Navigation – Plan du site
Le pouvoir des cardinaux, représentations d’une élite (XIXe-XXIe siècle)

Les cardinaux en images. Nouvelles pistes pour l’histoire des représentations du pouvoir

François Jankowiak et Laura Pettinaroli
p. 161-167

Texte intégral

  • 1 Cardinaux et cardinalat (1775-1978) : sources et approches, dans MEFRIM 127-2, 2015, https://mefri (...)
  • 2 Jankowiak – Pettinaroli 2017.

1Le dossier rassemblé ici constitue l’un des volets du projet « Cardinaux et cardinalat, une élite à l’épreuve de la modernité (1775-1978) » mené par l’École française de Rome, l’Université Paris-Sud et l’Institut catholique de Paris entre 2012 et 2016. Deux autres dossiers, axés sur les questions méthodologiques, ont déjà fait l’objet d’une publication dans les MEFRIM1, tandis qu’un ouvrage, consacré aux aspects les plus romains (cour pontificale et curie) de l’action des cardinaux, a été publié dans la Collection2.

2Les articles qui suivent sont issus de contributions aux colloques de 2014 (Vincent Petit et Philippe Rocher) et de 2015 (Marialuisa Lucia Sergio), rejoints ici par l’article de Frédéric Gugelot. La question des représentations – artistiques, liturgiques – des cardinaux et de leur pouvoir nous a semblé éclairer sous un jour novateur tant l’évolution des « princes de l’Église » que le regard porté sur eux, et donc susceptible de constituer un ensemble thématique à part entière.

  • 3 Les études, désormais classiques, sur le corps et la symbolique de la fonction pontificale (Paravi (...)
  • 4 Boutry 1997 ; Fiumi Sermattei – Regoli 2015.

3En effet, si l’étude des cérémonies impliquant les cardinaux dans cette « ville rituelle » qu’est Rome a contribué à renouveler l’historiographie de la cour pontificale aux périodes médiévale et moderne depuis une quarantaine d’années3, la période contemporaine a été peu abordée dans cette perspective, à l’exception significative des années de la Restauration4. La cour de Rome, malgré ses évolutions à l’occasion du concile Vatican II, continue pourtant durant toute cette période d’accorder une place éminente aux cardinaux.

  • 5 Cf. l’exposition sur les portraits de cardinaux, présentée au Museo di Roma, Palazzo Braschi, du 2 (...)

4De même, l’étude des représentations artistiques des cardinaux s’est arrêtée au seuil du XXe siècle, du moins pour ce qui concerne le portrait peint5, alors que les autres arts n’étaient quasiment pas abordés. Les cardinaux continuent cependant à apparaître dans la culture contemporaine, comme en témoigne le film de Nanni Moretti de 2011, Habemus papam, dont l’intrigue repose sur le refus d’un cardinal d’accepter son élection comme pape et sur les efforts faits par le Sacré Collège non seulement pour le faire changer d’avis mais aussi pour occuper le temps d’un conclave illimité.

5Nous sommes donc heureux que ce dossier comble une lacune de l’historiographie sur les cardinaux, la question des représentations étant fréquemment tenue pour secondaire, voire anecdotique, dans le cadre d’enquêtes privilégiant les aspects juridiques des fonctions cardinalices ou le rôle des princes de l’Église dans les rouages des institutions romaines. L’hypothèse de ce dossier est que l’étude des représentations visuelles, tant officielles qu’extérieures, peut contribuer à l’histoire institutionnelle et sociale des cardinaux à la période contemporaine.

Les représentations officielles du cardinal : un éclairage sur la fonction cardinalice

6La première perspective à interroger est celle des représentations officielles et institutionnelles des cardinaux, ou plutôt du cardinal (rares sont, en effet, les représentations visuelles officielles de cardinaux en groupe). Blasons, portraits, monuments funéraires, hymnes et compositions musicales, objets de commémorations… permettent de mieux comprendre la construction de la fonction cardinalice et ses évolutions au long de la période contemporaine.

