État français45 ». L’éloignement d’une faculté semble être un facteur explicatif46. S’il ne s’agit pas formellement du diplôme d’État, semble-t-il, l’équivalence est admise. Les autres diplômes de la Croix-Rouge délivrés par l’école – certificat d’auxiliaire ou diplôme simple par exemple –, sont rapidement reconnus par les autorités coloniales, qui assurent de ce fait les débouchés des jeunes vietnamiennes. Un arrêté du Gouverneur général de l’Indochine en octobre 1935 tient compte du diplôme de la Croix-Rouge suivi de trois années de stage dans un hôpital pour l’obtention du diplôme de l’AMI, l’Assistance médicale indigène créée en 1905 en Indochine sur le modèle de ce qui existait dans les colonies françaises en Afrique47. Il s’agit bien d’une légalisation de l’école et d’une reconnaissance officielle de la formation qui y est dispensée. Il est complété deux ans plus tard par un autre décret qui assure chaque année le recrutement de trois jeunes diplômées vietnamiennes pour les services de femmes dans les hôpitaux indigènes de la colonie48. Les débouchés sont donc assurés et témoignent de la satisfaction que donnent les infirmières vietnamiennes dans les hôpitaux.

  • 49 Leroux-Hugon 1992 ; Knibiehler – Hess 2008 ; Chevandier 2011 ; Diebolt – Fouché 2011

17Les différents modèles de formation des infirmières en France, avec une disparité nette entre le privé et public, ainsi qu’entre le modèle anglo-saxon de la nurse et celui de l’infirmière, sont désormais connus49. En 1922, la création du diplôme d’État accompagne celle d’un conseil de perfectionnement des écoles d’infirmières (CPEI), qui conduit à une uniformisation des programmes, des examens, et un programme officiel arrêté le 24 juin 1924, qui précise notamment que la directrice se réserve les cours de morale professionnelle, ce que l’on retrouve à l’école de Saïgon. Cette dernière s’inscrit dans la lignée des autres écoles de la Croix-Rouge en France, et on peut dessiner les contours de la formation à partir de ce qui en ressort dans les correspondances et lors des visites effectuées par la provinciale.

  • 50 BV [Bibliothèque vincentienne], 4434 : notices nécrologiques 1952, Sr Marie-Mathilde-Joséphine Sem (...)
  • 51 AFCP, Vietnam, 574/2, Visites régulières des établissements de la province du Viêt Nam : comptes r (...)
  • 52 Ibid.
  • 53 AFCP, Vietnam, 575/7 : Sr Sempé, Saïgon, dispensaire-école de la CR (59 rue Chasseloup-Laubat), 18 (...)

18L’école propose trois niveaux de formation : certificat d’auxiliaire, diplôme simple et diplôme supérieur50. Le premier a le plus grand succès. Lors de sa visite en 1938, sœur Durand note qu’à la deuxième session, cinquante certificats d’auxiliaire, treize diplômes simples et deux diplômes supérieurs ont été obtenus51. Sans doute la majorité des élèves vietnamiennes est-elle formée comme auxiliaire, mais il serait faux de généraliser : parmi les Filles de la Charité, nombreuses sont les vietnamiennes qui reçoivent une formation d’infirmière ; et il y a des Françaises qui préparent le certificat d’auxiliaire52. En mars 1939, la préparation au certificat d’auxiliaires est suivie par des sœurs Amantes de la Croix qui ne parlent pas français, par trente-cinq vietnamiennes qui peuvent suivre les cours en français, et par douze Françaises53. Si la question de savoir qui assure les cours se pose ailleurs, celle de la langue est propre aux colonies, et demeure une gageure pour les sœurs.

  • 54 AFCP, Vietnam, 574/2, Visites régulières des établissements de la province du Viêt Nam : comptes r (...)
  • 55 Knibiehler – Hess 2008, p. 279
  • 56 AFCP, Relations avec la Province du Viêt Nam, 575/7 : Sr Sempé, Saïgon, dispensaire-école de la CR (...)
  • 57 Ibid. : Sr Sempé, 10 octobre 1935.
  • 58 Ibid. : Sr Sempé, 16 décembre 1937.
  • 59 Sr Trang, née en 1914 en Cochinchine, est entrée chez les Filles de la Charité à vingt ans, le 20  (...)
  • 60 BV, 727/2 : Manuel des Filles de la Charité servantes des pauvres malades à l’hôpital et dans la v (...)
  • 61 AFCP, 8 ; sur Mathilde Inchelin, voir plus haut.
  • 62 Brejon de Lavergnée 2018, p. 323.

19Comme en France, les cours sont prodigués, au commencement du moins, par des médecins – cinq médecins français et un docteur vietnamien, de façon différenciée donc en fonction du public54. Il est difficile de dire si, comme en France, les cours théoriques n’ont pas la cote car les médecins rabâchent, voire ne viennent pas55. Évoqués dans le compte rendu de la visite en 1935, ils disparaissent quelque peu ensuite, ce qui ne veut pas dire qu’ils ne poursuivent pas leur enseignement. En mars 1939, sœur Sempé mentionne la « Doctoresse en Chef56 » de la maternité, qui est leur professeur de puériculture pour le diplôme. Les sœurs dispensent aussi des cours. Le 10 octobre 1935, sœur Sempé demande une sœur supplémentaire pour pouvoir « assurer un enseignement convenable57 ». Le 16 décembre 1937, elle écrit que sa nouvelle compagne est d’une grande aide car elle-même ne pourrait « assurer les deux cours simple et supérieur58 ». En 1938, sœur Sempé assure toujours les cours de morale professionnelle en plus de son rôle de directrice, tandis que sœur Guérin donne les autres cours pour les trois niveaux, en français, et que sœur Trang enseigne en vietnamien pour le certificat d’auxiliaire aux jeunes filles qui ne parlent pas le français59. Elle s’appuie sur le manuel de formation des infirmières que les Filles de la Charité produisent en 1935 et qu’elle a elle-même traduit en vietnamien60. Il y a donc une recherche d’unité, à l’échelle de la congrégation, puisque la formation des vietnamiennes se fonde sur les mêmes outils que ceux destinés à l’ensemble des sœurs. De même, pour le cours de morale professionnelle, sœur Sempé utilise probablement le matériau disponible dans la congrégation, par exemple le cahier intitulé « Morale professionnelle », cours donné à l’hôpital Saint-Joseph à Paris en 1938-1939 par Mathilde Inchelin61. Il y est question du secret professionnel (qui remplace la notion de silence62), de la responsabilité de l’infirmière, de la tenue morale, des devoirs et qualités professionnels, de la méthode dans le travail, de l’emploi du temps, de l’attitude vis-à-vis du médecin, de l’hygiène, etc. Ce type de manuel n’est pas propre aux Filles de la Charité (on le trouve dans d’autres congrégations, comme les Petites Sœurs des Pauvres ou les Franciscaines Missionnaires de Marie par exemple). Il montre cependant, de nouveau, l’unité de formation recherchée à l’échelle de la congrégation, et qui bénéficie aux laïques, ainsi que l’adaptation des sœurs, moins au contexte local qu’aux évolutions de la profession d’infirmière de manière générale.

