Navigation – Plan du site
La diplomatie globale du Saint-Siège au défi des sciences humaines. Bilans, problématiques et nouvelles perspectives.

Diplomatie du pape et global history. Vers un projet collaboratif international sur le Saint-Siège

Olivier Sibre

Résumés

L’objet de recherche « Saint-Siège » est clivant, sous tension entre expertise analytique et érudite depuis 150 ans d’une part, et polémiques diverses sur l’histoire très contemporaine d’autre part. Il semble à la fois fascinant pour la recherche et la presse internationales, et en même temps à la marge des divers champs d’étude des sciences humaines, sollicité souvent ponctuellement et de manière périphérique. Les sources de la gouvernance romaine de l’Église et l’histoire pontificale sont pourtant un océan d’informations et de décloisonnements possibles, notamment par la diplomatie officielle et informelle, depuis sa stabilisation progressive à la fin du XVe siècle et au début du XVIe siècle. L’enjeu de cet article est donc de présenter un bilan rapide des acquis et des méthodes, tout en proposant de nouvelles problématiques et de nouvelles projections conceptuelles et méthodologiques pour renouveler l’étude d’un objet et de sources extraordinaires afin de répondre aux défis de l’histoire globale, mais aussi des sciences humaines en général. L’article termine sur l’esquisse d’un projet collaboratif international, permettant de constituer un axe fort de la recherche à partir de la représentation pontificale globale, pour un objet hybride dont la dimension religieuse est articulée à une multitude de champs qui l’ignorent souvent.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Barberini 2003.

1La diplomatie pontificale est un objet mixte de l’historiographie générale. Le Saint-Siège dispose en effet à la fois d’un micro-État, du statut d’extra-territorialité, et constitue la gouvernance mondiale de l’Église catholique. Cette situation juridique est garantie par les traités internationaux, bilatéraux et multilatéraux pour l’époque contemporaine depuis le congrès de Vienne en 1815 et le traité du Latran de 1929, précédemment par l’existence des États pontificaux à l’époque médiévale et ensuite à l’époque moderne dans le cadre des États dynastiques1.

  • 2 Ibid.

2L’existence « monstrueuse » du Saint-Siège pour certains des juristes internationalistes laïcs italiens2 de la fin du XIXe siècle, à l’époque de l’État-nation triomphant, est essentiellement fondée sur le droit de légation active, c’est-à-dire le maintien de représentants pontificaux officiels auprès des États, principalement européens.

3Le Saint-Siège, la confirmation multiséculaire de sa souveraineté, et son statut plus récent de sujet de droit international, fondés sur une religion, sont relativement discrets dans la recherche internationale au regard de ce que représentent les fonds d’archives et l’arc chronologique plus que millénaire de l’institution, et s’insèrent encore partiellement seulement dans les problématiques en cours en sciences humaines comme celle du genre par exemple.

  • 3 Léon XIII ouvrit les archives vaticanes en 1881. Pettinaroli 2009.

4Des fractures se retrouvent au sein du champ thématique concerné : histoire des religions, du christianisme et du catholicisme en particulier. L’organisation centrale de l’Église romaine est un domaine à part, et ce malgré l’importance des archives et des instances scientifiques présentes à Rome. À la fin du XIXe siècle, l’ouverture des archives du Saint-Siège par Léon XIII a stimulé la création de ces institutions de recherche, en particulier l’Académie autrichienne à Rome, même si les motivations reposaient avant tout sur le travail archéologique et l’histoire ancienne de Rome, et du monde méditerranéen en général3.

  • 4 Poncet 2006.
  • 5 Par exemple, pour les Allemands, la correspondance de la nonciature Pacelli (1917-1929) en ligne : (...)
  • 6 On peut citer une recension des projets éditoriaux sur les archives vaticanes en général : Poncet  (...)
  • 7 Dans le parcours des chercheurs qui sont des centaines à consulter les archives vaticanes chaque a (...)

5Historiquement, on retrouve un engagement scientifique national dans la publication de documents tirés des archives vaticanes, comme la correspondance des nonces. En France, l’École des chartes fut investie dans la correspondance diplomatique, quoique avec un retard certain par rapport aux publications allemandes ou belges4. Actuellement, des projets sont poursuivis dans ce sens ou ponctuellement5, par la recherche allemande, finlandaise ou autrichienne6. Dès lors, on peut s’interroger sur ce fractionnement du travail d’édition de sources qui repose sur une véritable érudition. De même, l’insertion des travaux sur le Saint-Siège et sur la diplomatie pontificale dans les divers domaines de la recherche en sciences humaines est ponctuelle et transitoire7.

  • 8 Leroux 2008.
  • 9 Faisse-Couet 1995.
  • 10 Annuario pontificio.
  • 11 www.diplomatinvestissement.com/fr/news/19/la-diplomatie-au-service-du-developpement-economique.
  • 12 Sibre 2010.
  • 13 Prudhomme 2004.
  • 14 Pontificia Accademia Ecclesiastica 2003.
  • 15 Leblanc 2007. 

6Pourtant, cette diplomatie multiséculaire est historiquement matrice des systèmes diplomatiques laïcs. Elle a même maintenu durant toute la période médiévale une forme de délégation et de représentation du pouvoir pontifical ponctuelle sous forme de légations, y compris dans la gestion européenne de la fiscalité pontificale8. Depuis la basse Antiquité, le patriarcat de Rome n’a cessé d’envoyer des représentants, d’abord durant les conciles œcuméniques, et auprès de l’empereur d’Orient et de sa cour9. À ce jour, le réseau diplomatique du Saint-Siège atteint son apogée10. Par conséquent, l’enjeu géopolitique contemporain est justifié, même si le recul de l’influence du christianisme et du catholicisme en particulier dans certaines parties du monde conduit à relativiser le rôle des acteurs diplomatiques pontificaux. De façon générale, la mondialisation, la multiplication des acteurs de la globalité – firmes transnationales, lanceurs d’alerte, ONG et OIG multiples, réseaux sociaux, etc. – conduisent à minorer considérablement le rôle de l’acteur diplomatique classique11. Par ailleurs, l’Église catholique ayant une multitude de réseaux d’influence, de la hiérarchie cléricale locale aux associations d’entrepreneurs chrétiens, en passant par les ONG catholiques comme la Caritas Internationalis, les écoles, les établissements d’enseignement secondaire et supérieur12, l’étude des représentants officiels et officieux du pouvoir romain semble négligeable. À moins de considérer que la gouvernance romaine ne recrute dans tous les milieux catholiques ses représentants ponctuels. Les choses sont toutefois différentes pour les représentants officiels et permanents13. L’histoire de leur formation montre le souci particulier que les papes y ont porté depuis le XVIIIe siècle, et en particulier au moment de la réforme de l’Académie des nobles ecclésiastiques par Pie IX (1849)14. Les tentatives historiographiques récentes montrent la possibilité d’une approche plus systémique des représentants pontificaux, au moins au niveau de leur formation15.

  • 16 Ibid. ; Wolf 2005 ; Dupuy 1980.
  • 17 La congrégation de Propaganda Fide a été fondée en 1622, consacrée exclusivement aux territoires d (...)
  • 18 Encyclique Laudate Si’ du pape François.

7À tous égards, les diplomates et les représentants pontificaux constituent un corps et des réseaux qui permettent de relever les défis de l’histoire globale, ne connaissant ni limite de temps ni limite d’espace, au rythme souvent de l’expansion européenne. Enracinée dans l’histoire de Rome et de l’Italie, la diplomatie multiséculaire du pape est connectée à tous les réseaux d’action, d’expertise, et de connaissance de l’Église catholique, y compris dans les espaces extra-européens16. En effet, les territoires « de mission » n’ont jamais échappé aux préoccupations et aux représentants pontificaux17. Ce modèle d’action globale multiséculaire permettrait une approche renouvelée en science politique des formes de gouvernance, des régimes de gestion administrative, des rapports droit/action publique. Il inclut plus récemment une « diplomatie environnementale » du Saint-Siège fondée sur une théologie et une pastorale ajournées, développant récemment le concept d’« écologie humaine »18. Connectée en permanence à la fois aux mutations géopolitiques liées au facteur religieux ou non, pour défendre les communautés chrétiennes, développant de plus en plus les conditions de la paix locale et internationale dans le cadre d’un enseignement prophétique universel, la diplomatie du Saint-Siège est la seule à être le relai d’un enseignement religieux, d’une théologie en évolution, notamment depuis le concile Vatican II. Si son impact sur l’histoire du monde peut sembler a priori limité, aussi du fait d’une action discrète, son fonctionnement et son rôle dans l’expansion du catholicisme ainsi que dans la vie internationale depuis plus d’un millénaire en font un objet utile à la compréhension d’une multitude de champs de recherche, de l’histoire locale des provinces à l’histoire du monde, et cela dans la perspective d’une histoire globale dont elle évite, par nature, les écueils du morcellement et de la superposition de travaux éclatés. Le personnel, le fonctionnement et l’action de cette diplomatie ouvrent de larges perspectives de décloisonnement et de relecture chronologique sur une échelle de temps très vaste.

