Navigation – Plan du site
La fabrique transnationale de la « science nationale » en Italie (1839-fin des années 1920)

Par-delà les confins de la science italienne

Relectures transnationales d’une science nationale
Marie Bossaert et Antonin Durand
p. 261-271

Notes de l’auteur

Ce dossier est le résultat d’un travail construit collectivement au cours d’un workshop organisé à Rome les 2 et 3 mars 2017. Que l’École française de Rome qui l’a hébergé, le département d’histoire de l’École normale supérieure, l’équipe d’accueil « Savoirs et pratiques du Moyen Âge au XIXe siècle » (EA 4116, EPHE) et l’université franco-italienne soient chaleureusement remerciés pour leur contribution, ainsi que les collègues présents qui, sans apparaître dans ce dossier, ont contribué au succès des discussions, notamment Mauro Moretti, Ilaria Porciani et Laurent Mazliak.

Texte intégral

1Le 1er août 2018, Alessio Figalli recevait au Congrès international des mathématiciens à Rio de Janeiro la médaille Field, la plus haute distinction dans cette discipline. Les nombreuses réactions dans la péninsule et ailleurs se félicitaient de ce témoignage de vitalité d’une science italienne affaiblie par le manque de moyens structurel qui a défait l’Université dans le pays. Il y a pourtant peu de sens à enfermer dans un cadre national un mathématicien qui se définit lui-même comme un « citoyen du monde » (cittadino del mondo), né à Rome, titulaire d’une laurea de la Scuola normale superiore de Pise, docteur de l’École normale supérieure de Lyon, et dont la carrière s’est déroulée successivement au CNRS, à l’École polytechnique de Paris, à l’université d’Austin et à l’École polytechnique de Zurich. Si les prix internationaux, les congrès et les classements sont propices à la mise en compétition des « sciences nationales », cette notion a-t-elle seulement un sens ? En a-t-elle jamais eu, même au plus fort des constructions nationales du XIXe et du premier XXe siècle ? C’est à cette question que s’attaque le présent dossier.

  • 1 Cesa 2001.
  • 2 Paoloni 2012.

2Il ne saurait être question ici de donner une définition générale de la science, qui dépasserait notre ambition et sur laquelle une vaste littérature existe déjà1. Il importe toutefois de souligner d’emblée que, conformément à l’usage du temps, notre compréhension de la notion est loin de se limiter aux sciences fondamentales ou à celles de la nature. Elle s’inscrit ce faisant dans l’élargissement en vigueur depuis une décennie, chez les historiens des sciences, à l’ensemble des savoirs – et ce même si ces derniers ont depuis longtemps relevé l’asymétrie entre lettres et sciences dans l’historiographie du Risorgimento en faveur des premières2. Le mot « sciences » sera donc utilisé ici dans une acception large, sans imposer à une nomenclature des savoirs alors mouvante les divisions entre sciences dures et sciences humaines.

3De même, les acteurs de la science seront ici considérés dans leur multiplicité. Certes, on assiste en cette période de professionnalisation des savoirs à une redéfinition de la place et des attributions de la figure du savant, qui tend à la faire coïncider avec celle de l’universitaire. Mais cette évolution ne saurait rendre raison à elle seule de la diversité des pratiques et des manières d’être savant au cours du long XIXe siècle – et il nous faudra tenir compte de la diversité des agents qui circulent dans les congrès ou les académies et contribuent pleinement à la production et au partage des connaissances.

L’édification de la nation par la science : retour aux sources

Science nationale : soupçons sur le syntagme

  • 3 Galvez-Behar 2011.

4C’est surtout du syntagme « science nationale » qu’il faut souligner le caractère problématique et pourtant heuristique, nous le verrons. Parler de « science nationale », c’est supposer possible l’attribution d’un régime de production des savoirs par une abstraction politique, la nation, et son incarnation institutionnelle, l’État. L’appropriation du savoir scientifique est elle-même éminemment problématique : déjà, l’idée qu’un savant est propriétaire de ses découvertes ou de ses inventions ne va pas de soi3 ; mais passer de cette échelle individuelle à une échelle collective – nationale en l’occurrence – est plus discutable encore, même si c’est bien souvent sur ce critère que s’organisent les institutions scientifiques et que se forment par suite les délégations nationales envoyées aux congrès internationaux.

5Outre la tentation universaliste de la science, il faut bien remarquer que l’idée sous-jacente selon laquelle les savoirs seraient séparés par des frontières politiques est en elle-même malaisée. Nombre des acteurs de la période s’y refusent d’ailleurs.

  • 4 Chez certains protagonistes du congrès non dénués d’arrière-pensées politiques, comme Luigi Federi (...)

6La formule est encore plus hasardeuse si l’on songe à la chronologie de cette science nationale en Italie : quel sens lui donner dans une nation qui n’est pas constituée en État avant 1860 ? Nous fixons le point de départ de notre réflexion en 1839, date de la première réunion des savants italiens à Pise : ce congrès, qui rassemble des individus originaires des différents États de la péninsule, a longtemps été considéré comme une étape importante du Risorgimento et de la « renaissance » d’une science que les protagonistes qualifient déjà eux-mêmes d’« italienne »4. La périodisation choisie, qui va jusqu’aux années de consolidation du fascisme, enjambe volontairement deux transitions politiques fortes – l’Unité italienne, la naissance du régime fasciste – de manière à interroger l’entrelacs des enjeux nationaux et transnationaux en amont et en aval de ces deux césures majeures de l’histoire politique italienne. Car durant cette période, le processus de nationalisation qui travaille la société italienne en profondeur contribue à modeler les rapports des savants à la nation. Bien des savants s’identifient à la science nationale, quand elle ne devient pas pour eux un moteur.

  • 5 Voir par exemple Ciardi 2013.