Fig. 1 – Élève(s) de l'école d'infirmières de Saïgon, vers 1950

Fig. 1 – Élève(s) de l'école d'infirmières de Saïgon, vers 1950

Légende au dos, probablement de la main de sœur Durand : « Giadinh, Viêt Nam Sud. Un bébé de la consultation des nourrissons. Le "cordon" qu’il porte est un objet religieux béni à la Pagode pour le protéger des mauvais esprits. Une élève de l’école d’infirmières de Saïgon en stage à Giadinh ».
Auteur : Haut-Commissariat de France en Indochine. Service français d’information. Service ciné photo. Reportage n° 1373/S. Photo n°47.
Source : AFCP, 3789.

  • 63 AFCP, Vietnam, 574/2, Visites régulières des établissements de la province du Viêt Nam : comptes r (...)
  • 64 AFCP, Vietnam, 575/7 : Sr Sempé, Saïgon, dispensaire de la Croix-Rouge (24 rue de Verdun), 20 nove (...)

20Aux cours s’ajoute la formation pratique, comme partout ailleurs. Les stages s’effectuent à l’hôpital indigène de Gia Dinh, dans la banlieue de Saïgon, pour lequel les Filles de la Charité sont arrivées en Indochine française en 1928, ainsi qu’au dispensaire antituberculeux attenant à l’école, où la sœur est d’ailleurs secondée, en 1938, par deux infirmières anciennes de l’école63. Ces expériences ne sont pas interchangeables : sœur Guérin passe une demi-journée à l’hôpital de Gia Dinh « pour corriger, enseigner, tout ce que l’insuffisance du dispensaire ne permet pas64 ». Le remplacement du personnel masculin par des infirmières vietnamiennes dans les hôpitaux indigènes, ou du moins certains d’entre eux, devient effectif. L’école est donc à la fois tournée vers la formation des jeunes vietnamiennes pour leur donner un diplôme et leur proposer une carrière, mais aussi pour les patientes vietnamiennes. Fondée sur le modèle européen par les enseignements et les stages qu’elle propose, elle est aussi ancrée dans les spécificités du contexte vietnamien par certains égards. La période de guerre qui s’ouvre en 1939 et dure bien au-delà de la période ici considérée renforce le caractère spécifique de l’école et de la formation des infirmières vietnamiennes.

Continuités et adaptation en temps de guerre (1940-1958)

  • 65 AFCP, Vietnam, 575/2 : lettre de Sr Durand, Thu Duc, Maison centrale, 29 mars 1940.

21Pendant la Seconde Guerre mondiale et l’occupation japonaise, l’école, comme les autres services de la Croix-Rouge, continue de fonctionner – ce n’est pas le cas partout, puisque l’invasion japonaise de mars 1945 conduit à l’enfermement de nombreux Européens, missionnaires compris. La difficulté semble tenir moins à la situation de guerre qu’à la santé déclinante des sœurs impliquées dans la direction et les enseignements de l’école. Sœur Guérin est d’abord en convalescence65. C’est ensuite au tour de sœur Sempé d’avoir des ennuis de santé, jusqu’à être finalement déchargée de l’école en 1946. Après une période difficile de changements fréquents à la tête de l’école, et une menace de laïcisation, une nouvelle période s’ouvre avec sœur Pierron, responsable à partir de fin août 1949 de la maison des sœurs à Saïgon dont dépend l’école.

Fig. 2 – Vue extérieure de l’école d’infirmières de Saïgon, 1949

Fig. 2 – Vue extérieure de l’école d’infirmières de Saïgon, 1949

Légende au dos, probablement de la main de sœur Durand : « École d’infirmières de la rue Thévenet. Croix rouge française (28/11/49). Vue extérieure de l’école. Saïgon »
Auteur : Haut-Commissariat de France en Indochine. Service français d’information. Service ciné photo. Reportage n° 1318/S. Photo n°2.
Source : AFCP, 3789.

Fig. 3 – Vue extérieure des salles de cours de l’école d’infirmières de Saïgon, vers 1950.

Fig. 3 – Vue extérieure des salles de cours de l’école d’infirmières de Saïgon, vers 1950.

Légende au dos, probablement de la main de sœur Durand : « Saïgon. École d’infirmières d’État. Les salles de cours ».
Auteur : Haut-Commissariat de l’Indochine. Bureau Presse Information. 429/3.
Source : AFCP, 3789.

  • 66 AFCP, Vietnam, 575/8 : Sr Fournier, 26 avril 1948.
  • 67 AFCP, Vietnam, 575/9 : Sr Pierron, 3 août 1951.
  • 68 Ibid. : Sr Pierron, Saïgon, 29 juillet 1950.

22La question de la langue, spécifique à la situation coloniale, montre les enjeux particuliers de la formation dispensée dans un moment de transition. En 1948, sœur Fournier mentionne « 30 élèves, toutes annamites et parlant parfaitement le français66 ». La maîtrise de la langue française n’est cependant pas également partagée. À l’examen d’aides médico-sociales (nouveau nom des auxiliaires) en 1951, 4 élèves sur 23 sont éliminées en raison de difficultés liées à leur niveau insuffisant en français67. On touche ici une limite de l’école, dans le décalage entre l’enseignement prodigué – encore majoritairement en français – et un public qui maîtrise de moins en moins la langue des colonisateurs. L’école n’est pas un cas à part, et les lettres des sœurs soulignent la nécessité grandissante d’accueillir des postulantes qui ne parlent pas le français. On voit donc se dessiner une période de transition, avant que la formation des sœurs, et des infirmières, ait lieu en vietnamien. La maîtrise du français, inversement, n’est pas suffisante pour réussir : en 1950, sœur Pierron écrit que la seule élève française, en première année, est arrivée dernière à l’examen68.

