Navigation – Plan du site
Le pouvoir des cardinaux, représentations d’une élite (XIXe-XXIe siècle)

Des ombres du pouvoir à l’écran : figures de cardinaux au cinéma (Europe et Amérique du Nord, 1945-2011)

Philippe Rocher
p. 207-218

Résumés

Dans les films où ils apparaissent, les cardinaux sont toujours identifiables grâce à leur tenue vestimentaire. Ils sont souvent présentés en groupe. Leur activité principale est à Rome, ville qui centralise le pouvoir de l’Église catholique romaine. Leur vie spirituelle est invisible. Ils ne s’expriment guère sur ce sujet (sauf les cardinaux théologiens dans Les Souliers de Saint‑Pierre), sinon sur la relation du religieux avec la politique-pouvoir. Ils illustrent souvent le point de vue de l’institution, conservent leur sang-froid et font preuve parfois de cynisme. Certains lieux, certaines scènes sont quasiment obligés : le Vatican, l’habit rouge, le rituel de l’élection du pape… Depuis les années 1960, le cinéma de fiction a d’abord donné à voir l’homme derrière le cardinal. Une vingtaine d’années plus tard, les cinéastes ont accentué la vision du pouvoir attaché au cardinal.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Agel 1953, Huzar 2014.
  • 2 Jeanne d’Arc 1962, Dumont 2012.
  • 3 Diffusée en deux parties sur France 2 en 2009, la fiction a été réalisée par Marc Rivière d’après (...)
  • 4 Série télévisée franco-allemande créée par Tom Fontana, Borgia a été diffusée sur Canal+ à partir (...)
  • 5 Karol, un uomo diventato Papa (Karol, l’homme qui devint Pape), téléfilm italo-polonais réalisé pa (...)
  • 6 Le Métis de Dieu, du réalisateur Ilan Duran Cohen d’après le scénario de Chantal de Rudder, est un (...)
  • 7 Breschand 2002. Récusant le terme « réel », la réalisatrice Jacqueline Veuve définit l’identité su (...)
  • 8 Le téléfilm est conçu et réalisé pour la télévision qui en assure a priori seule la diffusion. Le (...)
  • 9 Figurant l’avènement d’un nouveau pape, le film emprunte des images aux événements autour de l’éle (...)

1Comment les cardinaux sont-ils représentés au cinéma ? Il existe nombre de représentations du prêtre ou du curé à l’écran1. Les évêques, sauf celui de Rouen indissociable de Jeanne d’Arc2, et les papes sont apparus bien moins souvent. Dans la longue histoire du cinéma, les cardinaux ont été moins visibles encore. Des films réalisés pour la télévision montrent les plus connus : Mazarin3, les Borgia4. Comme pour les images de cardinaux des films d’actualités, ou des téléfilms (Wojtyla5, Lustiger6), proches du documentaire7, ils ressortent cependant de genres nécessitant une analyse spécifique8 : à partir de leur origine, il convient d’apprécier leur réalisme et leur degré d’objectivité. Au contraire, les représentations de cardinaux dans les fictions du cinéma peuvent être analysées et réinscrites dans le contexte de leur époque. Dans l’ensemble des productions américaines et européennes, huit films, où se détachent de fortes figures de cardinaux, ont été retenus pour un certain imaginaire cinématographique. L’histoire de la représentation des cardinaux peut être scindée en trois périodes. La première, de 1945 à 1974, débute avec « l’âge d’or » du cinéma et s’achève avec un « réveil » religieux dans les pays industrialisés. La deuxième, de 1975 à 1990, se clôt alors que des films à « thèmes religieux », comme La Dernière tentation du Christ de Martin Scorsese, agitent l’opinion. Dans la dernière période, de 1991 à 2011, l’année de la diffusion d’Habemus Papam de Nanni Moretti9, des films évoquent le lien de figures religieuses avec la société.

Les cardinaux du pouvoir catholique

  • 10 Selon la périodisation proposée par Billard 1995 et Frodon 1995.

2Si le cinéma intéresse les historiens, il a son histoire et sa périodisation. Les représentations de cardinaux dans les films ont évolué selon ces époques. Avant le cinéma de « l’âge moderne »10, le cinéma de « l’âge classique » a montré des figures de cardinaux.

L’héritage de l’âge classique du cinéma

  • 11 Le « spectacle cinématographique » a été soumis à l’autorisation municipale dès 1906. Les premiers (...)
  • 12 Thomas Wolsey (1471 ?-1530), universitaire, archevêque d’York et cardinal, a exercé un rôle politi (...)
  • 13 Le cinéma de « cape et d’épée » a connu la première grande œuvre du genre avec L’Assassinat du duc (...)
  • 14 Les Trois Mousquetaires d’Alexandre Dumas (1802-1870), paru d’abord en feuilleton, fut repris en v (...)
  • 15 Dans le rôle de la Milady des Trois Mousquetaires, servant d’agent au cardinal de Richelieu, Flore (...)

3Le cinéma des origines, jusqu’en 1910, mais aussi pour partie de l’âge classique, jusqu’en 1960, a toujours lié son ambition à une quête de légitimité. Le recours à l’histoire, souvent aux mythologies ou aux romans nationaux, et l’emprunt au théâtre, alors que le contrôle de l’art était le fait des institutions et de l’opinion11, a incliné les réalisateurs vers certaines figures de cardinaux, souvent clairement identifiables dans un passé où la place de l’Église catholique était incontestable. Le cardinal Wolsey est, comme les cardinaux Richelieu ou Mazarin dans le cinéma français, un personnage récurrent du cinéma britannique12. De 1895 à 1945, les films de cape et d’épée ou les mélodrames balancent entre Shakespeare et l’histoire du royaume de France : Cardinal Pandulph (King John, 1899) ; The Cardinal’s Conspiracy (D.W. Griffith, 1909) ; Cardinal’s Ambassador (La Danseuse espagnole, Herbert Brenon, 1923) ; Cagliostro (Richard Oswald, 1929) – sur le cardinal de Rohan – ; Les Trois Louf’quetaires (Allan Dwan, 1939) ; Cardinal Richelieu (Rowland V. Lee, 1935). Dans ces films anglais, américains ou français, Richelieu et d’autres hauts dignitaires de l’Église catholique liés au pouvoir politique ne sont guère représentés pour eux-mêmes mais comme des personnages d’une fiction, les protagonistes d’une histoire romancée13, souvent inspirée des Trois Mousquetaires d’Alexandre Dumas14. Ils ne sont le plus souvent que des faire-valoir et l’important réside dans l’action des héros et des héroïnes des films d’autant plus populaires qu’ils sont interprétés par des « vedettes » ou des « stars » du moment, comme Florence Lawrence dans The Cardinal’s Conspiracy ou Maureen O’Sullivan dans Cardinal Richelieu15. Si The Cardinal’s Conspiracy de James Kirkwood (1875-1963) montre un cardinal de Richelieu intrigant et manipulateur, George Arliss, nom de scène de George Andrews, interprète dans Cardinal Richelieu le ministre auquel le jeune Louis XIII renouvelle sa confiance lors de la « journée des Dupes » de 1630.

  • 16 Dans Notre-Dame de Paris (1956) de Jean Delannoy, adapté du roman de Victor Hugo, le cardinal est (...)
  • 17 Going My Way (La Route semée d’étoiles, 1944) de Leo McCarey. Sur les clercs au cinéma, voir Agel  (...)
  • 18 Le jeune vicaire de paroisse « incarne » à lui seul l’œuvre des patronages, Tranvouez 1999. En 195 (...)
  • 19 Ce « type » de personnage donne matière à un livre du critique catholique : Agel 1953.
  • 20 Caïra 2005.
  • 21 C’est le cas pour Léon Morin, prêtre (1961) de Jean-Pierre Melville où le jésuite François Lepoutr (...)
  • 22 Ami et soutien de Fellini, le jésuite Angelo Arpa a cherché à défendre La Dolce Vita, déjà dénoncé (...)