8Il importe donc de considérer les champs investis ou qui pourraient être relus à partir des fonds, des structures et des acteurs de la diplomatie romaine. Il est aussi possible de poser les bases d’un projet collectif pour refonder la recherche à partir du Saint-Siège et de sa diplomatie.

L’Église catholique : enjeux et perspectives globaux

9Ne pas s’engager dans une démarche d’histoire globale ne signifie pas que les historiens et les chercheurs en sciences humaines n’ont pas amorcé une démarche décloisonnée en travaillant sur l’Église catholique ou sur les Églises.

  • 19 En revanche, le personnel curial et diplomatique semble moins concerné, et absent pour le moment d (...)

10Qu’il s’agisse des périodes ancienne, médiévale, moderne ou contemporaine, toute une tradition historiographique a été consacrée à l’histoire de l’Église et sous de très nombreux aspects : culte et pratique religieuse, institutions, genre19. Elle n’a eu de cesse de se renouveler. Cependant, il semble qu’une sorte de hiatus entre la tradition historiographique et érudite et les grandes problématiques et méthodes en sciences sociales existe, au moins partiellement, en particulier sur le terrain de l’histoire de la papauté.

  • 20 Jankowiak 2007.
  • 21 Bobineau 2013. Et le compte rendu de lecture de Bremond d’Ars (de) 2013.

11En effet, quelques grandes approches se dégagent : l’historiographie des institutions et de la gouvernance d’une part, en lien avec l’histoire du droit20, et de l’autre l’approche des sciences sociales qui semblent avoir quelques difficultés à inclure le gouvernement et l’administration pontificale dans leurs outils conceptuels et méthodologiques21.

12On s’interroge donc effectivement : comment se fait-il qu’un objet si inséré dans l’histoire européenne et mondiale soit marginal dans les travaux contemporains ? À l’heure d’une compréhension globale et multiscalaire, renforcée par les défis environnementaux, la religion globalisée que constituent le christianisme, et en particulier le catholicisme, ne forme-t-elle pas des racines profondes et exemplaires des connexions, des réseaux, et des échelles d’influence, d’échange, et de gouvernance ?

  • 22 Schoenbaum 2012.

13Une récente histoire globale du violon semble tout à fait représentative de la démarche d’histoire globale aujourd’hui. David Schoenbaum propose en effet A social history of the world’s most versatile instrument22 qui traverse les siècles, les réseaux nationaux et internationaux, le commerce, l’histoire des courants artistiques, des écoles pédagogiques du violon, où se superposent parfois les relations internationales. L’objet, fabriqué dans des ateliers dont la carte évolue avec les siècles depuis l’Italie, passe de main en main pour de multiples réseaux et usages, incluant la collection et le marché international. L’Église serait un peu comme cet objet circulant partout, de façon parfois très discrète et secrète dans les ateliers de la théologie et de la norme, à Rome et ailleurs, et parfois tout à fait en lumière à l’occasion des prises de parole publiques contemporaines des papes, ou encore à l’occasion des grandes liturgies et processions réparatrices, des jubilés notamment. De la Rome baroque à celle des médias sous Jean-Paul II, l’image de l’Église a été européanisée et mondialisée sans cesse par les dévotions, l’architecture, les relais cléricaux et laïcs. L’Église est devenue un paysage, une œuvre d’art, une musique. Dans cette vaste construction qui a déjà résisté tant bien que mal à vingt siècles d’histoire et de civilisations, les hommes constituent le ferment humain des succès, des échecs, et des réussites.

  • 23 Il est inutile de revenir sur les polémiques à rebondissement concernant le(s) « silence(s) » de P (...)

14On connaît du violon son plus illustre luthier, Antonio Stradivari, comme les médias retiennent de l’Église catholique, le pape et la Curie, lieu de fantasme que les travaux érudits n’ont pas réussi à complètement démystifier. L’Église, comme le violon, semble un objet fantasmé, parfois extrêmement discret, au point d’apparaître dérisoire en raison d’une présence parfois homéopathique dans la société civile. Et si les meilleurs violons sont réservés à une élite de nantis, ou de solistes d’exception, la papauté serait un monde à soi tout seul qui échapperait à toute évaluation comparative, et donc objet de fantasmes perpétuels, réservé à l’érudition ou condamné à la simplification23.

15Alors, si l’on peut engager une histoire globale à partir d’un instrument de musique, pourquoi ne le ferait-on pas avec la plus ancienne gouvernance globale du monde, forte de fonds d’archives multiséculaires, et sources pour une histoire des cinq continents, si l’on songe notamment aux archives de la Propaganda Fide ?

  • 24 Feldkamp 2000.

16Dans cette perspective, l’instrument permanent de ce déploiement est la diplomatie du pape, inventée dès le VIe siècle sur le modèle des apocrisiaires byzantins, dans un contexte qui n’est pas national, mais directement issu de la Pax Romana24. Depuis lors, elle s’insère dans tous les systèmes et toutes les pratiques de négociations avec de multiples systèmes politiques, sociaux, et des civilisations extrêmement diverses : empires, États dynastiques, micro-États, États nationaux, espaces colonisés et postcoloniaux, organisations internationales, organisations confessionnelles. La gouvernance romaine fut donc bâtie sur une organisation communautaire, fondée sur un ordre religieux à déploiement canonique et disciplinaire, sur l’ordre des sacrements qui attache les personnes les unes aux autres dans une culture du secret absolu, et renforcée par la réforme grégorienne du XIe siècle. Par conséquent, la diplomatie du pape permet de traverser les siècles, les échelles, depuis la gouvernance des États pontificaux cédés par les Carolingiens aux représentations auprès des plus petits États du monde, et de pratiquement toutes les organisations internationales, sans compter les multiples acteurs de la gouvernance mondiale, et les acteurs des sociétés civiles, responsables politiques et religieux. Imprégnée de la culture de cour depuis Constantinople, jusqu’au XIXe siècle, puis réformée en profondeur, cette diplomatie est donc un acteur majeur du monde global. Son statut, sa reconnaissance et son extension n’ont jamais été aussi importants qu’aujourd’hui. Par conséquent son ancienneté n’a pas contribué à sa disqualification, mais au contraire à son déploiement et à son renforcement.

17On s’interroge donc encore sur la légitimité du Saint-Siège et de la papauté à participer voire à devenir un socle de l’histoire globale. Cette marginalisation n’est pas justifiée. Car l’acteur concerné, et ce qu’il représente, irrigue tous les milieux et toutes les cultures depuis des siècles, même si le « diplomate » stricto sensu fréquentait avant tout les cercles du pouvoir et de la culture curiale.

Le Saint-Siège et la remise en cause des problématiques de la globalité

  • 25 De ce point de vue l’histoire de l’environnement n’est pas récente, mais elle devient plus complex (...)
  • 26 Créée en 2012.

18La mutualisation des approches et des méthodes en sciences humaines ainsi que les enjeux et problématiques contemporains de la globalité – par exemple « l’environnement » et son histoire qu’étudiait déjà Emmanuel Leroy-Ladurie25 – suscitent un retour à l’étude complexe des objets, en articulant et en emboîtant les échelles d’espace et de temps, et en développant notamment l’approche comparative. L’histoire globale est de nouveau un enjeu historiographique, incluant, bien entendu, les perspectives locales et régionales. Il est de plus en plus courant de constater l’intérêt d’étudier échanges et contacts entre aires culturelles et géographiques, tout en développant sans cesse la spécialisation. La globalité s’impose non seulement parce qu’elle est une donnée conceptuelle et factuelle du monde contemporain, mais parce que l’étude systémique et comparative s’impose à des pans entiers de l’historiographie comme le montre la création d’une revue française d’histoire globale, Monde(s), Histoire, Espaces, Relations26.

  • 27 Il s’agit notamment de la cartographie des missions conservée aux archives de la congrégation pour (...)
  • 28 Jean de Montecorvino, archevêque en 1307.

