Navigation – Plan du site

AccueilNuméros135-1Le regole dei luoghi. Spazi, isti...Coups de feu, rots et fessées

Le regole dei luoghi. Spazi, istituzioni e società nella città moderna (secoli XVI-XVIII)

Coups de feu, rots et fessées

La sociabilité régulée des maisons et terrains de tir dans les villes du Saint-Empire (XVIe siècle)
Jean-Dominique Delle Luche
p. 205-216

Résumés

Cette contribution analyse les règles appliquées au clos des tireurs des pays allemands. Son accès restreint confère un privilège aux « compagnons du tir », et l’exclusion est une marque de déshonneur. L’accueil d’étrangers ou le départ de délégations lors des concours de tir est l’occasion d’éprouver règlements et pratiques d’autres villes, voire d’entacher la réputation de la société et de la ville. En plus des règles de sécurité liées au maniement des armes, le clos des tireurs est un lieu de sociabilité masculine où les comportements sont régulés. Des textes normatifs sont fixés et amendés par les autorités urbaines, qui en confient l’application à une société qu’elles subventionnent et contrôlent. L’ordonnance reste le texte de référence pour les autorités et pour les usagers, qui l’invoquent pour restaurer l’ordre idéal face à des dérives individuelles ou à de nouvelles pratiques.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Delle Luche 2017, 2021.
  • 2 Pour une analyse des groupes associatifs dans le Saint-Empire : Fouquet – Steinbrink – Zeilinger 2 (...)

1La singularité des périphéries urbaines se manifeste non seulement au niveau de l’emprise du bâti ou des circulations de personnes et de biens, mais souvent encore au niveau des régulations et exemptions par rapport au centre-ville. Néanmoins, ces « terres urbaines », pour être moins affectées par la densité et la diversité des activités, ne sont pas pour autant un espace liminaire sans lois ni sans frontières. Le clos des tireurs, typique du paysage urbain de l’Europe du Moyen Âge tardif et de la première modernité, se distingue par son complexe architectural comme par ses usagers. Les membres des sociétés de tir y acquièrent une identité supplémentaire en plus de leur identité familiale, de leur statut de bourgeois et de leur situation professionnelle. Participer aux processions, aux exercices voire aux concours interurbains, avec le soutien des autorités, leur confère un surcroît d’honneur1. Néanmoins cette situation favorable dépend étroitement de l’image qu’ils projettent d’eux-mêmes. Cette contribution entend de ce fait interroger la situation paradoxale du clos des tireurs dans l’espace urbain du Saint-Empire. Nécessairement situé en dehors de l’enceinte, et gagnant par là une certaine intimité par rapport aux regards de la foule et des autorités, espace de l’exception, ce lieu est néanmoins saturé de dispositions internes qui découlent des pratiques spécifiques des tireurs mais apparaissent imposées par le pouvoir. L’histoire des groupes associatifs du Saint-Empire et de leurs règles a été abordée pour les métiers, les confréries ou encore les sociétés patriciennes et marchandes, même si l’étude spatiale a davantage envisagé la répartition de ces lieux de sociabilité et de pouvoir en ville, ainsi que les manifestations de ces groupes dans l’espace urbain telles que les processions, et souvent négligé l’étude des pratiques de sociabilité à l’intérieur de « leurs » lieux2. En plus des gestes fraternels et de communion et de la conjuration de la violence, pratiques habituelles des groupes collectifs et de la communauté urbaine et chrétienne, le clos des tireurs est un lieu où l’usage des armes et les émotions attachées à la performance sportive ainsi qu’au système économique des gains et des dépenses d’équipement et de consommation provoquent éclats et tensions, attirant alors l’attention des autorités. Plusieurs textes normatifs, ordonnances des sociétés de tir et règles énoncées dans les invitations aux concours interurbains, encadrent les comportements. Néanmoins, à partir d’autres éléments de documentation tels que les suppliques et plaintes, nous interrogerons l’importance du règlement écrit dans le maintien de la faveur des autorités ainsi que dans les rapports interpersonnels au sein des tireurs, démontrant à quel point le respect de l’ordonnance apparaît comme la clef de voûte du groupe.

Un espace associatif fermé et réglé

  • 3 Pour une analyse des espaces sportifs : Schattner 2016, p. 65-85 ; Rosseaux 2007.
  • 4 Peu d’éléments permettent d’apprécier la présence du public lors des tirs hebdomadaires ; en revan (...)

2S’étendant le long d’un fossé des remparts, sur une place close ou encore sur une rive à l’écart des habitations, le clos des tireurs apparaît dès le début du XIVe siècle aux Pays-Bas. Il se diffuse dans le Saint-Empire pour les arbalétriers puis pour les arquebusiers au cours de la seconde moitié du XVe siècle. Les terrains de tir se caractérisent par une forte restriction d’accès et d’usage3. La raison de cette clôture, spatiale et temporelle, est fonctionnelle : seul espace habilité pour utiliser une arme chargée, le clos est le lieu où les fabricants vérifient la qualité de leurs produits en semaine et celui où les tireurs s’exercent le dimanche. Les différentes fonctions se traduisent dans les infrastructures, où l’on peut distinguer un espace dévolu au tir (stand, cibles, champ de tir et protections) et un autre consacré à la sociabilité, moins exposé au danger et même aux intempéries, qu’il s’agisse d’une hutte, d’une maison ou parfois d’un tilleul ouvragé. L’accès est généralement limité aux seuls membres de la société, mais ceux-ci peuvent régulièrement accueillir des hôtes, qu’il s’agisse des autorités, de bourgeois s’essayant au maniement des armes, d’homologues voisins ou des vastes catégories de public (femmes, enfants, paysans) qui composent l’assistance4.

3Bien que représentatifs d’une partie seulement de la bourgeoisie urbaine, les tireurs forment la seule association subventionnée par les autorités – sous la forme de pièces de vêtements, de vin, de dépenses d’infrastructures ainsi que de financements des délégations aux concours. Cette faveur permet de rétablir rapidement l’usage du clos des tireurs si, par aventure, il subissait d’importantes dégradations du fait de sa situation en dehors des remparts : rétablissement de zone non aedificandi en cas de siège, destruction par l’ennemi, inondations, etc.

L’Ordnung comme fondement de la société

  • 5 Rheinfelden (1460), Hall (Tyrol) (1461), Bâle (1466).
  • 6 En mai 1475, le conseil décide de subventionner des novices volontaires en leur livrant de la poud (...)

4En acceptant le règlement et en payant son entrée, le bourgeois devient un « compagnon du tir » (Schießgesell). Le visiteur ponctuel est toléré en bon voisin lors de sa première visite, mais ne peut prétendre aux prix et collations ultérieures. Ces récompenses et les fonctions dans la société échoient seulement à ceux qui ont le droit de jouissance dans le poêle (Stubenrecht), l’espace de sociabilité, ou dans le champ de tir (Zielstattrecht). La mise à l’écrit du règlement (Ordnung) transforme les bourgeois possédant une arme de tir en « compagnons du tir » (Schießgesellen) prêts à s’en servir en suivant le règlement du clos. L’importance de l’Ordnung comme document performatif, symbole du contrat entre la ville et ses administrés, s’observe particulièrement avec les arquebusiers, puisque les premières subventions coïncident avec l’établissement d’une ordonnance5. À Wurtzbourg, la confirmation de l’ordonnance en mai 1476 signe la véritable création de l’association au terme d’un processus de près d’un an, durant lequel ils obtiennent toutes les faveurs accordées jusque-là aux seuls arbalétriers : subventions aux exercices, organisation d’une coupe régionale, le « joyau du pays » (Landkleinod), et soutien aux déplacements des bourgeois aux concours interurbains6.

5On comprend de ce fait que, quelle que soit l’ampleur des fonds consacrés aux tireurs dans les archives, les règlements constituent une catégorie documentaire presque systématiquement conservée. Deux facteurs favorisent cette situation : le caractère contractuel d’un texte régissant les rapports entre conseil et tireurs, induisant la production d’au moins deux exemplaires, d’une part, et la durée indéterminée du contrat qui explique les copies conformes et réécritures successives d’autre part.