4La situation change à partir de 1945. Les rôles de cardinaux deviennent confidentiels au cinéma16. En effet, dans l’Europe du néo-réalisme italien, les ecclésiastiques qui occupent l’écran sont d’abord des prêtres17, à cause de leur humanité, montrés en pasteur des ouailles d’une paroisse ou en curés engagés dans les combats politico-religieux au nom de l’Action catholique et de « l’incarnation » du christianisme18. Dans une production foisonnante19, Roma città aperta (1945) de Roberto Rossellini, Le Journal d’un curé de campagne (1951) de Robert Bresson s’imposent successivement… loin de la hiérarchie de l’Église. Débonnaire, le prêtre résistant de Rossellini, inspiré de Don Giuseppe Morosini, prêtre fusillé en 1944, sait être compréhensif et manier le ballon de football. Le curé tourmenté de Bresson, qui s’évertue maladroitement à se rapprocher de ses paroissiens, découvre la grâce au travers d’une chevauchée à moto offerte par un jeune militaire. Dans la série des Don Camillo, adaptés de Giovannino Guareschi à partir de 1951, la figure du cardinal est absente, y compris dans Don Camillo Monseigneur (1961) de Carmine Gallone. Il en va de même dans la série des Mon curé débutée avant-guerre : Chez les pauvres, chez les riches par Donatien en 1925 et 1932 et par Henri Diamant-Berger en 1952 ; Champion du régiment d’Émile Couzinet et Chez les pauvres d’Henri Diamant-Berger en 1956. Dans Mon curé chez les riches de Diamant-Berger, l’abbé Pellegrin apparaît beaucoup plus efficace que Monseigneur Sibué, l’évêque coadjuteur du cardinal-archevêque de Merville. À Hollywood, l’époque est aux grandes productions, parfois sur la Bible ou sur l’Antiquité dans laquelle les chrétiens ont une place. Le cardinal, absent dans l’Église des origines, n’apparaît pas dans ces productions. Dans le contexte particulier des États-Unis où les confessions chrétiennes participent du contrôle des films20, producteurs et scénaristes se censurent ou cherchent à satisfaire le public tout en se conciliant les autorités religieuses : lorsque des films donnent à voir des personnages religieux, ils accueillent sur les tournages des « conseillers ecclésiastiques »21. Dans son film introspectif, Huit et demi (Otto e mezzo, 1963), Federico Fellini donne à voir un réalisateur tourmenté, partagé entre un regard sur son passé et des représentants du milieu cinématographique qui le poussent à réaliser un film. Le cardinal qu’il rencontre l’interroge pour savoir s’il est marié et s’il a des enfants. Alors qu’il ne sait pas comment conjuguer femme et maîtresse, ce rappel de la morale familiale catholique ne lui est d’aucun secours. Fellini évoque avec ce film ses propres difficultés avec le monde ecclésiastique à l’occasion de la diffusion trois ans plus tôt de La Dolce Vita22.

Un âge nouveau pour les cardinaux au cinéma 

  • 23 La Nouvelle Vague est à la fois un concept critique, un nouveau mode de production et de diffusion (...)
  • 24 Maurice Cloche, Monsieur Vincent (1947), scénario et dialogues de Jean Anouilh, avec Pierre Fresna (...)
  • 25 Le court-métrage réalisé par Jacques Demy, Ars (1959), a été produit par Les Productions du Parvis (...)

5L’âge moderne du cinéma débute avec le profond renouvellement de la Nouvelle Vague23. Il y a loin entre l’hagiographie cinématographique de Vincent de Paul par Maurice Cloche, Monsieur Vincent24, et l’évocation de Jacques Demy du curé d’Ars au travers des lieux jadis parcourus par Jean-Marie Vianney25. La modernité cinématographique n’abolit cependant pas le classicisme qui peut toujours être lié aux productions « nationales » racontant ou évoquant la vie et l’œuvre d’un cardinal historique. Dans le film sur la vie de Thomas More, A Man for all Seasons (Un homme pour l’éternité, 1966) de Fred Zinnemann (1907-1997), Oscars du meilleur film et du meilleur réalisateur en 1967, le cardinal Wolsey est incarné par Orson Welles. En 1969, dans le film de Charles Jarrott, Anne des mille jours, Wolsey est interprété par Anthony Quayle.

  • 26 Voir l’une des premières études sur la communication et la visibilité de l’Église catholique dans (...)

6En ce début des années 1960, l’Église catholique et son pape sont fortement exposés dans les médias à l’occasion du Concile (1959-1962)26. Fait significatif, des cardinaux sont désormais au centre de deux films de facture plutôt classique. The Cardinal (1963), du cinéaste d’origine autrichienne Otto Preminger, est empreint du regard porté par son réalisateur sur l’Anschluss, moment important dans cette grande fresque qui raconte la vie d’un prêtre jusqu’à ce qu’il devienne cardinal. The Shoes of the Fisherman (Les Souliers de Saint‑Pierre, 1968) du réalisateur éclectique Michael Anderson, né en 1920, est une adaptation du roman éponyme de Morris West dans lequel un évêque ukrainien est élu pape peu après avoir été nommé cardinal.

Des cardinaux de l’âge moderne du cinéma

  • 27 Bordat 1987.
  • 28 Hirsch 2007. Preminger a toutefois bénéficié de concours catholiques lors du tournage en Europe.

7The Cardinal s’ouvre sur un plan d’ensemble spectaculaire, au son des cloches, qui découvre une fastueuse cérémonie. L’action se passe en 1939, au moment où Stephen Fermoyle s’apprête à être créé cardinal. Il se souvient des années qui l’ont conduit jusqu’à ce jour. Il paraît encore jeune, mais il a une riche expérience. S’ensuit alors un flash-back. Le film déploie en trois grandes parties sa carrière et son ascension, depuis ses jeunes années de prêtre américain et d’intellectuel brillant. Après un drame familial, dans lequel sa jeune sœur meurt des suites d’un accouchement difficile et du refus de Fermoyle de sacrifier l’enfant, il est nommé à Rome. Secrétaire, il évolue dans l’administration vaticane, à la fois homme d’Église, d’influence, diplomate aussi. Son idéalisme se heurte à la réalité du racisme aux États-Unis. Plus compliqué encore, alors qu’il a souhaité un temps de réflexion et d’étude, il est pris dans un dilemme où sa vocation est éprouvée par un sentiment amoureux. En Autriche, il découvre surtout l’attitude trouble des catholiques au moment de l’annexion du pays par l’Allemagne nazie. Si The Cardinal (Le Cardinal) aurait pu aussi s’intituler « La vie intime, voire amoureuse, du cardinal », le film n’est pas un mélodrame mais bien un film dramatique réalisé à partir de la relation des catholiques, particulièrement des Autrichiens, avec le nazisme. Réalisateur qui produit lui-même ses films et qui refuse les contraintes du « code Hays »27, Otto Preminger n’hésite pas à montrer les sentiments troubles, sinon la naïveté de fidèles trompés et finalement persécutés. Le spectateur peut surtout voir comment un prêtre devient cardinal de la Sainte Église romaine. Dans ce cursus, le milieu familial et le jeu de diverses influences internes aux milieux ecclésiastiques, romains particulièrement, importent beaucoup. Preminger montre également plusieurs figures de cardinaux rencontrés par le personnage principal, Stephen Fermoyle, au cours de ses années de formation. Ces personnalités sont humaines avec des caractères et des tempéraments très différents. Le cardinal Glennon, interprété par John Huston, a un fort caractère. C’est un administrateur, mais il sait aussi être à l’écoute et compréhensif, au moins pour les états d’âme du jeune Fermoyle. Le personnage est inspiré de John Joseph Glennon (1862-1946), ecclésiastique d’origine irlandaise, devenu cardinal en 1946, l’année de sa mort. Le cardinal Theodor Innitzer (Josef Meinrad) est célèbre pour avoir soutenu les nazis lors de l’Anschluss. D’autres cardinaux de ce film sont fictifs, même si leurs fonctions et leurs opinions peuvent ressembler à celles de prélats bien réels. Le cardinal Quarenghi (Raf Vallone) est rompu aux manœuvres des diplomates. Il a été le professeur de Stephen et est devenu son ami. Le cardinal Giacobbi (Tullio Carminati) est semble-t-il un conservateur. Il est même tenté par le totalitarisme. Estimant avoir été le modèle du personnage principal et déjà opposant notoire du réalisateur, le cardinal Spellman chercha à contrarier la production du film par la Columbia28. Il fut ainsi difficile à Otto Preminger d’obtenir une église pour le tournage et il ne put compter que sur un prêtre relevé de ses vœux comme conseiller ecclésiastique. The Cardinal (Le Cardinal) est adapté du roman éponyme d’Henry Morton Robinson grâce au scénariste Robert Dozier.