  • 69 Médecin, Nguyễn Văn Thinh (1888-1946) devient président de la République autonome de Cochinchine c (...)
  • 70 AFCP, Vietnam, 575/2 : Sr Durand, Dalat, 23 décembre 1949.
  • 71 En 1953, sœur Ngoan est nommée assistante à Nha Trang, où il faut une sœur infirmière, diplômée d’ (...)
  • 72 AFCP, Vietnam, 575/3 : Sr Durand, à bord du Viet-Nam, 7 mai 1954.

23La formation théorique est complétée par la pratique, avec des nouveautés concernant l’hôpital. En effet, dans le contexte troublé du début des années 1950, marqué par le soutien de la nouvelle République populaire de Chine aux communistes vietnamiens et plusieurs défaites françaises, les Filles de la Charité sont sollicitées par le président de la République autonome de Cochinchine et le directeur du service de santé, vietnamiens, pour prendre du service à l’hôpital Drouet. Ce dernier, situé à Cholon, dans la banlieue de Saïgon, était réservé jusque-là à un public européen et vietnamien aisé. Il est rebaptisé en 1951 hôpital du président Thinh69. Alors que les Français sont de moins en moins les bienvenus, les sœurs continuent à être demandées comme infirmières, ce qui est un atout pour la formation des jeunes vietnamiennes : « De plus, depuis longtemps, nous souhaitions l’admission dans un hôpital pour compléter la formation des élèves de l’École d’infirmières qui manquent beaucoup d’enseignement pratique70. » Les sœurs commencent à y travailler le 25 février 1950, sous la direction de sœur Pierron et de son assistante, sœur Ngoan, infirmière, diplômée d’État. La relève se dessine, avec les premiers postes de responsabilité pour les sœurs ietnamiennes71. Les Filles de la Charité s’adaptent donc avec succès dans cette situation de transition. En mai 1954, alors que la défaite de Dien Bien Phu est consommée le 7, le docteur Nghiep, ministre de la santé, demande trois sœurs, dont si possible une supérieure française, pour l’hôpital populaire de Saïgon, avec pour objectif de les remplacer à terme par des Vietnamiennes72. L’insertion des sœurs dans les hôpitaux va donc de pair avec le travail à l’école d’infirmière. Elle assure le versant pratique de la formation, un débouché pour les infirmières, et témoigne surtout du contexte de transition dans lequel évoluent les sœurs au moment de l’indépendance vietnamiennene : critiquée, contestée, leur présence est aussi sollicitée.

  • 73 Goscha 2016 ; Tréglodé 2018 ; Guillemot 2018.
  • 74 AFCP, Vietnam, 575/5 : Sr Llobet, Saïgon, lettre du 14 décembre 1954.

24Le véritable tournant se situe après les accords de Genève du 21 juillet 1954, qui mettent un terme à la colonisation française en Indochine. La création de la République démocratique du Viêt Nam au nord, communiste, entraîne l’exode de nombreux Vietnamiens, principalement catholiques, au sud, où la République du Viêt Nam a été instituée73. Les Filles de la Charité décident d’envoyer temporairement en France les plus jeunes sœurs vietnamiennes, qui seraient la cible privilégiée du Viêt-Minh, celui-ci cherchant à gagner à sa cause des prêtres et des religieuses74.

  • 75 AFCP, Vietnam, 575/3 : Sr Durand, Saïgon, 29 mars 1954.
  • 76 Sur l’école de Bordeaux : Diebolt – Fouché 2011, p. 120-132 ; Brejon de Lavergnée 2018, p. 339-341
  • 77 AFCP, Vietnam, 575/5 : Sr Llobet, Dalat, 28 novembre 1955 ; Sr Llobet, Saïgon, 2 décembre 1955.
  • 78 Ibid. : Sr Llobet, Saïgon (38 rue Thévenet), 11 décembre 1954 ; 14 décembre 1954. Sur l’hôpital Sa (...)
  • 79 AFCP, Vietnam, 575/5 : Sr Llobet, Dalat, 10 janvier 1955.
  • 80 Ibid. : Sr Llobet, Dalat, 20 avril 1955.

25Par des départs échelonnés entre le 15 décembre 1954 et le 8 mars 1955, le noviciat est progressivement vidé de ses occupantes, tandis que les sœurs malades et celles destinées à étudier sont aussi envoyées en France. Le 29 mars 1954, sœur Durand note que le gouvernement vietnamien offre une bourse de voyage et d’études à une infirmière diplômée d’État pour parfaire sa formation à l’école de puériculture du boulevard Brune à Paris75. Il devient donc un acteur dans le financement de la formation des infirmières, avec pour objectif de doter le pays de professionnelles compétentes, qui puissent prendre le relais au départ des Français. Sœur Marie-Ange, brillamment diplômée en 1951, est choisie. La supérieure générale, dont la réponse est au crayon sur la lettre, aimerait demander plutôt l’école de Bordeaux, ce qui n’est finalement pas possible76. Et le 28 novembre 1955, sœur Llobet écrit que le directeur de l’hôpital pour enfants de Saïgon, qui va ouvrir, et le directeur du service de santé au ministère, réclament pour l’hôpital sœur Marie-Ange, dont les études de puériculture ont été payées par le gouvernement vietnamien77. Elle ajoute qu’il est trop difficile de refuser, dans les circonstances actuelles, et que ce retour une fois les études achevées, d’une part donnerait espoir aux sœurs vietnamiennes et d’autre part, faciliterait vis-à-vis du gouvernement les demandes de visas de sortie. Parmi les sœurs malades, sœur Marie-Antoinette pourrait ensuite préparer son diplôme d’État et sœur Llobet la voudrait à l’hôpital de Montpellier suburbain, estimant qu’elle y serait bien à tous points de vue78. Elle pourrait même lui adjoindre sœur Monique, qui a déjà passé un examen d’entrée – à l’école d’infirmière – afin qu’elles travaillent ensemble. Et le 10 janvier 1955, sœur Llobet écrit qu’une autre sœur pourrait préparer le diplôme d’État avec elle, grâce aux facilités promises par le président du gouvernement vietnamien pour envoyer trois autres jeunes sœurs en France comme étudiantes79. Ce dernier contrôle le bon usage qui est fait des bourses attribuées : le 20 avril 1955, sœur Llobet évoque les vérifications effectuées directement pour les sœurs étudiantes à Montpellier80. Les supérieures ont donc des comptes à rendre au gouvernement vietnamien, qui finance la formation des jeunes sœurs vietnamiennes et attend un retour sur investissement. Cela souligne le passage de relais effectif entre l’État colonial et l’État vietnamien, mais aussi le besoin d’infirmières formées pour le jeune État indépendant, et enfin la reconnaissance de la formation assurée chez les Filles de la Charité et en France. Cela peut donc être considéré comme de l’aide au développement.