6Le règlement n’entre en application qu’une fois confirmé par les autorités municipales ou territoriales. La pratique du tir n’est pas l’héritière de coutumes ancestrales ni des droits urbains des XIIe et XIIIe siècles, mais elle est définie lors de l’importation et de la diffusion du modèle flamand de l’association de tir au cours des XIVe et XVsiècles. Le règlement fixe les règles locales, sans correspondre nécessairement aux pratiques qu’a pu connaître ailleurs le bourgeois nouvellement installé ou le visiteur de passage. Pour éviter toute contestation interne comme externe, le document écrit assure la pérennité des pratiques agréées dans cette société, permettant au conseil de vérifier que la transmission orale et l’application au quotidien respectent les clauses originelles et, le cas échéant, de condamner les dérives.

7L’Ordnung, fixée sans être figée, peut naturellement être aménagée ou simplement renouvelée afin de remplacer un document dégradé ou de corriger les clauses inadaptées (mängel). C’est ainsi que le conseil de Fribourg-en-Brisgau, après avoir comparé l’ancienne ordonnance de ses arquebusiers et un nouveau projet, la valide au début du XVIe siècle :

  • 7 Schreiber 1826-1829, p. 465-471.

Et comme nous, bourgmestres et conseil de Fribourg, après l’examen qui convient de l’ordonnance précédente et de ces articles avec leurs changements n’y trouvons rien que dispositions et règlements raisonnables et honnêtes, utiles à la paix, la discipline, la vertu et la bravoure virile, ne défiant aucunement notre gracieuse seigneurie ou la ville, mais au contraire de grand secours, honneur et pertinence, ainsi donnons notre accord, sans aucune réserve pour cette fois, tout en gardant la possibilité, selon l’évolution de la situation, de retrancher, ajouter, comme il sera utile et bon7.

  • 8 Delle Luche 2019.
  • 9 L’ordonnance de Bouxwiller (1551) est en grande partie copiée sur celle de Saverne (révisée en 154 (...)
  • 10 L’ordonnance des arquebusiers de Berne (1530) est recopiée dans le livre formulaire du secrétaire (...)
  • 11 L’ordonnance des arquebusiers de Krems (1525) reprend les dix-neuf premiers articles de celle de V (...)
  • 12 L’ordonnance des arquebusiers de Leipzig, conservée à Zwickau, est très proche de celle adoptée da (...)
  • 13 Quedlinburg, Halberstadt et Aschersleben étaient d’obédiences territoriales différentes au XVIe si (...)

8Si les tireurs ont leur mot à dire, les autorités n’hésitent pas à consulter leurs voisins pour vérifier que les prétentions des sujets ne sont pas des innovations éhontées. L’étude des emprunts de règlements et de statuts entre villes, bien connus pour le Moyen Âge, reste à mettre en œuvre pour le XVIsiècle, y compris pour l’organisation des associations et corporations. La consultation des voisins intervient lorsque le document matériel a disparu ou est illisible, ou pour éviter de créer des particularismes, source de conflits inévitables avec les tireurs voisins. C’est particulièrement vrai avec la diffusion des fusils à canons rayés dans la seconde moitié du XVIe siècle, pomme de discorde qui déchire les sociétés de tir et perturbe les concours interurbains, obligeant les autorités à prendre position face à cette nouvelle technologie8. Les ordonnances de tir sont souvent reprises à l’intérieur des frontières territoriales, par exemple dans l’évêché de Strasbourg9, la république de Berne10, les pays autrichiens11 ou le duché de Saxe12, tandis que les villes libres et d’Empire les empruntent à leurs alliées13.

9Tandis que l’Ordnung est pour les tireurs – qu’elle qu’ait été leur influence sur la rédaction – un carcan disciplinaire lié à la jouissance du clos et des subventions, le conseil se réserve le droit de modification et ne s’engage même pas sur le montant des subventions qui relève de la coutume et non du droit.

10Si des serments de nouveaux compagnons ne sont rapportés que rarement, le consentement est imposé par la lecture publique de l’ordonnance – les trois premiers dimanches à Wurtzbourg. Le règlement prend également corps à travers les maîtres (Schützenmeister) désignés par les tireurs ou imposés par le conseil. Dans sa description des offices municipaux de Bâle, Andreas Ryff définit une charge qu’il a assumée durant deux mandats :

  • 14 Le Toppel désigne la cagnotte finançant des prix secondaires en sus de la subvention municipale.
  • 15 Universitätsbibliothek Basel, AG II 23, Andreas Ryff, Empter Buoch fol. 5, en ligne : http://dx.do (...)

L’office de maître des tireurs consiste à veiller aux ordonnances octroyées aux tireurs par l’Honorable Conseil, et, avec ses quatre collègues appointés avec lui par les membres communs de la société, à être attentif à ce qui arrive parmi les tireurs, à annoncer et à proclamer auprès de la société mandats ou interdits de la haute autorité, comme de coutume dans les tribus ; de même il doit maintenir la discipline, la dignité et la bonne police entre tireurs, punir toute inconvenance, crime et infraction au règlement par une amende solennelle ; il doit aussi être auprès d’eux tous les jours de tir autant que possible, pour faire respecter les règlements, aider à bien répartir les prix à partir du Toppel14, et de la manière la plus harmonieuse ; après deux ans de ce mandat, il rend compte au nouveau maître qui a été élu à sa place de ses revenus des intérêts et amendes perçus, d’après son livre, etc.15

11Deux actions fondamentales du maître ressortent des règlements : la convocation aux assemblées pour la reddition des comptes, l’accueil d’un nouveau membre ou l’adieu solennel aux défunts d’une part, et le rappel à l’ordre, sur le stand de tir ou pendant les collations, en tant qu’apaiseur officiel de la société. Il doit imposer le silence (stillschweigen) en cas de querelle et appliquer les sanctions réglementaires.

Les règles d’un lieu associatif

  • 16 Même si le terme de Bruderschaft peut désigner tout regroupement ou association, y compris à carac (...)
  • 17 Cette pratique est notamment attestée en Franconie, à Volkach (Schön 1833, p. 39-42), à Kitzingen (...)

12Contrat fondateur de la société, le règlement lie les bénéficiaires des subventions et du clos au respect d’un code de conduite. Examinons désormais le contenu de ces documents. Parallèlement aux ordonnances de tir proprement dites (Schützenordnungen), mentionnons deux types analogues. Le règlement de confrérie ne concerne pas la Gesellschaft, la compagnie des membres tireurs, mais la Bruderschaft, institution à but essentiellement religieux qui inclut les épouses et parfois une large population extérieure au monde du tir16. Autour des tireurs s’agrègent en effet la bourgeoisie et même la noblesse, du fait de la rareté de l’offre confraternelle dans la plupart des localités allemandes. Ces associations ne se distinguent guère que par quelques articles mentionnant la dévotion à un saint tel que Sébastien, par un droit d’entrée plus modique pour les tireurs et par quelques clauses telles que le legs de l’arme du défunt à la confrérie17. Surtout, les prescriptions ne sont pas tant liées à l’usage d’un lieu (une chapelle d’église paroissiale ou un ordre religieux) qu’aux obligations caritatives et pieuses des membres. Une autre catégorie de documents, plus rare, concerne les règles de comportement au sein du poêle (Stube), lorsqu’il est situé en pleine ville. Le type principal reste de ce fait l’ordonnance de tir (Schützenordnung) qui régule les activités des tireurs au sein de leur clos. Nous examinerons ici les dimensions liées à la sécurité, au respect de la ponctualité et au maintien d’un comportement ordonné des tireurs affectant non seulement leurs paroles, mais également le contrôle de leur corps.

  • 18 C’est un des deux exemples de définition de l’homicide involontaire dans la constitution Caroline (...)
  • 19 Delle Luche 2015, p. 92-98.