  • 6 C’est le cas lors de la création cardinalice de Francesco Luigi Fontana en 1816 à Casalmaggiore (p (...)
  • 7 De longue date, la phase de sede vacante a été l’occasion de diffuser les images des cardinaux, so (...)
  • 8 Les fêtes de Castelmaggiore pour la création du cardinal Fontana en 1816 s’accompagnent de feux d’ (...)
  • 9 Le menu réservé par le Conseil fédéral suisse au néo-cardinal Mermillod en juillet 1890, cité par (...)
  • 10 Les papes imposèrent, au fil des siècles « des directives et des recommandations plus ou moins pré (...)
  • 11 Le blog du cardinal Sean O’Malley, archevêque de Boston, présente ainsi de nombreuses photographie (...)
  • 12 De nombreux cardinaux résidentiels (ainsi le cardinal André Vingt‑Trois, archevêque de Paris, http (...)

7Ces représentations officielles prennent place dans une chronologie attendue : la création cardinalice donne lieu au choix d’un blason et à la réalisation d’un portrait, mais aussi à des cérémonies religieuses et civiques dans la ville d’origine ou d’établissement du cardinal, parfois accompagnées de la composition d’œuvres poétiques et musicales6 ; le conclave conduit à la diffusion de portraits de cardinaux mis en série7 ; le décès du cardinal occasionne la production des monuments funéraires. Des spécialistes interviennent ici – héraldistes, artistes peintres, sculpteurs, musiciens, voire artificiers8 et cuisiniers9, plus récemment photographes, experts en communication ou webdesigners – dont nous ignorons presque tout. Leur travail, dont il faudrait ressaisir les traces, intéresse pourtant l’historien dans la mesure où les motifs traditionnels de la fonction cardinalice sont ici retravaillés pour s’adapter à la personnalité du nouveau porporato et aux évolutions culturelles. Ces représentations officielles restent cependant toujours largement marquées par les codes hérités du passé. Les vecteurs traditionnels perdurent, comme l’héraldique10 : les armoiries d’un cardinal se composent d’un chapeau de prêtre à bords larges, muni de cordelettes à trente glands de couleur rouge encadrant elles-mêmes un écu représentant le plus souvent les armoiries de la famille du cardinal. Les portraits peints (et semble-t-il dans une moindre mesure les bustes sculptés) sont encore bien présents au XXe siècle malgré la concurrence de la photographie. De nos jours, le portrait peint ou photographié du cardinal-chef de dicastère orne toujours les murs de « sa » congrégation. Sans doute les gravures, monuments funéraires et compositions musicales se sont-ils raréfiés mais la chronologie de cette évolution devrait encore être précisée, en lien avec le processus de sécularisation et la mutation des codes artistiques. De plus, le relais a été pris par d’autres formes plus récentes de la représentation imagée de soi, peut-être moins artistiques mais dont la « composition » mériterait également étude : blogs11, comptes Twitter12… À terme, il faudrait préciser les scansions chronologiques de l’évolution de l’image des cardinaux et des vecteurs empruntés depuis le début du XIXe siècle.

8Cependant, on perçoit déjà que les champs qui s’ouvrent ici sont vastes et presque vierges. Le profit tiré par V. Petit de sources juridiques et liturgiques du XIXe siècle démontre la fécondité d’une telle approche. L’auteur souligne à quel point les cérémonies, liturgiques mais aussi civiques, associées aux cardinaux sont un moyen d’apprécier la place de l’Église dans la société et les relations Église-État. La chronologie abordée, centrée sur le cas français post-révolutionnaire, fait saisir comment les cardinaux, initialement exclus des logiques concordataires, sont finalement intégrés au système. L’ouverture vers d’autres espaces francophones montre que si les fêtes publiques liées à « l’entrée » d’un cardinal résidentiel dans sa ville disparaissent dans la France de la Séparation, elles continuent de se déployer ailleurs, comme pour le cardinal Léger à Montréal en 1953. L’hypothèse sollicitée par l’auteur – à savoir la recherche d’une visibilité accrue par le catholicisme intransigeant conscient de son recul dans les sociétés sécularisées – ouvre de féconds axes de recherches, à la charnière de l’histoire religieuse, politique, urbaine et des études visuelles.

Les cardinaux et la régulation des représentations artistiques contemporaines : une autorité en peau de chagrin ?

  • 13 Lemerle – Pauwels – Toscano 2009 ; Bardati 2015.
  • 14 C’est ce qu’avançait Daniel Dubuisson dans son « Avant-propos » aux actes d’un colloque sur les ca (...)

