Skip to navigation – Site map
La diplomatie globale du Saint-Siège au défi des sciences humaines. Bilans, problématiques et nouvelles perspectives.

La diplomatie de la papauté moderne : un champ historiographique à réinventer ?

Olivier Poncet
p. 127-134

Abstracts

The diplomacy of the early modern papacy: an historical field of study to be reinvented? The papal diplomacy of early modern age changes nature: the original mission of negotiation is now combined with a more general mission of apostolic delegation, especially during the Tridentine Reformation. The relative historiography was active from the opening of the papal archives in the XIXth century and was intensive in the decades following the end of the Second World War. The electronic publishing of the correspondences of nuncios would offer a second life to this historiographical movement and would allow to overcome the national limitations. A greater attention paid to the archives of the congregations would finally better render the reality of their missions.

Top of page

Full text

  • 1 Queller 1960 ; Schmutz 1972 ; Barbiche 2005 ; Legati et delegati papali 2012.

1L’un des traits les plus frappants, au moins extérieurement, de la papauté moderne n’est-il pas l’affirmation de sa présence régulière et continue, en chair et en os, dans les différents territoires où vivent les populations qui reconnaissent l’autorité éminente de l’évêque de Rome ? L’installation, au cours des XVIe-XVIIIe siècle de représentations permanentes de la personne du souverain pontife dans les espaces politiques qui reconnaissent le catholicisme comme la religion dominante, sinon exclusive, tranche en effet aussi bien avec les expériences médiévales de légations ou de médiations1 qu’avec les formes contemporaines de la négociation internationale dans des pays où la confession de Rome n’est pas secourue par le pouvoir temporel, quand ce dernier ne s’en distancie pas, voire la rejette brutalement.

  • 2 Fubini 1998 ; Andretta – Péquignot – Waquet 2015.
  • 3 Blet 1974, p. 1-36.

2Le diplomate accrédité, selon les nouveaux canons des relations internationales forgés dans le creuset de l’Italie du Quattrocento2, ne s’impose cependant pas partout avec la même intensité. Les conditions de résolution de la crise conciliaire du XVe siècle et les contours de l’émergence de l’État, spécifiques à chaque pays, tant sur le plan institutionnel que théorique, ont offert autant de situations différentes dans lesquelles la diplomatie pontificale a dû trouver sa place. Partout, le nonce apostolique est à la fois délégué apostolique et ambassadeur, pour reprendre la distinction classique que Pierre Blet a établie à propos du cas français3. Mais il ne l’est jamais de la même façon : cette variété de cas de figure possède une indéniable force centripète qui dissuade les tentatives de synthèse, et en même temps appelle l’attention sur les éléments communs de chaque mission diplomatique comme autant de marqueurs de l’esprit de la papauté de telle ou telle époque. La diplomatie pontificale est dès lors un excellent observatoire du volontarisme et des inflexions profondes d’une institution, la papauté, qui ne se laisse pas aisément comprendre à trop courtes vues, celle de la Curie ou de la personne du pape lui-même, comme certains commentateurs, vaticanologues, vaticanistes ou simples pythies de tout temps pourraient le faire accroire.

  • 4 Blet 1990 ; Feldkamp 1998 et Feldkamp 2010.
  • 5 Actes et documents du Saint-Siège 1965-1981 ; Blet 1997 ; Feldkamp 2000a ; Feldkamp 2000b. On pour (...)

3S’intéresser aux figures – au sens de mouvements comme de personnes – de la diplomatie pontificale à l’âge moderne a été longtemps une façon pour les historiens de nuancer et d’enrichir le récit d’un passé national qui manquait singulièrement de ce regard surplombant, ecclésiastique et religieux à la fois. Rares ont été les auteurs, souvent eux-mêmes praticiens de cette histoire bilatérale, à tenter l’aventure d’une synthèse de la diplomatie pontificale sur une très longue période. Faut-il s’étonner qu’ils aient, à l’image de Pierre Blet ou de Michael Feldkamp4, d’abord fait leurs armes au contact des sources modernes, avant de donner des études tournées vers un âge beaucoup plus contemporain5 ? C’est que la période qui s’étend de la Renaissance aux bouleversements révolutionnaires et impériaux de l’Europe continentale contient tous les éléments fondateurs de la diplomatie actuelle de la papauté, et offre comme en résumé toutes les dimensions d’une politique internationale qui ne saurait se limiter à l’action de l’actuelle deuxième section de la Secrétairerie d’État. L’âge moderne bénéficie en outre d’une antériorité des recherches dont le lancement correspond à celle d’une histoire fondée sur les sources originales accessibles dans les archives du Saint-Siège.