13La présence d’armes nécessite bien des précautions afin de n’exposer au péril ni les tireurs, ni l’indicateur près des cibles, ni le public. L’accès au terrain entre le stand et la cible est strictement délimité par des barrières et renforcé par des avertissements sonores. Si avertissement a été donné, les accidents éventuels (même mortels) ne sont pas imputables au tireur18. Deux facteurs de risque sont à prendre en compte : le contexte urbain, qui nécessite d’établir des palissades pour éviter de toucher les passants ou les bateaux de passage, et le contexte de l’alcool et de la colère, qui, cumulés, provoquent nombre d’accidents. Ce qui frappe également est la mesure du temps, non seulement à l’échelle de la saison, mais aussi dans la délimitation de l’exercice et des différentes phases de tir19. Un nombre d’exercices subventionnés est déterminé soit dans l’ordonnance, soit à la reprise de la saison par le conseil. Si un arbalétrier dont le carreau est identifié peut tirer simultanément avec ses compagnons, chaque arquebusier n’a en revanche que quelques minutes pour tirer au stand. La tension de l’arbalète ou la mise à feu de l’arquebuse, parfois complexes, ne peut avoir lieu qu’au stand. Si le délai imparti est écoulé, le tireur doit faire feu sans voir son coup validé. Il faut de ce fait imaginer que l’exercice hebdomadaire, avec trois à quatre coups pour l’arquebuse et douze pour l’arbalète, était une épreuve de patience compensée ou aggravée par les discussions et l’alcool. Le respect des temps de passage individuels nécessite parfois de modifier des horloges, comme à Schaffhouse où elles sonnent toutes les six minutes. La régularité témoigne de l’effort commun pour achever l’exercice et répartir les gains en temps et en heure. Au contraire, une suite nonchalante de phases de tir ou des querelles sur des limitations arbitraires des temps impartis à chacun signalent une société en contradiction avec les objectifs de l’ordonnance.

  • 20 Sur le blasphème et sa répression, cf. entre autres Schuster 2000, p. 72-85.
  • 21 StA Schwäbisch Hall, 4/492 (Statutenbuch no 6), fol. 929-940 (1566) : « Item soll auch kheiner sic (...)
  • 22 Rauschert 1995, p. 86.

14Aucun règlement ne se dispense d’articles sur les infractions en paroles ou en actes entre membres. Le risque est là encore renforcé par l’aspect compétitif et la consommation d’alcool. Dieu et les saints ne doivent pas être invoqués en vain. Les accusations de mensonge sont fréquentes dans le cadre de la comparaison des performances individuelles, pendant lesquelles chacun se surveille, à l’affût de toute erreur ou de toute triche, ou encore prêt à nier la réussite de l’autre20. Personne ne doit céder au sarcasme et aux provocations ni s’emporter en retour21. Les insultes sont elles aussi proscrites, de même que le souhait de maladie subite (fallidübel). Les affrontements physiques sont naturellement sanctionnés, qu’il s’agisse de coups réels ou du recours préventif aux armes. Jeannette Rauschert s’est interrogée sur l’escalade rapide des algarades au poêle des tireurs de Zurich. Même si les récits n’indiquent pas de causes profondes aux insultes qui dégénèrent en coups et blessures, Rauschert suppose à juste titre que « le cœur du conflit n’[est] pas essentiellement le degré de vérité d’une accusation lancée à la face d’un compagnon, mais son exposition devant l’ensemble du groupe », c’est-à-dire la mise en cause de l’honneur de l’individu. Seule la violence virile semblerait la réponse immédiate convenable, même si elle doit, au regard du règlement, être ensuite sanctionnée au nom de l’ordre22.

  • 23 Roper 1994, p. 112-113. B. Ann Tlusty a elle aussi exploré les liens entre le comportement viril e (...)
  • 24 Arquebusiers de la vallée de la Glotter (1568) : Bader 1868, art. 13 : « Item ob Jemand ein grobhe (...)
  • 25 Delle Luche 2021, p. 214-216. Un exemple similaire avec une compétition d’archerie à Calais : Moss (...)

15Lyndal Roper a rappelé que le discours sur la masculinité insiste sur les périls du corps masculin, exposant l’individu à polluer son environnement23. Les tireurs sont concentrés, pendant plusieurs heures, dans le même espace restreint, soumis aux cadences de tir et aux attentes, tout en mangeant et buvant. La continence du corps fait l’objet de quelques articles de règlements dans le Sud-Ouest de l’Allemagne et de l’Alsace réprimant rots et pets (« grossièretés d’en haut ou d’en bas ») de même que le fait d’épancher ses besoins naturels sur le champ de tir, qui déshonorent le lieu et la société24. Le terrain de tir constitue ainsi un laboratoire de l’homosocialité masculine, à la fois dans l’épanchement et le contrôle des émotions et du corps viril25.

  • 26 Sur la relation entre grâce et honneur, voir notamment Gubler 2015, p. 478-483.
  • 27 Arquebusiers de Gerolzhofen (1532, repris en 1564) : Oettermann 2004, p. 7-12 ; Koberg 1975, p. 59

16L’ordonnance établit, tout en les limitant, des compétences judiciaires propres au clos des tireurs. La catégorisation des délits, prévue dans l’Ordnung, permet une sanction immédiate. Alors que le pouvoir municipal peut accorder une grâce partielle pour souligner son honneur, l’application de l’amende par les maîtres des tireurs ne saurait différer du règlement26. Loin d’être uniquement sous forme monétaire, la peine peut prendre la forme d’une contribution supplémentaire à la collation, tout comme le membre fautif d’une confrérie religieuse doit s’acquitter d’une quantité de cire. Comme les corporations professionnelles, la société de tir peut recueillir à son profit – ou à des fins pieuses dans la « boîte de saint Sébastien » de la confrérie – les petites amendes pour les fautes commises dans les lieux qui leur appartiennent27. Les délits entraînant une amende élevée (par exemple si la querelle a fait couler le sang) sont cependant à signaler aux autorités judiciaires, dont la sentence s’applique en supplément de la sanction réglementaire.

  • 28 Schnorr von Carolsfeld (?) 1876, p. 151 ; Schoop 1896, p. 13 ; Moeder 1923.
  • 29 Delle Luche 2021, p. 172-173.
  • 30 Weitenfelder 1571, fol. C : un paysan slovène apeuré se souille : « Vil Windisch Baurn hab ich gfa (...)
  • 31 StA Würzburg, Ratsprotokoll no 14, fol. 85v (22 septembre 1584). Après avoir réitéré ses accusatio (...)

17On remarque néanmoins une forme de justice spécifique au clos des tireurs, la correction infligée par le « maître de la batte » (Pritschenmeister) aux mauvais tireurs incapables de toucher la cible une seule fois, aux coupables de grossièretés ou encore aux intrus. À Mulhouse, on se contente de confisquer une chaussure du mauvais tireur et de s’en servir de cible. À moins qu’il n’ait pu racheter sa faute par de l’argent, il doit revenir en ville avec une seule chaussure28. Au cours du XVIe siècle, cependant, l’humiliation s’institutionnalise avec les Pritschenmeister infligeant fessées et moqueries. Si leur action au sein des sociétés de tir est mal connue, on constate d’une part l’inclusion de la fessée dans plusieurs ordonnances et d’autre part la célébration de leur action dans de nombreuses descriptions rimées que livrent elles-mêmes plusieurs « maîtres de la batte » dans la seconde moitié du XVIe siècle29. Dans ces descriptions, ces saltimbanques racontent à l’envi l’humiliation des paysans (notamment les Slovènes s’aventurant à Klagenfurt30) ou des Juifs. Un commentaire déplacé – telle l’accusation de « repaire de bons à rien » (Jaufertsplatz) voire de « coquins » (Schelmenplatz) – peut lui aussi valoir une solide correction31. L’humiliation, puissant ressort de la sociabilité masculine, permet de dégrader l’honneur de l’importun et de rehausser les prétentions sociales du groupe. En l’occurrence, la fessée souligne la prétention du bourgeois à détenir une masculinité supérieure à celle du rustaud, du Juif ou encore du clerc.

  • 32 Delle Luche 2021, p. 155-158. Ainsi dans la lettre d’invitation de Fribourg-en-Brisgau (1491), arc (...)

18Lors des concours interurbains, le conseil accorde le sauf-conduit aux participants et donne autorité aux sept à treize arbitres locaux et étrangers pour arbitrer les conflits et juger les délits. Le règlement, annoncé dès la lettre d’invitation, est relu publiquement par le secrétaire de ville avant désignation des arbitres. En créant une sphère juridique provisoire, dans laquelle elle prend place aux côtés d’autres partenaires, l’autorité distingue les infractions courantes, sur lesquelles elle maintient jalousement ses compétences, des fautes à l’éthique coutumière quasi universelle du tir, pour lesquelles le châtiment peut être appliqué sur place, par exemple avec la confiscation d’une arme frauduleuse voire d’une récompense ou encore avec une humiliation rituelle comme la fessée. La résolution ne peut donner lieu à une contestation ultérieure, et malgré la différence entre l’idéal d’une justice rapide et incontestable et la réalité des actes, les organisateurs sont réticents à l’idée de déterrer des contentieux plus anciens qui risquent d’entacher leur réputation d’impartialité. De ce fait, les querelles antérieures sont exclues des compétences des arbitres32.