7L’idée de science nationale est en effet chevillée au processus de nation building. Elle tient d’abord à l’affirmation que la nation qui se construit au cours de cette période possède une dimension scientifique, à côté des arts ou de la langue qui fondent son identité. De façon générale, elle revient à affirmer que la science a un rôle à jouer dans la construction de cette nation5. C’est ce rôle qu’il nous faut examiner ici, en le déclinant en deux mouvements aussi complémentaires que leur sens est différent. Le premier mouvement va dans le sens de l’intégration et consiste à dépasser les frontières des États pré-unitaires pour faire émerger un système scientifique organisé à l’échelle nationale, une fois l’unification réalisée. C’est pourquoi il relève essentiellement d’un travail d’harmonisation et d’unification institutionnelles, même s’il suppose aussi l’émergence d’une conscience nationale et d’un sentiment d’appartenance à une communauté scientifique nationale. Le second mouvement est tourné vers l’extérieur et vise au rayonnement de cette science à l’étranger. Il se traduit en particulier par un désir de prendre part à une compétition internationale, en renforçant la reconnaissance de l’Italie dans l’Europe savante, dans les échanges, les publications ou les congrès. On mesure ici la distance qui sépare cette science nationalisée de celle du siècle précédent, qui trouvait sa raison d’être dans la circulation des idées entre esprits éclairés.

La nationalisation de la science : essai de bilan historiographique

8La nationalisation de la science est depuis longtemps au cœur d’une intense activité historiographique. Cette dernière a pris deux directions essentiellement : d’un côté, l’examen de la constitution d’un système académique national, à partir de systèmes hétérogènes préexistants ; de l’autre, celui du rôle de la science (et des scientifiques) dans la définition d’une conscience nationale italienne – soit un versant institutionnel, et un versant identitaire.

  • 6 Pour une synthèse de ces apports, voir Moretti – Porciani 1998 et Moretti – Porciani 2007.

9Le premier de ces deux volets a été exploré en particulier par Mauro Moretti et Ilaria Porciani, dont les recherches sur l’émergence du système universitaire national, et plus généralement sur l’histoire des universités, à partir des années 1980-1990, ont renouvelé en profondeur l’historiographie de la nationalisation des institutions scientifiques6. Le présent dossier, à la croisée d’une réflexion sur ce phénomène de nationalisation et sur la notion de science nationale, se situe dans leur sillage. Il entend poursuivre certaines des pistes ouvertes par leurs travaux, qui ont pu être discutées avec eux lors de l’atelier préparatoire à ce numéro.

  • 7 Thiesse 1999, p. 11.
  • 8 Banti – Bizzocchi 2002.

10Quant à la fonction de « ciment » de l’unité nationale dévolue à la science, c’est une question qui a travaillé les savants dès le XIXe siècle – précisément quand il s’agissait de faire la démonstration de cette valeur, car il en va à cet égard de la science comme de la nation, et « la véritable naissance d’une nation, c’est le moment où une poignée d’individus déclare qu’elle existe et entreprend de le prouver »7. On rejoint ici les interrogations sur la construction nationale par la culture, y compris scientifique, mise en évidence par Alberto Maria Banti8.

 

  • 9 Mottana 2012.
  • 10 L’exposition virtuelle du musée Galilée « Scienziati di tutta Italia, unitevi! I congressi di natu (...)

11Le récent cent cinquantenaire de l’unification italienne a conduit à un regain d’intérêt pour ces questions. Dans un paysage historiographique assez encombré, nombre d’institutions se sont saisies des commémorations en organisant des rencontres dont l’objectif affiché était de réaffirmer le rôle des sciences dans l’unification nationale. Le colloque tenu à l’Académie des XL, en collaboration avec l’université Bocconi de Milan et la Société italienne d’histoire des sciences sur le thème « Scienziati italiani e Unità d’Italia », est de ceux-là9. Les actes du colloque s’ouvrent ainsi par un appel à reconsidérer la place des savants dans la construction unitaire et se poursuivent avec un ensemble d’articles qui, par discipline, approchent les sciences du XIXe siècle en posant de façon plus ou moins directe la question du lien avec les processus politiques. Dans le même temps, le musée Galilée de Florence, ex-Institut et musée d’histoire des sciences, organisait une exposition autour des archives des congrès de savants italiens intitulée « Scienziati di tutta Italia, unitevi! »10. À travers le clin d’œil du titre, l’exposition s’efforçait d’interroger la dimension politique des réunions de savants italiens à partir de 1839 et leur rôle dans le processus de nation building.

  • 11 Clericuzio – Ricci 2013.
  • 12 « Lo sviluppo della cultura scientifica nell’età del Risorgimento costituì un importante elemento (...)

12Enfin, le lancement par l’Encyclopédie italienne Treccani d’un supplément consacré à la « contribution italienne à l’histoire de la pensée » traduisait une volonté de réinscription des savoirs dans l’histoire de l’identité italienne11. Un intérêt particulier y est porté aux sciences dans les articles de Marco Ciardi qui montre que « le développement de la culture scientifique pendant le Risorgimento a constitué un élément important du processus qui a conduit à l’unité nationale »12. Le titre de l’ouvrage a de quoi dérouter les historiens des savoirs, dont la tendance actuelle est plutôt à la déconstruction des catégories nationales. L’ancien président du conseil Giuliano Amato, qui signe l’introduction du volume consacré à la philosophie, s’en défend pourtant :

  • 13 « Il titolo di questa nuova sintesi, Il contributo italiano alla storia del pensiero, non generi e (...)

Le titre de cette nouvelle synthèse, La contribution italienne à l’histoire de la pensée, ne doit pas générer d’équivoque. Il ne s’agit pas d’une histoire « nationale » ou d’un point de vue « national » dans le sens dépassé du terme. Mais bien d’une synthèse des problèmes et des solutions que l’échange de l’Italie avec le monde sur certains domaines sociaux ou culturels a respectivement saisis ou proposés. Il s’agit du « passage » ou du « transit » en Italie et, à travers l’Italie et sa culture, qui n’est celle d’une nation politiquement unifiée que depuis un siècle et demi, de questions et de défis qui ont aussi concerné d’autres peuples et d’autres cultures13.

13Si l’on sait gré à l’homme d’État de ses précautions oratoires, la notion de « contribution italienne » demeure profondément équivoque et ne masque pas, dans le contexte commémoratif de sa conception, une tentation d’écrire une histoire nationale des savoirs, plutôt que de s’atteler à sa déconstruction. Nombre d’articles, cependant, sont exempts de ce reproche et s’attachent seulement à interroger dans un cadre italien les relations entre savoirs et constructions politiques.

  • 14 Harrison – Johnson 2009.
  • 15 Edgerton 2003.