4Quel peut être l’avenir d’un champ de recherche bien labouré depuis plus d’un siècle et encore largement emprunté de nos jours comme celui de la diplomatie pontificale des temps modernes ? Imaginer que les injonctions d’un concept, ou plutôt d’un mouvement historiographique, tel que l’histoire globale ou l’histoire connectée, peuvent renouveler fortement la connaissance et la compréhension d’une institution n’est-il pas un piège facilement tendu aux chercheurs ? Il est aisé de répondre que l’Église catholique est universelle. L’argument serait un peu court et sans doute un peu condescendant : il n’y aurait rien de plus à dire puisque par nécessité historique, travailler sur la papauté revient d’évidence à adopter une démarche en partie compatible avec les attentes épistémologiques induites par la global history. N’y a-t-il pas cependant dans les replis d’une historiographie riche, curieuse, sédimentée en couches successives aisément identifiables, dotée d’un incroyable arsenal documentaire, de quoi satisfaire aux impératifs de modernité historiographique tout en ajoutant, dans une démarche sui generis, une brique supplémentaire à l’édifice ?

Le poids d’un héritage

  • 6 Poncet 2003.
  • 7 Reinhard 1998 et Bibliographie zur päpstlichen Politik und Diplomatie 1998. Voir aussi Poncet 2003, (...)
  • 8 Poncet 2000.

5Comme d’autres entreprises historiographiques de longue haleine, toujours actives, l’étude et l’édition des correspondances de nonciatures de l’époque moderne trouvent leur origine dans l’accès libéralisé aux archives du Saint-Siège sous le pontificat de Léon XIII6. À la suite des instituts allemands, initiateurs en la matière, de nombreux pays ont engagé des programmes éditoriaux autour des archives épistolaires des nonciatures modernes. Toutefois le poids initial des programmes médiévaux des différents instituts historiques étrangers à Rome a retardé le moment où l’effort est devenu véritablement collectif. Les décennies de l’immédiat après seconde guerre mondiale, des années 1950 à 1970, ont été et demeurent les plus productives en la matière, comme le remarquait Wolfgang Reinhard7. C’est à ce moment-là que la France a conjuré le sort qui avait entravé le développement de ces études concernant ce pays depuis le début du XXe siècle : la conjugaison inédite des forces de l’École française de Rome et de l’université Grégorienne a ainsi permis le lancement des Acta nuntiaturae Gallicae en 19618.

  • 9 Der Schriftverkehr 1970.
  • 10 Die Hauptinstruktionen Clemens’ VIII 1984 ; Die Hauptinstruktionen Gregors’ XV 1997 ; Le istruzion (...)

6Les choix méthodologiques et épistémologiques opérés dans le cadre particulier de ce creuset historiographique pèsent encore lourdement aujourd’hui sur l’écriture d’une histoire qui a fini par devenir la réalisation des ambitions et des contraintes de plusieurs générations de savants. Le prisme national des débuts demeure dominant, en dépit de la multiplication des échanges noués pour l’essentiel dans l’Europe nouvelle issue de la reconstruction politique intervenue après 1945. L’approche locale s’est largement développée au détriment d’une vision plus intégrée de l’appareil diplomatique pontifical. Le paradoxe est que la nature de la documentation invitait précisément à inverser le point de vue. Tandis que les dépêches du XVIe siècle, et singulièrement des années 1530-1550, étaient fortement chargées de faits et d’analyses intéressant prioritairement les pays où étaient envoyés les nonces pontificaux, la fin du concile de Trente inaugurait une période où la correspondance des nonces a d’abord et de plus en plus exclusivement mis l’accent sur les préoccupations strictement pontificales du centre romain. Les éditeurs de textes ont été les premiers à s’en persuader et il ne faut sans doute pas chercher ailleurs les débats, toujours d’actualité, sur le degré d’exhaustivité des éditions. Les lettres devaient-elles être transcrites in extenso ? Par extraits ? Sous forme d’analyses simples ? Certes, les contraintes matérielles, humaines et financières, ont joué leur rôle, mais elles n’expliquent pas tout. Il n’est que de lire les propos introductifs de l’édition analytique des dépêches d’Antonio Eugenio Visconti, nonce à Vienne de 1767 à 17749, pour se convaincre que le contenu des dépêches ne présentait plus au XVIIIe siècle le même degré d’intérêt national qu’aux siècles précédents. L’une des parades les plus pertinentes à l’émiettement national des études sur la diplomatie pontificale a été la publication, à partir de 1984, des instructions aux envoyés pontificaux – nonces, légats ou autres – durant un pontificat10. Ces entreprises, qui requièrent un investissement humain et érudit de grande ampleur, sont à l’origine des avancées les plus récentes et les plus notables sur ce que nous savons de l’action diplomatique du Saint-Siège au cours de l’époque moderne. Elles ont donné lieu à des introductions aussi neuves sur le plan des objectifs concertés de la politique européenne de la papauté que sur les personnalités chargées de la porter. Elles ont aussi permis de donner vie scientifique non seulement aux représentations permanentes qui ne disposaient pas d’une politique éditoriale active, parce qu’aucun institut de recherche n’en avait fait son programme, mais aussi à des missions courtes dotées d’une forte charge symbolique ou diplomatique.