  • 33 Boner 1937, nos 420, 501 et 539.
  • 34 StA Nördlingen, Schützen-Akten, supplique (1506).
  • 35 Ibid., supplique de Caspar Lang (1543).
  • 36 Rauschert 1995, p. 70-71.

19Si sa fréquentation confère un certain honneur, l’exclusion du terrain signifie également la perte d’avantages économiques et symboliques. Dans plusieurs lettres de rémission figurent des serments de ne plus fréquenter les lieux de tir33. La société use semble-t-il en accord avec le conseil de cette arme facile pour se débarrasser temporairement ou définitivement des gêneurs. Le conseil de Nördlingen convoque trois arquebusiers, dénoncés par les Schützenmeister : on confisque leurs armes et les interdit de tir34. Néanmoins, parce qu’ils n’ont pas été invités au repas commun annuel, les bourgeois condamnés et leurs enfants s’estiment blessés dans leur honneur : l’interdiction du terrain ne signifie en rien selon eux l’exclusion de la société. Dans la même ville, Caspar Lang, interdit de porter des armes et de boire dans une taverne, est toutefois élu « maître des chandelles », un office secondaire qui lui incombe de s’occuper des collations35. On remarque, malgré ces sanctions, qu’avoir des tireurs aguerris sert l’intérêt des autorités : un Zurichois condamné pour homicide obtient, après amende honorable, que son interdiction du stand d’arquebuse soit limitée à un an, le condamné ayant fait valoir son enthousiasme à servir ainsi la ville36.

20Lieu disposant, du fait de sa situation extérieure et des délits spécifiques à ses activités, de règles particulières, le clos des tireurs apparaît saturé de règles. Celles-ci ne sont pas seulement destinées à assurer l’entraînement au tir, justifiant les subventions, mais également à contrôler les comportements individuels et collectifs qui pourraient, loin du regard direct des autorités, dévier de la norme. Or, de même que le règlement atteste l’existence légitime de l’association, coordonnant les individus dans le souci de l’intérêt et du divertissement collectif, à l’inverse, le désordre, c’est-à-dire la non-application ou l’inefficacité de l’Ordnung face aux manquements, cause le déclin démographique, économique et psychologique de la société. Il est de ce fait intéressant de quitter le domaine des prescriptions pour examiner le recours rhétorique – mais aussi la description réaliste – des dérèglements.

Le péril des dérèglements

21Comme l’ensemble des activités urbaines, le tir est soumis à une dynamique législatrice intense visant à maintenir, par la contrainte financière ou physique, un idéal conforme aux lois divines et humaines. Les règlements les plus précis donnent l’impression d’un rappel constant à l’ordre face à l’hydre du débordement. Ces atteintes individuelles sont considérées comme des coups portés non seulement à la communauté de salut que constitue la ville, mais aussi au groupe des tireurs, bons chrétiens et citoyens obéissants. La documentation produite par les tireurs (suppliques ou enquêtes) nous montre également les difficultés intrinsèques de toute association : l’insuffisance des moyens collectifs, la démotivation des individus, l’échec à « faire groupe » de manière durable, à accepter les fortes personnalités et à établir des compromis entre l’appât du gain, la quête du prestige et le souci du divertissement. Plus encore que les comportements déviants de certains individus, ces désordres menacent la pérennité de la société de tir. En plus de fonder la société et de discipliner le corps et la volonté des tireurs, l’Ordnung apparaît comme un idéal perpétuellement en danger.

  • 37 On trouvera une analyse des récits de querelles dans le poêle des tireurs chez Rauschert 1995, p.  (...)

22Les tireurs, conscients de l’importance du règlement aux yeux des autorités, s’empressent de l’invoquer lorsque ces dernières s’intéressent à leurs affaires. L’Ordnung est de ce fait au cœur des nombreuses représailles qui parsèment la documentation des tireurs ; mentionner un article permet de défendre et légitimer la réaction de l’individu accusé par ses compagnons ou par sa hiérarchie. Deux types de documents nous renseignent sur les périls rencontrés par la société. Le premier type ressort de la législation et des décisions de l’exécutif : par la proclamation de mandats, les autorités entendent rappeler le droit ou le préciser. Dans le second type, à l’occasion de suppliques, de récriminations et de témoignages lors d’enquêtes et de procès, les tireurs expriment leur point de vue pour se défendre ou pour attaquer37. Dans les deux cas, le chercheur doit déterminer la part de vérité, d’enjolivement du témoignage ou d’interprétation orientée. Là encore, il est pertinent d’étudier comment les individus se conçoivent et se représentent dans l’expression de leurs interactions au sein d’un groupe et en tant que citoyens de leur ville.

23Les maîtres n’hésitent pas à porter à l’attention du magistrat des situations troubles pour obtenir l’appui de la force publique et montrer leur sens des responsabilités, témoignant de la dégradation de la situation :

  • 38 Arch. mun. Strasbourg, III/155/15 (25 février 1559) : « wir baide als geordnete vnnd geschworne Sch (...)

24En tant que maîtres-tireurs jurés et ordonnés pour le clos des arquebusiers de cette ville de Strasbourg, nous avons entrepris, conscients de nos obligations et de nos devoirs, d’éliminer autant que possible ce que nous avons trouvé de dommageable et de déplorable parmi la société […] jusqu’à présent depuis un moment nous avons pris conscience de toutes sortes de mauvaises coutumes et de désordres au détriment de l’ensemble de la société qui n’ont pas peu contribué à la dégradation et se développent de plus en plus38.

  • 39 Arch. mun. Strasbourg, III/155/2, no 15.
  • 40 StA Nördlingen, Schützen-Akten, Schützenbücher, comptes des arbalétriers (1578) : « Vor dem Jerg s (...)

25Un tel recours vise à obtenir l’exclusion des contestataires et à renforcer la position des préposés. Mais les maîtres ne sont pas forcément les seuls dont on ait gardé les témoignages ni nécessairement les gagnants des conflits : entre le marteau des administrés et l’enclume du conseil, l’autorité des maîtres, fondée sur le respect des uns et sur la faveur des autres, dépend de leur capacité à faire correspondre le règlement théorique et l’ordre réel. Par souci de montrer leur communion de vue avec les tireurs, ou parce que ces derniers manifestent leur opposition à la hiérarchie, on conserve de véritables pétitions collectives qui présentent non plus le problème comme un simple manquement à l’ordre, mais dramatisent la situation en parlant de périls mortels. La dénonciation d’individus ou de pratiques, effet de désaccords personnels, est montée en épingle pour provoquer une réaction des autorités. Du fait même des contacts réguliers entre tireurs, les intéressés égrènent les épisodes à rebondissements de querelles toujours ressassées. Plusieurs personnalités colériques ou envieuses semblent semer la zizanie et accumulent les amendes, usant la patience de leurs collègues, si l’on en croit du moins leurs adversaires. Les querelles sont entachées des rivalités et déceptions engrangées lors du tir ou des collations. En 1559, Melchior Jesse, Schützenmeister des arquebusiers de Strasbourg, prend ombrage d’une conversation dans laquelle Lienhart Lamprecht met en doute la fiabilité des comptes : par vengeance, il fait arracher un des tilleuls amoureusement plantés par Lamprecht dans le jardin du clos39. Un arbalétrier de Nördlingen, chargé de surveiller les caisses, les jette hors de la maison lors d’un accès de furie : peut-être est-il soupçonné de malhonnêteté40.

  • 41 StA Konstanz, E/192. Il s’agit vraisemblablement d’un dossier de la fin des années 1530 puisqu’on (...)
  • 42 Ibid., témoignage de Ludwig Kürnstaller : « Jn suma habe der Buluermacher, ain anhang, darunder sy (...)
  • 43 Ibid., témoignage de Stoffel Strub : « Item so were die ordnung der schützen an jr selbs, wann man (...)