14Ces différents moments de l’actualité éditoriale et commémorative autour du cent cinquantenaire ont un fort postulat en commun : l’idée que la contribution des scientifiques à l’unification de l’Italie a été sous-estimée et qu’il importait de rappeler ce que la science apporte au nation building. Dans un cadre plus large que celui de l’Italie en construction, un numéro spécial de la revue Osiris publié en 2009 proposait déjà un point de vue sur les relations entre sciences et identité nationale, en se fondant sur des exemples aussi divers que la France révolutionnaire, l’Inde de Nehru ou la Guerre froide pour explorer les multiples modalités de ce lien complexe14. Au-delà de la réintégration de la science dans un patrimoine national et dans une identité collective, l’introduction de la revue amorçait également une réflexion critique sur les usages historiographiques d’une telle construction et les dangers d’une nationalisation rétrospective de l’histoire des sciences – une préoccupation qui trouvait ses racines dans les travaux de David Edgerton sur la science britannique15.

15Une fois retombé l’enthousiasme commémoratif, le temps semble venu de faire un bilan critique des apports de ces travaux et de réfléchir à la façon de les prolonger. Cela suppose de poser à nouveaux frais la question du lien entre construction politique et nationalisation scientifique. Il est fréquent dans l’historiographie de faire de la science nationale un prolongement du nationalisme politique par d’autres moyens. L’Italie faite, il resterait à faire la science italienne. À l’appui de cette succession, on cite souvent des scientifiques engagés dans la vie politique, qui établissent une continuité entre la construction nationale par les armes et le redressement par la science. C’est le cas du physicien Carlo Matteucci, devenu ministre de l’Instruction publique en 1862, qui prononce au cours d’un débat budgétaire une phrase au grand succès historiographique :

  • 16 « Ma di soldati e di strade ferrate non vive solamente un popolo che vuol essere libero e grande, (...)

Mais un peuple qui veut être libre et grand ne vit pas seulement de soldats et de voies de chemin de fer et l’Italie nouvelle serait difficilement comprise comme une nation puissante si, dans les lettres et dans les sciences, elle ne reprenait pas la place qui l’a distinguée d’autres fois et qui lui revient du fait de sa tradition et du caractère propre au génie italien16.

16L’originalité de ce discours est de créer une continuité, de même qu’une succession chronologique, entre le patriotisme armé des guerres d’indépendance et l’édification de la nation par la science. Or cette succession n’a rien d’évident. La périodisation que nous avons choisie laisse au contraire ouverte la possibilité que la science nationale se développe avant ou indépendamment du processus politique de construction nationale et/ou étatique, et l’on peut à bon droit se demander jusqu’à quel point la science nationale est soluble dans le nationalisme politique. Outre qu’il existe des dynamiques propres du champ scientifique, qui ne se réduisent pas à un projet politique, il est d’autres logiques qui ne se réduisent pas au national. D’où l’intérêt de croiser la longue tradition d’étude de la science nationale avec les nouveaux chantiers ouverts par l’histoire transnationale.

Ce que le « tournant transnational » fait à la science nationale

17Chargé d’esquisser les « caractères et saisons » de la physique italienne dans le volume des Annali Einaudi consacré aux Scienze e cultura de l’Italie unifiée, Stefano Bordoni apporte d’entrée de jeu une précision de taille, « au sujet de l’adjectif “italien” » :

  • 17 Bordoni 2011, p. 418 : « Fin dalla metà del Novecento si è assistito a un progressivo processo di (...)

Jusqu’au milieu du XXe siècle, on a assisté à un processus progressif d’internationalisation, qui rend difficile la distinction entre recherche « italienne » et non italienne. Seules des recherches particulièrement remarquables, ou l’obtention de prix Nobel, attirent l’attention sur le pays de nationalité de l’individu auquel sont attribués la découverte ou le prix. Mais dès le milieu du XIXe siècle, on trouve des physiciens italiens qui ont reçu une part significative de leur formation scientifique ou qui ont mené des recherches dans des pays étrangers. Dans certains cas, ces fréquentations internationales systématiques ne furent pas un libre choix, mais une dure nécessité. […] La question de la nationalité se pose également pour les physiciens étrangers actifs de manière stable dans les universités ou les institutions scientifiques italiennes. […] Durant leur période d’activité en Italie, ces derniers apportèrent d’importantes contributions et furent parfaitement intégrés à la communauté scientifique italienne. En outre, certaines recherches entreprises au moment de l’Unité ne furent pas publiées en langue italienne. Un siècle plus tard, bien que pour des raisons diverses, les recherches des physiciens recommencèrent à être publiées principalement non pas en italien, mais en anglais, devenu la lingua franca de la communication scientifique internationale17.

18De fait, l’existence d’un milieu scientifique qui n’est pas confiné dans les frontières de l’État-nation, les trajectoires des individus, qui bien souvent les outrepasse, et jusqu’à la langue de la science, qui n’en a que faire, rendent quelque peu artificielle l’appréhension d’une science toute nationale et a fortiori sa peinture. Pourtant, cédant à un pli qui a souvent caractérisé l’histoire des savoirs, l’auteur conçoit son article comme le portrait d’une école italienne, délaissant les physiciens italiens à l’étranger et leurs homologues étrangers en Italie pourtant posés comme essentiels. Par-delà la physique, les facteurs supranationaux ne sont généralement pas placés au premier plan dans l’étude de la construction d’une académie et d’une science italiennes.

Comparer et connecter

  • 18 Moretti – Porciani 1993 ; Charle 2013.
  • 19 Porciani 1994 ; La Penna 1992 ; Moretti – Porciani 1998.

19Il convient cependant de nuancer immédiatement ces affirmations, car l’historiographie des savoirs sur l’Italie et en Italie telle qu’elle s’est renouvelée ne s’est pas cantonnée aux frontières de la péninsule, et ce dès ses débuts dans les années 1880. D’abord parce que le cas italien a été comparé à celui d’autres pays européens, l’Allemagne au premier chef18. Il s’agissait d’en dégager la spécificité, dans un cadre intellectuel alors fondamentalement comparatiste, mais aussi et surtout d’en déterminer les modèles. La réflexion sur les modèles institutionnels et organisationnels auxquels les élites du nouvel État italien ont emprunté pour édifier un système académique national à partir de traditions régionales hétérogènes a ainsi mobilisé les historiens de la science nationale, comme Mauro Moretti et Ilaria Porciani19. Tout l’enjeu, pour ces élites, était de réussir la concaténation de ces formations locales et des exemples étrangers – et pour les historiens, de la saisir –, sachant que les modèles étrangers avaient déjà inspiré les systèmes académiques préexistants des États pré-unitaires. La question n’était pas posée en termes d’influences, concept largement érodé, mais d’emprunts. Les Italiens ne retiennent d’ailleurs pas tout des systèmes dont ils s’inspirent, d’autant que les projets ne se sont pas forcément traduits en actes – et il s’agissait aussi d’observer cet écart.