19Le gouvernement pontifical a ses cartes27, sa vision du monde, au regard de sa mémoire millénaire, et d’une mission religieuse et spirituelle profondément inscrite dans l’histoire politique et culturelle non seulement de « l’Occident » mais de l’ensemble des continents. Ainsi, l’Asie orientale voit arriver son premier missionnaire et évêque catholique au XIVe siècle28.

  • 29 Barbiche 2008.
  • 30 Bély 2000.
  • 31 Barbiche 2013.

20Le Saint-Siège a été au cœur du système occidental de chrétienté, et ensuite malmené par les réformes et la confessionnalisation des États. Il a néanmoins réussi à adapter son activité diplomatique afin de rester au plus près de la négociation internationale, des traités de Westphalie jusqu’à la Révolution française. Malgré l’enlèvement de Pie VI, décédé en captivité en France, malgré celui de Pie VII ensuite, les nonces apostoliques conservent leur statut diplomatique et surtout leur décanat au congrès de Vienne, statuts confirmés encore par la convention de Vienne sur les relations diplomatiques du 18 avril 1961, et jusqu’à aujourd’hui. Or, le pape n’eut-il pas, en même temps que Venise ou la France, un premier représentant permanent dès la fin du XVe siècle29 ? La fin de la « chrétienté » conduisait à suivre l’évolution générale de l’affirmation de la souveraineté des États, des contacts permanents qu’imposait une diplomatie européenne de cour en pleine mutation30. Le contact permanent devenait nécessaire, comme l’espionnage du voisin, et la papauté, qui avait des siècles plus tôt envoyé ses représentants à Constantinople – comme l’apocrisiaire du pape Pélage II, futur Grégoire le Grand, à la fin du VIe siècle – n’eut parfois qu’à transformer quelques représentants ou missions informels et légats en envoyés permanents31. Le pape lui-même, alors que naissait son réseau diplomatique, apparaissait aussi, de plus en plus, comme un prince parmi d’autres, dans la géopolitique agitée de l’Italie du XVIe siècle.

  • 32 Barberini 2000.
  • 33 Washington en 1893, Pékin en 1922.
  • 34 Lavopa 2013. Voir également les travaux d’Alberto Melloni.
  • 35 Filipazzi 2006.
  • 36 Gaurier 2014.

21Par la suite, suivant les aléas du système international, la diplomatie du Saint-Siège a réussi à surmonter les crises de légitimité, notamment à l’époque de la perte des États pontificaux (Debellatio), lorsque le droit de légation active et passive affirmait encore la souveraineté complète du pontife romain, et donc sa légitimité à conserver un État, expression de cette souveraineté. Le Saint-Siège qui apparut alors comme une survivance du système dynastique et d’une chrétienté qui n’existait plus géopolitiquement ni socialement, réussit à se maintenir, notamment grâce à son réseau diplomatique qui exprimait le maintien des attributs de sa souveraineté32. Le pape continuait d’accréditer des nonces, mais aussi de créer de nouveaux postes diplomatiques, ou des délégations apostoliques à la fin du XIXe siècle qui devaient préparer l’installation d’un nonce à Washington ou à Pékin33. Qualifié de « chapelain de l’Occident » au début de la Guerre froide, le pape envoyait pourtant à la conférence d’Helsinki, sur invitation de la Finlande, Mgr Casaroli, signifiant la participation du Saint-Siège aux premières négociations multilatérales, au-delà du clivage bipolaire34. En même temps, le Saint-Siège accréditait des observateurs auprès de nombreuses organisations internationales et régionales exprimant l’insertion de la diplomatie vaticane dans le jeu multilatéral au lendemain de la seconde guerre mondiale, et bien qu’il fût loin de l’idéal d’un ordre chrétien universel garanti par la papauté35. Considérer la diplomatie du Saint-Siège à partir de l’érection de ses postes permanents conduirait à étudier quatre siècles d’histoire européenne, mais aussi d’histoire mondiale, en admettant que le représentant pontifical ne représentait pas seulement un prince, un souverain à la tête d’États puis d’un micro-État, mais aussi la communion des fidèles catholiques du monde entier qui, si elle passait directement par la hiérarchie épiscopale, trouvait dans le nonce ou le délégué apostolique un lien particulier signifiant la communion universelle reconnue par les autorités locales dans le cadre du droit international36. La représentation diplomatique permettait d’engager des négociations et des accords reposant sur le droit international pour l’Église, et garantissant donc la sécurité et la liberté de culte et d’enseignement. Autrement dit, si l’étude de la diplomatie d’un État comme la France, ou mieux de la Grande-Bretagne conduit, bien entendu, à une perspective mondiale, l’activité du Saint-Siège s’appuie sur une structure ecclésiale vraiment globale, comptant des centaines de millions de fidèles, et qui défend la présence du culte et les possibilités d’évangélisation. De ce point de vue, bien des funérailles pontificales ont manifesté l’étendue et le poids effectifs de la présence du Saint-Siège sur la scène internationale, jusqu’à celles de Jean-Paul II. Ce fut l’usage d’une médiatisation bien orchestrée à des fins politiques et diplomatiques défendant les intérêts de l’Église, et le magistère universel et prophétique du pape réaffirmé par le concile Vatican II, au-delà des clivages confessionnels.

  • 37 Maillard de Tournon 1709. Voir également Mungello 1994 et Collani (von) 2003.

22Autrement dit, travailler sur les diplomates du Saint-Siège conduit à renouer avec une approche systémique et réellement globale dès l’époque moderne. L’un des exemples les plus forts de l’extension de la représentation pontificale à l’époque moderne est l’envoi d’un visiteur apostolique en Chine, Charles Thomas Maillard de Tournon37.

  • 38 Il s’agit non seulement de la comptabilité et de la fiscalité pontificales, mais aussi de la circu (...)

23Étudier les diplomates pontificaux signifie à la fois étudier l’administration la plus ancienne d’Occident, héritière directe de l’empire romain, confronter cet « archaïsme » à l’évolution des sociétés occidentales contemporaines – sécularisation de la science à la Renaissance, puis des États et des sociétés – mais aussi à une forme d’accélération de l’histoire vécue par les Amériques, l’Asie, l’Océanie et l’Afrique. La « politique étrangère » pontificale, celle notamment de la Congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires créée en 1815, s’intéresse au monde entier, mais aussi à l’homme en entier, considéré à partir d’une révélation qui fonde théologie, métaphysique et anthropologie, mais aussi l’autorité pontificale tenue d’une « succession apostolique » et garantie par le droit canon héritier du droit romain. L’enjeu est donc spirituel, canonique, mais aussi matériel, puisqu’il s’agit de recruter et de former un personnel, de construire les établissements du culte nécessaires au développement de la foi. Et si, dans certains cas, la présence du nonce relève fortement d’une stratégie politico-diplomatique, comme ce fut souvent le cas en Amérique latine, elle révèle alors une diplomatie diverse, riche, contradictoire parfois, dans sa nature même, avec les principes qu’elle prétend défendre. L’étude des diplomates du Saint-Siège peut donc contribuer fortement à la compréhension d’une histoire globale, et au renouvellement de ses concepts et de ses méthodes, depuis la Renaissance jusqu’à nos jours, incluant tous les continents, et une partie des échanges culturels et matériels du monde38, particulièrement entre « l’Occident » et les autres « civilisations ».

Diplomatie et insertion locale

  • 39 Voir les travaux importants de Loris Zanatta notamment : Zanatta 2012, 2010, 2009, 2001, 1998, 199 (...)
  • 40 Ibid.
  • 41 Projet scientifique collectif de l’université de Tampere, École des sciences sociales, humaines et (...)
  • 42 Voir MTA-PPKE Vilmos Fraknói Vatican Historical Research Group: http://institutumfraknoi.hu/en.

