Navigation – Plan du site
Varia

Les papiers des consulteurs. Questions missionnaires et procès de décision au Saint-Office, XVIIe‑XVIIIe siècles

Cesare Santus
p. 431-445

Résumés

Les années entre la fin du XVIIe siècle et le début du XVIIIe siècle ont été témoins d’une vaste controverse mettant en question les conditions de possibilité d’un catholicisme adapté aux territoires de mission au Proche, Moyen et Extrême-Orient. Il ne s’agit pas seulement des querelles des rites chinois et malabares, mais aussi du problème des relations entre catholiques et orthodoxes dans l’Empire ottoman. Dans la discussion de ces questions, on se focalise normalement sur les acteurs les plus visibles – les missionnaires sur le terrain – en oubliant les protagonistes cachés et silencieux de cette histoire : les docteurs et bureaucrates romains qui avaient la charge d’examiner et de résoudre les dubia des religieux. Cet article se focalise justement sur le rôle des consulteurs du Saint-Office et en particulier sur leurs archives, dans l’effort de mieux comprendre le processus de prise de décision au sein de l’Inquisition romaine.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 ACDF, SO, St. St., UV 19 (S. Offitii. Damasceno Consultore. Dubia missionarum orientis et occident (...)

1À la fin de l’été 1704, dans une pièce pleine de livres donnant sur le deuxième cloître du couvent romain des Saints-Apôtres, une table était encombrée de dossiers manuscrits. Le premier contenait l’extrait d’une lettre écrite par un missionnaire actif en Éthiopie, posant un ensemble de questions insolites et difficiles, dont la plus étrange concernait la licéité, pour les chrétiens locaux, de célébrer l’Eucharistie non pas avec le vin traditionnel, mais avec une infusion de raisins secs. Le questionnement du religieux n’était pas banal puisqu’il touchait à un point essentiel de la doctrine catholique, à savoir le rapport entre la matière du sacrement et sa validité. À côté de ce dossier, une liasse rassemblant les doutes avancés par les capucins de Constantinople au sujet des convertis catholiques parmi les Arméniens, de plus en plus nombreux : ces derniers pouvaient-ils recourir au clergé « schismatique » de leur nation dans certaines conditions, par exemple pour recevoir la confession in articulo mortis ou pour assister à la messe en absence des prêtres en communion avec Rome ? Était-il possible de dispenser un religieux arménien, secrètement converti, de l’obligation d’ajouter l’eau dans le calice eucharistique, afin de ne pas révéler son catholicisme ? D’autres questions étaient également posées par l’évêque latin d’Ispahan, Elia di Sant’Alberto, lequel demandait s’il avait la faculté de consacrer des prêtres dans le rite arménien, étant donné l’absence en Perse de prélats catholiques de ce rite. Au bout de la table, un billet rappelait d’ajouter à la documentation sur l’affaire des « rites chinois », déjà massive, une longue collection de témoignages de convertis catholiques, récemment présentés par les jésuites dans une énième tentative de renverser en leur faveur le sort de la querelle. Quelques mois auparavant seulement, ce même espace avait été occupé par les papiers contenant les critiques du capucin François-Marie de Tours visant les démarches des membres de la Compagnie de Jésus en Inde, accusés de tolérer les cérémonies « païennes » accomplies par les novices qui leur étaient confiés – sujet qui refera bientôt surface. Ces documents, relatifs à des pays et à des cultures très différents, de la Corne de l’Afrique à l’Extrême-Orient en passant par la Perse (pour ne pas citer un dossier québécois), avaient pour point commun non seulement de concerner des questions rituelles et sacramentelles posées par la diffusion du catholicisme à l’échelle mondiale, mais aussi d’avoir été recueillis et examinés par un seul homme, assis à ce moment-même à la table : le frère mineur conventuel Giovanni Damasceno Bragaldi, jeune et ambitieux consulteur du Saint-Office1.

  • 2 Ceyssens 1981 ; Schwedt 2011, p. 592-595. À cela il faut ajouter la courte notice dressée par Gran (...)
  • 3 Hazard 1935.
  • 4 Sur les rites chinois, je me contente de signaler Brucker 1923, Mungello 1994 et Standaert 2000 ; (...)

2Ce personnage, qualifié d’« énigmatique » par Lucien Ceyssens dans le seul article scientifique qui lui est consacré (lequel n’évoque d’ailleurs que son implication dans la querelle janséniste)2, demeure presque inconnu des historiens  – et il en va de même pour plusieurs de ses collègues consulteurs. Pourtant, ces derniers ont joué un rôle essentiel dans l’histoire du catholicisme, bien au-delà du champ étroit occupé par les disputes européennes sur la Grâce ou sur l’autorité du Pape : les quelques années séparant la fin du XVIIe siècle et le début du XVIIIe siècle, celles de la « crise de la conscience européenne » étudiée par Paul Hazard, ont en effet été également témoins d’une vaste controverse mettant en question les conditions de possibilité d’un catholicisme adapté aux territoires de mission au Proche, Moyen et Extrême-Orient3. Je me réfère évidemment ici aux querelles des rites chinois et malabares, désormais bien connues, mais aussi à la communicatio in sacris entre catholiques et orthodoxes dans l’Empire ottoman4.

  • 5 Subrahmanyam 1997 (et ses études ultérieures) ; Werner – Zimmermann 2003 ; Ditchfield 2010 ; Bertr (...)

3En ouvrant la réflexion par l’image suggestive du bureau du consulteur Bragaldi, je voulais bien sûr évoquer les différents défis théologiques et pastoraux suscités par la première « globalisation » du catholicisme ; mais également poser l’accent non pas, comme il est usuel, sur ses acteurs les plus connus et visibles – à savoir les missionnaires sur le terrain – mais plutôt sur les protagonistes cachés et silencieux de cette histoire : ces docteurs et bureaucrates qui avaient la charge de se prononcer sur des évènements ayant lieu à l’autre bout du monde et ce, le plus souvent, sans avoir jamais mis le pied hors de Rome. En effet, les démarches des missionnaires et leurs interactions avec les agents locaux sont depuis des années au cœur de la recherche historique, particulièrement en raison de l’enthousiasme actuel pour l’histoire « croisée » ou « à parts égales », lequel conduit à considérer comme obsolète et trop « euro-centrée » la perspective consistant à examiner en priorité la façon par laquelle les questions soulevées aux marges de la Chrétienté étaient ensuite discutées et jugées dans son centre. La plupart des chercheurs actuels contestent d’ailleurs cette dernière qualification : peut-on vraiment attribuer à la Curie romaine une valeur de « centre » dans un phénomène complexe et aux facettes multiples comme la propagation du catholicisme en Orient, alors même que cela contraste avec le rôle fondamental joué au même moment par d’autres acteurs européens (telles les monarchies portugaise et française) et locaux (comme, par exemple, dans la querelle des rites chinois, la cour impériale de Pékin)5 ?

  • 6 Parmi les exceptions, il faut mentionner le volume important dirigé par Broggio et al. 2009.
  • 7 Cela est vrai surtout dans le cas chinois (d’ailleurs bien connu à travers d’autres sources), alor (...)

4Tout en partageant leur avis à cet égard, il me semble toutefois que l’attention portée aux contextes locaux et au comportement des religieux sur le terrain (sans aucun doute fascinant d’un point de vue anthropologique, sémiotique ou linguistique) a négligé la question, centrale à l’époque, des modalités de connaissance et d’examen de cette activité missionnaire par l’autorité ecclésiastique censée la surveiller, quelle que soit sa capacité réelle à le faire. L’ouverture tardive des archives du Saint-Office, qui a eu lieu alors que le changement de paradigme historiographique que nous venons d’évoquer était déjà en cours, n’a pas aidé dans ce sens : parmi les historiens qui se sont occupés des missionnaires en Orient, aucun n’ignore la richesse documentaire des archives jésuites ; beaucoup de chercheurs ont eu recours au matériel conservé par les Archives Secrètes ou par la Congrégation de Propaganda Fide, mais peu d’entre eux ont conscience à ce jour des possibilités offertes par les archives de l’Inquisition6. De ce fait, presque vingt ans après l’ouverture aux chercheurs de la documentation concernant, par exemple, les rites chinois, on ne saurait citer une seule monographie qui en tire profit ou en mentionne simplement l’existence au sein de l’immense bibliographie dédiée à ce sujet. De même, les noms de Matteo Ricci et de Roberto de Nobili sont célèbres, alors que leurs censeurs et leurs examinateurs demeurent beaucoup moins connus7.

  • 8 Wolf 2005 ; Wolf 2010 ; Schwedt 2013 ; Schwedt 2017.

5Heureusement, l’intérêt pour l’histoire institutionnelle des congrégations romaines a produit durant ces dernières années une prosopographie du personnel employé par le Saint-Office et par la Congrégation de l’Index aux époques moderne et contemporaine. Cette entreprise remarquable, revenant essentiellement à Hermann Schwedt, constitue un point de départ fort utile pour approfondir la connaissance du travail des consulteurs8. Dans les pages qui suivent, nous essaierons de démontrer que l’étude de l’expansion globale du catholicisme tridentin nécessite une reconstruction détaillée de la méthode de travail de la bureaucratie romaine et que seul l’examen de cette dernière permet une compréhension vraiment « connectée » des controverses soulevées par les missions catholiques en Orient. Pour ce faire, nous commencerons par donner un aperçu général du fonctionnement des congrégations de la Propagande et de l’Inquisition, focalisant ensuite notre attention sur le processus décisionnel et le rôle joué par les consulteurs du Saint-Office ainsi que par leurs archives.

Entre la Propagande et le Saint-Office

  • 9 La bibliographie relative à l’Inquisition romaine est désormais devenue trop abondante pour en don (...)
  • 10 Neveu 1981, p. 224 ; Neveu 1993.