8Également inspiré d’un roman, The Shoes of the Fisherman (Les Souliers de Saint‑Pierre, 1968) de l’Australien Morris West (1916-1999) a un aspect documentaire en ce qu’il utilise des archives audiovisuelles tournées en 1963, entre la mort de Jean XXIII et l’élection de Paul VI lors de la réunion en conclave des cardinaux. La fiction débute avec la libération d’un évêque emprisonné au goulag alors que s’ouvre un concile, convoqué contre l’avis de la Curie. Le pape crée cardinal l’évêque venu de l’Est. Le pontife décédé, deux cardinaux discutent de sa succession et les rouages de l’institution ecclésiastique commencent à tourner. Les cardinaux ayant élu le pape, le film montre ses relations avec l’administration vaticane. Pendant la Guerre froide, alors qu’une troisième guerre mondiale menace, les communistes proposent au pape d’intervenir. Avec cette figure d’un « cardinal impromptu », finalement « cardinal iconoclaste », le film insiste sur l’écart entre l’homme, futur pape, sympathique, et les cardinaux qui réagissent comme des fonctionnaires de la Curie divisés en divers clans. Le film montre un monde où la prospérité de l’Occident se développe sur fond de compétition et de Guerre froide entre les États-Unis et l’URSS, de la misère de 600 millions de Chinois et où pèse en permanence la menace d’une destruction totale par utilisation des armes nucléaires. Sommée de prendre position face à ces enjeux, l’Église catholique est bousculée par ce nouveau pape venu de l’Est.

9Qu’est-ce qu’un cardinal ? Ces deux films permettent de voir comment on devient cardinal et comment les cardinaux sont des hommes au centre du pouvoir de l’Église catholique romaine. En livrant les portraits d’un homme devenu cardinal, ils humanisent en définitive les cardinaux. Ils les donnent à voir comme des dignitaires confrontés à une épreuve personnelle voire à de profonds tourments dans un contexte historique tragique. Les deux films montrent aussi d’autres figures de cardinaux avec une variété de personnalités. Après ces œuvres du temps de la Guerre froide, du printemps conciliaire, de la reconnaissance du Tiers monde et de l’effervescence de mai 1968, advient, croit-on, une sécularisation des sociétés occidentales : les figures de cardinaux disparaissent alors des écrans, sauf avec Paul VI dans Roma (1972) de Fellini ; lui qui a condamné la Dolce Vita (1960) apparaît au terme d’une parodie de défilé de mode clérical face à une foule hystérique.

Le cardinal gardien de l’institution… contre l’Évangile

  • 29 Aumont – Bergala – Marie – Vernet 1994, p. 190.

10Pour revoir vraiment des cardinaux à l’écran, il faut attendre les années 1980, à l’époque où s’affirme le retour du religieux. Du point de vue cinématographique, ils s’apparentent à des « types » particuliers, ce qui facilite l’identification du personnage et « l’accroche » du spectateur29.

L’Église catholique au risque de ses cardinaux

  • 30 Compagnon 2000, p. 540-547 ; Boff L. et C. 1987 ; Gutiérrez – Müller 2014 ; Lucquiaud 2005.
  • 31 Compagnon 2006. Cet aspect du pontificat est relevé par la presse française au moment de la mort d (...)
  • 32 Selon le titre de l’analyse comparée des renouveaux religieux par Kepel 2003.
  • 33 Malabre 1989 et 2012.

11Les années 1980 sont un temps de retour du religieux, de crises aussi. Le religieux que d’aucuns annonçaient en train de disparaître témoigne d’une forte vitalité depuis le milieu des années 1970. L’Église catholique se divise : un camp s’affiche traditionaliste ; en Amérique du Sud, particulièrement, la théologie de la libération s’affirme et s’engage en politique30. Karol Józef Wojtyła (1920-2005) est élu pape en 1978. Devenu Jean-Paul II, il parcourt le monde et réunit à partir de 1984 les foules des Journées mondiales de la jeunesse (JMJ). Ce pape jeune rend plus visible l’Église catholique dans les médias. Homme d’autorité, il intervient dans le conflit entre le pouvoir romain et l’Église universelle, incarnée dans les cultures locales. Entre les deux niveaux, les cardinaux sont des rouages importants du pouvoir romain : celui qui contrôle, au mieux régule, souvent condamne. Le cardinal Ratzinger l’illustre avec les Instructions sur la théologie de la libération en 198431. Au cinéma, « la revanche de Dieu32 » génère quelques comédies à succès sans ambition cinématographique : Mon curé chez les nudistes (1982) de Robert Thomas précède, l’année suivante, Mon curé chez les Thaïlandaises du même réalisateur. Le côté plus lumineux, du point de vue artistique, c’est Sous le soleil de Satan (1987) de Maurice Pialat ou des films à thèmes religieux qui sont autant de controverses : Je vous salue Marie, en 1985, et, en 1986, La dernière tentation du Christ et Affaires de femmes, respectivement de Jean‑Luc Godard, Martin Scorsese et Claude Chabrol. Sont tout à la fois en cause : la représentation de l’humanité du Christ, dont l’image de sa relation sexuelle avec Marie-Madeleine, et le détournement d’une prière à Marie par une avorteuse33.

Des cardinaux de terrain

  • 34 Il nome della rosa a été publié à Milan en 1980.
  • 35 « Aux côtés de l’Abbé, le cardinal Bertrand de Poggetto évoluait comme un familier du pouvoir, com (...)
  • 36 Dominicain, Bernard Gui (Bernard Guidoni, en latin Bernardus Guidonis, 1231-1331) a été inquisiteu (...)
  • 37 « Un Moyen Âge qui simplement se situe “bien loin dans le temps” et assez obscur pour qu’on y proj (...)
  • 38 « L’Abbaye mythique où se croisent des moines de tous les pays, sous la houlette onctueuse de l’in (...)

12En 1986, deux films qui empruntent à l’histoire une métaphore des luttes politiques montrent deux « cardinaux de terrain ». Dans le Moyen Âge du film Le Nom de la Rose (1986), de Jean‑Jacques Annaud, l’image des élites ecclésiastiques est peu flatteuse. La controverse théologique et les violences sont des protestations contre les excès du pouvoir pontifical et de la Curie décadente. La superproduction européenne est une adaptation du roman (1980) érudit d’Umberto Eco34. Des crimes sont commis dans un monastère où doit se tenir une réunion entre les représentants du pape et de l’ordre franciscain. Le pape a délégué son représentant, un cardinal, vieillard cacochyme. Jean-Jacques Annaud filme l’arrivée hautaine et méprisante du cardinal Bertrand du Pogetto, « un familier du pouvoir », « un second pape », selon Eco35, et du redoutable inquisiteur Bernardo Gui36. La rencontre entre les légats du pape et les membres de la communauté franciscaine tourne vite à l’affrontement théologique, entre deux points de vue opposés. Le cardinal Bertrand du Pogetto critique le point de vue des franciscains et l’Empereur qui les soutient. Il quitte la réunion. Le visage du cardinal légat est parmi les visages de religieux et d’ecclésiastiques les plus caractéristiques du film. Il a les traits de Lucien Bodard (1914-1998), écrivain et journaliste français, alors âgé de soixante et onze ans. Sa voix est grave, ses affirmations ne souffrent pas de réplique. Dans la réalité, Bertrand du Pouget avait quarante-sept ans en 1327, l’année de l’épisode relaté par Adso. Annaud a accentué l’opposition entre la magnificence du légat et de ses collaborateurs, l’Église riche, et les pauvres franciscains. Il a de la sorte composé un « Moyen Âge de Notre‑Dame de Paris »37. Sauf Sean Connery, Michaël Lonsdale et le jeune Adso, le film aligne les figures monstrueuses, à la physionomie de gargouilles38.

  • 39 Lécrivain 1991.