9Au-delà des représentations visuelles et artistiques officielles des cardinaux, on peut s’interroger sur la manière dont ces derniers cherchent à façonner les représentations par leur rapport au monde des arts. Ce rapport peut se décliner sous différentes formes, de la relation d’inclusion (cardinaux auteurs ou artistes, dont les cas semblent très rares malgré quelques romans écrits par des cardinaux au XIXe siècle, signalés par Fr. Gugelot), à l’encouragement par le mécénat13, sans oublier le contrôle par la censure. Si la présence des cardinaux dans le domaine artistique est effectivement résiduelle par rapport à d’autres périodes du passé14, il serait sans doute injustifié de refuser a priori tout intérêt à l’étude de l’époque contemporaine.

  • 15 Boutry 1989.
  • 16 Amadieu 2004 et 2017 ; Artiaga 2005 ; Boutry 2006. Ces recherches mettent d’ailleurs souvent plus (...)
  • 17 Frédéric 2014, p. 133. Voir aussi Rousseau 2012.

10Sur cette dernière, marquée par un rejet de nombre de valeurs de la civilisation moderne par l’Église catholique15, la recherche a surtout avancé, depuis une vingtaine d’années et l’ouverture des archives de l’Index, sur le versant négatif, c’est-à-dire de contrôle de la production artistique par les cardinaux16. La virulence du cardinal Feltin dans l’affaire de la censure du film de Jacques Rivette, La religieuse, en 1966 a été récemment soulignée17. Ici même, M. L. Sergio évoque l’attitude du cardinal Montini en 1960, alors archevêque de Milan, qui refuse de voir La Dolce Vita – et même de recevoir Fellini – puis participe aux sanctions prises contre les prêtres auteurs de recensions positives du film.

  • 18 Sur le terrain, la situation est souvent plus nuancée. À Paris dans les années 1920, le cardinal D (...)
  • 19 Voir, entre autres textes, Paul VI, Homélie à la messe des artistes, 7 mai 1964, dans Acta Apostol (...)
  • 20 DC 56, 1979 (no 1775), col. 1002 (les deux autres domaines étant la réorganisation de la Curie et (...)

11Si ces exemples confirment la perspective de cardinaux très en retrait par rapport à la production artistique contemporaine18, M. L. Sergio montre également, dans ce même article, l’effort de Montini, devenu pape Paul VI, pour établir un nouveau dialogue avec les artistes contemporains, considérés comme des vecteurs, parfois inconscients, d’un monde contemporain avec lequel l’Église catholique tente de renouer19. La question du mécénat ecclésiastique réapparaît d’ailleurs dans les années du concile Vatican II, non sans se heurter aux logiques censoriales : M. L. Sergio évoque ainsi le concours remporté pour l’une des portes de bronze de la basilique Saint‑Pierre-de-Rome par Giacomo Manzù et dont l’exécution (la « Porte de la Mort »), qui s’échelonne de 1952 à 1964, parvient à son terme malgré les oppositions émanant du Saint-Office, grâce au soutien du patriarche de Venise, le cardinal Roncalli. L’enquête sur les soutiens cardinalices à l’art contemporain dans la seconde moitié du XXe siècle mériterait ainsi certainement d’être prolongée, en interrogeant les actions menées par les Musées du Vatican mais aussi le Conseil pontifical de la Culture et en gardant à l’esprit que les questions culturelles font partie des trois domaines relevant de l’attention spécifique des cardinaux d’après le discours de Jean-Paul II à l’Assemblée plénière du Sacré Collège en novembre 197920.

Les cardinaux dans les représentations contemporaines : le pouvoir au cœur du rapport individu-institution

12Enfin, les représentations « extérieures » méritent attention. En effet, la culture des sociétés sécularisées intègre paradoxalement des thèmes religieux, voire « sacrés », et les cardinaux n’en sont pas absents. Ces représentations traduisent l’image qu’une société se fait de l’identité et de la fonction cardinalices, mais aussi du pouvoir, réel ou supposé, exercé par les cardinaux au sommet de la hiérarchie de l’Église romaine. Cette image est souvent différente de celle produite en interne : parfois critique, voire hostile, elle puise toutefois fréquemment aux motifs traditionnels distinctifs du cardinalat (couleur rouge, décors romains…), tant dans les arts traditionnels (peinture, sculpture) que dans les nouveaux vecteurs culturels de masse, et interroge constamment les rapports entre l’homme et l’institution.