6La congrégation de l’Inquisition romaine et universelle, établie le 21 juillet 1542 par le pape Paul III pour faire face à la diffusion de l’« hérésie luthérienne » en Italie, devint bientôt l’instance suprême de contrôle de la foi catholique, élargissant ses compétences à toutes les questions relevant de la doctrine et des mœurs dans lesquelles pouvait apparaître le risque d’erreur hérétique. La congrégation, confirmée au-dessus de toutes les autres par la réforme de la Curie romaine menée par Sixte V, avait été pensée comme un tribunal compétent pour l’ensemble du monde catholique, bien que son domaine d’activité fût en réalité limité par la concurrence d’autres inquisitions (comme celles relevant des monarchies ibériques) et par l’hostilité de certains États (comme la France ou la République de Venise) : concrètement, Rome coordonnait et supervisait l’activité des tribunaux inquisitoriaux locaux diffusés principalement dans la péninsule italienne et dans les territoires directement soumis au contrôle du pape9. Néanmoins, parallèlement à la formation et à la révision des procès criminels, l’activité judiciaire du Saint-Office, comme la congrégation était habituellement appelée, se concrétisait également dans un domaine plus proprement doctrinal. Si l’hérésie peut être à la fois objective (affirmation visant à contrer une vérité de foi révélée par Dieu et proposée comme telle par le magistère ecclésiastique) et subjective (péché de l’homme qui la professe), comme l’a rappelé Bruno Neveu10, il est évident qu’à côté de la poursuite disciplinaire des coupables d’hérésie, existait la tâche de définition doctrinale et dogmatique, laquelle pouvait naître d’un procès, d’une censure de livre ou de la réponse à une question posée à Rome par des particuliers, tels que des missionnaires. Toutefois, ce dernier domaine d’activité n’a pas été sans connaître de multiples contestations.

  • 11 Sur les origines de la Propagande, Metzler 1971-1976, vol. I/1, p. 79-111 ; Sastre Santos 2002 ; P (...)
  • 12 Les meilleures études sur ce sujet reviennent à Giovanni Pizzorusso : voir Pizzorusso 2009 et les (...)
  • 13 Sauf indication contraire, la traduction française de toutes les citations est la nôtre. Le texte (...)

7Par la création en 1622 de la Congrégation de Propaganda Fide, Grégoire XV essaya d’organiser d’une manière plus cohérente et centralisée les missions catholiques, cherchant notamment à remettre au pape le contrôle alors exercé principalement par les ordres réguliers et par les monarchies européennes à travers le système du patronage11. La Propagande avait été pensée pour gérer « le domaine de l’exception », à savoir toutes les situations, typiques des missions, où il n’y avait pas de structure ecclésiale régulière et donc où les religieux pouvaient exercer des facultés particulières : pour régler ces situations, la Propagande réunissait en elle-même les pouvoirs de toutes les autres instances du gouvernement romain – à l’exception du Saint-Office. L’approbation des pouvoirs spéciaux conférés aux missionnaires (qui pouvaient comprendre l’absolution des péchés normalement réservée au pape, comme l’hérésie, l’apostasie et le schisme, ainsi que l’administration des sacrements au-delà des conditions normales prévues par le droit canon) passait en effet par l’examen des cardinaux inquisiteurs, qui demandaient en outre à garder leur compétence exclusive sur les questions de foi, même si ces dernières provenaient des territoires de mission12. Cette vision n’était pas partagée par le personnel de la Propagande, surtout parce que dans l’annonce de la fondation de la Congrégation on avait voulu souligner la différence de cette dernière par rapport au Saint-Office : « l’intention de cette Congrégation n’est pas d’ériger des tribunaux, ni d’exercer une juridiction temporelle en quelque endroit, ni de recourir à des moyens violents ; au contraire, nous voulons nous consacrer à la conversion des infidèles par des moyens doux et pleins de charité »13.

  • 14 Voir les deux mémoires que le secrétaire prépara sur le sujet le 22 janvier 1637 et le 22 octobre (...)
  • 15 La question est analysée dans le détail par Metzler 1968-1969.
  • 16 APF, SOCG, vol. 36, fol. 1rv : « non sono stati serviti li missionarii delle risolutioni, la causa (...)
  • 17 Voir la décision du 25 octobre 1644 : Dubia Missionariorum dogmata fidei remitti ad Sanctum Offici (...)
  • 18 APF, Decreta S. Congregationum super Missionibus et Missionaris Apostolicis collecta iussu Benedic (...)

8Le premier secrétaire et véritable créateur de la Propagande, Francesco Ingoli, était à ce propos convaincu que la congrégation devait s’affranchir du Saint-Office pour trois raisons : d’abord, le nom de l’Inquisition était connu et détesté dans une grande partie du monde, chose qui compliquait la vie des missionnaires quand ils devaient expliquer aux convertis et, surtout, aux autorités de certains pays qu’ils suivaient les directives du tribunal ; ensuite, il fallait trop de temps au personnel du Saint-Office pour traiter les questions transmises par la Propagande, de sorte que pendant la longue attente des décrets la confusion et la diversité des opinions se propageaient parmi les religieux ; enfin, les théologiens au service des cardinaux inquisiteurs n’étaient pas compétents pour traiter des questions liées au contexte missionnaire. À ce sujet, le secrétaire précisait que « le Saint-Office ne possède pas les connaissances dont dispose la Congrégation de la Propagande – et je sais par expérience que les meilleures décisions ne se prennent que si l’on connaît bien les conditions locales et que l’on en tient compte »14. Pour cette raison, Ingoli voulait créer une commission théologique propre à la Propagande, en proposant que cette dernière ait compétence sur les « doutes » (dubbii) soumis par les missionnaires « sur les questions de morale et les cas de conscience », alors que l’Inquisition aurait gardé l’examen des questions touchant aux dogmes. Les consulteurs et les qualificateurs du Saint-Office, toutefois, s’opposèrent fermement à la proposition, arrivant à la faire rejeter15. L’un des objets de confrontation fut alors la première dénonciation des rites chinois, portée à Rome en 1643 par le dominicain Juan Bautista de Morales : l’examen de la cause fut finalement remis au Saint-Office, où elle resta toutefois longtemps en suspens, confirmant Ingoli dans ses convictions16. Après une dernière tentative pour rouvrir la question – pour laquelle le secrétaire obtint un succès temporaire17 –, Innocent X décida enfin en 1658 que les doutes des missionnaires ne devaient pas être discutés par la Propagande, mais être transmis au Saint-Office et « au cas où on aurait besoin de consulteurs spéciaux pour certains cas, il reviendra au Saint-Office de les nommer, pour qu’ils étudient ces questions spéciales »18.

  • 19 Pour une comparaison entre le système de renseignement de la Propagande et celui, plus structuré, (...)
  • 20 Sur la figure et les devoirs de l’assesseur, voir ACDF, SO, St. St., Q 2 d, fasc. 3-a et 3-b (« Is (...)
  • 21 Voir ces exemples : « S. Offitio, X aprile 1711. L’Assessore riverisce divotamente il P.re R.mo Co (...)
  • 22 Certains actes de feria secunda sont enregistrés dans le volume UV 17 (S. Offitii. Damasceno Consu (...)
  • 23 La communication entre le secrétaire de la Propagande et l’assesseur du Saint-Office, centrale pou (...)

9C’est alors que s’établit de façon définitive le processus de décision sur les questions missionnaires : son importance pour notre sujet exige de le décrire en détail. Le secrétariat de la Propagande entretenait une correspondance suivie avec les religieux, les évêques et les autres représentants de la Congrégation dans les territoires de mission (vicaires apostoliques, supérieurs des ordres, etc.)19. Ces lettres contenaient parfois de véritables rapports d’activité, qui ne passaient pas sous silence les difficultés rencontrées, mais au contraire les explicitaient afin de recevoir l’avis de Rome à ce sujet : il s’agissait de « doutes » quant à la façon la plus correcte d’administrer les sacrements, la conformité à l’orthodoxie des coutumes propres aux sociétés orientales, la demande d’approbation de comportements jusque-là non explicitement réglementés. Quand ces questions étaient rapportées lors des congregazioni generali (les réunions mensuelles des cardinaux de la Propagande) ou particolari (dans les cas qui nécessitaient un examen spécial), lorsqu’on jugeait que le sujet des doutes touchait à la doctrine ou ne relevait pas des facultés déjà prévues, la réponse était normalement : Ad Sanctum Officium. Les doutes étaient alors envoyés par le secrétaire de la Propagande à son homologue de la congrégation de l’Inquisition, l’assesseur du Saint-Office, à travers un billet. L’assesseur, qui dès le début avait le droit de siéger dans les deux congrégations, était en outre le trait d’union entre le personnel bureaucratique du Tribunal et les membres du Saint-Office dotés d’un pouvoir décisionnel, que sont les cardinaux inquisiteurs20. L’assesseur soumettait donc les doutes à l’examen des consulteurs du Saint-Office et du commissaire (un dominicain de la province de Lombardie, chargé de la direction des procès et des rapports avec les tribunaux locaux de l’Inquisition), priant le premier d’entre eux de communiquer à ses collègues l’ordre du jour et la documentation à examiner21. Après avoir étudié la question, les officiaux de la congrégation et le notaire se réunissaient le lundi au palais du Saint-Office, à côté de Saint-Pierre, pour exprimer leurs avis : si nécessaire, lors de la congrégation de feria secunda, à savoir le lundi selon l’ancien calendrier romain et ecclésiastique, on décidait également à quel consulteur confier la rédaction d’un avis plus approfondi de l’affaire (votum)22. Les décisions et les votes des consulteurs étaient ensuite reportés aux cardinaux inquisiteurs lors de la congrégation du mercredi, laquelle se tenait au couvent de la Minerve, la basilique dominicaine de Rome. En feria quarta, les cardinaux examinaient d’abord en congregazione segreta les affaires les plus importantes, présentées à travers un sommaire par l’assesseur, qui faisait aussi fonction de notaire, puis les autres matières à examiner en présence des officiaux. Enfin, les résolutions des cardinaux devaient être approuvées par le préfet de la Congrégation, à savoir le pape : pour cette raison, chaque jeudi (feria quinta) se tenait une congrégation coram Sanctissimo dans les salles du Palais apostolique. Le pape pouvait ratifier ou modifier les décisions prises, ce qui donnait lieu à l’enregistrement d’un décret, mais il pouvait aussi suspendre la résolution en attente de plus amples informations ou encore renvoyer la question à un examen supplémentaire, ce qui relançait le processus. Quand le pontife voulait spécifier quelle était l’intention par laquelle il fallait interpréter la décision, il utilisait la formule : Ad mentem. Mens est ut… Toute résolution concernant les missionnaires était ensuite communiquée par l’assesseur au secrétaire de la Propagande, qui informait les religieux sur le terrain23 (fig. 1).