  • 81 Ibid. : Sr Llobet, Dalat, 11 février 1955.

26La formation des novices suscite elle aussi des échanges entre le Viêt Nam et la France, pour que les sœurs vietnamiennes soient formées selon leurs aptitudes81. Sr Llobet met aussi l’accent sur la nécessaire spécialisation :

  • 82 Ibid. : Sr Llobet, Dalat, 13 juillet 1955.

Je crois qu’elles sont développables, comme beaucoup de nos sœurs vietnamiennes, mais, jusqu’ici, très peu sont « spécialisées » en quelque chose… On a besoin d’une sœur de malades ? de classe ? de crèche ? impossible de trouver une petite « compétence » […] au moins, on aura des sœurs formées à nos diverses œuvres, ce qui manque totalement82

27Ces propos doivent être replacés dans le contexte de la prise de responsabilité récente de sœur Llobet, qui est arrivée au Viêt Nam un an auparavant et découvre donc, peut-être avec un peu de déception, le niveau insuffisant de formation et surtout de spécialisation des sœurs vietnamiennes. La notion de compétence, mise entre guillemets, souligne bien l’enjeu du savoir-faire professionnel.

  • 83 Ibid. : Sr Cormier, Dalat, 5 mars 1955.

28Au-delà des objectifs de formation au métier d’infirmière, le passage par la maison-mère, rue du Bac à Paris, apparaît comme un moment central pour les sœurs vietnamiennes, parce qu’elles se trouvent à la source, peuvent s’imprégner de l’esprit du fondateur et de la fondatrice de la congrégation. Sœur Marie-Antoinette y fait ainsi la retraite fin 1954 avant de rejoindre l’hôpital de Montpellier suburbain, tandis que les novices y terminent leur noviciat83. En octobre 1956, devant la difficulté croissante à obtenir des visas de sortie pour les postulantes, le noviciat ouvre de nouveau à Đà Lạt, au Viêt Nam, et marque l’accélération des retours des sœurs vietnamiennes parties en France, qui s’échelonnent sur plusieurs années.

  • 84 Ibid. : Sr Llobet, Dalat, 22 septembre 1957.
  • 85 Ibid. : Sr Llobet, Dalat, 11 octobre 1957.
  • 86 AFCP, Vietnam, 575/10 : M. Cartier, Dalat, 23 septembre 1962.

29À l’échelle individuelle, le passage par la France a pu présenter des difficultés et toutes les expériences n’ont pas été couronnées de succès. Ainsi, sœur Véronique, d’une nature fermée et compliquée, a eu une adaptation longue et pénible à l’hôpital de Saint-Germain-en-Laye84. La fermeture de ce dernier favorise le retour au Viêt Nam de la sœur, qui va poursuivre à Saïgon ses études d’infirmière. Pour beaucoup de sœurs cependant, le retour au Viêt Nam ne semble pas avoir la préférence, et certaines réussissent à rester en France. Le 11 octobre 1957, sœur Llobet autorise sœur Dao à rester, tout en n’étant pas dupe puisqu’elle estime que la sœur le voulait avant même de partir pour la France et qu’elle aurait trouvé une excuse quoi qu’il en soit85. Le père Cartier, lazariste et directeur des Filles de la Charité au Viêt Nam, manifeste son étonnement le 23 septembre 1962 devant l’autorisation accordée à sœur Luc de rester en France, alors qu’il s’agit selon lui de prétextes plus que de raisons valables : « l’opinion dans la Province ne comprendra pas pourquoi vous avez rappelé précédemment tant d’autres sœurs qui répugnaient autant qu’elle à rentrer au Viêt Nam86. » Cette répugnance est-elle à mettre au compte de la guerre, de la menace des communistes, de l’insécurité, ou faut-il aussi y voir l’attrait d’un pays développé, avec de nombreuses perspectives ? S’il est difficile de répondre à la question, elle met en lumière l’écueil de la fuite des cerveaux, que ne permet pas l’obéissance au sein de la congrégation : la formation en France est un passage rendu nécessaire par les circonstances, encouragé à certains égards par le gouvernement vietnamien, mais dans le seul but que les sœurs vietnamiennes contribuent ensuite au développement de leur pays.

Conclusion

  • 87 AFCP, Vietnam, 575/5, Sr Llobet, Dalat, 2 juillet 1958 ; 575/9, Sr Pierron, Saïgon, 16 juillet 195 (...)

30Cette étude de cas permet donc de souligner certaines continuités entre mission, développement et humanitaire. Par leur activité de formation, les sœurs contribuent à la professionnalisation et à l’émancipation de jeunes filles vietnamiennes, chrétiennes ou non, laïques et religieuses. La transition entre la « mission civilisatrice » et l’aide au développement est peut-être la plus visible dans les bourses accordées par le gouvernement vietnamien en 1954 pour une poursuite d’études en France, ainsi que dans l’adaptation qui est faite au niveau de la langue – le français est de moins en moins obligatoire dans la formation dispensée à l’école. L’humanitaire apparaît dans la dimension professionnelle, d’expertise, qui accompagne la compassion, ou la charité si l’on reste dans le registre de la mission. La concurrence entre différents acteurs, religieux ou non, peut aussi faire figure de continuité. La dimension internationale des Filles de la Charité, enfin, renvoie aussi à une caractéristique de l’humanitaire. Il y a une hiérarchie entre Rome, Paris et Saïgon : l’Église, la maison-mère de la congrégation et la mission locale. L’étude des relations entre ces pôles est centrale dans l’histoire des missions et se retrouve dans celle de l’humanitaire, entre le siège et le terrain. Le travail des Filles de la Charité fait d’ailleurs pleinement écho à l’encyclique Evangelii praecones du 2 juin 1951, où Pie XII aborde le sujet des missions catholiques. Fort de ce qu’il voit en Chine, en Corée et peut-être aussi en Indochine française, il revient sur la nécessité d’un clergé indigène pour prendre le relais, si les missionnaires venaient à être expulsés (§26). On a vu que l’indigénisation des congrégations était un aspect central de la période, et devient un impératif au moment de l’expulsion de tous les missionnaires en 1975. Pie XII souligne aussi que les missionnaires doivent « acquérir la formation professionnelle et les connaissances qui sont aujourd’hui requises en la matière » (§48). Il encourage ainsi la compétence professionnelle et notamment médicale. Les Filles de la Charité apparaissent donc comme la confirmation sur le terrain des vues romaines, poursuivant au temps de la décolonisation le travail commencé en situation coloniale. En juillet 1958, la Croix-Rouge française se retire et elles poursuivent d’ailleurs seules la formation des jeunes filles vietnamiennes, jusqu’à la nationalisation de l’école en 197587.