26Prévenus de la singulière dégradation de la situation, le conseil de Constance fait déposer pas moins de trente et un arquebusiers, jeunes et vieux, hauts placés dans la hiérarchie et simples membres, plaignants et accusés41. S’opposent à cette occasion des récits contradictoires, mêlés de considérations sur les causes réelles et secondaires de la discorde ainsi que sur les mesures salutaires qu’ils suggèrent. Ludwig Kürnstaller, envoyé auprès de l’archiduc Ferdinand Ier en 1544, désigne comme responsables de la détérioration du lieu le fabricant de poudre (Pulvermacher) et ses quatre acolytes, dont le trésorier Hans Kuhn42. Ce dernier ne ferait rien de bon depuis qu’il aurait rejoint la bande qui met en coupe réglée la vie de la société : le Pulvermacher est accusé de fournir une poudre spéciale à ses amis, établissant une inégalité entre tireurs. Une partie des récriminations s’élève soit contre la hiérarchie, dénonçant l’indifférence du maître et les positions partisanes du trésorier, soit contre l’organisation établie par les règlements et les amendements du conseil. Les effets délétères de certains articles sont dénoncés, d’autres regrettent des « défauts » dans le règlement, ou indiquent encore que le problème réside plutôt dans son application que dans son contenu (« jn summa hette man gut ordnungen, aber man holte die nicht »), ainsi que l’importation de pratiques extérieures43. Le règlement de Constance serait détérioré par des nouveaux venus – le Pulvermacher est implicitement désigné.

  • 44 Ibid., témoignage de Hans Rüff : « Item so sygen ettwann Jren vil, die wenig, vnd ettwan lützel, d (...)
  • 45 Ibid., témoignage de Michel Fincker : « Nun solt nit nach gwün geschossen werden sunder von gsells (...)

27Hans Friedli dit Diebold critique l’abolition de la coutume voulant que le tireur gagnant fournisse à tous ses collègues un fromage ; désormais, le vainqueur se contente de régaler ses amis. Les gains suscitent de nombreuses rancœurs : l’inégale répartition des prix et la collecte non systématique du Toppel laissent à penser que certains profitent de l’indulgence du règlement et de la hiérarchie. L’ordonnance du dimanche ne vaut pas pour les autres jours : un jour de semaine, une partie des tireurs attablés a refusé de tirer alors que le quorum était atteint, ne se décidant à récolter le Toppel (et distribuer les gains) qu’une fois trois membres rentrés chez eux sans avoir tiré. On dénonce l’égoïsme et l’appât du gain qui pousse les tireurs à échafauder des calculs et à ne miser que lorsqu’ils sont sûrs de gagner44. Un vieux tireur ne dit pas autre chose : « il ne faut pas tirer pour le gain, mais pour la société et les prix doivent être faits de manière modeste45 ». Le jeune Bastian Hütlin préconise de fixer la fin du premier coup et la limite pour miser à une heure de l’après-midi.

  • 46 Ibid., Jacob Wollhafen : « Er hab ab L Jaren geschossen, do es ettwann ordenlich zügangen, aber da (...)
  • 47 Ibid., Pulvermacher : « Item sygen ettlich schryer, denen man jn kainen weg kaim recht thün » (il (...)

28Les tireurs de Constance évoquent aussi le problème du renouvellement des membres : trop de morts non remplacés par les jeunes et trop de départs de membres vivants, dont plusieurs affirment boycotter la société après plusieurs années de désagréments. Un membre depuis cinquante ans gronde contre la tendance actuelle46. Une explication invoquée pour le faible nombre de jeunes tireurs est la difficulté ressentie en entrant dans la société. La pratique du tir d’essai (permettant aux novices de s’entraîner sans que cela compte dans la compétition) ayant été abolie, ils restent inexpérimentés et s’exposent aux moqueries générales. Les accusés se défendent néanmoins. Le Pulvermacher accuse les autres de « brailleurs » ; un de ses adversaires serait un éternel insatisfait, toujours à récriminer et capable de recracher le vin servi lors de la collation47.

  • 48 Ibid., Stoffel Strub : « Derhalben sins achtens vil verbessert werden möchte, wann man ettlich gse (...)

29Lorsque la hiérarchie est jugée incapable de régler le conflit ou soupçonnée de partialité, comme c’est le cas à Constance, le conflit s’envenime, obligeant leurs opposants à recourir à une certaine agressivité. Outre le retour aux pratiques antérieures, on suggère fortement l’exclusion de membres ainsi que le remplacement d’une partie des responsables48.

30 

31Les lieux de tir ne sont pas de tout repos, comme en témoignent les actes de la pratique, et il est utile d’encadrer leur usage. Établi d’en haut, le règlement impose au sein de la société un certain ordre, créant un rapport de force au détriment de ceux qu’elle considère comme des gêneurs. Les tireurs acceptent globalement le carcan de l’Ordnung, tant qu’il leur garantit le bénéfice de la sociabilité et des gains et tant que les sanctions et brimades sont justifiées par un règlement objectif. Malgré cette forte disciplinarisation, les tireurs conservent des moyens de pression en désertant la société pour obliger les autorités à prendre position.

  • 49 Voir la publication à venir de la thèse de Thomas Fressin, soutenue en 2020 sous le titre Des bour (...)

32Finalement, on peut distinguer des raisons supplémentaires et implicites de l’importance accordée par les tireurs aux règles de leurs lieux. La première est la réputation individuelle et collective : si l’image des tireurs est celle de bons à rien, ils peuvent difficilement se targuer de faire partie de la « louable société de Messieurs les tireurs », en retirant un titre honorifique qu’ils n’ont pas forcément à titre individuel49. Outre la réputation, c’est aussi le maintien des subventions municipales, nécessaire pour l’équilibre financier de la société, qui oblige les tireurs à observer dans des limites raisonnables le règlement imposé ; sans elles, les tireurs se privent des bienfaits ludiques et de la joie de passer le dimanche à moindre frais auprès de leurs amis. En se montrant des citoyens respectueux, les bourgeois obtiennent des gratifications, peuvent faire des processions en armes et uniformes, reçoivent des dons généreux de vins et les subsides pour participer ou organiser un concours. La réputation des tireurs est aussi celle de la ville : véritables ambassadeurs de celle-ci, ils sont capables par leur comportement de confirmer, ou de ruiner la bonne image de leur ville. On comprend de ce fait que la situation du clos des tireurs, fermé mais surexposé au regard des bourgeois et des autorités, concentre autour de cette activité une production et un contrôle normatifs plutôt insoupçonnés.

Haut de page

Bibliographie

Ouvrages à caractère de source

Bader 1868 = J. Bader, Schützenordnung im obern Glotterthal, dans Zeitschrift für die Geschichte des Oberrheins, 21, 1868, p. 251-256.

Bohdanowicz 1935 = F. Bohdanowicz, Das ältere Linzer Schützenwesen, dans Jahrbuch der Stadt Linz, 1935, p. 114-121.

Boner 1937 = G. Boner, Die Urkunden des Stadtarchivs Brugg, Aarau, 1937 (Aargauer Urkunden, 7).

Brunner 1953 = O. Brunner (éd.), Die Rechtsquellen der Städte Krems und Stein, Graz-Cologne, 1953 (Fontes Rerum Austriacarum, série III, Fontes Iuris, 1).

Dubler 2004 = A.-M. Dubler, Die Rechtsquellen des Kantons Bern, II, Rechte der Landschaft, 11, Das Recht der Stadt Thun und der Ämter Thun und Oberhofen, Bâle, 2004 (Sammlung Schweizerischer Rechtsquellen, 2).

Feger 1951 = O. Feger (éd.), Die Statutensammlung des Stadtschreibers Jörg Vögeli, Constance, 1951 (Konstanzer Stadtrechtsquellen, 4).

Gény 1902 = J. Gény, Elsässische Stadtrechte, I, Zweite Hälfte: Schlettstadter Stadtrechte, Heidelberg, 1902.

Jäggi 1962 = L. Jäggi, 500 Jahre Schützengesellschaft der Stadt Solothurn, 1462-1962, Soleure, 1962.

Kästner 1930 = M. Kästner, Eine bisher unbekannte Ordnung der Freiberger Armbrustschützen aus dem Jahre 1530, dans Mitteilungen des Freiberger Altertumsvereins, 60, 1930, p. 39-45.

Moeder 1923 = M. Moeder, Règlement d’une société de tir mulhousienne du XVe siècle, dans Bulletin de la Société industrielle de Mulhouse, 89, 1923, p. 489-493.