Fig. 1 – Schéma du processus d’information et de prise de décision au sein des congrégations romaines.

Fig. 1 – Schéma du processus d’information et de prise de décision au sein des congrégations romaines.

© C. Santus.

10Ce système, dont les archives des congrégations romaines gardent aujourd’hui encore la trace, assurait un examen approfondi mais extrêmement long : si l’on ajoute à cela le fait que la communication entre Rome et les terrains de mission ne pouvait avoir lieu qu’à travers des canaux précis (la médiation des puissances catholiques, le départ des navires pour les Indes chaque été), on comprend pourquoi il arrivait que la résolution de certains doutes prenne des années.

Les consulteurs au travail

11Toute congrégation romaine a, dans le cadre de son activité, sollicité l’avis de certains experts, appelés « consulteurs ». Dans la description de la Curie romaine faite en 1930 par Victor Martin, on lit que :

Un consulteur peut appartenir […] à plusieurs congrégations. Tous n’ont pas l’occasion de déployer une égale activité ; on peut même dire que, pour quelques-uns, il s’agit pratiquement d’un simple titre honorifique. Les consulteurs ne sont pas des employés, des fonctionnaires de carrière, mais des prélats, des religieux, des prêtres séculiers, théologiens ou canonistes, auxquels le pape reconnaît une compétence spéciale […] Ils gardent d’autres occupations, et prêtent au dicastère le concours de leurs lumières lorsque les chefs de celui-ci jugent à propos de le leur demander […] Les consulteurs travaillent chez eux, non pas dans les bureaux, et le plus souvent à titre gracieux. Quelquefois le secrétaire en met plusieurs à contribution pour l’étude de la même affaire : si le rapport du premier ne le satisfait pas, il recourt à un autre.

  • 24 Martin 1930, p. 16 ; Prudhomme 1994, chap. 4, p. 103.
  • 25 Plusieurs exemplaires des formules de serment sont contenus dans le volume ACDF, SO, Iuramenta 170 (...)

12Claude Prudhomme, dans sa « radiographie » de l’organigramme de la Propagande au XIXe siècle, ajoute d’autres éléments, comme le fait que la plupart des consulteurs de la congrégation ont accompli leurs études à Rome, sont originaires de la ville ou de sa région et, s’ils sont religieux, occupent alternativement ou simultanément des tâches d’administration, d’enseignement, de direction de leur congrégation24. Cette description est également valable pour l’époque moderne en ce qui concerne la Propagande et d’autres congrégations, mais elle ne convient pas exactement au Saint-Office. L’Inquisition, en effet, pouvait compter non seulement sur les avis d’experts interpellés ad casum, selon l’occasion et selon leurs compétences, mais aussi sur les avis d’un parterre de théologiens et de canonistes officiellement au service de la Congrégation, à laquelle ils prêtaient le serment du secret et dont ils étaient pleinement considérés officiaux25.

  • 26 Voir Cavarzere 2012, p. 215-295.
  • 27 Pour un examen des relations entre la Congrégation de l’Index et le Saint-Office, voir Cavarzere 2 (...)

13Certains d’entre eux étaient consulteurs ex officio, en raison de la fonction qu’ils occupaient dans la bureaucratie du Saint-Office ou plus largement au sein de la Curie romaine : c’est le cas de l’assesseur, du commissaire et de son assistant (socius), mais aussi du général des dominicains et du « maître du sacré palais », le théologien du pape qui était chargé de la censure des livres dans la région de Rome26. Une catégorie distincte était composée par des religieux titulaires des chaires de théologie, qui inséraient cette étape dans leurs cursus honorum à l’intérieur la Curie romaine ; mais on trouve aussi des inquisiteurs de carrière, ayant exercé le fonction de juge de la foi sur le terrain, comme le conventuel Giuseppe Maria Baldrati (1655-1732), inquisiteur à Trévise, à Sienne et à Florence ayant ensuite rejoint le centre de l’institution et utilisant le poste de consulteur comme tremplin pour devenir, enfin, ministre général de l’ordre. Non moins courant était le fait d’être à la fois consulteur de l’Index et du Saint-Office : normalement, l’expérience de censure des livres acquise dans la première congrégation préparait à la seconde, plus prestigieuse, qui avait le monopole de la censure doctrinale27.

  • 28 Si on considère la liste de consulteurs rédigée par Schwedt, on remarque que sur 284 consulteurs a (...)
  • 29 Sur ce personnage, né Yūsuf al-Sim’ānī, voir la notice rédigée par Levi della Vida 1962.

14Au Saint-Office, existait aussi la possibilité de gravir les échelons de l’organisation interne : la carrière du dominicain milanais Luigi Maria Lucini (1666-1745) en représente un des cas plus évidents. Secundus socius du commissaire du Saint-Office en 1701, primus socius en 1705, pro-commissaire à l’occasion de la mort du titulaire, il fut finalement commissaire en titre entre 1714 et 1743, date à laquelle le pape récompensa son long service par la pourpre cardinalice. La nomination comme cardinal n’était d’ailleurs pas rare pour ceux qui se distinguaient au sein de la consulta : au fil du XVIIIe siècle plus de cinquante consulteurs l’obtinrent, signe de l’importance tout autant du poste que des liens établis lors du travail commun entre prélats et officiaux au sein de la congrégation du Saint-Office28. Dans la vaste majorité des cas, enfin, les consulteurs étaient des Italiens d’origine dont la préparation culturelle était homogène. On peut cependant citer quelques exceptions : parmi les plus notables, on trouve l’érudit orientaliste Giuseppe Assemani, né au Liban d’une famille maronite, qui devint consulteur du Saint-Office en 1756, tout en étant premier custode de la Bibliothèque Vaticane et chanoine de Saint-Pierre29.

  • 30 Sur la différence entre consulteurs et qualificateurs, voir Mayer 2013, p. 17-18.
  • 31 Si la tâche de qualificateur pouvait constituer une première étape dans une carrière avant d’accéd (...)
  • 32 ACDF, SO, St. St., Q 1 p, fol. 135 ; Privilegia S.O. 1669-1699, fol. 859r-861r (« Requisiti di Gio (...)
  • 33 Voir le manuscrit vatican Chig. B. V. 88, fol. 55r-61v (« Principii de’ Quietisti ch’all’arrivo de (...)
  • 34 Wolf 2010, p. 222 ; ACDF, Privilegia S.O. 1669-1699, fol. 859v : « In tempo che grassava il quieti (...)
  • 35 ACDF, SO, St. St., D 5 f, fol. clxiii-clxiv (serment en tant que consulteur) ; UV 19, fol. 268rv, (...)

15Au-dessous des consulteurs, la congrégation pouvait compter sur une autre série de collaborateurs, appelés « qualificateurs ». On retrouve parfois dans l’historiographie une certaine confusion entre les deux catégories, mais il s’agissait en réalité des deux emplois distincts (celui de consulteur étant beaucoup plus prestigieux) et deux façons différentes de travailler30. Pour expliquer concrètement la manière dont s’articulaient les tâches des uns et des autres, revenons sur la figure de Giovanni Damasceno Bragaldi, qui dans son cursus obtient successivement les deux postes31. Le franciscain avait commencé à collaborer très jeune avec le Saint-Office, tout d’abord comme scriptor au service du consulteur Lorenzo Fabri, son confrère et compatriote (tous les deux venaient de la région de Bologne). À l’âge de 23 ans, avant même d’être ordonné prêtre et d’obtenir son doctorat en théologie, Bragaldi analysait déjà les livres imprimés et les manuscrits proposés à l’examen du Saint-Office, à la recherche d’erreurs ou de propositions peu orthodoxes32. En 1687, en particulier, il fut chargé d’« extraire » matériellement des ouvrages du cardinal Pier Matteo Petrucci les passages ayant une apparence « quiétiste »33. En 1690 il eut également la possibilité de se former sur le terrain, en examinant le contenu doctrinal des affirmations prononcées lors de procès inquisitoriaux menés à Sienne. Ce genre de travail, à savoir sélectionner des propositions auxquelles donner ensuite une « qualification » doctrinale (erronée, soupçonnée d’hérésie à des degrés divers, formellement hérétique, etc.) était exactement celui des qualificateurs, dont Bragaldi rejoignit officiellement le nombre le 12 mai 169434. À l’inverse, la charge de consulteur, qu’il atteint deux ans plus tard grâce à un excellent curriculum tout comme à de sages choix diplomatiques, était beaucoup plus complexe et exigeante : il était demandé de donner un avis articulé sur des questions plus générales et, surtout, de proposer une réponse à des doutes en matière doctrinale, juridictionnelle ou sacramentelle. En cette qualité, le « consulteur Damasceno » orienta ses efforts principalement dans deux directions : la lutte inépuisable contre les jansénistes et la résolution des doutes provenant des missions occidentales et orientales. Il tint en particulier un rôle de secrétariat dans la querelle des rites chinois et un rôle important dans la phase initiale de la controverse relative aux rites malabares ; son apport fut encore plus décisif dans le débat portant sur la communicatio in sacris parmi les chrétiens orientaux de l’Empire ottoman, bien qu’il soit mort avant d’avoir vu ces trois questions résolues35.