13Le cardinal de l’époque moderne est moins caricatural. Dans The Mission (Mission, 1986), Roland Joffé montre un personnage plus complexe. En ces temps de débats sur la théologie de la libération et d’interrogation sur l’héritage de la colonisation en Amérique du Sud, le cardinal Altamirano est une figure d’abord plutôt antipathique dans la manière d’exercer le pouvoir clérical. Cardinal et jésuite, il est partagé entre le réalisme de Rome face au pouvoir des Portugais et des Espagnols et les réalisations de l’ordre de saint Ignace. « Les larmes du cardinal » résument ainsi presque à elles seules le dilemme qui est le sien à propos de ces missions jésuites aux frontières du Paraguay et du Brésil en 1750. Bien qu’anglais, le film de Roland Joffé s’apparente aux grandes productions du cinéma américain. Œuvre exemplaire du cinéaste britannique, à partir d’un scénario de Robert Bolt, il s’agit d’un raccourci de l’histoire des missions jésuites qui se sont déroulées sur plusieurs décennies auprès des Guaranis39. Le cardinal Altamirano réapparaît à la fin de Mission, pour conclure qu’il aurait été préférable pour les Indiens que les jésuites n’aient jamais été en Amérique du Sud.

L’action invisible des cardinaux

  • 40 The Godfather, 1969, trad. fr. Le Parrain par J. Perrier, éditions Robert Laffont, 2011.
  • 41 Une première évocation cinématographique de l'assassinat supposé de Jean-Paul Ier a été tournée en (...)
  • 42 Lié à l’organisme financier du Vatican que dirigeait Mgr Marcinkus, le directeur de la banque « ca (...)

14Les cardinaux sont d’autant moins à leur avantage qu’il est question de l’Église catholique, de son pouvoir et de son influence supposée. Dans The Godfather, Part III (Le Parrain, IIIe partie, 1990), de Francis Ford Coppola, adapté du roman de Mario Puzo (1920-1999)40, les cardinaux apparaissent peu, sauf en groupe pour un conclave. Paul VI vient de mourir, le cardinal Lamberto devient le pape Jean-Paul Ier. La caméra de Coppola montre la fin de l’élection et l’acceptation par Lamberto : « Acceptez-vous… ? Oui, j’accepte. » Si les cardinaux demeurent anonymes, sauf Lamberto et ses concurrents (non montrés), et que les patronymes sont de fiction, l’histoire mentionne le nom d’un pape bien réel. L’acteur Raf Vallone (1916-2002), interprète de Lamberto, a déjà été cardinal… dans Le Cardinal. Dans The Godfather, il devient pape. Dans ce film, le parrain Corleone est désireux d’acquérir une respectabilité en renonçant aux actions malhonnêtes pour de bonnes œuvres catholiques. Au travers de sa personne au moins, le lien entre la mafia américaine et l’Église catholique est explicite. L’intermédiaire, Mgr Gilday, est très inquiet à cause des difficultés d’une banque liée à celle du Vatican. Il propose à Corleone une transaction financière. Corleone a déjà rencontré le cardinal Lamberto en Sicile. Ce dernier est honnête. Élu pape, il est peu après retrouvé mort. Le spectateur l’a vu boire une tisane. Il a sans doute été empoisonné41. Le scénario s’inspire du scandale de la Banque Ambrosiano (Banco Ambrosiano)42. Les personnages fictifs font aussi référence à des personnes réelles : l’évêque Gilday est inspiré de l’archevêque américain Paul Casimir Marcinkus (1922-2006), directeur de l’Institut des œuvres de religion (IOR). Il meurt au terme du film. Don Licio Lucchesi rappelle Licio Gelli, dignitaire de la Loge P2, et le cardinal Lamberto incarne Albino Luciani. L’image d’un pendu sous un pont de Londres est explicitement montrée, référence au corps de Roberto Calvi, dirigeant de la Banque Ambrosiano retrouvé mort en 1982.

Les cardinaux dans les ombres du pouvoir ?

  • 43 Willaime 2001. Voir aussi Dagenais 1996.

15L’Église catholique a fait de l’année 2000 l’année de son grand jubilé. Sans parler d’un nouveau millénarisme, le passage au nouveau millénaire réactive la production de films dans lesquels apparaît le fait religieux. Paradoxe décrit par Jean-Paul Willaime, la médiatisation sécularise le religieux, mais le cléricalise aussi en insistant sur les figures de prêtres et les formes les plus radicales de la vie religieuse43. Le cinéma n’échappe pas à cette tendance.

Les « cardinaux de l’ombre » : des stéréotypes ?

  • 44 Champion 2004.

16Au temps de la postmodernité née de la sécularisation, les formes du religieux foisonnent. À côté de nouveaux syncrétismes religieux propres aux sociétés industrialisées, s’ajoute un goût pour le sacré, le surnaturel et le paranormal44. L’exorcisme fait recette. Le tout avec l’idée d’une vérité cachée. Loin des considérations issues de l’histoire, certaines productions réalisées autour de l’an 2000 accentuent et radicalisent la figure du cardinal et de son pouvoir, jusqu’au stéréotype. Dans Dogma (1999) de Kevin Smith, le cardinal propose un Christ plus attrayant, mais, censé être une figure d’autorité de l’Église, il n’est, par dérision, qu’un gestionnaire de l’institution. Le cardinal devient l’image, voire « l’icône », d’une institution religieuse d’abord désireuse de conserver son pouvoir. Dans un processus de simplification et d’amplification, il est plus que jamais dans ces films un personnage de fiction dont le « type » est sans conteste négatif. Dans Stigmata (1999), de Rupert Wainwright, Frankie Paige, jeune femme incroyante, coiffeuse de son état, est soudainement marquée par les stigmates de Jésus Christ. Elle a eu en main le chapelet que lui a offert sa mère. Ce chapelet a appartenu à un prêtre mort avant d’avoir pu faire connaître au monde sa découverte : Jésus ne souhaitait pas d’Église ! Frankie a reçu sans le vouloir, puisqu’elle s’exprime au travers de ce qui ressemble à des crises d’épilepsie, la mission de faire éclater cette vérité que combat l’Église catholique. Au Vatican, un cardinal dépêche un enquêteur, le Père Andrew Kiernan, prêtre et scientifique. Le cardinal, Daniel Houseman (Jonathan Pryce, avec la voix française de Georges Claisse), est une sorte de véritable chef de bureau des Services secrets. Il veut à tout prix empêcher la divulgation du secret inscrit dans l’Évangile, non canonique, de Thomas. Il s’en faut de peu que le cardinal n’étrangle lui-même Frankie Paige, sauvée in extremis par le prêtre enquêteur. Dans la même veine d’une vérité à cacher à tout prix, Hollywood produit The Body (Le Tombeau, 1999), réalisé par Jonas McCord, et adapté du roman de Richard Ben Sapir (1936-1987), Le Corps. Alors que dans ce livre l’affaire intéresse le Vatican, les États-Unis, l’URSS, le Mossad et la mafia, le film réduit un peu le nombre des intervenants. Outre le Vatican, le Mossad et les activistes palestiniens sont concernés par la découverte d’un tombeau à Jérusalem. Cette « sorte d’Indiana Jones du pauvre », selon l’expression du journal Les Échos, montre un cardinal à l’œuvre. Selon le critique Louis Guichard, le problème est en effet d’importance :

  • 45 Louis Guichard, « Le Tombeau », Télérama, 1er août 2001.

Le Vatican et toute la Chrétienté vacillent sur leur base : on a découvert, à Jérusalem, un squelette que tout désigne comme étant celui du Christ. Pas de panique. En moins de temps qu’il n’en faut au prêtre jésuite Antonio Banderas pour boucler son enquête sur place, ce film d’aventures se ratatine en minuscule série B exotique, couronnée par un kitschissime amour impossible entre le bel homme de foi et la sexy archéologue juive à l’origine de la découverte. Voilà comment la colline hollywoodienne accouche d’une souris45.

17Homme du Vatican, donc de l’institution cléricale, ici très clairement identifiable, personnage anonyme mais « fonctionnaire » efficace, le cardinal agit dans l’ombre pour préserver l’Église catholique des révélations de l’évangile de Thomas.

Faut-il (pour autant) désespérer des cardinaux ?

  • 46 Bulle d’indiction de l’Année sainte de l’an 2000, Incarnationis mysterium (29 nov. 1998). Voir Reg (...)
  • 47 Hochhuth 1963.
  • 48 Le personnage est moins stéréotypé que dans Stigmata ou Le Tombeau.