  • 11 Reinhard 1998, p. 217 parle d’un argument « konservatorisch ».
  • 12 Poncet 2007 ; Pagano – Maiorino 2014.
  • 13 Poncet 2006, p. 37.
  • 14 Qu’il suffise de parcourir les descriptions des archives de quelques nonciatures pour s’en faire u (...)

7Le deuxième effet de ce conservatisme11 éditorial tient dans le choix des sources publiées et donc, pour une large part, celles qui ont été étudiées. Les premières entreprises, fondatrices, ont été lancées sur la base des sources alors disponibles à l’Archivio Segreto Vaticano, seul ouvert à la recherche, c’est-à-dire sur les archives de la Secrétairerie d’État qui en constituaient le noyau originel12. Relativement aisés à rassembler – sauf lorsque des fonds privés contiennent les dépêches originales ou manquantes dans les archives du Vatican –, ces corpus rassemblent la très grande partie des dépêches échangées entre le nonce apostolique et le centre romain. Toutefois, l’histoire interne de la Curie et l’évolution du rôle que la papauté elle-même se donne ne cessent d’introduire de nouveaux acteurs dans la construction de ce fil épistolaire13. L’émergence puis la généralisation des congrégations cardinalices permanentes au XVIe siècle a imposé de nouveaux canaux de transmission et de conservation des informations reçues des nonces et des ordres envoyés aux nonces. Que le secrétaire d’État, ou le cardinal-neveu selon les périodes, ait centralisé la réception de ces missives avant de les remettre aux congrégations ou dicastères intéressés ne change rien à l’affaire : bien des lettres de nonces sont encore conservées dans les archives de ces institutions, dont plusieurs ont du reste gardé la maîtrise de la gestion de leurs archives anciennes, comme les congrégations pour l’Évangélisation des peuples (archives de la Propagande) ou de la Doctrine de la foi (archives du Saint-Office et de l’Index). S’en tenir à l’édition des seuls échanges avec la Secrétairerie d’État, qui représentent certes sans doute 90 à 95 % du volume global, revient à accentuer le caractère diplomatique du travail des nonces, singulièrement lorsque ceux-ci, comme le nonce en France, ne disposent pas de pouvoir juridictionnel et donc d’archives abondantes pour rappeler son pouvoir délégué du pape dans les domaines judiciaire, administratif et financier14.

  • 15 Koller 2014.
  • 16 Feldkamp 1993 et Repgen 1995.
  • 17 Braudel 1997.

8Cette participation plus grande de l’ensemble de la Curie à l’utilisation du réseau des nonciatures apostoliques reflète aussi plus largement les mutations de la papauté moderne. On a pourtant souligné dans les dernières décennies combien la mission des nonces s’adaptait aux nouvelles ambitions, volontaires ou forcées, du pouvoir pontifical. Après avoir été très diplomatique et temporelle dans ses débuts, elle a été résolument mise au service de la réforme tridentine dès les lendemains du concile de Trente. C’est de ce temps que date l’approfondissement du réseau des représentations diplomatiques permanentes du Saint-Siège avant la Révolution française : jamais sous l’Ancien Régime, il ne fut aussi abondant que durant les décennies 1580-162015. Puis, sous la pression théorique et pratique des puissances séculières, la papauté a constaté et même provoqué16 sa marginalisation constante à l’âge des congrès de paix internationaux. En quelques pontificats, le Saint-Siège est ainsi passé de la diplomatie offensive, voire agressive, qui fut la sienne au XVIe siècle, à une diplomatie défensive qui devient à bien des égards une diplomatie impuissante. Mais on le sait, si la difficulté à agir et, plus encore, à obtenir des résultats est déplorable sur le plan politique, l’historien n’a que faire de distribuer des bons et des mauvais points. Comme l’a dit Fernand Braudel, « il est nécessaire aux historiens d’aller à contre-pente, de réagir contre les facilités de leur métier, de ne pas étudier seulement le mouvement vainqueur, mais aussi son opposé, ce foisonnement d’expériences contraires qui ne furent pas brisées sans peine »17. L’étude des nonciatures apostoliques a encore beaucoup à nous apprendre sur le passé d’une institution, la papauté, et de ses relations avec le reste du monde à l’époque moderne.