  • 88 AAV, Arch. Deleg. Viêt Nam e Cambogia : voir l'index correspondant, 1264/1264A.

31À partir de cette étude, plusieurs questions restent en suspens. Le contexte de la guerre replace les Filles de la Charité dans ce qui constitue le cœur de l’humanitaire : secours d’urgence, soin aux soldats, visites dans les quartiers bombardés de Saïgon, etc. Cela pourrait être documenté par leurs archives. Il en va de même de la question du financement des missions, qui ne concerne pas seulement les Filles de la Charité, mais pourrait faire apparaître d’autres continuités. Une autre piste consiste à replacer les activités des sœurs dans un cadre plus général, à partir des archives Pie XII : celles de la congrégation pour l’Évangélisation des peuples et de la congrégation pour les Religieux, afin de voir comment d’autres congrégations religieuses réagissent à la situation. Les archives de la délégation apostolique à Hanoi pourraient également éclairer les liens entre Rome et les congrégations sur place88. Celles de la Secrétairerie d’État (section des relations avec les États) permettraient de mettre au jour la politique romaine vis-à-vis du Viêt Nam dans une période charnière, celle de son accession à l’indépendance, et peut-être montrer les liens entre Rome et Ngô Đình Diệm. Ces quelques pistes, non exhaustives, montrent en tout cas les multiples manières qu’il y a d’interroger l’humanitaire au prisme du religieux, et inversement.

Haut de page

Bibliographie

Archives

AAV : Archives apostoliques vaticanes, Cité du Vatican.

AFCP : Archives des Filles de la Charité, maison-mère, Paris.

AGFMM : Archives générales des Franciscaines Missionnaires de Marie, Rome.

ACPF : Archives de la Congrégation de Propaganda Fide, Rome.

BV : Bibliothèque vincentienne, Paris.

Études secondaires

Atlani-Duault – Dozon 2011 = L. Atlani-Duault, J.-P. Dozon, Colonisation, développement, aide humanitaire. Pour une anthropologie de l’aide internationale, dans Ethnologie francaise, 41-3, 2011, p. 393-403.

Barnett – Stein 2012 = M. Barnett, J.G. Stein (dir.), Sacred Aid: Faith and Humanitarianism, Oxford, 2012.

Brejon de Lavergnée 2011 = M. Brejon de Lavergnée, Histoire des Filles de la Charité, XVIIe-XVIIIe siècle. La rue pour cloître, Paris, 2011.

Brejon de Lavergnée 2016 = M. Brejon de Lavergnée (dir.), Des Filles de la Charité aux Sœurs de Saint-Vincent-de-Paul. Quatre siècles de cornettes (XVIIe-XXe siècle), Paris, 2016.

Brejon de Lavergnée 2018 = M. Brejon de Lavergnée, Le temps des cornettes. Histoire des Filles de la Charité, XIXe-XXe siècle, Paris, 2018.

Brejon de Lavergnée 2023 = M. Brejon de Lavergnée, Archéologie de l’humanitaire. La charité sans frontières des « bonnes sœurs », dans Mouvement Social, à paraître en 2023.

Brodiez – Dumons 2009 = A. Brodiez, B. Dumons, Éditorial : Faire l’histoire de l’humanitaire, dans Mouvement Social, 227-2, 2009, p. 3-8.

Cakpo 2013 = É. Cakpo, L’exposition missionnaire de 1925. Une affirmation de la puissance de l’Église catholique, dans Revue des Sciences Religieuses, 87/1, 2013, p. 41-59.

Chevandier 2011 = C. Chevandier, Infirmières parisiennes, 1900-1950. Émergence d’une profession, Paris, 2011.

Chrastil 2008 = R. Chrastil, The French Red Cross, War Readiness, and Civil Society, 1866–1914, dans French Historical Studies, 31-3, 2008, p. 445-476.

Cova – Dumons 2012 = A. Cova, B. Dumons (dir.), Femmes, genre et catholicisme. Nouvelles recherches, nouveaux objets (France, XIXe-XXe siècles), Lyon, 2012.

Crapuchet 1999 = S. Crapuchet (dir.), Politique sociale d’Outre-mer, 1943-1960. Un devoir de mémoire à l’égard des pionnières, Ramonville Saint-Agne, 1999.

Crom 2008 = J.-P.L. Crom, La Croix-Rouge française pendant la seconde guerre mondiale, dans Vingtième Siecle. Revue d'Histoire, 101-1, 2008, p. 149-162.

Curtis 2010 = S.A. Curtis (dir.), L’autre visage de la mission. Les femmes, dans Histoire et Missions Chrétiennes, Numéro spécial de Histoire et Missions chrétiennes, 16, 2010.

Daughton 2006 = J.P. Daughton, An Empire Divided: Religion, Republicanism, and the Making of French Colonialism, 1880-1914, Oxford, 2006.

Diebolt – Fouché 2011 = É. Diebolt, N. Fouché, Devenir infirmière en France, une histoire atlantique ? 1854-1938, Paris, 2011.

Dufourcq 2009 = É. Dufourcq, Les aventurières de Dieu. Trois siècles d’histoire missionnaire française, Paris, 2009.

Dumons 2020 = B. Dumons, Pour une histoire transnationale du « catholicisme au féminin » (XIXe-XXe siècles). Circulations missionnaires, dévotions spirituelles, révolutions sociales et sexuelles, dans Revue de l'Histoire des Religions, 3, 2020, p. 423-445.

Durbecq 1995 = E. Durbecq, Femmes et œuvres. L’exemple des Croix-Rouges françaises, dans Recherches Contemporaines, Université Paris X – Nanterre, 3, 1995, p. 193-206.

Duriez – Mabille – Rousselet 2007 = B. Duriez, F. Mabille, K. Rousselet, Les ONG confessionnelles: religions et action internationale, Paris, France, 2007.