18La réponse est positive, à en croire Constantin Costa Gavras, le réalisateur d’Amen (2002). Avec l’entrée dans le nouveau millénaire et le souhait du pape Jean-Paul II d’une « purification de la mémoire catholique » sont réactivées des questions à propos de l’Église46, de ses ministres et de leurs responsabilités dans la seconde guerre mondiale. La question, depuis longtemps controversée, du « silence de Pie XII » est le sujet de ce film. Dans Amen, adaptation cinématographique de la célèbre pièce de théâtre Le Vicaire47, le cardinal vu chez les Fontana, une riche famille catholique romaine, n’est pas des plus sympathiques48. On ignore son nom. Il semble très proche du pape, être plus ou moins mêlé à la diplomatie (au moins avec le visiteur américain). Il concentre dans son personnage toutes les caractéristiques propres à expliquer le silence de l’Église catholique sur l’extermination des Juifs. Le jeune jésuite Riccardo Fontana qui veut transmettre au pontife le témoignage du SS Gerstein, ne parvient pas à l’émouvoir. Adaptation du Vicaire, le film transpose ce que décrivait précisément le texte dramatique :

  • 49 Hochhuth 1963, p. 100.

Le prince de l’Église, tout rond, tout rouge, et nerveux cependant même irritable, tant au travail que dans la conversation. […] Il est devenu plus efféminé, mais l’apparence est trompeuse. Le Cardinal est un diplomate averti, voire sans scrupules. Ses yeux bleus peuvent être tour à tour aussi froids que les yeux de Goering ou de Churchill ; ou aussi amicaux que possible, dans un visage capitonné, empreint d’une cordialité de vieille dame. […] Il sait se taire et écouter d’un air engageant ses partenaires, aussi longtemps qu’il est nécessaire, pour obtenir d’eux le maximum de renseignements. C’est parti d’un milieu très modeste que le cardinal est parvenu à ces hautes fonctions. Il dut avoir beaucoup à faire pour échapper aux femmes lorsqu’il était encore mince, et que ses boucles noires formaient avec ses grands yeux clairs, toujours rieurs, un contraste troublant. On racontait sur lui des tas de choses. C’était peut-être à tort, et sûrement par envie. Aussi longtemps qu’Eros l’avait troublé, il était craint pour ses mots d’esprit mordants. À présent, l’acerbe ironie a cédé le pas à une gaieté pétillante49.

19Interprété par Michel Duchaussoy, le cardinal de Costa Gavras est encore plus antipathique en ne faisant montre d’aucune « gaieté pétillante ».

  • 50 Le film a été produit grâce à l’apport financier d’une association luthérienne, Thrivent Financial (...)

20D’autres cardinaux ont été montrés à la même époque au cinéma. En 2003, dans Luther, réalisé par Éric Till, le cardinal Cajétan (Thomas de Vio dit Cajétan, 1469-1534) a les traits de Mathieu Carrière, Martin Luther ceux de Joseph Fiennes. Peter Ustinov interprète son dernier rôle, celui de Frédéric III de Saxe. Ce film germano-américain, partiellement financé par les luthériens tentés par l’hagiographie50, fait brièvement apparaître Cajétan dans un palais à Rome.

Les cardinaux sont des hommes de pouvoir comme les autres

21Faut-il donc désespérer des cardinaux au cinéma ? Malgré les films cités précédemment, peut-être pas. Nanni Moretti veut en effet avec Habemus papam (2011) témoigner de leur humanité. Non, tout n’est pas noir parmi les hommes en rouge. Original, ce film l’est peut-être moins dès lors qu’il est rapporté à l’ensemble de l’œuvre du cinéaste italien à qui l’on doit La messa è finita (La messe est finie, 1985) sur les difficultés d’un jeune prêtre. Bien qu’il s’agisse d’une comédie, il pourrait être résumé par « l’effroi du cardinal ». Melville, élu parmi le collège des cardinaux, n’était nullement parmi les favoris. Bien que très entouré, il pousse un cri d’effroi face à la charge qui l’attend. Cri d’un homme, donc d’humanité, il interroge aussi sur la nature du pouvoir à exercer au sommet de l’Église, lorsqu’il se heurte à la puissante mécanique du Vatican. Lors du conclave, l’exercice du pouvoir ne semble d’ailleurs souhaité par personne. Chacun prie pour ne pas être désigné. Lorsque Melville est élu et s’interroge, les cardinaux apparaissent tous comme des personnalités plutôt sympathiques. Le nouveau pape traverse un fort état dépressif et le Sacré Collège est confiné au Vatican. Chacun des cardinaux a ses petites manies et l’action du psychanalyste pour les faire patienter, avec notamment un tournoi de volley par « équipes nationales », signe de l’internationalisation du Sacré-Collège, les ramène au plaisir du jeu et comme à une sorte d’esprit d’enfance. Au travers de ce film, Moretti, qui ne cache pas sa fascination pour l’Église catholique et son pouvoir, montre les cardinaux et le pape sous un jour très humain. Dans Le Monde, Thomas Sotinel considère même qu’il n’est pas question de foi :

  • 51 Thomas Sotinel, « Habemus Papam : la curie vaticane aux prises avec la diablerie ludique de Nanni (...)

Nanni Moretti montre les cardinaux comme une bande de vieillards d’abord anxieux que le calice pontifical soit tenu éloigné de leurs lèvres. En un geste d’une perversité ludique, Moretti dénie aux membres de la curie la qualité d’êtres politiques. Ils ne sont que les gestionnaires d’une société à but non défini (il ne sera jamais question de théologie) qui voudraient résoudre la question de la direction à moindres frais51.

22Depuis Rome, Frédéric Mounier écrit :

  • 52 Frédéric Mounier, « Le pape fragile d’Habemus papam de Nanni Moretti séduit les Romains », La Croi (...)

Radio Vatican a jugé le film « sans ironie, très humain, avec un excellent Michel Piccoli ». Le P. Fantuzzi, critique cinématographique renommé de la prestigieuse revue jésuite Civiltà Cattolica, est un ami de Moretti, comme il le fut de Pasolini et de Fellini : Habemus Papam lui a beaucoup plu, comme il a plu au cardinal Ravasi, « ministre de la culture » de Benoît XVI, qui avait lu le scénario avant le tournage52.

  • 53 Les appréciations peuvent cependant diverger. Dans le Figaro du 13 mai 2011, Éric Neuhoff juge le (...)

23Certains des cardinaux sont antipathiques. Dans leurs activités de groupe, en revanche, ils peuvent être franchement sympathiques. L’un d’entre eux se révèle même attachant53.

Conclusion

  • 54 La « réception » des films, non pas seulement de la part des professionnels mais du public « ordin (...)
  • 55 Cette difficile « réception » de certains films par le clergé ne doit pas cacher les multiples pra (...)
  • 56 Roy 2012, p. 210-215.

24Il n’a pas été question ici de la « réception54 » des films où figurent des cardinaux. Ce sujet appellerait une étude sur les cardinaux engagés dans le « cinéma catholique » ou contre le « mauvais cinéma55 ». Loin de disparaître, l’attitude de rejet peut se durcir quand les religions contestent vivement la séparation de la culture avec le religieux56. Dans tous les films où ils apparaissent, les cardinaux sont toujours identifiables grâce à leur tenue vestimentaire, et ils sont souvent présentés en groupe. Leur activité principale est à Rome, ville qui centralise le pouvoir de l’Église catholique romaine. Leur vie spirituelle est invisible, ils ne s’expriment guère sur ce sujet (sauf les cardinaux théologiens dans Les Souliers de Saint‑Pierre), sinon sur la relation du religieux avec la politique-pouvoir. Ils illustrent souvent le point de vue de l’institution, conservent leur sang-froid et font parfois preuve de cynisme. Certains lieux, certaines scènes sont quasiment obligés : le Vatican, l’habit rouge, le rituel de l’élection du pape… Existe-t-il un effet cumulatif avec tous ces films ? Les cinéastes, du moins ceux du cinéma d’auteur, s’inspirent des films réalisés avant eux. Quelle image ou quelles images retenir ? Depuis les années 1960, le cinéma de fiction a d’abord donné à voir l’homme derrière le cardinal. Une vingtaine d’années plus tard, les cinéastes ont accentué la vision du pouvoir attaché au cardinal. Reste la question de l’Évangile, quand même la bande-son du film ne fait pas entendre sa Parole.

Haut de page

Bibliographie

Agel 1953 = H. Agel, Le Prêtre à l’écran, Paris, 1953.

Aumont – Bergala – Marie – Vernet 1994 = J. Aumont, A. Bergala, M. Marie, M. Vernet, Esthétique du film, Paris, 1994 (2e éd.).

Barthes 1970 = R. Barthes, Iconographie de l’abbé Pierre, dans Id., Mythologies, Paris, 1970 (1re éd. 1957), p. 54-56.