13La série de portraits de cardinaux réalisés par le peintre belge Georges Croegaert (1848-1923), installé à Paris à partir de 1876, campe des cardinaux fictifs se livrant à des activités du quotidien marquées par la banalité (boire une tasse de thé, lire le journal, composer un bouquet de fleurs, s’attabler avec un appétit manifeste devant un poulet rôti…) et dans le décorum de leur appartement21. L’humour, à tonalité parfois anticléricale à la charnière des XIXe et XXe siècles, n’est naturellement pas absent de ces représentations : le Florentin Andrea Landini (1847-1935) insiste sur les plaisirs de la bonne chère auxquels succombent, apparemment sans grande résistance, les cardinaux, ces scènes incluant parfois des chats ou des chiens pour souligner la bonhomie et l’insouciance de la situation. Jehan-Georges Vibert (1840-1902) figure quant à lui dans l’un de ses tableaux, derrière un fier cardinal placé au premier plan, un paon faisant la roue et suggérant donc une attitude similaire à celle du porporato22. L’article de M. L. Sergio souligne l’intérêt porté au thème des cardinaux par des artistes italiens dans les années 1940-1970, ouvertement inspirés par leur foi chrétienne, mais aussi par un engagement pour une Église plus ouverte au monde et à toutes les souffrances humaines. Giacomo Manzù (1908-1991) a ainsi créé à partir de 1938 une cinquantaine de sculptures figurant des cardinaux assis ou debout. Extérieur à l’Église-institution, le regard porté sur les cardinaux par Manzù, mais aussi Aligi Sassu (1912-2000), intègre un projet religieux alternatif. La perspective de ce dernier peut aller jusqu’à une critique du pouvoir des cardinaux, dont les discussions en marge du Concile de Trente (œuvre de 1983-1984) évoquent davantage le conciliabule et les rivalités humaines que l’idéal conciliaire.

14Les articles de Fr. Gugelot sur le roman et de Ph. Rocher sur le cinéma abordent, en se répondant, ces deux vecteurs de la culture de masse. Les deux auteurs observent ainsi que les grandes figures cardinalices de la période moderne (Richelieu, Mazarin) restent bien présentes dans la littérature et le cinéma, mais sans que l’intrigue n’aborde spécifiquement leur dimension cardinalice. En ce sens, le cardinal appartient à une sorte de répertoire patrimonial, surtout sollicité pour évoquer un temps achevé et disparu. Cependant, jusqu’à nos jours, tant le roman que le cinéma ont continué à mettre en scène des cardinaux contemporains : ils y apparaissent comme une incarnation du pouvoir et de l’institution. Les œuvres envisagées ici, très inégales quant à leur rayonnement et leurs ambitions artistiques, peuvent adopter une perspective hostile en mettant l’accent sur ce que le pouvoir peut receler de plus répulsif : le cynisme et le complot y occupent une grande place, et apparaissent d’autant plus condamnables qu’ils émanent d’une institution vouée au service de la vérité, et au sein de laquelle on ne fait pas, traditionnellement, « carrière », le pouvoir étant conçu comme un service (ministerium). Cependant, quelques œuvres parviennent à aborder de façon fine les discordances entre la vie privée et le carcan institutionnel : le cardinal apparaît alors comme un être humain, pétri de vulnérabilités, en tension avec l’institution qu’il représente et auquel le spectateur peut aisément s’identifier. Le cardinal campé dans le roman de Jean Sulivan (Mais il y a la mer, 1964) prend, parvenu à un âge mûr, ses distances par rapport aux ors de l’Église-institution pour retrouver plus ardemment les valeurs évangéliques. Au cinéma, le cardinal, également fictif, Stephen Fermoyle (Preminger, The cardinal, 1963) est pris entre les exigences contradictoires de ses attaches personnelles et de l’éthique de son institution (responsabilité dans la mort de sa sœur, à la suite d’une grossesse hors mariage) ; le cardinal Melville (Moretti, Habemus Papam, 2011) est quant à lui pétrifié par les exigences contradictoires de son désir intime d’être et de son devoir d’obéissance à une institution qui voudrait l’avoirhabemus »).

  • 23 On peut mentionner à ce titre la figure du colonel Militov, haut dignitaire soviétique acquis à la (...)
  • 24 Level 2013.
  • 25 L’exposition new-yorkaise d’œuvres de Marco Delogu du 18 février au 27 mars 2010 à la galerie Rand (...)
  • 26 Le terme de « cardinal » est ainsi utilisé pour certains produits (le spaghetti « cardinal » d’une (...)