24La papauté a largement contribué à façonner les États-nations, se posant en contre-modèle politique, social, et métaphysique de le « modernité ». On s’interroge donc sur son absence abyssale dans certaines histoires locales, mises à part quelques exceptions européennes. Il apparaît ainsi étrange que les archives vaticanes n’aient pas servi davantage à éclairer l’histoire contemporaine des États d’Amérique latine39. De même, il est tout aussi surprenant que la science politique ne se soit pas davantage saisie de la gouvernance pontificale et de ses déploiements, en s’appuyant non seulement sur les travaux historiques mais aussi sur la consultation des archives disponibles. La construction de l’indépendance et de l’identité des États d’Amérique du Sud doit beaucoup à l’Église catholique et à sa hiérarchie, quel que soit le point de vue porté sur les événements et la chronologie40. Il est vrai cependant que l’époque moderne est mieux couverte par ces travaux sur la papauté. Pourtant, des chercheurs de pays où le catholicisme est très minoritaire s’engagent dans une approche de l’histoire nationale par le biais des archives du Saint-Siège, par exemple la Finlande41. De même, un certain nombre de travaux suisses, allemands, ou d’Europe orientale – le cas hongrois est en ce sens éloquent42 – ont mis l’accent sur l’histoire de la papauté, mais encore une fois souvent pour l’époque moderne.

  • 43 Sibre 2012.
  • 44 Barbiche 1988.
  • 45 Règlements successifs de l’Académie pontificale ecclésiastique, Archives de l’Académie, piazza del (...)
  • 46 Jean XXIII 2014.
  • 47 Kierkels 1934.
  • 48 Voir les récentes conférences d’Olivier Poncet sur Richelieu et Mazarin et sa biographie de Mazari (...)

25Le Saint-Siège est un objet mixte. En effet, il s’agit aussi d’États, d’un gouvernement, donc de politique, et ensuite de rapports et de matières mixtes traitées par les nonces ou les délégués apostoliques. La « polycratie vaticane »43 est fort complexe, comme le montrent bien les sessions mixtes de cardinaux in congresso. Les travaux récents ont mis l’accent sur la complexité des réseaux informels d’information et d’intervention du Saint-Siège, et les difficultés à dégager les grandes orientations romaines, sans verser dans la caricature. Cependant, jusqu’ici, la tendance de l’historiographie est de mettre l’accent sur la perspective curiale, de se limiter à un pontificat, ou à des relations bilatérales. Il en ressort l’intérêt de travailler sur l’interface de la représentation pontificale, non seulement seuil crucial de « l’ecclésiosphère » (Émile Poulat), mais aussi entre le Saint-Siège et le reste du monde. Dans l’appréhension des enjeux géopolitiques, culturels, du système mondial en général, le représentant pontifical joue, malgré les réseaux informels, un rôle critique, reposant sur plusieurs critères, notamment ses appuis dans l’appareil curial, secondairement sa formation et enfin la situation locale44. Or, si quelques exemples affleurent ici et là dans l’historiographie, il manque une vision complète du réseau diplomatique afin de suivre sur la longue durée les évolutions de la formation, les réseaux de cooptation, et finalement l’évolution du personnel diplomatique pontifical par rapport au personnel laïc déployé dans la quasi-totalité des États du système international. C’est à la fois un enjeu structurel, celui de mieux comprendre l’appareil romain en cernant les instructions, les dossiers traités par les représentants pontificaux, les confusions de définitions pratiques des missions des délégués et des nonces apostoliques – les premiers ayant théoriquement une fonction exclusive de représentation du pape auprès des Églises locales, tandis que les seconds, selon le code de 1917, seraient envoyés auprès des autorités locales, dans le cadre d’un mandat diplomatique – et la possibilité de cerner le parcours personnel, les choix de stratégie par rapport aux directives des différents dicastères, le choix des informations, et l’établissement du réseau local, enfin une certaine psychologie liée à la formation canonique et théologique mais aussi à la formation spirituelle45. De ce point de vue, le diplomate pontifical relève d’une catégorie unique où l’évaluation de la situation et la distance critique se nourrissent d’un réflexe spirituel, même s’il ne conditionne pas entièrement le pragmatisme du représentant du pape. Ainsi, le Journal de Mgr Roncalli, délégué apostolique en Turquie pendant la seconde guerre mondiale, pape sous le nom de Jean XXIII ensuite (1958-1963), illustre bien cet aspect46. Parfois, certains représentants pontificaux sont même particulièrement formés en théologie spirituelle, comme le visiteur apostolique en Inde en 1924-1926, Mgr Lépicier, spécialiste de théologie mystique47. Même le cardinal de Richelieu, personnage singulier dans l’histoire de l’Église, représente bien cette association complexe entre formation théologique, ecclésiale et activité politico-diplomatique, certes au service du roi de France48.

  • 49 Sibre 2013.
  • 50 Pontificia Accademia Ecclesiastica 2003.
  • 51 Ibid., ainsi que les règlements de l’Académie, et Prudhomme 2004.
  • 52 Dupuy 1980.

26Au sein de la structure ecclésiale, le diplomate est donc cet ecclésiastique, historiquement titulaire d’un siège existant, puis très rapidement d’un siège in partibus infidelium, qui façonne non seulement les relations avec les autorités locales et avec l’Église locale, mais aussi l’ensemble de la gouvernance pontificale, par ses rapports et par son parcours49. Une grande partie de l’appareil central est composée d’anciens diplomates en poste. Il importe, à ce titre, de saisir leur place dans la gouvernance romaine. Il y a également l’origine familiale par clan, aristocrates italiens ou autres, puis, plus récemment, l’arrivée de diplomates d’autres nationalités, même si depuis le XVIe siècle on trouve aussi quelques Français, Polonais, Allemands et Espagnols. Ce personnel diplomatique, d’abord très souvent aristocratique, a connu ensuite une école de formation, l’Académie des nobles ecclésiastiques50 (1701), avant d’accueillir des diplomates d’autres milieux dans un contexte post-curial au XIXe siècle, suivant en cela l’évolution générale du corps diplomatique en Europe. Les régimes de connaissance semblent pourtant assez stables, y compris pour les représentants envoyés dans d’autres régions du monde, à savoir une ignorance assez grande des situations locales, à l’exception, parfois, des langues, condition, avec la maîtrise d’une vie de cour et de connaissances générales, d’un recrutement au service du pape51. Cette histoire de la diplomatie et de la politique étrangère du Saint-Siège nous échappe en grande partie, parce qu’il manque une étude systématique qui passe par la connaissance relativement exhaustive de son personnel. Cette approche impose de saisir la longue durée, les différentes échelles de renseignement, pour une institution qui repose plutôt sur la continuité apostolique que sur les aléas des personnalités « politiques » et des choix stratégiques : les familles, les origines locales, les parcours de formation et de recrutement et les grandes évolutions depuis 1500. Cette recherche permettrait donc de mieux saisir la place, sur la longue durée, de différentes institutions comme le collège Capranica, l’Académie pontificale ecclésiastique, les universités du Latran et la Grégorienne. Tout le milieu curial romain, aristocratique, italien s’élargit progressivement et mute lentement vers un recrutement plus large, dont l’apogée semble la période post-conciliaire52 (Vatican II).

Historiographie

  • 53 Sanfilippo 2008 et Napolitano 2010.
  • 54 Voir Guida delle fonti 2005.
  • 55 Metzler 1975-1976.

27L’histoire de la diplomatie vaticane a servi la compréhension des politiques étrangères et des relations internationales, à partir, principalement, des fonds de l’Archivio Segreto Vaticano (ASV). La plus grande partie de l’historiographie s’intéresse aux relations bilatérales : Le Saint-Siège et la Russie, l’Allemagne, les Pays-Bas, l’Autriche, les différents pays d’Europe orientale et balkanique, l’Amérique du Nord53, ou plus récemment l’Amérique du Sud et l’Asie. Le plus souvent, les archives du Saint-Siège sont utilisées pour étudier les Églises locales et leurs élites, ses rapports avec les autorités locales. Pour la période moderne, l’école allemande – l’Institut historique allemand de Rome, l’Institut Max Planck de Francfort pour l’histoire du droit notamment, les publications de l’université de Münster sous la direction de Hubert Wolf – mais aussi les travaux plus généraux et méthodologiques de Bernard Barbiche puis d’Olivier Poncet, d’Alain Tallon ou de Sylvio Hermann de Franceschi, ou encore pour l’école italienne les nombreuses publications comme celles de Matteo Sanfilippo, ont apporté une meilleure connaissance des sources, des inventaires, et des analyses très fines de l’appareil diplomatique romain. De façon générale, la publication des sources tient une place importante dans la production scientifique, et ce fut une des premières missions de certains instituts étrangers à Rome. Il faut ajouter à cela les nombreux travaux des archivistes de l’Archivio Segreto54, ou d’autres dicastères du Saint-Siège publiés par la Libreria Editrice Vaticana, comme la congrégation chargée des missions, avec ses Memoria Rerum de Propaganda Fide55. Certains diplomates du Saint-Siège ont travaillé à l’établissement de listes partielles des nonces et des délégués apostoliques. Ces publications de sources comme le montre bien Santa Sede e Manciukuo de Giovanni Coco (2006) sont des outils de travail utiles pour retrouver la correspondance diplomatique. On trouve également les inventaires, parfois publiés, de la salle de lecture de l’Archivio Segreto Vaticano faisant état de l’historique des postes. D’autres fois, cette documentation est publiée pour mieux comprendre l’histoire nationale. À noter enfin les biographies qui concernent le plus souvent des papes ou des cardinaux, dont on suit le parcours en représentation diplomatique.