16D’un point de vue pratique, le travail du consulteur s’articulait selon une méthode précise : d’abord, il fallait réduire les questions proposées au Saint-Office à la forme d’un ou plusieurs doutes requérant une réponse simple (la question commençait donc toujours par la particule interrogative latine : An… ?). Ensuite, à chaque dubium ainsi formulé le consulteur proposait une résolution (resolutio) affirmative ou négative, parfois accompagnée de quelques brèves précisions. La motivation de la décision (ratio resolutionis) pouvait au contraire s’étendre sur plusieurs pages, dans lesquelles le consulteur prenait en considération tous les arguments pour et contre sa résolution, selon le style habituel de la dispute scolastique.

  • 36 ACDF, SO, St. St., P 1 a, fol. 2r-19-Av (Inventarium omnium voluminum existentium in Cancellaria S (...)
  • 37 Brancati de Laurea 1673 ; Albizzi 1683. Sur le premier, voir Broggio 2013, p. 471-477 ; sur le sec (...)

17Il était donc prévu d’appuyer le raisonnement sur des ouvrages théologiques et canoniques de référence : les auteurs classiques d’abord (Thomas d’Aquin évidemment, mais aussi Duns Scot, qui était particulièrement apprécié parmi les franciscains conventuels comme Brancati de Lauria), puis leurs commentateurs successifs de la seconde scolastique et de l’école de Salamanque (Caietanus, Navarrus, Domingo De Soto, Tomás Sanchez, Francisco Suarez, mais aussi Becanus et Giovanni De Lugo), jusqu’aux canonistes plus récents mais tout aussi respectés, tels Prospero Fagnani et Giacomo Pignatelli, dont les ouvrages étaient conservés dans un espace spécifique des archives du Saint-Office36. La consultation des manuels pour missionnaires jouait également un rôle important, tout particulièrement ceux du carme Thomas a Jesu (De procuranda salute omnium gentium, Anvers, 1613), du théatin Angelo Maria Verricelli (Quaestiones morales… seu Tractatus de apostolicis missionibus, Venise, 1656) et plus tard de Carlo Francesco Camozzi (Manualis Missionariorum Orientalium, Venise, 1726). Les ouvrages de deux cardinaux ayant fait partie du Saint-Office et en connaissant le fonctionnement de l’intérieur constituent un cas à part : Lorenzo Brancati de Lauria, d’une part, a livré un véritable traité missiologique à travers le troisième volume de ses Commentaria, fondé sur la connaissance de première main, en tant que consulteur, des questions posées à Rome par les religieux ; Francesco Albizzi, d’autre part, ancien Assesseur du Saint-Office, est l’auteur d’un célèbre traité évoquant à plusieurs reprises les décisions de la Congrégation, grâce notamment à un travail préliminaire d’indexation de ses décrets37.

Les archives des consulteurs

  • 38 Urbano Cerri, Informatione dello Stato della Religione Cattolica in tutto il mondo (1677, manuscri (...)
  • 39 APF, Acta 1882, vol. 185, fol. 419-420r.

18Cela nous conduit à un point central : le travail des consulteurs était essentiellement une œuvre de jurisprudence, c’est-à-dire fondée sur la connaissance des précédents et des résolutions prises dans des cas similaires. Cette connaissance passait avant tout par deux moyens, dont le premier présupposait en réalité le second : d’un côté, la rédaction de listes, d’index ou de répertoires généraux des décisions prises par les Congrégations de la Propagande et du Saint-Office sur les doutes proposés par les missionnaires et, de l’autre, la réorganisation de leur matériel archivistique de façon à faciliter et accélérer l’identification des cas examinés. Ces deux exigences étaient perçues à tous les niveaux de la Curie : dans son Informatione dello Stato della Religione Cattolica in tutto il mondo (1677), le secrétaire de la Propagande Urbano Cerri se plaignait du fait que même si l’archiviste était diligent et possédait des index et des répertoires, « à cause de l’ampleur et de la diversité des matériaux il est épuisant d’essayer de retracer les affaires passées et les décisions prises ailleurs, de sorte que parfois cette opération a été omise et pour cette raison il est arrivé qu’on fasse des décrets opposés aux précédents »38. D’ailleurs, cent cinquante ans plus tard, on remarquait que « sans des index les archives sont presque inutiles […] Dans l’immensité et la complexité des affaires provenant des quatre parties du monde, s’il n’y a pas d’index bien ordonné, on se trouve à naviguer en haute mer sans boussole ni guide »39.

  • 40 ACDF, SO, St. St., P 1 a (inventaires des archives du Saint-Office pour les années 1701, 1710-1718 (...)

19Le même constat valait particulièrement pour le Saint-Office, comme cela apparut clairement aux cardinaux au début du XVIIIe siècle, suite à la transformation du dicastère : celui-ci n’était plus un tribunal judiciaire occupé principalement par des procès criminels, et devenait désormais un organe de contrôle doctrinal et juridictionnel. Pour comprendre cela, il est utile d’éclairer un peu l’histoire de ses archives. Lors d’une visite (inspection) en 1710, la documentation historique de l’Inquisition (celle qui n’était pas en cours de traitement dans la chancellerie du Tribunal) était conservée dans des armoires occupant trois pièces du Palais du Saint-Office. La grande majorité de l’espace était occupé par 2647 volumes de procès, la collection entière des décrets entre 1555 et 1659 (les plus récents étaient en chancellerie) et des volumes sur des sujets variés, sans aucun ordre particulier, parmi lesquels six volumes des facultés pour les missionnaires demandés par la Propagande. À l’inverse, le matériel qui nous intéresse spécifiquement, à savoir les documents témoignant de l’activité plus proprement doctrinale du Saint-Office, était conservé en vrac dans les locaux de la chancellerie40. En 1735 l’Assesseur de la Congrégation, Raffaele Girolami, exprimait son découragement à ce sujet, par une relation qui vaut la peine d’être citée in extenso :

  • 41 ACDF, SO, St. St., LL 5 c, « Dell’Archivio», fol. n.n. ; Beretta 2000, p. 133.

Outre les causes et les procès qui sont examinés chaque jour au Saint-Office, il arrive souvent que la Congrégation de la Propagande renvoie à cette Suprême la décision de nombreuses questions qui lui sont proposées par d’autres sujets, missionnaires ou évêques, et avant la décision on demande l’avis des consulteurs, canonistes ou théologiens, selon les différents sujets. Parfois il faut procéder à un examen de propositions particulières ou de certains livres, sur lesquels on écoute les relations et les qualifications formulées par les qualificateurs du Saint-Office… En un mot, depuis plus de cent quatre-vingts ans les choses les plus importantes concernant la foi et la religion sont habituellement remises à l’examen de la Congrégation du Saint-Office, où se trouvent les cardinaux les plus éminents en doctrine et prudence. La discussion de tant de questions si importantes a conduit à une immense accumulation de votes et de qualifications, de censures, de résolutions et de décrets, et on peut dire qu’une si grande quantité de manuscrits précieux constitue dans son genre un trésor remarquable ; mais par le peu d’ordre et d’organisation dans lequel il se trouve, il est peu utile, comme s’il était enfoui41.

20Pour remédier à cela, il n’y avait qu’une solution :

  • 42 Ibidem.

Il serait très utile à mon avis de nommer un théologien cultivé et érudit pour donner un meilleur ordre à ces écritures, en faisant un index précis et un répertoire des matières et des décrets qui s’y trouvent : ainsi, en recourant aux mêmes cas, ou au moins à des cas similaires, on pourrait immédiatement voir non seulement ce qui a été décidé, mais les raisons et les motifs des résolutions prises, et ensuite noter au-dessus les doutes et les cas similaires qui seront résolus42.

  • 43 Voir ACDF, SO, St. St., LL 5 a, fasc. 14, fol. 66v-67r (23 mars 1739).
  • 44 ACDF, SO, Privilegia S. O. 1760-1764, fol. 453r (Feria 3°, die 14 decembris 1762). Giuseppe Maria (...)

21L’homme chargé de cette tache fut l’abbé Francesco Pastori, le premier à porter le titre d’« archiviste doctrinal » : c’est donc à lui que l’on doit la première réorganisation des archives et la création au cours des années 1740 des volumes de la série Dubia circa sacramenta, ainsi que des facultés inquisitoriales43. Le travail fut poursuivi et achevé par son successeur, Giuseppe Maria Lugani, nommé le 14 décembre 1762 mais actif jusqu’à la fin des années 1780. Lugani ne se limita pas à suivre la recommandation des cardinaux, qui lui avaient demandé de préparer un novum, distinctum, et absolutissimum Indicem des matières. Il alla bien plus loin, réorganisant par ordre chronologique les papiers et créant même de nouveaux volumes thématiques (reliés en parchemin blanc et munis d’un titre sur la nervure) au sein desquels les différentes affaires étaient insérées dans des fascicules portant sur la couverture les informations essentielles – date, lieu, sujet, résolution prise, et parfois même la cote d’origine. Tout ce matériel était finalement rangé dans un endroit spécifique : la troisième chambre des archives44.