Faure 2012 = O. Faure, Missions religieuses, missions médicales et « mission civilisatrice » (XIXe et XXe s.) : un regard décalé, dans Histoire et Missions Chretiennes, 21-1, 2012, p. 5-18.

Goscha 2018 = C. Goscha, Global Wars and Decolonization in East and South-East Asia (1937-1954), dans M. Thomas, A.S. Thompson (dir.), The Oxford Handbook of the Ends of Empire, Oxford, 2018, p. 276-298.

Goscha 2016 = C.E. Goscha, The Penguin history of modern Viêt Nam, Londres, 2016.

Guillemot 2018 = F. Guillemot, Viêt-Nam, fractures d’une nation. Une histoire contemporaine de 1858 à nos jours, Paris, 2018.

Hardiman 2006 = D. Hardiman, Healing Bodies, Saving Souls: Medical Missions in Asia and Africa, Amsterdam, 2006.

Hudd 2019 = S. Hudd, Revisiting Christian Missionaries in the Straits Settlements: Blurring the Boundaries between Empire, Mission and Development, dans Journal of the Malaysian Branch of the Royal Asiatic Society, 92-1, 2019, p. 21‑39.

Hugon – Plumauzille – Rossigneux-Méheust 2019 = A. Hugon, C. Plumauzille, M. Rossigneux-Méheust, Travail de care, Numéro spécial de Clio. Femmes, Genre, Histoire, 49, 2019.

Jusseaume 2016 = A. Jusseaume, Soin et société dans le Paris du XIXe siècle. Les congrégations religieuses féminines et le souci des pauvres, Thèse de doctorat, Paris, Institut d’études politiques, 2016 (version remaniée en cours de parution).

Keith 2012 = C. Keith, Catholic Viêt Nam: a Church from Empire to Nation, Berkeley, 2012.

Knibiehler – Hess 2008 = Y. Knibiehler, O. Hess, Histoire des infirmières en France au XXe siècle, Paris, 2008.

Lachenal – Taithe 2009 = G. Lachenal, B. Taithe, Une généalogie missionnaire et coloniale de l’humanitaire : le cas Aujoulat au Cameroun, 1935-1973, dans Mouvement Social, 227-2, 2009, p. 45-63.

Langlois 1984 = C. Langlois, Le catholicisme au féminin. Les congrégations françaises à supérieure générale au XIXe siècle, Paris, 1984.

Leroux-Hugon 1992 = V. Leroux-Hugon, Des saintes laïques. Les infirmières à l’aube de la Troisième République, Paris, 1992.

Matasci – Desgrandchamps 2020 = D. Matasci, M.-L. Desgrandchamps, « Civiliser, développer, aider » : croiser l’histoire du colonialisme, du développement et de l’humanitaire, dans Histoire@Politique, 41, 2020, https://journals.openedition.org/histoirepolitique/284?lang=en, consulté en septembre 2022.

Monnais 1999 = L. Monnais, Médecine et colonisation. L’aventure indochinoise, Paris, 1999.

Morlat 2003 = P. Morlat (dir.), La question religieuse dans l’empire colonial français, Paris, 2003.

Okkenhaug – Sanchez-Summerer  2020 = I.M. Okkenhaug, K. Sanchez Summerer (dir.), Christian Missions and Humanitarianism in The Middle East, 1850-1950: Ideologies, Rhetoric, and Practices, Leyde, 2020.

Pineau 2014 = F. Pineau, La Croix-Rouge française. 150 ans d’histoire, Paris, 2014.

Prudhomme 2004a = C. Prudhomme, Missions chrétiennes et colonisation, XVIe-XXe siècle, Paris, 2004.

Prudhomme 2004b = C. Prudhomme (dir.), Une appropriation du monde. Mission et missions, XIXe-XXe siècles, Paris, 2004.

Prudhomme 2007 = C. Prudhomme, De la mission aux ONG de solidarité internationale : quelle continuité ?, dans B. Duriez, F. Mabille, K. Rousselet (dir.), Les ONG confessionnelles: religions et action internationale, Paris, France, 2007, p. 55-69.

Soetens 1996 = C. Soetens, Pie XI et les missions. Influences et circonstances majeures (1922-1926), dans Achille Ratti Pape Pie XI, Rome, 1996, p. 719-734.

Stornig 2013 = K. Stornig, Sisters Crossing Boundaries: German Missionary Nuns in Colonial Togo and New Guinea, 1897-1960, Göttingen, 2013.

Tertrais 2004 = H. Tertrais, Atlas des guerres d’Indochine, 1940-1990. De l’Indochine française à l’ouverture internationale, Paris, 2004.

Tréglodé 2018 = B. de Tréglodé (dir.), Histoire du Viêt Nam de la colonisation à nos jours, Paris, 2018.

Wanecq 2018 = C.-A. Wanecq, Sauver, protéger et soigner. Une histoire des secours d’urgence en France (années 1920-années 1980), Thèse de doctorat, Sciences Po Paris, 2018.

Haut de page

Notes

1 AFCP [Archives des Filles de la Charité, maison-mère, Paris], Relations avec la Province du Vietnam [désormais cité : Vietnam], 575/9 : Sr Banet, Djiring, 28 janvier 1955.

2 Ce triptyque est repris de deux articles, auxquels on renvoie pour une tentative de définition de ces termes, un point sur les discussions historiographiques qu’ils ont provoquées et une bibliographie : Atlani-Duault – Dozon 2011 ; Matasci – Desgrandchamps 2020.

3 Duriez – Mabille – Rousselet 2007 ; Prudhomme 2007 ; Lachenal – Taithe 2009 ; Barnett – Stein 2012 ; Hudd 2019.

4 Brodiez – Dumons 2009 ; Okkenhaug – Sanchez-Summerer 2020 ; Brejon de Lavergnée 2023.

5 Langlois 1984 ; Prudhomme 2004a ; Prudhomme 2004b. Pour un point historiographique, voir : Dumons 2020.

6 Hardiman 2006 ; Faure 2012.

7 Brejon de Lavergnée 2011, 2016 et 2018.

8 Supérieur ecclésiastique, équivalent de l’évêque dans des territoires non encore érigés en diocèses.

9 AFCP, Vietnam, 575/2 : Sr Durand, Dalat, 6 décembre 1946.

10 Jusseaume 2016b ; Hugon – Plumauzille – Rossigneux-Méheust 2019.

11 Jusseaume 2016 ; Brejon de Lavergnée 2018, p. 323-372.

12 La bibliographie sur la Croix-Rouge française est assez pauvre, à la mesure du peu d’archives conservées – beaucoup ont été détruites lors de la fusion en 1940. Voir néanmoins Durbecq 1995 ; Crapuchet 1999 ; Chrastil 2008 ; Crom 2008 ; Pineau 2014 ; Wanecq 2018. Les archives coloniales conservées en France ne permettent pas de connaître la genèse de l’école. Les archives du gouvernement de Cochinchine conservées à Saïgon pourraient peut-être apporter des renseignements complémentaires.