  • 56 Sibre 2012.
  • 57 Prudhomme 1998 et 2004.

28Une tradition d’étude de la diplomatie pontificale existe, mais elle demeure souvent par poste, et bilatérale. Or, la superposition des matières et des dossiers traités à de multiples échelles et sur des durées très différentes, comme la « question des rites chinois », superposée à l’expertise ecclésiale du « totalitarisme » au Japon56, montre logiquement la nécessité de passer à une échelle mondiale d’analyse, et d’étudier de façon systémique la diplomatie vaticane. Cette perspective avait été amorcée, en particulier par les travaux de Claude Prudhomme qui s’intéressait aux secrétaires d’État57, donc à l’administration centrale.

  • 58 Par exemple, on peut consulter De Marchi 2006, Filipazzi 2006, ou Staffa 1959.
  • 59 Blet 1990.
  • 60 Voir notamment les travaux de Benedetta Albani, Institut Max Planck, portant sur les missions, l’É (...)

29En effet, l’historiographie de la diplomatie officielle du Saint-Siège, malgré les grands outils de travail sur l’histoire de l’Église, l’histoire du christianisme, l’histoire de la papauté, n’a pas fait l’objet depuis Henry Biaudet (1910) et Liisi Karttunen (1912) d’une tentative de compréhension d’ensemble, pas plus qu’elle n’a suscité un dictionnaire regroupant l’ensemble du personnel. À la rigueur trouve-t-on quelques petits ouvrages58 souvent d’une approche strictement juridique, canonique et diplomatique, sans compréhension historique globale et systématique, mais permettant une esquisse prosopographique. L’historiographie est donc morcelée, et l’institution vaticane n’a pas lancé, jusqu’à ce jour, d’entreprise complète d’inventaire et de rédaction d’une histoire de cet outil particulier de la gouvernance romaine de l’Église catholique. Au mieux peut-on noter l’entreprise inachevée du père Pierre Blet, mais qui prend la forme d’un manuel et tend à se limiter à une histoire institutionnelle59. Si, pour l’époque moderne, l’étude relativement exhaustive des légats pontificaux permet de cerner les contours plus nets du renseignement pontifical, il faut noter des disparités dans l’étude des postes et des périodes. Par exemple, pour la France, il s’agit de tranches chronologiques particulières, avec peu de travaux sur les représentants pontificaux du XVIIIe siècle, même s’il s’agit d’une période de déclin pour la diplomatie pontificale. Des pans entiers de l’histoire de cette diplomatie ne sont donc pas étudiés. Les nonciatures de Madrid et de Lisbonne, qui gèrent les immenses empires coloniaux délimités au traité de Tordesillas en 1492 avec la bénédiction du pape Alexandre VI Borgia, sont très négligées60, et avec elles l’activité des postes sur cet espace, même si l’histoire missionnaire est souvent bien connue. Sur ce point, l’historiographie missionnaire est très vaste, mais son articulation à la représentation pontificale, via les délégations apostoliques, est assez faible. Autrement dit, les fonds d’archives de l’activité « diplomatique », notamment à l’ASV, de l’AES et de la Propaganda Fide sont des sources pour les histoires nationales, et plus rarement pour celle des relations internationales. L’étude globale de cette diplomatie pour elle-même n’existe tout simplement pas. Et la recherche n’a pas réussi à institutionnaliser un réseau international permanent de chercheurs autour d’un projet fédérateur.

  • 61 Boutry 2002.

30Le personnel lui-même a fait l’objet d’une amorce d’étude prosopographique à l’époque contemporaine, à deux reprises, d’une part grâce à Philippe Boutry61, et d’autre part grâce à Claude Prudhomme concernant la formation, le recrutement et le parcours des secrétaires d’État. Plus récemment, Laura Pettinaroli et François Jankowiak ont lancé une réflexion sur les cardinaux, qui ne recoupe que très partiellement le volet diplomatique et le personnel diplomatique, étant entendu que les anciens diplomates ne constituent qu’une faible minorité au sein du Sacré Collège à l’époque contemporaine, et que les cardinaux n’ont pas de statut diplomatique. Les travaux en cours, notamment à l’École française de Rome, s’intéressent plus particulièrement au personnel curial, au Sacré Collège, dans une compréhension plus classique du mode de gouvernance au sommet, mais rarement à la diplomatie pontificale stricto sensu. Elle implique en effet de rapporter l’activité ecclésiale à un mode de présence au monde, la diplomatie, réservée aux sujets de droit international, et parmi eux, généralement aux États-nations.

Proposer une prosopographie et une synthèse sur la diplomatie du Saint-Siège

31À la fois dans l’esprit et la réalisation technique, dans les objectifs aussi, il serait donc utile de réaliser un outil de travail performant sur la diplomatie du Saint-Siège, au service de la recherche internationale. De fait, le réseau des chercheurs sur le Saint-Siège est par nature international, et la prosopographie contribuerait largement au désenclavement de la recherche historique sur cet objet particulier. Il préparerait également une relecture complète de l’histoire de la diplomatie pontificale, ouvrant de larges perspectives sur une nouvelle approche de l’histoire de l’Europe et de l’histoire mondiale. Sur ce point, l’utilisation d’un outil de référence avec l’ensemble des biographies du personnel officiel permettrait le développement d’un programme ultérieur. En effet, l’institution ecclésiale évolue sur la longue durée. Les réformes curiales ne sont pas légion, même sur cinq siècles. Comme la plupart des institutions « régaliennes », l’Église procède par accumulation lente. C’est par ailleurs la partie visible d’une bureaucratie qui fonctionne aussi sur la base d’un contexte romain et italien, dans lequel le réseau, et d’abord les clans familiaux, jouent un rôle déterminant dans les rapports de force, même s’ils influencent peu les enjeux doctrinaux. Les « diplomates » du Saint-Siège inscrivent le gouvernement de l’Église catholique dans une logique de réseaux internes à l’institution, avec, par exemple, les luttes d’influence entre congrégations, mais aussi externes avec l’ensemble des cours d’Europe à l’époque moderne, dans le cadre d’un système curial et dynastique. Aussi, faute d’une connaissance complète du personnel, de son parcours, de sa formation, de son réseau de recrutement, il est souvent difficile d’aller plus loin qu’une histoire institutionnelle et juridique du Saint-Siège. C’est pourquoi les données transversales d’une base numérique sur Drupal, évolutive, validée scientifiquement et permettant les croisements de données biographiques en projections de réseaux sur cartes notamment, ou de façon plus générale les jonctions catégorielles – en fonction des éléments structurants et distincts des notices constituées – permettraient de préparer une vision synthétique des parcours, des évolutions générales du recrutement et de la formation.

32Si l’approche prosopographique n’est pas neuve, en revanche son corpus biographique l’est pour le personnel diplomatique du Saint-Siège. Et par l’organisation mondiale de l’Église, il intéresse pratiquement tous les acteurs du système international.

33Plus que pour d’autres administrations et systèmes de fabrication des élites, la biographie apporte une entrée utile et nécessaire aux développements historiographiques sur l’histoire du Saint-Siège, de l’Église, du christianisme, des relations internationales, et des approches régionales et nationales, quelle que soit l’aire culturelle concernée.

34Les diplomates du Saint-Siège constituent un groupe particulier, qui hérite d’une culture administrative très ancienne. L’étude systématique de ce personnel s’insèrerait dans la recherche prosopographique générale sur les acteurs des relations internationales, en particulier les diplomates. Quelques lignes problématiques simples s’imposent : comparer ces diplomates ecclésiastiques aux diplomates laïcs en saisissant l’évolution des procédures de recrutement, de la culture, des origines familiales, constater de façon générale le positionnement critique de ces diplomates, et leur insertion dans le corps diplomatique. Dans cet esprit, si les attachés militaires puis commerciaux, ou encore culturels, expriment l’évolution de l’expertise diplomatique en fonction des évolutions récentes, en revanche peut-on parler d’une spécialisation/diversification de la formation et de l’activité diplomatiques du Saint-Siège à travers ses diplomates ? En effet, les matières traitées ne sont-elles pas les mêmes, au fond, au XVIe et au XXe siècle ?