Mone 1855 = F.J. Mone, Über das Kriegswesen vom 14. bis 16. Jahrhundert, dans Zeitschrift für die Geschichte des Oberrheins, 6, 1855, p. 129-190.

Posern-Klett 1868 = K.F. von Posern-Klett (éd.), Leipziger Urkundenbuch, Leipzig, 1868 (Codex diplomaticus Saxoniae regiae, 2).

Schreiber 1826-1829 = H. Schreiber (éd.), Urkundenbuch der Stadt Freiburg im Breisgau, I, Fribourg-en-Brisgau, 1826-1829.

Scherlen 1914 = A. Scherlen, Beitrag zur Geschichte der Schützengezellschaft von Alt-Colmar, dans Festschrift zum Colmarer Schützenfest, 3.-24 Mai 1914, Colmar, 1914.

Türler 1901 = H. Türler, Aktenstücke über das Schützenwesen, dans Neues Berner Taschenbuch, 7, 1901, p. 295-307.

Weitenfelder 1571 = H. Weitenfelder, Ein Lobspruch,|| Des L#[oe]blichen Frey-||schiessens, so gehalten hat die F#[ue]rst-||lich Statt Klagenfurt in Landts K#[ae]rndten,|| den Siben vnd zwaintzigisten tag May, im || ain Tausend F#[ue]nffhundert vnd Ainvnd-||sibentzigisten Jar, Jn Reim-||weiss verfasst.|| Durch Hans Weidenfelder, Sayler || vnnd Pritschenmaister, sesshafft zu || Lyntz am Vrfer ||, Vienne, Kaspar Stainhofer, 1571.

Études secondaires

Crombie 2016 = L. Crombie, Archery and crossbow guilds in medieval Flanders, 1300-1500, Woodbridge, 2016.

Delle Luche 2015 = J.-D. Delle Luche, Jours de fête : les rassemblements des tireurs dans le Saint-Empire et leur organisation temporelle, dans S. Delale, J.-D. Delle Luche, Le temps de la fête (= Questes, bulletin des jeunes chercheurs médiévistes, 31, 2015), p. 81-107.

Delle Luche 2017 = J.-D. Delle Luche, Une association d’intérêt public : les sociétés d’arbalétriers et arquebusiers dans les villes du Saint-Empire (XVe-XVIsiècles), dans O. Richard, G. Zeilinger (dir.), La participation politique dans les villes du Rhin supérieur à la fin du Moyen Âge/Politische Partizipation in spätmittelalterlichen Städten am Oberrhein, Berlin, 2017 (Studien des Frankreich-Zentrums der Albert-Ludwigs-Universität Freiburg, 26), p. 241-277.

Delle Luche 2019 = J.-D. Delle Luche, Pouvoir, fabricants et sociétés de tir face à la diffusion des canons rayés dans le Saint-Empire, deuxième moitié du XVIe siècle, dans Francia, 46, 2019, p. 147-165.

Delle Luche 2021 = J.-D. Delle Luche, Des amitiés ciblées : concours de tir et diplomatie urbaine dans le Saint-Empire, XVe-XVIe siècle, Turnhout, 2021.

Ebner 1978 = R. Ebner, Das Bruderschaftswesen im alten Bistum Würzburg: Eine Untersuchung unter besonderer Berücksichtigung der geistlichen Bruderschaften der Stadt Kitzingen, Wurtzbourg, 1978.

Fouquet – Steinbrink – Zeilinger 2003 = G. Fouquet, M. Steinbrink, G. Zeilinger, (dir.), Geschlechtergesellschaften, Zunft-Trinkstuben und Bruderschaften in spätmittelalterlichen und frühneuzeitlichen Städten, Stuttgart, 2003.

Gubler 2015 = K. Gubler, Strafjustiz im Spätmittelalter im Südwesten des Reichs: Schaffhausen und Konstanz im Vergleich, Zurich, 2015.

von Heusinger 2015 = S. von Heusinger, Zur Durchbringung von Stadtraum mit Herrschaft: Prozessionen in Köln und Straßburg, dans Rheinische Vierteljahrsblätter, 79, 2015, p. 124-142.

Hobohm 1906 = E. Hobohm, Zur Geschichte der Halberstädter Schützengesellschaft, Halberstadt, 1906.

Janvier 2002 = A. Janvier, Notice sur les anciennes corporations d’archers, d’arbalétriers, de couleuvriniers et d’arquebusiers des villes de Picardie, Amiens, 1855 (facsim. Saint-Egrève, 2002).

Koberg 1975 = G. Koberg, Zeughaus, Wehrwesen und Waffenhandwerk in Überlingen in reichsstädtischer Zeit, dans Schriften des Vereins für Geschichte des Bodensees und seiner Umgebung, 93, 1975, p. 55-74.

Lange 1893 = M. Lange, Die Leipziger Schützen-Gesellschaft: ein Abriß ihrer Entstehung und Entwicklung, Leipzig, 1893.

Moss 2018 = R.E. Moss, Ready to disport with you: homosocial culture amongst the wool merchants of fifteenth-century Calais, dans History Workshop Journal, 86, 2018, p. 1-21.

Oettermann 2004 = S. Oettermann, Gerolzhofen unter Waffen: von den Schießgesellen zu den Sportschützen; eine provisorische Chronik, Gerolzhofen, 2004.

Rauschert 1995 = J. Rauschert, Büchsenschützen in Zürich: Formen der Vergesellschaftung und Geselligkeit im 15. und 16. Jahrhundert, mémoire universitaire, université de Zurich, 1995.

Remling 1980 = L. Remling, Bruderschaften als Forschungsgegenstand, dans Jahrbuch für Volkskunde, 3, 1980, p. 89-112.

Remling 1986 = L. Remling, Bruderschaften in Franken: kirchen- und sozialgeschichtliche Untersuchung zum spätmittelalterlichen und frühneuzeitlichen Bruderschaftswesen, Wurtzbourg, 1986 (Quellen und Forschungen zur Geschichte des Bistums und Hochstifts Würzburg, 35).

Roper 1994 = L. Roper, Blood and codpieces: masculinity in the early modern German town, dans L. Roper, Oedipus and the Devil: witchcraft, sexuality and religion in early modern Europe, Londres-New York, 1994, p. 107-124.

Rosseaux 2004 = U. Rosseaux, Freiräume: Unterhaltung, Vergnügen und Erholung in Dresden, 1694-1830, Cologne-Weimar-Vienne, 2004.

Scharold 1818 = C.G. Scharold, Beyträge zur Geschichte der bürgerlichen Wehranstalten, vornehmlich des Schützenwesens, von der ältesten bis zur neuesten Zeit, dans C.G. Scharold., Beyträge zur ältern und neuern Chronik von Würzburg, Würzburg, 1818, p. 110-154.

Schattner 2016 = A. Schattner, Putting sports in place: sports venues in sixteenth- and seventeenth-century England and their social significance, dans R. von Mallinckrodt, A. Schattner (dir.), Sports and physical exercise in early modern culture: new perspectives on the history of sports and motion, Londres-New York, 2016, p. 65-85.

Schnorr von Carolsfeld 1876 = F. Schnorr von Carolsfeld, Über Benedict Edelbeck und andere Pritschenmeister, dans Archiv für Litteraturgeschichte, 5, 1876, p. 137-151.

Schön 1833 = E. Schön, Historische Nachrichten über Volkach, besonders dessen kirchliche Verhältnisse, dans Archiv des historischen Vereins für Unterfranken und Aschaffenburg, 2-1, 1833, p. 1-182.

Schoop 1896 = A. Schoop, Geschichte der Ewaldus-Schützengilde in Düren, Düren, 1896.

Schuster 2000 = P. Schuster, Eine Stadt vor Gericht: Recht und Alltag im spätmittelalterlichen Konstanz, Paderborn et al., 2000.

Tlusty 2011 = B.A. Tlusty, The martial ethic in early modern Germany: civic duty and the right of arm, Basingstoke, 2011.

Tlusty 2013 = B.A. Tlusty, Consommation d’alcool et culture masculine dans l’Europe de l’époque moderne, dans A.-M. Sohn (dir.), Une histoire sans les hommes est-elle possible ? Genre et masculinités, Lyon, 2013, p. 121-134.