22La transformation de l’activité du Saint Tribunal, où les tâches doctrinales dépassaient désormais les tâches criminelles, se manifeste également par la décision prise lors du rapatriement depuis Paris des archives prises par Napoléon : la Congrégation se préoccupa surtout de récupérer les materiae doctrinales et jurisdictionales (environ 1500 volumes), vouant au contraire les 4000 volumes des procès à la destruction presque totale ou à la vente, à l’exception de quelques cas célèbres. Au début du XXe siècle, quand les matériaux temporairement placés dans les palais du Vatican à cause des émeutes de 1848 finirent par rentrer au Saint-Office, les archives subirent une nouvelle réorganisation : la documentation concernant les questions doctrinales considérées comme conclues ou moins intéressantes pour l’activité courante fut alors réunie dans un fonds divers appelé « Stanza Storica » (où, par conséquent, se trouvent aujourd’hui les papiers traitant des rites chinois et malabares, ou relatifs à la communicatio in sacris), tandis que les séries des Dubia circa sacramenta et des censures des livres furent laissées à part et continuées comme telles.

  • 45 Parmi lesquels les plus importants sont les recueils des décrets de la Propagande : Collectanea 19 (...)
  • 46 Selon le cardinal de Luca, auteur d’une description de la Curie romaine, l’appellation de consulte (...)
  • 47 ACDF, Inventario provvisorio (1999), p. 48 (manuscrit dactylographié) ; Schwedt 2017, p. 141.

23Mais les consulteurs dont nous nous occupons ne pouvaient pas compter sur l’organisation actuelle des archives ni sur les outils de recherche mis en place à partir du XIXe siècle45. Ils recouraient donc pour la plupart à des index et des répertoires thématiques manuscrits, souvent incomplets, qu’ils construisaient à partir d’un travail préliminaire de recherche au sein de leurs papiers et de ceux de leurs prédécesseurs. C’est particulièrement vrai pour les franciscains conventuels qui, depuis 1609, pouvaient profiter d’un privilège spécial leur réservant un poste permanent et à temps plein parmi les consulteurs, en sorte qu’ils devinrent bientôt les consulteurs du Saint-Office par excellence46. À l’intérieur du fonds « Stanza Storica », se trouve une série documentaire de 92 volumes contenant leurs matériaux de travail. Cette série, répertoriée aujourd’hui comme « UV », n’appartenait pas proprement aux archives du Saint-Office mais était conservée par privilège spécial au couvent franciscain des Saints-Apôtres ; ce n’est qu’en 1948 qu’elle a été intégrée aux archives de l’Inquisition romaine47. Grâce à cette histoire particulière, les papiers n’ont pas connu les nombreuses vicissitudes des archives centrales. En revanche, ils témoignent fidèlement de la méthode de travail des consulteurs entre la moitié du XVIIe siècle et la fin du XVIIIe siècle, ainsi que du soin avec lequel chacun d’entre eux essayait d’apprendre le métier via les démarches de son prédécesseur.

  • 48 ACDF, SO, St. St., UV 51, fasc. 29, 17 février 1708. Bragaldi lui-même avait déjà dû s’occuper de (...)

24La nécessité d’avoir toujours à l’esprit les résolutions prises antérieurement et les abrégés des affaires en cours amenait non seulement à la rédaction de listes, de répertoires et d’index, mais aussi à un retour constant sur l’activité des autres consulteurs, présents et passés. Cela explique, d’une part, la présence de nombreuses copies de votes et de sommaires et de l’autre, le fait que les volumes appartenant à un théologien étaient en réalité dépouillés, utilisés et souvent modifiés après sa mort par ses successeurs. Pour citer seulement un exemple parmi les milliers de cas possibles, lorsqu’en 1708 le consulteur Bragaldi dut traiter la question de l’administration de la confirmation aux femmes chinoises au moyen d’une brosse (afin d’éviter tout contact physique), il se plongea dans les papiers de Brancati de Laurea, en y repérant d’abord des votes déjà élaborés par lui à ce sujet et, à travers ces derniers, des références plus précises aux décrets promulgués par la congrégation en 1645 et 165648.

  • 49 Le fait qu’il n’y ait pas de volume portant les noms des autres consulteurs de cette période (comm (...)
  • 50 Par exemple, le volume UV 18, qui porte l’intitulé Damasceno Consultore. Dubia Missionariorum Orie (...)

25L’organisation de la série « UV », étudiée à partir de l’inventaire qui s’appuie sur la nomenclature des cotes des volumes, semble se composer de 8 volumes appartenant à Brancati de Laurea (1658-1681), 8 relevant de l’activité de Lorenzo Fabri (1681-1696), 36 portant le nom du « consulteur Damascène » (1696-1715), 6 appartenant à Giuseppe Maria Baldrati (1716-1732), 4 à Giovanni Battista Colombini (1759-1763) et 3 finalement à Francesco Angelo Pastrovich (1763-1772), auxquels s’ajoutent d’autres volumes sans intitulé spécifique49. Toutefois, un examen plus approfondi complique cette répartition : en réalité, les votes d’un consulteur peuvent souvent être retrouvés dans des volumes théoriquement consacrés à un autre, et la chronologie indiquée n’est pas toujours respectée50.

Conclusion

  • 51 Gay 2011.
  • 52 Renaudot 1718 ; Idem, Dissertation sur les missions d’Orient (BNF, NAF 7468, fol. 370r-398v), publ (...)

26Il reste encore beaucoup à faire au sujet des consulteurs eux-mêmes, afin d’éclairer leur rôle et leur influence sur le déroulement et la conclusion des différentes querelles relatives aux missions. Tout en poursuivant et développant l’approche ici présentée, il faudrait opérer une comparaison systématique avec la littérature juridique et théologique : en effet, les consulteurs ne suivaient pas passivement les traités de droit canonique ou les manuels destinés aux missionnaires, mais les contestaient parfois en ayant recours au savoir jurisprudentiel et à l’expérience acquise au Saint-Office. Alors que nous avons ici commencé à mettre en avant quelques noms et façons de travailler des consulteurs impliqués dans l’examen des débats missionnaires, une prochaine étape serait d’examiner plus en détail leur formation culturelle. Cela peut également aider à contextualiser les querelles des rites à l’intérieur des polémiques européennes et à découvrir des liens sous-estimés : il suffit de penser au rôle joué par les critiques à la casuistique jésuite et par la transition du probabilisme au rigorisme en théologie morale51. En outre, si l’on pense que la plupart des consulteurs impliqués dans ces dossiers avaient été formés lors de la controverse janséniste et quiétiste, il serait également intéressant de voir dans quelle mesure cette expérience a continué à les influencer. D’ailleurs, les deux questions étaient parfois associées par les savants et polémistes de l’époque eux-mêmes : l’orientaliste Eusèbe Renaudot, par exemple, composa des pamphlets critiques envers les missionnaires au sujet des rites chinois et des Églises orientales, dans le contexte de la polémique janséniste contre les jésuites52.

  • 53 Voir Romano 2016.

27Pour conclure, il faut souligner combien l’activité des consulteurs du Saint-Office reflète à cet égard une contradiction typique du lieu où ils exerçaient leur activité : Rome. La capitale de la catholicité était à la fois un centre universel d’accumulation des savoirs et une ville extrêmement provinciale. D’un côté, Rome accueillait des personnes et des informations provenant des quatre coins du monde, de la première ambassade japonaise en Europe aux pèlerins arméniens, des étudiants du Collège grec ou maronite aux missionnaires revenant des Indes. Le caractère « global » de la ville ne reposait pas seulement sur son rôle religieux mais le dépassait, mélangeant l’héritage classique et impérial aux fonctions de médiation et de connexion entre les familles de l’aristocratie européenne désormais dispersée à travers le monde, jusqu’au pouvoir dérivant de l’accumulation des connaissances uniques en leur genre, garanti par la création et la conservation d’archives et de bibliothèques à vocation universelle53.

  • 54 À ce sujet, je renvoie à l’excellente et récente analyse de Menniti Ippolito 2011, qui met en évid (...)

28D’autre part, Rome était la ville principale d’un petit État régional, dont les logiques particulières se répercutaient également sur le gouvernement pontifical : la gestion de la Curie était monopolisée par un personnel d’origine italienne et les congrégations elles-mêmes, malgré leurs prétentions de gouvernement universel, concentraient leur activité de façon disproportionnée précisément sur les territoires de la péninsule54. Pour cette raison, des religieux qui souvent étaient nés, avaient vécu et étaient morts à l’intérieur des États pontificaux et qui ignoraient les langues et les coutumes de l’Orient pouvaient se voir confier l’examen et la résolution de questions provenant de l’autre bout de la Terre. Si les questions qui joignaient le centre du catholicisme étaient liées à son expansion à l’échelle mondiale, les réponses fournies avaient souvent une origine locale.

Haut de page

Bibliographie

Archives

ACDF, SO, St. St. = Archives de la Congrégation pour la Doctrine de la foi, Sanctum Officium, « Stanza Storica ».

APF, CP/SOCG = Archives de la Congrégation de Propaganda Fide, Congregazioni Particolari/Scritture Originali riferite nelle Congregazioni Generali.

Ouvrages à caractère de source

Albizzi 1683 = F. Albizzi, De Inconstantia in iure admittenda, vel non. De inconstantia in fide, Amsterdam, J.A. Huguetan, 1683.

Brancati de Laurea 1673 = L. Brancati de Laurea, Commentaria in tertium librum Sententiarum Mag. Fr. Ioannis Duns Scoti, tomus tertius… de virtutibus theologicis in genere, de fide propagata et propaganda, de missionariis martyrio, haeresi et poenis haereticorum, Rome, Typis S. Congregationis de Propaganda Fide, 1673.