  • 20 Marin 2006.
  • 21 Dröscher 1992. Cf. également Dröscher 2011.

20À côté de ces travaux comparatifs, une réflexion a également été menée sur les échanges savants. Ces derniers ont été examinés dans le cadre de l’étude des relations bilatérales entretenues par l’Italie, autant sinon plus que dans les travaux en histoire des savoirs. Les rapports italo-allemands, à nouveau, apparaissent centraux – mais il est vrai que les relations intellectuelles (scientifiques, philosophiques) entre les deux espaces comptent parmi les classiques. Francesco Marin suit ainsi les étudiants italiens, « ces pèlerins de la science », jusque dans les universités allemandes, dans un livre collectif sur les Italiens en Allemagne20, publié par l’Istituto di Trento, institut phare dans l’analyse des rapports italo-germaniques, et Ariane Dröscher se penche plus largement sur les bourses de voyage21. Les mobilités étudiantes, entre autres mobilités savantes, sont essentielles dans la mesure où l’Italie nouvelle va chercher les compétences qui lui manquent à l’étranger.

  • 22 Porciani – Raphael 2010.

21Avec des recherches comme celles d’Ariane Dröscher, on est déjà dans un cadre européen, voire au-delà. Inversement, les historiens ayant participé au renouveau de l’histoire des sciences ont ponctuellement réfléchi sur l’Europe savante, en étudiant la formation et le fonctionnement de certaines disciplines à échelle européenne ou en proposant des cartographies22. Avec ces travaux, on est souvent plus dans une logique de juxtaposition, donnant à voir une mosaïque dont les tesselles seraient les nations, que dans l’examen d’un milieu européen à proprement parler. L’unité de base reste la nation. Mais les approches disciplinaires de ce type, qui témoignent de la prise en compte d’un cadre élargi, sont autant de sources d’inspiration. Ces recherches sont d’ailleurs quantitativement moins importantes que celles sur la nationalisation de la science, qu’il s’agissait de comprendre.

Le transnational comme méthode

  • 23 Saunier 2004.

22Commençons par ce que le transnational n’est pas. Le transnational n’est pas une échelle. Il n’y a pas quelque chose comme une gradation du local au national à l’international, où irait se nicher le transnational, aux alentours de ce dernier. On peut distinguer les deux notions de la sorte : l’international est une échelle supranationale, qui renvoie au rapport entre les États. Si le transnational n’est pas une échelle, il est plutôt un courant historiographique, qui consiste à penser les dynamiques supranationales (et infranationales) et surtout à ne pas céder au « nationalisme méthodologique », c’est-à-dire à la tendance à prendre la nation comme cadre de référence – géographique et idéologique – lorsqu’on étudie des phénomènes historiques, qu’ils soient politiques, sociaux, économiques ou culturels. En cela, il est plutôt une méthodologie – ou, pour reprendre les mots de Pierre-Yves Saunier, l’un de ses principaux introducteurs en France, « une manière de faire de l’histoire »23.

  • 24 Werner – Zimmerman 2003.
  • 25 Raj 2007.
  • 26 Espagne 1999.

23Cette manière se développe à la fin du XXe siècle dans un contexte plus général qui voit se multiplier les tentatives de penser les processus sociaux, culturels et politiques au-delà des cadres nationaux. Cette ébullition historiographique intervient dans le contexte politique et idéologique d’une mondialisation qui se renforce, avec la fin de la Guerre froide. La crise de l’État-nation aidant, on assiste à l’émergence concomitante, complémentaire souvent, concurrente parfois, de l’histoire globale, de l’histoire croisée24, de l’histoire connectée25, de l’histoire transnationale ou encore des approches en termes de transferts culturels26. Pour autant, le phénomène n’est pas neuf. Les historiens ne sont pas les premiers à se lancer dans le « transnational turn » : ils ont été précédés par les spécialistes des relations internationales dans les années 1950, eux-mêmes suivis par les politistes dans les années 60, qui commencent à s’intéresser aux contacts et aux coalitions, plutôt qu’aux relations interétatiques, avant que les sciences sociales (anthropologie, économie, etc.) ne leur emboîtent le pas. Inversement, du côté de l’histoire, les tenants du transnational n’ont été ni les premiers ni les seuls à faire l’effort de se départir du cadre de la nation pour penser en retour les contacts et les circulations. Aussi cette esquisse n’a-t-elle pas seulement valeur généalogique : il s’agit tout autant de garder à l’esprit qu’il n’y a pas là un phénomène d’une radicale nouveauté, en dépit d’un incontestable effet de mode.

24Ces propositions n’impliquent en rien de renoncer au cadre national, au contraire. Comme l’écrit Pierre-Yves Saunier, il s’agit de penser les phénomènes comme conjoints :

  • 27 Saunier 2008, p. 169 : « History’s purpose might not be to substitute a history of the nation-stat (...)

Le but de l’histoire ne doit pas être de remplacer une histoire de l’État-nation par une histoire avec ou sans l’État-nation, mais de trouver une manière d’étudier comment les États-nations et les flux de toutes sortes sont des composantes enchevêtrées de l’époque contemporaine27.

  • 28 Thiesse 1999.

25Pour ce faire, l’histoire transnationale met l’accent sur les circulations et les réseaux : c’est une histoire en mouvement, une histoire de contacts. La contradiction entre approche nationale et approche transnationale n’est qu’apparente : cette dernière se présente ainsi comme un outil fécond pour enrichir et complexifier notre compréhension du phénomène de nationalisation. Anne-Marie Thiesse l’a établi dans son livre pionnier sur la création des identités nationales : il n’est « rien de plus international que la formation des identités nationales »28. Cela ne vaut pas moins pour la science nationale.

  • 29 Cf. par exemple Heilbron et al. 2009 ; Charle 2013.
  • 30 Par exemple Fermi 1968. Nous renvoyons à l’article de Heilbron et al. 2009 pour une bibliographie (...)

26L’histoire transnationale a innervé l’histoire des savoirs – et continue de le faire. Les appels à se mouvoir « vers une histoire transnationale de… » ne manquent pas (ce dossier n’échappe guère au mouvement)29. En effet, les études d’histoire des sciences se sont ouvertes plus tardivement que d’autres domaines (l’histoire économique, l’histoire politique) au transnational, et ce même si, dès les années 1950, des chercheurs montraient que les migrations forcées des intellectuels avaient contribué à décloisonner les espaces scientifiques nationaux (ces thématiques ont justement retrouvé un intérêt récemment)30.