Beaussart 1987 = F.-J. Beaussart, Le Nom de la Rose, film de Jean-Jacques Annaud, d’après le roman d’Umberto Eco, dans Médiévales, 12, 1987, p. 124-125.

Bellavite Pellegrini 2002 = C. Bellavite Pellegrini, Storia del Banco Ambrosiano, Fondazione, ascesa e dissesto 1896-1982, Rome, 2002.

Bernard Gui 1981 = Bernard Gui et son monde, dans Cahiers de Fanjeaux, t. XVI, Toulouse, 1981 (dossier).

Bernard-Griffiths – Glaudes – Vibert 2006 = S. Bernard-Griffiths, P. Glaudes, B. Vibert (dir.), La fabrique du Moyen Âge au XIXe siècle : représentations du Moyen Âge dans la culture et la littérature françaises du XIXe siècle, Paris, 2006.

Besret 1964 = B. Besret, Incarnation ou eschatologie ? Contribution à l’histoire du vocabulaire religieux contemporain, 1935-1955, Paris, 1964.

Biagi 2008 = E. Biagi, Io c’ero, Un grande giornalista racconta l’Italia del dopoguerra, Milan, 2008.

Billard 1995 = P. Billard, L’âge classique du cinéma français. Du cinéma parlant à la Nouvelle Vague, Paris, 1995.

Boff L. et C. 1987 = L. Boff, C. Boff, Qu’est-ce que la théologie de la libération ?, Paris, 1987.

Bordat 1987 = F. Bordat, Le code Hays. L’autocensure du cinéma américain, dans Vingtième Siècle, revue d’histoire, 15-1, 1987, p. 3-16.

Breschand 2002 = J. Breschand, Le documentaire, l’autre face du cinéma, Paris, 2002.

Caïra 2005 = O. Caïra, Hollywood face à la censure, Discipline industrielle et innovation cinématographique, 1915-2004, Paris, 2005.

Caouissin 2013 = G. Caouissin, Cinéma et Vatican, dans C. Dickès (dir.), Dictionnaire du Vatican et du Saint-Siège, Paris, 2013, p. 247-248.

Champion 2004 = F. Champion, Religieux flottant, éclectisme et syncrétismes, dans J. Delumeau (dir.), Le fait religieux, Paris, 2004 (1re éd. 1993), p. 741-772.

CinémAction 1989 = CinémAction, Le Film religieux, hors-série no 18, no 49 Télérama, Paris, 1989.

Compagnon 2000 = O. Compagnon, Flux et reflux de la théologie de la libération, dans J.‑M. Mayeur et al. (dir.), Histoire du christianisme, Des origines à nos jours, t. XIII. Crises et renouveau, de 1958 à nos jours, Paris, 2000.

Compagnon 2006 = O. Compagnon, À la recherche du temps perdu… Jean-Paul II et l’Amérique latine, dans P. Zagefka (dir.), Amérique latine, Paris, 2006 (Les études de la Documentation française 5233-5234), p. 11-22.

Dagenais 1996 = B. Dagenais, Les médias ont imposé une nouvelle logique à la religion, dans Communication et organisation, 9, 1996. En ligne : http://communicationorganisation.revues.org/1840

Douchet 1998 = J. Douchet, avec la collaboration de Cédric Anger, Nouvelle Vague, Paris, 1998.

Duby 1980 = G. Duby, Dialogues avec Guy Lardreau, Paris, 1980.

Dumont 2012 = H. Dumont, Jeanne d’Arc de l’histoire à l’écran, Cinéma & télévision, Lausanne-Paris, 2012.

Eco 1982 = U. Eco, Le Nom de la rose, roman (trad. fr. J.‑N. Schifano), Paris, 1982.

Frodon 1995 = J.-M. Frodon, L’âge moderne du cinéma français. De la Nouvelle Vague à nos jours, Paris, 1995.

Greggio 2010 = S. Greggio, Dolce vita 1959-1979, roman, Paris, 2010.

Gritti 1967 = J. Gritti, Jean XXIII dans l’opinion publique, son image à travers la presse et les sondages d’opinion publique, Paris, 1967.

Gutiérrez – Müller 2014 = G. Gutiérrez, G. L. Müller, Aux côtés des pauvres, L’Église et la théologie de la libération, Montrouge, 2014.

Hervé 2014 = F. Hervé, Anastasie, fille aînée de l’Église et de l’État ? Censure étatique et cotation catholique des films en France (1945-1966), dans Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 122-2, 2014, p. 121-134.

Hirsch 2007 = F. Hirsch, Otto Preminger, The man who would be king, New York, 2007.

Hochhuth 1963 = R. Hochhuth, Le Vicaire [Der Stellvertreter] (trad. fr. F. Martin, J. Amsler), Paris, 1963.

Huzar 2014 = F. Huzar, Prêtres à l’écran, La représentation du prêtre dans le cinéma français (1947-1973), mémoire de master, Institut d’études politiques de Paris, 2014.

Jeancolas 1997 = J.-P. Jeancolas, Cinéma, censure, contrôle, classement, dans P. Ory (dir.), La Censure en France à l’ère démocratique (1848-…), Paris, 1997, p. 213-221.

Jeanne d’Arc 1962 = Jeanne d’Arc à l’écran, Études cinématographiques, Paris, 1962.

Kepel 2003 = G. Kepel, La revanche de Dieu. Chrétiens, juifs et musulmans à la reconquête du monde, Paris, 2003 (1re éd. 1991).

Lécrivain 1991 = Ph. Lécrivain, « Pour une plus grande gloire de Dieu ». Les missions jésuites, Paris, 1991.

Léglise 1970 = P. Léglise, Histoire de la politique du cinéma français, 1. Le cinéma et la IIIe République, Paris, 1970.

Leventopoulos 2014 = M. Leventopoulos, Les catholiques et le cinéma. La construction d’un regard critique, France, 1895-1958, Rennes, 2014.

Lienhard 2008 = M. Lienhard, Un « Luther » haut en couleur, dans Réforme, 17 déc. 2008. En ligne : http://reforme.net/une/culture/luther-haut-couleur

Lucquiaud 2005 = B. Lucquiaud, La réception de la théologie de la libération en France (1968-1979), Histoire d’une théologie en représentation, mémoire de maîtrise, université Lumière Lyon 2, 2005.

Malabre 1989 = N. Malabre, Les films à thème religieux en France dans les années 80, mémoire de maîtrise, université Lumière Lyon 2, 1989.

Malabre 2012 = N. Malabre, Je vous salue Marie de Jean-Luc Godard : modalités et enjeux d’un retour du religieux au cinéma, dans Cahiers d’études du religieux. Recherches interdisciplinaires no spécial, 2012. En ligne : cerri.revues.org/1086

Marie 2013 = M. Marie, La Nouvelle vague, une école artistique, Paris, 2013 (1re éd. 2009).

Nowicki 2006 = J. Nowicki, La mort de Jean-Paul II et ses lectures nationales, dans Hermès, La Revue, 46-3, 2006, p. 107-111.

Papin 2010 = B. Papin (dir.), Images du siècle des Lumières à la télévision : construction d’une culture commune par la fiction, Bruxelles, 2010.

Papin 2015 = B. Papin, Quand la fiction télévisuelle s’affranchit de l’Histoire : dénouements, détournements ludiques et contraintes médiatiques, dans Sociétés & Représentations, 39-1, 2015, p. 139-149.

Reggio 2013 = C. Reggio, Repentances catholiques, l’Église face à l’histoire : 1990-2010, Rennes, 2013.

Responsabilités sociales 1961 = Responsabilités sociale du cinéma. Extraits du discours de Son Éminence le cardinal Urbani au Festival de Venise de 1960, dans Séquences, la revue du cinéma, 25, 1961, p. 17-18.

Roy 2012 = O. Roy, La Sainte ignorance. Le temps de la religion sans culture, Paris, 2012.

Sellier 2013 = G. Sellier, La réception des films de la Nouvelle Vague dans le courrier des lecteurs de Cinémonde, dans Communication, 32-1, 2013, p. 1-6. En ligne : http://communication.revues.org/4951

Tranvouez 1999 = Y. Tranvouez, Un type sacerdotal, le vicaire de patro, dans G. Cholvy, Y. Tranvouez (dir.), Sport, culture et religion. Les patronages catholiques (1898-1998), Brest, 1999, p. 305-322.