35Pourtant, les diplomates pontificaux ont une mission de renseignement qui impose une compréhension élargie des enjeux locaux, une expertise nouvelle, par exemple au Japon à partir de 1919, en Chine à partir de 1922, ou encore auprès d’organismes internationaux comme l’ONU ou l’UNESCO, qu’il s’agisse d’observateurs ou de membres permanents du Saint-Siège (AIEA). Il importe alors de vérifier si le personnel des représentations pontificales augmente en fonction de la puissance concernée, et de l’évolution du système international. Dès lors, comment évolue la place de l’histoire, des langues, de la théologie, ou du droit canon dans les divers établissements préparant directement ou indirectement à la carrière diplomatique, en particulier suite aux changements introduits par Vatican II ?

36On peut s’interroger sur l’adéquation entre les objectifs de la mission, le terrain concerné et la formation. Demeure-t-elle généraliste jusqu’à nos jours, ou bien tend-elle à une spécialisation en fonction des aires concernées ? Dans ces institutions prépare-t-on seulement le diplomate, ou d’abord le fonctionnaire de Curie ? Car, dans le cursus honorum romain, la représentation diplomatique est plus étroitement liée à l’ascension dans l’appareil curial général, au sein de l’Église, en devenant cardinal par exemple, et au sein de la « famille pontificale ». Autrement dit, la carrière diplomatique du Saint-Siège est plus étroitement liée à l’appareil curial que ne peut l’être, semble-t-il, le parcours d’un diplomate laïc au sein de son administration. Passer par la représentation diplomatique ne semble donc pas réduire la carrière à ce type de mission.

37Il est possible de s’interroger également sur l’ouverture sociale et nationale du recrutement : quand et pourquoi le recours à la noblesse romaine diminue-t-il ? À partir de quand le recrutement s’élargit-il au-delà de l’Europe, même si les Italiens sont encore très majoritaires ? Le parcours de chaque « diplomate » permet de mieux l’évaluer et de le comprendre ; et l’on peut ainsi mieux saisir la part « d’originalité » de la diplomatie romaine, distinguant ce qui relève du pragmatisme intellectuel et politique.

  • 62 Sibre 2012.
  • 63 Actes et documents du Saint-Siège 1975.

38Des pratiques, des mœurs, un habitus de l’ecclésiastique diplomate se dégagent-ils, bien différents de ceux des confrères laïcs au service de la puissance ? La psychologie elle-même n’est-elle pas particulière, autrement dit l’ecclésiastique diplomate ne vit-il pas une contradiction permanente entre les moyens et les fins, au point que Mgr Costantini, délégué apostolique en Chine (1922-1933), considérait la diplomatie comme un « chemin de douleurs62 » ? Dans ce cas, c’est une nécessité imposée. Or, ces diplomates sont des prêtres qui continuent de prier, de dire la messe, et pour certains d’avoir une vie spirituelle intense, comme le montre par exemple le Journal de Mgr Roncalli, au point de faire jouer son objection de conscience face aux directives du secrétaire d’État Maglione quant à l’émigration des juifs en Terre Sainte63.

39Au sein de l’Église catholique, la diplomatie devrait tenter une adéquation plus grande entre les moyens et les fins. Qu’en est-il réellement ? Que nous disent ces figures de représentants du Saint-Siège depuis le XVIe siècle, alors qu’une grande partie de la politique « classique » a été façonnée par des papes et des prélats, au service tantôt du Siège apostolique, tantôt des puissances laïques ? En France, Richelieu et Mazarin sont emblématiques du rôle politique de l’Église dans l’établissement de la monarchie absolue, et de la soumission des intérêts catholiques à ceux de la puissance du roi Très Chrétien. De ce point de vue, la diplomatie vaticane est-elle toujours la plus performante, la plus informée du monde, et la plus dense à la fin du XXe siècle ? Quelle a été le période d’apogée du réseau diplomatique, pas seulement par son étendue, mais par son rayonnement international ?

40La diplomatie du Saint-Siège peut être comprise du point de vue de son objectif : le service d’une religion universelle qui suppose non seulement une formation particulière, mais aussi l’ajustement aux objectifs religieux des paramètres standards de la puissance et des relations internationales. Se pose donc pour chaque représentant du pape la question des instructions, des dossiers à conduire à leur terme, de la nature de leur fonction – plus ou moins ecclésiale s’il s’agit d’un nonce ou d’un délégué apostolique – et enfin celle des tensions entre moyens et fins, particulièrement « cruelles » pour le représentant du « vicaire du Christ ». La problématique des rapports entre morale et diplomatie est donc forte. Il est alors pertinent de s’intéresser à l’évolution de cette praxis face à la constitution d’une morale internationale laïque qui s’impose avec les organisations internationales et le droit international. En effet, à l’époque moderne la question des pratiques diplomatiques pour le Saint-Siège semble se poser moins en termes éthiques que pratiques : la papauté dans le jeu international et dans la défense de la Chrétienté alors qu’émerge une Europe confessionnelle, gouvernée par la Realpolitik.

41Les diplomates du Saint-Siège constituent donc un corps spécifique qu’il faudrait comparer aux corps diplomatiques « standards » des grandes puissances, et aussi des micro-États, dont il fait partie mais dont il constitue un cas particulier. Cette diplomatie mondiale d’un micro-État au service d’une religion est façonnée par des parcours individuels qui croisent les objectifs et le fonctionnement de l’institution ecclésiale. Elle implique donc non seulement une comparaison des évolutions dans les régimes de formation du corps diplomatique avec ceux des puissances « laïques », mais aussi une comparaison parfois plus fine avec les études prosopographiques sur ces autres diplomates, les méthodes utilisées, et les résultats. Chaque notice biographique devrait en effet se situer aussi par rapport au contexte diplomatique général, passant d’une Europe curiale, au concert européen, puis au multilatéralisme généralisé et à la Guerre froide, et enfin au « désordre mondial » du système post Guerre froide dans lequel le Saint-Siège maintient une activité extrêmement forte, à tous les niveaux, avec une extraordinaire plasticité qui n’a rien à envier aux nouveaux sujets de droit international.

42De ce point de vue, l’étude des formations à l’Académie ecclésiastique, au Collège Capranica, à l’université du Latran ou à l’université grégorienne ne suffit pas. Une approche anthropologique qui tente de saisir la psychologie des acteurs, à travers le réseau de relation et de protection, mais aussi leur spiritualité, situe l’enjeu biographique bien au-delà de la seule perspective institutionnelle, pour ouvrir au rapport du prêtre à une mission si particulière et unique au sein du christianisme, toutes confessions confondues. Quelle serait ainsi la place de l’orientation spirituelle du diplomate dans la praxis de sa mission ? Et la psychologie, liée au milieu social et à la formation, au contexte familial, a certainement quelques conséquences dans l’exercice de la mission et l’application des instructions. Derrière le diplomate, il y a l’homme avec une carrière, mais aussi un engagement de foi. Certainement façonné par une ambition très humaine, il s’insère dans un corps d’ecclésiastiques au service de l’Église. Ce sont des hommes avant tout, et la perspective anthropologique stricto sensu apparaît donc très utile.

Conclusion

  • 64 Levillain 2014.

43Cette présentation n’est qu’une esquisse des travaux et des débats liés à un projet prosopographique et synthétique sur la diplomatie pontificale tout à fait souhaitable (DiHDiSS, Dictionnaire et Histoire de la Diplomatie du Saint-Siège64). Il serait donc trop long d’en développer ici les détails pratiques et techniques, notamment à l’échelle des notices et de la base de données éventuelle.

44Plus utile, me semble-t-il, est d’insister sur l’héritage scientifique extrêmement puissant, mais souvent dispersé, mal connu, et peu inséré dans le réseau de recherche en sciences humaines. Les instituts étrangers à Rome ont fait un travail de recherche et d’édition critique extraordinaire depuis le XIXe siècle. Les thèses, les ouvrages, et les articles sont également nombreux sur le personnel diplomatique du Saint-Siège, au sens large.

45Mais tous ces travaux sont restés comme un ensemble dense, un peu à la marge des débats conceptuels et méthodologiques très contemporains, du moins pourraient-ils être davantage sollicités.