Revisiter une source pour réinventer un champ d’études

9Il ne suffit pas de vouloir réinvestir un champ de recherches, encore faut-il pouvoir le faire. Au moment d’évoquer des pistes prometteuses pour le renouvellement de l’étude de la diplomatie pontificale, il serait malhonnête de passer sous silence quelques obstacles structurels, comme la perte d’influence de l’histoire religieuse dans les thématiques promues à l’université, l’absence de reconnaissance de l’édition de textes comme propédeutique à une carrière académique et le recul constant de la pratique de l’italien chez les chercheurs internationaux.

10Cela posé, il n’en reste pas moins que les correspondances des nonces apostoliques demeurent parmi les plus abondantes dont nous disposions pour l’âge moderne, et ce avec régularité dès les années 1530. Ajoutons qu’elles sont relativement irremplaçables dans la mesure où le nonce n’est pas un diplomate et un observateur comme les autres, tant en raison de sa mission et de sa tutelle que de sa personnalité et de sa formation. L’objet même de ses missives, quel que soit le ton avec lequel le nonce s’exprime, rappelle à propos que la dimension ecclésiastique, sacramentelle ou tout simplement transcendantale emplit les pouvoirs et les sociétés, la science et l’économie, la politique intérieure et la géopolitique européenne ou universelle. Enfin, peu de sources ont été éditées dans de telles proportions et avec une telle envergure géographique, si l’on excepte peut-être l’entreprise, souvent oubliée, des Calendar of State papers, Foreign series.

  • 18 Voir par exemple Koller 2008.
  • 19 Mesurer le texte 2003 et Genet 2011.
  • 20 Reinhard 1998.

11La première inflexion à apporter aux études sur la diplomatie pontificale de l’âge moderne est non seulement souhaitable, mais surtout praticable. Elle réside dans le passage résolu et absolu dans le monde de l’édition électronique. Il ne s’agit pas ce faisant de céder à quelque sirène technologique pour le plaisir fugace d’être « in the mood ». L’édition électronique permet de lire les sources historiques non seulement plus rapidement, mais surtout d’une autre manière. Jusqu’à présent, à l’exception de quelques très timides tentatives aussi artisanales que limitées à propos du texte des instructions de tel ou tel pontificat18, la prose épistolaire du discours pontifical – nonce et secrétairerie d’État tout à la fois – est demeurée largement hors d’atteinte des questionnements devenus sinon ordinaires, du moins bien connus dans d’autres milieux historiographiques19. Expressions, mots, associations de mots, tout peut être mis en lumière à condition de poser des questions pertinentes et de les mettre en relation avec une réalité historique tangible. Au-delà de ses potentialités, certaines, sur lesquelles Wolfgang Reinhard appelait l’attention avec beaucoup d’intuition il y a déjà près de vingt ans20, l’édition électronique présente le grand avantage de s’adapter aux capacités de chaque chercheur et à l’inépuisable diversité des fonds disponibles. Il n’est pas nécessaire d’attendre d’avoir collecté toutes les dépêches d’une mission ou d’avoir réuni assez de dépêches destinées à former un volume pour donner au public des éditions encore partielles, des éditions complètes mais courtes – mission de quelques semaines, généralement négligées jusque-là – ou le fruit de découvertes fortuites ou programmées dans les fonds de telle ou telle congrégation.

12Pour que l’édition électronique produise ses effets bénéfiques sur la plus large échelle, le modus operandi doit prendre l’exact contrepied de ce qui a pu se pratiquer depuis les origines. Les enseignements de l’expérience d’un siècle de recherches, conjugués au constat d’une stagnation voire d’une diminution parfois drastique des moyens que la puissance publique, dans chaque État, impose à sa recherche historique, invitent à raisonner et à travailler sur une base commune. Il importe d’éviter le lotissement éditorial national qui a prévalu depuis les origines pour privilégier une base de données unique qui rassemblerait l’ensemble des projets éditoriaux, passés comme futurs. La conception de la nouvelle formule éditoriale devrait se faire sur la base des nouvelles éditions, avant de procéder à la conversion rétrospective uniforme d’éditions imprimées conçues à des dates différentes et dans des milieux académiques variés. Cela suppose de la concertation, un abandon relatif de souveraineté éditoriale et méthodologique dont le gain collectif est tout de même supérieur à la perte individuelle. Une homogénéisation des sommaires analytiques en langue anglaise permettrait ainsi de toucher un public universitaire qui ne maîtrise pas l’italien familier aux spécialistes de l’histoire pontificale, car l’avenir de celle-ci passe sans doute par un dépassement hors de cette sphère thématique confortable mais étroite. L’avantage de conduire une édition nativement électronique saute aux yeux de n’importe quel éditeur scientifique : il est possible de livrer sans attendre telle ou telle portion de l’échange épistolaire envisagé et de le compléter au fur et à mesure des possibilités de chacun. Il n’y aurait dès lors plus à hésiter à éditer la correspondance des nonces avec les congrégations et dicastères romains.