Veuve 1994 = J. Veuve, Cinéma du réel ou la réalité de la réalité, dans Images documentaires, 16, 1994, p. 37-40.

Willaime 2001 = J.-P. Willaime, Les médias et les mutations contemporaines du religieux, dans Autres Temps. Cahiers d’éthique sociale et politique, 69, 2001, p. 64-75.

Haut de page

Notes

1 Agel 1953, Huzar 2014.

2 Jeanne d’Arc 1962, Dumont 2012.

3 Diffusée en deux parties sur France 2 en 2009, la fiction a été réalisée par Marc Rivière d’après le scénario de Jacques Santamaria, auteur, avec Emmanuel Haymann, de La reine et le cardinal. Les amours secrètes de Mazarin et Anne d’Autriche, roman, Neuilly-sur-Seine, 2008. Philippe Torreton interprète Jules Mazarin, Rufus le cardinal de Richelieu.

4 Série télévisée franco-allemande créée par Tom Fontana, Borgia a été diffusée sur Canal+ à partir d’octobre 2011. La fiction illustre l’accession au trône pontifical de l’Espagnol Rodrigo de Borja, devenu l’archevêque puis le cardinal Borgia.

5 Karol, un uomo diventato Papa (Karol, l’homme qui devint Pape), téléfilm italo-polonais réalisé par Giacomo Battiato en 2005, retrace la vie de Karol Wojtyła, cardinal en 1967 puis pape Jean-Paul II en 1978.

6 Le Métis de Dieu, du réalisateur Ilan Duran Cohen d’après le scénario de Chantal de Rudder, est un téléfilm consacré à la vie de Jean-Marie Lustiger. Il a été projeté au Fipa (Festival international des programmes audiovisuels) et diffusé sur Arte en 2013. Il met notamment en scène l’action du cardinal en faveur des relations judéo-chrétiennes, précisément dans l’affaire dite du carmel d’Auschwitz.

7 Breschand 2002. Récusant le terme « réel », la réalisatrice Jacqueline Veuve définit l’identité subjective du film documentaire en le distinguant du « reportage télévision » : « Un film documentaire n’est que la réalité de la réalité, un point de vue, un regard du réalisateur sur ce qu’il voit et qu’il interprète, rien à voir avec le reportage télévision. », Veuve 1994, p. 39.

8 Le téléfilm est conçu et réalisé pour la télévision qui en assure a priori seule la diffusion. Le plus souvent, si sa visée n’est pas didactique, elle s’attache à montrer une trajectoire personnelle comme l’accomplissement d’un destin. Cf. Papin 2010 et 2015.

9 Figurant l’avènement d’un nouveau pape, le film emprunte des images aux événements autour de l’élection de Benoît XVI.

10 Selon la périodisation proposée par Billard 1995 et Frodon 1995.

11 Le « spectacle cinématographique » a été soumis à l’autorisation municipale dès 1906. Les premiers groupes de pression, dont certains dirigés par des catholiques, commencent à agir dès cette époque. Une censure s’installe à partir de 1916. Des commissions sont mises en place en 1928. Voir Léglise 1970, Jeancolas 1997 et Hervé 2014.

12 Thomas Wolsey (1471 ?-1530), universitaire, archevêque d’York et cardinal, a exercé un rôle politique important sous le règne d’Henri VIII. Sa disgrâce est consécutive au refus du Pape d’annuler le mariage du Souverain. Il meurt peu avant d’être emprisonné. Nombre d’œuvres de fiction ont évoqué les grands événements de sa vie.

13 Le cinéma de « cape et d’épée » a connu la première grande œuvre du genre avec L’Assassinat du duc de Guise produit en 1910 par Pathé, mais plusieurs versions du récit avaient été déjà tournées à partir de 1898. La longue série des Trois Mousquetaires et de la vingtaine de variations cinématographiques du sujet, où s’agitent capes et épées, montre le cardinal de Richelieu au centre du complot.

14 Les Trois Mousquetaires d’Alexandre Dumas (1802-1870), paru d’abord en feuilleton, fut repris en volume en 1844. Ce roman historique dans lequel les mousquetaires parviennent à sauver l’honneur de la Reine contre les manœuvres de Richelieu a été suivi par Vingt ans après (1845) et Le Vicomte de Bragelonne (1847).

15 Dans le rôle de la Milady des Trois Mousquetaires, servant d’agent au cardinal de Richelieu, Florence Lawrence, de son vrai nom Florence Annie Bridgwood (1886-1938) est considérée comme la première star du cinéma américain. Interprète de Léonore, Léonora Galigaï, favorite de Marie de Médicis, Maureen O’Sullivan (1911-1998) est la première grande actrice irlandaise de renommée internationale. Elle s’est fait connaître dans les six premiers Tarzan, de 1932 à 1934, avec Johnny Weissmuller.

16 Dans Notre-Dame de Paris (1956) de Jean Delannoy, adapté du roman de Victor Hugo, le cardinal est interprété par Boris Vian. Avec ce dernier, même s’il a un petit rôle, les scénaristes Jean Aurenche et Jacques Prévert ajoutent une petite note d’anticléricalisme.

17 Going My Way (La Route semée d’étoiles, 1944) de Leo McCarey. Sur les clercs au cinéma, voir Agel 1953, auxquels il faut ajouter les pasteurs protestants, comme dans les films d’Ingmar Bergman, parmi lesquels Nattvardsgästerna (Les Communiants, 1962). Cf. CinémAction 1989.

18 Le jeune vicaire de paroisse « incarne » à lui seul l’œuvre des patronages, Tranvouez 1999. En 1957, Roland Barthes explique le succès de celui que la presse désigne en novembre 1954 comme « l’insurgé de la bonté » par son apparence et précisément sa barbe qui le mettent à distance de la hiérarchie ecclésiale et le rendent plus proche de la population : « derrière la barbe, on appartient un peu moins à son évêque, à la hiérarchie, à l’Église politique ; on semble plus libre, un peu franc-tireur, en un mot plus primitif, bénéficiant du prestige des premiers solitaires, disposant de la rude franchise des fondateurs du monachisme, dépositaires de l’esprit contre la lettre : porter la barbe, c’est explorer d’un même cœur la Zone, la Britonnie ou le Nyassaland. » (Barthes 1970, p. 55). Le personnage de l’abbé Pierre apparaît en 1955 dans le film de Robert Darène, Les Chiffonniers d’Emmaüs, adapté du livre homonyme de Boris Simon-Gontcharov. Sur l’évolution du terme « incarnation », voir Besret 1964, p. 65 : « “S’incarner” pour les chrétiens de 1944, c’est désormais “se faire semblable à” ; c’est pour l’apôtre, devenir un homme parmi les hommes auxquels il est envoyé […]. Et si l’on fait encore appel à l’Incarnation, c’est pour souligner que par ce mystère, le Fils de Dieu s’est semblable aux hommes qu’il venait sauver, hormis le péché ».

19 Ce « type » de personnage donne matière à un livre du critique catholique : Agel 1953.

20 Caïra 2005.

21 C’est le cas pour Léon Morin, prêtre (1961) de Jean-Pierre Melville où le jésuite François Lepoutre « conseille » Jean-Paul Belmondo. En plus des encycliques spécifiques où il est question de l’attitude des spectateurs, l’Église catholique s’exprime sur le cinéma en répétant que les milieux artistiques ont aussi des « devoirs ». Giovanni Urbani déclare : « Il n’est peut-être pas inutile de rappeler que le monde du cinéma, avec ses producteurs, ses écrivains, ses critiques, ses réalisateurs, ses musiciens, ses opérateurs et ses techniciens si nombreux, n’est pas exempt de la loi éternelle et de la morale naturelle et chrétienne », Responsabilités sociales 1961, p. 17. Giovanni Urbani (1900-1969), successeur d’Angelo Giuseppe Roncalli comme patriarche de Venise, devient cardinal après l’avènement du pape Jean XXIII.

22 Ami et soutien de Fellini, le jésuite Angelo Arpa a cherché à défendre La Dolce Vita, déjà dénoncé par le Saint-Office, en obtenant le soutien du cardinal Montini. Malgré la projection organisée à Milan au centre culturel jésuite San Fedele, l’archevêque a cependant ordonné aux Jésuites de revenir sur leur soutien au film de Fellini. Le jésuite Nazareno Taddei ayant argué de la nécessité morale de soutenir le film dans un article de Letture, Mgr Montini exige le retrait de la revue et interdit aux religieux d’assister à des spectacles. Le Père Taddei doit cesser ses chroniques et s’exile à Munich tandis que le Supérieur de San Fedele est affecté à Padoue, Greggio 2010.

