Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Les pontificats se suivent et semblent ne jamais se ressembler. L’image médiatique du pape tend d’ailleurs à caricaturer à outrance le magistère de l’Église catholique et ses ruptures supposées. L’expérience latino-américaine de la théologie de la libération et de son contexte socio-politique particulier façonnerait la culture et la gouvernance du pape François, qui serait engagé dans une révolution plutôt que dans un aggiornamento. Serait-il donc un pape diplomate ? La littérature qui se répand à son sujet insiste davantage sur la dimension politique. Il y aurait donc des papes théologiens, diplomates, politiques, suivant toute une gamme d’épithètes qui tentent de saisir les évolutions globales de l’Église contemporaine, pour accrocher une image, encore une fois, sur la complexité de la gouvernance curiale, et davantage encore sur l'évolution du monde contemporain de plus en plus insaisissable.

2À l’heure de la mondialisation affichée et présentée comme un nouveau marqueur fort des clivages et des identités politiques, les diplomates semblent constituer des acteurs dépassés face aux nouveaux circuits transnationaux, incluant les fameux produits et outils de communication et d’échanges des GAFA. Ils formeraient les traces de systèmes internationaux fondés sur des États-nations, ou antérieurement les États de l’Europe dynastique et son droit des gens. Autrement dit, ils seraient les acteurs d’un monde voire d’une humanité qui, pour certains, n’existent déjà plus. Pourtant, l’histoire de la diplomatie au sens large est toujours bien vivante, mais mal insérée dans les sciences sociales. L’histoire globale constituerait une clé nouvelle pour l’étude de ce milieu, sans omettre pour autant l’étude sociale des élites.

3La diplomatie pontificale ressort donc comme relativement périphérique à tous ces enjeux, alors même que le Saint-Siège connaît aujourd’hui son réseau le plus étendu. Il est d’ailleurs plutôt rare qu’en histoire contemporaine elle fasse l’objet d’une communication lors d’un colloque consacré aux « relations internationales ». Cependant l’histoire moderne a depuis longtemps intégré la diplomatie pontificale aux études internationales. Il va de soi que cette déconnexion progressive correspond au déclin qui serait celui de la papauté dans la géopolitique mondiale et dans les divers dossiers internationaux. Il reste également le problème de l’accès aux archives dont le récolement est extrêmement lent au Vatican, mais qui n’explique pas tout. En effet, l’étude de la diplomatie pontificale au XIXe siècle est loin d’avoir livré tous ses secrets.

4La diplomatie pontificale mérite donc un bilan scientifique et quelques perspectives problématiques et thématiques susceptibles de relancer la recherche dans ce domaine particulier. Elle apporterait de nouveaux éclairages sur bien des champs de la recherche, tant du point de vue chronologique que géographique, en appliquant les méthodes d’érudition et critiques classiques, mais aussi en sollicitant grilles et concepts contemporains pour renouveler les problématiques.

5Dans le prolongement d’une réflexion globale sur cette diplomatie lancée en 2014 lors d’une journée d’étude à l’École française de Rome, il est utile de proposer une réflexion rapide mais synthétique, depuis la naissance des représentations permanentes à la fin du XVe siècle.

6Deux spécialistes reconnus de cet objet ont bien voulu participer à cette réflexion générale, en qualité d'historien respectivement de l'époque moderne et de l'époque contemporaine : Olivier Poncet, professeur à l’École des chartes, et Philippe Chenaux, professeur à l’université du Latran. L’auteur de ses lignes propose une troisième partie qui développe des pistes de travail plus générales pour relancer la recherche individuelle mais surtout collective dans ce domaine des sciences historiques et sociales.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Sibre, « Préface », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines, 130-1 | 2018, 125-126.

Référence électronique

Olivier Sibre, « Préface », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [En ligne], 130-1 | 2018, mis en ligne le 12 novembre 2018, consulté le 22 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/mefrim/3583 ; DOI : 10.4000/mefrim.3583

Haut de page

Auteur

Olivier Sibre

Institut Georges Pompidou (Paris) / UMR SIRICE, olivier.sibre@georges-pompidou.org

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • OpenEdition Journals