  • 21 Par exemple Zunckel – Thiessen – Metzler – Kitzler 2004 ; Metzler 2008.
  • 22 Weber 1996.

13Mieux éditer, éditer sans attendre, éditer de manière fragmentée, ne doit pas signer la fin d’un intérêt croissant pour les incarnations de la diplomatie pontificale. Pendant longtemps, chaque diplomate a fait l’objet de savantes notices données en introduction de la correspondance de la mission qui lui avait été confiée. Il a fallu attendre les projets d’édition des instructions à partir des années 1980-1990 pour disposer d’une approche groupée plus proche des attentes prosopographiques. L’enjeu dépasse la constitution de dictionnaires biographiques dont l’écriture est indispensable par ailleurs. La pesée historiographique du choix des hommes permet de mesurer l’institutionnalisation d’une action publique. Aucun diplôme n’est exigé, pendant longtemps aucune formation spécifique ne s’impose et seuls comptent des facteurs toujours délicats à interpréter et à mettre en perspective : proximité avec les individus qui incarnent le pouvoir pontifical, insertion sociale et idéologique dans les milieux de Curie, prédilection des autorités auprès desquelles le diplomate est accrédité, expériences précédentes pour ceux qui ont occupé des fonctions similaires par le passé, etc. La désignation des diplomates pontificaux peut tour à tour et concomitamment signer une politique internationale renouvelée, des relations spéciales entre le Saint-Siège et les autres puissances21 ou encore ces « structures cachées » de la Curie dont parle Christoph Weber à propos du cardinalat22 et qui rappellent à quel point dans l’Italie pré-unitaire un Italien n’est pas… qu’un Italien. Chacun apporte avec lui non seulement ses fidélités mais aussi sa conception de la diplomatie, qui imprime sa marque jusqu’au sommet de la Chrétienté. Les papes de l’âge moderne, parce qu’ils ne sont pas que romains, mais qu’ils sont aussi génois, siennois, toscans ou vénitiens, savent ce qu’est un ambassadeur, un négociateur international, chargé d’informer, d’influencer ou de convaincre, plus rarement de conclure des traités internationaux.

  • 23 Voir Administrer les sacrements 2009.

14Reconsidérer les correspondances de nonciatures sur une échelle plus globale et non plus seulement sur des bases bilatérales ne suffit pas. Encore convient-il de les confronter plus largement à la politique suivie dans les domaines en général hors d’atteinte de la secrétairerie d’État que constituent les espaces missionnaires et coloniaux à l’âge moderne. On sait combien la logique de site archivistique conduit à l’élévation de barrières scientifiques incompréhensibles autrement. Quoi qu’on en dise et à quelques exceptions près, le public des archives de la Propagande ou de la Compagnie de Jésus n’est pas celui de l’Archivio Segreto Vaticano, de l’Archivio di Stato di Roma ou des archives d’autres congrégations. Ce n’est qu’en adoptant une vue documentaire surplombante, à hauteur de Curie ou de pape et non de lecteur de salle d’archives, que l’historien retrouvera le sens profond d’une diplomatie qui n’est pas que diplomatie, mais qui est aussi enseignement magistériel, juridiction canonique ou politique sacramentelle. L’universel et le particulier s’y croisent et s’y entrecroisent dans un dialogue qui mêle des vues politiques et des vues ecclésiastiques, des considérations théologiques et des appréciations fondées sur le droit canon23.

  • 24 Bercé 1986.
  • 25 Pialoux 2004.
  • 26 Poncet 2010.

15La diplomatie pontificale ne se résume pas aux nonces et aux légats, elle s’étend à bien d’autres agents d’exécution ou de conception de l’action internationale du Saint-Siège. Le rapport au monde du souverain pontife n’est pas exclusivement celui d’un chef d’État. C’est aussi la leçon de l’époque moderne qui voit son implication dans les querelles temporelles se réduire constamment. Après les annexions de Ferrare (1597) et d’Urbino (1632), l’échec de la mainmise sur Castro sous Urbain VIII et Innocent X marque la fin des ambitions temporelles de la papauté24. Les occupations successives d’Avignon et du Comtat Venaissin, de 1662 à 1664 puis de 1768 à 1774, par les armées des rois de France marquent symboliquement l’effacement de Rome comme acteur de la géopolitique militaire et territoriale en Europe. Cela n’empêche nullement Rome de rester, en plein XVIIIe siècle, un actif lieu de la diplomatie continentale25, mais le travail « local » des nonces n’a plus la hauteur de vues et l’ampleur des implications temporelles de la Renaissance26.

 

  • 27 Il papato e le Chiese locali 2014.