15Même si ce dernier aspect de la représentation extérieure des cardinaux a été le plus traité dans ce dossier, le chantier reste vaste : il s’agirait notamment d’appréhender des espaces plus variés tant pour la littérature (au-delà des lettres françaises et anglophones) que pour le cinéma et d’autres formes de représentation tant littéraires (théâtre, roman policier ou d’espionnage23, romans fantasy24), que visuelles (photographie25, bande dessinée, dessin de presse, voire séries télévisées, ou encore des formes plus mineures comme la publicité26) mériteraient certainement des études panoramiques ou approfondies selon les cas, sans doute par un dialogue accru entre historiens, historiens de l’art et sociologues de la culture. Nous formons le vœu que ce dossier en constitue l’une des pierres d’attente.

Haut de page

Bibliographie

Amadieu 2004 = J.-B. Amadieu, La littérature française du XIXsiècle à l’Index, dans Revue d’histoire littéraire de la France, 104-2, 2004, p. 395-422.

Amadieu 2017 = J.-B. Amadieu, La littérature française au XIXe siècle mise à l’Index : les procédures, Paris, 2017.

Artiaga 2005 = L. Artiaga, Les censures romaines de Balzac, dans Romantisme, 127-1, 2005, p. 29-44.

Bardati 2015 = F. Bardati, Hommes du roi et princes de l’Église romaine : les cardinaux français et l’art italien, 1495-1560, Rome, 2015 (CEFR, 506).

Boutry 1989 = Ph. Boutry, L’Église et la civilisation moderne de Pie IX à Pie X, dans Le deuxième concile du Vatican (1959-1965), Actes du colloque tenu à Rome 28-30 mai 1986, Rome, 1989 (CEFR, 113), p. 47-63.

Boutry 1997 = Ph. Boutry, Une théologie de la visibilité. Le projet zelante de resacralisation de Rome et son échec (1823-1829), dans M.A. Visceglia, C. Brice (dir.), Cérémonial et rituel à Rome (XVIe-XIXe siècle), Rome, 1997 (CEFR, 231), p. 317-367.

Boutry 2006 = Ph. Boutry, Mauprat à l’Index (30 mars 1841), dans N. Dauphin (dir.), George Sand. Terroir et histoire, Rennes, 2006, p. 169-200. 

Caffiero 1997 = M. Caffiero, La maestà del papa. Trasformazioni dei rituali del potere a Roma tra XVIII e XIX secolo, dans M.A. Visceglia, C. Brice (dir.), Cérémonial et rituel à Rome (XVIe-XIXe siècle), Rome, 1997 (CEFR, 231), p. 281-316.

Clancy 1989 = T. Clancy, Le Cardinal du Kremlin : roman, trad. de l’anglais par Fr.‑M. Watkins, Paris, 1989.

Courtilz de Sandras 1715 = G. de Courtilz de Sandras, Les Mémoires de M. D’Artagnan, Amsterdam, chez Pierre de Coup, 1715.

Delogu – Monda 2001 = Cardinali. Fotografie di Marco Delogu; testi di Andrea Monda, Milan, 2001.

Fiumi Sermattei – Regoli 2015 = I. Fiumi Sermattei, R. Regoli (dir.), La corte papale nell’età di Leone XII, Ancône, 2015.

Frédéric 2014 = H. Frédéric, Anastasie, fille aînée de l’Église et de l’État ? Censure étatique et cotation catholique des films en France (1945-1966), dans Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 122-2, 2014, p. 121-134.

Heim 1949 = B.B. Heim, Coutumes et droit héraldiques de l’Église, Paris, 1949.

Heim 1978 = B.B. Heim, Heraldry in the Catholic Church. Its origins, customs and laws, Londres, 1978. 

Jankowiak – Pettinaroli 2017 = Fr. Jankowiak, L. Pettinaroli (dir.), Les cardinaux entre cour et curie : une élite romaine (1775-2015), Rome, 2017 (CEFR, 530).

Le Bars 2013 = S. Le Bars, Portraits de « papabili », dans Le Monde, 12 mars 2013. http://www.lemonde.fr/europe/article/2013/03/12/portraits-de-papabili_1839649_3214.html

Lemerle – Pauwels – Toscano 2009 = F. Lemerle, Y. Pauwels, G. Toscano (dir.), Les cardinaux de la Renaissance et la modernité artistique, Villeneuve-d’Ascq, 2009 (Collection Histoire de l’Europe du Nord-Ouest, 40).

Le Sacré-Collège 1903 = Le Sacré-Collège avec les portraits des cardinaux le composant à la date du 20 juin 1903, Paris, Lethielleux, s. d. [1903]. 