23 La Nouvelle Vague est à la fois un concept critique, un nouveau mode de production et de diffusion et un renouvellement de la pratique filmique. En France, de jeunes critiques qui ont défendu le principe d’un art indépendant de l’industrie cinématographique ont composé des films souvent marqués par le mode de vie et les interrogations de la jeunesse et où la place du corps et de l’érotisme est explicite. Voir Marie 2013 et Douchet 1998.

24 Maurice Cloche, Monsieur Vincent (1947), scénario et dialogues de Jean Anouilh, avec Pierre Fresnay.

25 Le court-métrage réalisé par Jacques Demy, Ars (1959), a été produit par Les Productions du Parvis, société créée en 1950 par les dominicains Raymond Pichard et Charles Avril pour concilier cinéma et foi. « La morale de ce bonhomme était quand même tout simplement effrayante. Et en même temps quelque chose m’intéressait, m’intriguait ; je cherchais à comprendre ce fanatisme », explique Jacques Demy au commencement du film.

26 Voir l’une des premières études sur la communication et la visibilité de l’Église catholique dans l’opinion par Gritti 1967.

27 Bordat 1987.

28 Hirsch 2007. Preminger a toutefois bénéficié de concours catholiques lors du tournage en Europe.

29 Aumont – Bergala – Marie – Vernet 1994, p. 190.

30 Compagnon 2000, p. 540-547 ; Boff L. et C. 1987 ; Gutiérrez – Müller 2014 ; Lucquiaud 2005.

31 Compagnon 2006. Cet aspect du pontificat est relevé par la presse française au moment de la mort de Jean-Paul II : Nowicki 2006.

32 Selon le titre de l’analyse comparée des renouveaux religieux par Kepel 2003.

33 Malabre 1989 et 2012.

34 Il nome della rosa a été publié à Milan en 1980.

35 « Aux côtés de l’Abbé, le cardinal Bertrand de Poggetto évoluait comme un familier du pouvoir, comme s’il était lui-même un second pape, et distribuait à tous, surtout aux minorités, des sourires cordiaux, souhaitant que des prodiges d’harmonieuse entente naissent de la réunion du lendemain, et transmettant explicitement les vœux de paix et bonheur (il se servit intentionnellement de cette expression chère aux franciscains) de la part de Jean XXII. », Eco 1982, p. 378.

36 Dominicain, Bernard Gui (Bernard Guidoni, en latin Bernardus Guidonis, 1231-1331) a été inquisiteur, évêque, légat pontifical à la cour d’Avignon, prédicateur et historien. Réputé pour sa sévérité, auteur d’un manuel d’inquisition, il a combattu les hérésies du catharisme, du valdéisme et des Béguards et Béguines. Il a fait condamner le franciscain Bernard Délicieux. Voir Bernard Gui 1981 (spéc. P. Amargier, Eléments pour un portrait de Bernard Gui, p. 19-37).

37 « Un Moyen Âge qui simplement se situe “bien loin dans le temps” et assez obscur pour qu’on y projette librement ses fantasmes présents, en leur donnant consistance de l'épaisseur d’un passé. » (Duby 1980). Sur cette perception héritée du siècle de Victor Hugo, voir Bernard-Griffiths – Glaudes – Vibert 2006.

38 « L’Abbaye mythique où se croisent des moines de tous les pays, sous la houlette onctueuse de l’ineffable Lonsdale en Père Abbé, est un véritable pandémonium de trognes et de troncs tétanisés par l’angoisse ou la terreur, que la visite du Légat du Pape n’est pas faite pour tranquilliser », Jean Mambrino, Études, février 1987, p. 224. « Dans le film […], le parti-pris réaliste est évident ainsi que le spectaculaire. Cela ne nous paraissait pas s’imposer. Ces deux points expliquent sans doute les concessions – fort rares, il est vrai – aux stéréotypes et à l’imagerie populaire sur l’époque médiévale. Le personnage de l’inquisiteur est caricatural comme la justice immanente qui le frappe à la fin. », Beaussart 1987, p. 125.

39 Lécrivain 1991.

40 The Godfather, 1969, trad. fr. Le Parrain par J. Perrier, éditions Robert Laffont, 2011.

41 Une première évocation cinématographique de l'assassinat supposé de Jean-Paul Ier a été tournée en 1982 : dans Meurtre au Vatican de Marcello Aliprandi, Terence Stamp interprète le pape fictif « Jean-Clément Ier », empoisonné à peine quelques jours après son élection. Gabriele Ferzetti est le cardinale Ixaguirre et Jacques Stany, un cardinal anonyme. Le film montre le Vatican comme un lieu clos où se nouent des intrigues. Dans ce centre du pouvoir fait d’influences occultes, le pape peut être le jouet de puissants réseaux criminels. Caouissin 2013.

42 Lié à l’organisme financier du Vatican que dirigeait Mgr Marcinkus, le directeur de la banque « catholique » a financé en Italie des partis politiques, des organes de presse et une loge maçonnique à partir de placements frauduleux dans des « paradis fiscaux » et servi à la Mafia à blanchir de l’argent. La mort de son directeur est consécutive à la faillite de la banque. Bellavite Pellegrini 2002 ; Biagi 2008, p. 499-501.

43 Willaime 2001. Voir aussi Dagenais 1996.

44 Champion 2004.

45 Louis Guichard, « Le Tombeau », Télérama, 1er août 2001.

46 Bulle d’indiction de l’Année sainte de l’an 2000, Incarnationis mysterium (29 nov. 1998). Voir Reggio 2013.

47 Hochhuth 1963.

48 Le personnage est moins stéréotypé que dans Stigmata ou Le Tombeau.

49 Hochhuth 1963, p. 100.

50 Le film a été produit grâce à l’apport financier d’une association luthérienne, Thrivent Financial for Lutherans. Interrogé, l’historien Marc Lienhard relève des erreurs historiques et surtout un « manque » : « Certes, nous avons dans ce film un héros de la foi, dont nous voyons parfois l’intériorité (comme lors de ses combats avec le diable), mais nous restons trop à la surface des choses. », Lienhard 2008.

51 Thomas Sotinel, « Habemus Papam : la curie vaticane aux prises avec la diablerie ludique de Nanni Moretti », Le Monde, 6 septembre 2011.

52 Frédéric Mounier, « Le pape fragile d’Habemus papam de Nanni Moretti séduit les Romains », La Croix, 17 avril 2011.

53 Les appréciations peuvent cependant diverger. Dans le Figaro du 13 mai 2011, Éric Neuhoff juge le film « paresseux et vide ». « Ce récit cynique, ironique, mais aussi anecdotique et sans véritable souffle, caricature avec cruauté le déroulement d’un conclave. Il dépeint l’angoisse qui étreint tout candidat au trône pontifical, à l’heure de son élection. Le timide Melville, personnage peu préparé à devenir chef de l’Église, incarné par Michel Piccoli, est pris du même doute qu’Albino Luciani au moment d’être élu Jean-Paul Ier ».

54 La « réception » des films, non pas seulement de la part des professionnels mais du public « ordinaire », grand public, clergé ou fidèles, est un champ neuf dans la recherche en histoire du cinéma. Sur la définition et son application, voir Sellier 2013.

55 Cette difficile « réception » de certains films par le clergé ne doit pas cacher les multiples pratiques cinématographiques catholiques. Leventopoulos 2014.

56 Roy 2012, p. 210-215.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Rocher, « Des ombres du pouvoir à l’écran : figures de cardinaux au cinéma (Europe et Amérique du Nord, 1945-2011) », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines, 130-1 | 2018, 207-218.

Référence électronique

Philippe Rocher, « Des ombres du pouvoir à l’écran : figures de cardinaux au cinéma (Europe et Amérique du Nord, 1945-2011) », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [En ligne], 130-1 | 2018, mis en ligne le 14 novembre 2018, consulté le 25 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/mefrim/3536 ; DOI : 10.4000/mefrim.3536

Haut de page

Auteur

Philippe Rocher

CERHIO-Le Mans – Philippe.Rocher@u-bourgogne.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • OpenEdition Journals