16L’étude des réseaux de la diplomatie pontificale excède très nettement ce que l’on peut rencontrer pour d’autres relations internationales. Pour tout dire, elle n’est pas de la même nature. Tracer les contours du parti pontifical en France, en Bavière ou en Espagne n’est pas le même exercice que d’expliciter ce qu’est le lobbying de ces pays auprès du Saint-Siège. Les relations avec les Églises locales sont d’une grande complexité et reposent sur des bases politiques, religieuses, concordataires, culturelles et linguistiques qui doivent être scrutées sans exclusive27. Le pape y est pasteur et juge, protecteur et prescripteur.

17La sécularisation abusive de l’institution pontificale par un surcroît d’attention portée à une dimension « diplomatique » qui serait pensée dans le cadre exclusif des relations interétatiques ou inter-souverainetés, reviendrait à nier l’esprit profondément complexe du pouvoir de la papauté dans un ordre mondial auquel elle contribue puissamment, parfois à contre-courant, parfois en vain, mais toujours de manière originale.

Top of page

Bibliography

Actes et documents du Saint-Siège 1965-1981 = Actes et documents du Saint-Siège relatifs à la seconde guerre mondiale, éd. P. Blet, A. Martini, B. Schneider, R. Graham, 11 vol., Cité du Vatican, 1965-1981.

Administrer les sacrements 2009 = Administrer les sacrements en Europe et au Nouveau Monde : la Curie romaine et les dubia circa sacramenta, dans MEFRIM, 121-1, 2009, p. 5-217.

Andretta – Péquignot – Waquet 2015 = S. Andretta, S. Péquignot, J.-Cl. Waquet (dir.), De l’ambassadeur. Les écrits relatifs à l’ambassadeur et à l’art de négocier du Moyen Âge au début du XIXe siècle, Rome, 2015.

Barbiche 2005 = B. Barbiche, Les diplomates pontificaux du Moyen Âge tardif à la première modernité. Office et charge pastorale, dans A. Jamme, O. Poncet (dir.), Offices et papauté (XIVe-XVIIe siècle). Charges, hommes, destins, Rome, 2005, p. 357-370.

Bély 1998 = L. Bély (dir.), L’invention de la diplomatie (Moyen Âge-Temps modernes), Paris, 1998.

Bercé 1986 = Y.-M. Bercé, Rome et l’Italie au XVIIe siècle. Les dernières chances temporelles de l’État ecclésiastique, 1641-1649, dans L’Europe, l’Alsace et la France. Études réunies en l’honneur du doyen Georges Livet, Colmar, 1986, p. 229-237.

Bibliographie zur päpstlichen Politik und Diplomatie 1998 = Bibliographie zur päpstlichen Politik und Diplomatie (1500-1800) dans Kurie und Politik. Stand und Perspektiven der Nuntiaturberichtsforschung, éd. A. Koller, Tübingen, 1998.

Blet 1974 = P. Blet, Le nonce en France au XVIIe siècle, ambassadeur et délégué apostolique, dans Revue d’histoire diplomatique, 88, 1974, p. 1-36.

Blet 1990 = P. Blet, Histoire de la représentation diplomatique du Saint-Siège des origines à l’aube du XIXe siècle, Cité du Vatican, 1982 (2de éd. 1990).

Blet 1997 = P. Blet, Pie XII et la seconde guerre mondiale d’après les archives du Vatican, Paris, 1997.

Braudel 1997 = F. Braudel, Pour une économie historique, dans ibid., Les ambitions de l’histoire, Paris, 1997, p. 117-127 [article précédemment paru dans Revue économique, 1, 1950, p. 37-44].

Der Schriftverkehr 1970 = Der Schriftverkehr zwischen dem päpstlichen Staatssekretariat und dem Nuntius am Kaiserhof Antonio Eugenio Visconti, 1767-1774, éd. A. Cornaro, H. Paulhart, P. Uiblein et al., Vienne-Cologne-Graz, 1970.

Die Hauptinstruktionen Clemens’ VIII 1984 = Die Hauptinstruktionen Clemens’ VIII. Für die Nuntien und Legaten an den europäischen Fürstenhofen 1592-1605, éd. K. Jaitner, Tübingen, 1984.

Die Hauptinstruktionen Gregors’ XV 1997 = Die Hauptinstruktionen Gregors’ XV. Für die Nuntien und Legaten an den europäischen Fürstenhofen 1621-1623, éd. K. Jaitner, Tübingen, 1997.

Feldkamp 1993 = M.F. Feldkamp, Das Breve Zelo domus Dei vom 26. November 1648. Edition, dans Archivum historiae pontificiae, 31, 1993, p. 293-305.

Feldkamp 1993-1995 = M.F. Feldkamp, Studien und Texte zur Geschichte der Kölner Nuntiatur, Cité du Vatican, 1993-1995.