Warncke 1940 = J. Warncke, Das Schützenwesen in Lübeck, dans Zeitschrift des Vereins für Lübeckische Geschichte und Altertumskunde, 30, 1940, p. 265-338.

Haut de page

Notes

1 Delle Luche 2017, 2021.

2 Pour une analyse des groupes associatifs dans le Saint-Empire : Fouquet – Steinbrink – Zeilinger 2003. Sur les processions, voir von Heusinger 2015.

3 Pour une analyse des espaces sportifs : Schattner 2016, p. 65-85 ; Rosseaux 2007.

4 Peu d’éléments permettent d’apprécier la présence du public lors des tirs hebdomadaires ; en revanche, les principaux concours interurbains attirent, grâce aux spectacles secondaires (loteries, courses de chevaux, jeux de quilles), des badauds locaux ou de la campagne proche et parfois de véritables délégations tels les Zurichois de la « Nef heureuse » au tir de Strasbourg en 1576. Delle Luche 2021, p. 215-216.

5 Rheinfelden (1460), Hall (Tyrol) (1461), Bâle (1466).

6 En mai 1475, le conseil décide de subventionner des novices volontaires en leur livrant de la poudre et du plomb ; les premières subventions pour un concours de tir local ont lieu en novembre (il faut attendre juin 1476 pour l’aide à un concours suprarégional, vers Augsbourg) ; en décembre, la coupe régionale d’arquebuse est créée pour l’évêché de Wurtzbourg (Scharold 1818, p. 136-140). Après avoir accordé en fin avril une subvention régulière en numéraire, un règlement daté du 7 mai 1476 est confirmé par le conseil. Stadtarchiv (désormais StA) Würzburg, Ratsprotokoll no 5, fol. 252v, 262-263, 264v-265, 275 et 276.

7 Schreiber 1826-1829, p. 465-471.

8 Delle Luche 2019.

9 L’ordonnance de Bouxwiller (1551) est en grande partie copiée sur celle de Saverne (révisée en 1543). Mone 1855, p. 189.

10 L’ordonnance des arquebusiers de Berne (1530) est recopiée dans le livre formulaire du secrétaire de Bienne. Les vingt-cinq articles du règlement des arquebusiers de Thun (1535) reprennent pour l’essentiel les vingt-huit points des Bernois. Türler 1901, p. 299-306 ; Dubler 2004, no 108, p. 235-239.

11 L’ordonnance des arquebusiers de Krems (1525) reprend les dix-neuf premiers articles de celle de Vienne. Brunner 1953, p. 206-209. En revanche, le règlement des arbalétriers de Passau est adopté par Linz en 1554. Bohdanowicz 1935, p. 114.

12 L’ordonnance des arquebusiers de Leipzig, conservée à Zwickau, est très proche de celle adoptée dans cette dernière au cours des années 1480 : Posern-Klett 1868, I, no 539, p. 446-448. Le règlement des arbalétriers de Freiberg (1530) est utilisé un peu plus tard à Frankenberg, à une dizaine de kilomètres. Kästner 1930.

13 Quedlinburg, Halberstadt et Aschersleben étaient d’obédiences territoriales différentes au XVIe siècle, mais alliées au Moyen Âge : Hobohm 1906, p. 10-12. Warncke signale que l’Ordnung des arquebusiers de Lubeck est conservée à Rostock, où elle a certainement servi de modèle en 1616 : Warncke 1940, p. 299. Le règlement des arbalétriers de Sélestat reprend quasi littéralement celle de Haguenau, avec des modifications effectuées par le secrétaire natif de cette dernière ville : Gény 1902, p. 424-428.

14 Le Toppel désigne la cagnotte finançant des prix secondaires en sus de la subvention municipale.

15 Universitätsbibliothek Basel, AG II 23, Andreas Ryff, Empter Buoch fol. 5, en ligne : http://dx.doi.org/10.7891/e-manuscripta-13864 (consulté le 10 décembre 2022)..

16 Même si le terme de Bruderschaft peut désigner tout regroupement ou association, y compris à caractère purement professionnel ou politique, ce n’est qu’en Saxe que Bruderschaft désigne ordinairement l’association sportive des tireurs. Ailleurs, les tireurs soumis au règlement d’une « confrérie » suivent des prescriptions concernant le devoir des membres vivants envers les membres défunts. Remling 1980, 1986.

17 Cette pratique est notamment attestée en Franconie, à Volkach (Schön 1833, p. 39-42), à Kitzingen (Ebner 1978, p. 195) et à Wurtzbourg (Scharold 1818, p. 121-125 [ordonnance des arbalétriers, 1470], legs du cranequin). Elle est avérée également à Lille, et le règlement précise qu’il s’agit de léguer le meilleur arc. Crombie 2016, p. 127-128. De même à Ham et Reims : Janvier 2002, p. 221. À Leipzig, en 1518 une arquebuse et une arbalète sont données afin d’être louées chaque été : Lange 1893, p. 50. Le conseil de Wurtzbourg doit arbitrer un conflit entre les arquebusiers et la veuve d’un membre qui refuse de céder l’arquebuse qu’il avait léguée : StA Würzburg, Ratsprotokoll no 8, fol. 85v (31 Janvier 1521).

18 C’est un des deux exemples de définition de l’homicide involontaire dans la constitution Caroline (1532) : Tlusty 2011, p. 77.

19 Delle Luche 2015, p. 92-98.

20 Sur le blasphème et sa répression, cf. entre autres Schuster 2000, p. 72-85.

21 StA Schwäbisch Hall, 4/492 (Statutenbuch no 6), fol. 929-940 (1566) : « Item soll auch kheiner sich mit dem andern mit argen vnnd kriegsworten zertragen, noch zürnen, inn was gestalt das geschehe […] » (Personne ne doit se disputer avec un autre avec des paroles âpres et belliqueuses, ni s’emporter de quelque manière que ce soit).

22 Rauschert 1995, p. 86.

23 Roper 1994, p. 112-113. B. Ann Tlusty a elle aussi exploré les liens entre le comportement viril et la consommation d’alcool : Tlusty 2013.

24 Arquebusiers de la vallée de la Glotter (1568) : Bader 1868, art. 13 : « Item ob Jemand ein grobheit begieng an der Zielstatt oder vnder der gesellschafft, es sye oben oder vnden, der bessert 6 d » (quiconque commet quelque grossièreté sur le champ de tir ou au sein de la société, que cela soit en haut ou en bas, devra se racheter pour six deniers). Arquebusiers de Thun (1535), voir Dubler 2004. Arbalétriers de Soleure (1555), voir Jäggi 1962. Arbalétriers de Colmar (1577), voir Scherlen 1914, art. 20 : « Welcher Schütz oder Zuseher so vnuerschampt, das er zwischen dem Rein vnd Zihlstatt oder on einem andern vngewohnlichen ort, das wasser von sich ließe, einen Reipsen, Koppen oder sonst einen bößen lufft von sich gebe, vnd also wider Zucht vnd guten sitten handelte, der bessert jedes mahls sechs d oder leidet die britschen » (si un tireur ou participant est si impudique qu’il urine, rote, pète ou émette un vent entre le clos et le tir, ou à un autre endroit inhabituel, et contrevient aux bonnes mœurs et à la discipline, il devra se racheter de six deniers à chaque fois ou subir la Pritsche). À l’inverse, plusieurs relations de concours de tir mentionnent que le terrain de tir est équipé de latrines (privet) : Delle Luche 2021, p. 243.