Le Sacré-Collège 1914 = Le Sacré-Collège avec les portraits des cardinaux le composant à la date du 31 août 1914, Paris, Lethielleux, 1914.

Level 2013 = P. Pevel, Les Lames du cardinal ; 1, Paris, 2013 (Folio. Science-fiction : fantasy, 444).

Paravicini Bagliani 1994 = A. Paravicini Bagliani, Il corpo del papa, Turin, 1994 ; trad. fr, Le corps du pape, Paris, 1997.

Paravicini Bagliani 1998 = A. Paravicini Bagliani, Le chiavi e la tiara: immagini e simboli del papato medievale, Rome, 1998 (La corte dei papi, 3).

Ranica 2016 = M. Ranica, «Il vero eroe»: la creazione cardinalizia di Francesco Luigi Fontana tra fonti e storiografia, dans MEFRIM 128-1, 2016, p. 11-24. En ligne : http://mefrim.revues.org/2373.

Rousseau 2012 = S. Rousseau, L’affaire de La Religieuse de Rivette (1965-1967), dans Cahiers d’études du religieux : recherches interdisciplinaires, numéro spécial « Monothéismes et cinéma », 4 juin 2012. En ligne : http://cerri.revues.org/1101.

Rudt de Collenberg 1994 = W. Rudt de Collenberg, Héraldique, dans Ph. Levillain (dir.), Dictionnaire historique de la papauté, Paris, 1994, p. 797-806.

Tittoni – Petrucci 2006 = M. Tittoni, F. Petrucci (dir.), La porpora romana. Ritrattistica cardinalizia a Roma dal Rinascimento al Novecento, Rome, 2006.

Tricou 2015 = J. Tricou, La « cathosphère », montée en puissance de nouvelles autorités religieuses ?, dans tic&société 9 (1-2), 2015. En ligne : http://ticetsociete.revues.org/1899.

Visceglia 2013 = M.A. Visceglia, Morte e elezione del papa. Norme, riti e conflitti. L’Età moderna, Rome, 2013 (La corte dei papi, 23). 

 

Haut de page

Notes

1 Cardinaux et cardinalat (1775-1978) : sources et approches, dans MEFRIM 127-2, 2015, https://mefrim.revues.org/2217 et Sources et approches des biographies cardinalices (XIXe-XXe s.), dans MEFRIM 128-1, 2016, https://mefrim.revues.org/2366.

2 Jankowiak – Pettinaroli 2017.

3 Les études, désormais classiques, sur le corps et la symbolique de la fonction pontificale (Paravicini Bagliani 1994 et 1998) éclairent aussi le rôle des cardinaux, pars corporis papae (Paravicini Bagliani 1994, p. 87-89). Pour la période moderne, voir notamment Caffiero 1997, Visceglia 2013.

4 Boutry 1997 ; Fiumi Sermattei – Regoli 2015.

5 Cf. l’exposition sur les portraits de cardinaux, présentée au Museo di Roma, Palazzo Braschi, du 22 novembre 2006 au 25 février 2007 : cf. Tittoni – Petrucci 2006, notamment l’article de S. Tozzi, Libro de’ ritratti degli eminentissimi signori cardinali… Ritratti incisi dei cardinali al Museo di Roma, p. 39.

6 C’est le cas lors de la création cardinalice de Francesco Luigi Fontana en 1816 à Casalmaggiore (province de Crémone) : le portrait du néo-cardinal est d’ailleurs placé sous un baldaquin, dans l’église de santo Stefano, très illuminée (Ranica 2016).

7 De longue date, la phase de sede vacante a été l’occasion de diffuser les images des cardinaux, sous la forme de portraits en série. Autrefois l’ensemble du « trombinoscope » du corps cardinalice – plus restreint – faisait l’objet d’une diffusion (Le Sacré-Collège 1903 et Le Sacré-Collège 1914). Aujourd’hui, seuls les « papabili » ont l’heur de voir leurs portraits publiés dans la presse : par exemple, pour le dernier conclave, Le Bars 2013.

8 Les fêtes de Castelmaggiore pour la création du cardinal Fontana en 1816 s’accompagnent de feux d’artifice (Ranica 2016), de même que les fêtes de Fribourg en 1890 pour la réception du cardinal Mermillod (article de V. Petit dans ce dossier).