27En effet, comme le fait observer Johan Heilbron dans un appel récent à transnationaliser l’histoire des sciences sociales (mais le constat vaudrait pour tous les domaines) :

  • 31 Heilbron et al. 2009.

Les comptes rendus de l’évolution historique des sciences sociales ont beaucoup trop aisément adopté une vision nationale et accepté de façon non critique les traditions nationales comme un cadre d’analyse plus ou moins évident. L’une des conséquences paradoxales de cette situation est qu’elle empêche de comprendre les traditions nationales elles-mêmes31.

28Il est une raison à cela : les systèmes académiques qui se développent à partir du XIXe siècle le font d’abord sur des bases nationales. Mais ce cloisonnement présente un autre aspect, pointé par les auteurs d’un volume récent sur la modernité et la globalisation – deuxième volume d’un projet de refonte de l’histoire des savoirs coordonné par Dominique Pestre – bien décidés à globaliser l’histoire des sciences :

  • 32 Raj – Sibum 2015.

Les recherches antérieures concevaient cette période en termes européocentrés, adoptant une perspective diffusionniste pour rendre compte de la propagation globale des sciences. Il n’est pas sans ironie de noter que, malgré son rôle pionnier dans le découpage d’un nouvel espace interdisciplinaire extrêmement prolifique dans les années 1970 et 1980, l’histoire des sciences a depuis lors été assez rétive à s’engager sérieusement dans une approche d’histoire globale32.

29Ces réticences ont leur logique : dans la mesure où la science a été considérée comme l’un des phénomènes cardinaux de la « modernité » européenne (telle qu’elle émerge au XIXe siècle), la remettre en cause revenait ni plus ni moins à mettre en cause la modernité et in fine l’Europe elle-même. Tout l’effort de la global history a consisté justement à changer d’échelle et à décentrer l’histoire des sciences.

30Bien sûr, l’histoire transnationale et l’histoire globale n’ont pas tout à fait les mêmes approches ni les mêmes visées : l’une lutte d’abord contre le nationalisme méthodologique, quand l’autre remet en cause l’européocentrisme. Mais toutes deux partent d’un même postulat : que les cadres dominants et acceptés comme tels (l’Europe, la nation), outre qu’ils ne sont pas pertinents, sont fondamentalement idéologiques ; que le savoir ne s’arrête pas aux frontières et qu’il est le produit des circulations ; qu’il convient de le délocaliser pour mieux le « relocaliser », pour reprendre une formule de Kapil Raj.

  • 33 Heilbron et al. 2009.
  • 34 Bourguet et al. 2002.
  • 35 Raj – Sibum 2015.

31 Pour ce faire, trois objets ont généralement été privilégiés dans l’histoire transnationale et dans l’histoire globale : les institutions scientifiques internationales, les mobilités des savants, et les politiques d’institutions non universitaires33. Certaines de ces institutions avaient déjà suscité l’intérêt, et les voyages individuels des savants ont souvent été étudiés, mais ce qui compte ici, c’est la systématisation de cette étude et le fait de considérer le facteur des circulations comme essentiel. Par ailleurs, l’étude des circulations n’a pas porté que sur les personnes et sur les idées : elle a aussi concerné les objets et les instruments34 – soit la pratique de la science. De telles ambitions impliquent de mener les projets de manière collective : à l’image du livre de Kapil Raj et de Heinz Otto Sibum35, elles appellent une mise en commun des connaissances sur des espaces très variés. C’est dans une telle démarche que nous nous inscrivons.

  • 36 Gemelli 2000.

32Il suffit de jeter un œil aux bibliographies d’histoire transnationale des savoirs pour constater que les titres sont majoritairement en anglais. Les auteurs originaires de pays non anglophones écrivent eux aussi le transnational en anglais, les quelques Italiens ayant embrayé le mouvement également36. En France et en français, l’entrée de l’histoire transnationale, comme de l’histoire globale, s’est faite tardivement. On assiste donc depuis quelque temps à un phénomène de rattrapage.

  • 37 Isabella 2009 ; Isabella – Zanou 2015.
  • 38 Pécout 2009 ; Pécout 2012.
  • 39 Lowndes Vicente 2012.
  • 40 Gemelli 2005 ; Attal 2013.

33Qu’en est-il alors de l’Italie ? Les répertoires de l’histoire transnationale ont pu y être mobilisés, mais plutôt dans d’autres domaines, comme la politique – que l’on songe aux travaux de Maurizio Isabella sur le libéralisme italien ou le phénomène diasporique en Méditerranée37, ou à ceux de Gilles Pécout sur le volontariat et le caractère transnational du Risorgimento38. À quelques exceptions près – citons l’ouvrage de Filipa Lowndes Vicente sur l’indianisme à Florence39, ou les travaux de Giulia Gemelli ou Frédéric Attal sur les liens internationaux de Luigi Einaudi via la fondation Rockefeller40 –, l’histoire des savoirs italienne a comme ses homologues européennes été moins travaillée par ces problématiques, avec les réserves qui s’imposent et que nous avons mentionnées. Or, l’Italie, construction nationale récente, qui doit intégrer des traditions scientifiques hétérogènes, constitue un cas particulièrement intéressant : ses savants se sont bien souvent formés à l’étranger, en exil d’abord, puis à l’occasion de séjours d’échanges. Plus généralement, les Italiens entendent donner à leur nation toute sa place sur la scène scientifique internationale, dans une perspective d’échanges et de rivalités.

 

34Nous proposons ainsi de nous interroger sur les dynamiques transnationales à l’œuvre dans l’élaboration de la science nationale italienne dans le long Risorgimento. L’objectif n’est pas de remplacer un paradigme par un autre, mais bien plutôt d’enrichir notre compréhension du phénomène de nationalisation de la science italienne, tout en contribuant par l’analyse du cas italien à la remise en question du nationalisme méthodologique dans l’histoire des sciences et des savoirs et en situant les Italiens sur la carte des échanges scientifiques internationaux.

  • 41 Boucheron 2017.
  • 42 Giardina 2017.