Feldkamp 1998 = M.F. Feldkamp, La diplomazia pontificia, da Silvestro I a Giovanni Paolo II. Un profilo, Milan, 1998 (trad. fr. Paris, 1990).

Feldkamp 2000a = M.F. Feldkamp, Die Beziehungen der Bundesrepublik Deutschland zum Heiligen Stuhl 1949-1966. Aus den Vatikanakten des Auswärtigen Amts. Eine Dokumentation, Cologne, 2000.

Feldkamp 2000b = M.F. Feldkamp, Pius XII. Und Deutschland, Göttingen, 2000.

Feldkamp 2010 = M.F. Feldkamp, Geheim und effektiv. Über 1 000 Jahre Diplomatie der Päpste, Augsbourg, 2010.

Fink 1997 = U. Fink, Die Luzerner Nuntiatur 1586-1873. Zur Behördengeschichte und Quellenkunde der päpstlichen Diplomatie in der Schweiz, Cité du Vatican, 1997.

Fubini 1998 = R. Fubini, La résidentialité de l’ambassadeur dans le mythe et dans la réalité : une enquête sur les origines, dans Bély 1998, p. 27-35.

Genet 2011 = J.-P. Genet, Langue et histoire : des rapports nouveaux, dans Langue et histoire, éd. J.-P. Genet, Paris, 2011.

Il papato e le Chiese locali 2014 = Il papato e le Chiese locali. Studi – The papacy and local churches. Studies, éd. P. Tusor et M. Sanfilippo, Viterbe, 2014.

Koller 2008 = A. Koller, Die Außenbeziehungen der römischen Kurie unter Paul V Borghese (1605-1621), éd. Alexander Koller, Tübingen, 2008.

Koller 2014 = A. Koller, The definition of a new ecclesiastical policy by the papal curia after the Council of Trent and its reception in partibus, dans Il papato e le Chiese locali 2014, p. 33-54.

Le istruzioni generali di Paolo V 2003 = Le istruzioni generali di Paolo V ai diplomatici pontifici 1605-1621, éd. S. Giordano, Tübingen, 2003.

Legati et delegati papali 2012 = Legati et delegati papali: profili, ambiti d’azione e tipologie d'intervento nei secoli XII-XIII, éd. M.P. Alberzoni et C. Zey, Milan, 2012.

Mesurer le texte 2003 = Mesurer le texte, numéro monographique d'Histoire et mesure, vol. 18, 2003.

Metzler 2008 = G. Metzler, Französische Mikropolitik in Rom unter Papst Paul V. Borghese (1605-1621), Heidelberg, 2008.

Pagano – Maiorino 2014 = S. Pagano, M. Maiorino, Dalle camere segrete all’archivio apostolico: la separazione dell’archivio papale dalla Biblioteca Vaticana, dans La Vaticana nel Seicento (1590-1700). Una biblioteca di biblioteche, Cité du Vatican, 2014, p. 243-278.

Pialoux 2004 = A. Pialoux, Rome, théâtre des relations diplomatiques au XVIIIe siècle, dans Revue d’histoire diplomatique, 2004, p. 251-280.

Piergentili 2014 = P.P. Piergentili, «Christi nomine invocato». La Cancelleria della nunziatura di Savoia e il suo archivio (secc. XVI-XVIII), Cité du Vatican, 2014.

Poncet 2000 = O. Poncet, L’édition de la correspondance des nonces en France (XVIe-XIXe siècle). Histoire et avenir d’une entreprise éditoriale française, dans Revue d’histoire de l’Église de France, 86, 2000, p. 631-643.

Poncet 2003 = O. Poncet, Les entreprises éditoriales liées aux archives du Saint-Siège. Histoire et bibliographie (1880-2000), Rome, 2003.

Poncet 2006 = O. Poncet, L’histoire des rapports entre la France et le Saint-Siège à travers les archives du Saint-Siège (XVIe-XIXe siècle) : autres sources, autre histoire ?, dans G. Pizzorusso, O. Poncet, M. Sanfilippo (dir.), Gli archivi della Santa Sede e la storia di Francia, Viterbe, 2006, p. 25-44.

Poncet 2007 = O. Poncet, Les archives de la papauté (XVIe-milieu XVIIe siècle). La genèse d’un instrument de pouvoir, dans A. Jamme, O. Poncet (dir.), Offices, écrit et papauté (XIIIe-XVIIe siècle), Rome, 2007, p. 735-762.

Poncet 2010 = O. Poncet, Diplomatie pontificale et magistère romain en France au XVIIIe siècle. Le rôle et l’action du nonce Carlo Francesco Durini au cours de l’année 1749, dans « Libertas Ecclesiae ». Esquisse d’une généalogie (1650-1800), Paris, 2010, p. 229-249.