De Luca 1683 = G.B. De Luca, Relatio Curiae Romanae, in qua Omnium Congregationum, Tribunalium, aliarumque iurisdictionum urbis status ac praxis dilucide describitur, Cologne, A. Metternich, 1683 (éd. or. Rome, 1673).

Renaudot 1718 = E. Renaudot, Anciennes relations des Indes et de la Chine, Paris, J.-B. Coignard, 1718.

Études secondaires

Amann 1926 = É. Amann, s.v. Rites Malabares, dans Dictionnaire de théologie catholique, vol. IX, Paris, 1926, col. 1704-1745.

Aranha 2016 = P. Aranha, Reduci dalle Indie Orientali: Carlo Horatii da Castorano e Norbert Bar-le-Duc a confronto, dans Antonianum, 91, 2016, p. 465-477.

Beretta 2000 = F. Beretta, L’archivio della Congregazione del Sant’Ufficio: bilancio provvisorio della storia e della natura dei fondi d’antico regime, dans A. Del Col, G. Paolin (dir.), L’inquisizione romana: metodologia delle fonti e storia istituzionale, Trieste, 2000.

Bertrand 2013 = R. Bertrand, Histoire globale, histoires connectées : un « tournant » historiographique ?, dans A. Caillé, S. Dufoix (dir.), Le « tournant global » des sciences sociales, Paris, 2013, p. 44-66.

Broggio et al. 2009 = P. Broggio, Ch. de Castelnau-L’Estoile, G. Pizzorusso (dir.), Le temps des doutes : les sacrements et l’Église romaine aux dimensions du monde, numéro monographique des MEFRIM, 121-1 (2009).

Broggio 2013 = P. Broggio, Teologia ‘romana’ e universalismo papale: la conquista romana del mondo (secoli XVI-XVII), dans M.A. Visceglia (dir.), Papato e politica internazionale nella prima età moderna, Rome, 2013, p. 441-477.

Brucker 1923 = J. Brucker, s.v. Chinois (rites), dans Dictionnaire de Théologie Catholique, vol. II, Paris, 1923, col. 2364-2391.

Bullarium 1939 = Bullarium Pontificium Sacrae Congregationis de Propaganda fide, vol. I, Rome, 1939.

Burger 1999 = F. Burger, s.v. Renaudot Eusèbe, dans J. Sgard (éd.), Dictionnaire des journalistes 1600-1789, Oxford, 1999, vol. II, p. 837-838.

Cavarzere 2011 = M. Cavarzere, La prassi della censura nell’Italia del Seicento. Tra repressione e mediazione, Rome, 2011.

Cavarzere 2012 = M. Cavarzere, Il diario di un Maestro del Sacro Palazzo (1678-1681). Raimondo Capizucchi e la censura romana, dans Dimensioni e problemi della ricerca storica, 25-1, 2012, p. 215-295.

Ceyssens 1977 = L. Ceyssens, Le Cardinal François Albizzi (1593-1684) : un cas important dans l’histoire du jansénisme, Rome, 1977.

Ceyssens 1981 = L. Ceyssens, Autour de la bulle Unigenitus : Le P. Damascène Bragaldi, Conventuel (1665-1715), dans Bulletin de l’Institut historique belge de Rome, 51, 1981, p. 147-165.

Collectanea 1907 = Collectanea S. C. de Propaganda Fide, Rome, 1907.

De Martinis 1909 = R. De Martinis (dir.), Iuris pontificii de Propaganda Fide. Pars II – Decreta, Rome, 1909.

Del Col 2006 = A. Del Col, L’Inquisizione in Italia. Dal XII al XXI secolo, Milan, 2006.

De Vries 1965 = W. De Vries, Communicatio in Sacris. An historical study of the problem of liturgical services in common with Eastern Christians separated from Rome, dans Concilium, 4, 1965, p. 18-40.

Ditchfield 2010 = S. Ditchfield, De-centering the Catholic Reformation: papacy and peoples in the early modern world, dans Archiv für Reformationsgeschichte, 101, 2010, p. 186-208.

Friedrich 2011 = M. Friedrich, Der lange Arm Roms? Globale Verwaltung und Kommunikation im Jesuitenorden 1540-1773, Francfort-New York, 2011.

Gay 2011 = J.-P. Gay, Morales en conflit. Théologie et polémique au Grand Siècle, 1640-1700, Paris, 2011.

Gemayel 1984 = N. Gemayel, Les échanges culturels entre les Maronites et l’Europe, du Collège maronite de Rome (1584) au Collège de Ayn-Warqa (1789), Beyrouth, 1984.

Grandi 1996 = P. Grandi, La Chiesa di San Francesco a Castel Bolognese. La Cappella delle Reliquie: monumento insigne di arte e di fede, s.l., 1996, p. 21-23.

Guarnieri 1951 = R. Guarnieri, Il quietismo in otto manoscritti Chigiani, dans Rivista di storia della Chiesa in Italia, 5, 1951, p. 381-412.

Hazard 1935 = P. Hazard, La crise de la conscience européenne (1680-1715), Paris, 1935.

Levi della Vida 1962 = G. Levi della Vida, s.v. Assemani, Giuseppe Simonio, dans Dizionario biografico degli Italiani, vol. 4, Rome, 1962, p. 437-440.

Malena 2003 = A. Malena, L’eresia dei perfetti. Inquisizione ed esperienze mistiche nel Seicento italiano, Rome, 2003.

Martin 1930 = V. Martin, Les congrégations romaines, Paris, 1930.

Mayer 2013 = Th.F. Mayer, The Roman inquisition. A papal bureaucracy and its laws in the age of Galileo, Philadelphie, 2013.

Menniti Ippolito 2011 = A. Menniti Ippolito, 1664. Un anno della Chiesa universale. Saggio sull’italianità del papato in età moderna, Rome, 2011.

Metzler 1971-1976 = J. Metzler (dir.), Sacrae Congregationis de Propaganda Fide Memoria Rerum, Rome-Fribourg-Vienne, 1971-1976, 5 vol.

Metzler 1968-1969 = J. Metzler, Controversia tra Propaganda e S. Uffizio circa una commissione teologica 1622-1658, dans Pontificia Universitas Urbaniana. Annales, 1968-1969, p. 47-62.

Mungello 1994 = D.E. Mungello (dir.), The Chinese rites controversy: its history and meaning, Nettetal, 1994.

Neveu 1981 = B. Neveu, Juge suprême et docteur infaillible : le pontificat romain de la bulle In eminenti (1643) à la bulle Auctorem fidei (1794), dans MEFRIM, 93-1, 1981, p. 215-275.

Neveu 1993 = B. Neveu, L’erreur et son juge. Remarques sur les censures doctrinales à l’époque moderne, Naples, 1993.

Omont 1890 = H. Omont, Inventaire sommaire des manuscrits de la collection Renaudot, conservée à la Bibliothèque nationale, dans Bibliothèque de l’école des chartes, 51, 1890, p. 270-297.

Pavone 2011 = S. Pavone, Inquisizione romana e riti malabarici: una controversia, dans A dieci anni dall’apertura dell’archivio della Congregazione per la Dottrina della Fede: storia e archivi dell’Inquisizione, Rome, 2011, p. 145-161. 

Pavone 2018 = S. Pavone, Jesuits and Oriental Rites in the Documents of the Roman Inquisition, dans I.G. Županov, P.A. Fabre (dir.), The rites controversies in the early modern world, Leyde, 2018, p. 165-188.

Pizzo et al. 2011 = M. Pizzo, M. Marino, A. Merigliano, A.G. Pettacia, L’archivio della Congregazione per la Dottrina della Fede: un archivio “complesso”, dans A dieci anni dall’apertura dell’archivio della Congregazione per la Dottrina Fede: storia e archivi dell’Inquisizione, Rome, 2011, p. 265-283.

Pizzorusso 2004 = G. Pizzorusso, s.v. Ingoli, Francesco, dans Dizionario Biografico degli Italiani, vol. 62, Rome, 2004, p. 388-391.

Pizzorusso 2009 = G. Pizzorusso, I dubbi sui sacramenti dalle missioni ad infideles : percorsi nelle burocrazie di Curia, dans Broggio et al. 2009, p. 39-61.

Pizzorusso 2011 = G. Pizzorusso, Le fonti del Sant’Uffizio per la storia delle missioni e dei rapporti con Propaganda Fide, dans A dieci anni dall’apertura dell’archivio della Congregazione per la Dottrina della Fede: storia e archivi dell’Inquisizione, Rome, 2011, p. 393-423.

Pizzorusso 2013 = G. Pizzorusso, La congregazione pontificia de Propaganda Fide nel XVII secolo: missioni, geopolitica, colonialismo, dans M.A. Visceglia (dir.), Papato e politica internazionale nella prima età moderna, Rome, 2013, p. 149-172.

Prosperi 2010 = A. Prosperi (dir.), Dizionario Storico dell’Inquisizione, Pise, 2010.

Prudhomme 1994 = C. Prudhomme, Stratégie missionnaire du Saint-Siège sous Léon XIII (1878-1903). Centralisation romaine et défis culturels, Rome, 1994.

Romano 2016 = A. Romano, Rome and its Indies: a global system of knowledge at the end of the sixteenth century, dans S. Burghartz, L. Burkart, Ch. Göttler (dir.), Sites of mediation. Connected histories of Europe, 1350-1650, Leyde, 2016, p. 23-45.

Santus 2014 = C. Santus, La communicatio in sacris con gli «scismatici» orientali in età moderna, dans MEFRIM, 126-2, 2014, p. 325-340.

Santus 2017 = C. Santus, La journée d’un consulteur. Les doutes des missionnaires d’Orient à l’examen du Saint-Office (1650-1750), mémoire présenté à l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 2017 (manuscrit inédit).