35L’idée directrice de ce dossier, c’est donc qu’il est nécessaire de sortir d’Italie pour comprendre l’Italie, comme l’a fait récemment, à la suite de l’Histoire mondiale de la France41, la Storia mondiale dell’Italia42. Pour cela, il convient à la fois de suivre les savants italiens hors d’Italie, en voyage d’études ou en exil, afin de comprendre la façon dont s’élabore leur conception de la science italienne, et d’observer leurs interactions avec l’étranger, dans leur pays ou à l’extérieur, pour voir comment la science nationale se construit non dans l’isolement mais dans la confrontation plus ou moins pacifique avec les autres sciences nationales. Cela suppose bien sûr un refus de l’essentialisation de la science nationale : dire que la science peut être nationale n’implique nullement de figer cette appropriation ; cela suppose en revanche de déconstruire le discours des acteurs sur la nationalisation pour en comprendre les ressorts et la logique. Or l’approche transnationale permet précisément, via un passage par l’étranger, de mieux comprendre le national. Elle se révèle même, par un paradoxe qui n’est qu’apparent, comme la plus à même de saisir les constructions nationales : on ne saurait comprendre l’apparition des frontières – qu’elles soient géopolitiques ou symboliques – en s’y limitant. Il est au contraire nécessaire de les franchir pour comprendre ce qu’elles séparent : parler de science italienne n’a de sens que parce qu’émergent en parallèle une science allemande, une science française et bien d’autres, avec qui elle se confronte et se co-construit.

  • 43 Cassata – Pogliano 2011.
  • 44 Berger – Lorenz 2010.
  • 45 Feuerhahn – Rabault-Feuerhahn 2010.

36Contrairement au récent volume des Annali Einaudi43, ce dossier n’a pas vocation à couvrir l’ensemble des champs de savoirs. La cohérence méthodologique a ici été privilégiée à l’extension disciplinaire. L’approche transnationale explique la place importante de certaines disciplines et de certains lieux. Les disciplines visant à une connaissance de l’étranger – comme l’orientalisme dans la contribution de Marie Bossaert – ou à la construction de soi – les sciences juridiques dans les articles de Vincent Genin et de Solange Fatal, l’administration avec la contribution d’Andrea Rapini ou la comptabilité dans celle de Terenzio Maccabelli – ont donc une place centrale. La place de l’histoire dans les constructions nationales est un phénomène bien connu44 : c’est pourquoi l’histoire de l’art – Michela Passini – et l’histoire des sciences – Antonin Durand – jouent un rôle central dans l’émergence de la science nationale. Parmi les lieux de la fabrique transnationale de la science, les congrès ont été particulièrement mis en avant : les congrès internationaux, comme l’avaient fait Wolf Feuerhahn et Pascale Rabault-Feuerhahn en 201045, mais aussi nationaux, dont Maria Pia Casalena montre la dimension déjà transnationale. Pour la même raison, les académies, nationales et internationales, ou les revues, parce qu’elles constituent des lieux privilégiés de circulation des savoirs comme l’illustre Erika Luciano, se trouvent au centre de nombreuses contributions. Les pérégrinations académiques, entrantes ou sortantes, individuelles ou collectives, volontaires ou contraintes, apparaissent également déterminantes – l’article de Luciana Vieira et Rogério Monteiro en est un exemple parmi d’autres.

 

Qu’il nous soit permis enfin de dédier ce dossier à la mémoire de Terenzio Maccabelli. C’est avec une immense tristesse que nous avons appris sa disparition, quelques jours seulement après qu’il nous eut fait parvenir son article. Sa contribution au workshop de Rome nous avait frappés par son originalité ; ses contributions à la discussion, toujours placées sous le sceau de la finesse et de la modestie, ont grandement contribué au succès du travail collectif. Les échanges que nous avons eus avec lui jusqu’à ses derniers jours montrent que la passion pour la recherche l’a animé jusqu’au bout.

Haut de page

Bibliographie

Amato 2013 = G. Amato, Il contributo italiano alla storia del pensiero: presentazione, dans Il contributo italiano alla storia del pensiero, vol. 12, Filosofie, disponible sur www.treccani.it/enciclopedia/il-contributo-italiano-alla-storia-del-pensiero-presentazione_%28Il_Contributo_italiano_alla_storia_del_Pensiero:_Filosofia%29/ (consulté le 11 janvier 2018).

Attal 2013 = F. Attal, Luigi Einaudi, la Fondazione Rockefeller e le scienze sociali in Italia, dans Ventunesimo Secolo, 31, 2013, p. 41-55.

Banti – Bizzocchi 2002 = A.M. Banti, R. Bizzochi (dir.), Imagini della nazione nell'Italia del Risorgimento, Rome, 2002.

Berger – Lorenz 2010 = S. Berger, C. Lorenz (dir.), Nationalizing the past. Historians as nation builders in Modern Europe, Basington, 2010.

Bordoni 2011 = S. Bordoni, Caratteri e stagioni della fisica, dans F. Cassata, C. Pogliano (dir.), Scienze e cultura dell’Italia unita, vol. 26, Turin, 2011, p. 417-440.

Boucheron 2017 = P. Boucheron (dir.), Histoire mondiale de la France, Paris, 2017.

Bourguet et al. 2002 = M.-N. Bourguet, C. Licoppe, H.O. Sibum (dir.), Instruments, travel and science: itineraries of precision from the seventeenth to the twentieth century, Londres, 2002.

Cassata – Pogliano 2011 = F. Cassata, C. Pogliano (dir.), Storia d’Italia: Annali 26: Scienze e cultura dell’Italia unita, Turin, 2011.

Cesa 2001 = C. Cesa, La scienza nazionale, dans I. Porciani (dir.), Università e scienza nazionale, Naples, 2001, p. 3-15.

Charle 2013 = C. Charle, Jalons pour une histoire transnationale des universités, dans Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 121, 2013, p. 21-42.

Ciardi 2013 = M. Ciardi, Scienza e Risorgimento Nazionale, dans Clericuzio – Ricci 2013, p. 344-350.

Clericuzio – Ricci 2013 = A. Clericuzio, S. Ricci (dir.), Il contributo italiano alla storia del pensiero, dans VIII appendice della Enciclopedia Italiana di Scienze, Lettere ed Arti, vol. IV, Rome, 2013.

Cremona 1860 = L. Cremona, Prolusione ad un corso di geometria superiore, letta nell’Università di Bologna, Novembre 1860, dans Il Politecnico, X, 1861, p. 22-42.