13 Les bénévoles de la SSBM sont surtout des femmes issues de l’aristocratie, catholiques, conservatrices, tandis que l’ADF regroupe davantage des protestantes issues de la bourgeoisie industrielle, plus à gauche ; l’ADF comprend des femmes de toute confession, plutôt libérales et centristes : Durbecq 1995, p. 196-197.

14 Durbecq 1995, note 2 p. 202.

15 Voir notamment : Tertrais 2004 ; Goscha 2018.

16 Knibiehler – Hess 2008 ; Chevandier 2011.

17 Knibiehler – Hess 2008, p. 123.

18 Cité dans Knibiehler – Hess 2008, p. 236.

19 Brejon de Lavergnée 2018, p. 344 : l’auteur accorde plusieurs pages à Mathilde Inchelin, qui joue un rôle important à l’hôpital Saint-Joseph et pour la formation des sœurs infirmières, avant de devenir supérieure générale et de poursuivre les initiatives quant à la formation de religieuses qui soient des infirmières compétentes.

20 AFCP : L’Écho de la Maison-mère des Filles de la Charité de Saint-Vincent-de-Paul, octobre 1935, p. 201-211.

21 Bulletin de l’UCSS [Union catholique des services de santé et des services sociaux], 1935, n° 3 et 4, compte rendu du congrès de Rome : cité dans Knibiehler – Hess 2008, p. 236.

22 Archives générales FMM, Rome, B.5.196.1 : Congrès international des infirmières catholiques, Rome, 25 au 29 août 1935, conférence de Mère Marguerite du Sacré-Cœur, « Les congrégations de religieuses missionnaires dans les missions ».

23 Ibid., fol. 2.

24 Soetens 1996, p. 731-732 ; Cakpo 2013.

25 Hardiman 2006 ; Diebolt – Fouché 2011.

26 Pour cette citation et les suivantes : Archives générales FMM, Rome, B.5.196.1, cit.

27 Curtis 2010 ; Cova – Dumons 2012 ; Stornig 2013.

28 Hardiman 2006, p. 33.

29 Morlat 2003 ; Daughton 2006 ; Dufourcq 2009 ; Keith 2012

30 Monnais 1999, p. 300.

31 Ibid., p. 287-300.

32 Ibid., p. 300.

33 AFCP, Vietnam, 575/7 : Sr Sempé, 14 juillet 1935.

34 Ibid. : Sr Sempé, Saïgon (59 rue Chasseloup-Laubat), 12 juillet 1934.

35 Ibid. : Sr Sempé, 23 février 1935.

36 Langlois 1984 ; Jusseaume 2016.

37 Monnais 1999, p. 300.

38 AFCP, Vietnam, 575/7 : Sr Sempé, 23 février 1935.

39 Ibid. : Sr Sempé, 12 avril 1935.

40 Leveau 1996.

41 Archives de la Congrégation de Propaganda Fide, nuova serie [ACPF], vol. 800, 2548/1923 : Mgr Lécroart, Compte rendu de la réunion plénière des Vicaires Apostoliques de l’Indochine, Saïgon, 20 juin 1923, fol. 12.

42 La chose n’est pas nouvelle. ACPF, vol. 213, 47590/1901 : Mgr G. B. Grosgeorge, vicaire apostolique du Cambodge, 28 octobre 1901, fol. 624-646.

43 AFCP, Vietnam, 575/7 : Sr Sempé, 7 septembre 1935.

44 Ibid. : Sr Sempé, 14 juillet 1935.

45 AFCP, Vietnam, 575/9 : Sr Pierron, Saïgon, 29 juillet 1950.

46 AFCP, Vietnam, 575/2 : Sr Durand à Supérieure générale, Maison centrale, Dalat, mai 1941.

47 AFCP, Vietnam, 575/7 : Sr Sempé, 10 octobre 1935.

48 Ibid. : Sr Sempé, 16 décembre 1937.

49 Leroux-Hugon 1992 ; Knibiehler – Hess 2008 ; Chevandier 2011 ; Diebolt – Fouché 2011

50 BV [Bibliothèque vincentienne], 4434 : notices nécrologiques 1952, Sr Marie-Mathilde-Joséphine Sempé, p. 16-34. Sur la notion d’auxiliaire en situation coloniale, sur le rôle des médecins auxiliaires indochinois, et celui des auxiliaires médicaux que sont les infirmiers et les sages-femmes, voir Monnais 1999, p. 269-314.

51 AFCP, Vietnam, 574/2, Visites régulières des établissements de la province du Viêt Nam : comptes rendus, 1935-1948.

52 Ibid.

53 AFCP, Vietnam, 575/7 : Sr Sempé, Saïgon, dispensaire-école de la CR (59 rue Chasseloup-Laubat), 18 mars 1939.

54 AFCP, Vietnam, 574/2, Visites régulières des établissements de la province du Viêt Nam : comptes rendus, 1935-1948.

55 Knibiehler – Hess 2008, p. 279

56 AFCP, Relations avec la Province du Viêt Nam, 575/7 : Sr Sempé, Saïgon, dispensaire-école de la CR (59 rue Chasseloup-Laubat), 18 mars 1939.

57 Ibid. : Sr Sempé, 10 octobre 1935.

58 Ibid. : Sr Sempé, 16 décembre 1937.

59 Sr Trang, née en 1914 en Cochinchine, est entrée chez les Filles de la Charité à vingt ans, le 20 juillet 1934. Elle obtient à l’école de Saïgon le diplôme d’infirmière et enseigne à l’école, avant d’être nommée première d’office au noviciat à Dalat dans les années 1940, puis d’entrer au conseil provincial en 1951. En août 1956, elle reprend la maison de Saïgon. Elle devient assistante provinciale en juillet 1965 et la première provinciale vietnamienne le 30 août 1969.