Santus 2019 = C. Santus, Trasgressioni necessarie. Communicatio in sacris, coesistenza e conflitti tra le comunità cristiane orientali (Levante e Impero ottomano, XVII-XVIII secolo), Rome, 2019 (à paraître).

Sastre Santos 2002 = E. Sastre Santos, La fundación de Propaganda Fide (1622) en el contexto de la guerra de los Treinta Años (1618-1648), dans Commentarium pro religiosis et missionariis, 83, 2002, p. 231-261.

Schwedt 2011 = H. Schwedt, Quietisten und ein verbotenes Buch des Inquisitors R. Grillenzoni (1688), dans N.U. Buhlmann, P. Styra (dir.), Signum in Bonum. Festschrift für Wilhelm Imkamp, Ratisbonne, 2011, p. 579-605.

Schwedt 2013 = H. Schwedt, Die Anfänge der Römischen Inquisition. Kardinäle und Konsultoren 1542 bis 1600, Herder, 2013.

Schwedt 2017 = H. Schwedt, Die römische Inquisition. Kardinäle und Konsultoren 1601 bis 1700, Herder, 2017.

Standaert 2000 = N. Standaert (dir.), Handbook of Christianity in China, vol. 1, 635-1800, Leyde, 2000.

Subrahmanyam 1997 = S. Subrahmanyam, Connected histories: toward a reconfiguration of early modern Eurasia, dans V. Benet Lieberman (dir.), Beyond binary histories. Re-imagining Eurasia to c. 1830, Ann Arbor, 1997, p. 289-315.

Tedeschi 1997 = J. Tedeschi, Il giudice e l’eretico. Studi sull’inquisizione romana, Milan, 1997 (éd. or. 1991).

Werner – Zimmermann 2003 = M. Werner, B. Zimmermann, Penser l’histoire croisée : entre empirie et réflexivité, dans Annales. Histoire, Sciences Sociales, 58-1, 2003, p. 7-36.

Windler 2013 = Ch. Windler, Uneindeutige Zugehörigkeiten. Katholische Missionare und die Kurie im Umgang mit „communicatio in sacris“, dans A. Pietsch, B. Stollberg-Rilinger (dir.), Konfessionelle Ambiguität. Uneindeutigkeit und Verstellung als religiöse Praxis in der Frühen Neuzeit, Gütersloh, 2013, p. 314-345.

Windler 2018 = Ch. Windler, Missionare in Persien. Kulturelle Diversität und Normenkonkurrenz im globalen Katholizismus (17.-18. Jahrhundert), Cologne, 2018.

Wolf 2005 = H. Wolf (dir.), H. Schwedt, Prosopographie von römischer Inquisition und Indexkongregation 1814-1917, 2 vol., Paderborn, 2005.

Wolf 2010 = H. Wolf (dir.), H. Schwedt, Prosopographie von römischer Inquisition und Indexkongregation 1701-1813, 2 vol., Paderborn, 2010.

Županov 1999 = I.G. Županov, Disputed mission. Jesuit experiments and Brahamanical knowledge in seventeenth-century India, Oxford, 1999.

 

Haut de page

Notes

1 ACDF, SO, St. St., UV 19 (S. Offitii. Damasceno Consultore. Dubia missionarum orientis et occidentis ab anno 1702 ad 1705), fasc. 5, 7, 9, 13 et 14. Je tiens à remercier H. Schwedt, G. Pizzorusso et C. Mabboux pour leurs conseils et leurs suggestions, ainsi que le personnel de l’ACDF pour leur professionnalisme et leur gentillesse.

2 Ceyssens 1981 ; Schwedt 2011, p. 592-595. À cela il faut ajouter la courte notice dressée par Grandi 1996, et la fiche biographique dans Wolf 2010, vol. 1, p. 221-225.

3 Hazard 1935.

4 Sur les rites chinois, je me contente de signaler Brucker 1923, Mungello 1994 et Standaert 2000 ; sur les rites malabares, Amann 1926, Županov 1999 et Pavone 2011. Sur la communicatio in sacris, De Vries 1965, Windler 2013, Windler 2018, Santus 2014 et Santus 2019.

5 Subrahmanyam 1997 (et ses études ultérieures) ; Werner – Zimmermann 2003 ; Ditchfield 2010 ; Bertrand 2013.

6 Parmi les exceptions, il faut mentionner le volume important dirigé par Broggio et al. 2009.

7 Cela est vrai surtout dans le cas chinois (d’ailleurs bien connu à travers d’autres sources), alors qu’au cours des dernières années deux chercheurs italiens, Sabina Pavone et Paolo Aranha, ont entamé un examen sérieux de la documentation inquisitoriale sur les rites malabares. Il faut rappeler ici qu’ils ont également été parmi les premiers à mettre en évidence quelques points de contact entre la querelle des rites chinois et malabares : voir Aranha 2016 et Pavone 2018 (le volume contenant ce dernier article, qui n’était pas encore publié au moment de la rédaction de ce texte, constituera une contribution majeure à une analyse comparative des querelles des rites). Voir aussi les conclusions de Windler 2018.

8 Wolf 2005 ; Wolf 2010 ; Schwedt 2013 ; Schwedt 2017.

9 La bibliographie relative à l’Inquisition romaine est désormais devenue trop abondante pour en donner un aperçu général. Il suffit ici de renvoyer à Tedeschi 1997 et Prosperi 2010, ainsi qu’à la synthèse de Del Col 2006.

10 Neveu 1981, p. 224 ; Neveu 1993.

11 Sur les origines de la Propagande, Metzler 1971-1976, vol. I/1, p. 79-111 ; Sastre Santos 2002 ; Pizzorusso 2013.

12 Les meilleures études sur ce sujet reviennent à Giovanni Pizzorusso : voir Pizzorusso 2009 et les autres articles dans le volume.

13 Sauf indication contraire, la traduction française de toutes les citations est la nôtre. Le texte original latin de la bulle d’érection est présent dans Bullarium pontificium 1939, p. 26-30 ; la lettre du 15 janvier 1622 qui annonce la fondation est lisible en version italienne dans Metzler 1971-1976, vol. III/2, p. 656-658.

14 Voir les deux mémoires que le secrétaire prépara sur le sujet le 22 janvier 1637 et le 22 octobre 1644 : APF, CP, vol. 2, fol. 339r-340r et CP, vol. 4, fol. 142r-143r. Sur Ingoli, voir Metzler 1971-1976, vol. I/1, p. 197-243 et Pizzorusso 2004.

15 La question est analysée dans le détail par Metzler 1968-1969.

16 APF, SOCG, vol. 36, fol. 1rv : « non sono stati serviti li missionarii delle risolutioni, la causa vera io non la so, ma ho ben inteso che nel Sant’Uffitio corre quest’opinione che non è spediente rispondere ai detti dubii, né darli fuori » (3 août 1643).

17 Voir la décision du 25 octobre 1644 : Dubia Missionariorum dogmata fidei remitti ad Sanctum Officium. Dubia vero moralia, ut Missionarii in doctrin sint uniformes, iussit examinari coram E.mo D. Card. Barberino in Congregationi particulari Theologorum ab eodem E.mo D. Card. seligendorum coram ipso cum Secretario de Propaganda Fide habenda (APF, Acta 1644-1645, vol. 16, fol. 161v-162r).

18 APF, Decreta S. Congregationum super Missionibus et Missionaris Apostolicis collecta iussu Benedicti XIV, tom. I, fol. 142v : SS.mus iussit per Assessorem significare R. P. D. Secretario S. Congregationis de Propaganda Fide, quod non est equum, ut in ea disputantur dubia ideoque, si aliqua in ea emergant, juxta solitum mittantur ad S. Congregationem S. Officii ; et si aliqua occurrunt, quae alios exigunt particulares Consultores pro talis dubii discussione, hi per Sanctum Officium pro tali casu speciali disputabuntur (11 septembre 1658).

19 Pour une comparaison entre le système de renseignement de la Propagande et celui, plus structuré, de la Compagnie de Jésus, voir Friedrich 2011, p. 111-112.

20 Sur la figure et les devoirs de l’assesseur, voir ACDF, SO, St. St., Q 2 d, fasc. 3-a et 3-b (« Istruzione per Monsig.re Assessore del S. Offizio »).

21 Voir ces exemples : « S. Offitio, X aprile 1711. L’Assessore riverisce divotamente il P.re R.mo Consultore Damasceno, e gli notifica qualmente nella Consulta di lunedì prossimo 13 del corrente, si proporrano li due dubii del Re di Angola, però si compiacerà venir preparata per dar sopra di essi il suo voto » ; « L’Assessore manda per manus delle Sig.rie Loro Ill.me li due annessi fogli, quali si compiaceranno di considerare per dare il loro voto nella Consulta di Lunedì prossimo 13 del corrente, e farli passare uno successivamente alle mani dell’altro col seguente ordine: Ill.mi e Rev.mi Nuzzi – Doria – Petra – Cavalieri – Banchieri – P. Gen.le de Predicatori – P. M.ro del Sag.o Palazzo – Girolami – P. Damasceno – S. Fiorelli, quale si compiacerà mandarli al P. Rev.mo Comissario, e questo consegnarli ad esso Assessore » (ACDF, SO, St. St., UV 48, fasc. 30, 35). Au cours du XVIIIe siècle ce genre de travail préliminaire de l’assesseur trouva sa place dans une véritable congrégation préparatoire, appelée feria sexta.

22 Certains actes de feria secunda sont enregistrés dans le volume UV 17 (S. Offitii. Damasceno Consul.re. Acta & Decreta Congregation. Feriae 2ae Annorum 1697, 1698, 1699, 1700).