9 Le menu réservé par le Conseil fédéral suisse au néo-cardinal Mermillod en juillet 1890, cité par V. Petit, ouvre peut-être des perspectives pour une histoire « gastronomique » du cardinalat (« homards à la cardinale », « pantoufles » ou « chaussons du cardinal », à base de magrets et foie gras de canard accompagnés d’une sauce madère, « salade romaine », « bombe Vatican »…).

10 Les papes imposèrent, au fil des siècles « des directives et des recommandations plus ou moins précises pour les armoiries des membres de la hiérarchie ecclésiastique », tel Grégoire XVI fixant définitivement le nombre des houppes des chapeaux en 1832 (Rudt de Collenberg 1994, p. 806). Une importante base de données, hébergée par le site Araldica vaticana (www.araldicavaticana.com), offre, souvent en images de haute résolution, plus de 5 200 portraits et 4 500 armoiries. Voir aussi Heim 1949 et 1978 (éd. anglaise augmentée).

11 Le blog du cardinal Sean O’Malley, archevêque de Boston, présente ainsi de nombreuses photographies prises en compagnie de fidèles du diocèse à l’occasion de célébrations et de rencontres. Le sous-titre du blog précise : « Cardinal Sean O’Malley shares his reflections and experiences » : www.cardinalseansblog.org/.

12 De nombreux cardinaux résidentiels (ainsi le cardinal André Vingt‑Trois, archevêque de Paris, https://twitter.com/avingttrois) ou de curie (tel le cardinal Robert Sarah, préfet de la Congrégation pour le Culte Divin et la Discipline des Sacrements, https://twitter.com/card_r_sarah) disposent de comptes, qui dupliquent parfois quasiment les contenus des pages Facebook : ces moyens de communication permettent de promouvoir une diffusion contrôlée de leur image mais aussi d’établir des contacts au-delà de leur diocèse ou du champ d’action de leur dicastère. Les commentaires peuvent d’ailleurs conduire à valoriser les positions d’un cardinal de curie par rapport aux décisions d’évêques locaux, ou encore évoquer très librement la « papabilité » d’un cardinal, ce qui bouleverse certaines logiques d’autorité habituelles. Pour une approche des réseaux sociaux numériques par la sociologie religieuse, voir Tricou 2015.

13 Lemerle – Pauwels – Toscano 2009 ; Bardati 2015.

14 C’est ce qu’avançait Daniel Dubuisson dans son « Avant-propos » aux actes d’un colloque sur les cardinaux de la Renaissance : « Il y a assurément quelque chose d’inimaginable et même d’inconcevable aujourd’hui dans le dessein d’associer le mot “cardinaux” aux expressions “mécénat artistique”, “culture européenne” ou encore “modernité artistique” tant il est vrai que l’Église catholique a perdu depuis longtemps toute espèce d’influence dans le monde des arts et a fortiori dans celui de la création et de l’avant-garde artistiques », Lemerle – Pauwels – Toscano 2009, p. 3.

15 Boutry 1989.

16 Amadieu 2004 et 2017 ; Artiaga 2005 ; Boutry 2006. Ces recherches mettent d’ailleurs souvent plus l’accent sur les consulteurs qui expertisent les œuvres à censurer que sur les cardinaux qui décident finalement de l’affaire.

17 Frédéric 2014, p. 133. Voir aussi Rousseau 2012.

18 Sur le terrain, la situation est souvent plus nuancée. À Paris dans les années 1920, le cardinal Dubois encourage ainsi, comme alternative à une perspective strictement censoriale, la création d’un système de cotation catholique des films (Frédéric 2014, p. 121).

19 Voir, entre autres textes, Paul VI, Homélie à la messe des artistes, 7 mai 1964, dans Acta Apostolicae Sedis [=AAS] 56, 1964, p. 438-444 et La documentation catholique [=DC] 61, 1964, col. 683-690 ; Paul VI, Message aux artistes du 8 décembre 1965, AAS 58, 1966, p. 13 et DC 62, 1965, col. 55 ; Jean Paul II, Lettre aux artistes, 4 avril 1999, dans AAS 91, 1999, p. 1155-1172 et DC 66 (n. 2204), 16 mai 1999, p. 551-458 ; Benoît XVI, Discours aux artistes dans la chapelle Sixtine, 21 novembre 2009, dans DC 76 (n. 2496), 20 décembre 2009, p. 1119-1120.

20 DC 56, 1979 (no 1775), col. 1002 (les deux autres domaines étant la réorganisation de la Curie et les finances du Saint-Siège).