60 BV, 727/2 : Manuel des Filles de la Charité servantes des pauvres malades à l’hôpital et dans la visite à domicile, 1935. D’un très petit format, ce manuel mentionne les vertus de la sœur, les soins du corps, ceux de l’âme, le lien avec les médecins, les enjeux du service social. Il montre à la fois l’enjeu de préserver la spécificité de la vocation des sœurs et une adaptation du vocabulaire utilisé. Voir Brejon 2018, p. 323. Sur les manuels en usage dans les écoles d’infirmières : Knibiehler – Hess 2008, p. 271-277.

61 AFCP, 8 ; sur Mathilde Inchelin, voir plus haut.

62 Brejon de Lavergnée 2018, p. 323.

63 AFCP, Vietnam, 574/2, Visites régulières des établissements de la province du Viêt Nam : comptes rendus, 1935-1948.

64 AFCP, Vietnam, 575/7 : Sr Sempé, Saïgon, dispensaire de la Croix-Rouge (24 rue de Verdun), 20 novembre 1938.

65 AFCP, Vietnam, 575/2 : lettre de Sr Durand, Thu Duc, Maison centrale, 29 mars 1940.

66 AFCP, Vietnam, 575/8 : Sr Fournier, 26 avril 1948.

67 AFCP, Vietnam, 575/9 : Sr Pierron, 3 août 1951.

68 Ibid. : Sr Pierron, Saïgon, 29 juillet 1950.

69 Médecin, Nguyễn Văn Thinh (1888-1946) devient président de la République autonome de Cochinchine créée par les Français en juin 1946. Il se suicide en novembre, s’estimant dupé par les négociations directes entre les Français et le Viet Minh.

70 AFCP, Vietnam, 575/2 : Sr Durand, Dalat, 23 décembre 1949.

71 En 1953, sœur Ngoan est nommée assistante à Nha Trang, où il faut une sœur infirmière, diplômée d’État, pour les soixante bébés de la crèche « soignés avec les derniers perfectionnements de la science médicale ». AFCP, Viêt Nam, 575/3 : Sr Durand à la Supérieure générale, Dalat, 23 août 1953. Elle devient sœur servante, c’est-à-dire supérieure d’une maison, en 1955. AFCP, Viêt Nam, 575/5 : Sœur Llobet, Saïgon, 2 octobre 1955.

72 AFCP, Vietnam, 575/3 : Sr Durand, à bord du Viet-Nam, 7 mai 1954.

73 Goscha 2016 ; Tréglodé 2018 ; Guillemot 2018.

74 AFCP, Vietnam, 575/5 : Sr Llobet, Saïgon, lettre du 14 décembre 1954.

75 AFCP, Vietnam, 575/3 : Sr Durand, Saïgon, 29 mars 1954.

76 Sur l’école de Bordeaux : Diebolt – Fouché 2011, p. 120-132 ; Brejon de Lavergnée 2018, p. 339-341.

77 AFCP, Vietnam, 575/5 : Sr Llobet, Dalat, 28 novembre 1955 ; Sr Llobet, Saïgon, 2 décembre 1955.

78 Ibid. : Sr Llobet, Saïgon (38 rue Thévenet), 11 décembre 1954 ; 14 décembre 1954. Sur l’hôpital Saint-Éloi, aussi appelé suburbain : Brejon de Lavergnée 2018, p. 332-335. Construit au début du XXsiècle, dans une « belle et vaste campagne » à proximité de la ville, il comprend, à la veille de la Seconde Guerre mondiale, 850 lits, une quarantaine de sœurs, la moitié seulement salariée, toutes les infirmières étant diplômées, compétentes, selon les normes françaises.

79 AFCP, Vietnam, 575/5 : Sr Llobet, Dalat, 10 janvier 1955.

80 Ibid. : Sr Llobet, Dalat, 20 avril 1955.

81 Ibid. : Sr Llobet, Dalat, 11 février 1955.

82 Ibid. : Sr Llobet, Dalat, 13 juillet 1955.

83 Ibid. : Sr Cormier, Dalat, 5 mars 1955.

84 Ibid. : Sr Llobet, Dalat, 22 septembre 1957.

85 Ibid. : Sr Llobet, Dalat, 11 octobre 1957.

86 AFCP, Vietnam, 575/10 : M. Cartier, Dalat, 23 septembre 1962.

87 AFCP, Vietnam, 575/5, Sr Llobet, Dalat, 2 juillet 1958 ; 575/9, Sr Pierron, Saïgon, 16 juillet 1958.

88 AAV, Arch. Deleg. Viêt Nam e Cambogia : voir l'index correspondant, 1264/1264A.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Élève(s) de l'école d'infirmières de Saïgon, vers 1950
Légende Légende au dos, probablement de la main de sœur Durand : « Giadinh, Viêt Nam Sud. Un bébé de la consultation des nourrissons. Le "cordon" qu’il porte est un objet religieux béni à la Pagode pour le protéger des mauvais esprits. Une élève de l’école d’infirmières de Saïgon en stage à Giadinh ».Auteur : Haut-Commissariat de France en Indochine. Service français d’information. Service ciné photo. Reportage n° 1373/S. Photo n°47.Source : AFCP, 3789.
URL http://journals.openedition.org/mefrim/docannexe/image/12173/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Titre Fig. 2 – Vue extérieure de l’école d’infirmières de Saïgon, 1949
Légende Légende au dos, probablement de la main de sœur Durand : « École d’infirmières de la rue Thévenet. Croix rouge française (28/11/49). Vue extérieure de l’école. Saïgon »Auteur : Haut-Commissariat de France en Indochine. Service français d’information. Service ciné photo. Reportage n° 1318/S. Photo n°2.Source : AFCP, 3789.
URL http://journals.openedition.org/mefrim/docannexe/image/12173/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Fig. 3 – Vue extérieure des salles de cours de l’école d’infirmières de Saïgon, vers 1950.
Légende Légende au dos, probablement de la main de sœur Durand : « Saïgon. École d’infirmières d’État. Les salles de cours ».Auteur : Haut-Commissariat de l’Indochine. Bureau Presse Information. 429/3.Source : AFCP, 3789.
URL http://journals.openedition.org/mefrim/docannexe/image/12173/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 142k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie de Rugy, « Former des infirmières vietnamiennes »Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines, 134-2 | 2022, 267-280.

Référence électronique

Marie de Rugy, « Former des infirmières vietnamiennes »Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [En ligne], 134-2 | 2022, mis en ligne le 29 mars 2023, consulté le 15 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/mefrim/12173 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mefrim.12173

Haut de page

Auteur

Marie de Rugy

Université de Strasbourg – derugy@unistra.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search