23 La communication entre le secrétaire de la Propagande et l’assesseur du Saint-Office, centrale pour le déroulement de ce processus, est connue non seulement par la conservation des billets envoyés par le premier au second parmi les papiers de l’Inquisition (théoriquement avant les votes des consulteurs et les décisions prises en feria IV et V), mais aussi par deux séries entières des archives de la Propagande, non inventoriées : APF, Biglietti del Sant’Offizio et Risoluzioni e biglietti del Sant’Offizio per l’amministrazione de’ sagramenti, avec index. Au sujet de la relation entre les deux congrégations et leurs archives, voir également Pizzorusso 2011.

24 Martin 1930, p. 16 ; Prudhomme 1994, chap. 4, p. 103.

25 Plusieurs exemplaires des formules de serment sont contenus dans le volume ACDF, SO, Iuramenta 1701-1724 et sq., ainsi que la série des Privilegia S.O.

26 Voir Cavarzere 2012, p. 215-295.

27 Pour un examen des relations entre la Congrégation de l’Index et le Saint-Office, voir Cavarzere 2011.

28 Si on considère la liste de consulteurs rédigée par Schwedt, on remarque que sur 284 consulteurs actifs entre 1601 et 1813, 88 parvinrent directement à la pourpre, c’est-à-dire environ 30 % d’entre eux. Le pourcentage est encore plus élevé dans le cas des Assesseurs du Saint-Office (7 sur 16 devinrent cardinaux au XVIIIe siècle) : Wolf 2010, p. CI-CII, CXII-CXVI ; Schwedt 2017, p. 646-652.

29 Sur ce personnage, né Yūsuf al-Sim’ānī, voir la notice rédigée par Levi della Vida 1962.

30 Sur la différence entre consulteurs et qualificateurs, voir Mayer 2013, p. 17-18.

31 Si la tâche de qualificateur pouvait constituer une première étape dans une carrière avant d’accéder au poste de consulteur, le passage n’était pas du tout automatique : en fait, parmi les 154 qualificateurs qui exercèrent leur activité entre 1701 et 1813, seulement 14 devinrent ensuite consulteurs. Il est à noter qu’au cours du XVIIIe siècle les qualificateurs étaient bien plus nombreux qu’au XIXe siècle (54), période à laquelle on trouve au contraire une forte augmentation du nombre des consulteurs (de 148 à 241) : Wolf 2010, vol. II, p. CXII-CXXI.

32 ACDF, SO, St. St., Q 1 p, fol. 135 ; Privilegia S.O. 1669-1699, fol. 859r-861r (« Requisiti di Gio. Damasceno »).

33 Voir le manuscrit vatican Chig. B. V. 88, fol. 55r-61v (« Principii de’ Quietisti ch’all’arrivo del Sig.r Card. Petrucci furono estratti dall’opere sue dal P. Damasceno Bragaldi minore conventuale ») ; Guarnieri 1951, p395-396.

34 Wolf 2010, p. 222 ; ACDF, Privilegia S.O. 1669-1699, fol. 859v : « In tempo che grassava il quietismo, egli haveva l’incombenza delle cause di Siena, Ancona e Perugia et a lui si consegnavano li processi et egli n’estraeva le propositioni, qualificava e riferiva in congregatione, poi conveniva ne’ congressi con gli altri deputati et talvolta formava instruttioni criminali per gl’inquisitori… ». Sur l’activité anti-quiétiste de Bragaldi, voir Malena 2003.

35 ACDF, SO, St. St., D 5 f, fol. clxiii-clxiv (serment en tant que consulteur) ; UV 19, fol. 268rv, 270r-294v (rites chinois) ; UV 52, fol. 497r-525v (rites malabares) ; pour les références à ses interventions dans la question de la communicatio in sacris, voir Santus 2014, p. 330. Une analyse plus détaillée de l’action de Bragaldi face aux missions orientales dans Santus 2017. On peut se demander si cette implication s’explique aussi par le fait que son antijansénisme compensait son appartenance à l’ordre franciscain, en le faisant apparaître impartial sur des sujets impliquant nécessairement un jugement sur l’activité des jésuites en Orient. Évidemment, Bragaldi n’est pas le seul consulteur conventuel impliqué dans la querelle des rites : ses prédécesseurs Brancati et Gavazzi s’occupèrent à plusieurs reprises des rites chinois et son successeur Baldrati fut l’une des voix les plus écoutées au sujet des rites malabares, même si le commissaire du Saint-Office Luigi Maria Lucini est appelé à devenir le théologien romain le plus connu à cet égard (Pavone 2011).

36 ACDF, SO, St. St., P 1 a, fol. 2r-19-Av (Inventarium omnium voluminum existentium in Cancellaria S. Offitii. 1663 ad 1676), fol. 22r-57v (1701. Index voluminum confectorum existentium in parvo Archivio prope Cancelleriam Sancti Officii).

37 Brancati de Laurea 1673 ; Albizzi 1683. Sur le premier, voir Broggio 2013, p. 471-477 ; sur le second, Ceyssens 1977.

38 Urbano Cerri, Informatione dello Stato della Religione Cattolica in tutto il mondo (1677, manuscrit dans APF, Miscellanee Varie XIIIa, fol. n.n., § Archivio.

39 APF, Acta 1882, vol. 185, fol. 419-420r.

40 ACDF, SO, St. St., P 1 a (inventaires des archives du Saint-Office pour les années 1701, 1710-1718, 1745-1746 et de la chancellerie, 1655-1758). Voir en général l’excellent article de Beretta 2000.

41 ACDF, SO, St. St., LL 5 c, « Dell’Archivio», fol. n.n. ; Beretta 2000, p. 133.

42 Ibidem.

43 Voir ACDF, SO, St. St., LL 5 a, fasc. 14, fol. 66v-67r (23 mars 1739).

44 ACDF, SO, Privilegia S. O. 1760-1764, fol. 453r (Feria 3°, die 14 decembris 1762). Giuseppe Maria Lugani était alors primus socius du Commissaire du Saint-Office, mais il devait démissionner du poste pour assumer le titre temporaire d’inquisitor, qui lui garantissait le privilège de participer, sans droit de vote, aux congrégations générales des cardinaux inquisiteurs. Beretta 2000, p. 134-136 ; Pizzo et al. 2011, p. 271 sq.

45 Parmi lesquels les plus importants sont les recueils des décrets de la Propagande : Collectanea 1907, et De Martinis 1909, qui comprennent aussi les décisions du Saint-Office en matière missionnaire.

46 Selon le cardinal de Luca, auteur d’une description de la Curie romaine, l’appellation de consulteur du Saint-Office appartenait particulièrement au conventuel : cui tanquam fixo et invariabili, congruit singulariter nuncupatio Consultoris S. Officii, habens hoc munus magis peculiariter, illudque prae caeteris Consultoribus exercet (De Luca 1683, p. 96).

47 ACDF, Inventario provvisorio (1999), p. 48 (manuscrit dactylographié) ; Schwedt 2017, p. 141.

48 ACDF, SO, St. St., UV 51, fasc. 29, 17 février 1708. Bragaldi lui-même avait déjà dû s’occuper de la question en 1687 : Dubia circa confirmationem 1606-1781, fasc. 4.

49 Le fait qu’il n’y ait pas de volume portant les noms des autres consulteurs de cette période (comme Vincenzo Conti, 1732-1740, ou Lorenzo Ganganelli, 1748-1759) ne signifie pas qu’il soit impossible de trouver les minutes de leurs votes disséminés ici ou là, alors que les beaux exemplaires sont toujours conservés dans les séries régulières des archives du Saint-Office.

50 Par exemple, le volume UV 18, qui porte l’intitulé Damasceno Consultore. Dubia Missionariorum Orientis et Occidentis ab anno 1614 ad 1670, est sans aucun doute une collection organisée par Bragaldi (les titres des différents fascicules ou « positions » sont de sa main) qui rassemble des informations sur l’organisation des missions à travers le monde, les formules des facultés accordées par les papes aux missionnaires, le texte de la profession de foi destinée aux Grecs schismatiques et surtout les réponses que son prédécesseur Brancati de Laurea avait données aux doutes des missionnaires. Toutefois, l’index que l’on trouve au tout début du volume a été rédigé au dos d’une lettre envoyée au consulteur Pastrovich, actif cinquante ans après la mort de Damasceno.

51 Gay 2011.

52 Renaudot 1718 ; Idem, Dissertation sur les missions d’Orient (BNF, NAF 7468, fol. 370r-398v), publiée dans Gemayel 1984, vol. 2, p. 862-888. Sur le rôle de Renaudot dans la polémique janséniste contre les jésuites, voir la notice biographique de Burger 1999, ainsi que la collection de ses papiers personnels : Omont 1890.

53 Voir Romano 2016.

54 À ce sujet, je renvoie à l’excellente et récente analyse de Menniti Ippolito 2011, qui met en évidence le pourcentage d’Italiens dans les congrégations romaines et montre en outre comment seule l’Église italienne, fragmentée en une myriade d’Églises locales, put être gouvernée « in modo pieno » par le souverain pontife.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Schéma du processus d’information et de prise de décision au sein des congrégations romaines.
Crédits © C. Santus.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cesare Santus, « Les papiers des consulteurs. Questions missionnaires et procès de décision au Saint-Office, XVIIe‑XVIIIe siècles », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines, 130-2 | -1, 431-445.

Référence électronique

Cesare Santus, « Les papiers des consulteurs. Questions missionnaires et procès de décision au Saint-Office, XVIIe‑XVIIIe siècles », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [En ligne], 130-2 | 2018, mis en ligne le 29 juillet 2019, consulté le 22 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/mefrim/3783 ; DOI : 10.4000/mefrim.3783

Haut de page

Auteur

Cesare Santus

Harvard Center for Renaissance Studies, Villa I Tatti, cesare.santus@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • OpenEdition Journals