Queller 1960 = D. Queller, Thirteenth-century diplomatic envoys: nuncii and procuratores, dans Speculum, 35, 1960, p. 196-213.

Reinhard 1998 = W. Reinhard, Nuntiaturberichte fur die deutsche Geschichtswissenschaft? Wert und Verwertung eines Editionsunternehmens, dans Kurie und Politik. Stand und Perspektiven der Nuntiaturberichtsforschung, éd. A. Koller, Tübingen, 1998, p. 208-225.

Repgen 1962-1965 = K. Repgen, Die Römische Kurie und der Westfälische Friede. Idee und Wirklichkeit des Papsttums im 16. und 17. Jahrhundert, Tübingen, 1962-1965.

Repgen 1978 = K. Repgen, Über die Entstehung des Reichskonkordats Offerte im Frühjahr und die Bedeutung des Reichskonkordats, dans Vierteljahrshefte zur Zeitgeschichte, 25, 1978, p. 499-534.

Repgen 1995 = K. Repgen, Drei Korollarien zum Breve Zelo Domus Dei (26. November 1648), dans Archivum historiae pontificiae, 33, 1995, p. 315-333.

Schmutz 1972 = R.A. Schmutz, Medieval papal representatives: legates, nuncios and judges-delegate, dans Studia Gratiana, 15, 1972, p. 441-463.

Weber 1996 = C. Weber, Senatus Divinus. Verborgene Strukturen im Kardinalscollegium der frühen Neuzeit (1500-1800), Francfort et al., 1996.

Zunckel – Thiessen – Metzler – Kitzler 2004 = J. Zunckel, H. von Thiessen, G. Metzler, J.-C. Kitzler, Römische Mikropolitik unter Papast Paul V. Borghese (1605-1621) zwischen Spanien, Neapel, Mailand und Genua, Tübingen, 2004.

 

Top of page

Notes

1 Queller 1960 ; Schmutz 1972 ; Barbiche 2005 ; Legati et delegati papali 2012.

2 Fubini 1998 ; Andretta – Péquignot – Waquet 2015.

3 Blet 1974, p. 1-36.

4 Blet 1990 ; Feldkamp 1998 et Feldkamp 2010.

5 Actes et documents du Saint-Siège 1965-1981 ; Blet 1997 ; Feldkamp 2000a ; Feldkamp 2000b. On pourrait encore citer les travaux de Konrad Repgen, partagés entre la diplomatie pontificale de la guerre de Trente Ans (Repgen 1962-1965) et la négociation du concordat de 1933 (Repgen 1978).

6 Poncet 2003.

7 Reinhard 1998 et Bibliographie zur päpstlichen Politik und Diplomatie 1998. Voir aussi Poncet 2003, p. 83-100.

8 Poncet 2000.

9 Der Schriftverkehr 1970.

10 Die Hauptinstruktionen Clemens’ VIII 1984 ; Die Hauptinstruktionen Gregors’ XV 1997 ; Le istruzioni generali di Paolo V 2003. Silvano Giordano prépare l’édition des instructions du pontificat d’Urbain VIII.

11 Reinhard 1998, p. 217 parle d’un argument « konservatorisch ».

12 Poncet 2007 ; Pagano – Maiorino 2014.

13 Poncet 2006, p. 37.

14 Qu’il suffise de parcourir les descriptions des archives de quelques nonciatures pour s’en faire une idée : Feldkamp 1993-1995 ; Fink 1997 ; Piergentili 2014.

15 Koller 2014.

16 Feldkamp 1993 et Repgen 1995.

17 Braudel 1997.

18 Voir par exemple Koller 2008.

19 Mesurer le texte 2003 et Genet 2011.

20 Reinhard 1998.

21 Par exemple Zunckel – Thiessen – Metzler – Kitzler 2004 ; Metzler 2008.

22 Weber 1996.

23 Voir Administrer les sacrements 2009.

24 Bercé 1986.

25 Pialoux 2004.

26 Poncet 2010.

27 Il papato e le Chiese locali 2014.

Top of page

References

Bibliographical reference

Olivier Poncet, « La diplomatie de la papauté moderne : un champ historiographique à réinventer ? », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines, 130-1 | 2018, 127-134.

Electronic reference

Olivier Poncet, « La diplomatie de la papauté moderne : un champ historiographique à réinventer ? », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [Online], 130-1 | 2018, Online since 12 November 2018, connection on 23 August 2019. URL : http://journals.openedition.org/mefrim/3585 ; DOI : 10.4000/mefrim.3585

Top of page

About the author

Olivier Poncet

École nationale des chartes-PSL, Centre Jean-Mabillon (EA 3624), olivier.poncet@enc-sorbonne.fr

Top of page

Copyright

© École française de Rome

Top of page
  • Logo École française de Rome
  • OpenEdition Journals