46C’est pourquoi l’approche d’un projet global sur la diplomatie du Saint-Siège vise aussi à constituer une colonne vertébrale de rencontres, et d’échanges d’informations sur ce champ de recherche, à la fois comme objet mais aussi comme entrée et perspective sur d’autres champs d’études, en ayant la prétention de renouveler, même modestement, un certain nombre de questionnements et d’enrichir la recherche contemporaine en sciences humaines.

Haut de page

Bibliographie

Actes et documents du Saint-Siège 1975 = Actes et documents du Saint-Siège relatifs à la seconde guerre mondiale, éd. P. Blet, A. Martini, B. Schneider, R. Graham, 11 vol., Cité du Vatican, 1965-1981, vol. 9, 1975.

Annales 1970 = Annales, Pour une histoire de l’environnement : la part du climat, vol. 25, no 5, p. 1459-1470.

Barberini 2003 = G. Barberini, Le Saint-Siège : sujet souverain de droit international, Paris, 2003.

Barbiche 1988 = B. Barbiche, Innocenzo Del Bufalo, dans Dizionario biografico degli Italiani, t. 36, 1988, p. 367-371.

Barbiche 2008 = B. Barbiche, Bulla, legatus, nuntius : études de diplomatique et de diplomatie pontificales, XIIIe-XVIIe siècle, Paris, 2008.

Barbiche 2013 = B. Barbiche, Les « diplomates » pontificaux du Moyen Âge tardif à la première modernité, dans A. Jamme, O. Poncet, Offices et Papauté (XIVe-XVIIe s.). Charges, hommes et destins, Rome, 2013, p. 357-370.

Bély 2000 = L. Bély, L’Europe des traités de Westphalie. Esprit de la diplomatie et diplomatie de l’esprit, Paris, 2000.

Blet 1990 = P. Blet, Histoire de la représentation diplomatique du Saint-Siège des origines à l’aube du XIXe siècle, Cité du Vatican, 1990.

Bobineau 2013 = O. Bobineau, L’empire des papes ; une sociologie politique de l’Église catholique, Paris, 2013.

Boutry 2002 = Ph. Boutry, Souverain et Pontife : recherches prosopographiques sur la Curie romaine à l’âge de la restauration (1814-1846), Rome, 2002.

Bremond d’Ars (de) 2013 = N. de Bremond d’Ars, Olivier Bobineau. L’Empire des papes, dans Archives de sciences sociales des religions, Bulletin bibliographique, 164, 2013, p. 142.

Collani (von) 2003 = C. von Collani, Thomas and Tournon − Mission and money, dans W.F. Vande Walle, N. Golvers (éd.), The history of the relations between the low countries and China in the Qing Era (1644-1911), Louvain, 2003, p. 115-135.

De Marchi 2006 = G. de Marchi, Le nunziature apostoliche dal 1800 al 1956, Cité du Vatican, 2006.

Dupuy 1980 = A. Dupuy, La diplomatie du Saint-Siège après le Second Concile du Vatican : le pontificat de Paul VI, 1963-1978, Paris, 1980, p. 284-305.

Faisse-Couet 1995 = C. Faisse-Couet, Grégoire et l’Orient, dans J.-M. Mayeur et al. (dir.), Histoire du christianisme, Les Églises d’Orient et d’Occident (432-610), Paris, 1995, p. 887-888.

Feldkamp 2000 = M.F. Feldkamp, La diplomatie pontificale de Sylvestre Ier à Jean-Paul II, Paris, 2000.

Filipazzi 2006 = A.G. Filipazzi, Rappresentanze e Rappresentanti pontifici, dalla seconda metà del XX secolo, Cité du Vatican, 2006.

Gaurier 2014 = D. Gaurier, Histoire du droit international : de l’Antiquité à la création de l’ONU, Rennes, 2014.

Guida delle fonti 2005 = F. Di Giovanni, S. Pagano et G. Roselli (éd.), Guida delle fonti per la storia dell'Africa del Nord, Asia e Oceania nell’Archivio segreto Vaticano, Cité du Vatican, 2005.

Guittat-Naudin 2015 = M. Guittat-Naudin, Pie XII après Pie XII. Histoire d’une controverse, Paris, 2015.

Jean XXIII 2014 = Jean XXIII, Journal de l’âme, Paris, 2014.

Jankowiak 2007 = Fr. Jankowiak, La Curie romaine de Pie IX à Pie X, Rome, 2007.

Kierkels 1934 = L.P. Kierkels, Golden jubilee of the apostolic delegation of the East Indies 1884-1934, Bangalore, 1934.

Koller 2006 = A. Koller, Kaiserhof – Papsthof (16.-18. Jahrhundert), Vienne, 2006.

Lavopa 2013 = M. Lavopa, La diplomazia dei «piccoli passi». L’Ostpolitik vaticana di mons. Agostino Casaroli, Rome, 2013.

Leblanc 2007 = J. Leblanc, Dictionnaire biographique des cardinaux du XIXe siècle. Contribution à l’histoire du Sacré-Collège sous les pontificats de Pie VII, Léon XII, Pie VIII, Grégoire XVI, Pie IX et Léon XIII, Montréal, 2007. 

Levillain 2006 = Ph. Levillain (dir.), Dictionnaire de la papauté, Paris, 2006.

Levillain 2014 = Ph. Levillain, Un convegno sulla diplomazia pontificia: la difficile arte dell’equilibro, dans Osservatore Romano, 7-8 avril 2014, p. 4.

Leroux 2008 = A. Leroux, Les collecteurs pontificaux dans le royaume de France (1316-1521), étude d’un milieu, Saint-Marin, 2008.

Maillard de Tournon 1709 = C.-T. Maillard de Tournon, Mémoires pour Rome sur l’état de la religion chrétienne dans la Chine avec le Décret de Notre S.P. le pape Clément XI, sur l’affaire des cultes chinois, et Le mandement de M. le Cardinal de Tournon, Paris, 1709.

Metzler 1975-1976 = J. Metzler, Sacrae Congregationis de propaganda fide memoria rerum: 350 anni a servizio delle missioni, 3, 1815-1972, Rome-Fribourg-Herder, 1975-1976, 2 vol.

Mungello 1994 = D.E. Mungello (éd.), The Chinese rites controversy: its history and meaning, Nettetal, 1994 (Monumenta Serica Monograph Series XXXIII).

Napolitano 2010 = M.L. Napolitano, Il tallone di Ike. Appunti sull’Ammministrazione Eisenhower e la Guerra fredda in America Latina, dans M. Cricco, M.E. Guasconi, M.L. Napolitano (dir.), L’America Latina tra guerra fredda e globalizzazione, Florence, 2010.

Pettinaroli 2009 = L. Pettinaroli, Les archives vaticanes : des ressources pour l’histoire contemporaine, dans Histoire@Politique, Politique, culture, société, 7-1, 2009, p. 110.

Pizzorusso 2014 = G. Pizzorusso, Le monde et/ou l’Europe : la congrégation de la Propaganda Fide et la politique missionnaire du Saint-Siège (XVIIe siècle), dans Bulletin de l’Institut d’histoire de la Réformation, Genève, 2014.

Poncet 2003 = O. Poncet, Les entreprises éditoriales liées aux archives du Saint-Siège. Histoire et bibliographie (1880-2000), Rome, 2003.

Poncet 2005 = O. Poncet (dir.), Offices et papauté (XIVe-XVIIe siècle), charges, hommes, destins, Rome, 2005.

Poncet 2006 = O. Poncet, La Nonciature de France (1819-1904) et ses archives, Rome, 2006.

Poncet 2018 = O. Poncet, Mazarin l’Italien, Paris, 2018.

Pontificia Accademia Ecclesiastica 2003 = Pontificia Accademia Ecclesiastica, Terzo centenario (1701-2001), Rome, 2003.

Prudhomme 1998 = Cl. Prudhomme, Les hommes de la Secrétairerie d’État. Carrières, réseaux, culture, dans MEFRIM, 110-2, 1998, p. 475-493.

Prudhomme 2004 = Cl. Prudhomme, L’Académie pontificale ecclésiastique et le service du Saint-Siège, XIX-XXe siècle, dans MEFRIM, 116-1, 2004, p. 61-89.

Sanfilippo 2008 = M. Sanfilippo, Le relazioni tra Stati Uniti et Italia nel periodo di Roma capitale, Rome, 2008.

Schoenbaum 2012 = D. Schoenbaum, A social history of the world’s most versatile instrument, Londres, 2012.