25 Delle Luche 2021, p. 214-216. Un exemple similaire avec une compétition d’archerie à Calais : Moss 2018.

26 Sur la relation entre grâce et honneur, voir notamment Gubler 2015, p. 478-483.

27 Arquebusiers de Gerolzhofen (1532, repris en 1564) : Oettermann 2004, p. 7-12 ; Koberg 1975, p. 59.

28 Schnorr von Carolsfeld (?) 1876, p. 151 ; Schoop 1896, p. 13 ; Moeder 1923.

29 Delle Luche 2021, p. 172-173.

30 Weitenfelder 1571, fol. C : un paysan slovène apeuré se souille : « Vil Windisch Baurn hab ich gfangen […] / Offt ainem war vor angsten haiß / Das er im schröcken ließ ain schaiß / […] Hab jm den Kopff vorm Arsch angschlagn » (j’ai attrapé bien des paysans wendes […] ; plus d’un, angoissé, / s’est embrené de peur […] en le frappant, je l’ai renversé cul par-dessus tête ». StA Amberg, Band 280, description du concours de Sulzbach par Lienhart Flexel (1550) : « Wen ain paur kam vff die plan / der das schiessen da wolt sehen […] der da des kraiß het vergessen / vnd wardt vnder dj schutzen gesessen / demselben ist es nit woll ergangen / dj narn haben in von stundan gefangen / vnd furten in vff dj richstat mein / […] mancher maint er muß gar sterben » (« quand un rustaud venait sur le terrain / pour voir le tir […] / et avait négligé la ligne de séparation / et était assis parmi les tireurs / il ne s’en tirait pas à bon compte : / les fous l’attrapaient séance tenant / et l’amenaient à ma justice […] plus d’un voyait sa dernière heure venue »).

31 StA Würzburg, Ratsprotokoll no 14, fol. 85v (22 septembre 1584). Après avoir réitéré ses accusations, le boucher Georg Kramer est jeté deux jours au cachot puis condamné à fournir cent pierres au chantier de la nouvelle maison de tir.

32 Delle Luche 2021, p. 155-158. Ainsi dans la lettre d’invitation de Fribourg-en-Brisgau (1491), arch. mun. Strasbourg, III/155/16 : « Et s’il arrivait que surgisse quelque différend ou conflit pendant ce tir […] ou s’il arrivait que pendant ce tir quelqu’un commette un délit, ou fasse autre chose que le droit et la coutume du tir (mis à part l’homicide, dont Dieu nous garde) ; d’où que provienne ce différend ou cette querelle, ils devront être soumis à leur jugement et sentence et décidés par les sept élus pour cela (comme suit). On en restera là de leur jugement et sentence, sans contradiction ni contestation de quelque sorte » (trad. de l’auteur).

33 Boner 1937, nos 420, 501 et 539.

34 StA Nördlingen, Schützen-Akten, supplique (1506).

35 Ibid., supplique de Caspar Lang (1543).

36 Rauschert 1995, p. 70-71.

37 On trouvera une analyse des récits de querelles dans le poêle des tireurs chez Rauschert 1995, p. 86 sq.

38 Arch. mun. Strasbourg, III/155/15 (25 février 1559) : « wir baide als geordnete vnnd geschworne Schützenmaister an dem Büchsenrain diser statt Straßburg, vns pflichtig vnd schuldig erkennd etc. so vnder der geselschafft der schützenn, etwas vnendlichs, beschwerlichs vnnd schädliches befundenn, solches souil möglich abzuschaffenn, biß anher ein Zeitlang, allerhand müßbruch vnnd vnordnungenn, so gemeiner gesellschafft etwas zu nachtheil vnnd nicht zu klainem abbruch gedient vnnd noch, zu dem das dieselbenn je lenger je mehr einreissenn wöllenn, befundenn. »

39 Arch. mun. Strasbourg, III/155/2, no 15.

40 StA Nördlingen, Schützen-Akten, Schützenbücher, comptes des arbalétriers (1578) : « Vor dem Jerg straussen strafgelt empfangen von wegen das er die büchsen so jm fürgesetzt, hat für dz schießhaus hinausgeworfen, vnd anderer fluech mehr hatt vernemen lassen vmb 4 pfundt zin thutt 48 kr » (reçu l’amende de Jörg Strauss, parce qu’il a jeté devant la maison de tir l’arme qu’on lui avait confiée, également pour des jurons qu’il a émis, le tout pour 4 livres et 48 kreutzer).

41 StA Konstanz, E/192. Il s’agit vraisemblablement d’un dossier de la fin des années 1530 puisqu’on fait allusion à une coutume supprimée, cf. Feger 1951, no 109, p. 96. Le correctif apporté en 1540 est peut-être dû à cette affaire : ibid., no 315, p. 195.

42 Ibid., témoignage de Ludwig Kürnstaller : « Jn suma habe der Buluermacher, ain anhang, darunder sygen namlich der waffenschmid, Ziegler, vnnd der binder der hinweg geloffen, vnd denen syg ouch der büchsenmaister angehangt » (en somme, le fabricant de poudre aurait une clique, dont on peut mentionner l’armurier, Ziegler, le relieur qui a quitté la ville, et le trésorier en ferait aussi partie).

43 Ibid., témoignage de Stoffel Strub : « Item so were die ordnung der schützen an jr selbs, wann man darob hielte, nit böß, wiewol vil nüwerungen, die von alterhar nit gwesen, darjnnn begriffen, welche ettlich von anderstwo har gebracht » (enfin, l’ordonnance des tireurs en elle-même, si on la respectait, n’est pas mauvaise, même si on trouve bien des nouvelletés qui n’étaient pas présentes autrefois mais que quelques-uns ont ramenées d’ailleurs).

44 Ibid., témoignage de Hans Rüff : « Item so sygen ettwann Jren vil, die wenig, vnd ettwan lützel, die vil gaben habint » (il y en a beaucoup qui ont peu de gains, et un tout petit nombre qui ont beaucoup de prix). Témoignage de Bernhart Öttinger : « Syge ettwann erlich zugangen, vnd nit vff vorthail geschossen, aber jetzo syg der aigen nutz, zu großen syg kain lust mer […] vnnd so sygen ettlich so listig, das sy vffer letst wartint, wann dann gesehen werde das vil troffen, wellen sy nit topplen » (autrefois cela se passait honnêtement, et on ne tirait pas pour le profit, mais désormais l’égoïsme est si fort que l’envie est partie […] et certains sont si sournois qu’ils attendent le dernier moment, quand il est évident que beaucoup ont fait mouche, pour refuser de participer à la cagnotte).

45 Ibid., témoignage de Michel Fincker : « Nun solt nit nach gwün geschossen werden sunder von gsellschafft wegen vnd die gaben derhalben zimlich gmachet werden. »

46 Ibid., Jacob Wollhafen : « Er hab ab L Jaren geschossen, do es ettwann ordenlich zügangen, aber das wesen, das sich by fünff jaren har zütragen, gefall jm nichtz vil nüwerungen » (il tire depuis cinquante ans, lorsque tout était dans l’ordre, mais les développements depuis cinq ans avec moult nouvelletés ne lui plaisent aucunement).

47 Ibid., Pulvermacher : « Item sygen ettlich schryer, denen man jn kainen weg kaim recht thün » (il y a quelques brailleurs qui refusent tout compromis). Diebold Ziegler : « Item sygen ettlich gsellen, vnd namlich Michel Fincker, denen man nit könne recht thün, der dörffe wol wann ain win gehalten werd, der jm nit gfalle, widerumb vßhin spygen, vnd sagen “was ist das fur ain win, er dorfft mir wol weh jm buch machen”, So bruchint dann ettlich vngeschickt reden » (de plus, il y a quelques compagnons dont Michel Fincker, qui ne veut rien entendre, et qui se permet, si l’on consomme un vin qui n’est pas à son goût, de le recracher et de dire « qu’est-ce que c’est que ce vin ? Il va me retourner l’estomac ». Voilà comment certains ont l’habitude de parler vulgairement).

48 Ibid., Stoffel Strub : « Derhalben sins achtens vil verbessert werden möchte, wann man ettlich gsellen abstalte vnd dann ain büchsenmaister hette, der gselliger vnd handtlicher were » (voilà pourquoi, à son avis, on améliorerait bien des choses en évinçant quelques compagnons et en ayant un trésorier agissant davantage dans l’intérêt de la compagnie).

49 Voir la publication à venir de la thèse de Thomas Fressin, soutenue en 2020 sous le titre Des bourgeois en quête de distinction : les chevaliers des nobles jeux de l’arc, de l’arbalète et de l’arquebuse (1589-1793).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Dominique Delle Luche, « Coups de feu, rots et fessées »Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines, 135-1 | 2023, 205-216.

Référence électronique

Jean-Dominique Delle Luche, « Coups de feu, rots et fessées »Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [En ligne], 135-1 | 2023, mis en ligne le 11 octobre 2023, consulté le 28 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/mefrim/13350 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mefrim.13350

Haut de page

Auteur

Jean-Dominique Delle Luche

Laboratoire FRAMESPA, Université Toulouse II Jean-Jaurès – jddelleluche@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search