Dröscher 1992 = A. Dröscher, Die Auslandsstipendien der italienischen Regierung (1861-1894), dans Annali dell’Istituto storico italo-germanico in Trento, XVIII, Bologne, 1992, p. 545-569.

Dröscher 2011 = A. Dröscher, Gli italiani e l’estero: flussi di migrazione intellettuale, dans Cassata – Pogliano 2011, p. 807-823.

Edgerton 2003 = D. Edgerton, Science in the United Kingdom: a study in the nationalization of science, dans D. Pestre, J. Krige (dir.), Companion to science in the twentieth century, Londres, 2003, p. 759-775.

Espagne 1999 = M. Espagne, Les transferts culturels franco-allemands, Paris, 1999.

Fermi 1968 = L. Fermi, Illustrious immigrants. The intellectual migration from Europe 1930-1941, Chicago, 1968.

Feuerhahn – Rabault-Feuerhahn 2010 = W. Feuerhahn, P. Rabault-Feuerhahn, Présentation : la science à l’échelle internationale, dans Revue germanique internationale, 12, 2010, p. 5-15.

Galvez-Behar 2011 = G. Galvez-Behar, The propertisation of science: suggestions for an historical investigation, dans Comparativ. Zeitschrift für Globalgeschichte und vergleichende Gesellschaftsforschung, 21-2, 2011, p. 80-97.

Gemelli 2000 = G. Gemelli (dir.), The “unacceptables”: American foundations and refugee scholars between the two wars and after, Bruxelles-Berne-Berlin, 2000.

Gemelli 2005 = G. Gemelli, Un imprenditore scientifico e le sue reti internazionali: Luigi Einaudi, la Fondazione Rockefeller e la professionalizzazione della ricerca economica in Italia, dans Le Carte e la Storia. Rivista di storia delle istituzioni, 1, 2005, p. 189-202.

Giardina 2017 = A. Giardina (dir.), Storia mondiale dell’Italia, Rome, 2017.

Harrison – Johnson 2009 = C.E. Harrison, A. Johnson (dir.), Science and national identity, numéro spécial de la revue Osiris, 24-1, 2009.

Heilbron et al. 2009 = J. Heilbron, N. Guilhot, L. Jeanpierre, Vers une histoire transnationale des sciences sociales, dans Sociétés contemporaines, 73-1, 2009, p. 121-145.

Isabella 2009 = M. Isabella, Risorgimento in exile. Italian émigrés and the liberal international in the post-napoleonic era, Oxford, 2009.

Isabella – Zanou 2015 = M. Isabella, K. Zanou (dir.), Mediterranean diasporas. Politics and ideas in the long XIXth century, Londres, 2015.

Lowndes Vicente 2012 = F. Lowndes Vicente, Other orientalisms: India between Florence and Bombay, 1860-1900, New Delhi, 2012.

La Penna 1992 = A. La Penna, Modello tedesco e modello francese nel dibattito sull’università italiana nella seconda metà dell’Ottocento, dans Annali della Scuola normale superiore di Pisa. Classe di Lettere e Filosofia, 22-1, 1992, p. 227-301.

Marin 2006 = F. Marin, I pellegrini della scienza. Studenti italiani nelle università tedesche fra Otto- e Novecento, dans G. Corni, C. Dipper, Italiani in Germania tra Ottocento e Novecento. Spostamenti, rapporti, immagini, influenze, Bologne, 2006, p. 309-334 (Annali dell’Istituto storico italo-germanico in Trento. Quaderni, 67).

Matteucci 1867 = C. Matteucci, Relazione al progetto di legge per il riordinamento dell’istruzione superiore presentato dal senatore Matteucci nella tornata del 15 giugno 1861, dans Id., Raccolta di scritti varii intorno all’istruzione pubblica, vol. I, Istruzione superiore, Prato, Tip. F. Alberghetti, 1867.

Moretti – Porciani 1993 = M. Moretti, I. Porciana, Il sistema universitario tra nazione e città: un campo di tensione, dans M. Meriggi, P. Schiera (dir.), Dalla città alla nazione. Borghesie ottocentesche in Italia e in Germania, Bologne, 1993, p. 289-306.

Moretti – Porciani 1998 = M. Moretti, I. Porciana, Il volto ambiguo di Minerva. Le origini del sistema universitario italiano, dans R. Simili (dir.), Ricerca e istituzioni scientifiche in Italia, Rome-Bari, 1998, p. 74-92.

Moretti – Porciani 2007 = M. Moretti, I. Porciana, La creazione del sistema universitario nella nuova Italia, dans G.P. Brizzi, P. Del Negro, A. Romano (dir.), Storia delle Università in Italia, Messine, 2007, p. 323-379.

Mottana 2012 = A. Mottana et al., Scienziati italiani e unità d’Italia. Roma, 14-17 novembre 2011, Rome, 2012.

Paoloni 2012 = G. Paoloni, Il ruolo della scienza nella cultura del Risorgimento, dans Mottana  2012, p. 13-28.

Pécout 2012 = G. Pécout, Pour une lecture transnationale et méditerranéenne du Risorgimento, dans Revue d’Histoire du XIXe siècle, numéro monographique de L’Italie du Risorgimento. Relectures, 44-1, 2012, p. 29-47.

Pécout 2009 = G. Pécout (dir.), International volunteers and the Risorgimento (dossier), dans Journal of Modern Italian Studies, 14, 2009.

Porciani 1994 = I. Porciani, Lo stato unitario di fronte alla questione dell’università, dans Id. (dir.), L’Università tra Otto e Novecento: i modelli europei e il caso italiano, Naples, 1994, p. 135-184.

Porciani – Raphael 2010 = I. Porciani, L. Raphael (dir.), Atlas of European historiography: the making of a profession, Basington, 2010.

Raj 2007 = K. Raj, Relocating modern science: circulation and the constitution of knowledge in South Asia and Europe, 1650-1900, New York-Basingstoke, 2007.

Raj – Sibum 2015 = K. Raj, H.O. Sibum (dir.), Histoire des sciences et des savoirs, vol. 2, Modernité de globalisation, Paris, 2015.

Saunier 2004 = P.-Y. Saunier, Circulations, connexions et espaces transnationaux, dans Genèses, 57, 2004, p. 110-126.

Saunier 2008 = P.-Y. Saunier, Learning by doing: notes about the making of the Palgrave Dictionary of Transnational History, dans Journal of Modern European History, 6-2, 2008, p. 159-180.