Sibre 2010 = O. Sibre, Le Saint-Siège et les élites en Extrême-Orient : la création des universités catholiques de Pékin et de Tokyo, Fu-jen et Sophia (1908-1935), dans Les Cahiers de FRAMESPA, 6, 2010.

Sibre 2012 = O. Sibre, Le Saint-Siège et l’Extrême-Orient (Chine, Corée, Japon) de Léon XIII à Pie XII (1880-1952), Rome, 2012. 

Sibre 2013 = O. Sibre, Le représentant pontifical, informateur privilégié du Saint-Siège : l’exemple du délégué apostolique Paolo Marella (1933-1949), dans Laura Pettinaroli (dir.), Le gouvernement pontifical sous Pie XI : pratiques romaines et gestion de l’universel, Rome, 2013, p. 171-190.

Staffa 1959 = D. Staffa, Le Delegazioni apostoliche, Rome, 1959.

Wolf 2005 = H. Wolf, Prosopographie von Römischer Inquisition und Indexkongregation 1814-1917, Munich-Vienne, 2005.

Wolf 2012 = H. Wolf, Eugenio Pacelli als Nuntius in Deutschland: Forschungsperspektiven und Ansätze zu einem internationalen Vergleich, Paderborn, 2012.

Zanatta 1996 = L. Zanatta, Dallo Stato liberale alla Nazione Cattolica. Chiesa ed Esercito nelle origini del peronismo. 1930-1943, Milan, 1996.

Zanatta 1998 = L. Zanatta, Perón e la Santa Sede nella riforma costituzionale del 1949, dans Contemporanea. Rivista di storia dell’800 e del 900, 3, 1998, p. 473-495.

Zanatta 2001 = L. Zanatta, Il prezzo della «nazione cattolica». La Santa Sede e il colpo di Stato argentino del 24 marzo 1976, dans Ricerche di Storia Politica, IV-2, 2001, p. 165-188.

Zanatta 2009 = L. Zanatta, Historia de l’Iglesia argentina. Desde la Conquista hasta fines del siglo XX, Buenos Aires, 2009.

Zanatta 2010 = L. Zanatta, Argentina/Peron, la Santa Sede e la guerra fredda. Tra «blocco cattolico» e «occidente cristiano», 1946-1949, dans Rivista di Storia del Cristianesimo, 2010, 1, p. 33-77.

Zanatta 2012 = L. Zanatta, Historia de América latina. De la Colonia al siglo XXI, Buenos Aires, 2012.

Zanatta 2014 = L. ZanattaLa nazione cattolica. Chiesa e dittatura nell’Argentina di Bergoglio, Rome-Bari, 2014.

 

Haut de page

Notes

1 Barberini 2003.

2 Ibid.

3 Léon XIII ouvrit les archives vaticanes en 1881. Pettinaroli 2009.

4 Poncet 2006.

5 Par exemple, pour les Allemands, la correspondance de la nonciature Pacelli (1917-1929) en ligne : www.pacelli-edition.de, et celle du nonce Orsenigo (partie 1930-1939) également en ligne : www.maxweberstiftung.de/medien/datenbanken/online-edition-cesare-orsenigo-1930-1939.html.

6 On peut citer une recension des projets éditoriaux sur les archives vaticanes en général : Poncet 2003. Voir aussi les exemples suivants plus récents : Koller 2006, Wolf 2012.

7 Dans le parcours des chercheurs qui sont des centaines à consulter les archives vaticanes chaque année, les travaux sur le Saint-Siège constituent parfois un champ de recherche à part entière, mais le plus souvent un moment de leur parcours scientifique.

8 Leroux 2008.

9 Faisse-Couet 1995.

10 Annuario pontificio.

11 www.diplomatinvestissement.com/fr/news/19/la-diplomatie-au-service-du-developpement-economique.

12 Sibre 2010.

13 Prudhomme 2004.

14 Pontificia Accademia Ecclesiastica 2003.

15 Leblanc 2007. 

16 Ibid. ; Wolf 2005 ; Dupuy 1980.

17 La congrégation de Propaganda Fide a été fondée en 1622, consacrée exclusivement aux territoires de mission. Pizzorusso 2014 : www.unige.ch/ihr/files/1814/2347/5375/Article_PropagandaFide_Pizzorusso.pdf.

18 Encyclique Laudate Si’ du pape François.

19 En revanche, le personnel curial et diplomatique semble moins concerné, et absent pour le moment des problématiques du genre.

20 Jankowiak 2007.

21 Bobineau 2013. Et le compte rendu de lecture de Bremond d’Ars (de) 2013.

22 Schoenbaum 2012.

23 Il est inutile de revenir sur les polémiques à rebondissement concernant le(s) « silence(s) » de Pie XII, ou encore sur une lecture tantôt idéologique, tantôt apologétique. Les conflits historiographiques sont étroitement liés à des enjeux d’appropriation dans un sens positif ou négatif. Guittat-Naudin 2015.

24 Feldkamp 2000.

25 De ce point de vue l’histoire de l’environnement n’est pas récente, mais elle devient plus complexe. On se référera en effet à la publication Annales 1970.

26 Créée en 2012.

27 Il s’agit notamment de la cartographie des missions conservée aux archives de la congrégation pour l’évangélisation des peuples.

28 Jean de Montecorvino, archevêque en 1307.

29 Barbiche 2008.

30 Bély 2000.

31 Barbiche 2013.

32 Barberini 2000.

33 Washington en 1893, Pékin en 1922.

34 Lavopa 2013. Voir également les travaux d’Alberto Melloni.

35 Filipazzi 2006.

36 Gaurier 2014.

37 Maillard de Tournon 1709. Voir également Mungello 1994 et Collani (von) 2003.

38 Il s’agit non seulement de la comptabilité et de la fiscalité pontificales, mais aussi de la circulation du patrimoine culturel, de la construction des édifices religieux. On songe par exemple à toutes les pièces des patrimoines culturels locaux, emportées par les missionnaires, qui constituent un fond unique des cultures extra-européennes, et qui sont conservées notamment au Musée Missionnaire ethnologique du Vatican.

39 Voir les travaux importants de Loris Zanatta notamment : Zanatta 2012, 2010, 2009, 2001, 1998, 1996.

40 Ibid.

41 Projet scientifique collectif de l’université de Tampere, École des sciences sociales, humaines et d’histoire, « Religion, politique, et nationalisme : La politique étrangère du Vatican et les tensions nationalistes dans l’Europe de l’entre-deux-guerres », sous la direction de Kirsi Salonen, Mikko Ketola, Pekka Salo, Milla Bergström, Aappo Laitinen.

42 Voir MTA-PPKE Vilmos Fraknói Vatican Historical Research Group: http://institutumfraknoi.hu/en.

43 Sibre 2012.

44 Barbiche 1988.

45 Règlements successifs de l’Académie pontificale ecclésiastique, Archives de l’Académie, piazza della Minerva, Rome.

46 Jean XXIII 2014.

47 Kierkels 1934.

48 Voir les récentes conférences d’Olivier Poncet sur Richelieu et Mazarin et sa biographie de Mazarin, Poncet 2018.

49 Sibre 2013.

50 Pontificia Accademia Ecclesiastica 2003.

51 Ibid., ainsi que les règlements de l’Académie, et Prudhomme 2004.

52 Dupuy 1980.

53 Sanfilippo 2008 et Napolitano 2010.

54 Voir Guida delle fonti 2005.

55 Metzler 1975-1976.

56 Sibre 2012.

57 Prudhomme 1998 et 2004.

58 Par exemple, on peut consulter De Marchi 2006, Filipazzi 2006, ou Staffa 1959.

59 Blet 1990.

60 Voir notamment les travaux de Benedetta Albani, Institut Max Planck, portant sur les missions, l’Église d’Amérique latine et la gouvernance romaine.

61 Boutry 2002.

62 Sibre 2012.

63 Actes et documents du Saint-Siège 1975.

64 Levillain 2014.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Sibre, « Diplomatie du pape et global history. Vers un projet collaboratif international sur le Saint-Siège », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [En ligne], 130-1 | 2018, mis en ligne le 14 novembre 2018, consulté le 16 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/mefrim/3608 ; DOI : 10.4000/mefrim.3608

Haut de page

Auteur

Olivier Sibre

Institut Georges Pompidou (Paris) / UMR SIRICE, olivier.sibre@georges-pompidou.org

Articles du même auteur

  • Préface [Texte intégral]
    Paru dans Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines, 130-1 | 2018
Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • OpenEdition Journals