21 Voir quelques exemples de ces tableaux : http://www.laboiteverte.fr/les-cardinaux-de-georges-croegaert-1900/ (consulté le 13 sept. 2016).

22 Ce parallèle est ancien. Gatien de Courtilz de Sandras, dans Les Mémoires de M. D’Artagnan (Amsterdam, chez Pierre de Coup, 1715, t. 3, p. 488), écrit à propos de « Casimir, roi de Pologne » : « Il avoit été Jésuite, puis Cardinal, avant que d’être Roi : deux qualitez qui ne sont pas si contraires que l’on diroit bien à la Royauté, puis qu’être Jésuite ou Cardinal, c’est être tout rempli d’ambition, & bien souvent porté à plusieurs intrigues. C’est même être extrémement glorieux, du moins si nous en voulons croire un homme de la veille [sic] Cour, qui avoit accoutumé de dire, qu’il avoit toûjours remarqué qu’il y avoit dans la nature quatre animaux extrémement superbes d’eux-mêmes, savoir un Paon, un Cardinal, un Jésuite, & un Président. » Le souverain en question est Jean II Casimir Vasa (1609-1672), créé cardinal par Innocent X lors du consistoire du 28 mai 1646 (il y fut l’unique promu) mais qui renonça à la pourpre par lettre adressée au pape le 9 novembre 1647, renonciation acceptée par Innocent X au consistoire du 6 juillet 1648 (http://www2.fiu.edu/~mirandas/bios1646.htm#Wazy [consulté le 9 février 2017]). Il fut roi de Pologne de 1648 à 1668 et abbé de Saint-Germain-des-Prés, où il est enterré. On relèvera enfin que le « Northern Cardinal » désigne en outre une variété d’oiseau au plumage rouge vif, répandu en Amérique du Nord.

23 On peut mentionner à ce titre la figure du colonel Militov, haut dignitaire soviétique acquis à la collaboration avec les puissances occidentales pendant la Guerre froide et surnommé « Le cardinal » (Clancy 1989).

24 Level 2013.

25 L’exposition new-yorkaise d’œuvres de Marco Delogu du 18 février au 27 mars 2010 à la galerie Randall Scott a ainsi été intitulée « Cardinals and Criminals », de manière à créer un puissant contraste tout en soulignant les signes d’une commune humanité. Y furent en effet exposées seize photographies en noir et blanc, issues de projets romains, représentant sept hommes et femmes détenus à la prison romaine de Rebibbia et neuf portraits de cardinaux, déjà en retraite ou occupant encore des fonctions au sein de la Curie : Joseph Ratzinger, Georges Cottier, Pietro Palazzini, Corrado Bafile, Zenon Grocholewski, Jozef Tomko, Agostino Cacciavillani, Enea Selis et Ettore Cunial. Ces portraits sont encore visibles sur le site du quotidien La Repubblica : goo.gl/AXHt49 (consulté le 6 février 2017). Sur les portraits de cardinaux par Marco Delogu, voir également www.marcodelogu.com/artcardinali.html et Delogu – Monda 2001.

26 Le terme de « cardinal » est ainsi utilisé pour certains produits (le spaghetti « cardinal » d’une marque de nouilles françaises à la fin des années 1960), voire des marques (une bière suisse porte ce nom depuis la fin du XVIIIe siècle), et même comme élément de scénographie publicitaire (utilisation parodique par un lunetier en 2016 de l’image d’un cardinal français à l’occasion d’un scandale de pédophilie).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Jankowiak et Laura Pettinaroli, « Les cardinaux en images. Nouvelles pistes pour l’histoire des représentations du pouvoir », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines, 130-1 | 2018, 161-167.

Référence électronique

François Jankowiak et Laura Pettinaroli, « Les cardinaux en images. Nouvelles pistes pour l’histoire des représentations du pouvoir », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [En ligne], 130-1 | 2018, mis en ligne le 13 novembre 2018, consulté le 20 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/mefrim/3546 ; DOI : 10.4000/mefrim.3546

Haut de page

Auteurs

François Jankowiak

Université Paris-Saclay, université Paris-Sud, Centre Droit et Sociétés Religieuses – francois.jankowiak@u-psud.fr

Articles du même auteur

Laura Pettinaroli

Institut Catholique de Paris – Unité de recherche Religion, culture et société EA 7403 – l.pettinaroli@icp.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • OpenEdition Journals