Tacchi 1903 = E. Tacchi, Il primo Congresso degli scienziati in Pisa, dans Studi storici, 12, 1903, p. 243-248.

Thiesse 1999 = A.-M. Thiesse, La création des identités nationales, Paris, 1999.

Werner – Zimmerman 2003 = M. Werner, B. Zimmermann, Penser l’histoire croisée : entre empirie et réflexivité, dans Annales. Histoire, Sciences Sociales, 58-1, 2003.

 

Haut de page

Notes

1 Cesa 2001.

2 Paoloni 2012.

3 Galvez-Behar 2011.

4 Chez certains protagonistes du congrès non dénués d’arrière-pensées politiques, comme Luigi Federico Menabrea, et plus tard chez ses historiographes – y compris la première d’entre eux, Elisa Tacchi – la tentation a été forte de réduire ce moment à une étape dans le processus politique de construction nationale, voir Tacchi 1903.

5 Voir par exemple Ciardi 2013.

6 Pour une synthèse de ces apports, voir Moretti – Porciani 1998 et Moretti – Porciani 2007.

7 Thiesse 1999, p. 11.

8 Banti – Bizzocchi 2002.

9 Mottana 2012.

10 L’exposition virtuelle du musée Galilée « Scienziati di tutta Italia, unitevi! I congressi di naturalisti italiani fra sicenza e politica. Per i 150 anni dell’Unità d’Italia » est disponible sur Internet à l’adresse suivante : http://mostre.museogalileo.it/congressiscienziati/indice.html(consulté le 3 janvier 2018).

11 Clericuzio – Ricci 2013.

12 « Lo sviluppo della cultura scientifica nell’età del Risorgimento costituì un importante elemento del processo che portò all’unità nazionale. », Ciardi 2013, p. 344.

13 « Il titolo di questa nuova sintesi, Il contributo italiano alla storia del pensiero, non generi equivoci. Non si tratta di una storia ‘nazionale’ o da un punto di vista ‘nazionale’, nel senso arretrato del termine. Ma di una sintesi dei problemi e delle soluzioni che la comunicazione dell’Italia con il mondo su certi ambiti sociali e culturali ha, rispettivamente, avvertito e proposto. Si tratta del ‘passaggio’ o ‘transito’ in Italia, e attraverso l’Italia, e la sua cultura, che solo nell’ultimo secolo e mezzo è cultura di una nazione politicamente unificata, di questioni e sfide che hanno riguardato anche altri popoli e altre culture. », Amato 2013.

14 Harrison – Johnson 2009.

15 Edgerton 2003.

16 « Ma di soldati e di strade ferrate non vive solamente un popolo che vuol essere libero e grande, e mal s’intenderebbe l’Italia risorta a nazione potente, se nelle arti, nelle lettere e nelle scienze non ripigliasse quel posto che l’ha distinta altre volte e che per la tradizione sua e per la tempra propria dell’ingegno italiano le compete. », Matteucci 1867, p. 51. La citation est analysée dans Porciani 1994.

17 Bordoni 2011, p. 418 : « Fin dalla metà del Novecento si è assistito a un progressivo processo di internazionalizzazione, tale da rendere difficile la distinzione tra ricerca “italiana” e non. Solo ricerche particolarmente rilevanti, o conferimenti di premi Nobel, riportano l’attenzione sulla nazionalità dell’individuo al quale la scoperta o il premio vengono attribuiti. Ma anche intorno a metà Ottocento incontriamo fisici italiani che hanno ricevuto una parte rilevante della loro formazione scientifica, oppure hanno condotto ricerche, in paesi stranieri. In alcuni casi, le sistematiche frequentazioni internazionali non furono libera scelta ma dura necessità. […] La questione della nazionalità si ripropone a proposito dei fisici stranieri stabilmente attivi in università o istituzioni scientifiche italiane. […] Durante il loro periodo di attività in Italia, essi portarono contributi importanti e furono perfettamente integrati nella comunità scientifica italiana. Inoltre, alcune ricerche intraprese nel periodo intorno all’Unità non furono pubblicate in lingua italiana. Dopo un secolo, seppure per motivi diversi, le ricerche dei fisici ripresero a non essere pubblicate prevalentemente in italiano, bensì in inglese, divenuta lingua franca della comunicazione scientifica internazionale. »

18 Moretti – Porciani 1993 ; Charle 2013.

19 Porciani 1994 ; La Penna 1992 ; Moretti – Porciani 1998.

20 Marin 2006.

21 Dröscher 1992. Cf. également Dröscher 2011.

22 Porciani – Raphael 2010.

23 Saunier 2004.

24 Werner – Zimmerman 2003.

25 Raj 2007.

26 Espagne 1999.

27 Saunier 2008, p. 169 : « History’s purpose might not be to substitute a history of the nation-state with a history without or against the nation-state, but to find a way to study how nation-states and flows of all sorts are entangled components of the modern age ».

28 Thiesse 1999.

29 Cf. par exemple Heilbron et al. 2009 ; Charle 2013.

30 Par exemple Fermi 1968. Nous renvoyons à l’article de Heilbron et al. 2009 pour une bibliographie complète.

31 Heilbron et al. 2009.

32 Raj – Sibum 2015.

33 Heilbron et al. 2009.

34 Bourguet et al. 2002.

35 Raj – Sibum 2015.

36 Gemelli 2000.

37 Isabella 2009 ; Isabella – Zanou 2015.

38 Pécout 2009 ; Pécout 2012.

39 Lowndes Vicente 2012.

40 Gemelli 2005 ; Attal 2013.

41 Boucheron 2017.

42 Giardina 2017.

43 Cassata – Pogliano 2011.

44 Berger – Lorenz 2010.

45 Feuerhahn – Rabault-Feuerhahn 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie Bossaert et Antonin Durand, « Par-delà les confins de la science italienne », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines, 130-2 | -1, 261-271.

Référence électronique

Marie Bossaert et Antonin Durand, « Par-delà les confins de la science italienne », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [En ligne], 130-2 | 2018, mis en ligne le 29 juillet 2019, consulté le 23 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/mefrim/3842 ; DOI : 10.4000/mefrim.3842

Haut de page

Auteurs

Marie Bossaert

École française de Rome, marie.bossaert@gmail.com

Articles du même auteur

Antonin Durand

Institut Convergence Migrations-IHMC, antonin.durand@ens.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • OpenEdition Journals